Page 1

Construire le bien-être des aînés

Construire le bien-être des aînés dans les territoires Depuis la fin du siècle dernier, notre société s'adapte à son vieillissement. La transformation est en cours parce qu'elle est nécessaire. Les 60 ans et plus, qui représentent aujourd'hui un quart de la population, devraient en constituer le tiers en 2040. La transformation est en cours, surtout, parce que les aînés entendent vivre et vieillir dignement, parce que des citoyens de tous âges se mobilisent et, à cet effet, transforment leurs écosystèmes, leurs territoires, et donc notre société. Elle est en cours parce que des institutions sociales et médico-sociales anticipent, innovent, légifèrent ; parce que la « silver économie » « vieillit » elle aussi : elle gagne en expérience, en maturité, en profondeur, et s'adapte. Mais de puissants obstacles s'opposent à cette transformation. L'auteur pointe les catégories de pensée nécessaires dans ce secteur et la nécessité de politiques en direction des aînés dont la mise en œuvre les positionne comme acteurs et citoyens à part entière. Comportant des volets non seulement intergénérationnel, social et urbain, mais aussi culturel et éducatif, ces politiques systémiques prennent en compte les défis environnementaux, sociétaux et économiques que nous ne parviendrons à relever qu'avec le soutien des aînés. L'auteur propose ainsi, à l'intention des différents acteurs, un horizon de sens autour du bien-être territorial des aînés. Il montre la diversité des initiatives qui, d'ores et déjà, s'inscrivent dans cette perspective, tant en France qu'à l'étranger, et des niches de création d'emplois trop peu explorées. Enfin, il fournit un ensemble de repères méthodologiques pour la construction de politiques territoriales de bien-être des aînés. Et un message : la société ne sera inclusive et créative qu'avec les aînés.

d’EXPERTS

Construire le bien-être des aînés dans les territoires

François Rousseau est expert dans l'accompagnement de l'innovation sociale territoriale. Directeur du cabinet FR Consultants, fondateur et administrateur de la Société française de prospective, il intervient auprès d'institutions nationales et régionales, de collectivités de toutes tailles, de structures de l'économie sociale et solidaire, d'organismes de sécurité sociale et de prévoyance, d'établissements sociaux et médico-sociaux, de collectifs d'habitants engagés dans des politiques de transformation sociale.

dans les territoires

d’EXPERTS

François Rousseau [Dessin Une : Matthieu Méron] www.territorial-editions.fr ISSN : 1623-8869 – ISBN : 978-2-8186-1498-3


Construire le bien-être des aînés

dans les territoires François Rousseau Expert en innovation sociale territoriale

CS 40215 - 38516 Voiron Cedex Tél. : 04 76 65 87 17 - Fax : 04 76 05 01 63 Retrouvez tous nos ouvrages sur www.territorial-editions.fr

d’EXPERTS

Référence DE 840 Décembre 2018


Vous souhaitez être informé de la prochaine actualisation de cet ouvrage ?

C’est simple ! Il vous suffit d’envoyer un mail nous le demandant à : jessica.ott@territorial.fr Au moment de la sortie de la nouvelle édition de l’ouvrage, nous vous ferons une offre commerciale préférentielle.

Avertissement de l’éditeur : La lecture de cet ouvrage ne peut en aucun cas dispenser le lecteur de recourir à un professionnel du droit.

Il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement la présente publication sans autorisation du Centre Français d’exploitation du droit de Copie. CFC 20, rue des Grands-Augustins 75006 Paris. Tél. : 01 44 07 47 70

© Territorial, Voiron ISBN : 978-2-8186-1498-3 ISBN version numérique : 978-2-8186-1499-0 Imprimé par Reprotechnic, à Bourgoin-Jallieu (38) - Janvier 2019 Dépôt légal à parution


Sommaire Introduction. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.7

Partie 1 Une nouvelle donne Chapitre I Des enjeux à court, moyen et long termes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.11 A - Le vieillissement de la population . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.11 1. Une proportion croissante des aînés et des personnes âgées. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.11

