r&c consolidado dst sgps 2016 fr

Page 1

Rapport annuel consolidé dst – sgps, s.a. 31 décembre 2016


Sommaire

A) 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8.

RAPPORT DE GESTION DU CONSEIL D'ADMINISTRATION CADRE MACRO-ÉCONOMIQUE ANALYSE ECONOMICO-FINANCIERE FAITS IMPORTANTS QUI SE SONT PRODUIT APRÈS LE TERME DE LA PÉRIODE PERSPECTIVES FUTURES OBJECTIFS ET POLITIQUES DE GESTION DES RISQUES FINANCIERS INFORMATIONS EXIGÉES PAR LA LÉGISLATION DATE D'AUTORISATION POUR L'ÉMISSION DES ÉTATS FINANCIERS NOTE FINALE

3 3 29 53 53 55 55 56 56

B)

ANNEXE AU RAPPORT DE GESTION CONSOLIDÉ DU CONSEIL D'ADMINISTRATION

57

C)

ÉTATS FINANCIERS INDIVIDUELS

59

BILAN INDIVIDUEL AU 31 DÉCEMBRE DE 2016 COMPTE DE RÉSULTAT INDIVIDUEL PAR NATURES - EXERCICE TERMINANT LE 31 DÉCEMBRE 2016 ÉTAT INDIVIDUEL DES VARIATIONS DES CAPITAUX PROPRES AU 31 DÉCEMBRE 2016 ÉTAT INDIVIDUEL DES VARIATIONS DES CAPITAUX PROPRES AU 31 DÉCEMBRE 2015 TABLEAU INDIVIDUEL DES FLUX DE TRÉSORERIE - EXERCICE TERMINANT LE 31 DÉCEMBRE 2016 ANNEXE AU 31 DÉCEMBRE 2016

59 60 61 62 63 64

D)

CERTIFICATION LÉGALE DES COMPTES

114

E)

RAPPORT ET AVIS DU COMMISSAIRE AUX COMPTES

116


Rapport annuel consolidé 2016

A)

Rapport de gestion du conseil d'administration

Chers actionnaires, L'administration, en conformité avec les exigences légales et statutaires, vous présente le rapport de gestion concernant l'exercice économique de l'année 2016. Étant donné que l'environnement dans lequel nous nous trouvons est directement lié à l'évolution positive ou le repli de l'économie mondiale, nous effectuerons un rapide abordage des données macro-économiques les plus importantes au niveau international et national.

1.

Cadre macro-économique

1.1

Contexte macro-économique international

En ce qui concerne le cadre international, les projections actuelles indiquent une accélération progressive de l'activité et du commerce mondial. Malgré cette évolution positive, vérifiée en 2016, il est prévu que lors des prochaines années, la croissance économique mondiale se maintienne à des niveaux inférieurs à ceux vérifiés, en moyenne, lors de la période précédant la crise financière. Au quatrième trimestre de 2016, nous avons assisté à un plus grand dynamisme de l'économie mondiale, sous l'impulsion des économies avancées, accompagné d'une amélioration de la production industrielle aussi bien du Japon que de l'Union européenne. Dans les économies avancées, le produit intérieur brut (PIB) des États-Unis d'Amérique (E.U.A.) a augmenté à 1,9 % en termes homologues réels (1,7 % au 3e trimestre) et a été associé à la robustesse de la consommation privée et à la récupération de l'investissement privé, alors que le PIB du Royaume-Uni s'est maintenu à 2,2 %. Concernant les pays émergents, le PIB de la Chine a diminué à 6,7 % (la valeur la plus basse dans 25 dernières années) et aussi bien les exportations que les importations des biens ont diminué respectivement à -7,2 % et -5,3 % (- 2,9 % et -14,3 %, notamment, en 2015). En 2016, le commerce mondial de marchandises a aussi augmenté, conséquence du plus grand dynamisme des exportations mondiales, étant donné que les importations mondiales ont diminué. Le renforcement des échanges commerciaux a été observé principalement dans les pays émergents et en développement (en particulier asiatiques). Au 4e trimestre de 2016, l'indicateur du sentiment économique a présenté une récupération significative aussi bien dans l'Union européenne (UE) que dans la zone euro (ZE), conséquence de l'amélioration des indicateurs de confiance. Conformément à l'estimation préliminaire de la Commission européenne (CE), le PIB de l'Union européenne a augmenté à 1,9 % et celui de la zone euro et le PIB à 1,8 %, en termes homologues réels. Les indicateurs quantitatifs pour la zone dst - sgps, s.a.

Page 3 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

euro, sur l'ensemble de l'année de 2016, indiquent un renforcement de l'activité économique (production industrielle, ventes au détail et exportations de biens en termes nominaux).

Indicateurs macro-économiques

2014

2015

2016(e)

2,4 1,6 1,2 0,3

2,6 2,2 2,0 1,2

1,6 1,9 1,8 1,0

PIB : EUA UNION EUROPÉENNE ZONE EURO JAPON

Source : GPEARI du ministère des finances portugais Lecture : Variation en pourcentage (e) - estimation

Le marché de travail de l'UE a enregistré une amélioration graduelle durant 2016. Se distingue une baisse du taux de chômage, aussi bien dans l'UE que dans la ZE, s'élevant respectivement à 8,2 % et 9,6 % en décembre 2016 (9,0 % et 10,5 % en décembre 2015). En décembre 2016, les expectatives des entrepreneurs de la zone euro concernant la création d'emplois se sont aggravées pour les secteurs de l'industrie transformatrice, des services et du commerce de détail, mais se sont améliorées pour la branche de la construction. Aux E.U.A., le taux de chômage a baissé à 4,9 % (5,3 % en 2015), renforçant la tendance d'amélioration graduelle au niveau de l'emploi, observée ces dernières années. En décembre 2016, le taux d'inflation homologue de la zone euro a augmenté à 1,1 %, en raison surtout de la récupération des prix de l'énergie et de l'augmentation des prix de biens alimentaires non transformés. Néanmoins, pour l'ensemble de l'année de 2016, le taux d'inflation a augmenté seulement à 0,2 % en moyenne annuelle (0,0 % en 2015), reflétant une baisse moins accentuée des prix de l'énergie de -5,0 % en moyenne (- 6,9 % en 2015). Le taux d'inflation homologue des économies avancées et de la Chine a augmenté à la fin de l'année 2016. Aux E.U.A., il a augmenté à 1,3 % (0,1 % en 2015).

dst - sgps, s.a.

Page 4 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

2014

2015

2016(e)

EUA UNION EUROPÉENNE

1,6 0,5

0,1 0,0

1,3 0,3

ZONE EURO

0,4

0,0

0,2

JAPON

2,8

0,8

-0,1

EUA UNION EUROPÉENNE

6,2 10,3

5,3 9,4

4,9 8,2

ZONE EURO

11,6

10,9

9,6

JAPON

3,6

3,4

3,1

Indicateurs macro-économiques Inflation :

Taux de chômage :

Indice de la production industrielle : EUA

2,9

0,3

-1,0

UNION EUROPÉENNE ZONE EURO

1,2 0,9

2,2 2,0

1,9 1,7

JAPON

2,1

-1,2

-0,9

Source : FMI/ Commission européenne/ Eurostat/ GPEARI du ministère des Finances portugais Lecture : Variation en pourcentage (e) - estimation

En termes moyens annuels, le prix du pétrole a de nouveau diminué en 2016, par rapport à l'année précédente et la tendance observée depuis 2013 se prolonge. Cette tendance à la baisse devrait s'interrompre en 2017 et il est prévue une augmentation moyenne du pétrole d'environ 15 %. Les années suivantes, le rythme de croissance devrait ralentir. À la fin de 2016, le prix spot du pétrole brent a eu, en moyenne, la valeur de 45 USD/bbl (42 EUR/bbl). Néanmoins, lors des derniers mois de l'année, le prix du pétrole a eu une hausse significative et s'est élevé en décembre 2016 à 55 USD/bbl (52 €/bbl) en moyenne, reflétant l'accord obtenu entre les États membres et non membres de l'OPEP (en novembre 2016) pour la réduction de la production à 1,2 million de barils/jour à partir de janvier 2017. Au 4e trimestre de 2016, le prix des matières premières non énergétiques a augmenté de 9,8 % en termes homologues (1,3 % au 3e trimestre), tendance qui s'est élargie à tous les produits, où se distinguent les métaux et les inputs industriels. La réduction du prix du pétrole dans une économie importatrice de pétrole, comme c'est le cas de l'économie portugaise, a un impact positif sur la croissance du PIB, grâce à la réduction des coûts de production et de transport, qui se retrouve au niveau des prix à la consommation. L'impact sur les prix à la consommation reflète soit l'effet direct provenant de la réduction du prix des produits dérivés du pétrole, soit l'effet indirect résultant de la réduction du coût de production d'autres biens. Il convient d’ajouter également que la réduction de l'inflation, grâce à la diminution du prix du pétrole, a un effet positif sur le revenu disponible réel des familles et, par conséquent, sur la consommation des ménages.

dst - sgps, s.a.

Page 5 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

Malgré l'effet direct de la réduction du prix du pétrole décrit ci-dessus, il existe des effets non négligeables qui lui sont liés, notamment l'effet de la chute du prix de cette matière première sur les économies d'exportations nettes de pétrole, à travers la réduction significative des recettes associées à l'exploitation de cette matière première, comme c'est le cas de l'Angola. La production de pétrole étant la principale source de recettes d'exportation et fiscales, l'Angola est en train de subir l'impact de la chute abrupte de cette matière première depuis mi 2014. Dans ce contexte, et étant donné le fort lien du marché portugais avec le marché angolais, la contraction abrupte de la demande externe provenant d'Angola se distingue et s'est répercutée significativement au niveau des exportations portugaises.

Matières premières s

Pétrole Brent USD/Baril (1) Biens agricoles (2) Métaux (2)

2014

2015

2016(e)

99,5 1,9 -10,3

53,6 -13,5 -23,1

45,1 -6,9 -5,4

Fonte: Ministério das Finanças / Banco de Portugal Leitura: (1) Preço médio do Barril/USD / (2) Variação Percentual (e) - estimativa

En décembre 2016, le taux de change de l'euro par rapport au dollar a diminué et l'euro s'est situé à la fin de l'année à 1,054 dollars américains, ce qui correspond à une diminution de 3,2 % par rapport à la fin de l'année 2015 (1,089 dollars américains). Durant l'année 2016, l'euro a suivi une trajectoire fortement descendante par rapport au dollar, dans un contexte de politiques monétaires divergentes entre les deux côtés de l'Atlantique.

Devises

EUR/USD EUR/JPY EUR/GBP EUR/CHF

2014

1,214 145,23 0,779 1,202

2015

1,089 131,07 0,734 1,084

2016

1,054 123,00 0,856 1,074

Source : Ministère des Finances / Banque du Portugal Lecture : Taux de change des devises, à la fin de la période

Le conseil de la Banque centrale européenne (BCE) a maintenu, durant l'exercice 2016, un ensemble de mesures de politique monétaire non classiques, le taux des opérations principales de refinancement ayant diminué à 0,00 %. En décembre 2016, les taux d'intérêt à court terme du marché monétaire de l'euro ont continué leur tendance à la baisse, avec de nouveau des niveaux historiquement bas à -0,26 % en moyenne pour l'année 2016. Aux E.U.A., les taux d'intérêt dst - sgps, s.a.

Page 6 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

à 3 mois ont accentué le mouvement de montée depuis le début de l'année, en étant de 0,74 %, en moyenne, lors de l'année de 2016. Ainsi, à la fin de décembre 2016, les taux d'intérêt Euribor à 3, 6 et 12 mois se situaient respectivement à -0,32 %, -0,22 % et -0,08 %. Aux E.U.A., les taux d'intérêt à court terme ont augmenté à des valeurs proches de 1,00 % à la fin de l'année 2016.

Taux d'intérêt de référence

2014

2015

2016

Zone Euro EUA Japon

0,05 0,25 0,10

0,05 0,50 0,10

0,00 0,75 -0,10

Zone Euro

0,50

0,50

0,25

2014

2015

2016

0,14 0,02 0,08 0,17 0,33

-0,13 -0,21 -0,13 -0,04 0,06

-0,33 -0,37 -0,32 -0,22 -0,08

0,26

0,61

1,00

0,11

0,08

-0,05

Source : Ministère des Finances / Banque du Portugal Lecture : Pourcentage, à la fin de la période

Taux d'intérêt marché monétaire

Zone Euro EONIA (taux européen moyen pondéré de la zone euro : TEMPE) Euribor 1 mois Euribor 3 mois Euribor 6 mois Euribor 12 mois EUA Libor 3 mois Japon Libor 3 mois Source : Ministère des Finances / Banque du Portugal Lecture : Pourcentage, à la fin de la période

En décembre 2016, les taux d'intérêt à long terme ont augmenté aussi bien aux E.U.A. que dans la zone euro, bien que de forme plus accentuée dans le premier cas. Les investisseurs ont également pénalisé quelques marchés obligataires (Portugal et Italie), conséquence d'une différence par rapport à l'Allemagne, due, en partie, à la fragilité du secteur bancaire des deux pays. Les craintes relatives à la situation politique en Europe ont conduit à une augmentation des spreads intraeuro, qui a été particulièrement expressive au Portugal, en Italie et en Espagne.

dst - sgps, s.a.

Page 7 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

À la fin de 2016, les indices boursiers internationaux ont enregistré une évolution défavorable. La diminution des prix des actions a été influencée par la performance négative de la bourse chinoise, par la baisse significative du prix du pétrole et par une certaine instabilité du secteur financier.

Marchés boursiers

Dow Jones EURO STOXX Nikkei 225 Standard & Poors 500

2014

2015

2016

13,1 14,2 17,5

11,8 23,9 6,8

-9,7 -11,7 1,5

Source : Banque centrale européenne

Malgré l'apparition de nouveaux facteurs positifs en 2016, notamment les bas prix de l'énergie, l'incertitude associée aux perspectives économiques mondiales reste élevée et l'intensification des risques de révision à la baisse est liée aux tensions géopolitiques, à la réapparition de volatilité des marchés financiers et des changes, dans un contexte de politiques monétaires divergentes entre les principales économies, et à l'exécution incomplète des réformes structurelles. Il convient d'ajouter qu'une période prolongée de très faible inflation ou même de déflation sera également néfaste que ce soit pour les perspectives de croissance mondiale et notamment européenne ou pour la persistance d'un endettement public et privé excessif. Dans ce contexte, le cadre d'incertitude autour des orientations de la politique économique aux États-Unis, ainsi que l'évolution des relations du Royaume-Uni avec l'Union européenne et une éventuelle récupération plus faible des économies des marchés émergents donnent lieu à des risques d'une possible évolution moins dynamique de l'activité et des flux commerciaux au niveau mondial. Au niveau des marchés financiers, il ne faut pas exclure la possibilité d'une recrudescence des tensions et il convient de mentionner également l'existence d'une certaine incertitude quant à la configuration de la politique monétaire non conventionnelle de la BCE. La situation vulnérable du système bancaire ou la position budgétaire dans certains pays de la zone euro peuvent également conduire à une augmentation des taux d'intérêt de la dette souveraine. Ces facteurs peuvent donner lieu à une augmentation des coûts de financement de l'économie européenne, avec un impact sur la consommation privée et l'investissement.

dst - sgps, s.a.

Page 8 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

1.2

Contexte macro-économique national

L'économie portugaise a maintenu en 2016 la trajectoire de récupération modérée qui l'a caractérisée les dernières années. Cette croissance modérée se traduit par un taux de variation moyen annuel du PIB de 1,2 % en 2016 et il est projeté une accélération du PIB à 1,4 % en 2017, ainsi qu'une stabilisation de son rythme de croissance à 1,5 % les années suivantes. Lors des prochaines années, la croissance du PIB devrait être proche de celle projetée par la BCE pour la zone euro. Elle ne réussira pas néanmoins à compenser le différentiel négatif accumulé entre 2010 et 2013. Cette absence de convergence réelle par rapport à la zone euro reflète la persistance des contraintes structurelles de la croissance de l'économie portugaise, parmi lesquelles les hauts niveaux d'endettement des secteurs public et privé, une évolution démographique défavorable et la persistance de l'inefficacité sur les marchés du travail et du produit, qui exigent la poursuite du processus de réformes structurelles, ont une importance particulière. Après une croissance très dynamique des importations de biens et services (6,1 %) en 2015, le rythme de croissance a diminué à une valeur de 3,7 % en 2016. Ce ralentissement, qui ne devrait pas empêcher un nouveau gain de parts de marché, reflète soit la décélération de la demande externe, soit certains facteurs de nature temporaire, comme la réduction de la production dans les unités industrielles des secteurs automobile et énergétique. En 2016, les exportations ont également continué à refléter le comportement négatif des ventes vers certains marchés extra-communautaires, où l'Angola se distingue. Les projections actuelles indiquent qu'en 2017, la dissipation de ces facteurs et une augmentation de la demande externe vont avoir lieu et contribuer au retour d'une croissance plus dynamique des exportations. La récupération économique portugaise a ainsi continué, en 2016, de reposer sur le dynamisme des exportations de biens et services, accompagné d'une croissance légèrement supérieure de la demande intérieure et d'une évolution positive de la formation brute de capital fixe (FBCF). Le cadre externe de l'économie portugaise devrait rester favorable, mais avec une révision à la baisse des flux de commerce mondial par rapport aux exercices précédents. Les conditions monétaires et financières devront également rester globalement accommodantes et l'économie portugaise devra maintenir la capacité de financement face à l'extérieur. Le prix des matières premières, énergétiques et non énergétiques, devra quant à lui inverser la trajectoire à la baisse des dernières années. Dans ce cadre globalement favorable, les exportations de biens et services devront enregistrer un dynamisme supérieur à la demande externe et continueront d'être le composant de la demande globale ayant la plus grande contribution pour la croissance de l'activité. Le plus grand dynamisme de l'économie portugaise lors des prochaines années sera aussi soutenu par une augmentation de la FBCF, basée sur une récupération de l'investissement industriel.

dst - sgps, s.a.

Page 9 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

En termes sectoriels, il a été observé à la fin de l'année de 2016 un taux de variation plus faible sur la valeur ajoutée brute (VAB) des principaux secteurs d'activité, par rapport à 2015, où se distinguent la construction et l'industrie. L'activité du secteur des services, qui a un poids de 74 % dans la VAB devrait présenter, après une légère décélération en 2016, une augmentation modérée en 2017. Ce secteur continuera de bénéficier du dynamisme des exportations, en particulier du tourisme, mais aussi des services associés aux exportations de biens, en ligne avec une plus grande affectation des ressources productives aux secteurs plus exposés à la concurrence internationale.

Indicateurs macro-économiques Dépenses et PIB - Consommation privée - Consommation publique - FBCF - Exportations - Importations - PIBpm Inflation Indice de la production industrielle - IT Indice chiffre d'affaires dans l'industrie - IT Indice PSI 20 Taux de chômage

2014

2,2 -0,5 2,8 3,9 7,2 0,9 -0,2 1,8 -1,2 -26,8 13,9

2015

2,6 0,8 4,6 6,1 8,2 1,6 0,5 1,2 0,2 10,7 12,4

2016(e)

2,1 1,0 -1,7 3,7 3,5 1,2 0,8 -1,2 6,1 -11,9 11,0

Source : Ministère des Finances / Banque du Portugal Lecture: variation en pourcentage, à l'exception du taux de chômage (e) - Estimation

Dans un contexte d'augmentation du revenu disponible réel, de la diminution du taux de chômage et du maintien de la confiance des consommateurs à des niveaux particulièrement élevés, la consommation privée a présenté au dernier trimestre de 2016 une croissance dynamique et supérieure à celle du PIB du troisième trimestre. L'augmentation de cet agrégat, en termes homologues, aura reflété essentiellement l'augmentation de la consommation de biens non durables. En contrepartie, un ralentissement de la consommation des biens durables a été observé pour le second trimestre consécutif. Il s'explique par la décélération des achats d'automobiles légères de passagers. D'autre part, la FBCF a de nouveau enregistré une réduction, en termes homologues, au dernier trimestre de 2016 et présente une baisse de -1,7 %, par rapport à la croissance de 4,6 % en 2015. L'évolution de la FBCF durant l'année a reflété la chute du composant de la construction, en ligne avec l'évolution des ventes de ciment, conditionnée par la forte chute de l'investissement public. L'investissement public a diminué d'une forme accentuée en 2016. Néanmoins, ce composant est lié à une certaine incertitude, en raison de l'entrée en vigueur tardive du budget pour cette année et au vu du profil de la dépense associée aux projets d'investissements cofinancés par les fonds communautaires. L'inflation mesurée du taux de variation moyen de l'indice harmonisé des prix à la consommation (IHPC) présente en 2016 une croissance jusqu'à la valeur de à 0,8 %, comparée à 0,5 % en 2015. Si l'on compare aux projections pour la zone dst - sgps, s.a.

Page 10 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

euro, l'inflation devrait en 2016 se maintenir à 0,6 p.p. au-dessus de la moyenne de la zone euro. L'augmentation des prix en 2016 reflète une légère augmentation des prix des services et une plus faite chute des prix des biens industriels énergétiques et non énergétiques. La trajectoire ascendante de l'inflation reflète, de forme sous-jacente, une augmentation des pressions inflationnistes internes et externes, motivée par le contexte de croissance de l'économie nationale et mondiale, par l'impact positif des mesures de politique monétaire adoptées par la BCE, ainsi que par l'incorporation des hypothèses techniques d'augmentation des prix des matières premières en euros. Il a été également vérifié une amélioration des indicateurs qualitatifs des consommateurs. Les indicateurs qualitatifs de l'opinion des entrepreneurs ont enregistré une évolution mixte, avec la demande interne en biens de consommation augmentant alors que le volume des ventes dans le commerce au détail a présenté une baisse. En ce qui concerne les conditions du marché de travail, il existe également des signes d'une évolution favorable de l'emploi. La croissance de l'emploi se produira dans le secteur privé, alors que l'emploi public devrait rester relativement stable. Cette évolution de l'emploi, en parallèle avec l'hypothèse de stabilisation de la population active, implique le maintien d'une tendance à la baisse du taux de chômage, 11,0 % à la fin de 2016, par rapport à 12,4 % en 2015. L'évolution de l'activité et de l'emploi s'est néanmoins traduite par une dynamique très faible de la productivité du travail lors de la récente période de récupération. Après une légère diminution en 2016, la croissance annuelle de la productivité du travail projetée pour les prochaines années s'élève à près de 0,5 %. Malgré la récupération modérée de l'économie portugaise depuis 2013, plusieurs contraintes structurelles de la croissance économique persistent. Elles comprennent le fort niveau d'endettement de plusieurs secteurs de l'économie – familles, entreprises non financières et secteur public –, une évolution démographique défavorable, un haut niveau de chômage de longue durée et un rythme de récupération d'investissement inférieur à celui observé lors des récupérations précédentes. Dans ce contexte, il est important de continuer à approfondir le processus des réformes structurelles augmentant les incitations à l'innovation, à la mobilité des facteurs et à l'investissement dans le capital physique et humain, créant ainsi les conditions pour une augmentation de la productivité et du potentiel de croissance de l'économie. Dans un cadre de prévalence de niveaux relativement élevés d'incertitude, le maintien d'un cadre institutionnel et fiscal prévisible contribuera à conserver la confiance des investisseurs et assurer un environnement favorable à l'investissement. Finalement, la poursuite d'un effort supplémentaire de consolidation budgétaire est cruciale pour que le niveau d'endettement public présente une trajectoire descendante durable et résistant à des impacts défavorables.

dst - sgps, s.a.

Page 11 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

1.2.1

Le secteur de la construction

Dans un cadre économique de récupération modérée, le bilan de la performance du secteur de la construction est de nouveau négatif. En effet, l'investissement dans la construction et la valeur ajoutée brute (VAB) ont enregistré des baisses significatives durant 2016, en enregistrant à la fin du troisième trimestre des baisses de 3,1 % pour la VAB du secteur et de 3,6 % pour la formation brute de capital fixe (FBCF) dans la construction, qui contrastent avec l'évolution positive de 1,1 % observée au niveau du PIB sur la même période. Cette nouvelle baisse de la production se confirmant en 2016, ce sera la 9 e année consécutive où le secteur de la construction n'a enregistré aucune croissance. Il est estimé qu'en volume, la production est inférieure en 2016 à 45 % de la production de 2001, apogée de l'activité du secteur. Mais malgré tout, tous les indicateurs ne se comportent pas en 2016 de forme négative par rapport à l'année précédente. Concernant l'emploi, une croissance homologue de 3,7 % en nombre de travailleurs de la construction a été calculée, ce qui représente une augmentation en 2016 de 10 mille travailleurs, en termes moyens. D'autre part, les données relatives aux transactions de foyers d'habitation confirment la forte dynamique caractérisant le marché immobilier, où le nombre de ventes d'unités d'habitation a augmenté, en termes homologues, de 20 %, ce qui permet d'estimer un total supérieur à 128 mille foyers négociés pendant l'année 2016. Les indicateurs de production ont évolué de forme vraiment positive, en enregistrant des évolutions de +36 % en nombre de foyers neufs avec permis, +29 % au niveau des valeurs des ouvrages publics promus et +19 % au niveau des valeurs des contrats célébrés pour des projets de travaux publics Ces croissances permettent de prévoir, pour bientôt, une récupération de l'activité du secteur. Le montant des nouvelles opérations de crédit accordé pour l'achat d'habitation a atteint les 3,2 milliards d'euros, en enregistrant une croissance de 54 % par rapport à la même période de 2015. L'autorisation des constructions neuves non résidentielles a également évolué de forme positive, avec la surface disposant de permis dépassant 1,6 million de m2 pendant les huit premiers mois de 2016, ce qui traduit une croissance homologue de 27,5 %. Le marché des travaux publics a commencé à montrer, lors des derniers mois de 2016, des signes de récupération en inversant la tendance à la baisse qui s'est poursuivie durant une longue période. Le montant des projets de travaux publics ayant fait l'objet d'appels d'offres s'est élevé à 1,756 milliard d'euros, 42 % au-dessus de celui observé en 2015. Il s'agit de la plus forte valeur depuis 2011 en matière de promotion de projets de travaux publics. Le volume total de contrats célébrés et reportés à l'observatoire des travaux publics, suite à des marchés publics, s'est élevé à 718 millions d'euros en 2016. Bien que s'agissant d'une croissance de 14 % par rapport à l'année précédente, l'embauche se maintient à des niveaux historiquement bas. Les contrats célébrés par ententes directes se sont élevés en 2016 à 544 millions d'euros, valeur qui est 20 % au-dessus de celle observée en 2015. Dans leur ensemble, les contrats célébrés et reportés en 2016, dst - sgps, s.a.

Page 12 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

qui incluent les marchés publics, les ententes directes et d'autres modalités, telles que les procédures restreintes avec qualification préalable, correspondent à 1,355 milliard d'euros, 12 % de plus qu'en 2015. Ce sont les premiers signes d'une potentielle récupération de l'activité de la construction que le budget de l'État (BE) 2017 devrait aider à consolider, grâce à ses effets directs sur l'emploi et la croissance économique. La consommation de ciment sur le territoire national a accompagné la trajectoire descendante du secteur et enregistré une variation négative de 4,4 % en 2016, conditionnée par la forte chute de l'investissement public dans le secteur de la construction. Le BE 2017, une fois de plus, n'a pas prévu la croissance de l'investissement public qui, dans un contexte de crise, était fondamental pour dynamiser l'investissement privé, la construction et pour relancer l'économie portugaise.

Indicateurs du secteur Ventes de ciment Permis de construire Construction – Ouvrages conclus: - Édifices - Total - Édifices - Habitation familiale - Logements - Habitation familiale FBCF (construction)

2014

2015

2016(e)

-9,5 -5,2

6,9 -3,3

-4,4 2,0

-12,0 -21,2 -24,4 -3,2

-19,2 -21,5 -25,4 4,1

-8,3 -2,8 -2,3 -3,6

Source : Ministère des Finances Lecture : Variation en pourcentage (e) - Estimation

La conjoncture économique en Angola continue d'être défavorable au secteur de la construction. L'insuffisance de la demande, le manque de matériaux et les difficultés d'obtention de crédits bancaires ont été les principales contraintes. L'aggravation des perspectives de vente, l'excès de bureaucratie et les réglementations nationales ont conditionné l'activité des entreprises portugaises en Angola. La chute de la cotation du baril de crude sur l'exercice analysé a fait diminuer les recettes fiscales angolaises provenant de l'exportation de pétrole et a conduit le gouvernement à couper les dépenses publiques prévues, y compris les projets destinés à l'État, affectant ainsi les entreprises portugaises qui sont axées sur le marché angolais. D'autre part, les entreprises de construction continuent d'avoir des retards au niveau des paiements, situation récurrente en Angola. La conversion des recettes de kwanzas en dollars et leur envoi au Portugal va être un problème croissant, en raison du manque de devise sur le marché. La crise angolaise aura par conséquent un impact négatif sur la marge des entreprises portugaises car l'Angola continue d'être le plus grand marché des entreprises de construction portugaises.

dst - sgps, s.a.

Page 13 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

1.2.2

Le secteur des énergies renouvelables

La Conférence sur le climat qui a eu lieu en 2015 et s'est conclue avec le dénommé « Accord de Paris », valable à partir de 2020, qui engage tous les participants dans la lutte contre les changements climatiques. L'objectif à long terme de l'accord susmentionné est de maintenir le réchauffement global au-dessous de 2 ºC, car c'est le point à partir duquel la communauté scientifique considère que la planète sera soumise, de forme irréversible, à des effets potentiellement catastrophiques liés aux changements climatiques. Dans ce contexte, il a été aussi défini que le financement des mesures nécessaires à adopter dans les pays en développement pour atteindre cet objectif reste à la charge des pays développés, avec un montant de 100 milliards d'euros par an. Chaque pays sera responsable de définir, de forme volontaire, ses objectifs de diminution des émissions de gaz à effet de serre pour atténuer les effets des changements climatiques. Il a été ainsi clarifié que la décarbonisation de l'économie est un chemin sans retour, ce qui confirme le pari que le groupe dst a fait depuis déjà quelque temps, dans l'économie de l'environnement et concrètement, dans le secteur des énergies renouvelables. Des agendas comme la mobilité électrique, les villes intelligentes et le stockage d'énergie constitueront de nouvelles opportunités d'affaire auxquelles le groupe sera attentif pour continuer à être une entreprise de référence dans le secteur. D'un autre côté, engagé en faveur de la réduction de la dépendance énergétique externe, de l'augmentation de l'efficience énergétique et de la réduction des émissions de CO2, le Gouvernement a défini des lignes stratégiques pour le secteur de l'énergie, en approuvant la stratégie nationale pour l'énergie (ENE 2020), qui a pour objectif que jusqu'en 2020, la dépendance énergétique externe soit réduite de 74 %. Les énergies renouvelables auront donc un rôle fondamental à jouer. Il est prévu pour l'année 2020 une capacité installée de 8 500 MW en énergie éolienne, 8 600 MW en énergie hydrique et 1 500 MW en énergie solaire. En ce sens, le secteur des énergies renouvelables occupe une position de plus en plus grande au Portugal. À la fin de 2016, la puissance totale installée en énergie renouvelable a atteint 13 324 MW, la production annuelle provenant de sources renouvelables ayant été de 32 965 GWh. Ainsi, en 2016, 61,1 % de l'énergie électrique produite au Portugal provenait de sources renouvelables, à comparer aux 49,2 % de 2015. Il convient également de souligner, concernant l'année 2016, le fait qu'entre les 7 et 11 mai, sur une période continue de 107 heures, la consommation d'électricité du Portugal a été intégralement garantie par des sources d'énergie dst - sgps, s.a.

