eICB_1991-4

Page 21

TRADUCTIONS - TRADUCTIONS - TRADUCTIONS - TRADUCTIONS - TRADUCTIONS ck l'Cllposé de leurs formes de compositions. m.D.i~ ct fUI toujOurs sur une: hgne" di!!ne de mU~lcllllté et de conception cho-

rale.

C'e~

le' cas de : ~ro AI/puma (Andoain 1924. ). Pascual Ald:lbe (uula 1924 . l, Tom:l~ Al1Igüés (Albalate 1932· J. LUI~ Ammburu (Vitoria 1905- ). 13\'lcr Ikllo Panu (Tolosa 192(). ).

Luis Eli"-,,Ide (SanJi!üesa 1940.- ). Pedro Igu3m (AlcJi!ia 1896- 1979), Loœnzo

J~

Ondam (Bac:ticoa 19) 1· ). Alexander u)bon;b (Baitgs de Béar 1912-1969), Fernando Rcmachu (Tudda 1898-1984),

Sabin S:dllbern (Aramayooa 1934-). Juan Uneagll (Balml1sW3 1914. 1990). eiC.

De nos jours.

l'e~[hélique

charnie

~ue

C'lI:pnmée par nos compositeurs s'est jXu à peu mpprochée de'> cournnts actuels. 3\CC

c('nome mesure pour eenain~. tel GOIlOO Aulestio (OndllrroU 19-40· 1. Javier BU!i1O

siclCns el de prêtres-musi Icns basques qUI SOnt parvenus il des rt!ahsallons imponanlesdansdi,c~chapellcsd'Espagnc , nou!o

<;Ommes surpris pM la gr.tndC' richesse ar· Iistique que le peuple ba'iQuc a apponé ~ 13 culture cn géné.ral el li la rormallon et au développent Chofll! dans les Villes les plus imponantes. Son apport rondamenlal s'est tradUit dans la créaliond-EscolanilL~ f 1)qui auclgnirenl dC's nl\'caux anlsllqllC'~ importanlS, a'cc. dans beaucoup de cas. une pripal".llion 'ocak CI une nche'!iI! de Ilmbrt-enviables. Ilest püSSlblequ'ilail nuoqut! les ~grands maïlrcs~: nos bons muslcKIlli a"alcnl U!le Idée clall'C de propager ce qUI se: lrou\ e dan!> -l!lre basquc ~: le ch,lIll: mais. par un excb d'humlhlt! ou par un manquedc mo)ens techniquesdedircclion. ih on. IOUS cherch(or ~ t!lever le niveau culturel de noire peuple, au délrl~nl. peUl ' être. de plus grandes ambllions anl~uques .

(Hond:mibill 1949)- ), Rarael CII!>lro (Vil lurcayo 193&. ). J uanCordero(EI~ibar

1927- 1. Joaqu in Plldain (Tolosa 1927- ).

cie, D'aUlrel>!iI! "iOfl' maln.enu~ à l'avan. -~atde, comme Agul>.in GOlIl'~Z Acilu (Alsasua 1929- ),donlleslhéone~e~posébdJ.nsSCJi oeuvres. -Camala Scmlor6tllca~. -Arr.mo bellza". ~Ol Lur. hun Aur- dfmon.renl &s ledébu. q~ la n:Uure de la nlUsÎque basque •rouve son ongll\e dans la valeur sémanlique du IU 'e. O'lIulrecomposi leurscom~ Ft!lix lbarrondo (Oftau: 1943- ). Am6n Larraun (Bi lbao 1932- ). Luis de Pablo ( Bilbao 1930- ). Carnldo Bernaola (Ochandiano 1929- ) onl lal~ des pages de mus iq~ vocale SOuvelll polychornle. Un phénomèrK' qui a eu une ;nn~ncc désur l'agnilldissemenl du Itpenolre choral ba.c;quc rUI l'organisaiion de concours de composi.ions. Les oeuvres primées ainsi que de nombreuses aUlres oeuvres p~nlées Ion! de ces concours onl connu une diffu~ion particulière. ci~i"e