2. Les causes du vieillissement de la population et quelques conséquences. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.12

B - Des enjeux économiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.13 1. L’équilibre des régimes de retraite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.13

2. Un relatif vieillissement de la population active . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.15

3. Des cibles marketing spécifiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.16

4. Un gisement d’emplois considérable, mais à l’avenir incertain. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.17

C - Des enjeux environnementaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.20 1. Le changement climatique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.20

2. L’adaptation de l’environnement urbain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.21

D - De l’exclusion à l’inclusion sociale des aînés. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.23 1. Des approches qui favorisent l’exclusion des aînés ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.23

2. Agir en direction des aînés pour contribuer à leur inclusion sociale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.25

Chapitre II Le contexte législatif. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.27 A - Deux leviers principaux de l’action des collectivités territoriales en direction des aînés. . . . . . p.27 1. L’aide sociale légale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.27

2. L’action sociale extralégale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.28

B - De la prise en charge des personnes dépendantes à la mise en œuvre de politiques d’autonomie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.29 p.29

2. L’affirmation d’un rôle politique des départements. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.32

3. Un rôle névralgique des communes et des communautés de communes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.33

C - La loi n° 2015-1776 du 28 décembre 2015 pour l’adaptation de la société au vieillissement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.34 1. Les objectifs poursuivis par la loi du 28 décembre 2015 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.34

2. Le dispositif « conférence des financeurs ». . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.38

3. Une nouvelle loi en 2019. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.39

Chapitre III Quelle anticipation du vieillissement dans notre société ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.40 A - Pour ou contre la vieillesse ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.40 1. Une ancienne querelle philosophique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.40

2. Des avantages et splendeurs de la vieillesse. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.41

Sommaire

Construire le bien-être des aînés dans les territoires

1. La décentralisation comme consolidation de missions régaliennes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

3


B - Comment nous anticipons aujourd’hui le vieillissement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.41 1. Le retour en force de la quête de l’immortalité et du refus de vieillir. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.42

2. Les leçons du mythe de Gilgamesh, l’homme qui ne voulait pas mourir. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.42

3. Le point de vue des seniors. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.43

4. Vers une nouvelle représentation du vieillissement ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.44

5. Notre société est-elle capable d’anticiper son vieillissement ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.45

C - Une diversité d’approches politiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.48 1. La gestion de la dépendance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.48

2. La silver économie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.50

3. Le bien-vieillir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.52

Partie 2 Construire une politique territoriale de bien-être des aînés Chapitre I Les territoires, acteurs du bien-vieillir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.57 A - L’adaptation des territoires au vieillissement, une question à forts enjeux prospectifs. . . . . . . . . p.57 B - L’adaptation des territoires au vieillissement, une question sociétale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.58 C - Une politique territoriale, mais pour quoi ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.60 1. Une diversité de finalités poursuivies par les territoires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.60

2. Le bien-vieillir, un enjeu individuel, collectif et institutionnel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.60

3. Le bien-être territorial, finalité ultime des politiques en direction des aînés ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.61

Chapitre II Une démarche exigeante sur le plan méthodologique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.63 A - Une démarche de développement social territorial durable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.63 B - Anticiper. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.66 1. Des impacts nombreux du grand vieillissement, une nécessité d’adaptation des politiques publiques. . . . . . . . . . . . . . . .

p.67

2. La nécessité d’un dialogue intergénérationnel sur les futurs possibles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.69

3. Quelques facteurs d’évolution incontournables. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.70

C - Diagnostiquer. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.71 1. Des besoins à cerner prioritairement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.71

2. La nécessité d’un diagnostic RH . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.72

Construire le bien-être des aînés dans les territoires

D - Structurer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.72

4

1. Utiliser l’outil du schéma de développement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.72

2. Fortement anticiper le volet RH. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.75

Partie 3 Améliorer en continu la situation des aînés Chapitre I Innover . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.79 A - Dans l’accompagnement des aînés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.79 B - Du point de vue de l’animation de la vie sociale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.81 C - Lutter contre l’isolement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.81

