Page 1


En couverture Grumpy Magazine est une publication bimestrielle digitale/print internationale basée à Paris qui est dédiée aux personnalités et esprits créatifs du monde du divertissement et de la mode, recherchant sans cesse de nouvelles histoires inspirantes à partager. Grumpy Magazine is an international bimonthly digital/print publication based in Paris that is dedicated to the creative minds from entertainment and fashion, always looking for new inspiring stories to share.

Gardons contact l e t’ s k e e p i n t o u c h

Site grumpymagazine.com Twitter / Instagram @grumpymagazine Facebook Grumpy Magazine Email info@grumpymagazine.com

Le kiosque Madison Iseman par Rowan Daly

Online issuu.com/grumpymagazine Print grumpymagazine.com/shop

Grumpy Team & Collaborateurs team & contributors

Directrice de publication Publisher

Jasmine Perrier

Rédactrice en chef Editor-in-chief

Jasmine Perrier

Illustrations & Design Celina Nguyen, Larissa Gloy Nandhabiwat, Jasmine Perrier Rédacteurs Writers

Jessy Morgan, Allie Gaubatz, Ryan Bellman, Jasmine Perrier

Photographie Photography

Rowan Daly, Derrick Freske, Drew Hersch, Alexandra Thomas, Birdie Thompson, Rebecca Anderson, Catherine Powell, Shayla Eddins, Justin James Muir, Andrew Stiles, Lenne Chai, Ryan Bellman, Jasmine Perrier

Nous rejoindre team@grumpymagazine.com Join us

Traduction Jasmine Perrier Translation

Remerciements courtesy of

Madison Iseman Rhiannon Fish Alexander Jean @madisoniseman @rhiannonmfish @_alexanderjean_ / @markballas / @bcjean Advantage Public Relations The X Division Guttman PR Cailee Rae Ashley Roberts Ellington Ratliff @caileeraemusic @ashleyroberts @ratliffR5 MLC PR Guttman PR E2W Collective / Hollywood Records ROZES Freya Tingley Ella Anderson @rozessounds @freyatingley @ellaanderson / @ellaanderson4u Stacie Sater Platform Public Relations Katz Public Relations Dana Gaier Sterling Beaumon Paris Fashion Week @danagaier @sterlingbeaumon Totem Fashion / Alexandre Boulais Communications Katz Public Relations BLACKDRESS / DM Media / Jacques Babando Drew Hersch Ryan Bellman Larissa Gloy Nandhabiwat Celina Nguyen @drewhersch @ryanmbellman @glowie.art @celxoart


Get out of your grumpy mood

grumpymagazine.com/shop

worldwide shipping

Share your pics #grumpymagazine


LETTRE AUX LECTEURS letter to the readers

J

e devais avoir à peine 14 ans, lorsque j’ai découvert l’existence des publications digitales. Grâce à Andrea Compton qui dirigeait à l’époque une revue de mode espagnole appelée Overlay Magazine, j’ai suscité un certain intérêt pour cette industrie qui était en développement. Je me rappelle très bien de la fois où je lui avais demandé quelles étaient les clés pour concevoir son propre magazine, elle m’avait répondu que n’importe qui faisant preuve de beaucoup d’envie et de travail pouvait réussir. Ces mots m’ont depuis toujours suivie. Me voilà cinq années plus tard, à fêter le premier anniversaire d’un projet qui a pris en si peu de temps une ampleur qui me surprend toujours. En démarrant la publication, je rejoignais un monde inconnu avec peu de moyens et des contacts limités. Je partais presque de rien, seule. Malgré tout, l’identité de la publication a progressivement fini par prendre forme et nous sommes parvenus à nous faire une place dans l’industrie du divertissement et de la mode. Au vu des numéros qui ont jusqu’à présent animé cette année 2017, je pense qu’une partie de cet objectif a été atteinte. Et je reste déterminée à porter la publication le plus haut possible. Ainsi, quelques nouveautés verront le jour dès ce numéro d’Août-Septembre que j’ai vraiment voulu rendre spécial. D’une part, vous remarquerez un nouveau logo et quelques modifications au niveau du design pour que le magazine affiche un contenu bilingue car vous nous avez prouvé que cette publication n’a pas de frontière. Nous sommes aussi ravis de vous révéler une double couverture pour ce numéro spécial d’anniversaire. D’autre part, tandis que je m’occupais en grande partie de toute la gestion, j’ai décidé qu’il était temps d’agrandir l’équipe pour avoir un contenu encore plus personnel et diversifié, ce que j’ai commencé à entreprendre dans ce numéro. C’est ainsi que j’en viens au changement clé qui donnera un tournant radical à la publication. Jusqu’ici, l’accès libre aux versions en ligne représentait un aspect majeur de notre activité. Toutefois, les ventes digitales seront désormais introduites pour soutenir notre développement créatif. Par question d’équité, tous les numéros antérieurs resteront accessibles pour tous. Mais sachez que ce changement a pour but de vous offrir le meilleur contenu à travers une production innovante et authentique. Je veillerai à préserver la qualité que vous attendez de GRUMPY tout en assurant un contenu abordable, que ce soit à travers nos parutions bimestrielles ou notre site. Les copies imprimées pourront toujours être commandées via Peecho. Dernier point mais pas le moindre, je souhaitais remercier toutes les personnes qui m’ont permis d’en arriver là aujourd’hui. Au cours de cette première année à la tête de GRUMPY j’ai pu approcher des industries qui me passionnent, réaliser des rêves et rencontrer les personnes les plus inspirantes. Alors merci à tous les lecteurs et fidèles abonnés, merci aux professionnels qui m’ont fait confiance, merci à l’équipe d’issuu qui a une formidable communauté d’éditeurs. Enfin je voulais dédier une mention spéciale à mes collaboratrices bénévoles qui n’ont jamais cessé de m’épauler au fil du temps. Merci pour votre travail incroyable qui n’a pas de prix.

J’espère que vous apprécierez ce numéro fait avec amour. De belles choses nous attendent!

I

believe I was just 14, when I discovered digital publications. Thanks to Andrea Compton who was the editor of a Spanish fashion magazine called Overlay Magazine, I got interested in this emerging industry. I remember very well when I asked her what were the keys to found a magazine, she told me that any hard-working person putting plenty of effort could succeed. Those words have been following me ever since. Here I am five years later, celebrating the first anniversary of a project that became so big in such a short time. Today this adventure is still insane for me. When I launched this publication, I was about to join an unknown world with few means and a very limited network. I started from scratch and I was on my own. Despite all of this, the magazine progressively found its brand image and got accepted in the worlds of entertainment and fashion. In the light of our 2017 issues, I think a part of this goal has been reached. And I keep myself determined to get to the top. Therefore, some new stuff will be introduced in this August-September issue that I ultimately wanted to make special. On one hand, you will notice a new logo and a new design to showcase a bilingual content because you showed us that this publication has no borders. We are also thrilled to present you a double cover for this special birthday issue. On the other hand, whereas I was the main person in charge of running the magazine, I decided it was time to extent the team in order to have a more personal and varied content, which is something I initiated to do in this issue. That’s what leads me to the a pivotal change that will mark a turning point. Until now the free access to our online issues was a major aspect of the publication. However from now on, digital sales will be introduced to support our creative development. In order to be fair with everyone, all issues previously published will remain available for all of you. But you have to know that this change aims at offering you a better content through an authentic and innovative production. I’ll make sure to maintain the quality you expect from GRUMPY while keeping things affordable, whether through our bimonthly issues or our website. Print copies will still be delivered by Peecho. Last but not least, I wanted to thank all people who helped me to get to this point today. Over this year at the head of GRUMPY I got to get closer to industries I’m passionate about, a few dreams came true and I met some of the most inspiring people. So thank you to all our faithful readers and followers, to all professionals who trusted me, to the issuu team that has an amazing community of editors. And thank you to my contributors who have been volunteering so far and highly helping me over time. Your incredible support is priceless.

I hope you will enjoy this issue made with love. Lots of great things are coming!

Jasmine Perrier Fondatrice et rédactrice en chef Instagram/Twitter: @jazzieperrier


Portrait par @artsbyric

Get to know

Celina Nguyen Contributing Illustrator

@celxoart

‘‘J’ai toujours su que je voulais intégrer le domaine créatif’’ I always knew that I wanted to get into the creative field

Ontario, Canada

Kitchener to be exact

DUA LIPA Her voice is so unique and she has such an amazing vocal range

Fast and Furious series and Marvel movies people in my life Constantly being surrounded by supportive people makes you feel like you can achieve anything

‘‘If you never try, you will never know’’ It’s important to me because it has some mysteriousness to it

Travelling the world My dream vacation as of right now would be New Zealand


Among the Stars Our solar system Hundreds or thousands Gone. Fly The speed of light. Back to Earth Find Signs of life elsewhere, The sun.

Illustration et poème par Allie Gaubatz


Sommaire

AOÛT - SEPTEMBRE 2017

PHOTOGRAPHIE 10

Portrait

20

Wanderlust

MUSIQUE 24

Rozes De son hit Roses avec The Chainsmokers à sa tournée avec Max Schneider From her hit Roses with The Chainsmokers to her tour with Max Schneider

28

Ashley Roberts Comment elle a trouvé sa voie sept ans après le chapitre ‘Pussycat Dolls’ How she found her own voice seven years after the chapter ‘Pussycat Dolls’

32

Alexander Jean Le secret d’un duo plein de magie par Mark Ballas et BC Jean The secret of a magical duo by Mark Ballas and BC Jean

38

Cailee Rae Une chanteuse pop & talent digital qui fait des étincelles A pop singer & talented social media star who sparkles

44

Ellington Ratliff Le retour en force du groupe R5 avec New Addictions R5’s successful comeback with New Addictions

CINÉMA 48

Dana Gaier Comment la franchise Moi, Moche et Méchant a marqué son enfance How the franchise Despicable Me had a lasting effect on her childhood

52

Sterling Beaumon Son rôle à venir dans la série Law & Orders: True Crime His upcoming role on series Law & Orders: True Crime

58

Freya Tingley De la douce Wendy Darling à la mystérieuse Nora Thompson dans No Way To Live From the sweet Wendy Darling to the dark Nora Thompson in No Way To Live

62

Ella Anderson La jeune version de Brie Larson dans Le Château de Verre Brie Larson’s young version in The Glass Castle

66

Madison Iseman Étoile montante et reine de Still The King Rising star and queen of Still The King

74

Rhiannon Fish Retour sur son aventure dans The 100 Throwback to her journey on The 100

MODE 78

Paris Fashion Week Édition Automne/Hiver 2017-2018 Fall/Winter 2017-2018 edition


P O R T R A I T

Propos recueillis par Jasmine Perrier

Photos de Drew Hersch


PHOTOGRAPHIE

‘‘Le monde entier est une œuvre d’art’’ The entire world is a piece of art

D

Drew

Tu prétends avoir toujours aimé créer. Comment t’arranges-tu pour être créatif dans ton quotidien?

You claim you’ve always been passionate about creating. How do you get by to include creativity in your daily life?

rew Hersch est un photographe de 16 ans du Sud de la Californie. Armé de son téléphone et de la webcam de son ordinateur, il a commencé par poster en 2014 du contenu hebdomadaire sur YouTube pour le plaisir. C’est ainsi qu’il a entrepris son voyage sur la toile. ‘‘Tout début 2016, j’ai acheté mon premier Reflex pour améliorer la qualité de mes vidéos’’ dit-il. Puis il a fini par se tourner vers la photographie ainsi que vers la production cinématographique. ‘‘Inspiré par d’autres artistes sur Instagram, j’ai commencé à contacter une tonne d’amis et modèles. Et ma passion pour cet art s’est développée chaque jour’’ affirme-til. Photographe à plein temps lorsqu’il n’étudie pas, Drew possède une vision artistique sincère qui regorge d’idées. Avez-vous déjà eu envie de prendre un bain avec des chamallows?

J’ai toujours eu une passion pour la création, que ce soit enfant en me donnant en spectacle à la maison pour ma famille, en chantant sur scène, ou en créant de l’art avec une caméra. Vivre dans un dortoir pendant 10 mois chaque année a certainement imposé une limite à ma créativité. Je suis toujours un lycéen qui doit faire face aux demandes d’admission pour l’université, aux examens et à la typique charge de travail, tout en essayant de développer ma propre marque. Cependant je fais du théâtre depuis que j’ai 8 ans et aujourd’hui je m’implique toujours dans le programme de théâtre de mon lycée. C’est un exutoire créatif que j’utilise quand je n’ai pas le temps de privilégier la photographie. A quoi ressemble une journée type dans ta vie de photographe? Quand je ne suis pas en cours, j’essaie de privilégier la photographie autant que possible. Une journée pourrait fonctionner de différentes manières. La plupart des jours implique simplement de répondre et d’envoyer une tonne d’e-mails, beaucoup de retouches et ensuite de prendre des photos dans la soirée. Mais il y a d’autres jours qui ne correspondent pas à cette routine pour lesquels je suis reconnaissant de faire ce que je fais. Ces jours-ci, je prends habituellement un train matinal pour LA avec quelques amis, fais des photos jusqu’à midi, passe ma vie à faire des friperies à West Hollywood. Ensuite je prends le dernier train de la soirée pour retourner à Orange County. Quel moment préfères-tu lorsque tu captures des instants et personnes avec ton appareil? Il y a un nombre infini de moments qui pourraient être capturés dans ce monde. J’ai toujours trouvé fascinant le fait que nous puissions poser, capturer certains moments et les revoir. Je n’aime pas croire que la photographie consiste uniquement à prendre des photos et regarder à travers un viseur. J’aime la

12

Hersch is a 16-year-old photographer from Southern California. He began his social media journey back in 2014 when he started making weekly YouTube content filmed either with his phone or computer webcam for fun. ‘‘At the very beginning of 2016, I bought my first DSLR camera to improve my video quality’’ he says. Then he ended up being attracted by photography and cinematic videography. ‘‘With inspiration from other Instagram artists, I started reaching out to tons of friends and models. And my passion for this art has been growing every day’’ he states. Full-time photographer when he isn’t busy studying, Drew has a genuine vision full of ideas. Have you ever yearned for a bath with marshmallows?

I’ve always had a passion for creating, whether it be putting on shows for my family at home as a child, singing on stage, or creating art through a camera. Living in a dorm room for 10 months every year has definitely put a limit on my creativity - I’m still a high school student facing college applications, exams, and the typical work load, all while trying to grow my own brand. However, I have been doing theater since I was 8 years old, and I’m still involved in my school’s theater program today. I use this as a creative outlet when I don’t have time to prioritize photography. What does a typical day in your life as a photographer look like? During the time where I’m not away at school, I try to prioritize photography as much as possible. A day could go several different ways. Most days just include answering and sending tons of emails, a lot of editing, and then shooting in the evening. However, there are other days that don’t fit this routine and make me feel extremely grateful to be doing what I do. These days usually include catching an early train out to LA with some friends, shooting until noon, thrift shopping my life away in West Hollywood, and then catching the last evening train back to Orange County. What is your favorite part of capturing moments and people with your camera? There is an infinite number of moments that could be captured in this world. It’s always been fascinating to me that we are able to pose, capture certain moments and look back at them. I don’t like to think of photography as just taking photos


Avec Mikayla Kagan

JUIN - JUILLET 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

27


PHOTOGRAPHIE

‘‘J’ai toujours aimé le style vintage’’ I have always been in love with vintage style

considérer comme un moment parfait, réel et concret. Il est intéressant de penser que chaque photo que vous défilez sur Instagram était, à un certain moment, un instant de la vie réelle. Cela m’a inculqué la croyance qu’il est impossible d’être à court d’idées pour les photos, car il y a un monde entier plein de moments magnifiques qui attendent d’être capturés de tous les points de vue. Comment es-tu parvenu à améliorer ta technique? Simplement en sortant et en photographiant autant que possible. Je suis à 100% un artiste autodidacte. Je remarque que chaque série que je photographie inspire une nouvelle idée, donc je continue simplement à faire des photos. Qu’est-ce qui rend ton art si unique? J’essaie de mélanger mon style entre le passé et le présent. J’ai toujours aimé le style vintage dans les vêtements et la photographie, et j’aime également rester à jour avec la mode moderne et les tendances actuelles. Je sens que mon travail est unique grâce à toutes mes idées qui me viennent à l’esprit qui sont des choses m’appartenant exclusivement. Que ressens-tu lorsque tu vois ta vision artistique venir à la vie? J’essaie toujours d’obtenir des photos qui incarnent une certaine émotion ou qui provoquent une sensation dans l’esprit du spectateur. Voir ma vision créative naître est sans aucun doute le meilleur sentiment au monde. C’est merveilleux d’avoir quelque chose qui brasse dans mon cerveau durant des mois et d’enfin organiser le moment précisément comme je l’avais imaginé pendant tout ce temps. Jusqu’à présent quel est ton shooting préféré? Jusqu’ici mon shooting préféré est le jaune/citron que j’ai fait avec ma bonne amie Hope. Ce shooting a complètement changé mon style, et il m’a embarqué dans la photographie éditoriale. Je devais à l’origine retrouver un autre photographe à la plage et prendre quelques portraits. L’autre photographe ayant annulé, j’avais appelé mon amie Hope à la place. Les photos issues de ce shooting m’ont incité à utiliser exclusivement mes propres idées originales au lieu de suivre les tendances. Toutes les autres séances photo que j’avais faites cette semaine-là avaient eu lieu chez moi, où mes amis et moi avions utilisé des articles de Target pour créer des décors et ambiances. Cela m’a appris que le lieu n’a rien à voir avec la qualité des photos.

14

and looking through a viewfinder, I like to think of it as staging a perfect, real, tangible moment. It’s interesting to think that every photo you scroll past on Instagram was, at one point, a real-life moment. This has instilled my belief that its impossible to run out of photo ideas, because there is an entire world out there full of beautiful moments waiting to be captured from all points of view. How did you manage to improve your skills? By simply going out and shooting as much as possible. I am 100% self-taught. I notice that every set I shoot inspires a new idea, so I just keep shooting. What makes your craft so unique? I try to mix my style up between the past and the present. I have always been in love with vintage style in clothing and in photography, and I also like to stay up to date with modern fashion and current trends. I feel that my work is unique because all of my ideas come from my mind, which is something that exclusively belongs to me and nobody else. What do you feel when you see your creative vision coming to life? I always try to get my photos to portray a certain emotion or trigger a feeling in the viewer’s mind. Seeing my creative visions come to life is undoubtedly the best feeling in the world. It feels great to have something brewing in my brain for months, and to finally stage the moment exactly how I envisioned it all along. What’s been your favorite shoot so far? My favorite shoot so far has been the yellow/lemon shoot that I did with my good friend, Hope. This shoot completely changed my style, and it got me into editorial photography. I was originally supposed to meet up with another photographer at the beach and take some portraits. The other photographer cancelled, and so I called up my friend Hope instead. The photos that came out of this shoot inspired me to only use my own original ideas, instead of following photography trends. Every other shoot I did that week took place at my house, where my friends and I would use items from Target to create set pieces and backdrops. This taught me that location has nothing to do with the quality of photos.


Avec Hope Boulgarides

AOÛT - SEPTEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

15


27 Avec Lila Holley


bonne

What usually makes you believe that a photo is great?

