Portfolio

Page 1

Terfous Cherif Idris

Portfolio

architecture design 2014-2022



T E R F O U S C H E R I F I D R I S

P O R T FOLIO

a r c h i t e c t u r e d e s i g n 2 0 1 4 - 2 0 2 1


FORMATION ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE D’ARCHITECTURE PARIS VAL-DE-SEINE, PARIS | 2019 Master II ÉCOLE POLYTECHNIQUE D’ARCHITECTURE ET D’URBANISME, ALGER | 2016 Diplôme d’architecte ÉCOLE EPOC, ALGER | 2012 Diplôme de formation Autocad.

EXPÉRIENCE TERFOUS CHERIF IDRIS ARCHITECTE DE

ARCHITECTE – CHEF DE PROJET – FRANCE | 2019 – 2021 TELIA ARCHITECTURE • Hardricourt – Chef de concours : Concours sur un projet de 1200m² de 18 logements avec 18 places de parking. • Pré-Saint-Gervais – Chef de projet : Phase PC - Chantier: Deux interventions; un projet de rénovation de deux anciennes bâtisses en espace de co-living de 10 chambres, séjour et espace extérieur et un projet de construction avec la requalification d’un ancien hangar en plus d’une extension en espace de co-living. • Aulnay-sous-Bois & Hambourg-Haut – Chef de projet : Deux projets d’architecture d’intérieure. • Micro-Crèches : Phase PC - DCE : Etablissements de PC et DCE de micro-crèches dans plus régions du territoires français. ARCHITECTE – FRANCE | 2019 – 2019 (4 mois) QFA – Quentin Fruchaud Architectures

contact@ctarchitecte.com Idris C. Terfous Thiais, France

ARCHITECTE – ASSISTANT CHEF DE PROJET / CHEF DE PROJET – ALGERIE & MAROC | 2016 – 2018 IRO – Imaad Rahmouni Offshore – www.imaadrahmouni.com • Desert House – Chef de projet : Phase PC - DCE - Chantier: Construction d’une maison de 300m² dans le desert avec sous-sol, deux séjours et 5 chambres.


• • • • • •

Gourou – Chef de projet : Phase PC - DCE - Chantier : Construction d’une maison de 400m² avec un sous-sol, 2 piscines et espace extérieur. H II – Chef de projet : Phase PC et DCE : Construction d’un immeuble de 8 appartements (+ de 100m² par logement) en R+3 avec 2 sous-sol et une attique. Les Andalouses – Chef de projet : Phase PC et DCE : Construction d’un hôtel en bord de mer de 900m² avec deux restaurants et 25 chambres et rooftop. Marriott : Phase PC : Projet urbain de plus de 20.000m² comprenant un hôtel (Marriott), un immeuble de bureau, une zone de restauration et un CHU. Park Hyatt : Phase APS : Esquisse de la Ballroom du Park Hyatt à Marrakech. Pas-Perdu – Chef de projet : Phase PC : Projet d’une maison de 250m² avec hammam et piscine extérieur.

ARCHITECTE – JUNIOR – ALGERIE | 2016 – 2016 (6 mois) Cabinet d’architecture – BALAMANE & RABIA –

WORKSHOPS WORKSHOP «KOMOREBI : TOKYO» | 2020 Workshop se déroulant à Tokyo, portant sur la construction d’un pavillon léger, solide et transparent. WORKSHOP «ENSEMBLE : UNE ODYSSÉE DE L’ESPACE DOMESTIQUE» | 2017 Workshop portant sur les formes contemporaines du logement collectif algérois, de la ville, de l’habiter, de l’habiter «ensemble».

DISTINCTIONS CONCOURS INTERNATIONAL ARCHIGENIEUR AFRIQUE #4 «CONCEVOIR OU RÉHABILITER UNE ÉCOLE PRIMAIRE EN AFRIQUE» | 2018 Prix honorable CONCOURS -- «ATELIER ET RÉSIDENCE D’ARTISTES», KOLÉA, TIPAZA | 2016 Prix honorable

SOFTWARES AUTOCAD* REVIT* 3DS MAX* PHOTOSHOP** ILLUSTRATOR INDESIGN SKETCHUP LUMION ENSCAPE MICROSOFT OFFICE *Certifié ACU (Autodesk Certified User) **TOSA : 849/1000

LANGUES ANGLAIS ARABE FRANÇAIS



C

E

T

U

D

I

A

N

T

C

O

N

C

O

U

O

R

N

S

T

E

N

W

U

O

R

S

H

O

P

P R O F E S S I O N N E L

010 BAHR projet de fin d’étude | 2020

050 VILLAGE CÉLESTE concours d’architecture | 2018

066 KOMOREBI workshop | 2020

076 HARDRICOURT projet professionnel | 2021

020 THE CUBE projet de fin d’année | 2019

058 ARTISTIC VIEW concours d’architecture | 2015

070 NEW SOUTH workshop | 2017

084 PAS PERDUS projet professionnel | 2018

032 THE POOL projet de fin de semestre | 2018

088 GOUROU HOUSE projet professionnel | 2017

040 BUBBLE projet de fin d’étude | 2016

096 DESERT HOUSE projet professionnel | 2017 102 ECHO projet professionnel | 2017 108 H II projet professionnel | 2017 112 MARRIOTT projet professionnel | 2016



