Page 1

N°51

MAI .17

LE MAGAZINE CULTUREL GENEVOIS info@gooutmag.ch www.gooutmag.ch


Sous le patronage de Design: Saentys & Brook Andrew / Photo: MEG, J. Watts


lifting sans chirurgie soin antiâge à l’acide hyaluronique pour peaux sensibles, sans paraben. anti-aging skin care with hyaluronic acid for sensitive skin, no parabens

en vente en pharmacie

swiss made grangettesgeneve.ch


EDITO Dans cette nouvelle édition, on poursuit les célébrations puisqu’à l’instar du magazine la Nuit des Musées fête ces 5 ans. Ainsi, on a décidé de consacrer notre dossier On découvre à cette grande manifestation qui aura lieu le 20 mai prochain. 2017 s’avère également être une année anniversaire pour nombre d’institutions du canton. Entre le bicentenaire des Conservatoire et Jardin botaniques, la naissance du fondateur du Musée Ariana, les 100 ans du Mur des Réformateurs, le demi-siècle du Muséum, les 40 ans du Musée Barbier-Mueller, les 10 ans du Centre de la photographie sur le site du BAC et même les 500 ans de la Réforme, tout est réuni pour faire de la Cité de Calvin un centre de célébrations et autres commémorations, avec 31 entités invitées à participer à la fête Et comme pour amplifier les réjouissances, le Musée d’Ethnographie de Genève sublimera le patrimoine culturel des Aborigènes d’Australie pendant qu’Arcoop joindra l’image au son dans une performance dénommé Atlas. Un prélude qui nous laisse tout le soin d’augurer la nouvelle formule de l’immersif Mapping Festival. Côté musique classique, Maxim Vengerov fera vibrer chaque corde de notre âme lors d’un frémissant hommage à Johannes Brahms et Ensemble Contrechamp croisera le Con Luigi Nono de Mahnkopf avec le Kindertotenlieder de Mahler. Toujours en musique, on plongera dans le Festival International Jeunes Ballets avec de ressurgir nous réchauffer aux côtés de Mammane Sani.

Mina Sidi Ali & Mabrouk Hosni Ibn Aleya

Go Out! Magazine

5


CONCERT DE SOIRÉE N° 6

MA 6 JUIN 2017 20H ~ BFM

GERSHWIN Lullaby for Strings ~ Blue Monday COPLAND Appalachian Spring PORTER Songs ARIE VAN BEEK direction ~ DÍANA THOMPSON soprano ~ TYRONE CHAMBERS ténor ~ DARIAN ANDERSON WORRELL, MICHAEL ANTHONY MCGEE & BARRY L. ROBINSON barytons ~ EN COLLABORATION AVEC LE HARLEM OPERA THEATER L’OCG +41 22 807 17 90 / BILLETTERIE@LOCG.CH / WWW.LOCG.CH / BILLETS DE CHF 10 .– À CHF 50 .– MANOR / HOTELPLAN / GLOBUS / LA POSTE / COOP CITY / STARTICKET.CH 0900 325 325

chf 1.19/min depuis un poste fixe

design : pablo lavalley / photos : © gregory batardon(arie van beek) © rorem | dreamstime.com (broadway)

MADE IN THE USA


MAI ON EN PARLE 8. News 10. Hermès

35.  Maxim 36.

ON DÉCOUVRE La nuit des musées

11.

Vengerov, Avetis Portraits Croisés, Ensemble Contrechamps

39.

40.

56.

COUP DE FOOD Caves ouvertes de Genève 59. Le Grill

ON LIT Selection du mois

EN FAMILLE Printemps Carougeois

ON PREND LE LARGE 61. Chandolin ART / EXPO Effet Boomerang, MEG 21. Balthus, Gagosian Rodrigo Mathus, Hermès

HEURE DE POINTE 64. Stars de Bâle

17. 22.

ON EST CHARMÉ 25. Cavalcade

28.

THÉÂTRE Festival de Théâtre aux Jardin du Rosey

31.

DANSE Festival International Jeunes Ballets CLASSIQUE Festival

23.  Verbier

EN COUVERTURE Catherine Losing & Gemma Tickle, Pop

LÀ-BAS 43. Les Journées photographiques de Bienne 46. Gilles Brusset L’enfance du pli

44.

ARCHITECTURE Lignes de forces, Pavillon Sicli ON DANSE Mapping festival 50. Mammane Sani

48.

53.

ON LIKE

IMPRESSUM Editeur Association Go Out ! Présidente Renate Cornu Vice-présidente Evelyne Lozeron-Gentile Trésorière Mayla Chevrolet Directrice de la publication Mina Sidi Ali • mina@gooutmag.ch Vice-directeur de la publication Mabrouk Hosni Ibn Aleya • mabrouk@gooutmag.ch Secrétaire générale de la rédaction Nyata Riad Graphiste Shadi Ekman Responsable musique classique Laurence Amsalem

Go Out! Magazine

7

BIEN-ÊTRE Oumar Camara Expert beauté, Amel

67. 73.

69.

COSMÉTIQUES

ON PREND LE VOLANT 74. Catch a car 76. Tesla X 77.  AGENDAS Expositions, théâtre,cinéma, classique,danse, clubbing, live, là-bas, en famille

Correctrice Nyata Riad Rédacteurs Alexandra Duvanel, Alexandre Kaspar, Laurence Amsalem, Lucia von Gunten, Jeanne Gressot, Nyata Riad, Olivier Müller, Yessine Sidi Ali Coordination de production Chamberlinprod. Carouge CONTACTS info@gooutmag.ch www.gooutmag.ch


ON EN PARLE

NEWS

III. Ensemble Batida

I. Turetsky Dana

V. Dhafer Youssef

présente

AVEC ENTRE AUTRES: NATHALIE DEVANTAY NAWELL MADANI BAPTISTE LECAPLAIN GIL ALMA NOMAN HOSNI WWW.MORGES-SOUS-RIRE.CH

VI.

Photos: Stéphane Schmutz, Frank Glenisson, Matthieu Dortomb, Sébastien Dolidon, Henri Clément / Design: enzed.ch

Re Vivre © Olivier Vogelsang

V. II.

Orchestre Qui Passe Par Là

Mai 2017

8

IV.


ON EN PARLE

NEWS

I. SUIVEZ LE GUIDE

II. LA RELÈVE ASSURÉE

III. WELCOME TO THE CASTLE

Il peut parfois sembler intimidant de s’aventurer dans une galerie pour y jeter un œil curieux. En Vieille Ville, il est toutefois dommage de passer son chemin, car les galeries recèlent de pépites. Pour les faire découvrir, l’association Art en Vieille Ville organise son vernissage commun le 11 mai dès 18h. Au programme, une sélection d’œuvres noires dans la mouvance d’Antonio Saura à la Galerie Schifferli, une présentation du nu sous toutes ses formes chez Grob Gallery ou encore des chefsd’œuvre d’après-guerre chez Bailly Gallery. Quinze galeries et trois musées à découvrir le temps d’un long week-end, top chrono.

En tournée, l’Orchestre Qui Passe Par Là fait une escale à Genève pour le grand bonheur de nos oreilles. Créé en 2009 à Lausanne par Marc Leroy-Calatayud, il regroupe une soixantaine de musiciens âgés de 20 à 25 ans souhaitant partager leur passion pour la musique classique ainsi que pour des œuvres plus contemporaines. Le 11 mai, c’est une création du jeune batteur genevois Arthur Hnatek, ayant joué avec des musiciens de renom tel que Tigran Hamasyan ou Dhafer Youssef, qui sera présentée. Elle côtoiera la Symphonie «Du Nouveau Monde» de Dvorák ainsi que le Concerto pour violoncelle en mi mineur d’Edward Elgar.

Une histoire où l'on peut transformer trente secondes en une heure. L'Ensemble Batida s'est pris au jeu de rêver d'un château mis en sons comme source d’inspiration d’une épopée musicale à mi-chemin entre le rock psychédélique et la musique contemporaine. Happé par cette bande-son onirique et intrigante, parfois cauchemardesque, le public est comme debout dans son rêve. Cependant, il peut quitter l'histoire d'un battement de paupière...

Orchestre Qui Passe Par Là 11.05 à 20h Salle Frank-Martin Rue de la Vallée 3, 1204 Genève www.oqppl.ch

Pour clore le triptyque inspiré par l’œuvre de Georges Perec, entamé par Interroger l’habituel (2011) et Je suis une chose qui mange (2015), la Compagnie Anadyomène propose de découvrir au Théâtre Pitoëff Revivre, dont une partie des textes est signée de la Genevoise Valérie Poirier, lauréate du Prix suisse du théâtre 2017, sur une mise en scène d’Erika von Rosen. Celle-ci retrouve à l’occasion de ce spectacle pluridisciplinaire – incluant expression corporelle chorégraphiée et vidéo – les comédiens qui l’entourent depuis le début de ce projet autour de Perec. C’est particulièrement le roman de ce dernier W ou le souvenir d’enfance qui sert d’inspiration au spectacle, se déroulant entre fiction et autobiographie et où les dynamiques de quête d’identité et de mémoire viennent en filigrane jouer les trouble-fête.

Art en Vieille Ville (AVV) Vernissages: 11.05 dès 18h www.avv.ch

IV. SEPT JOURS D’ÉCLATE

Morges-sous-rire privilégie depuis ses débuts des spectacles entiers au lieu d’extraits ou de sélections de sketches. Raison pour laquelle on file du 19 au 24 juin à Morges enchaîner les fous rires et afficher un lumineux sourire de bouddha. Pour cette 29ème édition, la manifestation déroge à sa règle avec un gala d’ouverture 99% Femmes. Mais la pléthore de déclinaisons humoristiques a sa place dans les différents lieux du festival, avec les têtes d’affiche sur la grande scène du théâtre, la nouvelle génération au chapiteau et les jeunes talents au café-théâtre. On retiendra dans cette programmation aussi hétéroclite que pointue : la Genevoise Marina Rollman, Gaspard Proust, Kheiron, Michaël Gregorio et Rachid Badouri! A vos rictus! Du lundi 19 au samedi 24 juin Morges-sous-rire 2017 Théâtre de Beausobre, 1110 Morges Réservations: 021 804 97 16 www.morges-sous-rire.ch

Go Out! Magazine

V. POLY-SONS

Que les ‘’no-borders’’ des genres musicaux se réjouissent! Les Athénéennes signent, du 1er au 9 juin, leur grand retour printanier sous la bannière du décloisonnement sonore. La recette reste la même: un esprit festif et trois scènes où un triple répertoire – entre jazz, classique et contemporain – s’entremêleront. Huit jours durant lesquels la musique renouera avec son essence en compagnie du célèbre luthiste jazz Dhafer Youssef, le Quatuor Modigliani, David Fray, Shai Maestro, Sergei Babayan mais aussi l’Orchestre de Chambre de Genève, Amazing Keystone Big Band et l’électrique groupe genevois Aeroflot. Festival les Athéniennes Du 1er au 9 juin Alhambra, La Madeleine, L'Abri www.lesatheneennes.ch

9

Ensemble Batida Fonderie Kugler, Genève Le 11 mai à 20h30 www.ensemble-batida.com

VI. RÉCITS CROISÉS

Re-Vivre Par la Compagnie Anadyomène Du 23 mai au 2 juin Théâtre Pitoëff Rue de Carouge 52, 1205 Genève 022 808 04 50 www.pitoeff.ch


ON EN PARLE

HERMÈS

HERMèS AIME Chaque mois, Hermès, notre felin-câlin, expert en psy-chat-na-lyse, ronronne ou sort les griffes sur l’actualité locale. Miaou qui peut !

UN MIAOU

BEAUCOUP

Vide de déjà-vu Cela fait plusieurs années que je roule mes yeux de merlan frit et mes oreilles de lynx dans les perspectives d’Arcoop. Joyau de l’architecture industrielle, il abrite une véritable pépite résonant au nom curieux d’Ensemble Vide. Loin de sonner creux, cette plateforme artistique résolument avant-gardiste détonne par ses performances visuelles et sonores. Fi, également, du conventionnel schéma des concerts où le public se trouve concassé face à la scène: ici il se déploie tout autour du patio, à travers les étages. Les musiciens, loin de former seulement un ensemble, se muent en détail d’un véritable chef-d’œuvre. Que ce soit une installation performative ou de mapping interactif, l’effet reste le même, immersif au point où mon pelage frise. Toujours à l’affût, le 6 mai et 14 mai vous nous y verrez perché, mon catgang et moi, à mater les perfos Atlas et Action.

ZUP alors ! Mon tempérament plutôt oisif ne m’empêche pas de parfois laisser mon rythme de vie de pacha entre parenthèses; lorsque cela se produit je trottine volontiers jusqu’au Skatepark. Enfilant mes coussinets dans des rollers sur-mesure ou mettant à profit mon talent d’équilibriste tout félin sur un skate, j’enchaîne des tricks qui défient l’imagination. J’ai pourtant été ravi d’apprendre qu’en septembre prochain je pourrai m’y prélasser en tant que spectateur: mon terrain de jeu favori va accueillir ZUP, un survolté spectacle urbain. Les bowls habituellement témoins de mes exploits se changeront pour l’occasion en théâtre éphémère, où une quarantaine d’artistes et sportifs issus d’une foule de disciplines raconteront l’histoire d’un homme et d’une femme en quête d’identité, tout en tentant de me challenger… à moins que je ne fasse partie du casting! ZUP

Par la Compagnie Urbaine Ensemble Vide

Skatepark de Plainpalais

Arcoop

Du 20 septembre au 11 octobre 2017

Rue des Noirettes 32, 1227 Carouge

Billets en vente sur www.fnac.com

ensemblevide.ch

www.lacompagnieurbaine.com

Mai 2017

10


ON EN PARLE

HERMÈS

PASSIONNÉMENT

À LA FOLIE

Etre dans le bain

Ami public n°1

Peu friand des mondanités et des ronds de patte, j’évite les lieux communs pour privilégier les pots de lait entre matous discrets. Mais lorsqu’il s’agit de La Nuit des Bains, mes préceptes passent à la trappe ! Tel un pa-chat, je me faufile de galerie en musée, paré de mes plus beaux atours, faire le beau. Si vous voulez mettre la patte sur moi, j’irai rôder du côté de la Galerie Patrick Cramer pour zieuter la rétrospective de l'oeuvre de Yuri Kuper et peut être faire mes griffes sur ses jolis collages sur carton. Je rejoindrai la Médiathèque (FMAC) pour l’expo be aware, record, donnant la parole à ceux que l’on n’entend pas ou à des faits ignorés de l’histoire. Je ne manquerai pour rien au monde la poésie sonore et expérimentale d’Henri Chopin au Centre d’Art Contemporain ainsi que MAKE AMERICA GREAT AGAIN des géniaux Peter Saul et John Tweddle chez Blondeau & Cie. Cat me if you can !

Déjà 5 ans que le magazine s'est vu amputé de son père spirituel: Michel Chevrolet (1972-2012). Il avait tenté de me cat-napper la veille de son départ afin de m’initier à la bouillonnante vie nocturne genevoise qu’il connaissait comme sa poche. Interdit de sortie – j’étais trop petit – je ne garde qu’une image de lui: celle d’un malin félin débordant de vie, passionné, fougueux voire impétueux. Il aura insufflé sur Genève un vent de renouveau tandis que sa soif d'ouverture aura redonné vie au magazine. Fort de son héritage, l’équipe et moi-même lui rendons dans cette édition hommage. Des pensées effrénées à Mayla et Renata, deux femmes qu’il chérissait plus que tout et que nous avons la chance d’avoir à nos côtés.

www.quartierdesbains.ch

PAS DU TOUT

Adieu Dahï A peine plus âgée que moi, Dahï nous avait honorés de son charme astral et de sa voix extatique lors de notre vernissage aux Halles de l’Ile en avril 2014. J’étais resté bouche-bée par tant de grâce et de talent. Quand j’ai appris qu’en avril dernier un engin mécanique l’avait emportée, elle et son bien-aimé, j’en ai été bouleversé. Je garderai de cette étoile filante son sourire solaire. Merci pour ta bonté, beauté trop tôt évaporée. L’équipe et moi-même présentons nos sincères condoléances à tous ses proches et à sa famille pour cette perte ineffable. RIP Dahï. Go Out! Magazine

11


MUSÉES DU XXIe SIÈCLE VISIONS, AMBITIONS, DÉFIS

EXPOSITION / 11 MAI — 20 AOÛT 2017 COLLOQUE / 1er ET 2 JUIN 2017 ENTRÉE LIBRE MUSÉE D’ART ET D’HISTOIRE, GENÈVE


ON SORT

ON DÉCOUVRE

SONGE D'UNE NUIT DE MUSÉES

Serre des CJBG ©CJBG

Pas question de s’ennuyer des musées, encore moins pendant la Nuit des musées! Si cette manifestation fête ses 5 ans à Genève ce 20 mai, 2017 s’avère également être une année anniversaire pour nombre d’institutions du canton. Entre le bicentenaire des Conservatoire et Jardin botaniques, la naissance du fondateur du Musée Ariana, les 100 ans du Mur des Réformateurs, le demi-siècle du Muséum, les 40 ans du Musée Barbier-Mueller, les 10 ans du Centre de la photographie sur le site du BAC et même les 500 ans de la Réforme, tout est réuni pour faire de la Cité de Calvin un centre de célébrations et autres commémorations, avec 31 entités invitées à participer à la fête. Tour d’horizon de ce copieux gâteau d’anniversaire dont les parts se divisent pour faire honneur aux richesses historiques, scienti-fiques et artistiques offertes par les institutions genevoises. Pa r LAURENCE AMSALEM

Go Out! Magazine

et

13

NYATA NATALIE RIAD


ON DÉCOUVRE

ON SORT

MEG Nuit des musées © François Schaer VERDOYANT LABOR ATOIRE

LA SCIENCE À TOUTES LES SAUCES

Parmi les points forts de cette édition, les célébrations autour du bicentenaire des Conservatoire et Jardin botaniques de Genève (CJBG) sont à ne pas manquer. Ce lieu incontournable, que les Genevois affec-tionnent particulièrement et continuent d’appeler le Jardin botanique (son nom d’origine), a été fondé en 1817 au Parc des Bastions par Augustin Pyramus de Candolle, celui-ci ayant su profiter de l’esprit natura-liste qui régnait alors. Deux siècles plus tard, les CJBG se portent on ne peut mieux: des millions d’échantillons d’herbiers, des dizaines de projets de recherche suisses et internationaux en cours, un jardin de 28 hectares entièrement bio… cette richesse florissante en fait l’un des plus importants instituts de bo-tanique au monde. Un foisonnement sur tous les plans – historique, scientifique et esthétique – qui mérite donc d’être fêté. Ainsi, en sus de deux expositions inédites consacrées au fameux botaniste A.P. de Can-dolle, à découvrir dès le 18 mai, l’institution se parera de ses plus beaux atours et de musique pour célé-brer comme il se doit son vénérable anniversaire au cours d’une fête populaire dans le cadre de la Nuit des musées, avec pas moins de trente-cinq activités à la clé, toutes gratuitement accessibles.

Mai 2017

Cette année, la déjà traditionnelle présence de l’Université de Genève à la Nuit des musées sera dopée par diverses participations: ainsi, le Musée d’histoire des sciences accueillera les Scienscopes, ateliers scienti-fiques visant à éveiller la curiosité du public, jeune en particulier, grâce à des démonstrations ludiques ayant trait aux domaines des mathématiques, de la physique, chimie et biologie. Il y sera cette année question de décortiquer les éléments constitutifs d’un anniversaire (ballons, pétards, etc.), avec l’œil aigui-sé et amusé du regard scientifique. Le Campus Biotech fera quant à lui office d’écrin pour une trentaine d’activités autour des très interdisciplinaires neurosciences: les dernières recherches et découvertes sur les émotions, troubles neurologiques et mesures du comportement humain seront à l’honneur, via des jeux, performances, workshops et démonstrations. Le Laboratoire d’archéologie préhistorique et anthropologie, lui, nous promènera sur les traces des Celtes… en Thrace. En effet, des fouilles menées conjointement par le laboratoire et des équipes bulgares ont permis de faire l’exceptionnelle découverte d’un char celtique attelé à deux chevaux debout, datant du IIIème siècle avant J.-C., à Sboryanovo (nord-est de la Bulgarie). En plus des visites guidées de l’exposition qui y est consacrée (bâtiment Carl-Vogt), plusieurs activités spéciales Nuit des musées seront proposées, sur un mode celtique et équestre. 14


ON DÉCOUVRE

ON SORT

AU RY THME DES RITES

Du côté du Musée d’ethnographie de Genève (MEG), le thème choisi pour cette édition de la Nuit des musées sera abordé sous l’angle des rites qui marquent les différentes étapes de la vie. De la naissance à la mort en passant par l’adolescence ou le mariage, les moments-clés de la vie humaine sont prétextes à toutes sortes de célébrations, le plus souvent accompagnées de musique. Le MEG nous fera donc comme à son accoutumée voyager à travers les cultures: les rites du Rajasthan, d’Amazonie, d’Irlande, d’Australie, du Gabon ou de la Suisse seront l’objet d’autant de concerts, visites commentées, expériences sensorielles et performances. De quoi découvrir une partie de la multitude de manières par lesquelles sont appréhendées les étapes que nous traversons tous. Dépaysement garanti!

Nuit des musées © François Schaer CHIFFRES RONDS

A l’occasion des 40 ans du Musée Barbier-Mueller, c’est – entre autres – une exposition hors-les-murs au Musée Voltaire qui est proposée dès le 19 mai: Le prince de Timor et Voltaire. Y seront exposées cer-taines pièces de culture maubère, tels que des objets du quotidien, mais aussi des masques et des textiles confrontés à des textes voltairiens. La nuit tombée, les visiteurs seront invités à une présentation des ma-nuscrits du musée. Les bougies seront aussi littéralement soufflées au Musée international de la Réforme (MIR) à l’occasion des 500 ans de cette petite révolution enclenchée par Luther, grâce à un atelier organi-sé en collaboration avec les établissements publics pour l’intégration (EPI). Un moment à ne pas man-quer, bien que des séances de rattrapage existent toute l’année, car le MIR propose régulièrement des ex-positions autour des traces de la Réforme dans le monde ainsi que des visites guidées permettant de con-naître l’histoire du processus à l’aide de nombreux manuscrits, tableaux et gravures.

