Issuu on Google+

NUMÉRO SIX /TAYLORISME & SLASHER


SKATEBOARD MEDECINE AOÛT & SEPTEMBRE 2008 Rédaction

DAVID TURAKIEWICZ tura@somaskate.com FRED DEMARD fred@somaskate.com Logo et charte graphique

GUARDA©

Graphistes

DAVID LANASPA (DA) da@somaskate.com NICOLAS MALINOWSKY n_malinowsky@hotmail.com

Responsable de la publicité

DAVID TURAKIEWICZ 06 76 08 67 75 assisté de JULIEN LACOR Photographes

LOÏC BENOÎT FRED MORTAGNE DAVID MANAUD

DAVID TCHAGHATZBANIAN BERTRAND TRICHET JELLE KEPPENS DAVY VAN LAERE KEVIN METALLIER JEAN FEIL GUY GALLEN OLIVIER CHASSIGNOLE NILS SVENSSON ETIENNE LOBELSON

Rédacteurs

SCOTT BOURNE ETIENNE LOBELSON JELLE KEPPENS

Directeur de la publication

FRED DEMARD

Rédaction

13, rue de l’Isère 38 000 Grenoble

16 LE

JEUNE

Ce jeune-là ira loin, c’est nous qu’on vous l’dis !

18 L’AUTRE

JEUNE

NUMERO SIX / TAYLORISME & SLASHER

S O M M A I R E

Parce qu’on avait pas de vieux sous la main. C’est d’ailleurs une espèce en voir d’extinction, le Vieux, et protégée depuis 2002 par les Nations Unies ou l’Unesco, on sait plus…

20 ORGY - PORGY

La chronique habituelle de Scott Bourne qui lui rapporte 150 euros à chaque fois !

22 SHUT UP AND SKATE / LES Vive le numérique !

28 DES

SÉQUENCES

ORANGES ET DES VIEUX

On a longtemps hésité entre « Des oranges et des vieux » et « Oranges et vieux croutons »…

34 LE QCM

DE

JULIEN MEROUR

Ce type est champion de France de skateboard ! C’est dingue, non ?

LE MONDE DU TRAVAIL

42 De quoi vivent les skateurs ? Combien gagnent-ils ? Que feront-ils quand ils se seront tous cassés les genoux ?

THE BONES BRIGADE 2008

58 Ca fait vachement moins rêver qu’il y a vingt ans…

SHUT UP AND SKATE / LES SIMPLES

64 Appréciez le silence.

ANTHONY MAROCCO

72 Le jeune qui passe à la télé toutes les semaines dans une série à deux balles…

LE CLASH

76 En direct de Berlin, par notre envoyé spécial Etienne Lobelson, aussi connu sous le nom de Chips.…

LA BANDE DÉSSINÉE

82 La suite de nos désormais célèbres Asphalt Boys, toujours par le non moins célèbre Morgan Navarro.

LE VRAC

84 Avec, en vrac, Fred Mortagne, Rodney Mullen, Atiba Jefferson et David Martelleur.

Soma est une publication éditée par LES

ÉDITIONS DU

GARAGE

SARL au capital de 8000 euros SIRET 499687200 ISSN : 1959-2450 info@somaskate.com

WWW.SOMASKATE.COM Ce magazine est imprimé sur papier recyclé.

COUV’ : Maxime Génin, frontside lipslide aux Canaries, quelques années après le 50-50 ! © Eric ANTOINE CETTE

PAGE

: Nico Eustache halfcab FS flip © Kevin METALLIER


SWITCH FRONT SHUV

PUSHING SKATEBOARD CONSTRUCTION

SINCE 1992

1992

1ST ELEMENT BOARD

1996

FEATHERLIGHT

1997 TWIGS

2003

FIBERLIGHT

2005 HEMP

2006 HELIUM

2008 PUSH

PUSH CONSTRUCTION–COMING FEBRUARY 2008 ELEMENTSKATEBOARDS.COM GSM EUROPE: PH: +33 (0)5 58 700 700 V7 DISTRIBUTION (HARDGOODS): +33 (0)1 56 73 97 77

ELEMENTSKATEBOARDS.COM


INTRO

TEXTE FREDD PHOTO FRED MORTAGNE

VOILÀ, C’EST QUASIMENT DEVENU UNE OBLIGATION. Il ne se passe pas un numéro de Soma sans au moins une photo de full pipe. Habituellement cependant, le gars utilise les parois et ne se contente pas de faire des bs flips au sol. En même temps, si l’on regarde bien la photo, c’est nous qui sommes dans le tunnel pas Poulain, car c’est bien la silhouette de Sylvain Tognelli qu’on aperçoit. Lui, il est dehors, tout au bout, dans la lumière, si loin qu’il nous apparaît flou et insaisissable. Et il est vrai qu’on a du mal à l’atteindre ce bout du tunnel. Soma est presque un grand garçon maintenant, six numéros, une formule qui semble s’être imposée, des gens qui nous soutiennent et nous encouragent, mais force est de constater que nous sommes toujours coincés dans ce tunnel et qu’avant de rejoindre Poulain au soleil il nous reste du chemin à parcourir. Rien n’est facile de nos jours ma pauv’ dame… Mais on s’accroche, et on fonce, têtes baissées, vers la lumière. Il se peut néanmoins qu’on s’attarde un peu dans ce full pipe, elles ont l’air marrantes ces courbes, vous trouvez pas ?

14

soma


LE JEUNE

FRANÇOIS MARTIN 16

soma

Date de naissance 17 janvier 1992 Lieu de naissance Dunkerque Lieu de résidence actuel Dunkerque Skateurs de référence Oulah… j’en ai pas vraiment. Peut-être Andrew Reynolds… Années de skate Quatre Première “vraie” board Une Powell Mino-logo Vidéo de référence Yeah right !

Où sera-tu et que feras-tu dans 15 ans ? J’aurais une femme et des enfants et j’espère que je travaillerai dans l’industrie du skate. Sponsors : Aucun

Fakie anklebreaker, CHELLES / © TURA


   





 

     

   

  





 









 

 



electronics

   

  

      

 



   







 







 



























 

     



 

!

! 

 



  









 

 

 



  











 











  















Clint Peterson, Benny Fairfax, Tony Manfre & Daryl Angel in “A Superlative Day“. See the whole photo series in the palm / pocket sized WeSC winter catalogue 2008.













   



  









www.wesc.com











   

      











      

 

    

 





     



















 

  













 

      





      













  

  

   















 



 

 













      







 



  

  



      

      





   



 







 

 



















 



















      



  

  

















   







 













     













 







      





















      

 









      



































 











      

























   









































 









 











 

























      

 

























      















   



      









 



































Walllie to 50-50, Paris / Š TURA

       







Date de naissance 13 fĂŠvrier 1992 Lieu de naissance Paris Lieu de rĂŠsidence actuel Paris









      

Ou seras-tu et que feras-tu dans 15 ans ? Je me contenterai de faire de downhills Ă  fond la caisse !







      

























Sponsors : Nozbone, Krew, Supra















AnnĂŠes de skate Cinq Première “vraieâ€? board Une Go Sport avec Medusa en-dessous.









Š Noki Powlonski





  

soma





Skateurs de rĂŠfĂŠrence Denis Busenitz

KEVIN RODRIGUES 18

VidĂŠo de rĂŠfĂŠrence Krooked Kronichles

Vincent Skoglund

L’ A U T R E LE JEUNE

      



















     



             






















TT BOURNE O C S E D E U Q LA CHRenONpaI ge 85) (Traduction

June 1st Avenas It is the first day of June. Rain is falling softly through the open window, birds are singing and I have pushed the small desk up to the windowsill so that I may stare out at the green countryside of France as I begin to write. Before me is a river that twist around grazing cattle white with the domestication of centuries of beef farming. There is a single road and a small family farm, between them and I a thousand shades of green, a valley, trees, the sky long and white with the weather. Then there is the windowsill where Caroline and I made love last night, the light from the room casting our shadows out on to the illuminated lawn and I watched as they made love under the moonlight. The window is the frame of an impossible painting, the house itself the incredible ornamentation of an entire family’s history. Each items an unforgettable piece of that family. A desk, a chair, a bed where a 100 babies where made. At night these walls speak to me. The superstitious Southern boy raised across the Atlantic seems to conjure up ghost to retell a story that is all but lost with the modern-day occupants that we are. We left Paris at nearly 6 on Friday and made the four hour drive to the Chateau Avenas. Upon arrival I felt as if we should have been navigating by the stars and not GPS and it felt strange to think that we could actually travel back in time with such a device. As we came up the drive I was excited and filled with anticipation at the sight of the Chateau looming in the fading seconds of sunlight. That excitement was only enhanced by the enormous tree that

stands just by the entrance. Although I remembered it I did not recall the madness of its size, shape, and the beauty of its branches. A tree inside a tree inside a tree as its seven large trunks split from one and tore out into the coming night. As our headlights quickly splashed over it I once again imagined how many generations of children had scaled its mighty body and run wild over its bones. Passing under it I noticed the large stone bench beneath as well as the size and shape of its leaves. The car itself dwarfed by the single trunk that reached into the sky like the mighty hand of the one that made it. Later that night I sat upon the bench with Caroline and kissed as one by one the others arrived. In the distance tiny head lights twisting up the drive to Avenas. The Chateau is much larger than I had at first thought or recalled. As Caroline and I explore I find rooms I have not seen before. I find that the entire Chateau of which looks partially cut off at points, is actually all connected. I am baffled by the history contained in each an every room as well as each and every item that inhabits them. An antique table, a painting hung over beautiful hand made wallpapering, or these old glass windows which have watched as the world changed without them. Mirror’s which are gold with decay having reflected faces for centuries. In the closet a sink and a bidet, old wooden floors and tiled hallways, a hole here and a crack there, tiny works of time that make one painfully aware of his own mortality.

Downstairs in the main room lays a small yet wonderful guest book. The first date inside reads 1869. Accompanying this date we find soft sweet poetry. The words of young girls left in the family’s diary. As Caroline flips through the book she cannot help but read the French.... then again in English, each poem is accompanied by a tiny sketch or water painting. I explain to her about a time when only the wealthy could read, write or where given an education. There were no computers or television and young girls often preoccupied their time with reading, writing, poetry and painting. The book is unbelievably beautiful and each painting unique in its beauty. It seems to hold the secrets of the house. Each and every hand that has written in it has done so with elegance. As the years peel away so does the beauty. Bad hand craft and little if any illustration to define our generations. In the corner of the room we find a small grand piano, on top of it an apple computer spraying out rap music. Beautiful hand bound books of music lay beside it in a dusty forgotten pile I lift my head and my pen and stare out the window and erase the parts of the paint I do not like. The cars on a distant highway road, the music from down below, a pile of magazines laid gently across a table far older than me. I turn up the bird’s song and watch as the river flows on and I am grateful for this place that reminds me to give my life significance.

