Issuu on Google+

LUNDI 13 SEPTEMBRE 2010

typographie

L’été en surchauffe d’APP

rentrée littéraire

iphone filière papier

XL

par Guillaume Bregeras

Marc Garnier est nommé DG de CPI France

Un rapport de Greenpeace envoyé aux clients d’APP en juillet dernier a provoqué une réaction en chaîne sans précédent. Depuis, le troisième producteur mondial multiplie les actions pour inverser la tendance. La pression monte ! Le papetier Asia Pulp and Paper (APP), sous le feu de l’actualité depuis un reportage à charge dans Envoyé Spécial diffusé en mars dernier, vient de vivre le pire été de son histoire. Début juin, le groupe Prisma Presse s’engage à ne pas utiliser de papier produit par APP. Sylvaine Cortada, directrice de la fabrication de l’éditeur, nous expliquait alors ce choix : « C’est dans la continuité de notre politique d’achat papier, tournée vers l’Europe et la Scandinavie. Nous avons donc demandé à nos prestataires papetiers et imprimeurs de déclarer sur l’honneur ne jamais nous fournir de papier dont l’un des composants proviendrait de la société APP. » Réactions en chaîne Dans la foulée, Greenpeace publie un rapport intitulé « Comment Sinar Mas (le groupe détenant APP) pulpe la

planète ? » Celui-ci accuse plusieurs groupes mondiaux de contribuer au réchauffement climatique, à la destruction de l’habitat du tigre de Sumatra et du grand orang-outang en utilisant les papiers produits par APP. Plusieurs groupes français de grande distribution sont visés, dont Auchan et Carrefour. Le second ne tarde pas à rendre publique sa décision de stopper sa collaboration portant sur l’élaboration de produits sous sa marque de distributeur. Hendri Satrio, porteparole de la filiale indonésienne de Carrefour, expliquait début juillet dans un communiqué de presse les raisons de ce choix : « Carrefour est engagé dans le développement durable et a décidé de mettre un terme à sa collaboration avec APP pour les produits vendus sous sa marque propre à compter de la mi-2010 et jusqu’à nouvel ordre. » Leader mondial de la distribution, l’américain Walmart lui emboîte le pas

Marc Garnier est le nouveau directeur général de CPI France, division française du groupe CPI. Il prendra ses nouvelles responsabilités en septembre, après une période de transition avec Frédéric Mériot. Âgé de 44 ans, après des études en marketing chez Ricard (spiritueux), il a fait l’essentiel de sa carrière dans les industries de process (BSN, OI). Après près de quatre années à la direction de la division française de CPI, Frédéric Mériot quitte le groupe pour poursuivre d’autres projets personnels et professionnels.

LE RDV À VENIR

SUITE >

21-23 septembre Viscom Paris 2010 • Ce salon réunit toutes les dernières tendances en matière d’impression numérique grand format, de communication visuelle par affichage, écran ou sur textile, de signalétique et d’enseigne. Il se tiendra à Paris Nord Villepinte, hall 8.


quelques heures plus tard. Son porte-parole Kevin Gardner déclare dans un courriel « avoir enclenché le processus pour stopper le développement de produits intégrants des papiers en provenance d’APP ».

+

Conquête commerciale Au-delà de ces déclarations d’intention, Asia Pulp and Paper pâtit également d’une réputation d’opacité. « Il est extrêmement difficile de savoir par quel biais ce papier entre en France, explique un éditeur hexagonal qui suit la question. Mais il est clair qu’il développe une stratégie commerciale agressive ! » APP tente donc d’investir le territoire privilégié des papetiers européens, entraînant indirectement l’ouverture d’une enquête contre la Chine de la part de la Commission européenne en avril dernier. Mais la stratégie commerciale n’est pas la seule arme du géant papetier. Selon nos confrères de la Dépêche.fr, une délégation d’APP se serait rendue sur le site de l’usine Tembec à Saint-Gaudens pour évaluer la possible reprise de cette entreprise de transformation de pâte à papier dès novembre 2009. Parmi les trois repreneurs potentiels, APP ne sera finalement pas retenu et Liz Wilks, porte-parole du groupe en Europe, assure que « le groupe n’a aucun lien avec l’acquéreur final ».

Troisième acteur mondial Si cette opération n’a pu voir le jour, APP pourrait être amené à renouveler d’autres tentatives d’acquisition. Dans un marché en pleine restructuration, cet opérateur pèse aujourd’hui 15 millions de tonnes de fabrication et de transformation de pâte, de papier et d’emballages. Une capacité de production qui le porte au troisième rang mondial après International Paper et Stora Enso. Mais là où les autres géants du papier affichent une traçabilité entre les différentes étapes de la production, le chemin s’obscurcit pour APP. « APP est une marque et les usines fonctionnent de manière autonome, explique Liz Wilks. Chacune d’entre elles développe sa propre spécificité et produit aussi bien des papiers couchés et des non couchés sans bois que des papiers de bureautique et thermique. » Opérant dans 65 pays différents, APP commence à agir contre les attaques dont il est l’objet. En recrutant Jukka Kantola pour développer le business européen, il s’attache les services de l’une des figures de l’industrie ayant officié de longues années pour Stora Enso et se place dans une logique d’amélioration de la qualité de ses process. La porte-parole assure également que « la porte du dialogue avec les ONG reste ouverte et que la stratégie de certification de bonne gestion de ses ressources par des tierces parties se poursuit activement ». Reste à espérer que cette pression n’aura pas encore détérioré davantage l’image globale du papier. n