J’ai l’habitude de penser qu’une photo est bonne si elle suit la règle de trois, si elle est extrêmement nette et si elle a une bonne lumière. Cependant, je commence à réaliser que chaque photo est unique en son genre et qu’il n’y a pas de bonne ou de mauvaise manière pour capturer un instant précis dans le temps. Je ne crois pas qu’il y ait de forme particulière à suivre pour créer une bonne oeuvre d’art. Tout le monde a un point de vue différent et un oeil différent.

I used to have the mindset that a photo is only good if it follows the rule of thirds, is extremely sharp, and has good lighting. However, I’m starting to realize that every single photo is unique in its own way, and there is no right or wrong way to capture a moment in time. I don’t believe there is a particular format that needs to be followed in order to create a good piece of art. Everyone has a different point of view and a different eye.

Comment photo?

juges-tu

habituellement

une

Californien de naissance tu as eu la chance de grandir entouré d’un environnement vraiment avantageux. Dans quelle mesure la région a-t-elle inspiré ton travail? La Californie a inspiré mon style et mon point de vue d’artiste de plusieurs manières. Je vis dans une ville balnéaire entre Los Angeles et San Diego, donc je me suis assurément inspiré des plages de ma ville et de l’atmosphère urbaine de San Diego et LA. Savoir que j’ai une grande sélection de lieux variés tout autour de moi a considérablement renforcé ma motivation créative.

As a Californian native you got lucky to grow up surrounded by a very attractive environment. To what extent did the area inspire your work? California has influenced my style and my artist point of view in several different ways. I live in a beach town between Los Angeles and San Diego, so I have definitely drawn inspiration from the beaches in my town and the urban vibes of SD & LA. Knowing that I have a huge selection of various locations all around me has significantly increased my creative motivation.

Sinon qu’est-ce qui t’inspire en général? D’où te viennent ces idées insensées et authentiques telles que l’excellente idée du bain de chamallows?

Otherwise what inspires you in life generally speaking? From where do you get insane and genuine ideas such as the outstanding one of the marshmallows bath?

La vie et le temps en lui-même inspirent le plus ma photographie. Nous vivons en 2017, ce qui signifie que nous avons à considérer des générations et générations de styles et tendances. Faire les friperies est une bonne méthode que j’utilise pour m’aider à trouver de l’inspiration. Cela me donne l’impression de voyager dans le temps. Pour moi, il n’y a pas de meilleur moyen pour trouver de l’inspiration vintage que de voir d’authentiques antiquités et vêtements du passé. Pour certaines de mes idées les plus folles, telles que les shootings avec le citron, l’aluminium ou les chamallows, j’ai parcouru Target pour trouver des accessoires au hasard, je les ai ensuite rapportés à la maison pour faire des photos avec. Je n’utilise jamais les ressources en ligne sur Pinterest, seulement mon cerveau et un magasin plein d’articles aléatoires.

Life and time itself is the biggest inspiration in my photography. We live in 2017, which means that we have generations and generations of styles and trends to look back at. Thrift shopping is a great method that I’ve used to help inspire my photography. It makes me feel like I’ve time travelled. For me, there’s no better way to draw vintage inspiration than to see authentic antiques and pieces of clothing from the past. For some of my craziest ideas, such as the lemon, tinfoil, and marshmallow shoots, I browsed my local Target for random props, then brought them back home to shoot with. I never use Pinterest online resources for inspiration, just my own brain and a store full of random items.

Tu utilises beaucoup les plateformes sociales comme Instagram pour partager ton art. Selon toi, à quel point ont-elles favorablement impacté ton travail? Instagram contient mon portfolio en photographie, et me permet d’exposer et de partager mon travail avec quiconque voulant le voir. S’il n’y avait pas Instagram, j’aurais du mal à trouver des modèles, à planifier des événements et à communiquer avec d’autres photographes et soutiens. J’aime penser qu’Instagram est une communauté de créatifs qui se soutiennent mutuellement et qui utilisent l’application comme un outil pour collaborer et continuer à créer.

You use a lot of social platforms such as Instagram to spread your craft. According to you to what extent do they impact favorably your work? Instagram contains my photography portfolio, and it allows me to showcase and share my work with whoever wants to view it. If it weren’t for Instagram, I would have a hard time booking models, planning events, and communicating with other photographers and supporters. I like to think of Instagram as a community of creatives who support each other and use the app as a tool to collaborate and keep creating.

AOÛT - SEPTEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

17


PHOTOGRAPHIE

‘‘Laissez le monde être votre inspiration’’ Let the world be your nspiration

Quel serait ton ultime objectif en tant que photographe? Et ton shooting de rêve?

As a photographer what would be your ultimate goal? What about your dream shooting?

Un jour, j’aimerais partir faire le tour du monde, que ce soit pour mon propre compte ou avec une personne proche qui décide de m’emmener comme photographe. Mon ultime objectif est de ressortir diplômé de l’université et de construire une carrière dans la photographie et les médias sociaux qui me procure assez d’argent pour voyager dans le monde et fonder une famille.

Someday I would love to go on a world tour, whether it be centered around me, or someone I’m close with who decides to bring me along as the photographer. My ultimate goal is to graduate college and build a career out of photography & social media that provides me with enough money to travel the world and start a family.

Enfin, quelle serait la devise inspirant ton mode de vie et ta vision artistique?

Last but not least what would be the motto inspiring your way of life and vision?

A tous les photographes qui ont l’impression de perdre de l’inspiration ou qui éprouvent un manque d’inspiration pour continuer à créer: le monde entier est une oeuvre d’art qui peut être vue d’un nombre infini d’angles. Aussi longtemps que le temps continue de tourner et que le monde continue à changer, vous avez le pouvoir de manipuler n’importe quel moment que vous voulez et de le capturer pour toujours. Si vous pensez être à court d’idées, réfléchissez encore. Le monde est constamment en mouvement, le temps ne peut pas geler. Chaque milliseconde, une nouvelle opportunité naît. Jusqu’à ce que chaque instant soit enfin capturé, il sera impossible d’être à court d’idées. Laissez le monde être votre inspiration.

To all photographers who feel that they are at a loss for inspiration, or are experiencing a lack of motivation to keep creating: the entire world is a piece of art that can be viewed from an infinite number of angles. As long as time continues to run and the world continues to change, you have the power to manipulate any moment you want and capture it forever. If you think you have run out of ideas, think again. The world is constantly in motion, time can’t freeze. Every millisecond, a brand new opportunity is born. Until every single moment in time has been captured, it will be impossible to run out of ideas. Let the world be your inspiration.

Avec Lila Holley & Viviana Moiso

18


PHOTOGRAPHIE

Wanderlust Mots et photos de Ryan Bellman

P

andscape and lifestyle photographer based out of the greater Los Angeles, I first got into photography because it let me see the beauty in something even when a day turned out terrible for me. I could choose to be creative and think out of the box a little, and I enjoyed that. When I take photos, I’m trying to capture moments the way I see them, so when looking back on the image you remember everything you experienced there. That’s the beauty of photography. I would gain inspiration from Instagram photographers including Joel Hyppönen, Jason Hill and Tucker Troupe. But the list could go on forever. I fell in love with the style and the way they captured moments. That has translated into mine a bit.

J’aime particulièrement capturer les paysages en les mettant à l’échelle d’un être humain. C’est un peu plus personnel pour les spectateurs car ils peuvent comprendre l’étendue du territoire. Venant de Californie, j’adore le soleil. J’essaie d’en profiter quand je prends des photos, en ayant la lumière du soleil d’un côté du sujet car cela peut créer des ombres. Je veux traduire avec précision ma vision du monde aux autres. Il n’y a rien dans le monde comme la Californie et je suis reconnaissant qu’on m’y ait amené. Cet espace est rempli d’une diversité de personnes. Il y a peu d’endroits où vous pouvez avoir des chaînes de montagnes juxtaposées à l’océan. Nous avons aussi le désert au nord qui peut nous embarquer dans des aventures dingues. Nous avons une telle diversité de paysages si proches de la ville. Cela me suffit pour m’inspirer à sortir et tout explorer.

One of my favorite ways to capture landscapes is to scale it with a human being. It’s a little more personal to the viewers because they can understand the vastness of the land. Coming from California, I love the sunshine. I try to make the most of it while shooting photos, having the sunlight on one side of the subject because it can create shadows. I want to accurately translate the way I see the world to others. There’s nothing in the world like California and I’m thankful to have been brought up here. This place is filled with a huge diversity of people. There are few places where you can have massive mountains juxtaposed with the ocean. We also have the desert just north of us which can make for some crazy adventures. We have such a diverse amount of landscapes so close the city. That’s enough to inspire me to get out and explore it all.

Voyager me sort de ma zone de confort et m’immerge dans une culture et un mode de vie qui me sont étrangers. Il n’y a pas de meilleure façon d’apprendre que de voyager. Évidemment, vous pourriez apprendre à connaître ces lieux et ces cultures à partir d’un manuel, mais cela ne signifie rien pour vous à moins d’en faire l’expérience. Quand vous le vivez et que vous le voyez juste devant vous, vous pouvez alors l’apprécier car cela paraît réel pour vous. Mon plus récent voyage était ma première fois en Europe. C’était principalement un roadtrip de Londres à Barcelone. Il y a tellement de choses que j’ai retenues de ce voyage. Mon endroit préféré relie Biarritz dans le sud de la France et Saint-Sébastien dans la région basque de l’Espagne. Ces deux endroits au bord de l’océan Atlantique sont incroyablement magnifiques. Prendre le soleil et sentir l’air marin salé tout en explorant la ville était un sentiment à la fois familier et complètement étranger. Mon souvenir préféré était la montée de la Tour Eiffel à Paris, juste à temps pour le coucher du soleil. Je n’en avais jamais vu un aussi beau et la ville était voilée par cette douce lumière rose. C’est un spectacle que je n’oublierai jamais.

20

L

hotographe de paysages et lifestyle basé dans la région de Los Angeles, je me suis tourné vers la photographie car elle me laissait voir la beauté d’une chose même quand une journée était affreuse pour moi. Je pouvais choisir d’être créatif et sortir des sentiers battus, et j’appréciais cela. Quand je prends des photos, j’essaie de capturer les moments comme je les vois, afin qu’en contemplant l’image vous vous souveniez de tout ce que vous avez vécu là-bas. C’est ce qui est beau dans la photographie. Je trouve de l’inspiration chez les photographes sur Instagram comme Joel Hyppönen, Jason Hill et Tucker Troupe. Mais la liste pourrait durer indéfiniment. Je suis tombé sous le charme du style et de la manière dont ils capturent les moments. Cela a un peu déteint dans le mien.

Traveling is getting out of my comfort zone and immersing myself in a culture and way of life that is foreign to me. There’s no better way of learning than to travel. Sure, you could learn about these places and cultures from a textbook but it doesn’t mean a thing to you unless you experience it. When you live it and see it lived out right in front of you, only then do you have the appreciation for it because of how real it is to you. My most recent trip was my first time to Europe. It was essentially a road trip from London to Barcelona. There’s so many things I took away from this trip. My favorite place is a tie between Biarritz in southern France and San Sebastián in the Basque region of Spain. Both places on the Atlantic Ocean are incredibly beautiful. Basking in the sun and feeling the salty sea air while exploring the city was a feeling familiar to me but completely foreign at the same time. My favorite memory was getting to the top of the Eiffel Tower in Paris just in time for sunset. I’ve never seen a sunset so beautiful and the city was veiled in this soft, pink light. It’s a sight that I will never forget.


JUIN - JUILLET 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

27


PHOTOGRAPHIE

Sortir de votre zone de confort crée de meilleurs souvenirs, ceux qui resteront avec vous pour le reste de votre vie. Aussi naïf que cela puisse paraître, la vie est comme un muscle. Si vous ne stressez pas un peu plus à chaque fois que vous y travaillez, il n’y a aucun progrès et aucune évolution.

Be out of your comfort zone creates better memories, ones that are going to stay with you for the rest of your life. As cheesy as it sounds, life is like a muscle. If you don’t stress it a little further every time you work it out, there’s no progress and no growth.

Ryan Bellman @ryanmbellman

22


AOÛT - SEPTEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

23


MUSIQUE

Rozes Mots de Jasmine Perrier

E

n 2015 Elizabeth Mencel, que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de Rozes, s’emparait du monde avec ‘Roses’ issu de sa collaboration avec le duo en vogue The Chainsmokers. ‘‘Ivres de la vraie vie, je t’emmènerai au paradis’’ avaitelle écrit avec le DJ et producteur Drew Taggart. Au vu du succès que connaissait la chanson, sa carrière allait être propulsée à une nouvelle échelle. Un an après la sortie du hit, nous la retrouvions sur la scène de la Sahara Tent à Coachella. ‘‘Je pense que j’essaie encore de ‘gérer’ le succès. Je poursuivrai toujours un objectif mobile.’’ Pourtant, rejoindre l’industrie musicale par la voie de la musique électronique n’était pas ce qu’elle prévoyait. ‘‘Cela a créé une voie nouvelle et inattendue pour moi. La musique que je créée maintenant est fortement influencée par l’EDM’’ Venant d’une famille de musiciens, Elizabeth avait d’abord pris à six ans des cours de piano et de violon. ‘‘Cela a toujours été un loisir. J’ai écrit ma première chanson au lycée et l’ai jouée dans un talent show. C’est le moment où j’ai su que je voulais composer et chanter devant des foules’’ se souvient-elle. Elle a fait ses premiers pas sur scène dans sa ville natale Philadelphie, au Philly’s World Cafe. Cependant son nom de scène ‘Rozes’ a émergé plus tard, en voulant rendre hommage à sa grand-mère Rose. ‘‘Elle m’a toujours appris à être une femme forte et confiante. Je voulais être cela pour moi-même et pour mes fans.’’ Inspirée par la chanteuse pop britannique Adele, Elizabeth l’avait en réalité repérée au World Cafe bien avant qu’elle devienne la pop star aux multiples récompenses que nous connaissons tous aujourd’hui. ‘‘Sa musique est vraie, honnête et elle n’a pas peur d’être vulnérable. Je crois que c’est la raison pour laquelle elle est encore populaire aujourd’hui, et qu’elle le sera toujours’’ approuve Rozes. ‘‘Pouvoir faire ce que j’aime a créé en moi un sentiment de liberté’’ admet l’artiste de 24 ans. ‘‘Pour moi, écrire est aussi important que de respirer. J’en ai besoin pour vivre, me relaxer et survivre.’’ A travers sa musique, Rozes veut partager l’idée d’une liberté émotionnelle. ‘‘Les émotions humaines sont normales et nous devrions tous pouvoir nous exprimer honnêtement’’ défend-elle. Au cours des deux dernières années, nous avons eu l’opportunité d’entrer davantage dans son jardin secret. En 2016, elle sortait son premier EP Burn Wild présentant des chansons significatives telles que ‘Under The Grave.’ ‘‘Collectivement, Burn Wild était un grand chapitre de ma vie. Je me cherchais, apprenais à m’aimer et apprenais à réclamer l’amour que je méritais des autres.’’ Le 14 juillet dernier son nouveau single ‘Canyons’ voyait le jour avec une jolie pochette fleurie. ‘‘Cette piste a des sons à la fois nouveaux et familiers à tous ceux qui ont écouté ma musique. C’est un mélange entre une mélodie émotionnelle et une production forte en énergie’’ raconte-t-elle.

24

Photos de Justin James Muir

I

n 2015 Elizabeth Mencel, that we know today as Rozes, was taking on the world with ‘Roses’ from her collaboration with hit duo The Chainsmokers. ‘‘Get drunk on the good life, I’ll take you to paradise’’ she wrote with DJ and producer Drew Taggart. Thanks to the success of the song, her career was about to be catapulted to a new scale. A year after the release of the hit, she was performing at Coachella on the stage of the Sahara Tent. ‘‘I think I am still trying to ‘handle’ the success. I will always be chasing a moving target.’’ Nevertheless, entering the music industry through EDM (electronic dance music) wasn’t in her plans. ‘‘It has created a new, unforeseen journey for me. The music that I create now is heavily influenced by the EDM world.’’ Coming from a family of musicians, Elizabeth initially started taking piano and violin lessons when she was six. ‘‘It has always been a hobby of mine. I wrote my first song in high school and performed it in the talent show. That was the moment I knew that I wanted to write music and sing in front of crowds’’ she recalls. She made her first steps on stage as an artist in her hometown Philadelphia at Philly’s World Cafe. However her stage name ‘Rozes’ came later, as she wanted to pay tribute to her grandmother who was called Rose. ‘‘She has always taught me to be a strong and confident woman. I wanted to be that for both myself and for my fans.’’ Inspired by the British pop singer Adele, Elizabeth actually spotted her at World Cafe well before she becomes the multi-rewarded Pop Star we all know today. ‘‘Her music is real, honest and she isn’t afraid to be vulnerable. I believe that is the reason she is still popular today, and will always be’’ Rozes agrees. ‘‘Being able to do what I love has created a sense of freedom within me’’ the 24 year-old artist admits. ‘‘For me writing is as important as breathing. I need it to live, relax and survive.’’ Through her music, Rozes is interested in spreading the idea of emotional freedom. ‘‘Human emotions are normal and we should all be able to express ourselves honestly’’ she asserts. Over the last two years, we got the opportunity to enter more into her secret garden. In 2016 she released her first EP entitled Burn Wild introducing deep and meaningful songs such as ‘Under The Grave.’ ‘‘Collectively, Burn Wild was a huge chapter in my life. I was in the process of finding myself, learning to love myself, and learning to demand the love I deserved from others.’’ Last July 14th she was promoting her new

single ‘Canyons’ that came out with a nice flowery artwork. ‘‘This track has both new and familiar sounds to anyone that has listened to my music. It’s a mix between emotional melody and high-energy production’’ she tells.


JUIN - JUILLET 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

27


Roses and Violets est la chanson qui a révélé le duo indépendant Alexander Jean. Elle est BC Jean, auteureElizabeth décrit le style de Rozes comme compositrice à l’origine de la chanson If I Were A Boy de une collection de genres avec lesquels elle a grandi et Beyoncé. Lui est Mark Ballas, une personnalité connue qu’elle a rencontrés à travers les changements du goût dans le monde du divertissement américain. Mélangez général. ‘‘J’ai des sons symphoniques originaux et des leurs deux noms et vous obtenez Alexander Jean. sons électroniques que j’ai développés en étant dans la partie danse de l’industrie.’’ Tout en continuant son parcours musical, Rozes reconnaît toutefois qu’elle doit encore accepter que son chemin sera toujours différent des autres. ‘‘Mon plus grand défi est de me comparer à d’autres artistes. J’ai toujours affaire à cela aujourd’hui. Mon oncle a toujours dit que ‘c’est ce que c’est’ et cela m’a aidée à apprendre à accepter ce que je ne peux pas changer, et à me battre pour ce que je peux.’’

Roses and Violets is the song that revealed indie duo Alexander Jean. She is BC Jean, singer-songwriter Elizabeth describes Rozes’ style as a that we need to thank for If I Were A Boy by Beyoncé. collection genresa that she hasa grown up withknow and He is MarkofBallas, figure that lot of people hasthe encountered through the changes of popular in American entertainment world. Mix both of taste. names ‘‘I haveand original sounds, well as, their that’s symphonic how Alexander Jean as was born.

electronic sounds that I have developed from being in the dance part of the industry.’’ While pursuing her musical path, Rozes admits she still needs to accept that her journey will always be different than others’. ‘‘My biggest challenge is comparing myself to other artists. I still struggle with this today. My uncle always said ‘it is what it is’ and this has helped me learn to accept what I can’t change, and fight for what I can.’’

