Page 1

NUMÉRO TROIS - DES BASTIEN

ET DES

CRAILS


Disponible chez LaPa Distribution 54 rue Gaston de Flotte 13012 Marseille France T:+33(0)4 96 14 07 07 F:+33(0)4 91 72 38 96


SKATEBOARD MEDECINE FEVRIER & MARS 2008 Rédaction

DAVID TURAKIEWICZ tura@somaskate.com FRED DEMARD fred@somaskate.com Logo et charte graphique

GUARDA©

Graphistes

DAVID LANASPA (DA) da@somaskate.com

NICOLAS MALINOWSKY n_malinowsky@hotmail.com

14 LE

JEUNE

48 QCM : BASTIEN DUVERDIER

82 LE

16 LE

VIEUX

54 QCM : BASTIEN MARLIN

84 EN

Un jeune qui fait un trick de jeune.

Le seul à avoir grindé la grande vague.

Un vieux qui fait du street !

60 SHUT UP AND SKATE / LES

Ce coup-ci Scott Bourne a un nègre.

18 SHUT UP AND SKATE / LES On dit Rooler Gab et pas Roller Gab !

Akim n’a pas dit son dernier mot.

SIMPLES

32 EZEKIEL TOUR

78 COSA CUP

38 BASTIEN SALABANZI

80 LA

Monsieur et madame Fly ont trois fils... Le retour du champion du monde.

MARKE NEWTON http://www.markenewton.com/ Responsable de la publicité

DAVID TURAKIEWICZ 06 76 08 67 75 Photographes

LOÏC BENOÎT JEAN FEIL NICOLAS HUYNH BERTRAND TRICHET JULIEN DENIAU ALEXANDRE PIRES PIERRE PROSPERO DAVY VAN LAERE RAPHAËL HACHE OLIVIER CHASSIGNOLE Rédacteurs

SCOTT BOURNE MATHIEU DUBOST

Directeur de la publication

FRED DEMARD Rédaction

13, rue de l’Isère 38 000 Grenoble Soma est une publication éditée par LES

ÉDITIONS DU

GARAGE

SARL au capital de 8000 euros SIRET 499687200 ISSN : 1959-2450 info@somaskate.com Scans

Trium 38 170 Seyssinet

Impression

Tuerlinckx N.V. 3294 Molenstede / Belgique

Chandelito & Mathio Dubosto en vacances au Costa Rica.

76 CHET CHILDRESS

Un americain ordinaire à Paris.

NUMERO TROIS / DES BASTIEN ET DES CRAILS

S O M M A I R E

SÉQUENCES

70 PURA VIDA

26 JIMMY MC DONALD

SKATEBOARD

VRAC Koston est chez Lakai et Rocco fait du tir aux pigeons sur son balcon.

Un article garanti 100% sans séquence.

18 ORGY - PORGY

MUSÉE DU

Emmenez votre copine au musée.

90 LA

QUESTION

Plus de contre que de pour, bizarrement.

92 DRESS

FOR LESS

C’est la fête.

Un rouquemoute qui ne se laisse pas influencer par la mode. Des bandanas et des juges exemplaires. BÉDÉ

Achetez « Malcom Foot » de Morgan Navarro !

WWW.SOMASKATE.COM Ici : Bastien SALABANZI Double kickflip BS lip, Hyères © NICOLAS HUYNH COUV’ : Bastien SALABANZI BS Melon, Hyères © NICOLAS HUYNH


MATTHIEU GEORGES

JEAN FEIL

PIRKKA

FEATURED PRODUCT

CONNER JACKET, SKATE BASICS TEE, UNION PANT

WWW.ELEMENTSKATEBOARDS.COM GSM EUROPE: PH: +33 (0)5 58 700 700 V7 DISTRIBUTION (HARDGOODS) PH: 01 56 73 97 77

POLLARI


INTRO

PAR

FREDD

DES BASTIEN À FOISON Bastien ayant disparu du paysage pendant près de deux ans, nous avons pensé, mon collègue et moi, qu’il serait amusant de partir à la chasse au nouveau Bastien. L’ancien Bastien n’était pourtant ni vieux, ni trop abîmé, il pouvait encore servir au moins dix ans. Mais nous étions sans nouvelles et on est pas du style à faire du sentiment chez Soma. Un Bastien disparaît ? PAF ! On vous en trouve deux autres sur le champ. Un Marlin et un Duverdier ayant très peu servi et prêts à tout pour casser la baraque. Un drop de dingue, un five-0 impossible, quelques wallrides/wallies de toute beauté et quelques crails plus tard, les deux interviews étaient dans la boîte et prêtes à êtres dégainées dans le mag. Sauf que voilà, Bastien, le vrai, a arrêté d’arrêter. Il est rentré à Hyères, a retrouvé ses potes et il re-skate tous les jours. Plus besoin de nouveau Bastien, l’original (c’est peu de le dire) est de retour ! On se garde quand même les deux autres sous le coude, on sait jamais…

12

soma

Disponible chez LaPa Distribution 54 rue Gaston de Flotte 13012 Marseille France T:+33(0)4 96 14 07 07 F:+33(0)4 91 72 38 96 / ad #104 / www.lakai.com


Date de naissance 09 septembre 1989 Lieu de naissance Limoges (87) Lieu de résidence actuel Millemont (78) Skater de référence Wieger Van Wageningen Années de skate 6 ans Vidéo de référence « Bon Appétit » (Cliché) Que feras-tu dans 15 ans ? Sûrement à Bordeaux à galérer à faire des sw 360 heel aussi classes que JB !

LE JEUNE

Fs bluntslide,à CHARENTON-LE-PONT / © Alexandre PIRES 14

soma

VINCENT DALLEMAGNE


Photo: Vincent Skoglund

Date de naissance 22 août 1973 Lieu de naissance Annecy Lieu de résidence actuel Malheureusement, je suis rentré de Barcelone. Je suis donc à Annecy. Skater de référence Ricky Oyola Street Ollie, à BARCELONE / © Bertrand TRICHET 16

soma

ZANETTE Années de skate Bientôt 20 Vidéo de référence « Video Days » Où étais-tu et que faisais-tu il y a 15 ans ? À Annecy et je faisais à peu près la même chose, du Skate et je passais le Bac.

LE VIEUX

© Pierre PROSPERO

STEPHANE

Nearest retailer, please contact: +45 36 44 05 10

wesc@templar.fr


E SCOTT BOURN E D E U Q I N O LA CHR

a friend of mine li James Naughton is raog ot ph d an er A writ ving in New York. to gs in th the strangest pher always up to st hu is he Normally get the rent paid. rs /Brooklyn newspape ns ee Qu e th r fo ling te tu ti bs no work he su but when there is r he ot g on am , school teaches at a local I s y’ dd bu my of e on things. He’s just tter . Check out this le keep the post with him. I recently got off S.H. Bourne -

e 88). (Traduction en pag

© photos : James Naughton

18

soma

October 12th, 2007 Scotty B, Your tendency to write a letter back is unparallel. I send one off and then four days later there is another one in my mailbox with that flying heart through time insignia popping off the top of the envelope. Since quitting my restaurant job I’ve been substitute teaching some little grommets in Bushwick. It’s nice getting up early and having a reason to get up early, and the school is just one block from my girl’s house. So, I walked over early this morning and stopped in the corner deli to grab a yogurt, banana, and a newspaper; and I must admit it was quite embarrassing when a bunch of kids I’ve been teaching witnessed me not having more than one dollar in my wallet. I was about to put the yogurt back but at the last second when putting my wallet back into my pocket I felt a crumpled dollar that I had found the previous day in the cafeteria, all crumply and sitting there where the kids were shoveling ground beef onto a plate with mashed potatoes. The funny thing is I saw the crumply little dollar and picked it up quick, secretly holding it in the palm of my hand and then when no one noticed or even so much as looked at me, I calmly slipped it into my right pocket, under my wallet. I just knew with all those kids that I could never find the kid who had dropped it, and if I had publicly said, “I found a dollar,” anyone would’ve said it was theirs, possibly even some of the teachers. Either way, it certainly might have been one of those kids in the deli, bafflement upon their faces when they came to find that their teacher only had one dollar. Until I pulled out their little crumply and walked out in a hurry through the rain on my way to find out what I’d be teaching and most importantly when my free periods were so I could walk back to Carolina’s and once again begin reading my book. I took “The Autobiography of Malcolm X,” from the bookshelf in one of the classes, sincerely enjoying the beginning sections about him rolling “sticks” and getting “conked out.” I figured they wouldn’t miss the book

too much, after all they had more than ten copies on a bookshelf, the bookshelf being just below a crudely drawn crayon masterpiece by a child that read, “In fourteen hundred and ninety-two Columbus stole everything his eyes could see.” And next to that, a poster of Malcolm and Martin Luther King hanging out together. I like teaching there, and having the free periods, so in essence the truth of the matter comes around again. That being, that if you drop something causing misery in your life something better comes along swiftly if you are open to discovering it. I might not have as much money as a month ago, but it’s ok. I’ve been getting plenty of worthwhile stuff done otherwise. Not that I’m so broke I only had a dollar, but I didn’t want to go to an ATM in a hurry and what? Get a twenty-dollar bill, or a hundred and spend it all in two days? Ahh, ranting in a letter is the best. I’m drinking a Guinness right now, about to run to a newspaper assignment. I have to run to a catholic school, they are having their hundred-year anniversary. A huge pasta night! Carolina wants to get food but I kinda want to just fill up on free pasta. Otherwise the coldish air has hit and it’s a nice change because I know the writing I get down during the frigid months is vastly superior to my summer stuff. I just want to get outside in the summer. The beach! All those wide open New York spaces that make a young man growing up in the world feel good about himself. I can’t believe you got a picture of Saroyan’s block in Paris locked in your brain. Amazing! Easily one of my favorite writers. Another great novel by him is “The Human Comedy,” which I got down to right after the book I left in your mailbox. Alright, on the run to this assignment and I still got to find some batteries for the flash, ouch! Jimmy, 6:41 pm soma 19


BENJAMIN CHENUT Hippy jump, JULIEN MEROUR FS kickflip ROOLER GAB, ST HYPPOLITE DU FORT © Sylvain CABANNES

20

soma

soma 21


JULIAN FURONES BS Smith, BARCELONE / © JEAN FEIL 22

soma

BEN RAEMERS BS Crail, LIVINGSTONE / © ALEX IRVINE

soma 23


LEO VALLS Nollie BS lip, PARIS / © TURA

LOUIS-CHARLES COLLET Ollie, LYON / © O. CHASSIGNOLE

soma 25


PORTRAIT : LOIC BENOIT PHOTOS & INTERVIEW : TURA MISE EN PAGE : NICOLAS MALINOWSKY

JIMMY

EST UN AMÉRICAIN ORDINAIRE. Et croyez-moi, les américains ordinaires, ça ne court pas les rues. Ah ah ah ! Je ne suis pas peu fier de cette formule ! Parce qu’en guise d’introduction, j’aurais aussi pu broder autour de son nom, Macdonald, mais ça n’aurait pas été de mon niveau, je suis un littéraire moi, j’ai lu au moins 10 livres au cours de… ma vie. Comment ça assez parlé de moi ?! Ça devenait intéressant… Bon, laissez-moi au moins placer cette citation de Marcel Pagnol : « Les bavards sont ceux qui vous parlent des autres. Les raseurs sont ceux qui vous parlent d’eux-mêmes. Ceux qui vous parlent de vous sont de brillants causeurs. » C’était pas la moitié d’un con ce Pagnol. Quant à Jimmy, il n’est ni bavard, ni raseur, et ce n’est pas un brillant causeur non-plus, il faut juste savoir que c’est un type discret et très fort en skate. Un américain ordinaire, quoi.