Paris, May 29th, 08 S.H. Bourne

20

soma

soma 21


MARTIN

22

soma

KELLER

fakie 5-0 fakie wheeling, PARIS Š TURA

soma 23


JONATHAN JEAN PHILIPPE Kickflip crooked grind, PARIS / © MICHAEL TUBIANA

24

soma

soma 25


ALEX RICHARD FS smith grind to no comply out, BORDEAUX / © DAVID MANAUD

26

soma


Texte et photos JELLE KEPPENS

VOLCOM À ALICANTE

Chris PFANNER

28

soma

Feeble grind

Amis lecteurs, amies lectrices aussi, soyez les bienvenus dans cet article. Je vous parle de ma chambre d’hôtel, il est 2h40 du matin, je reviens juste du bar où je suis allé boire quelques verres avec Geoff Rowley et Remy Stratton. Excusez-moi du peu. Je suis à Anglet pour une réunion internationale chez Volcom et je me donne beaucoup de mal à me faire passer pour un alcoolique, comme tout le monde, alors que je ne bois pas d’alcool. Avant de m’envoler pour la Californie française, j’étais chez moi en Belgique où j’ai tout juste eu le temps de boucler notre nouveau magazine (« Wood », la fusion très réussie des mags belges Pop et SCS - ndlr). Je pensais avoir bien mérité un peu de repos et voilà que je reçois ce SMS de Tura qui me demande un texte pour cette tournée à Alicante au plus vite. Je suis complètement crevé, je ne me suis pas couché une seule fois avant 5h00 du matin depuis deux semaines, et ils veulent que j’écrive un texte sur un tour qui a eu lieu il y a plusieurs mois… Me voici donc installé confortablement sur mon lit, l’ordinateur sur les genoux. La télé passe en boucle des pubs plus ou moins pornographiques, c’est la seule chose « regardable » à cette heure et surtout la seule chose qui me tienne éveillé. Souhaitez-moi bonne chance !

soma 29


un Allemand (Willow), deux Belges (Hans et moi) et bien-sûr un local, Roberto. Une troupe fort éclectique ma foi. Normalement, Alicante est un endroit où vont les personnes âgées pour passer l’hiver au chaud et profiter du calme. Chose que je comprends totalement, je me vois bien faire la même chose, plus tard, quand je serai vieux moi aussi, dans deux ou trois ans... Mais en ce qui nous concerne, nous sommes là pour une tout autre raison : faire du skateboard. Ou pour être plus précis : pour faire du skateboard et manger des oranges.

Prologue L’histoire se situe donc dans le Sud-Est de l’Espagne, à la fin de l’hiver dernier. Hans (Claessens, le Team Manager Volcom) vient juste de recevoir le tout nouveau van du team et il est impatient de le baptiser. Roberto Aleman est de la région (le sud-est de l‘Espagne, suivez un peu parce qu’on va pas y arriver sinon). Il va être notre guide et notre hôte durant toute cette semaine. Ses parents ont un appartement à côté d’Alicante, au bord de la mer, et c’est là même que nous établissons notre camp de base. La ville, essentiellement touristique, est déserte à cette période de l’année. Notre van est le seul véhicule garé dans la rue, notre appartement le seul à être occupé, et nous sommes les seuls êtres humains à prendre la route tous les matins… Vraiment bizarre cette sensation de ville fantôme ! Alicante regorge de spots, il y en a un à chaque coin de rue et particulièrement quand vous suivez Roberto. Mais ne vous emballez pas tout de

Willow

Heel flip shove it

Bienvenue chez les Aleman La famille de Roberto vit dans une véritable Hacienda dans la campagne d’Elche. C’est son grand père qui l’a construite, il a bien longtemps. Il a creusé un puits pendant des mois pour trouver de l’eau. Un puits grâce auquel il est devenu riche par la suite tant l’eau, dans ces contrées, est rare. À défaut d’un skatepark comme ceux de Sheckler ou de Burnquist (avoir son propre skatepark va bientôt être la honte ultime vous allez voir…) la maison des Aleman est équipée d’une piste pour taureaux. En fait, le frère de Roberto a été un toréador célèbre dans la région. Les Aleman possédaient même de nombreux taureaux à l’époque, pour que son frère puisse s’entraîner... Mais ce qui nous a le plus intéressé dans le jardin sont les orangers. Nous sommes tous habitués à choisir nos oranges au supermarché, des oranges qui ont poussé dans le sud de l’Espagne avant d’être acheminées à travers l’Europe et peut-être même plus loin, je sais pas vraiment et on s’en fout. Bref, nous pensions donc connaître les oranges de Roberto, mais nous ne connaissions en fait que la version « supermarché ». Vous ne pouvez pas imaginer le goût de ces oranges cueillies à même l’arbre, ça n’est comparable à rien de ce que nous connaissions jusqu’ici. Excellentissime ! Nous n’avions jamais vraiment mangé d’oranges, croyez- moi… La chute Malgré une dose anormalement élevée de vitamine C dans son corps, Peter Molec a bien failli ne jamais se relever de cette slam sur un

« IL A PLU ENVIRON TOUS LES JOURS, SANS FAUTE » suite, parce qu’on a vraiment pas eu de bol avec la météo. Il a plu environ tous les jours, sans faute… Tous les matins, il faisait grand beau, puis d’un seul coup, sans crier gare, la pluie nous tombait dessus. Quand je dis « nous », je parle d’un Autrichien (Chris Pfanner), un Slovaque (Peter Molec), un Grenoblois (Charles Collet),

nollie front board sur un rail. Tout s’est très bien passé au premier essai comme vous pouvez vous en rendre compte sur ces pages, mais Peter n’étant pas content de sa replaque a voulu le refaire. Et c’est là que le bât blesse comme on dit… Le bout du rail étant « crocheté » la board est resté coincée et Peter s’est envolé pour tomber à plat dos sur le sol. Il est resté au moins une demi-heure par terre sans pouvoir bouger, puis quand il s’est finalement levé, il pouvait à peine marcher.

Peter MOLEC 30

soma

Nollie FS boardslide

soma 31


Ce n’est pas la première ni la dernière fois qu’un spot aura eu raison du skateboarder, mais c’était quand même la première fois que Peter s’en mettait une aussi bonne. Après une visite à l’hôpital, il s’avéra finalement que seul son poignet était cassé et qu’il y avait donc eu plus de peur que de mal. Il a quand même pu skater le reste du trip, avec un énorme bandage qui n’était pas vraiment à son goût. La gnôle du grand-père C’est marrant de voir Willow et Charles imiter un de leur team-mate de Sole Tech qui passe son temps à taxer des clopes (si tu lis ceci, tu t’es reconnu !). Ils reviennent juste d’un trip à Nice avec le team Etnies et un soir, après un bon dîner accompagné de vin et de manzana au dessert ils se sont mis à imiter d’autres skaters. Willow, par exemple, est très bon « en Tom Penny », il connaît toutes ses expressions

et imite à la perfection sa voix et son accent. Il terminera d’ailleurs la soirée en Tom Penny. De son côté, Charles n’a pas pu poursuivre ses imitations bien longtemps à cause de la gnôle de Peter, un alcool surpuissant fabriqué par son grand-père. Il en amène toujours une bouteille quand il part en tour, pour les occasions spéciales. Et donc ce soir-là, il l’a sorti et en a servi un verre à chacun alors que Charles était aux toilettes. Quand il est revenu, on lui a dit qu’il devait en boire deux verres, parce que les autres avaient déjà bu leur premier verre et qu’ils en étaient au deuxième, ce qui bien sûr était totalement faux. Charles a bu ses deux verres quasiment cul-sec, comme nous lui avions recommandé de le faire et s’est retrouvé bourré comme un coing en un clin d’œil. Il faut signaler que la gnôle de papi plafonne à 80° d’alcool et que les verres (ceux de Charles tout du moins) étaient remplis à ras bord. Charles était

« IL TERMINERA D’AILLEURS LA SOIRÉE EN TOM PENNY »

Charles COLLET

BS smith grind

tellement saoul qu’il ne pouvait plus parler, ce qui ne facilite pas les imitations, vous en conviendrez (quoi que, pour imiter Tom Penny, ça peut passer). Roberto, lui aussi victime du grand-père Molec, a alors entrepris de lui apprendre à compter jusqu’à dix en espagnol… Je crois que Charles n’est pas allé plus loin que trois…

Roberto ALEMAN

32

soma

Ollie dans le micro bank

Épilogue Uno, dos… j’ai pas fait mieux en fait, puisque je me suis endormi vers 4 heures la nuit dernière en essayant de finir ce texte. J’en peux plus là, laissez-moi éteindre cet ordinateur par pitié ! En même temps, je crois qu’on a fait le tour. Pensez à Alicante pour votre retraite, ou simplement pour l’hiver prochain et surtout, prennez garde quand vous voyez arriver Peter avec le sourire et sa bouteille à la main… soma 33


de pe ska J En rson tebo ulien n fi le n, e. ard est ga suiv nou Lim et ç cha ro min re to s, ça ite ç a ne mpi d’h ute, s tou ute nou a fa fait on d riv ôte à m t le sa v s fa it to ni c e Fr sta alis l et d ettre bon ie. I it m ut le hau ance jou r du er a es a à f tem l po arre mo d ni 20 po er d ska vec dve eu et ps q urra r, m nde froi 07 en uva ans te f lui s rsai à s u’il rac ais rigo d à ce com it l’a des ranç ur le res ang pas onte ça v ler. sa rtes pét ttein film ais, pod impi des sait r à a da it trè Juli ition dre s nu cer ium toya cha sur ses les ns la s bi en fa . Bo tant lliss tains de bles mbr la po ru en it b n, b il s im al la n . P es o lè int e, qu o o e u e s ! là e le auc n, b rvo s, m rent uve ur ou on lai ais ju lle - D où s T per kate p de , on t les rie squ so , l n ’ nn e v con s’em autr ne à e n ra tes ba es e c i, ç ts, lle om a s m l pte e p ais à, as il se

34

soma

Po Sé trait que et nce pho s p tos ar s DA impl VI

D

es MA par J NA ULIE UD N D

EN

IA U

soma 35


Juste un petit flip lipslide. (Combien vont prendre cette légende au premier degré ?)