E T U D I A N T

1


Bahr

Alger Projet de fin d’étude 2020


Projet de fin d’étude à l’ENSA Paris Val-de-Seine. Du nom BAHR, le projet est un concert hall sur la baie d’Alger. Bahr porte un double sens, il signifie en arabe « mer », mais il désigne également la métrique qui permet au musicien de connaître la mesure rythmique d’une partition. Ce projet a pour problématique l’investissement des anciennes friches industrielles sur le bord de mer algérois. Il participerà la redynamisation du quartier de Belcourt et la baie d’Alger, en prenant en compte les considérations historiques, patrimoniales, culturelles et urbaines liées au contexte. Mais audelà de participer à la redynamisation du quartier de Belcourt, ce projet vise, à travers ce programme, à élever le secteur artistique et culturel à une plus grande échelle. Il sera déstiné aux artistes comme plateforme d’expression artistique visant à l’apprentissage, l’expérimentation et la production. Le projet s’ouvre également au public algérois, algérien et étranger comme repère de la ville d’Alger.


012

BAHR projet fin d’étude | 2020


La philosophie du projet démarre de l’idée génératrice de l’axe. Trouvant intéressante la perspective proposée par le jardin français du Jardin d’Essai sur la baie d’Alger, le projet vient donc se positionner en bout d’axe de l’indépendance, fin d’un système qui démarre des hauteurs d’Alger, par un projet/objet à l’échelle de la ville, séquence, emblème sur la baie d’Alger. Le prolongement du jardin d’essai par une plateforme vient résoudre le problème de fracture entre port et ville posé par le tracé du chemin de fer et la rocade Nord le long de la baie. Cet aménagement permet une continuité physique de l’axe de l’indépendance en prolongeant le jardin d’essai par une dalle au-dessus des voies. La relation n’est plus qu’uniquement visuelle mais elle permet à l’usager d’emprunter cet axe afin de rejoindre le port pour accéder au projet.

013


Démarrant du quai, une rampe de 140m par 10 invite à l’immersion à l’intérieur du projet en laissant derrière soi le paysage algérois. Le socle est l’interface d’accueil et de dialogue entre le quai, le projet et le belvédère. Il révèle une ambiance entre ombres et lumière à travers la galerie zénithale périphérique. Cet espace abrite la galerie d’exposition dédiée aux courants musicaux dans le monde. C’est à partir du socle que le projet émerge. L’ascension

(1) - Elevation


se fait au travers d’une ballade architecturale en empruntant une rampe périphérique, laissant découvrir les séquences du projet à chaque niveau. Cette ballade offre au visiteur des perspectives sur la ville. La Casbah d’Alger, le monument du Matryr, la promenade et la mer au travers d’un voile perforé qui offre subtilement à voir sans être vu. Une fois en faut le visiteur est plongé dans le paysage algérois, offrant un point de vue panoramique sur la ville.


016

BAHR projet fin d’étude | 2020


BAHR projet fin d’étude | 2020

017


BAHR projet fin d’étude | 2020

(1)

018

Le programme s’étale sur 5 niveaux, le premier abrite la salle d’exposition, le deuxieme, des studios de répétitions et salles d’enregistrement, le troisième la salle de spectacle, au 4eme la salle philarmonique et enfin un restaurant panoramique vient couronner le projet.


(2)

BAHR projet fin d’étude | 2020

(1) - Plan niveau 0 (2) - Plan niveau 2-3-4

019


020

BAHR projet fin d’étude | 2020


BAHR projet fin d’étude | 2020

021


The Cube

Reims Projet de fin d’année 2019


Dans le cadre du projet de fin d’année de master 1 au sein de l’École Nationale Supérieure d’Architecture Paris Val-de-Seine, ce projet a pour but de confronter l’étudiant aux grands enjeux des métropoles actuelles, à travers le concours du nouveau Musée des Beaux Arts de Reims, et d’aborder, à l’échelle d’une ville française de moyenne importance, des situations urbaines réelles, variées et complexes habituellement réservées aux professionnels. A l’échelle urbaine, le terrain se situe à l’emplacement du parking (place de la République) qui jouxte les halles du Boulingrin, faisant l’articulation entre les points importants de la ville. Sur le plan architectural, le projet, d’une surface de 10.000m², doit abriter tous les éléments constitutifs du cahier des charges imposé.


024

THE CUBE projet de fin d’année | 2019


THE CUBE projet de fin d’année | 2019

La qualité du site, le long des promenades Rémoises, de la gare de Reims à la porte de la ville en direction du centre historique, nous a conduit à réfléchir le projet comme une couture, espace charnière entre la périphérie éparse de la ville et son centre historique plus dense. Il fallait, qu’en ce lieu, émerge un édifice iconique, exceptionnel, radical, qui fasse sens, d’un bâtiment monolithe apparent, comme l’expression d’un bâtiment signal. Nous avons dès lors défini la morphologie de l’édifice, pour cela nous avons procédé à deux manipulations. En premier lieu, creuser l’esplanade et offrir une large esplanade s’ouvrant à la ville, les rampes permettent sa perméabilité et sa traversabilité. La coupure causée par la voie mécanique a été palliée par le passage de la voie en partie souterraine. En second lieu, poser le volume sur l’esplanade qui joue le rôle de plateau de support et d’assise au volume émergent offrant à la ville un signal du projet qui fait écho à la porte de mars.

