Issuu on Google+

#8 / WINTER 2017

#8 / WINTER 2017


©andyparant.com

ESF VAL D’ISÈRE

> +33 (0) 4.79.06.02.34 > www.esfvaldisere.com

ESF ALPE D’HUEZ

> +33 (0) 4.76.80.31.69 > www.esf-alpedhuez.com

ESF TIGNES

> +33 (0) 4.79.06.31.28 > www.esftignes.com


ESF SAINT GERVAIS

> +33 (0) 4.50.47.76.21 > www.esf-saintgervais.com

ESF MÉRIBEL

> +33 (0) 4.79.08.60.31 > www.esf-meribel.com

ESF MEGÈVE

> +33 (0) 4.50.21.00.97 > www.megeve-ski.com


BAR REFAELI by Chen Man


T

H

E

A

R

T

O

F

F

U

Big Bang One Click. Boîtier en King Gold. Lunette sertie de 42 diamants. Mouvement automatique. Bracelet en caoutchouc, interchangeable par un système d’attache unique.

S

I

O

N

BOUTIQUE COURCHEVEL

Rue du Rocher courchevel@hublot.com

hublot.com


CRÉATION CGM PUBLI-DIFFUSION. 04 79 35 52 69. ©LIMPID / FOTOLIA / PHILIPPE DESSERTINE

L’art de bâtir vos rêves…

RÉSIDENCE NEUVE DE GRAND STANDING

RENSEIGNEMENTS ET VENTE

20 APPARTEMENTS DE 73 À 135 M

VALLAT IMMOBILIER MÉRIBEL

CHEMINÉE GRANDES TERRASSES

04 79 08 58 58

2

LIVRAISON FIN 2017

www.vallat.fr


Rénovation de l’emblématique hôtel de Méribel UNE RÉALISATION SIGNÉE

12 APPARTEMENTS NEUFS DE 80 À 210 M2

RENSEIGNEMENTS ET VENTE

VALLAT IMMOBILIER MÉRIBEL

PRESTATIONS HAUT DE GAMME

LIVRAISON 2017

&

04 79 08 58 58 DERNIÈRES OPPORTUNITÉS

www.vallat.fr


Oxygène welcomes Magic to the family. The fun, friendly ski school is now in Val d’Isere, La Plagne, Courchevel, Meribel, Val Thorens, and La Tania. Come play. +33 (0)4 79 22 25 70

oxygene-ski.com

magicfr.com


EDITO Paroles de chant chamanique shipibo-conibo, peuple indigène d’Amazonie.

Lyrics to a shamanic chant of the Shipibo-Conibo people, indigenous to the Amazon

Je t'ouvrirai, j'ouvrirai tes pensées En les ouvrant Je te remplirai de joie Te remplissant de joie Je redresserai tes pensées En les redressant, Je te les ferai joliment, Je redresserai ton corps Maintenant je vais te soigner Jusqu'au fond du cœur Je te donnerai un immense sentiment de joie Ainsi je te rendrai la vie Je rendrai la vie à ton corps Je rendrai la vie à tes pensées Je guéris ton être, je guéris ton corps Avec le parfum puissant de l'arbre Et avec l'impeccable parfum de l'univers En pensant Pour que tu sois heureux Souviens-toi de mes mots Pour que tu te les rappelles Je te les chante Bien que ce ne soit pas important Je l'ai fait briller J'ai fait briller ses pensées L'univers s'harmonise La parole s'accomplit Et cela, jusqu'à l'infini

I will open, I will open your thoughts In opening them I will fill you with joy I will correct your thoughts In correcting them, I will do it beautifully I will straighten your body Now I will cure you To the bottom of your heart I will give you an immense feeling of joy I will bring life back to your body I will bring life back to your thoughts I will cure your being, I will cure your body With the strong perfume of the tree With the perfect perfume of the universe While thinking For you to be happy Remember my words For you to remember them I sing them Though it’s not important I have made them shine I have made your thoughts shine The universe is finding harmony The word is fulfilled And that, until Infinity

Voyage à poursuivre dans FDM#8, entre autres avec notre sujet "chamanes"

10

Travel to pursue in FDM#8, among others with our subject "shamans"


11


SOMMAIRE

« FDM » EST ÉDITÉ PAR FREE PRESSE FREE PRESSE SAVOIE TECHNOLAC 18, ALLÉE DU LAC SAINT ANDRÉ 73 382 LE BOURGET DU LAC CEDEX Tél. : 00 33 (0)4 79 65 46 10 Fax : 00 33 (0)4 79 65 46 12 Internet : www.freepresse.com FDM IS PUBLISHED BY FREE PRESSE FREE PRESSE SAVOIE TECHNOLAC 18, ALLÉE DU LAC SAINT ANDRÉ F-73 382 LE BOURGET DU LAC CEDEX Tel. : +33 (0)4 79 65 46 10 Fax : +33 (0)4 79 65 46 12 On the Internet : www.freepresse.com Couverture / Cover :

32 /// PARTNERS

CORPORATE 36 /// Luc, agitateur de stations 40 /// La cuisine de la Folie Douce 46 /// Le spectacle de la Folie Douce 52 /// Folie Douce Team

46

© FOLIE DOUCE

In(SIDE)

16 /// NEWS

© BULENTGULTEK

Directeur de la rédaction Redacteur en chef / Editor _ Claude Borrani claude@freepresse.com + 33 (0)6 07 41 90 83 Rédaction / Editorial staff _ Claude Borrani, Loïc Martin, Gaëlle Martina

Ont collaboré à ce numéro : _ Antoine Grospiron, Caroline Ogier Maquette / Layout _ Rodolphe Maisonnat / www.rod-m.fr Publicité / Advertising Directeur du service commercial et développement/ Sales and Development Manager _ Kamel Beghidja +33 (0)6 03 81 28 26 kamelb@freepresse.com Chefs de publicité / Advertising Manager _ Fanny Marguet (+33 (0)6 28 72 94 00) fanny@freepresse.com _Michel Ianonne +33 (0)6 16 10 45 81 michel@freepresse.com _Marion Guichard +33 (0)4 79 65 46 10 marion@freepresse.com Administration et relations clients Administration and client relations _ Laurence Rémy laurence@freepresse.com

64

LE GOÛT

118 /// Locavorisme : herbes de nos montagnes 126 /// Et toi, tu manges healthy ? 130 /// Les incontournables de la FD version gastro 138/// Very food Trip : Yuck&Yummy 144 /// La Cave

Any complete or partial reproduction or representation by any process whatsoever of the pages published in this magazine without the publisher’s consent is illegal and constitutes an infringement. Only the following are permitted: reproductions strictly reserved for the copier’s private use and not destined for a collective use and short quotes justified by the scientific or informative nature of the work in which they are incorporated. (art. L.122-4, L.122-5 and L.335-2 of the Code of intellectual property).

12

© PEYRASSOL

ISSN en cours / ongoing Toutes reproductions ou représentations intégrales ou partielles par quelque procédé que ce soit des pages publiées dans le présent magazine faites sans l’autorisation de l’éditeur est illicite et constitue une contrefaçon. Seules sont autorisées, d’une part, les reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective, et d’autre part, les courtes citations justifiées par le caractère scientifique ou d’information de l’œuvre dans laquelle elles sont incorporées. (art. L.122-4, L.122-5 et L.335-2 du Code de propriété intellectuelle).

144

126

© JOEANDTHEJUICE

Traduction / Translation _ Justine Mulliez

© FOLIE DOUCE

Coordination et Rédaction / Coordination & Editorial _ Gaëlle Martina


© V2.COM

58

Culture, sons & tendances

150

© ELINA SIRPARANTA

58 /// Architecture : Tribute to Zaha Hadid 68 /// Banksy, agitateur social 72 /// L'art Tatouage 80 /// La folie du vinyl 84 /// Festivals : Coachella, Boomtown 94 /// Les ateliers d'Henri Selmer 102 /// Chamanisme : le secours des esprits 110/// Portfolio Paul Bénépol

Montagne

110

© PAUL BENEPOL

150 /// Fastforward2 160/// Ces frenchies qui s'exportent 164 /// Sélection équipement

CONTACT 166 /// Choisis ta Folie Douce 13


CONTENTS

16 /// NEWS 32 /// PARTNERS

CORPORATE

94

© MITCHELL

36 /// Luc, agitateur de stations 40 /// La Fruitière, A Story of Taste 46 /// A Show Made in La Folie Douce 52 /// Folie Douce Team

84

© BOOMTOWN FAIR

Culture, sounds & Trends

58 /// Architecture : Tribute to Zaha Hadid 68 /// Banksy At The Museum ! 72 /// Art Under The Skin 80 /// For the Love of Vinyl 84 /// Festivals : Coachella, Boomtown 94 /// Henri Selmer’s Workshop 102 /// Shamanism: The Call of Spirits 110/// Portfolio Paul Bénépol

118 /// Take a walk on the wild side: foraged food 126 /// And You, Do You Eat Healthy? 130 /// Foodmania 138/// Very food Trip: Yuck&Yummy 144 /// The Wines of the Commanderie de Peyrassol

58

Mountain

130 14

© FOLIE DOUCE

150 /// FastFoward2, the new opus 160/// The Frenchies Abroad 164 /// Selection equipment

CONTACT 166 /// Choose your Folie Douce

© ELINA SIRPARANTA

TASTE


LOGOTYPE COULEUR FOND BLANC

Nยบ dossier : 20120475E Date : 28/03/2013 Validation DA/DC : Validation Client

M100 J80 N10 C40 M40 J40 N100

M30 J70 N25


NEWS

mountain Cosy Mountain est désormais disponible en format numérique !

ABONNEZ-VOUS 1 AN : 4 NUMÉROS + 2 HORS SÉRIE

(Cosy Mountain Swiss et Cosy Mountain International)

BULLETIN D’ABONNEMENT Oui, je m’abonne à Cosy Mountain pour 1 an ou 2 ans et je joins mon règlement en euros par chèque bancaire à l’ordre de FREE PRESSE. Ou par virement bancaire • IBAN : FR76 3000 3009 9400 0270 0052 401 • BIC SOGEFRPP A renvoyer à : FREE PRESSE - Savoie Technolac 18 allée du lac st André - 73 382 LE BOURGET DU LAC • Pour s’abonner en ligne : freepresse.com

= 33€ (frais de port inclus) 2 ANS : 8 NUMÉROS + 4 HORS SÉRIE

(Cosy Mountain Swiss et Cosy Mountain International)

= 62€ (frais de port inclus)

1 AN

2 ANS

NOM ___________________________________________ PRENOM _________________________________________ ADRESSE _______________________________________________________________________________________ ____________________________________________________________________________________________ CODE POSTAL ______________________________________ VILLE __________________________________________ TEL _______________________________________ EMAIL ______________________________________________

TÉLÉCHARGEZ VOTRE MAGAZINE SUR VOTRE SMARTPHONE OU TABLETTE ET RETROUVEZ TOUTES LES RUBRIQUES DU MAGAZINE OÙ QUE VOUS SOYEZ.

POUR ABONNEMENTS TOUS SUPPORTS (PRINT + WEB) : COSY-DESIGN.COM 16


LES 5 SENS ACTIVÉS À MÉRIBEL...

ALL 5 SENSES ALERT IN MÉRIBEL...

… OU LE PARADIS DES ENFANTS ! ... IT’S PARADISE FOR CHILDREN!

L

a Piste des Animaux se développe chaque année pour vous proposer de nouvelles expériences. Imaginés autour des 5 sens, 10 nouveaux mini jeux en bois, à réaliser en famille, nous font découvrir les animaux de nos montagnes. Reconnaître les odeurs, répondre à des quizz amusants, écouter les sons des animaux... sont autant de jeux à partager sans modération !

T

he Animal Run gets better every year, offering new experiences for young skiers. Based on the theme of the 5 senses, there are now 10 new wooden mini-games for families to learn all about mountain animals. Recognising smells, answering fun quizzes and listening to the sounds animals make are among the games to be enjoyed together here!

EN BREF A Méribel cette saison, entre autres Coupe du Monde de Télémark les 21 et 22 Janvier 2017. Coupe d’Europe de Ski Alpin / Vitesse Homme Courchevel du 23 au 27 Janvier 2017. Défi du Mont Vallon : le dernier week-end de la saison.

3 Vallées Digital  C’est un vent de fraîcheur qui souffle sur le bon vieux plan des pistes, surtout celui des 3 Vallées qui devient tout simplement le plan 3D le plus détaillé au monde. Explorer Les 3 Vallées en 3D sur les3vallees.com

IN BRIEF

© DAVID ANDRE

A shortlist of events in Méribel this season:

ÉCRAN TOTAL

REAL-TIME SCREENS

L

he Services des Pistes in Val Thorens is continuing to innovate and adopt an increasingly digital approach. This winter will see the introduction of the “Ski Flux” concept, a system enabling the real-time measurement of the number of skiers on the pistes. This information will be processed and displayed on giant screens. The objective is to provide skiers with information and guide their movements around the ski area based on skiing traffic on the pistes.

Plus d’informations Live sur les pistes

e Service des Pistes de Val Thorens inaugure le concept « Ski Flux », un système qui permet de mesurer en temps réel le nombre de skieurs sur les pistes, de traiter l’information et de la retranscrire sur des écrans géants. Le but est de renseigner et guider les skieurs sur le domaine skiable en fonction des fréquentations des pistes.

More live information straight from the pistes

T

Telemark Skiing World Cup on 21 and 22 January 2017. Men’s Alpine and Speed Skiing European Cup – Courchevel from 23 to 27 January 2017. The Mont Vallon Challenge: the last weekend of the season.

Les 3 Vallées in 3D A breath of fresh air is blowing across the old piste maps, especially in Les 3 Vallées, which is set to welcome the world’s most detailed 3D piste map! A combination of high-resolution images and digital land models offer breathtaking navigation through the area, as if you were really there! Come and explore Les 3 Valleys in 3D at les3vallees.com.

17


NEWS

N

on seulement adhérer au Club Val Thorens cet hiver ne coûte rien, mais en plus cela peut permettre de se voir offrir 2000 expériences ! Oui vous avez bien lu, pas d’erreur dans le texte, 2000 expériences ! Chaque semaine de la saison, des membres du Club seront invités à vivre l’une des expériences concoctées par les équipes d’animation locales. Vous voulez en être ? Rien de plus simple, il suffit de récupérer gratuitement une carte Club Val Thorens dans un des 10 points de distribution de la station puis de l’activer sur internet. Trois minutes plus tard vous voilà membre du Club Val Thorens ! Alors, quelle sera votre expérience ?

Plus d’infos à l’Office de Tourisme de Val Thorens / +33 (0) 79 00 08 08

La Folie Douce Val d’Isère All To Yourself

W

hether a company or an individual, from 7pm to 1am, the Folie Douce belongs to you! For your meetings, birthdays, engagements, private parties, etc… we can welcome you, whether you’re a group of 5 or 200. Imagine, first there is your arrival, accomplished by using the Daille Funicular (privatized for the occasion) and a luge descent or a torch light descent. Magic! Then, savour the gastronomical menu previously created by the Chef or succumb to the delights of the menu.

In terms of entertainment, anything is possible: biking on snow, clubbing, fire works, photography… Ask Lucie, whose limits are yours! +33(0)6 11 78 17 64 or lucie@lafoliedouce.com

18

N

ot only is membership at the Val Thorens Club completely free this year, but you can also treat yourself to 2,000 different experiences! You read it right, 2,000 different experiences! Every week during the ski season, the Club members will be invited to enjoy one of these activities put forward by one of the local teams. Indulge in an exceptional, romantic dinner for two at a Michelinstarred restaurant, try out ski touring and make your way to a high-altitude chalet guided by a Val Thorens pioneer, or take a ride in a piste groomer! So many thrills and emotions will be waiting for you when you become a Val Thorens Club member! Want to sign up? It couldn’t be easier. Simply collect a free Val Thorens Club card at any of the ten distribution points in the resort, then activate it online. Three minutes later you will be a member of the Val Thorens Club! What experience will you choose?

Contact: thibaut@physioski.com +33 (0)6 62 66 33 85

Privatisation à la Folie Douce Val d’Isère

S

EN B REF

Plus haut, plus fun, plus fort à Val Thorens Forte de son succès l’hiver dernier, la Funslope continue de s'agrandir avec l’arrivée de nouveaux modules.

© C.CATTIN OT VAL THORENS

VAL THORENS BIENVENUE AU CLUB !

© C.CATTIN OT VAL THORENS

VAL THORENS JOIN THE CLUB!

Higher, Cooler, Better in Val Thorens Buoyed by its success last winter, the Funslope has been expanded to welcome a range of new modules.

ociétés ou particuliers, de 19 heures à une heure du matin, la Folie Douce vous appartient !  Pour vos séminaires, anniversaires, fiançailles, fêtes privées etc..., nous pouvons accueillir de cinq à deux cent personnes. Imaginez... D'abord il y a l'arrivée. Elle se fait par le funiculaire de La Daille (privatisé pour l'occasion) et une descente en Paret (luge) ou aux flambeaux. Magique ! Ensuite, vous pouvez savourer le menu gastronomique préalablement établi avec le Chef ou succomber aux délices de la carte.  Côté animation, tout est possible : vélo sur neige, clubbing, feux d'artifice, photographe...  Consultez Lucie, ses limites sont les vôtres ! +33(0)6 11 78 17 64 ou lucie@lafoliedouce.com


ALPE D’HUEZ

V A L

T H O R E N S


NEWS

C AN DLES

EN B REF

T

Forfait « 3 Vallées Sensations »  à Courchevel

COURCHEVEL IS CELEBRATING ITS 70 TH ANNIVERSARY! B OU G I E S

COURCHEVEL FÊTE SES 70 ANS !

o celebrate this impressive anniversary in style, the resort is organising surprise events throughout the winter. A special 70th-anniversary chocolate created by Piste Noire will also be available. For the occasion, Florencia Malbran from Piste Noire has developed this special chocolate using a rare type of cocoa bean from Peru. A true delicacy, presented in thin bars between 70g and 90g, or in squares to be enjoyed with a coffee.

6

jours 3 Vallées + 6 jours Aquamotion, tel est le mix idéal pour des vacances parfaites : 6 jours de ski dans le plus beau des domaines skiables et 6 jours d’accès aux espaces ludiques et wellness du centre Aquamotion !

“3 Vallées Sensations” Ski Pass in Courchevel

P

our fêter ce bel anniversaire, la station organisera des animations surprises tout au long de l’hiver. A noter, entre autres, la création d’un chocolat spécial 70 ans signé Piste Noire. Pour l’occasion, en effet, Florencia Malbran a élaboré un cru spécial à base de fève de cacao rare du Pérou. Un régal à déguster en fines plaquettes de 70 et 90 grammes ou en petits carrés pour accompagner le café.

AVIS AUX AMATEURS DE BURGERS !  C

’est une grande première, La Folie Douce de Val Thorens a passé l’été à élaborer les plans du premier "Food Ratrack » français : un Food Truck monté sur dameuse et entièrement réaménagée en cuisine. Le chef Damien De Valukhoff est parti à la recherche des recettes qui font la différence entre un bon Burger et un EXCELLENT Burger : Pain brioché moelleux, viande charolaise, de vrais fromages venant directement des producteurs un ketchup et une sauce ranch maison, des frites fraiches … mais ce n’est pas tout ! Les végétariens ne seront pas en reste , le Burger veggie paré de son steak de soja, marinade de concombres et un tartare fait maison sera à la carte. Le Folie Food Ratrack remettra aussi le HotDog au goût du jour en 3 déclinaisons, avec toujours les meilleurs ingrédients et garnitures cuisinées sur place pour vous. L’occasion de venir déjeuner et découvrir une sélection d’artistes exclusivement programmés entre 12h30 et 14h00 pour les Loungy Lunches, un café concert à ciel ouvert dans une ambiance musicale posée.

20

6

days in Les 3 Vallées + 6 days at the Aquamotion centre is the ideal mix for a perfect holiday! Get ready for 6 days of skiing in the world’s most beautiful ski area, plus 6 days of open access to the fun zones and well-being spaces at the Aquamotion centre!

FOR ALL THE BURGER LOVERS! I

t’s a big first- the Folie Douce of Val Thorens spent the summer working on the first french “Food SnowCat”: a Food Truck mounted on a snowcat with a fully equipped kitchen inside. The Chef, Damien de Valukhoff went looking for recipes that make the difference between and an EXCELLENT burger: soft brioche bread, Charolais meat, real cheese straight from the producers, a homemade ketchup and ranch sauce, fresh chips… and that’s not all! The vegetarians won’t be left out, as the Veggie Burger is made with a soy steak, accompanied by a cucumber marinade, and a homemade tartare.


STYLISH & HIGH

– Photos : Louis Arevalo - Semaphore. *Stylé et haute performance **Le monde a besoin de votre regard

PERFORMANCE*

ELARA /

ECRANS PHOTOCHROMIQUES CAT.1 >3 Avec Elara, Julbo crée un masque confortable pour les femmes sans sacrifier la performance. Équipé d’un écran sphérique et ventilé, disponible avec 4 écrans techniques Julbo (Zebra, Zebra Light, SnowTiger, Cameleon) il offre un large champ de vision et des journées grand confort sur tous les terrains.

Caroline GLEICH

julbo.com

*


NEWS

ALPINE SIGNATURE SUPERPASS

ALPINE SIGNATURE SUPERPASS

D

T

Un skipass unique !

ès cet hiver les sociétés de remontées mécaniques des légendaires 3 domaines skiables des 3 Vallées, de Paradiski et de Tignes- Val d'Isère, s’associent pour créer et offrir un forfait d’exception correctement nommé « Alpine Signature superpass ». Un sésame incroyable qui donne accès à 5 glaciers, 391 remontées mécaniques et plus de 1300 km de pistes balisées. Ne cherchez pas, c’est tout simplement unique sur la planète. « The Alpine Signature superpass » est disponible à toutes les caisses de remontées mécaniques des 3 Vallées, Paradiski et Tignes -Val d'Isère.

his winter, the ski-lift companies operating in the three legendary ski areas of Les 3 Vallées, Paradiski and Tignes-Val d’Isère have teamed up to create an exceptional new product, aptly named the “Alpine Signature Superpass” This incredible skeleton key gives you access to the five glaciers, the 391 ski lifts and more than 800 miles of markedout pistes. There’s no point looking elsewhere, there is no better deal to be found anywhere else in the world! The “Alpine Signature Superpass” is available in all the ski-pass centres across Les 3 Vallées, Paradiski and Tignes-Val d'Isère. 6-DAY SUPERPASS: €348 – 7-Day Superpass: €398 – 8-Day Superpass: €448 Further information: www.thealpinesignature.ski.

© VINCENT PICCERELLE

6 JOURS SUPERPASS : 348 € - 7 Jours SuperPass : 398 € - 8 Jours SuperPass : 448 € Plus d'infos : www.thealpinesignature.ski.

A super ski-pass in a league of its own!

22

LA GRANDE ODYSSÉE SAVOIE MONT BLANC

THE GRANDE ODYSSÉE SAVOIE MONT BLANC

jours de course, 1000 km en 10 étapes, et 30 000 m de dénivelé pour la 13ème édition de la plus grande course de chien de traîneaux au monde. L’association de la performance sportive, du spectacle offert par des paysages remarquables, l’harmonie entre les coureurs et leurs attelages et une certaine vision du sport, de la nature et du respect de l’environnement. Du 7 au 18 janvier 2017.

days of racing, 1000km across 10 stages, and 30,000m elevation change, all for the 13th edition of the biggest dog sled race in the world. The combination of athletic performance, shows in the form of remarkable landscapes, harmony between the mushers and their teams, and a certain vision of outdoor sports and respect for the environment. From the 7th to the 18th of January 2017.


À chacun son virage !

alpedhuez.com

Crédit photo : Laurent Salino / Alpe d’Huez Tourisme


NEWS

LES « SHARING FONDUES » DE LA FOLIE DOUCE MÉRIBEL-COURCHEVEL.

C

ette année la nouveauté à la Folie Douce Méribel-Courchevel se trouvera sur la terrasse. Une nouvelle manière authentique et conviviale de se régaler en famille ou entre amis avec la dégustation de fondues au fromage ou de fondues au chocolat grâce aux « Sharing Fondues » disposées sur la terrasse. Une structure originale contenant un caquelon et des pics pour votre petit groupe. Une façon de se restaurer ludique, sympathique et gourmande.

THE “SHARING FONDUES” OF THE FOLIE DOUCE MÉRIBEL-COURCHEVEL

A

STAY MOBILE WITH THE FOLIE DOUCE

V

D

© FOLIE DOUCE

RESTEZ MOBILE(S) AVEC LA FOLIE DOUCE ous connaissiez l’ancienne version de l’application mobile de la Folie Douce ? Préparez-vous à en découvrir une nouvelle, avec un design repensé et de nombreuses fonctionnalités supplémentaires pour toujours plus d’expériences. En plus, des news, bons plans, photos, vidéos, de la géolocalisation et de la possibilité de réserver votre table aux restaurants, l’application prend le virage du collaboratif et du participatif en vous offrant, entre autres, la possibilité de prendre des selfies estampillés la Folie Douce ou encore d’écouter en streaming des playlists crées à la demande ou de télécharger vos morceaux préférés. Et pour les plus curieux, la nouvelle appli vous permet même d’avoir accès aux vidéos cachées de la Folie Douce sur Youtube. Téléchargement disponible sur AppStore et Googleplay.

24

© SOPHIE MOLESTI

novelty this year at the Folie Douce Méribel-Courchevel will be found on the terrace. A new authentic and friendly way to regale yourself with family or friends by savouring cheese or chocolate fondues thanks to the “Sharing Fondues” arranged on the terrace. An original arrangement including a fondue pot and pics for your little group. A fun, enjoyable, and gourmand way of eating.

o you know the old version of the Folie Douce app? Prepare yourself to discover a new one, with a new design and many new additional features for more experiences. In addition, get all the news, deals, photos, videos, geo-tracking, and the opportunity to reserve your restaurant table. The app is going collaborative and participatory by offering you, among other things, the opportunity to take selfies stamped with the Folie Douce logo, to stream playlists created on demand, or to download your favorite songs. And for the truly curious, the new app even gives you access to the hidden Folie Douce videos on Youtube. Downloads available on Appstore and GooglePlay.


ginette. 10/13.

RC Grenoble B 057 504 599

Une boisson chaude avec une petite touche de sirop...


NEWS

SKI POUR TOUS À COURCHEVEL

SKIING FOR ALL IN COURCHEVEL

NOUVEL ESPACE 100 % HANDISKI

NEW 100% ADAPTIVE SKIING AREA

C

ourchevel propose depuis cette saison un espace ESF 100 % handiski. Les 3 ESF Courchevel Village, 1650 et 1850 se sont unies pour proposer un départ commun situé dans le quartier de Pralong. Un site retenu à la fois pour sa facilité d’accès par la route et pour la configuration du terrain puisqu’il est situé en « zone ZEN » et est desservi par deux téléskis adaptés et un télésiège débrayable 6 places. A noter que deux places de parking dédiées ont été créées à proximité pour améliorer le confort des personnes à mobilité réduite. 12 moniteurs spécialement formés, emmenés par Pierre–Emmanuel Bernoud, référent, se sont engagés dans cette démarche pour enseigner sur cet espace..

EN B REF

W

elcome to one of the biggest innovations this winter. As well as offering a fully-accessible ski area, Courchevel is now offering an exclusive space for para-alpine skiing run by the French Ski School. The three Schools from Courchevel Village, 1650 and 1850 joined forces to create a shared starting point in the Pralong area. The new site has been praised for its easy road access and its location, as it has been developed in the “ZEN zone” and is also accessible via two adapted ski lifts and a six-seater high-speed chairlift. Two parking spaces reserved for para-alpine skiers have been created nearby, to improve ease of access for people with reduced mobility. Twelve specially-trained instructors, led by Pierre–Emmanuel Bernoud, are on hand to teach skiers in this area.

Conciergerie en ligne Le nouveau site web de Courchevel propose une conciergerie en ligne. Les internautes peuvent poser leurs questions en direct et une réponse est apportée instantanément par un collaborateur de l’office de tourisme.

Conciergerie en ligne The new Courchevel website offers an online concierge service. Internet users can now ask questions and get direct answers from an employee at the Tourism Office.

© DAVID ANDRE

La news minable

Un show toujours plus haut !

A Show That Always Takes You Higher

T

he Folie Douce Méribel-Courchevel is turning 180°: No more traditional cabaret, it’s time for performance, technique, and the fantastic to take center stage! Vanessa Mandito, artistic director of the establishment, is always more audacious and places the bar higher each season, with a cast of 15 artists, from breathtaking acrobatic dancers, to singers and musicians, more nutty than ever before. A show performed for more than 17 straight weeks at more than 2000 meters in altitude, that will, without fail, take your breath away. Everyday from 1:30pm to 2:30pm, with the clubbing session beginning at 3pm.

ournant à 180° à la Folie Douce Méribel – Courchevel : Fini le cabaret traditionnel, place à la performance, à la technique et au fantastique ! Vanessa Mandito, directrice artistique de l’établissement, revient toujours plus audacieuse, et place la barre très haute, avec un casting de 15 artistes, de danseurs acrobates époustouflants et de chanteurs et musiciens plus déjantés que jamais. Un show joué plus de 17 semaines de suite, à plus de 2000 mètres d’altitude, qui, à coup sûr, vous en mettra plein les yeux. Tous les jours à 13h30 et 14h30, et à partir de 15h pour une cession clubbing.

26

T

Sauter dans un train le soir pour skier le lendemain matin en Savoie n’est plus qu’un souvenir…Les trains de nuit Paris-Saint-Gervais et Paris-Bourg-SaintMaurice ont été supprimés et la mesure provoque la grogne des usagers car ils constituent une offre de transport incontournable pour l’accès aux Vallées de la Tarentaise ou de l’Arve. A une époque où l'on sensibilise sur l'utilisation de transports à l'impact environnemental réduit, cette suppression semble un nonsens. Un coup dur pour l'accessibilité de nos stations.

Unfortunate News Jumping into a night train to ski in Savoie the next morning is now just a memory… The night trains from Paris-Saint-Gervais and Paris-Bourg-Saint-Maurice have been cancelled and the measure is provoking complaints among users as the trains offered a must-see transportation option to access the Tarentaise and Arve valleys. In a time where we’re raising awareness regarding the use of public transportation to reduce our environmental impact, this cancellation seems non-sensical. A hard hit on our resorts’ accessibility...


START


NEWS

EN BREF

LES 3 VALLÉES EN 3D LES 3 VALLÉES IN 3D L’I N N OVAT I O N D E L’A N N É E DAN S L E S 3   VA L LÉES

THE INNOVATION O F THE YEA R IN LES 3  VALLÉES

C

A

breath of fresh air is blowing across the old piste maps, especially in Les 3 Vallées, which is set to welcome the world’s most detailed 3D piste map! A combination of highresolution images and digital land models offer breathtaking navigation through the area, as if you were really there!

© SOPHIE MOLESTI

’est un vent de fraîcheur qui souffle sur le bon vieux plan des pistes, surtout celui des 3 Vallées qui devient tout simplement le plan 3D le plus détaillé au monde. Une combinaison d’images en haute résolution et des modèles numériques de terrain assurent une navigation époustouflante, comme si on explorait la montagne dans laquelle on skiait !

AVALANCHE SKI WEAR, AVALANCHE SKI WEAR, Le partenaire chaleur de la Folie Douce Méribel

D

epuis maintenant plus de 3 ans, la marque Avalanche habille l’équipe de la Fruitière Méribel- Courchevel. Cette année, pour la première fois, Avalanche habille toutes les équipes de la Folie Douce. Cette marque de vêtements, répond aux standards les plus élevés des professionnels du ski en Amérique du Nord et en Europe. Leurs tissus sont conçus pour affronter des conditions climatiques les plus intransigeantes. Une collection spéciale Fruitière a été réalisée dans des couleurs sobres, une collection spéciale Folie Douce beaucoup plus excentrique et pour finir une collection pour l’équipe artistique avec un design des plus tendance.

