Page 1

FOCUS

by patrimonia Septembre 2017

Espace Innovations CGP Blandine Fischer, Commissaire général vous accueille à la 24e édition de la Convention Patrimonia Le thème conducteur de Patrimonia 2017 est « Les challenges de demain ». Pourquoi ? 2017 a été une année riche en événements politiques tant au niveau mondial (EtatsUnis, Russie, Corée du Nord pour ne citer qu’eux), qu’européen (Brexit) ou français avec l’élection d’Emmanuel Macron. En parallèle, le métier de conseiller en gestion de patrimoine évolue et connaît une période de mutations. C’est dans ce contexte que la vocation de Patrimonia prend tout son sens : accompagner les conseillers dans leur métier et leur permettre d’anticiper les changements à venir afin de les appréhender au mieux. Pourquoi mettre l’accent sur les challenges de demain ? Parce que les challenges sont nombreux : mutations digitales dont nous avions longuement parlé l’an passé, défis réglementaires ou encore fiscalité du patrimoine – tant de thématiques pour lesquelles il faut se préparer. Demain car si l’avenir s’annonce complexe, il est aussi plein d’espoir et d’opportunités pour faire évoluer le métier de conseiller en gestion de patrimoine.

Après le succès de la conférence « Les Fintech ont la parole » l’an passé, nous avons décidé une nouvelle fois de mettre à l’honneur les start-ups et fintechs qui proposent des innovations au service du conseil ! 13 sociétés ont répondu à notre appel pour vous présenter les services ou produits qui vous permettront d’augmenter votre productivité au quotidien. Que vous cherchiez un robo allocator, un moyen de digitaliser votre relation client via la digitalisation de documents, un portail de e-signature, ou encore un réseau social pour échanger avec vos pairs, venez rencontrer nos partenaires à l’espace Innovations CGP situé en face de l’auditorium Lumière ! Ils vous présentent leurs innovations :

Quelles sont les nouveautés de cette 24 édition ? e

La grande nouveauté cette année est l’ouverture de la Patrimonia Academy, la tribune pédagogique de Patrimonia. Nous avons souhaité offrir aux CGP un espace de formation qui leur est dédié. Les intervenants sont souvent des conseillers financiers, qui ont déjà relevé certains défis. Ce sont les plus à même de livrer des bonnes pratiques pour améliorer l’activité de leurs pairs au quotidien. Ce n’est que le début de nos actions pour accompagner les CGP, dont les besoins en formation vont augmenter (43h à valider en 2018). La convention Patrimonia va donc continuer à travailler main dans la main avec les associations professionnelles conformément à sa vocation première : la formation de ses congressistes. Vous faites également la belle part à l’investissement responsable, pourquoi ? Tout à fait. Patrimonia accueille cette année le stand Label ISR animé par L’Association française de la gestion (AFG) et le Forum pour l’Investissement Responsable (FIR) et fait la belle part à l’ISR tant dans le programme de la Patrimonia Academy que dans les ateliers-tables rondes ou encore dans les pages qui suivent avec pas moins de trois articles sur cette thématique. Nous pensons que l’investissement social et responsable peut non seulement être une source de croissance pour les cabinets mais aussi un moyen de conquérir une nouvelle clientèle, plus jeune. Un dernier mot ? Patrimonia est aussi sur les réseaux sociaux ! La convention sera suivie et commentée en direct sur Twitter via le compte @PatrimoniaLyon. Et pour « live twitter » les interventions ou actualités, le hashtag mis en place est #Patrimonia17. Nous avons d’ailleurs lancé la social media room sur laquelle nos partenaires se livrent au jeu de l’interview avec diffusion en direct sur les réseaux sociaux. Avec cette initiative, nous espérons faire rayonner plus largement la profession. Très bonne convention à tous !

Retrouvez également dans ce numéro •L  ’interview de Didier LE MENESTREL (La Financière de l’Echiquier) sur l’Investissement Socialement Responsable......................................................page 4

Stand Label ISR Cette année, Patrimonia accueille le stand du nouveau Label ISR, soutenu par le ministère des finances. Il sera animé par l’Association Française de la Gestion financière (AFG) et le Forum pour l’investissement responsable (FIR). Vous vous posez des questions sur l’ISR et sa performance ? L’offre existante ? Le contexte réglementaire ? Venez nous voir sur le stand Label ISR (Hall 1 - Stand A33 - Allée verte) pour trouver toutes les réponses à vos questions ! Rendez-vous page 3 pour plus d’informations sur le Label ISR

Conseils - Accompagnement - Pédagogie La rentrée a sonné ! Rendez-vous sur la Patrimonia Academy, nouvel espace pédagogique pensé avec et pour les CGP ! Apprenez de vos pairs sur des sujets aussi variés que la réglementation, la formation obligatoire, le conseiller connecté, la relation client 3.0 ou encore l’ISR. Pour en savoir plus, retrouvez l’interview de Cyril GARREAU, Président de Keys REIM, page 3 et découvrez le programme des interventions dans votre mémo ou le catalogue officiel !