Qu’est-ce que ça fait d’être champion de France ? Une ligne en plus sur mon CV Un zéro en plus sur mon compte en banque Une coupe en plus sur l’étagère Des filles en plus dans mon pieu

36

soma

Le meilleur contest français : Le FISE Le King Of Wood La Cosa Cup Le Game Of Skate

Le trick pour gagner un contest : Flip BS shifty sur la plus grosse pyramide Flip FS shifty sur la plus grosse pyramide Benihana sur le quarter où sont assis les juges Over crook sur le plus gros rail

Combien te rapporte le skate chaque mois ? Moins de 1 euro entre 1 et 400 euros Entre 401 et 1000 euros Plus de 1000 euros

soma 37


Se retrouver en couverture de Thrasher c’est : La classe La honte Des primes-paru dans la poche Pas de ma faute On te propose 50 000 euros pour un premier rôle. Lequel prends-tu ? Celui de Ben dans “Ben et Thomas” Celui de Thomas dans “Ben et Thomas” Celui de Idriss dans “Skate or die” Celui de Mickey dans “Skate or die” Aucun, la honte ! Parmi ces tricks, lequel existe ? Judo twist Gay air Judo grab Gay twist Le skate aux JO : Je suis pour Je suis contre Rien à foutre Ok, si la pétanque y est aussi

De combien de boards as-tu besoin chaque mois, en moyenne ? 666 1 entre 2 et 360 entre 361 et 540 Tu as commencé le skate : Pour faire comme les potes Pour être un rebelle Pour faire comme dans le jeu vidéo Pour faire de l’oseille pour le kiff Le plus sous-médiatisé des riders Trauma ? Benoit Fruitier Nicolas Rouquette Guillaume Finck Ben Delaboulaye Wallid Mamine La plus grande gueule de chez Trauma ? Nicolas Levet Nicolas Levet Nicolas Levet Autre : _________________________

Ce spot roule vraiment trop mal. Il faut impérativement aller dans le sens des briques, sinon, bah… sinon rien. Kickflip.

Crooked grind transfert. Ca change des flip shifties, hein ?

38

soma

soma 39


C’est le graphiste qui va s’amuser à monter cette séquence dans la maquette : flip wheeling five-o 270° revert de l’ombre à la lumière.

La vidéo de shop de l’année : The Johnny Spirit (Kamas) The Skate Pistols video The Tribute video Autre : _____________________________

40

soma

La meilleure part’ de “La vie en carton” ? La mienne Celle de Nico Rouquette La part’ friends Autre : _________________________

Quelle heure est-il ? Oui Non Peut-être 18h34

Selon toi, qui sera le champion de France 2008 ? L’Olympique Lyonnais L’Olympique de Marseille Georges Agonkoin Tony Hawk

soma 41


INTRO : FREDD & INTERVIEWS : TURA & MISE EN PAGE : NICOLAS MALINOWSKY

42

soma

LE MONDE DU TRAVAIL 43

soma


On dit avec raison, qu’il ne faut jamais mélanger amour et travail. Que ces deux-là ne font pas bon ménage. Alors forcément, quand on aime véritablement le skateboard et que cela finit par devenir son métier, ou tout du moins une source de revenu plus ou moins conséquente, il faut apprendre à jongler entre la passion et les intérêts financiers. Mais bon, gagner sa vie en faisant du skateboard, quand même, ça a l’air pas mal du tout et cela vaut bien à mon avis, quelques efforts. Oui mais, vit on vraiment du skateboard en France ? Combien de temps cela paye t-il le loyer ? Kenny Reed est-il gay ? L’article suivant ne répond pas à ces questions, on vous rassure tout de suite, mais il vous éclairera sur quelques points quand même. -FD

STEVE FORSTNER Quel a été ton dernier job ?

C’était dans une usine de tabac à Linz, en Autriche, ma ville natale. C’était marrant à faire, un peu ennuyeux, juste comme à peu près tous les jobs j’imagine. Et le premier ?

Je devais nettoyer les appartements des gens qui venaient de mourir et qui n’avaient ni famille ni amis pour s’en occuper. C’est difficile de vivre du skate de nos jours ?

Ca dépend juste de ton mode de vie, si tu te satisfais d’une vie tranquille ce n’est pas si difficile, mais si ton objectif est de t’acheter une BMW et un flatscreen, c’est un peu plus difficile...

44

soma

FS wallride / © TURA

Peux-tu nous donner une fourchette de l’argent que tu gagnes chaque mois grâce au skate ?

Je me fais entre 0 et 1000 000 euros par mois !

Combien de temps tu penses pouvoir faire ça ?

Jusqu’à ce que les marques découvrent que je suis un sale feignant ! Et ensuite ?

Je deviendrai alcoolique, toxicomane et avec un peu de chance je me suiciderai !

MAXIME GENIN As tu déjà fait un « vrai travail » ?

FS ollie / © Guy GALLEN

plus ou moins eux qui véhiculent ton image donc si t’es pas cool avec eux ça se répendra très vite…

Je dirais non, à part si tu considères comme un « vrai travail » les quelques fois où j’ai été en stage chez Speed (skateshop grenoblois).

Skateur professionnel, maintenant que tu y as gouté, est-ce vraiment le job parfait ?

Si t’arrives à obtenir des bons contrats et que tu fais des bons résultats aux gros contests en plus des primes paru, oui y’a moyen de s’en sortir.

Combien te rapporte le skate chaque mois ?

Est-ce possible de vivre du skate aujourd’hui ?

Qu’est-ce qu’un pro-skateur, selon toi ?

Pour moi, ça veut dire vraiment considérer le skate comme son travail et ne pas négliger les choses qui sont parfois relou à faire comme les démos, juger les p’tits contests, etc. Mais surtout, être sympa avec les kids parce que ce sont

Je dirais oui parce qu’on est payé à faire ce qu’on aime et au moins tu restes pas enfermé dans un bureau à te faire engueuler par tes supérieurs pour quoi que ce soit ! Entre 1000 et 2000 euros.

Que comptes-tu faire après ta « carrière » skate ?

Je verrais bien au moment voulu, mais sûrement travailler dans le skate…

45

soma


YANN GARIN C’était quoi et à quel âge ton premier job ?

A 18 ans j’ai commencé a travailler au Shop (Le Shop) à Paris, pour gagner un peu de thunes et taxer des Vans à mon patron ! J’étais livreur de pizzas en même temps à Evry, c’etait un pote qui avait monté ça, mais j’ai arrêté très vite, trop dangereux dans cette jungle urbaine !

En dehors du skate, aujourd’hui as-tu besoin de travailler ?

Je n’ai jamais réellement quitté le monde du travail depuis mes 18 ans. Sur 11 ans j’ai dû profiter de 2 ans d’assedic. Je suis stockman depuis quelques mois dans un magasin de vêtements mexicain ! Je travaille 18 heures par semaine de nuit pour pouvoir skater le reste du temps. Selon toi, est-ce possible de vivre uniquement du skate aujourd’hui ?

Si « vivre » c’est juste se nourrir et squatter à droite à gauche, sans loyer, sans voiture et juste skater avec les potes... hmm oui c’est possible ! Sinon pour ceux qui espèrent construire de bonnes bases pour avoir une vie meilleure je pense que le réveil sera brutal. Certains y arrivent, mais il ne faut pas mentir, ils ne sont qu’une dizaine à peine en France.

46 38

soma

FS smith grind FS 180° / © Jean FEIL

Et toi, peut-on dire que tu es pro ?

Ouais je suis un pro des bacs à sable ! A une époque « pro » voulait juste dire avoir un modèle de board à son nom... Sur ma feuille d’impôt, hélas il n y a pas marqué « profession : skateur » ! Combien te rapporte le skate chaque mois ?

Avec mes 4 sponsors, j’obtiens 220 euros de budget défraiement par mois. Ca me permet d’acheter des tickets de métro pour aller sur les spots et manger des sandwiches... Ça tue ! La plus grosse somme que le skate t’ai jamais rapporté ?

Par mois ? On peut dire zéro. Des prize-money à des contests, le mieux était en Belgique, environ 6000 euros en un week-end. Que comptes-tu faire si tu te blesses, ou si l’âge te rattrape plus vite que prévu ?

Ca y est c’est déjà fait, je me suis blessé des dizaines de fois, l’âge m’a rattrapé plus vite que prévu ! Il me reste toujours les potes pour la motive et encore quelques tricks à accomplir ! Je skaterai toujours...

47

soma


JOEY BREZINSKI As-tu déjà eu un vrai travail en dehors du Skateboard ?

J’en ai eu quelques-uns oui. Le meilleur était de garer des voitures à Beverly Hills. J’en ai endommagé quelques-unes et j’ai même emprunté une Ferrari pour aller me chercher un burger au Drive In.

Quelle est ta définition du skateboarder professionnel ?

Eric Koston.

Combien gagnes-tu par mois, environ ?

Assez pour faire garer ma voiture par un p’tit jeune…

Quel est la plus grosse somme que tu ais gagné sur un contest ?

10 000 dollars au « RedBull mannymania » l’an dernier.

Tu as tout mis de côté ou tout dépensé en une nuit ?

Je l’ai mis de côté pour tout dépenser en une nuit, plus tard. Penses-tu que ta carrière de skateboarder pro va te permettre de te retirer jeune, au soleil, ou penses-tu

48 38

soma

FS noseslide / © Olivier CHASSIGNOLE

devoir te trouver un “vrai job” un de ces quatre ?

Ma copine et moi ne serions pas contre ouvrir un restaurant à Burritos, pourquoi pas à Lyon ? Ce serait juste à côté du shop de JB (Ballz out) et ça s’appellerai “Burrito’s out” !

Que ferais-tu si tu n’étais pas assez doué pour qu’on te paye à faire du Skateboard ?

Rapper, yo !

VIVIEN FEIL Quel est le premier et le dernier job que tu as fait ?

Mon premier job était ouvrier dans l’usine de mon oncle pendant les vacances d’été. J’étais censé rester 1 mois mais j’ai pas tenu et je me suis enfui en prétextant un robinet qui fuyait (ou quelque chose du genre). Le travail était pénible et on ne faisait même pas de pause pour manger le midi ! Le goulag… Le dernier était un stage en marketing chez Sole Tech Europe à Bâle. Hormis le fait que j’ai traîné la mononucléose (fatigue chronique, mollesse caractérisée, envie de crever etc.) tout du long, ça s’est très bien passé. J’étais sous les ordres de Oli Buergin qui est un chouette gars en plus d’être un excellent skateur. J’en garde un bon souvenir. Est-ce possible de vivre uniquement du skate aujourd’hui en France ?