28

The warmth partner of the Folie Douce Méribel

F

or the last 3 years, the brand Avalanche has dressed the entire team of the Fruitière MéribelCourchevel. This year and for the first time, Avalanche will dress the entire Folie Douce team. This clothing brand meets the highest standards of skiing professionals in the United States and Europe. Their fabric is made to endure the toughest of all weather conditions. A special Fruitière collection was created in sober colours, a more eccentric one made for the Folie Douce team, and to finish it off, a more stylish and design collection for the performers.

La Folie Douce Val d’Isère, la légende de la montagne sans limite !

E

n 2017 à Val d’Isère, la Folie Douce met les bouchées doubles pour vous mettre des étoiles plein les yeux. Le nouveau cabaret sera cette année placé sous le signe de la Mode avec des tableaux dédiés aux grands créateurs (Christian Dior, Christian Louboutin, Versace,), mais aussi un hommage aux Empires qui ont marqué l’histoire (Versailles, Egypte, …), et biensûr, toujours une touche fantasque et décalée avec une folle interprétation du cirque. Pour ce faire, Luc Reversade et ses équipes ont travaillé tout l’été pour métamorphoser la toute première Folie Douce. Résultat : 2 nouveaux bars, une scène qui se transforme en milieu de journée, une nacelle pour un show en hauteur, un nouveau BBQ et sa carte de burgers et cuissons de viande du monde entier font leur entrée … Rien n’est trop beau pour vous faire rêver chaque hiver !

La Folie Douce Val d’Isère, The Legend of the Mountains Without Limits!

I

n 2017, the Folie Douce in Val d’Isère has doubled their efforts to put stars in your eyes. The new cabaret this year is found under the sign of fashion with paintings dedicated to the top creators (Christian Dior, Christian Louboutin, Versace, etc.) but also an hommage to the empires that have made their mark in history (Versaille, Egypt, etc.) and always with a fantastical and off-the-wall touch including a crazy interpretation of the circus. In order to do this, Luc Reversade and his teams have worked all summer long to transform the very first Folie Douce. Two new bars, a stage that changes shape in the middle of the day, a basket for a show in the air, a new BBQ with its selection of burgers and meats from around the world… Nothing is too elaborate to make you dream each winter!


c ffee time since 1892 Et aussi les boutiques Comptoirs Richard... Pour retrouver chez vous, le goût de l'expresso préféré des meilleures adresses... Agence d’Annecy Philippe MOUCHETAN 06 73 10 88 66

www.cafesrichard.fr


NEWS

SNOWPARK DC AREA 43 Nouveautés à gogo

L

a référence en matière de snowpark à Méribel ne cesse de se renouveler pour le meilleur de vos tricks en snowboard : containers réaménagés avec style et accès gratuit au wifi, nouvelle piste fun typée boardercross, animations tous les mardis ou encore petits challenges entre amis lors des ‘DC PARTY’.

EN BREF Votre meilleur souvenir à partager !

© DR

Toujours à la pointe de l’innovation, Les 3 Vallées ré-inventent la carte postale ! Dès cet hiver 6 spots « 3 Vallées Selfie » sont installés sur le plus grand domaine skiable du monde.

SNOWPARK DC AREA 43 Countless new features

T

he leading snowpark in Méribel is in constantly looking to reinvent itself to offer you the best skiing experience. New additions this year include stylish containers with free Wi-Fi access, a new, fun boardercross piste, events held every Tuesday and challenges between friends at the DC PARTIES.

BLACKPEUF, LES ILLUSTRATIONS ORIGINALES AU STYLE 100% ALPIN M

arre de la marmotte dans un cadre poussiéreux ? BLACKPEUF, marque 100% made in Savoie, vous propose des illustrations au point de vue décalé, imprimées sur un support novateur, le FOREX, pour mettre de la PEUF plein vos murs. Une petite touche savoyarde et colorée qui contrastera vos intérieurs ! Découvrez sans tarder leur gamme complète sur www.blackpeuf.com

As part of its constant search for innovation, Les 3 Vallées have reinvented the traditional postcard! From this winter onwards, six “3 Vallées selfie” spots will be opened across the world’s largest ski area. Get ready for high-quality XXL selfies of your beautiful selves, from far away or close-up! Gone are the days when you had to stretch out your arms, twist your neck and press the button all at the same time!

VIVEZ LE GRAND SKI À ST GERVAIS P

rofitez d'une totale liberté avec le Forfait Mont Blanc Unlimited ! En Hiver : 1 Pass, 3 pays pour conjuguer passion et grands espaces sur les pistes et hors pistes mythiques de la vallée de Chamonix, St Gervais, Megève et les Houches mais aussi d'Italie (Funivie MonteBianco et Courmayeur) et de Suisse (Verbier 4 Vallées).

BLACKPEUF, ORIGINAL ILLUSTRATIONS WITH 100% ALPINE STYLE

LIVE THE REAL SKI OF ST GERVAIS

T

T

ired of the marmot in a dusty setting? BLACKPEUF, a brand made 100% in Savoie, creates illustrations with an off-the-wall perspective that are printed on FOREX, an innovative medium, to add some powder to your walls! A little colour and a Savoyard touch that will contrast with your decor! Discover their entire range now on www.blackpeuf.com.

30

A “3 Vallées selfie”: the best way to share your memories!

ake advantage of total freedom with the Unlimited Mont Blanc Ski Pass! In winter: 1 pass, 3 countries to combine passion and open spaces on the mythical pistes and off-pistes in the valley of Chamonix, St Gervais, Megève, and the Houches, but also in Italy (Funivie Monte Bianco and Courmayeur) and Switzerland (Verbier 4 Vallées).


DEVENEZ PROPRIÉTAIRE D’UN APPARTEMENT OU CHALET NEUF AUX PRESTATIONS DE HAUT STANDING

Own a new appartment or chalet with top quality amenities

À quelques minutes à pied du téléphérique

A few minutes walk to the cable car

Commercialisation / Real estate agency

Sur le front de neige

On the lower slopes of the resort

Réalisation / Developer

VENDÉENNE IMMOBILIER MONTAGNE corinne.immobilier@orange.fr

04 76 80 21 19

www.appartmentalps.com


PARTNERS

CONCEPT BOARDSHOP FAIT PEAU NEUVE

CHEZ LÉO, L’ADRESSE CONFIDENTIELLE DE L’ALPE D’HUEZ

SKISET- HENRI SPORTS, LE CHOIX AVANT TOUT

C

C

U

THE BOARDSHOP CONCEPT GETS A NEW SKIN

T

he Twinner Concept is now the Sport Montagne Concept with more than 200m2 dedicated to gear, rental equipment and technical clothes in the heart of L’Alpe d’Huez. Upstairs, a team of snowboard specialists will welcome you to the Boardshop. Here, you’ll find boards for all uses and levels. You’ll surely find what you’re looking for within the entire board selection of Burton, Jones, K2, Dupraz and many others brands. The Concept, it’s especially about creating a space for skiwear and snow-wear with a selection of the best brands and, this year’s novelty, the Millet pro-shop along with Eider pro-shop on the main floor.

32

ne sélection de produits exclusifs vous attend au skiset Henri Sports de la Galerie des Bergers à L’Alpe D’huez. Situé au pied de la Folie Douce, ce magasin vous offre à travers des marques de qualité, des ensembles haut de gamme et tout l’univers du ski et du snowboard (vêtements et accessoires). Doté de désormais plus de 400 m2 pour vous accueillir, vous apprécierez le large choix d’équipements proposés à la location ainsi que le nouvel espace sportwear où se côtoient les plus grandes marques : Bogner, Spyder, Timberland, ou encore Arturo, la nouveauté de cette saison. Que vous cherchiez un accueil chaleureux, des conseils avisés ou l’élégance de prêt-àporter de qualité, vous venez de trouver votre adresse à l’Alpe d’Huez.

© DR

'est typiquement l'adresse que l'on se dévoile sur la station. Proche du départ des pistes aux Bergers, CHEZ LEO dispose d'une belle terrasse plein sud qui laisse place au bronzage et au farniente tout en appréciant un magnifique panorama, le tout  accompagné d'une savoureuse collation. Toute l'équipe de cet établissement est aux petits soins pour vous satisfaire;  une décoration chaleureuse, une ambiance lounge et un grand choix de bières spéciales, de whiskies et bien d'autres... Le bar snack " CHEZ LEO" est ouvert tous les jours de 08h00 à 21h00 non stop.

© DR

© DR

oncept Twinner devient Concept Go Sport Montagne avec désormais plus de 200 m2 dédié à l’équipement et la location de matériel et vêtements techniques en plein cœur de l’Alpe D’Huez. A l’étage, c’est une équipe de spécialistes du snowboard qui vous accueille au Boardshop. Ici, des planches adaptées à toutes les pratiques et tous les niveaux. De quoi trouver la planche qu’il vous faut parmi les gammes complètes de planches Burton, Jones, K2, Dupraz… et bien d’autres ! Concept, c’est enfin un espace skiwear & snowwear avec une sélection des meilleures marques avec en nouveauté un proshop Millet et toujours le proshop Eider au rez de chaussée.

CHEZ LÉO, A SECRET ADRESSE IN L’ALPE D’HUEZ

SKISET- HENRI SPORTS, CHOICE ABOVE ALL ELSE

T

A

his is a typical adresse that one discovers while in resort. Near the Bergers pistes start, CHEZ LEO has a beautiful south facing terrace that allows room for tanning and leisure all the while appreciating a magnificent panorama, the whole accompanied by a delicious snack. The entire team of the establishment demonstrates the utmost care to satisfy you: a warm decor, a lounge ambiance, an a great selection of special beers, whiskeys, and much more. The snack bar “CHEZ LEO” is open non-stop everyday from 8am to 9pm.

selection of exclusive products awaits you in the Skiset Henri Sports in the Galerie des Bergers in l’Alpe d’Huez. Located at the foot of the Folie Douce, this store has on offer quality brands, high end ensembles, and an entire skiing and snowboarding univers (clothing and accessories). Gifted with more than 400m2 to welcome you, you will appreciate the large selection of rental gear as well as the new sportswear space where the best brands can be found: Bogner, Spyder, Timberland, or even Arturo, the new brand of the season. Whether you’re looking for a warm welcome, sound advice, or elegant and quality ready-towear, you have just found your adresse in L’Alpe d’Huez.


segafredo.fr


CORPORATE

Corporate FDM MAGAZINE 08

34


35

© FOU D'IMAGES


CORPORATE

36


Par Gaëlle MARTINA Photos : FOLIE DOUCE

LUC REVERSADE,

L'AGITATEUR DE STATIONS

FDM : Vous voyagez beaucoup à l’étranger, dans les stations notamment. Vos inspirations proviennent-elles de ces voyages ? Quel pays se démarque concernant les offres sports d’hiver ? L.R : Je me concentre davantage sur les stations de sports d’hiver européennes en ce moment, j’essaye de visiter une quinzaine de stations par saison. Aujourd’hui, je vais simplement voir si je passe de bons moments en tant que client lambda et j’analyse avec qui je serais bien là où je me trouve, en essayant de trouver la station qui a un petit peu tout, pour tout groupe et situations confondues. Je me laisse autant inspirer par l’architecture, le design que par la facilité d’accès au site. Aujourd’hui la plus aboutie selon moi c’est Ischgl en Autriche. En revanche, celle qui fait le plus d’efforts à l’heure actuelle et pour qui ce n’était pas une évidence du fait de son altitude basse c’est Mayrhofen. Ils ont réussi à créer de véritables lieux de vie en altitude pour que les visiteurs profitent d’un ensoleillement maximum à longueur de journée, sans focaliser sur le ski à outrance mais davantage sur un réel lieu de vacances. Ishgl, quant à elle, a des remontées mécaniques de pointe, de belles rues piétonnes, des esplanades d’altitude, une très belle offre hôtelière et elle sait aussi être festive, pour moi c’est une station qui a tout, on ne peut pas lui trouver un réel manque, où alors si, pour les frenchies, on pourra peut-être lui reprocher son manque de féminité.

FDM : Que faudrait-il changer dans les stations françaises ? L.R : En priorité le fait d’être dans une réelle organisation où l’on a l’obligation de s’entendre entre le promoteur immobilier, les remontées mécaniques, les élus et tous les socioprofessionnels de la station. Qu’il y ait une sorte de comité dans lequel on est obligé de trouver des compromis. Les Autrichiens, les gens du Tyrol ou des Dolomites sont obligés de s’entendre car ils sont propriétaires de tout, ils bénéficient d’une offre client plus aboutie que la nôtre de ce fait. Donc oui, ce qu’il nous manque aujourd’hui en France, c’est le fait de s’entendre. Il faudrait que nous tous, acteurs de la montagne réfléchissions davantage dans une optique globale plutôt que dans le seul intérêt de chacun. Et pour prendre conscience de cela et en être convaincu, il est primordial pour ces acteurs de la montagne de voyager.

© FOLIE DOUCE

Quels sont les points noirs des stations françaises selon vous ? L.R : Aujourd’hui pour beaucoup de gens et notamment pour les clientèles internationales, les stations françaises souffrent

L’hiver dernier, il jouait au client mystère dans les grandes stations de Suisse, d’Italie et d’Autriche. Incognito, carte de crédit en poche, pour voir ce qui marche ou non chez nos concurrents. « Ce que devrait faire tout professionnel du tourisme : visiter sans se faire inviter, ni annoncer. » Le vacancier faussement candide assure avoir beaucoup appris. Entretien avec un électron libre. d’un manque d’accessibilité. L’éloignement de Genève et Lyon St Exupéry se fait sentir dans le choix des décisions pour la réservation de séjours aux sports d’hiver. Lorsque l’on prend l’exemple d’Innsbruck, nous sommes à moins d’une heure entre l’aéroport et les pistes de ski, c’est un vrai critère de choix. A mon sens, il nous manque également de vraies rues piétonnes, des esplanades, de vrais lieux de vies au sommet des pistes avec un ensoleillement maximum, comme nous en avant discuté précédemment. Par exemple, en Autriche, les écoles de ski ne sont pas en bas des stations mais au sommet des pistes, ce qui rend possible le fait de pouvoir déjeuner à midi en terrasse avec ses enfants avant de les déposer à nouveau pour l’après-midi en cours de ski, sans avoir à redescendre tout en bas de la station. En somme, un parcours client facilité !

FDM : Comment modifier le parcours client ? L.R : Il faudrait déjà que les experts que l’on sondent soient remplacés par des gens de la société civile. Il faut davantage faire entrer les consommateurs dans les prises de décisions. C’est justement dans la peau de ce client mystère que je me mets chaque hiver afin de voir ce qui marche et ce qui ne marche pas chez nos concurrents, comprendre ce qui me fait me sentir bien, quels services proposés ont fait la différence lors de mon séjour. Je citerai l’exemple des départs ski au pied des résidences qui sont encore dans beaucoup de stations réservés à l’hôtellerie de luxe et qui pourtant est un service qui peut faire une grande différence. On doit tendre vers encore plus de service pour faciliter le parcours client.

FDM : Quel est le coin des Alpes le plus dynamique selon vous en ce moment ? L.R : A mon sens L’Autriche est dans cette mouvance dynamique, ils ont pris de l’avance donc ils bénéficient d’un effet d’inertie positive à l’heure actuelle. Mais je suis persuadé que les stations françaises vont revenir au niveau, la seule question est dans combien de temps ?

FDM : N'est-ce pas inquiétant que de moins en moins de jeunes se mettent au ski ? L.R : C’est très inquiétant oui, mais je pense qu’il faut partir de la base en remettant par exemple en place les classes de neige pour apprendre aux gens à skier dès le plus jeune âge car à partir du moment où l’on n’apprend pas aux jeunes à skier cela reste difficile de s’offrir des vacances aux sports d’hiver. C’est à nous de trouver des solutions pour pouvoir accueillir les jeunes, pour démocratiser encore davantage l’accès au ski.

37


CORPORATE

Last winter, he played the role of mystery client in famous Swiss, Italian, and Austrian resorts. Incognito, credit card in hand, Luc Reversade wanted to see what was working or not among his competitors. “That’s what all tourism professionals should do. Visit places with no invitation and without announcing yourself.” The falsely candid vacationer assures us that he has learned a lot. An interview with a free electron:

FDM : You travel a lot abroad, especially to ski resorts. Does your inspiration come from these trips? What country stands out when it comes to skiing holidays? L.R : At the moment, I’m concentrate especially on european ski resorts so I try to visit about 15 per year. I go simply to see if I have a good time there as a normal customer, I analyse with whom I would enjoy my stay based on where I am, and try to find the resort that has a little bit of everything, for all groups and experiences. I am equally inspired by architecture, design, and even the ease of access to a site. Today, the most complete resort is Ischgl in Austria. Meanwhile, the one making the most efforts at the moment and for whom it’s quite difficult because of its low altitude is Mayrhofen. They managed to create a true living space in altitude so that visitors can benefit from maximum sunshine during the day, focusing less on skiing and more on creating a real holiday place. Ishgl, meanwhile, has top notch ski lifts, beautiful pedestrian paths, altitude promenades, a very nice hotel selection, and also knows how to be festive. For me, it’s a resort that has everything. I can’t find anything lacking; or actually yes, I guess that as Frenchies, we could reproach if for it’s lack of femininity.

FDM : What needs to change in French ski resorts? L.R : First and foremost, we need a real organisation wherein the real estate promoter, the ski lift company, the city officials, and the socio-professionals of the resort all have the obligation to get along. That there is a type of committee wherein we must find compromises. The Austrians, the people of Tyrol or of the Dolomites, have to get along because they own everything and, as a result, they benefit from a much more finished products than ours. So yes, what is lacking today in France is opportunity to get along. We, the mountain stakeholders, should think globally instead of focusing on sole interests of each person. And to be aware of this and to be convinced that it is essential that all resort stakeholders travel.

In your opinion, what are the problems of French resorts? L.R : Today, for many people and most notably, for international clients, French resorts are suffering from a lack of accessibility. The distance to Geneva and Lyon St. Exupéry can be felt when

38

looking at the decisions made upon reservations for skiing holidays. If we take Innsbruck for example, we’re less than an hour between the airport and the pistes and it’s a real criteria in choice. For me, we’re also really missing pedestrian walkways, promenades, and real living places at the top of the pistes with maximum sunshine, like we discussed earlier. For example, in Austria, ski schools aren’t at the resort base but at the top of the pistes, making it possible to lunch with your children before dropping them off again for their ski lesson in the afternoon, without having to go all the way back down into the resort. In short, it’s an easier client journey!

FDM : How can we modify the client journey? L.R : Well, it’s important that the experts we’re polling be replaced with people in the civil society. We also need to take the consumer into account when making decisions. It’s exactly why I put myself in this mystery guest’s shoes last winter: to see what works and what does’t for our competitors, to understand what makes me feel good there, and determine what services are offered that make the difference in my holiday. For example, having the pistes departing from residences, a service currently reserved for luxury hotels in many resorts, is a service that would make a huge difference. We have to lean even further towards service to facilitate the client’s journey.

FDM : What corner of the Alps is most dynamic at the moment? L.R : For me, Austria is a part of this dynamic shift. They got a head start and will benefit from this current positive energy. But I am certain that the French resorts will catch up to that level. The question is: in how much time?

FDM : Is it not worrying that less and less young people ski? L.R : Yes, it’s very worrying. I think that we have to start from the ground up by providing for example, snow classes to teach people how to ski at the the youngest age because if we don’t teach a young person to ski, it’s difficult to provide them skiing holidays. It’s up to us to find solutions to welcome young people, to democratise skiing’s access even more.


39

© FOLIE DOUCE


CORPORATE

La Fruitière, A Story of Taste

une histoire de goût

PORC / PORK

40

Par Gaëlle MARTINA Photos : FOLIE DOUCE


Il se dit de Franck Mischler qu’il est un chef aux pratiques culinaires en mouvement. L’homme refuse la routine et s’obstine sans cesse à se renouveler. Visite des coulisses de la création de la carte de la Fruitière, de l’imagination du chef jusqu’à sa réalisation.

Franck Mischler & La Folie Douce, une histoire de Goût depuis 7 ans !  Passé par les cuisines d’Emile Jung au Crocodile*** (à Strasbourg), puis par le Patin d’Or** (aux côtés de Michel Behring - Luxembourg), Le Buerehiesel*** (Antoine Westerman - Strasbourg), Le Ritz** et le Carré des Feuillants** (aux côtés de Michel Roth et Alain Dutournier - Paris) ou encore le Martinez** (aux côtés de Christian Willer - Cannes), il officie depuis 5 ans en tant que chef exécutif du groupe Folie Douce. Durant dix ans, il a aussi contribué à l’essor du Cheval Blanc, à Lembach, restaurant familial aux allures de camp de base de luxe, distingué par 2 macarons Michelin. Ce chef cosmopolite, dopé aux voyages et à l’ivresse du renouvellement culinaire, a également participé à l’ouverture de restaurants prestigieux au Mexique, au Brésil, à Taïwan, en Russie et en Croatie, ainsi qu’à une myriade de semaines gastronomiques internationales.

IL N’Y A QUE DEUX SORTES DE CUISINE, LA BONNE ET LA MAUVAISE 41


CORPORATE

Aujourd’hui installé aux commandes des Folie Douce de Val d’Isère, L’alpe D’Huez, Megève et Méribel, Franck Mischler est passé maître en cuisine décalée. Original et toujours capable d’épicer le terroir local d’une pointe d’audace contemporaine ! Chaque année, il crée une nouvelle carte avec la complicité de chefs étoilés consultants et veille sur les cuisines des autres établissements Folie Douce en collaboration avec leurs chefs respectifs.

Le produit, au cœur de la création Avant même d’imaginer un plat, la première étape pour le Chef et ses équipes, consiste à sourcer les producteurs locaux, à la recherche du produit typique de la région, de l’atout local qui transformera les plats, du plus simple au plus noble, avec exigence et originalité. Chaque ingrédient est sélectionné pour ses qualités culinaires, tout en favorisant des producteurs adoptant des pratiques d’agriculture et d’élevage raisonnées dans la mesure du possible. On retrouvera ainsi des plats à base de murson à la Fruitière de L’Alpe D’huez, ce saucisson à cuire érigé comme spécialité charcutière du Dauphiné. Pour Franck, il n’y a que deux sortes de cuisine, la bonne et la mauvaise, et comme il aime à le dire, un produit de qualité c’est

ETRE CUISINIER, C’EST AIMER FAIRE PLAISIR, ET CE PLAISIR PASSE AVANT TOUT PAR DES CHOIX D’INGRÉDIENTS DE QUALITÉ. 42

80% de la réussite du plat. Pour lui être cuisinier, c’est aimer faire plaisir, et ce plaisir passe avant tout par des choix d’ingrédients ultra sélectionnés.

Une cuisine simple, généreuse et enjouée À travers ses recettes, il nous ouvre les portes de son style : un brin de classicisme pour maîtriser les bases et des interprétations plus libres pour jouer avec les saveurs. C’est ainsi qu’il propose une carte qui défend la cuisine de terroir et la cuisine familiale parce que ses clients "aiment retrouver le goût de l'enfance". La satisfaction de sa clientèle passe par la parfaite alliance de l'authenticité, de l'audace, de l'accessibilité et de la générosité. Une cuisine qui revisite les produits locaux sans jamais les dénaturer ! En ce moment à la carte, des lasagnes à la queue de bœuf confite, noisettes et tome de Savoie ou encore de la noix de joue de bœuf fondante aux carottes servie avec sa polenta au beaufort. Dans l’assiette, les saveurs fonctionnent et tous les appétits y trouvent leur compte. Ajoutez à cette cuisine des sommets, une cave d’affinage où les fromages de Savoie côtoient les grands crus et les dernières découvertes du chef sommelier. De quoi ravir pour toujours les épicuriens de La Fruitière !


SUCETTES DE REBLOCHON REBLOCHON POPS

BOEUF PARFAIT SAUCE FOLIE DOUCE PERFECT BEEF WITH THE FOLIE DOUCE SAUCE

43


CORPORATE

POIREAU VINAIGRETTE ET COMPOTE PARMESAN FAÇON FOLIE DOUCE LEEK VINAIGRETTE AND FOLIE DOUCE PARMESAN COMPOTE

SAUMON FUMÉ AU BOIS D'HICKOURY HICKORY SMOKED SALMON

It is said that Franck Mischler is a chef with moving culinary practices. The man refuses the routine and ceaselessly persists to renew himself. A backstage visit of the creations of the Fruitière menu, from the chef’s imagination to it’s creation.

Franck Mischler & La Folie Douce, a story of taste for the last 7 years! After working his way through Emile Jung’s kitchens in the Crocodile*** (in Strasbourg), then the Patin d’Or** (working alongside Michel Behring- Luxembourg), Le Buerehiesel*** (Antoine Westerman - Strasbourg), Le Ritz** and the Carré des Feuillants** (working alongside Michel Roth and Alain Dutournier - Paris) or even the Martinez** (working alongside Christian Willer - Cannes), he has served as the executive chef of the Folie Douce group for the last 5 years. For 10 years, he also contributed to the development of the Cheval Blanc in Lembach, a family restaurant with the looks of a luxurious base camp, distinguished by two Michelin stars. This cosmopolitan chef, doped up on traveling and the drunkenness of culinary renewal, also participated in the opening of prestigious restaurants in Mexico, Brezil, Taiwan, Russia, and Croatia in addition to a myriad of international gastronomical weeks. Now at the command controls of the Folie Douce Val d’Isère, Alpe D’Huez, Megève, and Meribel, Franck Michler has become master off-the-wall cuisine. He’s original and is always capable of spicing up the local produce to the point of contemporary audacity! Each year, he creates a new menu with the involvement of the starred consultant chefs and watches over the kitchens of each Folie Douce establishments in collaboration with their respective chefs.

Produce At The Heart Of Creation Before even imagining the dish, the first step for the Chef and his team consists of working with local producers to find the atypical product of the region, the local asset that will transform the most simple to the most noble of dishes, with strictness and originality. Each ingredient is selected for its culinary qualities, all the while favoring producers who adopt reasoned agricultural and livestock 44

farming as much as possible. We’ll find here dishes based on murson, a cooked saucisson per the Dauphiné’s specialty, in the Fruitière in l’Alpe d’Huez. For Franck, there are only two types of cuisine, the good and the bad, and as he likes to say, a product of quality is 80% of the dish’s success. For him, being a chef is to enjoy giving pleasure, and this pleasure is reached first and foremost through the choice of finely selected ingredients.

A Simple, Generous, and Joyful cuisine Through these recipes, he opens the doors to his style: a blade of classicism to master the base and more liberal interpretations to play with flavour. Thus, he offers a menu that defends the cuisine of the region and a family cuisine because his customers “like finding that taste from their youth.” Customer satisfaction is reached through the perfect alliance of authenticity, audacity, accessibility, and generosity. A cuisine that revisits local products without distorting them. Currently on the menu, lasagnas with comfit oxtail, nuts, and Savoie tome or even meltingly soft beef jowl with carrots served with beaufort polenta. On the plate, the flavours are at work and all appetites will find something to love. In addition to this cuisine of the summits, you’ll also find a cheese-ripening cellar where cheeses from Savoie rub shoulders with the great vintages and the Sommelier’s latest discoveries. There’s everything necessary to please the epicureans of the Fruitière!

CUSTOMER SATISFACTION IS REACHED THROUGH THE PERFECT ALLIANCE OF AUTHENTICITY, AUDACITY, ACCESSIBILITY, AND GENEROSITY.


NotĂŠs au guide des vins DVE


CORPORATE

LE SPECTACLE made in LA FOLIE DOUCE

Par Gaëlle MARTINA Photos : FOLIE DOUCE

Sur la plus haute scène du monde, les artistes de La Folie Douce vous emportent tous les jours dès 13h dans un show à 360°.

46


I

ci, on réinvente le cabaret moderne grâce à une équipe de Djs, chanteurs, danseurs, performers, musiciens, meneurs de revue qui brillent et multiplient les performances. Cet hiver encore, Sergey Novikov, chorégraphe russe, Kely Starlight, directeur artistique et meneur de revue incontournable ainsi qu’Hugo Heynard, compositeur de musique, ont créé trois spectacles pour vous faire voyager toujours plus dans ce lieu déjà culte et magique. Rencontre...

FDM : Kely, peux-tu nous en dire plus sur les shows réalisés chaque jour, de l'imagination à leur réalisation ?  K.S : Je voyage beaucoup une fois la saison terminée et m’inspire de ce que je vois à travers le monde, des tendances. J’essaie surtout d’être visionnaire et de ne pas aller sur les mêmes terrains que les autres, d’être toujours un peu en avance, comme un laboratoire de tendances. IBIZA et Vegas restent des références pour nous : Culture de la musique, du spectaculaire et de l’électro font partie intégrante d’Ibiza et lorsque l’on se rend à Vegas, on assiste tout simplement à une débauche de moyens et d’idées, en gros c’est la ville où artistiquement tout est possible.

Comment procèdes-tu pour les castings ?  K.S: J’organise un casting pour les danseurs et chanteurs à Paris et à Londres chaque année début septembre. Pour les musiciens, j’ai mon équipe de fidèles, mais reste toujours à l’affut lors de mes voyages, de LA personne qui m’apportera quelque-chose en plus, de pas encore vu, de nouveau.

Que cherches-tu plus particulièrement chez les talents que tu auditionnes ?  K.S : Qu’ils aient les compétences requises, c’est une chose mais qu’ils sachent travailler en interactivité, au contact client ce qui est primordial pour moi, pour notre concept. Le facteur humain c’est 50% de la réussite de notre histoire, celle que l’on écrit chaque jour.

Des infos atypiques à nous dévoiler pour la mise en place des shows de cette saison ? K.S : De gros travaux ont été réalisés cet été, avec la création de 200 m² en sous sol comprenant une salle de répétition, des loges pour accueillir mes 14 artistes, ainsi qu’une passerelle/élévateur pour mes entrées « mégalo » (à prendre au 15eme degrés !!!!). Les 3 thématiques du Cabaret de cette année sont la mode, les grandes civilisations et le cirque. Il y aura aussi des acrobates…je développe le show en 3D cette saison, avec un câble et des artistes qui feront de l’aérien.

Où puises-tu ton inspiration?  K.S : Principalement au cours de mes voyages et je travaille également avec un chorégraphe, Sergey Novikov, depuis 2 ans maintenant, qui apporte aussi de l’eau a mon moulin.

Ta plus grande fierté ?  K.S : La FD !!! J’y suis depuis 15 ans, elle est ce qu’elle est depuis que j’y suis. Et je pense qu’on peut parler de belle réussite française pour le coup !

Kely, fidèle parmi les fidèles du show Folie Douce.

© FOLIE DOUCE

© FOLIE DOUCE

© FOLIE DOUCE

Kely, the most loyal of the loyal of the Folie Douce show

47


CORPORATE

UNE APRÈS-MIDI DE FOLIE DOUCE ÇA RESSEMBLE À QUOI ? DJ, performers vocaux, danseurs et musiciens, emportent le public dans un après-ski au rythme de folie. L’ambiance monte crescendo à mesure que le son se déploie. On se laisse transporter par un mix énergisant qui parle à tous ceux qui aiment faire la fête. 

© FOLIE DOUCE © FOLIE DOUCE

© FOLIE DOUCE

Vient ensuite 14H, l’heure du clubbing, la tension monte… Le son funky, punchy et énergique, donne toute sa dimension à la conception de la fête made in La Folie Douce.  Le contraste d’une musique urbaine et d’un site authentique réussi le mirage d’un après ski hors du temps.  Un moment hors cadre et festif, pour défier les montagnes dans les plus hauts cabarets du monde. Avec ses chanteurs live et ses projections sur grand écran, son show son et lumière, le clubbing n’a rien à envier aux fêtes d’Ibiza. Insolite, inoubliable, drôle et festif à la fois.

© FOLIE DOUCE

Les numéros des artistes s’enchainent dans un style envoutant, à ciel ouvert. Ce show au croisement des arts de la rue et du cabaret séduit toutes les générations pour un moment de détente. Accords, numéros, performances, donnent à cet après-ski la tonalité de La Folie Douce. Un moment de rencontre à vivre !

48


© FOLIE DOUCE

© FOLIE DOUCE

A Show Made in La Folie Douce On the highest stage in the world, the artists of La Folie Douce will carry you away everyday starting at 1pm with a 360 ° view.