•L  e point de vue d’Axiom Alternative Investment sur le secteur bancaire.......... page 5 •L  a prise de position de Grégoire SENTILHES (Nextstage) et Thierry ORTMANS (Entrepreneur & Investisseur) sur l’investissement en entreprise............. page 5 •L  es résultats de l’étude Patrimonia sur les challenges des conseillers en gestion de patrimoine.............................. page 6 •L  a sortie du livre blanc ISR par Baussant Conseil...................................... Page 7 •L  a présentation du programme des ateliers-tables rondes............................ page 7

FOCUS BY PATRIMONIA • SEPTEMBRE 2017 - 1


Une marque de

Découvrez une large gamme de SCPI éligibles à l’offre de financement Crédit Lift. Une offre simple et compétitive vous permettant de faire bénéficier vos clients de la meilleure des réactivités.

CREDITLIFT

FACILITE VOTRE DÉVELOPPEMENT Nous sommes à vos côtés pour permettre à vos clients d’étendre leur capacité d’investissement en parts de SCPI en leur proposant des financements à crédit* sans frais de dossier ni de nantissement.

Pour plus d'informations, contactez Laurent Hulard par mail : lhulard@ca-cf.fr

*Offre de prêt personnel sous réserve d’acceptation définitive par le prêteur après examen des pièces justificatives qui vous seront demandées. CREDITLIFT est une marque de CA Consumer Finance - Prêteur - Siège social : 1 rue Victor Basch - CS 70001 - 91 068 MASSY Cedex - SA au capital de 554 482 422 euros - RCS Evry 542 097 522 Intermédiaire d’assurance, inscrit à l’ORIAS (Organisme pour le registre des Intermédiaires d’Assurance) sous le N° 07 008 079, consultable sur www.orias.fr


À découvrir sur Patrimonia cette année : Cyril GARREAU vous présente la Patrimonia Academy Cyril Garreau, votre société Keys REIM, filiale française du Groupe Keys Asset Management, est cette année le partenaire exclusif de la Patrimonia Academy. De quoi s’agit-il exactement ? Le lancement de la Patrimonia Academy est l’une des grandes nouveautés du Salon Patrimonia qui se tiendra fin septembre. Il s’agit avant tout d’une initiative à vocation pédagogique mettant à la disposition des CGPI un espace de prise de parole et d’échange entièrement consacré à leur métier. Pour cette édition 2017, nous avons élaboré les contenus du programme de la Convention en étroite collaboration avec la Patrimonia Academy. Nous avons souhaité que les thématiques abordées collent au plus près des besoins et des préoccupations des CGPI. Nous sommes convaincus qu’ils s’approprieront très vite cet outil et qu’ils sauront y puiser des solutions pour optimiser la gestion de leur activité et proposer un conseil toujours plus personnalisé. Pourquoi ce partenariat ? Il s’est imposé comme une évidence. Notre société, spécialisée dans l’acquisition, la restructuration et la gestion d’actifs immobiliers, a toujours favorisé la montée en compétence de ses collaborateurs. Pour déployer nos solutions d’investissement innovantes, nous misons depuis toujours sur la formation et l’actualisation des connaissances de nos équipes. Mais nous n’oublions pas pour autant nos partenaires. Notre volonté est « d’accompagner ceux qui accompagnent ». C’est un signal fort que nous adressons aux CGP pour leur témoigner notre proximité et notre attachement à un moment où leur profession connaît de grandes transformations : mise en place de bonnes pratiques, prise en compte

et anticipation des évolutions du cadre juridique et fiscal, sélection des fournisseurs, devoir de vigilance, relation client 3.0… Notre engagement à leurs côtés est total. Nos métiers sont différents, mais nous partageons avec eux des valeurs fortes. Nous savons par exemple qu’il n’existe pas de solution standard et d’offre « prête à l’emploi » : chaque client, chaque investisseur, particulier ou professionnel, possède sa propre histoire, son propre projet de vie, ses propres objectifs, et forme à lui tout seul un univers complexe. Dans quel contexte va se dérouler cette édition 2017 du Salon ? Je le définirais en deux mots : complexe et mouvant. Dans un monde en pleine mutation, décrypter les enjeux et y répondre devient chaque jour plus compliqué. Nouveaux modes de consommation, nouveaux usages, révolution digitale, évolutions réglementaires : pour faire face, chacun d’entre nous doit augmenter ses capacités d’anticipation et d’adaptation. Par exemple l’entrée en vigueur, en janvier 2018, de la directive européenne MIF 2 ouvre de nouvelles perspectives tout en suscitant de légitimes interrogations : transparence, protection des clients, régulation des marchés financiers, mais aussi qualité de service, devoir de conseil et système de rémunération sont actuellement les sujets qui occupent tous les esprits. Cyril GARREAU Président, Keys REIM