Oui, à condition d’être prêt à se marginaliser (pas de statut officiel, pas de protection sociale, pas de cotisation retraite, maladie ou autre...) et de renoncer à sa carte de

BS wallride / © Jean FEIL

fidélité à la Tour d’Argent. Le libéralisme à son meilleur !

Qu’est-ce qu’un pro-skateur, selon toi ?

Ça ne veut pas dire grand-chose. Quelqu’un avec son nom sous une planche ? Quelqu’un qui vit du skate ? Paul Rodriguez est un pro-skateur, Soy Panday est un pro-skateur. Pourtant on peut difficilement comparer leurs revenus, leurs modes de vie, leurs objectifs, leurs expériences du skate ou quoi que ce soit d’autre. Ah si, ils sont tous les deux bruns… Combien te rapporte le skate chaque mois ?

Entre 400 et 1000 euros.

Que comptes-tu faire après ta ‘carrière’ skate ?

Conquérir le monde. La première étape de mon plan diabolique sera d’ouvrir une pizzeria kasher dans le Gers. Les principales puissances mondiales devraient me tomber tout cuit dans le bec quelques semaines plus tard (grâce à un effet de levier sur le prix du baril d’anchois).

49

soma


OLIVIER ENTE Quel est ton job, si tu en as un actuellement ?

En ce moment je donne quelques cours de skate au skatepark de Lille, mais je suis officiellement rmiste. Quel est le dernier job que tu as fait ? C’était comment ?

Mon dernier job était vendeur dans un skateshop, d’un côté c’est plutôt cool de pouvoir partager ta connaissance du skate avec les plus jeunes, et il y a l’autre côté…

Est-ce possible de vivre du skate aujourd’hui ?

Apparement oui, en France ça reste difficile et précaire… L’idée de certains jeunes est que quand tu es pro « tu ramasses grave » mais c’est souvent loin d’être le cas. Au niveau européen certains y arrivent grâce aux quelques marques de board qui payent leurs riders ou avec les teams Europe developpés depuis quelque temps par les marques américaines, mais la meilleure situation reste pour ceux qui arrivent à intégrer les teams US. Lucas et Wieger sont de bons exemples, ou regarde Lem Villemin, ça a l’air bien parti pour lui. Ca n’est pas pour autant un métier !

50 38

soma

Fakie inward heelflip / © TURA

Qu’est-ce qu’un pro-skateur, selon toi ?

Je ne pense pas qu’il y ait une vrai définition du pro. Quelqu’un qui aime le skate, ayant du charisme et qui sait se vendre je pense. Ca implique un pro-model qu’il faut vendre donc une grande part de business. La question de niveau reste assez abstraite, en skate ce n’est pas la plus importante pour moi. Regarde Bobby Puleo ou P-Rod, ils representent juste chacun une vision du skate différente. Combien te rapporte le skate chaque mois ?

Rien en euros mais ça m’apporte tellement plus… Que comptes-tu faire après tout ça ?

Je ne sais pas trop pour l’instant, le compromis entre la pratique du skate et le travail s’avère assez compliqué à trouver. Je compte continuer de m’amuser en passant les plaques d’égoût en sortant de chez moi comme depuis ces treize dernières années. Qué sera sera, tavu ?

51

soma


JULIEN VIALLET Alors, tu es sur le marché du travail ?

Oui, je viens d’ être libéré de mes obligations, mais je me suis tapé un an de « vrai » travail en alternance et j’en ai bien chié ! C’était quoi comme formation ?

Cuisinier et tout ce qui va avec... Ca change de vendeur chez WallStreet ! Travailler et skater « à haut niveau », c’est compatible ?

Tout depend du taf, mais en ce qui me concerne entre le travail, l’hiver à Paris, ma vie de famille (ma femme, mon chien, mes gosses, les matches de foot, de rugby et mes quelques autres occupations), j’ai pas eu bien le temps

PONTUS ALV Quel est le dernier “vrai” travail que tu ais fait ?

Je n’ai jamais eu de job en dehors du skateboard. Par contre j’ai travaillé dans des domaines très divers, travaillé dur. J’ai construit des parks, « arrangé » des spots dans la rue, filmé, fait des photos, fait des expos etc. Mais tout 52

soma

Alley-oop BS wallride nollie out / © TURA

et la motive pour skater... Mais le retour de l’été et des Assedic vont sûrement y remédier !

Tu as déjà pensé à tout lâcher pour ne faire plus que du skate ?

Je n’ai jamais vraiment fait le pas de tout lâcher, j’ai toujours gardé un pied dans le monde réel et j’en suis bien content. Je pense que tu gardes un peu plus la tête sur les épaules, et que tu restes plus connecté à la réalité... Je pense que je vais quand même tenter ma chance aux U.S un de ces jours ! C’est là-bas l’eldorado ! Combien te rapporte le skate chaque mois ?

75 euros je crois, merci Carhartt !

Body jar / © Nils SVENSSON

est toujours connecté d’une manière ou d’une autre avec le skateboard. Le Skateboard est ma vie. J’aime ce que je fais, j’ai trouvé un bon équilibre dans mon travail. Les gens avec qui je travaille et ceux qui me soutiennent me comprennent et comprennent ce que j’essaye de faire : rendre

au Skateboard ce qu’il m’a donné.

Le Skateboard paye-t-il tes factures ?

Oui, le skateboard me permet de payer les factures. Mais ce sont tous mes projets parallèles qui mettent un peu de beurre dans les épinards. Travailler, même beaucoup, ne me dérange pas, au contraire, c’est bon d’être toujours occupé. Avant, quand je ne faisais vraiment que du skate, j’étais constament déprimé et démotivé. Je vois beaucoup de pros qui souffrent du même malaise, ils n’ont pas de motivation, plus d’énergie, pas de but… ils restent à ne rien faire, fumer de l’herbe, boire et skater. Le skate en lui-même ne suffit pas pour satisfaire une vie, on a besoin de plus de choses pour avoir une perspective plus large de la vie. Alors allez à l’école ou trouvez un job, des autres

choses à faire en rapport ou non avec le skate. C’est bon pour tout le monde !

Combien te rapporte le skate chaque mois ? Moins de 1 euro ? Entre 1 et 400 euros ? Entre 400 et 1000 euros ? Entre 1000 et 2000 euros ? Plus de 2000 euros ?

Où est la case « des millions » ?!

Combien de temps encore penses-tu pouvoir faire ça ?

Je pense pouvoir travailler dans le skate aussi longtemps que je veux, peut-être pas à un niveau professionnel, mais être impliqué d’une manière ou d’une autre, comme réalisateur de vidéos, directeur artistique, directeur photo ou peut-être simplement comme légende avec un pro-model de chaussure et des pubs en FS wallride ?! Et puis quand la légende s’arrêtera je compterai les millions dans ma villa à un million !

53

soma


ALESSANDRO MAGNANI En dehors du skate, as-tu besoin de travailler ?

Oui, je travaille régulièrement comme cuistot dans un restaurant de spécialités du Valais (Suisse). C’est pas désagréable, mais la plupart du temps c’est assez stressant et ça me laisse parfois peu de temps pour skater. Je suis souvent obligé de travailler tard jusqu’à tard le soir et ça ne paye pas beaucoup. Selon toi, est-ce possible de vivre du skate aujourd’hui ?

Vivre du skate en Europe est super difficile, le business est plus petit (qu’aux Etats-Unis - ndlr) et les sponsors ne payent

54

soma

BS 180° to switch fs crooked grind / © TURA

pas beaucoup par rapport aux tricks que tu produis...

Combien te rapporte le skate chaque mois ?

Le skate ne me rapporte rien. Je travaille et je gagne entre 400 et 1000 euros par mois. Que compte-tu faire après ta ‘carrière’ skate ?

Hmm... Je ne sais pas trop. On verra ! Il faudra que je me trouve quelque chose qui me plaise au moins autant que le skate...

55

soma


MICHAEL MACKRODT Quel a été ton dernier job ?

La fac ! Ou un boulot pour Renault, dans l’évenementiel… C’était comment ?

Chiant ! mais au moins il y avait des nanas ! Pas comme en tournée de skate !

56

soma

Quel a été ton premier job ?

Dans un skateshop.

C’est vraiment dur de vivre du skate de nos jours ?

Oui et non ! Non quand on a trouvé un sponsor qui soutient financièrement… c’est dur pour les genoux surtout ! Qu’est-ce qu’un pro-skateur, selon toi ?

BS kickflip to switch manual 180° out / © TURA

Je sais pas… Quelqu’un capable de donner envie d’acheter un produit, qui se lève à 8 heures pour faire du yoga, qui ne se drogue pas et qui se jette sur tout et n’importe quoi, à froid ! Combien te rapporte le skate chaque mois ?

Juste assez pour en vivre, on n’est pas aux States là !

Tu penses pouvoir faire ça jusqu’à quand ?

Justqu’à ce que je me fasse virer ! Et ensuite ?

Je finis mes études puis je me fais soutenir par ma copine ! Le bon plan !

57

soma


TEXTE ET PHOTOS : TURA & MISE EN PAGE : NICOLAS MALINOWSKY

Dallas Rockvam t Nollie big spin BS disaster. Chelles.

AVANT

DE PASSER CES 4 JOURS EN COMPAGNIE DE CETTE PETITE ÉQUIPE, JE CROYAIS QUE BONES N’ÉTAIT PLUS QU’UNE MARQUE DE ROULEMENTS SOIT DISANT FABRIQUÉS EN SUISSE. EH BIEN NON, BONES C’EST UNE MARQUE DE ROUES. UN PEU COMME QUAND J’AVAIS 13 ANS, SAUF QU’À L’ÉPOQUE, RIEN NI PERSONNE N’ARRIVAIT À LA CHEVILLE DE LA BONES BRIGADE…

L’équipe : Jordan Hoffart, Dallas Rockvam, Jimmy Cao, John Motta & Adam Dyet (qui est arrivé le dernier jour), et puis Alex Hermann pour conduire la bagnole.

