Page 1

No 3 – 87e année Mai-juin 201 1

Passion Montagne Dossier

S’initier à l’escalade Portrait

Léon Weissbaum environnement

Danger sur les plantes alpines

Journal de la section des Diablerets Section lausannoise du Club Alpin Suisse et sous-sections de Château-d’Œx, Morges, Payerne et Vallorbe.

Club Alpin Suisse CAS Club Alpino Svizzero Schweizer Alpen-Club Club Alpin Svizzer


Pensez aujourd’hui à ce que vous ferez demain.

design :  www.monokini.ch - photos : © E.Gachet

Agence générale de Lausanne • Jacky Delapierre, Directeur régional Avenue du Théâtre 1 • 1002 Lausanne • Tél. 021 310 02 02 www.vaudoise.ch

Prenons les devants.

L’AVENTURE A L’ETAT PUR UN BUREAU DE GUIDES QUATRE MAGASINS SPECIALISTES : MONTHEY | GENEVE | LAUSANNE | DIABLERETS WWW.PASSEMONTAGNE.CH


Locaux de la section Entrée: Rue Charles-Monnard Stamm Chaque vendredi dès 19h30 Bibliothèque Ouverte le vendredi de 20h à 21h15 Président de la section Luc Anex, tél. 021 881 28 09 e-mail : presidence@cas-diablerets.ch Secrétaire général Gérard Chessex, tél. 021 320 70 79 e-mail : direction@cas-diablerets.ch Secrétariat de la section Ouvert de 8h à 12h Eliane Ryser Tél. 021 320 70 70 – Fax 021 320 70 74 e-mail : secretariat@cas-diablerets.ch Rédaction e-mail : internet@cas-diablerets.ch Postfinance Compte postal: 10-1645-3 IBAN CH38 0900 0000 1000 1645 3 Gestion des membres, changements d’adresse 8h à 12h / 13h30 à 17h30 Sarah Bersier Tél. 021 635 53 27 – Fax 021 635 35 24 e-mail : membres@cas-diablerets.ch Annonces publicitaires, sponsoring et réalisation Inédit Publications Avenue Dapples 7 - 1001 Lausanne Tél. 021 695 95 22 - e-mail : pub@inedit.ch Tirage 4000 exemplaires Impression Courvoisier - Attinger

© D. R.

Photo de couverture ©Raphaël Lazzari Délai rédactionnel No 4 7 juin 2011

c’était mieux! Qui ne l’a jamais entendu… Au travail ou dans le privé, tout le monde y a déjà été confronté. Que ce soit chez un collègue, parent, ami ou clubiste, ce caractère des plus défaitiste m’attriste et m’irrite. «A l’époque, c’était les jeunes qui faisaient le service de la soirée des gardiens»... voilà, c’était mieux, une fois de plus.

Non, avant ce n’était pas mieux, simplement différent. Les temps ont changé. Le stamm de la jeunesse n’est plus rempli les vendredis précédant les courses comme il l’était une dizaine d’années auparavant. Maintenant, c’est les SMS, e-mails et Facebook qui l’ont remplacé. Aujourd’hui il faut constamment promouvoir nos activités par tous les moyens de communication pour avoir des participants, qui sont d’ailleurs bien moins nombreux que par le passé, mais pourquoi cette fréquentation diminue-elle? Le Club Alpin souffre-t-il d’une image un peu ringarde et désuète, ou au contraire fait-il peur? Les jeunes sontils vraiment attirés par la montagne durant l’adolescence? Notre programme n’est-il pas assez attractif? Difficile de trouver la réponse. Afin d’endiguer cette diminution de participation et d’éviter que la commission Jeunesse ne finisse aux oubliettes, nous faisons notre maximum pour augmenter notre présence et dynamiser notre groupe. Dès cette année, nous réorganisons deux week-ends «Passeport vacances» en collaboration avec la Ville de Lausanne. Nous utilisons aussi au maximum les outils de communication actuels afin que toutes et tous soient au courant des futures sorties. A l’aide de toutes ces actions, nous espérons qu’une nouvelle émulation naîtra. Nous, moniteurs et guides, nous réjouissons de voir une équipe de jeunes motivés à nos prochaines sorties. Et comme la meilleure publicité est le bouche-à-oreille, alors n’hésitez pas à parler de la jeunesse à vos proches. Et pour plus d’infos, visitez notre site internet http://jeunesse.cas-diablerets.ch. Le président de la commission Jeunesse, Blaise Regamey

En couverture Les Dents-du-Midi © Raphaël Lazzari e-mail: photographe@passionphoto.ch - Internet: http://www.passionphoto.ch

SOMMAIRE numéro 3 2011    Magazine Actu  Dossier S’initier à l’escalade Portrait Léon Weissbaum Cabanes La cabane Rambert Test matériel Le Smart Alpine

4 6 13 14 16

  Environnement Danger sur les plantes alpines Portfolio Silvio Guindani    La vie du club Sommaire détaillé

Passion Montagne – numéro 3 – mai – juin 2011

u

Section des Diablerets Club Alpin Suisse CAS Rue Beau-Séjour 24 Case postale 5569 – 1002 Lausanne e-mail : internet@cas-diablerets.ch Internet: www.cas-diablerets.ch

éDITo

Passion Montagne Avant,

17 18 21

3


EXPédition – L’alpiniste suisse de 34 ans Ueli Steck, célèbre pour ses ascensions classiques express (face nord de l’Eiger en 2h47), a gravi avec succès et en solo les 2000 mètres de la face sud-ouest du Shisha Pangma. Cette montagne est le 14e 8000 de la planète, elle culmine à 8027 mètres au-dessus du niveau de la mer et est l’unique 8000 situé exclusivement sur territoire tibétain. Steck a atteint le sommet après seulement 10h30, démontrant sa capacité à appliquer ses méthodes de vitesse alpines à l’Himalaya. Après une acclimatation d’un mois dans la vallée du Khumbou, au sud de l’Everest, Steck s’est rendu au Tibet avec son compagnon d’expédition Don Bowie pour installer un camp de base avancé à 5800m au pied de la face. Le Canadien a renoncé à sa tentative au dernier moment, ne se sentant pas suffisamment acclimaté pour réussir. Steck est donc parti seul d’un commun accord avec son camarade. Cette expédition himalayenne est la 9e de l’alpiniste suisse qui réussit son 3e 8000. Le Cho Oyu est également au programme, mais l’issue de sa tentative n’est pas connue au moment du bouclage de notre magazine.

Les Piolets d’or sont Japonais, Belges et Américain Distinction – La très convoitée distinction du Piolet d’or a été attribuée en avril à une cordée japonaise, ainsi qu’à un groupe de grimpeurs américanobelge. Les Piolets d’or sont décernés aux auteurs de nouvelles ascensions illustrant l’esprit d’exploration de régions éloignées et difficiles d’accès, qui sont en plus réalisées avec une économie de moyens et un grand niveau d’engagement. Le jury, présidé par Greg Child, a choisi deux projets parmi six nominés. Le premier concerne une expédition au Groenland visant l’ouverture de voies dans différents big-walls. Sean Villanueva, Nicolas & Olivier Favresse (Belgique), Ben Ditto (USA) se sont distingués par leur style épuré n’utilisant qu’un seul spit, et sans descente en rappel après avoir atteint les sommets. Le second concerne l’ascension de la face sud-est du Mont Logan (5959m) au Canada par Yasushi Okada et Katsutaka Yokoyama (Japon). L’équipe s’est engagée dans cette nouvelle voie très isolée haute de 2500m. Leur exploit symbolise le style alpin léger, à savoir grimper vite en terrain inconnu. http://www.pioletsdor.com

Loups, lynx et ours dans la ligne de mire Environnement – Les cantons pourraient prendre dès l’année prochaine des mesures pour juguler les effectifs de loups, de lynx ou d’ours. Sous la pression du Parlement, le Département fédéral de l’environnement (DETEC) a mis un projet de révision de l’ordonnance sur la chasse en consultation. Depuis leur retour en Suisse, le loup, l’ours et le lynx sont source de conflits et leur présence est extrêmement controversée. Agriculteurs et chasseurs les voient d’un très mauvais œil, alors que les diverses associations de protection de la nature militent pour leur retour et leur maintien. Le projet stipule que les cantons doivent pouvoir agir temporairement lorsque ces animaux, protégés, causent d’importants dommages. Les cantons devront toutefois préciser le type et la localisation du danger, les mesures préventives prises ainsi que le genre d’intervention prévue et leur impact sur les populations. Une condition est toutefois posée à l’aval de la Confédération: les effectifs des animaux concernés devront être suffisamment grands et stables pour que la diversité des espèces soit maintenue. Le débat sur les grands carnivores est donc loin d’être clos.  http://www.bafu.admin.ch

http://www.uelisteck.ch Passion Montagne – numéro 3 – mai - juin 2011

© Ueli Steck / Pascal Tournaire / D. R.

ACTU u 4

Troisième 8000 pour Ueli Steck


En bref 6e édition de la Nuit suisse de la randonnée

Labande nous offre ses chroniques alpines Livre – Qui n’a pas parcouru les excellents topos de ski de randonnée de François Labande; Ouest suisse, Valais central et Haut-Valais ? Cet alpiniste confirmé, enseignant en mathématiques et militant de la cause alpine détient, en plus de ses compétences de skieur et de montagnard, un réel talent d’écrivain. L’auteur nous livre, dans un superbe ouvrage des éditions Guérin, un récit autobiographique; Traces écrites, Chroniques alpines, dans

lequel il raconte, décrit et défend cette montagne qu’il aime tant. Né en 1941 à Toulon, François Labande est engagé auprès de Mountain Wilderness depuis 1988, association qu’il préside de 1995 à 2002. Administrateur du parc des Ecrins, il milite pour une montagne pure, sans artifice et défend une position très claire sur le ski héliporté ou encore les via ferrata. http://www.editionsguerin.com

Champéry célèbre la Nuit de la randonnée entre le 18 et le 19 juin prochain. La station valaisanne propose à cette occasion un voyage nocturne, et proposera aux participants une soixantaine de parcours nocturnes, de la promenade la plus simple aux randonnées de nuit durant plusieurs heures. www.nuitrando.ch

Festival du film de montagne Le Festival du film des Diablerets se déroulera du 6 au 13 août. Manifestation incontournable dans le monde de la montagne, le festival propose chaque année des projections de films inédits sur la montagne, les exploits et l’environnement. http://www.diablerets.ch

© François Labande / Editions Slatkine / D. R. / José Crepo

«Histoire de bornes» LIVRES – Traverser des territoires sauvages composés de lacs et de larges forêts comme au Canada, longer l’ancienne limite du Royaume d’Espagne, tutoyer Charles Quint sur un pâturage bucolique aux confins du canton de Vaud, imaginer Napoléon modifiant la frontière au sommet de la Dôle face à la majesté des Alpes ou simplement découvrir tranquillement, à la maison, l’histoire inédite de la délimitation valdo-française. Laissez-vous tenter par une aventure surprenante le long des bornes-frontières du Jura franco-vaudois. Ce guide, fidèle compagnon de voyage, vous aidera à appréhender la frontière, son histoire et la région environnante. Il est le fruit d’un travail de recherche minutieux dans les archives historiques suisses et françaises et d’années de randonnées in situ. Cet ouvrage a été écrit par Olivier Cavaleri, membre de la section depuis 1992. Il a pris son bâton de pèlerin, comme les premiers habitants des hauteurs jurassiennes, pour découvrir, reconstituer et documenter l’histoire des bornes de la frontière valdo-française. «Histoire de bornes - A la découverte des bornes-frontières du Jura vaudois», éd. Slatkine.

