Page 1

ÉTS : NUMÉRO 26 - Printemps-Été 2017

UN CAMPUS EN VILLE MENKÈS SHOONER DAGENAIS LETOURNEUX Architectes


Depuis 30 ans, Ramp-Art est la référence au Québec pour des garde-corps alliant design, qualité et sécurité.

www.ramp-art.ca facebook.com/RampArtQc pinterest.com/RampArtQc


INNO Magazine Printemps-Été 2017

1


France Goyet Présidente et éditrice pour INNO Magazine

L’été ne s’annonce pas de tout repos pour l’équipe d’INNO, car nous sommes en train de finaliser la préparation d’un événement de grande envergure qui est le fruit de longues réflexions : la Soirée des Bâtisseurs, qui aura lieu le jeudi 7 septembre 2017, au Marché Bonsecours. Il s’agit d’une activité de réseautage organisée à la demande du milieu de la construction et de l’immobilier pour réunir tous les gens ayant participé de près ou de loin à l’effervescence de notre métropole. Au menu : tapis rouge, champagne, animation, décor sur mesure, invités distingués et livre souvenir de qualité supérieure. J’espère vous compter parmi nous! En attendant cette soirée grandiose, nous vous avons préparé un autre numéro passionnant, dans lequel il est entre autres question de la Maison des étudiants et des autres bâtiments qui viendront agrandir le campus de l’ÉTS. Nous vous présentons la démarche de Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes pour la réalisation de ce projet, de même que l’apport d’EDP dans les solutions d’éclairage de la Maison des étudiants. Nous soulignons également le travail exceptionnel effectué par les entreprises ayant travaillé à l’agrandissement du CHU de Sainte-Justine, c’est-à-dire le consortium Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes et Provencher_Roy + Associés pour la conception architecturale, Cométal pour la réalisation de divers revêtements et protections métalliques, et LK Toitures pour la réalisation des toitures. Nous vous invitons aussi à découvrir le projet avant-gardiste du promoteur et entrepreneur Construgep, les Condos Mont-Joli, qui s’inscrivent dans le programme d’accès à la propriété nommés « Accès Propriété ». En plus de vous présenter d’autres projets de Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes, comme le Complexe des Sciences du Campus MIL et la vitrine étudiante de Polytechnique Montréal, nous brossons un portrait de Lumigroup, une entreprise spécialisée en solutions d’éclairage créatives, ainsi que de la firme d’architectes BGLA, qui compte trois bureaux au Québec. Bonne lecture et au plaisir de vous voir le 7 septembre!

innomagazine.com

2


Sommaire

MENKÈS SHOONER DAGENAIS LETOURNEUX ARCHITECTES UNE VISION CENTRÉE SUR L’INNOVATION ET LA PÉRENNITÉ

PAGE 6

ÉTS : UN CAMPUS EN VILLE

PAGE 8

LE PROJET GRANDIR EN SANTÉ DU CHU SAINTE-JUSTINE

PAGE 16

LE COMPLEXE DES SCIENCES

PAGE 26

UN ESPACE RASSEMBLEUR POUR POLYTECHNIQUE MONTRÉAL

PAGE 28

YUL : UN STYLE DE VIE UNIQUE ET INSPIRANT À MONTRÉAL

PAGE 30

CHAGALL : COULEUR ET MUSIQUE. ENTRE RÊVE ET RÉALITÉ

PAGE 31

CONSTRUGEP CONDOS MONT-JOLI : DES CONDOS ABORDABLES DE QUALITÉ SUPÉRIEURE

PAGE 32

UNE CAISSE DESJARDINS LEED DANS L’ARRONDISSEMENT SAINT-LAURENT

PAGE 40

LUMIGROUP UNE ÉQUIPE PORTÉE PAR LA PASSION ET L’INNOVATION DE LA LUMIÈRE

PAGE 44

BGLA UN RAYONNEMENT AUX QUATRE COINS DE LA PROVINCE

Editrice France Goyet, présidente Graphiste Jean-Pierre Croquet Rédaction Mariane Landriau Giscard Tremblay Photographe Sébastien Arbour Correction Mariane Landriau Page couverture L’ÉTS. Photo : Stephane Brügger Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes

Ventes France Goyet Nathalie Bédard Luciana Moreira Branco Julien Brocchiero Administration Chantale Savard Directrice financière Chantale Savard

PAGE 46

Le magazine INNO est publié par

INNO Magazine inc. 323, boulevard Manseau Joliette, Québec J6E 3C9

tél. : 514 871 1511 / 844 871 1511 ISSN 1920-0161

Conseiller juridique Christiane Dubé-Rousseau, LL.M Impression LithoChic

4

Distribution POSTES CANADA PUROLATOR


Une MAISON pas comme les autres Par Louise Larivière*

Selon le dictionnaire Larousse, la philanthropie se décrit comme un sentiment qui pousse les hommes à venir en aide aux autres, qui est l’expression de l’amour de l'humanité, ou encore, est associée à ‘faire la charité’. Au Canada les philanthropes s’activent autour de 170 000 organismes sans but lucratif et organismes de bienfaisance. Les principaux accaparent 60 % de tous les revenus du secteur philanthropique. Or, les entités communautaires souvent qualifiées d’organismes « de terrain » (en anglais « grassroot ») ont des moyens modestes pour se faire connaître, au détriment d’organisations plus structurées capables d’orchestrer des campagnes publicitaires, souvent à grands coups. Deux poids deux mesures, même combat : venir en aide aux autres. Il existe à Montréal, plus précisément dans l’arrondissement Rosemont La Petite-Patrie, un organisme qui depuis 40 ans vient en aide aux femmes souffrant de problématiques multiples: La Maison Marguerite. Depuis l’année de sa fondation en 1977, plus de 12 000 femmes ont été accueillies et une grande majorité d’entre-elles ont pu retrouver une stabilité sur le plan personnel. Qui sont-elles ? Elles sont d’âge moyen ou plus jeunes, certaines ont plus de 80 ans, le spectre est large et les problèmes multiples. Elles proviennent du monde de l’abus, de la dépendance, de la violence ou ont des problèmes d’ordre de santé mentale. Certaines ont été mariées, ont élevé des enfants, ont eu une maison pour se retrouver brutalement à la rue, suite à une succession d’événements. Fait est que personne n’est à l’abri de l’impensable. D’autres ont vécu la violence familiale ou conjugale et ont du mal à se reprendre en main après un passé qui laisse des traces. Et que dire des femmes sans-abri dont le but premier dans la vie est de passer inaperçues? Nous les voyons rarement mendier car elles doivent rester discrètes, pour survivre. Les statistiques oscillent mais les intervenants du milieu estiment qu’il y a environ 8 000 femmes itinérantes à l’intérieur du périmètre de la grande région de Montréal. Ce portrait est peu reluisant et la Maison Marguerite est un phare dans la nuit pour beaucoup de ces laissées-pour-compte. C’est en 2006 que l’organisme aménageait un nouvel endroit lui permettant d’avoir un rayonnement plus important auprès de leur clientèle : 18 studios s’ajoutaient aux 18 chambres pouvant accueillir des femmes en situation de crise. La Maison Marguerite, c’est d’abord un milieu de vie, un endroit où les « dames » (c’est ainsi que l’on les appelle) sont encadrées par une équipe d’intervenantes qui seront à l’écoute le temps de leur séjour, six semaines en hébergement d’urgence (ou court terme) et quatre ans pour celles occupant les studios. Même une fois parties, les dames pourront compter sur l’appui des intervenantes. Judith a occupé un studio; elle a quitté en 2012. Depuis elle rencontre Natalia deux fois par mois; aujourd’hui elle a un appartement et s’implique au sein de sa communauté. Cette stabilité dans l’accompagnement fera toute la différence entre une réhabilitation provisoire ou permanente. La Maison Marguerite, c’est un toit, un lieu sécuritaire et réparateur, mais surtout, un tremplin pour une vie meilleure. Vous êtes donc invités à contribuer à ce beau projet de société, que ce soit en faisant un don ponctuel, en organisant une activité de Crowdfunding ou en devenant membre du Groupe 100K. Il me fera plaisir de vous guider dans votre choix.