Page 14 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

renouvelables. Ce fait, rapporté dans les médias de divers pays, a été élu par le journal britannique The Guardian comme l'un des plus grands moments de la science en 2016. Dans ce contexte, le programme opérationnel de développement durable et d'efficacité lors de l'usage des ressources pour 2014-2020 sera un instrument structurant du développement de l'activité dans le contexte de la production d'énergie provenant de sources renouvelables, et il a comme principal objectif d'obtenir une trajectoire de croissance durable, soutenue par un modèle de développement plus concurrentiel, afin de minimiser la consommation des ressources naturelles et énergétiques, tout en générant de nouvelles opportunités d'emploi et de développement économique. La transition fondamentale vers une économie à faible carbone devra être nécessairement supportée par l'augmentation de l'efficacité énergétique et de la production d'énergie électrique provenant de sources renouvelables, thèmes dont traite le programme opérationnel susmentionné. L'énergie éolienne Au Portugal, les régions du nord et du centre du pays sont celles qui présentent la plus grande concentration nationale de parcs éoliens, en raison de la plus grande disponibilité des ressources. La puissance éolienne installée au Portugal se situait à la fin de 2016 à 5 266 MW, la production étant de 12 238 GWh. La majorité des éoliennes fonctionnant actuellement a été installée dans la période comprise entre 2005 et 2012, cette technologie ayant permis de produire plus de 12 TWh depuis 2013. L'évolution de ce secteur passera par le suréquipement des parcs existants ou l'installation de parcs éoliens en offshore. L'énergie solaire La publication du décret-loi nº 153/2014 du 20 octobre 2014 a apporté une série de modifications au secteur solaire photovoltaïque, grâce à la libéralisation du marché qui permet aux consommateurs d'être aussi producteurs de leur propre énergie. En tenant compte du cadre légal en vigueur et des avantages associés à l'installation de centrales solaires photovoltaïques, tels que la production près de lieu de consommation en utilisant une surface qui n'est traditionnellement pas utilisée (toitures), la modularité des installations et la compétitivité croissante de ce secteur par rapport au marché classique, notamment, pendant la journée (à laquelle correspondent les périodes de pointe et de crue), il est prévu que le solaire photovoltaïque ait des conditions pour croître de forme exponentielle en ce qui concerne la puissance installée. dst - sgps, s.a.

Page 15 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

En effet, la puissance actuelle installée, environ 463 MW, correspond à un peu plus de 3 % de la puissance renouvelable installée au Portugal. Dans ce contexte, une croissance significative du marché ainsi que du chiffre d'affaires associé est attendue. L'énergie hydrique L'énergie hydrique est la principale source d'énergie renouvelable au niveau mondial. C'est l'une des énergies renouvelables les plus attractives en raison de sa maturité et de sa prévisibilité, ainsi que de sa capacité à concurrencer économiquement les autres sources d'énergie non renouvelable. La Chine est incontestablement le principal producteur d'énergie hydroélectrique au monde, suivi du Canada, des E.U.A., du Brésil et de la Russie. Au Portugal, la capacité installée est stabilisée avec une valeur approximative de 6 835 MW, ce qui correspond lors d'une année moyenne, à un peu plus de 17 % de l'électricité consommée au Portugal. En 2007, le secteur hydroélectrique au Portugal a été marqué par le lancement du programme national des barrages à haut potentiel hydroélectrique, actuellement en exécution. Ce programme prévoit l'exécution des aménagements hydroélectriques de Padroselos, Daivões, Gouvães, Foz Tua, Pinhosão, Fridão, Girabolhos, Alvito, Almourol et Alto Tâmega. La conclusion de ces projets permettra une augmentation de la capacité installée de 1 054 MW. Jusqu'en 2020, l'objectif est d'atteindre 7 000 MW de puissance installée, conformément aux objectifs stipulés.

dst - sgps, s.a.

Page 16 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

1.2.3

Le secteur des télécommunications

L'année de 2016 correspond à une importante réorganisation dans le secteur des télécommunications, aussi bien au niveau national qu'international. Dans le contexte mondial, nous distinguons donc les faits et chiffres suivants, qui aident à caractériser le dynamisme du secteur :  Même si l'année 2016 n'a pas été aussi active que l'année précédente en nombre d'opérations de fusion et acquisition, il a été annoncé en octobre l'achat de Time Warner par AT&T, l'une des plus grandes opérations mondiales de ces dernières années et il est estimé qu'elle se termine en 2017;  L'industrie des télécommunications a continué en 2016 d'avoir une grande force au niveau global, avec une croissance proche de 1,5 % sur les 1112 milliards d'euros vérifiés à la fin de l'année 2015. Il est prévu que le secteur continue d’évoluer et que le CAGR (Compound Annual Growth Rate) ait une croissance de près de 2 %, pour atteindre en 2019, 1 195 milliards d'euros. Cette croissance continue de la valeur du marché global des télécommunications est directement liée à la modification des habitudes de consommation en ce qui concerne les télécommunications et l'utilisation de plus en plus intensive des dispositifs de communication.  Le nombre d'internautes était en 1995 de 35 millions au niveau mondial. De nos jours, ils sont déjà environ 3 milliards, ce qui correspond à près de 40 % de la population globale. Un autre exemple de la transformation du secteur est lié à l'utilisation de services mobiles. Il existe plus de 7,6 milliards de connexions de la part de 4,7 milliards d'utilisateurs et plus d'un milliard d'utilisateurs a déjà un accès à haut débit 4G (technologie disponible dans 151 pays du monde).

En ce qui concerne le contexte européen, les événements qui se distinguent sont les suivants : 

En janvier 2016, le Parlement européen a souligné l'importance de l'investissement privé au niveau des réseaux de connexion à Internet pour le progrès digital, ainsi que d'un cadre réglementaire stable et propice à l'investissement de toutes les parties intéressées dans toutes les zones, y compris les zones rurales et périphériques. Le Conseil européen a également appelé en juin 2016 à la garantie d'une connexion à haut débit fixe et sans fil à capacité très élevée dans toute l'Europe, comme prérequis à la compétitivité future, ainsi qu'à la réforme du cadre réglementaire des télécommunications avec l'objectif de stimuler d'importants investissements dans les réseaux, en promouvant simultanément une concurrence efficace et les droits des consommateurs.

Pendant l'année 2016, la Commission européenne a été très active en proposant des mesures pour accélérer le développement des technologies de l'information et de communication dans le contexte européen. Elle a ainsi proposé la création d'une « société gigabit » jusqu'en 2025, où tous les citoyens européens ont accès à des services à ultra-haut débit qui profitent des capacités des nouvelles applications stimulant la transformation

dst - sgps, s.a.

Page 17 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

numérique de la société. Pour ce faire, elle prétend stimuler l'investissement dans les réseaux à haute capacité avec un nouveau cadre réglementaire, le Code des communications électroniques européen et un plan d'action 5G. 

L'accélération de la diminution des tarifs de roaming a aussi été un jalon important de l'année écoulée. Vodafone a éliminé les tarifs de roaming sur le marché européen, anticipant la fin de ce type de tarif de télécommunications, prévu et défini pour juin 2017 par la Commission européenne.

Dans le contexte national, le secteur des télécommunications a été marqué par les événements suivants : 

L'achat de PT par Altice pour la valeur totale de 5,789 milliards d'euros, dont 4,920 milliards d'euros ont été reçus directement par Oi et le montant restant (869 millions d'euros) a été destiné au remboursement des dettes de PT. Suite a cette opération, Altice a été obligée de vendre ONI et Cabovisão, qui ont été achetées par le fonds Apax Partners.

Le lancement de nouvelles initiatives pour augmenter la couverture du pays en fibre optique (annonces de PT et Vodafone) ;

Importants investissements des opérateurs dans l'achat de droits dans le football. NOS et PT Portugal ont signé des contrats avec les trois plus grands clubs au niveau national. L'investissement dans les droits télévisés de ces clubs est d'environ 1,3 milliard d'euros.

L'intérêt croissant des opérateurs de télécommunications à acheter des entreprises de communication sociale. En ce sens, l'intérêt d'Altice à acheter le groupe Media Capital a été amplement annoncé.

En ce qui concerne les données opérationnelles les plus importantes, le développement de FTTH – Fiber To The Home se distingue. Le tableau qui suit présente le nombre de clients résidentiels au Portugal disposant de réseaux et services à haut débit dans un local fixe, ainsi que le nombre d'abonnés en septembre 2016.

dst - sgps, s.a.

Page 18 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

Comme on peut le constater en analysant le tableau ci-dessous, ce ratio a augmenté considérablement. Entre le 2e trimestre de 2016 et le 3e trimestre de la même année, il a été vérifié une croissance de l'ordre de 4,2 %. Cette variation positive est encore plus accentuée lorsque nous comparons le 3e trimestre de 2016 (3T16) avec sa période homologue de 2015 (augmentation de 16,1 %).

2T16

3T16

Clients résidentiels

Clients résidentiels

Clients

pour 100 logements

Clients

pour 100 logements

Variation

Variation

3T16/2T16

3T16/3T15

NUTS II

Résidentiels

Résidentiels

NORD

573

42,4

605

44,7

5,50%

19,70%

CENTRE

246

27,2

263

29,1

7,10%

28,30%

A.M. LISBONNE

832

71,8

846

73

1,70%

8,70%

ALENTEJO

52

17

59

19,1

12,70%

51,20%

ALGARVE

64

34,6

67

36,5

5,40%

21,50%

RÉGION AUTO. AÇORES

32

39,2

36

43,9

12,20%

20,90%

RÉGION AUTO. MADÈRE

51

54,3

53

55,6

2,40%

8,80%

1.850

45

1.929

47.2

4,20%

16,10%

TOTAL Source : IPC - ANACOM

Compte tenu de la concentration des entreprises de télécommunications du groupe dst sur le marché grossiste, il convient d'analyser l'évolution de la demande des services de détail pouvant être supportés par son réseau. Ainsi, conformément aux indicateurs publiés trimestriellement par l'organisme régulateur du secteur (ICP – Anacom), le nombre d'abonnés de télévision payante (en considérant non seulement des solutions wireline mais aussi par satellite – DTH – Direct to Home) a atteint, à la fin du 3e trimestre de 2016, environ 3,6 millions, 44 000 abonnés de plus que lors du trimestre précédent. En comparaison avec la période homologue de l'année précédente, il est vérifié une variation positive de 4,6 %, c'est à dire 159 000 abonnés supplémentaires. L'augmentation du nombre d'abonnés par technologie du service de télévision payante au 3e trimestre de 2016 (3T16) est due à la croissance des offres supportées en fibre optique (FTTH/B), qui ont enregistré 63 000 abonnés supplémentaires à la fin du trimestre. Au contraire, durant cette période, le nombre d'abonnés du service de TV par câble a enregistré une légère diminution.

dst - sgps, s.a.

Page 19 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

Évolution du nombre d'abonnés du service de télévision par souscription Par technologie

4.000 Nombred’abonneme nts

3.500 3.000 2.500 2.000 1.500 1.000 0

1T03 3T03 1T04 3T04 1T05 3T05 1T06 3T06 1T07 3T07 1T08 3T08 1T09 3T09 1T10 3T10 1T11 3T11 1T12 3T12 1T13 3T13 1T14 3T14 1T15 3T15 3T16

500

xDSL+FWA

FTTH

DTH

Câble

Source: IPC -ANACOM

En analysant la distribution des abonnés par type de service de télévision, à la fin du 3e trim. de 2016 (3T16), le service de distribution de TV par câble représentait 37 % du total des abonnés, le DTH 17 %, le xDSL 20 % et la fibre optique (FTTH/B) 27 %. Lors de l'exercice économique analysé ici et en se basant sur le 3e trimestre 2016 (3T16), le groupe NOS a détenu la part la plus élevée d'abonnés de TV payante avec 43,5 %, suivi de MEO avec 39,4 %, puis de Vodafone et Cabovisão, avec respectivement 12,2 % et 4,7 %. Il convient de souligner que Vodafone a été le groupe dst qui a capté le plus d'abonnés lors du 3e trimestre de 2016. À la fin du 3e trimestre 2016 (3T16), et conformément aux informations fournies par le baromètre des télécommunications du Marktest-Rede Fixa, environ 78,7 % des foyers avec TV payante disposaient de plus de 80 chaînes, ce qui représente une augmentation de 6,7 points de pourcentage en comparaison au même trimestre. D'autre part, l'accès aux chaînes premium a diminué par rapport à l'année antérieure, avec moins 1,9 point de pourcentage par rapport au trimestre antérieur. (Source : IPC – ANACOM) Nous avons également assisté à une croissance du nombre de clients ayant accès à Internet dans un local fixe. Conformément aux données publiées par ANACOM, il était enregistré au Portugal lors du 3 e trimestre de 2016 environ 3,32 millions d'accès physiques à Internet à un emplacement fixe. Il convient également de souligner que 6,14 millions d'utilisateurs ont utilisé Internet avec un haut débit mobile. dst - sgps, s.a.

Page 20 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

Évolution du nombre total de clients d'accès fixe à Internet Au contraire de ce qui s'est passé jusqu'en 2015, en 2016, la principale technologie d'accès à l'Internet à haut débit fixe a été le modem câble, avec près de 33,1 % du total des accès lors du 3e trimestre de 2016. Vient ensuite l'accès à Internet par l'intermédiaire de la fibre optique (FTTH/B), qui a présenté une augmentation de 5,3 % par rapport à la même période de 2015. C'est la technologie qui s'est le plus développée. En troisième place surgit l'ADSL, qui représente environ 29 % des accès. Cette technologie a enregistré une chute par rapport à la période homologue de l'ordre de 5,3 points de pourcentage. Il convient également de souligner les offres reposant sur LTE à un emplacement fixe. Ces offres représentent environ 7,3 % du total des accès et enregistrent ainsi une croissance de 4,3 % au 3e trimestre de 2016 et 28,2 % lors de la dernière année. (Source : IPC – ANACOM)

Évolution du nombre d'accès à large bande (accès fixe) Δ% 3T15

2T16

3T16 3T16/2T16

3T16/3T15

Total d’accès, parm i lesquels:

3.072

3.259

3.322

1,9%

8,1%

Accès m odem câble

1.052

1.085

1.100

1,4%

4,6%

34,2%

33,3%

33,1%

774

948

1.014

7,0%

31,0%

25,2%

29,1%

30,5%

1.055

992

964

-2,8%

-8,6%

34,3%

30,4%

29,0%

188

231

241

4,3%

28,2%

6,1%

7,1%

7,3%

107

176

191

9%

79%

3,5%

5,4%

5,7%

% du total de large bande fix e Accès FTTH/B % du total de large bande fix e Accès ADSL % du total de large bande fix e Accès LTE à un local fixe % du total de large bande fix e Autres % du total de large bande fix e So urce: ICP - A naco m

Unité: milliers d’ accès

En ce qui concerne les parts de marché de clients à bande large fixe, et comme il est possible d'observer dans le tableau suivant, la part de marché en terme de clients de MEO, à la fin du troisième trimestre de 2016, s'est située à 41,7 %.

dst - sgps, s.a.

Page 21 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

Évolution des parts de marché en termes de clients de la bande large (accès fixe) 2015

2016

Operáteur 3T15

4T15

1T16

2T16

3T16

MEO

45,0%

44,0%

43,1%

42,5%

41,7%

Grupe NOS

36,0%

36,4%

36,9%

37,0%

37,2%

33,7%

34,10%

34,6%

34,7%

34,9%

NOS Madeira

1,5%

1,5%

1,5%

1,5%

1,5%

NOS Açores

0,7%

0,7%

0,7%

0,7%

0,7%

14,0%

14,8%

15,5%

16,1%

16,7%

4,7%

4,4%

4,3%

4,1%

4,1%

Cabovisão

4,5%

4,3%

4,1%

4,0%

4,0%

ONITELECOM

0,2%

0,2%

0,1%

0,1%

0,1%

0,3%

0,3%

0,2%

0,2%

0,3%

NOS Comunicações

Vodafone Grupe Apax

Autres prestataires alternatifs Source: ICP- Anacom

Unidade: %

Le groupe NOS dispose d'une part de marché des accès de 37,2 %, résultant de la fusion du groupe ZON avec Optimus, qui a eu lieu au troisième trimestre de 2013 (3T13). En ce qui concerne Vodafone, il faut mentionner le rythme croissant du captage d'abonnés par trimestre, qui a atteint une part de 16,7 % à la fin du troisième trimestre de 2016 (3T16) (+ 2,7 points de pourcentage par rapport au 3e trimestre de 2015). Concernant le nombre d'accès téléphoniques principaux, il a été enregistré la même variation positive, avec une valeur de 2,3 %. Il a été vérifié une croissance des accès VoIP/VoB de l'ordre de 16,1 %, dans lesquels sont inclus les accès supportés par les réseaux de fibre optique (FTTH/FTTB), qui ont augmenté de 28,6 %, et par les réseaux de TV par câble (+5,5 %). Concernant la fin du 3e trimestre de 2016 (3T16), MEO a garanti un pourcentage de clients de 47,4 % dans ce segment. Le groupe NOS est le 2e plus grand prestataire, avec une part de 34,2 %. Suit Vodafone, avec une part de 14 %. Il convient également de souligner que le groupe NOS a été le prestataire qui a gagné le plus d'abonnés durant cette période.

dst - sgps, s.a.

Page 22 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

Nombre d'accès du système téléphone fixe Variação 3T15

2T16

Variação

3T16 3T16 / 2T16

3T16 / 3T15

Accès principaux totaux

4.655

4.732

4.762

0,6%

2,3%

Accès analogiques

1.840

1.713

1.668

-2,6%

-9,3%

22

21

21

-1,3%

-5,2%

433

403

393

-2,6%

-9,4%

Basiques

206

182

175

-3,6%

-14,9%

Primaires

223

217

215

-1,1%

-3,9%

Fractionnés

4

4

2

-41,1%

-39,1%

Autres accès numériques

1

1

1

-1,4%

-10,4%

(parmi lesquels) Postes publics Accès RDIS et Diginet

GSM / UMTS VoIP / VoB

493

505

509

0,7%

3,2%

1.888

2.111

2.192

3,8%

16,1%

Source: ICP- Anacom

Unité: milliers d’accès

Durant la période de 2017-2018, IPC - ANACOM prévoit un groupe de priorités stratégiques destinées aux points suivants : 

Garantie et protection des droits des citoyens ;

Promotion de la concurrence entre les marchés ;

Garantie de la gestion efficiente des ressources publiques ;

Promotion de la coopération institutionnelle et technique ; et

Promotion de l'efficience et de l'efficacité intérieures.

1.2.4

Le secteur de l'immobilier

L'activité du secteur immobilier portugais continue d'enregistrer en 2016 une amélioration d'un groupe important d'indicateurs mesurant l'évolution de la demande, de la production et de l'emploi généré. En effet, l'investissement dans la promotion et les données relatives à la commercialisation d'immeubles ont continué d'enregistrer des variations homologues positives, comparativement à l'année 2015. Le marché de l'habitation, en ligne avec l'évolution de l'économie, est resté également plus dynamique que lors des deux années précédentes, quand les incitations à l'investissement et la reprise de la concession de crédit à l'habitation ont commencé à avoir un effet sur la demande internationale mais aussi domestique. Les deux marchés ont été actifs mais avec des comportements différents, avec une diversification du type de produit recherché et bénéficiant aux zones centrales des grandes villes (Lisbonne et Porto, principalement).

dst - sgps, s.a.

Page 23 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

Conformément aux informations mises à disposition par l’APEMIP, la croissance de toutes les transactions immobilières dans le pays s'est située entre 20 et 25 % en 2016. Sur cette période, comprise entre janvier et septembre 2016, il a été également vérifié que les prêts accordés aux particuliers pour l'acquisition d'une habitation a enregistré une augmentation d'environ 51 % en termes homologues (source : Banque du Portugal) Accompagnant la croissance des transactions et du prêt logement, la valeur moyenne d'évaluation bancaire de la totalité du pays s'est élevée à 1100 euros/m2 en décembre. Comparativement à la période homologue, il a été vérifié une augmentation de 4,8 % (source : INE) Il convient de souligner, dans ce secteur résidentiel, les dynamiques observées à Lisbonne et Porto, motivées par les régimes de résident non habituel, de Golden Visa et de tourisme. Dans ces villes, les valeurs moyennes demandées ont évolué de forme plus expressive que dans le reste du pays, notamment à Lisbonne qui a enregistrée une croissance de 9 % par rapport à 2015, à près de 2 272 €/m2 (donnés CI SIR). Dans l'immobilier résidentiel, l'année 2016 a été une nouvelle année d'excellence pour l'activité immobilière, avec un volume négocié estimé à 1,3 milliard. En 2015, le nombre record de presque 2 milliards a été enregistré. En général, les grandes tendances vérifiées en 2015 se sont maintenues. C'est à dire qu'une grande partie du capital est d'origine étrangère (E.U.A., France, Royaume-Uni), plus de la moitié est véhiculée par des fonds d'investissement et les secteurs du détail (commerce) et les bureaux continuent de représenter une grande partie du volume négocié. Toujours dans ce segment, les yields sont restés stables durant l'année, en se situant à 5,25 % pour les bureaux, 5,25 %/ 5,50 % pour les bureaux et centres commerciaux, 6,75 % pour l'industriel et 7 % pour les retail parks. Pour 2017, en termes globaux, les prévisions indiquent le maintien de hauts volumes d'investissement, supérieur à un milliard d'euros.

1.2.5

Le secteur des ventures

L'industrie du capital risque au Portugal vit actuellement une phase de croissance. Le manque de liquidité des marchés a conduit à une plus grande recherche de capital risque pour le renforcement des capitaux propres. D'autre part, des instruments financiers ont été lancés en 2016 dans le contexte de « Portugal 2020 », cofinancés par des fonds structurels et d'investissement européens (FSIE), comme aide aux nécessités de financement des petites et moyennes entreprises, grâce à l'ouverture des lignes de financement aux fonds de capital risque. Par conséquent, en 2016, deux nouvelles dst - sgps, s.a.

Page 24 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

sociétés de capital-risque (« SCR ») sont apparues et 13 nouveaux fonds de capital-risque (« FCR »). De nouvelles sociétés de gestion ont également été créés. Selon la CMVM, il existe actuellement 87 FCR et 44 SCR. Les investissements de capital-risque au Portugal ont démontré des comportements atypiques à la nature du secteur, car les opérateurs ont, au lieu d'assumer des risques d'actionnaires, choisi de réaliser des entrées de capital grâce à des apports en capitaux rémunérés, ce qui ressemble beaucoup à un crédit bancaire. Le risque global des opérations est ainsi substantiellement réduit car la rémunération des capitaux cesse de dépendre seulement des profits provenant de l'activité ou de la vente des participations. Pour l'accélération du secteur, le programme opérationnel de COMPETE, dans le contexte du système d'aide au financement et au partage de risque de l'innovation (SAFPRI), a une importance significative en continuant à soutenir, en 2016, 22 FCR destinés aux investissements dans les PME, aussi bien dans les phases les plus initiales de leur cycle de vie (seed et early stage) que dans les phases d'expansion de leur activité. Dans le panorama européen, à la similitude du Portugal, les ressources captées par le capital-risque ont été dirigées majoritairement vers les FCR, avec des caractéristiques de private equity, spécialisés dans les opérations de buyout, qui consistent à l'acquisition d'une participation majoritaire dans le capital social d'une entreprise avec un éventuel recours à des quantités substantielles de dette. Après la transposition de la directive nº 2011/61/UE et de la directive nº 2013/14/UE, du Parlement européen et du Conseil, respectivement du 8 juin 2011 et du 21 mai 2013, grâce à la loi nº 18/2015 du 4 mars 2015, il convient de souligner les principales modifications du cadre réglementaire de l'investissement en capital risque au Portugal : (i) introduction d'un règlement sur l'investissement dans l'entreprenariat social et sur l'investissement alternatif spécialisé ; (ii) possibilité que le règlement de la gestion des fonds puisse prévoir la division du fond en divers compartiments indépendants, représentés par une ou plusieurs catégories d'unités de participation, chacun avec des règles d'indépendance patrimonial ; et (iii) un nouveau régime plus exigeant auquel commencent à être sujettes les grandes entités de gestion. Les perspectives pour l'année 2017 incluent l'ouverture de nouvelles lignes de financement de capital risque dans le cadre du programme communautaire européen « Horizon 2020 », qui prévoit que 2 milliards d'euros soient mis à disposition pour des projets de la phase seed ou early stage, en plus de la ligne de financement de fonds de capital-risque ouverte en 2016 moyennant l'appel d'offre ayant pour référence le nº IFD-FC&QC-FCR-01/16. Le FC&QC est destiné à la création ou au renforcement d'instruments financiers de capitalisation des entreprises, et en particulier, lors des phases de création d'entreprises et de démarrage (start-up, seed, early stages), ainsi que pour les entreprises avec des projets de croissance, organique ou par acquisition, et/ou de renforcement de la qualification de l'entreprise pour l'internationalisation et le développement de nouveaux produits et services, ou avec des innovations au niveau des processus, des produits, de dst - sgps, s.a.

Page 25 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

l'organisation ou du marketing, entre autres. Avec l'ouverture de ces lignes de financement, il est prévu une croissance de l'activité du secteur en 2017, avec l'apparition de nouveaux fonds de capital-risque et l'augmentation conséquente des opérations d'investissement, la tendance observée en 2016 se maintenant.

1.2.1

Le secteur de l'environnement

Au Portugal, en 2016 il existe 385 entités de gestion, 269 ayant une activité d'approvisionnement public d'eau, en amont et en aval, près de 43 micro-entités formées par les mairies ou les associations d'utilisateurs étant exclues, 266 une activité d'assainissement des eaux résiduelles urbaines et 280 une activité de gestion des déchets urbains. Le secteur est caractérisé par des réalités très diverses, non seulement au niveau du modèle de gestion adopté mais aussi de l'échelle et des ressources économiques, financières et techniques des entités de gestion. Selon ERSAR (RASARP, 2015), au niveau de l'approvisionnement d'eau en amont, il est vérifié que les concessions multimunicipales couvrent le plus grand nombre de municipalités (174) et de population (5,1 millions habitants) et sont aussi le modèle qui couvre la majorité du territoire national, environ 71 %. Par rapport à l'année précédente, il est enregistré une diminution du nombre d'entités, liée au processus de restructuration du secteur au moyen de la fusion de concessions multimunicipales. Au niveau de l'assainissement en « amont », le type de modèle ayant la plus grande représentativité est également celui des concessions multimunicipales, avec 202 villes et 7 millions d'habitants, couvrant 74 % de la surface du territoire. Par rapport à l'année précédente et à la similitude de l'approvisionnement en « amont », il est noté une diminution du nombre d'entités, liée au processus de restructuration du secteur moyennant la fusion de concessions multimunicipales. Dans le panorama des services d'assainissement d'eau en amont, le groupe Aquapor se distingue en détenant l'une des deux concessions municipales attribuée dans le secteur.

dst - sgps, s.a.

Page 26 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

Entités de gestion en « amont »

Déchets

Eau

Assainissement

Concessions multimunicipales

5

5

12

Concessions municipales

1

2

-

Délégations nationales

1

-

-

Partenariats État / Municipalités

1

1

-

Entreprises municipales ou intermunicipales

1

-

8

Mairies / Association d'utilisateurs

-

-

-

Associations de municipalités

-

1

3

Services municipaux ou intermunicipaux

1

-

-

Services municipaux

1

-

-

11

9

23

TOTAL

urbains

Source : ERSAR, RASARP, 2015

Il existe 301 entités de gestion « en aval » dans le domaine de l'approvisionnement en eau, réparties en 8 modèles de gestion, et 257 dans le domaine de l'assainissement des eaux résiduelles, réparties en 5 modèles de gestion. Dans les services d'approvisionnement d'eau en « aval », les services municipaux sont le modèle de gestion le plus grande représentatif, en couvrant 2,9 millions d'habitants. Suivent les services municipaux ou intermunicipaux, avec 2,3 millions d'habitants, les concessions municipales avec près de 2 millions d'habitants et les entreprises municipales ou intermunicipales avec 1,8 million d'habitants. Au niveau de l'assainissement des eaux résiduelles en « aval », les services municipaux sont les plus représentatifs, en couvrant près de 3,7 millions d'habitants et 191 municipalités. Suivent les services municipaux ou intermunicipaux (2,3 millions d'habitants, sur 20 municipalités), les entreprises municipales ou intermunicipales (1,8 million d'habitants dans 28 municipalités), les concessions municipales (1,7 million d'habitants dans 23 municipalités) et les partenariats État/municipalités (0,6 million d'habitants dans 18 municipalités).

dst - sgps, s.a.

Page 27 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

Entités de gestion en « aval »

Eau

Assainissement

Déchets urbains

Concessions multimunicipales

1

-

-

Concessions municipales

28

23

1

Délégations nationales

1

-

-

Partenariats État / Municipalités

2

2

-

Entreprises municipales ou intermunicipales

23

23

17

Mairies / Association d'utilisateurs

43

-

-

-

-

2

Services municipaux ou intermunicipaux

20

18

7

Services municipaux

183

191

231

TOTAL

301

257

258

Associations de municipalités

Source : ERSAR, RASARP, 2015

En termes de nombre de concessions municipales d'approvisionnement en aval, Aquapor détient 10 des 28 concessions existantes, ce qui représente une part de marché de 36 % :

Entités de gestion en « aval »

Nº entités

Population couverte (milliers d'hab.)

