Page 1

www.industrie-technologies.com

sur notre site, DÉcouvreZ les Équipements Du parc HYDrolien De paimpol-brÉHat

n°938ccnovemBre 2011 - 11

SPÉCIAL ENVIRONNEMENT

écoconstruction innovations À tous les étaGes ccPaGE 30

entretien ccPaGE 80

GuiDe D’aCHat ccPaGE 56

« La chimie, moteur des énergies vertes »

12 panneaux photovoltaïques pour toitures d’usines

christian collette, directeur r&D d’arkema.

notre sélection de 1,10 à 2,70 euros/Wc.


www.industrie-technologies.com

Edito

J.c. Bertini pour it

L’aubaine écologique L’environnement, une contrainte ? Pas seulement. C’est aussi une formidable opportunité pour innover. L’exemple du bâtiment durable, sujet de couverture de ce numéro 100 % environnement, le démontre. Les industriels n’ont pas attendu le Grenelle pour proposer des matériaux, des équipements et des outils adaptés à l’écoconstruction. La montée des exigences réglementaires entretient une dynamique d’innovation tous azimuts. Lafarge reformule le ciment pour améliorer l’isolation thermique du béton ou baisser les émissions de CO2 liées à sa fabrication. Saint-Gobain développe des matériaux isolants biosourcés et des verres intelligents qui s’obscurcissent automatiquement lorsque le soleil devient trop fort, ccridha louKil réduisant d’autant le besoin de climatisation. Dans le phoRÉDACtEUR EN CHEF rloukil@industrie-technologies.com tovoltaïque, les fabricants travaillent à faciliter l’intégration des cellules solaires dans toutes les surfaces, y compris le vitrage. Les équipementiers réinventent les technologies de chauffage, de refroidissement, d’éclairage et en passant au vert, de régulation pour les rendre toujours plus effile bâtiment entraîne caces. Au point que le bâtiment à énergie positive n’est plus une utopie. Un immeuble qui produit toute l’industrie. plus d’énergie qu’il n’en consomme, c’est aujourd’hui une réalité, comme le prouve le nouveau siège social de Steria à Meudon, dans les Hauts-de-Seine, que Bouygues vient de construire. En passant au vert, le bâtiment entraîne toute l’industrie dans cette métamorphose. Et affecte la formation des architectes, designers et ingénieurs. Selon le Boston Consulting Group, l’environnement sous toutes ses formes pourrait créer 600000 emplois en France entre 2009 et 2020. Une perspective que les écoles d’ingénieurs anticipent déjà en ajoutant une dose verte à leur cursus, voire en créant des filières spécifiques. Industrie et Technologies propose un inventaire de ces formations et des métiers d’avenir auxquels elles préparent (page 76). Une chose est sûre : l’écologie est une aubaine pour l’industrie. À vous d’en profiter. cm

Novembre 2011ccN°938

3


www.industrie-technologies.com

sommairE

tENdaNCEs

EN CouVErturE ConCePtion

énerGie

La démarche durable se construit en amont

quand la mer turbine cc page 10

cc page 32

qualité

Les défauts du bois inspectés en profondeur

Gros ŒuVre

réduire l’empreinte écologique du chantier

cc page 13

siDérurGie

cc page 34

La production d’acier devient moins énergivore

seConD ŒuVre

sélectionner les matériaux à haute performance

cc page 14

entretien

cc page 36

f frédéric carencotte Directeur industriel de Rhodia terres rares

équiPements

optimiser la consommation énergétique

cc page 16

ProCess

cc page 38

oslo lave sa neige

l’eXemPle À suiVre

cc page 17

green office Le bâtiment qui se passe de climatisation

le Kiosque cc page 18

éolienne

cc page 40

turbine furtive

cc page 19

le BaromÈtre cc page 20

séCurité

que vont devenir les nanodéchets ?

cc page 21

transPort

un gps ultraprécis pour l’écotaxe

cc page 22

urBanisme

écoconstruction innovations à tous les étages

CHimie

Les biocarburants de deuxième génération trouvent leurs voies

cc page 27

l’aGenDa cc page 28

4

N°938ccNovembre 2011

L’enquête continue sur internet

cc page 42

le bâtiment vert s’impose aux architectes et aux constructeurs. l’innovation se poursuit dans tous les domaines. Même les éditeurs de logiciels de cao sont de la partie en créant des outils de maquette numérique facilitant l’intégration entre tous les intervenants. visite de ces innovations à tous les étages. ccPaGE 30

collecte pneumatique des déchets

cc page 24

Pour aller Plus loin

La PHoto-tECH Les digesteurs de la station d’épuration de bottrop en allemagne traitent les rejets de 1,3 million d’habitants. cc page 44


sommairE

EXPÉriENCEs

Produits GuiDe D’aCHat

12 panneaux photovoltaïques pour toitures d’usines cc page 56

fiCHe outil

ParCours CamPus

toutes les filières s’adaptent aux métiers de l’environnement

cc page 76

choisir des panneaux photovoltaïques pour usines cc page 61

enquÊte

écoconception : un sentier bien balisé cc page 48

nouVeautés

notre sélection de produits classés en 6 secteurs de référence Mesure

iNtELLiGENCEs renContre

«La chimie est indispensable à l’essor des énergies vertes»

cc page 64

Christian Collette, directeur R & D d’Arkema

L’Oréal divise par deux ses émissions de CO2

Matériel informatique

cc page 80

cc page 52

Emballage logistique

Cas D’entrePrise

géothermie

fiCHe enVironnement

trouvez de l’or dans vos déchets industriels

cc page 66 cc page 68

Bâtiment et travaux publics cc page 70

Chimie-matériaux

cc page 53

cc page 72

Télécoms cc page 74

Duschene, Pierre Duschene ingénieur ece spécialité environnemental et développement durable

Paroles D’auteur

sciences

La recherche climatique se dévoile au grand public cc page 84

JeuX

L’énigme

Deux hommes et un train cc page 85

mise À nu

UNE PLANTE DOPÉE POUR LA DÉPOLLUTION cc page 86

ce nuMéro coMporte : un encart aBonneMent Broché de 4 pages entre les pages 4 et 85 crédits photos couverture : autodesk . soMMaire : réa ; B. levy ; J.l. Bertini ; p. guittet ; d.r.


immeuble antony parc ii 10, place du général de gaulle Bp 20156 92186 antony cedex tél. : 01-77-92-92-92 Fax rédaction : 01-77-92-98-51 Fax publicité : 01-77-92-98-50

www.industrie-technologies.com

iNdEX

une publication de Pour joindre vos correspondants, composez 01-77-92, suivi des quatre chiffres entre parenthèses indiqués après chaque nom.

président Directeur général Christophe Czajka Directeur général délégué Julien Elmaleh rédaction Directeur des rédactions Laurent Guez (9423) rédacteur en chef Ridha Loukil (9480) rédactrice en chef editing Anne Debray (9251) assistante de la rédaction Marielle Flèche (9425) rédacteurs en chef adjoints Charles Foucault (9443) (Production, mécanique, organisation industrielle) Jean-François Prevéraud (9458) (Bureaux d’études, design, CAO, lettre Web) secrétaire générale de la rédaction Christine Bradu (9496) rédacteurs Ludovic Féry (9482) (Biotechnologies, matériaux, chimie et qualité) Hugo Leroux (9481) (Énergie, environnement, électrotechnique et sécurité) Didier Ragu (9435) (Nouveaux produits) ont collaboré À ce nuMéro Clément Cygler, Elisabeth Feder et Wilfried Maisy réalisation secrétariat de rédaction Nicole Torras (9493), première secrétaire de rédaction Directeur artistique Gérard Quévrin (9494) service photo Bernard Vidal (9490) infographie Florent Robert conception graphique Rampazzo & Associés coMMercial Directrice commerciale du pôle industrie Béatrice Allègre (9362) Directeur adjoint de la publicité Éric Talley (9578) chef de publicité Flora Morel (9361) régions Thierry Borde, directeur (04-72-84-27-54) est Clarisse Michel (03-88-84-36-06) italie Jean-Pierre Bruel ([031]751-494) allemagne/suisse/autriche Axelle Chrismann (9259) benelux (bruxelles) Anne Stuckens ([02]647-67-34) grande-bretagne François Krébel ([01-483]72-02-14 et 72-03-26) etats-unis Lawler Communications, Larry Lawler ([001]914-698-66-55) espace industrie - Contact Industrie - Service publicité Elodie Merat (9985) La direction se réserve le droit de refuser toute insertion sans avoir à justifier de sa décision. Web et data Directeur commercial Antoine Valle (9513) conférences-evéneMents Directrice Anne-Carole Barbarin (9290) adMinistration-Gestion Directeur administratif et financier Stéphane Deplus (9402) responsable juridique Mireille Monnier (9744) Directeur des affaires sociales Frédéric Sibille (9444) Directrice fabrication et achats Fabienne Couderc (9314) MarKetinG, diffusion-abonneMents Directeur Jean-Baptiste Alline (9781) abonnements Laurence Vassor (9788) promotion Marie-Sophie Leprince ( 9808) et Isabelle de Goüyon Matignon (9811) marketing Damien Delhomme (9786) tarifs abonneMents france (tVA 2,10 %) 1 an, 11 numéros + accès Web : 105 euros ttC etudiants/Demandeurs d’emploi 55 euros TTC (sur justificatif) etranger nous consulter règlement à l’ordre d’industrie et technologies pour l’ue, préciser le numéro de tva intracommunautaire librairie (vente des numéros déjà parus et des annuaires) 4288 annuaires (tva 5,5 % incluse) « l’atlas des usines » : 95 euros ttc Numéro de commission paritaire : 0612T81775. Numéro ISSN : 1633-7107. Dépôt légal : à parution. Impression : Imprimerie de Compiègne, 60205 Compiègne. Industrie et Technologies est édité par Groupe Industrie Services Info (principal actionnaire : GISI Communications), SA au capital de 1 057 080 euros. RCS Nanterre 309.395.820. 10, place du général de Gaulle 92160 Antony. Toute reproduction, représentation, traduction ou adaptation, qu’elle soit intégrale ou partielle, quels qu’en soient le procédé, le support ou le média, est strictement interdite sans l’autorisation de l’éditeur, sauf dans les cas prévus par l’article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle. Seules sont autorisées les reproductions réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective et les analyses et courtes citations justifiées par le caractère scientifique ou d’information de l’œuvre dans laquelle elles sont incorporées. (loi du 11 mars 1957, art. 40 et 41, et code pénal, art. 425). Copyright Groupe Industrie Services Info. Tous droits réservés Directeur de la publication Christophe Czajka

6

N°938ccNovembre 2011

Les entreprises et les établissements cités

cca

ccd

ccl

ccs

action pin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .56

dassault systèmes. . . . . . . . . . . .32

l’oréal. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .52

s3d . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8

ademe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .20, 48

dcns . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .10 dupont . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .14

laboratoire national d’oak ridge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .23

sage electrochromics . . . . . .36

air France . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8

lafarge. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .34

saleri . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .21

airbus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .44

legrand . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .48

cce

aircraft recyling corporation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .44

ece. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .76

alstom power . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .20

eco green . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8

andrea . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .86

ecobilan. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .48

Magnetti-Marelli. . . . . . . . . . . . . . . . .22

arkema . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .80

école centrale de nantes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .10

Meta-it . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .48

austrian centre of industrial Biotechnology . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .19 autostrade . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .22 avob . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .76 aZF. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .80 ccB

lunar energy. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .10 ccm Mct . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .10

école des mines de nantes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .24

Methaneva . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .44

ecologgia construction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .56

Mitsubishi electric . . . . . . . . . . . . .14

ecovolt . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 edF. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10, 38, 56 elf atochem. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .80

Mit. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8

ccn nasa . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .18 ncc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .17

B+l Marktdaten . . . . . . . . . . . . . . . . . .61

envac . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .21

BasF . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .32, 36

erdF . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .61

Boeing . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .44

escom. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .76

Bouygues Bâtiment international . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .76

esitc caen . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8

Bouygues immobilier . . . . . . . . . . . . . . . . . . .32, 40

estaca. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .76

osram opto semiconductors . . . . . . . . . . . . . . . . .18

evea. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .48

oxbow carbonplus . . . . . . . . . . . .53

Bureau veritas codde . . . . . .48 Bva . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .48 ccc cardonnel ingénierie . . . . . . .32 cea . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .34 centre scientifique et technique du bâtiment (cstB) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .32, 36 certivéa . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .36 chevron . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .23 cnrs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .84 cofely. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .38 créer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .48

openhydro . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .10 oséo . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .28

parker hannifin . . . . . . . . . . . . . . . . . . .13

ccf Fiche outil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . First solar. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .56 Flir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .42

pelamis Wave power . . . . . . .10 powerbuoy . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .10 prologis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .42 psa. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 pv cycle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .61

cch hutchinson . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .14

ccQ Qinetiq . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .19

cci idesun . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .56 ifremer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .10 ihs isuppli . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .20 ineris . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .24, 80 insa de toulouse

novance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .76

..............

76

institut français de l’environnement, des technologies et des services (ifets) . . . . . .28 institut Fraunhofer

..........

13

institut pour la conception environnementale du bâti. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .36

saint-gobain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .36 sanyo . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 sensus. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .48 sFr . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .22 sharp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .56 siemens. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .14, 42 solarcentury . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 solarezo . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .56 statkraft . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .10 steria . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .40 stMicroelectronics . . . . . . . . . . . .26 sunpower . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .56 sunwise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .61 cct technip . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .10 testo . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .42 thales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .22 total . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .80 toyota . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .8, 56 trédi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .24 tribu energie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .32 ccu uni-solar . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .56 université de californie de santa Barbara . . . . . . . . . . . . . . .80 utt. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .76 ccv

ccr rec solar . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .56 renault . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .8, 76 rhodia . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .16 rockwool . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .36

vattenfall . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .10 veolia. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .34 vestas. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .19 viesmann . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .38 ccW Windlift . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .18


le protocole

www.industrie-technologies.com de fabrication

d’une ampoule solaire.

le bloc-notes de la rédaction Plafonnier

une idée lumineuse.

chMutZer ; d.r.

un pont de lumière emjambera la tamise.

sunliGht

La mode photovoltaïque traverse la manche. Cette fois, elle a jeté

son dévolu sur l’Angleterre, pourtant peu réputée pour son ensoleillement. Le vieux pont de Blackfriars, qui déploie son architecture victorienne par-dessus la Tamise depuis 1886, va se doter d’une nouvelle peau: 4400 panneaux signés par le fabricant Sanyo et sertis dans un système d’intégration du dernier chic concocté par l’ingénieriste SolarCentury. Couvrant une surface totale de 6000 m², ils permettront au vénérable Blackfriars de faire entrer pleinement ses 343 mètres dans le XXIe siècle. L’ouvrage accédera ainsi au titre plutôt branché de «plus grand pont solaire au monde». Question productivité, la robe de silicium n’a pas froid aux yeux. Ses 900000 kWh devraient soulager la planète de quelque 500 tonnes de CO2 chaque année. Simple habillage écolo? Peut-être, mais quelle allure! cm

Une bouteille en plastique, un litre d’eau et un soupçon de javel pour éviter les moisissures… Résultat: une ampoule de 60 W! Le soda light n’a jamais été Ce soleil en bouteille, véritable puits aussi bien nommé. de lumière, a été imaginé par des étudiants du MIT. D’ici 2012, il pourrait éclairer un million de foyers indonésiens à travers l’opération «Isang Litrong Liwanag». Et son «marché» est encore immense: des millions d’autres foyers du tiers-monde restent constamment plongés dans l’obscurité. Une invention simple qui prouve que solution appropriée ne rime pas forcément avec surenchère technologique. cm

sans carburant ni éléctricité, ce bolide ne manque pas d’air !

venteuX carton voiture éLectrique, rouGe La encore trop chÈre renault et psa ont emporté la majeure partie de l’appel d’offres de 25000 véhicules électriques lancé par l’état français, avec respectivement 15600 kangoo et 3100 utilitaires électriques. Mais la dernière tranche de l’appel, portant sur 3900 voitures dédiées au transport de quatre personnes, n’a été attribuée à aucun des candidats en lice. en cause: une clause stipulant que le prix du véhicule électrique ne devait pas dépasser celui d’un véhicule thermique de niveau comparable.

8

N°938ccNovembre 2011

« La voiture de vos rêves ».

Quarante jeunes ingénieurs de Toyota ont été incités à plancher sur ce thème. Ça a donné quoi ? Le record du monde de vitesse avec un moteur à air comprimé. Leur bébé, baptisé Ku:rin, a atteint les 129 km/h lors d’un test au Japon, le 9 septembre dernier. Pour concevoir le moteur, nos inventeurs, réunis en une équipe transdisciplinaire, se seraient inspirés de compresseurs de climatisation. Pour une fois, on ne leur reprochera pas d’avoir brassé de l’air. cm


la Pensée du Mois une nouvelle manière de penser est nécessaire si l’humanité veut survivre Albert Einstein, physicien (1879 – 1955)

WEB c www.industrie-technologies.com

matériaux des pavés en saint-Jacques

Payant

résurrection

Plus maintenant. L’application smartphone GoToo convertit les déplacements verts (vélo, marche, transports en commun) en chèques cadeau et titres de transport à prix cassés! Pour cela, il suffit de cumuler un maximum de points, les Soleillos, en déclarant ses trajets à la communauté d’abonnés. C’est sûr, le 4x4 va prendre la poussière. cm

Rechargez vos piles non rechargeables. C’est à en perdre le nord. une idée qui tombe pile. Les chargeurs Ecovolt et Eco Green rechargent les piles alcalines dont il faut normalement se débarrasser lorsqu’elles sont vides. Le Batboostor, lui, recharge même les piles salines. Ces dispositifs regonflent à 80 % les piles 1,5 V et 9 V en une à trois heures, quinze à vingt fois. De quoi arrêter de pester après ce tiroir dans lequel on passe un temps fou à chercher des piles parce que la télécommande ne marche plus. Épisode qui finit toujours au supermarché parce que, dans ce tiroir, il n’y a que des piles mortes, qui s’accumulent… cm

écologie, synonyme de privation ?

ne jetez plus vos piles jetables.

transParence superman sans son costume ?

Non. Regardez mieux. Sous cet homme qui semble flotter dans l’air, il y a une moto. Fruit de l’imagination du designer Joey Ruiter, Moto Undone bafoue les idéaux des riders. Aucune mécanique visible, aucun pot d’échappement mais un moteur électrique 1 000 W dans un carénage miroir. Attention tout de même M. Ruiter, faire disparaître votre bécane ne vous dispense pas du port du casque. cm

Que faire des coproduits coquilliers, issus de la pêche et de la conchyliculture? L’Esitc Caen lance le projet Vecop pour les recycler en écopavés pour les aménagements urbains. Destiné aux zones à faible trafic ou à moindres contraintes, ce matériau répond aux besoins de développement durable, en favorisant l’infiltration des eaux pluviales in-situ. Le lancement sur le marché est prévu début 2015. cm rubriques matériaux et btp

transports air france réduit ses émissions de co²

Entre Toulouse et Paris, Air France a réussi le vol commercial le plus économe en CO², avec 54 g par passager et par kilomètre. Deux fois moins qu’un vol traditionnel. La compagnie a utilisé un kérosène mélangé avec 50% de biocarburant issu d’huiles de friture usagées. De plus, la cabine a été allégée de 530 kg sans perte de confort. cm rubriques biotech et transports

start-up s3d transforme la graisse animale en énergie

La start-up nantaise S3D a mis au point le procédé Valorfat pour alimenter un moteur diesel avec des résidus de graisse animale. Deux charcuteries industrielles produisent maintenant électricité et chaleur avec des groupes électrogènes de 35 kW, à partir de leurs déchets à haute teneur en lipide. cm rubrique Énergie ou start-up

chaque semaine suivez l’actualité de l’innovation sur www.industrie-technologies.com avec nos deux newsletters:

l’hebdo de la techno le mardi et la Lettre de la conception et du design le jeudi.

Novembre 2011ccN°938

9


www.industrie-technologies.com

tENdaNCEs

Découvrez les infrastructures du parc hydrolien de paimpol-bréhat.

3

GW c’est le potentiel énergétique exploitable des courants en France

L’hydrolienne de Seagen remonte ses pâles pour faciliter l’entretien.

L’hydrolienne de EDF de 500 kW sur sa barge de manutention dédiée.

énergie quand la mer turbine

e 31 août 2011, la première hydrolienne d’EDF quitte le port de Brest, direction le site de Paimpol-Bréhat. Lors de son inauguration, en 2012, ce parc deviendra un pionnier mondial de la production d’électricité hydrolienne à grande échelle. À terme, ses quatre immenses turbines, entraînées par la force des courants marins, fourniront une puissance totale de 2 MW. Pendant ce temps, Pelamis, un serpent mécanique long de 150 mètres, se tortille au gré des vagues portugaises. Les vérins hydrauliques de ses articulations pompent un fluide à haute pression qui entraîne une turbine électrique. Alors que

L

10

N°938ccNovembre 2011

fLottant ou immergé ? Le diLemme de L’ingénieur fLottant

immergé

acceptabilité

impact visuel, gêne des activités portuaires

invisible

installation et entretien

directs

nécessite un système de manutention dédié.

contraintes mécaniques

résistance aux événements extrêmes: tempêtes et vague centennale.

très intenses, mais constantes. corrosion plus importante.

l’éolien offshore est déjà une réalité industrielle, les ingénieurs rêvent de dompter l’énergie des vagues et des courants. Les technologies mûrissent depuis trente ans. À l’image des hydroliennes et de Pelamis, certaines se frottent maintenant au développement industriel. cc À

contre-courant

Première piste: utiliser les masses d’eau déplacées par les courants marins. Une énergie fluctuante mais prédictible. «Les courants sont exploitables si les vitesses d’eau sont suffisantes, de l’ordre de 2 mètres par seconde, comme à Paimpol-Bréhat», souligne Bertrand Alessandrini, chercheur au laboratoire de mécanique des fluides à l’École centrale de Nantes. Selon les estimations d’EDF, le potentiel français serait compris entre 2,5 et 3,5 GW, notamment dans les zones côtières de Normandie et de Bretagne. Historiquement à la traîne par rapport

getty ; réa ; aFp

entre vagues et courants, la mer est un immense gisement énergétique. comment convertir ces mouvements d’eau massifs en électricité ? depuis des décennies, chercheurs et ingénieurs ont imaginé toutes sortes de machines. certaines tentent aujourd’hui l’industrialisation. Focus sur des technologies aussi fourmillantes que prometteuses.


marqueur De maturité it

recHercHe

DÉveloppement

tENdaNCEs

proDuction

Grâce à cet indicateur, repérez le stade de développement des innovations que nous avons sélectionnées.

15

Oyster, un clapet hydroélectrique rabattu par les vagues.

GW

Powerbuoy, la bouée qui utilise l’oscillation verticale des vagues.

c’est le potentiel énergétique exploitable des vagues en France métropolitaine

d.r.

Le serpent hydroélectrique Pelamis affiche 750 kW en se tortillant.

aux capteurs houlomoteurs, les projets de récupération des courants connaissent aujourd’hui une certaine convergence technologique. Le concept de l’hydrolienne, sorte d’éolienne sous-marine, a convaincu les industriels. Les mises en œuvre sont variables. L’hydrolienne d’EDF, développée en partenariat avec DCNS et OpenHydro, se pose sur le plancher marin. «Le modèle d’hydrolienne que nous avons choisi évite d’interférer avec la circulation de navires en surface », explique Frédéric Le Lidec, directeur des énergies marines chez DCNS. Ce choix du tout immergé comporte des exigences: la turbine, qui affiche 16 mètres de diamètre, doit s’envelopper d’une tuyère pour canaliser les flots turbulents. Elle réclame surtout un système de manutention dédié. « Sa barge de transport est dimensionnée de manière à écourter au minimum les phases de pose et de remontée», souligne Frédéric Le Lidec. Un développement que s’est épargné Seagen, projet concurrent développé par l’irlandais MCT. Ses pâles remontent le long d’un pylône et s’immobilisent à la surface. Pour ouvrir le marché, l’écossais Lunar

Energy a entouré son hydrolienne d’une tuyère venturi, qui accélère artificiellement le courant. Objectif: poser des hydroliennes dans des zones de courants plus faibles. cc Dans

le creux de la vague

Autre source inaltérable, l’énergie des vagues fascine les hydrodynamiciens depuis plus de trente ans. Selon un rapport prospectif de l’Institut français de recher-

L’océanothermie c dcns veut exploiter le principe de la géothermie transposé en mer. Le différentiel de température entre les fonds à 5 °C et les surfaces à 25 °C des eaux tropicales permet d’animer un fluide calorifique qui entraîne une turbine. Le système reste contraignant : les tuyaux plongent à 1 000 mètres de profondeur et les débits d’eau à pomper sont énormes. Mais pour les îles équatoriales, où l’approvisionnement énergétique est un challenge, la solution paraît séduisante. C’est d’ailleurs la seule énergie marine dotée d’une production stable et continue. Rendez-vous en 2012 pour la première centrale de 10 MW en Martinique.

che pour l’exploitation de la mer (Ifremer), le potentiel exploitable de la seule France métropolitaine se situe entre 10 et 15 GW. Pourtant, les projets houlomoteurs accusent une certaine disparité. Au contraire des travaux sur l’énergie des courants, aucun consensus technologique n’a émergé de la filière. « On compte 150 projets dans le monde. Et 150 technologies différentes!» s’amuse Bertrand Alessandrini. Une première génération de capteurs a d’abord investi les côtes. Ces systèmes utilisent le principe de la colonne d’eau oscillante: la hauteur de l’eau à l’intérieur d’un habitacle varie en fonction du mouvement des vagues. Quand le niveau de l’eau monte, l’air est expulsé et actionne une turbine. Deux centrales de ce type, sont actuellement en production, dont Limpet 500 et ses 0,5 MW en Écosse. Le projet Oyster fait un autre pari. Ce clapet sous-marin, constamment rabattu par le déferlement des vagues, actionne des pistons hydrauliques qui refoulent de l’eau vers une station de turbinage posée sur le rivage. Une seconde génération de capteurs s’attaque maintenant à la haute mer. Si la préservation des

Novembre 2011ccN°938

11


tENdaNCEs

Limpet 500 engloutit les vagues pour comprimer de l’air.

150 c’est le nombre de projets visant à récupérer l’énergie des vagues dans le monde.

Une retenue d’eau, une turbine : wavedragon, le mini-barrage marin.

côtes souvent touristiques est une des motivations, la houle du large est aussi plus intense. Le projet danois Wavedragon forme un bassin flottant sur lequel viennent s’écraser les vagues qui le remplissent. L’eau accumulée s’écoule par une turbine

L’énergie osmotique ajoute son grain de sel c une différence de salinité entre deux masses d’eau suffit à produire de l’électricité. Placées à l’embouchure des fleuves, les centrales osmotiques tirent parti de l’attraction chimique d’une eau douce vers une eau salée (le mouvement osmotique) via une membrane semi-perméable. La surpression résultante du côté salé entraîne une turbine génératrice. La Norvège, qui regorge de cours d’eaux douces autant que de zones côtières, est pionnière de cette technologie. La centrale pilote de la société Statkraft, située à Tofte, affiche 4 kW de puissance. Cependant, les conflits d’usages (impact visuel sur les embouchures et rendement perfectible des membranes) semblent cantonner l’énergie osmotique à un développement marginal.