*Louise Larivière est consultante en développement philanthropique depuis une quinzaine d’années. Outre ses initiales auprès d’organismes de charité, elle agit également auprès des entreprises et des fondations, en les accompagnant dans l’élaboration de leur politique de dons.

maisonmarguerite.com

5


Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes

msdl.ca

6


UNE VISION CENTRÉE SUR L’INNOVATION ET LA PÉRENNITÉ Par Mariane Landriau

Depuis sa fondation en 1994, la firme Menkès Shooner D a g e n a i s L e To u r n e u x A r c h i t e c t e s s ’ i n s p i r e d e l a v i l l e , de l’environnement et des gens qui l’habitent pour concevoir des projets axés sur le développement durable, l’innovation et la pérennité des villes. C’est d’ailleurs cette vision commune qui unit les associés et leur permet d’offrir des milieux de vie exceptionnels que les gens auront plaisir à s’approprier. Les nombreuses réalisations de la firme dans les domaines institutionnel, corporatif et culturel de même que les multiples distinctions qu’elle a récoltées témoignent de son souci de créer des espaces de vie de grande qualité. Qu’il s’agisse de pavillons u n i v e r s i t a i re s , d e l a b o r a t o i re s , d ’ i m m e u b l e s r é s i d e n t i e l s ou de bâtiments commerciaux, les artisans de Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes s’appuient sur l’architecture responsable pour créer des bâtiments distinctifs. Plusieurs de ses créations sont devenues de véritables emblèmes architecturaux et ont contribué à transformer la ville, comme Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BanQ), la Maison du développement durable, le Louis Bohème, le Centre de recherche du CHUM ou encore l’Espace culturel Georges-Emile-Lapalme d e l a P l a c e d e s A r t s . D ’ a u t re s o n t p e r m i s d ’ a m é l i o re r considérablement les environnements où évoluent les gens, comme la Vitrine étudiante de Polytechnique et le siège social d’Ericsson Canada. L’environnement est également au cœur des préoccupations de la firme, comme en témoigne des réalisations telles la Maison d u d é v e l o p p e m e n t d u r a b l e , p re m i e r b â t i m e n t à re c e v o i r la certification LEED NC Platine au Québec, les Pavillons Lassonde de l’École Polytechnique, première certification LEED NC Or pour une institution universitaire canadienne, le Centre de recherche d u CHU M, ce rt ifi é LEE D N C O r ou enc ore l a Bi bl i ot hèq ue Paul-Mercier de Blainville, certifiée LEED NC Argent.

7


Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes / École de technologie supérieure

ÉTS : Un campus en ville

Photos : Stephane Brügger

Par Mariane Landriau

Situé au cœur du quartier Griffintown, le campus de l’École

Carrefour de la population étudiante

de technologie supérieure (ÉTS) regroupe une dizaine de bâtiments,

Pour ce campus en ville disséminé dans un vaste quadrilatère

incluant entre autres deux pavillons, quatre résidences et AéroÉTS,

et dépourvu d’espaces verts, la mise en place d’une centralité

un pôle dédié à l’enseignement et à la recherche aérospatiale.

s’imposait donc pour créer une infrastructure propice à la socialisation.

Rassemblant près du quart des futurs ingénieurs québécois,

De ce besoin est née la Maison des étudiants, inaugurée en octobre

l’institution a défini certains objectifs afin de devenir un leader

2015. Réalisée par la firme Menkès Shooner Dagenais LeTourneux

mondial en formation et en recherche en génie, se traduisant

Architectes et située à l’angle des rues William et Murray, elle siège

notamment par l’aménagement de trois bâtiments qui viennent

au centre des lieux les plus fréquentés de l’ÉTS, soit les résidences

répondre aux besoins de cet important pôle universitaire.

et les pavillons d’enseignement.

8


Illustrations : Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes

Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes / École de technologie supérieure

10


Axé sur le design actif, le bâtiment a été pensé comme un réseau

et vers la place publique perpendiculaire à la rue, la façade

de circulations et est aujourd’hui mis en valeur par des espaces

principale du rez-de-chaussée du bâtiment forme une diagonale

publics interconnectés. Une promenade intérieure vient unifier

entièrement vitrée. Le lieu de convergence ainsi créé de même que

les multiples composantes du campus : débutant par un lien tunnel

la mixité des usages de la Maison des étudiants génèrent une riche

implanté à l’est de la Maison des étudiants, elle relie par l’atrium

activité humaine.

et l’escalier ouvert le niveau 1 au niveau 3 ainsi que les principaux espaces fréquentés par les étudiants. Le bâtiment a également

Les volumes en blocs s’inspirent de la glace, un hommage à l’ancienne

été conçu pour permettre l’ajout d’une circulation aérienne

vocation du site qui hébergeait autrefois un entrepôt de glace.

entre le niveau 3 et les résidences à l’ouest. Des liens sont ainsi créés

Pour symboliser les échanges entre les étudiants et le foisonnement

entre les divers pavillons de l’ÉTS, grâce à un réseau de circulations

créatif, des sérigraphies illustrent des faisceaux 3D dont certains

planifiées intégrant une passerelle, des liens piétons extérieurs,

auraient été coupés, créant de grands cercles dynamiques.

le tunnel et le cœur du campus.

Un nouveau voisin pour la Maison des étudiants Le nouveau bâtiment vient ainsi permettre les interactions entre la vie

Parallèlement, Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes

étudiante et le quartier Griffintown en pleine revitalisation. Les services,

réalisera la conception d’un nouveau pavillon au sud de la Maison

commerces et espaces publics de l’ÉTS sont partagés collectivement

des étudiants. En plus d’une trentaine de salles de classe d’environ

et deviennent des éléments de requalification du secteur grâce

60 places, d’espaces de rassemblement et de bureaux, ce pavillon

à leur présence sur rue. Un aménagement des trottoirs a été réalisé

abritera des ateliers de fabrication de prototypes des clubs étudiants,

dans un souci de redonner l’espace aux piétons et de permettre

qui sont actuellement à l’étroit dans la Pavillon A.

l’accessibilité à ces services. À l’instar de la programmation de la Maison des étudiants, les espaces occupés par les étudiants seront mis en vitrine sur le parc linéaire,

Pour tirer profit de la future conversion de la rue Murray en promenade piétonne, une bande végétale forme un parc linéaire le long

contribuant ainsi à animer l’espace public et établissant un dialogue

de la façade est. Afin de créer une ouverture vers le domaine public

entre les deux bâtiments.

11


Illustration : Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes

Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes / École de technologie supérieure

Des études d’ensoleillement sont en cours pour maximiser la luminosité

sur les façades est et ouest afin de laisser entrer la lumière naturelle

dans la cour située entre les deux bâtiments, tout en optimisant

dans l’espace central du bâtiment. Une nouvelle entrée côté sud sera

l’agencement des volumes. La construction de ce projet se fera

aménagée afin de créer un axe nord-sud et d’établir une continuité

en régime accéléré, pour une livraison attendue au printemps 2019.

avec le campus de l’ÉTS.

Réhabilitation de l’ancien planétarium Dow

Le défi consistait à ouvrir ce bâtiment introverti tout en respectant

Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes travaille

son caractère emblématique. Au centre, sous le dôme, seront

également à la transformation de l’ancien planétarium Dow en centre

aménagés des lieux d’idéation, les bureaux du Centre d’entrepreneuriat

entrepreneurial dédié aux jeunes entreprises technologiques d’ici.

technologique (CENTECH) et des espaces de rencontre inondés

En collaboration avec le CENTEC (Centre d’entrepreneurship

de lumière naturelle. Des escaliers de part et d’autre de l’espace

technologique), cet accélérateur d’entreprises permettra aux jeunes

central circulaire permettront d’accéder à une mezzanine,

entrepreneurs en génie de développer un produit technologique

et la charpente de béton d’origine sera mise en valeur. Dans la partie

et d’être accompagnés dans un éventuel démarrage d’entreprise.

nord du bâtiment, des espaces locatifs permettront de faire cohabiter les futurs entrepreneurs avec des potentiels partenaires de l’industrie

Dans le réaménagement proposé par les architectes, l’enveloppe

et ainsi créer un environnement favorable à l’émergence d’idées.

extérieure demeurera presque intacte, mises à part la restauration

Selon l’échéancier actuel, la construction doit se terminer en 2018.

des fenêtres existantes et l’insertion de grandes ouvertures

Client : École de technologie supérieure (ÉTS)

Partenaires : Beaudoin Hurens inc. – Électricité et mécanique SDK et Associés – Structure Marchand Houle et associés – Civil

Architecture : Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes

12


Photo : Stephane Brügger - Architectes : Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes

Les solutions d’éclairage judicieuses d’EDP pour la Maison des étudiants Par Mariane Landriau

Lorsque Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes a approché

intéressant, mais on craignait que l’éclairage soit trop diffus pour créer

EDP pour l’ambitieux projet de la Maison des étudiants, l’équipe

une ambiance chaleureuse et que le plafond perde sa noblesse. EDP

a immédiatement reconnu les défis qu’il comportait, tant sur le plan

a donc suggéré des projecteurs bidirectionnels multiples à faisceaux

de l’architecture que de l’éclairage. Tout en créant un espace fonctionnel,

lumineux moyens (environ 25 degrés), réduisant le champ d’éblouissement

mais surtout chaleureux et harmonieux pour les étudiants, EDP devait surtout

et optimisant le confort visuel. Cette technique permet de rehausser

mettre en valeur l’architecture et non les appareils d’éclairage en essayant

l’effet de contraste d’illumination pour mettre en valeur les surfaces

de les dissimiler le plus possible par une intégration à l’architecture.

ou les objets en relief. Cela est beaucoup plus intéressant qu’un éclairage uniforme habituellement recommandé pour des salles de classe

L’éclairage indirect du grand hall

ou des aires de travail.

