Page 1


On the cover Grumpy Magazine est une publication trimestrielle digitale/print internationale basée à Paris dédiée aux personnalités et esprits créatifs du monde du divertissement et de la mode, recherchant sans cesse de nouvelles histoires inspirantes à partager.

Grumpy Magazine is an international quarterly digital/print publication based in Paris that is dedicated to the creative minds from entertainment and fashion, always looking for new inspiring stories to share.

Gardons contact

l e t’ s k e e p i n t o u c h

Site grumpymagazine.com Twitter / Instagram @grumpymagazine Facebook Grumpy Magazine Email info@grumpymagazine.com

Le kiosque Skeet Ulrich by Clark Atanacio

Online issuu.com/grumpymagazine Print grumpymagazine.com/shop

Grumpy Team & Collaborateurs team & contributors Directrice de publication Publisher

Jasmine Perrier

Rédactrice en chef Editor-in-chief

Jasmine Perrier

Design

Jasmine Perrier

Rédacteurs Writers Nous rejoindre Join us

Sammie Stricklin, Hortense Le Jessy Morgan, Parker Schug, Caset Baughan, Jasmine Perrier team@grumpymagazine.com

Submissions submissions@grumpymagazine.com Guideline grumpymagazine.com/submissions

Photographie Photography

A.J. Diniz, Clark Atanacio, Margaret Leyva, Cris de Guzman, Yasmine Salah, Lexie Alley, Flavia Catena, Kelsey Maggart, Nikko Lamere, Danilo Lewis, Jasmine Perrier

Mentions spéciales A special thanks to

Natalie Guernica, Mickey Hernandez, Ayling Chen, Ashlee Cichon, Brittany Diego, Lavonne Atanacio, Naiia Ulrich, Jakob Ulrich, Zeh Campos, Celsia Floral

Remerciements courtesy of

Tasya Teles Skeet Ulrich Lost Kings @tasyateles @skeetme1 @wearelostkings Asia Monet Ray Sofia Wylie Tony Ann @asiamonetray @sofia_wylie / @wyliesofia @tonyannn / @tonyann_ King Deco Dylan Schmid Kelsey Maggart @kingdeco @dylanrschmid / @dylanrayschmid @kelseymaggart / @_kelseymaggart


Get out of your grumpy mood we are also available in print

grumpymagazine.com/shop

worldwide shipping

Share your pics #grumpymagazine


p l a y l i s t

(

Reverie Illenium (ft. King Deco) Sick Boy The Chainsmokers Poking Holes

Emily Warren

First Love Lost King (ft. Sabrina Carpenter) Lost The Swoons Play God Sam Fender Do It Alone

Sunday Morning Call Shell Yellow

Chlรถe Howl Oasis

Charlotte OC Coldplay


LETTRE AUX LECTEURS letter to the readers

together we are an ocean

Bonjour 2018, en espérant que tu sois une année enrichissante

pour nous tous – Je sais, un bon moment s’est écoulé depuis la sortie du dernier numéro. Mais je peux expliquer la raison pour laquelle il nous a fallu si longtemps pour revenir avec du nouveau contenu. Au cours de ces derniers mois, j’étais déterminée à atteindre une étape majeure de l’histoire de GRUMPY: avoir nos toutes premières photos originales. Entre les cours, j’ai appris à rassembler une équipe et ai été amenée à échanger des idées avec des créatifs pour donner vie à des projets artistiques. Bien que je ne faisais que piloter tout cela depuis Paris, cela a probablement été l’une de mes plus belles expériences jusqu’à maintenant. Il n’y a pas de meilleurs sentiments que de s’impliquer dans un processus collaboratif aux côtés de personnes dévouées et passionnées. Ainsi, il était important pour moi de privilégier la qualité à la quantité. Cela étant dit, ce numéro d’Hiver 20172018 représente une phase importante de la quête de notre identité visuelle et je suis vraiment heureuse du résultat. Je suis impatiente de vivre une nouvelle année à vos côtés et je voulais exprimer ma gratitude envers mon équipe, incroyables collaborateurs et affectueuse communauté qui rendent notre voyage extraordinaire chaque jour. Je sens que 2018 va être rempli de surprises et d’aventures magiques.

H

ello 2018, may you be a gratifying year for all of us – I know, it has been a while since we release the last issue. But there is a reason why it took us so long to come back with fresh content. For the past few months, I’ve been working on reaching another important milestone in GRUMPY’s story: getting our very first original photos. Between classes, I learnt how to bring a crew together and I got to exchange ideas with creatives to bring some artistic projects to life. Although I was only coordinating all this from Paris, it’s probably one of my greatest life experiences so far. There is no better feeling that getting involved in a whole collaborative process with devoted and passionate people. Therefore, it was important to me to focus on the quality before the quantity. That being said, this Winter 2017-2018 issue is huge step in the pursuit of our visual identity and I’m so happy with the outcome. I’m truly excited to live a new year by your side and I wanted to state my gratitude to my incredible team, contributors and loving community who make our journey unbelievable every single day. I feel like 2018 will be full of surprises and magical adventures.

Jasmine Perrier Founding editor-in-chief @jazzieperrier


Contents W I N T E R 2 0 1 7 - 2 0 1 8 THROUGH THE LENS 110

On the loop

22

Wanderlust REFLECTIONS

26

Do you ever feel weird? -- I do FASHION

28

Two souls ONE-TO-WATCH

36

Asia Monet Ray Comment elle gère chaque aspect de sa carrière On handling each aspect of her career

40

Sofia Wy lie Son rôle d’ambassadrice de la nouvelle génération Disney Channel On representing the new generation of Disney Channel

46

Dy lan Schmid D’un film étudiant à une adaptation cinématographique de Stephen King His journey from a student movie to being a film adaptation of Stephen King

MUSIC 52

Lost Kings Leur association complète pour créer de la musique vibrante On complementing each other to create exciting music

58

King Deco Rencontrez le monde fabuleux de la Decosphere Meet the fabulous world of the Decosphere

62

Tony Ann Son année révélatrice et sa tournée avec The Chainsmokers On his breakout year and tour with The Chainsmokers

CINEMA 68

Tasya Teles La révélation de la nouvelle facette de son personnage dans The 100 On showing the other side of her fierce character in The 100

76

Skeet Ulrich Son rôle dans Riverdale et l’inspiration qu’il appporte à sa famille On his role in Riverdale and inspiring his family


THROUGH THE LENS

On the loop Interview by Jasmine Perrier

Photos by Kelsey Maggart

Kelsey Maggart 10


F

M

eet Kelsey Maggart, this American 22-year-old portrrait photographer from Indiana. Through her unique vision, Kelsey perfectly knows how to spotlight her models and create stunning scenes, playing with lights and natural elements. Her photos are fresh, youthful, and fancy. As part of the new generation of digital artists, Kelsey draws her inspiration from the big names in the industry like Brandon Woelfel who gave a new boost to the photography world. ‘‘He is actually the reason that I got into photography to begin with,’’ she told us.

aites la connaissance de Kelsey Maggart, cette photographe américaine de 22 ans originaire d’Indiana. Grâce à sa vision unique, Kelsey sait parfaitement comment mettre en valeur ses modèles et créer des mises en scènes stupéfiantes, jouant avec les éclairages et éléments naturels. Ses photos sont raffraîchissantes, jeunes, et raffinées. Membre de cette nouvelle génération d’artistes digitaux, Kelsey tire son inspiration de grands noms de l’industrie comme Brandon Woelfel qui a donné un nouveau souffle au monde de la photographie. ‘‘Il est en réalité la raison pour laquelle j’ai commencé la photographie’’, nous a-t-elle raconté.

Comment as-tu atterri dans la photographie? Est-ce une passion qui t’a toujours suivie?

How did you first get into photography? Is it a passion that has always followed you?

J’ai pris un cours de photographie au lycée, et je n’aimais pas vraiment cela jusqu’à ce que je m’y attelle de mon plein grès. J’ai toujours été dans les arts, et à l’origine je voulais être graphiste. Et je suis accidentellement tombée amoureuse de la photographie et cela ne s’est jamais arrêté.

I took a photography class in high school, and I didn’t really love it until afterwards when I tried it on my own. I’ve always been into art, I wanted to be a graphic designer originally. And I accidentally fell in love with photography, and never stopped.

Ton travail s’articule principalement autour de la photographie lifestyle et des portraits. Comment décrirais-tu ton style et ta personnalité en tant qu’artiste?

Your work is mainly focused on lifestyle and portrait photography. How would you describe your style and yourself as an artist?

Je me considérerais comme une photographe portraitiste. Les shoots que j’ai le plus aimé faire sont plus des éditoriaux.

I would consider myself a portrait photographer. The shoots that I’ve loved the most are definitely more editorial.

Es-tu d’accord avec l’idée qu’un style photographique reflète la personnalité du photographe? As-tu rencontré des difficultés pour trouver ton propre style?

Do you agree with the idea that a photographic style reflects the photographer’s personality? Was it a tough step for you to find your own style?

Oui je crois que votre personnalité est beaucoup retransmise dans votre travail. Trouver mon style n’a pas été vraiment compliqué pour moi, car je connaissais le type de photographie j’aimais le plus avant de commencer.

Yes I think who you are shines through a lot in your work. It wasn’t really tough for me to find my style, because I knew the type of photography that I liked the most before I started.

Qui sont les artistes ou photographes qui t’inspirent?

Do you yourself have artists or photographers you look up for guidance?

Brandon Woelfel est une grande inspiration pour moi. Après avoir fait cela pendant un certain temps j’ai rencontré de nombreuses personnes inspirantes comme @krissy, @jessicawhitaker, @paytonhartsell, @messinaphotos, et @ obislens.

Brandon Woelfel is a huge inspiration to me. After doing it for awhile I’ve come across so many inspirational people, like @ krissy, @jessicawhitaker, @paytonhartsell, @ messinaphotos, and @obislens

WINTER 2017-2018

GRUMPYMAGAZINE.COM

11


THROUGH THE LENS

‘‘ You can make a photograph anywhere’’ Vous pouvez prendre une photo n’importe où

Quel effet veux-tu que ton travail de photographe ait sur les autres et à quel point apprécies-tu voir ta vision naître? Pour moi la partie la plus importante de la photo est de voir la personne dans la photo être mise en lumière et aimer ce qu’ils voient à l’écran quand le shoot se termine. Être contente de mon propre travail est un sentiment incroyable, mais c’est encore mieux quand les personnes que j’inclus dedans pour faire un shoot sont aussi contentes que moi. De nos jours les médias sociaux peuvent jouer un rôle important dans la vie d’un artiste, pour les aider à grandir et parfois faire de leur passion une carrière. Quels sont les enjeux liés à l’utilisation de ces plateformes comme une alternative pour montrer son portfolio et être reconnu? Parfois il est difficile de se faire remarquer sur les réseaux sociaux. Notamment sur Instagram, quand seulement une partie de vos abonnés peuvent voir ce que vous postez. Dépendre des réseaux sociaux est dur car nous ne savez jamais si un shoot va marcher, mais je pense aussi que c’est un moyen génial pour se connecter et vous faire connaître. Sans Twitter je n’aurais pas le nombre de vues que j’ai aujourd’hui. Tu appartiens à une génération d’influenceurs et de créatifs modernes. Les réseaux sociaux t’ont-ils également aidée à faire la connaissance d’autres créatifs? Oui certainement. J’ai rencontré la plupart de mes amis et des personnes que je prends en photo grâce à la photographie que je fais seulement sur internet. Je me suis fait beaucoup d’amis de tous les coins grâce aux réseaux sociaux. Quelle est la plus belle opportunité que tu aies eue grâce à ce nouveau système? J’ai eu l’opportunité de faire des shoots avec des marques, et de rencontrer tellement de gens qui occupent aujourd’hui une grande partie de ma vie.

12

What effect do you want your work as a photographer to have on others and what is your favorite part of seeing your vision coming to life? The most important part of the photo to me is seeing the person that’s in the photo light up and love what they see on the screen when the shoot ends. It’s an amazing feeling to be happy with my own work, but it’s an even better feeling when the people that put in the work to make a shoot happen are just as happy as I am. Nowadays social media can play such an important role to help artists grow and sometimes turn their passion into a career. What are the challenges related to the use of social platforms as an alternative to showcase your portfolio and get recognized? Sometimes it’s hard to get noticed on social media. Especially using Instagram, when only a portion of your followers see what you’re posting. Depending on social media is hard because you never know how well a shoot will do, but I also think it’s an awesome way to connect and put yourself out there. Without Twitter I wouldn’t have the amount of viewers that I have now. You belong to a generation of modern influencers and creatives. Have social media helped you to connect with other creatives as well? Yes definitely. I’ve met most of my friends and the people that I shoot with through photography which I do only on the internet. I’ve also made a lot friends from all over because of social media. What’s the greatest opportunity you’ve ever had thanks to all this new system? I’ve had the opportunity to shoot with brands, and meet so many people that are now a big part of my life.


WINTER 2017-2018

GRUMPYMAGAZINE.COM

13


THROUGH THE LENS

12


‘‘ don’t base your style all of what will get you the most likes’’ Vois-tu la photographie comme une manière de transettre des messages, valoriser tes modèles et avoir une influence sur les autres?

Do you see photography as a way to convey messages, empower your models and have influence on others?

Bien sûr. Une grande partie de mes réseaux sociaux et shoots montre aux gens que vous n’avez pas besoin de dépenser des centaines de dollars dans des tenues, ou de vivre dans un endroit avec de grands lieux. Vous pouvez prendre une photo n’importe où, et je crois qu’il est important que les gens réalisent cela.

