Page 1


Inspiraciones acuáticas Dirección científica: Francisco Ortega

Plaza temática: Inspiraciones acuáticas

z

72

Cuando se esbozaron las líneas generales del Plan Director de Espectáculos de la Exposición Internacional Zaragoza 2008 se incluyeron tres espectáculos que pretendían tener una gran entidad artística en sí mismos y un gran interés para los visitantes. Los tres tenían la forma de producciones propias, es decir, asumidas por la propia organización como encargos específicos a artistas, productoras y compañías a través de los que procuraba presentar al mundo su propia razón de ser. Estos tres espectáculos son la cabalgata, el espectáculo de la noche y un tercero diseñado como propuesta global, que incluía también la necesidad de inventar un continente, esto es, un espacio escenográfico que lo hiciera posible. El nexo común a todos ellos era, naturalmente, el agua y el desarrollo sostenible, otorgándole a cada uno la posibilidad de hablar del asunto desde una perspectiva absolutamente diferente y complementaria. Se pensó ya entonces que la cabalgata podría transgredir sus propias normas habituales, tal vez algo esclerotizadas con el paso de los años, y convertirse en un momento fundamentalmente estético, una especie de exaltación de la belleza, que el agua, como concepto cultural, mitológico y provocador de estímulos sensoriales e intelectuales, podía mantener. Pareció conveniente, por otro lado, que el espectáculo del río Ebro, ese que marcará la frontera entre la luz y las tinieblas, fuese una especie de final y de comienzo, y contuviera implícitamente una lección sobre los desastres a los que podemos enfrentarnos si seguimos mal utilizando el agua como recurso para la vida. Así las cosas, el tercero tenía que ser necesariamente una propuesta en donde la participación lúdica terminara siendo lo esencial, aunque los porqués anteriores no estuvieran tampoco excluidos. Y ahí empezó la relación con el director teatral argentino Pichón Baldinú, director de la compañía argentina Delaguarda, de quien conocíamos de manera especial su espectáculo “Villa, Villa”. Ese espectáculo se podría definir como “aéreo”, porque buena parte de las acciones ocurren por encima de la cabeza de los espectadores. Se podría decir también que es un teatro de imágenes, en la medida en que carece de texto propiamente dicho, y en una sucesión de escenas sin argumento aristotélico tradicional, se van superponiendo unas con otras. Se podría decir, por último, que es teatro en donde se invita al espectador a “vivir” junto a los actores, no solo a ver lo que estos hacen, pero que el grado de integración lo decide el propio espectador. Estas características, sin embargo, no explican el fenómeno de catarsis que “Villa, Villa” finalmente provocaba, las mismas que pretendemos provocar en

la Exposición de Zaragoza con este nuevo trabajo de Pichón Baldinú. El público de Nueva York, Amsterdam, Buenos Aires o Madrid, cuando abandonaba el recinto en donde se presentaba esta singular performance, tenía la sensación de haber participado en una fiesta de alegría desmedida y sabio control técnico. La música, racial y hermosa, había ido subrayando cada punto envolviendo a todos en un mundo de referencias poéticas, étnicas, en donde una especie de locura controlada presidió el ir y venir de los cuerpos, de las voces, de las sensaciones. Argentina _su cultura, sus tradiciones populares, su folklore_, estaban por debajo de todo lo presenciado y escuchado, en un totum artístico bello y a la vez inquietante, salvaje y armónico, onírico y racional, que destilaba una pureza original, un aire de brutal sinceridad que casi todas las compañías profesionales especializadas en este tipo de teatro fronterizo fueron perdiendo desgraciadamente por el camino. Eso es también, sin duda, lo que el visitante de Expo Zaragoza 2008 va a encontrar en la plaza temática de “Inspiraciones Acuáticas”: un momento irrepetible, recordado con nostalgia, placer y emoción el resto de su vida.


73


Inspiraciones acuáticas Dirección artística: Pichón Baldinú. Realización: Compañía Delaguarda

Plaza temática: Inspiraciones acuáticas

z

74

HOMBRE VERTIENTE Antes de contar de qué trata este espectáculo debería comentar cómo fue concebida la idea de realizar un evento teatral que generara con igual peso una historia, un lenguaje sensitivo para contarla y un ámbito que le proponga al espectador ser parte de ella. Quizás deba aclarar que esta es la primera vez que comienzo la creación de una obra desde una historia. Siempre lo había hecho partiendo de ideas e imágenes que desarrollaba desde una larga experimentación física donde el espacio ocupaba un lugar preponderante. Muchas veces la obra tomaba su forma y el espacio no solo determinaba la puesta en escena sino también el espíritu, el argumento. Es decir, el espacio se convertía en escenario y obra a la vez. Así es como la historia aparecía más tarde deviniendo en un relato abstracto que poseía un carácter específico poderoso como la violencia, la euforia, lo onírico, lo festivo. Hoy, este camino inverso, me propuso un nuevo desafío, transmitir un mensaje. Algo que el público se lleve grabado en el cuerpo y la mente. Algo que genere una reflexión. La historia trata sobre un hombre universal que tiene tanta agua que la desperdicia, sin pensar que de ese modo se agrede a sí mismo. La agresión se manifiesta en ataques entre los hombres. El agua quedará fuera de control y el hombre luchará por dominarla en vano. El caos sobrepasa al hombre. Luego aparecerá un nuevo hombre que asciende un camino y que con cada paso que da, quiebra la tierra generando desierto. Al final del camino se desvanece y cae en el. Luego se seca como la tierra que pisa. El hombre debe despertar. Nadie más que él podrá cambiar este rumbo. El agua es un elemento vital que existe dentro y fuera de él. ¿Cuál de las dos aguas deberá cuidar mejor? ¿existe una sin la otra? ¿puede un hombre solo resolver este desastre? ¿cuántos hombres necesitamos? La acción se traslada a la arena donde aparecerá un nuevo personaje, un joven muchacho que unirá a los hombres para cambiar su trágico destino... Las acciones sucederán en todo el espacio compuesto por tres zonas: el escenario, la arena y las tribunas. Podría decirse que se trata de un coliseo romano o una plaza de toros con un escenario a la italiana, o de una obra que comienza en las tribunas, continua en la arena, se desarrolla en el escenario, vuelve a la arena y termina nuevamente en el escenario. Debería agregar que cuando menciono estos espacios los pienso tridimensionales, puesto que todo aquello que ocurre por encima de X e Y, es decir en el aire, adquiere un poder y una fuerza expresiva que convierte a esta dimensión en un inagotable “territorio” que expande el lenguaje exponencialmente.

Este es el valor que tiene para mí el espacio, un aliado a quien siempre tuve a mi lado, un inspirador, un misterio a develar, una bestia a domar. Cuando me propongo en esta obra trabajar dentro de un escenario _debo confesar que es mi primera vez, siempre lo hice en espacios no convencionales_ veo a éste como a una antigua caverna habitada por espíritus milenarios. Ellos dispusieron infinidad de reglas inquebrantables con las que desafían a todos aquellos que quieran usarlo. Infinidad de artistas han estado ahí y solo pocos, muy pocos lograron quebrarlas para transformar la caverna en una verdadera ilusión. Este es un gran desafío. También veo al escenario como una gran garganta desde donde nace, se construye y crece esa ilusión. Pero, ¿puede esta ilusión llegar a ser tan grande que no quepa ahí dentro?, ¿puede esa garganta dejar que esa ilusión se escape de ella? ¿y si la garganta decidiera vomitarla, la caverna decidiera abrirse y los espíritus quebrar las reglas y por una vez, salir de ella? Es aquí cuando el espacio se transforma en escenario y la acción se traslada a la arena. Esta se encuentra poblada de dispositivos escénicos que parirán gigantescas criaturas. Si pensamos que mil espectadores se encuentran de pie entre ellas, no deberíamos dejar de incorporarlos a la escena… El espectador es actor, el actor será cómplice de la transformación de los roles y una nuevo orden aparece en el espacio, nuevas reglas, nuevos espíritus… Y ¿qué hay de aquellos sentados en las tribunas? El escenario se ha acercado y los últimos son los primeros o bien como si fueran dioses, observan todo desde el mas allá. Ven a los actores y a los espectadores devenidos en actores. Ahora que las reglas han cambiado las condiciones del espacio: ¿quién se modifica con qué? y ¿qué modifica a quién?, ¿qué es lo que el espacio ha generado en la obra?, ¿qué es lo que la obra le ha generado al espacio? El espacio finalmente no es sólo el contenedor de ella, sino el deflector de todos los elementos que viven en él.


75


Inspiraciones acuáticas Equipo de arquitectura: Performance. Ideas y Aplicaciones S.L. Félix Escrig Pallarés. Ingeniería: DYCA Ingenieros

Plaza temática: Inspiraciones acuáticas

z

76

Se trata de diseñar un recinto para representaciones escénicas de vanguardia en un espectáculo diseñado ex profeso para la Exposición Internacional Zaragoza 2008. Las necesidades de este recinto son muy especiales ya que debe cumplir varios requisitos que determinarán la forma: 1. No desmerezca del entorno, es decir, tiene que trascender de la idea de circo. 2. Debe tener capacidad para albergar 3.000 espectadores, de los que 1.800 estarán sentados en el graderío y 1.200 estarán de pie en la zona plana central, denominada arena. 3. Estos espectadores deberán acceder al recinto en un breve espacio de tiempo, que no deberá superar los 20 minutos, debiendo evacuar en el mismo tiempo. 4. El acceso a la zona de graderío será distinto al de la arena, teniendo en cuenta que al primero se accederá a la cota 200, mientras que a la arena a cota 193,5. 5. La altura libre del espacio interior será de 15 m en la zona de la arena, localizando a esa altura un techo técnico transitable mediante pasarelas que comienzan en el escenario. 6. A la arena deberán poder entrar vehículos pesados para el transporte de los elementos del espectáculo y piezas prefabricadas que constituyen el recinto. 7. Las grandes puertas para la entrada de camiones servirán también como accesos y evacuación de la arena. 8. El recinto debe poder conseguir el black-out, fundamentalmente negro al interior. 9. Todas las infraestructuras que puedan contratarse en alquiler ayudarán a minimizar el coste y el reaprovechamiento. En base a estos requisitos y, puesto que la plaza se llama de “Inspiraciones acuáticas”, se ha procurado una forma exterior que no desmerezca de un recinto de pública concurrencia en un lugar tan simbólico como la Exposición Internacional Zaragoza 2008, cumpliendo los requisitos anteriores. El espacio de la plaza se ubica entre los dos grandes puentes, PabellónPuente y puente del Tercer Milenio. Ocupa la margen del río y se conecta con él a través de una zona arbolada.

El terreno tiene suficiente desnivel que se aprovecha para acceder desde la parte superior a la zona de gradas y desde abajo a la arena, a cota de accesos. La pieza urbana en cuestión tiene forma circular, rematada por una pastilla que contiene el escenario y las dependencias anejas. La cuestión urbanística más importante a solventar fue el acceso a la parte superior, la de gradas, muy distinto a la de la inferior, por lo que en el exterior se ha situado una escalera que conecta los dos niveles; el tráfico pesado debe poder acceder al interior del recinto, para lo que se ha previsto incluso una zona de estancia corta por el lado oeste del edificio desde la vía de servicio paralela al río. La forma con apariencia de concha no es arbitraria y se justifica en los siguientes aspectos: 1. Estructuralmente es muy eficaz ya que tiene gran rigidez longitudinal y transversal, y puede construirse con un peso mínimo. La estructura está formada por un conjunto de 19 cerchas espaciales de forma triangular conectadas entre sí, que permiten colgar subestructuras pesadas para el desarrollo del espectáculo. 2. Aunque no entra en las previsiones del proyecto, esta estructura es perfectamente desmontable y fácil de instalar en otro lugar con otra topografía, sea un auditorio abierto por los laterales, protección urbana para mercados, cubierta para un polideportivo, etc. 3. El material de cubierta es panel sándwich con un tratamiento que permite absorber el 30% del ruido generado en el interior (35 db) y con un color tipo ocre que tenga capacidad para reflejar los rayos solares sin acumular energía. 4. La forma de concha, más que un mimetismo es una inspiración acuática a la que no podrá sustraerse ningún visitante. Se ha mantenido una cierta regularidad en la forma para mantener un orden, que sin embargo podría ser movido haciendo las crestas delanteras de tamaños arbitrarios.


5. Los 17 lóbulos frontales permiten colocar 15 accesos con altura suficiente. No se utilizarán todos dado que obligaría a pasillos interiores excesivos que harían perder localidades. 6. La forma permite constructivamente unos desagües situados en el extremo de los valles. 7. Todos los elementos utilizados serán rectos aunque los arcos que forman las costillas principales tendrán un trazado curvo circular. 8. En términos económicos viene a significar un abaratamiento frente a otra solución. 9. En cuanto al interior, las características del espectáculo determinan en gran manera la propuesta elegida. 10. Sí se han alterado las dimensiones previstas para adaptarlas a un mayor número de espectadores, lo que ha forzado a desplazar la situación del recinto a un espacio más amplio. 11. Se trataba, en suma, de realizar algo atractivo y de apariencia innovadora, ordenado y tranquilo frente a las propuestas del entorno, más atrevidas e informales. Parte de los elementos del espacio serán de alquiler, de manera que obliga a utilizar un cerramiento textil pintado con escenas del espectáculo, sirviendo de reclamo desde el interior y exterior del recinto de la Exposición Internacional Zaragoza 2008.

77


Pabellón de Iniciativas Ciudadanas: el Faro Francisco Pellicer. Jefe de ÁreaTemática y Medioambiente. Expo Zaragoza 2008 Víctor Viñuales. Director Fundación Ecología y Desarrollo

Integrado en el conjunto de las plazas temáticas, el Pabellón de las Iniciativas Ciudadanas1, el Faro, pone el acento en el importante papel desem-

78

peñado por las organizaciones de la sociedad civil más allá de las fronteras y sistemas políticos. Las organizaciones sociales han demostrado una gran capacidad de denuncia de los desajustes y disfunciones que provocan las acciones del ser humano, especialmente de los países desarrollados con mayor capacidad de transformación, en la salud del Planeta. Desde el principio estuvieron junto a los arriesgados y controvertidos investigadores que anunciaban el cambio climático, llamando poderosamente la atención sobre un tema que, finalmente, ha pasado al primer plano de las preocupaciones mundiales. Se las encuentra asimismo en la vanguardia de la defensa de los derechos civiles, entre ellos, el acceso universal al agua. Además de la función de denuncia, las organizaciones no gubernamentales procuran propuestas alternativas, ofreciendo una nueva manera de comprender la naturaleza de los desafíos del agua y de abordarlos, transformando las estructuras y modelos de gestión basados en el despilfarro y la desigualdad y, en definitiva, reconduciendo tendencias para conseguir un planeta más saludable desde el punto de vista ecológico y más justo, solidario y, en consecuencia, apacible, desde el punto de vista social. No es la primera vez que las ONGs están presentes en las Exposiciones. Particularmente en Aichi 2005, hubo una presencia muy significativa en el espacio denominado Global Village. En Expo Zaragoza 2008, sin embargo, se da un importante paso; no se trata ya de un gran panal de pequeños espacios individualizados, sino de una propuesta integradora y poderosa, basada en el encuentro, en el trabajo conjunto y en la convivencia reflexiva y festiva. El espacio expositivo procura expresar este concepto desde la arquitectura, las exposiciones, las experiencias, los encuentros y demás actividades llevadas a cabo por el conjunto plural, diverso e internacional del llamado tercer sector en su relación con el agua y en sus dimensiones ambiental y de cooperación al desarrollo. De la mano de la Fundación Ecología y Desarrollo, que ejerce las funciones de coordinación y secretaría técnica, un grupo de arranque constituído por Cruz Roja Española, Intermón Oxfam, Fundación Nueva Cultura del Agua, la propia Fundación Ecología y Desarrollo y WWWF/ADENA ha impulsado la participación internacional. Hasta el momento, 160 organizaciones de los cinco continentes han levantado su mano mostrando interés por participar en Expo Zaragoza 2008 .

Pabellón de Iniciativas Ciudadanas: el Faro

z

1 Aichi ONG Global Village, Amigos de la Tierra, ANSAR, Ashoka, Ayuda en Acción, Caritas, Centro Internacional del Cambio Climático, COAGRET, CONGDE, Educación sin Fronteras, FABZ, France Libertés, Fundación Chandra, Green Cross, Ingeniería sin Fronteras, ERN, Manos Unidas, Medicus Mundi, Médicos sin Fronteras, OCU, SEO/BirdLife, Sustain Labour, Unión Nacional de Asociaciones Familiares, Woman in Europe For a Common Future forman, junto con el grupo de arranque, el Consejo del Pabellón.


El pabellón ocupa una posición muy central y visible en el recinto, siendo un hito singular en el recorrido paralelo al Ebro junto con las plazas temáticas. El edificio más que contenedor es contenido en sí mismo. Asemeja una gran vasija o cántaro de barro de 21 m de altura y una base circular de 1.000 m2. Construídos con pacas de paja y barro proyectado, sus muros definen un volumen a modo de doble cúpula con un anfiteatro central destinado a los encuentros, una corona perimetral acoge las exposiciones, y un espacio levemente individualizado por la cúpula secundaria sirve para café internet. Los equipamientos y servicios necesarios para la operación se integran en la planta baja aprovechando el espacio inferior al anillo de las exposiciones y las gradas del foro. El programa de experiencias se aproxima al río para captar las agua del Ebro que se tratarán en la planta potabilizadora de emergencias (ERU) y acercar a la zona de colas la tensión que provoca el encuentro con la cruda realidad de otras partes del mundo. Se consigue de este modo crear un espacio unitario y polivalente donde se desarrolla el programa rico y diverso

proporcionado por la participación plural y diversa de tan numeroso grupo de actores. La naturaleza de los materiales empleados tradicionalmente en las regiones secas de tantas partes del mundo es una llamada a repensar el presente aprendiendo del pasado en el proyecto de indudable innovación y contemporaneridad del arquitecto Ricardo Higueras. La austeridad del barro y la paja no quita esplendor a las altas cúpulas en cuyo interior se disfruta de las saludables condiciones térmicas proporcionadas por la sombra, la capacidad aislante de los muros y la refigeración proporcionada por la recirculación de las frescas aguas del freático inmediato y las chimeneas térmicas que coronan el edificio. La luz cenital que invade el espacio interior desde las chimeneas procura una iluminación natural, difusa y homogénea muy adecuada para los espacios expositivos y de encuentro. En definitiva, el pabellón se convierte en la metáfora del gran vientre materno de la Tierra que nos acoge a todos sin distinción y nos proporciona condiciones adecuadas para la vida, el encuentro y en intercambio. Así responde a su propósito de convertirse en faro y guía de nuevas fórmulas culturales con las que abordar los desafíos del agua en nuestros días pensando de modo sostenible en las generaciones que nos han de seguir.

79


Pabellón de Iniciativas Ciudadanas: el Faro Equipo de arquictectura: Ricardo Higueras

Pabellón de Iniciativas Ciudadanas: el Faro

z

84

En este contexto de pabellones monográficos en el que el concepto expositivo que desarrollan se traslada a la concepción arquitectónica de los edificios, el Pabellón de Iniciativas Ciudadanas se concibe como un elemento singular y expresivo de su propio contenido. En este caso el contenido no es un tema único, sino el concepto de participación, de pluralidad, de intercambio, que representa la acción de colectivos sociales, asociaciones y organizaciones no gubernamentales. El proyecto busca esta respuesta en la relectura de la construcción tradicional con materiales de la tierra: madera, paja, barro. Encuentra inspiración, tanto en la forma como en el funcionamiento, en el comportamiento de los recipientes de barro, los tradicionales cántaros. La relación del edificio con el exterior se pretende igualmente fluida, a pesar del necesario control de flujos de visitantes. Esta relación se articula además teniendo muy presente el río, e incluso una posible conexión directa con él. El pabellón contará con tres accesos: uno en la cúpula menor, al norte, dando hacia el recinto, que sirve de salida principal; los otros dos hacia el río, uno al Este, sirviendo de entrada y salida directa al ‘foro’, y otro al Oeste, como acceso principal al espacio expositivo. Este acceso principal se conecta con un espacio de colas formado por un porche vegetal entre el pabellón y el banco ecogeográfico que limita con el soto natural. La construcción de este gran espacio se plantea desde la revisión de sistemas tradicionales. Conformando el cerramiento mediante gruesos muros de paja recubierta de barro se consigue un aislamiento más de doscientas veces superior al ladrillo. La paja, producto de desecho que se suele quemar, se utiliza aquí empacada en balas prismáticas con prensado previo, que se disponen sobre un esqueleto estructural conformando la base de los muros. Finalmente se recubre interior y exteriormente con barro proyectado, que actúa como aglutinante y, convenientemente tratado, impermeabilizante, sin perder la capacidad de transpiración del muro. La revisión del empleo de materiales tradicionales que hoy en día consideramos de desecho, como la paja, se plantea en este proyecto, más allá de la anécdota de erigir un edificio singular, como una reflexión sobre la construcción sostenible que debe mirar por encima de la rentabilidad aparentemente inmediata de los sistemas constructivos convencionales. Texto: Guillermo Montaner. Responsable de proyectos. Oficina técnica Expo Zaragoza 2008.


85


Pabellón de África: estepas, praderas y sabanas Dirección científica: Uwe Bruückner, María Millán Equipo de diseño y construcción: María Marta Murais, Adriana Castro, Nüssli, Martin Joos

Pabellón de África

z

86

FACHADAS La interacción de los elementos del ciclo ecológico: agua, viento, sol y su constante movimiento transforman a la naturaleza, y su sintonía es imprescindible para la formación de la vida sobre la tierra. En la fachada se quiere honrar a la naturaleza y los elementos que la forman y transforman con una interpretación materializada en capas que al juntarse comunican un solo mensaje (1-2*). Una capa de laminillas colgadas en una micro-red resplandecen con sol y se mueven libremente a virtud del viento produciendo formas ondulantes interpretando a la superficie del agua y recuerda la interacción de estos elementos y su importancia en la naturaleza. En una segunda capa, una gráfica abstracta de los paisajes sub-Saharianos de praderas, estepas y sabanas con su amplio horizonte celebra la unión entre el cielo y la tierra (mito africano para el origen del hombre). Esta es complementada con los nombres de los países creando una imagen panorámica que responde a una gran escala urbana al ser percibida con claridad a distancia. Al acercarse a la fachada, estadísticas de los países expositores podrán ser leídas grabadas en las láminas individuales. La tercera capa está formada por luz, que al activarse transforma a la fachada en un órgano de transmisión viviente, un vínculo de comunicación del contenido del interior del pabellón hacia el exterior. La luz se materializa formando figuras que cuenta poemas de la cultura y la naturaleza en donde una nube se convierte en un hombre, el hombre en un león… donde del agua inunda la tierra, fluye por potentes ríos y corrientes, empapa la tierra y hace surgir la vegetación. La narrativa se conforma por cortos módulos, que describen un viaje imaginativo, creando un mensaje de estilo abstracto.

(1*)


(2*)

(3*)

CONCEPCIÓN CREATIVA(3*). Una red ortogonal tendida en las superficies verticales y horizontales asegura una división flexible del espacio. De ésta se originan las parcelas y los volúmenes de exhibición para los países. El sistema modular organiza un imagen de arquitectura de paisajes en todo el espacio interior. El pabellón está organizado en tres radios; agua, paisaje y cultura (4*). El agua en forma de vías fluviales, rompe con la masa tectónica dando forma al los bordes costeros territoriales. La influencia del agua en su exceso o carencia da forma a los paisajes territoriales dentro de un sistema integrador. Desde estas superficies se le accede a los espacios de tematización individual para la cultura de los países (5*).

EXPOGRAFÍA Concepción creativa. imagen colectiva. Imagen de los países africanos sub-Saharianos El África meridional limita al Este con el océano Índico y al Oeste con el Atlántico. Esta región geográfica está marcada por una meseta caracterizada por una altura en gran parte homogénea. La superficie más bien pobre en recursos acuíferos presenta, sobre todo, grandes lagos interiores, como por ejemplo el lago Victoria. Estas condiciones eco-geográficas definen una imagen del espacio caracterizada por un amplio horizonte. La organización del diseño esta basada en las características descritas por parámetros eco-geológicos; biomas de los países, selva tropical, sabana, praderas y desiertos. Estos encuentran su representación en una puesta en escena que imita a la topografía por asociación.

CONCEPCIÓN CREATIVA. VÍA FLUVIAL Las vías fluviales transportan al visitante a través de un túnel de acceso, que como elemento de transición, invita a el visitante y lo sumerge en el interior del pabellón guiándolo a los países, las zonas de temas colectivos, hasta la salida. En su función de vía de circulación principal constituye el ámbito con más público dentro del pabellón. A través de las vías fluviales da comienzo una ruta donde el visitante es transportado a los distintos ámbitos escenográficos en la tierra firme o de nuevo a las vías fluviales. Cada país se ve integrado en el montaje escenográfico de las zonas comunes que dan indicios relativos a los diferentes temas de los países. ZONA COMÚN. AGUAS ESTANCAS (6*) Las distintas zonas costeras se sitúan en torno a una instalación que simboliza la situación de los lagos en el área sub-Sahariana. La fiscalidad del espacio esta delimitada por pasto que crece desde el suelo. Asientos en forma de piedras interactúan con el visitante desencadenando informaciones al reposar sobre ellas; así se puede conseguir informaciones que tematizan la situación de la pesca autóctona y la vegetación de las plantas costera (7*).

87


(4*)


(5*)


(6*)

Pabellón de África

z

ZONA COMÚN: EL POZO El motivo del pozo está unido temáticamente a la obtención de agua potable. Las historias del día a día relacionadas con el pozo como centro importante en la vida social de las aldeas así como las narraciones de la tradición oral se podrán ver y escuchar en estos pozos. Las vías fluviales están acentuadas en lo vertical con los elementos nubes. Una instalación audiovisual se inicia cada hora, en la que se vive la fuerza de la naturaleza con un collage sonoro y proyecciones que profundizan la experiencia. La noche clara estrellada de África ilumina los caminos comunes y refuerza la unidad de la imagen continental del espacio. Este gesto transmite un sentimiento solidario dentro del pabellón en cuanto a el espacio natural y cultural único. Las instalaciones de agua en las superficies comunes interpretan el elemento agua reforzando sus propiedades y la fascinación en sus características específicas. CONCEPCIÓN CREATIVA DEL PAISAJE (RADIO MEDIANO) Desde la vía fluvial se aprecia la vista de una imagen común de paisajes. La escenografía realiza un corte a través de las circunstancias eco geográficas de continente y representa a los distintos Estados nacionales como un espacio unitario natural y cultural(9*). Las condiciones topográficas características de cada país (selvas tropicales, sabanas y praderas, desiertos) se representan en un gran collage fotográfico que está unido por el horizonte que atraviesa el pabellón como si de una cinta se tratase. Esta perspectiva artificial subraya la horizontalidad en una transformación artificial de la percepción de África: amplias llanuras, un horizonte centelleante, un cielo azul despejado así como los cálidos tonos amarillentos y marrones de las sabanas, estepas y desiertos. La posibilidad de ver los países limítrofes fomenta la sensación de comunión y resume las zonas eco geográficas en temas supranacionales.

90

ELEMENTOS ESCENOGRÁFICOS La interpretación formal de las condiciones topográficas se da con un escalonamiento cromático que facilita la narración de los diferentes paisajes y su relación con el agua. En este ámbito, espacio semi-público, se representan temas relacionados con la vegetación y la agricultura así como con la flora y fauna de un país.

(7*)

La configuración del espacio deriva de formas geométricas irregulares, tal y como se pueden encontrar en los mapas de las zonas de uso agrícola y sus parcelas, representación de la naturaleza manipulada por el hombre. Las vitrinas en el suelo muestran, por ejemplo, los abundantes recursos naturales presentes en el suelo o los hallazgos arqueológicos de un país. En los módulos se refleja la individualidad del país sin perderse en ningún momento la percepción del continente entero. CONCEPCIÓN CREATIVA. CULTURA El ámbito cultura se encuentra en el radio exterior del pabellón y toma forma en un módulo independiente, con espacios más bien introvertidos, que ofrecen la posibilidad exponer proyectos individuales sobre el agua y desarrollo sostenible. En su escenografía, el modulo sigue el principio organizador de los ángulos rectos, basado en la red ortogonal de la estructura urbana (ejes ortogonales x,y,z) que refleja la intervención humana en la ciudad moderna (10*). La temática central; “Ciudad-Agua-Individuo” tiene foco en la influencia del factor humano en cada país. De esta manera, se quieren “celebrar” las soluciones y planes actuales para situaciones que atañen a las distintas regiones del país en la vida diaria. Cada país será presentado con la exhibición de objetos valiosos o impactantes, que narren peculiaridades, connotaciones especiales que los definen y los personalizan. Con esto se refuerza la presentación estética y artística lograda a través de la imagen del espacio. Los tres ámbitos de cultura, paisaje, agua describen un viaje con cámara desde la totalidad del continente hasta el país en detalle. Desde el ámbito público de las vías fluviales, experimentamos una vista global del continente. Al comenzar a transitar por el espacio semipúblico de paisaje se va experimentando un “zoom” la visión hasta llegar a la zona de cultura (espacio introvertido) donde los países con su contenido individualizado concluyen la vivencia expositiva. El manejo de un concepto artístico integrador transmite un


(8*)

(9*)

sentimiento continental común para los países del África-

(10*)

(11*)

Subsahariana. La narrativa de los contenidos del tema agua se refuerza con el uso de medios de difusión innovadores y de alto contenido sensorial que creando conciencia (sensibilizar) e invitando a la análisis y el intercambio de ideas (11*).

91


América Latina: selvas tropicales y bosques templados Dirección científica: Georgina Larrea

Pabellón de América Latina

z

Concientes de la temática de Expo Zaragoza 2008, esta propuesta responde al concepto de “Agua y desarrollo sostenible” al integrar la presencia y el valor del agua en estas zonas ecogeográficas. Si bien, la sostenibilidad de los recursos hídricos requiere del cuidado de la salud de los ecosistemas, y esto es básico en el cuidado de ecosistemas del trópico húmedo. Al contener agua en su superficie, los bosques templados y las selvas tropicales – ecosistemas de agua dulce – proveen al hombre de recursos hídricos, alimento, materia prima y energía. También controlan las inundaciones, almacenan el agua, propician los ciclos de oxígeno y dióxido de carbono y posibilitan el transporte, la recreación y la cultura. Las actividades del hombre alteran, a veces irreversiblemente, la integridad de los ecosistemas generadores del agua. El crecimiento de la población y del consumo, el desarrollo de infraestructura, la sobreexplotación de las tierras, y la contaminación del agua y el aire tienen un impacto negativo en los bosques y las selvas y ponen en riesgo sus funciones. La destrucción de selvas y bosques latinoamericanos para convertirlos en cultivos y pastizales posibilita la obtención de recursos y sustento para muchas poblaciones pero genera graves cambios climáticos importantes que afectan a América Latina y al mundo. El deterioro ambiental de Latinoamérica se nos presenta hoy como un gran desafío. Enfrentar este reto implica trascender el sentido utilitario que le hemos atribuido al agua y a otros recursos naturales que extraemos de nuestros ecosistemas y sensibilizarnos ante el valor de la armonía de la naturaleza. El agua dulce es un recurso natural renovable pero finito en relación a los niveles de consumo. Se piensa que para el año 2025, el abastecimiento del agua incrementará en un 50% en países en desarrollo y 18% en países desarrollados. Uno de los Objetivos del Milenio, planteados por las Naciones Unidas en el año 2000, es garantizar la sostenibilidad del medio ambiente con el fin de revertir la pérdida de recursos del medio ambiente, dentro de los cuales el agua ocupa un papel prioritario. Latinoamérica –región de contrastes– presenta paradojas importantes en temas de ecogeografía; a su riqueza y diversidad natural se le contrapone su deterioro y la amenaza de su pérdida. Consciente del reto al que se enfrente, ha adoptado un papel importante en el cuidado de su biodiversidad y recursos naturales.

92


OBJETIVO Promover la valoración y la protección de la integridad de los bosques templados y las selvas tropicales de Latinoamérica para fomentar la salud ambiental, el suministro de recursos hídricos y la protección de la biodiversidad. ENFOQUE Latinoamérica es, por excelencia, región de ríos. La red hidrográfica de la región está compuesta por cerca de mil ríos que desembocan en dos grandes vertientes: el Pacífico y el Atlántico. Los ríos de Centroamérica y los que desembocan en el Pacífico son de corto recorrido y escaso caudal. Los ríos que desembocan en el Atlántico son más largos y de mayor caudal. Desde la Cordillera de los Andes hacia el Atlántico hay esencialmente 3 grandes cuencas que se extienden por aproximadamente 80% del territorio sudamericano: 1. Cuenca Orinoco ( norte) 2. Cuenta Amazonas (centro) 3. Cuenca Paraná-Paraguay (sur): abastece a las Cataratas de Iguazú. Éstas, junto con los cientos de ríos más pequeños que fluyen por el continente, recorren los bosques templados y las selvas tropicales de los países de Latinoamérica.

El correr del agua va tocando territorios latinoamericanos y dando vida a una gran diversidad de flora y fauna. Los ecosistemas que contienen agua en su superficie, como las regiones tropicales, son particularmente ricos en especies y endemismos. Aproximadamente un tercio de la flora de plantas superiores del planeta (unas 90 mil especies) se desarrollan en América tropical. En conjunto, casi un 40% de todas las especies vegetales y animales de la Tierra se encuentran en América Latina y el Caribe. BINOMIO ÁRBOL – RÍO Este binomio retoma elementos del fenómeno de auto-similitud de la geometría fractal de la naturaleza. Los patrones en la naturaleza se repiten y sus formas coinciden lanzando nueva interrogantes a quienes las observan. BINOMIO HOJA – GOTA Solemos atribuir valor al agua y la vida como un todo. Este binomio recupera y revalora el valor de una unidad – una hoja o una gota – bajo la premisa de que para responsabilizarnos y propiciar una cultura de sostenibilidad es preciso sentir el cambio a nuestro alcance. Los ríos no se forman sino por miles de millones de gotas, cuidar de una de éstas, es cuidar del todo. La conclusión de este pabellón se centra en el conservar y aprovechar responsablemente el recursos natural que es el agua. Apreciar la bellaza de la selva y bosques templados y la riqueza de sus culturas son los vehículos para motivar una reflexión y transmitir así un mensaje educativo.

93


América Latina: selvas tropicales y bosques templados Equipo de diseño: MUSEOTEC. Francisco López

Pabellón de América Latina

z

94

El proyecto del pabellón latinoamericano retoma los conceptos geográficos y ecológicos de los bosques templados y selvas tropicales de Latinoamérica para integrar elementos climático, edáficos, zoológicos, botánicos e hidrológicos de estas regiones naturales en el proyecto del tema, conceptos expositivos y diseño del pabellón para Latinoamérica. La propuesta de Museotec fusiona en una sola experiencia el contenido y contenedor. Una metamorfosis en la que ya no se distingue el límite entre lo informativo, lo sensorial y lo sensible; integrando la arquitectura con los contenidos museísticos en un todo. La visita a este pabellón será una experiencia holística que recurre a la emoción para despertar asombro, valoración, reflexión, propuestas y transformación en el visitante. El sustento conceptual en sí mismo es una experiencia sensorial que sumergirá al visitante en experiencias visuales, olfativas, táctiles, kinestésicas y sonoras que transmitan la presencia del agua y la vida en los paisajes latinoamericanos. El enfoque de esta propuesta se concreta en el correr del agua en el paisaje latinoamericano, en el sentido literal y figurado. Al tiempo que presenta la vida de los ríos y cuencas que unen a la región, genera reflexiones en torno a la forma en que los latinoamericanos se relacionan con y a través del agua, en sus diversas culturas. El exterior del pabellón reflejará la fuerza de su contenido mediante una piel, que representa una abstracción del binomio árbol-río, por medio de grandes hojas verdes, como las que forman el paisaje de las selvas y bosques latinoamericanos. Nuestro proyecto es una respuesta, de fuerte valor icónico, a la relación entre el contenido y el diseño del contenedor, para hacer una arquitectura efímera en su más pura expresión artística. “Cuando se funde la arquitectura con su contenido en un solo mensaje expositivo se logra la fuerza del gran comunicador, eso es el pabellón, su efímero contenedor”. El proyecto hace posible que el espacio interior, de 4361.80m2, pueda ser asignado a 17 países, donde cada uno es la expresión máxima de un hija de vida-una gota de agua; que en su conjunto forman los bosques, las selvas y los caudales de Latinoamérica, todo esto sin compartimentarlo con paneles y divisiones. El vestíbulo de entrada, como primera experiencia cuenta con un diorama con una vista de las cataratas de Iguazú –uno de los enclaves fluviales más espectaculares del mundo–. Su ubicación responde a la geografía localizada entre los espacios destinados a Brasil y Argentina.

En los bosques húmedos y las selvas tropicales los ríos son las vías del agua, las rutas del agua, las redes del agua. En el pabellón latinoamericano los ríos son los caminos del agua, por las rampas que el visitante recorre los espacios de cada país participante. De esta manera, el visitante recorrerá y conocerá Latinoamérica a través de sus ríos. Lo anterior adquiere una congruencia especial si consideramos que la exhuberancia de los bosques y las selva, sobretodo la selva amazónica se aprecia mejor desde los ríos. Tradicionalmente, las cuencas de Centro y Sudamérica han permitido el desarrollo social, cultural y económico de


sus pobladores. El ser humano, en búsqueda de sustento, transporte y recreación ha dirigido sus caminos hacia el agua. Latinoamérica cuenta hoy con una cultura fluvial arraigada en la que los ríos son fuente de comunicación y lazos entre la gente, por tal motivo la propuesta museográfica ubica a los espacios de los países participantes en las desembocaduras, orillas y bordes que recorrerán el pabellón. La densa capa de árboles de las bóvedas de las selvas Latinoamericanas absorbe la mayor parte de la luz, en consecuencia pocas plantas crecen en el suelo de la selva, generalmente libre de vegetación. El diseño de la

ambientación del pabellón retoma las características de las bóvedas arbóreas de las selvas, concentrando el follaje de los árboles en el techo del pabellón y dejando el suelo más oscuro y libre de elementos. Dentro del pabellón el visitante reconocerá que la diversidad de la selva tropical no se encuentra en su suelo sino en las ramas de sus árboles, de ahí que deforestar implica la destrucción del hábitat de gran parte de las especies del planeta. El correr del agua nos invita a reflexionar que así como nuestros vecinos río arriba nos afectan, nosotros afectamos a nuestros vecinos río abajo, y más allá de esto, al alterar nuestros ecosistemas, afectamos la salud ambiental de todo el planeta. 95


Pabellón del Caribe: islas y costas Dirección científica: José Luis Pérez Carrillo (UTE Sacyr, Gestadir, Ideconsa) Equipo de diseño contenidos y expositivos: Andrés Nieto (UTE Sacyr, Gestadir, Ideconsa) Equipo de arquitectura: José Manuel Garbayo (UTE Sacyr, Gestadir, Ideconsa)

Pabellón del Caribe

z

1 EL CONCEPTO El CARICOM o Comunidad del Caribe, sigue siendo poco conocido, a pesar de sus actuaciones y de su indudable importancia en la región. El concepto que planteamos tiende a obviar tal desconocimiento, al utilizar el agua como elemento de cohesión, estableciendo el aserto “El agua nos une”. Y así es, en efecto: el mar del Caribe abraza enteramente las naciones mayoritariamente insulares del CARICOM, constituyendo un vínculo de unión permanente y vivo, el medio básico y secular de aproximación de un territorio a otro, el fluído verde-azul que pone en contacto distintas realidades nacionales. Pero, El agua nos une en la vocación irrenunciable, en el quehacer vital, en la búsqueda perentoria de los recursos hídricos imprescindibles para un desarrollo sostenible. Por otra parte, la extracción excesiva, la impermeabilización por infraestructuras urbanas en zonas de captación y deforestación, están llevando a la zona a la preocupante situación de unos recursos hídricos fijos o decrecientes frente a una demanda en permanente aumento. Estamos, pues, ante un planteamiento dicotómico palpitante y acuciante: el agua como problema-el agua como oportunidad. El agua como oportunidad ha traído al CARICOM a Expo Zaragoza. 2 DESARROLLO DEL CONCEPTO Como hemos argumentado anteriormente, el concepto del pabellón va a informar todo él, de manera que, desde la localización visual del edificio, empiece ya a transmitir su mensaje, esta vez con los medios que propicia su dimensión física y los recursos técnicos que podemos utilizar: agua-sonido de agua-luz-color-música… El interior, se constituye como el ámbito donde información-formación-sugestión adquieren todo su protagonismo. La presencia física de la Comunidad, materializada en los 14 pabellones que circundan el ámbito central, tendrá todo el necesario valor testimonial de cada una de las realidades del conjunto de naciones, de acuerdo con su individual problemática ante el reto del desarrollo sostenible, sus peculiaridades climatológicas, orográficas, pluviales, los recursos arbitrados y la incidencia del turismo como factor de desarrollo y, al mismo tiempo, de desestabilización ecológica.

96

3 CONCEPTUALIZACIÓN Y RECORRIDOS Se establece una lógica en el recorrido, entendiendo la sucesión de áreas expositivas como una concatenación de percepciones, informaciones y comunicaciones, que llevan al visitante a sucesivas etapas de acercamiento a una realidad, de forma didáctica y amena, suscitando su interés y su atención participativa. Área de “ EL ENCUENTRO” como contenido educacional La “dimensión educacional “ que se cita en el Plan Director de Contenidos se produce aquí necesariamente porque, para la mayor parte de los visitantes, este pabellón supone un auténtico “encuentro” con una serie de países, en su mayoría insulares, que han adquirido una personalidad específica por sí mismos y por pertenecer a una comunidad llamada CARICOM. Este hallazgo de una realidad desconocida en la mayor parte de los casos, exige una “presentación” que se realiza principalmente en clave de agua y que supone una descripción, aunque sea somera, de las distintas nacionalidades que conforman esta Comunidad. El área del “encuentro” lo será también de los hallazgos y las sorpresas. Se trata de transmitir, en una rápida panorámica y a través de un audiovisual de 6 minutos de duración que se proyectará en 3 pantallas, la realidad del CARICOM, desarrollando los siguientes conceptos: - ¿Qué es el CARICOM, como organización? - ¿Por qué el pabellón del Caribe? - ¿Cuáles son sus problemas ante el reto del desarrollo sostenible? - ¿Cuáles las soluciones arbitradas y previstas? - ¿Cómo son las naciones del CARICOM? Su origen, costumbres, entorno natural, manifestaciones culturales.


Área de “SENSACIONES” Acabamos de conocer la realidad del CARICOM y ya sabemos muchas cosas que desconocíamos al entrar en el pabellón. Hemos recibido un baño de información y ahora, aquí, nos va a llegar un baño de “sensaciones”. Algo sabemos ya de cómo piensa el caribeño y, ahora, quisiéramos poder sentir como él siente ante una naturaleza pródiga y ávara, paradisíaca y tormentosa, plácida y crispada, húmeda y seca, sensual y rigurosa. Ante los ojos del visitante, sin solución de continuidad, veremos como el más luminoso y sereno de los días se torna, paulatinamente, en amenazadora penumbra, cómo el cielo escondido tras un telón de nubes negras estalla en el fragor de los truenos y el luminoso latigazo de los relámpagos que lividecen los horizontes convirtiendo la apoteosis de color de las playas en hoscas oscuridades. Cólera terrible, pero efímera, porque la calma llega como si una mano gigantesca borrara el apocalíptico escenario, reapareciendo la más brillante y polícroma paleta, el más rutilante y sereno paisaje, tornándose el rugido del mar encrespado en un suave rumor de olas mansas y transparentes. Se pretende por tanto realizar una recreación de una tormenta tropical. Antes, en y después de la tormenta serían las tres fases a recrear, evitando tintes excesivamente dramáticos ante algo que forma parte de la climatología de esta zona y que se asume con el sereno fatalismo de quienes lo han incorporado a sus vivencias como algo inexorable, pero superable. El grupo de visitantes, bajo un techo cónico de brezo, verá surgir a su alrededor mediante proyección circular, imágenes envolventes que van a sustituir casi enteramente a las palabras. La mayor parte del audio estará constituido por efectos sonoros, música descriptiva y reproducción de sonidos característicos (viento, lluvia, truenos, etc.)

La PLAZA DEL CARIBE. Área de “PAÍSES” estamos en la Plaza del Caribe. Una sucesión de edificaciones se extiende a nuestro paso. Las antiguas construcciones coloniales, todavía presentes en la fisonomía urbana de casi todas las capitales de las naciones de la Comunidad, se han concentrado aquí dando cabida en ellas a las representaciones de los 14 países caribeños. Se estructura como un gran espacio de 20 por 50 m. aproximadamente, dónde se ubican las 14 fachadas de 5,30 por 7,65 m. cada una, correspondientes a los países participantes. Todas constan de dos plantas, con galería corrida o balconajes en el primer piso. Este tipo de arquitectura característica de la región, con el color y el estilo de distintas poblaciones caribeñas, formarán una paleta de vibrante riqueza cromática y formal. Portales, porches, balconadas, galerías, celosías, cerramientos variados, proporcionarán distintos focos de atención individualizada dentro de la armonía del conjunto. En los espacios libres, la vegetación tropical tendrá el necesario protagonismo, con una presencia de naturaleza que pondrá el contrapunto a la fisonomía urbana del ámbito. Lejos de la monotonía habitual de un conjunto de pabellones con soluciones de montaje estandarizadas, en este caso la concurrencia de países supondrá una abigarrada sucesión de fragmentos urbanos, de distintas soluciones arquitectónicas, un conjunto de construcciones coloniales correspondientes a la idiosincrasia de cada territorio y al estilo de la arquitectura de las antiguas metrópolis. Los diferentes Estados del CARICOM encontrarán en su espacio privativo asignado, el adecuado marco y soporte donde poner de manifiesto su realidad nacional: audiovisuales, fotografías, carteles, planos, maquetas, objetos de artesanía, muestras de productos, souvenirs, etc. con los que proporcionar al visitante una mayor y más particularizada información de cada país. En la planta superior, de acceso restringido, estarían los servicios de administración y salas de reuniones.

97


Pabellón del Caribe

z

Área de “SABORES” En el centro de la Plaza encontramos la posibilidad de conocer el sabor y el aroma de las tierras caribeñas y no metafóricamente. La fragancia de las frutas tropicales-cocos, mangos, piñas, papayas, ñames - se nos brinda en variedad de exquisitos zumos y bebidas e infinidad de combinaciones con ron, el ron caribeño, el emblemático alcohol de caña. Con los sentidos plenos de agradables sensaciones, el corazón alegre y el ánimo pronto para nuevas experiencias nos sentimos atraídos, casi transportados, hacia el templete de la Plaza donde acaba de empezar la Fiesta del Caribe. Área de “LA FIESTA” El metálico sonido de las marimbas llena el ámbito central de la Plaza del Caribe. La sorda percusión, la cadencia rítmica, parece tener eco dentro de nosotros y el visitante se sumerge en el torbellino de la danza, en la vorágine de color del grupo de bailarines que evoluciona alrededor del templete de estilo colonial, haciéndonos vivir una trepidante noche de carnaval. Es el final del recorrido, una rápida inmersión en la problemática de un conjunto de naciones caribeñas, reunidas en la Expo Zaragoza para manifestar su compromiso con cuantos han convertido el agua y el desarrollo sostenible en un exigente reto y un objetivo a alcanzar. 4 TEMATIZACIÓN DE FACHADAS El elemento que presentamos no afecta a las particularidades técnicas de cada pabellón: puertas de acceso, paños verticales temáticos, señalética, elementos identificativos, etc. Se ha pretendido que permita la libertad de movimientos a la hora de plantear los cerramientos de fachadas y localización de puertas de acceso. El diseño corresponde al concepto “Islas y Costas” y es un ejemplo de la conocida ambivalencia de “la naturaleza imita al arte” o “el arte imita a la naturaleza”. Se trata de un friso horizontal con relieves que enfajaría la totalidad del perímetro del pabellón. En efecto, el contorno de una costa o de una isla, tomado fragmentadamente, es un diseño abstracto de gran potencia expresiva agua y tierra en oposición: dos materiales contrapuestos que se complementa, luchan o se abrazan, en una dinámica de avance y retroceso.

98


99


Ciencia y Creatividad Dirección científica: EMPTY, Luis Fernández-Galiano, Jorge Wagensberg Equipo de diseño: EMPTY

Pabellón de España

z

100

Bajo el lema Ciencia y Creatividad, el Pabellón de España en la Exposición Internacional Zaragoza 2008 tiene como objetivos principales presentar una visión dinámica, moderna, científica y creativa de España con respecto al gran tema del agua, su origen, sus propiedades, su evolución, sus usos, su gestión, su importancia. Así, el pabellón español explicará por qué el agua es hoy uno de los elementos centrales para el futuro de nuestro país y el de nuestro planeta. Otra de las líneas maestras es la de situar a España en el contexto científico mundial y presentar sus aportaciones y planteamientos de futuro, frente a los problemas y amenazas que conlleva el cambio climático. El diseño expositivo proyectará la imagen de un país solidario, comprometido frente a los problemas y amenazas que conlleva el cambio climático. España apuesta por el desarrollo sostenible y su pabellón será fiel reflejo de ello. En el edificio se ha recurrido al agua, la ventilación, la sombra y protección que crean la cubierta y los múltiples pilares que rodean las cajas de vidrio –en las que se instalarán las exposiciones– para que el propio pabellón sea un lugar de encuentro a cubierto y a la sombra, una “plaza” es el sentido que la tradición española le da al término. El pabellón es una apuesta por una arquitectura comprometida con el medio ambiente y el desarrollo sostenible. Está concebido como un bosque de pilares y varios volúmenes de vidrio, donde se realizan las exposiciones, que constituyen la base del pabellón. Los visitantes accederán como si se adentraran en un bosque. Dentro se albergarán los contenidos expositivos, creando la posibilidad de reproducir sensaciones visuales, lumínicas y vitales. Los espacios expositivos están dentro del “bosque”. Sus forjados quedarán colgados de la cubierta y sujetos sólo a los pilares. Estos forjados se construirán con vigas de madera procedente de viruta reciclada. La fachada será de vidrio, si bien anclados a la estructura se prevén sistemas de tabique móviles, con aislamiento acústico, que permitan lograr el hermetismo visual y acústico que es necesario tanto para el desarrollo de algunas exposiciones como para el uso futuro del edificio. El Pabellón de España tendrá una superficie útil aproximada de 8.000 metros cuadrados distribuidos en tres plantas (plata baja/principal, planta semisótano y planta superior), de los que la superficie expositiva ocupará 2.315 metros cuadrados.

El recorrido por el pabellón se estructurará en cinco espacios expositivos. En la planta principal, se situarán las salas dedicadas a “El agua en el origen”, “El agua en la Tierra”, “El agua en España y “El cambio climático”; en el semisótano, al final del recorrido, una exposición de arquitectura y desarrollo sostenible. Para los visitantes más pequeños del Pabellón de España se contará con tres salas dedicadas a talleres didácticos, en los que podrán familiarizarse y tomar conciencia con los grandes temas que propone el agua. Además de los espacios expositivos, el pabellón español dispondrá en su primera planta de un restaurante representativo de la alta cocina española con dos comedores –con capacidad para 90 y 60 comensales– y de un anfiteatro –con capacidad para 150 personas– destinado a conferencias y seminarios. En este anfiteatro se ubicará una sala para la recepción de autoridades. El diseño de los contenidos Los contenidos de la exposición en las tres primeras salas del Pabellón de España forman un conjunto temático extenso y de marcado rigor científico, cuyos principales objetivos son atraer, entretener e ilustrar al público diverso que visite el pabellón. La sala que abre la visita, la dedicada al origen del agua, ha sido concebida como una bóveda circular. Esta es el espacio expositivo en el que se inicia el discurso del pabellón y por lo tanto ha sido tratada de manera que presente de un simple vistazo el dinamismo con el que han diseñado los contenidos. Sobre esta bóveda circular se proyectará un espectacular audiovisual (realizado con las últimas tecnologías) centrado en la aparición del agua en el universo y la importancia de su presencia en nuestro planeta. Una vez el espectador abandona “El agua en el origen”, se introduce en las salas “El agua en la tierra” y “El agua en España”, en las que se ha recurrido a un diseño arquitectónico y museográfico de gran potencia espacial y que apela a todos los sentidos del espectador.


La propuesta se apoya en una combinación de tecnologías, tanto conocidas como modernas, a la que se suman materiales y producciones gráficas o audiovisuales de diversa naturaleza, pero todo ello se aplica e integra de una manera inédita para hacer del recorrido una experiencia sensorialmente completa, distinta por la singular ambigüedad de límites entre contenidos, soportes o dispositivos y elementos arquitectónicos. Tanto “El agua en la tierra” como “El agua en España” quedan definidas por esa voluntad de integración, aunque bajo expresiones diferentes. Son espacios diferenciados que además consiguen dar continuidad al resto de los contenidos y espacios del pabellón de España. De hecho, ambas salas establecen claras y pertinentes referencias o consideraciones a cualidades obvias del propio edificio, a su arquitectura, como la descomposición cinética de espacios y volúmenes gracias al bosque de pilares o las relaciones entre planos de cubierta y espejos de agua. Las salas se definen formal y funcionalmente con contundencia, empleando elementos arquitectónicos de marcado rigor compositivo y sobria materialidad para favorecer la presencia activa, variable y múltiple de los contenidos de la exposición como singularidades en un ambiente unitario. Cada pieza por separado se vuelve un dispositivo con particulares necesidades técnicas o espaciales, que se solucionan puntualmente bajo un simple gesto, una síntesis geométrica y una expresión arquitectónica. Cualidades materiales y de acabados, estructurales y formales o cromáticas y de iluminación se derivan directamente de las propias solicitudes museográficas, temáticas, tecnológicas y constructivas. Las piezas de ambas salas quedan luego ubicadas de acuerdo a una organización general que colabora en la comprensión del discurso y establece relaciones con las salas que las albergan, siguiendo literalmente la propia secuencia de contenidos pero creando vínculos entre todas las partes para comunicar una idea global. Se generan dos tipos distintos de ambientes: en la sala mayor uno más activo y complejo al inicio, seguido en la sala menor de uno más sosegado y unitario. En ambos casos y según diseños distintivos, la luz proviene de una iluminación general muy sutil, pero sobre todo de los propios contenidos de cada dispositivo. Por tanto, ambos ambientes varían permanentemente en intensidad, dinámica y tono, haciendo uso de los mismos dispositivos como rasgos efímeros para definir en cada instante el carácter de cada espacio. Las salas “El agua en la tierra” y “El agua en España” integran una gran cantidad de breves secuencias audiovisuales determinadas por el tratamiento

101


Pabellón de España

z

102

expositivo general del pabellón, que designa estas áreas como portadoras del desarrollo de los contenidos clave. A continuación de un gran espectáculo, el que se desarrolla en “El agua en el origen”, se plantea un recorrido ágil basado en múltiples soportes, cada uno de los cuales son portadores de breves unidades de información. La producción de los audiovisuales se configurará a partir de materiales con procedencias muy dispares: grabación original, archivos existentes de diferentes procedencias, infografías en dos y tres dimensiones..., debiendo unificarse al máximo posible sus calidades y características mediante un proceso de etalonaje general de las imágenes. La sala dedicada al cambio climático sigue la misma línea que las tres primeras, las unifica y sirve como colofón a los contenidos expositivos de la planta principal del Pabellón de España. Esta sala es una reflexión expositiva sobre el cambio climático en al que se presentará la última investigación científica

en la materia, con la colaboración de los mejores expertos a nivel mundial. En ella, se analizará de manera didáctica pero rigurosa el tiempo geológico, el tiempo biológico y el tiempo humano, se estudiarán las leyes fundamentales de la Naturaleza y los distintos modelos de interacción explicarán cómo el planeta está cambiando. La última sala del contenido expositivo se sitúa en el semisótano del pabellón. Esta sala es la única de las cinco que componen el contenido expositivo que, aun siguiendo el discurso del pabellón, no se apoya de forma rigurosa en los elementos visuales del resto del recorrido. Este ámbito, dedicado a la arquitectura y al desarrollo sostenible, albergará una exposición de proyectos de los más destacados arquitectos concienciados con el medio ambiente.


103


Aragón, agua y futuro Dirección científica: Isidro Aguilera, Ricardo Centellas, Antonio Mostalac Equipo de diseño: G.P.D.

