Page 1

N°44 SEPTEMBRE.16

LE MAGAZINE CULTUREL GENEVOIS info@gooutmag.ch www.gooutmag.ch


Pierce Brosnan, Photographed by Marco Grob

BIJOUTERIE GRÉGOIRE Rue Ét i enne- Dum o nt 8, CH 120 4 Ge n è v e , +41 22 731 76 50, w ww. gregoire. ch, info@ gregoire. ch SPLENDID GENEVA, Grand Hôtel Kempinski Q ua i du M o n t - Bl anc 19, CH1201 Ge n èv e , +41 22 30 0 05 55, w ww. mwgag. com, f c@ mw gag. com


W W W. S P E A K E - M A R I N . C O M


Clinique des Grangettes

7, chemin des Grangettes

CH-1224 ChĂŞne-Bougeries

TĂŠl. ++ 41 22 305 -01-11

www.grangettes.ch


EDITO Avec la rentrée, retour au bercail, aux habitudes, à la routine ? Jamais. Car l’été joue les prolongations. Et quand il fait beau, on sort. Let’s Go Out! Genève regorge de talents et la Go Out! Team veut les mettre en avant. Focus sur le duo Le Meillour, un frère et une sœur artistes qui viendront exposer dans notre arcade dès le 15 septembre, durant la Nuit des Bains. Ce même soir, les jeunes créateurs sélectionnés pour les Bourses de la Ville de Genève seront présentés au Centre d’art contemporain. Entre les deux, il faudra évidemment visiter les autres galeries du quartier. On continue le parcours en plein air, avec les Sentiers culturels, entre belles lettres et bibliothèques, car nombreuses sont les plumes à être passées par la Cité : Borgès, Mary Shelley, Albert Cohen ou encore Gabriel García Márquez. Après l’été des festivals (Bayreuth, Menuhin et Verbier), la musique classique retrouve ses salles préférées. Tandis que l’OSR ramène Tolkien au Victoria Hall, Manon rejoint le Théâtre des Nations, accompagnée par Olivier Py. Impossible d’oublier La Bâtie, que Go Out! a eu le plaisir d’accueillir à l’Alhambra au début de ce mois. Le festival s’est bâti une solide réputation dans les productions interdisciplinaires. De notre côté, on a très arbitrairement retenu Shooting the Stars de Laurence Yadi et Nicolas Cantillon alors que le studio de Radio Vinci Park sera occupé par Théo Mercier. Voyage dans l’espace (à Marseille pour apprécier les installations de Varini), à Berlin (pour… tout !), à Renens pour les Design Days ; mais aussi voyage dans le temps, à Locarno (pour discuter avec Bill Pullman) ou encore à Neuchâtel au Palafitte (un hôtel pour une parenthèse hors du temps). Chacun sort où il veut, à son rythme, selon ses envies, et suivant nos avis si le cœur lui en dit ! Mina Sidi Ali & Olivier Gurtner

Go Out! Magazine

5


mano manon SAISON1617

SAISON1617 À L'OPÉRA DES NATIONS

12–27.09.2016

www.geneveopera.ch T +41 22 322 5050

Jules Massenet

DIRECTION MUSICALE

MARKO LETONJA

MISE EN SCÈNE

OLIVIER PY

AVEC

PATRICIA PETIBON BERNARD RICHTER

CHŒUR DU GRAND THÉÂTRE DE GENÈVE

DIRECTION ALAN WOODBRIDGE

ORCHESTRE DE LA SUISSE ROMANDE


SEPTEMBRE ON EN PARLE 8 News 10 Hermès

13

PEFORMANCE Vinci Park DANSE 36  Shooting Stars

ON DÉCOUVRE Genève arts & publics

on 43

39

EN FAMILLE Festival du cirque

DESIGN Days

46  Design

BIEN-ÊTRE 68 Interlude

70

MODE Le Coq Sportif

COSMÉTIQUE et Voltaire 74 Sélection

72  Zadig

ON LIT Sélection 49

Go Out! Magazine

ON Y DORT 66 Palafitte

FESTIVALS Verbier, Menuhin, Bayreuth

29

EN COUVERTURE Maxime Le Meillour, Démocratie, pavés de Damas, Tripoli, Le Caire et Tunis, sur socle, expédiés par voie postale, 2015

ON PREND LE LARGE 59  Relais et Châteaux 63 Berlin

CINÉMA Bill Pullman

CLASSIQUE 23 L'OCG 24 l'OSR 26  Juan Carlos Flores

ART / EXPO Varini à Marseille 32 Sentiers Culturels

LIKE

40

ON EST CHARMÉ 19 Les Meillours

30

53  ON

34  Radio

LÀ-BAS Festival Images

ON DANSE 50 Cold Bath

IMPRESSUM Editeur Association Go Out ! Présidente Renate Cornu Vice-président Sebastien Kaech Vice-président Daniel Ybarra Co-directeurs de la publication Mina Sidi Ali • mina@gooutmag.ch Olivier Gurtner • olivier@gooutmag.ch Secretaire générale Mayla Chevrolet Design & mise en page Shadi Ekman Couverture Maxime Le Meillour Relecture Nyata Riad

7

77  AGENDAS Expositions, théâtre, cinéma, classique, danse, clubbing, live, là-bas, en famille

Rédacteurs Mabrouk Hosni Ibn Aleya, Laurence Amsalem, Olga Baranova Lucia von Gunten, Léa Presgurvic

Coordination de production Chamberlinprod. Carouge CONTACTS info@gooutmag.ch www.gooutmag.ch


ON EN PARLE

NEWS

Alzheimer journée genevoise — 21.09.2016 VI. CHAMB Gondola Walt Whitman 1982

130 0 es pl ac rvez Rése ant en m aint

spectacle et concert de soutien avec la participation de

Yann LambieL & Geneva Camerata YarOn Herman, piano jazz DaviD GreiLSammer, piano & direction

merCreDi 21 SePtembre 2016, 19H30 au tHéâtre Du Léman, Genève

IV.

réservations: magasins Fnac, point de vente La Praille, Office du tourisme, Onu, www.fnac.ch et sur votre mobile avec ticket by Fnac

Affiche_A1_23.04.2016_PROD.indd 1

4/23/16 11:33 AM

V. Julius von Bismarck, Landscape Painting 2015

DUTCH ART & DESIGN

I.

Hendrik Kerstens Jurgen Bey Joris Laarman

3 - 25 sept 2016

DU BIST

Marcel Wanders

EXPOSITION SYMPOSIUMS ART AFTER WORKS

III.

SPONSORS

Partners:

PA RTN E R S

www.penthes.ch

II.

Septembre 2016

8


ON EN PARLE

NEWS

II. HOLLAND THEN AND NOW

III. WUNDERBAR WUNDERSCHÖN !

La jeune création helvétique se retrouve à Kugler en septembre, accompagnée par Tabea Zwimpfer et Nora Naji pour franchir tous ensemble le Röstigraben et se retrouver autour The Sound Social. L’objectif, développer une culture musicale urbaine au-delà des frontières locales en commençant en douceur, par un festival d’une journée, avant de rêver plus loin ! Comment ? En faisant interagir les créateurs entre eux, mais surtout avec les publics et la société.

A côté de l’exposition consacrée à Rembrandt, au château de Penthes, un accrochage vient présenter la création contemporaine : Dutch Art & Design. L’installation imaginée par Dhr. Bart A. Kistemaker et Natasha Sanz de Acedo fait dialoguer Old Master et New Masters. Les artistes invités sont les designers Hendrik Kerstens, Jurgen Bey, Marcel Wanders et le photographe Joris Laarman. A noter également deux symposiums en compagnie de la HEAD et l’ECAL ainsi que quatre ART after works. Tout le programme sur penthes.ch

« Puisqu’on est jeunes et cons, puisqu’ils sont vieux et fous »… Entre les deux, les trentenaires sont perdus dans les mots de Saez. Et pourtant, à Genève, ils viendront danser au Wunderbar. Le Collectif s’adresse aux plus de 35 ans. En 2014, la fine équipe attirait fringants quarantenaires et vieux beaux à la Rue des Savoises dans l’ancien Contretemps avant d’envahir l’Orangerie cet été.

The Sound Social Le 17 septembre Fonderie Kugler Avenue de la Jonction 19 1205 Genève www.facebook.com > the blossomed

Dutch Art & Design Du 3 au 25 septembre Domaine de Penthes Chemin de l'Impératrice 18 1292 Pregny-Chambésy www.penthes.ch > dutch-art-design

I. KUGEL-HOPP SUISSE !

9.09 DJ GOO / Old School from soul to hip hop 16.09 DJ Jean-Alex Blanchet / Sexy Funk 23.09 DJ Jeremy Tacchini / 80’s and more 30.09 Delta Freaks Soundsystem / Loco Blues and Boogies wunderbar@gmail.com VI. POÉSIE SCULPTURALE

VI. NE M’OUBLIE PAS

V. DUO CON BRIO

Organisée par L’Association suisse pour la recherche sur l’Alzheimer et l’Association Alzheimer Genève, une journée genevoise est consacrée à ladite maladie. Plutôt qu’un simple gala, il s’agit d’une journée entière, avec des ateliers et conférences avant le spectacle du soir qui accueillera l’humoriste Yann Lambiel, l’ensemble Geneva Camerata et l’animatrice Muriel Siki. Nombre de places limité, alors RSVP !

Artistes au regard affûté, à la démarche presque scientifique, Julian Charrière et Julius von Bismarck viennent à la Villa Bernasconi à Lancy. Du 17 septembre au 13 novembre 2016, ils présentent Objects in mirror might be closer than they appear, une allusion évidente au fameux message inscrit sur les rétroviseurs, mais surtout une invitation à réfléchir sur l’image, la représentation, la distorsion. Les artistes établis à Berlin poursuivent ainsi leur collaboration commencée en 2011, par cette première collective en Suisse.

Jusqu’au 3 novembre, c’est un grand nom américain qui pendra sur les cimaises de Gagosian à Genève : John Chamberlain. Attaché à la poésie du quotidien, du hasard et du profane, l’artiste aimait créer des sculptures à partir de carcasses d’automobiles. A Genève, Gagosian présente des œuvres sur papier et des sculptures, réalisées à partir d’assemblages hasardeux plutôt qu’issues d’une longue réflexion théorique. Les travaux du célèbre artiste ont notamment été montrés Guggenheim (NY), au Museum for contemporary art de San Francisco ou encore au Stedelijk Museum d’Amsterdam. Alors il faut profiter de la parenthèse genevoise…

Objects in mirror might be closer than they appear Du 17 septembre au 13 novembre 2016 Villa Bernasconi 8, route du Grand-Lancy 1212 Grand-Lancy www.villabernasconi.ch

John Chamberlain, Poetic Form Jusqu’au 3 novembre Gagosian 19 Place de Longemalle 1204 Genève 022 319 36 19 ww www.gagosian.com

Première journée genevoise de l’Alzheimer 21 septembre Grand Hotel Kempinski Théâtre du Léman Quai du Mont-Blanc 19 1201 Genève 022 544 25 01 www.recherchealzheimer.ch

Go Out! Magazine

9


ON EN PARLE

HERMÈS

HERMèS AIME Chaque mois, Hermès, notre felin-câlin, expert en psy-chat-na-lyse, ronronne ou sort les griffes sur l’actualité locale. Miaou qui peut !

UN MIAOU

BEAUCOUP

Au Galop !

Le Corbu prend le dessus !

Nonchalamment étendu, affairé à toiser mes vassaux suer pour boucler ce magazine, voici qu’on prétend m’avoir vu au galop. Mordiable ! Un badaud aurait-il attrapé une insolation pour lâcher pareille élucubration ? Réprimant un bâillement, j’interroge mes ouailles du regard pour en apprendre un peu plus… Mais oui, pardi ! Il s’agit de la dernière encensante fragrance d’Hermès, ma marque homonyme. Tout s’explique, après avoir passé tant d’années à faire courir mes fans, ces derniers méritaient bien un hommage. Et pas des moindres, puisque ce parfum nommé Galop était initialement créé et offert aux invités à l’inauguration de la première boutique Hermès de New York, le 1er août 1930. Précieusement gardé au Conservatoire des créations Hermès, sa senteur résume mon âme: pure et aérienne. Le flacon en forme d’étrier a quant à lui fait l’objet d’un remodelage à l’image de mon minois: des courbes sensuelles aux proportions frisant la perfection. Ils n’arrêteront jamais de m’impressionner ces Français. Bon je vous laisse, je file me faire brosser!

Il est entré au Panthéon des chatons. Soufflé par son talent, l’UNESCO l’a reconnu au temple Soufflot des architectes les plus beaux. Avec ses griffes acérées, il imprima une marque profonde sur l’urbanisme et l’architecture d’aujourd’hui. Je me réjouis alors de promener mes pattes à travers le monde pour apprécier les 17 sites retenus par l’UNESCO, et admirer comme il se doit le travail de ces doigts. Un vrai Corbu aux mains d’argent !

Galop d’Hermès En vente depuis août www.hermes.com

Septembre 2016

10

whc.unesco.org > Corbusier


ON EN PARLE

HERMÈS

PASSIONNÉMENT

Happy Birthday Round Trip ! Je sors, je regarde dehors deux minutes, j’hésite. Je finis par rentrer. Eh oui, je suis très peureux et là c'est juste à côté. A l’inverse de mon Joseph Farine adoré. A la tête d’Andata.Ritorno, ce fou du bon goût promène sa silhouette d’incroyable au milieu des merveilleux, afin de gonfler son cabinet de curiosités. Il fête les 35 ans de son labo d’art contemporain, alors bougez-vous les félins ! Au programme, Central Station, The Return, une exposition de l’artiste Bill Culbert, un Néo-zélandais éclectique fan de lumières électriques. J’emmènerai mes amis matous fêter comme il se doit le tout premier espace d’art du quartier des Bains ! Bill Culbert : Central Station, The Return Du 15 septembre au 29 octobre Laboratoire d’art contemporain Andata.Ritorno Rue du Stand 37 1204 Genève +41 78 882 84 39 www.andataritornolab.ch

Earth red table de Bill Culbert Dole

PAS DU TOUT

Touche pas à mon Bateau ! Décidément, l’été ne me permet même pas de souffler… Moi quoi croyais pouvoir jouer l’étoile de mer au soleil, voilà que je perds le sommeil. Pas le temps de se jeter à l’eau, je dois m’occuper du Bateau. Le « Genève » s’est vu interdire sa scène aux grands talents. L’association avait pourtant fait les choses en grand, en posant sa demande en avril pour des concerts en août. C’était sans compter les coûteux coups de griffe d’une administration cantonale ensommeillée par l’été et pourtant bien éveillée. La réponse viendra tard, trop tard… début août. Et sera négative. Jetés par dessus-bord les artistes, faute du sésame nécessaire. Mon rugissement de lion finira par payer, puisque chatons et matous finirent par s’accommoder autour d’une tasse de thé !

À LA FOLIE

Acolyte éclair Léa, minois de chat bruxellois, a débarqué cet été pour m’épauler dans mon dur labeur de CAT chez Go Out!. Elle m’a avant tout épaté par sa douceur, sa bonne humeur et son engouement pour le métier intrépide de journaliste culturel. Les ressources humaines avaient omis de mentionner qu’elle ne resterait qu’un mini mois. Cette minette qui me parlait souvent avec nostalgie de son chat Zora resté au Plat Pays, sera toujours accueillie les pattes grandes ouvertes ici. Je ne me fais aucun souci pour ce félin malin qui réussira tout ce qu’elle entreprendra. Parole de chat. Go Out! Magazine

11


SAISON

2016 2017 L’ENVOLÉE SYMPHONIQUE Abonnez-vous ! 022 807 00 00 www.osr.ch

Avec le soutien de la Ville de Genève et de la République et canton de Genève et du canton de Vaud

JONATHAN NOTT

Directeur musical et artistique

Grands mécènes: Association genevoise des Amis de l’OSR, Association vaudoise des Amis de l’OSR, Loterie Romande, Fondation Leenaards, Fondation Francis & Marie-France Minkoff, Mme Aline Foriel-Destezet, Fondation de bienfaisance du groupe Pictet, Fondation Neva Partenaire de prestige: Credit Suisse Partenaire de saison: SIG Partenaire de diffusion: Radio Télévision Suisse Partenaire institutionnel: JTI


ON DÉCOUVRE

ARTS & PUBLICS

ARTS && PUBLICS

les Inséparables de Shalev Gerz

Aux débuts de la Vème République française, un ministère des Affaires culturelles est créé par André Malraux sur demande de De Gaulle. Le ministre donne pour mission « de rendre accessibles les œuvres capitales de l’humanité, et d’abord de la France, au plus grand nombre possible [...] ». Plus tard, le ministère précisera ses objectifs : conservation, création et diffusion. L’art contemporain est par excellence la discipline à la croisée de ces approches. Il est largement admis que l’Etat doit soutenir la conservation (par l’acquisition et la restauration), la création (par des commandes publiques ou des bourses) et la diffusion (par des expositions pérenne ou temporaire d’œuvres). Dans la cité de Calvin, les Fonds municipal et cantonal d’art contemporain, le MAMCO, le CAC et d’autres acteurs agissent pour remplir ces missions. Go Out! a voulu présenter le travail d’artistes appuyés par la collectivité, grâce aux Fonds et aux Bourses. Par OLIVIER GURTNER & LUCIA VON GUNTEN

Go Out! Magazine

13


ON DÉCOUVRE

ARTS & PUBLICS

BOURSES2016, UNE PREMIÈRE NUIT DES BAINS

Chest (2015) de Bastien Gachet

Le 15 septembre c’est dans l’effervescence de la Nuit des Bains que seront révélés les lauréats des bourses de la Ville de Genève pour la création contemporaine. Un ajustement calendaire bienvenu qui accroît la visibilité de l’évènement et met un coup de projecteur mérité sur une sélection 2016 particulièrement séduisante. Par LUCIA VON GUNTEN

Septembre 2016

14


ON DÉCOUVRE

ARTS & PUBLICS

LA RECHERCHE DE L’INSTANT CHEZ BASTIEN GACHET

À l’époque de ses 366 autoportraits gravés entre 2011 et 2012, Bastien Gachet capturait déjà l’instant. Aujourd’hui, c’est notamment en traitant du rapport entre forme et matière que l’artiste genevois poursuit son expérimentation. Objets minimalistes, les formes sont inévitablement exposées à la symbolisation et à l’interprétation. Au contraire d’une matière libérée qui vit et incarne l’instant. Ainsi, à l’instar de Chest (2015), la fumée voyage dans le tuyau du petit réchaud posé au milieu de la pièce avant de s’échapper. Ce sont donc deux temporalités qui se rencontrent et se confrontent simultanément : celui de l’objet devenu témoin de la matière actrice. ZOOM SUR ZAR A IDELSON

La peinture de Zara Idelson révèle un univers subtil. Dans sa série Window paintings, la fenêtre est utilisée comme outil cadre du sujet, en rappel à l’espace de la toile elle-même. C’est alors dans l’encadrement des fenêtres que se déploie la narration : des aperçus sur des mondes où notre imaginaire vogue avec légèreté. DE L’ÉCLECTISME

L’exposition des bourses c’est avant tout l’opportunité de découvrir le fleuron de la création artistique genevoise au travers de onze identités déjà bien affirmées.

Le recours à la fenêtre comme cadre pictural a ponctué l’histoire de la peinture depuis la Renaissance et pourrait presque lasser ; cependant le traitement proposé par Zara Idelson fonctionne et séduit par une esthétique simple et poétique.

Tout d’abord par la vidéo et les technologies connectées qui ont une fois de plus la cote. Respectivement outils de résistance et d’interprétation chez Félicien Goguey et Emmanuelle Bayart, elles donnent lieu à des performances audiovisuelles d’une grande finesse chez Delphine Depres.

L’ARTISANAT AU GOÛT DU JOUR

La mode est dignement représentée cette année grâce aux collections de Clémentine Küng et Zora Oberhänsli. Cette dernière s’inspire plus précisément des portraits photographiques à teneur ethnographique de Charles Léger pour élaborer une collection où l’artisanat local occupe le centre de sa démarche.

Le dessin devient quant à lui source de tous les possibles avec Simone Holliger et le collectif Pilar Pilar. Le second recourt au jeu surréaliste du cadavre exquis pour explorer les possibilités de l’illustration, alors que la première part du dessin et ses supports bidimensionnels pour constituer des installations qui structurent l’espace réel. Enfin avec Alan Schmalz le dessin se rapproche du graphisme pour, mêlé à d’autres techniques, investir la surface du papier peint.

En résulte Les Ambrazurs, une collection qui intègre les savoir-faire ancestraux des Balkans et des païens Slaves aux textiles modernes. Plus que des vêtements, l’occasion d’un voyage tant géographique, culturel que temporel.

En peinture les œuvres de Yoan Mudry sont d’une exécution remarquable. Denses, elles sont peuplées de références tirées de la culture populaire qui se juxtaposent dans la spirale de la toile jusqu’à anéantir les codes qui les composent et mettre en exergue leurs absurdités et contrastes.

Go Out! Magazine

Bourses de la ville de Genève Centre d’Art Contemporain Genève Du 16 septembre au 16 octobre Vernissage le jeudi 15 septembre www.ville-geneve.ch/culture www.centre.ch

15


ON DÉCOUVRE

ARTS & PUBLICS

LES FONDS CONTEMPORAINS

Silos à Sel de Pieter Vermeersch

A Genève, deux Fonds existent, l’un en Ville de Genève (le Fmac), l’autre au Canton (le FCAC). Chacun défend une politique de conservation, création et diffusion. Il s’agit autant de soutenir les artistes, de garder une trace de leur travail et de le rendre accessible au plus grand nombre. L’objectif consiste à trouver le public là où il est, plutôt que de l’amener au musée. Si les acquisitions sont nombreuses, il faut continuer à montrer l’art partout : bureaux, lieux publics, écoles, espace public. Les réalisations existent. En voici plusieurs. Par OLIVIER GURTNER

Septembre 2016

16


ON DÉCOUVRE

ARTS & PUBLICS

Retour à Plainpalais, où Frankie a.k.a the Creature of Doctor Frankenstein a investi le bitume à proximité du Skatepark. On ne rappellera jamais assez le lien unissant Genève au fameux livre de Mary Shelley, puisque l’idée du monstre lui vint à la Villa Diodati à Cologny. Inaugurée en 2014, l’installation de KLAT (un groupe d’artistes notamment passé par la prestigieuse galerie parisienne Laurent Godin) remet à sa place cette Créature voulue par l’homme et rejetée injustement par lui. L’œuvre en bronze de 2 mètres et demi interroge la notion de norme, de beau et de ce qui en sort supposément. Ses vêtements – sweat shirt et jean sale – rappellent davantage un marginal ou un SDF ; une façon d’utiliser la sculpture de manière désacralisée. NEON PARALLAX

ART IN SITU

C’est le grand projet ambitieux d’art public. Initié en 2005, piloté en commun par la Ville de Genève et le Canton, Neon Parallax investit Plainpalais avec pour ambition de coiffer les immeubles d’œuvres d’art en néons. Une manière pour les collectivités publiques d’offrir un pendant artistique et poétique aux enseignes publicitaires occupant la Rade. Parmi les nombreux projets retenus, L’odrre n’a pas d’ipmroncae d’Ann Veronica Janssens. En inversant l’ordre des lettres tout en permettant la compréhension, l’artiste belge cherche à éveiller la curiosité du spectateur et à le faire travailler activement. Coming Soon ! de Pierre Bismuth évoque une bande-annonce de film et déjoue cette méthode typique de la publicité et de sa manière à survendre sa marchandise et tromper les consommateurs. Un regard plus intéressant et critique que le Yes to all de Sylvie Fleury, assez superficiel. Volontiers cabotin, le DIMANCHE en majuscules de Christian Robert-Tissot sur le toit d’une banque sonne comme un appel au repos. Une façon de rappeler la nécessité du congé, particulièrement vraie s’agissant d’un établissement financier.