organisée avec

Le Label ISR : comprendre, anticiper, innover Alors que les professionnels constatent une demande croissante de leurs clients pour des placements responsables, le label ISR soutenu par les pouvoirs publics aura son stand au salon Patrimonia. Il permettra de répondre aux questions clés que se posent les conseillers : l’ISR est-il performant ? Quelle est l’offre actuelle ? Comment évolue la demande ? Quelles sont les tendances ? Quel est le nouveau contexte réglementaire en France ? Comment le Label est-il attribué ? Où trouver les fonds labellisés ? Durant les deux jours de la Convention, l’Association Française de la Gestion financière (AFG) et le Forum pour l’Investissement Responsable (FIR), à qui la gestion de la promotion du label a été confiée, répondront à toutes ces interrogations. Les sociétés de gestion ayant des fonds labellisés seront visibles grâce à un macaron distinctif affiché dans leurs propres stands. Soutenu par le Ministère de l’Économie et des Finances et lancé en septembre 2015 par Michel Sapin, le label est un outil innovant pour la promotion de l’Investissement Socialement Responsable (ISR) en France et en Europe, il constitue désormais la référence pour proposer des produits ISR aux épargnants individuels. Il leur permet d’identifier facilement des investissements favorisant le développement durable tout en visant le même rendement financier que les produits classiques. Aujourd’hui, la part des produits responsables dans l’épargne des français reste très faible (2%) alors que les études montrent qu’ils cherchent à donner plus de sens à leurs placements, tout comme ils se montrent de plus en plus attentifs à être des consommateurs responsables. Ce label, qui garantit la qualité de la démarche ISR des fonds labellisés a donc pour objectif de rendre ces produits plus accessibles à la clientèle particulière. Créé par décret, ce label distingue les fonds qui investissent dans des entreprises aux pratiques responsables en matière environnementale, sociale et de bonne gouvernance. Il est attribué pour 3 ans au terme d’un processus d’attribution strict réalisé par des organismes tiers spécialement accrédités qui sont AFNOR Certification et EY France. L’audit de labellisation des fonds est réalisé en toute indépendance selon le référentiel défini par arrêté ministériel.

Le comité du label, organe collégial indépendant, est chargé de proposer aux pouvoirs publics les grandes orientations et des évolutions du référentiel du label. Ce comité est constitué de représentants, intuitu personae, de toutes les parties prenantes de l’ISR. Pour mener à bien ses travaux, il s’appuie sur un comité scientifique composé d’universitaires spécialistes du sujet. À ce jour, une centaine de fonds ont obtenu le label. Ils sont proposés par plus de vingt sociétés de gestion et représentent un encours de plus de vingt milliards d’euros. Ils sont disponibles dans de nombreux réseaux bancaires et d’assurance et sur les principales plateformes de distribution de fonds pour les Conseillers en Gestion de Patrimoine. La liste des fonds labellisés ainsi que la composition du Comité du label sont consultables sur son site internet : www.lelabelisr.fr. Sur ce site sont également disponibles des outils pédagogiques (infographies, vidéos) qui expliquent l’intérêt d’épargner responsable ou qui détaillent le processus de labellisation.

Pour choisir des placements responsables et durables

Retrouvez le Label ISR sur le stand A33 – Allée verte FOCUS BY PATRIMONIA • SEPTEMBRE 2017 - 3


La finance a désormais, avec l’ISR, l’occasion de jouer un rôle important dans l’orientation de l’épargne vers une croissance plus responsable

© Julien Mezger, Finanzverlag.

Les investisseurs institutionnels sont déjà sensibilisés à l’ISR, pour le grand public est-ce un nouveau défi pour ce concept ? Les particuliers s’ouvrent à l’ISR et c’est une très bonne chose ! L’information circule de mieux en mieux et tous ceux qui font l’effort de s’intéresser de près à leur argent ont envie de savoir comment il est investi. Je pense que cette tendance est faite pour durer parce qu’elle est légitime et vertueuse. Outre nos institutionnels français – qui restent les premiers concernés et que nous saluons au passage pour avoir été des pionniers décisifs de l’ISR –, les fournisseurs et les distributeurs communiquent davantage. Sans oublier les solutions qui fleurissent sous l’effet de la demande. Nous-mêmes, à La Financière de l’Echiquier, qui avons fait du sujet l’un de nos chevaux de bataille depuis plus de 10 ans, intensifions nos efforts d’éducation et de sensibilisation auprès de notre clientèle privée comme de nos premiers partenaires, les CGP.

