Page 1


En couverture Grumpy Magazine est une publication bimestrielle digitale/print internationale basée à Paris qui est dédiée aux personnalités et esprits créatifs du monde du divertissement et de la mode, recherchant sans cesse de nouvelles histoires inspirantes à partager. Grumpy Magazine is an international bimonthly digital/print publication based in Paris that is dedicated to the creative minds from entertainment and fashion, always looking for new inspiring stories to share.

Gardons contact l e t’ s k e e p i n t o u c h

Site grumpymagazine.com Twitter / Instagram @grumpymagazine Facebook Grumpy Magazine Email info@grumpymagazine.com

Le kiosque Torrey DeVitto par Ryan West

Online issuu.com/grumpymagazine Print grumpymagazine.com/shop

Grumpy Team & Collaborateurs team & contributors

Directrice de publication Publisher

Jasmine Perrier

Rédactrice en chef Editor-in-chief

Jasmine Perrier

Illustrations & Design

Jasmine Perrier

Rédacteurs Writers

Jessy Morgan, Parker Schug, Allie Gaubatz, Hortense Le Marhadour, Casey Baughan, Jasmine Perrier

Photographie Photography

Ryan West, Harrison Osterfield, Nikki Holland, Andre Nguyen, Misael Garcia, Raul Romo, Gary Scott, Jess Spohr, Alivia Latimer, Birdie Thompson, Yasmine Kateb, Hortense Le Marhadour, Jasmine Perrier

Nous rejoindre team@grumpymagazine.com Join us

Traduction Jasmine Perrier Translation

Remerciements courtesy of

Torrey DeVitto Alabama Luella Barker Dylan Matthew @torreydevitto @alabamabarker @itsdylanmatthew MLC PR E2W Collective Platform Public Relations Lance Lim Marina Kaye Mikki Pallas / Kelly Ngai @lancelim @marinakayemusic @mysterioushouseonhoarderhill Katz Public Relations Capitol Records France LatschLit Literary Agency Jade Hassouné Matt Sarafa Teala Dunn @jadehassoune @mattsarafa @ttlyteala MLC PR Anderson Group Public Relations Platform Public Relations Beau Mirchoff Paris Fashion Week Harry Holland @beau_mirchoff Totem Fashion / Valentin Yudashkin / Oxford @harryholland99 / @harryholland64 Katz Public Relations Fashion Studio / Christophe Guillarmé Raul Romo Misael Garcia @raulromo @el.misaaeel


Get out of your grumpy mood we are also available in print

grumpymagazine.com/shop

worldwide shipping

Share your pics #grumpymagazine


LETTRE AUX LECTEURS letter to the readers

L

’été est passé en un coup de vent. L’automne est déjà là, et on ne s’attendait sûrement pas à ce qu’il débarque aussi vite. A chaque rentrée, le schéma est le même: de nouveaux défis nous attendent et il faut être prêt à les affronter. Pour ma part, je ne réalise pas qu’il y a un an déjà, je clôturais le chapitre du lycée et me préparais à quitter ma région d’origine pour commencer une nouvelle vie à Paris, la tête pleine de rêves. Bien que j’appréhendais également ce grand changement d’environnement. Mais comme nous disent si bien les paroles de Coldplay: ‘‘Si tu n’essaies pas, tu ne sauras jamais.’’ Lorsque je fais le point sur ma situation d’aujourd’hui, je ne peux que reconnaître que je ne regrette pas d’avoir osé l’inconnu. En une année passée dans la capitale, la vie m’a offert tellement de choses qui m’ont permis de grandir et de voir de nombreuses facettes du monde. Maintenant, je peux fièrement cocher ‘‘couvrir la Fashion Week de Paris’’ sur ma liste des choses à faire avant de mourir. ‘‘Vis une vie dont tu te souviendras’’, essaie de me rappeler sans cesse ma voix intérieure. Ma pause estivale m’a également permis de me dévouer entièrement à ce huitième numéro, qui m’a vraiment tenu à coeur. Si j’ai commencé l’aventure seule, je suis ravie d’être aujourd’hui entourée de personnes incroyablement généreuses et talentueuses. Ainsi, ce numéro n’aurait pas été le même sans le soutien très spécial de Jessy, Casey, Allie, Parker et Hortense. Certaines sont là depuis les premiers mois, d’autres viennent de rejoindre le navire. Quoi qu’il en soit, je ne vous remercierais jamais assez d’avoir consacré une partie de votre temps à GRUMPY pour que ce numéro automnal voit le jour, dans lequel vous retrouverez des personnalités inspirantes telles que notre couverture l’actrice Torrey DeVitto, ou le jeune cinéaste Harry Holland, qui est personnellement une véritable révélation artistique. Encore une fois, nous avons fait de notre mieux pour vous proposer le meilleur contenu possible. On continue ce magnifique voyage ensemble?

S

ummer has spent so quickly. Autumn is already here, and we definitely didn’t expect to reach that period so soon. Therefore every September, the schema is quite the same: new challenges are on the way and we must be ready to face them. On my side, I don’t realize that a year ago, I was closing the high school chapter and leaving my hometown to start a new life in Paris, the head full of dreams. Although I admit I was also a bit worried about the big change I was going to face. But ‘‘if you never try, you’ll never know,’’ just like Coldplay’s lyrics tell us. When looking at my current situation, I can only say that I don’t regret all this. My first year spent in the French capital offered me so much things that helped me to mature and to experience more sides of the world. Now I can proudly check ‘‘attending the Paris Fashion Week’’ on my bucket list. ‘‘Live a life you will remember,’’ my inside voice tries to remind me over and over. My summer break has also allowed me to completely dedicate myself to this eighth issue, that I really did with all my love. I may have started the adventure on my own, I’m delighted today to be surrounded by incredibly generous and talented contributors. Therefore this issue wouldn’t have been the same without the great support I received from Jessy, Casey, Allie, Parker and Hortense. Some of you have been there since the beginning, others have just joined me. But one thing is sure, I’ll never thank you enough for giving some of your time to GRUMPY, to create this autumn issue where you will meet creative figures such as our cover star Torrey DeVitto and the young filmmaker Harry Holland who is for me a real one-to-watch artist. Once again, we made sure to provide you the best content. Let’s pursue this beautiful journey together?

Jasmine Perrier Fondatrice et rédactrice en chef Instagram/Twitter: @jazzieperrier


Sommaire

OCTOBRE - NOVEMBRE 2017

PHOTOGRAPHIE 18

Portrait

20

Wanderlust

MUSIQUE 24

Marina Kaye Pourquoi Explicit est le digne héritier de Fearless Why Explicit is the worthy successor of Fearless

28

Dy lan Matthew Sa volonté de développer son art en surpassant les barrières On developing his craft and breaking the barriers

32

Alabama Luella Barker Sur les traces musicales de son père batteur On following the musical footsteps of her drummer dad

CINÉMA 36

Lance Lim Un jeune acteur et musicien à la conquête de l’industrie On being a young actor and musician taking over the industry

42

Jade Hassouné Sa vie de rêve animée par la créativité qu’il apporte à ses projets On living his dream life and bringing his creative vision to his projects

50

Beau Mirchoff L’impact d’Awkward sur sa vie et sa passion pour la photographie On Awkward’s impact on his life and his passion for photography

54

Torrey DeVitto Son voyage de Tree Hill à Chicago en passant par Rosewood On her journey from Tree Hill to Rosewood and Chicago

64

Teala Dunn Actrice et YouTubeuse engagée pour partager des messages percurtants On using her acting work and YouTube to spread powerful messages

70

Harry Ho lland La poursuite de son chemin dans la réalisation en apprenant des plus brillants cinéastes On following his path in directing and learning from the most brilliant filmmakers

78

The Mysterious House on Hoarder Hill A la rencontre des auteures Mikki Lish et Kelly Ngai Meet the writers Mikki Lish and Kelly Ngai

MODE 85

Matt Sarafa Son évolution de Project Runway Junior aux Fashion Weeks de New York et Paris On his evolution from Project Runway Junior to Fashion Weeks in New York and Paris

90

Paris Fashion Week Prêt-à-Porter Printemps/Été 2018 Ready-to-Wear Fall/Winter 2018


PHOTOGRAPHIE

8


P O R T R A I T

Propos recueillis par Jasmine Perrier Photos de Raul Romo

OCTOBRE - NOVEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

09


PHOTOGRAPHIE

‘‘ A 16 ans j’étais fiier d’avoir ma photo à Times Square’’ At 16 I was proud of having my photo in Times Square

A

At 23, Raul Romo is a recognized LA-

La photographie t’as trouvé à l’âge de 13 ans. Comment as-tu atterri dedans et qu’est-ce qui t’a attiré dans ce monde fascinant?

Photography found you at 13. How did you first get into it and what attracted you in that fascinating world?

Quand j’avais 13 ans, j’étais dans une nouvelle école et j’avais du mal à me faire des amis. Je chante depuis que je suis très jeune et j’étais dans la chorale de l’école. Grâce au chant ‘‘Secret Santa’’, j’ai rencontré une fille avec qui j’avais beaucoup en commun! Après les vacances, nous sommes devenus amis et quelques mois plus tard elle m’a invité à tous ses anniversaires réservés aux filles. Je n’aimais pas aller chez des amis. Mais pour une raison quelconque, cette fois m’a paru différente. Je suis heureux d’y avoir été, car en y allant j’ai rencontré une autre fille qui était photographe, et elle m’a présenté cette nuit-là à quelque chose qui allait changer ma vie. Toutes les filles voulaient être prises en photo, et de les regarder toutes entassées dans la salle de bain en train de se maquiller, choisir des vêtements et regarder les lumières voler dans les airs lorsqu’elles se sont mises en place, cela m’a complètement inspiré. J’ai passé l’été avec ces filles à apprendre des choses sur la mode et la photographie. J’ai toujours eu un avis sur le style, mais voir les images d’Annie Leibovitz dans Vogue pour la première fois m’a montré une nouvelle manière de voir le monde. Je suis toujours en bon terme avec ces filles et je les remercie chaque jour d’avoir changé ma vie. Si je n’étais pas allé à cette fête, qui sait où je serais.

When I was 13, I was at a new school and had trouble making friends. I’ve been singing since I was very young and was in the school choir. Through the seasonal ‘‘Secret Santa’’ I got a girl that I actually had a lot in common with! After the holidays we became friends, and a few months later she invited me to her all-girls birthday party. I didn’t like to go over to friend’s houses. But for some reason this time felt different. I’m glad I did, because going there I met another girl who was a photographer, and that night introduced me to something that would change my life forever. All of the girls wanted to get their picture taken, and watching them all crammed in the bathroom putting on makeup, picking out clothes, and watching the lights fly into the air as they got set up, left me completely inspired. I spent the summer with those girls learning about fashion and photography. I always had an opinion on style, but seeing Annie Leibovitz’s images in Vogue for the first time showed me a new way to see the world. I’m still great friends with those girls and thank them everyday for changing my life. If I didn’t go to that party, who knows where I’d be.

Tu as réussi à devenir photographe à plein temps juste après avoir terminé le lycée, ce qui était un projet plutôt audacieux. En tant qu’artiste autodidacte, comment es-tu parvenu à t’améliorer?

You succeeded in becoming a full-time photographer just after finishing high school, which was such a daring project. As a self-taught artist, how did you manage to improve your skills?

A l’époque je ne voyais pas cela comme audacieux, cela me semblait juste! Mais en regardant en arrière aujourd’hui, je me dis: ‘‘Wow c’était courageux!’’ J’étais stagiaire pour un photographe à 15 et 16 ans pendant deux étés à Los Angeles. Travailler avec lui, lui faire regarder mon book chaque semaine, et intérioriser ses mots et son savoir m’ont fait réaliser que je n’avais pas besoin d’un diplôme universitaire pour réussir dans cette branche du travail. Mes parents et moi sachions qu’il était plus intelligent de prendre des risques, d’aller à LA et de me faire un nom. J’ai toujours

At the time it didn’t feel daring, it just felt right! But as I look back now I think: ‘‘Wow that was gutsy!’’ I was interning for a photographer at 15 and 16 for two summers in Los Angeles. Working with him, having him look at my book every week, and internalizing his words and wisdom made me realize that I didn’t need a college degree to succeed in this line of work. I did get into some great art schools in New York. Both my parents and I knew it’d be smarter to take the risk, to go to LA and build a name for myself. I’ve

23 ans, Raul Romo est un photographe reconnu de la Cité des Anges qui est en activité depuis 10 ans maintenant. Il se décrit comme ‘‘croyant beaucoup à l’idée que tout arrive pour une raison.’’ En regardant la remarquable carrière qu’il mène à un si jeune âge, il semblerait qu’il ait eu raison de faire confiance à son potentiel et de poursuivre sa passion malgré les risques d’un tel choix. De Vogue China à NYLON Singapore et Rogue Magazine, la brillante vision de Raul a attiré l’oeil de nombreuses publications renommées et ses photographies ont voyagé dans le monde entier. ‘‘Quand je prends des gens en photo j’ai l’impression de faire cela pour qu’ils se sentent forts. Je me sens bien quand je prends des photos et heureux quand les personnes peuvent voir leur propre force dans les photos que je prends.’’

10

based photographer who has been shooting for 10 years now. He describes himself as ‘‘a big believer in the idea that everything happens for a reason.’’ When looking at the remarkable career he runs at such a young age, it appears he was right to trust his potential and go for his passion despite the risks of such a choice. From Vogue China to NYLON Singapore and Rogue Magazine, Raul’s brilliant vision caught the eye of many renowned publications and his photographs traveled all over the world over the years. ‘‘When I shoot people I feel like I’m shooting them to make them feel strong. I feel good when I shoot and happy when people can see their own strength in the photos we take.’’


OCTOBRE - NOVEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

11


PHOTOGRAPHIE

12


‘‘Nous sommes notre plus grande source d’inspiration’’ We are our biggest source of inspiration

appris en prenant des risques, en étant sans crainte et en sortant de mon élément. Je recherche constamment des choses pour pouvoir acquérir toute la connaissance que je peux. C’est presque comme si j’étais éternellement à l’école!

always learned by taking risks, being fearless and out of my element. I’m constantly researching things for myself to gain whatever knowledge I can. It’s almost like I’m forever in school!

Ton travail est principalement axé sur la photographie de mode, les éditoriaux et les portraits. De la lumière aux couleurs, tu sais absolument comment parfaitement tout équilibrer. Comment décrirais-tu ton style artistique?

Your work is mainly focused on fashion, editorial and portrait photography. From the light to the colors, you completely know how to balance everything perfectly. How would you describe your artistic style?

Je décrirais mon travail/style comme très honnête, simple, mais fort et expressif. C’est ainsi que j’ai tendance à me voir aussi. Vous pouvez en dire beaucoup avec un regard, ou un sentiment.

I would describe my work/style as very honest, simple yet strong and expressive. That’s how I tend to view myself too. You can say a lot with a look, or a feeling.

Trouver son propre style peut toujours être difficile pour les futurs photographes. Quel serait ton meilleur conseil à ce propos?

Finding your own style can always be challenging for aspiring photographers. What would be your best advice on that issue?

D’être conscient de cela, mais de ne pas s’y attarder. Il se manifestera avec suffisamment de travail. Vous devez appuyer sur l’accélérateur si vous voulez aller n’importe où. Quand j’ai pris conscience du ‘‘style photographique’’, cela m’a consumé. En grandissant, j’ai pensé ainsi: ‘‘Si je prends beaucoup de photos et que je capture ce que j’aime et ce qui me passionne, tout ce désordre prendra bientôt du sens.’’ Et c’est ce qui s’est passé. J’ai toujours aimé les images en noir et blanc, les photos intemporelles, épurées, et les vrais moments.

To be aware of it, but not to dwell on it. It will show up when enough work is made. You have to press on the gas pedal if you want to get anywhere. When I became aware of “photography style,” it consumed me. As I grew I thought of it like this: ‘‘If I shoot a lot and shoot what I love and feel passionate about, the mess of it all will soon start to make sense.’’ And it did. I’ve always loved black and white images, timeless, clean photographs, and real moments.

As-tu toi-même des artistes ou photographes que tu admires? Et où trouves-tu l’inspiration en général?

Do you yourself have artists or photographers you look up? And where do you find inspiration generally speaking?

Il y a de nombreux photographes comme Richard Avedon et Patrick Demarchelier que j’admire tellement et je souhaite que mon travail ait l’air aussi brillant que le leur. Je suis inspiré par les artistes, musiciens et enfants, par le ciel, les mots, pour n’en nommer que quelques uns! J’aime trouver l’inspiration dans la vie, mais j’aime surtout trouver l’inspiration au fond de moi. Nous sommes notre plus grande source d’inspiration.

There are many photographers like Richard Avedon, and Patrick Demarchelier, whom I look up to so much and hope my work looks even an ounce as brilliant as theirs. I’m inspired by artists, musicians, children, the sky, words, you name it! I like to find inspiration in life, but more importantly, I like to find inspiration within myself. We are our biggest source of inspiration.

Originaire de San Diego, tu es à présent basé à Los Angeles. Dans quelle mesure la région et ses habitants ont-ils influencé positivement ton art?

Originally from San Diego, you are now based in Los Angeles. To what extent has the area and its people positively influenced your craft?

La nature en Californie m’a toujours retenu. Les randonnées, les couchers de soleil et les personnes chaleureuses à San Diego m’ont toujours fait apprécier ma ville natale. Je suis également un grand fan de l’océan, et peux passer des heures à regarder les vagues. Mes parents, tous deux élevés en Californie, m’ont vraiment influencé positivement dans mon dévouement au travail.

The nature in California has always kept me around. The hikes, the sunsets, and the kind people in San Diego has always made me appreciate my hometown. I’m also a big fan of the ocean, and can spend hours just staring at the waves. My parents, both California raised, really influenced me positively in my work ethic.

OCTOBRE - NOVEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

13


PHOTOGRAPHIE

‘‘J’aime entendre ce que les gens ont à dire’’ I love hearing what people have to say

14


Quel effet veux-tu que ton travail en tant que photographe ait sur les autres?

What effect do you want your work as a photographer to have on others?

Avec mon travail, qu’importe le type de photo ou de support, je veux toujours que les gens ressentent quelque chose. Que ce soit de la tristesse, du bonheur, du pouvoir, de la colère, de la confusion, je veux toujours que mon spectateur trouve une sorte de connexion avec.

With my work, whatever the type of photography or medium it is, I always want people to feel something. Whether it is sadness, happiness, empowerment, anger, confusion, I always want my viewer to find some sort of connection to it.

Quel est ton moment préféré lorsque tu vois ta vision naître?

What’s your favorite part of seeing your vision coming to life?

De voir la manière dont les autres sont affectés par elle. Quand les gens partagent mon travail et même dessinent ou peignent mon travail, c’est un grand honneur! Quelqu’un qui se sent beaucoup inspiré par une photo de moi me fait du bien. J’aime également entendre ce que les gens ont à dire. Quand j’ai commencé, je me souviens qu’une fille m’avait dit qu’elle avait pleuré en regardant une de mes photos, elle trouvait que c’était magnifique. C’est à ce momentlà que j’ai réalisé à quel point je pouvais être percutant avec mon travail, et la grandeur du pouvoir qu’une image peut avoir à elle seule.

Seeing how others are affected by it. When people share my work and even draw or paint my work, it’s a huge honor! It makes me feel good that someone felt so inspired by a photo of mine. I also love hearing what people have to say. I remember when I first started a girl had told me she cried from looking at one of my photos, she thought it was that beautiful. It was then that I realized how impactful I could be with my work, and what great power an image alone can posses.

Depuis tes débuts tu as été publié dans un tas de publications internationales et tu as travaillé avec un large éventail de clients prestigieux. Quelle est la plus grande chose que ton expérience t’ait apprise? Cela peut paraître cliché, mais mes expériences m’ont appris à toujours croire en moi, et que le travail acharné porte vraiment ses fruits. Je travaille comme photographe depuis que je suis adolescent, et j’ai passé des années et d’innombrables heures à travailler, à prendre des photos et à affûter mon art. Ce n’est que depuis aujourd’hui que je me suis permis d’avoir plus de vie sociale, étant donné qu’avant mon travail était ma vie entière. Je ne le regrette pas, mais comme j’ai grandi, j’ai une nouvelle perspective de la vie. Toutefois, je m’assure sans cesse de toujours travailler dur, et de toujours essayer de faire de mon mieux.

Since your debuts, you’ve got featured in a bunch of international publications and worked with a wide range of prestigious clients. What’s the greatest thing your life experience has ever taught you? It may sound cliché, but my life experiences have taught to always believe in myself, and that hard work truly pays off. I’ve been a working photographer since I was a very young teen, and have spent years and countless hours working, shooting, and honing my craft. It hasn’t been until now that I’ve allowed more of a social life, as before my work was my entire life. I don’t regret it, but as I’ve grown, I have a new perspective on life. However still, I make sure I am always working hard, and always try my absolute best. What is ‘‘THE’’ shooting you are most proud of?

Quel est ‘‘LE’’ shooting dont tu es le plus fier? C’est une question dure! Certains travaux me rendent fier de différentes manières. A 16 ans, j’étais fier d’avoir ma photo sur un panneau publicitaire à Times Square car mon père m’avait enfin pris au sérieux avec mes photos. Voir ma photo dans Cosmopolitan me rend fier car ma mère pouvait aller au supermarché pour l’acheter, et dire à l’employé que son fils avait une photo dedans! Et photographier pour Vogue China me rend fier car je m’étais donné pour objectif de faire des photos pour n’importe quel Vogue avant que mes grands-parents ne meurent, et ils ont vécu pour voir cela. Même prendre des photos pour Snapchat était amusant car tous mes amis pouvaient le voir! Chaque job ou image est authentique car ce n’est pas seulement pour moi, c’est pour tout le monde ou quiconque voulant faire partie de ce voyage. Je veux que tous ceux qui ont fait partie de ma vie soient fiers de moi et de ce que nous avons fait.

That is a tough one! Certain works make me proud in different ways. At 16, I was proud of having my photo on a billboard in Times Square because my dad finally took me seriously with my photos. Seeing my photo in Cosmopolitan makes me proud because my mom could go to the grocery store to buy it, and tell the clerk that her son had a photo in it! And shooting for Vogue China makes me proud because I gave myself a life goal to shoot for any Vogue before my grandparents passed, and they lived to see it. Even shooting for Snapchat was fun because all of my friends could see it! Each job or image is special because it’s not just for me, it’s for everyone and anyone who wants to be a part of the journey. I want to make everyone who’s been a part of my life proud of me, and what we’ve made.

OCTOBRE - NOVEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

15


PHOTOGRAPHIE

Tu as été amené à travailler avec des personnes si formidables telles que l’actrice de Mad Max: Fury Road Courtney Eaton et l’acteur Julian Morris, juste pour nommer les plus récents. Quelle serait ta collaboration de rêve et ton shooting de rêve?

You got to work with so many great people such as Mad Max: Fury Road’s actress Courtney Eaton and actor Julian Morris, just to name some of the most recent ones. What would be your dream collaboration and dream shoot?

J’adore chaque personne avec qui j’ai travaillé! En ce qui concerne les collaborations, l’un de mes rêves a toujours été de photographier pour Chanel et Miu Miu. Travailler avec l’un d’eux de n’importe quelle manière serait un rêve absolu qui se réalise. Mon shooting de rêve serait avec le modèle Lindsey Wixon! Elle est phénoménale!

I adore every person I’ve worked with! As for collaborations, one of my dreams has always been to shoot for Chanel and Miu Miu. Any way to work with either of them would be a total dream come true. A dream shoot would be anything with model Lindsey Wixon! She’s phenomenal!

Ta carrière montre à quel point tu domines le monde de la photographie. Quand tu as débuté, ton plus grand défi comme photographe professionnel était d’apprendre à équilibrer l’art et l’aspect commercial de l’activité. As-tu l’impression d’avoir surpassé cela aujourd’hui? Et quels sont les autres défis qui se sont rajoutés au fil des années?

Your career shows how much you rule the photography world. When you started, your biggest challenge as a professional photographer was learning to balance art and commerce. Do you feel that you overcame it today? And what were the other challenges you had to face over the years?

J’ai l’impression d’être toujours en train d’apprendre, mais chaque année je le saisis mieux. J’ai l’impression que c’est comme si c’était toujours un équilibre entre l’art et le commerce, et je pense que c’est la ligne sur laquelle certaines des plus grandes images de mode ont tendance à parcourir. La manière dont on voit l’art est également intéressante, ainsi que la manière dont on voit le commerce. Je pense que l’axe est bien plus gris que noir et blanc, car parfois la vraie intention derrière une image est masquée. Cependant dans l’ensemble, mes deux premières années à Los Angeles étaient particulièrement difficiles, car j’étais toujours stressé à l’idée de ne pas avoir assez d’argent pour les factures ou le loyer. Lorsque votre cerveau passe en mode survivant, vos idées et priorités basculent. Aujourd’hui j’ai pu beaucoup plus garder l’équilibre, mais globalement je tente de voir la vie comme un processus. Tout ne changera pas demain, mais nous pouvons apprendre et nous améliorer chaque jour.

Enfin, comment envisages-tu le reste de ton aventure dans la photographie? Mes projets pour l’avenir sont de plonger autant que possible dans la photographie et la mode. Je reste toujours concentré sur ces grands rêves, et j’ai le bon pressentiment qu’ils se réaliseront au moment opportun. Je prévois également de voyager plus, de passer plus de temps avec mes amis, et de m’enrichir de tout ce que le monde a à offrir. En regardant le grand schéma de tout cela, qui sait où ce chemin me mènera. Mais l’aventure n’est-elle quand même pas plus amusante?