12

N°938ccNovembre 2011

située à la base du bassin, transformant ce débit en électricité. Restent les nombreux concepts de bouées où, généralement, une partie mobile mue par la houle pilonne une partie fixe, à l’image de celle de l’américain Powerbuoy. Commercialement, le serpent mécanique Pelamis semble plus abouti. Sa société mère Pelamis Wave Power (PWP) a signé en 2010 un accord avec le géant suédois de l’énergie Vattenfall en vue d’un parc en Écosse. Situé en face des Îles Shetland, il sera doté de 25 générateurs et fournira une puissance cumulée de 20 MW. «Mais Pelamis, qui en est à sa cinquième version, rencontre encore des avaries mécaniques qu’il faudra corriger», tempère Michel Paillard, responsable des énergies à l’Ifremer. cc L’industrialisation

en vue

Malgré cette hétérogénéité technologique, trente ans de projets plus ou moins aboutis se heurtent aux mêmes écueils. Turbulences des fonds, tempêtes en surface… Pour affronter l’impitoyable milieu marin, les capteurs mécaniques doivent se montrer exceptionnellement robustes et fiables. «Les projets ne se jaugent plus à l’aune de la quantité d’énergie. Ils se mesurent au

marqueur De maturité it

recHercHe

coût du kWh, qui prend en compte l’exploitation et la maintenance de la machine, explique Michel Paillard. C’est là qu’entrent en jeu les compétences des industriels». En France, DCNS et Technip se sont ainsi impliqués dans plusieurs projets d’énergies marines. Que viennent faire un constructeur naval militaire et un équipementier offshore dans les énergies marines ? « Nous apportons nos connaissances sur les matériaux et sur la résistance des structures. Contraintes mécaniques, corrosion… toutes sont liées au secteur naval », s’enthousiasme Frédéric Le Lidec, de DCNS. Côté R&D, on parle surtout matériaux. « Un problème essentiel des machines immergées en permanence est lié à l’encrassement des systèmes, par accumulation de salissures organiques. Nos labos travaillent par exemple sur des composites intégrant des particules de cuivre, qui ont des propriétés biocides», détaille Michel Paillard. Les filières énergétiques des vagues et des courants ne sont pas encore prêtes à intégrer le mix énergétique global. Mais leurs progrès pourraient donner envie aux industriels de se mouiller un peu plus. cc H. L.

DÉveloppement

proDuction


www.industrie-technologies.com

tENdaNCEs

qualité Les défauts du bois inspectés en profondeur

cc en Bref

engin ramassage discret des ordures

d.r.

Mobilier, panneaux isolants ou menuiseries pour les fenêtres… Le bois

fait son retour dans la maison. Des outils sont nécessaires pour contrôler sa qualité interne, le moindre défaut pouvant entraîner une baisse de performances (isolation, résistance mécanique). Des chercheurs du Fraunhofer Institute for Wood Research ont eu l’idée de combiner la thermographie à une sonotrode (générateur d’ultrasons), pour inspecter le matériau. Jusqu’à 20 millimètres de profondeur, les principaux défauts du bois deviennent détectables sur la caméra infrarouge : fissures, nœuds, défauts de collage ou délaminage. Pour les physiciens, cette technique est surtout efficace après la coupe, pour écarter de la production les pièces de chêne, noyer ou hêtre défectueuses. cc L. f. marqueur De maturité it

La sonotrode fait vibrer l’échantillon de bois qui est observé avec une caméra thermographique.

recHercHe

Fini les bouchons interminables derrière les éboueurs. Parker Hannifin a réinventé la motorisation des bennes à ordures Ros Roca. L’énergie Le niveau de bruit de freinage du véhicule du mécanisme est stockée dans de ces bennes un accumulateur hydraulique à ordures a été réduit de moitié. et utilisée pour actionner le compacteur de déchets. Le niveau de bruit du mécanisme a diminué de moitié, passant sous le seuil sonore autorisé la nuit. Les camions poubelles peuvent ainsi circuler la nuit et éviter, eux aussi, les embouteillages.cm

DÉveloppement

proDuction


www.industrie-technologies.com

tENdaNCEs

Hutchinson se met aux matériaux biosourcés.

sidérurgie La production d’acier devient moins énergivore

cc en Bref

matériaux un tuyau biosourcé pour le biodiesel

télécoms un transmetteur optique frugal

Les liaisons optiques entre data centers vont se mettre au régime. Le module de transmission de données à 10 Gbit/s lancé par Mitsubishi Le fu-613rea, Electric consomme le transmetteur optique à faible moitié moins d’énergie consommation que les modèles de Mitsubishi electric. conventionnels. Il se contente ainsi d’une dépense électrique de 0,6 W. Il se caractérise aussi par de faibles pertes dans la puissance du signal, ce qui porte sa distance de transmission à 40 km. cm

Pour maîtriser la consommation d’énergie, les bureaux ont la gestion technique du bâtiment. Les aciéries auront

le système de supervision énergétique du process. Avec sa solution Simeta Energy Management, Siemens promet une économie de 20 à 30 % d’énergie dans la production d’acier. Grâce à la remontée d’information des compteurs installés dans l’aciérie, ce système fournit une vue d’ensemble des consommations d’énergie tout au long du processus de production et révèle les postes où des gisements d’économie existent. Il identifie également les domaines dans lesquels des sous-produits d’énergie, par exemple sous la forme de chaleur résiduelle ou de gaz combustibles, ne sont pas exploités. En outre, il génère des prévisions

marqueur De maturité it

recHercHe

DÉveloppement

de consommation d’énergie et aide à prévenir les pics, sources de hausses des tarifs. Selon les exigences de l’aciérie, le système Simeta Energy Management implique la mise en place d’unités de mesure, d’interfaces de contrôle, de dispositifs d’analyse et de prévision… Sa conception modulaire autorise une mise en place progressive, des étapes les plus énergivores, vers les autres postes du process. La production d’une tonne d’acier requiert environ 5 600 kWh d’énergie. Une aciérie qui fabrique cinq millions de tonnes d’acier par an consomme la même quantité d’énergie que sept millions de foyers. Une réduction de seulement 1 % de la consommation d’énergie signifie donc des économies considérables pour l’exploitant. cc r. L. proDuction

Fixations d’origine PEM®® Choisissez les produits PEM® et leur large gamme de fixations auto-sertissables pour résoudre vos problèmes d’assemblage. Pour accélérer votre fabrication, améliorer la qualité et réduire vos coûts d’assemblage, contactez notre partenaire Titanox ou demandez notre catalogue PEM gratuit sur www.pemnet.com

Les produits PEM® sont disponibles en France uniquement auprès de

www.pemnet.com 14

N°938ccNovembre 2011

www.titanox.fr PEM et PEMSERTER sont des marques déposées de PennEngineering - PEM101

d.r.

Le système fournit une vue d’ensemble des consommations d’énergie de l’aciérie.

Pour résister aux biocarburants, Hutchinson a développé des tuyaux en grade PA1010 du polyamide Zytel RS de chez Dupont. Ce nylon à chaînes longues contient plus de 60% en poids de matière renouvelable (dérivée d’huile de ricin). Sa résistance thermique et son vieillissement face au biodiesel ont eu raison des polyamides flexibles conventionnels. cm


www.industrie-technologies.com

tENdaNCEs

Frédéric carencotte Directeur industriel Rhodia terres rares

Devenir la référence dans le recyclage des terres rares

d’optimiser notre utilisation de ces matières premières. Nous avons donc revu cc rhodia (groupe solvay) nos procédés à pluchiffre d’affaires 2010: sieurs niveaux. 5,23 milliards d’euros D’abord, nous utilinombre d’employés: sons moins de matière 14000 personnes dans nos formulaRHODIA TERRES RARES tions. Nous avons 20% ainsi réduit de 30% la des parts de marchés quantité de terbium au niveau mondial. nécessaire aux lamnombre d’usines: 6 dont le site pes fluorescentes. de la rochelle, Ensuite, nous récupépionnier historique rons nos chutes de du raffinage des oxydes de terres rares bruts production et celles de nos clients, comme les boues issues du polissage des écrans plats, un procédé consommateur de lanthane et de cerium. Surtout, nous voulons devenir la référence européenne dans le recyclage des terres rares issues des produits en fin de vie. À commencer par les lampes à économie d’énergie et les batteries NiMH. Comment opérez-vous ce recyclage ?

En France, l’écoorganisme Recylum organise la collecte et le recyclage composants des lampes fluorescentes, ne trouvait aucun débouché pour les poudres à base de terres rares. Nous les acheminons maintenant sur notre usine

16

N°938ccNovembre 2011

de La Rochelle. Elles y sont concentrées puis purifiées: chaque terre rare est successivement soustraite au mélange par un solvant adapté. Grâce à ce procédé, nous deviendrons dès avril 2012 le premier site industriel à retraiter toute poudre issue de lampe fluorescente. Sur le même principe, nous allons recycler les concentrés de terres rares issues des batteries nickel-métalhydrure (NiMH), utilisées dans les véhicules hybrides. Dernier projet pour 2012: un partenariat avec des collecteurs d’aimants. À moyen terme, le recyclage pourrait ainsi représenter entre 5 et 50% de notre approvisionnement, selon les espèces de terres rares. Pourquoi ne pas s’attaquer aux écrans plats LCD et à d’autres produits gourmands en terres rares ?

Les procédés pour séparer efficacement les terres rares ne sont pas toujours au point. Dans les pots catalytiques, leur extraction n’est pas compatible avec celle des platinoïdes, autres métaux précieux. Quant aux tubes luminescents des écrans plats, ils sont trop miniaturisés. Dans ces cas-là, il faudrait plutôt développer l’écoconception en concertation avec les fabricants : faciliter le recyclage du produit en fin de vie en modifiant sa fabrication dès le départ. C’est un sujet dont on discute beaucoup avec certains clients, même si rien de concret n’a abouti jusque-là. cm Propos recueillis par cc Hugo Leroux

d.r.

Aujourd’hui, la plupart des produits électroniques contiennent des terres rares. Or la Chine en assure 95% de la production. En tant que spécialiste du raffinage de ces matériaux, comment vivez-vous cette dépendance ? Frédéric Carencotte: Il est impératif


tENdaNCEs

process oslo lave sa neige Il ne faudrait surtout pas salir les fjords. À partir de janvier 2012, la neige d’Oslo (Norvège) sera nettoyée avant de rejoindre les eaux. Deux barges de 50x26,5 m, du groupe de BTP suédois NCC, s’arrimeront aux quais du centre d’Oslo et recevront la neige ramassée par les camions municipaux. Une fois les gros objets retirés à la grue (vélos, chariots de supermarchés, etc.), la neige sera mélangée à l’eau de mer et passée à travers différents filtres. Les déchets plus petits Les deux barges seront récupérés par prépourront traiter cipitation (sable, gravier) ou flottaison (bois, plas3 500 m de neige tique). Broyée jusqu’à l’état liquide, la neige trapar heure. versera ensuite un séparateur d’huile, un microfiltre rotatif retenant les particules liquides de plus de 17 nanomètres et un séparateur à lamelles pour les poussières minérales encore plus fines. cc C. f.

0,6 W

c’est la puissance dont se contente le processeur à la consommation la plus basse du marché. Au cœur des smartphones et des tablettes, l’ARM Cortex-A7 divise par cinq à la fois la consommation électrique et la taille par rapport au Cortex-A8, le modèle le plus dépouillé disponible jusqu’ici. Avec une finesse de gravure de 28 nm, il occupe une surface de 0,5 mm2 sur la puce.

cc en Bref

production cellules solaires nanomoulées

d.r.

couches d’oxyde de zinc. À gauche, état naturel. À droite, structure moulée.

recHercHe

Des chercheurs de l’EPFL (Lausanne, Suisse) ont révélé un nouveau procédé de fabrication de cellules silicium à couches minces pour le photovoltaïque. La pellicule d’oxyde de zinc nécessaire pour disperser et piéger la lumière était jusqu’alors déposée sur le silicium sans contrainte. Grâce à un système de nanomoule, les scientifiques ont réussi à lui donner la géométrie optimale pour la capture de 50 % de lumière supplémentaire. cm

DÉveloppement

proDuction

Novembre 2011ccN°938

17


www.industrie-technologies.com

tENdaNCEs

LE KIOSQUE Q

spatial décollage à fusion nucléaire

presse survoler la planète sans la salir

L’avion reste le moyen de transport le plus polluant. Pour diminuer son impact sur l’environnement, un coup de pouce de ses passagers ne serait pas de refus. Le magazine Wired passe en revue les astuces pour optimiser ses trajets : les applications idéales pour planifier son trajet d’un point A à un point B et réduire le nombre de correspondances, les compagnies ou aéroports à éviter pour contourner annulations et embouteillages. Pour voyager écolo, le geek nomade doit aussi revoir le contenu de sa valise. Pas d’ordinateur portable, il se connecte à son bureau à distance via son smartphone. Sa montre fait GPS, il dispose d’un kit multi-adaptateur pour recharger ses appareils électriques dans n’importe quel pays… En prime, le voilà relooké intégralement : les textiles techniques légers constituent d’aussi bonnes barrières au froid que de pesantes doudounes. Wired conseille enfin des alternatives à l’avion originales et sympathiques : aéroglisseur, train électromagnétique, hydroptère… cm

Et si l’impulsion d’un laser picoseconde commercial suffisait à faire décoller une fusée. L’idée a été présentée

par le physicien de la Nasa John J. Chapman, lors du 24e Symposium d’ingénierie de la fusion, fin juin, à Chicago (États-Unis). Les impulsions laser de 0,2 GW/cm2 à 75 MHz venant percuter une feuille de métal accéléreront les protons la composant. Ils seront projetés sur un film de bore 11 placé devant. La réaction de fusion résultante produira une énergie cinétique de 8,7 méga electron-volts par noyau de bore percuté, sous forme de trois particules alpha. Les 100000 particules alpha générées par chaque impulsion laser et éjectées par un gicleur feront décoller la fusée quarante fois plus efficacement que le meilleur lanceur actuel, assure le chercheur… mais pas avant dix ans. cc C. f.

vidéo autant en apporte le vent

Windlift utilise une voile de kite surf pour récupérer l’énergie du vent. Rob Creighton, fondateur et PDG de la start-up basée en Caroline du Nord (États-Unis), explique le principe de son système à ieee spectrum. L’unité de contrôle au sol est plus simple d’installation qu’une éolienne. Elle manie la voile pour lui faire dessiner des huit dans l’air. L’énergie de ces mouvements récupérée crée l’électricité qui vient approvisionner des zones non alimentées en courant. L’armée américaine s’intéresse à la machine de Windlift, d’une puissance de 12 kW, pour remplacer les générateurs thermiques, trop coûteux. c créférences : ieee spectrum, septembre 2011, « a field test for kite-based wind power » http://spectrum.ieee.org/video/ green-tech/wind/a-field-test-for-kitebasedwind-power

presse La formule « e » dans la course

La Formule 1 a toujours été la locomotive technologique de nos bonnes vieilles automobiles. Une «Formule E» pourrait-elle encourager l’innovation et la baisse du coût des équipements de la voiture électrique? C’est la question que pose New Scientist. Côté constructeurs les initiatives se multiplient pour doper les bolides à l’électron. Leurs voitures de course doivent être capables de rivaliser avec les formules 1 et de conquérir le cœur du public. Les défis rencontrés flirtent avec l’insolite: la silencieuse formule E saura-t-elle trouver une identité sonore aussi charismatique que le vrombissement d’un V8 diesel? cm c créférences : New Scientist du 24 septembre 2011, « dawn of motorsport’s electric dream »

bonus c

Jolie explication vidéo de la supraconductivité par l’université de tel aviv www.quantumlevitation.com/levitation /see_it_in_action.html

18

N°938ccNovembre 2011

marqueur De maturité it

recHercHe

LE PRINCIPE DU MOTEUR À FUSION Laser Cible picoseconde métallique

Protons Film accélérés de bore 11 Particule alpha (2,9 MeV)

1. Une impulsion laser vient 2. Les protons percuter ainsi accélérés la feuille percutent de métal les noyaux des atomes de bore 11

3. Se produit une réaction de fusion qui génère 3 particules alpha par atome de bore touché

cc en Bref

biotechnologies des champignons dégradent le pet

Il faut habituellement de fortes températures et des bains chimiques pour valoriser le polyéthylène téréphtalate (PET) des bouteilles usagées. Des ingénieurs de l’Austrian Centre of Industrial Biotechnology sont parvenus à le décomposer, en seulement 24 heures, grâce à des enzymes extraites de champignons. De quoi refabriquer, à partir des monomères obtenus, du PET de haute pureté pour les emballages ou les vêtements de sport. cm

DÉveloppement

proDuction

d.r.

c créférences : Wired, octobre 2011, « travel optimizer »


www.industrie-technologies.com

les ingénieurs font disparaître les éoliennes des écrans radar.

tENdaNCEs

éolienne turbine furtive

cc en Bref

électronique Le rendement de la Led rouge s’envole

d.r.

20 gigawatts de puissance éolienne ne sont actuellement pas exploités sur la planète à cause des interférences radar.

Pour récupérer ce manque à gagner, le géant du secteur Vestas a mis au point, avec son partenaire britannique Qinetiq, une turbine ne perturbant pas les signaux. L’éolienne V90 furtive testée cet été dans le Norfolk, à l’est de l’Angleterre, intègre un assortiment de matériaux qui ne renvoient pas les ondes radar : des composites entrants dans la fabrication de la nacelle et des pales au revêtement appliqué directement sur la tour et les autres surfaces statiques. Cette turbine camouflée est 99 % moins visible pour les détecteurs que son homologue standard. Ainsi équipées, les éoliennes vont pouvoir venir se loger à côté de sites militaires, d’aéroports et de tous les lieux utilisant les radars, sans en déranger l’activité. cc C. f. marqueur De maturité it

recHercHe

L’éolienne v90 a été modifiée pour ne pas renvoyer les ondes radar.

DÉveloppement

Le rendement lumineux des LED rouges va de record en record. Un an après avoir atteint 119 lm/W à un courant typique de 350 mA, Osram Opto Semiconductors passe à 201 lm/W à un courant de 40 mA. Avec un courant de 350 mA, le résultat baisse à 168 lm/W, mais reste 41% supérieur à l’ancien record. Réalisée en phosphure de gallium, aluminium et indium (InGaAlP), la puce mesure un millimètre carré et émet à une longueur d’onde de 609 nm. cm

proDuction


www.industrie-technologies.com

tENdaNCEs

LE BAROMÈTRE L’impact de nos cLics sur La pLanÈte

installations classées pour l’environnement (icpe) davantage de contrôles

les Émissions De gaZ À effet De serre par usage en france COURRIER ÉLECTRONIQUE Quel est l’impact sur l’environnement 13,6 t de la messagerie électronique, équivalent CO2 par an par employé de la navigation sur internet REQUÊTES SUR LE WEB ou de la lecture d’un document 9,9 kg sur une clé usB ? équivalent CO2 par an par personne le cabinet d’études et conseil Lecture d’un document Bio intelligence service a procédé (200 pages) sur une CLÉ USB à l’analyse de cycle vie 0,8 kg équivalent CO2 par lecture de ces trois usages informatiques, pour le compte de l’ademe. les technologies de l’information et de la communication (tic) représentaient 2 % des émissions européennes de gaz à effet de serre en 2005. sans changement de comportement elles y contribueront à hauteur de 4 % en 2020. cm source : adeMe

solaire Le prix des panneaux photovoltaïques en baisse

Selon les prévisions du cabinet d’études IHS iSuppli, le prix de vente des panneaux photovoltaïques au silicium cristallin, qui constituent la principale technologie de cellules solaires, devrait passer sous la barre fatidique de 1 dollar par watt dès le premier trimestre 2012. Cette baisse s’explique autant par la chute du prix des tranches de silicium que par la diminution des marges des fabricants. cm Évolution Du prix par Watt (En dollar) 0,99 0,79

chine

48,9

europe

35,2 0,5

états-unis

25

amérique latine afrique et Moyen-orient

13,8

inde

5 2011

2012

2013

2014

source : ihs isuppli

20

N°938ccNovembre 2011

sites industriels : 51 % dont 7 % soumis à la directive ippc

Déchets : 1 % sites soumis à la directive seveso : 3 % carrières : 9%

Les pays développés perdent leur avance dans les énergies renouvelables. Selon le rapport publié par le Plan des Nations unies pour l’environnement (Pnue). En effet, en 2010, 72 milliards de dollars ont été investis dans les pays en voie de développement, contre 70 milliards de dollars dans les économies développées. La Chine s’empare du leadership mondial avec 28% du total (48,9 milliards de dollars). cm

0,88

1

rÉpartition Des Établissements soumis À autorisation ou enregistrement À la fin 2010

énergies renouvelables Les pays émergents prennent l’avantage

les investissements Dans De granDs proJets D’Énergies renouvelables en 2010 (En milliards de dollars)

1,30

La réglementation qui impose des études de risques aux industriels en fonction de la dangerosité de leurs installations a concerné 450000 installations soumises à déclaration et 46000 soumises à autorisation ou enregistrement. Le nombre d’autorisations nouvelles atteint 1700 en 2010, soit une baisse de 50% en 10 ans. Le nombre d’inspections approfondies a, lui, doublé sur la même période. En 2010, ces contrôles se sont traduits par 3000 mises en demeure, 400 sanctions administratives et 1250 procès-verbaux d’infraction. cm

3,8

source : rapport « tendances mondiales de l’investissement dans les énergies renouvelables 2011 » du pnue

sites d’élevage : 36 % dont 7 % soumis à la directive ippc source : MinistÈre de l’écologie

le chiffre

90%

C’est le taux de CO2 émis par les centrales électriques au charbon qui pourrait être séquestré en 2015 grâce aux technologies de capture et de stockage. À cette date, cette séquestration devrait coûter entre 6,5 et 8,5 centimes d’euro par kWh. source : alstoM poWer

d.r. getty ; réa ; d.r.

technoLogies de L’information


tENdaNCEs

sécurité que vont devenir les nanodéchets ? Les effets des nanoparticules sur la santé sont mal connus.

Pourtant, les voilà déjà incorporées dans nombre de matériaux. Qu’advient-il lorsque les produits en fin de vie sont traités? C’est la question que pose l’Ineris. L’institut des risques industriels coordonne le projet Nanofluegas pour évaluer les risques liés à l’incinération des nanoobjets et proposer des améliorations pour ce procédé. L’entreprise partenaire Trédi ouvrira la marche. Ce spécialiste du traitement des déchets sélectionnera un échantillon de nanomatériaux et de procédés de combustion représentatifs des réalités observées sur le terrain. Côté expérimental, l’Ineris et l’École des mines de Nantes, identifieront ensuite le mode de dispersion des nanoparticules ainsi que leurs caractéristiques: taille, composition chimique, granulométrie, morphologie… Un portrait-robot des fumées qui leur permettra de construire un prototype de traitement adapté. Dernière étape: caractériser son efficacité de filtration et l’analyse de sa viabilité économique. L’Ineris étudie déjà les «nano-risques» dans des domaines aussi divers que la santé humaine, les impacts environnementaux, ou les procédés industriels. Le projet Nanofluegas, qui court jusqu’en 2014, permettra de compléter cette expertise. Et d’industrialiser les nanomatériaux en toute sérénité. cc H. L. cc en Bref

automobile Le refroidissement des moteurs optimisé

Lorsque le moteur chauffe, la valve à papillon s’ouvre. l’eau passe et refroidit le moteur (à gauche). Quand le moteur est froid, la valve coupe le circuit d’eau pour qu’il atteigne sa température optimale plus vite (à droite).

d.r.

La simplicité est souvent l’ami du bien. Saleri, constructeur italien de pompes nourrissant les circuits d’eau pour le refroidissement des moteurs, l’a compris. Il a breveté une valve de régulation à papillon qui, reliée à l’unité de contrôle électronique, gère le débit d’eau en fonction des besoins. Le temps de réchauffe du moteur diminue, celui-ci n’étant plus refroidi lorsqu’il est froid. La température optimale de fonctionnement est ainsi atteinte plus rapidement, ce qui évite la surconsommation des démarrages à froid. Il suffisait d’y penser. cm

recHercHe

DÉveloppement

proDuction

Novembre 2011ccN°938

21


tENdaNCEs

transport routier un gps ultraprécis pour l’écotaxe

La boîte obu pistera les camions à partir de juillet 2013.

juillet 2013, devrait rapporter au moins 1,2 milliard d’euros par an à l’État. Pour que tout le monde soit prêt dans les temps, la société italienne Autostrade équipera, dès l’année prochaine, 800 000 véhicules de plus de 3,5 tonnes de l’OBU, fabriqué par l’équipementier Magnetti-Marelli. Le boîtier contiendra un système de géolocalisation par satellite ultraprécis, capable d’analyser les informations corrélées du système américain GPS, de son équivalent russe Glonass, du dispositif Egnos (service européen de navigation par recouvrement géostationnaire), puis en 2014, du GPS européen Galileo. D’où une précision de positionnement multipliée d’un facteur dix qui pourra atteindre le mètre avec Galileo. « Nous pourrons identifier le passage de véhicules sur des tronçons de route de quelques centaines de mètres, affirme Sergio Battiboia, responsable de la conception chez Autostrade. La détection des points de franchissement et l’analyse informatique sera assez fine pour distinguer deux redevables qui roulent sur des routes parallèles. » Pour transmettre ces positions et les caractéristiques des camions sur le site informatique central géré par Thales, l’OBU utilisera le GPRS (réseau GSM de SFR). Au total, 15 900 kilomètres de réseaux routiers non concédés, actuellement gratuits, vont devenir payants. La tarification précise reste à définir, entre 8 et 14 euros le kilomètre selon le tonnage des camions. Si les transporteurs font grise mine face à cette nouvelle taxe, ils pourront en tirer un avantage : l’optimisation des tournées de leurs flottes en analysant les données émises par les OBU. cc W. m. recHercHe

22

DÉveloppement

N°938ccNovembre 2011

proDuction

renault trucks sas ; d.r.

Le voile se lève sur l’OBU (on board unit), le boîtier nécessaire à la prochaine taxe poids lourds kilométrique, ou écotaxe. Cet impôt, censé entrer en vigueur en


www.industrie-technologies.com

tENdaNCEs

matériaux un polymère à haut potentiel piézoélectrique

cc en Bref pour produire la vapeur d’eau nécessaire à l’extraction du pétrole, chevron utilise le soleil.

d.r.

Au placard, les céramiques et autres quartz piézoélectriques ? Des chercheurs du Laboratoire natio-

nal d’Oak Ridge, aux États-Unis, leur ont trouvé un sérieux concurrent. Il s’agit d’un polymère alternant plusieurs couches de styrène et d’isoprène. Contrairement à la plupart des matériaux polarisés employés jusqu’ici, , ce sandwich est totalement apolaire. Sa réponse mécanique à un champ électrique, de l’ordre de six nanomètres par volt, distance pourtant d’un facteur 10 celle des meilleurs céramiques et des polymères polaires. Ce qui laisse augurer des mécanismes piézoélectriques bien plus performants qu’actuellement pour stocker ou produire de l’énergie. Le matériau ne comprenant pas de métaux toxiques, comme le baryum ou le plomb, pourrait également être intégré à des dispositifs médicaux.cc L. f. marqueur De maturité it

extraction Le soleil au chevet des champs pétrolifères

Le pétrole est visqueux. Pour le pomper, l’exploitant doit souvent injecter dans son gisement de la vapeur d’eau pressurisée à haute température, moyennant la combustion de gaz naturel. Sur son site désertique de Coalinga (Californie, État-Unis), Chevron a préféré confier sa production de vapeur au soleil. 3 822 miroirs concentrent les rayonnements de l’astre sur un réservoir d’eau. À la clé : 30 MW thermiques de vapeur facile. cm

recHercHe

DÉveloppement

proDuction


www.industrie-technologies.com

le parcours des déchets aspirés en sous-sol en vidéo. 1

urbanisme collecte pneumatique des déchets

123 bornes grises ont fait leur apparition dans les quartiers de romainville.

Fini, l’organisation laborieuse du ramassage des ordures. Pionnière en France,

2

recHercHe

24

DÉveloppement

N°938ccNovembre 2011

proDuction

réa ; d.r.

Romainville (Seine-SaintDenis) vient d’inaugurer le premier réseau de collecte des déchets par aspiration pneumatique. 123 bornes 1 remplacent les bonnes vieilles 3 poubelles. La collecte centralisée est assurée épisodiquement par trois pompes 2 de 140 kW via 4,1 kilomètres de conduites sous-terraines. En fonction du remplissage des bornes, ces pompes aspi4 rent automatiquement les déchets à 70 km/h jusqu’à un cyclone 3 , qui les sépare de l’air contaminé par entraînement centrifuge. L’air est filtré puis rejeté tandis que les déchets sont compactés dans un conteneur 4 . Selon son concepteur Envac, ce réseau déjà éprouvé dans des villes étrangères est conçu pour résister à l’abrasion causée par les déchets. Le diamètre des conduites est d’ailleurs limité à 50 centimètres pour éviter le débarras d’objets incongrus. En cas d’encombrement des tuyaux, une pompe de secours peut renforcer la puissance d’aspiration. La pose des galeries, plutôt contraignante, cantonne néanmoins ce système aux rénovations urbaines d’ampleur et aux zones à haute densité humaine. cc H. L.