Quelles sont les différences entre les spots de Philadelphie et ceux d’en France ?

Skater sur la côte est [des Etas-Unis] n’est pas si différent du skate à Paris ou Lyon. Leurs vieilles architectures sont d’une certaine manière pas si éloignées des villes comme Philly, New York ou Washington. Il y a aussi le fait que tu peux skater d’un spot à l’autre lorsque tu es en centreville, exactement comme sur la côte est. La plus grande différence, c’est que tu peux skater en France sans vraiment te faire virer des spots. Il y a des milliers de spots où tu peux skater tranquillement toute la journée, comme Bercy à Paris ou Hôtel de Ville à Lyon. Aux Etats-Unis, c’est vraiment difficile de skater les grandes places en centre ville, principalement à cause des flics et des vigiles. Et les différences de mode de vie en France et aux US ?

En France les gens sont très amicaux, en tous cas là où je suis allé… Mais je ne suis pas sûr que ce soit vraiment une différence avec les Etats-Unis ! Mais c’est quelque chose

26

soma

que j’ai remarqué. Les gens sont quand même plus cools, beaucoup de gens parlent anglais ou d’autres langues alors que les gens nés aux US ne parlent qu’anglais… Qu’as-tu le plus apprécié ?

J’adore la bouffe en France. Je vais tous les jours à la boulangerie ! C’est pas cher et c’est super bon. Et bien sûr, j’ai adoré tous les spots où l’on m’a emmené. Il y a une sorte de petite guerre entre Paris et Lyon qui se disputent le titre de capitale du skate français. Quelle est ton opinion là-dessus ?

Oui, j’ai remarqué ça. Ça me fait penser à la relation que Philadelphie a avec New York. Il y a d’ailleurs vraiment une guerre entre ces deux villes ! Les deux sont assez proches, comme Lyon et Paris, Philly est la deuxième plus grande ville dans la région de NY. Chacun a une grosse scène et beaucoup de spots, cependant NY semble avoir une plus grosse scène, pas forcément meilleure, et puis maintenant que Love Park et City Hall ne sont plus skatables…

soma 27


Tu habites toujours à Philadelphie ?

Oui j’habite toujours à Philly mais après l’université il y a des chances pour que j’aille vivre à NY. Je ne suis pas certain de ce que je vais faire.

Tu skates depuis un moment, as-tu été témoin de la grande époque de Love Park ?

J’ai grandi dans la région de Washington DC, donc je n’étais pas vers Philadelphie à ce moment-là. Je garde plus de souvenirs de Pulaski.

28

soma

Quel nom te vient à l’esprit en premier, en pensant à Pulaski park ?

Pepe Martinez. C’est une vraie légende de Washington DC, un véritable innovateur. Mais c’était un tout petit peu avant que j’y traîne vraiment, je ne l’ai vu que quelques fois. Ses video-parts sont incroyables, notamment celles dans Sky Pager et Fine Artists. C’était fou ! Il faisait des tricks dingues avec classe il y a dix ans, que les gens essayent encore de faire ! C’était l’un des tout premiers à skater Pulaski.

« PEPE MARTINEZ FAISAIT DES TRICKS DINGUES IL Y A DIX ANS QUE LES GENS ESSAYENT ENCORE DE FAIRE ! »

Fs boardslide 270° to wheeling 180 out. Avant de le faire, il fallait déjà y penser !

soma 29


« JE PENSE QUE C’EST DIFFICILE DE VIVRE DU SKATE N’IMPORTE OÙ. » Est-ce que tu as des souvenirs de choses folles qui s’y passaient ?

J’ai vu des trucs fous, notamment avec les flics, mes potes se faire courser… Je n’ai pas d’histoire en particulier, mais c’est toujours quelque chose quand les flics débarquent !

Aujourd’hui c’est totalement interdit d’y skater, non ?

Oui, mais il y a encore des skaters qui y vont, tous les jours. Cependant ce n’est pas comme skater à Bercy. Il y aura toujours des tas de skaters là-bas, tu pourras skater tranquillement un jour et le suivant, les flics viendront 10 fois courser les skateurs, mettre des amendes et prendre les boards… Tu as une chance sur deux… Est-ce plus difficile de vivre du skate en habitant sur la côte est ?

Je pense que c’est difficile de vivre du skate n’importe où. Moi je n’en vis pas, je suis étudiant à Temple University, en anthropologie. Certains arrivent à en vivre sur la côte est, mais pas autant que sur la côte ouest.

Quels genres de jobs as-tu fait, jusqu’ici ?

J’ai travaillé dans un entrepôt où j’emballais et j’envoyais des cartons, deux étés de suite, c’était horrible ! Il faisait putain de chaud, pas d’air climatisé ! J’ai aussi été assistant d’un menuisier pendant deux ans, et avant cela, j’ai travaillé dans un skateshop. Qu’est-ce que tu voudrais être, skater-pro ou anthropologue ?

J’aimerais bien être pro un jour, mais qui sait si cela arrivera ?! Aujourd’hui j’ai juste envie de skater tous les jours, et s’il se passe quelque chose, on verra… Je ne suis pas sûr si j’ai envie d’être anthropologue, mais c’est vraiment quelque chose d’intéressant à étudier, et qui s’applique bien au skate, et aux voyages qui vont avec. Ça aide à comprendre toutes les cultures auxquelles on s’expose…

> Ollie up, wallie out. < Pas de ollie nécessaire pour ce backside tailslide, il suffit juste de rouler sur le plan incliné et de se laisser aller… Il faut savoir que toutes ces photos ont été prises à Créteil, le même après-midi.

30

soma

soma 31


IC

Texte &

CÉDR Photos

UT

BOURO

soma

033


veut, donc, pouvoir s’exprimer un minimum, avec quelques rudiments, pour un maximum de résultat et d’efficacité. D’où leur devise, qui, justement et superbement, illustre tout à fait cet état d’ esprit, en ayant le mérite d’ être clair : « What goes on tour stays on tour » (ce qui se passe dans le tour reste dans le tour, j’adore, le tout avec un petit high five approuvé d’ un « Hell yeah ! », et je me sens l’âme d’un SCHÖNEN UGEN Johnny).

Et le plus louche, ce sera quand il vous offrira un bouquet de fleurs à son retour, en lâchant un : « pour toi bébé ». Et là ma pauvre, plus y’a d’glaïeuls, plus y s’est foutu d’ta gueule. Ça rime en plus ! Je le sais bien : un jour, j’ai embrassé une fille alors que je sortais avec une autre. Le mal était fait ! Et quel horrible et insoutenable sentiment de culpabilité est apparu en moi, juste pour un petit bisou ! Elle n’a donc eu droit qu’à un petit bouquet de roses (qui m’ aura quand même couté 15 euros).

Bref, ça, c’est balancé, ça veut dire : Mesdames, Mesdemoiselles, faites attention à votre conjoint lorsqu’il vous dit avec un grand sourire, mais regardant ailleurs : « Chérie, je pars en tour ! ». En gros, ça veut dire : « on s’rappelle dans une semaine ! ».

Mais revenons à nos moutons. De ce fait, passer 4 jours à Amsterdam sous la pluie vous propulse dans un climat de suspicion et de paranoïa. Je m’ explique, un beau matin de pluie, je me suis levé et j’ ai dit à tout le monde :

« D U SIEHST GUT AUS . » Voilà ce qu’ on peut retenir de cette tournée, cette expresU HAST sion phare signifiant, pour simplifier, « t’ es bonne » en allemand. Car oui, cette tournée fut américaine, ou ne fut point ! Et l’ américain quand il vient visiter notre bonne vieille Europe veut (et c’ est d’ autant plus difficile pour lui qu’ il traverse divers pays aux moult langages), l’americain

« D

JASON WAKUSAWA Bs kickflip

A

»

« Hey, je reviens, je vais au coffee ! ». Et tout le monde de me dire en coeur en se poilant : « ouais c’est ça ! Tu vas te taper une p... ! ». Et moi de rétorquer : « mais non les gars, je vais juste acheter un peu d’herbe, bande de c...» Et le monde de se poiler et se gausser de moi… Et là de me dire « oh et puis merde une petite - biiip -, ça fait de mal à personne ! ».

DEREK FUKUHARA Fs pop shove-it bs nosegrind 180 out.

soma

35


Ah la Hollandie ! Quel pays merveilleux ! Eh bien c’est tellement merveilleux que je vais arrêter d’en parler. Ah l’Allemagne ! Quel merveilleux pays ! Le lieu de travail du « Du siehst gut aus » Tour 2007. Hélas, Jason eut beau lancer des « Du siehst gut aus » à tout va, et Derek des « Du hast schönen Augen » (tu as de beaux yeux) rien n’y fit, du moins du temps que je fus en leur compagnie. Notre semaine au pays des Weiss Würtz

« WHAT

GOES ON TOUR STAYS ON TOUR

se déroula bien : du skate, des spots, du skate, des gens, du skate, du skate, et peu de visites culturelles hormis une journée passée à Trier (Trëves), où, mais je crois être le seul à l’avoir remarqué, l’on peut voir la maison qui a vu naître Monsieur Karl Marx, connu justement pour sa fabrique de Weiss Würst pendant les trentes glorieuses. Et voilà, le temps passait, l’espace aussi, et j’essayais de traduire des french jokes en anglais, mais en vain. Même celle de monsieur et madame Fly ne fit qu’un bide, qui ne fit qu’augmenter la pile de dossiers que j’ai déjà à mon actif. Je vais vous la raconter, parce qu’ entre fins connaisseurs, mon succès est tout assuré. Voici : Monsieur et madame Fly ont trois fils, comment s’appellent-ils ?

! »

J’en pleure déjà de rire : Abdel, Yves et Akim… Abdel Yves Akim Fly… I believe I can touch the sky ! Ouaf ouaf ouaf ! Mdr ! Mlol ! Xpldr ! Ah vous la connaissiez ? Enfin… Alors que notre, ou plutôt, mon séjour se terminait dans cette ambiance bon enfant, Mikendo et son collègue Mark, pensaient déjà à leur video-report pour le site Transworld, « Filmbot Fridays », qu’il leur faudrait mettre à jour incessamment sous peu, c’est à dire, comme son nom l’indique, tous les vendredis, je me demandais bien ce que j’allais pouvoir raconter sur ces deux semaines de tour, à savoir tout sauf un truc intellectuel, car effectivement, je n’en suis pas un. Souvenez-vous simplement du fameux adage : what goes on tour stays on tour !