Of course. A huge part of my social media and shoots is to show people that you don’t need to spend hundreds of dollars on outfits, or live somewhere with awesome locations. You can make a photograph anywhere and I think it’s important that people realize that.

Quel est le travail qui a le plus poussé tes frontières artistiques jusqu’à présent?

What is the work that has pushed the most your artistic boundaries so far?

Je fais actuellement un ‘‘editing challenge’’ sur Twitter avec quelques amis et nous retouchons les photos de chacun et comparons les styles. Nous prenons tous des photos et les retouchons différemment. Je n’avais jamais retouché de choses en dehors de mes propres photos, donc c’est assurément un défi pour moi.

I’m currently doing an editing challenge on Twitter with a few of my friends and we’re editing each others photos and comparing styles. We all shoot and edit differently. I’ve never edited anything outside of my own photos, so it’s definitely a challenge for me.

Quel serait le point le plus complexe d’une carrière dans la photographie? Aurais-tu un conseil pour tous les futurs artistes?

What would you consider as the most challenging part of a career in photography? Would you have any piece of advice for all the aspiring artists?

Ne photographiez pas pour les réseaux sociaux, et n’axez pas votre style sur ce qui vous apportera le plus de likes. Les gens ne veulent pas voir la même chose un million de fois. Trouvez votre style et restez fidèles à vous-mêmes. C’est comme cela que vous serez les plus heureux.

Don’t shoot for social media, and don’t base your style all of what will get you the most likes. People don’t want to see the same thing a million times. Find your style and stay true to yourself. That’s where you’ll be the happiest.

Quels sont tes objectifs sur le long terme pour ta photographie? Comment vois-tu ton évolution dans le domaine créatif et vers où aimerais-tu te diriger?

What are your long-term purposes for your photography? What do you envision for your evolution in the creative world and where would you like it to take you?

Je veux que la photographie fasse partie de ma vie toute ma vie. Ce que je veux que la vie m’apporte en général, c’est d’être heureuse et d’être fière de moi-même. Je veux continuer à grandir, rencontrer de nouvelles personnes, et faire de nouvelles rencontres au cours de ce voyage.

I want photography to be apart of my life for my entire life. The thing I want most out of life in general is to be happy and to be proud of myself. I want to continue growing, meeting new people, and making new connections as this journey continues.

WINTER 2017-2018

GRUMPYMAGAZINE.COM

15


THROUGH THE LENS

‘‘ Find your style and stay true to yourself’’ Trouvez votre style et restez fidèles à vous-mêmes

16


WINTER 2017-2018

GRUMPYMAGAZINE.COM

15 17


THROUGH THE LENS

‘‘ A girl posted on twitter that Kroger had roses for $8 or something like that, so I decided that I wanted to shoot with a rose that day. This was totally unplanned and last minute, but it ended up being one of my favorite photos’’

14


‘‘ We took this at the fair that happens in our town. I don’t always shoot in places where there are so many people, but this entire shoot was something I ended up being really happy with. Dillon is my best friend, so we have so many shoots that we’ve done together but this one is definitely one of my most loved photos’’

WINTER 2017-2018

GRUMPYMAGAZINE.COM

19


THROUGH THE LENS

‘‘ I’ve always really loved makeup and the crazy transformations that you can do with it. Taylor is one of my favorite people to shoot with, and she always lets me try new things on her. I took this about a year ago but it’s still a photo that I’m incredibly proud of ’’

20


‘‘ Kendall and I stayed in a hotel during bonnaroo so we could shoot all week without having to worry about my camera/ laptop if we camped. We actually ended up skipping one of the days of the festival and we shot by the pool at the hotel all day. Kendall’s so fun, so skipping was completely worth it’’

GRUMPYMAGAZINE.COM

21


THROUGH THE LENS

Wanderlust Words and photos by Jasmine Perrier

London Calling S

i je devais nommer ma ville préférée dans le monde, Londres serait probablement dans mon top trois, si ce n’est à la première place. Quand vous vous échappez d’une ville comme Paris pour vous rendre dans la capitale britannique pour un week-end ou plusieurs jours, vous avez l’impression de respirer un nouvel air. Et ce n’est pas parce que Londres est l’une des villes les plus vertes d’Europe. Mais la gentillesse de ses habitants vous fera sourire, les activités que la ville a à offrir vous occuperont sans cesse, et vous serez impressionnés par l’architecture victorienne et le charme britannique des environs. En plus de cela, Londres est animée par des années et des années d’histoire. Tout autour de vous aura une histoire à raconter. La ville est certainement pleine de vie avec ses nombreux artistes talentueux donnant vie aux rues et aux stations de métro. Quand vous entendez un jeune musicien reprendre vos groupes favoris avec son violon près d’Harrods, vous n’avez d’autres choix que de vous arrêtez quelques instants pour écouter ses douces notes.

22

I

f I had to name my favorite city in the world, London would probably be in my top three, if not at the first place. When you escape from a city like Paris to go to the British capital for a weekend or several days, you feel like a breath of fresh air, not only because London is known for being the most green city of Europe. But the kindness of its inhabitants will make you smile, the activities the town has to offer will never get you bored, and you will simply be impressed by the Victorian architecture and the British charm of the surroundings. In addition to that, London is animated by years and years of history. Everything around you will have a story to tell. It is for sure a city full of life with its plethora of talented artists bringing the streets and underground stations to life. When hearing a young musician doing special covers of your favorite bands with his violin near Harrods, you have no choice but to stop by him a few minutes to listen to his lovely notes.


Décrire Londres en quelques mots inclurait: taxis noirs ainsi que bus et cabines téléphoniques rouges, juste pour nommer les choses les plus courantes. Vous avez aussi les attractions principales comme Big Ben, le London Eye qui vous propulsera à des centaines de mètres au-dessus du sol et vous montrera la ville du ciel, quand ce n’est pas trop nuageux. Il y a également de nombreux musées comme la National Gallery, le Tate Modern, et Madame Tussauds où vous rencontrerez vos personnalités préférées en cire. Les détails sont vraiment impressionnants. Cependant, se perdre dans les rues et quartiers de Londres situés à l’écart de la foule est 100% plus agréable. En vous éloignant des principaux axes, vous trouverez des endroits chaleureux comme le café Borough Barista près de Marble Arch. Et une promenade paisible autour de Notting Hill et du Holland Park vous fera encore plus aimer la ville.

Describing London in a few words would include: black taxis as well as red buses and phone boxes, just to name the most common things. You still have the main attractions like Big Ben, the London Eye that will throw you thousands of meters above the ground and show you the city from the sky, when it’s not too cloudy. There are also a lot of museums like the National Gallery, the Tate Modern, and Madame Tussauds where you will meet your favorite people built in wax. Details are really impressive. However, getting lost in the London streets and areas located far from the usual crowd is one hundred percent more pleasant. By going away from the common paths, you will find cosy spots like the Borough Barista near Marble Arch. And a peaceful walk around Notting Hill and Holland Park will make you fall even more in love with the city.

Malgré le temps qui est loin d’être paradisiaque, Londres est un lieu qui vous époustouflera chaque fois que vous le visiterez. Car vous n’arrêtez jamais de découvrir de nouvelles facettes de la ville, que vous soyez un local ou simplement un touriste en vacances. Grâce au réseau de transport d’aujourd’hui, j’ai la chance de vivre à seulement deux heures de là. Le fait est que je considère presque Londres comme une seconde maison, mon havre de paix.

Despite the weather that is far from being idyllic, London is a place that will blow you away every time you will visit it. Because you never stop discovering new sides of the city, whether you are a local or just a tourist on holidays. Thanks to today’s transport network, I am lucky to live only two hours away from there. The fact is that I almost consider London like my second home, my safe heaven.

WINTER 2017-2018

GRUMPYMAGAZINE.COM

23


THROUGH THE LENS

24


WINTER 2017-2018

GRUMPYMAGAZINE.COM

25


REFLECTIONS

Do you ever feel weird? I do Words by Sammie Stricklin

Illustration by Aly (alyindraws)

‘‘ Announcing who you are to the world is pretty terrifying, because what if the world doesn’t like you? ’’

26

L

O

n November 28th, 2017 American film studio 21st Century Fox released the longawaited trailer for the movie Love Simon. This movie is based off the book better known as Simon vs. the Homo Sapiens Agenda by Becky Albertalli. And believe me if you were anywhere on social media that day you could not have missed the outstanding reaction to the trailer of this movie adaptation. So why was the reaction so big? Why did it hit one million views in less than a day? These are questions I do not currently have the answers to, but from the insane amount of responses on social media, I can give you some of my educated guesses.

e 28 novembre 2017, le studio américain 21st Century Fox a révélé la bandeannonce tant attendue du film Love Simon. Ce long-métrage est adapté du livre Moi, Simon, 16 ans, Homo Sapiens de Becky Albertalli. Et croyezmoi si vous étiez sur les réseaux sociaux ce jour-là, vous n’avez pas pu manquer l’incroyable réaction à la bande-annonce de cette adaptation cinématographique. Alors pourquoi la réaction était-elle si importante? Pourquoi a-t-elle récolté un million de vues en moins d’un jour? Ce sont des questions auxquelles je n’ai pas la réponse, mais en partant du nombre impressionnant de réponses sur les réseaux sociaux, je peux vous donner quelques unes de mes suppositions éclairées.

Commençons avec le remarquable casting incluant Nick Robinson (Everything, Everything, Jurassic World), Katherine Langford et Miles Heizer (13 Reasons Why), et Keiynan Lonsdale (The Flash, DC: Legends of Tomorrow) qui vont jouer des personnages auxquels des milliers de jeunes de la communauté LGBTQ+ pourront se rattacher. Il s’agit sans aucun doute d’une des principales raisons pour lesquelles le battage médiatique de ce film est fort.

Starting with the remarkable cast including Nick Robinson (Everything Everything, Jurassic World), Katherine Langford and Miles Heizer (13 Reasons Why), and Keiynan Lonsdale (The Flash, DC: Legends of Tomorrow) who will be playing characters that thousands of LGBTQ+ youth will be able to relate to. It’s is no doubt one of the main reasons the movie hype is extremely high.


En plus du casting phénoménal et des ventes massives du livre, sans oublier les récompenses, je crois personnellement que la principale raison de cet engouement qui se propage comme une traînée de poudre est le fait que nous n’avons auparavant jamais eu de comédie romantique gay sur grand écran. Comprenez-moi bien, la télévision a parcouru un très long chemin au cours des dernières années en mettant des personnages LGBTQ+ au centre de leurs shows. Quelques exemples que je peux donner incluent Magnus Bane et Alec Lightwood de la série Shadowhunters, Connor Walsh, Oliver Hampton, et Annalise Keating de Murder. Évidemment, Disney a marqué l’histoire avec Andi Mack et leur premier personnage gay au coeur d’un show pour les enfants. Nul doute que tous ces personnages ont aidé des milliers de personnes à trouver un exutoire, et je suis sûre que Love Simon ne sera pas différent. Qu’il s’agisse de mettre un arc-enciel dans la légende d’une photo Instagram, ou de faire votre coming out lors d’un dîner avec votre famille, cela peut toujours paraître terrifiant surtout lorsque vous êtes incertains des positions des gens de votre quotidien sur le sujet. Ce sentiment de solitude est exactement la raison pour laquelle ce film est si important et devrait sortir au cinéma dans le monde entier. Être vulnérable est effrayant peu importe que ce soit autour d’amis, de famille, de collègues ou d’étrangers. Ce n’est jamais un bon sentiment. Simon n’a pas tort sur ce point, mais savoir que vous avez une communauté en dehors de votre cercle intime à laquelle vous appartenez est toujours réconfortant. Et Simon va être une nouvelle source de confort. Un confort dont son propre personnage a besoin. Les films tels que Love Simon sont une manière spéciale de montrer que vous n’êtes pas seuls, et qu’il y a des millions de personnes comme vous.

Peu importe le chemin que nous avons parcouru à la télévision, il reste encore beaucoup à faire. C’est toutefois un début merveilleux. J’espère que Love Simon montrera aux producteurs et réalisateurs qu’être gay n’est pas un sujet qui devrait être ignoré. J’espère également qu’il montrera aux jeunes adolescents qu’ils sont parfaitement normaux. Est-ce que tu te sens bizarre? Oui, et parfois je ressens toujours cela. Mais avec Simon, nous célébrons le début d’une chose à laquelle je suis très heureuse d’assister.

Besides the phenomenal cast and how well the book has done in selling, not to mention awards, I personally believe the main reason the movie adaption is spreading like a wildfire is simply that we have never had a gayromcom before on the big screen. Now don’t get me wrong, television has come a very long way in the recent years with having LGBTQ+ characters being at the center of their shows. A few examples I can give include Magnus Bane and Alec Lightwood from Freeform’s hit show Shadowhunters, Connor Walsh, Oliver Hampton, and Annalise Keating from ABC’s How to Get Away with Murder. Of course, Disney made history with Andi Mack, having their first gay character be at the center of what would be considered a kid’s show. There is no doubt that all of these characters have helped thousands of people find an outlet, and I’m sure Love Simon will be no different. Whether it’s simply putting a rainbow in your caption for an Instagram photo, or coming out to your family at dinner, it can always be terrifying especially if you are unsure on where certain people in your everyday life stand on the community. That alone is exactly why this movie is so important and should be put in theaters across the world. Being vulnerable is scary no matter if it is around friends, family, co-workers, or strangers. It is never a good feeling. Simon is not wrong there, but knowing you have a community you belong to outside of your inner circle is always comforting. And it seems like Simon is going to be a new source of comfort. A comfort that his own character most likely desperately needs. Movies such as Love Simon are a special way of showing you are not alone, and that there are a million other people just like you. No matter how far we have gotten in television, we still have a long way to go. This is a wonderful start though. I hope Love Simon will show producers and directors alike, that being gay isn’t a topic that should be ignored. I also hope it will show young teens that they are perfectly normal. Do you ever feel weird? I did, and sometimes I still do. But with Simon, here’s to the start of something I couldn’t be more thrilled to witness.

