Page 27

mules propres aux cours platoniques du programme de sciences pures. Et dans cet épicentre silencieux de concentration machinale, arrivait lentement un peu de chaleur humaine, et avec l’ouverture de la porte, entra une petite brise. Douce et légère: Marie. Elle prit place juste à côté de la fenêtre, au fond de la classe. Écoutant d’une oreille absente les explications du professeur, qu’elle avait déjà comprises et assimilées, elle ouvrit tranquillement son cartable, en arracha délicatement une feuille et se mit au travail. Elle regardait distraitement le ciel d’un gris bleuté tandis que ces mains formaient, avec la lanière préalablement coupée, une petite étoile en papier qu’elle rangea finalement dans son étui à crayons, avec les centaines d’autres étoiles plus ou moins similaires. Voilà à quoi se résumaient ses cours de chimie, de physique ou encore de mathématiques. C’était en quelque sorte ses notes, aussi exhaustives soient-elles. Mais aujourd’hui c’était différent. Aujourd’hui, elle avait la tête plus loin que les étoiles, seul endroit où Marie pouvait toujours se considérer comme chez elle. Ce matin-là, une enquête occupait ses esprits... 23 novembre. 2008. Le cadran avait sonné à 5h30, comme d’habitude, elle avait immanquablement appuyé sur «snooze» pendant plus d’une heure,

comme d’habitude, elle avait ensuite pris sa douche et un bol de céréales pour enfants, comme d’habitude. En mangeant son petit-déjeuner, elle avait, comme à tous les matins, fouillé négligemment dans les dossiers de ses parents détectives, exactement comme on lirait l’endos d’une boîte de céréales. Son regard était tombé par un hasard fortuit sur une épaisse chemise contenant de nombreux renseignements et détails sur une nouvelle enquête, bien plus intrigante que tous ces meurtres aussi clichés que redondants. Il était effectivement question d’une mission orchestrée par la NASA qui avait mal tourné, le déroulement du drame était on ne peut plus douteux et l’issue en était tragique: dépressurisation de la navette, explosion du moteur et mort inéluctable de son équipage. Rien de bien extraordinaire. Un détail attira l’œil encore endormi de Marie. Vers la fin du rapport, on mentionnait que la perte de la navette coïncidait avec la disparition d’une étoile qu’elle connaissait bien, un des cinq astres formant la constellation de Cassiopée. Aucun détail de plus. Émue par cette nouvelle, sa curiosité n’en fut qu’amplifiée davantage. Il fallait en savoir plus. Elle se devait d’être celle qui résoudrait ce mystère. Mais pour l’instant, elle devait se concentrer pour attraper d’une main son sac, en mettant simultanément ses chaussures et son manteau tout en murmurant une

24

Profile for Suzanne Roy

Récits policiers  

Récits policiers écrits dans le cadre du cours de Mythes littéraires Professeure : Brigitte Deslauriers Session : Automne 2009

Récits policiers  

Récits policiers écrits dans le cadre du cours de Mythes littéraires Professeure : Brigitte Deslauriers Session : Automne 2009

Profile for idmuse
Advertisement