Page 1

HIPSTER - MODE STYLE ET CULTURE MAGAZINE -

5

fall-winter 2016 n°5 / 5€

1

PIRELLI P ZERO


2


3


4


5


6


7


8


9


10


11


12


13


14


15


16


17


18


19


H I P ST E R

30

AU CASQUE

34

Gretchen Menn

AU CASQUE

Guitars Rebellion

36

40

AU CASQUE

FÉTICHES

Beoplay A1

Bruits

38

AU CASQUE

Beats by Dre

62

MODE

44

Renaissance

VITESSE

Sultans of Sprint

72

SÉRIE NOIRE

68

Héritage

SO SPIRIT

Jack Daniel's

94

88

MOTEUR

MODE

Aston Martin V8 Vantage N430

Grégory Van Der Wiel

96

DOSSIER HIPSTER Pirelli P Zero

106

MOTEUR

L'autosiaste

20


21


H I P ST E R

114

MODE

A corps et à cuir

124

GRANDE MESURE Cifonelli

126

ACCESSOIRES

Bijoux sauvages et rugissants

132

TECHNIQUE

Le Pak Mei à la maîtrise

136

RENDEZ-VOUS

Nike Store les Halles

138

PORTRAIT

Lola Aston

142

TRÉSORS Trésors

150

PARFUMS

Effluves magiques

164

ARTISTES

3 vraies artistes, 3 artistes vraies

160

ACCESSOIRES

Cuirs tendres et coeurs sauvages

168

SIÈGES ROYAUX Trônes

22


23


H I P ST E R

CONTRIBUTEURS Thomas Duval

Sophie Etchart

Alban Verneret

C'est notre photographe et ami. Au magazine Hipster depuis le premier numéro, étonnant, surprenant, à redécouvrir dans ce numéro...

Sophie Etchart est une photographe de mode et de portrait parisienne qui travaille notamment pour des magazines de mode, de musique, de cinéma...

Alban Verneret est jeune, rapide comme un avion de chasse. Il déborde d’imagination et de créativité. Il exerce de multiples activités avec acharnement. Il ne s’arrête jamais car il a compris que le temps est ce que nous avons de plus précieux. Réalisateur, photographe, chanteur dans un groupe de pop-rock, il enchaîne les projets et voyage dans des lieux insolites et poétiques. Il revient d’un tournage en Islande où il s’est délecté en admirant les aurores boréales et les chutes d’eau dans des paysages basaltiques. L’art sous toutes ses formes est son addiction.

www.thomasduval.com

www.sophieetchart.com

www.albanverneret.com

Sylvain Ruffier Thomas Babeau Thomas Babeau est un photographe autodidacte. En 2000, il débute en photographiant différents artistes pour leurs albums et pour la presse. En 2009 sa voie artistique prend un tournant décisif, il décide de se focaliser sur un travail plus personnel. Il en résulte une 1ère série de photos en collaboration avec une marque de lunettes : « The Hagen Project », une série de portraits en noir et blanc avec un élément commun : une paire de lunettes blanches. Aujourd'hui photographe de mode, il collabore avec différentes marques de prêt-à-porter et Maisons de Couture. www.thomasbabeau.com

La passion de Sylvain Ruffier pour le vêtement s'exprime au travers de ses nombreuses activités: Styliste pour TF1, conseiller en image, relookeur, personal shopper. Pour lui l'élégance ne résulte pas du diktat de la mode, des podiums et des boutiques, mais de la combinaison entre style vestimentaire et style de vie. Un partipris qu'il applique aussi bien à lui même, dans ses choix de looks au quotidien, que dans son regard porté sur ses contemporains. Au travers de ses photos et de ses publications sur facebook et instagram il nous fait partager son amour des autres, ses coups de coeur, ses looks préférés et sa vision toute personnelle du chic à la parisienne.

Cécile Desailly Cécile Desailly, autodidacte, démarre son parcours professionnel fin 2015 en photographiant la scène rock alternative et le street - art parisien. Libre dans ses engagements, elle capte à l’instinct aussi bien des scènes de rue que des architectures ou des êtres humains qu’elle aime particulièrement saisir en noir et blanc. facebook : cecile.Desailly

24


25


HIPSTER 5

fall-winter WWW.HIPSTER5.COM

EDITO

Jean Charbonnier

directeur artistique Parce que nous sommes dans une époque ou « l’à peu près » n’a pas sa place, parce que nous recherchons la perfection et l’excellence, nous avons décidé de vous faire partager nos passions et celles de tous ceux qui vont au bout de leurs frénésies, qui mettent tout en œuvre pour inventer, pour créer, pour rendre possible les rêves et les désirs les plus fous. En 2016, tout est possible, rien ne doit nous arrêter, nous aimons la vitesse, elle nous pousse à nous surpasser, à affronter nos démons, à vaincre les éléments. Nous aimons la perfection, l’harmonie, l’amour et la sérénité, nous voulons penser plus vite et devenir précurseurs de tendances. Nous vous raconterons le meilleur dans tous les domaines, nous vous présenterons des femmes et des hommes exemplaires, nous vous ferons rêver dans la réalité, la vraie, celle qui n’est pas virtuelle, et nous inventerons pour vous un futur déjà présent.

DIRECTEUR DE LA PUBLICATION MICKAEL TOUITOU mt@hipster5.com DIRECTEUR ARTISTIQUE JEAN CHARBONNIER jean@hipster5.com GRAPHISTE JULIEN LOOCK RÉGIE PUBLICITAIRE Un été à Paris mt@hipster5.com Tel : + 33 6 58 57 75 46

PHOTOGRAPHES THOMAS BABEAU / www.thomasbabeau.com CÉCILE DÉSAILLY THOMAS DUVAL / www.thomasduval.com SOPHIE ETCHART / www.sophieetchart.com ALBAN VERNERET / www.albanverneret.com

CONTACT PRESSE

press@hipster5.com N° i.c. fr 144 883 272 300 014 UN ÉTÉ À PARIS ÉDITIONS, 26 ter rue Nicolai 75012 Paris - fr press@hipster5.com SIRET : 48832723000030 / SIREN : 488 327 230

26


27


28


sauvage IL NE FAUT PAS FAIRE UN AMALGAME ENTRE SAUVAGE ET BRUTAL, TOUT AU CONTRAIRE. LE TERME SAUVAGE EST SYNONYME DE LIBERTÉ, DE LIBÉRATION. C’EST DANS CETTE OPTIQUE QUE CE N° 5 DE HIPSTER EST CONÇU. LA COMPOSITION OPTIQUE QUI ANNONCE NOS PAGES, CRÉATION DU GRAPHISTE TURC ALI GULEC EST À L’IMAGE DE CETTE LIBERTÉ CRÉATRICE. D’UN DÉCOR DE STYLE VICTORIEN, LE ZOOM INTERNE DE NOTRE CERVEAU RECONSTITUE IMMÉDIATEMENT L’IMAGE D’UNE VANITÉ, ILLUSION D’OPTIQUE QUI NOUS EMMÈNE À UNE INTROSPECTION, À UNE RÉFLEXION SUR NOTRE EXISTENCE. AU FIL DES PAGES NOS LECTEURS DÉCOUVRIRONT DES UNIVERS ONIRIQUES ET DES ÊTRES EXCEPTIONNELS QUI VEULENT FAIRE PARTAGER LEURS RÊVES ET LEURS ÉMOTIONS.

29


AU C A S Q U E

Gretchen Menn UNE GUITARISTE EXCEPTIONELLE texte JEAN CHARBONNIER

Lorsqu'on se penche sur les caractères des grands guitaristes de rock (terme générique regroupant tous les genres), on observe les virtuoses, les autodidactes, les érudits, les génies, les romantiques, les classiques, les fantasques, les brutaux, les délicats... Enfin tout un nombre de qualificatifs qui peuvent s'appliquer à un musicien ou à sa manière de jouer de son instrument. Nous avons tous nos préférences, un guitariste qui nous fait vibrer par les sons qu'il produit, un autre pour l'histoire que va nous évoquer la résonnance des cordes... L'un aimera particulièrement BB King, l'autre Alvin Lee, et un troisième Richie Blackmore, la liste est longue… En parallèle à notre sujet sur les guitares électriques sur mesure, lorsqu'il s'est agit de parler d'un guitariste « sauvage », thème de ce N°5 de Hipster, l'idée de présenter une guitariste s'est imposée d'elle même, puisque 3 artistes présentes dans ce numéro sont des femmes, chacune sauvage à sa façon. Les guitaristes femmes, bassistes et musiciennes de rock sont, par bonheur, de plus en plus nombreuses. Les femmes se lancent dans le jeu des instruments, après avoir enchanté nos sens par leurs chants.

30


Guitare Les Paul Burnt © Jack Lue 2015

31


AU C A S Q U E

Des recherches sur la Toile, en écoutant morceaux et interviews, en lisant des revues de presse, en regardant et en observant les personnalités, nous ont conduit à Gretchen Menn, par le mystère des connexions de la vie. Sa réponse à un mail à été immédiate, elle était tout d'abord joyeuse à l'idée de participer à l'aventure Hipster. Puis un contact très chaleureux s'est noué, comme si nous nous connaissions depuis longtemps. Naturellement chacun a son goût personnel, mais dans Hipster, nous n'imposons rien, nous présentons ce qui, pour nous, est représentatif d'un courant, d'un style ou d'une tendance. Il y a toujours une pureté, une vérité dans toute chose. Les sons de Gretchen Menn sont de cet ordre, ordonnés, étudiés, ils viennent de son coeur, et de son talent. La technique qu’elle a acquise lors de ses études permet de produire une sorte de perfection, et quand l'âme s'y incruste, le résultat crée une indescriptible émotion. La douceur avec laquelle elle caresse sa guitare lui permet d'obtenir de son instrument un résultat d'une force irraisonnable. Elle est calme, joie et grâce pendant qu'elle joue. Il y a guitariste et Guitariste, et en ce sens elle est unique et très particulière, passionnante, captivante. Gretchen Menn vit près de la baie de San Francisco. Elle est une rockeuse des villes qui vit dans la nature, végétarienne depuis l'âge de 4 ans, par conviction et respect de l'âme des êtres vivants. Son parcours est exceptionnel. Issue d'une famille dans laquelle la musique était toujours présente (un père écrivain et journaliste spécialisé), elle joue de la guitare depuis l'âge de 10 ans. Après des études classiques, elle entre au Smith College du Massachusetts pour suivre des études musicales de très haut niveau, classes de composition, thèse sur les œuvres de Frank Zappa. Elle étudie aussi bien la musique classique que tous les courants modernes du jazz, du rock et de la musique progressive. Sa culture musicale est immense, sa technique est à l’égal des grands musiciens classiques. Elle a un doigté parfait. Pour vivre, après ses études, elle passe des brevets de pilote, elle devient pilote de ligne sur des jets. Elle va vite, très vite, elle prend un très grand plaisir en volant.

Et la musique la rattrape, elle arrête de voler et se consacre uniquement à son art. Son premier groupe s'appelait AC/Dshe, on la surnommait Agnes Young, comparant sa puissance de feu à celle d'Angus Young. Son amie batteur, Clémentine, lui propose en 2005 de monter un tribute band féminin de Led Zeppelin, elles inventent « Zeparella » et les voilà sur la route, sans cesse jusqu’à ce jour. Sans jamais donner l'impression du moindre effort, Gretchen caresse ses guitares et en fait sortir des sons que l'on n'imaginerait pas venus d'une femme d'une telle beauté intérieure. Sa technique est parfaite. Elle est une déesse, un ange délicat qui exprime une force d'une intensité unique. Avec Zepparella elle joue sur une guitare Gibson Les Paul dont elle a deux modèles, une « burned » et une bleue, à l’mage de Jimmy Page (qui avait le modèle 1959). Elle a naturellement un parcours personnel depuis toujours, et elle sort son premier album solo, « Hale souls », en 2011. Elle enregistre aussi des titres en acoustique, reprenant des titres comme « Minor swing » de Django Reinhardt et Stéphane Grapelli. Son second album est prévu avant la fin de l’année. Seule, elle joue plus souvent avec une Music Mann Silhouette blanche ou une Sadowsky Electric Nylon Bleue. Ses guitares acoustiques sont une custom Santa Cruz OM de couleur acajou, guitare folk de style Orchestra Model dotée d'une puissance et une richesse harmonique incroyable, et une Kenny Hill Ruck classique. Dans notre recherche de l’exception, et indépendamment de tout jugement de valeur, Gretchen Menn est exemplaire, elle est un joyau unique façonné par la nature, d’une sincérité et d’une clarté absolues. Elle est la force sauvage dans l’intelligence et le raisonnement au service de la musique. La voir et l’écouter à Paris serait un grand privilège et une reconnaissance méritée de son grand talent. www.gretchenmenn.com

32


AU C A S Q U E

33


AU C A S Q U E

LE SON LES GUITARES ÉLECTRIQUES « CUSTOM MADE » Importateur exclusif de guitares d’exception et sur mesure, Guitars Rebellion a été créé par Vincent Beinis, 35 ans aujourd’hui, passionné de guitare et musicien depuis l’âge de 6 ans. A 11 ans il prend en mains sa première guitare électrique, et en apprend toutes les ficelles techniques dans un atelier de lutherie parisien bien connu, situé dans la rue ou habitaient ses parents. Après des études de Droit et une bifurcation sur le design industriel, il part au Japon ou il gère le webshop international d’une des principales chaîne de magasins de musique. Le Japon, après la guerre avec les USA était très appauvri et les guitaristes, qui étaient à l’époque grandement influencés par la musique des USA de l’époque et nouvellement « importée », ne pouvaient acheter des guitares américaines, trop chères. Le pays étant très entreprenant et les artisans très talentueux, des ateliers commencèrent à produire des guitares électriques dont la technicité n’avait rien à envier à leurs grandes sœurs d’Amérique. Puis les ateliers devinrent des unités de fabrication à part entière, employant 150 à 200 personnes. Lors de sa vie au Japon, Vincent Beinis se construit un large réseau professionnel et crée des liens privilégiés avec des marques comme Fujigen (guitares FGN), créés en 1960 ou ESP, créée en 1975, les plus importantes du Japon. Il entre là dans le monde exceptionnel du « Custom made », dans ce monde que la mode appelle « bespoke ou made to measure », et que nous appellerons Grande Mesure, pour bien insister sur la différence. Revenu en France, il décide en 2009, en créant Guitars Rebellion, de développer ce monde de l’exclusivité et de l’offrir aux guitaristes. Il ajoute aux marques japonaises les guitares exceptionnelles de John Suhr, installé au sud de Los Angeles, qui, après avoir travaillé avec Rudy Pensa au début des années 80, en particulier dans la création de la guitare mythique de Mark Knopfler, la MK 1, devient Senior Master Builder au Custom Shop Fender, puis crée sa propre marque en 1997. Par le biais de la marque, vous pouvez concevoir votre instrument de A à Z en sélectionnant bois précieux, matériaux (nacre, incrustations en laiton…) et finitions (des plus classiques aux rétros, d’un rappel des années 50 aux plus actuelles). Les guitares FGN représentent le savoir faire « typique » japonais. A savoir une production de série offrant un excellent rapport qualité prix. Et une production « sur mesure » permettant de modifier des modèles déjà existants à son goût. Un large choix d’options est proposé. De quoi réaliser la guitare de ses rêves en gardant un budget contenu.