WINTER 2017-2018

GRUMPYMAGAZINE.COM

27


FASHION

Two souls

Photos by Flavia Catena Beauty by Micaela Congia

Clothing

28

All Polosophia

Styled by Polina Schadauer-Povarich

Featuring Hjordis Hlidberg - Suzannah Gilburt


GRUMPYMAGAZINE.COM

29


THROUGH THE LENS

30 18


M

a série ‘‘Two souls’’ est née d’une collaboration avec la marque Polosophia. L’idée principale était d’utiliser ses sublimes pièces pour construire visuellement une connexion entre la beauté humaine, la pureté et la nature. J’ai aimé l’idée que Polina, la styliste derrière Polosophia, travaille uniquement avec des matières pertinentes et organiques, encourageant les consommateurs à être unique et à révéler leurs personnalités à travers la manière dont ils utilisent les pièces comme les manteaux et les robes réversibles, les pantalons modulables... Ayant la même idée de liberté en tête, j’ai essayé de capturer des images dans lesquelles des mouvements naturels, simples et des expressions communiqueraient un sentiment de tranquillité et d’honnêteté. Les magnifiques Hjordis et Suzannah m’ont aidée à définir le concept, imitant parfaitement l’idée. Avec le maquillage réalisé par la talentueuse Micaela, j’ai ensuite décidé d’ajouter une touche supplémentaire de mélancolie et de poésie. Comme si les fées modernes se promenaient dans un nouveau monde lumineux.

M

y series “Two souls” was born as a collaboration with Polosophia’s brand. The main idea was to use its beautiful garments to visually build a connection between human beauty, purity and nature. I liked the idea that Polina, the designer behind Polosophia, works only with suitable and organic materials, encouraging the wearers to be unique and let their personalities show through how they use the pieces like reversible coats and dresses, modular trousers... With the same idea of freedom in mind, I tried to capture images where natural, unsophisticated gestures and expressions would convey a feeling of tranquility and honesty. The beautiful Hjordis and Suzannah helped me to define the concept, impersonating the idea perfectly. With the make up, done by the talented Micaela, I then decided to add an extra touch of melancholy and poetry. It is like modern fairies are walking around a new luminous world.

WINTER 2017-2018

GRUMPYMAGAZINE.COM

31


FASHION

32


GRUMPYMAGAZINE.COM

33


34


WINTER 2017-2018

GRUMPYMAGAZINE.COM

35


ONE-TO-WATCH

Asia Monet Ray Words by Parker Schug

A

sia Monet Ray incarne l’exemple même de la personne qui a commencé à chasser ses rêves dès le moment où elle a pu marcher. A seulement douze ans, Asia est une danseuse, actrice, chanteuse, compositrice et influenceuse qui a réussi. Avec des rôles dans Grey’s Anatomy et la série documentaire American Crime Story: The People v. O.J. Simpson, Asia inspire des groupes bien au-delà de son âge. Récemment, Asia a également sorti son single ‘‘Come Along’’ qui comptabilise plus d’un million de vues sur YouTube. Tout comme elle s’est produite sur la même scène que Mariah Carey au Beacon Theater à New York City. Elle est aujourd’hui suivie par de nombreux abonnés sur Instagram, Twitter, YouTube, Facebook et Snapchat, où elle ne partage que des choses positives.

36

Photos by Margaret Leyva

A

sia Monet Ray is a true example of someone who started chasing her dreams, the moment she could walk. At only twelve years-old, Asia is an accomplished dancer, actor, singer and songwriter, as well as a digital influencer. With roles on Grey’s Anatomy and the documentary series American Crime Story: The People v. O.J. Simpson, Asia inspires groups, well beyond her years. Recently, Asia also released her single “Come Along”, which has over one million views on YouTube, and she has performed on the same stage as Mariah Carey at the Beacon Theater in New York City. She has earned an enormous following on Instagram, Twitter, YouTube, Facebook, and Snapchat, where she spreads nothing but positivity.

Au cours de cette dernière année, Asia a pris d’assaut l’industrie de la musique. Son hymne ‘‘Come Along’’ s’est imposé en hit parmi toutes les générations confondues. Sa mentalité avant-gardiste a influencé le message qu’elle voulait passer dans ce single. Avec l’aide de la compositrice Lauren Evans, Asia espérait écrire une chanson qui inspire les gens à faire une différence, à rendre le monde meilleur. ‘‘Je voulais que Come Along soit une chanson qui encourage les autres filles et garçons de tous les âges à apporter un changement et à apporter leur aide, qu’elle soit grande ou petite.’’

This past year, Asia has taken the music industry by storm. Her anthem, “Come Along”, proved to be a hit amongst all generations. Asia’s progressive mentality influenced her message in this single. With help from songwriter, Lauren Evans, Asia was hoping to write a song which inspired people to produce a difference, and make the world a better place. “I wanted Come Along to be a song that encourages other girls and boys of all ages to make a change and help out, big or small.”

Dans le très communicatif clip vidéo d’Asia Monet Ray pour ‘‘Come Along’’, les fans peuvent voir ses impressionnants pas de danse. Asia y a intégré la chorégraphie de Anthony Burrell, avec qui elle a travaillé pendant six ans pour donner à la chanson un air plus ‘‘dansant.’’ Elle veut utiliser la danse pour exprimer ses émotions tout au long de la chanson. ‘‘Je danse depuis que j’ai deux ans. La danse est ma vie, et je crois assurément que quand je peux inclure ma danse dans mon jeu ou mon chant, cela me met d’humeur.’’

In Asia Monet’s exuberant music video for “Come Along”, fans are able to see her awe-inspiring dance moves on display. Asia incorporated choreography by Anthony Burrell, whom she has been working with for six years to give the song a more “danceable” feeling. She aspires to use dance as a way to express her emotion throughout the song. “I’ve been dancing since I was two years-old. Dancing is my life, and I think definitely, when I can incorporate my dancing into my acting or my singing, it brings out my mood.”

En plus de créer sa propre musique, Asia a effectué des performances épiques. Fin 2016, elle a joué un éventail de musiques de Noël au concert de Noël organisé par Mariah Carey à New York City. Quand nous lui avons demandé ce que cela faisait d’interagir avec de telles femmes célèbres de l’industrie musicale, Asia a déclaré: ‘‘Elle est incroyable, et si adorable, inspirante.’’

In addition to creating her own music, Asia has done performances of epic proportions. At the end of 2016, she performed an array of holiday music at the Mariah Carey Christmas Concert, in New York City. When asked about interacting with such a famous women in the music industry, Asia stated: “She is incredible, and so sweet, so inspiring.”


‘‘ I want to use my social media platform to make a difference’’ Je veux utiliser mes plateformes sociales pour faire une différence

WINTER 2017-2018

GRUMPYMAGAZINE.COM

37


ONE-TO-WATCH

Cette expérience a non seulement fait la fierté d’Asia Monet Ray, mais elle a aussi eu connaissance de l’urgence et des contraintes temporelles imposées aux interprètes de l’industrie musicale. Asia a eu besoin d’apprendre toute la chorégraphie et les chants pour cette émission de deux heures en une semaine seulement. Mais elle a affronté ce combat comme une professionnelle. ‘‘Cela m’a appris à quelle vitesse cela doit aller quand je fais des concerts. Mais après coup, vous vous dites: je l’ai fait!’’ Et le talent d’Asia Monet Ray ne se limite pas à la chanson. Plus tôt l’an dernier, Asia s’est emparée du rôle de Sydney Simpson, la fille d’O.J. Simpson dans la série télévisée American Crime Story: The People v. O.J. Simpson. Au début, cela a été un défi à relever sachant qu’Asia était née après le cas controversé d’O.J. Simpson. Mais elle s’y est attelée avec grâce. Asia a expliqué qu’elle a étudié les séquences vidéo de Sydney Simpson pendant les essais afin de mieux comprendre son rôle. ‘‘Il s’agit essentiellement d’une série documentaire, donc vous devez être sur le coup avec le personnage. Vous ne pouvez pas exactement leur ressembler, mais tant que vous avez l’émotion et les manières, c’est payant.’’ Dans Grey’s Anatomy, Asia était Jasmine Singh, une jeune fille admise à l’hôpital après avoir été victime d’un accident de voiture. Au moment où Asia a découvert qu’elle avait obtenu le rôle, elle n’avait pas conscience de la popularité de la série. Elle ne l’avait jamais vue mais sa mère, et les autres personnes du tournage lui avaient expliqué l’intrigue complète. L’attitude tenace et déterminée d’Asia l’a conduite à affronter les appels matinaux au travail, et cela lui a donné beaucoup de réussite dans le show. Un autre domaine créatif dans lequel Asia a fait ses preuves est la mode. L’année dernière, Asia a travaillé avec Target, aux côtés de nombreux autres enfants influents pour créer ‘‘Art Class 2017’’, une ligne de mode unique. Asia a eu l’occasion de se rendre au quartier général de Target et de vivre pleinement la vie d’une créatrice de mode, de personnaliser ses vêtements et d’y ajouter un peu de son style personnel. En plus d’avoir dirigé cette expérience, elle en a retenu beaucoup de choses. ‘‘Cela vous ouvre vraiment l’esprit pour voir combien de tissus et tout ce qu’il y a réellement derrière cela. ’’

Le rôle d’Asia Monet Ray en tant qu’influenceuse sur la toile est tout aussi important. De nombreuses personnes, allant des jeunes aux plus vieux, suivent la vie d’Asia à travers ses médias sociaux. Avec plus d’un million de followers sur Instagram et près de 200 000 sur Twitter, Asia tient un rôle majeur dans la société. Lorsque nous lui avons demandé quel

38

Not only did this experience leave Asia Monet Ray with a great sense of pride, but she learned the urgency and the time constraints put on performers in the music industry. Asia needed to learn all of the choreography and vocals for this two hour show in only one week. But she took on this struggle like a professional. “It taught me, when I’m doing concerts, how fast it has to go. But then after the fact, you’re like: I did that!” And Asia Monet Ray’s talent is not limited to singing. Earlier last year, Asia took on the role of Sydney Simpson, O.J. Simpson’s daughter, in the television series American Crime Story: The People v. O.J. Simpson. At first, this proved to be a bit of a challenging role to take on considering Asia was born after O.J. Simpson’s controversial case. But she was able to attack it with grace. Asia explained that she studied video footage of Sydney Simpson during the trials to get a better understanding of her role. “This is basically a documentary series, so you have to be spot-on with the character. You may not look exactly like them but as long as you have the emotion and mannerisms, it definitely pays off.” Asia starred in Grey’s Anatomy as Jasmine Singh, a young girl who was admitted into the hospital after being involved in a car accident. When Asia first found out that she had gotten the role, she was unaware of the popularity of the show. She had never seen it herself but her mother, and the other people on the set explained the entire plot to her. Asia’s persistent and determined attitude drove her through the early morning call times, and it brought her great success on the show. Yet another area of creativity in which Asia has proved to be gifted in, is fashion design. This past year, Asia worked with Target, alongside multiple other influential kids to create ‘‘Art Class 2017’’, a unique fashion line. Asia had the opportunity to fly to the Target Headquarters and truly live the life of a fashion designer, customizing clothing, and adding some of her own personal style. As much as Asia was a leader in this experience, she also learned a ton from it. “It really just opens your mind to see how many fabrics and everything that there actually is.” Equally as important is Asia Monet Ray’s role as a digital influencer. So many people, ranging from young to old, follow Asia’s life through her social media accounts. With over one million followers on Instagram, and almost two hundred thousand on Twitter, Asia


‘‘Always aspire to be what you want to be’’ Aspirez toujours à être ce que vous voulez être type de message elle veut diffuser auprès de ses ses abonnés, elle a répondu: ‘‘Je veux assurément utiliser ma plateforme de médias sociaux, toutes mes plateformes de médias sociaux, pour faire une différence et toucher d’autres filles et garçons, ou n’importe qui, et ne jamais laisser personne vous rabaisser.’’ Ainsi, l’ultime but d’Asia est d’utiliser sa communauté pour établir des liens avec ses fans. ‘‘Tous mes fans sur Instagram, sur mes plateformes sociales, sont si incroyables et je ne serais pas là s’ils n’étaient pas ici!’’ En ce qui concerne les projets à venir, Asia prévoit certainement de produire plus de musique, en plus de son travail d’actrice. Sa passion pour ce qu’elle entreprend continuera de nous inspirer. Et avec son influence en ligne, elle aidera sans doute les autres à suivre leurs propres rêves. Comme le souligne le talent de douze ans: ‘‘Aspirez toujours à être ce que vous voulez être, car vous pouvez tout faire.’’

has a huge voice in society. When asked what type of message she intends to spread amongst her great following, she responded “I definitely want to use my social media platform, all of my social media platforms, to make a difference and reach out to other girls and boys, or anyone, and to never let anyone bring you down.” Therefore Asia’s ultimate goal is to use her community to connect with her fans and supporters. “All of my fans on Instagram, on my social media platform, are so incredible and I wouldn’t be here if they weren’t here!” As for what is to come in the future, Asia will certainly be producing more music, in addition to doing more acting. Her passion for what she does will continue to inspire us. And with her online influence, she will undoubtedly help others follow their own dreams. In this ceaseless twelve-year-old’s own words: “Always aspire to be what you want to be, because you can do anything.”