Project. Les investisseurs peuvent ainsi savoir dans quelle mesure leurs placements contribuent à lutter contre le changement climatique. L’entrée en vigueur de l’article 173-VI de la loi de transition énergétique a été l’opportunité de renforcer notre démarche ISR en général et notre gestion des risques climatiques en particulier – empreinte carbone, contribution au respect de l’objectif fixé par l’Accord de Paris de limitation du réchauffement à 2 degrés. Cela nous a permis de constater que nos fonds de croissance avaient une empreinte carbone inférieure à celle de leur indice de référence. Echiquier Major, un de nos fonds labellisés ISR, est par exemple 6 fois moins carboné, par million d’euros investi, que le MSCI Europe. La quantité de carbone émise par les entreprises en portefeuille de nos principaux fonds est consultable sur notre site. En influençant la gouvernance et un nouveau comportement des acteurs, l’ISR ne favorise-t-il pas une économie plus responsable ? J’en suis convaincu. Je crois que la finance a désormais, avec l’ISR, l’occasion de jouer un rôle important dans l’orientation de l’épargne vers une croissance plus responsable à tous les niveaux. Pour nous, cela passe par l’accompagnement des entreprises dans lesquelles nous investissons à travers nos fonds ISR. Nous ne nous contentons pas de les noter, de les acheter puis de les vendre ; nous engageons un dialogue volontariste avec elles pour identifier des voies de progrès sur les dimensions de leur responsabilité qui sont importantes pour l’avenir de notre communauté.

Pour les gestionnaires de fonds, quels sont les moyens et méthodes pris en compte pour la sélection de valeurs ? Didier LE MENESTREL De nombreuses approches existent, je me concentrerai Président-directeur général donc sur la nôtre. Notre méthode s’est enrichie au fil du temps, mais elle reste fondamentalement ancrée dans notre ADN de stock-picker : elle fait la part belle à la qualité de la gouvernance et à la rencontre des entrepreneurs, irremplaçable pour forger un avis sur la qualité ESG (les critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance) des entreprises. Notre notation est établie sur 10 points, dont deux tiers dédiés aux La prise en compte de facteurs sociaux, sujets de gouvernance. Elle sert de seuil d’éligibilité environnementaux et de gouvernance contribue-t-elle pour déterminer l’entrée des valeurs dans nos fonds ISR. Nous resterons à une meilleure performance financière ? fidèles à cette approche subjective et qualitative qui a su démontrer au Oui, les liens entre critères ESG et performance économique ont été fil des années sa contribution à la performance. démontrés par la recherche académique. Mais comme les sceptiques trouveront toujours une étude pour prouver le contraire, je préfère leur L’investissement ISR est-il un véritable soutien à l’éco-industrie et poser et vous poser la question ainsi : à performance égale, pourquoi ne mène-t-il une action concrète contre le changement climatique ? pas investir dans des entreprises dont vous savez qu’elles prennent au Il pouvait l’être, il est désormais plus simple de le vérifier : l’impact sérieux leur rôle sociétal ? climatique des fonds actions est à présent mesuré par un système de * G. Friede, T. Busch, A. Bassen, Journal of Sustainable Finance & Investment, 2015 notation standardisé, Climetrics, développé par le Carbon Disclosure

Partenaire de PATRIMONIA : le premier portail indépendant au service des investisseurs et des CGP pour la sélection et le suivi de leurs Fonds, ETF et supports Vie. Choisir entre un ETF ou un fonds classique ? Quels UC sont éligibles dans les contrats d’assurance vie de mes clients ? Quels supports Vie me donneront accès aux meilleurs fonds du moment ? Le profil SRRI d’un de mes fonds a-t-il changé récemment ? Face à une offre produit extrêmement large et à l’impératif de suivi des performances et des profils risque des différents supports, OPCVM360 le nouvel acteur de dernière génération de la FUND DATA est aujourd’hui la solution préférée des Fintech et des

professionnels de la Finance. OPCVM360 fournit à l’ensemble des investisseurs et de leurs conseillers, une gamme complète d’outils gratuits pour faciliter leur processus de sélection et de suivi de leurs supports préférés. Nos outils WATCHLIST, COMPARATEUR et SIMULATION DE PORTFEUILLE sont en libre-service pour aider nos membres à construire leurs portefeuilles, consulter les documentations et recevoir des alertes sur leurs fonds.