L’imprimerie Alpha installe une presse Heidelberg Speedmaster XL 105-5

+

L’imprimerie de labeur Alpha située à Peaugres (07) vient d’installer une presse Speedmaster XL 105-5 couleurs + groupe vernis acrylique et réception rallongée. Cette dernière est équipée du système embarqué Prinect Inpress Control pour la mise en repérage et la mise en couleurs automatique en colorimétrie. Membre du groupement ImpriFrance, l’imprimerie Alpha est labellisée Imprim’Vert et certifiée FSC/PEFC. Elle réalise actuellement son bilan carbone. Dans cette optique, la XL 105 a été équipée de différents périphériques comme le dispositif CombiStar pour optimiser l’utilisation du liquide de mouillage ou le compresseur AirStar dont la conception permet une réduction de la consomma-

tion d’énergie et de la chaleur dégagée par la presse. Pour 2011, l’imprimerie projette de passer la certification PSO 12-647. B. J.

En bref LA CERTIFICATION PSO PRÉSENTÉE À DIJON En partenariat avec l’UGRA et Color Plus, le fabricant d’encres Huber France (Huber Group) organise, le 16 septembre, à Dijon (21), une conférence sur le thème « La couleur au cœur de la certification PSO ». Animée

par Gérard Niemetzky de Diagnostic PSO, avec la participation de Frédéric Rousseau de l’imprimerie Dugas certifiée depuis peu PSO, cette conférence sera l’occasion pour l’équipe commerciale d'Huber France de présenter les différentes étapes méthodologiques de cette

standardisation ainsi que l’importance de la maîtrise de la couleur dans les industries graphiques. • Novotel Dijon Sud, 11 route de Beaune, 21160 Marsannayla-Côte. Tél. : 03 80 51 59 00. Jeudi 16 novembre à partir de 17 heures.


Souvenirs de vacances au bout du fil

Le groupe HPC-Adlis/Les Exprimeurs, qui propose à ses clients la complémentarité de l’offset et du numérique, a lancé PhoneMyCard. Disponible sur Apple Store, cette application gratuite permet d’envoyer via son iPhone des cartes postales personnalisées sous enveloppes, expédiées sous trois jours chez le destinataire. Après avoir téléchargé l’application, l’expéditeur fournit ses coordonnées et choisit dans sa bibliothèque ou sur son Facebook une photo qui composera sa carte. « Notre activité numérique a explosé avec le livre photo. Mais cela nécessite un minimum d’images. Nous avons donc développé des

propositions pour des images uniques (cartes, posters, affiches). D’où cette application », déclare Victor Madelaine, chef de projet photo et web au sein d’HPC. Spécialisée dans le web-toprint, son entreprise a profité de cette opération pour démontrer sa capacité à anticiper les changements liés au web et aux smartphones. L’application, qui ne propose pour l’instant que deux présentations (avec ou sans bord tournant blanc) est amenée à évoluer. Ces améliorations seront néanmoins davantage réservées à l’application en marque blanche. Celle-ci est en effet vendue personnalisée aux entreprises, l’impres-

sion des cartes étant toujours réalisée par HPCAdlis. « Nous vendons la licence et le droit d’entrée puis l’application est dupliquée aux couleurs du client », précise Victor Madelaine. L’application, qui peut également être prolongée par un site marchand avec les mêmes fonctionnalités, a été réalisée par un prestataire du groupe. Les cartes, imprimées sur un papier trucard 300 grammes grâce à une iGen4 de Xerox, ont avant tout pour objectif de faire connaître le groupe. Actuellement, le groupe vend dix cartes par jour via cette application, au prix de 2,90 euros l’unité, payables par carte bancaire et Paypal. B. J.

Typographies de grandes marques À l’occasion de son dixième anniversaire, l’agence de design Seenk (Paris) publie aux Éditions Eyrolles un ouvrage intitulé « Typographies pour les marques ». Ce livre retrace, à travers quatorze réalisations, une décennie de création visuelle et typographique au service de grandes marques telles que Alstom, BNP Paribas, Veuve Clicquot, Roland-Garros, Lacoste, VINCI, etc. Cet ouvrage s’articule autour du témoignage de Clément Derock et Frédéric Lalande, directeurs de création au sein de l’agence, et de Christophe Badani, typographe. Ce dernier a collaboré avec Seenk sur plusieurs projets et conçu à l’intention de celleci un caractère à son nom. « Typographies pour

les marques » présente les rapports entre la création typographique, l’identité et l’image de marque au travers de ce qui est désigné communément sous le terme de « typographie

d’accompagnement ». « Dans un monde de plus en plus visuel et hautement concurrentiel, le dessin de la typographie d’accompagnement constitue le prolongement naturel de la marque. Elle devient ainsi un langage à part entière, et un marqueur identitaire fort pour la marque », peut-on lire dans cet ouvrage qui, en permanence, met en regard le point de vue de l’agence de création et celui de la marque. Cet ouvrage sera dévoilé le 16 septembre à Paris à l’occasion d’un événement organisé pour sa sortie et pour fêter les dix ans de l’agence. R. P. • Types for brands / Typographies pour les marques. Ouvrage bilingue français/anglais, 288 pages, 38 euros. Éditions Eyrolles. www.typesforbrands.com