Inaugurés en janvier 2014, dans le cadre d’Antigel, les Silos à Sel de Pieter Vermeersch font plus qu’investir l’espace public. Ils occupent un lieu de travail. En effet, le dispositif en lumières LED imaginé par l’artiste part du silo de la Voirie municipale destiné à accueillir le stock de sel utilisé l’hiver. Les lumières varient selon le niveau restant dans le contenant. Ainsi, elle devient intense quand le silo est plein, douce une fois vide. Il change aussi selon l’intensité d’usage. Ainsi, en été, à vide, la lumière oscille à rythme lent, comme la respiration durant le sommeil. Les couleurs choisies s’inspirent des lacs de sel : rose (Sénégal), blanc, violet, bleu (Camargue). L’installation longue de 30 mètres fonctionne in situ, et non comme une greffe qui n’aurait pas pris. Une démarche très aboutie et réussie. Dernière installation en date, Les Inséparables (ed. 2/3) d’Esther Shalev-Gerz à la rue Lissignol. Le double cadran de 3 mètres de large coiffe deux immeubles de la fin du XIXème siècle. Inaugurée durant la Nuit des Musées 2016, l’œuvre compte un cadran à l’heure, et l’autre qui lui fait miroir. Une façon d’interroger le rapport au réel, au temps et à son évidente relativité.

www.ville-ge.ch/culture/neons/

institutions.ville-geneve.ch/fr/fmac/art-dans-la-ville/projets/ LES RÉVERBÈRES ET CRÉATURE

Conçus « en hommage à la mémoire commune des Genevois et des Arméniens », les Réverbères de Melik Ohanian évoquent évidemment le génocide arménien, quand bien même les termes retenus auraient pu être plus directs. Mais la Genève capitale multilatérale n’a pas voulu prendre ce risque. Le concept, un projet de mobilier urbain transformé en sculpture de bronze haute de 8 mètres, où les ampoules sont en réalité des larmes chromées. Politique et poétique.

Go Out! Magazine

17


ON SORT

ON EST CHARMÉ

LE MEILLOUR DES MONDES

15 Septembre : retenez bien cette date. Sophie et Maxime Le Meillour dévoileront, à l’occasion de la Nuit des Bains, « Rue Pavoisée », leur première exposition collective. On ne vous en dit pas plus, si ce n’est que dans l’arcade Go Out Out ! raisonnera la citation de Guy de Maupassant « Chacun de nous se fait donc simplement une illusion du monde, illusion poétique, sentimentale, joyeuse, mélancolique, sale ou lugubre suivant sa nature ». Par MABROUK HOSNI IBN ALEYA

Go Out! Magazine

19


ON SORT

ON EST CHARMÉ

Moon SOPHIE LE MEILLOUR

Détonnant dans le paysage genevois, Sophie le Meillour est à l’image de ses pièces maîtresses : une série d’atomes aussi survoltés que surchauffés, oscillant entre fusion et fission. Disséquant l’espace de ses pointillés, l’œuvre finale se présente comme une captation d’un univers éclaté, à partir duquel s’entrouvre une parenthèse figée. Laissant le spectateur dans l’expectative, l’impact escompté s’efface pour laisser place à un ensemble harmonieusement perché dans une délicieuse apesanteur. Electrique, elle est l’antinomie même de statique, à la fois photographe, VJ, illustratrice et vidéaste. Cette longue liste témoigne de l’hyperactivité de cette diplômée de la HEAD. Du Mapping Festival à Genève aux Nuits Sonores à Lyon en passant par Lost Paradise en Australie, c’est dans l’arcade Go Out! que Sophie le Meillour plante aujourd’hui, aux côtés de son frère Maxime, l’étendard de l’exposition « Rue Pavoisée ». L’installation sera dévoilée lors de la Nuit des Bains, le 15 septembre.

Sphère

www.sophielemeillour.ch

Septembre 2016

20


ON SORT

ON EST CHARMÉ

MAXIME LE MEILLOUR

Se pencher sur la démarche de Maxime Le Meillour revient indubitable à se référer au postulat de Djalāl ad-Dīn Muḥammad Roumi « La vérité est un miroir tombé de la main de Dieu et qui s'est brisé. Chacun en ramasse un fragment et dit que toute la vérité s'y trouve ». A ce titre, ses œuvres se veulent comme un miroir placé pile face à ces mêmes fragments. S’en dégage une vérité qui existe uniquement à travers les perceptions illusoires qu’elle alimente. Ce néant qui ne brille qu’à travers l’éclat de ses parures, Maxime le dénude avec l’allégresse d’un soudard qui arrache les haillons d’une coureuse de rempart. S’ensuit une orgie de sacrilèges dans laquelle raisonne le manifeste cannibale de Picabia, un décrassage universel ou la rugosité du Rien est érigée en valeur absolue, une quête pour le salut de l’âme à travers … l’image d’un cul. Effectivement, puisque :

Europe

« le cul représente la vie comme les pommes frites, et vous tous qui êtes sérieux, vous sentirez plus mauvais que la merde de vache. DADA lui ne sent rien, il n'est rien, rien, rien. Il est comme vos espoirs : rien. comme vos paradis : rien comme vos idoles : rien comme vos hommes politiques : rien comme vos héros : rien comme vos artistes : rien comme vos religions : rien » www.debthole.tumblr.com www.intisu.com/projects/ninfa www.intisu.com/projects/360

À vous de juger

Sperm Hourglass

Go Out! Magazine

21


Mozart | Rossini | Leoncavallo | Gluck | Donizetti | Massenet RÊservations : Service Culturel Migros Genève | T: 058 568 29 00 | Stand Info Balexert | Migros Nyon - La Combe Billetterie online : www.grandsinterpretes.ch


ON SORT

CLASSIQUE

SALADE RUSSE Pour son premier concert de la saison au Bâtiment des Forces Motrices, L’Orchestre de Chambre de Genève invite des partitions du XIXème (la Suite n°4) de Tchaïkovski, du XXème (Suite Jazz n°2 de Chostakovitch et Sinfonia concertante de Prokofiev) et de l’année en cours, avec une création mondiale de Denis Schuler. Rendez-vous le 4 octobre sous la baguette d’Arie van Beek, chef titulaire de la formation chambriste. Par OLIVIER GURTNER

Compositeur aux amours homosexuelles contrariées, Tchaïkovski pourrait donner l’image d’un artiste désœuvré. C’est sans compter le prestigieux soutien de son pays (par des commandes et des funérailles nationales) et de sa mécène Nadejda von Meck, qui lui est longtemps restée fidèle. Au programme du concert début octobre, La Suite n°2 « Mozartziana » est une œuvre légère et dansante, puisqu’elle convoque notamment gigue et menuet. « RÉSISTANT » ET « COLLABO »

Ainsi certains distinguent Chostakovitch de Prokofiev. Le premier s’est retrouvé parfois contraint de composer pour le régime de Staline, le second s’empressait d’honorer les commandes soviétiques. Mais Prokofiev prit la défense du jeune compositeur. A côté du mélancolique Concerto pour violoncelle de Chostakovitch (la version déchirante de du Pré !), la Sinfonia concertante pour violoncelle de Prokofiev à l’affiche est plus mystérieuse et dramatique (les cuivres !). La pièce a été composée avec les conseils de Mstislav Rostroprovitch. La Suite Jazz n°2 de Chostakovitch consacre pour sa part le jazz comme musique légitime au sein d’une caste parfois rétive aux innovations. Comme Stravinski plus tôt et Bernstein plus tard, les clins d’œil et révérences à ce genre sont mérités. A noter que la fameuse « valse de Chostakovitch » est tirée d’une autre suite, « pour orchestre de variétés » (sic !). A voir comment L’OCG s’empare de ce répertoire jazz.

Arie van Beek

ou le Concerto de Elgar. Chez cet artiste qui a joué avec von Karajan, Pressler ou Mutter, le jeu est assez retenu et il sait faire chuchoter son instrument. Pour le lyrisme, il faudra repasser. Enfin, une création mondiale de Denis Schuler sera donnée ce 4 octobre, commandée pour L’OCG. Le compositeur a collaboré avec les grandes figures genevoises, comme Eric Gaudibert et Michael Jarrell. A découvrir donc ! L'Orchestre de Chambre de Genève, Soirée russe Le 4 octobre à 20h Bâtiment des Forces Motrices Pl. des Volontaires 2 1204 Genève 022 807 17 90 www.locg.ch

Pour accompagner l’orchestre, c’est Antonio Meneses qui sera à l’archet. Il faudra prêter une oreille attentive, car ses interprétations sont délicates mais manquent parfois d’élan, par exemple la Suite n°1 de Bach (assez pâle comparée à la version tutélaire de Pierre Fournier)

Go Out ! Magazine

23


ON SORT

CLASSIQUE

L'’OSR DANS LE MORDOR

Ludwig Wicki et l'OSR jouant La Communauté de l'Anneau

Septembre 2016

24


ON SORT

CLASSIQUE

La première édition avait affiché complet. La deuxième sûrement. L’Orchestre de la Suisse Romande (OSR) poursuit son cycle de CinéConcert autour du Seigneur des Anneaux, en proposant le 30 septembre et 1er octobre le deuxième épisode de la trilogie de J.R.R. Tolkien adaptée au cinéma par Peter Jackson. Après John Adams avec La Bâtie en septembre, L’OSR continue d’explorer de nouveaux horizons et de chercher des publics différents. Par OLIVIER GURTNER

NOUVEAUX PUBLICS

DÉFI MUSICAL ET TECHNIQUE

Le Victoria Hall avait rarement connu cela : un public fantasy, des aficionados du Seigneur des Anneaux, en somme une reconstitution des Inklings, ce groupe littéraire informel de passionnés qui assistaient aux lectures de Tolkien dans un pub d’Oxford. Une année plus tard, rendez-vous pour la deuxième partie de l’adaptation cinématographique du Seigneur des Anneaux : les Deux Tours. L’Orchestre de la Suisse romande fera projeter le film pendant qu’il interprétera en live la partition de Howard Shore.

Dans ces ciné-concerts du 31 septembre et 1er octobre, c’est Ludwig Wicki qui dirigera l’OSR. Le maestro établi à Lucerne a notamment travaillé avec le prestigieux chef récemment décédé, Nikolaus Harnoncourt. Le choix de Ludwig Wicki est particulièrement adapté, lui qui a grandi avec les musiques folkloriques et longtemps dirigé des chœurs. Par dessus-tout, il a fondé une formation musicale consacrée au XXIème siècle et aux musiques de film. S’il manquait un atout à l’arc de cette baguette, il faut rappeler qu’il a déjà dirigé les partitions du Seigneur des Anneaux, notamment le premier volet à Genève. Un grand défi à relever, puisque, entre les choristes (Motet de Genève et Maîtrise du Conservatoire Populaire de Musique, Danse et Théâtre de Genève), la soprano Kaitlyn Lusk et les musiciens du Romand, c’est environ 200 artistes qu’il faudra diriger ! La dernière édition genevoise avait affiché complet, donc il faudra s’y prendre à l’avance. A noter que l’OSR a déménagé ses bureaux, au 36 rue des Maraîchers.

AUX ORIGINES NORDIQUES DE LA SAGA

Le point sur l’œuvre originale. Son auteur, John Ronald Reuel Tolkien, professeur à l’Université d’Oxford, amoureux de langues étrangères et disparues, qui en a même créé plusieurs, notamment pour sa saga épique. Voyageur de l’esprit et dans l’histoire plutôt qu’à travers le monde, l’universitaire s’inventa un univers vaste et extrêmement complexe, s’inspirant des mythes nordiques comme l’Edda poétique, les contes norrois et la saga finlandaise du Kalevala. Ces sources inspirèrent des compositeurs comme Jean Sibelius ou Richard Wagner. La musique du film convoque cordes, bois, cuivres et de nombreuses percussions. Sa structure fait intervenir de nombreux leitmotifs.

Pour ceux qui ont manqué le festival de Bayreuth, voici une occasion de se rattraper sur un voyage nordique en musique. L’OSR et le Seigneur des Anneaux Les Deux Tours 30 septembre et 1er octobre Victoria Hall Rue Général-Dufour 14 1204 Genève 022 807 00 00 www.osr.ch

Go Out! Magazine

25


ON SORT

CLASSIQUE

SOLO DES FLEURS

Juan Diego Florez

Au Victoria Hall, l’agence Caecilia avait habitué le public aux pianistes et violonistes de renom : Krystian Zimerman, Vadim Repin ou encore Radu Lupu. Depuis quelques années, les orchestres acceptent les invitations aux Grands Interprètes, comme le Philharmonique de Vienne. Le 22 septembre, c’est une voix qui investit la scène : le ténor Juan Diego Florez. Une belle façon d’aborder la saison, entouré de Rossini, Leoncavallo et Mozart. Par OLIVIER GURTNER

Septembre 2016

26


ON SORT

CLASSIQUE

VOIX D’ORFÈVRE

Chez Donizetti, il fait tout simplement des merveilles. L’air « Una furtiva lagrima » dans L'Elisir d'amore est tout en douceur, retenue, murmure, entre tendresse et tristesse (comment oublier la déchirante version par Pavarotti ?). Dans « Ah, mes amis » (La fille du régiment), il sait prendre la voix haut, directement, sans passer par un grave comme certains font souvent. Sa prononciation française est par contre moins aisée, un peu comme Dmytro Popov dans Carmen cet été à Verbier. BOULEVARD DES TUBES

Parmi les autres séquences à l’affiche, Mattinata de Ruggero Leoncavallo, dont Florez offre une lecture fraiche, entre murmure et voix ample. Du même compositeur, « Aprile », « Vieni, amor mio ». A l’affiche également, « J'ai perdu mon Eurydice » tiré Orphée et Eurydice dans la version de Gluck. Il en avait livré une version tendre et délicate en 2015 à Covent Garden, sous la direction de John Eliot Gardiner. Enfin, des extraits de Idoménée (Mozart), du Turc à Alger, Sémiramis (Rossini) et Werther (Massenet) seront donnés dans cette soirée du 22 septembre à laquelle il faudra se rendre.

Avec sept pianistes sur huit dates, la série des « Grands Interprètes » reste le Panthéon du clavier. Et pourtant, trois concerts sortent des canons de l’abonnement : Orchestre du Bolchoï, Berliner Philharmoniker (avec Gustavo Dudamel!) et le ténor Juan Diego Florez, le 22 septembre. STAR DES PLATEAUX

Habitué aux plus grandes scènes du monde, Juan Diego Florez est notamment passé par le Théâtre des Champs-Elysées (dirigé par Lorenzo Viotti), le Wiener Staatsoper (sous la baguette de Plácido Domingo), le Met, La Scala ou encore le Festival de Salzbourg. Son physique avenant de gendre idéal convient à bien des rôles, comme le prince Tamino dans La Flûte enchantée. Dans l’air « Dies Bildnis » (au programme), il déploie sa voix crémeuse et révèle une excellente diction (ce qui n’est pas évident) ainsi qu’une prononciation allemande assez réussie. Acteur au talent évident, son investissement dans l’expressivité de sa voix peut parfois anesthésier sa gestuelle.

Juan Diego Florez, récital Le 22 septembre à 20h Victoria Hall Rue du Général-Dufour 14 1204 Genève 058 568 29 00 www.caecilia.ch

APÔTRE DU BEL CANTO

Avec Juan Diego Florez, on vient donc apprécier le beau son. Moins vériste, sûrement pas Heldentenor (« ténor héroïque », propre au répertoire wagnérien), le chanteur est une référence du bel canto. Il faut donc se réjouir des compositeurs au programme : Donizetti et Rossini. Il sait moduler le rythme, se mettre en décalage avec l’orchestre. Sa voix développe un caractère chaud, boisé, comme un whiskey sucré d’Irlande. Son rendu est généreux. En revanche l’important vibrato est parfois gênant.

Go Out! Magazine

27


CONCERT DE SOIRÉE N° 1

MARDI 4 OCTOBRE 2016 20H ~ BFM SCHULER Echo Park — Création mondiale PROKOFIEV Sinfonia concertante op. 125 pour violoncelle & orchestre TCHAÏKOVSKI Suite n° 4 en sol majeur op. 61, « Mozartiana » CHOSTAKOVITCH Suite Jazz n° 2 op. 50b — arrangement de David Walter ARIE VAN BEEK direction ~ ANTONIO MENESES violoncelle L’OCG +41 22 807 17 90 / BILLETTERIE@LOCG.CH / WWW.LOCG.CH / BILLETS DE CHF 10 .– À CHF 50 .– MANOR / HOTELPLAN / GLOBUS / LA POSTE / COOP CITY / STARTICKET.CH 0900 325 325

chf 1.19/min depuis un poste fixe

design : pablo lavalley / photos : © gregory batardon (arie van beek) & © clive barda (antonio meneses)

À LA RUSSE !


ON SORT

ON LIT

DES GENS. UN LIEU. UN RÉCIT.

DANS QUEL MONDE VUIT TON?

NARSISSIQUE

UNCOMMON, c’est avant tout un projet de livre sur des lieux. Des lieux qu’on ne trouve sur aucune autre carte. Les textes, photog raph ie s , c a r te s , idé e s d’itinéraires, se combinent pour révéler les codes et constructions d'une ville, pour en décrypter et révérer le quotidien et les particularités. Créées par l’ingénieuse et lumineuse Dora Bouhara en 2010, les éditions nous ont fait voyager à travers Stockholm, Malte + Gozo, Londres, Le Caire, Dubaï et dernièrement Alger. On attend avec impatience la version genevoise de ces guides qui se faufilent comme une étoile filante, menant vers une voie lactée parsemée de spots inlocalisables, même par les autochtones.

Depuis la naissance de l'entreprise par son fondateur éponyme, il y a de cela plus de 150 ans, Louis Vuitton a étendu ses frontières jusqu’à envahir la terre entière. Le livre édité par les éditions Assouline reprend la structure de l’exposition organisée au Grand Palais fin d’année 2015 par Olivier Saillard, directeur du musée de la Mode de Paris. Enrichi de contenus inédits, cet album retrace l’aventure de la Maison Louis Vuitton, de 1854 à aujourd’hui, à travers les portraits de ses fondateurs mais aussi de ceux qui inventent aujourd’hui le Louis Vuitton de demain. Il emmène le lecteur dans l’univers de la marque et de ses protagonistes dont les innovations ingénieuses rendent le voyage aussi lointain que surprenant. De la malle plate perfectionnée par Louis Vuitton aux lignes actuelles de prêt-àporter sous la direction de Nicolas Ghesquière, les pièces de la maison Louis Vuitton ont depuis toujours été des incontou rnables. Les pages de Volez, Voguez, Voyagez embarquent le lecteur dans une expédition au cœur de la Maison et expriment le désir de voyager de tout un chacun.

Pour la rentrée, François Nars a décidé de dévoiler son intimité. A travers une biographie imagée de photos de famille, de croquis et de produits issus de son univers personnel, il nous partage sa vie, sa vision révolutionnaire du makeup et le long travail laborieux qui le fit évoluer de maquilleur provocateur, façonneur d’image à artiste polyvalent. Ses multiples collaborations audacieuses avec des photographes légendaires, designers, stylistes, et éditeurs, à l’image de Steven Klein ou Christopher Kane ont permis à ce français exilé à New York de créer il y a une vingtaine d’année s a m a rque ép ony me : NA R S Cosmetics.

Volez Voguez Voyagez d’Olivier Saillard, Éditions Assouline

Payot Lausanne
 Place Pépinet 4, 1003 Lausanne
 021 341 33 31

Alger, Editions UNCOMMON www.uncommonguidebooks.com

François Nars de François Nars, Editions Rizzoli International www.rizzoliusa.com

A acquérir chez Payot Payot Cornavin
 Place Cornavin 7, 1201 Genève
 021 341 33 31
 Payot Rive Gauche
 Rue de la Confédération 7, 1204 Genève 022 316 19 00


www.payot.ch

Go Out! Magazine

29


ON SORT

ART / EXPO

À GÉOMÉTRIE VARINI-ABLE Est-ce un trompe-l’œil? Une anamorphose? Des questions dupliquées à satiété une fois confrontées aux œuvres de l’artiste suisse Felice Varini. L’angle de vue de ses installations aux allures d’hallucinations se dévoile infini. Il suffit de bouger de quelques centimètres pour défaire visuellement ces dessins tridimensionnels et perdre de vue l’ensemble cohérent. Nourri par l’art concret géométrique, cet adepte de l’espace public, dont la filiation passe par Mondrian, Malevitch ou encore Penone, a investi l’intérieur de la Poste du Mont-Blanc en 1991 ainsi que le haut de la cage d’escalier du MAMCO (Musée d’art moderne et contemporain) avec Deux cercles concentriques via le rectangle (1994). Convié par le designer et curateur du MaMO (Marseille Modulor), Ora-ïto, à prendre ses marques sur la Cité Radieuse de Le Corbusier pour une exposition chapeautée par Longchamp, Felice Varini nous a initié à l’art de la forme qu’il manie de manière hors norme. On a pris la tangente direction la cité phocéenne pour aller admirer ces rubans cinétiques virevoltés entre le vent et le béton tels des déflagrations lentes. Fragments. Par MINA SIDI ALI

Rebonds par les pôles de Felice Varini, Marseille (2016) MAMO @André Morin Septembre 2016

30


ON SORT

ART / EXPO

Triangles percés de Felice Varini Marseille (2016) MAMO @André Morin

Comment s’est déroulée la collaboration? Avezvous eu carte blanche pour investir La Cité Radieuse? Une carte béton oui! Béton blanc, béton gris (rires). J’ai décidé de travailler avec deux couleurs primaires, le rouge et le jaune, le bleu étant dans le ciel! Quand j’accepte de faire une exposition, j’impose ma manière de travailler et mes principes. En l’occurrence, j’ai fait du toit terrasse de la Cité radieuse mon atelier pendant une quinzaine de jours. Deux semaines extraordinaires, car c’est un lieu hors norme. Il n’y a pas mille toits terrasses au monde de cette qualité! Ici, le lieu est à la fois très clair et très complexe, mais rapidement, j’ai pu voir où les choses se donnent dans leur densité. Le plus délicat fût pour moi l’intérieur du gymnase. A priori, un lieu simple, comme une page blanche, dont je voulais faire ressortir la complexité.