DE FILLIOU À REVILLIOD

A la Médiathèque du Fonds d’art contemporain (FMAC) auront lieu plusieurs hommages à L’histoire chuchotée de l’art de Robert Filliou au moyen de performances de quatre artistes passés par des écoles d’art suisses romandes: Anne le Troter, Jérémy Chevalier, Christian Pahud et Darren Roshier. Né en France, Robert Filliou (1926-1987), économiste de formation, a rencontré en 1959 Daniel Spoerri à Paris et découvert à travers ce dernier l’avant-garde artistique, ce qui l’amènera à écrire des pièces de théâtre et à réaliser des performances ou des «action poetry», suivant une conception de la vie selon laquelle chaque individu est un artiste possédant un certain génie pour une activité quelle qu’elle soit. Au Musée Ariana, c’est Gustave Revilliod qui sera mis à l’honneur, le créateur de l’institution fêtant le bicentenaire de sa naissance cette année. Cela sera l’occasion de revenir sur la création du musée en 1884 en tant que musée privé (puis légué en 1890 à la Ville de Genève avec le parc de Varembé), abritant la collection person-nelle de Revilliod, qui était un grand voyageur et qui acquérait des objets de façon quasi-frénétique. Côté activités, le musée proposera la construction puis le lancé d’une structure géante en ballons représentant l’invasion des Fondateurs, ainsi qu’un atelier initiatique au tour de potier. Go Out! Magazine

En incluant la Journée internationale des musées qui poursuit les festivités entamées la veille au soir, ce sont plus de 240 activités auxquelles les curieux sont invités, témoignant de l’énergie et de l’extraordinaire créativité des institutions genevoises. Que l’on soit féru d’art, d’histoire, de science ou de tout cela à la fois, la Nuit des musées et sa consœur diurne sauront donc étancher toutes les soifs de dé-couverte. Nuit des musées Le 20 mai Pass au prix de 10 francs Journée internationale des musées Le 21 mai Entrée libre 31 lieux à Genève www.nuitdesmusees-geneve.ch

15


—TALKING HEADS Conférences

En conversation avec Jean-Pierre Blanc, Directeur de la Villa Noailles, Festival de Hyères

© O. Saillant

La conférence a lieu à la HEAD – Genève Bd James-Fazy 15, auditoire, 19 h

— Agnès Liely Directrice Création, Décor et VM International, CHANEL, Paris 17.05.2017


ART / EXPO

ON SORT

TEMPS DU RÊVE, TERRE DE LUTTES

Ensemble de boomerangs, Australie © MEG, Jonathan Watts

Après avoir porté son regard et celui des visiteurs sur l’Amazonie, le Musée d’ethnographie de Genève (MEG) se tourne à présent vers le continent australien avec sa nouvelle exposition L’effet boomerang. Les arts aborigènes d’Australie, à découvrir dès le 19 mai. Relativement peu connu sous nos latitudes, le patrimoine culturel aborigène s’y révèle d’autant plus riche et vigoureux qu’il a été malmené – et c’est peu dire – par les tentatives d’annihilation du rouleau compresseur de la colonisation. Une entreprise tenue en échec par la vivacité des liens unissant les peuples autochtones à leur territoire, exprimés par les récits mythologiques, la foisonnante production d’objets et, encore aujourd’hui, la farouche revendication d’une identité aborigène, notamment grâce au médium artistique. Pa r NYATA NATALIE RIAD

Go Out! Magazine

17


ON SORT

ART / EXPO

Peinture sur écorce par Jimmy Midjawmidjaw (c. 1897-1985). Australie, Territoire du Nord, Terre d’Arnhem, île Croker, Minjilang. Kunwinjku. Vers 1963. Écorce d’eucalyptus, pigments. Acquis de Karel Kupka en 1966; collecté en 1963 Photo: © MEG, J. Watts

Les dernières recherches en génétique et en archéologie le démontrent: les Aborigènes d’Australie représentent la plus ancienne civilisation du globe, se maintenant depuis l’arrivée de leurs explorateurs d’ancêtres (parmi, voire les premiers humains modernes à s’élancer hors d’Afrique1 ) sur l’île-continent il y a environ 50'000 ans. L’isolation quasi-totale jusqu’il y a environ 4’000 ans a sans doute pu contribuer à la ténacité et à une visible unicité des mythes qui peuplent le socle culturel commun aux différentes populations aborigènes. Au centre de celui-ci règne le «temps du rêve», mythe fondateur expliquant les origines de l’univers et de la vie, les interactions entre les êtres (matériels et spirituels) qui l’habitent, tout comme l’équilibre qui sous-tend ce système dynamique complexe. On y croise toutes sortes de créatures ancestrales issues de la mer, du ciel et de la terre ayant laissé leur empreinte sur le territoire, et dont les hauts faits transmis de génération en génération sont relatés par foule de récits, chants, danses et peintures et gravures. Parallèlement, des variétés d’armes (boomerangs, bien sûr, mais aussi propulseurs, massues, lances ou boucliers) et d’objets employés à diverses fins (échanges, rituels, etc.) caractérisent le patrimoine matériel aborigène. Pourtant, lorsqu’en 1770 l’explorateur James Cook Mai 2017

débarque sur l’île – alors habitée par environ 750'000 personnes réparties en 250 groupes linguistiques – il la déclare Terra nullius, c’est-à-dire «terre de personne», un principe juridique qui ne sera invalidé qu’en 1992 par le pouvoir judiciaire australien. Le début de la colonisation, justifié par le principe susmentionné qui considère l’Australie comme une terre vide, marque pour les autochtones l’entrée dans une ère de réelle spoliation foncière (voyez l’ironie!) et de tentatives répétées d’anéantissement culturel. Diverses méthodes ont été employées pour atteindre cet objectif, parmi elles citons le déracinement massif des arbres gravés (les dendroglyphes) qui avaient un rôle rituel, et les «générations volées», désignant les enfants généralement nés de père blanc et de mère aborigène qui furent retirés de force à leur famille, puis placés en institutions où ils recevaient noms et éducation britanniques. Or, effet boomerang oblige, toutes ces manœuvres visant l’acculturation et le dénigrement ont eu pour résultat tout l’inverse de celui qui était escompté. Au cours du 20 ème siècle, l’art se fait arme de lutte politique. Les récits mythologiques sont peints sous forme symbolique – les fameux motifs à base de points ou dot painting – et portent à un 18


ON SORT

ART / EXPO

niveau international à la fois la culture aborigène et le combat d’un peuple pour ses droits. Il y a environ trente ans, c’est un mouvement désigné comme «art aborigène urbain» qui émerge au sein des grandes villes; ses représentants se considèrent comme des artistes contemporains avec une forte revendication identitaire. C’est toute cette histoire torturée et bien plus encore que le MEG s’apprête à conter via cette nouvelle exposition, divisée en quatre parties. La scénographie, par ses espaces blancs et ponctués de néons à l’entrée, se veut un rappel de la vision coloniale de l’Australie comme Terra nullius. Mais plus le visiteur s’enfonce dans la salle, plus la richesse et la complexité de l’univers aborigène s’impose à lui par la multitude d’objets, photographies et œuvres d’art. La deuxième partie aborde la question de l’acquisition des objets exposés par les collectionneurs en représentant chacun d’eux par un tableau. Il faut savoir que la collection d’art aborigène est l’une des plus riches du MEG, et celui-ci n’hésite pas à poser un regard critique sur le contexte ayant mené à ces acquisitions, notamment par l’installation de l’artiste en résidence Brook Andrew, issu du mouvement de l’art aborigène urbain. Ainsi, son

Croix de bois waninga. Australie, Territoire du Nord, Alice Springs Arrernte. Milieu du 20e siècle. Bois, fibre végétale, ocre, duvet d’émeu, sang ?, H 53 cm l 45 cm Don de Georges Barbey en 1960. MEG Inv. ETHOC 028315 Photo: © MEG, J. Watts

installation – centrale – entre en résonance avec les objets qui l’entourent. Le troisième volet est consacré aux liens avec la mythologie. Y trône également une œuvre réalisée à partir des ghostnets, ces filets de pêche laissés à l’abandon et qui échouent sur les rivages des habitants du détroit de Torrès (entre l’Australie et la Nouvelle-Guinée). Que ce soit au sein des mythes ou de concrets enjeux écologiques, le rapport à la nature constitue un thème-clé. C’est finalement Brook Andrew qui clôt l’exposition par une installation immersive, réinterprétation moderne des dendroglyphes, et questionnant la représentation culturelle aborigène hors de ses frontières. De quoi se débarrasser de toute attitude ethnocentriste et se laisser porter par le temps du rêve… L’effet boomerang. Les arts aborigènes d’Australie Du 19 mai 2017 au 7 janvier 2018 Vernissage le 18 mai à 18h Musée d’ethnographie de Genève Bd. Carl-Vogt 65, 1205 Genève

Undiscovered #4 (Non découvert #4) Australie, Queensland, Brisbane Bidjara. 2010 (Édition 1/2) Impression jet d’encre sur papier Michael Cook & Andrew Baker Art Dealer, Brisbane © Michael Cook & Andrew Baker Art Dealer, Brisbane

Go Out! Magazine

www.meg-geneve.ch A propos de ce sujet débattu, lire par exemple le récent article publié dans Nature: Malaspinas, A. S., Westaway, M. C., Muller, C., Sousa, V. C., Lao, O., Alves, I., ... & Heupink, T. H. (2016). A genomic history of Aboriginal Australia. Nature. 1

19


12 av r 15 il—– ent o c t ré e . libr 2 0 e 17 ion de s t c l l e re C o h é ât t te s T du ionnee r Ma enèv G de


ART / EXPO

ON SORT

LA DIVINE BEAUTÉ DE BALTHUS Jusqu’en juillet la galerie Gagosian consacre sa quatrième exposition, et première en Suisse depuis 2008, au peintre franco-polonais Balthus (1908-2001). Proche des grandes figures d’avant-garde, Balthus développe pourtant un style à contre-courant des mouvements d’abstraction de son époque. Son œuvre extrêmement riche se démarque surtout par la représentation fréquente du corps féminin à la puberté. Les peintures, dessins et photographies exposés chez Gagosian retracent la carrière de cet artiste mystérieux qui dérange autant qu’il séduit et qui se hisse au rang des plus grands peintres du 20 ème siècle. Retour sur un parcours singulier. Pa r LUCIA VON GUNTEN

DES INFLUENCES SURPRENANTES

AU-DELÀ DU VISIBLE

Dès la naissance, un 29 février, la vie de Balthus n’a pas grand-chose d’ordinaire. Enfant d’artistes, il côtoie de près les milieux artistiques et des personnalités telles que le peintre post-impressionniste Pierre Bonnard et le poète Rainer Maria Rilke. Réfugié en Suisse pendant la Première Guerre mondiale, Balthus est frappé par la nature grandiose qui l’entoure et à laquelle il attribue un caractère divin. Adolescent, poussé par l’insouciance conservée de l’enfance, il s’aventure seul en Toscane pour étudier la peinture du début de la Renaissance italienne. Deux années au cours desquelles il copie le plus grands maîtres parmi lesquels Piero della Francesca et Masaccio, dont il admire notamment le sentiment méditatif des compositions. Plus tard, c’est au Louvre qu’il est fasciné par Poussin et les lignes sinueuses de ses corps.

À l’heure où les artistes surréalistes s’éloignent de la nature pour explorer les mécanismes de l’inconscient, Balthus lui voue une fidélité absolue. Elle est pure et parfaite, à l’image d’un jeune corps encore innocent avant que s’opère la transition vers l’âge adulte. Dans cet état d’absence et d’abandon, le corps révèle à son tour les tourments physiques et psychiques caractéristiques du passage de l’enfance à l’adolescence… cette période si chère à Balthus, dont il se souvient avec émotion et qu’il n’a jamais vraiment quittée. Un voyage artistique et sensoriel emprunt de références classiques mais dont le traitement est résolument intemporel.

DES APPARENCES TROMPEUSES

Dès les années 30 le traitement du corps féminin devient le sujet de prédilection de l’artiste français. Dévêtues ou nues, des jeunes filles posent pour le peintre dans des positions souvent suggestives dont l’érotisme a été l’objet de nombreuses critiques et qui rend son œuvre parfois difficile à appréhender. Il s'en dégage pourtant une douceur subtile qui happe l’œil et qui nous soustrait du réel l’espace d’un instant. Représentés dans des intérieurs sobres, les modèles sont comme absents, perdus dans leurs pensées, allongés sur un lit, accoudés à la fenêtre ou endormis. En réalité Balthus donne à voir ce qu’il ne montre pas. Go Out! Magazine

Balthus / Odalisque allongée © Christie's Images/Bridgeman images

Balthus Jusqu’au 29 juillet 2017 Galerie Gagosian 19, place de Longemalle, 1204 Genève www.gagosian.com

21


ON SORT

ART / EXPO

INVITATION À LA CONTEMPLATION

Rodrigo Matheus © Pedro Neto

Depuis avril dernier, des objets hétéroclites et historiques, des selles aux mors de cheval en passant par des outils d’artisan, se déploient comme un bouquet de proses dans les vitrines de la boutique Hermès sise rue du Rhône. A la croisée de l'art et du savoir-faire, cette exposition donne vie aux vitrines en happant le regard du passant. Ici, l'univers racé de la maison parisienne convie à un véritable théâtre de rue. La scénographie signée Rodrigo Matheus à qui Hermès a donné carte blanche les yeux fermés pour les rouvrir avec rêverie quelques mois plus tard s’intitule Entr’actes. Avec pour prisme « Le sens de l’objet », l’artiste brésilien s’est associé à l’univers littéraire de Lucrecia Zappi pour créer une rencontre poétique entre les objets historiques du Conservatoire d’Hermès et la nouvelle collection 2017. Le binôme pose un regard contemporain dans l’univers d’une enseigne presque bicentenaire avec un très bel hommage au travail de l’artisan et à ses outils. Visite privée éthérée aux côtés de Rodrigo Matheus. Pa r MINA SIDI ALI

Mai 2017

22


ON SORT

ART / EXPO

Proposé comme une véritable métamorphose théâtrale, le parcours de votre exposition débute dans la première vitrine par un tableau des outils à maroquinerie datant de 1930… C’est le premier tableau qui m’est venu en tête lorsque j’ai effectué mes recherches au Conservatoire d’Hermès. Parce qu’il représente le point de départ dans un atelier, les possibilités de la matière première. Tous les outils ci-présents appartiennent à un artisan. Ensuite sont présentés des assemblages, très variés, d’autres pièces historiques du Conservatoire, de produits actuels de la maison en interaction avec de supports transparents. La sélection a pris beaucoup de temps, car il a fallu définir les tableaux en combinant les éléments du Conservatoire aux produits des collections ainsi qu’aux sculptures acryliques imaginées comme des paysages ou des horizons. Ce qui m’a surtout plu dans ce projet c’est de pouvoir mettre en exergue des objets que personne ne voit d’ordinaire. Hermès a pris un très grand soin de son patrimoine historique. Et j’ai été vraiment honoré de pouvoir accéder à leurs archives : le Conservatoire est un lieu que peu ont eu la chance de visiter.

Hermes Rodrigo Matheus ©Michel Giesbrecht

Ici, Hermès m’a totalement fait confiance en me laissant carte blanche. J’ai été totalement libre dans mes propositions. Avec ce projet, j’ai saisi davantage l’ADN de la marque, ce qu’elle représente au-delà de la sphère fashion, son aptitude à se renouveler tout en conservant une identité forte empreinte de tradition et de savoir-faire. Vous avez pris l’initiative de convier à votre exposition, une écrivaine : Lucrecia Zappi. Pourquoi ce choix ? C’était très important à mes yeux de pouvoir unir la forme, la fonction et le sens des objets. J’ai décidé d’y ajouter une touche curatoriale en conviant Lucrecia Zappi. Elle a ainsi crée des textes très poétiques conférant aux divers tableaux une touche lyrique. Cela permet de projet le visiteur dans une autre dimension.

Comment s’est déroulée la collaboration avec Hermès ? Comme une évidence ! Nos univers sont très connectés et j’étais honoré de pouvoir collaborer avec cette prestigieuse enseigne qu’est Hermès. Avec elle, j’inaugure ma première scénographie de vitrines. Cela bouleverse mes habitudes de travail et les conditions qui en découlent. Cela permet également de m’ouvrir de nouvelles perspectives artistiques. Je ne suis plus enfermé dans un cube blanc, chapeauté par une institution culturelle que ce soit une galerie, un musée ou une foire d’art. La notion d’espace se métamorphose.

Pourquoi avez-vous opté pour Entr’actes comme titre d’exposition ? La référence aux lumières changeantes de la journée, vient de l’origine de l’expression « entracte », petit spectacle entre les actes destinés à remplacer les bougies des chandeliers au théâtre. Les divers tableaux se perçoivent différemment en fonction de la lumière du jour et ceux artificiels projetés de l’intérieur des vitrines. Il y a une véritable conversation qui naît entre les espaces extérieures et intérieures, entre la sphère publique et privée.

Jusqu’au 7 juin 2017 Entr’actes Hermès Rue du Rhône, 1201 Genève www.hermes.com

Hermes Rodrigo Matheus ©Michel Giesbrecht

Go Out! Magazine

23


CONCEAL | REVEAL

RUSSELL MALIPHANT RUSSELL MALIPHANT COMPANY [GB] VENDREDI 19 MAI — 20h SAMEDI 20 MAI — 20h SALLE DU LIGNON

© Tony Nandi

Place du Lignon 16 — 1219 Le Lignon

Service de la culture et de la communication 022 306 07 80 — culturecom@vernier.ch www.vernier.ch/billetterie


ON EST CHARMÉ

ON SORT

^

BINÔOME POLYCHROME

Julien de Preux et David von Ritter

A quelques encablures de notre QG, sise à la rue des Bains, une agence de pub pas comme les autres : Cavalcade. Au gouvernail, deux serials concepteurs: Julien de Preux et David von Ritter. Si on s’attarde quelques battements de cils sur leurs noms à particule, on comprend promptement pourquoi ces zélés chevaliers cavalent les challenges en rafale. Fer de lance d’une nouvelle génération de créatifs tous azimuts, le duo détonne furieusement dans l’univers impitoyable de la comm. et en moins d’un an, s’est taillé une réputation qui se chuchotent de bouches bien avisées à oreilles d’initiés. Affiches incisives, pubs timbrées et kyrielle de prix décrochés (ADC, GRAND, Cannes Lion), le duo sévit à Genève avec une évidente radicalité créative offrant un autre regard, contrastant totalement avec l'atmosphère presque académique des agences de la place. Leur sphère de création s’étend de la vague institutionnelle (Université de Genève, Ville de Genève, Etat de Genève) à l’ouragan web (PS, ripping instagram apart) en passant par le tsunami privé (Granini, Adent). Leur cri de ralliement ? Tirez la langue à la banalité ! Presque une évidence quand on scrute de plus près le profil de ces fadas de la créa. Après avoir acquis techniques théoriques aux Arts Appliqués de Genève pour Julien le plus extraverti, et à l’Université de Lausanne pour David, le plus réservé, la paire fait ses armes dans les grandes agences romandes avant d’exporter leurs bonnes idées à l’étranger. Comme si ces deux entités devaient inévitablement croiser leurs chemins pour tester l'audace de chacune, ils reviennent tous deux à Genève en démontrant que le binôme fait la force. Et signent pour les 5 ans de Go Out! une cover tout en doigté. Mini-compil. de leur zèle créatif. Pa r MINA SIDI ALI

Go Out! Magazine

25


ON SORT

Mai 2017

ON EST CHARMÉ

Semaine contre le racisme

Stop Exclusion

50 ans muséum genève

Musiques en été

26


ON SORT

ON EST CHARMÉ

ACT

PS instagram

Cavalcade Rue des Bains 63, 1205 Genève Tél. 0224368584 www.cavalcade.ch

Go Out! Magazine

27


ON SORT

THÉÂTRE

"CULTIVONS

NOTRE JARDIN"

Rosey concert Hall

«Le théâtre est une cérémonie» disait l’écrivain et critique Jean Duvignaud, alors que pour d’autres c’est une fabrique, au Rosey Concert Hall il sera bucolique. Joyau architectural consacré aux perles de la musique classique, son parc vibrera, du 6 au 10 juin, aux rythmes des répliques du Festival du Théâtre aux Jardins. Au total, trois pièces revisiteront les grands classiques d’Oscar Wilde, de Shakespeare et de Corneille tandis que deux créations germeront autour de muses occultées par l’Histoire car sacrifiées aux passions de leurs époux et amants: Juliette Hugo et Alma Mahler. Ironie, la deuxième se jouera lors d’une soirée spécialement consacrée à… Gustav Mahler. Paradoxe? On pencherait plutôt pour la thématique cachée de l’événement. Une espièglerie soupesant le célèbre ‘’derrière chaque grand homme se cache une femme’’ pour en mesurer le sens jusqu’à en faire pâlir Gabriel-Marie Legouvé. A la question, la directrice de l’événement, Pascale Méla, se contente sans mot dire d’esquisser un sourire. Un sourire tout en subtilité, derrière lequel se cache la conceptrice du Festival Autour de Mme de Staël de Coppet. Pa r MABROUK HOSNI IBN ALEYA

Mai 2017

28


ON SORT

THÉÂTRE

de Dorian Gray signée Thomas Le Douarec, qui conviera le public dans une réflexion sur le sens de l’art, de la beauté et de la jeunesse. Par la suite, JeanPhilippe Daguerre nous offrira une version fougueuse du Cid pour le plaisir des preux amateurs de capes et de glaives. Deux créations promettent de déboucher sur un coup de cœur: Victor Hugo Mon Amour et Alma Mahler. La première est une brillante adaptation de Jacques Décombe et de la fiévreuse et passionnée correspondance épistolaire entre le célèbre écrivain et sa bouleversante maîtresse, Juliette. Chaque réplique provient d’une lettre, d’un journal intime, d’un poème, d’une scène de théâtre. De leur rencontre jusqu’à leurs derniers moments. En ressort le suprême sacrifice de Juliette, qui renonça à sa carrière d’actrice pour soulager son amant de sa crucifiante jalousie. La deuxième est une pièce de Marc Delaruelle tirée des mémoires d’Alma Mahler. Une œuvre qui reflète un autre chefd’œuvre: la vie d’une brillante artiste frustrée d’être en avance sur son temps. Durant son existence elle aura façonné l’immortalité de Klimt, Kokoschka et de son machiste époux, Gustave Mahler. Un brillant esprit que la misogynie du siècle passé réduisit à une muse éthérée ou à une putain machiavélique.

A lui seul, le portail de l’enceinte du Rosey Concert Hall évoque une mise en scène. Gracieuse au départ, spectaculaire par la suite. A l’entrée, d’innombrables arbres centenaires se dressent et se déploient tel un rideau de piques enfoncées dans les cieux. Pour les écarter, quelques pas en avant suffisent. Distinguant d’abord quelques courbes, vous continuez jusqu’à apercevoir l’ensemble de l’édifice. Vous y voici, une impressionnante soucoupe signée Bernard Tschumi trône avec la majesté d’un vaisseau sur un tapis de verdure. Ebahis, vous vous stoppez net l’espace d’un instant jusqu’à surprendre votre imaginaire entonner l’hymne de 2001, l’Odyssée de l’Espace. Bienvenue au festival de Théâtre aux Jardins du Rosey, le dernier-né de Pascale Méla. Après avoir initié et façonné durant deux années la renommée du festival Autour de Mme de Staël, son hyperactivité se déploie cette fois sur un site futuriste. A l’image de sa passion. L’amour que nourrit Pascale Méla pour le théâtre n’a d’égal que sa soif de partage. Pour cela elle ne prêche pas les convertis, elle innove et sort les pièces des théâtres pour les contextualiser, à l’image de Mme De Staël, ou les produire dans un spot inédit. Dans les deux cas, son défi reste le même: susciter de nouveaux penchants, faire naître de nouvelles vocations. Qui sait. C’est donc munie d’une fine sélection tout droit venue du Festival d’Avignon qu’elle célèbre la première édition. Au programme, de grands classiques de la littérature occupent le haut de l’affiche. Ainsi, Pascal Faber qui s’est distingué avec le soin et la simplicité de sa mise en scène de Marie Tudor, présentera une interprétation onirique du Marchand de Venise de Shakespeare. S’ensuivra une adaptation théâtrale du célèbre Portrait Go Out! Magazine

Festival de Théâtre aux Jardin du Rosey Du 6 au 10 juin Château du Rosey 1180 Rolle www.theatreauxjardins.ch

29


16.06 – 01.07.2017

NORMA SAISON1617 À L'OPÉRA DES NATIONS

Vincenzo Bellini

www.geneveopera.ch T +41 22 322 5050

DIRECTION MUSICALE

JOHN FIORE

MISE EN SCÈNE & DRAMATURGIE

JOSSI WIELER & SERGIO MORABITO NORMA

ALEXANDRA DESHORTIES

CHŒUR DU GRAND THÉÂTRE DE GENÈVE ORCHESTRE DE LA SUISSE ROMANDE


ON SORT

ON DANSE

LES JEUNES TALENTS MÈNENT LA DANSE Du 11 au 13 mai prochain, le Bâtiment des Forces Motrices accueille le premier Festival International Jeunes Ballets, évènement unique en son genre dans la région, dédié aux jeunes talents de la danse classique et contemporaine. Une première suisse qui conjuguera des rencontres enrichissantes durant la journée et des spectacles le soir, avec comme point fort la convergence de cinq compagnies juniors de renom sur les rives du Rhône, pour la plus grande joie du public amateur de danse. Pa r JEANNE GRESSOT

Pour cette première édition du Festival International Jeunes Ballets, la Fondation Dance Area, basée à Genève, invite quatre compagnies de niveau international aux côtés de l’Area Jeune Ballet de Genève, la compagnie en résidence, dont l’école se situe à deux pas du BFM. Fait notoire: l’Ecole-atelier RudraBéjart, créée par Maurice Béjart en 1992 et dirigée par Michel Gascard, fera pour l’occasion sa première apparition au bout du Léman, après s’être produite dans le monde entier. L’approche chorégraphique de l’école, à la croisée d’influences aussi variées que les danses contemporaine et traditionnelles et les arts martiaux, ne manquera pas d’éveiller notre appétit pour la danse. De même, l’étonnante compagnie franco-madrilène Elephant in the Black Box, dont on a hâte de contempler l’énergie. Celle-ci se déploie grâce aux enseignements de Philippe Dury, qui a pour but d’«ouvrir la boîte noire où le talent demeure latent: ce grand éléphant caché à l’intérieur de chacun de ces jeunes danseurs»… et qui ne rêve que d’en sortir et de déplacer des montagnes. Les invités comptent également d’autres institutions internationalement reconnues comme la Balletschule Theater Basel dirigée par Amanda Bennett et, du côté de la France, le Cannes Jeune Ballet, issu du prestigieux Pôle National d’Enseignement Supérieur de la danse, sous la direction de Paola Cantalupo.

Rudra Bejart ©Valérie Lacaze

journée (ouverts aux danseurs professionnels et préprofessionnels) puis la présentation d’un travail de plus longue haleine, le soir venu, dans des projets scéniques d’envergure. Grâce aux masterclasses et à la préparation de grands chorégraphes comme Philippe Dury (ancien danseur à l'Opéra de Paris et fondateur d'Elephant in the Black Box), Amanda Bennett (formée à l'A merican Ballett de New York, directrice de la Ballettschule Theater Basel et jury de nombreuses compétitions internationales), et Paoloa Cantalupo, (ancienne danseuse étoile, directrice artistique et pédagogique du Pôle National Supérieur de la Danse à Marseille et à Cannes), les soirées promettent d’être belles et riches en émotions.

