Page 1

LE MAG

7

SEMAINE 7 temps forts DU 13 AU 19 FÉVRIER 2010

DIMANCHE 14 FÉVRIER 21.30

Lancement d’une série choc sur le mythique Bureau et débat animé par Fabrice d’Almeida


documentaire

magazine

jeunesse

Temps forts

programme court

long-métrage de cinéma

information

Sommaire La grille des soirées

3-4

FBI

5-8

Le Doc du dimanche

A chacun son mariage

© ADAMIS

Droit d’urgence, droit pour tous

9

10

Empreintes

JEUDI 18 FÉVRIER 21.35

Roberto Alagna « Ma vie est un opéra »

Un soir avec… Les Grands Collectionneurs Alain Dominique Perrin et Marin Karmitz se racontent par le prisme des objets qu’ils collectionnent. Quelle est l’origine de cette passion ? Comment transmettre une collection ? Cette série les suit dans leurs démarches et leurs réflexions.

11-12

Un soir avec…

Les Grands Collectionneurs

MARDI 16 FÉVRIER 20.35

13-14

Droit d’urgence, droit pour tous

© TV PRESSE PRODUCTIONS

A travers les problématiques de plusieurs usagers, plongée au cœur d’une association qui apporte aide juridique et sociale à ceux qui n’ont pas les moyens de s’offrir les services d’un avocat.

DIMANCHE 14 FÉVRIER 16.40 ET 20.35

2

FRANCE 5 • SEMAINE 7 DU 13 AU 19 FÉVRIER 2010

15

Plus tard, tu comprendras

16

Actus / Echos

17

La grille des programmes

Le Doc du dimanche : A chacun son mariage

Contacts © STORY BOX PRESSE

Pour leur mariage, ils sont de plus en plus nombreux à opter pour une formule qui leur ressemble. Des préparatifs à la célébration de leur fête, portraits croisés de quatre couples d’horizons divers.

Il était une fois l’Amazonie

18-19

20

© Crédit photo de couverture : Maha Productions


magazine

documentaire

Soirées

jeunesse

programme court

fiction

information

Semaine 7

20.35 Echappées belles

21.35 Le Cavalier du Golestan

Destination les Caraïbes en compagnie de Sophie Jovillard. Comme chaque semaine, l’animatrice propose de partir à la découverte d’une région du monde.

Portrait d’un adolescent turkmène passionné de chevaux, qui rêve de devenir jockey. Des plaines du Golestan à Téhéran, il lui reste bien du chemin à parcourir.

© PEIGNOIR PROD

© ALAIN GOURY/ BO TRAVAIL !

SAMEDI 13 FÉVRIER

Le Doc du dimanche avec Claire Fournier Histoire avec Fabrice d’Almeida

DIMANCHE 14 FÉVRIER

20.35

21.30 FBI

Le Doc du dimanche

Comment imaginent-ils l’un des jours les plus importants de leur vie ? Pour célébrer leur union, certains n’hésitent pas à parier sur l’excentricité…

LUNDI 15 FÉVRIER

© SERVICE PRESSE FBI

© STORY BOX PRESS

A chacun son mariage

De sa création, au début du XXe siècle, à nos jours, l’histoire de l’une des organisations les plus puissantes de la planète. Cinq épisodes pour tout savoir sur le FBI.

Fiction avec Thomas Hugues

20.35 Plus tard, tu comprendras © DAN BRONFELD

A Paris, Victor, un homme d’une quarantaine d’années, se recueille devant le Mur des noms, érigé à la mémoire des Juifs déportés. Des années auparavant, il a essayé d’interroger sa mère sur le passé de sa famille. Sans succès. Aidé par sa femme, il va mener l’enquête et remonter peu à peu le fil de la mémoire jusqu’à la découverte de la vérité. 3

FRANCE 5 • SEMAINE 7 DU 13 AU 19 FÉVRIER 2010


magazine

documentaire

jeunesse

Soirées

fiction

information

Semaine 7 Le Monde en face avec Carole Gaessler Le Monde en face avec Carole Gaessler

MARDI 16 FÉVRIER

20.35 Droit d’urgence, droit pour tous Ils sont nombreux à ne pas pouvoir s’offrir les services d’un avocat pour faire valoir leurs droits. Les bénévoles de Droit d’urgence leur viennent en aide...