025


THE CUBE projet de fin d’année | 2019

(1)

026

Le musée se développe en sous-sol, il amène le visiteur à la découverte. Le projet s’étend sur 5 plateaux, 3 plateaux (cube) et deux plateaux souterrains. Le rezde-chaussée urbain est un accueil en mezzanine sur l’espace bas, des vues sur le musées sont tout de suite offertes aux visiteurs. Au sous-sol, on retrouve les salles d’exposition, un auditorium autonome et des ateliers ouverts sur les fouilles. L’usager de l’espace suit un circuit en boucle, lors de sa visite, une séquences fouilles s’offre à lui, elles deviennent donc une pièce à exposer que le visiteur découvre au milieu du parcours. Le deuxième sous-sol est un espace technique, de locaux techniques et réserves du musée, tandis que le cube accueille l’administration au premier et la bibliothèque du musée au dernier étage.


(1) - Plan premier sous-sol (2) - Plan R+1 (niveau halles Boulingrin

THE CUBE projet de fin d’année | 2019

(2)

027


Afin de lier les différents parcours, un bloc de circulation traverse tous les plateaux du projet; un bloc public, qui accède aux plateaux musée et bibliothèque, bloc personnel à tous les niveaux et enfin des blocs montes-charges qui permettent d’acheminer les œuvres du dernier sous-sol, aux salles d’expositions . Concernant les évacuations de secours, plusieurs colonnes traversent du dernier sous-sol (sous-sol

(1) - Coupe AA


technique) en passant par les salles d’exposition, et évacuent au niveau de l’esplanade. Deux autres colonnes sont à compter au niveau du cube qui descendent aussi vers l’esplanade. Pour les arrivées de lumière, des patios latéraux, permettent d’éclairer tous les espaces de circulation du premier niveau de sous-sol, les salles d’expositions du musée, les ateliers, ainsi que l’auditorium.


Concernant la matérialité notre choix s’est porté sur l’acier Corten, pour sa couleur vive, pour contraster avec la colorimétrie neutre environnante afin de dégager le volume de ses alentours, mais aussi une matérialité brut qui fait écho au béton de la halle, L’esplanade est à revêtement minéral avec un aménagement paysager, en dialogue avec les promenades et le centre de la ville.

(1)


(1) - Coupe CC (2) - Coupe DD

(2)


THE CUBE projet de fin d’année | 2019

032

Pour ce qui est de l’éclairage des salles d’exposition, deux types d’espaces ont été voulus, pour la grande salle, un éclairage froid et homogène inonde la salle grâce au plafond lumineux tendu, pour la deuxième salle annexe une autre ambiance a été souhaitée, plus chaude pour mettre en valeur l’espace « sous alcôve » souhaité avec une lumière douce et tamisée



The Pool

Paris Projet de fin de semestre 2018


Projet de fin de semestre à l’ENSA Paris Val-de-Seine. Il se situe sur le boulevard de la Bibliothèque Nationale de France – François Mittérand – dans le 13ème arrondissement de Paris, France. Riche d’un programme qui accueil deux piscines, plusieurs vestiaires, SPA et bureaux, sur une surface de 5000m².


036

THE POOL projet de fin de semestre | 2018


THE POOL projet de fin de semestre | 2019 THE POOL projet de fin de semestre | 2019

Le concept de la piscine repose sur l’idée de l’enclos, fermé à l’extérieur mais ouvert à l’intérieur. Ce concept s’est matérialisé par un édifice fermé (sans ouvertures) qui s’organise autour d’un patio central. Ce dernier permet l’apport de lumière nécessaire aux espaces intérieurs tout en assurant une intimité à la piscine.

037


038

THE POOL projet de fin de semestre | 2018


L’accès à la piscine se fait au niveau du boulevard. Une rampe extérieure assure la liaison entre le boulevard et le quai. La présence du patio matérialise au niveau du quai un espace central extérieur qui donne vie à une placette sous la piscine.

THE POOL projet de fin de semestre | 2019

039


THE POOL projet de fin de semestre | 2018

La forme écrasée de la piscine laisse place à la grandeur de la Bibliothèque Nationale de France – François Mittérand -. Le défi était aussi de s’intégrer sans pour autant créer une dualité, une confrontation direct avec la Bibliothèque. L’utilisation de la pierre et du béton a été primordiale pour atteindre cet objectif. La pierre pour le socle faisant rappel aux pavés du quai, et le béton pour rester dans les tons du boulevard et du quai.