‘‘Ecrire est pour moi aussi important que de respirer’’ For me writing is as important as breathing

Après avoir passé l’été sur la route avec les frères Met du groupe new-yorkais AJR, Rozes visitera cet automne 30 villes aux États-Unis et au Canada aux côtés de Max Schneider ‘MAX’ pour assurer les premières parties de ses concerts. ‘‘J’ai hâte de voir comment chaque ville fête la musique. J’ai également hâte de partager ma musique avec de nouvelles oreilles et j’espère me connecter avec de nouveaux fans. Jouer sur scène a toujours été l’un de mes moments d’artiste préférés.’’ Ainsi, lorsque nous en arrivons à évoquer les projets éminents de Rozes, elle mentionne beaucoup d’histoires de ses expériences, l’après ‘Roses’ avec The Chainsmokers, beaucoup de tournées et le rêve de recevoir un Grammy pour son travail. ‘‘Je suis fière d’avoir pu conserver ma personnalité et les valeurs que j’ai toujours eues tout en vivant des événements qui ont changé ma vie tels que les cérémonies de remise de prix et les stades pleins de gens.’’

27

After spending the summer on the road with the Met siblings from New York band AJR, Rozes will visit 30 cities both in the US and Canada this Fall alongside Max Schneider ‘MAX’ to perform as his direct support. ‘‘I am excited to see how each city celebrates music. I am also really excited to share my music with new ears and hopefully connect with new fans. Performing my music on stage has always been one of my favorite parts of being an artist.’’ Therefore, when it comes to talk about Rozes’ upcoming projects she mentions a lot of stories of her life experiences, post ‘Roses’ with The Chainsmokers, lots of touring and the dream of receiving a Grammy for her work. ‘‘I’m proud of being able to maintain who I am as a person and the values that I have always had while experiencing life changing events, such as award shows and stadiums full of people.’’


MUSIQUE

Ashley Roberts Mots de Jasmine Perrier

S

Photos de Andrew Stiles

I

ept années ont passé depuis que l’aventure d’Ashley Roberts au sein du plus grand girls band des années 2000 s’est terminée. Ashley a intégré les Pussycat Dolls en 2003, alors âgée de la vingtaine. ‘‘Nous avons eu Don’t Cha et tout a changé ensuite’’ se remémore-t-elle. Jusqu’en 2010, Ashley voyageait et se produisait dans les stades du monde entier, et les Pussycat Dolls raflaient de multiples récompenses. ‘‘J’adorais pouvoir être payée à faire ce que j’aimais faire dans la vie. Etre sur scène devant un public est un sentiment formidable! Nous avions les meilleurs fans. Ils avaient tant d’énergie.’’

t has been seven years since Ashley Robert’s journey within the biggest girls band of the 2000s has come to an end. Ashley was in her twenties, when she booked The Pussycat Dolls in 2003. ‘‘We got Don’t Cha and it all changed then’’ she recalls. Until 2010, Ashley was traveling and performing in stadiums all over the world, and The Pussycat Dolls was multi-rewarded. ‘‘I was loving that I could get paid to do what I loved to do in life. Being on stage in front of a live audience is such an amazing feeling! We had the best fans. They had so much energy.’’

L’artiste originaire de Phoenix fréquente les arts créatifs depuis son plus lointain souvenir, bien qu’elle s’intéressait également au monde marin. Finalement, l’influence musicale de la famille a conquis son coeur. ‘‘La musique se produisait et je dansais. Je me mettais en chaussures pour ma famille et je faisais des petits sketchs et routines de danse. Donc je crois que c’était dans mon sang depuis le début’’ admet-elle.

The Phoenix-born artist was into creative arts since she can remember, although she was interested in the sea world as well. In the end, the musical influence of the family won her heart. ‘‘Music would come on and I would dance. I would put on shoes for my family and do fun little skits and dance routines. So I feel it was in my blood since the beginning’’ she admits.

Aussi passionnée par la musique que son père, qui était le batteur du groupe de rock The Mamas and Papas, Ashley a voulu utiliser ses propres expériences pour inspirer les gens à prendre des risques et faire des choses qui leur donnent l’impression de vivre. ‘‘Tremblez, mais osez. Et amusezvous, également’’ nous conseille-t-elle. ‘‘Tenez le coup et continuez à travailler. Restez ouverts, mais ayez une grande estime de vous dans votre coeur.’’

As passionate about music as her father, who was a drummer for rock band The Mamas and Papas, Ashley wanted to use her own experiences to inspire people to take risks and do things that make them feel alive. ‘‘Feel the fear and do it anyway. And also have fun’’ she advises. ‘‘Keep going and keep pushing. Remain open, but have a strong sense of self in your heart.’’

‘‘J’étais désormais seule et je voulais me retrouver’’ I was now on my own, wanting to find myself again

Au moment de quitter les Pussycat Dolls après s’être consacrée au groupe pendant sept ans, Ashley sentait que le temps était venu pour elle de voler de ses propres ailes et de renaître à travers une carrière solo. ‘‘Le plus dur était de trouver ma propre voie. J’étais désormais seule et je voulais me retrouver. J’ai mis un certain temps à trouver ce feu en moi pour revenir au monde’’ déclare-t-elle. Depuis sa séparation, Ashley a affirmé son statut dans l’industrie du divertissement au-delà de la musique, comptant notamment une apparition dans la série 90210: Nouvelle génération ainsi qu’une participation à l’émission de télé-réalité britannique I’m a Celebrity... Get Me Out of Here qui lui a valu d’être finaliste de la 12ème saison.

28

When she left The Pussycat Dolls after being involved in the band for seven years, Ashley felt it was the right time to stand on her own two feet and reborn throughout a solo career. ‘‘The most challenging was finding my own voice. I was now on my own, wanting to find myself again. I took some time to really find that fire inside to get back out in the world’’ she states. Ever since her breakaway, Ashley has confirmed her position as an entertainer and explored the business beyond music, going from a TV appearance on The CW’s former series 90210 to being a contestant of British reality show I’m a Celebrity...Get Me Out of Here where she finished runner-up of series 12.


AOÛT - SEPTEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

27


A présent, Ashley partage son temps entre Los Angeles et Londres, étant une figure reconnue parvenue à élargir sa présence à l’échelle internationale. ‘‘Parfois les paparazzis britanniques peuvent être plus agressifs. Je comprends l’originalité des britanniques! Mais j’aime également le mode de vie de la Californie.’’ En vrai ‘girlboss’ dont elle recommande le livre de Sophia Amoruso si vous ne l’avez pas encore lu, Ashley a constamment été active ces dernières années. ‘‘Parfois mon emploi du temps est rude mais c’est tout ce que j’aime! J’adore relever les défis et voir ce que je peux créer et faire’’ raconte-t-elle. Depuis 2016, elle présente sur NBC l’émission 1st Look dans laquelle elle voyage aux quatre coins des États-Unis pour visiter les meilleures destinations telles que le Parc national de Zion dans l’Utah. ‘‘J’adore découvrir de nouvelles aventures. Et 1st Look fournit cette plateforme. J’ai rencontré des personnes formidables et ai découvert des lieux incroyables! Chaque jour est différent.’’

Today, Ashley lives between Los Angeles and London, being a renowned figure who managed to expand her presence on the international scale. ‘‘Sometimes the British pap’s can be more aggressive. I dig the quirkiness of the Brits! But I also love the lifestyle of Cali.’’ As a real ‘girlboss’ whose she recommends the book by Sophia Amoruso if you haven’t read it yet, Ashley has never stopped being a busy woman during all those years. ‘‘Sometimes my schedule is tough but it’s all stuff I love! I love to challenge myself and see what I can create and do’’ she tells. Since 2016, she has been presenting NBC’s travel & lifestyle TV program 1st Look in which she discovers the hottest destinations around the US such as the Zion National Park in Utah. ‘‘I love exploring brand new adventures. And 1st Look provides that platform. I’ve met some amazing people and got to experience some amazing places! Everyday is different.’’

‘‘J’adore relever les défis et voir ce que je peux créer’’ I love to challenge myself and see what I can create

En plus d’être sous le feu des projecteurs à la télévision, Ashley est une entrepreneuse remarquable qui a récemment lancé sa ligne de chaussures ‘ALLYN’ dont le nom fait référence à son second prénom. Se décrivant comme une accro aux chaussures, elle n’envisageait aucune autre option que de travailler sur ce type de produit quand elle a eu l’idée de fonder sa marque. ‘‘Je veux que les femmes se sentent plus fortes et indépendantes! Quand je porte une belle paire de chaussures, je me sens bien! Je veux que les femmes ressentent cela en portant mes chaussures’’ dit-elle fièrement. ‘‘En tant qu’entrepreneur vous devez être au point avec l’incertitude. Mais pour moi, cela rend l’aventure colorée’’ confie-t-elle aux futurs chefs. Aujourd’hui âgée de 35 ans, nous avons demandé à Ashley de regarder en arrière et de faire le point sur tout ce qu’elle a accompli et traversé depuis ses débuts. ‘‘J’ai été amenée à faire tant de choses merveilleuses. Deux me viennent à l’esprit: le MTV Video Music Award de la meilleure vidéo danse, et mon ascension du Machu Picchu pour récolter de l’argent pour Coppafeel, qui est une association qui collecte des fonds pour ceux souffrant du cancer du sein’’ partage-t-elle. Pensant au futur, Ashley est déterminée à développer ALLYN, continuer à faire des projets qui l’inspirent et poursuivre sa quête du monde. ‘‘Je suis reconnaissante d’avoir l’opportunité de diffuser de l’amour et j’espère que les femmes aimeront mes chaussures autant que moi’’ finit-elle par partager.

In addition to being under the spotlights on TV, Ashley is an outstanding entrepreneur who recently launched her shoe line ‘ALLYN’ whose name refers to her middle name. Describing herself as a shoe addict, she thought that there was no other option than doing this type of product when she decided to found her own brand. ‘‘I want women to feel empowered! When I put on a great pair of shoes, it makes me feel good! That’s what I want women to feel when rocking my shoes’’ she says proudly. ‘‘As an entrepreneur you have to be ok with the uncertainty. But for me, it makes the adventure of life colourful’’ she entrusts to aspiring bosses. Now at age 35, we asked Ashley to look back at her accomplishments and all the things she has come through since her debuts. ‘‘I’ve gotten to do so many awesome things. Two that come to mind are the MTV Moon Man I got for Best Dance Video, and also hiking Machu Picchu to raise money for Coppafeel, which is a organisation that raises money for those suffering with breast cancer’’ she shares. Thinking about the future, Ashley is determined to grow ALLYN as a business, keep doing projects that inspires her and continue traveling the world. ‘‘I’m grateful to have the opportunity to spread some love and I hope women will love my shoes as much as I love them’’ she ultimately shares.

AOÛT - SEPTEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

31


MUSIQUE

32


Alexander Jean Mots de Jasmine Perrier

L

‘‘ es roses sont rouges, les violettes sont bleues. Je sais que je suis censée être avec toi.’’ Ces paroles que nous entendons dans la chanson Roses and Violets d’Alexander Jean résonnent comme une profonde déclaration d’amour qui a révélé en 2015 la magie de ce duo. ‘‘Alexander’’ se rapporte à Mark Alexander Ballas Jr. plus souvent retenu sous le nom de Mark Ballas, grande figure du divertissement aux États-Unis particulièrement connu pour être l’un des vétérans de l’édition américaine de Danse Avec Les Stars. Tandis que ‘‘Jean’’ est pour BC Jean, la compositrice à l’origine de la chanson de Beyoncé If I Were A Boy sortie en 2008. A présent, le nom ‘‘Alexander Jean’’ n’a plus de secrets pour vous.

Photos de Alexandra Thomas

R

‘‘ oses are red, violets are blue. I know I’m meant to be with you.’’ These words we hear in Alexander Jean’s song Roses and Violets sound like a powerful declaration of love that revealed in 2015 how magical this indie duo is. ‘‘Alexander’’ stands for Mark Alexander Ballas Jr. commonly named Mark Ballas, who is a great figure of the entertainment world in the United States especially known as one of Dancing With The Stars’ veterans. Whereas ‘‘Jean’’ is for BC Jean, the songwriter who wrote Beyoncé’s If I Were A Boy released in 2008. Now, the name ‘‘Alexander Jean’’ has no more secrets for you.

‘‘Nous avons écrit notre première chanson lors d’un rendez-vous’’ We wrote our first song on a date night

BC et Mark se sont rencontrés en 2012 à Los Angeles au cours d’une soirée micro ouvert. ‘‘Nous savions tous les deux que l’autre était doué dans ce qu’il faisait’’ raconte BC. ‘‘Mark voulait aller dîner. Il essayait d’avoir un rendez-vous, j’essayais d’écrire une chanson avec lui’’ poursuit-elle. Depuis, ils ne se sont plus quittés et se sont réunis à travers la musique. ‘La musique a toujours été quelque chose qui nous a inspirés et motivés’’ clarifie Mark.

BC and Mark met in 2012 during a singersongwriter night in Los Angeles. ‘‘We both knew that the other one was talented at what he did’’ BC tells. ‘‘Mark wanted to go to dinner. He was trying to pick me on a date, I was trying to write a song with him’’ she pursues. Ever since, they have been together and reunited through music. ‘‘Music has always been something that inspired both of us and motivated us’’ Mark clarifies.

Ainsi, ils ont tous les deux été entraînés par la magie de la musique dès leur plus jeune âge. Le divertissement était leur domaine de prédilection et aucun plan B n’était envisageable pour eux. ‘‘La musique a toujours été la priorité pour moi. Mark est un professionnel du divertissement donc il fait tout’’ commence BC. ‘‘Nous avons toujours su que c’était là où nous voulions aller’’ continue Mark. ‘‘BC écrit de la poésie et chante depuis qu’elle est petite. J’ai commencé à jouer de guitare classique vers neuf ans et je chante depuis que j’ai quatre ans.’’

Thus they both have been pulled by the magical side of music from a very young age. Entertainment was meant to be their focus and there was no conceivable plan B for them. ‘‘Music has always been first for me. Mark is an entertainer so he does everything’’ BC starts. ‘‘We’ve always known that this is where we wanted to go.’’ Mark continues. ‘‘BC has been writing poetry and singing since she was a little girl. I started playing classical guitar when I was about nine and I’ve been singing since I was four.’’

Ils ont écrit leur première chanson lors d’un rendez-vous, bercés par la chaleureuse atmosphère qui les entourait. ‘‘C’était sincère, nous n’avions aucun engagement. C’était une bonne chanson, nous avions été surpris par le résultat et nous l’avions ensuite enregistrée pour le plaisir’’ partage BC. ‘‘Une fois entendue, nous avons en quelques sortes pensé qu’il y avait peut-être une raison pour laquelle nous nous étions rencontrés et une raison pour laquelle nos carrières solos n’avaient pas décollé comme nous l’avions espéré.’’ C’est ainsi qu’ils ont rassemblé leurs forces et qu’Alexander Jean est né.

They wrote their first song on a date night, carried away by the cosy atmosphere that surrounded them. ‘‘It was honest, we had no stipulations. That was a good song, we were surprised by the outcome and then we recorded it for fun’’ BC shares. ‘‘Once we heard it, we kind of thought that maybe there was a reason why we met and a reason why our solo careers haven’t taken off the way we hoped for.’’ Therefore they joined their forces and Alexander Jean was born.

AOÛT - SEPTEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

33


MUSIQUE

Leur grande complicité n’est pas la seule chose fascinante chez Alexander Jean. Tout leur art est pur, authentique et sincère. ‘‘Chaque chanson est une petite histoire personnelle de nos vies. Nous la prenons de choses que nous avons vécues, que ce soit des hauts, des bas, des peines de coeur... Nous essayons d’écrire de manière à ce que ce ne soit pas égoïste afin que les gens puissent interpréter notre musique’’ explique Mark. ‘‘Nous essayons d’être honnêtes dans nos paroles, que ce soit jeune et moderne’’ indique BC. Tous les deux conviennent que les pièces intemporelles sont typiquement ce qu’ils recherchent lorsqu’ils travaillent sur leur musique. ‘‘Nous voulons que dans 20 ans nos sons paraissent toujours aussi magnifiques qu’aujourd’hui. Nous ne voulons pas faire de sons démodés. Nous voulons que la mélodie vous saisisse immédiatement’’ nous informe Mark. ‘‘Nous voulons vraiment inspirer les gens à ne jamais arrêter de rêver, à toujours vivre et ressentir quelque chose. Je crois que de nos jours beaucoup de personnes renoncent facilement à l’amour, donc nous essayons de rester forts pour les personnes qui n’ont pas pu l’être’’ insiste BC.

Their great complicity isn’t the only fascinating thing about Alexander Jean. Their entire art is pure, genuine and true. When you listen to one of their songs, you get lost in your thoughts and are transported to another world. ‘‘Each song is a small personal story of our lives. We take it from things we have experienced whether it be highs, lows, heartbreaks... We try to write in a sense it’s not selfish so that people can interpret our music’’ Mark explains. ‘‘We are trying to be honest with our lyrics, to keep it young and modern’’ BC states. Both agree that timeless pieces are typically something they go for when they are making their music. ‘‘We want our sounds to still feel as beautiful as they feel now in 20 years. We don’t want to ever make sounds dated. We want the melody to catch you immediately’’ Mark informs us. ‘‘We really want to inspire people to never stop dreaming, always living and feel something. I think a lot of people give up on love easily these days, so we are trying to stay strong for people that haven’t been able to’’ BC insists.

‘‘Il s’agit simplement de nous deux sur scène, tout est authentique’’ It’s just the two of us on stage, everything is authentic

34

Pendant que leur chef-d’oeuvre et premier single ‘Roses and Violets’ charmait les coeurs et les esprits à travers le monde, atteignant le Billboard Hot 100 et le top 10 sur Spotify dans sept pays, BC et Mark étaient sans cesse prêts à laisser leur créativité s’échapper. Pendant qu’ils étaient en tournée l’été dernier pour leur premier EP Head High, ils collectaient déjà des idées pour le suivant appelé High Enough, sorti le 26 juin dernier. ‘‘Tout s’assemble naturellement. Cela se passe organiquement pour nous, même dans la maison’’ Mark révèle. ‘‘Après notre mariage nous avons commencé à travailler sur cet EP en Angleterre. Nous constituons constamment ce grand puzzle ensemble. Il y a encore certaines choses que nous avons réservées pour l’EP 3’’ termine BC.

While their masterpiece and debut single ‘Roses and Violets’ was winning the hearts and minds around the globe, reaching Billboard’s Hot 100 and Top 10 on Spotify in seven countries, BC and Mark were continually ready to let out their creativity. When they were touring last summer for their 1st EP Head High, they were already collecting ideas for the next one called High Enough that got release last June 26th. ‘‘All things come together naturally. It just happens organically for us, even around the house’’ Mark reveals. ‘‘After our wedding we started working on this EP in England. We’re constantly piecing together this large puzzle. We still have some things saved for EP 3’’ BC finishes.