H

ere, we reinvent the modern cabaret thanks to a team of DJs, singers, dancers, performers, musicians, and revue leaders who shine and multiply their performances. This winter again, Sergey Novikov, the Russian choreographer, Kely Starlight, artistic director and major revue leader, in addition to Hugo Heynard, music composer, created three shows that will take you further in this already iconic and magical place. We meet them here:

FDM : Kely, can you tell us more about the shows taking place every day, from the concept to their creation? K.S : I travel a lot once the season comes to an end and I get inspired from everything I see throughout the world, and the trends. I especially try to be visionary and to not take the same road to the same places as everyone else, to always be a little ahead of the times, like a trend laboratory. Ibiza and Vegas are still our references: the culture of music, the spectacular, and electro are integral to Ibiza and when you go to Vegas, you assit in the debauchery of means and ideas. Basically, it’s the city where artistically, anything is possible.

How do you run your castings? K.S: I organise our castings for the dancers and singers in Paris and in London each year, in early September. For the musicians, I have a loyal team, but I’m always on the lookout during my trips, looking for THE person that could bring

me that little something extra, the new thing, the thing that hasn’t been seen yet.

What are you looking for specifically in the talented people that you audition? K.S : That they have the necessary skills, it’s one thing but that they know how to work interactively with our customers is what is essential for me and for this concept. The human factor is 50% of our story’s success, the story that we write each day.

Any atypical info to unveil to us for the creation of the shows this season? K.S : Some big projects were undertaken this summer, with the creation of a 200m2 basement including a practice room, dressing rooms for the my 14 artists, and a walkway and elevator for my “mégalomaniac” entrance (to be taken to the 15th degree, of course!). The three themes of the Cabaret this year are fashion, great civilizations, and the circus. There will also be acrobats… I’m developing the show in 3D this year, with a cable and artists that will be doing aerials.

Where do you find your inspiration? K.S : Predominantly, during my travels! I has also been working with a choreographer, Sergey Novikov, for 2 years now, and he really contributes to the process.

Your pride and joy? K.S : The Folie Douce! I’ve been here for the last 15 years, and she is what she is since I’ve been here! I think that we can talk about a great French success!

49


CORPORATE

WHAT DOES A STANDARD AFTERNOON AT LA FOLIE DOUCE LOOK LIKE? DJ, vocal performers, dancers, and musicians blow the public away in an après-ski at the rhythm of craziness. The ambiance increases in crescendo to as long as the sound can be heard. We allow ourselves to be transported by an energizing mix that speaks to everyone who likes to party. The artists’ numbers follow one another in a bewitching manner under the open sky. This show, at the crossroads of street art and cabaret, seduces all generations for a moment of relaxation. Harmonies, musical numbers, and performances give this après-ski the tone of the Folie Douce. An encounter worth having! Then comes 2pm, the clubbing hour where the tension grows… The funky, punchy, and energetic sound rounds out the dimensions of this party concept made in La Folie Douce. The contrast between an urban sound and an authentic site makes for a timeless après-ski. A crazy and festive moment to defy the mountains in the highest cabarets in the world. With its live singers and its projections on the big screen, its sound and lights show, this clubbing experience has no reason to envy Ibiza. Never before seen. unforgettable, fun, and festive, all at the same time.

50


www.peyrassol.com

CHÂTEAU

CUVÉE

D ’ E XC E L L E N C E

Côtes de Provence Commanderie de Peyrassol 83340 Flassans-sur-Issole +33 (0)4 94 69 71 02 51 L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ. À CONSOMMER AVEC MODÉRATION.


CORPORATE

Par Gaëlle MARTINA Photos : FOLIE DOUCE

LA FD TEAM  SHOW MUST GO ON !

© DAVID ANDRE

Née dans les Alpes, exploitée chaque saison sur les sites de Val d’Isère, Val Thorens, Méribel, Saint Gervais et l’Alpe d’Huez, la Folie Douce, qui ne fait rien comme tout le monde, continue à surprendre en vous donnant rendez-vous au delà des frontières.. The show must go on, La Folie Douce ne fait plus seulement vibrer les sommets alpins !

52


ALL AROUND THE WORLD En inventant la Folie Douce, Luc Reversade a bousculé et dépoussiéré les codes de l’entertainment en montagne. Aujourd’hui, le constat est clair, à force de travail acharné, d’audace artistique assumée et de prises de risque ambitieuses, le concept Folie Douce a hautement fait ses preuves sur les massifs Alpins et étend désormais sa philosophie et son savoir-faire aux quatre coins du globe sous le label La Folie Douce Team. Avec une troupe d’artistes, performers et DJ’s entièrement dédiée à ces shows externalisés et conçus sur-mesure, le team de la Folie Douce est en capacité de satisfaire les spécificités des demandes de n’importe quel commanditaire qu’il s’agisse de la création d’une simple représentation de quelques heures, d’une soirée privée ou d’une prestation plus large lors d’un évènement.

CHEZ VOUS, RIEN QUE POUR VOUS « La force de La Folie Douce Team est d’être très mobile, de savoir être à l’écoute et de s’adapter aux désirs de chaque client, privé ou corporate, tout en restant fidèle à ses racines. Les profils des clients sont très variés. Très souvent, ce sont des personnes qui ont vécu l’expérience Folie Douce sur l’un des cinq sites et qui souhaitent recréer cette ambiance chez eux ou au sein de leur société en rassemblant

leurs invités autour des valeurs véhiculées par la marque.» confie Ange Fandoh, Directrice artistique hors-murs. Après une saison passée à voyager pour réaliser des shows sur-mesure en Australie, lors d’évènements corporate en France, et bons nombres d’évènements sportifs, dont le semi-marathon de Paris ou l’Odlo Crystal run, Le FDTeam n’a pas eu le temps de reprendre son souffle que déjà il s’attelait à la préparation des saisons estivales pour la Folie Douce Cannes by Majestic et l’ouverture de la Folie Douce Deauville by Barrière. L’agenda pour l’année à venir est d’ailleurs déjà bien rempli avec une forte demande autour des temps forts en stations françaises, suisses et autrichiennes, toujours plus d’évènements sportifs et festifs en France mais aussi à l’international avec notamment l’ouverture de marchés comme La Nouvelle Calédonie ou l’Afrique et toujours cette même passion, et cette volonté d’offrir des prestations premium.

COMMENT RÉSERVER LA FOLIE DOUCE TEAM POUR VOTRE EVENT ? Vous adorez l’univers de la Folie Douce et souhaitez faire appel à la Folie Douce Team pour animer votre événement privé ou corporate… Tout est possible ! De la simple intervention des performers pour un show personnalisé de quelques heures jusqu’à l’installation de toute la logistique Folie Douce dans le lieu de votre choix, pour la durée souhaitée, Corinne Reversade, productrice et Ange Fadoh, agent artistique international sont à votre écoute pour monter à vos côtés, l’événement de vos rêves. Let’s go !

Informations et devis : corinne.reversade@lafoliedouce.com

53


CORPORATE

Born in the Alps, operated on each of its sites in Val d’Isère, Val Thorens, Méribel, Saint Gervais, and the Alpe d’Huez, La Folie Douce, which does nothing like the rest of the world, continues to surprise by meeting you beyond it’s borders… The show must go on and now, La Folie Douce no longer just excites the alpine summits. ALL AROUND THE WORLD By inventing La Folie Douce, Luc Reversade shook up and rejuvenated the codes of entertainment in the mountains. Today, it is clear that thanks to relentless hard work, self-sufficient artistic audacity, and ambitious risk taking, the Folie Douce concept has very much proved itself in Alpine region and now extends its philosophy and its know-how around the world under the label La Folie Douce Team. With a troop of artists, performers, and DJs entirely devoted to these tailormade external shows, the Folie Douce Team is capable of satisfying the specific demands of any backer, from the creation of a simple multi-hour presentation, to a private evening, or a larger performance during an event.

AT YOURS, JUST FOR YOU “The strength of the Folie Douce Team is that it’s very mobile and is always listening to adapt to the wishes of the client, whether

54

private or corporate, all the while remaining true to its roots. The client profiles are varied. Often, it is people who experienced the Folie Douce in one of its five sites and who wants to recreate this ambiance in their home or in their company by gathering their guests around the values promoted by the brand,” confides Ange Fandoh. After a season spent traveling to create customised shows in Australia, corporate events in France, in addition to a good number of sporting events such as the Paris Semi-Marathon or the Odlo Crystal run, the FDTeam has barely had enough time to catch their breath before attending the preparations for the summer season with the Folie Douce Cannes by Majestic and the Folie Douce Deauville by Barrière. The agenda for the year to come is already filled with a strong demand around the important holidays in French, Swiss, and Austrian ski areas, more sporting events and festivals in France and across the world, notably the market openings in New Caledonia and Africa, always this passion, and desire to offer premium performances.

HOW DO YOU RESERVE THE FOLIE DOUCE TEAM FOR YOUR EVENT? If you love the Folie Douce universe and wish to call the Folie Douce team to bring your private or corporate event to life… anything is possible! From a simple appearance with performers for a personalized show lasting a few years to a full on installation of the entire Folie Douce logistics in a location of your choice, producer Corinne Reversade and international artist agent Ange Fadoh are at your disposal and your side to build the event of your dreams. Let’s go! For additional info and estimates: corinne.reversade@lafoliedouce.com


© DAVID ANDRE

La réputation du restaurant le 1789 s’est forgée autour de ses grillades et surtout autour de son incontournable côte de boeuf cuite à la cheminée !

Un lieu incontournable à Val d’Isère pour partager un moment agréable entre amis ou en famille, un passage obligé pour déguster une cuisine simple mais soignée.

Les viandes sont sélectionnées avec attention et côté cuisson, le chef sait y faire : tendres, savoureuses, excellentes… on sait pourquoi on y revient

Au delà de ces assiettes généreuses, l’ambiance y est conviviale. © DAVID ANDRE

Pour les amoureux de bonnes chaires !

PASSAGE ISERAN 2000 / 73 210 VAL D’ISÈRE - RÉSERVATION : 04 79 06 17 89

55

«L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ, À CONSOMMER AVEC MODÉRATION»


CULTURE, SONS & TENDANCES

Culture

S O NS & TENDANCES

56


57


CULTURE, SONS & TENDANCES

TRIBUTE TO ZAHA HADID 1950­-2016

58


Texte et photos : V2com

C

’'est avec une grande tristesse que Zaha Hadid Architects a confirmé que Madame Zaha Hadid est décédée subitement à Miami dans les premières heures de la matinée. Elle avait contracté une bronchite plus tôt cette semaine et a subi une crise cardiaque pendant le traitement à l'hôpital. » Zaha Hadid a été largement considérée comme la plus grande architecte dans le monde actuel. Né à Bagdad en 1950, elle a étudié les mathématiques à l'Université américaine de Beyrouth avant de commencer son voyage architectural en 1972 à l'Architectural Association de Londres. En 1979, elle a créé son propre cabinet à Londres - Zaha Hadid Architects - jouissant d’une réputation dans le monde entier pour ses travaux théoriques novateurs, y compris The Peak à Hong Kong (1983), le Kurfürstendamm à Berlin (1986) et la Maison de l’opéra de la baie de Cardiff au Pays de Galles (1994). Collaborant avec son partenaire de bureau, Patrik Schumacher, son intérêt était dans l'interface entre l'architecture, le paysage et la géologie, que sa pratique intègre via l'utilisation de technologies innovantes, se traduisant souvent par des formes architecturales inattendues et dynamiques.

La première grande réalisation de Zaha Hadid, qui a affirmé sa reconnaissance internationale, a été la station de Vitra Fire à Weil Am Rhein, Allemagne (1993). Les projets notables ultérieurs, y compris le MAXXI: Musée national italien d’Arts du 21ème siècle à Rome (2009), le London Aquatics Centre pour les Jeux Olympiques de 2012 (2011) et le Centre Heydar Aliyev à Bakou (2013) illustrent sa quête complexe de l'espace fluide. Des bâtiments tels que le Centre d'art contemporain Rosenthal de Cincinnati (2003) et l'Opéra de Guangzhou en Chine (2010) ont également été salué comme étant l'architecture qui transforme nos idées de l'avenir avec des concepts spatiaux, visionnaires, définis par des processus de conception, de matériaux et de construction évoluées. En 2004, Zaha Hadid est devenue la première femme à recevoir le prix Pritzker d'architecture. Elle a remporté deux fois le plus prestigieux prix d'architecture du Royaume-Uni, le RIBA Stirling Prize: en 2010 pour le musée MAXXI à Rome, un bâtiment servant à la mise en scène de l'art du 21e siècle,

BIEN SÛR, DANS NOTER CULTURE DE CIRCONSPECTION ET MODESTIE, SON TRAVAIL N’EST CERTAINEMENT PAS MODESTE, ET ELLE-MÊME EST LE CONTRAIRE MÊME DE LA MODESTIE.

59


CULTURE, SONS & TENDANCES

EN 2004, ZAHA HADID EST DEVENUE LA PREMIÈRE FEMME À RECEVOIR LE PRIX PRITZKER D'ARCHITECTURE. «  Dans notre culture actuelle, où il faut remplir tous les critères, Zaha Hadid a pour sûr réussit, puisque, pour citer les critères de la Médaille d’Or royale, elle est « quelqu’un qui a apporté une contribution importante à la théorie et à la pratique de l’architecture… Pour un important corpus de travaux plutôt que pour un travail répondant à un phénomène de mode. » En effet, son travail, bien que plein de formes, de style et de maniérisme imparable, possède une qualité à laquelle certains d'entre nous pourraient se référer comme à un « œil » impeccable: ce à quoi nous aspirons est un élément fondamental dans l'examen de l'architecture singulière et est rarement satisfait par un simple «effet de mode». « Et sans doute que son travail est spécial. Pendant trois décennies, elle a osé là où peu oserait: si Paul Klee a pris une ligne pour une promenade, Zaha , elle, a pris les surfaces qui ont été entraînés par cette ligne dans une danse virtuelle, les a habilement repliées, puis les a fait ressortir pour un voyage dans l'espace. Dans sa plus jeune période «hérissée», il y avait déjà un sens de la vigueur qu'elle partageait avec ses suprématistes et constructivistes russes admirées - tentant avec eux de capturer cette dynamique insaisissable du mouvement. » et l'Académie Evelyn Grace, pour son design unique, habilement inséré dans un site extrêmement serré, qui laisse voir les étudiants, le personnel et les résidents locaux. Zaha Hadid compte d’autres récompenses à son palmarès :  la République Française lui a remis l'insigne de Commandeur de l'Ordre des Arts et des Lettres en reconnaissance des services rendus à l'architecture, Le japon en a fait sa « Praemium Imperiale » et en 2012, Zaha Hadid a été faite Dame Commandeur de l'Ordre de l'Empire britannique. Elle a également été faite membre honoraire de l'Académie américaine des Arts et des Lettres et Compagnon de l'American Institute of Architecture. Occupant divers postes académiques, dont la présidence Kenzo Tange à la Graduate School of Design de l'Université Harvard, la présidence Sullivan à l'Université de l'Illinois, École d'architecture, Hadid a également animé des workshops sur l’architecture à la Columbia University, l’Université de Yale et l'Université des Arts Appliqués de Vienne. Zaha Hadid a récemment reçu la Médaille d’Or Royale du RIBA 2016, elle est la première femme à avoir reçu ce prestigieux honneur de son plein droit. Monsieur Peter Cook, a écrit la citation suivante:

60

« Ayant besoin de diviser le travail au sein de son studio, plutôt que d’être solitaire, elle saisit l’occasion d’utiliser le potentiel de l’ordinateur pour transformer un espace sur lui-même. En effet, il existe un mythe comme quoi les premiers ordinateurs Apple Mac étaient suffisamment rudimentaires pour placer l’improbable mathématique – Zaha, avec son talent de mathématicienne en profita pour imaginer des projections de machines volantes pour le Projet Hong Kong Peak entre autre. Tout en peignant et dessinant Zaha a continué à diriger le projet. Elle était aussi suffisamment intelligente pour intégrer de talentueux informaticiens sans se laisser atteindre par leurs capacités.» «  Ainsi l’évolution de l’architecture ‘fluide’ et non pointue qui se manifestait en étapes, comme l’échelle de ses commissions, mais dans la plupart des cas, ils restaient clairs en identité et contrôle. En entrant la Caserne de Vitra, nous sommes conscients d’être à l’intérieur de ses premiers dessins, et c’est réalisable. Mais peut-être à son niveau le plus élevé, ceux d’entre nous qui eurent la chance de voir le Centre culturel Heydar-Aliyev à Bakou en personne, nous n’avons jamais été dans un espace aussi onirique, avec sa totalité, son énorme rampe interne et ses lampes en forme de fléchettes, venant d’un vocabulaire qui existe tellement au-delà de l’ordinaire de l’architecture que nous les experts rationalisons.»


SES MÉTHODES ET PEUT-ÊTRE UNE BONNE PARTIE DE SA PSYCHOLOGIE RESTAIENT MÉSOPOTAMIENNES, PAS UN PEU EFFRAYANT, MAIS CERTAINEMENT CLAIR. « Nous voulons lui présenter la Médaille d’Or en tant qu’institution britannique : Comme Dame Commandeur de l'Ordre de l'Empire britannique, elle peut paraître comme membre de l’Établissement Britannique. Mais en réalité, un grand nombre de confrères discutant et de nombreux architectes ne lui ont offert que de faibles éloges typiques, et lorsqu’elle gagna héroïquement la compétition de La Maison d'opéra de la baie de Cardiff, bloquèrent le programme. Ou lorsque nous lui avons attribué le Prix Sterling du RIBA, l’école dans le sud de Londres – pour la deuxième année consécutive – nous, le jury, étions ridiculisé par

un grand nombre d’architectes distingués. Bien sûr, dans noter culture de circonspection et modestie, son travail n’est certainement pas modeste, et elle-même est le contraire même de la modestie. En effet, ses critiques virulentes de travaux mal exécutés ou de stupidités font penser aux commentaires de ligne de touche que John McEnroe, le joueur de tennis hurlait .Pourtant, ceci est surement caractéristique du sérieux avec lequel elle s’engageait: le désordre et l’entêtement la blaisait et elle ne désirait pas jouer le jeu confortable britannique du bla-bla banal qui est la méthode préférée et adoptée par de nombreuses personnes au sommet de la réussite et du

61


CULTURE, SONS & TENDANCES

pouvoir. Ses méthodes et peut-être une bonne partie de sa psychologie restaient Mésopotamiennes, pas un peu effrayant, mais certainement clair.» « En fait, c’était certainement plutôt isolant seule au sommet, entourée de talents au bureau mais à distance de la jeunesse qui l’a craignait. Mais en privé, Zaha était bavarde et amusante, sincèrement intéressée par le travail de ses collègues talentueux qui développèrent une architecture très différente comme celle de Steven Holl. Elle était la première à suggérer des talents comme Lebbeus Woods ou celui de Stanley Saiotowitz à Londres. Elle était exceptionnellement fidèle à ses vieux amis : un grand nombre provenait de la période d’Alvin Boyarsky à l’Association d’Architecture, c’était sa zone de confort et sa période dorée d’amitiés. Encouragée et soutenue par Boyarsky, elle remercia la AA avec une fidélité incessante et une certaine tendresse aussi. « L’histoire de la Médaille D’Or doit surement inclure de nombreuses figures importantes qui commandèrent un grand projet et nous

62

devons penser à l’énergie nécessaire a la création de concepts comme le MAXXI à Rome – dans lequel la puissance de l’organisation est tellement transparente – le Tremplin de Bergisel à Innsbruck ou le dynamisme est finalement achevé – ou encore le Centre Aquatique des JO de Londres où les lignes des plongeons aussi fluides que les mouvements des plongeurs – semblent réelles. Elle réussit à maintes reprises à Vienne, Marseille, Beijing, et Guangzhou. Jamais elle n’a était aussi prolifique, aussi régulière. Nous savons bien que Kenzo Tenge et Frank Lloyd Wright n’eurent pas à dessiner chaque ligne ou vérifier chaque joint, mais Zaha partageait avec eux le rôle précieux d’imposer son influence, distincte et incessante a chaque étape, et c’est cela qui l’a différenciée de la norme. Une telle confiance en soi est facilement acceptée parmi les cinéastes et les manageurs de club de foot, mais suscitait chez certains architectes un certain mal être et générant une possible jalousie de son talent indéniable. Il faut admettre, nous aurions pu offrir cette médaille à un caractère digne et confortable. Mais cela n’a pas été le cas ; il a été octroyé à Zaha ; un personnage plus grand que nature, audacieuse et déterminée. »


TRIBUTE TO ZAHA HADID

I

t is with great sadness that Zaha Hadid Architects have confirmed that Dame Zaha Hadid, DBE died suddenly in Miami in the early hours of this morning. She had contracted bronchitis earlier this week andsuffered a sudden heart attack while being treated in hospital. Zaha Hadid was widely regarded to be the greatest female architect in the world today. Born in Baghdad in 1950, she studied mathematics at the American University of Beirut before starting her architectural journey in 1972 at the Architectural Association in London. By 1979 she had established her own practice in London – Zaha Hadid Architects – garnering a reputation across the world for her ground-­breaking theoretical works including The Peak in Hong Kong (1983), the Kurfürstendamm in Berlin (1986) and the Cardiff Bay Opera House in Wales (1994). Working with office partner Patrik Schumacher, her interest was in the interface between architecture, landscape, and geology; which her practice integrates with the use of innovative technologies often resulting in unexpected and dynamic architectural forms.

Zaha Hadid’s first major built commission, one that affirmed her international recognition, was the Vitra Fire Station in Weil Am Rhein, Germany (1993); subsequent notable projects including the MAXXI: Italian National Museum of 21st Century Arts in Rome (2009), the London Aquatics Centre for the 2012 Olympic Games (2011) and the Heydar Aliyev Centre in Baku (2013) illustrate her quest for complex, fluid space. Buildings such as the Rosenthal Center for Contemporary Art in Cincinnati (2003) and the Guangzhou Opera House in China (2010) have also been hailed as architecture that transforms our ideas of the future with visionary spatial concepts defined by advanced design, material and construction processes. In 2004, Zaha Hadid became the first woman to be awarded the Pritzker Architecture Prize. She twice won the UK’s most prestigious architecture award,

the RIBA Stirling Prize: in 2010 for the MAXXI Museum in Rome, a building for the staging of 21st century art, the distillation of years of experimentation, a mature piece of architecture conveying a calmness that belies the complexities of its form and organisation; and the EvelynGrace Academy, a unique design, expertly inserted into an extremely tight site, that shows the students, staff and local residents they are valued and celebrates the school’s specialism throughout its fabric, with views of student participation at every turn. Zaha Hadid’s other awards included the Republic of France’s Commandeur de l’Ordre des Arts et des Lettres, Japan’s Praemium Imperiale and in 2012, Zaha Hadid was made a Dame Commander of the Order of the British Empire. She was made Honorary Member of the American Academy of Arts and Letters and Fellow of the American Institute of Architecture.

63


CULTURE, SONS & TENDANCES

She held various academic roles including the Kenzo Tange Chair at the Graduate School of Design, Harvard University; the Sullivan Chair at the University of Illinois, School of Architecture. Hadid also taught studios at Columbia University, Yale University and the University of Applied Arts in Vienna. Zaha Hadid was recently awarded the RIBA’s 2016 Royal Gold Medal, the first woman to be awarded the prestigious honour in her own right. Sir Peter Cook wrote the following citation: “In our current culture of ticking every box, surely Zaha Hadid succeeds, since (to quote the Royal Gold Medal criteria) she is someone “who has made a significant

contribution to the theory or practice of architecture….for a substantial body of work rather than for work which is currently fashionable.” Indeed her work, though full of form, style and unstoppable mannerism, possesses a quality that some of us might refer to as an impeccable ‘eye’: which we would claim is a fundamental in the consideration of special architecture and is rarely satisfied by mere ‘fashion’. “And surely her work is special. For three decades now, she has ventured where few would dare: if Paul Klee took a line for a walk, then Zaha took the surfaces that were driven by that line out for a virtual dance and then deftly folded them over and then took them out for a journey into space. In her earlier, ‘spiky’ period there was already a sense of vigour that she shared with

OF COURSE, IN OUR CULTURE OF CIRCUMSPECTION AND MODESTY HER WORK IS CERTAINLY NOT MODEST, AND SHE HERSELF IS THE OPPOSITE OF MODEST.

64

her admired Russian Suprematists and Constructivists –attempting with them to capture that elusive dynamic of movement at the end of the machine age. “Necessarily having to disperse effort through a studio production, rather than being a lone artist, she cottoned–on to the potential of the computer to turn space upon itself. Indeed there is an Urban Myth that suggests that the very early Apple Mac ‘boxes’ were still crude enough to plot the mathematically unlikely –and so Zaha with her mathematics background seized upon this and made those flying machine projections of the Hong Kong Peak project and the like. Meanwhile, with paintings and special small drawings Zaha continued to lead from the front. She has also


been smart enough to pull in some formidable computational talent without being phased by its ways. “Thus the evolution of the ‘flowing’ rather than spikey architecture crept up upon us in stages, as did the scale of her commissions, but in most cases, they remained clear in identity and control. When you entered the Fire Station at Vitra, you were conscious of being inside one of those early drawings and yes, it could be done. Yet at perhaps its highest, those of us lucky enough to see the Heydar Aliyev Center in Baku in the flesh, can surely never have been in such a dream ­like space, with its totality, its enormous internal ramp and dart­like lights seeming to have come from a vocabulary that lies so far beyond the normal architecture that we assessor rationalize.

“So we are presenting her with this Medal as a British Institution: and as a Dame Commander of the Order of the British Empire: thus she might seem to be a member of our British Establishment. Yet in reality, many of our chattering classes and not a few fellow architects have treated her with characteristic faint praise, and when she heroically won the Cardiff Opera House competition, blocking the scheme. Or when we awarded her the RIBA Stirling Prize for the school in South London – her second win in a row – we, the jury, were loudly derided by a number of distinguished architects. Of course, in our culture of circumspection and modesty her work is certainly not modest, and she herself is the opposite of modest. Indeed her vociferous criticism of poor work or stupidity recalls

the line­ -side comments of the tennis player John McEnroe. Yet this is surely characteristic of the seriousness with which she takes the whole business: sloppiness and waywardness pain her and she cannot play the comfy British game of platitudinous waffle that is the preferred cushion adopted by many people of achievement or power. Her methods and perhaps much of her psychology remain Mesopotamian and not a little scary: but certainly clear. “As a result, it is perhaps a little lonely there up at the top, surrounded now by some very considerable talent in the office, but feared somewhat and distanced from the young. Yet in private Zaha is gossipy and amusing, genuinely interested in the work of talented colleagues who do very different

IN 2004, ZAHA HADID BECAME THE FIRST WOMAN TO BE AWARDED THE PRITZKER ARCHITECTURE PRIZE.

65


CULTURE, SONS & TENDANCES

architecture such as Steven Holl, and she was the first to bring to London talent such as Lebbeus Woods or Stanley Saiotowitz. She is exceptionally loyal to her old friends: many of whom came from the Alvin Boyarsky period of the Architectural Association: which seems to remain as her comfort zone and golden period of friendship. Encouraged and promoted at an early age by Boyarsky, she has rewarded the AA with an unremitting loyalty and fondness for it. The history of the Gold Medal must surely include many major figures who

commanded a big ship and one ponders upon the operation involved that gets such strong concepts as the MAXXI in Rome – in which the power of organization is so clear – or the Bergisel Ski Jump in Innsbruck where dynamic is at last captured – or the Aquatics Centre for the London Olympics where the lines diving boards were as fluid as the motion of the divers – made into reality. And she has done it time and time again in Vienna, Marseilles, Beijing and Guangzhou. Never has she been so prolific, so consistent. We realize that Kenzo Tange and Frank Lloyd Wright could not have

HER METHODS AND PERHAPS MUCH OF HER PSYCHOLOGY REMAIN MESOPOTAMIAN AND NOT A LITTLE SCARY: BUT CERTAINLY CLEAR.

66

drawn every line or checked every joint, yet Zaha shares with them the precious role of towering, distinctive and relentless influence upon all around her that sets the results apart from the norm. Such self­-confidence is easily accepted in film­ makers and football managers, but causes some architects to feel uncomfortable, maybe they’re secretly jealous of her unquestionable talent. Let’s face it, we might have awarded the medal to a worthy, comfortable character. We didn’t, we awarded it to Zaha: larger than life, boldas brass and certainly on the case.


CULTURE, SONS & TENDANCES

Textes : La rédaction Photos : Moco museum

Banksy At The Museum !

Banksy

AU MUSÉE !

Pour son inauguration, le nouveau Moco Museum d'Amsterdam ouvre ses portes à la légende de l'art urbain ! Une première à visiter d'urgence… "FOUR MONKEYS" 75 X 75 CM 2001

68


"TORTOISE HELMET STEEL" 55 X 75 CM - 2009

L

a Place des musées à Amsterdam compte désormais un musée de plus. Pour son inauguration, en avril dernier, les instigateurs du Modern Contemporary Museum (Moco) ont ainsi accueilli une expo mettant en vedette Banksy et Warhol. Situé sur la Place des musées à Amsterdam, le nouveau musée d'art moderne contemporain s'adresse à un large public jeune à l'échelle internationale. Parmi les plus de quatre-vingts œuvres réunies des deux artistes figure la pièce maîtresse de Banksy, « Beanfield », mesurant 3 m x 4 m, exposée la dernière fois en 2009. Cette toile d'une grande importance caractérise Banksy comme artiste engagé. Le musée Moco est une initiative privée de Lionel et Kim Logchies, propriétaires de la LionelGallery ayant pignon sur la Spiegelstraat à Amsterdam. Le couple travaille depuis plus de 18 ans avec les créations d'artistes de renommée internationale, allant de Picasso à Koons, en passant par Hirst et Basquiat. À présent, le couple donne la possibilité à Banksy d'avoir l'exposition non autorisée qu'il mérite, après plus de deux

ans au sommet du milieu artistique. L'artiste était auparavant réputé pour exposer secrètement ses œuvres dans des musées. L'ouverture du Moco Museum fera connaître des œuvres d'art de la plus grande qualité qui seraient autrement inaccessibles au grand public. Nombre de ces œuvres ont été prêtées au musée par un réseau international de promoteurs. Idéalement situé entre le musée Van Gogh et le Rijksmuseum, le Moco Museum occupe une impressionnante maison en rangée Alsberg, création de l'architecte Eduard Cuypers, cousin du pas moins célèbre Pierre Cuypers, architecte du Rijksmuseum qui se trouve sur le côté opposé de la Place des musées. Les travaux de rénovation ont été réalisés par le Studio Piet Boon. Outre accueillir un restaurant végétarien, le musée donne la possibilité d'y organiser diverses manifestations sur réservation. Vous avez désormais un très bon prétexte pour un petit week-end à Amsterdam !