040


THE POOL projet de fin de semestre | 2019

041


Bubble

Alger Projet de fin d’étude 2016


Ce projet, dans le cadre du PFE intitulé «l’université & la ville», est une réponse au défi d’intégration d’un espace culturel, une bibliothèque, dans le parking Bézier. Une thématique qui a un double but; la création d’une liaison entre l’université d’Alger qui accueille le nouveau département d’architecture, et la ville d’Alger, à travers la projection de l’équipement, et de redonner un nouveau souffle au site d’intervention. Le concept du projet est inspiré de la bulle, pour son côté compact, léger, transparent mais aussi pour son utilisation graphique comme élément d’expression de paroles et pensées, ainsi que son côté protecteur et sécuritaire. Afin de s’opposer aux éléments perturbateurs du site (Bruit, mouvement) ainsi que changer l’image austère que renvoie le parking. En se basant sur ces données, la projection d’une bibliothèque était une alternative à la diversité et au développement culturel des habitants en général et des étudiants en particulier.


En prenant en compte les différentes données, le concept s’est focalisé sur la synthèse de trois aspects : le site, le parking et le thématique culturelle. Le site représente une jungle urbaine avec tous ces mouvements, produisant du bruit et de l’animation, de ce fait une protection contre ses agents extérieurs est nécessaire. Pour le parking qui est une masse architecturale volumineuse, qui ne se démarque pas en hauteur, et qui reste encré au sol, il devait être contrasté par de la légèreté et de l’altitude. Quant à la thématique culturelle - bibliothèque -, qui demande calme, clarté et protection de l’extérieur, doit pouvoir s’isoler mais tout en restant ouvert sur l’environnement. De là une seule réponse, un seul concept, s’en découle, regroupant ces éléments et c’est la « bulle ». La bulle sous trois de ses déclinaisons : • Au sens propre, la bulle est sous une forme compacte, légère, transparente et en lévitation. • Au sens graphique, la bulle est un élément d’expression de paroles et de pensées. • Au sens figuré, la bulle est représentée par le monde autonome assurant la protection et la sécurité.

044


Un concept repris par le photographe Melvin Sokolsky, qui a réalisé une série de clichés intitulée «Bubble» ou « women in bubbles ». Une série montrant des femmes dans leurs bulles, dans leur monde, flottant au-dessus et survolant en toute légèreté, les espaces urbains, bâti, population. Se protégeant des éléments du monde extérieur mais en gardant un contact avec ce dernier. Des femmes, donc, spectatrices de ce monde mais qui offrent elles-mêmes un spectacle pour ceux qui les regardent. Ces clichés ont eux aussi été inspiré d’une toile intitulée : « Le jardin des délices » un triptyque, un tableau à 3 parties du peintre néerlandais Jérôme Bosch. Un tableau qui montre 3 scènes : L’Eden et la création de l’homme, les enfants d’Adam et leurs péchés, l’enfer et le jugement. Dans la scène du milieu, «Les enfants d’Adam et leurs péchés», on remarque que les gens sont isolés sous toutes formes de bulles, pleines ou transparentes, demisphères ou percées. Dans cette partie du tableau, on voit au second plan, un couple qui s’isole de cette aire corrompue dans son intimité pour se protéger de la débauche humaine, mais tout en étant ouvert et spectateur de ce monde.

045


Retrait du parking sur toute la longueur, libérant de l’espace.

Ascension du volume de la bibliothèque, gagnant le sommet.

Entaille du volume pour casser l’horizontalité.

BUBBLE projet de fin d’étude | 2016

Insertion d’un volume en lévitation pour accentuer l’effet de suspension.

046

Liaison de la bibliothèque et du parking à travers une peau unificatrice.


047


BUBBLE projet de fin d’étude | 2016

048

L’idée est de mettre en place la circulation verticale à l’aboutissement de l’espace d’accueil, qui est un espace en double hauteur où on a une visibilité sur toute la hauteur de la circulation. D’un autre côté, la circulation joue le rôle de filtre, d’isolant, physique par son inclinaison horizontale, séparant ainsi l’accueil et l’espace de lecture mais qui permet de rester en contact visuel avec chaque partie, en plus de donner à chaque niveau sur un moment de pause et de repos. Pour renforcer la notion d’ascension lumineuse, la circulation est visuellement ouverte vers l’extérieur via le mur rideau qui donne sur l’espace extérieur, pour découvrir graduellement le paysage.


BUBBLE projet de fin d’étude | 2016

(1) - Plan rez-de-chaussée (2) - Plan étage courant (3) - Coupe AA

(4) - Coupe BB (5) - Façade latérale (6) - Façade passerelle

049



2 CONCOURS


Village Céleste

Alger Concours d’architecture 2018


Projet dans le cadre du concours AFRIKARCHI, ayant pour titre «Concevoir ou réhabiliter une école primaire en milieu urbain en Afrique». Il a pour objectif la construction d’une école, dont le rôle n’est pas seulement de permettre à des jeunes d’acquérir les savoirs de base et de construire leur avenir, mais offrir à la ville ou au quartier, un équipement dont les usages peuvent dépasser le simple rôle scolaire et éducatif.


VILLAGE CÉLESTE concours d’architecture | 2018

Le projet se trouve à la pointe de Village Céleste, quartier périphérique d’Alger. Ce quartier, situé sur les hauteurs à l’Ouest de la baie, jouit d’une situation géographique exceptionnelle. Il est implanté sur la ligne de crête, offrant à ses habitants une vue panoramique sur la mer Méditerranée. Village Céleste est, à la manière des villes italiennes, accroché à la montagne et tourné vers la mer. C’est un village dans la ville. La carrière installée en contrebas et le relief l’isolent du reste de la ville de même qu’ils le préservent de son agitation.