PUBLIREPORTAGE

Avec la recommandation technique de Gaz de France Provalys, j’ai gagné 4 % de rendement supplémentaires ! Philippe Sayet, Directeur technique I.B.E. Textiles Colors, industrie d’impression sur textiles, fait le point sur les bénéfices de l’opération menée en collaboration avec Gaz de France Provalys. Quel était votre besoin au départ ? Il y a deux ans, nous réalisions de gros investissements pour améliorer notre productivité, avec une part budgétaire réduite pour notre chaudière. Notre interlocuteur commercial Gaz de France Provalys nous a proposé un projet « clés en main » pour augmenter notre gain en écoefficacité et nous faire réaliser des économies sur la facture énergétique. Il s’agissait d’installer un économiseur nouvelle génération et un compteur de chaleur récupérée. Ce dispositif nous a vite apporté un gain conséquent sur nos consommations d’énergie.

Qu’est-ce qui a motivé votre décision ?

Avez-vous gagné en performance ?

Sur cette opération, GDF SUEZ s’est engagé sur un rendement de la chaudière de 4 % supplémentaires.

Oui, depuis la mise en œuvre il y a deux ans. Et c’est une vraie satisfaction pour moi. Dès la 1re année nous avons atteint les 4 % d’économie sur la facture énergétique confirmant ainsi les estimations faites au départ par GDF SUEZ.

Leurs équipes nous ont également accompagnés sur la prise en charge du projet : étude technique, conseil sur les modèles de compteur de chaleur, jusqu’à la mise en œuvre et le financement. J’avais tout à y gagner, cela a été décisif pour moi.

Quels bénéfices en retirez-vous ? Le premier, c’est d’augmenter la performance de la chaudière et de réduire ainsi nos consommations de gaz naturel. Le second, c’est l’éligibilité au dispositif des Certificats d’Économie d’Énergie. Et surtout, la redevance de l’économiseur, intégrée dans notre facture mensuelle de gaz naturel est totalement financée par les économies d’énergie générées par son installation… C’est une opération blanche !

Pour en savoir plus : http://provalysgdfsuez.gazdefrance.fr

L’énergie est notre avenir, économisons-la !

En plus, cette technologie, préconisée par notre interlocuteur, ne nécessite pas de maintenance. C’est un avantage conséquent.

Au final, c’est une opération réussie ? Oui, le partenariat avec les équipes de Gaz de France Provalys (interlocuteur commercial et experts techniques) est parfait.

GDF SUEZ via sa marque Gaz de France Provalys® accompagne ses clients industriels dans leur démarche d’efficacité énergétique. Véritable intégrateur de solutions, Gaz de France Provalys pilote toutes les étapes d’un projet d’amélioration de la performance. Les 3 étapes clés d’une opération réussie sur chaufferie vapeur : 1 • Évaluer l’existant > Visite conseil d’expertise, associée à un compte-rendu et des préconisations chiffrées

2 • Décider et Agir - Des travaux réalisés dans les meilleurs délais avec des prestataires qualifiés. - Un accompagnement financier (économies d’énergie et dispositifs des CEE). > Offre Clés en Main d’installation d’un économiseur sur chaudière vapeur

3 • Piloter la performance énergétique > Relève périodique de la performance de l’installation de production de vapeur

Elles répondent à nos attentes avec des solutions sur mesure, suivent le contrat et essayent d’obtenir le meilleur prix.

Compteur de chaleur récupérée.

GDF SUEZ, S.A. au capital de 2 251 167 292 € - 542 107 651 RCS Nanterre - Siège social : GDF SUEZ Énergie France - 1, place Samuel-de-Champlain - Faubourg de l’Arche - 92390 Paris La Défense Cedex. Crédits photos : © Didier Fournet - Réalisation : www.tempsreel.info - Document non contractuel - Septembre 2011.

Chaudière vapeur de la société I.B.E. Textiles Colors à Beaumont-lès-Valence (Drôme)


tENdaNCEs

automobile une puce pour réduire les émissions des voitures Les constructeurs automobiles disposent d’une solution de plus pour réduire la consommation électrique, et donc les émissions de CO2 de leurs voitures. Il s’agit d’une puce de gestion de

réseau lancée par STMicroelectronics. Compatible avec le bus CAN, qui relie les équipements électroniques embarqués, ce circuit intégré optimise la consommation de courant dans l’habitable en mettant en œuvre le « réseautage partiel », un procédé qui consiste à surveiller l’état des modules connectés au bus et à désactiver ceux qui ne sont pas utilisés. Selon STMicroelectronics, cette technologie devrait réduire en moyenne les émissions de CO2 de plus de 2 g/km. ce circuit intégré De quoi aider les construcdésactive les teurs automobiles à respecter la modules électriques réglementation qui limitera les émisnon utilisés. sions de CO2 à 95 g/km en 2020. Ce circuit, l’un des tout premiers du genre sur le marché, est le fruit d’une coopération étroite entre STMicroelectronics et un constructeur automobile allemand non révélé. Il sera le premier à l’utiliser dans ses véhicules. Le circuit devrait être fabriqué en série à partir du troisième trimestre 2012. cc r. L.

cc en Bref

erratum La signature s’est envolée

recHercHe

26

DÉveloppement

N°938ccNovembre 2011

proDuction

d.r.

Dans l’article intitulé « Du papillon à l’écran antireflet antireflet », paru dans le n°937 d’octobre 2011, nous ne précisions pas le copyright des vues au microscope de l’aile de papillon : elles sont extraites du livre de Serge Berthier, Photonique des Morphos, publié en août 2010 chez Springer-Verlag France. cm


www.industrie-technologies.com

tENdaNCEs

Les biocaburants de deuxième génération trouvent leurs voies pour préserver les ressources alimentaires, les procédés de fabrication des biocarburants doivent évoluer. deux démonstrateurs proposent des solutions pour obtenir ces biocarburants dits de deuxième génération. cc L. f.

Futurol : biochimie biomasse coproduits de l’agro-industrie, des taillis à courte rotation et des plantes à croissance rapide (switchgrass, miscanthus) sont ici utilisés. c Les

prétraitement sciure obtenue par broyage est mélangée à de l’eau et à des acides minéraux, puis l’ensemble est chauffé (à 200 °C maximum) pour amorcer la décomposition.

c La

CAPACITÉ VISÉE :

180

millions de litres de bioéthanol par an

éthanol

hydrolyse enzymatique c Le mélange est mis en culture avec des champignons microscopiques, qui dégradent la cellulose et l’hémicellulose en sucres simples, comprenant cinq à six atomes de carbone (glucose, pentose). fermentation alcoolique c La solution est ensuite transférée dans une cuve de fermentation contenant des levures: en l’absence d’oxygène, les sucres sont convertis en éthanol. distillation dans une grande colonne, la phase alcoolique est évaporée et condensée en un distillat de haute pureté : le bioéthanol voulu.

c Chauffée

BiotFuel: thermochimie biomasse sources de cellulose entrent dans ce procédé, notamment les pailles et les résidus forestiers.

c Différentes

prétraitement broyage, l’étape de torréfaction consiste à chauffer modérément la biomasse (250 à 400 °C) et à la mettre sous pression pour la sécher et obtenir du biocharbon.

c Après

gazéification

c De hautes températures sont appliquées pour

CAPACITÉ VISÉE :

50 à 250 kilotonnes de gaz par an

briser les longues chaînes carbonées en molécules de monoxyde de carbone et de dihydrogène. Ce mélange s’appelle syngas (pour gaz synthétique). purification étapes sont nécessaires pour ajuster le ratio des deux molécules, refroidir le gaz et le débarrasser des contaminants volatils (poussières, goudrons, etc.).

dihydrogène

c Plusieurs

Monoxyde de carbone

synthèse fischer-tropsch

c À la surface d’un catalyseur, le carbone se sépare

de l’oxygène auquel il est lié et se combine à l’hydrogène pour former les hydrocarbures d’intérêt de la longueur désirée.

bioéthanol

d.r.

biodiesel

Le bioéthanol obtenu est mélangé à l’essence en différentes proportions (10 ou 85 % en france).

biokérosène

suivant sa qualité, l’hydrocarbure rejoindra les moteurs diesel (biodiesel pur ou mélangé) ou les moteurs d’avions (biokérosène).

Novembre 2011ccN°938

27


www.industrie-technologies.com

tENdaNCEs

LE RENDEZ-VOUS

Les cleantechs en haut de l’affiche

15 | 11

salon La sous-traitance se met au vert

L’Axtor 8012 de Komptech, est un broyeur mobile pour déchets verts et bois.

Pour sa 41e édition, le Midest, salon de la sous-traitance industrielle, fait la part belle aux initiatives durables. On y retrouvera le pavillon de l’Institut français de l’environnement, des technologies et des services (Ifets), inauguré en 2010. Le Village solutions environnementales fera son apparition. Les organisateurs y inviteront les exposants à démontrer leur capacité d’innovation en faveur de la planète, et ainsi à mettre à mal l’étiquette de pollueurs souvent collée aux soustraitants industriels. cm

Pollutec Horizons est le rendez-vous incontournable des technologies au service des enjeux environnementaux et énergétiques. Traitement

des pollutions, optimisation des ressources, énergies, développement durable… À travers ces problématiques tentaculaires, Pollutec rassemble la fine fleur des technologies vertes. Au total, 1500 exposants internationaux présenteront leurs solutions. Entre discussions d’affaires et présentations de start-up, le visiteur sera au centre de l’état de l’art. Pas moins de 300 conférences et débats sont prévus, du risque industriel à la gestion des sols pollués, en passant par l’efficacité énergétique. Cette année, Pollutec met l’accent sur trois thèmes au cœur des préoccupations des professionnels : la recherche, l’innovation et le financement ; l’optimisation des process industriels ; l’entreprise et la ville durables. Mesdames, messieurs les industriels, « greenbusiness angels », prospecteurs… les marchés d’avenir vous attendent. cm

cc Du 15 au 18 novembre 2011 Paris-Nord Villepinte www.midest.com

17 | 11

séminaire Les multiples facettes de la voiture électrique Pendant deux jours, les experts français de la mobilité électrique se relaieront pour peindre le portrait de la voiture du futur. Ou plutôt des voitures de demain, les technologies adaptées variant avec les usages. Types de batteries, motorisations hybrides, piles à combustible, infrastructures de recharge, smart grid… autant de thèmes qui seront au cœur des propos des quinze intervenants, industriels et universitaires. Une table ronde sur l’autopartage conclura ce séminaire. cm

cc Les 17 et 18 novembre 2011 Paris www.captronic.fr/VOITUREELECTRIQUE-Quelles.html

28

N°938ccNovembre 2011

29 | 11

convention des affaires autour du soleil

Réunion de famille pour les professionnels du solaire. Pour la seconde année, Solar Meetings rapproche les acteurs de l’innovation dans ce domaine et leurs partenaires industriels et financiers potentiels. Côté business : des rendez-vous en tête à tête

salon synergies dans les énergies

Energaïa rassemble les acteurs nationaux et internationaux des énergies renouvelables et de la construction durable. Solaire, éolien, bois énergie, géothermie, hydraulique, maîtrise énergétique… Les 600 exposants en présenteront pour tous les goûts. Les contacts d’affaires entre professionnels qualifiés et représentants de collectivités seront de mise. Notre conseil : le coin Energaïa’Tech. Un lieu privilégié pour les discussions technologiques, les retours d’expériences, et les échanges de licences. cm cc Du 7 au 9 décembre. Parc des expositions, Montpellier (Hérault) www.energaia-expo.com

30 | 06

appel à projets des fonds pour l’écoconception

et un forum entreprises. Côté tendances: des conférences, tables rondes et ateliers pour analyser les évolutions du marché. Pour son édition 2011, Solar Meetings offre un focus autour du thème: intégration bâtiment et centrales au sol –Quelles technologies? Quels enjeux? cm

Métallurgistes, plasturgistes, spécialistes des traitements de surface, fabricants d’équipements électriques ou électroniques… toutes les PME désireuses de s’équiper en technologies propres ou de commercialiser des produits éco-innovants ont jusqu’à la mi-2012 pour répondre à l’appel à projets Remake d’Oséo. Les subventions, plafonnées à 15000 euros, permettront aux projets retenus de financer des expertises externes. cm

cc Les 29 et 30 novembre 2011 Centre de congrès le Manège, Chambéry (Savoie) www.solar-meetings.com/fr

cc Jusqu’au 30 juin 2012 www.oseo.fr/a_la_une/agenda/ appels_a_propositions/appel_a_ projets_remake

cc Du 29 novembre au 2 décembre 2011 Paris-Nord Villepinte www.pollutec.com

29 | 11

07 | 12

d.r. d.r.

L’AGENDA


Le bâtiment durable en 4 étages étaGe 4

équipements

optimiser la consommation énergétique

ccpage 38

étaGe 3

second œuvre

sélectionner des matériaux à haute performance

ccpage 36

étaGe 2

gros œuvre

réduire l’empreinte écologique du chantier

ccpage 34

étaGe 1

conception

La démarche durable se construit en amont

ccpage 32

l’eXemPle À suiVre

green office

Le bâtiment qui se passe de climatisation ccpage 40

Pour aller Plus loin

L’enquête continue sur internet ccpage 42


www.industrie-technologies.com

EN CouVErturE

écoconstruction innovations à tous les étages plus que jamais, le bâtiment vert s’impose aux architectes et aux constructeurs. le durcissement de la réglementation thermique à la suite du grenelle de l’environnement ne leur laisse guère le choix. ils doivent intégrer l’efficacité énergétique dès la phase de conception et se préoccuper de l’impact environnemental de leurs choix techniques sur l’ensemble du cycle vie, depuis l’extraction des matières jusqu’au recyclage en fin de vie. l’industrie propose déjà des solutions qui tendent à réduire cet impact tout en préservant les performances. l’innovation se poursuit dans tous les domaines, depuis les matériaux de construction aux cellules solaires, en passant par les revêtements, le vitrage, l’éclairage ou encore la gestion intelligente des consommations énergétiques. Même les éditeurs de logiciels de cao sont de la partie en créant des outils de maquette numérique facilitant l’intégration entre les différents intervenants. visite de ces innovations à tous les étages. cm

Les constructions conçues avec une démarche environnementale globale commencent à apparaître. Découvrez au fil des pages le bâtiment imaginé par la rédaction.

F. roBert/industrie et technologies

impact Le bâtiment engloutit 42,5% de l’énergie finale et génère 23% des émissions de gaz à effet de serre en France (Source : Ademe).

Novembre 2011ccN°938

31


www.industrie-technologies.com

EN CouVErturE

visionnez la démarche de l’ademe pour l’extension basse consommation de son siège social.

conception La démarche durable se construit en amont le bâtiment consomme trop. la nouvelle réglementation thermique va obliger les acteurs du Btp à revoir leur copie énergétique. sans sacrifier au confort. À toutes les étapes de la construction, des solutions innovantes existent. encore faut-il les articuler harmonieusement. dès la conception, le secteur doit donc chambouler ses habitudes.

E

xit, les passoires thermiques ! Voilà le nouveau leitmotiv de l’industrie du BTP. Vœu pieux? Plus après le 1er janvier 2013. À cette date, la nouvelle réglementation thermique, dite RT 2012, issue du Grenelle de l’environnement, s’appliquera à toute construction neuve. D’ailleurs, elle est déjà une obligation pour les bâtiments neufs du tertiaire depuis le 1er juillet 2011. La RT impose un besoin énergétique de 50 kWh/ m2/an en moyenne pour cinq usages principaux: ventilation, climatisation, chauffage, éclairage, eau chaude. À titre de comparaison les performances se situent actuellement entre 150 kWh/m2/an pour le neuf et 300 pour l’ancien. Moins contraignante pour la rénovation, la RT 2012 entraîne tout de même un véritable changement de paradigme. Conséquence: les meilleures pratiques de l’écoconstruction, jusqu’alors l’apanage de quelques bons élèves respectant des labels contraignants, vont s’imposer à tous les acteurs du BTP. «La conception d’un bâti-

ment à haute efficacité énergétique relève de deux principes : minimiser les pertes thermiques et maximiser les gains solaires», explique David Marigny, ingénieur responsable de projet chez Bouygues Immobilier. «Cela passe d’abord par l’architecture bioclimatique, qui consiste à intégrer le bâtiment dans son environnement grâce à l’exposition et le choix des surfaces vitrées. Ensuite, il y a tout un panel de choix techniques, de l’isolation aux équipements». cc Les

équipementiers en ébullition

Pour Charles Baloche, directeur R&D du Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB), les opportunités industrielles sont à la hauteur du challenge : « La RT 2012 va doper une foultitude de technologies car elle impose une performance thermique globale. Rien ne sert d’isoler un mur à la perfection si la fenêtre est une passoire thermique.» Matériaux de gros œuvre, isolants, vitrages, mais aussi dispositifs de chauffage, d’éclairage, de renouvellement

Les trois exigences de la réglementation

50 26°c 120 kWh/m2/an

La consommation d’énergie primaire moyenne pour un bâtiment neuf (variation en fonction des régions).

32

La température intérieure maximale atteinte au cours d’une séquence de cinq jours chauds.

N°938ccNovembre 2011

L’indice minimal d’apport bioclimatique (naturel) en chauffage, refroidissement et éclairage pour des bureaux.

d’air… Dans tous les secteurs, les centres R&D des équipementiers sont en ébullition. Des solutions très performantes existent déjà sur le marché. Surtout, une directive européenne imposera d’ici 2020 des bâtiments à énergie positive. Des bâtiments qui consomment moins d’énergie qu’ils n’en produisent! Les énergies renouvelables seront donc forcément de la partie. Alors que le photovoltaïque peaufine ses modes d’intégration sur les façades et les toits, capteurs solaires thermiques, pompes à chaleur ou géothermie débarquent aussi dans le mix énergétique du futur immeuble. Enfin, les solutions de pilotage énergétique centralisées deviennent convaincantes. En se basant sur un réseau d’informations remontées par des capteurs, ces gestions techniques du bâtiment (GTB) optimisent le fonctionnement des équipements et donc leur consommation. Pour autant, le bâtiment est-il prêt à intégrer cet éventail de solutions ? Traditionnellement, l’architecte élabore un dessin technique du bâtiment: l’esquisse. Celle-ci transite par des bureaux d’études techniques, qui apportent sur ce squelette des préconisations en matière de structure, d’isolation, d’acoustique ou d’équipement. Le tout est finalement transmis au constructeur et à ses sous-traitants. Pour des préoccupations évidentes de solidité des ouvrages, l’ingénieur structure est consulté très en amont de cette démarche. Mais thermiciens ou acousticiens ne doivent plus être les «parents pauvres» de cet échange entre les différents corps de métier. «Trop souvent, l’ingénieur thermique propose une isolation sur des plans déjà figés, tel un pompier pour éteindre l’incendie thermique », constate Bernard Sésolis, directeur du cabinet Tribu Énergie. « Cela ne suffit plus pour atteindre les 50 kWh/m2/an. Il faut considérer ces questions dès l’esquisse ».


EN CouVErturE

Les logiciels de modélisation du bâtiment fournissent un socle commun aux métiers de l’architecture, de l’ingénierie et de la construction.

La maquette numérique fédère les ingénieurs du projet c autodesk, leader français

de la conception assistée par ordinateur, développe des suites logicielles interopérables pour le bâtiment. elles permettent aux architectes et aux bureaux d’études techniques

de modéliser leurs solutions sur une même maquette numérique (ou BiM, pour building information modelling). résistances de structure, simulations thermiques, acoustiques et calculs de conformité

Les développeurs d’outils de conception numérique ont compris la leçon. Les logiciels de dessin assisté par ordinateur des architectes et les logiciels de calcul dynamique des différents ingénieurs convergent vers l’interopérabilité. Objectif: réaliser l’esquisse et les différentes simulations mécaniques, thermiques, acoustiques, sur une même maquette numérique, que chaque spécialiste peut implémenter. Ces pratiques ont déjà cours dans l’aéronautique ou l’automobile, où des logiciels comme Catia de Dassault Systèmes, permet de concevoir des appareils de manière totalement intégrée. «Dans les concours d’architecture, cer-

à la rt 2012 devraient ainsi se greffer sur l’esquisse de l’architecte sans nécessiter la ressaisie des données. cependant, il reste encore un point à faire évoluer tempère Bernard sésolis, directeur du cabinet tribu énergie.

tains jurys exigent d’ores et déjà des rendus de projets sous forme de maquette numérique», s’enthousiasme Emmanuel di Giacomo, conseiller technique architecture chez Autodesk, qui développe plusieurs solutions de logiciels pour le bâtiment. cc Prévoir

la réalisation

Plus encore que dans des secteurs industriels plus « classiques », le gouffre entre théorie et réalisation peut rapidement devenir catastrophique dans le BTP. Les acteurs de la construction diffèrent en taille et ne sont pas toujours sensibilisés aux dernières pratiques. « Les ponts ther-

les labels, forcés d’évoluer

autodesk

c une consommation énergétique inférieure à 50 kWh/m²/an pour cinq usages principaux.

cette exigence constituait le critère principal du label bâtiment basse consommation (BBc). elle devient la règle du bâtiment neuf avec la nouvelle réglementation thermique rt 2012. le BBc mourra donc de sa belle mort. Quant au label multicritère hQe (haute qualité environnementale) incluant des dimensions sanitaires, hydrologiques et végétales, il réévalue actuellement ses préconisations thermiques à la hausse. les labels devraient évoluer pour prendre en compte les consommations finales de l’occupant ou l’«énergie grise» consommée pendant la construction.

«la passerelle est encore limitée. la simulation thermique obéit à une méthode complexe que les logiciels de dessin des architectes ne peuvent pas encore absorber totalement.»

miques, passages préférentiels des déperditions de chaleur, résident souvent dans les interstices entre les différents lots de travail. Par exemple, à la jonction entre un mur et une fenêtre, ou pendant l’installation du réseau électrique, chaque lot étant réalisé par un acteur différent », observe Johann Souvestre, ingénieur au département efficacité énergétique de BASF. « Il faut à tout prix éviter l’usine à gaz : un empilement de technologies parfaites sur le papier, mais irréalisables», confirme Charles Baloche. Le problème se pose également dans la conception des équipements : « Les véritables efforts en R & D portent moins sur des performances absolues, déjà satisfaisantes, que sur une mise en œuvre plus simple des équipements », poursuit l’expert du CSTB. « Prendre plus de temps pendant la conception, c’est un surcoût. Mais le gain est considérable en termes de cohérence du projet, de déroulement du chantier, et donc de performance énergétique au final », résume Christian Cardonnel, directeur du cabinet Cardonnel Ingénierie. cm cchugo leroux hleroux@industrie-technologies.com

Novembre 2011ccN°938

33


www.industrie-technologies.com

EN CouVErturE

les matériaux de la maison basse consommation selon lafarge.

gros œuvre réduire l’empreinte écologique du chantier

U

n vent de changement souffle sur le monde du BTP. La nouvelle réglementation thermique RT 2012 demande aux constructeurs une vigilance renforcée tout au long de la mise en œuvre, afin d’atteindre le seuil de performance énergétique fixé. Surtout lorsqu’ils doivent traiter avec des matériaux inhabituels. Le bois, du fait de ses propriétés isolantes et thermiques, fait ainsi un retour remarqué dans le tertiaire. Une ville francilienne doit par exemple se doter d’une école basse consommation en ossature bois isolée avec de la paille ! Même les grands bâtiments s’y mettent : « on commence à voir apparaître des

Les bétons autoplaçants de Lafarge se mettent en place sous le seul effet de la gravité sans recourir à la vibration.

34

N°938ccNovembre 2011

structures mêlant le bois et l’acier, par exemple lorsqu’il s’agit de construire léger, comme au-dessus d’une dalle de parking », relate Patrice Schneuwly, responsable du Laboratoire d’énergétique du bâtiment du CEA. Le trio de tête brique-béton-acier est-il menacé dans l’Hexagone ? Non, car un point limite encore l’essor du bois. « Dans les régions chaudes ou en milieu urbain, le bois peut amener des désagréments car il monte très rapidement en température », poursuit Patrice Schneuwly. Pour contourner cela, le bâtiment doit intégrer des systèmes de refroidissement (climatisation, poutres froides, planchers et plafonds rafraîchissants…).

A contrario, le béton a une forte inertie, et emmagasine les calories au cours de la journée pour les restituer pendant la nuit. En été, une surventilation nocturne suffit à évacuer la chaleur emmagasinée le jour. Le béton a donc encore de beaux jours devant lui, d’autant que ce dernier devient plus vert. Y compris dès la fabrication de son ingrédient de base, le ciment. La technique traditionnelle émet beaucoup de CO2, lors du mélange à haute température entre l’argile et le calcaire. Mais, en substituant ces deux composants par d’autres matériaux, notamment des résidus de sidérurgie, il est possible d’abaisser considérablement l’empreinte carbone du ciment. cc Des

méthodes de construction inédites

Au niveau de la construction aussi, l’impact environnemental du béton peut être limité. Le cimentier Lafarge emploie par exemple un béton qui contient plus de liant que ses homologues classiques. Il s’écoule mieux, ce qui présente un atout de taille pour la pose des fondations. Là où des machines vibrantes sont nécessaires pour couler un béton conventionnel, le béton autoplaçant se positionne de luimême dans les coffrages. Ce qui réduit les nuisances sonores sur le chantier. Aux étages supérieurs, le béton change aussi de formule. L’objectif, ici, n’est pas tant d’alléger la structure que de renforcer l’isolation. Car qui dit densité plus faible dit moins bonne conductivité thermique. Le cimentier français se targue d’avoir développé un béton trois fois plus isolant que la concurrence, à base de granulats naturels plus légers que le sable ou les gravillons. Il contribuerait à éliminer les ponts thermiques à 40 %, sachant que la RT 2012 impose de les supprimer totalement. « Une couche de polystyrène d’une dizaine de centimètres en isolation inté-

laFarge

le choix minutieux des matériaux de construction n’est pas le seul levier qui peut rendre le bâtiment plus vert et plus performant. les entreprises du Btp réduisent également l’impact de leurs chantiers en travaillant sur la réduction des nuisances et des déchets.


EN CouVErturE mÊmE LE bÉtoN sE mEt au VErt

du béton pLus Léger et isoLant en utilisant des granulats naturels, le béton s’allège et conduit moins la chaleur ou le froid. les panneaux de plâtre, disposés entre la façade et l’isolant, peuvent intégrer des microbilles de cire qui fondent au soleil, puis libèrent leurs calories en repassant à l’état solide la nuit.

l. Fery / F. roBert / industrie et technologies

des menuiseries anti-ponts thermiques Beaucoup d’énergie peut être perdue au niveau des fenêtres à cause des ponts thermiques ; qui se créent au niveau des châssis. un matériau de coupure (mousse de polyuréthane, barrettes pvc ou polyamide…) doit y être intégré, ainsi qu’à l’ouvrant des fenêtres.

Plâtre Polyester Le circuit d’eau rafraichit par Le pLancher… des tubes en plastique renforcé peuvent être coulés dans une chape liquide au-dessus du plancher. l’eau qui serpente dans le circuit est un moyen économique et peu encombrant pour refroidir une grande pièce.

Les fondations couLées dans Le siLence avec un plastifiant et davantage de liant que dans la formule habituelle, le béton comble plus facilement les tranchées. plus besoin d’armature métallique, de pieux enfoncés dans le sol et de machines vibrantes pour aider le remplissage.