Eau Entrée Système (milliers

Eau non facturée

m3 )

(%)

Groupe Aquapor

10

734

52 737

17,7 %

Concessions municipales

28

1 971

108 600

22,2 %

Pays

258

10 089

813 441

29,8 %

L'accessibilité physique des services d'approvisionnement en eau et d'assainissement des eaux résiduelles, les deux en « aval », est, conformément aux paramètres de qualité de l'entité de régulation (RASARP 2015), considérée comme bonne sur le territoire continental, à l'exception de l'accessibilité dans les zones moyennement urbaines, qui est considérée seulement satisfaisante. Approvisionnement des eaux résiduelles au Portugal

Approvisionnement en eau au Portugal continental

continental

Service en aval (pour 99 % des entités)

Service en aval (pour 89 % des entités)

Secteur principalement urbain

100 %

Secteur principalement urbain

Secteur moyennement urbain

95 %

Secteur moyennement urbain

Secteur principalement rural

92 %

Secteur principalement rural

97 % 80 % 70 %

Source : ERSAR, RASARP, 2015

dst - sgps, s.a.

Page 28 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

2.

Analyse économico-financière

Analyse globale de l'exercice de 2016 Sur l'exercice 2016, dst a prouvé de nouveau sa remarquable capacité à maintenir des résultats économiques et financiers extrêmement positifs dans un cadre macro-économique de croissance réduite de l'économie portugaise.

CHIFFRE D'AFFAIRES PROPORTIONEL 280,0 279,8

274,3

200,0 Mio €

39,7

269,5

35,0 MILLIONS D'EUROS

240,0

EBITDA CONSOLIDÉ

40,0

160,0 120,0 80,0 40,0

37,5

36,0

30,0 25,0 20,0 15,0 10,0

2014

2015

2016

2014

2015

2016

L'exercice de 2016 reflète en effet la consolidation progressive et réussie que le groupe dst a enregistrée ces dernières années, dans les divers secteurs d'activité où il est présent, notamment avec le maintien d'un chiffre d'affaires proportionnel proche de 270 M€ et une rentabilité opérationnelle, mesurée ici par l'EBITDA, de 37,5 M€. Les niveaux d'endettement se maintiennent en 2016 au-dessous de 100 M€ (- 2,3 % par rapport à 2015), ce qui met en évidence une politique rigoureuse et durable de gestion financière. À ce niveau, il convient de souligner l'importance de la croissance des activités internationales du groupe et le renforcement de son investissement dans le capital humain, qui sont deux vecteurs d'intervention qui impliquent un investissement immédiat et significatif mais qui, simultanément, préparent le groupe aux défis croissants de rapidité de réponse et d'innovation que le monde impose aujourd'hui aux grands groupes économiques. Durant l'exercice analysé, le chiffre d'affaires consolidé du groupe dst a atteint 198,2 M€. La légère diminution observée au niveau du chiffre d'affaires (- 3,9 %) du groupe dst a été accompagnée d'une réduction proportionnelle de sa rentabilité opérationnelle (- 5,5 %). Les niveaux de rentabilité du groupe ont néanmoins maintenu des valeurs très robustes, avec un EBITDA consolidé dépassant 37,5 M€ à la fin de l'exercice de 2016, ce qui équivaut à une marge EBITDA de 18,9 %. Ce qui démontre la politique prudente du groupe lors de l'abordage des activités et des opportunités d'investissement, dont un exemple est l'investissement qui est réalisé dans son processus continu d'internationalisation et d'entrée sur des nouveaux secteurs potentiels, desquels ne découle pas, naturellement, un impact immédiat très important au niveau du chiffre d'affaires.

dst - sgps, s.a.

Page 29 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

Néanmoins, malgré un EBITDA du groupe se maintenant à des valeurs très positives, l'impact des dépenses de dépréciation de goodwill (8,1 M€), ont contribué à ce que le résultat net de l'exercice, après les intérêts qui ne sont pas contrôlés, s'élève à 7,8 M€ (- 7,4 M€ par rapport à 2015). Si, d'un côté, il convient de souligner l'effet positif que la diversification du groupe dst a au niveau du maintien des niveaux positifs de rentabilité opérationnelle : le secteur d'activité des énergies renouvelables et celui de l'environnement et de l'eau représentent plus de 42,5 % de l'EBITDA consolidé en 2016 et totalisent un résultat net positif sur l'exercice d'environ 7,5 M€ (après participations en donnant pas le contrôle), d'un autre côté, le secteur d'activité qui fut à la genèse du groupe dst , l'ingénierie et la construction, mérite d'être toujours mis en exergue dans la mesure où il a maintenu une performance remarquable sur l'exercice analysé, avec un chiffre d'affaires de 78,6 % du total consolidé et 42,7 % de l'EBITDA correspondant.

L'excellente performance de l'activité du groupe dst sur l'exercice 2016 reflète la performance remarquable de son secteur d'activité principal, l'ingénierie et la construction, dont le chiffre d'affaires sur l'exercice s'est élevé à 155,8 M€ et dont le résultat net respectif s'approche de 5,3 M€ (67,3 % du résultat net consolidé de l'exercice). Durant l'exercice analysé, la croissance durable du secteur d'activité des énergies de l'environnement se distingue, dont la contribution à la rentabilité opérationnelle du groupe a totalisé 11,8 M€, c'est à dire 28,6 %. Le chiffre d'affaires consolidé de ce secteur d'activité a enregistré une croissance de 2,8 M€ par rapport à l'exercice de 2015 (c'est à dire + 11,7 %), en atteignant 23,8 M€. Il convient d'ajouter que le chiffre d'affaires du secteur d'activité des énergies renouvelables a augmenté à 4,6 M€ (3,9 M€ en 2015). Ce secteur d'activité a également présenté une évolution positive au niveau de sa rentabilité opérationnelle, dont la valeur s'est élevée à 5,8 M€, avec des impacts positifs en ce qui concerne sa contribution à l'EBITDA consolidé dst - sgps, s.a.

Page 30 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

du groupe dst en 2016, en représentant 13,9 % du total de l'exercice), mais aussi au niveau de sa contribution au résultat net consolidé de dst, en atteignant 49,5 %, ce qui représente 3,9 M€ du total consolidé. Après avoir conclu un exercice de fort investissement dans le secteur d'activité des télécommunications, son chiffre d'affaires a enregistré une croissance remarquable car sur l'exercice analysé, l'augmentation a été supérieure à 5,3 M€, (+ 54,3 % par rapport au même exercice de 2015). Bien que ce secteur d'activité ne présente pas encore un chiffre d'affaires important dans la sphère globale du groupe dst (4,9 % du total consolidé), il est sur l'exercice analysé d'environ 9,8 M€. Il convient de souligner que ce secteur d'activité a présenté un EBITDA positif qui s'est élevé à 6,8 M€ en 2016. Cependant, l'impact des dépréciations et les amortissements de l'investissement important effectué par le groupe dans ce secteur d'activité font que son résultat net a été encore négatif sur l'exercice, de l'ordre de 1,3 million d'euros. Il est également important de souligner que la présence du groupe dst dans le secteur des Ventures, avec la réalisation et l'accompagnement, par l'intermédiaire de 2bpartner, société de capital-risque du groupe, de multiples processus d'analyse et de due diligence de projets, en parallèle avec le développement divers projets innovateurs par innovationpoint – investigação e desenvolvimento, s.a. En 2016, 2bpartner a été présente dans les événements les plus importants du secteur, comme par exemple le Gala UP Awards 2015, où 2bpartner a reçu le prix « Investment firm of the Year 2015 ». Dans ce contexte, naturellement, le secteur d'activité des Ventures n'a pas encore un chiffre d'affaires représentatif de son potentiel de croissance, mais reste un vecteur de grand pari sur le futur pour le groupe dst. Il convient également de souligner la présence du groupe dst dans le secteur immobilier (Real Estate), où se distinguent les projets actuels en portefeuille : lotissement Villas de Palmeira, centre d'affaires d'Adaúfe, bâtiment Urbo, à Matosinhos et lotissement multiusage de Barcelinhos.

dst - sgps, s.a.

Page 31 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

Synthèse économico-financière (exercice 2016) Le résultat net d'exercice consolidé du groupe dst en 2016 a été supérieur à 7,8 M€ (8,5 M€ après les intérêts qui ne sont pas contrôlés), ce qui représente une diminution de 48,6 % en termes homologues. Ce résultat découle principalement de l'impact de l'augmentation des dépenses de dépréciation et d'amortissement des actifs tangibles, des actifs intangibles et du goodwill (+9,9M € par rapport à 2015). Le groupe a maintenu néanmoins d'excellents niveaux de production opérationnelle lors de l'exercice analysé – dont l'EBITDA s'est élevé à 37,5 M€ à la fin de 2016. valeurs en m€

Analyse économique

2014

Chiffre d'affaires EBITDA EBIT Résulttat financier Résultat avant impôt Impôts Résultat net consolidé Attribuable: aux intérêts minoritaires Au groupe

2015

2016

214.646,9 206.290,2 198.200,0 36.027,9 39.682,5 37.503,3 22.308,2 24.348,1 15.355,9 -7.058,1 -6.922,5 -4.706,7 15.250,1 17.425,6 10.649,2 -775,2 -1.653,4 -2.115,6 14.474,9 15.772,2 8.533,6 569,3 13.905,6

589,2 15.183,0

722,0 7.811,6

∆%

-8.090,2

-3,9%

-2.179,1

-5,5%

-8.992,2

-36,9%

2.215,8

-32,0%

-6.776,4

-38,9%

-462,2

28,0%

-7.238,6

-45,9%

132,8

22,5%

-7.371,4

-48,6%

D'autre part, il convient de souligner une amélioration significative continue des résultats financiers par rapport aux exercices antérieures (qui ont diminué de près de 2,2 M€ par rapport à 2015), en raison de la réduction des niveaux d'endettement du groupe dst et d'une politique rigoureuse de gestion du risque de crédit.

EBITDA

Résultats Amort Et prov financiers

IS

IM

540

722

RNE 2016

40.000 36.000 32.000 28.000 22.147

mil €

24.000 20.000

37.503

16.000 12.000

4.707

8.000 4.000

7.812

0

dst - sgps, s.a.

Page 32 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

Pendant l'exercice 2016, le secteur d'activité de l'ingénierie et de la construction du groupe dst a présenté un résultat net consolidé de 5,3 M€, ce qui représente 67,3 % du résultat net consolidé du groupe. Malgré la diminution de son chiffre d'affaires consolidé à 155,8 M€ (- 11,2 %), la rentabilité de ce secteur d'activité a maintenu des niveaux positifs, avec un EBITDA dont la valeur se situe à 17,7 M€ à la fin de l'exercice 2016. Malgré l'importance des autres secteurs d'activités du groupe dst, le secteur d'activité de l'ingénierie et de la construction a consolidé son importance au niveau de la contribution au résultat net consolidé positif du groupe de l'année, en représentant 67,3 % du total de 2016 (5,3 M€ en termes absolus). Le secteur d'activité des énergies renouvelables a quant à lui son importance au niveau de la contribution au résultat net consolidé du groupe (49,5 % du total qui, en termes absolus, représentent 3,9 M€). Le secteur d'activité de l'environnement a lui renforcé sa prépondérance au niveau de la contribution au résultat net consolidé du groupe dst avec plus de 3,6 millions d'euros positifs, équivalant à 46,3 % du total du résultat net consolidé du groupe.

Résultat net

-17,1%

-54,0%

9,7%

46,3%

49,5%

67,4%

-2,5%

Holding et autres

Télécom

Ventures

Real Estate

Environment

Éner ren

Ing&Const

Durant l'exercice de 2016, le secteur d'activité des télécommunications a continué de se concentrer principalement sur l'exploitation opérationnelle et la maintenance des réseaux réalisés les années précédentes, avec la mise à disposition de l'infrastructure de télécommunications aux opérateurs nationaux détaillants de télécommunications dans diverses municipalités portugaises. À la fin de l'exercice 2016, les actifs fixes tangibles du groupe dst restent l'un des postes ayant le plus grand impact dans l'actif consolidé du groupe. La valeur des actifs tangibles s'est élevée à 82,1 M€, ce qui a permis, à la fin de l'exercice analysé, à l'actif net total du groupe de s'approcher de 409 M€. Les capitaux propres du groupe s'élevaient quant à eux à 136,8 M€ à la fin de 2016, avec un capital social de 30 M€ et un ratio d'autonomie financière de 33,48 % (+ 1,18 % par rapport à 2015). dst - sgps, s.a.

Page 33 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

Le passif total du groupe a montré une évolution très favorable en 2016, dans la mesure où il a diminué de 20 millions d'euros par rapport à décembre 2015, pour s'élever à 271,8 millions d'euros à la fin de l'exercice.

Activité internationale Poursuivant son expansion internationale, l'activité internationale du groupe dst a continué à se renforcer significativement en 2016, notamment grâce à la vente et à la prestation de services sous diverses zones géographiques. En effet, poursuivant son expansion internationale, le groupe a enregistré des opérations dans 11 pays, aussi bien dans les zones géographiques africaines exigeantes que sur les marchés européens développés et sophistiqués, entre autres. D'autre part, diverses initiatives commerciales et propositions ont été présentées, dans 16 autres pays, dispersés sur les continents américain, africain, européen et asiatique.

Toujours dans le contexte international, le groupe a continué à se focaliser sur une diversification géographique sélectionnée en fonction des opportunités commerciales sous-jacentes, afin d'optimiser l'investissement associé et ainsi dst - sgps, s.a.

Page 34 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

relativiser un peu l'importance du marché angolais au niveau des opérations internationales du groupe, en raison de la période d'instabilité économique qui dévaste ce pays. Tant est si bien que des projets internationaux du groupe dst ont été développés en ce sens dans différents secteurs d'activité, notamment, celui de l'ingénierie et de la construction, celui des énergies renouvelables et celui de l'environnement.

Ainsi, en vertu tout de l'effort conscient et en ayant pour base une politique prudente d'abordage des marchés et des investissements associés au processus continu d'internationalisation, le chiffre d'affaires international du groupe dst, à la fin de 2016, a indiqué la consolidation et la durabilité de la croissance par rapport à l'exercice de 2014 (+71 %), en dépassant 44,8 M€, valeur qui correspond à 22,6 % du total du chiffre d'affaires consolidé du groupe dst.

dst - sgps, s.a.

Page 35 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

L'excellent rôle international du groupe au cours de 2016, auquel ont contribué, essentiellement, les opérations en France (28,8 M€) et en Angola (11,8 M€) mérite d'être mis en exergue.

Niveaux d'endettement La consolidation progressive du groupe dst et le succès observé ces dernières années et dans les divers secteurs d'activité, reflètent la capacité du groupe à maintenir un faible niveau d'endettement. En 2016, l'endettement net total s'est maintenu au-dessous de 100 M€ (97,2 M€ sur l'exercice analysé, 99,5 M€ lors de l'exercice homologue et 95,4 M€ en 2014). Bien que cette somme corresponde à une légère augmentation de 1,8 M€ (+1,9 %) par rapport à la fin de 2014, elle représente par rapport à la période homologue une réduction de 2,3 M€ (- 2,3 %). L'amortissement de plans de dette à moyen et long terme (MLT) ont contribué à cette évolution, entre autres facteurs.

dst - sgps, s.a.

Page 36 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

1,9%

À la fin de 2016, la dette nette allouée au secteur des télécommunications, d'un montant de 25,3 M€, essentiellement contractée pour la construction des réseaux de nouvelle génération (RNG), représentait 26,1 % du total de l'endettement net consolidé du groupe.

Le secteur immobilier (Real Estate) a quant à lui des financements à MLT de 22,2 M€, qui ont contribué à une dette nette du secteur de 23,5 M€ (24,2 % du total de l'endettement net consolidé du groupe dst). Suit le secteur de l'environnement avec une contribution de 17,8 % (17,3 M€ en termes absolus). Le secteur de l'ingénierie et de la construction dont la dette nette représentait 8,8 % du total consolidé, équivalent à 8,6 M€ sur un total consolidé de 97,2 M€, mérite d'être mis en exergue. La capacité financière du groupe dst a ainsi connu en 2016 une légère croissance, avec un ratio d'autonomie financière s'élevant à 33,48 % à la fin de l'exercice (32,30 % au 31 décembre 2015). En effet, la stabilité des niveaux d'endettement du groupe, combinée aux excellents niveaux de rentabilité du groupe dst en 2016, se reflète par le maintien des valeurs du ratio Net debt / EBITDA ces dernières années, qui s'est élevé à 2,59 à la fin de 2016 (2,51 en 2015).

dst - sgps, s.a.

Page 37 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

L'analyse des résultats et de l'activité réalisée par chacun des secteurs d'activité du groupe dst en 2016 est détaillée dans le chapitre suivant du présent rapport.

Secteurs d'activité

INGENIERIE & CONSTRUCTION

CHIFFRE D'AFFAIRES PROPORTIONNEL

RÉSULTAT NET

200,0

15,0 12,0

120,0

208,3

198,7

80,0

180,8

40,0

Million d'auros

Million d'auros

160,0

9,0 14,3 6,0

12,3

3,0

0,0 2014

2015

2016

5,3

0,0 2014

2015

2016

Le secteur de l'ingénierie et de la construction est la base sur laquelle a été fondé le groupe dst et, malgré le processus progressif et réussi de diversification, ce secteur d'activité est toujours une importance cruciale dans la sphère du groupe et il a enregistré sur l'exercice analysé une chiffre d'affaires proportionnel de 180,8 millions d'euros. dst - sgps, s.a.

Page 38 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

Bien qu'en 2016 son chiffre d'affaires ait enregistré une réduction de 17,9 M€, la performance positive de ce secteur d'activité continue à refléter la solidité de la position du groupe sur le marché de l'ingénierie et de la construction civile et prouve l'extraordinaire capacité de réponse du groupe dst au contexte macro-économique défavorable, notamment, que vivent le secteur et ses principaux acteurs. La valeur enregistrée en 2016 est entre autres due à l'impact positif du processus continu d'internationalisation, dont les opérations internationales dans le cadre de ce secteur d'activité dépassent 44,7 M€ (+11,18 % par rapport à l'exercice homologue), le groupe ayant consolidé les zones géographiques où il est présent, en privilégiant l'investissement dans les relations commerciales et le partenariat avec d'autres champs d'action présentant un potentiel d'affaires favorable. Avec l'intention de viabiliser ses niveaux de production et la garantie de la qualité des services fournis dans le secteur de l'ingénierie et de la construction, le groupe dst a réalisé un exercice continu d'optimisation de son activité opérationnelle dans ce secteur. L'année de 2016 s'est donc caractérisée par la consolidation des niveaux de rentabilité opérationnelle, avec une marge EBITDA de 11,3 % (17,7 M€) qui reflète, entre autres aspects, la préoccupation du groupe à maximiser l'efficacité de ses opérations. Malgré l'augmentation des niveaux de dette de ce secteur d'activité, il faut souligner que les frais nets de financement ont diminué sur l'exercice analysé de 1,9 M€, à un total de 0,7 M€, enregistré en 2016 (par rapport à 2,6 M€ sur l'exercice homologue), ce qui s'explique fondamentalement par la forte contraction des intérêts et des revenus semblables obtenus. L'année 2016 s'est ainsi distinguée par la contribution de ce secteur au résultat net consolidé du groupe dst, la valeur positive de 5,3 M€ enregistrée dans ce secteur d'activité correspondant à 67,3 % du résultat total et reflétant une réduction de 9 M€ par rapport à 2015. Le groupe dst possède de fortes compétences techniques dans le secteur de l'ingénierie et de la construction, qui lui permettent d'être perçues par le marché comme une référence en termes de rigueur et de qualité de service. Ceci est non seulement une donnée acquise depuis de nombreuses années au niveau du marché national mais aussi et de plus en plus, perçue par les principaux acteurs internationaux avec lesquels le groupe travaille lors de ses opérations internationales. En 2016, le groupe dst a ainsi réalisé divers projets d'impact et de complexité technique reconnus, comme le sont entre autres les projets suivants :

dst - sgps, s.a.

Page 39 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

Hotel EXE Cascais 4*

Graciosa Energy System

Lotissement IKEA

Construction du nouveau bâtiment de logistique- Body- Ed. 2B

Continente Alto do Lumiar

Circuit Hydraulique Caliços – Machados

IKEA Braga

IKEA Matosinhos

RENOVA - L'expansion de l'usine de papier VII

Project d'expansion du secteur NW du quai PSA à Sines

Ligne ferroviaire du nord - Alfarelos

Howa Tramico

Il convient d'ajouter que le groupe dst intègre dans ses opérations toute la chaîne de valeur de ce secteur d'activité, notamment, dans le contexte des projets d'électrification, de CVC, des ouvrages hydrauliques et de télécommunications – au travers de dte – instalações especiais, s.a. (« dte ») – et de la construction métallique et du montage de structures de revêtements sur les toitures et les façades, comme les édifices industriels et commerciaux, la réhabilitation de bâtiments, d'ouvrages d'art, d'habitation et de bureaux, au travers de bysteel, s.a. (« bysteel »). Au cours de l'année de 2016, deux nouvelles entreprises, qui intègrent ce secteur d'affaire, ont été constituées au sein du groupe dst, notamment, dstrainrail, s.a., qui se consacre à l'élaboration d'études et projets, l'exécution de projets publics et privés de chemins de fer et d'autres voies de transport, ainsi qu'à la maintenance de ces dernières, et bysteel fs, s.a., qui a comme objet social la conception, l'ingénierie, le développement, la transformation et le montage de systèmes de façades, le montage de revêtements sur les toitures et les façades, la construction civile et les travaux publics. Le groupe possède ainsi des avantages concurrentiels significatifs par rapport à ses principaux concurrents dans le secteur de l'ingénierie et la construction civile. bysteel continue de se concentrer sur le renfort de sa position sur les marchés externes et l'internationalisation de son activité grâce à la diversification des géographies où elle est présente (par ex. en Angola, en France et au Royaume-Uni), se traduisant par la consolidation et l'augmentation des relations commerciales avec les clients de référence au niveau international grâce à sa rigueur, la qualité de son service et la capacité de réponse aux nécessités de ses clients. L'unité de production industrielle a transformé 6079 tonnes d'acier en 2016, ce qui indique une diminution de 10,34 % en termes homologues, influençant pratiquement dans la même proportion le chiffre d'affaires total sur l'exercice analysé. Cette réduction est due en grande partie à la modification de la typologie des ouvrages dans lesquels bysteel s'est engagé, où l'imposition la plus importante est sans aucun doute la capacité technique et le savoir-faire nécessaires pour répondre à l'exigence et à la complexité des projets internationaux. La diversification du portefeuille de clients a continué d'être l'un des objectifs de bysteel en 2016. Elle s'est traduite par le renforcement de sa position dans le marché français, en atteignant 71,5 % du chiffre d'affaires total et une diminution conséquence de la présence en Angola, qui a représenté en 2016 seulement 1,5 % du chiffre d'affaires total. La confiance est l'une des images de marque de bysteel et continue d'être une priorité. Elle s'est reflétée par de nouveaux partenariats avec des clients de référence au niveau mondial moyennant la célébration de plusieurs nouveaux contrats dst - sgps, s.a.

Page 40 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

de conception de projet, de fabrication et d'exécution de structures métalliques et de revêtement de façades avec les groupes Vinci et Bouygues, Graham Construction, Griner et Geocimenta, entre autres, et parmi lesquels se distinguent les projets du nouveau hippodrome de Longchamp et du stade Roland Garros, la tour Trinity La Défense ou le bâtiment 17 Amesterdam à Paris, la tour Vitória et l'UCAN - rectorat de l'université catholique, en Angola, et le Kings Kross Quarter et l'Addlestone Town Center au Royaume-Uni. Parallèlement au fort pari sur le marché international et bien que le poids des opérations internationales représente 80,3 % de son chiffre d'affaires en 2016, le marché national maintient son importance stratégique pour bysteel, avec l'exécution d'importants projets, dont le musée de l'art, de l'architecture et des technologies, en pleine zone historique de Belém, à Lisbonne, et d'un nouveau pavillon pour Auto Europa, à Palmela, sont des exemples qui se distinguent. En 2016, l'activité de dte a quant à elle enregistré une diminution de 7,2 % par rapport à 2015, atteignant un chiffre d'affaires de 25,2 M€. L'activité a reflété non seulement la performance de ses différents secteurs d'activité traditionnels, mais aussi de deux nouveaux qui ont été créés au cours de 2016 - la caténaire et le froid industriel, ce dernier ayant débuté ses opérations seulement à la fin de l'année. En termes individuels, l'activité des installations électriques a représenté 55 % du chiffre d'affaires, l'activité de CVC (chauffage, ventilation et climatisation) a représenté 32 % (augmentation de 20 %), l'activité de l'hydromécanique a représenté 9 %, la caténaire a représenté 3 % et les télécommunications 1 %. Durant cet exercice, dte a participé à d'importants projets dans les spécialités où elle intervient, dont des exemples sont entre autres l'IKEA à Braga, l'IKEA de Loulé, les infrastructures de Rega - Bloco de Pias, le circuit hydraulique de Caliços Machado, la rénovation de la voie entre Alfornelos et Pampilhosa, le bloc Roxo Sado et Graciólica Açores. En effet, il convient de noter la croissance des opérations internationales de cette entité du groupe dst en Angola, dans le contexte desquelles il marque également sa présence dans divers projets, notamment par l'exécution d'ouvrages d'électricité et de CVC. Pour l'exercice de 2017, dte va élargir son activité avec une nouvelle activité, la maintenance d'installations industrielles et commerciales dans les secteurs de la CVC et les installations électriques. L'entité a pour objectif d'atteindre un chiffre d'affaires de 30 M€ au Portugal, 9 M€ en Angola et 4 M€ en France, ce dernier marché étant un nouveau marché international où dte veut être présente.

dst - sgps, s.a.

Page 41 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

ÉNERGIES RENOUVELABLES

CHIFFRE D'AFFAIRES PROPORTIONNEL

RÉSULTAT NET 8,0 30,0 25,0

6,0

15,0

Million d'auros

Million d'auros

20,0

27,6 23,9

10,0

4,0

7,5

22,2 2,0

3,9

3,9

2015

2016

5,0

0,0

0,0 2014

2015

2016

2014

La participation du groupe dst dans le secteur d'activité des énergies renouvelables est réalisée grâce à un groupe d'affaires diversifiées en termes de technologie, se basant notamment sur les énergies éolienne, solaire photovoltaïque, solaire thermique, hydrique et des océans. En parallèle, le groupe réalise diverses activités et opérations au niveau de l'efficacité énergétique. En ce sens, et grâce à une consolidation de l'activité, le chiffre d'affaires proportionnel du secteur d'activité des énergies renouvelables s'est élevé en 2016 à 22,2 M€, représentant néanmoins une réduction de 6,8 % par rapport à l'exercice de 2015. Il convient de souligner que ce secteur d'activité a présenté un EBITDA positif de 5,8 M€ en 2016, ce qui représente une augmentation de 1,3 M€ (+ 29,34 €) en termes homologues et correspond à 13,9 % du total consolidé du groupe dst sur l'exercice, et sa contribution au résultat net de l'exercice a été de 3,9 M€ (c'est à dire 49,5 % du résultat net consolidé de l'année). La participation du groupe dst dans l'activité de l'énergie éolienne a démarré au milieu des années 90, le groupe devenant l'un des pionniers à parier sur cette technologie au Portugal. En 2008, entre en fonctionnement le parc éolien de l’Alto Minho I, avec une capacité installée de 240 MW, ce qui augmente ainsi la capacité installée des sociétés associées du groupe à 294,40 MW. Avec la réalisation de cet investissement supplémentaire, la puissance installée du groupe dst est passée à 68,41 MW. dst - sgps, s.a.

Page 42 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

Le portefeuille éolien du groupe dst se présente conformément tableau ci-dessous :

Le groupe dst prétend encore élargir ses investissements et renforcer sa position dans le secteur de l'énergie éolienne, au niveau national et international. Il a donc en cours divers processus d'évaluation de projets éoliens. En ce qui concerne l'énergie photovoltaïque, la conclusion de la certification d'un nouveau modèle de module photovoltaïque, qui a renforcé la compétitivité de global sun, s.a. et a entraîné un accroissement significatif de ses commandes et de son chiffre d'affaires, a eu lieu en 2014. L'exercice de 2016 s'est donc caractérisé par le renforcement de l'activité commerciale de global sun, s.a., se concentrant sur la vente des modules photovoltaïques en stock. L'année 2015 a été marquée par l'entrée en vigueur du décret-loi nº 153/2014 du 20 octobre 2014, qui établit le cadre légal de l'autoconsommation, libérant le secteur et permettant à tout consommateur d'avoir l'opportunité de produire sa propre énergie, sa consolidation ayant eu lieu en 2016. dst solar, s.a. a ainsi diversifié son activité, en l'orientant vers d'autres secteurs, notamment la réalisation de projets d'efficience énergétique, aussi bien dans le secteur privé que dans le secteur public, notamment grâce à l'implémentation de mesures d'efficience énergétique dans les piscines, les pavillons et d'autres équipements sociaux. Ainsi, sur le marché du secteur photovoltaïque au Portugal, la puissance installée et certifiée en 2016 a correspondu à un total de 12 MW, conformément aux statistiques publiées par la direction générale de la géologie et de l'énergie, relatives à 2016, les enregistrements de puissance ayant été effectués sur le même exercice étant d'approximativement, 45 MW. L'activité de dst solar s'est caractérisée par l'installation de centrales photovoltaïques pour une puissance totale d'approximativement 4 MW, essentiellement dans des projets se consacrant à l'autoconsommation dans des unités industrielles. Les principaux clients de dst solar en 2016 ont été Woodone (Paços de Ferreira), Carvitin (Braga), Aviário do Resouro (Ourém), Feliz Painel (Braga), Intermolde (Marinha Grande), Polopiqué (Vizela), entre autres entreprises qui ont investi dans des centrales photovoltaïques pour l'autoconsommation. dst - sgps, s.a.

Page 43 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

Au chapitre de l'énergie hydrique, dst hydro, s.a. continue de réaliser une activité constante de développement de projets « greenfield » et d'analyse de propositions de partenariat pour la construction et la gestion d'aménagement hydriques, en attendant la création d'un éventuel nouveau cadre légal, afin d'augmenter son portefeuille de projets hydriques.