58

soma

59

soma


DIRECTION BERCY. Il leur faut des repères, aux ricains. Les cinq blocs du POPB, ça va leur parler tout de suite. Tiens, qu’est-ce que je vous disais, ça fait pas 5 minutes qu’on est là que Jimmy Cao est déjà en train de reluquer les blocs. Alors on va faire des OUT en haut histoire de se chauffer. Jimmy pense à un nollie BS flip sur les quatre. En me mettant ma dernière lettre, il me demande si c’est un bon trick et s’il a été fait. C’est sûr que c’est un bon truc, mais s’il a été fait, moi j’en sais trop rien. Alors on fait un petit sondage auprès des skateurs présents sur le spot, et le feu passe au vert pour Jimmy. La machine se met alors en route : deux caméras, deux appareils photo, sans compter une poignée de téléphones portables se pointent vers lui. Jimmy ne se laisse pas impressionner, il commence sur les trois, et passe rapidement un cran au-dessus. Les 5 premiers essais sont probants, y’a moyen. Dix minutes plus tard, pastèque ! Honnêtement, on ne pouvait pas mieux le faire. J’ai la séquence. Je me dis que ça commence bien, qu’ils ne sont pas là pour faire semblant, les ricains. On change de spot. La passerelle Simone de Beauvoir. Ca nous fera de l’ombre. C’est vraiment un spot tranquille, juste au bord de la Seine. Le team-manager me demande si c’est la mer. Je lui dis que oui, bien sûr. Paris Plage, tout ça… Non, je lui dis que le fleuve y va, à la mer, à deux heures d’ici... FAUT PAS SE FOUTRE DE LA GUEULE DES RICAINS. John Motta trouve un trick marrant à faire. Tail slide to nose slide transfert, ou appelez ça comme vous voulez, en tous cas moi ça me plaît. Et j’ai un bon angle. Vive le numérique. Un trick qui aurait dû lui prendre 5 minutes lui prend au moins trois-quart d’heure. J’ai l’impression de me transformer en filmeur… Mais c’est un bon trick, on l’aura, c’est un travail d’équipe. We are a team, yeah ! Ouais, enfin bon, ça commence à me saouler. Ah, ça rentre finalement. On file à Créteil. Créteil est vraiment un bon spot. Alex Herman se balargue direct sur les trois blocs en flip shifty pour le plaisir. Les ricains essayent deux-trois tricks, mais un orage nous tombe dessus. Alors on rentre. Ca tombe bien, il est 21 heures et j’ai faim.

Le Dôme. Ce n’est pas moi qui choisit les spots, hein ?! Il fait gris, on est tous un peu fatigués de la longue journée d’hier. Quand on leur annonce la liste des tricks que Flo Marfaing a rentré sur le ledge, les ricains prennent peur. Eeeeeh ouais les gars ! Vous croyiez quoi ? Jordan a un bon heel flip varial. Heel flip varail to BS 5050, ça mérite une séquence. De toute façon, y’a déjà leur photographe en train de poser ses flashes (pour une photo simple, donc). Ca me fera juste une séquence de plus ! Jordan se pose deux ou trois fois, mais s’épuise à force de courir sur le ledge et de sauter en bas des marches. Au bout d’une demi-heure il laisse tomber. Dommage, mais je le comprends, j’aurais arrêté plus tôt à sa place. Sur cette défaite, Cédric (qui gère la tournée pour V7), nous emmène au rail de Montparnasse. Bonne idée. Ca va leur plaire. Effectivement, ça leur plaît. Jordan, qui semble avoir

60

soma

oublié la session d’avant est déjà en train de sauter les marches. Tiens, Dallas se réveille. Il essaye trois fois switch FS pop shove it par-dessus le rail et laisse tomber. Ca m’aurait fait une bonne photo. Alors Alex décide d’attaquer le rail en BS smith. Il se cale facilement mais le rail est en inox, ça ne grinde pas vraiment. Il s’en prend quelques bonnes, alors on décide d’aller sur un spot un peu plus calme : La Vague. La Vague est le meilleur spot de Paris. Mais faudrait pas que tout le monde le sache non-plus. Sinon ça va être l’enfer. Enfin bon, Jordan rentre un bon BS tail slide to fakie de 12h à 13h. Et je ne sais même pas si Jimmy a eu le temps de rentrer son BS nose blunt revert avant l’arrivée du fameux type en uniforme qui répète tout le temps : “c’est un cadran solaire !”. Enfin bon, il fait son job… Alors on tente le road-gap du Louvre. Pas de chance au moment où on arrive la voirie vient de finir de nettoyer le spot à coup de Karcher. Bon, bah tant qu’on est là, autant pousser jusqu’au musée d’Orsay. Il est 20h30 le musée a fermé, les touristes ont déguerpi, le spot est à nous. Dallas s’amuse en lipslide to nose manual sur les 3 longues marches. Ca pourrait faire une bonne séquence mais je suis en train de skater, j’ai pas le temps. Jimmy repère un gap et l’avale en switch tré en une dizaine d’essais. Alex le passe en FS flip et en swich heel. Retour à l’hôtel pour les ricains, et retour à la maison pour moi, bredouille. Même pas une séquence !

Le rendez-vous de 13h à l’hôtel. Je suis même en avance. J’attends. Cédric me dit qu’il ne vont pas être tout de suite prêts. Ils ont fait la fête hier. Il paraît que John a encore ramené une petite dans sa chambre. Mais c’était une ricaine. Trop facile. Bref, ils sortent au compte-goutte et n’ont pas l’air en forme. Je rentre chez moi. On se dit à 15h à Austerlitz. Je suis sur le spot. J’attends. Il est 16h quand ils arrivent. Mais ils ont perdu leur team-manager, qui doit cuver dans son lit. Retour à l’hôtel. Le team-manager sort de sa chambre. C’est le dernier à se lever. Forcément, il est en forme, et il se demande quelle heure il est. Il est 16h30. Moi ça m’énerve un peu les types comme ça, payés pour dormir, alors je rentre chez moi. Le soir, Nozbone et V7 organisent un apéro dans un bar, après une session signature au shop. J’y vais. Adam Dyet vient d’arriver. Il parle super fort et il a des lunettes jaunes. Il est bourré j’ai l’impression ou alors il est vraiment taré, mais il paraît qu’il va redonner de l’énergie aux riders. Demain c’est leur dernier jour en France, le jour des hammers si tout va bien.

John Motta t Tailslide to noseslide transfert.

Nouvelle gueule de bois pour nos américains. Mais le teammanager a décidé de faire son job alors tout le monde est prêt à 13h30. Direction mairie d’Ivry. Le spot des vagues bleues. À peine arrivé, Adam décide de faire un switch FS 360 en sortant de la bosse. Ca motive Jordan qui tente FS heelflip au même endroit. Ca dure une heure, la pluie s’en mêle et

61

soma


Jimmy Cao t nollie BS flip. Parfait. Secret spot.

personne ne rentre son trick correctement. On essaye un autre spot qu’on a vu en passant, mais c’est vraiment trop mouillé. De toute façon ça va être l’heure de la démo à Chelles. Les chellois nous accueillent avec le sourire, les kids sont là, et à peine est-on arrivé qu’ils demandent des autographes sans même savoir qui on est. Je dis “on” parce qu’ils m’en demandent même à moi. S’ils m’avaient laissé le temps de skater, ils auraient vite compris… Il y a un best trick contest sur le rail en même temps que la démo. J’ai l’impression que les ricains ne comprennent pas trop le concept du truc, mais c’est pas grave. Jordan donne tout ce qu’il a, et Jimmy enchaîne les tricks d’un bout à l’autre du park. Au moins tout le monde s’amuse, même si on ne distigue pas vraiment les pros des autres skateurs.

62

soma

Dyet skate cinq minutes, et Dallas essaye nollie big spin back foot flip BS disaster pendant plus d’une heure. ÇA M’AURAIT FAIT UNE BONNE SÉQUENCE ! L’organisation finit par sortir le carton de matos à jeter en pature aux kids. Ca provoque toujours des mouvements de foule étranges, à faire halluciner un sociologue ou un psy. Ca va être l’heure de rentrer pour nous…

Quatre séquences en 4 jours. Les articles avec uniquement ce genre d’images ne sont d’ordinaire pas passionnants. On va laisser passer un peu de temps et on verra ce qu’on fait de tout ça. En tous cas, à part le team-manager et Adam Dyet, ils étaient sympa et pas mauvais en skate ces ricains !

63

soma


JEREMY WILLERMEAUX FS wallride, LYON © LOÏC BENOÎT

68

soma

soma 69


CLÉMENT BOUTON Ollie to fakie, NORD ISÈRE © LOÏC BENOIT 70

soma

JULIEN BACHELIER Corner FS air, BARCELONE © BERTRAND TRICHET

soma 71


HAWAII SURF• Shop ouvert du Mardi au Samedi • 69 avenue Danielle Casanova 94200 IVRY sur Seine • 01 46 720 710 - skate@hawaiisurf.com

Massifdesign@gmail.com

CRÉATEUR DE PACK SUR MESURE ... à prix malin ...


-&.&$26*1"44&™-"5¢-¢5065&4-&44&."*/&4

Heelflip body varial

Anthony a 17 ans, fait du skate depuis quelques années, possède quelques sponsors sérieux et joue le rôle de Ben dans “Ben et Thomas” sur France 4. Forcément, la série parle de skate, et forcément, c’est très médiocre. Dès la première diffusion à la télé, tout le monde s’est enflammé sur les forums internet, et tout le monde avait son mot à dire. Alors oui, ça ridiculise le skate, mais ce n’est pas nouveau, on a vu bien pire dans les années 70 et 80. Et honnêtement, franchement, à 16 ans, si elle s’était présentée, êtes-vous certain que vous auriez décliné un telle opportunité ? -DT Comment c’est arrivé cette histoire ? Un jour Rémy Walter (de Paris Skate Culture) m’a appelé pour me dire qu’une boîte de prod recherchait des skateurs. Il en a appelé une quarantaine, donc j’étais dans le lot, j’ai fait le casting et voilà… Pourquoi est-ce qu’ils t’ont choisi toi ? En fait, j’ai appris ma scène par coeur, j’ai essayé de faire du mieux que je pouvais, et puis je crois qu’ils ont bien aimé ma tête…

36

soma

Mais dès le départ, tu savais qu’une série avec du skate, ça risquait d’être ridicule… C’est sûr, rien que les dialogues… Mais je pensais que le skate allait être en toile de fond, je ne pensais pas que ça allait autant tourner autour. Mais moi qui n’ai jamais fait de théâtre, je me suis dit que c’était une chance, que ça ma ferait une bonne expérience, que je pouvais me faire des sous… J’ai découvert un autre milieu, c’est vachement intéressant… Mais je ne me prends pas au sérieux, je prends tout ça avec ironie. C’est une série pour ado, il y a un public visé… Je comprends complètement qu’on se moque de moi, mais je m’en fous.