Poutres en béton – acier

rieure pourra suffire », assure Mouloud Behloul, directeur de l’innovation et de la construction durable chez Lafarge. Des façades peu épaisses ne riment donc pas forcément avec une climatisation accrue. Surtout que des solutions simples à mettre en œuvre existent pour rafraîchir le bâtiment sans consommer d’énergie. Comme sur la tour Elithis inaugurée en 2009 à Dijon qui est habillée, sur sa façade sud, d’une résille en cuivre. L’été, celle-ci lutte efficacement contre l’échauffement du bâtiment, sans bloquer totalement la diffusion de la lumière naturelle. Reste que ce «relooking» ne suffira probablement pas à atteindre les objectifs de la RT 2012 pour le bâti existant. L’isolation par l’intérieur semble également difficile, car elle impliquerait de grignoter sur la surface habitable et de déplacer les occupants. Pour Patrice Schneuwly, au vu de la taille du parc à rénover, des solutions de grande envergure, comme des enveloppes préfabriquées qui intégreraient déjà les menuiseries,

seraient souhaitables. Ces dernières pourraient venir s’accrocher directement sur les façades et les fenêtres existantes. On aboutirait alors à du quadruple vitrage, une installation peu commune qui ne serait pas si rare en Allemagne… cc Vers

une valorisation intensive des déchets

Des solutions faciles à mettre en œuvre, performantes, et limitant la production de déchets ? Ce dernier point reste le talon d’Achille du BTP. Outre les rebuts à risque qui doivent être traités comme tels, 80 % des déchets non dangereux produits par le bâtiment en France sont tout simplement enfouis. Soit quelque 10 millions de tonnes qui disparaissent chaque année de la surface de la Terre ! Or, les réglementations européenne et française (via la loi Grenelle 2) visent à limiter l’enfouissement, augmenter les taxes liées au stockage, ou encore valoriser, d’ici 2020, 70 % des déchets de construction et de démo-

…ou Le pLafond les faux plafonds peuvent intégrer des poutres froides : il s’agit de coffres en acier qui renferment un serpentin d’eau glacée. celle-ci refroidit l’air chaud qui monte du sol, puis redescend, car il est plus lourd en refroidissant.

lition. Les géants du bâtiment doivent donc revoir leurs pratiques, à commencer par séparer, sur le chantier, les rebuts valorisables, comme les gravats inertes (béton, brique, pierre…), du reste. C’est ce qu’a mis en œuvre Veolia Propreté, sur son centre de tri de Saint-Isidore (AlpesMaritimes), en marge de la construction de l’Hôpital Pasteur 2 de Nice : sur les 90 000 m3 de béton du chantier, 1 000 tonnes de déchets ont ainsi été acheminées puis triées depuis le début de l’année. Pour atteindre le taux de valorisation voulu par la France, il faudra aussi trier les rebuts autres que les gravats (bois, métaux, plastiques…). Ce qui ne peut se faire qu’au sein de centres de tri à haute performance combinant plusieurs technologies. Si tout va bien, la France inaugurera la troisième installation de ce type l’année prochaine. cm ccludovic fery lfery@industrie-technologies.com

Novembre 2011ccN°938

35


www.industrie-technologies.com

EN CouVErturE

second œuvre sélectionner des matériaux à haute performance

E

n termes de matériaux innovants, on cite plus souvent le secteur de l’automobile ou de l’aéronautique que celui du bâtiment. À tort, si l’on en croit Didier Roux, directeur R&D de Saint-Gobain : « il y a dans ce secteur un besoin urgent d’innovations, car il faut à la fois des systèmes faciles à mettre en œuvre, et des solutions qui n’existent pas, comme lorsqu’il s’agit d’isoler le sol d’une maison déjà construite».

Depuis 2007, le leader français du vitrage a élargi son activité à l’ensemble des composantes de l’habitat : enduits, panneaux, comblement des plafonds, systèmes de fermeture des portes… cc Panneaux

réfléchissants, sous vide ou nanostructurés

La surface de l’habitat n’étant pas extensible à l’infini, il s’agit de choisir des matériaux qui dopent les performances d’une

Les verres électrochromes ont leur usine c Le français saint-gobain a formé

une joint-venture avec le fabricant américain sage electrochromics. elle doit aboutir, courant 2012, au démarrage d’une usine de vitrages électrochromes à Faribault, dans

le Minnesota. Jusqu’à 370 000 m2 de verre pourront être produits chaque année en utilisant la technologie propriétaire de sage electrochromics. cinq nanocouches de céramique sont déposées sur un substrat de verre, et l’application d’un courant provoque l’échange (réversible) d’ions lithium entre les couches : ce qui conduit le matériau à changer d’état et de teinte. le contrôle sera manuel, ou automatique quand un certain seuil de luminosité est franchi. une fois commercialisés, ces vitrages devraient être parmi les plus grands du marché (jusqu’à 1,5 x 3,5 m).

de très fines couches de céramiques changent la teinte de ce vitrage et filtrent les rayons solaires.

36

N°938ccNovembre 2011

façade ou d’une cloison, sans changer son volume. Différentes solutions existent. Par exemple, l’intégration dans l’isolant de fines particules réfléchissantes. Ainsi, BASF commercialise des panneaux de polystyrène qui incorporent du graphite, afin de détourner les rayons infrarouges et d’augmenter le pouvoir isolant. Le chimiste allemand revendique, pour une performance identique à un polystyrène traditionnel, une économie de matière de l’ordre de 40 %. Une autre famille de composés promet une cure minceur pour l’isolation : les aérogels. Ces derniers sortent progressivement des applications de niche (aérospatial, équipements sportifs haut de gamme…) pour intégrer le bâtiment. Obtenu par précipitation d’un gel de silice, l’aérogel est un réseau nanoporeux formé à 99,8 % d’air, soit un véritable labyrinthe pour l’air extérieur. L’isolant se présente sous la forme d’un fin matelas fibreux ou, combiné à de la laine minérale, de panneaux de quelques centimètres d’épaisseur. Le spécialiste de la laine de roche Rockwool l’a mis en œuvre dans son produit Aerowool, qui a une conductivité thermique bien inférieure à celle de l’air. cc Utiliser

du biosourcé pour une construction durable

Mais l’aérogel peut aussi être empaqueté dans des feuilles d’aluminium. La conductivité thermique de ces panneaux sous vide est dans ce cas cinq fois inférieure à celle de l’air, soit la plus performante sur le marché. «La principale limite tient à leur coût élevé, et à leur durée de vie de l’ordre d’une dizaine d’années, encore trop courte pour le bâtiment», tempère Didier Roux. Ce dernier voit en revanche un avenir radieux pour les vitrages intelligents capables de produire de l’électricité, ou de se teinter en réponse à l’ensoleillement afin de réduire les besoins de climatisation. Autre tendance grandissante en France,

saint-goBain

deux tendances s’affirment pour habiller le bâtiment plus économe en énergie de demain : d’un côté, les matériaux à haute performance qui renforcent l’isolation ou parent les vitrages et, de l’autre, les biosourcés, d’efficacité plus modeste mais qui réduisent l’impact global du bâtiment sur l’environnement.


EN CouVErturE LEs VitraGEs adaPtÉs À L’ENViroNNEmENt Verre Couche transparente faiblement émissive

Revêtement étanche

(renvoie plus de chaleur vers l’intérieur)

Verre Gaz argon Verre Gaz argon

l. Fery / F. roBert / industrie et technologies

au nord Les caLories sont piégées le triple vitrage est surtout actif l’hiver pour conserver la chaleur à l’intérieur. trois lames de verre entrecoupées de deux lames d’argon, gaz plus isolant que l’air, forment une barrière physique optimale contre les fuites de calories.

Verre Cinq couches transparentes : conductrice, électrochrome, conductrice d’ions, électrochrome, conductrice

au sud La teinte change les vitrages électrochromes mettent en œuvre, par-dessus le verre, plusieurs couches minces de matériaux céramiques. Quand un courant électrique les traverse, électrons et ions migrent d’une première couche à la deuxième, qui change alors d’état et fonce pour faire barrière à lumière.

Verre Electrode Couche mince de silicium Electrode Verre

à L’ouest de L’éLectricité est produite les verres à couche mince emploient du silicium amorphe, qui a l’avantage d’être semi-transparent et de produire de l’électricité même à faible luminosité.

celle des matériaux d’origine animale ou végétale (duvet de canard, laine de mouton, chanvre, ouate de cellulose…). Bien que dotés de bonnes performances thermiques, ils tardent à se développer à cause du surcoût qu’ils représentent. « Pourtant, ils permettent de s’engager sur

des pLanchers aux matériaux biosourcés non dérivés du pétrole et souvent recyclables, les matériaux biosourcés ont des performances intermédiaires idéales pour isoler un plancher ou une cloison. les fibres ou la laine de bois sont parmi les plus utilisées.

plusieurs critères liés à l’écoconstruction, tels que la consommation d’énergie, d’eau, la production de CO 2 ou de déchets », défend Michel Le Sommer, président de l’Institut pour la conception environnementale du bâti. Les matériaux biosourcés sont encore peu

TROIS MATÉRIAUX ACTIFS

d.r.

1. aLuminium dépoLLuant L’italien Alcoa Architectural Products conçoit des panneaux de façade en aluminium recouverts d’une couche de dioxyde de titane. Sous l’action des UV, ces particules forment des radicaux libres qui dégradent différents polluants organiques.

L’isoLation au top niveau l’aérogel, constitué à 99,8 % d’air, est un dédale pour l’air chaud intérieur. sous la forme de panneaux emballés dans de l’aluminium, il constitue de loin la solution d’isolation la plus performante du marché.

2. caoutchouc chauffant Pas besoin de silicium pour collecter la chaleur du soleil ! Installé en toiture, le système Heliopac se résume à une rangée de tubes en caoutchouc dans lequel circule de l’eau reliée au réseau d’eau chaude sanitaire.

3. verre autonettoYant Ces verres dits super hydrophobes sont surmontés de deux dépôts très fi ns : une sous-couche fins minérale oléophobe (qui repousse les liquides comme les alcools ou les hydrocarbures), surmontée d’une couche de matériau apolaire, en général un silane fluoré. L’eau ruisselle à sa surface sans adhérer.

nombreux à avoir reçu la certification Acermi et l’avis technique du Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB), indispensables à leur utilisation comme isolant. Plus que la RT 2012, c’est selon Michel Le Sommer l’affichage environnemental qui démocratisera leur usage. Sur ce point, Certivéa, filiale du CSTB, a lancé en septembre dernier le passeport bâtiment durable, qui complète la démarche haute qualité environnementale (HQE). Il permet un affichage simple et compréhensible sur quatre axes différents : le confort (visuel, acoustique…) du logement, la protection de la santé et de l’environnement sont évalués au même titre que la consommation d’énergie. Les aspects liés au cycle de vie des matériaux de construction, et à leur caractère recyclable, seront donc mieux pris en compte. cm ccludovic fery lfery@industrie-technologies.com

Novembre 2011ccN°938

37


www.industrie-technologies.com

EN CouVErturE

visite virtuelle de la gestion technique du bâtiment au siège de schneider electric.

équipements optimiser la consommation énergétique entre efficacité énergétique et production d’énergies renouvelables, le bâtiment est amené à subir une véritable métamorphose. si l’enveloppe thermique du bâtiment est primordiale, ses équipements participent également de cette performance globale. de la microcogénération à la pompe à chaleur, visite guidée des technologies prometteuses.

C

hauffage, ventilation, climatisation… Le bâtiment se pare de sobriété énergétique dans ses consommations. Niveau chauffage, les chaudières au gaz ou au fioul intègrent des systèmes de condensation, qui récupèrent la chaleur issue des gaz de combustion pour chauffer de l’eau en appoint. Leur rendement grimpe ainsi de 75 % (pour une solution traditionnelle) à des valeurs proches du maximum théorique. La biomasse constitue également un combustible durable, moyennant un espace de stockage du combustible et un approvisionnement local. Plus efficientes, les chaudières deviennent également polyvalentes. « La microcogénération, qui combine à petite échelle la production d’eau chaude et d’électricité,

devrait se développer dans les prochaines années », prévoit Gilles Walterspieler, responsable des marchés de l’équipementier Viesmann. La climatisation des bureaux doit également évoluer. Ce système énergivore rafraîchit l’air intérieur via un réseau de production et de circulation d’eau glacée. Les fabricants y incorporent de plus en plus le « free chilling », qui exploite l’air froid nocturne pour constituer des réserves d’eau glacée. Plus malin, certains immeubles de bureaux se réapproprient la technique de « free cooling », déjà en vogue dans les data centers. Celle-ci consiste à climatiser les locaux en injectant directement l’air frais extérieur par des ouvrants en façade et un système de filtration. En optimisant ce principe, l’im-

meuble Greenoffice, de Bouygues Immobilier, s’affranchit ainsi totalement d’un système de climatisation classique. Les centrales de traitement d’air, qui assurent le renouvellement et la qualité de l’air intérieur, ne sont pas en reste. Elles mettent en œuvre des systèmes à « double flux ». Le principe : préchauffer l’air frais entrant au contact des conduites d’air expulsé des locaux. Un système qui permet de récupérer de 50 à 80% des calories, réduisant d’autant le besoin de chauffage en aval. cc Des

bâtiments truffés de capteurs

«L’enjeu principal des bâtiments tertiaires réside dans une optimisation du trio chauffage, ventilation, climatisation (CVC). Par exemple, un renouvellement de l’air trop rapide peut induire des consommations de chauffage disproportionnées», estime Éric Lamendour, directeur de marché tertiaire de Cofely. Pour trouver l’équilibre, les bâtiments tertiaires commencent à s’équiper d’une diversité de capteurs pour relever les

L’aide à la décision, clé du pilotage énergétique voilà le principe de la gestion technique du bâtiment (gtB). Mais la performance énergétique d’un immeuble dépend aussi de la capacité de l’occupant à identifier ses surconsommations et à prendre des mesures correctives. «on atteint déjà des niveaux de régulation automatiques qui permettent des économies conséquentes,» explique éric lamendour de cofely. «la difficulté est plutôt d’analyser les consommations électriques. c’est une démarche plus complexe: il faut concevoir des réseaux intégrant de multiples sous-compteurs pour effectuer un relevé zone par zone». pour compléter cette aide à la décision, les énergéticiens développent aussi des applications capables de présenter à l’utilisateur ses consommations de manière pédagogique.

38

N°938ccNovembre 2011

dans cet immeuble de Bouygues le logiciel siego permet à l’utilisateur d’identifier sa consommation électrique (poste par poste).

d.r.

c piloter les équipements pour maîtriser les consommations énergétiques,


EN CouVErturE LE soLairE sE foNd daNs LE bâtimENt Capteurs solaires thermiques

de La fraîcheur puisée à L’extérieur le procédé « free chilling » pompe l’air froid extérieur pour produire de l’eau glacée nécessaire à la climatisation.

Brise-soleil

Le photovoLtaïque sur toutes Les surfaces les traditionnels panneaux au silicium cristallin cèdent le pas aux technologies à couches minces, à plus forte marge de progression. l’intégration sera davantage simplifiée avec la production dans l’avenir de films solaires organiques souples.

h. leroux / F. roBert / industrie et technologies

un renouveLLement d’air bénéfique la ventilation à double flux réduit les besoins de chauffage en favorisant le transfert de calories entre l’air vicié expulsé (chaud) vers l’air entrant (froid).

une réguLation énergétique centraLisée sur la base des informations remontées par les capteurs, la gestion technique du bâtiment (gtB) pilote les différents équipements : chauffage, éclairage, ventilation, climatisation… un arbitrage automatique qui laisse plus ou moins de marge d’ajustement à l’utilisateur en fonction des consignes d’économie.

Capteurs de présence, température, luminosité…

Chaudière à cogénération

paramètres de confort: température, luminosité, présence/absence de collaborateurs… Des informations précieuses qu’exploite l’unité de pilotage centrale: la gestion technique du bâtiment (GTB). Si le concept n’est pas nouveau, les GTB englobent les différents postes de consommation de manière toujours plus intégrée pour mieux les réguler. Leurs algorithmes déterminent, en fonction des consignes de maîtrise énergétique, le degré de liberté des occupants pour ajuster leur confort final. De telles centrales permettent ainsi d’effectuer jusqu’à 30% d’économie énergétique par rapport à des bâtiments classiques. cc Le

mix énergies renouvelables

De la toiture, le photovoltaïque s’invite à présent sur les façades des bâtiments. Impératif esthétique et surtout économique pour bénéficier d’un tarif de rachat préférentiel, «l’intégration harmonieuse au bâti est une grande préoccupation des fournisseurs de panneaux. Elle doit conserver l’étanchéité

de la paroi tout en garantissant une pose simplifiée», explique Antoine Monville, directeur du marché professionnels, chez EDF Énergies nouvelles. Certains fabricants proposent ainsi des tuiles photovoltaïques épousant l’esthétique des toitures traditionnelles. D’autres développent des formules «tout en un» joignant isolation et panneau photovoltaïque. Côté matériaux, les panneaux classiques, en silicium mono ou polycristallin, commencent à céder le pas aux technologies «couches minces». Ces empilements très fins de matériaux semi-conducteurs, de fabrication moins coûteuse, rattrapent leur déficit de rendement par rapport au silicium cristallin grâce à l’innovation constante apportée sur les structures des différentes couches. Des doubles vitrages intégrant des cellules solaires à couches minces font ainsi leur apparition sur le marché. À plus long terme, plusieurs fabricants développent des cellules solaires organiques. Plus souples, ces films

un écLairage pLus efficace Basé aujourd’hui sur des tubes fluorescents à basse consommation, il devrait passer dans l’avenir aux luminaires à led. plus tard, la technologie oled pourrait s’incruster dans les vitres, les murs, les plafonds, etc.

photovoltaïques représenteront une solution d’intégration passe-partout. «Le photovoltaïque restera malgré tout une option s’insérant dans un mix énergétique plus large, défini par l’environnement du bâtiment», tempère Éric Lamendour de Cofely, pour qui géothermie, capteurs solaires thermiques, pompes à chaleur sont des solutions tout aussi crédibles. Les capteurs solaires thermiques produisent de l’eau chaude via des plaques ou des tubes exposés au soleil. Les pompes à chaleur, quant à elles, transfèrent les calories d’un milieu naturel (air ambiant, nappe phréatique ou un sous-sol) au milieu intérieur via un fluide caloporteur. D’un kilowatt électrique, une pompe à chaleur peut ainsi fournir de 3,5 à 4,5 kW thermiques. «Tous ces systèmes peuvent produire un complément significatif aux systèmes de chauffage », estime Gilles Walterspieler. cm cchugo leroux hleroux@industrie-technologies.com

Novembre 2011ccN°938

39


www.industrie-technologies.com

EN CouVErturE

parcourez les bureaux du green office avec les acteurs du projet.

L’EXEMPLE À SUIVRE le constructeur Bouygues immobilier vient d’inaugurer green office, le nouveau siège social de steria. avec ses 23000 mètres carrés, c’est le plus grand bâtiment à énergie positive de France. ses performances sont garanties par le premier contrat de performance énergétique privé.

U

n bâtiment qui produit plus d’énergie qu’il n’en consomme: voilà le principe du bâtiment à énergie positive. Le nouveau siège social de la SSII Steria en est le plus vaste exemple en France. Pour atteindre cet objectif, Bouygues Immobilier a privilégié une double démarche : produire renouvelable, et limiter les besoins énergétiques. cc Cogénération

et solaire bien intégrés

La moitié de la production électrique est fournie par 4200 m2 de photovoltaïque. Les pan-

neaux de silicium recouvrent ombrières de parkings, façades, et toiture grâce à des systèmes d’intégration adaptés. L’autre moitié est fournie par trois chaudières à cogénération utilisant de l’huile végétale. Elles assurent également le besoin de chauffage en hiver. Au total, l’immeuble produit 64 kWh/m 2 /an d’énergies renouvelables. Pour atteindre l’énergie positive, la conception bioclimatique de l’immeuble entre en jeu. Un éventail de choix techniques, de la conception à l’équipement du bâtiment, limite ses besoins énergé-

tiques globaux à 62 kWh/m2/an, en incluant les consommations du futur utilisateur. Les façades de Green Office, orientées au sud, et l’agencement des 40 % de surfaces vitrées, favorisent l’apport de lumière et de chaleur naturelle. Mais la mesure phare du projet reste le pari de s’affranchir d’un dispositif de climatisation énergivore. En été, des ouvrants automatiques laissent passer l’air extérieur par la façade durant les heures fraîches de la nuit. Cette source froide est stockée dans les dalles de béton qui plafonnent les locaux. Matériau à forte inertie thermique, le béton diffuse lentement les « calories de froid » dites frigories accumulées, ce qui lisse la température tout au long de la journée. cc Gestion

énergétique centralisée

Les façades largement dotées de panneaux photovoltaïques gèrent la lumière, l’isolation et la ventilation (ouvrant automatique à gauche).

40

N°938ccNovembre 2011

Pour exploiter pleinement ces dalles de béton, les faux plafonds ont été abandonnés. Bouygues les a remplacés par des panneaux apposés directement aux plafonds, baptisés velums, qui assurent les fonctions habituelles des faux plafonds : diffusion du chauffage, étouffement sonore, éclairage. Ces plates-formes intelligentes intègrent également des capteurs de luminosité et de présence pour adapter automatiquement l’ambiance aux besoins de l’utilisateur. Car Green Office est truffé de capteurs : 20 000 sur les 23 000 m2 de surface totale.

ccl’immeuBle en chiffres

green office c4 200 m² de panneaux photovoltaïques c20 000 capteurs répartis sur 23 000 m² pour réguler les consommations c64 kWh/m²/an production énergétique c62 kWh/m²/an consommation énergétique c46 mWh/an surplus d’électricité vendue à edF

Dans chaque zone, tout est mesuré en permanence : température, humidité, luminosité… ce sont les yeux du système de gestion énergétique central. Véritable chef d’orchestre du réseau, la gestion technique du bâtiment (GTB) centralise ces informations pour optimiser la consommation globale des équipements : éclairage, consigne de chauffage, stores, ouvrants de façade, et brasseurs d’air. Les niveaux de consommations et de production du bâtiment sont garantis à Steria pour neuf ans grâce à un contrat de performance énergétique (CPE). Un logiciel, baptisé Siego, est arbitre du contrat. Il récupère les données brutes en provenance de la GTB pour analyser les performances énergétiques poste par poste, et identifier les surconsommations d’une manière intelligible pour un utilisateur néophyte. Au-delà de ses performances, Green Office se veut ainsi un banc d’essai pour le pilotage durable des bâtiments à énergie positive. cm cchugo leroux hleroux@industrie-technologies.com d.r.

Le bâtiment qui se passe de climatisation Green office


EN CouVErturE

www.industrie-technologies.com

écoconstruction notre enquête continue sur internet Matériaux, énergie, éclairage, capteurs, logiciels… le bâtiment durable suscite des innovations dans tous les domaines. notre dossier en aborde les points les plus saillants. l’innovation se poursuit tant dans les technologies d’écoconstruction que dans les réalisations elles-mêmes. internet:: pour suivre cette évolution, rendez-vous sur notre site internet www.industrie-technologies.com (rubrique «it, l’enquête continue»).

guide tout sur les solutions d’efficacité énergétique

Avec 508 mètres de hauteur, la tour « Taï-Peï 101 », à Taïwan, n’est plus le plus haut édifice au monde. Mais il

serait le gratte-ciel le plus « vert », selon Siemens, qui a participé à sa rénovation. Dès sa conception, la tour a été créée avec le souci de l’efficacité énergétique. Installation de capteurs de température et d’humidité, optimisation des réglages, extension de la gestion technique centralisée… La rénovation a conduit à un gain supplémentaire de 10 % sur les consommations d’eau et d’électricité et la génération des déchets. cm

priorité à La durabiLité des structures le point sur les deux principaux axes de r&d dans les matériaux de construction : l’amélioration des performances et la prédiction de leur comportement dans le temps et selon l’environnement.

it, juin 2004, n°850

42

N°938ccNovembre 2011

démonstrateur L’habitat à zéro carbone Le bois est le matériau de prédilection du bâtiment durable, car il est le seul à stocker durablement le carbone. Le

prototype « Habitat à zéro carbone » de 100 m2 vise à le démontrer. Présenté au salon Bâtimat 2011, il se veut à la fois la vitrine de la filière de construction en bois et un laboratoire en matière d’écoconception du bâtiment. Il prouve la viabilité du concept tant du point de vue du confort que sur le plan des performances énergétiques et thermiques. cm

L’entrepÔt pLus écoLo, pLus économe reportage sur le premier entrepôt de prologis construit à l’embranchement des autoroutes a6 et a40 selon son concept économique et environnemental optima.

it, octobre 2006, n°882

Dix syndicats professionnels se sont associés pour publier le guide « Vers un bâtiment durable : les équipements et solutions d’efficacité énergétique ».

Ce document de 128 pages répertorie les solutions disponibles aujourd’hui. Il présente les différentes utilisations possibles, les coûts et les gains escomptés. Une véritable bible pour les professionnels de l’écoconstruction téléchargeable sur Internet. cm

Les caméras infrarouges se penchent sur Le bÂtiment un éclairage sur l’évolution de cette technologie de diagnostic énergétique du bâtiment chez deux constructeurs majeurs du marché : Flir et testo.

it, novembre 2007, n°894

d.r.

record La tour la plus « verte » au monde


Découvrez comment

www.industrie-technologies.com methaneva purifie

et valorise le biogaz.

PHoto-tECH

44

N°938ccNovembre 2011


PHoto-tECH

Du biogaz à partir des boues d’épuration

réa

Non, ces énormes œufs, hauts de 50 mètres, n’abritent pas la progéniture de Godzilla ! Ce sont les digesteurs d’une des plus grosses stations d’épuration d’Allemagne, dans la ville de Bottrop, qui traite les rejets de 1,3 million d’habitants. Les boues d’épuration, méthanisées dans les digesteurs, produisent plusieurs millions de mètres cubes de biogaz par an. Une partie est brûlée dans des centrales de cogénération. L’autre est raffinée en gaz naturel et en hydrogène pour alimenter les véhicules de l’agglomération.

Novembre 2011ccN°938

45


www.industrie-technologies.com

PHoto-tECH

Traitement des eaux usées de papeterie Le traitement des eaux usées est un enjeu pour la très gourmande industrie papetière. Ici, une installation d’épuration appartenant au leader mondial du papier, UPM, en Finlande. Les étapes de coagulation et de flottaison sont au cœur du procédé. Elles produisent des agglomérats des corps solides en suspension, qui peuvent ensuite être retirés par gravitation et récupérées sous forme de boues. L’eau est filtrée avant rejet final dans l’environnement.

Recyclage de bouteilles en plastique

réa ; reuters

La Chine consomme des milliards de bouteilles en PET chaque année, ce qui lui coûte 10 millions de tonnes de pétrole par an. Aussi le pays développe-t-il le recyclage comme sur ce site de Changzhou. Selon les statistiques officielles, il traite déjà plus de 60 % des bouteilles usagées. Chaque tonne recyclée génère une économie de 1 à 1,2 tonne de pétrole.

46


PHoto-tECH

Démantèlement d’avions

réa

Selon Boeing et Airbus, entre 6 000 et 8 500 avions de ligne seront mis à la retraite d’ici à vingt ans. Le recyclage de ces appareils a déjà commencé. Aux États-Unis, sur l’aéroport logistique principal du sud de la Californie, Aircraft Recyling Corporation démantèle les avions endommagés ou en fin de vie. Les matériaux récupérés sont réutilisés dans la fabrication de pièces automobiles, meubles ou emballages. Selon la société, le taux de recyclage atteint 80 à 85%.

Novembre 2011ccN°938

47


www.industrie-technologies.com

EXPÉriENCEs

les fausses bonnes idées de l’écoconception, selon alcatel-lucent.

ENQUÊTE

écoconception : un sentier bien balisé

gain Dans 90 % des cas, l’écoconception contribue à augmenter les profits de l’entreprise (BVA / Ademe en 2009).

approche globale et multicritère, l’écoconception constitue un axe majeur de prévention et de réduction à la source des impacts environnementaux. elle est à l’origine d’un changement de comportement profond en entreprise. sa mise en place est souvent complexe et le chemin pour y parvenir est semé de pièges. recette pour se l’approprier.

d

adopter de plus en plus l’écoconception dans leur politique. Intégrer cette dimension dans la conception de produits peut, à l’inverse de certaines idées reçues, se faire d’une manière assez simple, mais nécessite de respecter certaines étapes indispensables au bon déroulement de cette démarche.

