Page 1

ON THE EDGE OF THE ALGERIAN SAHARA

‫ اﻵﻟﺔ ذات اﻟﻮﺗﺮ اﻟﻮاﺣﺪ‬,‫اﻹﻣﺰاد‬ Interview with the participants of the IKBAL exhibition (For a new

‫ﺷﻜﻮن ﻫﻮ‬ ‫اﳍﺎدي‬ ‫ﺑﻦ ﻣﻨﺼﻮر ؟‬

Algerian photography) By Anne Murray

LES RIMES DES ESCLAVES

LITTÉRATURE ALGÉRIENNE Amine Zaoui & Samir Toumi à l’honneur

‫ ﺳﻌﺎدة ﺗﺴﺎﺑﻖ اﻟﻘﻄﺎر‬: ‫ﻧﻈﺮة ﻓﻠﺴﻔﻴﺔ‬

Ineffable Magazine | N°2 | ‫ | ﺑﺎﻟﻔﻦ و إﻟﻰ اﻟﺸﻌﺐ‬Octobre 2017

5 choses que vous ignorez sur les Gnaouas


‫ﺑﺎﻟﻔﻦ ﻭ ﺍﱃ ﺍﻟﺸﻌﺐ‬


‫ّ‬ ‫"ﺑﺎﻟﻔﻦ؟"‬ ‫وﺻﻮﻻ إﱃ اﻟﻘﺮن‬ ‫ﻋﴫ اﻟ ّﻨﻬﻀﺔ ﻫﻮ ﻋﴫ اﻟﺘّﺠﺪﻳﺪ اﻟﻔ ّﻨﻲ‪ .‬ﻳﺒﺪأ ﻣﻦ اﻟﻘﺮن اﻟ ّﺮاﺑﻊ ﻋﴩ ً‬ ‫اﻟﺴﺎدس ﻋﴩ ﻣﻤﺘ ٍّﺪا ﻋﲆ ﻃﻮل ﺛﻼﺛﺔ ﻗﺮون ﻣﻦ اﻟ ّﺰﻣﻦ‪ .‬ﻗﺎم ﻋﲆ ﺗ ّﻴﺎر اﻹﻧﺴﺎﻧﻴﺔ‬ ‫ّ‬ ‫» ‪ « Humanisme‬اﻟﺬي ﻳَ ِ‬ ‫ﻌﺘﱪ اﻹﻧﺴﺎن ﻣﺤﻮ ًرا ﻟﻠﻜﻮن‬ ‫ﻓ ّﻨﺎﻧﻮ اﻟ ّﻨﻬﻀﺔ أﺧﺮﺟﻮا اﻟﺘّﺤﻒ واﳌﺨﻄﻮﻃﺎت اﻟ ّﺮوﻣﺎﻧﻴﺔ واﻹﻏﺮﻳﻘﻴﺔ اﻟﻘﺪميﺔ ﻣﻦ ﺗﺤﺖ‬ ‫اﻟ ّﺮﻛﺎم‪ ،‬أﻋﺎدوﻫﺎ ﻟﻠﺤﻴﺎة ﻓﻘﺎﻣﻮا ﺑﺪراﺳﺔ اﻟﻔ ّﻦ اﳌﻌامري اﻟﻘﺪﻳﻢ واﻷﺳﺎﻟﻴﺐ اﻟﻔ ّﻨﻴﺔ‬ ‫اﻟﻌﺘﻴﻘﺔ‪ ،‬وﺗﺮﺟﻤﻮا ﻣﺨﻄﻮﻃﺎت اﻟﻔﻼﺳﻔﺔ اﻟﻘﺪﻣﺎء ﻣﺜﻞ‪" :‬أﻓﻼﻃﻮن" و"أرﺳﻄﻮ"‪ .‬ﻋﻜﻒ‬ ‫ﻓ ّﻨﺎﻧﻮ اﻟ ّﻨﻬﻀﺔ ﻋﲆ اﺳﺘﺨﺮاج اﻟﻌﻮاﻣﻞ اﻟﺘﻲ أﺿﻔﺖ اﻟﺠامل ﻋﲆ اﻟﺘّﺤﻒ اﻟﻘﺪميﺔ‪ ،‬وﻓﻬﻤﻮا‬ ‫أﺳﺒﺎب ﺟﻮدة اﻟﻘﻴﻤﺔ اﻟﻔﻨﻴّﺔ اﻟﺘﻲ ﻳﺘﻤﻴّﺰ ﺑﻬﺎ اﻟﻔ ّﻦ اﻟﺮوﻣﺎين واﻹﻏﺮﻳﻘﻲ‪ .‬ﺑﻌﺪﻫﺎ‪ ،‬أﺑﺪﻋﻮا أﺳﺎﻟﻴﺐ وﺗﻘﻨﻴﺎت‬ ‫ﻋﺒﻘﺮﻳﺔ اﺳﺘﺨﺪﻣﻮﻫﺎ ﰲ ﻓﻨﻮن اﻟﻌامرة واﻟ ّﺮﺳﻢ واﻟ ّﻨﺤﺖ وﻏريﻫﺎ‪ ،‬ﻓﺄﺧﺮﺟﻮا ﻟﻠﻌﺎمل ﺗﺤﻔًﺎ ﺗﻌ ّﺪ ﻣﻦ أﺟﻤﻞ وأرﻗﻰ‬ ‫دﻟﻴﻼ ﻋﲆ ﻣﺎ ﻧﻘﻮل‬ ‫ﻣﺎ ﻋﺮﻓﺘﻪ اﻟﺬّاﺋﻘﺔ اﻟﻔﻨ ّﻴﺔ اﻟﺒﴩﻳﺔ‪ ،‬وﻳﻜﻔﻲ أن ﻧﺬﻛﺮ "اﳌﻮﻧﺎﻟﻴﺰا" ﻟـ"ﻟﻴﻮﻧﺎردو دا ﻓﺎﻧﴚ" ً‬ ‫مت ّﻴﺰ ﻋﴫ اﻟ ّﻨﻬﻀﺔ ﻛﺬﻟﻚ ﺑﺤﺮﻛﺔ ﻋﻠﻤ ّﻴﺔ وﻓﻠﺴﻔﻴﺔ ﻧﺸﻴﻄﺔ ﻳﻘﺎل أﻧّﻬﺎ ﻛﺎﻧﺖ ﻧﻮاة اﻷﻓﻜﺎر اﻟﺠﺪﻳﺪة اﻟﺘﻲ ﻋﺮﻓﻬﺎ ومت ّﻴﺰ ﺑﻬﺎ اﻟﻌﴫ‬ ‫اﻟﺴﺎدس ﻋﴩ مل ﻳﻜﻦ ﻣﻨ ﱢﻔﺬًا ﻟﻠﺘّﺤﻒ ﻓﻘﻂ‪ ،‬إمنّ ﺎ ﻛﺎن ﻣﻔ ﱢﻜ ًﺮا و ُﻣ َﻨﻈﱢ ًﺮا‪ ،‬أرﳻ ﻗﻮاﻋﺪ وﻗﻮاﻧني وأىت ﺑﻨﻈﺮة‬ ‫اﻟﺤﺪﻳﺚ‪ ،‬ﻷ ّن اﻟﻔ ّﻨﺎن ﰲ روﻣﺎ أو ﻓﻠﻮرﻧﺴﺎ ﰲ اﻟﻘﺮن ّ‬ ‫ﻣﺨﺘﻠﻔﺔ واﻋﻴﺔ وﻧﺎﺿﺠﺔ ﻷﺳﻠﻮب اﻟﺤﻴﺎة ووﺿﻌ ّﻴﺔ اﳌﺠﺘﻤﻊ وﻃﺒﻴﻌﺔ اﻟﻌﻼﻗﺎت اﻟﻘﺎمئﺔ ﺑني أﻓﺮاده‬ ‫اﻟﻴﻮم‪ ،‬وﻋﱪ ﺻﻔﺤﺎت ﻫﺬه اﳌﺠﻠّﺔ‪ ،‬ﻧﻘﻮم مبِﺜﻞ ﻣﺎ ﻗﺎم ﺑﻪ ر ّواد ﻋﴫ اﻟ ّﻨﻬﻀﺔ‪ ،‬ﻧﺤ ّﺪﺛﻜﻢ ﻋﻦ ﻋﺎدات وﺗﻘﺎﻟﻴﺪ ﺟﺰاﺋﺮﻳّﺔ ﻋﴗ أن ﻧﺘﻤﻜّﻦ ﻣﻦ ﻣﻌﺎﻟﺠﺘﻬﺎ‬ ‫أﻣﻼ أن ﻧُﻄ ﱢﻮرﻫﺎ مبﺎ‬ ‫ﴐﻫﺎ أﻛﱪ ﻣﻦ ﻧﻔﻌﻬﺎ‪ ..‬ﻧﺤ ّﺪﺛﻜﻢ ﻋﻦ اﻟﻔﻨﻮن اﻟﺠﺰاﺋﺮﻳﺔ ً‬ ‫مبﻮﺿﻮﻋ ّﻴﺔ‪ ،‬ﻧﺤﺎﻓﻆ ﻋﲆ اﻟﺠﻤﻴﻞ ﻣﻨﻬﺎ‪ ،‬وﻧﱰك ﻣﺎ ﻛﺎن ﻳﺄيت ﻣﻦ ﺧﺮاﻓﺎت ﺑﺎﻃﻠﺔ ﱡ‬ ‫ﻳﺘﻨﺎﺳﺐ ﻣﻊ ﻣﻌﻄﻴﺎت ﻫﺬا اﻟﻘﺮن‪ ،‬ﻣﻦ دون أن ﻧﻬﻤﻞ اﻟ ّﺮوح اﻟﺘﻲ أﻧﺠﺒﺖ ﻫﺬه اﻟﻔﻨﻮن وأﺣﻴﺖ ﻫﺬه اﻟﺜّﻘﺎﻓﺔ‬ ‫ﻧﻜﺘﺐ ﻟﻜﻢ ﻋﻦ اﻟﻔ ّﻦ وأﻫﻠﻪ ﻷ ّن اﻟﻔ ّﻦ ﻗﺎﺋﻢ ﻋﲆ ﻣﺒﺎدئ وأﻓﻜﺎر ﺗﺆﺛ ّﺮ ﻋﲆ اﳌﺤﻴﻂ اﻟﺬي ﺗﻌﻴﺶ ﻓﻴﻪ‪ ،‬ﺑﻬﺬا –وﻫﻜﺬا‪ -‬اﺳﺘﻄﺎع اﻟﻔ ّﻦ واﻟﻔ ّﻨﺎن ﻣﻨﺬ ﺧﻤﺴﺔ‬ ‫اﻟﺴﺎﺋﺪة وﻳﻨﺘﺞ وﻳﺒﺘﻜﺮ ﻣﺎ ﻣﻦ ﺷﺄﻧﻪ أن ﻳﻜﻮن ﻣﺤ ّﺮﻛًﺎ ﻟﻌﺠﻠﺔ اﻟﺤﻀﺎرة اﻟﻘﻮﻣﻴﺔ واﻟﻌﺎﳌﻴﺔ‬ ‫وﻳﻐري اﳌﻌﺘﻘﺪات ّ‬ ‫ﻗﺮون أن ﻳﺼﻨﻊ ﻧﻬﻀﺔ ّ‬ ‫ّ‬ ‫"ﻟﻠﺸﻌﺐ‪..‬؟"‬

‫اﻷﻣﺔ‪.‬‬ ‫اﻟﻔﻦ ﳛﻤﻞ رﻳﺢ ﹼ‬ ‫ﻷن ﹼ‬ ‫ﺑﺎﻟﻔﻦ‪ ..‬ﹼ‬ ‫ﹼ‬ ‫اﻟﺘﻐﻴﲑ وﻳﻨﺠﺐ أﻓﻜﺎر ﹼ‬

‫ﻷ ّن اﻟﺸّ ﻌﺐ ﻫﻮ اﻟﻘﻠﺐ اﻟﺬي ﻳﻨﺒﺾ‪ ،‬واﻟﻴﺪ اﻟﺘﻲ ﺗﻌﻤﻞ‪ ..‬ﻷ ّن اﻟﺸّ ﻌﺐ ﻫﻮ اﳌﺎﴈ واﻟﺤﺎﴐ واﳌﺴﺘﻘﺒﻞ‪ ..‬ﻷ ّن اﻟﺸّ ﻌﺐ ﻫﻮ اﻟﺬي ﻳﺤﻠﻢ‪ ،‬ﻳﺄﻣﻞ‪ ،‬ﻳﺴﻌﻰ‪ ،‬ﻳﺒﻨﻲ‪،‬‬ ‫اﻟﺼﺎﻣﺪ وﺣﻘﻞ اﻹﺑﺪاع واﻟﻌﻄﺎء وﻣﺼﺪر اﻟﻘ ّﻮة وﻣﺤﻠّﻬﺎ‬ ‫ﻳﻨﺎﺿﻞ وﻳﻨﺠﺰ‪ ..‬ﻷ ّن اﻟﺸّ ﻌﺐ ﻫﻮ ﻓﺘﻴﻞ اﻟﺸّ ﻤﻮع اﳌﻀﻴﺌﺔ وﺻﻮت إﻟﻴﺎذات اﻟﺒﻄﻮﻟﺔ وروح اﳌﺤﺎرب ّ‬

‫‪.‬‬

‫اﻟﺸﻌﺐ ﺳﺮاب‬ ‫اﻟﺸﻌﺐ ﻫﻮ اﻟﺒﻄﻞ اﻟﻮﺣﻴﺪ‪ ،‬وﻫﻮ اﻟﻮاﻗﻊ واﳊﻘﻴﻘﺔ‪ ..‬وﻣﺎ دون ﹼ‬ ‫ﻷن ﹼ‬ ‫ﹼ‬ ‫ﻟﻠﺸﻌﺐ‪ ..‬ﹼ‬

‫ﺃﻣﲑﺓ ﻗﺎﺳﻴﻤﻲ‬ ‫ﻋﻀﻮ ﰲ ﻟﺠﻨﺔ اﻟﻘﺮاءة‬ ‫ﳌﺠﻠﺔ اﻧﻔﺎﺑﻞ‬


D’ART ET D’EAU FRAÎCHE

6 - 20 The scream of a village ‫ﻣﻮﺳﻴﻘﻰ اﻹﻣﺰاد‬

Exodus: A Mirror of Hope for the Future of Art Biennials From Instrospection to Traveling in Place TAFERKA, Une boule d’énergie Les femmes photographes algériennes Les rimes des esclaves ‫إﺧﺘﺮت اﻷﻟﻮان ﻷﻋﻴﺶ واﻗﻌﻲ‬

À L’ALGÉRIENNE

21 - 29 Distillation de l'eau de fleurs L’esprit Berbère de l’Achoura Spices from Places ّ ‫ﻧﻢ ﻳﺎ‬ ‫ﺑﻨﻲ ﻧﻢ‬ ‫ ﺣﻠﻮى ﺗﻘﻠﻴﺪﻳﺔ و اﻧﻌﻜﺎس اﻟﺜﻘﺎﻓﺎت‬,‫اﻟﻘﻨﻴﺪﻻت‬

Figue et jalousie, la tradition de la figue

TABLE DE CHEVET

30 - 33 Amine zaoui, Oeuvre littéraire

Quand la mémoire efface : L’Effacement de Samir Toumi

34 - 39 Sidi Augustin de Souk Ahras Rencontre avec Fatima Chafaa ‫ﺳﻴﺪ ﻋﻠﻲ ﻛﻮﻳﺮات‬


40 - 46 ‫إﻟﻰ ﻣﻦ أﻧﺘﻤﻲ ؟‬ ‫ﺻﻤﺖ اﻟﻨﻬﺎﻳﺔ‬ ‫ﺳﻌﺎدة ﺗﺴﺎﺑﻖ اﻟﻘﻄﺎر‬ ‫ﻫﻮ‬ ‫ﻏﺮﻳﺒﻴﻦ ﻧﺤﻦ‬ ‫ﻣﻌﺮﻛﺔ ﺿﺪ اﻟﻀﺪ‬

47- 53

DES RICHESSES BÂTIES

C’est à l’école que tout commence ! Promenade Architecturale à Alger : 2em partie Escaliers d’Alger

54 - 58

ONCE UPON A TIME

Houria et l’huile empoisonnée Djoha et la légende du loup

59 - 64 On the edge of the Algerian Sahara L’Algérie, un amalgame identitaire ‫ﻋﺎﺋﺪة إﻟﻰ ﻗﺴﻨﻄﻴﻨﺔ‬ ‫ﻣﺴﺢ اﻟﻐﺒﺎر‬

65 - 68 ‫ﺻﺒﺮﻳﻨﺔ ﻣﻨﻜﻮر‬ ‫ﻧﺴﻴﺒﺔ ﻣﺮاح‬ ‫اﻟﻬﺎدي ﺑﻦ ﻣﻨﺼﻮر‬

RÉGIONS ET PASSIONS


Rubrique

D’ART ET D’EAU FRAÎCHE


The scream of a village

This is a twin art piece project, called The scream of a village, consisting of two almost identical pieces: The first one, called “When a village screams”, is my interpretation of the profoundly mind-disturbing quietness of my native village located in the mountains of Ait Ya’ala. That moves, in the second piece, that I call “when a village screams alternative”, into a more dynamic and fluid environment, the latter is a more obscure twist of the former: the movement here represents the dreams, the fears, the longing, the struggles, the love, or the rush of blood that anyone who lived there has ever had. This project contains: Elements of my painting called “The village”, and elements of Edvard Munch’s painting “the scream”.

radja ouslimane

Figure 1 : WHEN A VILLAGE SCREAMS

Ineffable Magazine N°2 Octobre 2017

Figure 2 : WHEN A VILLAGE SCREAMS ALTERNATIVE

D’art et d’eau fraîche

6


‫وﻳﺮاﻓﻖ ﻫﺬه اﻵﻟﺔ ﻏﻨﺎء ﰲ اﻟﺴﻬﺮات اﻟﱰﻗﻴﺔ ﺗﺘﻀﻤﻦ ﻛﻠامﺗﻪ ﻣﻌﺎين اﻟﺤﺐ‬ ‫واﻟﺸﻮق‪ ،‬ﻛام ﺗﺘﻀﻤﻦ ﻣﻌﻨﻲ اﻟﺸﺠﺎﻋﺔ واﻟﺤﺮب‪ ،‬وﻳﺘﻨﻮع ﻏﻨﺎء اﻟﻄﻮارق ﺣﺴﺐ‬ ‫اﳌﻘﺎم ‪،‬إﻣﺎ ﻏﻨﺎء ﺑﺎﻷﻣﺠﺎد واﻟﺒﻄﻮﻻت‪ ،‬وإﻣﺎ اﻟﺘﺸﺒﻴﺐ ﺑﺎﻟﺤﺒﻴﺒﺔ ﰲ اﻟﻄﺮق اﻟﻄﻮﻳﻠﺔ‬ ‫أو ﻏﻨﺎء ﻣﻨﺎﺳﺒﺎت ﻳﺮدد أﺷﻌﺎرا وﺿﻌﺖ ﻗﺪميﺎ ﰲ ﻣﻮﺿﻮع اﳌﻨﺎﺳﺒﺔ‬ ‫واﻟﻘﺼﻴﺪة اﻹﻣﺰادﻳﺔ ﺗﺘﻤﻴﺰ ﻋام ﺳﻮاﻫﺎ ﻣﻦ اﻟﻘﺼﺎﺋﺪ‪ ،‬ﻷﻧﻬﺎ ﺗﺄيت ﻋﲆ ﻓﱰات ﺗﻨﺘﻘﻲ‬ ‫ﻓﻴﻬﺎ اﳌﺮأة أﺟﻤﻞ اﻟﻘﺼﺎﺋﺪ وأﻋﻤﻘﻬﺎ ﻟﺘﺆدﻳﻬﺎ ﺑﻴﻨام ﻳﻠﺘﻒ اﻟﺮﺟﺎل واﻟﻨﺴﺎء ﺣﻮﻟﻬﺎ‬ ‫ﻟﻺﺳﺘامع إﻟﻴﻬﺎ ‪،‬وﺗﱰاوح ﻣﻮاﺿﻴﻊ اﻟﻘﺼﻴﺪة ﺑني اﻟﻐﺰل واﻟﻮﺻﻒ واﳌﺪﻳﺢ وأﺣﻴﺎﻧﺎ‬ ‫ﺗﺼﻞ إﱃ اﻟﺬم‬ ‫ﻣﻦ أﺷﻬﺮ ﻋﺎزﻓﺎت اﻹﻣﺰاد‬

‫أﻣرية اﻟﻮﺗﺮ اﻟﻮاﺣﺪ داﺳني وﻟﺖ إﻳﻬﻢ‬

‫ﺗﺬﻫﺐ اﻟﺮواﻳﺎت أن داﺳني ﻟﻬﺎ ﻃﻘﺴﻬﺎ اﻟﺨﺎص اﻟﺬي ﺗﻌﺰف ﺑﻪ ''اﻹﻣﺰاد" وﻳﺘﻤﺜﻞ‬ ‫ﰲ إﻋﺘﺰاﻟﻬﺎ ﺛﻼث أﻳﺎم ﻗﺒﻞ اﻟﻌﺰف ‪،‬وﻫﻲ ﻣﻦ إﺣﺪى ﺟﻤﻴﻼت اﻷﻫڨﺎر ﻓنت‪ ،‬واﻟﺘﻲ‬ ‫ﻧﺴﺠﺖ ﻋﲆ ﺣﻴﺎﺗﻬﺎ اﻟﻌﺪﻳﺪ ﻣﻦ اﻟﺤﻜﺎﻳﺎت اﻟﺒﻄﻮﻟﻴﺔ واﻷﺳﺎﻃري وﻋﺮﻓﺖ ﺑﻘﻮة‬ ‫ﺷﺨﺼﻴﺘﻬﺎ اﳌﺤﱰﻣﺔ‪ ،‬وﻫﻲ اﻟﺘﻲ ﻗﺎﻟﺖ ﻋﻦ إﻣﺰادﻫﺎ ”إﻧﻪ أﺧﻲ اﻟﺬي مل ﺗﻠﺪه أﻣﻲ‬

‫ﻋﻤﻴﺪة اﻹﻣﺰاد ﺑﻦ ﻋﻤﺮ ﺗﺮزخ‬

‫ﺗﻠﻘﺐ ﺑﻌﻤﻴﺪة ﻣﻮﺳﻴﻘﻰ اﻹﻣﺰاد ﻟﻠﺘﺎﺳﻴﲇ ﻧﺎﺟﺮ ‪،‬وﻫﻲ ﺳﻔرية ﻣﻮﺳﻴﻘﻰ اﻹﻣﺰاد ﰲ‬ ‫اﻟﻌﺎمل ﻟﺘﻤﻜﻨﻬﺎ ﻣﻦ رﻓﻊ ﻣﻮروﺛﻨﺎ إﱃ اﻟﻌﺎﳌﻴﺔ‪ ،‬ﻣﻦ ﺧﻼل ﻗﺼﺎﺋﺪ ﺗﻐﻨﻰ اﻟﺘﺎرﻳﺦ‬ ‫اﳌﻌﺎﴏ واﻟﺤﻴﺎة اﻟﻴﻮﻣﻴﺔ واﻟﻌﺎدات واﻟﺘﻘﺎﻟﻴﺪ‪ .‬وﻋﻤﻠﺖ اﻟﻔﻨﺎﻧﺔ‪ ،‬ﺑﺼﻔﺔ ﺟﺎدة‬ ‫وﻣﺠﻬﻮد ﻻ ﻳﻌﺮف اﻟﻜﻠﻞ واﳌﻠﻞ‪ ،‬ﰲ ﺗﺜﻤني اﻹﻣﺰاد ﻛام ﻣﺜﻠﺖ اﻟﻄﺎﺑﻊ اﻟﺼﺤﺮاوي‬ ‫اﻟﺠﺰاﺋﺮي اﻷﺻﻴﻞ ﰲ ﻋﺪة ﺑﻠﺪان ﻣﻦ اﻟﻌﺎمل‪ ،‬ﻧﺬﻛﺮ ﻣﻨﻬﺎ ﻓﺮﻧﺴﺎ‪،‬إﻳﻄﺎﻟﻴﺎ ‪،‬إﺳﺒﺎﻧﻴﺎ‬ ‫واﻟﻴﺎﺑﺎن‪ .‬ﺳﻌﺖ اﻟﻔﻨﺎﻧﺔ ﺧﻼل ﺣﻴﺎﺗﻬﺎ إﱃ ﺗﻠﻘني ﻫﺬا اﻟﻨﻮع اﻟﺨﺎص ﻣﻦ اﳌﻮﺳﻴﻘﻰ‬ ‫إﱃ اﻟﺠﻴﻞ اﻟﺼﺎﻋﺪ ﻣﻦ اﻟﻔﺘﻴﺎت مبﺪﻳﻨﺔ ﺟﺎﻧﺖ‪ ،‬ﻛام ﻧﻈﻤﺖ ورﺷﺎت ﺗﻌﻠﻴﻢ اﻹﻣﺰاد‬ ‫ﻟﻠﻔﺘﻴﺎت اﻟﺼﻐﺎر ﰲ ﺑﻴﺘﻬﺎ‬ ‫ﺗﻮﻓﻴﺖ ﻋﺎم ‪ 2009‬ﻋﻦ ﻋﻤﺮ ﻧﺎﻫﺰ ‪ 84‬ﺳﻨﺔ‪ ،‬وﺑﺮﺣﻴﻠﻬﺎ‪ ،‬ﺗﻜﻮن اﻟﺠﺰاﺋﺮ ﻗﺪ ﻓﻘﺪت‬ ‫رﻣﺰا ﻣﻦ رﻣﻮزﻫﺎ اﻟﺘﻲ ﺗﻐﻨﻰ ﺑﺎﻟﱰاث اﻟﺜﻘﺎﰲ اﻟﻼﻣﺎدي ﻟﻠﺠﺰاﺋﺮ‪ .‬وﺗﻜﻮن ﺑﺬﻟﻚ‬ ‫ﻣﻨﻄﻘﺔ اﻟﻄﺎﺳﻴﲇ ﻗﺪ ﻓﻘﺪت ﺟﺰءا ﻣﻦ اﳌﻮروث اﻟﺜﻘﺎﰲ اﻟﺸﻌﺒﻲ اﻟﻌﺮﻳﻖ اﻟﺬي‬ ‫ﻣﺎﻓﺘﺌﺖ ﻧﺴﺎء وﺟﻤﻴﻼت اﳌﻨﻄﻘﺔ ﺗﻌﻤﻞ ﻋﲆ اﻟﺤﻔﺎظ ﻋﻠﻴﻪ ﻛﺘﻌﺒري ﺛﻘﺎﰲ ﻋﻦ‬ ‫اﻟﻬﻮﻳﺔ اﻟﺠﺰاﺋﺮﻳﺔ‬ ‫ﺑني ﺟﺒﺎل اﻷﻫڨﺎر واﻟﻄﺎﺳﻴﲇ ﺑﺪأت ﻗﺼﺔ أﺣﺎدﻳﺔ اﻟﻮﺗﺮ‪...‬اﻹﻣﺰاد آﻟﺔ وﺟﺪن ﻓﺒﻬﺎ‬ ‫ﻧﺴﺎء اﻟﻄﻮارق اﳌﻼذ اﻟﺮوﺣﻲ واﻟﺼﻮﰲ‪ ،‬وﺟﻌﻠﻬﺎ اﻟﺮﺟﻞ اﻷزرق وﺳﻴﻠﺔ ﻣﻬﻤﺔ ﰲ‬ ‫اﻟﺘﻌﺒري ﻋﻦ اﻹﻧﻔﻌﺎﻻت وﻟﻠﺘﻨﻔﻴﺲ ﻋﻨﻬﺎ‪ ،‬وﻛﺬﻟﻚ اﻟﺘﻌﺒري ﻋﻦ اﻷﻓﻜﺎر وﺗﺠﺴﻴﺪﻫﺎ‬ ‫ﻣﻜﺎﻧﺔ اﻻﻣﺰاد ﻋﻨﺪ اﻟﺸﺎﻋﺮ اﻟﱰﻗﻲ‬ ‫اﻟﻴﻮم اﻟﺬي أﻣﻮت ﻓﻴﻪ ﻻﺑﺪ ان ﺗﺪﻓﻨﻮين ﰲ ﻗﻄﻌﺔ ﺑﻴﻀﺎء ﻧﺎﺻﻌﺔ ﻣﻦ اﻟﻜﺘﺎن ﻣﺜﻞ‬ ‫أوراق اﻟﻜﺎﻏﻂ وﺻﺪﻗﻮا ﻋﻨﻲ ﺛﻼث أﻏﻨﻴﺎت ﻣﻦ ﻏﻨﺎء اﻹﻣﺰاد واﻟﻔﺎﺗﺤﺔ‬

‫ﺳﻠﻤﻰ ﺳﺪﻱ‬ ‫‪7‬‬

‫‪D’art et d’eau fraîche‬‬

‫‪Ineffable Magazine N°2 Octobre 2017‬‬


‫‪© Ouali Belahsene‬‬

‫ﺣني ﺗﻼﻣﺴﻬﺎ‪ ،‬ﺗﻼﻣﺲ ﻣﻮاوﻳﻞ ﺿﺎرﺑﺔ ﰲ اﻟﻌﻤﻖ ﻣﻦ آﻻف اﻟﺴﻨني‪ ،‬ﻟﻴﺘﺴﻠﻞ إﻟﻴﻚ ﻋﱪ ﻧﻮﺗﺎﺗﻬﺎ اﻟﺠﺎرﻓﺔ ﺑﺒﻌﺾ ﻣﻦ اﻟﴪ اﳌﺘﺎﺧﻢ ﺑﺸﻬﺎﻗﺔ‬ ‫وﴏاﻣﺔ أﻋﻨﺎن اﻟﻬڨﺎر اﳌﻜﺎﺑﺮ ﰲ اﻟﺰﻣﻦ‪ ...‬ﻫﻲ آﻟﺔ وﻣﻮﺳﻴﻘﻰ ﺗﻌﺰﻓﻬﺎ اﳌﺮأة ﻟﻠﺮﺟﻞ‪ ،‬وﻏﺎﻟﺒﺎ ﻣﺎﺗﻌﺰف ﰲ اﻟﻈﻼم‪ ،‬وﻳﺤﺮم ﻋﲆ اﻟﺮﺟﺎل ﳌﺲ‬ ‫ﻫﺬه اﻵﻟﺔ ﻛﻮن اﻹﻋﺘﻘﺎد اﻟﺴﺎﺋﺪ ﻗﺪميﺎ أﻧﻪ ﻧﺘﻴﺠﺔ ﻫﺬا اﻟﻔﻌﻞ ﺳﻴﺼﺎب اﻟﺮﺟﻞ أو ﻗﺒﻴﻠﺘﻪ مبﻜﺮوه‬ ‫وﻋﻦ ﻧﺸﺄة اﻹﻣﺰاد‪ ،‬ﻳﺮوي اﻟﻄﻮارق أ ّن ﺣﺮﺑﺎ ﻧﺸﺒﺖ ﺑني ﻗﺒﺎﺋﻠﻬﻢ‪ ،‬ﻓﺒﺎدرت اﻣﺮأة ﻣﻨﻬﻢ ﺑﺼﻨﻌﻬﺎ وراﺣﺖ ﺗﻌﺰف ﻋﻠﻴﻬﺎ‪ ،‬ﻓﺈذا ﺑﺎﻟﺮﺟﺎل‬ ‫اﳌﺘﺤﺎرﺑني ﻳﻠﻘﻮن أﺳﻠﺤﺘﻬﻢ و ﻳﺠﻨﺤﻮن ﻟﻠﺴﻼم ﻋﻨﺪ ﺳامﻋﻬﻢ ﻟﻬﺬه اﳌﺴﻴﻘﻰ‪ .‬وﻳﺮوي اﻟﺒﻌﺾ أ ّن اﻷم اﻟﺮوﺣﻴﺔ ﻟﺘﻮارق أو اﳌﻠﻜﺔ‬ ‫"ﺗﻨﻬﻨﺎن" ﻗﺎﻟﺖ إﻧﻬﺎ ﺻﻨﻌﺖ اﻹﻣﺰاد ﻣﻦ ﻋﺮف ﺟﻮادﻫﺎ وﻣﻦ ﻧﺒﺘﺔ اﻷرض‪ ،‬ﻣﻌ ّﺠﺰة ﻟﻠﺮﺟﺎل ذوي اﻟﺸﻬﺎﻣﺔ واﻷﻧﺎﻗﺔ‪ .‬ﰲ ﺣني ﺗﺬﻫﺐ‬ ‫ﻛﺘﺎﺑﺎت ﺗﺎرﻳﺨﻴﺔ إﱃ أن ﺗﻨﻬﻨﺎن اﺳﺘﻐﻠﺖ ﺣﺴﻨﻬﺎ وﺟامﻟﻬﺎ ﻟﺘﺴﻴﻄﺮ ﺑﻪ ﺳﻴﺎﺳﻴﺎ ﻋﲆ ﻣﻨﻄﻘﺔ ﻣﺰدﻫﺮة أﻧﺬاك وﺣﻜﻤﺖ ﻋﺪدا ﻛﺒريا ﻣﻦ‬ ‫اﻟﻘﺒﺎﺋﻞ ﻛﺎﻧﺖ ﺗﺴﻤﻰ ”اﻣﺰاد“‬ ‫اﻹﻣﺰاد ﻋﺒﺎرة ﻋﻦ ﻗﺪح ﻣﻦ ﺧﺸﺐ ﻳﺮﺑﻂ ﻋﲆ ﻓﻤﻪ ﺟﻠﺪ ﺷﺎة‪ ،‬وﻳﺨﺮج ﻣﻦ ﻃﺮﻓﻴﻪ ﻋﻮدﻳﻦ ﻳﺸﺪ ﺑﻴﻨﻬﻢ ﻗﻀﻴﺐ ﻣﻦ ﺷﻌﺮ اﻟﺨﻴﻞ‪ ،‬ﻛام‬ ‫ﻳﺜﻘﺐ اﻟﺠﻠﺪ ﺛﻘﺒني أو ﺛﻼﺛﺔ ﰲ اﻟﻮﺳﻂ‪ ،‬وﻳﺄﺧﺬون ﻋﻮدا ﻋﲆ ﺷﻜﻞ ﻫﻼل وﻳﺮﺑﻄﻮن ﻃﺮﻓﻴﻪ ﺑﻘﻀﻴﺐ ﻣﻦ ﺷﻌﺮ ذﻳﻞ اﻟﺨﻴﻞ وﻳﺪﻋﻜﻮن‬ ‫اﻟﺸﻌﺮ ﺑﻌﻀﻪ ﺑﺒﻌﺾ ﻟﻴﺼﻈﺮ ﺻﻮﺗﺎ ﺟﻤﻴﻼ‪ .‬وﻫﺬه اﻵﻟﺔ أﺷﺒﻪ ﻣﺎﺗﻜﻮن ﺑﺎﻟﺮﺑﺎﺑﺔ اﻟﻌﺮﺑﻴﺔ واﻟﻜامن‪ ،‬ﻟﺬا ﺗﻌﺘﱪ آﻟﺔ اﻹﻣﺰاد ﻣﻦ أﺟﻮد اﻵﻻت‬ ‫اﳌﻮﺳﻴﻘﻴﺔ‪ ،‬وﻫﻲ ﺷﺪﻳﺪة اﻟﺘﺄﺛري ﻋﲆ اﻟﻄﻮارق ﺧﺼﻮﺻﺎ اﻟﺮﺟﺎل ﻣﻨﻬﻢ‪ ،‬وﺗﺴﺘﻌﻤﻞ ﰲ اﻟﻄﺮب واﻟﻐﻨﺎء اﻟﺬي ﻳﺆﺛﺮ ﰲ اﻟﻨﻔﻮس واﻟﻌﻮاﻃﻒ‬ ‫‪8‬‬

‫‪D’art et d’eau fraîche‬‬

‫‪Ineffable Magazine N°2 Octobre 2017‬‬


Exodus: A Mirror of Hope for the Future of Art Biennials Interview by artist and participant Anne Murray, Master of Fine Arts and Master of Science in Theory, History, and Criticism of Art and Architecture, Pratt Institute, Brooklyn, NY, USA with the curators and co-founders of the Mediterranean Biennial of Contemporary Art of Oran, Algeria, Sadek Rahim, and President of Civ-Oeil Gallery Tewfik Ali Chaouche.