Sommaire


D - Faciliter l’engagement des aînés. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.83 1. Des initiatives visant à mobiliser les aînés sur des projets d’utilité sociale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.84

2. Des initiatives visant à impliquer les aînés dans la gouvernance des politiques du territoire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.84

E - Réduire la fracture numérique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.84 F - Améliorer le logement, le cadre de vie et favoriser la mobilité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.85 1. Faciliter la mobilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.85

2. Améliorer le cadre de vie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.86

Chapitre II Accompagner le changement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.87 A - Agir sur les représentations et sur les pratiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.87 B - Développer en continu les coopérations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.88 C - Favoriser l’intelligence collective et apprendre ensemble. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.89 D - Construire de nouvelles compétences. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.91 1. En matière d’ingénierie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.91

2. Dans l’action avec les aînés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.91

3. En matière de communication . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.92

Chapitre III Piloter . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.93 A - Les instances de pilotage et de mise en œuvre de la politique territoriale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.93 B - Les vertus du schéma de développement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.93 C - Le dispositif d’ingénierie territoriale du bien-vieillir et de recherche-action . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.94

Construire le bien-être des aînés dans les territoires

D - Le dispositif d’évaluation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.94

Sommaire

5


Lecteur, cet ouvrage te concerne. Il te concerne, car, je l’espère, demain, tu auras, toi aussi, à vieillir. Et je souhaite que tu le fasses dans une société et sur un territoire qui t’aideront à bien vieillir et que tu auras contribué à construire.   Cet ouvrage te concerne, car les évolutions en cours de notre société, telles qu’elles découlent de son vieillissement, vont avoir des effets puissants de transformation.   Sans rejoindre Michel Guérin, éminent sociologue spécialiste des enjeux liés au vieillissement de la population, quand il dit que les seniors sont l’avenir de la France, je le rejoins sur l’idée que le vieillissement peut être un puissant levier de transformation sociale.   Cette transformation est d’ailleurs déjà en cours.   Les manifestations de colère des retraités de l’année 2018 prouvent que les aînés peuvent se constituer comme une force sociale d’envergure. Mais ces manifestations sont, selon moi, la partie immergée de tendances de fond, déjà anciennes et puissantes.   Sur les territoires que mon activité professionnelle m’amène à parcourir depuis vingt-sept ans, des aînés de plus en plus nombreux s’informent, comprennent, s’indignent, s’engagent, osent, prennent des risques, agissent, transforment. Il ne s’agit pas que de « jeunes » seniors. Certains ont entre 80 et 95 ans. Et parmi ces derniers, la proportion de ceux qui ont « bon pied bon œil » est croissante.   Leurs pratiques ne ressemblent pas à celles des seniors aux cheveux argentés que les publicités ciblant les aînés mettent en scène. Ils rient de ces publicités et de leur côté caricatural. Ils trouvent certaines activités et animations qui leur sont proposées souvent déprimantes et infantilisantes. Ils se moquent gentiment de la manière dont l’animateur leur parle, comme s’ils étaient de sucre. Ils s’amusent de la suffisance. Ils ont en horreur le jeunisme comme l’âgisme. Ils ne sont pas centrés sur leur déchéance, ils ont soif de vivre.   Il est urgent de nous départir des représentations sociales que nous avons à propos du vieillissement. Nous sommes encombrés de pseudo-synonymes. Non, l’avancée en âge n’est pas synonyme d’inutilité, de perte d’autonomie et de dépendance. Non, l’avancée en âge ne signifie pas que l’on est out, sinon par le regard porté sur les aînés.   Cet ouvrage vous propose, que vous soyez élu, professionnel de l’âge, aîné ou citoyen, un parcours.   Dans sa première partie, il vous invite à mieux comprendre la nouvelle donne qui résulte du vieillissement de la société. Il expose les différents défis qui en découlent, que ceux-ci soient économiques, environnementaux ou sociétaux. Il vous permet de mieux appréhender le contexte législatif des politiques en direction des aînés. Il s’interroge sur notre capacité collective à anticiper les effets du vieillissement de la société. Un détour philosophique vous est alors proposé afin de réinterroger nos conceptions du vieillissement. Ce détour permet de discerner différentes approches politiques de la question.   Dans sa deuxième partie, l’ouvrage, s’appuyant sur mon expérience d’accompagnement de collectivités territoriales et d’associations dans la mise en œuvre de politiques territoriales du « bien-vieillir », fortement inspirée par les découvertes qui ont été les miennes au Canada et les échanges stimulants que j’ai pu avoir à ce propos avec mon associée Eva Jordan, d’une part, et Raphaël Daufresne de l’Institut de formation d’éducateurs de Normandie, d’autre part, vous propose des repères méthodologiques pour la construction de politiques territoriales du bien-vieillir.   La démarche est exigeante : il s’agit d’accompagner un processus de transformation sociale. Elle nécessite d’anticiper, de diagnostiquer, de structurer un processus inscrit dans la durée.   La dernière partie de l’ouvrage vise, à partir d’expériences concrètes et engageantes glanées sur les territoires, à garantir que les phases de mise en œuvre de votre politique concrétisent votre ambition d’une société inclusive pour les aînés. Ce qui suppose, évidemment, d’innover dans un ensemble de domaines et d’accompagner le changement.