054

Cependant c’est un village qui n’a pas de centre, c’est-à-dire pas de lieu qui constitue un repère d’où les habitants peuvent sentir leur appartenance à Village Céleste. C’est pourquoi nous avons souhaité implanter en ce lieu une école élémentaire comportant un gymnase et une bibliothèque. Cet équipement de proximité dote le quartier de services nécessaires dont il était jusqu’ici cruellement dépourvu. Les équipements annexes de l’école ont été conçus afin de pouvoir être utilisés en dehors de ses heures d’ouverture. Le gymnase et la bibliothèque disposent d’entrées indépendantes auxquelles tous les habitants peuvent accéder par un parvis. De plus, nous avons profité du fort dénivelé du terrain pour aménager un vaste espace public sur le toit du gymnase. Depuis ce belvédère, la vue panoramique sur la baie d’Alger, qui constitue l’identité de Village Céleste, est donné à tous.


L’école est implantée en gradins afin de tirer parti du fort dénivelé du terrain. La mise en place de plateformes successives permet de bénéficier d’une vue dégagée dans les classes. Les cours de l’école sont des espaces introspectifs, où l’on est privé quelques instants du paysage, pour mieux l’admirer ensuite. Les plateformes communiquent entre elles par des rampes intégrées dans le socle minéral de l’édifice. Les classes sont des pavillons, structures autonomes disposés sur le socle. Elles sont reliées entre elles par des galeries couvertes, espaces interstitiels par excellence. Les toitures des classes sont accessibles par des escaliers ou directement depuis la plateforme supérieure pour certaines d’entre elles. Elles communiquent entre elles et sont partiellement plantées. Ces espaces uniques sont de véritables espaces pédagogiques et ludiques.

VILLAGE CÉLESTE concours d’architecture | 2018

055


056

VILLAGE CÉLESTE concours d’architecture | 2018


(1)

(1) - Plan (2) - Coupe A

VILLAGE CÉLESTE concours d’architecture | 2018

057 (2)


058

VILLAGE CÉLESTE concours d’architecture | 2018


VILLAGE CÉLESTE concours d’architecture | 2018

Le socle de l’école est composé de pierre locale, extraite de la carrière Jaubert tandis que les portiques de la galerie sont construits en bois et couverts en tuiles de terre cuite. La structure des classes est constituée de briques de terre cuite et de poutrelles en béton pour la toiture terrasse. Ces différents éléments sont structurellement indépendants et reliés entre eux par des articulations. Le choix de ce dispositif constructif a été motivé par la sismicité du site, nécessitant l’emploi de différents matériaux pour combiner justement leurs propriétés physiques. Nous avons privilégié l’utilisation d’éléments fabriqués localement, pouvant être transportés et mis en œuvre par des artisans algérois sans le recours d’une grue. Cette démarche s’inscrit dans la recherche d’une architecture durable inscrite dans le territoire, par l’économie de moyens et la préservation de savoir-faire artisanaux.

059


Artistic View

Alger Concours d’architecture 2015


Projet dans le cadre d’un concours organisé par LaFarge Algérie. Il a pour objectif, la recherche d’un style novateur, alliant l’art et la pureté des formes afin de créer un lieu d’identification propre aux artistes, et composant avec la nature du terrain, l’espace, la lumière, la couleur et les matériaux dans le but de créer des expériences et des ressenties différents et propres à chacun.


Double Perspective Exploitation des potentialités de la pente pour créer un balcon vers les montagnes de Chréaa.

Une

venelle

ARTISTIC VIEW concours d’architecture | 2015

Un espace de vie pour les résidents qui est aussi un élément distributeur complètement ouvert sur le panorama et le jardin. Un lieu de rencontre et de partage autour d’un café ou d’un livre.

062

Une

galerie

vivante

L’espace d’exposition est rythmé par les ouvertures de la façade, le jardin d’hiver et les puits de lumière. L’atelier, commun des artistes est un lieu pensé comme une vitrine.

Le projet est constitué de deux entités sur le plan formel : la résidence et la galerie d’exposition. La résidence se scinde en 5 studios, qui reposent sur la galerie en contre-bas.


Intégration au site en pente parallèlement aux courbes de niveaux

Création de percées visuelles vers le panorama

(1)

Liaison studios

horizontale des par la venelle ARTISTIC VIEW concours d’architecture | 2015

(1) - Plan rez-de-jardin (2) - Plan rez-de-chaussée

(2)

Liaison verticale des deux éléments par le biais de lamelles

063


064

ARTISTIC VIEW concours d’architecture | 2015


La volonté du projet est d’offrir une vue imprenable sur le paysage montagneux de Chréaa. Cette opportunité permet de rattraper la vue tout en jouant sur un jeu de perspective et de cadre de vue. Le béton est laissé dans son aspect brut , devenant un élément minéral qui fait écho à la chaine montagneuse. L’accès par la passerelle permet une bonne intégration à la topographie du site. La galerie est éclairée par sa façade sud, son patio et ses de puits de lumière. La composition de lames de bétons verticales et de plans vitrés permet une ouverture sur l’extérieur attelée sur une grande esplanade.