34


AU C A S Q U E

Par le biais de son Custom Shop, la marque ESP propose du « full custom ». C’est le seul custom shop au monde à ne proposer ni liste d’options, ni restriction. C’est la marque ultime du sur mesure, ou tout est possible, depuis le galbe du manche ou encore le radius de la touche (sa courbure), au choix des frettes, du diapason, jusqu’à des possibilités de choix esthétiques sans limite (table recouverte de python, corps sculpté en forme d’ange, une multitude de coloris comme le fameux « burst » des guitares Gibson des années 50 / 60 et quasiment tout ce que votre imagination pourrait demander. Les guitares Strandberg sont techniquement extrêmement évoluées. Fabriquées en Corée, au Japon et en Suède (en fonction de la gamme), elles offrent une vision extrêmement moderne de la guitare électrique de « maintenant ». Le hardware, la forme, l’équilibre physique et tonal de l’instrument, tout est choisi pour obtenir un instrument au confort et à la justesse sans égal. On notera l’utilisation de matériaux extrêmement denses comme l’acier « stainless steel » pour les frettes, ou d’essences rares telles que l’érable moucheté, l’ébène de Macassar, le koa hawaien et d’autres… pour la fabrication des corps et manches. Comme un Tailleur, Vincent Beinis ne reçoit que sur rendez vous, préservant l’intimité de ses clients, guitaristes de renom, vedettes, musiciens de studio ou amateurs éclairés… d’ailleurs il ne cite aucun nom, comme un Maître Tailleur le ferait en toute circonstance. Pour permettre aux musiciens de choisir une guitare, ou plutôt, dans le cas d’une custom made, de les accompagner dans leur décision, Il a construit dans l’enceinte de son magasin un studio professionnel « state of the art » totalement insonorisé, qu’il met à disposition, avec des amplis aussi exclusifs et personnalisables que les guitares qu’il propose.

35


AU C A S Q U E

A1

Beoplay

A1 NATURAL

36


AU C A S Q U E

A1 GREEN MOSS

A1 BLACK

37


AU C A S Q U E

BEATS by Dre

38


AU C A S Q U E

39


FÉTICHES

BRUITS ET SI NOS FÉTICHES N’ÉTAIENT PAS UNIQUEMENT DES OBJETS, MAIS DES PERCEPTIONS IMMATÉRIELLES ? LES BRUITS AUSSI SONT TOTALEMENT SUBJECTIFS, CERTAINS EN AIMERONT QUE D’AUTRES NE SUPPORTERONT PAS, À EN DEVENIR FOUS. POUR HIPSTER N° 5, DANS SA THÉMATIQUE « SAUVAGE », VOILÀ QUELQUES SONS DONT ON NE POURRAIT PAS SE PASSER, SOUS RISQUE DE MORT IMMINENTE. texte JEAN CHARBONNIER

FETICHES est une sélection totalement subjective d’éléments culturels, artistiques ou stylistiques dont le dénominateur commun sera la couleur, mais aussi l’excellence, la rareté, la perfection de la réalisation et l’amour que leurs créateurs ont déployés pour les créer. Nous y intégrerons des œuvres d’art, des machines, des éléments immuables du vestiaire masculin et tous les éléments que nous jugerons importants dans l’imaginaire intemporel. Nos fétiches sont autant indispensables que futiles, et la vie sans eux ne nous serait pas tolérable. 40


FÉTICHES

ON THE ROCKS LE CRI DES GLAÇONS

PING LE CRISTAL DU FEU

« On the rocks » est une expression que nous connaissons tous. Bien sûr les puristes diront avec une grande fermeté que l’on ne « casse » pas le whisky avec de l’eau, qu’on doit le boire pur pour que tous les arômes du nectar excitent notre sens olfactif. mais que l’on doit boire les grands whiskys avec un verre d’eau de source posé à coté, que l’on boit par petites gorgées pour calmer l’agressivité de l’alcool. Ne soyons pas trop puristes et pourquoi pas le considérer comme une boisson désaltérante ?

Au sein de la Maison S.T.Dupont, ce bruit unique et inimitable, devenu synonyme d’élégance et de raffinement, se nomme le « Ping ». Ce son cristallin est apparu accidentellement lors de la création de la Ligne 2 des briquets, en 1976, à l’ouverture du capot. Il est causé par un phénomène de résonnance dû à la matière utilisée ( le laiton massif ), aux caractéristiques dimentionnelles de l’ensemble de l’objet et à la force de résistance de la charnière. Les briquets de la ligne 1, le petit modèle créé en 1952, ne produisent pas ce bruit. La manufacture abandonna l’idée de corriger ce bruit, considéré alors comme un défaut, après un certain nombre de tests s’avérant non concluants et nuisant au fonctionnement du briquet.

Laissons nous aller à écouter langoureusement le bruit délicieux des glaçons qui crient de plaisir en craquant dans un verre, qui s’entrechoquent en provocant un doux bruit cristallin lorsqu’ils touchent les parois d’un verre de cristal rempli de notre whisky préféré, oublions tout, sauf notre plaisir.

Ce son est devenu emblématique de la marque, ajoutant la sophistication du son à la perfection esthétique, due aux proportions respectant le nombre d’or.

Mark Twain écrivait : son whisky était si extraordinaire que quand il en buvait, il parlait écossais.

41


FÉTICHES

MOTEUR LE RUGISSEMENT DE LA PUISSANCE : PORSCHE 918 SPYDER Cela commence par un feulement, à l’allumage, puis un appui sur la pédale d’accélérateur à communication sensorielle provoque une détonation et fait rugir le moteur, à faire dresser les cheveux sur la tête, grâce à des échappements « top pipes » situés au dessus du capot arrière. Poussée par cette accélération fulgurante, la 918 Spyder de Porsche atteindra son bruit de croisière acide et aigu sur circuit, propulsée par son moteur thermique et ses deux moteurs électriques fournissant une puissance de 887 ch qui emmèneront ce concentré de technologie à 300 km/h en 20,9 s, avec une vitesse de pointe de 344 km/h. L’esthétique propre à Porsche reprend les codes de la 911 à l’avant pour dévoiler un arrière ultra musclé et des flancs pourvus d’entrées d’air impressionnantes. Pour garantir une tenue de route exceptionnelle grâce à la création d’une technologie de pointe et fondamentalement novatrice, 5 modes de conduite sont programmés pour dompter ce fauve hybride dans la ville aussi bien que sur la route, avant de rejoindre le circuit où toute la puissance pourra être lachée.

42


FÉTICHES

JACKPOT L’EFFERVESCENCE DES JETONS

VAROOM ! LE VACARME SILENCIEUX : ROY LICHTENSTEIN

L’effervescence a ici deux significations, elle est agitation émotionnelle et compulsive du joueur et déferlement des jetons dans un incessant bruit métallique identifiable entre tous.

Et si le bruit était subjectif, silencieux, évoqué ? Roy Lichtenstein, dans certains de ses tableaux, peint des bruits d’explosion, que nous ressentons en les voyant comme s’ils étaient réels. Le maître du pop art crée en nous des émotions plates qui résonnent, qui sont interprétées par le cerveau comme des bruits réels. Et c’est là toute la poésie d’un artiste qui a su glorifier des scènes empruntées à la bande dessinée. Dans VAROOM, explosion instantanée inspirant l’action, le son est intensifié par l’utilisation de niveaux de couleurs écrasées par le rouge du texte, qui nous force à entendre ce bruit de vacarme étourdissant encore plus intensément.

Qui n’a pas rêvé de décrocher le jackpot au casino ? Par quel mystère la montée d’adrénaline déclenchée par une machine à sous provoque t’elle chez le joueur une telle exaltation ? Parce qu’il attend le bruit magique qui signifie qu’il devient le plus fort, qu’il a vaincu la machine et qu’il va soudain devenir riche. Il aura dominé les algorithmes programmés et il sera le seul, comme dans une arène ou il ne reste qu’un seul gladiateur qui reçoit tous les honneurs et surtout sa liberté accordée par l’empereur

43


Gรถtz Gรถppert

Sultans o 44


of Sprint 45


VITESSE

Götz Göppert quitte son Allemagne natale et décide de changer de métier

(il était skipper) en s'installant à Paris il y a 20 ans. Il démarre sa carrière de photographe par la mode et la publicité, comme cela est souvent le cas dans cette profession. Puis, très vite, il prend un virage. C’est un homme qui a la vitesse en lui, il se tourne vers la beauté mécanique tout autant que vers la magie de la beauté naturelle. Il se promène dans le jardin éclectique de notre monde si riche en allégories et en sensations. Toutes ses photos sont des portraits, il est profondément amoureux et respectueux de ses sujets, qu’il traite avec finesse et sensibilité. Que ses modèles soient mécaniques, urbains, humains ou issus de la nature, il les saisit tous au fond des yeux, il les décrypte pour en extraire leur mystère et leur puissance intérieure. Fasciné par la vie, par le bruit comme par le silence, par la poussière d’un circuit comme par la simple beauté d’une feuille ou d’un nuage, il délivre la force de ce qu’il nous transmet. Ses portraits du grand lama tibétain Tulku Lobsang Rinpoché, dont les connaissances dans les sciences médicales et astrologiques sont reconnues, témoignent l’immense bonté et la force spirituelle qui émanent de la personnalité de cet homme saint. Les motos et les voitures qu’il capture deviennent des œuvres d’art, leurs pilotes sont des chevaliers des temps modernes, élégants et fiers de leurs montures qui prennent une dimension vivante.

Götz Göppert est un homme

qui va très vite, il saisit l’instant unique de l’accélération et la pureté du mouvement statique.

46


VITESSE

47


48


49


50


51


52


53


VITESSE

54


VITESSE

55


56


57


58


59


60


61


p

62


RENAISSANCE MARITHE & FRANCOIS GIRBAUD

photographe ALBAN VERNERET texte JEAN CHARBONNIER

63

Il y a ceux qui font de la mode, et il y a ceux qui sont la mode, qui ont ça en eux, viscéralement, qui ne peuvent s'en passer parce que ce sont des artistes avant tout. La création les habite, les brûle à tel point qu'ils en deviennent frénétiques. M & FG sont la haute couture du streetwear, ils sont investis de la folie novatrice des plus grands, tel un Poiret ou un Galliano. M & FG sont de ceux là, 50 ans de création sans relâche, depuis Western House en 1964 et Halles Capone en 1972, les premières boutiques mythiques qui ont révolutionné notre approche du vêtement. Les modèles les plus osés, les plus techniques, les plus pointus se côtoyaient pour le plus grand plaisir des aficionados que nous étions tous.


MODE

Une approche plus intime, plus personnalisée, sur rendez vous

4

0 années qui ont abouti à la création d'un grand nombre de boutiques, partenariats, franchises, une machine qui s'emballait. Et en 2013 le moteur cale et implose.

Refusant de laisser aux soldeurs un stock qui représentait plus des œuvres de création que des vêtements, un collectif d'anciens collaborateurs passionnés, amoureux et investis dans l'idée de la pérennité de la marque rachète aux enchères la totalité des pièces, pour les vendre en priorité aux anciens et fidèles clients. C'est un énorme succès. M & FG ne peut pas disparaître, alors ce carré de fidèles s'organise pour faire revivre la marque. Mais comment, pour ne pas retomber dans les affres du commerce traditionnel, des banques et des travaux. S'organise alors une sorte d'autogestion entre les créateurs emblématiques, M & FG, et leurs plus fidèles collaborateurs, ceux qui sont passionnés par les réalisations et qui n'imaginent même pas qu'une telle aventure puisse s’arrêter. Il y a aussi, naturellement, les clients, les mordus de ce style inimitable, prêts à devenir des ambassadeurs en portant ce que d'autres n'oseraient pas porter, par convenance ou simplement par manque de poésie. Il n'était pas question pour ce nouveau groupe de laisser orphelins ces clients/collectionneurs de pièces quasi uniques, toujours novatrices et indémodables. Dans cette optique, les réunions, les acquis et les réflexions de chacun ont abouti à un système de vente qui correspond beaucoup mieux à ce que nous recherchons dans un souci de calme et de sérénité. Une approche plus intime, plus personnalisée, sur rendez vous, dans des lieux modernes, dans des villes choisies, pendant une période de quelques jours. On s'approche là des salons des grands couturiers, on vient rechercher l'exclusivité des créations dont on connaît déjà la qualité.

A

u delà de l'invention esthétique, il y a toujours eu chez M & FG un souci de la qualité de réalisation, couplé à une volonté de découverte et d'inventivité technique à la pointe de ce qui est envisageable. En 1972, pour donner l'impression du déjà porté, ils inventent le stone washed, le denim est lavé dans des machines avec des pierres ponces. En 1978 naissaient les premiers jeans ultra larges, ceux qui plus tard se sont appelés « baggy ». Le jean moderne est né à ce moment, pour devenir l’objet ultramode et que l’on retrouve de nos jours chez tous les créateurs et même les grands couturiers. Le jean déchiré, rapiécé, torturé est aussi né dans leur studio de création, il y a 25 ans. Au fur et à mesure des années, les procédés techniques ont évolué, comme pourrait évoluer un moteur, un bateau ou un avion. Parmi toutes ces évolutions, il est possible de citer les bords francs coupés au laser, la technofusion et la soudure par ultrasons, qui permettent de faire disparaître les coutures, les procédés chimiques permettant de conserver l’aspect brut de la toile, les impressions et le délavage au laser sur les toiles, le « wattwash », la lumière remplaçant le travail dangereux et non respectueux de l’environnement du sablage des toiles. La nouvelle collection 2016, la première de cette renaissance qui enchantera les inconditionnels de la marque, est comme toujours marquée par des pièces qui ne sont pas saisonnières, pouvant être portées hiver comme été. L’éthique de la Maison est toujours respectée, mais l’extravagance de certains modèles a laissé place à une rigueur nécessaire dans notre temps. Les matières sont recherchées et rigoureuses, les détails sont toujours techniques, reprenant les codes chers aux créateurs.