< JASON WAKUSAWA Bs tailslide 360 shove-it. > DEREK FUKUHARA FS rock’n roll avec le reflet du truck avant...

36

soma


Les rumeurs les plus folles au sujet de Bastien Salabanzi se sont propagées de spots en spots depuis plus d’un an, chacun y allant de sa créativité pour étoffer la légende. Pendant ce temps là, Bastien, lui, a pris le temps de se retrouver, appréciant de ne pas être pressé, dans un premier temps dans la musique, puis dans un second sur sa board avec son (vrai) crew de la côte d’Azur. Les photos qui suivent ont toutes été prises au skate-park de Hyères, là où Bastien a commencé, au cours des mois de novembre et décembre 2007. Chaque module a été repeint pour l’occasion...

UNE INTERVIEW DE FREDD & DES PHOTOS DE NIKWEN MISE EN PAGE : NICOLAS MALINOWSKY

38

soma

soma 39


« APRÈS DIX ANS DE BONS ET LOYAUX SERVICES, J’AVAIS BESOIN DE RENTRER AU PAYS » Les gens ont envie de savoir ce que tu deviens… Où étais-tu et qu’as tu fais pendant tout ce temps ?

Entre Bastille et Gare de l’Est… J’ai regardé la télé et j’ai dormi. Que s’est-il passé ? Comment se retrouve t-on subitement sans sponsor alors qu’on a tout ?

À mon arrivée aux Etats-unis j’avais 14 ans, la tête pleine de rêves et le corps prêt à tout. Il est possible que mes sponsors de l’époque, comme Flip, n’aient pas anticipé le Bastien que je suis devenu. En relisant ton interview dans Thrasher, celle que tu as faite en 2003, je me suis rendu compte que déjà à ce moment-là, tu disais qu’après trois ans à skater et filmer à fond tu ferais bien une pause, que ton corps le demandait. Ta « disparition » était donc déjà programmée à l’époque ?

Quelles sont les rumeurs les plus folles que tu aies entendu par rapport à ton absence dans les médias ?

L’une de mes préférées est celle au sujet des drogues. Je n’ai jamais, malgré l’environnement dans lequel j’ai pu me trouver, été tenté de goûter à aucune drogue chimique quelle qu’elle soit. Ces merdes, ça fout le cafard… Où vis-tu ? Que fais-tu aujourd’hui ?

Je vis dans le sud de la France, en skatant énormément et en jouant little Stevie d’avantage. Lequel, celui qui fait des manuals ou un de ceux qui font de la musique ?

J’adore Stevie Williams mais le little Stevie en question n’est autre que ma [guitare] handmade 1962 SRV Stratocaster équipée de Pick up 59. Il m’arrive souvent de passer des nuits blanches en sa compagnie…

Pas du tout. Perso je trouve qu’une pause et une disparition sont 2 choses radicalement différentes. Après dix ans de bons et loyaux services j’avais besoin de rentrer au pays, dans le but de me retrouver.

BS kickflip. 40

soma

soma 41


Switch heelflip switch nose manual fakie tre flip out.

42

soma

soma 43


« DE VRAIES SESSIONS DE PLAISIR, ESSENTIELLES À L’ÉPANOUISSEMENT DE TOUT ÊTRE HUMAIN… » Ça fait quoi de retrouver Hyères et ses autochtones ? Est ce que tu avais gardé le contact avec tes potes du sud et avec ta famille pendant que tu vivais aux U.S. ?

Carrément, garder le contact avec mes origines et mon sang est quelque chose qui restera toujours essentiel à mon équilibre.

C’est le retour aux sources nécessaire après une trop longue période aux U.S. ?

Pour nous, européens, les États-Unis, le Brésil, l’Australie « will never feel like home »… La guitare a pris pas mal de place dans ta vie (et beaucoup de place dans l’appart’ de Nikwen…) je crois…

Désolé Nikwen ! Elle a aussi pris beaucoup de place dans mon cœur. Chaque coupure sur mes doigts reflète toutes ces journées à explorer le Rosewood de mes Stratocasters !

BS noseblunt slide. 44

soma

soma 45


Je crois avoir entendu dire que tu jouais régulièrement dans un club à Paris…

« LES SPONSORS C’EST UN PEU COMME L’AMOUR, QUAND ON CHERCHE ON NE TROUVE JAMAIS ! »

Où en es-tu de la photo ? Je me souviens avoir vu de très bonnes photos que tu avais prises en Afrique, au Gabon je crois.

Et la vidéo Lakai ? Ça t’intéresse encore ce genre de choses ?

Oui, des jam-sessions. C’est assez patique pour former un novice qui tente de jouer d’un instrument. J’ai eu la chance aux US de rencontrer des musiciens expérimentés qui ont eu la gentillesse et la patience de me transmettre quelquesunes de leurs connaissances qui feront à jamais partie de mon style, mais il n’existe aucune école comme celle d’Albert King, Jimi Hendrix, Buddy Guy, Albert Colins, Roy Buchanan, Jimmy Page, Ray Charles, Bob Marley, Otis Redding, Marving Gaye, Willy Dixon, Robert Jonhson, et bien entendu the one and only Stevie Ray Vaughn !

Excuse toi ! - (rires) - Au Congo tu veux dire ! La photo fut contrainte de laisser place à la musique. Mais t’inquiètes, mon sac photo fait toujours aussi peur !

Oui, Marc Johnson est incroyable mais en même temps on connaissait l’animal. Guy Mariano, ça fait tellement plaisir… Lucas, qu’il continue ! Pour moi cette vidéo reste comme la « Mouse », une source d’inspiration intarissable. Ty Evans déchire…

Et où en es-tu avec le skateboard ? À voir les photos de cet article, ça semble aller pour le mieux, pourtant tu n’as pas énormément skaté pendant ta période parisienne. Quel est ton rythme de skate aujourd’hui ?

Est ce que tu as gardé le contact avec tes anciens team-mates ?

À l’époque de Paris, une journée classique ressemblait à celle d’un adolescent ricain obèse en mode télé, manger, dodo. Puis de retour à Hyères, l’excitation et la motivation ont évidemment pris le dessus sur ma baisse de motiv’ et cet ancien style de vie parisien, d’où cette interview.

Est-ce qu’aujourd’hui tu abordes le skateboard de la même façon que lorsque tu étais aux US ?

Tu sais, le skate aux US ressemble plus à une usine de chaussures à Shanghai qu’à un rêve, une passion ou même un style de vie que nous, français, appelons le skateboard. À 22 ans, le fait de me réveiller tous les jours à deux minutes du skate-park me permet d’apprécier, en compagnie de mes amis d’enfance, de vraies sessions de plaisir essentielles a l’épanouissement de tout être humain… - (rires) -

On a parcouru tellement de kilomètres et voyagé sur tant de continents ensemble que j’étais persuadé qu’ils feraient partie de ma vie et de mes amis, mais malheureusement il est possible que je n’ai pas compris la vraie nature de l’amitié. Mais je n’oublierais jamais Salman Agah, Steve Van Doren, Rune Glifberg, Geoff, pour leur confiance et leur gentillesse. Merci pour tout ce qu’ils ont fait pour moi à mes débuts. Tu cherches un nouveau sponsor ?

Tu sais les sponsors c’est un peu comme l’amour, quand on cherche on ne trouve jamais ! Comment vois-tu ton futur dans le skateboard ? Et ton avenir en général ?

Étant donné que ce repos de 2006 a été bénéfique au point de vue psychologique et, bien entendu, pour mon corps, je ne me suis jamais senti autant en accord avec ma personne. Avec l’aide de Jart, j’ai en ma possession toutes les cartes pour mener à bien mes plus grands projets... Est-ce que cette interview annonce le véritable comeback de Bastien Salabanzi ?

Pour un come-back, il aurait déjà fallu que je parte, cependant le futur est aujourd’hui. Je remercie ma plus grande fan maman, les frangins, Albert, Jart skateboard, les potes du sud (le crew) et tous les gens qui ont pendant une seconde tenté de se glisser dans mes pompes… Merci. Lao Wilt coming soon…

Kickflip to fakie. 46

soma

soma 47


LES QUESTIONS À CHOIX MULTIPLES DE

PHOTO : TURA (sauf indiqué) & LEGENDES : VOICI™ MISE EN PAGE : NICOLAS MALINOWSKY

Les badauds se demandent si Bastien Duverdier va se casser la binette lors de ce périlleux drop-in... mais il s’en sort finalement sans encombre.

Selon toi, comment appelle-t-on, à Paris, la région sud-ouest de la France ?

La Califrançaise Le Bled Biarritz Le meilleur des mondes Quel nom donnes-tu aux habitants de la capitale ?

Les sales parisiens Les têtes de chiens Les putains de parigots Les têtes de veaux Les sponsors c’est bien pour :

Se faire du pognon sur Ebay

48

soma

Attraper des filles Faire croire à ses parents qu’on fait un truc sérieux Eviter de frauder dans le TGV Si je n’avais plus de sponsor :

Je me trouverais un job Je ne pourrais plus faire de skate Fini les primes-paru Je serais moins emmerdé Travailler c’est :

Pour les pauvres Pour les feignants Pas un problème Pas possible avec le skate

soma 49


Quel est la pire chose qui soit arrivé à la jeunesse française des années 2000 ?

La tektonik La disparition de Big Brother magazine Myspace Sarkozy L’endroit où tu passes le plus de temps :

Sur MSN A la salle de muscu Aux chiottes A la bibliothèque Le surf, c’est :

Génial Pour les beaufs Difficile Un sport de glisse aquatique Les skateparks, ça :

Tue le street Sert à s’entraîner pour la compèt’ Va de temps en temps Permet aux parents d’être rassurés

Ce que les filles préfèrent chez toi :

Le fait que je porte des pantalons moulants Le fait que je fasse du skate Le fait que je sois plutôt beau gosse Le fait que je leur paie des coups à boire Parmi ces courants musicaux, duquel te sens-tu le plus proche ?

Le death metal Le grind core Le trash metal Le rap Reformulons la question, quel chanteur mort te donne le plus de plaisir à écouter ?

Frank Sinatra Serge Gainsbourg Bobby Lapointe Tupac Shakur Se retrouver en couverture de Thrasher, c’est :

La consécration Pas de chance La honte Mieux que de faire la couverture de Sugar

à quel âge as-tu eu ta première relation sexuelle ?

Vers 9 ans, contre ma volonté Je ne m’en souviens plus, j’étais trop saoul A 17 ans et demi Je te dirai ça quand ce sera arrivé

Si Bastien Duverdier avait un ostéopathe, il hurlerait devant cette photo ! Au lieu de faire des ollies crails, il lui conseillerai de se reposer en écoutant du Verdi. / © Donger

50

soma

soma 51


Rares sont ceux qui ont osé taquiner l’arête de ce spot pour tester sa grindabilité. Intrépide, Bastien Duverdier attaque le monstre en backside 5-0 grind nose grab.