Course Aigle-Aï-Leysin

Le semi-marathon (21,5 km) Aigle-Aï-Leysin aura à nouveau lieu le jour de la fête nationale, le premier août prochain. Le parcours emprunte les chemins forestiers et sentiers de montagne jusqu’au sommet de la Berneuse, avant de redescendre sur Leysin. http://www.leysin.ch

TEXTES: Vincent Gillioz Passion Montagne – numéro 3 – mai – juin 2011

5


DOSSiE S’initier à l’escalade

u

Carte d’identité Entré au CAS il y a 17 ans, Jean-Luc Michod a d’abord suivi le cours d’initiation à l’escalade avant d’en prendre la responsabilité il y a une dizaine d’années. Il a suivi la formation de moniteur au Club Alpin, ainsi qu’un cours de moniteur de ski. Aspirant Guide, il passe du 5c en solo, du 6b en temps normal, et du 7a «quand j’ai de la chance.» Amateur de grandes voies, il aime les Gastlosen, la région du Châtelard et surtout le Grimsel.

6

Passion Montagne – numéro 3 – mai - juin 2011

© D. R.

Jean-Luc Michod


L’escalade a vécu un incroyable développement ces vingt-cinq dernières années, elle est passée d’un sport relativement élitiste, réservé à quelques adeptes mi-hippies mi-surhommes, à une véritable activité de masse, enseignée jusque dans les écoles et bien sûr au Club Alpin.

Les cotations Les voies sont cotées avec un chiffre indiquant le niveau de difficulté croissant allant de 3 à 9 et une lettre; a, b ou c qui subdivise ces niveaux. Chaque voie peut cependant paraître différente selon les personnes en fonction notamment de leur gabarit. La cotation d’une voie indique le niveau du mouvement le plus difficile. On peut donc trouver des voies de 30 mètres cotées 6c parce qu’un seul mouvement nécessite de passer ce niveau, alors que le reste de la voie peut être seulement de 5c. Il existe par ailleurs une disparité régionale plus ou moins flagrante. Kalymnos en Grèce, qui est la Mecque actuelle de la discipline en Europe, sous-cote généralement ses voies, alors que certaines régions d’Italie ont plutôt la tendance inverse. Il est important d’être très au clair sur son propre niveau et de bien connaître les pratiques locales avant de s’aventurer sur une paroi.

TEXTES Vincent Gillioz

Cotation

Typologie des voies

3-4

Mouvements rectilignes avec des prises de différentes tailles

5a 5b 5c

Mouvements plus complexes et pente raide. Les prises deviennent plus petites

6a 6b

Quelques fois une prise de pied et/ou de main peut manquer. Peut nécessiter un entraînement spécifique mais réalisable par la plupart des gens

6c 7a

Les prises sont minuscules ou manquantes pour la plupart des mouvements. La pente, raide ou en dévers, nécessite de la technique pour passer certains passages

7b 7c

Les problèmes sont de plus en plus difficiles à résoudre. Les enchaînements de mouvements deviennent compliqués. Les prises sont très limitées et extrêmement petites sur les pentes raides et elles sont larges sur les dévers presque horizontaux

8a 8b

Même chose que 7b, 7c en plus difficile. L'entraînement spécifique est nécessaire. Peu de grimpeurs atteignent ce niveau

8c 9a

Irréel! C'est comme grimper sur du verre en dévers. Niveau mondial. Mais c'est possible; il existe des voies qui ont même été cotées 9a+. Mais en général, seuls leurs ouvreurs ont pu les réussir!

Source: montagnes.topos

© Bojanovic78 - Fotolia

S

port propre, complet, pur, en symbiose avec la nature et relativement facile d’accès, l’escalade doit être abordée avec structure et méthode afin d’acquérir dès les premiers pas les règles sécuritaires de base. Dans cette perspective, la section Diablerets du Club Alpin Suisse propose un cours d’initiation dont l’objectif premier est d’amener les participants vers l’autonomie. L’enseignement, qui est dirigé depuis une dizaine d’années par Jean-Luc Michod, offre chaque année à une bonne trentaine d’amateurs la possibilité de se familiariser avec le rocher. La plupart rejoignent le cours pour découvrir cette activité, mais certains viennent se perfectionner. «On peut venir jusqu’à trois fois. Au-delà, j’encourage les gens à rejoindre une autre filière, par exemple le Summit Team.» La formation est toujours dispensée au printemps, pour permettre aux inscrits d’aborder leur saison avec toutes les notions nécessaires. Cinq groupes de six ou sept personnes sont constitués au début du mois d’avril, après une première rencontre. Les disponibilités de chacun sont prises en compte pour organiser le déroulement de la formation. Quatre cours sont prévus sur des soirées en semaine, ainsi que deux sur une journée complète pendant un week-end. L’apprentissage se termine

Passion Montagne – numéro 3 – mai – juin 2011

7


Sébastien Villey, 32 ans est au CAS depuis le début de cette année et pratique plusieurs sports de montagne comme l’alpinisme, la rando glaciaire et le ski de randonnée. Originaire du centre de la France, il s’est toujours adonné à la randonnée. Arrivé en Suisse il y a sept ans, il profite de sa nouvelle localisation pour continuer à évoluer dans cet environnement qu’il apprécie. Il se met à la peau de phoque avec des amis il y a trois ans et découvre une nouvelle dimension de la montagne. «J’ai participé au cours avalanche cet hiver, et j’ai poursuivi avec celui qui aborde la sécurité sur glaciers juste après.» Sébastien Villey considère que le côté bénévole et très abordable du Club Alpin constitue un réel atout. «Après deux cours cet hiver, j’ai été tenté par cette nouvelle formation d’escalade qui tombe avant l’été et prépare à la saison.» Sébastien est déjà un grimpeur expérimenté, il passe du 6a et travaille le 6b, mais il apprécie quand même ce cours d’initiation. « J’ai toujours pratiqué l’escalade avec des amis. Le cours me permet de revenir aux fondamentaux que je n’avais peut-être jamais abordés formellement.» Il déclare ne pas avoir pensé apprendre autant en si peu de temps. «J’ai compris pourquoi je faisais certaines choses, c’est vraiment important!» Pour lui, la formation est claire, structurée et l’ambiance est en plus excellente. Ravi d’avoir pu consolider ses bases, il se réjouit de se lancer dans des grandes voies comme le Miroir d’Argentine cet été.

est moniteur d’escalade et enseigne au CAS depuis une dizaine d’années. Moniteur Jeunesse et Sport pour les activités de montagne, il se considère comme un alpiniste pluridisciplinaire. «Je n’ai pas de spécialité, mais j’enseigne autant l’escalade que le ski de randonnée ou la cascade de glace.» Petit-fils de guide, il se souvient avoir évolué dans des paysages alpins depuis son plus jeune âge. Très investi dans tous les cours de formation du Club, il n’a aujourd’hui gardé que la grimpe à son agenda, afin de conserver du temps pour lui et sa famille. Instructeur apprécié de ses élèves, Clark est un mordu de didactique et de pédagogie qui aime partager sa passion. Depuis le temps qu’il enseigne, il a vu passer tous les types de stagiaires. «Certains viennent un peu par défi, pour voir de quoi ils sont capables, mais sans réellement penser à poursuivre.» Il relève néanmoins que la majorité d’entre eux vient apprendre l’escalade avec l’objectif de devenir autonomes. «Quand on grimpe à l’extérieur, on voit très vite ceux qui ont appris sur le tas. Il leur manque souvent des bases dans la communication ou dans certaines procédures de sécurité.» En ce sens, il rappelle combien il est important d’acquérir une solide formation structurée afin d’évoluer en toute quiétude. «Notre cours ne vise pas à former des champions, notre premier objectif est la protection des participants.» Clark Gabler apprécie réellement voir ses stagiaires s’émerveiller dans certaines situations. Transmettre des connaissances est pour lui une véritable vocation.

8

Passion Montagne – numéro 3 – mai - juin 2011

© D. R.

Clark Gabler, 51 ans


Une véritable initiation «Ce cours est vraiment ouvert à tous, il est conçu pour des personnes qui n’ont jamais mis les chaussons», explique Jean-Luc Michod, pour rassurer ceux qui n’oseraient pas se lancer. Les sorties se font soit en salle, à Sottens, près de Moudon, soit sur les sites des Avants, de Saint-Triphon, de Dorenaz ou encore des aiguilles de Baulmes dans le Jura. La formation commence toujours par aborder la question des nœuds, qui sont indispensables pour envisager n’importe quelle voie. «On ne fait pas de maths si on ne sait pas compter, c’est la même chose avec les nœuds. On ne peut pas grimper sans les avoir appris.» Jean-Luc Michod rappelle toutefois que les participants sont amenés à faire des pas d’escalade dès la première session. Une fois que le huit, le nœud de pêcheur ou le prussique sont maîtrisés, le maniement global des cordes est traité. Les différentes techniques d’assurage, sur gobelet ou avec un demi-nœud d’amarre viennent compléter les fondamentaux. «Nous enseignons plusieurs techniques et systèmes, appropriés à différents contextes. Les élèves disposent d’une sorte de caisse à outils lorsqu’ils ont terminé» et de rappeler que «à l’image d’un artisan, plus on a d’outils disponibles, plus on est à même de faire face à n’importe quelle situation.» Les mouvements de base sont normalement enseignés en salle, sur des blocs. Le placement des pieds fait partie des points importants à acquérir pour progresser rapidement. «Les élèves apprennent à utiliser la pointe et pas tout le pied. On travaille également sur les positions de repos, qui permettent de récupérer pendant l’escalade. Les mouvements standards comme la Grenouille ou la Lolette sont évidemment dégrossis dès le début de l’apprentissage.»