What happens when someone decides to create a biennial that defies convention and directly confronts the global issue of exodus? The Mediterranean Biennial of Contemporary Art of Oran, Algeria (Biennale Méditerranéenne d'art contemporain d'Oran). Here is an interview with the two curators, Sadek Rahim and Tewfik Ali Chaouche, of the Mediterranean Biennial of Contemporary Art of Oran, Algeria.

During the 4th Mediterranean Biennial of Contemporary Art of Oran, Algeria (4éme Biennale Méditerranéenne d'Art Contemporain d'Oran) July 2nd-31st, 2017 At the Museum of Modern and Contemporary Art of Oran (MAMO, Musée d'Art Moderne et Contemporain d'Oran )

© Anne Murray, Curators Sadek Rahim (on the left), Tewfik Ali Chaouche, and journalist Stéphanie Pioda

Murray: What did you expect from artists who submitted work for the theme of Exodus? Ali Chaouche: There were 37 Algerian artists and 20 foreign artists this year, hailing from England, Canada, Spain,

France, Syria, Switzerland, Turkey, Tunisia, Palestine, the United States, Greece, Italy, and Thailand and the exhibition took place at the recently inaugurated Museum of Modern and Contemporary Art of Oran. We stated in the open call for the theme, ‘Art is the mirror of society; it reflects one’s daily life- happiness and sadness.’ My objective as a curator was to re-introduce contemporary art to the people of Oran whose only opportunity to see art exhibitions was at the Civ-Oeil Gallery (www.civoeil.com).

Murray: How do you see what you did with some of the young artists in the exhibition, in relation to the pairing of artists in the Diaspora Pavilion in Venice? Rahim: What David A. Bailey and Jessica Taylor have done, as curators of the Diaspora Pavilion in Venice, and which is very interesting, is to create a pavilion structured as a project. They had the great idea to put out an open call for emerging British artists of various backgrounds in 2016. These young artists had a two-year agenda of mentoring and support by a group of established artists. What we wanted to do at the Mediterranean Biennial of Contemporary Art in Oran, was a bit the same, except with regard to Algeria, there is a sense of urgency, because we are significantly behind in this area.

© Sadek Rahim, Camps, an installation by Djamel Benchenine

Ineffable Magazine N°2 Octobre 2017

Rahim: The curatorial work I did with three young artists, was a great experience for me as an artist supporting change in the cultural and academic programs of our country. These three young artists: Islem Haouti, Nora Zaïr, and Djamel Benchenine were such a good example of what we can do to help young artists to take a step forward. Djamel Benchenine had proposed at the end of my work with him, an installation 6/7 meters called ‘Camps’ a model of a Sahrawi refugee camp (Dakhla) in the city of Tindouf in Algeria. The artist made the tents of this camp out of wood, originally white, Djamel painted them in black to reflect the tragedy of these people’s lives. In 2016, Djamel was invited as an artist to The D’art et d’eau fraîche

9


International Film Festival of Western Sahara (Fisahara), which takes place at this camp among others and also, simultaneously, in Madrid, allowing for a greater number of personalities from the world of Spanish cinema, culture as well as Spanish citizens sympathizing with the Saharawi cause, and to the public in general, to attend and to inquire about the situation of the Saharawi refugees. Rahim: Nora Zaïr, photographer, worked on Rumi poetry. Rumi was one of the first who elaborated the ‘Sufi turning’ or the dervish dance, the physical exertions of movement, specifically dancing and whirling, in order to reach a state assumed by outsiders to be one of ‘ecstatic trances’ a way to travel ‘above’ to be closer to heaven. Her installation, a photograph ‘big sticker’ is glued to one of the panels of the museum elevator. Nora photographed a kid next to graffiti on a wall, which said ‘’towards a reinvented world”.

Murray: What particularly surprised you about the submissions this year? Ali Chaouche: A good example is Sofiane Zouggar who made up part of the young contemporary Algerian artists, in this biennial, he presents his reflection in Exodus through a work entitled, Stories/Moving Objects, a beautiful story of a Syrian refugee from Aleppo, exiled to Algiers through the melodies of reed instruments that he makes and plays…this video shows us the drama of the Syrian Exodus from a different artistic angle with musical harmonies of the Ney (an oriental flute made of reeds).

Links:

Anne Murray, American artist and writer www.annemurrayartist.com

Sadek Rahim, curators and co-founders of the Mediterranean Biennial of Contemporary Art of Oran

Tewfik Ali Chaouche, President of Civ-Oeil Gallery www.civoeil.com

4th Mediterranean Biennial of Contemporary Art of Oran www.facebook.com/Biennaleoran

© Nora Zaïr, a photograph called, Up, by Nora Zaïr

Rahim: My work with photographer Islem Haouti was mostly about contemporary techniques and how to represent photography in a contemporary way. Islem chose to print a photograph called ‘freedom’ taken in the Western Sahara camps on a sticker and directly mounted it on one of the walls of the museum. The picture was taken when he worked with the Spanish human rights organization ARTifariti, inside a camp in the Western Sahara in 2016.

Ineffable Magazine N°2 Octobre 2017

D’art et d’eau fraîche

10


From Instrospection to Traveling in Place Algerian Artists at The Second Biennial of Photography in the Contemporary Arab World curated by Bruno Boudjelal An Interview with artists Hakim Rezaoui, Sihem Salhi, and Atef Berredjem By Anne Murray

AM: What role does introspection play in your work? HR: I will say a role of connection, it is the ultimate sense of my work, it is also the thread between art and philosophy (in my work) and visually it is seen through the blur, the movements etc. ... and all this attracts questions about oneself and about the environment around us. SS: Introspection in my work is primary. It's the key to the right photo... it's our sensations that guide us! It is only after that comes the know-how ... that everyone else can acquire! AB: In my photographs, I put introspection last in relation to my conceptual ideas, my photos do not exist for themselves, but they serve as a documentation of my research.

AM: It seems that you are all very focused on particular approaches and that in some ways your ideas intersect, but here in terms of introspection, you diverge. Hakim, in your series, A Way of Life, you use atmosphere, color and natural forms to express emotions much like in a Tarkovsky film, what role would you say emotion plays in your work? HR: It is not important, but it is essential, in my opinion, emotions in general are the result of pure or true work and expression and the result will be transcendant and felt in a universal way; it is just the means of expression that is going to be different.

AM: How does music relate to your creative process? HR: I listen to Nils Frahm, Tim Hecker and Air, for example, which haunt my days and nights.Through them I lose myself in space and time, neutrality invades me and all these feelings that reverberate in my process of creation in an abstract way, one no longer knows if a silhouette is a woman or a man, if she comes or goes away, does she really exist? Like music, all this is only an eternal questioning, like musical notes in my work, it’s both madness and movement.

Ineffable Magazine N°2 Octobre 2017

AM: Sihem, you are also a professional storyteller, can you tell me how this aspect of your life influences your photography? SS: Yes, I am a storyteller and it usually shows in my photographs! In my work one always has the impression of a vision ... of a tale ... of a story ... because one sees! There are many of us who find ourselves in our photos ... in some way our photos are impregnated with us!

AM: Can you tell me a little about what it is like to be a woman photographer in Algeria? SS: Being a woman photographer in Algeria is not an easy thing! It is necessary to defy the beliefs of society, which is too conservative for my taste (especially where I live, in Constantine) ... if you take a camera and you take pictures in the street, it is all eyes that will follow you! Unless you go out in a group where they will take you for a tourist hahaha... ..but it goes like this .... people begin to gradually become accustomed to change ... Anyway, everything else is changing at high speed and I hope that photography will follow, especially among female artists! It is a daily struggle!

D’art et d’eau fraîche

11


© Hakim Rezaoui, A Way of Life

© Hakim Rezaoui, A Way of Life

© Sihem Salhi, Lumière d’âme (Light of the Soul)

Ineffable Magazine N°2 Octobre 2017

D’art et d’eau fraîche 12


Photo credit Anne Murray, Atef Berredjem with his series, To Here From Here

M: Atef, your work has a more externalized process and outcome. Your series, To Here From Here, was created as a voyage by train from Annaba to Algiers to create the same amount of distance as it would take to travel around the world. This journey took you thirty-two days, 11 hours, and 46 minutes of train trips from Annaba to Algiers to achieve the distance. What was the impetus for creating this journey by train, in your series, To Here From Here? AB: During my interminable commute over the last 17 years, between my city and the capital, Algiers, I found that I was going around the world in a train that does not even exit the borders of Algeria, a sort of trip that stays in one place. I started to ask myself, “An Algerian train, could it go around the world, and if so, how long would it take?” I began to answer this question by measuring the duration of each trip and deduced that it would take 64 trips to make 40,075 km, which is the distance for a trip around the world. The most unforgettable moment of my series is when I arrived at the end of the world, that is, when I completed the loop and returned to the starting point, it was late at night, waiting for one exact place at the end of the journey, 10 km from the city of Khroube (Constantine) at 3:23 in the morning.

AM: How do you think your work connects with other Algerian photographers? SS: We Algerians understand each other without even talking! My photographs are naturally connected to the other Algerian artists…because they come from the same environment! HR: The connection to other Algerians is omnipresent because the expression of art is universal after all, and perhaps for my work, I perceive things in a poetic manner, but also more vague and I am not so precise, which allows for connection to all. AB: Art is a natural environment, a cause and effect, one work provokes another, and each project influences another. In Algeria, there are very few contemporary artists, especially in conceptual photography. For the most part, Algerian photography is documentary in nature, but the current dynamics are creating change and new forms of photography will appear.


TAFERKA, Une boule d’énergie

“Nos racines, notre terre, notre TAFERKA” tel est la devise de TAFERKA, un groupe de jeunes musiciens algériens.

Bonjour, pouvez-vous vous présenter ainsi que les membres de votre groupe ? -Bonjour, je suis Réda OUFERHAT, connu sous le nom artistique : ‘’ El Bacha ‘’. Auteur, compositeur, écrivain et songwriter, je me mets à la poésie et au slam, je suis aussi musicien flutiste et chanteur du groupe ‘’ TAFERKA’’. Le groupe se compose de quatre autres jeunes musiciens, âgés entre 22 et 28ans, dont : Amine AIT ALI SAID à la guitare, Amine Raho à la guitare solo et mandole, Amine EL MANSOUR à la guitare basse, et Aroua AKLI au clavier et piano. En plus de ces membres, le groupe travaille avec des musiciens pilotes, batteurs, section cuivre (trompette, saxophone….etc.) et percussionnistes. Quel est la signification du nom de votre groupe, et pourquoi vous l’avez choisi ? - Le nom ‘’ TAFERKA’’, est un mot typiquement Amazigh. C’est l’étymologie du mot « Afrique », et donc l’origine du mot « Africa ». TAFERKA signifie aussi : ‘’Lopin de terre’’. On l’a choisi car, d’abord, nous sommes africains. De plus, notre musique est basée sur des sonorités algériennes et africaines traditionnelles, enrichie d’une approche moderne.

Quelles sont vos inspirations ? - Les membres du groupe ont différents goûts, ce qui fait la touche TAFERKA. Nous sommes influencés par divers genres et artistes ; le rock, le jazz, la musique Gnawa, le Chaàbi, la musique celtique, le Reggae et le Raï... toute bonne musique nous inspire. De quel groupe plus connu peut-on vous rapprocher ? Nous sommes TAFERKA, tout simplement. Pourquoi avez-vous choisi la musique comme moyen d’expression ? Nous respectons toutes formes d'art, mais la musique est ce qui reflète le plus notre personnalité, la culture et le vécu de chacun de nous. Et c'est ce que nous savons faire de mieux. La musique pour nous est l'amour, la paix, la force, et le respect c’est le meilleur moyen pour nous de s’exprimer. Quels sont les thèmes récurrents de vos compositions ? - Le social, Le vécu, et, comme je l'ai mentionné au début, ce que nous «algériens», hommes et femmes, avons accompli sur ce territoire Algérien, Maghrébin et Africain.

Comment définissez-vous votre musique ?

Comment était vos débuts sur scène ?

La parole du jeune algérien.

- On a commencé par de petites scènes avec des associations et des groupes de bénévolat, ainsi que des collaborations artistiques avec des groupes de théâtre et des scènes organisées par les émissions radio.

Comment vous êtes-vous rencontrés ? - On est des étudiants dans la même université, certains d’entre nous se connaissent depuis le lycée, d’autres sont du même quartier. Chacun de nous été musicien depuis son jeune âge. Nous avons tous les mêmes objectifs, et le groupe s’est formé automatiquement quand nous nous sommes rassemblés.

Avez-vous des projets ? Et Lesquels ?

Depuis combien de temps votre groupe existe ?

- Oui, le projet global du groupe est de transmettre le MESSAGE ‘’ L’amour, la paix, et la fraternité entre tous les peuples du monde et leurs différentes cultures ‘’ par le biais de notre futur album qui est en cours d’élaboration et qui représente le projet le plus éminent parmis tous ceux qui l’ont précédé.

Notre groupe existe depuis l’année 2014.

Un mot pour nos lecteurs et lectrices ? -‘’ Soyez différents ‘’.

Kheira Chikr Ineffable Magazine N°2 Octobre 2017

D’art et d’eau fraîche

14


Les femmes photographes algériennes Comme une évidence, le choix du sujet s’est imposé de lui-même. Ma passion pour la photographie en était la source, le besoin de l’exprimer en était le moteur. Avant tout, il me fallait déterminer une feuille de route, mais je ne savais guère en quoi ou vers où j’allais m’aventurer. Finalement, je me suis heurtée à un mur d’interrogations sans réponses.

A vrai dire, il existe peu d’informations sur les femmes photographes algériennes d’antan et d’aujourd’hui. Et pourtant, elles étaient et sont toujours omniprésentes sur la place, de par leurs travaux et expositions personnelles ou collectives, mais aussi de par leurs participations dans les salons et festivals nationaux et internationaux. Evidemment, il m’était impossible de parler des photographes algériennes contemporaines, de leurs motivations, les contraintes et les obstacles, voir leurs rêves, sans parler des pionnières. Celles qui s’étaient imposées, d’elles-mêmes, dans un domaine purement masculin et dans des temps difficiles où la femme était marginalisée ou soumise aux préceptes patriarcales ou autres. Mon grand regret était de ne trouver que peu d’articles et d’informations sur ces dernières. Cette recherche m’a permis de découvrir le monde de quelques-unes, dont la médiatisation ne s’est faite que par des articles éparpillés dans le temps. Je commencerais par la pionnière qui n’est autre que Zaida BENYOUCEF (1869-1933), née à Londres d’un père algérien et d’une mère allemande Anna Kind, elle-même photographe. Partie rejoindre sa mère à New York, elle écrivait des articles pour différents journaux. Ses chroniques étaient principalement des essais sur la photographie, parmi eux, son travail qu’elle situe « entre le radicalisme de certains photographes des beaux-arts et le prosaïsme de la plupart des photographes commerciaux». Spécialisée dans le portrait et le porte-parole de l’Eastman Kodak, elle exposait ses œuvres dans les grandes villes américaines ainsi qu’en Europe, notamment les portraits de beaucoup de personnalités historiques.

Ineffable Magazine N°2 Octobre 2017

A l’instar de Zaida Benyoucef, d’autres femmes d’origines algériennes ont fait leurs chemins dans le monde de la photographie. Certes loin de l’Algérie mais cette dernière était le socle de leur passion et de leurs travaux. Je citerais, Nadia FERROUKHI. Née en 1970, elle affirme avoir trouvé les clés de son travail à travers sa sensibilité accrue à la condition humaine. Photoreporter, ses travaux ont été publié régulièrement par la presse : Le Monde, Libération, Le Figaro, … etc. «… et je peux dire que c'est grâce à l'Algérie que je suis arrivée là où je suis. C'est par ses images que j'ai pu traiter différents sujets et aussi retrouver mon identité algérienne par mes photos. »

Interview de Ameziane Ferhani Publié dans El Watan le 21 - 02 – 2008.

Née en 1968 en Algérie, Zohra BENSEMRA a, quant elle, fait ses premiers pas de photographe au Musée des arts et traditions populaires, avant de se tourner vers la presse privée algérienne, durant les années 90 et jusqu’en 1998 où elle signe avec l’agence Reuters. En 2005, lors des rencontres africaines de photographie de BAMAKO, on lui décerne le prix de l’Union Européenne comme meilleure photoreporter. «A mes débuts, je ne pouvais pas imaginer que j’allais vivre des moments aussi intenses qui allaient bouleverser toute mon existence. Je me suis retrouvée bien loin du chemin paisible que mes parents auraient voulu que j’emprunte. Tout a fini par me concerner. Tout ce qui concernait l’Algérie allait faire partie de mon univers, tout devait m’intéresser, bon, mauvais, dur ou facile. […] Je vis au rythme de ses joies et de ses peines, de ses bonheurs et de ses malheurs. En permanence j’ai eu à me battre avec moi-même pour rester neutre dans mon travail, simple témoin.» Journal des Galeries photo, FNAC, Printemps 2003.

D’art et d’eau fraîche

15


C’est Louisa DJEDAIDIA qui détient le renom d’être la première femme Photoreporter en Algérie, et ce, depuis l’indépendance jusqu’en 1997. Elle n’avait que 16 ans lorsqu’elle débutait dans un petit studio de la banlieue d’Alger. Puis, elle a exercé dans différents secteurs : ministère de l’Information à l’âge de 19 ans, l’Agence nationale d’information (APS), le quotidien Révolution, et Algérie Actualité… finalement elle atterri à El Moudjahid, où elle pratiquera avec pendant 20 ans. Elle détint la Mention Spéciale au Salon international de Bourges (1983). «J’ai la photo dans le sang ! Je ne saurais vous l’expliquer ! Je ne ratais jamais rien, mon appareil accroché à l’épaule, je photographiais tout ce qui m’émouvait. La photo est comme un article que l’on écrit, elle parle d’elle-même.» interview de Irane Belkhedim pour Info Soir le 09/03/2005.

La liste de ces femmes d’exception ne s’arrête pas là, il existe d’autres noms, d’autres parcours, non seulement dans le photojournalisme mais aussi dans la mode, le portrait, la photo de rue, … etc. Si certaines se sont imposées par leurs travaux, d’autres ont choisi l’anonymat où la photographie était un besoin d’extérioriser leurs émotions, une thérapie, une passion avant tout. À suivre …

Ould Larbi Kamilaz

Ineffable Magazine N°2 Octobre 2017

D’art et d’eau fraîche

16


Les rimes des esclaves: 5 Choses que vous ignorez sur les Gnaouas Les Gnaouas ont compris qu’ils pouvaient faire du spectacle, s’intégrer aux musiciens occidentaux, travailler des chorégraphies. Certains sont devenus des showmen incroyables. Loy Ehrilch, Leader de bande Gnaoua © Ahmed EL AZIZ

Ineffable Magazine N°2 Octobre 2017

D’art et d’eau fraîche

17


01. Etymologie:

Selon Maurice Delafosse, l’origine du mot “Gnaoua” vient expression berbère “Akal-n-iguinaouen” qui signifie «terre des noirs» qui aurait donné naissance au mot «Guinée» et au mot «Gnaoua», ce dernier signifierait donc «homme noir».

02. Origine de la tribu:

Les Gnaoua sont originaires d’Afrique occidentale sub-saharienne (Guinée, Mali, Soudan, Mauritanie), ils ont été amenés en Afrique du nord en tant qu’esclaves, et se sont ensuite métissés à la population locale. Les théories sur leur avènement son multiples, mais l’événement le plus significatif remonte au XVIème siècle, lorsqu’un Sultan Marocain organisa une expédition à Tombouctou et en revint victorieux. À son retour, il développa des plantations de canne de sucre et fit venir une main d’œuvre noire pour s’en occuper, ce qui constitua la 1ère vague des Gnaouas. Cela dit, les Gnaouas aujourd’hui ne sont pas tous des descendants d’esclaves, plusieurs sont issus de familles libres.

03. Une musique symbolique:

La musique des Gnaoua a toujours été finement liée à des rites. Autrefois, les Gnaoua évoquaient dans leurs chants les noms de leurs saints, ainsi que des termes puisés de leurs langues natales. Plus tard, les habitants locaux, qui se sont familiarisés avec leur culture, ont copié le rythme, et changé les noms des saints évoqués dans les chants, faisant évoluer ainsi cette musique afin qu’elle soit conforme aux les lois et les coutumes musulmanes, et ainsi, assurer sa continuité. A présent, il est nécessaire que la formule “Bismillah”, au nom d’Allah, ouvre tous les morceaux de la cérémonie, ainsi que le sacrifice d’un animal consacré…

Aujourd’hui, certains modernistes, pour qui l’idée de communication directe avec le surnaturel s’avère incompatible avec une certaine idée de progrès et de civilisation, tentent de folkloriser leurs pratiques en mettant en valeur seulement la musique et les danses… Ces derniers ont bien réussi ! La musique Gnaoua est aujourd’hui considérée comme Art.

05. Le Guembri et ses compagnons:

L’instrument musical principal chez les Gnaoua, qui anime le Diwane, se nomme “Le Guembri” . Cet instrument est joué par le maitre musicien (le maâlem), qui est le chanteur principal de la troupe. Les autres musiciens qui s’appellent ‘les Gnadises ‘ l’accompagnent par le Qarqabu (une sorte de castagnette en métal), le tambour, et exécutent les danses. Le Guembri est un luth tambour à trois cordes et à registre bas. Il est constitué d’une caisse de résonance recouverte par une peau de dromadaire séchée et tannée, et d’un manche en bois, et un sistre est inséré à l’intérieur. Le bois utilisé peut être du noyer, de l’acajou, ou du peuplier. “Le Guembri, pour moi, est un instrument de cœur” Taoufik Izeddine

Kheira chikr

04. une cérémonie peu commune:

La cérémonie du Gnaoua se rattache principalement à leur saint patron “Sidi Bilal” (qui fût le premier esclave libéré par le prophète Mouhamed). Elle se déroule dans un espace saint appelé “Zaouia”, où les Gnaoua pratiquent un rite de possession nommé “Derdeba”. La “Lila de derdeba” ( la nuit de la possession) a un objectif thérapeutique, elle est organisée pour désenvouter les corps des esprits qui hanteraient certains d’entre eux. Durant ces nuits, les Gnaoua communiquent avec les djinns pour les sommer de quitter leurs malheureux corps possédés et pratiquent des sacrifices animaliers.

© Ahmed EL AZIZ


‫ﻣﺎ أﺟﻤﻞ اﻷﻟﻮان‪ ،‬ﴏﻳﺤﺔ مبﺎ ﺗﻘﻮﻟﻪ‪ .‬اﺧﱰﺗﻬﺎ ﻟﻐﺔ وﺑﻠﺪ‪ ،‬ﺣﺘﻰ وإن ﻛﺎن ﻣﺰﻳﺠﻬﺎ ﺑﺤﺮ أﺟﻬﻞ‬ ‫اﻟﺴﺒﺎﺣﺔ ﻓﻴﻪ إﻻ أين اﺧﱰت اﻟﺒﻘﺎء ﰲ أﻋامﻗﻪ اﻟﻨﻘﻴﺔ‪ ،‬اﻟﴫﻳﺤﺔ‪ ،‬اﻟﺠﺮﻳﺌﺔ‬ ‫أﻋﺘﱪ اﻷﻟﻮان ﺗﺬﻛﺮة أﺳﺎﻓﺮ ﺑﻬﺎ ﻣﻦ ﺑﻠﺪ إﱃ آﺧﺮ‪ ،‬وﻛﻞ ﻣﺎ أﺧﺪه ﻣﻌﻲ أﻟﻮاين وإﺣﺴﺎﳼ اﳌﺘﺪﻓﻖ‪.‬‬ ‫أري ﻟﻮﺣﺎيت وﻫﻲ ﺗﺤيك ﺷﻌﻮرا ﻣﺮﺳﻮﻣﺎ وﺣﺰﻧﺎ ﻣﺨﺘﺒﺄ ﺑني أﻟﻮان وﺣﻠﻢ وﻛﻞ ﻣﺎ ﻳﺠﻬﻠﻪ اﻟﻨﺎس ﻋﻨﻲ‬ ‫ﻟﻚ أرﺳﻢ وإﻟﻴﻚ أﺣيك‪ ،‬ﻓﻜﻴﻒ ﻟﻚ أن ﺗﺴﺄﻟﻨﻲ ﻋام ﺗﺤﻜﻴﻪ اﻟﻠﻮﺣﺔ‪ ،‬وأﻧﺖ ﺗﺠﻬﻞ إﺳﻤﻲ؟‬ ‫ﺗﺤﺮﺟﻨﻲ ﺑﺴﺆاﻟﻚ ﻫﺬا! ﺻﺪق ﻓﻴﻜﺘﻮر ﻫﻮﻏﻮ ﺣني ﻗﺎل "ﻻ ﺗﻜرث اﻹﻳﻀﺎح ﻓﺘﻔﺴﺪ روﻋﺔ اﻟﻔﻦ"‪.‬‬ ‫ﻳﻌﺠﺰ ﻟﺴﺎين ﻋﻦ اﻟﺘﻌﺒري ﻓﺘﺠﺪ إﺑﺘﺴﺎﻣﺘﻲ أول اﻹﺟﺎﺑﺎت‪ ،‬ﺗﺄﻣﻞ ﺟﻴﺪا ﰲ اﻟﻠﻮﺣﺔ‪ ،‬أدﺧﻞ ﺑني أﻟﻮاﻧﻬﺎ‬ ‫ﺳﺘﺠﺪ ﻗﺼﺘﻚ أﻧﺖ داﺧﻠﻬﺎ ﻓﻼ ﺗﻜﱰث يب‬ ‫ﴎ اﻟﻔﻦ ﻳﻜﻤﻦ ﰲ أن ﺗﺠﺪ ﺑﺪﻻ ﻣﻦ أن ﺗﺒﺤﺚ‬ ‫ﺑﺎﺑﻠﻮ ﺑﻜﺎﺳﻮ‬

‫مل أﺧﱰ اﻟﺮﺳﻢ ﻳﻮﻣﺎ ﻟﻜﻨﻲ أﺟﺪ ﻧﻔﴘ ﻓﻴﻪ‪ ،‬أﺟﺪ أﺷﻜﺎﱄ‪ ،‬أﻟﻮاين‪ ،‬ﺣﺮوﰲ وﻛﻠاميت أﻧﺎ أﻋﻴﺶ‬ ‫ﺑﺪاﺧﻠﻪ‪ ،‬ﺑﺪاﺧﻞ ﻛﻞ ﻟﻮﺣﺔ ﻣﻦ ﻣﺠﻤﻮﻋﺘﻲ اﻟﺼﻐرية اﻟﺘﻲ ﻻ ﺗﺘﻔﺎوت ﺛﻼﺛني ﻟﻮﺣﺔ‬ ‫ﻋﺼﺎﻣﻴﺔ ﰲ اﻟﺮﺳﻢ‪ ،‬وأﺟﺪ ﺗﻄﻮرا ﻓﻴﻪ‪ ،‬ﺳﺎﻋﺪﺗﻨﻲ ﻣﻮاﻗﻊ اﻟﺘﻮاﺻﻞ اﻻﺟﺘامﻋﻲ ﰲ إﻳﺠﺎد ﻓﻨﺎﻧني‬ ‫ﻣﺒﺘﺪﺋني وﻣﺒﺪﻋني ﻛام ﺳﺎﻋﺪﺗﻨﻲ ﺑﻌﺾ اﳌﻌﺎرض اﻟﺘﻲ ﺷﺎرﻛﺖ ﻓﻴﻬﺎ واﻟﺘﻲ زرﺗﻬﺎ ﰲ اﻟﺘﻌﺮف ﻋﲆ‬ ‫ﻓﻨﺎﻧني ﺧﺮﺟﻲ ﻣﺪرﺳﺔ اﻟﻔﻨﻮن اﻟﺠﻤﻴﻠﺔ ﻣﺜﻞ ﺗﻼﻣﻴﺬ إﺳﻴﺎﺧﻢ وﻛﺎن ﴍﻓﺎ ﱄ‬ ‫أﺣﺐ وأﻓﻀﻞ اﻟﻔﻦ اﻟﺘﺠﺮﻳﺪي‪ ،‬ﻓﻴﻪ ﺗﺴﺒﺢ أﻓﻜﺎري‪ .‬ﻻ أﻧﺘﻤﻲ ﻷي ﻣﺪرﺳﺔ ﻻ اﳌﺪرﺳﺔ اﻟﻮاﻗﻌﻴﺔ‬ ‫وﻻ اﻟﻮﺣﺸﻴﺔ وﻻ اﻟﴪﻳﺎﻟﻴﺔ‪ ،‬ﻟﻜﻦ ﻳﺒﻘﻰ ﻣﺠﺎﻟﻬﺎ واﺣﺪ وﻋﺎﳌﻬﺎ واﺣﺪ‪ ،‬وﻫﻮ اﻟﻔﻦ‪ .‬ﻓﻴﻪ ﺗﺴﻘﻂ ﻛﻞ‬ ‫اﻟﺤﻮاﺟﺰ وﺗﻨﻌﺪم اﻟﻘﻮاﻧني‪ .‬ﻳﱰﻛﺰ ﻓﻴﻪ اﻟﺨﻴﺎل واﻷﺣﻼم ﻓﺒﻤﺠﺮد رﺳﻢ اﻷﺣﻼم وﻛﺘﺎﺑﺘﻬﺎ‪ ،‬ﻧﺠﺪ‬ ‫أﻧﻔﺴﻨﺎ ﻧﺤﻘﻘﻬﺎ‪ ،‬ﻧﺪرﺳﻬﺎ‪ ،‬ﻧﺘﻌﻤﻖ ﻓﻴﻬﺎ وﻧﺤﻦ ﻣﺘﺄﻛﺪﻳﻦ أن اﻟﻨﺘﻴﺠﺔ ﻟﻦ ﺗﻜﻮن ﺣﻠام وإمنﺎ ﺣﻘﻴﻘﺔ‬

‫ﻣﻐﺮﰲ ﻓﺎﻃﻤﺔ ﺍﻟﺰﻫﺮﺓ‬

‫‪D’art et d’eau fraîche 19‬‬

‫‪Ineffable Magazine N°2 Octobre 2017‬‬


© Lynn SK

Rubrique

À L’ALGÉRIENNE


© Pinterest / ‫ﻟﻮﺣﺎت ﻓﻨﻴﺔ ﺟﺰاﺋﺮﻳﺔ ﺑﺮﻳﺸﺔ رﺳﺎﻣني ﻋﺎﳌني‬

Distillation de l'eau de fleurs Et- taktar (‫)اﻟﺘﻘﻄري‬, ou l’art de la distillation des fleurs d’orangers (Maa el zahr - ‫ ) ﻣﺎء اﻟﺰﻫﺮ‬et de roses (Maa el ward - ‫) ﻣﺎء اﻟﻮرد‬, est considéré comme un rituel ancestral perpétué de génération en génération et dont s’enorgueillis les habitants des grandes plaines fertiles de Constantine, Blida, et Médéa. J’ai donc voulu m’intéresser de plus près à cette eau florale, sacrée pour nos mariages, fêtes, et célébrations religieuses, associée à l’avènement du printemps et les grandes journées de cueillette des fleurs.

Qu’est-ce qu’une distillation ? Très simplement ; la distillation est la transformation d’un liquide en vapeur, ensuite la condensation des gouttelettes par refroidissement entrainera un retour vers son état physique originel (c’est à dire liquide). Il est à noter que le terme arabe « taqtir - ‫ » اﻟﺘﻘﻄري‬tient en compte l’étape de filtrage faisant suite à l’obtention du Ineffable Magazine N°2 Octobre 2017

distillat : il s’agit de l’extraction de l’huile et de l’eau par différence de densité.