21.40 Pour le plaisir… En quoi les relations amoureuses ont-elles changé depuis les années 1950 ? La révolution sexuelle a-t-elle réellement eu lieu ? Explications dans ce documentaire émoustillant.

© CINÉTÉVÉ

© TV PRESSE PRODUCTION

programme court

Il fait bon vivre avec Stéphane Thebaut et son magazine de l’habitat et de l’aménagement.

21.20 Silence, ça pousse ! Vive le jardinage ! La passion pour les plantes de Stéphane Marie et Noëlle Bréham est contagieuse...

© CHRISTOPHE FILLIEULE / LA FABRIK / FTV FRANCE 5

JEUDI 18 FÉVRIER

© NATHALIE GUYON / FTV FRANCE 5

© NATHALIE GUYON / FTV FRANCE 5

20.35 Question maison

© NATHALIE GUYON / FTV FRANCE 5

MERCREDI 17 FÉVRIER

21.50 C’est notre affaire Cette semaine, Claire Fournier s’intéresse au vin chinois (eh oui, ça existe !), aux packs ski ainsi qu’au suremballage.

Arts et culture avec Laurence Piquet

21.35 Un soir avec...

20.35 La Grande Librairie

© ADAMIS

Des auteurs à écouter, des histoires à déguster, des pages à dévorer, des mots à savourer… C’est sur le plateau de François Busnel que ça se passe !

Les Grands Collectionneurs Peinture, photographie... Deux grands collectionneurs, Alain Dominique Perrin et Marin Karmitz, font partager leur amour de l’art.

20.35 Roberto Alagna « Ma vie est un opéra » Confidences intimes du célèbre ténor, dont la voix s’exprime sur les plus grandes scènes du monde. 4

FRANCE 5 • SEMAINE 7 10DU DU131ERAU AU197 FÉVRIER MARS 2008 2010

© CHRISTOPHE FILLIEULE / LA FABRIK / FTV FRANCE 5

© SOCIÉTÉ EUROPÉENNE DE PRODUCTION

VENDREDI 19 FÉVRIER

21.30 Café Picouly Daniel Picouly anime, au Café Charbon à Paris, le rendez-vous hebdomadaire incontournable des mordus de cinéma, théâtre ou musique.


À PARTIR DU DIMANCHE 14 FÉVRIER 21.30

© MAHA PRODUCTIONS

DÉBAT DURÉE 50’ PRÉSENTATION FABRICE D’ALMEIDA SÉRIE DOCUMENTAIRE DURÉE 5 X 52’ AUTEURS FABRIZIO CALVI ET DAVID CARR-BROWN RÉALISATION DAVID CARR-BROWN PRODUCTION FRANCE TÉLÉVISIONS PÔLE FRANCE 5/MAHA PRODUCTIONS ANNÉE 2009

FB I Mis sur pied en 1908 et dirigé pendant près d’un demi-siècle par John Edgar Hoover, le Federal Bureau of Investigation a accompagné la vie politique américaine. Avec cette série documentaire en cinq volets, Fabrizio Calvi et David Carr-Brown retracent un siècle d’affaires, petites et grandes.

aire raconter, par ceux qui l’ont faite, l’histoire de la plus célèbre institution du département de la justice américaine: tel est le pari qu’ont relevé le journaliste d’investigation Fabrizio Calvi et le réalisateur britannique David CarrBrown. Pour venir à bout du projet dont le producteur Denis Poncet est l’initiateur, ces deux professionnels chevronnés n’ont pas ménagé leurs efforts. Plusieurs mois de repérages, un an de tournage, autant pour le montage, une centaine d’anciens responsables et d’anciens agents interrogés, plus de cent cinquante heures de rushes… Trois ans de travail au bout desquels le tandem a pu retra-

F 5

FRANCE 5 • SEMAINE 7 DU 13 AU 19 FÉVRIER 2010

cer son incroyable saga dans une série documentaire en cinq volets thématiques, ainsi que dans un copieux livre. Offrant deux visions complémentaires, image et écrit permettent de revenir sur les heures de gloire et les périodes chahutées qu’a connues le « Bureau » tout au long du XXe siècle. Qu’il se soit focalisé, par vagues, sur les gangsters, les nazis, les communistes, les mouvements d’émancipation afro-américains ou pacifistes, les mafias, les criminels en série, la corruption ou, comme aujourd’hui, le terrorisme et la criminalité en col blanc, c’est une page de la nation américaine que ce prestigieux service a contribué à écrire.