© Yuri Arcurs - Fotolia

Peurs et appréhensions Les stagiaires sont ensuite envoyés dans des voies de plus en plus longues, en fonction de leurs affinités et de leurs aptitudes. «Je me méfie toujours un peu de ceux qui n’ont pas peur au début, car il s’agit souvent d’une attitude qui ne traduit pas le niveau du grimpeur. Je retrouve souvent ces personnes pétrifiées au milieu d’une paroi, parce qu’elles en ont trop fait, et se retrouvent à leur limite.»

 S’échauffer avant de grimper Gymnastique et grimpe légère protègent non seulement tes articulations, tendons et muscles des blessures, mais augmentent aussi ta performance.  Contrôle du partenaire avant chaque départ Contrôlez mutuellement les fermetures du baudrier, le nœud d’encordement et point d’encordement, le dispositif d’assurage, la fermeture du mousqueton à verrouillage, le bout de corde.  Comportement correct lors de l’assurage Maniement correct du dispositif d’assurage, garder une bonne position, être attentif, ne pas laisser trop de mou, contrôler la descente du partenaire.  Comportement correct en grimpant Mousquetonner dans une position stable et proche du point d’encordement, prêter attention au cheminement de la corde.  Communication claire Une communication claire évite les malentendus. Informe toujours ton assureur avant de te lâcher dans la corde.  Jamais corde sur corde Utiliser uniquement des relais en métal. Ne jamais mettre deux cordes dans le même mousqueton.  Protège ta tête Porte toujours un casque pour l’escalade à l’extérieur; il te protège des chutes de pierres et des blessures à la tête lors d’une chute.  Sois respectueux Respecte les autres grimpeurs et fais-leur remarquer d’éventuels dangers ou erreurs; tiens compte de leur périmètre de chute. Informe-toi sur les «règles locales» dans la salle d’escalade. Respecte les interdictions existantes.

Passion Montagne – numéro 3 – mai – juin 2011

Source SUVA

généralement par une sortie de deux jours dans les Gastlosen, où tous les groupes se retrouvent pour goûter au plaisir des longues voies et des enchaînements de longueurs.

Les huit règles d’or de sécurité du grimpeur:

9


Extreme Use. Extremely Useful.

Ueli Steck et Wenger se sont associés pour créer un outil qui permet à l’alpiniste de régler les ultimes détails de son équipement. Le couteau «Titanium édition spéciale Ueli Steck» a été pensé pour être utilisé dans des conditions extrêmes mais aussi durant les aventures quotidiennes.


Fabienne Walzer, 46 ans a rejoint la section des Diablerets du CAS pour pratiquer le ski de randonnée il y a un peu moins d’un an. Une petite expérience de grimpe l’a motivée à s’inscrire pour l’initiation à l’escalade, afin de retrouver des sensations connues quelques années plus tôt. Un de ses objectifs est de vaincre sa peur du vide, mais également de réaliser quelques beaux mouvements. «J’aime la beauté du geste. C’est un sport très esthétique, une sorte de danse, il y a quelque chose de félin.» Elle reconnaît toutefois ne pas se faire d’illusions sur ses capacités. Elle est consciente que les bons grimpeurs travaillent énormément et n’est pas persuadée de vouloir investir tout son temps dans cette activité. «L’escalade est un sport difficile et exigeant, qui lie concentration et effort. C’est un des points que j’apprécie le plus.» Elle ne sait pas encore si elle veut poursuivre après ce cours, mais est de toute façon intéressée à acquérir certaines bases techniques qui pourront toujours lui servir lors d’autres activités en montagne. Fabienne relève volontiers la qualité du cours «simple et efficace.» «Les remarques des moniteurs sont constructives, positives et ouvertes.» Sportive, elle se sent très à l’aise dans son groupe et considère que le cours est accessible à tout le monde «pour autant qu’il y ait de la volonté.» Elle évoque finalement l’esprit de camaraderie qui règne dans sa classe. «L’escalade exige de nouer des rapports de confiance, c’est quelque chose d’important que j’apprécie vraiment.»

© D. R.

L’entraînement pour progresser Une fois que les notions de base sont comprises, et que l’autonomie est acquise, la plupart des grimpeurs vont chercher à progresser, pour pouvoir aborder des voies de plus en plus difficiles. Comme pour toutes évolutions, un entraînement adéquat doit être mis en place. Un objectif global doit en premier lieu être défini pour se donner le plus de chances possible de l’atteindre. Il convient ensuite de procéder avec méthode, en travaillant par exemple ses pieds, puis les avant-bras, et la technique de clipsage de manière spécifique. On choisira ensuite de ne s’attaquer qu’à des voies d’un niveau supérieur ou égal au sien, mais uniquement après un échauffement solide, et pas mal de pratique en blocs. La clé d’un entraînement approprié réside en partie dans la capacité à identifier ses faiblesses, il ne faut donc pas hésiter à écouter les conseils d’autres grimpeurs avertis. Si certains évoquent la préparation physique et la musculation comme incontournables pour aller de l’avant, d’autres considèrent, probablement à juste titre, que c’est en grimpant que l’on s’améliore le plus. Il ne faut toutefois pas se faire mal, et savoir respecter et écouter son corps. Les exercices de gainage présentent, en dehors de la pratique pure de l’escalade, une préparation qui peut se révéler réellement efficace. Ils permettent de travailler les dorsaux, les lombaires et le grand droit, qui sont probablement les muscles les plus importants pour ce qui nous intéresse. Le vélo ou d’autres sports d’endurance comme la natation ou la course à pied favorisent l’amélioration de la condition physique, ce qui permet d’aborder les longues voies avec plus de sérénité. Un grimpeur qui n’est pas essoufflé après quelques mouvements aura plus de plaisir, et de ce fait plus de capacité à progresser. Au niveau du rythme, tout le monde s’accorde à dire qu’une séance par semaine permet de conserver son niveau. Deux favorisent une légère progression, alors que trois sorties hebdomadaires constituent un véritable moyen d’évoluer. Les grands axes du travail doivent se concentrer sur trois points essentiels qui sont la force, le mental et bien sûr la technique.

Pour lui, la progression doit se faire petit à petit. Il considère par exemple que la peur du vide est une défense naturelle qu’il faut apprivoiser étape par étape. La sécurité reste toujours le maître mot de chacun des cours, et l’équipe composée de huit moniteurs insiste largement sur le port du casque, qui est obligatoire pour toutes les sorties à l’extérieur. L’autocontrôle constitue par ailleurs la meilleure assurance de la cordée. «Nous devons fréquemment aller fermer le mousqueton des uns, ou remettre le baudrier des autres.» Jean-Luc Michod explique encore « être très rigoureux sur la question des rappels, car c’est là que 80% des accidents surviennent.» Le camp de deux jours qui clôture la formation est vivement apprécié et permet de révéler de nouvelles appréhensions. L’assurage sur plusieurs longueurs et la mise en place de relais posent parfois des difficultés inconnues jusque-là. «Il y a des gens qui sont verts de peur, mais ils continuent et parviennent finalement à aller au bout de leur voie. Tout le monde ne grimpe d’ailleurs pas en tête. Nous encadrons volontiers ceux qui veulent se lancer, mais n’imposons en aucun cas de le faire.» Jean-Luc Michod fait le constat que le cours est fréquenté par de plus en plus de participants très motivés. «Je remarque que les élèves qui sortent de cette formation poursuivent pour la plupart l’escalade, ce qui n’était peut-être pas le cas quand j’ai commencé.» Il relève en conclusion qu’il est relativement aisé de parvenir à un niveau tout à fait acceptable en peu de temps. «Le 5c et le 6a sont assez accessibles pour les personnes motivées. Le 6b constitue ensuite un palier important qui exige un travail spécifique. Mais j’ai vu plusieurs personnes passer du 6 après seulement une seule saison.» Passion Montagne – numéro 3 – mai – juin 2011

11


Authentic

Foto / visualimpact.ch / Thomas Ulrich

Stephan Siegrist and Pro Trek

PRG-240-8ER CHF 349.–

www.protrek.eu


Il a gravi l’Aconcagua, l’Elbrouz, plusieurs fois le Mont-Blanc, grimpé dans les Calanques et les Dolomites. Mais sa paroi préférée reste le Miroir d’Argentine, qu’il a escaladé plus de 500 fois, souvent seul. Rencontre avec un passionné. SYLVIE ULMANN

© D. R.

L

éon Weissbaum détient un record: il a escaladé 513 fois le Miroir d’Argentine, dont une bonne moitié en solo. Et il a réalisé un autre exploit, personnel: par la voie normale, son meilleur temps est de 1h20 «depuis Solalex et retour», précise-t-il. Et puis il y a cette 500e montée qu’il n’oubliera jamais, comme la fête qui a suivi. A l’origine, il ne visait pas ce record. Il se contentait de compléter son carnet de courses. Et puis un jour, il s’est rendu compte qu’il atteignait les 200, puis les 300 ascensions du Miroir. Là, il s’est mis en tête d’arriver au demimillier. Dans son secteur de prédilection, il a également réalisé

Léon Weissbaum a toujours été sportif. Dans sa jeunesse, il faisait du foot et des courses de vélo. Une fois, un ami l’a emmené faire du ski aux Mosses. C’est là qu’il est tombé amoureux de la montagne. Il y est retourné en peau de phoque. Puis un jour, il est monté seul à Anzeinde. «C’est là que tout est parti», se souvient-il. Le même massif, déjà. En 1960, il commençait la grimpe et en 61, il découvrait le Miroir. Un vrai coup de foudre: «Entre cette montagne et moi, il y a quelque chose de spécial», reconnaît-il. L’année suivante, il entrait au Club alpin. L’Argentine est devenue son pied-à-terre. C’est là qu’il filait s’entraîner sitôt qu’il avait terminé son travail aux Parcs et Promenades de Lausanne. «J’étais notamment affecté à la taille des grands arbres», sourit-il. Pour gagner en agilité, il s’exerçait discrètement en extérieur à Lausanne, sur le mur du Belvédère, par exemple — 160 mètres de long pour 4 à 6 mètres de haut. Et chez lui, tous les jours, en s’accrochant aux cadres de portes et en faisant des pompes sur le bout des doigts. Il se rendait à Saint-Triphon pour faire du bloc. Pour autant, il n’a jamais craché sur des voies faciles ou des courses avec des grimpeurs moins aguerris que lui. Celles-ci lui laissaient le temps de se livrer, en cours de route, à une autre de ses passions: la botanique. Pendant que ses compagnons de cordée se battaient avec le rocher, il admirait les saxifrages qui poussent dans les fissures!