Inscrivez-vous gratuitement sur https://www.opcvm360.com/inscription 4 - FOCUS BY PATRIMONIA • SEPTEMBRE 2017


Banques : 2017, la route de la fortune Il y a encore un an, le secteur bancaire européen était considéré par de nombreux investisseurs comme un secteur sur lequel il fallait investir avec prudence. Taux bas, changements géopolitiques, expositions au pétrole, réglementation contraignante Dix ans après le et prêts non performants : les pièges début de la crise ne manquaient pas ! financière, le secteur Le millésime 2016 a finalement été marqué par un net retour à la profibancaire évolue dans tabilité pour l’ensemble du secteur un environnement plus (23,5 milliards d’euros de bénéfices pour les seules banques françaises favorable » Source Axiom AI), certaines banques renouant même avec leur plus haut historique, et 2017 offre des perspectives très positives pour les actionnaires et investisseurs obligataires. Plus de capital, moins de risques, plus de profit : un changement complet de perspective pour les actionnaires des banques européennes. En effet, depuis 2009, la situation financière du secteur bancaire européen s’est nettement améliorée, notamment en matière de fonds propres. Le ratio CET1 (Common Equity Tier 1) des banques européennes est en moyenne de 14,1%, soit 2 fois plus élevé qu’en 2007 (Source EBAau 31/03/2017). A partir de 2014, la Banque Centrale Européenne s’est attelée au nettoyage des bilans des banques, les forçant à mieux provisionner les risques et à céder leurs expositions les plus risquées, occasionnant une baisse constante du coût du risque. Enfin, si 2016 marque le retour du secteur à la profitabilité, 2017 montre une nette accélération. Les résultats des deux premiers trimestres ont largement excédé les estimations des analystes. De nombreuses banques renouent même avec des retours sur fonds propres au-dessus de 10% malgré l’environnement de taux bas. Cette amélioration de la profitabilité a eu un impact positif sur les performances des actions bancaires en 2017. Au 31 août, l’indice STOXX 600 Banks était en hausse de 8,62% depuis le début de l’année, une performance supérieure à celle des indices non financiers. Les agences de notation ont également publié dès le Q1 2017 les premiers rehaussements de notations de crédit, signe que la normalisation du secteur est bien engagée.

Banques européennes vs. Obligations d'entreprises 5

Rendement

4,5

4

3,5

3

2,5 avr.-16

Indice Bloomberg Obligations Corporate EUR High Yield Indice Bloomberg Obligations Corporate EUR High Yield Financières juin-16

août-16

oct.-16

déc.-16

févr.-17

avr.-17

juin-17

Néanmoins, la valorisation du secteur bancaire (actuellement 9,6 fois les résultats attendus) reste deux fois moins chère que les autres secteurs (l’EURO STOXX 50 se valorise en moyenne 17,5 fois les résultats attendus). Sur le marché des obligations subordonnées de banques, les titres contingent convertibles (les fameux « cocos ») ont largement bénéficié de l’amélioration des fondamentaux du secteur. L’écart de rendement moyen entre le dividende des actions du secteur (3,98%) et le rendement des obligations « cocos » (4,8%) a atteint son plus bas historique. Dans ce contexte, la dette subordonnée dite « Legacy » émise avant la création des nouveaux titres contingent capital semble offrir un meilleur couple rendement / risque. La dette « Legacy » regroupe l’ensemble des dettes subordonnées émises par les banques sous la réglementation Bâle I et Bâle II et qui perdront leur intérêt règlementaire d’ici 2021. C’est un univers d’investissement qui compte encore 165 milliards d’euros de titres, contre 130 milliards pour les Additional Tier 1 (Source Bloomberg-au 28/02/2017). Cet univers Legacy bénéficie d’un contexte d’investissement historique, car les banques doivent progressivement remplacer les obligations Legacy par des « cocos » d’ici 2021. Pour découvrir la gamme de fonds d’Axiom AI, nous vous donnons rendez-vous au stand J16.

Investir l’épargne à long terme pour l’emploi Alors que l‘économie française poursuit son décrochage compétitif, il est urgent d’investir dans le développement de nos entreprises pour relancer la croissance et l’emploi. Toutes les études montrent que les Entreprises de Taille Moyenne (ETM) sont un moteur essentiel de la croissance économique et de la création d’emplois. En France, 88% des emplois créés depuis 20 ans l’ont été par les PME1. Faire grandir les ETM représente plus que jamais la meilleure solution pour RÉPARTITION DE L’ENCOURS créer des emplois, de la croissance et DE L’ASSURANCE VIE en millards de dollars de la compétitivité dans notre pays. Les ETM souffrent pourtant d’une 282,5 carence en fonds propres : en cause, l’allocation de l’épargne française, 17% certes abondante, mais trop peu investie dans l’économie réelle et dans les entreprises. 83% Avec 1 632 Mds d’euros d’encours2, l’assurance-vie concentre près de 37% 1400,8 de l’épargne financière totale3 française et constitue la 1ère poche d’épargne Assurance-vie en support euros financière des Français. En dépit de la Assurance-vie en UC baisse des taux qui a considérablement impacté le rendement des supports en euros, le fonds euros (+1.8% de taux de rendement en moyenne en 2016) représentait plus de 80% de l’encours global de l’assurance-vie à la fin du second semestre 2016 4. L’épargne salariale qui représentait environ 122,5 Mds d’euros fin 2016 est également concernée par ce dangereux déséquilibre d’allocation puisque les fonds monétaires représentent environ 30% des encours.5 Dans un contexte durable de taux bas, cette allocation court-termiste ne répond ni aux besoins de financement des ETM ni aux objectifs d’investissement des épargnants et fait peser un risque systémique sur les compagnies d’assurances qui seront bientôt obligées de puiser dans leurs réserves historiques pour maintenir la rentabilité de leur fonds euros. Les investisseurs institutionnels français et en première ligne les compagnies d’assurance-vie mais aussi l’épargne salariale, comme les caisses de retraite, ont un rôle clé à jouer pour orienter l’épargne longue vers les ETM.