Les échanges et la diversité d’influences sont des éléments capitaux pour le développement artistique des jeunes danseurs, au même titre que les expériences de scène, avec leur rythme si particulier et le contact qui s’y crée avec le public. Ainsi, le festival est construit en deux volets: des moments de formation pendant Go Out! Magazine

Festival International Jeunes Ballets Du 11 au 13 mai Bâtiment des Forces Motrices 2, place des Volontaires, 1204 Genève www.fondationdancearea.ch

31


ON SORT

CLASSIQUE

PASSER LE TÉMOIN

Santtu Matias Rouvali © Kaapo Kamu

Ainsi pourrait se résumer la vocation du Verbier Festival, qui veut transmettre et réinventer à l’occasion de sa 24 ème édition. Une nouvelle identité visuelle, des orchestres composés de jeunes musiciens provenant du monde entier, conduits par des chefs célèbres, comme Charles Dutoit et Gábor-Takács Nagy. Plus qu’un festival, le Verbier est une véritable école, qui mérite bien son nom d’Academy. Cet été, du 21 juillet au 6 août, la station de Bagnes accueillera la crème de la crème musicale. Morceaux choisis. Par MABROUK HOSNI IBN ALEYA

Mai 2017

32


CLASSIQUE

ON SORT

OPÉR AS CONCERTANTS

Durant plusieurs années, le maestro Marek Janowski dirigea les opéras uniquement en version de concert, écartant volontiers des metteurs en scène à l’égo hypertrophié. Pour sa soirée d’ouverture, le Verbier Festival a retenu ce format, en présentant Salomé de Richard Strauss le 21 juillet, sous la baguette de Charles Dutoit, pour sa dernière année à la tête du Verbier Festival Orchestra. On retient du Suisse une excellente version de Carmen de Bizet (inoubliable Kate Aldrich!) en 2016. Deux années plus tôt, Mark Minkowski avait laissé une version raffinée et intime de Fidelio, avec une majestueuse Ingela Brimberg dans le rôle-titre. En 2017, un autre opéra de Strauss, Elektra, sera dirigé par Esa-Pekka Salonen (qui est aussi –faut-il le rappeler – compositeur), le 27 juillet.

Edgar Moreau

sa lecture des Sonates n°27 et n°32 de Beethoven et 14 et 16 de Mozart, en plus de la fantaisie en ut mineur. Seul regret, ce récital du 23 juillet sera donné dans l’église, souvent trop petite pour ce pianiste au jeu très vertical, puissant et harmonique. Daniil Trifonov sera accompagné de quatre mains, celles de Yuja Wang et Sergei Babayan, pour plusieurs œuvres de Bach, avec le Verbier Festival Chamber Orchestra dirigé par Roberto Gonzáles-Monjas.

MÉDITATION SYMPHONIQUE

POUR LES PLUS JEUNES

En plus des opéras, le Verbier Festival Orchestra devra affronter un immense défi: la Symphonie n°9 de Mahler. Une œuvre dont l’ampleur, la complexité, la profondeur et la dimension philosophique en font une véritable mission. Comment ignorer la lecture si humaine et tellurique offerte par Claudio Abbado en 2010 à Lucerne, devant un public soufflé resté muet trois minutes avant d’applaudir. La formation composée chaque année d’une centaine de jeunes musiciens recrutés dans neuf villes du monde (Budapest, Cologne, Genève, Madrid, Moscou, Saint-Pétersbourg, New York, Paris, Stockholm et Zurich) aura donc fort à faire le 24 juillet, accompagnée en cela par Gianandrea Noseda, l’énergique directeur musical d’Orchestre du Teatro Regio de Turin. La soirée prévoit également le Concerto n°25 de Mozart, avec Daniil Trifonov.

Avec son Orchestra, son Chamber Orchestra, son Junior Orchestra (pour les moins de 18 ans) et son Academy, le Verbier Festival donne sa chance à plus de 300 jeunes, autant dans les phalanges que dans les concerts. Le très jeune violoniste Daniel Lozakovich (15 ans), qui avait marqué Genève au Concert de l’An des Amis de l’Orchestre de la Suisse Romande (OSR), accompagnera le jeune chef Lahav Shani le 25 juillet pour une soirée autour de Mozart, Bruch et Schubert. Le Chœur du King’s College Cambridge, formé de garçons, chantera des œuvres de Racine, Fauré et Duruflé notamment, le 26 juillet. Le violoncelliste Edgar Moreau (22 ans) se produira avec le jeune chef titulaire de l’Orchestre de Chambre de Lausanne (OCL) Joshua Weilerstein, le 27 juillet, avec un programme Fauré, Bruch et Dvořák. Autre jeune maestro, Santtu-Matias Rouvali (nouveau directeur du Göteborg Symphony) programme un répertoire du XXème siècle, selon son habitude, avec Prokofiev, Copland, Lutosławski et Artie Shaw. Entre artistes célèbres et rassurants et jeunes pousses pleines de talent, l’équilibre est assuré pour cette année.

LES CLAVIERS À L’HONNEUR

Nombreuses sont les stars à rejoindre le Verbier Festival: Evgeny Kissin (26 juillet), Nikolaï Lugansky (29 juillet, 3-4 août), Yuja Wang (1er août), etc. Parmi eux, arrêtons-nous un instant sur Yefim Bronfman, qui jouera le Concerto pour piano n°2 de Brahms dirigé par Antonio Pappano (3 août). Les amateurs du compositeur pourront apprécier son premier Concerto, dirigé par Gábor Takács-Nagy et interprété par András Schiff, qui jouera en solo des œuvres de Bach, Bartók, Schumann et Janáček, le 25 juillet. Habitué de la quinzaine estivale, Grigory Sokolov donnera Go Out! Magazine

Verbier Festival Du 23 juillet au 6 août Différents lieux à Verbier 0848 771 882 www.verbierfestival.com

33


Daniel Gloger contre-ténor Béatrice Zawodnik hautbois Geoffrey Morris guitare Solistes de l’Ensemble Contrechamps Ensemble Contrechamps Michael Wendeberg direction

HELMUT LACHENMANN REBECCA SAUNDERS EMMANUEL NUNES HEINZ HOLLIGER STEFANO GERVASONI

BRIAN FERNEYHOUGH GYÖRGY KURTÁG ELLIOTT CARTER MICHAEL JARRELL FRANCO DONATONI

+41 (0)22 329 24 00 www.contrechamps.ch

NS 4 0

4 0 ANS 4 0

BaseGVA, www.basedesign.com – Image © Frans Lemmens / Alamy Stock Photo

ANS 4 0 AN

0 ANS 4 0 A S 4 0 ANS 4

S 4 0 ANS ANS 4 0 AN

Image © Frans Lemmens / Alamy Stock Photo

Mardi 13.06.2017, 19h30 Alhambra Genève

Quarante ans de Contrechamps Avec le soutien de la Fondation Leenaards / Avec le soutien de SIG / Concert enregistré par Espace 2

CORNAVIN

/ LES NATIONS / CRISTAL


ON SORT

CLASSIQUE

MAXIM MAXIMUS Après Viva L’Opéra, Viva Callas et les flamboyantes représentations de Khatia Buniatishvili, AVETIS sonne à nouveau la charge ce 18 mai en conviant un violoniste de génie: Maxim Vengerov. Avec le pianiste arménien Vag Papian en accompagnement, le concert débutera sur une ode à deux monuments de la musique française, l’impressionniste de Maurice Ravel et le romantique de César Franck. La deuxième partie du concert, quant à elle, se fera outre-Rhin avec un vibrant hommage au compositeur allemand Johannes Brahms avec le Scherzo, la Sonate pour violon et les fameuses Danses Hongroises . Par MABROUK HOSNI IBN ALEYA

Convié par AVETIS, sa technique, sa présence scénique et la profondeur de son expression musicale arracheraient une ovation d’un bloc de marbre. Vous l’avez senti venir? Maxim Vengerov s’apprête à nouveau à se produire, le 18 mai, au Victoria Hall. Objet de tous les superlatifs, la célèbre critique Marie-Aude Roux alla jusqu’à l’aborder en ces termes après qu’il ait interprété les Danses Hongroises de Johannes Brahms: «Il joue un Stradivarius de 1727, le sublime «Kreutzer» qui a appartenu au célèbre virtuose autrichien, mais il pourrait jouer n’importe quel morceau de bois et en tirer des miracles». Un éloge qui résonne comme un avant-goût puisque, c’est un hommage au compositeur allemand que le violoniste s’apprête à rendre en compagnie du pianiste Vag Papian lors de seconde partie du concert. En guise de mise en bouche, honneur au répertoire français avec, en première partie, une sélection de sonates de Maurice Ravel et de César Franck.

18 mai 2017 Maxim Vengerov, violon Vag Papian, piano Victoria Hall Rue du Général-Dufour 14, 1204 Genève Maxim Vengerov

www.avetis.ch

Go Out! Magazine

35


ON SORT

CLASSIQUE

DIALOGUES INTEMPORELS

Gustav Mahler © DR

A moins de fréquenter une Haute école de musique, il est rare de pouvoir s’entretenir avec un compositeur avant qu’un concert soit donné. Le public, qu’il connaisse de près ou de loin l’œuvre qu’il est sur le point d’écouter, n’a en effet aucun moyen de trouver une réponse aux questions qu’il se pose sur celle-ci, malgré les articles ou ouvrages lus sur le sujet. Le 16 mai, c’est une rencontre avec Claus-Steffen Mahnkopf qui est proposée avant le concert Portraits croisés de l’Ensemble Contrechamps, qui réunit deux créations du compositeur allemand né en 1962, ainsi qu’une de Gustav Mahler: les Kindertotenlieder (1900-1904). Par LAURENCE AMSALEM

Mai 2017

36


ON SORT

CLASSIQUE

EN SYMBIOSE AVEC L’HISTOIRE

Le compositeur Claus-Steffen Mahnkopf a été logé à la bonne enseigne en recevant une formation complète en théorie de la musique, en piano, en musicologie et en sociologie dans diverses universités allemandes. Parmi ses enseignants, l’on compte le compositeur suisse Klaus Huber, mais aussi Jurgen Habermas. Professeur de composition depuis 2005 à l’Académie de Musique et de Théâtre de Leipzig, il est aussi l’auteur d’une centaine d’essais et de nombreux livres traitant de la théorie de la musique. Il a également largement participé à l’édition du journal Musik & Ästhetik. Lors du concert du 16 mai, c’est une œuvre de commande de Contrechamps qui sera interprétée par l’ensemble: Con Luigi Nono (2017), où Mahnkopf rend un hommage et formule une réponse au quatuor à cordes de Luigi Nono (1924-1990), une partition qu’il a étudiée dans les archives du compositeur à Venise. Les hommages sont fréquents dans son œuvre et son approche vis-à-vis de ceux-ci est très philosophique, voire poétique. Durant leur réalisation, il tente de se rapprocher le plus possible de l’esprit, de l’esthétique et du travail de l’auteur en question, en se mettant en quelque sorte dans sa peau.

Claus-Steffen Mahnkopf © Gabriel Brand

INTERPRÉTATION INÉDITE

Au programme du concert figure également la toute première Kammersymphonie pour orchestre de chambre de Mahnkopf, réalisée en 1993-1994, ce qui permettra de revenir sur ses débuts. Pour interpréter ces va-et-vient entre différentes périodes et créations, c’est l’alto Bernarda Fink qui prêtera sa voix. Familière des lieder de Mahler qui figurent dans l’un de ses derniers albums, la chanteuse argentine, en plus de réaliser de nombreuses prestations avec de prestigieux ensembles de par le monde, dispense de façon régulière des masterclasses à Vienne, Salzbourg, Aix-en-Provence et Baden. A ses côtés et à ceux de l’Ensemble Contrechamps figureront les solistes Maximilian Haft (au violon), Hans Egidi (à l’alto) et Olivier Marron (au violoncelle), sous la direction du chef invité Clement Power, préfigurant une intense soirée.

MAHNKOPF VS MAHLER

Con Luigi Nono sera confrontée aux Kindertotenlieder («Chants sur la mort des enfants»), de Gustav Mahler, cycle de cinq lieder pour voix et orchestre transcrits pour ensemble par Rainer Riehn en 1987. L’œuvre précède de quelques années le décès de l’une des filles en bas âge de Mahler. Cette rencontre mettra en lumière les liens existants entre la musique des deux hommes appartenant à deux siècles différents, aussi bien sur le plan musical qu’idéologique. En effet, le créateur du Chant de la Terre n’était pas non plus insensible à la poésie. Pour l’œuvre interprétée par Contrechamps, il s’est d’ailleurs inspiré d’extraits d’un recueil de 428 poèmes que Friedrich Rückert avait écrit suite à la mort de ses deux enfants. Lors de la conférence, il sera intéressant de connaître l’avis de Claus-Steffen Mahnkopf sur cette rencontre, lui qui n’a jamais (encore) réalisé d’hommage à Gustav Mahler. Go Out! Magazine

Ensemble Contrechamps Portraits Croisés 16.05 à 20h Conférence avant concert à 18h45 Studio Ernest-Ansermet Passage de la Radio 2 1205 Genève www.contrechamps.ch

37


Victoria Hall Genève - 20h00

CONCERT EXTRAORDINAIRE 1.06.2017 - VICTORIA HALL - 20H00 Jonathan Nott DIRECTION

Sergey Khachatryan VIOLON

Le violoniste Sergey Khachatryan accompagnera l’Orchestre de la Suisse Romande dans ce programme intitulé Chefs-d’œuvre autrefois controversés… aujourd’hui acclamés ! et dans lequel seront interprétées des œuvres de Brahms et de Stravinski.

Jonathan Nott conclut sa première saison à la tête de l’OSR avec l’œuvre fondatrice du XXe siècle, Le Sacre du printemps (1913) de Stravinski, qui n’a rien perdu de son implacable modernité. La chorégraphie de Vaslav Nijinski, tout comme la musique d'Igor Stravinski, plaçant le rythme comme élément principal de l'œuvre, provoquèrent un chahut qui est resté célèbre, ses détracteurs qualifiant l'œuvre de « Massacre du printemps ». 35 ans avant Le Sacre, Johannes Brahms crée le Concerto pour violon (1878). Pièce majeure du répertoire romantique allemand pour l'instrument, sa partie de soliste très virtuose, jugée à l'époque presque injouable avait inspiré au grand Hans von Bülow cette salve : un "Concerto contre le violon". Sergey Khachatryan démentira, et avec quel éclat, cette impression première !

Réservation: www.osr.ch ou 022 807 00 00 Sponsor

Partenaire de diffusion

Partenaire radio

Avec le soutien de


ON SORT

LE MY THE JFK

Les éditions Taschen rééditent à l’occasion du centenaire de la naissance de John Fitzgerald Kennedy le célèbre ar ticle de Norman Mailer: «Superman débarque au supermarché». Publié en novembre 1960, en pleine campagne, dans le magazine Esquire, ce petit texte avait fortement contribué à l’élection de JFK: libération des mœurs, plein-emploi, baby-boom: ce bijou littéraire restitue fidèlement l’Amérique enthousiaste des années Kennedy. Outil indispensable afin saisir les ressorts de la construction de ce légendaire personnage des États-Unis, cette réédition intégrale du texte modèle du Nouveau Journalisme s’accompagne de plus de 300 photographies de Kennedy en route vers la Maison Blanche, signées des grands noms du photo-journalisme tels que Cornell Capa, Jacques Lowe, Paul Schutzer et Garry Winogrand. Un magnifique hommage sous forme de fascinant témoignage littéraire et illustré de celui qui allait projeter l’Amérique dans la modernité des années 1960. Espérons que le slogan de JFK - «We can do better» - résonnera furieusement en ces nébuleuses périodes électorales... Norman Mailer. John F. Kennedy.

ON LIT

LE RÈGNE DE REN

Disparu en février dernier, bien trop tôt, à seulement 29 ans, Ren Hang figurait au premier rang du combat que livrent les artistes chinois en faveur de leur liberté de création. À l’instar de son défenseur, Ai Weiwei, le photographe autodidacte avait bravé toutes les conventions de rigueur en Chine. Son crime? Photographier ses amis et ses fans, nus, souvent en extérieur, perchés au sommet des arbres ou au bord des toits vertigineux de Pékin, empilés comme des cubes de béton, la tête enturbannée d’une pieuvre, des fils de téléphone ou des fleurs jaillissant de leurs cavités corporelles, selon ce qui lui venait à l’esprit sur le moment. Son exploit? Ouvrir une fenêtre fascinante sur la liberté sexuelle dans une société des plus conservatrices en osant des compositions aussi crues que belles. Depuis L'Empire des sens de Nagisa Ōshima en 1976, on n'avait pas vu une telle razzia sensuelle. Cet ouvrage en forme de poésie cinglante s’avère être le seul recueil au monde à parcourir l’ensemble de sa carrière à travers ses photos les plus appréciées et les plus populaires, dont beaucoup d’inédites, montrant hommes, femmes, Pékin, et même des érections!

Superman débarque au supermarché de Nina Wiener et J. Michael Lennon

Ren Hang de Dian Hanson

Aux Editions Taschen

Aux Editions Taschen

www.taschen.com

DESTIN HORS DU COM MUN

Difficile de trouver plus belle signature quand on voyage stylo et appareil photo en main, pour raconter la terre et ses beautés. Bernard Pichon, journaliste chevronné et globe-trotter éclairé, nous a dès la première rencontre charmés. Difficile de ne pas résister à ce rieur attachant distillant une séduction en creux et en douce. Après une longue carrière dans les média francophones (théâtre, radio, shows télévisés, marionnettes pour la jeunesse, presse écrite, livres), il décide de s’adonner à sa passion, les voyages, à travers un blog: pichonvoyageur.ch. Si vous vous demandez ce qu’il a fait, demandez-vous plutôt ce qu'il n’a pas encore fait. On pourrait l’écouter des journées et nuitées entières nous narrer ses aventures et anecdotes captivantes. Cet homme d’exception, véritable cabinet de curiosités à lui seul, a plus d’une corde à son arc. La dernière en date: un livre où cet inclassable à la classe indéniable nous ouvre sa valise de souvenirs pour nous y dévoiler pêle-mêle des révélations sur les stars du XXème siècle, de Jacques Brel à Yves Montand, en passant par Dalida, Barbara, Serge Gainsbourg, Jean-Jacques Goldman, Léo Ferré, Charles Aznavour et beaucoup d’autres… Une valise de souvenirs de Bernard Pichon 180° éditions www.180editions.com

Go Out! Magazine

39


ON SORT

EN FAMILLE

^

C'EST DANS LA BOITE

La Roue Miracle

«Tournicoti, Tournicoton», direction le Printemps Carougeois! Cette année, le festival s’étend du 5 au 14 mai dans toute la commune et est articulé autour du thème «Cultissime», en référence au 7ème art. A ne pas s’y méprendre, il ne sera pas question ici d’assister à une énième projection des Bronzés ou des Valseuses (bien que celles-ci ne soient jamais de trop), mais plutôt de redécouvrir le cinéma au sens large sous de multiples formes, au travers de jeux, d’une exposition, de performances, d’ateliers ou de concours, traversant diverses périodes et thématiques du médium. Pa r LAURENCE AMSALEM

Mai 2017

40


ON SORT

EN FAMILLE

MOTEUR, ÇA TOURNE !

En 2017, le Printemps Carougeois fête sa 53ème année et fait dès lors véritablement partie des meubles du paysage genevois. Explorant des thèmes variés, il avait notamment proposé celui de «La frousse aux trousses» l’an passé et celui de «Soi par soi» portant sur l’art de l’autoportrait et de l’autobiographie en 2015. Cette année, comme annoncé, il sera tourné vers le cinéma, d’autant plus que sa programmatrice, Yaël Ruta est elle-même réalisatrice. Dans un premier temps, les couleurs du festival seront annoncées dans les transports en commun, avec «Super Meets Wonder», une improvisation tout en humour qui se déroulera entre les arrêts de tram Blanche et Rondeau, le samedi 6 mai de 13h à 17h. A partir du week-end suivant, c’est l’exposition «Ma vie de Courgette, on vous dit tout!» qui ouvrira ses portes au Musée de Carouge, portant sur le lourd processus de réalisation du film de Claude Barras, qui aura bien porté ses fruits. Dans le cadre de celle-ci, le public pourra passer de l’autre côté de l’écran pour se glisser dans les coulisses et naviguer entre les décors, les marionnettes, les costumes et les photographies de tournage de ce long métrage réalisé en stop motion (image par image).

Rencontre 2.0 ©Pikart Photography"

au monde». Dans celle-ci sera projeté un petit film de 25 minutes rendant hommage aux grands noms du genre, tels que Georges Méliès, Buster Keaton ou Charlie Chaplin. Le 14 mai, c’est du côté de l’atelier danse jeune public «Silence, ça danse… on met dans la boîte!» qu’ils pourront finalement aller faire un tour, où ils auront l’occasion de devenir les danseurs et acteurs d’une histoire, accompagnés ou non par leurs parents, selon leur tranche d’âge. POUR LES ADOS CURIEUX

Dans le cas où certains adolescents penseraient posséder une bonne culture cinématographique, ils pourront se frotter le 12 mai au quiz concocté par des comédiens professionnels, sous forme de spectacle en 4D, avec à la clé des prix accordés au thème (dès 12 ans). Un atelier Booktube sera également proposé aux jeunes dès 13 ans le samedi 13 mai. Le concept est très simple: faire découvrir ses derniers coups de cœurs littéraires ou donner des conseils de lecture au travers de vidéos postées sur YouTube, comme le font Bulledop et Margaud Liseuse, toutes deux très actives sur le site. Celles-ci seront présentes pour encadrer l’exercice, où l’ensemble du matériel sera fourni. Un atelier dédié aussi bien aux grands lecteurs qu’aux novices!

POUR LES PETITS MONSTRES

Le 10 mai, les plus petits cinéphiles qui se retrouveraient au Centre commercial de Carouge avec leurs parents pourront en profiter pour visiter la «Roue à Miracle». De 14h à 18h, il s’agira de découvrir le mécanisme des premières images mobiles à l’aide d’un instrument donnant l’illusion du mouvement à partir de deux images fixes: le thaumatrope. Les 13 et 14 mai, ils pourront aussi passer par «Le Grand CinéMarionnettoGraphe des Fourmis», une caravane ayant l’air de sortir d’un film de Wes Anderson et qui se targue d’être «la plus petite salle de cinéma ambulante

Printemps Carougeois Cultissime 05.05-14.05 Divers lieux carougeois Billetterie : 022 307 89 87 Atelier danse

Go Out! Magazine

www.printemps-carougeois.ch

41


MOBILIER | TABLEAUX | ORFÈVRERIE | OBJETS D’ART | BIJOUX

Collection Molly de Balkany

EXCEPTIONNELLE VENTE AUX ENCHÈRES IN SITU

Samedi 6 mai VENTE À LA VILLA AIGUE-MARINE 133 ROUTE DE LAUSANNE | 1197 PRANGINS | VAUD


ON SORT

LÀ-BAS

LA PHOTOGRAPHIE DE DEMAIN Les Journées photographiques de Bienne, ce sont trois semaines pour découvrir 28 expositions dont plus des troisquarts sont des premières suisses ou mondiales, ainsi que des ateliers autour du médium. Le tout se déroulant au cœur de la ville aux deux noms et à travers huit lieux aussi différents les uns des autres. Cette année, du 5 au 28 mai, l’événement s’articulera autour de la notion d’extrême, sujette à de multiples interprétations. Pa r ALEXANDRE KASPAR

démocratisation de la photographie ou encore des multiples formes qu’elle peut prendre, les ateliers invitent les professionnels à débattre tout en créant des œuvres avec des participants, qui seront ensuite exposées dans le cadre du festival.

PRISME ARTISTIQUE

La variété des travaux exposés peut s’illustrer par trois artistes proposant des projets aux dimensions parfois diamétralement opposées. Prenons l’œuvre de Sebastian Schmieg «Segmentation.Network» qui présente un jeu de données réalisé par des crowd workers pour la reconnaissance d’image COCO de Microsoft. Ces données, conçues manuellement et utilisées dans le cadre de l’apprentissage machine, mettent en avant le lien intrinsèque entre l’Homme et la technologie. Ce que la machine fait ou ne fait pas dépend finalement de traits bien concrets. Autre extrême, le projet du genevois Steeve Iuncker «Yakoutsk -48°C. La ville la + froide du monde» autour du rapport entre des conditions climatiques extrêmes et la vie de 270'000 habitants du nord de la Sibérie orientale. Dans ce travail quasi-documentaire, Yakoutsk est la première étape d’un tour du monde du photographe genevois vers les villes des extrêmes – la plus basse, la plus polluée ou encore la plus peuplée. Quant à Jean Revillard (plusieurs fois récompensé par des World Press Photo Awards), il suit dans «Ondes» la quête de quatre femmes diagnostiquées électro-sensibles cherchant depuis des années des white zones, ces espaces sans champs électromagnétiques et derniers refuges de ces personnes marginalisées par leurs maux.