Moco Museum

Expositions « Laugh now » de Banksy et « Royal » de Warhol Adresse : Honthorststraat 20 / Museumplein, Amsterdam. Pays-Bas

MAIS QUI SE CACHE DERRIERE BANKSY ? Si Banksy s'affiche désormais ouvertement dans un musée, on ne sait toujours pas vraiment qui se cache derrière la légende de l'art urbain et son identité n'a de cesse de nourrir les rumeurs les plus folles. C'est ainsi qu'un journaliste anglais a récemment noté de surprenantes similitudes entre l'agenda du groupe Massive Attack et les expressions discrètes de l'artiste. New York, Melbourne, San Francisco, Toronto : autant de spots sur lesquels le journaliste a noté la présence des protagonistes au même moment. Robert Del Naja, le génial leader du groupe anglais, se cache-t-il donc derrière la figure de l'art contestataire ? La rumeur court encore ! 69


CULTURE, SONS & TENDANCES

"BEANFIELD"

"CORRUPTED OIL - JERRY"

250 X 350 CM - 2009

50 X 60 CM- 2003

For its inauguration, the new Moco Museum in Amsterdam opens its doors to the legend of urban art! A premiere to be seen right away…

T

he Museum Plaza in Amsterdam now includes one additional museum. For its inauguration last April, the instigators of the Modern Contemporary Museum (Moco) welcome an exhibit putting Banksy and Warhol in the spotlight. Located on Museum Plaza in Amsterdam, the new modern contemporary art museum addresses a broad young audience on the international scale. Among the 80+ works of art by the two artists is Banky’s masterpiece “Beanfield”, measuring 3m by 4m, last exhibited in 2009. This canvas has a large importance for defining Banksy as an engaged artist. The Moco museum is a private initiative of Lionel and Kim Logchies, owners of the well established LionelGallery on the Speigelstraat in Amsterdam. The couple has worked for the last 18 years with the creations of internationally renowned artists, from Picasso to Koons, or from Hirst to Basquiat. Currently, the couple gives Banksy the non-authorized exhibit that he deserves, after more than two years at the pinnacle of the art world. The artist was previously known for secretly exhibiting his artworks in museums. The opening of the Moco Museum will make these highest quality works of art that would otherwise be inaccessible to a larger audience. A number of these artworks were lent to the museum by a network of promoters. Ideally located between the Van Gogh museum and the Rijkmuseum, the Moco Museum holds an impressive home

70

among the Alsberg rows, a creation from architect Eduard Cuypers, the cousin of the equally famous Pierre Cuypers, architect of the Rijksmuseum which can be found on the opposite side of the Museum Plaza. The renovation work was realized by the Studio Piet Boon. In addition to hosting a vegetarian restaurant, the museum offers the opportunity to organize a variety of activities upon reservation. You now have a great pretext for a little weekend in Amsterdam!

BUT WHO IS HIDING BANKSY? Although Banksy displays himself willingly in a museum, we still don’t know exactly who hides behind the biggest legend in urban art and his identity has not stopped nourishing the craziest of rumours. So much so, that an English journalist has recently noticed the surprising similarities between the agendas of Massive Attack and the discrete appearances of the artist’s work. New York, Melbourne, San Francisco, Toronto: the many spots the journalist has noted the presence of both protagonists at the same time. Robert Del Naja, the brilliant leader of the English group- is he hiding behind the anti-establishment art figure? The rumours live on!


Mondrian

PI Electronique PI Electronique

L'art du système caissier


CULTURE, SONS & TENDANCES

72


Textes : F. Montfort Photos : Mitchell

L'dans Art la peau Art Under The Skin

Le tatouage n’est plus réservé depuis longtemps aux bagnards. Il s’expose, il s’exhibe, tel un art. Mais il y a du chemin à parcourir de la première esquisse à la cicatrisation.

«

L

e tracé n’est qu’une griffure de chat ». Le tracé, c’est le trait qui va délimiter la zone tatouée. La griffure de chat, la -légèredouleur qui en résultera. Juste ça selon Loïc. Le bonhomme, du haut de ses quarante-deux ans sait de quoi il cause, cela fait vingt ans qu’il pique la peau de ses clients, quand ce ne sont pas ses propres cuisses. « On a tous appris sur soi. C’est tellement pratique pour comprendre comment ça marche, comment appuyer, comment ne pas faire mal… À l’époque, le tatouage était presque empirique, on apprenait d’un maître, et le mien s’appelait Dan. On faisait nos classes doucement. Il n’y avait pas de magazines sur le sujet, pas d’internet pour partager nos créations, pour apprendre. Nous étions peu nombreux ». De fait, quand Loïc, un belge qui a grandi en Savoie puis à Limoges, débarque à Paris la vingtaine flamboyante, ils ne sont qu’une centaine en France à pratiquer cet art. Aujourd’hui, quelques 3000 tatoueurs sont recensés dans l’hexagone. Une véritable explosion pour une pratique longtemps cantonnée aux prisons et aux mauvais garçons. Mais les temps ont changé, le tatouage s’est démocratisé, même si son acceptation n’est pas aussi totale en France qu’à l’étranger. Mais au fait, c’est quoi un tatouage ?

« C’est avant tout un dessin, explique Loïc. Mais un dessin à l’encre, sous la peau. Avec des contraintes sanitaires drastiques (voir encadré), l’obligation d’adapter sa manière de piquer aux endroits de la peau pour une bonne diffusion des pigments, et l’obligation d’anticiper l’élasticité de la peau… car on doit tatouer quand elle est tendue. On a tous vu une jolie phrase écrite sur une épaule qui se termine en eau de boudin, un peu comme si on avait changé la taille de la typo sur les toutes dernières lettres. C’est juste parce que la peau était mal tendue et que le tatoueur n’avait pas adapté son tracé. Un rond n’est jamais rond sur la peau. C’est une élipse. Et puis il y a toute la partie cicatrisation. Il ne faut pas la négliger ». Donc tout démarre avec un croquis. Parfois, le client vient même avec, un dessin plus ou moins bien réussi, fait à la main. « Il arrive aussi qu’il viennent avec une photo, un portrait d’un proche ou d’une idole. Dans tous les cas, mon premier travail est de voir si cela est réalisable. On ne peut pas tout tatouer et n’importe où. Et la taille du tatoo est primordiale. Il m’arrive parfois de refuser du travail, car cela ne donnera pas ce que souhaite le client. Un tatouage

À L’ÉPOQUE, LE TATOUAGE ÉTAIT PRESQUE EMPIRIQUE, ON APPRENAIT D’UN MAÎTRE, ET LE MIEN S’APPELAIT DAN. ON FAISAIT NOS CLASSES DOUCEMENT. IL N’Y AVAIT PAS DE MAGAZINES SUR LE SUJET, PAS D’INTERNET POUR PARTAGER NOS CRÉATIONS, POUR APPRENDRE. NOUS ÉTIONS PEU NOMBREUX

bouge avec le corps, il ne faut jamais l’oublier. L’idéal, c’est quelqu’un qui vient avec une idée de ce qu’il veut… et nous fasse confiance. On va lui proposer des motifs précis, réalisables, qui peuvent même parfois intégrer ou recouvrir un vieux tatouage qui a mal vieilli. » Ensuite, il faut transférer cette image sur la peau. Généralement, le tatoueur ne trace pas directement avec son aiguille, il dessine sur le corps. Soit en « photocopiant » le motif par transfert, sur une peau nettoyée, désinfectée et rasée si nécessaire, soit en le dessinant à la main, avec un marqueur. « Il faut vraiment voir ce que ça donne sur le corps, là où ça sera tatoué. C’est primordial. » Puis vient le moment de tatouer à proprement parler. Contrairement aux idées reçues, les aiguilles ne sont pas creuses et l’encre ne coule pas au travers. Les aiguilles sont pleines, et l’encre va pénétrer la peau en même temps que l’aiguille. « C’est un geste assez particulier. On ne pique par perpendiculairement à la peau. Déjà parce que celle-ci est élastique et rebondirait comme une membrane de tambour. Mais surtout parce que l’on doit percer et soulever la peau en même temps pour faire couler l’encre sous l’épiderme. Et tout cela en adaptant la profondeur de la piqure. » Bref le tatoueur appuie sa machine -et son aiguille qu’il vient de tremper dans 73


CULTURE, SONS & TENDANCES

l’encre- sur la peau, légèrement en biais pour faire couler les pigments dans le trou. Pourquoi les machines à tatouer font-elles ce bruit si particulier, mélange de robot ménager et de fraise de dentiste ? Ce sont les vibrations de la machine qui font faire des allersretours rapides à l’aiguille, sur une faible amplitude. « C’est venu des États-Unis, cela a permis une mécanisation du geste tout en sentant parfaitement ce qui se passe sous l’aiguille… Au lieu de faire point par point à l’ancienne, on fait plusieurs points en même temps. On va d’abord tracer le contour, la guideline comme disent les anglo-saxons. Avec des aiguilles adaptées, très fines si l’on veut un tatoo fin et précis, plus épaisses si on veut un motif old school. Mais surtout, on va chercher à adapter la profondeur : trop profond, le tatouage va durer dans le temps mais les pigments vont baver, pas assez et le motif disparaitra après quelques années. L’expérience est à ce moment un atout précieux ». Pas seulement pour la qualité du dessin. Pour le confort du client aussi. Jean-Marie, qui a passé plus de 70 heures sur la table de Loïc pour la réalisation de ses tatouages (du cou aux chevilles comme le montrent nos photos) le confirme : « j’ai été tatoué

par différents artistes. Certains étaient plus des bouchers que des artistes… La douleur varie beaucoup d’un tatoueur à un autre ». Pour la minimiser, il faut se détendre et bien respirer nous explique Loïc. Et surtout ne pas boire d’alcool avant et arriver en forme. Et quand on lui parle des pommades anesthésiantes qu’on voit ça et là, il les balaie rapidement… car elle font gonfler la peau et rendent le tatouage approximatif. Une fois tracé puis rempli, le motif va devoir cicatriser. Même si l’effraction cutanée reste superficielle, la peau est tatouée. Comptez de 5 à 7 jours en moyenne, 10 sur un pied plus exposé. « Il ne faut pas perdre de vue qu’on a rempli la peau avec de l’encre et qu’on lui demande de se refermer avec ça dedans, souligne Loïc. Sans frottement ni tension exagérée, la cicatrisation ne nécessite même pas de pommade, juste un pansement occlusif pour 3 à 12h et un lavage régulier. La peau va emprisonner l’encre, la mise en place des pigment va prendre une année environ, pendant laquelle le tatoo va évoluer puis se stabiliser. Et on pourra penser au prochain motif… » Car beaucoup de gens le disent, une fois qu’on a été tatoué, on a qu’une envie : recommencer.

UNE RÈGLEMENTATION QUI ÉVOLUE Dans le tatouage, il y a un avant et un après 2005. Avant, comme le rappelle Yves-Alex qui travaille avec Loïc, « on prenait des précautions sans trop savoir pourquoi. Puis nous avons été quelques-uns à vouloir comprendre et agir. À partir de 1998, avec les médecins de l’hôpital Rothschild, nous avons eu des réunions régulières pour mettre en place des formations à l’hygiène. Au début, c’était à la fois pour le piercing et le tatouage. Puis cela s’est spécialisé. » Tout y passe, de l’hygiène des mains au lavage du local en passant par le traitement des déchets. La seule partie négligée à l’époque concerne l’aspect dermatologique. Trois ans plus tard, c’est intégré dans une formation obligatoire pour tout tatoueur déclaré. Aussi, ne vous étonnez pas de voir votre tatoueur se laver les mains comme dans la série télévisée Urgence ou Grey’s Anatomy : c’est juste légal !

LES QUATRE ÉTAPES D’UN TATOUAGE *DESSINER

*REMPLIR

Le motif doit absolument être dessiné à même la peau, pour le voir en volume. Car Lorsque le tatoo est un motif, un tribal par exemple, une fois le tracé effectué, le un tatouage bouge avec le corps. Comme dit Loïc : un rond n’est jamais rond sur le tatoueur va remplir les à-plats, avec des aiguilles en forme de peigne pour aller corps. C’est une élipse. plus vite. La régularité de la teinte dépend de l’habilité de l’artiste. La douleur aussi.

*TRACER

*CICATRISER

C’est sans doute l’opération la plus délicate, là où le tatoueur n’a pas le droit de se Tous les salons de tatouage pratiquent les pansements occlusifs, ces films allouper. Ce tracé va délimiter le motif, ou parfois juste écrire un mot ou une phrase. imentaires recouvrant le tatoo frais et maintenus par de l’adhésif. Il faut les La largeur du trait dépend du type d’aiguille employée. conserver de 3 à 12h, puis laver régulièrement la peau avec du savon ou un gel douche. Parfois, certains tatoueurs recommandent d’utiliser une pommade cicatrisante. À chaque fois, tous préconisent une forte hydratation par la suite…

74


J’AI ÉTÉ TATOUÉ PAR DIFFÉRENTS ARTISTES. CERTAINS ÉTAIENT PLUS DES BOUCHERS QUE DES ARTISTES… LA DOULEUR VARIE BEAUCOUP D’UN TATOUEUR À UN AUTRE

75


CULTURE, SONS & TENDANCES

76


Tattoos are no longer reserved for convicts. It exposes, it exhibits itself, as an art form. But there is a quite a journey to take from the first sketch to the scarring. he stencil is just a cat scratch.” The stencil is a line to limit the area to be tattooed. The cat scratch and the ‘light pain’ that will result from it. Just that, according to Loïc. The man with all of his forty-six years, knows what he’s talking about as he’s been pricking his clients’ skin, if it’s not on his own thighs, for the last twenty years. “We learn everything on our own. It’s useful to understand how it works, how to press down, how to make it not hurt… At the time, tattooing was almost empirical; we learned from masters and mine was called Dan. We took our classes slowly. There weren’t magazines on the subject, no internet to share our creations, to learn. There weren’t many of us doing it.” In fact, when Loïc, a Belgian who grew up in Savoie and then in Limoges, arrived to Paris in his flamboyante 20s, there were no more than a hundred of people in France practicing this art. Today, some 3000 tattoo artists are censused in the hexagone; a true explosion for a practice long confined to prisons and the bad boys. But times have changed and tattooing has become more accessible, even if its acceptance is not as complete in France as it is abroad. But then again, what actually is a tattoo? “It’s first and foremost a drawing,” explains Loïc. “But a drawing in ink under the skin, done while following important sanitary measures (see box), adapting our way of pricking certain area for the pigments to diffuse properly, and anticipating the elasticity of the skin… because we have to tattoo while its stretched. We have all seen a pretty sentence written on a shoulder that has fizzled out, as though we changed the typography on it’s last few letters. It’s just because the skin was poorly stretched and the tattooer didn’t adapt his stencil. A circle is never a circle on the skin. It’s an ellipse. And then there’s the whole scarring aspect. You can’t overlook that.”

idol. In any case, my first job is to figure out whether or not its doable. We can’t tattoo everything everywhere. And the size of the tattoo is essential. I sometimes refuse the job because it won’t turn out how the client would like it to. A tattoo moves with the body and you should never forget that. Ideally, someone will come in with an idea of what they would like… and trust us. We’ll offer them specific and doable drawings that can maybe even be integrated into an old tattoo that didn’t age well or cover it up.” Then, you have to transfer this image onto the skin. Generally, the tattoo artist does not directly trace it with their needle, he draws on the body, either by “photocopying” the image via transfer on skin that’s been cleaned, disinfected, and shaved (if necessary) or by drawing it by hand with a marker. “You really have to see what it looks like on the body; where it’s going to be tattooed. It’s vital.” Then comes the moment to actually tattoo. Unlike some

AT THE TIME, TATTOOING WAS ALMOST EMPIRICAL; WE LEARNED FROM MASTERS AND MINE WAS CALLED DAN. WE TOOK OUR CLASSES SLOWLY. THERE WEREN’T MAGAZINES ON THE SUBJECT, NO INTERNET TO SHARE OUR CREATIONS, TO LEARN. THERE WEREN’T MANY OF US DOING IT.

perceived ideas, the needles aren’t hollow with ink running through them. The needles are full, with the ink penetrating the skin at the same time as the needle. “It’s a particular movement. We don’t prick the skin perpendicularly. Firstly, because it’s elastic and would bounce back like the membrane of a tambourine. But especially because we have to both pierce and pick up the skin at the same to get the ink flowing under the epidermis. And all of this while adapting the depth of the injection.” In short, the tattoo artist applies his machine and his needle which he has just dipped in ink onto the skin to get the pigment into the whole. Why does the tattoo machine make such a particular sound, like a mix between a domestic robot and a dentist drill? It’s the vibrations of the machine that make the quick back and forth motion of the needle, at a weak amplitude. “The machine came from the United States and allows for a mechanization of the movement all the while perfectly feeling what’s happening under the needle. Instead of doing it dot by dot like in the old days, we make multiple points at the same time. We’ll first trace the contour, or the guideline as the anglosaxons say. With adapted needles, a very fine one if we want a fine and precise tattoo, a thicker one if we want an old school motif. But most importantly, we look to adapt the depth: very deep and the tattoo will last over time but the pigments will bleed, not enough and the motif will disappear after a few years. Experience in these moments is a precious asset.” Not only for the quality of the drawing but for the comfort of the client as well. Jean-Marie, who has spent more than 70 hours on Loïc’s table for his tattoos (from the neck to the ankles

So everything begins with the sketch. Sometimes, the client comes in with a drawing that is more or less finished, drawn by hand. “It happens as well that some come in here with a photo, it could be a portrait of someone close to them or an

77


CULTURE, SONS & TENDANCES

as seen in these photos) confirms it: “I was tattooed by different artists. Some were more butchers than artists… The pain varies a lot from one tattoo artist to another.” To minimize it, you have to relaxe and breathe deep, explains Loïc. And especially don’t drink alcohol and be on form when arriving. And when we talk about the anesthetic creams that are available, he writes them off immediately… because they swell the skin and render tattoos approximate. Once the guideline is filled in, the motif will have to scar. Even if the skin puncture remains superficial, the skin is tattooed. One has to count 5 to 7 days on average to heal, up to 10 on a more exposed foot. “You can’t lose sight of the fact that we have filled skin with ink and that we are asking it to close itself up with ink inside,” highlights Loïc. Without rubbing or excessive tension, the scarring doesn’t require cream, just an occlusive plaster for 3 to 12 hours and regular washing. The skin will imprison the ink, while the pigment will take 1 year to settle into place, during which the tattoo will evolve and then stabilize. And then we can think of the next image…“ Because many people say that once you’re tattooed, you have only one desire: to do it again”.

AN EVOLVING REGULATION In tattoos, there is a before and an after 2005. Before, as Yves-Alex, who works with Loïc remembers, “we would take precautions without exactly knowing why. Then there were some of us who wanted to understand and act. Starting in 1998, we had regular meetings to put into place hygiene training with the doctors of the Rotschild hospital. At first, it was both for piercings and tattoos. Then it became more specialized.” Everything was addressed, from hand hygiene to the how to clean the premises, to waste disposal. The only part overlooked at the time was the dermatological aspect. Three years later, it was integrated into an obligatory training for all declared tattoo artists. Also, don’t be surprised if your tattoo artist washes their hands like in the televised series ER or Grey’s Anatomy: it’s the law!”

THE FOUR STAGES OF A TATTOO *DRAWING

*FILLING

The pattern must absolutely drawn directly onto the skin, to see it in volume, be- As a tattoo is a pattern, a tribal one for example, once the guideline is done, the cause a tattoo moves with the body. As Loïc point out, a circle is never a circle on tattoo artist will fill it in with needles in the form of a comb to work faster. The the body. It’s an ellipse. regularity of the color depends on the artist’s ability. The pain as well.

78

*TRACING

*SCARRING

This is most likely the most delicate operation, the one wherein the tattoo artist cannot make any mistakes. This trace will guide the pattern or sometimes just write a word or a sentence. The width of the trace depends on the kind of needle used.

All tattoo studios use occlusive plasters, the alimentary films kept in place with adhesive to cover the fresh tattoo. They must be maintained for 3 to 12 hours, then the skin must be washed regularly with soap or shower gel. Sometimes, certain tattoo artists recommend using healing cream. After each time, everyone recommends serious hydration.


© DR

BMW X1.

, Concessionnaire BMW 1 bis bd des Alpes - MEYLAN

Tél. : 04 76 41 90 10 - www.royal-sa.fr

30

ans

ROYAL SA

79


© ANDREI BOCAN

CULTURE, SONS & TENDANCES

80


Par Gaëlle MARTINA

For the Love of Vinyl

La folie du vinyle DJ ou mélomanes, les puristes du son ne jurent que par la légendaire galette noire, aujourd'hui érigée au rang d'objet de collection. Zoom sur le phénomène hype du moment.

A

près avoir été mis un peu vite au placard, le bon vieux 33-tours bénéficie d'un net regain d'intérêt depuis quelques temps. L'engouement de la jeune génération a permis au vinyle de revenir d'entre les morts. La génération du téléchargement, légal ou non, habitué à la dématérialisation et au son des fichiers mp3 s’approprie pour partie un format né à la fin de la dernière guerre mondiale. Mis au point aux États-Unis par Columbia en 1948, importé en France par Eddie Barclay, le 33-tours supplante le 78-tours dès le milieu des années 1950.

les mélomanes remettent les pieds chez les disquaires. Et ce n'est pas juste pour acquérir des références historiques de l'âge d'or du rock et de la pop. La plupart des nouveautés bénéficient de leur déclinaison en vinyle (Daft Punk, IAM…). Un son qui craque, des pochettes cultes, le disque microsillon est avant tout un bel objet. Plus chaleureux sur le plan sonore, doté d'un format permettant de soigner l'emballage, le vinyle sort gagnant du combat fratricide qui l'a opposé au disc compact. Et, sentimentalement, la galette distance largement la rondelle argentée.

Des nouveautés déclinées

UN SON QUI CRAQUE, DES POCHETTES CULTES, LE DISQUE MICROSILLON EST AVANT TOUT UN BEL OBJET.

© UMBERTO COFINI

Rien de mieux qu'un bon vieux disque noir pour faire connaissance avec les répertoires de Led Zeppelin, des Rolling Stones, de Bob Dylan, de Neil Young ou d'AC/DC. Après avoir passé des heures à télécharger des discographies entières sur ordinateur,

81


© TRACY THOMAS

CULTURE, SONS & TENDANCES

DJ or music lover, the purists of sound swear only by the legendary black record, today established as a collector’s item. Zoom in on the hype phenomenon of the moment.

Varied Novelties

© LEE CAMPBELL

Nothing better than a good old record to get to know the repertoires of Led Zeppelin, the Rolling Stones, Bob Dylan, Neil Young, or AC/DC. After having spent hours downloading entire discographies on the computer, music lovers are stepping

82

back into record stores. And it’s not just to acquire the historical references of the age of rock or pop. The majority of the new works benefit from their adaptation to vinyl (Daft Punk, IAM…). With crackling sound and cult sleeves, the long-playing record is first and foremost a beautiful object. A warmer sound, gifted with a format that enables a cleaner packaging, the vinyl comes out victorious in the fratricidal fight with the compact disk. And sentimentally, the record leaves the silvered disk in the dust. .

WITH CRACKLING SOUND AND CULT SLEEVES, THE LONG-PLAYING RECORD IS FIRST AND FOREMOST A BEAUTIFUL OBJECT.

© YANKO PEYANKOV

A

fter having been quickly sent to the back of the closet, the good old LP has been benefitting from a visible renewed interest for the last little while. The younger generation’s infatuation with it has allowed for vinyl to come back from the dead. The downloading generation, legal or not, used to paper-less and mp3 files, has partially taken to a format born at the end of the second world war. Perfected in the United States by Columbia in 1948 and brought to France by Eddie Barclay, the LP replaced the 78s at the beginning in the mid-1950s.


CULTURE, SONS & TENDANCES

Textes : Gaëlle Martina Photos : Boomtown Fair

NGLAIS

ALS A V I T S E F S E D CRAZY

N W O T BOOM FAIR LE PLUS

Briti The craziest

sh festival

Il y a comme une ambiance de ruée vers l'or dans le BoomTown Fair, ce rassemblement anglais, pur produit de la scène rave alternative, qui s'appuie sur une scénographie ultra spectaculaire, entre décors de cinéma, cirque, théâtre et un line-up monstrueux. Welcome ! Un festival immersif

S

on concept n’a rien à voir avec ce que vous avez connu jusqu’à présent. Boomtown, en anglais "ville-champignon", est pensé comme une cité fantasmagorique qui organise sa foire une fois par an, au mois d’août, en suivant le cours d’une histoire dont un chapitre se tourne à chaque édition, à l’exemple de cette révolution qui devrait changer la face du festival cet été, et avec de nouvelles constructions, comme le Bang Hai Palace l’an dernier. Mais la ville abrite aussi de petites intrigues liées à chaque quartier, incarnées par quelques 3 000 acteurs. Et si vous débusquez les équipes secrètes qui sont répertoriées dans le guide distribué à l’entrée, elles vous emmènent dans des coins cachés où

84


85


CULTURE, SONS & TENDANCES

vous participez à des jeux avant de vous faire tamponner votre passeport. Un parcours en onze étapes qui occupe certains pendant tout leur séjour… "En réalité, Boomtown est un immense festival immersif plutôt qu’un festival classique, explique Robin Colling, son directeur de production. Nous construisons huit districts, qui ressemblent à autant de plateaux de tournage. Un designer est affecté à chaque district, qu’il doit imaginer en fonction de son histoire. Wild West suit le thème du Far West, Barrio Loco celui des haciendas sud-américaines, District 5 celui de la science-fiction… Par exemple, Wild West contient des rues façon western, un saloon, une banque, une église, une gare… À l’intérieur de chacun de ces bâtiments, il y a une scène, des musiciens et des acteurs. Les gens viennent ici pour s’évader de leur quotidien, nous leur en donnons les moyens ! Nous n’avons pas de réel message politique, mais nous profitons de l’occasion pour jeter un regard satirique sur le monde qui nous entoure (les banquiers de Wild West ressemblent ainsi à des bibendums, ndlr)."

Un line-up monstrueux La programmation du festival, très orientée bass music et concerts, est on ne peut plus anglaise. Elle compte plus de 300 artistes, parmi lesquels on relevait l’été dernier les noms de Goldie, Caravan Palace, Scratch Perverts, Shy FX, Orbital, Truss, Squarepusher et Infected Mushroom, mais également beaucoup d’inconnus tout aussi talentueux. "Nous couvrons tous les styles de musique qui ne passent pas sur Radio 1, se marre Lak Michell, l’un des deux grands patrons, jeune trentenaire à casquette et piercing. Il y en a 20 ou 30 différents, mais la base, c’est le ska, le reggae, la techno et la drum'n'bass. Nous privilégions les performances qui font sauter les gens en l’air…" La richesse de Boomtown tient aussi à ses multiples influences, acquises dans les meilleurs festivals…"Fusion, en Allemagne, est probablement celui dont nous sommes le plus proches, le théâtre et le cirque y sont très importants aussi. Mais même Disneyland nous inspire pour son animation de rue."

86

NOUS PRIVILÉGIONS LES PERFORMANCES QUI FONT SAUTER LES GENS EN L’AIR…


87


CULTURE, SONS & TENDANCES

LES GENS VIENNENT ICI POUR S’ÉVADER DE LEUR QUOTIDIEN, NOUS LEUR EN DONNONS LES MOYENS ! Un avenir plus politique La formule marche si bien que Boomtown n’en finit plus d’exploser. Lancé en 2009 de manière totalement indépendante avec seulement 24 000 euros, il accueillait alors 1 000 personnes. Les premières années, il doublait de taille à chaque édition, aujourd’hui, on compte 10 000 participants de plus chaque été. Après avoir changé plusieurs fois de site, il s’est stabilisé dans le même coin de campagne du sud de l’Angleterre, ce qui permet d’y stocker les décors sur place dans des containers. La seule chose qui lui manque encore, au vu de ses racines alternatives, c’est un véritable message politique. "C’est vrai, répond Lak Mitchell, mais à l’avenir, nous insisterons 88

davantage sur ce point. Nous accueillons tant de gens que nous voulons en profiter pour les sensibiliser à des questions politiques mais aussi environnementales. Cela consistera en des prises de parole sur scène, de la poésie, des débats… Cet hiver, nous avons déjà organisé une grosse fête en intérieur à Bristol, dont les bénéfices ont été intégralement reversés aux migrants de Calais. Et en ce moment, une dizaine de nos constructeurs fabriquent des abris que nous allons également leur envoyer". Si la révolution annoncée sur le dance floor du Bang Hai Palace n’aboutira pas avant l’été prochain, ses effets se font d’ores et déjà sentir de l’autre côté de la Manche.


Welcome to Boomtown, the crossroads between an old school rave and a giant circus. This young British festival, a pure product of the alternative rave scene, takes its audience to a new dimension, combining sound systems, movie sets, the circus, and theatre. An engaging festival

I

ts concept is unlike anything we’ve seen until now. Boomtown, is a phantasmagorical city that organises its fair once a year, in August, each time writing a new chapter, like this year's Revolution, and new structures like last year's Bang Hai Palace. But the city also hosts smaller stories in each of its districts, which are given a soul and a story by some 3000 actors. And if you're lucky enough to spot one of the hidden groups listed in the welcome guide, you’ll be taken to secret places where you can play games before getting your passport stamped. An eleven-step adventure can even keep some people busy for the whole festival... “Boomtown is a huge and engaging festival,” says Robert Colling, its production director. “We built eight districts, that all look like movie sets. Every district has its own designer who has to design it based on its history. Wild West is a Far West theme, Barrio Loco on SouthAmerican haciendas, District 5 is the science fiction one... For example Wild West has western style streets, a saloon, a bank, a church, a train station... In every building there is a scene, musicians, actors. People come to escape their daily routine, and we provide them with means to do so. We don't have a real political message, but we use this

occasion to share our satirical vision of the World (eg. Bankers are dressed as enormous characters).”

A huge Line-up The festival's program is really turned towards bass music and is particularly British. Last year we counted more than 300 artists, amongst whom we could mention: Goldie, Caravan palace, Scratch Perverts, Shy FX, Orbital, Truss, Squarepusher or Infected Mushroom, but also many talented unknowns. “We cover every genre that you don't hear on BBC 1,” jokes Lak Mitchell, one of the two big bosses, pierce, with a cap on his head, in his early thirties. “There are about 20 or 30, but the basics are ska, reggae, techno and drum'n'bass. We're looking for anything that will make people jump around...” BoomTown's value is in its many influences, found in the best festivals... “Fusion, in Germany, is probably the one we're the closest to, as the theatre and the circus also play a major role there. But even Disneyland inspires us with its street performances.”

A more political future The festival's concept works so well that its success doesn't seem to slow down. Launched in 2009 in the most independent

way with only 24 000 euros, it welcomed 1000 people. During the first years, its numbers doubled each edition, and today there 10 000 more visitors every year. After changing sites several times, the location is now fixed in the same area of the Southern England countryside, allowing them to store the structures and decorations on location in cubicles. The only missing, especially considering its alternative roots, is a political message. “It’s true,” Lak Mitchell answers, “but in the future we will emphasise more on this point. We welcome so many people that we want to take this opportunity to raise awareness about political but also environmental issues. It will consist of speeches, poetry, debates... This winter, we already organised a big party in Bristol, and we gave away all the profit to Calais' migrants. And as we speak, a dozen of our builders are working on shelters that we're going to send them.” The revolution announced on Bang Hai Palace's dancefloor will not be taking place before next summer but we can already feel the effects spilling over to the French side of the Channel.

PEOPLE COME TO ESCAPE THEIR DAILY ROUTINE, AND WE PROVIDE THEM WITH MEANS TO DO SO ! 89


CULTURE, SONS & TENDANCES

Textes : Gaëlle Martina Photos : Courtesy of Coachella

des Le plus crazy

festivals an

glais

A L L E H COAC

QUE ÉSERT CALIFORNIEN I S U M E D S I UN OAS AU MILIEU DU D n Desert f A California An Oasis In

90

The Middle

O


En 1999, Coachella c’était une grande réunion de quartier de 25 000 personnes et des tickets à 50$. 10 ans plus tard, c’est un événement musical majeur avec 10 fois plus d’enthousiastes et des pass à 350$. Voici à quoi vous aurez droit en 2017, dans la vallée de Coachella. Coachella, C’est Coa ?

U

n festival international de musique qui a lieu tous les ans dans le désert de Californie avec une programmation plutôt folle. Oui, mais encore ? Tout a débuté en 1993, lorsque Pearl Jam a organisé un concert de protestations contre un géant de la billetterie américaine, et a

IL A COMMENCÉ COMME UN RASSEMBLEMENT D’ÉBERLUÉS CALIFORNIENS POUR SE TRANSFORMER EN UN ÉVÉNEMENT MAJEUR DE LA SCÈNE MUSICALE MONDIALE.

choisi un lieu des plus arides et des moins confortables des Etats-Unis pour marquer le coup : le désert de la Vallée de la Coachella. Pourtant, 6 ans plus tard, le premier concert officiel portant le label Coachella était organisé. Chaleur, poussière et souffle étouffant du vent du désert étaient également au rendez-vous, et le rassemblement a rapidement tourné à l’éparpillement. Après l’échec de cette première édition, et les profits qu’elle ne généra pas, le festival n’a pas été organisé l’année suivante. Il est cependant revenu l’année d’après, cette fois en avril, avec programmation plus petite et sur une seule journée. La machine était lancée. Ensuite, les années ont passé, et le festival est resté ; il a commencé comme un rassemblement d’éberlués Californiens pour se transformer en un événement majeur de la scène musicale mondiale. Coachella affiche complet dès 2004, et acquiert ensuite la réputation d’événement à ne pas manquer.