PoRTRAIT

Léon Weissbaum,  amoureux  du Miroir

1961, la découverte

Passion Montagne – numéro 3 – mai – juin 2011

u

plusieurs premières, dont celle de la voie directe en solo. Il a ouvert la superdirecte et la directe du Cheval Blanc, ainsi que plusieurs voies à la paroi de l’Ecuelle. Le tout sans jamais aucun accident, malgré quelques «vols» ici et là, «mais jamais rien de grave», précise-t-il. Son ange gardien a bien travaillé. En dépit d’un petit grain de folie qui l’a mené aussi souvent au sommet sans assurage, ce septuagénaire — il est né en 1933 — conserve les pieds sur terre: «J’avais 70 ans lorsque j’ai escaladé l’Argentine pour la dernière fois. Je ne voulais pas tenter le diable plus longtemps. Cette fois-là, à l’arrivée, j’ai compris que c’était le moment d’arrêter. Je voulais finir en beauté.» Mais pas question pour autant d’abandonner la montagne. Une passion en remplace une autre: à présent, il randonne fréquemment avec sa compagne Martine.

13


u

Belvédère des Muverans, la cabane Rambert est le fleuron des buts de randonnées pédestres de la région.  La rédaction

14

Passion Montagne – numéro 3 – mai - juin 2011

n peu d’histoire: en 1894, les guides des Plans et de Gryon demandaient à la section des Diablerets son aide financière pour la construction, dans la région du Muveran, d’une cabane dont ils prétendaient se charger. Après bien des discussions, les caisses étant vides, la section décida de se charger elle-même de la construction. Elle fut d’abord construite à Lausanne, puis transportée et remontée sur le versant valaisan de la Frête de Saille grâce à la collaboration des guides précités qui s’étaient engagés à transporter les matériaux. Les travaux furent interrompus par un terrible orage qui emporta tout. Malgré ce coup dur, la cabane fut inaugurée le 20 juillet 1895. Le terrain de la Frête de Saille n’est pas solide. L’esplanade où se dresse la cabane glisse peu à peu vers l’aval. Allons-nous retrouver notre cabane au fond du Creux de Sailles? Dès 1947, une commission se charge de trouver un emplacement plus favorable. Le site de Crettaz Morez, sur le col entre le Grand Muveran et la Pointe de Chémoz, fut choisi, car offrant les meilleures garanties de sécurité. En 1950, la Commune de Chamoson et l’Etat du Valais nous

© D. R.

cabanes

La cabane U Rambert


La cabane Rambert à la Frête de Saille

concédèrent le terrain et la construction put débuter. Elle fut inaugurée en septembre 1952. Point de départ et gîte d’étape du Tour des Muverans, idéalement placée sur son tracé, elle bénéficie du développement toujours plus important de la randonnée pédestre, de cabane en cabane. Depuis peu, des voies d’escalade ont été installées au départ du Grand Muveran. Installés sur la terrasse, plein sud, les alpinistes disposent d’une vue imprenable sur tous les 4000 valaisans, du Mont-Blanc au Bietschhorn, en passant par le Grand Combin et le Cervin. De plus, les bouquetins leur tiendront souvent compagnie! Non modifiée depuis sa construction, c’est par une construction annexe qu’il a été possible, jusqu’ici, de faire face à l’évolution des besoins. Actuellement, la cabane Rambert rencontre des problèmes touchant à son organisation intérieure, à la grandeur et à la fonctionnalité des espaces autant dans la partie publique que dans celle du gardien.

© CAS -Section des Diablerets - 1863-1963

Transformation de la cabane Rambert: où en est-on? Après que le projet de 2,3 millions présenté en novembre 2009 à l’assemblée générale de la section aient été refusé, le comité nouvellement élu le même soir s’était engagé, avant toute reprise du projet, de trouver un financement global pour les gros travaux prévus dans nos cabanes. Le processus de recherche de fonds est en cours. D’ici à la fin de l’année, nous pourrons en apprécier le résultat. Le permis de construire pour Rambert est valable jusqu’en janvier 2013. Le comité appréciera d’ici là, en fonction des moyens à disposition, si le projet peut ou doit être maintenu tel quel. Les prochaines AG seront informées régulièrement de la situation. Un nouveau chantier devrait de toute façon recevoir l’approbation d’une AG.

En un coup d’œil Altitude:

2580m

Situation:

Massif du Grand Muveran Coordonnées 576.520/119.910 Carte nationale 1: 25 000 feuille 1305 Dents-de-Morcles Carte nationale 1: 50 000 feuille 272 Saint-Maurice

Dortoirs:

44 places

Gardien:

Sébastien Planchamp Chemin des Tornettes 3 1870 Monthey 078 638 33 31

Tél. cabane:

027 207 11 22

Ouverture:

de juin à fin septembre

Accès été:

Pont-de-Nant (4h) Ovronnaz par Saille (4h) Ovronnaz par Chmozentse (3h) Derborence (6h)

Accès hiver:

Par bonnes conditions d’enneigement depuis Ovronnaz

Traversées:

Plan Névé, col du Pacheu, Tour des Muverans Ovronnaz, Derborence, Anzeindaz, Pont-de-Nant Rionda, Demèvre, Lac de Fully

Courses:

Grand et Petit Muveran, Grand Chavalard, Dent Favre, Haut-de-Cry, La Saille, Chmozentse, La Chaux de Loutse, Pont-de-Nant, col de la Forclaz, Fénestral/La Tourche/Pont-de-Nant/ Anzeindaz/Derborence

Passion Montagne – numéro 3 – mai – juin 2011

15


Par Claude Rémy, Grimpeur suisse bien connu et ouvreur  de nouvelles voies ! Vous voudriez à votre tour tester du nouveau matériel relatif à la pratique  de la montagne? Annoncez-vous à:  secretariat@cas-diablerets.ch

Le Smart Alpine de Mammut est un nouvel appareil d’assurage à deux cordes. Il apporte une sécurité supplémentaire en cas de chute du premier de cordée assuré par son second indisposé lors d’un malaise ou en subissant une chute de pierres.

L’

entreprise suisse développe, teste et lance pour la saison 2011 le Smart Alpine. Il s’agit d’un appareil pour l’alpinisme, qui permet d’assurer avec deux cordes un premier de cordée mais aussi d’assurer deux seconds qui grimpent et de descendre en rappel. Si le Smart Alpine est une mini-révolution pour la sécurité alpine avec deux cordes, il faut préciser que son emploi reste exigeant. En effet, il faut apprendre à maîtriser des gestes nouveaux et être très méthodique avec les brins de cordes qui doivent être bien lovés et séparés. Cette opération est facilitée avec deux grimpeurs au relais, l’un préparant la corde et l’autre assurant. Tout cela n’est pas évident selon les conditions variables (météo, terrain...) de grandes courses et encore moins si le second est seul. Alors avant d’utiliser le Smart Alpine, il est absolument nécessaire de s’habituer à son usage lors de bonnes conditions, sur des petites ascensions et avec de la marge afin de vous donner le temps de le découvrir et de le maîtriser parfaitement. Comme tout appareil, le Smart Alpine de Mammut demandera à l’alpiniste de s’habituer à ses caractéristiques, et le mode d’emploi doit être lu scrupuleusement pour bien en comprendre le fonc-

Passion Montagne – numéro 3 – mai - juin 2011

Cette version se destine aux cordes de 7,5 à 9,5 mm.

Les

+

 Aspects «sécurité»  Efficacité du système freinage / blocage  Adapté à la descente en rappel

Les

 Emploi exigeant

+ d’informations  Petit truc «perso»: l’emploi du Smart pour corde simple (diamètre 8,9 - 10,5 mm) est un bon apprentissage avant d’utiliser le Smart Alpine.  www.mammut.ch/belaydevices_product_handling_smart_alpine  Prix en Suisse: CHF 75.tionnement. A noter que pour le rappel, on préférera la position du Smart, avec le «nez» tourné vers l’utilisateur (soit le contraire de celle de l’assurage), en l’employant comme un descendeur type tube. Dans tous les cas, l’auto-assurage avec un Prusik reste indispensable pour le rappel. Une fois les différentes manipulations maîtrisées, le Smart Alpine vous rendra de grands services et sans nul doute qu’il augmentera votre sécurité.

Question de diamètre Le Smart Alpine est vendu en deux tailles: l’une pour les cordes jumelées et celles à double, soit de diamètre 7,5 à 9,5 mm (poids: 125 g), idéal dans les grandes voies avec descente en rappel, et l’autre pour les cordes simples de diamètre 8,9 à 10,5 mm (poids: 135 g), avec lesquelles il faut parfois descendre en rappel lors de grandes courses d’arête.

© D. R.

TEST matériel u 16

Le Smart Alpine


© mgsbird - Flickr.com

Saxifrage.

sous l’effet du réchauffement, ont tendance à migrer vers les plus hautes altitudes, au détriment des espèces accoutumées aux sommets. L’étude indique que certaines régions de montagne souffriraient davantage que d’autres des changements prédits pour les années 2070-2100, concernant par exemple le degré de pluviosité. En effet, si la chaleur devrait généralement augmenter partout en Europe, il n’en va pas de même pour les précipitations, qui pourraient augmenter ou décroître selon les régions. Certaines zones devenues plus humides pourraient ainsi conserver un climat plus favorable aux plantes alpines. Prenant en compte le scénario climatique le plus dramatique, d’une part, et le plus modéré d’autre part, l’étude indique qu’entre 36 et 55% des plantes alpines européennes pourraient perdre plus de 80% de leur habitat climatique. En cours de parution dans la revue «Global Change Biology», cet article a déjà fait l’objet d’un éclairage dans «Nature Climate Change», la nouvelle revue consacrée aux changements climatiques du groupe Nature. Combinant les données récoltées par plusieurs groupes de recherche travaillant sur les grandes chaînes de montagne européennes, l’étude dirigée par Antoine Guisan à l’UNIL précise par exemple que 15% des plantes alpines risquent une totale disparition dans les Highlands d’Ecosse, selon le scénario climatique le plus modéré (40% d’extinction avec le pronostic le plus sombre). Dans les Alpes vaudoises, on peut prévoir un taux d’extinction allant de 2,5 à 17% en moyenne selon le scénario de changements climatiques utilisé.

ENVIRONNEMENT

C

hercheur à l’Université de Lausanne, Antoine Guisan puElles poussent en haut, blie une étude réalisée avec l’un de ses collaborateurs au tout en haut des mondépartement d’écologie et évolution, Robin Engler, comtagnes, mais les chan- parant pour la première fois à l’échelle européenne la distribution géographique des espèces végétales sur plusieurs massifs gements climatiques montagneux. Des données concernant 12 zones d’étude ont ainsi annoncés pourraient été rassemblées allant des Pyrénées aux Highlands d’Ecosse en réduire leur espace au passant par les Alpes vaudoises et analysées avec les mêmes outils de modélisation spatiale en fonction des différents scéprofit de plantes plus narios de changements climatiques élaborés par le Groupe compétitives migrant d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). des altitudes inféUn réel danger rieures et risquant de première comparaison transeuropéenne confirme la senles évincer. Une étude Cette sibilité des flores montagnardes aux changements climatiques, de l’UNIL fait le tour en particulier celle des espèces de haute altitude (comme les nombreux Saxifrages). Ces dernières pourraient souvent des sommets euroégalement à plus basse altitude (comme l’atteste leur péens et s’inquiète du pousser culture dans les jardins botaniques de plaine), mais on ne les y sort des flores alpines. trouve jamais à l’état naturel car elles y sont totalement Nadine Richon - UNIL évincées par les plantes plus compétitives. Or, ces dernières, 

Passion Montagne – numéro 3 – mai – juin 2011

u

Danger sur les plantes alpines

17


portfolio u 18

Levée du soleil au glacier du Trient.