1

Impliquer toute l’entreprise

Selon une étude BVA commandée par l’Ademe, 74 % des entreprises qui pratiquent déjà l’écoconception déclarent que

le décideur a joué un rôle prédominant. La première étape consiste donc à sensibiliser en priorité le dirigeant de la société pour qu’il implique complètement son personnel dans la prise en compte de l’environnement dès la conception des produits. « La décision de mettre en place une telle démarche au sein du groupe Legrand a été portée principalement par la direction génér a l e » , t é m o i g n e Ma r c Drzewiecki, responsable du marketing des produits et des systèmes d’éclairage de sécurité chez Legrand. Outre un

LEs CLÉs Pour ComPrENdrE Écoconception, analyse de cycle de vie, bilan carbone… Les termes sont nombreux à intervenir dans une démarche environnementale. Mais ils ne sont pas à confondre. ccÉcoconception

l’écoconception est une démarche de conception visant à minimiser les impacts environnementaux d’un produit ou service, tout au long de son cycle de vie : matières premières, production, distribution, utilisation et recyclage.

48

N°938ccNovembre 2011

cccycle de vie

l’analyse du cycle de vie est un outil d’aide à la décision qui consiste à évaluer tous les impacts environnementaux potentiels d’un produit, d’un service ou d’un procédé sur l’ensemble de son cycle de vie.

ccBilan carBone

le Bilan carbone est une méthode de comptabilisation des émissions directes ou indirectes de gaz à effet de serre d’une activité ou d’un site, en tenant compte de l’énergie primaire et finale utilisée.

plus grand respect pour l’environnement, l’écoconception peut procurer de nombreux avantages économiques. L’amélioration de la qualité des produits, une meilleure différenciation sur le marché ou une plus grande maîtrise des risques pourraient aussi inciter les dirigeants à s’engager dans cette voie. « L’implication de toute l’entreprise et de ses dirigeants est essentielle car il est important de définir, dès le début, le principal critère environnemental à améliorer ainsi que la future stratégie de communication », poursuit MarieÉlisabeth D’Ornano, responsable de Codde, le pôle d’expertise en écoconception de Bureau Veritas.

2

Choisir une approche transversale

Approche multidimensionnelle, l’écoconception nécessite la réunion de différentes fonctions et compétences de l’entreprise pour trouver le meilleur compromis. « Du service recherche et développement à la logistique, en passant par les achats ou la

d.r.

epuis quelques années, les projets d’écoconception remportent un franc succès. Poussés par leur conviction personnelle, les professionnels se sont engagés dans cette démarche de façon volontaire afin de concevoir des produits plus respectueux de l’environnement. La mise en place d’exigences réglementaires accrues ainsi que l’augmentation des appels d’offres contenant des clauses environnementales contraignent également les entreprises à


EXPÉriENCEs

Le premier micro-ordinateur français écoconçu RÉDUCTION du nombre de pièces électroniques et des câbles à seulement quatre éléments : une carte mère, un écran LCD, une alimentation commune et un disque dur.

RECHERCHE de filières d’approvisionnement les plus proches essentiellement en France.

MISE EN PLACE d’une coque en aluminium qui dissipe mieux la chaleur que la coque en plastique.

SUPPRESSION du ventilateur et des retardateurs de flamme.

CHOIX de composants robustes pour offrir une durée de vie de 6 ans au minimum, contre environ 3 ans pour un PC traditionnel.

L’Alt est économe en énergie, silencieux et n’utilise que des matériaux recyclables.

d.r.

c créé début 2010, meta-it se présente comme le premier fabricant français d’informatique responsable. après avoir travaillé sur des ordinateurs énergivores et beaucoup trop complexes pour un usage courant, les fondateurs ont eu l’idée de mettre au point un produit écoconçu. plusieurs expérimentations et essais ont été nécessaires pour arriver à l’alt,

production, toutes les équipes doivent être engagées dans la démarche d’écoconception. Ces projets sont donc par nature pluridisciplinaires, d’où la notion d’approche transversale », explique MarieÉlisabeth D’Ornano. Dans certains cas, la création d’un département développement durable peut favoriser la collaboration étroite entre différents services. Si l’implication de ces équipes techniques est

un micro-ordinateur répondant aux besoins bureautiques. le choix des composants ainsi que la réduction du nombre de pièces ont abouti à un matériel ayant une durée de vie plus longue et surtout plus économe en énergie. l’alt consomme ainsi seulement 25 W d’électricité, contre plus de 100 W pour les micro-ordinateurs traditionnels.

indispensable, celle, moins évidente, de fonctions, comme le marketing, l’est tout autant. « Le marketing peut même être considéré comme le leader de cette démarche transversale. En prenant en compte certaines études, ce service nous permet de mieux connaître les attentes de nos consommateurs et donc d’adapter notre futur produit en conséquence », ajoute Michel Jacquet, directeur commercial de

Sensus France. Même si le produit écoconçu est plus respectueux de l’environnement, l’objectif final reste de le vendre et de satisfaire un besoin.

3

Réaliser une analyse du cycle de vie

Pour réduire l’impact environnemental d’un produit, d’un bien ou d’un service, l’entreprise doit nécessairement connaître un certain nombre de données sur leurs perfor-

mances environnementales. Outil d’évaluation, l’analyse du cycle de vie (ACV) aide l’industriel à déceler les consommations de matières et d’énergies à l’origine d’impacts environnementaux afin d’envisager de nouvelles pistes de progrès et d’innovation. Depuis la conception jusqu’à la fin de vie d’un produit, l’ACV mesure les quantités de matières, d’énergies et de déchets liés à chaque étape du cycle de vie. Sous une forme simplifiée ou plus complexe, de nombreux logiciels sont disponibles sur Internet : le bilan produit de l’Ademe, le SimaPro d’Evea ou le Team d’Ecobilan… Certains de ces logiciels peuvent être spécifiques à un secteur industriel, comme l’Eime de Bureau Veritas Codde qui est à la pointe de l’électromécanique. « Le logiciel Eime est un outil efficace qui compile un grand nombre de données sur les impacts des composants électriques et électroniques. De plus, cette base de données est régulièrement actualisée par un grand nombre d’industriels et de syndicats professionnels », détaille Marc Drzewiecki.

Novembre 2011ccN°938

49


EXPÉriENCEs

L’Eime possède également une aide à l’écoconception qui fournit aux concepteurs des fonctionnalités facilitant la reconception de produits en fonction de critères environnementaux.

4

Éviter les transferts de pollution

Afin de diminuer les impacts environnementaux, le concepteur procède, sur l’ensemble du cycle de vie, à des combinaisons de solutions pour trouver le meilleur compromis. Le choix d’un fournisseur plus proche, d’une matière à impact environnemental réduit, d’un emballage plus économe en papier ou encore la réduction du nombre de pièces sont autant de pistes à envisager. Mais, pour mener à bien ce type de démarche, l’entreprise se doit de respecter la vision globale de l’écoconception en prenant en compte les impacts environnementaux générés par le produit sur l’ensemble de son cycle de vie : consomccles aides de l’ademe

première structure de soutien, l’ademe participe financièrement à la mise en œuvre de démarches d’écoconception. elle propose ainsi une « aide à la décision » qui s’articule autour de trois axes, le prédiagnostic pour initier un projet, le diagnostic pour améliorer la performance environnementale d’un produit et l’étude de projet pour accompagner l’entreprise dans sa stratégie globale d’amélioration. avec un plafond maximal de 50 000 euros, la subvention s’élève à 50 % pour les groupes, 60 % pour les pMe et 70 % pour les tpe.

50

mations d’énergie et de matières ; rejets dans l’eau, l’air et les sols ; production de déchets ; transformations des milieux naturels et du cadre de vie, etc. « Cette approche multicritère est très importante car elle limite grandement le risque de transfert de pollution. Dans certains cas, l’amélioration de l’impact d’une étape provoque le déplacement de la pollution ailleurs dans le cycle de vie », insiste Marie-Élisabeth D’Ornano. La difficulté pour les entreprises est d’intégrer tous les impacts environnementaux dans leur démarche, le piège étant de se perdre dans cette masse d’informations. En fonction de leurs désirs ou des attentes de leurs clients, certaines entreprises préfèrent définir un ou deux impacts sur lesquels elles concentreront leur attention. Dans le cas de produits électriques et électroniques, l’efficacité énergétique constitue le principal levier d’action. Il faut donc en premier lieu rechercher des solutions pour diminuer la consommation d’énergie. Pour les blocs d’éclairage de sécurité, Legrand a ainsi introduit, à la place de la version nickel cadmium, une batterie nickel hydrure métallique (NiMh) à faible impact sur l’environnement. Outre une plus grande durabilité, ce type de batterie présente une meilleure efficacité, tout en facilitant le recyclage. « Le critère central de notre projet portait sur la consommation énergétique, mais il a fallu tenir compte des autres impacts pour arriver à une démarche pertinente», précise Marc Drzewiecki. De son côté, Sensus a mis au point des compteurs d’eau écoconçus, fabriqués en matériaux composites. «Ces produits étant deux fois plus légers que les comp-

N°938ccNovembre 2011

suivez pas à pas la démarche d’écoconception d’une pme, en infographie.

teurs traditionnels en métal, leur transport a moins d’impact sur l’environnement. Leur fabrication en matériaux composites offre aussi un recyclage aisé par un simple broyage et refonte », se réjouit Michel Jacquet de Sensus.

5

Faire connaître sa démarche

« Lorsqu’une entreprise se lance dans une démarche d’écoconception, la dernière étape consiste à établir un plan de communication pour mettre en valeur son implication environnementale », souligne Marie-Elisabeth D’Ornano. En interne, la communication est essentielle pour fédérer et accompagner l’ensemble des employés dans le processus d’adaptation de ce projet. Au niveau du consommateur, l’entreprise se doit de communiquer afin de promouvoir les efforts réalisés et de développer sa nouvelle image. De plus, cette démarche offre la possibilité de se démarquer de la concurrence sur un critère devenu important dans le choix du client. Pour avoir plus de visibilité et de crédibilité, les produits peuvent être certifiés par un écolabel qui garantit un impact réduit de ces produits sur l’environnement. « L’écolabel français NF Environnement offre aussi la possibilité à l’entreprise de valider sa démarche par un organisme tiers», pointe Marc Drzewiecki. La réussite d’un projet d’écoconception est également un signe d’encouragement pour l’entreprise afin qu’elle poursuive ses efforts. L’écoconception étant avant tout un processus d’amélioration continue. cm ccclÉment cygler redaction@industrie-technologies.com

cc andré Malsch PRÉSIDENt DU CLUB CRÉER, CLUStER DÉDIÉ À L’ÉCoCoNCEPtIoN Et AU RECYCLAGE

« commencer par des actions simples » « les projets d’écoconception sont en général perçus comme compliqués à mettre en place. pourtant, la mise en œuvre de simples actions telles que la réduction du nombre de pièces ou le raccourcissement des filières de production peut porter cette démarche. une modification du comportement de l’entreprise ainsi que l’instauration d’une réelle communication entre les différents services sont des éléments clés pour aboutir à un véritable produit écoconçu. afin d’accompagner leurs actions, les professionnels ont désormais accès à de nombreux outils comme l’analyse de cycle de vie pour définir les impacts environnementaux ou des logiciels d’écoconception. Mais, même si les logiciels d’aide à la conception fournissent des pistes de réflexion, l’entreprise devra quand même prêter attention aux paramètres sélectionnés ainsi qu’à l’analyse des résultats, réalisée par une personne compétente. »

d.r.

www.industrie-technologies.com


www.industrie-technologies.com

EXPÉriENCEs

CAS D’ENTREPRISE L’oréal divise par deux ses émissions de co2 GéotherMie

niveau technologique», explique Michel Planchat, ingénieur chez EDF Optimal Solution. ccLA SOLUTION

ccl’orÉal

La thermofrigopompe a permis de réaliser des économies d’énergie substantielles sur les cycles froids et chauds au sein de l’usine en s’appuyant sur la géothermie.

52

Leader mondial des cosmétiques, le groupe L’oréal gère un portefeuille de 23 marques internationales. effectif 66 000 collaborateurs répartis dans 130 pays production les deux sites de vichy et de la roche-posay, produisent ensemble 18 000 tonnes par an. chiffre d’affaires 19,5 milliards d’euros en 2010 site de vichy les 40 lignes de conditionnement sont dédiées à la production de soins du visage, du corps, des shampooings et des produits solaires. l’usine emploie 350 personnes.

N°938ccNovembre 2011

ccLE PROBLÈME

moins 50 % de co2 à L’horizon 2015

Réduire de moitié les émissions de CO2 des sites industriels avant 2015. Voilà le premier axe de la charte écoresponsable interne édictée par L’Oréal en 2009. À charge de chaque usine de trouver les solutions les plus adaptées pour remplir cette exigence. À cette époque, l’usine de cosmétiques de Vichy (Allier) est déjà engagée dans une politique d’optimisation énergétique de ses procédés en collaboration EDFOptimal Solutions, la filiale d’EDF dédiée à l’éco-efficacité. Mais l’amélioration continue a ses limites. « Une réduction drastique de 50% impose une rupture tant au niveau de la conduite des procédés qu’au

récupération de chaLeur et géothermie

L’usine engage alors avec son partenaire un état des lieux durant lequel le process est passé au crible. En s’appuyant sur le service des utilités, qui supervise les flux de matière et d’énergie au sein de l’usine, EDF Optimal Solution identifie et hiérarchise tous les postes de dépense énergétique. Il ressort de l’étude que le site est bâti audessus d’une nappe phréatique dont la température de l’eau peut être mise à profit. Le diagnostic achevé, L’Oréal choisit plusieurs solutions. D’abord, la récupération de chaleur pour le chauffage des eaux de lavage à 60 °C. Ces eaux circulent dans des échangeurs pour récupérer la chaleur perdue à trois niveaux: les effluents de l’usine, le circuit de refroidissement des compresseurs, et les gaz de combustion issus des chaudières vapeur. Puis vient l’installation d’une thermofrigopompe. Le principe: réunir une pompe à chaleur et un groupe froid sur la même machine. «Une usine de cosmétiques nécessite à la fois beaucoup de froid et de chaud selon les étapes de fabrication», souligne Michel Planchat. «La thermofrigopompe optimise les cycles froids et chauds en rejetant ou en récupérant les calories dans l’eau de la nappe phréatique. » Selon L’Oréal,

1 kWh électrique ainsi dépensé produit 3,3 kWh de chaleur et 2,2 kWh de froid. Des mesures secondaires complètent ce dispositif. Les circuits de vapeur sont isolés pour minimiser les déperditions. Les outils de télégestion sont généralisés pour suivre les consommations en temps réel et adapter le fonctionnement des installations au rythme de la production. Enfin, les ingénieurs développent un système de free cooling, qui consiste à climatiser les locaux via un échange thermique avec l’air extérieur. ccLE BÉNÉFICE

2 000 tonnes de co2 économisées par an

L’objectif des 50% est atteint avec quatre ans d’avance sur la feuille de route. Au total, cela représente une économie de 2000 tonnes de CO2 par an. Philippe Dequincey, directeur de l’usine L’Oréal, se félicite également de la bonne logistique de l’opération: «Tous ces aménagements ont pu être menés en marge ou le week-end, sans causer d’arrêts de la production.». Il refuse de dévoiler l’investissement consenti, mais prévoit un amortissement sous 6 à 10 ans des équipements remboursés en leasing à EDF. À présent, l’usine Vichy s’attaque aux deux autres axes de la charte L’Oréal: moins 50% sur sa consommation d’eau et sa production de déchets. cm cchugo leroux hleroux@industrie-technologies.com d.r.

dans son usine de vichy, le leader des cosmétiques a revu son procédé à la loupe pour le rendre plus efficace et plus économe en énergie. le tout sans perturber la production. résultat : la réduction de moitié des émissions de gaz à effet de serre.


fiCHE ENViroNNEmENt

mÉtHodE

trouvez de l’or dans vos déchets industriels ENViroNNEmENt

les déchets industriels ne sont pas que des rebuts dont il faut se débarrasser pour faire plaisir à la nature. ce sont aussi, dans la plupart des cas, une ressource à exploiter. leur valorisation génère des profits dépassant parfois la centaine de milliers d’euros. résidus de fin de colonne à distiller du pétrole des raffineries, résidus de levure de bières des grandes brasseries… aujourd’hui, près de 80% des déchets non dangereux sont valorisés ou recyclés.

5 conseils pour valoriser les déchets

1

Mettre en place des systèmes de mesure en continu des flux de déchets afin d’en connaître leur quantité, leur composition et leur dangerosité au plus près.

getty

c

bilan matière

mÉtiEr

analyse en continu

2

Réaliser un véritable bilan matière pour limiter les déchets ultimes non recyclables. c

3

4

expertise

recyclage

valorisation énergétique

Demander l’avis d’un expert en valorisation des déchets (bureaux d’études accrédités par l’État, Ademe…) ou de responsables des filières de traitement des déchets.

Étudier toutes les filières de réutilisation ou recyclage possibles de vos déchets en aval. L’occasion de découvrir la possibilité de recycler un déchet d’une autre industrie qui rentrera dans la liste de vos futures matières premières.

Envisager la valorisation énergétique pour produire de la chaleur ou de l’électricité si le recyclage demeure incertain ou contraignant d’un point de vue économique.

c

c

5 c

Novembre 2011ccN°938

mÉtiEr

mÉtiEr

outiL

outiL

la valorisation des cartes électroniques permet de récupérer le cuivre, l’or, l’argent et le palladium qu’elles contiennent.

53


fiCHE ENViroNNEmENt

mÉtHodE

trouvez de l’or dans vos déchets industriels dans Quel but ?

c pour respecter les normes et la réglementation en matière de déchets. c pour tirer un profit en considérant les déchets non comme des rebuts à éliminer mais comme une ressource à valoriser. Par exemple les résidus de fin de colonne à distiller du pétrole des raffineries étaient un déchet dont il fallait absolument se débarrasser. Ils sont devenus dans les années quatre-vingt-dix un combustible très prisé à moindre de coût. De même, les résidus de levure de bières des grandes brasseries sont vendus depuis près de vingt ans à des sociétés en agroalimentaires qui les recyclent et les réintègrent dans leur chaîne de production d’additifs alimentaires.

c suivre les différentes étapes proposées par la personne mandatée sur ce projet et organiser une commission d’évaluation impliquant différents services de la société (production, achats, maintenance, environnement). c avant de chercher les filières d’élimination possibles, il est indispensable d’avoir une bonne connaissance de tous vos déchets et surtout du cadre réglementaire. c interroger vos fournisseurs qui peuvent proposer des filières de transport pour l’enlèvement des déchets. La valorisation en interne est la voie la plus lucrative. La réutilisation d’un déchet ou le recyclage offrent les économies les plus importantes. Consulter les laboratoires publics pour trouver de nouveaux débouchés plus avantageux. Les déchets végétaux, valorisés au départ sous forme énergétique, sont souvent sollicités comme matières premières dans l’industrie.

l’avis de l’eXPert

les PiÈGes À éviter c faire un copier-coller d’un site existant. Suivant la filière de production, les coûts d’exploitation sont différents et donc chaque site est à considérer comme unique.

ccyann ladoucette ingÉnieur cHeZ oxboW carbonplus

« pour avoir une longueur d’avance, il faut s’approprier régulièrement la législation et plus particulièrement les normes de rejet. il est nécessaire de raisonner dans une étude en termes de coût global d’exploitation et d’y intégrer les éventuelles subventions publiques relatives à la valorisation des déchets. associer plusieurs technologies peut s’avérer un compromis gagnant. »

c ne pas mener l’étude jusqu’au déchet ultime et sous-estimer la valeur des coproduits. Par exemple, aujourd’hui, la filière du compost permet de produire du terreau (engrais naturel pour l’agriculture) mais de plus en plus aussi de la chaleur ou de l’électricité du fait de la quantité rejetée non négligeable de méthane revalorisé ensuite. c se lancer dans le projet sans avoir fait d’essai pilote sur site au préalable. Ce point est souvent occulté pour gagner du temps mais cette étape est indispensable pour une meilleure optimisation. Une journée de test en laboratoire ou de diagnostic complet coûte autour de 1000 à 2000 euros hors taxes.

Par oÙ coMMencer? c prendre rendez-vous avec la directions régionales de l’environnement, de l’aménagement et du logement (dreal) de votre département afin de connaître les tendances des prochaines limites de rejet des polluants et afin de s’informer les formalités pour reclasser un déchet récupéré dans une industrie de matière première. c associer votre agent de la dreal à votre démarche et faites en un allié. Il est très conscient de ce travail de longue haleine. c adhérer à une association environnementale régionale qui met en contact les industriels et favorise les échanges d’expériences.

ccfiche coordonnÉe par ridha loukil rloukil@industrie-technologies.com

54

N°938ccNovembre 2011

d.r.

mÉtiEr

outiL

ENViroNNEmENt

c pour préserver la planète et limiter l’épuisement des ressources.

coMMent la Mettre en Œuvre ?


www.industrie-technologies.com

Produits

les infographies animées de solon sur leurs systèmes de fixation de panneaux photovoltaïques solfixx et solbond.

GUIDE D’ACHAT La séLection de produits de La rédaction

douze panneaux photovoltaïques pour toitures d’usines dans le contexte actuel du développement des énergies renouvelables, les usines, avec leurs toitures de grandes tailles, se prêtent tout naturellement à l’insSource : B+L Marktdaten tallation de centrales photovoltaïques. Malgré une réglementation tarifaire moins favorable que par le passé, un tel projet, en construction neuve ou en rénovation, reste rentable grâce à la baisse des prix des panneaux photovoltaïques et à l’amélioration constante de leurs performances.

grosse capacité En 2010, le marché français potentiel de toitures non résidentielles équipables en photovoltaïque s’élevait à 18,9 millions de mètres carrés.

es tarifs d’achat de l’électricité photovoltaïque fixés en 2006 ont suscité à la fois le décollage du marché du solaire en France et l’émergence d’une industrie locale. En parallèle, une multitude de fournisseurs étrangers de panneaux photovoltaïques ont investi l’Hexagone. Les usines se

L

sont emparées de cette énergie renouvelable, considérée comme la plus facile à installer, pour réduire leur facture énergétique et leur dépendance en énergies fossiles toujours plus coûteuses. C’est ce qui a motivé Toyota, en 2008, à équiper la toiture d’un bâtiment de son usine d’Onnaing (Nord) d’une membrane photovoltaïque en silicium amorphe d’Uni-

edf achète moins cher l’électricité produite c afin d’encourager le déploiement du

photovoltaïque, le tarif d’achat, par edF, de l’électricité produite a été porté à 0,55 euro par kWh pour le photovoltaïque intégré au bâti et à 0,30 euro par kWh pour le photovoltaïque surimposé au bâti en 2006, contre un tarif unique de 0,15 euro par kWh tarifs depuis Le 1er octobre 2011

56

prix

type d’installation

puissance

Intégration au bâti

0 à 9 kW

28,82

Intégration simplifiée au bâti

0 à 36 kW

24,85

36 à 100 kW

23,61

Autres installations

0 – 12 MW

11,38

N°938ccNovembre 2011

(en centimes d’euro/kWh)

auparavant. la forte explosion du marché en 2009 et 2010 a conduit les autorités à réduire les tarifs d’achat à plusieurs reprises depuis 18 mois (voir tableau ci-contre). la puissance annuelle susceptible d’être installée a été limitée à 500 MW/an, tous types d’installation confondus. des contraintes ont en outre été ajoutées, notamment pour l’intégré au bâti: le système photovoltaïque doit être installé dans le plan de la toiture, avec une tolérance de dépassement de 60 millimètres jusqu’à fin 2011, et de seulement 20 millimètres après. l’industrie française du photovoltaïque, et le marché, souffrent de cette évolution qui freine les décisions d’investissements.

Solar sur une surface de 1 020 m 2. À Nomexy (Vosges), près de Nancy, Ecologgia Construction, un spécialiste des ossatures bois pour bâtiments tertiaires, a pour sa part installé 1 048 panneaux photovoltaïques pour une puissance totale de 236 kWc (le watt-crête est l’unité de mesure représentant la puissance maximale d’une cellule photovoltaïque en conditions standards) lors de la rénovation de sa toiture, sans arrêter le fonctionnement de l’atelier. cc Panneaux

cristallins ou amorphes

Pour les bâtiments industriels, il existe trois types de toitures : les toitures terrasses ou à très faible pente, les toitures inclinées et les toitures shed (toiture à redans partiel dite en dents de scie). Chacune impose des contraintes propres auxquelles les différentes technologies de panneaux photovoltaïques s’adaptent plus ou moins. Deux grandes familles technologiques de panneaux photovoltaïques sont disponibles pour l’industriel. Les modèles à cellules solaires en silicium cristallin représentent aujourd’hui 85 % du marché, et comptent le plus de fournisseurs. Parmi eux, ceux en silicium monocristallin affichent les meilleurs rendements de conversion, jusqu’à 20 %


Produits LE PLus LÉGEr LE PLus raPidE rEtour ÉNErGÉtiQuE

LE PLus PuissaNt

ccPeaK PeaK enerGy DE REC SoLAR cce20 e20 / 333 DE SUNPoWER

ccPvl D’UNI-SoLAR

ce panneau photovoltaïque transforme le plus de photons en électrons de toute l’offre disponible à ce jour, avec 333 W obtenue par une surface de 1,6 m2, soit 200 W/m2. le rendement surfacique élevé est obtenu grâce aux 96 cellules solaires réalisées dans une technologie propriétaire de sunpower, à contact arrière. les cellules affichent un rendement de conversion de 22,9%, qui aboutit à 20,4% au niveau du panneau. le petit-frère de 327 W a un rendement de 20,1%. le tout pour un poids de 18,6 kg, sensiblement identique à celui de nombreux panneaux de moindre puissance.

les panneaux photovoltaïques pvl de la société américaine uni-solar se déclinent en trois puissances, 68 W, 136 W et 144 W. les offres systèmes disponibles combinent une membrane d’étanchéité, en bitumine ou en polymère, et une deuxième couche intégrant les panneaux photovoltaïques, pour un poids total, fixation comprise, qui reste inférieur à 10 kg, soit plus de deux fois moins que les panneaux photovoltaïques en silicium ou cis. cette offre «poids plume» est donc particulièrement adaptée aux toitures terrasse à faible capacité de charge, où elle est intéressante en dépit des rendements modérés du silicium amorphe.

ccfiche techniQue

prix 1,20 à 1,40 euro/Wc selon les volumes commandés poids 18,6 kg/panneau, soit 11,4 kg au m2

d.r.

charge mécanique maximale 550 kg/m2

en haut de gamme, contre 14-16 % en moyenne pour ceux dotés de cellules en silicium polycristallin. Ils s’installent le plus souvent sur les toitures en pente. Une inclinaison à 30° et une orientation plein sud permettent d’obtenir la productivité maximale. Ils peuvent aussi être posés à plat, avec une productivité de l’or-

ccfiche techniQue

prix 1,30 euro/Wc poids 7,7 kg/panneau, soit 3,5 kg au m2 charge mécanique maximale 475 kg/m2

dre de 90 %, et orientés à l’est ou à l’ouest, voire à la verticale auquel cas la productivité est réduite de moitié. Deuxième grande famille : les panneaux photovoltaïques à couches minces sur substrat verre, plastique ou métal. Ils sont adaptés aux zones plus nordiques parce qu’ils captent mieux la lumière diffuse.

issus d’une production verticalement intégrée, les panneaux photovoltaïques de la série peak energy contiennent des cellules solaires faites à partir d’un silicium polycristallin granulaire obtenu grâce à un procédé propriétaire, deux fois moins coûteux que les procédés habituels. ils affichent un retour énergétique d’un an seulement, c’est-à-dire que, dans une installation photovoltaïque, ils produisent en une année autant d’énergie qu’il a fallu pour les fabriquer, du silicium au panneau final. soit près de deux fois moins que les autres panneaux en silicium. une conception soigneuse de la cellule solaire augmente par ailleurs de 6% la transmission de la lumière. ccfiche techniQue

prix 1,15 euro/Wc poids 18 kg/panneau, soit 10,9 kg/m2, l’un des moins lourds dans cette catégorie de puissance charge mécanique maximale 551 kg/m2

Elle se subdivise en différentes technologies. Le silicium amorphe propose le plus faible rendement, 5 à 7 %. Ses variantes plus puissantes (jusqu’à 8,5 % chez Sharp), allient une couche de silicium amorphe et une couche de silicium microcristallin, pour constituer des cellules dites tandem ou micromorphes.