91


CULTURE, SONS & TENDANCES

Coachelle, ma Belle Festival de musique, mais pas que. La beauté du rassemblement réside dans le fait que les spectateurs peuvent camper sur place, dans l’esprit de Woodstock. Ils peuvent alors clairement vivre coupés du monde, le temps d’un long weekend : ils ont ainsi accès à des douches (gratuites et n’oubliez pas les tongs), à des toilettes et des lavabos, à un café Internet avec la Wi-Fi, des prises d’électricité, des magasins d’alimentation et même un Farmers Market (ou un service de navettes pour ceux qui souhaitent retrouver un minimum de civilisation en allant au supermarché).

Y’a qui qui est venu ? Le festival a accueilli des grands noms de la scène musicale internationale, variant les genres et les mélangeant. Du rock au rap, du reggae à la transe, de l’électro au

hip-hop, tous les publics (il n’y a pas de limite d’âge pour assister aux concerts) trouvent de quoi hocher la tête et claquer des doigts. Coachella a notamment accueilli des artistes tels que Rage Against the Machine, The Roots, Iggy Pop, Björk, Oasis, The Chemical Brothers, Ben Harper, les Red Hot, les Black Eyed Peas, The Cure, Muse, Coldplay, Madonna, Daft Punk, Prince, Paul McCartney, Lupe Fiasco, The Killers, Kanye West, Wu-Tang Clan, Dr Dre et Snoop Dogg… Les tickets partent souvent comme des petits pains (en quelques heures) et sont mis en vente lorsque la programmation est dévoilée, quelques semaines avant le festival – ou alors pendant la journée unique de pré-vente, vers mai de l’année précédant le festival (mai 2016 pour avril 2017). Mais peu importe, car vous ne serez jamais déçus !

DU ROCK AU RAP, DU REGGAE À LA TRANSE, DE L’ÉLECTRO AU HIP-HOP, TOUS LES PUBLICS TROUVENT DE QUOI HOCHER LA TÊTE ET CLAQUER DES DOIGTS.

92


In 1999, Coachella was a huge neighborhood party of 25,000 people and $50 tickets. 10 years later, it’s an important music event with 10 times more enthusiasts and $350 passes. Here’s what you can look forward to in 2017 in the Coachella Valley. Coachella - what is it? An international music festival that takes place each year in the California desert with a crazy program. Yes, and so? Everything started in 1993 when Pearl Jam organized a concert protesting an American ticket office giant, and chose a one of the most arid and least comfortable locations in the United-States to mark the occasion: the desert of the Coachella valley. However, 6 year later, the first official concert named Coachella was organized. Heat, dust, and the suffocating blow of the desert wind were also present, and the gathering quickly gave way the party’s dispersal. After the failure of the first edition and the profits that it was unable to make, the festival was not organized the following year. It returned all the same the year after, this time in April, with a smaller program featured on one day only. The machine was launched. From there, the years passed, and the festival stuck around; what began as a gathering for dumbfounded Californians transformed into a major event for the international music scene. Coachella

sold out in 2004, and then acquired the reputation of an event to not miss.

Coachella, The bella A music festival, but not just that. The beauty of this gathering resides in the fact that spectators can live onsite, a feature resembling the Woodstock spirit. They can live cut off from the world for the length of a long weekend. Here, they have access to showers (for free but don’t forget the sandals) and toilets and sinks, an internet café with Wi-Fi, electric plugs, grocery stores, and even a farmers’ market (or a bus system for those who wish to find a minimum of civilization by going to the supermarket).

Who’s Here? The festival has welcomed big names of the international music scene, varying and mixing in genre. From rock to rap, reggae to trance, electro to hip-hop, all audiences (there is no age limit to watch the concerts) can find something to bop their heads to and clap their hands to. Coachella has notably welcomed artists

A MUSIC FESTIVAL, BUT NOT JUST THAT. THE BEAUTY OF THIS GATHERING RESIDES IN THE FACT THAT SPECTATORS CAN LIVE ONSITE, A FEATURE RESEMBLING THE WOODSTOCK SPIRIT. such as Rage Against the Machine, The Roots, Iggy Pop, Björk, Oasis, The Chemical Brothers, Ben Harper, les Red Hot, les Black Eyed Peas, The Cure, Muse, Coldplay, Madonna, Daft Punk, Prince, Paul McCartney, Lupe Fiasco, The Killers, Kanye West, Wu-Tang Clan, Dr Dre and Snoop Dogg… The tickets often sell out like hot cakes (in a few hours) and are put on sale once the lineup has been revealed a few weeks before the festival, or during the one-day pre-sale in May the year before the festival (May 2016 for April 2017). But who cares, because you’ll never be disappointed! 93


CULTURE, SONS & TENDANCES

Textes : A. Bloch Photos : Mitchell

Henri Selmer’s Workshop

LES ATELIERS D'HENRI SELMER Du génialissime John Coltrane à l'iconoclaste Guillaume Perret, qui le préfère électrifié, le saxophone Selmer est une institution. On a voulu comprendre pourquoi.

94


cience occulte du Moyen-Âge qui prétendait enseigner comment transmuer les métaux en or" : c'est la définition de l'alchimie. On y songe immanquablement à Mantes, en région parisienne, où plus de 400 orfèvres s'activent pour donner vie à du laiton. 70 % de cuivre et 30 % de zinc, sous forme de feuilles, de tubes ou de barres. Et en traversant cette maison familiale, aujourd'hui détenue par la quatrième génération de Selmer, l'alliage se transforme chaque année, comme par magie, en 10 000 saxophones. Mais l'invention d'Adolphe Sax n'est pas un cuivre, contrairement à une trompette ou un trombone. Ici, le son est produit par une anche, une petite lame de roseau qui entre en vibration dans le bec. Au même titre que la clarinette ou le hautbois, le sax' est donc un bois ! Et Florent Milhaud, directeur artistique chez Selmer d'ajouter : "le fait qu'un saxophone soit en laiton n'a pas vraiment d'incidence, acoustiquement parlant : on pourrait parfaitement faire la même forme en bois, ou même en plastique, comme le faisait le londonien Grafton dans les années 1950, et dont Charlie Parker était amateur". Plus récemment, d'autres fabricants, surtout asiatiques, s'y sont remis avec moins de talent.

Sax’ unique… Chez Selmer, on fabrique essentiellement quatre "tailles" soit, du plus grave au plus aigu : baryton, tenor, alto et soprano. S'ajoutent à chaque bout de la gamme les très rares basses et sopranino. On distingue aussi deux modes de fabrication : la "traditionnelle", quasi-exclusivement manuelle, et la "semitraditionnelle", partiellement mécanisée. Dans le premier cas, les grosses pièces sont "chaudronnées" et formées à la main, sur de grosses formes en acier que l’on appelle des "mandrins". La seconde méthode, elle, consiste à emboutir les feuilles de laiton avec une presse hydraulique : on récupère alors deux moitiés qu'il ne reste qu'à souder ensemble. Dans les deux cas, le pavillon, qui est la partie évasée terminant l'instrument, n'est encore que partiellement formé. Il doit passer par la case "bordage" pour être aplati et former ce que l'on

appelle fort joliment un "épanoui". C'est sur un gros mandrin rotatif, qu'Éric opère ce "repoussage". L'arbre d'entraînement est légèrement voilé, et tourne donc en ellipse. Du coup, les pavillons ne sont pas parfaitement ronds. "Mais l'écart est infime, confie Éric : pour un diamètre théorique de 159 mm, par exemple, j'ai tout juste un demi-millimètre de marge !". Florent, le DA, confirme : "c'est l'une des marges de tolérance les plus importantes de l'usine, mais toutes les opérations qui ne sont pas cruciales en termes d'acoustique sont bourrées de petits défauts. C'est ce qui rend la couleur musicale de chaque sax' unique".

Un façonnage main ! Cette tolérance ne préside pas à la formation des "cheminées", ces trous dans le corps de le sax’ que les instrumentistes bouchent pour "sortir" les notes. Pour en former le contour, certains fabricants font un trou, puis soudent autour un bout de tube rond. Henri Selmer, dans les années 1920, a repris et modifié un procédé plus futé : une demi-sphère est introduite dans l'instrument, puis extirpée de force, pour former le bord en étirant le métal vers l'extérieur. Il a aussi fallu trouver d'autres petites astuces. Comme pour le "bocal" qui, comme son nom ne l'indique pas, est la pièce coudée orienté vers la bouche du musicien, et qui à elle seule fait peu ou prou 70 % du son. Pour courber la pièce tout en conservant sa forme conique, et surtout sans que le métal plie ou casse net, on procède à un cintrage à la glace. On obture une extrémité avec un bouchon en plastique, puis on remplit d'eau et on plonge le tout dans un bain alcoolisé à -60°C. Du coup, la glace permet de conserver le bon volume intérieur lors de la mise en forme. On s’en assure ensuite en gonflant le bocal avec de l'eau, sous 300 bars de pression ! Un peu plus loin, ce sont les becs qui sont taillés à la machine, dans des bâtons d'ébonite, un caoutchouc soufré. "On peut évidemment en faire en bois, mais le problème c'est que ça se fend, que ça gonfle : avec l'ébonite on pourrait sûrement jouer un bec pendant 80, voire 100 ans, sans aucun problème", risque

95


CULTURE, SONS & TENDANCES Florent. Selmer est d'ailleurs le premier fabricant mondial, avec pas moins de 100 000 becs par an ! Il en produisait déjà à l'origine, en 1885, avant même de se lancer dans la clarinette, à la fin du XIXe Siècle, puis dans le saxophone, dans les années 1920, sans parler des cuivres des années 1930 ou la guitare Selmer-Maccaferri dont était friand Django Reinhardt. Mais revenons-en à nos becs. Ils sont finis à la main, par des façonneurs : "On n'utilise des machines numériques que pour des contrôles de cotes, car on est au centième de millimètre près. Certes, on pourrait fabriquer des becs avec des machines cinq-axes, et avoir une reproductibilité parfaite, mais ça n'aurait pas d'intérêt : le façonnage doit se faire à la main".

L'essentiel de la production (90 %) part à l'export, surtout en Asie et en Amérique. Aux États-Unis, la situation est d'ailleurs un peu particulière : à côté de la marque Henri Selmer Paris, on trouve des Conn-Selmer (parfois surnommés "Selmer USA"). Mais ils sont fabriqués selon un tout autre procédé, et accessoirement à plus de 6 000 km des alchimistes de Mantes !

La couleur du cuivre Vient ensuite l'assemblage des 850 pièces, pour lequel on retrouve les distinctions entre "traditionnel" et "semi-traditionnel". Le premier concerne les saxophones basse, baryton et sopranino, et prend pas moins de quarante d'heures, sans compter la soudure, que l'on appelle "factage", ce qui explique que l'on parle de "facteur d'instrument". Pour le montage semi-traditionnel, on recourt à un "pointage" électrique à très haute tension pour positionner les pièces, puis à un factage manuel à l'étain, et enfin à une "mise à longueur" automatisée des mécanismes pour chaque sax'. Lesquels ont à ce stade une drôle de coloration rose, dûe au fait qu'avec la chaleur, le cuivre de l'alliage ressort. Pour retrouver une couleur normale, il faut plonger le tout dans un bain d'acide : c'est le "désétamage". Reste à polir l'ensemble, ce qui peut prendre plus de cinq heures, mais aussi à le recouvrir d'un vernis : "le laiton d'un saxophone est relativement épais entre 6 et 8/10e de mm, contre seulement 3 pour une trompette, par exemple - donc il s'abime rarement en profondeur. En revanche, en s'oxydant, il devient vite vert-de-gris : il faut le protéger". Il est également possible de demander une argenture, c'est-à-dire à un placage en argent. Un sax' passe alors, de 4 500 à 8 000 ou 12 000 € suivant le modèle. Il existe aussi des instruments plaqués or (compter en gros 15 000 €), ou même en argent massif (vendus 20 000 € environ). On peut tout de même se démarquer pour moins cher, avec les finitions orangée, laiton brossé, noir brillant... ou encore "passivée", qui donne un effet vieilli tirant sur le bronze.

Copié mais jamais égalé Quelle que soit l'option choisie, on procède ensuite à la gravure. Il y a quelques années, six personnes s'en chargeaient. Depuis, des machines ont fait leur entrée : "la gravure est devenue particulièrement fine et riche : on pourrait tout faire à la main, mais le temps de main-d'œuvre serait monstrueux, et du coup, les prix de vente aussi !". Subsistent deux postes manuels, essentiellement pour les commandes spéciales, ou pour masquer une petite rayure : "dans ce cas, on fait des gravures additionnelles : d'ailleurs elles font souvent plaisir aux musiciens, qui ont droit à un détail spécifique !". Tout au bout de la chaîne arrivent la finition, lors de laquelle on insère des lampes dans les instruments pour traquer les fuites, puis deux phases de test. La première est essentiellement technique : il s'agit de s'assurer qu'il n'y ait pas de blocage mécanique, ou que la tension des ressorts soit homogène. La seconde, dite "certification", est réalisée par des musiciens professionnels, pour contrôler l'acoustique (justesse, puissance d'émission...) et le confort de jeu. "Ce sont des musiciens que l'on connaît bien, et qui s'installent souvent pour quelques mois : notamment des anciens du Conservatoire national supérieur de Paris". 96

Le polissage à la brosse de toutes les pièces peut durer cinq heures ! The polishing can take up to 5 hours!

LE LAITON CHANGE PLUSIEURS FOIS DE COULEUR : D'ABORD VERT-DE-GRIS, PUIS ROSE...


Pour obtenir un pavillon "épanoui", il faut le "recuire", puis le "border", c'est-à-dire le repousser en force contre une forme en acier. To obtain a “flared” bell, one must “reheat” it and then “line” it, which entails pushing it again a steel shape with force.

Une fois vernis au pistolet, le sax' reçoit des films de protection. Once polished by pistol, the sax’ receives protective films.

L'essentiel de la production (90 %) part à l'export, surtout en Asie et en Amérique. Aux États-Unis, la situation est d'ailleurs un peu particulière. The bulk of production (90%) is exported, especially to China and America. In the United States, the situation is a little particular.

Les becs sont découpés à la machine dans de l'ébonite, puis finis à la main. Selmer en produit 100 000 par an ! The mouthpieces are cut from ebonite by machine and then finished by hand. Selmer produces 100,000 of them a year!

QUEL SAXO ? ALTO

SOPRANO

C'est le plus accessible et le plus polyvalent des saxophones, et donc le plus courant, surtout en musique classique. Mais il est aussi utilisé en jazz ou en musique contemporaine. Recommandé par la plupart des profs de conservatoire, il représente quasiment 70 % de la production. Mais pour les plus petits, il existe maintenant des "sopranos courbes", qui ont un vrai look de sax' et sont praticables à partir de 6 ou 7 ans.

Même s'il a compté un certain nombre de spécialistes, comme Sidney Bechet, on le rencontre moins souvent car il est plus dur à jouer, et il a été un peu "stigmatisé" par son emploi récurrent en jazz New-Orleans. Surtout, sa forme fait qu'il est le moins saxophone des saxophones et qu'on le confond parfois avec une clarinette. Plus aigu que l'alto d'une demi-octave, mais moins que le rarissime sopranino, il couvre environ 15 % du marché.

TENOR

BARYTON

Instrument fétiche de Coltrane, c'est sans doute le saxophone le plus fréquemment utilisé dans le jazz, le blues, la funk... Il est un peu plus grand que l'alto (1,40 m déplié, contre 1,20 m), plus grave que lui d'une demie-octave, et son "bocal", qui relie le corps au bec du sax', a une courbure particulière. Un Selmer sur cinq est un ténor.

C'est le plus grave et le plus grand (plus de 2 m de longueur de tube) des saxophones, si l'on excepte le basse, plus que confidentiel. Surtout connu pour être utilisé dans les big bands, il dispose tout de même d'un répertoire solo assez développé, et son porte-drapeau le plus fameux était sans doute Gerry Mulligan. Il représente environ 3 % des ventes.

97


CULTURE, SONS & TENDANCES

From the brilliant John Coltrain to the iconoclast Guillaume Perret who preferred it electric, the Selmer saxophone is an institution. We wanted to find out why. n occult science of the Middle Age that claimed being able to teach how to transform metals into gold”: this is the definition of alchemy. We inevitably think of Mantes, a Parisian region, where more than 400 goldsmiths are busy giving life to new brass, made from 70% of copper and 30% of zinc, in the form of sheets, in tubes, or bars. And while moving through this family property, maintained today by the fourth generation of Selmers, the alloy is transformed each year into 10 000 saxophones, almost like magic. But Adolphe Sax’s invention is not a brass instrument, contrarily to a trumpet or a trombone. Here, the sound is produced by a reed, a thin blade made from a plant of the same name, that vibrates in the mouthpiece. Like a clarinet or an oboe, the sax is actually a wind instrument! Florent Milhaud, the artistic director for Selmer adds: “the fact that a saxophone is made from brass has no negative repercussions, acoustically speaking. We could definitely make the same shape out of wood or even plastic, like Grafton from London did in the 1950s, of which Charlie Parker was a fan.” More recently, other makers, especially in Asia, have gotten back into this type of manufacturing, though with less talent.

The Unique Sax At Selmer’s we make essentially four “sizes”, from the deepest to the most high-pitched including, baritone, tenor, alto, and soprano. Added to each end of the range are the very rare bass and sopranino. We distinguish between two methods of production: the “traditional”, one done almost exclusively by hand, and the “semi-traditional”, the other which is partially mechanised. In the first method, the big pieces are “boiler-made” and formed by hand on enormous slabs of steels called “mandrels”. The second method consists of embossing the sheets of brass with a hydraulic press; we retrieve two pieces and all that remains is welding them together. In both cases, the bell, which is the wide-mouthed end of the instrument, is only partially formed. It must be flattened to form create its flare, which in French is beautifully called the “épanoui”, or ‘the blossoming’. On a large rotating mandrel, Eric operates this “embossing”. The drive shaft is lightly warped and therefore moves in ellipsis. In that way, the bells are never perfectly round. “But the difference is minuscule,” confides Éric. “For a theoretical diameter of 159mm, for example, I only have a margin of a half millimetre!” Florent, from DA, confirms: “It’s one of the factory’s most important tolerant margins, but all operations that aren’t crucial in terms of acoustics are packed with small flaws. It’s what makes the musical colour of each sax ‘unique’.

A Hand-Made Shape! This tolerance doesn’t preside over the creation of the chimneys, the holes in the body of the sax’ that instrumentalists cover to bring the notes to the top. To create the contour, certain makers make the whole then weld a piece of round tube to it. In the 1920s, Henri Selmer had reprised and modified a finer process: a half sphere is inserted into the instrument and then removed forcefully to form the edge by stretching the metal towards the exterior. It was also necessary to find other tricks. Like for the “crook” that, as its name doesn’t demonstrate, is the bent piece oriented towards the mouth of the musician and on its own, produces 70% of the sound. To bend the piece while maintaining its conical form, especially without the metal folding or breaking clean, we proceed by bowing it with ice. We close an extremity with a plastic plug, and then fill it up with water and plunge the whole of it into an alcohol bath at -60°C. From there, the ice allows us to conserve the proper interior volume during the shaping. We insure it by swelling the crook with water, under 300 bars of pressure! Further along, the mouthpieces are cut from ebonite sticks, a sulphurous rubber, by machine. “Obviously, we can also make them out of wood, but the problem is that wood splits, it expands. With ebonite, we can surely use the mouthpiece for 80, or even 100 years, without any issues,” ventures Florent. Selmer is also the first producer in the world, with no less than 100 000 made 98


En bout de chaîne, le saxophone reçoit enfin des ressorts, une vingtaine de clés, et des plateaux pour boucher les "cheminées". At the end of the chain, the saxophone finally receives springs, about twenty keys, and pads to plug up the chimneys.

THE BRASS CHANGES COLOUR MULTIPLE TIMES: FIRST GREYISH GREEN, THEN PINK… mouthpieces a year! He originally began production in 1885, even before getting into the clarinet at the end of the 19th century, then into the saxophone in the 1920s, without forgetting about the 1930s wherein the Selmer-Maccaferri guitar of which Django Reinhardt was a fan. But let’s go back to these mouthpieces. They are finished by hand by the shapers: “We only use digital machines to check dimensions because we’re within 100th of a millimetre. Of course, we could make mouthpieces with five-axis machines and have a perfect reproducibility but it’s of no interest: the shaping must be done by hand.”

The Colour of Copper Assembling the 850 pieces comes next, during which we see the distinctions between “traditional” and “semi-traditional”. The first involves bass, baritone, and sopranino saxophones and takes over forty hours without including the welding, which we call the “factage” in French, which explains why the French call instrument makers “facteurs d’instruments”. For the semitraditional manufacturing, we use electric “pointing” at a very high tension to position the pieces, then to a manual soldering with tin, and finally mechanisms is cut to length via machine for each sax. At this phase, the saxophones have a strange pinkish colour due to the fact that heat brings out the copper of the alloy. To recover it’s normal colour, it must be dipped into an acid bath: this is the “detinning”. All that’s left is to polish it all which can take up to 5 hours, and also to cover it with a varnish: “the brass of a saxophone is relatively thick - between 6 and 8/10th of a 99


CULTURE, SONS & TENDANCES

mm, in comparison to 3 mm for a trumpet for example, so it rarely damages seriously. On the other hand, through oxidization, it can become a grey-green colour so you have to protect it.” It is also possible to ask for silver plating (one has to be willing to spend 15,000 Euro) or even in solid silver (sold for around 20,000 Euro). That said, we can set ourselves apart for less, with an orangey finish, brushed brass, brilliant black… or even “passivated”, which gives the bronze an aged finish..

Copied But Never Equal

“certification,” is done by professional musicians, to monitor the acoustics (accuracy, sound quality…) and the comfort of playing. “They’re musicians who we know well, who are usually with us for a couple months; the experienced players of the National Conservatory of Music in Paris in particular.” The bulk (90%) of production is exported, especially to Asia and America. In the United States, the situation is a bit particular: in addition to the Henri Selmer Paris brand, one can find the ConnSelmer brand (sometimes nicknamed “Selmer USA”). But they’re produced with a completely different process, and incidentally, in a place 6,000km away from the alchemists in Mantes!

No matter the option chosen, we proceed then to the engraving. Some years ago, six people were in charge of this. Since then, machines made their entrance: “engraving has become particularly fine and rich. We could do everything by hand but the labour time would be monstrous, and therefore the selling price would be as well!” Two manual posts remain, essentially for special orders or to hide a little scratch: “in that case, we make additional engravings, though musicians often like these as it provides them a unique detail!” All the way at the end of the line comes the finish, wherein lamps are inserted into the instruments to track any leakages, and then two testing phases. The first is principally technical: it entails ensuring that there are no mechanical blocks and that the tension in the springs is homogenous. The second, known as the

WHICH SAXOPHONE?

100

ALTO

SOPRANO

The more accessible and versatile, and therefore the most common saxophone, especially in classical music. But it’s also used in jazz or in contemporary music. Recommended by most professors of the Conservatory, it represents nearly 70% of production. For the littler ones, there now exists the “curved sopranos” that have a real sax’ look and can be played by 6 or 7 year olds.

Although there are a certain number of specialists like Sidney Bechet, we see this one less frequently because it is the hardest to play, and was even a little ‘stigmatised’ due to it’s recurring use in New-Orleans jazz. Importantly, it’s shape is the least saxophone of the saxophones and is often confused with a clarinet. Sharper than the alto by a half-octave but less so than the very rarely seen sopranino, it covers about 15% of the market.

TENOR

BARYTON

Coltrane’s favourite instrument, it is surely the most commonly used saxophone in jazz, blues, and funk… It is slightly bigger than the alto (1,40m when unfolded versus 1,20m) and one half octave deeper, with a “jar” that relates the body and the mouthpiece of the sax, has a particular curvature. One Selmer out of five is a tenor.

The deepest and the biggest of the saxophones (more than 2m in tube length) if we forget the bass, more than confidential. Known to be used especially by the big bands, it still has a solo repertoire that is quite developed and its most famous flagship was without a doubt Gerry Mulligan. It represents 3% of sales.


LOCATIONS MEUBLÉES – TRANSACTIONS – SYNDIC DE COPROPRIÉTE

Consultez nos transactions et réservez vos locations de vacances sur notre site

www.giverdon-immoblier.fr

BUREAUX OUVERTS TOUTE L’ANNÉE AVENUE DES JEUX (FACE PATINOIRE) ALPE D’HUEZ TÉL. : 04 76 80 45 38. MAIL : giverdon.immobilier@wanadoo.fr 101


CULTURE, SONS & TENDANCES

Textes : JAG

Shamanism: The Call of Spirits

CHAMANISME

© BULENTGULTEK

L'APPEL DES ESPRITS

102


'animal, la chasse, la survie… Pour l'homme primitif, telle est la loi du monde. Elle régente tout. Il doit trouver du gibier et lui prendre la vie pour permettre à son espèce de survivre. Mais cette vie qu'il prend n'est pas une vie unique. Elle n'est pas isolée et muette, mais rayonne tout autour de l'univers car tous les êtres et toutes les choses ont un lien. Et ce lien n'est pas brisé par la mort, il subsiste à travers le voile d'un autre monde, celui des dieux, des esprits, des animaux, des végétaux, des ancêtres, des morts… C'est le monde des mythes de l'infra monde (le territoire des morts) et du sur monde (le territoire des dieux). C'est le monde des esprits. Depuis l'époque paléolithique, soit l'âge de l'ancienne pierre, certains individus connaissent le mystère de la rupture des niveaux entre ces différents univers. Ces “élus” de la tribu peuvent, selon les nécessités du clan, entrer en contact avec les esprits, descendre aux enfers ou monter aux cieux, ce sont les chamans. Le terme chamanisme ou shamanisme, vient de la langue evenki, elle-même langue toungouse qui est un sous-groupe des langues altaïques, soit de l'Altaï, une chaîne de montagnes d'Asie Centrale aujourd'hui partagée entre Chine, Kazakhstan, Mongolie et Russie. C'est au XVIIe siècle, en Sibérie et dans l'extrême orient russe que les explorateurs d’Europe de l'ouest découvrirent le mot saman. Le premier texte à mentionner un shaman sibérien, écrit en 1672 par un prêtre russe, le présentait comme “un manant de magicien qui converse avec les esprits”. Au XVIIIe, ce mot est entré dans les vocabulaires européens, en passant par le russe, puis l'allemand car il manquait un terme dans les langues européennes pour désigner ces praticiens. Le mot a été défini pour la première fois en 1765 dans l'Encyclopédie de Denis Diderot, pour qui les chamanes étaient “des imposteurs qui prétendent avoir du crédit sur le Diable, qu'ils consultent pour savoir l'avenir, pour la guérison des maladies, et pour faire des tours qui paraissent surnaturels à un peuple ignorant et superstitieux.” Il fallut attendre la deuxième moitié du XIXe et la naissance de l'anthropologie pour avoir des descriptions moins chargées de préjugés. Les scientifiques se sont notamment aperçus que tous les chamanes se disaient capables de communiquer avec les esprits dans l'intérêt de leur communauté, ce qui impliquait une cohérence au phénomène. Cependant, pour certains anthropologues, prétendre communiquer avec les esprits était le symptôme d'une maladie mentale car ils prenaient leurs hallucinations au sérieux. C'est finalement Claude Lévi-Strauss qui inversa le débat en postulant que les chamanes ressemblaient davantage à des psychanalystes qu'à des psychopathes. Dans son sillage, les observateurs comprirent que ces personnages avaient une connaissance pertinente du monde. La découverte que de nombreuses plantes utilisées par les chamanes comme le cactus san pedro, le peyotl, le tabac ou le virola, contenaient des molécules similaires à celles produites par le cerveau humain a sans doute aidé à prendre les chamanes au sérieux. Désormais les anthropologues les considèrent comme des producteurs sophistiqués de sens, et les traitent donc sur un pied d'égalité.

Shaman signifie “danser, bondir, remuer, s'agiter, voir “jouer”. Car pour permettre à son âme de s'envoler et ainsi pénétrer d'autres niveaux cosmiques, le chaman utilise immuablement le vecteur de la transe. C'est en état de transe qu'il peut atteindre l'extase et ouvrir l'imagination vers le monde des esprits et des dieux. Pour y parvenir, il se sert de la musique, du chant, de l’imitation du chant des oiseaux, mais également du jeûne, de la respiration accélérée, de sacrifices et de plantes psychoactives. Les rituels des cérémonies diffèrent selon les régions du monde – car le chamanisme dépasse largement la région de l'Altaï et se manifeste sur tous les continents - mais parmi les éléments concomitants, il y a toujours le feu

– élément purificateur ; la musique – souvent sous formes de percussions ou de flûtes - les chants et les incantations. La musique particulièrement est considérée comme la voix de l'esprit et permet d'établir un lien avec les mondes parallèles. En dépit de tous les facteurs coïncident entre les rituels liés à la communication avec les esprits, le terme chamanisme demeure rattaché à sa langue d'origine et - stricto sensu - ne devrait pas s'appliquer en dehors d'une géographie particulière, celle de l'Altaï. Néanmoins, on le considère aujourd'hui comme un ensemble de pratique détaché de sa langue d'origine. Cette profusion de rituels pose la question de la légitimité du rite chamanique et notamment d'une telle dénomination pour le néochamanisme en vogue dans les sociétés occidentales. En effet, l'attrait des cérémonies ésotériques impliquant une transe hallucinatoire pour une jeunesse occidentale en quête de sens peut-il être assimilable au chamanisme ? Le rejet de ces pratiques au nom d'une zone exclusive du chamanisme paraît néanmoins contraire au sens même de son concept. D'autre part, cela impliquerait que les sociétés modernes se sont ellesmêmes définitivement coupées du monde des esprits, ce qui est loin d'être avéré si l'on considère les nombreux guérisseurs qui opèrent toujours dans nos campagnes. L'état de conscience est une sinusoïde, chacun peut avoir des états de conscience altérés, mais l'inconnu demeure quant aux liens entre nos pensées et différents niveaux de conscience, et plus loin vers différents niveaux de réalité. En ouvrant l’imagination vers le monde des esprits, le chaman accède à un savoir inconnu. Études et témoignages concordent pour attester qu'il y a une grande part d'inexplicable dans les rites chamaniques. Cette inconnue s'accommode mal des mentalités cartésiennes et le chamanisme demeure suspicieux pour la pensée rationnelle. Néanmoins, il existe aujourd'hui un net intérêt pour ces pratiques, notamment celles qui impliquent un voyage psychédélique provoqué par des plantes hallucinogènes encadrées par un chaman. Amazonie et Amérique Centrale attirent ainsi de nombreux candidats à des rituels de ce type. Le documentaire D'autres mondes du cinéaste Jan Kounen, sorti en 2004, est à ce titre remarquable. Il retrace l'expérience chamanique du réalisateur et plonge dans l'univers de l'ayahuasca, plante psychotrope aussi connue sous le nom de liane des esprits ou liane des morts. On y apprend par exemple que les chamans amazoniens ont su mélanger deux plantes psychotropes pour que l'effet de l'une permette à l'autre d'être assimilée par le corps humain. Cette association parmi des millions de possibilités entre les milliers de plantes de la forêt amazonienne crédibilise la possibilité d'un dialogue entre le chaman et les esprits de la forêt. 103


CULTURE, SONS & TENDANCES

HOMME ANIMAL Le chamanisme a accompagné l'apparition de la conscience, quand l'homme s'est détaché du monde animal, sans pour autant l'abandonner. Certaines peintures rupestres du paléolithique datant de -35 000 ans représentent des êtres composites qui ont des caractéristiques humaines et animales (corps d'homme, tête d'oiseau, de cerf, de lion, de bison…). Ce sont plus généralement des hommes, mais il existe aussi des peintures de femmes composites. On retrouve ces peintures dans de nombreuses grottes d'Europe, mais aussi en Asie et en Afrique. Elles sont les plus anciennes traces de la présence d'homme-sorciers dans l'histoire de l'humanité et attestent de l'héritage archaïque du chamanisme. Le chaman rétablit un lien qui existait au début des temps, quand la rupture entre l’homme et le monde animal n’était pas consommée. Ainsi il peut utiliser sa capacité animale pour franchir les niveaux et dialoguer avec les esprits et les dieux. Le chaman est la boussole de son clan. Il est irremplaçable dans toute cérémonie qui touche aux expériences de l'âme humaine, unité psychique fragile, encline à abandonner le corps et à se laisser emporter par des démons. À la fois homme médecine, homme sorcier et homme prêtre, il est donc consulté par les membres de son clan pour trouver des remèdes aux maux, qu'ils soient psychologiques ou physiques. Il formule le diagnostic, recherche l'âme fugitive du malade, la capture et lui fait réintégrer le corps précédemment quitté. Contrairement au possédé, il maîtrise ses esprits et communique avec les morts, les démons, les esprits de la nature, sans pour autant se transformer en leurs instruments. Néanmoins, la frontière entre chamanisme et possession est perméable car, en entrant en transe, le chaman devient possédé. C'est son pouvoir de contrôle sur la force d'ensauvagement qui va lui permettre revenir dans le monde. Ainsi, le chaman/possédé ne saurait se laisser totalement submerger par le monde des esprits.

