Page 1

No 3 – 89e année Mai-juin 201 3

Passion Montagne Dossier

L’alpinisme n’échappe pas au dopage Portrait

Léa Chanson environnement

Pro Mont-Blanc, vous connaissez?

Journal de la section des Diablerets Section lausannoise du Club Alpin Suisse et sous-sections de Château-d’Œx, Morges, Payerne et Vallorbe.

Club Alpin Suisse CAS Club Alpino Svizzero Schweizer Alpen-Club Club Alpin Svizzer


BÄCHLI SPORTS DE MONTAGNE LE SPÉCIALISTE DE LA MONTAGNE DEPUIS 1974 À deux pas de la gare de Lausanne: Le plus grand choix d’articles de montagne de Suisse, un service innovant, des conseils sportifs et des prix sympas – voici la philosophie de Bächli Sports de Montagne.

BÄCHLI SPORTS DE MONTAGNE Avenue d’Ouchy 6 1006 Lausanne Tél.: 021 864 00 20 Fax: 021 864 00 21 lausanne@baechli-bergsport.ch

AUTRES MAGASINS Zürich Berne Bâle Kriens Saint-Gall Pfäffikon Volketswil

BOUTIQUE EN LIGNE www.baechli-sportsdemontagne.ch


Locaux de la section Entrée: Rue Charles-Monnard Stamm Chaque vendredi dès 19h30 Bibliothèque Ouverte le vendredi de 20h à 21h15 Président de la section Luc Anex, tél. 021 881 28 09 e-mail : presidence@cas-diablerets.ch Secrétaire général Gérard Chessex, tél. 021 320 70 79 e-mail : direction@cas-diablerets.ch Secrétariat de la section Ouvert de 8h à 12h Eliane Ryser Tél. 021 320 70 70 – Fax 021 320 70 74 e-mail : secretariat@cas-diablerets.ch Rédaction e-mail : secretariat@cas-diablerets.ch Postfinance Compte postal: 10-1645-3 IBAN CH38 0900 0000 1000 1645 3 Gestion des membres, changements d’adresse 8h à 12h / 13h30 à 17h30 Tél. 021 635 53 27 – Fax 021 635 35 24 e-mail : membres@cas-diablerets.ch Annonces publicitaires, sponsoring et réalisation Inédit Publications Av. Dapples 7 – CP 900 – 1001 Lausanne Tél. 021 695 95 22 - e-mail : pub@inedit.ch

Venez nombreux fêter le 150e anniversaire du CAS ainsi que celui de notre section! C’est le 19 avril 1863 que le Club alpin suisse CAS a été fondé à Olten. La même année en novembre, la section des Diablerets était créée à la Grotte dans les hauts de Lausanne. Afin de fêter dignement cet événement, notre section a organisé diverses manifestations auxquelles vous êtes invités à participer.

  10 au 22 juin 2013: Exposition au Forum de l’Hôtel de Ville à Lausanne L’exposition se déclinera en quatre modules principaux allant du matériel de montagne actuel, ou du siècle passé, en passant par une description de la vie de notre section et de ses cabanes, pour finalement prendre de l’altitude en s’interrogeant sur les directions à prendre dans le futur.   20 au 21 juillet: Week-end rando dans nos cabanes Nous proposons six randonnées à thèmes accompagnées dans chacune de nos cabanes. Cabane de l’A Neuve: François Perraudin, guide et photographe, animera cette course sur le thème du «confort à mettre à disposition dans nos cabanes». Cabane d’Orny: Robert Bolognesi de Météorisk complétera nos connaissances de la météo lors du parcours et de la soirée en cabane. Cabane de Trient: Michel Perraudin, guide de montagne et architecte, nous exposera les problèmes de construction en montagne. Cabane Mountet: Amédée Zyrd, glaciologue, nous parlera de nos glaciers et de leur évolution. Cabane Rambert: Rachel Mazuco, géologue, nous décrira la géologie très particulière de la région des Muverans. Inscrivez-vous à l’une de ces courses sans tarder, seul, avec des amis ou en famille!   Dimanche 11 août: Le Festival du film alpin des Diablerets met le CAS à l’honneur. Des projections spéciales de films sur la montagne ainsi que de nombreuses et diverses activités extérieures seront proposées à tous les membres et les familles, comprenant, entre autres, un mur de grimpe, une slackline, des chantiers DVA et de nœuds de corde. De nombreuses randonnées dans les environs des Diablerets seront aussi proposées en matinée.   13 au 22 septembre: présence du CAS au comptoir de Lausanne. Nous comptons sur vous et vous invitons à participer à ces différents événements. Nous nous réjouissons de vous y rencontrer. Gérard Chessex

Tirage 4000 exemplaires Impression Courvoisier - Attinger Photo de couverture Eliane Ryser

© D. R.

Délai rédactionnel No 4 – 2013 6 juin 2013

SOMMAIRE numéro 3 2013  Magazine   Actu  Dossier Dopage Portrait Léa Chanson Courses L’Eté indien Conseil matos Les bâtons de marche

4 6 13 14

Environnement Pro Mont-Blanc, vous connaissez? Portfolio Laszlo Garamszegi    La vie du club Sommaire détaillé

u

Section des Diablerets Club Alpin Suisse CAS Rue Beau-Séjour 24 Case postale 5569 – 1002 Lausanne e-mail : internet@cas-diablerets.ch Internet: www.cas-diablerets.ch

éDITo

Passion Montagne Bon anniversaire!

17 18 21

16

Passion Montagne – numéro 3 – mai – juin 2013

3


La Salamandre en balade Romandie 25 randonnées à faire en famille, pour découvrir aussi bien les hauts lieux naturels de Suisse romande que des endroits plus insolites. Du Jura au Plateau en passant par les bords du Léman, ce livre rassemble des balades parues dans le magazine «La Salamandre». Les escapades nature de La Salamandre, éditions La Salamandre et Rossolis, 128 pages.

La crème des grimpeurs Valais Du 2 au 10 juin, les meilleurs grimpeurs et les «bloqueurs» d’Europe ont rendez-vous à Grindelwald au Boulder Happening pour le Championnat suisse et la Coupe d’Europe Jeunes. Les graines de champions participeront pour leur part à la journée d’escalade de bloc réservée aux enfants. Davantage d’infos sur www.boulderhappening.ch et sur www.grindelwald.ch

4

Photos: © D. R.

u

Le Catogne en ligne droite Valais Une distance de 6 km à parcourir avec un dénivelé de 1100 m, soit 17 km effort, tel est le programme du «Droit du Catogne» dont la quatrième édition, qui reliera Sembrancher à l’alpage de Catogne, aura lieu le 25 mai. Inscriptions sur place de 6h30 à 8h30. www.scsembrancher.ch

Passion Montagne – numéro 3 – mai – juin 2013

© Alpines Museum der Schweiz, Bern

ACTU

Sortie

Quand l’art contemporain prend l’air Création – Dès le début du mois de juin 2013, du jeudi au samedi de 18h à 20h, le public pourra voir travailler des artistes. Leurs œuvres seront ensuite à découvrir dans le Parc de Sculptures entre les Ruinettes et la Chaux, au-dessus de Verbier. La Verbier 3D Foundation en est à sa quatrième édition depuis sa fondation en 2010 à l’initiative de deux artistes, la NewYorkaise Madeleine Paternot et Kiki Thompson, qui vit dans la station. Une manifestation pensée comme un musée sans murs, qui vise à mettre l’art à la portée de chacun. www.3-dfoundation.com

ça roule dans les alpages Bike – Trois dates à retenir en juin pour les fans de bike. Le 9 à Estavayer, l’Elsa Bike Trophy propose trois parcours : un grand de 60 km et 1785 m de dénivellation, un petit de 30 km et 852 m de dénivellation et un mini de 20 km et 521 m de dénivellation. Le 23, c’est le Bergibike qui reliera Fribourg à Bulle en passant par la Berra et le Gibloux. Cette course VTT longue distance lancée en 2010 a réuni 1400 participants l’an passé. Enfin, le 30, le Randonnaz Bike partira de Fully avec un nouveau parcours, comportant de belles montées et des pentes où les meilleurs techniciens pourront se distinguer avant un dernier passage au travers des vignobles. www.elsabiketrophy.ch – www.bergibike.ch – www.netpluschallenge.ch

Ce qui nous fait grimper Livre – 800 km en 270 pages, voilà le chemin de Compostelle qu’a parcouru Jean-Christophe Rufin dans son dernier livre paru aux éditions Guérin, «Immortelle randonnée, Compostelle malgré moi». On connaissait l’auteur de romans – «son Rouge Brésil» a reçu le Goncourt en 2001 –, le médecin pionnier de l’humanitaire et l’ambassadeur, c’est le moment de découvrir le marcheur. Sur le «Chemin du Nord», un itinéraire moins fréquenté que la voie traditionnelle des pèlerins, qui longe les côtes basque et cantabrique puis traverse les montagnes sauvages des Asturies et de Galice, l’auteur a eu le temps de méditer à l’une des vertus du Chemin, qui est selon lui «de faire oublier les raisons qui ont amené à s’y engager. On est parti, voilà tout.» Et de reconnaître que depuis son retour, il n’a qu’une idée en tête: repartir à pied. Chez le même éditeur, «Petzl, la promesse des profondeurs», de Sophie Cuenot et Hervé Bodeau, raconte la saga de cette marque, des premières échelles de spéléologue aux lampes frontales à éclairage autoadaptable. L’histoire d’une famille partie de rien et qui devient une entreprise connue dans le monde entier, à dévorer comme un bon roman.


Application Fleurs en poche Voilà qui devrait réjouir les fans de botanique: l’app «Fleurs des Alpes» existe désormais en français. Une façon toute simple d’identifier 144 des plus belles fleurs des Alpes grâce à 452 photos grand format.

Juin, le mois des coureurs Trail – Le 9, départ de la deuxième édition du Trail Event des Paccots, qui se décline cette année en trois parcours de 17, 27 et 42 km et 1100, 1800 et 2300 m de dénivelé, cette dernière épreuve rapportant 1 point qualificatif pour l’Ultra Trail du Mont-Blanc (UTMB), qui aura lieu du 26 août au 1er septembre. Au programme, de magnifiques coups d’œil sur les Alpes et des animations au village de la course. Les 14 et 15, c’est le Trail de l’Absinthe qui attend les coureurs au Val-de-Travers. Proposant une vaste palette de courses, du marathon à une variante nordic walking, ce défi s’adresse aussi

La recherche, accessible via les propriétés de la fleur, sa couleur, sa forme, celle de ses feuilles ainsi que sa période de floraison, permet de retrouver facilement le nom des spécimens observés. La liste peut être triée par ordre alphabétique, noms, famille ou genre.

aux jeunes avec un volet qui leur est réservé le vendredi. Puis, le 28, on lace ses chaussures pour les 80 km du Mont-Blanc. 6000 mètres de dénivelé positif sur un parcours inédit qui démarre à 4h du matin au centre de Chamonix. Enfin, celles et ceux qui préfèrent courir en équipe ne manqueront pas le Tour du Val de Bagnes le 9 juin, un relais en trois étapes (Le ChâbleVerbier; Verbier-Lourtier; Lourtier-Le Châble).

Il est aussi possible de créer sa propre liste et d’y glisser des photos maison. Une app 100 % Swiss Made – sa créatrice est Lucernoise – qui a déjà été élue «app de la semaine» par l’hebdomadaire alémanique du dimanche «SonntagsZeitung».

http://tep.messagerie.ch www.defi-vdt.ch www.montblancmarathon.net http://tdvb2013.minialter.ch

Sous le béton, la montagne

«Fleurs des Alpes», 6 fr. sur l’App Store.