Lors des dernières dêcennie.<i. cc som les concours organist à Bilbao par la c.aj3 de AhorTas Vi1.cafna.l Zarau:t par la m3i~ el l Tolosa par le Cenno de lnicialivas Turi~îcas el pamin!! par la maine qui onl cu le plusdïmponance. Cedcrnkraélt! ~ plu!> imponant sur le plan de sa rtgulariré. SIl continuilt! el le nombre' de panicipanls. Jusqu'à prt!il!m. Il y a eu 18 édilions. cl un bon nombre de panitionsédilées. En outre. Je concoUl'" t!lant internalional. il a donné heu au rtlpproche~nl de ccnain compositeufSt!trangersà la musiquC' basque. Cesi Iecll!ipourEmiICO!i~lIo(Triesle 1918-). JO:IQuin Homs (Barcelone 1906- ), Angel Barja (Santa Crul; de T~rroso 1939·1987). Amando Bl:mquer (A lcoy 193.5-), Angel Oliver (Moyuela 1937- ), MlgOC'I Angel Manin Llado. elc.

Si OOU!o rénéchlssons sur le mode de Vie de!. dernières années du XIXe "ècle CI les qUllllUl1c.s p~mièfts du XXc, nous constalons des a<;pecls 'iOCiaux trh par1icullcrs. Une t!lape ronement bourgcolse: sc mélange :lVec une aUlre d'absolue dépœssion SOC'iale. rna.rquéc sunout par la guerre clvllc esp;!gnole l ",queUe a Condull iL une ttnlure muslCllk li cnrnc:1tre mélancolique, marquant prorondément tOUI le mOlwellKnl choral).

Les jeunes gens qui habilAient prè.. des musicale ~ dingealcnl à la fin de leurs JOUfllttS d'&:ole ver; les acad4!micsde musique ou 11 la parOisse pour éludier le -.olfègc CI chwller: ils onl "lnsi alleinl des niveuu( ~urprtnants li des liges IItsbas (8à 12ansl. Ileslccnainqu'lIceuc époque. les divenlssemenlS t!laicnl rares CI que celle siluation ravOf;!>ail l'orie0l31ion des enrants et des jeunes vers les études musicales. Non seulement ils ~ consacraienl à chanier. mlus aussi Lis apprenaicnt un instru~nt, pour raire panie des "BMdes de Muslque~ (OU ~ Fanrares~ cn Europe), de qUI le!. basques onl profitf aussi bien en quantllt! qu'en quaillé. t!gli~ ltradition

11 C'SI évidant quc nOIre ~uplc avan une sensibilisai Ion sp&.ale pour tOUI CC' qUI étail en rapport avcc la musique. L111stoÎre de nos choeurs :.c IfOU"e alors dans le:s mainS.de l't!glil.e.c.à_d. en relalion avec le culte ct la Hlurgk de l 'fgl i~ . La rormallon musicale do! qUC'lquc~ jeunel> e.~t

par.enue à des ni'·cau). SI t!lcvés de perfection qu'on 1l.,.. i<;le li la créai ion de grnnds grou~s vocaUI( appclfs ~n~ (orfcone... ) Conlposés iL l'origine de voix masculines et qui. dans beaucoup de cas, rassemblaient cenlaine de ch:lntcurs. ));Jnl> la plupan des cas. ces groupes ~ sont consl i l ~au lourde personnagesmusicaux

Tradition chorale en Euskal Herria. par Ja,ier Buslo (page IOJ Parkr du mouvement chor.tl en EuskaJ HerrÎa. suppose de meUre en rnpport deux lpoques btcn dilolincles de h, rc.ligion: Avant et aprts k Concile Vatican II. AVAIlI le Concile Valiclln Il , la plupan des chocu!') qUL trdvalllaleOi sérieu ment la trlusKJue chorale, sc lrouvaient à l'intérieur des sémin.,ires el des l!gliscs. On Il' aLi besoin de dltccleul'li de choeurs ou de · nuîlres de chapelle", CI. heureU!il! menL llOtt't' pays a IOUjours été blCn roumi. Si aous analysons la grande quantLlé de mu-

imponanl$. de: ttntrts de lravall (les induslries en Euskadi J, de s)'ndicals, de groupes nationlliiste~ . ele. Pour :oI\oir une idéedu niveau anemt, il sufril de parler des concours. dans ksqueJs. QUlre oeUVte5 du grJnd rtpenoire chorili. les chanteurs ù"'onnaient Il l'intcrprtl:uion d'oeuvres de "!ttlure li vue~ . des pan.tlOllS qu'ils rrct vaienl au com~nccment du concours. Plus tard. racc au besoin d'approcher le répenoire des grands mu~icle ns du XIX stà:le. &:ril en grdndc panie pour des choeurs mixtes, les remmes onl t!té UlCOfporêes aux orphrons, parmi lesqucls on peut n!mantuer l '~ DonoSlialTOl, de Sainl-SCba.... lien. rondé cn 1897 cl de lOUjours moodialelTlC'nl connu 1tC1UC'lIemem. Une aUlre rormalion caracll!rislique eSI l'QchOle (groupe intégré par huit voix masculine!>: It!nor l , .foor 2, ba.<.~ 1 CI basse 2). Cesgroupesprovienncnlengrande paniedesorphéons. <bchoeursparol~laUX