On a souvent parlé d’anamorphose pour définir vos réalisations. Qu’en pensez-vous? L’anamorphose existe parce que la perspective existe. Mais c’est un terme qui me poursuit, alors qu’il ne correspond pas vraiment à ce que je fais. S’il fallait mettre les points sur les «i», je parlerais de fragmentation. La pièce est composée d’une suite de morcellements, chacun formant un tableau en soi. C’est en quelque sorte des états de déflagration. Je choisis un point de vue, un point de l’espace situé à hauteur de mes yeux. Il s’agit d’un point de lecture, un point de départ possible à l’approche de la peinture où le tableau devient cohérent. Lorsque le spectateur s’en écarte, le travail rencontre l’espace qui engendre une infinité de points de vue sur la forme. Et comme une partition de musique que l’on réinterprète, ces pièces peuvent être réactualisées dans une architecture gothique, classique, où elles viendront s’éclater différemment. J’ai ainsi certains collectionneurs, par exemple, qui ont procédé de la sorte avec la même pièce dans quatre à cinq lieux différents.

Vous nous avez dit une fois à l’intérieur: « Approchez-vous, entrez dans la peinture! »… En 1978, j’ai réalisé une première pièce selon cette méthode, qui consiste à choisir un ou plusieurs points de vue et y placer des formes géométriques simples et des couleurs primaires qui entrent en jeu avec l’espace. Le spectateur fait alors partie de l’œuvre et du lieu: il en devient l’acteur, car il n’est plus dans une position frontale face à un tableau ou une sculpture. Cela introduit du jeu, une interaction. Il fait corps avec la finalité. Je crée au départ un point de construction où les choses trouvent leur logique et dès lors qu’on chemine, c’est l’architecture qui renvoie des images divisibles et indomptables, d’une certaine façon, des métamorphoses perpétuelles. Go Out! Magazine

Exposition À ciel ouvert de Felice Varini Jusqu’au 2 octobre 2016 MAMO 80, boulevard Michelet Cité Radieuse, 13008 Marseille http://mamo.fr www.varini.org

31


ON SORT

ART / EXPO

READING STOPS

Albert Cohen, Belle du Seigneur © David Wagnières

Savoir apprécier une ville, c’est aussi avoir envie de l’aborder sous un angle différent. Depuis quelques années, c’est exactement ce que propose la Ville de Genève à travers une carte intitulée « Sentiers culturels - D’une bibliothèque à l’autre », qui met en valeur les textes et les souvenirs des célèbres écrivains passés par Genève et ayant décrit son centre dans ses moindres recoins. Par LAURENCE AMSALEM

Septembre 2016

32


ON SORT

ART / EXPO

MARCHE À SUIVRE

Pour cette raison, la Ville de Genève a, un peu comme pour la Nuit des Musées, créé une carte recensant les bibliothèques municipales et scientifiques, les œuvres d’art publiques et les endroits remplis d’anecdotes historiques. Au travers de quatre parcours passant par ces points clés, il est possible de redécouvrir sa propre ville sous un angle littéraire et culturel. Via l’application « Sentiers culturels » disponible dans l’App Store, les PokéStops deviennent alors un peu passés de mode et sont remplacés par des ReadingStops. Son utilisateur, qu’il parle français ou anglais, peut alors se balader dans la ville, du Jardin Botanique aux Eaux-Vives, en passant par la Servette, au rythme de podcasts ou guides-audio narrateurs d’anecdotes et de récits historiques, sans même à avoir le nez plongé dans son écran. Il peut alors, pour une fois, prêter attention à la monstrueuse statue de Frankenstein posée au beau milieu de Plainpalais. Une fois arrivé dans l’une des bibliothèques, il peut se plonger dans les nombreux extraits de romans et poèmes écrits par des auteurs passés par Genève et, bien placé pour le faire, se mettre dans la peau de Voltaire, Lamartine ou Joseph Conrad, afin de visualiser les endroits tels qu’ils les percevaient.

GENÈVE, NID D’ÉCRIVAINS

Les auteurs passés par la cité de Calvin sont si nombreux qu’ils sont recensés dans le livre Genève Voix du Sud, du professeur Bertrand Lévy. Parmi eux, Albert Cohen, dans Belle du Seigneur, offre une description paisible et romantique de la Genève de 1930, théâtre idéal d’une romance entre une femme mariée et un fonctionnaire de la Société des Nations. Frankenstein, lui, est né à Cologny par un soir orageux, de la main de la jeune Mary Shelley, qui avait été invitée dans la résidence de Lord Byron pendant l’été 1818. Dans un registre plus loufoque, Gabriel García Márquez, dans sa nouvelle Bon voyage Monsieur le Président, a imaginé l’ancien chef d’Etat des Caraïbes se faire soigner à Genève, tout en se faisant extirper de l’argent par un compatriote profiteur. L’auteur brésilien Paulo Coelho, lui, saisit l’ambiance plus contemporaine des rues basses dans son roman Onze Minutes (2003).

Sentiers culturels / Cultural Trails Carte interactive proposée par la Ville de Genève Disponible sur http://www.ville-geneve.ch/connaitre-geneve/ promenades/sentiers-culturels/

PARADOXE

Malgré ces exemples, la ville est surtout connue à l’étranger pour ses organisations internationales, ses banques, ses feux d’artifice, son côté bling bling, ses dizaines de diplomates ou ses grosses voitures. Les auteurs romantiques venus se ressourcer au bord du lac le temps d’écrire des vers en dégustant quelques décilitres de Gamay sont eux, totalement passés à la trappe. En effet, les seuls vestiges témoignant du passage de ces grands personnages sont les noms de rues qui leur sont dédiées. Cependant, dans la vie de tous les jours, ces noms ont davantage un côté pratique que culte. Les habitants, bien qu’ils passent devant de façon quotidienne, sont bien trop absorbés par leurs 40 heures hebdomadaires, leur frigo à remplir et les soirées du jeudi soir pour prendre le temps d’y prêter attention. Go Out! Magazine

Gabriel García Márquez, Bon voyage, M. le Président © David Wagnières

33


ÉPOPÉE SOUTERRAINE

©Erwan Fichou


ON SORT

PERFORMANCE

Chaque année depuis 40 ans déjà, la Bâtie - Festival de Genève mise sur une communication visuelle totalement décalée. Pour cette édition, elle apporte de la fraîcheur à la rentrée des classes, en aspergeant la ville entière de dentifrice, à l’aide de ses flyers et posters insolites, de la même façon qu’elle avait envahit la ville de flamants roses en 2014. Depuis son repère, la Salle communale de Plainpalais, ce festival très attendu de la scène genevoise mise sur une programmation hybride, faisant venir des artistes de tous bords pour des DJ sets, du mapping, des concerts, des spectacles de danse et des représentations théâtrales, comme la pièce Radio Vinci Park, en partenariat avec la Maison de l’architecture, dont l’intrigue pour le moins surprenante se déroulera les 15 et 16 septembre. Par LAURENCE AMSALEM

un enlèvement. C’est François Chaignaud qui sera en charge de la chorégraphie, de la danse et du chant. Il avait déjà eu l’occasion de collaborer avec Théo Mercier pour sa première pièce et étudie la danse depuis qu’il sait lire. Face à lui, c’est le cascadeur Cyril Bourny qui interprètera le motard. Le titre est inspiré du nom de l’entreprise de services de stationnement française Vinci Park (aujourd’hui appelée Indigo), avec, en prime, un jeu sur la véritable musique diffusée dans ses parkings. Dans la représentation, tout comme dans la réalité, Mozart, Vivaldi ou Haendel sont passés à une certaine fréquence qui permet d’enjoliver l’endroit, tout en gardant perceptible le moindre bruit de pas, de sorte à ne pas se faire surprendre par un inconnu.

UN MARCEL DUCHAMP MODERNE

Sous le nom de Théo Mercier se cache un artiste plasticien homme à tout faire. S’il est le metteur en scène de la pièce de théâtre Radio Vinci Park, il est aussi possible de lui associer de nombreux autres projets dans une grande partie de domaines artistiques actuels. En 2010, il réalise notamment pour la FIAC une sculpture monumentale de 3 mètres de haut faite de spaghettis et reproduisant un monstre aux airs sympathiques, mais à la tête baissée et au regard triste, qu’il appelle Le Solitaire. Dans le cadre de son premier spectacle, intitulé Du futur faisons table rase, il a entrecoupé des sonorités électroniques avec des slogans révolutionnaires et des costumes aux airs de science-fiction. Pour celui-ci, il a collaboré avec le duo français d’électro-clash Sexy Sushi, dont les paroles provocantes aiment jouer avec le politiquement correct. Par le passé, il a aussi eu l’occasion de travailler sur la confection de robes de scènes pour la chanteuse Björk, avec le couturier allemand Bernhard Willhelm.

PAR AMOUR DU BÉTON

A l’origine, cette pièce est une commande de la Ménagerie de Verre, un espace culturel parisien qui occupe un ancien garage. Inspiré par le passé architectural de celui-ci, Théo Mercier a eu l’idée de le vider entièrement afin de retrouver un parking brut. A Genève, la représentation prendra place au Pavillon Sicli, un espace modulable conçu par l’ingénieur Heinz Isler, qui s’y prête tout à fait, de par sa texture bétonnée et sa configuration modulable.

HUIS CLOS DÉCONCERTANT

Sa nouvelle performance, Radio Vinci Park, narre une histoire bien particulière, une sorte d’aventure ayant lieu dans un parking souterrain entre un motard, sa moto et le Fantasme sexuel, qui apparaît sous la forme d’une créature blonde platine. Le garage y est apparenté à un lieu de ténèbres où, un peu comme dans une arène, ont lieu divers scénarios susceptibles de s’y dérouler la nuit, comme une parade amoureuse ou

Go Out! Magazine

La Bâtie Festival Radio Vinci Park 15, 16 septembre 2016 à 21h30, 45’ Pavillon SICLI www.batie.ch

35


ON SORT

ON DANSE

IN THE LINE OF FIRE

ShootingStar Batie Big © DR

Septembre 2016

36


ON SORT

DANSE

Dans le cadre de l’édition 2016 de La Bâtie-Festival de Genève, Laurence Yadi et Nicolas Cantillon signent Shooting Stars , une chorégraphie dans la droite ligne de leur activité artistique dense qui fait de leur compagnie 7273 une étoile de l’ADC. Interprétée par trois danseuses habituées au rythme et au mouvements propres aux pièces de Yadi et Cantillon, cette création nous transposera le temps d’une soirée dans un univers à la fois extraterrestre et très familier. Rendez-vous le 9 ou le 12 septembre à la Salle du Lignon. Pa r OLGA BARANOVA

A L’ORIGINE : LES MÂCAMS

Avez-vous déjà entendu parler de mâcams ? Si le descriptif technique de ce système musical oriental est bien inaccessible pour les béotiens, l’interprétation – à la fois physique et musicale – qu’en font Yadi et Cantillon dans de nombreuses créations (Nil, Beyrouth 1995, Tarab) s’offre facilement à la curiosité du spectateur. Shooting Stars, la dernière production du duo, est une occasion de plonger dans cet univers visuel et sonore à la fois familier et lointain. Les trois interprètes investissent un univers intergalactique et, par les allures super-héroïques des trois danseuses, terriblement humain. La musique de Sir Richard Bishop, dont la polyvalence a fortement participé au rayonnement des musiques du monde, donne à cette création un cadre sonore alliant la transe et la poésie. Face à une telle intensité orientale, comment ne pas penser à l’œuvre – le rubaïyat – d’Omar Khayyām, dont les quatrains dégagent le même attrait mystique que le son unique des mâcam ? Yadi et Cantillon signent avec Shooting Stars une rencontre culturelle entre l’occident et l’orient plus que bienvenue – dans l’esprit de ce même Khayyām, qui a écrit il y a presque dix siècles en Perse: Suppose le monde ordonné à ton gré. Et puis après?

LA CONTINUITÉ DU MOUVEMENT AU DO-IT-YOURSELF

Qui dit danse contemporaine, dit innovation, mais dit également transmission. Le style unique de la compagnie 7273, multi styles FuittFuitt, est une transposition des mâcams sur le mouvement du corps. La fluidité de ce style montre le chemin parcouru par la discipline depuis Merce Cunningham ou Lucinda Childs : une véritable libération des corps. Contrairement à de nombreux contemporains, Yadi et Cantillon travaillent les mouvements de manière mélodique plutôt que de les abandonner au staccato du changement brusque et imprévisible. En 2014, ce style a fait l’objet d’une publication qui elle-même s’apparente à une œuvre d’art : un « guide pratique détourné », une initiation imagée aux mouvements de la danse contemporaine. Mais il n’est pas suffisant de donner envie ; pour cette raison-là Yadi et Cantillon organisent un workshop pour tout un chacun. Une occasion de rêve pour dépasser ce void qui sépare la scène et le public : rendez-vous le 17 septembre à la Maison des arts du Grütli. Shooting Stars, de Laurence Yadi et Nicolas Cantillon Du 9 au 12 septembre Salle du Lignon Place du Lignon 16 1219 Le Lignon www.batie.ch

Go Out! Magazine

37


TORDRE Danse - 10 septembre 2016 ELINA DUNI QUARTET

Concert - 29 septembre 2016

MARC LAVOINE Théâtre - 15 octobre 2016 LA BEAUTÉ, RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENTS Théâtre - 20 octobre 2016

LE JARDINIER

Théâtre et objets, jeune public 26 et 27 novembre 2016

SAISON SAISON 15 16 -16 -17

SYMPHONIE DRAMATIQUE Danse - 9 décembre 2016

UN JOUR MON PETIT DOIGT A DIT* Conte, jeune public 17 et 18 décembre 2016

POP UP GARDEN

Danse, jeune public 21 et 22 janvier 2017

BERNHOFT Concert - 27 janvier 2017 ROMANE BOHRINGER

Théâtre - 10 février 2017

FACE À LA LUMIÈRE

Théâtre - 1er mars 2017

ADIEU, PAPA!*

Théâtre, jeune public - 11 et 12 mars 2017

POURQUOI LES POULES PRÉFÈRENT ÊTRE ÉLEVÉES EN BATTERIE? Humour - 29 mars 2017

MELINGO Concert - 7 avril 2017 ALI 74, LE COMBAT DU SIÈCLE Récit - 4 mai 2017

JE SUIS BOUE

Théâtre, jeune public - 20 et 21 mai 2017

ABONNEZ-VOUS

www.plan-les-ouates.ch/culture t + 41 ( 0 ) 22 884 64 60 Spectacles à l’Espace Vélodrome sauf

à La julienne


ON SORT

EN FAMILLE

ELDORADO SOUS LE CHAPITEAU Pour son 9ème anniversaire, le Festival Suisse de Cirque de Jeunesse rassemble plus de treize écoles de cirque issues des trois régions linguistiques du pays. Elles se réuniront du 7 au 9 octobre prochain à Meyrin pour nous faire vivre un weekend virevoltant. Entre jonglerie, acrobatie, clown, équilibrisme et magie, les spectacles présentés par plus d’une centaine d’artistes promettent d’être haut en voltige! Pa r LÉA PRESGURVIC LE CIRQUE, ACABIT OUBLIÉ?

En Suisse, à l’exception notable du Valais, les projets circassiens ne trouvent pas de case administrative où se nicher. Parfois, on les met avec les chorégraphies. A l’image de nos pays voisins comme en France ou en Italie, une compagnie de cirque peut demander des subventions pour un projet de spectacle, à l’égal d’une troupe de théâtre ou de danse. Malheureusement, ce n’est toujours pas le cas chez nous. «L’énergie et la créativité des gens du cirque suisses doivent trouver un creuset où se construire et prendre leur envol» témoigne Pierre-Louis Chantre pour le Théâtre Forum Meyrin. C’est pourquoi en marge du Festival, une rencontre ouverte à tous tentera d’en donner une idée. Ce festival hors-norme, à l’image de la discipline abracadabrante qu’il représente, est donc une opportunité en or pour les spectateurs d’admirer la qualité et la diversité de leur travail. Un rendezvous à ne pas manquer à la Campagne-Charnaux de Meyrin !

Tous les deux ans, au début de l’automne, une dizaine d’écoles issues des trois coins de la Suisse se rassemblent pour fêter leur passion. Fondé par l’association genevoise «Une fois, un Cirque…», le Festival Suisse de Cirque de Jeunesse est unique en son genre! Des centaines d’artistes âgés de 8 à 77 ans, se mêleront sous le chapiteau donnant l’occasion aux plus jeunes de montrer leurs talents tout en partageant une expérience de vie avec le public. Avec un programme riche et varié, la manifestation propose des spectacles qui manient à la fois l’agilité, la tension, l’humour et la poésie. Il prévoit trois représentations qui révèleront l’ensemble des numéros soumis au jury, qui distribuera in fine les différentes récompenses lors du gala du 8 octobre. Pour célébrer cet évènement, c’est la ville de Meyrin qui a l’honneur de les accueillir à la Campagne-Charnaux. Go Out! Magazine

Le vendredi 7 octobre Conférence sur les arts du cirque dès 14h Spectacle à 17h et 20h30 Le samedi 8 octobre Spectacle à 11h et 14h30 Gala (best-of A, B, C) à 20h30 Le dimanche 9 octobre Spectacle à 11h Rue de la Campagne-Charnaux, 1217 Meyrin www.forum-meyrin.ch www.unefoisuncirque.ch

39


ON SORT

CINÉMA

NE TE FAIS PAS DE BILL, PULLMAN

Président chic dans «Independence Day» et saxophoniste choc, broyant du noir jusqu'à plus soif dans le très sombre «Lost highway» de David Lynch, Bill Pullman affiche une filmographie singulière. Entre blockbusters et films d’auteurs (près de 80 en 30 ans de métier), ce travailleur de l'ombre s'est construit une jolie carrière récompensée par un Excellence Award Moët & Chandon durant la 69ème édition du Festival du Film de Locarno, chapeautée par Manor. Sourire généreux, regard irradié de malice, voix chaude de baryton, Bill Pullman, à l’affiche d’«Independence Day 2», dissimule une sensibilité touchante sous ses airs de star qui s'ignore. Rencontré lors du raout cinéphile tessinois, l’acteur s’est confié sur son CV ciné panaché avec humour et humilité. Extraits. Pa r MINA SIDI ALI

Septembre 2016

40


ON SORT

CINÉMA

Vous avez campé à deux reprises le rôle du président dans Independance Day et dans la série 1600 Penn. Est-ce que cela vous rend davantage concerné par la situation actuelle des présidentielles chez vous? A un niveau Shakespearien, c’est comme si j’avais joué le roi des temps modernes et donc je me sens forcément impliqué dans la politique (rires)! Lorsque j’ai joué le président en 1995 dans Independance Day, c’était une période terrible. Avant ce film, excepté les biopics, il n’y avait jamais vraiment eu de rôle de président des USA comme leader. Quand on me l’a proposé, j’ai d’abord demandé à mon agent si c’était une comédie (rires). Ainsi, grâce à ce projet, j’ai pu rencontrer quelques présidents dont Bill Clinton et Barack Obama, eu la chance de pouvoir découvrir la Maison Blanche et réaliser la responsabilité de leur travail. J’ai ainsi développé une certaine empathie à l’égard des politiciens.

Vous êtes très jeune pour obtenir ce type de récompense… On célèbre quelque chose et c’est vrai que je ne suis pas fan de ce genre de manifestation, tout comme pour mon anniversaire que je ne fête pas particulièrement. Mais on ne peut pas refuser ce type d’offre (rires).

Est-ce que vous allez voter? Oh oui! Je vote démocrate et je suis en train de pousser mon fils à aller s’enregistrer. J’espère que, cette année, plus de monde ira voter.

Vous avez incarné un papa guimauve dans Casper, un fiancé mielleux dans une Nuit à Seattle, botté les fesses aux extraterrestres dans Independance Day, erré dans une nuit lynchienne, aimé sans espoir Meg Ryan…Depuis le début de votre carrière vous avez toujours balancé entre films d’auteurs et blockbusters… Je me sens très chanceux, je n’ai jamais eu un train de vie excessif, et j’ai toujours détesté l’idée d’accepter un rôle rien que pour l’argent, comme j’ai vu beaucoup d’acteurs le faire. Là, je vais débuter le tournage d’un film western dans une petite production au budget modeste. Ce qui m’intéresse avant tout, c’est le scénario et le challenge cinématographique.

De vos débuts à aujourd’hui, comment entretenezvous la passion et l’engouement pour le jeu d’acteur? Est-ce que cela perdure, et quel est le sentiment qui vous habite lorsque vous songez à votre profession? La peur. C’est le sentiment que je ressens en ce moment. Je me prépare pour ce film de western où je campe le personnage d’un cow-boy de mon âge, acolyte d’un légendaire cow-boy assassiné au tout début du film. Et je décide de le venger mais les gens pensent que je ne peux pas le faire car je n’ai pas la carrure pour. Il y a une partie de moi qui se sent comme ce subalterne qui doit soudainement se réveiller. Afin de s’accomplir, il est essentiel à mes yeux de se définir et de s’imposer par le biais de choix solides. Je dois me battre et trouver mon identité, ma place à travers mon job qui n’est pas un métier des plus faciles.

Et quel est le film le plus iconique de votre carrière pour vous et votre public? Cela dépend vraiment de la culture, mais également de l’âge et du genre. Ainsi, L’amour à tout prix (Jon Turteltaub, 1995) se trouve être le long métrage préféré du public féminin alors que la communauté latino, à mon grand étonnement, apprécie beaucoup le film de fantôme pour enfants Casper (Brad Silberling, 1995). Puis les cinéphiles me parlent souvent de ma collaboration avec Wim Wenders (The End of Violence, 1997). Les fans d’épouvante adorent The Grudge (Takashi Shimizu, 2004) et étrangement la communauté afro-américaine s’est attachée à L'Emprise des ténèbres (Wes Craven, 1988). Je me souviens d’Eddie Murphy qui m’avait sorti une phrase du film. J’étais vraiment surpris! Go Out! Magazine

Independence Day: Resurgence de Thomas J. Whitmore En ce moment dans les salles de cinéma www.pardolive.ch

41


ON SORT

FESTIVALS

Y’a pas d’âge pour aller au théâtre Le billet à 10.- avec le Pass Famille


ON SORT

FESTIVALS

RETOURS SUR L’ÉTÉ

Le Crépuscule des Dieux, Bayreuth festival, mise en scène Frank Castorf

Lucerne, Bayreuth, Verbier, Gstaad, Aix-en-Provence, Bregenz, Salzbourg… les prestigieux festivals internationaux de musique classique en Europe se comptent sur les doigts d’au moins deux phalanges. Parmi ceux-ci, Go Out! a posé ses valises, ouvert ses yeux et affûté ses oreilles à Bayreuth, Gstaad et Verbier. Au programme : Daniil Trifonov, Carmen , Grigory Sokolov, Le Crépuscule des Dieux et Valery Gergiev. Grandes œuvres et têtes d’affiches se répondent durant la saison estivale. Retour sur ces soirées d’été. Pa r OLIVIER GURTNER

Go Out! Magazine

43


ON SORT

FESTIVALS

Daniil Trifonov au Verbier Festival ©Aline-Paley

Le lendemain, Carmen est donné aux Combins. Colérique en répétition, nonchalant en concert, le chef Charles Dutoit semble parfois absent. A l’inverse, le rôle-titre campé par Kate Aldrich déploie un magnifique jeu de scène, notamment dans « Je vais danser en votre honneur ». On regrette en revanche sa voix en demi-régime, alors qu’elle peut clairement investir la salle. Le ténor Don José incarne bien son rôle, malgré une prononciation qui révèle avec trop d’évidence qu’il est non-francophone. Dommage.