EN CHIFFRES 701 : le nombre de nouveaux romans de la rentrée littéraire en France. 85 : le nombre de nouveaux auteurs français édités à cette occasion. 13 : le nombre de romans tirés à plus de 50 000 exemplaires. 220 000 : le tirage le plus important, celui du dernier livre d’Amélie Nothomb. 1 215 000 : le nombre d’exemplaires cumulés des treize plus forts tirages. 3 : le nombre d’imprimeurs associés aux treize plus forts tirages.

Éditée par ETAI : Antony Parc 2 – 10, place du Général-de- Gaulle – 92160 Antony – Tél. : 01 77 92 92 92 – Fax. : 01 77 92 98 20 – www.groupe-etai.com • Directeur de la publication : Christophe Czajka • Directeur général adjoint pôle presse spécialisée et salons professionnels : Gilles de Guillebon • Pour joindre vos correspondants, composez le 01 77 92 suivi des deux chiffres entre parenthèses après chaque nom • Rédacteur en chef : Guillaume Bregeras (96 06) ; gbregeras@etai.fr • Rédacteur en chef adjoint : Rodolphe Pailliez (96 05) ; rpailliez@etai.fr • Rédactrice : Bakhta Jomni (93 60) ; bjomni@etai.fr • Secrétaire de rédaction : Philippe Abgrall (96 13) ; pabgrall@etai.fr • Directeur de la publicité : Véronique Durègne de Launaguet (96 59) ; vdurègne@etai.fr • Assistante : Martine Fourment (96 56) ; mfourment@etai.fr • Responsable du studio : Thierry Michel (96 30) ; tmichel@etai.fr • Rédacteur graphiste : Maxime Perlemoine • Directeur de la promotion et de la diffusion : Bénédicte Hartog ; bhartog@gisi.fr • Directeur de la promotion : Marie-Sophie Leprince ; msleprince@groupe-etai.fr • Directeur des abonnements : Patricia Rosso ; prosso@gisi.fr • Responsable des abonnements : MarieChristine Soyeux (97 99) ; mcsoyeux@groupe-etai.fr •

Rentrée littéraire : le poids des mots 701 : c’est le nombre de romans qui, entre la mi-août et la fin du mois d’octobre, auront fait leur apparition chez les libraires. Un chiffre en légère augmentation par rapport à la rentrée littéraire 2009. Parmi ceux-ci, on trouve quelque 500 titres français dont 85 signés par de nouveaux auteurs. Bien évidemment, ils ne sont pas tous logés à la même enseigne. Seuls treize ouvrages sont tirés à plus de 50 000 exemplaires. En tête, le dernier Amélie Nothomb « Une forme de vie » avec un tirage de 220 000 exemplaires, devant « La chute des géants » de Ken Follett (150 000 exemplaires) à paraître le 28 septembre et « La carte et le territoire » de Michel Houellebecq (120 000 exemplaires). Suivent les derniers ouvrages de Paulo Coelho (parution le 6 octobre), de Jean d’Ormesson et de Philippe Claudel (parution le 15 septembre) avec, pour chacun d’entre eux, un tirage de 100 000 exemplaires. Soit le double des tirages consentis aux romans de Blandine Le Callet, Eliette Abecassis et Olivier Adam dont l’ouvrage « Le cœur régulier » fait partie

de la première sélection de quatorze ouvrages de l’Académie Goncourt révélée le 6 septembre, aux côtés des poids lourds que sont Amélie Nothomb, Michel Houellebecq, etc. Les treize plus forts tirages de la rentrée se répartissent de façon à peu près égale entre les principales maisons d’édition : trois pour Flammarion, deux pour Albin Michel, Robert Laffont, Stock, Actes Sud et seulement un pour Gallimard et les Éditions de l’Olivier. Côté imprimeurs, l’imprimerie Floch implantée à Mayenne (53) se taille la part du lion puisqu’elle est associée à plus de la moitié des treize plus forts tirages dont le dernier Houellebecq aux éditions Flammarion. La plupart des impressions sont réalisées sur le système Roto-Page équipant cette imprimerie. CPI Bussière à Saint-Amand-Montrond (18) rafle les 220 000 exemplaires de l’ouvrage d’Amélie Nothomb chez Albin Michel tandis que CPI Firmin-Didot à Mesnil-surl’Estrée (27) accompagne Jean d’Ormesson aux Éditions Robert Laffont et Olivier Adam aux Éditions de l’Olivier. R. P.


EMAG - N°2