Peinture – A Taipei, il y a des montagnes à presque tous les coins de rue. Des paysages idéaux où le ciel est toujours bleu et la nature, totalement vierge. Devant s’écoule un flot ininterrompu de véhicules en tout genre. Contraste entre une vie rêvée et celle de tous les jours. Des étudiantes et étudiants de l’Institute of Museum Studies de la Fu Jen Catholic University, à Taiwan, se sont intéressés à ces images. Ils en ont fait des vidéos qui sont à découvrir dans l’exposition Biwak#5, qui se tient au Musée alpin à Berne du 24 mai au 18 août. www.alpinesmuseum.ch

La nature se fait sa fête toute la Suisse romande. Au programme de cette manifestation familiale qui en est à sa troisième édition en Suisse, 200 événements gratuits qui se dérouleront sous la houlette de guides passionnés. Observation des oiseaux, des chauves-souris ou des étoiles, découverte des habitants des étangs ou des rivières, balades à thèmes, cours de jardinage ou de construction d’un hôtel à insectes, il y en a pour tous les âges et pour toutes les envies. Renseignements et inscriptions sur www.fetedelanature.ch

© D. R.

Photos: © D. R.

Découvertes – Du 24 au 27 mai, on fête la nature dans

Passion Montagne – numéro 3 – mai – juin 2013

5


© Fotolia

DOSSiE

L’alpinisme n’échappe pas au dopage

Souvent considéré comme le dernier bastion de l’éthique et de la pureté, l’alpinisme est pourtant concerné par le dopage. Le recours à des substances améliorant la performance n’épargne pas les amateurs de cimes d’ici et d’ailleurs. La réalisation d’exploits de plus en plus extrêmes ainsi que l’ouverture des 8000 aux néophytes expliquent en partie cette situation. Vincent Gillioz

u

C

6

eux qui croient encore que l’alpinisme est un sport propre et éthique se trompent. Les conquérants de l’inutile ont aussi, dans certains cas, recours à des substances susceptibles d’améliorer leurs performances. Le sujet n’est cependant que rarement relevé, car aucune structure n’encadre réellement ce sport, caractérisé par la liberté. Les premières, les ouvertures, enchaînements et autres records ne font l’objet d’aucun contrôleet sont, la plupart du temps, reconnus sur la simple bonne foi de ceux qui les ont réalisés. Ce système très idéaliste laisse une grande place à tous les types d’abus, et l’histoire nous a malheureusement montré qu’il y en a eu plus d’un. Entre la controversée conquête de l’Annapurna d’Herzog et la réussite discutée de l’ascension des quatorze sommets de plus de 8000 par la Sud-Coréenne Oh Eun Sun, les cas qui démontrent les limites de cet univers ingérable sont nombreux.

Passion Montagne – numéro 3 – mai – juin 2013


© D.R.

Stéphane Schaffter, guide et himalayiste, auteur du livre «Passion verticale», s’accorde avec cette dernière remarque et considère que le recours à des substances dopantes peut être suicidaire dans certaines circonstances: «En altitude, c’est ce que tu as dans le cerveau qui fait que tu rentres vivant». Il déclare encore avoir toujours été surpris d’observer ce que les médecins pouvaient prescrire aux adeptes d’expéditions commerciales. «Les agences exigent toujours que les clients fassent une visite médicale pour pouvoir participer à ces expéditions, ce qui est en soi une bonne chose, qui ne donne toutefois pas une garantie de santé morale. Mais quand on voit ce que les gens ont dans leur pharmacie au camp de base, on se pose des questions. Certaines prescriptions sont un peu à la limite.»

L’hymalayisme en première ligne Les responsables de l’expédition allemande victorieuse au Nanga Parbat (8 126 m), en juillet 1953, n’ont jamais caché que les participants prenaient des amphétamines afin de stimuler le cœur, la circulation sanguine et d’augmenter la ventilation des poumons pour pallier le manque d’oxygène. Le fait est connu, mais personne ne voudrait ni ne pourrait aujourd’hui retirer ce sommet à feu Hermann Buhl pour ce prétexte. Philippe Arvis, médecin d’expédition qui a tenté de mettre sur pied une association de lutte contre le dopage dans les années 80, n’a pas mené son projet à terme pour des raisons de temps, mais reste assez navré de la situation. Il affirme avoir prévenu la fédération française de montagne en 2008 qu’une expédition qui tentait l’ascension du K2 (Pakistan) marchait justement au Viagra. «On m’a répondu qu’il était impossible d’agir, et qu’en l’occurrence les personnes concernées étaient décédées lors du drame qui a tué 12 personnes.» Et de poursuivre: «Une chute de sérac est à l’origine de l’accident, mais je pense que c’est le dopage qui est responsable, car la prise de médicament empêche d’appréhender la montagne avec discernement.»

Le nombre de personnes ayant atteint les plus hauts sommets du monde serait largement plus restreint si aucune substance, pas même de l’aspirine ni l’oxygène, n’était absorbée. Et c’est là que la frontière entre prévention médicale et dopage devient ténue. Certains estiment que rien n’est tolérable, alors que d’autres n’hésitent pas à recourir à tout ce qui est disponible pour arriver à leurs fins.

Les Alpes également concernées Le Dr Jean-Pierre de Mondenard, ancien médecin du Tour de France et auteur de «La grande imposture», fait pour sa part le constat, à travers une étude, que plus de 7% de grimpeurs évoluant au-delà de 3300 mètres d’altitude consomment des amphétamines. Du côté de l’UIAA (Union internationale des associations d’alpinisme), on estime que ce chiffre est probablement bien plus élevé, mais on se refuse à parler systématiquement de dopage. On en reste au terme de «substances améliorant la performance». Le Dr Nenad Dikic, président de la commission antidopage de l’UIAA, rappelle qu’au niveau des compétitions les choses sont très claires et ne laissent aucune place à l’interprétation. La question se pose par contre en dehors de celle-ci et certains pays l’ont abordée de front. «Si on prend l’exemple des fédérations de Serbie, Croatie et Slovénie, les alpinistes ont un statut de sportifs d’élite et sont soumis à des règles. Passion Montagne – numéro 3 – mai – juin 2013

7


communication : monokini.ch; photographie : oh-photo.ch

Suzanne, 28 ans, cliente de PASSE MONTAGNE depuis 8 ans avec ses chaussons La Sportiva Futura, acheté en 2012 et déjà fétiches.

Quelles sont les substances principales utilisées en alpinisme  Le Diamox (diurétique) prévient et permet de traiter le mal aigu des montagnes. Il agit sur les échanges de sels minéraux et favorise l’élimination urinaire des bicarbonates qui s’accumulent en cas d’hypoventilation et surcharge du sang en CO2, quand la pression partielle en oxygène diminue (cas de la haute altitude). Les tour-opérateurs de trekking et d’expéditions préconisaient jusqu’à il y a peu son utilisation systématique en altitude. Cette mode semble toutefois être en train d’évoluer, et il semble que la règle soit plutôt d’y recourir uniquement pour les personnes présentant des problèmes détectés avant le séjour car il s’agit d’un médicament qui a ses indications précises, et également ses effets secondaires.  Le Viagra, très à la mode, a fait ses preuves pour l’amélioration des performances en montagne. La petite pilule bleue permet de dilater les vaisseaux sanguins, ce qui facilite le travail du cœur et améliore l’irrigation des poumons. Elle constitue par ailleurs un traitement reconnu pour les problèmes d’hypertension artérielle pulmonaire.  Les corticoïdes stimulent la volonté, rendent euphorique, effacent la douleur, la fatigue et le stress. Leurs effets secondaires restent particulièrement dangereux.  Les bronchodilatateurs, normalement prescrits aux asthmatiques, sont très largement répandus dans le milieu. Les pharmacies de région de montagne seraient d’ailleurs plus sollicitées que les autres pour ce type de produits. Ils facilitent la respiration dans l’effort.

PASSE MONTAGNE HAUTE FIDÉLITÉ

 Les amphétamines jouissent depuis les années 50 d’une réputation de produit performant pour lutter contre la fatigue et le froid et ont longtemps été utilisées sans complexe. La législation a toutefois mis un frein à leur utilisation. Mais des stimulants non amphétaminiques ou dérivés de l’éphédrine dans les médicaments ou les compléments alimentaires sont encore assez facilement disponibles.  L’érythropoïétine (EPO) permet de se conditionner et de s’adapter plus rapidement aux différences d’altitude. Les grimpeurs évitent ainsi d’effectuer tous les paliers, en agissant artificiellement sur leur organisme. En revanche, l’EPO ne permet pas de lutter contre le mal des montagnes et n’est pas efficace en haute altitude. A 4500 m, le niveau d’hypoxie est plus vite atteint à cause de l’augmentation du nombre de globules rouges et le cerveau met fin à l’exercice pour ne pas compromettre l’oxygénation des organes vitaux.  L’oxygène, utilisé aujourd’hui par 95 % des hymalayistes qui vont à plus de 8000 m, n’est pas vraiment considéré comme un produit dopant, alors qu’il est l’objet de nombreux débats. Les puristes n’y voient qu’un artifice faussant la capacité des grimpeurs à réaliser ou non un sommet. L’UIAA laisse de son côté, dans sa charte éthique, le choix à chacun d’y recourir selon ses convictions personnelles.

UN BUREAU DE GUIDES | QUATRE MAGASINS SPECIALISTES MONTHEY | GENEVE | LAUSANNE | LES DIABLERETS WWW.PASSEMONTAGNE.CH


Nenad Dikic, président de la commission antidopage de l’UIAA, en compagnie du directeur de l’organisation, lors de la coupe du monde d’escalade sur glace à Saas Fee en 2012.

«Nous n’avons pas pour rôle de viser quelconque système de contrôle. Notre rôle est de faire de la recherche scientifique, ainsi que de la formation et de la prévention.»

L’ascension de sommet à l’aide d’oxygène n’est par exemple pas reconnue.» Le médecin considère qu’une substance est un dopage quand elle améliore la performance, a des effets secondaires négatifs et va à l’envers de l’éthique. «Nous n’avons pas pour rôle de viser quelconque système de contrôle. Notre rôle est de faire de la recherche scientifique, ainsi que de la formation et de la prévention.» Le célèbre alpiniste américain Ed Viesturs relève à juste titre, dans un article récemment publié dans «Outside», que quel que soit le débat sur le dopage et l’alpinisme, il n’est simplement pas envisageable de faire des contrôles systématiques.

© D. R.

Nenad Dikic, président de la commission antidopage de l’UIAA lors de la coupe du monde d’escalade sur glace de Saas Fee en 2012, en compagnie de son collègue Denis Ibisbefovic, lors d’un contrôle de l’athlète Maxim Tomilov, leader de la compétition.

Jacques Richon, guide de montagne et médecin bien connu en Valais, considère de son côté que l’aspect commercial des expédition pousse à l’usage d’une acclimatation chimique en altitude. «Il faut trois semaines d’acclimatation pour évoluer correctement au-delà de 4000 m. Et la plupart des gens qui partent sur une expé prennent trois semaines pour faire leur sommet ou leur trek. Il faut bien pallier ce manque de temps par un moyen. Je n’ai pas d’avis sur cette approche. Ce qui est important c’est que les prétendants ne se mettent pas en danger. Après, c’est chacun son éthique.» Pour ce qui est du recours à des substances améliorant la performance dans les Alpes, il estime encore que le sujet relève plus d’une question de société que de dopage. «La montagne est devenue un espace de consommation depuis une vingtaine d’années. Les gens n’ont plus le temps de s’acclimater ni de s’entraîner. Il faut être rapide, performant, aller directement au plus difficile. L’esprit de compétition est un incontournable de notre société basée sur la croissance. Je ne suis pas spécialiste de ce domaine, et ne côtoie pas ceux qui grimpent avec cette mentalité. Mais je ne suis pas surpris que les gens prennent des substances.» Passion Montagne – numéro 3 – mai – juin 2013

9


Tant qu'il ne saura pas voler, vous pourrez compter sur la Rega.