Introduction

Construire le bien-être des aînés dans les territoires

Introduction

7


Â


Construire le bien-être des aînés dans les territoires

Partie 1 Une nouvelle donne

Partie 1

9


Chapitre I Des enjeux à court, moyen et long termes

A - Le vieillissement de la population

1. Une proportion croissante des aînés et des personnes âgées Notre société connaît aujourd’hui d’importantes mutations sociodémographiques.   Depuis 1990, l’espérance de vie dans le monde a augmenté de 6,2 ans.   En France, aujourd’hui, les jeunes de moins de 20 ans sont plus nombreux que les plus de 65 ans. Les premiers sont 16,5 millions, les seconds un peu plus de 13 millions. La tendance1 pourrait être définitivement inversée dans douze ans. En 2030, les moins de 20 ans devraient être à peine plus de 16 millions, quand les plus de 65 ans devraient être au moins 16,5 millions.   Les 60 ans, aujourd’hui au nombre de 17,1 millions, pourraient être 23 millions à l’horizon 20402, leur proportion dans la population totale passant, dans cette période, de 25 % à 32 %.   En 2050, un français sur trois pourrait avoir plus de 60 ans. Leur part dans la population totale devrait continuer à augmenter dans les cinquante ans qui viennent, quand les tranches d’âge des moins de 20 ans et des 20 à 59 ans resteraient constantes en valeur absolue.  

En 2040, plus de 4 millions de personnes auront 85 ans et plus. D’ici 2050, le nombre de Français âgés de plus de 85 ans sera multiplié par environ 2,5.   Aujourd’hui au nombre de 2,1 millions, ils seront 4,8 millions en 2050. Ils représentent aujourd’hui 3 % de la population. Ils équivaudront à 6,5 % en 2050 et à 8,2 % en 2070.  

1. Source : Insee, scénario central des projections de population 2013-2070. Il s’agit de projections. Elles s’appuient sur un ensemble d’hypothèses relatives au taux de fécondité (constant), à l’évolution de l’espérance de vie (augmentation de 2,5 ans pour les hommes en 2060 et de 0,6 ans pour les femmes), niveau du solde migratoire constant et équivalent à + 70 000 personnes. 2. Source : Insee, scénario central des projections de population 2013-2070.

Partie 1

Construire le bien-être des aînés dans les territoires

Projection de la population française par tranches d’âge de 2018 à 2070

11


Va résulter de ces évolutions un changement profond de la pyramide des âges de la population française3.