Combien faut-il de skateurs pour changer une ampoule ?

Deux qui la tiennent Trois qui l’ampoule Huit, dont un qui filme Un seul, avec l’aide d’un ami

Ce que je pense de ce QCM :

Vous m’avez bien pris pour un couillon J’m’en suis pas trop mal sorti Vous allez vraiment publier ça ? J’avais des choses à dire, je les dirai dans ma prochaine interview dans Thrasher

Ta philosophie du skate :

« Tout drop droppable doit être droppé » « Skate and destroy » « Skate and create » « Plus qu’un sport, plus qu’un art, un spart (ou un ort) »

52

soma

soma 53


LES QUESTIONS À CHOIX MULTIPLES DE

PHOTO : DAVY VAN LAERE MISE EN PAGE : NICOLAS MALINOWSKY & LEGENDES : VOICI™

54

soma

soma 55


Tu as commencé le skate :

Sur un malentendu Après le roller Après avoir vu une 411 « best of » Parce que j’en avais marre de l’arbitre

Bastien Marlin n’as même pas peur d’attraper le tétanos lors de ce ice plant to fakie sur un bidule terriblement rouillé.

Le meilleur surnom qu’on t’ai donné :

Marlin l’enchanteur Leroy Marlin Bastien Duverdier Barlien Mastien Parmi ces tricks, lequel existe ?

Half-cab mactwist Slob air Frontside indy Karaté flip D’après toi, comment s’appellent les habitants de Montpellier ?

Les marseillais Les moustachus Soit par interjection, soit par téléphone Les chiens-capuches Ta philosophie du skate :

« j’irai au bout de mes rêves, où la raison s’achève » « Skate or die » « Skate or live » « Tant que ça roule, c’est cool » Ce que j’attends le plus de mes sponsors :

Qu’ils m’envoient le matos dont j’ai besoin Qu’ils m’envoient des billets de train Qu’ils comprennent que les contests, c’est pas mon truc Qu’ils ne me surestiment pas Ce que les filles préfèrent chez toi :

Ma mèche Le fait que je puisse éventuellement leur filer des slip-ons à damier Mon côté philosophe Difficile à dire sans heurter la sensibilité des plus jeunes Les filles que tu préfères :

Les pom-pom girls Les majorettes Les MILF Les secrétaires ou les infirmières Parmi ces courants musicaux, duquel te sens-tu le plus proche ?

L’electro La techno L’emo La variété française des années 82-86

(Ndlr : un slob air est un mute en fs. Le fs indy n’existe pas. Et puis 2D était un zine 100% skate paru entre 1998 et 2002.)

56

soma

soma 57


Parmi ces chanteurs morts, lequel te donne le plus de plaisir à écouter ?

Bob Marley Johnny Halliday Johnny Cash Charles Trenet Le snowboard, c’est :

Facile Pour les grenoblois Trop cher Pas mon truc Quel est la pire chose qui soit arrivé à la jeunesse française des années 2000 ?

L’apparition des Ipod sur les spots L’ellimination de la France en finale de la coupe du monde de foot Facebook Sarkozy Le job que je serais incapable de faire :

Convoyeur de fonds Team manager Cuiseur des hamburgers dans un fast food Rédacteur pour un mag de skate Quel magazine de skate aujourd’hui disparu regrettes-tu le plus ?

Big Brother Ride On Simili 2D Les contests c’est :

pour les sportifs trop de stress un bon moyen de se faire de l’argent de poche l’occasion de revoir tout le monde Quel héros des temps modernes t’inspire le plus ?

Christian Hosoi Spider Man Steve-O Harry Potter L’endroit où tu passes le plus de temps :

Sur internet Dans des trains Au skatepark Au bar/en boîte Ce que je pense de ce QCM :

C’est vraiment n’importe quoi J’m’en suis pas trop mal sorti C’est déjà fini ? Je sais pas qui va le plus passer pour un imbécile, vous ou moi…

58

soma

Pas un mur ne résiste à Bastien ! Il faut bien dire, pour ce genre de manoeuvre, c’est de loin Marlin le roi...

soma 59


KENAN BOUCENNA Kickflip BS tailslide BS flip out, PARIS © TURA

60

soma

soma 61


FLEX O’CONNOR Varial flip to long jump, BARCELONE / © Julien DENIAU

62

soma


JOHN KROSSER FS nosegrind to 5-0 180 out, PARIS / © TURA

64

soma


AKIM CHÉRIF Kickflip bodyvarial Bs revert, LA DÉFENSE / © TURA


Photo: Trinh Photo: Trinh

JIMMY CARLIN HARDFLIP Los Angeles JIMMY CARLIN HARDFLIP Los Angeles

Model Shown in Black / White / Maxx242

South Bronx the Model Shown in Black / White / Maxx242 South Bronx the Model Shown in Black / White / Maxx242 South Bronx

the

division69@templar.fr

AVAILABLE AVAILABLE AVAILABLE NOW! NOW! NOW!

http://phobos.apple.com/WebObjects/MZStore.woa/wa/viewPodcast?id=270192683

FEED THE NEED dĂŠsormais disponible sur :


TEXTE

: MATHIEU DUBOST & PHOTOS : RAPHAËL HACHE MISE EN PAGE : NICOLAS MALINOWSKY

NON, LE COSTA RICA N’EST PAS UNE ÎLE. Situé entre le Nicaragua au nord et le Panama au sud en Amérique centrale, le pays s’ouvre à l’ouest sur l’Océan Pacifique et à l’est, sur les Caraïbes. L’océan est à 31 degrés, la population accueillante et la vie y est très bon marché... De plus le Costa Rica est connu pour sa scène surf et même sa petite scène skate. J’ai longtemps réfléchi, et puis au bout de cinq secondes, j’ai acheté un billet d’avion. Deux personnes m’ont accompagné : Raphaël (un ami photographe) ; et mon collègue de surf, qui n’est pas n’importe qui. C’est pourquoi je vous demande de poser ce magazine, de vous lever et d’applaudir l’incroyable, l’inégalable, l’incomparable Chandelle, ou plutôt Chandelito ! Oui, messieurs dames, je suis parti au péril de mes nerfs et de ma santé, deux mois non-stop, 24h sur 24 au soleil avec la bête noire du skateboard français !

70

soma

DURANT LE TRAJET EN AVION, j’ai appris que le président du Costa Rica avait reçu un jour le prix Nobel de la paix, que ce pays ne possédait pas d’armée, mais qu’en cas de problème l’armée Américaine se tient prête à intervenir. Ceci ne faisant pas l’unanimité chez les voisins du Costa Rica tels que le Nicaragua, le Panama, le Mexique, etc. Décidément les Américains sont détestés de partout. Étonnant quand même, car à part envahir le monde pour des questions de pognon, de pétrole, pourrir les mentalités avec leurs shows télé d’attardés et leurs hamburgers de merde, il ne font rien fait de mal… Mais revenons-en au Costa Rica. Le salaire moyen d’un ouvrier est de 140 euros par mois, ce qui le classe dans les pays en voie de développement d’après certains… Et ce développement dépend des Américains qui investissent des milliards chaque année là-bas. Moi, je trouve que le Costa Rica est un pays pauvre, où les gens savent se débrouiller, mais en voie de « sous-développement » à cause des ricains. Ceci dit, c’est vrai que si on regarde le nombre de résidences de riches, d’immeubles moches, de plages privées et de fast-foods qui augmentent chaque année, c’est vrai que le CR tend à ressembler au pays des gros lards qui jouent les cow-boys dans le monde entier… J’ai du mal à considérer ce genre de choses, je ne suis peut-être pas assez évolué, j’ai plutôt tendance à m’extasier devant un singe qui casse une noix de coco sur

un arbre plutôt que d’être ému devant le nouveau Ikea qui vient d’ouvrir. Nous voilà donc au Costa Rica afin de fuir l’hiver, à San José, la capitale, où nous avons attendu Chandellito pendant trois jours à cause d’une histoire de photo recollée sur son passeport… San José est une ville assez chouette à skater car l’architecture offre pas mal de spots. Mais côté sécurité c’est un peu limite : pas mal de gens sont armés et les braquages sont choses courantes. Dès le premier jour, une dame nous affirme qu’une amie à elle s’est faite braquer la veille en pleine journée. Par chance, au même moment, trois types qui sortaient de leur bureau ont fait fuir le malfrat, car tous les trois étaient armés. Plutôt rassurant comme introduction… Lorsque Chandellito est arrivé, nous sommes partis en direction de Jaco, sur la côte pacifique. Son oncle habite làbas, dans une maison qui possède une vue magnifique sur la jungle et le Tarcoles (une rivière infestée de crocodiles qui se jette dans l’océan). Le matin, tu es réveillé par les kongos (des petits gorilles) qui hurlent dans la jungle : puis au petit-déjeuner sur la terrasse, c’est au tour des aigles, toucans et autres perroquets multicolores de te souhaiter un bon début de journée. La vie, la vraie ! « Pura vida » comme ils disent ! soma 71


Mathieu DUBOST rentre dans le bowl à l’aide d’un wallie layback lipslide reverse, enfin... une figure qui fait rire les enfants !

« ON EST LOIN D’ÊTRE LES PLUS À PLAINDRE, MAIS UNE CHOSE EST SÛRE, C’EST PAS TOUJOURS DANS LES PAYS "RICHES" QUE L’ON TROUVE LE PLUS DE JOIE DE VIVRE. » Nous sommes restés presque trois semaines là-bas, à surfer, skater, visiter, faire des canopis (tyroliennes géantes qui descendent sur des centaines de mètres au-dessus de la jungle pour finir à quelques pas de la mer), etc. Ceci dit, on était content de bouger vers le Sud, car Jaco a beau être sympa à vivre, on finit toujours par se lasser. Par exemple : difficile d’aller dans un bar sans être entourés de gros ricains cinquantenaires qui passent leurs soirées en compagnie de prostituées de 16 ans. Franchement, quand je vois ça, j’ai envi de… stop… pardon, j’ai failli déraper… (vous venez d’assister à de l’autocensure : grande performance d’écrivain qui consiste à s’auto fermer sa gueule avant d’écrire l’irréparable). Passons… Nous sommes donc partis vers le sud, du côté de Golfito. Nous avions entendu parler d’un petit village qui avait l’air de ressembler au paradis. Son nom : Pavones. Il nous aura fallu deux jours pour le trouver mais dès la première minute, j’ai ressenti une sensation de bien-être jusque-là inégalée… Nous y sommes restés un mois, et c’est certainement le mois le plus beau de ma vie. Des rencontres incroyables, que ce soit avec des hommes ou des animaux, des paysages hallucinants et une vie simple. Le fait que Pavones n’ait pas encore été envahi par les Américains fait que la vie n’est pas faussée par la prostitution, la drogue, les marques, la télévision, etc. Là-bas les gens sont gentils, intelligents, respectueux et intéressants. Ils s’entraident et vivent simplement. Eux savent vraiment ce que « vivre » signifie. Il doit y avoir mille habitants à Pavones, un unique endroit pour se restaurer, une épicerie et rien de plus : juste la sérénité et la nature. Pas de goudron. La nature est généreuse avec les surfeurs locaux puisque la vague de Pavones est la deuxième plus longue gauche du monde (vague qui