Devenez donateur: www.rega.ch


La compétition responsable

Pohtos: © D. R.

L’exaltation de l’exploit contribue clairement à inciter les quidams à rechercher des moyens d’être meilleurs. Les exploits d’Ueli Steck, qui gravit la face nord de l’Eiger en 2h47, ou le temps record de Florent Troillet à la Patrouille des Glaciers en 6h50 font autant rêver qu’ils interpellent. Il est clair que ces athlètes ont développé des méthodes d’entraînement de sportifs d’élite, que peu d’alpinistes ont utilisés avant eux. Et il n’y a évidemment pas lieu de porter quelconque accusation sur la simple base de leur performance exceptionnelle. Il n’en demeure pas moins qu’en voyant la barre aussi haut, plusieurs amateurs pourraient être tentés de trouver un peu d’aide du côté de la pharmacie. La première fois que Marius Robyr, ancien directeur de la PDG, s’est enfin résolu à intégrer les contrôles antidopage dans sa compétition qu’il affirmait être propre, le vainqueur a été détecté positif à l’EPO. Ce cas emblématique a rappelé aux incrédules que la montagne n’est pas aussi blanche qu’on pourrait le souhaiter. Marc Kluszczynski, docteur en pharmacie et responsable de la rubrique dopage de la revue «Sport et Vie», ne fait quant à lui pas de réelle différence entre le recours à des substances pour de la prévention médicale ou pour l’amélioration de la performance. Il recommande plutôt aux adeptes de se poser les

Marc Kluszczynski.

bonnes questions avant d’entreprendre une course: «Suis-je capable de faire cette épreuve ou ce sommet? Me suis-je assez entraîné? Suis-je ici pour battre Jean-Pierre qui m’a mis deux minutes l’an passé? Suis-je capable de faire l’Everest sans oxygène?» Pour lui, la réponse doit être simple et limpide. «Si l’on n’est pas capable, on n’y va pas et on retourne s’entraîner en adaptant le but à atteindre à son niveau. Le plus dur étant de connaître précisément ses limites, et de les accepter.» Marc Kluszczynski relève encore la maxime qui prend tout son sens quand on évoque la question du dopage dans le sport amateur: «Ne prenez pas de médicament pour faire du sport, mais faites du sport pour ne pas en prendre.»

Soutenez notre fondation

Patrimoine Cabanes Alpines

Ex

ér on

ée f

is

em cal

ent

!

Notre mission: entretenir et rénover nos

cabanes

Nous contacter: 021 320 70 79 – CCP: 12-291397-0 Passion Montagne – numéro 3 – mai – juin 2013

11


© 2013 desieb.com | photo: David de Siebenthal

grimper s’équiper montagne. à Lausanne, et aussi sur notre Zermatt shop en ligne: et Vevey. shop.yosemite.ch

Yosemite Lausanne Bd de Grancy 12 1006 Lausanne 021 617 31 00

Yosemite Zermatt Bahnhofstrasse 20 3920 Zermatt 027 968 17 77

Yosemite Vevey Rue du Torrent 5 1800 Vevey 021 922 40 41


C’est toujours entre amis que la jeune femme de 26 ans partage sa passion de l’escalade et du ski de randonnée.  Rebecca Mosimann

© D. R.

P

endant toute son enfance, Léa Chanson a grandi avec le Mont-Blanc sous les yeux. Elle l’a admiré chaque matin depuis le jardin de la maison familiale situé à Grancy, à côté de Cossonay. Vingt-six ans plus tard, le majestueux sommet la fait toujours rêver. Un jour – elle se l’est promis – elle le gravira, tout comme la Dent Blanche. Chez les Chanson, la montagne est une histoire de famille. Léa et ses deux sœurs s’initient dès leur plus jeune âge à la marche, au ski de randonnée et à la grimpe avec leurs parents. «Les sorties étaient toujours adaptées à notre niveau», raconte-t-elle. A 6 ans, elle part avec eux et des amis rejoindre

PoRTRAIT

Léa Chanson  savoure le goût de l’effort en groupe

Pendant l’adolescence, la jeune femme délaisse temporairement le ski et l’escalade afin de se consacrer à la gym qu’elle pratique à un haut niveau. Les entraînements trois fois par semaine et son rôle de monitrice auprès des jeunes occupent tout son temps libre. Lorsqu’elle s’inscrit à l’EPFL où elle étudie les sciences de la vie, elle arrête la compétition. Mais très vite Léa Chanson ressent à nouveau l’envie de revenir à ses premières amours et de les partager en groupe. «J’ai toujours le goût de l’effort. Dans la grimpe, je retrouve la souplesse, la technique et l’adrénaline qu’il y avait dans la gym.» Le déclic se produit en 2011: quelques jours à escalader les falaises surplombant la mer dans les calanques marseillaises avec plusieurs amies lui font prendre conscience qu’elle ne peut plus s’en passer. «La sensation d’être à l’air libre est tellement incroyable. » Depuis cette sortie, j’ai toujours envie d’en faire plus.» Les week-ends ou le soir après le travail, elle et ses amis rejoignent leurs coins préférés et s’entraînent jusqu’à la nuit tombante. En hiver elle troque ses chaussons de grimpe contre ses skis de randonnée. Pigne d’Arolla, Grand Paradis, Miroir d’Argentine: tous les sommets lui procurent le même plaisir quelle que soit la saison. «En montagne je suis dans mon élément, jamais lassée ni blasée.» Léa Chanson s’inscrit à la section des Diablerets l’année passée. «Je pratique surtout la montagne avec mes amis mais j’avais envie de suivre les cours proposés par le club alpin, afin d’approfondir mes connaissances et de devenir plus autonome.» Elle suit la formation en alpinisme et celle consacrée aux avalanches. «C’était très formateur. La prochaine étape sera de participer aux courses du club.» Mais avant, la jeune femme a d’autres projets. Elle et son compagnon partent cet été pour un voyage d’un an en Asie.

u

le col des Chamois en peau de phoque. Lorsque le groupe arrive à la cabane Barraud où il va passer la nuit, une de ses sœurs fait une crise d’appendicite. Léa Chanson se rappelle comment son père a dû descendre en urgence à skis chercher un téléphone pour appeler les secours. Cet incident marquant, qui s’est finalement bien terminé, n’a pourtant pas entaché son goût de la montagne.

Passion Montagne – numéro 3 – mai – juin 2013

13


Photos: © D. R.

L’Eté indien,  280 mètres Rappels parfois aériens dans un environnement granitique.

u

idéEs    DE   coURSEs

Une escalade variée donne parfois des hauts et des bas.

14

Passion Montagne – numéro 3 – mai – juin 2013

P

L’Eté indien est une voie magnifique qui vaut le voyage. Culminant à près de 1800 mètres, elle est idéale durant la saison chaude.  Nicolas Pagé

assionnés de montagne, nous avons tous le souvenir d’une sortie parfaite, un peu hors du temps, hors saison. Une dernière ligne dans une poudreuse parfaite alors que plus personne ne pense ski ou une grimpe sur un rocher chaud et gavé de soleil pendant que les amis exploitent la glace et la neige. La voie ici proposée porte bien son nom: L’Eté indien. Le guide Raoul Crettenand de Praz-de-Fort l’a en effet ouverte en quelques week-ends de septembre 2007. Plusieurs voies d’escalade portent ce nom dans les Alpes. Celle qui nous intéresse se situe peu après Orsières, dans le val Ferret. On y accède en une quarantaine de minutes par le chemin qui mène à la cabane de Saleina. L’Eté indien est une voie magnifique qui vaut le voyage. La difficulté homogène est abordable (entre 5b et 6a) et impose une belle diversité de techniques de

grimpe. La courte fissure de départ peut surprendre le grimpeur qui s’élance à froid sans réfléchir. Mais après cette petite mise en bouche un peu croquante, la suite est juste «al dente»! Les longueurs se suivent comme un repas gastronomique de plusieurs services: grattonnage, fissure en dièdre, pure friction sur un rocher poli par les glaciers, dülfer bien relevé et passages aériens. L’ascension se termine avec une petite cerise sur le gâteau, qui permet une vraie pause détente bien méritée avec vue sur un paysage unique. Orientée est et culminant à près de 1800 mètres, cette voie de 10 longueurs (280 mètres) est idéale durant la saison chaude. Elle est aussi, évidemment, une belle balade verticale à savourer à la faveur d’un redoux automnal. Ce bel objectif peut être atteint «à la journée», mais aussi «en chemin» vers la sympathique cabane de Saleina. Après une nuit


Photos: © D. R.

Fissure au départ de la voie L’Eté indien.

à la cabane, le plus difficile sera de faire son choix. Le Petit Clocher des Planereuses (2806 m) offre notamment une belle grande voie de 500 mètres (difficulté TD+) en face nord, donc plutôt pour les périodes de canicule. Il comporte d’autres voies, orientées sud et sud-ouest, qui se développent sur 150 à 200 mètres (difficulté entre D+ et ED+). Un jeu de coinceurs et de friends, de même que cordes à double sont généralement nécessaires au Petit Clocher. A environ 5 minutes de la cabane, quelques voies plus courtes sont disponibles (difficulté entre 3 et 6a+), histoire de ne pas terminer la journée sur sa faim. Dans ce massif, les grimpeurs prêts à investir une certaine marche d’approche y trouveront un vaste choix de grimpe, sur un granit de qualité et dans un paysage de haute montagne tout simplement splendide.

Fiche technique Cartes:

CN 1345 Orsières, 282 Martigny

Topo guide:

Entremont Escalades 2011 de Olivier Roduit

Topo croquis http://www.crettenand-guide.com/images/ete%20indien par l’ouvreur: %20grande.jpg Matériel:

L’Eté indien: 1 corde de 50 mètres, 15 dégaines, matériel de rappel.

Accès:

Depuis la prise d’eau de Saleina, suivre le chemin pour la cabane de Saleina. Repérer un cairn et l’inscription ESCALADE sur un bloc, 100m avant les chaînes qui sécurisent un passage rocheux. Descendre la sente, traverser des buissons et remonter le pierrier en direction du glacier (balisage rouge et cairns). Le nom de la voie est indiqué en rouge.

Approche:

40 min

Difficultés:

L1 6a, L2 5c, L3 5b, L4 5c, L5 6a, L6 5c, L7 5b, L8 5c, L9 6a, L10 5b. TD-

Nostalgie:

«L’été indien», interprétée en 1975 par Joe Dassin, Youtube: http://www.youtube.com/watch?v=BzYdG8Mgscg

Passion Montagne – numéro 3 – mai – juin 2013

15


Conseil MATOS

Tout savoir sur  les bâtons de marche

16

La popularité des bâtons de marche ne cesse d’augmenter, mais comment bien les choisir?

D

epuis quelques années, la popularité des bâtons de marche ne cesse d’augmenter. Si au début, ils étaient perçus principalement comme une aide lors des descentes, on sait aujourd’hui qu’ils présentent des avantages multiples, pas seulement pour le trekking mais aussi pour le trail, la marche sportive… grâce à une adaptation des formes, des matériaux.

quatre) associé au système de verrouillage influe significativement sur le poids, il limite avantageusement l’encombrement. On préférera un système type flip-lock (généralement plus lourd mais plus robuste) à un système par vissage pour une utilisation mixte été/hiver.