2. Les causes du vieillissement de la population et quelques conséquences Le vieillissement de la population est conséquent d’un fléchissement tendanciel du taux de fécondité, du baby-boom des années 1940 au milieu des années 1960, et d’un allongement simultané de la durée de vie.   On assiste aujourd’hui à un « papy-boom » ou plutôt à un « mamie-boom », en écho au baby-boom de l’après-guerre.   L’effet spécifique du baby-boom s’effacera de la pyramide des âges aux alentours de 2030, quand les premières classes creuses – nées après 1970 – arriveront à la retraite.   Mais ne nous y trompons pas. Si l’espérance de vie augmente, l’espérance de vie en bonne santé n’augmente pas dans les mêmes proportions.   En 2040, notre pays comptera 2 millions de personnes âgées « dépendantes ». Nous vivrons plus longtemps, mais la période pendant laquelle nous vivrons malades ou souffrant de handicaps sera elle aussi plus longue.   Les personnes âgées, une population potentiellement de plus en plus fragilisée dans les années qui viennent Construire le bien-être des aînés dans les territoires

12

Avec l’allongement de la durée de vie, nous allons connaître un accroissement exponentiel des pathologies liées au vieillissement. Ces pathologies contribuent à rendre le quotidien des personnes âgées difficile, voire très difficile.

Ces pathologies sont nombreuses. Elles sont principalement d’ordre neuropsychiatrique (états de dépression, troubles du comportement, démence…), cardiovasculaires (hypertension artérielle ou insuffisance cardiaque, ostéo-articulaire (os, ligaments…), « gastro-entérologiques » (douleurs intestinales, incontinence, malaise, brûlures d’estomac…).  

Des facteurs environnementaux, liés principalement à la pollution de l’air, contribuent à accroître certaines de ces pathologies, comme les infections pulmonaires.

Des facteurs culturels et sociaux peuvent également jouer un rôle décisif dans le développement ou non de certaines pathologies.

3. Source : Pyramides des âges, outil interactif Insee. https://www.insee.fr/fr/statistiques/2524484.

Partie 1


Ainsi, les pathologies touchant le quadriceps*, qui peuvent favoriser la fracture du fémur, résultent notamment du manque d’exercice ou de mobilisation. Selon que les aînés ont ou non pris l’habitude d’une pratique physique journalière, ils seront plus ou moins précocement affectés par ce type de pathologies.

De même, les lésions induites par la maladie d’Alzheimer peuvent être pour partie compensées par une stimulation cérébrale et des liens sociaux permettant l’activation d’un réseau cérébral dense. Le principal facteur de risque de la maladie d’Alzheimer est l’âge. Mais il existe de nombreux autres facteurs de risque, par exemple la sédentarité, les anesthésies répétées…

Mais à l’inverse, selon l’Inserm**, le fait d’avoir fait des études et d’avoir eu une activité professionnelle stimulante ainsi qu’une vie sociale active semble retarder l’apparition des premiers symptômes et leur sévérité. Cet effet protecteur serait lié au phénomène de plasticité cérébrale qui traduit l’adaptabilité permanente de notre cerveau. Il pourrait permettre de compenser la fonction des neurones perdus.

Autrement dit, en fonction de la densité et qualité des environnements culturels et sociaux des aînés, les symptômes de la maladie d’Alzheimer se manifesteront plus ou moins tôt chez ceux qui pourraient en être victimes.

*   Il s’agit du muscle le plus volumineux du corps, qui supporte la plus grande partie de son poids, et permet de se déplacer. ** Source : Inserm. « La maladie d’Alzheimer, une maladie neurodégénérative de mieux en mieux comprise », https://www.inserm. fr/information-en-sante/dossiers-information/alzheimer-maladie.

B - Des enjeux économiques Les enjeux les plus immédiatement perceptibles du vieillissement de la population sont d’ordre économique.  

1. L’équilibre des régimes de retraite

Qu’est-ce qu’un système par répartition ? Le système par répartition se distingue du système par capitalisation. Dans le système par capitalisation, les individus mettent régulièrement des sommes de côté qu’ils vont récupérer au moment de leur retraite, soit sous forme de capital, soit sous forme de rente. Dans le système par répartition, les sommes accumulées au travers des cotisations d’assurance vieillesse versées par les salariés et les employeurs sont immédiatement utilisées pour financer les pensions des retraités.