L’équipe d’EDP a envisagé plusieurs solutions pour mettre en valeur le plafond de bois. Il fallait trouver l’emplacement d’intégration idéal

L’éclairage du tunnel

pour bien dissimuler les appareils d’éclairage sans délaisser les prérequis

Le concept d’éclairage désiré par Menkès Shooner Dagenais

en éclairage pour un balayage uniforme. Comme le plafond prévu était

LeTourneux Architectes était d’éviter ou de minimiser les points d’ancrage

composé de multiples facettes angulées, le défi consistait à trouver

et d’alimentation des appareils d’éclairage sous la structure apparente,

l’emplacement idéal d’intégration pour obtenir un minimum de recul

ne laissant que les murs, le plancher, la main courante et le garde-corps

et d’espacement entre les appareils pour faire un balayage indirect

des escaliers. EDP a donc proposé d’intégrer un appareil linéaire

du plafond. Il fallait aussi tenir compte des risques d’éblouissement.

avec lentille diffuse discrète et compacte dans certains poteaux

En optant pour un système linéaire continu à faisceau asymétrique

du garde-corps de l’escalier, offrant ainsi un niveau d’éclairement

encastré à l’horizontale dans la paroi verticale de la mezzanine,

recommandé pour l’application et créant un effet graphique intéressant.

les sources lumineuses sont dissimulées dans l’appareil ont permis

Pour le reste des espaces, des appareils linéaires muraux ont été prévus.

d’obtenir un balayage intéressant sans éblouissement. « Comme on peut le constater dans ce projet, plus les éléments architecturaux

L’éclairage général du grand hall

sont complexes, plus il est important de considérer l’éclairage dès le début

Sur les premiers rendus 3D, Menkès Shooner Dagenais LeTourneux

de la conception. L’harmonie entre le choix et l’intégration des appareils

Architectes avait prévu des appareils linéaires avec lentilles diffuses

à l’architecture sont les clefs d’un éclairage réussi » souligne Afram Karazivan,

encastrés dans le plafond. Les appareils étaient de différentes longueurs

conseiller en éclairage chez EDP.

et volontairement positionnés en quinconce, créant un effet graphique


Photo : Stephane BrĂźgger

Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes / CHU Sainte-Justine En consortium avec Provencher_Roy Architectes

16


Le projet Grandir en santé du CHU Sainte-Justine Un lieu d’échange et de bien-être Par Mariane Landriau

Inauguré en novembre 2016, au terme de six ans de gérance de construction et par lots en mode conception-construction, le projet d’agrandissement Grandir en santé du Centre hospitalier uni v ersit a ire de S a in te - Ju sti n e a v a it pour b ut de f ac i li t e r les échanges entre les divers intervenants du domaine médical œuvrant pour la santé des mères et des enfants, tout en offrant un environnement propice à la guérison aux patients qu’il accueille. Moins d’un an après la clôture du chantier, en constatant la rapidité avec laquelle les usagers et le personnel se sont approprié les lieux, on peut affirmer que cet objectif a été amplement atteint, notamment grâce au travail de conception du consortium Provencher_Roy et Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes.

Fractionnement du volume D ’une sup e rfi ci e de 12 9 9 52 m² e t h aut de 7 ét a ge s, l’agrandissement augmente la superficie du CHU Sainte-Justine de 65 % et se divise en trois ailes distinctes perpendiculaires à l’avenue Ellendale. Ce fractionnement de la façade allège la présence de l’imposant immeuble pour faciliter son intégration au quartier résidentiel, tout en laissant deviner la programmation i n t é r i e u re . L e s a i l e s d e g a u c h e e t d u c e n t re a c c u e i l l e n t le nouveau bâtiment des unités spécialisées (BUS), qui offre des espaces de soins modernes et pensés en fonction de l’usager. Le BUS inclut les unités de soins spécialisés en pédiatrie intégrée et en chirurgie-trauma (capacité de 120 lits), un bloc opératoire de 14 salles, l’unité des grossesses à risque élevé (GARE), l’unité des soins intensifs en pédiatrie (32 lits) et en néonatalogie (80 lits), l’unité des naissances (23 lits) ainsi que l’imagerie médicale. La forme en U permet de maximiser l’apport de lumière naturelle dans les chambres des patients.

17


Photo : Stephane Brügger

Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes / CHU Sainte-Justine En consortium avec Provencher_Roy Architectes

L e n o u v e a u c e n t re d e re c h e rc h e c o m p re n d 8 2 m o d u l e s

Un atrium plus grand que nature

de laboratoires humides pour la recherche fondamentale,

Les espaces de soin et de recherche se déploient à partir

des laboratoires secs pour la recherche clinique,

d’un vaste atrium central, où s’annonce d’emblée le thème

deux auditoriums (125 et 250 places), des espaces communs

de l’hypernature, inspiré de la faune et de la flore du mont Royal

axés sur la collaboration, les bureaux de la Direction de la recherche,

situé à proximité. Deux rocs superposés – un noir et un blanc –

des salles de conférences interactives, des salles d’enseignement,

occupent le cœur de l’atrium autour duquel se déploie l’ensemble

des laboratoires de formation et de simulation de même que

des espaces. Au plafond, des puits de lumière semblables

des salles d’apprentissage.

à des nuages percent un revêtement métallique, créant des effets

18


Un partenaire de taille pour le projet du CHU Sainte-Justine Par Mariane Landriau

L’agrandissement et la modernisation du Centre hospitalier universitaire

les pare-soleil et les écrans visuels. Avec le savoir-faire acquis au fil

Sainte-Justine ont nécessité la mobilisation de nombreux intervenants.

des années, l’offre s’est diversifiée pour inclure progressivement

Parmi ceux-ci, Cométal a été mandaté pour fournir les revêtements muraux

une vaste gamme de produits métalliques, comme des cloisons mobiles,

en acier inoxydable, les revêtements en laminé, les protections de coins

des accessoires de toilette, des mâts de drapeau, des protections murales,

en vinyle et en acier inoxydable, les pare-chocs en vinyle et en acier

des joints d’expansion et des trappes d’accès. De plus, Cométal fait affaire

inoxydable, de même que les mains courantes en acier inoxydable.

avec plus d’une centaine de fournisseurs et partenaires renommés, ce qui lui permet de décrocher des mandats très variés. Les produits

Il s’agit du plus important contrat à ce jour pour cette entreprise spécialisée

en acier inoxydable, un matériau difficile à travailler en raison de sa dureté,

dans la fabrication d’équipements architecturaux et mécaniques. Le projet,

sont d’ailleurs fabriqués dans l’usine de Saint-Romuald.

qui s’est échelonné sur environ un an et demi, a en effet requis l’embauche de deux chefs de chantier ainsi que l’affectation d’un conseiller associé

Cette spécialisation a permis à l’entreprise de prendre de l’expansion

à temps plein, Patrick Quenneville. « Le projet a nécessité une étroite

– elle compte aujourd’hui cinq bureaux régionaux au Québec – et d’acquérir

collaboration avec SNC-Lavalin et les architectes (Menkès Shooner Dagenais

une notoriété dans le marché nord-américain et international des pièces

LeTourneux Architectes en consortium avec Provencher_Roy) et une

métalliques destinées aux bâtiments industriels, institutionnels et commerciaux.

grande capacité d’adaptation sur le terrain », affirme Monsieur Quenneville.

Parmi les projets réalisés à l’étranger, notons les persiennes pour l’aéroport

Cométal a ainsi pu démontrer l’ampleur de son expertise en composants

les grilles architecturales de plafond pour le San Bernardino Court House,

spécialisés pour le milieu hospitalier, l’entreprise ayant également conçu

en Californie, ainsi que les persiennes pour le prestigieux 111 Murray

divers éléments pour la construction du CUSM.

Street, à Manhattan, New York.

de Philadelphie, les persiennes pour l’aluminerie Fjardaal Smelter, en Islande,

Diversification de l’expertise

« Nous aspirons à devenir une référence nord-américaine, surtout

Fondée à Lévis en 1962, Cométal concentrait initialement ses activités

dans la réalisation de projets où le sur-mesure est requis, tant sur le plan

dans les métaux ouvrés, comme les grilles d’acier, les persiennes,

de la complexité du design que de la réalisation », soutient Monsieur Quenneville.