TRIFONOV ET CARMEN À VERBIER

A Verbier d’abord, un jeune désormais habitué aux cimes valaisannes et au fort dénivelé émotionnel : Daniil Trifonov. Il a présenté une lecture très forte de la Chaconne sur la main gauche de Brahms. L’œuvre, inspirée d’un concerto pour violon de Bach, a été composée en hommage à un ami musicien ayant perdu sa main droite. L’interprète russo-américain offre une lecture envoûtante, tellurique. Il poursuit avec un jeu cabotin et puissant sur les Variations sur un thème de Paganini. La Sonate pour piano « Fantaisie » de Schubert sera moins inspirée, peut-être la faute à la partition… Peu importe, une standing ovation méritée clôt le concert.

Septembre 2016

Mardi soir, Grigori Sokolov a déployé un jeu puissant mais trop fort pour la petite église qui le recevait. Un regard très vertical, sur de puissants accords, qui ont parfois brusqué les phrasés délicats de Chopin (Nocturnes op. 32, Sonate n°2). Malgré tout, des moments magnifiques dans cette « Sonate funèbre » !

44


ON SORT

FESTIVALS

BAYREUTH CRÉPUSCULAIRE

Autant le dire, l’auteur de ces lignes a été très heureux (et chanceux) d’assister à Bayreuth. Mecque difficilement contestée de l’art lyrique wagnérien, avec la quatrième génération aux commandes : Eva WagnerPasquier et Katharina Wagner. Dans le Festspielhaus spécialement conçu pour son répertoire, Wagner a fait disparaître la fosse d’orchestre pour concentrer le regard sur la scène. Sur celle-ci, le directeur de la Volksbühne de Berlin Frank Castorf revisite le Crépuscule des Dieux d’une manière contemporaine, mais sans aucune consistance, entre New York Stock Exchange et échoppe de kebab... Les gestes scéniques sont anecdotiques et d’une cohérence faible. Sans compter les interventions bruyantes qui entachent la partition (l’orchestre qui murmure devient inaudible à cause des bidons qui se vident…) Au départ, il était question de critiquer l’or noir ; un regard intéressant au potentiel pertinent. Dommage. Au pupitre, l’ancien chef de l’Orchestre de la Suisse Romande, Marek Janowski a révélé une partition racée, majestueuse et ciselée. A noter les cuivres parfaitement maîtrisés et les modulations très riches des cordes et des bois, tout en gardant un continuum ascendant. Sur le plateau, l’ensemble du cast sait tenir la longueur (4 heures !) et incarne intelligemment ses rôles respectifs.

Yehudi Menuhin CONCERTO RATÉ, SYMPHONIE RÉUSSIE

De l’autre côté de la frontière, direction Gstaad et son Menuhin Festival. Le 13 août, l’Orchestre du Théâtre Mariinski de Saint-Pétersbourg est dirigé par son tutélaire chef Valery Gergiev. On commence avec le Concerto pour violon n° 2 de Prokofiev, avec Patricia Kopatchinskaja à l’archet. Le constat est évident : elle ne maîtrise pas cette œuvre, au demeurant très exigeante. Nombreuses sont les erreurs et imprécisions, trop démonstrative est la gestuelle faite d’à-coups et de grimaces. Encore ce point importe peu, si le son est bon. Heureusement l’orchestre rattrape le tout, de même que la première violoniste solo. On est presque désolé pour l’interprète. La Symphonie n°15 de Chostakovitch réconcilie en deuxième partie. L’œuvre est pleine de clins d’œil, entre l’ouverture de Guillaume Tell ou le leitmotiv du destin dans le Ring de Wagner. Si Gergiev est réputé fougueux et impétueux, il ne perd absolument rien en précision. Le dernier mouvement convoque tout un cortège de percussions que le chef mène avec une précision d’orfèvre. Les cordes sont lyriques et très techniques, les cuivres majestueux. Il valait la peine de rester !

www.verbierfestival.com www.bayreuther-festspiele.de www.menuhinfestivalgstaad.ch

Le Crépuscule des Dieux, troisième acte, Bayreuth Festival ©Enrico Nawrath

Go Out! Magazine

45


ON SORT

DESIGN

MOBILIER NATIONAL

Mayer&Soutter

Pour cette 8ème année consécutive, les Design Days nous offrent une vue panoramique sur les nouvelles tendances design à adopter! Entre expositions, conférences et prototypes limités ou en série, ce sont quatre jours intenses aussi pimentés que pigmentés qui nous attendent du 29 septembre au 2 octobre prochain dans les anciens ateliers industriels Mayer & Soutter à Renens! Highlights. Par LÉA PRESGURVIC

Septembre 2016

46


ON SORT

DESIGN

Ayant pour première vocation de promouvoir les jeunes designers prometteurs, l’association Design Days, en collaboration avec le magazine Espaces contemporains, déploie un programme du feu de dieu pour sa huitième édition. Poursuivant son va-et-vient entre Genève et Renens, la manifestation romande de design investit à nouveau les anciens ateliers industriels Mayer & Soutter. Pour l’occasion, l’ECAL (Ecole cantonale d’art de Lausanne) est à nouveau partenaire de cette institution qui s’exposera à la fois intra et extra-muros. On y découvrira plus d’une centaine de projets à la fois multiformes, avant-gardistes et pratiques. Cette plateforme de rencontres et d’échanges autour de la création synchronique prévoit notamment la présence d’une sélection de lauréats du Prix Design Suisse, ainsi qu’un panel de jeunes designers et d’une section spécialement dédiée au design helvétique baptisé Swiss Corner. On y trouvera ainsi cette année un special guest: le Swiss Fashion Point (SFP). Cette association à but non lucratif promeut le design de mode, de bijoux et d’accessoires dans l’ensemble de la Suisse romande. Pour l’occasion, une kyrielle de designers fera le déplacement avec notamment la marque de prêt-à-porter masculin «Michel», label de vêtements et d’accessoires mélangeant l’esprit londonien et les racines suisses de la designer Michèle Schneuwly. Côté féminin, on attend impatiemment la designer «Mademoiselle L», une de nos chouchous ex-HEAD dont la ligne se veut à la fois urbaine, minimaliste et sophistiquée. On suit également de près Pascale Cornu dont la marque s’est toujours inspirée de courants artistiques majeurs.

Go Out! Magazine

©ECAL Mugi Yamamoto

Du 28 septembre au 2 octobre 2016 Anciens ateliers industriels Mayer & Soutter Rue de Lausanne 64 1020 Renens www.designdays.ch www.swissfashionpoint.ch

47


sal d es f êt d e t hôn gen è

l e e v

e s x e

SKYE & ROSS Mercredi 19 octobre 2016

GiedRé

Jeudi 17 noveMbre 2016

SELAH SUE Jeudi 24 noveMbre 2016

JAIN

Jeudi 1 déceMbre 2016 er

TRYO

vendredi 8 déceMbre 2016

DUB INC

vendredi 16 déceMbre 2016 Salle des Fêtes de Thônex Avenue Tronchet 18 1226 Thônex / Genève

TouS leS concerTS à l’AFFiche Sur

www.thonexlive.ch


ON SORT

LÀ-BAS

OBJECTIF IMMERSIF Pour sa 5 ème édition en plein air, le Festival Images s’est doté des travaux de plus de 70 artistes internationaux dont les contributions photographiques à la fois colorées, tangibles et même olfactives pour certaines, ont été faites sur mesure aux dimensions de la ville de Vevey. Des exposition impressionnantes affichées sur les façades, le lac ou dans les parcs, dans des lieux insolites en extérieur comme en intérieur seront visibles du 10 septembre au 2 octobre prochain. La promesse d’une expérience visuelle à grande échelle pour toutes les personnes non avares d’immersion à la fois graphique et intemporelle. Par LÉA PRESGURVIC

travers le hublot d’une piscine ou d’un aquarium. Toujours dans la thématique aquatique, le japonais Asako Narahashi proposera ses clichés pris entre terre et mer sur des structures flottantes basées sur le lac. Cette série nommée «Half awake and half asleep in the water» en troublera plus d’un. Attention aux personnes sujettes au mal de mer! Intra-muros au sein de la salle Del Castillo, un rendez-vous pas comme les autres attend les plus curieux. En effet, il sera possible d’admirer la ligne de vie reconstituée par Hans-Peter Feldman représentant les 101 années de vie que le photographe a eu la chance de côtoyer. Les visiteurs pourront également interagir directement avec le travail du photographe anglais Martin Parr en prenant une photo dans un photomaton. Celui-ci aura comme arrière-plan les œuvres de l’artiste et chacun pourra repartir avec son cliché personnalisé! Finalement, l’une des originalités de cette édition se trouve dans le travail de Laurence Aegerter, sélectionnée pour le Grand Prix Images Vevey et lauréate de la bourse Nestlé. Son œuvre explore les effets bénéfiques et thérapeutiques que peuvent avoir les images sur les personnes atteintes de démence sénile. Les visuels sont imprimés en utilisant un procédé sérigraphique rendant les photos odorantes au toucher! Il faudra donc se trouver LA perspective, se choisir un point de vue pour juger d’une œuvre qu’elle soit floue ou obscure, axée sur une sensation ou un sentiment. A vous de humer, saisir et tester l’expérience sensationnelle de cette plus importante biennale d’arts visuels de Suisse.

Splash de Laurie Simmons

Vous avez dit immersion? En effet, c’est le thème du Festival Images qui se tiendra d’ici quelques jours à Vevey. Un festival qui nous en met plein la vue tant la richesse et la splendeur de ces œuvres en viennent à nous faire oublier le quotidien de ces rues que l’on traverse avec nonchalance. Avec comme icône phare le lac Léman qui représente le fil rouge des expositions, faisant appel à notre imaginaire et aux profondeurs intrinsèques qui habitent notre subjectivité. Les artistes y présentent des œuvres tirées de leurs collections, à l’image de la complexité d’un médium qui se décline sur des supports variés, en écho à la multiplicité des rôles assumés par la photographie depuis son invention en 1839. Extra-muros, on retrouvera place de la Gare l’Américaine Laurie Simmons dont le travail n’a cessé d’interroger les représentations de la femme véhiculées par les mass médias. Pour sa série intitulée «Water Ballet», l’artiste a photographié des créatures s’adonnant sensuellement à la natation synchronisée. Celles-ci seront imprimées sur du papier grand format inséré dans des vitrines rétro-éclairées, simulant la vision à Go Out ! Magazine

Du 10 septembre au 2 octobre 2016 Ville de Vevey www.images.ch

49


ON DANSE

LIVE

CLAQUE THERMIQUE

Les découvertes défilent, le postulat reste le même : Genève bourgeonne même en automne. La dernière en date n’est autre Cold Bath, un quatuor dont l’audace des virées mélodiques flirte outrageusement avec divers genres pour mieux les disloquer. Un véritable choc thermique dont l’initiateur est l’inépuisable voix des Cats Never Sleep, Alex Merlin. Mué par son désir de laisser libre court à ses compositions et ses fugues sur guitare, il enrôle à tour de bras un guitariste, Henry Sims, un batteur, Baptiste Paracchini et le bassiste Antoine Gilliéron. Un combo qui donnera lieu à un album : Nomad. Entretien avec Alex. Par MABROUK HOSNI IBN ALEYA

Septembre 2016

50


ON DANSE

LIVE

En d’autres termes, vous avez le vent en poupe ? On n’est pas des plus à plaindre. On lance ce mois-ci notre album format vinyle et CD, enregistré chez Kitchen Studio [studio par lequel des groupes tels que Duck Duck Grey Duck sont passés] et remasterisé par Caduceus.

Comment s’est formé le groupe ? Il y a trois ans, quand une partie des Cats Never Sleep a monté Magic and Nacked et le Roi Angus, le rythme s’est considérablement ralenti. Ça m’a permis de me recentrer dans ce que je voulais vraiment faire : me lancer dans la guitare et me mettre à composer. Très vite, une ligne a commencé à jaillir, ne demandant qu’à être affinée. J’ai ainsi proposé à Baptiste, premier diplômé de batterie du Conservatoire de Genève, qui officiait alors dans un groupe de Ska, les Naranja, de se joindre à moi. Ont suivi Antoine, qui baigne dans la culture blues et le guitariste Henri, qui est clairement imprégné de musique électronique. Old Bones est né, il deviendra ensuite Cold Bath.

Quel label vous a produit ? Suite à la réaction mitigée de certains labels qui n’arrivaient pas vraiment à classer notre album, j’ai décidé de créer le mien : Sum Squad. Lors de l’enregistrement, la cohérence dans l’enchainement des morceaux était le cadet de nos soucis ; on ne voulait pas s’enfermer dans une étiquette. Au contraire, on voulait fuser dans tous les sens, à notre manière, de sorte à tracer notre propre sentier. Le résultat s’est révélé comme un amas de composantes grunge, précédé d’un morceau mélodieux, suivi d’un autre plus pop et d’un autre plus funky. Bref on s’est fait plaisir. Pour conclure, si vous faire l’ouverture d’un concert, vous choisiriez ? A l’unanimité Rage against the machine. Ça ne collerait pas du tout, mais ils font partie intégrante du rituel qui précède chacun de nos concerts.

Chacun de vous est issu d’un univers différent. Comment avez-vous réussi à déboucher sur un tout cohérent ? On a le même dénominateur commun : une relation purement instinctive et sensuelle avec la musique, c’est ce qui a cimenté le groupe. Durant nos sessions jam, la technique et l’ego de chacun s’effacent pour laisser place à notre musique. Baptiste dispose d’une maîtrise de la batterie telle qu’il la communique à travers l’émotion. Antoine, c’est la recherche de groove qui guide ses interventions ; une attitude qu’il maintient et avec laquelle il joue. Bref, cette relation spontanée à la musique nous a clairement poussé à envoyer valser les différents sous-genres du rock pour littéralement fuser, tout en gardant une empreinte musicale propre.

Et si vous deviez introduire en musique le discours d’une figure historique ? A l’unanimité : celui de Malcom X

Comment étaient les débuts ? Difficiles. On a dû batailler ferme pour gagner en visibilité et se faire un nom. On a enchaîné les petits concerts, comme la Rue est à Vous. L’accueil était approximatif. Au fond ça nous importait peu, vu qu’on ne cherchait qu’à s’éclater. Néanmoins, se donner à fond permet d’évoluer. Par conséquent, j’ai passé beaucoup de temps à dénicher des dates où on s’est retrouvés à débourser de notre propre bourse. En fin de compte, tout cela a fini par payer. Le soutien du public genevois aidant, on s’est retrouvés à se produire à l ‘Usine, au Bouffon de la Taverne et aussi à l’étranger. Aujourd’hui, la roue a tourné : on ne perd moins de temps à chercher des dates. On est même parfois en position de refuser. Go Out! Magazine

Cold Bath Sortie de l'album dès le 2 septembre www.facebook.com/coldbathofficial www.soundcloud.com/cold-bath

51


GENEVA

ZURICH

LUGANO

LONDON

LUXEMBOURG

MALTA

SINGAPORE

UNITED STATES

WEALTH MANAGEMENT CORPORATE & FAMILY GOVERNANCE CORPORATE ADVISORY & STRUCTURING

WWW.REYL.COM

ASSET SERVICES ASSET MANAGEMENT

DUBAI


ON PROFITE

ON LIKE

JUST FOR YOU

1

Dans le cadre du vernissage de sa nouvelle collection Made for You, Globus met au goût du jour le savoir-faire artisanal et son amour du détail grâce à des ateliers donnés par les couturiers eux-mêmes. Il sera possible de se laisser tenter par une customisation des jeans Diesel ou par la personnalisation de pochette Gierre Milano composée de manière individuelle et cousue sur place, pour s’adapter aux envies de chaque client. Sera également présente une palette gourmande de petits zakouskis en tout genre, mettant en valeur des produits bio, chics et abordables. EN METTRE PLEIN LA VIU Comment, vous n’êtes pas au courant ? Le lunettier helvétique VIU a pris ses quartiers dans la Cité, avec une boutique en pleine Vieille-Ville. Dans cette élégante arcade qui donne sur une rue Etienne-Dumont nouvellement pavée, c’est le modèle The Writer qu'on viendra essayer. Pour les plus casaniers, on peut essayer le Try At Home : on vous envoie 4 paires de lunettes par la poste et il ne vous reste plus qu’à décider celles que vous préférez ! Made for you Grands Magasins Globus Rue du Rhône 48, 1204 Genève Rue du Pont 5, 1003 Lausanne www.globus.ch

VIU Flagshipstore Genève Rue Etienne-Dumont 12-14 1204 Genève Suisse 044 508 79 09 ch.shopviu.com

JEU DE JAMBES Pour la rentrée, les collants reprennent du poil de la bête. Fogal s’installe enfin à Genève et Lausanne! Avec ses collections de bas qui cachent les petits défauts, galbent les jambes et tiennent au chaud, l’enseigne helvète sublime nos gambettes. Elle nous propose des articles dits basics et l'intégralité de la gamme automne-hiver ainsi que la collection de LAHCO, le créateur suisse de mode balnéaire. Les deux marques partagent leur influence rétro qui souligne comme un gant la féminité. Prenez vos jambes en main! FOGAL Genève Rue du Purgatoire 1, 1204 Genève Tél. 022 810 86 02 FOGAL Lausanne Rue Caroline 1 1003 Lausanne Tél. 021 311 01 36 www.fogal.com

Go Out! Magazine

53


La culture dès 39.– CHF

Vers 40 destinations au départ de Genève.

swiss.com/geneve

Made of Switzerland.

Prix valable pour un billet aller simple Economy Light, vol direct au départ de Genève, y compris toutes taxes, redevances et frais en cas de réservation sur swiss.com. Supplément éventuel selon le mode de paiement. Le prix comprend un bagage à main (jusqu’à 8 kg/max. 55 x 40 x 23 cm). Aucun bagage en soute autorisé (pas de bagage gratuit). Aucune modication ni annulation. Nombre de places limité. Sous réserve de modications.


ON PROFITE

ON LIKE

PINGOUIN BRONZÉ

2

Julien Marinetti est un peintre, sculpteur, graveur, un créatif jusqu’au bout des doigts. Plasticien par essence, il explore les multiples facettes de l’art. Son matériau de prédilection est le bronze, qu’il utilise pour produire les sculptures de ses animaux. Ceux-ci prennent vie dans un foisonnement de couleurs instinctives et pourtant maitrisées. Connu pour avoir créé Doggy John, une sculpture d’un bouledogue français, il a depuis donné le jour à Bob le pingouin, teddy, skull, duck ou encore le panda Ba. Exposé dans le monde entier, c’est aujourd’hui à Genève qu’il nous fait l’honneur de présenter ses œuvres à l’Hôtel Richemond. Le Richemond Rue Adhémar-Fabri 8-10, 1201 Genève +41 22 715 70 00 www.dorchestercollection.com > richemond

UN MESSAGE DANS UNE BOUTEILLE Non ce n’est pas une bouteille à la mer, mais une bouteille avec un message fort : protégez l’environnement. Comment ? Grâce à une bouteille écolo, qui entre parfaitement dans votre sac, mallette, sacoche, écritoire, etc. Format Letter, A4 ou A5, avec la Memobottle, chacun saura trouver bouteille à son gosier. L’idée, un contenant rectangulaire pour réduire la consommation de plastique et encourager à boire l’eau du robinet, moins chère et bien plus écolo. On salue l’imagination du créatif duo Jesse Leeworthy et Jonathan Byrt ! En vente chez Karl&Co Kramgasse 12 Berne Sinon : www.memobottle.com

SÉSAME, OUVRE-TOI ! L’abonnement aux transports publics genevois (TPG) permet de voyager dans le Canton et les saisons, culturelles notamment. Grâce au précieux sésame annuel unireso, chacun peut bénéficier d’un rabais de 15 CHF dans les cinés Pathé ! Des rabais s’appliquent aussi au Grand Théâtre, au Théâtre de Carouge, au Loup, à L’Orchestre de chambre (L’OCG) et encore bien d’autres. Tarifs réduits et places à gagner sont dispo toute l’année. A vous d’essayer ! Offres réservées aux abonnés annuels www.tpg.ch > rubrique abonnés www.facebook.com/tpgeneva

Go Out! Magazine

55


26 lignes jusqu’au bout de la nuit… 26 lignes pour vous accompagner le vendredi et le samedi après minuit. tpg.ch


ON PROFITE

ON LIKE

GENEVA DEL SUR

3

La rue Henri-Blanvalet continue de grouiller et de nous surprendre. Pisco Sour, Ceviche, pas de doutes, c’est bien le Pérou qui prend ses quartiers. Dans un ancien garage réhabilité par une ambiance contemporaine dessinée par Chloé Said, Patrick Csajko et Robin Bucher (RBCP), le Chef Pablo Bernal de la Cierva donne corps à une cuisine qui parle au cœur. Tradition, plaisir, innovation et produits de la région seront légion dans cette garnison ! Restaurant Alma 6 rue Henri-Blanvalet, 1207 Genève +41 22 736 31 48

FROMAGE ET THÉ, LE MÉLANGE RÊVÉ Dans nos contrées, on accompagne le thé de douceurs sucrées, façon tea time britannique, mais on pense rarement à le déguster avec des plats salés. Cette alliance subtile est pourtant explorée par les passionnés du thé. Le fromage et le thé se complètent et s’enrichissent pour un résultat surprenant et délicieux. La chaleur du thé fait légèrement fondre le fromage, le rend plus moelleux. C’est cette association qui est proposée par Betjeman and Barton, en s’alliant à la fameuse fromagerie Bruand. L’occasion d’un enchantement pour les yeux, les narines et les papilles. Betjeman and Barton Afternoon Tea and Cheese le dimanche 25 septembre de 15h à 19h 35 rue Saint-Joseph, 1227 Carouge www.barton.ch, +41 22 301 20 30 GO GREEN !