16

I feel I’m still learning, but each year I have a better grasp on it. I feel as if it’s always a balance of art and commerce, and I think that’s the line some of the greatest fashion images tend to walk. It’s also interesting how we see art, and how we see commerce. I think the line is much more grey than it is black and white, because sometimes the real intention behind an image is obscured. All in all though, it was especially challenging my first couple years in LA, because I completely supported myself at 17 and was always stressed I wouldn’t have enough money to pay bills or rent. When your brain switches into survival mode, your ideas and priorities shift. I’ve been able to balance it much more now, but overall I try to look at life as a process. Not everything will change tomorrow, but we can learn and get better everyday. Last but not least what do you envision for the rest of your journey in photography? My plans for the future are to get as deep into photography and fashion as I can possibly get. My eye is still on the prize for those big dreams, and I have a good feeling they will come true when it’s the right time. I also plan to travel more, spend more time with friends, and sink my toes into the earth and absorb as much as I can. Looking at the grand scheme of it all, who knows where this path will take me. But isn’t the journey more fun anyway?


‘‘ Croyez en vous-même et en votre vision, faites vous connaître et n’ayez pas peur. La vie favorise ceux qui n’ont pas peur’’ Trust yourself and your vision, put yourself out there and don’t be afraid. Life favors the fearless


PHOTOGRAPHIE

‘‘Chaque image est spéciale car ce n’est pas seulement pour moi, c’est pour quiconque voulant faire partie de ce voyage’’ Each image is special because it’s not just for me, it’s for anyone who wants to be a part of the journey

18


OCTOBRE - NOVEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

19


PHOTOGRAPHIE

Wanderlust Mots de Allie Gaubatz

Photos de Misael Garcia

Chicago Curiosity C

hicago, également connue comme la ‘‘ville des vents,’’ est une métropole de l’Illinois située sur la côte du lac Michigan. Beaucoup pourraient croire que Chicago a gagné ce surnom en raison de sa localisation au bord du plan d’eau, mais la ‘‘ville des vents’’ vient réellement de ‘‘l’air chaud’’ véhiculé par les politiciens. Chicago est la plus grande ville du Midwest américain et a été fondée en 1830. Jusqu’en 1854, la ville était le plus grand port céréalier et abritait plus de 30 000 résidents. Un peu moins de deux décennies plus tard, en octobre 1871, le Grand incendie de Chicago s’est produit. Cet incident a détruit un tiers de cette ville et a laissé plus de 100 000 personnes sans domicile. Personne ne sait comment le feu s’est véritablement enclenché, mais la ville s’est vite reconstruite avec de nouvelles usines et voies ferrées. Avançons vers la Première Guerre Mondiale, quand les afro-américains ont migré vers Chicago depuis le sud. De nouvelles opportunités ont fortement émergé avec une culture dynamique qui a donné le blues et le jazz de Chicago. Dans les années 1950 et 1960, la population de Chicago a commencé à diminuer, les manufactures ont licencié les ouvriers et les gens se sont tournés vers les banlieues pour fonder des familles. Aujourd’hui, la population de Chicago a augmenté, et les immigrants continuent de voyager jusqu’à Chicago, qui est resté un pôle d’échanges.

20

C

hicago, Illinois, also known as the ‘‘Windy City,’’ is located right on the coast of Michigan Lake. Many people may believe Chicago earned that nickname because of its location by the lake, but the ‘‘Windy City’’ really comes from the “hot air” bellowing from politicians. Chicago is the largest city of the American Midwest and was founded in 1830. By 1854 the city was the world’s largest grain port and home to more than 30,000 residents. A little less than two decades later, October 1871, The Great Chicago Fire happened. This fire destroyed one-third of this city and left more than 100,000 homeless. No one knows exactly how the fire started, but the city quickly rebuilt itself with new factories and railroads. Fast forward to after World War 1, when African-Americans migrate to Chicago from the South. New opportunities were ablaze as well as a vibrant culture which soon came to be Chicago’s versions of blues and jazz. In the times 1950 and 1960, Chicago’s population began to shrink, factories laid workers off, and people stated the interest to start families in the suburbs rather than a city. Now, present time Chicago’s population has increased, and immigrants still travel here to Chicago as it remains a center of trade.


Les principales attractions de cette magnifique ville seraient le Millennium Park qui héberge la célèbre sculpture ‘‘Cloud Gate’’ réalisée par Anish Kapoor. Il y a également la Willis Tower, s’élévant à 442 mètres de hauteur. Les visiteurs sont invités à se rendre en haut du bâtiment où une pièce toute en glace les attend pour observer Chicago. La ville possède également de nombreux musées tels que le Muséum Field d’histoire naturelle, l’aquarium John G. Shedd, le planétarium Adler, le musée national d’art mexicain, et évidemment, l’Institut d’art de Chicago. Pour de nombreux habitants locaux et touristes, l’Institut d’art est connu pour être l’un des musées internationaux les plus grands. Et parole d’étudiante en art, l’Institut est une expérience qui m’a ouvert les yeux. Il détient des oeuvres renommées de Vincent Van Gogh, Andy Warhol, Georges Seurat, Edward Hopper, Grant Wood, Claude Monet, Mary Cassatt...

The main attractions of this beautiful city would be Millennium Park which holds the famous “Bean” sculpture made by Anish Kapoor. There is also the Willis Tower, standing at 1,450 feet high. Visitors are welcomed to travel to the top of the building where an all glass room and floor awaits to look out over Chicago. The city also hold many museums such as the Field Museum of Natural History, Shedd Aquarium, Adler Planetarium, National Museum of Mexican Art, and of course, the Art Institute of Chicago. To many locals and tourists, the Art Institute is known to be one of the greatest museums internationally. And as an art student, the Institute is an eye opening experience. It holds famous works from Vincent Van Gogh, Andy Warhol, Georges Seurat, Edward Hopper, Grant Wood, Claude Monet, Mary Cassatt...

Chicago est une ville éblouissante, bien que la météo puisse changer en un clin d’oeil: un jour une personne est vêtue d’un gros manteau d’hiver, le suivant tout le monde se déshabille à cause de la chaleur. Ayant reçu l’opportunité d’habiter à Chicago et d’étudier l’art au Columbia College Chicago, je suis chaque jour époustouflée par la ville. A Chicago, il y a toujours un nouvel endroit à explorer. Pouvoir prendre le métro ou simplement marcher n’importe où dans la ville encourage l’éclosion de la curiosité d’une personne à un tout autre niveau.

Chicago is a stunning city, although the weather can change in a heartbeat: one second a person is dressed in a heavy winter coat and the next everyone is stripping down with the heat. Receiving the opportunity to live in Chicago and study art at Columbia College Chicago, Chicago blows me away every single day. In Chicago, there is always somewhere new to explore. Being able to take the train or just about walk anywhere through the city, makes a person’s curiosity blossom on a whole new level.

OCTOBRE - NOVEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

21


PHOTOGRAPHIE

22


OCTOBRE - NOVEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

23


MUSIQUE

Marina Kaye Mots et photos de Hortense Le Marhadour

A

t just 19, Marina Kaye is a name that is already well-known in the French music industry. She belongs to this rising generation of one-to-watch artists. After releasing an album in English in May 2015, the young lady reveals today her second achievement entitled Explicit, a work portraying ‘‘an ode to feminism,’’ to use her words. I met Marina on a Monday morning in a Parisian hotel. In front of her level-headed nature, smile, reachability and genuineness, I could start my week in high spirits.

Marina Dalmas, de son vrai nom, s’est fait connaître grâce au télé-crochet ‘‘La France a un incroyable talent’’ en 2011. La jeune marseillaise est même ressortie gagnante de son édition, à seulement 13 ans. Après avoir refusé plusieurs projets, elle dévoile en 2014 son premier titre ‘‘Homeless’’, précédant la sortie de son album Fearless quelques mois plus tard. Son premier travail certifié double disque de platine a poussé Marina Kaye à poursuivre son chemin. Ainsi, elle revient aujourd’hui avec Explicit.

Born Marina Dalmas, Marina Kaye got publicly recognized in 2011, when she was a contestant of the French version of talent show competition ‘‘Britain’s Got Talent.’’ At that time, the young teenager from Marseille ended up winning her edition at only 13. After rejecting several projects, she officially launched her solo career with her first track ‘‘Homeless,’’ that came before the release of her debut album Fearless that went out a few months later. Her first work got certified 2X platinum and drove Marina to move forward with her journey. Therefore she is back today with Explicit.

Pour ce dernier, l’auteure-interprète a coécrit l’ensemble de ses titres. ‘‘On part vraiment de rien, on crée tout sur le moment: mélodie et paroles. Je co-écris avec une personne et une autre compose la mélodie.’’ Selon elle, s’investir dans l’écriture d’un album permet d’être une vraie artiste. Elle ne voudrait simplement pas avoir à venir en studio pour repasser derrière une voix témoin. ‘‘J’ai vraiment besoin d’être présente dans le processus d’écriture’’, affirme-t-elle. Marina considère que s’exprimer par la musique est important lorsqu’elle a quelque chose d’intéressant à dire. Elle est certaine sur un point: elle arrêtera de faire de la musique quand elle n’aura plus rien à partager.

For this brand new album, the singersongwriter co-wrote a major part of the songs. ‘‘We really start from scratch, we create everything on the fly: the melody and the lyrics. I co-write with one person and another one composes the music.’’ In her opinion, getting involved in the writing process of an album allows her to be a real artist. She just wouldn’t like to come to the studio to play back a vocalist. ‘‘I really need to be active in the writing process,’’ she confirms. Marina considers that expressing herself through music is important when she has something interesting to say. One thing is sure: she will stop doing music when she won’t have anything more to share.

L’inspiration pour ses chansons lui vient de sa vie. Cependant, elle ne dévoile pas toutes les histoires telles qu’elles se sont produites. ‘‘Lire entre les lignes’’, elle adore. ‘‘Je peux me servir d’une trahison amicale pour écrire une histoire d’amour ou inversement. Après il s’appelle Explicit donc on peut dire que les choses sont assez claires dans cet album.’’ Elle nous confie alors qu’il contient beaucoup de messages sur les hommes, qu’ils soient dans sa famille, dans son entourage ou bien dans le métier. Aujourd’hui encore, la société met les hommes à l’honneur et Marina entend bien se battre pour sa place et celle des femmes. Ainsi, l’album contient principalement un message féminin. ‘‘Je suis là, j’existe, je vaux quelque chose, je vaux autant que toi, et je vais y arriver.’’

Inspiration for her songs basically comes from her life. However, she doesn’t tell all stories in the exact way they happened. ‘‘Reading between the lines’’ is something she definitely loves. ‘‘I can use a friend’s betrayal to write a love story or vice versa. Then it is called Explicit that’s why we can say that things are pretty clear in this album.’’ Consequently she entrusts to us that it provides a lot of messages about men, whether it concerns a family member, someone from her close circle or someone working in the same business. Even now society puts men in a superior position and Marina agrees to stand for her role as a woman and to support female empowerment. Thus the album mainly has a female message. ‘‘I’m here, I exist, I’m not worthless, I’m worth as much as you, and I’m going to make it.’’

Alors que son premier album Fearless était décrit comme sombre et mélancolique, son successeur s’avère différent. ‘‘Explicit commence de la façon dont Fearless termine. Il est sombre et mélancolique, et devient plus clair et plus lumineux.’’ Les chansons de l’album ont été classées ainsi, en fonction de la production, de la mélodie et des paroles. Au fur et à mesure que l’album avance, il s’illumine et

24

A

tout juste 19 ans, Marina Kaye est déjà bien implantée dans l’industrie musicale en France. Elle fait partie de la nouvelle génération d’artistes à ne pas manquer. Après un album anglophone sorti en mai 2015, la jeune femme dévoile aujourd’hui son deuxième album intitulé Explicit incarnant ‘‘un hymne au féminisme’’, pour reprendre ses mots. Je rencontre Marina un lundi matin dans un hôtel parisien. Posée et très souriante, son accessibilité et sa sincérité me mettent de bonne humeur pour commencer la semaine.

Whereas her first album Fearless was described as a dark and wistful piece, the next one appears to be a bit different. ‘‘Explicit starts in the way Fearless ends. It’s dark and wistful, and it becomes lighter and brighter.’’ Here is how the songs of the album got organized, depending on the production, the melody and the lyrics. As the album goes by, it gets more shiny and negativism goes away. Contrary to Fearless which


le négativisme disparaît. Contrairement à Fearless qui était exclusivement en anglais, Explicit contient deux titres en français ainsi qu’une reprise du titre ‘‘Vole’’ de Céline Dion. Une surprise qui devrait faire plaisir à de nombreuses personnes. La chanteuse attendait d’être prête pour se décider à écrire dans sa langue maternelle. ‘‘Je ne voulais pas faire n’importe quoi. Si je le sens, je le fais. Et là en l’occurrence, je le sentais.’’

was full of English songs, Explicit includes two titles in French as well as a cover of ‘‘Vole’’(Fly) by Céline Dion. It’s for sure a surprise that should delight a lot of people. The singer waited to feel ready to write songs in her native language. ‘‘I didn’t want to do things wrong. If it sounds good to me I do it. In this case though, I felt it right.’’

‘‘J’ai vraiment besoin d’être présente dans le processus d’écriture’’ I really need to be active in the writing process

Mais la variété française, très peu pour elle. Marina souhaitait prendre des risques et réussir ses chansons françaises autant que ses chansons anglophones. Et ce qu’on peut dire, c’est que le défi a été brillamment relevé. Marina et son équipe sont parvenus à faire des paroles étudiées et intéressantes, sur des mélodies travaillées qui ne sont pas forcément évidentes. En définitive, c’est ce que désirait la chanteuse pour qui écrire en français a été plus complexe. Les premières heures d’écriture lui semblaient infructueuses, mais elle avait son idée en tête. ‘‘Je voulais vraiment faire quelque chose d’intéressant et d’un peu edgy, de vraiment pop. Et je souhaitais aussi faire dans le sarcasme, parce que je suis quelqu’un de très sarcastique.’’ La préparation de l’album s’est faite sur le même modèle que le premier. Il s’agit d’un travail sur la durée, il n’y a pas de stress, pas de délai. ‘‘Tout est facile, naturel, et le nom de l’album vient

But French variety isn’t for her. Marina wanted to take risks and make her French songs as great as her English pieces. And we can say that she has successfully overcome the challenge. Marina and her team managed to do genuine and interesting lyrics on structured melodies that are not necessarily understandable. That’s what the singer was looking for. Writing her songs in French was one of the hardest parts of making this album: the first hours of writing seemed to be unsuccessful, but she had her specific idea in mind. ‘‘I really wanted to do something interesting and a bit edgy, something really pop. And I also wanted to make it sarcastic, because I’m someone very sarcastic.’’

She made her new album in the same way as the first one. It’s all about a work over a long period of time, there is no stress, no deadline. ‘‘Everything is easy, natural, and the name of the album comes naturally.’’ So that Explicit sees the light of the day,

OCTOBRE - NOVEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

25


MUSIQUE

naturellement.’’ Pour qu’Explicit voit le jour, Marina a travaillé avec les mêmes équipes qui ont permis de donner Fearless. Deux chansons ont notamment été écrites avec les auteurs de ‘’Homeless’’, tandis qu’une autre a été composée avec l’artiste LP. Finalement, seulement deux ou trois nouvelles personnes ont rejoint la chanteuse, notamment pour écrire ses titres en français. Quand l’équipe est nouvelle, ‘‘la connexion doit se faire’’ avant de pouvoir commencer à travailler sur une musique. Lorsqu’elle rencontre des personnes avec qui elle va potentiellement composer, ils parlent posément de musique. Puis le déclic se produit ou non. A la question ‘‘quelle est ta chanson préférée dans cet album?’’ Marina répond en avoir deux. Adepte des piano-voix, ‘‘Something’’ qui transmet des paroles fortes est l’un de ses morceaux favoris. Cette piste a été écrite par la chanteuse elle-même, à une période où elle ne ressentait rien. ‘‘Merci quand même’’ est également l’une de ses nouvelles chansons qu’elle chérit particulièrement. ‘‘C’est vraiment le sarcasme mis en chanson, donc je suis assez fière de celle là.’’ (rires) Quant à la sélection du premier single d’un album, elle se fait naturellement. ‘‘En les écoutant, lorsque tout le monde la chante à la sortie du studio, qu’elle rentre dans la tête... la chanson qui fera le bon single vient assez facilement.’’

Marina worked with the same team that collaborated with her to do Fearless. On one hand, the writers of ‘‘Homeless’’ contributed in two other new songs. On the other hand, the artist LP made another song. Ultimately only two or three new people joined the singer on this adventure, especially to help her writing the French songs. When the team is new, ‘‘there must be a connection’’ before being able to start working on a music. When she meets people that would potentially be her partners to produce sounds, they deliberately talk about music. Then it just click, or it doesn’t. When asking ‘‘what’s your favorite song in this album?’’ Marina admits there are two pieces. One of them is ‘‘Something.’’ Marina is a huge fan of the basic piano-vocals concept so it wasn’t surprising that she especially loved this track with powerful lyrics. The singer wrote it herself during a period she felt nothing. ‘‘Merci quand même’’ (Thank you anyway) is also something she cherishes a lot. ‘‘It’s really sarcasm put in song, so I’m quite proud of that one.’’ (she laughs) As for the choice of the first single of an album, it comes naturally. ‘‘When listening to them, if all people sing the song while they leave the studio, that it gets stuck in minds... the song that will make the nice single comes quite easily.’’

‘‘Ma diffiiculté à moi, c’est de faire accepter qui je suis’’ My challenge is that people accept me just as I am

26

L’idée d’une tournée a déjà été abordée par Marina et son équipe. La chanteuse devrait se produire sur scène dès mars/avril. Mais il faut d’abord attendre la sortie de l’album, voir comment il est accueilli et comment il évolue pour organiser plus concrètement une tournée. Celle-ci s’annonce être exclusivement française. Après avoir joué l’an dernier en Amérique du Nord, de Los Angeles à New York en passant par le festival SXSW au Texas et le Canada, Marina est curieuse de voir où sa carrière la mènerait sur le plan international. Mais ce n’est pas sa priorité actuelle. ‘‘Jusqu’ici quand j’y suis allée, les retours étaient positifs. Mais j’ai conscience que ce sont des marchés qui sont extrêmement difficiles et qu’il n’y a jamais eu de chanteur français qui ait réussi là bas. Je n’ai pas la prétention de dire que ce sera moi la première. J’ai le temps, je suis jeune, je n’ai pas envie de faire n’importe quoi, n’importe comment.’’

Any upcoming tour? Marina and her team have already been thinking about it. The singer should perform on stage from March/April in her native country. But we have to wait the release of the album and see how the audience welcomes it, how it evolves over time to plan more concretely a tour. After playing last year in North America, from Los Angeles to New York, without forgetting to mention the SXSW festival in Texas and Canada, Marina is curious to see where her international career would lead her. Although it’s not in her first plans for the time being. ‘‘Until now when I went there, the feedback was positive. But I’m aware that the business is highly complex there and that no French singer succeeded there. I don’t claim that I will be the first one. I still have time, I’m young, and I don’t want to do things in the wrong way.’’

En août 2016, nous avons appris que Marina allait se retrouver à l’écran aux côtés de Max Boublil. Artiste sans frontières artistiques, Marina a toujours adoré le cinéma. Grande fan de films d’horreur, elle rêve de pouvoir interpréter un personnage méchant dans un film glaçant. Le jour où Max Boublil lui a proposé de participer à son film, la réponse a été évidente pour la jeune femme. Marina nous assure qu’elle est psychologiquement très proche du personnage

In August 2016, we heard that Marina was going to be onscreen alongside Max Boublil, a French actor and comedian. As an artist with no artistic borders, Marina has always loved the film industry. She is a great fan of horror movies and dreams of embodying a villain in a film giving us goosebumps. The day Max Boublil proposed her to take part in his feature film, the answer was obvious for the young


féminin qu’elle devra interpréter. C’est pourquoi après avoir regardé quelques interviews d’elle, la production de ce long-métrage l’a choisie. Pour le moment, le tournage a été retardé, mais on espère pouvoir rapidement la voir sur les grands écrans!

lady. Marina says she is psychologically very close to the female character she will play. That’s why after watching some of her interviews, the production team chose her. For now, the shooting got delayed but we hope to see her soon on our big screens!

Alors qu’aujourd’hui il suffit d’un clic pour dévoiler sa vie privée, Marina, quant à elle, reste un peu à l’écart. Un point qui semble parfois déranger certaines personnes. ‘‘J’évolue dans un marché où les gens chantent en français exclusivement. Il n’y a pas vraiment de chanteuse comme moi mélancolique, qui dit ce qu’elle pense. Ma difficulté à moi, c’est de faire accepter qui je suis. Non, je ne suis pas froide, hautaine et terrible. (rires) Je pense que c’est plus ça mon challenge. Je n’ai pas envie de parler de ma vie et cela les dérange.’’

Whereas nowadays our private life can be revealed through just a click, Marina tries to remain discreet about that. Something that sometimes seems to bother some people. ‘‘I evolve in a sector where people only sing in French. There isn’t really a singer like me who is melancholic, and says what she has in mind. My challenge is that people accept me just as I am. No, I’m not distant, arrogant and terrible.’’ (she laughs) ‘‘I don’t want to talk about my life and that bothers them.’’

Souriante, humble, honnête et talentueuse, Marina offre déjà tellement à son public à travers sa musique. A 19 ans, la jeune chanteuse régale ses fans avec ses titres. Pourquoi donc la vouloir différente?

Cheerful, humble, honest and talented, Marina already offers so much to her audience through her music. At 19, the singer pleases her fans with her sounds. So why should she be different?

OCTOBRE - NOVEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

27


MUSIQUE

28


Dylan Matthew Mots de Jasmine Perrier

Photos de Gary Scott

D

ylan Matthew est un auteur-compositeur américain de R&B et soul âgé de 21 ans. En juillet dernier, il sortait son single ‘‘Sober’’ qui a provoqué sur la toile un vif intérêt annonçant un bel avenir pour son nouvel EP intitulé ‘‘Only Up From Here’’ paru le 13 octobre dernier. ‘‘Cela va être une étape clé pour moi’’, raconte-t-il avec enthousiasme. Au cours des deux dernières années, Dylan a dévoilé huit singles et a travaillé avec des artistes tels que Diplo et Tanner Fox. La scène n’a également plus de secret pour ce musicien passionné qui a dans le passé assuré la première partie d’Olivia Holt, de LeeDeWyze et d’Aaron Gillespie. Entouré d’une famille d’artistes depuis son enfance, Dylan a commencé à chanter à 3 ans depuis le haut de ses escaliers, accompagné d’une petite guitare rose en plastique. ‘‘A vrai dire, je l’ai en vidéo’’, raconte-t-il. Enfant, il aimait déjà écrire, peu importe ce dont il s’agissait. Quand il a ressenti le besoin de s’exprimer au moment où il était en plein dans l’adolescence, écrire était sa manière à lui d’être dans sa bulle. ‘‘J’écrivais surtout des histoires, des petits livres et des poèmes. Mais quand j’ai atteint 16 ans, j’ai commencé à écrire uniquement de la musique. Écrire est la meilleure manière pour m’exprimer quand je sens que les mots normaux n’expliquent pas comment je me sens.’’

Grooming par Chelsea Scheidt

D

ylan Matthew is a 21 year-old R&B and soul singer-songwriter from America. Last July he released his single ‘‘Sober’’ whose keen interest from people across socials suggested a great future for his new EP entitled ‘‘Only Up From Here’’ that came out last October 13th. ‘‘This is gonna be a big milestone for me,’’ he says enthusiastically. Over the last two years, Dylan has revealed eight singles as well as he has worked with artists such as Diplo and Tanner Fox. The stage also has no more secrets for this passionate musician, since he opened for Olivia Holt, Lee DeWyze and Aaron Gillespie in the past. Raised surrounded by a family full of artists, Dylan started singing when he was around 3, at the top of his stairs with a little pink plastic guitar. ‘‘I actually have it on video,’’ he says. As a kid, he already loved to write, no matter what it was. When he felt the need to express himself as a teenager, writing was his very own way to be inside his bubble. ‘‘I mostly wrote stories, short books, and poems. But as I reached 16, I started writing strictly music. Writing is my best way to express myself when I feel normal words don’t explain it the way I’m feeling.’’

‘‘Maintenant je veux rompre les barrières’’ Now I want to break the barriers

Dylan admet trouver ses idées depuis de nombreux lieux différents. Même s’il tire la plus grande partie de son inspiration des femmes, Ed Sheeran, Shawn Mendes et Blackbear incarnent de grands exemples pour lui. ‘‘Pas uniquement pour leur style musical, mais pour le fait qu’ils aient tous commencé à partir de rien et aient construit leur empire.’’ Aujourd’hui, le style de Dylan est décrit comme un mélange de R&B, Soul, Pop avec une touche de musique électronique. Mais tenter de se classer dans un seul et unique genre était la partie la plus délicate pour trouver son propre style artistique. ‘‘J’aime tellement d’aspects dans de nombreux genres et j’ai toujours été poussé à être dans un genre spécifique car les artistes doivent être ainsi’’, déclaret-il. ‘‘Mais maintenant je veux rompre les barrières qui m’imposent d’avoir un style défini. Je suis un artiste et je veux créer n’importe quel art que je ressens à ce moment-là, peu importe de quel genre il s’agit!’’

Dylan admits finding his ideas from many different places. Even tough his biggest inspiration comes from women, Ed Sheeran, Shawn Mendes, and Blackbear are big role models to him. ‘‘Not even solely from their music style, but the way they all started from nothing and built their empire.’’ Today Dylan’s style is described as a mix of R&B, Soul, Pop, with a touch of electronic music. But attempting to put himself into one genre was the most challenging part of finding his own artistic style. ‘‘I love so many aspects of so many genres and I was always pushed to be in a specific one because that’s how artists must be,’’ he states. ‘‘But now I want to break the barriers of having to be a defined style. I’m an artist and want to create whatever art I’m feeling at that moment in time, no matter what genre it is!’’