Photo : Stephane Brügger

Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes / CHU Sainte-Justine En consortium avec Provencher_Roy Architectes

Intégration ludique de l’art de réflexion intéressants de part et d’autre de l’atrium jusque

Le vocabulaire propre à la nature se décline ensuite dans les divers

dans le centre de recherche, comme si le soleil y projetait

espaces intérieurs par l’intermédiaire de l’art. Racines, écorces,

ses rayons. Ce point de convergence pour les usagers provenant

branches, feuillage et animaux ont été réinterprétés de manière

du stationnement et de l’hôpital existant constitue un repère visuel,

artistique pour orienter l’usager de l’atrium vers les espaces publics.

u n élém en t d’ o rie nt at ion q ui é lim ine le be soi n d ’i nt é gre r

« Notre point de départ était la notion de jeu, et nous avons

une signalisation lourde.

réinventé la nature au cœur du projet de manière poétique », explique Jean-Pierre LeTourneux, architecte associé chez Menkès

En collaboration avec NIP Paysage, les architectes ont conçu

Shooner Dagenais LeTour neux Architectes. « Les artistes

une cour accessible aux patients qui prolonge les espaces

ont travaillé avec les enfants, d’où est issue la réflexion sur l’aspect

de l’atrium, offrant des aires de jeu et de repos.

ludique. Leurs interventions font donc appel à la curiosité, à l’univers de l’enfance. »

20


Une expertise de 20 ans démontrée au sommet du CHU de Sainte-Justine Par Mariane Landriau

L’année 2017 marque les 20 ans de LK Toitures, une entreprise

Un projet d’une grande complexité

spécialisée dans l’installation, la réparation, l’inspection et l’entretien

LK Toitures a d’ailleurs pu démontrer son savoir-faire et sa méthodologie

de toitures pour bâtiments industriels, commerciaux, institutionnels

rigoureuse lors de la réalisation des toitures du CHU de Sainte-Justine.

et multirésidentiels.

Constituées de membrane élastomère et de membrane caoutchoutée à chaud, ces toitures neuves totalisent 76 000 pi 2 pour la phase 1 et 126 500 pi 2

Depuis sa création par Michel LeBlanc, l’entrepreneur en toitures a connu

pour la phase 2, soit le plus gros projet effectué à ce jour par l’entrepreneur.

une croissance constante, et a réussi à se démarquer dans ce marché concurrentiel entre autres grâce à la mise en place d’un plan stratégique

Réalisés selon la méthode de construction en régime accéléré (fast track),

de développement, qui a permis la diversification des services et l’adaptation

les travaux se sont échelonnés de mai 2014 à octobre 2016 et furent

aux nouvelles technologies. L’intégration de trois associés a également

effectués avec la collaboration de l’entrepreneur général du projet,

appuyé le président dans la gestion de l’entreprise et le virage client effectué

SNC-Lavalin Construction Inc., ainsi qu’avec les firmes Menkès Shooner

au fil des années. À ce jour, LK Toitures a réalisé environ 6 500 projets

Dagenais LeTourneux Architectes et Provencher_Roy Associés Architectes.

et compte plus de 100 employés.

Le chantier a nécessité la présence de 8 à 17 employés sur le chantier, sous la direction du chargé de projets, du contremaître et de l’estimateur-

Une approche unique

coordonnateur de la production.

LK Toitures se distingue par sa vision d’affaires sans égal, qui se résume par l’acronyme TEAM, pour «travailler ensemble pour appliquer the most».

En raison de l’ampleur du bâtiment, l’équipe de LK Toitures a pu se surpasser

The most, c’est l’approche dont s’est dotée l’entreprise pour mobiliser

sur le plan de la logistique et de la coordination des équipes en respectant

son équipe, chaque lettre correspondant à l’une de ses priorités:

les échéanciers serrés, malgré les conditions hivernales rigoureuses

m pour «marketing relationnel avec les clients»; o pour solutions «optimales»;

et l’espace restreint. En plus de respecter les hauts standards du programme

s pour «santé et sécurité sur les chantiers»; et t pour «ténacité», qui permet

de prévention du maître d’œuvre en santé-sécurité et environnement,

de relever les défis avec expertise.

LK Toitures a su s’adapter aux multiples exigences techniques particulières.


Photo : Stephane Brügger

Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes / CHU Sainte-Justine En consortium avec Provencher_Roy Architectes

Tro i s œ u v re s p u b l i q u e s o n t é t é re t e n u e s p o u r re n f o rc e r

À l’extérieur, le thème de la nature est annoncé par la présence

la thématique d’hypernature. La première, conçue par Dominique

d’ un e s é rig ra phi e é v oq ua nt u ne su it e d e t ro n c s d ’ar b re s

Blain, consiste en des murs lumineux composés de triangles

sur la façade principale, de même que par le jardin céleste conçu

disposés de manière à former une texture tridimensionnelle. Situées

par le Cirque du Soleil et colorant l’une des cours intérieures.

à la sortie des ascenseurs publics, ces murales recèlent des animaux et divers objets que les visiteurs s’amuseront à découvrir.

Fluidité des circulations

La deuxième comprend huit statues d’ours en laiton et aluminium,

L’un des défis consistait à relier l’agrandissement à l’hôpital

situées à l’extérieur du BUS et conçues par Michel Saulnier.

existant tout en maintenant l’accès principal sur le chemin de la Côte-

Un totem de galets multicolores, également conçu par M. Saulnier,

Sainte-Catherine. En gardant en tête que les usagers arrivent

égaiera l’entrée. La troisième œuvre, créée par Patrick Bérubé,

par autobus, mais aussi par le nouveau stationnement de 4 étages

est un jeu de piste dans lequel des formes géométriques,

de 1200 places situé sous l’agrandissement, les architectes

des animaux et des objets sont cachés dans les aires publiques

ont créé un réseau de passerelles qui émergent de l’hôpital

du BUS. Misant sur l’intrigue, ce parcours ludique est signalé

et rejoignent l’agrandissement.

par un panneau placé à l’issue de la passerelle qui invite les enfants et leurs parents à trouver les objets.

Pour permettre à tous de transiter avec fluidité, on trouve une passerelle publique de 2 ½ étages, une passerelle médicale

Les architectes ont également joué avec la faune et la flore

de 8 étages et une passerelle d’un étage reliant le Centre

du mont Royal pour créer une série de pastilles et de pictogrammes

de recherche existant à l’agrandissement, hiérarchisant ainsi

qu’on trouve dans les corridors menant aux chambres, incitant

les circulations. Sous les passerelles, le passage Ellendale–

les enfants à reconnaître les animaux sur le plancher et à explorer.

Côte-Sainte-Catherine a été maintenu, mais enrichi pour s’adapter à son nouvel environnement.

22


Fiers collaborateurs de l’équipe SNC -Lavalin au projet CHU Ste-Justine

FlatTop


Photo : Stephane Brügger

Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes / CHU Sainte-Justine En consortium avec Provencher_Roy Architectes

Favoriser la guérison et le génie créatif En plus de favoriser les échanges entre le personnel soignant et les chercheurs et d’offrir un environnement collaboratif de qualité pour les chercheurs d’ailleurs, le projet Grandir en santé dote l’hôpital d’un milieu propice à la guérison, lumineux, amical et invitant. « Au lieu d’avoir un environnement purement fonctionnel, les espaces sont orientés vers le patient et cela rejaillit également sur le personnel soignant », affirme Jean-Pierre LeTourneux. On retrouve cet aspect Photo : Stephane Groleau

dans le centre de recherche, aménagé en laissant la place aux lieux de rencontre, et où le génie créatif peut s’exprimer. « Quand on a l’occasion de faire un projet de cette ampleur, on a le devoir, une obligation morale, en tant qu’architectes, de donner le meilleur de nous-mêmes, et c’est ce que nous avons fait », conclut Claude Provencher, architecte associé chez Provencher_Roy. L’agrandissement vise l’obtention des certifications LEED NC Or et BOMA BEST.

Client : Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine

Consultation LEED : Provencher_Roy | Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes

Architecture : Provencher_Roy | Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes

Architecture du paysage : NIP Paysage

Génie et construction : SNC-Lavalin inc.