WINTER 2017-2018

GRUMPYMAGAZINE.COM

39


Jacket Shirt Pants

WOW Couture Out From Under WOW Couture

Sofia Wylie

40

Words by Casey Baughan

Photos by Cris de Guzman

Styled by Natalie Guernica

Beauty by Mickey Hernandez


GRUMPYMAGAZINE.COM

41


ONE-TO-WATCH


L ’artiste polyvalente Sofia Wylie est en

train de prendre d’assaut l’industrie artistique, à l’âge de 14 ans seulement. Apparaissant dans la série de Disney Channel Andi Mack dans la peau de Buffy, elle a acquis beaucoup de succès en tant que comédienne, danseuse et mannequin. ‘‘Je crois que j’ai toujours été attirée par les arts, j’aime simplement jouer’’, déclare-t-elle. Le monde artistique peut être effrayant, une chose dont Sofia s’est rendue compte à son cours de danse. ‘‘Quand je suis arrivée, j’ai pleuré parce que j’avais peur. Lorsque j’ai réalisé que je devais simplement faire semblant d’être dans ma chambre, je suis sortie de ma coquille.’’ C’est une bonne chose que les parents de Sofia l’aient emmenée à un cours de danse puisqu’elle a rejoint America’s Got Talent. . ‘‘Je ne savais pas que c’était une grosse affaire à l’époque. Mais ce que je n’avais pas réalisé avant, c’est que des millions de personnes regardaient. J’étais plus nerveuse à la maison que sur scène!’’ Malgré ses talents dans de nombreux autres domaines créatifs comme la danse et le mannequinat, Sofia a ‘‘toujours voulu être actrice dans des films’’ et a gardé cet objectif tout au long de sa carrière.

Multi-talented performer Sofia Wylie

is taking the arts industry by storm, at the age of just 14. Appearing on the hit Disney Channel’s Andi Mack as Buffy she has gained a huge following in acting, dancing and modeling. “I guess I’ve always been attracted to the arts, I just love to perform,” she says. The creative field can be a scary place as Sofia found at dance class. “When I got there I cried because I was scared. It was when I realized that all I had to do was pretend I was in my room playing, then I finally came out of my shell.” It’s a good thing that Sofia’s parents took her to dance class as she made it onto America’s Got Talent. “I didn’t realize it was a big deal at the time. But what I didn’t realize until after, is that millions of people would be watching. I was more nervous at home watching than I was on stage!” Despite being so talented in many other creative areas like dance and modeling, Sofia has “always wanted to be an actress in featured films” and maintained that goal throughout her career.

‘‘ I needed to love myself before someone else was going to love me

’’

Aujourd’hui, Sofia brille dans Andi Mack, qui a marqué l’histoire de Disney Channel avec sa première histoire LGBT. Et Sofia a fait partie de ce moment épique avec sa co-star Joshua Rush (Cyrus). ‘‘La scène était l’une de mes scènes préférées. En tant que figure publique j’essaie d’inspirer les jeunes à être qui ils sont.’’ Quand vous êtes actrice, il est important de mettre en valeur votre talent naturel avec des histoires écrites et les scénaristes d’Andi Mack ont permis à Sofia de montrer sa variété de jeu. D’ailleurs, les auditions pour obtenir le rôle de Buffy ont été plutôt longues pour Sofia. ‘‘Cela a pris environ deux mois. C’était l’une des choses les plus dures que j’ai faites jusqu’à maintenant, mais également la plus gratifiante.’’

Today, Sofia shines in Andi Mack, that made Disney Channel history with their LGBT storyline and at such a young age, Sofia was a part of that epic moment with her co-star Joshua Rush (Cyrus). “The scene was one of my favorite scenes to act in. As a public figure I try to inspire young kids to be who they are.” As an actress it’s important to showcase your raw talent with written storylines and the writer’s of Andi Mack have allowed Sofia to show her range in acting. Besides, the audition process to get the part of Buffy was very long for Sofia. ‘‘It took about two months. It was one of the hardest things I’ve ever done, but also the most rewarding.’’

Beaucoup de personnes aiment le personnage de Buffy, peut-être parce qu’elle a de nombreuses ressemblances avec Sofia. ‘‘Buffy et moi sommes pratiquement les mêmes. Parfois quand je lis mes répliques je réalise que je n’ai pas besoin de jouer car c’est ce que je dirais dans la vraie vie.’’ En grandissant, elle s’est

Many love the character Buffy, maybe because there are so many similarities to Sofia herself. “Buffy and I are pretty much the same. Sometimes when I read my lines I realize I don’t have to act because that’s how I would say it in real life.” Growing up with inspirations such as Zendaya, Oprah Winfrey, Will Smith

WINTER 2017-2018

GRUMPYMAGAZINE.COM

43


ONE-TO-WATCH

inspirée de personnalités telles que Zendaya, Oprah Winfrey, Will Smith et Denzel Washington, dont le succès a influencé Sofia à vouloir un jour jouer avec eux. ‘‘Je veux devenir la meilleure actrice que je puisse être’’, déclare-t-elle.

and Denzel Washington has influenced Sofia into wanting to one day be on the big screen and act alongside them, drawing inspiration from these successes. “I want to become the best actress that I can be,” she says.

La présence de Sofia sur les réseaux sociaux est énorme et montre à quel point elle est appréciée. Il est certain que ses posts inspirants font une différence. D’ailleurs, elle a commencé une série de vidéos pour aider les autres à travailler dans la danse, le chant et le cinéma. ‘‘Mon objectif est d’ouvrir des portes aux enfants qui n’ont peut-être pas la même plateforme que moi.’’ Maintenir un équilibre entre sa carrière et ses études est une chose sur laquelle Disney travaille dur pour aider Sofia. ‘‘Disney fait un travail incroyable pour s’assurer qu’on reste au top de notre travail scolaire. Nous avons un professeur sur le plateau et nous faisons notre travail chaque jour.’’ On dirait que Sofia est une fille qui ne s’ennuie jamais!

Sofia’s social media presence is huge, and it shows how loved she really is. It’s clear that her inspiring posts make such a difference as she has started a video series to help others get exposure in dance, singing and acting. ‘‘My aim is to open doors for kids that may not have the same platform as I do.” Balancing the heavy schedule of being a role model, having a career and education is something that Disney works hard at to help Sofia. “Disney does an amazing job with making sure we stay on top of our school work. We have a teacher on set and we get our work done each day.” It sounds like Sofia is one busy girl!

La confiance en soi est la clé pour percer dans l’industrie artistique, un élément que Sofia a pris en main. Son professionnalisme et sa confiance brillent au sein de son travail. ‘‘Je me suis rendue compte il n’y a pas si longtemps que si je devais incarner le meilleur de moimême, je devais d’abord m’aimer. J’avais besoin de m’aimer avant que quelqu’un d’autre ne m’apprécie ou apprécie ce que je fais. Cela a bien fonctionné jusqu’à présent!’’ Cette attitude est un point que les fans aiment dans l’éthique de travail de Sofia, puisqu’elle leur donne quelque chose en retour. Lorsque nous lui avons demandé si elle préférait concentrer sa carrière sur la danse ou le mannequinat, Sofia a répondu qu’elle allait commencer un vlog très prochainement. ‘‘Restez connectés’’, annonce-t-elle. Quand il s’agit de poser et de marcher sur le podium comme elle l’a précédemment fait pour la Fashion Week de Los Angeles, n’importe quelle chanson de Beyoncé charmerait Sofia. Alors que nous avons juste commencé une nouvelle année, Sofia prévoit de fournir le meilleur d’elle-même dans son travail d’actrice. ‘‘Je travaille très dur sur Andi Mack. J’essaie de ne pas trop m’en faire au sujet de l’avenir car je dois déjà me concentrer sur pleins de choses.’’ Un magnifique message que Sofia transmet à toutes les personnes lisant son histoire est: ‘‘Soyez gentil et tout le reste fonctionnera très bien!’’

44

Self-confidence is key to breaking through into the artistic industry, which Sofia has taken on in her stride. Her professionalism and confidence shines throughout her work. ‘‘I realized not too long ago that if I was going to be the best I can be, I would need to love myself first. I needed to love myself before someone else was going to love me or what I do. It’s worked well so far!” This attitude is what fans love about Sofia’s work ethic, as she gives them something in return. When asking the tough question of whether she would consider taking dance or modeling further as a career, we are delighted to bring the news to you that Sofia will be starting a vlog soon. ‘‘Stay tuned,” she says. When it comes to modeling and walking down the runway as previously done during Los Angeles Fashion Week, any song by Beyoncé would get Sofia in the zone. As we have just started a new year, Sofia plans on becoming the best actor she can be. ‘‘I’m working really hard on Andi Mack. I try not to worry too much about the future because I’ve got so much to focus on right now in being better.” A beautiful message that Sofia passes onto everyone reading her story is: “Be kind and everything else will work out just fine!”


‘‘ Be kind and everything else will work out just fiine’’ Soyez gentil et tout le reste fonctionnera très bien

Shirt Ivy Park

Pants Ivy Park

WINTER 2017-2018

Glasses Leith

GRUMPYMAGAZINE.COM

45


ONE-TO-WATCH

32


Dylan Schmid Words by Jasmine Perrier

L

e 22 décembre 2017, nous avons passé du temps avec l’acteur canadien et nouvelle figure de l’industrie du cinéma Dylan Schmid, qui a voyagé de Vancouver à Los Angeles pour passer une journée sous le soleil californien. Après avoir visité les studios de KTLA dans la matinée, il nous a retrouvés près de l’installation artistique ‘‘Urban Light’’ au musée d’art du comté de Los Angeles

Originaire de Vancouver, surnommée l’Hollywood du Nord pour le rôle qu’elle joue dans les tournages de productions américaines en Colombie-Britannique, Dylan Schmid est né au bon endroit pour poursuivre une carrière dans l’interprétation. Il n’avait que six ans, lorsqu’il a trouvé sa voie et a rejoint deux courts-métrages d’étudiants. Appréciant se mettre dans la peau d’autres personnes, sa famille l’a soutenu pour qu’il parte à la conquête de ses rêves. Dès cet instant, il est passé du tournage d’un pilote d’une mini-série appelée ‘‘Gibson Gus’’ à un rôle récurrent dans le show phare Once Upon A Time pour incarner la version enfant de Baelfire. Un rôle qui a changé la vie de Dylan. En 2013, il a également conquis les grands écrans du monde entier dans le film d’Alexandre Aja Horns aux côtés de Daniel Radcliffe et Max Minghella. A seulement 18 ans, Dylan n’a certainement pas le temps de s’ennuyer et a développé une carrière extrêmement brillante. Notamment en 2017, il a participé à deux remarquables projets: la série Shut Eye dont la saison 2 est sortie début décembre sur Hulu et le thriller 1922, une adaptation sur Netflix de la nouvelle de Stephen King avec Thomas Jane dans le rôle principal. A travers ces deux productions, Dylan est tombé sur des rôles intenses liés à de profondes histoires pleines de montagnes russes émotionnelles qui ont sans aucun doute amené son jeu vers un nouveau niveau et qui lui ont permis d’entrevoir de nouvelles perspectives de notre société. Ainsi, nous pouvons dire que 2017 a été une belle année pour Dylan qui a eu l’occasion de peaufiner son projet professionnel. Plutôt visuel, il prévoit de poursuivre son travail dans l’industrie cinématographique. A l’heure actuelle, Dylan reste concentré sur ses projets personnels et nous a récemment fait part d’un mystérieux projet sur lequel il a travaillé avec sa co-star de 1922, Kaitlyn Bernard.

Photos by Margaret Leyva

O

n December 22nd 2017, we hanged out with Canadian actor and newcomer Dylan Schmid, as he flew from Vancouver to Los Angeles to spend a wild day in sunny California. After visiting KTLA studios in the morning, he met up with us around the ‘‘Urban Light’’ art installation at the Los Angeles County Museum of Art.

Originally from Vancouver, also known in the industry as Hollywood North for accommodating feature films shot in British Columbia, Dylan Schmid was born at the right place to explore a career in acting. He was only six, when he found his path and got involved in two short student movies. As he enjoyed putting himself in someone else’s shoes, his family supported him to go after his dreams. From that point on, he moved from shooting a pilot miniseries called ‘‘Gibson Gus’’ to landing a recurring role on ABC’s hit show Once Upon A Time as Young Baelfire that appeared to be life changing for Dylan. In 2013, he also took on the big screens all over the world in Alexandre Aja’s Horns alongside Daniel Radcliffe and Max Minghella. At only 18, Dylan is for sure a busy guy and developed an extremely bright career. Especially in 2017, he took part in two remarkable projects which are Hulu’s drama series Shut Eye whose season 2 got released early December, and Netflix’s thriller 1922, a film adaptation of Stephen King’s novella starring Thomas Jane in the lead role. Through both of these productions, Dylan came across intense roles related to strong stories full of emotional rollercoasters that have certainly pushed his acting skills to a whole new level as well as they showed him new perspectives of our society. Therefore, we can say that 2017 has been a great year for Dylan Schmid who got the opportunity to refine the career path he wants to take in the future. Describing himself as ‘‘a visual learner,’’ he plans on pursuing deeply his work in the film industry, At the moment, Dylan stays focused on his personal projects and recently let us know about a mysterious project he has been working on with 1922’s costar Kaitlyn Bernard.