BonJu débarque à Genève ! Ce nouveau concept de jus va vous transformer la vie en vert ! Riches en fibres végétales et essentiellement composés de légumes et fruits verts, ces smoothies sauront parfaire votre dose quotidienne de super-aliments et nutriments essentiels ! Un accueil chaleureux et des conseils astucieux, le site internet nous offre une multitude de recettes pour adopter un lifestyle digne des plus grands veggi. En collaboration avec I Feel Bio, Bon Ju propose chez Manor une Vitality Box composée d’un repas complet sans lactose et sans gluten ! C’est notre coup de cœur de la rentrée ! BonJu Vente en ligne ou à Manor avec la Vitality Box de I Feel Bio www.bonju.com Go Out! Magazine

57


PARTENAIRES PARTENAIRES PARTENAIRES PARTENAIRES

cc cc

PP PP

R

R

R

R

UNE UNE EXPOSITION EXPOSITION ORGANISÉE ORGANISÉE PAR PAR UNE EXPOSITION ORGANISÉE PARPAR UNE EXPOSITION ORGANISÉE

Harold Lloyd, 1953 © Philippe Halsman / Magnum Photos Harold Lloyd, 1953 © Philippe Halsman / Magnum Photos Harold Lloyd, 1953 © Philippe Halsman / Magnum Photos Harold Lloyd, 1953 © Philippe Halsman / Magnum Photos


ON PROFITE

ON PREND LE LARGE

LE LUXE PREND LE RELAIS Par MINA SIDI ALI

Depuis plus de soixante ans, l'association d'hôtels et de tables d'exception Relais & Châteaux poursuit sa quête d’excellence dans l’univers de l’hôtellerie et de la gastronomie. Avec plus de 540 chefs et hôteliers dans sa clique, elle claque tous les talents de ses initiés à coups de cuisines étoilées, constellées de dextérité sans failles et de gî tes qui dans nos têtes cogitent encore des mois après les avoir visités. Il faut s’apprêter, avant de se rendre dans une des adresses scellées Relais & Châteaux. Ses joyaux perlés par des propriétaires qui ont très souvent donné leur vie et créativité à leur propriété, offrent à leurs hôtes plus qu’une odyssée. Go Out! a testé 2 enseignes suisses de ce label qui excelle avec zèle: le Park Weggis près de Lucerne et l’Hostellerie du Pas de L’Ours à Crans-Montana. Quintessences.

Go Out! Magazine

59


ON PROFITE

ON PREND LE LARGE

Park-Hotel Weggis HALTE ALTIÈRE

Créée en 1954 par un faisceau de restaurateurs hôteliers situés sur la Nationale 7, la route des vacances et du soleil, l’association Relais & Châteaux ne cesse depuis d’étendre géographiquement son empire du savoir-vivre et du bon goût. 36 nouveaux membres ont été accueillis en 2015 et 7 déjà pour cette année ! Tous partagent une philosophie, des valeurs et des objectifs communs avec une devise : « Partout dans le monde, unique au monde ». Ensemble, ces personnalités singulières et passionnées ouvrent de nouveaux horizons à l’hôtellerie haut de gamme, en mettant l’accent sur des expériences clients singulières et personnelles. Devenu aujourd’hui une référence internationale dans les domaines de la restauration et de l’hôtellerie, le label compte désormais plus de 540 membres dans 64 pays sur les 5 continents ralliant propriétaires, maîtres de maison et chefs indépendants. En Suisse, ces gîtes pépites s’élèvent au nombre de 27. Ces derniers nous prouvent qu’il n’est pas nécessaire de traverser la planète pour s’évader et profiter d’un service estampillé Relais & Châteaux.

Septembre 2016

SPA Weggis

60


ON PROFITE

ON PREND LE LARGE

Recette FranckReynaud PARK WEGGIS

LA PISTE AUX ÉTOILES

Sis au pied des Alpes suisses, le Park Weggis séduira les hôtes les plus tatillons. Accueil altier, service complice, chefs zélés et nourritures ailées, on profite de cette jolie parenthèse qui déride doucement la frénésie de nos vies urbaines. Ici, la baie vitrée de la chambre coulisse sans effort. On se laisse rapidement emporter par la vue ininterrompue sur le lac des Quatre-Cantons aux allures de fjord. On ne perd pas non plus une miette de ce spectacle inlassable depuis la piscine couverte en plein air. Le must : au milieu du jardin japonais et de ses anciens bonsaïs, six cottages en bois exotique déploient des spas individuels où les adeptes du bienêtre viennent élever leur être. L’adresse est connue et reconnue, puisque le Gault Millau l’a placé en tête du palmarès en l’élisant « hôtel de l’année ». Côté tables, on voyagera au village pour The Grape sinon direction le sud de la France dans La Brasserie, où légumes grillés tiennent compagnie aux poissons les plus réussis ! Peter Kämpfer, à la tête de la délégation Suisse & Liechtenstein de Relais & Châteaux, dirige d’une main de velours dans un gant de soie ce petit bijou hôtelier aux allures de château de style Art nouveau.

Fidèle à sa réputation de grande sportive, CransMontana déroule 140 km de descentes. Mais un de ses atouts s’intègre discrètement dans le décor, comme un tableau de Robert Ryman dans n’importe quel chalet. Il s’agit de l’Hostellerie du Pas de l’Ours, chez Franck Reynaud, chef franco-suisse qu’on ne présente plus. Sa cuisine méditative, propice à vous plonger au fond d'une assiette en même temps qu'au plus profond de vous-même, chamboulera esprit et papilles. Sa table étoilée Michelin «L’Ours» aux influences provençales se dote essentiellement de produits de saison, délicate, et du terroir, au cœur d’un Valais aussi chaleureux que l’accueil du relais. Egalement gardien de la Cabane des Violettes avec le guide Pierre-Olivier Bagnoud, Franck Reynaud défend avec ferveur sa région d’adoption. Le chef à l’aura magnétique collabore étroitement avec les artisans de la région.

Park Weggis Hertensteinstrasse 34, 6353 Weggis www.parkweggis.ch Hostellerie du Pas de L’Ours 41 Pas de l'Ours, 3963 Crans-Montana www.pasdelours.ch Relais & Châteaux www.relaischateaux.com

Recette FranckReynaud

Go Out! Magazine

61


ON PROFITE

ON PREND LE LARGE

ÉCHAPÉE LINGUISTIQUE ! Par MABROUK HOSNI IBN ALEYA

et

MINA SIDI ALI

Septembre est là. Ce mois maudit où tous les damnés vous jurerons d’une seule voix que le parfait homonyme de routine, c’est Rentrée. Certains se voient d ’ores et déjà captifs d ’amphitéâ tres d ’où raisonnent ‘ ’les sanglots longs des violons’’ du corps enseignant, tandis que du côté des encravatés le constat n’est guère plus reluisant. La première réunion et sa valse de slides powerpoint pointe déjà le bout de son nez et une forme si famillière, celle d’un rat pendu pour être précis, se dessine dans leur esprit. Sombre perspective pour laquelle on ne peut que vous inciter à sortir de l’expectative : on prend la poudre d’escampette, direction Berlin ! Les plus malins comprendront qu’il est grand temps de parfaire son allemand. Et puisqu’on vous radote qu’il est vital maî triser plusieurs langues, autant s’engouffrer dans une ville sexy à la pointe des modes de vie. Pour cela Berlin se dévoile comme l’un des centres nerveux de l'art contemporain mondial où on apprécie la douceur de vivre dans un capharnaüm entre progrès et désuétude: des murs délabrés, des voitures vieilles et sales, une architecture massive et imposante. En bref, une mégalopole de béton, une métropolis sous amphét ’ comme la dessinerait Enki Bilal. Dans ce virage à 90 degrés, deux règles ne sont pas à négliger avant de se rendre sur platz: une bonne école idéalement située et quelques bonne adresses à ne pas rater. Suivez le guide ! Go Out! Magazine

63


ON PROFITE

ON PREND LE LARGE

ICH BIN EIN BOALINGUER Par MABROUK HOSNI IBN ALEYA

Deuxième langue la plus demandée en Suisse après l’anglais, la langue de Goethe demeure incontournable. La maî triser revenant à s’en imprégner, une plongée dans Berlin constitue la meilleure solution pour en user tout en jouissant du large panel d’activités qu’offre la ville. Toutefois, la pratique n’étant pas suffisante, une formation théorique demeure inévitable. Autrement dit, il est indispensable de recourir aux cours intensifs, une nécessité qui peut amener à des choix risqués, si l’on ne sait pas à quel saint se fier. Une agence de voyage linguistique reconnue s’impose par conséquent comme l’option la plus sûre. Nommée cinq fois meilleure agence d’Europe par le Study Travel Magazine Award et affichant 37 années d’expérience dans le domaine, Boa Lingua ne passe pas inaperçue. Son école partenaire, la GLS School se situe quant à elle au centre dans la très branchée Kastanienallee.

Côté formation, l’Ecole opère, en plus des traditionnels certificats, une distinction précise entre les besoins basiques des étudiants et ceux, plus pointus, des professionnels. Qu’ils soient médecins, juristes, journalistes voire même professeurs, ces derniers disposent de cours sur-mesure adapté à leurs secteurs d’activités. A ce titre WWF, Fendi, Sony et Médecins Sans Frontières figurent parmi leurs plus assidus élèves. Niveau prix, Boa Lingua s’aligne directement sur les tarifs de GLS School avec des formules comprenant logement sur place et demi-pension. Du High end ficelé au millimètre à l’issu duquel vous lancerez un victorieux « Ich bin ein Berliner » Intégrer la GLS revient à se catapulter au cœur même de la trépidante capitale allemande. Fondée en 1983, l’institution occupe un campus de 9000 m² qui regroupe un hôtel, trois restaurants et 40 salles de cours directement accessibles depuis rue la plus prisée de Prenzlauer : Kastanienallee. A quelques pas de Bernauerstrasse, théâtre de multiples tentatives de fuites par-dessus le Mur de Berlin, l’école compte comme une multitude de concept-store, de bars branchés, de squats et de salles de concerts tels que le Dock 11, le Prater et la Volksbühne. Septembre 2016

Boa Lingua 022 716 30 30 Rue du Mont-Blanc 9, 1201 Genève www.boalingua.com

64


ON PROFITE

ON PREND LE LARGE

TIPS Trois nouveaux spots qu’on n’avait pas encore testés! Où faire pétiller ses papilles gustatives Cuisine panasiatique Tim Raue se rêvait architecte, mais manque de moyens financiers oblige, il opte pour la cuisine, estimant que c’était la voie la plus créative disponible pour lui à l'époque. Un mal pour un bien, si on a la chance de s’attabler dans son petit bijou de restaurant éponyme et au style peaufiné au millimètre près. Fasciné par la cuisine asiatique, (un mix entre produits japonais, arômes thaïlandais et philosophie de la cuisine chinoise), Tim Raue marie à merveille cette dernière de manière surprenante à la gastronomie locale. Sucré-salé, doux ou relevé, tendre ou croquant... Ses spécialités marient les consistances et les arômes les plus divers, avec une harmonie sans cesse renouvelée. On a craqué pour les crevettes rouges à l’alcool de rose et au shiso, l’interprétation du canard de Pékin et le diamond label beef avec des betteraves rouges et au poivre de Madagascar.

©Götz Schleser Restaurant Richard Köpenicker Str. 174, 10997 Berlin www.restaurant-richard.de

Où tomber dans les bras de Morphée Sexy Bikini Au 25hours Hotel Bikini Berlin, on se laisse promener dans une déco improbable style grands espaces sauvages avec pour thème la jungle. On s’y détend dans son propre hamac pour profiter d’une vue plongeante sur la verdure du zoo de Berlin. On espionne des singes gambader depuis le restaurant de l’hôtel, le Monkey bar, et même depuis le sauna. Puis on enfourche un vélo (gratuit pour les clients) pour explorer la ville, et à son retour on n’oublie pas de se laisser vautrer dans le salon «Wohnzimmer» pour écouter la musique du DJ entouré de bois, hamacs, murs d’enceinte recyclés et teintes pastels. Dressing code de rigueur: néo-hipster! 25hours Hotel Bikini Berlin Budapester Str. 40, 10787 Berlin www.25hours-hotels.com/de/bikini  

Tim Raue Rudi-Dutschke-Straße 26, 10969 Berlin tim-raue.com

Chef suisse à Berlin Géré par un artiste peintre et Chef suisse, Hans Richard (le seul Chef étoilé suisse de Berlin!), son restaurant éponyme sert une cuisine délicate dans un bâtiment historique datant de 1900, magnifiquement restauré et qui donne sur la rue Köpenicker dans le quartier grunge-arty de Kreuzberg. On y découvre en plus du bel intérieur au somptueux plafond, orné de lustres design et d'œuvres d'art, deux excellents menus de huit courses (végétarien et non végétarien mensuel) très raffinés et pour un prix über raisonnable. De jour, lorsque le soleil brille à travers les vitraux des fenêtres d'origine, l’intérieur s’illumine d’un jeu de lumière inouï. Go Out! Magazine

25HoursBerlin

65


ON PROFITE

ON Y DORT

PARADIS SUR PILOTIS par

MINA SIDI ALI

Premier gî te amovible au monde, le Palafitte s’est imposé durant l'exposition nationale Expo.02 comme l’un des premiers hôtels concept du genre. Imaginé comme un puzzle en forme de yacht amarré, il s’orne d’une nuée de pavillons (quarante au total), pour la plupart directement déposés à même les eaux du lac de Neuchâtel. Destiné à une durée de vie déterminée, le Palafitte reste un des rares vestiges d’Expo.02. Son prestige nous en a donné le vertige. Après avoir rafraîchi ses bungalows, l’hôtel cinq étoiles propose depuis cet été une exposition photo du Genevois Didier Jordan. C’est à une heure de Genève qu’on a découvert et expérimenté ce lieu aussi improbable qu’un songe. Visite en roulant des yeux de merlan frit.

Lake pavilion - early morning

Septembre 2016

66


ON PROFITE

ON Y DORT

En 2002, lorsqu'il fut temps de réfléchir à l'exposition nationale (une fois tous les 25 ans) ayant pris ses quartiers autour de Bienne, Neuchâtel, Yverdon-lesBains et Morat, on contacta la famille Sandoz (groupe pharmaceutique suisse) pour savoir si elle souhaitait y participer. Cette dernière accepta à condition que sa contribution prenne la forme d'un hôtel tourné vers le futur. Ainsi naquit le Palafitte.

Aujourd’hui, 14 ans après, la majorité des installations d’Expo.02 a disparu. Du nuage d'Yverdon au monolithe de Morat, en passant par les tours de Bienne, il ne reste quasiment aucune trace de la manifestation, excepté l’hôtel cinq étoiles du Palafitte. Un endroit parfait pour des workaholics en sursis. Après une heure dix de train, le panorama dépayse. A l’intérieur du bungalow, le calme est olympien. Un havre de paix rendu possible par l’autonomie de chaque habitation. Les pavillons possèdent leur propre terrasse avec vue sur le lac et les Alpes, dont vingt-quatre bénéficient d’un accès direct aux eaux du lac. Si l'on ajoute à tout cela un excellent restaurant tout en baies vitrées, «La Table de Palafitte», véritable ode aux produits du marché, on se retrouve à côtoyer une idée de ce à quoi ressemble le bonheur. Ou tout du moins à un week-end idyllique.

Dans un premier temps, tout le corps de l'hôtel avait été conçu pour être transportable de ville en ville, puisque la charte de l'Expo.02 stipulait bien que tout édifice construit pour l'occasion, quelle que soit son envergure, devrait être détruit une fois la manifestation finie. Ainsi, l’architecte lausannois en charge du projet, Kurt Hoffmann, décida de construire chacun des quarante bungalows sur pilotis dans un écrin déplaçable par zeppelin. Le choix d’une construction sur pilotis a toujours été lié à l’histoire du site. En effet, des spécialistes ont retrouvé à proximité de la région les fragments les plus anciens de Suisse de construction sur pilotis. Ainsi, en bâtissant cet hôtel d’exception, les architectes ont dès lors assuré une continuité à l’histoire d’un lieu.

Go Out! Magazine

Hôtel Palafitte Route des Gouttes-d'Or 2, 2008 Neuchâtel 032 723 02 02 www.palafitte.ch

67


ON PROFITE

BIEN -ÊTRE

(RE)VIVRE D'AIR PUR ET D'’EAU FRAÎÎÎCHE Par MABROUK HOSNI IBN ALEYA

Dans une société où chaque workaholic tente tant bien que mal de faire son trou, chacun de nous s’apparente à la fois à un Stakhanov de la besogne, à un Raspoutine de la descente et accessoirement à un Gainsbourg de la clope. Bref, le corps malmené, on rêve de réussite et de vie pimentée jusqu’à friser du nez un grand mur, celui sur lequel on peut lire BURN OUT en lettres capitales. A grand mal, grand remède: au point où il est urgent de décrocher à pied levé, non pas en faisant mine de déambuler dans le rayon compléments alimentaires entre deux pseudo séances fitness, mais bien en entamant un virage à 180 degrés. Lequel? Celui qui résulte d’un séjour d’introspection, de calme, et de jeûne. Vous avez bien lu, un authentique jeûne où tout aliment se trouve prohibé pour une période (tenez-vous bien) de six jours. Non, il ne s’agit pas de sadomasochisme sans fouet ni latex, mais bien d’une pratique thérapeutique millénaire qu’Interlude Bien-Être est la première à réhabiliter en Suisse. Dévouée à son lectorat plus qu’à son propre estomac, l’équipe Go Out! s’est mouillée pour la tester. Récit.

Septembre 2016

68


ON PROFITE

BIEN -ÊTRE

PRÉLUDE

Pratique ancestrale, le jeûne fait l’objet, il y a cinquante ans, d’une redécouverte fortuite par un jeune psychiatre moscovite. Efficace contre les cas de dépressions, phobies, syndromes obsessionnels et schizophrénie, il se révèle être aussi un redoutable remède contre le diabète, l’hypertension, l’obésité, les cancers et à l’explosion de la consommation de médicaments engendrée par ces derniers. Les centres qui lui sont dédiés explosent au point d’ouvrir jusqu’en Allemagne et la thérapie se retrouve prise en charge par la sécurité sociale. Depuis, l’engouement de la médecine pour le jeûne thérapeutique n’a cessé de croître, à tel point que la pratique s’étend désormais jusqu’aux Etats-Unis, en passant par la Suisse où Louis Clerc, alors consultant marketing chez Procter & Gamble, a eu l’idée d’aller la tester. Ne pensant tenir un jour, il jeûnera jusqu’au bout avec une seule idée en tête: réitérer l’expérience. Les centres de cure affichant des listes d’attentes d’un bras, il en ouvrira un pour en être le premier patient. Interlude Bien être est né.

Le troisième jour est celui de toutes les surprises: la faim s’estompe naturellement. Le ventre vide et le moral en poupe on se sent même d’aplomb pour une randonné juste après la quotidienne séance d’éveil du corps, une série d’exercices visant à stimuler ses organes vitaux et à réguler son humeur. Sensation d’apaisement, de sérénité et de légèreté, les effets du jeûne se font déjà ressentir. L’explication réside selon Louis dans deux points: 30% de notre énergie est habituellement consommée par le processus de digestion, mettre l’estomac au repos permet donc de recharger ses batteries. Ainsi à l’image d’une maison dans laquelle on aurait laissé les sac poubelles s’entasser, nous priver de calories permet à notre organisme d’entamer un ménage printanier en s’attaquant à nos réserves à base de lipides, et par conséquent aux toxines emmagasinées par notre corps.

ON A TESTÉ

Ereintés après une longue année passée à enchaîner les excès et les courses-poursuites avec les deadlines et notre chat, l’idée d’aller se revigorer en montagne nous a de suite emballé. Epicuriens, le trajet nous donne la curieuse impression d’incarner un jeune G.I. deux minutes avant l’assaut d’une position Vietcong dans Apocalypse Now. Arrivés à bon port et contre toute attente, un sentiment de soulagement prend la relève une fois parvenus au chalet perché à 1800 mètres, surplombant le Valais. Grisés par le calme et la pureté de l’air, on fait connaissance autour d’un bouillon de légume avec le groupe, Louis et Valérie, la naturopathe qui se chargera de nous accompagner tout au long de la cure. Dans une société où le désir est constamment suscité, cette question revêt une dimension telle qu’on se retrouve avec l’impression de traiter une addiction. A la fin de la seconde journée, après s’être penché sur son paquet de cigarettes, on réalise que leur nombre a nettement diminué. Go Out! Magazine

Six jours passés et le résultat final est sans appel, tant au niveau psychologique que physique. On retrouve à la fois confiance en soi, le sens des priorités, et surtout les saveurs naturelles des aliments dégustés. Le teint est resplendissant, le taux de cholestérol et de diabète bécotent avec les pâquerettes et la balance affiche une perte de poids de (tadaaa) cinq kilogrammes! Interlude Bien être www.interludebienetre.ch

69


ON PROFITE

MODE

COQS EN STOCK pa r

MABROUK HOSNI IBN ALEYA

On le pensait à bout de souffle, le Coq Sportif. Juste bon à couvrir les vieux restes d’un prof de gym à la retraite où à illustrer les errances anachroniques d’un ar ty–fashion en panne de concepts. Autrefois figure iconique du sport, le logo alignait les plus édifiants exploits sportifs des années 60 à 80 en compagnie d’Eddy Merckx, Platini, Rossi, Arthur Ashe, Yannick Noah mais aussi ‘’la main de Dieu’’ de Maradona. Toutefois, depuis son rachat par Adidas en 1974, la griffe n’a cessé de battre de l’aile pour lentement péricliter et au final s’effacer. Victime d’une concurrence acérée et d’investisseurs (très peu) inspirés, elle s’est décidée à se réinventer en misant sur son authenticité et signe aujourd’hui son comeback. Un temps délocalisée, la marque renoue contre vents et marées avec ses racines. Elle rétablit ses quartiers dans son usine historique de Romilly et s’agrippe de ses deux pattes au savoir-faire local. Le coq bombe le torse et arbore fièrement la palette tricolore sur son plumage, sa nouvelle marque de fabrique. Récit d’un volatile alignant autant de vies qu’un félin et dont les poussins meublent d’ores et déjà les magasins de sneakers suisses. Septembre 2016

70


ON PROFITE

MODE

LES COULISSES D’UNE RENAISSANCE

C’est en octobre 2005 que le principal actionnaire du Coq Sportif, le Veveysan Marc-Henri Beausire, décide de relancer la marque en amorçant un revirement de 180 degrés. Exit les tissus et main-d’œuvre bon marché du continent asiatique, la marque renoue avec son savoir-faire ancestral. Elle relocalise dans l’usine qui l’a vue naitre, à Romilly-sur-Seine, et, à contre-courant de la mondialisation, redynamise l’industrie textile du bassin troyen où elle recourt au tricotage de ses créations. Qu’importe si le produit est plus cher, la qualité est au rendez-vous et le succès s’ensuit. Telle un coq en pâte, la griffe établit sa basse-cour générale dans un immeuble Haussmanien à Paris, ouvre un magasin rue Montmartre et renoue avec le sponsoring. Elle plante sa patte dans les maillots du Tour de France en 2012, déploie ses ailes dans le tennis avec le Français Richard Gasquet et assène un coup de bec salutaire dans le football avec l’AS Saint-Etienne et la Fiorentina en 2015. HEARTBEAT GO OUT : LES ARTHUR ASHES

Du nom du légendaire tennisman américain qui les portait lorsqu’il fut considéré meilleur joueur en 1975, la paire de sneakers demeure un des symboles de la renaissance de la marque. Réédité par le Coq sportif depuis 2011, l’engouement est tel qu’une collaboration exclusive avec l’enseigne Colette est amorcée en 2015, où voit le jour une édition limitée et numérotée de 55 paires 100% Made In France directement confectionnées dans la capitale de la chaussure de luxe : Roman-Sur-Isère.