64


MODE

65


MODE

grande élégance en toute circonstance

I

l y a toutefois dans chaque modèle ce décalage que nous aimons tant, un empiècement sur un genou de pantalon qui évoque le haut d’une santiag, un restyling du pantalon emblématique que nous appelions le charpentier et qui lui donne une allure résolument moderne, une déclinaison de chaque modèle permettant aux hommes de tous âges de les porter avec élégance et presque même fierté. Le nombre de modèles de jeans est suffisant pour être vêtu avec une grande élégance en toute circonstance.

Les pulls sont en maille de fil d’écosse, dans des couleurs pures et basiques, ou en coton et cashmere réversibles, sages d’un coté et moins de l’autre. Une veste, un blouson, un trench et leurs pantalons coordonnés, en stretch, complètent la collection. L’évolution est totalement dans l’air du temps, et il est parfaitement clair, en analysant cette première collection, que nous sommes en face d’un travail de grande qualité, réalisé avec amour, amour des matériaux et amour de ceux qui les porteront avec un plaisir grandissant chaque jour.

total look MARITHÉ & FRANÇOIS GIRBAUD

66


67


SO SPIRIT

It's a e e s s e n n e T Whiskey

JACK DANIEL’S 68


SO SPIRIT

La qualité est primordiale chez Jack Daniel’s. Depuis toujours, les master distillers travaillent sans cesse à la qualité de leur whiskey et ce, depuis l’époque de Jack Daniel. Ce dernier préférait ne pas produire son whiskey s’il n’était pas parfait. Ce n’est ni un scotch, ni un bourbon, c’est du jack. Plus précisément, Jack Daniel’s est un Tennessee Whiskey. La fabrication du bourbon aux Etats-Unis est régie par une loi ratifiée au Congrès. L’élaboration de Jack Daniel’s remplit toutes les directives de cette loi mais subit une étape supplémentaire, celle de la filtration à travers une couche de charbon de bois d’érable de trois mètres d’épaisseur. Ceci constitue une telle différence, que le gouvernement américain consentit à créer une catégorie spécifique, celle des Tennessee Whiskeys. Sept générations plus tard, le master distiller continue à adoucir le whiskey, comme le faisait Mr Jack en utilisant ce procédé unique : le charcoal mellowing, soit la filtration à travers le charbon de bois d’érable. Ensuite, l’étape de maturation est également primordiale : le whiskey vieillit dans des fûts en chêne blanc neufs. Depuis presque 150 ans, la distillerie Jack Daniel’s se dresse au coeur du Tennessee près de Nashville. Elle est la plus ancienne distillerie enregistrée aux États-Unis. C’est en 1866 que Jack Daniel choisit Lynchburg pour installer sa distillerie. Il y trouva Cave Spring, une source d’eau riche en minéraux, indispensable pour 69

réaliser un bon whiskey. L’eau y coule toute l’année à une température de 13°C. Le calcaire filtre l’eau, la rendant exempte de fer. C’est cette eau pure et le procédé de filtration sur charbon de bois d’érable qui jouent un rôle très important dans la fabrication de ce Tennessee Whiskey. Aujourd’hui encore, le comté de Moore, où se trouve la distillerie, est un dry county (comté sec)… Le whiskey peut y être produit, mais pas vendu ! À Lynchburg, le seul endroit où l’on peut acheter du Jack Daniel’s est la boutique de la distillerie, et uniquement des bouteilles collector ! La vie de Lynchburg tourne autour de Jack Daniel’s. Ainsi, le comté de moins de 6 000 habitants accueille chaque année plus de 250 000 visiteurs à la distillerie ! Et Jack? Jasper (Jack) Newton Daniel serait né en septembre 1850 dans une famille de 13 enfants. Élevé par un ami de la famille, Dan Call, à la fois pasteur et propriétaire d’une petite distillerie, le jeune Jack se passionne pour la distillerie et apprend toutes les ficelles de la réalisation d’un bon whiskey. En 1863, Call dut faire un choix entre ses deux activités et Jack racheta la distillerie malgré son jeune âge. Jack décide alors de déménager sa distillerie pour l’installer à Lynchburg dans le Tennessee. À cet endroit se trouve une source « Cave Spring » qui offre toute l’année une eau de source non ferrugineuse, indispensable à la fabrication d’un whiskey.


SO SPIRIT

Personnage énigmatique et emblématique, Jack faisait partie des notables de la petite ville de Lynchburg. Travailleur passionné, il était également un drôle de personnage… Ceux qui le connaissaient aimaient dire « Lorsque Jack Daniel’s aime quelque chose, il n’en change jamais ». Pour son 21e anniversaire, il acheta une redingote et un chapeau qui devinrent son uniforme de travail jusqu’à la fin de sa vie. Une facette de sa personnalité que l’on retrouve jusque dans son whiskey : une qualité inchangée depuis 1866 ! Un jour de 1906, Jack arriva très tôt à la distillerie. Seul et furieux d’avoir oublié le code de son coffre-fort, il donna un violent coup de pied dedans et se cassa un orteil. C’est cette impatience qui le tua quelques années plus tard, emporté par la gangrène en 1911. N’ayant jamais eu d’enfant, c’est son neveu, Lem Motlow, qui reprit la distillerie. Ce dernier ne fut pourtant jamais nommé master distiller, puisque cet honneur revint à son frère, Jess Motlow. Malheureusement, sa carrière fut interrompue par vingt-neuf années de Prohibition. Seuls 7 master distillers, garants de la fabrication et de la qualité du whiskey, se sont succédés jusqu’à ce jour.

70


71


HÉRITA photographie THOMAS BABEAU stylisme SANDRINE MARTIN texte JEAN CHARBONNIER

72


AGE costume GÉRARD SÉNÉ chemise GÉRARD SÉNÉ montre RICHARD MILLE RM 030 stylos et briquet S.T.DUPONT cigare volutes du Nicaragua HORACIO

73


costume GÉRARD SÉNÉ chemise GÉRARD SÉNÉ souliers GÉRARD SÉNÉ cigare volutes du Nicaragua HORACIO

74


SÉRIE NOIRE

Gentlemen 1919, Gérard Séné et Cifonelli ont un point commun, c'est la transmission d'un héritage. Gentlemen 1919 nous transmet un héritage historique, celui d'une époque qui a inspiré le cinéma, en particulier les films de gangsters, rêve interdit de chacun de nous. L'établissement, créé par 3 associés, Maxime, Frédéric et Sébastien, chacun spécialisé dans un domaine précis, nous plonge dans l'époque de la prohibition à Chicago, dans le monde glauque et fastueux d'Al Capone et de ses sbires. L'expérience nous fait voyager dans un mystère qui démarre chez un barbier d'un rafinement et d'un classicisme parfaits et qui nous transporte dans le luxe d'un élégant bar soigneusement dissimulé, accessible par une porte dérobée, sur invitation des maîtres des lieux ou simplement parce que l'information confidentielle a été divulguée. Sébastien et Rudy sont des maîtres barbiers. Equipés de leurs ciseaux japonais et de leurs coupe choux affutés, ils prennent soin de leurs hôtes avec une adresse inégalée, à l’ancienne, dans la plus pure des traditions. Maxime et Frédéric sont des maîtres de l’hôtellerie de luxe, ils savent parfaitement comment recevoir avec élégance et distinction. Bar à whiskies rares, fumoir à cigares d’exception, certains clients n’hésitent pas à y séjourner une journée entière, passant de rendez vous de travail à des moments solitaires de détente et de réflexion.

75


Gauche : costume GÉRARD SÉNÉ chemise GÉRARD SÉNÉ cigare volutes du Nicaragua HORACIO Droite : costume CIFONELLI

76


Lorenzo et Massimo Cifonelli ont hérité d'une tradition familiale et ont décidé de perpétuer la connotation d'excellence que leur grand-père, père et oncle avaient su fonder. Au delà d'une clientèle que l'on pourrait qualifier d'institutionnelle, leur but est aujourd'hui de séduire des hommes modernes en quête d'élégance à l'ancienne revisitée. Leurs clients sont des hôtes de marque tous uniques, qui ne doivent en aucun cas se croiser, confidentialité oblige. L’héritage familial est une tâche difficile qui demande une attention de chaque instant. L’impair est interdit, ce serait une trahison, le pire qui puisse être dans l’héritage de l’Italie traditionnelle. 77


SÉRIE NOIRE

Le chemin de Gerard Séné est différent, beaucoup plus « intellectuel », en premier lieu parce qu'il a su intégrer une large dose d'humour à l'esthétique et à une volonté de perfection du détail. Depuis toujours ses collections ont fait référence aux personnages historiques et aux héros, qu'ils soient de cinéma ou de la vraie vie. L’héritage qu’il transmet est celui de la culture. Sa culture polymorphe du temps passé, de l’histoire du cinéma qu’il maîtrise à merveille, et de l’évolution des modes, lui permet de créer des modèles hors du temps, que chacun portera à sa guise, en insufflant la dose d’élégance, d’adrénaline ou encore de transgression qu’il décidera de montrer, toujours avec grande élégance. Le costume croisé à rayures claires, classique parmi les classiques, peut être autant celui d'un roi que celui d'un hors la loi. La modernité rejoint la tradition, l’homme est sublimé par une

prestence intemporelle, il impose sa personnalité quelle que soit sa position sociale. Le roi du monde ou le roi des brigands sont les mêmes personnes, ils imposent leur autorité par leur stature et leur élégance. La présence de ces deux personnages est tout à fait plausible dans un lieu tel que Gentlemen 1919, comme c’était le cas dans le Chicago des années de la prohibition. Avec Gérard Séné, les barrières tombent, le raffinement devance la position sociale, chacun est l’égal de l’autre, sans que jamais deux personnes ne soient vêtues des mêmes apparats. La transmission d'un héritage est capitale, c'est un acte du présent, sans aucune nostalgie, toujours dans une volonté pérenne d'adaptation à l'époque mais sans concession à des tendances fugaces qui ne seraient pas conformes à une indispensable continuité historique.

coupe cigare S.T.DUPONT

78


SÉRIE NOIRE

souliers GÉRARD SÉNÉ

79


costume CIFONELLI cigare volutes du Nicaragua HORACIO

80


81


costume GÉRARD SÉNÉ chemise GÉRARD SÉNÉ montre RICHARD MILLE RM 030 stylos S.T.DUPONT

SÉRIE MODE

82


83


SÉRIE NOIRE

montre RICHARD MILLE RM 030

84


SÉRIE NOIRE

85


chemise et gilet CIFONELLI montre RICHARD MILLE RM 030

86


87


GRE GORY VAN DER WIEL RT

photographe SOP HIE ETC HA stylisme SYLVAI N RUF FIE R uté FER RO UZE GAD ERY bea en e mis

FOOT LOVE & ROCK AU BRISTOL 88


montre SUISSEMECANICA

89


Gregory Van der Wiel est un footballeur hollandais de 28 ans, au poste de défenseur, dont la carrière professionnelle internationale a commencé de 2006 à 2012 à l’Ajax d’Amsterdam, puis de 2012 à 2016 au Paris St Germain. Depuis juillet 2016, libre de tout contrat, il s’engage avec le club turc de Fenerbahçe. 90


blouson et pantalon HUGO BOSS chaussures LACOSTE

supercar ASTON MARTIN V8 VANTAGE N430

91


Nous tenons à remercier l'hôtel Bristol, Paris pour son accueil et Aston Martin pour la V8 Vantage N430.

vêtements HUGO BOSS montre SUISSEMECANICA

92


93


M OT E U R

ASTON MARTIN V8 VANTAGE N430 L’Aston Martin V8 Vantage a fêté ses 10 ans en janvier 2016. Pour célébrer cet anniversaire, la marque a voulu développer une série limitée ( Aston Martin se refuse à en dévoiler le nombre ! ) dénommée N 430, N pour Nürburgring, circuit sur lequel elle dispose d’un centre d’essai permanent. Equipée du moteur V8S Atmosphérique 4,7l, d’une puissance de 436 ch, affichant 20 kg de moins par rapport à la Vantage classique (sièges baquets en carbone, jantes allégées). Les ingénieurs se sont particulièrement attachés à la précision de conduite et aux sensations du pilote. L’échappement spécifique s’accompagne d’un recalibrage de l’assistance de direction tandis que la boite robotisée à 7 rapports profite d’un étagement raccourci. Les suspensions métalliques ont aussi été adaptées pour une conduite plus sportive. La conduite au ras du sol et la possibilité d’enclencher un mode sport accentue le plaisir de pilotage de cet engin dont le moteur, pouvant atteindre 7300 tr/mn, plaque le conducteur au fond du siège à chaque pression de palette. L’équipement intérieur est naturellement conforme aux habitudes luxueuses de la marque, et une personnalisation des couleurs de certains éléments de carrosserie permet aux collectionneurs de posséder un bolide unique.

94


95


PIRELLI P ZERO PIRELLI a LANCé LE DERNIER MODÈLE P ZERO À REIMS : LE PNEUMATIQUE SUR MESURE AUX PERFORMANCES EXTRÊMES ET À LA FIABILITÉ MAXIMALE. TENUE DE ROUTE PROGRESSIVE À DES VITESSE ÉLEVÉES, USURE TOUJOURS UNIFORME, RÉDUCTION DU BRUIT ET DE LA RÉSISTANCE AU ROULEMENT ET AMÉLIORATION DES PERFORMANCES D'AQUAPLANING : CES CARACTÉRISTIQUES FONT DU NOUVEAU MODÈLE P ZERO LA MEILLEURE REPRÉSENTATION DE LA TECHNOLOGIE DE POINTE DES PNEUMATIQUES ACTUELLEMENT SUR LE MARCHÉ. AU TOTAL, LA FAMILLE P ZERO COMPTE DÉSORMAIS 11 MEMBRES : UNE MARQUE CRÉÉE EN 1986 AFIN D'ÉQUIPER LA VOITURE DE RALLYE LANCIA DELTA S4, AVANT D'ÊTRE UTILISÉE EN TANT QU'ÉQUIPEMENT D'ORIGINE SUR LA FERRARI F40 L'ANNÉE SUIVANTE. LE NOUVEAU MODÈLE P ZERO a été LANCÉ SUR LE MARCHÉ AVEC UN PORTEFEUILLE DE 60 HOMOLOGATIONS

96


97


98


D

epuis mai 2016 - Pirelli compte une nouvelle fois sur son modèle « Zero » pour consolider son leadership mondial dans le secteur du prestige et renforcer sa présence dans la catégorie Premium. Il est donc tout naturel que 30 ans après l'apparition du tout premier modèle P Zero, Pirelli lance désormais la toute dernière version du pneumatique qui est entré dans l'histoire au cours des dernières décennies, sous toutes ses variantes : du système P Zero au Rosso, sans oublier le Nero, le Corsa et le P Zero lui-même, qui a fait son apparition sur le marché en 2007. L'objectif est de satisfaire la demande croissante en termes de performances, de fiabilité et de sécurité et de renforcer la stratégie de monte parfaite de Pirelli, qui se traduit par un pneumatique sur mesure pour chaque modèle de véhicule. TECHNOLOGIE EXTRÊME POUR LES PNEUMATIQUES SUR MESURE Le modèle P Zero représente la technologie la plus avancée développée par la célèbre division de recherche de Pirelli, qui intègre une multitude de solutions techniques élaborées par les ingénieurs de l'entreprise italienne, en étroite collaboration avec leurs homologues des plus grands constructeurs automobiles du Monde. En associant habilement la technologie de pointe, les procédés et les matériaux avec les demandes spécifiques de chaque nouvelle voiture lors la phase de conception, Pirelli est en mesure de fournir des pneumatiques sur mesure pour chaque modèle. Le nouveau P Zero est le modèle de pneumatiques le plus performant sur le marché actuellement. Il est également le plus fiable en ce qui concerne la prise en charge de la puissance extrême des super-cars modernes. Ceci est dû aux nouvelles gommes en sous-couche qui permettent d'améliorer la tenue de route et la résistance au roulement, aux polymères innovants avec des propriétés mécaniques avancées qui permettent d'optimiser les performances, que ce soit sur sol mouillé ou sur sol sec, ainsi qu'au dessin de bande de roulement innovant possédant des rainures plus larges permettant d'expulser davantage d'eau.