WINTER 2017-2018

GRUMPYMAGAZINE.COM

47


ONE-TO-WATCH

34


GRUMPYMAGAZINE.COM

49


ONE-TO-WATCH

34


WINTER 2017-2018

GRUMPYMAGAZINE.COM

51 35


Lost Words by Jessy Morgan

Photos by Nikko Lamere

52

Danilo Lewis

Kings


GRUMPYMAGAZINE.COM

53


MUSIC

L

e duo américain Lost Kings s’est imposé au premier rang des plus grands artistes de cette année. A l’origine, près de 641 kilomètres les séparaient. Rob vient de la côte Est tandis que son bras droit Nick habitait à Baltimore. Ils se sont rencontrés à Los Angeles lors d’une soirées et se sont mis d’accord pour exprimer en duo leurs talents créatifs dans la musique. ‘‘Nous avions tous les deux fait des projets de musique solo et un ami commun pensait qu’il nous serait bénéfique de nous relier tous les deux.’’

‘‘Los Angeles peut être une ville si cassante’’, déclare Rob. ‘‘Trouver quelqu’un qui veuille faire de la musique chaque soir et le faire réellement était semblable à un rêve. Une fois que nous nous étions enfin rencontrés, nous avons eu l’idée de Lost Kings. Nous avions des visions et objectifs très similaires. Notre relation a débuté à ce moment-là.’’ Ils sont rapidement devenus de bons amis, remarquant que leur relation avait prospéré. ‘‘Ce qui manque à l’un d’entre nous, l’autre l’a. Nous n’aurions pu mieux correspondre en termes de musique, d’affaires, de personnalité et d’amitié. La manière dont tout contrebalance est folle.’’ Loin de chez eux, l’idée de Lost Kings a commencé à devenir une réalité, Rob et Nick restant motivés pour leur projet actuel. ‘‘J’ai connu une période difficile et j’ai même pensé à rentrer à la maison’’, admet Nick. ‘‘Juste avant cela, j’ai rencontré Rob. Nous nous sommes revivifiés et motivés. Il y a eu le déclic.’’ Avec l’alchimie créative en leur faveur, Lost Kings a commencé son voyage musical jusqu’à être véritablement révélé en 2014. Un remix non officiel du morceau ‘‘Latch’’ de Disclosure avec Sam Smith a remplacé l’original à la radio Sirius/XM’s BPM. Leur succès au fil des mois leur a permis d’atteindre des artistes tels que Imagine Dragons, Krewella et Rihanna, qui les ont contactés pour faire des remix officiels de leurs chansons. ‘‘Nous avons attendu un an avant de sortir des morceaux originaux car nous ne voulions pas qu’ils tombent dans l’oreille d’un sourd. Le plan était de construire une suite organique à travers nos remix et cela nous a aidés car nous avons été amenés à essayer de nouvelles choses et des sons différents, et de trouver ce qu’ils aimaient vraiment’’, racontent-ils. Le duo a suscité une grande éloge et leurs remix ont commencé à devenir populaires dans les stations de radio et sur internet, la communauté de fans de Lost Kings grandissant considérablement. ‘‘Nous croyions fortement que nous pouvions nous construire en faisant des remix, et ensuite nous avons senti le bon

54

American DJ duo, Lost Kings, have

soared into the forefront of this year’s biggest artists. Almost 405 miles apart, Rob originates from East Coast Boston while right-hand man Nick resided in Baltimore. The two came together in Los Angeles after meeting at a party and finding the mutual ground of wanting to express their creative musical talents as a duo. “We both had been doing solo music projects and a mutual friend thought it would benefit us both by linking us together.” “Los Angeles can be such a flaky city,” Rob says. “To find someone who wants to make music every night and then actually do it was like a dream. Once we finally met, the idea for Lost Kings began that day. We both had very similar visions and goals. Our relationship started right then.” The two quickly became good friends, describing that their relationship had blossomed. “What one of us lacks, the other has. It couldn’t have been a better match in terms of music, business, personality and friendship. The way it balances out is crazy.” Far away from home, the idea of Lost Kings started to become reality, keeping both Rob and Nick motivated for their current project. “I did have a hard time, and I even thought about going home,” Nick admits. “Right before I did, I met Rob. We were reenergized and motivated. It just clicked.” With the creative chemistry working well in both favours, Lost Kings began their musical journey and in 2014, they saw their first breakthrough. An unofficial remix of Disclosure’s “Latch” that features Sam Smith replaced the original on popular radio station Sirius/XM’s BPM. Their success over the coming months would reach new levels with artists such as Imagine Dragons, Krewella and Rihanna, contacting them for official remixes for their tracks. “We waited over a year to release original music because we didn’t want it to go on deaf ears. The plan was to build an organic following through our remixes and it definitely helped because we got to try new things and different sounds, and figure out what we really liked,” they say. The duo sought huge praise and a massive following quickly after their remixes started becoming popular over radio stations and the internet, seeing the Lost King fanbase grow tremendously. “We were big believers of building up our following by doing remixes, and then when we felt the time was right we


moment pour sortir notre premier morceau original.’’

and then when we felt the time was right we would drop our first original.”

En 2015, Lost Kings a sorti son premier EP The Bad, qui a instantanément gagné l’attention du monde entier, avec ‘‘Bad’’ en collaboration avec Jessame qui a atteint le classement ‘‘Spotify’s Global Viral Chart’’ à la 15ème place. ‘‘Bad’’ a atteint 4,7 millions d’écoutes auxquelles se sont ajoutées un million de vues pour le clip vidéo. Plus fort encore, ‘‘You’’ a gagné plus de dix millions de vues, accordant à Lost Kings la position pour laquelle ils avaient travaillé sans relâche. Influencés par des artistes tels que Kanye, les membres de Lost Kings se disent sur la même longueur d’onde pour décrire leur processus d’écriture. ‘‘Cela rend le processus entier très harmonieux’’, déclarent-ils. ‘‘Nous nous complétons mutuellement mais nous nous sommes associés car Nick produisait et moi (Rob) j’étais DJ.’’

In 2015, Lost Kings dropped their first original EP The Bad that instantly gained attention worldwide, with ‘‘Bad’’ featuring Jessame reaching Spotify’s Global Viral Chart at number 15. ‘‘Bad’’ reached a massive 4.7 million streams and an added one million video views. Even bigger, ‘‘You’’ gained over ten million through streaming and video views, putting Lost Kings in the position they had been relentlessly and tirelessly working towards. Influenced by artists such as Kanye, Lost Kings describes their writing process between the two of them as being very much on the same page. “It makes the entire process flow very smoothly,” they say. “We both complement each other very well but we paired together because Nick produced and I (Rob) DJ’d.”

‘‘We both complement each other’’ Nous nous complétons mutuellement

Désormais, avec deux EP réussis à son nom, Lost Kings a certainement laissé son empreinte dans l’industrie musicale. Leurs tournées les ont menés dans de grands pays à travers le monde, jouant fréquemment dans des festivals. ‘‘C’est surréel. Jouer nos musiques dans différents pays comme l’Inde et la Thaïlande, et avoir des gens qui connaissent nos chansons est l’un des sentiments les plus fous qu’on puisse imaginer. Ultra Thailand est pour l’instant notre moment préféré’’, détaille Rob. Leur musique, magistralement créée et produite par Nick et Rob est énergique, remplissant des festivals et des salles. Lost Kings a le don d’accumuler le battage médiatique et de rester fidèle à ses paroles en apportant le chaos et l’énergie attendus. Décrivant leur son comme ‘‘des vibrations d’été sans fin’’, leur musique est exactement cela. C’est un son très américain qui vous rappellera les chaudes nuits d’été. "Nous écoutons tout et prenons des choses de divers endroits, et nous nous inspirons bien sûr de nos propres expériences et environnement’’, commencent-ils. ‘‘Nous sommes de grands fans de tous les genres et nous travaillons toujours sur de nouvelles musiques avec de nouvelles personnes, alors soyez à l’affût, mais pas de noms pour le moment.’’

Now, with two successful EP’s to their name, Lost Kings have certainly made their imprint on the music industry. Their tours have seen them in major countries around the globe and frequently playing festivals. “It’s surreal. Playing our music in different countries like India and Thailand, and having people know our songs is one of the craziest feelings you can imagine. Ultra Thailand is up there for our favorite moment,” Rob says. Their music, masterfully created and produced by Nick and Rob is massively energetic, filling up festivals and rooms. Lost Kings have a knack for building up the hype, and staying entirely true to their word by fulfilling expectations of chaos and energy. Describing their sound as “endless summer vibes,” their music is exactly that. It’s a very American sound that will remind you of warm summer nights. “We listen to everything and pull things from various places, and we definitely draw from our own experiences and surroundings,” they start. “We are huge fans of all genres and we are always working on new music with new people, so be on the lookout, but no names for now.”

WINTER 2017-2018

GRUMPYMAGAZINE.COM

55


MUSIC

Tournés vers l’avenir, leurs plans vont bien au-delà de ce qu’ils ont déjà accompli. ‘‘Nous avons beaucoup de gros projets et nous avons très hâte. Nous voulons vraiment faire plus de shows pour tous les âges car beaucoup de nos fans sont plus jeunes’’, déclarent-ils. ‘‘Dans 5 ans, nous voulons que Lost Kings soit un nom familier.’’ Séduisant une vaste majorité à l’échelle mondiale, Lost Kings a non seulement vu sa communauté de fans grandir, mais attire aussi les fans de la presse généraliste. Les remix créés par Lost Kings ont permis à de plus en plus de gens de profiter de l’atmosphère des grands artistes, en ajoutant une touche supplémentaire de vibrations. ‘‘Nous jouons tous les deux d’instruments, alors quand le moment sera venu, nous voulons présenter cela dans notre spectacle. Et à l’heure actuelle, nous voulons vraiment faire une chanson avec Marc E Bassy.’’

Looking farther ahead, their plans go far beyond what they have already achieved. “We have a lot of big plans and are very excited for them. We really want to do more all-ages shows because a lot of our fans are younger,” they start. “In 5 years, we want Lost Kings to be a household name.” Appealing to a vast majority on a global scale, Lost Kings are have not only seen the growth of their genuine fanbase, but are seeing the fans of mainstream media drawing in. The remixes that Lost Kings have created are allowing more and more people to enjoy the atmosphere of big named artists with a bonus of bigger vibes. “We both play instruments, so when the time is right we want to introduce that to our live show. And right now, we really want to do a song with Marc E Bassy.”

just like f irst love ()

56


‘‘In 5 years, we want Lost Kings to be a household name’’ Dans 5 ans, nous voulons que Lost Kings soit un nom familier

WINTER 2017-2018

GRUMPYMAGAZINE.COM

57


King Deco Words by Jasmine Perrier

D

ana Salah, plus connue sous le nom King Deco, incarne une touche de douceur dans le monde de la musique électro-pop. Grandissant en Jordanie, la musique a toujours été la seule chose qui pouvait naturellement capter sa concentration. ‘‘Je savais au fond de moi qu’il y avait ce monde de visuels et de paysages sonores que je voulais créer’’, raconte-t-elle. Mais sa voix n’est pas la seule chose unique et touchante. Son monde artistique baptisé la ‘‘Decosphere’’ révèle un esthétique construit autour de ses racines du Moyen-Orient, d’ères spécifiques de l’histoire et de thèmes abordant l’unification avec la nature, l’autonomisation de la femme. ‘‘La seule chose qui rende cela unique est le fait que ce soit authentique. Personne n’est pareil et si vous pouvez faire quelque chose qui soit vousmême de manière authentique, les chances sont telles que ce sera différent.’’

Photo by Yasmine Salah

D

ana Salah, best-known as King Deco, represents a touch of sweetness in the world of electro-pop music. Growing up in Jordan, music was always the only thing that could naturally lock in her focus. ‘‘I knew in the back of my mind that there was this world of visuals and soundscapes that I wanted to create,’’ she tells. Not only her voice is unique and touching. Her whole artistic world that she calls the ‘‘Decosphere’’ reveals an aesthetic built around her Middle Eastern roots, specific eras in history and themes about being one with nature, female empowerment. ‘‘The only thing that makes it unique is the fact that it is authentic. No two people are the same and if you can make something that is authentically yourself, odds are it will be different.’’