Ces investisseurs, peuvent d’ores et déjà s’appuyer sur le nouveau cadre réglementaire défini par la Loi pour la Croissance, l’Activité et l’Egalité des Chances Économiques, dite « Loi Macron », votée en Août 2015 pour permettre à leurs clients d’investir à long terme dans les ETM. Quelques aménagements supplémentaires permettraient d’aller plus loin, en autorisant les assureurs à faire du capital investissement une classe d’actifs à part entière au sein de l’assurance-vie dans l’intérêt des épargnants, de l’économie française mais également dans leur propre intérêt. En matière d’épargne salariale, un pas supplémentaire pourrait être franchi si la loi introduisait la possibilité d’investir en capital investissement en tant que support d’investissement à part entière. Au-delà d’apporter du sens économique, investir à partir de l’assurancevie jusqu’à 10% de son épargne en private equity, et idem pour l’épargne salariale et le Peerp, permettrait aux souscripteurs d’augmenter les perspectives de performance à long terme et de diversifier le profil de risque de leur patrimoine financier. Le développement des ETM et de l’emploi est indissociable : si les ETM françaises (6,5 millions de salariés) se situaient en nombre et en taille au niveau des ETM allemandes (9,4 millions de salariés), ce serait près de 3 millions d’emplois en plus en France. Il est temps de se réveiller, sinon demain, il sera trop tard ! Grégoire SENTILHES Président de NextStage AM Président de Citizen Entrepreneurs et du G20 YEA pour la France 1

KPMG

2

Source FFA

3

Banque de France (Décembre 2016)

4

 ource AFIC « Croissance et création d’emplois – S 16 propositions pour faire du capital-investissement français le N° 1 européen, et accélérer la croissance des start-up, PME et ETI » - Janvier 2017

5

 GEFI QUOTIDIEN : A Les investisseurs sont sceptiques sur la relance budgétaire aux États-Unis – Mars 2017

Thierry ORTMANS Entrepreneur & Investisseur en France

FOCUS BY PATRIMONIA • SEPTEMBRE 2017 - 5


Les CGP face à leurs challenges : Principaux enseignements de l’étude réalisée par Patrimonia Les conseillers en investissement financiers sont confrontés à l’évolution de leur modèle, qu’elle soit pour répondre aux exigences réglementaires (DDA, PRIIPS, MIFID2..), fiscales ou technologiques… Comment appréhendent-ils ces mutations pour optimiser leur efficacité opérationnelle et repenser leur stratégie de croissance ? Patrimonia, la convention qui accompagne les professionnels de la gestion de patrimoine dans leurs challenges quotidiens et à venir, a souhaité mieux identifier leurs préoccupations, leurs défis, leur perception de leur environnement… en réalisant une étude auprès de plus de 300 conseillers en gestion de patrimoine du 30 août au 8 septembre 2017. La réglementation plus que jamais au cœur des préoccupations des CGP… Face à une règlementation qui se complexifie, 34% des sondés se disent particulièrement préoccupés et considèrent qu’il s’agit de leur défi principal. Ils ne se considèrent pas comme prêts pour la mise en application des différents textes européens.

Concernant la réglementation, diriez-vous que vous êtes prêt pour la mise en application de PRIIPS, MIFID2, DDA

OUI

NON

PRIIPS

33%

67%

MIFID2

49%

51%

DDA

42%

58%

tendance se traduit par une confiance dans les marchés financiers (55% anticipent une année de croissance et 27% une année neutre) et dans le développement de leur activité :

• 90%

disent prévoir des actions spécifiques pour développer leur activité en 2018

• 56% se disent optimistes face à la refonte de la fiscalité • 75% avouent être sereins face à l’arrivée d’une nouvelle concurrence

(banquiers privés, offre sur internet…) et n’anticipent pas une baisse de leur activité dans les 5 ans Il est néanmoins à noter que 24% citent à la question : « quel domaine identifiez-vous comme le challenge principal pour votre profession ? » le développement de leur activité (soit en 2e position derrière la réglementation) et 14 % évoquent la refonte de la fiscalité (4e position).

