Page 1

N°2‐ SEPTEMBRE 2010 

É D I T O L'été a  été  particulièrement  meurtrier  sur  les  routes  de  l'Hérault.  14  tués  en  juillet  et  17  en aout, dont 10 motards sur les  deux mois.  L’insécurité routière n’est pas une fatalité. Quand  on analyse de plus près les accidents de la route ‐  mission  quotidienne  du  service  Sécurité  Routière  de  la  Direction  Départementale  des  Territoires  et  de la Mer (DDTM) ‐ cette vérité saute aux yeux : 9  accidents sur 10 sont dus à une accumulation de  fautes de conduite ou de comportement. 

PLEINS PHARES SUR LA SEMAINE DE LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE ET DE LA MOBILITÉ

L

’insécurité routière n’est pas une fatalité, nous  pouvons tous agir. C’est en tout cas le message  martelé  par  l’ensemble  des  personnes  mobilisées  pendant  la  semaine  européenne  de  la  sécurité  routière et de la mobilité, du 16 au 22 septembre  2010.  Sensibiliser au risque routier dès le plus jeune âge  et  tout  au  long  de  la  vie  a  été  un  des  thèmes  retenus  par  la  DDTM  cette  semaine,  comme  en  témoignent les initiatives suivantes :  ‐  Le  lancement  de  l’outil  pédagogique  « Lulu et Toto sur le chemin de l’école à  vélo » dans  une  classe  de  l'école  Diderot  à  Montpellier,  en  présence  du  préfet,  et  sous  l’œil  d’élèves  attentifs.  Cette  action  de sensibilisation aux dangers de la route  à vélo sera diffusée cet automne dans les  écoles primaires de  la région. 

Trop longtemps,  on  a  pensé  que  ces  accidents  étaient  inéluctables,  que  c’était  la  rançon  des  facilités de déplacement qu’offre l’automobile.  Les progrès réalisés, tant sur les véhicules que sur  nos  infrastructures,  ont  apporté  des  gains  considérables  en  matière  de  sécurité,  mais  changer les mentalités, par exemple sur la vitesse  ou sur le risque de l’alcool au volant est un travail  de longue haleine.  L’apprentissage de la conduite et l’accès au permis  de conduire, qui viennent d’être modernisés, ainsi  que la sensibilisation au risque routier tout au long  de  la  vie,  dès  l’école  primaire,  participent  à  cette  prise de conscience.  Mireille JOURGET, directrice départementale des  territoires et de la mer 

UN FRUIT POUR LA RÉCRÉ

L

es Français,  et  particulièrement  les  jeunes,  ne  consomment pas assez de fruits. Lancé en 2008,  "Un  fruit  pour  la  Récré"  est  un  programme  de  distribution  de  fruits  aux  élèves,  co‐financé  par  l’Union  européenne.  Il  permet  d’organiser  dans  les  communes  et  établissements  participants  des  distributions de fruits, prises en charges à 51%.   Depuis  la  rentrée  2010,  tous  les  établissements  scolaires  ou  les  classes  volontaires  du  primaire  et du secondaire peuvent  rejoindre le programme.  Pour plus d’informations :  > agriculture.gouv.fr/un‐fruit‐pour‐la‐recre  > DRAAF, tél. 04.67.10.19.76 

‐ L’opération « Si vous repassiez le code de la route aujourd’hui, seriez‐vous  reçu ? »  a  quant  a  elle  permis  à  des  fonctionnaires  d’Etat  de  s’exercer  à  nouveau  à  l’épreuve  du  code  de  la  route.  L’occasion  de  rappeler  certaines  règles lorsque des « oublis »  ont été constatés !  

Quelques brèves... Marcel AUTHIER,  directeur  départemental  de  la  sécurité  publique  de  l’Hérault,  a  été  installé  officiellement  dans  ses  fonctions  mardi  28  septembre  par  Claude  Baland,  préfet  de  la  région  Languedoc‐ Roussillon, préfet de l'Hérault .  

Journée de la sécurité intérieure  Policiers, gendarmes, pompiers, personnels de la sécurité  civile nous protègent chaque jour… 

Samedi 09  octobre,  la journée de la sécurité intérieure  aura lieu au centre commercial  Odysseum,  de  9h  à  19h.  Au  programme  :  de  nombreuses  animations  afin  de  découvrir  leur  quotidien,  leurs  outils  de  travail  et  leurs  méthodes  d'intervention  (infos  sur  www.herault.gouv.fr).  Venez rencontrer les experts de votre sécurité !  Le  3939  répond  par  téléphone  aux  questions  administratives  concernant les droits et démarches, du lundi au vendredi de 8h à  20h  et  le  samedi  de  8h30  à  18h  (coût  d'un  appel  local  depuis  un  poste fixe). 

LA LETTRE DES SERVICES DE L’ETAT DANS L’HERAULT - N°2 - SEPTEMBRE 2010


ASSISES DE LA CONCHYLICULTURE

L

e phénomène  des  mortalités  massives  de  jeunes  huîtres,  survenu  pour  la  troisième  année  consécutive  sur  l'ensemble  du  littoral  français  a  fragilisé  la  situation  des  entreprises  ostréicoles.  Pour  y  faire  face,  l’Etat  s’est  résolument  engagé  dans  un  plan  de  soutien  à  l’ostréiculture sur trois ans (2010‐2012).    Dans l'Hérault, des Assises de la conchyliculture  se  sont  tenues  à  Mèze  le  21  septembre  et  ont  porté sur les pistes de sortie de crise pour :  ‐  proposer  des  solutions  scientifiques  et  techniques  durables  contre  ce  phénomène  de  mortalité  ‐ accompagner les entreprises en difficulté 

‐ préparer  l’avenir  grâce  à  une  meilleure organisation de la filière  Les  Assises  nationales  du  11  octobre  à  Paris  permettront  de  faire  le  point  sur  les  propositions  faites dans le département afin de  répondre  aux  défis  auxquels  fait  face  la  conchyliculture  française,  comme  l'identification  d'une  souche  « résistante »  aux  mortalités,  ou  la  mise  en  place  d'une  filière  d'écloserie/nurserie  d'huitres et autres coquillages. 