‘‘Gender equality has always been a passion of mine’’ L’égalité des genres a toujours été une de mes passions

Avant que King Deco naisse, il y avait seulement Dana. L’artiste indépendante chante et compose depuis aussi longtemps qu’elle s’en souvienne. Souffrant d’hyperactivité et ne voulant pas prendre de médicaments contre cela, la musique semblait être le chemin le plus naturel pour en faire une carrière. ‘‘Le réel point de départ de tout cela était le jour où j’ai écrit One avec Felix (Snow). C’était ma première session d’écriture et également le jour où j’ai décidé du nom King Deco.’’ Parlant de sa volonté de prendre un nom de scène pour poursuivre une carrière dans la musique, Deco explique qu’elle voulait établir une séparation entre la personne qu’elle était en grandissant, et la personne qu’elle voulait devenir. ‘‘En grandissant au Moyen-Orient, l’égalité des genres a toujours été une de mes passions’’, dévoile-t-elle. ‘‘J’ai choisi King car je pensais qu’en tant que femme cela rendrait en quelques sortes neutre cette notion du genre. Deco était mon surnom quand j’étais DJ.’’ Son parcours musical l’a ensuite menée à quitter sa terre natale pour déménager à 17 ans à Brooklyn, New York. ‘‘Le retour de flamme que j’ai eu à la maison face à mon départ pour

Before King Deco comes to life, it was just Dana. The indie artist has been singing and songwriting as long as she can remember. Struggling with ADD (Attention Deficit Disorder) and not wanting to take medication for it, music seemed like the most natural path to take career-wise. ‘‘The real starting point of doing music professionally was the day I wrote One with Felix (Snow). It was my real writing session and also the day I decided on the name King Deco.’’ Talking about her desire to pick a stage name to pursue a career in music, Deco tells she wanted there to be a bit of separation between the person she grew up being and the person she wanted to become. ‘‘Growing up in the Middle East, gender equality has always been a passion of mine,’’ she says. ‘‘I chose King because I thought as a female it would be sort of this gender neutralizing thing. Deco was my nickname when I used to DJ.’’ Her musical path lead her then to leave her native land at 17 to move to Brooklyn, New York. ‘‘The backlash I got from home for

WINTER 2017-2018

GRUMPYMAGAZINE.COM

59


MUSIC

devenir une artiste est à ce jour le moment le plus difficile que j’ai dû affronter’’, déclare Deco. ‘‘Je réalise encore plus qu’il s’agit d’une question de communication. Je crois que mes amis et ma famille pensaient que j’allais changer ou essayer d’être quelque chose que je ne suis pas, alors qu’en réalité je devenais davantage moi-même à travers mon sens artistique.’’ Mais bien que la ‘‘Decosphere’’ ait quelques ondes du Moyen-Orient, Deco admet que son nouvel environnement aux États-Unis a influencé sa vision créative. ‘‘Je prends beaucoup d’images d’anciennes civilisations et j’ai réalisé que c’était dû à mon enfance dans une ville qui était entourée de vestiges de certaines de ces civilisations.’’

leaving to become an artist is to this day the hardest thing I’ve had to deal with,’’ Deco tells. ‘‘I’m realizing more and more that it’s really all about communication. I think my friends and family thought I was going to change or try to be something I’m not, when in reality I was becoming more and more myself through my artistry.’’ But although we can feel some Middle Eastern vibes in the ‘‘Decosphere’’, Deco admits her new environment in America influenced her creative vision. ‘‘I pull a lot of imagery from ancient civilizations and realized it was because I had grown up in a city that was surrounded by remnants of some of these civilizations.’’

Profondément guidée par sa passion, la musique est devenue son quotidien au fil des dernières années. ‘‘Bonnes vibrations, confiance et une touche d’impertinence’’ sont les sentiments qu’elle veut diffuser à travers ses sons. ‘‘Je ne sais pas si je dirais que j’apprécie partager mes émotions mais les chansons ont certainement quelque chose de spécial lorsque vous réalisez que vous vous êtes autorisés à être ouverts et vulnérables. Obtenir de telles chansons est ce qui en vaut la peine.’’

Deeply driven by her passion, music has become her everyday life for the past couple years. ‘‘Good vibes, confidence and little bit of sass’’ are the feelings she wants to spread through her sounds. ‘‘I don’t know if I would say I enjoy sharing my emotions but there’s definitely something very special about the songs where you realize you allowed yourself to be open and vulnerable. Getting songs like that is what makes it worth it.’’

Depuis ses débuts, King Deco a été amenée à collaborer avec une liste notable de musiciens, de son délicat featuring ‘‘Reverie’’ avec le producteur américain et DJ Illenium à son travail avec Larzz Principato qui a écrit le morceau IDGAF de Dua Lipa et produit en 2014 la chanson de King Deco Castaway. ‘‘Je suis chanceuse d’être entourée de nombreuses personnes talentueuses qui m’apprennent constamment des choses’’, nous confie-t-elle. ‘‘Je suis inspirée lorsque j’entends des chansons que je trouve géniales.’’

60

Since her debuts, King Deco got to collaborate with A-list musicians, from her delicate featuring ‘‘Reverie’’ with American producer and DJ Illenium to her work with Larzz Principato who wrote Dua Lipa’s IDGAF and produced in 2014 King Deco’s song Castaway. ‘‘I’m lucky to be surrounded by a lot of talented people that I’m constantly learning from,’’ she confesses. ‘‘I definitely get inspired when I hear songs that I think are amazing.’’


‘‘No two people are the same and if you can make something that is authentically

’’

yourself, odds are it will be different

Ses collaborations de rêve, pas uniquement en musique mais aussi dans d’autres formes d’arts, inclueraient Julien Marinetti, Noe Two, Fred Allard, Darren Aronofsky, Saint Hoax, Wes Anderson, Chris Martin. Dans tous les cas, Deco essaie de ne pas trop donner d’étiquette à ce qu’elle fait. ‘‘La manière dont je le vois est probablement très différente de celle dont les gens finissent par le percevoir. Et le but est simplement d’être autant honnête que possible avec le genre de musique que je fais.’’ En 2017, elle était la voix que nous entendions dans le morceau ‘‘Move That Body’’ de Mickey Valen. Elle s’était également associée à l’artiste CLQQNG pour performer ‘‘Over When I’m Sober.’’ Son nom s’implantant peu à peu dans l’industrie musicale, King Deco sera certainement de retour avec de nouveaux sons et prévoit beaucoup de créations pour le futur. ‘‘J’ai hâte d’écrire mon premier album, de réaliser plus de vidéos. Mais avant tout, j’ai hâte que cet EP sorte dans le monde.’’

Her dream collaborations, not just in music but also in other art forms, would include Julien Marinetti, Noe Two, Fred Allard, Darren Aronofsky, Saint Hoax, Wes Anderson, Chris Martin. Either way, Deco tries not to label what she makes too much. ‘‘The way I see it is probably very different from how people will end up perceiving it. And the goal is to just be as honest as possible with the kind of music I’m making.’’ In 2017, she was the voice we heard in the track ‘‘Move That Body’’ by Mickey Valen as well as she partnered with artist CLQQNG to perform ‘‘Over When I’m Sober.’’ Getting her name out in the dance music industry, King Deco will for sure be back with new music as she envisions lots and lots of creating for the future. ‘‘I can’t wait to write my first full length, direct more and more videos. Most of all, I can’t wait for this EP to be out in the world.’’

WINTER 2017-2018

GRUMPYMAGAZINE.COM

61


MUSIC

62


Tony Ann Words by Jasmine Perrier

P

our le musicien de 23 ans originaire de Toronto Tony Ann, 2017 n’aurait pu être une année plus révélatrice. Probablement parce qu’il n’aurait jamais imaginé il y a des mois qu’il serait invité par le duo électronique américain The Chainsmokers sur leur ‘‘Memories Do Not Open Tour’’, qu’il jouerait devant plusieurs milliers de personnes, et qu’il composerait avec eux. Un tournant plutôt radical pour cet artiste qui voulait devenir un pianiste classique lorsqu’il était plus jeune. ‘‘C’est certainement de loin l’année la plus excitante de ma vie. Je suis très reconnaissant pour les opportunités qui m’ont été données cette année’’, déclare-t-il avec enthousiasme. ‘‘Je ne prendrai jamais tout cela pour acquis.’’

Photos by Lexie Alley

F

or 23 year-old musician from Toronto Tony Ann, 2017 could not have been a more instructive year. Probably because he would have never thought months ago that he would be invited by American electro duo The Chainsmokers on their ‘‘Memories Do Not Open Tour’’ to perform in front of several thousand people, and that he would compose by their side. It’s quite a radical shift for this artist who wanted to become a classical pianist when he was younger. ‘‘For sure it’s been the most exciting year of my life so far. I’m super grateful for the opportunities that I have been given this year,’’ he says enthusiastically. ‘‘I will never take any of this for granted.’’

‘‘ Don’t be afraid to chase the impossible’’ N’ayez pas peur de poursuivre l’impossible

Tony Ann s’est lancé dans la musique à l’âge de 12 ans. En sixième, son professeur de musique lui a fait regarder un documentaire sur Beethoven qui l’a au final inspiré à connaître tout sur la musique classique et la composition. Et quel meilleur outil pour exploiter un amour pour la composition que le piano? ‘‘Quand je joue du piano, j’aime le fait de pouvoir prendre une chanson, changer les harmonies, et en faire quelque chose de complètement différent de l’original. J’aime pouvoir jouer la mélodie et l’accompagnement en même temps, ce que certains instruments ne permettent pas.’’

Tony Ann got involved in music when he was 12 years old. He was in 6th grade music class, and his teacher put on a Beethoven documentary that ultimately inspired him to know everything about classical music and composing. And what a better tool to explore a love for composing than the piano. ‘‘My favorite part of playing piano is how I can take a song and change up the harmonies, and make it feel completely different than the original. I love how I can play both the melody and accompaniment at the same time, which some instruments don’t have.’’

En grandissant, l’esprit de Tony s’est peu à peu détaché de la musique classique pour l’amener à développer cette passion pour la musique pop/mainstream dont il fait la promotion aujourd’hui. Sur sa chaîne YouTube qui a joué un rôle important dans l’évolution de sa carrière, Tony a commencé a reprendre des artistes à succès tels que Taylor Swift ou Justin Bieber, en ajoutant sa propre touche personnelle pour créer des performances remarquables. ‘‘Quand je reprends des chansons mon objectif principal est de paraître aussi original que possible. Mon processus créatif est une question d’improvisation’’, raconte-t-il. ‘‘J’écoute une chanson que je veux reprendre, trouve toutes les

Growing up, Tony’s mind slowly gravitated away from classical music to lead him to develop this passion for pop/ mainstream music that he promotes today. On his YouTube channel which had an important role on changing his life, Tony started covering hit artists such as Taylor Swift and Justin Bieber, adding his own personal touch to make outstanding performances. ‘‘When doing covers my main goal is to sound as original as possible. My creative process is all through improvising,’’ he says. ‘‘I listen to a song I want to cover, figure out all the harmonies and

WINTER 2017-2018

GRUMPYMAGAZINE.COM

63


MUSIC

harmonies et mélodies, et ensuite je vois ce que je peux changer. Après avoir trouvé la direction dans laquelle je veux aller, je m’installe au piano et commence simplement à jouer des idées au hasard. Une fois que j’ai quelque chose que j’aime, je le note immédiatement pour ne pas l’oublier. Beaucoup de choses m’inspirent telles que les gens autour de moi, les promenades, les randonnées, aller à la plage, regarder des films, écouter de la musique, regarder des vidéos sur YouTube.’’

and melodies, and then I see what I can change about the song. After I’m done figuring out what direction I want to move forward with I go to the piano and just start playing random ideas. Once I have something I like, I notate it right away so I don’t forget it. Many things inspire me such as the people around me, going on walks, taking a hike, going to the beach, watching movies, listening to music, watching videos on Youtube.’’

Lorsqu’on regarde Tony jouer, il est impossible de ne pas ressentir la passion qui l’anime et la personnalité qui le caractérise. Par chance, tout cela a atterri dans les bonnes mains et son travail acharné a payé quand Drew et Alex des Chainsmokers sont tombés sur la vidéo de Tony mettant en vedette leurs titres phares Roses et Don’t Let Me Down. ‘‘Je ne m’attendais pas à ce qu’ils la voient mais la semaine où j’ai posté la vidéo, ils l’ont comme par magie vue et m’ont contacté. Cela m’a complètement pris par surprise. Je suis super content de les considérer comme mes amis et leur soutien signifie tellement pour moi.’’

When watching Tony playing, it is impossible not to feel his incredible passion and presence. Luckily, all this got into the right hands and the hard work he put into the covers paid off when Drew and Alex from The Chainsmokers came across Tony’s video spotlighting their hit songs Roses and Don’t Let me Down.‘‘I didn’t expect them to see it but the week I posted the video they somehow magically saw it and reached out to me. It took me by complete surprise. I’m super grateful to call them my friends and their support means so much to me.’’

De San Francisco à sa ville natale Toronto, Tony a voyagé aux côtés des Chainsmokers et de leur équipe de rêve incluant leur amie Emily Warren et le batteur Matt McGuire, qui a rejoint le groupe en même temps que Tony. En plus de cela, l’expérience inoubliable de Tony lui a donné la chance de vivre des moments solos uniques sur scène qui étaient remplis de joie et d’adrénaline. D’autant plus qu’il avait joué devant la plus grande foule de sa vie. ‘‘Les personnes qui m’entouraient ont été ce que j’ai préféré sur la tournée. Tout le monde était très gentil et encourageant. Je n’ai jamais eu l’impression de travailler, parce que je m’amusais tellement. Je me suis entendu avec tout le monde.’’ Sur cette note positive, Tony ne cessera d’exprimer sa gratitude pour cette année qui a incontestablement changé sa vie, à tel point qu’il est difficile pour lui de d’expliquer les émotions qu’il ressent. Il retient qu’il a grandi en tant que musicien et personne et espère faire plus de musique à l’avenir. Pour commencer la nouvelle année, Tony a dévoilé sa dernière collaboration avec The Chainsmokers appelée ‘‘Sick Boy.’’ Pendant qu’il était sur la route avec le groupe, Tony avait composé la partition du piano que nous entendons dans le morceau qui s’est glissé à la 65ème place du classement Billboard Hot 100. ‘‘Je veux travailler avec autant d’autres musiciens/compositeurs que possible, explorer des genres de musique différents et voir quels éléments je peux intégrer dans ma propre musique.’’

64

From San Francisco to his hometown Toronto, Tony traveled alongside The Chainsmokers and their dream team including support artists like their friend Emily Warren and drummer Matt McGuire who joined the crew at the same time as Tony. In addition to that, Tony’s unforgettable experience gave him the chance to enjoy solo moments on stage that were full of excitement and adrenaline. All the more since it was the biggest crowd he has ever played for. ‘‘My favorite part of touring was definitely the people around me. Everyone was super nice and supportive. I never felt like I was working, because I was having so much fun. I got along with everyone.’’