UNE DIMENSION SCIENTIFIQUE

A noter également: l’exposition des photographies et vidéos lauréates du premier Concours FNS d’images scientifiques après la sélection d’un jury parmi près de 500 images. Cette exposition prendra place dans le Nouveau Musée Bienne (NMB), né en 2012 de la fusion du Musée Schwab et du Musée Neuhaus. De par leur offre foisonnante et un regard tourné vers le futur, les Journées photographiques de Bienne constituent un événement conséquent dans le monde des images. Avec la démocratisation de la photographie, le médium doit sans cesse se réaffirmer et repenser sa place dans le monde de l’art. Voilà la pertinence d’une telle entreprise. Les Journées photographiques de Bienne Du 5 au 28 mai 2017 Divers lieux à Bienne www.bielerfototage.ch

PENSER LA PHOTOGR APHIE

En résonance avec les expositions, le projet Image+ propose une série de quatre ateliers destinée à des professionnels du milieu comme des photographes, éditeurs ou curateurs. L’idée de ces workshops est de stimuler une discussion autour de problèmes contemporains rencontrés par le médium photographique. A l’ère du trop plein d’images, de la saturation, de la Go Out! Magazine

Jean Revillard, Ondes 2015

43


ON SORT

ARCHITECTURE

TENSION ET ÉQUILIBRE

Carmen Perrin, Lignes De Forces

2017 semble de bon augure pour le milieu culturel genevois. L’Association Pavillon Sicli, qui a vu le jour en février 2017, inaugure le mardi 16 mai le pavillon du même nom – œuvre singulière et véritable prouesse technique de l’ingénieur suisse Heinz Isler, réalisée entre 19681969. L’événement se couple au vernissage de l’exposition Lignes de Forces de l’artiste Carmen Perrin qui a su investir l’espace du pavillon par une œuvre qui fonctionne comme un dialogue avec les deux principales caractéristiques architecturales de l’édifice: le vide et la voûte. Par ALEXANDRE KASPAR

Mai 2017

44


ON SORT

ARCHITECTURE

UNE USINE MODERNE

Dans un ensemble de plus de 1850 bâtiments pensés par l’ingénieur Heinz Isler, tous basés sur le même principe de construction, le Pavillon Sicli est celui qui selon les spécialistes possède le plus grand intérêt patrimonial. Son originalité tant sur le plan esthétique que technique lui a valu d’être retenu en août 2012 pour l’inventaire genevois. Le travail d’Isler autour des membranes en béton, développé dès ses études à l’EPFZ, se concrétise vers cette forme emblématique que prennent ses réalisations des années 60 dont le pavillon Sicli tend à être la pièce maîtresse. La légende veut que le directeur de Sicli fut séduit – le temps d’une halte sur l’autoroute N1 – par l’une des réalisations d’Isler et qu’il décida ainsi de lui confier la conception de la future usine de Genève. Entre 1968 et 1969 est alors construite l’usine Sicli basée sur un plan simple associant deux carrés de tailles différentes délimitant la zone sur laquelle se déploie le voile de béton. La technique de l’ingénieur permet à l’édifice d’offrir un espace exceptionnel et des ouvertures sous les ailes autorisant ainsi à la lumière de s’y glisser subtilement.

Carmen Perrin, Lignes De Forces LIGNES DE FORCES, LE DIALOGUE

Lignes de Forces est la première exposition du centre Sicli et Carmen Perrin propose une œuvre intéressante dans son rapport avec l’édifice. En effet, pour une plasticienne, le challenge d’investir pour son inauguration un bâtiment dédié à l’architecture, l’urbanisme et le design a dû être important. L’artiste travaille depuis plus de vingt ans autour de l’utilisation de matériaux aux propriétés capables de capter ou de réfracter la lumière. Pour Lignes de Forces, Carmen Perrin propose une installation qui consiste à appliquer sur le sol de la salle d’exposition le motif d’une double spirale, réalisée avec une pellicule autocollante miroir de 15 cm de large. La lumière qui pénètre dans l’espace du bâtiment à travers les baies reflète sur le sol la forme inversée du bâtiment. Cette forme correspond alors à celle trouvée par Heinz Isler lors de la conception de la maquette originelle. En effet, le processus de conception de l’ingénieur consistait à découper une forme dans un matériau souple suspendu qu’il durcissait ensuite dans le but d’en réaliser un moule pour ses maquettes.

NOUVELLE VIE

L’état de Genève acquiert le bâtiment en 2011 et décide de le convertir en centre culturel puis, en 2013, de mandater l’association de la Maison de l’Architecture afin «d’élaborer la programmation culturelle, d’en assurer la cohérence et d’en coordonner les projets». Pour ce faire, l’association s’entoure de quatre autres organes, la Haute école d’art et de design (HEAD), la haute école du paysage, d’ingénierie et d’architecture (HEPIA), la Fondation Braillard et les associations professionnelles FAI et FAS. Le programme culturel devra suivre un axe thématique réunissant trois concepts: l’architecture, l’urbanisme et le design.

Enfin, l’œuvre de Carmen Perrin fonctionne particulièrement bien dans l’espace du centre Sicli. Un dialogue subtil avec le savoir-faire exceptionnel de cet ingénieur qui permet avec presque 50 ans d’écart d’en révéler la force et l’ingéniosité. Un projet artistique intéressant qui annonce un bel avenir au Pavillon Sicli et son association.

Inauguration Pavillon Sicli et vernissage exposition Lignes de Forces de Carmen Perrin Mardi 16 mai 2017 à 16h Pavillon Sicli Route des Acacias 45 1227 Les Acacias

Carmen Perrin, Lignes De Forces

Go Out! Magazine

45


ON SORT

LÀ-BAS

MEYRIN L'ENCHANTEUR

Gilles Brusset L’enfance du pli © Pierre-Yves Brunaud

En ce doux mois printanier, il souffle sur Meyrin un vent d’effervescence artistique et de renouveau qui s’étend jusqu’à la fin de l’été. Les primeurs ont débuté en mars dernier avec l’exposition d’Albertine qui voit son défilé de mode-finissage aux Galeries Forum Meyrin prévu le 23 mai prochain déjà complet! Elle y dévoile des œuvres liées au monde de la mode et conçues avec son imagination débordante de poésie: robes, objets et dessins. Parallèlement, le Fonds d'art contemporain de la Ville de Meyrin (FACM) convie les habitants le 12 mai prochain à l’inauguration de l’Ecole des Boudines (et son nouvel espace parascolaire) reliftée de l’intérieur et de l’extérieur. On y découvrira dès lors, en contrepoint à l’installation Réflexions d’Ursula Mumenthaler (baptisée l’an dernier), l’œuvre sculpturale de Gilles Brusset L’enfance du pli, vernie aux abords de l’’école. Cette proposition, qui s’inscrit dans le mouvement du land art, évoque un grand jardin dans une sculpture, objet vivant dans lequel les Meyrinois seront invités à évoluer. Close-up sur une commune pas commune. Par ALEXANDRA DUVANEL

Mai 2017

46


ON SORT

LÀ-BAS

prévu le 23 mai sous forme de défilé de mode aux Galeries Forum Meyrin affichait déjà complet en avril! Albertine a conçu spécialement pour l’occasion de véritables robes. Ces pièces ont, avant d’être peintes, été confectionnées avec l’atelier de couture Créature. Tout droit sorties de son imagination décapante, les tuniques bousculent les codes préétablis et réinventent formes, couleurs, textures et motifs. Du Albertine en trois dimensions, un cadeau pour les yeux et pour le moral! UN COUP D’ÉCLAT POUR LA VILLE

En plus de ces deux événements, l’œuvre de Gilles Brusset dans le cadre de la rénovation de l’Ecole des Boudines et de son espace parascolaire, et l’exposition d’Albertine, Meyrin exaltante de créativité s’apprête à accueillir cet été un nouveau projet sur le pourtour du futur lac des Vernes. Trois nouveaux aménagements seront destinés au public: un ponton, une plateforme pour l’observation des oiseaux et une zone didactique dont la conception a été confiée par concours à Delphine Renault et Matali Crasset. L’inauguration aura lieu le 10 juin prochain. En sortant des sentiers battus, Meyrin prouve encore une fois qu’il n’y a pas que la commune de Genève qui innove en matière de projets artistiques! Chapeau bas.

Gilles Brusset L’enfance du pli © Pierre-Yves Brunaud

L’œuvre de Gilles Brusset sera inaugurée le 12 mai mais n’aura pas de date limite d’exposition. En effet, L’enfance du pli est ancrée dans l’espace extérieur de l’école des Boudines. Gagnant du concours lancé à l’automne 2013, l’artiste-paysagiste a conçu un parterre aux reliefs accentués, contrastant avec les lignes hiératiques des bâtiments aux alentours. Inspiré des courbes du Jura, l’œuvre est un parfait exemple de land art. Les matériaux, demandez-vous? Ils sont les mêmes que le reste de l’espace public extérieur: enrobé de bitume, de gazon et d’aluminium. Seulement, sublimés par l’artiste, ils ressortent différemment et créent une surface originale où il fera bon se prélasser. C’est d’ailleurs bien là la force de cette œuvre: intégrée au sein même d’un quartier meyrinois, elle constitue l’endroit idéal où se reposer ou jouer lorsque le soleil brille et, en même temps, permet à tout un chacun d’apprivoiser une œuvre d’art dans son regard. DE L’ART POUR TOUS LES GOÛTS

Friand d’illustrations ou de mode? La commune de Meyrin organise une exposition consacrée à Albertine. L’artiste, illustratrice, affichiste mais également pendant longtemps professeure de sérigraphie à la HEAD, propose ici sa version du monde de la mode. Ses personnages, depuis toujours remplis de douceur et de poésie mais également éclatants de couleur et d’intelligence, se retrouvent sur leur 31, habillés avec extravagance par leur maman de crayon. Le finissage Go Out! Magazine

Albertine

Plus d’infos sur www.meyrinculture.ch/

47


ON DANSE

LIVE

IMPOSSIBLE N'EST PAS MAPPING

Alex Augier Muse © Quentin Chevrier

Dès le 11 mai, Genève s’anime avec la 13ème édition du festival d’art audiovisuel et de cultures numériques qui investit six lieux emblématiques de la ville. Un retour en force pour cette manifestation qui s’est ancrée au cours du temps dans la culture populaire genevoise grâce à une programmation de haut vol, répartie cette année sur trois axes – MAPPING Expo, MAPPING Lab et MAPPING Live. Une cinquantaine d’évènements et tout autant d’artistes qui offrent des expériences multisensorielles d’exception et invitent à réfléchir sur les transformations d’un monde aux réalités démultipliées. De quoi réveiller vos synapses! Pa r LUCIA VON GUNTEN


ON DANSE

LIVE

LES INCONTOURNABLES

À CHACUN SON MAPPING

Parmi les nouveautés de cette année, une programmation sur 18 jours qui a pour centre névralgique ACT, un nouvel espace d’art et de création technologiques créé en collaboration avec le festival Electron.

Enfin, la vraie beauté du Mapping c’est de s’adresser à tous les publics. Aux noceurs et amateurs de musiques électroniques d’abord, avec trois soirées scénographiées les 24, 26 et 27 mai, qui tiendront le Zoo en éveil avec une dizaine de DJs suisses et internationaux triés sur le volet.

Situé au Commun dans le Bâtiment d’art contemporain, le premier étage dévoile MAPPING Expo, un lieu d’exposition investi en exclusivité par le collectif DISINOVATION.ORG. Engagé dans la création de projets mêlant art et technologie, le groupe de travail basé à Paris arrive pour la première fois en Suisse avec plusieurs propositions qui traitent des dysfonctionnements et du potentiel créatif aléatoire de la technologie numérique. À l’image de Predictive Art Bot, une installation présentée en février dernier à la Transmediale de Berlin qui, par le biais d’un algorithme, crée des nouveaux concepts artistiques à partir de contenus générés sur Twitter. À découvrir en libre accès tout au long du festival, avec en prime des visites guidées sur inscription les samedis de 14h à 16h.

Petits et grands pourront à leur tour se familiariser aux divers outils et aspects de la création numérique et multimédia grâce à MAPPING Lab. Une riche sélection de workshops, conférences, masterclasses et projections de films animés par des artistes et ingénieurs, se déroulant tout au long du festival à l’espace ACT, à la Fonderie Kugler, au MAH ainsi qu’au cinéma Spoutnik. À vos agendas pour vivre pleinement votre Mapping.

Mention spéciale pour la première de Paradigm Shift, un forum international inédit réparti sur deux jours les 24 et 25 mai sous le titre évocateur Technology Now, Society Tomorrow and the Religion for a Brave New World. L’occasion de conférences et débats thématiques en anglais réunissant acteurs de la création, de la recherche et institutions majeures telles que Arts@CERN, le British Council et le musée des arts électroniques de Bâle, afin de décrypter les enjeux d’une société globalisée régie par l’innovation technologique. Bref, du très lourd. Inscription obligatoire. IM MERSIONS MULTISENSORIELLES

Autre temps fort du festival avec la programmation de MAPPING Live et sept performances d’artistes internationaux à vivre au Spoutnik, à l’Alhambra et à la Fonderie Kugler les soirs des 24, 25 et 27 mai. On y retrouve notamment le Canadien Martin Messier qui, fort du succès de sa Boîte noire de l’année dernière, revient avec FIELD, une interprétation sonore et lumineuse de champs électromagnétiques qui habitent imperceptiblement notre environnement. L’artiste franco-canadien Maotik utilise quant à lui la technologie du drone pour naviguer dans une cartographie et retranscrire les éléments du paysage parcouru dans Aeryon, un visuel génératif d’exception. L’immersion audiovisuelle sera totale avec Continuum de l’artiste néerlandais Tarik Barri qui en collaboration avec le musicien anglais Paul Jebanasam emporte le spectateur dans un voyage lumineux et sonore aux confins du réel. Go Out! Magazine

Mapping _ Ditigal Shifts Du 11 au 28 avril 2017 mappingfestival.com act-espace.ch Infos et billetterie ACT (Le Commun - BAC) Tous les jours, dès 14h 28, rue des Bains 1205 Genève Inauguration et vernissage de l’exposition du collectif DISNOVATION.ORG Le jeudi 11 mai à 18h ACT (Le Commun - BAC) 28, rue des Bains 1205 Genève act-espace.ch

49


ON DANSE

LIVE

FUTURISME PIXÉLISÉ

Mammane sani

C’est un véritable sirocco sonore qui s’apprête à souffler le 16 mai au Bourg. Au programme, une immersion abyssale dans l’univers musical sahélien. Loin du folklore chéri par les chantres de l’ethnomusicologie, la soirée se penchera sur des compositeurs, méconnus ou oubliés, dont les œuvres ont propulsé le répertoire traditionnel à l’avant-garde même des courants musicaux. Leur exhumation, on le doit à une nouvelle génération de défricheurs plus occupée à fouiner dans l’arrière-boutique d’un shop de vinyles qu’à en lécher la vitrine. Des diggers parmi lesquels on trouvera Christopher Kirkley et son brillant label Sahel Sound Record spécialisé dans la réédition de disques introuvables. De la même trempe qu’Analog of Africa, Habibi Funk ou Awesome tapes of Africa, ce dernier s’est progressivement imposé, aux côtés de Mdou Moctar et des Filles de Illighadad, comme une référence incontournable du répertoire moderne nigérien. Ainsi, durant la première partie de la soirée, le documentaire «A story of Sahel sounds», nous plongera à ses côtés dans un périple allant de Portland à Niamey pour ensuite rebondir sur le live de l’artiste d’où il tire sa renommée: le WTF extatique de la saison, le brillant Mammane Sani. Affectueusement surnommé le Dinosaure de l’Orgue, il fait aujourd’hui figure de mythe oublié que l’on redécouvre avec le même ébahissement que face à Atlantide surgissant des flots. Un pionnier de l’électronique des années 70 dont les compositions, minimales, résonnent aujourd’hui sans commune mesure. Immersion. Pa r MABROUK HOSNI IBN ALEYA

Mai 2017

50


ON DANSE

LIVE

Mammane sani

Mammane Sani incarne un paradoxe comme l’Afrique en dénombre tant. Telle une figure mythologique, il est à la fois partout et nulle part. Au Niger, c’est une sorte de légende vivante, sa musique, omniprésente, retentit dans les génériques et les temps morts de la télévision nationale tandis que lui reste discret, presque anonyme. Une situation qui aurait bien pu s’éterniser si, par pure coïncidence, le fondateur de Sahel Sounds Records ne s’était pas réfugié de la chaleur de la capitale nigérienne dans les archives musicales de Niamey lors d’une virée en 2013. Il confiera sur son blog: «L’endroit débordait de CD's poussiéreux, de cassettes et d’enregistreurs Nagra, celle de Mammane a été la première que j’ai retiré de l’étagère. J’ai autant été scotché par sa cover que sa musique, des compositions étaient simples, oniriques, répétitives mais hypnotiques». La rencontre se fera le lendemain. Autodidacte, le parcours musical de Mammane Sani remonte aux activités culturelles de sa tendre enfance et se résume en un harmonica puis une guitare avec laquelle il interprétait Hey Joe de Jimi Hendrix. Sa passion pour la musique prendra forme plusieurs années plus tard lorsque, fonctionnaire de l’UNESCO, il côtoiera de multiples cultures durant ses voyages en Afrique, en Europe et au Japon. Un séminaire durant Go Out! Magazine

lequel un délégué rwandais leur fit une démonstration d’un orgue de la marque italienne "Orla" marquera un véritable tournant. Mammane le rachète pour revisiter, dès la fin des années 70, les répertoires folkloriques nigériens. Des chants pastoraux de gardiens de troupeaux aux ballades polyphoniques des Wodaabes en passant par les rythmes du tendé Touareg, ses titres débouchent sur des sonorités électroniques rappelant le minimalisme hypnotique du Clockwerk de J.D. Emmanuel et la synth pop typique de Zuckerzeit dans Cluster. A la fois futuriste et envoûtants, onirique et surprenants, ses titres évoqueraient presque les pixels d’un rite ésotérique exécuté sur Atari. Bref un mythe et un voluptueux OVNI qui restent jusqu’aujourd’hui en avance sur leur temps.

Mammane sani (niger) « A story of sahel sounds » 16.05 dès 20h Le Bourg Rue de Bourg 51, 1003 Lausanne www.sahelsounds.com www.le-bourg.ch

51


ARTWORK BY FRESH-DESIGN.NET

MAI — JUIN — 2017 SAMEDI 6 MAI — 20H30

JEUDI 18 AU DIMANCHE 21 MAI

KESAJ TCHAVÉ (SLO) MUSIQUE & DANSES TSIGANES CIE CARACTÈRE (CH) HIP-HOP

MUSIQUE & FILMS D’AFRIQUE Ateliers d’ethnomusicologie — www.adem.ch

FÊTE DE LA DANSE 2017 www.fetedeladanse.ch

VENDREDI 12 MAI — 21H

AFRIQUE PLURIELLE SAMEDI 27 MAI — 21H

MAPPING FESTIVAL

TROMBORANGA (ESP) SALSA

VISUAL AUDIO & DEVIANT ELECTRONICS FESTIVAL www.mappingfestival.com

www.ziczag.ch

JEUDI 1er AU SAMEDI 3, VENDREDI 8 & SAMEDI 9 JUIN

+ DJ RICARDO - SAM CORSO SAMEDI 13 MAI — 20H

BIG UP’ BAND (CH) JAZZ — www.bigupband.ch

O U V E RT U R E C A I S S E S & B A R 1 HEURE AVANT LES CONCERTS B I L L E T T E R I E E T I N F O R M AT I O N S SUR LES SITES DES ORGANISATEURS RUE RÔTISSERIE 1204 GENÈVE ALHAMBRA-GENEVE.CH

MARDI 13 JUIN — 20H

ENSEMBLE CONTRECHAMPS BEST OF

MUSIQUE CONTEMPORAINE — www.contrechamps.ch

VENDREDI 16 JUIN — 20H

GOSPEL HERITAGE GOLDEN GATE QUARTET

GOSPEL ACADEMY — www.genevatfgospel.com

VENDREDI 23 AU DIMANCHE 25 JUIN

FESTIVAL LES ATHÉNÉENNES FÊTE DE LA MUSIQUE 2017 CLASSIQUE, JAZZ & CRÉATION — www.lesatheneennes.ch VILLE DE GENÈVE — www.fetedelamusique.ch


ON PROFITE

ON LIKE

ON LIKE 1 PHILOSOPHER D’ABORD, VIVRE ENSUITE

Pour inaugurer l’évènement on ne peut s’empêcher le plaisir de ressortir la célèbre citation de Pasteur : « Il y a plus de philosophie dans une bouteille de vin que dans tous les livres ». Que les plus érudits des épicuriens se réjouissent, l’historique Brasserie « Les Philosophes » réouvre ses portes fin avril dans son fief de Plainpalais ! Voyant les choses en grand, le lieu se déploiera sur 3 espaces distincts avec une pièce de « cosyworking », réservée aux Stakhanovistes ponctuant leur traitement de texte d’une gorgée de blanc, d’un bar à champagne pour les plus raffinés et de la traditionnelle brasserie. Côté cuisine, place à la tendance healthy avec des produits frais concocté par le chef Jonathan, un disciple de l’incontournable pionnier de la cuisine légère, Michel Guérard.

WINE COCOONING

Que les amateurs de vin se retrouvant à court de place pour loger leurs bouteilles favorites se réjouissent: grâce à Wine District, celles-ci ont désormais leur résidence 5 étoiles à Satigny, à quelques pas des vignes, histoire pour elles de se sentir comme à la maison. Sur plus de 400m2 s’étendent quatre chambres de stockage ultra sécurisées, dont chacune est réglée à la température et au taux d’hygrométrie optimaux pour accueillir ses nobles hôtes. Les bouteilles peuvent y être livrées directement à l’achat ou depuis le domicile, où elles sont rapportées au moment voulu. Mais ce n’est pas tout! Le Wine District se veut également lieu de rencontres et d’échanges conviviaux entre passionnés, dans un cadre accueillant.

Ouverture fin avril Brasserie Les Philosophes Rue Prévost-Martin 5, 1205 Genève

Wine District Route de Satigny 42b 1242 Satigny 022 341 80 20 www.winedistrict.ch

Go Out! Magazine

53


ON PROFITE

ON LIKE

2 TU AS L’HEURE ? NON MAIS J’AI TOUT MON TEMPS

Ne pas donner l’heure mais juste rappeler le temps. Tel est le message que l’on peut lire sur le profil Instagram de Huber. Fondé par Marc et Arnaud Huber, le concept est aussi audacieux que novateur : confectionner des montres dénuées de mécanisme et d’aiguilles, où le temps se voit cristallisé dans une œuvre d’art incrustée dans le cadran. Pour cela Huber compose avec des minéraux qui ne vieillissent pas, comme pour rappeler aux futurs acquéreurs que, dans la frénésie du quotidien, l’immortalité subsiste dans le moment présent. Bref, si de nos jours l'horlogerie confère un statut, Huber insuffle une philosophie. HAUTE ÉCRITURE

La maison genevoise Caran d’Ache présente deux stylos Varius en éditions limitées imaginées par l’architecte et designer américain Peter Marino. Adepte des projets d'envergure aux quatre coins du monde et véritable référence en matière de boutiques de luxe, le designer est très connu pour son look provocateur. Fervent usager des Varius de Caran d’Ache, cette édition spéciale lui sied comme un gant en cuir ! L’instrument d’écriture se décline en stylo plume, roller et stylo bille tous trois habillés d’un laçage réalisé à la main. En prime, la version plume se voit surmontée d’un crâne argenté et rhodié aux yeux en onyx noir qui rappelle les nombreuses bagues portées par Peter Marino. On adore ! www.carandache.com

Compte Instagram : Hubertimesa

RÉVOLUTION VERTE

La maison de thés Betjeman & Barton ravit nos papilles en rajoutant un délice à son arc: le thé vert matcha-sencha latte à infuser dans de l’eau. Le résultat? Une savoureuse boisson lactée mais sans lactose à se damner, qui se révèle tout aussi délicieuse infusée dans de l’eau chaude que froide. Alliant poudre de matcha – véritable condensé d’antioxydants – et thé vert sencha, dont les vertus ne sont plus à démontrer, les arômes de cette nouvelle boisson vont incontestablement faire des heureux accros! Thé vert matcha-sencha latte Betjeman & Barton Rue Saint-Joseph 35, 1227 Carouge www.barton.ch Prix public : CHF 13,90/100 grammes

Mai 2017

54


ON PROFITE

ON LIKE

3 UN APPART À PORTÉE DE CLICS

Parce que trouver un appartement à Genève s’avère plus inextricable que de trouver un travail, l’âme sœur voire un sens à sa vie, Jason, webdesigner et développeur de 25 ans a eu l’ingénieuse idée de créer Appt : un annuaire qui aide les utilisateurs à trouver un appartement à Genève en regroupant les annonces des régies immobilières genevoises. Les utilisateurs peuvent aussi poster leur propre annonce gratuitement et se tenir informés des nouveaux biens via des alertes email. Pratique et facile d’usage, le site web à la plateforme intuitive est entièrement indépendant et gratuit. A tester!