CI des soctélb gaslrooonuq~s, el 'ie sonl chargés de dirru.o;cr CI de populanser la musiqucchornled'une raçondéfimllve. Le nom~ trk !6:lull de chanlcun; a pemu<; les déplacements elles panlCipalions à des f!les p;uronaks. Ceci a raLI de ces groupes. des ~vo)'ageurs coloniau~ · dans le monde entier. D'imponanh resllvals el concours onl élé réahsb pour ce,( groupes. C hang~m enl

choral en Euskal Uerrla :

Le déclin des E.-.colanias el de~ choeu~ paroissiaux sc produil :.près le Coocik: Valkan II. au "profi l ~ d'une musique ~ po­ pulal re· . dl: bassequalité ellrompeusemem rane pour la panic.palion des paroissiens. TOUl ce qui :lVal t élé réall~ pend3nl des slècles cst oubltéel remplacé par une musique d'une rorme précipilée el sans crilè~ htul'!lquc clair. EVldemenl il y a des u ccptions, mais clles sonl peu nombreuSl:'.\. L.e~ gr.mds choeurs paroiSSiaUX IImllenl Icun; ~taliOfis à de' grandc!o rc\tivlIl!s Imponantcs el le nombre de mcmbrt: diminue coostœrablcment. Le peuple doll partici~r à la luurgic. mais il doIl aus~i a"Olr la possibihlt! d'ente.ndre de la gnmdc musique ttnlC- pour ·Ia plus grande gloire de Dieu·, " y a deux moyens: 1. rtcupt!rer ce qui a t!té rait anléneuremcnt 2. Crier de la nouvelle mUSique de quahtt!.

Les orphéons survIVenl avec des t!norme.!i difficul.é.'I.. Les déplacements pour les conœns.-.onlchaquejourpluscoùteux. Le manque: de choristes de "chantier~ rait que ces orphéons se c~ituc:nl de chanteun venusd'endroitst!Ioignés de: leur.> résidences habitucllcscequi produil unet."C:nainc pene d'idenl ilé avec le groupe.

Les OchOies dimin~nL aussi. De 005 jours on eomple un nombœ rtdull avec de!. prt".litallons sporadiqucs. Je pense qU'une raison pourcol11prendrcce d«tÎn !il! trouve dans le manque de choeurs, loOUfCe de ces groupes el en conséq~nce le Ir.. "uil vocal sc perd el on conSlate le manque de voix de qualilé. A panirdesanntts .5Oel sunout à panirdcs 60 Il Y a une renaissance du Mouvement Choral qui a donné origine l ce qui représente aujourd'hui les Deux Cent~ Choeurs Fédérés, desquels Qualre-vingtssept sont lb Choeurs d·Eoranis.

IlOl'Û!.

Quelques choeurs ~ proranes~, mais en rupport avec les églises d'une façon ou d'une aUlre CI dirigés par de!> musickns ou de:~ prêlml-musicicn.~. onl com~nct leurs démarches en panicipanl à des concens de IQUI genre (.. sacré... ou proranes) ct aux prenllen. concours qui onllieuen Espagne, 1101 lie, Paysdc Galles, elc.. componalll des prenllcrs pnA. L'éllln définitir de: la musique: chorale en ann~s 80. Les directeurs de:choeurset les ehanleuf$ créenl la Federacion Vasca de Coros Eu:!>kalhcmko Abesbalzen E!kMca .vcc une primis!ie ronda~n13k: u Fonnalion de Directeuf$, CC' qui nous mène: à une coexistence entre IOUS les choeurs cc qui n't!lait pas imaginable il y a quelques année.i l peine. Les prognunmesse sont modifiés subslantiellernenl elles cnlères vocaux el eslhéliqucs sonl unifiés. La panicipalion à de!. concours (Tolosa el l'Europe en gênérdl ) nous ouvre les portes de nouvelles écoles_ Nous OOUl> romKK\S mlCux el nous nous raisons connaître d'une r3ÇOll plus Imponanle en Europe.