Des bâtons, mais pour quoi? Outre l’évidence de participer à un meilleur équilibre, de faciliter les montées, de rythmer le pas donc de réduire la fatigue, les bâtons de trekking apportent un vrai plus en matière de santé: • Ils amortissent les chocs et limitent les douleurs articulaires en soulageant les chevilles, les genoux, les vertèbres lombaires… • Ils préviennent des entorses en limitant les torsions des chevilles lors de longs treks ou en portant de lourdes charges. • Enfin, ils favorisent une meilleure répartition du poids du sac grâce à un transfert d’une partie de la charge sur les bras soit une diminution du poids perçu.

Des bâtons, mais lesquels? Certes les bâtons sont un plus, mais comment bien les choisir? Il faut bien prendre en compte différents facteurs:   Les critères de poids et de robustesse: ils sont indissociables des matériaux utilisés. Si les bâtons aluminium représentent un bon compromis qualité/prix/ robustesse, on peut également choisir d’autres matériaux qui permettront un gain de poids et/ou de solidité comme le zicral, le titanal ou le carbone.

Photos: © D. R.

u

e seill n o c vous

  La segmentation des bâtons: elle favorise le confort de marche par un réglage optimum de la longueur en fonction du terrain. Si le nombre de brins (de deux à

Passion Montagne – numéro 3 – mai – juin 2013

  Les poignées et dragonnes: du polymère au mousse (meilleure absorption des chocs) en passant par le liège (séchage et absorption de la transpiration), les poignées ont différentes formes qui facilitent la prise en main. Ergonomiques, elles vont de pair avec les dragonnes qui sont ajustables et sécurisent la tenue. Elles peuvent aussi être complétées par un amortisseur de choc et réduire ainsi au minimum les contraintes articulaires.   Les pointes et les embouts: ils ont pour rôle d’optimiser la poussée et l’accroche dans les différents types de terrains. On préférera une pointe en acier plus robuste et durable à une pointe plastique. Il faut toutefois la protéger par un petit embout caoutchouc lors d’une pratique sur le goudron.

Le conseil du spécialiste: Classiquement, pour bien choisir son bâton, on utilise la formule 0.68 * taille de la personne = taille du bâton, mais les marcheurs expérimentés préféreront des bâtons légèrement plus longs pour maximiser la propulsion et augmenter le rendement vitesse/ dépense énergétique. On préférera des bâtons plus longs à la montée (pour accroître la poussée) tout comme à la descente qui, même s’ils ralentissent un tantinet l’allure, apportent un vrai plus en termes d’équilibre surtout en terrain gras. Bonne randonnée à tous et à toutes et bon été.


© D. R.

T

oujours plus de remontées mécaniques et pistes de liaison entre stations. Toujours plus de nouveaux aménagements, avec, pour conséquence, toujours plus d’installations obsolètes. Toujours plus de bruit d’engins volants dans les hauteurs. Toujours plus de pollution, de bruit et de bouchons dans les vallées d’accès. Toujours plus de… Le constat ne date pas d’aujourd’hui et la situation n’évolue pas favorablement. Face à cette situation, en été 1986, à l’occasion du bicentenaire de la 1re ascension du Mont-Blanc, des alpinistes de renom demandent une protection accrue du massif. L’idée d’un Parc international du Mont-Blanc est lancée, idée soutenue ensuite par les gouvernements des trois pays du massif. Elle est par contre combattue par les élus locaux, lesquels, en lieu et place, instituent fin juin 1991 la Conférence transfrontalière Mont-Blanc (CTMB), chargée de gérer un territoire appelé «Espace Mont-Blanc». L’association Pro Mont-Blanc, de son côté, se constitue début juin de la même année et soutient fermement le projet de parc naturel. Pro Mont-Blanc regroupe des associations et organisations d’alpinistes et de protection de l’environnement, notamment les Clubs alpins, le WWF, Mountain Wilderness ainsi que des associations locales comme l’ARSMB (Association pour le Respect du Site du Mont-Blanc). Son but est d’obtenir une meilleure protection du massif et des régions entourant ce massif, notamment par le biais d’une candidature au patrimoine mondial de l’Unesco. Depuis qu’elle existe, la CTMB a réalisé plusieurs projets intéressants dont une étude sur les milieux sensibles et la création d’un Observatoire du Mont-Blanc,

basé sur l’utilisation d’indicateurs destinés à évaluer la qualité du développement de la région. Pro Mont-Blanc a contribué à ce dernier projet en produisant un prototype d’évaluation appelé «Thermomètre du Mont-Blanc». Dernier en date de ces projets est la production d’un document appelé «Massif du Mont-Blanc Stratégie d’avenir», document qui se veut un plan d’actions pour les trois régions (italienne, française et suisse) du massif. Pour une part, ces projets ont bénéficié de subventions de l’Union européenne. D’emblée, Pro Mont-Blanc s’est montrée critique vis-à- vis des démarches de la CTMB. L’enterrement, tout d’abord de l’idée de parc international, puis le fait que des projets, prometteurs au départ, n’ont pas été exploités comme on l’aurait souhaité et n’ont pas fait progresser la coopération transfrontalière dans le sens du développement durable. Le principe d’une candidature du territoire au patrimoine naturel de l’Unesco, s’il n’a pas fait l’objet d’une opposition frontale de la part de la majorité des élus locaux, a par contre, lui aussi, été progressivement mis sous le tapis. Enfin, sur la «Stratégie d’avenir», on peut s’attendre au pire ou au meilleur: l’ensemble des actions qui y figurent est rédigé en termes suffisamment «élastiques» pour ne rester qu’un simple catalogue de bonnes intentions. Pour le meilleur, il faudra compter sur les groupes de travail qui vont être constitués pour préciser chacune des actions ainsi que sur la réceptivité des élus face aux propositions de ces groupes.

ENVIRONNEMENT

Quand on vous parle du Mont-Blanc, vous ne pensez qu’à sa blancheur, sa pureté, son calme et sa beauté sauvage. Et pourtant!  Alexis Bally

Pro Mont-Blanc participera à ces travaux et vit encore d’espoir! Passion Montagne – numéro 3 – mai – juin 2013

u

Pro Mont-Blanc,  vous connaissez?

17


Mon père était le photographe du village. Pour mes 7 ans, il m’a donné mon premier appareil d’une «pajtás» qui signifie «petit camarade». J’ai commencé par documenter les moments de ma vie. Cette passion est restée en moi pendant des années et aujourd’hui encore. J’ai vécu mon enfance dans le grand plan rural hongrois. Il n’y avait ni montagne ni une seule colline à l’horizon qui était tout plat comme un disque. La plus grande hauteur géographique que j’ai réussi à grimper était la digue de la petite rivière juste derrière notre maison.

u

Une fois j’ai fouillé les archives familiales chez mes grands-parents et j’ai trouvé dans l’armoire un stéréoviseur avec une série d’images de la Suisse. En tournant les images avec l’aide d’un bouton, je voyais les montagnes dans les Alpes. Je suis entré dans le pays des merveilles d’Alice. Je ne savais pas à ce moment en regardant les images en trois dimensions que les montagnes et moi, nous étions liés pour toujours.

18

Envoyez-nous vos plus belles images (300 dpi minimum) par e-mail secretariat@cas-diablerets.ch, sur clé USB ou sur CD.

Passion Montagne – numéro 3 – mai – juin 2013

Photos: © Laszlo Garamszegi

portfolio

Je vis depuis le début des années 90 en Suisse. Je suis un montagnard qui habite autant à Bâle qu’à Lausanne. Je suis dans trois cultures. Je suis membre du CAS section Diablerets depuis 2006.


Passion Montagne – numéro 3 – mai – juin 2013

19


Cartes d’excursions de swisstopo Avec les plus beaux itinéraires de randonnée de la région

savoir Photo: Christof Sonderegger

swisstopo

Office fédéral de topographie swisstopo www.swisstopo.ch

Schweizerische Eidgenossenschaft Confédération suisse Confederazione Svizzera Confederaziun svizra

TOUT UN MONDE À DÉCOUVRIR ! BRÈVES DE COMPTOIR le quotidien du Comptoir Suisse

21

Ven. septembre

«Aventures au Comptoir Suisse» par Krum p. 7

Mur du Son sans retenue Le jour J, Thierry Meyer observe son quotidien vaudois et raconte la fête qu’il voulait offrir à ses lecteurs. p. 8

Bien manger aussi en EMS Les jeunes se forment à cuisiner pour les aînés. Entre goût et texture, une question de savoir-faire.

p. 9

Il chante ce soir avec les 230 choristes devant son public lausannois. Impatient, il raconte.

200 communes

Vachement sympa !

Bastian Baker réalise son rêve p. 13

Regards_240x325_PUWA1492_Mise en page 1 25.09.12 10:42 Page1

LoRoMag

ACTUALITÉ

NoUvEAU

mettez vos poubelles au régime !

la voiture qui carbure aux déchets

NATURE

Jardins écologiques: écologiques : mode d’emploi !

No 2 automne-hiver Fall-Winter 2012 / 2013

EfficiEncE 21

cartier.com

L E M AG A Z I N E D E L’ E F F I C I E N C E É N E RG É T I Q U E | N ° 6 | pR I N T EM ps 2013 | CHF 5. 90

édition 2013 pour les papas www.papamodemploi.ch

Papa mode d’emploi

Le magazine de l’univers des jeux

Le magazine du Beau-Rivage Palace et de Landolt & Cie, Banquiers privés

No 2 > automne - hiver 2012 / 2013

Numéro 15 Printemps 2013

de la Loterie Romande

Quand Q uand le cerisier fleurit, la chance vous sourit !

VINEYARD

Embracing minerality

CoNsoMMATIoN D’ÉNERGIE

ÉCONOMIE Petit guide pratique à l’usage des nouveaux papas

Nouvelle Collection TANK ANGLAISE 2633-Papa_Mode_Emploi_13.indd 1

14.02.13 10:04

Le magazine du Beau-Rivage Palace et de Landolt & Cie, Banquiers privés

la rénovation atteint des sommets

Le microcrédit selon Pierre

Landolt

SYLVIE GONIN

Les clés

de l’excellence 6

jeu

Arc-en-ciel

13

portrait

Café du Gros Chêne

INÉDIT PUBLICATIONS SA Avenue Dapples 7 | Case postale 900 | CH-1001 Lausanne | T +41 21 695 95 95 | F +41 21 695 95 50 | info@inedit.ch | www.inedit.ch


la vie du club

Bulletin de la section Sommaire 22 23 24 26 27 28 29 29 29 30 31 34 35

Passion Montagne – numéro 3 – mai – juin 2013

© Joël Klay

Mémento Mai à juin 2013 Les cabanes d’Orny et de Trient Procès-verbal de l’AG de printemps L’appel des sommets Passion Montagne vous sollicite Nouveaux membres Les sous-sections Morges Carnet rose Payerne Rapports Les jeudistes Semaine clubistique Jungfraujoch - Grimsel Spitzhörli - Böshorn

21


la vie du club Mémento MAI à JUiN 2013

Soirée du 26 juin 2013 La commission d’alpinisme vous invite à la présentation du film et conférence: «ELEMENT3 – sommet en vue» en présence des participants et du réalisateur.

Mercredi 5 juin  Dès 18h: soirée à la grotte de la Borde (voir encadré ci-dessous).

Mercredi 26 juin  A 20h: accueil des nouveaux membres et présentation du nouveau film «Element3» (voir encadré).