FBI Entretien avec Fabrizio Calvi, auteur, et David Carr-Brown, auteur-réalisateur avec lui, tout s’est débloqué et une association, regroupant huit mille anciens agents, nous a ouvert ses fichiers. Quel dispositif avez-vous mis en place pour retracer ce siècle d’histoire du FBI ? Fabrizio Calvi : Nous avons commencé par établir une liste des grandes affaires et plusieurs chronologies. Parmi tous les noms qui nous étaient proposés, nous avons choisi de rencontrer une centaine de personnes ayant participé à des événements ou des enquêtes clés. Nous en avons retenu une cinquantaine.

David Carr-Brown : Pendant huit mois, nous avons reçu, dans un appartement transformé en studio à Arlington, près de Washington, des dirigeants et d’anciens agents. Les séances de rendez-vous ont débuté avec les plus âgés : le plus vieux, 104 ans, avait tiré sur le fameux couple « Bonnie and Clyde » ! Nous avons également effectué des séjours en Floride, où plus i e u r s d ’ e n t re eux ont pris leur retraite.

UNE ENQUÊTE-FLEUVE EN LIBRAIRIE Complémentaire, l’ouvrage que signent Fabrizio Calvi et David Carr-Brown utilise une multitude d’éléments n’ayant pu trouver leur place dans leur série documentaire. Patient travail réalisé à partir de nombreuses pièces d’archives et des témoignages d’une centaine d’agents retirés ou encore en service, FBI, l’histoire du Bureau par ses agents (Fayard) retrace un siècle d’une histoire riche de coups de maître, mais aussi de coups tordus…

© FBI

© MAHA PRODUCTIONS

Comment avez-vous convaincu le FBI de collaborer à votre projet ? Fabrizio Calvi : Après une épreuve d’obstacles ! Quand, en 2007, nous avons contacté des responsables du FBI, l’approche du centenaire n’était pas spécialement dans les esprits : pour les Américains, l’histoire du FBI démarre en 1924, avec John Edgar Hoover. Ils ont aussi oublié que c’est un Français, Charles Joseph Bonaparte-Patterson, petit-neveu de Napoléon Ier, qui le créa. Pour nous jauger, un de leurs agents, spécialiste de la lutte contre la mafia, nous a d’abord reçus. Il s’est trouvé que j’avais eu, comme lui, l’occasion d’approcher les juges Falcone et Borsellino, tous deux assassinés à Palerme. Après avoir franchi avec succès ce premier palier, nous avons été autorisés à interviewer Car tha « Deke » DeLoache. Ancien directeur adjoint du FBI, DeLoache y a joué un rôle clé entre 1942 et 1969. Deux entretiens plus tard

« Interroger des hommes qui ont passé leur vie à faire des interrogatoires et découvrir leur grande liberté de parole m’a franchement étonné. Tout ce qu’ils voulaient, c’était que nous soyons “justes” avec le Bureau. » 6

FRANCE 5 • SEMAINE 7 DU 13 AU 19 FÉVRIER 2010


© FBI

© FBI

© BBC

FBI

« De nombreux agents nous ont confié leur matériel personnel : photos, films ou enregistrements audio, comme les bandes que nous a transmises Bill Hagmeier, l’agent qui a interrogé le tueur en série Ted Bundy. » Comment avez-vous pu mettre la main sur les nombreuses archives réunies dans vos films ? Fabrizio Calvi : Sans trop de difficultés pour les dernières décennies puisque, depuis les années 1970, le FBI déclassifie les dossiers concernant les grandes affaires criminelles, consultables aux Archives nationales. Un très grand nombre de documents officiels est par ailleurs facilement disponible dans ce pays où l’info est souvent surabondante.

David Carr-Brown : De nombreux agents nous ont aussi confié leur matériel personnel : photos, films ou enregistrements audio, comme les bandes que nous a transmises Bill Hagmeier, l’agent qui a interrogé le tueur en série Ted Bundy. Toutes les conversations téléphoniques des présidents des Etats-Unis sont enregistrées, déposées à la National Library of Congress et facilement accessibles. Le plus fastidieux a été d’identifier celles qui pouvaient nous intéresser, car leur contenu n’est pas toujours indexé.