PALMARÈS La réglementation

34 % Quel domaine identifiezvous comme le challenge principal pour votre profession ?

Le développement de votre activité

24 % La digitalisation du métier

24 % La refonte de la fiscalité

14 % Les CGP demeurent confiants en l’avenir de la profession et de leur activité. 2018 s’annonce comme un « bon millésime » pour l’activité des CIF. En effet, 80% des interrogés se disent optimistes pour l’année 2018. Cette

La réglementation est bien le sujet principal qui préoccupe nos membres. L’année 2018 sera, en effet, une année où un grand nombre de textes européens doivent rentrer en vigueur. C’est pourquoi, l’ANACOFI avec la CSCA et l’AGEA se sont dernièrement mobilisées pour demander le report d’un an de la date butoir de transposition de la Directive sur la Distribution d’Assurance (DDA) ». David Charlet, Président de l’ANACOFI

Natixis Life

fête ses 20 ans d’existence Compagnie d’assurance vie luxembourgeoise Ingénierie patrimoniale dédiée Investissement possible sur :

- des fonds internes (dédiés et collectifs) - des fonds d’assurances spécialisés - des fonds externes

Retrouvez-nous sur le stand C07

6 - FOCUS BY PATRIMONIA • SEPTEMBRE 2017

Le développement de la concurrence

4% Une transformation digitale plutôt bien anticipée Également, 24% des sondés considèrent que la digitalisation de leur métier est un défi à relever (2e position, au même titre que le développement de leur activité). Pourtant, la mutation imposée par le numérique s’avère plutôt bien engagée par les professionnels, 56% ont déjà entamé la digitalisation de certaines de leurs activités, 6% l’ont finalisée et 24% le prévoit pour 2018.

L’étude effectuée par Patrimonia confirme l’analyse que nous avons menée sur les priorités pour la profession des CGP : adaptation aux nouvelles réglementations et digitalisation croissante de nos processus. La profession doit continuer à évoluer pour relever ces défis. L’exercice de nos activités nécessitera la mise en commun de moyens humains et techniques. Pour y faire face, nous incitons les adhérents à se regrouper, que ce soit sous forme capitalistique ou associative. » Benoist Lombard, Président de la CNCGP

Les CGP sont pour les associations CIF, des membres et non des partenaires. Notre rôle consiste prioritairement à informer nos membres, à les aider dans la connaissance et la compréhension de l’ensemble des règlementations qui s’appliquent à leur profession. C’est dans ce cadre que nous leur préparons des kits d’activités par branche d’activité (CIF, IOBSP, IAS, Immobilier). Les résultats de cette enquête nous confortent dans nos missions : accompagner nos membres pour appréhender au mieux l’année 2018. » Elizabeth Decaudin, Déléguée Générale de la CNCIF


Baussant Conseil vient de publier un livre blanc sur l’investissement socialement responsable L’ascension de l’Investissement Socialement Responsable (ISR) est inexorable : les encours ont progressé de 25% en 2014 et de 29% en 2015, atteignant près de 750 milliards d’encours. Certes, ces encours sont aujourd’hui détenus à près de 82% par des investisseurs institutionnels, mais l’augmentation des encours par les investisseurs particuliers est désormais enclenchée et inévitable. Les épargnants recherchent aujourd’hui une façon plus responsable de gérer leurs avoirs, mais l’ISR est-il capable de répondre à cette demande, en apportant plus de transparence et d’éthique ? Que recouvre exactement l’ISR, qui sont aujourd’hui les acteurs, que signifient les labels, quels sont les critères ? L’ISR apporte-t-il réellement une valeur ajoutée et les performances sont-elles au rendez-vous ? Pendant de longs mois, nous avons fait des recherches, rencontré de nombreux acteurs et creusé ce sujet en profondeur pour essayer de répondre à toutes ces questions. Parce que nous croyons au développement de l’ISR et parce que nous voulons favoriser son essor, nous avons imaginé et conçu un livre blanc. Ce livre blanc de 60 pages a été entièrement rédigé par les conseillers de Baussant Conseil. Il est composé de 3 volets : Le premier chapitre est consacré à dresser le tableau de l’ISR aujourd’hui. Pour un conseiller en gestion de patrimoine, il est important de bien définir ce que recouvre l’ISR pour ne pas se tromper en sélectionnant un fonds. Prenons deux exemples que nous détaillons dans notre livre blanc. Premier exemple : les fonds ISR sont à distinguer des fonds solidaires ou de partage. La confusion est encore présente, il est primordial de bien savoir ce que recoupe exactement l’ISR. Second exemple, les deux approches principales de l’ISR : l’approche best in class et l’approche best in universe. Là encore, il est essentiel de connaître ces concepts. L’approche best in universe consiste à privilégier les entreprises les mieux notées selon des critères extra-financiers, indépendamment du secteur d’activité dans lesquels elles évoluent. L’approche best in class vise à privilégier les meilleures pratiques des entreprises au sein du secteur d’activité dans lesquels elles évoluent. L’approche best in class n’exclut ainsi pas de secteur d’activité par nature. L’inconvénient est donc que la sélection effectuée peut comprendre des acteurs portant des