Avec High Enough, Alexander Jean a atteint un autre niveau, en ajoutant une plus grande production à sa musique tout en gardant son touchant pouvoir. ‘‘Nous avons assurément trouvé notre son, ce que nous voulions faire acoustiquement et lyriquement’’ présente Mark. ‘‘Quand vous venez à un show d’Alexander Jean, il s’agit simplement de nous deux sur scène. Nous n’avons pas de groupe, tout est 100% authentique, brut et en direct. C’est ce que nous voulons transmettre avec cet EP.’’

Through High Enough, Alexander Jean have been taken to another level, adding a bigger production to their music whilst keeping their touching power. ‘‘We definitely found our sound, what we wanted to do sonically and lyrically’’ Mark outlines. ‘‘When you come to an Alexander Jean’ show, it’s just the two of us on stage. We don’t have a mass of band, everything is 100% authentic, raw and live. That’s what we wanted to convey on this EP.’’

‘Paper Planes’ est l’une des remarquables pistes que le nouvel EP d’Alexander Jean nous offre. Inspirée par leur mariage, le duo l’a accompagnée d’un clip vidéo rempli d’émotions rejouant les grands moments vécus par le couple autour de leurs familles

‘Paper Planes’ is one of the outstanding tracks that Alexander Jean’s new EP offers us. Inspired by their nuptials, it came out with an emotional music video replaying the key moments the couple lived surrounded by their families and


AOÛT - SEPTEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

35


MUSIQUE

‘‘Nous faisons ce que nous aimons avec la personne que nous aimons’’ We do what we love with the person we love

36


et amis proches en novembre dernier à Malibu. ‘‘Nous voulions écrire une chanson sur notre mariage. Nous bougeons constamment, donc quand nous voyageons nous écrivons’’ raconte BC. ‘‘Lorsque nous travaillions sur Paper Planes je jouais le rythme et BC chantait dans la cuisine’’ ajoute Mark.

close friends last November in Malibu. ‘‘We wanted to write a song about our wedding. We are constantly on the go, so when we travel we are writing’’ BC says. ‘‘When we were working on Paper Planes I was playing the rhythm and BC was singing on the kitchen.’’ Mark adds.

Au moment de notre échange avec Alexander Jean, ils venaient tout juste de conclure leur partie du ‘New Addictions Tour’ du groupe R5 et étaient de retour chez eux à Los Angeles après avoir voyagé à travers les États-Unis. ‘‘Nous nous sommes beaucoup amusés. Comme nous faisions la première partie de la tournée de quelqu’un d’autre, c’était sympa de jouer pour de nouveaux fans et des personnes qui ne nous avaient jamais entendus avant’’ avoue Mark. En tournée, la vie peut être éprouvante mais gratifiante, notamment lorsque vous passez ces moments avec votre âme soeur. ‘‘Nous adorons jouer ensemble, nous aimons voyager, voir de nouveaux endroits, rencontrer nos fans. Le meilleur aspect est que nous pouvons conserver ce feu qui nous anime. Il n’y rien de mieux’’ approuve BC.

When we chatted with Alexander Jean, they’ve just wrapped their part of R5 ‘New Addictions Tour’ across the US and were back at their home in Los Angeles. ‘‘We had a lot of fun. Because we were opening at somebody else’s tour, it was cool to play for new fans and play for people who had never heard us before’’ Mark admits. Tour life can be demanding, but rewarding, especially when you get to spend those moments with your lover. ‘‘We love performing together, we love traveling, seeing new places, meeting our fans. The best part is we get to keep our fire alive together. There is nothing better than that’’ BC agrees.

Pendant cette tournée américaine, ils ont particulièrement apprécié jouer leur iconique ballade Roses and Violets fidèlement honorée par les fans. ‘‘A la fin de la chanson, je passais à ce solo de guitare et BC demandait à tous les fans de sortir leurs téléphones et d’allumer leurs flashs. Tout le monde dans la salle le faisait, ce qui montrait à quel point ils profitaient de la performance. C’était vraiment magnifique’’ concède Mark. A présent, nous attendons avec impatience la visite d’Alexander Jean en Europe. ‘‘Es-tu déjà allée à Paris?’’ demande Mark à BC. ‘‘BC n’est jamais allée à Paris non plus et nous voulons vraiment y aller’’ enchaîne-t-il. ‘‘Nous mourrons d’envie de venir jouer en Europe pour que nous puissions aller à Paris, en Italie, au Royaume-Uni. Nous voulons jouer partout. A un moment donné nous espérons que nous y serons’’ concluent-ils ensemble dans le cas d’une potentielle tournée européenne. Quant aux projets à venir, écrire de la musique et partir en escapade à travers le monde pour trouver de l’inspiration sont à l’ordre du jour pour Mark et BC. ‘‘Nous vivons vraiment au jour le jour. Nous faisons la promotion de notre musique, nous réfléchissons déjà à l’EP 3 et éventuellement aux choses sympas à faire pendant les vacances. Nous devons encore partir en lune de miel, donc nous essayons de trouver la destination. Nous voulons voyager aux quatre coins du monde, et à un moment donné, agrandir notre famille.’’

During this American tour, they exceptionally enjoyed playing their iconic ballad Roses and Violets that fans honored loyally. ‘‘At the end of the song, I’d go into this guitar solo and BC would have all the fans get their phones out and turn their flashlights on. Everyone in the room would do it which showed of how much they were enjoying the performance. It was pretty beautiful’’ Mark grants. We are looking forward to seeing Alexander Jean visiting Europe by now. ‘‘Have you been to Paris?’’ Mark asks BC. ‘‘BC has never been to Paris either and we really want to go’’ he goes on. ‘‘We are dying to come to Europe to perform so we can get to Paris, Italy, the UK. We want to play all over the place. At some point we are hoping to be over there’’ they both conclude as for a potential Europe tour. Speaking upcoming plans, writing music and getaways to seek inspiration all around the world are on Mark and BC’s agenda. ‘‘We are really going day by day. We are promoting our music, we’re already thinking about EP 3 and possibly some fun things over the holidays. We have our honeymoon we still need to go on, so we are trying to figure out exactly where we are going to go. We want to tour the world, and at one point growing our family.’’

‘‘Ecrire des chansons qui viennent de votre coeur est la clé’’ The key is to write songs from your heart Visitez alexanderjean.net et @_alexanderjean_ sur les réseaux sociaux pour en savoir plus sur le monde d’Alexander Jean.

Visit alexanderjean.net and @_alexanderjean_ on socials to know more about Alexander Jean’s world.

AOÛT - SEPTEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

37


Cailee Rae Mots de Jasmine Perrier

Photos de Derrick Freske

C

Elle a vu l’écriture comme un moyen de s’exprimer. Savoir qu’elle pouvait s’appuyer sur cet outil quand les temps étaient durs la rassurait. ‘‘J’ai commencé à écrire quand j’étais en CE1. Mon écriture s’est améliorée vers la sixième car j’ai commencé à traverser tellement de changements. L’écriture est la musique ont un tel impact sur les personnes. Elles peuvent aider de nombreuses personnes tout au long de la vie en général’’ affirme-t-elle. Quelques années plus tard, Cailee fait partie d’une génération de jeunes et talentueux artistes qui font briller la côte ouest américaine. ‘‘Etre à Los Angeles rend la sensation plus réelle, et être entourée de musiciens créatifs, artistes et danseurs aide à m’inspirer. C’est cool d’être entourée de personnes qui comprennent ce que vous faites.’’

She considered writing as a way to express herself. It was important for her to have that tool to lean on when days got hard. ‘‘I started writing when I was in 2nd grade. The time my writing started to improve was probably around 6th grade because I started to go through so much change. Writing and music have such a impact on people. It can help many people through life in general’’ she insists. Years later, Cailee belongs to a generation of young and talented artists who make the American West Coast shine. ‘‘Being in Los Angeles makes it feel way more real and being surrounded by creative musicians, artists and dancers helps inspire me. It’s also cool to be surrounded by people who understand what you do.’’

La douce voix de Cailee a charmé pour la première fois le monde après qu’elle ait publié une vidéo d’elle en studio sur YouTube. Tandis qu’aujourd’hui sa chaîne totalise plus de 100 000 abonnés, sans oublier son demi-million de fans sur Instagram, elle n’avait au départ aucunement l’intention de se lancer grâce à cela. ‘‘Je voulais juste enregistrer une chanson que j’avais écrite et retourner chez moi à St. Louis. Ensuite cela s’est transformé en une chose à laquelle je n’arrive toujours pas à croire’’ rapporte-t-elle.

Cailee’s sweet voice first enchanted the whole world after she published a video of her in studio on YouTube. Whereas her channel today counts more than 100 000 subscribers, and half a million fans follow her on Instagram, she had no intention of it launching her as an artist. ‘‘I just wanted to go in an record one song I had written and go back home to St. Louis. Then it turned into something that I still can’t believe’’ she reports.

ailee Rae n’est pas seulement une personnalité digitale qui rayonne sur YouTube et Instagram, suivie par des milliers d’abonnés. L’artiste de 17 ans originaire du Missouri a toujours été connectée au monde de la musique. Dès son plus jeune âge, elle avait de l’énergie à revendre et exposait ses talents. ‘‘Chanter en général était pour moi la chose à faire. Je dansais et chantais toujours à la maison. C’était le moment où j’étais le plus à l’aise’’ raconte-telle.

C

ailee Rae isn’t just a social media star who shines on YouTube and Instagram, followed by thousands of followers. Originally from Missouri, the 17 year-old artist has always been connected to the music world. From an early age, she had a lot of energy to spare and showcased her talents. ‘‘Singing in general felt so right to me. I’d always be dancing and singing around my house. It was when I felt the most comfortable’’ she says.

‘‘Je n’aurais aucune réussite sans mes fans’’ I wouldn’t have any achievements without my fans

Ce n’était qu’une question de temps, avant que sa popularité sur les médias sociaux devienne virale. Depuis, Cailee n’a jamais manqué de nous surprendre en laissant son imagination parler, que ce soit dans ses reprises ou pistes originales. Elle affirme jouer les chansons comme elle les entend. ‘‘Les idées viennent de la manière dont je joue naturellement’’ explique-t-elle. D’ailleurs, elle a étonnamment prouvé son imagination avec sa version de Wildest Dreams de Taylor Swift, filmée en toute simplicité dans New York avec son ukulélé. ‘‘Je jouais cette chanson depuis un moment et l’idée s’est déroulée dans ma tête. J’allais à NYC pour d’autres choses et pendant que je faisais ma valise l’idée m’a frappée. Cela arrive toujours ainsi par hasard.’’

It was only a matter of time, before her popularity on social media goes viral. Ever since, Cailee has never failed to surprise us by letting her inspiration works itself out, whether she does it in her covers or original tracks. She affirms to play the songs how she would. ‘‘The ideas come from my own natural ways of playing it’’ she explains. Besides, she demonstrated remarkably her imagination with her version of Wildest Dreams by Taylor Swift, filmed in all simplicity around New York City with her ukulele. ‘‘I had been playing that song for a while and the idea had played out in my head. I was going to NYC for other things and as I was packing the idea hit me. It always happens randomly like that.’’

AOÛT - SEPTEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

39


MUSIQUE

14


‘‘Etre à Los Angeles entourée de créatifs aide à m’inspirer’’ Being in Los Angeles surrounded by creative people helps inspire me

AOÛT - SEPTEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

41


Musicienne dévouée audacieuse et judicieuse, Cailee regorge de créativité pour rassembler un public mondial grâce à sa musique inspirante. ‘‘J’adore partager et aider les gens. C’est pourquoi la musique est si importante. C’est le seul langage que tout le monde peut comprendre.’’ A 17 ans, l’artiste qui a révélé l’an dernier son premier EP admet être toujours à la recherche du son qu’elle veut produire. ‘‘Je suis si jeune et je changerai constamment. Je veux que ma musique me représente vraiment’’ se défend-elle. ‘‘C’est difficile de faire cela quand tant de personnes ont des idées et des manières dont ils veulent que cela sonnent. Je défends toujours ce que je veux et cela signifie parfois dire non, ce qui est la plupart du temps préférable.’’

As a dedicated edgy and insightful musician, Cailee is full of creativity to bring people together everywhere in the world thanks to her inspiring music. ‘‘I love sharing and helping people. That’s why music is so important. It’s the one language everyone understands.’’ At 17, the artist who revealed her first EP last year admits she is still trying to figure out the sound she wants to produce. ‘‘I’m so young and I’ll constantly keep changing. I want my music to really reflect me’’ she argues. ‘‘It’s hard to do that when so many people have ideas and ways they want to sound. I always stick up for what I want and sometimes that means saying no, which is for the best most of the time.’’

La sortie d’Overthinking en 2016 incluant des sons accrocheurs et puissants tels que ‘Anchor’ a été l’occasion pour Cailee de montrer une autre facette de son identité artistique et de tâter le terrain pour évaluer ce qu’elle recherchait musicalement, et ce que ses fans appréciaient. ‘‘C’était mon premier projet. Je voulais agir avec prudence et présenter des chansons différentes. J’étais tellement nerveuse et il était temps de faire un pas en avant en tant qu’artiste.’’ En plus d’être le morceau qui lui faisait ressentir tout cela, ‘Anchor’ était également associé à son tout premier clip vidéo qu’elle avait créé en toute beauté, dévoilant une multitude d’émotions à travers des images de Cailee enchaînée, éclaboussée par de la peinture colorée et luttant sous l’eau.

The release of Overthinking in 2016 including punchy and powerful songs such as ‘Anchor’ provided to Cailee an occasion to show another side of her artistic identity as well as to test the waters in order to explore what she was musically looking for, and what her fans liked. ‘‘It was my first project. I wanted to play it safe and introduce different songs. I was so nervous and it was time to make a leap as an artist.’’ In addition to being the music that felt like that for her, ‘Anchor’ was also her first music video that she created in a beautiful way, unveiling a plethora of emotions through images of Cailee chained, splattered by some colorful paint and struggling underwater.

‘‘Je veux que ma musique montre comment j’ai grandi’’ I want my music to show how I have grown

Continuant à aller de l’avant, elle confirme être actuellement en studio pour travailler sur son prochain lot musical. ‘‘Je ne veux pas être prudente avec cette musique. Je veux qu’elle soit mature, fun, avant-gardiste, et qu’elle montre vraiment comment j’ai grandi en tant que personne’’ assure-t-elle. ‘‘J’essaie d’être aussi vraie que possible. Nous pouvons tous nous relier les uns aux autres, donc je me mets dans ces chansons pour que les gens puissent se lier à moi.’’ Depuis toujours, la forte connexion qu’elle entretient avec sa communauté de fans fait partie de l’authenticité de son art. ‘‘Je n’aurais aucune réussite sans eux’’ reconnaît-elle. Attendant constamment l’inattendu, Cailee ne cache pas son souhait de remplir dans un futur proche des stades bondés des foules immenses d’amour. ‘‘Je dis toujours que rien n’arrive par hasard. Donc certains jours vous devez juste tenir le coup.’’

While she keeps moving forward, she confirms to be currently in the studio working on her next batch of music. ‘‘I don’t want this music to be safe. I want it to be mature, fun, edgy, and to really show how I have grown as a person’’ she certifies. ‘‘I try to be as real as possible. We can all relate to each other, so I put myself into those songs so people can relate to me.’’ The strong connection she established with her community of fans has always been something very special her craft. ‘‘I wouldn’t have any achievements without them’’ she recognizes. As she constantly expects the unexpected, Cailee doesn’t hide her wish to fill stadiums with huge crowds of love in a near future. ‘‘I always say everything happens for a reason. So some days you just have to keep going.’’

AOÛT - SEPTEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

43


MUSIQUE

Ellington Ratliff Mots de Jessy Morgan

Photos de Shayla Eddins & Catherine Powell

E

llington Ratliff – un homme aux nombreux talents incluant le chant, la danse, le jeu et la musique, est le batteur du groupe pop rock américain R5. L’artiste de 24 ans a rencontré la fratrie Lynch en 2009, ce qui a conduit au groupe qui nous a présenté If. ‘‘Ils m’avaient vu dans l’un de mes groupes de lycée, donc Riker m’avait demandé si je voulais jouer avec eux’’ commence Ratliff. ‘‘Ensuite cela s’est tout simplement fait et nous avons commencé à jouer à des foires médiocres autour de LA. Au début j’étais embarrassé parce qu’ils aimaient la musique que je trouvais mielleuse. Mais des années plus tard, j’ai quitté mes autres groupes parce que je m’amusais plus à jouer avec eux.’’ Cependant, Ratliff n’a pas toujours été batteur et possède une multitude de talents lorsqu’il s’agit de l’industrie du divertissement. Auparavant vu à l’écran dans des séries et films tels que All You Need, Esprits criminels et Victorious, et fils de l’actrice Cheryl Baxter et du cinéaste George Ratliff, sa carrière s’est immiscée tôt dans sa vie. ‘‘J’étais trop jeune pour savoir si j’avais voulu être dans l’industrie du divertissement sans l’influence de mes parents, mais je suis ravi qu’ils m’y aient poussé car je ne m’imagine pas faire autre chose.’’

Ellington Ratliff – a man of many talents

including singing, dancing, acting and music, is the drummer for American pop rock band, R5. The 24-year-old artist met the four Lynch siblings in 2009 that ultimately lead to the band who brought us ‘If.’ ‘‘They had seen me in one of my high school bands, so Riker asked if I wanted to play with them” Ratliff begins. “Then it just kind of happened and we started playing crappy fairs around LA. At first I was embarrassed because they liked music that I thought was cheesy, but years later I left my other bands because I had more fun playing with them.” Ratliff wasn’t always a drummer though and has a plethora of talents when it comes to the entertainment industry. Previously seen onscreen in shows and films such as All You Need, Criminal Minds and Victorious, and son of actress Cheryl Baxter and filmmaker George Ratliff, his career started early on in his life. “I was too young to know if I would’ve wanted to be in the entertainment business without my parents’ influence, but I’m glad they pushed me because I can’t imagine what else I’d be doing.”

‘‘Il y a une chanson dans New Addictions pour tout le monde’’ There’s a song on New Addictions for everyone En 2003 vers l’âge de 20 ans, Ratliff a vu le film Rock Academy nominé aux Golden Globes. ‘‘Cela m’a donné envie de jouer de la guitare, mais j’ai toujours gravité naturellement autour de la batterie. Un jour, je jouais autour d’une batterie et ma grandmère s’est arrangée pour que mes parents me donnent des cours de batterie’’ se rappelle-t-il. Avec le soutien de sa grand-mère et l’influence rock classique, Rn’b et gospel de ses parents, la carrière musicale de Ratliff était bel et bien sur le point de débuter. ‘‘La progression de l’interprétation à la musique était très naturelle car jouer dans des groupes était une chose que je faisais pour le plaisir, ne comprenant pas vraiment à l’époque que cela pouvait en réalité devenir une carrière. Maintenant nous jouons dans le monde entier et c’est fou de regarder en arrière et de voir que je n’avais aucune idée de ce qui allait arriver.’’ R5 ont laissé leur marque dans l’industrie musicale et ont depuis leur création sorti trois albums et quatre EPs classés mondialement, notamment dans le top Billboard. Leur dernier ajout à la collection est New Addictions. ‘‘Nous nous lassions des sessions d’écriture et du produit des autres producteurs qui pensaient savoir à quoi nous devions ressembler’’ explique Ratliff. ‘‘La plus grande différence est que nous avons écrit et produit chaque chanson en interne

44

In 2003, at the age of around 20, Ratliff saw the Golden Globe Nominee film, School Of Rock. “That made me want to play guitar, but I always had a natural gravitation to the drum set. One day I was messing around on a drum set and my grandma made my parents give me drum lessons” he recalls. With his grandmother’s support and his parents’ influence of classic rock, Rn’b and gospel, Ratliff’s musical career was well and truly about to kick off. “It was a very natural progression from acting to music because playing in bands was something I did for fun, not really understanding at the time that it could realistically turn into a career. Now we play shows all over the world and it’s crazy to look back and see that I had no idea what was coming.”