Pabellón de Aragón

z

104

CONTENIDOS CIENTÍFICOS La Comunidad Autónoma de Aragón como región anfitriona en la Exposición Internacional de Zaragoza 2008 ha hecho una apuesta integral por difundir un concepto: Aragón, identidad y naturaleza paradigmáticas, proyecto de futuro que hunde las raíces y se fundamenta en su milenaria cultura del agua: Aragón, agua y futuro. Esta apuesta se ve reflejada en la propia arquitectura del pabellón y en sus contenidos expositivos. Los proyectos elegidos para el desarrollo de la presencia de Aragón en el evento internacional, contenedor y contenidos, han conseguido un maridaje perfecto que transmite de manera clara el lema elegido. El río Ebro y su trayectoria dentro del territorio aragonés suponen la columna vertebral de Aragón, a nivel político, económico, y social. El Pabellón de Aragón, edificio singular dentro del recinto de la exposición, muestra en su concepto arquitectónico esa relación región-río, indica la búsqueda del agua, la direccionalidad hacia el Ebro y sus ríos afluentes, que han sido y son el elemento definitorio de la Comunidad Autónoma. En su diseño expositivo de contenidos se implementa este concepto. El río será, a lo largo de toda la visita al pabellón, el hilo conductor de la misma. Los orígenes mismos del Reino de Aragón están relacionados con el agua y los ríos, Aragón tiene como raíz “ara” que significa río, los mitos del nacimiento del condado primero y del reino después, están ligados al agua. El guión científico del Pabellón de Aragón ha sido realizado por Ricardo Centellas, Isidro Aguilera y Antonio Mostalac, y han basado su desarrollo en la transmisión de cuatro ideas fuerza que conforman la estructura del discurso: 1. El agua y el territorio como elementos de la diversidad paisajística y ecológica de Aragón: Aragón es un territorio en el que el agua ha plasmado infinitos contrastes ecológicos y paisajísticos. Un recorrido desde los más de tres mil metros de las cumbres pirenaicas a los escasos cien metros sobre el nivel del mar de la desembocadura del río Matarraña en el Ebro, da una idea de lo mucho que en Aragón se puede encontrar. Esto, ayudado por la intervención humana, ha dado como resultado una realidad polimórfica muy sorprendente y que el visitante podrá admirar y sentir dentro del Pabellón de Aragón.


105


Pabellón de Aragón

z

106

El agua en sus estados naturales, el uso del agua por el hombre y la ausencia de agua han ido creando a lo largo de los milenios, diferentes y contrastados paisajes que componen la gran diversidad de ecosistemas de Aragón, desde los ecosistemas precuaternarios a los presentes: los glaciares pirenaicos (Aneto, Ordesa, cueva con la cascada glaciar de Casteret, etc.), los paisajes esteparios de la depresión central del Ebro (Monegros, Belchite, Las Saladas), las Serranías Ibéricas (Moncayo, el Jalón, Albarracín, Maestrazgo), etcétera. 2. El agua como símbolo y mito en el devenir de Aragón: El agua debido a que es un recurso vital para el ser humano en todos sus aspectos y con un impacto múltiple sobre el territorio, ha sido desde siempre un elemento cosmogónico, objeto de mitificaciones, inspiración plástica y vehículo de ideologías que se han materializado mediante los más diversos medios y técnicas. En torno a lo que hoy es Aragón existen numerosas expresiones artísticas, antropológicas, históricas y documentales que plasman estas ideas. El agua, los cursos de agua, los valles, han sido vehículos de intercambio de mercancías, bienes, gentes e ideas. El Ebro y sus afluentes son historia líquida. Los mitos en torno al agua y sus poderes iniciáticos, apotropaicos, salutíferos o mágicos llenan la geografía y la mentalidad aragonesa. Unos son de carácter universal, otros son versiones localistas pero que responden siempre a los grandes enigmas de la Humanidad. 3. El agua y el territorio como factores de desarrollo en el presente y en el futuro de Aragón: Estos elementos constituyen dos de los pilares básicos de desarrollo de cualquier comunidad en el presente siglo, más aún en Aragón, donde en pocos kilómetros se produce el fenómeno de fuertes contrastes entre zonas con agua abundante y zonas con un déficit acusado. De ahí proviene la vocación pasada, de presente y de futuro de la sociedad aragonesa por el aprovechamiento del agua como instrumento de desarrollo sostenible desde todos los aspectos y su actual esfuerzo e inversión en la innovación científica y tecnológica en este elemento vital y en su gestión. 4. El agua, el territorio y la vida como elementos de creación artística actual: Las manifestaciones artísticas (plásticas, escénicas, musicales, audiovisuales, literarias…) actuales de muchos creativos aragoneses evocan al agua como factor de vida y destacan su capacidad de modelar un territorio desde todos los puntos de vista, también el creativo e intelectual. El Pabellón de Aragón se ha concebido como una apuesta integral por la

difusión del enorme potencial social y cultural de esta región, enmarcada en el uso sostenible del agua. DISEÑO El diseño de los contenidos del Pabellón de Aragón ha sido desarrollado por la empresa General de Producciones y Diseño (GPD). Su experiencia multidisciplinar ha permitido elaborar un proyecto vivo, que integra, dentro del concepto, “Aragón, agua y futuro”, actividades lúdicas, una exposición artística y un espectáculo audiovisual único. El proyecto toma como punto de partida el concepto de la arquitectura que lo va a albergar y el hilo argumental explicitado en el guión científico. El acceso al pabellón se realizará a través de una de las tres “lenguas” ascendentes de las que dispone el Pabellón. El recorrido es descendente, comenzando la visita por la segunda planta y culminando en la sala principal ubicada en la planta primera. El edificio, que se apoya sobre tres piezas, genera bajo sí el denominado “palenque”, un gran espacio público microclimático en el que se podrá disfrutar de actividades lúdicas y muestras de la tradición, del folclore y de la cultura aragonesa actual. La gran terraza será practicable de noche, momento en el aparecerán sobre el edificio nueve grandes piezas hinchables luminosas, representación de frutas y hortalizas de la huerta aragonesa. Será un espacio singular desde el que poder disfrutar de la Exposición nocturna. La visita se inicia por la planta segunda del pabellón que acoge la temática de “Agua y vida”. En esta planta, en la que se ubican también los espacios de esparcimiento (cafetería, restaurante y tienda) y de trabajo (oficinas) GPD ha diseñado una sala expositiva “como un espacio que fluye rodeado por el patrimonio natural y cultural de las comarcas aragonesas”. La disposición de contenidos genera un recorrido sinuoso haciendo alusión metafórica al cauce de un río, en el que los grandes volúmenes arquitectónicos multicolor que articulan esta planta, se


ven inmersos. El planteamiento expositivo es una mixtura entre lo objetual y lo audiovisual, lo que permite múltiples y diferentes niveles de lectura y sensación. Los contenidos se estructuran en torno a cinco conjuntos o bloques expositivos en los que se ven reflejadas las treinta y tres comarcas aragonesas. La distribución se realiza en torno a las cinco unidades naturales en que se encuentra dividida la geografía aragonesa: Pirineos, Somontano pirenaico, Centro de la Depresión del Ebro, Piedemonte Ibérico y Cordillera Ibérica. Imágenes en movimiento unidas a otras fijas, ambientación sonora, una exposición singular de piezas originales y una narración en off, acompañarán al visitante a través de un recorrido por los momentos más importantes del arte aragonés. El recorrido continua en la planta primera, un espacio singular y de enormes proporciones que GPD ha dejado diáfano para poder ser contemplado en su magnitud y sacar pleno rendimiento expresivo mediante el montaje de una sinfonía visual, creada ad hoc por el aragonés universal Carlos Saura. Geometría y naturaleza, textura y color, ritmo y movimiento son los conceptos que definen el lenguaje plástico que Carlos Saura imprimirá en un diálogo apasionado con la naturaleza y los pueblos de Aragón en su relación con el agua. El espectáculo, de magnífico y único diseño, llenará el espacio facetándolo por momentos, jugando con todos sus planos y superficies y transformándolo en múltiples

realidades y sensaciones. En ese juego de recursos, de nuevo surge el río como elemento medular. Este espectáculo asume en sí mismo las ideas fuerza marcadas por el guión científico, “Agua, paisaje y territorio”, “El agua como símbolo y mito” y “El agua, el territorio y la vida como elementos de creación artística actual”, siendo la cuarta idea fuerza, “El agua, desarrollo presente y futuro de Aragón” el concepto básico a trasladar al espectador. El montaje ha optado por la contundencia de una gran sala multimedia en la que todos los recursos están tratados con el objetivo de trasladar al visitante por un viaje de sensaciones, emociones y realidades. Así, una gran lámina de agua reproduce el lecho de un río. Servirá para marcar el camino de los visitantes por la sala, generar pequeños espacios, “a modo de embalses o ibones” de especial atención con proyecciones interactivas, o dialogar, en momentos, con las obras artísticas contemporáneas inspiradas en el agua y atrapadas en las entrañas de los grandes prismas arquitectónicos que jalonan el espacio. Este lecho acuático servirá también, en momentos determinados por el guión audiovisual, de espacio de proyección. Además, las imágenes que se reproduzcan sobre las tres pantallas de gran formato ubicadas en el perímetro de la sala, se verán reflejadas en todo el espacio, en el suelo gracias a un material vitrificado de acabado “multiplicador” y en las paredes de los prismas mediante láminas reflectantes que los cubrirán parcialmente y que generará unos reflejos suaves y precisos, Estos prismas se transformarán en enormes urnas o vitrinas expositivas donde se alojarán las piezas de arte actual creadas para el evento internacional de 2008.

107


108

Introduction AZ Magazine on “Expography”

The `total´ museum, a tool for social change

By Roque Gistau, Jerónimo Blasco

By Jorge Wagensberg

The commitment of the Zaragoza International Exposition with its theme “Water and Sustainable Development” has been very strong since the project began. The contents of Expo 2008 are based on a sensitive, intelligent and deliberate look at one of the great challenges facing humanity: water as a support for life and as a strategic resource for human development - from the ethical commitment of sustainability and the challenge of innovation. For this reason, prior to reading this monographic review dedicated to the exhibition spaces of the Zaragoza International Exposition 2008, it is important to be aware that we are talking about an event that has been conceived as a space for developing knowledge, innovation, culture and understanding among peoples on the subject of a more respectful way of relating to water and with planet Earth as a whole. These are major questions but ones which must not turn out to be unapproachable, tiresome or boring for the general public. International Expos have always had a cultural or educational scope, aiming to communicate to citizens scientific innovations, the most avantgarde art and the best architecture. This happened at modern-era exhibitions such as the Hispano-French exhibition in Zaragoza in 1908 and has continued into the post-industrial era (Seville 1992 is another example). In the modern world, this heritage lives on - even though the strategies for conveying ideas and emotions must adapt to the social and cultural changes in society. As important as the base of questions to be conveyed is the form of the contents. They must be interesting, accessible and appealing to a public that is highly varied in terms of origin, age and level of education if they are to be successful in attracting the greatest number of visitors to Zaragoza in the summer of 2008. The exhibition spaces on the site experiment with new languages of communication, paying special attention to the selection of topics so that they are thought-provoking for the public, guaranteeing the accuracy of the information divulged, and introducing emotional strength at the moment of their transmittance. It is here that expography plays a fundamental role, and where Expo Zaragoza 2008 is a pioneer in the history of this type of event. The expographic contents of Expo Zaragoza 2008 are accurate as well as clear and exciting. Contents that will convey to visitors topics that are varied, complex and of great importance to the future of life on the planet. But the importance of the matter at hand should be no impediment to the exhibition contents being conveyed in ways that are surprising, suggestive and fun. The review brings together the current state of development of the different spaces. As in a magician’s show, the effect of surprise is often important as is the pace at which the different tricks are performed. It is highly indicative that in this edition of the journal ‘Z Arquitectura’, the College of Architects looks at the close links that the Zaragoza International Exhibition 2008 site provides between contents, spatial layout and the setting, which is its expographic image: the connection between the buildings and their content is so close that in some cases such as in the thematic plazas, they structure their own space, form and image. Welcome to the expographic elements of the Zaragoza International Exhibition 2008. From 14 June to 14 September 2008. Welcome to a unique venue.

A science museum is a space devoted to providing stimuli for scientific knowledge, scientific methods and scientific opinion. This is the definition that embodies the implicit working hypothesis of over 20 years work envisioning Barcelona’s Museo de la Ciencia (Science Museum), run by Fundación La Caixa, that has culminated in a real synthesis of these ideas in the new CosmoCaixa Barcelona museum that opened on 23 September 2004. The new museum may be interpreted as a declaration of intent of what I would call total museology. This is something that can already be sensed as a trend in some of today’s museums, but neither the science museums of the past nor the majority of current museums wholly fit this description. Perhaps a new type of museography must be invented to truly achieve this concept, and to develop this trend. The first science museums were really natural history museums, or museums with machinery or instruments, with the clear vocation of building and preserving collections for scientific research, using showcases to display real exhibits to the general public. Modern science museums are generally physics museums, where the visitor can interact with the real phenomena that are on display. However these museums tend to lack any real exhibits and overuse audiovisual presentations and computers. Science tries to make sense of reality; reality consists of objects and phenomena. Objects are made of matter which occupies space; phenomena are the changes that objects undergo, changes which mainly occupy time. Furthermore, neither the objects nor the phenomena can be held responsible for the approaches to the study of science in schools and universities. It is true that such an interdisciplinary approach only makes sense if separate disciplines existed previously. However, thanks to formal research and teaching institutes which establish these disciplines, the museum may tackle any part of reality by applying any type of knowledge. This means that a science museum may deal with any subject from a quark or bacteria to Shakespeare or sociology or townplanning. It also means that reality, whether it concerns objects or phenomena, is an unavoidable and irreplaceable aspect in a museum. Reality is even the museological buzzword. I would even go so far to say that a museum is a concentrated form of reality. Perhaps this is the only thing that sets museology apart from any other form of scientific communication. Lecturers and teachers use the spoken word as their basic means of expression, even though they might avail themselves of the written word, still or moving images, models, simulations, computer programs, etc. Lectures can be given without slides, without diagrams or demonstrations of any kind, without reading from a text, but it is impossible to lecture without speaking. Indeed, it is not even possible to give a lecture or talk merely by reading from a text. Books, newspapers and journals use the written word as a basic means of communication, even though they may be supported by diagrams, drawings, maps or photographs, etc., but there are no books or journals without written texts. That would be something else, maybe an album. Silent movies exist, but there is no such thing as the cinema without pictures, or radio without sound. There is no ban on using simulations, models, graphic images or new technologies in a museum, but these should only be used as accessories, and never in lieu of the real thing. In a science museum there is no ban on teaching, informing, training, entertaining… these are unavoidable, but they should not be given priority. In fact, these activities are carried out much more efficiently using other mediums. More can be learnt, and to a better degree, from a good teacher or a good conversation with colleagues than in any visit to a museum; better information can be obtained through a good Internet


image that science conveys of itself. The beauty of science is that it recognises its own ignorance (it is precisely for this reason that research exists) and errors are not uncommon or negative, they are the scientist’s daily bread, they are essential and offer the best learning opportunities. It is particularly stimulating for a member of the general public to confront certain aspects of reality that are scientifically interesting simply because he/she has no knowledge of them. It is particularly valuable to show several likely alternatives, where these exist. A museum of this sort will of course be inconvenient in an autarkical society, in which the general message is “people that are more intelligent and better trained than you do your thinking for you” or “the decisions we need to take to fight against the current state of uncertainty are dictated by the writings set down in our most time-honoured traditions”. A science museum invites thinking on absolutely any issue. A human mind always has the right to adopt a truth that, in principle, belongs to someone else. There are many ways of transmitting the scientific method using exhibitions. The most honest and brilliant of these includes wit and irony when it comes to self-criticism. Laughing at oneself is the most effective weapon scientists have for not sacralising or pontificating about his/her work and for avoiding falling prey to personality cults. Humour is also a resource that works well in museography (and which works very badly, for instance, in an article in a “serious” scientific journal). Yet we still have the third aspect: the museum as a meeting place to cultivate public opinion on science. This cannot be achieved with exhibitions, but it can be done through activities. This is a conclusion that has been drawn after more than twenty years spent thinking every day about museums. A science museum should have facilities which reflect this because the prestige generated from exhibitions lends credibility to the activities that are organised around them: conferences, cycles of lectures, seminars, courses, debates, congresses, meetings, conversations, round-table discussions, theatre, music, cinema, etc. There are four scientific social spheres: 1) the sphere that thinks and creates science is the scientific community (universities, research centres, R&D in the private business sector, enthusiasts, etc.); 2) the social sphere that uses science is the production sector (industry, companies, services, etc.); 3) the paying sphere, which can benefit from and can also suffer from science, is society itself (the man on the street); and finally, the sphere that manages science is the administration (the politicians). The problem, generally-speaking, is that there is seldom any space available where members of even two of these spheres can meet together for debate without someone having the feeling of playing away from home. That said, it turns out that all of these groups are happy sitting down in the spotlights of a good science museum. Take, for example, society versus the production sector: it is not the same for a publisher to present a book on their own premises, at a hotel or at a science museum. Another example might be the scientific community versus society: it is not the same to hold a discussion on Mediterranean water quality at a university, at Greenpeace offices or at a science museum. A further example could be the scientific community versus itself: it is not the same to debate the concept of progress in the Physics Faculty, or in the Faculty of Philosophy, or Sociology, Biology or Economics, etc. or to do so in a good science museum. To put it another way: the atmosphere created by the exhibitions usually provides a guarantee of neutrality and objectivity for all participants. Today Europe has some fifty million people visiting its science museums yet many of these installations do not even include an auditorium to seat a hundred people. But things can change. We are facing a very interesting germ of scientific opinion because the museums now are linked in a network. They just need to be persuaded to become involved in activities and link up with one another. A debate in

z

English

browser; the school of life itself is a great instructor; and each person has their own particular favourite for whiling away time (which for some may of course be the museum itself)... but, what is the museum really all about? What is its ideal function, what does it do better than any other system? The answer lies in the original definition: stimulation. Creating a difference between before and after. A good museum or exhibition leaves one with a great deal more questions when coming out than when going in. The museum is a tool for change, for individual change, and therefore, also for social change. The museum is irreplaceable during the most important phase of the cognitive process: the beginning. Visitors move from a state of indifference to feel a real thirst for learning. Reality is the best way to provide stimulus, it stimulates more than any of its representations. All the major vital functions of natural selection are consolidated with a major stimulus: food when one feels hungry, reproduction when sexually aroused, bodily self-preservation when in pain, hydration when thirsty, etc. One of the latest triumphs of evolution is undoubtedly knowledge, an ability to anticipate the uncertainty of one’s surroundings. It is, in fact, the latest triumph in the evolution of intelligence, abstract intelligence and, in particular, the ability to construct scientific knowledge. Yet it seems that not enough time has elapsed for natural selection to favour scientific knowledge. Maybe it is the curiosity that so many mammals display in their infancy and only neotenous human beings retain throughout their entire life. With this notion we reach the mammoth contradiction that marks our time (the one that immediately precedes globalisation of the planet): the human race has conquered the world with scientific knowledge and yet it lacks a stimulus to consolidate it. We have a very serious problem on our hands affecting even the most developed societies as this is a democratic necessity. All votes are have the same value in democracy and yet science, which is the form of knowledge that most affects our lives and the every day decisions that we have to take affecting our co-existence (energy, hygiene, health, scientific ethics, environment, technology, etc.) are outside most people’s scope of interest. A science museum is particularly important when it comes to addressing this point. So, how do we achieve this goal? A new form of museography must be invented: museography with real objects, but which are capable of interacting on three levels: manual interaction, (“hands on”, in museum jargon), mental interaction (“minds on”) and cultural interaction (“heart on”). These are objects that tell stories, which talk with each other and also with the visitor. They are living objects, changing objects and objects linked to events. It is one thing to merely exhibit a sedimentary rock and something quite different to link it to a real-time experiment showing how rock forms. How do we evaluate whether exhibitions really provide stimuli for scientific knowledge? Museums usually insist on flaunting their visitor statistics. It is a real vice. The number of visitors should be an issue that concerns us, particularly if the museum has few, or none, but they do not give an idea of the change that has come about in the audience. What really matters is whether an exhibition stimulates new reading, new questions in classrooms, new choices when it comes to watching television, new ways to travel, and, in particular, whether it generates conversation - conversation during the visit, conversation the first time the family have dinner together after the visit, conversation with oneself (thought), conversation with nature (observation, experimentation, etc). Yet scientific knowledge is only one third of the goal. The method is also important. A good science museum does not only offer a selection of spectacular scientific results, it also shows the process used to achieve these results and it comments on their reliability and validity. Criticism of knowledge is as important in science as the knowledge itself. Phrases such as “this has been scientifically proved” are evidence of the false

109


110

Paris could be followed live anywhere else with the possibility of answering in real time. Why not design a European, or world program? Globalisation is a challenge for this century. It can be done very well and it can be done very badly. Yet, it so happens that science is already globalised, or at least, it is the most globalised form of knowledge. The science museum is a tool that can use scientific knowledge and scientific method to make a positive contribution to society through a democratic system. Such is the proposal. A science museum conceived with beauty and intelligence becomes a space of enormous social interest. Its audience is fully universal. The reason lies in the initial definition, since emotions, real objects and real events are “words” that are ageless and have no specific social class or cultural level. It is hoped that this introduction will serve to present a concept of a museum which, on account of the scope of its ambition, we might call the total museum. What follows is a more detailed analysis of the properties and concepts that define such a museum. On the idea of a real object There is a certain amount of confusion about what a real object really means in museology. Is a living fish any less of a real object than a fossilised fish? Is a photograph any less of a real object than a painting? It is worth taking time to reflect here. Let us attempt to search for a useful definition. The questions we have just formulated suggest that the reality of an object can be scored. Therefore we need to have some preliminary definitions. For instance, the idea of an original object. An original object is something that represents itself. We could describe it as scoring one hundred real on the reality scale. A one hundred real object is unique as no object is exactly the same as any other. (Or, if preferred, an object is only exactly the same as itself). An object with a lesser score of 90 real is one that represents the original with 90% of the information required for defining it as being unique. A living fish is an original, a score of one hundred on the reality scale. A fish in formol still provides information on the original object. It is real, but possibly only scores 40. A hundred million year old fossilised fish is not much more real than a replica made through direct contact with a fresh fish. A copy carved from memory verges on a zero score... Michael Angelo’s David in the Accedemia dell’Arte del Disegno (the Academy of the Art of Design) in Florence has a score of one hundred on the reality scale, the copy in the Piazza della Signoria has a lesser reality score... In general, the higher the reality score, the better the piece is for the museum. However, there is one exception. This happens when, for some reason, the one hundred score object cannot be appreciated by human perception, for instance, because it is too small (a cell, a virus) or because it is too large (a building, a city). This is where the distortion factor comes into play: the object is enlarged (reducing the size of the observer at the same time) or the object is reduced (and the size of the observer is increased). It is odd, but in museology the only option that really works is the second one. We accept everything that draws us closer to divinity, but we feel humiliated by any attempt in the opposite direction. A terrestrial globe made of plaster raises our spirits; gigantic papier-mâché bacteria make us feel depressed. In architecture and town-planning, the model is a high scoring object on the reality scale. For this reason, an exhibition without its minimum dose of reality is irremediably reduced to the level of a book to be read standing up, to a multiscreen cinema squashed into a single screen, to a cybercafé that is fully under control,... It is obvious that an exhibition is poor when it is better replaced by a good book that does not require leaving the house, or by a good video, a good recording or a good Internet connection. The visitor will not take long to decide, of course, he/she could go out to see an exhibition like this, but they would rather not.

On the idea of conversation In the world of total museology, everything boils down to conversation. Interactivity is a type of conversation. Thought is conversation with oneself. Teamwork is based on conversation. Our proposal on how to evaluate a museum measures the capacity of a visit to generate conversation. However, over and above all of this, we still have conversation in its literal sense, what several people do when they gather together, physically in the same space. What should this space be like? What follows is a consideration divided into two parts. The first part refers to quantity, the second to quality. First of all, how big should this space be? One: thought. This is the smallest expression of dialogue. It takes place in the mind, with the mind talking to itself. It asks the questions and gives the answers. Thought promotes the independence of the individual in the face of uncertainty. Two: conversation. One speaks after listening while the other listens before speaking. In the forum there are some good spots for this classic activity. Conversation encourages thought. Around ten: a small gathering. A group that can sit together round a table together, view an exhibition together, or walk round together as master and disciples. The forum serves this purpose. The small gathering fosters conversation. About a hundred: the conference. These people meet in a lecture hall or in a room to listen to speakers that, while far away, are still present in the room. Once the paper has been delivered, anyone may take the floor and begin something akin to a conversation. Areas have been designed for such purposes in the forum. The conference encourages people meet to discuss in small gatherings. About a thousand: the ceremony. These people come to attend speeches and shows. Huge screens replace the ancient masks used to magnify expressions that are impossible to see on a face. Conversation is impossible, but people can clap or boo. In the forum there is an auditorium for an audience of more than three thousand people. I have never attended a ceremony that led me to engage in thinking at the end. The tens of thousands (a large gathering), the hundreds of thousands (a large show) and the millions (a large demonstration) come together, once they have identified themselves as a group, to congratulate themselves on their large number. There is more likelihood in these cases for thought to go to sleep... And secondly: how should the space be arranged? Everybody knows the answer to this question: a cinema is just as it should be. When inside, one tries to forget oneself to become more involved in the film. The seating arrangements help: nobody can see anybody else’s face, but everyone can see the screen hanging at the front. The screen is a window through which we can spy on a prescribed world that makes us laugh or cry, but in which we cannot intervene (Hitchcock, we can’t forget). Conversely, the film unwinds insensitive to the emotions that may be stirred in the audience. Now, were we to replace the screen with a speaker, we would have a really awful conference hall. Everyone knows that. The speaker, apart from having superior knowledge, speaks to the audience from above. The person in the front row of the audience does not try to intervene, so as to save himself/herself from having a hundred pairs of eyes staring at the back of their neck, and so does the person in the back row, afraid that the whole audience might crane their necks 180º to show their disapproval of such audacity with a look of incredulity. An anatomy room is just as it should be. The students occupy a conical surface from where they can all see one another’s faces and from where the demonstration - the body being dissected by the master in the lower apex of the arena - can be seen perfectly by everyone. The learned man looks up, the audience looks down. The difference in height offsets the


essential concepts of beauty. Let us now hazard a definition: The beauty of a piece of reality is the degree of rhythm and harmony a mind is capable of perceiving in such an item. If in the piece of reality we are observing there is no rhythm or harmony, the mind cannot find anything to resolve during its exploration of space or time. The mind tires of searching and gives up. This is where the mind becomes frustrated. If, on the other hand, there is too much rhythm or too much harmony, then the mind will find the solution almost immediately. In this case the mind feels offended. Thus the mind will run away from both extremes, by trying to avoid situations in which it is not taken into account. This amounts to boredom. The mental pleasure derived from beauty and intelligibility is an episode that takes place somewhere along the line between frustration and offence. Beauty and intelligibility share a strong emotion: the possibility of anticipating uncertainty. This is not a bad clue as emotions, rather than anything else, are the prime components of museographical language. Intelligibility is not enough to produce science, neither is beauty required to create art. Nevertheless, the greatness of science lies in the fact that it can understand without the need for intuition, and the greatness of art in that it can intuit without needing to understand. This is, in my opinion, the key to the excellent relationship between art and science: art and science can lend their own particular brand of greatness to each other. In particular, science museums can open the door to the scientific intuitions of artists. It only remains to be seen whether some such thing really does exist. Finding one example would suffice, but I will mention two classics: Picasso and Dali. In his series of engravings known as El toro (The Bull) (1945-1946) (Pablo Picasso Museum, Paris), Picasso strips the bull concept of all its nuances. The final result is a drawing of a single line that represents the true essence of the bull. This is what all bulls have in common, the intelligibility of the bull. Yet it is also a precise and intense intuition of what understanding means in science. Furthermore, the minimal bull helps us understand any of the animal’s activities: walking, trotting, watching, charging, running, fighting, panting, suffering in the throes of death, dying.... Celestial mechanics offer an excellent scientific parallel: Ptolemy, Copernicus, Kepler, Newton... The delight in beauty and intelligibility is great. And that of the combination of the two is even greater for scientific museology. Dali’s famous painting, Corpus hypercubus (1954) (Metropolitan Museum of Art, New York) attempts an impossible feat: to intuit the fourth spatial dimension. In this painting, Dali anticipates by thirty years the mathematician, Thomas Banchoff, who, in the seventies, turned to the artistic emotion of the painter to stimulate mathematical intuition. I include a sketch that may help to interpret that fortunate convergence in the most genuine of traditions of triple interactivity (Hands on, Minds on and Heart on) of scientific museology. And now a final question: how does a work of art find its way into a science museum? There are two actors in this process: the artist and the museologist (museologist: a person or group of people that decide on a museum’s content). I think there are four alternatives for defining the relationship between the two, which I illustrate with four examples. 1) The museologist commissions a work from an artist or the artist offers a work to the museologist. As a result of a conversation between the two, the work is conceived and completed. The museologist uses his/her intuition to guess that a new material, such as one with superelasticity, will surely interest a sculptor. So, he/she looks... and finds! Etienne Krähenbühl is the author who worked in collaboration with the physicist Rolf Gotthardt on the piece entitled Insoutenable légèreté du cube (Unsustainable lightness of the cube), [4] which is a heavy block of corten steel supported by fine rods of superelastic material moves

z

English

difference in authority. The words of the person speaking are instantly reflected in the expression on the other people’s faces, a reward that encourages them to speak, if only to try it out for themselves. Of course, the anatomy room makes an excellent lecture hall. As everyone knows. However, conference rooms are invariably of the cinema type. And no one really knows why. On intelligibility and beauty Let’s admit it: in science museums, beauty is not normally something that is given much of a priority. Sometimes we even presume not to make any concessions in its favour. And vice versa: in art galleries, intelligibility does not usually take precedence, which at times even acts as a guarantee of the artist’s freedom of expression. Art and science are two forms of knowledge that behave like two separate pendulums. One minute they pull together, the next they are poles apart. The times they are apart are moments of darkness, but it can be very enlightening when they come together. It might be said that there are times when art and science provide mutual enrichment. These are moments of enormous creativity that no cultural policy seems able to bring about by force. When the phenomenon occurs, it spreads like wildfire through every possible cultural scenario: libraries, lecture rooms,… museums! Are we currently undergoing one of these fertile periods of rapprochement? The tremendous agility and speed with which pixels and letters can be moved by the so-called new technologies create the actual conditions leading to a tendency for art and science to resonate together again. Yet, just as is the case with any borderland, there is a danger of slipping into a world of banality or a place where “anything goes”. What follows is a brief reflection on this matter: is it possible to say anything about the role of art in a science museum? We shall begin with two pairs of concepts that are common to art and science. These are intelligibility and beauty, on the one hand, and intuition and understanding on the other. If intuition means associating something with some kind of personal experience, then science does not always lend itself to intuition, because how are we going to rely on our intuition with respect to Relativistic Physics, Quantum Physics or the fourth spatial dimension, if none of us have ever been either fast enough or small enough, nor have we ever been outside the realms of three-dimensional space? On the other hand, understanding means compressing, searching for common ground in a land of diversity, distinguishing what is essential from various shades of meaning, separating the information from the background noise, the general from the specific. In science there is no doubt: if understanding means reducing, then three cheers for reductionism. Here is what I believe to be a good definition: Intelligibility is the minimum expression of the maximum of what is shared Newton’s second law is a good example. It couldn’t be shorter (F=ma) and nevertheless it still compresses, and therefore comprehends the movement of any non-quantum and non-relativistic object, from the flight of a fly to the rotation of a galaxy. In science we can understand Einstein’s equation very well, and also that of Schrödinger, and we can handle n dimensions in statistical mechanics. The benefit – and the pleasure! – of understanding seems clear: i.e. anticipating uncertainty, a timeworn, beneficial aid when it comes to staying alive in this world. In art, understanding is an option, not an obligation. Beauty, oddly enough, has a lot to do with scientific intelligibility. Any definition of beauty alludes to the idea of repetition. In actual fact, repetition in space is harmony. Repetition in time is rhythm. This is a good clue because time and space are the concepts that are used “a priori” to construct all intelligible scientific knowledge. And, furthermore, rhythm and harmony are also, either by their presence or by their absence, the

111


according to the vibrations caused by visitors walking in the immediate vicinity. 2) The museologist chooses the work that an artist has done independently from the museum. Whilst thinking about an exhibit, the museologist may come across a work full of emotions that converge with the content. This happened to us while we were designing an exhibition on the most frequent forms in nature (2000). The piece, Piramids i cons (1970) by Xavier Corberó [5] (1970) is a genuine obsession with the concept “the point penetrates”. 3) The museologist and the artist are the same person (God forgive us!). Classification is one of the oldest methods of scientific intelligibility (Linnaeus, Mendeleyev...). The idea consisted of gathering pebbles from a fluvial beach and classifying them in a three-dimensional space [6]. Each pebble occupies a point defined by three coordinates: size, shape and composition (colour). The result might be called the beauty of intelligibility. 4) The museologist and the artist conceive and produce a work of art together. It is unusual for this opportunity to arise, but when it does, it is a risk worth taking. It happened to me personally with my old friend and composer, Jordi Cervelló. It wasn’t the first time this had happened. I spoke to him about science and he replied with the sound of the piano. Sometimes he turned round to say something and sometimes I reached out to play a chord. This strange conversation lasted for more than a year and the result was a musical score called Formas para una Exposición (Forms for an Exhibition) of which a version has now been recorded by the St Petersburg Philharmonic Orchestra, and was performed in public for the first time at the Palau de Música in Catalonia in 2005. At the museum, the visitor is immersed in an atmosphere full of sound when appropriate. By way of conclusion, let us say that any process of acquiring new knowledge has three phases: stimulation, conversation, and understanding. Here the word “new” has two meanings: new for one mind in particular (and here we are talking about teaching, learning, education...), or new for any creature on the planet (when we are talking about research, human creativity...). In well designed museums there is conversation and understanding; however these are most suitably used as an inimitable source of stimuli of incalculable value. The museums of this century are not only places to visit but above all meeting places, places where reality is concentrated to cultivate knowledge, an idea that rejoices in the freedom and independence of a human being as an individual, whatever their identity as a group.

Expo 2008: New lenguages By Francisco Pellicer, Salvador Pons

112

The Zaragoza International Expo 2008 revolves around a basic topic, Water and Sustainable Development, which will permeate the entire exhibition and give the event a single purpose. The topic has determined, and is represented in, the selection of the location, the development of the site, the equipment and services, public spaces, the exhibition pavilions, thematic plazas and shows, and the Water Tribune conferences and congresses. Expo 2008 is not a governmental or interministerial meeting to deal with, agree and sign international agreements; it is not a scientific or business gathering as are conventions or forums for a specialist audience; it is not a fair for the exhibition and sale of new products or services; nor is it a theme park designed for entertainment and leisure. However, it has something of the nature of all of these events. Expo 2008 is a grand, festive event in which knowledge and innovative experiences are exchanged, technological advances and new management models exhibited and from

which the Zaragoza Charter will come, with principles inspiring policies based on sustainability. It is, above all, a great cultural event and one of public diplomacy, directed towards an estimated 6,000,000 visitors and a much broader public who will receive media impact from the world’s most important cultural event in 2008. The main goal of Expo 2008 is to raise the awareness of a diverse and large audience about one of the most important challenges facing mankind in the twenty first century: the global water crisis, worsened by climate change. In this way, Expo 2008 joins the major efforts being made by international organisations, particularly the United Nations, towards meeting Millennium Development Goals. To be concise, EXPO 2008 is about millions of people living an unforgettable experience which will, in some way, change their mentality and behaviour regarding water, no longer thought to be an unlimited resource, but an essential element of life, a unique resource and a key factor in the make-up of landscapes, territories and relationships between peoples on the blue planet. EXPOGRAPHY: AN INNOVATIVE AND CONTEMPORARY COMMUNICATIONS SYSTEM The Zaragoza 2008 International Exhibition Contents Plan is designed to be an innovative and contemporary communications system. It avoids conventional methods in order to explore new languages suited to the development of an event having the characteristics of an International Exhibition. Information on water and sustainable development is abundant and accessible, to such an extent that we have been inundated with requests. On many occasions, excessive information, distorted by ambiguity and polysemy, even hidden interests, leads not just to the spectator’s attention wandering but, worse, to their indifference. For the message of Expo to reach its audience with maximum strength, it is necessary to work on several key factors: the relevance of the theme, accuracy of information, clarity of expression and aesthetic emotion as a way of boosting and consolidating the message. Expography is a new term, responding specifically to this innovative focus which converts a content/message into an exciting experience to remain in the head and heart of the spectator for a long time. Visitors require more art and fewer museum-style display elements, more excitement, and spaces where they can interact in different ways, where they can decide which route to take, where they are treated as intelligent and inquiring individuals, capable of constructing their own discourse based on stimulus to their sensitivity and intelligence. The means Expo 2008 has of conveying its message are the fruit of multi-sector collaborations. Public spaces, thematic plazas, animated balconies, the ecological boulevard, terraces, hospitality areas, spaces for concerts, etc. have all been conceived in line with design requirements arising from new proposals for conveying messages. Basically, the site follows an integrative, barrier-free design concept in which the interior space opens out onto walkways, and exterior space penetrates the exhibition as an essential part. The best example of this concept is thematic plazas. These are exhibitions in which narrative discourse, scientific direction, graphic design, engineering, architecture and artistic interventions become the message: the structure is intended to demonstrate ecological economy, walls and coverings are exhibition contents in themselves, and art encompasses all media. Walkways, exhibitions, the world of the river outside and the interiors of halls and corridors, as well as fulfilling and being compatible with the exhibition functions, create a magic space of sensations, a single, unique setting for emotion.


in nature: Expo 2008 sought out the best specialists in each subject to form what we call scientific management, and to draw up a guide summarising key ideas, the details and the purpose of the exhibition. Expo 2008 then took on multi-disciplinary design teams to transform the conceptual guide into a narrative guide adapted to the general public. The exchanges between scientists and designers have been very stimulating, leading to improvements in concepts and designs which would never have been achieved without this fertile relationship. The next phase involved the calling of public tenders to produce the exhibitions. During this stage, both teams are linked to the process: with scientific management supervising all of the messages and the design team directing and monitoring the quality of work. THE ACCURACY AND CLARITY OF EXHIBITION CONTENTS: scientific management Once the themes and their strategic locations were decided, each exhibition then required specific handling to develop its contents in line with individual perception. Renowned professionals from different spheres (UNESCO, universities, international research centres) developed the key concepts unique to each exhibition. All of them are members of the Expo Committee of Experts, with access to precise information as to what occurring in the exhibition as a whole, and therefore aware of and familiar with their framework for action. Scientific management guarantees discourse accuracy, and clarity. This, however, is not enough: the target audience of Expo 2008 is very broad, denominated in general terms as a family audience, who approaching the event with a sense of curiosity, ready to be surprised and, above all, to have an enjoyable time. Thus it is vital that the scientific guide becomes a narrative guide full of creativity, excitement and surprises. In short, it needs to appeal to the desires and aspirations of the greatest number of visitors, conveying interesting, attractive and comprehensible messages. Meeting these requirements means transmitting messages on different levels according to the age, education, available time and interest of the spectator. CREATIVITY AND EMOTION: expogrAPHIC DESIGN Responsibility does not lie exclusively with scientific guides. The precise formula is the result of creators and designers who have been playing out the scientific script in the language of communications. A idea in the scientific guide can be expressed in many different ways and using various means: audiovisual, a performance, an explanatory board, an experience, a melody, or in the very architecture or facilities of the pavilion. Expo Zaragoza 2008 proposes and promotes the use of new communication languages based on conceptual consistency and the format of the communication system to turn thematic contents into pure emotion. Encouraging creative and multi-functional design to integrate multiple contents into new communication systems is one of these goals. Consequently, artists and designers play a key role in this process. One of the key aspects is the creation of new spaces designed to house contents. It is not enough just to design spaces or even contents. It is more interesting to design systems to communicate contents with an artistic/base programme (visual, audio, aesthetic, environmental, informative, artistic, etc.), but open to the possibility of establishing “creative spaces” where the visitors themselves can create their own experience. The new, contemporary contents are not static, they are transmitted. Spectators become actors, taking in stimuli to recreate their own message according to their experiences and aspirations, sharing it and enjoying it with their companions. An example of this is the pavilion called “Lighthouse: Citizens’ Initiatives” which reflects its purpose in its bioclimatic architecture, climate control

z

English

THE RELEVANCE OF THE THEME AND LOCATION STRATEGIES. The procedure for the creation of an exhibition in Expo Zaragoza 2008 is based on the Content Master Plan, drawn up by the organisational board together with a relevant international committee of experts, where the main ideas, strategic themes and sub themes of the program, as well as the most suitable means for their diffusion are laid down. The themes “Water for life” and “Water, a unique resource” are housed in the Water Tower and the Bridge Pavilion, the most emblematic buildings in the exhibition. The theme “Waterscapes” is expressed in the “World River” exhibition, in the fluvial aquarium and the “Cities on Water” thematic plaza, but is especially represented by the numerous contributions from participants. It is clear that the “waterscapes”, not designed as a static image, but rather as an expression of the complex, dynamic interaction between natural ecosystems and thousands of years of human activity in each part of the world, are a collective contribution from all participants. The Water Tower, Bridge Pavilion and aquarium focus on the northern and southern entrances to the site, while the aquarium and the Spanish Pavilion are located close to the eastern entrance. In this way a system of routes is laid out which, in turn, corresponds to the balanced distribution of contents on the Expo site. The fourth theme, “Water for the coming together of peoples”, specifically supported by the Water Tribune, is expressed in the thematic plaza “Shared Water”. Finally, some particular themes we wished to highlight have given rise to specific spaces: risks from water, heightened by climate change, are dealt with in the thematic plaza “Extreme water” and the evening show (“Iceberg”); sensory enjoyment and the pleasure of water can be experienced in the unique thematic plaza called “Aquatic Inspirations”, a theatrical event; the relevant role of proposals from the civil society are housed in the striking “Lighthouse: citizens’ initiatives”; the rich interaction between water and energy is dealt with in the thematic plaza “Oikos”. The series of thematic plazas, under the responsibility of the organisers, is located alongside the Ebro, forming a corridor between where the Bridge Pavilion opens onto the left bank and the eastern entrance to the site. Parallel to this, to the north, alongside the Ronda del Rabal, pavilions from participating countries are structured along a split level main street. In this way, a balance is achieved between the thematic offer on the site and improvement of traffic flow, allowing visitors to find a coherent route through the exhibition. Also, the site consolidates its essence as a great thematic venue with works of art in public spaces: “Banco ecogeográfico” (Eco-geographic Bench), by Batlle&Roig/I.Ferrer; “Sonic Forest”, by Christopher Janney; “Agua incondicional“ (Unconditional Water), by Javier Peñafiel; “Labyrinth”, by Jeppe Hein; “Mannerism/Rococo”, by Dan Graham.; “Alma del Ebro” (Soul of the Ebro), by Jaume Plensa, in addition to decorative murals by Isidro Ferrer. HOW TO ACHIEVE OUR AIMS: METHOD How do we become masters of our own destiny? How can we ensure that, once goals have been framed in the Contents Master Plan, we achieve what we are aiming for? What is our working strategy? Expo 2008 has been innovative in creating its exhibitions. It has avoided letting “turnkey” competitions compromise the scientific accuracy of exhibitions, or strange budgetary limitations compromise the best of the designs. We have also inverted the order “building, discourse, design”: in thematic plazas it has been “discourse, design, building”. The theme has in no way been subordinate: from the outset we wanted the buildings to form part of the exhibition message, to be both a solution and help for design, not a straitjacket to limit design. The method used to create the exhibitions of the organisers was “classic”

113


114

facilities, and in the participative management of encounters, exhibitions and experiences. The entire pavilion, from the material used in its construction to the way it operates, is designed in keeping with the message of respect for nature, efficient use of resources, the necessary participation of society in water management, international cooperation and environmental and social quality, as a way to create an ecologically healthier, more just, equal, caring, and therefore, peaceful society. The Bridge Pavilion is designed according to the abstract concept of uniting and building bridges between rivals (inhabitants of two riverbanks sharing the waters of one river and frequently competing for its control) and turning a passage into a meeting point. In the exhibition “Water, a unique resource”, the water crisis is represented in the form of a linear exhibition leading to a dead end. It is not possible to go any further. Dealing with challenges requires a change in mentality and behaviour which is expressed physically in an abrupt change of direction as the only way of reaching a solution. The Water Tower houses the physical and biological realities of the “Water for life” exhibition in its base, then plays with volumes to express the water cycle before raising its sights to discuss the noosphere, the most sublime phase of knowledge, beliefs and values. The salt mountain in the thematic plaza “Thirst” and the wave tent of “Extreme water” both play the role of venue, in addition to being powerful metaphors and representations of their contents. “Aquatic Inspirations” unites actors and audience in an extraordinary and joyful experience which underlines artistic values and the power of water as a show by means of dance, acrobatics, music, colour, movement….. with a totally contemporary look and feel. Even so, it is not enough just to be able to narrate a scientific message in an attractive, exciting and sensitive way, we needed to make this space a real meeting point for visitors, a plaza, a space where walls do not cut it off from the Expo 2008 setting. From this came the concept of an exhibition installation, the exhibition is housed in a “non space” with a strongly defined aim of transparency, without visual boundaries, in communion with its surroundings. The installations for “Oikos” and “Shared Water” were developed in this way. They burst out into the public space for contemplation from without while inviting you to look outwards at your setting from within. Meanwhile, in the “Cities on Water” plaza, the urban environment of Zaragoza and the Ebro river form part of the exhibition without being physically part of the installation. AN ENCOUNTER WITH THE VISITOR: EXHIBITIONS OPERATION It is the moment of truth, contact is made with the public. Expo 2008 has three types of exhibitions: those held in large pavilions, those held in purpose-built exhibition buildings and those called exhibition facilities. The first give a great deal of freedom of movement, in other words the visitor can wander at will. This type of exhibition requires certain maturity of visitors, given that they decide the route they wish take to see it. In exhibitions held in purpose-built structures, the visitor starts to see the exhibition before entering it, as the venue forms part of the message of the exhibition. In the case of “Thirst” and “Extreme water”, which are the main metaphors and icons of the exhibition, the visitor receives the message upon approaching. Exhibition facilities in installation format are the most innovative: their transparency, their lack of limits and their integrationist vocation make them highly attractive visual icons. The visitor not only receives information on approaching but can, in many cases, observe a large proportion of the contents from outside. Inside, the spectator interacts with the installation, exploring its different heights and perceives contents from close-up and at a distance. From the site, the outside landscape and the city become elements of the exhibition itself.

Water for life By M. del Tura Bovet, Enma Pérez-Chacón

The content of this exhibition is structured around a central idea: to show the relationship between water and life on our planet. To achieve this, a biocentric approach has been adopted which highlights the value of life as the hub that structures the ethical code, rather than an anthropocentric approach, in which man appears as the master of an apparently inexhaustible nature. The guiding principle is: “man belongs to nature, not the other way round” and with it we share a common objective, survival. This is a marriage of two “observations” of water: one which views it from its natural perspective – including man as just one type of living being – and another from its cultural viewpoint, by reflecting on the spiritual value ascribed to water by different cultures. In other words, the idea is that one traces a path from the ecosphere – located in the lower part of the building – up to the noosphere, or sphere of thought, embodied in the ascent of the tower. The content for water from its natural perspective (ecosphere) is structured in three sections: “the magic of water and the planet”, “bluescapes” and “we are water”. The first section shows water on the planet, emphasising that it is a scarce resource and highly significant in the context of our galaxy. The scales of water are also shown, from the universe to the molecule. At the same time, the main physicochemical properties of water are explained, such as its ability to change state (liquid, solid and gas); its bipolarity, which enables it to be a universal solvent, or the forces of cohesion and adhesion. These properties are displayed as magic experiments, in which the combination of examples in nature, together with others from daily life, highlights the most significant processes enabling life. The second section, “bluescapes”, offers a journey through the geography of water to incorporate its spatial dimension, discover water’s effect on the organisation and development of landscapes and, at the same time, show how water interrelates with man. It travels through seven different types of landscape where the creative power of water is shown. From hot deserts to cold wildernesses, from the savannah to the Mediterranean, from the tropical jungle to temperate forests, and from islands to coasts, visitors will see how water, with its presence or absence, and its movement, can build landscapes and organise life in them. The third section, “we are water”, highlights the biological aspects of man with regard to water. It looks at the importance of water in the make-up and working of the human body, emphasising the fact that, like any other living being, we are part of nature. It will also introduce us to the most intimate experience we have with water: the water that circulates through our bodies. Special attention will be paid to water as a majority component in our bodies, in the fluid balance that keeps the water quantity constant, and in the principal functions of water, such as transport and temperature regulation. The latter aspect helps us to adapt to extreme weather conditions. Finally, the section devoted to “water cycles” enables visitors to formally connect the set of contents of the ecosphere, which almost certainly helps to reinforce the idea of interconnections between the water cycle and life. To this end, a comparison is made between the water cycle on the planet and in the human body, and this is joined by a further metaphor: the water cycle in the building. Meanwhile, reflection on water from the sphere of thought (the noosphere) revolves around another metaphor: the ascent of the tower is the equivalent of our ascent within a more spiritual, intimate setting. Just as


Water for life By Program Collective The exhibition design proposed by Program Collective in Water for Life links the space with its surroundings. The spaces use media and technology to call forth the fantastic dimension of natural processes by stimulating the imagination and conscience through the experience of time and the senses. The living being-water-planet relationship is presented through 107 minutes of audiovisual programmes in the different displays which are located in an inner space of contrasts. This contrast is absolute between the base, which is dark and horizontal, and the light-filled, 70-metre high Enrique de Teresa Tower. The exhibition, covering an area of 9,668.98 m2, is housed in the tallest building in Zaragoza, an environmental landmark that is set to become a favourite destination among visitors to the Zaragoza 2008 International Exhibition. Elementary forms (lines, circles, a horizon, a raindrop) in dynamic situations (swinging, hanging, magnified) form the exhibition. Moving images, sound, light, colour and water recreate the ebb and flow of nature herself. Through the language of the senses there is the same underlying perception in all the spaces: each one of us belongs organically and ethically to the continuum of life. And life is dependent on water. MAIN ENTRANCE Just inside the pavilion, the public first comes to a 27-metre high curtain of water and light, which guides and leads to the lower level of the exhibition (the base). Elementary media such as water, light and sound, all aimed at the senses, bring to life an integral experience that transmits the key concepts of the exhibition. Water is something essential, ubiquitous and elusive. Light, sound and water follow a choreography that marks the moment the curtain opens and the water allows the visitor to pass. BASE A set of illustrative illuminated displays is scattered throughout the dark horizontal space of the lower level of the exhibition, or base. The largest of these is a facility made up of 29 audiovisual projectors and 30 TFT monitors distributed throughout the space forming an imaginary arch. Circular ponds “capture” scenes of moving images that represent the fluid relationships linking water and life through different spectacular landscapes. In the space called We Are Water, the skin and the senses are the essential tools for understanding an exhibition in which visitors are immersed in changing temperatures and varying aromas and degrees of humidity. The significance of the exchange of water between the body and the surroundings is revealed by means of an enjoyable yet stimulating system that programmes an audiovisual interactive floor with an area of 72m2. Near this facility are 32 TFT monitors revealing the magic of water to our eyes and minds. Thanks to its properties it is possible to defy gravity, move mountains, change shape, and so on.

RAIN The RAIN sculpture hangs 20 metres above the ground, over a pond with the shape of a vortex with a diameter of 15 metres, lending character to the large shared space in the centre of the base. The sculpture consists of 200 transparent tubes which, in pairs, make up columns of waterfalls and light. It is a sort of inverted fountain which turns the impressive phenomenon of rainfall into a fantasy framework, in the middle of the space. Just like the natural cycles that rule water, RAIN increases, dies away and changes in an intoxicating dance of light, sound and colour, going from the soft falling of raindrops to the mighty ferment of torrential downpours. TOWER The public climbs from the base to the tower. On the way, visitors will pass from semi-darkness to light, that is to say, from the ground to the atmosphere until they come to a cloud of 2,000m3 captured at the top of the tower. On the way up to this cloud, visitors will come across a series of displays that highlight the meaning and value of water, underlining the mark it has left on cultures and the mind of man. Seven displays, placed at seven intermediate stages of the ramp going up to the cloud, make up a sort of conceptual brain-teaser. The relationship between each display is open to the personal interpretation of the visitors, just as the relationship between these and the video-pools below, on the mezzanine level. These spaces can be viewed by the public from the ramps which serve as balconies. All together they present water as the common main element of the different cultures of the world. Water interrelates human action, thought and emotion, and coincides with significant cultural moments in our lives, from birth to death. SPLASH Finally, SPLASH. This sculpture will be seen from every level of the ascent to the top of the tower. Digital animation technology has been used to produce SPLASH, recreating the deformation of a drop of water when it falls and hits the ground, taking into account how it changes according to the different circumstances surrounding it (gravity, wind, heat, and so on). The sculpture, with a diameter of 15 metres, consists of 135 reflecting shapes hanging 20 metres above the floor of the tower. SPLASH symbolises the appearance of water on the Planet and of life as we know it. It underlines the increasing importance of water for our existence. In short, the importance of a single drop which, when it falls, gives life to and sustains our Planet. FIGURES Exhibition area: 9,668.98 square metres. Water Tower height: 70 metres. Zaragoza’s tallest structure. Water Curtain height: 27 metres. Rain: 200 tubes hanging above a pond in the shape of a vortex, with a diameter of 15 metres. SPLASH: hanging at a height of 20 metres, with 135 digitally-generated distinctive and unique shapes. The Ramps: rising 40 metres from the base of the Tower to the final stage. A walk through a cloud with a volume of 2000 cubic metres. Audiovisual presentation length: 107 minutes.

z

English

water vapour rises when it evaporates or sublimates, so visitors, as they climb the ramp, are transported to the world of meditation and thought. The symbology of water, to be found in all cultures, is the resource chosen to structure the contents. This journey symbolises the fact that “we came from water and to water shall we return”, thereby completing a dynamic cycle. These contents aim to promote a responsible view of water, in the awareness that we are part of it, and that we are acting against our own interests if we misuse it because, in short, “we are water”.

115


Water, a Unique Resource By Carlos Fernández, Alberto Crespo, Pilar González

116

Our planet is a complex system of relationships and interactions in which natural phenomena and changes caused by Man combine to produce effects that are sometimes hard to understand. Hurricanes, droughts or floods are perceived as extreme climatic occurrences whose cause and effect mechanism are reconstructed into a natural phenomenon, whose origin does not seem to need to be specified and to which the role of primary cause is ascribed. A temperature increase in tropical waters causes intensive evaporation and warm air masses which when in motion revolve at great speed around a low pressure centre. Such a phenomenon does not need to be explained in anthropic or natural terms; it only needs to be baptised Katrina or Andrew. But with this cause-effect relationship there is still the latent suspicion of a distant prior factor and the uncomfortable feeling of confusing causality with chance. The water crisis is a global phenomenon whose primary cause is diluted in myth and denial of reality, or at best, in partial views of reality that fail to transcend the phenomenon of supply and demand. As with Katrina and Andrew, the causal chain is halted when it reaches the physical event whose reality is sufficiently threatening to warrant no further explanation. Thus, the immediate proposal as a solution is usually the rationalisation of use, water saving – turning off the tap when cleaning one’s teeth – and in general the adoption of habits that might appear to reduce consumption, even though they coexist with costly consumption patterns for goods whose production calls for large quantities of water. The production of a pair of jeans uses 10,850 litres of water and a mid-sized car 200,000 litres, and all this in a world whose population is growing non-stop and whose craving for jeans and cars is increasing exponentially. Among all this one also senses a primary cause, a distant factor that somehow coincides with the primary cause of hurricanes and droughts and, within the bounds of the best technology available, proposes solutions to the crisis: CO2 reduction, integrated management of hydro resources and water governance. A serious look at the problem would have to conclude that all this is good, fair and necessary. Yet if the look is thorough and sustained, it would also have to conclude that a world that has adopted a model of uncontrolled growth –in both population and economic terms– will sooner or later have to face up to its future, with the apocalyptic reality that when there are no more good intentions or technological advances, all natural resources, whether renewable or not, have a limit as they depend on finite resources such as earth, air and water. And everything seems to point to the fact that that future is now. A billion human beings without access to safe water, 2.4 billion without access to mains drainage, 800 million starving, 211 million affected by natural disasters and a child dying every three seconds from water-related diseases show that this future and crisis are with us now. The scientific programme for the Bridge Pavilion was originally conceived as a discourse on the unique nature of Water, an approach designed to surprise, amuse and interest visitors to Expo Zaragoza as a theme that was relatively abstract but practical. The aim was to describe the transversal presence of water in human activities, the symbolism assigned by man, its incorporation into his rites and the surprising quantity – actual and virtual – to be found in living beings and the products of human ingenuity. Later, as the concepts evolved, the programme took on a life of its own. Like water, it gradually found its course and flowed out, almost unexpectedly, into a different viewpoint of the world and the future. A viewpoint with sombre undertones but also with an element of optimism as to how to confront the water crisis and in the acceptance of the fact that the

water crisis is really a crisis of human societies. At first, the aim was to show the true situation of water in the world, the quantities to be found in seas, glaciers, rivers, lakes and under the ground. The idea was to show how small, vulnerable and constant was the quantity of water that could be used out of all the water that existed –the supply– and how demand was growing with the increase in the human population. But the view of consumption and its growth in the face of an unchanging supply lead inevitably to a prediction of crisis, and the view of the billions of humans in a shortfall situation lead inexorably to the real current presence of the crisis. Thus we saw that facing up to this crisis was a complex task which called for a re-think of our behaviour patterns and mainly our habitual ways of thought. We saw, and this is what we are trying to communicate by means of the Bridge Pavilion, that the only real option for solving the water crisis, the natural resources crisis, pollution and all the crises created and undergone by man, was to reconsider our role as masters of creation with the right to consume the Earth’s resources voraciously without suffering the consequences. We needed to reconsider all of this and act accordingly, to adopt a more respectful approach to nature. We saw, in a new dimension and with greater significance, something that we already knew: water is life and is everywhere in our lives; a change in our approach to water necessarily means a change in our lives and thought; administration of the resource must be not efficient but exemplary; our approach to water must be not greedy but respectful; and we realised that water, rather than just being two molecules of hydrogen and one of oxygen, was a blessing.