104

Pour devenir chamane, il existe plusieurs voies : la transmission héréditaire (en ligne masculine ou féminine) ; la vocation spontanée liée à un appel ou une vision ; et plus rarement par la volonté de la tribu ou d'un individu. Partout dans le monde, on constate la coexistence du chamanisme héréditaire et de la vocation spontanée. Cette dernière permet à des individus de se sentir appeler, puis de suivre ou non, selon leur volonté, une instruction et une initiation. Le parcours initiatique est construit autour du modèle de la déviance inspirée, c’est-à-dire que le comportement déviant d'un individu – vision, extase - est la source même de sa compétence. Celle-ci est encadrée à la fois par les esprits et par un maître chaman qui va guider le candidat à travers des épreuves initiatiques – errance, déchéance, extase – pour valider ses pouvoirs. Cette instruction est double, à la fois d'ordre traditionnel (techniques chamaniques, mythologie, généalogie du clan, langage secret…), et d'ordre extatique (rêves, visions, transes). D'un côté la voix du maître, de l'autre la voix des esprits et des morts. C'est cette initiation qui va transformer un individu que nos cultures modernes catalogueraient en dément, en un éventuel chamane reconnu et respecté par la société.

CHAOS DU MONDE Plus le chaman peut faire état d'un désordre initiatique, plus grande sera sa compétence. Cette perspective du désordre est un élément clef de la compréhension du chamanisme. Le climat d'anarchie est indissociable de ces rituels. Les manifestations de furie et d'altérité sont en quelque sorte l'essence même des cérémonies. Après une lutte douloureuse, les élus sont emportés par la puissance de l'animal - la rage, l'ensauvagement - puis par les forces supérieures des esprits. Le chaman est alors en lutte avec un monde où règne le chaos, et c'est grâce à la métamorphose qu'il va accéder au dialogue avec cet univers. Or, dans le chamanisme, le monde des esprits est une projection du monde des hommes. Il y règne la même passion et les mêmes imperfections. Les esprits sont donc, à l'image des humains, ni totalement bon ni totalement mauvais, mais profondément ambivalents. Les entités bénéfiques peuvent ainsi devenir néfastes et inversement.

Afin d'ouvrir le canal de communication avec les esprits, les cérémonies chamaniques utilisent de nombreux rituels : sacrifice d'animaux, chants et musiques, costumes et masques, ingestion de substances psychotropes. Concernant les sacrifices, la force du sang, fluide vitale par excellence est fondamentale car l'ordre des choses terrestres repose sur la circulation de la force vitale véhiculée par le sang. Les sacrifices permettent de faire circuler la force, la vie, d'un niveau à l'autre, d'une zone de la réalité dans toutes les autres. Quand ils sont pratiqués, les sacrifices sont dévoués à des prêtres sacrificateurs en relation avec un divin proche lié au monde des humains. Le chaman est lui en contact avec un monde invisible potentiellement dangereux.

Contrairement aux religions du salut, le chamanisme ne conçoit pas le monde comme une entité à sauver et ne croit pas en un au-delà meilleur. Et à la différence des religions dualistes qui opposent le bien et le mal, la symbolique du désordre est totalement acceptée par les cultes chamaniques. On comprend alors mieux sa diabolisation par les grands courants monothéistes. Néanmoins, grâce à leur flexibilité les traditions mythologiques ont su s'adapter, évoluant au contact d'autres traditions et d'autres cultures. Les religions dualistes - elles-mêmes curieusement nées de la vision d'hommes qui pourraient s'apparenter à des sorciers - n'ont pu totalement l'éradiquer et, dans la plupart des cultes dogmatiques, subsistent des croyances issues des temps immémoriaux où l'homme vivait connecté à son environnement. C'est pourquoi, le chamanisme survit dans de nombreux aspects de la vie quotidienne des peuples monothéistes.

Ainsi la compétence du prêtre sacrificateur et de l'allié des esprits se déploient dans des sphères du sacré communicantes mais distinctes. Une fois en état de transe, le chaman peut voir et prévoir, dialoguer avec les esprits ou les morts. Il peut passer d’une région cosmique à une autre : de la Terre au Ciel, ou de la Terre aux Enfers. Le rituel crée un espace propre, capable d'opérer un passage vers la méta communication. Dans cet espace, il possède un pouvoir dont il ne jouit pas dans la vie quotidienne : ce n’est pas le chaman qui parle, mais l’entité qui s’exprime à travers lui. Pour être acceptable, la vérité proférée à ce moment-là doit être impersonnelle, déshumanisée. Il parle alors une langue secrète, celle des esprits et des animaux afin de communiquer avec l'au-delà.

Où est né le chamanisme, comment est-il né ? Comment se faitil qu'on en trouve des émanations partout dans le monde ? Si aujourd'hui il domine surtout en Asie centrale et septentrionale, ainsi que dans les régions arctiques, on le retrouve également en Afrique, Australie, Amazonie ou encore chez les Amérindiens. Partout où l'homme s'est aventuré, il semble avoir emporté ce savoir originel, su le préserver et le faire perdurer jusqu'au jour d'aujourd'hui. “Les shamans sont-ils les voyageurs secrets d'une réalité plus globale ?” interrogeait le documentaire de Jan Kounen. Une réalité qui abolit les notions d'espace et de temps. Une réalité où le rêve et les visions sont accueillis avec curiosité et bienveillance. Une réalité où les ténèbres, univers sauvage et domaine d'action du chaman, sont respectées et embrassées.


CAR IL NE FAUT PAS CONSIDÉRER QUE LA VIE DES TÉNÈBRES EST PLONGÉE DANS LA MISÈRE ET COMME PERDUE DANS L'ANGOISSE. IL N'Y A PAS D'ANGOISSE. CAR LA TRISTESSE EST ENGLOUTIE DANS LA MORT, ET LA MORT ET L'AGONIE SONT LA VIE DES TÉNÈBRES. 

© ISTOCK

JACOB BÖHME, MYSTIQUE ET ÉSOTÉRISTE CHRÉTIEN, 16E-17E

105


CULTURE, SONS & TENDANCES

T

he animal, the hunt, survival… For the primal man, this is the law of the world. It rules over everything. Man must find deer and take its life to allow its species to survive. But this life which he takes is not unique. It is not isolated and mute, but shines all around the univers for are all beings and all things are linked. And this link is not broken by death; it subsists through a web of another world, the world of gods, spirits, animals, vegetables, ancestors, and the dead. This is the world of myths of an infra-world (the territory of the dead) and of the heavenly (the territory of the gods). This is the world of spirits. Since the paleolithic period, or the ancient stone era, certain individuals know of the mysteries of the ruptured levels between these different universes. Depending on the necessities of the clan, the tribe “officials” who can come into contact with spirits, delve into the depths of hell, or climb to the skies, are shamans. The term shamanism comes of from the evince language, a tongue-based language which is a subgenre of the altaic language from Altai, a mountain range found in Central Asia now shared between China, Kazakhstan, Mongolia, and Russia.

In 17th century, explorers from Western Europe in Siberia and Russia’s far east discovered the word ‘shaman’. The first text to mention a Siberian shaman, written in 1972 by a Russian priest, described the person as “a boor of a magician who converses with spirits”. In the 18th century, this word entered the European vocabulary through Russian and then German as there was no term in European languages to name these practitioners. In 1765, The Denis Diderot Encyclopedia, defined the word for the first time: shamans were “imposters that pretended to be credible with regards to the Devil, whom they consult on the future, to cure maladies, and to pretend to do supernatural acts on an ignorant and superstitious people.” One must wait until the second half of the 18th century during anthropology’s rise to find descriptions less armed with prejudice. The scientists noticed that all of the shaman believed themselves able to communicate with spirits in the interest of their community, which suggested a coherence to this phenomena. Meanwhile, for certain anthropologists, pretending to communicate with spirits was the symptom of a mental illness as the shaman took their hallucinations seriously. It was ultimately Claude Lévi-Strauss that reversed the

debate but suggesting that shamans more resembled psychologists than psychopaths. In his village, observers understood that these people had a pertinent understanding of the world. The discovery that a number of plants used by shamans, such as the cactus san pedro, peyote, tobacco, or virola, contained molecules similar to those produced by the human brain, surely helped people to take them more seriously. From this point on, anthropologists viewed them as sophisticated producers of logic, and therefore began to see them as equals. Shaman means “dance, leap, move, agitate, even “play.”’ To enable one’s soul to fly and therefore penetrate other cosmic levels, the shaman immutably uses the vehicle of trance. It is in a state of trance that he can attain ecstasy and open an imagination toward the world of spirits and gods. To attain it, he uses music, chanting, the imitation of birdsong, but also fasting, accelerated breathing, sacrifices, and psychoactive drugs. The ceremony rituals differ according to the world region - because shamanism is much larger than just the region of the Altai and manifests itself on all continents - but among

106


JACOB BÖHME, MYSTIC AND CHRISTIAN ESOTERIST, 16TH-17TH CENTURY

the simultaneous elements, there is always fire - the purifying element; music - often in the form of drums or flutes - the singing, and the incantations. The music, in particular, is considered the voice of the spirit and establishes a link with parallel worlds. Despite all of the factors that coincide between the rituals linked to the communication with spirits, the term shamanism remains attached to its original language and in the strict sense of the term, should not be applied outside a particular geography, that of the Altai. Nonetheless, we consider it today as an ensemble of practices detached from its original language. The profusion of rituals poses the question of the legitimacy of the shamanic rite and especially of a such a name for the néoshamanism in vogue in western societies. Indeed, the attraction of esoteric ceremonies including hallucinatory trances for western youth in search of understanding, can it be similar to shamanism? The rejection of these practices in the name of an exclusive area of shamanism appears to be contrary to the sense of its concept. What’s more, it would imply that modern societies are themselves definitively cut from the world of spirits, which is far from proven if we consider the numerous healers that still operate in our countrysides.

© SCOTT UMSTATTD

BECAUSE WE MUST NOT CONSIDER THAT THE LIFE OF DARKNESS IS PLUNGED INTO MISERY AND LOST IN ANGUISH. THERE IS NO ANGUISH. BECAUSE SADNESS IS ENGULFED IN DEATH, AND DEATH AND AGONIE ARE THE LIFE OF DARKNESS.

The state of consciousness is sinusoid; each can have states of altered consciousness but the unknown remains regarding the links between our thoughts and different levels of consciousness, and even more so, the links with varying levels of reality. By opening the imagination towards the world of spirits, the shaman accesses unknown knowledge. Studies and witness accounts concur to attest that there is a large, unexplainable part in shamanic rites. The unknown fits in poorly with Cartesian mentalities and for rational thinkers, shamanism remains suspicious. However, there exists today a net interest for these practices, notably those that include a psychedelic trip lead by a shaman and provoked by hallucinogenic plants. Central America and the Amazon attract therefore numerous candidates to these type of rituals. Cinematographer Jan Kounen’s documentary Other Worlds, which came out in 2004, is remarkable in this respect. It retraces the film maker’s shamanic experience and dives into the univers of the Ayahuasca, a psychotropic plant also known under the name of liana of the spirits or liana of the dead. We learn for example, that the amazonian shamans figured out how to mix two psychotropic plants so that the effect of one could enable the other to be absorbed into the human body. This association among millions of possibilities from thousands of plants in the Amazon gives credibility

to the possibility of a dialogue between the shaman and the spirits of the forest.

THE MAN ANIMAL Shamanism accompanied the presence of the conscience, when man detached himself from the animal world, without abandoning it entirely. Certain cave paintings dating back to the paleolithic era or -35,000 years, represent composite beings that have animal and human characteristics (human body, the head of a bird, of a stag, of a lion, of a bison…). In general, men are more prominent, though paintings featuring composite women also exist. We find these paintings in numerous caves throughout Europe, but also in Asia and Africa. They are the oldest traces of the presence of sorcerers in the history of humanity and attest to the archaic heritage of shamanism. The shaman reestablishes the link that exists since the beginning of time, when the rupture between man and the animal world was not yet consummated. In this way, man can use his animal capacity to break through the levels and dialogue with spirits and gods. The shaman is the compass of his clan. He is the irreplaceable in all ceremonies that touch on the experience of the human soul, the fragile psychic unity prone to abandoning the body to 107


CULTURE, SONS & TENDANCES

be transported by the demons. Medicine-man, sorcerer, and priest all in one, he is therefore consulted by the members of his clan to find the remedies to illnesses, whether they be psychological or physical. He formulates the diagnosis, searches for the fugitive soul of the sick, captures it, and forces it to reenter the body it previously abandoned. Contrarily to the possessed, he masters the spirits and communicates

essential because the order of terrestrial beings is based on vital strength which is driven by blood. The sacrifices enable to circulate the strength, the life from one level to the next, from one zone of reality into all the others. When they are practiced, the sacrifices are devoted to these sacrificing priests in relation to a divine kin linked to the world of humans. The shaman is in contact with an invisible world that is potentially dangerous.

To become shaman, there exists multiple paths: hereditary transmission (in the male or female lineage), a spontaneous vocation linked to a call or a vision, and more rarely, the desire of the tribe or of an individual. Everywhere in the world, we can observe the coexistence of hereditary shamanism and spontaneous vocation. This last one enables for individuals to feel called, and then depending on their desire, to follow (or not) instruction or initiation. The initiatory path is constructed around the model of inspired deviance, meaning that the deviant behavior of the individual - vision, ecstasy - is the original source of the their competence. This is framed both by the spirits and by the master shaman that will guide the candidate through initiatory tasks - wandering, degeneration, ecstasy - to validate his powers. This instruction is two-fold, both in the traditional order (shamanic techniques, mythology, clan genealogy, secret language…) and in the ecstatic order (dreams, visions, trances). On one side, the voice of the teacher, on the other, the voice of the spirits and the dead. It is this initiation that will transform the individual who, in our modern cultures would catalogued as mentally-ill, into a possible shaman who is respected and recognized by society.

THE WORLD’S CHAOS with the dead, the demons, and the spirits of nature without being transformed into their instrument. Nonetheless, the boundary between shamanism and possession is permeable since, when entering into a trance, the shaman becomes possessed. It is his power of control on the strength of one’s return to the savage that will allow him to return to this world. Therefore, the shaman/possessed would not allow himself to be entirely submerged into the world of spirits. In order to open the canal of communication with spirits, the shamanic ceremonies use a number of rituals: animal sacrifice, songs and music, costumes and masks, and ingestion of psychotropic substances. Concerning the sacrifices, the force of the blood, an ultimate vital fluid, is

108

Therefore, the competence of the sacrificing priest and of the ally to the spirits deploys into the communicating but distinct sacred spheres. Once in a state of trance, the shaman can see, anticipate, and communicate with the spirits or the dead. He can travel from one cosmic region to another: from the Earth to the Sky, or from the Earth into Hell. The ritual creates a proper space that is capable of operating a passage towards meta communication. In this space, he possesses a power that he is not in full possession of in regular life: it is not the shaman who is speaking but an entity that is expressing itself through him. To be accepted, the truth proclaimed in that time must be impersonal, dehumanised. He speaks then a secret language, that of the spirits and the animals in order to communicate beyond it.

The more a shaman can do with the initiatory chaos, the greater his competence will be. This perspective of disorder is a key element to understanding shamanism. The anarchic climate is inseparable from its rituals. The manifestations of fury and alterity are, in some way, the essence of these ceremonies. After a painful fight, the officials are transported by animal strength - the rage, the wildness - then by the superior forces of the spirits. The shaman is then in a battle with the world where chaos reigns, and it’s thanks to metamorphosis that he’ll access the dialogue with this univers. Or, in shamanism, the world of spirits is a projection of the world of man. He rules with the same passion and the same imperfections. The spirit are then, copying the human image, neither totally good nor totally evil, but profoundly ambivalent. The beneficial entities can then become harmful and vice versa.


Contrarily to religions of deliverance, shamanism does not perceive the world as something to save and does not believe in a better life beyond this one. And contrarily to these dualist religions that oppose the good and the evil, the symbol of disorder is totally accepted by the shamanic cults. Therefore, we better understand its diabolisation by the great monotheist currents. Nonetheless, thanks to their flexibility, the mythological traditions were able to adapt, evolving with the contact of other traditions and other cultures. Dualist religions - themselves curiously born from the vision of men who, one could argue, resembled sorcerers could not entirely eradicate them and, in the majority of dogmatic cults, beliefs from immemorial times when man was connected to his environment, survived. This is why, shamanism has survived in a number of aspects in the daily life of monotheist populations.

© ASHLEY BATZ

Where and how was shamanism born? How is it that we find their manifestation everywhere in the world? Though it is predominantly found in central and northern Asia and as well as in arctic regions, we can also traces of shamanism in Africa, Australia, the Amazon, and even among Native Americans. Everywhere where man has ventured, it seems to have taken with it this original knowledge, man has known how to preserve it and make it last until today. Jan Kounen’s documentary asks: “the shamans, are they secret voyagers in a more global reality?” A reality that abolishes the notions of time and space. A reality where dreams and visions are welcomed with curiosity and benevolence. A reality where darkness, a wild universe, and the actions of a shaman are respected and welcomed.

109


CULTURE, SONS & TENDANCES

Chouettement bling-bing

110


Photos et montages : Polo Laciense

He manifests with a Canon in hand!

Il manifeste

à coups d'images !

P

olo Laciense n'est que son nom d'artiste mais c'est sous cette identité qu'il se sent le mieux. Dans son regard bleu pétant on ressent l'énergie créative qu'il déploie depuis toujours, 40 ans exactement qu'il pratique la photo. "J'ai été initié à la photo depuis ma tendre enfance par un prêtre et un résistant communiste", raconte-t-il humblement, presque timidement, comme si son art lui permettait de rester enfant ! "Fuit du hasard ou de l'évolution, ajoute-t-il, une photo se trouve toujours à mi-chemin entre rêve et réalité, raison et déraison", des propos qui nous éclairent davantage sur son travail totalement décalé. Polo, lui, dit qu'il pratique "le néo-suréalisme pour une vision moins daltonienne de la société contemporaine", une façon de nous préciser qu'à plus de 60 ans, il a désormais décidé de ne parler de la société que via son travail, rien que son travail. Polo peint, photographie, expose, mais au final il manifeste, son Canon 5DMII au poing, passant sans état d'âme de l'argentique au numérique et vice-versa. Chacune des oeuvres de Polo Laciense est d'ailleurs une invitation à expérimenter de nouvelles perceptions, loin de toutes certitudes. Son but, précise-t-il, "donner une multitude de niveaux de lecture." Pari réussi !

J'AI ÉTÉ INITIÉ À LA PHOTO DEPUIS MA TENDRE ENFANCE PAR UN PRÊTRE ET UN RÉSISTANT COMMUNISTE

Un dahu aux sports d'hiver

Chut..

111


CULTURE, SONS & TENDANCES

Ceci est une pomme

Fanatiquement transhumaniste

La macropsie de Mario

La carotte et la bâton !

P

olo Laciense is only his artist name but its with this identity that he feels the best. With his bright blue gaze, you can feel the creative energy that he has deployed since forever, or the 40 years that he has been practicing photography. “I was introduced to photography in my early youth by a priest and a communist resistance fighter,” he explains humbly, almost timidly, as though the art allows him to remain a child! “Fruit of chance or evolution,” he adds, “a photo is always found mid-way between dream and reality or reason and madness”; concepts that help illuminate on his completely off-the-wall work. Polo, for him, says that he practices “the neo-surealism for

112

a less daltonien vision of contemporary society,” a way to specify that at more than 60 years old, he has now decided to speak about society through his work and only through his work. Polo paints, takes photos, exhibits, but in the end, he manifests with his Canon 5DMII in hand, switching from film to digital and vice-versa without hesitation. Each one of Polo Laciense’s works is incidentally an invitation to experiment with new perceptions, far from all certainties. His goal, he specifies, is to “give multitude of levels of interpretation.” Goal achieved!


"you have been hacked"

113


CULTURE, SONS & TENDANCES

Le piège des sentiments

Le Piège des sens 114


ORGANISATEUR DE SEJOURS & DE SEMINAIRES D’ENTREPRISE

REUNIONS-CONFERENCES-INVITATIONS-SALONS- EVENEMENTS

ORGANIZERS OF SEMINARS AND COMPANY RETREATS MEETINGS-INCENTIVES-CONFERENCING-EXHIBITIONS

30

ANS D’EXPÉRIENCE

30

DESTINATIONS 5 PAYS - 4 CONTINENTS

55

ACTIVITÉS OUTDOOR

265 500

ÉVÉNEMENTS PAR AN

PROFESSIONNELS DE TERRAIN

En haut à gauche : Atelier tir à la corde lors d’un challenge au camp trappeur d’Evolution 2 Tignes / à droite : Randonnée glaciaire dans la Vallée Blanche avec Evolution 1152 Chamonix En bas à gauche : Régate par équipe en habitable en Bretagne avec Evolution 2 Quiberon / à droite : Rallye Buggy dans le désert avec Evolution 2 Marrakech


LE GOÛT

LE GOÛT FDM MAGAZINE 08

116


117

© FOLIE DOUCE


Textes : Patricia Parquet

© DR

CULTURE, SONS & TENDANCES

118


Take a walk on the wild side: foraged food

Lo c a v o r i s m e

Les bonnes herbes de nos montagnes Dans les Alpes, quand certains chefs ne sont pas dans leur cuisine, ils parcourent la montagne à la recherche d’herbes sauvages ou arpentent leur jardin d’aromates. L’ail des ours, le serpolet, la bourrache, la sauge… Ils sont choisis pour éveiller les papilles et découvrir le parfum inédit du terroir de nos montagnes dans notre assiette.

© JEAN LACOSINYK

Pour celui qui n’a pas la fibre paysanne, manger des pissenlits en salade, des orties dans la soupe ou des beignets de fleurs d’acacia semblait impensable il y

a encore quelques années. Aujourd’hui, c’est devenu très tendance, avec un engouement de plus en plus important pour les aliments naturels.

Des plantes qui vous envoûtent Le célèbre chef Marc Veyrat, a été l’un des pionniers à amener le goût des herbes de montagne dans la gastronomie française. « Je suis fils de paysan. A 8 ans, ma grandmère nous demandait d’aller ramasser du carvi pour mettre dans la tomme. Le soir, à l’alpage on mangeait la soupe à base de lamier blanc et de chénopode Bon-Henri. Il est important de connaître ces plantes de montagne et comprendre pourquoi on s’en servait. Ramasser des fleurs d’origine sauvage comme les fleurs de serpolet ou le

calamen sauvage, c’est juste du bonheur car ce sont des plantes au caractère authentique qui vous envoûtent » explique Marc Veyrat qui a ouvert au début du mois de septembre un nouveau restaurant en Haute-Savoie au col de la Croix-Fry, à 1650 mètres d’altitude, à Manigod, berceau familial. Son projet ne s’arrête pas là puisqu’une Fondation ayant pour objectif la promotion des plantes de montagne doit également voir le jour. Le célèbre chef au chapeau, qui signe son retour à 63 ans, nous a également confié avoir une préférence pour l’oxalis, une herbe qui pousse le long des torrents, réputée pour couper la soif, mais aussi un goût prononcé pour la berce : « Trouver une plante en montagne aux arômes de citron vert et de pamplemousse, c’est simplement magnifique » précise-t-il.

© PHOTOS DE JARDINS DU MONDE MONTAGNE

U

n moelleux de racines de raiponce, un foie gras poêlé avec son jus à la racine de primevère, du ris de veau fumé aux écorces de sapin et son gratin savoyard à l’ail des ours. Dans les restaurants alpins, les plantes sauvages et les aromates cultivés dans les jardins apportent un supplément d’âme à la cuisine. Un grand plaisir pour les yeux et un vrai régal pour nos papilles car toutes ces herbes, sauvages ou cultivées, permettent d’élargir notre palette gustative.

119


© THOMAS REHEHÄUSER

© JEAN-CLAUDE ALLARD

CULTURE, SONS & TENDANCES

Des recettes inspirées de la nature Marc Veyrat a formé des chefs réputés, à la cueillette des herbes et fleurs de montagne, qui à leur tour créent des recettes inspirées de la nature. Ils glissent avec parcimonie des végétaux cueillis en montagne pour parfumer les plats qui semblent tout droit sortis d’un champ ou d’un sous-bois, mais aussi pour rehausser les saveurs. Ils les choisissent en fonction de leur goût acidulé, épicé, piquant, amer, poivré ou boisé, leurs textures tendres, douces et leurs arômes subtils de vanille ou d’agrumes... Pour diffuser leurs parfums, ces plantes seront utilisées en infusion, en décoction, en réduction, nature, dans une sauce, une liqueur, une soupe aussi bien pour accompagner une viande, un poisson ou en dessert au gré de leur imagination débordante. D’autres ont décidé de créer de magnifiques jardins d’aromates pour avoir toujours sous la main les herbes aux saveurs explosives qui illumineront leur cuisine. « Croquez cette fleur de roquettes. Glissée dans une salade, elle est aussi parfumée qu’un coup de moulin à poivre » explique Laurent Petit qui a créé un immense jardin des aromates devenu la vitrine de son restaurant étoilé Le Clos des Sens à Annecy-le-Vieux. Sa collection atteint trente variétés et dégage une profusion de parfums. De cette inépuisable richesse des aromates naîtront de nouvelles recettes.

étant vides, les habitants mangeaient les premières plantes qui apparaissaient près de leur habitation comme le pissenlit, qui donnait une excellente salade riche en vitamines » explique Ilona Genty-Mezei, membre de l’association Jardin du Monde Montagnes qui a pour objectif la sauvegarde et la valorisation du patrimoine ethnobotanique des Bauges et de la Chartreuse. Les habitants des campagnes côtoyaient les plantes au quotidien et savaient les identifier aisément. Avec le développement de l’industrie, les habitants ont commencé à déserter les zones rurales et à se déconnecter petit à petit de la nature. Manger des plantes sauvages devenait même suspect. Il fallait laisser ça aux animaux !

L’ail des ours : emblématique de cette nouvelle cuisine gourmande Certains usages de plantes sont restés identiques, d’autres sont apparus. Ce qui est nouveau dans l’utilisation des plantes, c’est la cueillette de l’ail des ours. Celuici pousse un peu partout sur des terrains humides, en sous-bois ou au bord des routes. Les jeunes feuilles (qui ressemblent aux feuilles de muguet) finement hachées servent à l’élaboration de beurre à l’ail, de

CROQUEZ CETTE FLEUR DE ROQUETTES. GLISSÉE DANS UNE SALADE, ELLE EST AUSSI PARFUMÉE QU’UN COUP DE MOULIN À POIVRE farce à escargot, de pesto, à consommer sur une tartine ou pour parfumer les plats de son goût d’ail et de verdure. Il est moins agressif et plus digeste que l’ail cultivé. Les orties sont redevenues au goût du jour. On les cuisine en soupe, en pesto, en glace et même en chips ! Les fleurs de bourrache avec leur goût d’huître sont très nutritives. Les fleurs d’acacia se glissent facilement dans des beignets. Les vins et apéritifs maison et autres élixirs floraux ont également le vent en poupe : comme le vin à base de fleurs de sureau, la liqueur de génépi ou la liqueur à base de vulnéraires des Chartreux (typiques du massif de la Chartreuse).

De tout temps, l’homme s’est intéressé aux plantes qui poussaient de manière sauvage autour de chez lui. « Elles lui servaient pour se nourrir, se soigner, guérir ses bêtes malades. Il y a plus de 100 ans, les populations vivant en altitude dépendaient des plantes pour survivre. A la sortie de l’hiver, les greniers avec les réserves

120

© JMARC MALLER

Autrefois, on mangeait des plantes sauvages par nécessité


© PHOTOS DE JARDINS DU MONDE MONTAGNE © PHOTOS DE JARDINS DU MONDE MONTAGNE

Des plantes : du bonheur pour la santé Gilles Hiobergary, producteur, cueilleur de plantes et animateur nature au GrandBornand en Haute-Savoie, compte parmi les premiers ethnobotanistes (spécialiste qui étudie les relations existant entre l’homme et la nature) des Alpes du nord. L’été, ses stages portant sur les plantes culinaires et les plantes médicinales ne désemplissent pas. Il nous explique que les végétaux de montagne sont concentrés en principes actifs. Ils contiennent plus de protéines, lipides, glucides, vitamines et éléments minéraux que leur équivalent cultivé. Les fleurs contiennent la partie la plus concentrée en principes actifs. Elles sont très utilisées en médecine. Elles procurent des émotions lorsque l’on nous sert une assiette décorée avec quelques fleurs. Leur goût n’est pas toujours très prononcé. Certaines ne sont là que pour offrir de belles couleurs, mais les manger est toujours une nouvelle expérience. Il est impératif de cueillir et consommer les plantes que l’on a réussi à identifier. Attention, il en existe une dizaine très toxiques qui peuvent engendrer des empoisonnements. L’ère de la modernité nous a éloignés du monde sauvage. On a effrayé les gens en disant que tout ce qui était sauvage pouvait être toxique. Les chefs cuisiniers, les ethnobotanistes et tous ceux qui souhaitent faire connaître les bienfaits des plantes sauvages et des aromates nous invitent à réapprendre le goût naturel des choses et à se rapprocher enfin de la nature. 121


© DR

CULTURE, SONS & TENDANCES

If you can’t find some chefs in their kitchens it’s because they’re in the Alpine mountains foraging for wild plants or perusing their herb gardens. Wild garlic, wild thyme, borage and sage are picked to tickle the tastebuds and introduce palates to unusual flavours straight from our mountains to our plates.

R

ampion root moelleux, panfried foie gras in a primula root jus, sweetbreads smoked in fir bark and a Savoie wild garlic gratin. The wild plants and herbs grown in gardens add depth to the dishes served in Alpine restaurants. All the wild or garden herbs served in this tastebud tangling feast for the eyes enable us to broaden our palettes. If you don’t have a rustic streak then eating dandelions in a salad, nettle soup or acacia flower doughnuts would have been unthinkable a few years ago. But it is now very trendy with an increasing demand for natural foodstuff.

Magical plants Well-known chef Marc Veyrat was among the pioneers to put mountain herbs back on the French fine dining map. “I’m a farmer’s boy. When I was 8 my grandmother would ask us to go and collect caraway to put in the cheese. At night on the mountain pasture you would eat soup made of white nettle and Good King Henry. It is vital to recognise these mountain plants and understand why they were used. Foraging for wild plants like wild thyme flowers is a joy

122

because these authentic plants are magical,” says Marc Veyrat. The chef opened a new restaurant in September in Haute-Savoie on Col de la Croix-Fry at an altitude of 1650m in Manigod, the family home. His project over as a Foundation working to promote mountain plants is also in the pipeline. The famous chef, who is back at the age of 63, also let us into his love of oxalis, a herb which grows by streams and is famous for slaking thirst with a strong citrus taste: “It’s simply wonderful to find a mountain plant with hints of lime and grapefruit,” he says.