On this positive note, Tony will never stop expressing his gratitude for this year that has clearly changed his life, to such an extent that it’s hard for him to put into words the emotions he feels. He keeps in mind that he grew as a musician and person and hopes to make more music in the future. To begin the new year, Tony revealed his latest collaboration with The Chainsmokers called ‘‘Sick Boy.’’ While being on the road with the band, Tony had a hand in writing the piano part we hear in the track that debuted at No.65 on The Billboard Hot 100. ‘‘I want to work with as many other musicians/songwriters as possible, explore different genres of music and see what elements I can incorporate in my own music.’’


MUSIC

66


Actuellement, Tony partage son temps entre Los Angeles et Toronto, poursuivant sa carrière solo en postant des reprises sur ses réseaux sociaux. Toutefois, le pianiste a également continué à aller de l’avant avec son trio pop-électronique ‘‘The Swoons’’ infusé de Londres, Toronto et LA. Le groupe que Tony a créé avec Matt Underwood et Giacomo Timbrello a récemment sorti son dernier morceau Lost. ‘‘Nous avons commencé cette chanson en 2016 et nous sommes passés par tant de modifications et réécritures, mais nous sommes très heureux du résultat’’, a partagé Tony sur son Instagram.

Currently, Tony is balancing his time between Los Angeles and Toronto, as he pursues his solo career by posting covers on his socials. However the prominent keyboardist also kept moving forward with his pop-electronic trio ‘‘The Swoons’’ hailing from London, Toronto and LA. The band that Tony has founded with his pals Matt Underwood and Giacomo Timbrello recently released their latest track Lost. ‘‘We started this song back in 2016 and it’s been through so many edits and rewrites, but we are all very happy with how it turned out,’’ Tony shared on his Instagram.

Pour ainsi dire, le parcours enrichissant de Tony nous rappelle que ‘‘si vous êtes passionnez par quelque chose, travailler dur et travailler intelligemment vous entraînera vers des situations étonnantes’’, pour suivre ses propres conseils. ‘‘Assurez-vous d’avoir toujours de l’espoir en cours de chemin! Prendre des risques dans la vie vous apportera souvent de plus belles récompenses! N’ayez pas peur de poursuivre l’impossible.’’

Overall, Tony’s rewarding journey reminds us that ‘‘if you are passionate about something, working hard and working smart will get you to amazing places,’’ according to his own advice. ‘‘Make sure you always have a glimpse of hope along the way! Taking risks in life will often get you greater rewards! Don’t be afraid to chase the impossible.’’

‘‘Make sure you always have a glimpse of hope along the way! Taking risks in life will

’’

often get you greater rewards

WINTER 2017-2018

GRUMPYMAGAZINE.COM

67


CINEMA

Tasya

Teles

Words by Jasmine Perrier Photos by A.J. Diniz

Photo assisting by Zeh Campos Styled by Ashlee Cichon / Thrift and Best Beauty by Ayling Chen

68

L

A

lthough filming schedule is somewhat tricky when we are in the middle of a production, we caught Tasya Teles in Vancouver, her current place of employment and the city of her childhood. She had a day off from The 100 set, when we shot her in the heart of Gastown. Since 2015, Tasya has been dedicating herself to Echo, her role in The CW’s post-apocalyptic sci-fi show created by Jason Rothenberg. As she has been promoted to series regular for season 5, Tasya couldn’t be more delighted to be able to discover new facets of her daring character and thus continue to shape her story.

es périodes de tournage sont un peu délicates lorsque nous sommes au milieu d’une production. Toutefois, nous avons intercepté Tasya Teles à Vancouver, son actuel lieu de travail ainsi que sa ville d’enfance. Elle profitait d’un jour de repos passé loin du plateau de The 100, quand nous l’avons photographiée au coeur de Gastown. Depuis 2015, Tasya se consacre à Echo, son rôle dans la série post-apocalyptique de science-fiction créée par Jason Rothenberg. Promue personnage principal dans la saison 5, Tasya n’aurait pu être plus ravie d’avoir l’opportunité de découvrir de nouvelles facettes de son personnage audacieux et de continuer ainsi à construire son histoire.

Originaire de Toronto, Tasya n’a pas grandi avec le souhait d’évoluer dans l’industrie cinématographique. Elle est allée à Université Concordia à Montréal pour étudier le commerce, un domaine très différent de l’interprétation. Cependant, elle a vite réalisé que ce n’était pas son destin. Elle a réellement débuté sa carrière à l’âge de 25 ans. Son amour pour le théâtre triomphant, elle a eu le courage de prendre une autre direction, malgré les craintes de sa famille. ‘‘Quand vous abordez une carrière artistique, vous ne savez jamais comme elle va se développer’’, déclare-t-elle. ‘‘Mes parents sont très académiques donc quand je leur ai dit que je voulais être actrice, ils étaient terrifiés.’’ (rires)

Native of Toronto, Tasya didn’t grow up with the desire to evolve in the film industry. She had gone to Concordia University in Montréal to study commerce, a very different field from acting. However she soon realized that it wasn’t what she was meant to do. The real starting point of her career was when she was 25. Her love for theatre prevailed and she dared to take another direction, despite her family’s fears. ‘‘When you take on an artistic career, you never know how it’s going to unfold,’’ she says. ‘‘My parents are very academy type so when I said I wanted to be an actor they were both terrified.’’ (she laughs)


Flower crown

Celsia Floral

GRUMPYMAGAZINE.COM

69


CINÉMA

56


‘‘ I love meeting the fans and talking to them because they think

’’

of the story through their lens

Tasya était attirée par les formes de liberté d’expression et de narration que l’interprétation offrait. ‘‘J’ai toujours aimé faire cela’’, admet-elle. Mais sa passion pour le jeu s’est intensifiée il y a quelques années, lorsqu’elle a commencé à travailler à Los Angeles avec un coach pour améliorer sa technique et défier ses frontières artistiques. ‘‘Il a apporté une déontologie à l’interprétation. Il s’agissait de raconter des histoires de personnes différentes, des perspectives différentes et le combat que tout le monde traverse’’, raconte Tasya. Ainsi, son temps passé à Los Angeles l’a aidée à définir son apprentissage. ‘‘Vous ne pouvez pas être un artiste sans être politique’’, lui avait-il conseillé. Attentive à ce point, Tasya trouvait formidable le fait que tant d’art et de récits que les artistes font discutent ou exposent un reflet de la société et de ses valeurs. Suite à sa décision, Tasya a obtenu un petit rôle en 2013 dans un thriller appelé Afflicted. Après cela, sa filmographie a inclus plusieurs apparitions à la télévision dans des séries et téléfilms, jusqu’à ce que The 100 débarque dans sa vie et change littéralement le quotidien de Tasya qui a été adoptée par une grande communauté de fans. ‘‘C’était une surprise. La famille de The 100 est si spéciale’’, partage Tasya à propos de ce phénomène de fandom qu’elle n’avait personnellement jamais connu auparavant. ‘‘J’adore rencontrer les fans et leur parler car ils réfléchissent à l’histoire à travers leur vision.’’ Avant de rejoindre officiellement l’équipe, les producteurs de The 100 avaient plusieurs fois rappelé Tasya pour d’autres rôles de Grounders. Et l’audition d’Echo est finalement arrivée. Néanmoins, le processus n’a pas été sans multiples challenges. ‘‘Ils veulent savoir si vous pouvez gérer le langage des Grounders. Au moment où j’ai approché Echo, je l’avais fait tellement de fois’’, dit-elle en rigolant. ‘‘J’ai fait de mon mieux et j’ai interprété Echo d’une manière très calme et fluide, ce qui est une chose qu’elle entretient.’’

Tasya’s interest in performing was sparked by the forms of freedom of expression and storytelling that it brought her. ‘‘It was always something that I loved doing,’’ she admits. But her passion for acting grew a few years ago when she started working in Los Angeles with an acting coach to improve her skills and to push her artistic boundaries. ‘‘He brought an integrity to acting. It was something about telling different people’s stories, some different perspectives and the struggle that everybody goes through,’’ Tasya tells. Therefore her time in Los Angeles helped her shape her beginning stages of learning. ‘‘You can’t be an artist without being political,’’ he advised her. Listening to that point, Tasya found powerful the fact that so much of art and storytelling that artists do is discussing or exposing a reflection of society and its values. Following the move, Tasya booked a small part in 2013 in a thriller called Afflicted. After that, her filmography included several appearances on television in series and TV movies, until The 100 happened and literally changed Tasya’s life, as she was adopted by a strong community of fans. ‘‘It was such a surprise. The 100 family is so special,’’ she says about the fandom world that she has never experienced herself before. ‘‘I love meeting the fans and talking to them because they think of the story through their lens.’’ Before officially joining the crew, The 100’s producers kept on bringing Tasya back for several other Grounders roles. And the audition for Echo finally came up. Nevertheless, it was a process full of challenges. ‘‘They want to know if you can handle the Grounder talk. By the time I reached Echo, I’ve done it so many times,’’ she laughs. ‘‘I did my best and I played Echo very still and very fluent, which is something that she maintains.’’

WINTER 2017-2018

GRUMPYMAGAZINE.COM

71


CINEMA

‘‘ It was such a surprise. The 100 family is so special’’ C’était une surprise. La famille de The 100 est si spéciale

Son audition pour Echo s’est avérée brillante. Invitée dans les saisons 2 et 3, son rôle est devenu récurrent dans la saison 4 pour devenir un des personnages principaux dans la saison 5. Quand Echo est arrivée dans la série, elle apparaissait sous les traits d’une guerrière, d’un leader féminin avec un fort caractère. Malgré ses actions douteuses, sa loyauté envers son peuple est l’une de ses plus grandes qualités. ‘‘Je crois qu’Echo me donne de sa force. Elle est douée pour anticiper les choses. Elle a toujours des longueurs d’avance sur les autres. Cela nous procure un sentiment de calme.’’

Her audition for Echo got successful. It started as a guest appearance in seasons 2 and 3, turned then into a recurring role in season 4, and ended up becoming a lead role in season 5. When Echo arrived in the show, she was revealed as a warrior, a female leader with a strong temperament. Despite her suspicious actions, her loyalty to her nation is one of her greatest qualities. ‘‘I guess I draw strength from Echo. She is really good at anticipating things. She sees five moves ahead of anybody else. That gives us a sense of calm.’’

Au fil des épisodes, nous avons certainement remarqué une évolution chez Echo, à la fois bonne et mauvaise. Dans le final de la saison 4, Echo partait dans l’espace avec le groupe de Bellamy pour échapper à la vague mortelle Praimfaya. Quand Tasya a découvert ce qui allait se passer dans les prochaines aventures, elle était sous le choc. ‘‘Au départ c’était époustouflant. Ensuite, j’étais impatiente. Mais comme d’habitude ils ont de grands enjeux dans ce show, et ils fonctionnent toujours’’, ditelle en souriant.

Over the episodes, we certainly saw the character of Echo evolving, in good and bad ways. In season 4 finale, Echo went to space with Bellamy’s group to escape the death wave known as Praimfaya. When Tasya found out about what was going to happen in the next adventures, she was in shock. ‘‘It was so mind-blowing at first. Then, I was excited. But as usual they take on big challenges in this show, and they always work,’’ she says, smiling.

La saison 5, prévue pour le 24 avril, commencera 6 ans plus tard dans un monde complètement nouveau. Après son voyage dans l’espace, nous aurons une nouvelle vision d’Echo. Tasya avait hâte qu’elle s’ouvre et révèle son autre facette. ‘‘Nous ne marchons pas à sens unique’’, déclare Tasya. ‘‘Au début de la saison en août, mon travail me tourmentait vraiment à la maison: comment créer cette nouvelle Echo sans perdre l’ancienne Echo, et comment elle a changé et les choses qui l’ont changée. Nous verrons comment cela va se dérouler.’’ (rires) ‘‘Dites-moi ce que vous en pensez!’’

72

Season 5, that will premiere on April 24, will start 6 years later in a whole new world. After her uncommon journey in space, we will have a new vision of Echo. Tasya was looking forward to opening her up and showing her other side. ‘‘It’s not true that everybody has one way,’’ Tasya says. ‘‘At the very beginning of the season in August, I was really tormented at home with my work: how to create this new Echo without loosing the old Echo, and how she has changed and the things that have changed her. We will see how it plays out.’’ (she laughs) ‘‘Let me know what you think!’’