Origine : Ce savoir-faire nous viendrait d’Andalousie, grâce à des hommes tels que Al Zahrawi et Al Tangri qui ont apporté des améliorations techniques au tout premier procédé conçu auparavant par les rois d’Iraq (Hypothèse historique). Par la suite, il a été intégré dans le domaine de l’industrie agricole vu les appréciations médicinales et culinaires qu’avait suscitées l’eau de rose auprès du peuple de l’Espagne du sud.

De la fleur à son extrait : La cueillette des fleurs : selon le climat de la région considérée, la période de floraison commence

À l’Algérienne 21


approximativement à partir de la dernière semaine du mois d’avril pour la fleur d’oranger et la première semaine du mois de mai pour la rose. Après le tri, le nettoyage et l’égouttement des fleurs amassés, “el quettarines - ‫ اﻟﻘﻄﺎرﻳﻦ‬- ” (artisans distillateurs) s’attellent à les assembler dans une sorte d’entonnoir inversé ayant une base perforée (keskas - ‫ )اﻟﻜﺴﻜﺎس‬et qui représente la partie supérieure de l’alambic (el quettar - ‫)اﻟﻘﻄﺎر‬. Ils versent ensuite une certaine quantité d’eau dans le récipient en cuivre qui forme la partie basse du quettar (tendjra - ‫)اﻟﻄﻨﺠﺮة‬. L’alambic est porté à ébullition à petit feu, la vapeur d’eau dégagée remonte et gagne le compartiment du haut grâce aux perforations. Il résulte du contact de la vapeur d’eau avec les pétales de fleurs à ce niveau, l’imprégnation de la vapeur des principes actifs et molécules odorantes propres aux fleurs. Ceci répond au principe de distillation « par la technique de l’entrainement à la vapeur d’eau ». La condensation de la vapeur odorante est obtenue ainsi par son cheminement à travers un conduit (le réfrigérant) provoquant l’apparition de gouttelettes qui percolent jusqu’à l’orifice de sortie. Goutte après goutte la première bouteille appelée « mghalfa - ‫»ﻣﻐﻠﻔﺔ‬ se remplit de l’essence ou l’élixir d’eau de roses / fleurs. «rass el quettar- ‫ »راس اﻟﻘﻄﺎر‬est la plus chargée de la série de bouteilles qui suivront, aussi bien en arômes qu’en goût.

“Et-taktar” une affaire de femmes avant tous : Auparavant, dans les régions comme celle de Constantine, les femmes savaient comment tirer profit d’une besogne aussi longue et lassante (il faut parfois Compter 04 heures pour l’évaporation de l’eau) celles-ci en font un moment agréable et chaleureux. L’une d’elles invitait les autres, et c’était au milieu du patio de sa maison (wast edar - ‫ )وﺳﻂ اﻟﺪار‬qu’elles se réunissaient autour de l’alambic. Durant la distillation, et pour passer le temps, elles confectionnaient en parallèle des gâteaux blancs (Tamina baïdha - ‫ )ﻃﻤﻴﻨﺔ ﺑﻴﻀﺔ‬faits de grosse semoule, de beurre et de miel, travaillés à la main puis découpés en losanges.

Pour conclure : Bien heureusement, l’Algérie œuvre pour classer cette tradition en tant que patrimoine universel auprès de l’UNESCO. Cependant, on craint la disparition de cette tradition à cause de l’absence de transmission de ce savoir-faire aux nouvelles générations qui devraient s’y intéresser. L’absence de transmission n’est pas le seul aspect à plaindre, ne nous voilons pas la face, combien sommes nous, à défaut de choix que nous propose nos supermarchés, de nous rabattre sur le “Maa zahr” industriellement conçu, plutôt que celui issu de l’artisanat ? Peut-être qu’il faudrait bien commencer à valoriser ces artisans et à commercialiser leurs produits sur les étals de nos supermarchés.

Imene Missoum Ineffable Magazine N°2 Octobre 2017

À l’Algérienne

22


Une fête religieuse, célébrée le dixième jour du mois de Mouharram, le premier mois du calendrier hégirien, Achoura prend son origine dans trois évènements : l'accostage de l'Arche de Noé, Adam se repentant après avoir quitté le paradis et la libération par Moïse du peuple juif de l’esclavage pharaonique. EN Algérie, L’Achoura est toujours célébrée, mais de manières différente d’une région à une autre. Chez les habitants de Larba Nath Irathen (commune de la wilaya de Tizi Ouzou), Achoura est célébrée d'une manière un peu particulière. C’est à l’aube que tout commence, avec un flottement d’excitation dans l’air que nous nous réveillons aux éclats de rires et des chants des enfants du village, qui, vêtu de leurs plus beaux vêtements, achetés spécialement pour l’occasion, prennent leurs petites corbeilles pour la collecte des œufs, l’œuf dit "tamalalt" qui veut dire blanc en langue Berbère, est signe d'une vie sereine.

© Mahdi Dadi

L’ESPRIT BERBÈRE DE L’ACHOURA

Pour la collecte, les enfants forment de petits groupes et se déplacent de maison en maison, après quelques coups sur la porte en chantant «achour achour fkiyi chitouh ouhadour….» La doyenne de la maison leurs ouvrent la porte et donne à chaque enfant 2 à 3 œufs. Une autre tradition particulière prend place ce jour-là dans le village, qui concernerait les familles qui ont connu la naissance d’un garçon durant l’année. Après le déjeuner, la famille concernée se réunit, filles et femmes portant leurs plus belles robes et bijoux berbères. Sur les tables sont déposés : œufs, gâteaux, miel et galettes de toutes sortes, et la fête commence… On commence par couvrir la tête de l’enfant, petit roi du jour, par une crêpe berbère à base de semoule et huile d’olive. Ensuite, le plus vieux de la famille passe le rasoir derrière l’oreille de l’enfant, au rythme des Youyou des femmes. Enfin, on met à l’endroit où est passé le rasoir, une pâte de miel en présage des jours heureux à venir, et une poudre de brique écrasée qui lui donnerait la force nécessaire pour protéger sa famille. L’après-midi, les femmes préparent le dîner qui, une fois prêt, sera servi à tous les villageois, lors d’une soirée où tout le monde est invités et qui durera jusqu’à l’aube.

Gjouaher Linda Ineffable Magazine N°2 Octobre 2017

À l’Algérienne 23


“ weaving the softest community ” Wooly est une nouvelle marque algérienne de vêtements et linges de maison en crochet, tricot, laine et coton, conçus soigneusement par de jeunes femmes passionnées. Les produits Wooly sont vendus et distribués via son e-commerce www.woolyshop.com.

La vision: Wooly n’est pas seulement une marque, mais

également une communauté. Le plus grand projet de la marque est de bâtir un foyer qui ouvrira ses portes aux femmes SDF, réfugiées et nécessiteuses, elles seront accueillies, assistées psychologiquement, formées et elles travailleront à la Maison Wooly. la marque prendra en charge également les jeunes femmes qui ont quitté tôt l’école et qui se trouvent sans travail et offre de l’emploi aux femmes aux foyers qui ont besoin d’argent mais ne peuvent se déplacer à cause de leurs responsabilités. Wooly investit sur la création de valeur afin d’assurer un impact sociétal.


Spices from Places: Introduction It should come as no surprise to anyone from a Mediterranean country that garlic or onions are the base of any meal, with a drizzle of oil. And, last but not least, the classical spices that govern Algerian cuisine from east to west, north to south. The salt and pepper is the most famous duo; as the salt brings out the true taste of any food by enhancing its flavour, its partner the pepper, gives a soft kick to the overall taste with just a discreet sprinkle. This simple yet powerful combination does not alter the identity of any dish; its sole purpose is to make the most of the original flavour of the food and pushes it to reach its full potential. Neglecting these couple of spices is certainly an unforgivable sin in the cooking world. How crucial salt and pepper are to the food is the first lesson you would learn from the best cooks of Algerian meals: grandmothers, for they are in charge of the excellent and exquisite culinary wonders of Algeria. After years of training and decades of experience, grandmas make undeniably the most tasteful traditional meals. Known for their generosity, they not only cook for you unreasonable amounts of whatever dish you ask for, but they will also share every secret they know about the preparation of the said dish the moment you ask.

However, red sauces are on the opposite end of the spectrum, the seasoning is wild, the flavours are strong, and their number is impressive, also, many herbs are added. Each and every taste is overwhelming with only its pungency! The intense euphoric sensation you are left with keeps you craving more, and more every time. In the southern east, like in Biskra for example, the sauces are red and it is a warning! You are either going to get the feeling you have burnt your tongue off, or you will get addicted to their cuisine. Usually it is the latter after you have gone through enough tongue burns, and you will find it worthwhile. The main spice in Biskra is Rass El-hanout , a mixture of seven specific freshly grounded spices with secret proportions each. The confidential recipe is passed on from generation to generation, alongside the one for the famous H’rour, which consists of combining four tangy spices. Both of Rass El-Hanout and L’h’rour, used separately, are the essence of every dish from Biskra, always accompanied with a decent amount of grounded or fresh hot pepper, and that’s exactly why savouring a southern dish is a challenge you really want to take on. …to be continued. ALLIA Lina

One of those secrets is that the traditional dishes fall into two main categories, the first one is the white sauces and the second is red sauces. This classification is not random, as it dictates which spices match and blend. And which to steer clear from when cooking. The contrast is obvious between the two categories; a certain elegance characterizes the delicate white sauce dishes as only few spices are involved, in addition to some drops of lemon juice and a touch of parsley; the purposeful simplicity results in a cohesive subtle aroma, leaving behind a very special memory.

Ineffable Magazine N°2 Octobre 2017

À l’Algérienne

24


À propos du photographe © Fella Malou ! Photographe/ Lightpainteuse Fella, passionné par la photographie, toujours fasciné par la capacité de l’image à saisir un mouvement et à créer une émotion dans l’espace d’une fraction de seconde, elle est un disciple de l’art de l’observation. Témoin silencieux, omniprésent et capturant l’essence d’un instant, la délicatesse d’une lumière, la complicité d’un regard.

Ineffable Magazine N°2 Octobre 2017

Instagram: fella_malou_photographe

À l’Algérienne

25


‫)‪© Thérèse Rivière - Mziraa(Biskra‬‬

‫أﻧﺎ اﻟﺸّ ﺎوﻳﺔ ﺑﻨﺖ اﻟﺸﺎّوﻳﺔ ﺑﻨﺖ اﻟﺠﺰاﺋﺮ‪ ،‬أﻧﺎ اﻟﻮاﺛﻘﺔ ﻣﻦ أﺻﲇ‪ ،‬ﻣﻦ ﻧﻔﴘ‪،‬‬ ‫ﻣﻦ وﻃﻨﻲ وﻣﻦ ﺷﻌﺒﻲ‪ ،‬أﻧﺎ اﳌﺤ ّﺪﻗﺔ أﻧﺎ اﳌﺘﺴﻠّﻘﺔ ﻟﻠﻤﺴﺘﻘﺒﻞ‪ ،‬ﻟﻸﻣﻞ‬ ‫ﺑﺤﺜﺖ ﰲ ﺗﺎرﻳﺦ ﺑﻠﺪي‪ ،‬ﰲ ﺗﺮايث وﺗﻘﺎﻟﻴﺪي ﻓﻬﺰﺗﻨﻲ‪ ،‬زﻟﺰﻟﺘﻨﻲ وأدﻫﺸﺘﻨﻲ‬ ‫أﻏﻨﻴﺔ ﺷﺎوﻳّﺔ أوراﺳﻴّﺔ ﻣﻦ ﻗﻠﺐ اﻟﺠﺒﻞ‪ ،‬ﺗﻘﻮل ﰲ ﻣﻄﻠﻌﻬﺎ "ﻗﻮق اﻣﻤﻲ ﻗﻮق‬ ‫ﺑﻨﻲ وﻛﻔﺎك ﺑﻜﺎء‪ ،‬اﻫﺪأ ﻓﺴﺘﴩق اﻟﺸﻤﺲ‪ ،‬ﺳﻨﺼﻨﻊ‬ ‫« اﻫﺪأ ﻳﺎ ّ‬ ‫ﺑﻨﻲ ﻧﻢ‪،‬‬ ‫اﻟﺤﺒﺎل وﻧﻌﻤﻞ ﻣﻨﻬﺎ ﻣﺮاﺟﻴﺢ ﺗﺘﺄرﺟﺢ ﻋﺎﻟﻴﺎ‪ ،‬ﻧﻢ ﻳﺎ ّ‬ ‫ﺳﻨﺬﻫﺐ إﱃ اﻟﺠﺒﻞ ومنﺘﻄﻲ اﻟﺤامر اﻟﻌﺠﻮز أﻳﻦ ﻛﻨﺎ ﻧﻠﻌﺐ ﰲ‬ ‫اﳌﺎﴈ‪ ،‬أﺑﺎك ﻗﺪ اﺳﺘﺸﻬﺪ ﻣﻦ أﺟﻞ اﻟﻮﻃﻦ وإﺑﻨﻲ ﺳﻮف ﻳﻜﱪ‬ ‫وﻳﺼﺒﺢ رﺟﻼ وﻳﺘﺰوج وﻳﻜ ّﻮن ﻣﻨﺰﻟﻪ ﰲ وﻃﻦ ﺣﺮ «‬ ‫أﻏﻨﻴ ٌﺔ ﻏ ّﻨﺘﻬﺎ زوﺟﺔ ﺷﻬﻴﺪ ﰲ اﻟﻌﴩﻳﻦ ﻣﻦ ﻋﻤﺮﻫﺎ ﻏﺪاة اﻹﺳﺘﻘﻼل ﻹﺑﻨﻬﺎ‬ ‫اﻟﻴﺘﻴﻢ‪ ،‬اﺑﻦ اﻟﺸﻬﻴﺪ‪ ،‬ﺗﻠﺨﺺ ﻓﻴﻬﺎ ﺷﻤﻮخ وﻋﻨﻔﻮان اﻟﺠﺰاﺋﺮي اﻷﺻﻴﻞ اﻟﺬي ﻻ‬ ‫ﻳﻨﻜﴪ‪ ،‬ﻻ ﻳﻨﻬﺎر‪ ،‬ﻻ ﻳﱰاﺟﻊ‪ .‬ﺗﻘﻮل ﰲ ﻣﻄﻠﻌﻬﺎ ﻧﻢ ﻳﺎ ﺻﻐريي ﻧﻢ‪ ،‬أﺑﺎك‬ ‫اﺳﺘﺸﻬﺪ ﰲ ﺳﺎﺣﺔ اﻟﻮﻏﻰ‪ ،‬ﻟﱰﺳﻢ ﻣﻦ ﺧﻼﻟﻬﺎ أﺟﻤﻞ اﻟﺼﻮر اﳌﺎدﻳﺔ‬ ‫واﳌﻌﻨﻮﻳﺔ‪ ،‬ﻓﻬﻲ ﺗﺮﺳﻢ اﳌﻜﺎن ومنﻂ اﻟﺤﻴﺎة ﻟﺘﻤﻸ اﻟﻠﻮﺣﺔ ﺑﺄﺟﻤﻞ اﻷﻟﻮان‪.‬‬ ‫وﻓﺎءﻫﺎ ﻟﻠﺸﻬﻴﺪ واﺳﺘﻤﺮارﻫﺎ ﻋﲆ ﻧﻔﺲ ﺧﻄﻮاﺗﻪ‪ ،‬وﻏﺮﺳﻬﺎ ﻟﻠﻮﻃﻨﻴﺔ ﰲ ﻗﻠﺐ‬ ‫رﺿﻴﻌﻬﺎ‪ .‬وﻋﻈﻤﺔ اﻟﺼﻮرة ﺗﻜﻤﻦ ﰲ اﻷﻣﻞ اﻟﺬي ﺗﻌﻄﻴﻪ ﻣﻦ ﺧﻼل ﻛﻠامﺗﻬﺎ‪،‬‬ ‫ﻣﻦ ﺧﻼل اﴏارﻫﺎ‪ ،‬ﻣﻦ ﺧﻼل ﺷﻤﻮﺧﻬﺎ‬ ‫ﻣﺎ أروع ﻫﺬه اﳌﺪرﺳﺔ‪ ،‬ﻣﺎ أﻋﻈﻢ ﻫﺎﺗﻪ اﻟﻨﺴﻮة‪ ،‬ﻣﺎ أﺟﻤﻞ ﻫﺬه اﻟﺼﻮر‪ .‬ﻫﻲ‬ ‫أﻣﻬﺎﺗﻨﺎ‪ ،‬ﻫﻲ ﺟﺪاﺗﻨﺎ‪ ،‬ﻫﻲ اﻣﺘﺪاد ﺛﻮرﺗﻨﺎ‪ ،‬ﻫﻲ ﻋﺼﺎرة ﺛﻘﺎﻓﺘﻨﺎ وﺗﺎرﻳﺨﻨﺎ‪.‬‬ ‫ﺣﺪﻗﻮا ﻣﻌﻲ‪ ،‬ﺣﻠﻘﻮا ﻣﻌﻲ إﱃ ﻫﺬه اﻟﻘﻠﻌﺔ‪ ،‬إﱃ ﻫﺬا اﻟﺤﺼﻦ إﱃ ﻫﺬه‬ ‫اﻟﻨﺨﻠﺔ‪ ،‬إﱃ ﻫﺬا اﻟﺠﺒﻞ إﱃ ﻫﺬه اﳌﺮأة‪ ،‬إﱃ ﻫﺎﺗﻪ اﻟﺒﻨﺎءة اﳌﻬﻨﺪﺳﺔ وﻛﻴﻒ‬ ‫ﺗﺴﺘﻌﻤﻞ اﻟﺒﻴﺪاﻏﻮﺟﻴﺔ ﻟﺘﺒﻨﻲ ﻓﺮدا‪ ،‬ﻟﺘﺒﻨﻲ إﻧﺴﺎﻧﺎ‪ ،‬ﻟﺘﺒﻨﻲ وﻃﻨﺎ‪ .‬ﻓﺄﻣﺎم ﻫﺬا‬ ‫اﳌﺸﻬﺪ اﻟﻌﻈﻴﻢ‪ ،‬أﻣﺎم ﻫﺬه اﻟﺼﻮرة اﻟﻔﺎﺗﻨﺔ ﻳﻐﻴﺐ ﻛﻞ ﳾء وﺗﺤﴬ وﺣﺪﻫﺎ‬ ‫ﺛﻘﺎﻓﺔ اﻟﺠﺰاﺋﺮ‬ ‫ﰲ ﻫﺬا اﻟﺰﻣﻦ‪ ،‬ﰲ ﻫﺬا اﻟﻮﻃﻦ‪ ،‬ﺗﺤﺖ ﻫﺬا اﻟﻘﻤﺮ‪ ،‬أﺷﺠﺎر اﻟﺰﻳﺎﺗني واﻟﺘني‬ ‫وﺣﺒﺎت اﻟﻘﻤﺢ‪ ،‬ﻫﻨﺎك إﻧﺴﺎن ﻳﻌﺠﻦ ﺧﺒﺰا‪ ،‬ﻳﻨﺴﺞ ﻗﺸﺎﺑﺒﻴﺔ‪ ،‬ﻳﺰﺧﺮف زرﺑﻴﺔ‪،‬‬ ‫ﻳﻜﺘﺐ أﺷﻌﺎرا‪ ،‬ﻳﻐﻨﻲ أﻟﺤﺎﻧﺎ‪ ،‬ﻳﻜﱪ ﺣﻠﻤﻪ ﻓﻴﻨﴗ أﳌﻪ وﻳﺘﻘﺪم ﻧﺤﻮ أﻣﻠﻪ‬

‫ﻧﺮﳝﺎﻥ ﻧﺴﺎﻳﺒﻲ‬

‫‪À l’Algérienne 26‬‬

‫‪Ineffable Magazine N°2 Octobre 2017‬‬


‫ﺗﺠﻠﺲ أﻧﻴﺴﺔ ﺑﻬﺪوء اﻟﺨﺒرية ‪..‬ﻫﺎمئﺔ ﰲ اﻟﺼﻤﺖ و ﻣﻨﻐﻤﺴﺔ متﺎﻣﺎ ﰲ ﻋﺎﳌﻬﺎ اﻟﺨﺎص ; أﺗﻄﻠﻊ إﻟﻴﻬﺎ ﻣﻦ ﺑﻌﻴﺪ‬ ‫ﺗﺒﺪو ﻛﺄﻧﻬﺎ ﺣﺎﻟﺔ ﻣﻦ ﺣﺎﻻت اﻟﺘﺼﻮف‪..‬و ﺗﺮوﻗﻨﻲ ﻣﺮاﻗﺒﺔ أﻧﺎﻣﻠﻬﺎ و ﻫﻲ ﺗﺼﻨﻊ " اﻟﻘﻨﻴﺪﻻت "‪..‬أﺻﺎﺑﻌﻬﺎ اﻟﺼﻐرية‬ ‫ﺗﺴﺎﻋﺪﻫﺎ ﻋﲆ " اﻟﻘﻔﻠﺔ اﻟﻴﺪوﻳﺔ " ﻟﻬﺬه اﻟﺤﻠﻮى اﻟﺘﻘﻠﻴﺪﻳﺔ اﻟﻀﺎرﺑﺔ ﰲ ﻋﻤﻖ ﺟﺬورﻧﺎ‪ ..‬أﻧﻴﺴﺔ " اﳌﺮأة اﻹرث "‬ ‫واﻟﺘﻲ ﺗﺤﺎﻓﻆ ﺑﺪورﻫﺎ ﻋﲆ ﻣﻮروﺛﻨﺎ اﳌﺤﲇ و اﻟﺸﻌﺒﻲ اﳌﺘﺄﺻﻞ ﻓﻴﻨﺎ‪ ،‬ﺑﺎﻟﺮﻏﻢ ﻣﻦ ﺗﻌﺎﻗﺐ اﻷزﻣﺎن‬ ‫ﺗﺪﻋﻮين ﻟﻼﻗﱰاب ﻣﻨﻬﺎ ﻣﺤﺎوﻟﺔ ﺗﻌﻠﻴﻤﻲ وﻧﻘﻞ ﺧﱪﺗﻬﺎ إﱄ‪ ...‬ﻫﻜﺬا ﻳﺴﺘﻄﻴﻊ اﳌﻮروث أن ميﺘﺪ ﻣﻦ ﺟﻴﻞ إﱃ ﺟﻴﻞ‪.‬‬ ‫وﻛﺄي ﻣﺒﺘﺪئ ﻣﺤﺎوﻻيت اﻷوﱃ ﻛﻠﻬﺎ ﺑﺎءت ﺑﺎﻟﻔﺸﻞ‪ ،‬وﻣﻊ ذﻟﻚ ﻇﻠﻠﺖ ﻣﻨﺒﻬﺮة ﺑﺎﻟﺸﻜﻞ اﻟﺬي آﻟﺖ إﻟﻴﻪ ﻗﻄﻌﺔ‬ ‫اﻟﺤﻠﻮى ﺗﻠﻚ ﻓﻤﻈﻬﺮﻫﺎ ﻛﺎن "ﻳﴪ اﻟﻨﺎﻇﺮﻳﻦ‬ ‫اﻟﺤﻠﻮى اﻟﺘﻘﻠﻴﺪﻳﺔ ﻓﻦ‪ ،‬وﻫﻲ ﺑﺬﻟﻚ ﻻ ﺗﺨﺘﻠﻒ ﻋﻦ ﺑﺎﻗﻲ اﻟﻔﻨﻮن ﻛﺎﻟﻨﺤﺖ واﻟﺮﺳﻢ واﻟﺰﺧﺮﻓﺔ‪ .‬ﺑﻐﺾ اﻟﻨﻈﺮ ﻋﻦ‬ ‫إن ﻛﺎن اﳌﺬاق ﺟﻴﺪ أم ﻻ‪ ...‬إن ﻛﻞ ﻗﻨﻴﺪﻟﺔ ﺑﺤﺪ ذاﺗﻬﺎ ﺗﺤﻔﺔ‪ .‬و ﻳﻌﻮد أﺻﻞ اﻟﻘﻨﻴﺪﻻت إﱃ اﻟﻌﻬﺪ اﻟﻌﺜامين‪ :‬ﻓﻘﺪ‬ ‫ﺣﻤﻞ اﻟﻌﺜامﻧﻴﻮن إﻟﻴﻨﺎ ﺛﻘﺎﻓﺘﻬﻢ و ﺻﺎرت ﻓﻴام ﺑﻌﺪ ﺟﺰء ﻣﻦ ﺗﻘﺎﻟﻴﺪﻧﺎ اﻟﺠﺰاﺋﺮﻳﺔ اﻟﺘﻲ ﻻ ميﻜﻦ اﻻﺳﺘﻐﻨﺎء ﻋﻨﻬﺎ‬ ‫و ﻛام ﻳﺒﺪو ﻓﺎن اﺳﻢ " اﻟﻘﻨﻴﺪﻻت " ﻣﺴﺘﻮﺣﻰ ﻣﻦ ﻗﻨﺎدﻳﻞ اﻟﺒﺤﺮ »ﻗﻨﺎدﻳﻞ اﻟﺒﺤﺮ اﻷﺑﻴﺾ اﳌﺘﻮﺳﻂ« اﻟﺴﺎﺑﺤﺔ ﰲ‬ ‫أﻋامق ﻫﺬا اﻷزرق اﻟﻐﺎﻣﺾ و اﳌﺒﻬﻢ‪...‬و ﻳﺨﻴﻞ إ ّﱄ دامئﺎ أن اﻟﺸﺨﺺ اﳌﺒﺘﻜﺮ ﻟﻬﺬه اﻟﺤﻠﻮى ﻣﻮﻟﻊ ﺑﺎﻟﺒﺤﺮ ﻻ‬ ‫ﻣﺤﺎﻟﺔ‪ ,‬و اﻧﻪ ﺣﺘام ﻳﻨﺘﻤﻲ ﻹﺣﺪى اﳌﺪن اﳌﺘﺸﺒﻌﺔ ﺑﺮواﺋﺢ اﳌﻠﺢ‪ ,‬ﻓﺎﺑﺘﻜﺮ ﺣﻠﻮى ﻋﲆ ﺷﻜﻞ اﻟﻘﻨﺎدﻳﻞ و ﻟﻜﻨﻬﺎ‬ ‫ﻣﺤﺸﻮة ﺑﺎﻟﻠﻮز و ﻟﻬﺎ ﻏﺸﺎء ﺧﺎرﺟﻲ ﻣﻦ اﻟﻌﺠﻴﻨﺔ‬ ‫وﻣﺜﻠام ﻫﻮ ﺣﺎل اﻟﺤﻠﻮﻳﺎت اﻟﺘﻘﻠﻴﺪﻳﺔ ﻛﻠﻬﺎ‪ ،‬ﻓﺈﻧﻨﺎ ﻧﺠﺪ اﻟﻘﻨﻴﺪﻻت ﺣﺎﴐة ﰲ اﳌﻨﺎﺳﺒﺎت واﻷﻓﺮاح واﻷﻋﺮاس‬ ‫اﻟﺠﺰاﺋﺮﻳﺔ ﺧﺎﺻﺔ اﻟﻌﺎﺻﻤﻴﺔ ﻣﻨﻬﺎ وﻣﺎ ﺟﺎورﻫﺎ ﻣﻦ وﻻﻳﺎت اﻟﻮﺳﻂ وإن ﻧﻢ ذﻟﻚ ﻋﲆ ﳾء ﻓﺎﻧﻪ ﻳﻨﻢ ﻋﻦ ﺛﻘﺎﻓﺔ‬ ‫ﺷﻌﺐ‬ ‫ﺗﺨﱪين أﻧﻴﺴﺔ ﻣﺴﺘﺤﴬة ﺑﻌﺾ اﻟﺬﻛﺮﻳﺎت ﻣﻦ اﳌﺎﴈ اﻟﺠﻤﻴﻞ‪ ،‬ﺑﺄﻧﻬﺎ و اﻟﻨﺴﻮة ﻣﻊ اﻗﱰاب ﻣﻨﺎﺳﺒﺔ ﻣﺎ‪ ,‬ﻛﻦ‬ ‫ﻳﺠﺘﻤﻌﻦ ﺳﻮﻳﺎ و ﻳﻘﻤﻦ ﺑﺘﺤﻀري اﻟﻘﻨﻴﺪﻻت ﰲ ﺟﻮ ﻳﻄﻐﻰ ﻋﻠﻴﻪ اﻟﻔﺮح و اﻟﺤﺒﻮر و اﻟﺘﻌﺎون‪ .‬إن ﻛﻞ ذﻟﻚ ﻗﺪ‬ ‫ﺗﻼﳽ ﻣﻊ ﻣﺮور اﻟﻮﻗﺖ ﺧﺎﺻﺔ ﻣﻊ ﻇﻬﻮر ﻃﺮق ﺟﺪﻳﺪة ﻟﺘﺤﻀري اﻟﻘﻨﻴﺪﻻت أﴎع و أﺳﻬﻞ‪ ،‬ﻛﻮﺿﻊ اﻟﻌﺠﻴﻨﺔ ﰲ‬ ‫اﻟﻘﻮاﻟﺐ ﻣﺜﻼ و أﻓﻜﺎر ﻋﴫﻳﺔ ﻟﻠﺘﺰﻳني‪ ...‬ﺣﺘﻰ " اﻟﻘﻔﻠﺔ اﻟﻴﺪوﻳﺔ " ﻓﺼﺎرت اﻟﻨﺴﻮة ﺗﻨﻔﺮن ﻣﻨﻬﺎ ﻧﻈﺮا ﻷﻧﻬﺎ‬ ‫ﺗﺘﻄﻠﺐ أﻧﺎﻣﻞ ﺗﺘﻤﺘﻊ ﺑﺎﻟﺨﻔﺔ و اﳌﻬﺎرة ﻛام أﻧﻬﺎ ﺗﺴﺘﻐﺮق اﻟﻜﺜري ﻣﻦ اﻟﻮﻗﺖ و اﻟﱰﻛﻴﺰ‬ ‫أﻣﺎ ﻋﻦ اﻟﻮﺻﻔﺔ ﻓﻬﻲ ﺑﺎﻟﺮﻏﻢ ﻣﻦ اﻟﺘﻌﺪﻳﻼت اﻟﺘﻲ ﻃﺮأت ﻋﻠﻴﻬﺎ إﻻ أﻧﻬﺎ ﻣﺎ ﺗﺰال ﺗﺤﺎﻓﻆ ﻋﲆ أﺻﺎﻟﺘﻬﺎ‪ ...‬وﺻﻔﺔ‬ ‫ﻟﻠﻌﺠﻴﻨﺔ‪ ،‬و أﺧﺮى ﻟﻠﺤﺸﻮة‪ .‬ﺑﺎﻟﻨﺴﺒﺔ ﻟﻠﻌﺠﻴﻨﺔ ﻓﻬﻲ ﺗﺘﻜﻮن ﻣﻦ اﻟﻔﺮﻳﻨﺔ ) اﻟﻄﺤني( و اﳌﺎرﻏﺮﻳﻦ اﻟﺬاﺋﺒﺔ و اﻟﻔﺎﻧﻴﻼ‬ ‫ﻟﻠﺘﻌﻄري و ﻣﺎء اﻟﺰﻫﺮ‪..‬ﺑﻌﺪ دﻟﻚ متﺮر اﻟﻌﺠﻴﻨﺔ ﺑﺂﻟﺔ اﻟﻌﺠﻦ ﻟﻠﺤﺼﻮل ﻋﲆ ﻃﺒﻘﺔ رﻗﺔ ﻳﺘﻢ ﺗﻘﻄﻴﻌﻬﺎ ﺑﻮاﺳﻄﺔ‬ ‫ﻗﻮاﻟﺐ داﺋﺮﻳﺔ ﻣﺴﻨﻨﺔ ‪..‬أﻣﺎ اﻟﺤﺸﻮة‪ ،‬ﻓﻬﻲ ﺗﺘﻜﻮن ﻣﻦ اﻟﻠﻮز اﳌﺮﺣﻲ و اﻟﺴﻜﺮ اﻟﻨﺎﻋﻢ و اﻟﻔﺎﻧﻴﻼ و ﻗﺸﻮر اﻟﻠﻴﻤﻮن‬ ‫و اﻟﺒﻴﺾ ﺣﺴﺐ اﻟﺮﻏﺒﺔ‪ .‬ﻳﺘﻢ ﺗﻜﻮﻳﺮﻫﺎ إﱃ ﻛﺮﻳﺎت ﺻﻐرية ﺗﱰاوح ﻛﺘﻠﺔ ﻛﻞ ﻣﻨﻬﺎ ﻣﺎ ﺑني ‪ 25‬إﱃ ‪ 30‬غ‬ ‫ﺗﻮﺿﻊ ﻛﺮﻳﺔ اﻟﻠﻮز ﰲ ﻣﻨﺘﺼﻒ اﻟﻌﺠﻴﻨﺔ اﻟﺪاﺋﺮﻳﺔ وﺗﻘﻔﻞ ﻳﺪوﻳﺎ‪...‬وﻳﺘﻢ اﻟﻀﻐﻂ ﻋﻠﻴﻬﺎ ﻗﻠﻴﻼ ﳌﻨﺤﻬﺎ ﺷﻜﻞ‬ ‫اﻟﻘﻨﺪﻳﻞ‪ ...‬ﺗﺰﻳﻦ أﺧريا ﺑﺤﺒﻴﺒﺎت اﻟﺴﻤﺴﻢ وﺗﺪﺧﻞ ﰲ اﻟﻔﺮن‬ ‫ﺗﻈﻞ اﻟﻘﻨﻴﺪﻻت اﻣﺘﺪاد‪ ،‬ﻟﺤﻀﺎرات ﻛﺎﻧﺖ ﻣﻌﺮوﻓﺔ ﺑﺮﻗﻴﻬﺎ وﻣﺎ ﺗﺰال أﺛﺎرﻫﺎ ﺑﺎﻗﻴﺔ ﺣﺘﻰ ﻳﻮﻣﻨﺎ ﻫﺬا‪ .‬وﺳﺘﺒﻘﻰ ﻫﺬه‬ ‫اﻟﺤﻠﻮى ﺗﻔﺮض ﻧﻔﺴﻬﺎ ﻛﺮﻣﺰ ﻟﻠﺘﻘﺎﻟﻴﺪ وﻟﱰاﺛﻨﺎ اﻟﻌﺘﻴﻖ‬

‫ﺑﻮﺯﺑﻴﺪ ﲨﻴﻠﺔ‬

‫‪À l’Algérienne 27‬‬

‫‪Ineffable Magazine N°2 Octobre 2017‬‬


© Christian-Marie Oster

figue et jalousie, la tradition de la figue Tradition ancestrale en Kabylie, certainement ailleurs en Algérie et en Afrique du Nord aussi… En cette période précise de l’année et de l’été (mi-Août), les figues arrivent au mûrissement. Dans nos montagnes, où la misère et la faim sévissent, la fin de l’été y est une période très attendue, apportant avec elle un fruit tellement adoré : la figue, le fruit le plus répandu dans les champs des montagnards kabyles. Seulement, la misère et la faim rendent les hommes encore plus durs : Il était ainsi interdit, sous peine d’être banni par le village, de consommer les toutes premières figues mûres. La légende attribuait un esprit de “jalousie’’ entre les figues de sorte que dès qu’une d’elles mûrisse, les autres font de même. Mais le problème réside dans le fait que les premières figues sont vite consommées, sans que les autres figues en soient ‘’informées’’ pour avoir le temps d’être jalouses. De là est née cette tradition de rassembler tous les villageois en âge adulte dans la place du village dès que les premières figues sont mûres (dites yessamti lexrif), et d’exiger de chacun d’eux de jurer

Ineffable Magazine N°2 Octobre 2017

sur le livre Saint de ne consommer les figues qu’après l’autorisation des sages du village. Cependant, même avec cette interdiction, la deuxième vague de mûrissement tarde souvent à arriver, donnant l’impression que Dame Nature se moque bien de la faim de ces pauvres gens. Quand le fruit mûr est constaté dans tous les champs du village, les sages annoncent la fin de l’interdiction. Et là, c’est la fête dans le village : les gens donnent liberté à leur faim, on se déplace en famille vers les champs, on en consomme directement sur place, et on remplit les paniers en osier ou en roseaux. Cette tradition a été respectée pendant des siècles ; On dit que ceux qui ne respectent pas la décision du village ; seraient bannis. On dit que sur ceux qui ne respectaient pas cette tradition, on remarquerait l’apparition des signes de démence, devenant ainsi des ombres qui errent jour et nuit, sous le soleil de plomb ; et plus tard, dans le froid glacial, arpentant les pistes partant du village vers mille lieux.