Water, a Unique Resource By Ralph Appelbaum Associates “Water, a Unique Resource” is an exhibition that reveals our relationship with water through an exhibition experience made up of a sequence of spaces displaying ideas and concepts. The design of the exhibition follows the exhibition programme, and therefore each space expresses a key concept or idea from the programme using a carefully chosen combination of graphic, audio-visual, sound and interactive elements to create different experiences. The exhibition design has tried to hold a dialogue with the architecture of the building and its surrounding exterior space. The exhibition will be held in the Bridge Pavilion designed by the architect, Zaha Hadid, and in the exterior space connecting the Expo Square with the building. The exhibition is to be laid out over three different spaces that embody the three main parts of the exhibition programme: an exterior installation on the approach to the bridge, the interior space of the bridge, called Pod One, and on the upper level, a partially covered space called Pods Two and Four. The features of each of these spaces have been used to highlight aspects and ideas from the programme and to create metaphorical and encompassing experiences. The first part of the exhibition explores the unique nature of water in an exterior installation on the approach connecting the Expo Square and the Bridge Pavilion. In this exterior space, there are five equidistant structures placed in ascending order of height. Each structure uses poetic and factual experiences to explore a different aspect of the unique nature of water. The first structure is a water mirror that invites visitors to look at their reflection in the water and reflect on their relationship with water. After this meditation experience, there are three large cubes, all the same size but built with different materials, on the slope, and they contain three


Water landscapes By Couttant Acuariums Rivers are and will always be eternal sources of life. Some cultures have personified them and even deified them, aware that they owe their very existence to them. In turn, it is down to us to pay homage to them, and to show the world their deep soul and hidden fragility. The Nile, Danube, Guadalquivir, Amour, Yangtze, Amazon, Mississippi, Ganges, Euphrates, Mekong… all are interesting, indeed fascinating, and could have been represented in this space, full of history, culture and life. Our selection may have been difficult, but it enables us to fully express the nature of the following rivers. 5 geographical areas, 5 rivers, 5 souls. According to scientists, the earth can be divided into 5 main geographical areas; - Africana, the Nile, the lifeline. Which river better expresses the very idea of generosity, the very idea of a cradle of civilisation? It is unavoidable, the longest, the most majestic, the most life-giving. - Indomalaya, the Mekong, the river with a thousand faces. The fragrant river. - Neotropical, the Amazon, boundless water. River and forest intimately linked in a life-giving embrace. - Australiana, the Murray Darling, the river of contrasts. An almost unique life-giver in a dry continent. - Holartica, the Ebro, absolute serenity. The world bustles, history speeds up, civilisations change, but the Ebro remains, an impassive observer of human frenzy. In each case we studied how to exhibit the features that we felt would best emphasise the nature of each river. Nature will be all-encompassing in this space; there will be no walls, windows or columns. Although this Aquarium was built in line with the original concept, with its philosophy and raison d’être, it also had to meet a series of requirements and contingencies in order to be functional, effective and profitable. We were able to meet these requirements and build on them during the different stages of the project, both in terms of design and construction as well as management. The Zaragoza River Aquarium therefore meets three main requirements: - it has a straightforward, clear-cut layout for the public; - the technical and administrative zones are grouped together and highly functional; - it has attractive and original facilities (restaurant, store, auditorium…). The organisation of the layout The layout and the partition of the building into different zones can be found in the architectural specifications. Here we will describe the internal layout of the living exhibition, beyond the entrance hall. It is however necessary to briefly mention the architectural principle behind the concept. All public aquaria should offer their visitors a major attraction that leaves a lasting impression. For seawater aquaria, shark tanks often play this role. Impressive size and volume… A river aquarium should follow the same rule. The facility would need a large pool to present the marine life of all the seas into which the rivers in question flow. However, sharks are not the only impressive species, and the deep

z

English

different experiences. A glass cube with water running down its walls houses a water and sound spectacle that reveals the origins of life in water. The second cube is made up of different lengths of timber strips laid horizontally. Inside the cube, data and information showing how life is dependent on water are carved into the timber strips. In the middle of this space is a water garden with exotic plants reminding us of the importance of water for life. The third cube is made up of metal panels with words cut out through which light enters the interior space. The centre of the cube is occupied by a large interactive light box that examines symbols for water in different cultural and spiritual traditions through the use of graphics and sounds activated by the presence of the visitors. The final experience of the exterior installation is a squareshaped slab with the same area as the base of the cubes. This square is covered with text and figures showing the distribution of water over the planet. Pod 1, inside the Bridge Pavilion, looks at the second part of the programme: the water crisis. Just like a water course that divides and disappears, this level has been designed as a space of continuous elements that break up the nearer visitors get to the end. The first experience is an interactive audio-visual projection that examines water supply and demand in different regions of the world; the second experience is a large-scale audio-visual projection that looks at the main cause of the water crisis. The gradual break-up of the space is represented by the reduction in size of the experiences and by dynamic visual experiences, with a predominance of images, giving way to graphics in which text and figures play the leading role. The final experience on this floor is an installation of LEDs projecting figures related to the crisis towards the perimeter of the space. To accentuate the idea of crisis, the lighting in the space is blue at the beginning and amber at the end. The ramp leading to the upper level of Pod 1 is a space occupied by numerous light boxes with graphics that gradually turn into audiovisual elements projecting images and converging at the end of the ramp. This exhibit presents the consequences of the current way of managing water and the need to reconsider this model and create a new water management standard. The upper level of Pod 1 examines the need for water control through audio-visual, graphic and interactive exhibits that reason for the importance of dialogue, transparency and action. The final exhibition space, Pod 2 in the Bridge Pavilion, is a vast, partially covered area that has triangular apertures allowing the light to come in. This space looks at the final part of the programme: water as a human right. When visitors come to this space, they can elect to follow a sand or dirt trail on the left, or a water trail on their right. If they go for the left-hand option, they will follow a trail flanked by sand on which stand glass columns with different levels of water which look at the different criteria for access to water. The other trail runs within a vast water mirror covering most of Pod 2. This trail is a space occupied by four equal-sized suspended cubes and four interactive surfaces on the floor beneath them. Each of these cubes and interactive surfaces is activated when visitors pass among them. The audio-visual and interactive programmes of these elements proclaim the importance of access to water, equality and water as a human right. The final exhibit is a long interactive surface of glass and water on which visitors can pledge their commitment to making access to water a human right. These glass surfaces full of signatures will replace the panels forming the first cube, the exhibit proclaiming water as the essence of life.

117


118

waters of these rivers also harbour impressive fish that could contribute to a memorable exhibit. Arapaima, arawanas, giant perch, impressive sturgeon, carp as big as ancient groupers, and catfish are all there, waiting for the spotlight! Technically, the building has been literally cut in two by a giant freshwater pool. Visitors will cross it 4 times during their visit, as they leave the river environments. They will experience its life-giving sources from a different angle on each occasion. The proposed layout is as follows: Ground floor (level +200) a. Entrance hall b. Beginning of the visit I. First crossing of the large pool c. Discovery of the Nile I. Second crossing of the large pool d. Discovery of the Mekong I. Third crossing of the large pool e. Discovery of the Amazon (double height pavilion) I. The Igapo 1. climb to second level (level +205) First floor (level +205) I. the canopy II. the mangrove (single height pavilion) III. fourth crossing of the large pool f. discovery of the Murray Darling basin I. crossing the Pacific g. discovering the Ebro I. underground lakes; birth of a river II. the Cantabrian mountain (double height) Descent to the lower level (level +200) I. the estuary h. exit A clear-cut concept This concept has the added advantage of being extremely straightforward; the zones are well-identified, the environments are clearly separated, and above all the repeated crossing of the giant pool creates a sort of airlock between the different environments. This creates an opportunity for the visitor to catch his/her breath, while he/she prepares to move on to the next environment and to new emotions. A progressive discovery A common principle regarding the scenographic layout of an exhibition, whatever the subject matter, is never to allow visitors to discover the entire space at a first glance, as they will straight away alight on the most sensational, most attractive aspect, and pass by many aspects without even seeing them. Visits should be progressive, each corner turned revealing new surprises, presenting new horizons. This is one of the keys to the success of an exhibition space. A free-flowing layout Furthermore, the passageways are wide (3 metres) so can easily absorb the crowds that are expected when the ZARAGOZA 08 exhibition opens. However, as each pavilion is fully thematic, the impression of emptiness that could result from fewer visitors to the ZARAGOZA 08 exhibition will be significantly reduced, if not totally eliminated. Organisation of technical areas Besides planning the layout and content, the construction of an aquarium also involves planning the technical areas. These should be functional but also, as much as possible, grouped together to ensure effectiveness.

There are 2 types of technical areas; - general technical areas for filtration rooms, quarantine areas, new seawater tanks, waste water retrieval tanks… - aquaria maintenance zones, used to clean pools and feed fish. A level dedicated to technical areas: the basement All “general” technical areas are located in our project at level + 196, i.e. in the building basement. These “general” technical areas house: - mechanical filtration devices (sand filters) - biological gravity filtration rooms (filtration equipment) - quarantine rooms o marine quarantine o river quarantine - temperate - tropical - repair workshops - new seawater production or storage tanks - waste water retrieval tanks (before processing and clearance) Attractive annexed facilities These annexed facilities house: - the outdoor cafeteria - the store - the auditorium - the terrace restaurant The cafeteria, a haven of tranquillity Installed on an island created in the lake surrounding the building, and easily accessible to passers-by and visitors, this is the ideal spot to peacefully observe the play of light on the waterfalls. The store, a flexible space The store has two entrances, from the entrance hall or from outside, so it can be reached without necessarily entering the exhibition. Built over 2 levels, it will be possible to adjust its surface area according to the expected quantity of visitors. Thus, during the ZARAGOZA 08 exhibition, both 2 levels will be sales floors. After the expo, only the first level will be used for this and the second level will become an educational area open to pupils for practical work. The auditorium, the prestige of a unique space Also with dual access, this space can be put to different use as: - a conference hall - a theatre It can be run either separately from the rest of the exhibition or integrated as an extension to it. Equipped with all the equipment necessary (screen, video projectors), it is above all a projection/ conference hall and usable as such. Behind the raising screen is a large glass panel which provides an unexpected view of a large aquarium, which can be revealed at the end of a projection or conference, making this hall unique in Zaragoza. The terrace restaurant, gardens of peace Perched 12 metres above the ground, the restaurant will offer one of the most attractive views over the city and the Ebro, as well as the other exhibition pavilions. The restaurant is composed of a sheltered room and an outdoor terrace, so it can by used all the time in all seasons. As it also has an independent entrance, it may be used for the organisation of various events when the Aquarium is closed.


By Javier Martín-Vide Life is a unique adventure in which risk, or danger, permanently hovers over living beings. Potential disasters and dangers are a permanent sword of Damocles, and have almost certainly contributed to the vast complexity, diversity and abundance of life on Earth. Thus risk may be seen as a stimulating agent of the phenomenon of life. And water, which is a collateral part of life –all living organisms have a high percentage of water in their make-up, without which the vital processes would not be possible– can also be a risk, a danger, and a disaster. Water, whether bubbling in a cool stream, in a calm, dreamlike lake, in the form of fluffy snowflakes or in the vast, tranquil ocean can suddenly and without warning turn into a danger for mankind and his works. The deluge that causes torrents and floods settlements, the maritime earthquake that causes bodies of water, such as the ocean, to be displaced on a massive scale, generating a series of gigantic waves called a tsunami, the landslide that unremittingly strips bare mountainsides, and even water in its scarcity, in the droughts that cause devastating famines, and many other phenomena, constitute risk-water and, when affecting mankind and his property, disaster-water. In short, it is extreme water. Extreme water: At ExpoZaragoza 2008, extreme water refers to a natural water phenomenon – whether in its liquid or solid state – which exceeds the usual, normal values of intensity or presence, thus making it infrequent or rare, and is potentially dangerous for humans and their property. The limits of intensity which enable the phenomenon to be labelled as extreme are not absolute; they depend on the region, exposure and vulnerability of a particular human community. The main phenomena considered to be extreme water are: High intensity (torrential) or copious (extensive) liquid precipitations, heavy snowstorms, hail storms, river and lake flooding, storms at sea, swells and high seas, tsunamis, landslides, mudslides, blizzards, icebergs, tropical cyclones (hurricanes), storms and droughts. The “Extreme Water” thematic square aims to marry reason and emotion, the intellect and the senses, the full reality of what is being reported and the nature of water and how it affects, either continuously or compulsively, the life of the planet. For this reason, the square has a marked sensory component, which aims to transmit a set of sensations that turn, often unexpectedly, into awe and trepidation for water as a risk, as an impetuous, uncontrollable provoker of disaster. The “Extreme Water” thematic square will show a spectacle of contrasts concerning water, whose plot is interwoven by mankind’s relationship with nature, and whose outcome, in dramatic terms, with the sensible, active commitment of humans, has a positive, optimistic, happy ending. In this respect, “Extreme Water” is an interactive space, inviting choice and discovery. A discovery of suitable solutions in terms of balance with the environment, and measured, sustainable actions. This will promote thought about water in its domain and, taking as read the unconditional value of life, will stimulate sensible, responsible behaviour towards nature. The sensations and emotions in “Extreme Water” should not be bewildering but should stimulate knowledge and reflection on prior warnings to water as a danger, proper territorial planning or correct risk management when it occurs. To sum up, the argument behind “Extreme Water” lies in the values of sustainability and man’s harmonious relationship with the environment, all the more necessary with the reality and foreseeable effects of anthropic climate change. In this respect, the square aims to plant understanding and commitment in the visitor.

Driving ideas and their settings The driving ideas of Extreme Water are staged in two contrasting spaces: an ideas environment or reflection area, and a sensory enclosure. The reflection area is structured around the three-fold risk-knowledge-sustainability concept. This is based on the risk or danger of water in its many appearances and forms on the planet, because water, in its most direct relationship with man and his communities, is a danger which may develop into a disaster when it compromises his life or property. It is also a risk, apparently chaotic and perceived from widely diverse perspectives, depending on each individual’s personal situation. After this personal, subjective input, we move on to the area of knowledge, backed up by history, which contains the file on water risks from the past, and by modern technology which provides objective information, with full, precise spatial coverage, on extreme water. Finally, the initial relationship with water risks, of an individual and perceptual type, evolves, when one has learnt about its characteristics and time and space dimensions, into a personal and social commitment to sustainability, which lay the guidelines for the most suitable behaviour and action to minimise water dangers and preserve the typical values of the natural environment. In the sensory enclosure, a video projection will show in three different geographical scenarios the beauty and majesty, the shock factor in their occurrence and the disastrous effects of a hurricane in the Caribbean, a tsunami in the Indian Ocean and a torrential downpour on the Spanish Mediterranean coast. Among the driving ideas exhibited on flashing strips in the reflection area are: “Concealing a risk increases it”, “More information improves your perception of risk”, “When extreme Water appears, life is the most important thing”, “The land preserves extreme Water’s footprints to act as a guide for us”, “The best prevention against water risks is sustainable territorial planning” and “Climate change will probably increase water risks”. Some extreme Water knowledge resources • A list of water disasters from 1982 to date based on various sources. • Large world databases on natural risks and disasters: United Nations Development Programme (http://www.undp.org/bcpr/ disred/) and Centre for Research on the Epidemiology of Disasters (CRED), of the Université Catholique de Louvain (Belgium) (http://www.cred.be/). • Sequences of weather bulletins from different television stations of the world supplied by the International Association of Broadcast Meteorology. • Various images of Hurricane Katrina (2005) and the Indian Ocean tsunami 2004, and their effects. • Chilean documentary titled “La Respuesta” by the historian Leopoldo Castedo, which relates what happened at Lake Riñihue after the Valdimia earthquake and tsunami in 1960. • Images of the effects of the Sahel drought in the 1970s and 1980s. • Various graphic and text resources and reports from the National Hurricane Center (USA) (http://www.nhc.noaa.gov/), the Severe Weather Information Centre (WMO) (http://severe.worldweather. org/), the Darmouth Flood Observatory (USA) (http://www.dartmouth.edu/~floods/) and the International Tsunami Information Centre (IOC). • Updated information from the Fourth IPCC (Intergovernmental Panel on Climate Change) Report.

z

English

Extreme water

119


Extreme water By Urano Films S.L.: Franc Aleu The idea for the building has arisen from a global approach to the concept of the “Extreme Water” exhibition, and is based on a reflection on the role of man, as both agent and victim of water-related catastrophes. The building is not only an architectural unit housing an exhibition space, but is also designed to form part of the exhibition concept. This creative approach led to the idea of a building that would simulate one of the most significant and well-known phenomena in this thematic context, a tsunami. The building has a double skin or coating. The outer skin reproduces the wave unfurling as it breaks onto a central element that houses one of the two interior exhibition zones, the Sensory Zone. Underneath this first skin, an inner glass skin in the shape of a dome, creates a luminosity that evokes the deep blue of the sea inside the exhibition space. Both skins are made up of multiple irregular triangular surfaces that produce an effect similar to the breaking of a wave, on the outside. Inside, an ocean environment is created by the deep blue light, and by the effect of the reflection on the inner skin, of multiple beams illuminating the exhibits. The exhibition is divided into two blocks that display two different approaches to the same theme: Firstly, the Reflection Zone, which runs around the edge of the interior exhibition space, aims to show mankind’s commitment to understanding the dangers of water to visitors, by means of three key concepts: 1 The values of perception and communication 2 The need for adaptation to and prevention of these types of phenomenon 3 Responsible participation in, and proper management of, water risk This area contains a series of exhibits laid out sequentially so as to invite visitors to view items in a pre-established order. Specifically, projections on highly translucent screens deal with each theme in turn and prepare visitors for a second exhibition block. The second block contains the Sensory Zone. This zone is situated in a cylindrical enclosure in the centre of the space. The area contains a simulator whose aim is to transmit to visitors the intense sensations associated with different Extreme Water phenomena. To sum up, the “Extreme Water” exhibition project revolves around three basic axes: 4 The “tsunami building” designed as the first exhibition item 5 A space for reflection based on virtuality as a quintessence of knowledge 6 An impressive sensory space, emulating the quintessence of Extreme Water

Extreme water By Performance. Idea y Aplicaciones S.L., Félix Escrig

120

This project aims to give shape to and define for construction the idea conceived by the URANO team, which envisages a pavilion, the exterior of which is to assume the shape of a large wave, similar to a tsunami or tidal wave, and the inside of which is to exhibit the devastating effects caused by water in different habitats and in nature. The fundamental idea is to create an external image of a powerful and threatening mass of water rising and breaking against a structure which houses a room with special foam effects. The interior should also simulate what might occur within this mass of

water, broken up into facets, in an atmosphere of bluish semi-darkness. Videos and models will be used to illustrate the effects within the tidal wave. Within a special enclosure, which from the outside resembles a piece of flotsam or a submerged building, experiences that resemble the effects of this seaquake are simulated. From now on we shall call this enclosure the “sensorial zone” in contrast to the “reflexive zone” making up the rest of the area. In order to meet these objectives effectively, we have chosen to create a coloured glass ‘skin’ to define the “exhibition zone”, which will surround the “sensorial zone”, enclosing it in a black box and insulating it completely. Over this hermetic, impermeable glass ‘skin’ will lie another perforated, rough-surfaced ‘skin’ made up of panels arranged to simulate the foaming vigorous surface of a large wave. The only openings that will be allowed are the entrance, exit and emergency fire exits. The public waiting to enter will be sheltered by a canopy, with a width of 2 metres and an average height of 3 metres, which surrounds the building. The architecture for all these effects will consist of a multi-faceted surface in the shape of irregular triangles, to give random and somewhat chaotic shapes both inside and out. Each of these shapes will be constructed individually and they will be screwed onto each other along the edges to give a monolithic effect. The perimeter of the “sensorial zone” will be made up of 24 supports holding up the interior and exterior roofing. Its favourable location, beside the Bridge Pavilion exit will further accentuate the uniqueness of this structure, particularly if visitors are greeted by the tip of the wave, crowning a base of foam. Light will play a critical role in the appearance of the pavilion; during the day, light from outdoors will be filtered in to create a soft bluish semidarkness, and at night the pavilion will sparkle like the surface of the sea, reflecting the lights of a settlement on the shore. One of the main guidelines underlying the architectural design is its ability to be dismantled. The idea is for the pavilion to be reusable on another site after EXPO, in the simplest way possible, without having to replace any items other than those damaged during the works and those that are easier to replace than move, such as the roof of the “sensorial zone”, due to facility loading problems, and part of the roof and weather-proofing. We would have liked the foundations to have been reusable as well, but because of the extremely poor soil properties, forcing us to use a monolithic foundation, this part of the construction cannot be reused and will have to be demolished. All we can do is guarantee that the foundations will not go deep down and we shall structure them so that they can easily be demolished. As far as the facilities are concerned, we shall place them as far as possible on the roof of the “sensorial zone” in order to take maximum advantage of the plot and wiring will be reduced to a minimum as we shall provide entrances to all enclosures from this roof. Whenever cables need to be connected from the floor, they will go back down through the systems room behind the screen. With regard to the construction, the idea is for an exhibition room to surround a small circular enclosure for sensorial activities, a show focussing on water and the forces of nature that go with it. This room will be dark and hermetic. In contrast to this, the exhibition enclosure will simulate a sea bed with a transparent decor similar to that found at a depth of fifteen metres. It will therefore be a glass enclosure with bluish tones in which the walls will be inclined and covered with green vegetation. Towards the exit the colour tones will turn red to represent climate change, and thereby creating a sense of unease.


Thus the basic materials to be used will be coloured glass and textured metal panels. The building techniques are of great complexity in this structure and all the parts will be prefabricated for assembly on site.

Thirst By Pietro Laureano Water is taught by thirst; Land, by the oceans passed Transport, by throe; Peace, by its battles told; Love, by memorial mould; Birds, by the snow. Emily Dickinson, 1859 The pavilion adopts the shape of a hemisphere reflecting the sun’s rays, as if it were a mirage in the desert. Inside is a machine built using old technologies that are considered to be highly advanced. The pavilion displays reconstructions of wells, water capture systems used in caves and drainage tunnel water production techniques used in the desert. The visitor will see that drinking water can be captured both from the sky and the earth and that our need to find it has led to the development of extraordinary techniques, cultures and knowledge. But does all this belong to the past? Are we visiting an archaeological museum of outdated techniques that have since vanished? The answer is – No. The visitor will discover that he/she is on a journey that continues into a technological-environmental creation that, floating in the cosmos, uses paleotechnical techniques for recycling, water production and sustainability. The pavilion is a spaceship, a spatial-ecosystem station, a fountain of hydrological knowledge, a drop of water in its voyage through the universe, a garden-planet. The pavilion is a metaphor of our Earth, a space voyage into the cosmos. We live in an increasingly thirsty world, where millions of people have no access to drinking water and 6,000 children die every day due to a lack of clean water. Of the more than 100 countries without adequate drinking water, 18 are in the developed world. In fact 20% of Spain and Italy have shortages in drinking water supplies. These countries, despite being located far from desert biomes, have been classified as affected by desertification. This tragedy extends over more than 3.6 million hectares of land. These are areas that previously had rich soils and that now, due to water shortages, waste away into sterile and desolate regions. The area affected is continuously growing, and has so far reached a size that equals 70% of the world’s total arid surface. More than a quarter of China is now suffering from extreme erosion due to water shortages. When soil loses water, it breaks down, it changes into sand and the wind blows it away. This blight has now reached Beijing, where some villages only 74 kilometres from the city have been forced to relocate. China’s dust has formed enormous clouds of contamination that have spread to Korea and Japan. Sometimes the clouds cross the Pacific Ocean and reach the United States. In Asia, there are permanent clouds of poisonous particles in suspension wafting over China and India. These accumulations are not dissolved and eliminated by water, and sometimes reach as far as Europe. In Mongolia, more than 2,500 km_ of terrain is destroyed annually due to water shortages. It is calculated that the water shortages will force between 50 and 100 million people to migrate from Sub-Saharan Africa to Europe within the next few years.

The pavilion, as a metaphor of thirst, hides a lesson within its interior: it teaches us how ecosystems and cultural systems can provide solutions to these crises. This exhibition is a journey that uses traditional and avant-garde hydraulic techniques to completely rethink our concept of thirst. Thirst is vital: as what is first conceived to be a problem converts into a resource. It is the impulse for knowledge and travel. Thirst is an instant need that cannot be delayed, a feeling of extreme discomfort. An urge that impels us to take action: a motor powering cultural and environmental shifts. Living organisms and the environment show their thirst as an unsustainable state by emitting signs of dissatisfaction and degradation. Skin is to man what landscape is to ecosystems. If an organism is thirsty the epidermis dries up, it dehydrates. Soils without water crack and erode away. Beautiful skin is the sign of a healthy body as a quality landscape is a sign of a balanced ecosystem. However, a desert biome is not a thirsty landscape – a landscape with desertification is. Desert and desertification are two separate matters. The desert has a particular ecological balance that steadies throughout the passing of time and in different climatic conditions. Its landscape is healthy with an aesthetic value, with its own laws, biological and cultural activity that has adapted to respond to the thirst of the plants, animals and people who live there. Desertification is caused by unbalanced interference by man. This can occur in any place in any climatic zone and leads to the erosion of soils, and creates areas that are totally lacking in harmony. Desertification is an inadequate response to thirst within an ecosystem. Organisms disappear, and plants and human beings emigrate. If there is no water, it must be searched for by going from place to place until it is found. Thirst has driven mankind to discovery, knowledge and innovation. We need healthy drinking water. Without this we can die of thirst whilst floating in an ocean of salty water, or in a place full of fresh water – should it be unhealthy or contaminated. To drink water, to capture it and send it to the fields, we have invented vessels and ceramics. In cities we have built channels, tanks, canals, aqueducts, thus creating the great civilisations. Today the water crisis caused by global warming and extreme climatic conditions drive us to change the economic model: this is the birth of a paradigm shift, based on an accord between humanity and the environment, to develop a sustainable technology. Thirst is both a need and an urge. It is the demonstration of the basic principles of the Universe, long neglected. It is the unquenchable need for continual fusion with the water cycle, with the planetary cycle and with the cycle of the cosmos. It has formed a part of our nature from our earliest ancestral origins and shall continue to do so into the future. This is why we say “thirst for adventure”, “thirst for knowledge”: thirst is mankind’s yearning for ceaseless journeys of discovery. From caves, to space stations and further into infinity.

z

English

The overall exterior appearance is, effectively, that of a wave, emphasised by the existence of crashing foam.

Thirst By Martin Azúa, Xia Arquitectura, Base The exhibition sees thirst from a different standpoint. Thirst is a universal and eternal need that affects all ecosystems and living creatures on the planet. Thirst and water cultures have forced us to evolve and is becoming more and more evident that our current technologies are indebted to traditional technologies, and that thirst forces us to plan for the future. Thirst is vital for our evolution. These concepts will all be explained to the visitor through the use of stories and poems. The sites and installations create situations and scenes that the visitor must interpret or interact with.

121


122

A variety of resources in set design are used: graphics; audiovisual presentations; an ever-present sound track that occasionally takes centre stage; lighting that breathes life into the displays, and a series of exhibitions that illustrate concepts using simple yet surprising techniques. The plan was to create a sustainable exhibition. Therefore, construction methods take into account its 3-month display period and the need not to incur excessive cost to the environment . Thus, in addition to this basic value, the exhibition includes the following features: the THIRST theme; a strong message promoting rational sustainability. The structure of the Thirst Exhibition is made up by a modular system of “rosette” type scaffolds – popular in many companies, which will give shape to the installation’s rooms, spaces and walkways. This primordial structure acts as a support for the different skins and finishes that give life to the exhibition, i.e. it behaves like a skeleton bearing the body that visitors will see. The fact that it is a rented structure means that once the exhibition is dismantled a demolition phase will not be necessary. The material will be available for use in future projects – as it was prior to being used for this exhibition. In fact, the entire exhibition uses a very high percentage of reusable and recyclable materials. When planning the optimal use of the installations, the group in charge of the exhibition design placed special emphasis on finding solutions that would be both reasonable and affordable. Expo Zaragoza 2008’s requirements were specific; a theme plaza with a surface area of 1,000m_, a planned volume of 1,000 visitors per hour and that the exhibitive needs should shape the architectural design. As such, the exhibition design started before Enric Ruiz Geli of estudio cloud9 began the architectural design drawings. The first two areas of the exhibition follow a circuit while the last three can be freely explored. The exhibition is a story based on five questions providing a name for each of the five spaces. The exhibition The environments Entrance: Visitors will enter the exhibition in groups of 75 people following an internal segment of the building, which is a pathway of outer light leading into the dark depths of the cosmos. The first skin of the building metamorphoses from transparent to opaque and finally to darkness, and it is within this space that the 5 key questions, naming the 5 exhibition spaces, will be asked. Who is thirsty? / We are thirsty / What are the consequences of thirst? How do we respond to thirst? Is thirst necessary? Exhibition space: Who is thirsty? We enter a dark moonlit space; the star-studded night sky and moon can be seen through an opening in the middle of the ceiling. Beneath the sky there is a withered tree where people can sit and ponder upon the concept of dryness conveyed by this space. A screen poses the question that names the space: Who is thirsty? The elements forming part of the space are: the screen, the withered tree and the moon, which give the area a mystical quality that provokes silence and anticipation. An audiovisual presentation is projected onto two screens that show two coexisting images. The presentation tells us that everything thirsts, that thirst is universal and eternal. Furthermore, it helps us set aside our preconceived ideas and understand that desert and desertification are not the same thing. Deserts have a special ecological balance that has formed with the passing of time and in specific climatic conditions. Its landscape is healthy with an aesthetic value, with its own laws and biological and cultural activities and features that have adapted to respond to the thirst of the plants, animals and people who live there. Desertification is

caused by unbalanced interference by man. This can occur in any place within any climatic zone and leads to soil erosion forming unstable areas that are utterly devoid of any harmony. If there is no water it must be searched for or methods must be invented to obtain it. Thirst is an impulse, a call to which we must respond. Thirst is rooted in the foundation of two interlinked phenomena: movement and civilisation. When the audiovisual presentation has finished, one of the screens opens to give way to the next space and the next question appears in three languages on the other screen: We are thirsty. We move into the next space. Exhibition space: We are thirsty – here we find ourselves in a dry and arid place. The walls use mirrors to recreate the effect of infinity. The space is lit with sunlight that enters through a large circular opening showing the sky. Thick clouds pass rapidly overhead suggesting that a storm is brewing. The music is solemn; perhaps played upon primitive instruments. Percussion instruments join in and the middle of the floor starts to vibrate and jerk, as if the earth were urging the water to fall. A voice recites poems from Arabic water rites . Floating text appears from behind the mirrors on luminous signs, telling of the problems of human thirst in the world. Yet the clouds fade and disappear and a clear sky is left with the sun blazing down. There won’t be any water. There is now absolute silence, the visitors move into the next space and the journey in search of water begins. Exhibition space: What are the consequences of thirst? This space is shaped by two lycra walls. The visitor is immersed in a space where everything and everyone moves. Movement of people, animals, and even landscapes searching for water are shown through images, audiovisual presentations and a sound track, some of which have an optimistic nature and others a dramatic one. The audiovisual presentation shows prehistoric cave paintings. An imaginative visual set-up generates different scenes of real life images. Two synchronised shows form the audiovisual presentation. One side shows movements of animals: migrations of birds, of the great African herds, of plants and landscapes. The other screen shows movements of people: nomadic cultures, migrations, exodus, the storming of borders. The footage forms a corridor that could be a cave or a dry riverbed. The images and the visitors will advance through time and space simultaneously. Exhibition space: How do we respond to thirst? We enter a peaceful space, the walls irradiate artificial light - it is a secret space. Images hang from the centre where water condenses and then falls to the earth. These images explain the different methods to obtain water. We can touch the drops that spill from the images... The exhibition begins to reveal its secrets; we start a voyage of discovery in a space that holds surprises both on the inside and the outside. Exhibition space: Is thirst necessary? We are in a futuristic space, a greenhouse, and an oasis, where the sky merges with the earth. A balanced ecosystem is reconstructed linking the planet-machine to the heavens. The upper part of the space holds systems of water condensation and collection - after it has fallen from the skies. The space performs a leading role. It is a technological cave that recreates the water cycle. The cave was the first space that man used to condense potable water. The aim is to produce a space using “nature’s technology”. A cloud of steam will be condensed to water through panels hanging from the roof. The roof will open up at various spots to enable the water to fall on mountains of vegetation. Lighting and sound shows accompany the roof opening - which will be controlled by sensors that trigger signals whenever such opening is imminent. When the roof opens, the lycra walls take on a greenish hue accompanied by a strong light which later transforms into a warm orange shade…. until the roof opens once again. The floor rises to form topography, a landscape. Stone paving, mounted


Thirst By Enric Ruiz Architecture can learn from the processes of nature. And just as Gaudí and Art Déco, Architecture seeks SUSTAINABILITY. The aim of the Salt Mountain was to create a balance with its setting, with the context and also the content of Expo Zaragoza 2008. In this way architecture is NATURAL. It is BIO. The structure of the building will be based on the molecular structure of salt, and its MACROSCOPIC TISSUE will be recreated using salt’s NATURAL ORGANIC form, which appears on the surface as water disappears. Salt will be projected onto the façade to create a NATURAL ICON, a SALT MOUNTAIN, blending into the landscape of water droplets as another natural element. Terence Riley describes Cloud 9 architecture as alive and giving off energy, according to the role laid down for it. Our purpose is to communicate an ideology, a script, a message; and this is our goal, this is our profession as architects: to build a space and a concept, with a new materiality, and increase and strengthen it until experience transforms it into KNOWLEDGE. The mission of the building is to give an external shape to the content, to strengthen the exhibition and guarantee thermal and acoustical comfort. As it is a temporary structure, it was designed to be lightweight, to allow it to be built on shallow foundations. The building can be prefabricated. The modular design of its screw-in metallic frame means that it requires a short assembly time. It can be disassembled and moved to another location, and a considerable part of it can be reused. Wherever possible, the building aims to comply within the highest sustainability, recycling and reuse criteria. The roof structure has been designed so that the view of the façade from the air, or any other raised point, is just as valid as any other façade, allowing the building to be understood as a unit. It is a circular building, with a diameter of 46.4m and a surface area of 1,647.5 m_. The frame of the pavilion will be made of steel and covered with 2 layers of fiberglass, to be assembled and prepared in the workshop and then raised onsite. It will then be covered with 77.5% ETFE inflatable units. The whole structure will have to support a layer of salt formed by means of a timer controlled brine irrigation system. This will control the thickness of the salt layer and prevent the brine from running off the ETFE surface, in addition to assisting water evaporation and instant salt bonding. We found the idea of creating an air chamber within the glass façades to be quite interesting but another alternative existed which is the DOUBLE SKIN facade. We created a system for the project that is very similar to the double skin but with variations on the original model. Various techniques will be used to ensure that external heat does not penetrate the building: three layers of ETFE will be employed for the roof structure, one

of which is silver plated to reflect the sun rays; the air filling the inflatable units will be cooled, and finally the brine irrigation systems will also have a cooling effect. All of which will create a temperate building, meaning that the climate control system will only have to work against body heat produced by visitors and heat given off by equipment used in the exhibition.

Oikos, water and energy By Domingo Guinea The growing consumption of fossil fuels, dwindling petrol reserves, the continuous pollution of the atmosphere and water, and climatic change resulting from human activities are issues that have been neglected for too long although they have caused great debate. The current situation will have severe consequences in the future according to estimated growth in an environment conditioned by numerous variables, many of which are determined by human activity. Accelerated population increase, the rising price of fuel, the pollution of the environment and its consequences on the ozone layer, carbon dioxide and methane, global warming, the disturbance of precipitation patterns, glacier melting, etc. are all interlinked threats that we need to understand and minimise. Solutions must be technically and scientifically feasible as well as economically sustainable in our economic and political environment. The availability of water and energy in the near future are inextricably linked to research and technical development in order to capture, transform and recycle energy. Both assets are as indispensable as they are unequally distributed across the population, part of which has often considered them to be free and infinite. Thus, a change is needed in habits and usage of these assets, which are vital for life, and largely determine the viability of the technically feasible alternatives. The issue was originally tackled by scientists, but now the general public are also exerting pressure for increasingly urgent solutions on political and economic entities with decision-making powers. The general public is demanding that methods and programmes are established to ensure that the resources are in place to provide mankind with the water and energy necessary to maintain and improve our quality of life. The pollution of the atmosphere and water, the exhaustion of fossil fuels and other mineral resources, population increase, the demands of consumerism, production growth and economic profits are factors on a global scale that must be taken tackled with local decisions, as partial relief to problems which may be very acute in certain areas. The energy requirements of a house can be divided into two basic segments: the first is energy for thermal appliances, especially heating, hot water and refrigeration; the second is energy for all other electrical appliances such as lighting, household electrical appliances, communications appliances, etc. It is estimated that around 70% of household energy corresponds to the first category of thermal consumption whereas only 30% is needed for powering the rest of the electrical appliances. The use of electrical energy to power an electrical heater can only be beaten in terms of inefficiency by heating the room with the windows open. Possible alternatives are the conversion of solar power into electricity by means of concentration plants or the natural development of biofuels, taking advantage of the function of chlorophyll in green plants. However, these options are not very

z

English

on fabric to form three-dimensional surfaces, drains water away in some places, and grows vegetation in others. It is a living space with continual changes in lighting. The splashing of falling raindrops, the flowing of underground water together with mechanical thumps and technological clicks create the sound effects. Exit: A poetic resource will be used to finish the exhibition, a poem that reflects upon thirst as vital for our evolution; shadow play will be used to show how a man collects water from the sky, drinks it and then sheds water onto the ground. An image growing like a plant illustrates cultural and technological progression, symbols of traditional, current and future water techniques appear…. thirst is vital for our evolution.

123


efficient in terms of energy generated and energy received. The inefficiency of this energy is increased by the fact that the transformation, storage and transmission processes often mean that notable amounts of energy are lost. Two easy and unusual factors must govern the design of any energy system, especially in the household sector: The points of energy generation and use must be as close as possible, in terms of distance and timing, and in the number of transformations required from the former to the latter. The transformation processes must coincide with the entropic degradation of the energy as much as possible, reusing residual energy via reinsertion in the system at each step. On the Iberian Peninsula, more than three thousand times the energy consumed is received from the sun.

Oikos, water and energy By Ronald Olbeter

124

Ecological and economical energy to maintain our well-being. Fossil fuels are a limited resource. They are our current energy source and influence all aspects of our daily lives. They are already running out, fuel prices are constantly increasing, and this will only intensify. We must search for workable alternatives, that are sustainable, that will guarantee us the energy supply that we need without devastating our environment. We must get the message across that this is both essential and feasible. The word ecology is derived from the word “eco” which comes from the Greek “oikos” that means house, or dwelling place and “logos” that means “the study of”. This chapter will show how energy can be transformed, stored and transmitted using the technology that is available and using methods that are economical, in order to make energy available for everyone and to maintain our level of well-being. Three energy sources are available: Solar - radiation, wind, meteorology in general. Terrestrial - geothermal Moon - tides We will use the analogy of the Cloud-Rain-River-Sea cycle where the elements, Sun, Earth, Air and Water, interact. This is an autonomous system, one that is self-sufficient, an ecosystem in which we see the world as a house. The exhibition will be a single unit, a machine with multiple cells that work by interlinking directly with others or through a conductive wire, the River (the water), with the strongest energy source, the Sun. The house is important to us as a home, as a centre of energy and its architectural aspect is nothing more than a functional requirement. Although the décor of the architecture is an important factor in well-being, in this case it has secondary importance. An ecological and technological base will be established over the vegetation. We will show how to capture, transform, store and transmit energy from all possible sources to all possible household uses, reflecting on costs, efficiency, safety and the complexity of the systems required. The world as a house: a great ecological machine. We look at the world as a house, a universal house, where the architectural structures act as the atmosphere, defending the occupants. Inside the house is the biosphere, the home, which is revealed when its facades are shed. Using the house/world analogy: the walls of our house protect us against the elements and shield our energetic assets in the same way that the atmosphere protects us from radiation and retains the oxygen we need

and the sun’s heat, etc. We recreate, we invent, a world, an ecosystem, a slf-sufficient machine in perpetual motion. The machine is fed by the river that travels away from its sources or tributaries – cells – which feed back using different transformation, storage and energy transmission systems thereby closing the self-sufficient circuit. This ecological ecosystem is formed by all elements or energetic cells, which interact, either directly or via the river. Naturally the river is water: source and fundamental life-giving element, the very essence of what we are. The river is a metaphor of endlessly flowing time, in whose current we are immersed and from which we cannot escape without becoming passive beings: we form part of this current and we can, no – we must – take action to conserve the ecosystem thus conserving ourselves. The machine is like a great power plant that we must manage. All the cells drink from the river and the energy sources in the house. They return the energy gained through a process of transformation, which includes storage phases to ensure efficient and uninterrupted usage. Three energy sources - the sun, the moon and the very earth - are used as are a great number of transformation systems in order to move, to heat and to cool down. This can be read on another level, as a second analogy, where the actions of each of the cells suggest possible energy usage, storage and transmission systems to us that can be used in the human house. A trajectory for a sustainable energy cycle. The exhibition is set out so that visitors may follow a route along the energy cycle of a house, which uses the water cycle as a metaphor: sea – clouds – river –sea, a cycle that is initiated in the sea. The cycle starts (if we can really talk about a beginning, as this is a closed loop system) in the sea (a pond). From there, a large Archimedes’ screw lifts the water spectacularly to a 4 metre-high platform. The water descends and returns to the sea in the form of a river. The cells are connected to the life source, to the river, and they interact with each other via an electricity pylon that transmits energy from the generating cells to the cells that need it. The sun is located above the river source, shining through a transparent geodesic cupola that acts as a magnifying glass. The cells are located in relation to the sun according to their energetic function. Terrestrial energy cells (geothermal and radioactive) and moon (tidal) cells are located at the other end of the cycle, by the sea. The outlandish becomes a reality that evokes infancy. The role model is Leonardo Da Vinci, the greatest interdisciplinary exponent of an era that we must regain, where knowledge was one, where humanism was not separated from science, numbers not separated from letters and thinking not separated from technology. It is time for philosophy to stretch out its hand to quantum physics, for Da Vinci to sit at the same table as Professor Franz de Copenhague, Stephen Hawking and Nelson Mandela. We are dealing with ageless aesthetics, without an era, or timescale, and of great leisure value; a proposal bordering on utopia and countersigned by science. Recycled and miscellaneous materials, complex yet comprehensive systems and mechanisms, mechanical ingenuity combined with last generation technology, creativity, technology, curiosity, and imagination…


By Rinio Bruttomesso, Joan Alemany Many cities throughout the world have water spaces (rivers, lakes or seas) that interlink with urban life. The integration of these spaces into the adjoining land display features that vary widely from one city to another, with such relations making it possible for the general public to enjoy and make the best use of the opportunities these spaces have to offer. This fundamental theme is thus giving many cities a great opportunity to improve urban development and, in many cases, economic growth as well. Although this urban development theme is relatively new, some interesting experiences in cities already exist to help future development in many other areas. All the multiple and diverse relations between cities and water cannot be encompassed in a single Theme Plaza, as this would lead to a superficially informative exposition of a much more general nature. To avoid this, the main elements have been mapped out in four major themes (the key concepts) that give shape to the same number of exhibition sites, along with a final area devoted to the city of Zaragoza. The walkways linking up the various areas will represent a trip round the cities, affording visitors important experiences, aimed at describing, studying and analysing the specific aspects of the complex relationships between urban areas and their water spaces from different realities that exist around the world. Following the entrance ramps, where the main aim is to inform and prepare the visitor for the exposition themes, the first hall or space we come to deals with the key concept of water as a show. Here, urban water will be shown as a show area, and also as the perfect stage for special events, to take centre stage in the theatrical scenes portraying the city itself. The first historical photographic images, in times when photos were printed in sepia tones, show this area with its spectacular skylines, the great aquatic events, or daily activities that were carried out on city waterfronts. As occurs throughout the entire exposition, upon leaving the site, a summary of the voyage, of the different aspect of water in different cities, will be displayed on the ramps leading to the following area. The second site is devoted to the key concept of water as a friend. A great dihedron-shaped board will show the need for a paradigmatic shift in our attitudes towards urban water spaces, to integrate them in city life. New technologies favour this much-needed change by reducing the dangerous consequences of certain natural phenomena and enabling a balanced water presence within urban interior structures. Once more, the journey will show examples of this new approach towards urban water spaces, with particular emphasis on houses on water and enjoyment of urban beaches. The third site will be devoted to the water as main protagonist, the aim of which is to show restored water spaces in cities that play a leading role in urban structures. Two particular examples of this key concept are: the restoration of the Cheong Gye Che canal and the projects on the Han River in Seoul, and the transformation of the coastline near Barcelona. Huge models will portray these experiences, while images will be displayed to explain the transformations. The voyage of this key concept will also show other cities that have successfully restored their ports and waterfronts with positive results. The fourth space, water in the future, will show significant projects that will have a great impact on the development of the cities in question in the next few years. Two areas will display around 20 such projects that are currently underway in large cities on water, forming the new face of water for the future. The voyage will draw on the planning and start of construction of new housing projects, bridges and new islands on aquatic sites. Finally, the voyage round this Theme Plaza will draw to an end in an area

devoted to Zaragoza, where a special meta-city model will summarise the main philosophy of the city, reflect upon the city itself, and the Ebro, which can be viewed directly from a specifc vantage point.

Cities of water By Estudio Italo Rotta The Cities on Water Thematic Square is a cinema where we travel through the screen to become part of the images and part of the narration. The mind is penetrated by images that unexpectedly form questions and then provide answers on new problems for humanity. The visitor is guided along the path by sights, sounds, the power of touch and atmospheric changes. He/she experiences water as a revitalising element in cities and any simplistic prejudices such as artificial versus natural city versus countryside, are shed aside. Water is a precious element used to revitalise important urban areas. Contemplate for a moment the evolution of contemporary Barcelona, or the great works carried out in the capital of South Korea. The city is a new natural ecosystem, where ecological cycles must adapt: new plant species develop and the habits, habitat and populations of fauna undergo changes. A pergola of fluttering artificial leaves, resembling one of Calder’s mobiles, shades the thematic square. Water mist cools the atmosphere and depending on the intensity of this water mist different atmospheres are created. We are all instinctively attracted to comfortable environmental conditions. The water mist creates such conditions and awakens the senses of the visitor as he/she approaches the exhibition space, which invites the visitor to learn more about the subject matter, which in turn needs more time, more invigoration and more comfort. This thematic square has a garden with samples of colonising and invasive plants that can be found in cities. These species find energy and nutrition in urban ecosystems where they colonise and multiply, and will supplant in the visitors mind the plants that we see on balconies or in apartments. To see water as a revitalising element demands certain knowledge of the past, an awareness of the present and an open vision of the future. The exhibition invites us to go on a journey. The voyage starts with a selection of images from different eras in cities historically linked to water. Above all, they are forgotten images, somewhat deteriorated by the passing of time, of ports and commercial or industrial districts that have grown, developed, and attracted labour and investment, due to their relationship with water. These images of yesteryear are displayed, along a complex imaginary route that links them together, and conveys a sense of nostalgia to the visitor. The voyage begins. The visitor starts to travel upwards ever so slightly and is fully immersed in the display elements that compose this voyage of discovery. A series of varying perspectives create this theatre filled with memories, and contribute towards the presentation of the complex Cities on Water Thematic Square themes. A “dihedron� is placed in the middle of the curved central space. This audiovisual facility offers a spectacular outlook on the changes of water-related habits, from the cultivation of kitchen gardens on skyscraper balconies to the construction of new deluxe islands in the middle of oceans. Mirrors are used to create an infinity effect of the images shown on the wall of screens. Habits change and water is used in cities as the main agent to stimulate transformation. The discovery of water, water that has been discarded and rejected, now contributes to the discovery of nature within the city.

z

English

Cities of water

125


126

Gardens spring from streets once totally saturated by urban development, beaches are redeemed for urban leisure where new industries had once monopolised the waterfront. Today city dwellers can bathe in the sea, before going to lunch. A new custom, a step forward. That’s how it is and how it should be. This message is always conveyed directly by the beneficiaries of metamorphoses that have led to the recognition of a new urban performer. In this case, the new urban performer is water. The traveller navigates along the liquid walls that line the paths. He/she visits a number of cities that have different vital experiences regarding water. It is like opening the pages of a traveller’s notebook, with a rich itinerary and divided into thematic chapters that further explore themes developed in previous spaces. The cities have been chosen from across the five continents and are represented by spectacular and synthetic images that leave a mark on the traveller. For example, the traveller takes in stimulating views from a side window without needing to stop. The voyage comes to an end in a large space that displays urban spaces undergoing complete redesign and that summarises the experiences accumulated during the journey. A large model shows an urban territory that has a productive relationship with water, and where the customs and lifestyles of the inhabitants have undergone massive change. The model revolves in the centre of a mirrored space, creating a kaleidoscopic effect, which simulates urban growth. The visitor understands this new approach towards urban growth, discovered during his/her voyage and based on the positive relationship with water as the way forward. An awe-inspiring four meter high vessel in the centre of this great space tells of the main encounters between water and the city of Zaragoza, from the 2nd to the 21st centuries. It is a narration, a sequel, a testimony, a recipient to reflect upon, an object of the future. The glazed ceramic technique, typical of Mudéjar architecture in Aragón was used in its construction. This space gives the visitor an opportunity to see different perspectives of the exterior from various viewpoints. The latticework of tubes that form the structure offer a view of the Bridge Pavilion. The visitor will also enjoy a dark room, where he/she becomes photographer of a moving Zaragoza with an inverse profile. It is an unusual tableau vivant. The visitor is invited to reflect on the city of Zaragoza. The visitor is shown the city’s origins at a place where rivers converge. This is Zaragoza’s past. The visitor is then presented with a reflection on the grand theme of urban regeneration and the opportunities that arise when water is used as a transforming element. This is Zaragoza in real time. And finally the visitor is presented with a scenario where development is multidirectional and exponential, in which water plays a leading role. This is Zaragoza’s future. Concerning architecture, techniques have been used which could seem paradoxical: rudimentary, yet sophisticated. This noticeable juxtaposition can be found throughout the square, further emphasising its identification. The decor, the objects on show and its very architecture, form a unique landscape and leave an impression in the visitors mind. The white surfaces of the high cardboard and plaster walls are common, but mimic fluid forms. The construction has structure yet doesn’t have walls, it has spaces but not rooms. Display supports and lights merge with images and information. The square is designed to be an ecosystem. A perspective that renews, broadens and changes the view of urban nature. This architecture, this voyage, is flooded with sounds. The tinkling of rain drops, the hiss of steam, the rustle of visitors...together with a polyphonic composition against a background of conversations that accompany the visitor throughout the journey. In each of the thematic spaces the music is enhanced by different instruments, in a musical trajectory that accompanies our own enrichment.

Asphalt marks the path. Asphalt is a natural material that undoubtedly defines an urban space par excellence. The dark, standard and neutral colour stands out against a rainbow of colours on the walls. The scent of the city. In the heart of the central space, in the metropolis, steam condenses and it rains, evoking the water cycle. Before beginning the gentle descent from the spiral exit, the traveller will gaze once more upon the River Ebro and the Exhibition site. It is a moment for relaxation, absorption and meditation on the discoveries made and knowledge gained in this thematic square, before facing new voyages which will give a new perspective to the newly acquired insights. The voyage continues... Shared water By Carlos Fernández-Jáuregui, Víctor Pochat, María del Pilar González As far as water is concerned, one of the most deeply-rooted memories from our school days is the concept of the water cycle. But we often find it hard to visualise in detail this cycle that unfolds above and below ground, within a particular environment –the basin and the underlying aquifer– defined by its particular morphological features. And it is especially this geographical sphere in which water is closest to mankind and his environment. And because of its close proximity, it is where he can most easily affect it and be affected by it. This visualisation is made more difficult by the fact that we have become used to living with administrative conventions, represented by maps that merely show, using bright colours, political boundaries, and by the operation of institutions (countries, regions, provinces or states) and their respective laws. Meanwhile, the striking development of countries –manifest in replacing forests with crops, road-building, the growth of urban centres, the installation of industries and building of dams, among other aspects– has also helped to hide the reality provided to us by nature. Such conventions and constant modifications to the physical milieu prevent us from imagining what our habitat was like previously. We might say we are blind. We cannot see the natural environment hidden behind our works and the conventions that have disrupted it. The idea behind the “Shared Water” Thematic Square is for the visitor to feel the need to explore a new relationship with this physical domain, in order to improve water management. The public will be shown that the most suitable domain for water management is this common space – the basin – which they should thus adopt as their “home”. They will thus be encouraged to “think anew”. Visitors will be shown where we really live, by questioning the orthodoxy that encloses us in realms designed for administrative management. In contrast, they will see how nature behaves. And, based on that reality, they will start on a new road. By means of a simple explanation of the movement of water in nature, visitors will see that the world’s organisational structure can be arranged differently – division into basins (macro-, meso- or micro-basins) – that have nothing to do with current usual political division. Just by looking at and understanding what is displayed, visitors will see that the basin is the “home” or “natural unit” for water resource management. When water flows it links all of us living in the same environment together and we all share this resource, regardless of the administrative jurisdiction we happen to be bound by. Unlike rivers, which have traditionally been used as lines “dividing” continents, regions, countries or towns, the basin “unites” towns, regions and countries. Consequently, all of the many actions each of us carries out to use this resource will have their corresponding effects on our neighbours. Thus, we are all responsible for seeing that we make proper use of it, not only to avoid inconveniencing others, but also to ensure that the overall benefits are greater.


What should we as inhabitants of the countryside and cities, provinces, regions and countries situated in the same basin do to harmonise our respective requirements through mutual cooperation, thereby avoiding undesirable rivalries and possible harmful effects? How may surface and subterranean water resources, their quantity and quality, their multiple uses and different users, and the actions on upstream and downstream waters be integrated within a single physical domain? How can we recognise that communities within a single basin often belong to different cultures and have different beliefs, customs and interests? How may the social, environmental and economic values assigned by each community to water be integrated? What measures should be used to translate this spirit of cooperation into effective tools? What can be done to ensure that all sectors of the population become aware of the fact that the responsibility for the proper use of water – this resource shared by all the inhabitants of the same “home” – should be shouldered by everyone, in accordance with our respective roles in society? The “Shared Water” Thematic Square will provide visitors with the chance to think about these questions and to focus on a change in attitude towards this resource which we share, in an attempt to improve the quality of life for ourselves and future generations.

Shared water By ADD+ Arquitectura, NUG The idea behind the “Shared Water” exhibition facility is in response to the initial wish of merging the content and form of the exhibition into a single element, thereby ensuring that the spatial experience of moving through the exhibition gives visitors a better understanding of its contents. The exhibition needs to be educational, of course, but also sensory, and we propose that visitors exercise not only their sensory perception of the usual senses –sight, touch, taste, hearing and smell– but also their sensory perception arising from their sense of space; and this should be related to the message that is being transmitted. “How much information can a visitor to an international exhibition take in? How long can we cope with receiving information about one particular idea? Can we convert information into action? Is information useful if it does not bring about a reaction? We need to assess the effectiveness of the information, and detect to what extent it is more convincing and effective to bring about an experience-action that generates a thought approach, as against information nuances that will subsequently need to be converted into a thoughtapproach. In this competitive, demanding and strict context regarding water, we propose an experience-venue, that will be more “formative” than “informative”, That teaches rather than informs. The aim is for the situation and personal experience to change and establish itself within the attitude of everyone visiting this space, and to produce a direct relationship with the visitor that will help to generate critical thought when faced with the situation of water.