Novembre 2011ccN°938

57


www.industrie-technologies.com

Produits

GUIDE D’ACHAT

12 panneaux photovoLtaïques pour toitures d’usines LE PLus raPidE rEtour ÉNErGtiQuE

solar frontier

caractéristiques techniques

SF150-L

Les pLus

Peek Energy REC250PE

avancis / saint Gobain Powermax

solarWorld

SunmodulePlus SW 240 pol

bosch solar enerGy module c-Si m60

solareZo RS250 P60

technologie c cis

technologie

technologie

technologie

technologie

technologie

c silicium monocristallin

c cis

c silicium polycristallin

c silicium monocristallin

c silicium polycristallin

puissance nominale (Wc) c 150

puissance nominale (Wc) c 250

puissance nominale (Wc) c 135

puissance nominale (Wc) c 240

puissance nominale (Wc) c 245

puissance nominale (Wc) c 250

rendement du module

rendement du module

rendement du module

rendement du module

rendement du module

rendement du module

c 12,2 %

c 15,1 %

c 12,6 %

c 14,5 %

c 14,9 %

c 15 %

nombre de cellules c non applicable

nombre de cellules c 60 cellules

nombre de cellules c 104 cellules

nombre de cellules c 60 cellules

nombre de cellules c 60 cellules

nombre de cellules c 60 cellules

dimensions d’un panneau (en mm) c 1 257 x 977 x 35

dimensions d’un panneau (en mm) c 1 665 x 991 x 38

dimensions d’un panneau (en mm) c 1 595 x 684 x 45

dimensions d’un panneau (en mm) c 1 675 x 1 001 x 31

dimensions d’un panneau (en mm) c 1 680 x 990 x 50

dimensions d’un panneau (en mm) c 1 640 x 992 x 30

poids d’un panneau

poids d’un panneau

poids d’un panneau

poids d’un panneau

poids d’un panneau

poids d’un panneau

c 20 kg

c 18 kg

c 19,6 kg

c 21,2 kg

c 21 kg

c 19,2 kg

garantie produit

garantie produit

garantie produit

garantie produit

garantie produit

garantie produit

c 5 ans

c 63 mois

c 10 ans

c 5 ans

c 10 ans

c 5 ans

garantie de performances c 10 ans à 90 % de la puissance minimale, 20 ans à 80 % de la puissance minimale

garantie de performances c 10 ans à 90 % de la puissance minimale, 25 ans à 80 % de la puissance minimale

garantie de performances c 20 ans

garantie de performances c garantie linéaire de 0,7 %/an sur 25 ans

garantie de performances c 10 ans à 90 % de la puissance minimale, 25 ans à 80 % de la puissance minimale

garantie de performances c 5 ans à 95 %, 12 ans à 90 %, 18 ans à 85 %, 25 ans à 80 %

moins de 1,10 euro / Wc Le moins cher des couches minces CIS

www.solar-frontier.com

58

rec solar

1,15 euro / Wc En un an il aura produit autant d’énergie qu’il en a été utilisé pour le fabriquer

www.recgroup.com

N°938ccNovembre 2011

1,20 euro / Wc Le plus résistant des panneaux couches minces (551 kg/m2)

www.avancis.de

1,20 euro / Wc Perte de performance de 0,7 % par an maximum sur 25 ans

www.solarworld.de

1,20 euro / Wc Productivité maintenue à 90 % même à faible luminosité

www.bosch -solarenergy.com

1,20 euro / Wc Verre autonettoyant en option

www.solarezo.fr


Produits

LE PLus PuissaNt

LE PLus LÉGEr

sunPoWer

sharP

technologie c silicium monocristallin

c silicium cristallin

technologie

technologie

technologie

c tandem a-si/µc-si

c silicium polycristallin

c silicium amorphe

c silicium monocristallin

puissance nominale (Wc) c 333

puissance nominale (Wc) c 135

puissance nominale (Wc) c 250

puissance nominale (Wc) c 235

puissance nominale (Wc) c 144

puissance nominale (Wc) c 250

E20 / 333

NA-F135

technologie

suntech PoWer StP250-S20/Wd+

technologie

(process spécifique)

PhotoWatt PW2350

uni-solar

tenesol

PVL-144

tE250-60m+

rendement du module

rendement du module

rendement du module

rendement du module

rendement du module

rendement du module

c 20,4 %

c 9,5 %

c 15,2 %

c 15 %

c7%

c 15,2 %

nombre de cellules c 96 cellules

nombre de cellules c 180 cellules

nombre de cellules c 60 cellules

nombre de cellules c 60 cellules

nombre de cellules c 22 cellules

nombre de cellules c 60 cellules

dimensions d’un panneau (en mm) c 1 559 x 1 046 x 46

dimensions d’un panneau (en mm) c 1 409 x 1 009 x 46

dimensions d’un panneau (en mm) c 1 665 x 991 x 50

dimensions d’un panneau (en mm) c 1 638 x 982 x 40

dimensions d’un panneau (en mm) c 5 486 x 394 x 4

dimensions d’un panneau (en mm) c 1 660 x 990 x 50

poids d’un panneau

poids d’un panneau

poids d’un panneau

poids d’un panneau

poids d’un panneau

poids d’un panneau

c 18,6 kg

c 18 kg

c 19,8 kg

c 20 kg

c 7,7 kg

c 19 kg

garantie produit

garantie produit

garantie produit

garantie produit

garantie produit

garantie produit

c 10 ans

c 5 ans

c 10 ans

c 10 ans

c 5 ans

c 10 ans

garantie de performances c garantie linéaire jusqu’à 25 ans et 80 %

garantie de performances c 10 ans à 90 % de la puissance minimale, 25 ans à 80 % de la puissance minimale

garantie de performances c 5 ans à 95 %, 12 ans à 90 %, 18 ans à 85 %, 25 ans à 80 %

garantie de performances c garantie linéaire jusqu’à 25 ans et 80 %

garantie de performances c 10 ans à 92 %, 20 ans à 84 %, 25 ans à 80 %

garantie de performances c 10 ans à 90 % de la puissance minimale, 25 ans à 80 % de la puissance minimale

1,25 euro / Wc

1,25 euro / Wc

moins de 1,30 euro / Wc

2,20 à 2,70 euros / Wc

Couche antireflet améliorant l’absorption

100 % fabrication française

Meilleur rendement surfacique grâce aux cellules à contact arrière

www.sunpowercorp.com.

1,25 euro / Wc Meilleur rendement en silicium amorphe

www.sharp.eu

www.suntech -power.com.

www.photowatt.com

Membrane photovoltaïque souple

Produit jusqu’à 5 % de plus que la puissance nominale indiquée

www.uni-solar.com

www.tenesol.com

d. r.

1,20 euro / Wc

Novembre 2011ccN°938

59


www.industrie-technologies.com

Produits

GUIDE D’ACHAT

12 panneaux photovoLtaïques pour toitures d’usines

Cette technologie est intéressante pour les toitures de grande taille, en particulier en terrasse, où la surface compense le faible rendement. Les panneaux en couches minces de type CIS/CIGS (cuivre, indium, gallium, sélénium ou soufre), sont, eux, intégrables en façade comme en toiture. Ils deviennent disponibles à des prix intéressants, grâce à l’augmentation des volumes produits. La technologie CdTe (tellurure de cadmium), fabriquée en très gros volumes, surtout par l’américain First Solar, est la moins coûteuse par watt-crête de toutes les solutions, à l’heure actuelle. L’utilisation du cadmium est réservée aux centrales au sol. Il est autorisé dans les panneaux photovoltaïques mais interdit dans l’électronique à cause de sa dangerosité. Un module classique en silicium cristallin coûte aujourd’hui entre 1,10 et 1,50 euro/Wc. Le prix des membranes photovoltaïques

60

N°938ccNovembre 2011

cc Une

opération rentable malgré la baisse des tarifs de rachat

Une fois l’installation achevée, l’industriel devenu fournisseur d’électricité peut bénéficier d’un tarif d’achat pendant 20 ans par EDF, via un contrat d’obligation d’achat. Pour les équipements de moins de 100 kW de puissance (environ 750 m2 de panneaux), le photovoltaïque reste intéressant malgré des tarifs d’achat moins favorables depuis mars 2011 et un retour sur investissement plus long, grâce

cclaurent Pelletier DIRECtEUR GÉNÉRAL D’ACtIoN PIN, FABRICANt DE DÉRIVÉS DE LA RÉSINE DU PIN, À CAStEtS (LANDES)

« pour notre projet photovoltaïque, le fournisseur solarezo répondait à la fois au critère de proximité exigé par notre engagement dans le développement durable, et à nos souhaits en termes d’expertises techniques, de rapidité d’intervention et de coûts. aujourd’hui, nous sommes pleinement satisfaits de l’investissement de 1,5 million d’euros réalisé. les 1 387 modules de 210 watts-crêtes en silicium polycristallin installés sur 2108 m2 de toitures assurent environ 50 % des besoins de l’usine de castets. soit une puissance de 291 270 Wc au total, pour une production utile évaluée à 300 MWh/an. »

à la baisse continue des prix des panneaux. Les toitures industrielles peuvent aisément abriter des puissances photovoltaïques plus grandes. Les projets supérieurs à 100 kW sont, eux, soumis à des procédures d’appels d’offres avec un plafonnement annuel des puissances installées. L’objectif du gouvernement est de voir arriver sur les toits 120 MW par an pour les projets sur bâtiments de 100 à 250 kWc, et 180 MW par an pour les projets sur bâtiments de puissance supérieure à 250 kWc. Industriels, à vos marques… cm ccelisaBeth feder redaction@industrie-technologies.com

d.r.

Fabrication d’un panneau photovoltaïque laminé chez Solarworld.

évolue également à la baisse : de 2,50 euros/Wc il y a trois ans, il est désormais inférieur à 1,30 euro/Wc, et pourrait passer à 0,75 euro/Wc d’ici à deux ans. Construction neuve ou rénovation, couverture totale ou partielle, sont autant de caractéristiques qui, avec l’orientation du bâtiment et l’ensoleillement, viennent spécifier un projet de toiture industrielle en énergie photovoltaïque. Le tri entre les différentes technologies de panneaux solaires dépendra de ces critères, au-delà du type de toiture et de bâtiment à couvrir et du montant de l’investissement souhaité. « Dans une construction neuve, une toiture photovoltaïque remplace une toiture classique et s’étudie très en amont lors de la conception du bâtiment, avance Éric Laget, cofondateur de la société de conseil Idesun. En rénovation, il faut raisonner avec le plus apporté par le photovoltaïque à l’occasion de travaux qui de toute façon doivent être réalisés. » Pour fixer les panneaux, trois types de structures existent. Ils peuvent être montés, cadrés ou sans cadre, sur des profilés drainants qui effectuent la jonction avec la charpente en intégré. Un deuxième montage consiste en leur surimposition sur une sous-face en métal, plastique ou composite pour l’étanchéité. Enfin, le montage dit en intégration simplifiée, utilise des bacs de couverture métallique ou des rails avec collage ou fixation transversale des panneaux photovoltaïques.


fiCHE outiL

mÉtHodE

choisir des panneaux photovoltaïques pour usines

ENViroNNEmENt

les fournisseurs de panneaux photovoltaïques présentent plusieurs technologies adaptées à tous les types de toitures industrielles. pour s’équiper, mieux vaut s’entourer d’un consultant spécialisé, de l’étude de faisabilité jusqu’au raccordement par erdF.

outiL

avancis (saint-gobain) fabrique des panneaux photovoltaïques à base de couches minces déposées sur du verre.

c exploiter des investissements à bon escient. Lorsqu’une rénovation est prévue, le surcoût d’une installation photovoltaïque sera compensé en partie par les revenus générés par la vente de l’électricité sur 20ans. Dans les systèmes intégrés au bâti, les panneaux remplacent des éléments de toiture, une économie non négligeable.

c s’engager dans une démarche environnementale. Une toiture photovoltaïque donne une image positive de la société et concrétise un engagement dans le développement durable, avec une production d’électricité propre, silencieuse, sans odeur, et quasiment sans CO2. Le choix d’un fournisseur de proximité y contribue aussi.

d.r.

c réduire la facture énergétique. Le choix du photovoltaïque permet de s’affranchir des hausses futures du coût des énergies fossiles et de générer des revenus supplémentaires. La perspective d’une future prime à l’autoconsommation, qui existe déjà en Allemagne, est une autre motivation.

mÉtiEr

les Motivations PreMiÈres

Novembre 2011ccN°938

61


fiCHE outiL

mÉtHodE

panneaux photovoltaïques les critÈres À Prendre en coMPte

ENViroNNEmENt

c à chaque toiture ses contraintes. Toiture en pente, en terrasse ou de type shed, à chacune sa charge admissible. Les panneaux photovoltaïques en silicium sont lourds et peuvent nécessiter un renforcement de structure.

c La simplicité a ses charmes. L’intégré dit simplifié (les panneaux photovoltaïques associés à une couche étanche remplacent la toiture) est moins coûteux et plus facile à installer que l’intégré au bâti (les panneaux remplacent directement la toiture). Il est préconisé pour des puissances de 36 à 100 kW. c La surimposition. Une technique simple avec des panneaux en surimposition fixés sur la toiture existante peut être préférable afin de différencier la fonction de production d’énergie de la fonction étanchéité.

même si l’on a fait le choix d’une installation « clés en main », mieux vaut garder la maîtrise du dossier et du choix des matériaux. Il est préférable d’opter pour des panneaux photovoltaïques ou des gammes de produits disponibles en volume et qui ont fait leurs preuves. c Les aspects maintenance et accessibilité doivent être prévus en amont. c il est conseillé de vérifier la couverture des risques pour les différents intervenants : garanties légales et conventionnelles… mais aussi bris des modules, vol et vandalisme pendant la pose. Le nombre de fournisseurs membres de PV Cycle, association créée en 2007 pour mettre en application un programme volontaire de reprise et recyclage des panneaux photovoltaïque, ne cesse de croître. Il reste toutefois important de s’assurer, dès le départ du projet de la fin de vie des panneaux.

l’avis de l’eXPert

état du Marché c de par leurs dimensions, les toitures industrielles présentent un immense gisement potentiel pour le photovoltaïque.

ccJean-franÇois Pien confonDateur De sunWise

« En 2006, le coût d’un système photovoltaïque était d’environ 5 à 6 euros par watt-crête. Aujourd’hui, il se situe entre 2,20 et 3 euros le watt-crête, tout compris, posé et raccordé au réseau EDF, pour des projets de 36 à 100 kW. Installer une toiture photovoltaïque est devenu viable, avec un temps de retour sur investissement de 9 à 10 ans dans le sud, et de 13 à 14 ans dans le nord de la France. »

c selon une étude de b+L marktdaten sortie en janvier 2011, le marché potentiel des toitures non résidentielles en France, en neuf et en rénovation, devrait représenter 22,5 millions de mètres carrés en 2015, dont près de la moitié en toitures industrielles. 5 millions de mètres carrés de toitures-terrasses industrielles, souvent plus faciles à doter de centrales photovoltaïques, auront été construites d’ici à cette date. c Le marché photovoltaïque correspondant reste toutefois difficile à évaluer. À l’heure actuelle, les procédures et contraintes administratives additionnées à la baisse des tarifs de rachat par EDF en freinent le déploiement.

d.r.

mÉtiEr

outiL

c quel panneau pour quelle puissance ? Les objectifs de puissance et de rentabilité déterminent les dimensions de l’installation. Le silicium cristallin offre un meilleur rendement énergétique que les couches minces mais ces dernières s’avèrent parfois le meilleur compromis coût/rendement sur grandes surfaces.

les Points À surveiller

ccelisaBeth feder redac@industrie-technologies.com

62

N°938ccNovembre 2011


notre sélection de produits classés en 6 secteurs de référence matÉriel informatique cc page 66

cc mesure cc InstrUmEntatIon

Et traItEmEnt analyseurs logiques de milieu de gamme

logistique emballage cc page 68 bâtiment et travaux publics cc page 70 cHimie matÉriaux cc page 72 tÉlÉcoms cc page 74

Conçue pour les concepteurs de systèmes intégrés grand public, cette gamme d’analyseurs logiques délivre des fonctions d’investigation et d’analyse de pointe. La boîte à outils dédiée à l’intégrité des signaux comprend par exemple le déclenchement par glisser/ déposer ou des utilitaires avancés d’analyse pour les applications de systèmes numériques comme FPGA, DDR et MIPI. La gamme TLA6000 existe en configuration 68, 102 et 136 voies numériques avec une résolution temporelle à haute vitesse de 125 ps sur chaque voie. La fréquence d’horloge atteint jusqu’à 450 MHz. La capacité mémoire pour l’enregistrement est de 128 Mo. Fournisseur tektronix

cc CaptEUrs

inclinomètre robuste

Vous trouverez en page 74 un lexique des unités utilisées dans cette rubrique.

vous pouvez adresser vos informations de presse concernant de nouveaux produits par e-mail (en joignant une photo) : produitsnouveaux@ industrie-technologies.com

64

Exploitant une technologie Mems, l’inclinomètre à un ou deux axes se distingue par un boîtier très robuste en acier Inox, approprié pour l’utilisation en extérieur (engins, éoliennes, offshore…). Il est fixé par des vis M8 et protégé IP67/IP69K (IP68 en option). Les étendues de mesure vont jusqu’à ± 180° pour 1 axe et ± 60° pour 2 axes. Appartenant à la famille Positilt, l’inclinomètre PTAM5 est sans usure. L’étendue de mesure débute à ±15°, avec la possibilité de choisir des étendues intermédiaires par pas de ±15°. La résolution est de 0,05° et la linéarité de ±0,5°. Fournisseur asm france

N°938ccNovembre 2011

capteur de courant 1 000 a à effet hall

Conçu en boucle fermée, le capteur de courant à effet Hall garantit une haute précision (±0,1%) et une linéarité toujours au-dessous de ± 0,1 %, avec une intensité nominale de 1000 A et une capacité de surcharge atteignant 2000 A. Alimenté en ±15 à ±24 V, il présente un rapport de transformation de 1/5 000 et une bande passante du continu à 150 kHz. Le capteur de courant HCT1000LF est équivalent, mécaniquement et électriquement, au capteur LF-1005-S de LEM. Avec sa carcasse en plastique homologué UL94 V0, il assure une isolation galvanique supérieure à 6000VAC. Il est conforme aux normes EN 60947-1:2004, IEC 60950-1:2001 et EN 50178:1998. Fournisseur premo corporation

capteur de vision industrielle

Équipé d’un boîtier flexible et d’un éclairage à LED intégré, ce capteur de vision offre une solution simple pour les besoins de positionnement avec le logiciel associé. Une fois les conditions configurées, il se connecte au système de positionnement via ses 4 sorties TOR ou en transmettant des données de position via Ethernet. L’Inspector 30 s’intègre rapidement par des personnes n’ayant pas de connaissances approfondies en traitement d’images. Fournisseur sick

cc InstrUmEntatIon Et traItEmEnt capteur de température des gaz d’échappement

combinant la robustesse et la résistance aux températures élevées des thermocouples et une électronique intégrée, ce capteur est dédié à la mesure des gaz dans les systèmes de traitement des échappements des moteurs diesel. l’électronique intégrée dans un connecteur surmoulé fournit un signal analogique ou numérique, compatible avec les modules de contrôle de moteurs. il est destiné aux moteurs de camions, d’engins de chantier et de tracteurs agricoles, mais également aux moteurs marins, ferroviaires ou encore ceux des groupes électrogènes de forte puissance. le capteur de température exactsense utilise un couple de matériaux non standard qui garantit la robustesse et la stabilité aux hautes températures. la précision est de 8 °c entre –40 et + 1000 °c. il offre la plus grande longueur d’immersion du marché, ce qui permet des mesures précises, à la différence des capteurs pt100 qui moyennent la température sur toute leur longueur. la forme conique procure des temps de réponse brefs. Fournisseur Watlow france

cc description

référence exactsense caractéristiques ce thermocouple

est spécialement étudié pour mesurer les températures élevées des gaz d’échappement des moteurs.

cc points forts

il offre une grande longueur d’immersion. il permet de faire une mesure sur un point précis avec un temps de réponse très court. d. r.

mesure cc page 64


Produits

cc matériel informatique cc CorDInatEUrs

ordinateurs mobiles sous plate-forme commune industrielle

Ces ordinateurs durcis ont été conçus sous une même plateforme assurant des fonctionnalités communes. Un nouveau moteur de lecture 2D EA leur offre une fiabilité accrue de la saisie en un temps réduit. Ils sont équipés du système de communication Wlan bi-bande 802.11.n. Ils résistent à de multiples chutes de plus de 1,8 mètre et disposent d’une étanchéité IP67. La série 70 comprend quatre modèles bien distincts. Ils bénéficient d’une plate-forme de services gérés INcontrol qui fournit une veille économique au point de travail et une surveillance à distance. Un outil de diagnostic embarqué contrôle l’état de tous les paramètres de l’ordinateur et des périphériques intégrés. Fournisseur intermec technologies

tablette pc industrielle

C’est d’abord une tablette PC durcie. Conforme à la norme MILSTD-810G, elle garantit une grande résistance aux chocs, vibrations et aux chutes jusqu’à 1,20 m. Elle est capable de fonctionner dans des conditions extrêmes de températures (– 20 et + 50 °C). Elle se comporte aussi comme un PC léger convertible robuste avec un grand nombre d’entrées/sorties proposées. Basé sur un processeur Core i5, avec jusqu’à 8 Gbit de mémoire vive DDR3, le Fleldbook C1 offre une parfaite lisibilité avec un écran tactile orientable permettant une configuration en mode bureau ou en situation de mobilité sous une excellente ergonomie. Fournisseur logic instrument

www.goodfellow.fr

cc bUrEaUtIqUE

clavier sans fil antibactérien flexible

Votre partenaire en métaux et matériaux SUR MESURE

10 GESTION DEVOTRE SUPPLY CHAIN

GOODFELLOW SARL 229, rue Solférino 59000 LILLE Tél. : 0800 917 241 (N° vert) Fax : 0800 917 313 (N° vert) france@goodfellow.com

Fournisseur urban factory

70 000

PRODUITS

cc description

référence clavier souple sans fil caractéristiques avec ses

102 touches en silicone et traitées avec la poudre antibactérienne, ce clavier offre durabilité, confort et propreté.

66

N°938ccNovembre 2011

cc points forts

connexion sans fil 2,4 ghz avec nano dongle avec rangement sous le clavier. compatible Windows 7 et versions antérieures. d.r.

RAPIDITÉ

ce clavier d’ordinateur réussit à résister et repousser les bactéries qui se glissent entre ses 102 touches qui sont généralement le fief préféré des germes. il a été conçu à partir de silicone de haute qualité qui amortit la frappe des touches et surtout traité avec des particules argentiques qui lui confèrent des propriétés antibactériennes. avec sa texture de type caoutchouc mou, il est flexible au point de pouvoir s’enrouler sur lui-même et d’être rangé dans un encombrement de la taille d’une canette. il garde une souplesse permanente tout en gardant une grande robustesse. il ne pèse que 320 g. exploitant une interface « dongle » 2,4 ghz, il se connecte sans fil à l’ordinateur portable. étanche, il se nettoie sous l’eau avec un simple savon. sa matière particulière apporte une résistance au chaud comme au froid.


www.industrie-technologies.com

retrouvez ces produits sur l’expo permanente.

Produits

puissante plate-forme ihm 19 pouces

Basé sur un processeur Core2 Quad, ce panel PC polyvalent offre une excellente puissance de calcul pour des applications industrielles. Équipé d’un port USB en face avant, d’un bus mémoire DDR3, d’une unité CD-Rom et de connectivités PCI et Sata sous RAID 0/1, il se comporte comme une plateforme d’interface homme machine de nouvelle génération. L’IPPC-6192A apporte une fonctionnalité d’administration hors bande. La sécurité est renforcée avec une face avant IP65. Pratique, il possède une façade plate scellée facile d’entretien et un boîtier de contrôle avec des volets d’ouvertures pour l’installation et la maintenance des composants. Fournisseur advantech

cc bUrEaUtIqUE

clavier lavable sans fil pour le médical

Destiné aux professionnels de l’informatique de la santé et du dentaire, ce clavier lavable et étanche (IP67) peut être désinfecté. Il se connecte sans fil (jusqu’à 10 mètres) et intègre un pointeur souris maximisant l’espace de travail. Il fonctionne avec 2 batteries AAA et une clé USB incluse. Il est disponible en 2 couleurs possibles : noir et blanc. L’EKW-105 est un modèle prêt à l’emploi qui ne requiert l’installation d’aucun logiciel supplémentaire. Les touches à faible profil, c’est-à-dire qui ne contiennent pas de creux et de creuvasses, empêchent l’installation des bactéries. Les méthodes de désinfection au spray ou par immersion deviennent possibles et efficaces.

d.r.

Fournisseur fimor

copieurs a3 à 3 fonctions

Ces imprimantes multifonctions A3 proposent 3 fonctionnalités clés: une plate-forme ouverte unique assurant une intégration aux systèmes existants, une interface utilisateur intuitive et personnalisable et des systèmes de sécurité répondant aux exigences des entreprises. Un ensemble de fonctionnalités permettent de réduire le gaspillage et la consommation d’énergie. Les MultiXpress C9x50ND sont dotés d’un large écran LCD de 8,9 pouces. Ils impriment, copient, scannent et faxent. Ils produisent des documents en couleur ou en noir et blanc, avec une vitesse et une qualité élevées. Fournisseur samsung electronics france

scanner réseau autonome

Ce scanner réseau offre une numérisation jusqu’à 40 images par minute (20 feuilles A4 recto verso par minute). Chaque collaborateur peut intégrer des documents papier directement dans les processus d’entreprise, les sauvegarder sur son réseau local ou les envoyer dans le nuage Internet. Autonome, il fonctionne sans PC ni serveur. Le ScanSnap N1800 bénéficie d’une ergonomie intelligente qui lui permet d’executer des tâches administratives localement depuis l’écran tactile très simple à utiliser. On peut exploiter jusqu’à 1 000 appareils en configuration centralisée même dans des endroits différents. Sécurisé, il génère des fichiers PDF protégés par mot de passe et crypte les données avant de les envoyer. Fournisseur fujitsu europe

La mesure d’isolement jusqu’à 15 kV, un métier d’experts C.A 6550 10 kV / C.A 6555 15 kV Contrôleurs d’isolement

■ Large étendue de mesure de 10 kΩ à 30 TΩ ■ Courant de charge de 5 mA ■ Modes de tests multiples : rampe et step de tension, mode brûlage, « early break» et I limit ■ Calcul automatique des ratios DAR/PI/DD

®

Chauvin Arnoux

Tél : 01 44 85 44 85 - info@chauvin-arnoux.fr - www.chauvin-arnoux.fr


www.industrie-technologies.com retrouvez ces produits

sur l’expo permanente.

Produits

cc loGistique emBallaGe

étiqueteuse tout en un

L’étiqueteuse rotative fabrique et pose des manchons thermo rétractables en plastique à partir d’une bobine d’étiquettes sur tous les types d’emballage (verre, pastique et métal). La technologie de film MDO apporte une réduction de 30 % des coûts en termes de matériau d’étiquettes et ne soumet le film à aucune tension. La qualité de l’étiquetage est constante même à haute cadence (jusqu’à 54 000 bouteilles à l’heure). La Rollsleeve utilise des étiquettes deux fois moins épaisses que les étiquettes manchons traditionnelles (inférieur à 50 microns). Avec son système exclusif, il ne faut que 10 minutes pour passer de l’application étiquette qui entoure à celle de manchon à colle chaude. Fournisseur sidel

bac pliable ergonomique

Disposant de poignées ergonomiques, ce bac a la particularité de se plier en quelques secondes et d’une seule main. Il peut supporter jusqu’à 35 kg et offre un volume interne utile de 55 litres. Il est équipé d’une ouverture sur les deux côtés et un système de paroi coulissante assure un accès sûr et rapide aux produits. Ecotech est conçu en polypropylène, ce qui le rend résistant à la plupart des acides, huiles et produits alcalins. Il se comporte comme un isolant acoustique et résiste à des températures allant de - 20 à + 100 °C. Fournisseur ssi schaefer

Nantes

6 & 7 décembre 2011

manUtEntIon transpalette électrique à deux niveaux

Le chariot électrique qui permet le chargement sur deux niveaux dans les camions est efficace en termes de rotation et de transport de marchandises. Combinant une utilisation comme transpalette et comme gerbeur, il a été conçu aussi bien pour la conduite accompagnée, que pour la conduite à niveau. Avec la plate-forme dépliée, il atteint des vitesses de plus de 12 km/h. L’ERD 220 doit sa vitesse de pointe et son comportement dynamique à un moteur asynchrone et à un régulateur électronique de translation. Il peut donc être utilisé plus longtemps avec une consommation réduite au minimum. Des batteries de haute performance d’une capacité maximale de 465Ah sont disponibles pour des applications intensives, en rampe, par exemple.