72

soma

déroule de la gauche vers la droite quand on regarde de la plage). Tu peux surfer la vague pendant trois minutes, si bien qu’à la fin tes jambes brûlent tellement l’effort est long et intense. Côté skate tu peux faire du flat devant la petite école car il y a une bonne dalle en béton. Un enfant de là-bas s’est même construit un quarter. Alors on allait faire un peu de courbe devant chez lui et tous les enfants du village venaient skater avec nous. De grands moments… Chaque semaine nous allions faire des courses au Panama (à une demi heure de voiture de Pavones) car c’est encore moins cher, et on peut y faire un peu de street. Skater dans ces pays est vraiment motivant car les spots sont souvent originaux et entourés de décors atypiques. Il est rare de se faire virer sauf pendant les heures consacrées à la sieste. Seuls inconvénients : la chaleur et le sol qui parfois obligerait d’avoir des roues en 90mm… Deux jours avant notre retour en France, nous avons skaté un park en béton au pied du volcan Arenal, qui est en pleine activité (le soir par temps dégagé il est possible de voir de la lave s’écouler). Cette session marquait la fin de notre séjour… Pendant le vol de retour, je fais nostalgiquement le bilan de ces deux mois. Je repense aux sessions de skate avec les enfants, aux vagues interminables de Pavones, de la session de surf avec le requin, de celle avec le crocodile, des galères avec la voiture, des prises de tête avec Chandelito et de la beauté du pays en général. Toutes ces sensations sont encore en moi. Je n’ai pas vraiment envie de rentrer en France… J’ai l’impression que beaucoup de mes compatriotes ne se rendent pas vraiment compte de la vie qu’il y a ailleurs, et de la vie qu’ils mènent. On est loin d’être les plus à plaindre, mais une chose est sûre, c’est pas toujours dans les pays « riches » que l’on trouve le plus de joie de vivre.

soma 73


NOW SA T: +34 93 336 8970 F: +34 93 336 8979 info@now.es

louie barletta


CHET EST UN TYPE SYMPA. UN PEU AGITÉ MAIS SYMPA. MARRANT MÊME, INCROYABLE EN COURBE ET ACCESSOIREMENT ROUX. POIL DE CAROTTE, ROUQUEMOUTE, APPELEZ ÇA COMME VOUS VOULEZ, N’EMPÊCHE QU’IL EST ROUX, ET SYMPA ET AGITÉ… BREF, ON L’A CROISÉ VITE FAIT ET ON A DÉCIDÉ DE S’ATTARDER LÀ-DESSUS. RIRONT QUI VOUDRONT.

texte & pola par TURA

Tu dois choisir entre trois concerts le même soir : Blonde Redhead / Red Hot Chili Peppers / Redman

Redman ! Hein, pourquoi pas du hip hop ?

Le meilleur endroit dans l’univers : Le Red desert dans le Wyoming / La planète rouge (Mars) / Le Red Light District à Amsterdam

Le red light district ! J’y suis allé, j’ai fait le tour, et j’ai pris des photos des filles à poil ! Qu’est-ce que tu préfères ? Un homard (Red lobster) / Une pizza pepperoni / Un roast beef sanglant

Quel est le meilleur outfit ? Un pantalon avec une jambe rouge et des mèches rouges / Des shoes rouges avec une New Era rouge / T-shirt rouge, lacets rouges

Le t-shirt rouge, je mets ce qui me tombe sous la main, je ne suis pas une fashion victim, j’ai pas le temps pour ça ! Mon truc c’est la « free fashion » !

Que préfères-tu ? RedBull / Bloody Mary / Bière rouge belge

Le bloody Mary, parfait un lendemain de cuite !

Une putain de pizza pepperoni !

Le meilleur spot : Brookyln banks / Pink Motel / Ce skatepark tout rouillé en bas de la rue

Quelle est la plus jolie fille rousse ? Julia Roberts / Gillian Anderson / Pink

Qui est le meilleur skateur roux ?

Ce skatepark de merde au bout de la rue.

Je dirai Julia Roberts, une femme mature. Une MILF !

Wieger, sans hésitation. Plein d’énergie et toujours prêt à faire la fête !

De qui tu te sens le plus proche physiquement ? Robert Redford / Chuck Norris / Ronald McDonald / Le prince Harry

La dernière fois que quelqu’un s’est moqué de ta couleur de cheveux…

Réponse E, aucun d’entre eux !

Tu sais quoi, ça doit arriver tous les jours et sûrement au moment où j’ai mis les pieds ici, mais comme j’entends mal, ça va !

backside bluntslide over the trou. Photo : DR. 76

soma

soma 77


Le problème avec les contests qui ne durent qu’une seule journée, c’est qu’on en retire moins d’anecdotes croustillantes que lors des grands rendez-vous de 4 jours comme ceux de Bale ou de Prague où chaque soir est source de scandales en tout genre. Et c’est un problème pour nous, les « fouilles merdes » also known as « les médias », parce que les ragots, je ne vous apprend rien, c’est notre gagne pain. L’avantage, par contre, c’est qu’on a pas le temps de s’ennuyer et ça, c’est quand même pas mal, surtout pour moi qui ne fait même pas de photos. En fait, pour les gens comme moi, la Cosa Cup n’est pas loin du contest parfait, puisque l’équipe des juges est composée de nous, les gens travaillant pour les mag de Skate français. J’avais donc un truc à faire, sans pression non plus parce qu’on est à Chelles et qu’à Chelles ils sont cools, et entre chaque runs, j’avais même le temps de faire un coup de mini rampe, histoire de ne pas rouiller complètement à la table des juges. Comment qu’j’la kiffe la Cosa Cup !

LE CONTEST « PAR ÉQUIPES » DU SKATEPARK DE CHELLES

Ce qu’il faut savoir de cette « compétition », c’est que c’est pas plus dormi donc, est resté défendre les couleurs de par équipe de trois que ça se joue, par « team » même. Volcom -quel professionnalisme- et il s’en est assez bien On a donc pu y voir une équipe Trauma composée de Ben sorti, même si on sentait un peu (beaucoup) la fatigue. Sa Delaboulaye, Wallid Mamine et Julien Mérour, mettre à chance fut de faire équipe avec Ivan Rivado, qui à lui seul l’amende le team d’une grande multinationnale composé assurait le spectacle. Il a d’ailleurs remporté le contest de pourtant des très bons Marc Haziza, mini rampe ex-æquo avec Mocquin. Max Géronzi et Heinrick Peccatus. Hein ? Guillaume Mocquin ? « LA REVANCHE DES PETITS Ca faisait drôle. La revanche des Quel dingue lui ! Il a skaté à bloc ARTISANS SUR LES GRANDS petits artisans sur les très grands toute la journée, allait souvent bien INDUSTRIELS » industriels en quelque sorte. Mais trop vite pour rentrer ses tricks, mais qu’une chose soit claire : tout le monde a très bien skaté, jamais il n’a levé le pied. On peut dire qu’il n’a pas triché j’ai d’ailleurs rarement vu un contest où les skateurs sem- une seule seconde et qu’il mérite bien d’avoir remporté blaient aussi motivés. Ça faisait plaisir à voir. le contest de street avec ses collègues d’Element, Julien Bon, heureusement, il y a eu des exceptions, dont deux, Bénoliel qui skatait tout aussi bien et Gauthier Rouger venant tout droit de Grenoble et dont je ne suis pas peu qui gérait la partie technique. Bravo à eux, donc, bravo fier… Jutix (qui skatait pour l’équipe Carhartt) et qui avait à Cosa Nostra pour l’organisation, bravo à Jutix pour sa fêté ses 23 ans toute la nuit, a subitement disparu après disparition surprise et bravo à vous d’être arrivés au bout son premier run (lamentable premier run, me permets-je de ce texte. de préciser). Il n’a prévenu personne, il est juste rentré Voilà, la Cosa Cup n’a duré qu’une seule journée, mais elle chez lui dans son nouvel appart’ parisien, pour dormir. fut idéalement bien remplie, j’ai envie de dire : vivement Charles Collet, qui avait festoyé avec lui et qui n’avait l’an prochain. -FD

Florentin Marfaing, nollie big spin 540 / © TURA

78

soma

soma 79


80

soma


Des trottinettes et rollerskates du début du 20ème siècle, puis des premiers skateboards des années 50 et 60, en passant par les planches aux décos aux couleurs folles des années 80 et 90, jusqu’aux décos et formes actuelles des planches d’aujourd’hui… Nous avons un peu de tout. Notre éventail de visiteurs va du tout jeune skateur au vétéran « old school », mais aussi des parents, non pratiquants, ou des grands parents qui viennent découvrir l’immense variété d’objets dérivés du skateboard allant de toiles d’artistes, de chaussures, de T-shirts, trucks, roues, vidéos, magazines, trophées, gadgets en tout genre et autres objets plus ou moins loufoques en rapport avec la planche à roulette. Sont également mis en lumière d’autres aspects du skateboard, comme son développement technique et culturel ainsi que son influence sur l’art contemporain, la mode ou le cinéma. Plus de 1000 pièces sont exposées pour témoigner de ce qu’était le skateboard et de ce qu’il est aujourd’hui.

PAR

DANIEL SCHMID

MISE EN PAGE PAR MARKE NEWTON

L E « SKATEBOARD MUSEUM » SE TROUVE À STUTTGART, en Allemagne, et c’est le seul du genre en Europe. L’idée de base était de créer une simple exposition provisoire à la fin de l’année 2003, mais face à l’immense intérêt manifesté pour ce projet, nous (Daniel Schmid & Juergen Blümlein) avons rapidement décidé d’en faire un véritable musée permanent : le musée de l’histoire et de la culture du Skateboard.

La dernière étape, et pas la moindre, fut la construction du Bowl dans l’enceinte du Musée, qui permet d’équilibrer le temps de pure contemplation et celui de l’action. (Merci à Lars de Carhartt, Jörg Schaller et Matt Grabowski de Sk8park Project qui l’ont construit.) Oh, j’oubliais presque, L’ENTRÉE EST GRATUITE ! Vous n’avez donc absolument aucune excuse pour ne pas passer nous rendre visite ! L’adresse : Filmhaus Stuttgart, 2ème étage, Friedrichstrasse 23A, à Stuttgart donc. www.skateboardmuseum.de

L’exposition s’est aussi pas mal déplacée dans divers musées, dans le cadre d’expos consacrées au skateboard ou pour certaines occasions spéciales comme « Made For Skate » consacrée à l’histoire de la chaussure de skate ou « The Mag We Read », sur l’histoire des magazines de skateboard. Nous sommes ainsi allés à Berlin, Barcelone, Zürich, Londres, Vienne et nul doute que nous nous déplacerons encore dans le futur. À l’occasion de ces expos nomades, nous avons invité divers artistes connectés au skateboard tels que Jeremy Fish, Stephan Marx, Andy Howell ou Todd Bratrud qui ont réalisé des œuvres originales sur les lieux même d’exposition. < JÖRG SCHAELLER Rock to fakie / © BERTRAND TRICHET

82

soma

soma 83


E L E

N

V

R

A

C

D O C U M E N TA I R E

J E U C O N C O U R S T R AV E L

Enfin un vrai bon documentaire sur le skateboard.