CHRONOLOGIE D’UNE EPOPÉE

1882 : Fondation de la Bonneterie sportive fondée par Emile Camuset à Romilly-sur-Seine (bassin Troyen) 1929 : Invention par Roland Camuset du survêtement de sport 1951 : La marque française devient le premier équipementier officiel du Tour de France, conçoit le Maillot Jaune des leaders mais aussi ceux des douze autres équipes inscrites sur la Grande Boucle jusqu’en 1988. Entre 1968 et 1981 : Jean-Pierre Rives et le XV de France ont gagné trois Grands Chelem au tournoi des V Nations entre 1968 et 1981 1976 : L’équipe de football de Saint-Etienne atteint la finale de la Coupe des Clubs Champions 1982 : Victoire de l’équipe d’Italie lors de la Coupe du monde de football 1983 : Victoire de Yannick Noah à Roland-Garros

Arthur Ashe Full White

1986 : Victoire de l’équipe d’Argentine lors de la Coupe du monde de football au Mexique Depuis : De nombreux clubs de foot ont porté du coq et notamment : Paris, Monaco, Saint-Etienne, Bordeaux, l’Ajax D’Amsterdam ou Manchester City Go Out! Magazine

Le Coq Sportif www.lecoqsportif.com Collection disponible en Suisse Romande

71


ON PROFITE

COSMÉTIQUE

Cercle vertueux Soyez fe rm e

Sculptissime Concentré de sérum anticellulite, flacon spray 125ml, SLIM MINUTE

On es tv e

! Le sculptissime concentré de sérum anticellulite de chez Skin Minute détient un pouvoir raffermissant. 100% suisse, il contient de l’extrait d’algue rouge aux propriétés lissantes associé à de la Caféine pour combattre l’aspect de la cellulite. On vaporise cet anti-creux disgracieux sur les capitons des zones ciblées. Puis, on masse en mouvements circulaires du bas vers le haut jusqu’à absorption complète du produit une jolie amélioration de l'aspect de la peau! Et comme on reste lucide, on se rappelle que si on ne se met pas dare-dare au sport, une fois le concentré terminé, ces super effets risquent de s'envoler aussi vite qu'ils sont venus!

i! rn

Inspiré par l'univers confidentiel de la mode, associant technologie et innovation, la nouvelle gamme de vernis à ongles gel couture par Essie entrouvre la porte d'un monde influencé par les artisans et les artistes, de l'atelier à l'after-party. Des couleurs haute-couture et un design digne des plus grandes architectures, ce vernis vert menthe satiné a vu le jour avec ses 27 frères et sœurs dans la collection inédite et irrésistible de la rentrée!

Fa ir e

Vernis Zip me up, Essie

pe

au

neuve Le shampooing purifiant BIO-BEAUTÉ est LE soin SOS des cheveux gras ou à pellicules. Ce soin au copaiba et à l’aloe vera sans silicone nettoie en douceur, apaise le cuir chevelu et réduit les pellicules. Sa texture gracieuse et son parfum tonique aux huiles essentielles en constitue une vraie vague de fraîcheur. Avec plus de 99,2% du total des ingrédients d’origine naturelle, on prend ses cheveux à deux mains et on les soigne avec audace!

C’est une évidence, la peau doit être parfaitement nettoyée pour pouvoir jouir des soins qu’elle reçoit. Ainsi, pour parfaire sa routine beauté, Caudalie présente sa crème gommante pour le visage adaptées à tous les besoins. Formulés avec 97% d’ingrédients d’origine naturelle, cette crème nettoie la peau et aide à se débarrasser des cellules mortes qui ternissent le teint. Sa texture purifiante, aux notes de pamplemousse et de menthe, procure une sensation de fraîcheur pour un vrai moment de bonheur.

r ue

d'hair!

Shampooing Purifiant BIO-BEAUTÉ, NUXE

Crème exfoliante désincrustante Caudalie, 75ml, 24,60CHF.

Ne pas ma nq

Septembre 2016

72


ON PROFITE

COSMÉTIQUE

C’e

st le bou qu ! et

l ue

Ri t

deto

x

Du coloriste Christophe Robin on connaît surtout ses couleurs (demandez et vous l'avez), ses clients (Catherine Deneuve, Emmanuelle Béart, Adjani et le tout Paris) mais pas son dernier soin scrub lavant purifiant au sel marin! Christophe a ce don de changer nos habitudes. Il introduit dans nos trousses ce soin hebdomadaire: ici on exfolier et assainit son cuir chevelu 1 fois par semaine! Un rituel detox pour des cheveux sains, légers et brillants des racines aux pointes!

Symbole d’une féminité sophistiquée, Supra Floral by Thierry Mugler se caractérise par une collision olfactive mystérieuse entre une fleur rare en parfumerie, la jacinthe et les volutes envoûtantes d’un ingrédient ancestral, l’encens. Cette fleur fluide et profonde aux pétales vertes et croquantes est bousculée par le tempérament de feu de l’encens pour une sensualité absolue. Cette effluve signe un parfum de séduction pour les femmes, et de tentation pour les hommes. Le plus: le flacon, d’inspiration Art-Déco, il met en scène une élégance architecturée. A capturer!

e st

et

la manière Un vaporisateur spécial visage qui hydrate et revitalise le teint. Composé d’extrait de Marjolaine, celui-ci combat les signes de déshydratation et assure un teint éclatant. Parfait pour fixer le maquillage en vue de faire des ravages!

Le

ze

Supra floral, collection Les Exceptions Mugler En exclusivité chez Manor Genève

Scrub lavant purifiant au sel marin, Christophe Robin

Shiseido Ibuki Quick Fix Mist, 50 ml, 34,90 CHF

T hé

Nars chasse les couleurs monotones cette rentrée avec un Dual-Intensity Eyeshadow offrant une texture changeante fluide. 17 teintes prêtes à être portées rebelles, romantiques et sophistiquées pour créer une myriade de regards dramatiques. Essayez les deux techniques: application à sec pour un résultat transparent ou l’application humide pour une brillance intense!

be ll e

Go Out! Magazine

73

de starlet

tte le

Dual-Intensity Eyeshadow – Tarvos, NARS

Pa

Tea tree Lemon sage shampoing, Paul Mitchell

te

! On ne compte plus les vertus de l’arbre à thé qu’on utilise pour se débarrasser des impuretés et assainir le cuir chevelu afin de freiner la chute des cheveux causée par de multiples facteurs tels que l’âge, les gènes, le déséquilibre hormonal ou le stress. Sa prévention débute par un soin accru du cuir chevelu, véritable «terreau» à partir duquel pousseront des cheveux forts. C’est ce que la gamme de soins naturels Tea tree de Paul Mitchell nous propose avec un shampooing densifiant. A combiner avec son masque renforçateur et son tonic sans rinçage régénérant!


ON PROFITE

COSMÉTIQUE

ZADIG-CTIF par

MINA SIDI ALI

Cecilia Bönström, directrice artistique de Zadig & Voltaire

Zadig & Voltaire. Une enseigne française toute en éloquence évoquant un univers intellectuel et philosophique. Un nom qui sied furieusement à cette marque de prêt-à-porter porteuse d'une éthique esthétique authentique et qui tire son épingle du jeu. Avec ses lignes homme-femme, sa collection enfant, ses accessoires, sacs, bijoux, montres, lunettes, parfums, et même son label musical, Zadig & Voltaire zigzague avec audace et désinvolture, révolutionnant l’univers de la mode dont elle casse les codes. Ici, une seule règle prévaut : ne pas en avoir. On a le look mais jamais dans l'excès : du easy chic teinté d’un esprit rock équivoque ! Pour la sortie de ses deux derniers parfums – This is her et This is him – Cécilia Bönström, directrice artistique et sirène sereine, nous a distillé avec esprit l’essence de ces fragrances au packaging graphique : Pschiiit. C’est par ici.

Septembre 2016

74


ON PROFITE

COSMÉTIQUE

Deux fragrances racées, rassurantes & rock. Des codes de la parfumerie cassés comme les flacons. La version féminine - This is her! – se dote d’un floral boisé gourmand. Il a été créé par Sidonie Lancesseur et Michel Almairac. Habillé d’un packaging blanc, il est très chic et élégant. Il représente la jeune beauté vagabonde. Le côté désinvolte est traduit par le bouquet floral de jasmin sambac illuminé par la baie rose. Sa douceur s’exprime à travers son cœur rock mi-châtaigne mi-vanille. Sa féminité affirme en fond l’intensité d’un bois puissant, onctueux et un peu lacté: le santal, véritable signature de Zadig & Voltaire.

À vos yeux, qu’est-ce que L’esprit Zadig & Voltaire ? Pour Zadig & Voltaire, l’esprit de liberté importe plus que tout. Une liberté dotée de nonchalance, typiquement parisienne. Ce qui compte, c’est pouvoir être soi-même. Les vêtements accompagnent la personne mais ne la changent pas intérieurement. La notion de pureté prévaut avec en toile de fond une quête du less is more.

Quant à l’édition masculine - This is him! - créé par Nathalie Lorson et Aurélien Guichard (Firmenich), il se définit par son côté oriental boisé. Son écrin tout en noir le rend puissant. Il représente le gentleman rock au caractère de cuir. Il est souligné par un encens épicé de pamplemousse et de poivre noir. Il renvoie à un esprit libre à l’instinct sauvage. .

Comment s’est déroulée cette nouvelle aventure olfactive ? C’est un projet qui a pris deux ans ! Son lancement est à l’image d’un mariage avec son lot de pression mais aussi de bonheur. On aimerait pouvoir en parler à tout le monde. En effet, il permet de dévoiler l’ADN Zadig & Voltaire à travers une voie différente: le sens olfactif. Il faut savoir que j’ai pour habitude de designer les collections vêtements et accessoires depuis 10 ans. Créer un parfum requiert une toute autre démarche créative. Ici, il est difficile de capter physiquement, de palper le produit. Mais nous avons eu la chance de bénéficier de l’expertise internationale d’une maison de parfums de renom: Beauté Prestige International. Une très belle compagnie qui a réussi à encapsuler l’identité de Zadig & Voltaire. On voulait vraiment créer une fragrance nouvelle.

This is him! et This is her! de Zadig & Voltaire En vente dès septembre www.zadig-et-voltaire.com

En pleine révolution de genre, pourquoi ne pas avoir pensé à créer un parfum unisexe ? Cela fait partie du futur de la marque, de son histoire ! C’est assez évident. D’ailleurs l’idée chez Zadig & Voltaire, c’est bien de pouvoir piquer aisément des éléments dans le vestiaire homme. Il s’agit d’un jeu d’équilibre entre masculinité et féminité. Je vous avoue que j’ai d’abord porté la version masculine This is him! On a besoin des deux entités –masculine-féminine– pour créer son identité. Elles sont divergentes mais complémentaires. Go Out! Magazine

75


julien de preux

CĂŠlĂŠbrons ! du 24 septembre 2016 au 7 janvier 2018

www.museum-geneve.ch


AGENDA

Glissement vers la primauté de la carte de Maxime Le Meillour

Cinéma / expositions / classique / théâtre / danse / en famille / là-bas…

Go Out! Magazine

77


AGENDA

CINÉMA

ÉCRAN TOTAL L’été? Une période idéale pour se retrouver dans une salle de ciné, histoire de se prélasser, eh oui à l’ombre d’un écran. Quatre films qui ont tapé dans l’œil de la rédaction.

R AOUT CINÉPHILE

Durant le 12ème Festival du Film de Zurich, comme à l’accoutumée, plusieurs prix seront distribués à des artistes d’envergure, à l’image de Hugh Grant qui recevra le Golden Icon Award pour l’ensemble de sa carrière déjà accomplie. Son dernier film, Florence Foster Jenkins, réalisé par Stephen Frears, sera diffusé pour l’occasion. L’ouverture du gala se fera quant à elle avec le film Snowden d’Oliver Stone. Côté production, c’est le Zurichois Marcel Hoenh (considéré comme le producteur le plus brillant du cinéma suisse) qui recevra le Lifetime Achievement Award pour son entreprise T&C, qui marque le paysage cinématographique helvétique depuis quarante ans. Pour célébrer cet anniversaire, le festival diffusera une vaste sélection de ses principales œuvres. Pour finir en beauté, c’est le Brésil que l’on découvrira cette année dans la section «Nouveaux Horizons».

POST TENEBR AS ROCK’N’ROLL

Un mois dédié au Rock’n’Roll! C’est ce que propose le Cinérama Empire en projetant le nouveau film de Ron Howard «The Beatles: Eight Days A Week - The Touring Years » le 15 septembre prochain à 20h. Une exploration revenant sur leur rencontre, leur musique et leur influence. Un film historique sur ce groupe légendaire qui a fait danser des centaines de millions de personnes à travers le monde! Les mélomanes pourront poursuivre avec Havana Moon, le concert grandiose des Rolling Stones donné à Cuba le 26 mars dernier et retransmis ici lors de trois projections exclusives les 23, 24 et 25 septembre?

12ème Festival du film de Zurich Vente de billets: 12 septembre 2016 Du 22 septembre au 2 octobre 2016 Bederstrasse 51 8002 Zürich www.zff.com

Havana Moon, uniquement au Cinérama Empire www.cinerama-empire.ch Billets à gagner sur le facebook Go Out!

Septembre 2016

78


AGENDA

CINÉMA

BOUILLOT TE MYSTÈRE D’APRÈS GUERRE

CAIROTE

Allemagne, 1919. La première guerre mondiale a pris fin, mais les blessures et la culpabilité continuent d’hanter l’esprit des survivants. Alors qu'elle se rend sur la tombe de son fiancé mort au front, Anna (Paula Beer) rencontre un Français, Adrien (Pierre Niney), venu également fleurir la tombe de son ami allemand. Obsédés tous deux par le souvenir de Frantz, les jeunes gens finissent par se rapprocher. Balades bucoliques, regards miellés et effleurements effervescents... L’histoire voudrait qu’ils construisent un futur ensemble mais pourtant… Adrien semble garder en lui un terrible secret. Doit-il le dévoiler au risque de briser son histoire d'amour naissante? Un film poignant tourné en noir et blanc.

Présenté dans la section «U n C e r t a in Re gard» lors du Festival de Cannes cet te année, Clash de Mohamed Diab ne vous l a is s e r a p a s de marbre. Après Les Femmes du bus 678 (2010), le réalisateur égyptien aime décidément raconter l'Egypte dans des véhicules roulants! L’intrigue se déroule deux ans après la révolution, lorsque le pays voit son premier président élu démocratiquement, à savoir l’islamiste Mohamed Morsi, issu des rangs des Frères musulmans, renversé par Abdel Fattah al-Sissi alors général de l’armée. S’ensuivent des affrontements sanglants entre les deux camps, délaissant la solidarité du pays au détriment d’une guerre civile avec laquelle il faut apprendre à vivre. Dans ce huis-clos, les diverses divergences d’opinions, de convictions sociales, religieuses et politiques mènent au chaos. Sauront-ils surmonter leurs différences pour s'en sortir?

Dès le 7 septembre Frantz de François Ozon

Dès le 14 septembre CLASH de Mohamed Diab

Go Out ! Magazine

79


AGENDA

LIVES

Cinq lives auxquels tu assisteras Pour cette édition la Go Out ! team se donne pour mission d’éjecter vos tympans de leur orbite avec une sélection de cinq concerts. Ne cherchez pas de têtes d’affiches, ici on mise nos billes sur des artistes perchés et nichés dans des démarches non cataloguées à écouter d’urgence

I.GO TSUSHIMA (JAPAN)

II.ORGUE AGNÈS & TSEMBLA

AMBIANT NOISE

Go Tsushimah, une figure hyperactive de la scène expérimentale nippone débarque chez Urgence Disk. Au menu, guitares triturées et torturées dans une orgie de distorsions rondement menée sur fond électro-minimaliste millimétré. Ses sonorités détonnent telle une série de virées séquencées dans un mille-feuille de rythmes raisonnant dans une grasse et saisissante basse. Hypnotique, l’expérience dépasse largement l’audition, les ondulations se propagent dans votre corps pour en faire vibrer chaque recoin. De loin, la plus mordante découverte du mois.

Go Tsushima gotsushima.bandcamp.com Mardi 6 septembre de 18:30 - 21:30 Urgence Disk Record 4, place des Volontaires, 1204 Genève

Septembre 2016

Orgue Agnès est une béchamel interstellaire à base de Kaumwald (respectivement Sourdure et 1er chasseur) et de Èlg. Le set-up vaut le coup d’oeil: Ernest au violon multi polaire, Clément à la boite à rythme sexy rouillée et Laurent au chant yaourt et à l’iPad séquencé. Quatre ou cinq prières élastiques, répétitives, gueulées-miaulées, certains dansent, d’autres pleurent, ceux qui restent s’en vont. Pour la première partie on laisse place et on reprend tel quel le descriptif de la Cave 12 : Utilisant une très large palette d’instruments, d’électronique, d’objets et de samples, la musique de TSEMBLA chevauche sur des vagues de mélodies tordues, de rythmes voletant/pulsant, de voix abstraites et de textures en mutation. Auteur de quatre albums-perles, TSEMBLA délivre des compositions aux rebords rugueux, riches en détails, emplies de miniatures instrumentales étranges, le tout dans un format presque pop et s’aventurant dans des territoires de quatrième dimension. Un univers plein d’ingéniosité, de collages et superpositions de beats volontairement bégayants, de samples soniques aussi variés qu’éclatés et de mélodies rampantes, non sans rappeler certaines plages de Raymond Scott

ORGUE AGNÈS : https://soundcloud.com/orgue-agn-s/04-scrotji TSEMBLA :http://www.tsembla.com/ Le 14 septembre à 20h30 Cave 12 Rue de la Prairie 4 1202 Genève

80


LIVES

AGENDA

III.BEAK

IV.ERIK TRUFFA Z À L’ALHAMBR A

Dans le cadre du festival de la Bâtie, Cave 12 accueillera le trio anglais au sein duquel brillent des hérauts de la musique indépendante made in Bristol : Geoff Barrow, Billy Fuller et Will Young. Pourfendeurs d’un krautrock hypnotico-répétitif épuré sonnant fantastiquement 70’s et d’un drone-spirit envoûtant, BEAK se plaît à plonger les auditeurs dans une stupeur addictive et à les abreuver d’une frénésie aussi martiale qu’électrique. Sans compromis et hors des obligations/ sentiers commerciaux, BEAK résonne comme un groupe hors temps. De plus, leur dernier enregistrement en date pour la B.O. du thriller Couple in a Hole, premier film du réalisateur britannique Tom Geens, prouve que cette formation est multi-casquette. Un excellent rendez-vous pour les amateurs de kraut-motorik-spirit sans fioritures.

Le svelte prophète de la trompette débarque à l’Alhambra! Dieu du cuivre doté d’un timbre à la Miles Davis, sa musique se joue aussi bien des styles que des régions d’où il extrait les voix de ses compositions. Qu’ils soient maliens, sud-africains, turcs, tunisiens, d’influence flamenco, jungle ou hip hop, ses arrangements ne reconnaissent aucune frontière. Secrètes, ses interventions sont calculées, envoûtantes tant dans le jeu que dans le silence. S’en dégagent un sentiment d’apesanteur et une atmosphère modelée à faire briller les artistes avec lesquels il collabore : Oxmo Puccino, Sophie Hunger, Mounir Troudy, Rokia Traoré… Filez donc le 21 septembre découvrir son nouvel album "Doni Doni" en compagnie de son nouveau batteur Arthur Hnatek.

BEAK www.beak .bandcamp.com Mardi 06 septembre à 20h30 Cave 12 Rue de la Prairie 4 1202 Genève

Erik Truffaz www.ziczag.ch 21 septembre à 20h30 Salle de l’Alhambra Rue de la Rôtisserie 10, 1204 Genève

V.HARBORS, POUR LONG STRING

Vingt-cinq mètres : l’instrument d’Ellen Fullman est démesuré. Une série de cordes en acier, tendues et accordées, sont mises en résonance par le déploiement de ses bras et l’effleurement de ses doigts enduits de colophane, une résine habituellement appliquée sur les archets. Invitée par Ensemble Vide, l’artiste musicienne se déplace d’un bout à l’autre du bâtiment ARCOOP, lentement, au milieu de l’installation. Ses mains parcourent les fils quasi invisibles. Elle va, elle vient. Les sons produits sont doux. Amplifiés et multipliés par un ordinateur – piloté par la musicienne Theresa Wong – ils font penser à un orgue. De longs nuages de notes qui nous entraînent dans une méditation collective et dans un temps qui flotte.

25 Septembre à 20h Bâtiment ARCOOP Rue des Noirettes, 32 1227 Carouge

Ellen Fullman www.ellenfullman.com Ensemble vide www.ensemblevide.ch

Go Out! Magazine

81


EXPOS

AGENDA

GALERIES D’ART Nuit des bains Jeudi 15 septembre 2016 www.quartierdesbains.ch QUARTIER DES BAINS Andata.ritorno - laboratoire d’art Contemporain Rue du Stand 37 | 1204 GE 022 329 60 69 www.andataritornolab.ch —Bill Culbert - Central Station Du 15 septembre au 29 octobre 2016 Art Bärtschi & Cie 24, rue du Vieux-Billard 1205 Genève 022 310 00 13 www.bartschi.ch —THE FREE DESIGN Alighiero BOETTI, Vidya GASTALDON, Fabian MARTI Du 7 juillet au 9 septembre 2016

Blondeau & Cie Rue de la Muse 5 | 1205 GE 022 544 95 95 www.blondeau.ch —Miriam Cahn Du 15 septembre au 17 décembre 2016 Galerie Laurence Bernard Rue des Vieux-Grenadiers 2 1205 GE 022 320 61 24 www.btwgallery.com —EXCAVATIONS OF THE FUTURE ANGELIKA MARKUL Du 16 septembre au 12 novembre 2016” Centre d’édition contemporaine Rue des Rois 15 | 1204 GE 022 310 51 70 www.c-e-c.ch —Deux épaisseurs un coin Vernissage le jeudi 15 septembre 2016 de 18h à 21h Exposition du 16 septembre au 26

novembre 2016 Galerie Bernard Ceysson Rue du Vieux-Billard 7 | 1205 GE 022 320 64 82 www.bernardceysson.com —Diverses sont les lignes de la vie HÖLDERLIN Du 10 septembre au 29 octobre 2016 Galerie Mezzanin Rue des Maraîchers 63 | 1205 GE 022 328 38 02 www.galeriemezzanin.com —Thomas Bayrle - Pinsel durchgespielt Du 20 mai au 29 octobre 2016 Galerie Patrick Cramer Rue du Vieux-Billard 2 | 1205 GE 022 732 54 32 www.cramer.ch Hard Hat Rue des Bains 39 | 1205 GE

Andata Ritorno Art Bärtschi & Cie Blondeau & Cie Centre d’Art Contemporain Genève Centre d’édition contemporaine Galerie Bernard Ceysson Genève Galerie Laurence Bernard Galerie Mezzanin Galerie Patrick Cramer Galerie Xippas Mamco Médiathèque – FMAC MEG Ribordy Contemporary Skopia / P.-H. Jaccaud

Prochaine Nuit des Bains 15 septembre 2016, 18 h – 21 h

www.quartierdesbains.ch

Expositions septembre – octobre

L’association du Quartier des Bains regroupe 10 galeries et 5 institutions culturelles. Elle a pour objectif l’encouragement et le rayonnement de l’art contemporain dans le Quartier des Bains de Genève.