Un projet qui allie simplicité et pureté des formes et des matériaux.

ARTISTIC VIEW concours d’architecture | 2015

Ce jardin joue le rôle d’un belvédère. L’esplanade en bois renforce l’ambiance chaleureuse du projet et vient adoucir la froideur du béton.

065



WORKSHOPS

3


Komorebi

Tokyo Workshop 2020


Le workshop Komorebi est né d’une collaboration entre Jun Sato Lab de l’Université de Tokyo (Department of Socio-Cultural Environmental Studies, Graduate School of Frontier Sciences) et l’École Nationale Supérieure d’Architecture Paris Val de Seine (ENSAPVS). La troisième édition du workshop à l’université de Tokyo en février 2020 visait la construction d’une structure en hauteur avec du bois Hinoki et du papier Washi. Le workshop, centré sur une approche environnementale de la structure en architecture, a abouti à la réalisation d’une forme de 10 mètres de haut, appelée Hanafubuki «ballet de pétales», en référence aux tourbillons de fleurs de cerisiers si caractéristiques du printemps japonais. Pour y parvenir, nous avons collaborés entre étudiants français et japonais durant quatre jours intensifs de recherche et d’expérimentation. Dans ce rapport au temps spécifique, de concentration, d’apprentissage et de réciprocité, nous avons travaillé en petits groupes, échangé sur la formation en architecture dans les deux pays et spontanément partagé – sans vraiment le formuler – nos savoir-faire et méthodes de travail, contribuant ainsi au croisement entre des modes d’approche occidentaux et orientaux.


070

KOMOREBI workshop | 2020


légèreté, leur fragilité parfois, requièrent souplesse et délicatesse des gestes, dans un rapport au corps singulier. La structure finale donne une impression de cohérence d’ensemble, bien qu’elle soit composée de modules distincts, non définis à priori. Elle génère une forme qui se caractérise par des relations d’opposition : plein/vide, ombre/lumière, force/légèreté, densité/porosité. Chaque élément existe grâce à l’autre et constitue un tout.

KOMOREBI workshop | 2020

Les matériaux employés sont empreints de qualité écologique (bois Hinoki et papier washi le plus fin du monde). De même, ce sont des plantes (camelia, gardenia, butterfly peas, bambou) qui sont utilisées pour teindre le papier et tenter de reproduire le spectre du Komorebi. L’usage de ces matériaux spécifiques renforce l’aspect naturel recherché. De plus, ils impliquent une finesse d’élaboration. Leur

071


New South

Alger Workshop 2017


L’objectif de ce workshop est d’explorer la façon dont des formes spatiales impactent, détruisent, créent ou restructurent des pratiques sociales. Le logement collectif est ainsi envisagé comme fragment de quartier, où pratiques collectives et notion d’appartenance se forgent. L’idée est de répondre à la problématique contemporaine de la surpopulation dans les logements sociaux algérois tout en proposant une alternative aux campagnes de relogement actuelles. Le projet se développe sur les hauteurs à l’Est d’Alger, sur les parcelles inoccupées du village céleste, à Bouzarea. Le but est de reloger les habitants de Diar el Kef qui attendent depuis 1957 des logements salubres. Cette proposition s’additionne aux autres questionnements nés des errances à Alger : quel sens peut-on donner aujourd’hui à des pratiques sociales et culturelles, héritées des traditions locales ; comment peut-on repenser ou réinterpréter de manière contemporaine l’espace domestique algérois.


NEW SOUTH workshop | 2017

Grandir librement Le projet se développe sur un principe d’habitations modulaires et modulables qui s’imbriquent les unes dans les autres, créant ainsi des décalages où naissent des jardins à ciel ouvert. Les pleins sont jumelés aux vides, laissant de nombreuses possibilités d’extension verticale et horizontale. Chaque module est un multiple basé sur la plus petite dimension habitée de la maison qui est la chambre 3x3.

074

Axonométrie top-down d’une unité d’habitation

Habiter la pente Le village s’intègre dans la morphologie du site, entre terre et mer. La présence d’un fort dénivelé sur le site permet de créer des vues et des terrasses en gradins ; générant un amphithéâtre tourné vers la baie d’Alger.


Habiter l’épaisseur Une réflexion autour de la porosité du projet a permis d’introduire des jeux de lumière et de vues, ainsi que de développer des espaces communs partagés au cœur même des Diar. Dans un second temps, ce dispositif permet de rééquilibrer le rapport du volume des vides au volume total.

(1) - Schéma plan niveau supérieur (2) - Schéma plan niveau inférieur

NEW SOUTH workshop | 2017

Entre intérieur et extérieur La mise en relation des différents éléments se fait par une ligne forte qui traverse le projet dans sa grande longueur et offre un cadrage sur le grand horizon. Cette passerelle, pensée comme un s’hin, s’ouvre et se déroule sur deux niveaux. Le premier reçoit la distribution supérieure des habitations tandis que le second abrite les espaces «techniques» de l’habitation : cuisine et salles d’eau.