IDÉE DE GÉNIE

Qui a dit que les femmes n’étaient pas solidaires entre elles ? Ici, exit les crêpages de chignons et autres coups bas prétendus typiquement féminins, on découvre Genuine Women, une plateforme dédiée aux entrepreneurs femmes. A la tête de cette vaillante et innovante initiative: Emilie Hawlena. Le concept ? A travers un site qui se décline comme une vitrine, chaque femme a sa propre page qui met en lumière son projet et lui permet d’être contactée en direct. Divers manifestations (workshop, apéros, conférences, ateliers…) sont organisés afin de consolider le réseau et partager les savoir-faire des adhérentes. Genuine Women compte déjà 100 membres, ce qui démontre que la foi d’Emilie n’est pas vaine : les femmes savent et souhaitent s’entraider. Parole de lady boss !

appt.ch

www.genuinewomen.ch

GIRLPOWER GIFT

Pour honorer la poigne de la gente féminine, Wonderbox, le spécialiste des coffrets cadeaux s’associe la Warner Bros pour inaugurer la sortie du film Wonder Woman avec une édition éponyme. Boîte de tendresse dans un monde de brutes, la Wonderbox réunit tous les ingrédients nécessaires à une recharge complète des batteries : voyage, soin, massage… Plus d’un millier de propositions rivalisent de douceurs. A offrir à votre héroïne préférée ! Wonder Women A partir de 79.90 CHF http://ch.wonderbox.com/fr

Go Out! Magazine

55


ON PROFITE

COUP DE FOOD

SOIF DE TERROIR Par NYATA NATALIE RIAD

Caves ouvertes © Regis Colombo

Environ 90 vignerons genevois s’apprêtent à accueillir les visiteurs au sein de leurs domaines le samedi 20 mai pour la 30 ème édition des Caves ouvertes de notre canton. Créé en 1987 par les vignerons encaveurs indépendants, l’événement a depuis lors fait des émules dans tout le pays. Transcendant la tentation de jouer les Dionysos au gré de délices oscillant entre teintes de blanc, rose et rouge, cette journée constitue également l’occasion idéale de partir à la rencontre des producteurs qui font battre le cœur de la campagne genevoise, sans laquelle la ville étoufferait. Equipés du traditionnel verre de dégustation – à l’achat duquel sera spécialement offert un tire-bouchon Murano – les amateurs de vin et de terroir sont donc invités à se délecter de subtils breuvages, de chaleureuses rencontres et de soleil: celui-ci a répondu présent à quasiment toutes les éditions! Histoire de se mettre encore plus l’eau à la bouche, Go Out ! a rencontré Guy Ramu, président de l’Association Genevoise des Vignerons Encaveurs Indépendants, lors d’un entretien ensoleillé et à flanc de coteaux sur son Domaine de Chafalet, à Dardagny. Extraits. Mai 2017

56


ON PROFITE

COUP DE FOOD

Nous célébrons cette année les 30 ans des Caves ouvertes à Genève. Comment a débuté cette aventure ? Elle est partie d’une initiative de Jean-Daniel Schlaepfer, vigneron encaveur qui avait acquis un domaine à cette époque. Il a réalisé que les vins genevois avaient bien progressé mais que le public les méconnaissait, malgré l’ouverture de nombreuses caves les samedis pour des dégustations. Celles-ci étant peu fréquentées, il a eu l’idée d’organiser une journée portes ouvertes, un événement plus rassembleur. La première année on a commencé tout petit, j’ai eu pour ma part 7-8 visiteurs, alors qu’aujourd’hui j’en accueille entre 800 et 1000.

Guy Ramu

les vignes, et une certaine méconnaissance à ce propos. En bio ou pas, il y a des traitements, qu’il faut appliquer en bonne intelligence. Les techniques agricoles ont énormément évolué en 50 ans, on a vu les effets pervers de certaines d’entre elles, mais aujourd’hui on sait tirer les bénéfices de la chimie tout en respectant la nature grâce à des antiparasitaires non toxiques pour les humains aux dosages employés, parcimonieux. Un travail de longue haleine est également accompli sur le croisement de cépages naturellement plus résistants, mais il faut des années avant de découvrir s’ils donnent du bon vin. La proximité offerte par les Caves ouvertes permet d’établir la confiance par une explication claire et transparente de notre activité.

Comment cet événement a-t-il évolué ? Plusieurs étapes se sont succédées dans l’histoire des Caves ouvertes: elles étaient d’abord l’affaire des vignerons encaveurs indépendants, c’est-à-dire ceux qui gèrent l’entier de la production, de la culture des vignes à la commercialisation en passant par le processus de vinification et la mise en bouteille. Le chapeautage de l’événement a ensuite été repris par l’Office pour la promotion des produits agricoles Genève (OPAGE), lui permettant d’être mieux promu et de connaître un succès grandissant, y compris hors du canton. Cette journée est devenue une institution au point que d’autres cantons s’en sont inspirés et organisent désormais leurs propres Caves ouvertes!

Comment voyez-vous l’avenir des vignes et du terroir genevois en général ? Avec optimisme! Premièrement car il existe une conjonction entre le travail accompli par les producteurs et les souhaits des consommateurs, de plus en plus distanciés de l’industrie agroalimentaire mondiale. Il y a un retour aux plaisirs de la table, une envie de connaître ce que l’on mange et boit. Parallèlement, il s’avère qu’ici les exploitations sont soumises à des réglementations extrêmement strictes en termes de produits utilisés et de préservation de l’environnement. Cette rigueur devrait être plus mise en avant car, associée au savoir-faire des producteurs, elle est garante de la haute qualité des produits locaux. De plus, la nouvelle génération, dont la conscience environnementale est innée, est bien informée des enjeux. D’ailleurs, contrairement à une idée reçue, beaucoup de jeunes participent aux Caves ouvertes pour déguster et comparer les vins du terroir genevois, auquel ils sont attachés et s’intéressent vraiment.

Comment décririez-vous les Caves ouvertes aujourd’hui ? L’aspect découverte est primordial. Il ne s’agit pas d’un événement festif, mais bien de déguster les vins genevois et rencontrer ceux qui les produisent en faisant le tour des domaines. Certains choisissent par exemple de tester les Chasselas, d’autres de comparer ce qui se fait d’une rive à l’autre. C’est l’opportunité de découvrir la campagne genevoise et de discuter avec les producteurs. Les consommateurs sont de plus en plus intéressés par la traçabilité des produits qu’ils achètent, dont le vin. Ici, on est loin du choix d’une bouteille en supermarché, souvent basé sur des critères non objectifs tels que l’étiquette, la couleur, etc. Pensez-vous que cela s’inscrit dans une démarche plus générale de consommer en connaissance de cause ? Oui, on constate un véritable élan dans ce sens. Il y a notamment un vif intérêt quant aux manières de traiter Go Out! Magazine

Caves ouvertes de Genève Le 20 mai de 10h à 17h www.lesvinsdegeneve.ch

57


ON PROFITE

COUP DE FOOD

EN PLEIN DANS LE GRILL ! Par MINA SIDI ALI

En janvier dernier, le Chef Raphael Fischer posait ses couteaux au Kempinski, au restaurant le Grill. Ici, exit les diktats detox, les diètes draconiennes et le rigorisme vegan en vigueur, et place à un menu renversant de chair fraîche: churrasco de Kobe, ribs de veau, tartare de filet de boeuf à l’huî tre coupé au couteau et entrecôte parisienne entre autres morceaux choisis. Tel est l'ADN de ce Steakhouse, véritable temple de félicité pour carnassier. Des mets qui ravivent les penchants carnivores et encensent les incisives vampiriques. Avis aux cannibales lecteurs.

d’une exquise simplicité. La qualité et la fraîcheur des produits qu’il sélectionne chez des fournisseurs locaux et internationaux triés sur le volet est un gage supplémentaire pour sublimer ses menus. Adepte du partage, le Chef nous a proposé de déguster plusieurs mets. On débute par une bruschetta truffée à base de mozzarella et jambon ibérique et le foie gras: dattes, kumquats, fruits du mendiant et gelée blanche afin d’émoustiller nos papilles d’épicuriens. On poursuit par le tartare de filet de boeuf à l’huître coupé au couteau et le Churrasco de Kobé relevé d’une sauce chimichurri. Effet couperet garanti! En quelques battements de langue, nous voilà transporté entre la mer de Bretagne et les époustouflantes plaines de la pampa argentine. En guise de garniture, on opte pour la moins light mais la plus impérieuse: la trilogie de frites maison. Et on fond face au charme arty d’un moelleux muffin au maïs. Pour les douceurs, on se les dispute comme des trésors. On recommandera vivement le dessert signature de la maison: le moelleux au chocolat et glace Toblerone. Un must à ne pas rater même rassasié. Le Grill est entre de bonnes mains, celles d’un Raphael Fischer aux petits oignons. A servir saignant. Végétaliens, s'abstenir.

Raphael Fischer

Volupté, légèreté, goût vrai et respect des provenances pourraient être les slogans inscrits sur d'imaginaires pancartes au service du Grill, dont la cuisine s’affirme avec une identité tranchée: ici on vénère la viande. Ne noyons pas le poisson, soyons francs: à un certain moment, il suffit qu'un précurseur inspiré, las de touiller des recettes frelatées par la routine, sorte son grissini du jeu. Le Chef Raphael Fischer est de ceux-là. Après avoir officié au Paraguay, en Jordanie, en France et en Martinique, cet Alsacien ex-disciple d’Escoffier ayant fait ses premières armes dans le restaurant familial débarque à Genève avec un objectif: nous en mettre plein les papilles avec une fourchette fondante de sapidité et onctueuse de préciosité. Sa cuisine au fil des saisons, moderne, où le produit est mis en avant, se dévoile Go Out! Magazine

A noter: Le GRILL Lunch (entrée, plat du jour et dessert) servi au déjeuner en 45 minutes du lundi au vendredi pour 45 CHF. Le Grill au Grand Hotel Kempinski Geneva Quai du Mont-Blanc 19, 1201 Genève Tél. 022 908 92 20 www.kempinski.com/fr/geneva

59


POMP IN MUSIC

13 JUILLET – 2 SEPTEMBRE 2017 Une pluie de stars du classique au milieu d‘un panorama de montagnes à couper le souffle. Vilde Frang (artiste en résidence), Cecilia Bartoli, Sol Gabetta, Sir András Schiff, Evgeny Kissin, Anne-Sophie Mutter, Fazil Say, Khatia Buniatishvili, Isabelle Faust, Cameron Carpenter, Gabriela Montero, Roberto Alagna, Sir Antonio Pappano, Jaap van Zweden, Gianandrea Noseda, Tölzer Knabenchor, Orchestra dell’Academia della Santa Cecilia Roma, London Symphony Orchestra et bien d’autres… Location 033 748 81 82 – www.gstaadmenuhinfestival.ch


ON PROFITE

ON PREND LE LARGE

DE LA SUITE DANS LES SOMMETS Par MINA SIDI ALI

et

MABROUK HOSNI IBN ALEYA

Chandolin

Souvent les évasions en montagnes se déclinent en une étrange dualité. A l’extrême austérité du refuge s’oppose le clinquant sans âme des palaces, une réalité à laquelle déroge audacieusement le Chandolin Boutique Hôtel avec un concept détonant par tant de simplicité et de raffinement. Perché à 2000 mètres d’altitude au cœur d’un des plus hauts et ensoleillés villages d’Europe - Chandolin - le quatre étoiles supérieur ne jure pas avec le charme de la station, il s’y fond pour mieux en sublimer l’esprit. Rien d’étonnant en somme puisqu’il est géré par un duo aussi passionné que respecté dans le milieu hôtelier: Charlotte et Jean-Marc Boutilly. L’ambition affichée de ce tandem digne d’un poème tient en un couplet: ranimer ce discret joyau perché. Go Out! Magazine

61


ON PROFITE

ON PREND LE LARGE

Ecœuré du luxe tapageur? Prenez votre week-end et faites comme nous, direction le Valais pour découvrir la nouvelle pépite hôtelière sise sur le versant oriental ensoleillé du Val d'Anniviers aux confins des arolles et des mélèzes: le Chandolin Hôtel. Racheté sur un coup de foudre et minutieusement rénové durant deux années par le dynamique entrepreneur Esteban Garcia, l’agencement du lieu revisite l’esthétique traditionnelle du chalet qu’il décline au contemporain tout en conservant intacte l’essence. A mille lieues des ornements clichés, type cheminée de pierres ou cloches de bétail suspendues, l’intérieur se dévoile aussi chaleureux qu’aérien. Traçant ses perspectives à travers l’espace, l’alchimie des matériaux, un subtil mélange de bois, de cuir, de pierres brutes, d’aciers et de tissus, révèle une voluptueuse atmosphère qui vous enveloppe dès l’entrée. Trois pas plus loin, une baie vitrée convie le regard à un vol plané entre la plaine du Rhône et les cinq sommets de la Couronne Impériale. Une vue à couper le souffle! Le temps prend son envol, pour se voir à son tour suspendu. Normal, ici on ne se rend pas à sa chambre, on y lévite. A ce sujet, cette dernière résonne tel un écho à l’anonyme mais célèbre citation: «Les Alpes c'est un pays profond où le ciel, fatigué d'être bleu, s'est allongé sur la montagne.» Ici, on peut lire la carte du ciel au cœur de la nuit pour connaître le temps du lendemain. Au total, l’établissement compte 29 chambres dont trois suites et quatre appartements au design contemporain et alpin. Cocon de quiétude, chacune d’elles est taillée sur mesure et présente comme dénominateur commun Mai 2017

l’appétit d’un lit qui vous engloutit à la minute où vous succombez à son attrait. ODYSSÉE GOUR MANDE

De gourmandise parlons-en, à la fois wine bar et restaurant, la salle à manger résonne comme un trait d’union avec les habitants du village et des contrées environnantes. Un sentier de découvertes gustatives qui regroupe deux points cardinaux: la finesse du chef Stéphane Coco et le panache du sommelier Thomas Scheidt. Aguerri par douze années passées aux côtés de Joël Robuchon avant de briller au Métropole de Monaco, le premier déploie une carte culinaire format mappemonde. Une cuisine novatrice, traditionnelle et cosmopolite où les pépites culinaires de la région sympathisent avec les plus fins ingrédients du monde: sole de bretagne, Aberdeen d’Ireland, homard bleu et bœuf Wagyu affluent à 2000 mètres d’altitude avec une fraîcheur inédite grâce à un système de covoiturage unique. A la finesse des mets s’impose la noblesse du

62


ON PROFITE

ON PREND LE LARGE

vin. Un fief dans lequel règne Thomas Scheidt et une sélection de 400 crus. Doublement récompensé du prix de l’excellence, tout droit venu du Spoon by Alain Ducasse, ce dernier ne convie pas à une dégustation, mais à une odyssée dans lequel le palais se voit convié à découvrir plusieurs sacrés crus du Valais. LESS IS MORE

Les attentions accordées aux convives sont à l’hospitalité ce que l'année 1945 est au Romanée-conti: excellentes. La faute à qui? A un duo qui exerce avec brio sa fonction d’hôteliers: Charlotte et Jean-Marc Boutilly. Leur talent, créer des émotions dans ce lieu aux mille instants suspendus. Jusque-là, l’ex-adjoint de Jean-Jacques Gauer (directeur du Lausanne-Palace) et sa dulcinée officiaient au Mirador Kempinski, au Mont-Pèlerin. Ils apportent dans la région un véritable souffle d’air frais sur l’hôtellerie en conviant le cœur de ses convives à une expérience humaine où chaque attention, chaque détail se veulent comme le reflet d’une passion. Celle d’accueillir, de partager et de découvrir. Adepte du minimalisme, le duo inspire une citation de Saint-Exupéry qui leur sied à merveille: «La perfection est atteinte, non pas lorsqu'il n'y a plus rien à ajouter, mais lorsqu'il n'y a plus rien à retirer».

Le plus de Chandolin en sus de son charmant domaine skiable: l’Espace Ella Maillart. D’origine genevoise, cette femme d’exception est l’une des aventurières les plus audacieuses et attachantes du 20ème siècle. Elle finira ses jours il y a tout juste 20 ans à Chandolin, un village qui lui rappelait le Tibet. L’exposition retrace son parcours hors du commun à travers sa carrière de sportive d’élite, d’exploratrice, d’écrivain, de journaliste, de photographe et de conférencière. Elle aura parcouru les régions les plus reculées de la planète. Une vie inouïe consacrée à l’infatigable poursuite du fondamental au travers des différences. Grâce aux nombreux documents qu’elle a laissés – écrits, photographies, films, interviews – l’espace qui lui est consacré emmène son public à la rencontre de cette muse intemporelle. Son regard vous fera du bien en ces temps d’affrontements, de repli sur soi et de communautarisme. A voir au cinéma en préparation d’un road trip à Chandolin: Les voyages extraordinaires d'Ella Maillart de Raphaël Blanc dès le 7 juin prochain.

Charlotte et Jean-Marc Boutilly Chandolin Boutique Hôtel Route des Plampras 10 3961 Chandolin Tél. 027 564 44 44 www.chandolinboutiquehotel.ch

Go Out! Magazine

63


ON PROFITE

HEURE DE POINTE

STARS DE BÂLE Par OLIVIER MÜLLER

Destination Moon (black) de MB&F

Baselworld, le salon mondial de l’horlogerie, a fermé ses portes. Marques et détaillants ont regagné leurs pénates, attendant fébrilement l’arrivée des commandes passées lors de la fameuse «foire». Au total, 106’000 acheteurs provenant d’une centaine de pays se sont déplacés pour un salon qui fêtait cette année son siècle (1917 – 2017). De la montre (presque) jetable à 50 francs jusqu’à la super complication qui tutoie le demi-million, il serait vain de vouloir proposer une revue cohérente des milliers de modèles dévoilés. Go Out a donc opéré sa propre sélection, revendiquée totalement subjective, des coups de cœur de Bâle. Moteur! Mai 2017

64


ON PROFITE

HEURE DE POINTE

LE PLUS IMPROBABLE : « MAXIMUS », DE KERBEDANZ

Alors que le monde entier court après la miniaturisation extrême, la jeune maison indépendante Kerbedanz a dévoilé à Bâle... le plus grand tourbillon au monde! Cet organe réglant, censé compenser les effets de la gravité sur la bonne marche de la montre, est habituellement miniaturisé en fond ou face du mouvement. Il est aujourd’hui affiché côté cadran dans une dimension XXL de 27 mm, soit plus du double de la moyenne. Intérêt? Techniquement, aucun. Mais la bien nommée «Maximus» fait son effet!

LA PLUS ÉBOURIFFANTE : « COLOSSAL » D’HYSEK

La jeune manufacture indépendante Hysek ne fait rien comme tout le monde. A l’heure où le marché se contracte et où l’on modère ses ardeurs, Hysek a dévoilé la bien nommée «Colossal»: près de 1’100 composants, un calendrier perpétuel à rouleaux à saut instantané, un tourbillon volant et bien d’autres complications 100% manufacture. Il faut plus de trois mois à temps plein pour assembler une seule des huit pièces prévues. L’horlogerie superlative dans toute sa grandeur.

LA PLUS AMUSANTE : « DESTINATION MOON », DE MB&F

Une fois de plus, le collectif créatif emmené par Max Busser et ses «Friends» nous a épaté. Sa dernière création est une horloge de table en forme de fusée, affichant un goût délicieusement rétro de fusée des années 70. Au dessus de son échelle où s’accroche un astronaute réalisé en argent tourne un véritable mouvement horloger conçu par la manufacture L’Epée. La prouesse? Avoir conçu ce mouvement verticalement, pour épouser le fuselage à étages de la fusée, alors qu’un mouvement traditionnel, comme une montre, s’étire habituellement à plat. Un seul défaut: il n’y en aura que 200 exemplaires!

LA PLUS CR AQUANTE : « PRESAGE COCKTAIL » DE SEIKO

Tout le monde n’ayant pas un demi-million à débourser pour avoir l’heure, il fallait visiter Seiko pour découvrir le modèle «Cocktail» de sa collection Presage. Pour moins de 500 francs, la marque proposait un étonnant garde-temps radieux, divinement proportionné à tout juste 40 mm, avec mouvement 100% maison et un étonnant bracelet en cuir glacé. Pourquoi se priver?

LA PLUS MY THIQUE : LE COFFRET SPEEDMASTER, SEEMASTER ET R AILMASTER, PAR OMEGA

En 1957, Omega donnait naissance à trois pièces qui allaient changer la face de l’horlogerie contemporaine: d’abord la Speedmaster, l’une des premières montres à être allée sur la Lune, puis la Seamaster, icône de la plongée notamment arborée par un certain 007, et enfin la Railmaster. Toutes fêtent cette année leurs 60 ans et Omega en a reproduit à l’identique les trois modèles d’origine, défauts compris! Ils sont rassemblés dans un coffret exceptionnel, limité à seulement 500 exemplaires. Le collector ultime (et placement judicieux, tant il prendra de valeur dans les années à venir) pour tous les amoureux d’Omega.

LA PLUS POÉTIQUE : « L’HEURE IMPATIENTE », D’HER MÈS

Le plus célèbre des selliers, Hermès, aime jouer avec le temps. Après l’avoir suspendu, la maison a créé une pièce dotée d’un compte à rebours poétique. 60 minutes avant de retrouver l’être aimé ou tout autre événement grandement anticipé, on enclenche une minuterie qui va les égrener une à une puis, quand l’heure juste sera arrivée, faire retentir un petit carillon. Unique, ludique et poétique! LA PLUS DOUCE : « BIG BANG ONE CLICK ITALIA INDEPENDENT », PAR HUBLOT

Certainement l’une des pièces les plus douces de Baselworld... au sens propre! Hublot a renouvelé son partenariat à succès avec la marque Italia Independant pour trois pièces limitées à 100 exemplaires chacune avec cadran et bracelet en velours, servis par une lunette sertie. En deux variations de bleu et une troisième violette, Hublot affirme une fois de plus son côté décalé, amusant et anticonformiste avec une soyeuse association de matière qui devrait faire fureur. Go Out! Magazine

65


P

R

É

S

E

N

T

E

1er FESTIVAL INTERNATIONAL JEUNES BALLETS

BILLETTERIE SERVICE CULTUREL MIGROS - GENÈVE 022 319 61 11

FONDATIONDANCEAREA.CH

PHOTO DANSEURS ILPHOTOGRAPHY.COM GRAPHISME & PHOTO MONTAGE IANSTUDIO.COM

11-13 MAI 2O17 BFM-GENÈVE


ON PROFITE

BIEN-ÊTRE

STARK MAN Par YESSINE SIDI ALI

L’été approche à grands pas et, comme chaque année, on se dit que l’on sera svelte et taillé pour bronzer au bord du lac. Mais, éternel recommencement, on finit par se retrouver au cœur de la saison estivale avec une bedaine élargie par l ’excès d ’apéros en terrasse. Rassurez-vous, c’est pour briser cette fatalité qu’Oumar Camara intervient. Ses cours survoltés et ses conseils avisés permettent d’atomiser toute la graisse qui a décidé de prendre ses quartiers sur votre corps. Ni une, ni deux, les plages du monde entier sont prêtes à vous accueillir dans toute votre splendeur retrouvée. Retour sur le parcours de ce passionné d’art martiaux devenu personal trainer.

Comment êtes-vous devenu coach sportif ? Evoluant dans le milieu sportif depuis de nombreuses années, j’ai ressenti l’envie de faire partager ma passion aux autres. J’ai donc effectué une formation de professional trainer puis ouvert ma salle aux Pâquis en 2013, en offrant différents services à tous types de clients. Quelles sont les prestations proposées dans votre salle ? En plus des cours de boxe et de muay thaï – séparément pour hommes et femmes – et de MMA, je propose des entraînements individuels (personal training) ou en groupe (circuit training) en fonction des besoins. Ces entraînement visent de manière adaptée aux objectifs de chacun le renforcement musculaire, la perte de poids, la coordination, la tonicité, l’endurance, sans oublier de fournir les indispensables conseils nutritionnels et le coaching mental, qui permet de gagner en confiance en soi. J’ai aussi mis en place un circuit training destiné aux enfants dès 10 ans pour les aider à développer leurs capacités de coordination tout en s’amusant.

Oumar Camara © Pedro Neto

Quel est votre parcours sportif ? Enfant avant tout mordu de football, j’ai découvert la boxe anglaise et le muay thaï avant de rencontrer quelqu’un qui m’a initié au jiu-jitsu brésilien, une véritable révélation. J’ai immédiatement adhéré à la philosophie de cet art martial: le respect, les règles, l’hygiène de vie, la mentalité. J’ai participé à plus de 80 combats en jiu-jitsu et, par la suite, ai découvert le MMA (mixed martial arts, ndlr). Après plusieurs combats de MMA en amateur, je suis passé professionnel; j’en suis à trois victoires pour trois combats. Go Out! Magazine

StarkGym Industrie

Oumar Camara Professional trainer Rue du Prieuré 27 1201 Genève 079 124 49 80

67


ON PROFITE

COSMÉTIQUES

ARSENAL ESTIVAL

Masque réducteur de pores aux extraits d’œufs Egg Mask Cream,

Lisse et hydrate la peau sèche Masque gel modelant,

too cool for school, chez Sephora 5.90 CHF

Hydratation lover, Dr.Jart+ chez Sephora

Tropic Heat by Leitmotiv,

Capteur cutané souple et connecté qui surveille en temps réel votre exposition aux UV My UV patch,

Collections limitées imaginées à l’occasion du 20ème anniversaire de KIKO MILANO

La Roche-Posay

Go Out! Magazine

69


The most beautiful way to give flowers.

ORDER ONLINE AND SEND FLOWERS ACROSS SWITZERLAND


ON PROFITE

COSMÉTIQUES

/ MAKE ME BLUSH !

Pour des pommettes mises en lumière Skin Illusion Blush,

Happy birthday Guerlain ! Les Météorites fête leurs 30 ans. Edition limitée qui fait la part belle à la lumière. Météorites Happy Glow Pearls,

3 coloris, Clarins, 26.50 CHF

Guerlain

3 en 1 : Colorer ses pommettes, ambrer la peau, architecturer les contours ! Doté d’un pinceau intégré. Un multi-tasker, nomade, ludique, lumineux, soyeux Glow-Expert duo stick,

Une seule pression libère la dose parfaite de couleur et d’éclat naturels, qui fond sans effort sur la peau. Liquid Blush,

3 tons, Techno Aura By Terry

4 coloris, Nars, 41.40 CHF

Go Out! Magazine

71


THÉÂTRE / DÈS 8 ANS DOUNA LOUP JOAN MOMPART DU 9 AU 21 MAI

16 THÉÂTRE AM STRAM GRAM ROUTE DE FRONTENEX, 56 / 1207 GENÈVE / 022 735 79 24 WWW.AMSTRAMGRAM.CH / LOCATION SERVICE CULTUREL MIGROS GENÈVE, RUE DU PRINCE 7. Production petit théâtre de Lausanne, Théâtre Am Stram Gram - Genève, Cie Llum Teatre. Le Théâtre Am Stram Gram est subventionné par la Ville de Genève.