L’équilibre du régime des retraites – c’est-à-dire le fait que les cotisations perçues soient équivalentes aux pensions versées – a été fortement ébranlé à la fin du XXe siècle sous l’effet du vieillissement de la population. Il va être de plus en plus difficile dès lors que le rapport entre le nombre de retraités et d’actifs va s’accroître. Il est à ce titre instructif d’analyser le ratio de dépendance des aînés et son évolution possible.  

Partie 1

Construire le bien-être des aînés dans les territoires

L’enjeu le plus médiatisé est celui de l’équilibre des régimes de retraite. Pratiquement tous les États européens s’interrogent aujourd’hui sur la manière de le garantir, adoptant tantôt une solution consistant à augmenter les cotisations et/ou supprimer les allègements existants, tantôt une solution consistant à augmenter l’âge du départ à la retraite.   Le vieillissement de la population vient de facto déséquilibrer notre régime de retraite.   Le système, qui a été mis en place en France à compter de 1945, se traduit aujourd’hui par une retraite obligatoire reposant sur deux piliers : une retraite de base et une retraite complémentaire.   Mais, quels que soient les régimes, qu’il s’agisse du régime de base ou de la diversité des régimes complémentaires, leur principe de fonctionnement est le même. Ce sont des systèmes de financement des retraites par répartition.  

13


Qu’est-ce que le ratio de dépendance ? Le ratio de dépendance est le rapport entre le nombre de personnes censées dépendre des autres (les jeunes et les personnes âgées) et le nombre de personnes censées en assurer la

charge. L’indicateur utilisé par l’OCDE est le suivant : (Nombre d’individus de moins de 20 ans + Nombre d’individus de 65 ans et plus) / Nombre d’individus de 20 à 64 ans L’OCDE utilise deux autres indicateurs : - le taux de dépendance des jeunes (Nombre d’individus de moins de 20 ans) / (Nombre d’individus de 20 à 64 ans) ; - le taux de dépendance des personnes âgées (Nombre d’individus de 65 ans et plus) / (Nombre d’individus de 20 à 64 ans). Les limites de ces indicateurs tiennent au fait que l’âge d’entrée dans la vie active et d’obtention d’un emploi stable comme l’âge de cessation d’une activité rémunérée est très variable en fonction des pays, des filières… Et, on ne dispose pas, à notre connaissance, et concernant la France, d’indications fiables et consolidées sur l’âge moyen d’entrée dans la vie active et d’obtention d’un emploi stable.

La projection du ratio de dépendance des aînés pour les cinquante ans qui viennent ne peut qu’interpeller. En 2018, le taux de dépendance des aînés calculé à partir de la définition qu’en retient l’OCDE est en France de 34,76 %. Dit autrement, il y a environ 1 retraité pour 3 actifs.  

En s’appuyant les hypothèses du scénario central de l’Insee relatif à l’évolution démographique de la France, on obtient la courbe d’évolution suivante de 2020 à 2070 :   Une hausse constante du taux de dépendance dans les 50 ans qui viennent

Autrement dit, le « taux de dépendance » des aînés devrait être en hausse constante dans les cinquante ans qui viennent. Ils seront de plus en plus nombreux pour une population active qui, elle, sauf décisions de politiques natalistes ou migratoires, sera pratiquement stable.  

Ce taux va tout particulièrement augmenter dans les deux à vingt-deux ans qui viennent. Il devrait être de 36,27 % en 2020, de 43,71 % en 2030, et de 50,53 % en 2040. Dans cinquante ans, il pourrait être de 57,38 %. Cela signifie qu’en 2050 il pourrait n’y avoir qu’à peine plus de 2 actifs pour 1 retraité.