Silvio Guindani est Tessinois établi dans le canton de Vaud depuis une trentaine d’années et membre de la section depuis 1993. C’est dans son canton natal qu’il a commencé à découvrir la montagne, à parcourir les crêtes, les glaciers et les cols d’altitude. Il aime les randonnées à saute-frontière notamment dans le Valais, le Tessin, la Vallée d’Aoste et la Haute-Savoie. Il adore s’arrêter dans les villages, les refuges et les exploitations d’alpage pour échanger deux mots avec les habitants du coin, pour goûter aux produits locaux, pour connaître les traditions et les modes de vie et pour finalement constater comment la limite d’Etat en région de montagne est souvent un élément totalement artificiel.

Envoyez-nous vos plus belles images (300 dpi minimum) par e-mail secretariat@casdiablerets.ch, sur clé USB ou sur CD.

Passion Montagne – numéro 3 – mai - juin 2011

Sommet du Monte Emilius (Aoste).


Dent d’Hérens.

Bouquetin à Lovenex (Valais). Lac Gelé (Arbole AO).

Crampiolo (Val Devero Antigorio). Passion Montagne – numéro 3 – mai – juin 2011

19


Osez l’action!

DEPPING JARDINS L’entrepreneur de vos extérieurs

Rue Praz-Palud 7 • 1040 Echallens Tél. 021 881 28 90 • Fax 021 881 28 92

• Management international • Communication d’entreprise • MBA, executive MBA et DBA francophones • Management - Marketing en alternance école - entreprise • Management - Marketing programme spécial athlètes d’élite • Management de projets sociaux et culturels

Formations attestées par un diplôme, un BBA, MBA ou DBA

www.esm.ch


la vie du club Sommaire

© Helmut Fleisch (à Lutry, de la section)

Bulletin de la section

Mémento Juin à juillet 2011 Communications du comité Procès-verbal de l’AG de printemps Nouveaux membres Décès Les sous-sections Morges Payerne Rapports Pic Chaussy Mont Bénand La voie des Erables à Isérables Voie normale de Britannia La course de l’ancien Président Allalinhorn et Alphubel Aletschhorn Les Diablerets - Wildhorn Pointe des Autans

22 23 24 26 26 27 27 28 29 30 31 31 32 34 34 35

2 mars 2011 au coucher du soleil, tentative d’effraction à Barraud. Passion Montagne – numéro 3 – mai – juin 2011

21


la vie du club Mémento

75e anniversaire de la Musique d’Anzeinde

JUIN à JUILLET 2011

dimanche 26 juin au refuge Giacomini à Anzeindaz

Mardi 7 juin 

Venez partager (par n’importe quel temps!) dans la joie cet événement avec les musiciens!

A 18h: soirée à la Grotte de la Borde (voir encadré page suivante).

Dimanche 26 juin 

Mercredi 29 juin  A 19h30: réception des nouveaux adhérents. Dès 20h : soirée récréative et culturelle sur le thème «Via Alpina», par Vincent Tornay (voir encadré ci-dessous).

Soirée du mercredi 29 juin Quel marcheur n’a pas rêvé un jour de traverser les Alpes? Seul, avec l’horizon infini pour compagne, avec le vent des hauteurs pour demeure. Renouer avec la lenteur en foulant le plus grand massif d’Europe, berceau du tourisme et de l’alpinisme. La Commission d’alpinisme vous invite à la conférence et film:

Itinérance alpine: 2500 km d’une mer à l’autre par Vincent Tornay, qui a parcouru la Via Alpina de bout en bout Cette conférence relate l’aventure d’une traversée intégrale de l’Arc alpin, de l’Adriatique à la Méditerranée. Huit pays, 2500 kilomètres, 124 000 mètres de dénivelés positifs, 119 jours, des milliers de pas sur le fil du bonheur. Un film pour rêver en images, mettant en scène ce long voyage itinérant dans un environnement proche de chez nous. Il emmène le spectateur dans les décors fabuleux du monde alpin, avec la certitude que sa proximité n’enlève rien à sa découverte et à l’inconnu qui subsiste encore. Vincent Tornay est guide de randonnée et travaille comme enseignant de géographie et écrivain. Né en 1978, c’est en Valais qu’il découvre très jeune le monde fascinant de la montagne. A la recherche de sa propre géographie, il se passionne pour le voyage à pied, en raquette ou à ski dans les massifs reculés du globe, de l’Islande à la Patagonie, du Groenland à la Cordillère des Andes, de la Pologne à l’Ethiopie. C’est en 2007 qu’il entreprend sa traversée des Alpes sur la Via Alpina.

22

Passion Montagne – numéro 3 – mai - juin 2011

Programme: dès 10h, arrivée à pied ou en taxijeep, puis concert apéritif de la Musique d’Anzeinde, cor des Alpes, orgue de Barbarie de Béatrice et Gérard Blanc. A midi, repas au refuge de Rodolphe Müller. Au menu:  feuilleté aux champignons  filet de porc gratiné au gruyère  pommes mousseline  fagot de haricots au lard  fondant au chocolat Prix du repas: (y compris 1/2 pot d’Anzeinde rouge) CHF 37.–, paiement sur place Inscription obligatoire jusqu’au 10 juin auprès du secrétariat de la section 021 320 70 70 ou secretariat@cas-diablerets.ch en indiquant vos nom, prénom et le nombre de participants.

© D. R.

Dès 10h: 75e anniversaire de la Musique d’Anzeinde au refuge Giacomini à Anzeindaz (voir encadré ci-contre).


La Commission des archives vous invite à la Soirée à la Grotte de la Borde, berceau de la Section Pour honorer la tradition et la convivialité clubistique, tous les membres de la section sont invité(e)s à partager une agape sympathique et bucolique sous forme de repas canadien à la Grotte de la Borde, mardi 7 juin 2011 dès 18h La Musique d’Anzeinde assurera l’animation musicale dans ce cadre champêtre, face à la cathédrale de Lausanne. Un repas canadien suppose la contribution culinaire de chacun(e): une petite salade, un gâteau (salé ou sucré), une assiette de fromage ou de charcuterie, et pourquoi pas un verre de vin (ou d’eau minérale) sont, bien sûr, les bienvenus. Le café et d’autres surprises seront préparés avec bienveillance par la Commission. L’essentiel, c’est votre présence et votre bonne humeur! Pour faciliter l’organisation de cette soirée, veuillez confirmer votre participation et parler d’intendance avec notre secrétaire, Ruth Liniger, tél. 021 647 12 05 ou rliniger@ citycable.ch d’ici au vendredi 3 juin 2011. Qu’on se le dise, tous au berceau de notre section... 

Robert Pictet Président de la Commission des archives et son Comité

Cheminement: La Grotte se trouve au nord-ouest du collège de la Barre, Borde 4, Lausanne, chemin des écoliers, direction ouest vers la salle de gym-atelier.

Communications du comité

© D. R.

Clés des locaux de la section Les cylindres électroniques des portes des locaux de la section ont été commandés et les clés seront livrées à la fin du mois de juin prochain. Les destinataires des clés, programmées selon les souhaits exprimés par les présidents des groupes et commissions, pourront venir les chercher contre signature au secrétariat ouvert tous les matins de 8h à 12h du 4 au 29 juillet 2011. La pose des cylindres et la programmation définitive seront effectuées le mardi 2 août. Merci de prendre note de cette échéance et de votre collaboration.

Travaux

Des travaux d’électricité et de ventilation auront lieu dans la grande salle durant tout le mois de juillet. Les stamms des 8, 15, 22 et 29 juillet risquent d’être un peu perturbés! Merci de votre compréhension. Passion Montagne – numéro 3 – mai – juin 2011

23


la vie du club Procès-verbal assemblée générale de printemps du 27 avril 2011 1 Accueil, adoption de l’ordre du jour L’assemblée est ouverte vers 20h15 par les salutations d’usage, Luc Anex relève la présence d’anciens présidents de la section des Diablerets qui portent le bredzon. Compliments et gratitude Luc Anex remercie aussi les responsables des commissions et groupes d’avoir participé à leur réunion annuelle avec les membres du comité. Adoption de l’ordre du jour Sans remarque concernant l’ordre du jour, les listes de présence sont complétées par les clubistes présents. Le quorum étant atteint, l’assemblée peut valablement délibérer. 2 Adoption du procès-verbal de l’assemblée générale d’automne du 24 novembre 2010 Le procès-verbal de l’assemblée générale d’automne a été publié dans le bulletin du mois de janvier 2011. Aucune remarque n’étant formulée à son sujet, il est approuvé. 3 Informations diverses du comité Excusés Gervais Chapuis, Eliane Cuche, Jean-Bernard Gay, André Groux, André Mottier, Bertrand Sieber, Florian Vermot. Décès Au cours des mois écoulés, le comité a appris avec regret et tristesse le décès des membres et membre d’honneur suivants: André Berney, Samuel Blanc, Fernand Groux (membre d’honneur), Edmond Guidoux, Georges Hänni, Simone Huser, Armand Lambert, Pierre Lederrey, Jean-Pierre Masmejan, Roger Ravessoud, Claude Reymond, Jean-Claude Vuilliomenet. La section adresse ses très sincères condoléances aux familles éprouvées par le deuil et les assure de toute sa sympathie. Pour honorer la mémoire des personnes disparues, l’assemblée se lève et observe un moment de silence. Fondation pour les cabanes Une plaquette est en préparation et la recherche de fonds devrait commencer ces prochaines semaines. Révision de nos statuts Un groupe de travail a été constitué et une refonte de nos statuts sera présentée à l’AG de novembre 2011. 24

Passion Montagne – numéro 3 – mai - juin 2011

150e anniversaire du CAS et de la section Un groupe de travail a été constitué. Un certain nombre d’événements ont déjà été planifiés. Soirée familiale du 4 mai Venez tous à cette soirée organisée par le groupe des photographes et la Musique d’Anzeinde. 4 Informations des commissions, des groupes et des sous-sections La parole est passée aux président(e)s ou responsables des groupes et commissions. Les commissions de la section  Alpage Nicolas Favrod est très occupé à régler la problématique du bloc de 4 tonnes qui est tombé cet hiver dans la buvette du Glacier. Les entreprises pour les travaux de réparation ont été trouvées et les devis pour les assurances seront bientôt prêts. Nicolas doit prendre contact avec la commune de Trient concernant les risques de répétition d’une chute de pierres sur la buvette. Le chemin des Pétoudes sera à refaire d’ici à 2014. Roland Mosimann demande d’évaluer la possibilité de garder le bloc de pierre dans la buvette et d’en faire un élément décoratif.  Alpinisme Marc Gilgen annonce les changements suivants à la CA:  Alexandre Portmann est remplacé par Alex Gnaegi (formation)  Eric Joye est remplacé par Alexandre Züger (avalanches) Il y a un nouveau chef de course hiver: Patrick Galiano. Depuis deux ans, il y a une augmentation des cours offerts par la CA. Il y a de plus en plus de participants à ces activités. A l’avenir il faudra :  continuer à proposer de nouveaux cours  trouver des moniteurs  gérer le nombre de participants à ces cours Courses en 2010/2011: il y a une stagnation du nombre de courses et de participants. La saison hiver 2011 a souffert du manque de neige. La gestion des feuilles de course est toujours difficile. L’inscription par internet devrait être opérationnelle en 2012. 29 juin 2011: soirée récréative de la CA sur le thème de la Via Alpina.