Robuste, il est équipé d’un châssis de 8 mm d’épaisseur ainsi que de fourches mécanosoudées supportant des charges de 2000 kg. La direction électrique permet une conduite précise et la vitesse maximale du chariot en courge est réduite en fonction de l’angle de braquage. Outre la suspension de la plate-forme, le system SchockProtect protège tout le système de propulsion. Fournisseur Jungheinrich france

automatisation de la préparation de commandes

Le système de préparation de commandes automatisée améliore la sécurité des personnes et des biens et contribue à réduire les accidents du travail. Les chariots équipés disposent d’un détecteur d’obstacles. Ils circulent à faible vitesse et s’ajustent facilement aux bonnes conditions

60 exposants, 28 tables rondes experts, 40 partenaires, 2 conférences plénières Obtenez dès maintenant votre badge d’accès gratuit au salon, aux tables rondes et aux conférences sur

Liste au 14/09/2011

Parc des expositions de la Beaujoire

cc LoGIstIqUE

IMA Events

d.r.

cc EmbaLLaGE


Produits

d’utilisation (fourches à hauteur ou à portée de l’opérateur). Ils accomplissent automatiquement des tâches consommatrices de temps pour le personnel : prélèvement de palettes vides, déplacement jusqu’à la banderoleuse, étiquetage, circulation vers la zone d’éclatement, puis déchargement automatique de la palette. Le système Pick-n-Go réduit les erreurs de prélèvements avec un flux de préparation automatisée, laissant l’opérateur se concentrer sur les tâches à forte valeur ajoutée. Il est proposé en kit d’automatisation pour s’adapter aux environnements existants d’entreprise. Il se connecte aussi à l’outil de gestion de l’entrepôt associé à une solution vocale. Il peut également fonctionner dans un stockage frigorifique. Fournisseur bt france

stockeur pour charges longues

Ces rayonnages à tiroirs sont adaptés pour le stockage de charges longues et volumineuses, barres, profilés, tôles. En actionnant une manivelle, l’opérateur déplace latéralement le niveau de pose en toute sécurité. Le chargement ou le déchargement, jusqu’à 8 à 10 t admissibles par niveau de pose, devient simple par palonnier ou pont roulant. Chaque bras porteur peut supporter 2,5 t. L’extraction de chaque niveau est complète. pour éviter que des charges particulièrement souples ne se courbent entre deux appuis, des cassettes support sont prévues.

terminal portable durci

Idéal pour la livraison directe en magasin, le terminal portable durci simplifie le travail des professionnels itinérants. Il combine un terminal Motorola et une imprimante en un seul support léger. Avec l’interface DEX, il permet aux utilisateurs d’exploiter les systèmes informatiques des clients pour télécharger des éléments sur des produits livrés. Le route palette RW 420 effectue un rechargement simultané à la fois de l’imprimante et du terminal mobile sur une même prise secteur. Il ne faut acheter qu’un unique chargeur. Elle est dotée d’un loquet, pratique pour n’utiliser que l’imprimante et l’ordinateur individuellement si nécessaire. Fournisseur Zebra technologies

Fournisseur segema

chariot élévateur à gros tonnage haute sécurité

Grâce au système de stabilité active (SAS), le chariot élévateur électrique affiche une sécurité intégrée maximale. La fonction contrôle l’inclinaison du mât et le basculement du chariot en position haute. Il réduit automatiquement la vitesse dans les virages. En plus, elle permet une synchronisation active de la direction en alignant automatiquement le volant sur la position des roues. Le Traigo HT offre des capacités de charges allant de 1 à 8 tonnes. Il atteint une vitesse de 16 km/h. Les batteries de haute capacité 1 250 Ah apporte une longévité accrue. Pratique et agréable, il possède un habillage robuste et un espace intérieur confortable. Il est certifié Iso114001. Il est disponible dans les modèles 24 V, 48 V et 80 V. Fournisseur toyota Equipement industriel

Hyster et Manuloc associent leurs forces pour une offre produits et services imbattable

Pour toute information, appelez nous au : Tél : 0825 827 002 | contact@manuloc.fr


retrouvez

www.industrie-technologies.com ces produits sur

l’expo permanente.

Produits Nouveau : « anti retour » cc BÂtiment et traVauX PuBliCs

Augmenter la durée de vie ... Nouveau : embouts à rotules détectables

... baisser les coûts

Nouveau : pour charges élevées

... avec garantie.

Nouveau : durée de vie 5 fois plus longue

cylindre de sécurité

Ce cylindre de sécurité a une reproduction de clé protégée par une carte de propriété jusqu’en 2026. Polyvalent, il permet la création d’organigrammes de clé et la protection de leur duplication avec cette « supercarte ». Fiable, il est garanti dix ans et testé à 100 000 cycles selon la norme 1 303. La clé plate, réversible, de 3,5 mm d’épaisseur peut être dotée d’un logiciel de gestion. Le Serial XP est compatible avec les gammes Serial, Serial S et Serial de Bricard. Il est apte à équiper les serrures A2P et il résiste au crochetage grâce au système BKP antibumping. Il est équipé de 12 goupilles disposées sur 3 rangées avec 1,6 million de combinaisons de clés disponibles. Il résiste au perçage grâce à des inserts et goupilles en acier traité. Fournisseur bricard

coffre de volet roulant extérieur pvc

Nouveau : un polymère bio

Des nouveautés à tout(s) prix !

Rendez-nous visite : Halle 9 Stand C 025

.fr

®

Tél. 01.49.84.04.04 Fax 01.49.84.03.94 Les plastiques pour la vie

Le coffre de volet roulant marqué NF CE permet de proposer un bloc baie répondant aux exigences de bâtiments BBC et de la nouvelle réglementation RT 2012. Positionné à l’extérieur, devant la menuiserie, il bénéficie de ses performances thermiques tout en étant invisible à l’intérieur. Il se manœuvre avec un treuil ou une motorisation à commande filaire ou radio. Blanc ou gris, Oxxo Solstice est équipé d’un tablier PVC ou aluminium avec des clous pare-vent évitant son décrochage intempestif au vent et d’une coulisse avec un joint antibruit. Il facilite l’intervention de l’installateur, soit par l’intérieur du logement grâce à une trappe de visite, soit par l’extérieur lorsque la configuration le permet. Sur le plan thermique, l’Ujn est inférieur ou égal à 1,3 W/m2K.

aménagement des bureaux

Une dalle de moquette en velours bouclé structuré dont le dessin irrégulier et organique crée une apparence non directionnelle est disponible en 16 couleurs, des classiques gris et bleu à une gamme neutre contemporaine (beige, clair, taupe, marron foncé et bronze). Le jeu de contrastes des fils mats et satinés lui donne une apparence en trois dimensions quels que soient les motifs. Flow, qui fait partie de la collection Colour Dimensions de Carpecture, est proposée en standard avec l’endos Ecobase, une souscouche de moquette écologiquement saine et recyclable. Elle bénéficie de la certification «Cradle to Cradle ». Cette dalle est faite d’un velours dont la masse surfacique totale est de 860 g/m², la masse surfacique utile, de 575 g/m², l’épaisseur de 4 mm et les dimensions de 50 x 50 cm. Fournisseur Desso

Les disques à tronçonner et les couronnes de forage diamantées ont une vitesse de coupe élevée grâce à leurs segments rainurés qui réduisent les frottements latéraux et permettent le dégagement rapide des poussières de matériaux. Leur hauteur est respectivement de 15 mm et de 11,5 mm, ce qui permet d’augmenter la durée de vie de ces accessoires. Ils sont fabriqués selon la norme EN 13 236. Les disques diamantés sont disponibles dans des diamètres allant jusqu’à 500 mm pour différents matériaux tels que la pierre, l’abrasif et l’asphalte ; et dans différentes versions Best, Expert et Professional selon les performances souhaitées pour tout type de machine. Les couronnes comprennent tous les accessoires pour le forage à l’eau et existent aussi dans les versions Easy dry et Dry speed pour le forage à sec. Fournisseur robert bosch sas

cc ConstrUCtIon sols textiles aiguilletés

ces sols textiles aiguilletés améliorent la qualité de l’air intérieur en limitant la volatilité des poussières (cov très faible <250 µg/m³). au niveau acoustique, l’efficacité au bruit de choc oscille entre 19 et 22 dB. l’impression est réalisée avec des encres à l’eau et la sous-couche est 100 % polyester recyclé. possédant des qualités antistatiques pour l’informatique, ils sont certifiés nF-upec et bénéficient du label gut. garantie 5 ans, la gamme gros deniers Forbo est adaptée aux zones soumises à des trafics intenses, entrées et couloirs avec trois offres : granit color et titan color proposés en 12 coloris unis et granit graphic dessin city en 4 coloris. la gamme fin denier (tenor color et tenor graphic) destinée aux intérieurs, chambres et bureaux, se décline en 57 coloris et 6 décors. ces sols sont recouverts d’une couche d’usure 100 % polyamide antipoinçonnement. leur résistance à l’usure est classée u3/u3s. Fournisseur forbo-sarlino

cc description

référence tenor, granit et titan caractéristiques Faciles

d’entretien, ces revêtements de sol textiles apportent une réduction acoustique.

Fournisseur oxxo

70

accessoires diamantés

N°938ccNovembre 2011

cc points forts

la gamme titan, 100% polyamide gros deniers s’adapte à tous les environnements à fort trafic. les gammes granit et tenor sont préconisées dans les secteurs de l’hôtellerie, du commerce et de l’administration.

d.r.

cc ConstrUCtIon


Produits

brise-soleil lumineux

Ce brise-soleil lumineux permet d’éclairer tout type de bâtiment par temps clair ou ciel couvert. Disponible pour les toitures étanches ou en rénovation, il est composé d’une plaque de polycarbonate de 16 mm dont la structure en nid-d’abeilles permet de briser le rayonnement direct du soleil tout en laissant entrer la lumière naturelle dans le bâtiment. Une lame d’air crée une barrière thermique. La transmission lumineuse est conservée grâce à un polycarbonate alvéolaire (PCA) 16 mm. Sept parois translucides ou opales sont disponibles sur demande. Les performances FLU de l’Hexasteel BSL de la gamme Climatdome sont de la classe B (de 0,2 à 0,4) pour le facteur solaire selon la norme EN410 et le CSTB, de la classe C pour l’efficacité lumineuse (SLE comprise entre 0,8 et 1,2 m²) selon la méthode GIG; et enfin de la classe C pour la déperdition thermique (entre 1,2 et 1,8 W/m2K) calculée suivant le projet de réglementation européen PR EN 1873 (E) validé par le CSTB. Certifié conforme NF EN 1 201-2 et admis à la marque NF 405, ce brise-soleil est admis aux essais de résistance à 1 200 joules et classé pour sa résistance au feu (Bs1d0). Il limite les bruits d’impact (Lia = 66 dB). Fournisseur Hexadome

ment les caniveaux de drainage. Les architectes et les maîtres d’ouvrage seront les auteurs et les créateurs du design original. Ils pourront ainsi signer un paysage urbain, public ou privé, unique et adapté aux particularismes locaux. Cette personnalisation est accessible dès 100 m de réseau. Fournisseur aco produits polymères s.a

isolant thermoacoustique en laine minérale de verre

Les laines minérales de verre sont enrobées d’un liant, très doux au toucher, qui réduit la poussière lors de la manipulation. Elles sont destinées à la mise en œuvre d’une isolation thermoacoustique haute-performance (lambda 37) dans les cloisons intérieures amovibles et démontables des établissements recevant du public (notamment hospitaliers) et des immeubles de grande hauteur. Dotée du procédé Ecose Technology, la gamme Ultracoustic est proposée en panneaux ou en rouleaux autoportants semi-rigides dans des largeurs de 600 mm et des épaisseurs variant de 45 à 85 mm pour une RD de 1,2 à 2,30 m²K/W. Elle affiche une résistance mécanique élevée, de très bonnes rigidité et tenue mécanique. Enfin, elle est certifiée Euroclasse A1 (classement au feu), Acermi et CE : MW-EN13162-T2. Fournisseur Knauf insulation

bâtiments métallocomposite

grilles de caniveaux

La gamme Freestyle est composée de grilles en fonte normalisées de classe D400 selon la norme NF EN 1433 (elles existent aussi en fonte peinte par cataphorèse). Elle couvre la gamme de caniveaux MultiDrain en béton polymère, résistants et lisses, à pente, en cascade ou sans pente dans les classes de A15 à D400. À partir d’un modèle dimensionnel, chacun peut créer un motif décoratif qui sera ensuite moulé. Ces grilles de caniveaux habillent esthétique-

Ces bâtiments temporaires métallo-composite peuvent être utilisés pour des durées de 3 à 24 mois quelles que soient les conditions climatiques. Ils proposent une alternative aux tentes de stockage, sans transiger avec la sécurité des personnes et des biens abrités, en parfaite

conformité avec les réglementations de sécurité en vigueur. La gamme Extend 3-24 mois est composée de structures robustes constituées de profils d’aluminium renforcés, d’un bardage en tôle d’acier haute résistance et d’une couverture composite mise au point pour garantir une durabilité maximum (en cas de dépassements de délais). Elles se mettent en place rapidement : 5 000 m² en moins de trois semaines. Les bâtiments peuvent être personnalisés.

MANIPULATEURS INDUSTRIELS DALMEC La manipulation zéro effort !

Fournisseur legoupil industrie

cc EnvIronnEmEnt

citernes pour réserves incendies

Ces citernes souples de 90 à 400 m³ sont conçues en matériau de type bâche et réalisées, conformément aux réglementations et prescriptions des services départementaux d’incendie et de secours, pour répondre aux besoins des collectivités locales et des industriels en matière de réserves incendie. Une assistance à la pose et au remplissage de la citerne est prévue. Si les tailles standards ne sont pas adaptées, une confection sur mesure est possible. Les Pack’Eau sont confectionnés par soudures plates à haute fréquence avec des électrodes à lamelles, dans un tissu précontraint d’une masse surfacique de 1 100 g/m² et d’une épaisseur de 1 mm. Leur résistance en rupture de trame comme de chaîne est de 340 daN/5 cm et leur résistance à la déchirure est de 50 daN. La tenue physique à la température va de -30 à +70 °C. Ils sont pourvus d’accessoires tels que des blocs-brides DN 100, tubulure de purge, système anticavitation… Fournisseur groupe sebico

DALMEC, pour la manipulation des charges de 0 à 900 kg en absence de poids, en conditions maximales de sécurité et d’ergonomie, sans fatigue pour l’opérateur, de manière rapide et précise. Chaque manipulateur est le fruit de solutions personnalisées . au produit à manipuler, . au poste de travail, . au secteur industriel.

Manipulateurs Industriels

www.dalmec.com Novembre 2011ccN°938

71

2, boulevard du Général Delambre 95100 Argenteuil - dalmec@dalmec.fr Tél. : 01 39 47 10 00 - Fax : 01 39 47 48 72


www.industrie-technologies.com retrouvez ces produits

sur l’expo permanente.

Produits

cc CHimie - matériauX

tresse lubrifiée pour presse-étoupe

aux traitements des eaux, etc. Elle s’utilise de – 50 à + 260 °C, supporte 10 MPa (100 bar) et des vitesses jusqu’à 20 m/s. Son faible coefficient de frottement limite les pertes d’énergie. Fournisseur latty international

Cette tresse pour presse-étoupe, Lattyflon 5790, utilise des fils méta-aramide blancs texturés, tressés autour de fils de fibres longues qui forment une véri– table réserve de lubrifiant sans silicone. Grâce à ces matériaux, la tresse résiste à la plupart des solvants organiques, des acides et bases, ainsi qu’aux milieux chargés et abrasifs. Elle présente aussi une bonne tenue à l’usure. Non polluante et d’une excellente inertie chimique, elle est adaptée aux industries papetières et sucrières, aux brasseries,

résine pfa pour l’électronique et la câblerie fine

Destinée à l’isolation des fils et câbles et à l’injection de petites pièces complexes, cette résine perfluoroalkoxy (PFA) présente un haut indice de fluidité à l’état fondu et une très bonne résistance à la fissuration sous contrainte. Elle permet de revêtir des fils ultrafins et mouler des pièces fines à parois minces plus efficacement qu’avec d’autres polymères fluorés. La résine PFA 416HP offre tous les avantages du PTFE (Téflon), auquel s’ajoutent un très bon écoulement lors du moulage, une excellente

résistance chimique et une grande résistance aux craquelures. Elle est idéale pour les antennes des dispositifs sans fil, les câbles de sondes médicales, les micro-câbles HDMI et les faisceaux de câblage interne des équipements électroniques. Fournisseur Dupont engineering products

cc LUbrIFIants

pEIntUrEs fluides hydrofuges contre la corrosion

Intervenant au cœur des procédés de fabrication des pièces métalliques, ces fluides de protection temporaire chassent l’humi-

dité résiduelle provenant des procédés en amont et évitent la corrosion. Grâce à une formulation innovante sans baryum (reconnu efficace et toxique), ils allient la protection anticorrosion à d’excellentes propriétés de séparation de l’eau. Totalement exempt de baryum et de solvants aromatiques et moins toxiques, les fluides Anticorit sont désodorisés. Ils respectent la législation sur les gaz à effet de serre et ne dégagent pas de COV à 20 °C. La durée de protection anticorrosion est ajustable selon les besoins, le séchage des pièces humides est excellent et les performances du produit sont durables. Les films résiduels sont imperceptibles, fins ou extra-fins, à texture sèche et cireuse ou huileuse et légèrement grasse. Fournisseur fuchs lubrifiant

d.r.

cc pLastIqUEs


www.industrie-technologies.com

Produits

cc ÉqUIpEmEnts

DE LaboratoIrE microscope numérique

Le VHX-1000 est équipé d’un moniteur de haute résolution Wuxga. L’observation de la cible peut se faire sous tous les angles et selon 9 éclairages. Une console de commande permet de régler la suppression du halo, la composition 3D, le décalage ou la stabilisation de la lumière, les filtres HDR, etc. Un système motorisé et des algorithmes d’autofocus, servent à trouver très rapidement la position optimale de l’objectif avec une précision au micron. Le VHX-1000 permet l’assemblage en temps réel d’images 2D et 3D pour obtenir des images en haute résolution à large champ de vision: au cours d’un zoom, il saisit les images des zones d’observation adjacentes et les reconstitue. Lorsque l’utilisateur décale le champ de vision avec une platine manuelle, celui-ci peut être étendu de la taille normale à une zone de 10000x10000pixels au maximum avec la même netteté. L’observation peut atteindre 54 mégapixels avec la composition 3D. Le traitement HDR 16 bit offre une grande netteté d’images. Fournisseur Keyence

microscope stéréo sans oculaire

d.r.

Permettant l’analyse d’échantillons biologiques à travers la vitre d’une hotte à flux laminaire, ce microscope offre une ergonomie inégalée. Sa technologie brevetée «sans oculaire» fournit une image lumineuse à haute résolution, pouvant être grossie jusqu’à 120 fois, qui s’observe à une distance apparentée équivalente à celle de l’objet réel. Le microscope stéréo Lynx fournit une vue stéréo aux opérateurs sans leur imposer de placer leurs yeux dans les oculaires. Il leur laisse une grande liberté de mouvement tout en préservant la sécurité des lunettes de vue ou de protection, et au travers de la vitre d’une hotte. La distance apparente d’observation élimine l’accommodation visuelle et réduit la fatigue oculaire et posturale. Fournisseur vision engineering

pipette ergonomique à puce rfid

Porteuse de nombreuses améliorations relatives au confort d’utilisation (forme et texture de la poignée), à la précision et à la souplesse de la mécanique, cette pipette intègre des étiquettes d’identification à technologie radiofréquence (RFID). Celles-ci simplifient la gestion de l’étalonnage et de la maintenance en liaison avec un lecteur et un logiciel dédié. Reconnaissable à sa bande latérale blanche, la pipette Rainin Pipet-Lite XLS offre une prise en main d’un total confort. Les ressorts et les joints plus souples sont à l’origine d’un bouton-poussoir qui se manipule avec peu de force tout en conservant une excellente précision. Le choc à l’éjection des cônes est réduit. Fournisseur mettler toledo

filtration et purification des liquides

Constituée de cellulose, d’adjuvants de filtration et de résines spécifiques, la capsule qui compose cette solution de filtration modulable retient les contaminants par filtration mécanique doublée d’une absorption électrocinétique. Le média à double couche se déclinant en diverses formulations est encapsulé pour éviter tout contact avec les produits filtrés. Le système modulable à taille humaine permet un montage rapide des capsules EZP (à usage unique) et rend la solution très ergonomique. Le chargement et le retrait des capsules s’effectue à l’horizontale, le système bascule à la verticale pour fonctionner. Fournisseur 3m france

Novembre 2011ccN°938

73


www.industrie-technologies.com

Produits

retrouvez ces produits sur l’expo permanente.

cc téléComs

téléphones ip

Ces téléphones IP allient design moderne et techniques innovantes comme la fixation magnétique du combiné en position presque verticale. Avec le standard G.722.2, version optimisée du codec voix G.722.1, la qualité de la voix s’adapte à la large bande passante disponible. Les téléphones IP222 et IP232 intègre le standard Green IT 802.3az, à savoir que le port LAN ne consomme de l’énergie qu’au moment où il y a effectivement transmission de données. Le reste du temps, le port reste en mode de veille. Fournisseur innovaphone ag

cc rÉsEaUX

passerelle cellulaire programmable

Offrant des fonctionnalités d’alimentation sur batterie avancées, la passerelle cellulaire programmable ConnectPort X3 H est adaptée à la surveillance de cuves ou de pipeline, à l’agriculture, aux services publics et autres applications en environnement difficile. Elle dispose d’un boîtier Nema 4X/IP66 qui la protège de l’eau, de la poussière et de la saleté. Elle s’intègre à la plate-forme iDigi, un service de « cloud computing » facilitant la gestion des périphériques et l’intégration de leurs données aux systèmes dorsaux de l’entreprise. Dotée d’un environnement de développement simple à utiliser, elle se programme à l’aide du script open source Python ou de l’application iDigi Dia. Elle intègre également un environnement de développement basé sur Eclipse permettant aux développeurs Web de créer rapidement des applications embarquées. Fournisseur Digi international france

commutateur fttx

Destiné aux fournisseurs d’accès et aux entreprises, ce commutateur Ethernet est doté de 12 emplacements prenant en charge toutes les combinaisons de modules de services Ethernet optiques 100/1000, Ethernet optiques 10 Gbit ou d’alimentations électriques par Ethernet (PoE) gigabit. Il comprend une matrice de commutation de 800 Gbit. Celle-ci délivre des performances sans ralentissement à accès non bloquant à chaque port, des alimentations électriques redondantes remplaçable à chaud et un système d’exploitation iMAP garantissant une fiabilité opérateur de 99,99%. Pour les services FTTx (Fibre optique jusqu’au domicile), des modules 100/1000 SPF dotés de 24 ports assurent une connectivité optimale. Fournisseur allied telesis france

appliance de sécurité pour centres de données

Dotée de la dernière version du système d’exploitation FortiOS 4.0 MR3, cette appliance de sécurité est conçue pour les grandes entreprises et les centres de données nécessitant les plus hauts niveaux de performances de pare-feu, de réseau privé virtuel et de systèmes de prévention d’intrusion (IPS). Facile à déployer, cette solution allie haute performance et gestion consolidée des menaces. Grâce au processeur Fortiasic développé sur mesure, l’appliance FortiGate-3140B atteint jusqu’à 58 Gbit/s pour le pare-feu, 10 Gbit/ s pour l’IPS et 22 Gbit/s pour le VPN, le tout dans un châssis ultra compact de 2-RU. Elle est livrée en standard avec 10 ports Ethernet 10 Gbit mais peut atteindre 22 ports pour répondre aux environnements réseaux les plus exigeants. Le FortiGate-3040B inclut les options de profilage dynamique et d’inspection des flux. Fournisseur fortinet

74

N°938ccNovembre 2011

commutateurs gigabits 16 et 24 ports

Destinée aux PME, cette série de commutateurs est dotée de la technologie D-Link green qui respecte la norme IEEE 802.3az en réduisant la consommation électrique par le passage du système en mode basse puissance pendant les périodes de faible utilisation sans interrompre la connexion. En outre, cette série garantit une réduction notable des temps de transfert des gros fichiers. Les commutateurs DGS-1100 priorisent automatiquement le trafic réseau afin de garantir le bon fonctionnement des applications critiques et l’optimisation de la bande passante. Ils fonctionnent sans ventilateur et sont assez compacts pour trouver leur place dans un bureau ou une armoire 19 pouces. La gamme EasySmart est proposée en versions 16 et 24 ports gigabit. Fournisseur D-link

solutions rtu cellulaires

Les microcontrôleurs GPRS actifs constituent des solutions robustes et compactes pour la surveillance à distance et les systèmes d’alarme. Ils conviennent particulièrement aux applications dans les secteurs de traitement des eaux, d’acheminement et de contrôle des énergies ou encore de radiodiffusion. La série ioLogik W5312 permet de définir une stratégie de connexion GPRS, incluant l’activation permanente (Always-on) ou à la demande (Wake-on-demand), afin d’optimiser le taux de transmission de données pour différentes applications. De plus, le coût de fonctionnement d’une communication GPRS dépend du taux de transmission de données. Fournisseur aDm21/moxa france

LES UNITÉS DE MESURE SYSTÈME INTERNATIONAL A.................................................................... ampère A/m ............................ ampère par mètre Bq .......................................................... becquerel °C.................................................. degré Celsius C ................................................................. coulomb cd ................................................................ candela cd/m2 ...................... cd par mètre carré F............................................................................ farad h .......................................................................... heure H.......................................................................... henry Hz......................................................................... hertz J ..............................................................................joule K .......................................................................... kelvin kg .................................................... kilogramme lm .................................................................... lumen lx ................................................................................. lux m....................................................................... mètre m2.................................................... mètre carré m3..................................................... mètre cube m/s............................ mètre par seconde m/s2 ................................m/s par seconde min ..............................................................minute mol .................................................................... mole N ................................................................... newton Pa ..................................................................... pascal Pl.............................................................. poiseuille rad .................................................................. radian s ................................................................... seconde T .............................................................................tesla V .................................................................................. volt VA ....................................................... voltampère W ............................................................................. watt Wb .....................................................................weber Ω .............................................................................. ohm Autres abréviations Å ................................................................ angström atm ................................................. atmosphère bar ............................................................................. bar dB..................................................................... décibel dpi ......................................... point par pouce g.....................................................................gramme cal..................................................................... calorie ch .................................................cheval vapeur c/s .................................... cycle par seconde eV.......................................................électronvolt Go .......................................................... giga-octet gr .......................................................................... grade Kbit ............. kilobit (1 Kbit=1 024 bits) km/h ........................kilomètre par heure Ko.............................................................. kilo-octet kWh ........................................... kilowattheure l.....................................................................................litre Mo ..................................................... méga-octet Mx................................................................ maxwell Po .......................................................................... poise t ..............................................................................tonne tr.............................................................................................................................tour tr/min ................................ tour par minute

d.r.

cc tÉLÉpHonIE


www.industrie-technologies.com

ParCours

CAMPUS toutes les filières s’adaptent aux métiers de l’environnement D’après une étude du Boston Consulting Group d’avril 2009, la croissance verte permettra de créer 600000 emplois entre 2009 et 2020 en France. Les préoccupations environnementales traversent tous les secteurs d’activité. Les écoles d’ingénieurs ont pris en compte cette vague verte

en adaptant leur cursus. Ainsi, les étudiants sortant des spécialités les plus classiques peuvent prétendre aux postes liés au développement durable qui se multiplient. Au-delà de ces ajustements, des filières spécifiques ont également vu le jour.