Construire le bien-être des aînés dans les territoires

14

Le taux de dépendance des jeunes devrait quant à lui rester stable. Néanmoins, cumulé à celui de la dépendance des aînés, il signifie que nous allons passer en cinquante ans de 80 personnes « dépendantes » pour 100 actifs à 100 personnes « dépendantes » pour 100 actifs.  

Les États jouent sur trois leviers principaux pour garantir l’équilibre des régimes de retraite : l’âge de départ à la retraite, le montant des cotisations, le montant des pensions.  

Tendanciellement, le maintien de l’équilibre de notre système de retraite peut se traduire par le fait que nous travaillions plus longtemps, que les actifs et les entreprises cotisent plus fortement, et que les pensions versées aux aînés diminuent.

Le vieillissement de la population participe, de son côté, à la hausse générale des dépenses sanitaires et sociosanitaires, du fait des coûts de prise en charge des personnes dépendantes qui en découlent, par exemple la hausse des dépenses de santé liées aux affections de longue durée4.

4. Juliette Grangier (DREES), 2018, « Le vieillissement de la population entraîne une hausse des dépenses de santé liées aux affections de longue durée », Études et Résultats, n° 1077, Drees, septembre.

Partie 1


2. Un relatif vieillissement de la population active Le deuxième défi auquel nous confronte le vieillissement de la population est celui du vieillissement de la population active.  

En France, comme dans l’ensemble des pays de l’OCDE, on constate un vieillissement de la population active.

En 20155, le taux d’emploi des seniors âgés de 50 à 64 ans s’élevait à 59,7 %. Il se révélait dynamique dans un contexte de sorties plus tardives du marché de travail, d’une restriction des dispositifs de cessation anticipée d’activité et de recul de l’âge du départ à la retraite. Entre 2010 et 2015, l’Insee a relevé qu’il avait progressé de 5,7 points entre 2010 et 2015.  

La hausse a été particulièrement marquée pour les 55-64 ans dont le taux d’activité a enregistré une hausse de 9,1 % entre 2010 et 2015 pour s’établir à cette date à 48,8 %6. L’Insee prévoit une part croissante des 55 ans et plus dans la population active.  

Ce vieillissement pose la question de la place des « seniors » dans l’entreprise, de leur management, de leur formation, dans un contexte où la France est loin d’être championne quant à l’emploi des seniors. Le taux d’emploi en France des 55-64 ans était de 49,8 % en 2016 contre plus de 70 % en Suède et en Norvège. La question de la place des seniors dans notre société est déjà, et en premier lieu, celle de leur place dans la vie économique.   Le taux d’emploi des 55-64 ans en France

Le vieillissement de la population active se traduit en outre depuis une dizaine d’années par une forte proportion de départs à la retraite, avec des conséquences économiques multiples.  

Entre l’an 2000 et 2020, 31 % des actifs auront mis fin à leur carrière, soit un total d’environ 8 millions de personnes. Les taux de retrait varient énormément en fonction des régions, celles où la proportion de seniors dans la population active est la plus importante, par exemple l’Auvergne ou le Limousin, étant particulièrement touchées.  

Ces départs à la retraite entraînent de manière ou non volontariste une baisse des effectifs dans certains secteurs. Il a notamment pour conséquence des difficultés de recrutement dans ceux de l’agriculture, du bâtiment, de l’artisanat et du commerce. Le manque de personnes qualifiées, comme l’étaient celles qui sont parties à la retraite, se fait cruellement sentir dans ces différents secteurs.

5. Source : Insee, tableaux de l’économie française Édition 2017. Mariam Besbes, Françoise Martial, Irène Naudy-Fesquet, Patricia Roosz, Joëlle Trony. 6. Ce taux est très inférieur à la moyenne de l’Union européenne, qui se situe à 53,3 %. Partie 1

Construire le bien-être des aînés dans les territoires

Source : DARES, Selma MAHFOUZ, L’emploi des seniors en France, en comparaison européenne, 15e colloque du Conseil d’orientation des retraites Emploi des seniors et vieillissement actif en Europe – novembre 2017.