« IL Y A PLEIN DE GENS DONT JE SAIS QU’ILS ONT DIT DE LA MERDE, ET QUI SONT VENUS ME DIRE QUE C’ÉTAIT TROP BIEN…» Maintenant que la série passe à la télé, tu as des échos de l’audimat ? Ouais, ça a l’air de pas mal être regardé, mais on saura surtout si ça marche ou pas quand ce sera diffusé sur France 2, à partir de septembre. Pour le moment ça ne passe que sur France 4. Là tu sauras si la série continue ou pas. Oui, ce sera en fonction du succès de la série lorsqu’elle passera dans KD2A. Tu commences à avoir des remarques quand tu arrives sur les spots ? Je me fais tailler, oui, mais ça me fait rire. Et je comprends, mais le plus souvent les gens parlent dérrière et lorsqu’ils sont devant moi, ils me posent plein de questions, comment ça s’est passé etc. C’est un peu hypocrite.

Il y a plein de gens dont je sais qu’ils ont dit de la merde, et qui sont venus me dire que c’était trop bien… Parce que il savent que c’est un truc qui passe à la télé, même si c’est juste une petite série, ils s’imaginent que je me suis fait 100 000 euros… Mais non, c’était une expérience, moi je viens de Bourges, j’ai passé 2 mois à Paris l’été dernier, on m’a payé un appart’ à Bercy, à 16 ans c’était un truc de ouf ! Tu continues l’école ? Oui, je passe en première STG, je veux au moins avoir le bac, et pourquoi pas faire un BTS. Je ne lâche pas l’affaire, déjà que j’ai été beaucoup absent cette année, à cause de la promo de la série ou pour faire des photos. J’ai envie de me sortir les doigts et de skater un maximum pour qu’on me juge sur mes tricks, et je suis content d’avoir eu quelques parutions avant tout ça, ça veut dire que les tricks n’étaient pas mauvais… soma 37


Le spot aurait été parfait s’il n’avait pas été recouvert de pavés. Ou si la première brique était au ras du sol. Dans ces cas-là, il faut pivoter un peu, tourner la tête et jeter son regard assez loin pour tenter de trouver une solution à ces problèmes qui, avec un peu d’imagination, peuvent facilement être résolus. Parce que bon, le Dôme, Hôtel de Ville et Masséna, depuis le temps, ça a fini par nous saouler.

Alors on a été fouiller de l’autre coté de la rivière ou de l’autre coté du périph’ et on a trouvé ça. Des petits quarters impeccables et un low-to-high parfait, si ce n’était, vous l’aurez remarqué, les pavés et les briquettes. Mais il faut parfois croire en l’incroyable, peut-être même en un quelconque dieu, car figurez-vous que pas plus loin qu’à quatre mètres de là se trouvait un dépôt d’ordures, d’où quelques petites plaquettes et autres planchettes dépassaient. La question se pose donc : faut-il croire ici en une intervention divine ? Bien sûr que non malheureux... Dieu, même s’il éxistait n’aurait aucune influence sur les dépôts d’ordures, c’est un dossier bien trop sérieux pour le laisser aux mains de quelque mystique personnage que ce soit. Mais revenons-en au pourquoi du comment. 74

soma

Les pavés, les planchettes, les spots presques parfaits, tout ça… Nous avions donc tout sous la main, à pas quatre mètres, et vous êtes encore en train de vous plaindre ! Feriez mieux d’aller à la messe le dimanche, ça vous remettrait les idées en place, nom de Dieu ! Enfin bon, Philip Schuster lui ne s’est pas posé la question, la plaque était vraiment épaisse, il aurait pu à tout moment bloquer et faire un saut de l’ange par-dessus l’obstacle. Au final non, il a juste fait ce magnifique transfert en quelques essais. Même chose pour Benjamin Delaboulaye, quoique c’était peut-être un peu moins risqué, juste plus tech. Il a d’abord fait BS 50-50, puis BS 5-0, flip BS 50-50… Restait plus qu’à combiner le tout et à repartir en fakie dans les pavés. La preuve que dieu existe. Ou pas - DT soma 75


Gary HEADLOCK

BS noseblunt.

Texte et photos par Etienne LOBELSON

Ça fait bien 8 ans que je n’ai pas eu à écrire sur un contest de skate… La feuille blanche qui s’affiche sur l’écran d’ordinateur devant moi me rappelle le lycée, à l’époque où on me forçait à apprendre l’allemand. Mais je viens de découvrir que l’Allemagne n’était pas que saucisses, bières et Tokio Hotel, c’est aussi Berlin, une ville très agréable où parler anglais permet de discuter avec presque tout le monde, où l’on croise des jolies filles à vélo partout et où se trouve le Skatehalle où s’est déroulé la troisième édition du désormais fameux Adidas Clash. Jamais je n’ai ressenti une ambiance aussi détendue sur un contest. Pas de pression, sauf au bar, pas de stress et aussi peu de public vu la taille du park. L’organisation allemande est impeccable, à cinq minutes près le planning est respecté. La présence de Gary Headlock permet d’assurer le spectacle grâce à quelques tricks improbables qui ne seront pas renouvelés de sitôt. Son style et surtout son endurance impressionne. Ne cherchez pas à savoir qui est cet inconnu si fort, il n’existe pas, il s’agit simplement de Dennis Busenitz inscrit sous un faux nom et qui a gagné le contest et fini avec une 3e place méritée en bowl. Désolé, je n’ai pas réussi à vous ramener d’anecdotes croustillantes sur la soirée pour la simple et bonne raison que je n’y étais pas. Je retournerais à Berlin à coup sûr ne serait-ce que pour profiter de la ville, hors contest, qui semble avoir beaucoup de choses à offrir, autant au niveau skate qu’autre chose. Certains la qualifient de nouveau Barcelone, il faudra bien que j’aille vérifier ça en profondeur…

Bowl 1 Jürgen Horrwarth 2 Martin Jurasek 3 Gary Headlock (Dennis Busenitz)

Park 1 Gary Headlock 2 Michael Mackrodt 3 Lukas Danek

soma 77


"SUXPSL#FO4&(63"*OGPSNBUJPOTDIBLBXIFFMT!IPUNBJMGS4JUFXFCËWFOJS


E

N

V

R

A

C

LA CHRONIQUE DU BOUQUIN DU MEC DE LA CHRONIQUE « Cheating on the metronome » Il est enfin sorti et il est tout simplement superbe. Je parle du receuil de poésies de Scott Bourne, édité par Carhartt et désormais disponible dans toutes les bonnes boutiques du même nom et ailleurs. Des textes tapés à la machine à écrire, gribouillés, raturés, illustrés de petits dessins, des poèmes crus, très personnels et sans concession. Si vous aimez sa rubrique, celle traduite juste audessous, vous adorerez ce « Cheating on the Metronome ». Pour ceux du fond qui auraient raté un châpitre, Scott est un américain éxilé à Paris, qui a découvert à 25 ans que le pays de la liberté n’était pas celui où il est né. De quoi pertuber un grand gaillard tatoué de la tête aux pieds comme lui, qui a trouvé dans l’écriture un moyen de faire passer ses angoisses. Et si le bouquin ressemble étrangement à une Bible, ce n’est pas tout à fait par hasard… -DT & FD

FRENCH FRED COMING SOON J’ai reçu un cd de Fred Mortagne par la poste l’autre jour. J’étais fichtrement content en voyant l’enveloppe parce que depuis le temps qu’on lui demande des photos, ça faisait bien plaisir de voir qu’il avait enfin fait un effort… Ma joie fut de très courte durée cependant puisque ce n’était pas un cd de photos qu’il y avait dans cette enveloppe (en même temps les photos numériques, c’est pas son fort) mais ce disque de « Coming Soon », un groupe de p’tits jeunes, tous plus mignons les uns que les autres, posant sur la pochette pour l’objectif de Fred. Mouaif... j’étais nettement moins emballé d’un seul coup. Mais bon, je leur ai quand même laissé une chance, puis deux, puis douze, et finalement j’ai trouvé ça pas mal du tout. Bon, c’est loin d’être du Slayer, c’est sûr, mais ça mérite qu’on s’y intéresse un peu. Du coup j’ai rappelé Fred, pour lui demander des photos bien sûr, et aussi pour lui poser quelques questions sur ces « Coming Soon », tout mignons qu’ils sont. -FD Fred, parle nous donc un peu de ce groupe. Comment les as tu découvert et que fais-tu avec/pour eux, à part envoyer des cds à « la presse » ? En fait c’était pendant la production de la vidéo Cliché «Hello Jojo». C’était la première fois qu’il nous fallait absolument tous les droits musicaux des morceaux qu’on utilisait... Au début ça m’a pas enchanté de partir à la pêche au morceaux gratuits, parce que tout de suite on se dit que gratuit va rimer avec pourri. Mais en fait ce fût une très bonne chose parce que ça m’a permis de découvrir et rencontrer plein de petits groupes talentueux... Dont Coming Soon, à l’époque une pré-formation du groupe actuel, qui faisait la première partie d’artistes américains que j’avais déjà

clips, des vidéos promo pour la presse ou le web... et j’envois donc des cds à la presse aussi ! Attaché de presse, ça paye super bien je crois ! Je les ai fait bosser sur la bande son du Gitan Tour 2 (à retrouver sur le dvd Cliché « Déja Vu » qui sort bientôt) et on va faire un truc spécial pour la bande son de la prochaine vidéo Cliché avec eux entre autres. Je suis content et fier de voir que les choses vont de mieux en mieux pour eux, on parle de plus en plus du groupe dans les médias, ils sont invités à jouer dans de bons festivals cet été, ils feront la premiere partie de Coco Rosie aux Nuits de Fourvière à Lyon... Et en plus de toutes ces bonnes choses, ils continuent de progresser et d’écrire des chansons incroyables. Ils iront très

« J E L E S A I M E N A C É P O U R Q U ’ I L S M E FA S S E N T CHANTER SUR LEUR ALBUM » prévu d’utiliser dans la vidéo : « Schwervon ! » (Brophy, Charles et Javier) et Kimya Dawson (générique de fin). J’ai littéralement eu un coup de coeur, je leur ai acheté quelques petits cds, et ça m’a fait réaliser qu’ils étaient vraiment bourrés de talent... Ils ont plein de « side projects », qui sont tous de vraies petites perles. Je voulais absolument mettre un de leur morceau dans le dvd, mais la séléction était déjà faite pour toutes les parts, donc j’ai utilisé un morceau pour un des bonus cachés... Par la suite, comme c’était encore leur tout début, je leur ai proposé de faire des photos et des vidéos, parce qu’ils n’avaient personne pour ça, et pour moi c’était la bonne occasion de faire des trucs dans la musique, pour ne plus faire uniquement que des trucs liés au skate, changer un peu d’ambiance de temps en temps. Ça a tout de suite fonctionné. En plus ils étaient impréssionnés, Alex Banjo le guitariste me connaissait et m’appellait « Fred Mortagne le célèbre vidéaste de skate » (rires). Ça me fait grand bien de bosser avec et pour eux, et en plus y’a rien de mieux que de baigner dans un environnement musical que l’on adore complètement. Donc voilà, maintenant ils me considèrent un peu comme le huitième membre du groupe, bien que je ne soit quand même pas là à plein temps ! Je fais toutes leur photos, on fait des petits