17


ON PROFITE

COSMÉTIQUES

TUTTI FRUTTI

Crème de main aux doux parfums d’agrumes et aux textures colorées. Pour un quotidien plus vitaminé ! Crème Jeunesse des Mains parfumées,

Masque en coton gorgé d'une lotion à base d'extraits naturel d'avocat. Idéal pour nourrir les peaux matures et abîmées. I am real, masque à l’avocat,

3 parfums, Edition limitée, Clarins, 13 CHF

TonyMoly chez Sephora, 8.50 CHF

Huile de douche nettoie en douceur, hydrate et tonifie la peau. Huile de Douche hydratante & tonifiante à l’extrait de Cédrat de Corse et aux huiles végétales BIO,

Eau des Vignes,

Nuxe 12.95 CHF

Eau fraîche, Caudalie, 29.60 CHF

Go Out! Magazine

73


ON PROFITE

ON PREND LE VOLANT

CATCH ME IF YOU CAN Par YESSINE SIDI ALI

Imaginez que vous fassiez des heures supplémentaires au travail sans voir le temps passer et vous réalisez que le dernier bus ou tram qui devait vous ramener dans votre doux cocon vient de passer. Que faire? Pas question de désespérer, puisque c’est là que Catch a Car intervient: grâce à l’application éponyme, il suffit d’un clic pour trouver une voiture à proximité et quelques minutes plus tard on se retrouve bien au chaud à la maison. Go Out! a testé ce nouveau moyen de transport urbain, parfait pour ceux qui n’ont pas la nécessité d’avoir un véhicule au quotidien. Mai 2017

74


ON PROFITE

ON PREND LE VOLANT

Après avoir fait ses preuves à Bâle, Catch a Car débarque à Genève en novembre dernier. Comment le concept marche-t-il? Un seul modèle est employé, soit la VW Up, une mini citadine de quatre places et 3,54 m de long, idéale pour circuler en zone urbaine et se parquer sans difficulté. Fidèle à la logique écologique qui sous-tend le projet, ce véhicule fonctionne au gaz naturel, beaucoup moins polluant qu’une voiture classique. Aucune différence n’est ressentie à l’usage sur route par rapport aux véhicules à essence. L’inscription - qui ne coûte que 25 francs par an – s’effectue comme un jeu d’enfant : il suffit de posséder un permis de conduire valide et une carte de crédit. Une fois l’enregistrement terminé, l’utilisateur reçoit une carte magnétique qui fait office de clé, sachant que l’option de l’intégrer à son SwissPass CFF est existante. La grande différence avec un service de location classique est qu’avec Catch a Car la voiture se loue à la minute et non à l’heure, ce qui permet de ne payer que pour l’utilisation réelle. A 41 centimes par minute, qui plus est tout compris (assurance et carburant), le tarif s’avère imbattable ! Pour quelques centimes de plus, il est également possible de réserver une voiture en avance. Un forfait à 38 francs (frais d’inscription inclus) pour une heure de conduite permet de faire encore plus d’économies. Cent véhicules sont disponibles pour la commune de Genève et les zones de récupération et de dépôt s’étendent jusqu’à Chêne-Bougeries, Carouge, Lancy et Vernier. D’autres communes seront probablement disponibles au cours des prochains mois.

Afin de tester l’efficacité du système, Go Out! a procédé à deux essais sur le même trajet, en heure de pointe et en fin de soirée. Première tentative en quittant la rédaction, située à la rue du Diorama à Plainpalais, à 17h30. Un clic plus tard et l’application nous informe de la disponibilité d’une voiture à une centaine de mètres. Bingo! Réservation faite, on y est en quelques petites minutes de marche. Une fois à bord, direction Lancy, qui se trouve à quelques 4,5 km de là, pour un trajet réalisé en 14 minutes. Arrivé à destination, il a suffi de trouver une place en zone bleue ou blanche. L’expérience est réitérée en partant de la rédaction après une longue journée qui se termine à 22h30. Une voiture Catch a Car est identifiée aussi aisément que lors du premier test. Cette fois-ci, la durée du trajet s’est réduite à 8 minutes, parcage inclus. Calcul fait, il n’aura donc coûté que le prix d’un ticket de bus! Catch a Car se révèle donc un excellent substitut aux services de location traditionnels, voire aux transports en commun hors des heures de pointe ou lorsque ceuxci ne sont pas disponibles. Flexible et économique, ce nouveau moyen de transport se veut adapté aux besoins des citadins et se présente comme une prometteuse alternative pour tous ceux qui ont besoin d’une voiture de temps en temps. Raison de plus pour en profiter rapidement?

En indiquant le code promotionnel Catch60 pour une inscription jusqu’au 31 juillet 2017, 20 francs de crédit vous seront offerts! www.catch-a-car.ch

Go Out! Magazine

75


ON PROFITE

ON PREND LE VOLANT

RENCONTRE DU TESLA TYPE Par YESSINE SIDI ALI

Tesla X

En mars dernier, Go Out! vous faisait découvrir l’univers furieusement futuriste de Tesla en testant le modèle S. Deux mois plus tard, voici le tour de sa grande soeur, le modèle X. Premier constat: si des extraterrestres venaient à envahir notre jolie planète, c’est sans conteste en Tesla modèle X qu’ils circuleraient! Il est d’ailleurs facile de se convaincre qu’ils ont dû participer à son développement, tant cette voiture est hors du commun à tous les niveaux. Inclassable dans le milieu automobile, à la fois SUV et monospace, et bénéficiant d’une technologie dont l’explication la plus rationnelle réside dans une origine extra-planétaire, le modèle X pourrait presque nous emmener sur Jupiter. Retour sur ces quelques jours passés à bord de cet ovni à quatre roues.

Mai 2017

76


ON PROFITE

ON PREND LE VOLANT

Le constructeur californien Tesla a de nouveau mis la barre très haut face à la concurrence. Impossible de confondre ce vaisseau spatial avec un autre véhicule proposé par l’industrie automobile aujourd’hui. Au premier coup d’oeil - autant dire coup de foudre - on reconnaît la touche Tesla: les lignes sont tendues et acérées, le véhicule est imposant et massif. Ses impressionnantes dimensions, 5.04 m de long sur 2.07 m de large, sont certainement aussi idéales pour voyager d’une planète à l’autre. Son Cx de 0,24 en fait le SUV le plus aérodynamique de la catégorie.

Tesla X

de voie sont automatisés. Seule petite contrainte: la loi oblige à ce jour de poser une main sur le volant en vue de conserver le contrôle du véhicule, bien que cela ne soit pas nécessaire.

La Tesla modèle X fait tourner les têtes, voire fige sur place ceux qui la croisent. Cet effet est garanti à chaque ouverture des portes Falcon, qui s’opère par un processus entièrement automatisé, soutenu par une pléthore de capteurs pour éviter tout incident. C’est au moment précis du déploiement de ses portes - qu’on préférerait nommer ailes - qu’il faut observer ce qui se produit autour de soi: le temps s’est arrêté, les regards ébahis sont figés, fixés sur la Tesla. En plus de ce pouvoir magique, ce système d’ouverture permet d’accéder avec une grande aisance aux places arrières. Une fois à l’intérieur de l’habitacle, nouvel électrochoc: l’espace est subjuguant. Le modèle est disponible en versions 5 à 7 places, dont la première rangée est composée de magnifiques sièges individuels qui se règlent automatiquement. Le gigantesque coffre peut atteindre jusqu’à 2180 litres, sans compter les 187 litres supplémentaires sous le capot avant. On est ravi de retrouver la console centrale identique à celle du modèle S et son magnifique écran 17 pouces, toujours aussi ludique qu’intuitif. De même, les finitions et la qualité des matériaux employés restent irréprochable. Indubitablement, l’une des plus-values du modèle X réside dans la taille du pare-brise panoramique qui offre un immense champ de vision, parfait pour observer les étoiles, voire naviguer parmi elles.

La Tesla modèle X est uniquement proposée en Dual motor, c’est-à-dire un moteur sur l’essieu avant et un à l’arrière, ce qui fait de la voiture une 4 roues motrices. La garde au sol peut être réglée grâce aux suspensions pneumatiques de 137 à 211 mm. Malgré un poids élevé qui atteint les 2,5 tonnes, cet ovni utilisables sur routes terrestres reste agile, notamment grâce aux batteries qui se trouvent au niveau du plancher. L’autonomie du modèle d’essai est de 422 km (ou 422 années-lumière si on se met en mode galactique), ce qui est époustouflant pour une électrique. Tesla, c’est un seul rapport de vitesses et 100% du couple immédiatement, ce qui procure une accélération fulgurante. En effet, de ce point de vue, si on considère que le modèle S évoquait la téléportation, le modèle X peut lui se targuer d’accéder à la vitesse de la lumière - ce qui est remarquable compte tenu de son gabarit. Tesla et ses complices extraterrestres sont une fois de plus parvenus à se démarquer de la concurrence en se profilant comme porte-drapeau de l’innovation tout en jouant d’un avant-gardisme décomplexé. Comme sortie d’un film de science-fiction, la Tesla modèle X intrigue et fascine. Pas loin de la rédaction, deux charmantes demoiselles ont d’ailleurs cru avoir enfin retrouvé Batman et sa voiture… On leur pardonnera la confusion: on a en fait quitté Gotham City pour Tatoouine.

Du point de vue technologique, impossible de faire mieux sur Terre. Cette voiture intelligente, entièrement automatisée, sait tout faire: ouvertures automatique des portes et du coffre côtoient caméras et détecteurs aussi précis que des instruments de la NASA. La carte maîtresse de ce défi high-tech s’avère cependant le stupéfiant mode Autopilot, que Tesla nous a proposé d’essayer sur autoroute. La légère appréhension à l’idée de laisser les rênes au véhicule s’envole vers Mars en quelques secondes; la voiture gère tout de à A à Z! La vitesse, la distance de sécurité, les changements Go Out! Magazine

Tesla Cours de Rive 10, 1204 Genève www.tesla.com Remerciements à Samy Abdel Aal, Arthur Pasquier et John Tena de chez Tesla

77


Saison 2017 | 2018 Victoria Hall Série de 8 concerts

Jeudi 14 septembre

Orchestre Philharmonique de Saint-Pétersbourg Yuri Temirkanov, direction Francesco Piemontesi, piano Partenaire principal du concert

Conservatoire Série de 10 concerts

Lundi 9 octobre

Boris Brovtsyn, violon Clara-Jumi Kang, violon Maxim Rysanov, alto Boris Andrianov, violoncelle Anastasia Voltchok, piano Jeudi 9 novembre

Quatuor Emerson Mardi 17 octobre

David Fray, piano

Vendredi 24 novembre

Quatuor Artemis

Dimanche 26 novembre

Mardi 12 décembre

Vendredi 15 décembre

Mardi 19 décembre

Evgeny Kissin, piano Yuja Wang, piano Leonidas Kavakos, violon

Lundi 22 janvier

Denis Matsuev, piano

Mercredi 7 février

Sir András Schiff, piano Samedi 24 février

Joshua Bell, violon Sam Haywood, piano Samedi 14 avril

Orchestre National de France Emmanuel Krivine, direction In Mo Yang, violon

Jerusalem Chamber Music Festival Quatuor Ébène

Vendredi 19 janvier

Quatuor Les Dissonances Vendredi 26 janvier

Quatuor Armida Mardi 20 février

Quatuor Pavel Haas Mardi 20 mars

In Mo Yang, violon Cristian Budu, piano Jeudi 19 avril

Jean-Guihen Queyras, violoncelle Alexandre Tharaud, piano

Concerts à 20 heures. Programme sous réserve de modifications

Renseignements pour les abonnements : Agence de concerts et spectacles Caecilia 29, rue de la Coulouvrenière | 1204 Genève | T : +41 22 322 22 40 | concerts@caecilia.ch www.grandsinterpretes.ch


AGENDA

Máté Moro, Align

Cinéma / expositions / classique / théâtre / danse / en famille / là-bas… Go Out! Magazine

79


AGENDA

CINÉMA

ÉCRAN TOTAL Le printemps ? Une période idéale pour se retrouver dans une salle de ciné, histoire de se prélasser, eh oui à l’ombre d’un écran. Ce mois d’avril, quatre sorties ont tapé dans l’œil de la rédaction: Parents, Je danserai si je veux, Et les mistrals gagnants et A story of Sahel Sounds.

FLOT SAHÉLIEN

LE CUL ENTRE DEUX CULTURES

A story of Sahel Sounds offre un superbe aperçu du projet Sahel Sounds de Christopher Kirkley – un blog, un label et une plateforme qui explore les arts et la musique de la région du Sahel par le biais d’un travail ethnographique non traditionnel. On suit Chris de Portland au Niger, où il retrouve certains de ses vieux amis et fait la rencontre de nouveaux artistes. Loin du documentaire musical traditionnel, A story of Sahel Sounds célèbre le large éventail de musiciens du Niger – on y croise entre autres Mdou Moctar, Les Filles de Illighadad ou Mammane Sani – tout en laissant une place importante à la réflexion sur le rôle de l’ethnomusicologie de nos jours. A découvrir !

Dans Je danserai si je veux, la réalisatrice Palestinienne Maysaloun Hamoud qui signe son premier long métrage, filme l'émancipation de trois femmes arabes à Tel-Aviv: Layla, Salma et Nour. Les trois jeunes femmes palestiniennes, partagent un appartement à Tel Aviv, loin du carcan de leurs villes d'origine et à l'abri des regards réprobateurs. Une belle claque aux clichés démontrant la nécessité de transgresser les tabous imposés par les bouillons de culture obscurantistes! La réalisatrice livre une réflexion sur les différents visages de l’émancipation féminine dans les cultures arabes. Un passionnant travail, irrigué d’énergie, de musique et de modernité.

A story of Sahel Sounds de neopan kollektiv

Je danserais si je veux

Le 16 mai à 20h30 au Bourg

de Maysaloun Hamoud

www.le-bourg.ch

Dès le 17 mai

Mai 2017

80


AGENDA

CINÉMA

SECONDE JEUNESSE

Que se passe-t-il pour les parents lorsque leurs enfants quit tent le c o c o n f a milia l? Que ressentent-ils en se retrouvant (à nouveau) seuls depuis la naissance du premier enfant? Père et mère sont alors projetés dans cette période de transition, tiraillés entre fierté et angoisse de voir l’oiseau quitter le nid. C’est le jeune metteur en scène danois Christian Tafdrup qui s’est arrêté sur cette question. Histoire, toute banale, de Kjeld et Vibeke laissés seuls par leur fils Esben qui va habiter son propre appartement. Ils découvrent que l’appartement dans lequel ils vivaient du temps de leurs études est en vente et décident de l’acheter pour prendre un nouveau départ. Kjeld agence le logement de la même manière qu’autrefois et le couple revit pour un temps les tendres moments de sa jeunesse. Mais aucun d’eux n’avait envisagé la tournure qu’allaient prendre les évènements: un matin, en se réveillant, ils réalisent qu’ils ont rajeuni de trente ans. Un film d’auteur agrémenté d’humour nordique et d’une touche de surréalisme.

HYMNE À L'INNOCENCE

Ambre, Camille, Charles, Imad et Tugdual ont entre 6 et 9 ans. Ils vivent dans l’instant. Avec humour et surtout l’énergie optimiste de l’enfance, ils nous prennent par la main, nous entraînent dans leur monde et nous font partager leurs jeux, leurs joies, leurs rires, leurs rêves, leur maladie. Avec beaucoup de sérénité et d’amour ces cinq petits bouts d’Homme nous montrent le chemin du bonheur. La réalisation, pudique mais frontale, et le montage, d'une sobriété bienvenue, parviennent à tenir le pathos à distance. Anne-Dauphine Julliand en fait un hymne à la vie, porté par l’insouciance de gosses magnifiques. Un film à hauteur d’enfant, sur la vie tout simplement. Unique et fort!

Et les mistrals gagnants d’Anne-Dauphine Julliand Dès le 3 mai

Parents de Christian Tafdrup Dès le 10 mai au Cinerama Empire www.cinerama-empire.ch

Go Out! Magazine

81


LÀ-BAS

AGENDA

LÀ-BAS

Denis Savary, Öyvind, 2015 À LA CONQUÊTE DE LA MONTAGNE

AU COEUR DE L’ARTISANAT SUISSE

S’intéressant au thème de la température locale, la Villa du Parc présente actuellement une exposition renvoyant aux questions climatiques se posant très fréquemment à Annemasse et dans l’ensemble de la région. Intitulée « Première étoile, dernier flocon », celle-ci aborde la Villa à la façon d’une montagne. Elle propose à l’aval (au rez-de-chaussée), des oeuvres traitant des basses altitudes, de leurs infrastructures et du style de vie des habitants, au travers de collages de Gaëlle Foray ou de paysages modifiés non sans humour d’Alain Bublex. A l’amont (l’étage), une confrontation de différentes représentations de haute montagne englobe des thèmes tels que celui des avalanches ou de la figure de l’alpiniste, avec l’oeuvre photographie de Wood & Harrison, mais aussi du grand Nord, via une installation de Denis Savary. Bien que les artistes, d’horizons différents, n’aient pas tous un parti pris sur le sujet, l’exposition garde en toile de fond les enjeux que pose actuellement le réchauffement climatique dans une région dépendant en partie du tourisme et des saisons de ski, qui fondent comme neige au soleil.

En mai, le magasin lausannois Chic Cham - caverne moderne d’Ali Baba pour les fanatiques de décoration - se propose d’accueillir plusieurs créations inspirées du designer suisse Hans Bellmann (1911-1990). Pendant ses études au Bauhaus de Dessau puis de Berlin, celui-ci a eu l’occasion de rencontrer Mies van der Rohe et de collaborer avec ce dernier en tant qu’architecte. Par la suite, il a établi son propre studio à Zurich, où il a imaginé du mobilier en accordant une grande importance à la structure et à la simplicité. Parmi ses réalisations, certaines étaient destinées à des fabriques comme Horgenglarus, une manufacture suisse artisanale créée en 1880 à Horgen et active à Glarus depuis 1902. Pour l’occasion, cette fabrique éditera certaines de ces pièces, en collaboration avec le magasin Chic Cham. En sus de mobilier sera également présentée Le Géant et le nain, installation conçue par l’architecte Stephan Hürlemann à partir de chaise et table provenant de l’archive de Horgenglarus, en hommage aux marionnettes qui étaient très présentes dans l’école du Bauhaus. Les pièces seront vernies le 18 mai dès 18h30, donc à vos agendas!

Première étoile, dernier flocon Jusqu’au 10.06 Villa du Parc

Collection Hans Bellmann, mobilier

Centre d’art contemporain

Installation Marionnettes

Rue de Genève 12

18.05-01.06, Vernissage le 18.05 dès 18h30

74100 Annemasse

Chic Cham

www.villaduparc.org

Route de Prilly 2 1004 Lausanne www.chiccham.com

Mai 2017

82


LÀ-BAS

AGENDA

PYRIT

Le Géant et le Nain, Stephan Hürlemann

MAR ATHON DE TALENTS ÉMERGENTS

QUI VIVR A CHINER A

Il semblerait qu’un petit nouveau rejoigzne la danse des festivals suisses romands. Plutôt ambitieux, il vise à désigner les «prémices des tendances musicales» et aura lieu le temps d’une journée à Lausanne, le 13 mai. Plutôt très bien informé, il arbore une programmation extrêmement riche dispersée entre six lieux IN et dix lieux OFF. Parmi les premiers, le festivalier plein d’entrain aura l’occasion d’écouter le fabuleux duo Agar Agar produit par Cracki Records et enregistrant sur une nappe de rythmes acidulés la voix enveloppante de la chanteuse Clara Cappagli. Il pourra également attraper des frissons devant le saint-gallois PYRIT ou faire une cure de bonne humeur avec Tendre Biche, qui semblent prendre le relai de la rose attitude des Crystal Fighters. Dans les lieux OFF, le flâneur curieux pourra se retrouver agréablement surpris par Loukoko au Café Saint Pierre, mais aussi se retrouver à taper du pied en écoutant le rock garage des Fribourgeois Papaya Fuzz au Disc-à-Brac, ou encore découvrir la folk de Julien Baumann de Hummus Records. Longue vie à ce festival, qui regroupera au total 30 heures de live en un temps record!

Amateurs de design bien informés, collectionneurs de longue date ou simples passants en quête d’inspiration de décoration intérieure, chacun est susceptible de trouver son bonheur aux Puces du design les 5, 6 et 7 mai. Pour la 9ème édition, l’évènement déménage de la Halle CFF de Morges (qui a été démolie en mars), en direction du Palais de Beaulieu de Lausanne. Au total, ce sont plus de 80 marchands et galeristes suisses et européens qui feront le déplacement pour présenter leurs objets aux prix variables, bien que le design français y sera particulièrement à l’honneur. Au programme, du mobilier, mais aussi des luminaires ainsi que des tableaux, lithographies, verreries et céramiques, de quoi flâner pendant des heures en n’étant pas à l’abri d’un coup de coeur. En parallèle, un cycle de conférences proposera des prises de paroles d’intervenants issus des milieux du design, de l’architecture, mais aussi du développement durable. Le 5 mai aura notamment lieu une présentation de l’architecte Christian Geissbuhler autour du travail de l’italien Angelo Mangiarotti, à la croisée des chemins entre l’architecture, le design et la sculpture.

Prémices Festival

Les Puces du Design

Festival de musique émergente

05.05-07.05

13.05

Palais de Beaulieu

Divers lieux lausannois

Avenue Bergières 10

www.premices.ch

1004 Lausanne http://pucesdudesign.ch

Go Out! Magazine

83


AGENDA

EXPOS

GALERIES QUARTIER DES BAINS Analix Forever Rue de Hesse 2 | 1204 GE 022 329 17 09 www.analixforever.wordpress.com Andata.ritorno - laboratoire d’art contemporain Rue du Stand 37 | 1204 GE 022 329 60 69 www.andataritornolab.ch — Iseult Labote Exodes 18.05-17.06, Vernissage 18.05 à 18h ART & PUBLIC - CABINET PH Rue des Bains 37 | 1205 GE 022 781 46 66 www.artpublic.ch — Günther Förg — Fabrice Hyber Art Bärtschi & Cie Rue du Vieux-Billard 24 | 1205 GE 022 310 00 13 www.bartschi.ch — Yoan Mudry The Future is Wild Jusqu’au 12.05 — Samuel Rousseau Digitalis Jusqu’au 12.05 — Dorian Sari 18.05-20.06, Vernissage 18.05 Blondeau & Cie Rue de la Muse 5 | 1205 GE 022 544 95 95 www.blondeau.ch — Peter Saul, John Tweddle MAKE AMERICA GREAT AGAIN 18.05-08.07 Ceysson & Bénitière Rue du docteur Alfred Vincent | 1201 GE +33 608 07 02 79 www.ceyssonbenetiere.com

Mai 2017

Espace L - art contemporain Rue des Bains 23 | 1205 GE 022 301 64 90 www.espacel.net — Entre-Corps avec Catherine Rebois et Julien Spiewak Jusqu’au 06.05 — Phryctoria avec Vasils Zografos, Vivianne van Singer, Fernando de la Rocque et Valerie Belin 18.05-01.07, Vernissage 17.05 dès 18h Espace Kugler - art contemporain Avenue de la Jonction 19 | 1205 GE www.espacekugler.ch/ — Jérôme Biches Du béton au jardin, Art in situ et permaculture 19.05-04.06, Vernissage 19.05 à 18h Fonderie Kugler Rue de la Truite 4 + 4bis | 1205 GE www.usinekugler.ch Galerie Jacques de la Béraudière Rue du Vieux Billard 24 | 1205 GE 022 310 74 75 www.delaberaudiere.ch Galerie Laurence Bernard Rue des Vieux-Grenadiers 2 | 1205 GE 022 320 61 24 www.btwgallery.com — Romain Kronenberg « La forme de son corps avec l’excès de sable » Jusqu’au 06.05 — Bernard Voïta Hétérotopies 18.05-17.06 Galerie Mezzanin Rue des Maraîchers 63 | 1205 GE 022 328 38 02 www.galeriemezzanin.com

84

—Martha Jungwirth, Albert Oehlen Jusqu’au 13.05 — Marzena Nowak 19.05-01.07, Vernissage 18.05 Galerie Patrick Cramer Rue du Vieux-Billard 2 | 1205 GE 022 732 54 32 www.cramer.ch — Yuri Kuper Huiles et collages 01.05-15.07 Hard Hat Rue des Bains 39 | 1205 GE 022 320 37 20 www.hard-hat.ch — Antoine Bellini & Lou Masduraud Coil Interior Jusqu’au 07.05 — La Cabale du cheval Pégase 18.05-16.07 La Fabrique Rue des Falaises 10 | 1205 GE 022 700 51 88 www.lafabrique.ch Quark Rue Charles-Humbert 6 | 1205 GE 022 731 04 60 www.espacequark.ch — Philippe Daerendinger Stoner Jusqu’au 06.05 Ribordy contemporary Boulevard d’Yvoy 7b | 1205 GE 022 321 75 63 www.ribordycontemporary.com — Trudy Benson Jusqu’au 11.05 — Russell Tyler 18.05-07.07 S&F Art Gallery Rue du Vieux-Billard 7 | 1205 GE 022 800 14 70