Recipes inspired by nature Marc Veyrat has taught famous chefs to forage for mountain herbs and flowers who have then designed recipes inspired by nature. They sparingly add plants plucked from the mountains to flavour and enhance their dishes straight from the field or the undergrowth. They choose them for their acidic, spicy, strong, bitter, peppery or woody flavour, soft and smooth textures and subtle scents of vanilla or citrus. To release the flavour, the plants are infused, dissolved, reduced or used as they are in a sauce,

liqueur, soup or served with meat, fish or dessert. The possibilities are endless for these imaginative chefs. Some have created stunning herb gardens so they always have the incredibly flavourful herbs close at hand to bring their dishes to life. “Try this rocket flower. In a salad, it’s as flavourful as a twist of pepper,” says Laurent Petit who has created a huge herb garden which has become the showcase for his Michelinstarred restaurant Le Clos des Sens in Annecy-le-Vieux. He has a collection of thirty plant types and a variety of flavours. The endless wealth of the herbs inspires new recipes.

Once upon a time, wild plants were eaten out of necessity Man has always been interested in the plants growing around him in the wild. “They were used as food, as medication and to cure sick animals. Over a century ago, people living in the mountains relied on plants to survive. At the end of winter, storerooms were empty and people ate the first plants which grew near their homes like the dandelion which makes a great vitamin-packed salad,” says Ilona


Vignoble de la Pierre Bleue

Yves Girard-Madoux / Tél : 06 07 13 47 87

© DR

www.yves-girard-madoux.com

123


CULTURE, SONS & TENDANCES

Wild garlic: the essence of new fine dining

As a producer, forager and nature guide at the Grand-Bornand in Haute-Savoie, Gilles Hiobergary is among the top ehnobotanists (specialist studying the relationship between mankind and nature) in the northern Alps. His summer courses about cooking and medicinal plants are full. He says that mountain plants are packed with active ingredients. They contain more proteins, carbohydrates, fats, vitamins and minerals than their farmed equivalent. Flowers contain the highest amount of active ingredients. They are used in medicine. They inspire emotion when a dish is served decorated with a few flowers. Their taste is never overpowering. Some are just there for their colour but eating them is always an experience. It is essential to only pick and eat plants that you have managed to identify. Be careful as there are a dozen highly toxic plants which could poison you. Modern times have pushed us away from the natural world. We have frightened people by saying that wild plants may be poisonous. Chefs, ethnobotanists and all those who extol the benefits of wild plants and herbs want us to experience authentic flavour and get back to nature.

TRY THIS ROCKET FLOWER. IN A SALAD, IT’S AS FLAVOURFUL AS A TWIST OF PEPPER

124

© PHOTOS DE JARDINS DU MONDE MONTAGNE

© RICKY KARAWALA

© THOMAS REHEHÄUSER

Some plant uses haven’t changed, other new ones have appeared. What’s new in the use of plants is foraging for wild garlic. It grows on damp ground, the undergrowth or on the roadside. Its finely chopped shoots (which look like lily leaves) are used to make garlic butter, snail stuffing, pesto, spread on toast or to flavour dishes with its garlicky and green taste. It is less powerful than regular garlic and easier to digest. Nettles are back in fashion. You can find them in soup, pesto, ice cream and even crisps! Oyster-flavoured borage flowers are very nutritional. Acacia flowers are great in doughnuts. Homemade wine, liqueurs and floral drinks are very popular such as the elderberry wine, wormwood liqueur or drink made of Chartreux vulnerary (typical of the Chartreux mountain range).

Plants: be happy and healthy © PHOTOS DE JARDINS DU MONDE MONTAGNE

Genty-Mezei, member of the Jardin du Monde Montagnes Association which works to protect and promote the ethnobotanical heritage of the Bauges and Chartreuse. People in the countryside lived amongst the plants and could easily identify them. As industry grew, people began to leave rural areas and gradually became disconnected from nature. Eating wild plants was even dubious. They were for animals!


125


LE GOÛT

126


Par Gaëlle Martina Photos Joeandthejuice

And You, Do You Eat Healthy?

ET TOI, TU MANGES

HEALTHY ?

LA NOUVELLE OBSESSION DE LA HEALTHY FOOD Exit la Junkfood et vive la bio ! Vive la Green-food, le crudivorisme ou encore le flexitarisme (sorte de végétarisme à mi-temps). Bref, mangeons peu, mais mangeons sain. So… Réel mode de vie ou simple tendance?

MANGER SAIN, C’EST PAR EXEMPLE CONSOMMER DES PRODUITS SANS ADDITIFS, BIOS, PROTÉINÉS, MAIS AUSSI ESSAYER DE CONSOMMER LOCAL, DES PRODUITS DE SAISON ET FINALEMENT, ÊTRE BIEN DANS SON CORPS .

A

lors que certains continuent à idolâtrer la foodporn sur instagram, d’autres ont pris le contre-pied sur cette alimentation proscrite et ne jure plus que par des aliments minimalistes aux noms tout aussi laconiques : Le Chia est la nouvelle tendance annoncée. Bourré de protéines, il est commercialisé partout et peut être saupoudré aussi bien sur des salades que les smoothies. Le Kale, quant à lui, contient une grande source de fibres et de calcium non laitier.

Les nourritures terrestres Mais lorsque l’on parle de healthy lifestyle, on ne parle pas uniquement de nourriture ; il y a plusieurs aspects qui se dégagent et plusieurs avis aussi. Tout d’abord la santé, mais aussi un certain respect de l’environnement et une forme de bien-être. Manger sain, par exemple, c’est consommer des produits sans gluten, sans additifs, bios, protéinés, mais c’est aussi essayer de consommer local, des produits de saison, et finalement être bien dans son corps. Les régimes à base d’aliments sains les plus courants sont les régimes végétariens (sans viande ni poisson), vegans (non consommation de tout produit provenant d’un animal), bios, raws (crudivores) ou encore paléos (manger comme à l’ère paléolithique). Et par régimes nous n’entendons pas ici « faire des restrictions », mais « adopter un certain comportement » vis-à-vis de la nourriture et les multiples modes de vie qu’elle propose. Au final, il est compliqué de mettre des étiquettes sur ce que sont les aliments sains tant les individus ont leur propre vision accompagnée de motivations éthiques et sanitaires. A vous de faire le choix le plus éclairé quant à vos besoins physiques et physiologiques, tendance ou non !

JOE & THE JUICE LA FOLIE DOUCE VAL D’ISÈRE PROPOSE DÈS CET HIVER DE TENTER L’EXPÉRIENCE HEALTHY ! A l’origine bar cosy, moderne et design, créé en 2002 à Copenhague, Joe & the Juice est rapidement devenu incontournable, en Scandinavie d’abord, puis dans toute l’Europe. A la carte cet hiver donc, des jus et smoothies frais, naturels et sains, sucrées ou salées, fraichement pressés et servis rapidement. Joe & the Juice promet de vous offrir une expérience différente, celle du green, du glam et de la gourmandise !

127


LE GOÛT

LA NOUVELLE OBSESSION DE LA HEALTHY FOOD

While certain people continue to idolise foodporn on Instagram, others have gone in the opposite direction with these forbidden foods and only swear by minimalist products with names that are just as brief: Chia is the new trend being announced. Full of protein, its commercialised everywhere and can be sprinkled both on salads and in smoothies. Meanwhile, Kale serves as a great source of fibre and non-dairy calcium. Food Of The Earth When we talk of a healthy lifestyle, we don’t only speak of food as there are

many aspects that emerge and many opinions as well. Health is first and foremost, but also a certain respect of the environment and a type of self care is taken into account. Eating well, for example, is about consuming organic products without gluten, additives, that are full of protein, but it also involves eating local, products that are in season, and finally, being comfortable in one’s own skin. The most common diets based on healthy foods are the vegetarian diets (without meat or fish), the vegan diet (no consumption of any animal based product), the organic diet, the raw food diet, or even the paleo diet (eating like in the Paleolithic era). And by diet, we don’t know mean “restricting” but “adopting a certain behavior” with regards to food and the multiple lifestyles it can offer. In the end, it’s complicated to put labels on what makes food healthy as each individual has their own vision accompanied by ethical and sanitary motivations. It’s up to you to make the most informed decision regarding your physical and physiological needs, trends or not!

©

Out with junkfood and in with organic! It’s time to celebrate the Green Food movement, the Raw Food movement, or even the flexitarianism movement (a type of vegetarianism that is half-time). In short, let’s eat less, but better. So… is this a real lifestyle or a trend?

EATING WELL, FOR EXAMPLE, IS ABOUT CONSUMING ORGANIC PRODUCTS WITHOUT GLUTEN, ADDITIVES, THAT ARE FULL OF PROTEIN, BUT IT ALSO INVOLVES EATING LOCAL, PRODUCTS THAT ARE IN SEASON, AND FINALLY, BEING COMFORTABLE IN ONE’S OWN SKIN.

JOE & THE JUICE STARTING THIS WINTER, LA FOLIE DOUCE VAL D’ISÈRE OFFERS THE OPPORTUNITY TO TRY THE HEALTHY EXPERIENCE!

©

Originally a cosy, modern, and designer bar created in 2002 in Copenhagen, Joe & The Juice quickly become a must-do, in Scandinavia first, and then throughout all of Europe. On the menu this winter then: fresh smoothies and juice, natural and healthy, salty or sweet, freshly pressed and served quickly. Joes & the Juice promises to offer you a different experience, one that is green, glamourous and gourmand.

128


TEC-HOTEL

111 Route de la Féclaz, 73230 SAINT-ALBAN-LEYSSE Tél : 04.79.72.74.60 / info@tec-hotel.com

TEC-HOTEL

Parc Salengro - Rue de la Perlerie, 69120 VAULX-EN-VELIN Tél : 04.72.83.04.04 / info@tec-hotel.com


LE GOÛT

Textes : Gaëlle Martina Photos : FDM

FOODMANIA

LES INCONTOURNABLES DE LA FOLIE DOUCE VERSION GASTRONOMIQUE

FOIE GRAS DE CANARD Duck foie gras

130


NOIX DE JOUE BOEUF ET CAROTTE Tender beef with carrots

131


LE GOÛT

PETITE PIZZA AU BOEUF LÉGÈREMENT FUMÉ, FROMAGE DE SAVOIE ET NOIX DE GRENOBLE. Small pizza with lightly smoked beef, Savoie cheese, and nuts from Grenoble

132


POISSON Fish

133


LE GOÛT

POTÉE DE LÉGUMES SAVOYARDE Potted Savoyard vegetables

134


SALADE CÉSAR AU POULET Chicken césar salad

135


LE GOÛT

TARTE À L'OIGNON AU LARD FERMIER ET AU BEAUFORT Onion tart with farm bacon and Beaufort

TARTARE DE BOEUF À LA TRUFFE, PAIN RÔT Truffled with beef tartare with bread

136


DES VIANDES D’EXCEPTION POUR L’HÔTELLERIE, LA RESTAURATION & LES PARTICULIERS.

BOUTIQUES : BOULOGNE-BILLANCOURT

104 rue du Point du jour 92100 Boulogne-Billancourt +33 1 46 08 04 86

NEUILLY-SUR-SEINE

191 boulevard Bineau 92200 Neuilly-sur-Seine +33 1 41 92 19 19

boucherie-metzger.com

RUNGIS : 2, rue de l’Aubrac - CP 60532 - 94595 RUNGIS cedex +33 1 41 80 10 30 metzger-freres.com 137


LE GOÛT

VERY FOOD TRIP

La Folie Douce et les champagnes G.H Mumm aiment oser les choses les plus surprenantes, en voici une : Yuck and Yummy ! De la pure audace culinaire, la preuve !

2

La Folie Douce and G.H Mumm Champagne love trying out the most surprising things, and here is one of them: Yuck and Yummy! It’s pure culinary audacity; and here’s the proof!

2

016 aura été l’année du lancement de la plateforme « Yuck and Yummy ». Une manière créative pour La Folie Douce et G.H.MUMM d’explorer de nouveaux territoires en gastronomie. Leur nouveau concept, « Yuck and Yummy », devient alors une expérience inattendue et incroyable, tant dans le choix des accords mets-champagne que dans les lieux où l’expérience prend vie.

016 is known for the launch of the platform “Yuck and Yummy”, a creative way for the Folie Douce and G.H.MUMM to explore new territories in gastronomy. Their new concept, “Yuck and Yummy” becomes then an unexpected and incredible experience, both thanks to the dish and champagne choice and the location where this experience takes life.

À La Folie Douce Val d’Isère, l’expérience est totale grâce au chef exécutif Franck Mischler qui a préparé pour l’occasion des plats des plus audacieux autour d’un champagne iconique, Cordon Rouge, pour une dégustation dans la cave à vin la plus haute d’Europe. Le Chef joue sur les ingrédients, mais aussi sur les textures. Il transforme un foie de volaille visqueux et ensanglanté, en une délicieuse croquette et une onctueuse émulsion. Parfois terrifiants, les ingrédients choisis ne manquent certainement pas d’audace. C’est avec dextérité que le Chef ose des mélanges risqués, et parfois surprenants, mais qui raviront votre palais.

In La Folie Douce Val d’Isère, the complete experience is thanks to executive chef Franck Mischler who, for this occasion, has prepared the most audacious dishes around the iconic champagne, Cordon Rouge, for a tasting in Europe’s highest wine cellar. The chef plays with his ingredients, but also with texture. He transforms a viscous and bloody fowl liver into a delicious croquette and a creamy emulsion. At times terrifying, the chosen ingredients are certainly not lacking audacity. It is with great dexterity that the Chef dares risky and at times surprising mixes, but they will thrill your palette all the same.

Les créations du Chef seront mises à la carte de La Fruitière de La Folie Douce Val d’Isère, La Folie Douce Méribel Courchevel, La Folie Douce Saint-Gervais Megève et La Folie Douce Alpe D’Huez. Après vous avoir mis l’eau à la bouche, voici quelques images du menu du Chef.

138

Textes : Gaëlle Martina Photos : FDM

The creations of the Chef will be added to the menu of La Fruitière of the Folie Douce Val d’Isère, La Folie Douce Méribel Courchevel, La Folie Douce Saint-Gervais Megève and La Folie Douce Alpe D’Huez. After making your mouth water, here are several images of the Chef’s Menu.


01 APÉRITIF

Hérisson de mer, à vider à la cuillière, Concentration d'algues, très très iodées, Pieuvre rougit aux piments.

Sea urchin, to be emptied with a spoon Bundle of algae, very well salted Squid reddened with spices.

Mumm , Cordon rouge

139


LE GOÛT

02 ENTRÉE

La longue, la cervelle et le fritôt de tête de veau, Jaune d'oeuf en saumure et légumes au vinaigre

The tongue, the brains and the stew of a calf head Egg yolk in brine and pickled vegetables

Mumm , Brut selection

03 POISSON

Gâteau de Baurdoie en croûte de pain Crème de laitue de mer, Cappucino aux étrilles

140

Monkfish cake with a bread crust Creamed Sea lettuce Velvet Crab cappuccino

Mumm , blanc de blancs


04 BOUCHÉE

Cromesquis de boeuf sur os, Foie de volaille à l'estragon, émulsion au sang

Finely breaded and fried beef Chicken liver with estragon, blood emulsion

Mumm , blanc de noirs

141


LE GOÛT

05 VIANDE

Pieds de porc à la truffe et au foie gras, lard fermier, Purée de légumes oubliés et quelques Bruxelles

142

Truffled pig’s feet with foie gras, farmer’s bacon Puréed vegetables with some Bruxelles sprouts

Mumm 6


06 DESSERT

Glace au miel de Savoie, Surprise croustillante

Savoie honey ice cream A crunchy surprise

Mumm RosĂŠe

143


LE GOÛT

Textes : Gaëlle Martina

The Wines of the Commanderie de Peyrassol

Les vins de la COMMANDERIE A DÉGUSTER DANS VOS FOLIE DOUCE

Au coeur de la Provence, la Commanderie de Peyrassol, propriété de Philippe Austruy, est un superbe domaine viticole chargé d’histoire et de tradition. Fondé au XIIIème siècle par l’Ordre des Templiers, il associe avec goût oenologie, art, gastronomie et art de vivre.

Derrière le vignoble, L’homme

144

© PEYRASSOL

France. A 50 ans, en acquérant la Commanderie de Peyrassol, il accomplit « un rêve de gamin ». Mais le domaine ne sera ni un caprice, ni un hochet. Ce ne sera d’ailleurs pas non plus un jeu d’enfant en regard des travaux nécessaires pour lui redonner son caractère d’origine. D’autres propriétés viendront compléter en 2012 et en 2013 ces premiers pas dans l’univers du vin : Château Malescasse, la Quinta Da Corte dans le Douro et Tenuta Casenuove en Toscane forment aujourd’hui un groupe cohérent de domaines complémentaires, centrés sur l’art de vivre et l’excellence.

© PEYRASSOL

Lorsque Philippe Austruy visite pour la première fois la Commanderie, il éprouve un coup de foudre pour ce lieu empreint d’histoire où...tout est à restaurer ! Fils de parents médecins, entrepreneur engagé, bâtisseur, il n’a cessé de relever des défis pour créer des entreprises pérennes au cœur du secteur de la santé. Il a notamment ouvert la voie au secteur privé des soins puis de la prise en charge de la dépendance à tous les âges de la vie à travers ses différentes sociétés : Medifutur, Générale de Santé, Medidep, Domidom ou encore Crèches de


© C GOUSSARD_XAVIER

… LA COMMANDERIE DE PEYRASSOL PRODUIT DES VINS AUTHENTIQUEMENT PROVENÇAUX ET BIEN ANCRÉS DANS LEUR TEMPS 

145


LE GOÛT

magnifiée par la beauté du site naturel, constitue pour chacune des quelque soixante œuvres un écrin époustouflant et inédit. De tous horizons et de sensibilité diverses, les artistes représentés à la Commanderie de Peyrassol créent la surprise au détour d’un chemin ou d’une vigne. De la porte poétique de Gavin Turk, qui s’ouvre sur le paradis des vignes de Peyrassol, à celle de l’enfer de Wim Delvoye, une soixantaine d’autres œuvres interroge notre imaginaire. Les sculptures de François-Xavier Lalanne, Bernar Venet, Jean Dubuffet, César, Arman, Alain Clément, Jean Tinguely, Jean-Pierre Raynaud, Vladimir Skoda, Keiji Uematsu, Patrick Fleury, Federica Matta, Jaume Plensa… s’exposent où l’âme des Templiers et des Chevaliers de Malte règne encore. Un parcours initiatique qui se prolonge aujourd’hui avec l’ouverture de la Galerie d’Art, dont les lignes contemporaines s’intègrent harmonieusement à l’ensemble des bâtiments templiers.

La Commanderie de Peyrassol, un hommage vibrant à l’Art Contemporain

AU FIL DES ANNÉES, LE DOMAINE S’EST IMPOSÉ COMME LA RÉFÉRENCE PROVENÇALE EN MATIÈRE DE COLLECTION D’ART CONTEMPORAIN. 

© C GOUSSARD

Passionné d’art, le propriétaire de la Commanderie, Philippe Austruy, a constitué à Peyrassol un véritable musée à ciel ouvert, enrichi au gré de ses coups de cœur. Au milieu des vignes et des bois, le domaine recèle ainsi un parcours sublime jalonné de sculptures monumentales. La cohérence de l’installation,

146

© PEYRASSOL

Grâce à son terroir privilégié et le savoir-faire de ses équipes, la Commanderie de Peyrassol produit des vins authentiquement provençaux et bien ancrés dans leur temps. Du fait de leur climat semi-continental, de l’altitude de leurs parcelles et enfin de leurs rendements très maîtrisés, les vins de la Commanderie de Peyrassol se distinguent par leur fraîcheur digeste, leur finesse et leur élégance. Les rosés et les blancs expriment un style aérien tandis que les rouges, dans lesquels l’on retrouve toujours d’élégantes notes balsamiques montrent un caractère un peu sévère dans leur prime jeunesse. Ils s’épanouissent ensuite pour laisser libre cours à leur puissance élégante, taillée pour une longue garde. Si le domaine n’est pas mené en mode biologique, toutes les pratiques tendent à exercer une agriculture durable. Ainsi, le désherbage se pratique aujourd’hui de manière mécanique sur plus de la moitié des parcelles, notamment le Clos. Quant aux traitements, ils sont organisés de manière à augmenter la part des solutions minérales.

© C GOUSSARD

Le style Peyrassol


© PIERRE MARIE LEJEUNE

© C GOUSSARD

AU FIL DES ANNÉES, LE DOMAINE S’EST IMPOSÉ COMME LA RÉFÉRENCE PROVENÇALE EN MATIÈRE DE COLLECTION D’ART CONTEMPORAIN.

The Wines of the Commanderie de Peyrassol. To Savour in La Folie Douce group of complimentary estates, In the heart of Provence, the Commanderie coherent centered around the art of living and de Peyrassol, a property of Philippe excellence. Astray, is a superb wine-making estate full of history and tradition, founded The Peyrassol Style in the 13th century by the Order of the Thanks to its privileged soil and its team’s Knights Templar uniting taste, oenology, know-how, the Commanderie de Peyrassol wines that are authentically art, gastronomie, and art of living. produces provincial and well anchored in their time. It’s exceptional environment, secular As a result of the semi-continental climate, parcels’ altitude, and finally, their well history, and wine quality simply make it the managed productivity, the wines of the a must-see. Commanderie de Peyrassol distinguish

THROUGHOUT THE YEARS, THE ESTATE HAS BECOME THE PROVINCIAL REFERENCE FOR CONTEMPORARY ART COLLECTIONS. 

The Man Behind the Vineyard

by monumental sculptures. The art installation’s coherence, magnified by the beauty of the natural site, forms a breathtaking and unprecedented frame for each of the sixty works of art. Of all horizons and diverse sensibilities, the artists represented in the Commanderie de Peyrassol is a surprise at each turn of the path or a vine. From Gavin Turk’s poetic door that opens onto the vine paradise of Peyrassol, to Wim Delvoye’s door to hell, sixty other works of art entertain our imagination. The sculptures of François-Xavier Lalanne, Bernar Venet, Jean Dubuffet, César, Arman, Alain Clément, Jean Tinguely, Jean-Pierre Raynaud, Vladimir Skoda, Keiji Uematsu, Patrick Fleury, Federica Matta, Jaume Plensa… are exhibited where the soul of the Knights Templar and the Knights of Malta still rule.

During Philippe Austruy’s first visit of the Commanderie, he experienced a true loveat-first-sight moment with the site imbued with history where… everything had to be restored! The son of a pair of doctors and an engaged entrepreneur and builder, he never ceased to take up the challenge in creating long-lasting companies in the health sector. Most notably, he paved the way in the private health sector, then in patient care for all-age dependency through the following companies: Medifutur, Générale de Santé, Medidep, Domidom or even the Crèches de France. At 50 years old, he accomplished “a childhood dream” by acquiring the Commanderie de Peyrassol. But the estate was neither a whim nor a trifle. With the necessary work need to give return it to its original character, it wouldn’t be child’s play either. Other properties acquired in 2012 and 2013 completed his first steps toward the world of wine: Château Malescasse, the Quinta Da Corte in the Douro and Tenuta Casenuove in Tuscany now form a

themselves with their easily digestible freshness, their finesse, and their elegance. The rosés and white wines express their aerial style while the red wines, in which one can always find elegant balsamic notes, show a character that’s a bit more severe in their youthful prime. They then come into their own and allow for free access to their powerful elegance, pruned for their long-aging capacity. Although the estate is not run organically, all of the practices tend to operate within the realm of sustainable agriculture. As such, today, the weeding is done mechanically on more than half of the parcels, most notably in Le Clos. When it comes to the processing, they are organized in a way that increases mineral solutions.

La Commanderie de Peyrassol, A Vibrant Hommage to Contemporary Art Passionate about art, Philippe Austruy, the owner of the Commanderie, has established a true open-air museum, at the whims of what tickled his fancy. In the vines and the woods, the estate contains a sublime route punctuated

This initiatory journey is now extended with the opening of the Art Gallery, whose contemporary lines integrate harmoniously with the ensemble of templar buildings. 147


MONTAGNE

T

oujours à quelques pas du port et de la citadelle, au milieu d’un oasis de verdure, l’hôtel quatre étoiles A Cheda chouchoute les épicuriens. Une fois le pas franchi et parking passé, un jardin enchanteur et paisible entoure des espaces intimistes insoupçonnés, à la fontaine, à la piscine, ou au potager. Dans une atmosphère chic, relaxation maximale au bord de la piscine et invitation à la sérénité au sein de l’espace détente. Surplombant le jardin luxuriant, une table gourmande ravira tous les sens. La cuisine méditerranéenne de Lionel Lebrun est élaborée à partir de produits cultivés sur place dans le potager bio situé derrière le lodge de charme où se mêlent légumes de saison et plantes aromatiques. Une sélection des meilleurs fournisseurs et produits régionaux sont les garants d’une cuisine saine, fraiche, pleine de saveurs. Côté chambres, toutes personnalisées, ambiance chaleureuse ou style loft design ou traditionnel, les détails de décoration ne laissent pas indifférent.

© ELINA SIRPARANTA

Donnant sur le jardin fleuri, ces espaces sont clairs et lumineux, parfaits pour une ou plusieurs nuits de cocooning.

148

A CHEDA devient au fil du temps, l’hôtel et la table gourmande incontournables de Bonifacio, avec « sa propre signature », pour son dépaysement culinaire, ses soirées musicales dans une ambiance hors du commun. La situation idéale de l’hôtel A Cheda à l’entrée de la ville, permet aussi de s’évader de ce havre de paix, le temps d’une pause sur les plus belles plages autour de Bonifacio ou vers les montagnes.


A

few steps from the harbour and the citadel, in the middle of a green oasis, the four-star hotel A Cheda pampers the epicureans. Once the move is made and the parking is passed, an enchanting and peaceful garden encircles intimate and unexpected spaces, from the fountain, to the pool, to the vegetable patch. In a chic atmosphere, maximum relaxation by the pool is guaranteed along with an invitation of serenity in the heart of the wellness area. Overhanging the luxurious garden, a gourmet table will thrill all senses. Lionel Lebrun’s Mediterranean cuisine is based on products cultivated on site in the organic vegetable patch located behind the charming lodge where seasonal vegetables and aromatic plants mingle. A selection of the finest producers and regional products are protectors of a healthy, fresh, flavourful cuisine.

HÔTEL A CHEDA ****

A CHEDA, C’EST AUSSI :

Cavallo Morto

MAISON T1 AU T3

20169 Bonifacio, Corse

AVEC PISCINE CHAUFFÉE.

Code GPS: N41°24’22’’ E9°10’08’’ Télephone: +33495730382

RESIDENCE SOPHIA

Email: acheda@acheda-hotel.com

20169 Bonifacio, Corse

www.acheda-hotel.com

Code GPS :41°24’39’’N/9°10’27’’

18 CHAMBRES ET SUITES

Télephone: +33495730382

RESTAURANT - PISCINE

www.residence-sophia.com

As for the rooms, they are all personalized, and with a warm ambiance and loft style or traditional design, the detailed decor will not leave a person indifferent. Facing the blooming garden, these spaces are light and luminous, perfect for a one or multiple nights of cocooning. Over time, A CHEDA has become the must-see hotel and gourmet table in Bonifacio, known for its ‘own signature’, its culinary change of scene, and its musical evenings with an ambiance that is out of the ordinary. The A Cheda hotel’s ideal location at the entrance of the city also allows one to slip away from this haven of peace for a visit to Bonifacio’s most beautiful beaches, or mountains.

149


MONTAGNE

MONTAGNE FDM MAGAZINE 08

150


151

© LOUIS GARNIER


MONTAGNE

FastFoward2, the new opus

FAST FORWARD2 SUIS-LES SI TU PEUX !

L

e premier est l’un des skieurs les plus titrés de la planète freestyle : Kevin Rolland , champion du monde de ski halfpipe, 5 fois médaillé aux X-Games, et couvert de bronze aux JO 2014. Le deuxième, Julien Régnier, a donné naissance à une nouvelle discipline au début des années 2000 : le freestyle backcountry, aussi spectaculaire qu’engagée, devenue depuis un véritable phénomène sur la toile.

152

Complices depuis de nombreuses années, les deux skieurs de la Plagne ont marqué le début de l’hiver dernier avec le lancement de leur vidéo Fast Forward, une course-poursuite effrénée à skis agrémentée d’une série de tricks détonants en plein coeur de la Plagne. Pour ce deuxième opus, les 2 protagonistes ont décidé de changer de règles. Rencontre avec Julien Régnier pour en apprendre davantage sur les coulisses du tournage qui est aussi passé par la Folie Douce Val d’Isère !


T

he first is one of the most well known skiers of the freestyle world: Kevin Rolland, world champion of halfpipe skiing, 5 times X Games medalist, and winner of the Bronze medal at the 2014 Olympics.

Partners for a number of years, the two skiers from La Plagne marked the beginning of last winter with the launch of their video Fast Forward, an unbridled ski chase embellished with a series of clashing tricks in the heart of La Plagne.

The second, Julien Régnier, gave birth to a new discipline of skiing in the early 2000s: freestyle backcountry, a sport that is as spectacular as it intense, which has become an incredible online phenomenon.

For the second opus, the two protagonists have decided to change the rules. Here, we meet with Kevin Rolland and Julien Régnier to get a behind the scenes look at their shoots.

© ELINA SIRPARANTA

Propos recueillis par Gaëlle MARTINA

153


© ELINA SIRPARANTA

MONTAGNE

F DM

Co m m e nt es t né c e proj et de fi l m ?

Julien Régnier : "

L'année dernière, en fin de saison, Kevin avait un gros projet qui n'a malheureusement pas vu le jour. Il avait envie de faire un truc en vidéo pour marquer le coup. Nous avions déjà pas mal travaillé ensemble, notamment pour faire un segment dans "Time, le temps d'un hiver", film réalisé par PVS. Il m’a contacté et on s’est dit on tente un truc sur 3 jours et on voit comment ça ce passe. " F DM

D ' o ù v i e nt l e t i t re ?

Kevin Rolland : " On a pas mal cherché jusqu'au dernier moment et puis est venue cette idée.

On a tous accroché notamment avec le lien du logo traditionnel « fast forward » qui dans notre cas représente les 2 skieurs. Il y a une idée de vitesse, de fuite en avant, bref ça marche et faute de temps on a validé :). "

C'EST ASSEZ DUR DE RIDER DERRIÈRE ET LORS DU PREMIER OPUS KEVIN A PASSÉ TOUT LE TOURNAGE À ME SUIVRE À LA TRACE. 154

FD M

Ho w was this film p ro je ct b o r n ?

Julien Régnier : " Last year in the end of season, Kevin had a big project that unfortunately

didn’t come to fruition. He really wanted to do a video project to mark the occasion. We had already worked quite a bit together, in particular to make a segment for “Time, Le Temps d’Un Hiver” by PVS. So he contacted me and we decided to try something over the course of three days and see how it goes. ." FD M

Wh e re d o e s th e title co me fro m?

Kevin Rolland :" We thought about it for a while and then came up with that idea at the last minute. The link to the traditional Fast Forward logo representing the two skiers immediately caught our eye. It demonstrates the idea of speed, of a forward escape… well, it worked okay and since we had run out of time, we went with it :)"


© ELINA SIRPARANTA

“IT’S PRETTY HARD TO RIDE BEHIND THE FIRST PERSON AND IN THE FIRST OPUS, KEVIN SPENT THE WHOLE SHOOT IN MY TRACKS.

FDM

FD M

Pe u x-t u nous di re quel ques mot s s ur le s c é n a r i o d e c e deux i ème opus ?

C o uld y o u te ll us a little b it a b o ut th e sto r y line of the se co n d o p u s?