Répondez correctement aux questions suivantes et remportez un des cinq jeux de roues offerts par Travel. Envoyez vos réponses à info@somaskate.com

The man who souled the world raconte la folle épopée de Steve Rocco dans l’industrie du skate. Ancien pro de freestyle tout de fluo vêtu décidant de s’attaquer aux géants de l’industrie. Que ce soit bien clair, ce type est complètement cinglé, mais on ne peut nier un certain génie dans sa façon de voir la vie. Rocco est entré dans le business (du skate) comme on entre en guerre et, en un claquement de doigt il a complètement réinventé les règles. Si vous skatiez dans les années 90 il vous faut absolument voir ce documentaire. Vous comprendrez un bon paquet de choses, et notamment pourquoi Simon Woodstock a subitement disparu, comment Jason Lee a refusé un chèque de 10 000 dollars de la part de Rocco, ce que devient Jovontae Turner, comment Rocco a involontairement aidé Howard, Caroll, Koston et toute la bande a créer Girl skateboards, si Rodney Mullen est toujours aussi insupportable à écouter parler, pourquoi Rocco a un jour décidé de lancer Big Brother, comment Larry Flynt s’est ensuite intéressé à Big Brother… Etcetera, etcetera. Aujourd’hui Rocco va bien, il a revendu World une petite fortune et fait du tir au pigeon depuis son balcon… -FD

Quel est le surnom de Wilfried Mandereau ? - Mao - Crao - Tao Quelle est la couleur de peau de Bertrand Soubrier (attention au piège) ? - Blanche - Noire - Rouge Quel skateur ne fait pas partie du team Travel ? - Vincent Bressol - Tony Hawk - William Phan

3 COME BACKS RÉUSSIS

3 COME BACKS FOIRÉS

- Shiloh Greathouse - Guy Mariano - Chad Muska

- Christian Hosoi - Tony Alva - Donny Barley

L E

M A G N I F I Q U E

B O U Q U I N

T R O I S

M I N U T E S

TONY COX, JAVIER MENDIZABAL ET FERNANDO ELVIRA ONT PLUSIEURS POINTS COMMUNS. ILS FONT TOUS DU SKATE, SONT TOUS PLUS OU MOINS DES ARTISTES ET ONT TOUS LES TROIS

BARCELONE EN DÉCEMBRE. FERNANDO ENSEMBLE, ET TONY SEUL DE SON CÔTÉ. NOTRE ENVOYÉ SPÉCIAL BERTRAND TRICHET Y ÉTAIT, ET D’APRÈS LUI, C’ÉTAIT TRÈS BIEN. IL A MÊME FAIT QUELQUES EU UNE EXPO À

JAVIER

ET

PORTRAITS ET LEUR A POSÉ DES PETITES QUESTIONS. LEUR

«

NOUS, ON AURAIT BIEN AIMÉ VOIR » MAIS ÇA AVAIT L’AIR TRÈS

TRAVAIL

COMPLIQUÉ, ON A TOUT JUSTE PU RÉCUPÉRER CETTE IMAGE D’UN SERPENT FABRIQUÉ AVEC DES MORCEAUX DE GRIP IMAGINÉ PAR

ET

JAVIER.

ON A EU LA FLEMME DE TRADUIRE LES

INTERVIEWS…

JAVIER MENDIZABAL Tony’s artwork is… Tony`s artwork is like Tony, sometimes beautiful and funny and sometimes can be really dark ! How long do you know each other ? I met tony on the dance floor at some wedding in California and a few days after that we went to Japan and Hawaii together. I think that was in 2002. What did you like the most in Tony’s artwork ? I liked his photos the most, I really liked them, especially the ones with the two girls in white dresses... What did you like the least ? The white wine was pretty bad. What do you like best : going to your art-show opening or to someone else’s ? I think it´s more exciting to go to your own opening. After spend the last weeks at the studio working with the photos and paintings an not seeing anybody beside Fernando, it´s nice to set up everything and invite to your friends. How did you feel during your opening ? Happy ! How did you feel during their opening ? Hang over from the night before but happy to be there with my friends and Tony. We have a lot of friends in common ! One funny quote you heard during one of the exhibitions ?

D E

S K A T E - A R T Tony told me « fuck you ! » when he saw me at his show ! Is there already another exhibition planned ? Just plans !

TONY COX Fernando’s artwork is… Colorful an poppy. How long do you know each other ? I met Fernado in 1998 and I met Javi in 2002. What did you like the most in Fernando’s artwork ? I really liked the green Jesus painting and the tree scuplture of iron. What did you like the least ? The brightness of the gallery. What do you like best : going to your art-show opening or to someone else’s ? That is a given… someone elses. How did you feel during your opening ? Really stoned. How did you feel during their opening ? Stoned less. One funny/weird quote you heard during one of the exhibition ? Is Madonna really in the back or is that a rumor ? Is there already another exhibition planned ? Yes ! FERNANDO ELVIRA How long do you know Tony ? I met Tony in ‘98 in San Francisco at a raw food restaurant. We printed big balck and white photos together with Dennis Mcgrath. What did you like the most in Tony’s artwork ? Refined style, zen-like compositions. What did you like the least ? All his pieces should be framed. What do you like best : going to your art-show opening or to someone else’s ? Definitely going to my own art-show, that means that i am doing what i am suposed to do. How did you feel during your opening ? I felt strangely relaxed. How did you feel during their opening ? I felt sore due a previous walking-yoga-jump rope-skating action-packed day. One funny/weird quote you heard during one of the exhibition ? « This drawing is to be analyzed when you are stoned ».

D ’ I M A G E S

Ce livre s’adresse aux fans. Et je sais qu’il y en a parmi vous ! Pour les autres, Evan Hecox est celui qui dessine sur les boards Chocolate, s’occupe des logos et de tout l’aspect visuel de la marque. Il vient de sortir un livre donc, recueil de croquis, aquarelles et autres dessins… Rien à lire, juste des images à regarder au coin du feu pendant des heures, sur une peau de bête. -DT « Urban Abstract » par Evan Hecox. Edité chez BeeLeeGee. 160 pages, 40 dollars.

84

soma

soma 85


10 CHOSES QUE VOUS NE SAVIEZ PAS À PROPOS DE FREESTYLER Oui, on a piqué cette rubrique au magazine Skateboarder. Et alors ?

Avant de commettre Soma avec mon ami Tura, j’ai travaillé pendant dix bonnes années chez Freestyler. Un magazine édité par une vraie maison d’édition, dans de vrais locaux, équipés d’une machine à café, d’un service compta, de patrons, de collègues sympa, d’autres très cons… une boite quoi. Bref, en dix ans, il s’est passé pas mal de choses dont certaines sont racontables et Tura me saoule depuis des mois pour que je vous en parle… Voici donc, pour la première et dernière fois : 10 choses que vous ne saviez pas à propos de Freestyler. 1 La pré-histoire

Le premier numéro de Freestyler est sorti en 1993 et contenait 2 photos de skateboard. C’était un magazine de snowboard freestyle, hors série du magazine Snow Surf. Son nom était alors, attention, « Snowsurf Freestyle ». Il était fait par deux skateurs lyonnais, membre actifs de l’AFM (Association France Médisance), et en deux numéros ils ont réussi à se fâcher à vie avec Nicolas Droz, un certain Guillaume Chastagnol et tout un tas de gens. Du bon boulot. Les éditions Nivéales n’ont pas souhaité prolonger l’expérience plus longtemps avec ces jeunes gens. Guillaume, un des deux artistes en question est celui qui a créé la charte graphique du premier numéro de Soma. Vous voyez qu’on est donc reparti sur de bonnes bases… 2 Promiscuité

Le premier vrai bureau de Freestyler aux Éditions Nivéales mesurait 2 mètres sur 4. Nous y cohabitions tant bien que mal avec mon collègue, un certain Fred qui a tenté de me tuer à plusieurs reprises (c’était parfois justifié), et y passions de nombreuses nuits à bosser et a y faire les cons (se déguiser en robots, jouer au foot avec un ballon sauteur, etc.). Oui, ça fait deux Freds. D’où notre surnom de l‘époque : « les Freds », il fallait y penser. Même lorsque nous étions seuls, on continuait de nous appeler « les Freds », et oui, c’était un peu casse couilles, notamment lorsqu’une marque de chaussures désireuse de nous faire plaisir, nous envoie intentionnellement une paire de chaussures pour deux, parce que de toute façon, on avait la même pointure… 3 Notre chef d’œuvre

On a tué Lemmy Kilmister, le chanteur de Motörhead ! J’avais lâchement laissé l’autre Fred au bureau, en plein bouclage (j’avais plus ou moins fait ma part du job quand même) pour aller quelques jours en Autriche, faire la fête, et surtout assister à un concert de Motörhead. Le jour J, la nouvelle tombe : le concert est annulé, Lemmy a fait une crise cardiaque. Quand on connaît le rythme de vie du gars, il n’y a rien de bien étonnant à ce genre de nouvelle. Mais quelques heures plus tard, la rumeur grossit et finalement, selon toute vraisemblance, Lemmy est mort ! Je le tenais de plusieurs sources sûres : quelques

fans allemands qui avaient eu l’info je ne sais comment. C’est à ce moment-là que je me rappelle que dans le mag que Fred est train d’envoyer à l’imprimeur, il y a justement un article sur Motörhead dans lequel on disait en gros que Lemmy était une machine indestructible… J’ai paniqué, appelé Fred sur le champ pour qu’il ajoute une ligne annonçant la tragique nouvelle… Du grand journalimse ! Bien sûr, Lemmy n’était pas mort et le courrier des fans qu’on a reçu par la suite n’était pas vraiment élogieux. 4 L’employé fantôme

Mimi Boissonnet, ancienne gloire du skateboard français et ami de longue date, passait beaucoup de temps aux Éditions Nivéales. Il bénéficiait ainsi du téléphone et d’un accés internet gratuits, il y avait aussi la machine à café, des filles de partout, une Playstation… Il aurait eu tord de se priver. Et puis c’est pas son genre à Mimi de faire la fine bouche. Bref, il était très souvent au bureau sans pour autant n’avoir aucun lien réel avec la société. Un jour qu’il était tranquillement en train de jouer à la Playstation, un des deux grands patrons des Editions Nivéales rentre dans la salle de repos (une salle avec un canapé, une télé et une console de jeux) et somme Mimi de retourner travailler, parce qu’on avait dit : « pas de Playstation pendant les bouclages ». Mimi a alors répondu timidement qu’il ne travaillait pas pour la société, ce qui a coupé la chique au grand patron qui est parti en disant, « ha, heu oui mais bon quand même » ou un truc du genre. Vérifications faites, Mimi ne travaillait effectivement pas pour les Éditions Nivéales et plus jamais il ne fut importuné par la direction… 5 La Playstation volante