In other words: To turn the exhibition into an experience for the visitor; To propose an experience-venue that will produce a thought-approach and activate a critical standpoint. The visitor should work with the information. The visitor should interact with the exhibition. The visitor should leave better-informed + more caring + more participative.” In line with the guide provided by the scientific committee, different phases in the exhibition content are defined, and for each of these a suitable experience-venue has been proposed. The resulting structure is the sum total of all these walk-through spaces that inform, educate and activate the visitor; it cannot strictly be called a building or an exhibition or a plaza, and so we have called it an exhibition facility. Each of the components making up the exhibition facility is simultaneously a structural element, constructive element or infrastructure and an exhibition element, transmitting the content of the guide. Space-Content Design The exhibition aims to convey to the visitor the following 5 concepts of the guide drawn up by the scientific committee: 1. The political world we live in. 2. The challenge of re-examination. 3. The Physical Environment we live in: The basin. 4. Basin management. 5. The basin, our common home In the following 5 spaces: 1. Maze. 2. Escalator. 3. Look-out. 4. Tunnel-Ramp. 5. Basin. In view of the theme of the exhibition, the most important of these 5 spaces is the Basin. And this is the element that becomes the hub of the facility: we build a basin, an elevated concave plaza, and move around it, thereby having different perspectives and scales of it, until we finally enter it. We begin underneath the basin (1) and do not know what it is, we move up (2) to see it from a distance (3) and we get closer without realising it (4) until we are cocooned in it, as we are in our home (5). 1. Maze. Content: The political world we live in; Understanding how the world has related – historically – and is now relating – politically – with the physical environment: usually interfering with it, leaving it aside as an organisational structure, imposing fields of power – frontiers – which at times also establish contradictory ways of acting – laws, rules, etc. – on a single physical domain. Using a political map as a game board representing the world of conventions, examples, principally images, will be shown of administrative conventions and contradictions in present-day water management to illustrate this concept. Objective: To transmit administrative Conventions and Contradictions to the visitor. To create confusion, uneasiness, frustration, worry… a longing to leave. Space: A maze with graphic and written information and its reflections. Us, as part of it. A single entrance, at the end of the pergola on the boulevard of theme drops, gives access to the exhibition facility beneath the basin. Access is gained by passing through a water barrier. The maze is the space situated below the basin. This is an extensive, low space where most of the elements it is made up of are reflective, forming a real maze between its shape and reflections. The stainless steel flooring is inscribed with a political map. On the flooring, the column structure is covered with spyglass separators, a mirror when there are no images, and an expographic support

z

English

We must accept that we are living all in the same home, the “basin”, the “water home”, “everybody’s home”, “our home”. And so we might ask ourselves:

127


128

when we project an image from behind. On these glass separators there are some pieces of vinyl with statistical data which are only visible from certain positions. The ceiling reveals the truncated cones of the structure with messages in LED displays. If the projectors and LED displays are OFF, there is no image on the separators or the ceiling and we find ourselves in a maze formed by the reflections of the walls and ourselves, with only the flooring inscribed with a political map of the world. If everything is turned ON, we have a basically graphic maze, together with a written questionnaire: 2. Escalator Content: The challenge of re-examination; The extraordinary and successive modifications to which we have submitted the physical environment over the years prevents us from imagining what the space we inhabit used to be like. It is hard for us to visualise what the natural setting was like and how it behaved. And it prevents us from understanding how it means to keep behaving in the future, despite our actions. We might say we are blind. We cannot see the natural environment hidden behind our works and the conventions that have disrupted it. And yet, it is there that the great opportunity nature herself offers us is concealed, so that we can propose a change in our attitude in a bid to secure a better quality of life for ourselves and future generations. We need to respond to the challenge of re-examination in order to understand where it is that we really live. We need to question the orthodox behaviour that restricts us to indiscriminately conceived areas for administrative management and prevents us from moving forward. In exchange, we need to investigate the reality that directs nature. Only then can we start on a new road in search of a solution to the problems associated with water which beset us. Objective: To transmit to the visitor a new way of thinking, a new perspective. Visitors should feel that they are being transported effortlessly, confident that they are going to a better place where they will be shown another view of reality. We are blind, but soon we will begin to see. To generate a feeling of relief, ease – a whole mass of positive feelings. Space: An escalator to take us up over 13 metres above the ground, without revealing the surroundings, just the feeling of ascent. The layout of the separators in the maze leads the visitor to the only exit possible: the escalator that takes us over 13 metres up. This is a long, very narrow space, blanked off by a closure that, while letting in air, affords no view of the outside. It takes us up at a top speed of 0.5 m/s, meaning that the total ascent time is between 15 and 30 seconds. Here we receive recorded information in the form of messages and questions. 3. The look-out Content: The Physical Environment we live in; Following a brief explanation of the water cycle and the concept of “divortio aquarum” (water divide), the visitor should understand that the organisational structure of the world could have another configuration, division into river basins, which has nothing to do with its current politically-based division. Any point in the world is part of a particular basin, and every point in a basin determines the circumstances of the water flowing within it. Every point in a basin has as many obligations and rights over the water flowing through it as those pertaining to any point in the river or aquifer originating from the basin.

A partial, recognisable, map of the world can be drawn, split up into basins rather than countries. The world is divided into basins. The simple grasp of this concept, backed by a powerful graphic image, is all that is needed to impress visitors and change their outlook, thereby enabling them to understand the logic of all the explanations that follow. Objective: To remind visitors of the physical world that we inhabit and which we sometimes fail to recognise because of the imposition of political structures. To persuade visitors to change their way of thinking by seeing the world in another light - a world that is ordered and structured differently to the political world, the world of basins - to rid themselves of their prejudices and be ready to absorb new, optimistic concepts with regard to water resource management. Visitors should feel surprise and excitement when faced with this physical medium that can structure the world in a totally different way. And just by looking at and understanding what is displayed, by applying pure logic, visitors must understand that the basin is the sole natural unit for water resource management. Space: The look-out, providing a newly-organised view of the world we live in divided into basins, represented graphically on the basin. The look-out is situated at the highest point above the basin, which we have already crossed and left behind when going up the escalator. It is an elongated space, some 39.7 metres long, with two horizontal parts at the ends and one part with an 8% slope, with a variable width of some 2 metres, with the whole of one side opened up and looking onto the basin-image. The information is laid out as a panoramic view, with backup content and an explanation of what we are seeing. This obliges visitors to look in the direction we want them to, towards the basin, which we see as a large image. 4. Ramps Content: Basin management Why is it essential that the basin be the sole management unit for water resources? By using different examples from history and from the present day regarding man’s interaction with basins, we aim to challenge visitors to distinguish between what was / is / will be good water management and what was / is / will be bad management. There is no intention of defining an extremist outlook with regard to what influences decision-making in water management. The aim is rather to determine the attitudes and concepts that must form the basis for these decisions: the value of information, analysis and reasoning, precision and accuracy, by assessing pros and cons to produce decisions that will maintain the balance of the basin, foster consensus among the different bodies involved and value cooperation as a working practice. Objective: It is of paramount importance that visitors consolidate the concept noted earlier: why it is essential that the basin should be the sole management unit for water resources. An awareness-raising process as to the proper way to manage a basin, in other words, water resources. To understand the situation we have arrived at, after a journey through time to show us the evolution of basins and the repercussion of human actions throughout the history of mankind, and to ask ourselves if it can be improved. The reorganisation of anthropic elements can generate greater balance. To achieve this, we need to change the way to manage water resources: Basin management: Consensus, cooperation and personal awarenessraising.


Aquatic inspirations By Francisco Ortega When the guidelines for the Expo Zaragoza 2008 Show Master Plan were drafted, three shows were included, which were to have a considerable artistic content and be of great interest to visitors. Expo intends to use these in-house shows, with commissioned production companies and artists, to show the world its raison d’être. The three shows will take the form of a parade, a night show and a third show designed to appeal to all tastes, which will include the need to invent a continent, or rather, a stage area that makes this possible. Naturally, the link between all the shows

is water and sustainable development; each show deals with the issue from entirely different yet complementary viewpoints. It was thought that the parade could infringe the somewhat stagnated rules dictated by tradition, to become a fundamentally aesthetic moment, a type of homage to beauty, structured around water as a cultural, mythological and thought-provoking concept that stimulates the senses. On the other hand, it seemed a good idea that the River Ebro show, which marks the border between light and darkness, should enact a type of beginning and end, and implicitly include a story of the disasters that we could be facing if we continue to abuse water as a lifegiving resource. It was therefore important that the third show should include the participation of the spectators as an essential element, although the motives outlined above were not excluded. This is where our relation started with the Argentinean theatre director Pichón Baldinu, director of the Argentinean company, De La Guarda, eminently renowned for his show “Villa, Villa”. In essence, this show can be classed as “aerial” because a good part of the performances take place above the spectators’ heads. It could also be said that it is a theatre of images, without text, with a succession of superimposed scenes without traditional Aristotelian argument. Finally, it can also be contemplated as theatre that invites the spectator to “live” the experience together with the actors, not only watching them, but deciding how much they themselves want to become involved. These features do not however explain the cathartic phenomenon that “Villa, Villa” ultimately generated, and which Pinchon’s new work in Expo Zaragoza 2008 also intends to provoke. The public of New York, Amsterdam, Buenos Aires and Madrid came away with the feeling that they had taken part in an exuberant celebration of happiness and a performance marked by a clever technical control. The beautiful, indigenous music accentuated each point and enveloped everyone in a world of poetics and ethnics, where a controlled madness governed the comings and goings of the people, the voices and the feelings. The culture, customs and folklore of Argentina were the undercurrent for all that was seen and heard, forming a beautiful artistic totem pole, which was disturbing, wild and harmonious, dreamlike and rational, distilling original purity, and an air of brutal honesty that nearly all the specialist professional companies in this type of borderline theatre have unfortunately lost along the way. All of the above is undoubtedly what Expo visitors will experience in the Aquatic Inspirations Thematic Square, which is to be a unique space in time. This memory will linger on in the visitor’s minds for a long time to come.

z

English

Space: Tunnel-ramps, which in their descent to the basin enfold us in a luminous spiral of images and texts related to the concepts to be transmitted. From the look-out and along two sections of open ramp, we then enter the Tunnel-ramps, a descent, an approach to the basin in a closed space – an experience tunnel. In the intermediate landings, morphing videos show the thread of the argument that is to be explained: the evolution of basins and repercussion of human actions throughout history, and how the reorganisation of anthropic elements can generate improved balance. 5. Basin. Content: The basin, our common home. We need to understand that water links us all together, and we must share this resource that meets our many needs. We must become aware of the fact that the actions each of us carries out to use this resource will have their corresponding effects on our neighbours. Thus, we are all responsible for making proper use of it, not only to avoid inconveniencing others, but also to ensure that the overall benefits are greater. Cause and Effect. We must each take on our own particular responsibility. Individually or collectively. Others have done so. Objective: For visitors to feel at home. For visitors to become aware of the importance of personal and collective actions in the use of this resource in this new world of basins,in our basin, in our home. For visitors to experience Interaction and the Cause and Effect of personal actions. For visitors to feel motivated to move on to action. Space: Basin, a large plaza, a concave space, hemmed in by its own concavity, with all the interior visible, like a large house. This is the first community public space, favouring group actions. At the same time it is organised around small-format items – umbrellas to give shade, and informative and interactive tables – it can also be visited and interaction with it experienced on an individual basis. First of all, we place the visitor in his basin of origin: Where are you from? The visitor will then be placed in the situation of taking part in collective or individual decisions and actions, to examine their interaction. Thirdly, the visitor will be invited to take on the commitment to individual action, or not. From the ramps, we come to the traversable part of the basin, approximately 60% of its total area. The basin is a space that can be freely walked over, with slopes that vary in steepness. It is an open space, partially covered by “umbrellas” that provide shade. Both the paving and the umbrellas are imprinted with the image of the basin that we can see from the look-out, but because of the way it is designed, what is perceived in the basin is not the same as what is seen from the look-out; the specific, well-defined we observe from above becomes an abstract mixture of colours and reflections.

Aquatic inspirations By Pichón Baldinú. Compañía Delaguarda Before I tell you about the theme of this show, I think I should tell you about how the idea was conceived to offer a theatrical performance that puts equal importance on the story, the sensitivity of the language it is to be told in, and the environment that makes the spectator feel involved. Perhaps I should explain that this is the first time I have embarked upon creating a theatrical performance from a story. I have always created performances from ideas and images developed from lengthy physical experimentation where space occupies a predominant place. Often, the performance has taken its own shape and the space has not just determined the production, but also the spirit and the temperament. More specifically, the space became the scenario and the play at the same time. Thus the narrative emerged in the form of an abstract tale

129


with a powerful nature normally related to violence, euphoria, dreams or festivities. Today, this transposed path has set a new challenge for me -to communicate a message. Something that would leave an impression on the public- both physically and intellectually. Something thought-provoking. The story tells of a common man who has such an abundance of water that he wastes it, without realising that in doing so he is harming himself. This harm is expressed by fighting between the men. The water spirals out of control and the man fights helplessly to subjugate it. Chaos overpowers the man. Later a new man walking along a path arrives; each step that he takes dries the earth, creating desert. At the end of the path he fades away and falls into the path itself. He dries up, just as the earth that he walks on. The man must wake up. No one else can plot a new course. Water is a vital element that exists inside and outside of him. Which of the two types of water should he take the most care of? Can one exist without the other? Can one man alone prevent this disaster? How many men would it take? The scene redirects to the arena where a new character appears, a young man who will unite mankind to change his tragic destiny... The performances will take place over the entire space, made up of three areas: the stage, the arena and the stands. It could be likened to a Roman coliseum or a bull fighting ring with an Italian style stage, or to a play that starts in the stands, continues in the arena, develops on the stage, returns to the arena and finishes on the stage. I should add that when I mention these spaces, I think of them in threedimensional terms, as all that happens above X and Y, that is to say – in the air, gains a power and an expressive force that transforms this dimension into an infinite “territory” where language is expanded exponentially. To me, this is the value that space holds, an ally that I have always had on my side, an inspiration, a mystery to be uncovered, and a beast to tame. When I set out to work within a stage (I must confess that this is my first time as I have always worked in unconventional spaces) I saw it as an old cave inhabited by ancient spirits. They set infinite unbreakable rules that normally end up defying all those who wish to use the stage. Countless artists have been there, and only a few, a small few have managed to break the rules to convert the cave into a real dream. This is a great challenge. I also see the stage as a throat where the dream is born, built and grows. Could this dream grow so large that it doesn’t fit on the stage? Could the throat let the dream escape? If the throat decides to expel the dream, would the cave decide to open and would the spirits decide to break the rules and leave once and for all? At this point the space becomes a stage and the performance reaches the arena. The arena is invaded by scenic mechanisms that give birth to gigantic creatures. If we take into account the one thousand standing spectators, we shouldn’t forget to include them within the scene…the spectator is an actor, the actor will be an accomplice in developing the roles and a new order will emerge in the space, new rules, new spirits… And what of those that are seated in the stands? The stage comes to them, and the last become the first, or perhaps they are gods, watching down from above. They see the actors and the spectators transformed into actors. The spatial rules have now changed. Who changed them, and what did they use? What changed which people? What has the space created in the performance? What has the performance created in the space? Space is not ultimately just a container, but also a reflection of all that lives within it.

130

Aquatic inspirations By Performance Ideas y apliaciones S.L. Felix Escrig, DYCA Ingenieros The aim is to design a site for avant-garde stage performances in a show that was expressly conceived for Expo Zaragoza 2008 and is to be enacted by the Argentinean group De la Guarda. This site has very special requirements, as its form must comply with various specifications: _ It should be well-adapted to its environment; more specifically it should go beyond the idea of a circus. 1. It must have a capacity for 3,000 spectators, of which 1,800 will be seated in stands and 1,200 standing in the central levelled area, called the arena. 2. Spectators must be able to enter and leave the site in a short space of time, which must not exceed 20 minutes. 3. Separate entrances will lead to the stands and the arena; the stand entrances will be at a height of 200m above sea level, whereas the arena entrances will be at 193.5m above sea level. 4. The free height of the internal space in the arena area will be 15m. A pedestrian overpass roof is placed at this height and walkways connect it with the stage. 5. Heavy vehicles to move show equipment and prefabricated parts that make up the site must be able to enter the arena. 6. The large doors of the lorry entrance will also be used as entrances and emergency exits. 7. Total black-out must be possible on the inside of the site. 8. All infrastructures that may be hired will assist in reducing costs and facilitating reusage. An external contour has been devised in compliance with the previous requirements, inspired by the name of the square, Aquatic Inspirations, and worthy of a symbolic public site such as Expo Zaragoza 2008. The Aquatic Inspirations space will be located between two large bridges – the Bridge Pavilion and the Millennium Bridge. It is set on the riverbank, and is separated from the river itself by a wooded area. The ground has a steep enough gradient to mean that the seating area can be entered from the upper slope, and the arena entered from the lower slope. The building has a circular form crowned by a lozenge-shaped area that contains the stage and the adjoining buildings. The most pressing urban development issue was to solve entrance to the seated area on the upper slope, as it was in sharp contrast to the lower slope access. An outdoor stairway connecting the two levels was agreed on. In order for heavy traffic to enter the site a short stay area has been planned on the west side of the building to be reached from the service road which runs parallel to the river. The shell-like form is not arbitrary, it has the following advantages: 1. It is structurally efficient as it has great longitudinal and transversal rigidity and can be built with minimum weight. The structure is formed by a set of 19 triangular spatially interconnected units from which heavy objects for the show can be suspended. 2. Although not included in the initial plan, this structure can be dismantled and is easy to reassemble in locations with different topography. 3. Treated sandwich panels that absorb 30% of noise from the interior (35 db) will be used as covering. These have the capacity to reflect the sun’s rays without heating up. 4. The shell shape is more than a replica; it is an aquatic inspiration which will elude no visitor. A standardised style gives harmony to the lines, which may be changed to emphasise the size of the frontal crests. 5. The 17 frontal lobes allow 15 entrances at a good height. However not all of them will be used to prevent an excessive number of internal


Some of the parts will be hired, which means a fabric painted with scenes from the show must be used to enclose the space. This will lure people from both inside and outside the International Exhibition site.

Citizens initiative pavilion: The beacon By Francisco Pellicer, Víctor Viñuales THE BEACON, which is integrated in the Thematic Squares, is the citizens’ initiative pavilion that emphasises the essential role that citizens’ organisations play in society - which transcend political systems and boundaries. Citizens’ organisations have proven power in protesting against the imbalances and ailments of our planet’s health, which are caused by human activities, especially by developed countries that have a much greater capacity to implement development. From the very beginning, these organisations stood side by side with the brave and controversial researchers that heralded climatic change. They drew a great deal of attention to a topic that has finally taken the centre stage of global concerns. Citizens’ organisations are at the forefront of the defence of civil rights, including the universal right for access to clean water. Besides their work in highlighting these issues, non-governmental organisations also endeavour to put forward alternative proposals. They suggest new approaches to help us understand the challenges posed by water, and how to tackle them through transforming management structures and models that are based on waste and inequality. In short, they attempt to steer trends to the pursuit of a planet with a healthier environment, one that is fairer and more supportive, thereby producing a more peaceful society in general. It is not the first time that these organisations will attend an International Expo. Their presence was considerable in the Global Village exhibition at Aichi in 2005. However, they have taken an important step forward for Expo Zaragoza 2008, as rather than presenting a large array of small, separate displays they will offer a powerful, inclusive proposal, which will be based on encounters and on working together with a thoughtful, celebrative and harmonious spirit. The space endeavours to illustrate this concept through its architecture, exhibitions, experiences, meetings and other activities that will be carried out by the open, diverse and international so-called third sector. These activities will relate to water, and to development through harnessing environmental and cooperative aspects. Participation has been boosted on an international scale through a startup group formed of the Spanish Red Cross, Intermon Oxfam, New Water Culture Foundation, the Ecology and Development Foundation and the World Wildlife Fund/ADENA. This group has been formed under the guidance of the Ecology and Development Foundation (ECODES), which

is in charge of coordination and has executive secretarial duties. To date, 160 organisations from all the continents have raised their hands to show interest in participating in Expo Zaragoza 2008 1. The pavilion has a very central location and is easily found. Together with the Thematic Squares it is an obvious landmark in the path that runs alongside River Ebro. Rather than a container, the building is more a content within its own right. It looks like an enormous vessel or clay pitcher and measures 21m in height, with a circular base of 1,000 m_. It is constructed from bales of straw and mud and is in the form of a double dome that holds a central amphitheatre, to be used as a forum for participatory encounters; an outer peripheral area to house the exhibitions; as well as a cyber café that partly owes its design to the secondary dome. The operational equipment and services are on the ground floor, taking advantage of the space below the exhibition gallery and the steps up to the forum. The experiences area is located close to River Ebro to collect the water that will be treated in the emergency water treatment plant (ERU), the sight of which will bring the queues of people waiting to go in face to face with the crude reality that is experienced in other parts of the world. This layout creates a multi-purpose unitary space that will stage a rich and diverse programme thanks to the open and diverse nature of such a large group of participants. This unquestionably innovative and contemporary project designed by architect Ricardo Higueras uses materials that are traditionally used in the world’s arid regions that will compel us to re-think the present by learning from the past. The austerity of the mud and straw does not detract from the splendour of the high domes, inside of which a pleasant temperature is maintained by the shade, the insulating capacity of the walls, the cooling system that circulates cool underground water, and the thermo chimneys that crown the building. The light flooding in from the chimneys above provides a natural, diffuse and uniform lighting, which is perfect for the exhibition and encounters spaces. In short, the pavilion becomes the metaphorical womb of Mother Earth that shelters all without discrimination and provides proper conditions for life, encounters, and exchanges. Thus the pavilion fulfils its aim as a beacon and guide for new cultural formulas to tackle the contemporary challenges water poses by thinking in a sustainable way for the generations that will have to follow us. Project pictures. Select the best and most up to date. It would also be a good idea to include some from our “Water Dream” file combining pictures from Holland, Benin, India, Palestine-Israel and Chile. Permission could also be requested from Leiva to incorporate some of the pictures from the book we have published. We can use these pictures to play with the idea of incorporating the Citizens’ Initiatives project in this volume dedicated to Expographics.

z

English

walkways which would take up too much space. 6. The shape means drains can be located at the ends of the valleys. 7. All of the parts used will be straight, although the bows that form the main ribs will have a slight circular curve. 8. This is a more economical solution than others. 9. The interior will be defined in accordance with the features of the show. 10. The dimensions envisaged have been changed to accommodate a larger number of spectators, forcing the site to be moved to a larger space. 11. In short, the aim was to create something with an innovative, clean and peaceful appearance in contrast to its less formal and bolder environment.

Citizens initiative pavilion: The beacon By Ricardo Figueras Located on the site riverfront, surrounded by Thematic Squares, the Citizens’ Initiative Pavilion is a space dedicated to the participation of society in the Zaragoza International Exposition 2008. Within the context of single theme pavilions, in which the exhibitive concept developed is translated into the architectural design of the buildings, the Citizens’ Initiative Pavilion is designed as a unique element expressing its own contents. In this case the content is not a single theme, but rather the concept of participation, plurality, interchange,

131


132

which represents the actions of social groups, associations and NGOs. From this starting point, the architectural design is of a building which responds to the problems of sustainable architecture in the twenty-first century, both in respect of its construction and use, and by reducing its ecological footprint to the minimum, as a response to its ephemeral nature. The design seeks to take another look at traditional construction using materials from the land: wood, straw, clay. It is inspired, both in form and function, in the behaviour of clay containers, representing traditional pitchers. The building is organised as a single, open, fluid space. From the circular floor of the proposed site rise two juxtaposed domes, with open circular windows allowing the light to flood in from above. Beneath this huge “umbrella”, the program is organised by way of a semi circular stand and two frames, connected alternately. This creates three levels around the central room of the “forum”, an amphitheatre representing the main core of participation and communication. Standing out on the lower level are, on the one hand, a space with high ceilings, intended for the presentation of experiences of actions and best practices, designed as more of an entertainment and experience event than a mere exhibition, and on the other, a more enclosed space, located behind the stands, which houses the café and fair trade shop, as well as technical and service areas. From the experience zone you reach the intermediate platform, which surrounds the top of the stands, at an elevation level of +3.60, and the upper floor at +7.00. These two areas complete the pavilion’s exhibition space, providing a continuous circuit for visiting the site. The relationship of the building with the exterior is intended to be equally fluid, despite the necessary control of the flow of visitors. This relationship is articulated through the presence of the river, and there may even be a direct link. The pavilion will have three entrances: one in the lower dome, to the north, facing the rest of the site, which serves as a main exit; the other two facing the river, one to the east, serving as a direct entrance and exit point for the “forum”, and another to the west, the main access point for the exhibition area. This main access is connected to a queuing area by means of a latticed archway covered with plants between the pavilion and the ecogeographical site on the edge of the natural riverine thicket. The openings for the entrances serve as lookouts in the upper levels, so that, without detriment to the intimacy and comfort of the building, visitors can look outside in three directions. The construction of this amazing building has been designed with a view to reviewing traditional systems. The enclosure is made using thick straw walls covered in mud, thus achieving insulation more than two hundred times better than brick. Straw, a harvest by-product which is usually burnt, is used here packed into prismatic bales and pressed, laid around a structural frame making up the base of walls. Finally the inside and outside is covered with a mud screen, which holds it together and, properly treated, makes it waterproof while allowing the wall to breathe. In the use of energy, efficient installations and renewable energy were used to complement the passive efficiency of the building. Air conditioning systems were designed to use groundwater combined with efficient circulation of air within this great container, and for electricity, solar or wind power. A new look at the use of traditional materials such as straw, which are currently considered as waste products, forms an element of this project. However, rather than the aim being merely to erect a unique building, it is intended to be a reflection on sustainable construction, which should go beyond the immediate profitability of conventional construction systems. Africa Pavilion: landscapes, depicting grasslands and savannahs By Uwe Bruückner, María Millán, María Marta Muais, Adriana Castro, Nüssli Martin Joos

The interaction of the elements in the ecological cycle: water, wind, sun and their constant movement changes nature, and their harmonious synchronisation is absolutely essential for life on Earth. The façade of the pavilion tries to honour nature and the elements that form and transform it with a layered design, which, when brought together, convey a single message. A layer of sheets suspended in micromesh shimmer in the sun and blow freely in the wind, creating undulating forms which imitate a surface of the water and reminding us of how these elements interact and of their importance in nature. Another layer containing an abstract illustration of Sub-Saharan landscapes, depicting grasslands and savannahs with their broad horizon, celebrates the union of land and sky (an African myth for the origin of man). This is complemented by the names of the countries, creating a panoramic view that responds to a huge urban sprawl that can be seen very clearly from a distance. When approached, it is possible to read the statistics of the exhibiting countries that are engraved on individual plaques on the front of the pavilion. The third layer is formed by Light, which, when activated, transforms the whole façade into a living transmitting organ, an external communication link which conveys information on the content housed inside the pavilion. The light manifests itself by forming figures that recite poems on culture and nature, in which a cloud turns into a man, the man becomes a lion, etc, where water floods the land, flows in mighty rivers and floods, soaks the earth and causes vegetation to emerge. The narrative is composed of short modules, which describe an imaginative journey, creating a type of abstract message.

Africa Pavilion By Uwe Bruükner, María Millán, María Menta Murais, Adriana Castro, Nüssli, Martin Joos Image of Sub-Saharan African countries Southern Africa is bordered on the East by the Indian Ocean and on the West by the Atlantic. This geographic region is characterised by tablelands that are for the most part of roughly the same altitude. The area, which is generally lacking in water resources, is marked by the presence of vast lakes in the interior such as Lake Victoria, for example. These ecogeographical conditions define a spatial image whose characteristic feature is a broad horizon. The layout of the design is based on the features defined by ecogeographical parameters: biomes of the countries, tropical rainforests, savannah, grasslands and deserts. These are represented in a display that imitates the associated topographical features. Creative concept. An orthogonal layout suspended from the vertical and horizontal surfaces ensures a flexible division of the space available, giving rise to the exhibition spaces and volumes allotted to the different countries. The modular system structures the image of landscape architecture throughout the entire space. The pavilion is organised into three spaces: water, landscape and culture. (image 005) Water, in the form of waterways, breaks up the tectonic mass, giving shape to the territorial coastline. The influence of the excess or lack of water gives shape to territorial landscapes within an integrated system. These surfaces lead into the individual theme spaces that illustrate the culture of the different countries. Creative concept. waterways The waterways transport the visitor through an entry tunnel, which,


The display cases on the ground exhibit the abundant natural resources present in the soil, for example, or the archaeological discoveries made in a country. The individuality of the country is reflected in the modules without for a moment losing sight of the continent as a whole. Creative concept. culture The cultural display is located in the space outside the pavilion, and is articulated in a separate module, with exhibits that are of a rather introverted nature, offering the chance to show individual projects on water and sustainable development. In the set design, the module follows the structural principle of right angles, based on the orthogonal layout of the urban structure (orthogonal x,y,z axes) reflecting human intervention in the modern city. The main theme “City – Water - Individual” focuses on the influence of the human factor on each country. It is thus hoped to “celebrate” current solutions and plans for situations concerning the different regions of the country with respect to daily routine. Each country will be presented with the exhibition of valuable or striking objects that explain the idiosyncrasies and special connotations that define and personalise them. In this way the aesthetic and artistic presentation achieved is reinforced through the image of the display space. (epilogue) The three areas of culture, landscape and water describe a photographic journey from the continent as a whole to specific details of a particular country. From the public area of the waterways, we can experience a global view of the continent. As we begin to move through the semi-public landscape space, we gradually zoom in until we come to the cultural area (introverted space) where the countries exhibit their individualised content to round off the exhibition experience. The handling of the integrated artistic concept transmits the idea of a collective continental feeling for the countries of Sub-Saharan Africa. The narrative of the contents of the water theme is reinforced through the use of innovative media and content rich in sensory perception that raise public awareness (sensitisation) and invite analysis and the exchange of ideas.

z

English

acting as a transition element, beckons to the visitor and submerges them inside the pavilion, guiding them round the countries and collective theme areas, until they reach the exit. In its function as the main circuit this is the most public area inside the pavilion. The waterways initiate a route on which the visitor is transported to various scenographic areas mounted on dry land, or back to the waterways once again. Each country is integrated in the stage space of the shared areas, which provide snippets of information relating to the different themes of the individual countries. Shared area. stagnant waters The different coastal areas are located around an installation that symbolises the location of the lakes in the Sub-Saharan region. The space boundaries are formed by grass growing from the ground. Seats designed in the form of stones interact with the visitor triggering a stream of information each time they are sat on; thus it is possible to catch snippets of the information on the themes of indigenous fishing and coastal vegetation. Shared area. the well The well is intrinsically linked to obtaining drinking water. These wells show images and tell everyday tales, with the well as the main focus point of social life in the villages, along with stories in true oral tradition. The waterways are highlighted on the vertical plane by the elements representing clouds. There is an audiovisual show once an hour, in which the force of nature is experienced through a collage of sound and projected images that deepen the impact of this experience. The clear, star-studded African night sky lights up the shared paths and strengthens the unity of the “continental image of the space”. This gesture conveys a feeling of solidarity in the pavilion in as much as it is portrayed as a unique area in terms of nature and culture. The water installations in the shared areas illustrate the element of water by reinforcing its properties and the fascination of its specific characteristics. Creative concept. landscape (middle area) A shared view of landscapes can be admired from the waterway. This display shows a cross-section of the ecogeographical diversity of the continent and represents the different national states as a single area as far as culture and nature are concerned. The topographical conditions that are characteristic in each country (tropical rainforests, savannahs and grasslands, deserts) are illustrated in a huge collage of photos joined along the horizon that crosses the pavilion like a ribbon running through it. This artificial perspective underlines the horizontal nature in an artificial transformation of the way “Africa” is perceived: vast plains, a glittering horizon, a clear blue sky, together with the warm yellow and brown hues of the savannahs and desert lands. The possibility of seeing the neighbouring countries fosters a feeling of unity and gathers the sundry ecogeographical regions together in supranational themes. Scenographic elements. The formal understanding of the topographical features is achieved by means of a chromatic scale that helps the voice-over of the different landscapes and their relationship with Water. In this semi-public area themes are depicted concerning vegetation and agriculture, along with the flora and fauna of a specific country. The configuration of the display area is derived from irregular geometric shapes, such as can be found on maps of the areas dedicated to farming, depicting the various farmlands, and illustrating how nature is manipulated by man.

Latin America Pavilion: tropical rainforests and temperate woodlands By Georgina Larrea In line with the main theme of Expo Zaragoza 2008, this offering further unfolds the topic of “Water and Sustainable Development” through looking at the presence and value of water in these ecogeographical areas. To ensure that our water resources are sustainable we must take good care of the health of our ecosystems, which is of particular importance in the humid regions of the tropics. Temperate woodlands and tropical rainforests – freshwater ecosystems – provide man with water resources, food, raw materials and energy as their surfaces contain water. They also control floods, store water; they provide the conditions required for oxygen and carbon dioxide cycles, as well as facilitating transport, recreation and culture. Human activities change the structure of water generating ecosystems, sometimes irreversibly. Population growth, increasing consumerism, the development of infrastructure, the over-exploitation of land, together with water and atmospheric contamination, all have a detrimental impact on woods and jungles and place even their most basic functions in jeopardy. Populations are sustained and resources are obtained through the defo-

133


restation in Latin America whereby the forests and jungles are cleared away to make land for crops and pasture. However, this causes serious and important climatic changes that do not just affect Latin America – they affect the whole world. Today, Latin American environmental degradation is an enormous challenge that we face. Addressing this matter implies the development of a thought process which sees beyond the purely functional use of water, and the other natural resources that are extracted from our ecosystems, and places emphasis on the importance of harmony in nature. Freshwater is a renewable natural resource, yet it is finite in relation to consumption levels. It is estimated that by 2025 water supplies in developing countries will have risen by 50% and by 18% in developed countries. One of the Millennium Development Goals, as set by the United Nations in 2000, is to ensure environmental sustainability to reverse the loss of environmental resources, with priority being given to water. Latin America – a region of contrasts - presents paradoxical environmental issues; wealth and natural diversity are counterbalanced by deterioration and threatened losses. The region is aware of the challenge it faces and plays an important role in taking care of its biodiversity and natural resources. Aim The aim is to promote the protection and appreciation of Latin American temperate woodlands and tropical rainforests. To foster a healthy environment and water supplies that protect the region’s biodiversity. Focus Latin America is the region of rivers, par excellence. The region’s hydrographical system is made of nearly a thousand rivers that run into two huge basins: the Pacific and the Atlantic. Central American rivers, along with those that flow into the Pacific, tend to be short and have a low volume of water. The rivers that flow into the Atlantic are longer and have a much greater volume of water. Three huge basins that cover roughly 80% of South American territory stretch from the Andes to the Atlantic Ocean: 1. The Orinoco River Basin ( north) 2. The Amazon River Basin (centre) 3. The Paraná-Paraguay River Basin (south): supplying the Iguazu Falls. These, together with hundreds of other smaller rivers that flow across the continent, run through the temperate woodland areas and tropical rainforests of the Latin American countries. A large diversity of flora and fauna is brought to life by the water flowing across Latin American land. Ecosystems containing surface water, such as the tropical regions, are particularly rich in species and endemic types. The tropical regions of the American continent hold around one third of the planet’s vascular plant flora (approximately 90 thousand species). Nearly 40% of all the Earth’s vegetable and animal species are to be found in Latin America and the Caribbean. The tree – river binomial This binomial uses elements from the phenomenon of autosimilarity of the fractal geometry of nature. Patterns in nature repeat themselves and their forms coincide, raising new questions for those that study them. The leaf- drop of water binomial We tend to see water and life as a totality. This binomial recovers and re-assesses the value of one unit – a leaf or a drop of water – under the premise that in order to make us more responsible and foment a culture of sustainability, it is essential to sense the changes within our grasp. Rivers are made up of thousands of millions of drops of water, and looking after just one of these, is like looking after them all. The conclusion of this pavilion is focused on promoting the conserva134

tion and responsible use of water as a natural resource. Appreciation of the beauty of rainforests and temperate woodlands and their wealth of cultures is the vehicle that will lead to reflection and thereby convey an educational message.

Latin America Pavilion: tropical rainforests and temperate woodlands By Museotec. Francisco López Guerra The project theme, the exhibition concepts and the design of the Latin American Pavilion are all based around the geography and environment of its temperate woodlands and tropical rainforests, integrating the region’s climatic, edaphic, zoological, botanical and hydrological elements. The proposal presented by MUSEOTEC fuses content and container into a single experience. It is a metamorphosis which integrates the architecture and museum contents into one and the same thing, where informative, sensory, and emotional boundaries are no longer distinguishable. A visit to this pavilion will be a holistic experience appealing to the emotions which will arouse feelings of amazement, appreciation, reflection, proposals and transformation in the visitor. The conceptual base, a sensory experience in itself, will submerge visitors in visual, olfactory, tactile, kinaesthetic, and listening experiences that convey the presence of water and life in Latin American landscapes. The focus of this offering is the running water which moves through the Latin American landscape, in both a literal and figurative sense. Whilst giving life to the rivers and their basins, which link up the region, it also generates reflections on the different ways that Latin American cultures relate to and through water. A skin will allow the outside of the pavilion to reflect the power of the content inside. It will use enormous green leaves, such as those that make up the landscape in Latin American forests and jungles, to represent an abstract form of the tree-river binomial. The interlinking relationship between the content and the design of the container has created a project of immense iconic value with an ephemeral form of architecture in its purest artistic expression. “When architecture fuses with content in a single display message, the power of a great communicator is achieved. This is the Pavilion, its ephemeral container”. The project has an internal space area of 4,361.80 m_, which will be divided into plots for 17 countries, each of which will constitute a unit of life, a drop of water. Seen as a whole, these units form the woods, the jungles and the waterways of Latin America, all of which is achieved without the need for separation into compartments using panels and partitions. The entrance lobby creates the first experience of the space through a diorama with a view of Iguazu Falls – one of the most spectacular river enclaves in the world. This is placed here due to the local geography of the space and separates the sites devoted to Brazil and Argentina. In the rainforests and tropical jungles, the rivers are waterways; river courses and water systems. Visitors to the Latin American pavilion will journey to the different spaces of each participating country using the rivers as water routes that guide the path of ramps. Visitors will journey around Latin America and get to know it through its rivers. This has the added advantage that the best views of the exuberant forest and jungle landscape, especially the Amazon Jungle, can be appreciated when seen from the rivers. Traditionally, the river basins of Central and South America have led to the social, cultural and economic development of the people that have settled there. Human beings, in search of sustenance, transport and


Caribbean Pavilion: islands and coasts By José Luis Pérez, Andrés Nieto, José Manuel Garbayo CARICOM, or The Caribbean Community, is still not widely known despite its activities and unquestionable importance in the region. The concept we raise uses water as an element of cohesion to counteract such ignorance, under the slogan “WATER UNITES US”. And that is exactly what happens in real life: the Caribbean Sea embraces the nations of CARICOM, which are mainly islands, in their entirety, forming a permanent, living bond, the basic, secular means of approach between one territory and another, the greenish blue liquid that puts different national realities in contact with one another. However, WATER UNITES US in our unshakable vocation, in our daily tasks, in our urgent quest for the water resources that are essential for sustainable development. On the other hand, excessive extraction and the impermeability of urban infrastructures in catchment and deforestation areas are leading the region to the worrying situation of either stable or diminishing water resources when demand is permanently on the increase. We are therefore confronted with the issue in the form of an urgent, burning dichotomy: water as a problem-water as an opportunity. Water as an opportunity has brought CARICOM to the EXPO in Zaragoza. 2 DEVELOPMENT OF THE CONCEPT As argued above, the concept of the pavilion provides the foundation on which everything else will be based, in such a way that, starting with the visual location of the building, it is now beginning to transmit its message, this time with the resources offered by its physical dimensions and the technical means available to us: water-sound, water-light-colour-music, etc. The interior of the pavilion has been designed as the place where INFORMATION-EDUCATION-SUGGESTION come into their own light. The physical presence of the Community, which has materialised through the 14 pavilions surrounding the main site, will be endowed with all the essential testimonial value of each of the separate realities witnessed by the group of nations, in accordance with their individual problems in facing the challenge of sustainable development, their idiosyncrasies regarding climate, orographical features, rainfall, resources and the incidence of tourism as a factor for development, while also being a factor of ecological destabilisation at the same time.

3 CONCEPTUALIZATION AND CIRCUITS There is a logic to the circuit, if the succession of exhibition sites is understood to be a concatenation of perceptions, information and communication, that guides the visitors through successive stages along the road to reality, in a pleasant, informative manner, arousing their attention and interest in participating in such experience. “ENCOUNTER” area as Educational Content The “educational dimension “ mentioned in the CONTENT MANAGEMENT PLAN necessarily takes place here because, for most of the visitors, this pavilion represents a real “encounter” with a number of countries, most of which are islands, that have taken on their own specific personality and belong to the community known as CARICOM. Encountering realities that are so unfamiliar in most cases needs a “presentation”, which is mainly done through the concept of WATER and requires a description, albeit somewhat superficial of the various nationalities forming part of this Community. The “ENCOUNTER” area will also be an area of discoveries and surprises. It is a question of endeavouring to convey CARICOM reality, in a rapid overview using a six-minute audiovisual presentation projected onto 3 screens which will explore the following concepts: What type of organisation is CARICOM? Why is there a caribbean pavilion? What problems do they face in the challenge of sustainable development? What solutions have been decided, or are expected? What are the caricom nations like? Their origins, customs, natural environment, cultural expressions? “SENSATIONS” area We have just learnt about the reality of CARICOM and we now know a number of things that we did not know when we entered the pavilion. We have been inundated with information and now here we are going to be flooded with “sensations”. We are already somewhat familiar with how the Caribbeans think and now we would like to be able to feel how they feel about a kind of nature that can be both extravagant and mean, heavenly and stormy, peaceful and tense, wet and dry, sensual and harsh. All of a sudden, before our very eyes, we see how the brightest and calmest of days can gradually turn into threatening shadows, how the sky hidden behind a curtain of black clouds can suddenly burst into thunder and flash with bolts of lightning that leave the horizon pale, changing the exalting colours of the beaches into sullen darkness. Terrible, but short-lived anger, since calm arrives just as if a gigantic hand had removed the apocalyptic scene, with the brightest, polychrome palette returning with the serene and glittering landscape, with the roaring of the rough sea subsiding into the soft murmur of gentle, transparent waves. The aim therefore is to recreate a tropical storm. Before, during and after the storm would be the three phases that need to be reproduced, avoiding excessively dramatic overtones in something that forms part of the climatology of this region and is accepted with a calm sense of fatalism by those that have incorporated it in their own experiences as something that is inexorable, but can be overcome. Beneath a cone-shaped thatched roof made of heather, the group of visitors will see swirling images emerge and envelop them in a circular projection that will be delivered almost wholly without the use of words. Most of the audio part of the show is composed of sound effects, descriptive music and the reproduction of distinctive sounds (wind, rain, thunder, etc.) CARIBBEAN SQUARE. “COUNTRIES” area We are now in the Caribbean Square. A landscape of buildings stret-

z

English

recreation have set out to look for water. Today Latin America has a river culture deeply rooted in the functions of the rivers, namely, a source of communication and links between people. Taking this into account this museographical offering has allocated the spaces of the participating countries in the mouths, and along the banks of the rivers that flow around the pavilion. Most of the light is absorbed by the dense layer of trees which form the canopy of the Latin American jungles meaning that very few plants grow on the jungle floor, which is generally free of vegetation. The Pavilion’s environmental design recreates the jungle tree canopy through concentrating the foliage of the trees towards the ceiling and leaving the jungle floor darker and completely clear. Visitors to the pavilion will perceive that the diversity of the tropical rainforest is not to be found on the jungle floor but in the branches of its trees, and hence deforestation implies destroying the habitat of a large number of species on the planet. The running water invites visitors to reflect on the fact that just as our upstream neighbours affect us, in turn we also affect our neighbours downstream, and furthermore, by altering our ecosystems, we affect the environmental health of the whole planet.

135


136

ches out before us. The ancient colonial buildings, still present in the urban layout of almost all the capital cities of the member countries of the Caribbean Community, are concentrated here, housing representations from the 14 Caribbean countries. It is organised as a large space with an area of around 20x50m, housing the 14 façades each measuring 5.30x7.65 m corresponding to the participating countries. They all have two storeys surrounded by a terrace or with balconies on the first floor. This type of architecture, which is characteristic of the region, with the colour and style of different Caribbean towns, will generate a wealth of vibrant colour and shape. Doorways, porches, balconies, terraces, latticework, different styles of roofing, will all clamour for individual attention within the harmony of the scene taken as a whole. In the free spaces, tropical vegetation will take vital centre stage with the presence of nature playing counterpoint to the urban layout of the site. Far from the usual monotony of a set of pavilions mounted in standard fashion, in this case the combination of different types of landscape will lead to a motley succession of urban fragments, of various architectural solutions, a set of colonial buildings in keeping with the idiosyncrasy of each territory and the architectural style of the ancient metropolis. The various member states of CARICOM will find an adequate framework and support on the private spot allocated to them, where they can display their own national reality: audiovisual presentations, photographs, posters, plans and models, craftwork, samples of products, souvenirs, etc., so as to offer the visitor a greater and more specialised information on each country. The top floor, with limited access, will house the administrative services and meeting rooms. “FLAVOURS” area In the centre of the Square it is possible to become acquainted with the aroma of the Caribbean countries and not just metaphorically-speaking. The fragrance of tropical fruit – coconuts, mangos, pineapples, papayas, yams – are brought to us in a variety of exquisite juices and drinks and an infinite number of combinations with rum, Caribbean rum - the emblematic alcoholic drink made from sugar cane. With the senses overflowing with pleasant sensations, a happy heart and ready for new experiences, we feel drawn, almost transported, towards the bandstand in the Square, where the Caribbean carnival has just got underway. “FIESTA” area The metallic sound of the marimbas fills the central area of Caribbean Square. The dull percussion and rhythmic lilt seem to resonate within and the visitors immerse themselves in the whirlwind of the dance, in the profusion of colour of the group of dancers evolving around the colonialstyle bandstand, affording everyone a night full of tremendous excitement. This is the end of the circuit, a rapid immersion in the problems of a set of Caribbean nations, gathered together for the Expo to display their commitment with all those that have turned WATER and SUSTAINABLE DEVELOPMENT into a demanding challenge and a goal that must be achieved. 4 THEME-BASED FAÇADES The element we present here does not affect the technical characteristics of each pavilion: entrances, theme-based vertical walls, signs, identification items, etc. The aim was to encourage freedom of movement when considering the closing of the façades and location of access points. The design corresponds to the “ISLANDS AND COASTS” concept and is an example of the familiar ambivalence of “nature imitating art” or “art imitating nature”.

It consists of a horizontal frieze with relief-work that will stretch all the way round the perimeter of the pavilion. In effect, the outline of a coast or an island taken fragmentally is an abstract design with great potential for expressing water and land as opposing forces – two contrasting materials that complement, fight or embrace each other, caught up in the dynamics of advance and retreat.

Spain Pavilion: Science and Creativity By Empty, Luis Fernández-Galiano, Jorge Wagnesberg With the slogan Science and creativity, the main aim of the Spain Pavilion at the International Expo Zaragoza 2008 is to present a modern, dynamic, scientific and creative vision of Spain with respect to the important topic of water, its origin, its properties, its evolution, its uses, its management, and its importance. The Spain Pavilion will explain why water is currently one of the main themes for the future of our country and that of our very planet. Another key purpose is to place Spain on the scientific world map and to present the country’s future contributions and proposals to deal with the problems and threats that are raised by climate change. The display will project the image of a country that is supportive and committed to resolving the problems and threats brought about by global warming. Spain supports sustainable development and its pavilion will be a faithful reflection of this fact. The building makes good use of water, ventilation, shade and protection created by the roof and the many pillars surrounding the glass cases –in which the displays will be installed– making the pavilion itself a covered meeting point in the shade, in the nature of a “plaza” as defined in true Spanish tradition. The pavilion offers an architectural style that is committed to the environment and sustainable development. It has been conceived as a forest of columns and various shapes made of glass, where exhibitions are staged, forming the base of the pavilion. Visitors will enter the space just as if they were entering a wood. The display will be housed inside, offering the possibility of reproducing sensations involving sight, light and life. The display spaces are inside the “forest”. Beams supporting the display, made from recycled wood shavings, will be hung from the roof and fixed only to the pillars themselves. The front will be made of glass, although sound-barriers in the form of mobile partition systems are expected to be anchored to the structure, thereby enabling the space to be visually and acoustically sealed off. This is essential both for the staging of some of the exhibitions and also for the future use of the building. The Spain Pavilion will have a useful surface area of approximately 8,000m_, distributed over three floors (ground/main floor, lower ground floor and top floor), with an exhibition space of 2,315m_. The circuit round the pavilion will be arranged in five exhibition spaces. On the main floor will be the spaces devoted to Water at Source, Water on Earth, Water in Spain and Climate Change; on the lower ground floor, at the end of the circuit, there will be an exhibition on architecture and sustainable development. For the youngest visitors to the Spain Pavilion there will be three spaces devoted to pedagogical workshops, in which children can become acquainted with and gain awareness of the important matters suggested by water. Apart from the different exhibition spaces, the Spain Pavilion will also have a restaurant on the top floor representing Spanish Haute Cuisine with two dining spaces – to seat 90 and 60 customers – and an amphitheatre – with a capacity to hold an audience of 150 people – devoted to


very different sources materials: original recordings, existing archives from various sources, infographics in two and three dimensions, etc, the qualities and characteristics of which should be unified as much as possible using a general colour-grading process for the images used. The space devoted to climate change follows in the same vein as the first three, providing unity and serving as a culmination of the display content of the main floor in the Spain Pavilion. This space offers an exhibition reflecting on climate change in which the latest scientific research will be presented on the subject, with the collaboration of the world’s number one experts in the field. This exhibition will analyse in a pedagogical but rigorous manner geological time, biological time and human time, the basic laws of nature will be examined, and the various interactive models will explain how the planet is changing. The final exhibition space is located on the lower ground floor of the pavilion. This room is the only one of the five forming part of the display content that, while still following the discourse of the pavilion, does not rely solely on the visual elements of the rest of the circuit. This site, which is dedicated to architecture and sustainable development, will house an exhibition of projects by the most distinguished architects with an awareness of environmental issues.

Aragón, water and future By Isidro Aguilera, Ricardo Centellas, Antonio Mostalac, G.P.D. As the host region for Zaragoza Expo 2008, the Regional Government of Aragon has made a full commitment to raising awareness of a concept: Aragon, paradigmatic identity and nature - a project of the future with deep-sunken roots that is based on the age-old culture of water: Aragon, water and future. This commitment is reflected in the architectural design of the pavilion itself and in the exhibition contents. The projects selected for the development of Aragon’s presence in the international event - both container and contents - have achieved the perfect marriage that clearly conveys the chosen theme. The Ebro River and its course through Aragonese land forms the backbone of Aragon, politically, economically and socially. The Pavilion of Aragon, an exceptional building within the Expo enclosure, demonstrates this region-river relationship in its architectural concept, indicating the search for water, the sense of movement towards the Ebro and its tributaries, which have been and still are the defining element of the autonomous region. This concept is implemented in the design of the exhibition’s contents: the river will be the common thread throughout the entire visit to the Pavilion. The very origins of the kingdom of Aragon are related to water and rivers: the root of the word Aragon, “ara“, means river; the myths surrounding first the birth of the county and then the kingdom are linked to water. The scientific script for the Pavilion of Aragon was created by Ricardo Centellas, Isidro Aguilera and Antonio Mostalac, who developed it on the basis of four central ideas that make up the structure of the discourse: 1. Water and land as elements of the diverse landscape and ecology of Aragon: Aragon is a territory in which water has shaped infinite contrasts in both landscape and environment. A course from the 3000-metre-plus heights of the Pyrenean peaks to the outlet of the Matarraña into the Ebro at barely 100 metres above sea level gives an idea of how much can be found in Aragon. This, aided by human intervention, has resulted in a highly surprising polymorphic reality that the visitor will be able to admire and feel from inside the Pavilion of Aragon.

z

English

lectures and seminars. In this amphitheatre there will be a VIP lounge. THE DESIGN OF THE CONTENTS The contents of the exhibition in the first three spaces of the Spain Pavilion make up a large thematic space with the utmost scientific rigour, the main aims of which are to attract, entertain and enlighten the diverse array of visitors to the Pavilion. The space at the beginning of the visit, devoted to the source of water, has been conceived as a circular dome. This site sets the theme of the pavilion and has therefore been treated in such a way as to reflect the dynamic nature harnessed in designing the content. A spectacular audiovisual show will be projected onto the circular dome (using state-ofthe-art technologies), which will focus on the appearance of water in the universe and the importance of its presence on our planet. After leaving Water at Source, the visitor enters the spaces entitled Water on Earth and Water in Spain, which have resorted to a design for their architecture and museography that has great spatial potential and appeals to all five senses in the visitor. These spaces combine different technologies, from the most familiar to the most avant-garde, along with a variety of different graphic or audiovisual materials, but everything is applied and incorporated in an extraordinary fashion to transform the circuit into a complete experience for the senses, which differs from the norm due to the unusual ambiguity in the limits between architectural content, supports or devices. Both Water on Earth and Water in Spain are characterised by their harmonisation, although they express this in different ways. The spaces are clearly different and also endow the rest of the content and display spaces in the Spain Pavilion with certain continuity. In fact, both spaces have clear, relevant references or considerations to obvious qualities in the building itself, its architecture, and also to the kinetic decomposition of spaces and volumes, thanks to the forest of pillars or the relationship between roof planes and mirrors of water. The exhibition spaces have their own formal and functional force, making use of architectural elements with a composition that reflects a rigorous approach and the sober use of materials to foster the active, variable and multiple presence of the exhibits on display, along with the peculiarities that are manifest in using a unified setting. Each item separately becomes a device with its own technical or spatial requirements, which are solved individually by a simple gesture, a geometric synthesis or architectural expression. Quality in materials and finished items, structures, shapes and colours, and lighting stem directly from the needs dictated by museography, theme, technology and construction. The items in both halls are arranged according to the general layout, which facilitates understanding of the message and establishes bonds with the spaces that house them, literally following the same content sequence, but setting up links between everything so as to present a global view. Two completely different types of atmosphere are created: at the beginning the main space is more active and complex, followed by a smaller exhibition space more relaxing and harmonious. In both cases, in following their different designs, the light originates from very subtle lighting, in particular, from the content itself of the individual devices. Therefore, both rooms constantly vary in intensity, dynamics and tone, using these devices as ephemeral features to set the personality of each display space at any given moment. The spaces devoted to Water on Earth and Water in Spain incorporate a huge number of short audiovisual sequences based on the general display features of the pavilion, which designates these spaces as being the places where key content topics are to be displayed. Following the great show presented in Water at Source, there is a dynamic circuit based on a number of different supporting elements, each of which provides brief units of information. The audiovisual shows will be produced from

137


Water in its natural state; the use of water for mankind; and the absence of water… throughout the millennia, these have created different and contrasting landscapes that make up the great diversity of ecosystems in Aragon - from the pre-quaternary ecosystems to those of today: the Pyrenean glaciers (Aneto, Ordesa, the cave with the glacial waterfall at Casteret, etc); the steppe landscapes of the central Ebro depression (Monegros, Belchite, Las Saladas); the Iberian mountain ranges (Moncayo, the Jalón, Albarracín, Maestrazgo), … 2. Water as a symbol and myth in the development of the region of Aragon: As water is a vital resource for human beings in all aspects and as it has a multiple impact on the land, it has always been a cosmogonic element, an object of myth-making, colourful inspiration and a vehicle for ideologies that have materialised through the most diverse media and techniques. As far as today’s Aragon is concerned, there are numerous artistic, anthropological, historical and documentary expressions that shape these ideas. The water, its routes and valleys have been vehicles for the exchange of merchandise, goods, people and ideas. The Ebro and its tributaries are liquid history. The myths surrounding water and its initiation rites, and health-giving, apotropaic or magic powers fill the geography and mentality of Aragon. Some are universal in nature, others are local versions but they always respond to the great enigmas of humanity. 3. Water and land as factors in development now and in the future of Aragon: These elements form two of the basic pillars of development for any community in this century, but even more so in Aragon where in just a few kilometres it is possible to see a strong contrast between areas with abundant water and areas with a pronounced deficit. Hence the vocation of the past, present and future prevalent in Aragonese society to profit from water as an instrument of sustainable development in all its aspects and their current effort and investment in scientific and technological innovation in this vital element and in its management. 4. Water, land and life as elements of current artistic creation: Current artistic expression (plastic, theatrical, musical, audiovisual, literary... ) as created by many Aragonese artists evokes water as a factor of life, emphasising its capacity to shape a territory from every angle, including a creative or intellectual standpoint. The Pavilion of Aragon has been conceived as a full commitment to spread the news about the enormous social and cultural potential of this region, within the context of the sustainable use of water. Design The contents of the Pavilion of Aragon have been designed by General de Producciones y Diseño (GPD). Its multidisciplinary experience has enabled it to develop a lively project that integrates leisure activities within the concept of Aragon, water and the future, along with an artistic exhibition and a unique audiovisual show. The project takes as its starting point the concept of the architecture in which it will be housed, and the explicit line of argument running through the scientific script. Access to the Pavilion will be through one of its three rising “tongues”. The route descends, with the visit starting on the second floor and ending up in the main hall located on the first floor. The building, which is supported on three pieces, has the “arena” underneath - a large, public area with a microclimate, in which leisure activities and shows about tradition, folklore and current Aragonese culture can be enjoyed. The large terrace will be usable at night, when large, new, inflatable, lit-up elements will appear, representing the fruits and vegetables of the Arago138

nese market garden. It will be an exceptional place from which to enjoy the Expo at night. The visit starts on the second floor of the Pavilion, which hosts the theme of “water and life”. On this floor - where the areas for recreation (cafeteria, restaurant and shop) and work (offices) are also located - GPD has designed an exhibition space “as a flowing space surrounded by the natural and cultural heritage of the regions of Aragon”. The contents are arranged in such a way as to generate a route that twists and turns, metaphorically alluding to the course of the river, in which the large architectural multicolour spaces that make up this floor seem to be immersed. The exhibition approaches a mixture of objects and audiovisual presentations, enabling multiple and different levels of interpretation and sensation. The contents are structured around five sets, or exhibition blocks, in which the 33 Aragonese regions are reflected, these forming the five natural units in which the geography of Aragon is divided: Pyrenees, Pyrenean Somontano, Ebro Central Depression, Iberian Piedemonte and the Iberian Cordillera. Moving images together with other fixed images, sound atmospherics, a unique exhibition of original pieces and voice-over narration, will go with the visitor on a journey through some of the most important moments in the history of Aragonese art. The route continues to the first floor, a unique space of huge proportions, which GPD has left open-plan so that its size can be appreciated and so that maximum expressive advantage can be taken by staging a visual symphony, created on an ad hoc basis by the world-famous Aragonese director, Carlos Saura. Geometry and nature, texture and colour, rhythm and movement are the concepts that define the colourful language that Carlos Saura will imprint in a passionate dialogue with nature and the peoples of Aragon as they relate to water. The show’s magnificent, unique design will fill the space, interacting with all of its planes and surfaces and transforming it into multiple realities and sensations. In that game of resources, the river again springs up as an essential element. In itself, the show takes on the central ideas set out by the scientific outline, “Water, landscape and territory”, “Water as a symbol and myth” and “Water, land and life as elements of today’s artistic creation”, with the fourth central idea “ Water, current and future development in Aragon” forming the basic concept to be conveyed to the viewer. This stage setting has chosen the weight of a large multimedia hall in which all the resources are treated with the objective of taking the visitor on a journey of sensations, emotions and realities. Thus, a large sheet of water reproduces the bed of the river. It will serve to mark the visitors’ route through the hall, generating small spaces - “by way of dams or tarns” with special attention afforded to them through interactive projections - or to enable the occasional dialogue with contemporary artistic works inspired by water and trapped deep within the large architectural prisms that mark out the space. At specific times in the audiovisual script, this river bed will also serve as a screen for the projection of images. In addition, the images that are reproduced on the three enormous screens located on the perimeter of the hall, will be seen reflected throughout the entire area, on the floor thanks to a vitrified material with a “multiplying effect” and on the walls of the prisms through reflective sheets, which will partially cover them generating gentle, specific reflections. These prisms will be transformed into enormous glass cases or exhibition showcases, where current pieces of art that have been created for the international event of 2008 will be placed.