AGENDA

022 320 37 20 www.hard-hat .ch —Lauren Huret Artificial Fear, Intelligence of Life Jusqu’au 04 septembre 2016 Quark Rue Charles-Humbert 6 | 1205 GE 022 731 04 60 www.espacequark .ch Ribordy Contemporary Boulevard d’Yvoy 7B | 1205 GE 022 321 75 63 www.ribordycontemporary.com —Davina Semo - SILK FLOSS Du 15 septembre au 29 octobre 2016

EXPOS

Art Bärtschi & Cie Rte des Jeunes 43 | 1227 Carouge 022 310 00 13 www.bartschi.ch Studio Sandra Recio Rte des jeunes 4ter | 1227 Acacias 022 548 02 42 www.sandrarecio.com Espace_L art contemporain Rue des Bains, 23|1205 Genève 022 301 64 90 www.espacel.net

Fonderie Kugler Rue de la Truite 4 + 4bis | 1205 GE www.usinekugler.ch

Pavillon Sicli Route des Acacias 45 1227 Acacias 022 596 43 80 www.pavillonsicli.ch La bâtie- festival de Genève —Boris Charmatz - danse de nuit Du 2 au 3 septembre 2016 a 22h —Théo Mercier & François Chaignaud- Radio Vinci Park Du 15 au 16 septembre à 21h30

Xippas Art contemporain Rue des Sablons 6 | 1205 GE 022 321 94 14 www.xippas.com —Takis - Les signaux et la quatrième dimension Vernissage le 15 septembre à 18 h Du 16 septembre au 29 octobre —Yves Bélorgey Vernissage le 15 septembre à 18h Du 16 septembre au 29 octobre Rue des Bains 61, 1205 Genève

Villa Bernasconi Route du Grand-Lancy 8 1212 Grand-Lancy 022 794 73 03 www.villabernasconi.ch —Julian Charrière, Julius von Bismarck - Objects in mirror might be closer than they appear Vernissage vendredi 16 septembre 2016 à 18 h Du 17 septembre au 13 novembre 2016

Studio Sandra Recio 26 rue du Vieux Billard |1205 GE 022 548 02 42 www.sandrarecio.com

QUARTIER DE L’ÉTOILE

La Ferme de la Chapelle Route de la Chapelle 39 1212 Grand-Lancy 022 342 94 38 www.fermedelachapelle.ch —Matteo Pagani, Tania Moya, Heike Schildhauer - Métaphores Du 3 septembre au 2 octobre Truth and Consequences Boulevard d’Yvoy, 7| 1205 Genève 079 533 46 67 www.truthandconsequences.ch

Go Out! Magazine

83

Skopia Rue des Vieux-Grenadiers 9, 1205 GE 022 321 61 61 www.skopia.ch

Togu Art Club Rue Bergalonne 3 1205 Genève www.espace-ugot.com

CAROUGE Joy de Rouvre Rue des Moraines 1 1227 Carouge 079 614 50 55 www.galeriejoyderouvre.ch —Camila Oliveira Fairclough et Sylvie Fanchon - 360° Vernissage le mercredi 21 septembre à 18h Mines d’Art Rue St-Joseph 39 | 1227 Carouge 022 301 30 19 www.minesdart .com Krisal Rue du Pont-Neuf 25 | 1227 Carouge 022 301 21 88 www.krisal.com Marianne Brand Rue ancienne 20 | 1227 Carouge 022 301 34 57 www.galeriembrand.ch —Exposition sculptures – Jo Fontaine Vernissage le mercredi 21 septembre 2016 Espace Diamono 4bis, rue des Moraines, 1227 Carouge 022 548 37 33 —Buddhist Art in Myanmar Jusqu’au 14 janvier 2017 Espace JB 32 rue des Noirettes studio 526 1227 Carouge www.espacejb.com —Federico Clavarino - The Castle Vernissage le 1 septembre à 18h Du 2 septembre au 21 octobre 2016 CITÉ-CENTRE Art en île - Halle Nord Place de l’île 1 | 1204 GE 022 312 12 30 www.act-art .ch


AGENDA

Galerie Anton Meier 2, rue de l’Athénée, 1205 Genève Palais de l’Athénée www.antonmeier-galerie.ch —Keith Donovan Vernissage jeudi 1er septembre Du 1er septembre au 15 octobre 2016 Artvera’s Rue Etienne-Dumont 1 | 1204 GE 022 311 05 53 www.artveras.com —RB/CP - FEU! Du 16 september au 8 octobre 2016 Bailly Gallery Rue l’Hôtel-de-Ville 10 | 1204 GE 022 827 24 24 www.charlybailly.com —Modern Art / Summer Exhibition Jusqu’au 8 septembre 2016 Galerie Sébastien Bertrand Rue de l’Evêché, 1| 1204 GE 022 700 51 51 www.galeriebertrand.com Cité du Temps Pont de la Machine | 1204 GE 022 818 39 00 www.citedutemps.com —Tissot - À la pointe de la précision Jusqu’au 5 septembre 2016 Evartspace Grand-Rue 12 | 1204 GE 079 352 96 82 www.evartspace.ch —New Art & Street Fashion Du 22 au 23 septembre à 18h Gagosian Gallery Place de Longemalle 19 | 1204 GE 022 319 36 19 www.gagosian.com Galerie Anton Meier Palais de l’Athénée Rue de l’Athénée 2 | 1205 GE 022 311 14 50

Septembre 2016

EXPOS

www.antonmeier-galerie.ch

arts/salle-crosnier/

Galerie de Jonckheere Rue de l’Hôtel-de-Ville 7|1204 Geneve 022 310 80 80 www.dejonckheere-gallery.com

Gowen Contemporary Rue Jean-Calvin 4 | 1204 GE 022 700 30 68 www.gowencontemporary.com

Interart SA Grand-Rue 33 |1204 Geneve 022 312 24 60 www.galerie-interart.com Galerie Jacques de la Béraudière Rue Etienne-Dumont 2 | 1204 GE 022 310 74 75 www.delaberaudiere.ch Galerie Patrick Gutknecht Rue de Saint-Léger 28 | 1204 GE 022 312 32 14 www.gutknecht-gallery.com Galerie Franck Pages Grand-rue 2 | 1204 GE 076 602 50 54 www.frankpages.com Galerie Rosa Turetsky Grand-Rue 25 | 1204 GE 022 310 31 05 www.rosaturetsky.com —Amita MAKAN Du 1er septembre au 7 octobre 2016 Galerie Sébastien Bertrand Rue du Simplon 16 1207 Genève (Galerie 2) 022 700 51 51 www.galeriebertrand.com Galerie Sonia Zannettacci Rue Henri Fazy 4 | 1204 GE 022 311 99 75 www.zannettacci.com Palais de l’Athénée Salle Crosnier Palais de l’Athénée Rue de l’Athénée, 2 | 1205 GE www.societedesarts.ch/societe-des-

84

Quartier Libre SIG Pont de la Machine | 1204 GE 022 420 75 75 www.sig-quartierlibre.ch —PICTURE YOURSELF Du 15 juin au 11 décembre 2016 HERMANCE Fondation Auer Ory pour la photographie Rue du Couchant 10 |1248 GE 022 751 27 83 www.auerphoto.com PETIT-SACONNEX Villa Dutoit Chemin Gilbert Trolliet 5 1209 Petit-Saconnex 022 733 05 75 www.villadutoit.ch BERNEX Mairie de Bernex Galerie Aux portes de la Champagne Rue de Bernex 311 | 1233 Bernex 022 850 92 92 www.bernex.ch —Journées du Patrimoine : du Rhône à l’Aire Du 10 au 11 septembre à 10h COLOGNY Fondation Martin Bodmer Route Martin Bodmer 19-21 1223 Cologny 022 707 44 36 www.fondationbodmer.ch —Michel Butor et le livre d’artiste Jusqu’au 9 octobre 2016 —Frankenstein, créé des


EXPOS

AGENDA

ténèbres Jusqu’au 9 octobre 2016

Du 16 septembre au 16 octobre 2016 —Drift de Caroline Bergvall Du 3 au 18 septembre 2016

MEYRIN Galeries du Forum de Meyrin Place des Cinq-Continents 5 1217 Meyrin 022 989 16 69 www.meyrinculture.ch/evenements/ exposition —Steve Dunand - Bestiaire vegetal Jusqu’au 1er octobre 2016 —Mario Del Curto - Voyage vers Vernissage le samedi 24 septembre à 17h Du 24 septembre au 1er décembre 2016 MUSÉES Centre d’Art Contemporain Rue des Vieux Grenadiers 10 | 1205 022 329 18 42 www.centre.ch —Bourse de la ville de Genève

Centre d’édition contemporaine 15, rue des Rois | 1204 GE 022 310 51 70 www.c-e-c.ch —Valentin Carron Deux épaisseurs un coin Vernissage le jeudi 15 septembre 2016 de 18h à 21h Exposition du 16 septembre au 26 novembre 2016 Centre de la photographie Genève Rue des Bains 28 | 1205 GE 022 329 28 35 www.centrephotogeneve.ch Musée d’ethnographie (MEG) Bd Carl-Vogt 65-67 | 1205 GE 022 418 45 50 www.ville-ge.ch/meg

—Couleurs d’Amazonie Exposition de photographie hors murs Du 28 avril au 15 décembre 2016 —Amazonie - Le chamane et la pensée de la forêt Du 20 mai 2016 au 8 janvier 2017 Musée d’art et d’histoire (MAH) Rue Charles-Galland 2 | 1206 GE 022 418 26 00 www.ville-ge.ch/mah —Révélations Photographies à Genève Jusqu’au 11 septembre 2016 —Peintures italiennes et espagnoles Jusqu’au 31 décembre 2016 Maison Tavel Rue du Puits-Saint-Pierre 6, 1204 | Ge 022 418 37 00 www.ville-ge.ch/mah Bibliothèque d’Art et d’Archéologie

2016 _ 2017

saison _ d’eux Vous allez aimer vous rencontrer !

Guillaume Poix /Johanny Bert 26.09 – 16.10

cargo5

__ Unité modèle

__ Dans le blanc des dents

Guillaume Corbeil /Manon Krüttli 14.11 – 29.01

Nick Gill /Collectif Sur un Malentendu 27.02 – 19.03

__ Les Morb(y)des

accueil2 bienvenue aux Belges

Sébastien David /Manon Krüttli 21.11 – 29.01

__ Alpenstock

Rémi De Vos /Axel De Booseré & Maggy Jacot 03.04 – 12.04

__ Nino

Rébecca Déraspe /Yvan Rihs 05.12 – 29.01

__ Loin de Linden

__ J’appelle mes frères Go Out! Magazine

Jonas Hassen Khemiri /Michèle Pralong 09.01 – 29.01

85

Veronika Mabardi /Giuseppe Lonobile 24.04 – 30.04

poche---gve.ch

__ Waste

sloop3 i-monsters

POCHE /GVE Théâtre /Vieille-Ville Rue du Cheval-Blanc 7 1204 Genève +41 22 310 37 59 billetterie@poche---gve.ch

cargo4


AGENDA

EXPOS / OPÉRA

Prom. du Pin 5, 1204 Genève 022 418 27 00

à la découverte de cette aventure. Jusqu’au 23 avril 2017

Musée Barbier-Mueller Rue Jean-Calvin 10, 1204 Geneve 022 312 02 70 www.barbier-mueller.ch —Monnaies Objets d’échange dans les collections Barbier-Mueller Du 11 février au 30 octobre 2016

Fondation Baur - Musée des Arts d’Extrême-Orient Rue Munier-Romilly 8 | 1206 GE 022 704 32 82 www.fondation-baur.ch

Musée Rath Place Neuve | 1204 GE 022 418 33 40 www.institutions.ville-geneve.ch Cabinet d’arts graphiques Promenade du Pin 5 1204 Genève 022 418 27 70 www.ville-ge.ch/cde Muséum d’Histoire Naturelle Route de Malagnou 1 | 1208 GE 022 418 63 00 www.ville-ge.ch/mhng —Faites comme chez nous: Les géants des Kem Kem Jusqu’au 25 juin 2017 Musée Ariana Av. de la Paix 10 | 1202 GE 022 418 54 50 www.ariana-geneve.ch —Nicolas Lieber - Chroniques céramiques Jusqu’au 22 janvier 2017 —Passionnément céramique Collection Frank Nievergelt Jusqu’au 25 septembre 2016

Musée de Carouge Place de Sardaigne 2 | 1227 Carouge 022 342 33 83 www.carouge.ch Musée d’art moderne et contemporain (MAMCO) Rue des Vieux-Grenadiers 10 | 1205 022 320 61 22 www.mamco.ch Musée des suisses dans le monde Château de Penthes Chemin de l’impératrice 18 1292 Prégny-Chambésy 022 734 90 21 www.penthes.ch —Rembrandt à Genève - Quand les Pays-Bas rencontrent la Suisse Depuis plus de 45 ans, le Musée des Suisses dans le Monde évoque l’histoire des Suisses et de la Suisse autrement, à travers le destin d’hommes et de femmes qui ont quitté leur patrie – pour un temps ou pour toujours – et ont marqué le monde de leur empreinte. Jusqu’au 18 septembre 2016

OPÉRAS Musée d’histoire des sciences Rue de Lausanne 128 | 1202 GE 022 418 50 60 www.ville-ge.ch/mhs —T’es où? Entendue 100 fois par jour, la phrase “T’es où?” rythme les conversations téléphoniques. A l’heure du GPS, on y répond facilement, mais comment faisait-on avant? Le visiteur est invité

Septembre 2016

—Manon Opéra en 5 actes de Jules Massenet Surgie de la plume de l’abbé Prévost, Manon continue de séduire et d’émouvoir: L’œuvre est souvent qualifiée de « lacrymogène ». À la limite de la femme fatale, Manon serait-elle la préfiguration de Lulu, une anti-Mimì ? Massenet, peintre subtil de la passion amoureuse,

86

sonde avec délicatesse les recoins de l’âme féminine et réussit une merveilleuse introspection, grâce à « une musique secouée de frissons, d’élans, d’étreintes qui voudraient s’éterniser », selon Claude Debussy. Belles et sensuelles les héroïnes de Massenet sont des femmes libres. Tentatrice, Manon choisit les plaisirs aux dépens d’une morale puritaine et suscite sympathie et compassion. Chanté en français avec surtitres anglais et français Du 12 au 27 septembre 2016 Opéra des Nations Avenue de France 40 1202 Genève 022 418 35 00 www.genevaopera.ch —Récital de Thomas Hampson Ses études ne le prédestinaient pas au chant, mais une nonne le mit sur la voie. Elle sentait en lui une âme artistique et un besoin de faire de la musique. Insatiable curieux, il a écouté et regardé les plus grands pour se hisser au firmament du chant, là où les mots et les sons ne font qu’un et deviennent une métaphore de la pensée. Amoureux du lied, il parraine l’Académie du lied de Heidelberg. Ainsi, il est non seulement le bon ambassadeur pour ouvrir une nouvelle série de récitals mais aussi un ardent défenseur de la place de l’Art dans la société. Le 13 septembre à 19h30 Opéra des Nations Avenue de France 40 1202 Genève 022 418 35 00 www.genevaopera.ch —Concert d’Erwin Schrott ROJOTANGO Accompagné par 7 musiciens, le basse-baryton uruguayen Erwin Schrott nous invite à pénétrer l’univers du tango et à écouter des mélodies populaires d’Argentine et


AGENDA

du Brésil. Un concert qui souligne l’attachement du Sud-Américain pour la musique de son pays. En 1998, l’artiste reçoit le prix du public et du jury au fameux concours Operalia créé par Placido Domingo. C’est le démarrage d’une ascension vertigineuse qui lui ouvre les portes de La Scala, de l’Opéra national de Paris, du Staatsoper de Vienne, de Covent Garden, du Teatro Colón et bien sûr, du Metropolitan de New York. Le 29 septembre à 19h30 Opéra des Nations Avenue de France 40 1202 Genève 022 418 35 00 www.genevaopera.ch

CONCERTS CLASSIQUES DI 04.09 à 16h Thomas Hauert & John Adams

Go Out! Magazine

CLASSIQUE

La Bâtie-Festival de Genève Antoine Françoise piano Stefan Wirth piano Rue de l’Athénée 2 1205 Genève 022 312 41 02 www.contrechamps.ch DI 04.09 à 19h30 The Indian Queen Semi-opéra en un prologue et 5 actes de Henry Purcell. Masque final de Daniel Purcell. Livret de John Dryden et Sir Robert Howard. Opéra des Nations Avenue de France 40 1202 Genève 022 418 35 00 www.genevaopera.ch JE 08.09 à 19h Les jeudis musicaux de la Clé de Sol Domaine de la Clé de Sol Trio (flûtes, hautbois, cor anglais) Marais, Mozar

87

Route du Crêt-de-Choully 18 1242 Satigny, Suisse www.cledesol.ch ME 14.09 à 20h Patrick Frank Freiheit La Bâtie-Festival de Genève Théâtre Pitoëff Rue de Carouge 52 1205 Genève 022 808 04 50 www.contrechamps.ch VE 16.09 à 20h Cartooning for Peace Ludwig Van Beethovem Symphonie N° 3 en mi bémol majeur op. 55, dite “Héroïque” Victoria Hall Rue du Général-Dufour 14 1204 Genève 022 807 00 00 www.osr.ch MA 20.09 à 20h Miroirs féeriques


AGENDA

Geneva Camerata Anne Sopfie Von Otter - mezzo soprano et Didier Lockwood - violon jazz Victoria Hall Rue du Général-Dufour 14 1204 Genève 022 310 05 45 www.genevacamerata.com ME 21.09 à 20h Concert pour la première journée Genevoise de l’Alzheimer Yaron Herman - piano jazz Théâtre du Léman Quai du Mont-Blanc 19 1201 Genéve 022 807 00 00 www.theatreduleman.com JE 22.09 à 19h Les jeudis musicaux de la Clé de Sol Domaine de la Clé de Sol Route du Crêt-de-Choully 18

Septembre 2016

CLASSIQUE

1242 Satigny, Suisse www.cledesol.ch Piano Mélodie Zhao Chopin, Liszt VE 23.09 à 20h Jean-Marie Leclair ou les Gouts-Réunis Amandine Beyer, violon Bruno Cocset, violoncelle Hadrien Jourdan, clavecin Grande salle du Conservatoire Rue de l’Athénée 4 1205 Genève www.lesconcerts.ch VE 30.09 et SA 01.10 à 19h30 Le seigneur des anneaux Orchestre de la Suisse romande Ludwig Wicki direction Kaitlyn Lusk soprano Victoria Hall Rue du Général-Dufour 14 1204 Genève 022 807 00 00

88

www.osr.ch MA 04.10 à 20h Les grands interprètes Quatuor Girard Nadège Rochat, violoncelle Boccherini Quintette à cordes avec deux violoncelles no 4 en ré mineur op. 13 G. 280 Schubert Quartettsatz no 12 en ut mineur D 703 Quintette à cordes en ut majeur op. 163 D 956 Place Neuve 5 – 1204 Genève 022 319 60 61 www.caecilia.ch ME 05.10 à 20h Série Symphonie 1 Orchestre de la Suisse romande Kazuki Yamada direction Francesco Piemontesi piano Piotr Ilyitch Tchaïkovski Symphonie N° 2 en ut mineur op.17, dite “Petite


AGENDA

Russie” Johannes Brahms Concerto pour piano et orchestre N° 1 en ré mineur op. 15 Victoria Hall Rue du Général-Dufour 14 1204 Genève 022 807 00 00 www.osr.ch

THÉÂTRE La Comédie Boulevard des Philosophes 6 1205 Genève 022 320 50 01 www.comedie.ch —Alors que j’attendais Par leur art, qu’ils ne peuvent plus pratiquer sur le sol de leur pays, des metteurs en scène, des comédiens, des dramaturges syriens tentent de « chercher des réponses à ce qui leur arrive » : c’est ce qu’explique Omar Abusaada, dont la dernière création, Alors que j’attendais, écrite avec Mohammad Al Attar, est accueillie à la Comédie dans le cadre de La Bâtie-Festival de Genève. L’occasion pour le public de découvrir un théâtre de courage, de résistance et de vérité, loin des raccourcis médiatiques. Le 4 et 5 septembre 2016 Théâtre du Galpon Route des Péniches 022 321 21 76 www.galpon.ch —Acceso Présenté dans le cadre du Festival de la Bâtie. Férocement polItIque et fodamentalement humaIne, une performance à couper le souffle de Pablo Larraín. Le 7 et 8 septembre à 21h —HIstoIres De GorIlle Présenté dans le cadre du Festival de la Bâtie. L’Impossible rencontre du monde

Go Out! Magazine

THÉÂTRE

anImal avec celuI des hommes qvec Bertrand Bossard, Serge Bloch et Pascal Valty. Le 9 septembre 2016 à 18h —Le repas D’après valère novarIna paroles et élixIrs jouissIfs pour une soIrée inoubliable Du 21 au 25 septembre 2016 —Le studio d’action théâtrale fête ses trente ans ! Reprises, création et soirées de performances Pour célébrer trente ans d’activité et de création artistique, le Studio d’Action Théâtrale propose une création, des reprises et des déplacements. Du 21 septembre au 11 décembre 2016 Théâtre de Carouge Rue Ancienne 39 1227 Carouge GE 022 343 43 43 www.tcag.ch —PYGMALION De Bernard Shaw Londres, un soir de pluie d’été. À la sortie de Covent Garden, la jeune Eliza vend des fleurs à la sauvette. Elle ne se sait pas encore observée par le professeur de phonétique Henry Higgins, qui note scrupuleusement le sabir de la souillon. À la suite d’un pari, il va tenter de la façonner afin qu’elle gravisse un à un les échelons de la société. Mais à quel prix ? Du 13 septembre au 16 octobre Théâtre Forum Meyrin Place des Cinq-Continents 1, 1217 Meyrin 022 989 34 34 www.forum-meyrin.ch —ISLANDS Guilherme Botelho – Cie Alias

89

Dans le cadre de La Bâtie Festival de Genève Voilà plusieurs années que Guilherme Botelho approfondit dans chacune de ses créations le rapport de l’individu au groupe: l’humanité en marche. «L’appartenance est le mot-clé», déclare le chorégraphe. Appartenir à une lignée d’individus, se tenir à leurs côtés, être relié à eux par un fil invisible mais qui infléchit notre parcours. Quelle est cette attache, cet attachement, qui nous empêche de sortir du rang? Qui donne le mouvement? Qui le subit? Comment représenter cette interdépendance? Du 3 au 5 septembre 2016 —VOYAGE À TOKYO Yasujirô Ozu – Dorian Rossel – Cie STT Un couple de retraités quitte sa province pour la première fois. Ils se rendent auprès de leurs enfants, qui vivent à Tokyo. Arrivés dans la mégalopole, ils comprennent vite que ceux-ci n’ont pas le temps de s’occuper d’eux. Ni l’envie. Chronique des gens ordinaires, Voyage à Tokyo est aussi la fable subtile des liens de famille, du dialogue qui se disloque entre les générations. Du 28 septembre au 1er octobre Du 28 au 30 à 20h30 Samedi 1er octobre à 19h Théâtre du Grütli Général-Dufour, 16 1204 Genève 022 888 44 84 www.grutli.ch —Ida, sur les pas de Gertrude Stein en Pays du Bugey Eveline Murenbeeld avec La Compagnie des basors Dans le cadre de La Bâtie Festival de Genève Elle a côtoyé les artistes les plus en vogue de l’époque : Hemingway, Picasso, Steinbeck, Matisse... Mère