24


Photo : Stephane Brügger

CHU STE-JUSTINE CARRELAGES FN INT’L EST HONORÉE D’AVOIR CONTRIBUÉ À LA RÉALISATION DE CE BEAU PROJET ET TIENT À REMERCIER

MSDL ARCHITECTES

514.353.9090

POUR LEUR CONTRIBUTION AU GRAND SUCCÈS DE CE DERNIER

25


Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes / Complexe des sciences – Campus MIL En consortium avec LEMAY et NFOE Architectes

LE COMPLEXE DES SCIENCES Un projet de société rassembleur axé sur l’innovation

Illustration s : Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes

Par Mariane Landriau

Situé sur le site de l’ancienne gare de triage d’Outremont,

de Montréal comme ville de savoir. Fruit d’une vaste réflexion

le nouveau Campus MIL de l’Université de Montréal s’inscrit

et d’une importante planification stratégique, le Campus MIL

dans le cadre d’un vaste projet de revitalisation d’un ancien secteur

était l’occasion de briser les frontières et de tisser des liens

industriel laissé à l’abandon. Avec l’objectif de doter l’institution

entre la communauté étudiante et scientifique, les citoyens

d’installations scientifiques à la fine pointe pour les chercheurs

et les entreprises en innovation.

d’ici et d’ailleurs, ce campus contribuera à consolider la réputation

26


Un pôle scientifique structurant Conçu par les firmes d’architectes Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes, Lemay et NFOE Architectes, le Complexe des sciences est le premier élément à être implanté sur le site du Campus MIL. Il s’agit d’un bâtiment d’environ 60 000 m² brut q u i c o m p re n d r a n o t a m m e n t d e s s a l l e s d ’ e n s e i g n e m e n t , des laboratoires, une bibliothèque et une agora. Porte d’entrée du site Outremont, ce pôle scientifique majeur accueillera plus de 35 chaires de recherche. L’analyse du site de la gare de triage a inspiré la conception du bâtiment. Comme la gare divisait les quartiers, la première étape consistait à déplacer des voies ferrées vers le nord et à ériger une passerelle piétonne au-dessus de celles-ci afin de rétablir les liens entre le quartier Outremont, le Mile-Ex, Parc-Extension et la ville de Mont-Royal. Cette intervention permet également de prolonger le quartier au sud du chemin de fer et de tisser des liens entre les différentes communautés.

principal était de créer une identité forte pour l’Université, une vitrine de haute technologie tout en créant des liens, une fluidité, tant

Le Complexe des sciences, qui ne forme qu’un seul et unique

sur le site que vers les quartiers environnants » explique Anik Shooner,

bâtiment, a été pensé en deux volumes reliés par la bibliothèque

architecte associée chez Menkès Shooner Dagenais LeTourneux

articulée autour de deux cours intérieures et par une agora,

Architectes. Véritable poumon du projet, ce sentier est agrémenté

un concept qui a permis de rallier les volontés des divers intervenants

de jardins dont les essences d’arbres rappellent celles qu’on trouve

du projet. Les deux pôles sont situés de part et d’autre d’un axe

sur le mont Royal. Il forme une place centrale favorisant les échanges

piétonnier appelé la « Promenade bleue », un fil conducteur

vers laquelle étudiants, chercheurs et enseignants peuvent converger,

qui relie les stations de métro Acadie et Outremont, deux points

et se poursuit au-dessus de la voie ferrée.

clés de la circulation de la population étudiante. « L’enjeu

Un nouveau quartier mixte et diversifié Bien plus qu’un pavillon universitaire, le Complexe des sciences sera partie prenante de son milieu et révolutionnera l’enseignement et la recherche. « Il s’agit d’un véritable bâtiment phare inspiré de son milieu – la gare, le mont Royal, le métro et l’université – qui permettra d’attirer des chercheurs de partout dans le monde », soutient Mme Shooner. Au cours des prochaines années, le Campus MIL accueillera d ’a ut re s i n sti t uti o ns, d e m ê m e q ue de s e s p ace s p u b l ic s , des immeubles résidentiels, des entreprises et des commerces. Ce projet avant-gardiste et audacieux permettra ainsi de créer un quartier foisonnant qui ralliera étudiants, chercheurs, résidents, commerçants et visiteurs au sein d’une communauté vivante et diversifiée. L’achèvement de la construction est prévu pour 2019 et le projet vise une certification LEED NC Or.

Client : Université de Montréal

Architecture : Menkès Shooner Dagenais Letourneux | Lemay | NFOE Architectes

27


Photo : Stephane Groleau

Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes / Vitrine étudiante – Polytechnique Montréal

Client : École Polytechnique de Montréal

Architecture : Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes

28


Un espace rassembleur pour Polytechnique Montréal Par Mariane Landriau

Gagnante de plusieurs prix et distinctions en architecture, dont le Prix d’excellence Cecobois 2017 dans la catégorie Design intérieur et le Prix valorisation du bois dans un design d’intérieur aux Grands Prix du Design 2015, la Vitrine étudiante d e Polytechnique a permis de revaloriser un espace de 2 500 m2 au cœur de cette école de génie réputée. L’objectif de ce réaménagement était double : créer un lieu de rassemblement convivial pour les étudiants et regrouper les services offerts à ces derniers, qui incluent la radio étudiante, le centre de soutien à la réussite, les locaux d’associations étudiantes, un café, un kiosque alimentaire ainsi que des espaces multifonctionnels. Afin de connecter les divers services en un tout cohérent, l’équipe de Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes a créé une vaste structure ondulée faite de lamelles de bois, incarnant l’aspect transitoire des lieux et le foisonnement de l’activité humai ne , tout e n c o nf ér an t un e i de nti té f o rt e à l ’e spa c e. Contrastant avec les murs et les colonnes de béton, cette structure est mise en valeur par un éclairage harmonieusement intégré, par des effets d’ombre et de lumière marquant l’espace public. Le b ois se re tro uve a uss i d an s plu s ie ur s a ut res é l é m e nts de la programmation tels des bancs ou des portes, contribuant à l’ambiance chaleureuse des lieux tout en conservant une allure épurée. L’accès à chaque service est rehaussé par une signalisation, un éclairage et des couleurs caractéristiques pour bien définir les zones de services. En somme, la planification des lieux et la signature distinctive du projet ont permis de transformer cette zone déstructurée en un espace fédérateur qui fait la fierté des étudiants et de l’institution.

29


Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes / YUL condos et maisons de ville

YUL : Un style de vie unique et inspirant à Montréal

Illustration : Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes

Par Mariane Landriau

Un quartier verdoyant, un Sky Lounge offrant une vue spectaculaire,

La silhouette distinctive des deux tours jumelles, composées

une f en es tration ab on da nt e, u ne fi nit i on ha ut de ga m m e

de quatre blocs superposés et légèrement décalés, s’intègre

et un emplacement de choix au cœur de l’îlot Overdale, voilà

parfaitement à la volumétrie du quartier. En plus de densifier cette zone urbaine, les immeubles comportent de nombreux espaces communs

ce que propose le complexe immobilier YUL.

permettant de favoriser les rencontres entre les résidents qui recherchent Conçus par la firme Menkès Shooner Dagenais LeTourneux

un style de vie dynamique. Aussi, les différents formats des unités

Architectes en consortium avec Stefano Domenici architecte,

ont été pensés pour répondre aux multiples besoins des familles

les maisons en rangée, les condos et les appartements-terrasses

d’aujourd’hui. Inspiré du monde aéroportuaire, ce milieu de vie raffiné

comprennent également la maison Louis-Hippolyte-La Fontaine

comprend en outre de nombreux espaces verts, dont une terrasse verte

restaurée, réunissant patrimoine et modernité pour une intégration

et un jardin à l’ampleur exceptionnelle, contribuant à l’embellissement

urbaine fort réussie.

du cadre de vie des usagers et à l’attractivité des lieux.

Client : Brivia

Architectes : Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes | Stefano Domenici architecte

30


Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes / Exposition Chagall : couleur et musique En collaboration avec le MBAM

Chagall : couleur et musique Entre rêve et réalité Par Mariane Landriau

Jamais une exposition canadienne consacrée au peintre

sont mis en scène par des lumières, projetant sur les murs

M arc C h ag all n ’ a at te int l’ env e rg ure de Chaga ll : co ul eu r

des ombres théâtrales. Chaque pièce est signalée par un seuil

et musique, qui a attiré plus 300 000 visiteurs. Rassemblant

rouge qui exprime le passage d’un monde à un autre. Les différents

340 œuvres – peintures, costumes, sculptures et autres projets

dispositifs architecturaux et technologiques utilisés comme les écrans,

créatifs –, cette exposition avant-gardiste met en lumière le rôle

la musique et les matériaux contribuent à produire un sentiment

fondamental de la musique tout au long de la carrière de l’artiste.

d’évasion. Cet assemblage de lieux distincts mais structurés déstabilise le visiteur par des changements d’ambiance et propose

Dépaysement, mystère et émerveillement sont au rendez-vous

une expérience multisensorielle très riche.

dans ces espaces aux décors oniriques, dont la scénographie a été imaginée par Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes.

Cette réalisation assoit une fois de plus l’expertise de la firme

Malgré plusieurs contraintes, notamment l’accès aux œuvres,

dans la création d’espaces culturels signifiants, celle-ci ayant déjà

le budget limité et la variété des pièces, la firme a réussi à créer

signé l’aménagement de la galerie d’architecture Monopoli

un parcours envoûtant à l’image de l’univers de Chagall.

et la scénographie de l’exposition Ici naquit Montréal au Musée d’archéologie et d’histoire de Montréal – Pointe-à-Callière.