EXPOS

AGENDA

www.sfart.ch

CITÉ-CENTRE

Rue Bergalonne 3 | 1205 GE www.espace-ugot.com

Skopia Art contemporain Rue des Vieux-Grenadiers 9 |1205 GE 022 321 61 61 www.skopia.ch — Alain Huck Tous Kurtz ensemble Jusqu’au 06.05 — Gilles Furtwängler I am glad when someone is asking my advice on life 18.05-01.07 Studio Sandra Recio Rue du Vieux-Billard 26 | 1205 GE 022 548 02 42 www.sandrarecio.com The Square Rue du Diorama 2-4 | 1204 GE 022 321 30 18 www.the-square.ch

Xippas | Art Gallery Rue des Sablons 6 | 1205 GE 022 321 94 14 www.xippas.com — Denis Savary Eustache Jusqu’au 06.05 — Céleste Boursier-Mougenot SOLIDVIDEO 18.05-29.07 Xippas | Art Gallery Espace 2 Rue des Sablons 6 | 1205 GE 022 321 94 14 www.xippas.com — Valérie Jouve Jusqu’au 06.05 — Yves Zurstrassen 18.05-29.07

Togu Art Club & Togu Architecture

Act — Art / Halle nord Place de l’Île 1 | 1204 GE 022 312 12 30 www.act-art.ch ArtDynasty Grand-Rue 23 | 1204 GE 022 310 21 03 www.artdynasty.ch — Interior Landscapes and Burst of Colours Jusqu’au 01.06 Artvera’s Rue Etienne-Dumont 1 | 1204 GE 022 311 05 53 www.artveras.com — Avant-garde masters 28.04-29.07 Bailly Gallery Rue l’Hôtel-de-Ville 10 | 1204 GE 022 827 24 24 baillygallery.com

BESOIN DE CHANGEMENT PROFESSIONNEL ? Certificat de web designer

Devenez un professionnel de la conception, la navigation, l’arborescence et les interfaces d’un site web. Prochaine rentrée : 29 mai 2017

Wordpress

Créez votre site internet. Prochaines rentrées : 9 mai et 7 juin 2017 Informations & inscriptions : johanne.hertenstein@ifage.ch I T +41 22 807 30 92

Certificat d’illustration numérique 2D

Créez des illustrations percutantes et stylisées. Prochaine rentrée : 1er novembre 2017 Informations & inscriptions : vicky.golay @ ifage.ch I T +41 22 807 30 82

Place des Augustins 19, 1205 Genève I www.ifage.ch


AGENDA

— A Taste of Art Jusqu’au 10.05 Cité du Temps Pont de la Machine | 1204 GE 022 818 39 00 www.citedutemps.com — Flavia Febo « Pop and Wild » Jusqu’au 14.05 — Lionel By Li « Souvenirs d’enfance » Jusqu’au 21.05 — Alo, Basto, Bandi, Carera, Jazi, Joule, Magaldi, Rikly, Serval, Ygrek Léman 2.0 17.05-25.06 — Jack le Black Il fait noir au pays des lumières 26.05-02.07 Espace Muraille Place des Casemates 5 | 1204 GE 022 310 42 92 www.espacemuraille.com — Marc Couturier «Voyage, voyage, des aucubas aux dames de nage » 19.05-26.08, Vernissage 18.05 dès 18h Gagosian Gallery Place de Longemalle 19 | 1204 GE 022 319 36 19 www.gagosian.com — Balthus Jusqu’au 29.07 Gowen Contemporary Rue Jean-Calvin 4 | 1204 GE 022 700 30 68 www.gowencontemporary.com — Pascal Berthoud, Tami Ichino, Martin Kline Ciel, brume et cumulus. Jusqu’au 27.05 Galerie Alexandre Mottier Boulevard Georges-Favon 17 | 1204 GE

Mai 2017

EXPOS

022 310 03 73 www.galerie-mottier.ch — Accrochage collectif Oeuvres d’atelier et de collections Jusqu’au 13.05 — Colette B. / Mireille Fulpius Peintures, sculptures, dessins 18.05-17.06, Vernissage 18.05 Galerie Anton Meier Palais de l’Athénée Rue de l’Athénée 2 | 1205 GE www.antonmeier-galerie.ch — Piranesi, Gachnang, Melcher Trois graveurs Jusqu’au 28.05 Galerie de Jonckheere Rue de l’Hôtel de Ville 7 | 1204 GE 022 310 80 80 www.dejonckheere-gallery.com Galerie Franck Pages Grand-Rue 2 | 1204 GE 076 602 50 54 www.frankpages.com Galerie Grand Rue Grand-Rue 25 | 1204 GE 022 311 76 85 www.galerie-grand-rue.ch — Lumières du Sud 12.05-30.06, Vernissage 11.05 Galerie l’Art’monie Rue de Villereuse 1 | 1207 GE 022 777 22 22 Facebook : Galerie l’Art’monie — Angelo Garbo, Dominique Babel et Marie-Claude Purro Jusqu’au 08.04 Galerie Patrick Gutknecht Rue de Saint-Léger 28 | 1204 GE 022 312 32 14 www.gutknecht-gallery.com — Photographies de Jean-Baptiste Huynh Galerie Rosa Turetsky Grand-Rue 25 | 1204 GE 022 310 31 05

86

http://www.rosaturetsky.com/ — Yves Dana Oeuvres récentes 11.05-10.06 Galerie Salomon Lilian Rue Verdaine 6 | 1204 GE 022 310 56 88 www.salomonlilian.com Galerie Sébastien Bertrand Galerie 1 Rue du Simplon 16 | 1207 GE 022 700 51 51 www.galeriebertrand.com — Jeff Perkins From Here to There Jusqu’au 20.05 Galerie Sébastien Bertrand Galerie 2 Rue de l'Evêché 1 | 1204 GE 022 700 51 51 www.galeriebertrand.com Galerie Sonia Zannettacci Rue Henri Fazy 4 | 1204 GE Rue des Granges 16 | 1204 GE 022 311 99 75 www.zannettacci.com Galerie TACTILe Place du Grand-Mézel 8 | 1204 GE 022 310 21 56 www.tactile.ch KiosK Collectif Halte Place des Augustins 1205 Genève 079 576 89 34 https://kioskaugustins.tumblr.com — Adrien Zurfluh, Alice Izzy, Romain Grateau et Lomée Mévaux Portraits 12.05 — Fanny Aeshlimman et Gitte Hendrikx 27.05 Quartier Libre SIG Pont de la Machine | 1204 GE


AGENDA

022 420 75 75 www.sig-quartierlibre.ch — Le fil d’une passion En partenariat avec le Théâtre des Marionnettes Jusqu’au 15.10 LiveInYourHead Haute école d’art et de design Bâtiment Général-Dufour Rue de Hesse 5 | 1204 GE 022 388 51 00 https://head.hesge.ch/art/liveinyourhead/ — Les archives du feu 14.04-06.05 Next Door Gallery Rue de l’Arquebuse 16 | 1204 GE 022 320 90 57 www.next-door.ch Opera Gallery Place Longemalle 10-12 | 1204 GE 022 318 57 70 www.operagallery.com/geneva Palais de l’Athénée Salle Crosnier Rue de l’Athénée 2 | 1205 GE www.societedesarts.ch — Vincente Lesser 17.05-17.06 Papiers Gras Place de l’Île 1 | 1204 GE 022 310 87 77 www.papiers-gras.com — Daniel Ceppi 18.05-17.06 Phoenix Ancient Art SA Rue Verdaine 6 | 1204 GE 022 318 80 10 www.phoenixancientart.com/workof-art TOPIC Espace d’art indépendant Av. Ernest-Pictet 28-30 1203 Genève www.topic.to

Go Out! Magazine

EXPOS

QUARTIER DE L’ÉTOILE Art Bärtschi & Cie Rte des Jeunes 43 | 1227 Carouge 022 310 00 13 www.bartschi.ch — Jan Fabre 18.05-20.06 Espace L Route des Jeunes 43, Allée G 1227 Carouge 022 301 64 90 www.espacel.net Ferme de la Chapelle Route de la Chapelle 39 1212 Grand-Lancy 022 342 94 38 www.fermedelachapelle.ch — Pierre Bonard et Sylvie Mermoud 29.04-28.05 Pavillon Sicli Route des Acacias 45 | 1227 Acacias 022 596 43 80 www.pavillonsicli.ch Simon Studer Art Rte des Jeunes 4t | 1227 Les Acacias 022 544 94 00 www.simonstuderart.ch Studio Sandra Recio Route des Jeunes 4ter 1227 | Les Acacias 022 548 02 42 https://www.sandrarecio.com Villa Bernasconi Route du Grand-Lancy 8 1212 | Grand-Lancy 022 794 73 03 www.villabernasconi.ch — Baies vitrées 07.04-07.05 — Winshluss Un monde merveilleux 20.05-16.07

87

CAROUGE Air Project Art Gallery Quai du Cheval-Blanc 11 1227 Les Acacias 022 342 47 05 — Lise Stoufflet, Romain Vicari Enchantment Jusqu’au 06.05 Espace Diamono : ED Rue des Moraines 4bis 1227 Carouge 022 548 37 33 www.cms2.espace-diamono.ch — Art bouddhiste de Birmanie Espace JB Rue des Noirettes 32 Studio 526 | 1227 Carouge www.espacejb.com — Vasantha Yogananthan A Myth of Two Souls Jusqu’au 04.05 Flux Laboratory Rue Jacques-Dalphin 10 | 1227 Carouge 022 308 14 50 www.fluxlaboratory.com Galerie Annick-Zufferey Place des Charmettes 1 1227 Carouge 022 343 03 05 www.galerie-annickzufferey.ch Galerie Joy de Rouvre Rue des Moraines 1 | 1227 Carouge 079 614 50 55 www.galeriejoyderouvre.ch — Francis Baudevin 18 pièces caractéristiques 10-05-29.06, Vernissage 10.05 à 18h GalerieLIGNEtreize Rue Ancienne 29 | 1227 Carouge 022 301 42 30 www.galerielignetreize.ch


AGENDA

Galerie Marianne Brand Rue Ancienne 20 | 1227 Carouge 022 301 34 57 www.galeriembrand.ch — Isabelle TANNER Pierres cuites — Christine FABRE Sculpture céramique Krisal galerie Rue du Pont-Neuf 25 | 1227 Carouge 022 301 21 88 www.krisal.com Le Salon Vert Rue Ancienne 15 | 1227 Carouge 022 300 56 65 www.salonvert.ch — Susanna Bauer Connections 05.05-10.06 Mines d’Art Rue St-Joseph 39 | 1227 Carouge 022 301 30 19 www.minesdart.com NOV Gallery Rue Joseph-Girard 4 1227 Carouge 079 245 10 87 www.novgallery.com Séries Rares Rue Vautier 15 | 1227 Carouge 022 557 66 97

EXPOS

www.series-rares.ch HERMANCE Fondation Auer Ory pour la Photographie Rue du Couchant 10 |1248 GE 022 751 27 83 www.auerphoto.com — Gérard Pétremand Rèvé... Venise & Venise, décors froissés Jusqu’au 15.05 PETIT-SACONNEX Villa Dutoit Chemin Gilbert Trolliet 5 1209 Petit-Saconnex 022 733 05 75 www.villadutoit.ch — Etienne Krähenbühl Le parc habité - Gravité Incertaine Jusqu’au 18.06 — Ciels 05.05-21.05, Vernissage 04.05 dès 18h BERNEX Mairie de Bernex Galerie Aux portes de la Champagne Rue de Bernex 313 | 1233 Bernex 022 850 92 40 www.bernex.ch/galerie

— Hugues de Crousaz et ses élèves Les inattendus d’argile 05.05-14.05 COLOGNY Fondation Martin Bodmer Route Martin Bodmer 19-21 1223 Cologny 022 707 44 36 www.fondationbodmer.ch — Dans les pas d’Edwin Engelberts Jusqu’au 28.05 — Germaine de Staël et Benjamin Constant L’esprit de liberté 20.05-01.10 MEYRIN Galeries du Forum de Meyrin Place des Cinq-Continents 5 1217 Meyrin 022 989 16 69 www.meyrinculture.ch/evenements/exposition — Joëlle Gagliardini ENTREZ PAR LE JARDIN Jusqu’au 31.05 — Albertine Grand Défilé Jusqu’au 23.05

MUSÉES Bibliothèque d’Art et d’Archéologie Prom. du Pin 5 | 1204 Genève 022 418 27 00 www.ville-ge.ch/mah — Les catalogues d'exposition, depuis des siècles au service de l'art Jusqu'au 27.05 Cabinet d’arts graphiques Promenade du Pin 5 | 1204 GE 022 418 27 70

Mai 2017

www.ville-ge.ch/cde — Martin Disler Des coups au coeur 07.04-30.07 Centre d’Art Contemporain Rue des Vieux Grenadiers 10 | 1205 GE 022 329 18 42 www.centre.ch — From Concrete to Liquid To Spoken Worlds to the Word

88

31.05-31.08 Centre d’édition contemporaine Rue des Rois 15 | 1204 GE 022 310 51 70 www.c-e-c.ch — Jean-Michel Wicker BBiblioteca ffanafffantastica Jusqu’au 06.05 — Jakob Kolding The Outside or the Inside of the Internalised Externalised


AGENDA

19.05-30.09, Vernissage 18.05 dès 18h Centre de la photographie Genève Rue des Bains 28 | 1205 GE 022 329 28 35 www.centrephotogeneve.ch — Debi Cornwall Welcome to Camp America Jusqu’au 14.05 Fondation Baur - Musée des Arts d’Extrême-Orient Rue Munier-Romilly 8 | 1206 GE 022 704 32 82 www.fondation-baur.ch — L’Aventure chinoise Une famille suisse à la conquête du Céleste empire 06.04-02.07 Maison Tavel Rue du Puits-Saint-Pierre 6 | 1204 GE 022 418 37 00 www.ville-ge.ch/mah Médiathèque (FMAC) Fonds d’art contemporain de la Ville de Genève Rue des Bains 34 | 1205 GE 022 418 45 40 www.ville-geneve.ch/fmac-mediatheque Musée Ariana Av. de la Paix 10 | 1202 GE 022 418 54 50 www.ariana-geneve.ch

MUSÉES / OPÉRAS

— Morceaux choisis Jusqu’au 27.08 — Assiettes parlantes Jusqu’au 21.01.18 Musée Barbier-Mueller Rue Jean-Calvin 10 | 1204 GE 022 312 02 70 www.barbier-mueller.ch Musée d’ethnographie (MEG) Bd Carl-Vogt 65-67 | 1205 GE 022 418 45 50 www.ville-ge.ch/meg — Les archives de la diversité humaine — L’effet boomerang Les arts aborigènes d’Australie 19.05-07.01.18 Musée d’art et d’histoire (MAH) Rue Charles-Galland 2 | 1206 GE 022 418 26 00 www.ville-ge.ch/mah Musée d’art moderne et contemporain (MAMCO) Rue des Vieux-Grenadiers 10 | 1205 GE 022 320 61 22 www.mamco.ch — Zeit Geist — Greg Parma Smith Jusqu’au 07.05 — Swiss Pop Dès le 30.05

Musée de Carouge Place de Sardaigne 2 | 1227 Carouge 022 342 33 83 www.carouge.ch/musee — Ma vie de Courgette, on vous dit tout ! 11.05-20.08, Vernissage 10.05 dès 18h Musée des Suisses dans le Monde Château de Penthes Chemin de l’Impératrice 18 1292 Pregny-Chambésy 022 734 90 21 www.penthes.ch — Les artistes contemporains et l’enjeu de l’eau Jusqu’au 02.06 Musée Rath Place de Neuve 1 | 1204 GE 022 418 33 40 www.ville-ge.ch/mah Muséum d’Histoire Naturelle Route de Malagnou 1 | 1208 GE 022 418 63 00 www.ville-ge.ch/mhng — Faites comme chez nous. Les géants des Kem Kem Jusqu’au 27.06 Musée d’histoire des sciences Rue de Lausanne 128 | 1202 GE 022 418 50 60 www.ville-ge.ch/mhs

OPÉRAS 09.05 à 19h30 KARITA MATTILA Récital Son dernier récital au Grand Théâtre de Genève remonte au 14 avril 1987, et sa dernière apparition place de Neuve, à septembre 1990, à l’occasion de Simon Boccanegra. Dans le cadre d’une tournée de récitals, nous sommes ravis que la soprano

Go Out! Magazine

finlandaise fasse escale à Genève. Avec une égale aisance, elle aborde le répertoire italien et allemand. Habituée du Met, où elle fait ses débuts en 1990 avec Donna Elvira, elle séduit grâce à sa voix et à son interprétation des espaces, d’une beauté infinite Opéra des Nations Avenue de France 40

89

1202 Genève 022 322 50 50 www.genevaopera.ch 11.05 à 19h30 CONCERT DU CHŒUR DU GRAND THÉÂTRE Concert lyrique Sous l’impulsion de la dynamique équipe d’encadrement du Chœur


AGENDA

du Grand Théâtre de Genève, nous vous invitons à un moment privilégié avec l’un des joyaux de l’institution lyrique genevoise. Toujours acclamé au cours de sa présence sur scène, le Chœur se présente, sans les artifices du théâtre, avec la magie des voix qui ne finira jamais de nous surprendre avec, au programme, une selection du repertoire de Debussy et de Brahms. Opéra des Nations

CONCERTS CLASSIQUES

Avenue de France 40 1202 Genève 022 322 50 50 www.genevaopera.ch

CONCERTS CLASSIQUES 06.05 à 20h00 Orchestre symphonique du 30e anniversaire des Concertus Saisonnus Benoît Willmann direction Karine Mkrtchyan soprano Armine Mkrtchyan soprano Carine Séchaye mezzo-soprano Juliette Galstian mezzo-soprano Louis Zaitoun ténor Marc Mazuir baryton Alida Barbasini soprano Sacha Michon baryton Victoria Hall Rue du Général-Dufour 14 1204 Genève 022 418 35 00 www.ville-ge.ch/culture/victoria_hall 06.05 à 21h00 ATLAS : Musique ancienne et contemporaine en espace Des cartes remplies de petits points de tailles et de couleurs différentes : l’Atlas Eclipticalis est une représentation sur papier des étoiles, publié en 1958 par l’astronome tchèque Antonín Bečvář. L’objet est fascinant et beau. Idéal pour John Cage, qui décide quelques années plus tard de l’utiliser comme base pour sa composition éponyme. Avec des hauteurs, des durées et des dynamiques clairement indiquées, l’œuvre pourra être interprétée par n’importe quelle combinaison d’in-

Mai 2017

struments, en entier ou en partie Ensemble Vide Bâtiment ARCOOP, 32 rue des Noirettes 1227 Carouge www.ensemblevide.ch 07.05 à 17h00 Cappella Mediterranea | Chœur de chambre de Namur Michelangelo Falvetti | Il diluvio universale Qui n’a pas rêvé de découvrir un chef-d’œuvre ignoré de tous? C’est à cette expérience grisante que nous convient Leonardo García Alarcón et son ensemble la Cappella Mediterranea. S’il n’a pas découvert l’oratorio (l’œuvre a été éditée en 2002 par le musicologue italien Nicolò Maccavino), le chef argentin a su déceler toute l’originalité de cette pièce jusque-là inconnue et a été l’auteur de sa recréation au Festival d’Ambronay en 2010. Victoria Hall Rue du Général-Dufour 14 1204 Genève 022 418 35 00 www.ville-ge.ch/culture/victoria_hall 08.05 à 19h30 "Beatles forever!" Avec cette soirée nostalgique, GECA rend hommage au plus

90

grand groupe de rock de tous les temps... Laissez-vous surprendre par des passerelles inédites entre pièces classiques et les plus belles chansons des quatre garçons de Liverpool ! Comédie de Genève Boulevard des Philosophes 6, 1205 Genève www.genevacamerata.ch 09.05 à 19h30 Orchestre des Nations Unies Antoine Marguier direction Nadine Galea violon Hymne européen Wolfgang Amadeus Mozart | Ouverture de l’opéra La Flûte enchantée, K 620 Jules Massenet | La Méditation de Thaïs pour violon et orchestre en ré majeur Ralph Vaughan Williams English Folk Song Suite – I. Marche («Seventeen come Sunday») II. Intermezzo («My Bonny Boy») III. Marche («Folk Songs from Somerset») Maurice Ravel | Tzigane, rhapsodie de concert pour violon et piano Johannes Brahms Akademische Festouvertüre op. 80 – I. Allegro – Maestoso – Animato – Maestoso Victoria Hall Rue du Général-Dufour 14 1204 Genève 022 418 35 00


AGENDA

www.ville-ge.ch/culture/victoria_hall 09.05 à 20h00 Piano Héroïque Franz Liszt - John Adams | The Black Gondola John Adams | Eros piano Franz Liszt - Michaël Levinas | Lénore S. 346 Ludwig Van Beethoven | Concerto N° 5 en mi bémol majeur OP. 73, « L’Empereur » pour piano & orchestre Bâtiment des Forces Motrices Place des Volontaires 2 1204 Genève www.osr.ch 13.05 à 20h00 ACTION : Création pluridisciplinaire Un grand ensemble de vents. Une fanfare, somme toute. Et une musique de film, lancinante, qui revient sans cesse. Du mouvement, des corps se déplacent. Les images réelles se mêlent à celles projetées. Ensemble Vide Bâtiment ARCOOP, 32 rue des Noirettes 1227 Carouge www.ensemblevide.ch 14.05 à 17h00 Chœur de l’Université de Genève L’Orchestre de Chambre de Genève (L’OCG) Sébastien Brugière direction Marion Grange soprano Carine Séchaye alto Louis Zaitoun ténor Sacha Michon baryton Luigi Cherubini | Requiem en do mineur Ludwig van Beethoven | Symphonie n° 9, Finale: Hymne à la joie, op. 125 Victoria Hall Rue du Général-Dufour 14 1204 Genève 022 418 35 00 www.ville-ge.ch/culture/victo-

Go Out! Magazine

CONCERTS CLASSIQUES

ria_hall 16.05 à 20h Portraits croisés Claus-Steffen Mahnkopf Con Luigi Nono pour trio à cordes (création) (2017) Gustav Mahler Kindertotenlieder (version Rainer Riehn) Claus-Steffen Mahnkopf Kammersymphonie pour orchestre de chambre Ensemble Contrechamps Studio Ernest-Ansermet, Passage de la Radio 2, 1205 Genève www.contrechamps.ch 17.05 à 19h Récital Tzigane Dvorak, Brahms, Janacek, Britten Hélène Cajka McClellan, contralto Luc Baghdassarian, piano Présentation des œuvres Camille Girard Palais de l’Athénée Salle des abeilles Rue de l’Athénée 2 1205 Genève www.liedetmelodie.org 17.05 à 20h Orchestre de la Suisse Romande Pascal Rophé direction Tabea Zimmermann alto Claude Debussy | Printemps, suite symphonique Michael Jarrell | Emergences-Résurgences, concerto pour alto et orchestre (commande OSR 2016) Igor Stravinsky | Petrouchka, Scènes burlesques en quatre tableaux, ballet (version 1947) Victoria Hall Rue du Général-Dufour 14 1204 Genève 022 418 35 00 www.ville-ge.ch/culture/victoria_hall 18.05 à 20h Maxim Vengerov violon

91

Vag Papian piano Maurice Ravel | Sonate pour violon et piano n° 2 en sol majeur César Franck | Sonate pour violon et piano en la majeur Johannes Brahms | Sonate pour violon et piano no 3 op. 108 - Scherzo pour violon et piano en do mineur Danses hongroises nos 1, 2, 5 Victoria Hall Rue du Général-Dufour 14 1204 Genève 022 418 35 00 www.ville-ge.ch/culture/victoria_hall 18.05 à 20h Choeur Des Collèges Gioachino Rossini | Stabat Mater Wolfgang Amadeus Mozart | Regina Caeli KV. 127 Cathédrale Saint-Pierre de Genève Place du Bourg-de-Four 24 1204 Genève www.locg.ch 18.05 à 20h "Secrets d'arménie..." Piano jazz Tigran hamasyan Piano & direction David greilsammer Joseph haydn | symphonie n°96 en ré majeur, «miracle» Béla bartók | concerto pour piano n°3 Tigran hamasyan | improvisations jazz & musiques arméniennes Bâtiment des Forces Motrices Place des Volontaires 2 1204 Genève www.genevacamerata.com 19.05 à 20h Série Répertoire Orchestre de la Suisse Romande Pascal Rophé direction Tabea Zimmermann alto Claude Debussy | Printemps, suite symphonique Michael Jarrell | Emergences-Résurgences, concerto pour alto et


AGENDA

orchestre (commande OSR 2016) Igor Stravinsky | Petrouchka, Scènes burlesques en quatre tableaux, ballet (version 1947) Victoria Hall Rue du Général-Dufour 14 1204 Genève 022 418 35 00 www.ville-ge.ch/culture/victoria_hall 21.05 à 17h Miserere - Nicolas Clérambault Le Miserere, psaume de pénitence chanté pendant la semaine sainte et à l'office des morts, est un de ces chefs d'oeuvre. Cette supplique est d'une grande éloquence dramatique. Le De profundis ainsi qu'un chapelet de motets suivant le calendrier liturgique complète ce magnifique et rare programme. Temple de Saint Germain Rue des Granges 11, 1204 Geneva www.ensemblepolhymnia.com 28.05 à 18h Orchestre de l’Université de Genève Chœur de l’Université de Genève Sébastien Brugière direction Diego Innocenzi orgue Camille Saint-Saëns | Danse macabre op. 40 Luigi Cherubini | Requiem (extraits) Camille Saint-Saëns | Symphonie n°