99


D O S S I E R H I P ST E R

« TALON F1 », UN TALON INSPIRÉ PAR LES COURSES POUR UNE TENUE DE ROUTE INSPIRÉE DE LA FORMULE 1 La principale marque de fabrique du nouveau P Zero réside dans sa capacité à garantir une stabilité maximale même à des vitesses très élevées : de la même manière que les pneumatiques équivalents pour la Formule 1 agissent au sommet du sport automobile. La technologie développée pour les talons des pneumatiques de F1 intégrée au nouveau P Zero est directement issue de la Formule 1. Elle nécessite une gomme particulièrement rigide à l'intérieur de la zone du talon, ce qui permet une réponse directionnelle plus rapide et plus précise, évitant ainsi toute perte d'adhérence latérale inattendue. Cette caractéristique permet au P Zero de se distinguer de la concurrence. La technologie de « Talon F1 » implique que les forces exercées sur le talon et le flanc soient réparties de façon plus équitable, ce qui permet de réduire toute baisse de performances et également d'améliorer l'intégrité de la structure lorsqu'elle est sujette à des charges et à des vitesses élevées. Ainsi, le comportement du pneumatique est plus linéaire et prévisible, la limite de performance étant atteinte progressivement. Le conducteur peut ainsi profiter librement du plaisir des performances sportives en toute sécurité.

GAMME ÉTENDUE DE PROFIL : MEILLEURE RÉPARTITION DE L'USURE ET PERFORMANCES OPTIMALES TOUTE AU LONG DE LA DURÉE DE VIE DU PNEUMATIQUE Le P Zero est également un modèle innovant en termes de durabilité, non seulement grâce à la longévité du pneu mais également grâce aux performances plus constantes tout au long du cycle de vie. En faisant en sorte que l'empreinte soit plus plate, grâce à la gamme étendue de profil, les ingénieurs Pirelli ont pu s'assurer que l'usure soit mieux répartie, ce qui permet d'augmenter la durée de vie utile du pneumatique pour ainsi permettre aux conducteurs de réaliser des économies. SÉCURITÉ OPTIMALE, MÊME SUR ROUTE MOUILLÉE L'augmentation du nombre de rainures de la bande de roulement ainsi que l'augmentation de la profondeur et de la largeur des rainures longitudinales sur la surface signifient que les performances d'aquaplaning latéral ont été améliorées, ce qui permet une augmentation de 10 % de la capacité d'expulsion de l'eau. Ces éléments permettent un freinage plus sécurisé et plus stable sur route mouillée.

100


D O S S I E R H I P ST E R

Le design spécifique du dessin de la bande de roulement a également été conçu pour réduire le bruit entendu dans l'habitacle, ce qui permet d'améliorer le confort de conduite. La façon dont les rainures transversales sont disposées, en séquence volontairement aléatoire, déforme le bruit généré par la percussion d'air, répartissant le son sur un certain nombre de fréquences différentes et réduisant ainsi son volume.

sormais 800 homologations actuellement (1 000 au total, parmi lesquelles des voitures qui ne sont plus produites). Les pneumatiques Pirelli équipent un véhicule de prestige sur deux immatriculés chaque jour, partout dans le Monde. Les voitures de légende, telles que la Lamborghini Centenario, la Ferrari GTC4 Lusso, la Mercedes GT AMG et la Porsche Boxter sont déjà équipées du nouveau modèle P Zero, qui a été créé pour un certain nombre de versions ciblées afin de satisfaire les exigences techniques et les caractéristiques uniques de chaque voiture.

RÉSISTANCE AU ROULEMENT RÉDUITE DE 15 %

TROIS MODÈLES, UN NOM

L'association de nouvelles techniques de modélisation, qui ont permis d'optimiser le profil moulé, à la réduction du poids et à l'introduction de matériaux riches en silice (plus de 80 %) a permis une réduction de 15 % de la résistance au roulement. Il est évident que cela entraîne une réduction de la consommation de carburant.

Le P Zero ne possède qu'un seul nom mais est produit dans trois variantes techniques différentes, avec des applications et des niveaux de performance différents : chacune des variantes étant conçue pour un modèle de véhicule en particulier. Pour les véhicules à caractère plus sportif, il existe un dessin de bande de roulement moins sculpté, qui est conçu pour favoriser des performances plus dynamiques et plus sportives. Le second dessin de la bande de roulement convient davantage aux berlines, grâce à un épaulement extérieur qui est davantage rainuré et conçu pour mieux absorber chaque impact avec la surface de la route, améliorant ainsi le confort, qui représente un élément important de ces véhicules. Enfin, la troisième variante propose un design beau-

LE PNEU SILENCIEUX

NÉ AVEC SON PROPRE PORTEFEUILLE Le nouveau modèle P Zero vient seulement d'être lancé et il possède déjà un portefeuille de 60 homologations. Cela souligne son statut d'héritier légitime de la célèbre famille qui compte dé-

101


coup plus agressif, similaire aux pneus lisses que l'on trouve dans le sport automobile. Cette variante a été créée pour le nouveau modèle P Zero Corsa. Ainsi, chaque catégorie de voitures a sa propre variante de P Zero. Ce concept est au cœur de la stratégie de monte parfaite de Pirelli. En 1987, lorsque Pirelli a introduit le premier pneu de route de 17 pouces, cela représentait une innovation, mais désormais la gamme s'étend jusqu'à 22 pouces afin de s'adapter face à des enveloppes de performances toujours plus puissantes. Même dans cette gamme, l'offre est plus large et plus spécifique, tout en conservant l'offre de pneumatiques hiver, été et toutes saisons, également disponible dans la gamme Pirelli. Et c'est sans parler de toutes les technologies incorporées dans ces pneumatiquess, du Run Flat au Seal Inside, ainsi que le système PNCS (Pirelli Noise Cancelling System) : technologie introduite par Pirelli afin de réduire le bruit dans la voiture. Il existe également de nombreux autres matériaux alternatifs, qui font l'objet de recherches en permanence, des grains de riz au guayule. Il existe ensuite également différents dessins de bande de roulement : chacun d'entre eux est conçu pour compléter les caractéristiques uniques de chaque modèle. Enfin, il existe des pneumatiquess dédiés à une marque, ce qui signifie que chaque pneumatique a été conçu pour correspondre à un véhicule en particulier. LES PNEUMATIQUES DÉDIÉS À UNE MARQUE La personnalisation et la gestion sur mesure des complexités spécifiques présentées par des conditions de conduite différentes sont les fondements de la philosophie Pirelli. Ces fondements ont hissé la firme italienne au sommet du marché mondial en termes d'homologations des équipements d'origine, notamment dans le secteur des véhicules haut de gamme et de prestige, avec un avantage notable sur ses concurrents. Bien sûr, cela prend du temps d'atteindre ces records : au moins deux à trois ans, ce qui correspond au temps dont les ingénieurs Pirelli ont besoin pour développer un seul produit qui convient parfaitement à la voiture à laquelle il est destiné, en travaillant en étroite collaboration avec les ingénieurs de chaque société automobile. Voici comment naît un pneu dédié à une marque : la seule solution permettant à une voiture de révéler tout son potentiel. Et c'est également ainsi que le tout dernier modèle P Zero a été créé : la parfaite distillation de la stratégie de monte parfaite de Pirelli. La famille P Zero compte désormais 11 produits. Il n'est pas exagéré de dire que la gamme de Pirelli pour les véhicules dont les performances sont optimales ou extrêmes est sans égale. Elle constitue un point de référence non seulement pour la société italienne mais également pour toute l'industrie du pneumatique. P ZERO : L’HISTOIRE EN CHIFFRES L'origine, les caractéristiques et le destin du nouveau modèle P Zero peut se résumer en quelques chiffres importants. Évidemment, nous pouvons commencer par le zéro, inscrit à côté du célèbre P. de Pirelli. Le nom P Zero est né par accident, mais il a fini par devenir une marque emblématique. P Zero signifie en réalité « Projet zéro » car les ingénieurs de la société ne savaient pas encore comment appeler leur nouveau pneu pour sport automobile, développé à l'origine pour l'impressionnante voiture de rallye Lancia Delta S4. C'était en 1986, il y a exactement 30 ans. L'année suivante, le P Zero a fait ses débuts sur la route avec la Ferrari F40 : le premier d'une série de projets de développement 102


103


D O S S I E R H I P ST E R

104


D O S S I E R H I P ST E R

de pneumatiques sur mesure pour un certain nombre de voitures performantes sur plusieurs dizaines d'années, avec une évolution constante des véhicules et des pneus. L'échelle de ce développement sans fin peut se résumer en un autre chiffre surprenant : 302. Il s'agit de la différence de chevaux entre la F40 de 1987 et la génération actuelle de super-cars. Cette augmentation est synonyme d'une amélioration de la puissance mais également d'un besoin d'une meilleure sécurité. Toutes les versions de P Zero doivent s'assurer que les véhicules pour lesquels elles sont conçues adhérent parfaitement à la route, quelles que soient les conditions. C'est pour ces raisons que P Zero est devenu un point de référence pour les fabricants de véhicules les plus prestigieux du Monde entier, qui l'ont choisi 1 000 fois en tant qu'équipement d'origine. Parmi ces 1 000 homologations, 60 autres ont déjà été ajoutées par le nouveau P Zero. Entre temps, la marque est devenue un emblème dans le monde de l'automobile. Lorsque vous parlez de P Zero, vous peignez un tableau précis du paysage automobile tel qu'il a été ces dernières années. P Zero a également été étroitement associé à des célébrités, qui ont prêté leurs noms à des campagnes emblématiques qui ont fait l'histoire de la publicité. Bien sûr, P Zero représente également le spectacle global de la Formule 1, son nom étant inscrit sur tous les pneus slicks de F1, dans un kaléidoscope graphique de plusieurs couleurs. Ces couleurs symbolisent également la gamme de 11 produits de route, répondant à une vaste gamme de conditions d'utilisation, de véhicules, de styles de conduite et de zones géographiques différents. Sans surprise, le nom durable du tout dernier produit de Pirelli reste donc P Zero. Et Pirelli a également choisi de façon très appropriée le circuit Estoril au Portugal, ancienne résidence du Grand Prix du Portugal, pour ses débuts dans le Monde. Le nouveau produit ultra-performant de Pirelli est directement dérivé de l'expérience avancée de sport automobile, désormais adaptée avec précaution aux besoins de tout automobiliste.

105


L'AUTO 106


OSIASTE photographie CÉCILE DESAILLY

veste LEVIS casque MARSHALL voiture PORSCHE TARGA 1976 L'Autosiaste - 19, Rue Balliat, 92400 Courbevoie - 01 43 33 55 17

107


M O D E E T O B J E TS

t-shirt, chemise, jean LEVIS chaussures LACOSTE

108


109


Le Garage l’Autosiaste a été créé en octobre 2004 par Florent Pestana, mécanicien spécialiste Porsche formé par Jacky Dechaumel, éminent spécialiste reconnu de la marque. Il est assisté de son frère Arnaldo Pestana.Le Garage l’Autosiaste est spécialisé dans la réparation de toutes les Porsche de la 356 à la 993, mais aussi tous les véhicules de sport et de collection, tels Ferrari, BMW, Lancia, et Autobianchi. Le souci majeur de Florent Pestana est l’accueil et le conseil à la clientèle. Tout est fait pour que votre voiture vous apporte pleine satisfaction et sécurité après son passage au garage, dans le plus grand respect des règles de l’art. C’est ainsi que le garage est agréé par l’Autobianchi Club de France. Les compétences du garage vont de la simple révision et mise au point de votre voiture à la réfection totale de votre moteur.Lorsque cela est nécessaire, le garage s’occupe de faire passer votre voiture au contrôle technique. Depuis quelques années, le Garage l’Autosiaste assure la préparation moteur et châssis pour le VHC. Plusieurs Porsche 911 et 914 engagées dans deprestigieuses épreuves telles le Tour de France Automobile ou le Rallye Neige et Glace, préparées par le Garage l’Autosiaste, se sont ainsi brillamment illustrées. Le Garage l’Autosiaste dispose d’un réseau de professionnels compétents et reconnus pour trouver la pièce rare et refaire des pièces mécaniques introuvables. Par ailleurs, si vos besoins vont au-delà de la seule restauration mécanique, le garage saura vous recommander des professionnels pour la réfection de la carrosserie ou de la sellerie de votre voiture. 110


t-shirt, jean, chemise, basket LEVIS

111


112


BALLANTINE'S HARD FIRED

113


© THOMAS DUVAL

114


MODE

A CORPS ET A CUIRS Le cuir nous habille, nous protège, nous accompagne dans nos mouvements. Matière noble s’il en est, il se courbe, s’enroule, se coud, s’habille de toutes les couleurs de l’arc en ciel. Il nous colle à la peau, animal contre animal, il vit et se patine avec nous. Il peut être simple, il peut être précieux, il doit être travaillé avec noblesse par respect de sa rareté. Il peut être doux comme un agneau, sauvage comme un crocodile ou un serpent, intrigant comme un galuchat. Dans les lignes qui suivent, nous aborderons ce cuir qui nous suit, sublimé par le travail d’artisans faisant partie de l’élite des façonniers français, des artisans d’exception qui

texte

115

perpétuent la tradition du luxe à la française qui doit être préservé à tout prix, au même titre que des monuments historiques. Nous habillerons notre promeneur de pièces rares mais sobres, qu’il sera fier de porter parce que lui seul en connaîtra les origines. Mais ceux qui le croiseront dans la rue ne seront pas dupes, s’ils ont du goût, ils sauront reconnaître l’excellence. Notre promeneur sera vêtu, plutôt paré, de pièces rares, de ce cuir que nous voulons sauvage mais dompté, chaussures, pantalon, ceinture, montre bracelet, gants, lunettes. Son corps en mouvement sera mû par un vélo d’exception.