AGENDA

spirituelle de la Lost Generation, Gertrude Stein a fait décoller la littérature et l’art moderne. En s’intéressant à son unique expérience romanesque Ida, Eveline Murenbeeld fait de cette fable philosophique où les identités sont doubles, où le réel flirte avec le merveilleux, un formidable matériau scénique. Une ode intimiste et sensible, à l’autre et au monde où résonne une liberté féroce. Du 4 au 6 septembre —Myousic Cie Zimmermann & de Perrot Dans le cadre de La Bâtie Festival de Genève Assis dans un fauteuil, vous êtes la musique, vous devenez un concert. Sur scène, le batteur Julian Sartorius réussit le pari fou de vous transporter dans des histoires acoustiques qui révéleront les sons à votre vue. Myousic est une expérience renversante. Le 9 et 10 septembre à 21h —Moonlight De Harold Pinter La mort d’Andy est imminente. En périphérie, comme suspendus dans un espace-temps insaisissable, les proches ne semblent pas concernés par le drame qui se déroule tout près d’eux. Ainsi des deux fils du mourant, qui pratiquent l’esquive et se livrent à un étrange jeu de rôle, à la fois amer et drôle. Il y a aussi la mère, un couple d’amis… Et Bridget, la fille. Figure fantomatique et lunaire qui traverse la pièce en lui conférant une puissante charge poétique. Et qui, indemne de tout cynisme, révèle la part de vérité enfouie sous les non-dits. Du 27 septembre au 16 octobre Les Mardi, jeudi, et samedi à 19h Les Mercredi et vendredi à 20h Le Dimanche à 18h Théâtre le poche

Go Out! Magazine

THÉÂTRE

Rue du Cheval-Blanc 7, 1204 Genève 022 310 37 59 www.poche---gve.ch —Ateliers d’écriture Animé par les auteurs du POCHE, il est ouvert à tous, sans aucune forme d’engagement: on vient une fois, deux fois, toutes les fois, jamais… chaque atelier est indépendant, chaque animateur-auteur vient avec ses propres envies, ses techniques et ses tics. Le 23 septembre 2016 à 19h —Waste Texte de Guillaume Poix et mise en scène de Johanny Bert À l’autre bout du monde, grandit une montagne. Un amas d’ordinateurs, de smartphones et de télévisions qui grossit au rythme des allers et venues des cargospoubelles du Nord. Sur cette montagne, pousse une jungle humaine. Des enfantstroqueurs, des trafiquants, des mères et des vieillards qui errent, luttent, se dressent et disparaissent parmi les crevasses de plastique et les effluves toxiques. À l’autre bout du monde, grandit // la bosse  //. La tumeur du monde. Du 26 septembre au 16 octobre Les Lu, Me, Sa et Je à 19h Mardi à 20h Dimanche à 17h Théâtre St Gervais Rue du Temple 5, 1201 Genève 022 908 20 00 www.saintgervais.ch —Drift Dans le cadre de La Bâtie Festival de Genève Ce sont des histoires de dérive. Celle de ce canot pneumatique parti de Tripoli le 27 mars 2011 avec 72 personnes à bord, frêle esquif que les vedettes et hélicoptères

91

européens laissèrent rejoindre le cimetière des tragédies migratoires sans intervenir. Celle, dix siècles auparavant, qui conte les errances d’un marin dans le poème anonyme anglo-saxon The Seafarer. Celle, finalement, chantée en 1970 par l’étoile filante de la folk américaine Tim Buckley dans Song to the Siren. Saisies et modelées dans les espaces imprévisibles de la performance, ces destinées à la dérive confluent en une grande secousse artistique signée Caroline Bergvall. Du 7 au 8 septembre 2016 à 19h —Avec les dents Jean-Louis Johannides Compagnie en déroute Dans votre cuisine trônent les reliefs d’un succulent poulet fermier mijoté à l’ancienne. En quoi diffèrent-ils de la carcasse désossée d’un volatile rejeté par une usine de production de nuggets ? Arrêtons-nous un instant pour parler viande. Formons, avec ces bouches qui nous servent aussi à manger, des mots pour parler éthique animale, relation affective à la nourriture et réalité industrielle de la production mondialisée. Du 20 septembre au 8 octobre Les Ma, Je et Sa à 20h30 Les Me et Ve à 19h Théâtre Alchimic 10 avenue Industrielle 1227 Carouge www.alchimic.ch —Monsieur Bonhomme et les incendiaires de Max Frisch Monsieur Bonhomme et les incendiaires est une comédie aux allures de tragédie. C’est une pièce visionnaire dans laquelle Frisch annonce déjà en 1958, ce qu’est devenu notre monde actuel sous la menace terroriste. La catastrophe plane sur la ville. Des incendiaires s’infiltrent dans les


AGENDA

maisons bourgeoises et y boutent le feu. Tous les jours une autre maison flambe, mais Theodore Bonhomme ne s’inquiète pas. La catastrophe n’est pas pour lui, elle n’arrivera qu’aux autres.... Du 20 septembre au 9 octobre Les mardi et vendredi à 20h30 Les Me, Je, Sa et Di à 19h Théâtre De l’Usine Rue de la Coulouvrenière 11, 1204 Genève 022 328 08 18 www.theatredelusine.ch Bâtiment des Forces Motrices (BFM) 2 Place des Volontaires 1204 Genève www.bfm.ch —Caravaggio avec Vittorio Sgarbi Leçon-spectacle (en italien, sans traduction) sur la vie et l’œuvre du

THÉÂTRE

Caravage, peintre italien di XVIème siècle, animé par le fameux critique d’art italien Vittorio Sgarbi Le dimanche 18 septembre à 20h

une singularité que l’on retrouve également dans sa musique narrative ponctuée de notes classiques et de rythmes soutenus. Le 29 septembre 2016 à 20h

Espace Vélodrome 60 Chemin de la Mère-Voie 1228 Plan-les-Ouates +41 22 884 64 60 www.plan-les-ouates.ch

L’Etincelle Avenue de Sainte-Clotilde 18BIS, 1205 Genève 022 545 20 20 www.mqj.ch

—Elina Duni Quartet Dallëndyshe En 2015, un nouvel opus du Quartet est publié : Dallëndyshe (Hirondelle). Les chansons albanaises se retrouvent ici pleines de légèreté et de rythme. Fruit de l’exploration de ses racines et du folklore albanais auquel la chanteuse redonne vie, cet album chante l’amour, l’exil et les récits inspirés de l’histoire tourmentée des Balkans. Plus qu’un simple mélange des genres, Elina Duni a su créer son propre style,

—Vital Skill Un pas de côté. Pour observer et comprendre ces gestes du quotidien ou de la vie échappée belle, quand les yeux se ferment et respirent le monde. A l’orée d’une prise de risque, une pianiste, une danseuse, deux voix et quelques textes surprennent le spectateur dans sa relation aux autres : choisir d’ignorer sa peur, de surmonter l’absurde ou rire d’un sursaut vital. Les artistes tranchent le fil rouge de l’habitude pour explorer les non-faits,

URBAN SUMMER IS HERE


AGENDA

dissimulés, les rituels inconscients qui bouleversent et révèlent la fragilité de l’individu. Revenir au centre. Danse : Marina Ritz. Musique : Viva Sanchez Morand Du 15 au 17 septembre à 20h —Femme, tu es belle quand tu luttes pour ta vie Dix femmes ont quitté leur pays, souvent dans des circonstances difficiles pour tenter de bâtir une vie ici avec l’espoir d’un avenir choisi. Elles se racontent là-bas et ici, elles retrouvent dans quelques photos un moment vécu qui ne s’efface pas, nous font écouter chansons et poèmes qui parlent de chez elles et font résonner en nous des sentiments puissants: le tourment de l’amour, la trahison, la vengeance, l’injustice, la violence, l’espoir... L’une raconte, le choeur répond, porteur de la parole de toutes les femmes. Comme des milliers d’autres elles ont sauté dans cette nouvelle vie avec une force inimaginable, se sentant parfois princesse, parfois invisible! Les 23 et 24 septembre à 20h

DANSE La Julienne Route de St-Julien 116 1228 Plan-les-Ouates www.plan-les-ouates.ch Espace Vélodrome 60 Chemin de la Mère-Voie 1228 Plan-les-Ouates +41 22 884 64 60 www.plan-les-ouates.ch —TORDRE - Rachid Ouramdane Il faut voir ce précis de virtuosité et accepter d’être bouleversé par ces deux danseuses, aux particularités physiques extra-ordinaires. Quand l’une tourne au point de nous donner l’impression que le haut de son corps se désintègre, l’autre crée

Go Out! Magazine

DANSE / EN FAMILLE

des sculptures tridimensionnelles d’une précision minutieusement rigoureuse. Lora Juodkaite et Annie Hanauer sont les héroïnes de ce double-portrait signé Rachid Ouramdane, chorégraphe incontournable dans le paysage de la danse contemporaine. Le spectacles est en anglais, surtitré en français. Le samedi 10 septembre à 21h Bâtiment des Forces Motrices (BFM) 2 Place des Volontaires 1204 Genève www.bfm.ch —Nicht schlafen Dans le cadre de La Bâtie Festival de Genève Les ballets C de la B d’Alain Platel Quand Alain Platel vient à Genève, on est assuré d’en prendre plein la vue : subjugué par sa danse virtuose, admiratif de ses décors où l’épure rivalise avec la beauté, baba devant la justesse et la sincérité de ses interprètes. Aujourd’hui, le grand chorégraphe nous offre un shoot de virilité et s’inspire des années vertigineuses du début du XXe siècle ; une période où le génie du compositeur Gustav Mahler s’affirme, l’imposant comme un des symboles du romantisme. Dans nicht schlafen, ses lieder se frottent à la polyphonie de chanteurs congolais dans des paysages sonores imaginés par Steven Prengels, fidèle complice de Platel. Les yeux tout écarquillés, on en aura le souffle coupé. Les 16 et 17 septembre à 21h00

EN FAMILLE Théâtre Des marionnettes Rue Rodo, 3 1205 Genève 022 807 31 00 www.marionnettes.ch

93

—Rhinocéros Une étrange épidémie s’empare d’une petite bourgade : la « rhinocérite ». Les habitants y succombent et se transforment en rhinocéros. Tous, sauf Bérenger, un antihéros marginal, qui résiste par anticonformisme plus que par conviction idéologique. Cette pièce culte d’Eugène Ionesco, grand maître du théâtre de l’absurde, évoque avec un humour féroce l’uniformisation de la pensée et la déshumanisation. Du 15 au 25 Septembre 2016 —Les Misérables Proposer les grands mythes de la littérature sur un petit plateau de théâtre, raconter beaucoup avec peu, tel est le credo de la compagnie Karyatides (Carmen, Madame Bovary). En partant des Misérables, fabuleuse intrigue mélodramatique et métaphysique, policière et sociale, cette version scénique en offre un concentré incroyablement créatif. La transposition se cristallise sur ses figures incontournables: le voleur repenti et bienfaiteur Jean Valjean, l’infortunée Cosette, la désespérée et sacrificielle Fantine, le gamin des rues insurrectionnelles Gavroche et le tourmenté Javert réduit au manteau de sa fonction d’inspecteur.Du 28 Septembre au 09 Octobre 2016 Les Ma, Me, Je, Ve à 19h Les Sa et Di à 17h A partir de 9 ans AM STRAM GRAM Route de Frontenex 56, 1207 Genève 022 735 79 24 www.amstramgram.ch —Pourquoi Suzette naît-elle avec une bosse sur le front ? Alliance détonante de musiciens électro-pop-rock (Ruppert Pupkin, Elvett, Brico Jardin, The Young


AGENDA

Gods) avec des acteurs de haut vol, un vidéaste fou et un live-painter insatiable, Suzette ouvre la scène à tous les publics. Désordre organisé, joyeuse récréation, fantaisie au galop mélancolique, ici, la pièce de théâtre se prend pour un concert et le concert pour une pièce de théâtre. Du 27 septembre au 18 octobre 2016 Les Ma et Ve à 19h Les Sa et Di à 17h A partir de 8ans CAC Le Centre d’Art Contemporain Rue des Vieux-Grenadiers 10, 1205 Genève 022 329 18 42 www.centre.ch —Les mercredis de l’animation Le Centre en collaboration avec Animatou, Festival International du Film d’Animation de Genève, propose aux plus jeunes de découvrir le meilleur du cinéma d’animation chaque dernier mercredi du mois au Cinema Dynamo, pour s’initier de façon ludique à l’image en mouvement. Mercredi 7 septembre à 15h A partir de 4 ans. Maison Tavel Rue du Puits-Saint-Pierre 6 1204 Genève +41(0)22 418 37 00 Musée d’art et d’histoire Rue Charles-Galland 2 1206 Genève 022 418 25 00 www.mah-geneve.ch —Déjeuner sur l’herbe Rendez-vous d’artistes - Serval & Kalonji au musée Avec Martin Leer, professeur à la Faculté de Lettres de l’Université de Genève et Catherine Grimm, peintre Le 4 septembre 2016 à 14h Un dimanche par mois d’avril à

Go Out! Magazine

EN FAMILLE / LÀ-BAS

décembre 2016

Expositiom du 15 septembre 2016 au 15 janvier 2017

Musée RATH Place de Neuve 1, 1204 Genève 022 418 33 40 —Les secrets de la boîte noire Atelier photo Après une visite de l’exposition Révélations. Photographies à Genève, les enfants sont invités à découvrir les sténopés. De la création d’un sténopé, à la réalisation d’une prise de vue, cet atelier les initiera aux secrets de la photographie. Le 7 septembre 2016 à 13h30 A partir de 10 ans MAMCO Rue des Vieux-Grenadiers 10, 1205 Genève 022 320 61 22 www.mamco.ch —Récit d’un temps court Jusqu’au 4 septembre 2016 —Petits Rendez-vous Où vont les paroles ? Visites guidées interactives et ludiques de 45 min. pour les 5-10 ans accompagnés d’un adulte. Les 4 et 7 septembre 2016

LÀ-BAS

—Chromatique Sélection colorée dans la collection d’art verrier L’exposition Chromatique explore l’univers de la couleur sous trois angles différents: scientifique, sensoriel et ludique. Scientifique par la familiarisation avec les techniques de coloration du verre mais aussi par la mise en valeur du rôle de la vision dans la perception des couleurs. Sensoriel car c’est en s’inspirant du cercle chromatique du théoricien suisse Johannes Itten pour la présentation des œuvres que cet aspect peut être expérimenté. Enfin, comme chaque rencontre artistique devrait se faire par le plaisir et l’humour, un secteur ludique s’inscrit au sein de l’exposition. Du 29 septembre 2016 au 24 septembre 2017 Musée de l’Elysée 18, avenue de l’Elysée 1014 Lausanne http://www.elysee.ch/ —Vernissage des expositions Wojciech Zamecznik et Martin Kollar Le 20 septembre 2016 18h00 —La nuit des musées La Nuit des musées de Lausanne et Pully 2016 . Le 24 septembre 2016.

LAUSANNE Musée du design et des arts appliqués contemporains (MUDAC) Place de la Cathédrale 6 / 1005 Lausanne www.mudac.ch —Le monde d’Hergé et Anima Le mudac et la Municipalité de Lausanne se réjouissent de vous inviter au vernissage des expositions Le monde d’Hergé et Anima. Vernissage le 14 septembre à 18h

95

Théâtre de Vidy Avenue Emile-Henri-JaquesDalcroze 5 1007 Lausanne www.vidy.ch —NACHLASS Stefan Kaegi et Dominic Huber. Stefan Kaegi a rencontré des personnes qui, pour différentes raisons, ont choisi de préparer leur départ. Chaque spectateur est invité à visiter huit pièces scénographiées


AGENDA

mettant en scène le témoignage de ce qu’elles souhaitent laisser après leur disparition. Du mercredi 14 septembre 2016 au samedi 24 septembre 2016 —No man’s land Christian Lutz expose dans La Kantina plusieurs séries photographiques consacrées aux itinéraires et rêves de réfugiés. De l’île de Kos au Tessin en passant par les abris des Protections Civiles de Genève, il rappelle la nécessité d’observer la réalité sans préjugé ni préjuger pour réfléchir au monde d’aujourd’hui. Du 14 septembre au 3 décembre 2016 —69 POSITIONS La chorégraphe Mette Ingvartsen, telle une conférencière, passant d’archives à la réactivation de performances artistiques célèbres ou de ses propres pièces liées à la

LÀ-BAS

sexualité et à la nudité, explore les liens entre intimité et espace public. Du jeudi 29 septembre au samedi 1 octobre 2016 —Nathan le sage Nicoas Stemann Salle Charles ApothélozThéâtre de Vidy La mise en scène inventive et musicale de Nicolas Stemann interroge la pièce de Lessing avec un texte commandé à Elfriede Jelinek montrant que l’idéal de tolérance nécessite aussi d’assumer les conflits. Du mercredi 14 septembre au samedi 24 septembre 2016 Opéra de Lausanne Avenue du Théâtre 12 1002 Lausanne www.opera-lausanne.ch —CONFÉRENCE FORUM OPÉRA Jeudi 8 septembre 2016 à 18h45

Théâtre de Beaulieu Av. des Bergières 10, 1000 Lausanne 22 www.theatredebeaulieu.ch —Issa Doumbia - 1ère consultation On le retrouve sur scène dans « 1ère consultation », un one man show où il peut laisser place à un talent forgé dans les matches d’impro. Contrairement à la retenue dont on peut faire preuve lors de son premier rendez-vous chez le psy, Issa se laisse aller à l’exubérance et se déchaîne au travers de personnages plus délirants les uns que les autres. Une réjouissante schizophrénie dont les effets euphorisants devraient être prescrits plus souvent par le corps médical. A consommer sans modération ni ordonnance ! Le 1er octobre à 20h30 VEVEY

N'ayez pas seulement un site web

AYez une presence

www.webfactor.ch création de sites web adaptés à toutes tailles d’écran 022 575 43 93 Septembre 2016

96


LÀ-BAS

AGENDA

Musée Jenisch Avenue de la Gare 2 1800 Vevey www.museejenisch.ch —Origines et horizon La Collection d’art Nestlé David Hominal Créée il y a un peu plus d’un demisiècle sous l’impulsion de Jean Tschumi, architecte très inspiré du siège mondial de la multinationale sis à Vevey, la Collection d’art Nestlé constitue aujourd’hui l’un des trésors patrimoniaux les plus importants de la région. D’envergure internationale, elle est répartie entre le bâtiment de Jean Tschumi et le Musée Jenisch Vevey. Elle réunit les oeuvres d’artistes majeurs du XXe siècle, tels que Alighiero Boetti, Christo, Sol LeWitt, Annette Messager ou Pablo Picasso, tout en faisant la part belle à l’art suisse, de Ferdinand Hodler à Fischli & Weiss, en passant par Jean Tinguely ou encore Jean-Luc Manz. Du 3 juin au 2 octobre 2016 NYON Château de Prangins Avenue Général Guiguer 3 1197 Prangins www.nationalmuseum.ch —Juifs de Suisse: 150 ans d’égalité des droits Quinze portraits de personnalités juives illustrent la pluralité de cette communauté un siècle et demi après son émancipation. Du 19 août au 19 septembre 2016

www.gianadda.ch —Picasso L’œuvre ultime Hommage à Jacqueline En hommage à Jacqueline Picasso disparue il y a trente ans, le 15 octobre 1986, la Fondation Pierre Gianadda présente un ensemble exceptionnel de peintures, gravures, linogravures, céramiques et sculptures, qui mettent en lumière l’œuvre tardif de Picasso. Du 18 juin au 20 novembre 2016 —Scharoun ensemble de la philharmonie de Berlin Beethoven: Septuor pour cordes et vents, op. 20 Mendelssohn: Octuor pour cordes, op. 20 Le dimanche 18 septembre 2016 LENS Fondation Pierre Arnaud 1, route de Crans 1978 Lens www.fondationpierrearnaud.ch —Artistes pour la Liberté. Le Mur de Berlin Dès 1989 et la chute du Mur de Berlin, quelques 45 artistes du monde entier ont peint sur des fragments du célèbre Mur de la Honte. Au programme, des oeuvres signées de peintres aussi célèbres que Luciano Castelli ou Sol Lewitt. Jusqu’au 10 octobre 2016

Usine à Gaz Rue César Soulié 1 1260 Nyon www.usineagaz.ch Fondation Pierre Gianadda Rue du Forum 59 1920 Martigny

Go Out! Magazine

97


ABONNEZ -VOUS

Nom

Prénom

Adresse

NPA/Localité

Vous allez adorer recevoir le magazine chaque début de mois pour faire vos choix de sorties. Alors abonnez-vous ou, selon votre humeur du moment, soutenez Go Out ! en utilisant le coupon ci-dessous ou en consultant www.gooutmag.ch. En plus du tirage d’inscription, les membres de soutien sont tirés chaque mois au sort pour recevoir des billets pour des représentations, en partenariat avec différentes institutions culturelles et festivals en Suisse.

Courriel

Teléphone Les abonnements: Abonnement choisi

1. Le Sympathique   50 CHF (abonnement individuel) 2. Le Tonique   100 CHF (abonnement entreprise ou institution) 3. Le Sublime   250 CHF (abonnement individuel de soutien)

A renvoyer par mail à: info@gooutmag.ch ou par courrier à: GoOut ! magazine Rue du Diorama 16 1204 Genève

4. Le Paradis   1000 CHF (abonnement institutionnel de soutien)


Dix / Zehn / Diece Episode 1 : La collection des moulages par Stéphane Barbier Bouvet To the amateur Damsels par Aurélie Jacquet Vernissage le 22.09 dès 18 h 23.09 – 22.10.2016

n itio s o d p ur e ’ex Hea our ace d l-Dufo Genèv Y n I p a e s r 4 Liv vel e Géné , 120 Nou iment sse 5 ve.ch e Bât de H -gene e u a e d R w.h w w

A l’occasion des 10 ans de l’école, LiveInYourHead consacre une année de programmation à l’histoire de la HEAD – Genève, interprétée par différents artistes de la jeune génération.


Bourses de la Ville de Genève Fonds Berthoud, Lissignol-Chevalier et Galland pour la jeune création contemporaine Vernissage et proclamation des lauréats jeudi 15 septembre 2016 à 18 heures Nominés 2016 : Emmanuelle Bayart, Delphine Depres, Bastien Gachet, Félicien Goguey, Simone Holliger, Zara Idelson, Clémentine Küng, Yoan Mudry, Zora Oberhänsli, Pilar Pilar, Alan Schmalz Exposition du 16 septembre au 16 octobre 2016 | Centre d’Art Contemporain Genève | www.centre.ch

Go Out! n°44 septembre 2016  

Avec la rentrée, retour au bercail, aux habitudes, à la routine ? Jamais. Car l’été joue les prolongations. Et quand il fait beau, on sort....

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you