R5 have made their mark in the musical industry and since formation have released three albums and four EPs that have been featured in charts such as Billboard around the world. Their latest addition to the collection is New Addictions. “We grew tired of writing sessions and the product of what other producers thought we should sound like” Ratliff explains. “The biggest difference is that we wrote and produced every song in-house or with friends. I think they all have something special


JUIN - JUILLET 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

27


MUSIQUE

‘‘Nous avons écrit et produit chaque chanson. Elles ont toutes quelque chose de spécial’’ We wrote and produced every song. They all have something special

46


ou avec des amis. Je pense qu’elles ont toutes quelque chose de spécial et quand je demande un retour aux fans ou amis, tout le monde a une chanson préférée différente.’’ New Addictions est rempli d’une forte énergie, ajoutant cette touche de rock dans la pop. ‘‘Les influences varient de projet en projet. Cette fois-ci nous avons beaucoup écouté The Weeknd, Anderson Pakk et Bruno Mars’’ raconte-t-il. ‘‘Je pense qu’il y a une chanson dans New Addictions pour tout le monde. J’aime demander aux gens ce qu’ils aiment, car par exemple pour ceux qui aiment écouter la radio, je suggère ‘If.’ Vous aimez le groove, ou la musique plus underground: vous aimerez ‘Red Velvet’ ou ‘Trading Time.’ N’importe qui peut déprimer sur ‘Lay Your Head Down’ bien qu’elle ait une ambiance rétro chaleureuse’’ explique Ratliff. Ce nouvel EP a été accueilli partout par des critiques retentissantes et brillantes, le décrivant comme addictif, unique et mature. Ce qui a musicalement davantage propulsé R5 sous le feu des projecteurs. Le groupe est sur la route depuis le 7 juillet, Portland et Orlando ayant lancé la tournée. Depuis, il a continué son voyage dans les États. ‘‘Ce que je préfère dans les tournées mondiales est de voir le monde et de m’immerger dans la culture. C’est agréable de voir en personne les fans avec qui vous ne pouvez parfois qu’interagir sur les réseaux sociaux’’ déclare Ratliff. ‘‘Pendant les shows vraiment excellents, il y a une énergie dans la salle que vous ressentez, que ce soit sur scène ou dans la foule. C’est une sensation d’unité et d’excitation pour laquelle jouer vaut la peine. La foule ne fait qu’un avec le groupe et vous pourriez jouer à jamais.’’ Les R5 sont connus pour leurs remarquables performances animées par une dynamique présence sur scène. Leur tournée longue et acharnée n’est toutefois pas facile à assurer mais en tant que groupe passionné et motivé, Ratliff et les autres font ce qu’il faut. ‘‘Il y a la devise qui dit ‘si vous aimez votre travail, vous ne travaillerez pas un seul jour de votre vie’ – ce qui est vrai, mais ce travail plaisant vient également avec du travail qui est assommant. Je préférerais travailler mille fatigantes heures pour faire ce que j’aime, plutôt que de travailler une heure pour quelque chose qui ne me passionne pas.’’ L’attitude positive et optimiste de Ratliff est reflétée par sa personnalité. Il raconte même que garder des notes pour se renvoyer au bien-être et à la positivité l’aide à avancer. ‘‘Le dernier livre que j’ai lu était Les quatre accords toltèques (de Miguel Ruiz). Je recommande fortement à chacun de le lire.’’ R5 sera de retour en Europe dans les mois à venir, ramenant au passage leur musique à Paris en septembre prochain. ‘‘Le show parisien est toujours incroyable. Les françaises sont très passionnées’’ rajoute Ratliff. ‘‘J’aimerais remercier les fans qui sont restés avec nous au cours des huit dernières années et dire bienvenue aux nouvelles personnes qui viennent juste de nous découvrir.’’ Le vif ‘New Addictions Tour’ se terminera avant la fin de l’année mais Ellington Ratliff et R5 ont encore de nombreux projets devant eux. ‘‘Nous écrivons dès que nous en avons la chance quand nous sommes en tournée afin qe nous puissions sortir de nouvelles musiques le plus vite possible’’ dit Ratliff au nom de R5. ‘‘Écoutez New Addictions parce que je pense que c’est la meilleure musique à l’heure actuelle et venez nous voir dans une ville près de chez vous!’’

and when I ask for feedback from fans or friends, everyone has a different favorite.” New Addictions is filled with high energy, adding that hint of rock into pop. “Influences vary from project to project. This time around we listened to a lot of The Weeknd, Anderson Pakk and Bruno Mars” he tells. “I think there’s a song on New Addictions for everyone. I like to ask people what they like, for instance those who like to listen to the radio, I suggest ‘If.’ You like to groove, or like music that’s more underground: you’ll like ‘Red Velvet’ or ‘Trading Time.’ Anyone can get down to ‘Lay Your Head Down’ although it does have a warm retro vibe” Ratliff explains. This new EP has gained momentous and brilliant reviews all over, describing it as addictive, unique and mature. What has thrusted R5 even further into the musical limelight. The band have been on the road since the 7th of July, starting in Portland, Orlando and have since travelled around the states. “My favorite part of touring the world is getting to see it and immerse myself into the culture. It’s nice to see fans that you may only have a social media interaction with in person” Ratliff states. “On the really great shows, there’s an energy in the room that you feel whether you’re on stage ou in the crowd. It’s a sense of togetherness and excitement, that’s what makes performing worthwhile. The crowd is one with the band and you could play forever.” R5 are known for their outstanding performances with a buoyant presence on stage. Their consistent and relentless touring isn’t easy though, but being a passionate and motivated band, Ratliff and the others do what it takes. “There’s the saying ‘if you love your work, you’ll never work a day in your life’ – which is true, but that fun work also comes with work that’s tedious. I’d rather work one hundred tedious hours that go towards what I love, rather than spending one hour of work going towards something I’m not passionate about.” Ratliff’s positivity and upbeat attitude shines through his personality. He even says that keeping notes to refer back to about well-being and positivity helps him move forward. “The last book I read was The Four Agreements (by Miguel Ruiz). I highly suggest everyone read.” R5 will head back to Europe in the coming months, bringing by the way their music back to Paris this September. “The Paris show is always insane. French girls are very passionate” Ratliff adds. “I’d like to say thanks to the fans that have stuck with us for the past eight years and welcome to the new people who are just finding out about us.” The vigorous ‘New Addictions Tour’ will come to an end later this year, but Ellington Ratliff and R5 still have a lot of plans ahead of them. “We’re writing every chance we get while touring so we can release new music as soon as possible” Ratliff says on behalf of R5. “Check out New Addictions because I think it’s the best music out there right now and come see us at a city near you!”

AOÛT - SEPTEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

47


CINÉMA

Dana Gaier Mots de Jasmine Perrier

Photos de Birdie Thompson

A

20 ans, Dana Gaier a une vie que n’importe quelle personne de son âge vivrait, à quelques détails près. Originaire du New Jersey, Dana est étudiante à l’Université de Californie de Los Angeles où elle se spécialise en sociologie, communication et cinéma. Pendant son temps libre, elle apprécie se poser sur son canapé pour profiter de Friends sur Netflix. Mais vous n’avez ici qu’une partie de son quotidien. Quand elle était enfant, elle n’était pas sûre d’être prête à faire du cinéma son métier. ‘‘J’avais peur. En grandissant, j’ai décidé que je n’allais pas laisser cette peur me retenir de faire ce que j’aime’’ admet-elle. Si nous visitons ses réseaux sociaux aujourd’hui, nous apercevons ses photos avec Steve Carell, Kristen Wiig et Miranda Cosgrove qu’elle surnomme sa deuxième famille.

A

t 20, Dana Gaier has a life that any person of her age would live, except for a few key details. Originally from New Jersey, Dana Gaier studies Sociology, Communications and Film at UCLA in Los Angeles. When she has a ton of time on her hands she enjoys sitting on the sofa and watching a couple of episodes of Friends on Netflix. But this is only a part of her daily life. When she was a kid, she wasn’t sure to be ready to act professionally. ‘‘I was scared. As I got older, I decided that I wasn’t going to let that fear keep me from doing what I love’’ she admits. If we look at her socials today, we spot her photos alongside Steve Carell, Kristen Wiig and Miranda Cosgrove that she calls her second family.

Comment est-ce arrivé? En 2010, la franchise Moi, Moche et Méchant voyait le jour et connaissait un réel succès auprès du public à travers le monde. Gru et sa bande de Minions avaient non seulement charmé les enfants, mais aussi les adultes. Dana a eu la chance de vivre le phénomène de l’intérieur, en étant la voix originale d’Edith, la cadette des trois filles adoptives du héros. Au moment du lancement de ce projet très secret par les studios américains Universal et Illumination, Dana était au collège. ‘‘Quand mon agent m’avait à l’origine envoyée à l’audition je ne pouvais pas y aller à cause de mon séjour en camping de sixième’’ déclare-t-elle. ‘‘Quand je suis revenue de mon voyage, ils n’avaient toujours pas trouvé la bonne voix, donc je suis allée à mon audition. J’ai lu des répliques du film Un jour, peut-être.’’

How did this happen? In 2010, the franchise Despicable Me saw the light of the day and appealed to the public all over the world. Gru and his group of Minions didn’t only seduce the children, but also the adults. Dana got luck to experience the success from the inside as Edith’s original voice, the middle child of the three girls adopted by the main character. When Universal Studios and Illumination Entertainment decided to launch this top-secret project, Dana was in Junior High School. ‘‘Originally when my agent sent me the audition I couldn’t make it because of my 6th grade camping trip’’ she says. ‘‘When I got back from my trip, they still hadn’t found the right voice, so I went in for my audition. I read lines from the movie Definitely, Maybe.’’

Sept ans plus tard, Dana s’affichait sur le tapis rouge des studios Universal à Hollywood pour célébrer la sortie du troisième film de la saga primée internationalement. Elle se souvient encore de sa toute première rencontre avec Steve Carell, l’acteur à qui nous devons l’accent original et iconique de Gru. ‘‘Nous étions sur le tapis rouge pour la première avant-première. Il était devant moi et a demandé aux photographes et paparazzi d’arrêter un instant de prendre des photos. Il a marché vers moi et a dit: ‘Je te rencontre enfin!’ Il est le gars le plus sympa et j’étais tellement heureuse de le rencontrer’’ raconte-t-elle. Grandir en étant entourée de tels professionnels l’a énormément aidée à prendre confiance et à franchir le pas en s’installant en Californie. ‘‘Je me sens tellement à l’aise pour faire ce que j’aime et j’ai la foi pour poursuivre mes passions’’ confirme-t-elle.

Seven years later, Dana appeared on the red carpet at Universal Studios Hollywood to celebrate the release of the third movie of the awardwinning saga. She still remembers her very first meeting with Steve Carell, the actor who invented Gru’s original and iconic accent. ‘‘We were on the yellow carpet for the first premiere and he was ahead of me and asked the photographers and paparazzi to stop taking pictures for a moment. He walked over to me and said ‘I finally get to meet you!’ He is the nicest guy and I was so happy to met him’’ she tells. Growing up surrounded by such professional people has contributed to her confidence immensely and encouraged her to move out to California. ‘‘I feel so comfortable doing what I love and I have so much faith in pursuing my passions’’ she confirms.

En dehors des États-Unis, la voix de Dana est elle-même doublée. Lorsqu’elle a entendu une version étrangère de son personnage pour la première fois, c’était en cours d’espagnol en quatrième. ‘‘Quand ma professeur a découvert que j’étais la voix d’Edith, elle l’a jouée pour la classe à la fin de l’année. Il m’intéressait beaucoup d’entendre le doublage dans d’autres langues’’ affirme-t-elle. Sur les précieux conseils de sa mère, Dana a toujours envisagé de prendre chaque audition comme une expérience tout comme elle a conscience que rien n’est jamais acquis. ‘‘J’ai appris à être reconnaissante pour chaque opportunité, que j’obtienne ou non le rôle’’ reconnaît-elle.

48

Mise en beauté par Allison Noelle Mesa

Outside the United States, Dana’s voice is itself dubbed. The first time she heard a foreign version of her character, it was during her 8th grade Spanish class. ‘‘When my teacher found out that I voice Edith she played it for the class at the end of the year. It made me very interested to hear the dubbing in other languages’’ she states. Based on the valuable advice her mom told her, Dana has always conceived to take every audition as an experience and is aware that nothing can be ever taken for granted. ‘‘I learned to be thankful for every opportunity, whether or not I got the role’’ she acknowledges.


ROSES AND VIOLETS


‘‘Il peut suffire d’un bon rôle pour propulser une carrière’’ It may only take one good role to catapult a career Alors qu’elle s’était avant tout imposée dans l’industrie par son travail dans le doublage, Dana avait véritablement commencé à jouer sur scène devant un auditoire. ‘‘J’aime pouvoir jouer l’énergie et les tons des autres acteurs sur le tournage’’ admet-elle. Plus tard dans l’année, Dana confirmera son talent à l’écran dans la comédie horrifique indépendante The Ice Cream Truck aux côtés de Lisa Ann Walter et Deanna Russo. Fan des films à suspense fascinée par Le Silence des agneaux de Jonathan Demme, Dana n’aurait pu espérer une meilleure première expérience devant la caméra. ‘‘Le film évoque l’histoire d’une fille appelée Mary qui retourne habiter dans une banlieue et qui attend que sa famille vienne la rejoindre. Pendant qu’elle est seule, elle remarque qu’il y a quelque chose de bizarre à propos du vendeur de glace’’ expliquet-elle. Dans ce film Dana sera Brie, une adolescente lunatique vivant dans le quartier de l’héroïne qui n’appartiendra pas aux personnes les plus aimables. ‘‘Je suis reconnaissante d’avoir eu l’opportunité de la jouer! C’était incroyable de faire mon premier projet à l’écran avec un casting et une équipe profondément bienveillante et talentueuse.’’ Rêvant d’avoir un rôle régulier dans une série télévisée comme Friends, Dana veut continuer dans l’interprétation et apprendre tous les aspects de l’industrie. Fidèle à la citation ‘‘soyez honnête envers vous-même’’, elle se serait conseillée quelques années plus tôt de ne jamais perdre espoir pour poursuivre ce qu’elle aime. ‘‘Vous devez continuer de vous former. Il y a beaucoup de refus dans ce business, il peut suffire d’un bon rôle pour propulser une carrière’’ dit-elle. ‘‘Je viens juste de travailler sur un épisodique et j’ai passé un bon moment. En ce moment, j’ai des stages dans le cinéma et le casting, donc je lis une tonne de scénarios et j’ai un regard interne sur ce que les directeurs de casting recherchent quand un acteur vient pour une lecture.’’ Quand elle n’est pas occupée à jouer ou étudier, elle apprécie cuisiner et se consacrer à la musique. ‘‘Je suis auteure-compositrice et je joue de la guitare donc j’adorerais faire aussi quelque chose avec ma musique’’ révèle-t-elle. ‘‘J’adorerais également pouvoir voir un peu le monde. Peut-être que mon jeu m’emmènera dans des destinations exotiques dans le futur.’’ Faisant preuve d’une grande maturité à la fois dans son travail comme dans la vie quotidienne, Dana estime qu’il est de son devoir d’utiliser une partie de son temps personnel pour aider la société. ‘‘Nous ne devrions jamais être égoïstes si d’autres personnes sont dans une position pire et que nous pouvons faire quelque chose. Je me suis engagée avec une association appelée Club 21 qui aide les familles avec des enfants trisomiques. J’ai également dans le passé participé à la lutte contre le harcèlement. Même les plus petits actes de bonté ou d’aide pourraient en faire beaucoup.’’ Étoile montante, Dana Gaier nous a prouvé que son talent et dévouement la mèneront loin dans l’industrie.

Whereas she got above all recognized in the industry throughout her work in dubbing, she actually started acting by doing theater in front of a life audience. ‘‘I love being able to play off the energy and moods of the other actors on set’’ she admits. Later this year, Dana will be taking her talent onscreen in the indie horror comedy The Ice Cream Truck alongside Lisa Ann Walter and Deanna Russo. As a huge fan of suspense films passionate about Jonathan Demme’s Silence of the Lambs, Dana couldn’t asked for a better first experience in front of the camera. ‘‘The movie is about a girl named Mary who moves back to a suburban neighborhood and is waiting for her family to come join her. While she’s there alone, she notices something weird about the Ice Cream Man’’ she explains. In this movie Dana will be Brie, a moody teenager who won’t belong to the nicest of people living in the neighborhood of the heroine. ‘‘I am just thankful I had the opportunity to play her! It was amazing to do my first onscreen project with a genuinely kind and talented cast and crew.’’ Dreaming of being in a series regular on a television show like Friends, Dana wants to continue acting and to learn all aspects of the industry. Living by the quote ‘‘be true to yourself’’, she would advise to the young version of herself to never lose hope to pursue what she loves.‘‘You have to keep educating yourself. There is a lot of rejection in this business. It may only take one good role to catapult a career’’ she says. ‘‘I’ve just worked on an episodic and had a great time. Right now, I have internships in film and casting, so I’m reading a ton of scripts and getting an inside look at what casting directors look for when an actor comes in to read.’’ When she isn’t busy acting or studying, she enjoys cooking and dedicating herself to music. ‘‘I’m a singer-songwriter and play the guitar so I’d love to do something with my music too’’ she reveals. ‘‘I would also love to be able to see the world a little. Maybe my acting will take me to some exotic destinations in the future.’’ Dana’s work in acting as well as her personal projects giving us proof of her maturity, she thinks it’s important to give back to society. ‘‘We should never be selfish if there are others in a worse position and we can do something about it. I’ve become involved with an organization called Club 21 that helps families with children who were born with Down Syndrome. I have also been involved with anti-bullying in the past. Even the smallest act of kindness or help could go a long way.’’ Star on the rise, Dana Gaier has proven to us that her talent and work ethic will take her far in the industry.

AOÛT - SEPTEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

51


Lieu Manteau Costume Chemise

Hollywood Roosevelt Hotel Jacob Holston Jacob Holston Hamiton Custom


Sterling Beaumon Mots de Jasmine Perrier

Photos de Lenne Chai

Stylisme par Michael St. Michael

Grooming par Erik Torppe

B

N

En grandissant, Sterling est apparu dans plusieurs shows ayant marqué l’histoire de la télévision américaine, de Sept à la maison à Heroes en passant par Lost: Les Disparus. ‘‘C’est assurément toujours le chemin que j’ai voulu suivre. C’était vraiment un job de rêve’’ affirme-t-il. Bien qu’il ait été mis dans le bain très tôt, Sterling a su dès le départ comment gérer sa carrière. ‘‘Quand j’avais six ans j’étais dans une mise en scène des Raisins de la colère et la réalisatrice me traitait comme un adulte. Elle attendait autant de moi que de tous les acteurs adultes. Je n’oublierai jamais tout ce que j’ai appris sur cette production et sur tout ce que j’ai fait depuis.’’