JEAN CHARBONNIER


MODE

LES PIEDS

CHAUSSURES GALET, FRENCH LOAFERS

Galet a voulu réinventer le mocassin traditionnel en créant le « french loafer », le mocassin français. Ce soulier se situe entre le mocassin traditionnel et le sleeper. Ses créateurs ont voulu transcender le genre et allier une nouvelle vision hype de l'élégance avec une approche sensible et moderne, aussi bien dans l'esthétique des modèles que dans les motifs et les matières utilisés, qui correspondent chacun à des heures du jour ou de la nuit, depuis le matin ensoleillé jusqu'au soir habillé. Le paradoxe développé par Galet est intéressant : peut on marier des chaussures plates à toutes les occasions ? Galet dit oui, en proposant pour toute sa gamme la même forme - sur une semelle plate et ultra souple - une chaussure de soirée vernie noire, une chaussure de fête toute d’or ou de vernis blanc, des modèles plus classiques et nombre de dessins pour l'été comme pour l'hiver, imprimées de motifs ethniques, en toile fine… A chaque saison ses spécificités, en maintenant une pérennité esthétique revisitée à chaque collection sur un certain nombre de modèles. Un unique flagship store à Paris, dont l’architecture est surprenante, doux mélange de classicisme revisité avec intégration d’une porte révolutionnaire (« Evolution Door » de Klemens Torggler, le seul exemplaire existant dans un lieu public en France) séparant la boutique et le salon privé réservé aux commandes sur mesure. Associée souvent aux manifestations de polo à Londres ou encore

présente à St Tropez, Galet se positionne comme une marque de raffinement et d’exclusivité. La fabrication, 100 % française, est réalisée par un atelier spécialisé dans la réalisation de chaussures de qualité. Le montage est cousu Blake, dans la pure tradition de la cordonnerie, sur une semelle de caoutchouc « spécifique » moulée selon un dessin original. Galet propose en complément une production sur mesure, ou tout est possible dans le choix des peaux, crocodile ou galuchat, ainsi qu'une personnalisation telle que broderies ou dessins. On pourrait dire qu’une Galet est aussi une car shoe, ou encore une chaussure parfaitement adaptée aux bicyclettes de notre Hipster en quête d'esthétisme, de nouveauté et d’exclusivité. Le nombre limité de chaque série permet de réduire les probabilités de croiser le même soulier au même endroit. En clin d’œil, on verrait parfaitement, dans un film, une splendide créature, sortant d’un lit, emprunter les Galet en même temps qu’une chemise, à l’homme qu’elle laisse se reposer… Plates sur le dessous, bombées sur le dessus, taillées comme un galet, nous leur souhaitons un ricochet, le plus long possible. www.galet.com 116


MODE

LE CORPS

VÊTU DE CUIR STRETCH JITROIS Jean Claude Jitrois, « le couturier du cuir » a un parcours totalement atypique dans le monde de la mode. Il étudie la psychologie, puis il s’installe sur la Côte d’Azur et est nommé Directeur de l’Institut de Rééducation Psychomotrice de la Faculté de Médecine de Nice. Il forme pendant plusieurs années trois promotions d’étudiants et officie en parallèle dans les différents Instituts d’hygiène mentale de la région, de 1962 à 1976. Rien ne le prédestine à devenir l’une des figures emblématiques de la mode parisienne, pourtant dès ces années là, il commence à s’intéresser au vêtement, notamment au cours de thérapies et de jeu de rôles avec des enfants atteints de troubles du comportement. Il leur crée pour cela des tenues en papier crépon de gendarme, pompier, militaire… leur permettant de renforcer leur « moi ». Il suivra plusieurs séminaires de Jacques Lacan et écrit plusieurs ouvrages de référence sur le sujet. A partir de 1976, il change radicalement de cap et ne se consacre plus qu’à la mode et à la création. Ce sont les années fastes de la culture artistique, il côtoie l’Ecole de Nice, César, Nikki de Saint-Phalle, Arman ou encore Ben, ce sont les années pop, les années des artistes devenus cultes de nos jours, de la jet set et de la « branchitude » poussée à l’extrême. Il crée alors le « cuir couture ». Le succès et la réussite fulgurante de la marque démarrent en 1983. Toujours à la recherche de nouveauté, il invente en 1995 le cuir stretch, puis le cuir lavable en machine, toujours au service de créations originales et d’une élégance rare. Grand amateur d’art contemporain, de littérature et de musique, il se ressource dans des lieux qui lui permettent de développer son esprit visionnaire. Son appartement parisien est pour lui un lieu de recherches personnelles qu’il transmet chaque jour avec précision à ses collaborateurs qui le suivent avec toute la force dont un grand créateur a besoin pour s’exprimer. Il ne laisse aucun détail au hasard, l’ensemble de ses créations est dominé par une grande élégance, parfois transgressive avec bonheur, et une réalisation à la pointe de la technicité. Il est un des rares créateurs de notre temps dont les pièces sont intemporelles et indémodables, tant l’esprit qu’il y a insufflé est puissant, toujours avec la volonté de magnifier la beauté des femmes ou des hommes qui les portent, comme une seconde peau. www.jitrois.com 117


MODE

LES POIGNETS

MAISON KENCLARA, FABRICANT DE BRACELETS MONTRES SUR MESURE Nos gardes temps les plus précieux ont besoin de bracelets exceptionnels pour les magnifier à nos poignets. C’est ce que l’on trouve chez Kenclara. Lorsque l’on rentre dans l’atelier boutique, on est d’abord surpris par l’ambiance chaleureuse et familiale qui se dégage du lieu. On prend place alors devant un bureau envahi de liasses de cuirs de couleur, veau, autruche, lézard, python, crocodile, galuchat qui nous attendent et que nous pouvons toucher. L’expérience de la maison est telle que la Maîtresse des lieux sait quel bracelet doit habiller la montre qui lui est présentée. L'atelier travaille depuis de très nombreuses années pour les grandes maisons de joaillerie qui apposent leur griffe sur les bracelets. Nous sommes là chez le fabricant, garant de la qualité parfaite des pièces qu’il fabrique. Les bracelets sont réalisés dans la tradition de l’artisanat de luxe. Les bracelets peuvent être classiques ou sur mesure, cousus avec des fils de couleur si le client le souhaite. Toute combinaison, toute association est possible, laissant l’initiative à toutes les créations imaginables. Les prix sont si étonnants que nous ne pouvons que conseiller aux propriétaires de belles montres d’oublier certaines des adresses qu’ils pouvaient connaître. La montre que nous avons choisie est une réédition de la célèbre « Pacer » de Hamilton, modèle simplifié de la « Ventura ». Fabriquées en 1957 aux USA, ces montres sont les premières montres électriques au monde. www.kenclara.fr

118


MODE

LES MAINS

LES GANTS DE LA MAISON CAUSSE Nos mains sont tactiles, caressantes, protectrices, elles sont le reflet de l’âme. Nos mains peuvent désirer l’élégance ou encore souhaiter être couvertes pour affronter les éléments. Nous les enveloppons dans des gants, assortis à nos tenues.

vellent sans cesse, avec la collaboration de designers et de créateurs. Pour certains modèles, il faudra près d’une centaine d’opérations pour que la peau se transforme en une pièce d’exception.

Parmi les plus beaux gants du monde, et ils sont rares, il ya ceux issus des fabrications de la Maison Causse, Maître gantier depuis 1892. La Manufacture, comme il faut la nommer, est installée depuis sa création à Millau, capitale mondiale du gant. Entreprise familiale, la Maison Causse est passée dans le giron de Chanel depuis 2012. Héritier de 4 générations, Olivier Causse, s’applique à enrichir le catalogue des productions, il est le garant des secrets de fabrication de cette Maison séculaire. La Maison Causse a reçu en 2006 le label « Entreprise du Patrimoine vivant ». En 2012, l’Unesco l’inscrit même à son prestigieux Inventaire des Métiers Rares. Portés par les amoureux de belles pièces, les stars, ou faisant partie des collections des plus grandes maisons de couture, les gants Causse se renou-

Que les coutures soient intérieures ou apparentes, réalisées à la machine ou à la main, qu’ils soient en veau glacé, en nubuck, en pécari ou encore en python, chaque paire est unique, réalisée avec le même soin, avec le même art méticuleux qui caractérise la pérennité du savoir faire artisanal. Portés avec une élégance incomparable, ils magnifient les mains les plus belles, en les entourant de la douceur de la soie, du cashmere, de la fourrure ou de la peau, juste naturelle. La manufacture réalise des modèles sur mesure, laissant libre cours à l’imagination de ses clients les plus originaux. Le site de Causse est une mine d’informations sur ce savoir faire inimitable. www.causse-gantier.fr

119


MODE

LA TAILLE

CEINTURES LOSCO On l'appelle Losco, C'est son vrai nom. Un nom qui semble venir tout droit du désert du nouveau Mexique, des pistes désertiques. A une lettre près, c'était El Loco, chef d'une horde de « bandidos » lancés à la poursuite d'une diligence de la Wells Fargo pleine d'or et de dollars destinés à la Compagnie ferroviaire de l’Union Pacific, leurs revolvers à la ceinture prêts à dégainer. Sa vraie histoire débute par des voyages sur la côte est des USA, lorsque, grand adolescent, il arpentait les villes et les villages, Santa Fe, Gallup, le grand canyon… Plutôt globe trotteur que hippie au début des années 70, il découvre les grands espaces de l’est américain comme beaucoup de jeunes qui ont « fait la route ». A l’aube des années 80, après une période d’artisanat « home made », le premier atelier ouvre et réalise du travail à façon. Puis « on the road again ». Losco repart arpenter les villes qu’il connait déjà et commence à chiner des boucles de ceintures. Il emprunte à la culture de l’est américain la technique des boucles amovibles et la développe en France ou cela n’existait pas. La première boutique parisienne ouvre en 1988, la seconde en 1991, et la troisième en 1995. Il y a actuellement 2 boutiques à Paris. Après 35 années d’activités, la fabrication a atteint un niveau de qualité proche de la perfection, qui n’a rien a envier aux meilleurs maroquiniers. Losco est un « perfectionniste angoissé » et considère que ses produits peuvent toujours être plus aboutis. L'atelier sent bon le cuir. Les peaux de toutes couleurs et de toutes provenance, issues de tanneries de grande qualité, sont soigneusement empilées. Les cuirs sont colorés ou bruts, patinés ou vieillis, les nubucks aux teintes chatoyantes sont soyeux, les peaux de crocodile ou de python sont élégantes. Les machines et les outils sont traditionnels, ils permettent la fabrication dans le respect de l'artisanat. Le nombre de modèles de ceintures (matières, couleurs, largeur...) et de boucles (simples ou extravagantes, en métal argenté poli ou mat, bronze patiné...) est tellement riche que le choix est souvent une aventure qui prend du temps. La ceinture est devenue un accessoire indispensable, elle souligne, elle colore, elle vit au plus près du corps qu'elle entoure et souligne avec élégance la silhouette d'une note de couleur. Le conseil éclairé qui est donné chez Losco permettra de choisir l'objet qui sera le plus adapté à la destination de la ceinture. Losco a bien voulu se prêter au jeu d’une création originale pour notre article, en réalisant des modèles uniques parés de boucles originales. www.losco.fr

120


MODE

LES YEUX

LUNETTES LUCAS DE STAËL LES POIGNETS

LES BRACELETS BLANCHE DE CASTEL Blanche de Castel est une créatrice hors du commun. Hédoniste, littéraire, voyageuse, artiste, sa curiosité est immense. Elle translate son intense personnalité de NY à San Francisco, du Japon à la Corse, des musées aux concerts de rock ou classiques, d’un café parisien à une piscine, au lever du jour. Personnalité multiple à l’humour caustique, elle crée des bijoux avec les pièces qu’elle chine, poussée par son immense curiosité. Elle vit dans tous les univers artistiques. Depuis les sons, qu'ils soient classiques ou modernes, jusqu'aux arts de la danse à ceux du théâtre, de la peinture à la sculpture. Est elle frénétique ? Sans doute. Elle ne s'arrête jamais, croquant la vie. Ses bijoux reflètent cet appétit incessant de découvertes et d'inventions. Elle apprend sans cesse de nouvelles techniques, elle maîtrise les matières qu'elle utilise, pierres, métaux, perles, qu'elle assemble toujours avec une délicate élégance hors du commun. Elle a un cœur qu’elle partage avec ses amis. Elle s’est prêtée avec gourmandise au jeu de la création d’un bijou pour homme, en crocodile, le premier de sa création. Se rapprochant des mythologies anciennes qui toutes représentaient le crocodile comme un animal sacré doué d’une grande force : mythologie Egyptienne (protection, fertilité), Maya(responsables de la création) ou Hindoue (créativité, équilibre), elle a décidé de parer l’homme avec des bracelets faits de peaux simplement enroulées, contenues par un fil d’argent rehaussé de perles d’argent elles aussi, afin que la puissance de l’animal habite l’homme qui le porte et l’accompagne en le protégeant des forces ténébreuses qui pourraient l'atteindre. www.bijoux-blanchedecastel.com

121

Lucas de Staël est designer, créateur de lunettes en cuir. Sa Société, Undostrial, produit des lunettes depuis 2006, et lance sa marque éponyme en 2012. L’homme est jeune, beau, passionné, passionnant. Son atelier est vaste, installé dans une ancienne imprimerie du XIXème arrondissement de Paris, de grandes tables, des établis. Dans un fourmillement de silence, ici l’on ponce, là on polit, puis l’on assemble. Les artisans sont jeunes, bijoutiers, issus de l’Ecole Boulle, ou encore des écoles de design industriel. Le travail demande un tel recueillement qu’ils écoutent tous de la musique au casque pour s’échapper des bruits ambiants et se concentrer. Les procédés de fabrication ont été mis au point dans l’atelier, chaque artisan fabricant ses propres outils, comme pour perpétuer une tradition séculaire. A l’étage, les machines de découpe laser, les machines de haute précision, les stocks de cuirs, le laboratoire photo. Car chez Lucas de Staël, la précision est au dixième de millimètre. Des lunettes de grande qualité ne tolèrent pas la moindre imperfection. Chaque pièce est unique. Il n’y a que 20 exemplaires de chaque modèle, autant dire que la probabilité de croiser une autre paire du même modèle dans la rue est quasi inexistante. Nous sommes -encore- dans l’univers du luxe, de l’exceptionnel, de l’unique, de ce savoir faire inégalable que la France possède. Cuirs de vache, de chèvre, cuirs précieux de crocodile, de galuchat sont là pour habiller nos yeux avec une élégance et une simplicité rare. Les formes sont épurées, classiques, et le cuir les rend modernes, élégantes et intemporelles. www.lucasdestael.com


MODE

LE MOUVEMENT

VÉLO HERMES « LE FLÂNEUR »

Lorsque l’on s’entretient avec François Doré, Directeur du département sur mesure et fabrications spéciales de la Maison Hermès, on saisit toute la dimension d’une passion sans limites, qu’aucune contrainte ne peut entraver. Chaque création est un nouveau défi à relever, un plaisir d’innovation et de mise à l’épreuve d’un savoir faire français datant de 1837. Il paraissait évident pour Hermès de créer un vélo correspondant à une nouvelle mentalité, à une liberté que nous recherchons de nos jours. Le cahier des charges obéirait à des critères bien précis, depuis la conception technique, jusqu’aux finitions, alliant élégance et confort. Son nom même, « le Flâneur », évoque à lui seul une promenade poétique, au fil du vent. L’objet est techniquement très évolué. Mis au point en collaboration avec Time, seul fabricant français de cadres en carbone, matière choisie pour sa modernité, sa légèreté et sa robustesse, il offre des caractéristiques dont la technique pointue influe sur le bien être de son utilisateur : Carbone pour l’élimination des vibrations, le poids réduit (11 kg) et donc sa facilité à être porté. (Fibres de carbone technologie RTM et fibres polyamide, cadre monobloc). Entrainement par courroie, pour éviter les risques de déraillement, le bruit et les salissures. Changement de vitesses (8) à l’arrêt pour un choix sans contrainte.