(1)

(2)

075



PROFESSIONNEL

4


Hardricourt

Les Yvelines Projet professionnel 2021


Le projet est un concours d’architecture situé dans Les Yvelines (78). Anciennement un parking, le terrain est requalifié pour accueillir du logement neuf. Le projet est composé de 18 logements avec 18 places de parking en extérieur. Les logements sont variés allant du T2 au T4, du simplex au duplex, avec une majorité de double orientation.


080

HARDRICOURT projet professionnel | 2021


Implantation Création d’un volume en L à l’alignement des voiries. Cette morphologie permet de prolonger le front bâtis sur l’avenue Carnot et créer un appel vers le boulevard de la Montcient. De plus, le volume en L permet de profiter d’un cœur d’îlot végétalisé connectant l’espace vert au fond de la parcelle.

D’un point de vue formelle, les logements sont divisés en deux volumes séparés par un espace interstitiel, ici appelé « faille ». Le volume collé au pignon sur l’avenue Carnot, arbore une toiture à double pans, reprenant la morphologie du bâtis voisin existant. L’autre volume est traité en toiture plate, accessible par les résidents, pour profiter d’une vue à 360° sur les communes d’Hardricourt et Meulan, ainsi que sur les bords de la Seine.

Connexion Une faille de 1.5m est créée formant ainsi deux blocs distincts. Cette faille permet la desserte horizontale et verticale de chaque appartement. Elle est également une connexion visuelle entre l’avenue Carnot et le cœur de l’îlot.

HARDRICOURT projet professionnel | 2021

Cette « faille » vitrée, positionnée en retrait de l’alignement sur l’avenue Carnot, laisse pleinement s’exprimer les deux volumes constituant le projet. Elle représente également une percée visuelle et lumineuse entre le cœur d’îlot et l’avenue Carnot. Cet espace de transition, d’une largeur de 1,5m, permet l’accès aux commerces, coté avenue, et l’accès aux logements, coté jardin. C’est également par cette faille que se fait la distribution horizontale et verticale de chaque appartement, ainsi les circulations sont éclairées naturellement.

081


082

HARDRICOURT projet professionnel | 2021


(1)

HARDRICOURT projet professionnel | 2021

Pour chaque appartement la doubleorientation a été favorisée. Les appartements présenteront deux typologies différentes : - Des appartements traversants avec au nord les espaces nuit et au sud les espaces de vie. Des balcons au sud et des loggias à l’est offrent un ensoleillement quotidien et l’intimité du cœur d’îlot ou le calme d’une petite rue. - Des duplex orientés nord, en rdc et sud à l’étage, donnent accès à de vastes terrasses intimistes. L’originalité et le confort de ces logements sauront séduire les futurs habitants d’Hardricourt.

(2)

(1) - Plan niveau 1 (2) - Plan niveau 2

083


Le projet se distingue par deux types d’ouverture : - Sur la façade nord, des fenêtres, aux dimensions similaires aux bâtis anciens environnant, viennent en saillie sur l’avenue Carnot dévoilant l’esthétique subtile d’un bâtiment liant l’ancien au contemporain. - Sur la façade est, les ouvertures viennent au contraire creuser le volume, libérant des espaces extérieurs pour des loggias ou des balcons. A l’angle créé par ces deux façades, une loggia en R+1 vient faire la transition entre les deux dispositifs architecturaux et appelle les passants à se diriger vers le futur parc et la Seine.

HARDRICOURT projet professionnel | 2021

La structure en bois du bâtiment repose sur une dalle béton surélevée. Pour ce projet, le contraste entre le bois et l’enduit clair a été retenu. Ce choix d’utiliser deux matériaux traditionnels permet de respecter le tissu existant d’Hardricourt, tout en donnant au projet une identité contemporaine.

084


HARDRICOURT projet professionnel | 2021

085


Pas Perdu

Alger Projet professionnel 2018


Projet de villa dans les hauteurs d’Alger, à Birkhadem. Maison en R+1, le rez-de-chaussée est constitué d’un séjour/salle à manger, cuisine, un espace de lecture, un bureau et la master bedroom. À l’étage, on retrouve les chambres, et un deuxième séjour. La complexité du projet, était de pouvoir profiter des massifs montagneux qui faisait face au site, mais aussi pouvoir se cacher des maisons avoisinantes. A travers la volumétrie en « t », une solution a été apporté. Minimsant les ouvertures est-ouest et maximisant les ouvertures sud pour profiter au mieux de la vue.


(1) - Plan du rez-de-chaussée (2) - Façade est (3) - Façade sud

(2)

PAS PERDU projet professionnel | 2018

(1)

088

(3)


(1) - Plan de l’étage (2) - Coupe A (3) - Coupe B

(2)

(1)

PAS PERDU projet professionnel | 2018

(3)

089


Gourou House

Alger Projet professionnel 2017


Projet de villa à Alger. Le concept de cette villa est l’imbrication de volumes bien distincts pour donner différentes importances aux espaces. Maison en R+1, elle est constituée d’un soussol qui abrite un garage, espaces techniques, piscine intérieure et un SPA. Au rez-de-chaussée, on retrouve deux séjours, deux cuisines ainsi qu’un poolhouse donnant sur une piscine extérieure. A l’étage, on retrouve les espaces intimes (chambres) ainsi qu’un home cinéma. Ma mission a été la conception de toutes les parties du projet (espaces, choix des matériaux, décoration intérieure, détail de salle de bain...) ainsi que le suivi de chantier.