Quelques chiffres :  la  filière  en  Méditerranée  c’est 10% de la production nationale d’huitres, soit  20  millions  d’euros  de  chiffre  d’affaires  et  2%  de  la  production  nationale  de  moules  (soit  6  millions  d’euros  de  chiffre  d’affaires).  C’est  aussi  dans  les  régions littorales plus de 2 000 emplois directs. 

COHESION SOCIALE : 66 ADULTES RELAIS DANS LES "QUARTIERS" DE L’HÉRAULT

L

ancé en  2000,  le  dispositif  des  adultes  relais  vise  à  favoriser  le  lien  social  dans  les  quartiers,  à  améliorer les relations entre habitants  et  institutions  et  à  conforter  la  fonction  parentale.  Autre  objectif  de  ces contrats aidés : donner un emploi  à  des  personnes  résidant  dans  ces  quartiers, âgées d’au moins 30 ans, au  chômage ou en situation précaire.  Dans  l’Hérault,  ce  sont  66  adultes  relais,  employés  majoritairement  par  des  associations,  qui  exercent  des  missions  de  médiation  sociale  et  culturelle  dans  les  zones  urbaines  sensibles.  

L’Etat finance 80 %  de leur salaire, ce  qui  représente  1,350  million  d'euros  pour  le  département  de  l’Hérault.  L’action  des  adultes  relais  est  aujourd'hui reconnue de tous ! 

Oulaïa Chenane, adulte relais à l’association  Solidarité Dom‐Tom, présente les dispositifs  loisirs d’un centre social CAF à la Paillade 

D'AMBITIEUX PROJETS DE RENOVATION URBAINE POUR NOTRE DEPARTEMENT

D

e 2005  à  2012,  plus  de  100  millions  d'euros  de  subventions  de  l'agence  nationale  pour  la  rénovation  urbaine  (ANRU)  seront  consacrés  à  la  transformation des principaux quartiers en difficulté. 

Cette politique  d'investissements  publics  se  traduit  en  réhabilitations,  démolitions  et  reconstructions  de  logements  sociaux, dans la réalisation d'équipements et d'espace publics  et enfin par le développement d'activités et de commerces.  Elle  rassemble  de  nombreux  partenaires  locaux  sous  le  pilotage  conjoint  des  villes et des services de l'Etat, et s'accompagne d'actions visant à une meilleure  intégration de ces quartiers dans la ville : gestion urbaine de proximité, charte  de relogement, charte d'insertion par l'emploi... autant de sujets que la DDTM  suit  de  très  près  pour  veiller  au  bon  avancement  de  chaque  projet,  comme  celui  mené  dans  le  quartier  de  La  Devèze,  dont  il  est  possible  de  mesurer  la  transformation, largement engagée.  

OUVRIR l'ECOLE AUX PARENTS POUR REUSSIR L'INTEGRATION

E

n 2010,  dans  le  quartier  de  la  Paillade,  55  parents d’élèves ont fréquenté les collèges des  Escholiers de la Mosson, des Garrigues et les écoles  Galilée  et  Heidelberg pour améliorer  leur  français,  se  familiariser  avec  l’institution  scolaire  et  les  valeurs de la République.  Cette  o p é r a t i o n  expérimentale  ouvre  l’école  aux  parents  volontaires  «  étrangers  ou  immigrés  ».  Selon  les  établissements,  les  parents  bénéficient  de  2h  à  8h  par  semaine  d’enseignement  dispensé  par  des  professeurs  et  des associations du quartier.   Dans  l’Hérault,  259 personnes  ont  bénéficié  de  cette  opération.  96%  étaient  des  femmes,  61%  d’entres elles ont entre 26 et 35 ans. Elles espèrent  améliorer  leur  maîtrise  du  français  pour  ensuite  trouver du travail.   Ce dispositif connaît un réel succès. A la Paillade, la  motivation des parents à vouloir s’intégrer est très  forte, comme le confie une mère d’élève : «Je suis  contente,  émue  maintenant  de  pouvoir  parler  avec  le  directeur,  le  principal,  l’infirmière,  connaître l’école de l’intérieur ».   Grâce  à  cette  mesure  qui  vient  compléter  toutes  celles de la « Dynamique Espoir Banlieues », l’Etat  impulse,  encourage  et  soutient  les  initiatives  citoyennes qui contribuent à la cohésion sociale. 

Témoignage de cet investissement, le département de Hérault a accueilli cette  année  à  Béziers  le  Forum  Interrégional  des  Acteurs  de  la  Rénovation  Urbaine  annuel, organisé par l'ANRU les 16 et 17 septembre 2010.  Directeur de publication : Claude BALAND, préfet de la région Languedoc‐Roussillon et de l’Hérault  Rédacteur en chef : Florian JENNY, chef du bureau de la communication interministérielle  Rédaction : Magali MIGEON (DDTM), Monique WARISSE (DDCS), Nathalie COLIN (DRAAF), Geneviève COMTE (déléguée du préfet)  Graphisme : Chantal GEREMIAS (communication préfecture)  Nous contacter : 04.67.61.61.25 / communication@herault.pref.gouv.fr 

lettre_sept10  

Quelques brèves...Quelquesbrèves... concernant les droits et démarches, du lundi au vendredi de 8h à 20h et le samedi de 8h30 à 18h (coût d'...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you