Freins à disques hydrauliques pour leur réactivité et leur sécurité. Eclairage led par une dynamo intégrée au moyeu de la roue avant, muni d’une connexion usb pour permettre de recharger un smartphone. Cet objet rare est paré de cuir de taurillon, spécialité de Hermès oblige, à chaque point de contact avec le corps : les poignées et la selle, la prise de main sur le cadre placée au centre de gravité de la machine, pour permettre de la porter sans effort, même en montant un escalier. Toutes sortes d’accessoirisations sont envisageables, bien entendu, sur la base des modèles dessinés par le département sur mesure : sacoches arrières, centrale et avant, porte téléphone. Le client étant Roi, le Flâneur est personnalisable à l’envi, dans sa couleur, dans le nombre et la teinte de ses accessoires. Deux modèles sont proposés, une bicyclette mixte de promenade et un vélo sportif, dans trois tailles chacun. Le flâneur est un vélo de ville que l’on pourrait qualifier de « réjouissant », tant il est évident dans son élégance, sa simplicité et sa grande sophistication. www.hermes.com

122


MODE

gauche VINCENT LEROUX ® HERMES droite DÉTAILS ® GRÉGOIRE ALEXANDRE

123


GRANDE MESURE

g

rande mesure

Passion, Tradition et Excellence vont souvent de pair. Cette rubrique « Grande Mesure », ( bespoke en anglais, terme existant dans le vocabulaire anglais depuis l’année 1600, malheureusement quelque peu galvaudé par des marques « pauvres » actuellement ) illustre ces valeurs d’un monde en perpétuel mouvement dans la recherche de nouveauté, d’exclusivité et de perfection, dans des domaines totalement différents, allant de la musique aux moteurs, du tailleur à l’horloger, sans aucune restriction ni limites. texte JEAN CHARBONNIER

124


CIFONELLI MAÎTRE TAILLEUR Le costume tel qu’il est porté de nos jours est né au milieu du XIXème Siècle, probablement initié par le Roi Edouard VII d’Angleterre, homme d’une élégance raffinée. Depuis, cette pièce incontournable de l’élégance masculine a évoluée, par petites touches, par petites notes comme une improvisation d’un thème de blues joué sur scène par des musiciens d’exception. Il y a bien entendu Costume et costume. Nous nous intéressons dans cet article à l’exception, à la différence, parfois imperceptible, sauf par des yeux avertis. Comme un architecte doit impérativement avoir le souci du détail parfait, sous peine de nullité, le tailleur Grande Mesure doit habiller le corps à la perfection, avec discrétion et sans ostentation. Cifonelli est de ceux-ci, parmi les plus grands au monde, initiateur de tendances et de formes qui n’appartiennent qu’à lui, inventées par Arturo Cifonnelli, venu s’installer à Paris en 1926, rue Marbeuf, après un séjour de formation à Londres que son père Guiseppe, créateur de la Maison éponyme à Rome en 1860, lui avait imposé. Les petits-fils d’Arturo, Lorenzo et Massimo, quarantenaires passionnés, ont repris les rênes de la maison familiale en 1991. Le nombre de Maisons dans le monde qui peuvent assurer cette qualité tient sur les doigts d’une main. Un des points forts qui caractérise l’élégance exceptionnelle des costumes est l’invention magique d’Arturo Cifonelli, qui a trouvé le moyen de mêler la rigidité anglaise à la souplesse italienne. Il est l’inventeur de l’épaule « cigarette », remontant au niveau de l’emmanchure et tournant légèrement vers l’avant. C’est une construction baroque - encore un terme d’architecture ( Arturo Cifonelli était aussi architecte, par passion, rien n’arrive par hasard )- qui est un mystère au sens alchimique du terme, tout comme - par exemple - la recette de l’extraordinaire nougat de Sénéquier à St Tropez, élaboré depuis 120 ans dans un atelier secret et dont la recette n’a jamais été divulguée. 125

Nous pouvons nous demander ce qui caractérise un Maître Tailleur comme Cifonelli, au-delà du choix impressionnant d’étoffes, de boutons, de détails proposés. Le Tailleur se doit d’être le confident de son client, presque comme un psychanalyste. Le client doit être prêt à se confier, à exprimer le moindre de ses désirs. Mais le Tailleur, lui, le Maître, sait déjà tout au premier regard. Il sait le physique, ses qualités et ses défauts, les couleurs, les formes ; il sait ce qui habillera le mieux son client, ce qui le mettra le mieux en valeur. Comme un architecte dessinant un appartement, le Tailleur doit donner à son client l’impression que tout vient de lui, que c’est lui qui a créé son costume. Tout cela parce que le Tailleur sait que son art est infaillible et que subrepticement il impose ses choix. Personne ne vient par hasard dans une Maison aussi particulière que Cifonelli. On y vient pour la réputation d’excellence, et - malgré tout- avec une certaine dose de fierté parce que l’on sait que des hommes célèbres s’y habillent. Sur ce point la discrétion de la Maison est totale. Tout au plus sait on que lino Ventura et un Président de la République Française du début des années 80 y avaient leurs habitudes. Lorenzo et Massimo Cifonelli, tout en assurant la pérennité des lignes classiques de la Maison, se font un point d’honneur à inventer des formes actuelles, rajeunissant les lignes pour une clientèle de plus en plus jeune, alliant la modernité à la tradition, à l’instar des grands architectes italiens de la Renaissance. La Grande Mesure est une philosophie qu’il faut apprendre et comprendre. Il faut se laisser aller, presque nonchalamment, et confier son image à celui qui détient la connaissance, la vraie, l’unique.


ACC E S S O I R E S

BIJOUX SAUVAGES ET RUGISSANTS L’univers des bijoux d’homme est très paradoxal, parce que les hommes sont compliqués, ils sont peu à oser, uniquement par inhibition, parce qu’ils ont peur d’être jugés, catalogués si ils sortent des codes que l’on pourrait qualifier d’ « institutionnels ». Pourquoi un homme ne serait il pas « droit dans ses bottes » s’il porte tel ou tel vêtement ou accessoire ? Simplement parce qu’il a peur . Peur du regard des autres parce qu’il ne s’assume pas lui-même, peur parce qu’il se regarde et ne se pose pas les bonnes questions. Finalement l’homme est faible, laissons le et tournons vers un homme fort, assumé, qui peut exercer n’importe quel métier en étant lui-même et en laissant libre cours à ses envies. Nous sommes dans le monde des plaisirs esthétiques et des jouets pour adultes, dans le monde du rêve. La vie ne vaut elle pas d’être vécue si on ne la vit pas comme un rêve ? Deux créateurs, deux univers différents.

texte JEAN CHARBONNIER 126


ACC E S S O I R E S

127


128


ACC E S S O I R E S

2 SAINTS 2 Saints est d’abord un créateur, George, un homme jeune, mystérieux et talentueux, qui dissimule son visage derrière un masque d’argent, vivant entre New York et Paris, créateur le jour et musicien la nuit, entretenant son secret comme un alchimiste, avec un pouvoir créatif hors du commun et sans limites. Les bijoux sont personnalisables par l’incrustation de pierres précieuses, tous réalisés en France dans les ateliers de Tournaire, joailler de renom. Les bagues « Highway star », façonnées à l’image des moteurs de légende, créées par 2 Saints nous rappellent des voitures américaines des années 70, nous propulsent sur des circuits mythiques et nous rappellent, à l’image des vanités, que le temps est court et que nous devons croquer la vie et nous moquer de la mort, en allant plus vite qu’elle, toujours plus vite. La bague « Terminator » est une vanité pour biker « supercharged », teintée d’un humour qui n’échappera pas au regard acéré de nos lecteurs.

129


LUDMILLA NAVARRO Ludmilla Navarro est une créatrice de Barcelone, qui ose tout, elle aussi sans limites, créant des bijoux androgynes faits d’accumulations d’ornements. Ils sont l’expression de la joie de la vie qui se rit de la mort. Ses bijoux sont destinés aux femmes, mais les bagues vanités peuvent être portées par ces hommes forts et assumés. Elle a le désir de prolonger l’ornement comme une célébration de toutes les choses de la vie et de son inséparable compagnon qu’est la mort. Ses crânes suggèrent le bruit, la visibilité et la présence. Son cri de guerre préféré est « le minimalisme est lâche ». Une chose qui ne changera jamais dans notre psyché est que le crâne sera toujours là pour nous rappeler notre propre mortalité, que la vie est courte et que la mort est inévitable. Un crâne avec une couronne de roses est appelé « carpe diem », une expression latine qui signifie « saisir le jour ». En regardant le crâne comme un symbole de ce point de vue, nous sommes encouragés à vivre la vie au maximum, et voir le crâne comme un rappel positif que nous sommes vivants.

130


GIRBAUD.COM 131


LE PAK MEI À LA MAÎTRISE Le Pak Mei est un très ancien style de Kung-Fu. Selon la légende, il fut créé au 17ème siècle par un moine sur une montagne de l’ouest de la Chine, le mont Emei. Loin des clichés du cinéma, les pratiquants de Pak Mei ne réalisent pas des coups de pied « sauté », des sauts périlleux et, naturellement, ne volent pas… Sobre et efficace, ce Kung-Fu descend d’une lignée de gardes impériaux, puis de gardes du corps, la philosophie martiale et l’affrontement y sont donc de rigueur. Benjamin Culos, maître de cette technique, définit ce Kung-Fu comme un système rapide, puissant, précis et féroce. Les mouvements de mains servent tant à parer qu’à frapper l’adversaire. Ce n’est pas un sport. C’est une méthode efficace où le combat doit se terminer en quelques secondes, l’affrontement ne doit pas durer. Les formes de mains atypiques du Pak Mei sont là pour accroître l’effet des coups, mais elles nécessitent, nous dit Benjamin, un long travail d’endurcissement du corps.

132


133


134


Sur cette photo à gauche, on voit Benjamin Culos casser une brique avec un coup de poing, les phalanges repliées : une frappe inédite du Pak Mei, appelée la « frappe gingembre », par référence à la forme des racines de cette plante. Benjamin Culos a appris le Pak Mei en Chine, auprès d’un maître d’exception, Lao Wei San. Lui-même fils d’un maître de Pak Mei, Lao Wei San, a dès le plus jeune âge appris le Kung-Fu avec son père. Agé d’à peine 22 ans, Benjamin est parti de Paris pour la Chine et a réussi à pénétrer le cercle très fermé du Kung-Fu à Foshan. Il est ensuite devenu le disciple de Lao Wei San, ce qui n’est apparemment pas une chose facile. Lao Wei San choisit ses disciples consciencieusement, d’autant plus quand il s’agit d’un européen. Trois ans se sont écoulés entre leur première rencontre et le moment où, à force d’entrainement et de séjours là-bas, Benjamin a été accepté officiellement comme disciple. Au fur et à mesure, Benjamin est devenu le disciple préféré de son maître et a, enfin, obtenu le titre de maître « sifu ». De retour définitif en France, Benjamin a ouvert son école à Paris en 2011, sa salle se trouve actuellement à Beaubourg. Il y enseigne le Pak Mei à une centaine de pratiquants. Dans son enseignement, il insiste sur l’efficacité de la pratique, pour lui, le Kung-Fu doit donner les capacités de se protéger. Dès la porte d’entrée de la salle, on a l’impression d’être en Chine : des caractères chinois aux murs, un autel dédié aux ancêtres, des râteliers d’armes et des têtes de lions, ainsi que des structures en métal faites sur mesure pour des exercices de musculations spécifiques. Benjamin Culos nous dit que le Pak Mei accorde une place prépondérante à la santé, puisque sans une bonne forme physique, on ne peut pas être efficace. Au début de la pratique, l’objectif est donc de développer les capacités physiques et mentales du pratiquant, puis vient un temps où l’on s’entraine pour les maintenir tout le long de sa vie. Benjamin utilise également les connaissances qu’il a acquises pour les cours de coaching durant la journée. Il ne s’agit pas alors de Kun Fu, mais les techniques de préparation du corps, de musculation et de respiration sont imprégnées de l’expérience des arts martiaux, afin de développer et maintenir la vigueur, l’équilibre corporel et l’agilité. Le Kung Fu est enseigné le soir, lorsque le corps est le plus à même de se livrer à la pratique d’un art martial. Même si les entraînements sont intenses, il n’y a presque pas d’âge pour commencer, puisque des cours sont ouverts pour les enfants dès 6 ans. L’été, Benjamin choisi une dizaine de pratiquants motivés et les emmène chez son maître à Foshan, le berceau des arts martiaux en Chine, pour deux semaines de travail intense, avec au programme 5 heures d’entraînement par jour : « Je les emmène en Chine pour qu’il s’imprègne de cette culture, pratiquer le Pak Mei, c’est aussi entrer dans une famille », nous dit Benjamin. Grâce à ces échanges et au niveau atteint par ses élèves, les « faguoren » (français, en chinois) sont respectés à Foshan comme des dignes représentants du style. Signe que les traditions perdurent, Lao Wei San, que les élèves de Benjamin appellent « Seyé », le « maître du maître », est venu en France inaugurer l’école de Benjamin, le 3 septembre dernier. Benjamin qui a vécu des années en Chine, parle le mandarin couramment et passe plus d’un mois à Foshan chaque année a été désigné comme dépositaire du style, ce qui est rarissime pour un européen, il est aujourd’hui également vice-président de l’association Pak Mei de Foshan en Chine. Si vous passez par Beaubourg, profitez-en pour faire un voyage au pays du Kung Fu. Contacter Benjamin Culos Son école de Kung-Fu : www.lwspakmei.com Pour le coaching : www.lamaitrise.net