Rabih Lounissi À l’Algérienne

28


Rubrique TABLE DE CHEVET


Amine zaoui, Oeuvre littéraire

Amin Zaoui est un auteur bilingue, arabo-francophone qui est traduit et lu à travers le monde. En plus de nous régaler chaque Jeudi par ses chroniques en français et en arabe dans deux quotidiens bien connus, il offre aussi à ses lecteurs des romans riches en couleurs où se mêlent controverses et personnages aux profils particuliers. Son nouveau roman sorti le 20 Octobre 2017 en Algérie a été très attendu par les fans de l’écrivain. Dans ce numéro, nous comparerons deux romans de «Amin Zaoui» : Festin de mensonges et le Miel de la sieste, afin de déterminer les éléments qui régissent l’écriture de notre auteur.

Le Miel de la Sieste (2014) et Festin de Mensonges (2007) sont deux romans d’Amin Zaoui qui immergent le lecteur dans un monde délirant. Entre réalité et folie, les narrateurs nous entrainent dans leurs vies. Koceïla (Festin de Mensonges) et Anzar Afaya (le Miel de la Sieste) mènent donc deux vies parallèles, dans deux cadres spatio-temporels différents mais ils se ressemblent étrangement. Ils ont presque les mêmes rapports familiaux, les mêmes haines, et les mêmes passions. Nous chercherons à déterminer les éléments qui font du roman d’Amin Zaoui une œuvre d’art à part entière, apportant du renouveau au genre romanesque algérien d’expression française. Pour ce faire, nous analyserons d’abord par quels éléments, la structure de ces deux romans, permettant l’immersion totale du lecteur dans les pensées du narrateur. Nous déterminerons ensuite les sujets communs aux deux ouvrages. Et enfin, nous parlerons des influences littéraires et artistiques apparentes dans les deux œuvres.

Une narration hors du commun : Les deux romans semblent suivre un canevas spécifique. Le lecteur a l’impression de découvrir la même histoire mais abordée de différentes façons. C’est comme si l’histoire était universelle, presque répétitive, mais qu’elle s’adaptait aux personnages, abordée par l’auteur de différents points de vue. Amin Zaoui semble jouer avec les profils, avec les personnages, tout en embaumant ses romans de religiosité et de sensualité. Il lâche son lecteur dans les pensées des narrateurs et dans les délires de ses personnages.

Ainsi, les deux narrateurs usent de la première personne du singulier pour conter leurs vies. D’emblée, ils admettent ne pouvoir retenir leurs langues et nous promettent de raconter la vérité, comme s’ils possédaient un secret, comme si chacun d’entre eux détenait la bonne version de cette histoire universelle. L’emploi du « je » devient partie intégrante du récit, le lecteur se confond avec le narrateur, il découvre sa vie, ou plutôt la sienne. Confusions ? C’est exactement ce que cherche A. Zaoui. Nous surprendre, nous étourdir. Il use de Leitmotivs, des sortes de refrains, souvent des questionnements, parfois des hurlements, des aboiements. Et nous perd dans des mémoires sans chronologie, hors du temps, presque sans structure mais qui font pourtant avancer le récit. Dans leurs délires, dans leurs orgasmes, dans leurs chagrins, les narrateurs explosent. Ils deviennent comme possédés, leurs sensations sont décuplées. L’imagination d’Anzar Afaya ou Bouqlaoui (le Miel de la Sieste) le pousse à parler au portrait de son père mort, avant de le transformer en chien, hurlant à la pleine lune. Koceïla (Festin de Mensonges), lui, admet qu’il aime mentir, il nous renvoie au titre très souvent, mais ses délires sont si justes, ses fantasmes si entrainants, ses mensonges si bien construits qu’on finit par le croire. Koceïla le faux dévot, loin d’incarner le roi Koceïla, Koceïla le juste. Les phrases sont alternées, longues, courtes. Rythmique binaire, tertiaire. Questionnement de soi, questionnement de l’autre. Et surtout une découverte, découverte de soi, découverte de la femme, découverte de la beauté, de la politique, de la langue française, de l’histoire, de l’architecture, des cimetières, des derniers juifs... Autant d’éléments qui traduisent une pensée diffuse, un état psychologique excité et proche de la folie. Finalement, on ne sait rien du menteur, du Koceïla actuel, tout ce qu’on sait de lui, c’est son passé. Il aurait vécu à Caen, aurait donné des conférences sur des oiseaux inexistants, aurait fait tomber toutes les femmes, mais le croit-on ? Croit-on ce Tartuffe ? Bouqlaoui nous ressemble plus, un loup garou, un Socrate, un Anzar Afaya, plusieurs noms, plusieurs identités mais il reste le même, l’amoureux de Malika ou de Laïka, sa cousine.

Ineffable Magazine N°2 Octobre 2017

Table de chevet

30


A. Zaoui se joue de son lecteur, il l’entraine dans un roman dans lequel l’absurde n’est justifié que par la folie. Il l’entraine dans un monde entre réalité et fantasmes, entre orient et occident. Il nous dit les choses sans nous les dire, nous les fait ressentir, il nous pose des questions, installe une connivence, et y répond plusieurs chapitres après, tout seul, nous abandonnant. Dextérité inégalée.

Deux romans, mêmes sujets Au-delà d’une façon d’écrire hors du commun, A. Zaoui ose ! Il aborde des sujets tabous, des sujets dérangeants, et ce, avec un vocabulaire très simpliste et parfois même, avec une naïveté enfantine. Les narrateurs parlent des femmes, il y a d’ailleurs plus de personnages féminins que masculins. Les femmes des romans sont libres d’user de leurs corps, libres de penser, de s’engager. Elles sont toutes différentes, chacune incarnant une catégorie sociale. Il y a d’abord les femmes de la famille: les tantes, initiatrices aux premières jouissances des narrateurs, les cousines, symboles d’un premier amour inassouvi, les six ou sept sœurs, cinq dans les yeux du sheitane, et la mère. Ensuite, il y a les autres femmes, Khira la féministe, son excellence l’ambassadrice de la RDA, la femme de ménage dont on oublie le prénom, Ghita ou Jamila, Hana-la-grosse, Rosa la religieuse… etc. Une véritable ode à la femme, ou plutôt, à toutes les femmes. Les narrateurs parlent également de leurs pères, ces voyageurs, ces hommes qu’ils n’ont jamais réellement connus. A travers des relations père-fils conflictuelles, ou plutôt inabouties, de nombreux lecteurs se reconnaitront sans doute. En abordant ainsi la paternité, A. Zaoui cherche certainement à réconcilier les deux générations puisque dans ces romans, les pères et fils ne pourront s’entendre qu’à travers la mort : Koceïla assistera la mort de son père, et Anzar finira par adresser un monologue très touchant au portrait du sien. Et puis les narrateurs cessent de nous expliquer les rapports presque shakespeariens qu’il y a entre les membres de leurs familles, Anzar cesse de nous parler de la jalousie absurde qu’il ressent envers le chien de Malika, et Koceïla cesse de nous mentir. C’est comme s’ils nous prenaient par la main et qu’ils nous emmenaient dans les lieux où se sont déroulées leurs vies, ils nous racontent comment leurs villages les ont rappelés après une longue absence, comment l’internat les a séparés de l’amour des livres, ou encore, comment le recueillement devient naturel dans un cimetière. A travers des lieux symboliques différents, les narrateurs nous livrent leur passé, et avec ce passé, ils se livrent à nous, se dénudent, souvenir par souvenir. A. Zaoui se fait également satirique. Il critique les frères musulmans prêchant la haine, enseignant le radicalisme, et assassinant leurs opposants. Il aborde également le conflit arabo-berbère, décrivant aux communautés une entente basée sur le dialogue. Il n’hésite donc pas à enlever le voile sur les non-dits, le tout, avec des métaphores extrêmement percutantes.

Ineffable Magazine N°2 Octobre 2017

Réminiscences, références et hommages. Dans les deux œuvres d’A. Zaoui, on perçoit une volonté de partager la culture. On retrouve en effet les marques de la double influence de l’auteur, mais aussi des hommages à des personnalités admirées. Ainsi, les références explicites sont nombreuses. Les chanteurs arabes se retrouvent mêlés aux chanteurs de variété française : Oum Kalsoum, Dahmane el Harrachi, Farid el Atrache, Jaques Brel et Charles Aznavour sont cités fréquemment. Et les incontournables de la littérature arabe tels: ‫اﻧﺎ ﺣﺮة‬ d’Ihssen Abdelkaddous ou encore ‫أذﻛﺮﻳﻨﻲ ﻓﻮق اﻷﻃﻼل‬ de Youcef Sebaï se retrouvent énumérés aux côtés des classiques français tels Madame Bovary de Flaubert et Arsène Lupin de Maurice Leblanc. Cette façon de mettre les deux cultures sur le même piédestal montre l’universalité de la musique et des livres, un appel à la tolérance donc, et à l’ouverture d’esprit. De plus, il y a de nombreux renvois à la culture islamique, notamment dans l’enfance des deux narrateurs. L’absence du père est comptée en années lunaires et des versets coraniques sont récités en permanence. La zaouïa a précédé l’école, mais l’enseignement religieux prodigué sera souvent remplacé par une culture universelle. A. Zaoui rend également hommage à des personnages importants. Jean Sénac, le fervent patriote, est assassiné lâchement. Tarik Ibn Ziyad, le mystérieux berbère qui conquit l’Andalousie, se retrouve sans sépulture. Et Ben Bella, le président déchu par le putsch de H. Boumediene, enfermé. L’Histoire n’a jamais été très juste. Finalement, nous pouvons affirmer qu’A. Zaoui nous offre une littérature riche malgré le canevas respecté. Il apparait comme un chimiste, jouant avec les mots pour créer un univers propre à ses romans, pour créer une drogue douce. Les romans d’Amin Zaoui se chevauchent, s’enchevêtrent et les éléments communs deviennent des clins d’œil aux lecteurs, les rendant addicts à cet univers. Il apparaît également engagé contre l’intolérance, à travers des métaphores poignantes, cet engagement contraste avec la rêverie des personnages. La maîtrise du genre est ainsi parfaite, elle donne une dimension moderne au roman algérien francophone. A découvrir donc, les romans d’Amin Zaoui.

Mezdad Djouher Table de chevet

31


Quand la mémoire efface : L’Effacement de Samir Toumi Du même auteur d'Alger, le cri, L’Effacement de Samir Toumi, publié aux éditions Barzakh en 2016, témoigne sur l'étrange cas psychiatrique (syndrome de l'effacement) qui a atteint le fils de l'un des plus grands bâtisseurs de l'Algérie indépendante, le grand si Hassan. Nous ferons la connaissance d’un personnage passif, morne, suspicieux, stoïque et dégoûté de son entourage professionnel, qui verra son reflet disparaît étrangement devant le miroir…. Le récit, conté à la première personne du singulier à travers la voix de ce personnage encroûté dans son quotidien morose, relate le terrifiant malaise qu'il lui est parvenu le jour de ses 44 ans. Après avoir pris une douche matinale, celui-ci se met face au miroir et, à sa grande stupeur, la glace refuse de refléter ses traits faciaux et corporels. Affolé à l'idée de ne plus revoir son reflet, l'anonyme quadragénaire se trouve un psychothérapeute, le Docteur B. Celui-ci essayera, tout au long du traitement, de lui poser des questions sur sa vie sociale, personnelle, et plus précisément, familiale. Assemblé en trois parties (L'Effacement, Oran et Absences), ce roman déroutant lève le voile sur une génération post-indépendante étiolée sous l'ombre de l'héroïsme mystifié de la libération algérienne. Cette filiation, rédemptrice mais à la fois égocentrique, que constituent les pères, va alors rendre les enfants qu'elle a engendrés de cette guerre des personnes passives, molles et apathiques. Des gens insatisfaits de leur présent, toutefois intérieurement incapables de faire quoi que ce soit pour l'améliorer. Et ce à cause de l'endoctrinement politique, social et historique handicapant qui, à chaque révolte ou soupir, fait sortir sa carte

de moudjahid en vue de rappeler et de bien marteler la mémoire de ceux qui ont sacrifié leur vie pour l'indépendance. Le quotidien de ce personnage discret se résume alors au rituel d'une remémoration continuelle de son défunt père, le héros incontesté de la guerre d'Algérie. Ne connaissant pas son père à défaut d'un respect incandescent qui ne lui a pas permis d'approcher cette masse imposante et respectée qu'était son père, le ‘‘non héros’’ va l'imaginer à ses côtés pendant les jours qu'il passera à la maison de repos. "Mon père c'est l'enfer” Aussi claire que cette déclaration peut l'être, elle vulgarise l'immense sentiment de peur et de culpabilité inhumées dans cet être. Il est tout de même substantiel de comprendre que ce désarroi psychologique et sentimental (qui se manifeste par le dégoût et plus tard, à travers la dépression) est tout à fait difficile de subsister avec sans y perdre, comme dans ce cas, la raison. Cette métaphore du miroir, ou cette symbolique de la perception externe et interne de cette catégorie sociale, révèle le mal-être qui règne dans la société moderne mais si nostalgique, sinon forcée à l'être. D'un point de vue historique, il est vrai que chaque révolution triomphante, fossilise le cours de son histoire dans le temps. Un passé douloureux pour les uns mais si fructueux pour d'autres, tel est le présent de cette Algérie. C'est à travers cet échantillon que Samir Toumi a interprété l'acerbe malaise qui frappe la progéniture même de cette révolution, aussi étrange qu'aliénante. Dans une Algérie où 70% de la population ne dépasse pas la trentaine, L'Effacement donne ainsi corps à un témoignage ineffaçable de ce qui est, malheureusement, aujourd’hui de mise : l'effacement de toute une génération sous l'ombre d'une paternité écrasante.

Aicha Abbas


Rubrique


Sidi Augustin de Souk Ahras

Dans les régions du monde délimitées par de moyennes latitudes, on vit au rythme de quatre saisons qui se succèdent au cours de l’année. L’automne prend le relai à l’été et jette son pourpre crépusculaire sur le paysage de tout le bassin méditerranéen. Quand les figues auront fini leur séchage, les olives courberont de leur poids les branches d’oliviers dont le feuillage persiste malgré le dépouillement automnal. Les plaines de Souk Ahras alignent de nombreux oliviers tandis que, seul perché sur une colline, un olivier millénaire projetant son rond d’ombre sur une maisonnette de pierre trône auréolé de mystère. On reconnait sans plus attendre le fameux Olivier de Saint Augustin. Saint Augustin ne donne pas son nom à une variété sauvage d’olivier. Il est religieux, philosophe, et théologien qui vit le jour en 354 à Thagaste _actuelle Souk Ahras_en Numidie. Il naquit du mariage de Patricius, un païen romanisé d’origine punique et de Monique, une chrétienne d’ascendance berbère. Parti étudier à Carthage, ville « des amours honteuses », une passion pour la sagesse et la philosophie sourd en lui après la lecture de l’Hortensius de Cicéron. Vu que le Christ est considéré par les chrétiens d’Afrique du nord comme un maître enseignant la sagesse, Augustin ne fut pas gagné aux dogmes du christianisme et il professa le manichéisme durant toutes les années d’avant son voyage en Italie. C’est un de ces courants religieux moins dominants, comme le donatisme ou le pélagianisme qui existaient au côté du christianisme prépondérant. Ce n’est qu’en Europe qu’il se convertit sous l’égide d’Ambroise de Milan qui lui apprit une lecture allégorique et moins littérale de la Bible. Augustin rentre en Afrique et officie le reste de sa vie en tant qu’évêque à Hippone, Annaba aux temps des romains. Commence dès lors pour lui une longue vie de contemplation et de méditation à l’écart du monde. L’essentiel de son œuvre est conçu dans cet ermitage. La postérité en retiendra trois œuvres maîtresses : Confessions (400) ; De la Trinité (416) ; La Cité de Dieu (426). Il livra un combat idéologique sans trêve aux donatistes, aux pélagiens et même aux manichéens. Huit siècles après sa mort survenu à Hippone en 430, Augustin est canonisé et déclaré Docteur de l’Eglise par le pape Boniface VIII en 1298. Il est célébré le 28 août, jour de sa mort ou le 15 juin en sa qualité de saint patron des brasseurs, imprimeurs et théologiens. Il est rapporté de source incertaine que l’Olivier de Saint Augustin est planté à une période bien antérieur à la naissance de celui-ci et que ce sont les autorités coloniales françaises désireuses de raviver le passé romano-chrétien de l’Algérie qui associèrent cet olivier au nom du saint. Cette appellation divise l’opinion des algériens. Certains trouve légitime ce que d’autres appellent supercherie historique. Pourtant la supercherie ne peut être condamnée sans causer un tort à Souk Ahras et à toute l’Algérie, la mémoire desquelles serai amputée sans le souvenir du plus éminent de ses enfants, du plus illustre des algériens, Saint Augustin. Si les français n’avaient pas déjà rendu à la mère Thagaste le souvenir de son enfant, force serait aux algériens de le faire pour l’amour de leur passé. Du reste, dans l’accomplissement d’un tel devoir de mémoire, un olivier est un plus fort symbole qu’une chapelle abritant les reliques ou les cendres du saint. Pour cause, rien n’égale Saint Augustin qui rayonne encore aujourd’hui par son esprit sur tout le pourtour méditerranéen comme l’olivier qui abreuve de sa sève tant la rive nord que sud de la Grande Bleue.

© Painting by Justus van Gent, circa 1474


A l’abri des chocs entre les grands monothéismes, les enseignements d’Augustin d’Hippone sont d’une universalité unificatrice. Le Dieu d’Augustin est la somme des dieux que chacun des grands monothéismes appellent à vénérer. C’est en un dieu pareil que n’importe quel monothéiste reconnait des attributs de son seigneur respectif. En parfait rhéteur, il prêcha l’amour du Bien et insista sur l’importance de la grâce divine pour se libérer du poids du péché puisque Dieu est à la fois supérieur et intérieur à l’homme. Il fut un des premiers hommes d’Eglise à faire l’apologie de la notion de justice. Ses écrits, loin d’être de purs traités de théologie chrétienne, forment des sommets d’éthique et de spiritualité pour quiconque veut atteindre le but de la pratique religieuse qui est de retrouver la voie de l’Eternel. Kamel Mellouk citoyen non-chrétien de Souk Ahras et grand défenseur de Saint Augustin parle des Confession en ces mots : « Lorsque j.’ai découvert les Confessions, j’avais à peine vingt ans et grâce à la lecture pour ainsi dire presque quotidienne de saint Augustin, j’ai perçu le caractère indissociable de la philosophie et de la théologie. Sans doute cette lecture convergeait-elle avec ma recherche personnelle d’approfondissement spirituel. Mais c’est le dialogue qu’Augustin établit avec Dieu qui m’a particulièrement frappé. Les Confessions, mon livre de chevet de toujours, est habité d’un bout à l’autre par la présence du Créateur. » Hormis une basilique et un lycée à Annaba qui portent son nom, presque aucune trace d’Augustin ne subsiste en Algérie ; surtout dans les têtes et les cœurs de ses compatriotes qui sont incapables pour la plupart d’entre eux de prononcer correctement un nom aux connotations trop latines pour pouvoir passer dans la mémoire collective. Il est victime de la marche de l’histoire qui a voulu qu’un monothéisme en supplante un autre en Afrique du Nord. Ce saut dans l’histoire ne changea pas seulement les convictions religieuses des nord-africains mais estompa tout un pan de leur histoire jugé indésirable emportant ainsi dans l’oubli les noms des hommes qui ont façonné ce passé renié, fussent-ils de l’envergure d’Augustin. Le monde d’aujourd’hui aspire au dialogue interreligieux qui est à même de résoudre les différentes crises qui conduisent les êtres d’une seule et même espèce à régler leurs différences de confession par l’effusion de sang. Une raison suffisante pour l’Algérie qui pataugea une décennie durant dans le sang de la terreur confessionnel de réhabiliter Augustin et de revendiquer la parenté d’un fils brandit ailleurs dans le monde comme une icône de modération face aux fanatismes de tous les bords. C’est ce que semble avoir compris Abdelaziz Bouteflika qui prit l’initiative d’organiser, dès les premières années de sa présidence, un colloque international sur Saint Augustin. Reprenons la phrase du président qui inaugura cette rencontre pour mettre fin à cet effort de mémoire en faveur du plus célèbre des Afers : « Saint Augustin fait partie de la généalogie des algériens. »

Nassim Zerka

Ineffable Magazine N°2 Octobre 2017

‫ﺷﺨﺼﯿﺎت‬

35


Rencontre avec Fatima Chafaa « LE TRAVAIL DE MEMOIRE RESTE A FAIRE »

Née à Alger, Fatima Chafaa, artiste polyvalente, a participé à de multiples expositions collectives depuis 2003 puis, en 2006 et 2010, dans des expositions. Individuelles. Elle a reçu plusieurs prix : en 2008 le grand prix du président de la république : Prix Ali Maachi du jeune Créateur ; en 2006 la Médaille de Bronze lors de l'exposition Grains de Femmes Tourmentées et en 2003 le Prix de la Fondation Asselah. Ces dernières années, elle a également participé dans de nombreuses résidences d’artistes et travaillé en collaboration avec ses contemporains bénéficiant ainsi d’une nouvelle expérience.

Ineffable Magazine N°2 Octobre 2017

‫ ﺷﺨﺼﯿﺎت‬36


Comment décrirais-tu ton art ? Mon art est un engagement, il me représente, c’est ma façon de dire les choses autrement. Que ce soit avec la photographie ou les installations, dès qu’il y a un sujet qui me touche, je l’intériorise puis je le ressors. Pourquoi spécialement ces supports ? Mon oncle était photographe, donc très jeune, je faisais de la photo, et le contact avec l’image est resté très important pour moi. Pendant de la décennie noire, je regardais la TV avec des images de victimes du terrorisme, des images marquantes. En 2000, j’avais besoin d’autre chose que la photo. J’ai intégré l’Ecole Supérieure des Beaux-Arts d’Alger, ce qui m’a permis de découvrir la peinture et d’autres disciplines. Mais l’installation m’offre des possibilités d’espace qu’on ne peut pas avoir avec un dessin uniquement. J’aime découvrir la technologie des matériaux, aller en profondeur dans les thèmes qui me touchent et explorer tout le potentiel à ma disposition pour mieux m’exprimer. Justement, quels sont les thèmes récurrents ? La mémoire collective (familiale) et personnelle (un travail se concentrant sur la femme). Le travail de mémoire n’a jamais été fait, déjà qu’en famille, on n’en parle pas. La mère ou le père ne communiquent pas sur leur vécu, la guerre de libération, certaines de leurs frustrations. Ils transmettent ce lourd fardeau du non-dit. Ma famille vient d’un village de Kabylie « Takamra » qui a résisté et a été actif dans l’aide aux moudjahidin. Ils ont subi des attaques françaises, des viols, des bombardements en 1956 et un déracinement forcé. Ma famille s’est installée à Ain Bénian. Mes parents sont très fiers de leur culture mais ont longtemps refusé de nous parler de cette période douloureuse. D’un autre côté, la femme tient une place centrale dans mon travail parce qu’il y a un manque de reconnaissance à son égard. Elle a autant lutté que l’homme mais nous citons essentiellement les moudjahidin et chouhada hommes et non pas toutes les femmes qui ont cuisiné, soigné et parfois même porté les armes. Peux-tu nous raconter les histoires de tes installations de poupées ? Encore en lien avec les images terrifiantes du terrorisme où les femmes ont été violées, égorgées… Mon travail de 2005 (fig.1) et qui a duré presque 3 ans, était une installation de poupées disposées dans mon atelier dont je prenais des photos très contrastées et je démontais ensuite l’installation. Ne restait de l’œuvre que les photos. Ensuite, vers 2009, la période avait changé, on a vu la naissance d’associations de femmes, les esprits étaient plus calmes. Ineffable Magazine N°2 Octobre 2017

Mes poupées ont été habillées de papier hygiénique et avaient des mamelons biens rouges. Une manière de signifier la liberté, la féminité, une nouvelle ère qui commençait. Plus tard, un autre travail m’a beaucoup marqué « Générique » (Fig.2) qui a été exposé à Tlemcen en 2012, retrace les photos des femmes tuées dans la Mitidja. Quelle est ton actualité artistique ? Une nouvelle exposition en préparation ? Actuellement, je prépare une exposition individuelle sur la thématique de la route N11 qui passe par Ain Bénian pour suivre le parcours de ma famille (Fig.3). Aussi, je prépare un autre travail qui me tient à cœur, sur les femmes assassinées à Sidi Bel Abbes. Pour finir, nous aimerions savoir quels ont été les artistes qui ont eu un impact sur toi ? Honoré Daumier, Van Gogh, Azouaou Mammeri et Baya qui, très jeune, a su créer son propre univers. C’est une très belle évasion. Plus récemment, une artiste japonaise Chiharu Shiota travaillant au fil m’a rappelé le tissage de ma mère. Et aussi, l’artiste brésilien Henrique Oliveira qui travaille avec des combinaisons de végétal et d’organique pour créer de nouvelles structures urbaines.

Amel Djenidi

‫ ﺷﺨﺼﯿﺎت‬37


‫أﺳﺪ اﻟﺸﺎﺷﺔ‪ ،‬اﳌﻤﺜﻞ اﳌﺴﺎﻓﺮ ﻋﱪ اﻷزﻣﻨﺔ‪...‬ﻫﻲ أﻟﻘﺎب وأوﺻﺎف أﻃﻠﻘﻬﺎ ﻋﺸﺎق وﻣﺤﺒﻲ اﻟﻔﻦ‬ ‫اﻟﺴﺎﺑﻊ ﻋﲆ ﺷﺨﺼﻴﺔ اﳌﻤﺜﻞ اﳌﺨﴬم ''ﺳﻴﺪ ﻋﲇ ﻛﻮﻳﺮات''‪ .‬ﻛﻴﻒ ﻻ وﻫﻮ اﻟﺬي ﺣﺮص أن ميﻸﻧﺎ‬ ‫ﺑﻬﺠﺔ وإﺑﺪاﻋﺎ ﺑﻌﻄﺎءات ﻣﺒﻬﺮة ﻋﲆ ﻣﺪار ﺳﺒﻊ ﻋﻘﻮد ﻛﺎﻣﻠﺔ ﺣﺎﻓﻠﺔ مبﺮاﻳﺎ ﻣﴪﺣﻴﺔ وأﺧﺮى‬ ‫ﺳﻴﻨامﺋﻴﺔ ﺧﺎﻟﺪة‬ ‫ﻛﺎﻧﺖ ﺑﺪاﻳﺔ ﻣﺴريﺗﻪ اﻟﻔﻨﻴﺔ ﻋﺎم ‪ ،1950‬ﺣني اﻣﺘﻬﻦ اﻟﺘﻤﺜﻴﻞ اﳌﴪﺣﻲ ﻣﻊ ﻛﻮﻛﺒﺔ ﻣﻦ أﻋﻤﺪة‬ ‫اﳌﴪح‪ ،‬ﻋﲆ ﻏﺮار ﻣﺤﻲ اﻟﺪﻳﻦ ﺑﺸﻄﺎرزي ‪,‬ﻣﺼﻄﻔﻰ ﻛﺎﺗﺐ وﻏريﻫام ﻣﻦ ﻓﻨﺎﻧني ﻋﻈامء اﻟﺬﻳﻦ‬ ‫ﺣﻤﻠﻮا رﺳﺎﻟﺔ اﻟﺠﺰاﺋﺮ ﻓﻨﻴﺎ ﺑﺎﻟﻜﻠﻤﺔ واﻟﺼﻮرة‪ ،‬وﺷﻬﺪوا ﺑﺘﺄﻟﻘﻪ ﰲ ﻛﺎﻓﺔ أدواره اﻟﺘﻲ أداﻫﺎ‪ .‬اﺧﺘﺎر‬ ‫ﺑﻌﺪ اﺳﺘﻘﻼل اﻟﺠﺰاﺋﺮ أن ﻳﺨﻠﺪ ﻛﻔﺎﺣﺎت اﻷﺑﻄﺎل ﻋﱪ ﺳﻠﺴﻠﺔ ﻣﻦ اﻷﻋامل اﻟﺴﻴﻨامﺋﻴﺔ اﻟﺘﻲ‬ ‫ﻧ ّﻮﻫﺖ مبﺂﺛﺮ وﻋﻈﻤﺔ اﻟﺸﺨﺼﻴﺔ اﻟﺠﺰاﺋﺮﻳﺔ اﳌﻘﺎوﻣﺔ ﻟﻼﺳﺘﻌامر اﻟﻔﺮﻧﴘ اﻟﻐﺎﺷﻢ‪ ،‬أﺑﺮزﻫﺎ ﻓــﻴﻠﻢ‬ ‫”أﺑﻨﺎء اﻟﻘﺼﺒﺔ“ ﳌﺼﻄﻔﻰ ﺑﺪﻳﻊ ﺳﻨﺔ ‪ 1963‬ﻟﻴﻘﺪم ﺑﻌﺪﻫﺎ أﻋامل أﺧﺮى ﻻ ﺗﺰال راﺳﺨﺔ ﰲ أذﻫﺎﻧﻨﺎ‬ ‫إﱃ ﻏﺎﻳﺔ اﻟﻴﻮم‪” ،‬ﻛﺎﻷﻓﻴﻮن واﻟﻌﺼﺎ“ ﻟﻠﻤﺨﺮج أﺣﻤﺪ راﺷﺪي‪” ،‬ﻫﺮوب ﺣﺴﻦ ﻃريو“‪” ،‬وﻗﺎﺋﻊ ﺳﻨني‬ ‫اﻟﺠﻤﺮ“‪ ،‬ﺑﺎﻹﺿﺎﻓﺔ إﱃ ﻣﺸﺎرﻛﺘﻪ ﰲ اﻟﻔﻴﻠﻢ اﳌﴫي ”ﻋﻮدة اﻻﺑﻦ اﻟﻀﺎل“ ﻟﻠﻤﺨﺮج ﻳﻮﺳﻒ ﺷﺎﻫني‬ ‫ﺳﻨﺔ ‪ ،1976‬و ”اﻷﻗﺪار اﻟﺪاﻣﻴﺔ“ ﰲ ‪ 1982‬ﻟﺨريي ﺑﺸﺎرة‬ ‫ﺑﺘﻤﺮده وﺗﻌﺼﺒﻪ‪ ،‬ﺑﺒﺴﺎﻃﺘﻪ وﺗﻮاﺿﻌﻪ‪ ،‬مبﻮﻫﺒﺘﻪ اﻟﻔﺬة وﻋﻔﻮﻳﺘﻪ اﻟﺠﻤﻴﻠﺔ‪ ،‬ﻧﻘﺶ ﺳﻴﺪ ﻋﲇ ﻛﻮﻳﺮات‬ ‫اﺳﻤﻪ ﺑﺄﺣﺮف ﻣﻦ ذﻫﺐ ﰲ ﺳﺠﻞ ﺣﺎﻓﻞ ﺑﺎﻹﺑﺪاع واﻟﻌﻄﺎء‪ ،‬ﺗﺎرﻛﺎ ﺑﺼﻤﺘﻪ ﰲ ﻗﻠﻮب ﻣﺤﺒﻴﻪ وﻋﺒﺎرة‬ ‫ﻳﺘﺠﺎوز ﺻﺪاﻫﺎ ﺣﺪود اﻟﺬاﻛﺮة‪” ...‬ﻋﲇ ميﻮت واﻗﻒ“‬