OCTOBRE - NOVEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

29


MUSIQUE

Plus tôt cet été, la voix de Dylan a pu être entendue dans la chanson ‘‘We Do It Best’’ avec la star de YouTube Tanner Fox et Taylor Alesia. Le son qui ‘‘était très amusant à créer’’ pour Dylan est devenu un vrai succès sur la toile, comptant plus de 6 millions d’écoutes sur Spotify. ‘‘Tanner m’a sollicité en disant qu’il voulait faire une autre piste avec moi et avoir aussi sa petite amie dedans, alors je les ai amenés dans mon studio et nous avons travaillé ensemble!’’

30

Early in the summer, Dylan’s voice could be heard in the song ‘‘We Do It Best’’ with the YouTube star Tanner Fox and Taylor Alesia. The sound that ‘‘was a super fun track to create’’ for Dylan became a real success on the web, counting over 6 millions streams on Spotify. ‘‘Tanner hit me up saying he wanted to do another track with me and have his girlfriend be in it as well, so I had them come up to my studio and we got to work!’’

En août dernier, il a révélé sa collaboration avec son amie auteure-compositrice Julia Lucius appelée ‘‘Bad’’, une piste ayant beaucoup de sens pour l’artiste. ‘‘C’était la métaphore parfaite pour une relation. Il y a de la nocivité et de la sensualité. Vous pouvez être mauvais dans les deux formes’’, nous confie-t-il. ‘‘Mon objectif principal avec ma musique est de faire ressentir quelque chose aux gens. Que ce soit de la tristesse, du bonheur, ou de la sensualité, je veux affecter les gens et leur faire ressentir ce que je ressens quand j’écris cette chanson particulière.’’

Last August he revealed his collaboration with fellow singer-songwriter Julia Lucius called “Bad’’ which was a very meaningful track to the artist. ‘‘It was the perfect metaphor for a relationship. There is toxicity and there is sensuality. You can be bad to someone in both forms,’’ he entrusts to us. ‘‘My main goal with my music is to make people feel something. Whether it is sadness, happiness, or sensuality, I want to affect people and make them feel the way I feel when writing that particular song.’’

Cherchant actuellement à repartir en tournée, Dylan se souvient de l’énergie exaltante dont il avait été témoin quand il avait joué devant des foules passionnées qui chantaient ses paroles à ses côtés. ‘‘C’est probablement mon moment préféré, de loin. C’est fou d’entendre les gens vous chanter les mots que vous avez écrits dans votre chambre’’, raconte-til. ‘‘La façon dont les gens écoutent et sentent ce que vous leur chantez est l’un des meilleurs sentiments au monde.’’

Currently working on trying to go on tour, Dylan recalls the exhilarating energy he received when he performed in front of passionate crowds singing his lyrics back to him. ‘‘It’s probably my favorite moment thus far. It’s so crazy to hear people singing back words that you wrote in your bedroom,’’ he tells. ‘‘The way people listen and feel what you’re singing to them is one of the best feelings in the world.’’

Rêvant de gagner un Grammy pour sa carrière, Dylan prévoit d’avoir une bonne éthique de travail, de continuer à créer le meilleur contenu possible, et de ne jamais perdre sa passion pour l’art qu’il crée. Voici comment il se rapprochera chaque jour de son objectif. ‘‘Si vous commencez à faire cela uniquement pour l’argent et la gloire, vous cessez de créer l’art qui est le plus important pour vous’’, approuve-t-il. En attendant, Dylan vous invite dans son monde à travers son dernier EP ‘‘Only Up From Here’’ que vous pouvez désormais acheter. ‘‘C’est mon meilleur travail et il pourrait assurément m’emmener au niveau supérieur.’’

Dreaming of winning a Grammy for his career, Dylan counts on having a good work ethic, keeping creating the best content possible, and never losing his passion for the art he creates. That’s how he will come closer to his goal every single day. ‘‘If you start to only do it for money and fame, you stop creating the art that is the most important to you,’’ he agrees. In the meantime, Dylan invites you in his world through his latest EP ‘‘Only Up From Here’’ that you can now purchase. ‘‘It’s my best work and it could definitely take me to the next level.’’


‘‘Si vous commencez à faire cela uniquement pour l’argent et la gloire, vous cessez de créer l’art’’ If you start to only do it for money and fame, you stop creating the art

OCTOBRE - NOVEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

31


MUSIQUE

‘‘J’adorerais commencer à travailler sur un album, mais pour l’instant je m’amuse juste à être créative’’ I’d love to start work on an album, but at the moment I’m just having fun being creative

32


Alabama Luella Barker Mots de Jessy Morgan

A

labama Luella Barker est une figure de l’industrie du divertissement depuis quasiment sa naissance, sa première apparition ayant été dans la télé-réalité de ses parents diffusée sur MTV, Meet The Barkers. Depuis, Alabama s’épanouit dans ce monde et expose ses nombreux talents ainsi que sa vie sur des supports tels que Music.ly, Instagram et YouTube. Dans une vidéo YouTube, Alabama avait notamment appris au DJ américain Steve Aoki l’art d’utiliser Music.ly. ‘’J’ai commencé à utiliser Musical.ly car c’était amusant, vous pouvez faire tellement de choses dessus et vous pouvez vraiment apprécier faire des vidéos en chantant des sons que vous aimez’’, raconte-t-elle. Musical.ly a été le premier compte indépendant géré par Alabama sur la toile, débutant sa prise d’assaut des plateformes sociales. Mais sa chaîne YouTube présente plus que de simples vidéos d’Alabama interagissant avec de grands noms. C’est aussi un lieu où elle peut vraiment s’amuser. ‘‘On commence habituellement par réfléchir à ce qui est divertissant. Vous savez, des choses sympas que nous pourrions aimer faire’’, déclare Alabama. Ses vidéos, remplies de membres de sa famille et de ses amis sont une représentation parfaite de la douceur d’Alabama, qui, a onze ans, a malgré tout un petit penchant pour la recherche de sensations. ‘‘J’adorerais faire un show télévisé’’, annonce-t-elle. ‘‘J’ai l’impression que nous pourrions la rendre amusante, mais nous y réfléchissons encore pour le moment.’’ Dotée de multiples talents créatifs, Alabama Luella Barker compte déjà une apparition réussie sur l’album California de Blink 182. Le piano entendu dans ‘‘She’s Out Of Her Mind’’ avait en réalité été créé par Alabama elle-même qui l’a par la suite enregistré pour l’inclure dans la chanson. ‘‘A la base, j’étais assise dans ma chambre et j’ai simplement commencé à jouer du piano et ils l’ont enregistré. Ensuite je suis revenue plus tard et j’étais sur l’album! J’étais si heureuse.’’ ‘‘She’s Out Of Her Mind’’ avait été classé à la 18ème position du classement Billboard’s Hot Rock Songs avant qu’il ne soit présenté comme un single autonome, sans oublier que l’album California avait atteint la première place du classement US Billboard 200. Dès décembre 2016, l’album avait été vendu à plus de 408 000 exemplaires aux États-Unis seulement. ‘‘Je ne sais même pas comment j’en suis venue à cela, c’est juste arrivé.’’ Ayant auparavant sorti ‘‘Blue Christmas’’ aux côtés de son frère Landon, Alabama a eu envie de se lancer dans l’art de faire de la musique et a maintenant un single indépendant qu’elle a publié sous son nom complet, Alabama Luella Barker. Son dernier single ‘‘Our House’’ est un morceau positif et riche en basse qui a été produit par John Feldman et Travis Barker. Avec son rythme communicatif et mémorable, le son animé nous encourage à bouger. C’est le dernier son à l’air estival. Et au moment où le froid hivernal s’installe, ‘‘Our House’’ provoque en nous cette sensation de réchauffement. La voix d’Alabama et son choix des paroles sont plus

Photos de Jess Spohr

A

labama Luella Barker has been a part of the entertainment business for nearly as long as she has been born, her first debut being on her parents MTV reality show, Meet The Barkers. Since then, Alabama has been thriving in the industry and showcasing her many talents and her life on mediums such as Music.ly, Instagram and YouTube. In a YouTube video, Alabama decided to teach American electro musician, Steve Aoki the art of music.ly. “I started using Musical.ly because it’s fun, you can do so many things on there and you can really enjoy making videos singing along to songs that you love,” she says. Musical.ly was Alabama’s first independently run account on social media, starting her storm-like take over on all platforms. But her YouTube channel is more than just videos of Alabama interacting with big-name artists, but a place for her to really have fun. “We usually start by thinking of what’s fun. You know, some cool things that we think we would enjoy making,” Alabama says. Her videos, filled with family and friends is a perfect representation into how sweet eleven-yearold Alabama is, but she most certainly does have a little incline of thrill seeking. “I’d love to make it into a TV show,” she says. “I feel like we could make it fun, but we’re still thinking about that one at the moment.” With a plethora of creative talent, Alabama Luella Barker has already made a hit appearance on Blink 182’s California album. The piano heard in ‘She’s Out Of Her Mind’ was actually created by Alabama herself and recorded to be part of the song. “Basically, I was sitting in my room and I just started playing the piano and they recorded it. Then later I went back and it was on the album! I was just so happy.” ‘‘She’s Out Of Her Mind’’ charted at number 18 on the Billboard’s Hot Rock Songs before it was debuted as a stand-alone single, with the California album reaching number one on the US Billboard 200 and as of December 2016 selling over 408,000 units in the U.S alone. “I don’t even know how I came up with it, it just happened.” Previously releasing ‘‘Blue Christmas’’ alongside brother Landon, Alabama has been itching to get into the art of music making and now has an independent single released under her full name, Alabama Luella Barker. Her latest single ‘‘Our House’’ is an upbeat, bass heavy track produced by John Feldman and Travis Barker. The feel-good sound promotes body movement with it’s contagious and unforgettable beat. It’s the ultimate summer vibe, and while we’re coming up to the cold winter months now, ‘‘Our

OCTOBRE - NOVEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

33


MUSIQUE

qu’adaptés au rythme de la piste, qui entre dans les têtes et y reste pendant des heures après que vous l’ayez écoutée. Vocalement, la voix d’Alabama est mature malgré son âge et révèle un potentiel laissant présager qu’elle est partie pour parvenir à la première place des classements du monde entier. Alabama fait preuve d’une grande confiance en elle qui ne peut que grandir avec le succès de ‘‘Our House.’’ La jeune artiste prend beaucoup de plaisir à faire de son imagination une réalité. ‘‘C’était amusant, et nous avons simplement commencé à avancer avec cela’’, raconte-t-elle à propos de son premier single. ‘‘Je crois que vous devriez beaucoup vous amusez quand vous créez et faites des choses comme cela. C’est un des côtés que j’adore dans la création de la musique et le fait d’être créative. J’ai hâte que les gens l’entendent.’’ Le son est un véritable hymne de fête qui peut être apprécié par tous les âges, dans tous les types d’environnements. La chanson de trois minutes affiche le talent vocal d’Alabama, mais ce n’est qu’un des nombreux talents musicaux qu’elle possède. Auparavant, Alabama avait été aperçue sur scène en train de jouer de la batterie à côté de son père, montrant les rythmes qu’il lui avait appris sur Instagram. Bien qu’Alabama n’envisage pas de travailler sur un album pour le moment, elle projette manifestement de poursuivre son chemin dans la musique. ‘‘Je veux vraiment faire quelque chose qui détende’’, révèle Alabama. ‘‘Ce serait vraiment sympa de se poser et de refaire tout cela. J’étais ravie quand j’ai entendu ‘‘Our House’’ pour la première fois, et j’adorerais créer et écouter quelque chose de frais. J’adorerais commencer à travailler sur un album, mais pour l’instant je m’amuse juste à être créative.’’ ‘‘En effet, je sens que mon père m’inspire beaucoup’’, affirme Alabama. Ce dernier, connu non seulement comme le batteur du groupe international Blink 182, est aussi célèbre dans l’industrie du hip hop et de la mode, tout comme il est l’un des batteurs les plus inspirants de notre génération. Ses deux plus grandes inspirations dans la vie sont ses deux enfants, Landon et Alabama. Travis, qui s’est déjà ouvert sur le comportement imprudent de ses jeunes années, admet que ses deux enfants ont joué un rôle majeur pour le pousser à devenir sobre et à entreprendre un grand nombre de chirurgies après son accident d’avion de 2008 qui a brûlé son corps à 65%. Il y a beaucoup d’inspiration à prendre d’Alabama, dont son attitude positive. Au cours des dernières années pendant lesquelles sa notoriété s’est fortifiée, Alabama a été victime de cyberintimidation, malgré que son compte Instagram soit contrôlé par ses parents. ‘‘Il y aura toujours des haters, mais vous ne pouvez pas laisser cela vous stopper.’’ La star a fait face à des trolls sur internet, faisant les gros titres auxquels ses parents ont riposté. ‘‘Je fais ce que je veux faire, et cela ne me dérange pas car des gens apprécient vraiment ce que je fais et c’est tout ce qui compte. J’aime mes fans, et ils comptent plus pour moi que les haters.’’ Depuis l’incident, Alabama n’a pas succombé à la négativité. Au contraire, elle a continué à faire ce qu’elle aimait, communiquant ainsi un comportement optimiste. Valorisant la confiance en soi, Alabama encourage toujours ses fans à s’aimer, terminant chacune de ses vidéos YouTube en déclarant ‘‘vous êtes superbes tels que vous êtes’’, avant d’envoyer un geste affectueux vers la caméra. Cela lui a valu beaucoup de respect à travers le monde, des commentaires chaleureux sur Instagram et un millier de pages dédiées à elle.

34

House’’ does have the physical effect of warming you up. Alabama’s vocals and choice of lyrics are more than just suited to the beat of the track, being ingrained into your mind to have you singing the track for hours after listening. Vocally, Alabama’s voice is mature despite her age and shows potential to fly to number one in charts worldwide. Alabama’s confidence is at a high and it’s only going to grow with the success of ‘‘Our House.’’ The young artist takes a lot of enjoyment from turning her imagination into reality. “It was fun, and we just started going with it,” she says about her debut single. “I think you should have a lot of fun when you’re creating and doing things like that. It’s one of the things I love about making music and being creative. I’m very excited for people to hear it.” The track is a real party-anthem that can be enjoyed by all ages, in all kinds of environments. The threeminute song is a display of Alabama’s vocal talent, but that’s only one of many musical talents that she possesses. Alabama has previously been captured playing drums next to her dad on stage, and showcasing beats that he has taught her on Instagram. Although Alabama isn’t currently working on an album, there are some plans to carry on making music. “I really want to make something that’s chill,” Alabama reveals. “It would be really cool to sit down and do it all again. I got so excited when I heard ‘Our House’ for the first time, and I’d love to create and hear something fresh. I’d love to start work on an album, but at the moment I’m really just having fun being creative.” “I do feel like my dad inspires me a lot,” Alabama says. Her father, known not only for being the drummer of world famous Blink 182, is also famous within the industry of hip hop and fashion, as well as he is one of the most inspirational drummers of our generation. His two biggest inspirations in life are his two kids, Landon and Alabama. Travis, who has previously opened up about his reckless behaviour in his younger years, credits his two children for pushing him to get sober and undertaking a huge number of surgeries after his 2008 plane crash that left 65% of his body burned. There’s a lot of inspiration to take from Alabama, especially her positive outlook. In the recent years that her fame has been on the rise, while her Instagram is monitored by her parents, Alabama has been the victim of cyberbullying. “There are always going to be haters, but you can’t let that stop you.” The star faced internet trolls, making headlines as her parents fought back. “I’m doing what I want to do, and it doesn’t bother me because I have people that really enjoy what I do and that’s all that matters. I love my fans, and they mean more to me than the haters.” Since the incident, Alabama has inspiringly not succumbed to the negativity, but instead carries on doing what she enjoys and spreading positivity. Promoting body positivity and self-confidence, Alabama always encourages her fans to love themselves as she signs off every YouTube video with “you’re beautiful the way you are,” with a big kiss towards the camera. It’s earned her a lot of respect worldwide, with her account full of loving comments and a thousand fan pages dedicated to her.


Alabama a toujours été familière avec l’impressionnante industrie du divertissement et peut se vanter d’avoir rencontré de nombreuses personnes qui l’influencent et l’inspirent. ‘‘J’aime vraiment Nicki Minaj et Beyoncé’’, se lance-t-elle. ‘‘Il y en a tellement, c’est difficile d’en choisir seulement quelques uns’’, reconnaît-elle avec une voix pleine d’admiration envers les grandes stars de l’industrie. ‘‘Regarder d’autres chanteurs aimer ce qu’ils font m’inspire!’’

Alabama has already been making appearances in the huge entertainment industry and has met many people who both influence and inspire her. “I really like Nicki Minaj and Beyonce,” she starts. “There’s so many that I really like, it’s hard just to pick a few,” she says with a voice full of admiration towards big industry stars. “Watching other singers enjoy what they do inspires me!”

La famille est souvent embarquée sur les tournées de Blink 182, donnant prématurément à la jeune artiste un goût de la vie sur la route. ‘‘J’adore être en bateau, c’est toujours agréable de voir l’océan autour de vous mais j’aime le bus de tournée’’, avouet-elle. Les vidéos publiées sur la chaîne YouTube d’Alabama ont montré l’intérieur des bus de tournée, avec de grands écrans LCD, des chaînes stéréos et de surprenantes cuisines et chambres qui ressemblent à un véritable appartement. Ayant presque visité chaque pays, Alabama a ses préférences et a déjà une idée de la destination qu’elle aimerait revoir. ‘‘J’aime vraiment l’Europe. Notamment Paris, c’est une ville magnifique et c’est tellement sympa là-bas. Tout le monde est convivial et accueillant. Ce serait formidable d’y jouer mais aussi d’y revenir’’, se défend-elle.

The family are often taken on Blink 182 tours, giving the young artist a taste for life on the road already. “I love going on the ferry, it’s always nice seeing the ocean around you but I do like the tour bus,” she says. Videos published on Alabama’s YouTube have shown off parts of the tour busses, with huge LCD screens, sound systems and impressive kitchens and bedrooms made to look like an apartment inside a bus. With practically almost every country being visited, Alabama does have a few favourites and an ideal destination to take her a tour. “I really like Europe. Especially Paris, it’s such a beautiful city and it’s so nice there. Everyone’s friendly and welcoming, and not only would it be awesome to play music there but it would really cool just to visit again,” she says.

Nul doute qu’Alabama a encore de nombreux projets en cours, qui semblent être mille plans qui enrichiront massivement sa carrière dans l’industrie du divertissement et l’industrie musicale. Après avoir cheminé les tapis rouges et rendu visite aux stations de radio, Alabama Luella Barker est certainement l’une des stars montantes de la génération d’aujourd’hui. La prochaine aventure d’Alabama impliquera ‘‘Bama Beauty’’ qui sera sur YouTube. La chaîne, dédiée à la mode et au maquillage sera centrée sur ses préférences personnelles, ses régimes beauté, des défis et ses méthodes. Divulguant déjà son style de vie sur sa chaîne YouTube actuelle, ses fans ont pu notamment découvrir sa routine du soir et sa propre garderobe. Dans certaines vidéos, Alabama dévoile sa passion pour la mode en expliquant les histoires qui se cachent derrière ses vêtements, et informe ses spectateurs sur la manière dont elle s’est arrangée pour qu’ils lui aillent. Avec tout ce qui se passe, le programme d’Alabama va conserver ses routines beauté et conseils, parallèlement aux idées originales que l’artiste a avec ses meilleurs amis, sa famille et ses icônes musicales.

There’s no doubt that Alabama has a lot going on, and what seems like a thousand plans that will massively expand her career in the entertainment and music industry. Already walking red carpets and taking over radio stations, Alabama Luella Barker is sure to be one of the rising stars of today’s generation. Alabama’s next adventure takes her to ‘Bama Beauty’ that will be broadcast over YouTube. The channel, dedicated to fashion and make-up will centre around her own preferences and beauty regimes, challenges and how-to’s. Already touching upon some of her lifestyle on her current YouTube channel, she has previously shown her fans her bed time routine and her own personal closet raids. In certain videos, Alabama shows off her passion for fashion by explaining some of the stories behind bits of clothing, where she has personally manipulated them into something that suits her. With so much going on, Alabama’s organisation will keep her beauty routines and tips separate from the chaos and mischief that the artist get up to with some of her best friends, family and music icons.

OCTOBRE - NOVEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

35


CINÉMA

Lance Lim Propos recueillis par Parker Schug

Photos de Birdie Thompson

L

ance Lim est un acteur et musicien de 16 ans qui est né et a grandi à Los Angeles, en Californie. Immensément doué dans son domaine, il a joué des personnages dans An American Girl Story - Ivy & Julie 1976: A Happy Balance, Growing Up Fisher, ainsi que dans le court-métrage Mandevilla. Il est actuellement à la tête du show Nickelodeon School of Rock où il interprète le guitariste Zach Kwan. Lance possède également une chaîne YouTube sur laquelle il poste des reprises de chansons allant de ‘‘24K Magic’’ de Bruno Mars à ‘‘Can’t Take My Eyes Off of You’’ de Frankie Valli. La carrière fleurissante de Lance n’en est qu’à son début, avec des singles et de plus grands rôles qui sont à venir.

Grooming par Mandy Perez

L

ance Lim is a 16 year-old actor and musician born and raised in Los Angeles, California. He is highly accomplished, playing characters in An American Girl Story - Ivy and Julie 1976: A Happy Balance, Growing Up Fisher, as well as short film Mandevilla. He currently leads Nickelodeon’s School of Rock by playing guitarist Zack Kwan. Lance also maintains a YouTube Channel on which he uploads song covers ranging from Bruno Mars’ “24K Magic,” to Frankie Valli’s “Can’t Take My Eyes Off of You.” Lim’s flourishing career is only getting started, with singles and bigger roles to come.

‘‘Je suis tombé dans l’interprétation à travers la chanson’’ I fell into acting through singing

A quel âge as-tu décidé que tu voulais devenir acteur?

At what age did you decide that you wanted to become an actor?

C’est une histoire plutôt amusante. Je suis tombé dans l’interprétation à travers la chanson. A l’origine je suis chanteur et j’ai joué dans des comédies musicales de mon église, et cette comédie musicale. Il y avait un réalisateur dans le public et il avait besoin d’un garçon de mon âge pour un spectacle. Alors il m’a demandé si je voulais le faire et je l’ai fait.. Quand il m’a choisi pour le rôle, ma mère m’a demandé si je voulais le faire parce que j’avais été dirigé vers un film différent. C’est à ce moment-là que j’ai auditionné pour mon deuxième film et j’ai décidé que j’aimais vraiment beaucoup cela et elle m’a dit: ‘‘Veux-tu vraiment faire cela professionnellement?’’ J’ai répondu: ‘‘Oui.’’ Donc pour répondre à la question, c’était à 10 ans.

This is actually a funny story. I fell into acting through singing. I was originally a singer and I performed for musicals at my church, and this one musical.There happened to be a director in the audience and he needed a boy around my age for a show. So he asked me if I wanted to do it, and I did it… When he picked me up for the role, my mom asked me if I wanted to do this because I got directed to a different film. That’s when I got to audition for my very second film and I decided that I really liked it a lot and she said: “Do you want to do this like professionally?” I said: “I do.” So to answer your question, when I was ten.

Penses-tu que grandir à Los Angeles a influencé ta décision?

36

Did growing up in Los Angeles influence your decision at all?

Je crois tout à fait que grandir à LA m’a aidé à prendre cette décision car je ne pense pas que j’aurais eu cette opportunité si je n’étais pas à LA. Donc cela m’a assurément influencé.

I definitely think being raised in LA helped make this decision a lot easier for me because I don’t even think I would have gotten this opportunity if I wasn’t in LA. So it definitely influenced me.

En tenant compte de tes nombreux rôles dans une variété de productions, as-tu particulièrement plus apprécié une opportunité dans une série ou un film?

Considering your many roles in various productions, have you had a favorite television series or film that you have been a part of?

C’est une question difficile car j’ai aimé pour différentes raisons chaque rôle dans lequel j’ai été à la télévision. Actuellement je suis dans School of Rock

That’s such a hard question because every role that I’ve been on for television, I’ve loved for different reasons. Right now, I’m on School of Rock and I love


OCTOBRE - NOVEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

37


CINÉMA

et j’adore jouer Zack car il est tellement différent de moi, ce qui est la raison pour laquelle j’adore jouer. Il est si abstrait et c’est un plaisir de l’incarner. Mais ensuite il y a aussi des petits rôles que j’ai faits, comme Bienvenue chez les Huang, où j’ai interprété Justin qui est passé d’un personnage gothique à un triste personnage grunge dans un épisode différent. Donc cela dépend mais si je devais n’en choisir qu’un, je crois que ce serait Justin. Comme tu l’as mentionné, tu joues actuellement Zack Kwan dans la série Nickelodeon ‘‘School of Rock.’’ Avant de faire partie de ce show, avais-tu vu la version de 2003? Si oui, qu’en as-tu pensé et qu’est-ce que cela t’a fait de rejoindre le remake de Nickelodeon? Je l’ai évidemment vu. C’était la seule chose que j’avais pour faire des recherches pour mon rôle. Je l’ai vu deux ou trois fois. C’est un film fantastique. Je le regarderais aujourd’hui, pas parce que je suis dans une adaptation différente. J’adore être dans cette restitution. Il y a plusieurs reprises de School of Rock, il y a la version de Broadway. Je crois qu’être dans celle de Nickelodeon est sympa, c’est un peu la nôtre, nous mettons notre propre touche dedans, et les personnes se sont développées à leur manière. Penses-tu que ton rôle dans ‘‘School of Rock’’ a eu une influence sur ta carrière musicale? Cela m’a certainement aidé pour ma carrière musicale. Si ce n’était pas pour School of Rock, je ne serais pas le guitariste que je suis aujourd’hui. J’ai commencé la guitare avant d’être dans School of Rock, mais je l’ai un peu abandonnée car je n’y avais pas trouvé tant d’intérêt. Mais en rejoignant School of Rock, je voulais vraiment incarner mon personnage à fond, et c’est un fantastique guitariste donc si je n’étais pas un minimum compétent je n’aurais pas eu l’impression d’honorer vraiment ce rôle. Pendant mon temps libre, j’ai vraiment pratiqué et essayé de m’améliorer, et je pense qu’aujourd’hui je suis plutôt un bon guitariste. En parlant de ta carrière musicale, qu’est-ce qui t’a poussé à publier des reprises sur YouTube? C’était déjà une chose que je voulais faire depuis le début, mais je n’avais jamais vraiment pris l’initiative de le faire. Mais j’imagine que j’en suis venu à faire des reprises en en voyant beaucoup qui étaient postées avec tous mes amis, et en m’investissant plus dans la musique. Bien que chacune de tes reprises soit phénoménale, laquelle serait ta favorite? J’apprécie cela, merci beaucoup. C’est difficile de choisir. Je les adore toutes. Je suis un perfectionniste. Je ne dirais pas que mes reprises sont parfaites mais elles doivent répondre à mes attentes pour que je les poste. Donc j’aime assurément, adore toutes mes reprises pour des raisons différentes mais je crois que la plus récente est le medley ‘‘24K’’ que j’ai fait. C’est vraiment un rendu de guitare groovy, et Bruno Mars est l’un de mes artistes préférés.