135


R E N D E Z - VO U S

E K I N STORE

LES HALLES

136


R E N D E Z - VO U S

Nike ouvre dans le nouveau forum des Halles une boutique aux services sur mesure pour les hommes et les femmes Nike s’installe dans le nouveau forum des halles, au cœur de la capitale, et ouvre une boutique dont les trois mots d’ordre sont innovation, style et services. Nike dévoile un espace de 1 026 m2 sur 2 étages, situé au cœur du forum des halles, nouvelle destination pour retrouver le meilleur de Nike Running, Nike Training, Nike Sportswear pour les Hommes et les Femmes et Young Athlete. Les parisiens et parisiennes, peuvent trouver les produits les plus innovants des collections Nike Running et Nike Training comme la toute nouvelle Nike Free RN Flyknit ou encore la Nike Free Transform pour des sensations de course et d’entrainement uniques. Les modèles de la collection Nike Sportswear les plus design et innovants comme les modèles de la collection Nike Tech Pack sont également disponibles pour des looks pour la vie de tous les jours. Les enfants ont également un espace qui leur est entièrement dédié avec des modèles performance et sportswear. Qu’ils soient passionnés de running ou plus orientés training chacun peut accéder aux meilleurs services et expériences. NIKE 365 SERVICES : DU SUR MESURE POUR TOUS Des experts Nike sont présents pour permettre aux consommateurs d’analyser leur foulée sur un tapis de course et ainsi les orienter vers les produits et les technologies Nike la plus adaptées à leurs besoins. Mais aussi pour les aider à trouver la tenue qui leur correspond sans faire de compromis entre la performance et le style grâce au Nike Performance Stylist une service unique en Europe pour lequel il est possible de prendre rendez-vous. Pour les femmes, un service de Bra-Fitting permet de trouver la brassière adaptée à sa morphologie et sa pratique sportive. Le studio NikeiD c’est la possibilité de customiser sa paire sportswear ou performance et ainsi choisir les matières, les couleurs, les imprimés et bien plus encore afin d’avoir un modèle unique. Chaque visiteur peut aussi trouver une multitude d’autres services comme le Nike Assist, le click and collect et des spots pour charger son mobile et toujours avoir son app Nike+ ou NTC prête pour une session de running ou de training et ainsi rejoindre le mouvement #traintuesday ou la communauté NRC. Plus d’informations sur nike.com/paris

Nike - 24 Rue Aubry le Boucher, 75004 Paris

137


© Alain Jansoone

Lola Aston UNE SÉRIE PROTOTYPE DE LÉGENDE

texte JEAN CHARBONNIER

138


P O RT R A I T

N

ous vous aimons, nous vous admirons peut être plus que toute autre voiture de course au monde, vous représentez l’élégance anglaise dans toute sa tradition et son innovation, vous êtes mythique et actuelle, vous nous faites rêver, la tête dans les étoiles. Le bruit rauque et puissant de fauve rugissant de votre V12 nous fait vibrer comme un des grands morceaux de blues sauvage et déchainé joué par un guitariste de légende. Ce bruit envoûtant, rauque et précis, nous pouvons encore l’écouter sur YouTube, pour attiser nos émotions et notre soif insatiable de sensations extrêmes.

Aston Martin Racing tourne en course depuis 2004 avec ses moteurs, préparés par Prodrive et aligne dans certaines courses des voitures en nom propre. Deux V8 Vantage GTE étaient engagées dans les 24 heures du Mans 2016. La première collaboration entre Lola et Aston Martin donna naissance à la T70 MkIII, équipée d’un moteur V8. Elle s’aligna aux 24 h du mans en 1967, avec au volant John Surtees et son équipe. Elle abandonna pour casse mécanique. La Lola-Aston T70 Mk IIIS n’a accompli que seulement 28 tours aux 24 Heures du Mans 1968. La T70 Mk III ne fut plus exploitée face à la Porsche 917 apparue en 1969.

Lola Cars existe depuis 1958, constructeur de châssis pour de nombreuses marques de motorisation, en nom propre à certains moments, et associé à ces marques pour d’autres créations de voitures de course. Aston Martin, depuis sa création en 1913, a toujours participé à des courses, et a souvent remporté des trophées et des records.

Il faut attendre quarante ans plus tard, en 2009, pour revoir une collaboration entre Lola et Aston Martin Racing. La Lola-Aston B08 / 60 était de loin le plus rapide des LMP1 prototypes à essence en début de course. Equipées du moteur V12 de la DBR9 dans un châssis fermé Lola elles participent en 2010 aux 24 h du Mans en alignant 3 voitures « officielles » B09/60 ( connues aussi sous le nom DBR12), de livrée bleu ciel et orange, et sont dans le top 10.

139


P O RT R A I T

140


P O RT R A I T

...une voiture tout à fait exceptionnelle, unique, inoubliable. En 2011, c’est l’équipe belge de Kronos Racing / VDS qui remporte la meilleure place : cette année-là, Vanina Ickx, pilote émérite et plus que talentueuse, fille du légendaire Jacky Ickx, signe son meilleur résultat aux 24 Heures du Mans, avec la septième place, dans la catégorie prototype LMP1, au volant d’une Lola Aston B09/60 Kronos de robe noire et blanche. C’était la 7ème et dernière participation de Vanina Ickx aux 24 Heures du mans, qu’elle a couru sous divers pavillons. Vanina nous a confié ses impressions sur cette voiture, qu’elle compare à un pur sang, douée d’un potentiel hors du commun, atteignant 345 km/h en ligne droite, et capable de vitesses extrêmes dans les virages (180/200 km/h) grâce à ses appuis aérodynamiques, très difficile à piloter à cause des G subis (3 à 4) qui altèrent la vision du pilote. Elle en parle avec émotion comme d’une voiture tout à fait exceptionnelle, unique, inoubliable.

141


142


trésors texte JEAN CHARBONNIER

Nos trésors sont aussi bien immatériels que matériels. Les trésors immatériels sont les êtres vivants à l'âme pure et sincère et ce qu'ils nous transmettent, et aussi ce que nous recevons de leurs énergies et de leurs auras, chacun étant baigné d'une lumière qui peut être blanche ou dorée. Artistes, Artisans d’art, ils recherchent la perfection et l'harmonie dans les domaines qui sont les leurs. Un Artisan rare, Baba Conrad Sarr, amoureux des souliers, humaniste et homme de lettres, passionné par les arts et la beauté, sera notre trésor immatériel. Un joailler exceptionnel, qu'aucune limite ne retient, sera notre trésor matériel. Transmetteur d'une tradition d'excellence française, la Maison Tournaire réalise des pièces que la simple imagination n'aurait jamais envisagée.

143


TRÉSORS

BABA CONRAD SARR

Baba Conrad Sarr prend soin des souliers parisiens depuis 30 ans. Il a été le premier artisan cireur faisant découvrir les glaçages et les patines. Il a connu la liberté créatrice des années 80, les folles soirées du Palace et des Bains Douches, lorsque Paris était une fête habitée par les plus grands créateurs dans tous les domaines artistiques. Ce n'était pas le chemin qu'il aurait dû emprunter. Des études de lettres à La Sorbonne, des relations avec des intellectuels importants le destinaient à devenir professeur de philosophie. Au delà d'une énorme culture littéraire, son élégance et sa sophistication l'ont conduit dans le domaine des arts et de la mode. Il est connu de tous, et reconnu non seulement pour son toucher hors du commun, mais aussi pour ses grandes qualités humaines. Il est aussi présent dans tous les événements importants, toujours vêtu avec une élégance royale. Son Salon cireur est un lieu de rencontre permanent, un Salon littéraire où se croisent ses amis, ses « patients », comme il aime à les nommer. C'est un lieu dans lequel il insuffle son immense bonté, et ses grandes qualités d'âme. Les rencontres y sont toujours riches d'enseignements, les langues se délient, jusqu'aux confidences parfois, entre des êtres qui ne se connaissaient pas. Il est une sorte de psychanalyste, il parle tout en travaillant, comme si ses mains étaient indépendantes de son cerveau et de son coeur. L'intense chaleur qui se dégage de ce lieu est unique, les livres d'art forment des piles, et les objets déposés ça et là sont des pièces anciennes, dotées d'une histoire et d'un vécu que l'on peut imaginer à sa guise. On y séjourne des heures entières, sans la moindre sensation du temps qui passe, entouré de la grande âme du Maître des lieux, qui est un des hommes les plus rares qui soient, au sourire toujours doux et bienveillant.

144


TRÉSORS

Application Gérard Sené disponible sur App Store et Play Store. PARIS 35 Rue Danielle Casanova, 1 er - 32 Avenue George V, 8 e Contact : 01 42 86 15 60 145


TRÉSORS

Nos trésors matériels sont toujours issus d'histoires d'amour entre des êtres passionnés et des matières nobles. Nous sommes dans le domaine des jouets. Nous savons tous que la seule différence entre un jeune garçon et un homme est le prix de leurs jouets. Nos trésors « matériels » n'ont pas de prix, leur valeur est leur rareté et les émotions qu'ils suscitent.

146


TRÉSORS

MAISON TOURNAIRE La passion du détail, de l'unique, de l'extravagance, de l'exclusivité poussée à l'extrême sont le crédo du joaillier Philippe Tournaire et de son fils Mathieu. Leurs créations dépassent l'univers du luxe et poussent à l'extrême la technique de l'artisanat de haut vol. La maison Tournaire est inscrite au Patrimoine vivant et conjugue la totalité de la filière de la création de ses inventions. Depuis le croquis jusqu'à l'objet final, la fonderie et la réalisation joaillère sont entièrement assurées dans les ateliers de Lyon. Aucun défi n'arrête la puissance créatrice de Tournaire, prêt à tout pour générer l'étonnement et l'admiration du travail de précision. Au delà des créations de bijoux ou de la collaboration avec S.T.Dupont pour des stylos ou des briquets frôlant le délire, ce sont les objets complètement fous et improbables qui sont des trésors de notre temps. Tournaire, en collaboration avec des Maisons reconnues et prestigieuses, a décidé de produire les créations les plus chères du monde, dans des domaines bien diffèrents, et toujours en pièces uniques. Le prix de ces merveilles n'a aucune importance, ce qui compte est leur existence et la puissance des rêves qu'elles suscitent. Nous ne sommes pas dans la futilité, mais dans l'indispensable. Nous ne sommes pas dans la puissance ni du pouvoir, mais dans l'extrême délicatesse et dans la poésie. Les futurs acquéreurs de ces créations pourront les toucher, les manipuler, les admirer avec calme et sérénité en savourant le plaisir que procure la possession d'une pièce unique, comme on le fait avec une œuvre d'art. Tournaire a mis un point d'honneur à ne collaborer qu'avec des marques françaises, pour préserver et promouvoir les immenses qualités de l'artisanat d'art de notre pays. Il ne restait dans les caves de la Maison Clément que quelques bouteilles d'un rhum d'une grande rareté, millésime 1966. Le nez très expressif et très puissant de ce rhum vieux séduit d’emblée avec ses notes à la fois chaudes et gourmandes. Des arômes de chocolat, de pain d’épices et de moka s’entremêlent aux notes épicées et sucrées de la vanille et des fruits confits (figue, datte, orange). Après aération, apparaissent de subtiles notes de boîte à cigares. La bouteille de rhum la plus chère du monde est un flacon en cristal de Baccarat dont le bouchon, à l'image de l’Habitation Clément emblème de la marque éponyme s’est imposé. La reproduction luxueuse de cette demeure du XVIIIe siècle, classée monument historique depuis 1996, est en or massif. 200 grammes d'or jaune et rouge ciselés côtoient 4 carats de diamants blancs sertis dans les éléments architecturaux. Le travail de ciselage est stupéfiant, comme dans toutes les pièces que nous avons décidé de présenter.

147


TRÉSORS

Le casque audio « Utopia » réalisé avec Focal, entreprise française elle aussi inscrite au Patrimoine vivant, est probablement le meilleur du monde au niveau de la perfection de la restitution sonore, grâce à ses hauts parleurs large bande totalement ouverts sur l'arrière à dôme « M » en Béryllium pur. Passé dans les mains de Tournaire, il devient le casque le plus cher au monde. Ciselages d'or jaune et d'or rouge, incrustations de 6 carats de diamants blancs symbolisant le passé, le présent et le futur en font un modèle unique. Les boules de pétanque Obut sont connues dans le monde entier pour leur précision. Une fois incrustées d'or et de diamants, elle deviennent, dans un coffret de 3, les boules les plus chères du monde. Jouer une partie avec ces boules ne serait en aucun cas une hérésie, mais un plaisir unique. Chez Tournaire, la démesure est toujours présente, sans limites, toujours dans une parfaite élégance, avec la simple joie de la création de trésors de notre temps. La marque 2Saints, associée avec Tournaire, vient de créer deux modèles de coffres pour 750 cigares, de grandes dimensions, en bois précieux de sapelli pommelé (Entandrophragma Cylindricum) originaire d’Afrique, pour l'une, dont le pietement en bronze ciselé reprend les aigles et les symboles napoléoniens et en ébène Royal blanc (Diospyros Embryopteris) originaire d’Indochine pour l'autre, dont les pieds sont des crânes reprenant les éléments de la collection « Gear skulls », faits d'engrenages imbriqués. philippetournaire.com 2saints.paris

148


TRÉSORS

149


Effluves magiques photographie THOMAS BABEAU texte JEAN CHARBONNIER

150


La création d'un parfum est un des arts les plus étranges qui soient. Mélange de sensations volontaires du créateur et d'alchimie des extraits issus des richesses innombrables de la nature, un parfum est toujours une aventure, tant au niveau de son élaboration que dans son utilisation. Assemblages magiques évocateurs de rêves, passion des surprises et des composants que les 4 éléments nous offrent, vices pour certains qui les utilisent pour séduire et dominer, plaisirs personnels pour d'autres, qui aiment se sentir enveloppés d'un nuage qui les rassurent, les parfums ont été de tous temps arts et armes, douceurs et violences, ornements et poisons. À chaque prononciation du seul mot "parfum", comment ne pas penser à la force meurtrière hypnotique du célèbre roman éponyme. Alors la question a toujours été la relation intime entre séduction, possession et meurtre. Ne peut on pas dire qu'un parfum est assassin tant les émotions qu'il suscite peuvent être irrépressibles et imprévisibles?