 Postes de secours du Pays-d’Enhaut André Mottier est excusé.  Archives Robert Pictet parle de la mise à jour du répertoire et de l’inventaire sur internet. Nous avons repris les archives du GHML. Philippe Metzger nous a donné la collection de ses guides et photos. L’âge des membres de la commission est un souci pour Robert. Il estime qu’il est temps de trouver la relève. Il propose aussi de regrouper les archives et la bibliothèque. Mardi 7 juin 2011: soirée à la Grotte avec la Musique d’Anzeinde.  Bibliothèque Christian Hubert / Monica Keller font état des armoires qui sont surchargées. Une gestion plus affinée des livres (nouveau/ancien) doit être mise au point. Une demande est faite de rafraîchir/peindre la bibliothèque. Une demande pour un nouvel ordinateur et une photocopieuse est faite. L’achat d’un logiciel pour la gestion des livres est envisagé. Ils sont à la recherche de nouveaux bénévoles pour cette commission selon la liste d’Eliane Ryser.  Buvette Marie-Louise Jeandrevin est la nouvelle présidente. Elle décrit la situation comme bonne. Pas de problèmes à l’horizon.  Cabanes Dès l’automne 2011, Patrick Troesch sera le nouveau président.  Trient: le nouveau gardien à Trient a fait une bonne saison d’hiver avec 1700 nuitées.  A Neuve: faibles nuitées.  Mountet: 400 nuitées. c’est décevant. Est-ce le manque de neige? Une commission technique va être mise sur pied pour soutenir le nouveau président. Nos cabanes et chalets vont être équipés de détecteurs de monoxyde.  Chalets Florian Vermot décrit la situation comme bonne. Emil a laissé une situation claire. Anne-Marie Schlatter a repris la fonction de préposée à Lacombe. Une séance au mois de mars avec Luc, le caissier et le secrétariat a eu lieu pour faire le point de la situation. Le principe de solidarité entre les différents chalets a été mis en avant. Florian Vermot est excusé pour l’AG.  Cours de ski de la section des Diablerets Bertrand Sieber annonce le changement de dénomination des cours de ski selon les directives qu’il a reçues du comité. La situation est décrite comme très bonne. Quatre cours ont été organisés en janvier 2011. 200 personnes ont participé à la formation de cette année dont 40 nouveaux. Actuellement, il a 20 moniteurs (il en recherche des nouveaux).


AVRIL

27 Bertrand demande des explications concernant les directives qu’il a reçues du comité. Il est décidé de reprendre le sujet hors séance. Bertrand Sieber est excusé pour l’AG.  Environnement Jean-Bernard Gay est excusé. Eliane Ryser le remplace. La commission s’est réunie à cinq reprises. Elle s’est occupée principalement des thèmes suivants:  le futur de nos paysages alpins  des travaux à effectuer dans nos cabanes en relation avec le rapport de synthèse établi en 2008 en collaboration avec les gardiens. Nous avons reçu les préposés romands à l’environnement du CAS sur le thème: sport de montagne et changement climatique (thème phare du cc pour le 150e).

 Jeudistes André Hoffer déclare que la fréquentation des courses est très encourageante et que les nouveaux membres augmentent. La plupart des sorties sont dédoublées.  Marraine Eliane Cuche est excusée.  Mercredistes Jean-François Milliet décrit la situation comme très bonne. Il y a 125 membres. 48 courses ont été organisées. Il y a eu 1090 participants. Certaines courses sont dédoublées. Différentes «semaines» ont été organisées.

 Financière Corinne Pointet est la nouvelle présidente. Elle remercie le trésorier, Pierre Delaloye, pour son excellent travail. Le rapport de Corinne se trouve à la page 29 du dernier Passion Montagne.

 Musique d’Anzeinde Hans Woodli est content de son équipe de 15 à 18 musiciens. Il annonce les événements suivants:  1er mai: Fête de la tulipe à Morges  4 mai: soirée familiale  7 juin: soirée à la Grotte  26 juin: fête du 75e anniversaire de la Musique d’Anzeinde à Anzeindaz  23 juillet: marché folklorique à Vevey

 Gymnastique Dorien Kruithof déplore le nombre restreint et vieillissant de participants. Il lui est proposé d’envoyer un mail aux présidents des jeudistes et mercredistes afin de promouvoir son activité.

 Groupe de photographes Afin de passer au numérique, Alain Junod annonce qu’une étude est en cours pour l’implantation d’ordinateurs et de scanners. Il rappelle la soirée des photographes du 4 mai 2011 sur le thème de la vie des animaux.

 Immeuble Roland Mosimann annonce les travaux et investissements à venir pour l’immeuble:  2011: éclairage et ventilation  2012: peinture  2013: chaufferie

5 Désignation des scrutateurs Pour que l’assemblée se déroule normalement, le président désigne Christian Hubert et André Hoffer en qualité de scrutateurs, sans opposition.

 Vérificateur des comptes Uwe Schmidt déclare avoir contrôlé les comptes et n’a pas de problème à signaler. Le classeur doit être transmis à la nouvelle présidente: Erica Nobs. Le rapport se trouve à la page 29 du dernier Passion Montagne.  Jeunesse Blaise Regamey déplore la diminution du nombre de jeunes. Ces derniers mois, différents programmes ont été entrepris pour attirer de nouveaux membres. Les résultats sont décevants. Cet été, la commission Jeunesse va organiser un passeport vacances à la cabane d’Orny en collaboration avec la Ville de Lausanne.  Web Gervais Chapuis est excusé. Eliane Ryser le remplace. Le cahier des charges de l’inscription en ligne des courses est terminé. Une demande d’offres à cinq sociétés va être envoyée ces prochains jours. Notre site a eu 20 000 visites par mois en 2010.

6 Discussion et approbation du rapport 2010 du président de la section Sans remarques concernant le rapport paru en page 25 dans le dernier Passion Montagne, ce dernier est approuvé à l’unanimité. 7 Discussion et approbation des comptes 2010, des rapports du trésorier, des vérificateurs des comptes et de la commission financière Comptes 2010 et rapport du trésorier Les comptes figurent aux pages 26, 27, 28 et 29 du dernier Passion Montagne et ont été adoptés par le comité. La parole est passée à Pierre Delaloye qui commente l’exercice écoulé. Pierre Delaloye est vivement remercié par le président ainsi que par Roland Mosimann. Rapport des vérificateurs des comptes Uwe Schmidt, président sortant, déclare avoir contrôlé les comptes et n’a pas de problème à signaler. Le rapport de la commission des vérificateurs des comptes de l’exercice 2010 se trouve en page 29 du dernier Passion Montagne.

2011 Rapport de la commission financière Le rapport de la commission financière pour l’exercice 2010 se trouve en page 29 du dernier Passion Montagne. Corinne Pointet est excusée pour l’AG. Discussion et approbation des comptes 2010 La parole n’est pas demandée. Les comptes 2010 et les trois rapports soumis sont approuvés à l’unanimité. Il est donné décharge au trésorier et au comité, les vérificateurs des comptes sont relevés de leur mandat. 8 Discussion et approbation des rapports 2010 des commissions, des groupes et des sous-sections Les rapports sont adoptés à l’unanimité et en bloc. 9 élection de la commission des vérificateurs des comptes pour l’exercice 2011 Uwe Schmidt, président en charge de la commission, quitte cette dernière avec nos remerciements pour son engagement. Ainsi, Erica Nobs, actuellement vice-présidente, devient présidente de la commission pour l’exercice 2011. Angelo Palmisano, Francis Miéville en sont membres. Un deuxième membre et un nouveau suppléant sont recherchés et seront proposés à l’assemblée générale d’automne. La composition de la commission des vérificateurs des comptes pour l’exercice 2011 est approuvée à l’unanimité. 10 Divers et propositions individuelles Jean-Pierre Germanier demande de préciser quelle sera la prise de position de la section par rapport à la problématique de la dépose de skieurs en hélicoptère. Luc Anex précise que c’est un sujet très controversé. Le comité de la section en a débattu avec le président de la commission de l’environnement sans obtenir une position très claire. Il a été décidé de laisser le libre choix de vote aux délégués participant à l’assemblée des délégués à Davos. Philippe de Vargas et Roland Mosimann interviennent pour demander qu’une consultation plus générale au niveau de la section soit effectuée et que des directives soient données aux délégués. Il est donc proposé de discuter de ce thème lors de la soirée du 25 mai 2011. Sans autres questions, l’assemblée générale est levée à 21h30. Lausanne, 30 avril 2011 Gérard Chessex, secrétaire général Passion Montagne – numéro 3 – mai – juin 2011

25


la vie du club Nouveaux membres I I I I J J I I J I I I I I I I I I F F I I I I I I F F F F I I I I I I I F I I F F F F I I I I I I I I I I I I F I

Adatte Arielle Alexandre Xavier Audren Benjamin Avigdor Luc Baldwin Robert Bangerter Cloé Bezençon Bernard Blasutto Touria Borgeaud Olivia Borter Thomas Bourdon Olivier Broux Alexandre Brunner Olivia Burgener Nathalie Coletta Tommaso Collins Pamela Costello Sean Crousaz Fabienne Dascal Adrian Dascal Dan De Rijk Emile Deppen Patricia Dépraz Aline Dorly Romain Dormenval Valérie Dumont Fabien Emery Corinne Emery Mathieu Emery Pascal Emery Thibaud Falconnier Nathalie Favre Roseline Fidalgo Luis Miguel Fleury Julian Gaudreault Vincent Goutorbe Sarita Gürtner Line Hausborg Susanne Jobin Pierre kneubühl Cindy Kost Loraine Kost Romain Kost Stéphane Kost Valérie Laurent Marie Lepore Mario Limão Susana Maier Ann-Kathrin May Anne Michaliszyn Stefan Przemyslaw Mooser Jacques Müller Martha-Luise Noble Marie Noble Simon Papillon Evelyne Preisig Christophe Rattez Brice Robert Philippe