Génie des matériaux

Génie chimique et génie des procédés

Génie informatique, électronique et télécommunications

Génie mécanique et électrotechnique (mobilité)

ce qui a changé c Les cours de chimie pour la création des matériaux et l’étude de leurs comportements mécaniques et optiques ont été enrichis de préceptes environnementaux. L’apprentissage des normes à prendre en considération, les notions d’écoconception et l’utilisation des logiciels d’analyse de cycle de vie se retrouvent au programme. Certaines formations intègrent aussi l’écologie industrielle: comment faire pour que les déchets d’une industrie soient la matière première d’une autre.

ce qui a changé c Les formations de génie chimique et de génie des procédés ont inclus les principes de la chimie verte dans leur programme. Objectifs : réduction des impacts sur l’environnement et la santé et optimisation des intrants. L’étude des réactions chimiques passe désormais par une réflexion sur le solvant utilisé, les moyens de diminuer la température, d’améliorer les conditions catalytiques, d’augmenter le rendement… Les notions de cycle de vie des produits et de bilan carbone sont aussi abordées.

ce qui a changé c La fabrication de circuits intégrés utilise des procédés toxiques, comment y remédier? Les matériaux de micro et nanoélectronique sont rares, comment les remplacer? Les batteries posent des problèmes de fin de vie, comment les recycler? Les puissances informatiques développées représentent une consommation gigantesque, comment la limiter? Toutes les informations sont transmises sans fil, comment augmenter les débits tout en réduisant les émissions d’ondes? Les réponses à ces questions occupent désormais les amphis des écoles de TIC.

ce qui a changé c Les nouvelles énergies et les systèmes pour polluer moins se sont naturellement imposés dans les programmes des filières liés aux transports, qu’elles soient à dominante mécanique ou électrotechnique. Historiquement passionnés par la compétition, les étudiants se montrent de plus en plus motivés par la dépollution et l’optimisation de la performance énergétique. Les technologies de filtres à particules ou de réduction catalytique sélective ont donc intégré les cursus, ainsi que les motorisations alternatives (hybride, électrique, hydrogène).

Ces écoles le proposent c UTT, Insa Lyon, Polytech Annecy-Chambéry, Ensam, Centrale Paris, Centrale Nantes, Esirem, ESB Les nouveaux débouchés c Métiers de l’écologie industrielle, responsable HQSE dans l’industrie et dans le bâtiment, écoconception en appui des designers

76

Ces écoles le proposent c Escom, UTC, Ensiacet, Enscm, Enscr, Centrale Paris, Centrale Nantes, CPE Lyon, Centrale Marseille Les nouveaux débouchés c Activités liées à l’utilisation des agroressources, au recyclage du CO2, à l’évaluation écologique des produits ou à la substitution de composés, responsable HQSE

N°938ccNovembre 2011

Ces écoles le proposent c ECE, Supélec, Polytechnique, Eseo, Télécom ParisTech, Ensea Les nouveaux débouchés c Green IT, réalisation de bilans carbone d’industries et de services, R&D dans l’optimisation énergétique des produits, réseaux intelligents, éolien, photovoltaïque

Ces écoles le proposent c Estaca, Ensam, Mines ParisTech, Supélec, ECE, Polytech Orléans, Esilv Les nouveaux débouchés c recherche sur les systèmes de dépollution et optimisation, contrôle et régulation de moteurs, motorisation hybrides, véhicules électriques, écoconception


« la dépollution et l’optimisation des moteurs sont les principaux vecteurs d’innovation dans les technologies automobiles de demain. »

« Mon choix de l’escom et celui de novance ne se sont pas faits par hasard, toutes deux s’appuient sur les principes de la chimie verte. »

ccJessica allard

Ingénieur chez Novance (synthèse organique de composés à partir d’agroressources)

ccMathieu calvarin En apprentissage au service dépollution de Renault

FoRmAtIoN estaca, spécialité nouvelles énergies et environnement

« Mon profil quasiment plus ingénieur environnement qu’ingénieur matériaux a été essentiel pour mon embauche. » ccréMy lardennois

B. levy pour industrie et technologies

Ingénieur chez Bouygues Bâtiment international

FoRmAtIoN utt, spécialité économie des matériaux et environnement

FoRmAtIoN escom, spécialité produits et applications

« Je pensais qu’un marché existait. les intervenants de l’école m’en ont convaincu. »

ccPierre duchesne

PDG d’Avob, éditeur d’un logiciel d’optimisation de la consommation énergétique de parc informatique

FoRmAtIoN ece, spécialité environnement et développement durable

Novembre 2011ccN°938

77


www.industrie-technologies.com

ParCours

ccdavid ascher CRÉAtEUR Et RESPoNSABLE DU SItE EmPLoI-ENVIRoNNEmENt.Com

« l’ingénieur devra être formé au développement durable » « verdir son diplôme est devenu indispensable. on ne peut plus concevoir l’industrie comme on l’a fait pendant des années. le plan de mobilisation en faveur des métiers de la croissance verte du gouvernement en est l’illustration. pas seulement pour les métiers dits de l’environnement (eau, déchets, air, énergie) mais dans tous les secteurs: l’automobile, la chimie, le bâtiment… aujourd’hui un ingénieur non formé au développement durable trouvera encore un métier, mais demain, rien n’est moins sûr.»

Les nouvelles niches 100% vertes nombreuses sont les écoles d’ingénieurs qui intègrent désormais la dimension environnementale à leurs formations. Mais, pour accompagner l’essor récent de certaines filières, de nouveaux parcours ont également dû être créés au sein des écoles et des universités.

Génie civil et urbanisme

ingénieur agronome et agroalimentaire

Gestion des déchets industriels et urbains

sciences et technologies de l’eau

ce qui a changé c L’efficacité énergétique ainsi que les outils de planification et d’analyse du développement durable entrent désormais dans les cursus liés au BTP. De la gestion des ressources jusqu’aux apports de l’électronique et de l’informatique industrielle à l’habitat de demain, en passant par les méthodes pour rendre les chantiers plus verts, les préoccupations environnementales occupent les étudiants destinés à ériger des bâtiments comme ceux qui seront chargés d’organiser l’espace urbain.

ce qui a changé c Les élèves de ces filières n’ont pas pu faire l’économie d’élargir leur champ de compétences en termes de préservation de ressources naturelles, de biodiversité, voire de paysages. La demande des marchés, agricoles et industriels (agroalimentaire et autres), a poussé les écoles à intégrer à leurs cursus les technologies d’assainissement des eaux, sols et déchets pour l’industrie ou l’agriculture ou les notions d’aménagement durable des territoires, voire de créer des spécialités sur ces thématiques.

Ces écoles le proposent c Polytech Orléans, ESTP, Insa Lyon, Esiroi, Esiee, Mines d’Alès, Polytech Annecy-Chambéry, HEI Lille, Centrale Paris, EIVP

Ces écoles le proposent c AgroParis Tech, AgroCampus Ouest, Agrosup Dijon, ESA, Montpellier SupAgro, Esitpa, Enita

au programme c La réglementation sur les déchets, à mesure qu’elle se précise, crée le besoin de compétences techniques pointues. Pour y répondre des spécialités en gestion des déchets ont vu le jour. Les étudiants y apprennent les spécificités liées à chaque type de rebuts, dans le champ très vaste des déchets urbains et industriels (déchets électroniques, d’hôpitaux, du BTP…). Les aspects financier et juridique, présents dans les contrats de gestion de déchets des entreprises ou des communes, sont également enseignés.

au programme c Dans le domaine de l’eau, la réglementation oblige à traiter de nouveaux polluants pour atteindre un niveau de qualité d’eau suffisant. L’offre de formations a dû s’étoffer pour amener les étudiants à découvrir des procédés inédits de filtration ou de désinfection des eaux usées : réacteur biologique à membrane, techniques d’oxydation avancée ou d’osmose inverse. Ils sont également sensibilisés à la valorisation énergétique des effluents, via la méthanisation.

Ces écoles le proposent c insa lyon, insa strasbourg, engees, Mines de nancy, ensg

Les nouveaux débouchés c travaux de traitement des sites et sols pollués, intégration des énergies renouvelables, mise en place et gestion de bâtiments intelligents, auditeur énergie, chargé d’affaires développement durable, responsable développement durable dans une collectivité

Les nouveaux débouchés c chargé de mission développement durable dans les entreprises, gestion de l’environnement dans des collectivités territoriales ou des bureaux d’études privés, responsables hQse dans l’agro-industrie

Ces écoles le proposent c insa toulouse, enscr, ensip, polytech Montpellier, engees, ense3 grenoble

78

N°938ccNovembre 2011

Les débouchés c écoconseiller dans l’industrie ou les collectivités, chargé d’affaires environnementdéchets en bureau d’études, chef d’exploitation d’un centre de tri ou de traitement

Les débouchés c hydrobiologiste, chargé d’affaires procédés en bureau d’études, chef d’exploitation d’une station d’épuration, responsable production dans l’industrie


ParCours

insa toulouse

Les étudiants de l’Insa de Toulouse utilisent cet appareil pour sélectionner les enzymes qui prendront demain la place des réactifs chimiques.

biotechnologies blanches

énergies renouvelables

au programme c Si l’agriculture fait depuis longtemps appel aux biotechnologies, les autres applications industrielles (intermédiaires chimiques, énergie, dépollution) en sont à leurs balbutiements. Ces filières sont accessibles à des biochimistes ou à des ingénieurs procédés qui complètent leur apprentissage de connaissances en biologie artificielle. La modélisation in silico pour créer des voies métaboliques d’intérêt est au cœur des programmes. Certains cursus enseignent également la bioéthique, l’acceptabilité sociale de ces nouvelles technologies n’étant pas garantie.

au programme c Dans les parcours classiques, les élèves ingénieurs ont rarement l’opportunité de rentrer dans le détail des énergies renouvelables (ENR). Poussées par l’industrie, des spécialités s’ouvrent pour former des experts répondant aux besoins de ces filières émergentes. Chaque secteur a des axes de recherche propres : les polymères ou les couches minces dans le photovoltaïque, la conception de nouveaux capteurs pour les énergies marines, l’hydrogène et la gestion de l’intermittence dans le stockage…

Ces écoles le proposent c insa toulouse, centrale paris, esBs, enstBB, institut supBiotech, utc Les débouchés c responsable production dans l’industrie, biotechnologiste au sein d’une start-up

Ces écoles le proposent c Mines paristech, polytech Montpellier, centrale nantes, ensta, esitc. Les débouchés c ingénieurs enr ou r&d dans l’industrie, chef de projet enr

cccharles foucault et ludovic fery cfoucault@industrie-technologies.com ou lferry@industrie-technologies.com

Novembre 2011ccN°938

79


cc ses 3 dates

1987 après une thèse à l’espci, il part faire un post-doctorat sur les polymères organiques conducteurs à l’université de californie de santa Barbara, dans l’équipe du prix nobel alan heeger. 1997 entré, après son doctorat, chez elf atochem, il prend la direction des recherches en italie, jusqu’au rachat par total en 2000. 2005 après avoir occupé différents postes au sein de la branche chimie de total, il est nommé directeur de la r & d d’arkema. ccarkema

le groupe est né en 2004 de la réorganisation de la branche chimie de total. premier chimiste français, il est présent dans plus de 40 pays, compte environ 14000 employés et huit centres de recherche, dont trois en amérique du nord et en asie. il a réalisé un chiffre d’affaires d’environ 5,9 milliards d’euros en 2010.


www.industrie-technologies.com

un jeu vidéo pour réenchanter la chimie.

iNtELLiGENCEs

ccchristian collette Directeur r&D D’arKema

La chimie est indispensable à l’essor des énergies vertes catastrophe nucléaire, polémique sur l’exploitation des gaz de schiste, dixième anniversaire de l’explosion tragique de l’usine aZF… 2011 n’aura pas été une année clémente pour la chimie. c’est pourtant le moment retenu par les nations unies pour célébrer cette discipline en déficit d’image. au-delà de cette perception, la chimie reste indispensable à l’industrie. elle joue en particulier un rôle clé dans les cleantechs. comment contribue-t-elle aux innovations de demain dans l’environnement? vision du premier chimiste français.

J.l. Bertini pour industrie et technologies

Arkema participe à l’Institut national pour le développement des écotechnologies et des énergies décarbonées (Indeed). Qu’est-ce qui va changer concrètement ? Christian Collette. Les enjeux d’Indeed se

situent à deux niveaux: réduire la dépense énergétique des usines et diminuer leur impact environnemental. La modélisation avancée, outil indispensable à la définition de l’usine du futur, et l’optimisation des procédés pour diminuer la consommation d’énergie sont des thématiques phares auxquelles Arkema contribue. Indeed permet de mutualiser et de partager des travaux de recherche entre les différents partenaires en particulier au niveau de la modélisation des procédés et la simulation multi-échelle. Charge ensuite à chaque partenaire d’appliquer les résultats obtenus à des problématiques qui le concernent plus spécifiquement. Par exemple, Arkema s’investit sur la récupération des calories issues des rejets liquides tièdes, actuellement peu valorisées par l’industrie.

La chimie doit-elle aussi prendre en compte le cycle de vie de ses produits?

Oui, comme les autres secteurs. D’ici cinq à dix ans, il est probable qu’un industriel

ne vende plus une molécule ou un matériau sans l’analyse de son cycle de vie. Aujourd’hui, un produit ne doit pas seulement être issu de ressources renouvelables, mais également écoconçu, avec une fin de vie programmée. Ces considérations en tête, les futurs développements vont peut-être surprendre : on pourra, contre-intuitivement, préférer un matériau issu du pétrole parce que son recyclage est plus favorable pour l’environnement que le même matériau issu de végétaux. Ou encore, choisir un revêtement pour panneaux photovoltaïques relativement coûteux, mais qui soit le plus à même de prolonger la durée de vie de l’installation. Diriez-vous que l’innovation en chimie devient plus difficile ?

Avec Reach, les pressions réglementaires se sont accrues. Ceci dit, je pense que ce dispositif aura un impact limité pour la plupart des industriels. Il y a certes déjà des conséquences, comme les quelques substances jugées préoccupantes et soumises à autorisation qu’il faudra remplacer. Concernant la procédure d’enregistrement, si des manques de données toxicologiques existent, ils concernent

essentiellement de « vieilles » molécules. L’industrie chimique n’a pas attendu Reach pour se mettre à niveau et s’assurer de l’innocuité de ses nouvelles substances pour l’utilisateur ou le consommateur. Tout de même, les nouvelles molécules chimiques ne se font-elles pas plus rares, à l’instar des médicaments dans l’industrie pharmaceutique ?

Tout dépend des applications. La mise sur le marché d’un polymère pour l’industrie aéronautique peut demander autant de temps qu’un médicament. C’est différent des produits à cycle court, comme ceux des équipements sportifs. Il est vrai aussi que la chimie est face à un changement de paradigme : avant, elle fabriquait ses molécules, les mettait sur l’étagère en attendant de leur trouver éventuellement une application. Désormais, la R & D doit avant tout répondre à un besoin industriel, qui est de plus en plus sociétal. Il n’y a qu’à voir les technologies qui se développent aujourd’hui, et qui correspondent avant tout à des usages : les panneaux photovoltaïques, les batteries de véhicules électriques, les membranes de filtration des eaux usées… La clé n’est donc plus d’inonder le marché de nouvelles molécules, mais d’anticiper les besoins.

Jusqu’à quel point pourra-t-on faire une chimie neutre pour la santé et l’environnement ?

Les industriels doivent prendre en compte les aspects sûreté et économique Novembre 2011ccN°938

81


www.industrie-technologies.com

iNtELLiGENCEs

arkema produit les nanotubes de carbone avec des pincettes c développer des nouveaux

des produits. Prenons le cas du bisphénol A : il existe certes des alternatives, mais deux à trois fois plus chères. Le remplacer dans certains produits sensibles est nécessaire en vertu du principe de précaution, mais sa substitution totale prendra du temps. Ensuite, pour quelques applications, il est malheureusement très difficile de se passer de produits jugés toxiques. Ainsi, les polymères fluorés protègent efficacement les composants dans des milieux extrêmement corrosifs ou agressifs (batteries, réacteurs pharmaceutiques…). Or, pour leur fabrication, les réactifs les plus efficaces sont des tensioactifs fluorés, présumés cancérigènes. Même si on l’a aujourd’hui remplacé dans 95 % des applications, le substituer dans certains cas se ferait au détriment de la performance.

matériaux constitue une prise de risque. chez arkema, la première unité de production de nanotubes de carbone en témoigne. avec sa capacité annuelle de 400 tonnes et un investissement de 30 millions d’euros, elle est certes la plus importante dans le monde. Mais pas question aujourd’hui de pousser la production à son maximum. les précautions prises par l’industriel en matière de sécurité absorbent la moitié de l’investissement total, ce qui rend l’activité pour l’instant non rentable. pour la protection du personnel, les nanotubes à l’état de poudres ne sont jamais à l’air libre, mais confinés dans de coûteux conteneurs fermés par des vannes pharmaceutiques. ce n’est qu’une fois vissé sur la vanne complémentaire,

située au niveau de l’extrudeuse qui sert à inclure le matériau dans des granulés, que le récipient libère son contenu. en parallèle, arkema évalue, avec l’aide de l’ineris, l’éventuelle toxicité des nanotubes de carbone. l’état de santé de rongeurs ayant inhalé le produit en suspension est suivi au cours du temps. certaines inflammations ont été observées, mais elles finissaient toujours par se résorber. «rien ne permet aujourd’hui d’affirmer que les nanotubes de carbone sont l’amiante de demain», assure christian collette. le matériau, une fois son innocuité démontrée, pourrait connaître un décollage rapide, notamment en tant que composé conducteur dans les batteries électriques, les écrans plats ou les panneaux solaires.

Ce mélange maître d’Arkema à base de nanotubes de carbone permet de fabriquer des guidons de vélo, des textiles techniques…

D’où vient le problème d’image dont souffre la chimie aujourd’hui ?

L’opinion assimile souvent la chimie à des événements négatifs, voire catastrophiques, dans le cas des accidents industriels, contrairement à l’énergie, qui suscite en général plutôt de l’enthousiasme. Cette atmosphère suspicieuse autour de la chimie garde une partie de mystère. Pour avoir participé à des cours donnés aux scolaires, je ne comprends pas ce qui se passe entre le moment où les jeunes rêvent tous d’en faire, et celui où ils choisissent l’électronique ou l’informatique, qu’ils jugent plus « attractives ». Il faudrait peut-être donner un coup de jeune à la chimie dans l’enseignement… Ou alors aider le grand public à faire le lien entre cette discipline et ses nombreuses applications.

2011 est l’année internationale de la chimie, mais aussi celle d’un terrible coup d’arrêt pour l’industrie nucléaire… Quelles conséquences faut-il en tirer?

La catastrophe nucléaire qui a eu lieu en

82

N°938ccNovembre 2011

mars au Japon démontre, si cela était encore à faire, que le risque zéro n’existe pas. Tout industriel prétendant le contraire doit se préparer à voir son discours mis à mal. Cela vaut particulièrement pour la chimie, puisque le nucléaire en est une forme. L’année internationale a, au final, plutôt bien suivi son déroulement. Je vois le drame de Fukushima et

la volonté qui en découle de se tourner vers les énergies vertes comme une opportunité : celle de montrer comment la chimie est absolument indispensable pour prendre ce virage. cm ccpropos recueillis par ludovic fery lfery@industrie-technologies.com


www.industrie-technologies.com

iNtELLiGENCEs

PAROLES D’AUTEUR

sciences La recherche climatique se dévoile au grand public

océans, atmosphère, biosphère, continents… le système climatique est une machine infiniment complexe. comment l’observe-t-on ? Quelles prévisions peut-on en tirer ? le cnrs détaille toutes les connaissances et outils dont nous disposons pour répondre à ces questions. un livre exhaustif et plutôt technique.

laboratoire de physique théorique de la matière condensée, ces points clés sont subdivisés en petits articles de deux ou trois pages, dont la rédaction est confiée aux spécialistes du domaine. Voici donc de quoi devenir incollable en ous sommes en février 2010. Le sommet de Copenhague a déçu. recherche climatique. En principe du L’ancien ministre de la Recher- moins. Côté contenu, on ne peut que s’inche Claude Allègre enfonce le clou avec cliner devant l’exhaustivité de l’ouvrage. L’imposture climatique. Son livre nie le lien Côté accessibilité, c’est moins réussi : le entre le réchauffement de la planète et les grand chercheur n’est pas nécessairement émissions de gaz à effet de serre admis bon vulgarisateur. Les articles abusent parpar la grande majorité des scientifiques. fois d’un jargon scientifique qui fleure bon Non sans prendre quelques libertés avec la le cours magistral de physique chimie. Plurigueur scientifique. tôt indigeste pour le lecteur, fût-il l’ingénieur nostalgique de ses années de fac. Et la cc Expliquer dans le détail bouffée d’air ne vient pas des rares illustrala recherche climatique tions ou des schémas, qui semblent sortis La réponse du CNRS met plus d’un an à tels quels de publications scientifiques. venir. Ainsi nait Le climat à découvert – Outils Autre problème : aucune transition ne et méthodes en recherche climatique. Cet guide le lecteur d’un article à l’autre. Diffiouvrage collaboratif fédère les plus émi- cile donc au lecteur néophyte de tirer un nents spécialistes de cette vaste discipline: sens de cette masse considérable d’informaphysiciens, océanographes, historiens, bio- tions. Heureusement, les deux derniers logistes… Son but: expliquer dans le détail chapitres, consacrés aux prévisions clila tâche complexe qu’est la recherche matiques et à leurs enjeux apportent (un climatique. Sans cacher peu tardivement), une ses incertitudes. Une uNE rÉPoNsE réponse indirecte aux réponse honnête au sim- HoNNÊtE affirmations de Claude plisme de certains cli- au simPLismE Allègre. mato-sceptiques, à l’écart dE CErtaiNs Qu’en retient-on au CLimato-sCEPtiQuEs de la polémique. La pré- Et À L’ÉCart final ? Une collection face, signée par le prési- dE La PoLÉmiQuE. d’articles savants plus dent du CNRS, Alain qu’un livre de chevet. Les Fuchs, résume clairement la démarche : amateurs de culture scientifique y trouve«réunir et coordonner des productions de ront une formidable encyclopédie, dans grande qualité et accessibles à un public laquelle piocher pour approfondir tel ou tel assez large sur le système climatique, le trai- questionnement lié au climat. Mais on ne tement des données, la modélisation du cli- peut s’empêcher de regretter un vrai travail mat, les perturbations et leurs estimations, éditorial, qui aurait forcé ce casting excepet, enfin, la prévision et la projection clima- tionnel à produire un discours plus tique.» Les grands chapitres de l’ouvrage ludique. cm sont posés. Sous la houlette des coordinateurs Catherine Jeandel, océanographe, et cchugo leroux hleroux@industrie-technologies.com Rémy Mosseri, directeur de recherche au

cccatherine Jeandel oCÉANoGRAPHE, SPÉCIALIStE EN GÉoCHImIE mARINE

ccle livre

Le cLimat à découvert ouvrage collaboratif du cnrs sous la direction de catherine Jeandel et rémy Mosseri cnrs éditions 285 pages, 39 euros.

catherine Jeandel, est directrice de recherche au laboratoire d’études en géophysique et océanographie spatiales (legos) du cnrs.

ccet aussi

contre-enquÊte Journaliste au service «sciences» du Monde, stéphane Foucart, spécialiste du dossier climat, répond aux arguments climatosceptiques de claude allègre et vincent courtillot. le livre détaille aussi les attaques contre le giec et décortique l’influence des lobbies dans un débat supposément scientifique. Bref, un livre pour plonger dans les méandres de la controverse climatique. Le populisme climatique de stéphane Foucart éditions denoël 315 pages, 19 euros

84

ccrÉmy mosseri

DIRECtEUR DE RECHERCHE AU LABoRAtoIRE DE PHYSIQUE tHÉoRIQUE DE LA mAtIÈRE CoNDENSÉE (LPtmC) DU CNRS.

Maître de conférences à l’école polytechnique où il enseigne la physique des matériaux, rémy Mosseri s’intéresse aussi à l’histoire de la physique et à sa vulgarisation.

N°938ccNovembre 2011

d.r.photothÈQue cnrs / c. Fresillon ; d.r.

N


LEs JEuX

ccL’ÉNiGmE

Deux hommes et un train proposée par cc pierre BerloQuin

Un train roule à vitesse constante. Ce faisant, il rencontre deux hommes marchant dans la direction opposée, le long de la voie. Les deux hommes marchent indépendamment, chacun à sa propre vitesse constante.

Or le train croise le premier homme en 10 secondes puis 1 minute plus tard le deuxième homme en 9 secondes. Il en ressort que le deuxième homme marche plus rapidement que le premier.

Combien de temps va-t-il s’écouler entre le moment où le train finit de croiser le deuxième homme et où celui-ci rattrapera le premier homme ? Attention : évitez les calculs complexes car la solution est simple !

RETROUVEZ LA RÉPONSE DE CETTE ÉNIGME sur notre site Internet www.industrie-technologies.com (rubrique jeu)

ccPHoto-QuiZZ Que représentent ces photos étonnantes ?

1

a. une maison bioclimatique à énergie solaire b. la parabole d’un système radar c. une attraction scientifique

3 a. Modules solaires organiques b. Batteries lithium-ion pour appareils photos numériques c. cadres de photo numérique

soLution : 1-c, 2-a, 3-a

physorg ; reuters

a. un concept de gilet de sauvetage pour avions b. une structure de jeu gonflable pour enfants c. la représentation d’une équation algébrique pour le contrôle de robot

2

Novembre 2011ccN°938

85


www.industrie-technologies.com

misE À Nu pour dégrader efficacement les composés organiques volatils (cov) de l’habitat, émis par le mobilier, les peintures ou les colles, on a deux solutions : couvrir un mur de végétaux dépolluants ou acheter une seule plante, et démultiplier ses effets. c’est tout l’objet du pot dépolluant andrea.

UNE PLANTE DOPÉE POUR LA DÉPOLLUTION

des bactéries gLoutonnes les polluants non métabolisés par la plante sont envoyés, par un effet d’appel d’air, à travers la terre. outre les racines, les bactéries qui y vivent peuvent les utiliser comme un nutriment. cela complète l’action de la plante, souvent active essentiellement contre un seul cov (le formaldéhyde dans le cas du spathiphyllum).

ventiLateur dosé sa vitesse assure un flux d’air optimal sous la cloche, sans assécher la terre, ni faire trop de bruit.

L’eau, piÈge uLtime Juste au-dessus du réservoir d’eau, l’air est humide. les gouttelettes en suspension constituent le troisième niveau de fixation des cov encore libres. ces derniers seront recyclés par la terre, une fois remontés par capillarité avec l’eau.

86

N°938ccNovembre 2011

ccfiche techniQue

nom andrea idéal pour une pièce de 40 m2 prix entre 100 et 150 euros (sans la plante) dimensions 41 cm de haut, 31 cm de diamètre poids 2,8 kg ventilateur à vitesse maximale, capable de traiter 180 m3 d’air à l’heure alimentation 110 – 220 volts

une cLoche en… matiÈre pLastique le matériau transparent de la cloche est de l’acrylonitrile butadiène styrène, un polymère qui émet également des cov ! les concepteurs l’ont choisi pour des raisons économiques, mais réfléchissent à une seconde génération sans matière plastique.

écLairage de pot cataLYtique en émettant des ultraviolets, les ampoules led participent à l’activité photosynthétique de la plante.

ccludovic fery lfery@industrie-technologies.com

p. guitet ; d.r.

Les feuiLLes, Large surface de capture Que l’on parle de la plante araignée, de l’aloe vera ou dans notre cas du spathiphyllum, les plantes adaptées à andrea ont toutes de grandes feuilles, véritables barrières physiques aux différents cov (formaldéhyde, benzène, trichloroéthylène, etc.). en plus de les capter, elles les intègrent à leur métabolisme et les dégradent, en quantités variables, pour produire l’énergie dont elles ont besoin.


Magazine IT n° 938  

Magazine-IT-n°938

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you