As he got older, Sterling appeared in various notable shows that impacted the American television story, from 7th Heaven to Heroes and Lost. ‘‘This has definitely always been the path that I wanted to follow. It really has been a dream job’’ he confirms. Although he went into acting at a very young age, Sterling has known from the outset how to deal with the business. ‘‘When I was six I was in a stage production of The Grapes of Wrath and the director treated me like an adult. She expected just as much from me as all the adult actors. I will never forget everything I learned on that production and every one I’ve been on since.’’

Continuant sur sa lancée, Sterling était en 2014 l’un des personnages principaux de la série policière The Killing dont la quatrième saison était produite par Netflix. Dans la peau de Lincoln Knopf, Sterling avait travaillé sous la direction du réalisateur oscarisé pour Le Silence des agneaux. ‘‘Le final avait été réalisé par l’incroyable Jonathan Demme avant sa mort. Travailler avec lui a été une expérience qui a changé ma vie. J’ai beaucoup appris de lui chaque jour. Je n’échangerais cela pour rien au monde.’’

Continuing on his chosen path, Sterling was in 2014 one of the main characters of Netflix’s crime drama The Killing. In Lincoln Knopf’ shoes, Sterling got to work under the guidance of Oscar Winner to whom we owe The Silence of the Lambs. ‘‘The finale was directed by the amazing Jonathan Demme before his passing. Working with him was a life-changing experience. Every single day I learned so much from him. I wouldn’t trade it for anything.

é et élevé en Californie du Sud, l’acteur de 22 ans Sterling Beaumon avait toutes les clés pour réussir dans le monde du cinéma. Tout a commencé pour lui lorsqu’il était enfant mannequin. ‘‘Un jour je suis devenu trop turbulent pour rester immobile pour les photos. Donc ils m’ont recommandé de faire des spots publicitaires, ensuite des spots publicitaires je suis passé aux séries télévisées, et des séries télévisées aux films.’’

orn and raised in Southern California, 22 year-old actor Sterling Beaumon had all the keys to have a successful career in the film industry. It all started for him when he was a baby model. ‘‘One day I became too rambunctious to stay still for the photos. So they recommended that I start doing commercials, then from commercials it turned to TV shows, and then from TV shows to movies.’’

‘‘Law & Order est déjà pressenti pour les Emmy’’ Law & Order is already getting Emmy buzz

Cet automne, il sera dans la première saison de l’anthologie Law & Order: True Crime prévue prochainement sur NBC aux États-Unis. ‘‘Ce show est différent car c’est le premier de la franchise à ne pas être procédural. Ce qui signifie que c’est une intrigue continue.’’ La série de 8 épisodes suivra le tristement célèbre cas des frères Lyle et Erik Menendez qui ont été accusés en 1996 de l’assassinat de leurs parents. ‘‘Allant dans le sens de la série sur OJ de Ryan Murphy, le show est déjà pressenti pour les Emmy l’an prochain’’ s’enthousiasme Sterling.

This Fall, he will be recurring in the first season of NBC’s true crime anthology series Law & Order: True Crime. ‘‘This show is the first of the franchise to not be a procedural. It is a continuous storyline.’’ The 8-episode series will follow the infamous case of Lyle and Erik Menendez, brothers who were convicted in 1996 of murdering their parents. ‘‘In the vein of Ryan Murphy’s OJ series, the show is already getting Emmy buzz for next year’’ Sterling says enthusiastically.

AOÛT - SEPTEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

53


CINÉMA

‘‘Travailler avec Jonathan Demme a changé ma vie’’ Working with Jonathan Demme was a life-changing experience

‘‘Je jouerai Glenn Stevens, le meilleur ami de Lyle de Princeton, un joueur de hockey universitaire. Ami depuis longtemps avec Lyle, il est devenu son associé après les meurtres et est avec lui pendant les moments clés conduisant à son arrestation. Il a également joué un grande rôle lors des procès au tribunal’’ nous décrit Sterling. ‘‘Le plus amusant avec Glenn est qu’au moment où les procès arrivent il ne veut rien avoir affaire avec car il pense que cela salit son travail à Wall Street. Edie Falco joue l’avocate de la défense, Leslie Abramson.’’ Passionné par son métier, Sterling rêverait de collaborer avec les cinéastes Nicolas Winding Refn, Gus Van Sant et Gaspar Noé. A travers son travail, il aspire lui-même à inspirer les bonnes personnes à suivre leurs rêves. ‘‘J’admire quiconque dans cette industrie qui a plus de succès que moi dans ce que je veux faire. Je souhaite pouvoir inspirer les gens à produire leur propre art, et en divertir d’autres.’’ ‘‘Le temps continue de faire tic-tac et les jours continuent d’arriver. Ce qui signifie que peu importe que la vie continue, peu importe la chose folle qui soit arrivée dans la scène avant la prochaine scène de la vie à suivre’’ se rappelle-t-il sans cesse pour avancer. ‘‘C’est une chose dont je parle tout le temps avec les scénaristes quand ils développent une histoire.’’ Que prévoit Sterling pour la suite? ‘‘En dehors de Law & Order: True Crime qui sera présenté le 26 septembre à 22h sur NBC, je travaille actuellement pour produire mon premier projet. J’en ai acquis quelques uns et j’ai hâte d’en réaliser certains!’’ Ainsi il semble que de grandes choses sont sur le point d’arriver à l’acteur Sterling Beaumon.

‘‘I will be playing Glenn Stevens, Lyle’s best friend from Princeton, a College Hockey Player. Having been Lyle’s long time friend, he became his business partner after the murders and is with him during most key moments leading up to his arrest. He also played a huge role in the court trials’’ Sterling describes us. ‘‘What’s most fun about Glenn is by the time the trials come around he wants nothing to do with the trial because he thinks it’s messing up his job on Wall Street. Edie Falco stars as Defense attorney, Leslie Abramson.’’ Passionate about his job, Sterling’s dream collaborations would include working with filmmakers Nicolas Winding Refn, Gus Van Sant and Gaspar Noé. Through his craft, he aspires himself to inspire the right people to follow their dreams. ‘‘I look up to anyone in this industry who is more successful than me at what I want to be doing. I hope I can inspire people to make their own art, and entertain other people.’’ ‘‘Time keeps ticking and the days keep coming, meaning no matter what life moves on, no matter what crazy stuff happened in the scene before there’s the next scene in life to follow’’ he remembers all the time to keep moving forward. ‘‘It’s something I talk about with writers all the time as they’re developing a story.’’ What’s coming next for Sterling? ‘‘Besides Law & Order: True Crime premiering on September 26th at 10pm on NBC, I’m also currently working towards producing my first project. I’ve acquired a couple, and I’m really excited to make some of them happen!’’ Therefore it seems that big things are coming for actor Sterling Beaumon.

‘‘Je souhaite que mon travail inspire les bonnes personnes à suivre leurs rêves’’ I hope my work inspires the right people to follow their dreams

54


Lieu Veste

Hollywood Roosevelt Hotel Jacob Holston

AOÛT - SEPTEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

55


Lieu Veste Chemise Jeans

Mulholland Drive Jacob Holston ATM Tigha


Lieu Manteau Costume Chemise

Hollywood Roosevelt Hotel Jacob Holston Jacob Holston Hamiton Custom

AOÛT - SEPTEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

57


CINÉMA

Freya

Mots de Jasmine Perrier Illustration de Celina Nguyen

Tingley ‘‘Travailler avec Guy Pearce était formidable’’ It was great to work with Guy Pearce

58


AOÛT - SEPTEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

59


CINÉMA

‘‘Hollywood était l’endroit où il fallait être’’ Hollywood was the place to be

Ld

a passion de Freya Tingley pour l’interprétation est l’une des principales choses que vous remarquez quand vous échangez avec elle, sans passer à côté de son charmant accent australien. C’est une personne qui a les pieds sur terre avec qui il est facile d’entamer le dialogue. Enfant, elle s’intéressait à tout ce qui impliquait sa créativité. ‘‘Je voulais vraiment être mannequin mais je n’avais pas la taille pour cela. Je voulais être chanteuse mais je crois que je n’étais pas assez bonne. Ensuite j’adore la mode donc je voulais être styliste’’ commence-t-elle en rigolant. Finalement, Freya a terminé dans l’industrie du film, bien que le mannequinat ait été son premier intérêt. Après avoir participé à un atelier de théâtre pour des publicités à 13 ans, elle est tombée sous le charme de l’interprétation. ‘‘J’ai demandé à ma mère si je pouvais poursuivre les cours de théâtre et elle était d’accord. Et j’ai décidé que c’était ce que je voulais faire pour le reste de ma vie’’ se souvient-elle. Un an plus tard, elle rêvait d’Hollywood et des opportunités que les États-Unis pouvaient lui offrir. ‘‘Je jouais depuis un petit moment et c’était l’endroit où il fallait être, là où les gens devenaient célèbres. D’où je viens, à Perth, il y a deux directeurs de casting et deux agences. (rires) Il y en a plus à Sydney mais je préfère les projets provenant d’Amérique.’’ Soutenue par ses parents, Freya a aussitôt fait ses valises et s’est envolée pour Los Angeles avec sa mère. Elle n’avait que dix-sept ans, mais elle était déterminée à confirmer ses talents d’actrice à l’autre bout du monde. ‘‘J’avais fondamentalement trois mois pour avoir quelque chose sinon nous devions retourner en Australie. Je voulais vraiment être retenue pour une série télévisée avant mon anniversaire.’’ Son voeu s’est exaucé en 2013, au moment de la signature de son contrat pour apparaître dans la première saison de la série produite par Netflix Hemlock Grove, dans la peau de Christina Wendall. Depuis, Freya n’a jamais vraiment quitté la Californie pour continuer d’évoluer entourée de cinéastes qu’elle admire. ‘‘Je ne suis pas retournée en Australie depuis deux ans et demi, mais j’y retourne à la fin de l’année’’ indique-t-elle. Au cours des dernières années, les choses ont manifestement fonctionné pour Freya et elle a pu vivre de sa passion. En 2013, elle avait également été invitée dans le pays imaginaire de Peter Pan en jouant Wendy Darling dans la célèbre série Once Upon A Time, où elle donnait la réplique à Colin O’Donogue et Robbie Kay. ‘‘C’était un show intéressant parce que je devais voler. Donc c’était la première cascade que je devais faire. (rires) C’était la troisième saison donc tout le monde avait de très bons liens mais je me suis vraiment bien entendue avec tout le monde qui était très convivial et gentil. C’était un formidable environnement.’’

60

F

reya Tingley’s passion for acting is one of the main things you notice when exchanging with her, just as her lovely Australian accent. She is a down-to-earth person and easy to talk to. As a kid, she was interested in being everything involving her creativity. ‘‘I really wanted to be a model but I didn’t have the height for that. I wanted to be a singer but I didn’t think that I was good enough as a singer. Then I love fashion so I wanted to be a fashion designer’’ she first says with a chuckle.

Ultimately Freya ended up in the film industry, although modeling was her first interest. She fell in love with it after taking part in an acting workshop for commercials at 13. ‘‘I asked my mom if I could continue doing classes for acting and she said yes. And I decided this was what I wanted to do for the rest of my life’’ she recalls. A year later, she was dreaming of Hollywood and all the opportunities that the US could have for her. ‘‘I’ve been acting for a little bit and it was the place to be, where people were made famous. Where I’m from in Perth there are two casting directors and two agencies. (she laughs) In Sydney there is a lot more but I prefer the projects coming out of America.’’ Supported by her parents, Freya soon packed her suitcases and flew to Los Angeles with her mother. She was only seventeen, but she was intent on confirming her acting skills on the other side of the world. ‘‘I basically had three months to book something otherwise we’ve had to go back to Australia. I really wanted to book a TV series by my birthday.’’ She achieved her dream in 2013 when she signed her contract for the first pilot season of Netflix’s Hemlock Grove as Christina Wendall. Ever since Freya has quite never left the Golden State to continue growing and learning surrounded by filmmakers she admires. ‘‘I’ve haven’t been back to Australia in two and a half years but I’m going back at the end of the year’’ she states. Over the past few years, things have definitely worked out for Freya and she got able to live her passion. Also in 2013, she was invited in Peter Pan’s Neverland by playing Wendy Darling on ABC’s notable series Once Upon A Time, acting opposite Colin O’Donoghue and Robbie Kay. ‘‘That was a fun show because I had to fly. So it was my first stunt I had to do. (she laughs) It was the third season so everybody had very good bonds but I really got along well with everyone who is super friendly and nice. It was a great environment to be in.’’


Freya admet être inspirée par la période de l’âge d’or du cinéma hollywoodien ainsi que par les acteurs Dustin Hoffman et Meryl Streep. ‘‘Leurs premiers travaux m’inspirent vraiment. C’est important d’être inspiré’’ déclare-t-elle. Regarder beaucoup de films est la méthode qu’elle a utilisée pour comprendre les motivations de Nora Thompson, une douce et innocente femme au foyer qu’elle a interprétée dans son dernier projet No Way To Live qu’elle considère de loin comme sa meilleure réussite. No Way To Live est un drame indépendant sorti le 18 juillet dernier sur iTunes. L’histoire est centrée sur un couple d’adolescents de l’Amérique des années 50 qui vole pour échapper à l’oppression de sa ville. Mais lorsque la violence survient, ils sont forcés de se confronter à leurs plus sombres secrets. ‘‘Nick (Chakwin) et David (Guglielmo) sont remarquables, je pense qu’ils font partie des meilleurs réalisateurs d’Hollywood’’ affirme Freya.

Freya admits getting inspiration from the Hollywood Golden Age films as well as from ‘her love’ Dustin Hoffman and Meryl Streep. ‘‘Their early work really inspires me. That’s important to be inspired’’ she tells. Watching a bunch of movies is the method she used to understand the motivations of Nora Thompson, a sweet and innocent housewife she portrayed in her latest project No Way To Live which she considers by far as her greatest accomplishment.

Elle a véritablement lu le scénario pour la première fois il y a quatre ans et a immédiatement senti une connexion avec ce dernier. ‘‘C’était le meilleur scénario que j’avais lu en trois ans à LA, je ne pouvais pas y croire! C’était le rôle que j’attendais de jouer depuis que j’avais commencé’’ exprime-t-elle avec passion. ‘‘Je me suis vraiment dépassée pour le rôle et il était à l’origine écrit pour une blonde. Je suis allée à l’audition et ai pensé que j’avais fait un très bon travail. Je n’ai pas eu de nouvelles pendant quelques mois et je n’arrivais pas à sortir le projet de ma tête. Ensuite j’ai décidé de les contacter (les réalisateurs) et nous avons fini par le faire.’’

She actually first read the script four years ago and she immediately felt connected to it. ‘‘It was the best script I’ve read in three years in LA, I couldn’t believe it! It was the role I’ve been wanting to play since I started acting’’ she expresses with passion. ‘‘I really pushed for the role and it was initially written as a blond-haired girl. I went to the audition and I thought I did a really great job. I hadn’t heard anything for a few months and I couldn’t get the project out of my head. Then I decided to contact them (the directors) and we ended up making it.’’

Inspirée par le travail qu’elle a fait avec les réalisateurs de No Way To Live, Freya est d’avis qu’un film est bon lorsque le réalisateur à sa tête est convaincu de la direction qu’il veut donner à son oeuvre. ‘‘Quand vous travaillez avec Nick et David, ils savent exactement ce qu’ils veulent dire et comment le communiquer. Aussi chaque image du film est configurée comme une peinture’’ dit-elle. ‘‘En tant qu’actrice je veux jouer de nombreux personnages différents mais je rechercherai toujours des réalisateurs qui ont une vraie vision et un scénario qui a de bons personnages.’’

Inspired by the work she did with No Way To Live’s directors, Freya believes that what makes films great is when you have a confident director who really knows what he is trying to say. ‘‘When you work with Nick and David, they know exactly what they want to say and how to communicate it. Also each frame in the movie is set up like a painting’’ she says. ‘‘As an actress I like to play many different characters but I’ll always be looking for directors who really have a vision and a script that has great characters.’’

Dans un futur proche, Freya sera vue dans le thriller psychologique de Simon Kaijser Da Silva Spinning Man aux côtés de Pierce Brosnan, Odeya Rush et de son confrère australien Guy Pearce. ‘‘Faire partie de ce projet était énorme car j’ai travaillé avec Guy Pearce. C’était sympa d’être aux côtés de ces acteurs vraiment talentueux.’’ En dehors de son travail à l’écran que ce soit à la télévision ou dans les films, Freya a écrit l’an dernier son premier scénario et pense un jour ou l’autre s’emparer de la réalisation de l’un de ses travaux. En attendant, elle se dévoue principalement à l’interprétation en affirmant son objectif d’aider les cinéastes qui ont des approches uniques méritant d’être développées.

No Way To Live is an indie drama that got released last July 18th on iTunes. The story focuses on a teenage couple in the 1950’s American South, who rob to escape their oppressive town. But when violence erupts they are forced to confront their own dark secrets. ‘‘Nick (Chakwin) and David (Guglielmo) are amazing, I think they are some of the best directors in Hollywood’’ Freya affirms.

In a near future, Freya will be seen in Simon Kaijser Da Silva’s psychological thriller Spinning Man alongside Pierce Brosnan, Odeya Rush and fellow Australian actor Guy Pearce. ‘‘It was a great project to be a part of because I worked with Guy Pearce. It was fun to be alongside some really talented actors.’’ Apart from her work onscreen whether on TV or in films, Freya wrote her first script last year and she thinks of directing at some point one of her works. In the meantime, she mainly dedicates herself to acting and keeps focused on helping filmmakers who have unique approaches being worthy to come to life.

AOÛT - SEPTEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

61


CINÉMA

Ella Anderson Mots de Jasmine Perrier

P

Photos de Rebecca Anderson

B

rincipalement connue sous les traits de Piper Hart dans la série de Nickelodeon Henry Danger, Ella Anderson est une ‘girlboss’ de 12 ans qui a pris d’assaut l’industrie. Elle a entamé une carrière d’actrice à 5 ans, après avoir été repérée à Détroit par une directrice de casting qui lui a offert son premier film. ‘‘Pour vous dire la vérité, mes frères voulaient jouer en premier. Ma mère recherchait un moyen de les impliquer dedans. Elle avait trouvé en ligne une audition pour une petite fille et m’avait demandé si je voulais aussi essayer’’ raconte-t-elle. ‘‘En réalité, mes frères n’ont jamais vraiment aimé l’interprétation... Je peux les remercier de m’avoir donné l’idée!’’

est-known for portraying Piper Hart in Nickelodeon’s Henry Danger, Ella Anderson is a 12 year-old girlboss who took the industry by storm. Her big break into the acting world came when she was spotted at 5 by a casting director in Detroit who booked her in her first movie. ‘‘To tell you the truth, my brothers wanted to act first. My mom was looking into how to get them involved in the business. She found an audition online for a little girl and asked me if I wanted to try it too’’ she tells. ‘‘My brothers actually never really liked acting... I can thank them for having the idea for me!’’