Lausanne Lausanne Lausanne Morges Lausanne Boussens Eclagnens Lausanne Belmont-sur-Lausanne Echandens Lausanne Lausanne Lausanne Saint-Imier Lausanne Lausanne Chavannes-près-Renens Ecublens Grandvaux Grandvaux Lausanne Lausanne Lausanne Lucens Lutry Lausanne Romanel Romanel Romanel Romanel Oron-la-Ville Assens Lausanne Lausanne Lausanne Lausanne Pully Grandvaux Pully Echallens Bretigny-sur-Morrens Bretigny-sur-Morrens Bretigny-sur-Morrens Bretigny-sur-Morrens Aigle Lausanne Lausanne Lausanne Lausanne Lausanne Servion Lausanne Lausanne Villette Lausanne Lausanne Pully Morges

Catégorie : I = Individuel / F = Famille / J = Jeunesse 26

Passion Montagne – numéro 3 – mai - juin 2011

F J F I I I I I I

Roques Nathalie Schlatter Daniel Shen Gang Thomas Edouard Turgeon Isabelle Vermare Laure Vernier Christophe Vuilleumier Vincent Zurfluh Virginie

Sous-section de MORGES J I I I I

Bosson Nicolas Gimand Anders Labhard Philippe Marchand Geneviève Steininger Sandro

Sous-section de payerne F I F

Blanc Carine Corminboeuf-Thévenaz Coryn Mariethoz Stéphane

Pully Etoy Cully Lausanne Lausanne Saint-Paul-lez-Durance Lausanne Chavannes-près-Renens Lucens

Yens Cuarnens Aubonne Crissier Morrens

Hermenches Ménières Hermenches

décès

Avec regrets, nous donnons connaissance du décès des personnes suivantes:

  Fernand Groux Membre d’honneur.   Simone Huser Marraine.   André Berney Membre de la section depuis 1949.

© Philophoto - Fotolia

Section lausannoise


Les sous-sections   MORGES

  PAYERNE

Agenda Mardi 28 juin Assemblée à 19h30 à notre cabane Orny II à Vaulion. Elle sera suivie par des grillades préparées par le Comité. Pour nous permettre d’organiser le déplacement et de prévoir suffisamment de victuailles pour tout le monde, veuillez vous annoncer jusqu’au vendredi 24 juin auprès de Elisabeth Regamey (tél. 021 800 48 87 ou elisabeth. regamey@peinturedeco.ch). Les nouveaux membres de notre Sous-section sont invités à venir faire connaissance de notre cabane (Orny II, près de Vaulion) lors de cette assemblée de juin. En plus de faire de nouvelles connaissances, vous recevrez quelques informations concernant la cabane, l’ambiance de notre groupe et la vie de notre Sous-section.

Les activités de la saison hivernale sont maintenant terminées. Les courses se sont déroulées sans incident notoire.

Breithorn 3538m, Simplon.

Bortelhorn Simplon.

Rappel de DEUX dates importantes:   Samedi 4 et dimanche 5 juin Ouverture du Chalet des Grands, sous la responsabilité de Heinz Berger.

© Cabane Orny II / D. R.

Carnet rose Toutes nos félicitations pour la naissance de Laura, fille de Annick et Alexandre Mury. Message du Comité des Activités Alpines Rappelons que les Stamms des mois de juillet et août se déroulent à la buvette «La Véranda» du camping de Morges (du 1er juillet au 31 août inclus).

Etant donné les conditionnements d’enneigement un peu particulières de cet hiver, les chefs de courses ont dû faire preuve de beaucoup d’imagination, d’humilité parfois et d’un grand sens de l’improvisation. Aucune course de raquettes programmée au Jura ou dans les Préalpes n’a pu être effectuée, sinon à pied. Les randos skis se sont effectuées à une altitude supérieure à 2000m, donc un peu plus loin de notre base de Payerne, mais en général dans de bonnes conditions. La saison d’été, avec les marches, la grimpe et les sorties de haute montagne, a maintenant démarré dans de bonnes conditions.

  Vendredi 17 juin Assemblée extra-muros et grillade au refuge de la Pucelle d’Estavayer. Bortelhorn 3193m.



Philippe Loup

Passion Montagne – numéro 3 – mai – juin 2011

27


les rapports • Date: 27 février 2011 • Chef de course: Gindroz François • Adjoint : Ciompi Luc • Participants: 11 Snow, ski and Fun. Trois petits mots pour décrire une chouette journée passée au Pic Chaussy. Qui débutait pourtant bien mal… Pas que l’ambiance n’était pas au beau fixe ou que le chef de course François Gindroz était de mauvaise, comme on dit. Mais parce que le temps ne semblait pas vouloir y mettre du sien. Au traditionnel rendez-vous de La Conversion (Lutry), c’est en effet une tempête de pluie qui accueille la dizaine de vaillants participants. Quelques kilomètres plus loin, ce sont des bourrasques de neige qui accompagnent nos véhicules remplis à bloc. Premier objectif? Atteindre la station vaudoise des Mosses sans mettre les chaînes. Ensuite? Un bon café bien chaud. Ou une traditionnelle Ovomaltine, c’est selon. Ainsi revigorés, nous voilà partis à l’assaut de ce sommet per-

Snow, ski and Fun.

28

Passion Montagne – numéro 3 – mai - juin 2011

ché à 2351 mètres d’altitude via la combe de Vers-les-Lacs. Les conditions météo nous permettent à peine de voir à deux mètres. Première goutte de sueur. Premier problème de peaux. Et première conversion dans plusieurs centimètres de neige. Poudreuse à souhait, mais peu commode pour les néophytes. Troisième objectif: rejoindre le col sans problème, le dernier couloir n’inspirant pas grande confiance. L’obstacle franchi, comment ne pas résister à l’envie de pousser un peu plus loin? Plus facile à dire qu’à faire. En l’absence de trace et surtout de visibilité, notre progression n’est pas rapide du tout. Nous respectons les dix mètres de distance réglementaire. Nouvelles sueurs et nouvelles conversions. La défunte arrivée des remontées mécaniques du Pic Chaussy sera notre point de chute. Le temps de reprendre un peu de forces et de s’agacer avec ses fixations, nous voilà replonges dans la poudreuse. Le lac Lioson et ses trous à plongeurs nous informent que nous sommes sur la bonne route. L’odeur du café et de la tartelette au caramel, pour certains, nous taquine déjà les narines… Au plaisir de vous revoir. Hélène Isoz

© D. R.

SKI Rando – Pic Chaussy, 2351 mètres


Quel panorama!

RANDOnnée – Mont Bénand (F) COURSE PRéVUE COL DE LA NEUVA (F) • Date: 6 avril 2011 • Chef de course: Milliet Jean-François • Adjoint: Anex Luc • Participants: 32

© D. R.

Montée en douceur et en forêt jusqu’au col de Creusaz. Sentier en pente douce autour du Mont Bénand, puis sommet à 1284 mètres. Vue splendide sur le Léman direction La Côte. Pique-nique au col de Creusaz avec la Dent d’Oche toute proche et à l’ouest le Mont Ouzon et le Mont Billat. Puis par un large chemin à travers forêts et pâturages sous les rochers de Mémise, retour vers Thollon station. Tout le long sur ce plateau vue idyllique sur le Léman et les Préalpes vaudoises. Course reposante mais idéale pour un début de saison avec de beaux coups d’œil sur le Léman «à l’envers.» Un participant

Impressionnante la vue!

A la descente.

Passion Montagne – numéro 3 – mai – juin 2011

29


les rapports

Le chemin des Erables avec vue sur la plaine du Rhône - Isérables.

Les cerisiers en fleur sur le chemin des Erables - Isérables.

Randonnée La voie des érables à Isérables • Date: 13 avril 2011 • Chef de course: Keller Monika • Adjoint: Keller François • Participants: 30

Les raccards-greniers à l’arrivée à Isérables.

30

Passion Montagne – numéro 3 – mai - juin 2011

Gisèle Nicod

© D. R.

Comme la fondue, c’était moitié-moitié, ou presque, 16 personnes en train et 14 personnes en voitures. Rendez-vous à Riddes d’où, après un arrêt café, nous avons emprunté un très beau sentier s’élevant parmi forêts et prairies jusqu’à Isérables. Nous avons pu admirer les cerisiers en fleur et les différents verts des nouvelles feuilles. Depuis ce village haut perché, dont le nom vient d’«érable», nous avons suivi le sentier didactique des érables et ainsi complété nos connaissances sur la région et ses cultures d’autrefois, en terrasses, sans oublier de nous sustenter. La descente s’est déroulée sans problème par le même sentier et pour certains par les airs mais tout de même suspendus à un câble. Journée magnifique où chacun a pu admirer la magnifique vue sur les montagnes et la plaine du Rhône. Merci à nos guides.


Randonnée La course de l’ancien président • Date: 20 avril 2011 • Chef de course: Miéville Francis • Adjoint: Kaufmann Francine • Participants: 43 • Parcours suivi: Vaumarcus (Château), gorge de la Vaux, Fresens, Mutrux, bois de Seyte

Le groupe au sommet.

SKI RANDO Voie normale de Britannia Course PRéVUE: Strahlhorn - 4190 mètres

On était content (avec F.) que tous aient eu du plaisir à cette course printanière, avec découverte d’une région. Les clubistes ont eu le temps de «papoter» un peu en marchant. Sur la terrasse du Château on se sentait un peu en vacances, décontractés et heureux de partager des moments d’amitié. Francis

© Passionphoto.ch / D. R.