‫ﺳﻠﻤﻰ ﺳﺪﻱ‬

‫‪ 38‬ﺷﺨﺼﯿﺎت‬

‫‪Ineffable Magazine N°2 Octobre 2017‬‬


Rubrique © Noussaiba Merah


‫‪© Nadhir Mindfreak‬‬

‫بوكث‬ ‫بق ‪ :‬ابتسام ‬

‫‪Instagram:‬‬ ‫‪nadhir mindfreak‬‬

‫‪Open thoughts 40‬‬

‫إﱃ ﻣﻦ أﻧﺘﻤﻲ؟‬ ‫ﻣﻦ ﻳﻨﺘﻤﻲ إ ّﱄ؟‬ ‫ﺗﺆرﻗﻨﻲ ﻓﻜﺮة اﻻﻧﺘامء ﺑﻌﻤﻘﻬﺎ وﺗﺠﺴﺪﻫﺎ اﻹﻧﺴﺎ ّين‪ ،‬اﻟﻔﻜﺮة اﻟﺘﻲ ﺗﺒﻌﺪ ﻋﻦ‬ ‫اﻟﻨﻤﻄﻴّﺔ اﻟﻌﺎﻃﻔﻴّﺔ‪ ،‬ﺣني ﺗﺸﻌﺮ ﺑﺄن ﻫﺬا اﻟﻌﺎمل ﻳﻨﻄﻔﺊ ﰲ ﻋﻴﻨﻴﻚ‪ ،‬ﻟﻜﻦ‬ ‫ﻫﻨﺎﻟﻚ ﺿﻮءا ً ﻣﺎ ميﺪك ﺑﺎﻟﺤﻴﺎة اﻟﻼزﻣﺔ؛ ﺣﺘﻰ ﺗﻄﻤﱧ‪ ،‬وذﻟﻚ اﻟﻨﻮر ﻳﻨﺘﻤﻲ إﱃ‬ ‫روﺣﻚ اﻟﻄ ّﻴﺒﺔ‬ ‫ﲇ اﻛﺘﺸﺎﻓﻪ‪ ،‬إين أﺗﺠﺰأ‪،‬‬ ‫ﻫﺬه اﳌﻼﻣﺢ ﻳﺒﺪو أﻧﻬﺎ ﻟﻴﺴﺖ ﱄ‪ ،‬ﻫﻨﺎﻟﻚ ﺧﻄﺄ ﻣﺎ ﻋ ّ‬ ‫أﻧﺸﻄﺮ وأﺗﻔﺘﺖ‪ ،‬أﻧﺎ ﻻ أﺷﺒﻬﻨﻲ‪ ،‬ﻋﻦ أي اﻧﺘامء‬ ‫ﻫﺬا اﻟﺸﻌﻮر ﺑﺎﻻﻧﺘامء ﻳﻮﺟﺪ ﻟﺪى اﻟﺤﻴﻮان ﰲ ﺻﻮرة ﻏﺮﻳﺰة ﺗﺠﻌﻠﻪ ﻳﺸﻌﺮ‬ ‫ﻣﻦ ﻏري ﺗﻔﻜري ﺑﺎﻻﻧﺘامء إﱃ اﻟﻘﻄﻴﻊ اﻟﺬي ﻫﻮ ﻣﻨﻪ‪ ،‬وﻫﺬا اﻻﻧﺘامء ﰲ ﻣﺴﺘﻮى‬ ‫اﻟﺤﻴﻮان ﻓﻴﻪ اﻟﻜﺜري ﻣﻦ اﻟﻐﺮﻳﺰة وﻗﻠﻴﻞ ﻣﻦ اﻹدراك واﳌﻌﺮﻓﺔ‪ ،‬أﻣﺎ ﻋﻨﺪ‬ ‫اﻹﻧﺴﺎن ﻓﻴﻨﻘﻠﺐ ﻫﺬا اﻟﺸﻌﻮر إﱃ )وﻋﻲ( ﺗﻐﺬﻳﻪ اﳌﻌﺮﻓﺔ واﻟﺜﻘﺎﻓﺔ ﺣﺘﻰ‬ ‫ﻳﻨﺘﻘﻞ ﻣﻦ ﺣﻴﺰ اﻟﻐﺮﻳﺰة إﱃ ﺣﻴﺰ اﻟﺘﻔﻜري اﳌﺨﺘﺎر‬ ‫ﻫﺬا اﻟﻮﻋﻲ اﻟﺬايت ﻫﻮ اﻟﺬي ﻳﺘﺤﻮل ﰲ ﻣﺮاﺣﻞ ﺣﻴﺎة ﻫﺬا اﻟﻔﺮد إﱃ ﻗﻮة‪،‬‬ ‫وﻳﺘﻤﻴﺰ ﺑﻪ ﻛﻞ ﻓﺮد ﻣﺴﻠﻢ ﻋﲆ وﺟﻪ اﻟﺨﺼﻮص‪ ،‬ذﻟﻚ ان اﻻﻧﺘامء ﻫﻨﺎ ﻫﻮ‬ ‫اﻧﺘامء إﱃ )ﻋﻘﻴﺪة( ﺑﺎﻟﺪرﺟﺔ اﻷوﱃ… ﺛﻢ ﻳﺘﺤﻮل إﱃ )واﻗﻊ( أي ﻳﻨﺘﻘﻞ ﻣﻦ‬ ‫ﻣﺴﺘﻮى اﻟﺸﻌﻮر إﱃ ﻣﺴﺘﻮى اﻟﺴﻠﻮك… وﻟﻜﻦ ﻟﻴﺲ أي ﻧﻮع ﻣﻦ اﻟﺴﻠﻮك‪،‬‬ ‫وﻟﻜﻨﻪ اﻟﺴﻠﻮك اﳌﻀﺎء ﺑﻨﻮر اﻟﻌﻘﻴﺪة اﻹﺳﻼﻣﻴﺔ اﻟﺘﻲ ﺗﺸﻊ ﰲ ﻣﺨﺘﻠﻒ ﺣﻨﺎﻳﺎ‬ ‫ﺟﺴﺪ اﳌﺠﺘﻤﻊ وﻣﺆﺳﺴﺎﺗﻪ‪ ،‬و ﻫﺬا ﻣﺎ ميﻴﺰﻧﺎ ﻧﺤﻦ اﳌﺴﻠﻤﻮن أن اﻧﺘامءﻧﺎ‬ ‫ﺟﻤﻴﻌﺎً ﰲ ﻣﺨﺘﻠﻒ ﺑﻘﺎع اﻷرض ﻫﻮ اﻧﺘامء إﱃ )ﻋﻘﻴﺪة ﺳاموﻳﺔ( ﺗﺤﻜﻢ‬ ‫ﺟﻤﻴﻊ اﳌﺴﻠﻤني وﺗﺤﻮﻟﻬﻢ إﱃ )أﺧﻮة(‪ .‬ﻫﺬه اﻟﻌﻘﻴﺪة ﰲ ﺗﻌﺎﻟﻴﻤﻬﺎ اﳌﺴﺘﻤﺪة‬ ‫ﻣﻦ ﺛﻮاﺑﺘﻬﺎ ﻣﺎ ﻳﻌﻨﻲ ﺣﻖ اﻟﺨﺎﻟﻖ‪ ،‬وﻳﺪﺧﻞ ﰲ اﻹﻃﺎر ﻧﻔﺴﻪ ﺣﻖ )اﳌﻮاﻃﻨﺔ(‪،‬‬ ‫أي اﻟﱰﺟﻤﺔ اﻟﻔﻌﻠﻴﺔ ﻟﺤﺐ اﻟﻮﻃﻦ و واﺟﺒﺎت اﻟﻔﺮد اﺗﺠﺎه )اﻟﻮﻃﻦ(‬ ‫وﻣﺴﺆوﻟﻴﺘﻪ اﻻﺟﺘامﻋﻴﺔ اﺗﺠﺎه اﳌﺠﺘﻤﻊ‬ ‫ﻫﺬا اﻟﺤﺪﻳﺚ ﻳﻮﺿﺢ ﺷﺒﻜﺔ اﻟﻌﻼﻗﺎت اﻻﺟﺘامﻋﻴﺔ اﻟﺘﻲ متﺜﻞ ﻣﻌﻨﻰ‬ ‫اﳌﺴﺆوﻟﻴﺔ ﻳﺘﺤﻤﻠﻬﺎ ﻛﻞ ﻣﻦ ﺗﻮﱃ أﻣﺮا ً ﻣﻦ أﻣﻮر )اﻟﺮﻋﻴﺔ( اﻟﺘﻲ ﻻ ﺗﻨﺤﴫ ﰲ‬ ‫ﻋﻼﻗﺔ اﻟﺤﺎﻛﻢ ﺑﺎﳌﻮاﻃﻦ ﻓﻘﻂ وﻻ ﺗﺘﻮﻗﻒ ﻋﻨﺪ ﻫﺬا اﳌﻌﻨﻰ‪ ،‬ﺑﻞ ﺗﺠﺴﺪ‬ ‫ﺟﺎﻧﺒﻲ اﻟﺤﻘﻮق واﻟﻮاﺟﺒﺎت ﺑني ﻛﻞ ﻣﺴﺆول وﻣﻦ ﻫﻢ ﻣﺴﺆوﻟﻮن ﻣﻨﻪ ‪ -‬ﻫﺬا‬ ‫اﻟﻮﻋﻲ اﻟﺬايت ﻳﻨﻤﻮ ﻣﻦ داﺧﻞ اﻷﴎة ﻛﻮﺣﺪة دﺧﻠﺖ ﰲ ﺳﻴﺎق اﳌﺴﺆوﻟﻴﺔ ﰲ‬ ‫ﻫﺬا اﻟﺤﺪﻳﺚ اﻟﺬي ﻳﺨﺘﴫ )أﺟﻨﺪة( اﻟﻌﻼﻗﺎت اﻟﺘﺒﺎدﻟﻴﺔ ﺑني ﺟﺎﻧﺒﻲ‬ ‫اﻟﺤﻘﻮق واﻟﻮاﺟﺒﺎت ﺳﻮاء ﻋﲆ ﻣﺴﺘﻮى وﺣﺪة اﻷﴎة أو وﺣﺪة اﻟﺪوﻟﺔ‪.‬‬ ‫وﻛﻠام أدرك اﻟﻔﺮد ﰲ ﻛﻞ ﻣﻮﻗﻊ ﻣﻦ ﻣﻮاﻗﻊ اﻟﺤﻴﺎة ﻣﺘﻄﻠﺒﺎت ﻫﺬه اﳌﺴﺆوﻟﻴﺔ‬ ‫اﻻﺟﺘامﻋﻴﺔ‪ ،‬رأى ﻣﺎ اﻟﺬي ﻳﻨﺒﻐﻲ ﻋﻠﻴﻪ إﻳﻔﺎؤه ﻣﻦ ﺣﻘﻮق اﻵﺧﺮﻳﻦ‬ ‫وﻣﺤﺎﺳﺒﺘﻪ ﰲ ﺣﺎﻟﺔ اﻟﺘﻘﺼري‪ ،‬وﻣﺎ اﻟﺬي ﻋﻠﻴﻪ ﻓﻌﻠﻪ يك ﻳﺴﺘﺤﻖ ﺣﻘﻮﻗﻪ ﻫﻮ‬ ‫اﻵﺧﺮ‪ .‬ﰲ اﳌﺠﺘﻤﻌﺎت اﳌﺘﻘﺪﻣﺔ ﻧﺠﺪ أن ﺟﺎﻧﺐ إﻳﻔﺎء ﺣﻘﻮق اﻷﻓﺮاد ﻫﻮ‬ ‫اﻟﺬي ﻳﻌﲇ ﻣﻦ ﻣﺴﺘﻮى اﻧﺘﺎﺟﻬﻢ وﺑﺎﻟﺘﺎﱄ إﻧﺘﺎﺟﻴﺔ اﳌﺠﺘﻤﻊ‬ ‫واﳌﺄﺳﺎة ﺗﻜﻤﻦ ﻋﻨﺪﻣﺎ ﻳﺘﺤﻮل اﻟﻮﻃﻦ واﻟﻌﻼﻗﺔ ﺑﻪ إﱃ إﻣﺎ ﻋﻼﻗﺔ ﺣﺐ ﻓﻘﻂ‬ ‫دون ﺗﻄﺒﻴﻖ ﳌﺎ ﻳﺘﻄﻠﺒﻪ ﻫﺬا اﻟﺤﺐ أو اﻟﻌﻜﺲ ﻋﻨﺪﻣﺎ ﺗﻜﻮن اﻟﻌﻼﻗﺔ اﺳﺘﺜامرا ً‬ ‫ﻟﺼﺎﻟﺢ اﻟﻔﺮد وإﻋﻼء ﳌﺼﺎﻟﺤﻪ اﻟﺬاﺗﻴﺔ وﺗﻐﻴﻴﺐ ) اﻟﺼﺎﻟﺢ اﻟﻌﺎم (‬ ‫ﺣﺒﻨﺎ ﻟﻠﻮﻃﻦ‪ ..‬ﻟﻴﺲ اﻷﻫﺰوﺟﺔ أو اﻟﺸﻌﺎرات‪ ،‬ﺑﻞ ﻫﻮ اﳌﻘﺪرة ﻋﲆ اﻟﺤﻔﺎظ‬ ‫ﻋﲆ أﻣﻨﻪ‬ ‫‪Ineffable Magazine N°2 Octobre 2017‬‬


‫‪© Badis ZAMOUN‬‬

‫مل أُﻓﻖ إﻻّ و ﺑﴫي ﻳﺪوس اﻷرض ﰲ ﺗﻨﺎوب ﻣﻊ ﻗﺪﻣﺎي‪ ،‬أﻣﴚ ﻛﺠﺜ ٍﺔ ﻣﻨﺰوﻋﺔ اﻹدراك ﺑﺨﻄﻮات‬ ‫ﺗﺘﺠﲆ ﰲ ﺳﻠﺴﻠﺔ أﻟﻮان‬ ‫ﻣﺘﺜﺎﻗﻠﺔ‪ ،‬أﺳﺎﺑﻖ أرﺿً ﺎ ﻻ ﺗﻨﺘﻬﻲ و ﰲ رأﳼ زﺧ ٌﻢ ﻣﻜﺘﻮ ٌم ﻛﺬﻛﺮى ﻣﻜﺒﻮﺗﺔ ّ‬ ‫ﺣﺎوﻟﺖ أن أرﻓﻊ ﺑﴫي ﻣﻔﺎرﻗﺎ اﻷرض اﻟﺘﻲ أﺳﻜﻨﺘُﻪ ﻓﻮﺟﺪﺗﻪ‬ ‫ﻣﺘﺄﻟﻘﺔ‪ ،‬ﻛﴚء ﻟﻪ ﻣﻐﺰى ﰲ ﻋﻘﲇ‬ ‫ُ‬ ‫ﺻﻤﺖ ﻓﻠﻢ ﻳﺮى إﻻّ وﺟﻮﻫﺎ ﺑﻼ‬ ‫ﻳﺘﻮه ﰲ اﻷرﺟﺎء ﻣﺴﺘﻘﺒﻼً ﺣﺰﻧًﺎ ﺑﻠﻴﻐًﺎ ﺻﺎﻣﺘًﺎ ﻛﺒﻼﻏﺔ اﻟﺤﻜﻴﻢ إذا‬ ‫َ‬ ‫ﺗﻌﺎﺑري‪ ،‬ﺑﻨﻈﺮات ﻓﺎرﻏﺔ‪ ،‬متﴚ و متﴤ إﱃ اﻷﻣﺎم ِ‬ ‫ﻓﴪتُ رﻓﻘﺔ ﺻﻤﺘﻲ اﻟﺒﻠﻴﻎ و زاد إﻳﻘﺎع ﺧﻄﻮات‬ ‫اﻟﺤﺸﺪ اﻟﻮﺿﻊ ﺑﺮودة ‪ ،‬ﻛﻤﻮﺳﻴﻘﻰ ﺣﺰﻳﻨﺔ ﳌﺸﻬﺪ ﰲ ﺗﻠﻔﺎ ٍز ﻗﺪﻳﻢٍ ﻳﻌﻠﻮه اﻟﻐﺒﺎر ﻣﻦ ﻛﻞ ﺟﺎﻧﺐ‪،‬‬ ‫ﺟﺎﻟﺲ ﻋﲆ اﻷرﺿﻴﺔ‪ ،‬ﻳﻀﻢ رﻛﺒﺘﻴﻪ إﱃ ﺻﺪره ﰲ ﺗﻠﻚ اﻟﻐﺮﻓﺔ اﳌﻈﻠﻤﺔ‪ .‬وﺣﺪه ﺿﻮء‬ ‫ﻳﺘﺄ ّﻣﻠﻪ ٌ‬ ‫ﻃﻔﻞ ٌ‬ ‫اﻟﺸﺎﺷﺔ ﻳﻮاﺳﻴﻪ‪ ،‬ﻳﺘﺄﻣﻠﻪ ﰲ رﻋﺐ ﺟﲇ ﻓﻘﺪ ُﻋﺰﻓﺖ ﺗﻠﻚ اﻟﺮاﺋﻌﺔ اﳌﻮﺳﻴﻘﻴﺔ ﻓﻘﻂ ﻋﲆ إﻳﻘﺎع ﺗﻠﻚ‬ ‫اﻷﻗﺪام اﳌﺘﻌﺒﺔ‪ .‬و ﰲ ﺗﻠﻚ اﻷﺣﻴﺎن ﻛ ّﻨﺎ من ّﺮر ﺑﴫﻧﺎ ﻣﺮارا ﻋﲆ ﺗﻠﻚ اﻟﺘﺸﻜﻼت اﻟﺒﺎرزة ﻋﲆ اﻷرض‪،‬‬ ‫مل ﺗﻜﻦ ﻣﻦ ﺻﻨﻊ اﻟﻄﺒﻴﻌﺔ ﺑﻞ ﻛﺎﻧﺖ ﻣﻦ ﻧّﺤﺖ ﺑﻨﻲ اﻟﺒﴩ‪ .‬إﺳﺘﻤﺮتْ ﺗﻠﻚ اﳌﻌﺰوﻓﺔ ﺣﺘﻰ أﺧﺬ‬ ‫ُ‬ ‫ﺻﻤﺖ اﻟﻨﻬﺎﻳ ِﺔ‪.‬‬ ‫ﻳﺨﺘﺰل اﻟﻮﺟﻮ َد ﰲ ﻃ ّﻴﺎﺗﻪ ‪،‬‬ ‫ﺻﻤﺖ‬ ‫ﻛﻞ ﳾء‪،‬‬ ‫ﻋﻤﻴﻖ‪ ،‬ﺻﻤﺖ ﻳﺤيك ّ‬ ‫ﻣﻜﺎﻧﻬﺎ‬ ‫ُ‬ ‫ٌ‬ ‫ٌ‬ ‫ﺻﻤﺖ ٌ‬ ‫ِ‬ ‫ﺛ ّﻢ أ َﺧ َﺬتْ ﻣﻌﺰوﻓ ٌﺔ أﺧﺮى ﺗﻐﺰو اﳌﻜﺎن‪ ،‬ﻣﻌﺰوﻓ ُﺔ ِ‬ ‫اﳌﺠﺎرف ﺗﻌﻠﻮا و ﺗﻬﻮي و ﻋﲆ‬ ‫ﺻﻮت اﳌ ّﻌﺎو ِل و‬ ‫ﱢﺒﺖ و ﻏﺎب ذﻫﻨﻲ و َﺣ َﴬتْ روﺣﻲ‪ .‬أُﺣﺪق ﰲ ﺷﺠﺮ ٍة منّ ْﺖ ﰲ اﻷرﺟﺎء ﺛﻢ ﰲ‬ ‫ﻫﺬه اﳌﻌﺰوﻓﺔ ﻏ ُ‬ ‫اﻟﱰﺑﺔ اﻟ ّﺮﻃﺒﺔ أﻣﺎﻣﻬﺎ ﺛﻢ إﱃ رﺟﻞٍ‬ ‫ﺑﺸﺎرب ﻣ ّﺮ أﻣﺎﻣﻲ ﺛﻢ إﱃ آﺧﺮ أﻏﺮﻗﺘﻪ دﻣﻮ ُﻋﻪ ﰲ ﺣﺰن ﺷﻔﺎف‬ ‫ٍ‬ ‫ﻛﺄين ﰲ ﻋﺎمل ﻣﻦ اﻟﺼﻮر ﻟﻜﻞ ﻣﻨﻬﺎ ﻛﻼم ﻻ ﻳﻘﺎل ﻓﺎﻟﺼﻮرة ﺑﺄﻟﻒ ﻛﻠﻤﺔ… و ﰲ ﻫﺬه اﻟﻬﻠﻮﺳﺔ‬ ‫و ّ‬ ‫اﳌﺠﻨﻮﻧﺔ ﺑﺮز ذﻟﻚ اﻟﺘﺎﺑﻮت ﻣﺠﺪدا و ُوﺿﻊ ﻋﲆ اﻷرض‪ .‬ﻟﻘﺪ ﻛﺎن ﻣﺮﻋﺒﺎ‪ ،‬ﻛﺎن أﻛرث رﻋﺒﺎ‪ ،‬ﻟﻘﺪ ﻛﺎن‬ ‫ﻓﺎرﻏﺎ ﻫﺬه اﳌﺮة‪ .‬ﺛﻢ أﻓﻘﺖ ﻣﺠﺪدا ﻋﲆ ﺗﺮددات ذﻟﻚ اﻟﺼﻮت اﻟﺪاﻓﺊ ‪ ،‬ﻟﻘﺪ ﻛﺎن اﻟﺮﺟﻞ ذو ذﻗﻦ‬ ‫ٍ‬ ‫ﺑﺤﺪﻳﺚ ﻣﺎ ﻟﻠﺤﻀﻮر ﻋﲆ ﻣﺎ ﻳﺒﺪو‬ ‫ﻳﺠﻬﺮ‬

‫ﻧﺼﺮﺍﻟﺪﻳﻦ ﺣﺴﺎﻥ‬


‫أﺷﺨﺎﺻﺎ ﻣﻌ ّﻴﻨني‪ ،‬ﻗﺪ‬ ‫وﻛﻞ ﻣ ّﻨﺎ ﻳﺮى ﻫﺆﻻء اﻟﺤﻤﻘﻰ‬ ‫ﻧﺠﺪ ﻫﺬه اﳌﻘﻮﻟﺔ ﻫﻨﺎ وﻫﻨﺎك ّ‬ ‫ً‬ ‫أﺻﻼ‪ ...‬وﻣﻨﻬﺎ‬ ‫ﻧﺼﻴﺐ أو ﻧﺨﻄﺊ ﰲ ﺗﺤﻤﻴﻘﻬﻢ‪ ،‬وﻫﺬا ﻳﻌﺘﻤﺪ ﻋﲆ ﻧﺴﺒﺔ اﻟﺤﻤﻖ ﺑﻨﺎ ً‬ ‫ﻗﺼﺺ اﻟ ّﻨﺠﺎح اﳌﻌﻘﻮل ﺗﺴﺘﺤﻖ أن ﻧﺴﺘﻠﻬﻢ ﻣﻨﻬﺎ اﻟﻌﱪ‪ ،‬ﻻ اﺗ ّﺒﺎع ﻧﻔﺲ اﻟﺨﻄﻮات‪،‬‬ ‫ﺗﻴﴪ ﻋﲆ اﻵﺧﺮ‬ ‫ﻓﻜﻠﻨﺎ ﻣﺨﺘﻠﻔﻮن ﱟ‬ ‫ﺗﻌﴪ أو ُ‬ ‫وﻟﻜﻞ ﻃﺮﻳﻘﺔ ﻗﺪ ُ‬ ‫اﻟﺴﻌﺎدة أﺑﺴﻂ وأﺳﻬﻞ ﻣﻦ ﻛﻞ ﻣﺎ ذُﻛﺮ وﻟﻜﻨﻬﺎ ﺳﻬﻞ ﻣﻤﺘﻨﻊ‪ ،‬ﺗﺤﺼﻴﻠﻬﺎ‬ ‫ﺗﺤﻘﻴﻖ ّ‬ ‫أوﻻ ﺛﻢ اﻟﻌﻤﻞ ﺛﺎﻧﻴُﺎ‪ ،‬وﻟﻜﻦ ﻛﻢ ﻣﻦ ٍ‬ ‫ﺷﺨﺺ ﻟﻪ ﻋﻠﻴﻚ‬ ‫ﻳﻜﻮن ﺑﺎﻟﻘﻨﺎﻋﺔ واﻟ ّﺮﴇ اﻟﺘّﺎم ُ‬ ‫ٍ‬ ‫ﺣﻖ‬ ‫ﺣﻖ ﺳﻴﺪﻓﻊ ﺑﻚ ﻧﺤﻮ رﻏﺒﺎﺗﻚ دون اﺷﱰاط؟ ﻛﻢ ﻣﻦ‬ ‫ﺷﺨﺺ ﻟﻪ ﻋﻠﻴﻚ ّ‬ ‫ّ‬ ‫ﺳﻴﺤﺎول وإن ﺧﺎﻟﻔﻚ أن ﻳُﻈﻬﺮ ﺑﻌﺾ اﻟﺮﴇ؟ ﻧﺤﻦ ﺑﺤﺎﺟﺔ ﻹﺣﺎﻃﺔ أﻧﻔﺴﻨﺎ‬ ‫ﺑﺄﺷﺨﺎص إﻳﺠﺎﺑ ّﻴني ﻓﺎﻋﻠني ﻻ ﻣﺠﺮد ﻗﺎﺋﻠني‪ ،‬ﻛﻢ ﻣﻦ ﺷﺨﺺ "ﻟﻴﺲ" ﻟﻪ ﻋﻠﻴﻚ ﺣﻖ‬ ‫اﻷﻗﻞ أن ِ‬ ‫ميﺴﻚ ﻋﻨﻚ ﻟﺴﺎﻧﻪ؟‬ ‫ﺳﻴﺤﺎول ﻋﲆ ّ‬ ‫ﺳﺘﻀﻄ ّﺮ ﻛﺬﻟﻚ إﱃ ﺗﺠﺎﻫﻞ ﻇ ﱢﻦ اﻟ ّﻨﺎس ﺑﻚ‪ ،‬ﺳﺘﺠﺪ أ ّن ﻫﺬا ﻳﺪﻓﻊ ﻋﻨﻚ إﻃﻼق‬ ‫اﻷﺣﻜﺎم وﻟﻮ ﻗﻠﻴﻼ وﻳﺤﻘّﻖ ﻟﻚ ﺑﻌﺾ اﻟﺴﻌﺎدة‬ ‫واﻟﺴﻜﻴﻨﺔ ﰲ اﻟﺒﻴﺖ ﻣﻊ‬ ‫وﻛام ﻧﻌﻠﻢ أ ّن اﻟﺒﻌﺾ واﻟﺒﻌﺾ ﻛ ّﻢ‪ ،‬ﻓﻬﺬا اﻟﺒﻌﺾ واﻟﻬﻨﺎء ّ‬ ‫ﺑﻌﺾ‪ ،‬وﺳﻌﺎدة اﻟﺘّﺤﺮر ﻣﻦ اﻟﺨﺮاﻓﺎت‬ ‫ﺑﻌﺾ وﺳﻌﺎدة اﻹﺣﺴﺎس ﺑﺎﻟ ّﻨﻌﻢ ٌ‬ ‫اﻷﻫﻞ ٌ‬ ‫ﺑﻌﺾ‪ ،‬ﺑﺘﻔﻜري إﻳﺠﺎ ّيب ﻛﻬﺬا‬ ‫ﺑﻌﺾ‪ ،‬وﺳﻌﺎدة اﻣﺘﻼك اﻟﺒﻌﺾ ٌ‬ ‫اﻟﺘﻲ ﻓﺮﺿﻬﺎ اﳌﺠﺘﻤﻊ ٌ‬ ‫ﻟﻦ ﻳﻔﺴﺪ ﻫﺬا اﻟﻜ ٌﻢ ﺳﻮى ﻏﻴﺎب اﻟﺒﻌﺾ ﻓﻜﻴﻒ ﻟﻪ أن ﻻ ﻳﻐﻴﺐ؟‬ ‫ﻣﺠﺪدا وﺑﻌﺒﺎرة أﺑﺴﻂ‪ :‬أﻻ ميﻜﻦ ﺑﻠﻮغ ﺗﻠﻚ اﻟﺴﻌﺎدة؟‬ ‫و ﻻزﻟﺖ أﺗﺴﺎءل‬

‫‪42‬‬

‫‪Open thoughts‬‬

‫ﻋﻠﻮ ﻣﺼﻌﺐ‬

‫‪Ineffable Magazine N°2 Octobre 2017‬‬


‫ﺑﻨﻴّﺘﺎن ووﻟﺪ‪ ،‬ﻳﺴﺎﺑﻘﻮن اﻟﻘﻄﺎر ﺑﻌﺪوﻫﻢ اﻟﺒﻄﻲء ﻃﺮﻳﻒ اﻟﻄّﺮﻳﻘﺔ‪ ،‬ﻋﲆ‬ ‫أرض واﺳﻌﺔ‪ ،‬ﺗﺮاب وﻋﺸﺐ وﺑﻌﺾ اﻷﻧﻌﺎم‪ ،‬وﻛﻮخ ﻟﻴﺲ ﺑﺒﻌﻴﺪ أﺷﺒﻪ ﻣﺎ‬ ‫ﻳﻜﻮن ﺑﻜﻮخ ﺟ ّﺪة ﻟﻴﲆ ذات اﻟ ّﺮداء اﻷﺣﻤﺮ‪ ،‬ﻻ أﻣﻠﻚ ﻟﻪ وﺻﻔًﺎ دﻗﻴﻘًﺎ وﻟﻜ ّﻨﻪ‬ ‫ﻗﺪﻳﻢ ﺑﻘﺪم اﻟﺤﻜﺎﻳﺔ أو أﻗﻞ‪ .‬ﻋﲆ ﺑﻌﺪ ﺑﻌﺾ اﻟﺤﻘﻮل ِﻓﺘﻴﺔ آﺧﺮون ﻳﺮﻣﻮن‬ ‫ﻧﻔﺲ اﻟﻘﻄﺎر ﺑﺎﻟﺤﺠﺎرة‪ ،‬ﻛﻨﺖ أﻓﻌﻞ ﻫﺬا وأﻧﺎ ﰲ ﻣﺜﻞ ﺳ ّﻨﻬﻢ وﻟﻜﻦ ﻣﻊ ﻗﻄﺎر‬ ‫اﻟﺴﺎﺋﻖ ميﻄﺮﻧﺎ ﺑﺎﻟﺸّ ﺘﺎﺋﻢ وﻳﺘﻮ ّﻋﺪ‪ ،‬ﻟﻜﻨﻨﻲ أواﺻﻞ اﻟﺮﻣﻲ‬ ‫اﻟﺒﻀﺎﺋﻊ‪ .‬ﻛﺎن ّ‬ ‫ﻣﺤﺎوﻻ إﻗﻨﺎع ﻧﻔﴘ مبﴩوﻋﻴّﺔ ﻣﺎ أﻓﻌﻞ‪ ،‬ﻓﺄﻧﺎ ﻻ أﻟﺤﻖ ﴐ ًرا ﺑﺒﴩٍ‪ .‬ﻛﺎن‬ ‫ﴎه وﻻ ﺗﻔﺴريه ﻓﻘﺪ ﻛﻨﺖ أﻓﻌﻞ ﻫﺬا‬ ‫اﻟﺸّ ﻌﻮر ﺑﺎﻟﺘّﻤﺮد ﺟﻤﻴﻼً‪ ،‬ﻻ أدري ّ‬ ‫وﻫ ّﻤﻲ اﻟﻮﺣﻴﺪ "ﻻ ﺗﺨﱪوا أيب‪ ،‬ﻻ ﺗﺨﱪوا ﺟ ّﺪي‬ ‫وأﻧﺎ ﻋﲆ ﻫﺬا اﻟﻘﻄﺎر‪ ،‬أﻛﺘﺐ ﻫﺬه اﻷﺳﻄﺮ‬ ‫ﻛﻞ ﻣﺎ ميﻜﻦ أن ﺗﺮاه ﺧﺎرج اﳌﺪن ﻫﻮ ﻣﺎ‬ ‫اﻋﺘﺪت رؤﻳﺔ ﻣﻨﺎﻇﺮ ﻛﻬﺬه‪ ،‬ﺑﻞ ّ‬ ‫ﺳﺒﻖ أن ذﻛﺮت ﺑﺎﻹﺿﺎﻓﺔ إﱃ ﻣﺎ مل ﺗﺒﻄﺶ ﺑﻪ أﻳﺎدي اﻟﺒﴩ ﻣﻦ ﻃﺒﻴﻌﺔ‪.‬‬ ‫و َددت ﻟﻮ ﺗﻨ ّﺒﻪ ﻣﺴﺆوﻟﻮ ﴍﻛﺔ اﻟ ّﻨﻘﻞ ﻟﺴﻮء ﺣﺎل زﺟﺎج اﻟ ّﻨﻮاﻓﺬ وﻗﺎﻣﻮا ﻋﲆ‬ ‫ﺗﻨﻈﻴﻔﻪ دورﻳًﺎ‪ ،‬ﻋﴗ أن ﻻ ﻳﻄﻮل ﺣﺮﻣﺎن اﳌﻮاﻃﻦ ﻣﻦ ﻣﺎ ﺗﺒﻘّﻰ ﻣﻦ ﻫﺬه‬ ‫اﻷﻣﻮر اﻟﺒﺴﻴﻄﺔ اﻟﺘﻲ ﺗﻘﻴﻪ ﻣﻦ اﻟﺘﺸﺎؤم وﻟﻮ ﻟﺴﺎﻋﺎت‬ ‫ﺑﺎﻟﺴﺒﺎق واﺑﺘﻌﺪ ﻣﺸﻬﺪ اﻟ ِﻔﺘﻴﺔ ﺗﺴﺎءﻟﺖ وﻻزﻟﺖ‬ ‫ﺑﻌﺪ أن ﻓﺎز اﻟﻘﻄﺎر ّ‬ ‫ﻷي ﻣ ّﻨﺎ أن ﻳﺸﻌﺮ ﺑﺴﻌﺎدة ﺗﻀﺎﻫﻲ ﺗﻠﻚ اﻟﺘﻲ ﻳﺸﻌﺮ ﺑﻬﺎ‬ ‫أﺗﺴﺎءل‪ :‬أﻻ ميﻜﻦ ّ‬ ‫أوﻟﺌﻚ اﻟﺜﻼﺛﺔ؟ ﻓﻘ ٌﺮ‪ ،‬ﺑﺴﺎﻃﺔ ‪ ،‬وﺳﻼم‬