marchés polluants, ou portant des thématiques généralement distantes des convictions éthiques et responsables (exemple : secteur pétrolier). Pourtant, l’approche best in class est l’approche la plus répandue en France. Le second chapitre est dédié à la capacité des fonds ISR à générer de la performance, et l’analyse de leur niveau de risque. Nous avons étudié de nombreux fonds de la place et avons identifié plusieurs fonds disponibles, selon différents critères. Cette étude ne constitue pas une incitation à investir, mais permettra aux conseillers de s’y retrouver dans cet univers encore peu structuré. Pour le troisième chapitre, nous avons interviewé des professionnels de l’ISR et avons synthétisé leur opinion, notamment leur vision de l’ISR à horizon 5-10 ans. Notre livre blanc est consultable en libre accès sur notre site internet. Dans le prolongement de la publication de ce livre blanc, j’interviendrai à la Patrimonia Academy le jeudi 28 septembre (16h10-16h40) sur le thème « ISR : source de croissance pour nos cabinets ? ». Pascale Baussant, Gérante de Baussant Conseil, Cabinet de conseil en gestion de patrimoine indépendant www.baussantconseil.com

La formation et la pédagogie au cœur des ateliers tables-rondes de Patrimonia PATRIMONIA 2017 reste fidèle à son ADN en proposant de faire votre choix parmi les 65 ateliers tables-rondes. Toutes les thématiques et les intervenants répondent aux préoccupations des professionnels de la Gestion de Patrimoine concernant leur métier, l’actualité économique, fiscale et juridique. Des marchés à l’assurance-vie, en passant par l’immobilier, les outils digitaux et la formation, la pédagogie est au cœur des ateliers tables-rondes de la Convention PATRIMONIA. Venez faire un Tour du Monde des Marchés, découvrez comment développer votre chiffre d’affaires et ce qu’il en est de l’épargne salariale. Puis partez à la découverte des Femmes 4.0 et comment préserver du capital dans un monde incertain. A ne pas manquer, MIF2, PRIIPS, DDA nouveaux enjeux de la profession et l’inter professionnalité futur moteur de croissance. Vous en saurez encore plus sur toutes les classes d’actifs : les actions, les obligations, l’immobilier sous toutes ses formes, les solutions d’optimisation fiscale et bien évidement le placement préféré des français, l’assurance-vie. Enfin, la famille et l’investissement entrepreneurial vu par le prisme du sport de haut niveau (avec la présence exceptionnelle de Teddy RINER), sont de vrais sujets d’actualité. Ils font partie intégrante de la gestion patrimoniale et sont largement abordés cette année.

Nous espérons que le contenu de ces ateliers tables-rondes vous permettra d’aborder plus concrètement les perspectives et les évolutions de votre métier. Bienvenue aux ateliers tables-rondes de la 24e édition de la Convention PATRIMONIA !

65

ateliers tables–rondes

5

thématiques

Économie Placements Assurance Prévoyance Retraite Fiscalité Juridique Immobilier Foncier Crédit Métier Formation

FOCUS BY PATRIMONIA • SEPTEMBRE 2017 - 7


UNE OPPORTUNITÉ UNIQUE D’INVESTISSEMENT Le Commissariat de la Marine de Rochefort (17)

Au cœur de la ville historique face au port de plaisance

DÉFISCALISATION LOI MONUMENTS HISTORIQUES • Un site architectural exceptionnel • Une opportunité unique de défiscalisation • Une transmission sans droits de succession • Un rendement locatif très attractif

Votre contact : Francine Montin +33 (0)6 34 34 60 00 fmontin@magasin-aux-vivres.com

Bureau : SAS Magasin aux Vivres 6 rue Jean Goujon 75008 Paris

w w w. q u a i - a u x - v i v res . f r

Le coût et le rendement locatif varient selon les lots et la situation fiscale de l’investisseur. Pour bénéficier d’un niveau de défiscalisation très incitatif, l’investissement immobilier éligible à la loi Monuments Historiques doit respecter le dispositif légal et réglementaire applicable. Textes et illustrations non contractuels. SAS Magasin aux Vivres, 75008 Paris. RCS PARIS B 791 243 736.

Du studio au 5 pièces Parking sécurisé en sous-sol

Focus Patrimonia 2017  
Focus Patrimonia 2017