C’était par une douce journée de bouclage. Nous avions accumulé un important retard, dû notamment à plusieurs nuits blanches passées à jouer à la Playstation et nous connaissions donc une période de grand stress. Fred, l’autre, qui est d’un naturel plutôt calme s’est soudainement levé de sa chaise, s’est dirigé vers la salle de repos, où un jeune homme qu’il ne connaissait ni d’Eve ni d’autre chose, jouait justement à « Colin McRae 2 ». Sans dire un mot, il s’est saisi de la console de jeux (arrachant par la même le joystick des mains du pauvre gars qui commençait juste son boulot chez « Montagnes magazine »…) et l’a jetée par la fenêtre (la console, pas le gars). Bien sûr, Fred avait pris le soin de ne pas regarder si trois étages plus bas, quelqu’imbécile se trouvait au point d’impact… Par chance, personne ne fut blessé au cours de l’opération, mais nous n’avons plus jamais revu le gars de Montagne Magazine. 6 Usurpation d’identité

David Krazuky, Johannes Paulus, Lech Walesa etc. Tous ces noms à consonance polonaise ne désignaient en fait qu’une seule et même personne : Tura (David Turakiewicz), qui bossait à l’époque pour Sugar et qui n’avait donc pas le droit de travailler pour la concurrence…

Benjamin Deberdt, à l’époque où il bossait lui aussi pour Sugar nous vendait ses photos sous le pseudo d’Andros Smirnoff, hérité de son époque Vodka-Pomme/nightclubbing. Bien entendu, nous nous réservions le choix des pseudos. 7 Sourriez, vous êtes filmés

Que faire avec des morceaux de Playstation et beaucoup de temps à tuer ? Une fausse caméra de surveillance bien sûr ! Et où peut-on la mettre ? Ben dans les chiottes des Éditions ! Ca tombe sous le sens en effet. Le procédé était assez ingénieux je dois dire… La fausse caméra, assez crédible finalement, avec sa batterie, sa fausse optique, et sa mini-cassette, était cachée dans un conduit d’aération dans le faux plafond des WC (mixtes). Si l’on regardait avec insistance dans ce trou quand on était assis sur la cuvette des WC, on apercevait un petit miroir dans lequel on pouvait deviner le reflet de la caméra… Une installation suffisamment machiavélique pour paraître authentique et dont, mon collègue et moi n’étions pas peu fiers... La (fausse) caméra est restée plusieurs mois en place sans que personne ne la remarque. Jusqu’au jour béni où une fille du service pub a découvert, outrée, le dangereux dispositif de vidéo surveillance installé dans les WC ! Il y eu des cris, les gens étaient scandalisés, amusés pour certains, perplexes pour d’autres, mais surtout, une bonne partie y a cru. Et Fred, l’autre donc, présent au moment de la découverte, a failli mourir de rire, seul dans notre bureau. Je ne suis pas sûr qu’aujourd’hui encore, toute la lumière ai été faite sur cette affaire… Enfin, jusqu’à cet article.

On va fêter les dix ans du mag ! On fera ça pendant le Bowlriders à Marseille, ce sera super... » L’idée n’était pas si mauvaise, à ce détail près que le mag n’avait pas dix ans, mais neuf ans… Personne ne s’est rendu compte de rien, et je dois dire qu’on s’est bien marrés. Surtout aux dix ans « officieux » qu’on a organisé chez Chandelle, un « skateur » de Montpellier, à l’époque où je pensais encore du bien de lui. 9 La secrétaire est… un homme

Les quatre dernières années, nous avions un véritable secrétaire de rédaction. Son rôle est de corriger les fautes bien sûr, mais aussi de faire le lien entre l’imprimerie et la rédaction, entre le scannériste et la rédaction, et tout un tas de choses, dont, gérer le payement des photographes. Il a donc été en contact avec tous les photographes, quasi quotidiennement, pendant quatre ans, et ce, essentiellement par e-mail, parce que Valéry, c’est son nom, est tout sauf un PAR FREDD bavard. Bref, en raison de son prénom peu commun pour un homme et de son titre de secrétaire, tout le monde pensait que Valéry était une femme. Bien sûr, nous, ses collègues faisions tout pour entretenir le mythe et aujourd’hui encore des photographes qui connaissent bien Valery par e-mail se demandent si elle est mignonne ou pas, cette petite coquine de secrétaire. 10 La mort

Un jour, nos patrons et le service pub ont décidé qu’il fallait qu’on organise une fête, un gros truc, pour créer le « buzz » autour de Freestyler. « Les dix ans du magazine !

Freestyler est mort deux fois. Une mort clinique en 2005, qui n’a duré que deux jours, puis, après avoir ressuscité, est de nouveau mort, cette fois-ci pour de bon en septembre 2006, date à laquelle est sorti le numéro 666. Nous en étions en fait au 79ème numéro, et il était temps que ça s’arrête. Un an plus tard, presque jour pour jour, naissait les Éditions du Garage, dont la première publication s’appelle Soma, et c’est le truc que vous tenez dans les mains. Tout va donc pour le mieux dans Le Meilleur des Mondes…

L E S

D E

8 Putain, 10 ans !

P R É D I C T I O N S

Prochain come back Tu sais quoi, j’aimerais vraiment que ce soit Donny Barley. Il skate, mais… Donny est un skateur incroyable, j’aimerais tellement qu’il fasse un come back comme l’a fait Guy Mariano... Prochaine marque des 80’s à revenir sur le marché Zorlac ! Ou une marque de banana-boards comme Variflex ! Prochain obstacle pour Danny Way J’ai entendu dire qu’il allait essayer de sauter la fontaine à Las Vegas que Evel Knievel avait essayé en motocross dans les années 80. Evel Knievel était un cascadeur célèbre, il a failli se tuer en sautant cette fontaine. Et il paraît que Danny veut essayer…

O M A R

S A L A Z A R

Prochain skateur à avoir sa propre émission de télé Je dirais Brandon Biebel. Il est vraiment marrant ! Prochain Barcelone La Chine. J’y étais il y a deux mois, c’est un peu comme à Barcelone, il y a des spots de partout, et ils sont tous en marbre ! C’est dingue ! Prochain Skater Of The Year Stefan Janoski ! Prochain pro à aller en prison Ryan Sheckler, parce que… parce qu’il le mérite ! Non, je plaisante, mais je pense qu’il fait n’importe quoi et qu’à ce rythme là, il va finir en prison ! Désolé Ryan Sheckler ! Prochain trick sur un rail Switch flip back tail. Je ne crois pas que ça ait été fait. Jusqu’à récemment, personne n’avait fait switch flip crooked sur un vrai rail, Stefan Janoski l’a fait et il se pourrait qu’il fasse aussi switch flip back tail ! Prochain best seller video Ça va se jouer entre la Nike et la Lakai… Et quel est ton avenir proche ? La vidéo Alien Workshop, la dead line est dans quelques mois. Mais tu sais comment c’est les dead-lines…


LA CHRONIQUE DE SCOTT BOURNE TRADUCTION :AURELIA RUETSCH James Naughton est un de mes amis de New York. Écrivain et photographe, il a toujours des activités bizarres pour payer son loyer. Normalement, il bosse pour des journaux dans le Queens/à Brooklyn, sinon parfois il est prof remplaçant dans une école. C’est juste un de mes amis avec qui j’entretiens une correspondance. Voici la lettre qu’il m’a récemment envoyée. – SB Le 12 octobre 2007 Scotty B, Ta tendance à renvoyer une lettre est hors pair. Je t’en ai envoyé une, et quatre jours plus tard, j’avais une enveloppe dans ma boîte aux lettres avec l’insigne d’un cœur qui s’envole dans le temps en haut de l’enveloppe. Depuis que j’ai laissé tombé mon job au restaurant, je donne des cours à des petits mômes à Bushwik. C’est agréable de se lever de bonne heure et d’avoir une raison de la faire. En plus, l’école n’est qu’à une rue de chez ma copine. Ce matin donc, je suis parti tôt et j’ai fait une halte à l’épiicerie du coin pour acheter un yaourt, une banane et un journal. Je dois cependant avouer que la situation est devenue plutôt embarrassante quand une bande de gosses à qui je fais cours a vu que je n’avais qu’un seul dollar dans mon portefeuille. J’étais sur le point de reposer mon yaourt, mais au dernier moment, en rangeant mon portefeuille dans ma poche j’ai senti un billet d’un dollar roulé en boule que j’avais trouvé la veille, à la cafétéria. Il était tout rabougri et traînait par terre alors que les gamins remplissaient leur assiette de bœuf haché et de purée. Ce qu’il y a de drôle, c’est que j’ai vu le petit billet tout frippé et que je l’ai rapidement

ramassé, en douce. Je le tenais dans la paume de ma main. Personne ne m’avait vu, ni même remarqué. J’ai l’ai tranquillement glissé dans ma poche droite, sous mon portefeuille. Je savais parfaitement qu’avec tous ces gamins je n’arriverais jamais à trouver celui qui l’avait fait tomber. Si je m’étais exclamé : « J’ai trouvé un dollar ! », tout le monde aurait dit que c’était à lui, y compris certains profs. Quoi qu’il en soit, il appartenait certainement à un de ces gamins dans l’épicerie. Ils étaient carrément gênés quand ils ont vu que leur prof n’avait qu’un seul dollar, jusqu’à ce que je sorte le petit billet vert tout ratatiné et que je me précipite dans la pluie pour savoir quelle matière j’allais enseigner, et surtout quand est-ce que j’allais avoir des heures de libre pour rentrer chez Carolina et reprendre la lecture de mon livre. J’ai piqué « L’Autobiographie de Malcom X » dans la bibliothèque d’une des classes. J’ai franchement apprécié les premiers passages où il roulait des sticks et était complètement défoncé. Je me suis dit que ce livre ne leur manquerait pas vraiment. Après tout, il y avait plus de dix exemplaires sur le rayon de la bibliothèque qui se trouvait juste sous un chef-d’œuvre brut réalisé à l’aide de crayons de couleurs indiquant : « En mille neuf cent quatre-vingt-douze, Colomb a volé tout ce qu’il voyait de ses yeux. » À côté de cela, il y avait un poster de Malcom et de Martin Luther King ensemble. J’aime bien enseigner dans cette école, et me retrouver avec des moments de liberté [ceux où il ne travaille pas faute d’enseignants à remplacer - ndrl]. La vérité essentielle ressurgit. Quand on laisse tomber quelque chose qui nous enquiquine dans la vie, il y a rapidement autre

chose qui se présente, à condition d’être prêt à s’y essayer. Je n’ai peut-être pas autant d’argent que le mois dernier, mais ça va. J’ai réussi à faire plein de choses qui en valaient la peine. Je ne suis pas à la dèche au point de n’avoir qu’un seul dollar en poche, simplement je ne voyais pas l’intérêt de me précipiter sur un distributeur – pour quoi faire ? Tirer vingt ou cent dollars et les claquer en deux jours ? Ahh, j’adore pester dans les lettres. Je suis en train de boire une Guiness avant de filer faire un article. Je dois aller dans une école catholique qui fête ses cent ans et organise une soirée pâtes ! Carolina veut aller faire des courses, mais moi j’ai juste envie de me goinfrer de pâtes. Sinon, l’air frais est arrivé et ce changement fait du bien parce que je sais que mes écrits pendant les mois glacials sont largement supérieurs à mes productions estivales. L’été je veux juste être dehors. La plage ! Tous ces grands espaces à New York permettent à un jeune homme qui grandit dans ce monde de se sentir bien dans sa peau. Je n’arrive pas à croire que tu es passé à deux pas de là où vivait Saroyan à Paris et que l’image est restée figée dans ton esprit. Incroyable ! C’est de loin un de mes auteurs préférés. « Une Comédie humaine » est un autre grand roman qu’il a écrit ; j’ai plongé dedans juste après le livre que j’ai laissé dans ta boîte aux lettres. OK, je dois retourner faire cet article et trouver des piles pour mon flash, aïe ! Jimmy, 18h41