ENVIRONNEMENT

40,0

CHIFFRE D'AFFAIRES PROPORTIONNEL

4,5 Million d'auros

36,0 Million d'auros

32,0 28,0 24,0 20,0 16,0

RÉSULTAT NET

5,0

33,2

36,6

38,0

4,0 3,5 3,0 2,5

4,4

2,0

12,0

1,5

8,0

1,0

4,0

0,5

3,6 2,9

0,0

0,0 2014

2015

2016

2014

2015

2016

Sur l'exercice de 2016, les opérations du secteur d'activité de l'environnement sont restées stables, tout comme son importance incontournable dans les résultats du groupe dst, qui a acquis, par l'intermédiaire de la société Criar Vantagens, Lda. (entreprise associée du groupe dst), la totalité du capital d'Aquapor – Serviços, S.A. (Aquapor). Le chiffre d'affaires proportionnel de ce secteur d'activité a atteint 38 M€ en 2016 (+3,9 % par rapport à l'exercice homologue) et sa contribution au résultat net consolidé du groupe dst s'est élevé à 3,6 millions d'euros, ce qui correspond à près de 46,3 % du total et représente une réduction de 515 000 € (-17,44 %) par rapport à 2015. Les principaux objectifs du groupe dst dans le contexte du secteur d'activité de l'environnement passent par le renforcement de sa présence dans le secteur, que ce soit par l'organisation ou l'acquisition. Actuellement, est en cours un processus tendant au renforcement de sa participation dans le capital social d'Aquapor.

dst - sgps, s.a.

Page 44 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

Au niveau de cette entreprise associée, les défis posés au cours de l'année de 2016 ont été nombreux. En ce sens, se distingue, en raison de son importance dans la modification du secteur professionnel lié, la marche arrière de la réorganisation du secteur de l'eau, au moyen de la fusion des systèmes multi-municipaux d'eau et d'assainissement, qui a eu lieu lors de la précédente législature. La tendance à l'horizontalisation des services d'approvisionnement en eau et d'assainissement des eaux résiduelles est à souligner. Elle cherche, dans le contexte de la gestion commune, à réaliser des économies d'échelle et la durabilité des systèmes. Les objectifs les plus immédiats d'Aquapor sont concentrés sur la croissance organique sur le marché national, aussi bien grâce au renforcement de ses participations dans les concessions que grâce au captage de nouvelles concessions, et sur le pari permanent sur l'internationalisation, notamment dans les pays du Maghreb, les PALOP (pays africains de langue officielle portugaise), au Brésil et en Arabie Saoudite, que ce soit grâce à l'identification de potentiels partenaires locaux pour la réalisation d'opérations dans ce secteur d'activité, ou grâce à la consolidation des activités existantes et du développement d'opportunités pouvant apparaître sur les marchés où il est déjà présent.

TELECOMMUNICATIONS

CHIFFRE D'AFFAIRES PROPORTIONNEL

RÉSULTAT NET

20,0 0,0

16,0

18,9

-0,5

-1,3 -1,0

11,8

8,0

4,0

Million d'auros

Million d'auros

12,0

8,5

-2,1

-2,2

2014

2015

-1,5

-2,0

0,0

-2,5

2014

2015

2016

2016

Le secteur des télécommunications, l'un des plus grands secteurs d'activité au niveau mondial et du principal moteur de la société d'information, a évolué de forme significative ces dernières années au Portugal, malgré toutes les contrariétés que la crise économique mondiale a provoqué au Portugal dans différents secteurs. Les réseaux de nouvelle génération (RNG) en fibre optique ont été considérés comme la priorité stratégique dans le secteur des communications électroniques, dans lesquelles dstelecom a investi. Les objectifs définis dans l'agenda digital 2015 incluaient la couverture nationale en termes de RNG fixes, en particulier dans les zones rurales, jusqu'à la fin de 2012, et mobiles, jusqu'à fin de 2015, situant le Portugal à l'avant-garde du développement de ce secteur et assurant ainsi dst - sgps, s.a.

Page 45 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

un impact transversal positif sur l'économie, auquel dstelecom Norte et dstelecom Alentejo et Algarve ont contribué pour la couverture des zones rurales avec un impact significatif. Malgré l'incertitude du secteur depuis la date de sa constitution, en 2008, et lors des années qui ont suivie, dstelecom, s.a. (dstelecom) a assumé une forte position sur le marché national. L'objectif est de renforcer le développement de la société digitale et de permettre l'accès à des produits et services innovateurs du point de vue technologique à la plupart des consommateurs, avec les impacts significatifs que cela peut avoir sur le fonctionnement des entreprises et la vie des citoyens. L'année 2016 représente l'expression du succès du pari stratégique du groupe, qui s'est révélé un succès, dans la mesure où ce secteur d'activité a enregistré une croissance globale très accentuée de son activité opérationnelle, en atteignant un chiffre d'affaires proportionnel de 18,9 M€, et qui traduit une croissance de 7,2 M€ ou 60,93 % par rapport à l'exercice homologue. Il convient de souligner que ce secteur d'activité a présenté un EBITDA positif qui s'est élevé à 6,8 M€ en 2016 (c'est à dire 16,5 % du résultat net consolidé de l'année), et qui met en évidence une augmentation qui a dépassé 3,2 M€ par rapport à l'exercice homologue. À cette évolution ont contribué une stratégie commerciale plus agressive et un portefeuille plus élargi de services proposé aux clients actuels et potentiels, qui s'est traduite par les niveaux exponentiels de croissance enregistrés par les entreprises dstelecom, derivadas e segmentos, s.a., blu, s.a. et v partner, s.a.. Comme 2015, l'activité de dstelecom a continué en 2016 à se concentrer sur l'exploitation opérationnelle et la maintenance du réseau associé au « projet d'installation, de gestion, d'exploitation et de maintenance d'un réseau de communication électronique à haute vitesse (« réseau ») de la zone Nord et des zones de l'Alentejo et de l'Algarve », développé les années précédentes par les entreprises dont il détient des participations : dstelecom, s.a. (“dstelecom”) – dstelecom Norte, s.a. (“dstelecom norte”) et dstelecom Alentejo e Algarve, s.a. (“dstelecom alentejo e algarve”). Ce fut un investissement qui s'est élevé à plus de 80 M€, qui a débuté en 2011 et été conclu à la fin de 2013. Cette période a été d'une extrême importance, aussi bien pour dstelecom que pour le marché national. Dans le cas de la première, il a été marqué par la consolidation des négociations commerciales avec les principaux opérateurs nationaux. Pendant cette période, un des trois plus grands opérateurs de communications nationaux a débuté sa prestation de services en utilisant les réseaux de nouvelle génération mis à disposition par dstelecom. Les négociations avec un autre opérateur national ont été également conclues par un accord commercial, à la fin du deuxième semestre. Il est ainsi prévu qu'en 2017, dstelecom fournisse des services à tous les plus grands opérateurs de communications nationaux. Le groupe dstelecom a ainsi renforcé la prestation de services à des clients externes, parmi lesquels se distinguent la location de fibre optique noire (FON), DROP, les accès bitstream et la location d'infrastructures à des opérateurs de

dst - sgps, s.a.

Page 46 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

télécommunications comme Vodafone, ONI, NOS et MEO, entre autres, qui a eu une croissance exponentielle durant l'année. dstelecom a en effet parié sur l'élargissement de ses compétences dans le contexte de l'installation, de l'implémentation, de la gestion et de l'exploitation de réseaux de nouvelle génération, le facteur différenciateur étant actuellement un fort savoir-faire et une expertise dans ce créneau du secteur des télécommunications. En 2016 et grâce à la collecte déjà initiée lors des années précédentes, elle a consolidé ses compétences moyennant le maintien de son effectif, de sa formation et de son expérience. En considérant le réseau des zones nord et de l'Alentejo et de l'Algarve, la couverture du réseau de fibre optique gérée par dstelecom et les entreprises dans lesquelles elle détient une participation, en termes de backbone, suppose la configuration constante de la figure latérale. Les compétences de dstelecom, alliées au fait de se présenter sur le marché avec un produit vraiment différent de ceux actuellement existants sur le marché portugais, c'està-dire avec un modèle correspondant à « opérateur d'opérateurs », qui se base sur le concept de réseaux ouverts à tous les opérateurs « equal acess network », augmentent exponentiellement son potentiel de succès sur le marché et, grâce à l'exportation du modèle développé au Portugal, sur les marchés externes. Lors de l'année analysée, au niveau des filiales minhocom, gestão de infraestruturas de telecomunicações, eim (« minhocom ») et valicom, gestão de infraestruturas de telecomunicações, eim (« valicom »), il a été vérifié une croissance globale de l'activité résultant de la stratégie commerciale plus agressive et de l'élargissement du portefeuille de services, avec des croissances constantes au niveau du captage de nouveaux clients. Il convient de souligner que pour la troisième année consécutive, ces entreprises ont obtenu des résultats positifs. Comme note finale, il convient de souligner que la fibre optique est devenue la deuxième principale forme d'accès à la bande large fixe, après le réseau câblé, et a dépassé l'ADSL.

dst - sgps, s.a.

Page 47 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

REAL ESTATE

En 2015, il y a eu une réorganisation de la société réalisée par le groupe dst, visant à la formalisation des différents secteurs d'activité où il opère, avec l'intention ultime et principale de la préparation, ou mieux, de l'anticipation de l'avenir. Les différents secteurs d'activité du groupe dst, notamment celui du Real Estate, dont les opérations se développaient déjà, même si elles étaient dispersées dans les cinq autres secteurs d'activité préalablement existants (surtout dans le secteur de l'ingénierie et de la construction), ont ainsi été formalisés.

CHIFFRE D'AFFAIRES PROPORTIONNEL

Million d'auros

3,0

4,1

2,0 1,0

2,0

1,0

0,8

0,0 -0,5 -1,0 -1,5

-3,0

-2,0 1,3

-2,5

0,0 2014

Million d'auros

0,5 4,0

RÉSULTAT NET

1,0

5,0

2015

2016

-3,0 2014

2015

2016

Le groupe dst a formalisé au début de 2015 ce nouveau secteur d'activité, en conséquence naturelle d'une activité qui s'est déjà développé ces dernières années et, plus que cela, en raison de la conjugaison de deux facteurs qui génèrent des avantages concurrentiels incontestables du groupe par rapport au marché : (i) sa longue expérience dans les travaux de réhabilitation urbaine et (i) sa forte capacité financière. La combinaison de ces deux facteurs permet au groupe dst d'aborder des projets à fort impact dans le contexte de la réhabilitation urbaine, avec des propositions de valeur flexibles à ses clients ou partenaires, notamment concernant les différentes modalités de financement des investissements à réaliser. L'évolution présentée par le chiffre d'affaires du secteur Real Estate ne reflète pas encore, loin s'en faut, la conviction que le groupe dst a sur sa croissance potentielle et qui a conduit à son autonomie, en tant que nouveau secteur d'activité à l'intérieur du groupe, en initiant des investissements significatifs de promotion immobilière. En termes conjoncturels, l'année 2016 a cependant été marqué par le début de la récupération économique, visible au niveau d'un groupe important d'indicateurs mesurant l'évolution de la demande, de la production et de l'emploi, l'investissement dans la construction et la valeur ajoutée brute du secteur ayant continué à augmenter.

dst - sgps, s.a.

Page 48 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

En ce sens, et grâce à une augmentation de l'activité, le chiffre d'affaires proportionnel du secteur d'activité du Real Estate s'est élevé en 2016 à 4,1 M€, indiquant une croissance accentuée de 2,77 M€ par rapport à 2015 (c'est à dire + 207,97 %). Il convient de souligner que le résultat net de ce secteur d'activité s'est élevé en 2016 à 0,8 M€, ce qui représente une augmentation de 3,8 M€ (+ 125,22 %) en termes homologues et correspond à 9,8 % du total consolidé du groupe dst sur l'exercice. Cette valeur est fortement conditionnée par la reprise des pertes par dépréciation des inventaires, qui avaient été considérées en 2015 comme le reflet de la perte de valeur que les biens immobiliers avaient soufferte en raison de la crise par laquelle le secteur est passé.

VENTURES La certitude avec laquelle le groupe dst s'engage dans les secteurs de l'innovation, de l'entrepreneuriat et de la créativité est déjà une image de marque depuis de longues années, toujours avec une marque commerciale assumée et reconnue, notamment en ce qui concerne la logique économique avec laquelle il aborde les opportunités d'investissement dans ce secteur d'activité. En 2016, le secteur d'activité de Ventures a présenté un chiffre d'affaires s'élevant à 0,1 M€, qui ne reflète cependant pas du tout son potentiel de croissance, notamment par l'intermédiaire de 2bpartner, la société de gestion du fonds Minho Inovação e Internacionalização (« MII »), et d'innovationpoint. La principale activité de 2bpartner est la réalisation d'investissements de capital-risque et la gestion de fonds de capital-risque, moyennant l'acquisition de participations sociales et d'unités de participation de fonds de capital-risque, respectivement. Après avoir réalisé les diverses étapes nécessaires pour le démarrage effectif de son activité – y compris quelques modifications de sa structure d'actions, qui se sont conclues par l'acquisition de la majorité de son capital social par le groupe dst –, 2bpartner a démarré effectivement son activité opérationnelle en 2013. En 2016, l'activité de 2bpartner s'est centrée sur l'accompagnement proche des investissements réalisés, que ce soit au niveau de la stratégie ou au niveau de l'opération, en travaillant conjointement à la préparation de nouveaux tours de capital. Le lancement d'un nouveau fonds – 2bstartup – a été également préparé en profitant de l'ouverture du concours géré par l'Institution financière pour le développement (IFD) à une ligne de financement à fonds de capital-risque. Il est attendu que 2bstartup soit constituée et lancée au 3e trimestre de 2017. dst - sgps, s.a.

Page 49 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

Il convient de souligner qu'en 2016, 2bpartner a été présente aux événements les plus importants du secteur, comme par exemple le Gala UP Awards 2015, où 2bpartner a reçu le prix « Investment firm of the Year », Kick Off - #4 Startup Braga Acceleration Program, UPTEC Pitch Day da Escola de Startups et UPTEC – Climate Launchpad. innovation point – investigação e desenvolvimento, s.a., dorénavant désignée innovation point ou entité, est une entreprise du groupe dst destinée à l'exploitation, l'évaluation, la production et la commercialisation d'idées innovatrices, notamment à travers la création de nouvelles catégories de produits, services ou modèles d'activité qui défient les paradigmes établis et génèrent des gains significatifs de valeur pour les consommateurs, pour les clients et pour le propre groupe dst. Le dynamisme d'innovation point a été à la base de divers projets innovateurs, dont des exemples sont : 

dst living lab : le campus du groupe dst a été transformé en un living lab pour tester et montrer des solutions de surveillance et d'analyse intelligente des données, qui permettent d'avoir une meilleure connaissance de l'aire environnante et une utilisation plus efficace des ressources. Ceci passe par le développement d'une plateforme informatique qui regroupe toutes ces informations et permet d'ajouter des couches d'intelligence sur les données collectées, ainsi que la mise sous senseurs respective de l'environnement. Les composants à mettre en œuvre initialement sont la surveillance environnementale, smart metering, smart parking et l'analyse de la concentration et des flux de personnes.

River Monitor : une sonde pour la surveillance continuelle de l'état du fleuve grâce à l'analyse de divers paramètres, parmi lesquels le PH, l'oxygène dissoute, la conductivité, l'ORP et la température, a été développée. Les sondes, conjointement avec le système d'informations respectif, permettent d'accompagner l'état du fleuve le long de son parcours et de connaître en temps réel son état, ainsi que de recevoir des alertes quand des situations anormales sont détectées et de consulter des rapports qui montrent son évolution au fil du temps.

shair : plateforme pour la divulgation et la commercialisation d'art d'artistes émergents. Le concept de la plateforme consiste à donner l'opportunité à des artistes d'exposer leurs œuvres en les soumettant au vote du public, et d'un expert invité par le groupe dst. Celles qui sont les plus votées sont celles qui seront ensuite exposées dans l'espace physique de la galerie Emergentes dst ; La plateforme a été développée au début de l'année 2014 et après son lancement, elle a déjà eu plusieurs millions de visites, des milliers d'utilisateurs enregistrés et d'œuvres disponibles à la vente ;

Powertracker : plateforme de surveillance de la production d'énergie des centrales de mini et micro-production. Elle permet d'accompagner de forme automatique la production de chaque station, de recevoir des alertes classifiées en fonction de leur gravité, si la centrale ne possède pas la production ou est au-dessous de celle espérée pour la période concernée, ainsi que d'avoir accès à d'autres informations mises à disposition par le compteur, à des fins de

dst - sgps, s.a.

Page 50 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

diagnostic. La plateforme fonctionne actuellement exclusivement dans une environnement web et est dûment réglée pour des environnements desktop et tablette. Elle peut néanmoins être élargie à des plateformes mobile. La plateforme surveille quotidiennement la production des centaines de centrales que dst solar a en exploitation, afin de savoir plus rapidement s'il existe un problème et de pouvoir intervenir plus vite, garantissant ainsi que la production des centrales soit conforme à ce qui a été estimé. L'accès à la plateforme est aussi commercialisé auprès des clients de dst solar, afin de pouvoir accompagner et connaître l'état de leurs centrales ;

MyPick – application pour smartphones qui aide les utilisateurs à prendre des décisions simples de leur quotidien, dont le résultat n'a pas de grandes conséquences et permet de libérer l'utilisateur de la responsabilité de choisir. L'application inclut déjà un ensemble de listes pour des situations standard et permet à l'utilisateur de créer ses propres listes, ainsi que de partager et d'obtenir des listes avec la communauté. Elle a été développée à la fin de l'année 2014 et est destinée au public le plus jeune, préalablement identifié comme celui qui consomme le plus ce type d'applications. L'application suit le modèle freemium, en permettant produire des recettes à travers la présentation de publicité dans la version gratuite qui est plus limitée en termes de fonctionnalités, et il existe une version premium, qui est payée par l'utilisateur pour une valeur symbolique, ce qui permet de retirer la publicité et de débloquer les fonctionnalités supplémentaires. L'application est disponible dans les boutiques d'applications d'Apple et de Google ;

Systèmes intégrés : durant le second semestre, innovation point a démarré l'exploitation de ce secteur, avec le développement de terminaux qui incorporent la composante de design électronique, avec le logiciel et design du produit, de forme à offrir des solutions « clé en main » qui satisfont mieux les nécessités des clients. Parmi les expériences développées au sein du groupe dst se trouvent un terminal pour enregistrer les consommations au restaurant du groupe, les terminaux de contrôle d'accès à certains secteurs et les terminaux de pointage.

Vocation – logiciel pour les dispositifs mobiles, développé en partenariat avec la multinationale de ressources humaines SHL, qui permet, d'une forme simple et très précise, à l'utilisateur d'effectuer une batterie de tests pour déterminer ses compétences et ses intérêts, avec l'intention de déterminer sa réelle vocation. Vocation est disponible chez les trois principaux opérateurs nationaux et dans le monde entier, chez Apple store, Google Play (ancien Android Market) et Windows Phone Marketplace;

Rayleague.com – réseau social de scouting de football qui désire démocratiser le processus de sélection de joueurs au niveau mondial, en aidant à leur promotion et donnant l'opportunité de vivre leur rêve. Rayleague.com a des visualisations réparties sur 178 pays et compte sur des athlètes de 136 pays. C'est donc clairement un produit international.

dst - sgps, s.a.

Page 51 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

Innovationpoint est une entreprise certifiée suivant la norme NP4457 (SGIDI), en ligne avec le pari du groupe dst sur l'innovation, qui s'est aussi traduit par une aide à plusieurs entreprises du groupe dans la recherche de solutions innovatrices pour les défis auxquels elles sont confrontées au quotidien.

JOINT VENTURES

2015 a été caractérisé par une réorganisation de la société réalisée par le groupe dst, visant à la formalisation des différents secteurs d'activité où il opère, avec l'intention ultime et principale de la préparation, ou mieux, de l'anticipation de l'avenir. Le groupe dst a donc créé le secteur d'activité Joint Venture, dont les opérations se développaient déjà, même si elles étaient dispersées dans les cinq autres secteurs d'activité préalablement existants (surtout dans le secteur de l'ingénierie et de la construction). Le groupe dst est habitué à travailler conjointement avec des partenaires, au développement de projets et d'investissements dans ses différents secteurs d'activité et ses différentes zones géographiques, sous le mode relationnel Joint Ventures, reposant sur une optique win win, dont de bons exemples sont entre autres les participations sociales de longue date que le groupe dst maintient avec d'autres actionnaires (publics ou privés) dans le secteur d'activité de l'ingénierie et de la construction (par ex. Caminhaequi, Barcelos Futuro) et dans d'autres où il opère. Le groupe dst maintient la ferme conviction que le pari sur les relations de partenariat pourra fonctionner comme un catalyseur pour l'abordage de projets nationaux et internationaux dans les secteurs d'activité les plus divers, en se focalisant particulièrement sur son secteur d'activité, l'ingénierie et la construction.

dst - sgps, s.a.

Page 52 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

SERVICES CORPORATIFS

L'année 2016 marque la consolidation des services corporatifs du groupe dst, qui ont été créés en 2015 dans le contexte de la réorganisation de la société, avec l'intention ultime et principale de la préparation, ou mieux, de l'anticipation de l'avenir. En effet, le groupe a décidé de formaliser le secteur d'activité des services corporatifs, dont les opérations se développaient déjà, même si elles étaient dispersées dans les cinq autres secteurs d'activité préalablement existants, surtout dans le secteur de l'ingénierie et de la construction, et l'objet de son activité englobe :

3.

Environnement ;

Qualité;

Sécurité ;

Achats ;

Financier

Communication ;

Patrimoine, assurances et installations ;

Planification stratégique ;

Ressources humaines ;

Systèmes de l'information ;

Innovation et développement ;

Audit interne ; et

Contrôle du risque.

Faits importants qui se sont produit après le terme de la période

Après la clôture de la période et jusqu'à la présente date, aucun événement qui puisse avoir des effets matériellement significatifs sur les démonstrations financières au 31 décembre 2016 n'a été vérifié.

4.

Perspectives futures

L'essence du groupe dst est guidée par l'excellence et la croyance que le futur a besoin d'innovation, de responsabilité et d'efficacité, caractéristiques fondamentales pour que le groupe dst continue d'être choisi comme le partenaire d'élection dans les divers secteurs d'activité où il opère.

dst - sgps, s.a.

Page 53 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

La stratégie pour 2017 passe ainsi par maintenir le pari solide de l'internationalisation et de la diversification du portefeuille de clients internationaux, par l'intermédiaire du renforcement des relations commerciales existant grâce à la fidélisation des partenaires stratégiques, tout en gardant l'objectif d'élargir sa présence sur d'autres marchés internationaux. Au niveau économique, le groupe dst ambitionne de maintenir les objectifs stratégiques de sa croissance durable, équilibré par le contrôle du risque, orienté vers la génération de cash-flow et supporté par le renforcement organisationnel du groupe. Parallèlement, un objectif du groupe est également l'amélioration continue de sa rentabilité, avec le contrôle très strict et conscient de ses niveaux d'endettement, afin de réussir à avoir une flexibilité d'activité et d'investissement supérieur aux autres acteurs des marchés où il opère. Il est ainsi prévu qu'en 2017, le groupe dst maintienne l'abordage correspondant à une gestion de fonds de roulement optimisée et génératrice de cash-flow et une politique d'investissement rigoureuse. Le groupe dst pense que le futur se construit grâce à la solidité avec laquelle est maintenu le fort pari sur l'innovation associé à la compétence, la modernité et la rigueur avec laquelle elle exécute ses projets. Pour l'année 2017, il vise à renforcer sa reconnaissance en tant qu'acteur de référence sur les marchés où il opère, en créant des solutions avec une valeur ajoutée livrée aux clients. Au niveau des ressources humaines, l'objectif est de maintenir une croissance prudente, en ligne avec ce qui a été vérifié en 2016, avec un pari clair sur la formation et le maintien des talents, motivés, pour la création de valeur durable à long terme.

dst - sgps, s.a.

Page 54 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

5.

Objectifs et politiques de gestion des risques financiers

Dans le contexte économique et financier où le groupe dst se trouve, il est fondamental qu'il existe une stratégie de gestion du risque totalement intégrée dans la stratégie globale de l'organisation, qui augmente son degré de résilience et la rende graduellement immunisée contre les imprévus et les effets défavorables. En ce sens, l'analyse du risque est assurée par les diverses unités corporatives du groupe dont le groupe dst fait partie. Est développé un travail d'identification préalable des risques classés comme étant les plus critiques, et sont définies des stratégies de gestion du risque visant à l'implémentation de procédures de contrôle, qui le réduisent à un niveau acceptable. Grâce à l'implémentation de procédures de contrôle, le groupe dst cherche à assurer l'efficience et l'efficacité de ses opérations, ainsi que la sauvegarde des actifs, la fiabilité des informations financières et le respect des lois et des normes. L'objectif final sera de maximiser le trade-off entre les risques et les marges d'activité, afin d'atteindre, d'une forme durable, les objectifs stratégiques du groupe dont le groupe dst fait partie.

6.

Informations exigées par la législation

Le conseil d'administration informe que le groupe dst ne présente aucune dette en retard par rapport à l'administration fiscale et douanière, dans les termes du décret-loi nº 534/80 du 7 novembre 1980. Dans les termes de l'article 210 du code des régimes contributifs, publié par la loi nº 110/2009 du 16 septembre 2009, le conseil d'administration informe que la situation du groupe dst auprès la Sécurité sociale est à jour, et l'a été dans les délais stipulés par la loi. En application des dispositions de l'alinéa b), du paragraphe nº1 de l'article 66-A du code des sociétés commerciales, le groupe dst informe que les honoraires pratiqués par le commissaire aux comptes s'élèvent à 103.524,95 euros, qui se réfèrent uniquement aux services de contrôle légal des comptes.

dst - sgps, s.a.

Page 55 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

7.

Date d'autorisation pour l'émission des états financiers

Les états financiers de l'exercice terminant le 31 décembre 2016 ont été approuvés par l'organe de gestion et autorisés à être émis le 18 april 2017.

8.

Note finale

Le conseil d'administration exprime sa reconnaissance à tous ses collaborateurs et un mot de remerciement à tous ceux qui, d'une forme ou d'une autre, ont coopéré avec l’entité. Nous remercions particulièrement le commissaire aux comptes, les clients, les fournisseurs et les institutions bancaires avec qui nous sommes fiers de collaborer.

Braga, le 18 april 2017

Le conseil d'administration,

José Gonçalves Teixeira; Président exécutif

Avelino Gonçalves Teixeira; Vice-président exécutif

Joaquim Gonçalves Teixeira; Vice-président non exécutif

Hernâni José Gonçalves Teixeira; Membre non exécutif

João Martins Negrais de Matos; Membre exécutif

dst - sgps, s.a.

Page 56 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

B)

Annexe au rapport de gestion consolidé du conseil d'administration

En application des conditions du paragraphe nº 5 de l'article 447 et le nº 4 de l'article 448, tous les deux du code des sociétés commerciales (CSC), approuvés par le décret-loi nº 262/86 du 2 septembre 1986, nous présentons ci-après la liste des actions couvertes par ces dispositions:

1. Les membres du conseil d'administration couvert par le nº 5 de l'article 447 du CSC étaient titulaires le 31 décembre, 2016 des actions suivantes:

José Gonçalves Teixeira détenait: 1.230.000 actions d'une valeur nominale individuelle de six euros;

Joaquim Gonçalves Teixeira détenait: 1.230.000 actions d'une valeur nominale individuelle de six euros;

Avelino Gonçalves Teixeira détenait: 1.230.000 actions d'une valeur nominale individuelle de six euros;

Hernâni José Gonçalves Teixeira détenait: 1.230.000 actions d'une valeur nominale individuelle de six euros.

2. Le Commissaire aux comptes et le commissaire aux comptes suppléant ne pas propriétaires des actions de la société au 31 décembre 2016 et ni les entreprises avec lesquelles la société est dans une relation de contrôle ou d'un groupe.

dst - sgps, s.a.

Page 57 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

3. Les actionnaires suivants, couverts par les dispositions du paragraphe nº 4 de l'article 448 du CSC, étaient titulaires le 31 décembre, 2016 de clôture de l'exercice, d'au moins un dixième du capital: 

José Gonçalves Teixeira, avec 24,60% du capital;

Joaquim Gonçalves Teixeira, avec 24,60% du capital;

Avelino Gonçalves Teixeira, avec 24,60% du capital;

Hernâni José Gonçalves Teixeira, avec 24,60% du capital.

Braga, le 18 april 2017 Le conseil d'administration,

José Gonçalves Teixeira; Président exécutif

Avelino Gonçalves Teixeira; Vice-président exécutif

Joaquim Gonçalves Teixeira; Vice-président non exécutif

João Martins Negrais de Matos; Membre exécutif

Hernâni José Gonçalves Teixeira; Membre non exécutif

dst - sgps, s.a.

Page 58 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

C)

États financiers individuels

Bilan individuel au 31 décembre de 2016 Traduction des démonstrations financières originalement émises en Portugais. En cas de divergence de la version Portugaise prévaut. Unité monétaire : euros POSTES

NOTES

DATES 31/12/2016

31/12/2015

ACTIF Actif non courant Actifs fixes tangibles Propriétés d'investissement Goodwill Actifs intangibles Participations financières - méthode de la mise en équivalence Autres investissements financiers Actifs d’impôts différés Actif courant Inventaires Clients État et autres entités publiques Autres crédits à recevoir Reports Trésorerie et dépôts bancaires

6 et 7 8 6 et 9 10 11 12 24

82.112.080,99 16.316.648,45 80.252.471,06 30.274.454,11 50.672.379,05 2.219.046,46 1.108.427,28 262.955.507,40

86.013.937,64 16.736.382,35 96.605.722,29 34.596.435,06 47.869.125,56 1.896.246,19 1.169.396,87 284.887.245,95

13 14 17 16 et 24 18 4

26.698.152,22 55.563.566,51 4.903.666,92 26.637.621,15 1.201.289,91 30.637.989,53 145.642.286,24 408.597.793,64

27.043.172,62 51.047.468,45 4.523.394,91 32.922.550,56 1.090.417,65 29.553.298,05 146.180.302,22 431.067.548,17

19 19

30.000.000,00 23.700.000,00 6.560.755,55 85.968,00 22.137.932,86 44.677.526,82 7.811.593,00 1.838.742,31 136.812.518,54

30.000.000,00 23.700.000,00 8.012.875,97 165.440,00 15.821.458,95 44.708.467,82 15.182.955,40 1.643.955,10 139.235.153,24

20 7 et 21 24 15 23

5.400.895,52 93.885.066,39 663.789,67 21.849.361,78 121.799.113,36

5.156.787,57 95.601.828,88 9.988.788,10 742.748,42 14.652.204,16 126.142.357,13

22 14 17 7 et 21 23 et 24 18

46.697.788,63 3.018.358,44 36.020.770,91 51.278.018,89 12.971.224,87 149.986.161,74 271.785.275,10 408.597.793,64

56.631.672,95 127.434,63 2.138.703,56 35.170.215,23 54.085.327,21 17.536.684,24 165.690.037,81 291.832.394,94 431.067.548,17

Total de l'actif CAPITAL PROPRE ET PASSIF Capital propre Capital libéré Primes d'émission Réserves legales Autres réserves Résultats reportés Ajustements / autres variations de capitaux propres Résultat net de l’exercice Participations ne donnant pas le contrôle Total du capital propre Passif Passif non courant Provisions Financements obtenus non courants Passifs d’impôts différés Autres passifs financiers Autres dettes à payer Passif courant Fournisseurs Avances de clients État et autres entités publiques Financements obtenus Autres dettes à payer Reports Total du passif Total du capital propre et du passif

Braga, le 18 april 2017 Le conseil d'administration,

dst - sgps, s.a.