FABRIZIO CALVI

7

FRANCE 5 • SEMAINE 7 DU 13 AU 19 FÉVRIER 2010

DAVID CARR-BROWN Réalisateur et producteur de reportages, de magazines et de films documentaires, David Carr-Brown travaille depuis trente ans pour de nombreuses chaînes de télévision en Europe. Parmi ses dernières réalisations : Big Brother City, Résistants.com, Quand Hollywood monte au front, H5N1 — La Traque au virus. Il a aussi coréalisé Chroniques de la violence ordinaire, collection de Christophe Nick.

© NATHALIE GUYON / FTV FRANCE 5

© NATHALIE GUYON / FTV FRANCE 5

Spécialisé dans la criminalité organisée et les services secrets, Fabrizio Calvi a réalisé de nombreux documentaires et notamment : Elf ; la saga Série noire au Crédit Lyonnais ou encore Terrorisme noir en Italie. Il a également publié une quinzaine d’ouvrages d’investigation : Le Festin du Reich — Le Pillage de la France occupée 1940-1944, L’Europe des parrains, La Vie quotidienne de la Mafia…

Faire parler tous ces agents vous a-t-il demandé beaucoup d’adresse ? Fabrizio Calvi : Interroger des hommes qui ont passé leur vie à faire des interrogatoires et découvrir leur grande liberté de parole m’a franchement étonné. Tout ce qu’ils voulaient, c’était que nous soyons « justes » avec le Bureau. Pour autant, tous ces agents ne sont pas allés au bout de ce qu’ils pouvaient dire et il y a des territoires sur lesquels nous nous sommes aventurés très difficilement.


© FBI

© FBI

© FBI

FBI

« Dès son arrivée, et même auparavant au ministère de la Justice, John Edgar Hoover a immédiatement compris l’importance de l’image. Il a su bâtir autour des “G-Men” — les “hommes du gouvernement” — un vrai mythe ».

A quoi tient l’incroyable aura qui entoure ces agents dans l’opinion ? Fabrizio Calvi : Dès son arrivée, et même auparavant au ministère de la Justice, John Edgar Hoover a immédiatement compris l’importance de l’image. Il a su bâtir autour des « G-Men » — les « hommes du gouvernement » — un vrai mythe en valorisant, par le cinéma, mais aussi par la radio et la télévision, leur image de héros positifs et invincibles. David Carr-Brown : Le FBI est né avec l’image et celle-ci a été abondamment utilisée pour convaincre la population qu’il était une force puissante. Cela s’est avéré d’au8

FRANCE 5 • SEMAINE 7 DU 13 AU 19 FÉVRIER 2010

tant plus nécessaire que ses effectifs n’ont jamais été pléthoriques : ses 12 600 agents d’aujourd’hui représentent un tiers des forces de police de la préfecture de Paris… Si vous aviez pu interroger Hoover, quelle question auriez-vous voulu lui poser ? Fabrizio Calvi : J’aurais bien voulu savoir pourquoi, pendant des années, il s’est tenu à l’écart de la lutte contre la criminalité organisée. C’est en effet sous son ère au FBI que la mafia est devenue une vraie puissance politique, qui a fait les présidents des Etats-Unis, voire les a fait assassiner.

Quelles ont donc été ses réticences à affronter un ennemi aussi redoutable ? David Carr-Brown : Dans sa jeunesse, à la fin de la Première Guerre mondiale, Hoover a participé à des rafles d’immigrés qui lui ont valu d’être promu. Plus tard, pendant la Seconde Guerre mondiale, alors qu’il dirigeait le FBI, il a refusé de s’occuper de celles dirigées contre les populations d’origine japonaise. J’aurais bien aimé lui demander ce qu’il avait appris de cette énorme erreur de jeunesse pour ne pas recommencer. Propos recueillis par Christine Guillemeau

LE DÉBAT : « LE FBI ET NOUS » Conduit par l’historien Fabrice d’Almeida, un débat en plateau suit la diffusion du premier volet, le dimanche 14 février à 22 h 30. Plusieurs axes seront abordés, parmi lesquels la fascination qu’exerce le FBI sur le grand public, la comparaison du « Bureau » avec d’autres grandes forces de police dans le monde, ainsi que les conditions qui rendraient possible la création d’une agence similaire en Europe. Invités, entre autres : Alain Bauer, criminologue et spécialiste des questions de sécurité ; Nicole Bacharan, historienne, politologue et spécialiste des Etats-Unis ; Marc Dugain, romancier, auteur de La Malédiction d’Edgar, et cinéaste.