‫‪© Ali Mehaoudi‬‬

‫رمبﺎ‪ ،‬وﻟﻜﻨﻬﻢ ﺣﻘّﻘﻮا اﻟﻐﺎﻳﺔ اﻟّﺘﻲ ﻧﺒﺘﻐﻴﻬﺎ ﻣﻦ ﺗﻮﻓري ﻛﻞ ﻣﺎ‬ ‫ﻛﺎﻧﻮا ﻣﺤﺮوﻣني ّ‬ ‫ﺣﺮﻣﻮا ﻣﻨﻪ ﺑﻼ ﳾ ٍء‪ .‬ﻧﻔﻨﻲ اﻟﺤﻴﺎة ﰲ اﻟﺪراﺳﺔ إميﺎﻧﺎ ﺑﺄﻧّﻬﺎ ﻣﻔﺘﺎح وﺣﻴﺪ‬ ‫ﻷﺑﻮاب اﻟﻌﻤﻞ‪ ،‬وﺑﻌﺪ إﻳﺠﺎد ﻫﺬا اﻷﺧري ﻧﻄﻤﺢ ﳌﺎ ﻫﻮ أﻛﱪ‪ٌ ،‬‬ ‫ﻣﻨﺰل‪ ،‬ﻓﺴﻴﺎرة‪.‬‬ ‫ﺛﻢ ﻧﻔﻜّﺮ ﰲ إﻧﺸﺎء ﻋﺎﺋﻠ ٍﺔ واﻟﺘﻲ ﻣﻦ اﳌﻔﺮوض أن ﺗﻨﺸﺊ ﻗﺒﻞ ﻛﻞ ﻣﺎ ﺳﺒﻖ‪.‬‬ ‫اﻟﴩﻛﺎء‬ ‫رمبﺎ إﱃ ﺗﻠﻚ اﻟﻐﺎﻳﺔ )إن ﺗﻮاﻓﻘﺖ اﻟﻌﻘﻠﻴﺎت وﺗﺠﺎوز ّ‬ ‫ﻟِﻨﺼﻞ ّ‬ ‫اﻟﺘّﻔﺎﻫﺎت واﻟﺨﻼﻓﺎت واﻟﺘﺰﻣﻮا ﺑﺎﻷوﻟﻮﻳﺎت ﺳﻮاء ﺗﻌﻠّﻖ اﻷﻣﺮ ﺑﺎﻟ ّﺪﻳﻦ‪،‬‬ ‫اﳌﺒﺎدئ‪ ،‬اﻟﺘﻔﻜري‪ ،‬اﻟﻘﺮارات‪ ،‬أو ﺣﺘﻰ اﳌﺎدﻳّﺎت(‪ ،‬اﻟﺘﻲ ﺗﺘﻤﺜﻞ ﰲ اﻟﺸّ ﻌﻮر‬ ‫ﺑﺎﻟﺴﻜﻴﻨﺔ واﻟ ّﺮﺧﺎء‪ ،‬وﻟﻜﻦ ﺑﻌﺪ ﻣﺎذا؟ ﺳﻨني وﺳﻨني‪،‬‬ ‫ﺑﺎﻟﺴﻌﺎدة واﻟﻬﻨﺎء‪ّ ،‬‬ ‫ّ‬ ‫ﻣﺸﺎﻛﻞ وﻋﻘﺒﺎت‪ ،‬ﺿﻐﻮط اﻟ ّﺪراﺳﺔ‪ ،‬ﺿﻐﻮط اﻻﻟﺘﺰام ﺑﻌﻘﻮد اﻟﻌﻤﻞ‪ ،‬ﻣﺸﺎﻛﻞ‬ ‫اﺟﺘامﻋﻴّﺔ‪ ،‬ﻋﻘﺪ ﻣﺠﺘﻤﻌﻴّﺔ‪ ،‬أﻋﺮاف ﺧﺮاﻓﻴﺔ ﻻ ﻋﻼﻗﺔ ﻟﻠ ّﺪﻳﻦ وﻻ ﺣﺘّﻰ ﻟﻠﻔﻄﺮة‬ ‫اﻟﺘﻲ ﻓﻄﺮﻧﺎ ﻋﻠﻴﻬﺎ ﺑﻬﺎ‬ ‫ﻓﺮﺻﺎ‪ ،‬ﻓﻘﻂ‬ ‫ﺑﺆﺳﺎ وﻟﺴﺖ ﺿ ّﺪ ﻣﻨﺢ أﺣﻼﻣﻜﻢ ً‬ ‫ﻳﺄﺳﺎ أو ً‬ ‫ﻟﺴﺖ أﺣﻘﻦ ﻣﺸﺎﻋﺮﻛﻢ ً‬ ‫أﺣﺎول ﺗﺠﺴﻴﺪ اﻟﻮاﻗﻊ ﰲ ﻛﻠامت‪ .‬ﺟﻤﻴﻞ ﻫﻮ اﻟﺘّﻔﺎؤل واﻷﺟﻤﻞ ﻫﻮ اﻟﺘّﺨﲇ‬ ‫ﻋﻦ اﻟﺘّﻤﻨﻲ واﻟﺘﻮاﻛﻞ‪ .‬ﻗﺼﺺ اﻟﻨﺠﺎح ﻣﻠﻬﻤﺔ وﻟﻜﻨﻬﺎ أﺣﻴﺎﻧًﺎ ﺗﺴﺘﻔ ّﺰ‬ ‫اﳌﻌﻄﻴﺎت اﳌﻮﺟﻮدة ﻋﲆ أرض اﻟﻮاﻗﻊ‪ ،‬ﻓﻤﻨﻬﺎ ﻗﺼﺺ اﻟ ّﻨﺠﺎح اﻟﺒﺎﻫﺮ اﻟﺘﻲ‬ ‫ﻧﻘﺮؤﻫﺎ ﻫﻨﺎ وﻫﻨﺎك‪ ،‬ﺗﻌﻴﺸﻬﺎ أﻗﻠ ّﻴﺔ ﻣﻦ أﻗﻠ ّﻴﺔ ﻣﻦ أﻗﻠ ّﻴﺔ ﰲ ﻫﺬا اﻟﻌﺎمل‪ ،‬وﻣﻨﻬﺎ‬ ‫أﺷﺒﺎه ﻗﺼﺺ اﻟ ّﻨﺠﺎح وﻫﻲ وﺳﻴﻠﺔ ﺑﻴﺪ ﺑﻌﺾ اﻷذﻛﻴﺎء اﻟﺬﻳﻦ ﺟﻌﻠﻮا ﻣﻦ‬ ‫ﴪا ﻧﺤﻮ اﻟﺸّ ﻬﺮة اﻟﺘﻲ ﺗﺴﺎوي اﻟ ّﻨﺠﺎح ﰲ‬ ‫اﻟﺒﻌﺾ )اﻟﺒﻌﺾ اﻟﻜﺜري( ﺟ ً‬ ‫ﻗﻮاﻣﻴﺴﻬﻢ‪ ،‬ﻟﻜﻦ "ﻻ ﺗﺠﻌﻠﻮا ﻣﻦ اﻟﺤﻤﻘﻰ ﻣﺸﺎﻫري‬

‫‪Instagram : ali.mhd‬‬

‫‪43‬‬

‫‪Open thoughts‬‬

‫‪Ineffable Magazine N°2 Octobre 2017‬‬


‫‪© Hichem Chouikh‬‬

‫ﺑﻘﻠﻢ ‪ :‬ﻣﺮﯾﻢ ﺑﻮراوي‬ ‫ﻫﻮ ﻛﺎﻟﻠﻴﻞ ﺑﻮﺣﺸﺘﻪ‬ ‫ﺑﻈﻼﻣﻪ اﳌﻬﻴﺐ‬ ‫ﺑﻐﻤﻮﺿﻪ اﻟﺮﻫﻴﺐ‬ ‫ﺑﺤﻠﻜﺘﻪ اﻟﺴﻮداء‬ ‫و اﻟﻌﻴﻮن اﻟﻼﻣﻌﺔ اﻟﺘﻲ ﺗﺄﴎ ﻛﻞ رﻗﻴﺐ‬ ‫ﻫﻮ اﻟﺤﻴﺎة ﻣﺘﻮﺿﻌﺔ ﰲ ﺟﺴﺪ اﻧﺴﺎن‬ ‫ﻻ ﺗﻜﺎد ﺗﻮﻟﺪ ﻓﻴﻪ ﺣﺘﻰ ﻳﺤﻤﻠﻚ‬ ‫ﻳﺸﺎرﻛﻚ‬ ‫و ﻳﻄﻔﻮ ﺑﻚ اﱃ ﻋﻮامل ﺣﻠﻤﻚ‬ ‫ﻫﻮ اﳌﻮت ﺑﻜﻞ ﻣﺎ ﻓﻴﻪ ﻣﻦ اﴎار‬ ‫ﻣﻦ ﴏاﻣﺔ ﰲ اﺗﺨﺎذه ﻟﻠﻘﺮار‬ ‫ﻣﻦ ﺣﺐ ﻟﻠﺒﻌﺾ ﻧﻔﻊ‬ ‫و ﻟﻼﺧﺮﻳﻦ ﺿﺎر‬ ‫ﻣﻦ ﺟﺎذﺑﻴﺔ ﺗﺨﻀﻊ ﻟﻬﺎ آﺑﻴﺎ اﻟﻔﺮار‬ ‫ﻫﻮ اﻟﻮﻃﻦ‬ ‫اﻟﻮﻃﻦ اﻟﺪاﻣﻲ ﺗﺤﺖ اﻗﺪام ﺷﻌﺒﻪ‬ ‫اﻟﺰاﻫﺮ ﰲ وﺟﻮﻫﻬﻢ‬ ‫اﻟﻮﻃﻦ اﻟﺬي ﻻ دﻳﻦ ﻟﻪ‬ ‫‪Open thoughts 44‬‬

‫ﻟﻜﻨﻪ دﻳﺎﻧﺔ ﻛﺎﻣﻠﺔ ﻣﻜﻤﻠﺔ‬ ‫و اﻧﺎ اﻟﻌﺎﺑﺪ ﻋﻨﺪه و اﻟﻌﺮﺑﻴﺪ اذا ﻣﺎ ﻟﻘﻴﺘﻪ‬ ‫اﻟﺰاﻫﺪ ﺗﺤﺖ ﻇﻠﻪ‬ ‫و اﳌﺎﺟﻦ اذا ﻣﺎ رﻗﺒﺘﻪ‬ ‫اﻧﺎ اﻟﺴﺎﺟﺪ ﴍوق ﺿﺤﻜﺘﻪ‬ ‫و اﻟﻔﺎر ﻣﻦ أﻣﺎم ﻛﻞ ﻣﺴﺠﺪ ﻫﻮ ﻟﻴﺲ إﻣﺎﻣﻪ‬ ‫اﻧﺎ اﳌﺼﲇ ﰲ ﻛﻨﻴﺴﺔ أرﺛﻮدوﻛﺴﻴﺔ‬ ‫أُﻋ ّﻤـَﺪ ﻛﻞ ﻟﻴﻠﺔ ﻋﲆ ﻳﺪﻳﻪ ﻣﻠﺊ اراديت‬ ‫و ﰲ اﻟﺼﺒﺎح اﳌﻮاﱄ أﻧﻔﺮ ﻣﻦ ﻛﻞ ﺻﻠﻴﺐ‬ ‫اذا ﻣﺎ ﻓﻘﺪت ﺷﻌﻮر ﳌﺴﺘﻪ‬ ‫ﻣﺎ اﻧﺎ ﺳﻮى ﺟﺴﺪ ﺑﺎ ٍل‬ ‫ﻛﻞ ﻳﻮم ﻳﺰﻳﺪه اﺻﻔﺮارا ﻋﲆ اﺻﻔﺮاره اﻟﻔﻌﲇ‬ ‫ﻛﻞ ﺣﺮﻛﺔ ﺗﺰﻳﺪ ﻋﻈﺎﻣﻪ ﺗﺤﻠﻼ ﻋﲆ ﻫﺸﺎﺷﺘﻬﺎ‬ ‫اﻧﺎ روح مل ﺗﻌﺪ ﺗﻌﺮف اﻟﻄﺮﻳﻖ اﱃ اﻟﺤﻴﺎة‬ ‫ﻟﻜﻨﻪ اﻟﺤﻴﺎة ﱄ اﻻن‬ ‫و اﳌﻮت اﳌﻨﺘﻈﺮ ﺑﻌﺪﻫﺎ‬ ‫اﻟﻮﻃﻦ ﱄ اﻻن‬ ‫و اﻟﺪﻳﻦ اﳌﻌﺘﺼﻢ ﺑﺤﺒﻞ ﻻ ﺑﻐريه اﻋﺘﺼﺎم‬ ‫‪Ineffable Magazine N°2 Octobre 2017‬‬


‫‪SHORT THOUGHTS‬‬

‫ﻏﺮﻳﺒني ﻧﺤﻦ‪ ،‬ﻛﻨﺎ‪ ،‬و ﴏﻧﺎ‪ ،‬ﻻ اﺳﻢ ﻟﻨﻨﺎدي ﺑﻪ ﻋﲆ‬ ‫ﻣﺎﺿﻴﻨﺎ‪ ،‬ﻻ ﻋﻨﻮان ﻟرنﺗﻞ ﻟﻪ ﺷﻴﺌﺎ ﻣﻦ اﻟﻐﺰل اﻟﻘﺪﻳﻢ‪،‬‬ ‫ﻧرثﻧﺎ ﻛﻞ اﻟﺤﺮوف ﻋﲆ ﻋﺠﻞ‪ ،‬و اﺧﺘﺒﺄﻧﺎ ﺧﻠﻒ اﳌﺠﺎز‬ ‫ﺣﻴﻨﺎ ﻣﻦ اﻟﺪﻫﺮ‪ ،‬و ﻛﺄن ﻛﻞ اﻟﺬﻛﺮﻳﺎت ﺻﺎرت ﻣﺠﺮد‬ ‫ﻋﻨﺎوﻳﻦ ﺑﺠﻮف ﻓﺎرغ‪ ،‬أو رمبﺎ ﻛﺘﺐ ﻟﻬﺎ أن ﺗﻈﻞ‬ ‫ﻛﻨﺖ واﺛﻘﺎ‬ ‫ﺟﺴﺪا ﻣﺸﻨﻮﻗﺎ ﺑﻨﻔﺲ ﺛﻘﻴﻞ أﺷﺒﻪ ﺑﺎﳌﻮت‪َ .‬‬ ‫ﻛﻨﺖ‬ ‫ﺣني‬ ‫ﻃﻠﺒﺖ أن ﺗ ُﻨﴗ و ﺗﻨﺪﺛﺮ ﰲ اﻟﻈﻼم‪ ،‬و ُ‬ ‫َ‬ ‫أﺿﻌﻒ ﻣﻦ أن أﻃﻠﺐ اﳌﺰﻳﺪ‪ ،‬و ﺗﺮﻛﺖ وﻫﻤﻚ ﻳﺴﻜﻦ‬ ‫َ‬ ‫ﻫﺬي اﻟﺴﻄﻮر‪ ،‬دون ﻋﻠﻤﻚ‪ ،‬ﺧﺒﺄﺗﻚ ﰲ أﺟﻤﻞ‬ ‫اﺑﺘﺴﺎﻣﺎﺗﻚ‪ ،‬دون ﻋﻠﻤﻚ‪ ،‬و ﻛﺘﺒﺖ ﻟﻚ‪ ،‬ﺛﻢ اﺑﺘﺴﻤﺖ‪،‬‬ ‫دون ﻋﻠﻤﻚ‪ ،‬ﻛام ﻟﻮ أين أراك‪ ،‬ﻛام ﻟﻮ أين أودﻋﻚ‬ ‫ﻟﻠﻤﺮة ﻣﺎ ﻗﺒﻞ اﻷﺧرية ﰲ ﻛﻞ ﻣﺮة‬

‫ﺳﻨﻮﺳﻲ ﺑﻠﺠﻴﻼﱄ‬

‫مستوحاة من قصة  ‬ ‫بلجي‬ ‫سنو ‬ ‫ح ية و السعيد ‪-‬‬ ‫‬ ‫‬

‫ﺣﺮوﰲ ﺟﻮاد ﻋﺮيب اﺻﻴﻞ‪ ،‬و ﻗﻠﻤﻲ ﻟﺠﺎم ﻣﺤﻜﻢ‪ ،‬و ﺣﱪ أﺳﻮد‬ ‫ﺑﻈﻠﻤﺔ ِ‬ ‫ﻟﻴﲇ‪ ،‬و ِﻗﺮﻃﺎس أﺑﻴﺾ اﻟﺴﺠﻴﺔ‪ ،‬أﺧُﻂ ﻃﺮﻳﻘﻲ ﻣﻦ ﻏري‬ ‫ﺳﻄﻮر‪ ،‬أﺟﻮب اﻻرﺟﺎء ﻣﻦ ﻏري ﻋﺒﻮر‪ ،‬أﻛﺘﺐ ﺣﺮﻓﺎ‪ ،‬أﻧﻘُﻂ ذﻛﺮى‪،‬‬ ‫أرﺳﻢ روﺣﺎ ﺗﺴﻜﻨﻨﻲ‪ ،‬ﺗﴪي ﻣﴪى اﻟﺪم ﰲ ﻋﺮوق ﻗﻠﻤﻲ‪،‬‬ ‫أﻏﺮزﻫﺎ ﰲ ذاﻛﺮيت ﻓﻴﻤﺘﺰج ﺣﱪي ﺑﺪﻣﻲ وأﴍد ﺑﺬﻫﻨﻲ‪ ،‬ﺑﻌﻴﺪا‬ ‫ﺗﺎرﻛﺎ و رايئ ﺟﺴﺪا ﻣﻨﻬﻜﺎ‪ ،‬أﻏﻴﺐ ﻋﻦ ﻫﻨﺎ‪ ،‬و أﺣﴬ ﻫﻨﺎك ﺣﻴﺚ‬ ‫ﻻ ﻣﻜﺎن و ﻻ زﻣﺎن‪ ،‬أﺣﺪث ﻧﻔﴘ‪ ،‬أﺻري ﻣﺒﻬام‬ ‫أرى ﺟﺰءا ﻣﻨﻲ ﺑني اﻟﺤﺮوف اﳌﺘﻨﺎﺛﺮة ﺣﻮﱄ ‪ ،‬أﻣﺪ ﻳﺪي‪ ,‬أﺳﺘﻨﺪ‬ ‫ﻋﲆ ﻗﻠﻤﻲ‪ ،‬ﻣﺜﻘﻼ ﺑﺄﻣﻞ ﻳﺨﻨﻘﻨﻲ‪ ،‬أﻏﺮق ﰲ ﺣﱪي‪ ،‬أﺳﺒﺢ ﻋﻜﺲ‬ ‫اﻟﺘﻴﺎر اﱃ ﺑﺮ اﻷﻣﺎن‪ ،‬أﺗﺸﺒﺚ ﺑﺎﻟﺤﺮوف اﻟﻮﻓﻴﺔ‪ ،‬أﻟﺘﻘﻂ اﻧﻔﺎﳼ‪،‬‬ ‫أرﺟﻊ ﻛام ﻛﻨﺖ و اﻗﻮى ﻛﻠام أﻧﻬﻴﺖ اﻟﻜﺘﺎﺑﺔ أَ ُﺳ ﱡﻦ ﻗﻠﻤﻲ‬ ‫اﺳﺘﻌﺪادا ﻟﺠﻮﻟﺔ اﺧﺮى‪ ،‬ﳌﻌﺮﻛﺔ اﺧﻮﺿﻬﺎ ﺿﺪ اﻟﻀﺪ‬

‫ﻳﻮﻧﺲ ﻣﺮﺑﻮﺡ‬

‫‪Open thoughts 45‬‬

‫‪Ineffable Magazine N°2 Octobre 2017‬‬


Rubrique DES RICHESSES BÂTIES


C’est à l’école que tout commence ! De nos jours, « patrimoine » est un mot très en vogue. Utilisé dans les débats de tous les jours, par des professionnels du domaine de l’architecture et de la construction, dans un but bien précis, celui de combattre la maladie qui détériore les artères de nos vieilles villes. Mais, nous oublions une chose importante, sans la sensibilisation du peuple, des maçons, des artisans, des habitants et surtout des étudiants, toute théorie reste sur du papier au fond d’un placard.

Le patrimoine est souvent fragile, vulnérable et parfois même menacé de disparaître, pour différentes raisons : son âge, les phénomènes de mode, l'ignorance mais surtout l’indifférence des habitants à son égard. Le patrimoine possède une valeur pour ses caractéristiques propres et aussi pour ce qu'il évoque et représente. Si nous souhaitons le conserver, il a besoin d'être protégé, car la perte du patrimoine est la perte d'une part de notre identité.

Notre regard sur le passé et sur l’avenir détermine les choix de transmission que nous faisons aux générations futures. Étant des étudiants en architecture nous nous sentons particulièrement concernés, et nous ressentons le devoir de préserver le patrimoine architectural légué par nos ancêtres, ainsi, à travers ça nous protégeons notre identité en tant que peuple. Pour ce faire, nous avons pris l'initiative d'organiser un concours d'idées qui consiste à réhabiliter ce patrimoine, mais surtout à sensibiliser les jeunes étudiants à ce sujet de près ou de loin... Deux éditions ont déjà été réalisé. La première avait pour thème la réhabilitation d’une friche industrielle ensuite un hôtel, et nous ressentons déjà un changement en nous. Une autre initiative, encore plus conséquente, celle des chantiers de restauration. Jusqu’à aujourd’hui, le club Nomad des étudiants de l’EPAU (école polytechnique d’architecture et d’urbanisme Hocine Ait Ahmed) a organisé trois chantiers de restauration. Celui de Timimoune, qui consistait à restaurer un vieux Ksar en collaboration avec l’association Sables d’or, un autre chantier au niveau d’une mosquée à Oran avec l’association SDH et un dernier lors de l’hiver passé à Oued Souf en partenariat avec Twiza d’Alger. D’autres actions sont évidemment prévues à l’avenir. Aujourd’hui, nous nous sentons plus qu’impliqués, la préservation et la promotion de ce patrimoine architectural et culturel est de notre devoir, nous jeunes architectes, jeunes bâtisseurs de l’avenir !

Celya Benyahia & Meriem Saidi

-Equipe rédaction du Nomad club-

Ineffable Magazine N°2 Octobre 2017

Des richesses bâties 47


PROMENADE ARCHITECTURALE A ALGER : 2em partie Nous vous présentions précédemment, dans la première édition du magazine culturel Ineffable, l’histoire de la belle Alger - Alger l’enchanteresse, Alger la joyeuse ou encore El Bah’dja. Nous vous y promettions le récit d’une promenade aux mille merveilles, aux odeurs méditerranéennes, aux ambiances différentes et aux joyaux architecturaux légués par le temps. Tout au long de cette promenade, vous noterez que la capitale change souvent d’humeur, elle pourrait passer du calme serein au concerto de vie populaire, seulement en un changement de ruelle! Alger est vue et perçue différemment de tous, c’est une ville aux mille facettes et nous vous proposons donc de les découvrir ensemble …

Première facette : Alger la dynamique Et si du haut de ses constructions blanches la capitale se fait appeler jusqu’à nos jours «Alger la blanche», le bleu azur de sa baie bercée par un climat méditerranéen au charme unique et les tons verdâtres ne lui sont guère étrangers. En effet, le patrimoine végétal d’Alger est aussi riche que varié puisqu’un grand nombre de parcs, de jardin «J’nane» et de réserves y ont vu le jour et ont offert à la campagne «Fahs» comme à la ville des poumons, des aires de rencontre, d’échange et d’extériorisation mais aussi des lieux symboliques et commémoratifs, témoins d’une Alger grande et prospère. Le Parc Galland, actuel Parc de la Liberté «‫»اﻟﺤﺮﻳﺔ‬, représente l’une de ces richesses végétales, il sera donc la perle de départ du parcours de découverte des joyaux d’Alger. Implanté depuis 1915 sur l’une des rues les plus réputées d’Alger, «La rue Didouche», le jardin portait le nom de son initiateur «Charles de Galland»,

Ineffable Magazine N°2 Octobre 2017

avant d’être rebaptisé Parc de la liberté. Cet espace est réputé pour être un jardin ou l’escalier est omniprésent puisqu’il s’implante sur un terrain très pentu. Le jardin se dévoile derrière une entrée somptueuse habillée d’espèces végétales de toutes sortes. Les magnolias, les ficus, les cycas et autres végétations accompagnent les bassins d’eaux et les points de repos du jardin jusqu’au Musée des antiquités et des arts islamiques, second bijou architectural et historique à découvrir. Inauguré en 1987, c’est le premier musée d’Algérie. Le musée se faisait anciennement appeler Musée Stephane Gsell, nom de l’historien et archéologue français ayant contribué à l’enrichissement des collections de celui-ci. Installé dans une ancienne maison des hauteurs de Mustapha (Actuel Telemly), il offre une vue panoramique sur la baie d’Alger. Le bâtiment abrite aujourd’hui, derrière son arc outrepassé faisant guise d’entrée et sa porte en bois finement sculpté de style marocain du XIIe siècle, les

vestiges de l’Algérie antique mais aussi des pièces d’art islamiques singulières et uniques. En redescendant sur la Rue Didouche, et seulement à quelques pas du musée Stephane Gsell, un second somptueux jardin dévoile timidement une maison du XVIIIe siècle, semblable aux palais Hafsides du XVe siècle. A l’entrée, nous pouvons lire « Musée Bardo d’Alger ». C’est ici, le Musée National d’Ethnographie et de Préhistoire, abrité à l’intérieur de ce magnifique palais du Fahs, autrefois demeure d’un prince Tunisien exilé. Le musée fut inauguré en 1930 à l’occasion du centenaire d’Alger, nous y retrouvons différentes collections sur les ethnies maghrébines, sahariennes ou encore des expositions retraçant la préhistoire nord-africaine. Cette maison, œuvre d’art à elle seule, a l’honneur d’abriter la sépulture de la reine des Touaregs « Tin Hinen » dont la légende reste à nos jours un mystère. En poursuivant sur la même rue, la végétation se fait plus discrète au profit

Des richesses bâties 48


en fer forgé ou en bois sculpté mais aussi des corniches, des mascarons ou des modénatures donnant une rythmique à la discipline rigoureuse de ces immeubles européens. Un moment d’arrêt se dessine et accentue l’animation de la fameuse rue, la Place Maurice Audin. Sans doute l’une des plus connues d’Alger, il s’agit d’un lieu de rencontre mythique pour les algérois. La place est baptisée « Maurice Audin » en 1963, pour glorifier la mémoire du mathématicien dont elle porte le nom, fervent militant anticolonialiste disparu en 1957. L’intellectuel fut également assistant à la Faculté des sciences d’Alger, prochain joyau à contempler. Le bâtiment de la Faculté résulte de la parfaite symbiose entre les différentes interventions des architectes Dauphin, Petit, Guion et autres. Cette faculté est considérée comme doyenne des facultés et fut témoin d’un grand nombre de mouvements universitaires militants pour la cause algérienne. Aujourd’hui, cette faculté communément appelée « Fac-centrale », représente un repère au sein de la ville.

Cathédrale du sacré coeur-Alger

des fameux immeubles de rapport, c’est là l’approche du centre d’Alger. En traversant les ficus nous apercevons un cylindre de béton, une forme peu commune. Une centrale nucléaire ? Une tour de contrôle ? Non, Rien de tout cela! Ce volume n’est autre que la fameuse Cathédrale du Sacré Cœur. Une prouesse technique et architecturale, achevée en 1956. A cette époque, l’apparition du béton révolutionne la construction, nous pouvions enfin oser les courbes et les grandes hauteurs. Nous devons ce chef d’œuvre aux architectes Paul Herbé et Jean le Couteur. La structure en béton armé et la pureté des lignes de la cathédrale traduisent l’esprit moderniste et rationaliste de l’époque mais respectent la fonction cultuelle puisque l’intérieur se développe selon un plan classique en croix grecque offrant ainsi le recouvrement des nefs par une coupole remarquable convergente vers un point de lumière faisant la particularité du bâtiment. Nous nous enfonçons à présent au cœur du dynamisme caractérisant la « Rue Didouche ». Les activités fusent, les personnes s’entrecroisent, les bruits se mélangent mais le regard est tout de suite porté sur ces immeubles de rapport blancs dont les balcons européens s’alignent et dont les façades se veulent régulières mais diverses. Chaque immeuble se démarque par un traitement particulier : un hall d’entrée et une porte au décor raffiné,

Ineffable Magazine N°2 Octobre 2017

Non loin de là, et toujours sur la même lignée, un bâtiment s’affirme et s’impose à l’image d’une forteresse gardée, voilà là l’actuel Lycée Arroudj et Kheirreddine Barberousse. En 1902, c’est le premier lycée de jeunes filles d’Alger « le Lycée De Lacroix ». Conçu par l’architecte Darbeda, l’architecture européenne se fait facilement reconnaitre : une symétrie parfaitement affirmée, une rythmique imprenable, une régularité assidue, des fenêtres longues, étroites, toutes cintrées de linteaux, le tout recouvert d’une toiture en tuile rouge peu commune à son environnement. Si l’on poursuit dans la même direction et sur le même trottoir, le nom de la rue change pour devenir L’« Avenue Khettabi ». Néanmoins, le style reste inchangé, les immeubles de rapports se poursuivent, toujours dans le respect d’une rythmique et d’un alignement disciplinés. « Alger était un laboratoire d’architecture », au bout de l’avenue, le bâtiment de l’ex Grand Hôtel Excelsior se dévoile, témoignant de cette effervescence de l’architecture. Inauguré en 1903, sous les directions de l’architecte Auguste Guillet, ce bâtiment de style Art Nouveau exhibe une façade régulière mais richement ornementée de sculptures de femmes, de décors floraux en bas-reliefs. La particularité du bâtiment reste son traitement d’angle puisque celui-ci est marqué par une superposition d’oriels et conclu par une horloge, le tout en stuc finement sculpté. En rejoignant le boulevard Khemisti, nous nous retrouvons au cœur de la coulée verte, nez à nez avec le Jardin de l’Horloge ou s’élève le Pavois ou le célèbre Monument aux Morts. Le monument fut conçu en 1923 par les sculpteurs Landowski et Bigonet, avant d’être retravaillé par l’artiste Issiakhem après l’indépendance, il représentait des personnages algériens et français, symboles de paix dans les relations franco-algériennes. Actuellement, ce point d’arrêt est historique mais représente également l’espace de transit entre les hauteurs d’Alger et la baie.

Des richesses bâties 49


© Gaston Batistini: Hotel Albert 1er

Si l’on se positionne face à la baie d’Alger, trois bâtiments se présentent successivement : L’Hôtel Albert 1er, l’ex Siège de la Dépêche et enfin la célèbre Grande Poste d’Alger. Le premier bâtiment, l’hôtel Albert 1er, fut édifié en 1907. Il se trouve à l’angle d’une rue, d’où son traitement d’angle particulier et son riche décor matérialisé par des corniches, des moulures et des modénatures dorées. Il maintient jusqu’à nos jours son activité et reste très prisé par les touristes puisqu’il est au cœur du dynamisme d’Alger. Ensuite, l’actuel Siège du Rassemblement National Démocratique, conçu par Henri Petit en 1906 vient s’affirmer dans un style différent du noyau colonial initial. C’est l’un des premiers bâtiments de style néo-mauresque imposé par le Gouverneur Jonnart, sa volonté étant d’arborer une stratégie pacifiste et protectrice ou humaniste afin de masquer la politique de colonisation et cela par la mise en valeur du patrimoine oriental. L’ex Siège de la Dépêche témoigne de cette politique puisqu’il affiche un décor orientaliste très chargé à l’intérieur comme à l’extérieur par le traitement de la façade par une série d’arcs outrepassés sur colonnades finement sculptés. En continuité avec le bâtiment précédent, nous arrivons au pied de la Grande Poste d’Alger. Très connue des algériens, elle reste l’un des monuments les plus significatifs de la richesse de la ville d’Alger. Œuvre de Voinot et Toudoire (1913) elle s’impose derrière une façade très orientaliste mais moderne et déclare une incroyable

Ineffable Magazine N°2 Octobre 2017

richesse de décor. Les parois intérieures, partagées entre agencement de mosaïque de faïence polychrome et stuc travaillé finement, abritent le joyau de la Grande Poste, sa «coupole à 8 pans». Les nervures de la coupole et son décor d’entrelacs de stuc convergent vers le pendentif suspendu au-dessus du hall central. Aujourd’hui, la Grande Poste est fermé au public, il fait l’objet d’un projet de reconversion en musée et sera donc prête à recevoir des visiteurs qui admireront sa beauté inouïe. Au loin, la fameuse rue d’Isly se dessine, c’est l’actuelle rue Larbi Ben Mhidi. Récemment réhabilitée, elle exhibe sa rythmique rigoureuse et sa discipline architecturale dans la succession des immeubles de rapport qui respectent l’urbanisme traversé au préalable et affiche un dynamisme social et architectural très prononcé. Toujours beaucoup de bruit, des rythmes de pas accélérés, des voix qui s’élèvent et des rires qui gisent, nous arrivons au fameux Milk Bar. Charmant café anciennement huppé et point de rencontre de la bourgeoisie d’Alger, il est aujourd’hui considéré comme un lieu de rencontre populaire mais surtout un lieu de mémoire puisqu’il fut témoin de l’attentat du FLN de 1956. Au-dessus de ce café, fait peu connu, s’élève le bâtiment qui a abrité pendant longtemps le Bon Marché d’Alger. Ce fut une série de magasins, inaugurée en 1923, qui se développait autour d’un atrium avant d’être rehaussé de trois niveaux animés par de grandes baies.