(1) - Plan rez-de-chaussée (2) - Façade principale

GOUROU HOUSE projet professionnel | 2017

(1)

092

(2)


(1) (1) - Plan de l’étage (2) - Coupe

GOUROU HOUSE projet professionnel | 2017

(2)

093


094

GOUROU HOUSE projet professionnel | 2017


(4)

(3)

(2)

GOUROU HOUSE projet professionnel | 2017

(1) - Plan d’une salle de bain (2) - Coupe A

(3) - Coupe B (4) - Coupe C

(1)

095


096

GOUROU HOUSE projet professionnel | 2017


GOUROU HOUSE projet professionnel | 2017

097


Desert House

Alger Projet professionnel 2017


Projet de villa dans le désert algérien, à Hassi Messaoud. La difficulté de cette villa était de concevoir une maison moderne, dans un environnement aride, connu pour sa chaleur en été et sa froideur en hiver. Le concept est inspiré de la distribution des maisons dans les villes du désert algérien. Une rue étroite, matérialisé par un couloir, distribuant sur les petites maisons fermées (peu d’ouvertures) qui représentes les espaces de vie de l’habitation. Maison en rez-de-chaussée, elle est constituée d’un sous-sol qui abrite un SPA, des chambres, un espace de repos. Au rez-de-chaussée, on retrouve deux séjours, une cuisine ainsi que les chambres. Ma mission a été d’intégrer l’équipe de conception de ce projet, ainsi que le suivi sur chantier.


100

DESERT HOUSE projet professionnel | 2017


(1)

(1) - Plan rez-de-chaussée (2) - Façade principale

DESERT HOUSE projet professionnel | 2017

(2)

101


102

DESERT HOUSE projet professionnel | 2017


DESERT HOUSE projet professionnel | 2017

1030


Echo

Alger Projet professionnel 2017


Ce projet est un concours avec pour thème « un hôtel modulable ». Echo est un projet qui essaye de répondre aux éléments vitaux et essentiels de la vie moderne ainsi que de la vie des nouveaux nomades. Technologie, communication, confort, sont les mots conducteurs. Un hôtel motivé par le désir de créer un design abordable pour les toutes les classes sociales, des personne qui traversent les continents à ceux qui traversent les rues.


ECHO projet professionnel | 2017

Les pleins et vides nous permettent de créer un projet riche unique et non répétitif. La couleur vient créer un signe dans la ville et dans l’environnement. Les chambres qui ont des couleurs dynamiques suivant l’humeur complètent la vision en mouvement d’un projet citoyen dans ère nouvelle. Les lieux publics quant à eux, sont liés au site. Un lieu de vie lient le projet à la ville à travers restaurants et lounges.

106

Plan du rez-de-chaussée


(1)

(1) - Façade est (2) - Façade nord

L’architecture de ce projet est basée sur une dynamique liée à système constructif simple, basique. Les soustractions de volumes nous permettent de créer un objet aux contours urbain, dynamique. De plus, la dématérialisation de la peau par la création de fenêtres positionnées de manière quasi aléatoire, vient maintenir la façade en mouvement.

ECHO projet professionnel | 2017

(2)

107


108

ECHO projet professionnel | 2017


La chambre est pensée comme un mobilier, où les murs ne contiennent ni prises électriques, ni plomberie. Un mobilier qui contient tout et qui devient un objet technique et technologique, il contient tout ce qu’une chambre doit avoir. Une chambre intelligente.

ECHO projet professionnel | 2017

109


H II

Alger Projet professionnel 2017


Projet d’un immeuble d’habitation situé à Hydra, Alger. Le défi de ce projet était de faire du haut standing, dans une petite parcelle. Il se compose de quatre étage (avec deux appartements par étage), ainsi que d’un attique. Sa façade, d’inspiration moderne, se veut une continuité des immeubles modernes d’Alger dans les années 50.


(1) - Plan étage type A (2) - Façade

(1)

H II projet professionnel | 2017

(2)

112


(2)

(1)

H II projet professionnel | 2017

(1) - Plan étage type B (2) - Coupe

113


Marriott

Alger Projet professionnel 2016


Ce projet est une commande d’un plan de masse dans la périphérie d’Alger, à Sidi Abdellah. Il se compose de trois entités: hôtel Marriott, un ensemble hospitalier avec des salles de cours, et un immeuble de bureau. Ma mission dans ce projet (dans une équipe de trois architectes) était la conception du plan de masse, la conception de l’hôtel, études des flux, et la constitution du permis de construire.


116 Plan de masse

MARRIOTT projet professionnel | 2016


(1)

(1) - Plan parking (2) - Plan rez-de-chaussée (3) - Façade A

(2)

(3)

MARRIOTT projet professionnel | 2016

117


118

MARRIOTT projet professionnel | 2016


(1)

(2)

(1) - Plan étage (2) - Plan étage courant (3) - Façade B

(3)

MARRIOTT projet professionnel | 2016

119


© 2014 - 2022 TEROUS CHERIF IDRIS | TOUT DROIT RÉSERVÉ