CONCERTS CLASSIQUES / THÉÂTRE

3 op. 78 Victoria Hall Rue du Général-Dufour 14 1204 Genève 022 418 35 00 www.ville-ge.ch/culture/victoria_hall 31.05 à 20h Orchestre de la Tonhalle de Zurich Lionel Bringuier direction Gil Shaham violon Chiara Enderle* violoncelle Antonín Dvořák | Silence de la forêt pour violoncelle et orchestre op. 68 nº 5 Sergueï Prokofiev | Concerto pour violon et orchestre nº 2 en sol mineur op. 63 Antonín Dvořák | Symphonie nº 9 en mi mineur «du Nouveau Monde» op. 95 Victoria Hall Rue du Général-Dufour 14 1204 Genève 022 418 35 00 www.ville-ge.ch/culture/victoria_hall 01.06 à 20h00 Concert Extraordinaire Orchestre de la Suisse Romande Jonathan Nott direction Sergey Khachatryan violon Johannes Brahms | Concerto pour violon et orchestre en ré majeur op. 77

Igor Stravinsky | Le Sacre du printemps, Tableaux de la Russie païenne en deux parties (version 1947) Victoria Hall Rue du Général-Dufour 14 1204 Genève 022 418 35 00 www.ville-ge.ch/culture/victoria_hall 02.06 à 20h30 Concert de gala annuel Ferran Gili-Millera direction François Rousselot Voie lactée Peter Graham | Gaelforce Joe Hisaishi | My Neighbor Totoro Michael Brown | Adele in Concert Philip Sparke | Merry-Go-Round David Arnold (arr. F. Bernaerts) | Casino Royale Hans Zimmer (arr. J. G. Mortimer) | Chevaliers De Sangreal Carlo Pucci | The Gold Rush Henry Purcell (arr. A. Loritz) | Suite from Abdelazer Ludovic Bource (arr. C. Surdez) | OSS 117 Concert gratuit Victoria Hall Rue du Général-Dufour 14 1204 Genève 022 418 35 00 www.ville-ge.ch/culture/victoria_hall

THÉÂTRE L’ÉTINCELLE Avenue de Sainte-Clotilde 18bis 1205 Genève 022 545 20 20 www.mqj.ch — Memory2motion Memory2motion est un spectacle hybride qui explore le vaste lien entre le cerveau et le corps à travers les images en mouvements. Un appareil photo qui capture le temps en capsule. Un souvenir d’enfance à travers

Mai 2017

une mélodie innocente. Ce duo de danse touche à l’impact d’Alzheimer sur notre espace intérieur et sur l’apprentissage de la vie au quotidien. A travers la plasticité, on crée une image qui se mélange et ondule en une forme élastique et continue qui ouvre des horizons dans notre cerveau et dans nos corps. Du 10.05 au 13.05 à 20h — Le Clan Prostré C’est une famille communautaire

92

et autarcique oû tous travaillent au sein de l’entreprise : LES ABATTOIRS RÉUNIS PÈRE & FILS, dirigée d'une main de fer depuis cinquante ans par le grand-père qui prône les mariages endogamiques pour rester entre soi. Suite à une longue série de mariages forcés entre membres apparentés, cette famille est gangrenée de l’intérieur par un mal sombre : une tare héréditaire est apparue et n'a cessé de grossir


AGENDA

depuis des années. Du 31.05 au 10.05 à 20h00 - Relâche dimanche, lundi et mardi THÉÂTRE ALCHIMIC Avenue Industrielle 10 1227 Carouge www.alchimic.ch — Contractions DE MIKE BARTLETT Cette farce tragique à la puissance émotionnelle, taillée comme un diamant noir par un auteur-orfèvre diablement intelligent vous invite à la mise en œuvre du formatage d’un individu au sein d’une entreprise et de son système de management. Du 2.05 au 21.05 | mardi et vendredi à 20h30, mercredi, jeudi, samedi et dimanche à 19h THÉÂTRE DE CAROUGE Rue Ancienne 39 1227 Carouge 022 343 43 43 www.tcag.ch — Feu la mère de madame et les boulingrin GEORGES FEYDEAU Mise en scène de Jean Liermier Lucien, rentré tard du bal des Quat’z’Arts, réveille sa femme Yvonne, qui commence à lui faire une scène. La tempête passée, un valet de chambre sonne à la porte, au moment où les deux époux se couchent. Le messager est porteur d’une bien terrible nouvelle : la mère de Madame est morte. Du 02.05 au 21.05 | ma, je et sa : 19h, me et ve :20h, di :17h — Festival D'ateliers-Théâtre Pendant six jours, des élèves ou étudiants, encadrés par des professionnels de la scène artistique genevoise, donneront pas moins de dix spectacles, tous conçus dans les ateliers-théâtre des cycles d’orientation, des collèges, des écoles de commerce, des écoles de culture générale, de l’université et des conservatoires. Du 11.05-17.05

Go Out! Magazine

THÉÂTRE

THÉÂTRE DE L’USINE Rue de la Coulouvrenière 11 | 1204 GE 022 328 08 18 www.theatredelusine.ch — Après Le Déluge Quels sont les devoirs du citoyen? Qu’est-ce qu’un acte citoyen? Qu’est-ce que la démocratie? Est-ce une tradition? Est-ce un devoir? Quels sacrifices sommes-nous prêts à faire pour la communauté? Le vote constitue-t-il l’identité d’un pays? Une identité collective, formée par des singularités? Ce sont à ces questions que nous confrontent les compagnies le Désordre des choses et Superprod sur la base d’une fable à 3. Le 11.05 et le 14.05 à 19h00 et le 12.05, 13.05, 15.05, 16.05, 17.05 à 20h00 — Sleep Technique Après Marzo, qui explorait les formes de vie possible sur une autre planète, le collectif italien Dewey Dell revient à l’Usine avec leur toute dernière création : Sleep Technique (2017). Ce travail explore une dimension qui est récurrente dans leur travail ; celle du voyage dans le temps et dans l’espace. Ce dernier les emmène cette fois-ci en Ardèche, il y a 36’000 ans, au sein de la grotte Chauvet, l’une des plus ancienne grotte ornée au monde. Le 23.05 et le 34.05 à 20h00 THÉÂTRE DU GALPON Route des Péniches 1213 Petit-Lancy 022 321 21 76 www.galpon.ch — Vertical - Fougères Zofia Klyta-Lacombe développe un travail qui se tient à la frontière de la performance et de l’installation, entre construction spatio-temporelle et expérience de la réception. Elle invite le visiteur de ses pièces à la contemplation, convoquant la liberté de son imagination. Elle cher-

93

che à l’amener à concentrer son attention sur la manière dont il reçoit les choses qui se déploient devant lui ; comment il les contemple. Du 02.05 au 03.05 à 20h — Du chaos... à la création Durant 11 heures Isabelle Chladek, Christian Humber-Droz, des élèves du CFPArts et un public participatif mèneront une performance en deux temps pour démontrer que du chaos, lorsqu’on arrive à s’entendre, peut naître une œuvre d’art. Parole et sérigraphie s’entremêleront pour partager avec vous cette évidence. 06.05 de 16h00 07.05 de 14h00 — Combat Les Alpes sont une terre de dialectes. Nos aïeux parlaient les patois, nous ne les avons jamais appris. Non par dédain, mais la transmission n’a simplement jamais eu lieu. Notre intérêt pour les langues tient-il de ce manque, de cette difficulté à accéder à une source qui était à notre portée ? Le 10.05 et le 11.05 à 20h00 —Articulations Articulations transpose sur scène près de 10 ans de constructions, d’évolutions, de transformations, d’échecs et de réussites de cette marionnette inédite, attachante, colossale et fragile. Transposer des heures de travail en atelier sur scène pour évoquer les processus d’une telle création à la frontière entre arts plastiques, artisanat scientifique et arts de la scène. Le 13.05 à 20h00 et le 14.05 à 18h00 THÉÂTRE DU GRÜTLI Rue du Général-Dufour 16 1204 Genève 022 888 44 84 www.grutli.ch — sanguines- midi, théâtre ! menu 7 Création collective, Compagnie Neurone Moteur Silence. Un rendez-vous, une nappe.
 Quatre femmes.


AGENDA

Les mots jaillissent. Des pensées s'entremêlent et tentent de refaire l'histoire. Elles se racontent, s'inventent, entre coups de gueule, émulsions poétiques et humour noir. Quatre femmes. Des éclats de rire. Des plaisirs minuscules.
 Une orange. Un digestif. Silence. 03.05 — Les Hauts de Hurlevent D’Emily Brontë Mise en scène de Camille Giacobino Tragédie atmosphérique et sensuelle, Les Hauts de Hurlevent puise sa fougue dans les paysages sauvages des landes du Yorkshire. Heathcliff est recueilli par Earnshaw qui l’élève comme son fils. Il grandit au domaine, dans la haine de Hindley, le fils du maître, auquel s'oppose l'amour de Cathy, la soeur de ce dernier, qu'il aime lui-même ardemment. A la mort de Earnshaw, Heathcliff est martyrisé par Hindley. Cathy, en dépit de l'amour qu'elle ressent pour le réprouvé, épouse le noble et raffiné Edgar Linton. Dévasté par cette trahison, Heathcliff s'enfuit en Amérique, d'où il revient riche et considéré, mais surtout habité par un impitoyable désir de vengeance. 25.04-14.05 — DUO DE SOLI Certaines n'avaient jamais vu la mer De Julie Otsuka ELLE, porte avec l'incandescence et la pudeur des grandes interprètes les voix frémissantes de ces Japonaises qui quittèrent leur pays entre 1908 et 1921 pour rejoindre un mari inconnu sur le continent américain. Certaines n'avaient jamais vu la mer relate, dans une langue cadencée et un style polyphonique, la destinée houleuse de ces épouses commandées à distance. Hamster Lacrymal ! Jeu et mise en scène Pierre-Isaïe Duc LUI, enchaîne des actions énig-

Mai 2017

THÉÂTRE

matiques dans un espace touffu, peuplé d'objects anachroniques et sonores. De cette chorégraphie domestique incongrue émane l'envoûtant spectacle de l’intime. Se dessine un microcosme surréaliste et burlesque où la musicalité devient verbe. On entre dans la tête de l'énergumène; on entend ses pensées tourner - comme un hamster dans sa roue - et le bruit du monde s'y mêler. 18.05-21.05 THÉÂTRE DU LOUP Chemin de la Gravière 10 1227 Genève 022 301 31 00 www.theatreduloup.ch — Les luttes intestines Conception et mise en scène Adrien Barazzone Co-production L’homme de dos «La justice reflète surtout ce que les juges ont mangé au petit-déjeuner», affirmait le philosophe américain Jerome Frank au début du XXe siècle. Les récentes découvertes scientifiques relatives au système digestif lui donne enfin raison. L’influence du microbiote intestinal sur notre comportement et nos humeurs est aujourd’hui établie. Entre gravité et malice, Les Luttes Intestines est une création de plateau, très librement inspirée de la lecture de La Bonne âme du Se-Tchouan de Bertolt Brecht et des récentes découvertes scientifiques relatives au système digestif. Les Luttes Intestines s’invitent dans ce lieu plastique et noueux pour attaquer nos systèmes de valeurs. 29.04-14.05 — Eldorado Mise en scène Patrick Mohr Avec Eldorado, c’est depuis les pays d’origine que l’on suit l’épopée de ceux qui au péril de leur vie quittent leurs terres natales pour tenter d’atteindre la terre promise. C’est avec une grande intelligence et

94

un sens consommé de la narration que Laurent Gaudé tisse les destins croisés de ces multiples émigrants clandestins confrontés à l’imperméabilité de la citadelle Europe. 29.04-14.05 THÉÂTRE FORUM MEYRIN Place des Cinq-Continents 1 1217 Meyrin 022 989 34 34 www.forum-meyrin.ch — Ça ira (1) fin de Louis Création de Joël Pommerat Joué en costume contemporain devant un public transformé en assemblée populaire, Ça ira nous plonge dans l’intimité de la Révolution française. Pour rendre le spectateur partie prenante de ce moment d'histoire qui dépasse ses quelques événements saillants (Prise de la Bastille..), Pommerat fait de la salle sa scène et vice-versa. Une superbe leçon d’histoire, de politique, et de théâtre évidemment. Du 23.05 au 06.06 THÉÂTRE PITOËFF Rue de Carouge 52 1205 Genève 022 808 04 50 www.pitoeff.ch — Shakespeare le magnifique ‹Un bon maître était par définition un maître sévère: sa réputation reposait sur la vigueur des fessées qu’il administrait. Il s’agissait d’une pratique ancestrale que personne n’aurait songé à remettre en cause, et qui faisait même partie de l’examen final de Cambridge où, vers la fin du Moyen Age, un futur diplômé en grammaire devait démontrer ses qualités pédagogiques en flagellant un écolier récalcitrant.› Scène active Du 05.05 au 14.05 — Re-vivre ‹Mais l'enfance n'est ni nostalgie, ni terreur, ni paradis perdu, ni Toison d'Or,


AGENDA

mais peut-être horizon, point de départ, coordonnées à partir desquelles les axes de ma vie pourront trouver leur sens.› Georges Perec Du 23.05 au 02.06 THÉÂTRE ST GERVAIS Rue du Temple 5 | 1201 GE 022 908 20 00 www.saintgervais.ch — Lenz Collectif Dantor's Conspiracy « Le 20 janvier, Lenz s’en alla par la montagne. » Voilà comment débute l’un des classiques du XIXe siècle allemand, météorite de trente pages lancée par un jeune homme de 21 ans qui mourra peu après du typhus : Georg Büchner. Le récit de cet homme ralliant un village des Vosges est en fait celui, véridique, de Jakob Lenz, ami de Kant et de Goethe, poète et dramaturge rongé

THÉÂTRE / DANSE

par des questions existentielles qui passa l’hiver 1778 chez un pasteur pour y trouver des réponses. C’est à partir du journal du pasteur que Büchner, percevant peut-être le reflet de ses propres préoccupations, écrivit en 1836 sa fameuse novella. 25.04-13.05 —Femme sauvée par un tableau Claude-Inga Barbey et Doris Ittig D’habitude elle ne va pas au musée. Mais aujourd’hui, pour ne pas perdre la trace de la femme qu’elle suit en secret depuis le début de la journée, Irène s’engouffre dans une salle d’exposition. À l’intérieur, des photographies noir et blanc sont accrochées. "Si vous avez besoin d’explications, je suis là pour ça." C’est l’autre femme qui vient de parler. Commence une visite guidée à la tournure complètement inattendue…

Du 16.05 au 27.05 —23 Rue Couperin – Leçons de ténèbres Karim Bel Kacem Quel est le point commun entre les compositeurs Mozart, Debussy, Couperin, Ravel, Messager, Charpentier, Franck et Gounod ? Ils ont donné leur nom à l’une des barres d’immeubles du « Pigeonnier » d’Amiens, banlieue listée « ghetto sensible » par les autorités françaises, foyer d’émeutes répétées dans les années 90… « Plus le bâtiment était disgracieux, plus le compositeur qui lui prêtait son nom était célèbre. Une expérience sociologique, paraît-il », se souvient Karim Bel Kacem, qui a vécu jusqu’à ses dix-sept ans au 23 rue Couperin. Du 30.05 au 10.06

laquelle elle se trouve physiquement très impliquée, au contact proche des spectateurs. 31.05-02.06 à 20h30

2 Place des Volontaires 1204 Genève www.bfm.ch — Dance Area fête ses 20 ans! 20 ans que l’école Dance Area accueille des élèves, des tout petits au très grands, portant en eux toujours la même envie : l’épanouissement et l’accomplissement personnel à travers un art exigent mais libérateur, rigoureux et créatif. 13.05 — Opera Heroes «Opera Heroes», «Opera Warriors» à l’origine, est un chef d’œuvre de la danse chinoise inédit sur le sol européen. La troupe star de plus de 50 danseurs de l’Huajin Dance Drama Ensemble de la Shanxi Academy of Arts va charmer durant l’été 2017 le public à Bruxelles, Genève et Francfort avec un mélange très théâtral d’éléments de l’Opéra de Pékin, des arts.martiaux, d’acrobaties, de danse traditionnelle

DANSE ADC Rue des Eaux-Vives 82 1207 Genève 022 329 44 00 www.adc-geneve.ch — Tenacity of space Deborah Hay et le Dance On Ensemble de Berlin Un danseur exceptionnel qui continue à danser après 40 ans offre quelque chose de précieux à la danse et au public… Le Dance On Ensemble prend en quelque sorte le contre-pied d’une idée reçue, qui veut que la danse se conjugue avec les jeunes danseurs, jouissant de leurs capacités physiques Le 12.05 à 20h30, 13.05 à 19h00 et le 14.05 à 18h00 — 69 positions Mette Ingvartsen rend hommage aux luttes sexuelles des féministes et de la contre-culture. Avec 69 positions, elle propose une installation déambulatoire performative dans

Go Out! Magazine

Alhambra Rue de la Rôtisserie 10 1204 Genève www.alhambra-geneve.ch _ Fête de la danse 2017 www.dastanzfest.ch/geneve Quelques jours pour danser ensemble dans les théâtres, les centres culturels et dans l’espace public. Du hip-hop au tango, de la danse contemporaine à la valse ou aux danses folkloriques, à chacun de se concocter son programme favori, de prendre le temps de découvrir le travail des chorégraphes ou d’esquisser son premier pas de danse. 05.05-07.05 Bâtiment des Forces Motrices (BFM)

95


AGENDA

chinoise et de danse moderne. 30.05 et 21.05 à 20h00 Fondation l’Abri Rue Adrien-Lachenal 18 1207 Genève 022 777 00 77 www.fondationlabri.ch — Ecole Rudra-Béjart Lausanne Pour célébrer ces journées dédiées à la Fête de la Danse, L’Abri accueille l’Ecole Rudra-Béjart Lausanne pour une démonstration, par les étudiants danseurs, d'un condensé d'une journée de pratique au sein de cette prestigieuse école.13.05 05.05 à 19h00 et à 20h30 — Nu

DANSE / EN FAMILLE

La représentation du corps nu est un exercice fondamental dans l'enseignement classique et un thème artistique qui fascine jusqu’à l’époque moderne. Les danseurs contemporains Emilia Giudicelli et Ioannis Mandafounis expérimentent un concept de performance autour de la nudité. 06.05 à 14h00 — Abhaya – Be Without Fear Avec sa danse Sangeeta explore la profondeur de ce geste, qui consacre la paix et l’unité. Elle précise qu’éliminer la peur provoque un changement de paradigme dans notre perception de l’autre ; La peur est le voile qui empêche l'empathie,

mutile notre humanisme, déclenche l’acte conflictuel. Sa danse s’inspire du Bharata natyam, forme de danse classique indienne parmi les plus anciennes, 07.05 à 11h00 — Camino L’Abri accueille la compagnie Itaca pour sa première création Camino. Considérant que Camino signifie à la fois chemin mais également l’action de marcher à la première personne, la chorégraphe et interprète explore la résonance de ses propres émotions projetées vers l’autre personne. 15.05 à 20h00

THÉÂTRE DES MARIONNETTES Rue Rodo 3 1205 Genève 022 807 31 00 www.marionnettes.ch

leur libre entreprise pourra renaître et ne plus connaître la crise. Sauf que l’aventure capitaliste désormais coloniale en terre congolaise s’avère contrariée par la charge nocturne de pachydermes. On suit ainsi ce tandem haut en couleurs confronté aux soubresauts psychologiques, politiques et métaphysiques. Mais quoi qu’il arrive le rire est à bord de cette odyssée surfant sur les traces de la colonisation. Du 16.05 au 21.05

EN FAMILLE AM STRAM GRAM Route de Frontenex 56 1207 Genève 022 735 79 24 www.amstramgram.ch — Mon Chien Dieu Dès 9 ans Est-ce qu’on a le droit d’entrer dans la chambre de Papi alors qu’il est à l’hôpital ? Il a quoi, Fadi, dans la tête ? Et Zora, elle a quoi ? Sur scène, on peindra la lumière en bleu, on effacera les limites entre les vivants et les morts, on dira que les pierres aussi ont des choses à nous dire, des secrets à partager. 09.05 – 12.05 – 16.05 à 19h00 et 13.05- 14.05 – 20-05 – 21-05 à 17h00

MUSÉE D’ART ET D’HISTOIRE Rue Charles-Galland 2 1206 Genève 022 418 25 00 http://institutions.ville-geneve.ch/ fr/mah/publics/jeunes-familles — Moments famille — Mercredis Family — Contes et ateliers familiaux

Mai 2017

— Les Cygnes sauvages Dès 7 ans Un roi veuf a onze fils et une seule fille, Élisa. Sa nouvelle épouse éloigne la petite et transforme les fils en cygnes sauvages. Sans connaître la peur, et au gré de périlleuses épreuves, Élisa oeuvre à faire retrouver définitivement leur forme humaine à ses frères. Les richesses insoupçonnées de ce conte méconnu d’Andersen sont l’objet d’une adaptation en sensations pour jeunes musiciens, comédiens et manipulateurs dans un espace partagé entre douce légèreté de la plume et morsure de l’ortie. 26.04-14.05 — Ressacs Adultes ados lle et lui ont tout perdu. Plus de maison cossue, ni de voiture chic. Naufragés du consumérisme, le couple met les voiles vers des horizons où

96

THÉÂTRE TÖPFFER Avenue Eugène-Pittard, 21 1206 Genève 022 703 51 25 theatre-topffer.ch — Les musiciens de la ville de Brême Un âne, un chien, un chat et un coq, tous ont été chassés par leur maître. Ainsi, tous ont faim. Mais grâce à l’âne, ils ont retrouvé la joie de vivre car l’âne a une belle idée en tête, aller à Brême pour devenir chanteurs. Jusqu’au 21.05


AGENDA

FESTIVALS

FESTIVALS Fête de la Danse La Fête de la Danse, c’est quelques jours pour découvrir la danse dans les théâtres, les centres culturels et dans l’espace public. 05.05 au 07.05 www.fetedeladanse.ch Festival Agapé Culture, Paix et Réconciliation. Musique Baroque et Art Sacré. A Carouge et Genève www.festivalagape.org 24.05-28.05 Festival d’ateliers-théâtre Spectacles donnés par des élèves provenant d’ateliers-théâtre de différentes écoles et universités. 11.05-17.05 Théâtre de Carouge-Atelier Salle François-Simon Rue Ancienne 39

1227 Carouge www.festival-ateliers-theatre.ch Festival International Jeunes Ballets Spectacles et rencontres autour de la danse contemporaine, organisés par la Fondation Dance Area. 11.05-13.05 Bâtiment des Forces Motrices Place des Volontaires 2 1204 Genève https://fondationdancearea.ch/festival-international-jeunes-ballets/ Festival La Cour des Contes Jusqu’au 07.05 La Julienne, Maison des Arts et de la Culture Salle Principale Rte de Saint-Julien 116 1228 Plan-les-Ouates www.plan-les-ouates.ch/culture/ festival-la-cour-des-contes

Fête de la Danse Spectacles, animations dans les théâtres, centres culturels et l’espace public. Jusqu’au 07.05 Divers lieux www.dastanzfest.ch/geneve Mai au Parc Concerts et spectacles 19.05-21.05 Parc Bernasconi Route du Grand Lancy 8 1212 Grand-Lancy www.villabernasconi.ch Mapping Festival Festival d’art audiovisuel. 11.05-28.05 http://2017.mappingfestival.com/fr

Votre Centre d’excellence pour toutes les spécialités dentaires

Soins personnalisés

Visitez notre site internet et découvrez toutes nos cliniques : adent.ch 0800 101 800

Technologies avancées

Horaires élargis, week-end inclus


ABONNEZ -VOUS

Nom

Prénom

Adresse

NPA/Localité

Vous allez adorer recevoir le magazine chaque début de mois pour faire vos choix de sorties. Alors abonnez-vous ou, selon votre humeur du moment, soutenez Go Out ! en utilisant le coupon ci-dessous ou en consultant www.gooutmag.ch. En plus du tirage d’inscription, les membres de soutien sont tirés chaque mois au sort pour recevoir des billets pour des représentations, en partenariat avec différentes institutions culturelles et festivals en Suisse.

Courriel

Teléphone Les abonnements: Abonnement choisi

1. Le Sympathique   50 CHF (abonnement individuel) 2. Le Tonique   100 CHF (abonnement entreprise ou institution) 3. Le Sublime   250 CHF (abonnement individuel de soutien)

A renvoyer par mail à: info@gooutmag.ch ou par courrier à: GoOut ! magazine Rue du Diorama 16 1204 Genève

4. Le Paradis   1000 CHF (abonnement institutionnel de soutien)


MILLE BATAILLES

LOUISE LECAVALIER FOU GLORIEUX [CA]

VENDREDI 12 MAI — 20h SAMEDI 13 MAI — 20h SALLE DU LIGNON

© André Cornellier

Place du Lignon 16 — 1219 Le Lignon

Service de la culture et de la communication 022 306 07 80 — culturecom@vernier.ch www.vernier.ch/billetterie


Du 12 au 20 mai

Festiago 5 spectacles pour découvrir

Tiago Rodrigues By Heart Bovary Antoine et Cléopâtre Entre les lignes Cabaret

Go Out! n°51 mai 2017  

Dans cette nouvelle édition, on poursuit les célébrations puisqu’à l’instar du magazine la Nuit des Musées fête ces 5 ans. Ainsi, on a décid...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you