Ainsi, les pièces d’exposition classiques où sont accrochés

Photo : MBAM, Denis Farley © SODRAC & ADAGP 2017, Chagall ®

des tableaux alternent avec les enclaves immersives, où des costumes

Client : Musée des beaux-arts de Montréal

Scénographie : Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes en collaboration avec le Musée des beaux-arts de Montréal

31


Construgep / Condos Mont-Joli

construgep.com

32


Condos Mont-Joli Des condos abordables de qualité supérieure Par Mariane Landriau

Conçus par le promoteur et entrepreneur Construgep, les Condos Mont-Joli se démarquent par leur abordabilité et leur cadre naturel exceptionnel, deux critères favorisant les familles, souvent laissées pour compte dans l’offre de condos dans les métropoles. Sis à l’angle des rues Mont-Joli et Cobourg, dans l’arrondissement de Montréal-Nord, ce complexe résidentiel comportera 144 condominiums d’une à quatre chambres, de même que 76 places de stationnement. La construction se répartira en huit phases d’un ou deux immeubles chacune, les sept premières étant déjà terminées et habitées. En plus d’assurer la construction complète des Condos Mont-Joli, C o n s t r u g e p a a g i à t i t re d e p ro m o t e u r, c e q u i t é m o i g n e de son expertise en gestion de projets innovateurs et de son désir de sortir des sentiers battus avec une offre avant-gardiste.

Place aux familles Des espaces verts à la disposition des pièces, tout a été pensé en fonction des besoins des familles d’aujourd’hui lors de la conception des plans, élaborés par la firme Geiger + Huot architectes. Les immeubles de trois étages sont constitués de maisonnettes de trois ou quatre chambres aménagées sur deux niveaux (rez-de-chaussée et premier étage), un aménagement qui sied bien aux familles. Pour sa part, le deuxième étage inclut des condos d’une ou deux chambres, pour les couples, les gens seuls ou les familles moins nombreuses.

33


Photo: Construgep

Construgep / Condos Mont-Joli

Une première à Montréal Au terme de la dernière phase, huit bâtiments aux formes

ils y organisent des fêtes d’enfants, des pique-niques,

contemporaines encadreront chacun leur parcelle de terrain,

d e s r a s s e m b l e m e n t s . C ’ e s t u n f r a n c s u c c è s ! » a ff i r m e

formant un parc linéaire. À ses extrémités, deux terrains de jeu

Mo ns ie u r L’Es pé ra n ce .

privés, déjà aménagés, offrent aux enfants un endroit où ils peuvent s’amuser en toute sécurité – une première à Montréal. «Cet ensemble

Selon les plans, chaque condo comporte un balcon ou une terrasse

résidentiel attire beaucoup de jeunes familles grâce au parc

donnant sur cet espace verdoyant propice à la détente

privé», soutient Stéphane L’Espérance, fondateur et président

et à l’esprit de communauté. Les façades au design soigné

de Construgep. «À Montréal, les enfants doivent souvent marcher

sont composées de brique grège ponctuée d’accents de brique

plusieurs coins de rue pour aller au parc. Dans les Condos

charbon et de saillies de bois torréfié, s’harmonisant à l’espace

Mont-Joli, ils n’ont qu’à descendre l’escalier pour se rendre au parc.

naturel des alentours. La fenestration abondante apporte

L es g en s a imen t é normé ment a v oi r ac cè s à ce t e s pa ce ;

luminosité et chaleur aux intérieurs.


Les Équipements St-Michel Inc., c'est désormais une main-d’œuvre de plus de 20 employés et une qualité de service éprouvée depuis plus de 15 ans.

SPÉCIALITÉS

Structure d’acier - Métaux ouvrés Escalier, fer forgé et galvanisa on

Gaetan Tremblay

Tél. : 450 454-5936 - Cell. : 514 916-1555 gaetanstm@axion.ca

www.equipementsst-michel.com


Photo: Construgep

Construgep / Condos Mont-Joli

36


Un quartier accueillant et stimulant

Une solution abordable pour les familles

Les familles se réjouissent aussi de la proximité de nombreuses

Les Condos Mont-Joli s’inscrivent dans le tout nouveau

écoles primaires et secondaires, de même que de l’hôpital Fleury.

programme d’accession à la propriété appelé Accès Propriété,

L’accès par le transport en commun est facilité par les lignes

conçu par le promoteur Construgep. Son principe est simple:

d’autobus du boulevard Saint-Michel et du boulevard Pie-IX

l’acheteur n’a qu’à verser 5 000 $ de mise de fonds initiale et Accès

(qui accueillera bientôt un service rapide par bus), ainsi que par la gare

Propriété fournit une mise de fonds supplémentaire équivalent

Montréal-Nord du train de l’Est.

à 5 % de la valeur, laquelle devra lui être remboursée au moment de la revente ou du refinancement du condo par le propriétaire.

En plus des deux parcs privés, les résidents des Condos Mont-Joli pourront profiter de nombreuses installations municipales,

Les Condos Mont-Joli répondent donc aux deux critères requis

notamment le parc des Hirondelles, le parc Ottawa, le parc-nature

pour être classés comme logement abordable, c’est-à-dire

de l’Île-de-la-Visitation, le complexe aquatique Gabriel-Lalemant

de présenter un prix en deçà de ceux du marché et nécessiter

et l’aréna Fleury.

une mise de fonds de seulement 5 000 $. De plus, toutes les unités

Depuis 1966 ESCALIERS ET GARDE-CORPS INTÉRIEUR ET EXTÉRIEUR 6 8 5 0 b o ul. Co utur e, St. L é o n a r d Q c . H 1 P 2 W6

In f o@span isho r na m e nt a l. co m

( 5 14 ) 326 - 0 7 21

spanishornamental.com 37


Photo: Construgep

Construgep / Condos Mont-Joli

Qualité des constructions sont admissibles au programme d’accession à la propriété

Malgré que leur coût soit nettement inférieur aux prix courants,

de la Ville de Montréal appelé Habiter Montréal, et les propriétaires

les Condos Mont-Joli présentent une construction de grande qualité,

pourraient obtenir une réduction de taxes municipales et des droits

dont certaines caractéristiques standards incluses sont souvent

de mutation immobilière. « Une étroite collaboration avec la Ville

offertes en option dans des projets d’autres promoteurs, proposant

et l’arrondissement nous a permis de concevoir un projet innovateur

un rapport qualité-prix imbattable.

qui satisfait aux besoins du secteur et de la communauté », explique Monsieur L’Espérance.

D’abord, les unités d’habitation de ce projet sont construites selon les critères de Novoclimat à l’aide de matériaux durables

Ainsi, les acheteurs peuvent se procurer une unité d’une chambre

et comportent une isolation supérieure, de manière à favoriser

à coucher pour aussi peu que 132 500  $ et une maisonnette

l’économie d’énergie. Parmi les caractéristiques de la finition

de quatre chambres à partir de 235 500 $. « Je vous mets au défi

intérieure, on trouve des armoires de cuisine et de salle de bain

de trouver un autre endroit à Montréal où vous pourrez acheter

en mélamine, des comptoirs en granit, des planchers de céramique

une propriété à ce prix avec une mise de fonds de 5000 $ ! »,

dans la cuisine et la salle de bain avec tuiles de grandes dimensions

déclare Monsieur L’Espérance. « Nous sommes fiers d’offrir une solution abordable, surtout pour les familles qui souhaitent accéder à la propriété. »

condosmontjoli.com

38


(12 po x 24 po), des planchers de bois d’ingénierie, des plinthes

La septième phase des condos Mont-Joli est maintenant livrée

et des cadrages contemporains et des sorties électriques

et vendue en partie, confirmant le franc succès de ce complexe

pour plafonniers. Bref, ce que les acheteurs recherchent est offert

résidentiel. « Nous sommes très fiers de cette réalisation, mais surtout

sans supplément. Seules les places de stationnement intérieures

du fait que les gens se sont approprié les lieux, qu’ils se sentent

et extérieures et la climatisation de type bi-bloc sont optionnelles.

chez eux », conclut Stéphane L’Espérance.

5000, rue Bernard-Lefebvre Laval, Québec, H7C 0A5

T. : 450 665-1335

WWW.BERNARDMNJ.COM

39


Construgep / Caisse Desjardins

40


Une Caisse Desjardins LEED dans l’arrondissement Saint-Laurent Par Mariane Landriau

Construgep a récemment effectué la construction de plusieurs bâtiments pour le promoteur Groupe Mach dans le Faubourg Bois-Franc, un nouveau quartier de l’arrondissement Saint-Laurent qui inclura des espaces de bureau, des commerces et des immeubles résidentiels. À proximité de la gare Saint-Laurent et des grands axes routiers, le Faubourg Bois-Franc jouit d’un emplacement de choix, à deux pas du terrain de golf Challenger, et propose des constructions haut de gamme. Construgep a entre autres été mandaté pour ériger certains restaurants et le nouveau point de service de la Caisse Desjardins, situé au 5590, boulevard Henri-Bourassa Ouest, tout près du boulevard Marcel-Laurin.