Le Musée «total»: Un Outil de changement social

Par Roque Gistau, Jerónimo Blasco

Par Jorge Wagensberg

L’engagement de l’Exposition Internationale de Saragosse sur le thème « Eau et Développement Durable » a été absolu dès les origines du projet. D’où le fait que les contenus de l’Expo 2008 prétendent offrir un regard sensible, intelligent et intentionné sur l’un des grands défis qu’affronte l’Humanité : l’eau comme support de la vie et comme ressource stratégique pour le développement humain, à partir de l’engagement éthique de la durabilité et du défi de l’innovation. Pour cela, avant la lecture de cette revue monographique consacrée aux espaces d’exposition de l’Exposition Internationale Zaragoza 2008, il fau savoir qu’il s’agit d’un événement conçu comme un espace où développer la connaissance, l’innovation, la culture et l’entente entre les peuples, autour de relations plus respectueuses avec l’eau et la planète Terre dans son ensemble. De grandes questions, mais qui ne doivent pas être inabordables, pénibles ou ennuyeuses pour le grand public. Les expositions internationales ont toujours eu une vocation culturelle, éducative et de diffusion de nouveautés scientifiques aux citoyens, jouissant des arts les plus avant-gardistes et de la meilleure architecture. C’était le cas pour les expositions de l’ère moderne, telles que l’exposition Hispano-française de Saragosse en 1908, puis l’époque post-industrielle a suivi cette tendance (Séville 1992 en est également un exemple). Dans le monde contemporain, cette vocation persiste, bien que les stratégies pour transmettre les idées et les émotions doivent s’adapter aux changements sociaux et culturels des sociétés. En ce qui concerne les contenus, la forme des informations à transmettre est aussi importante que le fond. Les contenus doivent être intéressants, accessibles et attrayants pour un public très varié en termes d’origines, d’âge et de niveau de formation, de façon à attirer le plus grand nombre possible de visiteurs à Saragosse pendant l’été 2008. Les espaces d’exposition de l’enceinte expérimentent de nouveaux langages de communication, en soignant tout particulièrement la sélection de thèmes pouvant être suggestifs pour le public, en garantissant la rigueur de l’information diffusée et en introduisant de la force émotive dans leur transmission. C’est sur ce point que l’expographie est fondamentale et que l’Expo Zaragoza 2008 joue un rôle pionnier dans l’histoire de ce type d’événements. Les contenus expographiques de l’Expo Zaragoza 2008 sont rigoureux, et à la fois clairs et passionnants. Ils transmettront aux visiteurs des questions très variées, complexes et de grande importance pour l’avenir de la vie sur la planète. Cependant, l’importance du sujet traité n’est pas un obstacle à une transmission surprenante, suggestive et amusante des contenus expographiques. La revue recueille l’état actuel de développement des différents espaces. Comme c’est le cas pour un spectacle de magie, l’effet de surprise est parfois important, ce qui fait que le rythme de présentation des différents tours a son importance. Fait évocateur, l’École d’Architecture souligne dans ce numéro de la revue ‘Z Arquitectura’ l’étroite relation, présentée dans l’enceinte de l’Exposition Internationale Zaragoza 2008, entre les contenus, leur formalisation spatiale et le milieu, qui est l’image expographique. En effet, le lien des bâtiments avec leur contenu est si étroit que, dans certains cas, comme celui des places thématiques, ils structurent leur propre espace, forme et image. Bienvenus aux contenus expographiques de l’Exposition Internationale Zaragoza 2008. Du 14 juin au 14 septembre 2008. Bienvenus à une rencontre unique.

Un musée de la science est un espace destiné à stimuler la connaissance, la méthode et l’opinion scientifiques. Cette définition concentre les hypothèses de travail tacites de plus de vingt années de réflexion au musée de la science de la fondation « La Caixa » à Barcelone et synthétise explicitement aujourd’hui les idées du nouveau musée ouvert depuis le 23 septembre 2004. Il s’agit, d’une certaine façon, de toute une déclaration d’intentions relative à ce que j’appellerais la muséologie totale, une tendance qui se retrouve actuellement dans certains musées, mais les anciens musées scientifiques et la plupart des musées actuels ne lui correspondent pas. En principe, afin de s’adapter à cette définition et de consolider cette tendance, il faudrait peut-être même inventer une nouvelle muséographie. Les premiers musées scientifiques étaient des musées d’histoire naturelle et des musées de machines ou instruments, dédiés à l’exposition en vitrine de pièces réelles pour les citoyens, mais dont la vocation évidente était de constituer et de conserver des collections pour les chercheurs scientifiques. Les musées scientifiques les plus récents sont en général des musées de physique, où sont présentés des phénomènes réels pouvant créer une interactivité avec le citoyen, mais en l’absence de pièces réelles et avec un certain abus de moyens audiovisuels et informatiques. Cependant, la science continue de chercher à comprendre la réalité. Et il se trouve que la réalité est faite aussi bien d’objets que de phénomènes. Les objets sont constitués de matière et occupent l’espace. Les phénomènes sont les changements que subissent les objets, et donc ils occupent surtout le temps. De plus, ni les objets ni les phénomènes ne sont responsables des disciplines scientifiques établies dans les plans d’études des écoles et universités. L’interdisciplinarité implique l’existence préalable des disciplines. Il s’agit d’un constat. Une fois qu’elles existent, grâce aux institutions formelles de recherche et d’enseignement, le musée peut aborder n’importe quel type de sujet, d’un quark ou d’une bactérie à Shakespeare, ou un sujet de sociologie ou d’urbanisme. Cela signifie également que la réalité, qu’il s’agisse d’objets ou de phénomènes, est un aspect irremplaçable auquel un musée ne peut renoncer. La réalité est même le « mot muséologique ». Je dirais même plus : un musée, c’est un concentré de réalité. C’est peut-être la seule chose qui distingue la muséologie de toute autre forme de communication scientifique. Pour le maître de conférence et le professeur, la parole est l’élément fondamental de transmission, même s’ils s’aident de textes, d’images fixes ou mobiles, de maquettes, de simulations ou de programmes informatiques… On peut donner une conférence sans diapositives, sans graphiques ou autres démonstrations, sans lire aucun texte, mais il est impossible de donner une conférence sans parler. D’ailleurs on ne peut même pas donner une conférence seulement en lisant un texte. Pour les livres, les journaux et les revues, le texte constitue l’élément fondamental de transmission. Même s’ils s’aident de graphiques, dessins, cartes ou photographies, il n’existe pas beaucoup de livres ou revues sans texte. Il s’agirait de quelque chose d’autre, peut-être d’un album. Le cinéma muet existe, mais il n’existe pas de cinéma sans images, de même qu’il n’existe pas de radio sans son. Dans un musée, il n’est pas interdit d’utiliser des simulations, des maquettes, des images graphiques ou des technologies nouvelles, mais ces supports doivent rester un accessoire de la réalité, afin de ne pas la remplacer. Dans un musée scientifique, il n’est pas interdit d’enseigner, d’informer, de former, de distraire, etc., c’est même inévitable, mais rien de cela n’est prioritaire. D’ailleurs, ces objectifs peuvent être atteints beaucoup

z

Français

Introduction Revue AZ sur «Expographie»

139


140

plus facilement par d’autres moyens. Un bon professeur et une bonne conversation avec les collègues apprend plus et mieux qu’une visite dans un musée, un bon moteur de recherche d’Internet informe mieux, la vie même forme mieux et le passe-temps favori de chacun distrait mieux (même si pour certains il peut effectivement s’agir du musée). Mais, qu’est ce qui est propre à un musée ? Quelle est sa fonction idéale ? Qu’est ce u’il propose de mieux que tout autre système ? Voici la définition de départ : la stimulation. Créer une différence entre l’avant et l’après. Dans un bon musée ou une bonne exposition, on a beaucoup plus de questions en sortant qu’en entrant. Le musée est un outil de changement, de changement individuel, et donc aussi de changement social. Le musée est irremplaçable dans la phase la plus importante du procédé cognitif : le principe. Passer de l’indifférence à la volonté d’apprendre. Et il n’y a rien de mieux que la réalité pour stimuler. La réalité stimule bien plus que n’importe laquelle de ses représentations. Toute grande fonction vitale favorisée par la sélection naturelle se consolide au moyen d’une grande stimulation : l’alimentation avec la sensation de faim, la reproduction avec la stimulation sexuelle, l’autodéfense du corps avec la douleur, l’hydratation avec la soif… Un des derniers succès de l’évolution est sans aucun doute la connaissance, cette capacité à anticiper l’incertitude de l’environnement. Il s’agit notamment du dernier succès de l’évolution de l’intelligence abstraite, particulièrement la capacité à construire une connaissance scientifique. Il semble pourtant que le temps a manqué à la sélection naturelle pour qu’elle agisse en faveur de la connaissance scientifique. C’est peut-être la curiosité dont tant de mammifères témoignent pendant leur enfance et que seul l’être humain néoténique conserve toute sa vie. Ainsi, on arrive à l’énorme contradiction qui marque notre époque (précédant la mondialisation de la planète) : l’humanité a conquis le monde avec la connaissance scientifique et l’a pourtant laissée de côté. Il s’agit, comme on peut le voir, d’une requête d’ordre démocratique. Nous avons un problème très sérieux, même dans les sociétés les plus développées. Dans une démocratie, tous les votes ont la même valeur. La science est la forme de connaissance qui conditionne le plus notre vie et les décisions à prendre quotidiennement sur des sujets affectant la vie en société (énergie, hygiène, santé éthique scientifique, environnement, technologie, etc.). Pourtant, seule une infime partie de citoyens s’y intéresse. Un musée de la science s’avère particulièrement approprié pour inverser la tendance. Comment y arriver ? Il faut inventer une nouvelle muséographie, avec des objets réels capables de s’exprimer avec trois fois plus d’interactivité : l’interactivité manuelle (« hands on » dans le jargon des musées modernes), mentale (« minds on ») et culturelle (« heart on »). Il s’agit d’objets qui racontent des histoires, qui parlent entre eux et avec le visiteur. Il s’agit d’objets d’évènements associés, d’objets vivants, d’objets qui changent. Exposer une pierre sédimentaire, c’est bien, mais y associer une expérience qui montre en temps réel le procédé de formation de la pierre, c’est mieux. Comment savoir si les expositions stimulent réellement la connaissance scientifique ? Les musées ont tendance à s’entêter à faire valoir l’affluence des visiteurs, ce qui engendre un cercle vicieux. Nous devons nous préoccuper du nombre de visiteurs, surtout s’il est faible ou nul, mais cela ne reflète pas les changements produits chez le visiteur. Ce qui importe, c’est qu’une exposition entraîne la lecture d’un livre, de nouvelles problématiques dans les salles de classe, d’autres choix de programmes à l’heure de regarder la télévision ou de nouvelles manières de voyager dans le monde. Mais le plus important est qu’elle favorise la conversation, pendant la visite, lors du premier dîner en famille suite à la visite, avec soimême (réflexion), avec la nature (observation, expérimentation), etc. Cependant, la connaissance scientifique n’est qu’une tierce partie des objectifs. Il y a aussi la méthode. Un bon musée scientifique ne présente

pas seulement une sélection de résultats scientifiques spectaculaires. Il doit également montrer le procédé suivi afin d’obtenir ces résultats, commenter sa fiabilité et sa vigueur. En science, la critique de la connaissance est aussi importante que la connaissance même. Des phrases comme « scientifiquement prouvé » témoignent de la fausse image que la science donne d’elle même. La grandeur de la science est qu’elle reconnaît son ignorance (c’est justement la raison d’être de la recherche). Le concept d’erreur n’est pas un fait singulier et négatif, mais une réalité quotidienne, un épisode nécessaire afin d’apprendre. Il est particulièrement intéressant pour un citoyen de se mesurer aux aspects de la réalité qui intéressent la science justement parce qu’elle les ignore. Il est particulièrement salutaire de présenter, dans la mesure du possible, différentes alternatives crédibles. Il semble évident qu’un tel musée dérange dans une société autarcique dont le message général est « des personnes plus intelligentes et compétentes que vous pensent pour vous » ou « les décisions à prendre pour lutter contre l’incertitude actuelle sont dictées par les textes de nos traditions les plus ancestrales ». Un musée de la science invite à la réflexion individuelle sur n’importe quelle question. Un esprit humain a toujours le droit de s’approprier une vérité émanant d’autrui. Il existe beaucoup de manières de transmettre la méthode de la science à travers les expositions. La plus honnête et la plus brillante implique humour et ironie à l’heure de l’autocritique. Rire de soi-même est l’arme la plus efficace du scientifique afin de ne pas sacraliser ni dogmatiser son travail et de fuir le culte de la personnalité. L’humour est également une ressource qui fonctionne bien en muséographie (mais qui ne convient pas du tout, par exemple, à un article de revue scientifique « sérieuse »). Il reste encore le troisième aspect : le musée en tant qu’espace de rencontre, permettant à l’opinion publique de se cultiver scientifiquement. Cela ne s’obtient pas avec les expositions, mais par le biais des activités. Un musée de la science doit prévoir des installations à cet effet car (ceci est également une conclusion suite à plus de vingt ans de réflexion quotidienne sur les musées) le prestige obtenu grâce aux expositions donne de la crédibilité aux activités organisées en parallèle ; conférences, cycles de conférences, séminaires, cours, débats, congrès, rencontres, conversations, tables rondes, théâtre, musique, cinéma, etc. Il existe quatre milieux sociaux en rapport avec la science : 1) le milieu qui pense et crée la science est la communauté scientifique (universités, instituts de recherche, recherche en entreprise, amateurs, etc.) ; 2) le milieu social qui utilise la science, c’est à dire le secteur productif (industrie, entreprises, services, etc.) ; 3) le milieu qui paie, qui bénéficie et qui peut aussi être victime de la science, en d’autres termes, la société (le citoyen normal) ; et finalement le milieu qui gère la science, c’est à dire l’administration (les politiques). Le problème est qu’en général, il n’existe pas d’espaces où deux de ces milieux puissent débattre sans que l’un ait la sensation de jouer dans le camp de l’autre. Et bien il se trouve que dans un musée de la science, tous acceptent de s’asseoir à la même table. Par exemple, société contre secteur productif : pour une maison d’éditions, présenter un livre dans ses locaux, dans un hôtel ou dans un musée de la science sont trois choses différentes. Autre exemple, communauté scientifique contre société : discuter sur la qualité des eaux de la méditerranée dans une université, les locaux de Greenpeace ou un musée de la science sont trois choses différentes. Autre exemple, communauté scientifique contre elle-même : ce n’est pas pareil de débattre sur le concept de progrès à la faculté de physique, philosophie, sociologie, biologie, économie, etc. ou dans un bon musée de la science. En d’autres termes, l’atmosphère que créent les expositions est une garantie de neutralité et d’objectivité pour tous les acteurs. L’Europe accueille aujourd’hui environ cinquante millions de visiteurs dans ses musées scientifiques. Beaucoup d’entre


Sur l’idée de conversation Dans la muséologie totale tout est conversation. L’interactivité est une forme de conversation. La réflexion est une auto-conversation. Le travail en équipe se base sur la conversation. La façon d’évaluer un musée que nous proposons consiste justement à mesurer la capacité d’une visite à entraîner la conversation. Mais en plus de tout cela, il nous reste la conversation au sens littéral, celle que plusieurs personnes se trouvant dans un même lieu ont ensemble. Comment doit être cet espace ? Ce qui suit est une considération en deux parties. La première fait référence à la quantité, la deuxième à la qualité. Premièrement : Quelle doit être la taille de cet espace ? Un : la réflexion. Il s’agit de l’expression minimale du dialogue. Elle s’effectue entre un esprit et lui même. Il se pose des questions et il se répond. La réflexion développe l’indépendance de l’individu face à l’incertitude. Deux : la conversation. Quelqu’un parle après avoir écouté, alors que l’autre écoute avant de parler. Au sein du forum, il existe de bons endroits pour ce classique. La conversation développe la réflexion. Environ dix : la réunion entre amis. Y participent ceux qui peuvent s’asseoir autour d’une table, contempler ensemble une exposition, se promener comme maître et disciples. Le forum est là pour ça. La réunion entre amis développe la conversation. Environ cent : la conférence. Ils se réunissent dans un amphithéâtre ou une salle afin d’écouter des orateurs lointains mais encore présents. Une fois l’exposé terminé, n’importe qui peut prendre la parole et entamer une esquisse de conversation. Dans le forum on pourra trouver des espaces prévus à cet effet. La conférence développe la réunion entre amis. Environ mille : la cérémonie. Les gens s’y rendent pour assister à des discours et spectacles. De grands écrans remplacent les masques d’antan pour sublimer l’expression d’un visage imperceptible. Impossible d’avoir une conversation, mais on peut applaudir ou huer. Le forum comprend un auditorium de plus de trois mille places. Je ne me suis jamais senti poussé, par une cérémonie, vers la réflexion. Les dizaines de milliers (le grand meeting), centaines de millier (le grand spectacle) ou millions (la grande manifestation) de personnes se regroupent, après identification collective, afin de se féliciter de leur envergure, qui nuit plutôt à la réflexion. Et deuxièmement : Comment l’espace doit être aménagé ? Tout le monde sait qu’une salle de cinéma est comme elle doit être. Une fois à l’intérieur, on essaie de s’oublier pour mieux pénétrer l’univers du film. La disposition des fauteuils aide, on ne voit le visage de personne et tout le monde regarde l’écran suspendu au-dessus des sièges. L’écran est une fenêtre par laquelle on espionne un monde prescrit qui nous fait rire ou pleurer, mais dans lequel on ne peut intervenir (Hitchcock, nous n’oublions pas). Au contraire, la pellicule se déroule, insensible aux émotions que nous pouvons ressentir. Maintenant, si nous remplaçons l’écran par un orateur, nous avons là une très mauvaise salle de conférences. Tout le monde sait que l’orateur, en plus d’avoir davantage de connaissances, parle depuis les hauteurs. Le spectateur de la première rangée fait en sorte de ne pas demander la parole pour éviter que cent paires d’yeux ne se rivent sur lui, et celui de la dernière rangée fait de même, car il craint que toute l’assemblée ne tourne la tête à 180 º pour juger son audace avec un regard méfiant. Une salle d’anatomie est comme elle doit être. Les assistants occupent l’intérieur d’une surface conique d’où tout le monde se voit, d’où l’évidence domine, le corps que dissèque le maître se trouvant au point inférieur. Le savant regarde vers le haut et le public vers le bas. La différence de hauteur compense la différence d’autorité. Celui qui parle peut

z

Français

eux ne possèdent pas même un auditorium de cent places. Mais les choses peuvent changer. Une opinion scientifique très intéressante est en train de germer car les musées constituent déjà un réseau. Il suffit juste de les convaincre de mettre en place des activités et de créer des liens. Un débat à Paris pourrait être suivi depuis n’importe quel endroit en direct avec la possibilité d’interventions en temps réel. Pourquoi ne pas concevoir un programme européen ou mondial ? La mondialisation est un défi pour ce siècle. On peut y répondre très bien mais aussi très mal. Mais la science est déjà mondialisée ou du moins, c’est la forme de connaissance la plus mondialisée. Le musée de la science est un outil permettant à la connaissance et à la méthode scientifiques, en se basant sur l’idée d’un système démocratique, d’apporter une bonne contribution. Voici la proposition. Un musée de la science pensé avec beauté et intelligence devient un espace d’immense intérêt social, dont le public est totalement universel. Le motif réside dans la définition de départ car émotions, objets réels et faits réels sont des «mots» qui n’ont pas d’âge ni de niveau social ou culturel spécifique. Cette introduction doit servir à présenter un concept de musée que, de par l’envergure de son ambition, nous pourrions appeler le musée total. Ce qui suit est une analyse plus approfondie des propriétés et concepts qui le définissent. Sur l’idée d’objet réel Il existe une certaine confusion sur le sens d’objet réel en muséologie. Un poisson vivant est-il moins un objet réel qu’un poisson fossile ? Une photographie est-elle moins objet réel qu’une peinture ? Une réflexion s’impose. Nous essayerons de donner une définition utile. Ces questions suggèrent que la réalité d’un objet a différents degrés. C’est pourquoi nous avons besoin de quelques définitions préalables. Prenons comme exemple l’idée de l’objet original. Un objet original est celui qui se représente lui-même. Disons que c’est un objet réel de degré 100, donc unique car aucun autre n’est identique (on peut aussi dire qu’un objet est seulement identique à lui même). Le Nobel, réel de degré inférieur à 90 représente l’original avec 90 % des informations nécessaires pour le définir comme unique. Un poisson vivant est un original, un réel 100. Un poisson dans du formol peut encore fournir des informations sur l’original. Il est réel, mais peut-être seulement de degré 40. Un poisson fossile de cent millions d’années n’est pas beaucoup plus réel qu’une réplique obtenue par contact direct avec un poisson frais. Une copie sculptée de mémoire frôle le degré 0… Le David de Miguel Ange de la Galleria dell’Academia de Florence est un réel 100, la copie de la Piazza della Signoria un réel inférieur. En général, plus le degré de réalité est grand, meilleure est la pièce pour un musée. Mais il y a une exception, lorsqu’un objet 100, pour quelque raison que ce soit, n’est pas accessible à la perception humaine, par exemple parce qu’il est trop petit (une cellule, un virus) ou trop grand (un bâtiment, une ville). C’est donc là que se produit la distorsion : augmenter l’objet (et réduire l’observateur) ou réduire l’objet (et faire grandir l’observateur). C’est curieux, mais en muséologie seule la deuxième possibilité fonctionne bien. Nous acceptons tout ce qui nous rapproche de la divinité, mais toute tentative dans le sens contraire nous humilie. Un globe terrestre en plâtre élève l’esprit, une bactérie géante de carton-pâte le déprime. En architecture et en urbanisme, la maquette est un objet réel de haut degré. C’est pourquoi une exposition sans une part minimale de réalité se limite forcément à un livre à lire debout, un cinéma multisalle dans une salle unique, un cybercafé contrôlé, etc. On sait qu’une exposition est mauvaise lorsqu’on la remplace facilement et sans sortir de chez soi par un bon livre, un bon film, un bon enregistrement ou une bonne connexion au réseau. Le visiteur ne tarde pas. Oui, il pourrait sortir de chez lui et aller voir l’exposition. Mais il préfère ne pas y aller.

141


142

voir, dans l’expression du visage de l’autre, le reflet instantané de ses paroles, une récompense qui encourage à demander la parole, même si ce n’est que pour la mettre à l’épreuve. Cette fois ci, la salle d’anatomie est une splendide salle de conférences, ce que tout le monde sait. Cependant, les salles où ont lieu les conférences sont généralement des salles de type salle de cinéma. Et personne ne sait vraiment pourquoi. Sur l’intelligibilité et la beauté Admettons le, dans les musées scientifiques, la beauté n’est pas vraiment prioritaire. Parfois même, on se targue de ne faire aucune concession en son honneur. Et vice-versa, dans les musées d’art, l’intelligibilité n’est généralement pas mise en avant, ce qui parfois devient même une garantie de liberté pour l’artiste. L’art et la science sont deux formes de connaissance qui se comportent comme deux pendules indépendants. Ici ils se rapprochent, là ils s’éloignent. Tous les moments d’éloignements sont sombres mais certains rapprochements sont lumineux. On dit parfois que l’art et la science se fécondent. Ce sont des moments d’intense créativité qu’aucune politique culturelle ne paraît capable de forcer. Le cas échéant, ce phénomène se répand comme une traînée de poudre vers tous les cadres culturels possibles : bibliothèques, classes… et musées ! Sommes-nous en train de vivre un de ces rapprochements fertiles ? La colossale agilité et rapidité avec laquelle les nouvelles technologies manient le pixel et la lettre fait que l’art et la science ont en effet tendance à s’unir de nouveau. Cependant, comme pour toute frontière, il y a un risque de glisser vers la banalité ou le «tout est bien». Voici une brève réflexion sur la question : que peut-on dire du rôle de l’art dans un musée de la science? Commençons par deux paires de concepts communs à l’art et à la science. D’un côté intelligibilité et beauté, de l’autre pressentir et comprendre. Si pressentir c’est faire la relation avec une expérience vécue, alors la science n’est pas toujours capable de pressentir. En effet, comment peut-on pressentir la relativité, la physique quantique ou la quatrième dimension si aucun de nous n’a été suffisamment rapide, ni suffisamment petit, ni n’est sorti de l’espace tridimensionnel ? Par ailleurs, comprendre c’est comprimer, chercher quelque chose de commun dans la diversité, l’essence dans les nuances, quelque chose de général à partir du particulier, séparer l’information du bruit. En science, pas de doute, si comprendre c’est réduire, alors vive le réductionnisme. Et maintenant, je crois que nous avons une bonne définition : L’intelligibilité est l’expression minimale du partage maximal La seconde loi de Newton est un bon exemple. Impossible de faire plus bref (F=ma), néanmoins, cette formule comprime, et donc comprend, le mouvement de tout objet non quantique et non relativiste, depuis le vol d’une mouche jusqu’à la rotation d’une galaxie. En science, nous comprenons bien l’équation d’Einstein, celle de Schrödinger et nous manipulons « n » dimensions en mécanique statistique. Le bénéfice (et le bonheur !) de comprendre paraît clair : anticiper l’incertitude, une ancienne et bénéfique prestation lorsqu’il s’agit de rester vivant dans ce monde. En art, comprendre est une option, non une obligation. La beauté, curieusement, a beaucoup à voir avec l’intelligibilité scientifique. Toute définition de la beauté fait allusion à l’idée de répétition. En effet, la répétition dans l’espace, c’est harmonie. La répétition dans le temps, c’est le rythme. C’est une piste intéressante, car le temps et l’espace sont les concepts « à priori » qui nous permettent de constituer une connaissance scientifique intelligible. D’autre part, le rythme et l’harmonie sont également, par leur présence ou leur absence, les concepts essentiels de la beauté. Osons une définition : La beauté d’une part de réalité est le degré de rythme et d’harmonie qu’un esprit est capable de percevoir en elle.

Si la part de réalité observée n’a aucun rythme ni aucune harmonie, l’esprit ne trouve pas de réponses à ses questions lorsqu’il explore l’espace et le temps. Il se fatigue de chercher et abandonne. Il est frustré. Si, au contraire, il y a trop de rythme ou d’harmonie, alors l’esprit trouve la solution directement. Il est offensé, si bien qu’il évite les deux extrêmes en esquivant les situations où il n’est pas pris en compte. C’est l’ennui. Le plaisir mental de la beauté et de l’intelligibilité est un épisode qui se produit quelque part entre la frustration et l’offense. La beauté et l’intelligibilité partagent une émotion forte : la possibilité d’anticiper l’incertitude. Dire que seules les émotions sont les éléments prioritaires du langage muséographique constitue également une piste intéressante. L’intelligibilité ne suffit pas à la science, et la beauté n’est pas nécessaire à l’art. Cependant, la grandeur de la science est qu’elle peut comprendre sans pressentir et la grandeur de l’art est qu’il peut pressentir sans nécessité de comprendre. Il s’agit, je crois, de la clé d’un bon rapport entre l’art et la science : ils peuvent s’échanger leur grandeur. Les musées de la science peuvent notamment laisser place aux intuitions scientifiques des artistes. Reste à savoir si quelque chose de ce genre existe réellement. Il suffirait de trouver un exemple mais je citerai deux classiques : Picasso et Dali. Dans sa série de gravures El toro (1945-1946) (Musée Picasso, Paris), Picasso dénude le concept toro de toutes ses nuances. Le résultat final est un dessin d’une seule ligne qui représente l’essence même du taureau. C’est ce que partagent tous les taureaux, l’intelligibilité du taureau. Mais c’est aussi une précise et intense intuition de ce que signifie comprendre en science. En outre, le taureau minimal sert à comprendre chaque activité de cet animal : marcher, trotter, guetter, attaquer, courir, combattre, haleter, agoniser, mourir… La mécanique céleste offre un excellent parallèle scientifique : Ptolémée, Copernic, Kepler, Newton… Le plaisir procuré par la beauté et l’intelligibilité est grand. Le plaisir procuré par leur combinaison est encore plus intense pour la muséologie scientifique. Le fameux tableau de Dali Crucifixion Corpus hypercubus (1954) (Metropolitan Museum of Art, New York) tente l’impossible : pressentir la quatrième dimension spatiale. Avec ce tableau, Dali est en avance de 30 ans sur le mathématicien Thomas Banchoff qui, dans les années soixante-dix, recourt à l’émotion artistique du peintre pour stimuler l’intuition mathématique. J’annexe une ébauche permettant de traduire cette heureuse convergence dans la plus authentique tradition de la triple interactivité (Hands on, Minds on my Heart on) de la muséologie scientifique. Et maintenant, une dernière question : comment une œuvre d’art arrive dans un musée de la science ? Ce processus implique deux acteurs : l’artiste et le muséologue (muséologue : personne ou groupe de personnes qui décide du contenu d’un musée). Il existe, je crois, quatre possibilités de relations entre eux, illustrées ci-après. 1) Le muséologue commande une œuvre à un artiste ou l’artiste offre une œuvre au muséologue. Résultat d’une conversation entre les deux, l’œuvre est conçue et réalisée. Le muséologue pressent qu’un nouveau matériau, par exemple doté de superélasticité, doit intéresser un sculpteur. Alors, il cherche... et trouve ! C’est Etienne Krähenbühl qui réalise, en collaboration avec le physicien Rolf Gotthardt, Insoutenable légèreté du cube [4]. Un pesant bloc d’acier soutenu par de fines baguettes en matériau super élastique bouge en fonction des vibrations que provoquent les visiteurs se promenant aux alentours. 2) Le muséologue sélectionne l’œuvre qu’un artiste a réalisée indépendamment du musée. Dans sa réflexion sur une exposition, le muséologue peut tomber sur une œuvre pleine d’émotions correspondant au contenu de son exposition. C’est ce qui nous est arrivé lorsque


Expo 2008: Nouveaux langages Par Francisco Pellicer et Salvador Pons EXPO 2008 : UNE EXPOSITION THÉMATIQUE L’Exposition internationale Zaragoza 2008 tourne autour d’un thème essentiel, Eau et Développement Durable, qui imprègne tout l’ensemble et confère à l’événement toute sa singularité thématique. Le thème a déterminé l’emplacement et se manifeste dans son choix, l’aménagement de l’enceinte, les équipements et services, les espaces publics, les pavillons d’exposition, les places thématiques, les spectacles et les conférences et congrès de la tribune de l’eau. L’Expo 2008 n’est pas une réunion gouvernementale ou interministérielle au cours de laquelle on traite, on décide et on signe des accords internationaux, ce n’est pas non plus une rencontre scientifique ou d’entreprises comme des congrès ou des forums pour un public spécialisé; ce n’est pas non plus une foire de présentation et de commercialisation de nouveaux produits ou services; ni un parc thématique conçu pour le divertissement et les loisirs. Pourtant, elle intègre d’une certaine manière des caractéristiques de tous ces types d’événements. L’Expo 2008 est une grande rencontre festive dans laquelle on échange des connaissances et des expériences innovatrices, on présente des progrès technologiques et

des nouveaux modèles de gestion. La charte de Saragosse brille par ses principes inspirateurs de politiques fondées sur la durabilité. C’est, avant tout, un grand acte culturel et de diplomatie publique, adressé à un public présent estimé à 6 000 000 de visites et à un public beaucoup plus nombreux qui, à travers les média, sera spectateur de l’événement culturel le plus important de l’année 2008. L’objectif fondamental de l’Expo 2008 consiste à sensibiliser un public très nombreux et varié sur l’un des défis les plus importants auquel l’humanité du XXIème siècle est confrontée: la crise globale de l’eau aggravée par le changement climatique. De cette manière, l’Expo 2008 se joint aux grands efforts des organisations internationales, spécialement de l’ONU, en faveur du respect des Objectifs du Millénaire. L’Expo 2008 cherche, en définitive, à ce que des millions de personnes vivent une expérience inoubliable qui change d’une certaine manière leur mentalité et leur comportement par rapport à l’eau, conçue non plus comme une ressource illimitée mais comme un élément fondamental de la vie, une ressource unique et un facteur essentiel de configuration de paysages, de territoires et de relation entre les peuples de la planète bleue. L’EXPOGRAPHIE : UN SYSTÈME DE COMMUNICATION INNOVATEUR ET CONTEMPORAIN Le Plan des Contenus de l’Exposition Internationale Zaragoza 2008 est conçu comme un système de communication innovateur et contemporain, fuyant les formules conventionnelles pour s’aventurer dans l’exploration de nouveaux langages adaptés au développement d’un événement avec les caractéristiques d’une Exposition Internationale. Les informations sur l’eau et le développement durable sont très abondantes et accessibles, de sorte que nous sommes inondés de réclame. Bien souvent, l’hypertrophie informationnelle, dénaturée par l’ambiguïté et la polysémie, ne provoque pas tant le rejet de l’attention du spectateur, mais, ce qui est pire, son indifférence. Pour que le message de l’Expo puisse atteindre les visiteurs avec la plus grande intensité possible, il faut agir sur certains points clé : l’opportunité du thème, la rigueur des informations, la clarté de l’expression et l’émotion esthétique pour amplifier et immortaliser le message. L’expographie est un néologisme qui répond spécifiquement à cette approche innovatrice qui transforme un contenu/message en une expérience passionnante qui restera ancrée pendant longtemps dans l’esprit et le cœur du spectateur. Le visiteur recherche plus d’art et moins de muséographie, plus d’émotions, d’espaces où il peut avoir différents comportements, où il peut décider comment sera son parcours, où on le traite comme une personne intelligente et curieuse, capable de construire son propre discours si l’on fait appel à sa sensibilité et à son intelligence. Les moyens de diffusion de l’Expo 2008 sont le fruit de collaborations multisectorielles. Aussi bien les espaces publics que les places thématiques, les balcons animés, le boulevard écologique, les terrasses, les espaces de restauration, les espaces de concerts, etc., sont conçus conformément aux besoins conceptuels qui entraînent de nouvelles propositions d’émission de messages. Essentiellement, l’enceinte répond à un concept intégrateur et sans frontières dans lequel l’espace intérieur s’ouvre aux zones de transit et l’espace extérieur fait partie intégrante de l’exposition. Les places thématiques constituent le meilleur exemple de ce concept. Ce sont des expositions dans lesquelles le discours narratif, la direction scientifique, l’infographie, l’ingénierie, l’architecture et les interventions artistiques se transforment en discours : la structure a une intention démonstrative d’économie écologique, les murs et les toitures sont euxmêmes des contenus et l’art est impliqué dans la totalité des supports.

z

Français

nous préparions une exposition sur les formes les plus fréquentes dans la nature (2000). La pièce Piramids i cons (1970) de Xavier Corberó [5] (1970) constitue une véritable obsession pour le concept de « la pointe pénètre ». 3) Le muséologue et l’artiste sont la même personne (Que Dieu nous pardonne !). La classification est l’une des plus anciennes formes de l’intelligibilité scientifique (Linné, Mendeleiev...). L’idée consistait à rassembler des galets d’une plage fluviale et de les classer dans un espace à trois dimensions [6]. Chaque pierre occupe un point défini par trois coordonnées : taille, forme et composition (couleur). Le résultat pourrait bien être nommé beauté de l’intelligibilité. 4) Le muséologue et l’artiste conçoivent et élaborent ensemble une œuvre d’art. L’opportunité se présente rarement mais, le cas échéant, elle vaut la peine de s’y risquer. Ceci m’est arrivé personnellement avec mon vieil ami et compositeur Jordi Cervelló. Ce n’était pas la première fois : je lui parlais de science et lui me répondait au son du piano. Parfois, il se tournait pour dire quelque chose ou je tendais la main pour faire un accord. L’étrange conversation dura plus d’un an et le résultat est une partition nommée Formas para una Exposición dont il existe une version enregistrée par l’orchestre philharmonique de Saint Pétersbourg et dont la première au Palau de Música Catalana est programmée pour 2005. Au musée, le visiteur reste submergé par l’atmosphère sonore lorsque les conditions sont favorables. Disons, pour terminer, que tout processus d’acquisition de connaissances nouvelles comporte trois phases : la stimulation, la conversation et la compréhension. Le mot «nouvelle» a ici deux sens : «nouvelle» pour un esprit déterminé (alors nous parlons d’enseigner, d’apprendre, d’éducation...) ou «nouvelle» pour n’importe quelle créature de la planète (alors nous parlons d’investigation, de créativité humaine...). Les musées bien conçus favorisent la conversation et la compréhension, mais ils constituent particulièrement une source inestimable et inimitable de stimulations. Les musées de notre siècle ne sont plus seulement des lieux de visite, mais surtout des lieux de rencontre, où la réalité est concentrée en faveur de la connaissance. Il s’agit d’une idée qui chante la liberté et l’indépendance de l’être humain en tant qu’individu, quelle que soit son identité collective.

143


144

L’espace de transit, les expositions, le monde extérieur du fleuve et l’intérieur des salles et des corridors, non seulement remplissent et rendent compatibles les fonctions d’exposition, mais créent aussi un espace magique de sensations, un environnement unique pour l’émotion. L’OPPORTUNITE DU THEME ET STRATEGIES D’EMPLACEMENT. Le procédé de création d’une exposition de l’Exposition Internationale Zaragoza 2008 part du Plan directeur des contenus, élaboré par l’organisation et par un remarquable comité international d’experts, dans lequel on a établi les idées fortes, les thèmes et sous-thèmes stratégiques du programme, ainsi que les supports les plus adaptés à leur diffusion. Les thèmes « L’eau pour la vie » et « L’Eau ressource unique », sont réunis dans la Tour de l’eau et dans le pavillon pont, les bâtiments les plus emblématiques de l’exposition. Le thème « Les paysages de l’eau », s’exprime dans l’exposition « Fleuves du Monde », dans l’aquarium fluvial et sur la place thématique « Villes d’eau », mais il est particulièrement représenté par les nombreux apports des participants. Il est évident que les paysages, conçus non pas comme des images statiques mais comme des expressions de l’interaction dynamique complexe entre les écosystèmes naturels et l’action millénaire de l’être humain dans chaque portion du territoire, sont une contribution collective de l’ensemble des participants. La Tour de l’eau, le pavillon pont et l’aquarium sont orientés vers les portes nord et sud de l’enceinte, tandis que l’aquarium et le Pavillon de l’Espagne sont situés à côté de la porte est. De cette manière, le système des parcours devient expositif, et cela correspond aussi à la distribution équilibrée des contenus dans l’enceinte de l’Exposition. Le quatrième thème, « L’eau, élément de relation entre les peuples », spécifiquement illustré par la Tribune de l’eau, est développé sur la place thématique « L’eau partagée ». Finalement, quelques thèmes concrets, sur lesquels on a voulu mettre l’accent, ont donné lieu à des espaces spécifiques : les risques hydriques, provoqués par le changement climatique, sont traités sur la place thématique « Eau Extrême » et lors du spectacle nocturne (« Iceberg ») ; la jouissance sensorielle et le plaisir de l’eau seront expérimentés sur la singulière place thématique « Inspirations aquatiques », basée sur un spectacle théâtral ; le rôle remarquable des propositions provenant de la société civile est présenté dans l’impressionnant « Phare : initiatives citoyennes » ; l’interaction fertile entre l’eau et l’énergie est traitée sur la place thématique « Oikos ». L’ensemble des places thématiques, dont l’organisation est responsable, est aligné le long de l’Èbre, formant ainsi un corridor entre l’embouchure du pavillon pont sur la rive gauche et la porte est de l’enceinte. Parallèlement, au nord, près du Boulevard du Rabal, les pavillons des pays participants sont structurés en un axe ou rue principale sur deux hauteurs. De cette façon, on obtient un équilibre dans l’offre thématique de l’enceinte et on facilite les flux des visiteurs qui trouveront des parcours cohérents. D’autre part, l’enceinte exprime sa condition de grand contenant thématique à travers les interventions artistiques dans les espaces publics: «Banque écogéographique», de Batlle&Roig/I.Ferrer; «Forêt sonore», de Christopher Janney; «Eau inconditionnelle», de Javier Peñafiel; «Labyrinthe», de Jeppe Hein; «Rococó Manierism», de Dan Gram; «Âme de l’Èbre», de Jaume Plensa, en plus des frises murales d’Isidro Ferrer. COMMENT GARANTIR LES OBJECTIFS : LA METHODE Comment être maîtres de notre destin ? Une fois que les objectifs sont marqués dans le Plan directeur des contenus, comment faire pour obtenir ce que nous recherchons ? Quelle est la stratégie de travail ? L’Expo 2008 a été innovatrice dans la réalisation de ses expositions, elle n’a pas permis que des concours « clés en mains » puissent compromettre la rigueur scientifique des expositions ou que d’étranges fins budgétaires puissent arriver à compromettre la meilleure des conceptions. De plus,

la logique « bâtiment, discours, conception » a été inversée. Les places thématiques suivent une logique « discours, conception, bâtiment ». Le thème n’est absolument pas futile : dès le début, on a voulu que les bâtiments fassent partie du discours expositif, qu’ils soient une solution et un appui à la conception, et qu’ils ne deviennent pas un corset rigide administré par la conception. La méthode employée pour réaliser les expositions de l’organisation a été « classique » : l’Expo 2008 a cherché les meilleurs spécialistes de chaque matière, pour la direction scientifique et la rédaction d’un plan recueillant les idées clé, les données et l’intention de l’exposition. Après cela, l’organisation leur a fourni des équipes de conception multidisciplinaires, qui ont transformé le scénario conceptuel en un scénario narratif adapté au grand public. Les échanges entre scientifiques et concepteurs ont été très stimulants, provoquant des améliorations des concepts et des projets que l’on n’aurait jamais obtenu sans cette relation productive. La phase suivante fait l’objet de la convocation de concours publics pour la production des expositions. Pendant ce temps, les deux équipes continuent à être unies au processus : la direction scientifique supervise tous les messages, et l’équipe de concepteurs dirige et contrôle la qualité des travaux. LA RIGUEUR ET LA CLARTE DES CONTENUS DES EXPOSITIONS : LA DIRECTION SCIENTIFIQUE Une fois que les thèmes et leur localisation stratégique sont choisis, chaque exposition requiert un traitement spécifique permettant de développer ses contenus à l’échelle de perception individuelle. Des professionnels reconnus de divers secteurs (UNESCO, universités, centres internationaux de recherche) ont développé les concepts clé appartenant à chaque exposition. Ils sont tous membres du Comité d’experts de l’Expo 2008, disposent d’informations précises sur tout ce qui concerne l’Exposition, de sorte qu’ils sont conscients et qu’ils connaissent leur domaine d’action. La direction scientifique garantit la rigueur du discours et la clarté ; toutefois, ce n’est pas suffisant : le public visé de l’Expo 2008 est très varié, perçu généralement comme un public familial qui se rend à cet événement par curiosité, avec le désir d’être surpris et surtout de passer des journées gratifiantes. Il est donc fondamental que ce plan scientifique se transforme en un plan narratif plein de créativité, d’émotions et de surprise. En définitive, il doit obéir aux désirs et aux aspirations du plus grand nombre possible de visiteurs, en fournissant des messages intéressants, séduisants et compréhensibles. Satisfaire ces demandes implique de transmettre des messages avec différents niveaux de lecture qui répondent à l’âge, la formation, le temps disponible et l’intérêt du spectateur. LA CREATIVITE ET L’EMOTION : LA CONCEPTION EXPOGRAPHIQUE La responsabilité ne retombe pas exclusivement sur les scénaristes scientifiques. La formation précise appartient aux créateurs et concepteurs qui interviennent en interprétant le plan scientifique en clés de communication. Une idée du plan scientifique peut s’exprimer de manières très différentes et sur différents supports : un document audiovisuel, une interprétation, un panneau explicatif, une expérience, une mélodie, l’architecture même ou les installations du pavillon. L’Expo Zaragoza 2008 propose et veut promouvoir de nouveaux langages de diffusion qui partent de la cohérence conceptuelle et du support de son système de communication pour transformer les contenus thématiques en pure émotion. Stimuler la conception créative et multifonctionnelle qui intègre de multiples contenus dans de nouveaux systèmes d’émission constitue un des objectifs. D’où le fait que les artistes et les créateurs jouent un rôle fondamental dans ce processus. L’un des aspects clé consiste à créer de nouveaux espaces pensés


de grands pavillons, celles qui ont lieu dans des bâtiments sur mesure et celles que l’on appelle installations expositives. Les premières disposent d’un vaste espace de parcours libre, autrement dit le visiteur pourra réaliser sa visite à la carte. Ce type d’exposition exige de la part du visiteur une certaine maturité car c’est lui qui l’ordonne comme il le souhaite. Dans les expositions des bâtiments sur mesure, le visiteur commence à voir l’exposition avant d’y entrer, le contenant faisant partie du discours. Dans les cas de «Soif» et «Eau extrême», qui sont deux grandes métaphores et icônes de l’exposition, le visiteur reçoit le message à mesure qu’il s’en approche. Les installations expositives sont les plus innovatrices : leur transparence, leur absence de limites et leur vocation intégratrice font d’elles des icônes visuelles très séduisantes. Non seulement le visiteur reçoit les informations à mesure qu’il s’approche, mais il peut aussi très souvent observer une bonne partie des contenus depuis l’extérieur. À l’intérieur, le spectateur interagit avec l’installation, la parcourt sur différentes hauteurs et perçoit des contenus proches et lointains. Depuis l’installation, le paysage extérieur de l’enceinte et celui de la ville deviennent un contenu même de l’exposition.

L’eau pour la Vie Par M. del Tura Bovet Pla et Emma Pérez-Chacón Espino Les contenus de cette exposition s’organisent autour d’une idée centrale: montrer la relation qui existe entre l’eau et la vie sur notre planète. Pour cela, on a adopté une approche biocentrique, qui souligne la valeur de la vie en tant qu’axe structurant du code éthique, en opposition à une approche anthropocentrique, où l’être humain apparaît comme dominant une nature apparemment inépuisable. Voici la mélodie de fond: «les êtres humains appartiennent à la nature et pas l’inverse », nous partageons avec elle un objectif commun, la survie. Deux « regards » sur l’eau sont associés; un qui la contemple depuis sa perspective naturelle –incluant les êtres humains comme tout autre être vivant– et un autre qui le fait depuis sa dimension culturelle, en réfléchissant à la valeur spirituelle que différentes cultures attribuent à l’eau. C’est-à-dire que l’on propose un parcours depuis l’écosphère –située dans la partie inférieure du bâtiment– jusqu’à la noosphère, ou sphère de la pensée, matérialisée à travers l’ascension à la tour. Les contenus sur l’eau depuis sa perspective naturelle (écosphère) sont structurés en trois sections: «la magie de l’eau et la planète», «paysages bleus» et «nous sommes de l’eau». Dans la première, on présente l’eau sur la planète, en soulignant qu’il s’agit d’une ressource rare et unique dans le contexte de notre galaxie. On présente aussi les différentes échelles de l’eau, depuis l’univers jusqu’à la molécule. Parallèlement, on explique les principales propriétés physico-chimiques de l’eau comme sa capacité à changer d’état (liquide, solide et gazeux) ; sa bipolarité, qui en fait un dissolvant universel, ou les forces de cohésion et d’adhésion. Ces propriétés sont montrées comme des expérimentations magiques, où la combinaison d’exemples dans la nature et dans la vie quotidienne permet de mettre en valeur les processus les plus significatifs qui rendent la vie possible. Dans la seconde, «paysages bleus», on propose un voyage à travers la géographie de l’eau incorporant sa dimension spatiale, pour découvrir l’incidence de cet élément dans l’organisation et la dynamique des paysages terrestres et en même temps montrer les interactions entre l’eau et les êtres vivants. On propose un parcours dans sept types de paysages différents où l’on montre le pouvoir créateur de l’eau. Des

z

Français

pour abriter des contenus. Il ne suffit pas de concevoir les espaces, ni même de concevoir les contenus. Il est plus intéressant de concevoir des systèmes d’émission de contenus avec un programme artistique/ base (visuel, sonore, esthétique, environnemental, informatif, artistique, etc.), mais ouvert à la possibilité d’établir des « séjours de création » où le visiteur élabore sa propre expérience. Les nouveaux contenus, les contenus contemporains, ne sont pas là, ils s’émettent. Le spectateur devient acteur, réélabore son propre message grâce aux stimulations reçues, conformément à ses expériences et aspirations, il le partage et en profite avec ses compagnons. Ainsi, par exemple, le pavillon appelé « Phare : initiatives citoyennes » répond à une intention dans son architecture bioclimatique, dans les installations de climatisation, dans la gestion participative des rencontres, des expositions et des expériences. La totalité du pavillon, des matériaux utilisés pour sa construction à la manière d’y opérer, obéit à un message de respect envers la nature, d’efficacité dans l’utilisation des ressources, de participation nécessaire de la société civile dans la gestion de l’eau, de coopération internationale et de qualité en termes écologiques et sociaux, comme forme d’obtention d’une société plus saine du point de vue écologique, et plus juste, équitable, solidaire et donc plus paisible. Le pavillon pont obéit au concept abstrait d’unir et d’établir des ponts entre rivaux (habitants de rives qui partagent les eaux d’un même cours d’eau et qui fréquemment rivalisent pour la dominer) et de transformer un lieu de passage en un lieu de rencontre. Dans l’exposition «Eau ressource unique», la présentation de la crise de l’eau suit un parcours linéaire qui conduit à un cul-de-sac. Il n’est pas possible de continuer dans cette direction. Aborder les défis représente un changement de mentalité et de comportements qui s’expriment physiquement par un changement brusque de direction, comme la seule possibilité d’atteindre la sortie. La Tour de l’eau accueille en son socle les réalités physiques et biologiques de l’exposition «L’Eau pour la vie», elle joue avec les volumes pour présenter le cycle de l’eau et s’élève vers les zones supérieures pour parler de la noosphère ou phase la plus sublime de la connaissance, des croyances et des valeurs. La montagne de sel de la place thématique «Soif » ou le chapiteau-vague «Eau extrême» jouent le rôle de contenant et sont à la fois des métaphores et des évocations intenses des contenus. «Inspirations aquatiques» intègre les acteurs et le public à une extraordinaire expérience sensitive et réjouissante qui souligne les valeurs plastiques et le pouvoir de l’eau comme spectacle à travers la danse, l’acrobatie, la musique, la couleur, le mouvement… avec une esthétique pleinement contemporaine. Malgré tout cela, il n’est pas suffisant de pouvoir communiquer de manière attractive, émouvante et sensible un discours scientifique. Il faut arriver à faire de l’espace concerné un véritable lieu de rencontre pour le visiteur, une place, un espace où les parois ne séparent pas l’environnement de l’enceinte de l’Expo 2008. C’est ainsi qu’apparaît le concept de l’installation expositive ; l’exposition se situe dans un «non espace» avec une ambition très claire de transparence, sans frontières visuelles, en communion avec l’environnement qui les entoure. C’est en ce sens que les installations de «Oikos» et «Eau partagée» font irruption dans l’espace public, ouvertes à la contemplation extérieure, et invitent de l’intérieur à regarder ce qui nous entoure. Tandis que sur la place «Villes d’eau», l’environnement urbain de Saragosse et l’Èbre font partie des contenus expositifs sans faire partie physiquement de l’installation. LA RENCONTRE AVEC LE VISITEUR : LE FONCTIONNEMENT DES EXPOSITIONS C’est l’heure de vérité, le produit entre en contact avec le public. L’Expo 2008 dispose de trois types d’expositions : celles qui se déroulent dans

145


déserts chauds aux déserts froids, de la savane à la Méditerranée, de la forêt tropicale aux forêts tempérés, et des îles aux côtes, on pourra voir comment l’eau, par sa présence ou son absence, et son mouvement, est capable de construire des paysages et d’y organiser la vie. Dans la troisième section, «nous sommes de l’eau», on met en avant les aspects biologiques des êtres humains en rapport avec l’eau. On réfléchit à l’importance de l’eau dans la composition et le fonctionnement du corps humain, en soulignant que –comme tout autre être vivant– nous faisons partie de la nature. On aborde aussi l’expérience la plus intime avec l’eau : celle qui circule dans notre corps. On mettra particulièrement l’accent sur l’eau en tant que composant majoritaire de notre corps dans le bilan hydrique corporel qui maintient la quantité d’eau constante et dans les fonctions principales de l’eau, comme le transport et la thermorégulation. Cette dernière nous permet de nous adapter à des conditions environnementales extrêmes. Finalement, la section consacrée à «cycles de l’eau» permet de relier formellement l’ensemble des contenus de l’écosphère ce qui, sans doute, contribue à renforcer l’idée des connexions entre les processus du cycle de l’eau et la vie. Pour cela, on établit une comparaison entre le cycle de l’eau sur la planète et dans le corps humain, à laquelle s’ajoute une autre métaphore : le cycle de l’eau dans le bâtiment même. Pour sa part, la réflexion sur l’eau depuis la sphère de la pensée (noosphère) s’organise autour d’une métaphore : l’ascension vers la tour équivaut à nous élever à un cadre plus spirituel, plus intime. Comme la vapeur de l’eau qui s’élève en s’évaporant ou se sublimant, à mesure que le visiteur monte par la rampe, il se rapproche de ce monde de la méditation et de la pensée. La symbolique de l’eau, présente dans toutes les cultures, est la ressource choisie pour structurer les contenus. Ce parcours symbolise que «nous venons de l’eau et nous retournons à l’eau», achevant ainsi un cycle dynamique. Ces contenus ont pour objectif de susciter un regard responsable sur l’eau et de sensibiliser au fait que nous en faisons partie, et que nous agissons contre nous-mêmes lorsque nous l’utilisons de façon inappropriée, car, en définitive, «nous sommes de l’eau».