L A

P E T I T E

P H R A S E

loin. Coming Soon n’est pas et ne sera pas juste un autre petit groupe au talent éphémère. Si vous aimez des artistes comme Nick Cave, le Velvet Underground, Bob Dylan, Leonard Cohen, Herman Düne, Jonathan Richman, les Moldy peaches, les Silver Jews, et même David Bowie comme moi, empressez vous d’aller découvrir leur univers musical. Et si vous ne jurez que par Slayer et Pig Destroyer, bein alors, je sais pas, à vous de voir ! J’ai vu sur la pochette que tu avais même donné de la voix. Oui oui, je les ai menacé que s’ils me faisaient pas chanter sur leur album, je ferais du Photoshop sur leur jolies petites gueules ! Tu penses, ils ont flippé ! Je les mènent à la baguette les jeunes. En fait, ça m’a bien fait transpirer sous les bras cette histoire ! Mais c’était une bonne petite expérience. C’est donc réglé, tu arrêtes le skateboard pour te mettre à la musique? Oh non non, y’a encore plein d’argent dans le skate ! (rires) Alors que la musique comme vous le savez, c’est un peu mort. Je suis pas fou, j’ai fais des calculs ! Hé hé... Premier album « new grids » disponible. myspace.com/starsoon

Q U I

V A U T

D E

L’ O R

« Je skate souvent torse nu, donc faire de la musculation a toujours été important pour moi. » Ryan Sheckler - Men’s Fitness – Juin 2008

LA CHRONIQUE DE SCOTT BOURNE

Avenas, le 1er juin

C’est le premier jour du mois de juin. Il pleut légèrement à travers la fenêtre ouverte, les oiseaux chantent. J’ai poussé le petit bureau jusqu’au rebord de la fenêtre pour pouvoir admirer la verdure du paysage français alors que je m’apprête à écrire. Face à moi, une rivière. Elle décrit des méandres autour du bétail qui paît et qui, après des siècles de domestication, constitue un élevage de bovins. Il n’y a qu’une seule route et une petite ferme familiale. Entre elles et moi il y a des milliers de nuances de vert, une vallée, des arbres, un ciel rendu blanc par la météo qui s’étend à l’infini. Et puis il y a ce rebord de fenêtre où Caroline et moi avons fait l’amour la nuit dernière. La lumière de la chambre projetait nos ombres sur la pelouse éclairée. Je les regardais faire l’amour au clair de lune. La fenêtre encadre un tableau impossible : cette demeure en soi, un ornement incroyable qui renferme l’histoire de toute une famille. Chaque objet est un élément inoubliable de cette lignée : un bureau, une chaise, un lit où des centaines de progénitures ont été engendrées. La nuit, les murs me parlent. Le garçon Sudiste superstitieux que je suis, élevé de l’autre côté de l’Atlantique, voir resurgir des fantômes. Ils me relatent une histoire que les occupants des temps modernes que nous sommes avons presque tous oubliée. Nous avions quitté Paris sur les coups de dix-huit heures, vendredi et roulé pendant quatre heures jusqu’au Château d’Avenas. En arrivant, je me suis dit que nous aurions dû trouver notre chemin en observant les étoiles au lieu d’utiliser le GPS. C’est drôle de penser qu’en réalité avec un tel appareil on peut remonter dans le temps. En parcourant l’allée, j’étais excité et je me réjouissais d’avance à l’idée d’apercevoir ce Château surgissant pendant quelques secondes dans les ultimes rayons de soleil de la journée. Mon effervescence n’a fait que croître en voyant l’énorme arbre qui se tenait juste à côté de l’entrée. Même si je m’en souvenais et que je me le représentais, j’avais oublié sa taille aberrante, sa forme et ses belles branches. C’était un arbre à l’intérieur d’un arbre à l’intérieur d’un arbre. Son gros tronc se divisait en sept ramifications qui se détachaient dans l’obscurité naissante. Les phares de la voiture l’ont à nouveau rapidement balayé et je me suis imaginé le nombre de générations d’enfants qui avaient escaladé son immense structure et qui s’étaient défoulés sur ses différents éléments. En passant en dessous, j’ai remarqué le gros banc en pierre ainsi que la taille et la forme des feuilles. Le tronc qui s’élançait dans le ciel surplombait la voiture, telle la main du tout-puissant qui l’avait créé. Plus tard ce soir-là,

Traduction : Aurélia Ruetsch/fairplay.translation@gmail.com

je me suis assis sur le banc avec Caroline et nous nous sommes embrassés alors que les autres arrivaient au compte-gouttes. Dans la distance, la lumière des phares se tortillait en remontant l’allée jusqu’à Avenas. Le Château est bien plus grand que dans mes souvenirs. Alors que Caroline et moi explorions les lieux, je découvrais des pièces inédites. L’ensemble du Château, qui par endroits semblait déconnecté, est en fait intégralement relié. J’ai été ébahi par l’histoire que renferme chaque pièce et chaque objet qui s’y trouve. Une table antique, un tableau accroché sur un magnifique papier-peint fait à la main, des fenêtres aux vitres vieillies qui ont vu les temps changer mais sont restées intactes, des miroirs tachetés d’or à force d’avoir montré le reflet de tants de visages au fil des siècles. Dans le cabinet, un évier et un bidet ; un vieux plancher en bois et des couloirs carrelés ; un trou par-ci, une fissure par-là : le temps fait minutieusement son travail et nous fait prendre conscience de notre propre mortalité. En bas, dans la salle principale se trouve un merveilleux petit Livre d’or. La première date qui y figure remonte à 1869 et est accompagnée d’un doux et joli poème. Ce sont les mots d’une jeune fille dans ce qui sert de journal à la famille. Alors que Caroline feuillette le livre, elle ne peut s’empêcher de lire les textes en français… puis en anglais. Chaque poème est accompagné d’une petite esquisse ou d’une aquarelle. Je lui explique qu’à une époque, seuls les riches pouvaient lire, écrire ou recevoir une éducation. Il n’y avait pas d’ordinateur, ni de télévision et bien souvent les jeunes filles s’occupaient en lisant, en écrivant, en composant des poèmes et en peignant. Ce livre est incroyablement beau et chaque peinture a une beauté qui lui est propre. Il semble renfermer tous les secrets de cette demeure. Chaque main qui a laissé sa marque l’a fait avec élégance. Cependant, à mesure que les années défilent, la beauté s’estompe jusqu’à se transformer en piètre écriture, parfois complétée par une illustration, et ainsi caractériser notre génération. Dans le coin de la chambre, nous découvrons un petit grand piano surmonté d’un Mac qui diffuse du rap. Juste à côté, de superbes livres de musique reliés à la main forment une pile poussiéreuse et oubliée. Je relève la tête et mon stylo pour regarder par la fenêtre et effacer les parties de ce tableau qui ne me conviennent pas. Les voitures sur l’autoroute au loin, la musique en bas, une pile de magazines agréablement disposée sur une table bien plus vieille que moi. J’augmente le volume du chant de l’oiseau et je regarde la rivière qui coule à flots. Je suis reconnaissant car cet endroit me rappelle de donner un sens à ma vie.

soma 85


E

N

V

R

A

C

6 questions à Atiba Jefferson à propos de Chomp On This Comment est née l’idée de Chomp On This ? C’était juste une blague au départ… Rien de tout ça n’était prémédité ! On se filmait tous, on se disait en rigolant « je garde ça pour ma part’ ! », et puis on a juste constaté à un moment qu’on avait tous pratiquement de quoi en faire une vidéo. C’est là que c’est devenu sérieux. Oui, là on a pris ça au sérieux, et pendant disons… huit mois, on s’est dit « essayons de faire un truc » ! Donc on a commencé à faire des t-shirts, des stickers, d’impliquer les magazines… Au départ personne ne savait vraiment ce que ça allait être, beaucoup de gens pensaient que ça venait d’une marque de boards ! Et vous vous attendiez à ce que ça prenne cette ampleur ? Non, pas du tout… Mais on est contents que ça ait amusé les gens… On m’en parle encore de temps en temps… C’était un bon truc, surtout grâce aux pros qui ont joué le jeu avec nous : Koston, Jamie… À l’époque les vidéos se vendaient encore, tu as une idée du nombre d’exemplaires écoulés ? Pas vraiment… Mais je crois qu’ils en ont vendu quelque chose comme 2000, faudrait demander à 411… Mais on n’en avait pas fait beaucoup à cause des droits musicaux et de Pacman. Est-ce qu’il va y avoir une Chomp on this 2 ? Ah ah… Je ne sais pas trop, mais j’ai du footage ! Je sais aussi que Ty a une part’ de prête ! Donc pourquoi pas, et puis avec Internet, ce sera beaucoup plus facile… Ça pourrait être pour 2009, ou 2010, qui sait ?! Il va juste falloir que Morford pose son vélo et reprenne son skate ! Quelle vidéo tu es impatient de voir ? Chomp 2 ! Ah ah ah ! La Fallen risque d’être bien aussi… Et je viens de voir la promo Deathwish, c’est vraiment bien. Mais la Fallen va faire mal !

le magasin en ligne

nozbone.com

Une magnifique photo de Ty EVANS par Atiba, qui figure sans doute dans son top 5 de ses meilleurs clichés.