Un bâtiment innovant Visant une certification LEED Argent, l’aménagement de l’institution financière est axé sur le confort des usagers et l’accès universel. Le bâtiment intègre plusieurs composants verts pour minimiser la consommation d’énergie, notamment des bornes de recharge électrique, une toiture blanche, une isolation supérieure et un stationnement en béton pour limiter les îlots de chaleur. De plus, la construction a été effectuée en contrôlant l’émission de poussières et l’érosion, en utilisant des matériaux à faible émissivité de COV et en limitant le transport des matériaux. La coordination du projet présentait une certaine complexité, en raison notamment du respect des échéanciers des différents commerces avoisinants qui étaient en construction, de la gestion des approbations du ministère de l’Environnement et de l’arrimage avec la Ville de Montréal et l’arrondissement. Construgep a également coordonné la mise en place de l’aménagement paysager, réalisé par la firme KAP. Conformes au caractère écoénergétique du bâtiment, ces espaces verts comportent des plantes à faible consommation d’eau, ce qui a nécessité une recherche exhaustive sur les espèces à privilégier.

Un espace à la fine pointe du service à la clientèle Ouvert à l’automne 2016, ce nouvel espace client de Desjardins propose à sa clientèle une approche relationnelle axée sur l’accompagnement dans un environnement technologique. En entrant dans l’aire d’accueil, les clients sont invités à explorer les zones thématiques en parcourant les différentes stations à l’aide des chargés de clientèle. Les espaces comprennent des tables et des murs interactifs qui permettent de naviguer parmi les différents services offerts. Par ses installations de première qualité et sa finition soignée, cette réalisation démontre assurément l’étendue du savoir-faire et de la rigueur de l’équipe de Construgep.

41


LumiGroup - Éclairage & Contrôle

lumigroup.net

42


LumiGroup : une équipe portée par la passion et l’innovation de la lumière Par Mariane Landriau

Spécialisée dans la conception de solutions d’éclairage créatives, LumiGroup connait de nombreux succès qui reflètent l a p a s s i o n e t l ’ e x p e r t i s e d e s o n é q u i p e . To u j o u r s à l ’ a ff û t des plus récentes tendances, LumiGroup ne cesse de rechercher des produits innovateurs de qualité supérieure pour transformer les environnements et répondre de manière ergonomique aux besoins des utilisateurs. En 2015, LumiGroup a fait partie du palmarès annuel des 500 entreprises canadiennes ayant connu la plus forte croissance au cours des cinq dernières années, selon le magazine canadien PROFIT. Cette reconnaissance a valu au président de l’entreprise, Jean-Claude Calabro, d’être nommé comme personnalité de l’année au Gala Alpha 2016 de la Chambre de commerce et d’industrie de Saint-Laurent–Mont-Royal. En 2016, LumiGroup célébrait son 20e anniversaire de même que l’inauguration de sa boutique Le Studio Luminaires. Situé au 5445, avenue De Gaspé, Le Studio Luminaires constitue la première salle d’exposition ouverte au public de LumiGroup, dans laquelle le client peut trouver une grande sélection de luminaires, tant décoratifs qu’architecturaux de grandes marques internationales tel que FLOS, LucePlan, Tom Dixon, We-ef, Erco et plusieurs autres. Vous y êtes accueilli par les meilleurs experts du domaine. La clientèle, composée d’architectes, designers et d’ingénieurs adeptes d’éclairages architecturaux tant pour l’intérieur que l’extérieur.

43


Photo: David Giral

LumiGroup - Éclairage & Contrôle

Planetarium Rio Tinto Alcan, Montréal

44


Des projets tout en diversité À ce jour, LumiGroup a effectué plus des milliers de projets d’éclairage un peu partout en Amérique dans des édifices à bureaux ainsi que dans des immeubles commerciaux et industriels. L’excellence des réalisations de l’entreprise lui ont permis de travailler avec des firmes d’architecture et de design réputées, dont Lemay et associés Aedifica, Lemay Michaud, ABCP Architectes, Menkès Shooner Dagenais Le Tourneux Architectes, et plusieurs autres. Parmi les plus récents projets de LumiGroup, mentionnons la conception de la mise en lumière des bureaux de Pavilion Financial Corporation dans le cadre de la rénovation de l’espace. L’éclairage minimaliste permet de mettre en valeur le design d’intérieur créé par Lemay Ass., qui établit un contraste entre ouverture et intimité. Ce projet a d’ailleurs gagné le Grand Prix

Photo: Ray Van Dusen

du Design 2017 Éclairage. L’expertise de Lumigroup a été mise à profit dans un autre projet de bureaux d’envergure, soit le réaménagement du siège social de Pfizer, en collaboration avec Menkès Shooner Dagenais Le Tourneux Architectes. Les solutions d’éclairage apportées rehaussent tantôt un motif, tantôt une texture, contribuant à évoquer

Telecon, Montréal

le domaine pharmaceutique.

Avec cette même firme, Lumigroup a également collaboré à l ’é cl ai ra g e d e l’ esp ac e c ul turel G eo r ge s - É mil e L a pa lm e de la Place des Arts. La mise en lumière sobre mais dynamique de ce lieu de transition hautement fréquenté traduit la vocation culturelle de l’espace tout en agrémentant le parcours des usagers. Lumigroup en outre conçu de nombreux éclairages pour divers espaces commerciaux, en particulier pour Sportium, Sail, Couche-Tard, Le Château, Jacob, Aldo, SAQ, Groupe Jean Coutu, Familiprix, et plusieurs autres

Des partenariats qui ouvrent des horizons Afin d’offrir le meilleur à ses clients, LumiGroup fait confiance à plus de 70 fournisseurs réputés dans la fabrication d’appareils d’éclairage dans le monde, dont Vode Lighting, alight, Lightheaded, MP Lighting, Pinnacle, Osram, Traxon, Leviton, Intense, Zumtobel, Weef, Luminis, Dyson, LG Lighting, Erco, Tom Dixon, Luceplan,

Photo: Jonathan Robert

Terzani et plusieurs autres.

UBISOFT

45

LumiGroup fait partie de nombreuses organisations professionnelles, comme l’Illuminating Engineering Society of North America, National Council on Qualifications for the Lighting Professions et International Association of Lighting Designers contribuant ainsi à faire rayonner son expertise.


BGLA | Architecture + Design Urbain

BGLA : Un rayonnement aux quatre coins de la province Par Mariane Landriau

Fondée à Québec il y a 40 ans par Émile Gilbert, BGLA

pour l’équipe d’architectes a effectué des rénovations d’écoles,

Architecture + design urbain compte sur l’expertise de 5 associés

à la suite des investissements du ministère de l’Éducation

et 55 employés pour assurer la réussite d’une vaste gamme

dans ses infrastructures immobilières. L’agrandissement de l’école

de projets architecturaux dans les secteurs résidentiel, hospitalier,

primaire et secondaire Dollard-Des Ormeaux, située à Shannon,

récréotouristique, institutionnel et patrimoniaux.

sur le territoire de la base militaire de Valcartier, compte parmi les réussites de la forme. « La plupart des étudiants ont des parents

Grâce à son antenne à Montréal, ouverte il y a 20 ans et plus axée

militaires. Tout le design de l’école a donc été basé sur l’idée

sur le design urbain, la firme excelle également dans les projets

que la clientèle de cette école est vulnérable – dont le père

d’aménagement, tels des spas, des places publiques et des études

ou la mère peut être en mission », explique Pierre-André Lévesque.

urbaines. Ce bureau permet ainsi de servir plus efficacement

« Nous nous sommes inspirés de l’idée du cocon, pour que

sa clientèle située en Abitibi-Témiscamingue. En 2012, la clientèle

les jeunes se sentent bien entourés, comme une deuxième famille. »

grandissante sur la Côte-Nord a mené à une deuxième expansion de la firme et à l’implantation d’une troisième succursale

Par l’intermédiaire d’un de ses clients, soit l’Office municipal

à Sept-Îles. « Depuis 40 ans, nous avons toujours consolidé

d’habitation de Québec, un organisme paramunicipal qui gère

ce que nous avons bâti », résume Pierre-André Lévesque,

plusieurs milliers d’appartements à loyer modique et qui collabore

architecte associé chez BGLA.

avec l’Office municipal d’habitation de Kuujjuaq, BGLA a obtenu divers mandats de rénovation dans le Nord-du-Québec.