151


152


LES LIQUIDES IMAGINAIRES PAR PHILIPPE DI MÉO Un designer auteur de parfums est une nouveauté dans le monde de ces senteurs magiques qui nous ensorcellent. Les recherches de Philippe Di Méo sur un tel produit seront-elles cartésiennes ou romantiques, jugulera t'il ses émotions où se laissera t'il aller au bout de son rêve ? N'étant pas « chimiste », même si d'aventure il a des notions précises des composants et de leur association, il sera alchimiste de son rêve, qu'il devra transmettre à un « nez » qui aura pour mission de transcrire ce rêve par de subtils mélanges. Le concepteur sera ensuite seul juge de l'adéquation entre ce que ses sens avaient imaginé et l'interprétation réelle qui lui est proposée. Philippe Di Méo s'est en quelque sorte spécialisé dans le monde olfactif, que ce soit en créant un restaurant, des enveloppes luxueuses de flacons de champagnes rares, ou encore des portes coupes servant à poser des verres sans pied. Ses parfums, qu’il crée depuis 2005, il les raconte, il romance leurs effluves, il poétise leur traces comme une promenade onirique dans des jardins allégoriques. Il les décrit avec des mots se rapprochant des enseignements d’Hermès Trismégiste, ainsi appelé car il possédait la triple philosophie naturelle : minérale, végétale et animale. Ce n’est donc pas un hasard si ses « Liquides Imaginaires » sont composés de trilogies et qu’ Il y a apposé un thème Hermétique, Philosophique et Esotérique à chacun d'eux : Trilogie des Eaux - Delà (céleste, réincarnation, abandon) Trilogie des Eaux-Sanguines (saveurs, oppositions, dégustation) Trilogie des Eaux Arborantes (Profond, énergie, captivant)

153


bracelet montre KENCLARA trace d'alligator GÉRARD SÉNÉ

154


Sa Trilogie des Eaux de Peau (Peau de Bête, parfum enveloppant, Belle Bête, parfum acéré, un troisième opus est prévu en 2017 ) est une série exclusive et limitée. Son dernier jus, Belle Bête, est une circonvolution évocatrice de la transformation de l’humain en bête sauvage, qui se frotte contre le corps de sa proie se laissant à l'abandon et finissant envahie par la puissance des effluves intenses qui se libèrent peu à peu. Au premier abord pimentés et poudrés, les arômes exhalent peu à peu une chaleur enveloppante telle une fourrure animale. Les Liquides Imaginaires ne sont pas destinés spécifiquement aux femmes ou aux hommes, ils sont là pour s’adapter au plus proche de la personnalité de chacun, qui s’y reconnaitra et s’en emparera. il est une évidence indéniable qui est la grande qualité, l'extrême finesse, et surtout l'originalité des senteurs qu'il a mises au point, pour la majeure partie d'entre eux, avec Givaudan (créateur suisse de parfums devenus illustres). Chacune des créations olfactives de Philippe Di Méo a une raison d’être, guidée par une volonté de transmission d’une expérience ou d’une légende. Il revient aux sources des civilisations pour exprimer un chemin spirituel et le faire partager. Maitriser ainsi l’Art du Parfum est un don des Dieux, comme auraient pu le dire les grands sages de l’antiquité. www.liquidesimaginaires.com 155


PA R F U M S

156


PA R F U M S

MAN IN BLACK PAR BULGARI La Maison Bulgari existe depuis 1884 en tant qu’orfèvre et devient joailler en 1910. La grande élégance des compositions et l’extrême délicatesse des formes a toujours été le point fort de la marque. L’abondance d’éléments précieux est fascinante et enchanteresse. Le premier parfum Bulgari est féminin, « Eau parfumée » nait en 1992. « Bulgari pour homme » sera édité en 1995. La ligne « Bulgari Man » voit le jour en 2010. « Man in Black » de Bulgari, dernier opus de la marque, créé en 2014, se veut le parfum d’un homme puissant investi de la force de Vulcain, Dieu romain du feu et des volcans. C’est un mélange réservé à un homme moderne qui a grandi dans la tradition, qui se veut néo-dandy tout en affirmant sa puissance et son charisme. Utilisant la tubéreuse, habituellement réservée aux parfums féminins, que le créateur, Alberto Morillas, a su dissimuler en jouant sur les contrastes entre les tons de cuir, de tabac ou de benjoin, ce parfum est une source de surprises. La note épicée qui apparaît au premier abord évolue vers une chaleur ambrée qui devient tonalités boisées et épicées. Il dit de sa création qu’elle est « une fragrance totalement irrésistible, qui frôle l’hypnose » et qui est d’une « séduction criminelle ». L’homme Bulgari est un séducteur, un amoureux du plus grand raffinement et sans aucune concession à ce qui pourrait heurter sa sensibilité. Il faut avouer avec délice que cette composition est magique et que son élégance affirmée en fait un grand nom des parfums masculins. www.bulgari.com/parfums/ vides poches 2 SAINTS

157


UOMO PAR ROBERTO CAVALLI Roberto Cavalli crée sa première collection homme en 1994, après avoir habillé la femme depuis le début des années 70. Ses collections ont toujours été habitées par un esprit de démesure dans l’élégance, avec l’utilisation de matières nobles rehaussées de broderies, d’incrustations souvent outrancières mais toujours d’une élégance affirmée. Uomo de Roberto Cavalli a été créé en 2016 lorsque Peter Dundas était le directeur artistique de la marque, qu’il vient tout juste de quitter. La touche bohème qui est l’énergie nouvelle de la marque confère à l’homme une allure de dandy rock, conjuguant sophistication et décontraction dans une vie qu’il veut vivre comme une musique. La création de cette fragrance a été confiée à Christophe Raynaud, de Firmenich, créateur de parfums basé en Suisse, à l’égal de Givaudan, qui a voulu composer un jus boisé oriental fait d’un raffinement intemporel avec un note d’élégante arrogance. Les ingrédients se dévoilent au fur et à mesure, débutant sur une note de violette noire fluctuante, exacerbée par le safran, très masculin. Une note sucrée de miel et de lavande donnent un côté entêtant intensifié par le bois de cèdre, tandis que le patchouli révèle ce mélange oriental. Ce parfum est celui d’un homme jeune, libre et rapide, croquant la vie dont il est passionnément amoureux. www.robertocavalli.com

158


lunettes LUCAS DE STAËL bague "Monastère" TOURNAIRE

159

Merci au showroom Thg Paris / Delepine www.thg.fr


160


ACC E S S O I R E S

C uirs tendres Cœurs sauvages et

GÉRARD SÉNÉ

Nous avons demandé à Gérard Séné de se prêter à un jeu d'accumulation de souliers en peaux exotiques ou rares, pour le simple plaisir de l'esthétique. Pourquoi Gérard Séné, la réponse est simple. Il est le seul créateur qui sache mêler élégance et humour, sérieux et couleurs, recherche et innovation. Il ose proposer aux hommes, quels qu'ils soient, de porter à leurs pieds des supercars tout en restant eux mêmes, assumés, affranchis et fiers. Au delà d'une qualité irréprochable, les formes qu'il est le seul à canoniser sont le « pied long », et le « pied tournant », qui prolongent le corps en affinant la silhouette, et permettent par dessus tout à la lumière de se refléter sur le soulier avec grande élégance. Sur notre composition se côtoient ainsi daim pop art, galuchat, alligator, python, dans un mélange de couleurs et de formes magnifiant ces origines animales et pures. Peaux sauvages et précieuses, uniques, parfois extravagantes mais toujours d'une exceptionnelle élégance, elles sont un rêve pour le soulier lui-même.

photographe THOMAS DUVAL texte JEAN CHARBONNIER

161


162


163


3

TROIS VRAIES ARTISTES, TROIS ARTISTES VRAIES

ANNOUCK DUPONT EST SCULPTEUR, FABIENNE STADNICKA EST PEINTRE, STEFANIE RENOMA EST PHOTOGRAPHE. TOUTES TROIS SONT ENGAGÉES ET SANS CONCESSIONS. ELLES S’INVESTISSENT DANS LEURS CRÉATIONS AVEC RAGE ET DÉTERMINATION. RIEN NE COMPTE LORSQU’ELLES FAÇONNENT LEURS SUJETS, ELLES ONT CHACUNE UNE ÉTHIQUE, UNE VOLONTÉ SAUVAGE D’EXPRIMER LEUR ART AVEC LEUR GRANDE CULTURE ET LEUR PHILOSOPHIE, LEUR REGARD ACÉRÉ ET LEURS MAINS EXPERTES.

164


A RT I ST E S

STEFANIE RENOMA Stefanie Renoma n’a ni limites ni barrières culturelles, elle est profondément libre et revendique cette liberté qui lui permet de créer des univers qui peuvent paraître violents, mais qui sont, si on les observe avec attention, des représentations de l’amour et de la beauté sous toutes leurs formes. Pour elle, le désir est d’abord mental avant d’être physique, et c’est l’imagination qui fera naître l’émotion au plus profond de l’âme de chacun. Ses photos peuvent être crues, elles peuvent déranger, mais elle sont toujours raffinées et évocatrices de mondes oniriques peuplés de créatures souvent androgynes ou hermaphrodites issues de contes de fées modernes. Elle utilise les souvenirs comme architecture de l’identité, et navigue dans une indécence d’une grande élégance, suscitant le désir sans pour autant l’exprimer aux yeux de tous. Chacun y inventera son propre plaisir, et se laissera emporter par ces beautés lascives dans des univers inconnus. L’esthétique des clichés est toujours raffinée, légèrement pigmentée de provocation, très colorée de rock’n’roll qu’elle adore, et fait référence à une mythologie moderne qu’elle détourne en y appliquant sa puissance. La forte intensité érotique qui semble se dégager au premier abord est tout de suite supplantée par les questions que l’on se pose par rapport à soi, sa propre expérience et ses désirs les plus secrets. twitter et instagram

165


A RT I ST E S

FABIENNE STADNICKA Fabienne Stadnicka glâne des tôles rouillées dans la campagne. Elle chasse ces vestiges d’une civilisation passée dans laquelle ces morceaux de métal ont subi les outrages du temps et des éléments. Elle n’intervient que très peu sur ces ruines, qui sont parfois des fragments de petites dimensions, juste ce qu’il faut pour qu’elle puisse y déposer ses images diaphanes, traces de corps qui s’emparent des déchirures, des trous et des ondulations du métal rongé. Son travail, d’une extrême finesse, toujours dans des tons de cuivre ou d’or à la peinture à l’huile, respecte autant le vestige qu’elle a découvert que le corps dont elle va le recouvrir. Le fragment de corps embrasse son support avec respect, amour et retenue, avec timidité presque, comme si ce corps ne voulait pas blesser plus encore l’élément qui l’accueille. Sa démarche tout en légèreté est parfaitement déterminée et volontaire, dans la douceur et l’harmonie. C’est une sensation de sérénité qui émane de ce travail habité par une grande connaissance de l’histoire et qui emporte dans un rêve que seule l’imagination peut construire. www.galerierauchfeld.com

166


A RT I ST E S

ANNOUCK DUPONT Annouck Dupont sculpte la terre, puis réalise ses pièces en résine, pour donner naissance à des personnages oniriques, des superhéros ou des trophées qui ont chacun leur signification, dans un monde qui nous appartient et qui lui appartient. Elle transcende l’inconscient collectif de notre temps en créant ces personnages aux mensurations et aux matières parfaites qui nous font rêver. Les proportions sont idéales à l’œil, mais impossibles dans la réalité, et c’est cela qui, ajouté aux références multiples qu’elle véhicule, crée la magie de l’œuvre. Lorsqu’elle parle de son travail, elle emploie le terme « imagie », qui véhicule trois mots : image, imginaire, magie. Sa Chattewoman est peinte d’une couleur qui la rend quasi invisible, furtive comme un avion de chasse. Elle est chaussée d’escarpins Louboutin, tient un couteau d’une main et le masque de Batman, qu’elle vient de tuer, de l’autre. Elle se moque de la société qu’elle a vaincu dans ses codes. Elle est la plus forte et tient bien à le montrer, par sa force sauvage et son irrésistible charme délicat. Annouck Dupont dit de sa créature : « La réalisation de son désir lui procure à la fois un criminel orgasme et un doux abandon serein, un immense bien être. Libération d’une vengeance accomplie, Chatte n’est plus dans la convoitise, puisqu’elle s’érige elle-même en super héroïne ». www.annouckdupont.com

167


S I È G E S ROYAU X

Trônes MICHEL HAILLARD CRÉATEUR DE SIÈGES ROYAUX

168


S I È G E S ROYAU X

Dans ce N°5, nous avons évoqué des domaines différents, tous reliés à cette dualité sauvage / liberté, avec comme dénominateur commun l’univers de l’exceptionnel, voire de l’unique, toujours avec une note d’humour et d'admiration.

avec un soin maniaque de la perfection du détail. Ses sièges sont des trônes que Michel Haillard réalise en premier lieu pour lui même, c’est la seule manière pour lui de leur conférer sa force créatrice due à une imagination débridée, sans aucune limites.

Les créations de Michel Haillard illustrent parfaitement le paradoxe que nous avons voulu aborder.

Nous avons affaire à un esthète d’un grand raffinement, hédoniste, cultivé, curieux de tout, collectionneur, fantasque, à l’affut de la moindre sensation.

La grande liberté qui l’habite lui permet de redonner vie à l’âme d’ animaux sauvages en utilisant leurs peaux et leurs cornes avec un respect quasi religieux pour les magnifier et créer des pièces d’une élégance impériale et d’une grande force émotionnelle. Nous sommes encore dans le domaine du luxe et de l’exceptionnel, dans le rêve devenu réalité. Les meubles sont réalisés dans la plus pure tradition du savoir faire classique,

Il est sauvage avec noblesse, humble mais fier. Il est guerrier dans la douceur. Il est transgressif à outrance sans vulgarité. Il est évocateur par provocation, droit et pur sans imposture. Une fois patiné, ciré, choyé par son créateur, le siège sera transmis à celui qui doit en prendre possession, qui le ressentira avec son propre instinct, en percevant la force de l’âme animale, insufflement de vie et de puissance, sans aucun signe de morbidité. Pour celui qui aura atteint le degré de sagesse intérieure lui permettant de se laisser guider par ses émotions les plus intimes, la vie avec un siège de Michel Haillard sera une aventure passionnante emplie des rêves les plus fous et d’épopées imprévisibles.

exposition du 1 er au 31 décembre Sparts Gallery 41 rue de Seine 75006 Paris michel-haillard.com

169


170


171


172

Hipster magazine " SAUVAGE " online !