D’un côté vous avez la Lakai, avec sa brochette de stars, et de l’autre vous avez la Static (épisode 3) pleine de riders issus de l’underground. D’un côté vous avez du skate west coast (du tech sur les spots parfaits et ensoleillés de Californie) et de l’autre du east coast (du skate brut dans les rues de New York ou de Philadelphie). D’un côté vous avez une grosse production à base de HD et d’effets spéciaux, et de l’autre vous avez un type motivé pour produire l’une des dernières vidéos indépendantes. D’un côté vous avez Ty Evans pour Lakai et de l’autre vous avez Josh Stewart qui travaille pour lui. D’un côté vous avez une vidéo chargée de faire la promotion d’une marque de chaussures, de l’autre une vidéo montrant que le skate ne se limite pas aux frontières de la Californie. Certes, le team Lakai s’est aventuré bien au delà des Etats Unis, jusqu’en Chine ou en Espagne, mais ceci toujours à la recherche du spot parfait. Dans la Static, les riders se sont contentés d’exploiter d’une manière différente le mobilier urbain que leur quartier pouvait offrir. Pourtant les deux vidéos se valent. En montrant deux aspects (parmi d’autres) incontournables du skateboard moderne, elles sont même complémentaires. Achetez les deux, vous rendrez service au skate. –DT 88

soma

Photos : PP / Conception : tmn

F U L LY F L A R E D V S S T A T I C 3


L A

Q U E S T I O N

POUR OU CONTRE LES FÉDÉ DE SKATE ?

plus judicieux de se poser la question au niveau local et là, le système associatif est bien plus dynamique que ne l’a jamais été la fédé. Les résultats sont bien plus probants (il suffit de prendre le bowl de Bourgoin-Jaillieux comme exemple). ALORS LA FÉDÉ NON, LES ASSOCIATIONS, OUI !» - Sylvain « Coach » STRICANNE « CONTRE, car le skate n’est pas un sport à part entière, c’est une pratique de rue, et non quelque chose d’encadré à fond… » - Yohan CAUNEGRE « J’adore les fédérations de skate, elles sont à la reconnaissance du skateboard ce que Danny Way est à la muraille de Chine. Un genre de fossoyeur, ce sont ces associations qui m’interdisent de dire wheeling à la place de manual ou one-foot au lieu de ollie north (ainsi qu’un autre fossoyeur dont je tairais le nom, secret professionnel oblige, un grand gars sec là dont le nom commence par «T» et finit par «ony Hawk»), passons. C’est pas juste pour faire l’ancien, le blasé, le Cabrel et son « c’était mieux avant », mais j’ai peur de la récupération. J’étais trop jeune dans les années 80 pour le vivre mais j’ai l’impression qu’on y (re)vient. Mon cœur saigne mes amis, la France a peur. » - Pierre BRETEAU

«

LE SKATE N ’ EST PAS UN SPORT À PART ENTIÈRE , C ’ EST UNE PRATIQUE DE RUE » - Y OHAN C AUNEGRE

« CONTRE le port du casque obligatoire, contre les cours de skate, contre les parks Cardinaux, contre les J.O., ..., contre la fédé. - Guillaume MARTINEZ « Les raisons qui me poussent à dire qu’il ne faut pas de fédération dans le skate sont assez lointaines de ce que l’on a usage d’entendre : «Le skate, c’est pas du foot», «A la fédé, y a que des rollos (ce qui est faux)». Mais plutôt pour des raisons que nous-même skateurs ne souhaitons pas avouer. Le skate c’est cool, le skate on a plein de potes, on passe du bon temps, on partage, certains gagnent même de l’argent grâce à lui... Oui mais ça c’est vu de l’extérieur. Car vu de l’intérieur, il n’y a pas plus individuel et égoïste qu’un skateur (en majorité). Combien de gars vont vous filer leurs secret-spots sans broncher, vous filer un vrai coup de main pour vous sortir de la merde, respecter autrui (passants ou bmxers/rollers), se respecter (on en revient à «pour ou contre la fumette» (ou l’addiction à autre chose), respecter l’environnement (que les spots sont crades de mégots et de canettes de 8°6 !), s’engager pour faire vivre un park... La liste est longue et heureusement cela n’est pas une généralité. Vouloir une fédération c’est aussi désirer se fédérer et être à l’écoute des autres, vouloir améliorer le sort de la communauté, même et surtout dans la difficulté. Cela les skateurs n’y sont pas prêt. Le skate reste encore trop individualiste car beaucoup pensent que le skate n’est qu’une question de relation de soi-même et de sa planche. Pour ceux là... le skate ne restera qu’un passage de leur vie et ils ne désirent pas s’unir ne comprenant pas l’intérêt. Parmi les centaines de milliers de riders combien roulent encore à 35 ou 40 ans ? Alors pourquoi poser la question d’une fédération qui agit au niveau national ? Alors qu’il serait 90

soma

POUR une fédé qui conseille et répond aux questions des assos et qui les aide à mettre en place des événements. Pour une fédé qui soutient ceux qui ont les dents longues et qui souhaitent vivre la vie rêvée des pros. Pour une fédé qui conseille les municipalités pour le choix et la réalisation d’un skatepark afin d’éviter les merdes très coûteuses qu’on a tous eu le malheur de skater. Pour une fédé qui représente et soutient les intérêts des skaters.Pour une fédé «par les skaters pour les skaters». CONTRE une fédé de sports à roulettes qui représente toutes les disciplines du roller, du fitness à l’agressif en passant par l’artistique, un tout petit peu le skate et, qui pourrait bien un jour regrouper aussi la trotinette et le ski de fond sur route ! Par soucis d’intégrité et de cohérence, je préfère à une fédé de sports à roulettes, une fédé de skateboard qui, faute de licenciés ou pour tout autre considération juridicoadministrative, pourrait commencer par se réduire à une association française de skateboard. Cette asso n’aurait pas les mêmes moyens qu’une fédé mais elle aurait le net avantage de pouvoir concentrer ses efforts sur l’objet de notre passion. Avec quelques bonnes volontés de tous les horizons (assos, parks, mags, pros, marques, ditributeurs...) les skaters peuvent s’appropier (se réapproprier ?) notre sport/art/culture et, grâce à eux, peut-être qu’un jour, une fédération française de skateboard pourrait enfin voir le jour. - Jean-Thomas TSCHIRRET

Merci pour vos réponses. Pour la question du prochain numéro, rendez-vous sur www.somaskate.com

LISA JACOB I JO CHABOUD I AKIM CHERIF I LIONEL DOMINONI I MARTIN KELLER MATHIEU LE BAIL I JON MONIÉ I KEVIN RODRIGUEZ I JJ ROUSSEAU 295, rue du faubourg st antoine 75011 Paris - metro nation - 01 43 67 59 67 - nozbone.com frontside noseslide - photo : David T.


DRESS FOR LESS

16 4 18

8

3

7

9

1

12

13

11

6 10 14

17 2

15

5

1 un t-shirt ZooYork de bonne facture / 2 un sac à dos Eastpak camouflé / 3 une board Cliché avec des dessins de Mark Gonzales dessous / 4 un casque audio adaptable à toute sorte de lecteur musical / 5 un pantalon vert Volcom / 6 un pull mi-saison de chez Matix / 7 une chaussure DVS Jeron Wilson de couleur marron / 8 une board Metropolitan au nom de David Couliau / 9 un Ipod en carton rempli de roulements Edyaoner / 10 un t-shirt Volcom vert / 11 un autre t-shirt Volcom d’un autre vert (le dessin est de Todd Batrud) / 12 un t-shirt The Hundreds avec un video-grab à la Big Brother dessus / 13 un t-shirt blanc de marque Ambiguous / 14 une chaussure Element mi-montante et à semelle vulcanisée / 15 une paire de gants Hardcore Session / 16 le bonnet noir de Fred / 17 une chaussure Lakai bariolée mais mettable quand même / 18 une veste à capuche zippée de chez Carhartt. 92

soma


LESS FOR DRESS 13

5bis

1

6

9

10 11

8

5

3

7

14 15

2

4 12 1 une planche Antiz dessinée par Love Eneroth, pro-model Julian Furones (50 exemplaires) / 2 une veste à capuche zippée totalement réversible écossaise d’un côté et bleue marine de l’autre et de marque Element / 3 un t-shirt rouge Mada / 4 un pantalon Carhartt ni trop large ni trop serré / 5 un paire de trucks Thunder plus légers que les anciens / 5bis une casquette Carhartt avec étiquette New Era / 6 une autre veste à capuche zippée totalement réversible, sauf que celle-ci est en nylon et que c’est une Nike SB / 7 un t-shirt rayé à poche de chez Vans / 8 un sweat zippé à capuche avec environ 250 logos Lakai dessus / 9 une board 5Boro en provenance de New York city, baby / 10 un polo rayé à poche de chez WeSC / 11 une chaussure droite que Paul Rodriguez a oublié au bureau la semaine dernière / 12 quatre roues totalement identiques et de marque Travel / 13 un ballon de baudruche bleu / 14 des tas de boards Element imprimées sur un t-shirt / 15 une chaussure gauche Vans Chukka low aux couleurs de Chris Pfanner. 94

soma


hugo liard - nollie â&#x20AC;˘ photo: alexander basile


« Les comprimés de Soma à portée de sa main, c’est là qu’elle demeura ; et pourtant, ce n’est point là qu’elle était, elle était tout le temps ailleurs, infiniment loin... » Aldous HUXLEY / « Le Meilleur des Mondes »

ISSN : 1959-2450

Soma #3  

JIMMY EST UN AMÉRICAIN ORDINAIRE. Et croyez-moi, les américains ordinaires, ça ne court pas les Quelles sont les différences entre les spot...