38

reasons. Right now I’m on School of Rock and I love playing Zack because he’s so much different than me, which is why I love acting. He is so abstract and so much fun to play. But then there’s also little roles that I’ve done, like Fresh Off The Boat, where I played Justin and I got to play like a goth character and in a different episode I would play a grungy sad character. So it depends, but if I had to choose one, I guess it would be Justin. As you mentioned, you are currently playing Zack Kwan on the Nickelodeon series ‘‘School of Rock.’’ Before becoming part of this show, had you seen the 2003 version of the movie? If so, what were your thoughts on it and how did you feel about being part of Nickelodeon’s remake of it? I definitely saw it. That was the only thing I had to research my role. I watched it a couple times. It’s a fantastic film. I would watch it now, not just because I’m in a different adaption of it. I love being in this rendition. There’s different renditions of School of Rock, there’s the Broadway version. I think being in Nickelodeon’s is cool, it’s kind of our own, we put our own spin to it, and the characters have developed in their own way. How do you feel your role in ‘‘School of Rock’’ has influence your musical career? It has definitely helped me with my musical career. If it wasn’t for School of Rock, I wouldn’t be the guitarist I am right now. I started off on guitar before I was on School of Rock, but I kind of dropped it because I didn’t find that much interest in it. But going into School of Rock, I really wanted to embody my character as much as I can, and he’s a fantastic guitar player so if I didn’t have a decent amount of skill, I would have felt like I wasn’t really fulfilling that role. On my off time I really practiced and tried to get better, and I think I’m a pretty good guitarist now. Speaking of your musical career, what drove you to upload song covers on YouTube? It was always something that I wanted to do, but I never really took the initiative to do it. But I guess being seeing a lot of covers posted with all my friends and me being more invested more into music is how I came into covers. Although each cover of yours is phenomenal, which would you have to say is your favorite? I appreciate that, thank you so much. This is so hard to pick. I love them all. I’m a perfectionist. I wouldn’t say my covers are perfect but it has to reach a certain amount of expectation for me to post it. So I definitely like, love all of my covers for different reasons, but I think my most recent one is the “24K” medley I did. It’s really a groovy guitar rendition, and Bruno Mars is one of my favorite artists.


‘‘Les obstacles dans cette industrie sont de se sentir accepté et de s’accepter tel qu’on est’’ Obstacles in this industry are feeling accepted and embracing

Étant donné que tu n’as que 16 ans, mais que tu as déjà accompli de nombreuses choses, ton âge t’a-t-il imposé des barrières dans ta carrière?

Being that you’re only 16 years old, yet so accomplished, have you found any obstacles in your career because of your age?

Se retrouver dans l’interprétation à un jeune âge a des côtés positifs et évidemment des côtés négatifs. Il y a beaucoup de choses auxquelles je dois faire face. Les cours sont très difficiles à gérer en travaillant, mais vous devez faire en sorte que cela marche. Trouver du temps pour sortir avec vos amis est aussi dur à faire. Cependant, je pense qu’en général les obstacles dans cette industrie sont de se sentir accepté et de s’accepter tel qu’on est.

There’s positives and of course there’s negatives to being young in acting. There’s a lot of things I have to deal with. School is really hard to cope with while working, but you have to make it work. Finding time to hang out with your friends, that’s kind of hard to do too. I think obstacles in general in this industry though are just feeling accepted and embracing yourself.

Concernant tes futurs projets, tu es prévu à l’affiche de ‘‘Duck Duck Goose’’ aux côtés de Zendaya et Jim Gaffigan. Dans quelle mesure ton prochain rôle sera différent des autres rôles que tu as précédemment endossés, sachant qu’il s’agira d’un film d’animation?

Moving forward with your next projects, you will star in ‘‘Duck Duck Goose’’ alongside Zendaya and Jim Gaffigan. How do you think your upcoming role will be different from other roles you have taken on before being that it is an animated film?

Je pense que ce sera vraiment différent de n’importe quel autre rôle que j’ai revêtu jusqu’à présent. C’est mon premier film d’animation et j’ai toujours joué en direct donc voir mon jeu prendre vie à travers les images de synthèse va être incroyable! Le réalisateur Chris Jenkins, qui est de loin l’un de mes réalisateurs préférés, m’a vraiment permis d’explorer ce personnage et d’apporter ma propre touche, ce que vous verrez! Félicitations également pour ton rôle principal dans le thriller indépendant ‘‘Crossing’’! Peux-tu nous en dire un peu plus sur ton personnage? Qu’aimeraistu explorer à travers ce rôle complexe? Je joue Xing. Xing est un garçon chinois qui a envie d’être accepté dans son école blanche et tout au long du film, vous le voyez avoir affaire à toutes sortes de problèmes liés au racisme envers sa famille. C’est très intense! Bien que mon premier travail dans l’interprétation ait été un rôle dramatique, on m’identifie plus pour mes rôles comiques. Donc j’ai hâte que mes fans me voient jouer un personnage plus sombre. J’ai hâte de voir ce que je peux concocter. C’est un rôle très lourd, donc je vais certainement avoir besoin d’apporter de l’obscurité et de l’angoisse à ce personnage, mais je veux aussi voir si je peux jouer avec d’autres choses. Nous verrons comment cela se passera!

I think it’ll be really different than any other role I’ve taken on so far. This is my first animated film and I’ve always done live action so seeing my acting come to life through CGI is going to be insane! The director Chris Jenkins, who is by far one of my favorite directors ever, really allowed me to explore into this character and let me bring my own spin, which I think you’ll see! Also congratulations on your lead role in the indie thriller ‘‘Crossing’’! Could you tell us a little bit more about your character? What are you interested in exploring through this complex role? I am playing Xing. Xing is a Chinese boy who is longing for acceptance in his all white school, and throughout the movie you see him deal with all sorts of issues at hand with racism towards his family. It’s super intense! Although my very first job in acting was a dramatic role, I am identified more for my comedic roles. So I’m excited for my fans to see me play a darker character. I’m excited to see what I can bring to the table. It’s a really heavy role so I’m going to definitely need to bring darkness and angst to this character, but I also want to see if I can play around with a couple other things. We’ll see how it goes!

OCTOBRE - NOVEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

39


CINÉMA

En dehors de l’interprétation et de la musique, quels sont tes passe-temps majeurs?

Besides acting and making music, what are some hobbies of yours?

J’adore le bowling, j’adore nager, j’adore jouer de la musique. En fait, j’ai eu tendance à être un très gros amateur de jeux pendant un moment.

I love bowling, I love swimming, I love playing music. I actually used to be a very big gamer for a while.

Étant toi-même acteur, crois-tu que tu apprécies les séries télévisées et les films différemment d’une personne qui n’est pas dans l’industrie? J’ai regardé beaucoup de shows produits par Netflix récemment. Mes favoris seraient ceux de super-héros comme Daredevil, Jessica Jones, The Defenders. Grey’s Anatomy est également l’un de mes shows préférés de tous les temps. Je crois que comme je suis dans cette industrie, que je vois comment les répliques marchent, et la manière dont les scénaristes essayent de les concevoir, j’ai l’air de rire de beaucoup de choses. Tu as indiqué sur tes réseaux sociaux à quel point tu aimes ta mère, et tu sembles partager une relation très proche avec elle. Comment son soutien t’a-t-il aidé au cours de ta carrière? Elle est la raison pour laquelle je suis ici aujourd’hui, elle est mon pilier et celle qui me soutient tout au long de mon parcours. Je ne sais pas comment exprimer à quel point il est dur d’être mineur et un jeune acteur dans cette industrie sans le soutien de ses parents. C’est quasiment impossible. Je pourrais partager un million de choses qu’elle fait pour moi chaque jour que je ne connais probablement pas moi-même, mais c’est ce qui me fait avancer et elle est le moteur qui fait tout fonctionner. Je ne serais pas capable de travailler sans elle... Et elle est définitivement ma meilleure amie, ma critique numéro une. A présent, qu’envisages-tu pour le reste de ta carrière dans l’interprétation et la musique? J’espère que dans quelques années, peut-être même avant, je pourrai obtenir le rôle principal dans un très bon long-métrage. Je veux également continuer à faire ce que je fais actuellement avec la musique et voir où cela me mène, même prendre un peu de temps libre pour voir où va ma carrière musicale. En parlant d’ailleurs de musique, j’ai un single qui va sortir. Je crois que vous êtes les premiers à qui je le dis. C’est une chanson intitulée ‘‘Shady.’’ Et il va y avoir un extrait pour la vidéo le 29. Mais j’ai vraiment hâte, et je suis impatient de voir ce que mes fans en penseront et comment les gens vont réagir à cela. Quel conseil donnerais-tu aux jeunes essayant de suivre leurs rêves, qu’ils aient des rêves dans le cinéma ou autre? Je dis toujours cela, c’est une chose que ma mère m’a dite. C’est vraiment honnête et cela m’aide dans chaque aspect. Il s’agit de: la célébrité est un sousproduit, ce qui veut dire que tu ne dois pas te diriger vers cette industrie pour chercher à être une star sur Instagram, ou essayer d’être vu par Musical.ly. Vous devez vraiment respecter l’art et vous devez aimer cela pour qu’il vous bénisse, c’est comme cela que je pense.

40

Being an actor yourself, do you think you appreciate television shows and movies in a different way than non-actors and actresses would? I’ve been watching a lot of Netflix shows recently. One of my favorites would be one of the superhero ones like Daredevil, Jessica Jones, The Defenders. Grey’s Anatomy is also one of my favorite shows of all time. I think that me being in this industry, seeing how like the lines work and seeing how the writers are trying to envision it, I seem to laugh at a lot of stuff. You have noted on your social media accounts how much you love your mother, and you seem to have quite a close relationship with her. How has her support helped you during your career? That’s the reason I’m here today, she’s my foundation, and she’s the one that holds me up throughout the entire way through. I don’t know how to express how hard it is to be a minor and a young actor in this industry without the support of your parents. It’s almost impossible. I could tell you a million things she does for me every day that I probably don’t even know myself, but that’s what gets me going and she’s my motor to how everything works. I wouldn’t be able to do work if it wasn’t for my mom. And she’s definitely like my best friend, my number one critic. What do you predict the future has in store for your career in acting and music? I’m hoping that in a couple of years, maybe even sooner, that I will be able to book a lead in a very good featuring film for acting. I also just want to keep on doing what I’m doing with music right now and see where that takes me, even take a little time off at some point just to see where my music career goes. Actually speaking of music, I have a single coming out. I haven’t really told anyone this, I guess you’re the first one. It’s a song called “Shady.” And it’s just going to be a teaser for the video on the 29th. But I am really excited for it, and I can’t wait to see what my fans think about it and how everyone reacts to it. What type of advice would you give to younger people trying to follow their dreams, whether they be acting dreams or anything else? I always say this, it’s something my mom told me. It’s just so true and real, and it really helps in every aspect which is: fame is a byproduct, meaning don’t go into this industry looking to be an Instagram star, or trying to be seen by Musical.ly. You have to really respect the art and you have to enjoy it in order for it to give blessings to you back is how I think of it.


‘‘La célébrité est un sous-produit. Vous devez vraiment respecter l’art’’ Fame is a byproduct. You have to really respect the craft

OCTOBRE - NOVEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

41


Jade Mots de Jessy Morgan Photos de Alivia Latimer

Hassoune


CINÉMA

‘‘Mon but est de devenir la personne que je sais que je peux être’’ My goal is to become who I know I can be

J

ade Hassouné, connu pour ses talents de comédien, prospère dans l’industrie depuis qu’il est ressorti diplômé du programme théâtral du John Abbott College, au Canada. La carrière de Jade grandit avec chaque opportunité qu’il saisit, partant d’un personnage récurrent dans l’un des shows canadiens les plus populaires, Heartland, pour finir par travailler en 2014 aux côtés de grands noms tels que Paul Walker et RZA dans Brick Mansions.

K

nown for a variety of acting, Jade Hassoune has been thriving in the industry ever since his 2012 graduation of the professional theatre program at John Abbott College in Canada. Jade’s career is growing with every opportunity that he takes, from becoming a recurring character on one of Canada’s most successful shows, Heartland to working alongside names such as Paul Walker and RZA in 2014’s Brick Mansions.

Ayant grandi dans une famille artistique, la créativité de Jade ainsi que son inspiration pour la création n’est pas une surprise. ‘‘Cela a toujours fait partie de ma vie. Le père de ma mère était un célèbre peintre au Liban et son travail a même atteint l’Australie’’, commence Jade. ‘‘Ses filles, ma mère et ses soeurs étaient également des artistes et des peintres. Ma mère a toujours aimé la musique et elle est devenue une brillante pianiste, et elle m’a influencé depuis que je suis enfant. Donc les arts ont toujours été autour de moi. Ce n’est que plus tard que j’ai découvert que je pouvais faire de l’interprétation une carrière.’’

Growing up being part of a creative familytree, Jade’s creativity and motivation for creation is no surprise. ‘‘It’s always part of my life. My mother’s father was a famous painter in Lebanon and his work got as far as Australia,’’ Jade starts. ‘‘His daughters, my mom and her sisters were also artists and painters. My mother has always loved music and she became a brilliant piano player, and influenced me since I was a kid. So the arts were always around me. It wasn’t until later that I discovered that I discovered I could do acting as a career.’’

L’un des premiers grands débuts de Jade Hassouné était dans la web-série That’s My DJ, où la troisième et ultime saison tournait autour de son rôle, Sam. ‘‘C’était l’un de mes projets qui m’a le plus plu. J’ai été amené à explorer un tout nouveau côté de mon jeu et j’ai un peu découvert la partie du producteur.’’ That’s My DJ était une série qui suivait dans chaque saison un personnage issu de la scène de la musique électronique à Toronto. C’est une série qui va d’un extrême à l’autre, du battement de coeur au chagrin d’amour, de la poursuite des rêves aux sommets. Couvrant la plupart des influences musicales dans le monde de la fête, That’s My DJ regarde tous les artistes et bandes essayant de trouver leur place dans le nouvel ordre de la vie nocturne. ‘‘En terme d’interprétation, c’est de loin le meilleur et le plus profond travail que j’ai fait à l’écran. J’ai appris comment une petite équipe peut créer ensemble quelque chose de bien et que les projets indépendants peuvent être plus profonds que les productions massivement financées.’’

One of Jade Hassoune’s earlier debuts was on web series, That’s My DJ, in which the third and final season revolved around his role, Sam. ‘‘It was one of my favorite projects I have ever been a part of. I got to explore a whole new side of my involvement in something I act with and I experienced more of a producer side of things a little.’’ That’s My DJ was a series whose each season followed a character within the electronic music scene in Toronto. It’s a series that goes from different extremes from heartbeat to heartbreak, from chasing dreams to highs. Covering most of the musical influences in the world of rave, That’s My DJ looks at all the artists and cliques trying to find their place within the new order of nightlife. ‘‘In terms of acting, it’s the best and deepest emotional work I’ve done on screen so far. I learned how a small team of people can create something great together and that independent projects can be more profound than the greatly funded productions.’’

La web-série a été diffusée sur YouTube au fil des années depuis 2014 et a marqué son clap de fin en 2017. Le show peut toujours être visionné sur la plateforme de vidéos, et avec la courte durée des épisodes, vous pouvez enchaîner les trois saisons en une heure et demie. ‘‘J’ai appris que raconter une histoire sans censure crée une expérience plus authentique pour tous, et j’en suis tellement fier.’’ ‘‘Chacune des expériences que j’ai eues m’a tellement appris et a été le reflet de ma personnalité pendant cette période. La chose la plus importante que j’ai apprise est que je récupère mon énergie et mon expérience créative entre les projets.’’ Faisant par moments partie de multiples productions, la carrière de Jade a été mouvementée dans tous les sens. ‘‘La nature de l’industrie est le changement. De projet en projet, vous devez continuellement vous transformer

44

The web series aired on YouTube over the years since 2014 and recently finishing in 2017. The show is still available for viewing on the platform, and with the short episode times, series one to three can be binge watched in a mere hour and a half sitting. ‘‘I’ve learned that telling a story without censuring creates a more genuine experience for all, and I’m so proud of it.’’ ‘‘Each and every experience I’ve had has taught me so much and has been a reflection of who I am at that period of time. The most important thing I’ve learned is that in between projects is when I get the fuel and creative life experience to bring back to them.’’ At times being part of multiple productions, Jade’s career has been living up to the


selon le type d’histoire et le type de récit dont vous faites partie. Ma méthode est de m’immerger autant que possible dans le moment présent, et de cette manière, je ne suis pas dérangé par les autres choses que je fais. Cela peut devenir accablant si je me permets de penser aux trois autres choses que je tourne ou que je répète le même mois. Alors l’astuce consiste à travailler pour être présent dans l’instant. C’est l’une des choses que nous avons apprises dans le théâtre et le cinéma, l’art d’être présent. La méditation aide pour cela.’’ Durant les cinq années au cours desquelles Jade est passé de l’université à la construction d’une carrière, l’acteur a récolté une multitude de travail à son actif, avec un calendrier incluant parfois plusieurs productions la même année. Bien qu’il ait des temps d’arrêt, où il aime se consacrer du temps. ‘‘Il y a de nombreuses périodes où je ne joue pas nécessairement dans quelque chose, où parfois on dirait que je suis loin de mon rêve ou loin de la réalité d’être un acteur à plein temps. Il y a des moments précieux de ma vie où j’apprends vraiment qui je suis. Et ensuite j’apporte cela dans les productions.’’ Quand Jade ne travaille pas sur sa carrière d’acteur, ses intérêts le portent ailleurs, dans un univers presque entièrement différent où règnent les bandes dessinées et les jeux vidéos. ‘‘Mes bandes dessinéese préférés incluent Habibi et Blankets de Craig Thompson, les bandes dessinées Buffy par Dark Horse – la série télévisée Buffy s’est poursuivie en bande dessinée et en est maintenant à la saison 11, et je l’adore toujours autant! Mes autres préférées seraient les BD The Walking Dead, mais j’aime découvrir de nouvelles histoires qui ne sont pas conventionnelles comme celles de super-héros.’’ Avec le vif intérêt de Jade pour les bandes dessinées, l’artiste plein de créativité a voulu se livrer aux arts de la bande dessinée et poursuivre sa passion. ‘‘C’est une chose que je suis brûle d’envie de créer. Je suis si heureux d’avoir trouvé tous les fans qui m’ont rejoint jusqu’ici, car nous avons tous les types de fans et beaucoup d’entre nous adorons les BD et l’art. Je veux collaborer avec des amis qui ont écrit des romans fantastiques qui ne sont pas encore publiés, et un jour je veux transformer leurs histoires épiques en bandes dessinées et peut-être en films par la suite!’’ ‘‘J’aime les histoires de réincarnation comme La Petite Sirène. Elle voulait être quelque chose qu’elle n’était pas, et il semblait n’y avoir aucune solution, elle ne pouvait que l’espérer et le rêver, jusqu’à ce que cela devienne une réalité’’, nous raconte Jade à propos de ses influences. ‘‘J’aime être influencé par les artistes pop comme Lady Gaga qui a fait la même chose, et j’aime l’imaginaire qui devient réel dans des choses comme RuPaul’s Drag Race où ces magnifiques hommes deviennent ces épiques femmes irréelles. J’adore les histoires de transformation et de création de sa propre réalité, ainsi que le fait que nous ayons le pouvoir de donner forme au monde, à notre monde avec nos pensées et volonté.’’ L’acteur libanais a sûrement pioché dans ces influences pour renforcer sa nature travailleuse et passionnée. ‘‘J’ai manifesté mes rêves d’adolescent, d’être devenu qui je voulais être quand j’étais jeune. Maintenant il est question de soutenir et d’améliorer cette personne. Mon but est de devenir la personne que

hectic definition in every sense. ‘‘The nature of the industry is change. From project to project you have to continually morph to what type of story and what type of storytelling you’re a part of. My method is to immerse myself as much as possible in the present moment, and that way I don’t get side-tracked by other things I’m doing. It can get overwhelming if I allow myself to think of the three other things I’m shooting or rehearsing in the same month. So the trick is to work on being present in the moment. It’s one of the things we’ve learned in theatre and film, the art of being present. Meditation helps with that.’’ In the five years that Jade has made the jump from university to building a career, the actor has a plethora of work under his belt, with timescales crossing at times with multiple productions going on in the same year. Although, there are times of paused work, where he likes to concentrate on himself. “There are many periods where I am not necessarily acting in anything, where sometimes it seems like I am so far from my dream or far from the reality of being a full-time actor. There are the precious moments of my life where I learn who I am really. And then I bring that to the productions.” When Jade isn’t working on his acting career, his interests take him elsewhere, into an almost entirely different world of comic books and video games. “Some of my favorites are graphic novels Habibi and Blankets by Craig Thompson, the Buffy comics by Dark Horse – the Buffy tv series continued as comics and now are at season 11, and I’m still very much in love with it! Other favorites would be the Walking Dead comics, but I enjoy discovering new stories that aren’t so mainstream like superhero stuff.” With Jade’s keen interest in comic books, the creative artist has been wanting to indulge in the arts of comic writing and following his passion. “It is something I am so eager and burning to create. I’m so happy to have found all the fans that have joined me so far because we are all the type of fangirls and boys and a lot of us love comics and art. I want to collaborate with some of my friends who have written fantasy novels that aren’t published yet, and one day I want to transform their epic stories into graphical novels and then maybe movies!” “I do love stories of becoming, like The Little Mermaid. She wished to be something that she was not, and there seemed to be no way except wishing and dreaming about it, until it became a reality,” Jade talks about his influences. “I love being influenced by pop artists such as Lady Gaga who did the same, and I love fantasy becoming real even in things like RuPaul’s Drag Race where these beautiful men become these epic fantasy women. I love transformation stories and creating your own reality and how we have the power to shape the world and our world with our thoughts and intent.” The Lebanese actor has certainly taken those influences to enforce his hardworking and passionate nature. “I have manifested my teenage dreams, to have become who I wanted to be when

GRUMPYMAGAZINE.COM

47


CINÉMA

je sais que je peux être, et de concrétiser mon plus fort potentiel en matière de conscience et de compréhension de la nature humaine’’, détaille Jade en réfléchissant à son parcours actuel ainsi qu’à ses futures destinations. ‘‘C’est un voyage constant, qui ne s’arrête pas. De temps en temps les choses sont si parfaites que je le ressens dans chaque parcelle de mon être. Et fondamentalement, je veux m’amuser au maximum dans ce voyage. C’est là que je sais que je suis sur le bon chemin, et je crois que si je reste connecté à mon être intérieur le plus fidèle et profond, tout deviendra une réalité.’’

I was young. Now it’s about sustaining and improving that person. My goal is to become who I know I can be, and embody my highest potential in consciousness and understanding of what it is to be human,” Jade says reflecting over his current journey and future destinations. “It’s a constant, non-stop journey. From time to time, things are so perfect that I feel it in every ounce of my being. And ultimately, I want to have the most fun with my journey. That’s when I know I’m on the right path, and I think if I keep connected to my truest, deepest core self it will all become a reality.’’

Récemment présenté sous les traits de Meliorn dans la série Shadowhunters, Jade y incarne un rôle un peu différent, un chevalier féerique évoluant dans un monde tournant autour des anges chassant des démons. Incarnant un hybride des deux espèces, le rôle de Jade nécessite une attention particulière ainsi qu’une certaine image. ‘‘J’ai toujours voulu jouer quelque chose de similaire, et c’est un bon défi car cela se rattache à tant d’idées philosophiques et énigmatiques. Qu’est-ce qui est bien? Qu’estce qui est mal? Peuvent-ils co-exister?’’ demande rhétoriquement Jade. ‘‘Dans le cas de Meliorn, ils le doivent. Et je dirais que cela va au-delà du concept du bien et du mal. Il est question du bien collectif des êtres qui vivent dans ce monde. Pour quelqu’un qui ne vit que quelques années, un problème comme une guerre peut être une chose très mal. Mais pour quelqu’un qui vit éternellement, il ou elle peut voir au-delà du problème immédiat d’une espèce et comprendre sur le long terme que ce mal est en fait une bonne chose pour tous. C’est un peu compliqué, mais si intéressant.’’