Des richesses bâties 50


© Nabil Zedam: Le MAMA

Face au café, élevé sur un cheval de bronze, l’Emir AbdelKader brandit son seïf au milieu de la Place qui porte son nom, anciennement Place Bugeaud, comme pour crier l’indépendance et la liberté de l’Algérie suite à la libération de l’occupation française. Non loin de là se dessine l’image d’un bâtiment dansant entre le style néo-mauresque et la contemporanéité, c’est le Musée National d’Art Moderne et Contemporain d’Alger, ou plus communément appelé le « Mama ». Ce musée est le résultat de la reconversion des anciennes Galeries de France édifiées en 1901, autre chef-d’œuvre de l’architecte Henri Petit. Ce bâtiment abrite aujourd’hui les plus belles œuvres d’artistes algériens plasticiens modernistes et contemporains sous la lumière diffusée par les trois coupoles octogonales surplombant les galeries aux parois sculptées et mis en scène sous les jeux de lumières et d’ombres de l’espace intérieur. La façade orientaliste du bâtiment avec ses arcades en arcs outrepassés a été rajeunie par les touches contemporaines et rafraichissantes de couleur s’affirmant comme un bâtiment du passé au présent. Dès lors que l’on entreprend la descente vers la baie, la brise marine s’intensifie et le bleu azur de la mer méditerranée se clarifie. La fraicheur se fait ressentir et l’ouverture approche, nous quittons le noyau dynamique et densifié d’Alger. La découverte de cette première facette dynamique d’Alger est à présent finie mais les autres ne sont que plus belles les unes que les autres…

Suite de la promenade dans le prochain numéro…

Chelgham fatima & Aouidef louisa

Ineffable Magazine N°2 Octobre 2017

Des richesses bâties 51


Escaliers d’Alger Alger, ville ankylosée autant par sa nonchalance que par sa beauté. Alger, tu ne cesseras donc jamais de nous étonner ! Ceux dont l’âme est inculte ne font que regarder vaguement, voir lâchement, tandis que ceux qui observent minutieusement s’abreuvent de cette manne culturelle algéroise toutefois narquoise ! Car Alger recèle de nombreux joyaux visibles pour ceux, bien sûr, qui voudront bien les regarder. Mais les « regarder » ne serait point suffisant à l’égard de leur valeur. Ce patrimoine, il faut le sentir et le (re)ssentir ! Parmi cette myriade de trésors, se trouve une catégorie tantôt ignorée tantôt admirée : Je voudrais vous parler de l’âme des « Escaliers d’Alger ». Quand vous errez volontairement dans la Blanch(i)e, votre route tracée alambiquée croisera tôt ou tard, un des innombrables Escaliers que compte la capitale. Qu’il mène vers le haut ou vers le bas, il invitera toujours les esprits des baroudeurs hardis à l’emprunter. C’est alors, que pour eux se profile une nouvelle dimension des «Balades à Alger». Le terme « Se balader » est à bannir pour laisser place à « Arpenter ». En effet, on ne se balade pas dans un escalier, on l’arpente. Nos pieds foulent les marches à reculons, nos jambes jonchent les paliers allégrement et nos yeux contemplent ce qu’ils voudront bien contempler. C’est ainsi qu’on découvre l’âme de la ville, non pas en se faufilant dans la foule de ses artères bondées ou en se cloisonnant dans son carrosse de princesse des temps modernes, mais en «Arpentant» ses Escaliers. Ces Escaliers, ce sont les nôtres, ils sont le pont entre tout ce qui nous fait, tout ce qui nous sépare aussi. Les Escaliers de la Casbah, de Laâqiba et de Bab El Oued ébahissent par leurs pensées mémorielles, ceux du Telemly et d’Alger-Centre par leurs grandeurs tantôt étroites tantôt éternelles, ceux de Kouba et d’El Biar par leur calme et leur simplicité suavement belle. Détrompez-vous si vous croyez que les Escaliers d’Alger ne sont qu’extérieures aux bâtisses, certaines surprises se gardent bien au chaud à l’intérieur des cours et aux enceintes des halls d’entrée. N’hésitez donc pas une seule seconde à aller à la rencontre de ces toiles baroques, classiques ou naturalistes parsemées dans les immeubles du centre. De passage à la Rue d’Isly, aventurez-vous là où votre instinct d’explorateur urbain vous dit d’entrer, qui sait ? Peut-être que vous tomberez nez-à-nez avec une réplique, dans une plus petite échelle, des escaliers marbrés de Versailles (Je peux vous attester de leur existence !) ou bien avec un escalier hélicoïdal si géométrique qu’il vous hypnotisera par sa perfection, ou même un escalier basique qui ne paye pas

de mine au premier abord mais qui se dévoilera bien plus sympathique avec celui qui aura bien voulu l’ « écouter ». « Ces Escaliers ont une Âme ». Parfois ils sont enjolivés (ou enlaidis selon le degré de bigarrure) par quelques céramiques çà et là, égayés par quelques couleurs à la limite de l’écœurement et parfois, la terne teinte grisâtre des escaliers est laissée pour compte, invitant généreusement les piétons et tous les éléments environnants à raviver leurs couleurs estompées par leur vie tout simplement... Il faut les réconforter ces Escaliers ! Les Escaliers d’Alger détiennent en eux toute l’âme d’un peuple, le représentant d’une façon qui, tirée par les cheveux, devient poétique : Ils sont l’ascension de l’esprit vers les voluptés taciturnes des sages, comme ils peuvent aussi être la dégringolade de l’esprit vers les vicissitudes mortifères de l’existence. De même, les Escaliers d’Alger évoquent aussi bien la peur que l’espoir, le pure que le sale, le beau que l’affreux. Mais cela n’est pas bien grave en soi, ce qui est grave c’est cette complaisance dans notre ignorance de ces « êtres » à part entière. Quand on y pense, n’est-ce pas que tout ce qui n’est pas beau est en réalité sublime !

Aïmen Laihem

© Blueberries


Rubrique


Houria et l’huile empoisonnée Illustré par: Aîcha Khous

I

l était une fois, une charmante petite fille brune qui vivait avec son père dans une grande maison située en haut d’une colline. Houria, comme son prénom l’indique, était une petite fille libre et qui, malgré la perte de sa maman, resta rêveuse et pétillante… Elle fut la seul raison de vivre de son papa.

Un jour, ce dernier décida de se remarier. Houria était ravie d’avoir une nouvelle maman. A sa grande déception ; sa belle-mère ne reflétait guère l’image d’une douce maman, elle en était plutôt le contraire. Une fois, pendant que Houria jouait dehors, elle appela «Maman, veux-tu venir jouer avec moi ?» Sa belle-mère, d’un ton méchant, lui répondit «Non ! Et combien de fois dois-je te répéter que je ne suis pas ta mère ! Je suis tata Zineb». Toute triste et endolorie, Houria, à l’abri du regard de son papa, était partie chercher toutes ses affaires, elle coiffa ses cheveux en nattes, mit un petit foulard en soie sur sa tête, porta ses bijoux en argent et quitta la maison. La petite marcha dans les bois jusqu’à ce qu’elle se trouve face d’une vielle maison modeste, elle décida alors d’y entrer. À l’intérieur, Elle vit un hall où l’on a posé de grands récipients contenant des grains de blé, elle traversa la pièce. Désormais, se trouvant dans la cour ; elle vit sept femmes faisant le linge dans de grandes bassines. Une des femmes se retourna d’abord vers elle, suivit par les six autres. Houria leur raconta son histoire, les bonnes femmes eurent de la compassion pour la petite, et décidèrent de l’élever comme leur propre fille. Ainsi, Houria grandissait et les bonnes femmes lui apprirent les bonnes manières que toute fille doit connaître. Un jour, Massinissa, le fils d’une amie des sept femmes, issu d’une famille noble, vint leur rendre visite. Elles lui présentèrent Houria qui était devenue une jeune femme. Massinissa fut ébloui par sa beauté et par sa sagesse. Ce jour-là, Houria prépara un couscous (S’ksou) humecté d’eau de fleur d’oranger et servi avec une sauce rouge accompagnée de légumes, le mélange des saveurs était exquis. Quand Massinissa revint chez lui, il parla de Houria à sa mère afin de la demander en mariage. Aussitôt dit, aussitôt fait. Baya, la mére, était toute contente à l’idée que son fils ait rencontré l’amour de sa vie. Le lendemain, elle se rendit chez les sept femmes et offra à Houria une robe en soie ornée de belles couleurs vifs, accompagnée d’une Fota et une magnifique bague en argent et en corail. Houria était aux anges et accepta la demande.

Ineffable Magazine N°2 Octobre 2017

One upon a time

54


Pendant ce temps, dans l’ancienne maison de Houria, sa belle-mère marâtre donna naissance à une fille qu’elle prénomma Kahina. Un jour, pendant que Zineb et sa fille Kahina se baladaient au Souk, elles croisèrent une vieille amie, cette dernière leur fit savoir que bientôt son fils épousera une jolie jeune fille orpheline appelée Houria. Zineb, à cette nouvelle, fut folle de rage et de jalousie, elle qui espérait que Massinissa épouserai sa fille. Elle décida alors d’aller la voir, mais aussi… de concocter un plan. Elle se déguisa avec un Hayek blanc et se dirigea vers la demeure de la jeune fille. Elle frappa à la porte, Houria ouvrit à la bonne femme, qui lui dit : « Bonjour jeune fille, que tu es belle ! Mes donts de magicienne m’ont annoncé que tu t’apprêtais à épouser à un beau jeune garçon… » Houria hocha timidement la tête en affirmatif, la marâtre continua en disant : « Tiens, je t’ai apporté ceci, dans ce flocon, il y a de l’huile d’olive, chaque soir avant de dormir, étale une petite quantité sur ton visage, tu seras encore plus jolie le jour de ton mariage ». Houria prit le bocal et ferma la porte après que la bonne femme soit partie, sans savoir que cette huile était empoisonnée… Comme on le lui a prescrit, chaque soir, Houria étala de petites quantités sur son visage, mais à mesure qu’elle l’appliquait, elle remarqua que des tâches rouges et des boutons faisaient leur apparition sur tout son visage. Ne sachant quoi faire, elle pleura en disant qu’elle devint laide. En la voyant ainsi, les bonnes femmes demandèrent des explications, Houria raconta alors l’histoire de la dame au Hayek blanc. L’une des bonnes femmes lui donna de l’eau de rose en lui expliquant qu’elle devait l’utiliser chaque jour à l’aube et à l’abri du soleil, Houria exécuta, et cette eau donna son effet. Au bout de quelque temps, toutes ses tâches disparurent et son visage regagna son éclat. Houria était éblouissante le jour de son mariage. Massinissa et elle vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants.

Larbi Benhora Marwa


Djoha et la légende du loup Il était une fois un homme qui s’appelait Djoha. Il vivait avec sa femme et ses sept enfants dans un village lointain d’Orient. Il avait un âne qu’il ne quittait pas du matin au soir. Djoha ne travaillait pas, passant son temps à vagabonder avec les enfants du village. C’était sa femme qui travaillait durement pour nourrir la famille. Au village, on le prenait pour un fou, et on avait fini par le surnommer le Vieux Enfant. Un jour, sa femme tomba malade à cause de la dureté du travail. Elle lui en voulait : « au lieu de penser à ta famille, tu passes ton temps avec des enfants. Les gens ont raison de se moquer de toi. Alors ou tu te débrouilles, ou on va abandonner nos enfants dans la forêt comme les parents du Petit Poucet ! ». Djoha resta bouche bée. Il connaissait l’histoire du Petit Poucet : un voyageur érudit d’Occident qui avait fait un grand périple à la recherche d’un livre, la lui avait racontée. La situation de sa belle femme s’aggravait au jour le jour : la douleur s’irradiait dans son corps de statue orientale altérée par la pénibilité du travail. La nuit, Le Vieux Enfant ne put dormir. Il préméditait en dehors de la maison, contemplant la lune qui dessinait un carré sur le village. Tôt le matin, il se leva et se prépara au voyage. Il mit dans un sac en peau de chameau des vêtements, des dattes, du lait, de l’eau, et des rets. Il embrassa sa femme sur le front et quitta la maison les larmes dans les yeux. Aucun sou dans les poches. Il traversait sur son âne un village après l’autre, un pays après l’autre, le dos brulé par la chaleur d’Orient. Après des heures, il vit quelques taches vertes se dessiner au loin. Bien qu’épuisé, il s’arma davantage de courage et de patience. Son âne ne pouvait avancer. Il descendit et continua à pieds, sa bête derrière lui. Les taches vertes approchaient : c’était une grande forêt. Djoha y arriva en criant de joie. Au cœur de la forêt, une grande tente était dressée. Elle appartenait à un riche commerçant qui vendait des fruits et des objets rares importés de l’Asie ; c’était aussi le carrefour de tant de voyageurs qui s’y arrêtaient pour manger, acheter des provisions, et se détendre à l’ombre fraîche des arbres. Djoha attacha son âne à un arbre et entra dans la tente. Il était fasciné par les objets précieux qui se trouvaient dans cette tente piètre et rapiécée.

Ineffable Magazine N°2 Octobre 2017

- Salam Alikoum (Salut) cher frère. Bienvenue. Puis-je vous aider à trouver quelque chose ? dit le vieux marchand. - Merci pour votre sympathie. Je suis Djoha. Je viens d’un lointain village. Il s’approcha de lui et lui murmura : « je cherche un loup. Je travaille chez un riche Roi. Sa fille unique est gravement malade. On dit qu’elle est encerclée. Un sorcier lui a dit qu’il suffirait d’une tête de loup pour la guérir ; il m’a envoyé sillonner les terres d’Orient pour en trouver un». Le marchand s’esclaffa et dit : « désolé, on ne vend pas des animaux ici ! » - Mon Roi est prêt à donner mille pièces d’or contre un loup pour sauver sa fille, dit Djoha. Le vieux marchand changea d’humeur : « d’ici quelques jours tu auras ton loup, et j’aurai le sac plein d’or. » Envahi de joie, il pria Djoha de s’asseoir et de manger tout ce qu’il voulait sans payer. La nuit, Djoha prit son âne au fond de la forêt. Il trébuchait de temps en temps. Il s’arrêta à un endroit précis, attacha sa bête à un arbre, puis installa ses rets, et finit par monter sur un arbre. Il guettait les loups. Le temps passait et Djoha commença à désespérer. Des images de sa femme malade gravitèrent autour de sa tête. Soudain, l’âne lança de grands braiments : il avait soif. La dense forêt amplifia les cris de la bête. Djoha vit deux trous luisants s’approcher de loin. C’était un loup. La bête sauvage avança doucement vers l’âne. À quelques pas de ce dernier, le loup fut capturé par les rets de Djoha et ne put bouger. Le Vieux Enfant descendit et attacha sa proie. Au lever du jour, il sortit de son sac des habits sales et déchirés. Il se déguisa en mendiant, laissa son âne au même endroit, et avança vers la tente, le loup derrière lui. Le commerçant ne crut pas ses yeux en voyant le loup. Djoha entra, tendit sa main pour quémander de la nourriture. «Bonjour, je suis un mendiant. Je n’ai rien mangé depuis des jours.» Le vieux marchand le pria d’entrer et de manger ce qu’il désirait sans payer, puis lui dit : peux-tu me vendre ce loup ?

One upon a time

56


- Oui. - Combien tu veux le vendre ? -Cinq cents pièces d’or. - Ah ! C’est un prix irraisonnable ! - Tu as tort. Les loups sont devenus des trésors pour les sorciers d’Orient. Tu pourras le revendre à mille pièces. À vrai dire, ta sympathie et ta générosité m’obligent de te le vendre à cinq cents pièces. - D’accord je le prends. Le commerçant donna les cinq cents pièces au mendiant et prit le loup. Submergé de joie, Djoha retourna au cœur de la dense forêt en chantant. Il s’embarqua sur sa bête et se dirigea vers le village, heureux de s’être débarrassé de la pauvreté. À l’entrée du village, il changea ses habits. Sa famille fut étonnée à la vue du trésor. Il recruta un sage guérisseur pour soigner sa femme, à qui il ordonna de ne plus travailler. Et depuis ce jour, Djoha devint le plus riche habitant du village. On le respectait et l’appelait désormais « El Malik El-Bassit » (Le Roi Sobre).

Tawfiq Belfadel

Tawfiq Belfade, Jeune écrivain-chroniquer Dernier livre : « Sisyphe en Algérie » (Ed. Samar, Alger, 2017) Illustré par : Aîcha Khous


Rubrique RÉGIONS ET PASSIONS


ON THE EDGE OF THE ALGERIAN SAHARA In case you are wondering what to do during your winter vacation, how about visiting the Algerian desert and discover its history? I consider myself lucky for living around there, near one of the most beautiful and notorious places in Algeria. Where both local and international tourists come, in impressive numbers, to enjoy the area’s historical sites and natural landscapes.

Once you get there, you could experience so many things, such as going on tours around the village, hiking to the top of the highest dune (about 600 feet tall, according to one of the guides) to watch the sunset, riding camels, sand boarding , hang gliding and quad biking which is my favorite thing to do there…

Ikram Laimeche

TAGHIT, a magnificent oasis located in western Algeria, about 60 miles south from BECHAR, not far from the Moroccan borders. It is considered as crossroads for Trans-Saharan traders. The village is a living proof of Algeria’s rich history; people have lived in the area for thousands of years, since the Neolithic era. Today, fossils and Rock Inscriptions that describe human’s lifestyle back then, can be found around the town. The ruins of the ancient city resting on the edge of the town go back to the eleventh century; they are organized along a tall archway that leads to a maze of narrow alleys, which slope downwards along the hill. The town today stands out by the carved wooden doorways that dot the mud brick passageways, revealing a small scattering of guesthouses, shops and other vendors selling vivid paintings and a large variety of drums, guitars and everything else related to Arab music. Ask anyone to describe Taghit after visiting it for the first time, and He will describe it as “unique”, different from anywhere he has ever been to, and that would be true. Once you start getting closer to the town, you’ll see towering sand dunes behind the city , thick groves of green palm trees stretched down the valley, punctuated by the rosy hues of houses , framing our view like a beautiful backdrop, with only the desert behind it.

Ineffable Magazine N°2 Octobre 2017

© Walid Bouzeraa

Régions & Passions

59


L’Algérie, un amalgame identitaire Parfois, il suffit d’une simple contemplation de l’environnement dans lequel on vit, d’un débat sur les réseaux sociaux, d’un cours à l’université ou même d’une insulte raciste pour faire réveiller le questionnement et la réflexion sur notre identité. Qu’est ce qui nous unit? Et qu’est ce qui nous distingue des autres? Pour faire simple, si on vous dit: «Algérie», qu’est-ce que ça vous évoque? Une identité africaine embrouillée par les clichés internationaux (tiers monde, colonisation, ressources énergétiques, climat chaud...)? Une identité méditerranéenne berbère, arabo-musulmane ou bien maghrébine? Certains choisiront d’adopter une seule identité, d’autres les accepteront toutes ; Il y’en a même qui les refuseront toutes et tacheront de construire une autre. Mais ce qui est sûr, c’est qu’aussi confuse qu’elle soit; cette identité algérienne existe, et nous allons la découvrir ensemble à travers L’ARCHITECTURE. Commençons par explorer quelques échantillons de notre identité architecturale authentique qui se manifeste dans les villages kabyles, les médinas, les maisons Chaoui, les tombeaux numides et toute bâtisse dont les règles de construction sont dictées par les pratiques socio-culturelles et matérialisées par le savoir-faire local. Notre première station est Ghardaïa, principal village de la vallée du Mzab. Cet exemple illustre parfaitement l’identité architecturale mozabite, une identité qui a été forgée par des éléments tantôt acquis tantôt innés : la situation géographique, le climat, la religion et les traditions de la société ibadite. En effet, Ghardaïa, construite en citadelle, présente un ordre et une hiérarchie structurante démarrant des remparts jusqu’à l’habitation.


© Hadji Fadli

Le marché est la première interaction qu’on peut avoir avec le village, rejeté en périphérie, ce centre public est un lieu d’échange et de rencontre masculine; son emplacement empêche les étrangers de pénétrer dans l’espace privé du village. La mosquée, centre sacré, annoncée par son célèbre minaret qui se dresse au sommet tel un gardien protecteur, symbolise l’attachement à la religion et son importance dans la société. C’est aussi le cœur de la médina autour duquel naissent les habitations adossées les unes aux autres, formant des rues sinueuses et étroites assurant à la fois l’ombre, la fraicheur et l’intimité. La maison mozabite, dépourvue d’ouverture, présente un aspect extérieur rigoureux, embrasant le charme du désert qui non seulement protège de la rudesse du soleil mais aussi s’intègre harmonieusement dans le paysage saharien. La simplicité et la sobriété de la forme extérieure reflètent l’idée de l’égalité au sein de la société mozabite, où la distinction entre le riche et le pauvre ne doit pas être apparente. Quant à la configuration spatiale intérieure, elle est établie suivant le plan introverti autour d’une cour centrale «west eddar» couverte par un «chebak»: c’est l’espace où se déroulent les activités quotidiennes. L’entrée de la maison est caractérisée par la chicane «skiffa» : un espace coudé de filtration et de transition du «dehors» des hommes au «dedans» des femmes; la skiffa est suivie par une salle réservée au métier de tissage. La maison comporte aussi un salon pour les hommes « ’aali», et un salon pour les femmes «Tisefri», sans oublier la terrasse, liée aux terrasses voisines ; cet espace est le lieu de rencontres féminines par excellence. Notre brève visite au sud se termine ici. Il est clair que la pentapole du Mzab cache plus de mystères et de merveilles que ce qui vient d’être cité. Ghardaïa, Mélika, Bou Noura, Beni Isguen, El Ateuf… Chaque village incarne une spécificité particulière, mais ce qui leur a permis d’être un emblème de l’architecture saharienne, est ce caractère qui les unifie tous, et qui est loin de se résumer uniquement à la vallée ou au climat. C’est la parfaite harmonie entre culture, nature, architecture, et l’ensemble de caractères individuels en constante évolution qui ont pris forme et qui ont persisté dans le temps, perpétuant des valeurs plus importantes que n’importe quel autre héritage: une identité reconnue mondialement par l’UNESCO depuis 1982. Quelle serait notre prochaine destination? Y’retrouverons-nous les mêmes éléments identitaires? Réponse dans le prochain numéro...

Siham Khaddaoui

Ineffable Magazine N°2 Octobre 2017

Régions & Passions 61


‫ﻟﻘﺪ ﴍﻋﺖ ﰲ ﻛﺘﺎﺑﺔ ﻫﺬا اﳌﻘﺎل وأﺿﻠﻌﻲ ﻣﺜﻘﻠﺔ ﻻ ﺗﻌﻠﻢ ﻣﺎذا ﺳﺘﺠﻨﻲ ﻣﻦ ﻧرث‬ ‫ﻛﻠامت أﺧﺮى ﻋﲆ ورق‬ ‫ﺣﺴﻨﺎ دﻋﻮين أُزح ﻋﻨﻜﻢ ﻗﺮاءة اﻟﺒﺪاﻳﺎت وﻟﻨﺘﻮﻏﻞ ﰲ ﺻﻠﺐ اﳌﻮﺿﻮع ﻛام ﻳﻘﻮﻟﻮن‪.‬‬ ‫أﻧﺎ ﻫﺎﺟﺮ‪ُ ،‬وﻟﺪت ﰲ ﻣﺪﻳﻨﺔ ﺗ ُﺪﻋﻰ ﻗﺴﻨﻄﻴﻨﺔ أو ﻣﺪﻳﻨﺔ "اﻟﺠﺴﻮر اﳌﻌﻠﻘﺔ" ﻛام‬ ‫ﻳﺤﻠﻮ ﻟﻨﺎ ﻧﺤﻦ أﺑﻨﺎءﻫﺎ وﺑﻨﺎﺗﻬﺎ أن ﻧﺴﻤﻴﻬﺎ وﻧﻐﺪﻗﻬﺎ ﺑﺎﻟﺪﻟﻊ‬ ‫ﻣﺪﻳﻨﺘﻲ ﺗﺸﺘﻬﺮ أﻳﻀﺎ ﺑﺄﻧﻬﺎ ﻣﻨﱪ اﻟﻌﻠﻢ‪ ،‬ﻣﺪﻳﻨﺘﻲ ﺗُﻌﺮف ﺑﺄﻧﻬﺎ ﺻﻠﺒﺔ ﻗﻮﻳﺔ‬ ‫ﺗﻌﻠﻤﺖ ﻣﻨﺬ ﻃﻔﻮﻟﺘﻲ أن أﺣﺐ ﻫﺬه اﳌﺪﻳﻨﺔ وأﺿﻤﻬﺎ ﺑﻌﻴﻮﺑﻬﺎ وﻧﻮاﻳﺎﻫﺎ وﻣﺰاﻳﺎﻫﺎ‬ ‫ﺑﺼﺪر رﺣﺐ‪ ،‬أن أﻗﺎﺑﻞ أي ﺳﻴﺌﺔ ﺑﺪت ﰲ اﻷﻓﻖ ﻣﻦ ﻃﺮﻓﻬﺎ ﺑﻌﻄﻒ اﻷم ﻋﲆ‬ ‫ﺻﻐريﻫﺎ‪ ،‬رﻏﻢ أﻧﻬﺎ ﻫﻲ اﻷم واﻟﺠﺪة واﻟﻌﺠﻮز اﻟﻌﺘﻴﻘﺔ‪ ،‬وﻛﻼﻧﺎ ﻳﻌﻠﻢ أن ﻋﺪم اﻋﺘﻨﺎء‬ ‫اﻵﺑﺎء ﺑﺎﻷﺑﻨﺎء ﻗﺪ ﻳﻨﻘﻠﺐ ﻋﻘﻮﻗﺎ ﻳﺘﺠﺮﻋﻮﻧﻪ ﻣﻨﻬﻢ رﻏﻢ ﺗﺤﺮﻳﻢ اﻟﴩﻳﻌﺔ ﺛﻢ اﻟﻌﺮف‬ ‫أي إﺳﺎءة إﻟﻴﻬﻢ‪ .‬أﺣﻴﺎﻧﺎ رﻓﻀﺖ أن أﺗﻘﺒﻞ ﻣﺠﺮد رﻋﺎﻳﺘﻬﺎ إﻳﺎي ﺳﺒﺒﺎ ﻟﺘﻮﻗريﻫﺎ‪،‬‬ ‫أﻋﱰف‪ ،‬ﻣﺎﴈ ﻫﺬه اﳌﺪﻳﻨﺔ وﻋﻤﻘﻬﺎ اﻟﺤﻀﺎري‪ ،‬اﻧﺎﺗﻬﺎ ورﺳﺎﻟﺘﻬﺎ وﺑﺴﺎﻟﺘﻬﺎ ﻋﱪ‬ ‫ﺗﺎرﻳﺦ ﻣﴣ ﺷﻔﻊ ﻟﻬﺎ ﻋﻨﺪي اﻟﻜﺜري‪ ،‬أﺣﻴﺎﻧﺎ اﻛﺘﻔﻴﺖ ﺑﺤﺒﻬﺎ وأﺣﻴﺎﻧﺎ أﺧﺮى ﻏﻀﺒﺖ‬ ‫ﻣﻨﻬﺎ ﻛﺜريا‪ .‬أﻧﺎ و أﻧﺖ ﻧﻌﺮف ﻫﺬا ‪ ،‬اﻟﺤﺐ ﻻ ﻳﺼﻨﻊ ﻛﻞ ﳾء دامئﺎ ‪ ،‬ﻧﺎدﻳﺘﻬﺎ ﺑﺼﻤﺖ‬ ‫و مل ﺗﺠﺐ ‪ ،‬اﺷﻔﻘﺖ ﻋﻠﻴﻬﺎ و ﻣﻨﻬﺎ ‪ ،‬ﻓﺮرت ﻣﻨﻬﺎ ﺛﻢ اﺷﺘﻘﺖ إﻟﻴﻬﺎ‪ ،‬ازدرﻳﺘﻬﺎ و‬ ‫اﺣﺘﻘﺮﺗﻬﺎ ﻣﺮات ﻋﺪﻳﺪة ﺧﻔﻴﺔ ﻛﻤﺠﺮم ﻳﻌﻠﻢ ﺑﺄن ﻗﺎﺿﻴﻪ ﻳﻘﻮل ﺣﻘﺎ ﻻ اﻟﺘﻮاء ﻓﻴﻪ و‬ ‫ﻻ ميﻠﻚ إﻻ ﺷﺘﻤﻪ ﴎا ‪ ،‬رمبﺎ ﻛﺎﻧﺖ اﻗﻮى ﻣﻨﻲ و اﺳﺘﻤﺮت ﰲ ﺷﻤﻮﺧﻬﺎ رﻏام ﻋﻨﻲ‪،‬‬ ‫أﻇﻦ اﻧﻨﻲ ﻛﻨﺖ أرى أﻧﻪ ﻣﻦ اﻟﻨﻔﺎق و ﴐب ﻣﻦ اﻟﺠﻨﻮن و اﳌﺜﺎﻟﻴﺔ اﻟﺤﻤﻘﻰ أن‬ ‫ﻧﺪﻋﻲ اﻻﻧﺘامء إﻟﻴﻬﺎ‪ ،‬ﺛﻢ ﺗﺘﻸﻷ اﻋﻴﻨﻨﺎ اﻧﺒﻬﺎرا ﻣﺎ إن ﺗﻄﺄ أﻗﺪاﻣﻨﺎ ﻣﺪﻳﻨﺔ أﺧﺮى‪.‬‬ ‫ﻟﻜﻨﻨﻲ و ﻣﻊ ﻣﺮور اﻷﻳﺎم ﺑﺪأت أﺳﱪ أﻏﻮارﻫﺎ‪ ،‬ﺑﻌﺪ أن أﺗﻌﺒﻨﻲ ﺛﻘﻞ اﻟﺤﻘﺪ اﻟﺬي‬ ‫ﺣﻤﻠﺘﻪ اﺗﺠﺎﻫﻬﺎ ‪ ،‬أدرﻛﺖ أن اﻟﴪ مل ﻳﻜﻦ ﻓﻴﻬﺎ ﺑﻞ ﻓﻴﻨﺎ ﻧﺤﻦ ‪ ،‬ﻧﺤﻦ اﻟﻘﻠﻮب اﻟﺘﻲ‬ ‫ﻳﺠﺐ أن ﺗﺤﺒﻬﺎ ‪ ،‬ﻟﻨﻌﺘﱪ ذﻟﻚ ﺣﺪا أو ﻣﻜﺎﻓﺄة‪ ،‬أﳌﺎ أو ﺳﻌﺎدة ‪ ،‬ﻟﺰم ان ﺗﺤﺒﻬﺎ رﻏﻢ‬ ‫ﻛﻞ ﳾء ‪ .‬رمبﺎ ﻷﻧﻬﺎ ﺻﺎﻣﺪة ﻋﲆ ﻃﺮﻳﻘﺘﻬﺎ‪ ،‬ﻷﻧﻬﺎ رﻏﻢ اﻟﻘﻴﻮد اﻟﺘﻲ ﺗﻜﺒﻠﻬﺎ و رﻏﻢ‬ ‫أﻧﻬﺎ مل ﺗﺘﺰﻳﻦ ﻣﻨﺬ أﻣﺪ ﺑﻌﻴﺪ ﺗﺘﻠﻘﻰ ﻛﻞ ﻫﺬا اﻹﻋﺠﺎب و اﻻﻃﺮاء‪ ،‬و اﻧﺎ و أﻧﺖ‬ ‫ﻧﻌﺮف أﻳﻀﺎ ﺑﺄن اﻟﺤﺐ ﻻ ﻳﺘﻠﻘﺎه إﻻ ﻣﻦ ﻳﺴﺘﺤﻘﻪ‪ .‬ﺛﻢ اﺳﺘﺪﻋﻰ اﻷﻣﺮ ﻃﻮﻳﻼ و ﺑﻌﺪ‬ ‫ﻟﻒ ودوران ﻛﺜري ﻟيك أﻃﻮر ﻧﻈﺮﻳﺔ "اﻟﺤﺐ ﺑﻼ ﻣﻘﺎﺑﻞ" ﻫﺬه ﻟيك أﺻﻞ ﺑﻌﺪﻫﺎ اﱃ‬ ‫أن ﺣﺐ ﻣﺪﻳﻨﺘﻲ ﻟﻦ ﻳﻐري ﻣﺎ ﻓﻴﻬﺎ وﻟﻦ ﻳﻨﻘﺾ ﻇﻬﺮﻫﺎ أو ﻳﻨﻜّﺪ ﻋﻴﺸﻬﺎ‪ ،‬ﻟﻜﻨﻪ ﻗﺎﻋﺪة‬ ‫‪62‬‬