• Dates: 16 au 17 avril 2011 • Chef de course: Joye Eric • Adjoint: Peruzzo Stéphane • Participants: 10 Le départ de ce week-end de ski de rando est effectué samedi, en train, depuis Lausanne. Nous arrivons à Saas-Fee vers midi, l’heure pour manger notre piquenique suivi d’un café. Nous gagnons ensuite la cabane Britannia, but de cette première journée, grâce aux remontées mécaniques et à une petite heure de ski de rando. Nous passons une bonne soirée dans cette cabane. Le lendemain matin, le réveil s’effectue en musique. Nous partons au lever du jour en direction du Strahlhorn (4190m). Pas un nuage à l’horizon et les montagnes sont colorées de superbes couleurs. Tout le groupe suit Eric de manière homogène, nous arrivons au sommet après une longue montée. Le panorama est à couper le souffle. Du côté italien, les montagnes émergent de la mer de brouillard tandis que du côté suisse, le massif du Mont-Rose et le Cervin sont tout proches. La descente s’effectue dans de bonnes conditions. Une petite couche de poudreuse nous permet de bien nous amuser sur la première partie. La seconde partie de la descente s’effectue sur les pistes de ski où il faut faire attention à ne pas entrer en collision avec des skieurs qui doivent se demander pourquoi on skie avec un sac sur le dos, des cordes et des piolets… Depuis Saas-Fee, nous montons dans le bus, puis dans le train qui nous ramène à Lausanne. Merci à Eric et Stéphane pour cette belle course. David

Le long du ruisseau de la Vaux entre Vaumarcus et Fresens.

Pique-nique au lieu dit les Roches au-dessus de Mutrux.

Passion Montagne – numéro 3 – mai – juin 2011

31


les rapports

Alpinisme – AllalinHorn et Alphubel 4206 mètres • Chef de course: Gindroz François • Adjoint: Poget Ali • Participants: 5 (Joana, Marc, Emil, Jérome, Gérard) Deux 4000 en deux jours, beau programme en perspective! Samedi, on se retrouve à l’aube à Chexbres. Il fait beau et l’ambiance est joyeuse. Arrivés à Saas-Fee au parking, distribution des cordes aux plus jeunes. Pour une fois j’apprécie mes années passées ! Au sommet des installations, on se retrouve déjà à 3500 mètres d’altitude sans aucun effort grâce au métro alpin. Les premiers mètres à peau, on respire un peu épais. La montée à l’Allalin se passe dans un cadre magnifique. On met les crampons pour les derniers mètres sous le sommet. On a droit au 32

Passion Montagne – numéro 3 – mai - juin 2011

traditionnel tour de toutes les montagnes visibles grâce à Ali. Emil nous ravit grâce à son harmonica. Il fait bon être en montagne par cette journée grandiose. Nous descendons à ski jusqu’à Langflue. La patronne de la cabane, alias la terreur de Langflue, nous y attend de pied ferme. Grâce au pouvoir de négociation de François, nous obtenons sept places pour dormir au Pilz, le restaurant panoramique qui est fermé ce soir-là. Le spectacle est unique et nous avons beaucoup de place pour passer la nuit. Un véritable palace. Avant le souper, nous entraînons les nœuds pour les cordées du lendemain. La soirée se passe dans une ambiance super sympa. Il y a environ 50 personnes au repas, dont pas mal de Français et d’Italiens. L’heure du départ y est longuement débattue. Nous nous décidons pour l’option la plus tardive. Réveil à 5 heures le dimanche matin et départ comme prévu vers 6h30 après un bon petit déjeuner.

© D. R.

Montée à l’Allalinhorn.


© D. R.

Les jeunes au sommet.

Nous décidons finalement de ne pas nous encorder. Le lever de soleil sur l’Allalin est époustouflant. Les appareils de photos crépitent. Il y a beaucoup de monde sur la trace de montée. Première pause après deux heures sur le plateau glaciaire. Une heure après, nous arrivons dans le couloir sous le sommet. On sort les couteaux, affûte les conversions et mettons un peu de temps à passer cette pente raide. Les premières personnes qui descendent cassent les traces de montée et François grogne un peu. Il y a passablement de crevasses dans le secteur du haut. Gentleman Emil taille même des marches avec son piolet pour nous faciliter la tâche. Le choix du sommet est «cornélien» et finalement nous nous dirigeons vers la croix qui est là seulement depuis 2010 d’après les connaisseurs. Nous arrivons au sommet vers midi. Fiers et heureux. Nous faisons la traditionnelle photo de groupe et la pause sandwich. Emil joue à nouveau de son harmonica. Merci pour ces moments privilégiés.

Et c’est déjà le retour dans la vallée. La descente est panoramique parmi les séracs, les pots et le ciel bleu. Du grand art ! C’est très tracé mais nous trouvons encore quelques endroits où la poudre blanche est immaculée. Nous pouvons y danser quelques virages de plaisir et y laisser nos traces pour toujours. Vers le bas, la disparition d’un snowbordeur dans une crevasse et sa réapparition chanceuse quelques minutes plus tard nous laissent tous pantois. Il a eu de la chance, l’inconscient. La fin de la descente sur Saas-Fee est un peu de la «papotche.» On boit le verre de l’amitié à Saas-Fee. Le regroupement au parking est un peu problématique et c’est le retour vers Lausanne. Un arrêt « fondue » à la Tour de Gourze est organisé pour conclure ces deux jours exceptionnels. Merci à François, Ali et à tous pour ce week-end inoubliable. Gérard Passion Montagne – numéro 3 – mai – juin 2011

33


les rapports SKI RANDO Les Diablerets - Wildhorn 3247 mètres • Dates: du 16 au 17 avril 2011 • Chef de course: Bider Eric • Adjoint: Rieder Marcel • Participants: 6

SKI RANDO Aletschhorn - 4195 mètres • Dates: du 16 au 17 avril 2011 • Chef de course: Thévoz Nicolas • Adjointe: Muller Evelyne • Participants: 5 Nous partons à 8h20 de Lausanne et à 11h, nous sommes à Belalp, d’où, après avoir pris le café et mis les skis sur le dos, nous nous «jetons» sur le sentier surplombant le glacier d’Aletsch qui est toujours majestueux, malgré cette saison et le réchauffement climatique. Après une heure et demie de marche, on chausse les skis et la plaine de l’Oberaletschgletscher nous amène à la base des rochers qu’il faut escalader à l’aide d’échelles pour arriver au refuge. L’après-midi se passe tranquillement comme il se doit: il y en a qui font une petite sieste, il y en a qui causent et il y a Jirka qui dort au soleil (et au vent) de l’Oberland. On mange abondamment mais on ne dort pas si abondamment (ah! les nuits en refuge!). A 3h30, nous voilà sur les skis, montant les flancs raides qui conduisent à notre but, dans une température agréable et avec un bon rythme. A l’aube, le spectacle de toutes les plus belles cimes des Alpes touchées par le soleil est à couper le souffle. Nous arrivons à la base de l’éperon vers 8h30. Maintenant, il y a encore 500 mètres jusqu’au sommet. La montée se fait aisément: elle est moins raide que ce qu’elle me paraissait hier. Mais on sent l’altitude et on a besoin de s’arrêter de temps en temps, pour des pauses qui se font de plus en plus longues. Et finalement, on entrevoit la croix ! De là-haut, on voit tout, du Mont Blanc jusqu’aux sommets lointains de la Lombardie. Et au sud, derrière le Mont Rose, la vaste plaine du Pô inondée de nuages. C’est un spectacle magnifique. Mais il faut se rappeler que la dernière benne de Belalp est à 17h, que nous avons toute la descente à faire et qu’à la fin de la descente, il y a aussi une montée, à faire avec les skis sur le dos.  Nicolas Thévoz 34

Passion Montagne – numéro 3 – mai - juin 2011

Le Wildhorn.

© D. R. / Ben Bardsley’s Blog

L’Aletschhorn.

Samedi matin, départ au col du Pillon avec la première benne, ou presque, un groupe de touristes ayant brûlé la priorité au... chef de course qui rejoint son groupe avec la benne suivante. On passe tout de même par le sommet des Diablerets, dans 10 à 20 centimètres de poudreuse non tracée. La corde fixe au passage du Dôme est noyée dans la neige. La descente du glacier de Tsanfleuron se fait dans la soupe. Il est un peu tard (13h30) lorsque nous nous lançons sur l’Arpeligrat. La montée de cette arête tantôt enneigée, tantôt boueuse est assez éprouvante dans ces conditions et nous atteignons le sommet dans le brouillard (invité surprise). La descente sur la Geltenhutte se fait dans le brouillard mais dans une neige poudreuse. Le lendemain, la montée au col du Brochet puis jusqu’au mont Pucel s’effectue dans une neige soufflée. Nous décidons de laisser le sommet du Wildhorn de côté à 3100 mètres environ et obliquons sur la descente dont la première partie se fait dans une neige encore poudreuse. La deuxième partie entre la cabane Wildhorn et Iffigenalp se fait dans une neige printanière. Dix minutes à pied nous permettent de rejoindre le minibus qui nous mènera à la Lenk. De là, retour en train à Gsteig, via Zweisimmen et Gstaad, pour récupérer une voiture.  Un participant


SKI RANDO Pointe des Autans 3044 mètres

© D. R.

• Date: 5 février 2011 • Chef de course: Thévoz Nicolas • Adjointe: Muller Evelyne • Participants: 6 Nous ne le savions pas encore mais notre course a débuté au Bleu Lézard dans la nuit de samedi à dimanche avec Jirka et «2 ou 3 bières.» Café pris (pour Evelyne bien sûr…!), les deux chiens nous suivent jusqu’à la première pause. Pour x raisons, ils changent de groupe direction le Métailler, alors que nous repartons vers les Autans. Pointe à pied, ça c’était beau! Re-sieste au bord du précipice pour Jirka (Attention, faut pas qu’y s’retourne!), photos, et Nico qui mange toute la viande séchée… C’est reparti pour la descente! Comme d’hab: excellent en haut (bonne idée de Nicolas de pousser à gauche!), et crasseux en bas.

«Randonnée, grimpe, pique-nique? Le bon temps chez MétéoSuisse.»

Votre météo au quotidien sur notre répondeur: Pour les Alpes Tél. 0900 162 168 CHF 1.20/min. Ligne direct avec le météorologue: Météo personnalisée Tél. 0900 162 666 CHF 3.– + 1.50/min.

Le sommet de la Pointe des Autans.

Superbe journée, Grand Soleil, nos chef et adjointe nous ont mené sur une superbe course au panorama à couper le souffle! Enfin un peu d’engagement!! Un grand merci à Evelyne et Nicolas!  Un participant


Au magasin Outdoor au Centre Métropol

e Lausanne

CHF 30.-

à partir de CHF 150.- d‘

achats.

7 613248 6 21819

Valable jusqu’au 9 juillet 2011 Découpez ce bon et présentez-le

chez Outdoor by SportXX du centre Métropole Lausanne. www.outdoor-sportxx.ch

CHF 100.-

à partir de CHF 400.- d‘

achats.

7 613248 6 21826

Valable jusqu’au 9 juillet 2011 Découpez ce bon et présentez-le

chez Outdoor by SportXX du centre Métropole Lausanne. www.outdoor-sportxx.ch

Passion Montagne N° 3 - 2011  

Ce magazine offre une plate-forme d’information dynamique et complète fournissant des informations en lien avec la montagne et ses activités...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you