Recently portrayed as Meliorn in Freeform’s Shadowhunters, Jade has taken on a somewhat different role of a faerie knight in a world revolving around angels hunting demons. Playing a hybrid of both species, Jade’s role requires certain attention and portrayal. “I’ve always wanted to play something like this, and it’s a great challenge because it has such a big kind of philosophical and esoteric idea attached to it. What is good? What is evil? Can they co-exist?” Jade rhetorically asks. “In Meliorn’s case, they have to. And I’d say that they go beyond the concept of good and evil. It’s about the greater good of the beings who live in that world. For someone who lives only a few years, an issue like war can seem like a very evil thing. But for a being who lives eternally, he or she can see beyond the immediate problem of a species and understands that in the long run, this evil is actually a good thing for all. Kind of complicated, but it’s so interesting.”

Depuis 2016, Shadowhunters a fidèlement atteint jusqu’à 960 000 spectateurs, bien que les saisons aient subtilement changé d’approche au fil de la production. ‘‘Beaucoup de choses ont changé dans la saison 2, comme si c’était presque un tout nouveau show. La saison 3 sera en grande partie comme la saison 2, mais je crois que les choses deviendront plus importantes pour ce qui est des enjeux et de la grandeur des conflits. Vous pouvez vous attendre à ce que les choses reprennent littéralement là où nous nous sommes arrêtés dans la saison 2, donc le rythme continuera probablement comme il était. Tout ce qui a été bâti continuera d’être construit mais à présent nous aurons un regard plus approfondi sur ce qui se passe vraiment dans le Monde Obscur. Nous sommes en train de décortiquer les couches obscures, et de mauvaises choses s’y cachent.’’

48

Since 2016, Shadowhunters have been steadily reaching up to 960,000 viewers. Although the seasons have subtly changed in approach during production. “A lot changed in season 2, almost as if it was a whole new show. Season 3 will very much be the same as season 2 was, but I think things will get bigger in terms of stakes and grandeur of conflicts. You can expect things to pick up literally right where we left off in season 2, so the pace will likely continue as it was. Whatever was building up, will keep building but now we will get an even deeper look into what is really going on in the Shadow World. We’re peeling back layers into the shadows, and evil things lurk there.”

Adaptée à l’écran de la saga littéraire La Cité des ténèbres de Cassandra Clare, la série Shadowhunters a des fans de tous les horizons. ‘‘Meliorn était vraiment bien écrit dans les livres, et je peux voir beaucoup de ressemblances. Je suis heureux de voir plus d’aspects de lui comme ses pouvoirs magiques. La seule différence est qu’il est plus grand dans le livre que je ne le suis à l’écran’’, plaisante Jade. ‘‘Mais il y a des choses dont je suis incertain car certaines sont écrites sans me dire pourquoi ou ce qu’il va arriver dans le futur de l’histoire. Par exemple si on peut lui faire confiance, ou ses pensées.’’

Adapted to the big screen from The Mortal Instruments book series by Cassandra Clare, Shadowhunters have fans from all walks of life following suit. “Meliorn was really well written in the books, and I can see a lot of great similarities. I am happy that we get to see more aspects of him like his magical powers. The only difference is he’s way taller in the book than I am on screen,” Jade laughs.“But there are things I am uncertain of because some things are written without letting me know why or what will be happening in the future of the story. Things like if he can be trusted, or what he’s thinking.”

Le travail acharné de Jade ainsi que son dévouement pour l’industrie du divertissement ont valu au jeune artiste beaucoup de respect et de fans du monde entier. ‘‘Je les apprécie tellement, nous

Jade’s arduous work and dedication to the entertainment industry has earned the young artist a lot of respect and worldwide fans. “I appreciate them so much, we are in this together. You don’t know how


là-dedans ensemble. Vous ne savez pas toute la force, l’inspiration et la joie que me procurent mes fans à chaque interaction.’’ Incluant ses fans dans sa vie personnelle, Jade leur tend la main et s’assure que tout le monde soit bien accueilli au sein de sa communauté. ‘‘J’aimerais souhaiter la bienvenue aux nouveaux fans, et s’ils se joignent à moi, nous pourrons alors découvrir des vérités profondes sur notre identité en tant qu’êtres humains, sur les raisons pour lesquelles nous sommes ici et sur ce que nous pouvons faire pour avoir la meilleure expérience sur Terre.’’ Dans un futur proche, les projets de Jade vont au-delà de l’interprétation. ‘‘L’an prochain, un jeu vidéo d’Ubisoft sur lequel je travaille sortira et s’appellera Starlink: Battle For Atlas. J’ai hâte de le partager avec tout le monde. Je serai aussi de retour à Paris l’été prochain pour une autre convention. Je suis impatient de rencontrer d’anciens et de nouveaux amis.’’ Alors que l’agenda actuel de Jade est en train de se remplir, nous pouvons être sûrs de voir davantage le nom de Jade Hassouné dans l’industrie.

much strength and inspiration and joy my fans give me with each interaction.” Jade’s inclusion of his fans in his personal life is inspirational, offering a hand and making sure everyone is welcome into his community. “I’d like to welcome new fans, and if they join me then we can discover deep truths about who we are as human beings, why we are here and what we can do to have the best experience on earth.” Jade’s plans for the near future are more than just acting. “Next year, a videogame I’ve been working on will be released called Starlink: Battle For Atlas by Ubisoft. I can’t wait to share it with everyone. I’m also back in Paris next summer for another Shadowhunters convention. I look forward to meeting old and new friends.” While Jade’s current schedule is filling up, we can be sure to be seeing Jade Hassoune’s name more within the industry.

‘‘Il y a de nombreuses périodes où je suis loin de mon rêve’’ There are many periods where I am so far from my dream

OCTOBRE - NOVEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

49


CINÉMA

50


Beau Mirchoff Mots de Casey Baughan

Photos de Yasmine Kateb

B

Grooming par JaeLynn Schneider

B

eau Mirchoff, l’acteur américano canadien connu pour avoir interprété Matty McKibben dans le célèbre show de MTV Awkward, s’est imposé dans l’industrie du cinéma grâce à l’aide de sa soeur et de Scary Movie 4, sans oublier sa belle apparence. Son histoire d’amour avec l’interprétation a débuté au moment où sa soeur prenait des cours de théâtre et qu’elle auditionnait. Tout le monde connaît la suite: cela s’est avéré être la passion et le centre d’intérêt premier de Beau. ‘‘A la base, j’ai copié ma soeur. Elle a fini par détester cela et j’ai fini par adorer’’, raconte-t-il.

eau Mirchoff, the American-Canadian actor best known for playing Matty McKibben in MTV’s successful show Awkward, has bossed the acting industry with the help of his sister and Scary Movie 4, not forgetting his good looks and whit. His love affair for acting began when his sister was taking acting classes as well as auditioning. The rest is history: it turned out to be Beau’s passion and main focus. “Basically, I copied my sister. She ended up hating it and I ended up loving it;” he says.

C’est en 2006, lorsque Beau a joué dans Scary Movie 4, qu’il a réalisé qu’il aimait s’impliquer dans des films. ‘‘J’ai percé grâce à cela, j’ai obtenu un manager de LA’’, nous révèle-t-il. Ce film et le succès de l’acteur l’ont conduit à être Danny Bolen dans le succès télévisé Desperate Housewives. Beau est apparu sur nos petits écrans depuis lors, et a continué sa progression. Aujourd’hui, il envahit nos salles de cinéma avec son plus récent rôle dans le long-métrage Flatliners réalisé par Niels Arden Oplev.

It was in 2006, when Beau played in Scary Movie 4 that he realized he loved being involved in films. “It literally broke me through, it got me a manager from LA,’’ he reveals to us. Thanks to the film and actor’s success, it lead him to star as Danny Bolen on the hit show Desperate Housewives. Beau has appeared on our TV screens ever since and moving forward. Today he takes on our movie theatres with his most recent role in the feature film Flatliners directed by Niels Arden Oplev

‘‘Je ne sais pas à quoi m’attendre. C’est la partie excitante’’ I have no idea what to expect. That’s the exciting part

Rejoindre le reboot du film de 1990 réalisé par Joel Schumacher a prouvé l’habileté de Beau Mirchoff qui pour l’occasion est passé des comédies pour adolescents aux films psychologiques de sciencefiction. ‘‘Travailler avec des acteurs talentueux rend le jeu tellement plus facile. J’étais également un grand fan de la version originale.’’ Il semblerait qu’il ait été facile pour Beau de remporter le rôle de Brad, l’un des étudiants en médecine à la tête des expérimentations secrètes produisant des expériences pour découvrir ce qu’il se passe après la mort. ‘‘J’ai auditionné et j’ai été assez chanceux pour obtenir le job’’, raconte Beau à propos de son rôle dans Flatliners où il a donné la réplique à Nina Dobrev, Ellen Page et Diego Luna. Certains d’entre vous reconnaissent peutêtre aussi Beau de Awkward, l’ancienne série phare de MTV où il a donné vie à Matty McKibben pendant cinq ans. La figure masculine principale n’était jamais à court de scénarios sexuels et sensibles. ‘‘Cela m’a assurément rappelé le lycée! Ça s’y rapprochait un peu

Joining the reboot of the 90’s film directed by Joel Schumacher proved just how skilled Beau Mirchoff is, shifting from comedy-teen shows to scifi and psychological films. “Working with talented actors makes acting so much easier. I was also a huge fan of the original.” Beau made it sound easy in gaining the role of Brad, one of the medical students who conduct the secret experiments that produce near-death experiences, “I auditioned and was fortunate enough to get the job,” Beau says regarding his role on Flatliners where he starred alongside Nina Dobrev, Ellen Page and Diego Luna. You might also be familiar with Beau’s face as he put himself in Matty McKibben’s shoes in MTV’s former popular series Awkward for five years. The male lead was never short of a sexual and sensitive storyline. “It definitely reminded me of high school! A little too close for comfort at times.” Even today Beau admits that he is still a hopeless

OCTOBRE - NOVEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

51


CINÉMA

trop par moments.’’ Aujourd’hui encore, Beau admet être toujours un romantique désespéré. ‘‘Quand j’avais un coup de coeur pour une fille, elle était tout mon monde et tout ce qui comptait était de la retrouver entre les cours.’’ Mais la question importante que les fans d’Awkward ont tous est l’éventualité d’avoir une nouvelle saison dans le futur. ‘‘Il y a toujours une chance’’, déclare Beau. ‘‘En ce qui concerne le côté scolaire, Matty est allé à l’Université de Berkeley donc c’est avec le coeur lourd que je concède ce point à Matty. J’ai tué beaucoup plus de cellules cérébrales.’’ L’année 2016 avait également donné à Beau un avant-goût de la réalisation. En effet, il se trouvait derrière la caméra le temps de l’épisode ‘‘Rencontre avec le succès’’ d’Awkward. Ainsi, il se voit s’aventurer sur le chemin de la réalisation et de l’écriture. Néanmoins, il admet que l’interprétation sera toujours sa priorité s’il ne devait retenir qu’une seule et unique chose. ‘‘C’est uniquement parce que c’est ce que je fais depuis le plus longtemps. Redemandez-le-moi dans dix ans, je mets le chronomètre.’’ Awkward a fréquenté la vie de Beau pendant 5 saisons et cette période lui a laissé de nouveaux amis de longue date. ‘‘J’ai appris tout ce qu’un show télévisé requiert’’, indique-t-il. ‘‘J’ai adoré toutes les scènes toutes simples où Ashley Rickards et moi pouvions simplement nous poser et avoir une bonne et intéressante conversation. C’est bon d’être honnête à la caméra.’’

romantic. ‘‘When I had a crush on a girl, she was my entire world and all that mattered was running into her between classes.” But the important question that Awkward fans all want to know is whether there will be a new season in the future.‘‘There’s always a chance,” Beau says. ‘‘With regards to scholastics Matty got into University of California at Berkely so I, with a heavy heart, have to concede to Matty. I killed a lot more brain cells.’’ 2016 also gave Beau a taste of directing. Indeed, he was behind the camera during the episode ‘‘Girls Gone Viral’’ of Awkward. Therefore he sees himself heading in the direction of directing and writing. Nevertheless he admits he would still go with acting if he had to choose only one thing. ‘‘That’s only because I’ve been doing it the longest. Ask me again in 10 years, I’m starting the clock.” Awkward took over Beau’s life for over 5 seasons and this period left him with new lifelong friends. ‘‘I learned what it really takes to make a television show,’’ he states. ‘‘I loved all of the simple scenes where Ashley Rickards and I were able to just sit and have a good, interesting conversation. It’s nice to be honest on camera.’’

‘‘Je suis sur le point de lancer une organisation caritative avec ma photographie’’ I’m about to launch a charitable venture with my photography

52

Avec plus de 336 000 abonnés dévoués sur Twitter et 441 000 abonnés sur Instagram, Beau prend la relève sur les plateformes sociales avec ses incroyables compétences en photographie et son humour. ‘‘Il est important de soutenir vos fans, c’est un grand sandwich de soutien! Les médias sociaux sont un bon moyen de tenir tout le monde au courant de ce qui se passe.’’ Tout cela a permis à Beau de s’emparer en 2012 du Teen Choice Awards de la révélation masculine. Avec son succès dans l’industrie du divertissement, Beau admet se sentir bien. ‘‘Si les gens gravitent autour de mon travail, cela signifie que je ne fais pas un travail affreux.’’

With over 336,000 dedicated followers on Twitter and 441,000 on Instagram, Beau is taking over social media with a storm with his incredible photography skills and humor. “It’s important to support your supporters, it’s just a big support sandwich! Social media is a great way to keep everyone updated on what’s going on.” The ‘‘support sandwich’’ earned Beau a Teen Choice Award in 2012 for the Choice TV Breakout Star Male. With his success in the entertainment industry, Beau admits to feel good. ‘‘If people are gravitating towards my work it means that I’m not doing a horrible job.’’

Le lauréat n’est pas à court d’événements prestigieux, ayant précédemment assisté à la fête d’Elton John pour les Oscar, aux MTV Movie Awards et aux MTV Video Music Awards. ‘‘C’est amusant de se préparer et de voir des personnes talentueuses se produire. Il y a toujours une personne qui boit un peu trop à l’after et qui renverse son verre sur elle’’, rapporte Beau.

The award winner isn’t shy of an A-List event, attending Elton John’s Oscar Party, the MTV Movie Awards and the MTV Video Music Awards. “It’s fun to get dressed up and see some talented people perform. Someone always drinks a little too much at the after party and spills a drink all over his/ herself,” Beau reports.


‘‘Si les gens gravitent autour de mon travail, cela signifi e que je ne fais pas un travail affreux’’ If people are gravitating towards my work it means that I’m not doing a horrible job

Le compte Instagram de Beau est plein de surprenantes photos de paysages issues de ses divers voyages. ‘‘C’est un grand passe-temps, peut-être le plus grand.’’ Quand il n’est pas occupé par les tournages, Beau se transforme en véritable explorateur. Il a récemment escaladé le Mont Whitney, point culminant de la Sierra Nevada. Vivre en ville pendant autant de temps peut alors vous faire apprécier davantage la nature. ‘‘J’adore les villes mais je me sens plus à l’aise dans la nature. Il y a un silence et une tranquillité qui me rappellent à quel point la vie est passagère et à quel point les pierres et les arbres seront là bien longtemps après ma mort. Cela me calme d’une certaine manière.’’ ‘‘Je suis sur le point de lancer une organisation caritative avec ma photographie, donc restez vigilants sur cela’’, nous assure-t-il. ‘‘En ce qui concerne l’industrie cinématographique, je ne sais pas à quoi m’attendre. C’est la partie excitante.’’ L’acteur aux multiples talents a également commencé à apprendre le français. ‘‘Si l’univers le veut, peutêtre que je vivrais dans votre pays dans un futur pas si lointain! Peut-être que nous pourrons manger un croissant ou une baguette’’, finit-il par nous proposer.

Beau’s Instagram account is full of the most beautiful landscape pictures from his various travels, “It is a big hobby of mine, perhaps the biggest.” When he isn’t busy shooting, Beau turns himself into a real explorer. He recently climbed Mt. Whitney, on the Sierra Crest and the Great Basin Divide. Living in a city for so long can then make you appreciate nature so much more. “I love cities but nature is where I am most comfortable and at ease. There’s a silence and stillness that reminds me of how fleeting life is and how the rocks and trees will be here long after I die. That calms me somehow.” “I’m about to launch a charitable venture with my photography, so keep a look out for that,’’ he shares. ‘‘With regards to the film industry, I have no idea what to expect. That’s the exciting part.” The multi-talented actor has also just started learning French. ‘‘If the stars align for me, perhaps I will be living in your country in the not too distant future! Maybe we can go eat a croissant or a baguette,’’ he finally proposes.

OCTOBRE - NOVEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

53


Torrey Mots de Jasmine Perrier Photos de Ryan West

DeVitto

‘‘Je suis toujours repartie de chaque projet avec une amitié durable que je garderai toute ma vie’’ Every project I have been on, I have always walked away with a lasting friendship I will carry with me forever

54


GRUMPYMAGAZINE.COM

55


CINÉMA

L

W

i orsque j’ai découvert Torrey DeVitto pour la première fois à l’écran, elle incarnait la troublante ‘‘Nounou Carrie’’ dans la série dramatique Les Frères Scott. Ma version adolescente qui suivait fidèlement cette série redoutait toujours les mauvais coups que préparait ce personnage mentalement instable. Qui se souvient de la course poursuite finale dans le champ de maïs entre Jamie (Jackson Brundage) et Carrie? Ce rôle antagoniste occupé par Torrey pendant deux saisons a révélé une interprétation minutieuse qui a rendu son rôle marquant. ‘‘Psycho Carrie’’ avait beau nous faire froid dans le dos, le public tombait simultanément sous le charme de Torrey.

hen I discovered Torrey DeVitto for the first time onscreen, she was in the shoes of the troubling ‘‘Nannie Carrie’’ on The CW’s drama One Tree Hill. The teenage version of myself who faithfully followed the show would always fear the bad things done by this mentally unstable character. Who remembers the final chase in the cornfield between Jamie (Jackson Brundage) and Carrie? This antagonist role played by Torrey for two seasons revealed meticulous acting skills that made her role notable. ‘‘Psycho Carrie’’ used indeed to freeze us, the viewers were also falling in love with Torrey.

L’actrice de 33 ans qui fait aujourd’hui partie des héros de la franchise ‘‘Chicago’’ a intégré le monde artistique sur conseil de ses parents qui l’ont inscrite très tôt dans cette industrie. ‘‘Pendant une séance photo un photographe m’avait recommandé de faire du théâtre pour sortir de ma timidité’’, se souvient Torrey qui reconnaît que le mannequinat ne lui convenait pas. ‘‘Une fois que je suis entrée dans la classe et que j’ai pu jouer et m’exprimer dans les scènes qui m’avaient été données, j’ai réalisé que c’était ce que je voulais faire!’’

The 33 year-old actress who is now one of the heroes of the ‘‘Chicago’’ franchise got into the world of arts after her parents enrolled her at an early age in this industry. ‘‘A photographer during a photo shoot recommended that I take an acting class to get me out of being shy,’’ Torrey recalls, as she admits that modeling wasn’t the appropriate thing for her. ‘‘Once I walked into the class and was able to play and express myself through the scenes I was given, I realized this is what I wanted to do!’’

‘‘Dans cette industrie vous êtes constamment confrontés à de nombreuses personnalités différentes’’ In this industry you are constantly confronted by many different personalities

56

Musicienne de base, Torrey a confirmé sa passion pour l’interprétation après avoir vu la pièce Les Misérables adaptée de l’oeuvre française de Victor Hugo. ‘‘Je suis tombée amoureuse du personnage d’Éponine. J’écoutais la bande originale chaque soir et je rejouais sans cesse les scènes de la comédie musicale. Je crois qu’inconsciemment, cette pièce a déclenché l’envie de jouer pour les gens.’’

Torrey first started her artistic journey as a musician. She confirmed her passion for acting after seeing the play Les Misérables based on Victor Hugo’s French work. ‘‘I fell in love with the character Eponine. I listened to the soundtrack nightly and was constantly reenacting scenes from the musical. I think subconsciously, that play sparked the desire to perform for people.’’

Originaire de New York, Torrey a quitté la ville à 11 ans et a vécu ses jeunes années à Winter Park en Floride. De là-bas, elle a commencé à faire de la publicité et s’est fortement impliquée dans un atelier de théâtre. ‘‘Je suis passée d’un lycée public à un lycée pour les enfants qui travaillaient. Une fois ce changement fait après ma deuxième année, je savais que ma prochaine étape serait d’emménager à Los Angeles aussitôt diplômée.’’ Une décision que Torrey a pu prendre tout en comptant sur le grand soutien de ses parents.

Originally from New York, Torrey left the town when she was 11 and spent her formative years in Winter Park, Florida. From there she started doing commercial work and getting deeply involved in an acting studio. ‘‘I switched from public high school to a high school for working kids. Once I made that switch after my sophomore year, I knew my next step would be moving to Los Angeles as soon as I graduated.’’ A decision that Torrey was able to make while relying on her parents’ incredible support.


CINÉMA

Au fil des années, Torrey a brillamment réussi à se faire une place dans l’industrie du petit écran américain, en jouant divers rôles dans des séries au succès dépassant les frontières nationales telles que Pretty Little Liars ou The Vampire Diaries. ‘‘J’apprends tellement de chaque personnage que je joue et de chaque tournage sur lequel je suis’’, racontet-elle. ‘‘Dans cette industrie vous êtes constamment confrontés à de nombreuses personnalités et défis différents. Je suis toujours repartie de chaque projet avec une amitié durable ou une sorte de connexion que je garderai toute ma vie.’’

Over the years Torrey successfully became a brilliant figure of the American television. She even got renowned beyond national borders, playing various roles on worldwide hit series such as Pretty Little Liars or The Vampire Diaries. ‘‘I learn so much from every character I play and every set I walk on to’’ she says. ‘‘In this industry you are constantly confronted by many different personalities and challenges. Every project I have been on, I have always walked away with a lasting friendship or some sort of connection I will carry with me forever.’’

‘‘Il n’y a pas vraiment de rôle qui me manque plus que les autres’’, admet-elle. Malgré tout, Torrey concède qu’il a été plus contraignant de dire au revoir à Melissa Hastings, la soeur aînée de Spencer (Troian Bellisario) dans Pretty Little Liars. ‘‘Nous avons fait ce show pendant 7 ans. Il a fallu du temps pour me faire à l’idée que c’était vraiment fini’’, se rappelle-t-elle. Entre temps, Torrey avait rejoint en 2015 l’équipe médicale de Chicago Med sous les traits du Dr. Natalie Manning qui reste de loin sa ‘‘meilleure expérience.’’ Dès le moment où elle a auditionné, elle savait combien elle voulait jouer ce rôle. ‘‘C’était le genre de rôle que je rêvais de décrocher.’’

‘‘There isn’t really one role that I miss more than others’’ she admits. Nonetheless Torrey grants that the one most jarring to say goodbye to was Melissa Hastings, Spencer’s (Troian Bellisario) older sister in Pretty Little Liars. ‘‘We did that show for 7 years. It took a while for it to really sync in that it was actually over,’’ she recalls. In the meantime, Torrey joined Chicago Med’s medical team in 2015 as Dr. Natalie Manning that remains her ‘‘best experience thus far.’’ From the moment she got the auditions sides, she knew how badly she wanted to play this role. ‘‘This was the kind of role I had been dreaming of landing.’’

‘‘C’était le genre de rôle que je rêvais de décrocher’’ This was the kind of role I had been dreaming of landing

Chicago Med est la troisième série de la franchise ‘‘Chicago’’ de Dick Wolf, centrée sur le service des urgences de l’hôpital Gaffney de Chicago. Tandis que la saison 3 annoncée ‘‘captivante’’ et pleine de ‘‘drame’’ est prévue pour novembre, nous avons appris à connaître Natalie et son histoire au cours des deux dernières saisons. Décrite comme une femme travailleuse profondément engagée pour aider ses patients de la meilleure manière possible, elle est passée du statut de veuve enceinte en deuil à une femme essayant de découvrir la vie active de mère célibataire et de tester le monde des rencontres sentimentales. ‘‘J’aime la manière dont Natalie représente une multitude de femmes. Je souhaite que ses histoires permettent aux femmes de la regarder et de se lier à elle, et de réaliser qu’elles ne sont pas seules dans leurs luttes du quotidien.’’ Depuis le début, Torrey et Natalie ne font qu’une personne. Torrey raconte qu’à travers ce rôle elle ressent une certaine responsabilité envers tous les docteurs, envers chaque mère célibataire active. C’est pourquoi elle veut représenter ce personnage de la façon la plus authentique. ‘‘Si un seul spectateur part en se sentant capable de se relier à elle (Natalie) ou d’apprendre de notre show, alors j’aurai l’impression d’avoir bien fait quelque chose et c’est tout ce que nous pouvons espérer.’’

58

Chicago Med is the third series in Dick Wolf’s ‘‘Chicago’’ franchise, focused on the emergency department at Gaffney Chicago Medical Center. Whereas season 3 announced ‘‘thrilling’’ and full of ‘‘drama’’ is set to premiere this November, we got to know Natalie and her story over the last two seasons. Described as a hard-working woman deeply involved to help her patients in the best way possible, she went from a grieving pregnant widow to a woman who is trying to figure out how to be a working single mother and test out the dating world. ‘‘I love how Natalie represents a plethora of women. It’s my hope that her stories allow women out there to watch and connect with her, and realize they are not alone in their daily struggles.’’ From the very beginning Torrey and Natalie came together as one. Torrey says that through this role she feels a responsibility to doctors everywhere, to every single working mother. That is why she wants to represent this character in the most authentic way. ‘‘If just one person watching walks away feeling like they were able to connect from her (Natalie) or learn from our show, then I’ll feel like we did something right and that’s all we can hope for.’’