Le comptable certificat nº 55854,

Page 59 de 116


Rapport annuel consolidé 2016

Compte de résultat individuel par natures - Exercice terminant le 31 décembre 2016 Traduction des démonstrations financières originalement émises en Portugais. En cas de divergence de la version Portugaise prévaut. Unité monétaire : euros EXERCICES REVENUS ET FRAIS

NOTES

Ventes et services fournis Subventions d'exploitation Gains/pertes imputés de filiales, entreprises associées et de coentreprise Variation dans les inventaires de la production Travaux pour la propre entité Coût des marchandises vendues et des matières consommées Fournitures et services externes Charges de personnel Dépréciations des inventaires (pertes/reprises) Dépréciations des dettes à recevoir (pertes/reprises) Provisions (augmentations/réductions) Augmentations/réduction de la juste valeur Autres revenus Autres frais Résultat avant dépréciations, frais de financement et impôts Frais/reprises de dépréciation et d’amortissement Résultat opérationnel (avant frais de financement et impôts) Intérêts et revenus similaires obtenus Intérêts et frais similaires supportés Résultat avant impôts Impôt sur le revenu de l'exercice Résultat net de l'exercie

25

198.176.169,28 988,90

206.222.477,80 494,83

11 13 26 13 27 28 13 14 20 12 29 30

7.505.013,06 (591.001,90) 23.787,26 (48.894.725,03) (92.142.997,14) (31.014.326,76) 2.634.088,67 (2.575.974,24) 439.123,10 (88.518,14) 10.222.316,23 (5.781.890,69) 37.912.052,60 (22.556.126,24) 15.355.926,36 784.344,29 (5.491.091,91) 10.649.178,74 (2.115.614,29) 8.533.564,45

7.706.913,63 1.369.061,39 67.696,63 (62.816.984,57) (94.259.690,19) (28.055.897,40) (3.102.462,05) 1.422.446,41 (731.734,29) (266.139,32) 17.724.257,79 (8.275.864,95) 37.004.575,71 (12.656.481,74) 24.348.093,97 1.052.111,46 (7.974.612,41) 17.425.593,02 (1.653.441,84) 15.772.151,18

7.811.593,00 721.971,45 8.533.564,45

15.182.955,40 589.195,78 15.772.151,18

1,71

3,15

Résultat net de l'exercice attribuable à : Détenteurs do capital de la maison mère Participations ne donnant pas le contrôle

Résultat par action

6 31 32 33

2014

2013

Braga, le 18 april 2017 Le conseil d'administration,

dst - sgps, s.a.

Le comptable certificat nº 55854,

Page 60 de 116


Rapport annuel 2016

État individuel des variations des capitaux propres au 31 décembre 2016 Traduction des démonstrations financières originalement émises en Portugais. En cas de divergence de la version Portugaise prévaut.

Unité monetaire : euros DESCRIPTION

État au 1er janvier 2016 Modifications durant l’exercice Primeira adopção de novo referencial contabilistico Application du résultat de 2014 Modifications sur d'autres variations du capital propre : Méthode de la mise en équivalence Subventions à l'investissement Différences de conversion des états financiers Ajustamentos por impostos diferidos Autres modifications comptabilisée dans le capital propre

NOTES

Primes d'émission

Réserves légales

30.000.000,00

23.700.000,00

8.012.875,97 165.440,00

-

-

217.865,55

-

14.965.089,85

-

-

-

-

-

-

-

(1.669.985,97) (79.472,00) (1.452.120,42) (79.472,00)

30.000.000,00

23.700.000,00

Capital libéré

Autres réserves

Autres Résultat net de Intérêts variations du l'exercice minoritaires capital propre

Résultats reportés

15.821.458,95

15.182.955,40

1.643.955,10

139.235.153,24

- (15.182.955,40)

-

-

-

(1.819.806,97) -

(7.263.999,72) 7.701.090,13

108.785,40 295.464,34 7.089,64 (1.415.557,23) (15.182.955,40) 7.089,64 7.811.593,00 721.971,45 7.811.593,00 2.373.016,19

108.785,40 (8.710.903,71) (10.421.925,28) 8.533.564,45 10.184.609,19

(1.384.616,23) (1.384.616,23) 22.137.932,86

1.384.616,23 43.292.910,59

(534.273,88) (534.273,88) 136.812.518,54

Résultat net de l’exercice Résultat global Opérations avec des détenteurs de capital sur l’exercice Résultats non distribués des entreprises dont sont détenues des participations Distributions État au 31 décembre 2016

6.560.755,55

85.968,00

44.708.467,82

Total

(1.819.806,97) -

-

7.811.593,00

(534.273,88) (534.273,88) 1.838.742,31

Braga, le 18 april 2017 Le conseil d'administration,

dst - sgps, s.a.

Le comptable certificat nº 55854,

Page 61 de 116


Rapport annuel 2016

État individuel des variations des capitaux propres au 31 décembre 2015 Traduction des démonstrations financières originalement émises en Portugais. En cas de divergence de la version Portugaise prévaut. Unité monetaire : euros Primes d'émission

Réserves légales

30.000.000,00

23.700.000,00

6.602.827,72 165.440,00

25.690.927,43

53.139.528,93

13.905.620,15

1.557.633,96

154.761.978,19

Modifications durant l’exercice Application du résultat de 2013 Modifications sur d'autres variations du capital propre : Méthode de la mise en équivalence Subventions à l'investissement

-

-

1.416.175,33 -

-

12.489.444,82 (4.470.872,93) -

- (13.905.620,15) (3.589.507,32) (1.179.554,63) -

-

(8.060.380,25) (1.179.554,63)

Différences de conversion des états financiers

-

-

-

-

-

-

(86.925,89)

Ajustements d'impôts différes Autres modifications comptabilisée dans le capital propre

-

-

(6.225,08) 1.409.950,25

(901.952,91) (1.047.979,98) 103.515,48 (6.805.920,73) (13.905.620,15) 103.515,48 15.182.955,40 589.195,78 13.905.620,15 2.156.611,06

(901.952,91) (20.463.870,33) (30.692.684,00) 15.772.151,18 16.062.231,21

30.000.000,00

23.700.000,00

(1.625.140,39) (1.625.140,39) 44.708.467,82

(606.390,12) 98,00 (606.292,12) 139.235.153,24

DESCRIPTION

État au 1er janvier 2015

NOTES

Capital libéré

Autres réserves

Autres Résultat net de Intérêts variations du l'exercice minoritaires capital propre

Résultats reportés

- (19.513.180,76) - (11.494.608,86)

Résultat net de l’exercice Résultat global Opérations avec des détenteurs de capital sur l’exercice Résultats non distribués des entreprises dont sont détenues des participations Distributions Autres opérations État au 31 décembre 2015

98,00 98,00 8.012.875,97 165.440,00

1.625.140,39 1.625.140,39 15.821.458,95

(86.925,89)

-

15.182.955,40

(606.390,12) (606.390,12) 1.643.955,10

Total

Braga, le 18 april 2017 Le conseil d'administration,

dst - sgps, s.a.

Le comptable certificat nº 55854,

Page 62 de 116


Rapport annuel 2016

Tableau individuel des flux de trésorerie - Exercice terminant le 31 décembre 2016 Traduction des démonstrations financières originalement émises en Portugais. En cas de divergence de la version Portugaise prévaut. POSTES

Notes

Unité monetaire : euros EXERCICES 2016

2015

Operating activities - direct method Encaissements reçus de clients Paiements à fournisseurs Paiements du personnel Trésoreri e générée par les activités d'exploitation

197.583.080,80

220.646.734,24

(159.066.810,12)

(169.789.907,00)

(29.656.102,68)

(30.028.998,92)

8.860.168,00

20.827.828,33

Paiements/encaissements de l'impôt sur le revenu

(1.036.999,63)

(1.346.728,81)

Autres encaissements/paiements Flux de trésorerie des activités d'exploitation (1)

(2.058.725,94)

-

5.764.442,43

19.481.099,52

Investment activities Payments for: Actifs fixes tangibles

(4.986.686,41)

(4.435.306,49)

Actifs intangibles

(398.620,92)

(393.184,99)

Investissements financiers

(513.337,78)

(83.185,19)

(609,00)

(532.400,00)

(5.899.254,11)

(5.444.076,66)

Financements concédés

Revenues from: Actifs fixes tangibles

105.328,26

1.332.843,79

1.119.814,06

229.646,66

Autres actifs

705.895,43

-

Subventions à l'investissement

317.317,41

-

Intérêts et revenus simil aires

1.436.079,40

1.052.111,46

Dividendes

4.544.564,56

4.030.807,46

8.228.999,12

6.645.409,37

2.329.745,01

1.201.332,71

41.451.013,11

-

24.999,98

-

41.476.013,09

-

(42.482.869,56)

(20.626.541,34)

(5.515.576,00)

(8.994.850,00)

(268.801,40)

-

Investissements financiers

Flux de trésorerie des opérations d'investissement (2)

Financing activities Revenues from: Financements obtenus Apports de capital et autres instruments de capi taux propres

Payments for: Financements obtenus Intérêts et charges simil aires Amortissements de contrats de location financière

Flux de trésorerie des opérations de financement (3)

Variation de trésorerie et équivalents de trésorerie (1) + (2) + (3) Trésorerie et équivalents de trésorerie en début d’exercice

4

(145.480,19)

-

(48.412.727,15)

(29.621.391,34)

(6.936.714,06)

(29.621.391,34)

1.157.473,38

(8.938.959,11)

29.553.298,05

38.492.257,16

(72.781,89) Trésorerie et équivalents de trésorerie en fin d’exercice

4

30.637.989,53

29.553.298,05

Braga, le 18 april 2017 Le conseil d'administration,

dst - sgps, s.a.

Le comptable certificat nº 55854,

Page 63 de 116


Rapport annuel 2016

Annexe au 31 décembre 2016 Traduction des démonstrations financières originalement émises en Portugais. En cas de divergence de la version Portugaise prévaut.

1.

Identification de l'entité

Le groupe dst a été fondé en 1999 Son siège est situé à Palmeira – Braga et la maison mère est DST-SGPS, S.A., qui a comme objet social la gestion de participations sociales d'autres entités comme forme indirecte de l'exercice d'activités économiques dans les secteurs de l'ingénierie et de la construction, des eaux et de l'assainissement, des énergies renouvelables, des télécommunications et d'autres services. Les présents états financiers du groupe dst sont ses états financiers consolidés. Chaque fois qu'il n'existe pas une autre référence, les montants sont exprimés en euro.

2.

Référentiel comptable de préparation des états financiers

2.1.

Système de normalisation comptable

Les présents états financiers ont été préparés conformément au référentiel du système de normalisation comptable (SNC), approuvé par le décret-loi nº 158/2009 du 13 juillet 2009, republié par le décret-loi nº 98/2015 du 2 juin 2015, qui intègre les normes comptables d'information financière (NCIF), adaptées par la commission de normalisation comptable (CNC) à partir des normes internationales d'information financière (IFRS – auparavant dénommées normes internationales de comptabilité IAS) émises par l'International Accounting Standards Board (IASB) et adoptées par l'Union européenne (UE). Afin de garantir une expression fidèle et appropriée, que ce soit de la position financière ou de la performance de l'entité, ont été utilisées les normes faisant partie du SNC, susmentionnées, pour tous les aspects relatifs à la comptabilisation, l'évaluation et la divulgation. Néanmoins, chaque fois que les NCRF ne répond pas à des aspects particuliers de transactions ou de situations, sont également appliquées et dans l'ordre indiqué, les normes internationales de comptabilité, adoptées en application du règlement (CE) nº 1606/2002 du Parlement européen et du Conseil, du 19 juillet 2002; les normes internationales de comptabilité (IAS) et les normes internationales d'information financière (IFRS), émises par l'IASB, et les interprétations respectives SIC-IFRIC.

Suite à la publication de la nouvelle législation, en vigueur depuis le 1er Janvier, 2016, nous mettons en évidence l'impact le plus important sur les états financiers de l'entité était sous la rubrique « Impôts différés passifs » (passif) et « Autres dst - sgps, s.a.

Page 64 de 116


Rapport annuel 2016

dettes » (passif) ayant d'abord diminué et la deuxième augmentation du montant de 9,988,788.10 €, en reconnaissance des effets potentiels, de « Ajustements des subventions » à condition que la note d'information sur le compte « 593 Subventions ».

3.

Principales méthodes comptables

Les principales méthodes comptables appliquées lors de la préparation des états financiers annexés sont celles décrites ci-après. 3.1. Bases de présentation Les états financiers annexés ont été préparés en se basant sur le principe de continuité des opérations, en prenant par base le coût historique. Ils sont préparés à partir des livres et registres comptables de l'entité, maintenus conformément aux IFRS en vigueur à la date de l'élaboration des états financiers. Le groupe a adopté les dispositions de IFRIC 12 - Accords de concession de services et de la SIC 29 – Divulgation – Accords de concession de services. L'IFRIC 12 définit les règles à observer pour la comptabilisation des accords de concession, en tenant compte des services fournis et du pouvoir de contrôle sur les actifs de la concession. Dans le contexte de l'activité faisant l'objet de la concession, le groupe a comptabilisé un actif intangible qui correspond au droit d'utilisation et d'exploitation des infrastructures cédées par le concédant. Bien qu'il soit de la responsabilité du groupe de financer sa construction des infrastructures, comme tous les biens sont destinés à intégrer la concession et commencent à être automatiquement soumis aux clauses d'intransmissibilité et de reprises des actifs, il est considéré qu'il n'y a pas d'actifs contrôlés par le groupe, raison pour laquelle ils ne sont pas comptabilisés comme actifs fixes tangibles. D'après l'analyse effectuée sur les conditions de rééquilibrage économique et financier prévues dans le contrat de concession, nous avons vérifié que certaines conditions de rééquilibrage sont directement associées au risque de la demande et que d'autres dépendent de décisions du concédant ou d'autres entités associées, mais aussi des fluctuations de taux d'intérêt sur les marchés financiers. Et de cette analyse, nous concluons que les conditions de rééquilibre fonctionnent comme une garantie en faveur du concédant et limitent la marge obtenue par le groupe, plaçant un plafond au retour de la concession. Mais cela ne constitue pas un droit de recevoir du concédant ou pour le compte de celui-ci. Les valeurs investies dans la concession ont donc été comptabilisées en actif intangible.

En se basant sur les dispositions des IFRS et de l'IFRIC 12, les politiques comptables adoptées par le groupe ont été les suivantes: dst - sgps, s.a.

Page 65 de 116


Rapport annuel 2016

3.1.1. Hypothèse de la continuité des opérations Dans le contexte de l'hypothèse de la continuité, le groupe dst a évalué les informations dont elles dispose et ses expectatives pour le futur, en tenant compte de la capacité du groupe dst continuer avec son activité. L'évaluation a montré que l'affaire a les conditions pour continuer. Sa continuité a donc été présumée.

3.1.2. Hypothèse de la comptabilité d'engagement (ou échelonnement économique) Le groupe dst comptabilise ses produits et frais conformément au régime de la comptabilité d'engagement, dans lequel les produits et les frais sont comptabilisés au fur et à mesure qu'ils sont produits, indépendamment du moment où ils sont reçus ou payés. Les différences entre les montants reçus et payés et les produits et frais générés correspondants sont comptabilisées dans les postes « Reports » ou « Autres crédits à recevoir ou à payer ». 3.1.3. Cohérence de présentation La présentation et le classement des items dans les états financiers sont cohérents d'un exercice à l'autre.

3.1.4 Importance relative et agrégation L'importance relative dépend de la dimension et de la nature de l'omission ou de l'erreur, en appréciant les conditions dans lesquelles elle a été réalisée. Il est considéré que les omissions ou les déclarations incorrectes d'items sont significatives si elles peuvent, individuellement ou collectivement, influencer les décisions économiques prises par les utilisateurs des états financiers. Un élément qui n'est pas significatif pour justifier sa présentation séparée des états financiers peut néanmoins être significatif pour justifier sa présentation séparée dans les notes de la présente annexe.

3.1.5. Compensation Les actifs et passifs, les produits et frais ont été inscrits séparément dans les items respectifs du bilan et du compte de résultat. Aucun actif n'a donc été compensé par un quelconque passif et aucun frais n'a été compensé par un quelconque produit, et vice-versa. Les profits et les pertes provenant d'un groupe de transactions similaires sont inscrits sur une base nette, comme par exemple les profits et pertes de différences de change ou les profits et pertes provenant d'instruments financiers détenus pour négociation. Ces profits et pertes sont inscrits séparément s'ils sont significatifs.

dst - sgps, s.a.

Page 66 de 116


Rapport annuel 2016

3.1.6. Informations comparatives Les méthodes comptables et les bases d’évaluation adoptées le 31 Décembre 2016 sont comparables avec celles utilisées pour la préparation des états financiers du 31 décembre 2015, à l'exception des rubriques « Passifs d'impôts différés » et « Autres dettes » dans la mesure qu'elles reflètent les ajustements décrits à la note 2. La comparabilité des informations entre les exercices fait continuellement l'objet de perfectionnement, afin d'être de plus en plus un instrument d'aide aux utilisateurs, leur permettant de prendre des décisions économiques et d'évaluer les tendances en ce qui concerne les informations financières, en vue de prévision.

3.2. Méthodes de comptabilisation et d'évaluation utilisée pour la préparation des états financiers

3.2.1.

Transactions en monnaie étrangère

Les états financiers du groupe dst sont présentés en euros. L'euro est la monnaie fonctionnelle et de présentation. Les transactions en monnaie étrangère (monnaie différente de la monnaie fonctionnelle de l'entité) sont comptabilisées aux taux de change en vigueur aux dates des transactions. À chaque date d'information, les valeurs comptables des items monétaires exprimées en monnaie étrangère sont actualisées aux taux de change en vigueur à cette date. Les valeurs comptables des items non monétaires comptabilisés à la juste valeur et exprimés en monnaie étrangère sont actualisées aux taux de change en vigueur aux dates où les justes valeurs respectives ont été exprimées. Les valeurs comptables des items non monétaires comptabilisées au coût historique et exprimés en monnaie étrangère ne sont pas actualisées. Les différences de change, positives ou négatives, découlant des différences entre les taux de change en vigueur à la date des transactions et ceux en vigueur à la date des recouvrements, des paiements ou à la date du bilan, sont comptabilisées comme produits et/ou frais dans le compte de résultat de l'exercice au poste «profits/pertes de change».

3.2.2.

Actifs fixes tangibles

Les actifs fixes tangibles sont comptabilisés au prix d'acquisition, auxquels sont déduites les dépréciations correspondantes et les éventuelles pertes de valeurs cumulées. Le coût d'acquisition inclut toutes les dépenses directement imputables à l'acquisition des biens et à leur fourniture au lieu et dans les conditions d'utilisation d'opérationnelle prétendues. Les charges ultérieures sont incluses dans le coût d'acquisition du bien ou comptabilisées comme des actifs séparés, dst - sgps, s.a.

Page 67 de 116


Rapport annuel 2016

conformément à ce qui est approprié, lorsqu'il est probable que des bénéfices économiques futurs découlent pour le groupe dst grâce à leur utilisation et que le coût respectif puisse être évalué avec fiabilité. Les actifs fixes tangibles en cours, actifs fixes encore en phase de construction/conclusion, sont comptabilisés au prix d'acquisition auquel sont déduites d'éventuelles pertes de valeur. La dépréciation de ces actifs fixes débute à partir du moment où les actifs sous-jacents sont disponibles pour être utilisés. Les dépréciations sont calculées à partir de la méthode de ligne droite et appliquées annuellement en régime de douzièmes, à partir du moment où les biens sont prêts à l'utilisation et dans les conditions nécessaires en termes de qualité et de fiabilité technique pour fonctionner conformément à ce qui est prétendu par l'entité, en utilisant les taux économiques les plus appropriés, qui permettent la réintégration totale du bien pendant sa vie utile estimée, qui est déterminée en tenant compte de l'utilisation espérée de l'actif par l'entité, de l'usure naturelle attendue, de l'obsolescence technique prévisible et de la valeur résiduelle attribuable au bien. Étant donné que le groupe dst ne possède aucune estimation fiable de la valeur résiduelle des actifs, la valeur des dépréciations des actifs fixes tangibles a été considérée comme nulle. S'il existe un quelconque indication qu'une modification significative de la vie utile ou de la valeur résiduelle d'un actif a été observée, la dépréciation de cet actif est révisée de forme prospective pour refléter les nouvelles expectatives. Les vies utiles et les taux utilisés pour les actifs fixes tangibles ont été les suivants: Vie utile

Taux annuel (%)

10 à 50

2 à 10

2 à 25

4 à 50

Équipement de transport

2à8

12,5 à 50

Équipement administratif

2 à 10

6.25 à 50

8

12,5

4 à 20

5 à 25

Édifices et autres constructions Équipement basique

Patrimoine artistique Autres actifs fixes tangibles

Les vies utiles et la méthode de dépréciation des différents biens sont révisées annuellement. L'effet de toutes modifications de ces estimations sera comptabilisé de forme prospective dans le compte de résultats.

dst - sgps, s.a.

Page 68 de 116


Rapport annuel 2016

Les dépenses de réparations et maintenance qui n'augmentent pas la vie utile des actifs et ne résultant pas en des améliorations significatives des éléments des actifs fixes tangibles, sont comptabilisées comme des dépenses sur l'exercice où elles ont été effectuées. Les grandes réparations relatives à la substitution de pièces d'équipements sont comptabilisées en actifs fixes tangibles et dépréciés aux taux correspondant à la vie résiduelle des actifs principaux respectifs. Les plus-values ou moins-values résultant de l'abattement ou l'aliénation d'actifs fixes tangibles sont déterminées par la différence entre la somme reçue des aliénations et la valeur comptable de l'actif, et sont comptabilisées dans le compte de résultat, aux postes respectifs « Autres revenus » ou « Autres frais et pertes ».

Les entreprises englobées dans la consolidation évaluent s'il existe une quelconque indication qu'un actif puisse être déprécié à la fin de l'année. S'il existe une quelconque indication, les entreprises estiment la valeur recouvrable de l'actif (qui est la plus haute entre la juste valeur de l'actif et celle d'une unité génératrice de trésorerie moins les coûts de vente et leur valeur d'utilité) et comptabilisent la dépréciation dans les résultats de l'exercice chaque fois que la valeur recouvrable est inférieure à la valeur comptable. 3.2.3.

Actifs intangibles

Les actifs intangibles sont comptabilisés au prix d'acquisition, auquel sont déduites les amortissements correspondants et les éventuelles pertes de valeur cumulées. Les actifs intangibles ne sont comptabilisés que s'il est probable qu'il en découlera des avantages économiques futurs pour le groupe dst et qu'ils sont contrôlables et mesurables avec fiabilité. Dans leur majorité, les actifs intangibles sont constitués par des programmes d'ordinateur et sont amortis par la méthode de la ligne droite, appliquée en régime de douzièmes à partir du moment où ils sont prêts à l'utilisation, en utilisant les taux économiques les plus appropriés, qui permettent la réintégration totale du bien pendant sa vie utile estimée. Aucune valeur résiduelle n'a été considérée. Les vies utiles et les taux utilisés pour nos actifs intangibles ont été les suivants: Vie utile

Taux annuel (%)

2 à 41

2,46 à 54,12

3

33,33

Propriété industrielle

3 à 48

2,08 à 33,33

Autres actifs fixes tangibles

3 à 42

2,36 à 33,33

Droits de concession Programmes d'ordinateur

dst - sgps, s.a.

Page 69 de 116


Rapport annuel 2016

Les plus-values ou moins-values résultant de l'aliénation ou du retrait des actifs fixes tangibles sont déterminées par la différence entre le prix de vente et la valeur comptable à la date de l'aliénation/retrait, et sont comptabilisées dans le compte de résultat, aux postes respectifs « Autres revenus » ou « Autres frais et pertes ». Les dépenses avec des amortissements d'actifs intangibles aux vies utiles finies sont comptabilisées dans le compte de résultat au niveau du poste « Frais/reprises de dépréciation et d'amortissement ». Tout profit ou perte résultant de la décomptabilisation d'un actif intangible (calculée comme la différence entre la valeur de vente moins le coût de la vente et la valeur comptable) est inclus dans le résultat de l'exercice de l'année où l'actif est décomptabilisé. Se trouvent ci-dessous certaines spécificités relatives aux droits de concession: Droits de concession liés à l'activité faisant l'objet de la concession Pour que les biens (qui matérialiseront par des droits d'utilisation des infrastructures – IFRIC 12) avec des vies utiles supérieures à la période de la concession, les amortissements des investissements initiaux ou ceux qui seront ultérieurement approuvés ou imposés par le concédant et qui matérialisent l'expansion ou la modernisation des obligations initiales, devront normalement se faire pour la durée de la concession. Néanmoins, les investissements supplémentaires d'expansion ou de modernisation, dont la vie utile se prolonge au delà de la durée de la concession et qui présentent une valeur résiduelle, donneront lieu à une indemnisation équivalente à la valeur qui n'est pas encore amortie à la date de la fin de la concession.

Les amortissements sont calculés par la méthode de la somme des unités, c'est à dire par l'amortissement des investissements contractuels, qui figurent dans l'étude de viabilité économique et financière utilisée, en se basant sur les volumes d'effluent facturés durant cette période et les effluents à facturer jusqu'à la fin de la concession, prévus dans l'étude de viabilité.

3.2.4.

Propriétés d'investissement

Les propriétés d'investissement sont constituées de terrains et de édifices et autres constructions dont les fins sont l'obtention de loyer et la valorisation du capital investi, et non l'utilisation ou des fins administratives, ou pour la vente au cours de l'activité courante. Les propriétés d'investissement sont évaluées au coût diminué des éventuelles pertes de valeur cumulées.

dst - sgps, s.a.

Page 70 de 116


Rapport annuel 2016

Les coûts encourus avec les propriétés d'investissement en utilisation, notamment les maintenances, réparations, assurances et impôts sur les propriétés, sont comptabilisés dans le compte de résultat de l'exercice auquel ils se réfèrent. Les améliorations pouvant produire des avantages économiques supplémentaires futurs sont capitalisées dans le poste « Propriétés d'investissement ». Les vies utiles et les taux utilisés pour nos propriétés d'investissement ont été les suivants:

3.2.5.

Vie utile

Taux annuel (%)

Ressources naturelles terrestres

5

20

Édifices et autres constructions

20 à 50

2à5

Goodwill

Le goodwill correspond aux avantages économiques futurs résultant d'actifs qui ne sont pas capables d'être identifiés individuellement et comptabilisés séparément, moins l'amortissement cumulé. Le goodwill concernant les filiales englobées dans la consolidation est reflété dans le poste individualisé respectif du bilan. Le goodwill concernant les filiales non englobées dans la consolidation, les entreprises associées et les coentreprises est reflété dans la valeur de la participation financière respective et est présenté dans le bilan au poste « Participation financières - Méthode de la mise en équivalence patrimoniale » ou « Autres investissements financiers », en fonction des cas. Chaque fois que l'intérêt de l'acquéreur à la juste valeur des actifs, passifs et passifs éventuels identifiables dépasse le coût du regroupement d'entreprises, la différence est immédiatement comptabilisée dans les résultats de la période, après réévaluation de l'identification et de l'estimation des actifs, passifs et passifs éventuels identifiables de l'entreprise acquise et de l'évaluation du coût du regroupement. Lorsque le goodwill fait partie d'une unité génératrice de trésorerie et qu'une partie d'une opération à l'intérieur de cette unité est aliénée, le goodwill associé à l'opération aliénée est inclus dans la valeur comptable de l'opération pour déterminer le profit ou la perte de l'opération. Le goodwill décomptabilisé dans ces circonstances est évalué sur la base des valeurs relatives entre l'opération aliénée et la portion de l'unité génératrice de trésorerie maintenue. Amortissement Dans les termes du § 46 de la NCIF 14, le Goodwill est amorti par la méthode de la ligne droite, car il s'agit d'un actif intangible avec une vie utile indéterminée. dst - sgps, s.a.

Page 71 de 116


Rapport annuel 2016

Les vies utiles et les taux utilisés pour nos Goodwill ont été les suivants:

Goodwill

Vie utile

Taux annuel (%)

10 à 15,25

6,557 à 10

Dépréciation La dépréciation du goodwill est testée au minimum annuellement. Si les événements ou les modifications des circonstances indiquent qu'il peut être sujet à dépréciation conformément à la NCRF 12 — Dépréciation d'actifs (basée sur l'IAS 36), la dépréciation du goodwill est testée plus fréquemment, c'est à dire chaque fois que les conditions le déterminent. Les pertes de valeur du goodwill ne peuvent pas être reprises.

3.2.6.