Julien Régnier : "On est partis sur le même principe de base qui est de rider ensemble sur un

"Julien Régnier: Yeah, we started off with the same principal which is to ride together with a good high-speed chase, but here, we’re going toward the same objective, which is rather cool for Kevin because he was able to ride a in front of me a little during the filming. It’s pretty hard to ride behind the first person and in the first opus, Kevin spent the whole shoot in my tracks."

bon rythme de poursuite, mais là, on va vers un objectif en commun, ce qui était plutôt cool pour Kevin car il a pu rider un peu devant moi lors du tournage. C'est assez dur de rider derrière et lors du premier opus Kevin a passé tout le tournage à me suivre à la trace."

155


LE PIRE SOUVENIR DE TOURNAGE ? LE MOMENT OÙ TU VOIS QUE TU ES TROP COURT QUAND TU SAUTES PAR-DESSUS UN PONT ROUTIER…

F DM

C o m m e nt s e met en pl ac e un t el t ourn ag e ?

Kevin Rolland : "Il faut trouver le financement, les idées et poser des dates ! On a mis en place une équipe logistique avec notre ami Charlie Bellemin de Feel Event. C'était un élément essentiel pour la mise en place de toutes les scènes et le shape des modules. Avec Kevin on a ridé presque tous les jours pendant 1 mois et il fallait garder la forme."

156

© LOUIS GARNIER

© LOUIS GARNIER

MONTAGNE

FD M

Ho w d o e s a sho ot lik e this co me to g ethe r ?

Kevin Rolland: " We had to find the sponsors, the ideas, and then we decided on dates! We put a logistics team into place with our friend Charlie Bellemin from Feel Event. It was an essential element to set-up of all of the scenes and to shape the features. With Kevin, we almost skied every day for a month and we had to stay in shape."


© ELINA SIRPARANTA

© LOUIS GARNIER © LOIUS GARNIER

THE WORST MEMORY FROM SHOOTING? THE MOMENT WHEN YOU SEE THAT YOU’RE TOO SHORT AS YOU’RE JUMPING OVER A ROAD-BRIDGE…

F DM Y a-t- i l mal gré c et t e s c énari s at i on une p a r t d’i m p rév u ?

FD M Is the re a p ar t of this sho ot th at re ma in ed imp rovise d?

Kevin Rolland : " Bien sûr ! On doit faire avec la météo, mais en gros on est arrivés à faire beaucoup de choses qu’on avait prévu. Il n’y a pas eu franchement une super météo, on a donc fait avec."

Kevin Rolland: " Of course! We had to adjust to the weather but overall, we were able to do a lot of things that we had planned. Honestly, the weather wasn’t incredible so we just had to deal with it."

157


© ELINA SIRPARANTA

MONTAGNE

F DM

Q u e lle a ét é t a s es s i on préférée ?

Julien Régnier : " Pour moi, du point de vue sportif, le tournage n’a pas été simple, je revenais

tout juste d'une blessure à l'épaule (luxation totale de l'épaule gauche), ce qui ma immobilisé 2 mois et demi, j'ai donc repris pour Fast Forward et avec la météo capricieuse j'ai pas vraiment pu reprendre crescendo.. C'était vraiment pas facile car les sensations sur les skis étaient vraiment pas bonnes, mais il fallait y aller quand même. Malgré tout, j'ai bien aimé la session de nuit dans les canyons, l'ambiance était cool et on a fait pas mal de jolis tricks."

F DM

158

Q u e l a ét é t on pi re s ouveni r de t ourna g e ?

FD M

Wh at was y o ur fa vo u r ite se ssio n ?

Julien Régnier: "For me, from the skiing point of view, the shoots were not simple. I was just coming back from an injury to the shoulder (full dislocation on the left shoulder) which immobilised me for two and a half months, so I started again for Fast Forward and with the capricious weather, I couldn’t really restart with momentum… It wasn’t very easy because the feeling on skis really wasn’t great but I had to start again all the same. Despite everything, I really enjoyed the night session in the canyons as the ambiance was cool and we did quite a lot of nice tricks." FD M

Wh at was y o ur wo rse me mo r y fro m the sh o ot?

Julien Régnier : " Le moment où tu vois que tu es trop court quand tu sautes par-dessus un

Julien Régnier: "The moment when you see that you’re too short as you’re jumping over a

pont routier.. "

road-bridge…"


© BLAKE JORGENSEN / RED BULL CONTENT POOL

MONTAGNE

160


Propos recueillis par Gaëlle MARTINA

The Frenchies Abroad

CES FRENCHIES QUI S' E XPORTENT Richard Permin, l’un des freeskieurs français les plus doués de sa génération, © BLAKE JORGENSEN / RED BULL CONTENT POOL

revient sur sa carrière et son sport.

FDM: Com m e nt

es-tu ar r ivé au Backcountr y ?

Richard Permin: Après avoir fait beaucoup de skis freestyle j’ai été

naturellement attiré par la montagne et des terrains plus créatifs que les snowparks.

FDM : Le

f re es t yle a été ta première discipline. Q u e p e n s e s-tu de l’évolution de celle- ci ?

Richard Permin, one of the most highly skilled French freeskiers of his generation looks back on his career and his sport.

RP : Le freestyle s’est tout simplement démocratisé et s'est ouvert à

un plus grand public mais je voulais être libre du choix de mes destinations et libre de skier ce qui me plaisait sans être forcement jugé ou bridé. Le freestyle a une très belle évolution mais qui me laisse peut-être moins rêveur qu’au début.

FDM : Ta

saison préférée ?

RP : Probablement l’hiver 2012 où j ai eu la chance de partir pendant presque 2 mois en Alaska, les conditions étaient dingues.

FDM : Q u’e s t-c e

qui fait que tu aimes autant l’Alaska ?

RP : Je me sens tout simplement bien là-bas, presque comme si

c'était la maison et j ai rarement retrouvé ce sentiment ailleurs. En plus de ça, les conditions de neige sont généralement très bonnes avec de grosses quantités et des pentes très raides.C'est rapide, gros et surtout magnifique.

FDM : Q u’e s t

c e que t’appor te la pratique de ce sp ort dans t a v i e q u ot i d i enne ?

RP : C'est tout simplement un style de vie dont j’aurais du mal à me passer. Il y en a pour qui il y avait les études, mais pour moi le ski et les voyages ont été l’école de la vie. Vivre de sa passion reste quand même un gros privilège ! FDM : Q u e

p e n s e s-tu de la production vidéo actuelle ?

RP : Les grosses productions c’est souvent la même chose depuis 20 ans. Aujourd'hui il faut vraiment avoir un storyboard ou quelque chose à raconter pour faire la différence et je trouve ça bien que de plus en plus de riders se mettent à faire des projets plus personnels. Avec l’avènement d’internet comme support, si tu es bon, tu engendres direct des vues et ça permet d’ouvrir notre sport à un public plus large.

How did you get into backcountry skiing? After having done a lot freestyle skiing, I was naturally drawn to the mountain and how more creative terrain it is than in snowparks.

Freestyle is your f irst discipline. What do you think it s evolution? Freestyle skiing has democratized itself and has became more available to the general public, but I wanted the freedom to choose my destination and to be free to ski what I wanted without being judged or held back. Freestyle skiing has evolved beautifully but maybe its a discipline that has me dreaming a bit less than when I first started.

Your favourite season? Probably, winter 2012 when I had the chance to go to Alaska for nearly two months. The conditions were insane.

What makes you love Alaska so much? I just feel really good there, almost as though I’m home and I have rarely found that feeling anywhere else. Additionally, the snow conditions are normally really good with huge quantities of snow and very steep lines. It’s fast, huge, and most importantly, magnificent.

What does skiing bring you in your daily life?

It’s simply a lifestyle that I would have a really hard time giving up. There are some people who chose to go to uni, but for me, skiing and traveling was the school of life. Living from one’s passion is still a huge privilege! 161


MONTAGNE FDM : Com m ent

ex p liques-tu que tu sois devenu LE sk ieur eu rop éen d e MSP ?

RP : Je pense que je me suis bien intégré et que mon ski leur plaisait. C’est vrai aussi que quand il fallait partir et passer l’hiver dans les sacs j’ai été le premier à dire OUI. FDM : Ton

p i re s ou venir de tour nage ?

RP : L’année dernière, je me suis cassé les 2 talons ce qui m’a valu 2 mois de fauteuil roulant et beaucoup de rééducation en centre puis à la maison.

sont tes projets pour cet hiver ?

© ALAIN SLEIGHER / RED BULL CONTENT POOL

FDM : Quels

RP : Comme je reviens de blessure, je vais y aller au feeling et essayer de produire quelques segments pour le web, mais si ça passe bien j’irais bien me faire un petit trip en Alaska. FDM : Q u el s

c on s e ils donnerais-tu à quelqu' un qui vo udrait d eve n i r f rees k i e ur pro ?

RP : Fais tes sacs !!! FDM : Le s

3 art i s t es qui tour nent dans ta playlist quand tu voya ge s ?

RP : The Rolling Stones, Rodriguez et Future Islands. FDM : Où te vois-tu dan s 1 0 an s ? RP : Il y a de grandes chances pour que je sois sur mes skis.

FDM : What

do you think of the current state of video production?

RP: The bigger productions have been pretty much the same for the last

20 years. Today, you really need a storyboard or something to talk about to make a real difference and I think it’s great that more and more riders are beginning to work on more personal projects. With the growth of the internet as a platform, if you’re good, you get direct views, and that opens our sport to a more general audience.

FDM : Can

MSP?

you explain how you became THE European skier for

RP: I think that I integrated myself well and that they liked my skiing. It’s helps that when it was time to go and spend the winter living from our suitcases, I was the first person to say YES.

FDM : Your

worst memory while f ilming?

RP: Last year, I broke both of my heels and it took me 2 months in a wheelchair and a lot of rehabilitation both in the centre and at home.

FDM : What

are your projects for this winter?

RP: Because I’m coming back from an injury, I’m going to feel it out

© BLAKE JORGENSEN / RED BULL CONTENT POOL

and try to produce a couple edits for the web, and if it goes well, I’ll take a short trip to Alaska.

162

FDM : What advice would you give someone who wants to be a pro skier? RP: Pack your bags! FDM : Who

are the three artists that are on your playlist when you travel?

RP: The Rolling Stones, Rodriguez, and Future Islands. FDM : Where

do you see yourself in 10 years?

RP: There’s a big chance that I’ll still be on my skis..


LE PLAISIR DE SKIER. SWISS MADE.

Plaisir sportif, virage après virage. Avec les modèles Spirit de Stöckli, le plaisir et la détente sont au rendez vous sur toutes les pistes. Un comportement agile et une excellente stabilité assurent des virages précis et soignés, quelles que soient les conditions du moment. Avec eux, vous n’oublierez jamais vos belles journées de ski. stoeckli.ch

163


CORPORATE

FOLIE(S) DE FRANCE Bienvenue là-haut !

© FOLIE DOUCE

FOLIE DOUCE MÉRIBEL-COURCHEVEL

FOLIE DOUCE SAINT-GERVAIS/MEGÈVE 164

© FOLIE DOUCE

© FOLIE DOUCE

FOLIE DOUCE VAL THORENS

© FOLIE DOUCE

FOLIE DOUCE ALPE D’HUEZ

© FOU D'IMAGES

FOLIE in France Welcome aboard !

FOLIE DOUCE VAL D’ISÈRE-TIGNES


© LAURENT SALINO

VENEZ DECOUVRIR ET ESSAYER LA GAMME MINI DANS VOTRE MINI STORE MINI STORE ROYAL SA 65 bd Gambetta 38000 Grenoble

165


CORPORATE

FOLIE DOUCE ALPE D’HUEZ lafoliedouce.alpedhuez

FOLIE DOUCE MÉRIBEL-COURCHEVEL foliedoucealpedhuez

La Folie Douce Meribel

fdoucemeribel

@lafoliedoucebel

lafoliedoucemeribel

© FOLIE DOUCE

© DAVID ANDRE

foliedouceworld

R

ENDEZ-VOUS AU SOMMET DU TÉLÉSIÈGE MARMOTTE POUR UN DÉJEUNER ET UN APRÈS-SKI DE PURE FOLIE AU GRAND AIR. L’ALTITUDE, ÇA CREUSE ! FAITES LE PLEIN DE CARBURANT EN VOUS RÉGALANT AVEC LES RECETTES DE LA FRUITIÈRE, LA BRASSERIE AUX TONS DE COOPÉRATIVE LAITIÈRE, ET LES PLATS DE LA PETITE CUISINE, RESTAURANT SELF SERVICE CHIC DE LA FOLIE DOUCE.

M

EET AT THE SUMMIT OF THE MARMOTTE CHAIRLIFT FOR A LUNCH AND AN APRÈS-SKI OF PURE FOLLY IN OPEN AIR. THE ALTITUDE BRINGS ON THE APPETITE! FUEL UP WITH THE RECIPES OF LA FRUITIÈRE, THE BRASSERIE REMINISCENT OF DAIRY COOPERATIVES, AND THE DISHES OF LA PETITE CUISINE, THE CHIC FOLIE DOUCE SELF-SERVICE RESTAURANT

VECTEUR D’ONDES POSITIVES / A MEDIUM OF POSITIVE VIBES Confortablement installé sur la terrasse panoramique ou dans l’espace VIP, vous profitez pleinement des performances des artistes et sentez tout à coup le besoin de prendre part à la dynamique et aux délires en rejoignant le dancefloor inondé d’ondes positives. Trop tard, vous avez goûté à la saveur pimentée de la Folie Douce, elle ne vous quittera plus… You are the Folie Douce ! Comfortably settled in on the panoramic terrace or in the VIP area, take full advantage of the artists’ performances and suddenly feel the need to take part in the dynamics and the delirium by joining the dance floor flooded with positive vibes. Too late, you have tasted the spicy flavours of La Folie Douce, and it will never let go of you again… You are the Folie Douce! RETROUVEZ NOS MARQUES PARTENAIRES À PLUS DE 2000 MÈTRES D’ALTITUDE FIND OUR PARTNER BRANDS AT MORE THAN 2000 METERS IN ALTITUDE. Carlsberg, G.H Mumm, Coca-Cola, Evian, badoit, Helisair, Mouton Cadet, Corona, Château Peyrassol, Napapijri, Domaine les Aspras.

OPENING PARTY LE SAMEDI 3 DÉCEMBRE 2016 SATURDAY, DECEMBER 3RD, 2016 Télésiège Marmotte / 38 750 L’Alpe d’Huez +33 (0)4 76 80 32 36 / 9H à 16h30

A

VEC SA FABULEUSE EXPOSITION PLEIN SUD, LA FOLIE DOUCE MÉRIBEL COURCHEVEL EST LE SPOT PARFAIT POUR PROFITER DU SOLEIL ET EMMAGASINER UN MAXIMUM DE CHALEUR…HUMAINE ! AVEC SES ALLURES DE FRENCH RIVIERA D’ALTITUDE, LA FOLIE DOUCE MÉRIBEL COURCHEVEL FÉDÈRE LES FOULES ET CANALISE TOUTES LES ÉNERGIES POSITIVES POUR DES MOMENTS DE PARTAGE ET DE CONVIVIALITÉ BIENFAITEURS, MÉLANGEANT SPECTACLE, DANSE, SONS ET GASTRONOMIE DE HAUTE VOLTIGE.

W

ITH ITS FABULOUS SOUTHERN EXPOSURE, LA FOLIE DOUCE MÉRIBELCOURCHEVEL IS THE PERFECT SPOT TO MAKE THE MOST OF THE SUNSHINE AND GAIN THE MAXIMUM OF WARMTH… BODY WARMTH THAT IS! WITH IT’S ALLURE OF THE FRENCH RIVIERA IN ALTITUDE, THE FOLIE DOUCE MÉRIBEL-COURCHEVEL UNITES CROWDS AND CHANNELS ALL OF THE POSITIVE ENERGY IN ONE MOMENT OF SHARED EXPERIENCES AND BENEFICIAL FRIENDLINESS, MIXING PERFORMANCE, DANCE, SOUND, AND GASTRONOMY OF GREAT HEIGHTS. THIS YEAR, VANESSA MANDITO, ARTISTIC DIRECTOR OF THE ESTABLISHMENT, IS BACK AND AUDACIOUS AS EVER, WITH A TEAM OF 15 ARTISTS EACH MORE EXTRAVAGANT THAN THE NEXT.

EXCENTRICITÉ, PERFORMANCE ET ÉLÉGANCE ECCENTRICITY, PERFORMANCE, AND ELEGANCE:

La Folie Douce Méribel – Courchevel est en accord parfait avec les deux stations de renommées qui l’entourent. Excentrique car nous sommes à la Folie Douce, et c’est la base de son ADN. Performante, car ici le spectacle est tous les ans plus beau, plus riche et plus technique. Cette année encore vous serez transportés dans un monde rock’n’roll, coloré, enchanté et puissant. Elégante, car elle bénéfice d’une localisation incroyable, d’une équipe de professionnels attentifs et à votre service, et d’une cuisine toujours aussi généreuse et travaillée. De 7 à 77 ans, vous trouverez forcément votre bonheur dans cet établissement atypique. Envie d’un un moment particulier ? Nous organisons pour vous vos déjeuners de groupe ainsi que vos privatisations pour un moment d’exception, perdu au milieu des pistes, n’hésitez pas à nous contacter sur rp@lafoliedouce-meribel.com Eccentric, because we are at La Folie Douce and this is the basis of its DNA. Performing, because at La Folie Douce Méribel-Courchevel, you will be pleasantly surprised at the quality of performers (dancers, singers, acrobats, DJs and musicians). Each year the show is richer, more beautiful, more precise, and more technical. This year again, you will be transported into a rock’n’roll world that is colorful, enchanting, and powerful. Elegant, because it benefits from an incredible location, an attentive team that is always at your service, and a cuisine always more thought-out and generous. The party is friendly with culture, genres, and styles mixing without taboo. Whether 7 or 77, you will for sure find your happiness in this atypical establishment. Would you like to create a particular moment? We can organize your group lunches as well as your private events for an exceptional time, lost in the middle of the pistes. Don’t hesitate to contact us at rp@lafoliedouce-meribel.com

RETROUVEZ NOS MARQUES PARTENAIRES À PLUS DE 2000 MÈTRES D’ALTITUDE

© LAURENT SALINO

Carlsberg, Hublot, Mouton Cadet, Kronometry, Avalanche, Coca Cola, Virgin radio, Absolut Elyx, Badoit, Evian, Rendez Vous, Skoll, Onepiece, Mumm, Perrier Jouët, Bungy Eject., Jet system, Minuty, Vin Ravier, Ecusson et Loic Raison

166

OPENING PARTY LE SAMEDI 10 DÉCEMBRE 2016 : THANK GOD IT’S WINTER ! SATURDAY, DECEMBER 10TH, 2016 Intermédiaire Burgin Saulire / 73 550 Méribel +33 (0)4 79 00 58 31 / 9H à 17 h


© FOLIDEOUCE © DAVID ANDRE

TERRASSE PLEIN SUD AU PIED DES PISTES - OUVERT

7/7

Parc Olympique - La Chaudanne - 73550 Méribel - 04 79 06 60 89

167


CORPORATE

FOLIE DOUCE FOLIE DOUCE SAINT-GERVAIS/MEGÈVE VAL THORENS lafoliedouce.stgervais.megeve

foliedoucemontblanc

© FOLIE DOUCE

© FOLIE DOUCE

foliedouceworld

L

P

A

T

A FÊTE FACE AU MONT-BLANC AVEC UN COCKTAIL DÉTONNANT MÊLANT PERFORMERS DE TOUS HORIZONS, CHANTEURS, DANSEURS, MUSICIENS, DJ’S. C’EST À LA FOLIE DOUCE SAINTGERVAIS MEGÈVE AU SOMMET DU MONT JOUX, POINT BARRE  ! ADDITIONNEZ TOUS LES PLAISIRS DE LA TABLE EN CROQUANT, EN MODE GASTRONOMIQUE, LES PLATS DE LA FRUITIÈRE OU EN DÉVORANT SUR LE POUCES LES RECETTES AUTHENTIQUES ET GÉNÉREUSES DE LA PETITE CUISINE ET SUCCOMBEZ AUX PLAISIRS SENSORIELS DE LA DANSE EN VOUS JETANT À CORPS PERDU DANS LA FOULE DU DANCEFLOOR..

PARTY FACING THE MONT BLANC WITH AN EXPLOSIVE COCKTAIL MIXING PERFORMERS FROM ALL HORIZONS, SUCH AS SINGERS, DANCERS, MUSICIANS, DJS… IT’S LA FOLIE DOUCE SAINT GERVAIS MEGÈVE AT THE SUMMIT OF THE MONT JOUX, OF COURSE! ADD THE PLEASURE OF EATING BY BITING INTO THE GASTRONOMICAL DISHES OF LA FRUITIÈRE OR BY DEVOURING ON THE THUMB THE AUTHENTIC GENEROUS RECIPES OF THE PETITE CUISINE, AND THEN SUCCUMB TO THE SENSORY PLEASURES OF DANCE BY THROWING YOURSELF, WITH ALL YOUR MIGHT, INTO THE CROWD OF THE DANCE FLOOR. .

CHAUD DEVANT / HOT FIRST AND FOREMOST Vous y êtes, vous faites partie de la tribu Folie Douce et l’expérience ne fait que commencer avec désormais ancrée en vous, l’envie de vivre à 1000% ces instants uniques. A plus de 2000 mètres d’altitude, la température continue à grimper, qui sait jusqu’où elle ira ! You’re here, you’re a part of the Folie Douce tribe and the experience is only just beginning these unique instances have anchored within you the desire to live 1000% from now on. At more than 2000m in altitude, the temperature only continues to rise and who knows where it’ll go! RETROUVEZ NOS MARQUES PARTENAIRES À PLUS DE 2000 MÈTRES D’ALTITUDE FIND OUR PARTNER BRANDS AT MORE THAN 2000 METERS IN ALTITUDE. Carlsberg, G.H Mumm, , Coca cola, Evian, badoit, Helisair, Mouton Cadet, Corona, Château Peyrassol, Napapijri, Domaine les Aspras.

OPENING PARTY LE SAMEDI 17 DÉCEMBRE 2016 SATURDAY, DECEMBER 17TH, 2016 Sommet du télésiège Mont-Joux 74 170 Saint Gervais +33(0)4 50 58 99 67 / 9h jusqu’à la fermeture des pistes

La Folie Douce Val Thorens

lafoliedoucevt

@lafoliedoucevt

lafoliedoucevt

ERCHÉE DEPUIS 2009, LA FOLIE DOUCE VAL THORENS AFFICHE CLAIREMENT LA COULEUR AU SOMMET DU TÉLÉSIÈGE PLEIN SUD. CETTE ANNÉE LE MESSAGE EST CLAIR : PLUS DE GAIETÉ, PLUS DE SURPRISES ET PLUS DE PLAISIRS. GASTRONOMIE, ARTISTES, MUSIQUE, CADEAUX , HAPPENINGS, LA FÊTE SERA DANS LES MOINDRES RECOINS DE LA FOLIE DOUCE. SUR LA SCÈNE AVEC ASTRID ET MISTER FLUO, SUR LE DANCEFLOOR AVEC DJ LYRICS, JÜ ONE ET DJ BLASTA, FABOU ET DR AUDINOS AU SAX. DANS LES ASSIETTES AVEC LES RECETTES GOÛTEUSES DU TANDEM CHEF ET PÂTISSIER, DAMIEN DE VALUKHOFF ET ROMAIN BERCROUBERT, SANS OUBLIER LA GRANDE NOUVEAUTÉ À TESTER : LE FOLIE FOOD RATRACK ! WISTED SINCE 2009, LA FOLIE DOUCE VAL THORENS SHOWS ITS COLOURS AT THE SUMMIT OF THE SOUTH-FACING CHAIRLIFT. THIS YEAR, THE MESSAGE IS CLEAR: MORE FURY, MORE HAPPINESS, MORE SURPRISES, AND MORE HYSTERICAL LAUGHTER FOR ALL. CABARET, POP-UPS, LIVE MUSIC, GASTRONOMY, EVENTS… THE PARTY CAN BE FOUND IN THE SMALLEST OF NOOKS IN THE FOLIE DOUCE VAL THORENS - ON THE STAGE WITH KAP’S AND MISTER FLUO, ON THE DANCE FLOOR WITH DJ LYRICS DJETTE BEURRE DE PIN UP, FABOU, AND DR AUDINOS ON THE SAXOPHONE- AND IN THE DISHES WITH SAVOURY RECIPES FROM THE CHEF AND PASTRY CHEF DUO, JÉRÔME GODON AND STÉPHANIE BIMOZ.

PAS (SAGES) PIÉTONS/ PEDESTRIAN PASSAGES Non la Folie Douce n’est pas réservée aux skieurs, elle est aussi largement accessible aux piétons via le TSD Les Pionniers, en bas du tapis roulant Castor & Polux. No, the Folie Douce is not just reserved for skiers; it’s also very much accessible for pedestrians. The trip is worth the detour because it involves taking small red and yellow vintage-looking bubble lift; it’s stylish and warm! VOUS EN VOULEZ PLUS ?/ IF YOU WANT MORE Retrouvez nos talentueux et déjantés Mister Fluo, Astrid & The Party Makers à partir de 14H30, parce que la Folie Douce sans ses artistes c’est un peu comme le champagne sans les bulles ! Find our talented and off-the-wall Mister Fluo & The Party Makers taking the stage from 2pm onwards, because the Folie Douce without artists is little like champagne without the bubbles. RETROUVEZ NOS MARQUES PARTENAIRES À PLUS DE 2000 MÈTRES D’ALTITUDE FIND OUR PARTNER BRANDS AT MORE THAN 2000 METERS IN ALTITUDE. Carlsberg, G.H Mumm, Coca-Cola, Danone (Evian, badoit),

© FOLIE DOUCE

OPENING PARTY LE 26 NOVEMBRE 2016

168

SATURDAY, NOVEMBER 26TH, 2016 TSC Les Pionniers / RSD Plein Sud 73 440 Val Thorens +33(0)4 79 00 04 27 / 9h à 17h15 info@lafoliedouce-valthorens.com


FOLIE DOUCE VAL D’ISÈRE-TIGNES lafoliedouceval

FolieDouceValdi

© FOLIE DOUCE

foliedoucevaldisere

@FolieDouceValdi

© FOLIDEOUCE

La Folie Douce Val d’Isère

A FOLIE DOUCE EST UNE SOMME D’EXPÉRIENCES ! DEPUIS 1980, LA DOUCE FOLIE DE LUC REVERSADE FÉDÈRE LES ÉNERGIES POSITIVES ET RASSEMBLE LES GÉNÉRATIONS AUTOUR D’UNE IDÉE TOUTE SIMPLE  : PRENDRE DU PLAISIR EN TOUTE LIBERTÉ DANS UN ESPRIT FESTIF. DANS CHAQUE RECOIN, DANS LES REGARDS, ET À CHAQUE SECONDE, Y’A D’LA JOIE, DES ASSIETTES SERVIES À LA FRUITIÈRE ET À LA PETITE CUISINE JUSQU’AUX SESSIONS CLUBBING EN PASSANT PAR LES COLLECTIONS DE PRODUITS ESTAMPILLÉS FOLIE SHOP.

of burgers and meats from around the world… Nothing is too elaborate to make you dream each winter!

LA FOLIE DOUCE IS THE SUM OF EXPERIENCES! SINCE 1980, LUC REVERSADE’S LA FOLIE DOUCE UNITES POSITIVE VIBES AND GATHERS GENERATIONS AROUND ONE VERY SIMPLE IDEA: TAKE PLEASURE IN ALL FREEDOMS WITH A FESTIVE SPIRIT. IN EACH NOOK, EACH LOOK, AND EACH SECOND, THERE IS JOY: FROM THE DISHES SERVED IN LA FRUITIÈRE AND LA PETITE CUISINE TO THE CLUBBING SESSION, AND THE COLLECTIONS OF BRANDED PRODUCTS IN THE FOLIE SHOP.

ALWAYS LIVE MORE FOLIE DOUCE Et partagez vos expériences et vos photos sur les réseaux sociaux ou en téléchargeant la nouvelle application mobile La Folie Douce. By sharing your experiences and your photos on social media or by downloading the new Folie Douce app.

L

UN MIX ENTRE VALEURS SÛRES ET NOUVEAUTÉS A MIX BETWEEN SAFE BETS AND NOVELTY En 2017, La Folie Douce Val d’Isère met les bouchées doubles pour vous satisfaire et vous faire rugir de plaisir. Le nouveau cabaret sera cette année placé sous le signe de la Mode avec des tableaux dédiés aux grands créateurs (Christian Dior, Christian Louboutin, Versace, …), mais aussi un hommage aux Empires qui ont marqué l’histoire (Versaille, Egypte, …), et toujours une touche fantasque et décalée avec une folle interprétation du cirque ! Luc Reversade et ses équipes ont travaillé tout l’été pour métamorphoser la toute première Folie Douce. Ce sont 2 nouveaux bars, une scène qui se transforme en milieu de journée, une nacelle pour un show en hauteur, un nouveau BBQ et sa carte de burgers et cuissons de viande du monde entier, … Rien n’est trop beau pour vous faire rêver chaque hiver ! Une Folie Private Party ? Vous pouvez privatiser La Folie Douce le temps d’une soirée et orchestrer votre propre événement : repas gastro dans la cave à vin, clubbing dans la Véranda VIP, descente en luges ou en flambeaux, feu d’artifice, … La Folie Douce, la légende de la montagne sans limite ! In 2017, La Folie Douce Val d’Isère doubled the efforts to satisfy you and make you roar with pleasure.

A Private Folie Douce Party? You can privatise the Folie Douce for an evening and orchestrate your very own event: a gastronomic meal in the wine cellar, clubbing in the Veranda VIP, descend with sleds or torch-light, fire-works… La Folie Douce, the legend of the mountains without limits!

VIVEZ TOUJOURS PLUS DE FOLIE DOUCE

RETROUVEZ NOS MARQUES PARTENAIRES À PLUS DE 2000 MÈTRES D’ALTITUDE

Carlsberg, G.H Mumm, Coca-Cola, Danone, Rossignol, Odlo, Bernard Magrez, VirginRadio, Peyrassol, OnePiece, Dassai Saké, Evolution2.

OPENING PARTY LE MERCREDI 14 DÉCEMBRE: WTF LE NOUVEAU CONCEPT ÉVÉNEMENT DE LA FOLIE DOUCE ! “FEEL FREE, BE YOURSELF AND PUT YOUR HANDS UP! “  WTF, THE EVENT CONCEPT BY LA FOLIE WEDNESDAY, DECEMBER 14TH, 2016 Télécabine de la Daille +33(0)4 79 06 21 08 / 9h à 17h

The new cabaret this year, located under the sign of fashion with paintings dedicated to the top creators (Christian Dior, Christian Louboutin, Versace, etc.) but also an hommage to the empires that have made their mark in history (Versaille, Egypt, etc.) and always with a fantastical and off-the-wall touch including a crazy interpretation of the circus. Luc Reversade and his teams have worked all summer long to transform the very first Folie Douce. Two new bars, a stage that changes shape in the middle of the day, a basket for a show in the air, a new BBQ with its selection

169


SEE YOU IN LA CAVE*

RENDEZ-VOUS A LA CAVE* !

170

*Venez découvrir notre cave de la Folie Douce Val d'Isère pour un moment unique de dégustation vins et fromages !

Come discover the wine cellar of the Folie Douce Val d’Isère for a unique moment of wine and cheese tastings.

Infos / Réservation : +33 (0)4 79 06 21 08

Infos / Réservation : +33 (0)4 79 06 21 08


171

© FOLIDEOUCE


FAIBLE EN CALORIES

AUX ARÔMES NATURELS

AVEC DU JUS DE CITRON

Suggestion de présentation.

©2016, The Coca-Cola Company. FÏNLEY est une marque déposée de The Coca-Cola Company. Coca-Cola European Partners S.A.S au capital de 267.279.033 euros – 343 688 016 RCS Nanterre. Boisson pétillante avec 6% de jus de citron à base de concentré, saveur citron-fleur de sureau, avec sucre et édulcorant.

L’APÉRITIF TOUT EN FINESSE

POUR VOTRE SANTÉ, ÉVITEZ DE MANGER TROP GRAS, TROP SUCRÉ, TROP SALÉ. www.mangerbouger.fr


FOLIE DOUCE MAGAZINE #08