JUIN - JUILLET 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

27


CINÉMA

54


‘‘Tout ce que je peux espérer est de rester heureuse’’ All I can ever hope for is to remain happy

L’ensemble de la franchise ‘‘Chicago’’ incluant Chicago Med est appréciée par les fans du monde entier. Un sentiment que l’actrice peut certainement retrouver lorsqu’elle les rencontre à travers le globe. Selon Torrey, le succès de la série repose sur la connexion entre les spectateurs et les personnages. ‘‘Nous sommes si chanceux d’avoir d’incroyables scénaristes et showrunners qui nous offrent des histoires si riches à partager,’’ avoue Torrey.

The whole ‘‘Chicago’’ franchise including Chicago Med is cherished by fans across the world. It’s certainly a feeling that the actress can notice when she meets them across the globe. According to Torrey, the success of the show is all about people connecting to the characters. ‘‘We are so lucky to have amazing writers and incredible show runners that provide such rich stories for us to share,’’ Torrey acknowledges.

En dehors du travail, les actions de Torrey pour redonner à la société sont absolument admirables. ‘‘Lorsque vous avez une plateforme, il est de votre responsabilité de défendre les choses qui vous passionnent’’, soutient-elle. Entre autres, Torrey est une ambassadrice d’hospice et soutient PETA. Utiliser son réseau pour faire le bien est une partie de son métier qui lui tient à coeur. ‘‘Lorsque j’étais une jeune adolescente je recherchais toujours des femmes à admirer. J’ai l’impression que c’est mon travail, particulièrement de nos jours et à l’ère des médias sociaux, d’être attentive à toutes les jeunes filles qui me suivent, de les défendre et de montrer un bon exemple.’’ Ainsi, Torrey est déterminée à incarner la grande soeur que beaucoup n’ont jamais eue, ou n’ont tout simplement pas. ‘‘Donnez leur quelqu’un à qui elles peuvent se rattacher, être adolescent est tellement dur’’, insiste-t-elle.

Outside of work, Torrey’s initiatives to give back to society are completely commendable. ‘‘When you have some sort of platform, it is your responsibility to stand for the things you are passionate about,’’ she claims. Torrey is a Hospice Ambassador and supports PETA among others. Getting to use her network for good is one of her favorite aspects about the business she is in. ‘‘As a young teen I was always looking for women to look up to. I feel it is my job, especially in this day and age of social media, to be really mindful of all the young girls following me, to stand for them and to set a good example.’’ Therefore Torrey is committed to act like the big sister that many people have never had, or that they simply don’t have. ‘‘Give them someone to relate to, being a teen is so hard,’’ she insists.

Quand les choses deviennent incertaines dans sa vie, Torrey aime être guidée par l’essai La Confiance en Soi d’Emerson qui dit: ‘‘Aie confiance en toi: chaque coeur vibre à cette corde de fer’’ tout comme elle est inspirée par les mots de Marianne Williamson qui lui rappellent que ‘‘rien n’est bon ni mauvais, mais y penser le rend ainsi.’’ Au moment de notre échange, Torrey était toujours à Chicago pour filmer Chicago Med et apprécier explorer la ville aux côtés des personnes avec qui elle aime se lier et travailler. ‘‘Mais une fois que le show sera fini, qui sait ce qui arrivera après’’, déclare-t-elle. Réfléchissant à la route qu’elle prendra pour la suite de son parcours, Torrey retient qu’elle veut principalement poursuivre son apprentissage continu, en espérant un jour jouer avec Monica Bellucci. ‘‘Tout ce que je peux espérer est de rester heureuse, de continuer à grandir, de vivre chaque jour et prendre chaque étape avec autant de bienveillance, d’ouverture d’esprit et de vigilance que possible.’’

To help guide her back when things start getting iffy in her life, Torrey loves Emerson’s essay Self reliance that says: ‘‘Trust thyself, every heart vibrates on that iron string’’ as well as when her mind starts spinning out of control, she is inspired by Marianne Williamson’s words reminding her that ‘‘there is nothing neither good nor bad, thinking makes it so.’’ When we chatted with Torrey, she was still in Chicago, filming Chicago Med and loving exploring the city alongside people she enjoys connecting and working with. ‘‘But once this show is over, who knows what is going to be up next,’’ she states. When thinking about the way she envisions the rest of her journey and life, she admits that she just wants to continually keep learning, and hopes to star with Monica Bellucci one day. ‘‘All I can ever hope for is to remain happy, to keep growing, to live each day and take each step with as much kindness, openness and awareness that I can.’’

‘‘Donnez leur quelqu’un à qui elles peuvent se rattacher, être adolescent est tellement dur’’ Give them someone to relate to, being a teen is so hard

OCTOBRE - NOVEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

61


‘‘C’est mon travail, particulièrement de nos jours d’être attentive à toutes les jeunes fiilles qui me suivent’’ It’s my job, especially in this day to be really mindful of all the young girls following me


GRUMPYMAGAZINE.COM

63


MUSIQUE

Teala Dunn Mots de Jasmine Perrier

S

Photos de Andre Nguyen

F

uivie par des millions de personnes sur les réseaux sociaux, Teala Dunn incarne un véritable modèle pour sa communauté internationale. Actrice et YouTubeuse du New Jersey désormais établie dans la Cité des Anges en Californie, Teala était destinée à passer une grande partie de sa vie devant la caméra, que ce soit dans les vidéos de sa chaîne ‘‘TTLYTEALA’’ où elle parle attentivement de mode, beauté et lifestyle, ou lorsqu’elle se met dans la peau de Queen Bee ‘Tatiana’ dans la série Guilty Party. Une chose est sûre: Teala veut utiliser sa voix pour informer davantage les autres. ‘‘Je suis sans arrêt en train de travailler mon art, à la recherche de nouvelles manières de concevoir une scène’’, raconte-t-elle.

ollowed by millions of people across her social platforms, Teala Dunn represents a huge role model in her worldwide community. Actress and YouTuber from New Jersey who is now based in the City of Angels in California, Teala was meant to spend most of her time in front of a camera, whether it’d be filming for her channel ‘‘TTLYTEALA’’ where she talks thoughtfully about fashion, beauty and lifestyle, or when she embodies Queen Bee ‘Tatiana’ in Fullscreen’s Guilty Party. One thing is sure: Teala is interested in using her voice to further educate others. ‘‘I am always honing my craft, looking for new ways to approach a scene,’’ she says.

Depuis le tout début, Teala rêvait d’être sous les projecteurs. En grandissant, elle était inspirée par sa grande soeur. Elle s’est alors intéressée à l’interprétation après avoir vu sa soeur jouer. ‘‘Je savais que l’interprétation était ma passion’’, déclaret-elle. A la suite de cela, Teala a demandé à sa mère si elle pouvait passer des auditions. ‘‘Elle avait dit seulement si j’étais sérieuse’’, se rappelle Teala. ‘‘Un an plus tard, je faisais des publicités, New York, police judiciaire, et ensuite Les Wonder Choux où j’ai doublé Turtle Tuck pendant plus de quatre ans.’’

From the very beginning, Teala was dreaming of being in the spotlight. Growing up, she was inspired by her older sister. She found then an interest in acting after seeing her sibling act. ‘‘I knew acting was my passion,’’ she tells. That’s when Teala asked her mom if she could audition. ‘‘She said only if I was serious,’’ Teala recalls. ‘‘One year later, I was doing commercials, Law & Order, and then The Wonder Pets where I voiced Turtle Tuck for more than four years.’’

C’est à l’âge de cinq ans que Teala a commencé sa carrière. Vivre près de New York lui a permis d’être retenue pour plusieurs jobs et d’apparaître dans des shows majeurs. Parallèlement à son travail d’actrice, Teala a atteri dans le monde de YouTube. Elle était encore adolescente, le jour où elle a lancé sa chaîne ‘‘TTLYTEALA’’ qui compte aujourd’hui près d’un million d’abonnés. A l’origine, elle s’était mise à créer des vidéos avec Jump Cut Videos pour le plaisir. Sa communauté grandissant au fil du temps, Teala est parvenue à construire son affaire comme influenceuse notable, établissant des partenariats avec des marques comme Benefit Cosmetics. ‘‘Pour être honnête, je ne pensais pas que ma carrière YouTube finirait de cette manière’’, confirme-t-elle.

Teala was only at the ender age of 5, when she started her career. Living close to New York allowed her to book early several jobs and to appear in considerable shows. Apart from her acting work, Teala discovered the world of YouTube when she was a teenager and launched her channel ‘‘TTLYTEALA’’ that counts today almost one million subscribers. Initially, she started doing Jump Cut Videos for fun. As her community grew up over time, Teala built her business as a prominent influencer, establishing partnerships with brands like Benefit Cosmetics. ‘‘To be quite honest I had no idea my YouTube career would end up this way,’’ she confirms.

‘‘Je suis ce que vous appelez un assortiment’’ I’m what you call a Variety Pack

De 2010 à 2012, Teala pouvait être aperçue dans les trois saisons de la sitcom Ma femme, ses enfants et moi dans la peau de Lindsey Kingston-Person. Son personnage était décrit comme l’adolescente typique qui était toujours sur son portable et qui adorait sortir avec ses amies. ‘‘Mon meilleur souvenir est l’épisode

64

From 2010 to 2012, Teala could be spotted in the three seasons of TBS’ sitcom Are We There Yet? as Lindsey Kingston-Person. Her character was described as the typical teen girl who was always attached to her cell phone as well as she loved hanging out with her friends. ‘‘My best memory is


OCTOBRE - NOVEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

33


CINÉMA

‘Lindsey Gets High.’ Évidemment j’étais mineure dans ce rôle mais il avait un message puissant et je crois que j’ai géré chaque scène.’’ En effet, nous nous souvenons de cet épisode de la deuxième saison où Lindsey se renseignait sur la dure vérité concernant les risques liés aux drogues.

the episode ‘Lindsey Gets High.’ Of course, I was a minor in this role but it had a powerful message, and I believe I nailed every scene.’’ Indeed, we recall this episode from season 2 where Lindsey found out about the hard truth regarding threats that drugs can cause.

Teala avait tout juste 14 ans, quand elle avait obtenu son rôle dans Ma femme, ses enfants et moi. Mais comme n’importe quelle adolescente de son âge, elle devait trouver le temps d’étudier en parallèle. ‘‘C’était un défi, j’avais des cours particuliers sur le tournage, accumulant 6 à 8 heures de cours et 6 à 8 heures de travail par jour. C’était intense, mais je crois que cela m’a préparée pour tous les rôles que j’ai aujourd’hui. En plus nous tournions 6 épisodes en une semaine.’’

Teala was just 14, when she booked her part in Are We There Yet? Just like any other teenager though, she had to find time to study and balance episodes shooting and school. ‘‘It was a challenge, I was tutored on set, banking 6-8 hours of school and 6-8 hours of work per day. It was intense, but I believe it prepared me for all the roles I have now. In addition we would shoot 6 episodes a week.’’

Après que le show ait eu son chapitre final, Teala et sa famille avaient fait leurs valises pour emménager sur la côte Ouest. ‘‘Je faisais l’aller-retour pour la presse pendant les pauses et je voulais rester, donc ma famille et moi avons soigneusement préparé notre déménagement’’, partage-t-elle. Aussitôt arrivée dans la ville étoilée, Teala n’avait pas eu le temps de se reposer. Sa nouvelle vie à LA avait commencé avec une apparition dans la série Disney Shake It Up aux côtés de Bella Thorne et Zendaya. Sentant que Los Angeles était l’endroit pour elle, elle ne l’a jamais quittée. ‘‘J’apprécie vraiment le temps, l’atmosphère, les opportunités sympas et le fait que je partage cela avec mes plus proches amis et mon incroyable famille.’’

After the show got its final chapter, Teala and her family packed their suitcases for good and moved to the West Coast. ‘‘I would travel back and forth for press during hiatus and wanted to stay, so my family and I carefully planned our move,’’ she shares. As soon as she arrived in the shining city, Teala didn’t have time to rest. She first began her new LA life by appearing in Disney’s Shake It Up alongside Bella Thorne and Zendaya. Feeling that Los Angeles was the right place for her, she has been there ever since. ‘‘I truly enjoy the weather, the vibes, the cool opportunities, and the fact I get to share this with my closest friends and my amazing family.’’

Depuis la capitale mondiale du divertissement, Teala n’a jamais cessé d’avancer dans sa carrière d’actrice au moment même où son influence sur la toile progressait grâce à ses vidéos sur YouTube. Elle a été invitée dans d’autres productions signées Disney et Nickelodeon telles que #doggyblog et Les Thunderman avant d’être retenue en 2015 pour assurer la voix de Bumblebee dans DC Super Hero Girls. ‘‘Je fais du doublage depuis que j’ai 6 ans. Contrairement à Tuck qui était un enfant, je joue un personnage plus âgé avec ma propre voix et un peu d’insolence.

From the world capital of entertainment, Teala has never stopped chasing her acting career at the very time her YouTube videos were growing her influence on the web. She guest-starred in a few more Disney’s and Nickelodeon’s productions such as Dog with a Blog and The Thundermans before booking Bumblebee’s voice on DC Super Hero Girls in 2015. ‘‘I have done voice over work since I was 6 years old. I really enjoy playing Bumblebee. Unlike Tuck a toddler, I get to play an older character in my own voice with a little sass.’’

Pour représenter DC Super Hero Girls, Teala a participé en 2016 à son tout premier Comic Con à San Diego. Pour poursuivre avec le merveilleux monde des super-héros, l’un de ses buts suprêmes serait d’apparaître un jour près de Robert Downey Jr, que nous connaissons comme l’hilarant Tony Stark / Iron Man dans l’univers Marvel. Ensemble, ils pourraient peut-être sauver le monde. ‘‘Un personnage d’action, un super-héros est l’idéal. Cependant travailler aux côtés de Mr. Downey dans n’importe quel rôle serait génial.’’ En attendant, nous pouvons voir Teala continuer de partager son don pour l’interprétation à travers le rôle de Tatiana qu’elle occupe dans Guilty Party. Allant de pair avec son activité sur YouTube et les messages qu’elle veut diffuser, le show traite du harcèlement dans les lycées. Chaque semaine, nous pouvons regarder des épisodes sur les médias sociaux qui se présentent comme des vlogs journaliers des personnages. ‘‘Ce qui m’a conduit à ce rôle est le fait qu’il couvre tous les aspects du harcèlement, ce que j’ai moi-même connu’’, explique-t-elle. Avec les forts liens qu’elle entretient avec sa communauté et ses fans, qu’ils la suivent pour son travail d’actrice ou pour

66

To represent DC Super Hero Girls, Teala attended her very first San Diego Comic Con in 2016. Thinking about the great world of superheroes, one of her ultimate dreams would be to star one day with Robert Downey Jr, that we all know as the hilarious Tony Stark / Iron Man in the Marvel universe. They could perhaps save the world together. ‘‘An action figure, a superhero is ideal. However working along side Mr. Downey in any role would be great.’’ In the meantime, we can see Teala continuing to share her gift of acting as she plays Tatiana in Fullscreen’s Guilty Party. Going hand in hand with her activity on YouTube and the messages she wants to spread, the show deals with high school bullying. Every week we can watch episodes on socials that are presented like daily character vlogs. ‘‘What drove me to this role is the fact it covers all aspects of bullying, all of which I experienced myself,’’ she explains. Through the strong bonds she has with her community and fans, whether they know her for her acting job or her videos, Teala stands for sure for powerful messages and initiatives to make the world a better place. ‘‘I enjoy having a


‘‘Il y a de la place pour améliorer de nombreux rôles à Hollywood’’ There is room for improvement in the diverse roles in Hollywood

OCTOBRE - NOVEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

67


34


‘‘Continue

to be the best you,

make someone smile,

and never give up on your dreams’’

initiatives destinées à rendre le monde meilleur. ‘‘J’aime avoir un fort lien avec les deux communautés. Chacune me pousse régulièrement à tirer mon art vers le haut’’, admet-elle. ‘‘Je crois qu’il y a de la place pour améliorer de nombreux rôles dans l’interprétation, l’écriture, la réalisation et la production à Hollywood.’’ Ces derniers temps, Teala a été occupée avec le tournage des épisodes de All Night, une série comique pour adolescents d’AwesomenessTV prévue sur Hulu en 2018. Comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, Teala donnera la réplique à ses proches amies Eva Gutowski (MyLifeAsEva) et Brec Bassinger. La série sera composée de 10 épisodes d’une demi-heure suivant un groupe de jeunes qui auront besoin de réaliser leurs rêves de lycée inachevés pour s’échapper d’une boucle temporelle. ‘‘All Night est à regarder. C’est tout ce que je peux dire pour le moment. Vous serez choqués, et surpris. J’ai hâte!’’ Nul doute qu’au fil des années Teala nous a prouvé qu’elle avait rassemblé toutes les clés pour diriger sa vie comme une girlboss. Une position qui nécessite ‘‘discipline, organisation, un planning constant avec des temps d’arrêt systématiques pleins d’amusement et de rire pour avoir un équilibre.’’ Dans le fond, elle s’assure que son éthique professionnelle coordonne avec son temps libre. ‘‘Je pense que nous pouvons tous apprécier les choses simples, comme aller voir un film, à un concert avec des amis, ou partager un déjeuner avec quelqu’un de spécial.’’ Actrice, YouTubeuse, et bientôt révélée comme musicienne, Teala affirme haut et fort qu’elle ne veut jamais s’enfermer dans une boîte particulière. ‘‘Je suis ce que vous appelez un assortiment’’, ajoutet-elle. Chaque jour, Teala offre beaucoup de tendresse et de petites attentions à ses abonnés. Elle veut rester positive aussi longtemps que possible. ‘‘Continuez à être le meilleur de vous-même, faites sourire quelqu’un, et n’abandonnez jamais vos rêves’’, transmet-elle pour communiquer ses valeurs les plus profondes.

a strong bond with both communities. They each challenge me to up my craft regularly,’’ she admits. ‘‘I believe there is room for improvement in the diverse roles in acting, writing, directing and producing in Hollywood.’’ Lately, Teala got busy with the shooting of All Night’s episodes, a high school comedy series from AwesomenessTV set to premiere on Hulu in 2018. To follow up with good news, Teala will act opposite her close friends Eva Gutowski (MyLifeAsEva) and Brec Bassinger among others. The 10-episode halfhour series will follow a group of teens who will need to make their remaining high school dreams come true to escape from a time loop. ‘‘All Night is a must watch. This is all I can say for now. You will be shocked, and surprised. I’m excited!’’ There is no doubt that over the years Teala proved us that she brought together all the keys to manage her life like a girlboss. A position that requires ‘‘discipline, structure, constant planning, with consistent downtime full of fun and laughter for balance.’’ Ultimately she tries to be sure that her work ethics are in place along with her time out.‘‘I believe we all can enjoy the simple things, like going to a movie, a concert with friends, or sharing lunch with someone special.’’ Actress, YouTuber and soon revealed as a musician, Teala certifies in a clear voice that she never wants to put herself in a particular box. ‘‘I’m what you call a Variety Pack,’’ she adds. Every day, Teala is full of kindness and many special attentions towards her followers. Her main goal for now is to stay positive as long as she can. ‘‘Continue to be the best you, make someone smile, and never give up on your dreams,’’ she delivers to reflect her deepest values.

OCTOBRE - NOVEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

69


Harry Mots de Jasmine Perrier

Photos de Harrison Osterfield

Holland

Depuis Montréal, Harry Holland a répondu à notre appel. Retenez bien son nom, car on vous garantit qu’il nous réserve de belles choses. Originaire de la banlieue londonienne, ce que nous pouvons deviner à son accent britannique, ce jeune passionné de cinéma a beau n’avoir que 18 ans, son expérience dans l’industrie et ses compétences de cinéaste sont impressionnantes. Lorsque nous sommes entrés en contact avec lui pour la première fois, il revenait de Chine où s’était achevée la tournée presse de Spiderman: Homecoming. Depuis, il a posé ses valises au Canada où il travaille sur Chaos Walking, le prochain film de Doug Liman dans lequel son grand-frère Tom tient le rôle principal aux côtés de Daisy Ridley.

From Montreal, Harry Holland took our call. Keep his name in mind, because we guarantee you that he still has a lot of surprises for us. Originally from the suburbs of London, what we can notice with his British accent, this young man passionate about filmmaking might be only 18, his experience in the industry and his skills as a filmmaker are impressive. When we first got in touch with him, he was just coming back from China where he wrapped the Spiderman: Homecoming press tour. Since then, he landed in Canada to work on Doug Liman’s next film Chaos Walking, in which his big brother Tom plays the lead role alongside Daisy Ridley.

Né d’un père comédien (Dominique Holland) et d’une mère photographe (Nikki Holland), Harry a incontestablement hérité du gène artistique de la famille Holland. Second enfant d’une fratrie de quatre garçons, il est plus ou moins tombé dans le monde du cinéma inconsciemment. ‘‘J’avais environ douze ans quand je suis allé en Thaïlande pour The Impossible et regarder le processus de ce film se faire m’a vraiment fait aimer le cinéma’’, se souvient-il.

Born to a comedian father (Dominique Holland) and a photographer mother (Nikki Holland), Harry undoubtedly inherited the artistic gene of the Holland family. Second child of four siblings, he got into filmmaking without really knowing it. ‘‘I think I was around 12 when I went to Thailand for The Impossible and watching the process of that film being made was what really made me fall in love with filmmaking,’’ he recalls.

GRUMPYMAGAZINE.COM

71


CINÉMA

‘‘Je veux juste voir jusqu’où je peux aller en tant que réalisateur’’ I just want to see how far I can go as a director Mais avant de réaliser qu’il se sentait plus à l’aise de l’autre côté de l’objectif, Harry avait fait une brève apparition dans The Impossible, puis avait retrouvé Naomi Watts dans le film Diana où il avait joué le Prince Harry enfant. ‘‘C’est lorsque que je suis allé au collège, au moment de choisir dans quoi je voulais me spécialiser, que je me suis rendu compte que le cinéma était ce que j’aimais faire. C’est quelque chose que je vais essayer de faire pour le reste de ma vie et voir où cela me mène.’’ Harry étudie alors le cinéma à la BRIT School, une école d’art de Londres. A la fin du lycée, il dévoile ses débuts officiels dans la réalisation. ‘‘Vous êtes autodidactes à travers les essais et les erreurs. Chaque fois que je fais un film, j’apprends tellement des erreurs que je fais.’’ Côtoyant régulièrement de ‘‘brillants cinéastes’’ depuis son plus jeune âge, une chance pour laquelle il est grandement reconnaissant, il entreprend d’évoluer directement sur le terrain. ‘‘Je suis en train de travailler sur un film que Doug Liman réalise. Rien qu’en le regardant travailler chaque jour, j’apprends tellement de choses que j’essaierai de mettre en oeuvre dans ma manière de réaliser’’, poursuit Harry. ‘‘Beaucoup se résume à regarder des personnes meilleures que moi travailler, et d’essayer d’apprendre d’elles.’’ Il tient d’ailleurs son meilleur conseil de Ron Howard en personne, rencontré sur le tournage de Au coeur de l’océan. ‘‘Il faisait une scène avec une plateforme énorme et un très grand plateau. C’était un peu assommant pour moi à regarder’’, raconte Harry qui était alors curieux de savoir comment le réalisateur oscarisé parvenait à gérer tout ce qui se passait autour de lui. ‘‘Il a dit qu’en tant que réalisateur, tu t’inquiètes de ce qui ce passe dans ton cadre et tu laisses les gens autour de toi s’inquiéter de tout le reste. Donc j’essaie d’en prendre compte mais évidemment je n’ai jamais eu à faire face à quelque chose qui soit à la même échelle que ce film donc c’est un peu plus facile.’’ Les premiers travaux d’Harry ont inclus le clip vidéo intitulé ‘‘Wild Runners’’ et le court-métrage ‘’In the middle of the night’’ mettant en scène un adolescent devant affronter ses luttes quotidiennes. Si ses frères sont doués pour interpréter les histoires, Harry sait les créer. ‘‘J’aime raconter des histoires que je veux raconter. J’ai une voix et j’aime l’utiliser.’’ Sur chaque projet qu’il développe, Harry peut toujours compter sur le soutien de sa famille. ‘‘Les conseils viennent principalement de ma famille. Tom m’aide énormément car il a tellement d’expérience dans cette industrie de même que mon père. Donc je parle à eux deux’’, reconnaît Harry. Enfant, il avait fait la connaissance de Mikki Lish sur le tournage de The Impossible. Harry était alors le premier nom qu’elle avait en tête pour prendre les rênes de The Mysterious House on Hoarder Hill, une histoire qu’elle a co-écrite avec son amie Kelly Ngai. ‘‘Au début j’étais intrigué de travailler avec Mikki. Elle

72

But before realizing he felt more comfortable from the other side of the lens, Harry made a short appearance in The Impossible, then he got reunited with Naomi Watts in the feature film Diana where he played young Prince Harry. ‘‘It was when I was going to college and deciding what I wanted to specialize in, that I realized that filmmaking is what I love to do. It’s something I’m going to try doing for the rest of my life and see where it takes me.’’ Harry studied filmmaking at the BRIT School, a performing arts and technology school in London. At the end of the school, he launched his official debuts behind the camera. ‘‘You’re selftaught through trial and error. Every time I make a film, I learn so much from mistakes I make.’’ Being often close to ‘‘brilliant filmmakers’’ since his early childhood, something he is grateful for, he undertook learning on the field. ‘‘At the moment I’m working on a film that Doug Liman is directing. Just watching him work every single day, I learn so much that I’ll try to implement into the way I direct,’’ Harry goes on. ‘‘A lot of it comes down to watching people better than me work, and trying to learn from them.’’ Besides, the best advice he has ever gotten comes from Ron Howard himself, that Harry met on the set of In the heart of the sea. ‘‘He was doing a scene with a massive rig and a really big set. It was a bit overwhelming for me to even watch,’’ Harry tells. The young filmmaker was then curious to know how the Oscar-winner director dealt with everything that was going on around him. ‘‘He said that as a director you worry about what’s going into your frame, and let the people around you worry about everything else. So I try to take on board but obviously I’ve never had to deal with anything on the same scale as that movie so it’s a little easier.’’ Harry’s first works included the videoclip ‘‘Wild Runners’’ and the short movie ‘‘In the middle of the night’’ that portrayed a teenager dealing with struggles in his life. His brothers are talented to perform stories, Harry knows how to create them. ‘‘I tell stories that I want to tell. I have a voice and I like to use it.’’ On every project he develops, Harry can count on his family’ support. ‘‘Mainly guidance come from my family. Tom is a massive help for me because he’s got so much experience in this industry along with my dad as well. So I speak to both of them,’’ Harry admits. He got to know Mikki Lish on the set of The Impossible when he was still a kid. Consequently Harry was at the top of her list to direct The Mysterious House on Hoarder Hill, a story she co-wrote with her friend Kelly Ngai. ‘‘At first I was intrigued


est fantastique’’, approuve Harry. ‘‘J’adore toujours m’impliquer dans différents projets. Quand j’ai lu le script, j’ai vraiment aimé l’idée. Je suis également un grand fan des bandes-annonces, c’est une chose que j’avais étudiée à l’école. Donc faire une bande-annonce pour une idée, un show télévisé que j’aimais était incroyable pour moi.’’ The Mysterious House on Hoarder Hill a été le premier projet dont l’histoire n’a pas été originellement écrite et imaginée par Harry lui-même. ‘‘Avec cette bande-annonce j’avais une pression considérable, parce que je le faisais pour Mikki et que je voulais que ce soit bon’’, déclare-t-il. ‘‘Quand nous avons réalisé la bande-annonce, nous avons réalisé que nous n’avions pas l’argent pour faire autant d’images de synthèse que nous voulions, pour montrer la magie. Cela étant dit, nous avons eu un fantastique gars des effets spéciaux appelé Dan Baldwin qui a fait un travail incroyable comme le dernier plan dans le trailer.’’

to work with Mikki. She is so fantastic,’’ Harry says. I always love getting involved with different projects. When I read the script I really liked the idea. I’m also a massive fan of movie trailers, something that I studied in school. So making a trailer for an idea, a TV show I really liked was amazing for me.’’ The Mysterious House on Hoarder Hill was the first project whose story hadn’t been originally written and invented by Harry himself. ‘‘With this trailer I felt quite a bit of a pressure making it. Just because I was making it for Mikki and I wanted it to be good,’’ he tells. ‘‘When we were making the trailer we realized we didn’t have the money to do as much CGI as we wanted, to show the magic. That being said, we did have a fantastic special effects guy called Dan Baldwin who did some amazing work like the final shot in the trailer.’’