Participations financières

a)

Participations financières - méthode de la mise en équivalence patrimoniale

Les investissements dans les filiales et les entreprises associées sont valorisés conformément à la méthode de la mise en équivalence patrimoniale. Sont définies comme telles les entreprises dans lesquelles le groupe dst exerce un contrôle ou une influence significative, correspondant en règle générale à des investissements représentant plus de 20% du capital d'une entreprise, et qui ne sont pas des coentreprises. Pour la détermination du contrôle ou de l'influence significative sont pris en compte les intérêts existant à la date, en tenant compte des droits de vote potentiels. Conformément à la méthode de la mise en équivalence patrimoniale, les participations financières sont comptabilisées à leur coût d'acquisition, ajusté à la valeur correspondante à la participation du groupe dst dans les résultats nets des entreprises associées et filiales, comme contrepartie de profits ou de pertes de l'exercice et des dividendes reçus, nets de pertes de valeur accumulées. Tout excès du coût d'acquisition, par rapport à la valeur des capitaux propres en pourcentage détenu, est considéré « Goodwill » et présenté sur une ligne distincte dans le bilan et son recouvrement analysé annuellement en tant que partie intégrante de l'investissement financier. Au cas où la différence est négative (« Badwill »), après reconfirmation du processus de valorisation, et si celle-ci se maintient, la différence est comptabilisée directement dans le compte de résultat, à mesure de son réalisation.

dst - sgps, s.a.

Page 72 de 116


Rapport annuel 2016

Une évaluation des investissements financiers, dans les entreprises associées ou dont le groupe détient une participation et d'autres, est effectuée lorsqu'il existe des indications que l'actif puisse être déprécié, une perte étant comptabilisée dans le compte de résultats chaque fois que cela se confirme. Lorsque la proportion du groupe dst dans les pertes accumulées de l'entreprise associée, ou dont le groupe détient une participation, dépasse la valeur pour laquelle l'investissement est comptabilisé, l'investissement est reporté à une valeur nulle tant que les capitaux propres de l'entreprise associée ne seront pas positifs, sauf lorsque le groupe dst a assumé des engagements envers l'entreprise associée ou dont elle détient une participation, cas où elle comptabilise une provision dans le poste du passif « Provisions » pour faire face à ces obligations. Les gains réalisés lors des transactions avec les entreprises associées sont éliminés proportionnellement à l'intérêt du groupe dst dans ces dernières, en contrepartie de l'investissement dans ces entreprises. Les pertes non réalisées sont éliminées de forme similaire, mais seulement jusqu'au point où la perte ne prouve pas que l'actif transféré soit en situation de perte de valeur.

Après la date d'acquisition, la valeur comptable des investissements: 

a été augmentée ou diminuée pour comptabiliser à part dans les résultats des entreprises dont sont détenues des participations, après la date de l'acquisition;

a été diminuée par les répartitions des bénéfices reçues;

a été augmentée ou diminuée pour refléter, en contrepartie des capitaux propres, les modifications de l'intérêt proportionnel du groupe dans les entreprises dont sont détenues des participations, résultant de modifications dans les capitaux propres qui n'ont pas été comptabilisées dans les résultats respectifs.

Dans le calcul de ces investissements, ont été également respectées les dispositions suivantes, relatives à l'application de cette méthode: 

Les états financiers des entreprises dont sont détenues des participations étaient déjà préparés, ou ont été ajustés de forme extra comptable, afin de refléter les politiques comptables de groupe avant de pouvoir être utilisées pour la détermination des effets de l'équivalence patrimoniale;

Les états financiers des entreprises dont sont détenues des participations utilisées dans la détermination des effets de l'équivalence patrimoniale sont reportés à la même date que ceux du groupe;

Les résultats provenant de transactions ascendantes et descendantes sont comptabilisée uniquement si elles correspondent aux intérêts d'autres investisseurs dans l'entreprise associé, sans rapport avec l'investisseur.

Quand la valeur de l'investissement reste réduite à zéro, les pertes supplémentaires sont prises en compte moyennant la comptabilisation d'un passif chaque fois que l'entreprise encourt des obligations légales ou constructives. Lorsque des entreprises dont sont détenues des participations annoncent ultérieurement des

dst - sgps, s.a.

Page 73 de 116


Rapport annuel 2016

profits, le groupe reprend leur comptabilisation uniquement après que sa partie les profits soit égale à la partie des pertes non comptabilisées.

b)

Autres investissements financiers

Le groupe dst utilise le modèle du coût pour les participations financières dans d'autres entités, dans lesquelles il n'est pas obligatoire d'utiliser la méthode de mise en équivalence patrimoniale ni la consolidation proportionnelle, et où il n'est pas possible de déterminer la juste valeur de forme fiable, notamment les participations financières dans des entreprises avec des valeurs mobiles non cotées sur le marché réglementé. Conformément au modèle du coût, les participations financières sont comptabilisées initialement à leur coût d'acquisition, qui inclut les coûts de transaction, leur valeur étant ultérieurement diminuée d'éventuelles pertes de valeur. Dépréciation L'entreprise a évalué la dépréciation de ces actifs à la fin de l'année. Chaque fois qu'il a existé une évidence objective de dépréciation, l'entreprise a comptabilisé une perte de valeur dans le compte de résultat. L'évidence objective de dépréciation a pris en compte les données observables qui attirent l'attention sur les événements de perte suivants: 

la difficulté financière significative de l'émetteur;

la disparition d'un marché actif pour l'actif financier dû à des difficultés financières du débiteur;

des informations observables en indiquant qu'il existe une diminution dans le calcul de l'estimation des flux de trésorerie futurs d'un groupe d'actifs financiers depuis leur comptabilisation initiale; et

des modifications significatives avec des effets défavorables qui se sont produits dans l'environnement technologique, du marché, économique ou légal où l'émetteur opère.

L'entreprise utilise le modèle de la juste valeur pour les participations financières dans des entreprises cotées sur le marché réglementé, dont il est possible d'obtenir la juste valeur et de la déterminer de forme fiable. 3.2.7.

Inventaires (stocks)

Les marchandises et les fournitures consommables sont valorisées à la valeur la plus faible entre le coût moyen d'acquisition et la valeur nette de réalisation (estimation de son prix de vente moins les coûts à supporter avec son aliénation), en utilisant le FIFO («First in, first out ») comme méthode de détermination du coût.

dst - sgps, s.a.

Page 74 de 116


Rapport annuel 2016

Les produits finis et semi-finis, les sous-produits et les produits et travaux en cours sont valorisés au coût de production ou à la valeur nette de réalisation (si cette dernière est inférieure). Les coûts de production englobent le coût de la matière première incorporée, la main d'œuvre directe et les dépenses générales de fabrication. Si la valeur nette de réalisation est inférieure, en raison notamment la diminution de la cotation du marché, de la détérioration ou de l'obsolescence, de l'augmentation des coûts de finition ou de ceux nécessaires pour réaliser la vente, ou, encore, de la valeur recouvrable par l'utilisation lors de la conversion en produits finis dont la cotation sur le marché a été réduite, la comptabilisation des pertes de valeur sur les périodes où les nécessités d'ajustement sont constatées, en utilisant le coût de remplacement comme référentiel, est justifiée. Le reprise de pertes de valeur comptabilisées sur les exercices précédents est enregistrée lorsqu'il existe des indications que les pertes de valeur ne se justifient déjà plus ou ont diminué, et elle est exprimée dans le compte de résultat en tant que « Dépréciation des inventaires (pertes/reprises) ». Néanmoins, la reprise n'est effectuée que jusqu'à la limite du montant des pertes de valeur accumulées. Les frais relatifs aux inventaires vendus sont comptabilisés sur la période de rapport du produit.

3.2.8.

Locations

Le classement des locations, en simples ou financières, est effectué en tenant compte de la substance des contrats et non de leur forme. Les contrats de location sont classés en locations financières, si par leurs intermédiaires sont transférés substantiellement tous les risques et les avantages inhérents à la possession de l'actif en location, ou en locations simples dans le cas contraire. Locations financières Les actifs fixes tangibles acquis moyennant des contrats de location financière, ainsi que les responsabilités correspondantes, sont comptabilisées conformément aux dispositions de la NCRF 9 - Locations. Conformément à cette méthode, le coût de l'actif est comptabilisé comme actif fixe tangible, la responsabilité correspondante est comptabilisée dans le passif et les charges financières incluses dans le revenu, et la dépréciation des actifs loués sont comptabilisées comme frais dans le compte de résultats, sur l'exercice auquel elles correspondent. Locations simples Dans les locations considérées comme simples, les revenus dus sont comptabilisés comme frais dans le compte de résultat pendant la période du contrat de location et conformément aux obligations qui en découlent.

dst - sgps, s.a.

Page 75 de 116


Rapport annuel 2016

3.2.9.

Actifs et passifs éventuels

Les actifs éventuels sont les actifs possibles qui proviennent d'événements passés et dont l'existence ne se confirmera que s'il se produit, ou non, un ou plusieurs événements futurs incertains qui ne sont pas totalement sous le contrôle de l'entité. Si l'existence d'avantages économiques futurs existe, le groupe dst ne comptabilise pas cet actif éventuel dans ses états financiers, mais elle promeut sa divulgation. Les passifs éventuels sont définis comme: (i) les obligations éventuelles qui sont le résultat d'événements passés et dont l'existence ne sera confirmée que par la réalisation, ou non, d'un ou plusieurs événements futurs incertains qui ne sont pas totalement sous le contrôle de l'entité; ou (ii) les obligations présentes qui sont le résultat d'événements passés mais qui ne sont pas comptabilisés car il n'est pas probable qu'un flux de ressources qui affecte les avantages économiques soit nécessaire pour régler l'obligation ou car la quantité de l'obligation ne peut pas être évaluée avec une fiabilité suffisante. Les passifs éventuels ne sont pas comptabilisés dans les états financiers (à moins que la perte soit probable et puisse être raisonnablement quantifiée). Ils sont divulgués dans l'annexe si l'éventualité d'une sortie de ressources incorporant des bénéfices économiques futurs n'est pas éloignée.

3.2.10. Provisions Les provisions sont constituées par les valeurs effectivement nécessaires pour faire face aux pertes estimées. Elles sont révisées à la date de chaque état de la position financière et ajustée, afin de refléter la meilleure estimation à cette date. Les provisions sont comptabilisées si et seulement si le groupe dst a une obligation présente (légale ou constructive) résultant d'un événement passé, et s'il est probable que pour la résolution de cette obligation, il soit nécessaire une sortie de ressources et que le montant de l'obligation puisse être estimé de forme raisonnable. Ne sont pas comptabilisées des provisions pour des pertes opérationnelles futures. 3.2.11.

Avantages du personnel

Avantages à court terme Les avantages du personnel à court terme comprennent les salaires, rémunérations, cotisations à la Sécurité sociale, indemnité de repas, primes de vacances et de Noël et toutes autres rétributions décidées ponctuellement par le conseil d'administration.

dst - sgps, s.a.

Page 76 de 116


Rapport annuel 2016

Les obligations découlant des avantages à court terme sont comptabilisées en dépenses sur l'exercice où elles sont prêtées, sur une base non actualisée, en contrepartie de la comptabilisation d'un passif qui disparaît avec le paiement respectif. Conformément à la législation ouvrière applicable, le droit à des vacances et la subvention de vacances concernant la période, celui-ci coïncider avec l'année civile, se gagne le 31 décembre de chaque année, en étant seulement payé pendant la période suivante, où les dépenses correspondantes se trouvent reconnues mange des bénéfices à court terme et traités conformément à précédemment rapporté. Les bénéfices liés à la cessation d'emploi, soit par décision unilatérale de l'entité, soit par accord mutuel, sont comptabilisés comme des dépenses sur l'exercice où ils se sont produits. Avantages à long terme Les avantages du personnel à long terme comprennent une assurance de santé qui inclut la plupart des collaborateurs.

3.2.12.

Actifs et passifs financiers

Les actifs et les passifs financiers sont valorisés conformément aux critères suivants: Comptes à recevoir de clients et autres crédits à recevoir Les comptes à recevoir de clients et d'autres crédits à recevoir sont comptabilisés à la valeur nominale et présentés dans le bilan en déduisant les éventuelles pertes de valeur accumulées comptabilisées dans le poste « Pertes de valeur pour comptes à recevoir », afin de refléter leur valeur nette de réalisation. Ces postes, lorsqu'ils sont courants, n'incluent pas les intérêts car l'impact de la réduction n'est pas considéré comme significatif. À la fin de chaque période d'information, les dettes des clients sont analysées afin d'évaluer s'il existe une évidence objective qu'elles ne sont pas recouvrables. Les pertes de valeur sont comptabilisées à la suite d'événements produits qui indiquent objectivement et de forme quantifiable, que la totalité ou une partie du solde de la dette ne sera pas reçue. Pour cela, le groupe dst prend en considération les informations de marché qui prouvent que le client ne respecte pas ses responsabilités, ainsi que les informations de l'historique des soldes échus et non reçus. L'évidence objective de perte de valeur d'un portefeuille de comptes à recevoir peut inclure l'expérience passée en termes de recouvrements, d'augmentation du nombre de retards dans les encaissements, ainsi que des modifications des conditions économiques nationales ou locales qui sont corrélées avec la capacité de recouvrement. dst - sgps, s.a.

Page 77 de 116


Rapport annuel 2016

Le montant de la perte de valeur est comptabilisée comme frais dans le compte de résultat. Chaque fois qu'est défini/convenu avec un client la liquidation de ses dettes en diverses prestations, le groupe dst a choisi de valoriser cette même dette au coût amorti, en respectant toutes les conditions définies dans la NCRF 27, notamment: - avoir une maturité définie; - les retours pour le détenteur sont à montant fixe, à taux d'intérêt variable, pendant la vie de l'instrument, indexé au marché financier (Euribor), plus un spread (5%); - il n'existe aucune clause contractuelle qui puisse résulter pour son détenteur en une perte de la valeur nominale et de l'intérêt cumulé (en excluant les cas typiques de risque de crédit). La différence entre la valeur nominale et la juste valeur initiale est ainsi comptabilisée dans le compte de résultats durant l'exercice défini, en utilisant la méthode de l'intérêt effectif. Fournisseurs et autres dettes à payer Les dettes aux fournisseurs et à d'autres tiers sont comptabilisées à leur valeur nominale, car elles ne produisent pas d'intérêts et l'effet d'actualisation est considéré comme négligeable. Leur décomptabilisation n'est effectuée que lorsque cessent les obligations liées aux contrats, notamment lorsqu'une liquidation, annulation ou expiration a eu lieu.

Avances de clients Les avances de clients sont évaluées à leur valeur nominale. Effets escomptés Le groupe dst ne décomptabilise les actifs financiers dans ses états financiers que lorsqu'elle transfère substantiellement tous les risques et les avantages inhérents à la possession de tels actifs pour une entité tierce. Si le groupe dst retient substantiellement les risques et avantages inhérents à la possession de tels actifs, elle continue à décomptabiliser ces derniers dans ses états financiers et comptabilise la contrepartie monétaire des actifs cédés en passif dans le poste « Financements obtenus ».

État et autres entités publiques Les soldes des actifs et passifs de ce poste sont calculés en se basant sur la législation en vigueur.

dst - sgps, s.a.

Page 78 de 116


Rapport annuel 2016

En ce qui concerne les actifs, aucune perte de valeur n'a été comptabilisée car il a été considéré que cela n'est pas applicable étant donné la nature spécifique des relations. Emprunts et autres dettes à payer courants et non courants Les financements et les comptes à payer non courants sont comptabilisés dans le passif au coût, diminués des frais de transaction qui sont directement imputables à l'émission de ces passifs, et sont exprimés dans le bilan au niveau du passif courant ou non courant, en fonction de si leur échéance se produit à moins ou plus d'un an, respectivement. Leur décomptabilisation n'est effectuée que lorsque cessent les obligations liées aux contrats, notamment lorsqu'une liquidation, annulation ou expiration a eu lieu. Les coûts des intérêts et autres, encourus avec les financements, sont calculés conformément au taux d'intérêt effectif et comptabilisés dans le compte de résultat de la période, conformément à l'hypothèse de comptabilité d'engagement. Actifs financiers L'entreprise utilise le modèle de la juste valeur pour l'évaluation des actions détenues dans des entreprises cotées sur le marché réglementé, dont il est possible d'obtenir la juste valeur et de la déterminer de forme viable. Trésorerie et équivalents de trésorerie Le poste « Trésorerie et équivalents de trésorerie » comprend la trésorerie, les dépôts bancaires et d'autres investissements à court terme, qui peuvent être immédiatement mobilisables, sans risque significatif de fluctuations de valeur.

Passifs financiers et instruments de capitaux propres Les passifs financiers et les instruments de capital propre sont classés conformément à la substance contractuelle de la transaction, indépendamment de leur forme légale. Un instrument financier est classé comme passif financier lorsqu'il existe une obligation contractuelle que sa liquidation soit effectuée moyennant la remise d'argent ou d'un autre actif financier. Les passifs financiers sont comptabilisés initialement au coût, en déduisant les coûts de transaction encourus. Un instrument de capital propre est classé comme tel lorsqu'il n'existe aucune obligation contractuelle que sa liquidation soit effectuée moyennant la remise d'argent ou d'un autre actif financier, mettant en évidence un intérêt résiduel dans les actifs d'une entité après la déduction de tous ses passifs. dst - sgps, s.a.

Page 79 de 116


Rapport annuel 2016

Les coûts directement imputables à l'émission d'instruments de capital sont comptabilisés en contrepartie du capital propre, comme une déduction à la valeur d'émission. Les valeurs payées et reçues pour les achats et ventes d'instruments de capital sont comptabilisées dans le capital propre, nettes des coûts de transaction. Autres passifs financiers Ce poste inclut les instruments financiers dérivés pour lesquels il y a une couverture efficace dans les termes de l'IRFS 27 - Instruments financiers.

Ne sont considérés comme instruments financiers de couverture la partie effective des dérivés qui sont désignés comme tel et où le groupe dst espère que les modifications de la juste valeur ou des flux de trésorerie dans l'item couvert, attribuables au risque qui est en train d'être couvert, compenseront pratiquement les modifications de juste valeur ou des flux de trésorerie de l'instrument de couverture.

Les variations de la juste valeur des instruments dérivés de couverture de risque de variabilité de taux d'intérêt sont comptabilisées dans le capital propre au poste « Ajustements des actifs financiers » dans leur composant effective et dans les résultats, au poste « Augmentations/réductions pour juste valeur », dans leur composante non effective. Les valeurs enregistrées au poste « Ajustements des actifs financiers » sont transférées dans les résultats au poste « Augmentations/réductions pour juste valeur » sur l'exercice où l'item couvert aura un effet sur les résultats. La comptabilisation de couverture cesse lorsque l'instrument de couverture atteint la maturité, lorsqu'il est vendu ou exercé ou lorsque la relation de couverture cesse de remplir les conditions exigées dans la NCRF 27 - Instruments financiers (basée sur l'IAS 32, l'IAS 39 et IFRS 7). La partie effective des instruments dérivés de couverture est présentée dans le bilan à « Autres actifs financiers » ou à « Autres passifs financiers », si sa nature est respectivement débitrice ou créancière, et est présentée comme non courants ou courants en fonction du poste où les instruments couverts respectifs sont présentés dans le bilan. 3.2.13. Postes des capitaux propres Ajustement au niveau des actifs financiers Ce compte inclut les ajustements liés à l'application de la méthode de la mise en équivalence, notamment l'appropriation des variations des capitaux propres des entreprises dont sont détenues une participation et les profits non attribués.

dst - sgps, s.a.

Page 80 de 116


Rapport annuel 2016

Participations ne donnant pas le contrôle Les participations ne donnant pas le contrôle sont la partie des résultats et des actifs nets des filiales imputable à des intérêts de capital propre qui ne sont pas des détenus directement ou indirectement à travers les filiales, par la maison mère. Ce poste inclut: 

Capital;

Résultats de l'exercice;

Autres postes des capitaux propres dont les variations de l'année, conjointement avec celles des résultats de la période, composent le résultat intégral.

3.2.14.

Produit

Le produit comprend les revenus associés aux ventes et aux services fournis. Le produit est comptabilisé dans les ventes lors de la transmission à l'acheteur des risques et des avantages inhérents à la possession des actifs vendus, et est comptabilisé dans les services fournis du compte de résultat lorsque ces derniers sont réalisés, en tenant compte de la proportion entre les services fournis lors de la période et la totalité des services contractuels. Le produit n'est pas comptabilisé lorsqu'il est lié à des situations d'incertitude en ce qui concerne l'acceptation ou le recouvrement de la prestation de services. S'il existe des situations où les services facturés sont supérieurs aux services fournis, la différence est comptabilisée dans le poste « Revenus à comptabiliser » et les services sont comptabilisés dans le compte de résultat au fur et à mesure qu'ils sont réalisés et les charges respectives associées à cette prestation lorsqu'elles sont encourues. 3.2.15.

Contrats de construction

Le groupe dst comptabilise les résultats des ouvrages, contrat par contrat, conformément à la méthode du pourcentage d'avancement, ce dernier étant considéré comme le rapport entre les dépenses encourues dans chaque ouvrage jusqu'à une certaine date et la somme des dépenses de l'ouvrage avec les dépenses estimées pour terminer l'ouvrage. Les différences obtenues entre les valeurs résultant de l'application du degré d'avancement aux revenus estimés et les valeurs facturées sont comptabilisées dans les sous-postes « Production non facturée » ou « Facturation anticipée », inclus dans les postes « Autres comptes à recevoir – Débiteurs en raison d'accroissement de revenus » (actif) ou « Reports – Revenus à comptabiliser » (passif). dst - sgps, s.a.

Page 81 de 116


Rapport annuel 2016

Les variations dans les travaux, par rapport au montant des produits accordé dans le contrat, sont comptabilisées dans le résultat de l'exercice lorsqu'il est probable que le client approuve le montant des produits provenant de la variation, et que celui-ci puisse être évalué avec fiabilité. Les réclamations pour remboursement des coûts non inclus dans le prix du contrat sont incluses dans le produit du contrat lorsque les négociations atteignent un stade suffisamment avancé pour qu'il soit probable que le client accepte la réclamation et lorsqu'il est possible de l'évaluer avec fiabilité. Lorsqu'il est probable que les dépenses totales prévues dans le contrat de construction dépassent les revenus qui y sont définis, la perte attendue est comptabilisée immédiatement dans le compte de résultats de l'exercice.

3.2.16.

Subventions et autres aides des entités publiques

Les subventions publiques sont comptabilisées conformément à leur juste valeur lorsqu'il existe la certitude qu'elles soient encaissées et que le groupe dst remplira les conditions exigées pour leur attribution. Les subventions d'exploitation sont destinées à la couverture des dépenses, encourues, notamment pour la réalisation d'actions de formation professionnelle. Elles sont comptabilisées dans les résultats au fur et à mesure que les dépenses sont encourues, indépendamment du moment de l'encaissement de la subvention. Les subventions non remboursables, attribuées pour le financement des actifs fixes tangibles et des actifs intangibles, sont comptabilisées dans le bilan, au poste « Ajustements/autres variations des capitaux propres », nets du montant de l'impôt à payer (conformément à ce qui est prévu dans la note d'encadrement du compte « 593 - Subventions »), dans la partie de l'incitation correspondant aux subventions à l'investissement. Dans le passif, la partie correspondant aux subventions à l'exploitation (subventions liées aux revenus) est comptabilisée au niveau du poste « Autres dettes à payer » (compte 28 – « Revenus à comptabiliser ») 3.2.17.

Dépréciation d'actifs

À la date de chaque état, et chaque fois qu'un événement ou une modification des conditions qui indiquent que la valeur pour laquelle l'actif est comptabilisé puisse ne pas être recouvrable est détecté, une évaluation de la perte de valeur des actifs est effectuée. Chaque fois que le montant pour lequel l'actif est enregistré est supérieur à sa valeur recouvrable, une perte de valeur est comptabilisée dans le compte de résultats au poste « Dépréciation d'investissements dépréciables / amortissables

dst - sgps, s.a.

Page 82 de 116


Rapport annuel 2016

(pertes/reprises) », ou, si la perte concerne des actifs non dépréciables, au poste « Dettes à recevoir (pertes/reprises) » ou au poste « Dépréciations de stocks (pertes/reprises) » La valeur recouvrable est la plus haute entre le prix de vente net et la valeur d'utilité. Le prix de vente net est le montant qui serait obtenu avec l'aliénation de l'actif, lors d'une transaction entre des entités indépendantes et informées, auquel sont déduit les coûts directement imputables à l'aliénation. La valeur d'utilité est la valeur présente des flux de trésorerie futurs estimés qui sont espérés qui apparaisse de l'utilisation continue de l'actif et de son aliénation à la fin de sa vie utile. La valeur recouvrable est estimée pour chaque actif, individuellement ou, lorsque cela n'est pas possible, pour l'unité génératrice des flux de trésorerie à laquelle l'actif appartient. Après la comptabilisation d'une perte de valeur, les frais d'amortissement/dépréciation de l'actif sont ajustés sur les exercices futurs pour imputer la valeur comptable révisée de l'actif, moins la valeur résiduelle de ce dernier (le cas échéant) sur une base systématique, pendant la vie utile restante. Chaque fois que sont identifiés un événement ou une modification des conditions qui indiquent que le montant pour lequel l'actif est comptabilisé ne puisse pas être recouvrable, une nouvelle évaluation de la perte de valeur est effectuée. Le reprise des pertes de valeur comptabilisées lors d'exercices antérieurs est enregistrée lorsqu'il est possible de conclure que les pertes de valeur comptabilisées antérieurement n'existent déjà plus ou ont diminué. La reprise des pertes de valeur est comptabilisée dans le compte de résultat, au poste susmentionné. La reprise de la perte de valeur est effectuée jusqu'à la limite du montant qui serait comptabilisé (net d'amortissement ou de dépréciation) si la perte de valeur n'avait pas été comptabilisée lors d'exercices précédents.

3.2.18.

Impôt sur le revenu

Les dépenses concernant « l'impôt sur le revenu de l'exercice » correspondent à la somme des impôts courants et des impôts différés. L'impôt courant sur le revenu est calculé sur la base du bénéfice imposable du groupe dst conformément aux règles fiscales en vigueur, alors que l'impôt différé résulte des différences temporelles entre les montants des actifs et des passifs aux fins d'information comptable et les montants respectifs aux fins d'imposition. Le bénéfice imposable diffère du résultat comptable, car il exclut les dépenses et revenus qui sont déductibles ou imposables sur d'autres exercices. Le bénéfice imposable exclut également les dépenses et revenus qui ne seront jamais déductibles ou imposables.

dst - sgps, s.a.

Page 83 de 116


Rapport annuel 2016

Le groupe dst procède à la comptabilisation des impôts différés correspondant aux différences temporelles entre la valeur comptable des actifs et passifs et la correspondante base fiscale, conformément aux dispositions de la NCRF 25 – Impôts sur le revenu, chaque fois qu'il est probable que soient générés des bénéfices fiscaux futurs contre lesquels les différences temporelles puissent être utilisées. Les impôts différés d'actifs et de passifs sont calculés et évalués annuellement, en utilisant les taux d'imposition en vigueur ou annoncés être en vigueur à la date espérée de la reprise des différences temporelles. Les actifs d'impôts différés ne sont comptabilisés que lorsqu'il existe des expectatives raisonnables de bénéfices fiscaux futurs suffisants pour leur utilisation, ou lorsqu'il existe des différences temporelles imposables qui compensent les différences temporelles déductibles durant l'exercice de leur reprise. À chaque date d'information comptable est effectuée une révision de ces actifs d'impôts différés, qui sont ajustés en fonction des expectatives concernant leur utilisation future. Les impôts courants et les impôts différés sont comptabilisés dans les résultats, sauf lorsqu'ils sont liés à des éléments comptabilisés directement dans les capitaux propres. Dans ce dernier cas, les impôts différés respectifs sont également comptabilisés dans les capitaux propres. Les déclarations fiscales pourront être sujettes à des révisions et des corrections éventuelles de la part de l'administration fiscale et douanière, durant une période de quatre ans (cinq ans pour la Sécurité sociale). Pourront donc être effectuées des corrections concernant l'année 2013 et les suivantes. Il n'est cependant pas probable que des corrections éventuelles aient un effet significatif sur les présents états financiers. Le délai susmentionné pourra être prolongé ou être suspendu dès lors que des bénéfices fiscaux ont été obtenus, que ce soit en cours d'inspections, de réclamations ou contestations, ou qu'il y a eu des pertes fiscales. Pendant une période de six ans après ces situations pour les exercices antérieurs à 2010 et de quatre ans pour les exercices de 2010 à 2014 et de cinq ans pour les exercices ultérieurs, ceux-ci sont susceptibles de déduction aux profits imposables qui seront générés. Les impôts qui ne sont pas payés, qu'ils concernent l'exercice courant ou les précédents, sont comptabilisés dans le passif à la valeur qui est estimée pour leur paiement, sur la base des taux et conformément aux normes fiscales applicables à la date du bilan. Néanmoins, si les montants déjà payés concernant ces exercices dépassent les valeurs dues, l'excès est comptabilisé en actif. L'impôt courant est également conditionné aux ajustements positifs ou négatifs et relatifs aux impôts courants des exercices précédents, qui devront être comptabilisés sur l'exercice. Les effets fiscaux des ajustements de transition, liés à la succession des normes comptables, sont réglementés par l'article 5 du décret-loi nº 159/2009 du 13 juillet 2009, dst - sgps, s.a.

Page 84 de 116


Rapport annuel 2016

déterminant que ces ajustements entrent dans le calcul du bénéfice imposable en parties égales durant une période de 5 ans, débutant en 2010 et terminant en 2016. 3.3. Autres méthodes comptables importantes Base de consolidation Les états financiers consolidés incluent, au 31 décembre 2016 et 2015, les actifs, passifs et résultats des entreprises du groupe, qui est considéré comme l'ensemble du groupe dst et de ses filiales, qui sont présentées dans la note 6. Conformément à la description du nº 6 du décret-loi nº 158/2009 du 13 juillet 2009, avec les modifications résultant de décret-loi n ° 98/2015, du 2 Juillet, qui approuve le SNC, le groupe dst présente des comptes consolidés du groupe constitué par elle-même et toutes les filiales sur lesquelles: a)

Indépendamment de la titularité du capital, il est vérifié que, comme alternative:

elle peut exercer, ou exerce effectivement, une influence dominante ou un contrôle;

elle exerce la gestion comme si les deux constituaient une seule entité.

b)

Étant titulaire de capital, lorsque l'une des situations suivantes se produit:

Elle a la majorité des droits de vote, excepté s'il est démontré que ces droits ne confèrent pas le contrôle;

Elle a le droit de désigner ou de destituer la majorité des titulaires de l'organe de gestion d'une entité avec des pouvoirs pour gérer les politiques financières et opérationnelles de cette entité;

Elle exerce une influence dominante sur une entité, en vertu d'un contrat célébré avec celle-ci ou d'une autre clause du contrat de société de celle-ci;

Elle détient au moins 20% des droits de vote et la majorité des titulaires de l'organe de gestion d'une entité avec des pouvoirs pour gérer les politiques financières et opérationnelles de cette entité, qui ont été en fonction pendant l'exercice auquel font référence les états financiers consolidés, ou qui, sur l'exercice précédent et jusqu'au moment où ceux-ci sont élaborées, ont été exclusivement désignés suite à l'exercice de leurs droits de vote;

Elle dispose, elle-même ou en application d'un accord avec d'autres titulaires du capital de cette entité, de la majorité des droits de vote des titulaires du capital de la même.