Automne 2010. Trois jeunes médecins, dont un membre de la section des Diablerets, entament un périple de plusieurs mois, qui les conduira des Alpes suisses à l’Aconcagua à la force des mollets. Leur aventure sportive, écologique et humanitaire est relatée dans le film de Raphaël van Singer.

La Commission des archives vous invite à la Soirée à la Grotte de la Borde, berceau de la Section Pour honorer la tradition et la convivialité clubistique, tous les membres de la section sont invité(e)s à partager une agape sympathique et bucolique sous forme de repas canadien à la Grotte de la Borde, mercredi 5 juin 2013 dès 18h La Musique d’Anzeinde assurera l’animation musicale dans ce cadre champêtre, face à la cathédrale de Lausanne. Un repas canadien suppose la contribution culinaire de chacun(e): une petite salade, un gâteau (salé ou sucré), une assiette de fromage ou de charcuterie, et pourquoi pas un verre de vin (ou d’eau minérale) sont, bien sûr, les bienvenus. Le café et d’autres surprises seront préparés avec bienveillance par la Commission. L’essentiel, c’est votre présence et votre bonne humeur! Qu’on se le dise, tous au berceau de notre section...

Recherche Dans le cadre des festivités du 150e, le Festival du film alpin des Diablerets met le CAS à l’honneur lors de la journée du dimanche 11 août 2013. Outre des projections spéciales bien sûr, diverses activités extérieures sont prévues en journée. En particulier des randonnées dans les environs des Diablerets (par ex. Le Drudy menant à Pierredar, mais surtout d’autres plus faciles). Pour ce faire,

nous cherchons 6 chef-fe-s de courses

Cheminement: La Grotte se trouve au nord-ouest du collège de la Barre, Borde 4, Lausanne, chemin des écoliers, direction ouest vers la salle de gym-atelier.

22

Passion Montagne – numéro 3 – mai – juin 2013

(toutes disciplines confondues) afin d’accompagner et d’encadrer ces randonnées. Ce sera une manière active de contribuer à la fête du 150e. Si vous êtes intéressé-e-s et motivé-e-s, merci de me rendre réponse dès que possible (faites le pas, les autres ne répondront pas à votre place!).

© D. R.

Robert Pictet Président de la Commission des archives et son Comité


Comment rejoindre les cabanes d’Orny et de Trient Malgré la fermeture du télésiège cet été, nos deux cabanes seront joignables. Plusieurs cheminements s’offrent à vous, en voici les détails.

Cabane d’Orny: De Champex via la Combe d’Orny (4h30) De Champex par le col de Breya (4h30) De Praz-de-Fort par le plan Bagnet (4h30, depuis prise d’eau 3h30).

Recherche Comme vous l’avez remarqué, notre buvette est à votre service tous les vendredis et lors des réunions mensuelles. Ses collaboratrices et collaborateurs vous servent avec plaisir toutes sortes de boissons. Pour compléter les effectifs, nous cherchons des

Photos: © D. R.

RESPONSABLES DE BUVETTE AIDES DE BUVETTE Cabane de Trient: De Champex par le val d’Arpette, nouveau chemin pédestre passant sur la moraine T3 (5h30) D’Orsières par la Combe d’Orny (6h) De Praz-de-Fort par le Plan Bagnet (6h).

Alors rejoignez-nous, c’est un job très sympa. Pour tout renseignement contactez Marie-Louise (mjeandrevin@infomaniak.ch) ou le secrétariat. Merci de votre future collaboration.

Passion Montagne – numéro 3 – mai – juin 2013

23


la vie du club Procès-verbal assemblée générale de printemps du 24 avril 2013 1 Accueil, adoption de l’ordre du jour L’assemblée est ouverte vers 20h15 par les salutations d’usage, Luc Anex relève la présence d’anciens présidents de la section des Diablerets qui portent le bredzon. Pour que l’assemblée se déroule normalement, le président désigne Jean-Charles Graf, Alain Détraz et Jean-François Millet en qualité de scrutateurs, sans opposition. Compliments et gratitude Luc Anex remercie aussi les responsables des commissions et groupes d’avoir participé à leur réunion annuelle avec les membres du comité. Adoption de l’ordre du jour Luc Anex propose une modification de l’ordre du jour en déplaçant le point 8 (proposition de préservation du patrimoine de la section) et de traiter ce point après le point 3 (informations du comité), sans opposition. Sans autre remarque concernant l’ordre du jour, les listes de présence sont complétées par les clubistes présents. Le quorum étant atteint, l’assemblée peut valablement délibérer (54 membres ont signé les listes de présence). 2 Adoption du procès-verbal de l’assemblée générale d’automne du 28 novembre 2012 Le procès-verbal de l’assemblée générale d’automne a été publié dans le bulletin du mois de janvier 2013. Aucune remarque n’étant formulée à son sujet, il est approuvé à l’unanimité. 3 Informations diverses du comité Excusés Luc Anex lit la liste des personnes excusées. Décès Au cours des mois écoulés, le comité a appris avec regret et tristesse le décès des membres et membres d’honneur suivants: 24

Passion Montagne – numéro 3 – mai – juin 2013

André Perret, membre de la section  depuis 1958 et membre d’honneur Edouard Roth, membre de la section  depuis 1935 Alain Chevalley, membre de la section  depuis 1983, ancien rédacteur du bulletin Arnold Glardon, membre de la sous-section  de Vallorbe et membre d’honneur de la section Aimé Bezenson, membre de la section  depuis septante ans La section adresse ses très sincères condoléances aux familles éprouvées par le deuil et les assure de toute sa sympathie. Pour honorer la mémoire des personnes disparues, l’assemblée se lève et observe un moment de silence. Activités du 150e anniversaire du CAS et de la section Luc Anex commente les différentes activités prévues afin de célébrer cet anniversaire. 25 mai: repas à la salle des fêtes  de Montbenon 10 au 22 juin: exposition au Forum  de l’Hôtel de Ville de Lausanne 20-21 juillet: week-end rando dans  nos cabanes   11 août: Festival du film alpin des Diablerets  13 au 22 septembre: Comptoir Suisse  4 Proposition de préservation du patrimoine de la section Robert Pictet mentionne qu’il représente la Commission des archives, de la bibliothèque et des photographes. Il présente sa proposition d’externalisation de la gestion des archives de la section. L’objectif est de centraliser la gestion de notre patrimoine. Sa proposition est acceptée à l’unanimité. Sa présentation est jointe au PV original. Luc Anex remercie Robert pour le travail exceptionnel accompli durant toutes ces années et mentionne que ce dernier nous a proposé une bonne solution qui nous permet d’aller de l’avant en toute confiance.

5 Informations des commissions, des groupes et des sous-sections La parole est passée aux président(e)s ou responsables des groupes et commissions ainsi que des sous-sections. Les commissions et les sous-sections de la section.

 Alpage Nicolas Favrod mentionne que la commission étudie la possibilité de remettre du bétail dans la région de Trient en 2014.  Alpinisme Marc Gilgen. En été 2012, nous avons eu une légère baisse du nombre de courses proposées, par contre un meilleur taux de remplissage. L’objectif pour la CA est de répondre à la demande de nos membres avec une offre de courses adéquates. La CA est en train de revoir le règlement des courses et des cours.  Archives Robert Pictet a fait sa proposition qui a été acceptée par l’Assemblée générale. Bibliothèque    En l’absence de Christian Hubert, c’est Monika Keler qui représente cette commission. La bibliothèque a acheté un nouveau logiciel de gestion semi-professionnel et effectue le transfert d’une certaine partie de ses livres. Deux ordinateurs et une imprimante sont en commande (un pour les membres et un pour la bibliothèque).  Buvette Marie-Louise Jeandrevin décrit la situation comme bonne. Elle a dû constater la démission de quelques fidèles membres. Elle lance donc un appel car elle cherche des remplaçants.  Cabanes Patrick Troesch. Les cabanes sont tributaires de la météo. La saison d’été s’est déroulée en dents de scie avec une fin de saison difficile. Mountet: souffre du manque de nuitées Trient: une baisse par rapport à 2011 mais les résultats sont bons Orny: légère baisse A Neuve: légère baisse Rambert: légère hausse Mittelaletsch: légère baisse


AVRIL

Il n’y aura pas de télésiège à la Breya pour la saison d’été. Les gardiens d’Orny et de Trient se font du souci. Le comité a décidé d’épauler nos gardiens au maximum. Il y a eu du tournus parmi les préposés qui sont actuellement 16. Nous cherchons des préposés pour Trient et Orny. Les travaux suivants ont été effectués en 2012:  agrandissement de la cabane de stockage de la nourriture à Mountet  remise en état de l’installation électrique à Orny  remise en état de la cheminée à Trient Chalets    Alain Détraz. La commission s’est réunie pour sa séance de printemps le 10 avril 2013. Les préposés sont toujours aussi motivés. Alain remercie ces derniers ainsi que leur adjoint pour leur travail. Il a été décidé dans cette séance de présenter les résultats de la même manière que les cabanes. Les travaux à entreprendre dans les années à venir sont les suivants: Lacombe  fosse septique  panneaux solaires Borbuintze  chéneaux  fosse septique  parquet Barraud  escalier à l’entrée  drainage extérieur  chéneaux  Cours de ski de la section des Diablerets Bertrand Sieber est excusé. Environnement    Annelore Kleijer est excusée. Financière    Le rapport de Corinne Pointet se trouve à la page 25 du dernier Passion Montagne. Immeuble    Nous sommes toujours à la recherche d’un président pour cette commission. Vérificateurs des comptes    Angelo Palmisano n’a pas de problème à signaler.

24 2013

Jacques Thévoz est excusé. Il est remplacé par son vice-président, Marc Schütz. Le mur d’escalade fonctionne bien. Il remercie le comité pour le support financier accordé à cet effet. La sous-section de Château-d’Œx   

Le rapport de la commission de vérification des comptes se trouve à la page 25 du dernier Passion Montagne. Jeunesse    Nicolas Simon. Bonne participation en 2012 avec, en moyenne, 10 membres OJ/AJ par course. Une partie du matériel a été renouvelé grâce aux subsides accordés par le comité. La commission pousse à la formation de ses moniteurs mais manque toujours de bénévoles. Un système de motivation se met en place sous la forme du remboursement d’une partie de la finance annuelle en contrepartie de la participation à un certain nombre de courses. Web    Gervais Chapuis est excusé. Jeudistes    Alain Junod. Les Jeudistes ont été fondés en 1963 et fêtent cette année leurs 50 ans. Il y a eu 5 présidents en 50 ans. Ce groupe se porte bien avec 80 membres. Il y a eu 57 manifestations/courses en 2012 avec en moyenne 35 personnes par course. Marraine    Eliane Cuche est excusée. Mercredistes    Jean-François Milliet décrit la situation comme très bonne. Il y a 174 membres. 66 courses ont été organisées (raquette: 10, peau: 8, ski de fond: 1, ski: 4, estivale: 43). Il y a eu 1479 participants. Musique d’Anzeinde    Hans Woodli est content de son équipe de 18 musiciens. Groupe de photographes    Robert Pictet vient de reprendre la présidence en 2013. Il estime qu’il est encore trop tôt pour en parler. La sous-section de Morges    Monika Savary salue cordialement tous les membres présents. Morges va bien. La sous-section de Payerne   

Francis Gétaz. Il y a eu différentes rocades au sein du comité. Le site internet a été remis à jour. Il y a une nouvelle équipe dans le cadre des OJ. La sous-section de Vallorbe    Jean-Pierre Rochat est excusé. 6 Discussion et approbation du rapport 2012 du président de la section Sans remarques concernant le rapport paru en page 21 dans le dernier Passion Montagne, ce dernier est approuvé. 7 Discussion et approbation des comptes 2012, des rapports du trésorier, des vérificateurs des comptes et de la commission financière Comptes 2012 et rapport du trésorier Le trésorier, Pierre Delaloye, présente et commente les comptes 2012. Ils figurent aux pages 22, 23, 24 et 25 du dernier Passion Montagne et ont été adoptés par le comité. Rapport de la commission financière Corinne Pointet mentionne que le rapport de la commission financière pour l’exercice 2012 se trouve en page 25 du dernier Passion Montagne. Rapport des vérificateurs des comptes Angelo Palmisano déclare avoir contrôlé les comptes et n’a pas de problème à signaler. Il fait lecture de son rapport de la commission des vérificateurs des comptes de l’exercice 2012 qui se trouve en page 25 du dernier Passion montagne. Discussion et approbation des comptes 2012 Les comptes 2012 et les trois rapports soumis sont approuvés à l’unanimité. Il est donné décharge au trésorier et au comité, les vérificateurs des comptes sont relevés de leur mandat.