Dans la peau des deux enfants qui rendent visite à leur grand-père anciennement magicien, nous retrouvons Emmy Marriott et Paddy Holland. Pour Harry, son petit-frère était prévu dans son casting depuis le début. ‘‘A l’origine, c’était Mikki qui m’avait dit: ‘Nous voulons Paddy pour jouer Spencer.’ Travailler avec lui était si facile car il prend si bien les indications. C’est un jeune acteur si intelligent’’, partage Harry avec fierté. ‘‘Il en va de même avec Emmy qui jouait Hedy. Ils étaient tous les deux brillants. J’étais impressionné par leur comportement mature sur le plateau et par leur contribution. J’étais vraiment content de toutes les performances.’’

In the shoes of the two children who visit their grandfather who used to be a magician, we find Emmy Marriott and Paddy Holland. For Harry, his little brother was on his cast from the beginning. ‘‘It was Mikki that told me originally: ‘We want Paddy to play Spencer.’ It was so easy to work with him because he takes direction on so well. He is such an intelligent young actor;’’ Harry proudly shares ‘‘The same with Emmy as well who played Hedy. They were both brilliant. I was so impressed by how mature they behaved on set and what they brought to the table. I was really happy with all the performances.’’

Des stills signés Nikki Holland à Paddy Holland dans un des rôles principaux, l’ensemble de la famille Holland a accompagné Harry dans cette aventure pleine de surprises. ‘‘Qu’il s’agisse de conduire les gens pour aller sur le plateau et en partir, ou m’aider à m’en sortir, ils m’ont vraiment soutenu dans tout cela’’, commence Harry. ‘‘A peu près dans tous mes projets, j’ai une aide complète de ma famille. C’est si important pour moi parce qu’ils sont les gens les plus honnêtes avec moi, ils me donnent les meilleurs conseils. Ils sont toujours là pour moi’’, conclut-il.

From the stills by Nikki Holland to Paddy Holland in one of the lead roles, the whole Holland family supported Harry through this adventure full of surprises. ‘‘Whether it’d be driving people to and from set, or just helping me keep it together, they really supported me through it all,’’ Harry starts. ‘‘Pretty much in all of my projects I have complete support from my family. It’s so important for me because they are the people that are the most honest with me, they give me the best advice. They are always there for me,’’ he adds.

Cette même année, Harry a tourné son plus récent court-métrage appelé Roses for Lily, un récit qu’il a construit pour son frère jumeau Sam qui voulait aussi se lancer dans l’interprétation. ‘‘J’ai écrit une histoire autour de cela avec l’un de mes bons amis Patrick Pendergast’’, révèle Harry. Pour l’instant, seuls de brefs aperçu de cette proche collaboration ont été diffusés, mais nous pouvons déjà ressentir une certaine magie dans ce projet. ‘‘Travailler avec lui (Sam) était fantastique. Je crois que dans le futur nous retravaillerons ensemble sur une plus grande échelle. C’est un grand acteur et j’étais vraiment fier de lui pendant le tournage.’’

This same year, Harry shot his most recent short movie called Roses for Lily, a story he made for his twin Sam who wanted to go into acting as well. ‘‘I wrote a story around that with one of my good friends Patrick Pendergast,’’ Harry reveals. For now, only brief sneak peeks of this close collaboration have been published, but we can already feel some magic in this project. ‘‘It was fantastic working with him. (Sam) I do believe in the future we will work together again on a larger scale. He’s a great actor and I was really proud of him throughout the shoot.’’

Nous savons pour le moment que Roses for Lily est une histoire d’amour sur le thème du passage à l’âge adulte. ‘‘Je pense qu’on peut beaucoup s’y identifier. C’est essentiellement une histoire d’amour. Avec n’importe quelle histoire d’amour il y a des hauts et des bas. C’est ce que nous avons essayé de capturer avec l’histoire.’’ Pour ce narrateur dont l’inspiration provient généralement du sujet traité, le coeur de Roses for Lily a été influencé par les cinq premières minutes du film d’animation Là-Haut, les séquences où nous voyons le couple vieillir ensemble. ‘‘Je voulais raconter

At the moment, we know that Roses for Lily is a love story related to the coming of age period. ‘‘I think it’s very relatable. It is essentially a love story. With any love story there are ups and downs. That’s what we try to capture with the story.’’ For this storyteller whose inspiration usually comes from the theme tackled, the heart of Roses for Lily was inspired by the first five minutes of the animated movie Up, the sequences where we see the couple growing old together. ‘‘I wanted to tell an emotional story over a long-period of time in ten minutes,’’ Harry

OCTOBRE - NOVEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

73


CINÉMA

‘‘J’aime les histoires puissantes. J’ai une voix et j’aime l’utiliser’’ I like powerful stories. I have a voice and I like to use it

44


une histoire émotionnelle sur une longue durée en dix minutes’’, précise Harry. ‘‘J’ai hâte que les gens le voient, qu’ils voient ce dont cela parle et qu’ils voient quelque chose que j’ai écrit et réalisé. Je veux que Roses for Lily plaise aux gens, et qu’ils soient émus en le regardant.’’ Une des questions que beaucoup se posent: Quelles sont les prochaines étapes de Roses for Lily? ‘‘Nous avons une coupure très rude à ce stade, nous avons encore la musique à trouver et pour moi la musique est un élément important de la réalisation’’, nous confie Harry. ‘‘Cela prend normalement du temps avec mes projets car je veux que la musique soit exactement comme je l’imaginais quand j’écrivais le film.’’ Malgré tout, il espère que Roses for Lily sera complet avant la fin de l’année. ‘‘Ensuite nous verrons ce qui arrive au film, nous devons nous réunir et voir si nous l’emmenons à des festivals, ou si nous le postons en ligne. Dans tous les cas les gens le verront.’’ Bien qu’il ait déjà une forte vision, Harry admet être toujours en train de définir son style en tant que cinéaste, en essayant de faire autant de films différents que possible. ‘‘J’ai déjà commencé à réfléchir au suivant et je pense qu’il s’agira d’une histoire plus sombre et brute,’’ assure-t-il. ‘‘Après que j’aie fini de travailler sur ce film au Canada, mon attention sera sur la fin de Roses for Lily. Après, il y aura probablement un autre court-métrage mais nous devrons attendre et voir ce qu’il en advient.’’ Selon lui, la clé pour faire un bon film est d’avoir une bonne histoire et cinématographie. ‘‘Si je vais voir un film et qu’ensuite j’y pense encore deux semaines après, c’est un bon film. Si je regarde un film et que je n’y repense plus, ce n’est pas un bon film pour moi. Mais évidemment c’est seulement mon avis.’’ Prochainement, Harry sortira un documentaire portant sur l’anxiété. ‘‘C’est une chose qui me touche directement. J’aimerais que les gens voient cela pour mieux comprendre les effets de l’anxiété. Plus important encore, j’aimerais que le documentaire aide les personnes qui ont affaire à l’anxiété.’’ Ainsi, Harry veut que son public apprécie en toute honnêteté son travail. Sur la toile, Harry est aussi repéré pour ses fabuleux clichés photographiques et il dirige même un compte dédié à la photographie. ‘‘Je suis actuellement en train de travailler pour un photographe de plateau, je suis son assistant. Mais la photographie est juste un loisir pour moi. C’est une chose que j’adore faire’’, soutient Harry. ‘‘Peut-être que je ferai cela professionnellement plus tard. Mais mon objectif principal est la réalisation.’’ Il admire toutefois les personnes capables de raconter des histoires à travers leurs photos. ‘‘C’est une chose que j’adorerais pouvoir faire. Bien que je préfère capturer des moments magiques dans un film.’’ Son objectif ultime dans la vie est de faire ce qu’il aime avec les gens qu’il aime dans sa vie. Et il semblerait qu’il soit déjà sur la bonne voie pour accomplir ses rêves et nous faire rêver par la même occasion. ‘‘Je veux voir jusqu’où je peux aller en tant que réalisateur. Je verrai où cela me mène et j’espère que c’est une chose que je pourrai faire pour le reste de ma vie.’’

details. ‘‘I’m excited for people to see it, to see what it’s about and to see something that I’ve written and directed. I want people to enjoy it, and I want people to get emotional when they watch it.’’ One of the questions that many people ask is: What are the next steps for Roses for Lily? ‘‘We have a very rough cut at this stage, we still need the music to come together and for me music is such a massive part of filmmaking,’’ Harry says. ‘‘That normally takes a while with my projects because I like the music to be exactly how I imagined it when I was writing the film.’’ Nevertheless, he is hoping Roses for Lily will be finished before the end of this year. Then we will see what happens to the film, we have to sit down and think about whether we take it to festivals, whether it will be something we put online. But either way people will see it.’’ Although he already has a strong vision, Harry admits he is still trying to define his style as a filmmaker, trying to make as many different styled films as he can. ‘‘I’ve already started thinking about the next one that I think it’s going to be more of a dark, gritty story,’’ he promises. ‘‘After I finish working on this film in Canada, my focus will be on finished Roses For Lily. After, there will probably be another short film but we will have to wait and see.’’ According to him, we need a good story, and good cinematography to make a film good. That’s his key. ‘‘If I go to see a film and then two weeks late I’m still thinking about it, it’s a great film. If I watch a film and don’t think about it never again, for me it’s not a good film. But of course that’s only my opinion.’’ Moving forward Harry will soon release a documentary about anxiety. ‘‘It’s something that’s actually very close to me. I’d love for people who see that to perhaps get a better insight into the effects of anxiety. More importantly tho, I would love for the documentary to help people who are dealing with anxiety.’’ Thus Harry wants his viewers to genuinely enjoy his work.’’ On the web, Harry is also spotted for his nice photographs and he even owns a photography account. ‘‘I’m actually in the process of working for a stills photographer on a film as his assistant. But photography for me is just a hobby. It’s something I love to do,’’ Harry insists. ‘‘Maybe it’s something that I’ll try and do professionally later down the line. But my main goal is to direct.’’ However he admires people who are able to tell stories through their photos. ‘‘That’s something I’d love to be able to do. Although for me I prefer to try and capture magical moments in a film.’’ His ultimate goal in life is to do what he loves with the people he loves in his life. It appears he is already on the right track to achieve his dreams and make us dream at the same time. ‘‘I want to see how far I can go as a director. I’ll see where that takes me and hopefully it’s something  that I can spend the rest of my life doing.’’

GRUMPYMAGAZINE.COM

75


CINÉMA

‘‘Ma famille sont les personnes qui sont le plus honnêtes avec moi’’ My family are the people that are the most honest with me

76


OCTOBRE - NOVEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

77


CINÉMA

The Mysterious House on Hoarder Hill Propos recueillis par Jasmine Perrier Photos de Nikki Holland

Q

‘‘

Il était une fois The Mysterious House of Hoarder Hill, une histoire écrite par Mikki Lish et Kelly Ngai, deux amies de longue date d’Australie.Tout a débuté entre elles il y a huit ans, lorsqu’elles ont été présentées par Douglas, le frère de Kelly, qui avait auparavant travaillé avec Mikki sur certains films. ‘‘Nous avons commencé à explorer l’idée de Hoarder Hill il y a quelques années, mais avons ensuite été tournées vers un autre scénario pour enfants sur lequel nous travaillions’’, racontent-elles. L’histoire initialement appelée ‘‘Hedy Hoarder’’ est tout de même restée dans leur esprit et a fini par devenir leur intérêt principal.

Once upon a time The Mysterious House of Hoarder Hill, a story written by Mikki Lish and Kelly Ngai, two long-time friends from Australia. They were introduced eight years ago by Kelly’s brother Douglas, who had previously worked with Mikki on a few films. ‘‘We began exploring the idea of Hoarder Hill a couple of years ago, but then got side tracked with another children’s screenplay that we were working on,’’ they both say. The story initially called ‘‘Hedy Hoarder’’ kept rising back into their consciousness and it ended up being their primary focus.

‘‘Il s’agissait au départ de deux enfants qui atterrissaient dans une maison abandonnée tenue par un thésauriseur, et parmi son tas de propriétés, ils déterrent la magie’’, indique Mikki sur leur idée initiale pour ce projet prometteur. ‘‘Nous avons eu des réponses avant même que les gens connaissent vraiment l’histoire. Nous avons travaillé l’idée originale autour de cela et avons décidé que c’était un peu trop sombre et complexe pour les enfants, donc nous avons dû trouver une autre raison pour que nos jeunes personnages soient attirés vers cet endroit rempli d’objets magiques’’, ajoute Kelly. A présent, vous savez comment cette aventure a débuté. Et la bandeannonce qu’elles ont sortie début septembre prouve assurément qu’elles ont parcouru un long chemin avec leur histoire. Aujourd’hui, elles sont fières de nous présenter l’oeuvre qu’elles ont adaptée avec une chaleureuse et talentueuse équipe. Si vous n’avez pas encore été enchantés par leur monde, allez regarder immédiatement leur bande-annonce sur YouTube!

78

W

hen two children reluctantly spend time with their reclusive eccentric grandfather, they find themselves on a quest to solve the mysterious disappearance of their grandmother decades earlier. Searching for clues, they uncover dangerous magic and secrets from their grandfather’s past as a magician, because in the house of a magician you never know what – or who – you will find.’’

‘‘ uand deux enfants passent à contre coeur du temps avec leur excentrique grand-père solitaire, ils se retrouvent à enquêter pour élucider la mystérieuse disparition de leur grand-mère des décennies plus tôt. En cherchant des indices, ils découvrent de la magie dangereuse et des secrets du passé de leur grand-père en tant que magicien, parce que dans la maison d’un magicien, vous ne savez jamais quoi - ou qui - vous trouverez.’’

‘‘It began as two children who stumbled into a derelict house owned by a hoarder, and amongst those hoarded possessions they unearthed magic,’’ Mikki tells about their initial idea for this exciting project. ‘‘People responded to it before they even really knew what the story was. We thrashed the original idea around and we decided it was a bit too dark and tricky for kids, so we had to come up with another reason for our young characters to be drawn to this place full of magical objects,’’ Kelly adds. From now on, you know how all this journey started off. And the trailer that they released early September certainly proves that they have come a long way with their story. Today they are proud to introduce us the work they adapted, surrounded by a talented and loving team. If you haven’t been enchanted by The Mysterious House on Hoarder Hill’s world yet, check out now their trailer on YouTube!


Emmy Marriott (Hedy)

‘‘Emmy et Paddy étaient superbes. Ce sont de jeunes acteurs intelligents’’ Emmy and Paddy were superb. They’re intelligent young actors

Paddy Holland (Spencer)

OCTOBRE - NOVEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

79


CINÉMA

‘‘Nous voulons provoquer de l’émerveillement’’ We want to make a sense of wonder bloom

UN PROCESSUS DE CRÉATION COLLABORATIF: ‘‘C’EST TOUJOURS UNE DANSE’’

A COLLABORATIVE CREATIVE PROCESS: ‘‘IT’S STILL A DANCE’’

MIKKI: ‘‘Kelly vit à Sydney et je vis en Californie, donc il y a beaucoup d’e-mails et d’appels sur Skype! En premier, j’ai écrit à Kelly avec une idée générale de l’histoire. A partir de là c’était souvent un nombre incroyable d’idées qu’on déposait et partageait jusqu’à ce que nous trouvions ce qui marchait le mieux et quelle était la meilleure histoire à raconter. Ensuite le défi a été d’écrire l’histoire autour de cela. Kelly et moi travaillons bien ensemble étant donné que je suis habituellement une tornade et que Kelly a une façon incroyable de visionner toutes ces idées tourbillonnantes et de construire un beau récit. Les idées sont transformées avec la plume de Kelly.’’

MIKKI: ‘‘Kelly lives in Sydney and I live in California, so there is a lot of emails and Skype calls! It began with my emailing Kelly a general idea of the story. From there it tends to be an awful lot of idea dumping and sharing until we figure out what works best and what is the best story to tell. Then the challenge is to write a story around it. Kelly and I work well together as I am usually a whirlwind and Kelly has an amazing way of looking at all these swirling ideas and building a beautiful narrative. The ideas are transformed with Kelly’s written brushstrokes.’’

KELLY: ‘‘Mikki m’a plus vue sur Skype en pyjama qu’apprêtée. De mon point de vue, Mikki a toutes ces idées folles, amusantes et magnifiques pour l’imaginaire, l’action et les blagues. Et je suis plus tournée vers l’élaboration de ces merveilleuses idées. Parfois, j’aime nous voir comme une équipe de bijoutiers: Mikki a déterré toutes ces sublimes pierres précieuses que j’essaie de confectionner en une pièce qui peut être portée. Sans Mikki, je produirais des chaînes fonctionnelles qui ne raviraient personne. Même si nous avons préparé tout cela ensemble et que nous savons où l’histoire se dirige, c’est toujours une danse – pendant que nous écrivons de nouvelles idées surgissent et changent l’histoire, ou au moins l’approfondissent. Et nous aimons toutes les deux résoudre les incohérences ou faiblesses de l’intrigue.’’

INSPIRATION: ‘‘LES LIMITES VOUS FORCENT A ÊTRE CRÉATIF’’ KELLY: ‘‘Je suis fan du fantastique depuis l’enfance: enfant, je lisais la mythologie scandinave avec Tolkien, adolescente, c’était les bandes dessinées Sandman de Neil Gaiman. Adulte, j’adore la série Téméraire de Naomi Novik. J’aime également À la croisée des mondes de Philip Pullman. Ils m’ont donné envie d’écrire quelque chose pour les enfants, mais qui en vaille la peine, qui n’évite pas les vraies émotions ou problèmes avancés.’’ MIKKI & KELLY: ‘‘Fondamentalement, nous sommes inspirées par les choses que les enfants trouvent drôles ou fascinantes. Une partie de notre inspiration inclut aussi la prise de décision pragmatique. En tant que novices voulant voir notre série télévisée produite, nous avons décidé de ne pas écrire une histoire qui demande des centaines de lieux de tournage, costumes d’époque et des tas de suppléments, même si nous avons aussi une histoire comme cela dans notre tiroir! Les chances d’être soutenues étaient faibles. L’histoire d’Hoarder Hill est assez maîtrisée et nous aimons penser petit budget; la majeure partie se passe dans une seule maison. Mais les limites comme celles-là sont bien – elles vous forcent à être créatif.

80

KELLY: ‘‘Mikki’s seen me in my pyjamas on Skype way more than in healthy. In my view, Mikki has all these crazy, fun, beautiful ideas for imagery, action, and jokes. And I’m more about moving that cursor along and crafting these wonderful ideas into a story that flows. Sometimes I think of us as a jeweller partnership: Mikki has unearthed all these gorgeous gemstones that I try to craft into a piece that can be worn. Without Mikki, I’d be producing functional chains that don’t delight anyone. Even though we have plotted it all out together and know where the story is headed, it’s still a dance – as we write, new ideas come up that alter the story, or at the very least deepen it. And we both love solving the plot holes or weaknesses.’’

INSPIRATION: ‘‘LIMITATIONS FORCE YOU TO BE CREATIVE’’ KELLY: I’ve been a bit of a fantasy nut since childhood: Norse mythology as a young kid through to Tolkien, Neil Gaiman’s Sandman comics as a teenager. As an adult I adore Naomi Novik’s Temeraire series. I also love Philip Pullman’s His Dark Materials. They made me want to write something that was kid-friendly but also kid-worthy, that didn’t shy away from real emotions or mature problems. MIKKI & KELLY: ‘‘Ultimately we’re inspired by what we think kids will find fun or thrilling. Some of our inspiration is pragmatic decision-making too. As newcomers wanting to have our TV show concept produced, we decided not to write a story that required hundreds of location shoots, period costumes and armies of extras, although we do have a story like that in our bottom drawer as well! The odds of that getting picked up were pretty slim. The Hoarder Hill story is pretty contained and we like to think budget-friendly; most of it occurs in the one house. But limitations like that are great – they force you to be creative.’’


LA CO-PRODUCTION DE LA BANDE-ANNONCE MIKKI: ‘‘Kelly et moi avons fini par la co-produire à distance. Je me suis concentrée sur la trouvaille du lieu, qui était pour cette bande-annonce fondamentale. Si nous ne pouvions pas trouver le lieu parfait qui reflète l’image et l’ambiance de l’histoire, le tournage n’en aurait pas valu la peine. Nous avons également été en charge de l’approvisionnement et de l’achat des accessoires clés et des tenues des personnages.’’

LE CASTING ET L’ÉQUIPE: ‘‘NOUS SOMMES RECONNAISSANTES ENVERS TOUTE LA FAMILLE HOLLAND’’ MIKKI & KELLY: ‘‘Emmy et Paddy étaient superbes en Hedy et Spencer, même pour une si courte période. Ce sont de jeunes acteurs intelligents et ils ont vraiment donné vie à leurs personnages. En fait, nous sommes profondément reconnaissantes envers toute la famille Holland: d’Harry qui s’est chargé de la réalisation, à Paddy qui a joué dedans, sans oublier Nikki qui a pris les photos, Sam et Dom qui ont aidé sur le tournage et Tom qui a soutenu le projet.’’ KELLY: ‘‘Mon conjoint m’a mise en contact avec son collègue et ami, Daniel Baldwin, notre superviseur des effets visuels. Dan travaille pour Double Negative Visual Effetcts. La magie n’aurait pas fonctionné sans Dan. Il a travaillé sur de nombreux films, était très engagé et patient, et a offert d’excellents conseils pour avoir de beaux plans bien rythmés.’’ MIKKI: ‘‘J’ai rencontré Ben Perkins sur le tournage de The Impossible, c’est un incroyable coach en interprétation. Il a également supervisé les enfants du prochain Jurassic Park, ÇA... Il a apporté son expérience pour que de grandes performances ressortent d’Emmy et de Paddy. Et j’ai été très chanceuse que des contacts talentueux pouvant aider en post-production. Walt Brandt a composé la musique pour divers artistes, films et séries. Il a fait un travail exquis qui a créé exactement l’atmosphère que nous voulions. Pip Rhodes a travaillé dans la conception visuelle des concerts de Radiohead pendant plus de 10 ans, et a fait le graphisme de nos titres, ce qui était merveilleux.’’

TRAVAILLER AVEC HARRY HOLLAND: ‘‘NOUS N’AVONS JAMAIS ENVISAGÉ DE LE FAIRE AVEC QUELQU’UN D’AUTRE’’ MIKKI: ‘‘J’ai rencontré la famille Holland sur le tournage de The Impossible. Il y a quelques années, Harry a commencé à poster ses court-métrages et je trouvais qu’il avait fait un travail fabuleux dans tous les aspects. Quand nous avons décidé de tourner la bande-annonce, nous avons contacté Harry et lui avons demandé si raconter notre histoire l’intéressait. Honnêtement, nous n’avons jamais envisagé de le faire avec quelqu’un d’autre. Nous avons simplement adoré les compétences d’Harry pour raconter des histoires.’’ MIKKI & KELLY: ‘‘Harry a un grand portfolio de courtmétrages qu’il a écrits et réalisés – ils sont magnifiques et très matures pour un adolescent. Il nous a durement affrontées sur certaines choses que nous voulions inclure dans la bande-annonce, mais c’était toujours

ON CO-PRODUCING THE TRAILER MIKKI: ‘‘Kelly and I ended up co-producing it remotely. I concentrated on finding the location, which for this trailer was key. If we couldn’t find the perfect location that reflected the look and feel of the story, it would not have been worth shooting. We also dealt with sourcing and purchasing the key props and looks of the characters.’’