‫‪Régions & Passions‬‬

‫‪© Hani Adjadj‬‬

‫ﻣﺘﻴﻨﺔ ﻷﺳﺘﻄﻴﻊ اﳌﴤ ﺑﻬﺎ اﱃ اﻷﺣﺴﻦ‬ ‫ﻣﻬﻼ ! أﻧﺎ أﻋﺮف… ﺳﱰون ﰲ ﻛﻼﻣﻲ ﺗﻨﺎﻗﻀﺎ ﻛﺒريا ‪ ،‬اﻧﺘﻘﺪ ﺣﺒﻬﺎ ﺛﻢ أﺣﺒﻬﺎ و‬ ‫اﻟﻠﺐ ﻳﺎ ﺳﺎدة ‪ ،‬ﻛﻞ ﻣﺎ أرﻳﺪ أن أﻗﻮل ﻫﻮ‬ ‫أدﻋﻮا اﱃ ﺣﺒﻬﺎ ؟ ﻻ ﻟﻴﺲ ﻫﺬا ﻫﻮ ّ‬ ‫أن ﺗﺎرﻳﺨﻨﺎ ﺣﻘﺎ ﻋﻈﻴﻢ‪ ،‬ﻟﻜﻨﻪ ﻣﻊ اﻻﺳﻒ ﻟﻦ ﻳﺠﻠﺲ ﻣﺮﺗﺪﻳﺎ ﺗﺎﺟﺎ ﻣﺮﺻﻌﺎ‬ ‫ﺑﺎﻟﺬﻫﺐ وﺳﻂ ﻣﺪﻳﻨﺘﻲ ﻟرياه ﻛﻞ ﻣﻦ ﻣﺮ و ارﺗﺤﻞ ﻣﻦ ﻫﻨﺎ ‪ ،‬ﻫﻮ ﻻ ﻳُﺮى اﻵن‪،‬‬ ‫اﻟﺘﺎرﻳﺦ ﻧﻬﺎﻳﺔ ﻗﺼﺔ و ﺑﺪاﻳﺔ أﺧﺮى ﻧﺤﻦ ﻧﺮوﻳﻬﺎ‪ .‬اﻟﺘﺎرﻳﺦ ﻛﺎن و ﺳﻴﻜﻮن ﻟﻨﻨﺘﻔﻊ‬ ‫ﻣﻦ ﻋﺒﺎرﺗﻪ و ﻧﺰﻳﻦ ﺑﻪ أﺳﻮار اﳌﺪﻳﻨﺔ‪ .‬اﻟﺘﺎرﻳﺦ ﻣﻬﺪ اﻟﺤﻀﺎرة ‪ ،‬أﻗﻮل "ﻣﻬﺪ" ‪ ،‬ﻓﻬﻮ‬ ‫اﻟﺬي ﻳﺤﻤﻠﻨﺎ ﻟرنىب ﺗﺤﺖ أﻧﻈﺎره‪ ،‬ﻻ ﻳﱪر ﻟﻨﺎ اﳌﺠﺪ ﰲ اﻷﻳﺎم اﻟﺨﻮاﱄ ﻫﻮان ﻣﺎ‬ ‫ﻧﺤﻦ ﻋﻠﻴﻪ اﻟﻴﻮم‬ ‫ﻛﻞ ﻣﺎ أمتﻨﻰ ﻫﻮ أن ﺗﺮﻗﻰ ﻫﺬه اﳌﺪﻳﻨﺔ اﻟﺘﻲ أﺣﺐ ‪ ،‬أن ﻻ ﺗﺴﺘﻌﻤﻞ اﻟﺘﺎرﻳﺦ‬ ‫ﻛﻤﱪر ﺑﻞ ﻛﻤﺤﻔﺰ ﻟﻠﻨﻀﺞ‪،‬رمبﺎ ﻳﻮﻣﻬﺎ ﺳﻨﻜﻮن ﻧﺤﻦ ﺗﺎرﻳﺦ اﳌﺴﺘﻘﺒﻞ‪ .‬اﻟﺘﺎرﻳﺦ ﻳﺎ‬ ‫ﺳﺎدة ﻳُﺼﻨﻊ ﻛﻞ ﻳﻮم‪ ،‬اﻟﺘﺎرﻳﺦ ﻧﺮاه ﰲ ﻃُﻬﺮ أزﻗﺘﻬﺎ و ﺟامل أرﻛﺎﻧﻬﺎ ‪ ،‬ﺗﺎرﻳﺨﻨﺎ‬ ‫ﻳﻌﺘﻖ و ﻳُﺴﺘﺨﻒ ﺑﻪ إن ﻧﺤﻦ مل ﻧﻌﻤﻞ ﺑﻪ‬ ‫اﻟﺤﻀﺎرة ﻻ ميﻜﻦ اﺳﺘريادﻫﺎ ﻣﻦ ﺑﻠﺪ إﱃ آﺧﺮ‪ ،‬رﻏﻢ اﺳﺘرياد ﻛﻞ ﻣﻨﺘﺠﺎﺗﻬﺎ وﻣﺼﻨﻮﻋﺎﺗﻬﺎ‪.‬‬ ‫ﻷن اﻟﺤﻀﺎرة إﺑﺪاع‪ ،‬وﻟﻴﺴﺖ ﺗﻘﻠﻴﺪا أو اﺳﺘﺴﻼم وﺗﺒﻌﻴﺔ ﻛام ﻳﻈﻦ اﻟﺬﻳﻦ ﻳﻜﺘﻔﻮن‬ ‫ﺑﺎﺳﺘرياد اﻷﺷﻴﺎء اﻟﺘﻲ أﻧﺘﺠﺘﻬﺎ ﺣﻀﺎرات أﺧﺮى‪ .‬ﻓﺒﻌﺾ اﻟﻘﻴﻢ ﻻ ﺗﺒﺎع وﻻ ﺗﺸﱰى‪ ,‬وﻻ‬ ‫ﺗﻜﻮن ﰲ ﺣﻮزة ﻣﻦ ﻳﺘﻤﺘﻊ ﺑﻬﺎ ﻛﺜﻤﺮة ﺟﻬﺪ ﻣﺘﻮاﺻﻞ أو ﻫﺒﻪ ﺗﻬﺒﻬﺎ اﻟﺴامء‪ ,‬ﻛام ﻳﻬﺐ‬ ‫اﻟﺨﻠﺪ ﻟﻸرواح اﻟﻄﺎﻫﺮة‪ ,‬وﻳﻀﻊ اﻟﺨري ﰲ ﻗﻠﻮب اﻷﺑﺮار ﻣﺎﻟﻚ ﺑﻦ ﻧﺒﻲ ‪ -‬ﴍوط اﻟﻨﻬﻀﺔ‬

‫ﻍ‪ .‬ﻫﺎﺟﺮ‬ ‫‪Ineffable Magazine N°2 Octobre 2017‬‬


‫‪© Oussama Berrah‬‬

‫ﻣﺴﺢ اﻟﻐﺒﺎر‬ ‫وﻟﺪت مبﺪﻳﻨﺔ ﺗﻘﺒﻊ ﰲ ﺷﻤﻮخ ﻣﻦ ﻣﻮﻃﻦ ﻣﻴﻼد اﻟﺸﻤﺲ ‪ ،‬ﻣﺪﻳﻨﺔ أﻃﻠﻖ ﻋﻠﻴﻬﺎ‬ ‫اﻹﻏﺮﻳﻖ ﻫﻴﻜﺎﻃﻮﻣﻔﻴﻞ‪ ،‬اﳌﺪﻳﻨﺔ ذات اﳌﺌﺔ ﺑﺎب ﺗﺸﺒﻴﻬﺎ ﻟﻬﺎ ﺑﺄﺧﺘﻬﺎ اﳌﴫﻳﺔ ﻃﻴﺒﺔ ﰲ‬ ‫ﺑﺮﻛﺘﻬﺎ و ﺧرياﺗﻬﺎ‬ ‫ﻛﺎﻧﺖ ﺷﺠﺮة اﻟﺰﻳﺘﻮن اﻟﺘﻲ أﺳﻘﺖ ﺣﻨﺎﺟﺮ اﻟﻔﻨﻴﻘني ﰲ ﻗﺮﻃﺎج و ﺳﻨﺒﻠﺔ اﻟﻘﻤﺢ اﻟﺘﻲ‬ ‫ﻣﻸت ﻣﺨﺎزﻧﻬﻢ‪ ،‬ﺑﻬﻜﺬا ﺛﺮاء أﺻﺒﺤﺖ ﻣﺮﻛﺰا ﻣﻬام ﻟﻘﺮﻃﺎج‪ .‬ﻟﺘﺼﺒﺢ ﺑﻌﺪ ذﻟﻚ ﻋﻨﺪ‬ ‫اﻟﺮوﻣﺎن ﻣﻠﻘﺒﺔ ﺑﺘﻴﻔﺎﺳﺖ أي اﻟﻠﺒﺆة وﺗﺼري ﺑﻬﺬا أﻫﻢ اﳌﺪن اﻟﺮوﻣﺎﻧﻴﺔ ﰲ ﻧﻮﻣﻴﺪﻳﺎ و‬ ‫ﺷامل إﻓﺮﻳﻘﻴﺎ ﻛﻜﻞ‪ .‬ﻣﻦ ﺣﺠﺎرﺗﻬﺎ ﻧﺤﺘﺖ اﻟﺘامﺛﻴﻞ و ﺑﻨﻴﺖ اﳌﻌﺎﺑﺪ و ﺻﻔﺖ اﻟﺤﺠﺎرة‬ ‫ﻟﱰﺻﻊ ﺳﺎﺣﺎت اﻟﻔﺮوم و اﻟﺒﺎزﻟﻴﻜﺎت ‪ .‬ﻓﻜﺎﻧﺖ ﻣﻮﻃﻨﺎ ﺗﺠﺴﺪ ﻓﻴﻪ رﻗﻲ اﻟﻔﻦ اﻟﺮوﻣﺎين‬ ‫ﻣﻦ ﻋامرة وﻧﺤﺖ‪ .‬أﻣﺎ اﻟﺒﻴﺰﻧﻄﻴﻮن ﻓﻘﺪ ﺣﻤﻮا ﻫﺬه اﻟﺠﻮﻫﺮة ﺑﺴﻮر ﺑﻴﺰﻧﻄﻲ ﻳﻘﻒ‬ ‫ﺷﺎﻣﺨﺎ ﻟﻴﻮﻣﻨﺎ ﻫﺬا ﻛﺠﺒﺎﻟﻬﺎ ‪,‬ﺟﺒﺎل اﻟﺪﻛﺎن‪ ,‬ﻣﺪﻳﻨﺔ ﻛﺎﻧﺖ ﻣﺮﻛﺰ ”دﻳﻬﻴﺎ“ اﻟﺘﻲ أﻇﻬﺮت‬ ‫ﺑﺮاﻋﺔ وﺑﺴﺎﻟﺔ اﳌﺮأة اﻷﻣﺎزﻳﻐﻴﺔ ﻓﻠﻘﺒﻬﺎ اﳌﺴﻠﻤﻮن ﺑﺎﻟﻜﺎﻫﻨﺔ‬ ‫إﻧﻬﺎ ﻣﺪﻳﻨﺘﻲ اﳌﻌﺮوﻓﺔ ﺣﺎﻟﻴﺎ ﺑﻮﻻﻳﺔ ﺗﺒﺴﺔ‪ ،‬اﻟﺘﻲ ﻛﱪت و أﻧﺎ أداﻋﺐ ﺑﺘﻠﻚ اﻷﻧﺎﻣﻞ‬ ‫اﻟﺼﻐرية ﺣﺠﺎرة اﻟﺴﻮر اﻟﺒﻴﺰﻧﻄﻲ اﻟﻀﺨﻤﺔ ‪ ،‬و أﻧﺘﻘﻞ ﺗﺎرة ﺑني ﻣﻌﺒﺪ ﻣﻴﻨﺎرف اﻟﻬﺔ‬ ‫اﻟﺤﻜﻤﺔ واﻟﺤﺮب ‪ ،‬و اﻟﺒﺎزﻟﻴﻜﺎ اﳌﺴﻴﺤﻴﺔ اﻟﺘﻲ ﻻﺗﺒﻌﺪ ﻛﺜريا ﻋﻦ اﳌﺴﺠﺪ اﻟﻌﺘﻴﻖ اﻟﺬي‬ ‫ﺧﻠﻔﻪ اﻷﺗﺮاك‪ ،‬ﻟﺘﺠﺴﺪ ﺑﺬﻟﻚ ﺛﺎﻟﻮﺛﺎ ﺷﺒﻴﻬﺎ ﺑﻘﺪس اﻷﻗﺪاس‪ .‬أﻣﺎ ﻣﺪﺧﻠﻬﺎ ﻓﻘﺪ ﺗﻮج‬ ‫ﺑﻌﻈﻤﺔ اﻟﻨﴫ‪ .‬ﻓﻤﺪﺧﻠﻬﺎ ﻗﻮس ﻧﴫ اﻹﻣﱪاﻃﻮر ﻛﺮاﻛﻼ ﻣﺎﻧﺢ اﳌﻮاﻃﻨﺔ ﻟﻜﻞ أﺣﺮار‬ ‫اﻹﻣﱪاﻃﻮرﻳﺔ ‪ .‬وﻋﻨﺪ اﻟﺘﺴﻮق ﻳﻘﺎﺑﻠﻚ اﳌﴪح اﻟﺮوﻣﺎين اﻟﺬي ﻛﺎن ﻣﴪﺣﺎ و ﺣﻠﺒﺔ‬ ‫ﴏاع ﻟﻠﻤﺠﺎﻟﺪﻳﻦ ‪ ،‬و أرﺿﻴﺎت ﻛﺜرية ﻣﻨﻬﺎ ﻣﺒﻠﻄﺔ ﺑﺎﻟﻔﺴﻴﻔﺴﺎء اﻟﻔﺎﺧﺮ ﺗﺠﺴﺪ ﺣﻴﺎة‬ ‫اﻻﻟﻬﺔ و اﻟﺒﴩ‪ .‬ﺑني ﻫﺬه اﻟﴫوح ﺧﻠﻖ ﺑﺪاﺧﲇ ﺣﺐ ﻟﻜﻞ ﻣﺎ ﻫﻮ ﻋﺘﻴﻖ ‪ .‬ﺣﺐ ﳌﺎ‬ ‫ﻳﺴﻤﻴﻪ اﻟﺒﻌﺾ ﺣﺐ اﻟﺤﺠﺎرة‪ .‬ﻓﻤﻊ ﻛﱪي ﺷﻴﺌﺎ ﻓﺸﻴﺌﺎ ﺑﺪأت اﻟﺘﺴﺎؤﻻت ﺣﻮل ﻫﺬه‬ ‫اﻟﺨﺮﺑﺸﺎت ﻋﲆ اﻟﺤﺠﺎرة اﻟﺮوﻣﺎﻧﻴﺔ ﻷﻋﻠﻢ أﻧﻬﺎ ﻧﻘﻴﺸﺎت ﺟﻨﺎﺋﺰﻳﺔ و ﺗﴩﻳﻔﻴﺔ ﺑﺎﻟﻠﻐﺔ‬ ‫اﻟﻼﺗﻴﻨﻴﺔ ‪ .‬وﺗﺒﺪأ ﺑﺬﻟﻚ ﻣﺼﺎﺣﺒﺔ اﻟﺘﺎرﻳﺦ ﳌﻌﺮﻓﺔ ﻗﺼﺺ ﻣﺪﻳﻨﺘﻲ‪ .‬و مل ﺗﻘﻒ ﻋﻨﺪ ﻫﺬا‬ ‫اﻟﺤﺪ‪ ،‬ﻓﻌﻨﺪﻣﺎ ﻛﻨﺖ أﺷﺎﻫﺪ اﻷﴍﻃﺔ اﻟﻮﺛﺎﺋﻘﻴﺔ ﺣﻮل اﻟﺤﻀﺎرات اﻟﻘﺪميﺔ‪ ،‬ﻛﺎﻟﺤﻀﺎرة‬ ‫اﳌﴫﻳﺔ ﻣﻬﺪ اﻟﺤﻀﺎرات و ﺑﻼد اﻟﻔﺮاﻋﻨﺔ‪ ،‬ﻛﻨﺖ أﻓنت ﺑﺴﺤﺮ أﻫﺮاﻣﺘﻬﺎ و ﻗﺪﺳﻴﺔ اﻟﺨﻂ‬ ‫اﻟﻬريوﻏﻠﻴﻔﻲ و ﻋﺒﺎءة اﻟﻬﻴﺒﺔ واﻟﻐﻤﻮض اﻟﺘﻲ ﺗﻠﺜﻢ ﻓﺮاﻋﻨﺘﻬﺎ ‪ .‬ﻻ أﻧﻜﺮ أين ﻛﻨﺖ وﻻ‬ ‫أزال ﻣﻦ أﺷﺪ اﳌﻌﺠﺒني ﺑﺎﻟﺪﻛﺘﻮر زاﻫﻲ ﺣﻮاس اﻟﺬي رأﻳﺖ ﻓﻴﻪ ﺣﻔﻴﺪ اﻟﻔﺮاﻋﻨﺔ‪ .‬أﻣﺎ‬ ‫ﻓﻴﻠﻢ اﳌﻮﻣﻴﺎء ﻓﻠﻘﺪ ﺷﺎﻫﺪت ﺟﻤﻴﻊ أﺟﺰاﺋﻪ ﺑﻞ أﻛﺎد أﺣﻔﻈﻬﺎ ﻋﻦ ﻇﻬﺮ ﻗﻠﺐ‬ ‫ﻫﺬا اﻟﺸﻐﻒ و اﻟﺤﺐ ﻟﻶﺛﺎر ﰲ ﺻﻐﺮي مل ﻳﻘﻒ ﻋﻨﺪ ﻫﺬا اﻟﺤﺪ‪ ،‬و إمنﺎ ﻗﺮرت أن‬ ‫ﻳﻜﻮن ﻣﺴﺎر ﺣﻴﺎيت‪ .‬وﻫﺎ أﻧﺎ ﺑﺎﻟﻔﻌﻞ ﻃﺎﻟﺐ ﰲ اﳌﻌﻬﺪ اﻟﻮﻃﻨﻲ ﻟﻸﺛﺎر ﺑﺎﻟﺠﺰاﺋﺮ‪ ،‬وذﻟﻚ‬ ‫اﻟﺤﻠﻢ و اﻟﻄﻤﻮح ﺑﺄن أﻛﻮن ﻋﺎمل آﺛﺎر ﺻﻘﻞ و ﻧﻀﺞ‪ ،‬ﻷﻋﻲ أﻧﻪ ﻟﻴﺲ ﻣﺠﺮد ﻟﻘﺐ ﺑﻞ‬ ‫ﻣﺴﺆوﻟﻴﺔ ﻟﺤامﻳﺔ ﺗﺎرﻳﺦ اﻹﻧﺴﺎﻧﻴﺔ وﺗﺮاﺛﻬﺎ اﻟﺜﻘﺎﰲ ‪ .‬إﻧﻪ ﻣﺴﺢ اﻟﻐﺒﺎر ﻋﻦ ﻓﻜﺮ و إﺑﺪاع‬ ‫ﻃﻤﺴﻪ اﻟﺪﻫﺮ ﺑﱰاﺑﻪ‪ ،‬ﻓﻚ أﺣﺠﻴﺔ ﳌﻌﺮﻓﺔ ﻫﻮﻳﺘﻨﺎ اﻹﻧﺴﺎﻧﻴﺔ‬

‫ﺑﺮﺍﺡ ﺃﺳﺎﻣﺔ‬

‫‪63‬‬

‫‪Régions & Passions‬‬

‫‪Ineffable Magazine N°2 Octobre 2017‬‬


Rubrique


‫اﻫﻼ و ﺳﻬﻼ ﺑﺎﻟﻨﺎس اﻟﺠﺪﻳﺪة ﱄ ﺟﺎت ﺗﺰورﻧﺎ‬ ‫و ﺑﺎﻟﻨﺎس ﻟﻘﺪميﺔ ﱄ ﺗﻌﺮﻓﻨﺎ‬ ‫ﻣﺮﺣﺒﺎ ﺑﻜﺎﻣﻞ ﱄ ﺟﺎو ﻳﻘﺮاو اﻟﺠﺪﻳﺪ ﱄ ﺟﺒﻨﺎ‬ ‫و ﺧﻠﻮﻧﺎ ﻧﻘﺪﻣﻮﻟﻜﻢ ﺛﺎين ﻓﻨﺎﻧﺔ ﻋﺪدﻧﺎ‬ ‫ﺻﱪﻳﻨﺔ ﻣﻨﻜﻮر‬ ‫ﺗﺸﻮف ﺧﺪﻣﺘﻬﺎ راﺳﻚ ﻳﺪور‬ ‫ﻣﻦ ﺑﻮﺳﻌﺎدة اﺻﻠﻬﺎ‬ ‫و اﻟﺼﻮرة ﻫﻲ ﻓﻨﻬﺎ‬ ‫دارت ﻣﻦ ﻣﻨﻄﻘﺘﻬﺎ ﴎ ﺟامل ﺗﺼﺎورﻫﺎ‬ ‫ﻣﺎ ﺗﺘﻜﻠﺶ ﻋﲆ ﺻﻌﻮﺑﺔ وﺳﺎﺋﻞ ﻋﻤﻠﻬﺎ‬ ‫اﻟﺪﻟﻴﻞ ﺑﺪات ﺑﻜﺎﻣرية ﻫﺎﺗﻔﻬﺎ‬ ‫و اﻟﺨﺼﻮﺻﻴﺔ اﱄ متﻴﺰﻫﺎ‬ ‫اﻧﻬﺎ ﻋﻨﺪﻫﺎ ﺣﻮاﱄ ﻋﺎم ﻣﺎﱄ ﺑﺪات‬ ‫و ﺗﺤﺲ ﺑﲇ ﺧﺪﻣﺘﻬﺎ ﰲ ﺗﺤﺴﻦ ﻣﺘﻮاﺻﻞ ﺑﻠﺒﺰاف‬ ‫ﻗﺎﺗﲇ اﺻﺪﻗﺎيئ ﻫﻮﻣﺎ ﱄ ﺷﺠﻌﻮين ﺑﺎش ﻧﻜرث ﻣﻞ اﻋامل‬ ‫وﻗﺎﻟﻮﻟﻬﺎ ﺗﺼﺎورك ﻓﻴﻬﻢ اﺑﺪاع ﺧﺎص واﺻﲇ ﻋﲆ ﻫﺎذ اﳌﻨﻮال‬ ‫ﺧﺪﻣﺘﻬﺎ ﻓﻴﻬﺎ ﻧﻜﻬﺔ ﻋﲆ اﻟﻌني ﺣﻨﻴﻨﺔ‬ ‫ﻣﺎ ﻧﻘﻮﻟﻚ اﻻﻟﻮان ﻣﺎ ﻧﻘﻮﻟﻚ اﻟﺰواﻳﺎ اﻟﲇ ﻳﺨﻮﻟﻬﺎ ﺑﻨﻴﻨﺔ‬

‫‪© Sabrina Mankour‬‬ ‫‪Appareil photo : Smartphone (Samsung Galaxy S6).‬‬

‫ﻧﺨﻠﻴﻜﻢ ﺗﺘﻤﺘﻌﻮا و ﺗﻘﻴﻤﻮا وﺣﺪﻛﻢ اﻋامﻟﻬﺎ‬ ‫ﻣﻦ ﺧﻼل راﺑﻂ اﻻﻧﺴﺘﻐﺮام دﻳﺎﻟﻬﺎ‬ ‫و اﻟﲇ ﺣﺎب ﻳﺨﺪم ‪ expo‬ﻣﻌﺎﻫﺎ‬ ‫ﻣﺎ ﻋﻠﻴﻪ ﻏري ﻟﻮﻻﻳﺘﻮا ﻳﻌﺮﺿﻬﺎ‬ ‫ﻫﺪﻓﻬﺎ اﻟﻔﻨﻲ اﻧﻬﺎ ﺗﺪور ﺑﻼدﻫﺎ‬ ‫و ﺗﺒني ﻟﺴﻜﺎﻧﻬﺎ ﺟامﻟﻬﺎ‬ ‫ﻣﺮﺣﺒﺎ ﺑﻜﻢ ﻋﻨﺪﻫﺎ ‪ ،‬ﺑﺎﺑﻬﺎ ﻣﻔﺘﻮح !!‬ ‫ﳌﻨﺎﻗﺸﺔ اي ﻣﴩوع‬

‫ﺻﺒﺮﻳﻨﺔ ﻣﻨﻜﻮر‬ ‫‪Instagram:‬‬ ‫‪sabrina_mkr‬‬

‫‪ 65‬ﺟﺒﻨﺎﻟﮑﻢ اﻟﺠﺪﯾﺪ‬

‫‪Ineffable Magazine N°2 Octobre 2017‬‬


‫ﻣﺮﺣﺒﺎ ﺑﻜﻢ ﻣﻌﺎﻧﺎ ﰲ ﺛﺎين ﻋﺪد ﻣﻦ ﻓﻘﺮﺗﻨﺎ‬ ‫ﻧﺘﻤﻨﻰ ﻳﻜﻮﻧﻮا ﻋﺠﺒﻮﻛﻢ اﻟﻔﻨﺎﻧني اﻟﻠﻮﻟني‬ ‫وان ﺷﺎء اﻟﻠﻪ ﻧﺰﻫﻴﻜﻢ ﺑﲇ راﻫﻢ ﺟﺎﻳني‬ ‫و ﻓﺎول ﻋﺪد ﻣﻦ ﺛﺎين ﺣﻠﻘﺘﻨﺎ‬ ‫ﺣﺒﻴﺖ ﻧﻌﺮﻓﻜﻢ ﻋﲆ ﺷﺨﺼﻴﺔ ﻣﺎﳾ ﻓﻘﻂ ﻓﻨﺎﻧﺔ راﻳﺤﺔ ﺗﺰﻫﻴﻠﻨﺎ ﻗﻌﺪﺗﻨﺎ‬

‫‪© Noussaiba Merah‬‬

‫ﻧﺴﻴﺒﺔ ﻣﺮاح‬

‫اﻻﺧﺖ ﻧﺴﻴﺒﺔ ﻣﺮاح‬ ‫ﺧﺎﻃﺮك ﻣﻌﺎﻫﺎ ﺷﺤﺎل ﻳﺴﱰاح‬ ‫ﺟﺎﻳﺔ ﻣﻦ ﻫﺎدوك اﻟﺸﺨﺼﻴﺎت ﱄ ﺿﺤﻜﺘﻬﻢ‬ ‫ﻫﻲ اﻟﺴﻴﻨﻴﺎﺗﻮر ﱄ ﺗﺨﻠﻴﻚ ﺗﺸﻔﻰ ﻋﻠﻴﻬﻢ‬ ‫» ‪ « Positives vibes everywhere‬ﻫﻲ ﻣﻠﺨﺺ اﻓﻜﺎرﻫﺎ‬ ‫ﺣﺎﺑﺔ ﺗﺼﻠﺢ ﰲ ﺣﺎﺟﺔ ﰲ دﻧﻴﺘﻬﺎ‬ ‫ﺑﺼﺢ ﻣﺎﳾ ﻟﺸﺨﺼﻬﺎ ﺑﻞ ﻟﻠﻨﺎس ﱄ داﻳﺮﻳﻦ ﺑﻴﻬﺎ‬ ‫دﺧﻠﺖ ﻛﻴام ﻗﺎﻟﺖ ﻫﻲ ﺑﺎﻟﺘﻤﺴﺨري‬ ‫ﻻن ﺣﻠﻤﻬﺎ ﻓﺎﻟﺪﻧﻴﺎ اﻧﻬﺎ ﺗﻘﺮى ‪architecture‬‬ ‫ﻣﻦ ﻫﺎذ اﻟﺒﺎب ﻣﺎﻻ ﺗﺸﻮف ﺑﲇ اﻋامﻟﻬﺎ اﻟﻘﻮﺗﻮﻏﺮاﻓﻴﺔ‬ ‫ﻋﻨﺪﻫﺎ ﻋﻼﻗﺔ وﻃﻴﺪة ﺑﺎﳌﺒﺎينء و اﳌﻌامرﻳﺔ‬ ‫ﻣﻊ ﺧﻠﻴﻂ ﻣﻦ اﻟﻌﺎدات و اﻟﺘﻘﺎﻟﻴﺪ اﻟﺠﺰاﺋﺮﻳﺔ‬ ‫ﻧﺬﻛﺮ ﻣﻨﻬﺎ ﻣﺠﻤﻮﻋﺔ ﺗﺼﺎور ﺧﻠﻮﻳﺔ‬ ‫اﻟﲇ ﻳﻠﺨﺼﻮا اﻣﺜﺎل ﺷﻌﺒﻴﺔ‬ ‫ﱄ ﻧﺴﻴﺒﺔ ﻣﻦ اﻟﻨﺎس ‪ exposaw‬ﻣﻦ ﻗﺒﻞ‬ ‫ﺑﺼﺢ داﻳﺮة ﰲ ﺑﺎﻟﻬﺎ ﻣﺎ راﻳﺤﺔ ﺗﺰﻳﺪ ﺗﻘﺪم ﻟﻠﺠﻤﻬﻮر و ﻻ ﻋﻤﻞ‬ ‫و ﻫﺬا ﻣﺎ دام ﻣﺎ ﺣﺴﺘﺶ اﻧﻬﺎ زادت ﰲ اﻋامﻟﻬﺎ ﻗﻴﻤﺔ اﺿﺎﻓﻴﺔ‬ ‫اﻟﲇ ﺗﺨﻠﻴﻬﺎ ﺗﺸﻮف ﺑﲇ ﻋﻨﺪﻫﺎ ﺗﺎﺛري ﻋﲆ ﻓﺌﺎت اﺟﺘامﻋﻴﺔ‬ ‫اﻣﺎ ﱄ راﻫﻢ ﺣﺎﺑني ﻳﺘﻌﺮﻓﻮا ﻋﲆ ﻫﺎذ اﻟﺸﺨﺼﻴﺔ ﻟﺒﻨﻴﻨﺔ و اﻋامﻟﻬﺎ‬ ‫و مبﺎ اﻧﻬﺎ ﻣﺎ ﻋﻨﺪﻫﺎش ﺻﻔﺤﺘﻬﺎ‬ ‫ﻳﺘﻘﺪم ﻳﻀﻴﻔﻬﺎ ﻓﺎﻟﱪوﻓﺎﻳﯩﻞ اﻟﺸﺨﴢ دﻳﺎﻟﻬﺎ‬ ‫و ﻧﻀﻤﻨﻠﻜﻢ ﺑﲇ راﻳﺤني ﺗﺤﺒﻮﻫﺎ‬

‫‪Facebook:‬‬ ‫‪Noussaiba Merah‬‬

‫‪ 66‬ﺟﺒﻨﺎﻟﮑﻢ اﻟﺠﺪﯾﺪ‬

‫‪Ineffable Magazine N°2 Octobre 2017‬‬


‫اﻟﻬﺎدي ﺑﻦ ﻣﻨﺼﻮر‬ ‫ﻧﺨﺘﻤﻮا اﻟﻘﻌﺪة ﻣﻊ اول راﭘﻮر‬ ‫اﻻخ اﻟﻬﺎدي ﺑﻦ ﻣﻨﺼﻮر‬ ‫ﻣﻌﺮوف ﺑﺎﺳﻢ ‪ l’wew‬ﰲ اﳌﻴﺪان‬ ‫ﺟﺎي ﻧﺎس ﻣﻼح ﰲ ﺗﺨامﻣﻮا ﻛﺎﻧﺴﺎن‬ ‫ﻧﺼﻮﺻﻮا ﻳﺒﻴﻨﻮﻟﻚ ﻣﺴﺘﻮى اﻓﻜﺎروا‬ ‫اﺳﻠﻮﺑﻮا ﻳﻮرﻳﻠﻚ ﻟﺒﺎﻗﺔ رﻳﺸﺘﻮا‬ ‫ﻣﻦ ﻗﺴﻨﻄﻴﻨﺔ اﺻﻠﻮا‬ ‫و ﻛام ﻓﻬﻤﺘﻮا اﻟﻜﺘﺎﺑﺔ ﻫﻲ ﻓﻨﻮا‬ ‫ﺑﺪاﻫﺎ ﻫﺎذي ﻋﴩات اﻟﺴﻨني‬ ‫ﻗﺎﱄ ”يك ﻛﻨﺖ ﻓﺎل ‪ CEM‬ﻳﺎﺣﴫا ﻋﲆ اﻟﻮﻗﺖ اﻟﺰﻳﻦ‬ ‫اﺳﺘﺎذة اﻟﻔﺮﻧﺴﻴﺔ ﺣﻔﺰﺗﻨﻲ ﻋﲆ ﺗﻄﻮﻳﺮ ﻣﻮﻫﺒﺘﻲ‬ ‫و ﻛﻴام ﻛﺎن اﻟﺤﺎل ﺗﻌﻠﻤﺖ ﻣﻊ ﻟﻌﻮام ﻧﺨﺘﺎر اﺣﺴﻦ ﻛﻠاميت “‬ ‫ﻣﻮاﺿﻴﻌﻮا ﺗﺘﻄﺮق ﻟﻜﻞ واش ﻳﻘﻴﺲ اﻟﺸﺒﺎب‬ ‫ﺑﻄﺎﻟﺔ ﻓﻼﻓﻴﻞ ﻣﺸﺎﻛﻞ ﻳﻮﻣﻴﺔ ﻳﻬﺪر ﻋﲆ ﺟﻤﻴﻊ اﻻﺑﻮاب‬ ‫ﻋﻨﺪﻫﺎ ﻋﺎﻣني ‪ l’émission XLR‬ﰲ ﻳﻮﺗﻴﺐ ﺳﻤﺤﺘﲇ ﻧﺘﻌﺮف ﻋﻠﻴﻪ‬ ‫و دﻳﻜﻮﻓﺮﻳﺖ ﻓﻨﻮا و ﻓﻦ اﻟﻨﺎس اﻟﲇ داﻳﺮﻳﻦ ﺑﻴﻪ‬ ‫ﻣﺜﻼ ﺧﺪﻣﺘﻮا ﻣﻊ اﻟﻐﺮوپ ‪ Smock‬ﻛﺎﻧﺖ ﻓﺎﻟﻘﻤﺔ‬ ‫‪Chaine YouTube‬‬ ‫‪L'Wew B.M‬‬

‫اﻋامﻟﻮا و ﺣﺘﻰ ‪ En solo‬ﺗﻊ ﻫﻤﺔ‬ ‫راﻫﻮا ﻳﻮﺟﺪ ﰲ اﻟﺒﻮﻣﻮا اﻻول‬ ‫و ان ﺷﺎء اﻟﻠﻪ ﻧﺴﻤﻌﻮه ﰲ اﻗﺮب اﺟﻞ‬ ‫و ﻛﺎﻟﻌﺎدة ﱄ ﺣﺐ ﻳﻌﺮف ﺧﺪﻣﺘﻮا‬ ‫ﻳﺘﻔﻀﻞ ﻳﺪﻳﺮ دورة ﰲ اﻟﺮواﺑﻂ دﻳﺎﻟﻮا‬

‫‪Page facebook‬‬ ‫‪L'Wew‬‬ ‫‪ 67‬ﺟﺒﻨﺎﻟﮑﻢ اﻟﺠﺪﯾﺪ‬

‫‪Ineffable Magazine N°2 Octobre 2017‬‬


WESH DERNA ? est une série documentaire qui donne la parole à une jeunesse algérienne profondément attachée à son pays et qu'on ne voit pas toujours dans les médias. Par: Riadh Touat


Email: magazine.ineffable@gmail.com

Facebook: Ineffable Magazine

Instagram: Ineffable_Magazine

TĂŠl: 0 6 9 8 5 8 5 6 2 8 - 0 6 9 8 2 0 0 8 9 9

Ineffable Magazine N°02  
Ineffable Magazine N°02  

بالفن و الى الشعب Algerian Art & Culture Magazine 3 Languages in the same Magazine

Advertisement