Passion Montagne – numéro 3 – mai – juin 2013

25


la vie du club Procès-verbal (suite) AVRIL

24 2013

8 Discussion et approbation des rapports 2012 des commissions, des groupes et des sous-sections Les rapports sont adoptés à l’unanimité et en bloc. 9 élection de la commission des vérificateurs des comptes pour l’exercice 2013 La composition de la commission de vérification des comptes pour 2013 sera la suivante: Francis Miéville: président  Jean-Michel Kern  Pierre Jobin  Jacques Desponds 

La composition de cette commission est approuvée à l’unanimité. 10 Divers Luc Anex mentionne que le comité prévoit une nouvelle formule pour la soirée annuelle de fin d’année 2013. Il est prévu de remercier tous les bénévoles qui œuvrent au bon fonctionnement de notre section. L’assemblée générale est levée vers 21h45. Luc Anex remercie les personnes présentes de leur participation. Lausanne, 30 avril 2013 Gérard Chessex, secrétaire général

L’appel des sommets Lundi 10 juin: Vernissage, 18h. Mercredi 12 juin: Mur de grimpe à la place de la Louve, 13h-18h. Jeudi 13 juin: Visite interactive de l’exposition, 16h30.

Programme des événements de l’exposition «L’appel des sommets» au Forum de l’Hôtel de Ville de Lausanne 26

Passion Montagne – numéro 3 – mai – juin 2013

Vendredi 14 juin: Du bleu, du jaune, du rouge: quelle couleur pour quel chemin?, 16h30 à 18h. Intervention de Bernard Matthey-Doret, responsable de la commission technique de Vaud Rando. Samedi 15 juin: Pour des cabanes vertes? Débat sur les enjeux environnementaux des cabanes du CAS, 14h. Animé par la commission de l’environnement de la section des Diablerets.

Mercredi 19 juin: Avalanche de poudreuse à Lausanne, tous à vos DVA!, 14h. Introduction aux avalanches et aux méthodes de recherches sous forme ludique pour petits et grands. Jeudi 20 juin: Concert de la Musique d’Anzeinde à 16h, suivi de la verrée des Jeudistes. Vendredi 21 juin: «Du bleu, du jaune, du rouge: quelle couleur pour quel chemin?», 16h30 à 18h. Intervention de Bernard Matthey-Doret, responsable de la commission technique de Vaud Rando. Samedi 22 juin: Visite interactive de l’exposition, 14h.


Passion Montagne vous sollicite Club Alpin Suisse CAS Club Alpino Svizzero Schweizer Alpen-Club Club Alpin Svizzer

Passion Montagne No 6 – 87e année Novembre-décembre 201 1

No 5 – 87e année Septembre-octobre 201 1

Dossier

Les aînés: l’âme du club

Passion Montagne

Portrait

andré Groux

Dossier

La préparation physique, c’est important!

environnement

turbinage de l’eau potable

Portrait

Jean-Cyprien Pitteloud

Passion Montagne

No 5 – 88e année Septembre-octobre 201 2

Journal de la section des Diablerets Section lausannoise du Club Alpin Suisse et sous-sections de Château-d’Œx, Morges, Payerne et Vallorbe.

Passion Montagne Club Alpin Suisse CAS Club Alpino Svizzero Schweizer Alpen-Club Club Alpin Svizzer

environnement

respecter c’est protéger

Journal de la section des Diablerets

Dossier

s’initier à l’escalade

Club Alpin Suisse CAS Club Alpino Svizzero Schweizer Alpen-Club Club Alpin Svizzer

Section lausannoise du Club Alpin Suisse et sous-sections de Château-d’Œx, Morges, Payerne et Vallorbe.

Dossier

La vie des cabanes

Portrait

Léon Weissbaum

Portrait

Patrik troesch

environnement

Danger sur les plantes alpines

environnement

L’éclairage des cabanes: un élément à ne pas négliger

Passion Montagne

Passion Montagne

Dossier

Journal de la section des Diablerets Section lausannoise du Club Alpin Suisse et sous-sections de Château-d’Œx, Morges, Payerne et Vallorbe.

Comment sont balisés nos sentiers?

Journal de la section des Diablerets

Club Alpin Suisse CAS Club Alpino Svizzero Schweizer Alpen-Club Club Alpin Svizzer

Section lausannoise du Club Alpin Suisse et sous-sections de Château-d’Œx, Morges, Payerne et Vallorbe.

Club Alpin Suisse CAS Club Alpino Svizzero Schweizer Alpen-Club Club Alpin Svizzer

Portrait

tania Bolognini environnement

Les changements climatiques et le Cas

Dossier

Les zones de tranquillité Portrait

Claire aeschimann environnement

Quel confort pour nos cabanes? Journal de la section des Diablerets Section lausannoise du Club Alpin Suisse et sous-sections de Château-d’Œx, Morges, Payerne et Vallorbe.

Club Alpin Suisse CAS Club Alpino Svizzero Schweizer Alpen-Club Club Alpin Svizzer

Journal de la section des Diablerets Section lausannoise du Club Alpin Suisse et sous-sections de Château-d’Œx, Morges, Payerne et Vallorbe.

Club Alpin Suisse CAS Club Alpino Svizzero Schweizer Alpen-Club Club Alpin Svizzer

Les Aiguilles du Tour…

Envie de découverte? Notre offre Vous montez par vos propres moyens sur le chemin balisé jusqu’à la cabane et le lendemain vous grimpez aux Aiguilles du Tour avec un guide de montagne.

Tous les jours de l’été 2013!!! AvantageS • Vous ne payez que le séjour à la cabane et la journée de l’excursion. • Tout le matériel technique est déjà à la cabane, en prêt gratuit. • Petit sac léger pour monter. Uniquement sur réservation par e-mail: cabanedutrient@hotmail.com Prix: CHF 150.– par personne. Dès 4 personnes. Difficulté: montée cabane T4 durée env. 4h30, course F 5h. Inclus: matériel (baudrier, crampons, piolet, casque). Non inclus: nuitée et demi-pension, boissons.

Passion Montagne – numéro 3 – mai – juin 2013

27

© D. R.

Pourquoi la publicité à l’intérieur de notre magazine? La réponse est relativement simple: c’est le seul moyen de rentabiliser les tirages. Vous envisagez un partenariat avec Passion Montagne? Contactez le secrétariat pour connaître les conditions de collaboration.

No 6 – 88e année Novembre-décembre 201 2

Notre journal est disponible en tout temps, il fait partie de la journée des lecteurs, il les informe avec crédibilité et confiance. Parce que l’imprimé peut être facilement déposé

Journal de la section des Diablerets Section lausannoise du Club Alpin Suisse et sous-sections de Château-d’Œx, Morges, Payerne et Vallorbe.

No 4 – 88e année Juillet-août 201 2

C’est en même temps un signal fort envoyé à tous vos partenaires sur la solidité de votre entreprise.

Passion Montagne

ou ramassé, il est relu maintes fois par ceux qui le retrouvent.

No 3 – 87e année Mai-juin 201 1

A de nombreux égards, le média imprimé est le média marketing idéal. Les publicités jouent un rôle d’une importance égale au contenu éditorial.

No 2 – 89e année Mars-avril 201 3

Voulez-vous augmenter la visibilité de votre entreprise?


la vie du club Nouveaux membres Section lausannoise J I I I F I I I J I F F I I J I I I I I I I I J I I I I I J I F F F F I F I I I I

Angebault Jules Bachmann Marc Baruthio Frédérique Beauverd Bertrand Beetschen Marion Binder Marine Bourdelle Jean Charlet Myriam Choquard Nelson Cosandier Maxime Curchod Lou Curchod Perrine Darulova Jana De Neijere Cornelis Dézulier Clémence Füllemann Yann Gacoin Ruth Galland Cyril Gindroz Héloïse Goetschmann Nicolas Guillermin Sarah Hafenbrädl Sebastian Henry Frédérique Herberg Kjersti Imbert Jean-Maurice Lehky Marielle Lopes Franceso Matthey Aurélie Moytier Eve-Angélique Nicollier Marius Paatela Antti Peccatus Dayana Peccatus Severine Peccatus Yael Rochat Florian Rochat Jean-François Rosa Emmanuelle Rusca Rachele Sabalçagaray Tony Saigi Nuria Saunier Diane

28

Passion Montagne – numéro 3 – mai – juin 2013

Nyon Lausanne Lausanne Chavornay Lausanne Pully Bavois Penthalaz Villars-Tiercelin Saint-Cierges Lausanne Lausanne Lausanne Lausanne Ecublens Lausanne Montreux Lausanne Lausanne Clarens Lausanne Lausanne Froideville Lausanne Lausanne Pully Lausanne Lausanne Lausanne Lausanne Lausanne Pully Pully Pully Lausanne Lausanne Lausanne Penthalaz Lausanne Lausanne Cugy

I I I I I F J I F F F F F I I I J F J J

Schoch Marianne Seifert Andreas Spoerri Monika Subilia Raphaëlle Tricot Richard Troch Peter Urfer Arianne Urfer Matthias Vautier Nathan vendrami Colin Vendrami Daniela Vendrami Loris Vendrami Serge Verrier Gregory Von Mandach Xavier Walicki Guillaume Watts Samuel Wenzinger Nadja Wildi Thibault Willa Oscar

Sous-section de MORGES I I I I

Allaz Simon Bachmayer Beatrix Kluvers Maïté Meylan Sebastien

Sous-section de payerne I I I

Monney Sophie Rossel Raymond-André Sfez Bina

Sous-section de VALLORBE I

Masserey Virginie

Lausanne Etoy Ecublens Lausanne Yverdon-les-Bains Lausanne Lutry Lutry Lausanne St-Saphorin-sur-Morges St-Saphorin-sur-Morges St-Saphorin-sur-Morges St-Saphorin-sur-Morges Lausanne Lausanne Prilly Givrins Lausanne Lutry Lausanne Reverolle Gollion Cottens Bougy-Villars Villars-le-Grand Villars-Tiercelin Lucens Rances

Sous-section de château-D’œx J J

Sottas Lucas Sottas Marie

Les Moulins Les Moulins

Catégorie : I = Individuel / F = Famille / J = Jeunesse


Les sous-sections   MORGES

  Payerne

Agenda Mardi 25 juin Assemblée à 19h30 à notre cabane Orny II à la Dent de Vaulion. Elle sera suivie par des grillades préparées par le Comité. Pour nous permettre de prévoir suffisamment de victuailles, veuillez s’il vous plaît vous annoncer jusqu’au jeudi 20 juin auprès de Elisabeth Regamey (tél. 021 800 48 87 ou elisabeth.regamey@peinturedeco.ch). Les nouveaux membres de notre sous-section sont invités à venir visiter notre cabane lors de cette assemblée. En plus de faire de nouvelles connaissances, vous recevrez quelques informations concernant la cabane, l’ambiance de notre groupe et la vie de notre sous-section.