L’eau pour la Vie Par Program Collective

146

La conception expositive que Program Collective propose dans L’eau pour la vie associe installation et paysage. Les installations utilisent les médias et la technologie pour évoquer la dimension fantastique des processus naturels, en encourageant l’imagination à travers l’expérience temporelle et la sensualité. La relation entre l’être humain, l’eau et la planète s’interprète tout au long des 107 minutes de programmation audiovisuelle dans les différentes installations d’un espace intérieur contrasté. Ce contraste est total entre le socle, sombre et horizontal, et la Tour d’Enrique de Teresa, lumineuse et d’environ 70 m de haut. L’exposition, de 9 668,98 m2, occupe le bâtiment le plus haut de Saragosse, point culminant des alentours, qui sera très probablement l’un des objectifs préférés du visiteur de l’Exposition Internationale Zaragoza 2008. Des formes élémentaires (la ligne, le cercle, un horizon, une goutte) dans des situations dynamiques (oscillantes, suspendues, magnifiées) définissent les installations. Des images mobiles, du son, de la lumière, de la couleur et de l’eau reproduisent l’écoulement de l’eau et le mouvement de la nature. Les installations et le langage des sens évoquent une perception sous-jacente : chacun de nous appartient organiquement et

éthiquement au continuum de la vie. Et la vie dépend de l’eau. ENTRÉE DU PUBLIC À peine entré dans le pavillon, le public trouve, en premier lieu, un rideau d’eau et de lumière de 27 mètres, qui accompagne et conduit à la salle basse de l’exposition (socle). Grâce à des moyens élémentaires comme l’eau, la lumière et les sons éveillant les sens, une expérience collective est vécue, transmettant les concepts clé de l’exposition. L’eau est fondamentale, omniprésente et sauvage. Lumière, son et eau font partie d’une chorégraphie qui marque le moment où le rideau s’ouvre et où l’eau cède le passage au visiteur. SOCLE Des installations lumineuses évocatrices éclairent l’espace sombre et horizontal de la salle du bas de l’exposition ou socle. La plus grande est une installation de 29 projecteurs de documents audiovisuels et de 30 écrans TFT aménagés tout au long de l’espace, dessinant un arc imaginaire. Des bassins circulaires « attrapent » des paysages d’images mobiles qui mettent en scène les relations fluides qui unissent l’eau à la vie à travers différents paysages spectaculaires. Dans l’installation Nous sommes de l’Eau, la peau et les sens sont les outils indispensables pour comprendre un espace où le visiteur est submergé par des températures, des odeurs et une humidité variables. La signification de l’échange d’eau entre le corps et l’atmosphère est représentée par un système amusant et provocateur qui programme un sol interactif audiovisuel de 72 m2. Près de cette installation 32 écrans TFT ont été installés, présentant la magie de l’eau à nos yeux et notre intellect. Grâce à leurs propriétés, il est possible de défier la gravité, de déplacer des montagnes, de changer de forme, etc. LLUVIA (PLUIE) La sculpture LLUVIA est suspendue à 20 mètres de hauteur, au-dessus d’un bassin en forme de tourbillon de 15 mètres de diamètre, donnant ainsi toute sa personnalité au grand espace commun du centre du socle. L’installation est composée de 200 tuyaux transparents, qui par paires, forment des colonnes de chutes d’eau et de lumière. C’est une sorte de fontaine renversée qui transforme le phénomène impressionnant de la précipitation en un sillon fantastique, au milieu de l’espace. À l’instar des cycles naturels de l’eau, la LLUVIA augmente, diminue et devient un jeu enivrant de lumières, sons et couleurs, de la douceur des gouttes qui tombent à la vigueur des torrents. TOUR Le public grimpe dans la tour à partir du socle. Lors de cette ascension, il passe de la pénombre à la lumière, c’est-à-dire de la terre à l’atmosphère jusqu’à atteindre un nuage de 2 000 m3 capturé au sommet de la tour. Pendant l’ascension vers ce nuage, le public peut apprécier une série d’installations exaltant le sens et la valeur de l’eau et mettant en évidence la trace qu’elle laisse dans les cultures et dans l’esprit de l’être humain. Sept installations, situées sur sept paliers de la rampe menant au nuage, forment une sorte de casse-tête conceptuel. Le lien entre les différentes installations laisse place à l’interprétation personnelle du visiteur, tout comme leur corrélation avec les vidéo-piscines de l’entresol. Le public peut jouir de ces installations depuis les rampes servant de balcons. L’ensemble évoque l’eau en tant que protagoniste commun des différentes cultures du monde. L’eau synchronise les actions de l’Homme, la pensée et l’émotion, et traverse de profonds moments culturels, depuis notre naissance jusqu’à notre mort. SPLASH Pour finir, le SPLASH. Cette installation sera visible depuis chaque niveau lors de l’ascension au sommet de la tour. Le SPLASH est une sculpture réalisée grâce à la technologie d’animation numérique. Elle représente la déformation d’une goutte d’eau qui tombe au sol, en fonction des


bon, juste et nécessaire. Toutefois, si le regard est profond et soutenu, il devra conclure aussi qu’un monde qui a adopté un modèle de croissance effréné - pour la population et l’économie - devra tôt ou tard se confronter à son futur. Cela implique une réalité apocalyptique au bout du chemin des bonnes intentions et des progrès technologiques, car toutes les ressources naturelles, renouvelables et non renouvelables sont limitées, puisqu’elles dépendent de ressources limitées comme la terre, l’air et l’eau. Et tout semble indiquer que cet avenir est déjà là. Un milliard d’êtres humains sans accès à de l’eau salubre, 2,4 milliards sans accès aux égouts, 800 millions sous-alimentés, 211 millions affectés par des catastrophes naturelles et un enfant qui meurt toutes les trois secondes de maladies d’origine hydrique démontrent que cet avenir et la crise font déjà partie de notre présent. Le plan scientifique du pavillon pont a été conçu à l’origine comme un discours sur l’unicité de l’Eau, un exposé destiné à stupéfier, amuser et intéresser le visiteur de l’Expo de Saragosse sur un thème relativement abstrait mais relevant de l’expérience. On a cherché à décrire la présence transversale de l’eau dans les activités humaines, le symbolisme que l’homme lui a assigné, son incorporation au rite et la surprenante quantité - réelle et virtuelle que contiennent les êtres vivants et les produits du génie humain. Ensuite, à mesure que se développaient les concepts, le plan a pris forme. Comme l’eau, il a cherché son cours et a débouché presque de manière inattendue sur une vision différente du monde et de l’avenir. Une vision avec des teintes sombres mais aussi avec un contenu d’espoir dans la réflexion sur la manière d’affronter la crise de l’eau et dans la compréhension du fait qu’en réalité, la crise de l’eau est une crise des sociétés humaines. Au début, on a cherché à montrer la réalité de la ressource hydrique dans le monde, les quantités existantes dans les mers, les glaciers, les rivières, les lacs et sous la terre. On a cherché à montrer à quel point la quantité d’eau utilisable par rapport à toute l’eau existante est réduite, vulnérable et constante - l’offre - et à quel point grandit la demande par rapport à la croissance de la population humaine. Mais de la vision de la consommation et de sa croissance face à une offre immuable, on arrive facilement à la prévision de la crise, et de la vision des milliards d’êtres humains en situation carentielle se dégage inévitablement la présence réelle et actuelle de la crise. Nous avons vu, de cette manière, qu’affronter la crise est une tâche complexe qui nous oblige à repenser nos modèles de comportement et principalement notre façon de penser habituelle. Nous avons vu, et c’est ce que nous essayons de transmettre dans le pavillon pont, que la seule véritable réponse à la crise de l’eau, celle des ressources naturelles, la pollution et toutes les crises provoquées et subies par l’homme, consiste à repenser notre rôle de maîtres de la création ayant le droit de consommer insatiablement les ressources de la Terre sans en subir les conséquences. Repenser tout cela et agir en conséquence, adopter une approche plus respectueuse de la nature. Nous avons vu, dans une nouvelle dimension et avec plus de sens, quelque chose que nous savions déjà, que l’eau est vie et qu’elle est présente dans toute notre vie, qu’un changement dans notre approche de l’eau signifie nécessairement un changement de vie et de point de vue, que l’administration de la ressource ne doit pas être efficace mais vertueuse, que notre approche de l’eau ne doit pas être avide mais respectueuse et nous avons compris que plus que deux molécules d’hydrogène et une d’oxygène, l’eau est une bénédiction.

z

Français

variations dues aux conditions atmosphériques (gravité, vent, chaleur...). Les 15 mètres de diamètre nécessaires sont composés de 135 formes réfléchissantes suspendues à 20 mètres du sol de la tour. SPLASH symbolise l’apparition de l’eau sur la planète et de la vie telle que nous la connaissons. Elle souligne l’importance croissante de l’eau pour notre existence. La valeur, en définitive, d’une simple goutte, qui en tombant, donne la vie et nourrit notre planète. INFORMATIONS Exposition de 9 668,98 mètres carrés. Tour de l’Eau de 70 mètres de haut. La structure la plus haute de Saragosse. Rideau d’eau de 27 mètres linéaires. Lluvia : 200 tuyaux suspendus au-dessus d’un bassin en forme de tourbillon de 15 mètres de diamètre. SPLASH suspendu à 20 mètres de haut avec 135 formes différentes et uniques créées numériquement. Les Rampes : elles montent à 40 mètres de haut, depuis la base jusqu’au sommet de la Tour. Promenade à travers un nuage de 2 000 mètres cubes. 107 minutes de programmation audiovisuelle. Le plan du pavillon L’eau, ressource unique Par Carlos Fernández, Alberto Crespo, Pilar González Notre planète est un système complexe de relations et d’interactions dans lequel les phénomènes naturels et les changements provoqués par l’Homme se combinent pour produire des effets qu’il est parfois difficile de comprendre. Ouragans, sécheresses et inondations sont perçus comme des événements climatiques extrêmes dont le mécanisme de cause à effet arrive à être reconstitué jusqu’à devenir un phénomène naturel, dont l’origine ne semble pas devoir être précisée et à laquelle on attribue le rôle de cause première. Une augmentation de la température des eaux tropicales provoque une intense évaporation et des masses d’air chaud qui, en se déplaçant, tournent à grande vitesse de façon circulaire autour d’un centre de basse pression. Il n’est pas nécessaire de le qualifier d’anthropique ou de naturel, il faut simplement le baptiser, Katrina ou Andrés. Mais, face à cette relation de cause à effet, subsiste le doute latent d’un lointain facteur antérieur et la sensation désagréable de confondre causalité et hasard. La crise de l’eau est un phénomène global dont la cause première se fond dans le mythe et la négation de la réalité, ou dans le meilleur des cas, dans des visions partielles de la réalité qui ne transcendent pas la phénoménologie de l’offre et de la demande. Comme dans le cas de Katrina et d’Andrés, la chaîne causale s’arrête en arrivant au fait physique dont la réalité est suffisamment menaçante pour ne pas avoir besoin de plus d’explications. De cette manière, la proposition immédiate de solution est généralement la rationalisation de l’utilisation, l’économie de l’eau –fermer le robinet en se lavant les dents- et en général l’implantation d’habitudes de consommation avec juste mesure, qui toutefois coexistent avec des modèles dispendieux de consommation de biens dont la production requiert de grands volumes d’eau. Un jean nécessite 10 850 litres d’eau pour sa production, et une automobile de taille moyenne, 200 000 litres, et tout cela dans un monde dont la population grandit sans cesse et dont l’avidité pour des jeans et des automobiles augmente de manière exponentielle. À travers cela, on devine aussi une cause première, un facteur lointain qui d’une certaine manière converge avec la cause première des ouragans et des sécheresses et, dans la meilleure rationalité technologique, on envisage des réponses à la crise : réduction de CO2, gestion intégrale des ressources hydriques et administration de l’eau. Face au problème, un regard sérieux devra conclure que tout cela est

147


Le plan du pavillon L’eau, ressource unique Par Ralph Appelbaum Associates

148

« L’eau ressource unique » est une exposition qui rend compte de notre relation avec l’eau à travers une expérience expositive créée par une séquence d’espaces qui révèlent des idées et des concepts. La conception de l’exposition est née du plan d’exposition et, par conséquent, chaque espace exprime un concept ou une idée clé du plan en utilisant une combinaison soignée d’éléments graphiques, audiovisuels, sonores et interactifs qui créent des expériences différentes. La conception expositive a essayé de maintenir le dialogue avec l’architecture du bâtiment et son espace extérieur environnant. L’exposition se situera dans le Pavillon Pont conçu par l’architecte Zaha Hadid et dans l’espace extérieur qui relie la place de l’Expo au bâtiment. L’exposition s’articule sur trois espaces différents qui matérialisent les trois parties principales du plan d’exposition : une installation extérieure sur la rampe de l’entrée au pont, l’espace intérieur du pont appelé Pod 1, et l’étage supérieur partiellement couvert appelé Pod 2 et 4. Les caractéristiques de chacun de ces espaces ont été utilisées pour accentuer des aspects et des idées essentielles du plan et pour créer des expériences métaphoriques et enveloppantes. La première partie de l’exposition explore l’unicité de l’eau dans une installation extérieure sur la rampe qui relie la place de l’Expo au pavillon pont. Dans cet espace extérieur, cinq éléments architecturaux se situent de manière ascendante et équidistante sur la rampe. Chaque élément explore, à travers des expériences poétiques et informatives, un aspect différent lié à l’unicité de l’eau. Le premier élément est un miroir d’eau qui invite les visiteurs à se refléter dans l’eau et à réfléchir sur leur relation avec l’eau. Après cette expérience méditative, on trouve sur la rampe trois grands récipients de même taille construits en différents matériaux et qui contiennent trois expériences différentes. Un récipient en verre, sur les parois duquel coule de l’eau, abrite un spectacle d’eau et de son qui dévoile les origines de la vie dans l’eau. Le deuxième récipient est formé de surfaces de lattes en bois de différentes longueurs, montées horizontalement. À l’intérieur du récipient, des données et des informations, qui démontrent la relation dépendante de la vie avec l’eau, sont gravées sur les lattes de bois. Au centre de cet espace, se trouve un jardin d’eau de plantes exotiques qui évoque l’importance de l’eau pour la vie. Le troisième récipient est formé de panneaux en métal avec des mots découpés à travers lesquels l’espace intérieur s’illumine. Le centre du récipient est occupé par une grande boîte de lumière interactive qui considère les symboles de l’eau dans différentes traditions culturelles et spirituelles à travers l’usage de graphismes et de sons, activés par la présence des visiteurs. La dernière expérience de l’installation extérieure est un carré de la même dimension que l’étage des récipients. Ce carré est recouvert de phrases et de données qui décrivent la distribution de l’eau sur la planète. Le Pod 1, l’espace intérieur du pavillon pont, est consacré à la deuxième partie du plan : la crise de l’eau. Comme un cours d’eau qui bifurque et disparaît, le plan d’exposition de cet étage a été conçu comme un espace d’éléments continus qui se fragmentent à mesure que les visiteurs avancent. La première expérience est une expérience audiovisuelle interactive qui explore l’offre et la demande dans différentes régions du monde ; la seconde expérience est un document audiovisuel à grande échelle qui explore la cause principale de la crise de l’eau. La fragmentation progressive de l’espace se manifeste par la réduction de la taille des expériences et par le passage d’expériences visuelles dynamiques dans lesquelles prédominent des images à des expériences

graphiques, où texte et informations sont les protagonistes. La dernière expérience de cet étage est une installation de diodes électroluminescentes qui fournissent des informations sur la crise vers le vortex spatial. Pour accentuer l’idée de crise, l’éclairage de l’espace est bleu au début de l’expérience et ambre à la fin. La rampe qui conduit au premier étage du Pod 1 est un espace habité de multiples boîtes de lumière avec des graphismes qui se transforment progressivement en éléments audiovisuels qui envoient des images et convergent au bout de la rampe. Cette expérience présente les conséquences du modèle actuel de gestion de l’eau et la nécessité de repenser ce modèle et de créer une nouvelle éthique pour la gestion de l’eau. Le premier étage du Pod 1 est consacré à la recherche sur la nécessité d’administration de l’eau à travers des expériences audiovisuelles, graphiques et interactives qui stimulent l’importance du dialogue, la transparence et l’action. Le dernier espace expositif, le Pod 2 du pavillon pont, est un grand espace partiellement couvert qui a des ouvertures triangulaires laissant pénétrer la lumière. Cet espace explore la partie finale du plan : l’eau en tant que droit humain. Quand les visiteurs accèdent à cet espace, ils peuvent choisir de suivre un chemin de sable ou de terre sèche sur la gauche ou un chemin d’eau sur la droite. S’ils choisissent d’aller à gauche, ils parcourront un chemin dans le sable, dans lequel se trouvent des colonnes de verre avec différents niveaux d’eau, qui considèrent les différents critères d’accès à l’eau. L’autre chemin est un parcours dans un grand miroir d’eau qui recouvre une grande partie du Pod 2. Ce chemin est un espace habité par quatre récipients de même taille, suspendus dans l’espace et quatre surfaces interactives au sol, sous les récipients. Tous ces récipients et ces surfaces interactives s’activent quand les visiteurs passent au milieu. Les programmes audiovisuels et interactifs de ces éléments célèbrent l’importance de l’accès à l’eau, l’égalité et l’eau en tant que droit humain. La dernière expérience expositive est une longue surface de verre et d’eau interactive sur laquelle les visiteurs signent leur engagement à convertir l’accès à l’eau en un droit humain. Ces surfaces de verre pleines de signatures remplaceront les panneaux qui constituent le premier récipient, la première expérience expositive, qui célèbre l’eau comme essence de la vie.

El Acuario de ZARAGOZA ; à la découverte de l’âme vraie des géants. Par Couttant Acuariums Les fleuves restent et demeurent à jamais les éternelles sources de la vie. Certaines cultures les ont personnifié et même divinisé, conscientes qu’elles leur devaient leur existence même. A notre tour, il nous appartient de leur rendre cet hommage et de traduire pour tous et leur âme profonde et leur fragilité cachée. Nil, Danube, Guadalquivir, Amour, Yangtzé, Amazone, Mississipi, Gange, Euphrate, Mékong… tous nous ont paru intéressant, plus encore passionnant, tous auraient eus ici leur place, chargés d’histoire, de culture et de vie. Notre sélection aura été douloureuse mais elle aura eu le mérite de permettre d’exprimer pleinement les caractères de ceux qui suivent. 5 entités géographiques, 5 fleuves, 5 âmes. Selon les scientifiques, la Terre peut être subdivisées en 5 régions géographiques majeures ; - Africana ; le Nil : la ligne de vie. Qui plus que ce fleuve exprime mieux


a. Hall d’entrée b. Début du parcours de visite I. Première traversée du grand bassin. c. Découverte du Nil I. Deuxième traversée du grand bassin d. Découverte du Mékong I. Troisième traversée du grand bassin e. Découverte de l’Amazone (pavillon double hauteur) I. L’igapo 1. montée au niveau supérieur (niveau +205) Planta primera (niveau +205) I. la canopée II. la manglar (pavillon simple hauteur) III. quatrième traversée du grand bassin f. découverte du bassin du Murray Darling I. traversée du Pacifique g. découverte de l’Ebre I. les lacs souterrains ; naissance d’un fleuve II. la montagne cantabrienne (double hauteur) Descente au niveau inférieur (niveau +200) I. l’embouchure h. sortie Un concept clair ; Une telle conception présente l’immense avantage de la clarté ; les zones sont parfaitement identifiées, les environnement sont clairement séparés et par-dessus tout, le parcours de visite marque une pose chaque fois qu’il croise le bassin géant, constituant une sorte de sas entre les différents environnements. C’est l’occasion pour le visiteur de reprendre son souffle certes, mais surtout de s’extraire de l’environnement qu’il vient de visiter avant d’aborder le suivant, préparé et disposé à recevoir de nouvelles émotions. Une découverte progressive ; Un grand principe en matière de scénographie de parcours de visite, quel que soit sa nature, est de ne jamais permettre au visiteur de découvrir l’ensemble d’un espace de visite au premier coup d’œil, car il ira à coup sur au plus vite vers le plus sensationnel, vers le plus attractif et passera à côté de tant de découvertes sans même les voir. Tout au contraire, sa visite doit se faire progressivement, chaque recoin révélant de nouvelles surprises, chaque tournant lui présentant de nouveaux horizons. C’est une des clés du succès d’un espace de visite. Un parcours fluide ; En outre, les allées du parcours de visite sont larges (3 mètres) et permettront d’absorber aisément la foule nombreuse durant la période d’ouverture de l’exposition ZARAGOZA 08. Enfin, chaque pavillon étant entièrement thématisé, l’impression de vide qui pourrait résulter d’une moindre fréquentation après l’exposition ZARAGOZA 08, s’en trouve fortement réduite voire totalement éliminée. Organisation des zones techniques ; Au-delà de l’organisation du parcours de visite et de son contenu, un Aquarium se bâtit aussi autour de ses zones techniques. Celles-ci se doivent d’être fonctionnelles mais doivent aussi dans la mesure du possible être regroupées les unes à côté des autres, gage certain d’efficacité. Il existe 2 types de zones techniques ; - les zones techniques générales regroupant les salles de filtration, les quarantaines, les cuves d’eau de mer neuve, les bassins de récupération des eaux usées…

z

Français

l’idée même de générosité, l’idée même de berceau de civilisation ? c’est un incontournable, le plus long, le plus majestueux, le plus porteur de vie. - Indomalaya ; le Mékong : le fleuve aux mille visages, la rivière des senteurs. - Neotropical ; l’Amazone : l’eau sans limites. Fleuve et forêt intimement unis dans une étreinte créatrice de vie. - Australiana ; le Murray Darling : le fleuve des contrastes. Pourvoyeur quasi unique de vie d’un continent asséché. - Holartica ; l’Ebre : l’absolue sérénité. Le monde s’agite, l’histoire s’accélère, les civilisations changent, demeure l’Ebre, impassible scrutateur de la frénésie humaine. Nous avons chaque fois recherché la mise en scène de certains moments de ces fleuves, ceux qui nous ont semblés les plus propres à traduire les caractères que nous avons esquissé plus haut. Ici, tout sera nature, on oubliera les murs, les vitrages, les poteaux structurels, jusqu’au lieu même où l’on se trouve. Au-delà du concept, de sa philosophie et de sa justification, nous avons bâti cette Aquarium de manière à ce qu’il réponde à un certain nombre d’exigences et de contingences qui feront qu’il sera fonctionnel, efficace et rentable. Ces exigences, nous avons pu les bâtir, les enrichir et les compléter au gré des différentes réalisations sur lesquelles nous avons pu travailler, tant en conception qu’en réalisation ou mieux encore en gestion. L’Aquarium Fluvial de Zaragoza répond donc à une triple exigence ; - fluidité et clarté du parcours public, - regroupement et fonctionnalité des zones techniques et administratives - attractivité et originalité des équipements annexes (restaurant, boutique, auditorium…). L’organisation du parcours ; L’organisation et la division du bâtiment en différentes zones étant décrites dans le mémoire architectural, nous nous intéresserons ici à décrire le fonctionnement du parcours à l’intérieur même de l’exposition vivante c’est-à-dire une fois passé le hall d’entrée. Il est cependant nécessaire de revenir un instant sur le principe architectural autour duquel ce concept a été bâti Tout Aquarium Public se doit aujourd’hui d’offrir à ses visiteurs une attraction majeur, capable de les impressionner durablement et de marquer leur mémoire. Dans le cadre d’un Aquarium d’eau de mer, c’est souvent le bassin des squales qui tient ce rôle. Taille et volume impressionnants, larges observatoires sous-marins, point de vues multiples et originales… . Un Aquarium Fluvial ne devrait pas non plus échapper à la règle. Il est vrai que, devant traiter des mers dans lesquelles se déversent les fleuves présentés, la facilité consisterait à concevoir un bassin majeur exposant une population marine. Cependant, les squales ne sont pas les seules espèces impressionnantes, et les eaux profondes de ces fleuves recèlent elles aussi des poissons capables d’impressionner et de créer le spectacle. Arapaïmas, arawanas, perches géantes, silures impressionnants, carpes aussi massives que des mérous centenaires, poissons chats… les acteurs sont bien là. Reste à les mettre en scène ! Techniquement, le bâtiment est littéralement coupé en 2 parties par un bassin géant d’eau douce. Les visiteurs le traverseront 4 fois au cours de leur visite, c’est-à-dire après chaque environnement fluvial et le découvriront sous de nombreux angles différents. Ce sera chaque fois un retour aux sources de la vie. Le parcours proposé se décompose ainsi ; Planta baja (niveau +200) ;

149


150

- les zones d’entretien des aquariums, utilisées pour nettoyer les bassins et nourrir les poissons. Un niveau dédié aux zones techniques ; planta sotano ; L’ensemble des zones techniques « générales » est situé dans notre projet au niveau + 196, c’est-à-dire au sous-sol du bâtiment. Ces zones techniques dites « générales » regroupent ; - les salles de filtration mécanique (filtres à sables) - les salles de filtration biologiques gravitaires (meubles filtres) - les salles de quarantaine o quarantaine marine o quarantaine fluviale - tempérée - tropicale - les ateliers de réparation - les cuves de fabrication ou de stockage d’eau de mer neuve - les cuves de récupération des eaux usées (avant traitement et évacuation) Attractivité des équipements annexes ; Ces équipements annexes sont composés de ; - la cafétéria extérieure, - la boutique - l’auditorium - le restaurant terrasse La cafétéria, un havre de fraîcheur ; Installée sur une île réalisée sur le lac entourant le bâtiment, à proximité des cascades, facilement accessible aux promeneurs comme aux visiteurs, elle constituera un observatoire idéal pour jouir tranquillement des jeux de lumières projetés sur les cascades. La boutique ; un espace modulable ; La boutique dispose d’un double accès, soit à partir du hall d’entrée, soit à partir de l’extérieur, permettant ainsi à toute personne d’y pénétrer sans nécessairement visiter l’exposition. Réalisée sur 2 niveaux, il sera possible de moduler sa surface en fonction de la fréquentation attendue. Ainsi durant la période de l’exposition ZARAGOZA 08, l’ensemble des 2 niveaux sera dévolu à la vente. Pour la période post exposition, seul le premier niveau sera réservé à la vente, le deuxième niveau sera alors transformé en espace pédagogique, ouvert aux scolaires pour des classes de travaux pratiques. L’auditorium ; le prestige d’un espace unique ; Disposant lui aussi d’une double entrée, cet espace peut-être utilisé de différentes manières ; - espace de conférences, - espace de spectacle, Il peut être exploité soit indépendamment du parcours de visite, soit intégré comme une extension à ce même parcours. Equipé de tout le matériel nécessaire (écran, vidéo projecteurs…), c’est avant tout une salle de projection/conférences exploitable comme telle. Derrière l’écran relevable, s’ouvre un large panneau vitré qui offre une vision inattendue sur un grand aquarium, découvert à l’issue d’une projection ou d’une conférence, ce qui fera de cette salle un lieu unique à Zaragoza. Le restaurant - terrasse ; les jardins de la sérénité ; Perché 12 mètres au dessus du sol, le restaurant offrira probablement une des plus jolies vues tant sur la ville et sur l’Ebre que sur les autres pavillons de l’exposition. Le restaurant se partage entre une salle abritée et une terrasse extérieure, permettant son exploitation par tous les temps à toutes les saisons. Disposant lui aussi d’une entrée indépendante à celle de l’exposition, il

sera en outre possible de l’exploiter pour l’organisation de diverses manifestations hors des heures d’ouverture de l’Aquarium.

Eau extrême Par Javier Martín-Vide Les fondements conceptuels : l’eau, la vie, le risque et la durabilité. La vie est une aventure unique, dans laquelle le risque - le danger - plane constamment sur les êtres vivants. Les dangers potentiels et les catastrophes réelles, constituant une épée de Damoclès permanente, ont certainement favorisé l’énorme complexité, diversité et richesse de la vie sur Terre. Ainsi, le risque peut être envisagé comme un facteur e stimulation du phénomène vital. L’eau, qui fait partie inhérente de la vie - les organismes vivants sont constitués principalement d’eau et sans elle, les processus vitaux ne seraient pas possibles - peut représenter un risque, un danger, une catastrophe. L’eau douce et paisible, du ruisseau frais et sautillant, du lac endormi de nos rêveries juvéniles, des flocons de neige légers et oniriques, de l’océan immense et tranquille... se transforme parfois de façon abrupte et imprévisible en danger pour les humains et leurs ouvrages. Le déluge qui fait déborder les lits et inonde les villes, le tsunami qui cache la mer et ensuite la vomit en une vague gigantesque, l’avalanche indomptable qui dévaste les versants de la montagne, et même l’eau dans sa pénurie, la sécheresse entraînant de terribles famines, et tant d’autres phénomènes, sont eau-risque et, affectant l’être humain et ses biens, eau-catastrophe. Il s’agit, finalement, de l’eau extrême. Eau extrême : À ExpoZaragoza 2008, eau extrême fait référence à un phénomène naturel hydrique - que l’eau soit à l’état liquide ou solide - qui surpasse les valeurs normales ou habituelles d’intensité ou de présence, ce qui est peu fréquent ou rare, et potentiellement dangereux pour les humains et leurs biens. Les seuils d’intensité qui permettent d’attribuer le caractère extrême ne sont pas absolus, mais dépendent de la région, de l’exposition et de la vulnérabilité des communautés humaines. Les principaux phénomènes considérés comme eau extrême sont: précipitations liquides de forte densité (pluies torrentielles) ou copieuses (pluies abondantes), chutes de neige importantes, grêle, inondations fluviales et lacustres, tempêtes maritimes, houle et marées, tsunamis, avalanches, lahars, tempêtes de neige, icebergs, cyclones tropicaux (ouragans), tempêtes et sécheresses. L En résumé, la trame argumentative de « Eau Extrême » se fonde sur les valeurs de la durabilité et de la relation harmonieuse de l’être humain avec le milieu, valeurs d’autant plus nécessaires étant donné la réalité et l’effet prévisible du changement climatique anthropique. En ce sens, l’espace tend à laisser une empreinte intelligente et engagée dans l’esprit du visiteur. Les idées-forces et leurs scènes Les idées-forces d’Eau extrême s’expriment scéniquement sur deux espaces contrastés: un espace des idées, ou aire de réflexion, et un parterre sensoriel. L’aire de réflexion s’articule à partir du trinôme conceptuel risque-connaissance-durabilité. On part du risque ou danger de l’eau dans ses multiples apparitions et formes sur la planète, parce que l’eau est extrême dans sa relation la plus directe avec l’être humain et ses communautés, un danger qui peut dériver en catastrophe quand il compromet sa vie ou ses biens. Risque, aussi, apparemment chaotique et perçu de différentes façons, selon le filtre de l’expérience de chaque individu. Après cet input personnel et subjectif, on passe à la sphère de la connaissance, basée sur l’histoire, qui conserve les archives des risques de l’eau, et sur la technologie plus moderne, qui offre des informations objectives d’une large et fine étendue spatiale sur l’eau extrême.


org/), du Darmouth Flood Observatory (USA) (http://www.dartmouth. edu/~floods/) et de l’International Tsunami Information Centre (IOC). • Information actualisée du Quatrième Rapport IPCC (Intergovernmental Panel on Climate Change).

Eau extrême Par Urano Films S.L.: Franc Aleu L’idée du bâtiment est née d’une approche intégrée au concept de l’exposition « Eau Extrême », basée sur la réflexion du rôle de l’être humain, en tant qu’agent et victime des risques de l’eau. Le bâtiment n’a pas pour seul objet d’être un élément architectonique qui contient ou offre un espace à une exposition, mais aussi de faire partie du concept d’exposition. De cette approche créative est née l’idée d’un bâtiment qui reproduit un des phénomènes les plus significatifs et populaires lié à la thématique, un Tsunami. Le bâtiment est composé d’une double peau ou toiture : une toiture extérieure qui reproduit la vague qui s’enroule au moment de se casser sur un élément central accueillant l’un des deux espaces d’exposition intérieurs

- l’Espace sensoriel -, et, sous cette première toiture, une peau ou toiture intérieure en verre qui, en guise de coupole, permet de produire à l’intérieur de l’espace une ambiance lumineuse similaire au bleu profond de l’océan. Les deux toitures sont formées par de multiples surfaces triangulaires irrégulières qui produisent, de l’extérieur, un effet similaire à celui d’une vague déferlante et à l’intérieur, une ambiance océanique ou «deep blue», provoquée par le bleu profond et l’effet de multiréflexion, sur la peau intérieure, de nombreux faisceaux lumineux provenant des éléments d’exposition. L’exposition contient deux blocs avec deux approches différentes d’une même thématique : Tout d’abord, l’Espace de réflexion, situé dans la zone périmétrale de l’espace intérieur de l’exposition, a pour objet d‘exposer et de transmettre au visiteur les idées sur l’engagement et la réflexion dans la relation anthropique avec les dangers de l’eau, en se basant sur trois concepts clé : 1 Les valeurs de la perception et de la communication 2 Le besoin de l’adaptation et de la prévention par rapport à ce type de phénomènes 3 La participation responsable et la bonne gestion du risque hydrique Cette zone contient une série d’éléments d’exposition placés de manière séquentielle, invitant le visiteur à aborder les aspects proposés selon un ordre préétabli. Concrètement, on utilise des projections sur des écrans légers à haut degré de translucidité pour traiter chaque thématique proposée tout en préparant le visiteur à un second bloc d’exposition. Le second bloc contient l’Espace sensoriel. Il s’agit d’une enceinte cylindrique, située au centre de l’espace. Elle est dotée d’un simulateur destiné à transmettre au visiteur les sensations intenses associées à différents phénomènes d’Eau extrême. En résumé, le projet expographique «Eau Extrême» se base sur trois axes fondamentaux : 4 Le bâtiment ou «tsunami building» conçu comme premier élément d’exposition 5 Un espace de réflexion qui utilise la virtualité comme forme d’expression de la connaissance 6 Un espace sensoriel incroyable, reproduisant les formes d’expression de l’Eau extrême.

z

Français

Finalement, la relation initiale avec les risques de l’eau, de type individuel et perceptuel, débouche, grâce à la connaissance de ses caractéristiques et de ses dimensions temporelles et spatiales, sur l’engagement personnel et social de la durabilité, qui marque les règles de comportement et d’action les plus adéquates pour minimiser les dangers hydriques et préserver les valeurs propres au système naturel. Sur le parterre sensoriel, une projection cinématographique montrera, sur trois scènes géographiques différentes, la beauté et la majestuosité, le facteur surprise dans sa bonne signification et les effets catastrophiques d’un ouragan aux Caraïbes, un tsunami dans l’océan Indien et une averse torrentielle sur le versant méditerranéen espagnol. Quelques-unes des idées-forces, explicites grâce à des messages dans l’espace de réflexion, sont: «L’occultation du risque l’amplifie», «La croissante information améliore votre perception du risque», «Lorsque apparaît l’Eau extrême, la vie devient primordiale», «Le territoire conserve les traces de l’Eau extrême pour nous servir de guide», «La meilleure prévention face aux risques de l’eau est l’aménagement durable du territoire» et «Le changement climatique augmentera probablement les risques liés à l’eau». Quelques ressources scientifiques sur l’Eau extrême • Liste de catastrophes hydrologiques de 1982 à nos jours à partir de sources diverses. • Grandes banques de données mondiales sur les risques et les désastres naturels : United Nations Development Programme (http://www. undp.org/bcpr/disred/) et Centre for Research on the Epidemiology of Disasters (CRED), de l’Université Catholique de Louvain (Belgique) (http:// www.cred.be/). • Séquences des bulletins météorologiques de différentes télévisions du monde fournis par l’International Association Broadcast Meteorology. • Images diverses de l’ouragan Katrina (2005) et du tsunami de l’océan Indien en 2004, et de ses effets. • Documentaire chilien intitulé « La respuesta » (« La réponse »), de l’historien Leopoldo Castedo, qui relate les prouesses du Riñihue, après le tremblement de terre et le tsunami de Valdivia en 1960. • Images des effets de la sécheresse du Sahel des années 70 et 80 du XXème siècle. • Sources et informations graphiques et textuelles diverses du National Hurricane Center (USA) (http://www.nhc.noaa.gov/), du Severe Weather Information Centre (WMO) (http://severe.worldweather.

Eau extrême Par Performance. Idea y Aplicaciones S.L., Félix Escrig Le projet tente de formaliser et de définir, pour sa réalisation, l’idée conçue par l’équipe d’URANO, consistant à simuler un pavillon ayant la forme d’une grande vague, similaire à celle d’un tsunami, à l’intérieur duquel les contenus présenteraient les effets dévastateurs que l’eau peut produire sur l’habitat et la nature. Il s’agit plus concrètement de donner une image extérieure d’une puissante masse d’eau qui s’élève, menaçante, et qui se casse sur un élément régulier, dont l’intérieur sera une salle pour les effets spéciaux, en forme d’écume. L’intérieur doit également simuler la vie qui peut se dérouler dans cette masse d’eau brisée en différentes facettes, dans une pénombre bleutée, où sont présentés des projections et des modèles illustrant les effets cités. Dans une enceinte spéciale, qui s’apparente de l’extérieur à une épave à la dérive, ou à une édification ensevelie, on développe

151


152

des expériences proches des effets de ce raz de marée. Nous appellerons désormais cet espace « espace sensoriel », en opposition à l’autre espace, appelé « espace de réflexion ». Pour atteindre ces objectifs de façon efficace, on a choisi de créer une peau en verre coloré délimitant « l’espace d’exposition » et entourant « l’espace sensoriel », enfermé dans une caisse noire complètement isolée. Sur cette peau en verre, hermétique et imperméable, se déplie une autre peau perforée et rugueuse, composée de plaques dépliées, qui simule la surface écumante et vibrante de la grande vague. Les seules ouvertures seront l’entrée, la sortie et les sorties d’évacuation d’urgence. Le public attendra sous une marquise, d’une largeur de 2 m et d’une hauteur moyenne de 3 m, qui entourera le bâtiment. Architectoniquement, tous ces effets sont créés grâce à une surface facettée en forme de triangles irréguliers, pour obtenir des formes aléatoires et d’une certaine manière chaotiques, à l’intérieur comme à l’extérieur. En ce qui concerne la construction, tous les triangles auront une forme singulière et seront vissés les uns aux autres tout au long des arêtes pour donner une impression de monolithisme structurel. Le périmètre de « l’espace sensoriel » sera formé de 24 supports soutenant les toitures intérieure et extérieure. L’emplacement privilégié de cet ensemble, à la sortie du pavillon pont, fera ressortir cette forme singulière, surtout si la « langue » de la vague, surélevée sur une couche d’écume, fait face aux visiteurs. La lumière jouera un rôle décisif dans l’aspect du pavillon, car de jour la lumière extérieure sera tamisée pour créer une douce pénombre bleutée, et de nuit, elle brillera telle une surface marine troublée par les lumières et les reflets des rives illuminées par la ville. L’un des principaux fondements de la conception architectonique est la démontabilité. Il s’agit de pouvoir réutiliser ailleurs le pavillon après l’EXPO, de manière simple, en ne remplaçant que les éléments endommagés lors des manœuvres ou ceux qu’il vaut mieux remplacer que déplacer, comme la toiture de « l’espace sensoriel » en raison du poids des installations, et une partie de cette toiture pour son imperméabilisation. Nous aurions voulu que même les fondations soient réutilisables, des fondations monolithiques sont nécessaires en raison des très mauvaises caractéristiques du sol ; ne pouvant être réutilisées, elles devront donc être démolies. Nous garantissons simplement qu’il n’y a pas de fondations profondes et que nous installerons des structures armées faciles à démolir. Quant aux installations, étant donné que l’on utilise la totalité du terrain, elles se situeront dans la mesure du possible au niveau de la toiture de « l’espace sensoriel ». La quantité de conduits sera réduite au maximum car de cette toiture, il y aura une bouche d’entrée vers toutes les enceintes. Quand les installations commenceront à prendre de la hauteur, on devra descendre par les salles techniques, situées derrière l’écran. En ce qui concerne la construction, on prévoit une salle d’exposition autour d’une petite enceinte circulaire d’activités sensorielles, un spectacle fondé sur l’eau et les forces de la nature qui y sont liées. Cette salle hermétique sera plongée dans l’obscurité. En contrepartie, l’enceinte d’exposition doit simuler un fond marin d’une couleur transparente semblable à celle que l’on trouverait à quinze mètres de profondeur. Ce sera donc une enceinte en verre aux tons bleutés où même les parois semblent escarpées et recouvertes d’une végétation verdoyante. À la sortie, l’enceinte rougit sous l’effet du changement climatique, créant ainsi une sensation angoissante. L’aspect extérieur général est effectivement celui d’une vague, accentué par la formation d’écume.

Les matériaux de base à utiliser seront donc le verre teinté et la tôle avec relief. Les solutions de construction sont très compliquées dans ce bâtiment et toutes les pièces seront préfabriquées pour être vissées sur le chantier. Soif Par Pietro Laureano L’acqua è insegnata dalla sete La terra dagli oceani attraversati La gioia dal dolore La pace dai racconti di battaglie L’amore da un’impronta di memoria Gli uccelli dalla neve Emily Dickinson, 1859 Changement climatique, désertification, conflits et migrations : un pavillon - source de connaissance - pour satisfaire notre curiosité Le pavillon Soif se distingue par sa forme de demie-sphère reflétant les rayons du soleil, semblable à un mirage en plein milieu du désert. L’intérieur du pavillon s’apparente à un grand dispositif doté de la technologie la plus avancée. Les systèmes de captage d’eau des grottes et les techniques de production hydrique des tunnels de drainage utilisés dans le désert, ainsi que des puits, ont été reconstitués. Le visiteur comprend alors qu’il est possible d’obtenir de l’eau potable, qu’elle provienne du ciel ou du sous-sol. Les besoins en eau potable ont permis de développer des techniques extraordinaires et d’étendre notre culture et nos connaissances. Mais tout ceci appartient-il au passé ? Sommes-nous en train de visiter un musée archéologique présentant des techniques ayant déjà disparu ? Non. Le visiteur découvre qu’il voyage à l’intérieur d’un espace technologico-environnemental qui, traversant le cosmos, utilise les paléo-techniques pour le recyclage, la production hydrique et la durabilité. Le pavillon est comme une navette spatiale. C’est une station spatiale écologique, gardienne de la sagesse hydrique, une goutte d’eau au cours du voyage à travers l’univers, ou encore, une planète-jardin. Le pavillon est une représentation métaphorique de la Terre et est également une navette spatiale parfaite pour parcourir le cosmos. Ce monde est de plus en plus assoiffé et compte plus d’un milliard de personnes qui n’ont pas accès à l’eau potable. Chaque jour, 6 000 enfants meurent par manque d’eau potable. Plus de 100 pays, dont 18 pays développés, souffrent d’un manque d’eau potable ; c’est le cas sur 20 % des territoires espagnol et italien. Ces pays, bien qu’ils ne soient pas situés dans des zones désertiques, ont été classés comme étant des pays touchés par la désertification. Cette situation alarmante concerne plus de 3,6 millions d’hectares. Il s’agit de terres qui auparavant se caractérisaient par un sol riche, mais devenues aujourd’hui stériles et dévastées en raison du manque d’eau. Les zones dégradées s’étendent de plus en plus et atteignent 70 % de la superficie mondiale des zones arides. Plus d’un quart de la Chine est affecté par le manque d’eau potable, une situation d’une extrême gravité. Le sol, en perdant de l’eau, n’est plus compact et se transforme en sable que le vent balaie. Le phénomène a déjà atteint la ville de Pékin, où quelques petits villages situés à seulement 74 kilomètres de la capitale ont du être déplacés. En Chine, la poussière forme d’énormes nuages polluants qui se déplacent et affectent aujourd’hui la Corée et le Japon. Il arrive quelque fois que le sable traverse le Pacifique et atteigne les Etats-Unis. En Asie, de la Chine jusqu’en Inde, il existe déjà des cumulus chargés d’éléments toxiques en suspension qui, n’étant pas dissous ou éliminés par l’eau, arrivent occasionnellement jusqu’en Europe. En Mongolie, en raison du manque d’eau, 2 500 kilomètres carrés de terres sont détruits chaque année. On estime que dans les années à venir, 50 à 100 millions de personnes, contraintes par la soif,


Soif Par Martin Azúa, Xia Arquitectura, Base L’exposition souhaite donner une vision différente de la soif. La soif est un besoin universel et constant, qui affecte tous les écosystèmes et les

êtres vivants de la planète. La soif et les cultures d’eau nous ont permis d’évoluer et nous constatons que les technologies actuelles sont redevables des technologies traditionnelles : la soif nous projette dans l’avenir. La soif est nécessaire et nous fait progresser. Tous ces concepts seront transmis au visiteur par l’intermédiaire de ressources narratives et poétiques. Les espaces et les installations occasionneront des situations invitant le visiteur à y participer. Les différentes scènes exigeront par ailleurs un certain niveau d’interprétation. Les ressources scénographiques utilisées sont très diverses : graphiques, audiovisuelles, avec une bande sonore toujours présente qui, à certains moments, joue un rôle essentiel. La lumière est utilisée afin de donner vie aux espaces et différentes installations illustrent de manière simple et surprenante les concepts abordés. Cette installation se présente comme une exposition durable. Sa courte durée (3 mois) implique un coût écologique moindre pour l’environnement, ce qui se remarque particulièrement avec le système de construction utilisé. Ainsi l’exposition, et en particulier son installation, a bien plus à offrir que sa valeur fondamentale. En effet, le contenu de la thématique SOIF souhaite délivrer un message cohérent sur le développement durable. La structure de l’exposition Soif est composée d’un système modulaire d’échafaudages de type rosette fourni par diverses entreprises, qui ont été chargées de l’organisation des salles d’exposition, des espaces, ainsi que des parcours de l’installation. Cette structure essentielle sert de support aux différentes « peaux » et finitions qui confèrent à l’exposition un certain caractère. Il s’agit d’un « squelette » qui opère comme l’élément porteur de « l’aspect visible » observé par le spectateur. Le fait que cette structure soit louée permet qu’une fois l’exposition démontée, il n’y ait aucun gravât. Au contraire, le matériel pourra être réutilisé. Ce critère a été étendu à tout le reste de l’exposition, c’est pourquoi le pourcentage de matériaux réutilisables et recyclables est très élevé. Économiquement, toutes les solutions proposées sont accessibles et raisonnables puisque l’entreprise chargée de la conception de l’exposition a privilégié cet aspect et a valorisé l’optimisation de l’installation. Les requêtes de l’expo de Saragosse étaient très concrètes : la place thématique occupe une superficie de 1 000 m2 et peut accueillir 1 000 personnes par heure. L’exposition commence à se dessiner avant le bâtiment qie la albersaque, réalisé par le bureau d’études cloud 9 d’Enrric Ruiz Geli. Ce bureau a cherché à ce que les besoins de l’exposition aient une incidence sur le programme de l’architecture. Dans les deux premières salles de l’exposition, le visiteur sera guidé, contrairement aux trois dernières, qui laissent place à l’imagination et à la réflexion. L’exposition se présente comme une narration centrée sur cinq questions qui annoncent le thème de chacune des cinq salles. L’exposition Les ambiances Accès : les visiteurs (groupes de 75 personnes) accéderont à l’exposition par un couloir à l’intérieur du bâtiment : ce couloir représente le parcours de la lumière extérieure pour atteindre l’obscurité du cosmos. La peau du premier bâtiment est transparente et s’opacifie de plus en plus pour finir complètement obscure. Dans cette salle, sont présentées les 5 questions clé qui définissent les thèmes des 5 espaces de l’exposition. Qui a soif ? / Nous avons soif / Que provoque la soif ? / Comment abordons-nous la soif ? La soif est-elle nécessaire ? Espace : Qui a soif ? Nous entrons dans un espace obscur, éclairé par la lune. Au milieu du toit, une ouverture a été aménagée pour que le visi-

z

Français

devront abandonner les pays de l’Afrique sub-saharienne pour émigrer en Europe. Le pavillon, métaphore de la soif, dissimule un enseignement : il explique comment on peut trouver, dans les écosystèmes et la culture, différentes alternatives à ces situations d’urgence. Le parcours de l’exposition, à travers les techniques hydriques traditionnelles et novatrices, bouscule les idées reçues sur le problème de la soif. La soif est nécessaire : après avoir été un problème, elle devient une ressource. Elle favorise la connaissance et le voyage. La soif consiste en un besoin urgent et en un sentiment d’insatisfaction extrême. Un désir qui force à réagir : c’est le moteur des transformations culturelles et environnementales. Les organismes vivants et l’environnement manifestent la soif comme une nécessité qui ne peut être prorogée, caractérisée par des signes d’insatisfaction et de dégradation. La peau est pour l’homme ce que l’écosystème est pour le paysage. Si l’organisme a soif, l’épiderme se dessèche, se déshydrate. C’est pourquoi un sol sans eau se craquelle et se dégrade. Une belle peau est la preuve que l’organisme est sain, par conséquent, la qualité du paysage reflète un écosystème équilibré. C’est la désertification, et non un paysage désertique, qui est synonyme de soif. Désert et désertification sont deux choses complètement distinctes. Le désert se distingue par un équilibre écologique particulier, qui s’est consolidé au fil du temps, selon des situations climatiques spécifiques. Son paysage est sain, esthétique, doté de lois et d’activités biologiques et culturelles adéquates pour répondre de manière appropriée à la soif des plantes, des animaux et des hommes. La désertification est la conséquence d’une mauvaise intervention anthropique et peut se produire dans n’importe quel climat et situation, déterminant les conditions de déséquilibre avec des sols dégradés et des lieux dépourvus de toute harmonie. La désertification est la conséquence de la soif de l’écosystème. Ainsi, les organismes disparaissent, et les plantes émigrent, à l’instar des être humains. Sans eau, l’homme est obligé de se déplacer pour trouver un moyen de l’obtenir. La soif a poussé l’humanité vers la découverte, la connaissance et l’innovation. L’homme a besoin de l’eau potable. Il peut mourir de soif dans un océan d’eau salée mais également dans une zone humide, remplie d’eau douce si cette dernière est mauvaise ou polluée. Pour boire, l’invention de récipients et la céramique ont été nécessaires. Pour capter l’eau et la diriger vers les champs et les villes, les grandes civilisations ont construit des canaux, des réservoirs et des aqueducs. Aujourd’hui, la crise hydrique provoquée par le réchauffement et la radicalisation climatiques nous force à changer de modèle économique et nous pousse vers la naissance d’un nouveau paradigme basé sur un accord entre l’humanité et l’environnement et vers le développement d’une technologie durable. La soif est une nécessité et un désir. C’est la manifestation des principes fondamentaux de l’Univers, encore négligés. L’insatiable besoin de fusion constante avec le cycle de l’eau, avec celui des planètes et celui du cosmos. La soif fait partie de notre nature, depuis les origines les plus lointaines jusqu’à notre avenir. C’est pourquoi nous avons l’habitude de dire « soif d’aventure » ou « soif de connaissances ». La soif symbolise le désir du voyage éternel pour découvrir les mystères de l’humanité, depuis la grotte jusqu’à la navette spatiale et au-delà, vers l’infini.

153


154

teur puisse contempler la lune et le ciel étoilé. Au sol, un arbre sec sert de banc pour les personnes qui désirent s’asseoir et réfléchir au problème de la sécheresse abordé dans cet espace. Sur l’écran, le visiteur peut découvrir le nom de cet espace : qui a soif ? Les éléments qui le configurent sont les suivants : la projection, l’arbre sec et la lune, qui confèrent à cette pièce un caractère mystérieux invitant au silence et à la curiosité. Un document audiovisuel est projeté sur deux écrans ce qui permet une connivence entre les deux images. La projection nous explique que tout individu et tout environnement a soif et que la soif est une sensation universelle et constante. Il nous invite également à dépasser les idées reçues. En effet, le désert et la désertification sont deux phénomènes totalement distincts. Le désert se distingue par son équilibre écologique particulier, qui s’est consolidé au fil du temps, selon des situations climatiques spécifiques. Son paysage est sain, esthétique, doté de lois, d’éléments et d’activités biologiques et culturelles adaptées aux besoins en eau des plantes, des animaux et des hommes. La désertification résulte de la pression et d’une intervention destructive des êtres humains. Elle peut se produire dans n’importe quel climat ou situation, déterminant ainsi les conditions de déséquilibre avec des sols dégradés et des lieux dépourvus de toute harmonie. Si il n’y a pas d’eau, il faut se déplacer et trouver un moyen de s’en procurer. La soif devient alors une impulsion, un appel auquel il faut répondre. La soif est à l’origine de deux phénomènes fondamentaux étroitement liés : le mouvement et la civilisation. À la fin de la projection, l’un des écrans s’ouvre pour permettre au visiteur d’entrer dans la deuxième salle et sur le second, apparaît le titre de cette deuxième pièce en trois langues : Nous avons soif. Nous passons dans la deuxième salle. Espace : Nous avons soif Nous entrons dans un espace sec et aride. Les murs sont recouverts de miroirs qui produisent un effet d’espace infini. L’espace est éclairé par la lumière naturelle qui pénètre via une grande ouverture circulaire permettant d’entrevoir le ciel. Dans un premier temps, ce ciel est assombri par d’énormes nuages qui se déplacent rapidement, laissant présager un orage. La musique grave est jouée par des instruments primitifs. Par la suite, des percussions sont ajoutées et la partie centrale du sol commence à vibrer, puis à sauter comme si la terre invoquait l’eau. Une voix off récitera des poèmes arabes portant sur les rituels liés à l’eau. Derrière les miroirs, grâce à la présence de néons, apparaissent des textes qui semblent flotter dans l’air : ils abordent la problématique de la soif dans le monde. Mais par la suite, les nuages disparaissent et laissent place à un ciel radieux avec un soleil de justice. Il n’y a pas d’eau, le silence est absolu, les visiteurs avancent jusqu’à la troisième pièce, commence alors une quête de l’eau. Espace : Que provoque la soif ? L’espace est délimité par deux murs en lycra. Le visiteur se retrouve alors immergé dans un espace où tout est en perpétuel mouvement. Des images, des documents audiovisuels et une bande sonore traduisent le mouvement des personnes, des animaux et également des paysages à la recherche de l’eau. Ces mouvements se distinguent par un caractère tantôt vital, tantôt dramatique. La projection rappelle les peintures rupestres et une structure graphique animée diffuse différentes scènes d’image réelle. Le document audiovisuel synchronise deux projections. Sur l’un des écrans, les déplacements des animaux : migrations d’oiseaux, grands troupeaux d’Afrique, plantes et paysages. Sur le second écran, les personnes qui se déplacent : cultures nomades, migrations, exodes, assauts de frontières. Les projections créent un couloir qui évoque une grotte ou le lit d’une rivière asséchée. Les visiteurs et les images se déplacent en même temps, réalisant ainsi le même parcours physique et temporel. Espace: Comment abordons-nous la soif ? Nous entrons dans un espace reposant où les murs diffusent une lumière technolo-

gique, créant ainsi un espace secret. Au centre de la pièce, des images suspendues condensent de l’eau et la laissent tomber au sol. Ces images nous expliquent les différentes stratégies à utiliser pour obtenir de l’eau. Nous pouvons également recueillir à la main les gouttes d’eau qui tombent des images. À partir de cet endroit, l’exposition commence à dévoiler son vrai visage : le visiteur commence à découvrir et à percevoir un espace extérieur-intérieur très surprenant. Espace : La soif estelle nécessaire ? Le visiteur se trouve dans un espace futuriste, une serre, un oasis, l’union entre le ciel et la terre. La reconstitution d’un écosystème en équilibre qui associe la machine-planète avec le ciel. Dans la partie supérieure de cette salle, le visiteur pourra observer les systèmes de condensation et de collecte de l’eau de pluie. L’espace joue alors un rôle très important. Il s’agit d’une grotte technologique où est reproduit le cycle de l’eau. La grotte fut le premier espace utilisé par l’homme pour condenser de l’eau potable, c’est pourquoi cette pièce tente de reproduire un espace « technologique naturel ». Suspendues au niveau du toit, des plaques condenseront l’eau formée par un nuage de vapeur. Le toit ouvert à divers endroits laissera tomber l’eau des montagnes végétales. Lors de l’ouverture du toit, on assistera à un spectacle de son et lumière. Ce spectacle sera régi par des capteurs qui lanceront des signaux à chaque fois que l’ouverture du toit sera proche. Par ailleurs, les lycras changeront de couleur et lorsque le toit s’ouvrira, une couleur verte intense apparaîtra, devenant orange jusqu’à la prochaine ouverture. Le sol s’élèvera générant une topographie, un paysage, un revêtement de pierres montées sur un tissu, permettant de configurer les espaces en 3D. Certains endroits seront drainés et d’autres laisseront place à une végétation luxuriante. Tout l’espace semble vivant en raison des changements progressifs de lumières, du son produit par la chute des gouttes, des flux des eaux souterraines mélangés aux claquements mécaniques et technologiques, et de la bande sonore musicale. Sortie Pour terminer cette exposition, le visiteur utilisera une ressource poétique qui exprime parfaitement que la soif est nécessaire et qu’elle nous fait progresser. Grâce à des ombres chinoises, le visiteur pourra voir comment un homme peut récolter de l’eau de pluie, la boire et la jeter au sol. Une courbe qui pousse comme une plante illustrera l’évolution culturelle et technologique. Les symboles des techniques traditionnelles, actuelles et futures de l’eau apparaîtront… la soif est nécessaire et nous fait progresser.