Expertise en patrimoine architectural

D’ailleurs, l’été prochain, elle réalisera des projets dans sept

BGLA est entre autres reconnue pour son expertise

villages différents du Grand Nord québécois.

e n re s t a u r a t i o n d e b â t i m e n t s p a t r i m o n i a u x , p a r e x e m p l e la restauration de vieille pierre, la remise à neuf d’anciens phares

BGLA est intervenu dans de nombreux projets hospitaliers,

en pierre, en béton ou en bardeaux de cèdre, et l’amélioration

dont le réaménagement de l’urgence de l’Institut universitaire

d’enveloppes de divers bâtiments.

de cardiologie et de pneumologie de Québec, dont la complexité

Récemment, elle a procédé à la rénovation du pavillon

m al g ré le s tr av a u x. P rim é m a in te s f o i s p ou r l ’ ex ce l l ence

Old Chancellor Day, qui accueille des bureaux administratifs

de sa conception, le Centre de traitement des résidus industriels

de l’Université McGill. La transformation du Domaine Cataraqui

(CTRI) est une autre des belles réussites de BGLA.

réside dans le fait que les activités de l’institut se poursuivaient

– une ancienne villa de prestige située sur les plaines d’Abraham – en école d’hôtellerie figure également parmi ses importantes

Avec 90 projets en cours sur la table à dessin, dont un important

réalisations dans ce domaine.

contrat de rénovation des 10 bâtiments de services du parc Forillon, en Gaspésie, BGLA poursuit son rayonnement au Québec. « L’avenir

Vaste clientèle institutionnelle

de no tre f ir m e ré si d e d an s l a co ns ol i da t i o n d es éq ui p es

Environ 80 % de la clientèle de BGLA est constituée

et notre collaboration avec nos clients. Aussi, si nous avions

d’organisations publiques ou parapubliques. Parmi elles, on trouve

l’occasion de travailler en consortium pour des projets aux États-

de nombreuses commissions scolaires de Montréal et Québec

Unis nous serions intéressés !» conclut Pierre-André Lévesque.

bgla.ca

46


PAVILLON OLD CHANCELLOR DAY, UNIVERSITÉ MCGILL Montréal RESTAURATION DES FENÊTRES, RÉNOVATION INTÉRIEURE ET NOUVEAU SYSTÈME DE CHAUFFAGE

Le pavillon Old Chancellor Day, construit dans les années 1890, est un bâtiment d’importance patrimonial accueillant les bureaux administratifs d’une trentaine de professeurs et du personnel d’appoint ainsi que les locaux de réunion de la Faculté de droit de l’université McGill, au centre-ville de Montréal. Revêtu de fenêtres obsolètes des années 1960 et discordantes avec l’esthétique du bâtiment de maçonnerie, le bâtiment sera doté, par ce projet, de fenêtres de bois ouvrantes. BGLA a assuré une coordination étroite avec les ingénieurs en électromécanique afin de revoir le système de chauffage électrique et l’éclairage. Un système combinant ventilation naturelle par les fenêtres ouvrantes et nouveau système de chauffage / tempérage assure désormais le maintien de l’air ambiant à une température constante de 24 degrés Celsius. Un système de climatisation conventionnel n’était pas recommandé vu les impacts hygrothermiques conséquents sur les murs de maçonnerie massive. Le projet comportait, outre la restauration des fenêtres, un volet décontamination de l’amiante des plâtres de finition et de plomb provenant de la peinture. Les dégâts encourus en chantier suite à la rupture d’un conduit d’eau au quatrième étage, a requis une intervention rapide pour remédier au problème de moisissure résultant, de même que pour la coordination des plans et devis pour les travaux ajoutés, dont la restauration, tel qu’à l’origine, des planchers en parquet de bois du grand hall d’accueil. Dans le but de libérer les lieux en prévision du chantier, le projet comportait un volet de déménagement important. BGLA a assuré la gestion de ce déménagement ainsi que des plans d’aménagement pour les locaux temporaires et définitifs des usagers.

Nom de la firme responsable : BGLA | ARCHITECTURE + DESIGN URBAIN

Envergure du projet : 615 m2 d’implantation brute (3 étages et un comble)

Architecte chargé de projet : Yvon Lachance

Échéancier des travaux 07/ 2014 – 09/2015

Budget: 4,1 M$

47


COLLÈGE CHARLES-LEMOYNE Longueuil AGRANDISSEMENT, NOUVEAU GYMNASE ET COUR INTÉRIEURE

L’agrandissement consiste en l’aménagement de locaux d’enseignement afin de regrouper en un même lieu les élèves du premier cycle du secondaire et ceux du 2e cycle, pour une augmentation de 440 nouveaux étudiants. Afin de répondre aux besoins des étudiants du 2 e cycle, le projet prévoir l’ajout de 10 nouvelles salles de classe, dont 2 laboratoires, 1 gymnase double de type compétitif, une salle de musculation, tous les espaces de services nécessaires aux équipements sportifs, une salle d’art dramatique et un nouveau secteur administratif. Les nouvelles infrastructures seront utilisées par le collège Charles-Lemoyne, mais aussi par la communauté du quartier en dehors des heures de classe, notamment pour les équipements sportifs comme le gymnase et la salle de musculation et pour la salle d’art dramatique. En plus de créer un lieu d’apprentissage et de diffusion voué aux sports, le collège rassemble un lieu où 850 étudiants et une cinquantaine d’enseignants peuvent échanger et s’épanouir dans un encadrement scolaire de qualité. En vue de répondre aux besoins communs de cette nouvelle population, le projet prévoit le réaménagement des principaux espaces partagés du Collège, soit la cafétéria, incluant la cuisine commerciale et le comptoir service, une bibliothèque et un salon étudiant, la radio étudiante, la salle des casiers, les bureaux des surveillants salle à manger des professeurs.. Le projet s’inscrit sur un site dont les composantes présentent un potentiel favorable pour un programme scolaire sport-étude optimal. Encadré sur le flanc sud-ouest par un boisé, et du côté sud-est par un terrain sportif généreux, on retrouve au périmètre du site le bâti hétéroclite existant, formant par le fait même une grande cour d’école.

Nom de la firme responsable : BGLA | ARCHITECTURE + DESIGN URBAIN

Coût des travaux : 9,4 M$ Envergure du projet : 45 647pi2 (superficie brute)

Architecte chargé de projet et de conception : Martin Brière

Fin des travaux : 09/2015

Programme sommaire : Agrandissement, réaménagement de l’existant (cafétéria) et de la cour intérieure.

48


Quelle est la première étape à compléter lors de la construction de maisons éco-énergétiques ? Bâtir une relation avec Owens Corning. En raison de la hausse des coûts d’énergie, les propriétaires d’aujourd’hui cherchent des maisons qui leur permettront de faire Produits pour l’efficacité énergétique et le contrôle acoustique

des économies. En fait, 98 % des acheteurs ont dit que

les constructeurs devraient offrir l’efficacité énergétique1. Qui peut vous aider à bâtir ce type de maison ? Owens Corning. Qu’il s’agisse d’isolants FIBERGLAS® ROSE, de panneaux de polystyrène extrudé rigide ou MC

du système pare-air CodeBord , Owens Corning offre des isolants

ainsi que l’expérience

et l’expertise requises pour vous aider à créer une enveloppe thermique exceptionnelle. Le contrôle acoustique est en voie de devenir une réelle préoccupation chez les acheteurs de maisons et Owens Corning a la solution :

Isolant en vrac PROPINK®

la solution d’insonorisation Quiétude®. Vous voulez bâtir des maisons qui se distinguent des autres dans le marché hautement concurrentiel d’aujourd’hui ? La première étape est de parler à Owens Corning, l’expert Système pare-air CodeBordMC

en efficacité énergétique. Demandez à l’un de nos directeurs des ventes de secteur de vous expliquer la meilleure façon d’utiliser les isolants pour rendre vos maisons encore

plus éco-énergétiques. Ils peuvent même travailler avec vous pour élaborer un programme privilégié pour la mise en marché de vos maisons. Pour plus de renseignements, communiquez avec votre représentant des ventes local.

www.owenscorning.ca

1 2007 EnerQuality Corporation New Home Buyer Survey. LA PANTHÈRE ROSEMC & © 1964-2008 Metro-Goldwyn-Mayer Studios Inc. Tous droits réservés. La couleur ROSE est une marque déposée d’Owens Corning. Le contenu recyclé de 60 % s’applique uniquement aux isolants FIBERGLAS® ROSE et matelas insonorisants Quiétude® canadiens. ENERGY STAR® est une marque déposée de United States Environmental Protection Agency. Au Canada, ENERGY STAR® est administré par Ressources naturelles Canada et utilisé avec autorisation. Le logo GREENGUARD Qualité de l’air des locaux certifiée est déposé au U.S. Pat & TM Office. Le programme R-2000 est une marque officielle de Ressources naturelles Canada. © 2007-2008 Owens Corning. Tous droits réservés.


fondsimmobilierftq.com

ICI, L’AVENIR SE CONSTRUIT.

INVESTIR ET BÂTIR ENSEMBLE Le Fonds immobilier de solidarité FTQ, en partenariat avec des leaders du secteur, réalise des projets immobiliers rentables, créateurs d’emplois et socialement responsables depuis plus de 25 ans. C’est en participant financièrement et stratégiquement à leur succès que le Fonds immobilier contribue à l’émergence d’une vision moderne du développement urbain qui sait FAIRE TOURNER L’ÉCONOMIE D’ICI.

P R OJ E T : LE QG REPENTIGNY

PARTENAIRE :

Inno 26 printemps ete 2017  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you