L A

S U I T E

D E

L ’ H I S T O I R E

La vraie fausse camera Je vous avais parlé dans le numéro 3 de soma de « mes folles années » chez Freestyler (le mag de freestyle). Et il semblerait que le passage qui a le plus retenu votre attention fut celui de la vraie fausse caméra de surveillance qu’on avait installé dans les chiottes (mixtes). J’admets d’ailleurs que vous avez bon goût, parce qu’on s’était vraiment bien marré ce coup-là. Eh bien figurez vous que je suis retombé dessus l’autre jour (la caméra), je pensais qu’elle avait disparu mais j’ai découvert par hasard qu’un de mes ex-collègues (et complice dans cette affaire) avait conservé la relique et que depuis, il l’arborait fièrement autour du cou! Non, bien-sûr il n’est pas cinglé à ce point, quoique, je l’ai déjà vu se trimballer avec tout un tas de choses plus ou moins bizarres autour du cou, comme un mini surf en bois, une « cravate de cow-boy » (vous savez le truc avec un lacet en cuir), un téléphone portable, des centaines de clefs, ou même dernièrement un petit foulard à la poête romantique du plus bel effet. Mais la vie privée de cet homme coquet ne vous regarde pas, sachez juste que la dites caméra est ostensiblement disposée sur son bureau, et que les enchères démarrent à 200 euros. Elle est fournie avec une pile 5 volts, un cassette de dictaphone vierge, et livrée dans une vieille boîte de Playstation. Bien-sûr, elle n’est aucunement en état de marche, puisqu’elle ne l’a jamais été. -FD 86

soma

lionel dominoni - switch backside five-o - photo : donger jo chaboud ~ akim cherif ~ martin keller ~ lisa jacob mathieu le bail ~ jon monié ~ kevin rodriguez ~ jj rousseau 295, rue du faubourg st antoine 75011 Paris - metro nation - 01 43 67 59 67 - nozbone.com


E

N

V F U T U R

R V E R S

A L E

C P A S S É

lutionne le street, en grande partie grâce à Monsieur Mullen. Un peu comme si aujourd’hui DC sortait une pub avec Danny Way en street et avec comme phrase d’accroche “Encore un pédé de ramp-rider”… Le skate a bien changé…

Voici une pub Etnies parue dans Thrasher en mai 1992. Analysons ensemble, si vous le voulez bien, chaque élément qui la compose. On va bien s’marrer ! La phrase d’accroche “Just another gay freestyler” (Encore un pédé de freestyleur) Alors que le Freestyle (et la vert’) sombrait dans l’oubli, certains skateurs se sont naturellement recyclés dans le street (comme ici Rodney Mullen, ou comme Steve Berra qui était connu au départ comme ramp-rider), et cette phrase reflète l’état d’esprit dans lequel le skateboard se trouve à cette époque : plein d’auto-dérision et d’ironie. Car à l’heure où cette pub parait, la première vidéo Plan B “Questionable” sort et révo-

L A

Le skateur Rodney Mullen (42 ans en 2008), inventeur de la plupart des tricks de flat en freestyle et adaptés au street par ses soins quelques années plus tard. Rappelons que Rodney a fait des études de mathématiques, et qu’il est connu pour son sérieux dans le business mais pas dénué d’humour. Au passage, Rodney n’est pas homosexuel. Le trick Nose grind ou nose blunt ? C’est la seule info que la pub ne fournit pas. Le style comptait plus que le trick à l’époque, et il fallait surtout qu’on comprenne instantanément que c’était du street. Le spot Un curb (un vrai, le “curb” en anglais désignant le rebord du trottoir) qu’on avait l’habitude de waxer éxagérément et qui n’éxédait jamais 20cm. Celui-ci est rouge, assorti au t-shirt. Comme par hasard ? Les chaussures Les Senix, le pro-model de Pierre-André Sénizergues (lui aussi ancien champion de freestyle et aujourd’hui patron d’Etnies) que Rodney a pris soin de couper au ciseau ! Le photographe Spike Jonze, le même qui a des parts chez Girl, le même qui a réalisé des dizaines de clips qui passent sur MTV ainsi que les films “Dans la peau de John Malkovich” et “Adaptation”. Avant tout ça, Spike est un skateur, et a fait ses premières pas chez Thrasher et Transworld en tant que photographe. Il faut bien avouer qu’il n’était vraiment pas mauvais, créatif, et avait son style bien à lui. C’est l’un des premiers à utiliser plusieurs flashes en street et à donner du mouvement dans ses images (analysez l’arrière plan). Le logo Avec le grand changement du début des années 90, lorsque le la rampe a perdu de son attrait au profit du street, il a fallu que les marques réagissent. Etnies s’est donc trouvé un nouveau logo, plus moderne et facilement reconnaissable, sur lequel figure uniquement son initiale. Plus besoin de noter le nom de la marque : les gens qui achètent Thrasher savent à quoi il correspond. Le mot Etnies ne figure qu’en tout petit sur la liste des distributeurs (et se lit aussi, assez mal, sur la chaussure).

Q U E S T I O N

« La réponse est évidente. Mais ça serait trop facile. Alors cette fois-ci je vais répondre de mauvaise foi. Le skate aux JO serait probablement la meilleure idée depuis l’invention de la roue. Je m’explique. Le skate est encore un tout petit peu pratiqué par des passionnés, aidé par des passionnés (quelques rares marques dont je ne citerai pas le nom, secret professionnel oblige). En l’acceptant aux JO on aurait la chance de voir des athlètes tels que Danny Way sauter la Tour Eiffel, dernier rempart à sa consécration comme homme volant du monde rigolard du skateboard. Et puis avec les JO de Pékin, ce serait un juste retour des choses, puisque ce sont nos amis chinois qui fabriquent la majorité des planches que l’on trouve chez nous (ai-je parlé des chaussures?). Chapeau les JO ! » - Pierre B RETEAU 88

soma

P O U R O U C O N T R E L E S K AT E B O A R D A U X J O ? « C’est ça, fabriquons des petits Ryan à tour de bras ! » - Florent BAVOUZET « Je serai pour à cause du développement du skate et et aussi parce que j’en fais moi-même, car cela et un sport encore non pratiqué au JO et aussi cela serai t super de regarder cette discipline aux JO. » - Florian FLORIAN « Contre, c’est nul d’avoir le skate aux JO car c’est comme si tu retrouvais de la gym dans un contest de skate. » - H. BARA

Merci monsieur B URNQUIST, mais c’était vraiment pas la peine...


D

A

N

G

E

R

D

A

V

E

,

L

E

F

I

L

M

du film. Je me suis retourné vers Jean Sébastien Guèze (du Hall 04, Hossegor) afin d’obtenir une liste de gars à rencontrer. Je voulais un personnage haut en couleur, alternatif, authentique : Rough. Le nom de David Martelleur a bien vite été cité et je ne tardais pas à le rencontrer autour d’une Duvel à Bruxelles. Je suis tombé sous le charme d’un personnage magnifique. Nous avons peu de temps après décidé de tenter cette aventure. C’était il y a bien des années déjà ! Nous nous sommes mis à bosser, j’ai commencé à faire des essais filmés, c’était plutôt encourageant.

« Après avoir réalisé « Insouciants », un projet qui s’appuyait sur la désinvolture de deux skateurs qui n’apparaissaient pas en train de skater, j’ai eu envie de réaliser un film qui questionne et fasse découvrir ce milieu et ce mode de vie de manière plus profonde. La pulsion originale était d’accoucher d’un film qui puisse révéler le monde du skate (de manière quasi ethnographique) à un public non averti, tout en étant cautionné par les représentants de ce milieu. J’ai commencé par écrire un script dont le thème était la frustration d’un skateur qui ne parvenait plus à vivre sa passion de manière intègre. Un personnage en souffrance, en marge d’un système lui-même décalé. Il est de ces projets lors desquels on préfère écrire pour quelqu’un, c’était le cas de « Rough » qui était alors le titre 90 soma soma 90

Il nous a fallu un petit temps pour nous réadapter et David a accepté de continuer. « Danger Dave » était né. Je suis parti sur l’idée de tourner sur environ trois ans afin de prendre le temps de m’insérer et tenter de me faire accepter par le milieu. J’ai trouvé une maison de production avec laquelle nous avons fait un premier tournage lors des « Travaux d’intérêt généraux » de David à la médiathèque de Charleroi. Enfin le tournage était lancé. Depuis, les tournages se succèdent, j’ai changé de boîte de prod et travaille désormais avec Petit Dragon. Vans et Carhartt nous ont rejoins, le projet est difficile à monter mais en cours de financement. Une petite série (contenant des rushes non utilisés dans le film) sera bientôt visible sur Konbini.com. Les circuits classiques sont fébriles, le budget difficile à boucler mais David est là, plein de son immense humanité et à ses côtés évoluent des gens splendides. Je me retrouve dans une formidable énergie qui ouvre le film sur le monde. J’en chie mais d’ici quelque temps, je ne sais encore quand, vous verrez un film. »

Photos : PP / Conception : tmn

Philippe Petit est réalisateur. Il a plusieurs courts, moyens et même un long métrage à son actif, il réalise également des pubs, des clips, des docs, bref, c’est un vrai réalisateur, passionné de cinéma et non de skateboard, qui a décidé de faire un film sur David Martelleur. Ceux qui connaissent un peu David savent que c’est un excellent choix de personnage et attendent avec impatience, et un soupçon de crainte peut-être, le résultat de leur collaboration. « Danger Dave » est le nom de ce futur film-documentaire, destiné au grand écran et qui, s’il a vocation de retracer « the life of David » sera sans aucun doute très éloigné de « the life of Ryan »… Le petit texte de Philippe ci-dessous devrait vous aider à mieux cerner le projet.

Côté écriture et malgré quelques versions, le script ne fonctionnait pas. Je me suis vite rendu compte que je ne connaissais pas suffisamment ce milieu pour le (ré)inventer. Les quelques discussions entreprises avec des maisons de productions, leurs orientations finirent de me conforter dans mon opinion. J’étais à deux doigts de tomber dans un projet un peu cliché. Le film prenait une mauvaise tournure. J’ai alors décidé de partir d’un postulat plus documentaire. L’idée devenant de filmer les tribulations et le combat d’un skateur «en bout de course» mais n’ayant aucune envie d’arrêter sa carrière. Ceci afin de présenter le film sous la forme d’une chronique relatant une vie alternative rythmée par les dérives d’un personnage charismatique, parfois ingérable, susceptible de mettre le spectateur en danger et aboutir à un document qui soit l’histoire sans concession du vécu d’une passion.

half cab noseslide to backside tailslide l www.zeropolis.fr


B OUTIQUAGE

2 1 4

3

5 6

8

7

9

10

12 11

1 une board déjà vu Cliché / 2 un short de bain Carhartt avec FD dessus / 3 un bon p’tit denim Volcom / 4 un tee-shirt comics de la marque Cell Dvsn / 5 la fameuse Slasher / 6 un short de bain Krew pour rester discret sur la plage/ 7 une Lakai Belmont / 8 un tee-shirt Supra de couleur noire / 9 une p’tite Supra Vulk low / 10 lakai Coda / 11 roue de type Cliché, déjà vue / 12 un tee-shirt burn alive Volcom 90

soma


phil zwijsen - nollie backside flip • photo: davy van laere


DARYL ANGEL


« On ne vous demande pas de penser; il y a des gens payés pour cela, alors mets-toi au travail. » - F.W. Taylor, inventeur du travail à la chaîne à un de ses ouvriers.


Soma #6