GRUMPYMAGAZINE.COM

73


CINEMA

Une partie de l’histoire d’Echo est également rythmée par sa relation avec Bellamy (Bob Morley). Depuis le début, les deux personnages ont toujours eu de forts liens, même pendant les moments où ils se considéraient comme des ennemis. Mais ils se respectent tout de même et ces 6 années passées ensemble dans un espace clos a probablement eu un impact sur eux. ‘‘Au cours de ces années ils sont devenus une unité. Bellamy est très hanté par ce qui s’est passé avec Octavia’’, raconte Tasya. ‘‘Bellamy a un grand coeur et il peut ressentir beaucoup de culpabilité. Et beaucoup de choses se sont passées avant qu’ils aillent dans la fusée. Echo est très sensible à cela. Elle en tient compte.’’ La question en suspend tourne alors autour des futurs liens du groupe aussitôt qu’ils seront revenus sur terre et auront retrouvé le reste de la bande. ‘‘Je crois que cela effraie un peu Echo. Car elle s’est fait des amis et s’inquiète de tout ce qui a été laissé derrière.’’ Interpréter cette Echo 2.0 a représenté un défi pour Tasya, puisqu’elle devait garder le côté guerrière de sa personnalité. ‘‘Nous vivons avec nos personnages et nous pensons avec nos personnages, tout le temps. Produire du contenu télévisé et des films est un système complexe qui implique tellement de narrateurs.’’ Pour conclure nos 20 minutes d’échange avec Tasya, abordant son remarquable rôle dans The 100, elle a dédié un message aux fans de la série pour les remercier de faire partie de son aventure. ‘‘Merci pour tout le soutien. J’espère vraiment qu’ils aimeront la saison 5. Jason excelle dans la construction de mondes.’’ En dehors du show, Tasya a tourné une comédie appelée The Perfect Pickup avec Chad Rook et Nathan Witte qui est actuellement en postproduction, et elle a joué un agent de la NSA dans quelques épisodes de Prison Break. Regardant l’avenir, Tasya est impatiente de rencontrer ses fans du monde entier et d’entendre leurs réactions sur les histoires qu’elle raconte en jouant des femmes fortes et des personnages féminins intenses. Finalement, elle est heureuse de partager ces moments avec les personnes qu’elle a rencontrées grâce à The 100, avec qui elle passe une grande partie de son temps. ‘‘Ils ont un grand esprit de famille. Nous nous aimons tous. Je sais que ce sont des amis que j’aurai pour le reste de ma vie.’’

74

Part of Echo’s story is also punctuated by her relationship with Bellamy (Bob Morley). From the beginning they’ve both always had strong bonds, even during the moments they treated themselves like ennemies. But they all the same respect each other and those 6 years they spent together in a closed place probably impacted them. ‘‘Over the course of those years they became a unit. Bellamy is really haunted by what happened with Octavia,’’ Tasya tells. ‘‘Bellamy has a big heart and he can feel a lot of guilt. And there is a lot that happened before they got into the rocket. Echo is very sensitive to that. She picks up on this.’’ The pending issue becomes then the future ties of the group as soon as they will get back to Earth and meet the rest of the gang again. ‘‘I think that scares Echo a little bit. Because she made some friends and is worried about everything that was left behind.’’ Portraying this Echo 2.0 has been a little bit of a challenge for Tasya as she needed to retain the ‘‘badass warrior’’ side of her personality. ‘‘We live with our characters and we think with our characters all the time. The process of producing TV and films is such a complex system that involves so many different story tellers.’’ To conclude our 20 minutes chat with Tasya, discussing her breakout role in The 100, she dedicated a message to the fans of the show to thank them for being a part of her journey. ‘‘Thank you for all the support. I really hope they will enjoy season 5. Jason is so good at building worlds.’’ A part from the show, Tasya filmed a comedy called The Perfect Pickup with Chad Rook and Nathan Witte that is currently in post-production, and she played an NSA Agent in a few episodes of the Prison Break revival. Looking farther ahead, Tasya is eager to connect with her fans across the world and to hear how they are affected by the stories she tells by playing strong and fierce female characters. Ultimately, she feels fortunate to share these happy moments with the entire crew she met by working on The 100 with whom she spends most of her time. ‘‘This one has a very strong sense of family. We all love each other. They are friends I know I’m going to have for the rest of my life.’’


GRUMPYMAGAZINE.COM

75


Skeet Words by Hortense Le Marhadour Photos by Clark Atanacio Photo assisting by Lavonne Atanacio Styled by Brittany Diego Grooming by Lellis Ribeiro @ Exclusive Artists for Oribe and Nars Cosmetics

Ulrich


Sweater Kardo Bracelets Rozaliya Jewelry Jeans Slate Denim

GRUMPYMAGAZINE.COM

77


ONE-TO-WATCH

28

Jacket Shirt

Mister Triple X Calvin Klein


Commencer 2018 en rencontrant Skeet

Ulrich chez lui à Studio City, Los Angeles, est une manière agréable de célébrer la nouvelle année. Nous avons également fait la connaissance de sa famille, dont ses jumeaux de 16 ans Jakob et Naiia qui ont par la suite rejoint notre shooting dans les bois. Né en 1970 en Virginie, Skeet Ulrich est un acteur marquant de sa génération. Sa carrière a pris un tournant radical en 1996 grâce à ses rôles dans The Craft et Scream. Son succès l’a conduit à jouer de 2006 à 2008 dans la série Jericho diffusée sur CBS. Depuis 2016, il a signé son retour à l’écran en rejoignant le casting de la série phare Riverdale sous les traits de FP Jones, le père de Jughead Jones (Cole Sprouse). Malgré ses jours glorieux dans les années 90 et sa popularité grandissante, Skeet a toujours déclaré ne pas être intéressé par la célébrité. Avec une quinzaine de films au compteur ainsi que des centaines d’épisodes dans plusieurs séries télévisées, Skeet Ulrich a plus de 25 ans de carrière derrière lui. ‘‘J’ai été attiré par la possibilité de raconter des réalités à travers la métaphore’’, déclare-t-il. Avec ses nombreuses années d’expérience, Skeet a eu l’opportunité de côtoyer des cinéastes primés comme James L. Brooks, Ang Lee et Wes Craven, et il se sent chanceux d’avoir travaillé avec certains des meilleurs scénaristes de l’industrie. ‘‘Apprendre d’eux m’a appris plus de choses que je ne peux l’exprimer’’, admet Skeet. Plus de 20 ans après son premier film, la pression et les défis sont pour lui restés les mêmes, notamment le fait d’être créatif tout en restant en accord avec sa propre vision. En 2015, le développeur de la série Riverdale Roberto Aguirre-Sacasa a contacté Skeet pour lui parler du personnage de FP Jones. ‘‘Il a présenté un personnage très intéressant’’, partage Skeet. ‘‘Un homme imparfait mais avec de bonnes intentions qui ne pouvait pas prendre de pause. Il était difficile de résister à une si bonne écriture!’’ A ce moment-là, Skeet avait entendu parler des bandes dessinées Archies Comics, mais connaissait encore très peu l’univers. Leader des Southside Serpents, FP Jones est un personnage ténébreux, quelque peu intense, qui a été plusieurs fois impliqué dans des activités suspicieuses. Toutefois selon Skeet, le combat de FP n’est pas différent de celui des autres. ‘‘Nous avons tous nos gangs, nos prisons, nos murs qui nous empêchent d’être vraiment libres.’’

K

icking off 2018 by meeting Skeet Ulrich at his home in Studio City, Los Angeles, is a pleasant way to celebrate the new year. We got to know his family too, including his 16-year-old twins Jakob and Naiia who then joined our photoshoot in the woods. Born in 1970 in Virginia, Skeet Ulrich is an outstanding actor of his generation. His career popped off in 1996, when he landed his roles in The Craft and Scream. His success lead him to star from 2006 to 2008 in CBS’s Jericho. In 2016, he got reunited with the small screen as he joined the cast of The CW’s hit show Riverdale as FP Jones, Jughead Jones’s (Cole Sprouse) father. Despite his glory days in the 90’s and his rising popularity, Skeet has always said that he wasn’t interested in fame. Counting more than fifteen movies throughout his career and thousands of episodes in several tv shows, Skeet Ulrich has been in the industry since 25 years. ‘‘I was drawn to the ability to use metaphor to tell personal truths,’’ he says. With so many years of experience behind him, Skeet got the opportunity to hang out with award-winning filmmakers like James L. Brooks, Ang Lee and Wes Craven, and he feels fortunate to have worked with people he considers as some of the best storytellers in the business. ‘‘Learning from them all has taught me more than I could put into words,’’ Skeet admits. More than 20 years after his first feature film, the pressure and challenges have never changed to him, especially the fact to live up to his own vision creativity. In 2015, Riverdale’s executive producer Roberto Aguirre-Sacasa approached Skeet about playing FP Jones. ‘‘He laid out a very interesting character,’’ Skeet says. ‘‘A flawed man with good intentions that couldn’t catch a break. It was hard to resist such good writing!’’ At that point, Skeet had heard of the Archie Comics but knew little of them. Leader of the Southside Serpents, FP Jones is a character full of darkness, somewhat intense, who got involved in suspicious activities several times. However, Skeet believes FP’s struggle is no different than anyone else’s. ‘‘We all have our gangs and our prisons or walls that keep us blocked from being truly free.’’

WINTER 2017-2018

GRUMPYMAGAZINE.COM

79


CINEMA

Riverdale est une série de meurtres et de mystères où se mélangeaient drame, suspense et romance. Les auteurs du show font vivre à l’ensemble des personnages des histoires d’amour, seul FP semble rester en dehors de ce cercle. ‘‘FP aime déjà sa famille mais si je comprends votre sens, je pense que ce serait intéressant d’explorer cela’’, déclare-t-il. En parlant de relations, celle de FP et de son fils Jughead (Cole Sprouse) a certainement évolué depuis la saison 1. Si leurs personnages ont eu besoin de temps pour construire leur histoire commune, le travail d’équipe de Skeet et Cole s’est rapidement intensifié au point qu’ils sont devenus amis. ‘‘C’est un garçon super’’, admet Skeet. Mais d’un point de vue général, le casting entier entretient de bonnes relations, et apprécie le soutien des fans. Pour Skeet, de bons rapports permettent à chacun de se sentir libre dans son travail. Si les acteurs ne s’entendent pas, il devient difficile de jouer. Appréciant énormément tourner et faire partie de la communauté de Riverdale, il est dur pour lui de choisir la scène qu’il a préféré faire. ‘‘Mais j’aime jouer la dualité qu’implique le devoir de repousser Jughead pour le protéger’’, ajoute-t-il. On reconnaît chez Skeet les mêmes valeurs que celles de FP Jones: Ils partagent l’amour de la famille. Malgré le caractère puissant et sombre de FP, Skeet avoue qu’il aimerait voir son personnage se battre un peu plus. ‘‘Le voir prendre sa revanche sur ceux qui lui ont causé du tort.’’ Quand il n’est pas à Vancouver pour se mettre dans la peau de FP Jones, Skeet passe autant de temps que possible en Californie avec sa famille. D’ailleurs, ses jumeaux sont tous les deux attirés par les domaines artistiques. Naiia veut devenir actrice, pour suivre les traces de son père, et Jakob s’intéresse à la photographie. Skeet connaissant ce milieu depuis de longues années souhaite qu’ils gardent toujours ‘‘une part d’humilité et d’honnêteté.’’ Dans le passé, Skeet a dû refuser des opportunités car il ne pouvait pas travailler en dehors de Los Angeles pour préserver sa vie de famille. A présent que ses enfants ont grandi, ‘‘le seul moyen de garder un certain équilibre est de ne pas beaucoup dormir’’, assure-t-il en souriant. ‘‘Je passe beaucoup de temps dans les avions.’’ Actuellement, il reste focalisé sur sa vie personnelle et Riverdale. Skeet a terminé notre échange avec la très inspirante citation: ‘‘La vie est une question de connexion!’’

80

Riverdale is as a murder-mystery TV show sparked by drama, thriller and romance stories. Writers and producers created a lot of couples, but it seems FP is one of the rare people to be caught up with a relationship. ‘‘FP is in love with his family already but in the sense you mean I think it would be interesting to explore,’’ he says. Talking about relationships, the one between FP and his son Jughead (Cole Sprouse) have certainly evolved since season 1. If their characters needed some time to shape their common story, Skeet and Cole’s working partnership soon grew until they become friends. ‘‘He’s a great human being,’’ Skeet confirms. But from a general point of view, it appears the whole cast goes along well with each other, and appreciates the support of the fans. For Skeet, great bonds give ‘‘the work a certain freedom and intimacy that gets hard to act if you don’t get along.’’ As he enjoys a lot shooting and being a part of the Riverdale community, it’s hard for him to pick just one scene he loved doing. ‘‘But I love playing the duality of needing to push Jughead away in order to protect him,’’ he adds. On that point, Skeet and FP share same values: their love for their family. Although FP already has a fierce and dark side, Skeet would love to see his character fight. ‘‘See him in action taking out his revenge on those that wronged him.’’ When he is not in Vancouver to put himself in FP Jones’ shoes, Skeet spends as much time as possible in California with his family. Besides his twins are both attracted by the artistic fields. Naiia wants to be an actress, following her dad’s steps and Jakob is interested in photography. As Skeet is definitely not stranger to the business, he wants them to always keep ‘‘humility and honesty.’’ In the past, Skeet had to leave some opportunities because he couldn’t work outside of Los Angeles to protect his family’s life. Now that his children have grown up, ‘‘the only way to balance it all is to not sleep very much,’’ he laughs. ‘‘I spend a lot of time on airplanes.’’ At the moment, he is focused on his personal life and Riverdale. Skeet completed our discussion with the very inspiring quote: ‘‘Life is about connection!’’


OCTOBRE - NOVEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

25 81


Jacket Shirt Pants Shoes

A.Tiziano Dunyah Polo Ralph Lauren Sorel


Jacket Mister Triple X

Shirt Calvin Klein

WINTER 2017-2018

Pants Slate Denim

GRUMPYMAGAZINE.COM

83


Jacket Sweater Jeans Shoes

84

A. Tiziano Kardo Slate Denim Cole Haan


‘‘ Humility and honesty are crucial

’’

) ‘‘ life is about connection ’’

WINTER 2017-2018

GRUMPYMAGAZINE.COM

85


grumpymagazine.com


GRUMPY MAGAZINE #9 (Winter 2017/2018) - Skeet Ulrich  
New