Soif Par Enric Ruiz L’architecture peut nous apprendre beaucoup sur les comportements naturels. À l’image de Gaudi ou de l’Art Déco, l’architecture cherche à être DURABLE et à être en harmonie avec l’environnement, le contexte et aussi le contenu de l’Expo. C’est pourquoi cette architecture est NATURELLE et bio. À partir des structures moléculaires et de la carte du SEL, nous construisons la structure du bâtiment en reproduisant le TISSU MACROSCOPIQUE du sel avec ses formes ORGANIQUES NATURELLES, qui se déposent à la surface avant de disparaître dans l’eau. Nous projetons le sel sur la façade pour créer une ICONE NATURELLE : une MONTAGNE DE SEL qui s’intègre au paysage de gouttes d’eau comme un autre élément naturel. Aux dires de Terence Riley, l’architecture du Cloud 9 est vivante et dégage une énergie, répondant


Oikos, eau et énergie Par Domingo Guinea La consommation croissante des combustibles fossiles, la diminution des réserves de pétrole, la pollution progressive de l’air et de l’eau, ainsi que le changement climatique engendré par les activités humaines, sont des faits ignorés depuis très longtemps ou contestés. L’évolution de la gravité de la situation actuelle est estimée selon l’évolution prévisible d’un environnement régi par de nombreuses variables, dont la plupart déterminent le comportement de l’être humain. L’accroissement soutenu de la population, la hausse des prix des combustibles, la pollution atmosphérique et ses diverses conséquences sur l’ozone, le dioxyde de carbone et le méthane, ainsi que le réchauffement climatique, les perturbations du régime des précipitations, la fonte des glaces, etc., constituent diverses menaces connexes qu’il faut connaître, afin de les combattre. Les solutions doivent être viables scientifiquement et soutenues économiquement et politiquement. Ainsi, dans un futur immédiat, les disponi-

bilités d’eau et d’énergie pour les besoins de l’humanité sont liées aux possibilités de captage, de transformation et de réutilisation que la recherche et le développement technologique peuvent offrir. Cependant, ces deux ressources sont aussi indispensables qu’inégalement réparties entre les populations qui, souvent, les ont considérées comme étant sans valeur et presque inépuisables. C’est pourquoi un changement des habitudes et modes d’utilisation de ces ressources indispensables à la vie est nécessaire. En effet, elles conditionnent en grande partie la viabilité des éventuelles alternatives techniquement durables. D’abord la science, puis l’opinion publique, ont commencé à exiger des solutions aux organismes dotés de pouvoirs politiques ou économiques avec une urgence croissante. Ces organismes doivent fixer les objectifs, définir les programmes et établir les ressources nécessaires à l’approvisionnement en eau et en énergie, essentielles aux besoins de l’être humain, mais également pour maintenir ou améliorer sa qualité de vie. La pollution de l’atmosphère et de l’eau, l’épuisement des combustibles fossiles et d’autres ressources minérales, l’accroissement de la population, l’exigence d’une meilleure consommation, la hausse de la production et des bénéfices économiques sont des facteurs à caractère global qui doivent être abordés au niveau local. Les décisions prises peuvent concerner des alternatives provisoires à ces problèmes pouvant s’avérer très graves dans un environnement particulier. L’énergie requise pour un logement peut être classée en deux catégories : une partie consacrée aux applications thermiques et tout particulièrement au chauffage, à l’eau chaude sanitaire et à la réfrigération, contrairement au reste des applications qui sont basées sur l’énergie électrique comme l’éclairage, les appareils électroménagers, les communications, etc. Dans notre pays, on estime qu’approximativement 70 % de l’énergie résidentielle correspond au premier type de consommation thermique alors que seulement 30 % de ces appareils nécessitent une consommation électrique. L’énergie électrique utilisée pour un radiateur ne peut être dépassée en termes d’inefficacité qu’en aérant la chambre en ouvrant une fenêtre juste au-dessus du radiateur. Ceci dit, la transformation de la chaleur solaire en électricité via une centrale de concentration ou par le développement naturel de biocombustibles grâce à la fonction chlorophyllienne des plantes vertes, sont également des processus envisageables mais peu efficaces en ce qui concerne le ratio énergie générée/énergie captée. Les processus de transformation, d’accumulation et de transport impliquent souvent des pertes importantes qui contribuent considérablement à l’augmentation de l’inefficacité de l’utilisation d’énergie. Deux considérations, simples et peu courantes doivent régir la conception de tout système énergétique, en particulier dans le secteur résidentiel : La production et l’utilisation d’énergie doivent être associées le plus souvent possible, aussi bien sur la distance que sur la durée ou au niveau du nombre de transformations à réaliser pour passer de la première à la seconde étape. Les processus de transformation doivent accompagner le mieux possible la dégradation entropique de l’énergie, en permettant ainsi à chaque étape une réutilisation grâce à une réinsertion dans le système des énergies résiduelles. Cela dit, dans la Péninsule ibérique, la quantité d’énergie solaire captée est trois mille fois supérieure à la quantité nécessaire. Avec une technologie de captage, de transformation et de stockage appropriée, les radiations captées par les panneaux solaires situés sur les toits des immeubles ou autres surfaces artificielles, pourraient suffire à notre consommation résidentielle, industrielle ou de transport. La possibilité de capter la chaleur du soleil pour le chauffage, l’eau chaude sani-

z

Français

à un plan pré-établi. Notre objectif est de faire part d’une idéologie, d’un plan, d’un message. Par ailleurs, il symbolise également notre métier, celui d’architecte : construire avec de l’espace et de nouveaux matériaux, ce concept a pour but d’amplifier et de renforcer ce projet pour le transformer en source de CONNAISSANCE grâce aux différentes expériences menées. Le bâtiment a pour mission de donner un aspect moderne à ce contenu, favoriser le développement de l’exposition et garantir le confort thermique et acoustique. Il s’agit d’un bâtiment temporaire, caractérisé par une construction légère qui permet la réalisation de fondations superficielles. Il s’agit d’un bâtiment préfabriqué dont le montage nécessite peu de temps, grâce à son design modulaire et à sa structure métallique vissée. Il peut également être démonté et déplacé très facilement. Le bâtiment essaie de respecter au maximum les critères de durabilité, de recyclage et de réutilisation. La toiture a été conçue de manière à ce que, depuis les airs ou tout autre point en hauteur du site, ce bâtiment soit en harmonie avec les autres façades et permette de comprendre l’édifice dans son ensemble. Il s’agit d’un bâtiment circulaire, d’un diamètre de 46,4 m et d’une surface de 1 647,5 m2. La structure en acier du pavillon sera recouverte de deux couches de fibre de verre. Montée et préparée en atelier, puis placée sur le chantier. Esta estructura va cubierta por inflables de ETFE en un 77,50 %.Environ 77,50 % de la surface de cette structure sera recouverte par des coussins gonflables ETFE. Toute la structure supportera une couche de sel obtenue grâce à un système de salage à minuterie, ce qui permettra de contrôler la grosseur de la couche de sel et d’éviter que la saumure ne glisse sur les coussins gonflables. Il facilitera également l’évaporation de l’eau et l’immédiate adhésion du sel. La création d’une chambre d’air au niveau des façades en verre était une idée très intéressante mais une autre option a été proposée, celle de la DOUBLE PEAU. Dans notre projet, nous avons créé une application semblable à celle de la double peau mais avec quelques variations par rapport au modèle original. La couverture est composée de 3 couches d’ETFE : une a pour mission de réfracter la lumière, l’autre de refroidir l’air des coussins gonflables et la dernière d’arroser les coussins via le système de salage, évitant ainsi que la chaleur n’entre à l’intérieur du bâtiment. Ainsi, nous obtenons un bâtiment tempéré, le système de climatisation doit donc seulement lutter contre l’apport calorique des visiteurs et des équipements de l’exposition.

155


taire et la production d’électricité via des cellules photovoltaïques, sont des techniques très connues. Cela dit, nous recevons de l’énergie solaire en grande quantité en été et pendant la journée alors que nous avons besoin de chauffage et d’éclairage artificiel en hiver et pendant la nuit. Après des siècles de gaspillage des ressources énergétiques accumulées par la nature, par exemple les combustibles fossiles, il est important d’opérer un changement drastique pour arriver à une utilisation raisonnable de l’énergie par l’homme. Le stockage et la gestion appropriés d’une énergie abondante et peu coûteuse comme l’énergie solaire, associée au développement de méthodes peu onéreuses pour le bâtiment public, sont des outils nécessaires et accessibles à court terme. Ainsi, l’accumulation géothermique et en matériaux de changement de phase, la production et le stockage d’hydrogène, ainsi que l’emploi d’éléments de conversion électrochimique directe comme les piles à combustibles, le contrôle de perméabilité thermique des fermetures, le captage photovoltaïque d’éléments polymères ou encore de recouvrement de couches fines, etc. sont des techniques qui doivent être utilisées conjointement sur la place OIKOS afin d’atteindre un nouveau concept d’énergie dans le secteur résidentiel.

Oikos, eau et énergie Par Ronald Olbeter Comment disposer d’une énergie écologique peu coûteuse nous permettant de conserver notre niveau de bien-être. Les combustibles fossiles s’épuisent : il s’agit actuellement de notre principale source énergétique, présente dans tous les aspects de notre vie. Le processus est en cours, le prix des carburants ne cesse d’augmenter, et la situation va encore se détériorer. Il faut trouver des alternatives raisonnables et durables, garantissant un approvisionnement en énergie suffisant, tout en préservant notre environnement. Cela est possible et même nécessaire. Le mot écologie est composé du mot « eco » qui vient du grec « oikos » et qui signifie maison ou lieu de vie, et de « logos » qui signifie « traité » ou « étude ». Cette installation présente le processus de transformation, de stockage et de transport de l’énergie utilisant la technologie dont nous disposons, de manière à ce qu’elle soit peu coûteuse, accessible à tous et qu’elle conserve notre niveau de bien-être. Les trois sources d’énergies existantes sont présentées: Solaire-radiation, vent, météorologie en général; Terrestre-géothermique; Lunaires-marées; Nous établirons une analogie du cycle nuage-pluie-fleuve-mer dans laquelle nous mélangerons certains éléments: sol, terre, air, eau. Ainsi, nous pourrons concevoir un système autonome et autosuffisant: un écosystème écologique dans lequel nous présenterons le monde comme une maison. Toute l’exposition se composera d’une pièce unique; une machinerie dotée de multiples cellules qui travaillent conjointement, directement ou par le biais d’un fil conducteur: le fleuve (l’eau) avec l’élément énergétique le plus puissant, le soleil.

156

Nous nous intéressons à la maison en tant que foyer et centre d’énergie. Par ailleurs, son aspect architectonique correspond à un besoin fonctionnel. L’aspect décoratif, plastique de l’architecture, qui sans aucun doute,

peut apporter un bien-être supplémentaire est, dans ce cas, une considération secondaire. Sur la couverture végétale fournie, nous installerons une couverture technologique et écologique et nous montrerons comment capter, transformer, stocker et transporter de l’énergie depuis les différentes sources, en associant ses utilisations possibles avec le rôle que joue l’utilisation d’énergie dans une maison, envisageant le coût, l’efficacité, la sécurité et la complexité qu’elles impliquent. Le monde comme une maison : une grande machine écologique. Nous abordons le monde comme une maison, une maison pour tous, un monde dans lequel l’atmosphère est représentée par la défense architectonique. A l’intérieur de la maison, dépouillée de ses façades, nous présentons la biosphère, le foyer. Nous établissons une analogie maison/monde. De même que les murs de la maison nous défendent contre la rigueur du climat et préservent nos actifs énergétiques, l’atmosphère nous protège des radiations, contient l’oxygène dont nous avons besoin, retient la chaleur du soleil, etc. Nous recréons et nous inventons un monde, un écosystème, une machine en mouvement continu et autosuffisante, un perpétuel mobile. La machine est alimentée par le fleuve qui la traverse, de même que les dérivations ou affluents du fleuve – les cellules – alimentent ce dernier en utilisant les différents systèmes de transformation, stockage et transport d’énergie, créant ainsi un circuit fermé autonome. Tous les éléments ou cellules énergétiques interagissent entre elles, directement ou par l’intermédiaire du fleuve, configurant cet écosystème écologique. L’eau est tout naturellement représentée par le fleuve, qui est une source et un élément indispensable à la vie, à ce que nous sommes. Le fleuve est lui-même une métaphore du temps qui passe, un courant dans lequel nous sommes immergés et auquel nous ne pouvons échapper sans qu’il nous transforme en êtres passifs : Nous faisons partie de ce courant. Nous pouvons et même devons agir pour préserver l’écosystème, c’est-à-dire nous-mêmes. La machine est comme une grande centrale énergétique qu’il faut savoir faire fonctionner et gérer. Toutes les cellules se nourrissent grâce au fleuve et aux différentes sources d’énergies présentes dans la maison. Par la suite, elles redonnent ce qu’elles ont emprunté pendant le processus de transformation qui comprend des phases de stockage pour assurer une utilisation efficace, sans aucune possibilité de continuité. Les trois sources d’énergies existantes sont présentes : le soleil, la lune, la terre et une grande quantité de systèmes de transformation pour toute sorte d’utilisation : bouger, chauffer, refroidir. A un autre niveau de lecture, comme une seconde analogie, les actions de chacune des cellules renvoient vers d’autres systèmes d’utilisation, de stockage et de transport des énergies applicables à la maison humaine. Un parcours pour un cycle énergétique durable. L’exposition présente le parcours du cycle énergétique d’une maison, faisant référence à celui de l’eau : mer-nuages-fleuve-mer, dont la mer est le moteur. Le cycle commence (si nous pouvons parler de commencement puisqu’il s’agit d’un système en circuit fermé) avec la mer (bassin). A partir de là, une grande vis d’Archimède fait monter l’eau de manière spectaculaire jusqu’à la plateforme d’entrée, située à 4 m au-dessus du sol. L’eau commence sa descente, comme un fleuve jusqu’à la mer. Les cellules sont unies au fleuve comme une source de vie. Elles sont liées les unes aux autres grâce à une ligne électrique qui transporte l’énergie des cellules : ces cellules génèrent l’énergie dont elles ont besoin. Près de la source du fleuve, le soleil pénètre par une coupole géodésique


Villes d’eau Par Rinio Bruttomesso, Joan Alemany Un grand nombre de villes dans le monde sont pourvues d’espaces d’eau (fleuve, lac ou mer) directement liés à la vie urbaine. L’intégration de ces espaces aux zones terrestres avoisinantes présente des caractéristiques très différentes d’une ville à l’autre. Selon le type de relation créée, les opportunités que peuvent offrir ces espaces aux citoyens varient beaucoup. Dans de nombreuses villes, ce thème suscite un grand intérêt puisqu’il offre une multitude de possibilités d’amélioration urbanistique et permet également, dans un grand nombre de cas, un développement économique. Bien que cette thématique urbanistique soit relativement récente, un certain nombre d’expériences intéressantes ont déjà vu le jour dans plusieurs villes, servant ainsi d’exemples pour le développement futur de beaucoup d’autres lieux analogues. Une seule place thématique ne peut aborder tous les types de relations que peuvent présenter ces villes, c’est pourquoi cette exposition sur l’eau se distingue par son caractère généraliste et informatif. Les éléments principaux se divisent en quatre grands thèmes (idées directrices), répartis dans les différentes salles d’exposition, avec un cadre final dédié à la ville de Saragosse. Entre les différentes zones, sur la passerelle qui relie les salles, un voyage, réalisé par les villes participantes, sera présenté. Ces villes souhaitent, à partir des diverses réalités à travers le monde, partager leurs précieuses expériences afin de montrer, étudier et analyser concrètement les différents aspects de ces relations complexes établies entre les zones urbaines et les espaces d’eau. Depuis les rampes d’entrée aux installations destinées à informer et à préparer le visiteur au thème abordé par l’exposition, celui-ci pénètre tout d’abord dans un espace qui développe l’idée directrice de l’eau en tant que spectacle. Cette exposition présente la façon dont l’eau urbaine peut être à la fois un lieu de spectacle, un grand espace scénique pouvant accueillir des événements ponctuels, ainsi que le protagoniste du théâtre qu’offre la ville en elle-même. Les premières images histori-

ques, en sépia, nous emmènent dans l’univers passionnant et impressionnant des skyline, puis présentent les grands évènements organisés sur la nappe d’eau, ainsi que les activités développées au quotidien sur les fronts aquatiques des villes. Comme dans toute l’exposition, après la première salle, les résultats du voyage réalisé par les villes sur les divers aspects de l’eau en ville seront exposés au niveau des rampes d’accès aux salles suivantes. La seconde salle est consacrée au thème général de l’eau en tant qu’amie. Un grand panneau (dièdre) présente l’importance que peut avoir un changement d’attitude dans le traitement des espaces d’eau urbains afin de les intégrer à la vie urbaine. De nouvelles technologies rendent possible ce changement d’attitude indispensable pour réduire les éventuelles conséquences dangereuses de certains phénomènes naturels. Par ailleurs, elles permettent la création d’une présence équilibrée de l’eau à l’intérieur même de la structure urbaine. De nouveau, le voyage montre quelques exemples de ce nouveau traitement des espaces d’eau urbains, en faisant particulièrement référence aux habitats construits sur l’eau et au plaisir qui peuvent procurer les plages urbaines. La troisième salle est consacrée à l’eau en tant que protagoniste. Dans cette salle, l’objectif est de montrer que les espaces d’eau qui ont été récupérés par les villes ont joué un rôle important dans la structure urbaine. Cette thématique présente en détail deux villes : la récupération du canal de Cheong Gye Cheon et les projets sur le fleuve Han à Séoul, ainsi que la transformation de la côte dans la région de Barcelone. Pour ces diverses expériences, de grands modèles seront exposés, accompagnés d’images expliquant les différentes transformations réalisées. Au cours du voyage correspondant à cette idée directrice, seront également présentées les reconversions d’espaces portuaires et de fronts d’eau de villes ayant réalisé ces aménagements avec succès. La quatrième salle, appelée eau futur, présente des projets significatifs en cours d’élaboration qui auront une grande incidence sur le développement urbain dans les années à venir. Dans ces deux salles, une vingtaine de projets sont exposés, actuellement en phase d’expérimentation dans plusieurs grandes villes d’eau et qui constitueront les nouveaux fronts d’eau du futur. Le voyage rassemble les différentes expériences de planification et décrit les premières étapes de la construction des nouveaux complexes habitables, des ponts et des nouvelles îles construites sur des espaces aquatiques. . Pour terminer, l’exposition et le voyage proposés par cette place thématique s’achèvent par un espace consacré à la ville de Saragosse, où les idées essentielles de l’exposition sont résumées par un modèle spécial de méta-ville. Une réflexion sur la ville et l’Ebre pouvant être contemplés depuis un mirador, sera également organisée.

z

Français

transparente qui fonctionne comme lentille grossissante. Les cellules se placent plus ou moins loin du soleil en fonction de la relation plus ou moins directe qu’elles entretiennent avec lui et donc selon la fonction énergétique qu’elles exercent. A l’autre extrémité du soleil, à côté de la mer, nous pouvons découvrir les cellules de l’énergie terrestre (géothermique et radioactive) et de l’énergie lunaire (marées). Le fantastique comme élément envisageable : souvenir de notre enfance. Le modèle, c’est Léonard de Vinci. Il est le plus grand spécialiste en la matière et représente une époque que nous devons nous réapproprier, où la connaissance représentait un tout, où humanisme et science, chiffres et lettres ou réflexion et technologie n’étaient pas dissociés. À cette période, la philosophie tendait la main à la physique quantique et Léonard de Vinci, le professeur Franz de Copenhague, Stephen Hawking et Nelson Mandela s’asseyaient autour d’une table pour discuter. Une esthétique sans époque, sans chronologie distincte, une grande évocation ludique, une proposition dans les limites de l’utopie ratifiée par la science. Matériaux divers et recyclés, systèmes et mécanismes à la fois complexes, compréhensibles, ingénieux ; le génie mécanique à l’état pur associé à la haute technologie : imagination, technologie, curiosité, fantaisie…

Villes d’eau Par Estudio Italo Rotta La place thématique Villes d’eau est un cinéma où, au lieu de s’asseoir et de regarder un film, le spectateur passe derrière l’écran pour faire partie des images et prendre part à l’histoire qui lui est contée. Le spectateur part ainsi à la conquête de l’esprit, où les images lui soumettent des interrogations et des réponses inattendues sur les problèmes complètement nouveaux que connaît l’humanité. Des images, des sons, des sensations tactiles et des variations d’ambiance guident le visiteur sur son chemin. L’expérience qui lui est proposée lui permet de découvrir l’eau en tant qu’élément rénovateur de la ville, et laisse de côté les préjugés simplistes qui opposent artifice/

157


158

naturel, ville/campagne… L’élément eau constitue une matière précieuse pour la transformation de grandes zones urbaines. On peut prendre comme exemple l’évolution moderne de la ville de Barcelone ou les grands travaux effectués dans la capitale sud-coréenne. La ville devient un nouveau cadre naturel, où se produisent des cycles écologiques et évolutifs adaptés à la réalité urbaine, et un lieu où varient les espèces végétales, les habitudes des animaux, ainsi que la répartition et la population de ces derniers. La place thématique se situe à l’ombre d’une pergola de feuilles artificielles qui dansent comme un grand mobile de Calder. L’eau vaporisée rafraîchit l’atmosphère. L’intensité de cette eau vaporisée varie, créant ainsi des ambiances très différentes. Grâce à l’attirance instinctive que créent ces conditions environnementales agréables, l’eau vaporisée éveille les sens du visiteur, annonçant un espace d’exposition qui propose une connaissance approfondie du thème abordé et qui, par conséquent, exige plus de temps, de fraîcheur et de confort. Cette place thématique comprend un jardin composé de plantes colonisatrices et envahissantes que l’on peut voir en ville, des espèces qui trouvent dans les espaces urbains l’énergie et les nutriments nécessaires pour vivre, coloniser et se multiplier et qui, dans l’imaginaire du visiteur, remplaceront un jour les plantes présentes sur nos balcons et dans nos appartements. Mettre en avant l’eau comme élément rénovateur exige de connaître le passé, d’être conscient du présent et de regarder vers l’avenir, sans aucune appréhension. L’exposition est une invitation au voyage. Le voyage débute, dans un premier temps, par une sélection d’images d’époque des villes historiquement liées à l’eau. Elles représentent surtout les reflets oubliés de la mémoire et présentent des ports, des zones commerciales ou industrielles qui, grâce à l’eau, ont connu la croissance, le développement, les investissements et l’expansion de la main d’œuvre. Ces images du passé sont suspendues, dessinant ainsi un inextricable tracé imaginaire qui les unit, et qui permet au visiteur de le «ressentir» et de s’émouvoir. Le voyage commence par une douce ascension et le visiteur se retrouve submergé par les différents éléments d’exposition qui composent ce voyage initiatique. Un enchaînement de perspectives, toutes très différentes, crée ce théâtre de la mémoire, où se succèdent tous les thèmes abordés par la place thématique Villes d’eau. Au milieu de l’espace central concave trône le “dièdre”. Cette installation audiovisuelle présente sur sa face intérieure un panorama spectaculaire sur les changements d’habitudes liées à l’eau : depuis la culture de potagers sur les terrasses des gratte-ciel jusqu’à la construction de nouvelles îles luxueuses en pleine mer. De par son interminable répétition, grâce à l’utilisation de miroirs, ce mur d’écrans façonne des images qui s’étendent à l’infini. Les habitudes changent et la ville adopte l’eau comme principe actif stimulant ses diverses transformations. La découverte de l’eau, cette eau qui n’avait jamais été prise en considération, cette eau qui a toujours été rejetée, permet de découvrir que la nature est présente au sein même d’une ville. Les rues déviées laissent place à des jardins, où l’espace urbain était complètement saturé auparavant. Elles donnent naissance à des plages idéales permettant de jouir d’une certaine distraction urbaine où l’industrie immobilière avait monopolisé le front de mer. Aujourd’hui, le citoyen, avant de partir déjeuner, peut décider d’aller se baigner ; une nouvelle habitude, une nouvelle conquête. Voici la nouvelle situation, et c’est ainsi que cela doit être. C’est pourquoi le message véhiculé par cette exposition est toujours directement en rapport avec les bénéfices potentiels des modifications engendrées par l’importance de ce nouvel acteur urbain: l’eau.

En suivant les murs d’eau qui bordent le chemin, le visiteur a l’impression de naviguer. Il découvre de nombreuses villes aux expériences vitales très différentes, toutes liées à l’eau. C’est un véritable carnet de voyage qui est offert au visiteur, composé d’un itinéraire rempli de suggestions et organisé en différentes thématiques, approfondissant les sujets abordés par les différentes salles d’exposition. Le voyageur découvre les villes choisies des cinq continents grâce à des images spectaculaires et synthétiques qui marquent son esprit. Par exemple, il est possible de contempler de belles vues latérales à travers une lucarne, sans même avoir besoin de s’arrêter. Le voyage débouche sur une grande salle qui expose des environnements urbains en pleine restructuration, résumant l’expérience accumulée pendant ce périple. Ainsi, par exemple, une grande maquette montre un territoire urbain maintenant une relation productive avec l’eau, entraînant la modification des habitudes des riverains. La maquette tourne sur elle-même au milieu d’une pièce remplie de miroirs, créant ainsi un effet kaléidoscopique simulant l’accroissement urbain. Cette maquette attire également l’attention sur la nouvelle attitude à adopter, découverte tout au long de ce voyage. Au milieu de cette grande salle, a été aménagé un monumental pot de 4 mètres de hauteur qui relate les principaux moments de rencontre entre l’eau et la ville de Saragosse, depuis le deuxième siècle jusqu’à aujourd’hui. Sa présence peut prendre plusieurs significations ; bande dessinée, séquence, sédimentation, récipient invitant à la réflexion, ou encore objet du futur. La technique utilisée est la céramique vernissée, élément distinctif de l’architecture Mudéjar en Aragon. Dans cette salle, le visiteur observe le paysage extérieur depuis plusieurs belvédères différemment orientés. Les croisillons de tubes qui forment la structure laissent entrevoir le Pavillon Pont. Le visiteur peut également découvrir une chambre obscure,à l’intérieur de laquelle il se transforme en photographe : le photographe d’une Saragosse en mouvement dont le profil verra la tête en bas un curieux tableau vivant. Saragosse réfléchit sur elle-même. Elle réfléchit sur son origine au confluent de deux fleuves. Son passé. Elle réfléchit aussi sur les grands thèmes liés à la restructuration urbaine et aux opportunités que peut offrir l’eau en tant qu’élément modificateur. Son présent. Elle réfléchit à un scénario de développement multidirectionnel et kaléidoscopique, dans lequel l’eau aurait le rôle qu’elle mérite. Son avenir. En ce qui concerne l’architecture, des techniques pouvant paraître contradictoires, à la fois rudimentaires et sophistiquées, ont été utilisées. L’ensemble de la construction de la place répond à cette opposition provocatrice, lui conférant ainsi un caractère très particulier. La décoration, les objets exposés et l’architecture en elle-même créent un paysage unique dans l’esprit du visiteur qui sera assurément conquis. Les surfaces blanches des grands murs en carton et en plâtre sont uniformes et rappellent des formes liquides. La construction a une structure, mais pas de façades, elle est dotée d’espaces, et non de pièces. Les supports d’exposition et la lumière coïncident physiquement avec les images et les informations, qui sont présentées sans aucun autre artifice. La place a été conçue comme un écosystème. Une optique qui renouvelle, élargit et modifie la vision de la nature urbaine. Cette architecture et ce voyage sont baignés par un environnement sonore. Le tintement des gouttes, le chuchotement de la vapeur d’eau, le murmure des visiteurs... Et une composition poly-instrumentale basée sur un fond de conversation accompagne le visiteur pendant toute la durée de son voyage. Dans chacun des environnements thématiques, plusieurs instruments de musiques créent un parcours musical qui accompagne notre propre enrichissement. L’asphalte indique au voyageur le chemin à suivre. L’asphalte est un


L’eau partagée Par Carlos Fernández-Jáuregui, Víctor Pochat, María del Pilar González Un des souvenirs les plus enracinés, en rapport avec l’eau, que la plupart d’entre nous avons de nos années d’école, est le concept de cycle hydrologique. Mais il nous est souvent difficile de visualiser en détail la phase de ce cycle qui se développe sur et sous terre, dans un milieu particulier – le bassin et l’aquifère sous-jacent – délimité par ses propres caractéristiques morphologiques. Et, de toute évidence, c’est dans ce milieu géographique que l’eau est la plus proche de l’être humain et de son environnement. Et dû à sa proximité, c’est là qu’elle peut les affecter et aussi être affectée le plus facilement. Cette visualisation est d’autant plus difficile que nous nous sommes habitués à vivre avec des conventions administratives, représentées d’une part, par des cartographies qui montrent seulement avec des couleurs bien visibles les délimitations politiques, et d’autre part, par le fonctionnement d’institutions (pays, communautés autonomes, provinces ou états) et leurs normes légales respectives. Pour sa part, l’impressionnant développement des pays – traduit par le remplacement des forêts par des cultures, le tracé des voies de communication, la croissance des noyaux urbains, l’installation d’industries et la construction de barrages, entre autres – a aussi contribué à cacher cette réalité que nous offre la nature. De telles conventions et les modifications successives sur le milieu physique ne nous permettent pas d’imaginer comment était l’espace dans lequel nous vivons. Nous pourrions dire que nous sommes aveugles. Nous ne pouvons pas voir la nature qui se cache derrière nos œuvres et les conventions qui la perturbent. Dans la place thématique « L’eau partagée », on cherchera à ce que le visiteur ressente le besoin de trouver une nouvelle façon d’être en relation avec ce milieu physique, pour améliorer la gestion de l’eau. Et on essaiera de lui démontrer que le milieu le plus adéquat pour cette gestion est cet espace commun – le bassin – qu’il devrait par conséquent adopter comme sa « maison ». Pour cela, on l’encouragera à « repenser ». Pour qu’il puisse comprendre où nous vivons réellement, en remettant en question l’orthodoxie qui nous renferme dans des milieux conçus pour la gestion administrative. Pour qu’il cherche à comprendre, en revanche, comment se comporte la nature. Pour qu’à partir de cette réalité, il emprunte un nouveau chemin. Grâce à une explication simple du mouvement de l’eau dans la nature, le visiteur comprendra que la structure d’organisation du monde pourrait avoir une autre formalisation - la division en bassins (macro, moyens ou micro-bassins) - différente de la division politique habituelle actuelle. Simplement en regardant et en comprenant ce qui est représenté, le visiteur pourra se rendre compte que le bassin est la «maison» ou «unité naturelle» pour la gestion des ressources hydriques. L’eau, en

s’écoulant, met en relation tous ceux qui vivent dans ce même milieu et partagent cette même ressource, indépendamment de la juridiction administrative qui, par convention, leur revient. Par opposition aux cours d’eau, qui ont été utilisées traditionnellement comme lignes de «division» des continents, des régions, des pays ou des villages, le bassin «unit» villages, régions et pays. Par conséquent, les multiples actions que chacun d’entre nous réalisera pour utiliser cette ressource, auront leurs effets respectifs sur nos voisins. Et, dès lors, nous sommes tous responsables pour qu’ait lieu une utilisation adéquate, non seulement pour ne pas porter préjudice aux autres, mais pour que les bénéfices de l’ensemble soient plus importants. Nous devons assumer que nous vivons dans une même maison, le «bassin», la «maison de l’eau», la «maison de tous», «notre maison». On peut alors se demander: Que devons-nous faire, habitants des villes et des campagnes, des provinces, des régions et des pays situés dans un même bassin, pour rendre compatibles nos requêtes respectives grâce à une coopération mutuelle, évitant alors une concurrence indésirable et d’éventuels effets nuisibles? Comment faire pour intégrer les ressources hydriques superficielles et souterraines, leur quantité et leur qualité, leurs multiples usages et leurs divers usagers, et les actions des eaux en amont et celles en aval, dans un même milieu physique? Comment tenir compte du fait que les communautés d’un même bassin répondent généralement à des cultures diverses et à des croyances, des coutumes et des intérêts différents? Comment intégrer les valeurs sociales, environnementales et économiques que chaque communauté attribue à l’eau? Quels moyens utiliser pour traduire cet esprit de coopération en instruments concrets? Comment faire pour que dans tous les secteurs de la population, nous soyons conscients du fait que la responsabilité d’utiliser correctement l’eau –cette ressource partagée par tous les habitants de la même «maison»– doit être assumée par tout un chacun, en accord avec nos rôles respectifs dans la société? La place thématique «L’eau partagée» offrira au visiteur l’opportunité de réfléchir sur ces questions et d’envisager un changement d’attitude face à cette ressource que nous partageons, dans le but d’une meilleure qualité de vie pour nous et les générations à venir.

z

Français

matériau naturel qui, cependant, définit l’espace urbain par excellence. Sa couleur obscure, uniforme et neutre attire l’attention et contraste avec la palette de couleurs présente sur les murs. Parfum de la ville. Au sein de l’espace central, dans la grande ville, l’eau vaporisée se condense et s’active pour finalement circuler, rappelant le cycle de l’eau. Avant de descendre par la spirale de sortie, le voyageur peut profiter une fois de la vue sur l’Ebre et le site de l’Exposition. Il s’agit d’un moment de repos, de recueillement et de réflexion, après diverses conquêtes et l’acquisition de connaissances, avant de se confronter à d’autres contenus et de les comparer aux précédents. Le voyage continue…

L’eau partagée Par ADD+ Arquitectura, NUG L’idée de l’installation expositive «L’eau partagée» répond au désir initial de fondre en un seul élément construit le contenu et la forme de l’exposition, pour que l’expérience spatiale du parcours à travers l’exposition ait des retombées sur la compréhension des contenus exposés. L’exposition doit être didactique, bien sûr, mais aussi sensorielle, et nous proposons au visiteur d’exercer, en plus de la perception sensorielle des sens habituels – vue, toucher, goût, ouïe et odorat – la perception sensorielle qui provient de l’appréhension de l’espace; et que celle-ci soit liée au contenu que l’on veut transmettre. Quelle capacité d’absorption d’informations a un visiteur lors d’une exposition internationale? Pendant combien de temps nous est-il possible de recevoir des informations sur une même idée? Pouvons-nous transformer les informations en actions? Les informations sont-elles utiles si elles ne provoquent pas de

159


160

réactions? Il faut évaluer l’efficacité informative, et détecter jusqu’à quel point il est plus convaincant et efficace de provoquer une action/expérience qui entraîne une attitude/réflexion, plutôt que des nuances informatives, transformées ultérieurement en attitude/réflexion. Dans ce contexte compétitif, récurrent et rigoureux sur l’eau, nous offrons un lieu/expérience, qui est plus «formationnel» qu’«informationnel». Il forme plus qu’il n’informe. La situation et l’expérience personnelle déclenchent un tournant et un positionnement dans l’attitude de chaque visiteur qui parcourt cet espace. Provoquer une relation directe avec le visiteur qui peut aider à entraîner une réflexion critique face à la situation de l’eau. C’est-à-dire: Faire de l’exposition une expérience pour le visiteur; Proposer un lieu/expérience capable de provoquer une attitude/réflexion et qui entraîne un positionnement critique. Le visiteur devrait travailler avec les informations. Le visiteur devrait interagir avec l’exposition. Le visiteur devrait sortir + informé + solidaire + participatif. À partir du plan fourni par le comité scientifique, des phases de l’exposition des contenus sont définies, et pour chacune d’elles, on envisage un lieu/ expérience volontairement adéquat. La construction qui en résulte correspond à l’ensemble des espaces praticables qui informent, forment et rendent actif le visiteur. Il serait impropre de l’appeler bâtiment, exposition ou place, on lui a donc donné le nom d’installation expositive. Chaque pièce composant l’installation expositive est à la fois élément structurel ou élément de construction, ou infrastructure et élément d’exposition, qui transmet les contenus du plan. Conception de Contenus-Espaces L’exposition prétend transmettre au visiteur les 5 concepts suivants du plan élaboré par le comité scientifique : 1. Le monde politique dans lequel nous vivons. 2. Le défi de repenser. 3. Le milieu physique dans lequel nous vivons : Le bassin. 4. La gestion du bassin. 5. Le bassin, notre maison commune. Dans les 5 espaces suivants : 1. Labyrinthe 2. Escalator 3. Mirador 4. Rampe-Tunnel 5. Bassin Étant donné le thème de l’exposition, l’un de ces 5 espaces prend plus d’importance : le Bassin. Et c’est cet élément qui devient l’axe de l’installation : on construit un bassin, une place concave surélevée, autour de laquelle on se déplace et qui nous permet ainsi d’avoir des visions et des échelles différentes du bassin avant d’y pénétrer. On commence sous le bassin (1) où on ne le reconnaît pas, on s’élève (2) pour le voir de loin (3) et on se rapproche peu à peu sans s’en rendre compte (4) pour se retrouver à l’intérieur, comme à la maison (5). 1. Labyrinthe Contenu : Le monde politique dans lequel nous vivons Comprendre comment le monde a établi des relations - historiquement - et les établit actuellement - politiquement - avec le milieu physique. Généralement, il le contourne, le met à l’écart en tant que structure organisationnelle, et superpose des domaines de pouvoir - frontières - qui provoquent même parfois des façons d’agir contradictoires - lois, normes, etc. - sur un même bien physique. En se basant sur la carte politique en tant qu’échiquier du monde des conventions, des exemples seront donnés, fondamentalement des images, sur des conventions et des contradictions administratives se référant au thème de la gestion actuelle de l’eau pour illustrer ce concept.

Objectif : Informer le visiteur des conventions et contradictions administratives. Provoquer la confusion, l’embarras, la frustration, la gêne... l’envie d’en sortir. Espace : Labyrinthe avec des informations graphiques et écrites et ses reflets. Nous en faisons partie. À travers une entrée unique, à la fin de la pergola du boulevard des gouttes thématiques, l’accès à l’installation expositive se fait sous le bassin, en traversant une barrière d’eau. Le labyrinthe est l’espace situé sous le bassin. C’est un espace bas et vaste où la plupart des éléments sont réfléchissants, ce qui en fait un véritable labyrinthe, grâce à sa forme et ses reflets. Une carte politique est dessinée sur le revêtement en acier inoxydable. Sur ce revêtement, la structure formée de piliers est composée de séparations en verre espion, un miroir quand il n’y a pas d’images et un support expographique en cas de rétroprojection. Sur ces séparations en verre, on trouve quelques vinyles avec des données statistiques uniquement visibles depuis des emplacements concrets. Le plafond, qui permet de voir les conotroncus de la structure profilés avec des messages sur des panneaux de DEL. Lorsque tout est éteint, projecteurs et panneaux de DEL sur OFF, il n’y a pas d’images sur les séparations et pas de messages au plafond. Nous sommes alors dans un labyrinthe formé par les reflets des murs et notre propre reflet, ne laissant apparaître que le revêtement représentant le monde politique. Si tout est allumé, sur ON, le labyrinthe est fondamentalement graphique et constitué d’un interrogatoire écrit : 2. Escalator Contenu : Le défi de repenser Les modifications extraordinaires et successives que nous avons effectuées au fil du temps sur le milieu physique ne nous permettent pas d’imaginer comment était l’espace dans lequel nous vivions. Il nous est difficile de visualiser comment était cette nature et comment elle fonctionnait. Et cela nous empêche de comprendre comment elle peut continuer à fonctionner, malgré nos actions. Nous pourrions dire que nous sommes aveugles. Nous ne pouvons pas voir cette nature qui se cache derrière nos œuvres ni les conventions qui la perturbent. Cependant, la nature nous là offre une grande opportunité, pour envisager un changement d’attitude, dans le but d’obtenir une meilleure qualité de vie pour nous et les générations à venir. Nous devons relever le défi d’une nouvelle réflexion afin de comprendre notre environnement. Nous devons remettre en question l’orthodoxie, qui nous limite à des domaines conçus éventuellement pour la gestion administrative, et qui nous empêche de prospérer. Nous devons faire des recherches sur la réalité qui régit la nature. Et, à partir de là, nous devons emprunter un nouveau chemin, pour résoudre les problèmes -liés à l’eau - qui nous affligent. Objectif : Transporter le visiteur vers une autre manière de penser, vers un autre point de vue. Le visiteur doit se sentir transporté sans effort. Il doit être sûr d’aller vers un lieu meilleur où on lui montrera une autre vision de la réalité. Nous sommes aveugles, mais bientôt nous commencerons à voir. Provoquer une sensation de soulagement, de bien-être... une accumulation de sensations positives. Espace : Escalator qui nous emmène à 13 m au-dessus du sol, sans voir ce qu’il y a autour, en percevant seulement une ascension. La disposition des séparations de l’espace du labyrinthe oblige le visi-


4. Rampes Contenu : La gestion du bassin Pourquoi le bassin doit-il être la seule unité de gestion des ressources hydriques ? Au moyen de différents exemples historiques et actuels sur l’interaction entre l’humanité et les bassins, nous souhaitons pousser le visiteur à discerner ce qui a été / est / sera une bonne gestion des ressources hydriques et ce qui a été / est / sera une mauvaise gestion.

Notre but n’est pas de favoriser une position extrémiste en ce qui concerne la prise de décisions sur la gestion de l’eau, mais plutôt de déterminer les attitudes et les concepts qui doivent fonder ces décisions : la valeur des informations, l’analyse et l’argumentation, la précision et la rigueur, la valorisation du pour et du contre, pour que les décisions permettent de préserver l’équilibre du bassin, de favoriser le consensus entre les différents organismes impliqués et de reconnaître la coopération comme forme de travail. Objectif : On doit insister sur le fait que le visiteur consolide le concept que l’on a déjà signalé : la raison pour laquelle le bassin doit être l’unique unité de gestion des ressources hydriques. Un processus de prise de conscience sur la manière adéquate de gérer un bassin, et en définitive les ressources hydriques. À travers un voyage dans le temps qui nous expliquera l’évolution des bassins et la répercussion des actions anthropiques tout au long de l’histoire de l’homme, il s’agit de comprendre la situation à laquelle nous sommes arrivés et nous demander si elle peut être améliorée. La remise en ordre des éléments anthropiques peut engendrer un meilleur équilibre, et pour y parvenir, il faut changer la façon de gérer les ressources hydriques : La gestion du bassin : consensus, coopération et sensibilisation personnelle. Espace : Rampes-tunnel, qui nous enveloppent dans une spirale lumineuse d’images et de textes relatifs aux concepts à transmettre lors de la descente vers le bassin. Depuis le mirador et le long des 2 tronçons de rampe ouverts, le visiteur s’engouffre dans les rampes-tunnel ; une descente, un rapprochement vers le bassin dans un espace fermé - tunnel d’expériences. Lors de petites pauses, des projections présentent, grâce à des morphings, le fil de l’argument avancé : l’évolution des bassins et la répercussion des actions anthropiques tout au long de l’histoire et comment la remise en ordre des éléments anthropiques peut permettre un meilleur équilibre. 5. Bassin Contenu : Le bassin, notre maison commune Nous devons comprendre que l’eau nous met en relation les uns avec les autres, et que nous devons partager cette ressource qui satisfait nos multiples besoins. Nous devons prendre conscience du fait que les actions entreprises par chacun pour utiliser cette ressource auront des effets sur nos voisins. Ainsi, nous sommes responsables d’une utilisation adéquate, non seulement pour ne pas porter préjudice aux autres, mais aussi pour que les bénéfices de tous soient plus importants. Cause à effet. Nous devons assumer notre propre responsabilité. Individuellement ou collectivement. D’autres l’ont fait. Objectif : Le visiteur doit se sentir comme chez lui. Il doit prendre conscience de l’importance des actions individuelles et collectives dans l’utilisation de cette ressource dans ce nouveau monde de bassins, dans notre bassin, dans notre maison. Il doit expérimenter l’interaction et le mécanisme de cause à effet des actions individuelles. Le visiteur doit se sentir motivé pour passer à l’action. Espace : Bassin, une grande place, espace concave, fermé par sa propre concavité, tout l’intérieur visible, comme une grande maison. Pour la première fois, c’est un espace public communautaire, qui favorise des actions de groupe. Sa structure à base de pièces de petit format -parapluies pour faire de l’ombre et tables interactives d’informations permet de le parcourir et d’interagir individuellement. D’abord, nous situerons le visiteur dans son bassin d’origine : D’où venez-vous ?

z

Français

teur à arriver à l’unique échappatoire possible : l’escalator qui nous facilite l’ascension à 13 m de hauteur. C’est un espace long et étroit, muré par une cloison laissant passer l’air, mais sans vue sur l’extérieur. Il nous permet de nous élever à une vitesse maximale de 0,5 m/s, pour une durée totale d’ascension de 15 à 30 secondes. On reçoit des informations sonores sous forme de messages et de questions. 3. Mirador Contenu : Le milieu physique dans lequel nous vivons À partir d’une brève explication du cycle de l’eau et du concept de « divortio acquarum », le visiteur doit comprendre que la structure organisationnelle du monde pourrait avoir une autre formalisation, la division en bassins, qui ne correspond pas du tout à la division politique actuelle. N’importe quel point du monde fait partie d’un bassin, et chaque point d’un bassin détermine les conditions de l’eau qui y circule. Chaque point d’un bassin a autant de droits et de devoirs sur l’eau qui y circule que tout point de la rivière ou point aquifère provenant de ce bassin. On peut dessiner une mappemonde partielle et reconnaissable, organisée, non pas par pays, mais par bassins. Le monde est divisé en bassins. Rien qu’en saisissant ce concept, illustré par une image graphique évocatrice, le visiteur devrait s’émouvoir et changer de vision, ce qui lui permettrait de comprendre la logique de toutes les explications qui viennent par la suite. Objectif : Rappeler au visiteur le monde physique dans lequel nous vivons, que parfois nous ne pouvons reconnaître à cause de la superposition des structures politiques. À partir d’une autre manière de voir le monde, organisé et structuré différemment du monde politique, soit le monde des bassins, il s’agit de provoquer un changement de la façon de penser du visiteur, qu’il se débarrasse des préjugés et qu’il puisse assimiler des concepts nouveaux et optimistes sur la gestion des ressources hydriques. Le visiteur doit éprouver de la surprise et de l’émotion quant à ce milieu physique capable de structurer le monde d’une manière différente de celle que l’on connaît. Et seulement en regardant et en comprenant ce qui est représenté, par pure logique, il doit se rendre compte que le bassin est la seule unité naturelle pour la gestion des ressources hydriques. Espace : Mirador nous offre une vision - autrement organisée - du monde dans lequel nous vivons, divisé en bassins, représenté graphiquement sur le bassin. Le mirador se situe au point le plus haut du bassin, que nous avons traversé et laissé derrière nous auparavant en montant par l’escalator. C’est un espace en longueur, d’environ 39,70 m, avec deux parties horizontales aux extrémités et une partie dont l’inclinaison longitudinale est de 8 %. Sa largeur varie autour des 2 m, avec tout un côté ouvert donnant sur le bassin-image. La disposition spatiale de l’information, sous forme de vue panoramique avec un contenu illustratif et explicatif de ce que nous voyons, oblige le visiteur à regarder dans la direction souhaitée, c’est-àdire vers le bassin, que nous reconnaissons comme une grande image.

161


Ensuite, nous mettrons le visiteur en situation de participation à des décisions ou à des actions collectives ou individuelles, pour vérifier ses interactions. Enfin, le visiteur sera invité à assumer ou non son engagement d’action individuelle. Par les rampes, on arrive à la partie praticable du bassin, environ 60 % de sa superficie totale. Le bassin est un espace fait pour être parcouru librement, avec des pentes variables. C’est un espace ouvert, mais couvert en partie par des « parapluies » qui font de l’ombre. L’image du bassin que l’on voit du mirador est imprimée aussi bien sur les éléments du revêtement que sur les parapluies. Mais de par son graphisme, la perception qu’on a depuis le bassin ne sera pas la même que celle qu’on a depuis le mirador. Cette image concrète et définie que l’on voit depuis le mirador devient alors une représentation abstraite, faite de couleurs et de reflets.

Inspirations aquatiques Par Francisco Ortega

162

Lorsque les grandes lignes du programme des spectacles pour l’Exposition internationale Zaragoza 2008 ont été définies, trois spectacles, jugés d’un grand intérêt pour les visiteurs et de grande qualité artistique, ont été retenus. Ils s’apparentaient à des autoproductions, c’est-à-dire assurant leur propre organisation, comme la gestion des artistes, producteurs et entreprises permettant leur représentation. Les trois spectacles en question sont la parade, le spectacle de nuit et une troisième représentation conçue comme une expression globale témoignant également de la nécessité d’inventer un continent, c’est-àdire un espace scénographique permettant sa production. Le lien entre tous ces spectacles est bien évidemment l’eau et le développement durable: chacune de ces représentations évoquent ce sujet avec des perspectives totalement différentes mais complémentaires. Nous avons alors pensé que la parade pourrait transgresser ses normes habituelles, se sclérosant au fil du temps, avant de devenir fondamentalement esthétique. Elle se caractériserait alors par une exaltation singulière de la beauté que l’eau, en tant que concept culturel, mythologique et stimulateur des sens et de l’intellect, pourrait préserver. Par ailleurs, il paraissait opportun que le spectacle de l’Ebre, qui marque la frontière entre la lumière et les ténèbres, soit une sorte d’aboutissement et de commencement, qui transmettrait implicitement un message sur les désastres naturels auxquels nous pouvons être confrontés si nous continuons à utiliser l’eau à mauvais escient. Le troisième spectacle devait nécessairement proposer une participation ludique aux spectateurs: l’interactivité constitue l’essentiel de cette production sans que soient écartées les interrogations précédentes. Et c’est ici que commença notre relation avec le directeur artistique argentin Pichón Baldinu, directeur de la compagnie argentine Delaguarda dont nous connaissions le spectacle «Villa, Villa». Pour commencer, ce spectacle pourrait être défini comme une production «aérienne» puisque la plupart des actions se déroulent au-dessus des spectateurs. Il s’agit également d’un théâtre d’images, dans la mesure où il y a peu de texte à proprement dit. Par ailleurs, le spectacle se caractérise par une succession de scènes dépourvues d’arguments aristotéliciens traditionnels, se superposant les unes aux autres. Pour terminer, nous pourrions dire que c’est également un théâtre qui invite le spectateur à «vivre» à côté des acteurs: le spectateur n’assiste pas seulement à leur représentation mais peut décider de son degré d’intégration dans le spectacle.

Cependant, ces caractéristiques ne permettent pas d’expliquer le phénomène de catharsis provoqué par «Villa, Villa». À l’Exposition de Saragosse et à travers le nouveau projet de Pichón, nous essayons de provoquer ce même phénomène. À New York, Amsterdam, Buenos Aires ou Madrid, au moment de quitter la salle où était représentée cette singulière performance, le public avait le sentiment d’avoir participé à une fête pleine de joie démesurée jouissant d’un savoir-faire technique avisé. La beauté de la musique raciale souligne chacun des thèmes et les enveloppe de notes poétiques et ethniques où le va et vient des corps, des voix et des sensations est guidé par une sorte de folie contrôlée. L’Argentine (sa culture, ses traditions populaires et son folklore), se cachait derrière tous les éléments audio ou visuels, en un tout artistique, esthétique et à la fois inquiétant, sauvage, harmonieux, onirique et rationnel, d’une pure originalité, avec un soupçon de sincérité brutale que presque toutes les compagnies professionnelles spécialisées dans ce type de théâtre frontalier ont malheureusement perdue en chemin. C’est également sans aucun doute ce que le visiteur de l’Expo trouvera dans la place thématique Inspirations aquatiques: “un moment unique, plein de nostalgie, de plaisir et d’émotions qui resteront gravés à jamais dans sa mémoire”.

Inspirations aquatiques Par Pichón Baldinú, Compañía Delaguarda Je crois qu’avant de présenter le spectacle, je devrais expliquer comment m’est venue l’idée de réaliser un événement théâtral qui offre à la fois une histoire, un langage des sens et une atmosphère invitant le spectateur à y prendre part. Peut-être dois-je préciser que c’est la première fois que je pars d’une histoire pour la création d’une pièce. Auparavant, je trouvais toujours ma source d’inspiration dans des idées et des images que je développais après une très longue expérimentation physique, où l’espace occupait une place prépondérante. Souvent, lorsque la pièce prenait forme, l’espace ne déterminait pas seulement la mise en scène mais également l’esprit et l’argument : il était le lieu de représentation et l’œuvre à la fois. C’est ainsi que plus tard, l’histoire se présentait comme un récit abstrait se distinguant par un caractère singulier et fort; violent, euphorique, onirique, joyeux, etc. Aujourd’hui, ce chemin inverse constitue un nouveau défi pour moi: la transmission d’un message. Quelque chose qui pourrait rester graver dans l’esprit et le corps du spectateur. Quelque chose qui amènerait le public à la réflexion. L’histoire parle d’un homme universel qui possède une telle quantité d’eau qu’il la gaspille, sans penser que ce comportement puisse lui nuire. L’agression se manifeste par des attaques entre les hommes. L’eau devient hors de contrôle et l’homme lutte en vain pour la maîtriser. L’homme est dépassé par le chaos. Un jour, un nouvel homme apparaît, gravissant un chemin, faisant craqueler la terre sous ses pas et ne laissant que désert derrière lui. Au bout du chemin, il s’évanouit et tombe. Il devient alors sec comme la terre qu’il vient de fouler. L’homme doit se réveiller. Personne d’autre ne peut changer cette situation. L’eau est un élément vital présent à l’intérieur et à l’extérieur de lui. Que choisira-t-il de préserver le plus? L’une peut-elle exister sans la présence de l’autre? L’homme peut-il seul arrêter ce désastre? L’action se déplace vers l’arène où apparaît un nouveau personnage, un jeune qui rejoindra les hommes pour changer leur tragique destin... Les actions se déroulent dans tout l’espace, qui est divisé en trois


Inspirations aquatiques By Performance Ideas y apliaciones S.L. Felix Escrig, DYCA Ingenieros Il s’agit de concevoir un site pouvant accueillir les représentations scéniques d’avant-garde d’un spectacle conçu tout spécialement pour l’Expo Zaragoza 2008 et qui sera présenté par la troupe argentine De Laguarda. Les besoins de ce site sont très particuliers étant donné les diverses conditions requises qui définissent sa structure : _ Il ne doit pas dénaturer l’environnement mais sublimer l’idée de cirque. 1. Sa capacité doit être de 3 000 spectateurs : 1 800 places assises dans les gradins et 1 200 debout, au niveau de la place centrale appelée arène. 2. Les spectateurs doivent pouvoir accéder au site et l’évacuer dans un délai ne dépassant pas 20 minutes.

3. L’accès aux gradins sera différent de celui de l’arène : le premier accès est situé à 200 m au dessus du niveau de la mer contrairement au second, situé à 193,5 m. 4. Dans l’arène, la hauteur libre de l’espace intérieur doit être de 15 m. À cette hauteur, un plafond technique praticable doit être aménagé, accessible par des passerelles partant de la scène. 5. Des véhicules lourds doivent pouvoir entrer dans l’arène pour le transport des décors du spectacle et des pièces préfabriquées qui composent le site. 6. Les grandes portes d’accès pour les camions doivent également servir de points d’accès et de sortie pour l’arène. 7. Le black-out (noir complet) doit pouvoir être obtenu à l’intérieur du site. 8. Toutes les infrastructures pouvant être louées doivent permettre de minimiser les coûts et d’aider à leur réutilisation. Sur la base de ces conditions requises et étant donné le nom de la place, « Inspirations aquatiques », ce lieu a été doté d’un aspect extérieur correspondant à un lieu de forte affluence publique, sur un site aussi symbolique que l’Exposition internationale Zaragoza 2008, et doit remplir les conditions requises précédemment citées. L’espace Inspirations aquatiques se situe en les deux grands ponts, le pavillon pont et le pont du Troisième Millénaire. Il occupe la rive du fleuve et est relié au reste du site par une zone arborée. Le terrain est suffisamment pentu pour que les spectateurs puissent accéder aux gradins depuis la partie supérieure et à l’arène depuis le bas, grâce aux différents points d’accès. L’espace urbain en question se distingue par sa forme circulaire. Cette dernière se termine par un petit espace qui accueille la scène et les locaux annexes. La question urbanistique la plus importante à résoudre a été l’accès à la partie supérieure et aux gradins, très différent de celui qui mène à la partie inférieure. En effet, un escalier reliant les deux niveaux a été aménagé à l’extérieur du bâtiment. Pour que les camions puissent accéder à l’intérieur du site, une zone d’attente de courte durée a été aménagée du côté ouest du bâtiment, depuis la voie de service parallèle au fleuve. La forme de coquillage n’a pas été choisie par hasard, mais pour les raisons suivantes : 2. «Cette structure est très légère est très efficace car dotée d’une grande rigidité longitudinale et transversale. La structure est composée d’un ensemble de 19 cerces de forme triangulaire, reliées entre elles, permettant la fixation des lourdes sous structures nécessaires au déroulement du spectacle. Cette structure n’était pas prévue dans le projet, mais elle s’avère parfaitement démontable et facile à installer dans n’importe quel endroit doté d’une topographie différente. Elle peut être utilisée pour aménager un auditorium ouvert sur les côtés ou une protection urbaine pour les marchés, pour couvrir un complexe sportif, etc. 4. Le matériau couvrant est constitué de panneaux sandwich traités afin d’absorber 30 % du bruit généré à l’intérieur du bâtiment (35 dB) : ces panneaux de couleur ocre permettent également de refléter les rayons du soleil sans emmagasiner la chaleur. 5. La forme de coquillage, plus qu’un mimétisme, est une inspiration aquatique à laquelle aucun visiteur ne peut échapper. Une certaine régularité de la forme a été conservée, pour maintenir un certain ordre qui, cependant, peut être chamboulé en fonction de la taille des crêtes situées à l’avant. 6. Les 17 lobes frontaux permettent la création de 17 points d’accès de hauteur suffisante. Ils ne seront pas tous utilisés pour éviter les encom-

z

Français

zones: la scène, l’arène et les tribunes. Je pourrais dire qu’il s’agit d’un colisée romain, d’arènes avec une scène à l’italienne, ou d’une pièce qui commence dans les tribunes, se poursuit dans l’arène, se développe sur la scène, revient dans l’arène pour se terminer sur la scène. Je devrais également ajouter que lorsque je mentionne ces espaces, je pense à leur configuration tridimensionnelle puisque tout ce qui se déroule au-dessus de X et Y, c’est-à-dire dans l’air, acquiert un pouvoir et une force expressive, qui transforme cette dimension en un inépuisable «territoire» qui diffuse ce langage de manière exponentielle. C’est cette valeur qui pour moi est la plus importante: elle est un allié sur lequel je peux toujours compter, une muse, un mystère à dévoiler, une bête à dompter. Lorsque pour cette pièce, on m’a proposé de travailler dans un théâtre (je dois avouer que c’est la première fois car j’ai toujours produit mes pièces dans des endroits non conventionnels), j’ai décidé de percevoir ce lieu comme une ancienne caverne, habitée par des esprits millénaires. Ces esprits disposaient d’une infinité de règles inébranlables avec lesquelles ils mettaient au défi tous ceux qui souhaitaient utiliser la caverne. Une multitude d’artistes ont pénétré ces lieux et peu d’entre eux ont réussi à les briser, pour transformer cette caverne en une véritable illusion. Il s’agit d’un grand défi. Je perçois également ce théâtre comme un grand trou béant d’où naît, se construit et se crée cette grande illusion. Mais, cette illusion peut-elle devenir assez grande pour ne pas tenir à l’intérieur? Est-ce qu’elle peut s’échapper de ce grand trou béant? Et si ce trou décidait de l’expulser, la caverne déciderait de s’ouvrir, les esprits de briser les règles et pour une fois, d’en sortir. C’est ici que l’espace se transforme en théâtre et que l’action se déplace vers l’arène. L’arène se compose de différents dispositifs scéniques qui donnent naissance à de gigantesques créatures. Si nous pensons que mille spectateurs se tiennent debout parmi elles, nous devrions continuer de les incorporer à la scène... Le spectateur est acteur, l’acteur sera le complice des changements de rôles, un nouvel ordre apparaîtra dans cet espace, ainsi que de nouvelles règles, de nouveaux esprits... Et que deviennent les personnes qui son assises dans les tribunes? L’espace scénique se rapproche et les derniers sont désormais les premiers, comme des dieux qui peuvent tout observer de très loin. Ils voient les acteurs et les spectateurs devenus à leur tour acteurs. Maintenant que les règles ont changé les conditions de l’espace, qui se change en quoi? Qui change et par quels procédés? Qu’apporte l’espace à la pièce? Qu’apporte la pièce à l’espace? L’espace n’est plus seulement le cadre du spectacle, mais également le déflecteur de tous les éléments qui le composent.