ON THE CAST AND CREW: ‘‘WE’RE INDEBTED TO THE WHOLE HOLLAND FAMILY’’ MIKKI & KELLY: ‘‘Emmy and Paddy were superb as Hedy and Spencer, even for such a short time. They’re intelligent young actors and really brought their characters to life. In fact, we’re deeply indebted to the whole Holland family: from Harry directing and Paddy acting to Nikki taking photos, Sam and Dom helping onset and Tom supporting the project.’’ KELLY: ‘‘My partner put me in touch with his colleague and friend, Daniel Baldwin, our VFX Supervisor. Dan works for the award-winning Double Negative Visual Effects. The magic would not have worked without Dan. He’s worked on many films, was very committed and patient, and offered excellent advice on getting beautiful, well-paced shots locked down.’’ MIKKI: ‘‘I had met Ben Perkins on the set of The Impossible, he is an amazing acting coach. He has also coached the kids on the upcoming Jurassic Park, IT... He brought his experience to getting great performances out of Emmy and Paddy. And I was very lucky that some talented contacts were able to help out in post-production. Walt Brandt has composed music for various artists, movies and TV shows. He did an exquisite job that created exactly the atmosphere we wanted. Pip Rhodes has been involved with the visual design for Radiohead’s live shows for over 10 years, and did our title graphics for us which was wonderful.’’

ON WORKING WITH HARRY HOLLAND: ‘‘WE NEVER CONSIDERED DOING IT WITH ANYONE ELSE’’ MIKKI: ‘‘I met the Holland family on the set of The Impossible. A couple of years ago Harry started posting his short movies that he had written and directed and I thought he had done an amazing job in all aspects. When we decided to shoot a trailer, we reached out to Harry and asked him if he would be interested in telling our story. We quite honestly never considered doing it with anyone else. We just loved Harry’s story telling skills.’’ MIKKI & KELLY: ‘‘Harry has a strong portfolio of short films that he wrote and directed – they’re beautiful and very mature films for a teenager. He fought us hard on a few things that we wanted to include in the trailer, but it was always a constructive and pleasant

OCTOBRE - NOVEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

81


CINÉMA

‘‘A 18 ans Harry se comporte comme un professionnel expérimenté’’ At 18 years old Harry carries himself like a seasoned professional

82


une discussion constructive et plaisante. Il avait une forte vision sur la manière dont les choses devaient paraître et sur ce qui devait être dit, et nous avons dû renoncer à notre vision. Bien qu’Harry ait 18 ans, il se comporte comme un professionnel expérimenté.’’

LA NAISSANCE DE LEUR VISION A L’ÉCRAN: ‘‘ENTENDRE NOS PAROLES PRONONCÉES PAR LE CASTING ÉTAIT FORMIDABLE’’

discussion. He had a strong vision on how it should look and what should be told, and we definitely had to let go of our vision. Although Harry is 18 years old, he carries himself like a seasoned professional.’’

ON SEEING THEIR VISION COMING TO LIFE ONSCREEN: ‘‘TO HEAR OUR WORDS SPOKEN BY THE CAST WAS AMAZING’’

MIKKI: ‘‘Vous écrivez les mots et créez le monde et circonstances où vivent vos personnages – et ils ont tendance à occuper votre conscience et subconscient jour après jour. Donc vous avez l’impression de les connaître. Mais entendre nos paroles prononcées par Emmy, Paddy et le casting était formidable.’’

MIKKI: ‘‘You write the words and create the world and circumstances that your characters live in – and they tend to occupy your consciousness and subconscious day in day out. So you feel you know them. But to hear our words spoken by Emmy and Paddy and the cast was amazing.’’

KELLY: ‘‘J’ai été épatée par la richesse d’une image qu’Harry et notre directeur de la photographie Lloyd Cook capturaient. La musique de Walt me donne des frissons. J’ai presque pleuré de joie quand John Peters a livré le monologue du Grand-père sur la magie et vous pouviez voir son coeur se briser sous le coup de la douleur qui resurgissait. Et j’ai adoré voir le clin d’oeil du cerf. (Merci Dan) Donc maintenant j’ai hâte que les autres rencontrent ce personnage.’’

KELLY: ‘‘I was stunned by how rich a look Harry and our cinematographer, Lloyd Cook, captured. Walt’s music gives me shivers. I almost cried with joy when John Peters delivered Grandad’s monologue about magic and you could see his heart breaking with relived pain. And I loved seeing the stag blink. (Thank you Dan) So now I’m really impatient for others to meet that character.’’

LA POURSUITE D’UNE ‘‘SENSATION D’ÉMERVEILLEMENT CHEZ LES GENS’’ KELLY: ‘‘Nous voulons vraiment provoquer une sensation d’émerveillement chez les gens qui regardent ou lisent notre histoire. Quand j’ai terminé de lire Le Seigneur des Anneaux pour la première fois, j’étais en larmes. J’ai eu l’impression de perdre ce monde et ces personnages qui me semblaient très réels. Donc je crois que nous voulons faire pleurer les gens et qu’ils se sentent seuls quand ils finissent l’histoire? Non, blague à part, nous aimerions que nos spectateurs ou lecteurs ressentent une profonde connexion avec les personnages, qu’ils aient ri, et aient été enchantés. Si cela élargit aussi le vocabulaire d’un enfant, ce serait parfait.’’

‘‘NOUS AVONS UNE PLUS GRANDE HISTOIRE PRÉVUE POUR HEDY, SPENCER ET GRANDPÈRE JOHN’’ MIKKI & KELLY: ‘‘La bande-annonce était une sorte de preuve du concept, une carte de visite. Nous pensions qu’au lieu de simplement transmettre des mots sur une page à un producteur, les visuels parleraient beaucoup mieux et resteraient dans la conscience des gens. Moins d’une semaine après la sortie de notre bande-annonce, nous avons eu plus d’un million de vues sur Instagram et Youtube. Par la suite, nous avons été contactées par divers professionnels de l’industrie et compagnies de production qui ont maintenant une meilleure idée de notre vision et qui veulent en savoir plus. Nous commençons également à rassembler nos idées pour le deuxième livre, qui pourrait être la deuxième saison d’une série télévisée ou d’une adaptation cinématographique. L’intrigue est là, et nous avons une plus grande histoire prévue pour Hedy, Spencer et Grand-père John.’’

PURSUIT OF ‘‘A SENSE OF WONDER BLOOM IN PEOPLE’’ KELLY: ‘‘We really want to just make a sense of wonder bloom in people who watch or read our story. When I finished reading The Lord of the Rings for the first time, I was in tears. I felt a huge sense of loss for that world and characters who felt very real to me. So, I guess we want to make people cry and want to be alone when they finish the story? No, jokes aside, we would love viewers or readers to feel a deep sense of connection to the characters, to have laughed, and to have been thrilled. If it expands a child’s vocabulary too, that would be perfect.’’

‘‘WE HAVE A BIGGER STORY PLANNED FOR HEDY, SPENCER AND GRANDAD JOHN’’ MIKKI & KELLY: ‘‘The trailer was a type of proof of concept, a calling card of sorts. We believed that rather than just handing over words on a page to a producer, the visuals would speak much louder and stay in people’s consciousness. Within a week of releasing our trailer, we had in excess of 1 million views across Instagram and Youtube. As a result we have been contacted by a variety of industry professionals and production companies who now have a better idea of what our vision is and want to know more. We’re also starting to gather our ideas for Book 2, which could be a second season of a TV series or a movie adaptation. The plot is there, and we have a bigger story planned for Hedy, Spencer and Grandad John.’’

OCTOBRE - NOVEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

83


MODE

Matt Sarafa Propos recueillis par Jasmine Perrier

Photos de Jasmine Perrier

L

On

Après avoir conquis la Fashion Week de New York au début de l’année avec ‘‘FAKE’’, le jeune styliste a décidé de traverser les frontières de son pays d’origine pour exposer à deux pas de l’iconique Place Vendôme sa dernière collection intitulée ‘‘ROLEPLAY.’’ Matt était encore sous l’emprise de l’excitation quand je l’ai croisé après son défilé. ‘‘J’étais si ravi de pouvoir venir en France. C’est en réalité ma première visite ici et je suis heureux que ma première fois en France soit pour montrer une collection ici. C’est tellement fou et irréel’’, dit-il avec enthousiasme.

After conquering New York Fashion Week early 2017 with ‘‘FAKE,’’ the young fashion designer decided to fly beyond national borders to showcase his latest collection called ‘‘ROLEPLAY’’ near the iconic Place Vendôme. When I ran into him, Matt was still under the influence of emotions he has got through his show. ‘‘I’m so excited that I was able to come to France. It’s actually my first time here and I’m happy that my first time in France ended up being with me showing a collection here. That’s so crazy and surreal,’’ he said in a happy mood.

e 28 septembre, Matt Sarafa a présenté pour la première fois son travail dans la capitale mondiale de la mode: Paris. Le designer indépendant de 19 ans originaire de Manhattan Beach en Californie a été révélé dans la première saison de l’émission américaine Projet Runway Junior diffusée en 2015 aux États-Unis. Depuis, il travaille pour développer son empire. En plus de ses lignes de vêtements, il a également sorti une ligne de bijoux exclusive incluant des bagues ou des colliers, qu’il est encore en train d’étendre.

September 28th, Matt Sarafa presented for the first time his work in the world’s fashion capital: Paris. The 19 year-old independent designer from Manhattan Beach, California, was revealed in the first season of Project Runway Junior that aired in 2015 in America. Ever since, he has been working on building his fashion empire. Along with his clothing lines, he also released an exclusive jewelry line including pieces like rings and necklaces, that he is still expanding.

‘‘A 19 ans je suis si heureux d’en être là dans ma carrière, dans ma vie’’ At 19 I’m so happy with where I am at in my career, in my life

Comment se passe ta première fois à Paris? Apprécies-tu le mode de vie parisien?

How is your first time in Paris going on? Do you enjoy the Parisian way of life?

Je suis obsédé par Paris. Je crois que je veux déménager ici. C’est dingue à quel point tout le monde est sympa. Et les restaurants, la nourriture, l’architecture, tout est magnifique! Il y a certainement des choses de chez moi qui me manquent. Mais j’aime le mode de vie ici. J’aime certainement beaucoup plus la nourriture. Tout ce que j’ai eu est délicieux. J’aurais juste souhaité parler français, la barrière de la langue est dure.

I’m obsessed with Paris. I think I want to move here. It’s just so crazy how nice everybody is here. And the restaurants, the food, the architecture, everything is beautiful! There are definitely some aspects that I miss from home. But I like the way here. I definitely love the food much better here. Everything that I’ve had is delicious. I just wished I spoke French, the language barrier is tough.

Crois-tu que l’industrie de la mode est traitée de la même manière en France et aux Etats-Unis, ou au contraire sont-elles complètement différentes? Elles sont plutôt différentes. L’industrie de la mode est en train d’exploser ici. Je pense qu’à Los Angeles ce n’est pas astronomique mais c’est en train de se développer. Mais tout le monde s’habille si bien ici. C’est bien mieux.

84

Do you think that both fashion industries in France and in the US deal with the business in the same way? There are pretty different. The fashion industry is booming more here. I think in Los Angeles it’s not astronomical but it’s growing. But everybody here dresses so nice. It’s so much better here.


OCTOBRE - NOVEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

85


MODE

Pour continuer avec ton histoire personnelle, tu t’es intéressé à la mode à l’âge de 7 ans...

To continue with your personal story, you first found interest in fashion at 7...

Oui c’était quand j’ai regardé Project Runway pour la première fois. J’étais avec ma mère, elle était nostalgique et nous avons regardé le show entier. Je me suis dit: ‘‘Oh mon dieu, je suis obsédé par l’industrie de la mode et par la manière dont ils abordent une idée, la dessinent, et lui donnent ensuite vie avec des tissus et des matières. Je me suis dit: ‘‘J’ai besoin de faire cela.’’ Donc j’ai appris à vendre, j’ai fait quelques tenues, j’ai continué à travaillé dessus et aujourd’hui je suis là.

Yes it was when I first watched Project Runway. I was with my mom, she was homesick and we watched the entire series. I was like: ‘‘Oh my gosh, I’m obsessed with the fashion industry and how they take up with an idea, and sketch it down, and then bring it to life with fabrics and materials. I was like: ‘‘I need to do this.’’ So I learned to sell, I made some outfits, I just kept working at it and here I am today.

C’est définitivement le moment où tu as réalisé que tu voulais faire cela pour le reste de ta vie...

That’s definitely when you realized you wanted to do it for the rest of your life...

Après avoir fait cela pendant un moment je me suis dit: ‘‘Wow c’est vraiment ce qui me rend heureux, ce qui me donne envie de me lever le matin.’’ J’aime créer. Et les moments comme celui-ci après le show où j’ai présenté ma collection m’aident à me sentir bien.

After I did it for a while I was like: ‘‘Wow this is really what makes me happy, that’s what makes we want to get up in the morning.’’ I just love to create. And moments like these after the show where I just debut my collection make me feel so good.

Comment es-tu parvenu à améliorer ton style et tes compétences dans la mode?

86

How did you get to improve your fashion style and skills?

Honnêtement, je crois que cela prend simplement du temps à se développer. J’affine mon style et mes goûts au fil du temps. J’ai vraiment grandi en tant que personne et designer. J’ai vécu plus de choses de la vie, de ce que la vie a à offrir. Cela s’est vraiment reflété dans mes créations.

I honestly think that it just takes time to grow. I’m refining my style and tastes over time. I’ve really grown as a person and as a designer. I’ve experienced a lot more of life, of what life has to offer. That has really come across in my designs.

Comment décrirais-tu ton style et ta personnalité en tant que designer?

How would you describe your fashion style and yourself as a designer?

Mon style se rapporte à composer ce qui est avant-gardiste. J’aime les choses audacieuses qui développent les liens, et les choses qui ne sont pas comme tout le monde. Ce qui m’attire dans le monde de la mode est qu’il s’agit d’un moyen de se différencier de la foule et de s’exprimer avec ce que vous portez. Donc j’aime créer des vêtements qui sont pour les gens qui n’ont pas peur de prendre des risques, et d’être courageux pour exprimer qui ils sont vraiment.

My fashion style is always composing what is edgy. I love edgy things and stuff that pushes up boundaries and isn’t like everybody else. What attracts me to fashion world is that it’s a way to differentiate yourself from the crowd and express yourself with what you wear. So I like to create clothes that are for people who aren’t afraid to take risks, who aren’t afraid to be daring to express who they truly are.

D’ailleurs, j’ai adoré la robe qui a ouvert ton défilé!

By the way I loved the dress that opened your show!

Merci beaucoup! Celle avec les plumes! Celle-là a été si compliquée à faire avec toutes ces petites plumes mais le résultat en valait tellement la peine!

Thank you so much! The feather one! That one was so hard to do with all these little feathers but the way it turned out was so worth it!

Plus généralement, d’où te sont venues toutes ces idées pour ta nouvelle collection?

Generally speaking, how did you come up with all the ideas for your new collection?

Le nom de la collection est ‘‘ROLEPLAY.’’ J’ai été inspiré par les rôles de genre. Donc vous avez vu les deux couleurs principales qui sont le rose layette et le bleu ciel. Je voulais jouer avec la manière dont la masculinité et la féminité sont assignées à un enfant à la naissance, avec le fait que les petits garçons portent toujours du bleu et les petites filles portent du rose. Je voulais mélanger masculinité et féminité et j’en suis venu à cela.

The name of the collection is ‘‘ROLEPLAY.’’ I was inspired by gender roles. So you saw that the two primary colors are a baby pink and a baby cerulean blue. I wanted to play with how masculinity and femininity are assigned at birth to a kid, how the little boys always wear the baby blue color and the little girls wear the pink. I wanted to mix masculinity and femininity and that’s what I came up with.


‘‘J’aspire vraiment à inspirer quiconque à suivre ses rêves’’ I really aspire to inspire anybody to follow their dreams

Peut-on dire que ‘‘ROLEPLAY’’ poursuit l’histoire que tu avais commencé à raconter à travers ta collection précédente?

Do you believe ‘‘ROLEPLAY’’ follows the story you started to tell through your former collection?

Je le pense vraiment! Ma dernière collection ‘‘FAKE’’ que j’ai montrée à la Fashion Week de New York en Février avait un très fort point de vue. C’était très différent de cette collection dans la mesure où elle était plus douce et fun. Et cette fois-ci j’ai joué avec plus de silhouettes et plus de matières différentes. ‘‘FAKE’’ avait des fourrures, des couleurs avant-gardistes, beaucoup de noir. Comme celle-ci était une collection Printemps/ Été je voulais éviter d’utiliser du noir.

I definitely think so! My last collection ‘‘FAKE’’ that I showed at New York Fashion Week in February had a very strong point of view. It was very different from this collection is a sense that it was a little softer and more fun. And I played around with more silhouettes and more different materials this time around. ‘‘FAKE’’ had furs, edgy colors, a lot of black. For this one, since it was a Spring/Summer collection I wanted to refrain from using any black.

Tu es un designer indépendant. Qu’est-ce que ça fait d’être son propre patron?

You’re also defined as an independent designer. Can you tell us more about being your own boss?

J’ai une excellente équipe qui travaille à mes côtés. J’ai mes assistants, mes manufactures... Mais je suis vraiment le coeur de cette marque, je suis le PDG, ce qui est bizarre à dire à 19 ans.

I have a great team that works alongside with me. I have my assistants, my manufactures... But I am really the heart of this brand, I’m the CEO, which is so weird to say at 19 years old.

Quel est le plus grand défi qu’implique la gestion de ton business? La partie la plus difficile serait de garder l’équilibre avec toutes les autres choses qui se passent dans ma vie, car je suis étudiant à plein temps chez moi, à UCLA. Ensuite j’ai 19 ans donc j’essaie de trouver un équilibre pour avoir une vie sociale normale, avoir des amis. Ce serait la partie la plus dure mais honnêtement je ne changerais cela pour rien au monde. Je suis si heureux d’en être là aujourd’hui dans ma carrière, dans ma vie. Je ne pourrais pas être plus heureux.

What’s the most challenging part of running your business? The most challenging part would have to be balancing with everything else that’s going on in my life, Because I’m a full-time student, back home at UCLA. Then I’m also a 19 year-old so I’m trying to balance having a normal social life, have friends. That would be the toughest part but honestly I wouldn’t trade it for the world. I’m so happy with where I am at in my career, in my life right now. I couldn’t be happier.

En effet, ton parcours est très inspirant. Merci beaucoup. C’est vraiment mon objectif. C’est le compliment le plus flattant que tu pouvais me dire. J’aspire vraiment à inspirer quiconque à suivre ses rêves. Après New York et Paris, quelles sont tes prochaines destinations? Drôles de circonstances: quand j’étais à New York je parlais à mon assistante et elle m’a dit: ‘‘Tu as fait la Fashion Week de New York à 18 ans, où irais-tu à partir de là?’’ Et je lui ai répondu en plaisantant: ‘‘Peut-être Milan, Paris’’ et nous avons tous rigolé. Et me voici quelques mois plus tard, à la Fashion Week de Paris. Donc je ne sais vraiment pas où j’irai ensuite. Les opportunités sont infinies et j’ai hâte de voir où mes rêves m’emmèneront par la suite.

Indeed your journey is really inspiring. Thank you so much. That’s really my goal. That’s the most flattering compliment that you could say to me. I really aspire to inspire anybody to follow their dreams. After New York and Paris, what are your next destinations? Funny enough when I was in New York I was talking to my assistant and she said: ‘‘You did New York Fashion Week at 18 years old, where would you go from here?’’ And I joked: ‘‘Maybe Milan, Paris’’ and we all laughed. And here I am a few months later, at Paris Fashion Week. So I really don’t know where I’d go from here. The opportunities are endless and I’m so excited to see where my dream takes me next.

OCTOBRE - NOVEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

87


MODE

88

Qu’en est-il de tes plans pour le futur?

What about your plans in a near future?

Je vais certainement aller de l’avant dans la mode parce que c’est mon plus grand rêve dans la vie. Je pense que je veux faire à nouveau la Fashion Week de New York car c’était si intéressant et même si Paris est incroyable, c’est si loin de chez moi. Et quand vous êtes étudiant, il est si difficile de prendre des congés pour aller à Paris. Je veux donc refaire New York parce que c’est vraiment ma passion: créer des vêtements et les montrer au monde.

I’m definitely going forward fashion because that’s my biggest dream in life. I think I want to do New York Fashion Week again because that was so much fun there and even tough Paris is so amazing, it’s so far away from home. And when you are student it is so hard to take off time to fly to Paris. So I want to do New York again because this is really my passion: creating clothing and showing them off to the world.

Quel serait le meilleur conseil que tu donnerais aux futurs designers, aux jeunes et adolescents qui voudraient suivre tes pas?

What would be your best advice to aspiring designers, to young people interested in following your steps?

Je dis toujours aux plus jeunes qui m’écrivent sur Instagram: ‘‘Suivez vos rêves.’’ Cela semble mielleux, mais c’est vraiment ce que vous devez faire. Je n’aurais jamais imaginé que je dirais aujourd’hui que j’ai exposé à la Fashion Week de New York et à la Fashion Week de Paris, tout cela avant même d’avoir 20 ans. C’est donc la chose la plus folle pour moi. Si j’avais écouté les gens qui disaient ‘‘tu n’es pas assez bon’’ ou ‘‘tu n’es pas spécial, il y a de nombreux stylistes, ne le fais pas’’, je n’en serais pas là aujourd’hui. N’écouter pas ceux qui essaient de vous arrêter, n’abandonnez pas et poursuivez vos rêves. Ensuite, voyez où ils vous mènent.

I always tell to younger people who message me on Instagram: ‘‘Follow your dreams.’’ That sounds cheesy, but that’s really what you have to do. I would have never imagined that at 19 years old I would say now I showed at New York Fashion Week and Paris Fashion Week, all before I even turn 20. So that’s just the craziest thing to me. If I would have listen to the people that said ‘‘you’re not good enough’’ or ‘‘you’re not special, there are so many fashion designers out there, don’t make it,’’ I wouldn’t be where I am at today. Don’t listen to anybody who tries to stop you, just keep going with it, follow your dreams. Then see where they take you.


‘‘I do whatever comes to my mind’’ Je fais tout ce qui me vient à l’esprit

Habituellement, qu’est-ce qui t’inspire dans la vie?

What usually inspires you in life?

Mon inspiration vient beaucoup de la pop culture. Et j’aime voir ce que les célébrités portent sur le tapis rouge. Mais honnêtement, mon inspiration vient beaucoup des choses que j’aime personnellement. J’ai un ressenti très apparent sur la mode, j’essaie toujours d’entrelacer cela avec ce qui se passe à l’heure actuelle, avec ce qui est cool, ce qui selon moi arrivera ensuite. Donc je fais juste tout ce qui me vient à l’esprit.

I get a lot of my inspiration from pop culture. And I love seeing what celebrities are wearing on the red carpet. But honestly a lot of my inspiration comes from things I personally like. I have a very distinct prospective on fashion. I always try to intertwine that with what’s happening right now, what’s cool, what I think is going to be next. So I just do whatever comes to my mind.

Dernier point mais pas le moindre, quel est ton ressenti vis-à-vis de l’évolution de l’industrie de la mode au fil des années? Étant donné que le rôle des médias sociaux s’est beaucoup développé, qu’aujourd’hui tu peux échanger avec ta communauté et ainsi de suite...

Last but not least, what are your thoughts regarding the evolution of fashion industry over years? Since the role of social media grew up a lot, today you can reach out to your community and so on...

Les médias sociaux sont un outil formidable. Notamment dans ma carrière, ils ont joué un grand rôle. Je suis chanceux d’avoir un grand réseau. C’est d’ailleurs depuis Instagram que j’ai fini par faire la Fashion Week de New York. Ils m’avaient envoyé un message privé et ensuite un e-mail. En ce sens, je me sens béni d’avoir eu tant de chance sur les plateformes sociales car sans ça, je ne serais pas là aujourd’hui. Les médias sociaux peuvent être parfois négatifs mais il y a tellement de perspectives positives à cela.

Social media is such an amazing thing. Especially in my career it has played a huge part. I’m so blessed to have a large social media following. It’s actually from Instagram that I ended up doing New York Fashion Week. They’ve sent me a private message and then they emailed me. So I’m really blessed in that way to have had so much luck on socials because without that I wouldn’t be there today. Social media can be negative at times but there are so much positive outlook to it.

OCTOBRE - NOVEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

89


Paris Fashion Week Prêt-à-Porter Printemps/Été 2018

Patricia Gloria Conteras pour Christophe Guillarmé Photo: Jasmine Perrier


PARIS FASHION WEEK

Christophe Guillarme Norma Jeane

Lieu

92

L’Atelier Renault, Paris VIII

Photos de Jasmine Perrier


OCTOBRE - NOVEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

93


PARIS FASHION WEEK

Manish Arora Ready for Love

Lieu

94

Pavillon Ledoyen, Paris VIII

Photos de Jasmine Perrier


OCTOBRE - NOVEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

95


PARIS FASHION WEEK

Valentin Yudashkin

SUPRE MATISM ‘‘Art

movement

focused

on

basic geometric forms, painted in a limited range of colors founded by the famous Kazimir Malevich’’

Lieu

96

Palais de Tokyo, Paris XVI

Photos de Hortense Le Marhadour


Oxford Fashion Studio Antonella Russo, Liina Stein, Marina Willms, Zara Umrigar

Lieu

Photos de Jasmine Perrier

Hôtel d’Evreux, Paris Ier

OCTOBRE - NOVEMBRE 2017

GRUMPYMAGAZINE.COM

97


grumpymagazine.com


Profile for Grumpy Magazine

GRUMPY MAGAZINE #8 (Oct-Nov. 2017)  

Advertisement
Advertisement
Advertisement