Carnet rose

Randonnée au refuge d’avérole C’est le lundi 1er avril que le minibus affrété par la sous-section de Payerne roule en direction de la haute Maurienne, but de notre petite semaine de randonnée à skis. La montée «à plat» au refuge d’Avérole chauffe les plantes des pieds de quelques participants mais sans dommage. L’accueil et le refuge sont sympathiques. Le lendemain, après les croissants du patron, nous partons en direction de l’Ouille d’Arberon (3563 m), une belle et longue randonnée où, grâce à la stimulation de certains, tout le monde arrive au sommet, heureux et satisfait. Une magnifique descente dans la poudreuse nous ramène au refuge. Le 3e jour nous conduit par l’impressionnant col de Colerin en Italie au refuge Gastaldi. Le gardien Roberto nous réserve un bel accueil comprenant toutes les spécialités qu’on peut espérer trouver dans ce pays: pasta, barbera, grappa, espresso, etc. Le dernier jour, le col et la Punta Maria nous permettent de quitter l’Italie et de rejoindre notre véhicule à Bessans. Je remercie Dominique pour la mise à disposition du bus, Marc le gentil organisateur et Adrian notre guide, ainsi que Annick, Marlène, Alain, Jean-Jacques, Pascal, Bertrand, Dominique encore, pour leur bonne humeur et leur compréhension durant ces magnifiques journées.

Toutes nos félicitations à Sandro et Claire Steininger qui sont les heureux parents de Dolma 3 ans et de Kimmo 2 mois.



© D. R.

Message du Comité des Activités Alpines En raison des festivals et diverses fêtes se déroulant à Beausobre, les Stamms des mois de juin, juillet et août se dérouleront à la buvette «La Véranda» du camping de Morges (du 1er juin au 31 août inclus). Malgré un brusque retour du froid, le printemps est bien arrivé et tourne la page sur une saison de ski exceptionnellement bien enneigée. Bien sûr, certains profiteront encore de la neige en altitude jusqu’au dernier moment. Les chefs de course ont, à n’en pas douter, déjà trouvé de nouvelles idées de courses pour l’année prochaine! L’attrait grandissant du ski de randonnée se confirme d’année en année et, bien que nous nous réjouissions de ce succès, s’accompagne de quelques frustrations pour les participants qui découvrent les listes d’inscription complètes en arrivant au stamm. Tout le monde est bien conscient de cette situation et nous faisons de notre mieux pour trouver des solutions. A noter que le dédoublage (ou même parfois «détriplage»!) des groupes grâce à l’engagement spontané de chefs de course lors du stamm a permis d’accepter plus de participants que ce qui était initialement prévu au programme. Toutefois, il n’y a pas de solution miracle à l’équation «Demande > Offre»: il faut soit limiter la demande, soit augmenter l’offre. C’est pourquoi nous encourageons vivement tout membre qui souhaiterait s’investir comme chef de course à prendre contact avec le comité des Activités alpines. Les beaux jours arrivant, une bonne partie des membres du club est dans les «starting-blocks» pour attaquer les randonnées estivales, l’escalade, les via ferrata ou l’alpinisme. Les séances de maniement de cordes les jeudis 2 et 16 mai permettront de découvrir ou de se rafraîchir la mémoire sur les nœuds, les rappels, les techniques de mouflage et d’autosauvetage. Dans le registre de la sécurité et suite à l’annonce de rappel de certaines longes via ferrata de la marque Salewa, le matériel à disposition au local (Petzl Zyper et Mammut Performance) a été examiné et ne présente pas de danger, à condition de respecter les recommandations d’usage, de maintenance et de contrôle indiquées dans la notice technique. Le comité des Activités alpines remercie les membres et chefs de course qui nous ont rendus attentifs à cet avertissement. Au plaisir de vous retrouver lors des prochaines courses!

Catherine Peyraud Passion Montagne – numéro 3 – mai – juin 2013

29


les rapports Randonnée des Jeudistes Venthône - Bisse neuf - Bisse Varone - Varen - Leuk • Date: 25 avril 2013 C’est une belle journée qui a débuté à Venthône où, depuis un jardin fleuri, notre chef de course a présenté son programme et félicité chaleureusement notre ami JoJo pour le nombre impressionnant de ses courses. Il a été suivi par notre ami Daniel Beney, qui est entré en «Dranse» lors de son évocation du parcours de Sembrancher. Ensuite, le printemps prenait assurément ses marques et durant tout notre parcours longeant le Bisse Neuf et le Bisse Varen – coulant depuis la veille – nous avons eu droit à de beaux panoramas jusqu’à la bifurcation où le Groupe B poursuivait son chemin. Après ce moment d’échange amical, nous avons continué vers la Signèse, qui a été traversée sous un soleil radieux. Nous avons fait de même avec d’autres passerelles à caillebotis. Il convient de remercier notre président qui, lors d’un large dégagement, a pris soin de parfaire nos connaissances en procédant à un descriptif magistral des montagnes qui nous faisaient face. Quant aux bisses et leur murmure, ils nous ont réservé de beaux lieux de pause et de pique-nique.

La photo de famille.

Entre-temps, nous avons traversé La Rastille pour gagner la Chapelle des Plans dédiée à sainte Marguerite, ainsi que ses marmites bouillonnantes d’activité. Plus loin, nous nous sommes arrêtés à l’orée de la forêt pour la photo de famille, avec devant nous la douce vallée du Rhône. Après un si beau programme, notre joie nous a portés à poursuivre jusqu’à Varen et Leuk, où, à l’occasion de ses 77 ans, notre ami Gilbert Beaud a offert une tournée générale. Les Jeudistes remercient et applaudissent!

Photos: © D. R.

Un tout grand et vif merci à notre président et ami Alain Junod, pour la parfaite organisation et la conduite d’une très belle course ensoleillée, étendue et pleine de bonne humeur dans cette région du Valais, dont la grande beauté nous ouvre la perspective d’y revenir souvent afin d’en jouir encore et encore, avec un très grand plaisir! Cordiales salutations et à bientôt. Bernard Joset 30

Passion Montagne – numéro 3 – mai – juin 2013

Vers l’impétueuse Signèse.


Ski-Rando Semaine clubistique

Photos: © Passionphoto.ch / D. R.

• Dates: du 10 au 16 mars 2013 • Participants: 8 Dimanche 10 mars, Guggernüll, 2886 m, PD, dénivelé 1430 m, chef de course Alex, adjoint André Un grand soleil pour commencer cette semaine à Splügen (GR)! Allez hop, c’est parti pour une semaine dans les Grisons. Arrivés samedi, nous nous retrouvons tous à 17h dans le superbe lobby de l’hôtel Bodenhaus pour le «stamm». Après s’être rapidement mis d’accord sur la course grâce à l’organisation hors pair de notre chef de course Alex, nous décidons d’un repas à 18h30, enfin bref… on ne va pas se laisser abattre! 7h45 dimanche, départ pour le Guggernüll. Grand beau, grand soleil. Le bus de l’hôtel nous amène au pied du départ de la course, à côté des remontées mécaniques de Splügen. Il fait chaud, mais la montagne nous garde gentiment au frais. Au Tamboalp à la sortie de la forêt, nous prenons le chemin de la descente, direction plein ouest, ce qui nous amènera plus

directement au sommet. Tant mieux: le soleil cogne et la chaleur nous assomme! Enfin un peu de frais une fois en haut, nous mangeons notre pique-nique devant un superbe panorama et le majestueux Pizzo Tambo. Nous descendons par le chemin que nous aurions dû prendre à la montée, orienté est-sud-est, pour presque rejoindre le pied du télésiège. A notre grande surprise, le haut est excellent, et la suite plutôt bonne! Après une belle pause au soleil sur Rietboda, nous remettons les peaux pour 150 mètres, histoire de rejoindre les pistes de Splügen et ainsi d’avoir de meilleures conditions à la descente. Belle et douce fin de journée au soleil. Arrivée à l’hôtel à 15h. Certains prendront un verre sur la terrasse de l’hôtel, d’autres iront directement au sauna. C’était une très belle mise en jambes, la semaine promet! Un grand merci à toute l’équipe pour la très bonne ambiance, et

en particulier à Alex et André nos chefs de course 5 étoiles! Patricia Lundi 11 mars, Marscholhorn, 2904 m, AD, dénivelé 1300 m, chef de course André, adjoint Alex Ce matin, nous nous faisons emmener à l’aide du minibus de l’hôtel au départ de la randonnée. Le début de la montée se fait à travers les vernes, pour accéder ensuite à une vaste plaine sauvage et magnifique. Une petite traversée raide nous oblige à mettre les couteaux pour notre première séquence «émotions» de la journée. Patricia prend la relève vers la fin pour nous faire une belle trace. Le sommet est dégagé, alors que les environs sont dans le brouillard, ce qui donne une superbe vue pendant le pique-nique. C’est alors que survient le grand malheur! André confond son pouce avec le pain aux poires en voulant couper une tranche, Passion Montagne – numéro 3 – mai – juin 2013

31


les rapports

Photos: © D. R.

probablement submergé devant une si belle vue, et se fait une coupure. Fort heureusement Nicole se transforme aussitôt en infirmière de haute montagne pour prodiguer les premiers soins à notre blessé. Le brouillard arrive, et nous décidons de redescendre. Nous faisons des pauses régulièrement pour attendre quelques éclaircies qui nous permettent de mieux voir la descente et de profiter de cette poudre fantastique à la descente. Notre infirmière décide de prendre un raccourci lors d’une chute et glisse d’une quinzaine de mètres sur le dos, tête en bas, avant de s’arrêter fort heureusement sans soucis et de décider que finalement sur les skis, c’est mieux! Lorsque nous arrivons à la route, le minibus, en parfaite synchronisation, vient nous rechercher, et nous rentrons tôt à l’hôtel, à 14h30, pour la suite du programme fort chargé: courses à la boulangerie pour les plus gourmands, apéro du retour, sieste, sauna et piscine, un programme certes engagé, mais les troupes sont motivées! Bravo au chef de course et à l’adjoint pour l’organisation et aux membres de l’équipe pour l’excellente ambiance. Raphaël Mardi 12 mars, Mittaghorn, 2561 m, PD-, dénivelé 1100 m, CdC Alex, adjoint André La météo est mitigée en ce troisième jour de notre semaine à Splügen: ciel chargé et petit soleil qui tente sa chance… Le départ à 7h45 est néanmoins immuable, tout le monde est prêt, Alex en tête. On commence par une montée silencieuse dans la forêt pour se réveiller en douceur et laisser libre cours à la méditation… en particulier sur le privilège que nous avons d’être là. Arrivés au point 1800, la décision tombe: nous irons au Mittaghorn, l’autre option, le Surettajoch, est dans le brouillard sous un vent de face. On continue donc, les Garmin de nos chef et adjoint braqués sur une trace soigneusement enregistrée la 32

Passion Montagne – numéro 3 – mai – juin 2013

veille. Ils sont secondés dans leur surveillance du terrain par un Gilbert soucieux de précision et de fidélité à la trace. Le moindre écart sera immédiatement repéré! Le temps s’améliore franchement et après quelques coups d’œil sur la carte et les GPS et environ 3h de montée, nous arrivons au sommet par un généreux soleil. Le sommet, enfin presque… Dupond-Alex et DupontAndré, perplexes, le regard allant de l’un à l’autre et à leurs GPS respectifs, s’interrogent… «Caramba, encore raté! Ne serionsnous pas sur le bon sommet? Je dirais même plus, aurions-nous trouvé un plus beau sommet? Une PLUS BELLE MONTAGNE?» Gilbert (alias professeur Tournesol) lui est formel, le Mittaghorn est à 300 m, plus à l’ouest… constatation qui ne coupe l’enthousiasme ni l’appétit de personne, vu que ce sommet-sans-nom, mais néanmoins marqué d’un véritable cairn, nous convient parfaitement, y compris pour pique-niquer. Raphaël, lui, profite d’une belle lumière pour faire des photos. Son sandwich, il l’avalera en descendant. Quant à celui de Patricia, un modèle XXL, il lui faudra deux arrêts pour en venir à bout. La descente est superbe, encore une fois d’excellentes conditions de neige, et, grâce à Alex, un tracé parfait qui nous évite de remettre les peaux. Retour à l’hôtel, programme classique: petite bière, piscine/sauna et bon repas. Et, blagues à part, merci Alex et André. Nous sommes tous ravis, reconnaissants et particulièrement conscients du sérieux, de l’effort et de la responsabilité que représente l’organisation de ces courses. Nicole Mercredi 13 mars, Piz de Mucia, AD, 2957 m, dénivelé 1330 m, CdC André, adjoint Alex Les sommets sont dans le brouillard, mais sitôt passé le tunnel débouchant au village de San Bernardino le soleil nous accueille. Le départ se fait en douceur sur la route du col et oblique rapidement à gauche par des pentes orientées est. Le soleil tape,


© Passionphoto.ch/ D.R.