163


brements à l’intérieur, entraînant une perte de place. 7. La forme permet, du point de vue de la construction, de créer des déversoirs situés à l’extrémité des vallées. 8. Tous les éléments utilisés sont rectilignes, même si les arcs qui forment les nervures principales se distinguent par leur ligne incurvée circulaire. 9. D’un point de vue économique, cette forme permet une réduction des coûts contrairement à d’autres propositions. 10. En ce qui concerne l’intérieur, les caractéristiques du spectacle ont déterminé le choix de la proposition. 11. Les dimensions prévues à l’origine ont été légèrement modifiées pour accueillir un plus grand nombre de spectateurs, ce qui a impliqué de déplacer le site vers un espace plus grand. 12. En somme, il s’agissait de réaliser quelque chose d’attractif et d’apparence novatrice, un édifice ordonné et apaisant, contrairement aux différentes propositions plus osées et informelles. Une partie des éléments qui composent cet espace seront loués, ce qui implique l’utilisation d’une toile peinte représentant différentes scènes du spectacle, en guise de réclame, à l’intérieur comme à l’extérieur du site de l’Exposition internationale.

Pavillon des initiatives citoyennes: Le Phare Par Francisco Pellicer, Víctor Viñuales

164

Intégré à l’ensemble des places thématiques, LE PHARE : pavillon des initiatives citoyennes, met l’accent sur le rôle important joué par les organisations de la société civile, au delà des frontières et des systèmes politiques. Les organisations sociales ont montré un grand dévouement dans la dénonciation des déséquilibres et dysfonctionnements dus à l’action de l’homme sur la Terre, notamment dans les pays développés ayant une plus grande capacité de transformation. Depuis le début, ces organisations se sont alliées aux chercheurs téméraires et controversés qui annonçaient le changement climatique, attirant fortement l’attention sur un sujet qui est finalement passé au premier plan des préoccupations mondiales. Les organisations de défense des droits civils mettent également en avant ces préoccupations, dont l’accès universel à l’eau. En plus de leur action militante, les organisations non gouvernementales proposent des alternatives, offrant une nouvelle façon de comprendre la nature des défis de l’eau et de les aborder, transformant les structures et modèles de gestion basés sur le gaspillage et l’inégalité. Il s’agit en définitive d’inverser les tendances et d’assainir la planète écologiquement, pour plus de justice et de solidarité et donc plus de paix sociale. Ce n’est pas la première fois que ces organisations sont présentes aux Expositions. À Aichi 2005 particulièrement, on a constaté une présence significative dans l’espace Global Village. À l’Expo Zaragoza 2008, on fait cependant un pas en avant important ; il ne s’agit pas d’un grand éventail de petits espaces individualisés, mais d’une proposition intégrale et intense basée sur la rencontre et le travail de groupe, dans la convivialité réflexive et festive. L’espace d’exposition tente d’exprimer ce concept à travers l’architecture, les expositions, les expériences, les rencontres et les autres activités menées à bien par l’ensemble du dit secteur tertiaire, pluriel et international, en rapport avec l’eau, ses dimensions environnementales et la coopération au développement. La fondation Écologie et Développement, exerçant les fonctions de coordination et de secrétariat technique, a constitué un groupe de départ avec la Croix Rouge Espagnole, Intermon Oxfam, Fondation Nouvelle Culture de l’Eau et WWWF / ADENA afin de stimuler la participation internationale. Jusqu’à présent, 160 organisations des cinq continents ont manifesté leur intérêt pour participer à l’Expo 2008 .

Le pavillon occupe une position centrale et visible sur le site, constituant un point d’intérêt sur le parcours parallèle à l’Ebre avec les places thématiques. Plus qu’un contenant, on peut dire que le bâtiment est un contenu en lui même. Il ressemble à un grand pot ou une cruche en terre cuite de 21 m de hauteur et une base circulaire de 1000 m_. Les murs, construits avec de la paille et de l’argile projetée, définissent un volume avec deux coupoles et un amphithéâtre central destiné aux rencontres. Une couronne accueille les expositions et un espace légèrement individualisé, grâce à la coupole secondaire, sert de café internet. Les équipements et services nécessaires se trouvent au rez-de-chaussée, occupant l’espace sous l’anneau des expositions et les gradins. Le programme d’expériences se tient près du fleuve pour capter les eaux de l’Ebre ensuite traitées par la station d’épuration d’urgence (ERU), et pour être visible depuis la zone d’attente dans un but de sensibilisation à la dure réalité d’autres parties du monde. De cette façon, on arrive à créer un espace unitaire et polyvalent où un programme riche et varié est développé, grâce à la participation plurielle d’un grand nombre d’acteurs. Le projet incontestablement novateur et contemporain de l’architecte Ricardo Higueras présente des matériaux employés traditionnellement dans les régions arides de nombreuses parties du monde. La nature de ces matériaux fait appel à notre réflexion pour repenser le présent, en tirant des leçons du passé. L’austérité de la terre et de la paille n’enlève rien à la splendeur des hautes coupoles, au sein desquelles on bénéficie de bonnes conditions thermiques, grâce à l’ombre, la capacité isolante des murs et le rafraîchissement procuré par la circulation des eaux fraîches des nappes phréatiques immédiates et les cheminées thermiques qui couronnent le bâtiment. La lumière zénithale qui envahit l’espace intérieur depuis les cheminées procure un éclairage naturel, diffus et homogène approprié aux espaces d’expositions et de rencontre. En définitive, le pavillon devient la métaphore du grand ventre maternel de la Terre, nous accueillant tous sans distinction et nous offrant de bonnes conditions de vie, de rencontre et d’échange. C’est ainsi qu’il répond à sa vocation de phare et de guide de nouvelles expressions culturelles pour aborder les défis actuels de l’eau, dans une perspective de durabilité pour les générations à venir. Francisco Pellicer Images du projet. Sélectionner les meilleures et les plus actuelles. Il conviendrait également d’incorporer certaines images de notre document « Le rêve de l’Eau » et de les combiner avec des images de la Hollande, du Bénin, de l’Inde, de la Palestine, d’Israël et du Chili. Vous pouvez également demander la permission à Leiva d’incorporer quelques images du livre que nous avons publié. Par le biais des images, nous souhaitons intégrer le projet d’Initiatives Citoyennes dans ce volume dédié à l’Expographie.

Pavillon des initiatives citoyennes: Le Phare Par Ricardo Higueras Situé sur le front fluvial de l’enceinte, à côté des places thématiques, le Pavillon des initiatives citoyennes est l’espace consacré à la participation de la société civile à l’Exposition internationale Zaragoza 2008. Dans ce contexte de pavillons monographiques où le concept d’exposition développé est déplacé vers la conception architectonique des bâtiments, le Pavillon des initiatives citoyennes est conçu


cité la circulation de l’air à l’intérieur de ce grand contenant, et pour l’approvisionnement électrique, on prévoit des systèmes solaire et éolien de captage. La reconsidération de l’emploi de matériaux traditionnels qu’aujourd’hui nous considérons comme des déchets, comme la paille, est présentée dans ce projet, au-delà de l’anecdote consistant à édifier un bâtiment singulier, comme une réflexion sur la construction durable qui doit voir plus loin que la rentabilité apparemment immédiate des systèmes de construction conventionnels.

Pavillon des Arfrique: estepes, prairies et savanes: Par Uwe Bruükner, María Millán, María Marta Murais, Adriana Castro, Nüssli, Martin Joos L’interaction des éléments du cycle écologique: l’eau, le vent, le soleil et leur mouvement constant transforment la nature et leur syntonie est indispensable à la formation de la vie sur la terre. Sur la façade, il a été décidé de rendre hommage à la nature et aux éléments qui la forment et la transforment, au moyen d’une interprétation matérialisée sous forme de couches qui s’assemblent, communiquant un message unique. Une couche de petites «lames» suspendues dans un micro-filet resplendissent au soleil et bougent librement au rythme du vent créant ainsi des formes ondulées imitant la surface de l’eau ce qui rappelle l’interaction de ces éléments et leur importance dans la nature. Sur une seconde couche, une représentation abstraite des paysages subsahariens de prairies et savanes, et de leur vaste horizon, célèbre l’union entre le ciel et la terre (mythe africain de l’origine de l’homme). Elle est complétée les noms des pays, créant ainsi une image panoramique à grande échelle urbaine, puisqu’elle peut être clairement perçue à distance. En s’approchant de la façade, nous pourrons découvrir des statistiques sur les pays exposants gravées sur les « lames » individuelles. La troisième couche est formée de Lumière, qui en s’activant transforme la façade en un organe de transmission vivant, un lien de communication du contenu de l’intérieur du pavillon vers l’extérieur. La lumière se matérialise sous forme de figures nous contant des poèmes sur la culture et la nature, où un nuage devient homme, l’homme devient lion… où l’eau inonde la terre, coule le long des rivières et courants puissants, imbibe la terre et fait pousser la végétation. Le récit est composé de courts modules, qui décrivent un voyage imaginaire, créant ainsi un message au style abstrait.

z

Français

comme un élément singulier qui exprime son propre contenu. Ainsi, le contenu ne se résume pas à un thème unique, car il s’agit du concept de participation, de pluralité et d’échange que représente l’action des collectifs sociaux, des associations et des organisations non gouvernementales. À partir de cette prémisse, le projet architectonique propose un bâtiment qui répond à la problématique de l’architecture durable du XXIème siècle, aussi bien dans sa construction et son utilisation que dans la réduction au minimum de son empreinte écologique en réponse à son caractère éphémère. Le projet cherche cette réponse dans la relecture de la construction traditionnelle avec des matériaux de la terre : le bois, la paille et l’argile. Il trouve son inspiration, aussi bien pour la forme que pour le fonctionnement, dans le comportement des récipients en terre, les traditionnelles cruches. Le bâtiment est organisé en un espace unique, ouvert et fluide. À partir de l’étage circulaire de la parcelle proposée, deux coupoles juxtaposées s’étendent, avec des hublots ouverts par où pénètre la lumière zénithale. Sous ce grand ‘parapluie’, le programme s’organise grâce à une tribune demi-circulaire et deux ferronneries alternées et reliées. De cette manière, trois niveaux sont créés autour de la pièce centrale du ‘forum’, un amphithéâtre qui représente le cœur de la participation et de la communication. Au niveau inférieur, on distingue : d’un côté, un espace très haut destiné à la représentation d’expériences d’actions et de bonnes conduites, plutôt envisagé comme un espace ludique et d’expériences qu’un espace d’exposition uniquement ; d’un autre côté, un espace plus restreint, situé derrière la tribune, qui abritera le caféboutique équitable, ainsi que des espaces techniques et de service. Depuis l’espace des expériences, on accède à la plate-forme intermédiaire qui entoure la tribune par la partie supérieure, allant de 3,60 m à 7 m de haut. Ces deux surfaces complètent l’espace d’exposition du pavillon, proposant ainsi un parcours continu. La relation entre le bâtiment et l’extérieur prétend également être fluide, malgré le contrôle nécessaire des flux de visiteurs. Cette relation est aussi articulée en tenant compte du fleuve, et même d’une éventuelle connexion directe avec celui-ci. Le pavillon disposera de trois accès : un par la petite coupole, au nord, qui donne sur l’enceinte et qui sert de sortie principale ; les deux autres donnent sur le fleuve, l’un à l’est qui sert d’entrée et de sortie directe au ‘forum’, et l’autre à l’ouest, l’accès principal à l’espace d’exposition. Cet accès principal est relié à une zone d’attente formée par un porche végétal entre le pavillon et la zone écogéographique contiguë au bois naturel. Les ouvertures des entrées servent de mirador aux niveaux supérieurs. Ainsi, sans perdre l’intimité et le confort du bâtiment, le visiteur pourra voir l’extérieur dans trois directions. La construction de ce grand espace est pensée à partir de la reconsidération des systèmes traditionnels. En le fermant grâce à des murs épais de paille recouverte d’argile, on obtient une isolation deux cents fois supérieure à la brique. La paille, dont on se débarrasse généralement en la brûlant, est utilisée ici emballée en balles prismatiques et préalablement pressée. Ces balles sont disposées sur un squelette structural et forment ainsi la base des murs. On recouvre enfin le tout, intérieurement et extérieurement, en projetant de l’argile qui sert à agglomérer et, dûment traitée, à imperméabiliser, sans perdre la capacité de transpiration du mur. En ce qui concerne l’utilisation de l’énergie, on cherche également des installations efficaces et des énergies renouvelables qui vont de pair avec l’efficacité passive du bâtiment. On envisage des systèmes de climatisation utilisant la nappe phréatique et combinant avec effica-

MUSÉOGRAPHIE Conception créative. Image collective Image des pays africains subsahariens. L’Afrique méridionale est bordée à l’est par l’Océan Indien et à l’ouest par l’Océan Atlantique. Cette région géographique possède un plateau caractérisé par une hauteur en grande partie homogène. La superficie plutôt pauvre en ressources aquifères présente surtout de grands lacs intérieurs comme le lac Victoria. Ces conditions écogéographiques définissent une image de l’espace caractérisée par un vaste horizon. L’organisation de la conception est fondée sur les caractéristiques décrites par les paramètres écogéologiques; biomasse des pays, forêt

165


166

tropicale, savane, prairies et déserts. Ceux-ci sont représentés par une mise en scène qui imite la topographie par association. Conception créative Un filet orthogonal tendu au niveau des surfaces verticales et horizontales assure une division flexible de l’espace. C’est lui qui délimite les parcelles et volumes d’exposition des différents pays. Le système modulaire organise une image d’architecture de paysages dans tout l’espace intérieur. Le pavillon se décompose en trois «rayons»; l’eau, le paysage et la culture. L’eau, sous forme de voies fluviales, crée une rupture avec la masse tectonique, donnant leur forme aux côtes du territoire. L’influence de l’eau, abondante ou rare, donne leur forme aux paysages territoriaux, au sein d’un système d’intégration. C’est depuis ces zones que l’on accède aux espaces à thèmes individuels pour la culture des pays. Conception créative. Voie fluviale Les voies fluviales entraînent le visiteur dans un tunnel d’accès, qui comme élément de transition, invite ce dernier et le submerge à l’intérieur du pavillon, le guidant vers les pays et les espaces à thèmes collectifs, jusqu’à la sortie. Ce tunnel, qui sert de voie de navigation principale, est aussi le lieu de grande affluence au sein du pavillon. Un parcours sur les voies fluviales permet au visiteur d’accéder aux différentes zones de mise en scène sur la terre ferme puis de nouveau sur les voies fluviales. Chaque pays est intégré dans la mise en scène des zones communes, qui comportent des détails relatifs aux différents thèmes des pays. Zone commune. Eaux stagnantes Les différentes zones côtières se situent autour d’une installation qui symbolise la situation des lacs dans la zone subsaharienne. L’espace est délimité par l’herbe qui pousse du sol. Les visiteurs pourront jouir de sièges interactifs en forme de pierres, diffusant des informations lorsque l’on s’assoie dessus; on pourra ainsi « pêcher » des informations sur la situation de la pêche autochtone et la végétation côtière. Zone commune. Le puits La présence du puits est directement liée au thème de l’obtention d’eau potable. Nous pourrons voir et écouter les récits de tradition orale ainsi que les histoires quotidiennes sur le puits, lieu important de la vie sociale des villages. Les voies fluviales sont accentuées à la verticale avec les éléments nuages. Un document audiovisuel se réinitialise toutes les heures: il nous fait vivre la force de la nature grâce à un montage sonore et des projections qui rendent l’expérience plus intense. La nuit claire et étoilée illumine les chemins et renforce l’unité de «l’image continentale de l’espace». Au sein du pavillon, cette expérience transmet un sentiment solidaire envers l’espace naturel et culturel unique. Les installations d’eau dans les surfaces communes interprètent l’élément eau tout en renforçant ses propriétés et la fascination pour ses caractéristiques spécifiques. Conception créative. Paysage (rayon moyen) Depuis la voie fluviale, on peut apprécier la vue d’une image commune de paysages. La scénographie représente de petits segments des circonstances écogéographiques du continent et représente les différents États comme un espace naturel et culturel unitaire. Les conditions topographiques caractéristiques de chaque pays (forêts tropicales, savanes, prairies, déserts) sont représentées sur un grand collage photographique horizontal traversant le pavillon à l’instar d’une frise. Cette perspective artificielle souligne l’horizontalité par le biais d’une

transformation artificielle de la perception « Afrique»: de grandes plaines, un horizon scintillant, un ciel bleu dégagé et les tons chauds, jaunes et marrons, des savanes et déserts. La possibilité de voir les pays limitrophes favorise la sensation de communion et résume les zones écogéographiques en termes supranationaux. Éléments scénographiques. L’interprétation des formes topographiques se fait au moyen d’une échelle chromatique qui facilite le récit des différents paysages et leur relation avec l’Eau. Dans cet environnement, espace semi-publique, sont représentés des thèmes en rapport avec la végétation et l’agriculture, ainsi que la faune et la flore d’un pays. La configuration de l’espace provient des formes géométriques irrégulières, comme en témoignent les cartes des zones agricoles et de leurs parcelles, représentation de la nature manipulée par l’homme. Les vitrines au sol permettent de voir, par exemple, les abondantes ressources naturelles présentes dans le sol ou les découvertes archéologiques d’un pays. L’individualité du pays est présentée dans les modules, sans pour autant laisser de côté la perception globale du continent. Conception créative culture La zone «culture» se trouve au sein du rayon extérieur du pavillon, et prend forme dans un module indépendant, avec des espaces plutôt introvertis, qui offrent la possibilité d’exposer des projets individuels sur l’eau et son développement durable. Dans sa scénographie, le module respecte le principe d’organisation des angles droits, basé sur le filet orthogonal de la structure urbaine (axes orthogonaux x, y, z) qui reflète l’intervention humaine dans la ville moderne. Le thème central «Ville - Eau - Individu » se focalise sur l’influence du facteur humain dans chaque pays. C’est ainsi que l’on souhaite «célébrer » les solutions et plans actuels en ce qui concerne les situations quotidiennes des différentes régions du pays. Chaque pays sera présenté à travers l’exposition d’objets de valeur ou insolites, témoignant de particularités et connotations spéciales qui le définissent et le personnalisent. Cela permet de renforcer la présentation esthétique et artistique obtenue grâce à l’image de l’espace. Les trois zones de culture, paysage et eau font part d’un voyage en photos, depuis la totalité du continent jusqu’aux détails d’un pays. L’espace public des voies fluviales nous permettra d’expérimenter la vision globale du continent. Lorsque nous commençons à passer par l’espace semi-publique de paysage, on peut obtenir un « zoom » de la vision, jusqu’à la zone de culture (espace introverti) où les pays et leur contenu individualisé concluent l’expérience de l’exposition. La gestion d’un concept artistique intégrant transmet un sentiment continental commun à tous les pays d’Afrique subsaharienne. Le récit des contenus du thème eau est renforcé par des moyens de diffusion innovateurs et une multitude d’éléments sensoriels favorise une certaine sensibilisation, invitant à l’analyse et à l’échange d’idées.

Pavillion des L´Amérique latine: forêts tempérées et tropicales Par Georgina Larrea Cette proposition, en harmonie avec la thématique de l’Expo Zaragoza 2008, répond au concept «Eau et développement durable», intégrant la


riches en espèces et endémismes. Environ un tiers de la flore supérieure de la planète (environ 90 000 espèces) se développe dans les régions tropicales d’Amérique. Au total, presque 40 % des espèces végétales et animales de la Terre sont présentes en Amérique latine et aux Caraïbes. Binôme arbre-rivière Ce binôme reprend les éléments du phénomène d’auto similitude de la géométrie fractale de la nature. Les modèles de la nature se reproduisent et leurs formes coïncident, soumettant de nouvelles interrogations à leurs observateurs. Binôme feuille-goutte Nous avons tendance à valoriser l’eau et la vie comme étant un Tout. Ce binôme récupère et revalorise l’unité – une feuille ou une goutte – selon l’idée que, pour nous responsabiliser et faciliter une culture de durabilité, il est nécessaire de sentir que le changement est à notre portée. Les rivières se forment grâce à des milliards de gouttes d’eau. Prendre soin de l’une d’entre elles, c’est prendre soin de l’ensemble. La conclusion de ce pavillon se focalise sur la conservation et l’utilisation responsable de cette ressource naturelle qu’est l’eau. La beauté des forêts tempérées ainsi que la richesse de leurs cultures sont les facteurs qui permettront une réflexion et ainsi la transmission d’un message éducatif.

Pavillion des L´Amérique latine: forêts tempérées et tropicales

z

Français

présence et la valeur de l’eau dans ces zones écogéographiques. Aussi, la durabilité des ressources hydriques exige que l’on prenne soin des écosystèmes, ce qui s’avère fondamental pour les écosystèmes des tropiques humides. Grâce à l’eau qu’elles contiennent en surface, les forêts tempérées et tropicales –écosystèmes d’eau douce– fournissent à l’homme des ressources hydriques, des aliments, de la matière première et de l’énergie. Elles permettent également de contenir les inondations et de stocker l’eau. A l’origine des cycles d’oxygène et de dioxyde de carbone, elles rendent possible le transport, la distraction et la culture. Les activités de l’homme altèrent, parfois de façon irréversible, l’intégrité des écosystèmes générateurs d’eau. La croissance de la population et de la consommation, le développement des infrastructures, la surexploitation des terres, ainsi que la pollution de l’eau et de l’air ont un impact négatif sur les bois et forêts et mettent en danger leurs fonctions. La destruction des forêts d’Amérique latine afin de créer des zones de cultures et de pâturages permet d’obtenir des ressources et des aliments pour un grand nombre de personnes mais entraîne de graves changements climatiques qui affectent l’Amérique latine et le monde. La détérioration environnementale de l’Amérique latine constitue aujourd’hui un grand défi. Relever ce défi implique de transcender le sens utilitaire que nous avons attribué à l’eau et aux autres ressources naturelles issues de nos écosystèmes et de nous sensibiliser à la valeur de l’harmonie naturelle. L’eau douce est une ressource naturelle renouvelable mais limitée en termes de consommation. En 2025, l’approvisionnement en eau devrait augmenter de 50 % dans les pays en voie de développement et de 18 % dans les pays développés. Un des Objectifs du Millénaire, proposés par l’ONU en l’an 2000, est de garantir la durabilité de l’environnement afin d’éviter la perte de ressources environnementales, parmi lesquelles l’eau a un rôle prioritaire. L’Amérique latine – région de contrastes – présente des paradoxes important en termes d’écogéographie. Sa richesse et sa diversité naturelle sont confrontées à la détérioration environnementale et à la menace de sa perte. Consciente du défi qu’elle doit relever, elle a adopté une attitude responsable pour la conservation de la biodiversité et des ressources naturelles. Objectif Promouvoir l’évaluation et la protection de l’intégrité des forêts tempérées et tropicales d’Amérique latine afin d’améliorer la santé environnementale, l’approvisionnement en ressources hydriques et la protection de la biodiversité. L’Amérique latine est, par excellence, une région de cours d’eau. Le réseau hydrographique de la région est composé de près de mille rivières et fleuves qui se jettent dans l’océan pacifique et l’océan atlantique. Les cours d’eau d’Amérique centrale et ceux qui se jettent dans le Pacifique sont petits et de faible débit alors que ceux qui se jettent dans l’Atlantique sont plus grands et ont un débit élevé. De la Cordillère des Andes vers l’Atlantique, il existe essentiellement 3 grands bassins qui s’étendent sur approximativement 80 % du territoire sud-américain : Bassin Orinoco (nord) Bassins Amazonas (centre) Bassin Paraná-Paraguay (sud) : il alimente les chutes d’Iguazú. Ces bassins et les centaines de cours d’eau de moindre taille parcourent les forêts tempérées et tropicales des pays d’Amérique latine. L’eau s’écoule sur les territoires latino-américains et donne vie à une grande diversité de flore et de faune. Les écosystèmes contenant de l’eau en surface, comme les régions tropicales, sont particulièrement

Par Museotec. Francisco López Guerra Le projet du pavillon de l’Amérique latine reprend les concepts géographiques et écologiques des forêts tempérées et tropicales d’Amérique latine, en intégrant les éléments climatiques, édaphiques, zoologiques, botaniques et hydrologiques de ces régions naturelles au projet thématique, aux concepts d’exposition et au design du pavillon. La proposition de MUSEOTEC permet la fusion, en une expérience unique, du contenu et du contenant. Une métamorphose qui ne permet plus de distinguer la limite entre l’expérience informative, sensorielle et sensible, en intégrant l’architecture aux contenus muséaux. La visite de ce pavillon sera une expérience holistique faisant appel aux émotions pour éveiller l’étonnement, l’évaluation, la réflexion, les propositions et la transformation chez le visiteur. Le concept est en lui même une expérience sensorielle. Il submerge le visiteur par des expériences visuelles, olfactives, tactiles, kinésiques et sonores communiquant la présence de l’eau et la vie dans les paysages latino-américains. Cette proposition se base sur l’écoulement de l’eau dans le paysage latino-américain, au sens littéral et figuré. En plus de présenter la vie des cours d’eau et bassins qui unifient la région, la proposition génère des réflexions sur les liens que les Latino-américains entretiennent avec et à travers l’eau, dans leurs diverses cultures. L’extérieur du pavillon reflète la force de son contenu au moyen d’une peau, qui représente une abstraction du binôme arbre – rivière, avec de grandes feuilles vertes identiques à celles qui composent les forêts latino-américaines. Notre projet est une réponse, de grande valeur symbolique, à la relation entre le contenu et le design du contenant, afin de créer une architecture éphémère dans son expression artistique la plus pure. «Quand l’architecture et son contenu s’unissent en un seul message expositif, on atteint la force du grand communicateur, le pavillon c’est cela, son contenant éphémère». Le projet permet d’assigner l’espace intérieur, de 4361,80 m_, à 17 pays.

167


Chacun y constitue l’expression optimale d’une feuille de vie, une goutte d’eau. L’ensemble représente les forêts et cours d’eau d’Amérique latine, sans panneaux ni séparations. En entrant dans le hall d’entrée, point de départ de l’expérience, entre les espaces dédiés au Brésil et à l’Argentine, on trouve une maquette représentant les Chutes d’Iguazú, un des lieux fluviaux les plus spectaculaires au monde. Dans les forêts tempérées et tropicales, les cours d’eau constituent les routes ou réseaux de l’eau. Dans le pavillon de l’Amérique latine, le chemin de l’eau représente les cours d’eau, au niveau des rampes que le visiteur emprunte pour visiter les espaces de chaque pays participant. Ainsi, ce dernier parcourt et découvre l’Amérique latine à travers ses cours d’eau. Tout cela acquiert une harmonie particulière due à l’exubérance des forêts. Ainsi, il est recommandé d’admirer la forêt amazonienne, notamment, depuis ses cours d’eau. Traditionnellement, les bassins d’Amérique du sud et centrale ont permis le développement social, culturel et économique des populations. L’être humain, à la recherche d’aliments, de voies de transport et de distraction s’est dirigé vers l’eau. L’Amérique latine possède aujourd’hui une culture fluviale bien établie, les cours d’eau étant une source de communication et de liens entre les personnes. C’est pourquoi la proposition muséographique situe les espaces des pays participants dans les embouchures, les berges et bords parsemés dans le pavillon. La densité des arbres formant les voûtes des forêts latino-américaines absorbe la plupart de la lumière, et par conséquent, peu de plantes poussent au sol. La conception de l’ambiance du pavillon reprend les caractéristiques des voûtes d’arbres des forêts, concentrant le feuillage au plafond du pavillon et laissant le sol plus sombre et sans éléments. Au sein du pavillon, le visiteur verra que la diversité de la forêt tropicale ne se trouve pas au sol mais dans les arbres. C’est pourquoi la déforestation implique la destruction de l’habitat d’une grande partie des espèces de la planète. L’écoulement de l’eau nous invite à réfléchir sur le fait que les agissements de nos voisins en amont d’un cours d’eau nous affectent comme les nôtres affectent ceux qui se trouvent en aval. Au delà de ce constat, en altérant nos écosystèmes, nous affectons la santé environnementale de toute la planète.

Pavillion des Caraïbe: Îles et côtes Par José Luis Pérez, Ándres Nieto, José Manuel Garbayos

168

Le CARICOM ou Communauté des Caraïbes est encore peu connu malgré son rôle et son indiscutable importance dans la région. L’objectif du concept que nous proposons est de palier à ce manque de connaissances, en utilisant l’eau comme élément de cohésion et en établissant le constat suivant «L’EAU NOUS UNIT». En effet, la mer des Caraïbes entoure totalement les nations majoritairement insulaires du CARICOM, constituant un lien permanent et vivant, un moyen fondamental et ancestral de rapprochement entre les territoires, le « fluide vert-bleu» permettant de mettre en contact différentes réalités nationales. L’EAU NOUS UNIT dans une vocation à laquelle on ne peut renoncer, dans les obligations de la vie, dans la recherche urgente des ressources hydriques indispensables au développement durable. Par ailleurs, l’extraction excessive, ainsi que l’imperméabilisation provoquée par les infrastructures urbaines dans les zones de captage et de déforestation, ont fait que cette région se trouve maintenant dans une

situation préoccupante de ressources hydriques fixes ou décroissantes face à une demande en augmentation permanente. La question qui se pose est donc dichotomique et pressante: l’eau en tant que problème - l’eau en tant qu’opportunité. L’eau en tant qu’opportunité a attiré le CARICOM à l’Expo de Saragosse. 2 DÉVELOPPEMENT DU CONCEPT Comme nous l’avons argumenté précédemment, le concept du pavillon consiste à informer, de telle façon que, depuis la localisation visuelle du bâtiment, il commence à transmettre son message, grâce aux moyens qui favorisent sa dimension physique et les ressources techniques que nous pouvons utiliser: eau, sonorités de l’eau, lumière, couleur, musique… À l’intérieur, il constitue un espace où INFORMATION - FORMATION SUGGESTION prennent toute leur dimension. La présence physique de la Communauté, matérialisée dans les 14 pavillons qui encerclent la zone centrale, témoignera de façon exhaustive des réalités de chaque nation, en rapport avec sa problématique individuelle face au défi du développement durable, ses particularités climatologiques, orographiques, pluviales, les ressources arbitrées et la répercussion du tourisme à la fois comme facteur de développement et de déstabilisation écologique. 3 CONCEPTUALISATION ET PARCOURS Le parcours respecte une logique de succession de zones d’expositions; une séquence de perceptions, d’informations et de communications qui font passer le visiteur par les étapes successives d’approche d’une réalité, de façon didactique et agréable, suscitant son intérêt et sa participation. Zone de «RENCONTRE» en tant que Contenu éducatif La «dimension éducative» à laquelle il est fait référence dans le PLAN DIRECTEUR DES CONTENUS se produit nécessairement ici car pour la plupart des visiteurs, ce pavillon implique une «rencontre» authentique avec divers pays, presque tous insulaires, ayant acquis une personnalité spécifique, par eux même, mais aussi du fait de leur appartenance à une communauté appelée CARICOM. Dans la majorité des cas, cette découverte d’une réalité inconnue implique une «présentation» effectuée principalement autour du thème de l’EAU et supposant une description, bien que sommaire, des différentes nationalités qui composent cette Communauté. La zone de « RENCONTRE » sera également un lieu de découvertes et de surprises. Il s’agit de transmettre la réalité du CARICOM grâce à une panoramique rapide et un document audiovisuel de 6 minutes diffusé sur 3 écrans, développant les concepts suivants: Quel type d’organisation représente le CARICOM? Pourquoi le pavillon des caraïbes? Quels sont ses problèmes face au défi du développement durable? Quelles sont les solutions arbitrées et prévues? Quelles sont les caractéristiques des nations du CARICOM? Leur origine, leurs coutumes, leur environnement naturel et leurs manifestations culturelles. Zone des «SENSATIONS» Nous venons de découvrir la réalité du CARICOM et nous avons appris beaucoup de choses que nous méconnaissions avant d’entrer dans le pavillon. Nous avons été plongés dans un bain d’informations et nous allons désormais être plongés dans un bain de «sensations». Nous avons déjà une vague idée de la façon de penser du Caribéen et nous aimerions maintenant pouvoir ressentir ce qu’il ressent face à une nature prodige et avare, paradisiaque et orageuse, placide et crispée, humide et sèche, sensuelle et rigoureuse.


tropicaux, noix de coco, mangues, ananas, papayes, ignames, s’offre à nous en une variété d’excellents jus de fruits et de boissons combinées avec du rhum, le rhum caribéen étant l’alcool de canne emblématique. Avec les sens emplis d’agréables sensations, le cœur joyeux et prêts pour de nouvelles expériences, nous nous sentons attirés, presque transportés, vers le kiosque de la Place où vient de commencer la Fête des Caraïbes. Zone de «FÊTE» Le son métallique des marimbas inonde la zone centrale de la Place des Caraïbes. L’écho de la percussion sourde et de la cadence rythmique semble nous pénétrer et le visiteur est plongé dans le tourbillon de la danse. Le tournoiement de couleurs du groupe de danseurs se produisant autour du kiosque de style colonial nous fait vivre une passionnante soirée de carnaval. A la fin du parcours, une brève réflexion sur la problématique d’un ensemble de nations des Caraïbes réunies à l’Expo permet de partager leur engagement avec tous ceux qui ont converti l’EAU et le DÉVELOPPEMENT DURABLE en un défi exigeant et un objectif à atteindre. 4 THÉMATISATION DES FAÇADES L’élément présenté n’affecte pas les particularités techniques de chaque pavillon: portes d’accès, pans de mur verticaux thématiques, signalétique, éléments d’identification, etc. L’objectif est de permettre une liberté de mouvements lors des fermetures de façades et de la localisation des portes d’accès. Le design, correspondant au concept «ÎLES ET CÔTES», est un exemple de l’ambivalence connue de « la nature imite l’art» ou «l’art imite la nature». Il s’agit d’une frise horizontale en relief couvrant la totalité du périmètre du pavillon. En effet, le contour d’une côte ou d’une île, découpé en fragments, est un dessin abstrait de grande puissance expressive, l’opposition entre l’eau et la terre, deux matières qui se confrontent et se complètent à la fois, luttent ou s’enlacent, dans une dynamique de progrès et de recul.

z

Français

Les visiteurs pourront voir, sans solution de continuité, comment la plus lumineuse et sereine des journées se transforme peu à peu en une pénombre menaçante, comment le ciel caché derrière un rideau de nuages noirs explose dans un grondement de tonnerre, les coups de fouet lumineux des éclairs rendant l’horizon livide et transformant l’apothéose de couleur des plages en obscurité sauvage. Colère terrible, mais éphémère, car le calme revient comme si une main gigantesque effaçait la scène apocalyptique, faisant réapparaître la plus brillante et polychrome des palettes, le paysage le plus rutilant et serein, le rugissement de la mer agitée se transformant en un murmure de vagues tranquilles et transparentes. On essaie ainsi de représenter une tempête tropicale. Avant, pendant et après la tempête constitueraient les trois phases à reproduire, en évitant les teintes trop dramatiques face à un phénomène qui fait partie de la climatologie de cette zone. Ceux qui l’ont vécu l’assume désormais avec un fatalisme serein, comme quelque chose d’inévitable, mais surmontable. Le groupe de visiteurs, sous un toit conique de bruyère, verra surgir autour de lui, au moyen d’une projection circulaire, des images saisissantes qui parleront d’elles-mêmes. La plupart des documents audio sera constituée d’effets sonores, de musique descriptive et de reproductions de sons caractéristiques (vent, pluie, tonnerre, etc.). La PLACE DES CARAÏBES. Zone des «PAYS» Nous nous trouvons sur la Place des Caraïbes. Une succession d’édifices apparaît au fur et à mesure de notre avancée. Les anciennes constructions coloniales, encore présentes dans le paysage urbain de presque toutes les capitales des nations de la Communauté, sont concentrées ici, permettant la représentation des 14 pays caribéens. La place constitue un vaste espace de 20 mètres sur 50 mètres environ, où se trouvent les 14 façades de 5,30 sur 7,65 mètres chacune, correspondant aux pays participants. Elles possèdent toutes deux étages, avec une colonnade ou un ensemble de balcons au premier étage. Ce type d’architecture caractéristique de la région, avec la couleur et le style des différentes populations des Caraïbes, formera une palette de couleurs et de formes très variée. Les portiques, les porches, les balcons, les colonnades, les croisillons et les différentes enceintes composent divers centres d’intérêt au sein d’un ensemble harmonieux. Dans les espaces libres, la végétation tropicale aura le rôle principal, avec la présence de la nature qui créera un contraste avec le paysage urbain de la salle. Nous sommes bien loin de la monotonie habituelle d’un ensemble de pavillons avec des solutions de montage standardisées. Dans ce cas, la contribution des pays impliquera une succession bigarrée de fragments urbains, de différentes solutions architecturales, un ensemble de constructions coloniales correspondant à l’idiosyncrasie de chaque territoire et au style d’architecture des anciennes métropoles. L’espace privé assigné aux différents états du CARICOM jouira d’un cadre et de supports appropriés à la présentation de leur réalité nationale : documents audiovisuels, photographies, affiches, plans, maquettes, artisanat, échantillons de produits, souvenirs, etc. permettant de fournir au visiteur des informations plus détaillées et personnalisées sur chaque pays. À l’étage, avec accès restreint, se trouveraient les services d’administration et des salles de réunions. Zone de «SAVEURS» Au centre de la Place, nous aurons la possibilité de découvrir la saveur et l’arôme des terres des Caraïbes, et ce sans métaphore. L’odeur des fruits

Pavillon De L’espagne: Science et créativité Par Empty, Luis Fernández-Galiano, Jorge Wagnesberg Le Pavillon de l’Espagne pour l’Exposition Internationale Zaragoza 2008, dont le slogan est Science et Créativité, a pour principaux objectifs de présenter une vision dynamique, moderne, scientifique et créative de l’Espagne sur le thème important de l’eau, de ses origines, ses propriétés, son évolution, ses utilisations, sa gestion et ses enjeux. Ainsi, le pavillon espagnol présentera les raisons qui font aujourd’hui de l’eau un élément fondamental pour l’avenir de notre pays et de notre planète. Une autre ligne directrice consiste à situer l’Espagne dans le contexte scientifique mondial et présenter ses contributions et projets d’avenir quant aux problèmes et menaces liés au changement climatique. La conception de l’exposition mettra en avant l’image d’un pays solidaire, engagé dans la lutte contre ces menaces. L’Espagne mise sur le développement durable et son pavillon en sera le reflet fidèle. L’eau, la ventilation, l’ombre et la protection font partie intégrante du bâtiment, créant l’abri et les piliers qui encerclent les boîtes en verre, où seront installées les expositions. L’objectif est de faire du pavillon un lieu de rencontre couvert et à l’ombre, soit une « place » au sens de la tradition espagnole. Le pavillon mise sur une architecture en harmonie avec l’environnement et le développement durable. Il a été conçu comme une forêt de piliers et

169


170

de volumes en verre, où se tiendront les expositions auxquelles il a vocation. Les visiteurs y accèderont comme s’ils pénétraient dans une forêt. Une fois à l’intérieur, ils pourront découvrir les éléments de l’exposition, permettant de reproduire des sensations visuelles, lumineuses et vitales. Les espaces d’exposition se trouvent à l’intérieur de la « forêt ». Les éléments en fer forgé seront suspendus à l’abri et tenus uniquement aux piliers. Ils seront construits à l’aide de poutres en bois issues de sciure recyclée. La façade sera en verre et il est prévu d’installer sur la structure un système de cloisons mobiles permettant d’obtenir l’isolation visuelle et acoustique nécessaire aussi bien au déroulement de certaines expositions qu’à la future utilisation du bâtiment. La surface utile du Pavillon de l’Espagne représentera environ 8 000 mètres carrés, distribués sur trois étages (rez-de-chaussée, étage intermédiaire, étage) dont 2 315 mètres carrés seront destinés aux expositions. Le parcours au sein du pavillon sera structuré en cinq espaces d’exposition. Au rez-de-chaussée, se trouveront les salles dédiées à L’eau à l’origine, L’eau sur la Terre, L’eau en Espagne et le changement climatique, avec une exposition sur l’architecture et le développement durable à l’étage intermédiaire, en fin du parcours. Pour les plus jeunes, le Pavillon de l’Espagne disposera de trois salles dédiées à des ateliers didactiques, qui leur permettront de se sensibiliser et de se familiariser avec les principaux thèmes en rapport avec l’eau. En plus des espaces d’exposition, le pavillon espagnol disposera à l’étage d’un restaurant représentatif de la haute cuisine espagnole, avec deux salles d’une capacité de 90 et 60 personnes et un amphithéâtre pouvant accueillir 150 personnes, destiné à l’organisation de conférences et de séminaires. Cet amphithéâtre comprendra une salle de réception pour les autorités. LA CONCEPTION DES CONTENUS Les contenus de l’exposition des trois premières salles du Pavillon de l’Espagne forment un vaste ensemble thématique de grande rigueur scientifique, dont les principaux objectifs sont d’attirer, distraire et instruire les différents publics visitant le pavillon. La visite commence par la salle dédiée à l’origine de l’eau, conçue comme une voûte circulaire. Il s’agit de l’espace d’exposition où débute le parcours du pavillon, c’est pourquoi il a été aménagé pour représenter de façon claire le dynamisme avec lequel les contenus ont été conçus. Sur cette voûte circulaire sera projeté un document audiovisuel spectaculaire (réalisé avec une technologie de pointe), mettant l’accent sur l’apparition de l’eau dans l’univers et l’importance de sa présence sur notre planète. Une fois que le spectateur laisse derrière lui L’eau à l’origine, il pénètre dans les salles L’eau sur la Terre et L’eau en Espagne, jouissant d’une conception architecturale et muséographique d’une grande puissance spatiale, éveillant tous les sens du spectateur. Le projet est fondé sur une combinaison de technologies connues et modernes, à laquelle on a ajouté différents matériaux et supports graphiques ou audiovisuels. Tout cela s’applique et s’intègre de façon inédite, permettant ainsi de faire du parcours une expérience sensorielle complète, différente de par l’ambiguïté des limites entre les contenus, les supports ou dispositifs et éléments architecturaux. L’eau sur la Terre et L’eau en Espagne se définissent par cette volonté d’intégration, bien qu’elle s’exprime différemment. Il s’agit d’espaces distincts réussissant en outre à créer une continuité avec le reste des contenus et espaces du Pavillon de l’Espagne. D’ailleurs, les deux salles font clairement référence aux qualités évidentes du bâtiment, à son architecture, comme la décomposition cinétique des espaces et volumes grâce à la « forêt » de piliers ou les rapports entre les plans de l’abri et les miroirs d’eau.

Au niveau de la forme et de la fonctionnalité, les salles se définissent avec caractère. Les éléments architecturaux à la composition rigoureuse et aux matériaux sobres, favorisent la présence active, variable et multiple des contenus de l’exposition, comme singularités dans une atmosphère homogène. Indépendamment, chaque pièce se convertit en un dispositif avec des nécessités techniques ou spatiales particulières auxquelles on peut répondre ponctuellement par un simple geste, une synthèse géométrique et une expression architecturale. Les qualités des matériaux, finitions, structures et formes, ainsi que les qualités chromatiques et d’éclairage découlent directement des propres demandes muséographiques, thématiques, technologiques et constructives. Les pièces des deux salles sont distribuées selon une organisation générale qui facilite la compréhension du discours et établit des liens avec les salles qui les abritent, respectant complètement la séquence des contenus mais créant en même temps des liens entre toutes les parties, afin de communiquer une idée globale. Deux atmosphères différentes se dégagent : une atmosphère dynamique et complexe au début dans la grande salle, puis une ambiance plus paisible et unitaire dans la petite salle. Dans les deux cas, selon des conceptions distinctes, la lumière provient d’un éclairage général très discret, mais surtout des contenus de chaque dispositif. C’est pourquoi les deux ambiances varient continuellement en intensité, dynamique et tonalité, utilisant ces dispositifs comme des éléments éphémères définissant à chaque instant la personnalité des espaces. Les salles L’eau sur la Terre et L’eau en Espagne présentent une multitude de brèves séquences audiovisuelles déterminées par la thématique de l’exposition générale du pavillon, qui désigne ces zones comme porteuses du développement des contenus clés. Suite à un grand spectacle qui se déroule au sein de L’eau à l’origine, un parcours agile est proposé à l’aide de multiples supports, chacun d’entre eux étant porteur de brèves unités d’informations. La production des documents audiovisuels se fera à partir de matériels très divers (enregistrements originaux, archives existantes de différentes provenances, infographies en deux et trois dimensions, etc.) dont les qualités et caractéristiques doivent s’harmoniser au mieux, à l’aide d’un procédé d’étalonnage général des images. La salle dédiée au changement climatique suit la même ligne directrice que les trois premières ; elle les unit et constitue la touche finale des contenus de l’exposition du rez-de-chaussée du Pavillon de l’Espagne. Cette salle correspond à une réflexion expositive sur le changement climatique présentant les dernières recherches scientifiques en la matière, avec la collaboration des meilleurs experts au monde. C’est dans cette salle que l’on analysera de manière didactique le temps géologique, le temps biologique et le temps humain et que l’on étudiera les lois fondamentales de la Nature. Les différents modèles d’interaction présenteront les changements subis par la planète. La dernière salle d’exposition se trouve à l’étage intermédiaire du pavillon. Des cinq salles composant l’espace d’exposition, celle-ci est la seule qui ne se fonde pas rigoureusement sur les éléments visuels du reste du parcours. Ce cadre dédié à l’architecture et au développement durable accueillera une exposition de projets des architectes sensibles à l’environnement les plus reconnus.


Par By Isidro Aguilera, Ricardo Centellas, Antonio Mostalac, G.P.D. La Communauté autonome d’Aragon, région qui accueillera l’Exposition internationale Zaragoza 2008, a fait le pari de transmettre tout un concept : l’Aragon, identité et nature paradigmatiques, projet d’avenir enraciné dans une culture millénaire de l’eau ; l’Aragon, l’eau et l’avenir. Ce pari se reflète à la fois dans l’architecture du pavillon et dans ses contenus d’exposition. Les projets retenus pour le développement de la présence de l’Aragon sur la scène internationale ont réussi à donner naissance à une association parfaite, qui transmet le plus clairement possible la devise choisie. La trajectoire de L’Ebre sur le territoire aragonais constitue la colonne vertébrale de l’Aragon d’un point de vue économique, politique et social. Le Pavillon de l’Aragon, un bâtiment singulier en plein cœur du site de l’Expo, présente, dans son concept architectonique, la relation régionfleuve et précise l’importance de la quête de l’eau, de l’Ebre et de ses affluents qui ont été et sont toujours les éléments distinctifs de la communauté autonome. La conception des contenus de l’exposition intègre ce concept. Le fleuve sera, tout au long de la visite du pavillon, le fil conducteur de l’exposition. Les origines du royaume d’Aragon sont étroitement liées à l’eau et aux fleuves. La racine du mot Aragon vient de « ara » qui signifie fleuve. Par ailleurs, les mythes autour de la naissance du premier comté et par la suite du royaume, sont également étroitement liés à l’eau. Le plan scientifique du Pavillon de l’Aragon a été conçu par Ricardo Centellas, Isidro Aguilera et Antonio Mostalac. Ces trois architectes ont basé son développement sur la diffusion de quatre idées principales, qui structurent l’exposé suivant : 1. L’eau et le territoire sont considérés comme des éléments participant à la diversité paysagère et écologique de l’Aragon. L’Aragon est un territoire sur lequel l’eau a façonné d’infinis contrastes écologiques et paysagers. Un parcours qui commence à plus de trois mille mètres d’altitude au milieu des sommets pyrénéens et qui se termine à une centaine de mètres au-dessus de la mer, à l’embouchure de la Matarraña. Ce long parcours donne une idée des paysages qui peuvent être admirés en Aragon. Ces paysages, également façonnés par l’intervention humaine, ont permis de créer une réalité polymorphique très surprenante que le visiteur pourra découvrir et ressentir en entrant dans le pavillon. Le pavillon présente l’eau dans ses différents états naturels : l’utilisation de l’eau par l’homme, ainsi que son absence ont donné naissance, au fil des millénaires, à des paysages très différents et contrastés qui constituent la grande diversité des écosystèmes d’Aragon, depuis les écosystèmes pré-quaternaires jusqu’à aujourd’hui : les glaciers pyrénéens (Aneto, Ordesa, grotte glacée de Casteret, etc.), les paysages steppiques de la partie centrale de la dépression de l’Ebre (Monegros, Belchite, Las Saladas) et les serranías ibériques (région montagneuse de Moncayo, le Jalón, Albarracín, Maestrazgo). 2. L’eau est également considérée comme le symbole et le mythe de l’avenir de l’Aragon. L’eau en tant que ressource vitale pour l’être humain a été depuis toujours un élément cosmogonique, un objet de mythification et d’inspiration plastique, ainsi que le véhicule d’idéologies qui se sont matérialisées grâce à divers moyens et techniques. Elle affecte tous les aspects de la vie d’un être humain et son impacte sur le territoire est très varié. Il existe aujourd’hui en Aragon un grand nombre d’expressions artistiques, anthropologiques, historiques et documentaires qui façonnent les diverses idées abordées.

L’eau, les cours d’eau et les vallées permettent l’échange des marchandises, des biens, des personnes et des idées. L’Ebre et ses affluents constituent l’histoire liquide de la communauté d’Aragon. Les mythes autour de l’eau et de ses pouvoirs initiatiques, apotropaïques, salutaires ou magiques définissent la géographie et animent la mentalité aragonaise. Certains sont universels, d’autres correspondent à des versions locales mais se rapportent toujours aux grandes énigmes de l’Humanité. 3. L’eau et le territoire sont également considérés comme des facteurs de développement présent et futur de l’Aragon. Ces éléments constituent deux des piliers fondamentaux du développement actuel de toute communauté autonome, en particulier l’Aragon où, dans des zones restreintes, il existe de forts contrastes entre les zones riches en eau et les zones désertiques. Cette situation a alors donné naissance à la passion passée, présente et future de la société aragonaise pour l’utilisation de l’eau entant qu’instrument de développement durable : l’eau est étudiée sous tous ses aspects et l’Aragon déploie de nombreux efforts et investissements pour l’innovation scientifique et technologique relatives à l’eau, ainsi que pour sa gestion. 4. L’eau, le territoire et la vie sont alors considérés comme des éléments participant à la création artistique actuelle : Les manifestations artistiques actuelles (plastiques, scéniques, musicales, audiovisuelles, littéraires…) de nombreuses créations aragonaises présentent l’eau comme un facteur de vie et mettent en avant ses capacités à modeler un territoire selon différents points de vue, aussi bien au niveau créatif qu’intellectuel. Le Pavillon de l’Aragon a été conçu pour faire connaître l’énorme potentiel social et culturel de cette région, régie par l’utilisation durable de l’eau. Conception La conception des différents contenus du Pavillon de l’Aragon a été développée par l’entreprise General de Producciones y Diseño (G.P.D.). Son expérience multidisciplinaire a permis d’élaborer un projet vivant, qui intègre, à l’intérieur même du concept, l’Aragon, l’eau et l’avenir, des activités ludiques, une exposition artistique, ainsi qu’un spectacle audiovisuel unique. Le projet prend comme point de départ le concept d’architecture qui l’accueille et le fil de l’argumentation explicité dans le scénario scientifique. Le visiteur accèdera au pavillon par l’une des trois «langues» ascendantes aménagées. Le parcours à l’intérieur du pavillon est descendant: le visiteur commencera la visite par le deuxième étage et celle-ci se terminera dans la salle principale, située au premier étage. La conception du bâtiment repose sur trois pièces. La première salle est appelée « enceinte » et est suivie d’un grand espace public microclimatique dans lequel le visiteur pourra profiter des activités ludiques et des expositions sur la culture traditionnelle et folklorique actuelle aragonaise. La grande terrasse, accessible la nuit, permettra au visiteur de profiter des grandes pièces gonflables lumineuses et des représentations de fruits et de légumes de la plaine maraîchère aragonaise. Cette terrasse constituera un espace particulier, idéal pour profiter de l’Expo en nocturne. La visite commence par le deuxième étage du pavillon qui accueille la thématique « Eau et vie ». À cet étage, ont également été aménagés les espaces de loisirs (cafétéria, restaurant et magasin) et de travail (bureaux). L’entreprise G.P.D. a conçu une salle d’exposition « comme un espace qui s’écoule, entouré par le patrimoine naturel et culturel des régions aragonaises ». La disposition des contenus de ce pavillon crée un parcours sinueux, représentant le lit d’une rivière, dans lequel

z

Français

Aragon: eau et avenir

171


les grands volumes architectoniques multicolores qui structurent l’étage semblent être immergés. L’approche de l’exposition est une mixture entre l’objectuel et l’audiovisuel, ce qui permet de créer différents niveaux de lecture, ainsi que diverses sensations. Les contenus sont structurés autour de cinq ensembles ou blocs d’exposition dans lesquels se reflètent les trente-trois régions de la communauté autonome d’Aragon. La distribution a été organisée autour des cinq unités naturelles présentes dans la géographie aragonaise : les Pyrénées, le Somontano pyrénéen, la partie centrale de la dépression de l’Ebre, le Piedmont ibérique et la Cordillère ibérique. Les images en mouvement, associées à d’autres idées, à d’autres atmosphères sonores, à une voix off, ainsi qu’à une exposition singulière présentant des pièces originales, accompagneront le visiteur tout au long d’un parcours au cœur de l’art aragonais. Le parcours continue au niveau du premier étage avec un espace singulier et vaste rendu diaphane par l’entreprise G.P.D. Cette caractéristique permet au visiteur de contempler et de profiter pleinement du mécanisme de la symphonie visuelle, créée ad hoc par l’aragonais universel Carlos Saura. La géométrie et la nature, la texture et la couleur, le rythme et le mouvement sont les concepts qui définissent le langage plastique que Carlos Saura intègrera dans un dialogue passionné avec la nature et les peuples d’Aragon, basé sur le thème de l’eau. Le spectacle, caractérisé par une conception magnifique et unique, remplira l’espace parfois en lui donnant différentes facettes, jouant alors avec tous les plans et surfaces de la pièce et provocant ainsi un grand nombre de réalités et de sensations très diverses. De ce jeu de ressources artistiques, le fleuve surgit à nouveau comme un élément modulaire. Ce spectacle souhaite transmettre aux spectateurs les idées principales abordées dans le plan scientifique, «Eau, paysage et territoire», «L’eau en tant que symbole et mythe», «L’eau, le territoire et la vie comme éléments de création artistique actuelle» et «L’eau, le développement actuel et futur de l’Aragon », étant les concepts de base à transmettre au spectateur. La réalisation a opté pour la force d’une grande salle multimédia dans laquelle toutes les ressources pourront être traitées afin d’amener le visiteur à voyager au milieu des sens, des émotions et des réalités. Ainsi, une grande image d’eau représentera le lit d’un cours d’eau. Cette image guidera les visiteurs dans la salle, créera de petits espaces «grâce à des barrages ou à des petits lacs» avec des projections interactives, ou permettra au visiteur de dialoguer avec les œuvres artistiques contemporaines, inspirées de l’eau et capturées à l’intérieur des entrailles des grands prismes architectoniques présents dans l’espace. À certains moments, le lit aquatique servira également d’espace de projection. Par ailleurs, les images diffusées sur les trois grands écrans, situés autour de la salle, se reflèteront dans tout l’espace, sur le sol grâce à un matériau vitrifié «multiplicateur», ainsi que sur les murs des prismes grâce à des planches réfléchissantes qui les recouvreront partiellement, produisant des reflets doux et précis. Ces prismes se transformeront en énormes urnes ou vitrines d’exposition où seront exposées les pièces d’art spécialement créées pour l’exposition internationale de 2008.

FE DE ERRATAS: En el numero pasado no se firmarón los articulos, EDITORIAL Jose Javier Gallardo

172

HISTORIA DE LAS EXPOS Beatriz Ramo y Theo Deutinger (STAR-sttrategies+architecture)

Z arquitectura #9 + #10, EXPOSED CITY THREE  

Z arquitectura #9 + #10, EXPOSED CITY THREE | CIUDAD EXPUESTA TRES, 2008

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you