E.H. sc produil dans: les

La parlicipalion d«idée du gouvernemenl Ba...que et des Députalions dans le mou· vc~nl choral , avec leurlOial soutien, OOU!o encourolge à conlinuer le lravail avec cnthOUSIU!o~, en allendant que le monde

pulS!ie nous connaÎlre gr.ke A la dirrusion d'une cullure que nous ponons dans nOIre coeur.

Nou\esli membre en Pologne (page II ) Le Choeur de L'Un ....etliltt! Calhollque de Lublin a t!lé rondi! en 1921 . Un de rré· quente~ panlcipaliol'ls li des Feslh'als Na· tlonaux, illl rtmponfde nombreu). prix ct disllnclions: ft plusÎcurs repnses, pendant lc Concours de Choeurs Polonnis ~Legnica Cantll( à Lcsnica. au Feslival Internalional de Chant Chomlll Micd~yldrojc. ainsi qu'au FeSlival International Or:llorios Crullal ~ Wrallslav ia Cnntans:~ à Wroclaw CI aUIl-eJ.. Le Choeur a souvcnt prtsc:nté de..~ cOl1Ccn~dlln,de nombreux p;ly!> curopa:ns el d'oulre-mer: en Allemagne FtdéfllJe, Autrtche. Belgique, Espagne. Finlande, Fr.mcc. Grandc· bfetagne. Grèce, Hongrie:, hallc, Rt! publique ~mocntlique Alle· mande. SUISse, Tchéc:oslo\'IKJUle, UnIOn Soviéllque. linsl qu'aux Elab-Unis et au Canada. " . pamcipé à des concours el resllvab à l'élroUlgcr,entl'C autres: à Arezzo - Italie, Llangollen., MIddlcsbrough - Grande Brelagne. au Concours de L'union Euro· pée'nne de lu Radio. à Canlonigros - Espa· gne. 8ayonl'l('. AUlUn - Fntntt. Kanliba Grke Le Choeur 0 réaho;é des concerts difrusés par la RadiO ct Télt!vision en Pologne el il l'étranger. Il a enregislrt des casselleen Belgique. en halieeten Pologne. Le rtpen oire de J'En!iemble comprend des oeuvre~ ancicnnes CI modernes de composileu15 polonais el élrangers, pour lechoeur :l cappella. de mfme que pour le choeur avec aceompagnClllenl IIlSlrumcntal. Depuis 1971IC'ChocureMdingt!parKazimief7 Gorski.

L' HARMONn-: " BARBERSHOP" par John Gnn, (page 12)

Définition omd~lIe par la SPE8SQSA. L'harmonic barbc:n;hop est un style de musique vocale non accompagnée qUI .sc: t: arllCtt!fI~ p.-u des occools conson an l~ à 4 voix pour chaque nOie de: la mélodie. De brers pa...sages peuvent occasionnellement se chantcr par moins de 4 voix.

Les voiK s'appelieOl: ténor, "Iend" (voix pnncipalc), bantone. CI basse. La mélodie CSI IOUjours chantée par le ~ Icad ~ , le ténof' harmonise au-dessus de la mélodie, la bas,<oc chante les note~ hannonilialllb les plus ba.'iSCs. CI le barllone complèle le!> accords au·dessus ou en-dessous de la mélodie. La b.-blooC peUl occasionnellemenl chanier la mélodic, mais jamais le lénor, saurde lemps cn temps 2 ou 3 notes de celle-ci. afin d'éviler une condUite II'Iconronable dc la voix. ou blCn quand il s'agll d'introductions ou d'addillonS (codas). Lamu~iqucbart:lcnhopcooltC'ntdesaccords

majeurs ou mineurs el des accords de septième de dominantes aVec rtsolution par IC' cydedcs qulntcs. Lessixles, lesneuvièmc:..'1 el les accords de septièmes majeures sont 6 ' Î1és, saur si la mélodie les exige, landis que les accords contenant un Inlervalle de seconde mineure ne sonl jamais u.il isé.... L'hannomSlllion de oose peul êlreembellie par des prog~s ions d'accords suppll!mentairu, pour susciter un intbil harmonique ou pour ~r un l!lan rythmique.

Inkmall\JfWOMr.IJ BulJeun . 1991