Ce premier travail s’appelait Touchback. C’est en se consacrant à ce film qu’Ella a réalisé qu’elle aimait s’immiscer dans le jeu. ‘‘Si vous regardez la dernière scène, vous pouvez m’entendre dire ‘c’est amusant’ et je parlais à vrai dire du fait d’être dans le film’’ nous confie-t-elle. Obsédée par l’interprétation depuis ce projet, Ella n’a jamais cessé de briller devant la caméra au fil de ses nombreux rôles. ‘‘J’adore jouer différents personnages. Je pense que j’emporte avec moi une partie de chaque personnage après chaque travail et j’aime la manière dont chacun dans le monde est différent.’’

This first job was called Touchback. It was on that movie that Ella realized she loved making films. ‘‘If you watch the last scene of it, you can hear me say ‘this is fun’ and I was actually talking about being in the movie’’ she entrusts us. Obsessed by acting ever since, Ella has never stopped shining in front of the camera through her many roles. ‘‘I love to play different characters. I think that I take away a part of each character with me after each job and I love how different everyone in the world is.’’

‘‘Brie (Larson) m’a appris à préparer un rôle à l’avance’’ I learned from Brie (Larson) how to prepare for a role way ahead of time

Suivie par des millions de fans à travers les plateformes sociales, son succès avec Henry Danger au cours des quatre dernières années a fait d’elle un jeune modèle pour les adolescents de sa génération. Ayant passé plus de la moitié de sa vie dans l’industrie, elle sait aujourd’hui comment maintenir l’équilibre dans son quotidien rythmé. ‘‘Par chance, ma vie n’est pas très difficile par rapport à d’autres personnes dans le monde. Je fais toujours tout ce que les autres enfants font. Bien que je sois investie dans ce que je fais, je peux être au travail quand je travaille et être un enfant le reste du temps’’ reconnaît-elle. ‘‘Chaque fois que les choses deviennent difficiles, je me retrouve à faire des choses qui me calment, comme de l’art ou écouter de la musique. J’essaie de me rappeler que les choses se produisent quand elles sont censées arriver.’’

62

Followed by millions of fans across all social platforms, her success with Henry Danger over the four last years turned her into a young role model for the teens of her generation. As she has been in the industry over half her life, she knows today how to properly balance her daily life. ‘‘Luckily, my life isn’t very tough in comparison to other people in the world. I try to remember that. I am still doing everything normal that other kids do. Although I am invested in what I do, I can be at work when I am working and be a kid the rest of the time’’ she admits. ‘‘Whenever things do get difficult, I go back to do things that are calming to me, like art or listening to music. I try to remind myself that things happen the way they are supposed to.’’


AOÛT - SEPTEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

63


CINÉMA

64

Tout en continuant de travailler sur la production de Nickelodeon qui l’a révélée, Ella a été amenée à apparaître dans une longue série de productions hollywoodiennes notables incluant la comédie à succès The Boss avec Melissa McCarthy et Kristen Bell, ainsi que le film dramatique de Garry Marshall Joyeuse fête des mères avec Jason Sudeikis, Jennifer Aniston et Julia Roberts. ‘‘J’adore créer de plus en plus de souvenirs à chaque fois que je vais sur un tournage et que je raconte une nouvelle histoire. De Henry Danger à The Boss, chaque expérience tient une place très spéciale dans mon coeur.’’

While still working on the Nickelodeon production that revealed her, Ella also got to appear in a long string of major Hollywood productions including the 2015 blockbuster comedy The Boss with Melissa McCarthy and Kristen Bell, and Garry Marshall’s Mother’s Day starring Jason Sudeikis, Jennifer Aniston and Julia Roberts. ‘‘I love creating more and more memories every single time I go on a set and tell a new story. From Henry Danger to The Boss each experience holds a very special place in my heart.’’

De plus, Ella était récemment à New York pour célébrer l’avant-première du Château de verre, longmétrage qui sortira cet automne en France. Réalisé par Destin Daniel Cretton, il retrace la biographie de la journaliste et écrivaine Jeannette Walls incarnée à l’écran par l’actrice oscarisée Brie Larson. ‘‘Tourner Le Château de verre était incroyable! J’ai hâte que les gens voient l’histoire de Jeannette! C’est une histoire si puissante d’espoir et de persévérance’’ partage Ella qui s’est mise dans la peau de Jeannette lorsqu’elle était adolescente. ‘‘J’espère vraiment que les enfants traversant des situations similaires à celles de Jeannette et de ses frères et soeurs réaliseront qu’ils ne sont pas seuls et qu’ils peuvent porter leurs rêves et les vivre.’’

Moving forward, Ella was recently in New York to celebrate The Glass Castle’s premiere released in theaters since August 11th. Directed by Destin Daniel Cretton, the feature film traces journalist and writer Jeannette Walls’ biography portrayed onscreen by Oscar winner Brie Larson. ‘‘Shooting The Glass Castle was amazing! I am very excited for people to see Jeannette’s story! It is such a powerful story about hope and perseverance’’ Ella shares who put herself in the Jeannette’ shoes when she was a teenager. ‘‘I really hope that kids going through similar situations to what Jeannette and her siblings did will realize that they are not alone and that they can take dreams and live them.’’

L’enfance déchirante de Jeannette Walls a été marquée par la présence de parents mentalement instables (joués par Woody Harrelson et Naomi Watts). En étant la version adolescente de l’héroïne, Ella s’est engagée dans de puissantes scènes émotionnelles incluant Jeanette et son père qui étaient particulièrement proches. ‘‘Brie avait beaucoup d’expérience avec ces profonds endroits émotionnels. Parfois, il était un peu difficile de s’en débarrasser. J’étais donc reconnaissante qu’elle soit là et qu’elle puisse m’aider à apprendre à secouer tout cela à la fin de la journée’’ déclare-t-elle.

Jeannette Walls’ heartbreaking childhood was marked by the presence of mentally unstable parents (played by Woody Harrelson and Naomi Watts). As the teenage version of the heroine Ella got involved in emotional and powerful scenes including Jeannette and her father who had an especially close attachment. ‘‘Brie had a lot of experience with these deep emotional places. Sometimes getting out of that was a little difficult. So I was grateful that she was there and could help me kind of learn to shake it off at the end of the day’’ she states.

En rejoignant Le Château de verre, Ella Anderson a prouvé qu’elle pouvait harmonieusement passer de la comédie au drame. ‘‘Sur le tournage tout le monde m’a appris quelque chose. Brie m’a appris à préparer un rôle à l’avance, et que plus j’étais préparée avant un tournage, plus il était facile d’être complètement dans chaque scène. J’étais toujours émerveillée par la manière dont Woody (Harrelson) pouvait être très ridicule et se transformer aussitôt en Rex quand Destin disait ‘Action’. J’espère un jour pouvoir entrer dans un personnage et en sortir aussi rapidement.’’

By joining The Glass Castle, Ella Anderson proved that she could move seamlessly between comedy and drama. ‘‘I truly learned so much from everyone on set. I learned from Brie how to prepare for a role way ahead of time, and that the more prepared I was before we started the shooting process, the easier it was to be completely in each scene. I was always amazed at the way Woody (Harrelson) could go from being super silly and then just turn on Rex when Destin said ‘Action. I hope one day to be able to go in and out of character so quickly.’’

‘‘Mon but ultime dans la vie? Continuer à jouer. Je veux faire cela pour toujours. Je ne veux pas que cela soit juste la chose que je faisais quand j’étais enfant’’ déclare-t-elle fermement. ‘‘Je veux pouvoir continuer à faire des projets qui me passionnent. Pour être honnête, c’est la seule chose qui me préoccupe.’’ Profondément inspirée par sa mère, Ella admire quiconque est suffisamment audacieux pour se battre pour ses croyances. ‘‘J’admire les personnes qui ont un rêve et qui n’ont pas peur de se lancer! J’admire les gens bienveillants qui font attention aux autres. De qui je peux obtenir des conseils? Je suis une enfant, donc de mes parents et de mes frères. Ma famille est la meilleure, et ma grand-mère aussi. Elle et moi avons un lien très spécial.’’

‘‘My ultimate life goal? To keep acting. I want to do this forever. I don’t want this to just be a thing I did when I was a kid’’ she says loudly. ‘‘I want to be able to keep doing projects that I feel passionately about. That is really the only thing that I care about, to be honest.’’ Truly inspired by her mom, Ella looks up to anyone who is bold enough to fight for what he believes in. ‘‘ I look up to people who have a dream and are not too afraid to just go for it! I look up to kind people who look out for others. Who do I get guidance from? I am a kid, so my parents and my brothers. My family is the best, and my grandma too. She and I have a super special bond.’’


JUIN - JUILLET 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

27


cinĂŠma

27


Madison Iseman Mots de Jasmine Perrier

Photos de Rowan Daly

Coiffure par Gina Carlak

N

ée le jour de la Saint-Valentin, Madison Iseman est une véritable ambassadrice de l’amour. La tendresse est une des qualités reflétant la personnalité de cette actrice de 20 ans. Entre deux câlins matinaux avec son premier amour, son chat Owen, elle a répondu à notre appel. Et nous avons encore plus apprécié son enthousiasme face à l’annonce du nom de la deuxième covergirl. ‘‘J’adore Cailee Rae. C’est une fille très adorable et une bonne amie’’ a-t-elle déclaré. Madison est apparue tel une rayon de soleil depuis Los Angeles, révélant une bonne humeur et une spontanéité qui tendent à nous faire sourire. Ses longs cheveux blonds et profonds yeux clairs nous donnent l’impression d’avoir affaire à une Californienne de pure souche. Mais en réalité, Madison vient de Myrtle Beach, une petite ville balnéaire de Caroline du Sud au bord de la Côte Est. ‘‘C’est une ville très simple. Elle est formidable est magnifique. J’étais juste très impatiente de plonger dans plus de choses’’ mentionne-t-elle. Plus jeune, elle était fascinée par la saga Harry Potter et les mystères que les sorciers de Poudlard devaient résoudre. A l’époque, devenir actrice n’était pas son objectif premier, mais elle savait qu’elle voulait intégrer d’une manière ou d’une autre l’industrie cinématographique. ‘‘J’ai toujours aimé jouer mais je ne savais même pas si c’était possible’’ raconte-t-elle. Son amour pour la caméra s’est fortifié au collège, en créant ses propres courts-métrages.

Stylisme par Avo Yermagyan

Make-up par Dillon Pena

B

orn on Valentine’s Day, Madison Iseman is a real ambassador of love. The 20 year-old actress shows kindness in the best way possible. Between two morning hugs with her first love, her cat Owen, she answered our call. And we appreciated her excitement when we told her the name of the second covergirl. ‘‘I love Cailee Rae. She is a super sweet girl and a good friend of mine’’ she said.

Madison appeared such as a sunshine from Los Angeles, sharing with us a good mood and spontaneity making us smile. Her long blond hair and her deep light eyes give us the impression to deal with a Californian born and bred. In fact, Madison comes from Myrtle Beach, a small seaside town located in South Carolina on the east coast. ‘‘It’s a very simple town. It’s amazing, beautiful and I love the people there. I was just really eager to dive into more’’ she mentions. When she was young, she was obsessed with all the Harry Potter movies and the storyline taking place in Hogwarts. Being an actress wasn’t her number one goal at that point, but she knew she wanted to be a part of the film industry somehow. ‘‘I’ve always loved to act but I didn’t know if that was even possible’’ she tells. Her love for the camera became concrete when she was in middle school and got to create her own short films.

‘‘J’ai toujours voulu faire partie de cette industrie’’ I’ve always wanted to be a part of this industry

Dans sa ville natale, les opportunités théâtrales étaient limitées. Après avoir fêté son seizième anniversaire, elle est tombée sur un groupe de personnes qui se rendaient ensemble à Los Angeles. Madison y a vu la chance de s’échapper pour partir à la conquête de son rêve d’artiste. ‘‘Ma mère m’a laissée y aller pendant une semaine avec initialement une bande d’étrangers que je connaissais depuis seulement quelques mois. (rires) Ils m’ont prise sous leur aile et j’ai rencontré des gens formidables qui ont fini par m’aider’’ se rappelle-t-elle. Une semaine après son escapade révélatrice, elle déménageait avec sa mère dans la Cité des Anges et terminait le lycée dans un petit établissement de Burbank. ‘‘Le plus dur était de recommencer à zéro et d’apprendre à me faire de nouveaux amis. Toute ma vie j’avais eu les mêmes amis et je ne savais plus comment rencontrer de nouvelles personnes’’ confie-t-elle.

In her native town, theatrical opportunities were limited. She’s just celebrated her sixteenth birthday when she met a group of people who were all going up to Los Angeles together. Madison saw it as a chance to get out there to embark on the conquest of her artistic dream. ‘‘My mom let me come out here for a week with basically a bunch of strangers that I’ve known for just a past couple months. (she laughs) They took me under their wigs, and I met some awesome people that ended up helping me’’ she recalls. A week after her insightful getaway, she moved out to the City of Angels with her mom and finished high school in a small school in Burbank. ‘‘The hardest was starting over and learning to make new friends. I had the same friends my entire life and I forgot how to meet new people’’ she confesses.

AOÛT - SEPTEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

67


CINÉMA

‘‘Vampire Diaries fait partie des raisons pour lesquelles je suis ici’’ The Vampire Diaries is one of the reasons I’m out here

Ses débuts professionnels sur le sol californien ont été marqués par son apparition dans la sitcom phare d’ABC Modern Family où elle jouait Sam, la partenaire du personnage interprété par Nolan Gould. ‘‘Quand j’ai eu mon tout premier projet, j’ai appelé ma mère en pleurant et elle pensait que j’avais un accident de voiture. (rires) Notre famille regardait ce show depuis que j’étais petite. Donc en faire partie était la chose la plus cool de la planète entière’’ se remémore-t-elle. A partir de là, elle a continué son chemin en figurant dans des séries telles que Henry Danger ou The Real O’Neals. Particulièrement inspirée par l’actrice canadienne Nina Dobrev qui a été à l’affiche de Vampire Diaries pendant six ans, Madison reconnaît que le show phénomène de la CW fait partie des raisons pour lesquelles l’interprétation l’a attirée. ‘‘J’ai commencé à le regarder au début du lycée. Il me manque. Il y a des vampires, de l’amour. Il y avait tout ce dont vous aviez besoin’’ précise-t-elle. En 2016, Madison signait son premier rôle régulier dans la série comique Still The King. Encore inédite en France, cette sitcom met en vedette Billy Ray Cyrus dans la peau de Vernon Brownmule, un chanteur de country qui retrouve des années plus tard Debbie (Joey Lauren Adams), une ancienne aventure d’un soir. ‘‘Le show est drôle, il prend des problèmes de la vie réelle et en fait ressortir des points comiques’’ explique Madison.

68

Madison began her career as a professional actress on Californian territory by playing on ABC’s hit show Modern Family. She was Sam, the love interest of Nolan Gould’s character. ‘‘When I got my very first project, I called my mom crying and she thought I was in a car accident. (she laughs) Our family has watched that show since I was a little girl. So to be a part of it was the coolest thing in the absolute entire planet’’ she remembers. From then on, she pursued her path and got invited on tv shows such as Nickelodeon’s Henry Danger or ABC’s The Real O’Neals. Particularly inspired by Canadian actress Nina Dobrev who has lead The Vampire Diaries for six years, Madison admits that the successful show of The CW is one of the reasons why acting attracted her. ‘‘I started watching it early high school. I miss it. It’s vampires, it’s love. It has got everything you needed’’ she states. In 2016, Madison booked her first regular role on comical series Still The King. Since last July 11th, season 2 is airing every Tuesday 10/9c on CMT to tell the rest of Billy Ray Cyrus’ story as Vernon Brownmule, a country musician who reconnected years later with Debbie (Joey Lauren Adams), a former one-night-stand. ‘‘The show is fun, it takes real life issues and brings comedy out of it’’ Madison explains.

Depuis deux ans, Madison donne vie à Charlotte, la fille de Vernon et Debbie issue de leur liaison passagère. ‘‘Charlotte est tout ce que je veux être dans la vraie vie. Je me souviens de mon audition pour elle et je trouvais qu’elle était la fille de 16 ans la plus cool au monde. Elle est l’adulte de la série entière’’ déclare Madison avant de poursuivre sur les qualités de son personnage: ‘‘Elle a de bons goûts musicaux, elle a vraiment la tête sur les épaules. Charlotte est la meilleure.’’

For two years, Madison has been giving birth to Charlotte, Vernon and Debbie’s daughter born from their passing love affair. ‘‘Charlotte is everything I want to be in real life. I remember auditioning for her. She is the coolest 16 year-old in the world. She is the adult of the whole series’’ Madison claims before talking about the qualities of her character: ‘‘She has great music taste, she has a really good head on her shoulders. Charlotte is the best.’’

Billy Ray Cyrus et Joey Lauren Adams sont des figures de la télévision que Madison regardait quand elle était plus jeune. Les avoir tous les deux comme parents dans Still The King semblait alors être une expérience irréelle. ‘‘Ce sont des personnes très talentueuses. Au début j’étais nerveuse mais ils m’ont accueillie à bras ouverts. J’apprends tous les jours en travaillant avec eux à l’écran. Ils sont probablement les deux choses sur lesquelle je me penche le plus’’ confirme-t-elle.

Billy Ray Cyrus and Joey Lauren Adams are television figures that Madison used herself to watch growing up. Then having both of them as parents on Still The King seemed to be a surreal experience. ‘‘They are very talented people. I was nervous at first but they accepted me with open arms. I learn everyday by working with them in front of the screen. They are probably the two things that I look into most’’ she confirms.

Ainsi, Madison apprécie consacrer autant de temps à Still The King qui aura certainement toujours une place spéciale dans son coeur. ‘‘Still The King a été la seule chose dans laquelle j’ai été depuis le début. J’ai tellement grandi grâce à cela. Je pense que nous avons fait beaucoup de belles choses. Nos personnages sont géniaux et je suis très fière du show et de tout ce que nous faisons dessus’’ professe-t-elle.

Therefore Madison enjoys spending as much time on Still The King which will undoubtedly always hold a special place in her heart. ‘‘Still The King has been the one thing I’ve been in from the beginning to now. I’ve done so much growing though it. I think we’ve made a lot of great stuff. Our characters are awesome and I’m really proud of the show and everything we do on it’’ she declares.


JUIN - JUILLET 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

27


JUIN - JUILLET 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

27


Ce n’est qu’une question de temps avant que Madison débarque sur nos grands écrans en France dans le long-métrage Jumanji: Bienvenue dans la jungle réalisé par Jake Kasdan. Prévue pour Noël, cette aventure sauvage entraînera quatre lycéens en retenue dans le mystérieux monde de Jumanji. Ils seront amenés à affronter les obstacles les plus dangereux afin d’éviter d’être piégés dans le jeu pour toujours.

It’s only a matter of time before Madison arrives on our big screens in the motion picture Jumanji: Welcome to the jungle directed by Jake Kasdan. Expected for Christmas, this wild adventure will draw four high-school kids into the mysterious world of Jumanji. They will have to face the most dangerous obstacles to avoid to be stuck in the game forever.

Madison s’affirmera sous les traits de Bethany, dont l’avatar sera le Professor Shelly Oberon représenté par Jack Black. ‘‘Quand j’ai été retenue pour Jumanji j’étais désorientée. Les auditions ont été très rapides. Peut-être qu’une fois le film sorti tout cela me frappera. Mais c’est l’une des choses les plus formidables de ma vie entière’’ se réjouit-elle au moment où la première bande-annonce officielle a pu nous mettre dans l’ambiance.