Les filiales sont des entreprises contrôlées par le groupe dst. Elles sont consolidées par la méthode de consolidation intégrale depuis la date d'acquisition, qui est la date où le groupe obtient le contrôle, et continuent d'être consolidées jusqu'au moment où le contrôle cesse d'exister.

dst - sgps, s.a.

Page 85 de 116


Rapport annuel 2016

Dans le processus de consolidation, les transactions, soldes et gains réalisés lors des transactions intra-groupe, ainsi que les dividendes distribués entre des entreprises du groupe, sont éliminés. Les pertes non réalisées sont également éliminées, excepté si la transaction révèle l'évidence de l'existence de dépréciation des actifs transférés et encore non aliénés. Les participations financières contrôlées conjointement sont incluses dans la consolidation par la méthode de consolidation proportionnelle, depuis la date où le contrôle conjoint a lieu et jusqu'au moment où il termine effectivement. Conformément à cette méthode, les actifs, passifs, gains et dépenses de ces entreprises ont été incorporés dans les états financiers consolidés, poste par poste, dans la proportion du contrôle imputable au groupe dst. Les entreprises associées sont des entités sur lesquelles l'investisseur a une influence significative et que ne sont pas considérées comme des filiales ou des coentreprises. Les participations financières dans des entreprises associées sont consolidées par la méthode de mise en équivalence. C'est à dire que les états financiers incluent l'intérêt du groupe dans le total des revenus et des frais comptabilisés de l'entreprise associée, depuis la date où l'influence significative commence jusqu'au moment où elle termine réellement. Les dividendes reçus de ces entreprises sont enregistrées comme une diminution de la valeur des participations financières. Les participations avec lesquelles le groupe n'assure aucune influence significative sur leur activité sont comptabilisées à la plus basse valeur entre le coût d'acquisition et leur valeur de réalisation. Les montants de capitaux propres des filiales consolidées par la méthode intégrale, attribuables aux actions ou aux parties détenues par des tiers étrangers aux entreprises incluses dans la consolidation, sont inscrites dans le bilan consolidé au poste « Participations ne donnant pas le contrôle ». Les participations ne donnant pas le contrôle sur le résultat net des filiales consolidées sont identifiés et ajustés par déduction au résultat du groupe et inscrit dans le compte de résultat consolidé au poste « Participations ne donnant pas le contrôle ».

dst - sgps, s.a.

Page 86 de 116


Rapport annuel 2016

3.4. Jugements de valeur, principales hypothèses relatives au futur et principales sources d'incertitude des estimations L'élaboration des états financiers conformément aux NCRF exige le recours à certaines estimations et hypothèses comptables qui concernent les quantités présentées pour les actifs et passifs, ainsi que les quantités présentées pour les revenus et charges de l'exercice. Toutes les estimations et hypothèses effectuées par le conseil d'administration ont été effectuées, lorsque cela fut nécessaire, sur la base de sa meilleure connaissance existant à la date d'approbation des états financiers, des événements et des transactions en cours. Les modifications de ces estimations qui se produisent après la date des états financiers seront corrigées de forme prospective dans le compte de résultat.

3.5. Principales hypothèses concernant le futur Les états financiers ont été préparés avec l'hypothèse de la continuité des opérations, à partir des livres et registres comptables de l'entité. 4.

Flux de trésorerie

Le tableau des flux de trésorerie est préparée selon la méthode directe. Les entrées et sorties de trésorerie sont donc présentées dans les activités opérationnelles, d'investissement et de financement. Le poste « trésorerie et dépôts bancaires » se décompose de la forme suivante:

Trésorerie Dépôts bancaires Autres dépôts bancaires Total de trésorerie et dépôtos bancaires

31.12.2016

31.12.2015

94.555,97 17.005.969,44 13.537.464,12 30.637.989,53

84.307,47 14.242.428,96 15.226.561,62 29.553.298,05

Il n'existe aucun montant de trésorerie et d'équivalents de trésorerie non disponible pour utilisation.

dst - sgps, s.a.

Page 87 de 116


Rapport annuel 2016

5.

Parties liées

a)

Entreprises du groupe incluses dans la consolidation par la méthode intégrale

Les entreprises incluses dans la consolidation aux 31 décembre 2016 et 2015, leurs sièges sociaux et dont la proportion du capital détenu directement et indirectement est supérieure à 50%, sont les suivants: ENTREPRISES

Siège social

% Participation 31.12.2016 31.12.2015

2bpartner, sociedade capital de risco, s.a. blu, s.a. bysteel uk limited bysteel, s.a. bysteel FS, s.a. derivadas e segmentos, s.a. despertavantagem, s.a. domingos da silva teixeira - angola, s.a. domingos da silva teixeira - imobiliária, s.a. domingos da silva teixeira, s.a. dst - wind, s.a. dst 2gether II - s.a. dst 2gether, sgps, s.a. dst ambiente, sgps, s.a. dst center, s.a. dst energias renováveis, sgps, s.a. dst engenharia & construção, sgps, s.a. dst hydro,s.a. dst internacional II, sgps, s.a. dst Internacional III, sgps, s.a. dst internacional, sgps, s.a. dst moçambique, lda. dst real estate, sgps, s.a. dst solar, s.a. dst telecomunicações, sgps, s.a. dstrainrail, s.a. dst ventures, sgps, s.a. dstelecom, alentejo e algarve, s.a. dstelecom, norte, s.a. dstelecom, s.a. dte, instalações especiais, s.a. global sun, s.a. innovation point - investigação e desenvolvimento, s.a. investhome - construção e imobiliária, s.a. ipplus, s.a. perfil dinamico, lda tagregados, s.a. tconcrete, s.a. tgeotecnia, s.a. v partner, s.a.

dst - sgps, s.a.

Braga Braga Londres, Royaume-Uni Braga Braga Braga Braga Luanda, Angola Braga Braga Braga Braga Braga Braga Braga Braga Braga Braga Braga Braga Braga Maputo, Mozambique Braga Braga Braga Braga Braga Braga Braga Braga Braga Braga Braga Braga Braga Braga Braga Braga Braga Braga

85,81% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 70% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100%

85,81% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100%

Page 88 de 116


Rapport annuel 2016

b)

Entreprises associées

Les entreprises associés valorisés par la méthode de la mise en équivalence, leurs sièges et dont la proportion du capital détenu directement est inférieure à 50%, sont les suivants: ENTREPRISES

Siège social

Barcelos Futuro, S.A. Caminhaequi, S.A. dst áfrica, lda. EOL Verde - Energia Eólica, S.A. Geswater - Águas e Resíduos, S.A. MINHOCOM Gestão de Infraestruturas de telecomunicações, EIM Parque Eólico Alto Vaca, Lda. VALICOM Gestão de Infraestruturas de telecomunicações, EIM VentoMinho - Energias Renováveis, S.A. WAY2B, SGPS, S.A.

c)

Entreprises incluses dans la consolidation par la méthode proportionnelle ENTREPRISES Agonia Parque Construção, ACE Assoc - Obras Públicas, ACE Assoc/Soares da Costa, ACE Construtores Águas da Linha, ACE Criar Vantagens - Águas e Resíduos, Lda. DST Visabeira, ACE Parque Emp. de Tavira, ACE Steelgreen, S.A. Teatro Circo, ACE Way2B, ACE

d)

Barcelos Caminha Maputo, Mozambique Esposende Braga Valença Porto Arcos de Valdevez Esposende Braga

% Participation 31.12.2016 31.12.2015 25,50% 25,50% 51% 51% 49% 49% 25% 25% 33,33% 33,33% 48,49% 48,49% 25% 25% 48,49% 48,49% 25,63% 25,63% 20% 20%

Siège social

% Participation 31.12.2016 31.12.2015 Viana do Castelo 33,33% 33,33% Braga 14,29% 14,29% Braga 14,29% 14,29% Braga 12,50% 12,50% Braga 33,33% 33,33% Lisbonne 50,00% 50,00% Tavira 50% 50% Braga 50% Braga 25% 25% Braga 20% 20%

Autres entreprises dont sont détenues indirectement des participations, dont le pourcentage de participation est inférieur à 20%, et dont l'investissement se trouve enregistré en suivant la méthode du coût, sont les suivantes ENTREPRISES

Conceito Original, S.A.

dst - sgps, s.a.

Siège social Braga

% Participation 31.12.2016 31.12.2015 20% 20%

Page 89 de 116


Rapport annuel 2016 e)

Rémunérations attribuées aux organes sociaux

Les rémunérations attribuées aux organes sociaux du groupe dst dans l'exercice de leurs fonctions durant l'exercice 2016 et 2015 ont été les suivantes:

Organes sociaux Commi ssaire aux comptes

6.

2016

2015

1.215.420,17

1.096.559,82

103.524,95

110.196,96

1.318.945,12

1.206.756,78

Actifs fixes tangibles

Les informations concernant les valeurs comptables des actifs fixes tangibles, concernant l'exercice de 2016, peuvent être analysées de la forme suivante: Description 1 Valeur brute comptabl e i ni ti al e 2 Amorti ssements accumul és i ni ti aux 3 Pertes de val eur cumul ées initiales 4 Valeur nette comptable i niti ale (4 = 1 - 2 - 3) 5 Mouvements de l ’exercice : (5 = 5.1 - 5.2 + 5.3 + 5.4) 5.1

5.2

5.4 5.5 5.6 6

Total des additions Acquis iti ons en 1ère main Changements de péri mètre Autres acquis iti ons Autres Total des diminutions Dépréciati on Changements de péri mètre Al iénati ons Abattements Transferts de AFT en cours Transferts de/vers acti fs non courants détenus pour la vente Autres trans ferts Valeur nette comptable finale (6 = 4 + 5)

dst - sgps, s.a.

Terrains ressources naturelles

Édifices et autres constructions

Équipement basique

Équipement de transport

1.405.016,40 72.436.113,53 39.428.254,48 13.367.992,18 1.049.321,13 7.474.375,31 26.388.920,50 11.543.521,73 355.695,27 64.961.738,22 13.039.333,98 1.824.470,45

Équipement administratif

Patrimoine artistique

Autres AFT

AFT en cours

Total

6.156.896,31 5.561.644,64 595.251,67

7.500,00 5.781,25 1.718,75

7.281.407,18 2.977.639,22 4.303.767,96

765.708,14 1.609.151,61 1.407.874,46 24.108,02 174.898,37 2.270,76 843.443,47 805.968,94 37.071,86 402,67 -

(127.695,73) 197.036,52 176.895,98 18.287,68 283,32 1.569,54 324.732,25 301.529,22 23.203,03 -

(937,50) 937,50 937,50 -

(681.129,48) 274.763,52 132.886,58 140.412,84 1.464,10 955.021,33 738.289,27 218.376,05 (1.643,99) -

(693.986,08) 289.594,87 289.550,52 44,35 61,59 61,59 (846.110,26)

(3.901.856,65) 7.558.373,63 6.462.928,84 904.899,12 175.739,69 14.805,98 11.327.746,50 9.865.837,25 1.459.095,93 1.733,47 1.079,85 -

-

-

-

-

-

-

-

5.796,99 355.695,27 63.372.506,23 11.372.298,62

2.590.178,59

467.555,94

781,25

(871,67) 3.622.638,48

(137.409,10) 237.975,26

(132.483,78) 82.112.080,99

- (1.589.231,99) (1.667.035,36) 3.272.352,17 1.915.474,95 3.091.267,97 1.364.453,33 180.705,52 541.385,07 558,00 378,68 9.078,55 5.605.831,95 3.597.718,42 5.095.588,36 2.923.523,96 509.937,07 670.446,34 306,52 1.426,95 2.321,17 744.247,79 9.411,12 -

-

931.961,34 141.015.141,41 55.001.203,77 931.961,34 86.013.937,64

Page 90 de 116


Rapport annuel 2016 Les informations concernant les valeurs comptables des actifs fixes tangibles, concernant l'exercice de 2015, peuvent être analysées de la forme suivante: Terrains ressources naturelles

Description 1 Valeur brute comptable initiale 2 Amortissements accumulés initiaux 3 Pertes de valeur cumulées initiales 4 Valeur nette comptable initiale (4 = 1 - 2 - 3) 5 Mouvements de l’exercice : (5 = 5.1 - 5.2 + 5.3 + 5.4) 5.1

5.2

5.3 5.4 5.5 5.6 6

Total des additions Acquisitions en 1ère main Changements de périmètre Autres acquisitions Autres Total des diminutions Dépréciation Alteração de perímetro Aliénations Abattements Reprises de pertes de valeur Transferts de AFT en cours Transferts de/vers actifs non courants détenus pour la vente Autres transferts Valeur nette comptable finale (6 = 4 + 5)

Édifices et autres constructions

Équipement basique

Équipement de Équipement transport administratif

2.357.256,92 70.732.081,44 37.632.161,00 12.437.686,32 1.049.321,13 3.868.380,59 23.412.660,81 10.738.203,83 1.307.935,79 66.863.700,85 14.219.500,19 1.699.482,49

Patrimoine artistique

Autres AFT

AFT en cours

Total

5.915.747,73 5.288.375,98 627.371,76

7.500,00 4.843,75 2.656,25

7.164.488,12 2.203.764,28 4.960.723,85

1.376.877,14 137.623.798,66 - 46.565.550,36 1.376.877,14 91.058.248,31

124.987,96 1.251.188,75 847.891,81 8.467,90 363.763,92 31.065,12 1.126.200,79 805.317,90 8.064,73 285.055,57 27.762,59 -

(32.120,08) 281.511,17 227.252,60 45.471,38 6.906,94 1.880,25 315.168,90 273.268,67 36.719,72 5.742,39 (561,88) 1.537,64

(937,50) 937,50 937,50 -

(656.955,89) 161.638,63 158.031,64 2.171,82 580,00 855,17 819.249,92 773.874,95 1.393,70 44.372,92 (391,65) -

(444.915,80) 903.856,73 903.856,73 (345.715,83)

(5.044.310,67) 7.230.949,73 5.609.344,54 419.549,67 1.139.567,95 62.487,57 11.272.859,10 8.435.653,42 313.606,07 2.488.044,09 35.555,52 -

-

-

-

-

-

-

-

355.695,27 64.961.738,22 13.039.333,98

1.824.470,45

595.251,67

1.718,75

655,40 (1.003.056,70) 4.303.767,96 931.961,34

(1.002.401,30) 86.013.937,64

(952.240,52) (1.901.962,63) (1.180.166,21) 324.554,78 2.426.226,00 1.881.973,67 - 1.990.468,88 1.481.842,88 363.438,57 324.554,78 435.445,17 8.317,14 311,95 28.375,08 1.276.795,30 4.335.062,58 3.399.444,12 - 3.605.994,72 2.976.259,69 267.427,92 1.276.795,30 724.292,96 151.784,95 4.774,90 3.971,56 6.873,95 337.304,24 -

-

Au cours de 2016 et 2015, le poste «Frais / reprises de dépréciation et amortissement» était composé de la forme suivante: 2016 Postes

Actifs fixes tangibles Propriétés d'investissement Actifs intangibles Actifs intangibles

Frais de Reprises de dépréciation et dépréciation et d'amortissement d'amortissement

Total

Frais de Reprises de dépréciation et dépréciation et d'amortissement d'amortissement

Total

(9.865.837,25)

-

(9.865.837,25)

(8.435.653,42)

-

(282.898,13)

-

(282.898,13)

(265.828,84)

-

(265.828,84)

(4.279.509,28)

-

(4.279.509,28)

(3.954.999,49)

-

(3.954.999,49)

(8.127.881,58)

-

(8.127.881,58)

-

-

-

- (22.556.126,24)

(12.656.481,74)

(22.556.126,24)

dst - sgps, s.a.

2015

(8.435.653,42)

- (12.656.481,74)

. Page 91 de 116


Rapport annuel 2016 Les actifs fixes tangibles sont comptabilisés conformément à la méthode comptable définie dans la note 3 ci-dessus. Les actifs fixes tangibles nets sont affectés dans leur totalité à l'activité de l'entité, aucun bien ne se trouvant en possession de tiers. Lors de l'exercice, aucune perte de valeur n'a été comptabilisée car l'administration est convaincue que le montant recouvrable des actifs dépasse leur valeur comptable.

7. Locations Les informations concernant les locations, au 31 décembre 2016, sont les suivantes: Locations financières Valeur comptable, paiements de l’exercice et paiements futurs des contrats de location

1 Valeur brute comptable initiale 2 Amortissements/Dépréciations accumulées 4 Valeur nette comptable finale (4 = 1 - 2 - 3) 5 Total des futurs paiements mínimaux de la location à la date du bilan: 5.1 Jusqu’à un an 5.2 De un à cinq ans

Actifs fixes tangibles 5.887.533,08 1.795.309,44 4.092.223,64 4.175.819,70 1.309.219,63 2.866.600,07

Propriétés d'investissem ent 549.501,33 95.334,21 454.167,12 417.383,19 62.640,09 354.743,10

Total

6.437.034,41 1.890.643,65 4.546.390,76 4.593.202,89 1.371.859,72 3.221.343,17

Les informations concernant les locations, au 31 décembre 2015, sont les suivantes: Locations financières Valeur comptable, paiements de l’exercice et paiements futurs des contrats de location

1 Valeur brute comptable initiale 2 Amortissements/Dépréciations accumulées 4 Valeur nette comptable finale (4 = 1 - 2 - 3) 5 Total des futurs paiements mínimaux de la location à la date du bilan: 5.1 Jusqu’à un an 5.2 De un à cinq ans

dst - sgps, s.a.

Actifs fixes tangibles 4.346.666,93 1.714.824,71 2.631.842,22 3.032.684,82 866.531,50 2.166.153,32

Propriétés d'investissem ent 549.501,33 78.998,77 470.502,56 473.162,80 62.640,09 410.522,71

Total

4.896.168,26 1.793.823,48 3.102.344,78 3.505.847,62 929.171,59 2.576.676,03

Page 92 de 116


Rapport annuel 2016

8.

Propriétés d'investissement

Les informations concernant les valeurs comptables des propriétés d'investissement concernant l'exercice de 2016, peuvent être analysées de la forme suivantes: Modèle du coût Description

1 2 3 4 5 5.1 5.2

6

Val eur brute comptabl e initiale Amortissements cumulés i nitiaux Pertes de val eur cumulées ini tiales Val eur nette comptable initi ale (4 = 1 - 2 - 3) Mouvements de l'exercice : (5 = 5.1 - 5.2 ) Total des additions Total des diminutions Dépréciations Aliénati ons Valeur net comptable finale (6 = 4 + 5)

Terrainss ressources naturelles

Édifices et autres constructions

5.054.840,84 10.462,68

12.302.619,94 610.615,75

17.357.460,78 621.078,43

5.044.378,16

11.692.004,19

16.736.382,35

(75.096,10) 75.096,10 25.110,43 49.985,67 4.969.282,06

(344.637,80) 344.637,80 257.787,70 86.850,10 11.347.366,39

(419.733,90) 419.733,90 282.898,13 136.835,77 16.316.648,45

Total

Les informations concernant les valeurs comptables des propriétés d'investissement concernant l'exercice de 2015, peuvent être analysées de la forme suivantes: Modèle du coût Description

1 2 3 4 5 5.1 5.2

6

Valeur brute comptable i nitiale Amortissements cumulés ini tiaux Pertes de valeur cumulées initi ales Valeur nette comptable initial e (4 = 1 - 2 - 3) Mouvements de l'exerci ce : (5 = 5.1 - 5.2) Total des additions Total des diminutions Dépréciations Al iénations Val eur net comptable finale (6 = 4 + 5)

dst - sgps, s.a.

Terrainss ressources naturelles

Édifices et autres constructions

4.674.468,70 -

12.150.592,08 355.249,59

16.825.060,78 355.249,59

4.674.468,70

11.795.342,49

16.469.811,19

369.909,46 380.372,14 10.462,68 10.462,68 5.044.378,16

(103.338,30) 152.027,86 255.366,16 255.366,16 11.692.004,19

266.571,16 532.400,00 265.828,84 265.828,84 16.736.382,35

Total

Page 93 de 116


Rapport annuel 2016

9.

Goodwill

Les différences de consolidation (« goodwill ») résultent des différences positives entre le coût d'acquisition des parties de capital et la proportion des capitaux propres respectifs au moment de l'achat. Le 31 décembre de 2016 et 2015, la composition de ce poste était la suivante: Différence de consolidation 31.12.2016 31.12.2015

Entreprises domingos da silva teixeira, s.a. VentoMinho - Energias Renováveis, S.A. Criar Vantagens - Águas e Resíduos, Lda. - consolidated Total

47.366.215 18.681.516 14.204.739 80.252.471

61.436.723 19.992.500 15.176.499 96.605.722

O movimento ocorrido na rubrica de Goodwill no período é o indicado no quadro seguinte: Entreprises

Solde initial

domingos da silva teixeira, s.a. VentoMinho - Energias Renováveis, S.A. Criar Vantagens - Águas e Resíduos, Lda. - consolidated Total

Acquisitions Autres variations

61.436.723 19.992.500 15.176.499 96.605.722

-

(14.070.508) (1.310.984) (971.760) (16.353.251)

Solde final 47.366.215 18.681.516 14.204.739 80.252.471

10. Actifs intangibles Les informations concernant la valeur comptable des actifs intangibles, concernant l'exercice de 2016, peuvent être analysées de la forme suivante:

Description

Avec vie utile finie 4 Valeur brute comptable initiale 5 Amortissements cumulés initiaux 6 Pertes de valeur cumulées initiales 7 Valeur nette comptable initiale (7 = 4 - 5 - 6) Movements de l'exercice : (8 = 8.1 - 8.2 + 8.3 + 8 8.4 + 8.5 + 8.6) 8.1 Total des additions Acquisitions en 1ère main Changements de périmètre 8.2 Total des diminutions Amortissements Changements de périmètre Abattements 8.3 Reprises de pertes de valeur 8.4 Transferts d'intangibles en cours 8.5 Transferts de/vers actifs non courants 8.6 Autres transferts 9 Valeur nette comptable finale (9 = 7 + 8)

dst - sgps, s.a.

Droits de conception

Programmes d'ordinateur

Propriété industrielle

Actifs Autres actifs intangibles en intangibles cours

Total

60.739.974,73 28.139.687,25 32.600.287,48

4.152.699,12 3.086.209,15 1.066.489,98

355.205,61 214.949,16 140.256,46

932.985,44 427.354,40 505.631,05

283.770,10 66.464.635,00 - 31.868.199,95 283.770,10 34.596.435,06

(3.509.993,96) 138.728,86 138.728,86 3.780.922,69 3.206.432,93 574.489,76 132.199,87 29.090.293,52

(691.204,29) 310.556,29 264.957,67 45.598,62 1.048.476,58 1.002.807,95 45.668,63 46.716,00 375.285,69

(52.562,11) 23.194,81 13.402,99 9.791,82 75.756,91 11.284,91 64.472,00 87.694,35

(25.934,60) (42.285,99) (4.321.980,95) 32.224,97 97.434,04 602.138,97 32.224,97 97.434,04 546.748,53 55.390,44 59.882,57 - 4.965.038,75 58.983,49 - 4.279.509,28 110.140,63 899,08 575.388,84 1.723,00 (133.922,87) (5.797,16) 40.918,84 479.696,45 241.484,11 30.274.454,11

Page 94 de 116


Rapport annuel 2016

Les informations concernant la valeur comptable des actifs intangibles, concernant l'exercice de 2015, peuvent être analysées de la forme suivante: Droits de conception

Description

Avec vie utile finie 4 Valeur brute comptable initiale 5 Amortissements cumulés initiaux 6 Pertes de valeur cumulées initiales 7 Valeur nette comptable initiale (7 = 4 - 5 - 6) Movements de l'exercice : (8 = 8.1 - 8.2 + 8.3 + 8 8.4 + 8.5 + 8.6) 8.1 Total des additions Acquisitions en 1ère main

8.2

8.3 8.4 8.5 8.6 9

Changements de périmètre Autres Total des diminutions Amortissements Changements de périmètre Aliénations Abattements Reprises de pertes de valeur Transferts d'intangibles en cours Transferts de/vers actifs non courants Autres transferts Valeur nette comptable finale (9 = 7 + 8)

Actifs Programmes Propriété Autres actifs intangibles en d'ordinateur industrielle intangibles cours

50.662.734,20 3.942.570,02 21.079.112,69 2.079.094,02 29.583.621,51 1.863.476,01 3.016.665,97 10.009.896,28 101.605,12

Total

352.738,38 202.192,77 150.545,62

892.588,10 386.142,63 506.445,47

252.465,46 56.103.096,16 - 23.746.542,10 252.465,46 32.356.554,06

(796.986,03) (10.289,16) 118.149,10 2.467,23 118.149,10 2.118,06

(814,43) 40.045,56 36.846,93

31.304,64 2.239.881,00 132.053,77 10.302.611,94 131.273,15 389.992,36

41.216,66 41.211,77 4,89 356,67 505.631,05

780,62 9.909.420,95 3.198,63 3.198,63 - 8.154.710,95 - 3.954.999,49 - 4.166.658,36 3.493,20 29.559,90 (97.255,93) 91.980,00 283.770,10 34.596.435,06

9.908.291,16 7.090.129,57 1.007.115,13 2.894.169,94 1.007.115,13 4.166.404,62 29.555,01 96.899,26 91.980,00 32.600.287,48 1.066.489,98

349,17 12.756,39 12.502,65 253,74 140.256,46

11. Participations financières - méthode de la mise en équivalence patrimoniale Les variations du poste «Participations financières - méthode de mise en équivalence», en référence à l'exercice de 2016, sont les suivantes:

Description

Méthode de mise en équivalence : Valeur brute comptable initiale Valeur nette comptable initiale Mouvements de l'exercice Partie de l'investisseur dans les résultats de l'investie Distributions reçues de l'investie Modifications des capitaux propres de l'investie non comptabilisées dans les résultats Autres mouvements de l'exercice Valeur nette comptable finale

dst - sgps, s.a.

Investissements dans des entreprises associées

47.869.125,56 47.869.125,56 2.803.253,50 7.426.536,88 4.544.564,56 968.334,71 (1.047.053,53) 50.672.379,05

Total

47.869.125,56 47.869.125,56 2.803.253,50 7.426.536,88 4.544.564,56 968.334,71 (1.047.053,53) 50.672.379,05

Page 95 de 116


Rapport annuel 2016

Les variations du poste «Participations financières - méthode de mise en équivalence», en référence à l'exercice de 2015, sont les suivantes: Investissements dans des entreprises associées

Description Méthode de mise en équivalence : Valeur brute comptable initiale Valeur nette comptable initiale Mouvements de l'exercice Autres acquisitions Partie de l'investisseur dans les résultats de l'investie Distributions reçues de l'investie Modifications des capitaux propres de l'investie non comptabilisées dans les résultats Ventes Autres mouvements de l'exercice Valeur nette comptable finale

45.089.861,82 45.089.861,82 2.779.263,74 12.750,00 7.709.894,86 4.030.807,46 724.192,56 8.028,82 (1.628.737,40) 47.869.125,56

Total

45.089.861,82 45.089.861,82 2.779.263,74 12.750,00 7.709.894,86 4.030.807,46 724.192,56 8.028,82 (1.628.737,40) 47.869.125,56

Au cours de 2016 et 2015, la composition du poste «Gains/pertes imputés aux filiales, entreprises associées et coentreprises» était la suivante:

Postes

Frais et pertes Revenus et gains

2016

2015

(63.554,90)

(103.057.580,72)

7.568.567,96

110.764.494,35

7.505.013,06

7.706.913,63

12. Autres investissements financiers Les variations du poste «Participations financières - autres méthodes», en référence à l'exercice de 2016, sont les suivantes:

Description Autres méthodes : Val eur brute comptable initi al e Val eur nette comptable initi ale Mouvements de l 'exerci ce Autres acqui sitions Aliénati ons Autres mouvements de l 'exerci e Val eur nette comptable final e

dst - sgps, s.a.

Investissements Autres dans d'autres investissements entreprises financiers 1.732.801,42 1.732.801,42 (93.081,76) 11.717,13 (104.798,89) 1.639.719,66

163.444,77 163.444,77 415.882,03 496.919,99 66.224,85 (14.813,11) 579.326,80

Total

1.896.246,19 1.896.246,19 322.800,27 508.637,12 66.224,85 (119.612,00) 2.219.046,46

Page 96 de 116


Rapport annuel 2016

Les variations du poste «Participations financières - autres méthodes», en référence à l'exercice de 2015, sont les suivantes: Investissements Autres dans d'autres investissements entreprises financiers

Description Autres méthodes : Valeur brute comptable initiale Valeur nette comptable initiale Mouvements de l'exercice Autres acquisitions Aliénations Autres mouvements de l'exercie Valeur nette comptable finale

2.168.717,68 2.168.717,68 (435.916,26) 1.544,26 41.612,56 (395.847,96) 1.732.801,42

266.200,22 266.200,22 (102.755,45) 69.140,93 163.468,84 (8.427,54) 163.444,77

Total

2.434.917,91 2.434.917,91 (538.671,71) 70.685,19 205.081,40 (404.275,50) 1.896.246,19

Au cours de 2016 et 2015, la composition du poste «Accroissement/réduction de la juste valeur» était la suivante: 2016 Postes

Investissements financiers

2015

Réductions Augmentations

Total

Réductions Augmentations

Total

(88.518,14)

-

(88.518,14)

(266.528,95)

389,63 (266.139,32)

(88.518,14)

-

(88.518,14)

(266.528,95)

389,63 (266.139,32)

13. Inventaires (stocks) Le 31 décembre de 2016 et 2015, la composition du poste «Inventaires» était la suivante:

Postes

31.12.2016

31.12.2015

15.188.589,45

15.686.521,38

6.575.030,92

5.623.272,96

28.058,02

1.339.575,13

Produits et travaux en cours

3.594.935,52

3.082.264,83

Avances pour achats

1.311.538,31

1.311.538,32

26.698.152,22

27.043.172,62

Marchandides Mati ères premières, subsidiai res et de consommation Produits finis et i ntermédi aires

dst - sgps, s.a.