Gisela nous montre l’art du strip-tease dans la neige… Un peu après le chalet de l’Alp Vigon le brouillard nous rattrape, s’en va, revient, ne nous laisse même pas le loisir de contempler le paysage au dépôt des skis où nous arrêtons notre montée. Après un petit encas, c’est le moment de redescendre. Certains partent avec entrain tandis que d’autres suivent prudemment les traces à peine visibles des premiers. Par bonheur le soleil nous inonde à nouveau à hauteur de l’Alp Vigon où Raphaël peut terminer ses ixièmes sandwichs et faire une turbosieste. Nous terminons la descente avec une visibilité maximale, quel bonheur. De retour à l’hôtel les «becs à bonbons» se ruent sur les pâtisseries. Merci à André et Alex d’avoir trouvé le bon chemin dans cette purée de pois. Gisèle Jeudi 14 mars, Bärenhorn, 2929 m, AD-, 1540 m de dénivelé, CdC Alex, adjoint André Une météo incertaine et un vent d’est sont annoncés. En bonne logique, pourquoi ne pas choisir un versant sud? Le lendemain, le bus de l’hôtel nous dépose à Nufenen où nous chaussons les skis pour suivre la dorsale évidente qui marque la pente en direction du sommet. Quelques centimètres de neige fraîche, tombés durant la nuit, recouvrent la couche durcie par le gel et rendent la progression plus facile. Mais, au fur et à mesure que nous gagnons de l’altitude, la visibilité diminue. Vers 2400 m le vent se fait violent, le froid mordant… et des voix se font entendre! L’optimisme du CdC nous force encore à nous élever d’une centaine de mètres. Comme la situation ne s’améliore guère, bien au contraire, la décision de rebrousser chemin tombe enfin. Une bonne partie de la descente s’effectue à essayer de ne pas se faire surprendre par les traîtrises du terrain. La fin du parcours s’achève par un slalom sur la neige entrecoupée de plaques d’herbe. Patricia passe son traditionnel coup de fil pour commander le bus. De retour à l’hôtel, les frustrations de la course sont rapidement gommées par un passage à la boulangerie et à la pizzeria du coin! Gisela

Vendredi 15 mars, Surettahorn, 2851 m, CdC André, adjoint Alex Lors du stamm la veille au soir, grand conciliabule sur le choix de la course: hormis un peu de vent du nord et une température froide, la météo semble s’annoncer acceptable pour faire le Surettajoch et peut-être le sommet du même nom. Nous nous disons que l’orientation permettra d’avoir le vent dans le dos! Pour la descente depuis le sommet, l’option du versant italien est aussi envisagée pour éviter le vent. Histoire de nous ménager un peu, nous décidons de prendre les installations jusqu’à Tannatzalp, ainsi le dénivelé à parcourir ne sera que d’environ 1300 m. Entre la planification près du feu de cheminée et la réalité du terrain le lendemain, il s’est trouvé un écart diront certains. A peine débarqués de la télécabine, un vent fort et un froid mordant nous font comprendre qu’il va y avoir de l’ambiance. Une traversée presque sans dénivelé nous amène au col de Splügen. Mais ce véritable tube de Venturi nous fait, sans l’ombre d’une hésitation, réviser la suite du parcours. Planqués tant bien que mal derrière un bâtiment marquant la frontière, nous ôtons les peaux et optons de descendre à Monte Spluga pour échapper aux forces de la nature. Heureusement que la route est bordée de piquets pour ne pas la perdre! Coup de bol, l’unique hôtel du petit patelin est ouvert, et évite… l’émeute! Cafés, cappuccini, chocolats chauds et gâteaux nous redonnent du courage pour affronter les 230 m de remontée au Col. Cagoulés et masqués pour la plupart, son franchissement s’effectue avec stoïcisme, laissant à la bourrasque seule le soin de s’exprimer! Quelques centaines de mètres plus bas, contents de retrouver du calme et le soleil, une pause nous permet de l’admirer à bonne distance, ce sacré Col. Puis un retour sans encombre en se laissant glisser sur la route jusqu’à Splügen clôt la sortie. Et comme on dit, le chien a été «bien» aéré ce jour-là. Alex Passion Montagne – numéro 3 – mai – juin 2013

33


les rapports

© Passionphoto.ch

Samedi 16 mars, Wannagrat 2431 m de Nufenen, PD, dénivelé 900 m, CdC Alex, adjoint André Pour notre dernière journée ciel uniformément bleu, température fraîche mais de saison, pas de vent en fond de vallée, tous les éléments sont réunis pour notre dernière course. Une nouvelle fois le bus de l’hôtel nous conduit aimablement au départ de la course. Après avoir traversé l’Hinterrhein et rejoint l’alpage Nümmelweiss, sommes à la recherche du passage de deux ravines au fond desquelles coule un filet d’eau, bordées des traditionnelles vernes. André que nous retrouvons de l’autre côté de ces ravines nous démontre qu’il existait, hors de l’itinéraire ski, un passage plus aisé. La montée se poursuit sur une neige bien durcie par le blizzard d’hier. Arrivée au sommet où le vent se manifeste et nous incite à la redescente pour partager une pause plus à l’abri. Une nouvelle fois Alex nous découvre de belles pentes poudreuses pour la partie supérieure avant de retrouver un terrain plus chahuté relativisant notre niveau de ski. A proximité d’un chalet d’alpage, trouvons notre bonheur pour notre dernière pause. Quelques voiles nuageux et un vent frisquet facilitent notre séparation de ce beau coin de pays, de notre confortable hôtel et des amis. Merci à Alex et André, nos guides, ainsi qu’à toute l’équipe pour ces moments de partage. Gilbert

Ski-Rando Jungfraujoch - Grimsel En traversée

On s’était vus au stamm deux semaines auparavant pour préparer une course de cinq jours au glacier d’Aletsch. Mais le temps en a décidé autrement. C’est seulement dimanche matin que nous avons finalement pu chausser nos skis. Lors de notre départ de Fionnay il y avait du brouillard et il était encore très incertain si oui on non nous pourrions atteindre notre but. Heureusement le ciel bleu est apparu vers midi et ne nous quitta plus pendant les deux jours. Après une montée sportive où il fallut se relayer pour tracer dans une bonne couche de neige fraîche, nous avons reçu un chaleureux accueil à la cabane Panossière. Repas cinq étoiles et coucher de soleil magnifique sur le Grand Combin. Le lendemain nous sommes montés par le glacier de Corbassière au Petit Combin. 34

Passion Montagne – numéro 3 – mai – juin 2013

© Photo: D. R.

• Dates: du 28 mars au 1er avril 2013 • Chef de course: Alex Gnaegi

Là, avec un peu de déception, nous avons été témoins du va-et-vient d’hélicoptères qui déposaient des skieurs sur le Petit Combin. En voyant tous ces guignols montés si facilement, on ne pouvait pas s’arrêter là. Nous avons donc continué, en premier à skis puis avec la corde et les crampons pour atteindre un véritable sommet: le Combin de Corbassière. La vue était splendide.

Et la descente sur le glacier Follâts fut divine. Il y avait bien 30 cm de poudreuse (et ce n’est pas un poisson d’avril). De retour à Fionnay nous avons encore eu le droit à une Fondue de brebis de Monsieur Jean-Michel. Ce fut une fantastique course. Merci à Alex pour l’organisation.  Gilles


RANDONNéE Spitzhörli, Böshorn: Voie normale • Dates: 16 et 17 mars 2013 • Chef de course: Egbert Kruithof • Participant: 5 Le météo étant défavorable pour dimanche, le programme a été bousculé pour faire le Böshorn le samedi et éventuellement le Spitzhörli le dimanche. Bien avant l’aube nous nous retrouvons donc à six personnes à Pully. L’adjoint étant toujours affligé par la grippe, Mathieu l’a remplacé au pied levé. Vers 7h30 nous nous retrouvons au point de départ à Chlusmatte. La température étant bien au-dessous de -10°, nous nous mettons rapidement en route. D’abord une petite descente suivie par une montée agréable direction Wysse Bode où nous voyons la cascade bien englacée, qu’il nous faut contourner. Les conditions de neige sont bonnes et bientôt nous atteignons le Sirwoltesee. Une petite pause dans le froid pour boire et manger un peu. Avec satisfaction nous constatons que la grande pente au-dessus du lac et la traversée raide en haut vers la droite sont en bonnes conditions. Sans problèmes, à part une peau récalcitrante nous sortons du terrain raide pour finalement pouvoir se reposer au soleil. Un peu plus loin à l’épaule nous avons un bon regard dans la pente suivante. Plein de cailloux, mais avec suffisamment de neige pour monter cette pente raide sans trop de problèmes. Une sortie scabreuse en haut et nous arrivons dans un terrain moins raide, mais tout aussi plein de cailloux. Encore un petit moment pour arriver finalement sous la pente finale, qui a l’air débonnaire mais se montre bien pénible en haut. Dépôt de skis sous les rochers pour certains et un peu plus bas pour les autres, qui ont bien sagement renoncé à faire les dernières conversions désagréables. L’arête sommitale se fait en crampons. Pas difficile mais impressionnant avec quelques pas bien verticaux. Beau panorama au sommet. Des voiles de nuages précurseurs du mauvais temps annoncé pour dimanche nous coupent un peu de la chaleur du soleil et bientôt nous nous mettons à la descente.

© D. R.

Les nombreux cailloux se laissent relativement bien contourner et assez rapidement nous sommes de retour aux voitures. La soirée et la nuit nous profitons bien du confort de l’hospice. Le lendemain la neige tombe horizontalement, en contradiction flagrante avec les lois de Newton, et vu le froid et le manque de visibilité nous quittons la belle région du Simplon. 

Un participant Passion Montagne – numéro 3 – mai – juin 2013

35


Tant qu'il ne saura pas voler, vous pourrez compter sur la Rega.

Devenez donateur: www.rega.ch

Passion Montagne N° 3 - 2013  

Ce magazine offre une plate-forme d’information dynamique et complète fournissant des informations en lien avec la montagne et ses activités...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you