Madison will be revealed as Bethany, whose avatar will be Professor Shelly Oberon portrayed by Jack Black. ‘‘When I booked Jumanji I was confused. It was a very quick auditioning process that took a couple months. I’m still having fully process. I think maybe once it comes out it will finally all hit me. But it’s one of the coolest things that ever happened in my absolute entire life’’ she revels at the time the first official trailer gives us an overview of the plot.

Près de cinq ans après ses premiers pas à Los Angeles, Madison est parvenue à se construire une vie qui à de quoi nous impressionner et reste prête à recevoir tout ce qui se mettra sur son chemin. ‘‘Je lis différents scénarios et je suis très enthousiaste lorsque je ne sais pas vers où je me dirige. J’adorerais me retrouver dans la science-fiction ou un film romantique. Les bons scénarios me motivent’’ nous assure-t-elle.

Almost five years after her first steps in Los Angeles, Madison managed to lead an impressive life and she remains ready to take all the things that will be thrown at her. ‘‘I read different scripts and I get really excited when I don’t know where I’m going to. There are so many things I want to play. I would love to get into sci-fi or a romance film. Good scripts make me super pumped’’ she assures us.

Bien qu’elle soit une grande partie de l’année loin de sa famille restée en Caroline du Sud, Madison avoue ne pas se sentir complètement seule grâce à toutes les personnes qui veillent attentivement sur elle. ‘‘Mes amis, ma famille, ma communauté et mes professeurs de théâtre sont mes mentors à 100% et les personnes que j’admire’’ nous confie-t-elle. ‘‘Dès mon enfance on nous disait toujours d’être heureux et reconnaissant. Ils m’ont tout appris. Il y a une raison pour laquelle je fais ce que je fais aujourd’hui.’’

Although she spends a large part of the year far from her family who still resides in South Carolina, Madison admits she doesn’t feel alone thanks to the people who carefully watch after her. ‘‘My friends, my family, my community and my acting coaches are 100% my mentors and the people I look up to’’ she entrusts. ‘‘In my childhood we were always told to be happy and grateful. They’ve taught me everything. There is a reason why I’m doing what I’m doing today.’’

‘‘Jumanji est l’une des choses les plus formidables de ma vie entière’’ Jumanji is one of the coolest things that ever happened in my life Depuis toujours, Madison a fait appel aux plateformes créatives pour s’exprimer. Il y a deux ans, elle possédait une chaîne sur laquelle elle postait, accompagnée de sa guitare, des reprises musicales. ‘‘A cette époque, je recherchais ce que je voulais exactement faire. Je voulais fondamentalement créer des choses. J’avais donc décidé de m’aventurer dans le monde de la mode et de la beauté pour voir ce que cela m’apportait’’ évoque-t-elle. ‘‘Je n’ai pas été très inspirée ces derniers temps, mais le jour où je me sentirai grandement inspirée pour faire quelque chose d’impressionnant, je continuerai certainement’’ annonce-t-elle. A 20 ans, Madison fait sûrement partie des artistes à surveiller. De la musique à la télévision sans oublier le cinéma et la création de contenu digital, elle touche à tout. ‘‘La clé de tout cela est d’être reconnaissant pour tout car beaucoup de personnes pourraient être à votre place.’’

Madison has always reached out to the creative platforms to express herself. Two years ago she owned a channel in which she posted musical covers along with her guitar. ‘‘I was exploring at the time what exactly I wanted to do. Ultimately I loved to create things. So I decided to dive into the worlds of fashion and beauty and see what it brought to me’’ she tells. ‘‘I haven’t been super inspired lately, but the day I have a huge inspiration to do something awesome I definitely will continue’’ she announces. At 20 Madison is definitely an artist who is one-to-watch. From music to television without forgetting cinema and digital content creation, she is multitalented and can do everything. ‘‘The key of all of it is to be grateful for everything because a lot of people could be in your shoes.’’

AOÛT - SEPTEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

71


cover story


‘‘La clé est d’être reconnaissant pour tout car beaucoup de personnes pourraient être à votre place’’ The key is to be grateful for everything because a lot of people could be in your shoes


27


Rhiannon

Fish

Mots de Jessy Morgan

Illustration de Larissa Gloy Nandhabiwat

Ld

Post-apocolyptic

Le personnage en lui-même avait apporté dévastation et naïveté à la série, et nous devons remercier Rhiannon Fish pour son jeu assuré et fluide. ‘‘Je n’ai vraiment jamais pensé jouer un jour le rôle du méchant, donc j’étais ravie quand The 100 m’avait donné l’opportunité de l’être. Au début, j’étais très inquiète de la réaction du public vis-à-vis d’Ontari, que les gens ne me différencient pas d’Ontari’’ déclare dans un premier temps Rhiannon. ‘‘Je dois cependant dire que c’était un peu intimidant! J’ai eu l’impression de devoir tout modifier, de ma voix à ma posture. J’ai également essayé de canaliser certains moments de ma propre vie où je me sentais maltraitée, et j’ai

The character herself has brought devastation and naivety to the series, and Rhiannon Fish is to thank for her confident and fluid acting. “I truly never thought I’d get to play the villain, so I was thrilled when The 100 gave me the opportunity to do so. At first, I was very worried about the audience’s response to Ontari, that people wouldn’t be able to separate who I am and who Ontari was” Rhiannon first says. “I have to say though, it was a little intimidating! I felt like I had to adjust everything, from my voice to my stance. I also tried to channel some moments from my own life, where

a série de science-fiction postapocalyptique The 100 diffusée sur The CW est considérablement appréciée pour ses nombreux personnages énigmatiques et son intrigue captivante. Depuis son lancement en 2014, elle demeure une série télévisée très suivie atteignant des millions de visionnages. Adaptée des romans de Kass Morgan et développée par le scénariste et producteur Jason Rothenberg, The 100 a souvent été au coeur des conversations. L’actrice australo-canadienne Rhiannon Marie Fish, qui est derrière Ontari dans la saison 3, n’avait pas laissé le public sans voix. Un petit rappel: Ontari était représentée comme une femme hostile et impitoyable envers son ennemi, qui était uniquement fidèle à sa reine.

sci-fi drama, The 100, airing on The CW has gained momentous appraisals for its numerous enigmatic characters and gripping storyline. It’s been a highly watched TV series since its initial premiere in 2014 that has been reaching up millions of viewings. Adapted from the original Kass Morgan novels and developed by writer and producer Jason Rothenberg, The 100 has often been the centre of conversation. Canadian-born Australian actress Rhiannon Marie Fish, who is behind Ontari in season 3, didn’t leave the audience speechless. Let’s remember: Ontari was portrayed as a hostile and ruthless woman towards her enemy, showing loyalty to only her queen.

AOÛT - SEPTEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

75


CINÉMA

essayé de les utiliser pour exprimer soigneusement les sentiments d’Ontari. Etre le méchant est amusant tant que le personnage a une forte histoire et des raisons qui justifient ses actions.’’

I felt mistreated and tried to use those to accurately express how Ontari was feeling. It’s fun to be the bad guy as long as the character has a strong back story and justifiable reasons behind their actions.”

La saison 3 avait réuni John Murphy (Richard Harmon) et Ontari dans une relation qui pouvait être qualifiée de dysfonctionelle et destructrice. Même si Ontari abusait physiquement de Murphy, cela n’avait pas empêché leurs attitudes séductrices mutuelles. The 100 est connu pour défier moralement ses spectateurs avec les héros devant constamment prendre des décisions contestables pour sauver leur peuple. Le public a particulièrement commencé à s’interroger sur ce qu’il avait vu dans l’épisode ‘Prise et emprise’ où Murphy perdait sa libre volonté, enchaîné par Ontari. ‘‘J’ai été surprise par la réaction à cette scène’’ déclare Rhiannon. ‘‘Je peux comprendre pourquoi elle a suscité la controverse. Toutefois je peux également justifier pourquoi Ontari et Murphy ont fait les choix qu’ils ont faits.’’

Season 3 brought John Murphy (Richard Harmon) and Ontari together in what could be described as a dysfunctional and destructive relationship. Even tough Ontari was physically abusing Murphy, it didn’t stop their flirtatious attitudes towards each other. The 100 has been known to challenge its viewers morality as the heroes constantly have to make questionable decisions to save their people. Especially during the ‘Fallen’ episode, the viewers started questioning what they had seen with the scene revealing the loss of Murphy’s free will as Ontari chained him up. “I was surprised by the response to that scene” Rhiannon states. “I can understand why it caused controversy. However I can also justify why both Ontari and Murphy made the choices they did.”

A l’écran, Ontari était couverte de cicatrices, ce qui créait une différence non seulement dans la personnalité mais aussi au niveau de l’apparence. Rhiannon se souvient que dès qu’elle mettait le costume d’Ontari, accrochait son épée à la taille et pénétrait dans Polis, elle se sentait complètement immergée dans le personnage. ‘‘Tout le département créatif de The 100, des concepteurs des décors aux costumiers, coiffeurs, maquilleurs et accessoiristes, font un travail incroyable pour créer le monde que vous voyez à la télévision’’ souligne-t-elle. ‘‘Je n’avais aucun problème à faire la transition entre Ontari et moi. En fait, cela facilitait mon travail!’’ Mais son rôle révélateur dans The 100 s’opposait plutôt à ce que l’actrice avait joué dans le passé. Avec les scènes dénudées qu’elle devait simuler, elle confirme que cela était de loin son plus grand challenge. ‘‘J’étais tellement nerveuse! Je dois néanmoins admettre que sans même m’en rendre compte à l’époque, je pense que cela m’a rendu plus confiante en tant qu’actrice. Mais je ferais probablement toujours face à la nervosité!’’ Auparavant vue à la télévision australienne dans le feuilleton Home and Away, le jeu de Rhiannon gagne en confiance à chaque expérience. ‘‘En réalité, je pense que je suis devenue plus nerveuse au fil des années!’’ révèle-t-elle. Rhiannon avait 11 ans, lorsque le petit écran l’avait accueillie pour la première fois. ‘‘Tout ce dont je me souviens est de m’être beaucoup amusée! Ne vous méprenez pas, c’est toujours complètement génial mais être un enfant acteur a quelque chose de spécial, comme si vous n’aviez aucune pression. Vous devez juste être vous-même’’ se rappelle-t-elle. Aujourd’hui âgée de 26 ans, la première apparence de Rhiannon dans Neighbours était il y a près de 15 ans, en 2013. Enfant, elle cherchait à retenir l’attention. ‘‘Dans une certaine mesure, je me produisais constamment. Que ce soit en chantant, en jouant, en dansant ou juste en me ridiculisant. Je voulais que mes parents regardent, et ils ont dû en tenir compte car à l’âge de cinq ans, j’ai été placée dans des cours d’arts du spectacle’’ raconte-t-elle. ‘‘Mon plus grand fan est sans aucun doute mon père. Il partage toujours les liens abordant ce que je fais sur son Facebook!’’

76

On screen, Ontari was full of scars, creating quite the difference not only in personality but in appearance too. Rhiannon remembers that as soon as she put on Ontari’s costume, strapped her sword to her waist and stepped inside the doors of Polis, she felt completely immersed in the character. “All the creative departments on The 100, from the set designers, the costume designers, the hair and make up team to the props people, do such an amazing job of creating the world that you see on TV” she outlines. “I had no trouble transitioning between myself and Ontari. In fact, it made my job quite easy!” But her insightful role on The 100 was quite the opposite to what the actress has played in the past. Owing to the simulated nude scenes she had to film, she confirms it has been her biggest challenge thus far. “I was so nervous! I have to admit though, without even being aware of it at the time, I think it made me a much more confident actor. But I will probably always struggle with nerves!” Previously seen in Australian television soap opera, Home and Away, Rhiannon’s confidence in acting is growing with each experience. “I actually think I’ve gotten more nervous over the years!’’ she reveals. Rhiannon was 11, when she booked her first role on small screen. ‘‘All I can remember is having so much fun! Don’t get me wrong, it’s still an absolute blast but there’s something special about being a child, like there’s any pressure on you. All you have to do is be yourself” she reminisces. Currently 26, Rhiannon’s initial appearance on Neighbours was nearly 15 years ago, in 2013. As a child she was a bit of an attention seeker. ‘‘I was constantly performing in some capacity. Whether it was singing, acting, dancing, or just making a fool of myself. I wanted my parents to watch, and they must have picked up on this because by the age of five I was put in performing arts classes.” Rhiannon explains, “My biggest fan is my Dad, without a doubt,” she laughs, “He’s always sharing links on his Facebook about what I’m up to!”


‘‘J’étais inquiète de la réaction du public vis-à-vis d’Ontari’’ I was worried about the audience’s response to Ontari Fidèle à son travail, Rhiannon est émerveillée par les opportunités que les acteurs ont pour raconter des histoires, considérant ce don comme un privilège extraordinaire. Au fil des années, elle a loyalement été soutenue par ses fans grâce à qui elle se sent spéciale. Et sa reconnaissance envers eux rayonne à travers ses mots. ‘‘Je connais tous leurs noms, leurs pseudos Twitter, leurs profils Instagram et leurs visages. Même si nous ne nous sommes pas encore officiellement rencontrés, j’ai le sentiment d’avoir créé des relations sincères avec chacun d’entre eux’’ assure-t-elle. ‘‘Du fond du coeur, je suis reconnaissante pour l’amour et le soutien dont tout le monde fait preuve.’’

Faithful to her job, Rhiannon is enchanted by all the opportunities actors get to tell stories, considering this gifts as an extraordinary privilege. Over the years, she has gained a lot of loyal supporters that make her feel special. And her appreciation for her fans shines through her words. “I know all their names, their Twitter handles, their Instagram profiles and their faces. Even if we haven’t officially met yet, I feel like I’ve formed genuine relationships with all of them” she assures. “From the bottom of my heart I am so grateful for the love and support everyone has shown me.”

Rhiannon est elle-même fascinée par Jennifer Lawrence qu’elle considère comme un modèle pour les artistes féminines. ‘‘J’ai le plus grand respect pour les choix qu’elle a faits dans sa carrière. C’est indéniablement une actrice brillante, mais je la respecte aussi pour l’image positive du corps qu’elle véhicule. Elle refuse de se conformer à l’image que certaines personnes attendent des actrices. Je l’admire fortement pour cela.’’

Rhiannon herself is fascinated by Jennifer Lawrence that she considers as a role model for female actors. ‘‘I have the upmost respect for the choices she’s made throughout her career. She is undoubtedly a brilliant actress, but I also respect her for promoting such a positive body image. She refuses to conform to what some people believe actresses ‘should’ look like. I admire her immensely for that.’’

Naturellement guidée par la règle l’incitant à être heureuse, Rhiannon s’y réfère souvent pendant notre conversation. Quand nous lui demandons la chose dont elle est le plus fière, il n’y quasiment aucune hésitation dans sa réponse. ‘‘Il y a plus d’un an, j’ai pris la décision de m’orienter vers un mode de vie vegan’’ commence-t-elle à dire. Ce choix lui est simplement venu par curiosité. ‘‘En parcourant Netflix, je suis tombée sur le documentaire Cowspiracy. Le film avait fait l’objet d’un fort battage médiatique, donc j’avais décidé de lui donner une chance et cela a changé ma vie’’ précise-t-elle. ‘‘Aussi loin que je m’en souvienne, je consommais de la viande. J’adorais la viande, mais le documentaire m’a incitée à me poser la question: ‘si je ne peux pas tuer un animal, pourquoi est-ce correct que quelqu’un d’autre le fasse pour moi?’ et la réponse était simple: ce n’est pas correct.’’

In her natural self, Rhiannon lives by the rule of being happy and often refers to it during our conversation. When asked the question what she’s most proud of, there is almost no hesitation in her answer. “Over a year ago, I made the decision to switch to a vegan lifestyle” she starts. It simply came from her own curiosity. “While scrolling through Netflix I stumbled across the documentary Cowspiracy. I’d heard a great deal of hype surrounding the film, so I decided to give it a go, and it changed my life forever” she expands. “I’ve been a meat eater for as long as I can remember. I loved meat, but the documentary prompted me to ask myself the question: ‘if I couldn’t kill an animal, why is it okay for someone else to do it for me?’ and the answer was simple: it is not okay.”

Cowspiracy n’a pas seulement changé la vie de Rhiannon, mais a aidé de nombreux spectateurs à passer à un mode de vie végétarien ou vegan. ‘‘Je ne regrette pas ma décision, pas une seule seconde. Plus le temps passe, plus cela me passionne. J’espère pouvoir utiliser la plateforme qui m’a été donnée pour être la porte-parole de ceux qui ne peuvent pas s’exprimer car je crois que les animaux sont là avec nous – pas pour nous. Je vais au lit en sachant que je défends les droits animaliers et que je ne contribue pas à la cruauté envers les animaux.’’ L’inspiration de Rhiannon pour le bonheur est attirante, tandis qu’elle pense à l’avenir. ‘‘J’ai toujours adoré la citation ‘la vie est trop courte pour ne pas être heureux’ ce qui est mon but ultime dans la vie. Cela peut sembler très simple et peut-être même ennuyeux pour certains, mais je souhaite vraiment être heureuse dans ma vie.’’

Cowspiracy hasn’t only changed Rhiannon’s life, but helped a lot of viewers to transition to a vegetarian or vegan lifestyle. “I haven’t regretted my decision, even for a second. The more time that passes, the more passionately I feel about it. I hope that I can use the platform I’ve been given, to be a voice for the voiceless because I believe that animals are here with us – not for us. I go to bed knowing I stand for animal rights and don’t contribute to any animal cruelty.” Rhiannon’s inspiration for happiness is desirable, as she pushes forward into the future. “I’ve always loved the quote ‘life is too short to be anything but happy’ which is my ultimate life goal. It may seem very simple and possibly even boring to some, but I truly want to be happy in my life.”

AOÛT - SEPTEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

77


Paris Fashion Week ĂŠdition automne/hiver 2017-2018 Photos de Jasmine Perrier


Zhenya Katava pour Galia Lahav


PARIS FASHION WEEK

Xuan

Lieu

80

Galerie Nikki Diana Marquardt, Paris IV


AOÛT - SEPTEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

81


PARIS FASHION WEEK

Galia Lahav Cabinet de curiosités

Lieu

82

Lycée Henri IV, Paris V


AOÛT - SEPTEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

83


PARIS FASHION WEEK

Antonio Grimaldi

Lieu

84

Mona Bismarck American Center, Paris XVI


AOÛT - SEPTEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

85


PARIS FASHION WEEK

Dany Atrache Un voyage dans les années 70

Lieu

86

Mairie du 4ème arrondissement, Paris IV


AOÛT - SEPTEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

87


PARIS FASHION WEEK

Ziad Nakad La forêt de cristal de neige

Lieu

88

The Westin Paris - Vendôme, Paris Ier


AOÛT - SEPTEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

89


Défilé Eva Minge


grumpymagazine.com


GRUMPY MAGAZINE #7 (Août-Sept. 2017) - Madison Iseman  

EN COUVERTURE: Madison Iseman par Rowan Daly | A LA UNE: Rozes - Ashley Roberts - Alexander Jean - Cailee Rae - Ellington Ratliff - Dana Gai...