Page 97 de 116


Rapport annuel 2016

Le 31 décembre 2016, le poste «Variation dans les inventaires de production» a été exprimé de la forme suivante:

Description 1 2 3 4

Inventaires finaux Reclassement et régularisation d'inventaires Inventaires initiaux Variation des inventaires de production (4 = 1 + 2 - 3)

Produits finis et Produits et intermédiaires travaux en cours

Total

28.058,02 (207.844,52) 1.339.575,13

3.594.935,52 3.082.264,83

3.622.993,54 (207.844,52) 4.421.839,96

(1.103.672,59)

512.670,69

(591.001,90)

Le 31 décembre 2015, le poste «Variation dans les inventaires de production» a été exprimé de la forme suivante:

Description 1 2 3 4

Inventaires finaux Reclassement et régularisation d'inventaires Inventaires initiaux Variation des inventaires de production (4 = 1 + 2 - 3)

Produits finis et Produits et intermédiaires travaux en cours 1.339.575,13 889.727,69 89.925,15 359.922,30

Total

3.082.264,83 4.421.839,96 (2.347.533,33) (1.457.805,64) 4.420.659,07 4.510.584,22 1.009.139,09 1.369.061,39

Le mouvement survenu dans le poste «Coût des marchandises vendues et des matières consommées» durant l'exercice de 2016 fut le suivant:

1 2 3 4 5

Description

Marchandises

Inventaires i ni ti aux Achats Recl assement et régul arisation d'inventaires Inventaires finaux Coût des marchandises vendues et des matières consommées (5 = 1+ 2 + 3 - 4)

15.683.413,27 4.090.421,00 15.184.842,84 4.588.991,43

Matières premières, subs. et de consommation 5.626.381,07 45.258.130,06 6.578.777,53 44.305.733,60

Total 21.309.794,34 49.348.551,06 21.763.620,37 48.894.725,03

Le mouvement survenu dans le poste «Coût des marchandises vendues et des matières consommées» durant l'exercice de 2015 fut le suivant:

1 2 3 4 5

Description

Marchandises

Inventaires initi aux Achats Recl assement et régulari sati on d'inventai res Inventaires finaux Coût des marchandises vendues et des matières consommées (5 = 1+ 2 + 3 - 4)

17.197.713,15 (699.461,94) 15.683.413,27 814.837,94

dst - sgps, s.a.

Matières premières, subs. et de consommation 8.017.336,48 59.611.191,22 5.626.381,07 62.002.146,63

Total 25.215.049,63 58.911.729,28 21.309.794,34 62.816.984,57

Page 98 de 116


Rapport annuel 2016

Au cours de 2016 et 2015, la composition du poste «Dépréciation des stocks» était la suivante:

Postes

2016 Reprises de pertes de valeur

Pertes de valeur

Marchandi ses

-

2.634.088,67 2.634.088,67

Pertes de valeur

Total

2.634.088,67 2.634.088,67

2015 Reprises de pertes de valeur

(3.102.462,05) (3.102.462,05)

Total

- (3.102.462,05) - (3.102.462,05)

14. Clients Le 31 décembre de 2016 et 2015, la composition du poste «Clients» était la suivante:

Postes

Clients c/c Clients titres à recevoir Clients avec garantie Clients à créances douteuses

Pertes de valeur accumulées

31.12.2016

31.12.2015

52.402.400,43

47.566.266,93

228.061,52

594.905,95

2.933.104,56

2.886.295,58

11.210.487,04

8.862.469,84

66.774.053,55

59.909.938,29

(11.210.487,04)

(8.862.469,84)

55.563.566,51

51.047.468,45

Le 31 décembre de 2016 et 2015, les créances douteuses étaient composées de la forme suivante: 31.12.2016

31.12.2015

231.171,57

416.253,71

Réclamées judiciairement

4.897.405,53

5.400.148,69

En retard

6.081.909,94

3.046.067,44

Relati ves à des procédures d’i nsolvabilité et de redressement judici aire d’entreprises ou des procédures d’exécution

11.210.487,04

8.862.469,84

Le 31 décembre de 2016 et 2015, le poste «Avances de clients» était composé de la forme suivante: Postes

Clients c/c

dst - sgps, s.a.

31.12.2016

31.12.2015

-

127.434,63 127.434,63

Page 99 de 116


Rapport annuel 2016

Au cours de 2016 et 2015, la composition du poste «Dépréciation de comptes à recevoir» était la suivante:

Pertes de valeur

Postes

Dettes à recevoir de clients

(2.611.479,57) (2.611.479,57)

2016 Reprises de pertes de valeur 35.505,33 35.506,33

Pertes de valeur

Total

(2.575.974,24) (2.575.974,24)

(372.425,58) (372.425,58)

2015 Reprises de pertes de valeur

Total

1.794.871,99 1.794.871,99

1.422.446,41 1.422.446,41

15. Actifs financiers Le 31 décembre de 2016 et 2015, la composition du poste «Actifs financiers» était la suivante:

Postes

31.12.2016

31.12.2015

Passif courant Derivés avec couverture efficace "Swap" de taux d'intérêts variable

663.789,67

742.748,42

663.789,67

742.748,42

16. Autres comptes à recevoir Le 31 décembre de 2016 et 2015, la composition du poste « Autres comptes à recevoir » était la suivante:

Postes

31.12.2016

31.12.2015

Intérêts Travaux en cours

1.074.981,20

1.737.519,11

2.954.209,33

2.082.801,53

Services fournis

1.028.354,64

1.548.290,66

Débiteurs en raison d’accroissement de revenus

Vente d'eau Autres Autres débiteurs d'investissements Autres débiteurs

dst - sgps, s.a.

413.839,53

442.292,49

1.254.772,44

1.234.391,68

6.726.157,14

7.045.295,47

2.910.197,42

2.916.671,84

17.001.266,59

22.960.583,25

26.637.621,15

32.922.550,56

Page 100 de 116


Rapport annuel 2016

17. État et autres entités publiques Le 31 décembre de 2016 et 2015, le poste « État et autres entités publiques » était composé de la forme suivante: Postes

31.12.2016

31.12.2015

Actif 491.737,73

371.294,30

3.703.246,62

3.734.676,38

708.682,57

417.424,23

4.903.666,92

4.523.394,91

Impôto sur le revenu

539.812,17

594.480,95

Retenue d’impôts sur le revenu

398.201,38

367.846,89

Taxe sur la valeur ajoutée

938.136,19

83.570,81

Cotisations à la Sécurité sociale

830.814,74

762.906,60

Autres

311.393,96

329.898,32

3.018.358,44

2.138.703,56

Impôt sur le revenu Taxe sur la valeur ajoutée Autres Passif

18. Reports Le 31 décembre de 2016 et 2015, le poste «Frais et revenus à comptabiliser» était composé de la forme suivante: Poste

31.12.2016

31.12.2015

Frais à comptabiliser Services à fournir les prochaines années déjà facturés

811.221,77

557.871,04

-

18.000,00

Publicidade

76.696,79

69.851,98

148.974,39

136.140,72

Intérêts à payer

55.460,35

41.444,54

Frais bancaires Autres frais

108.081,90

104.074,75

854,71 1.201.289,91

163.034,62 1.090.417,65

Assurances Loyers

Revenus à comptabiliser Services à fournir les prochaines années déjà facturés Contrats de construction Loyers

1.186.865,12

541.358,87

11.722.429,71

16.933.967,97

61.930,04

61.357,40

12.971.224,87

17.536.684,24

19. Capital libéré Le capital social du groupe dst est resté le même lors de l'exercice et est constitué de 5.000.000 actions dématérialisées, nominatives, avec la valeur nominale unitaire de six euros. Il est totalement libéré. dst - sgps, s.a.

Page 101 de 116


Rapport annuel 2016

20. Provisions Le 31 décembre de 2016 et 2015, le poste «Provisions» était composé de la forme suivante: Postes

31.12.2016

31.12.2015

Provisions pour investi ssements de remplacement

641.056,99

764.926,37

Provisions pour Lamas

333.333,00

333.333,00

49.596,62

49.596,62

2.564.915,83

2.344.028,18

Procédures judiciai res en cours

665.325,75

666.774,22

Provisions travaux en cours - NCRF19

889.981,56

786.920,52

Autres provisions

256.685,77

211.208,66

5.400.895,52

5.156.787,57

Provisions pour i mpôts Provisions pour garanties à clients

Les augmentations / réduction du poste «Provisions» durant les exercices de 2016 et 2015 présentaient la composition suivante: 31.12.2016 Postes

Renforcement

Repris

Solde final

Renforcement

Reprise

Solde final

(18.445,47)

-

(18.445,47)

(41.955,00)

-

(4.400,30)

128.269,79

123.869,49

(677,98)

73.150,55

72.472,57

(772.601,19) 1.106.300,27

333.699,08

(989.689,01) 227.437,15

(762.251,86)

(795.446,96) 1.234.570,06

439.123,10

(1.032.321,99) 300.587,70

(731.734,29)

Procédures j udiciai res en cours Provisions pour i nvestis sements de remplacement Autres provi sions

31.12.2015

(41.955,00)

21. Financements obtenus Le 31 décembre de 2016 et 2015, la composition du poste «Financements obtenus» était la suivante:

Postes

31.12.2016

31.12.2015

Passif non courant 84.669.783,58

86.072.642,27

Locations financières

3.221.343,17

2.576.676,03

Billets de trésorerie

3.875.000,00

3.875.000,00

Projets d'investissement

1.878.206,52

2.836.777,46

240.733,13

240.733,13

93.885.066,39

95.601.828,88

21.815.927,81

13.940.538,28

Comptes de garantie

8.749.835,34

16.954.928,67

Découverts bancaires

3.311.612,35

3.092.015,93

Locations financières

1.371.859,72

929.171,59

771.535,68

253.560,77

36.020.770,91

35.170.215,23

Emprunts à moyen et long terme

Autres Passif courant Emprunts à court terme

Projets de investissement

dst - sgps, s.a.

Page 102 de 116


Rapport annuel 2016

22. Fournisseurs Le 31 décembre de 2016 et 2015, la composition du poste «Fournisseurs» était la suivante: Postes

31.12.2016

31.12.2015

34.499.944,03

42.271.740,25

Fournis seurs - titres à payer

2.641.384,67

4.235.987,97

Fournis seurs - factures en véri fi cation

2.282.714,69

3.063.356,59

Fournis seurs avec garantie

6.944.010,28

6.718.658,74

329.734,96

341.929,40

46.697.788,63

56.631.672,95

Fournis seurs c/c

Autres

23. Autres dettes à payer Le 31 décembre de 2016 et 2015, la composition du poste «Autres dettes à payer» était la suivante: Postes

31.12.2016

31.12.2015

12.485.435,18

14.652.204,16

9.363.926,60

-

21.849.361,78

14.652.204,16

Rémunérati ons à payer

1.310.760,52

1.153.590,58

Fournisseurs d’i nvestissements

1.209.333,75

1.274.504,71

Adi antamentos por conta de vendas

1.125.721,00

1.092.221,00

Passif non courant Loyer concession Pass ivos por i mpostos diferi dos Passif courant

Créanciers par accroissements de frai s Assurances Rémunérati ons à payer

140.506,82 3.277.007,60

346.143,28

321.672,41

Fournisseurs et s ervi ces externes

2.172.159,64

2.771.066,72

Autres accroissements de frai s

3.728.610,52

3.109.002,32

9.916.239,79

9.619.255,86

Intérêts

Pass ifs d'impôts différés

616.865,64

-

Pass ifs d'impôts différés

-

710.899,13

3.124.851,31

3.110.290,79

22.666.234,41

18.215.044,65

Loyer concession

1.897.097,60

2.149.337,02

Prêts obtenus

4.230.013,93

4.237.191,67

Autres

5.180.900,94

12.522.991,80

51.278.018,89

54.085.327,21

Factoring Confi rming

dst - sgps, s.a.

113.847,16 3.555.479,19

Page 103 de 116


Rapport annuel 2016 24. Actifs et passifs d'impôts différés Le 31 décembre de 2016, la composition du poste «Actifs et passifs d'impôts différés» était la suivante: 01.01.2016 Base Impôt Actifs d’impôts différés Impari té cli ents Préjudice fiscal reportable NCRF 19 - Provisions Provisions pour autres risques et charges Comptabili sation de la juste valeur du swap Coût amorti Autres

Non courant Courant Passifs d’impôts différés Subventi on à l'investi ssement

Non courant Courant

dst - sgps, s.a.

1.947.420,30 395.870,73 235.386,67 1.234.220,59 630.635,77 162.668,37 4.606.202,43

488.665,14 93.504,67 54.228,76 321.180,60 167.118,48 44.699,22 1.169.396,87

Variation Base 74.875,33 (73.384,71) (177.734,42) (67.040,60) (8.066,63) 28.042,75 (223.308,27)

Impôt 15.062,69 (16.511,56) (47.099,62) (17.765,76) (2.086,66) 7.431,33 (60.969,59)

31.12.2016 Base Impôt 2.022.295,64 395.870,73 162.001,96 1.056.486,17 563.595,17 154.601,74 28.042,75 4.382.894,16

1.169.396,87 -

50.954.415,97 10.699.687,24 50.954.415,97 10.699.687,24

503.727,82 93.504,67 37.717,20 274.080,98 149.352,72 42.612,56 7.431,33 1.108.427,28 1.108.427,28 -

(50.954.415,97) (10.699.687,24) (50.954.415,97) (10.699.687,24)

-

-

9.988.788,11 710.899,13

-

Page 104 de 116


Rapport annuel 2016 Le 31 décembre de 2015, la composition du poste «Actifs et passifs d'impôts différés» était la suivante: 01.01.2015 Base Impôt Actifs d’impôts différés Imparité clients Préjudice fiscal reportable NCRF 19 - Provisions Provisions pour autres risques et charges Comptabilisation de la juste valeur du swap Coût amorti

3.341.134,37 562.255,81 63.337,87 1.186.298,66 748.991,43 165.933,40 6.067.951,55

813.421,39 140.957,71 15.517,78 308.481,29 198.482,73 45.527,97 1.522.388,87

Non courant Courant

Variation Base (1.393.714,06) (166.385,08) 172.048,80 47.921,92 (118.355,66) (3.265,03) (1.461.749,11)

31.12.2015 Base Impôt

Impôt (324.756,25) (47.453,04) 38.710,98 12.699,31 (31.364,25) (828,75) (352.992,00)

1.947.420,30 395.870,73 235.386,67 1.234.220,59 630.635,77 162.668,37 4.606.202,43

1.522.388,87 -

Passifs d’impôts différés Subvention à l'investissement

52.414.317,56 11.006.266,65 52.414.317,56 11.006.266,65

Non courant Courant

488.665,14 93.504,67 54.228,76 321.180,60 167.118,48 44.699,22 1.169.396,87 1.169.396,87 -

(1.459.901,59) (1.459.901,59)

(306.579,41) (306.579,41)

50.954.415,97 10.699.687,24 50.954.415,97 10.699.687,24

10.299.229,12 707.037,53

9.988.788,11 710.899,13

25. Ventes et services fournis Au cours de 2016 et 2015, la composition du postes «entes et services fournis» était la suivante: 2016 Postes

Ventes d'immeubles Ventes de marchandises Ventes de produits Services fournis

dst - sgps, s.a.

marché intérieur 405.500,00 13.627.172,29 4.353.728,19

2015

marché extérieur

Total -

marché intérieur

405.500,00

128.000,00

59.986,29 13.687.158,58 262.234,21 4.615.962,40

10.353.671,87 5.986.992,59

marché extérieur

Total -

128.000,00

56.438,55 10.410.110,42 8.529.719,35 14.516.711,94

155.685.828,00 23.781.720,30 179.467.548,30

154.946.476,26 26.221.179,18 181.167.655,44

174.072.228,48 24.103.940,80 198.176.169,28

171.415.140,72 34.807.337,08 206.222.477,80

Page 105 de 116


Rapport annuel 2016

26. Travaux pour la propre entité Au cours de 2016 et 2015, la composition de ce poste était la suivante:

Postes

Actifs fixes tangibles

2016

2015

23.787,26

67.696,63

23.787,26

67.696,63

27. Approvisionnements et services externes Au cours de 2016 et 2015, la composition de ce poste était la suivante:

Postes

31.12.2016

31.12.2015

54.991.690,08

57.378.459,35

Électricité

2.757.515,13

2.737.134,21

Combusti bles

3.556.845,49

4.442.942,63

Eau et autres fluides

699.989,56

743.835,16

Outi ls

634.001,35

610.307,46

Matériel de bureau

131.085,34

78.661,35

Loyers et locations

12.940.078,21

12.196.144,14

76.549,72

59.404,35

497.221,37

501.419,17

Sous-traitance

Dépenses de représentati on Communi cation

994.508,28

818.735,75

Transport de marchandises

1.079.665,21

450.738,99

Déplacements et séjours

2.036.945,46

1.987.281,37

55.085,74

86.781,29

285.769,33

474.983,58

Assurances

Commissions Honoraires

142.975,42

202.320,29

2.612.255,82

3.272.265,63

Publicité et propagande

210.646,67

165.946,28

Nettoyage, hygiène et confort

233.720,70

142.265,37

Surveillance et sécurité

864.938,43

795.257,92

5.089.562,72

4.999.692,26

Licences de software

694.351,86

588.780,01

Péages

680.727,49

717.277,14

Autres FSE

876.867,76

809.056,52

92.142.997,14

94.259.690,19

Contenti eux et notaire Conservati on et réparation

Travaux spécial isés

dst - sgps, s.a.

Page 106 de 116


Rapport annuel 2016

28.

Avantages du personnel, personnes employées et charges de personnel

28.1. Personnes employées Entreprises

31.12.2016

31.12.2015

dst - sgps, s.a.

5

5

2bpartner, scr, s.a.

2

2

blu, s.a.

3

1

bysteel uk limited

-

-

166

177

23

23

747

734

-

-

bysteel, s.a. bysteel, s.a. - França criar vantagens - águas e resíduos, lda. derivadas e segmentos, s.a. despertavantagem, s.a.

-

-

98

73

414

469

dst - wind, s.a.

1

1

dst 2gether II - s.a.

-

-

dst 2gether, sgps, s.a.

-

-

dst energias renováveis, sgps, s.a.

-

-

domingos da silva teixeira - angola, s.a. domingos da silva teixeira, s.a.

dst engenharia & construção, sgps, s.a.

-

-

dst hydro, s.a.

1

1

dst internacional II, sgps, s.a.

-

-

dst internacional, sgps, s.a.

-

-

dst moçambique, lda.

-

3

dst real estate, sgps, s.a.

-

-

16

9

dst telecomunicações, sgps, s.a.

-

-

dst ventures, sgps, s.a.

-

-

dstelecom, alentejo e algarve, s.a.

-

-

dstelecom, norte, s.a.

-

-

44

42

dst solar, s.a.

dstelecom, s.a. dstrainrail, s.a.

6

-

155

125

global sun, s.a.

7

23

innovation point - investigação e desenvolvimento, s.a.

6

4

investhome - construção e imobiliária, s.a.

-

16

investhome - sgps, s.a.

-

-

ipplus, s.a.

-

-

perfil dinamico, lda.

-

-

steelgreen, s.a.

-

17

tagregados, s.a.

6

5

tconcrete, s.a.

4

4

tgeotecnia, s.a.

-

-

vpartner, s.a.

4

-

way2b, ace

-

-

1.817

1.833

dte, instalações especiais, s.a.

Total dst - sgps, s.a.

Page 107 de 116


Rapport annuel 2016

28.2. Charges de personnel Au cours de 2016 et 2015, la composition de ce poste était la suivante:

Postes

2016

2015

1.215.420,17

1.096.559,82

23.512.015,22

21.111.872,89

143.554,04

190.600,00

4.991.811,65

4.485.921,97

Assurances d’accidents de travail et maladies professionnelles 412.099,12 346.708,28 Charges d’action sociale

412.804,25

Remunérati ons des organes sociaux Rémunérati ons du personnel Indemnisati ons Charges sur les remunérations

350.554,32

80.635,97

88.842,93

Assurances de santé et vi e

110.008,66

148.665,47

Autres charges de personnel

202.073,65

170.075,77

31.014.326,76

28.055.897,40

Formation

29. Autres revenus Au cours de 2016 et 2015, la composition de ce poste était la suivante:

Postes

Revenus supplémentaires Investissements financiers

2015

3.786.755,43

2.708.091,07

-

4.450.000,00

Aliénations d’investi ssements non financiers

128.063,52

479.327,52

Différences de change favorables

458.001,02

1.428.717,85

Escomptes obtenus pour pai ement comptant

181.139,89

137.566,44

-

748,61

667.039,41

2.510.097,28

Corrections relati ves aux exerci ces antérieurs Excès d'estimation pour impôts Subventions diverses Subventions à l 'investissement Restitution d'i mpôts Pénali tés contractuelles Gai ns en i nventaires Autres revenus et gains

dst - sgps, s.a.

2016

6.295,88

11.675,53

3.723.118,45

4.266.016,25

1.000,00

-

200.073,62

186.038,68

2.880,43

3.999,29

1.067.948,58

1.541.979,28

10.222.316,23

17.724.257,79

Page 108 de 116


Rapport annuel 2016

30. Autres frais et pertes Au cours de 2016 et 2015, la composition de ce poste était la suivante:

Postes

2016

Impôts et taxes

2015

704.842,12

790.551,13

1.366,56

25.243,21

266.450,12

1.346.988,15

-

42.791,78

Aliénations d'investissements non financiers

40.834,46

838.974,78

Corrections relatives aux exercices antérieurs

3.445,23

21.394,65

Dons

72.588,50

156.431,17

Cotisations

23.664,41

21.823,25

Escomptes concédés pour paiement comptant Dettes irrécouvrables Investimentos financeiros

Insuffisance pour l'estimation des impôts Différences de change défavorables

5.761,44

4.158,38

2.527.854,59

1.917.141,71

814.612,35

1.219.001,95

340,18

631,66

53.618,39

141.833,57

104.087,39

104.490,53

Frais de garanties bancaires Frais de lettre Frais de factoring Frais de confirming Frais de self-confirming

28.078,76

245,21

Amendes et pénalités

91.234,36

711.650,99

Dommages à tiers

8.592,68

28.947,76

Indemnisations

2.787,62

3.672,08

Pertes en inventaires

3.797,19

3.451,91

Services bancaires

725.150,08

635.775,92

Autres frais et pertes

302.784,26

260.665,19

5.781.890,69

8.275.864,95

31. Intérêts et revenus similaires obtenus Au cours de 2016 et 2015, la composition de ce poste était la suivante:

Postes

Intérêts contractuels et de retard Intérêts de prêts concédés Intérêts de dépôts Intérêts d'autres applications de moyens fi nanciers Autres i ntérêts et revenus

dst - sgps, s.a.

2016

2015

85.862,47

280.445,42

211.595,03

263.683,71

46.236,07

157.716,86

237.859,47

193.692,08

202.791,25

156.573,39

784.344,29

1.052.111,46

Page 109 de 116


Rapport annuel 2016

32. Intérêts et frais similaires supportés Au cours de 2016 et 2015, la composition de ce poste était la suivante:

Postes

2016

Intérêts de prêts bancaires

2015

3.749.744,46

4.194.787,40

Intérêts de factoring

21.635,28

147.481,43

Intérêts de leasing

72.846,99

75.556,74

Intérêts de confirming

47.214,29

46.889,63

-

9.411,90

Intérêts de retard et compensatoires

152.267,68

26.229,63

Intérêts de prêts obtenus

116.647,51

409.953,13

4.092,06

9.224,77

965.299,28

2.689.605,07

Services bancaires

108.785,21

102.312,56

Commissions garanti es

170.858,98

196.803,99

81.700,17

66.356,16

5.491.091,91

7.974.612,41

Intérêts de self-confirming

Intérêts d'escompte de titres Autres intérêts et frais Autres frais et pertes de financement

Autres

33. Impôt sur le revenu Le frais (revenu) pour impôts courants est celui indiqué dans le cadre suivant:

Postes

Impôt courant IS de l'année Impôt différé

dst - sgps, s.a.

2016

2.153.062,92

2015

2.358.510,00

(37.448,63)

(705.068,16)

2.115.614,29

1.653.441,84

Page 110 de 116


Rapport annuel 2016

34. Engagements du groupe dst pour la prestation des garanties Le groupe dst possédait, le 31 décembre 2016, des garanties bancaires pour la substitution des cautions auprès des entités adjudicataires pour un montant de 78.772.721,66 euros, 190.142.000 kwanzas, 163.750 livres et 8.480.100,08 escudos cap-verdiens à savoir: Nationales en euros

Internationales en kwanzas en livres

en escudos cap-verdiens

BCI/CGD

4.720.891,49

-

-

-

BAI ANGOLA

1.295.352,31

-

-

-

201.721,15

-

-

-

492.796,72

-

-

-

1.664.000,44

-

-

-

-

-

BCP BPI BBVA BARCLAYS

14.035.105,92

-

Novo banco

26.396.350,48

190.142.000,00

CGD

12.905.619,70

-

-

-

BPN

163.750,00 8.480.100,08

5.288.005,79

-

-

-

10.078.886,92

-

-

-

1.693.990,74

-

-

-

TOTAL 78.772.721,66

190.142.000,00

Entités concédants Autres

163.750,00 8.480.100,08

Le groupe dst possédait, le 31 décembre 2015, des garanties bancaires pour la substitution des cautions auprès des entités adjudicataires pour un montant de 71.926.149 euros, 1.147.500 dollars, 190.142.000 kwanzas, 500.000 meticais et 8.480.100,08 escudos cap-verdiens à savoir: Nationales en euros

SANTANDER

Internationales en dol lars

en kwanzas

en meticais

5.925.784,48

997.500,00

-

BCP

2.930.710,91

-

BPI

14.625.225,90

-

648.350,02

BBVA BARCLAYS

en escudos cap-verdi ens -

-

-

-

-

-

500.000,00

-

-

-

-

-

209.316,14

-

-

-

Novo banco

10.056.958,09

-

-

-

-

CGD

18.173.201,44

150.000,00 190.142.000,00

-

8.480.100,08

BANIF BANCO POPULAR Banco BIC Entités concédants Autres

923.927,52

-

-

-

-

1.520.470,17

-

-

-

-

5.164.042,04

-

-

-

-

10.078.886,82

-

-

-

-

-

-

-

-

1.147.500,00 190.142.000,00

500.000,00

8.480.100,08

1.669.275,54 TOTAL 71.926.149,08

dst - sgps, s.a.

Page 111 de 116


Rapport annuel 2016

35. Événements après la date du bilan Entre la date de l'élaboration des états financiers (31 décembre 2016) et la date d'autorisation de leur émission (le 18 april 2017), il n'y a eu aucun fait important qui justifie des divulgations ou des modifications des états financiers de l'exercice.

36. Informations exigées par la législation L'organe de gestion informe que le groupe dst ne présente aucune dette en retard par rapport à l'administration fiscale et douanière, dans les termes du décret-loi nº 534/80 du 7 novembre 1980. Dans les termes de l'article 210 du code des régimes contributifs, publié par la loi nº 110/2009 du 16 septembre 2009, l'organe de gestion informe que la situation du groupe dst auprès la Sécurité sociale est à jour, et l'a été dans les délais stipulés par la loi. En application des dispositions de l'alinéa b), du paragraphe nº1 de l'article 66-A du code des sociétés commerciales, le groupe dst informe que les honoraires pratiqués par le commissaire aux comptes s'élèvent à 103.524,95 euros (TVA incluse), qui se réfèrent uniquement aux services de contrôle légal des comptes. Durant l'exercice terminant au 31 décembre 2015, le groupe dst a supporté des dépenses en recherche et développement (« R&D ») d'un montant de 1 105 057,95 euros, considérées éligibles dans le cadre du système des incitations fiscales en recherche et développement d'entreprise (« SIFIDE II »), dans les termes de l'article 6 de la loi nº 40/2005, modifié par la loi nº 162/2014. La commission de certification pour les incitations fiscales à la R&D d'entreprise a donc attribué au groupe dst un crédit fiscal s'élevant à 808 597,75 euros. Comme durant l'exercice fiscal 2015, le groupe de sociétés imposé suivant le régime spécial d'imposition des groupes de sociétés (« RSISG »), n'a pas eu d'exonération en matière d'impôt sur les sociétés (« IRS ») suffisante pour la déduction de ce crédit fiscal. Le groupe dst utilisera la somme de 133 221,76 euros durant l'exercice fiscal 2016 En 2016, le groupe dst a également supporté des dépenses en recherche et développement (« R&D ») d'un montant de 1 504 625,14 euros, susceptibles d'être éligibles dans le cadre du SIFIDE II. En ce sens, le groupe dst est en train de préparer les candidatures qu'il adressera à la commission de certification pour les avantages fiscaux à la R&D d'entreprise, pour obtenir les déclarations justificatives que les activités réalisées correspondent effectivement à des actions de R&D. Si les demandes susmentionnées sont acceptées par les entités compétentes, le groupe dst aura la possibilité de bénéficier d'une exonération en matière d'impôt sur les sociétés (« IRS ») d'une valeur de 898 015,17 euros.

dst - sgps, s.a.

Page 112 de 116


Rapport annuel 2016

Dans les termes des dispositions des paragraphes numéros 1 et 2 de l'article 23 du code fiscal de l'investissement (CFI), le groupe dst a calculé pour 2016 un montant des avantages fiscaux liés au régime fiscal d'aide à l'investissement (RFAI) de 43 181,44 euros, correspondant à 25 % des investissements éligibles de l'année (172 725,74 euros).

37. Date d'autorisation pour l'émission des états financiers Les états financiers de l'exercice terminant le 31 décembre 2016 ont été approuvés par l'organe de gestion et autorisés à être émis le 18 april 2017.

Braga, le 18 april 2017

Le conseil d'administration,

Le comptable certificat nº 55854,

José Gonçalves Teixeira; Président

Susana Maria Macedo Queirós

Avelino Gonçalves Teixeira; Vice-président exécutif

Joaquim Gonçalves Teixeira; Vice-président non exécutif

Hernâni José Gonçalves Teixeira; Membre non exécutif

João Martins Negrais de Matos; Membre exécutif

dst - sgps, s.a.

Page 113 de 116


Rapport annuel 2016

D)

Certification lĂŠgale des comptes

dst - sgps, s.a.

Page 114 de 116


Rapport annuel 2016

dst - sgps, s.a.

Page 115 de 116


Rapport annuel 2016

E)

Rapport et avis du commissaire aux comptes

dst - sgps, s.a.

Page 116 de 116


Millions discover their favorite reads on issuu every month.

Give your content the digital home it deserves. Get it to any device in seconds.