15


3. Des cibles marketing spécifiques Le vieillissement se traduit par l’émergence de différentes classes d’âge aux ressources et besoins spécifiques. Il a pour conséquence la coexistence de 4, voire 5 générations : les enfants, les parents, les grands-parents, les arrièregrands-parents et quelquefois les arrière-arrière-grands-parents.   Les besoins de ces différentes générations sont tout autant diversifiés que le sont ceux des personnes qui les composent.   Coexistent aujourd’hui en effet plusieurs générations de personnes « âgées ».   Derrière un même mot, 3 générations et 3 profils types de « seniors » ?  

Le marketing segmente le marché des seniors en essayant de dégager des profils types des différentes générations de seniors. Il en distingue en général 3 : - la génération des plus de 75 ans. Ils sont 5 millions. Née entre 1920 et 1945, cette génération a été marquée par la guerre. Ils vivent seuls pour la plupart d’entre eux. Clients fidèles des services à la personne, plutôt loyaux et économes, ils décideraient de leurs choix de vie en relation avec leurs enfants ; - la génération des baby-boomers. Née entre 1946 et 1960, cette génération a connu les trente glorieuses et en a profité : éducation de qualité, accès rapide à l’emploi, salaires élevés, retraites confortables… Ils sont 12 millions. Plutôt optimiste, cette génération a tendance à croire que tout est possible. Ils sont marqués par des idéaux de liberté, de libération de la femme, de mobilité et par la société de consommation. Ils s’investissent pour nombre d’entre eux dans des activités citoyennes. Ils veulent continuer à mobiliser leurs compétences en tant qu’élu, membre d’une association, ou au travers de la poursuite d’une activité professionnelle. Cette génération est aujourd’hui la cible privilégiée de la silver économie* ; - la génération X. Pour le marketing, on devient senior à 50 ans, les changements de mode de vie à cet âge – pour partie liés au départ des enfants du domicile – modifiant la demande de biens de consommation. Née entre 1961 et 1980, elle a été confrontée à la crise de l’emploi. Elle a eu tendance à rechercher un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie familiale. Elle serait particulièrement sensible à l’écologie, à l’égalité des sexes, au croisement des cultures…  

Bien sûr, chaque génération est différente d’une autre. De là à considérer que la différence de génération serait un facteur plus déterminant des comportements que les appartenances culturelles, sociales et territoriales, et que les parcours de vie propres à chacun, il y a évidemment un pas que l’on ne peut pas franchir dans la construction d’une politique en direction des aînés.

Il nous semble par exemple que le territoire où l’on réside est décisif, celui-ci facilitant ou non, par exemple, la participation des aînés à la vie de la cité et leur investissement dans des actions d’utilité sociale.

Bref, cette typologie, si elle peut sembler utile pour simplifier la réflexion en marketing, nous semble extrêmement simplificatrice pour la construction d’une politique publique.

Construire le bien-être des aînés dans les territoires

* Nous renvoyons le lecteur à propos de cette notion au chapitre III - C de la présente partie, intitulé « Une diversité d’approches politiques ».

16

Le vieillissement des populations fait émerger des cibles de choix, en raison de modes de vie et de consommation tout à fait nouveaux.   Les seniors sont désormais une cible marketing à part entière, qu’il s’agisse de leur proposer des voyages, des habits, des bons de réduction, des assurances, des lectures, des services à la personne, un nouvel aménagement de leur domicile, des résidences seniors, des résidences médicalisées, des cannes transparentes, des crèmes de jour et de nuit…   Des guides à l’intention de commerciaux voient quotidiennement le jour, pour apprendre à vendre aux seniors, améliorer sa communication marketing en leur direction, leur vendre des ouvrages qu’ils ne liront pas nécessairement, leur faire vendre leurs biens contre une place en EHPAD ou… au cimetière.  

Partie 1

Profile for INFOPRO DIGITAL

Construire le bien-être des aînés dans les territoires  

Construire le bien-être des aînés dans les territoires  

Profile for infopro