© NATHALIE GUYON / FTV FRANCE 5

David Carr-Brown : Ce sont des hommes de loi, tous passionnés par ce qu’ils ont fait, et ils n’ont pas l’habitude de manier la langue de bois. Le témoignage de ces différentes générations d’agents est si riche que nous songeons maintenant à mettre nos enregistrements sur Internet. Reste qu’il ne s’agissait pas pour nous d’obtenir des scoops mais une somme de petits détails. Nous étions davantage à la pêche qu’à la chasse et la patience était de mise.


DIMANCHE 14 FÉVRIER 16.40 JEUDI 18 FÉVRIER 16.30

ET 20.35

© STORY BOX PRESS

DOCUMENTAIRE DURÉE 52’ AUTEURE-RÉALISATRICE ALEXANDRA RANZ PRODUCTION FRANCE TÉLÉVISIONS/STORY BOX PRESS ANNÉE 2009

Le Doc du dimanche

A chacun son mariage Saint-Valentin oblige, ce documentaire célèbre les amoureux en suivant quatre couples qui, pour s’unir, ont opté pour une formule sur mesure. Ultra-chic, en tête à tête sur une île, sponsorisé ou encore bio, tour d’horizon de mariages… peu ordinaires.

omment vit-on son mariage aujourd’hui ? Alexandra Ranz sort des sentiers battus en partant à la rencontre de jeunes couples qui dérogent à la tradition immuable du mariage religieux suivi d’une réception classique. A Istanbul, Meriem et Achim, fils d’un riche industriel, font partie de la jeunesse dorée turque. Leur désir ? Organiser une fête sur les rives du Bosphore, entre extravagance européenne et coutumes traditionnelles. Avec un budget de plus de 80 000 ¤ et 400 convives, ils ont fait appel à Mireille, une wedding planner chevronnée, pour superviser l’événement. Sabrine et Gilles ont gagné sur Internet un séjour à l’île Maurice dans un hôtel cinq étoiles. Après sept ans de vie commune, ils profitent de cette

C

9

FRANCE 5 • SEMAINE 7 DU 13 AU 19 FÉVRIER 2010

occasion pour célébrer leur union en solo. A Por t Louis, ils entreprennent des démarches administratives pour faire reconnaître leur alliance par l’ambassade de France et les autorités mauriciennes. Vêtus d’un sari et d’un kurta, ils échangent leurs consentements devant le directeur de l’hôtel au beau milieu de la piscine !

Jusqu’au bout du rêve Pour financer le mariage de leurs rêves estimé à 12 000 euros, et avec seulement 7 000 ¤ en poche, Natacha et Vincent ont décidé de trouver des sponsors. Depuis un an, sur leur blog, ils publient des articles afin de mettre en lumière le savoir-faire et l’actualité de leurs partenaires. Ces derniers ont accepté d’offrir leurs services gratuite-

ment (décoration, costume et robe, groupe de musique…) en échange d’un peu de publicité et de visibilité sur le site. Enfin, dans l’Hérault, à Poussan, Fanny et David souhaitent un mariage écolo avec un buffet bio, des gobelets en carton, une vaisselle en bois 100 % biodégradable, des plantes en pot... Ils profitent du baptême républicain de leur fille pour annoncer, devant la famille et les amis, leur union surprise dans la foulée. Ariane Dadier

« LE DOC DU DIMANCHE » Présenté par Claire Fournier, ce rendezvous hebdomadaire scrute les évolutions de la société française. Proximité, actualité et problématiques actuelles nourrissent cette case documentaire.


MARDI 16 FÉVRIER 20.35

© TV PRESSE PRODUCTIONS

DOCUMENTAIRE DURÉE 52’ AUTEURE ANNE HIRSCH RÉALISATION OLIVIER WODARCZYK PRODUCTION FRANCE TÉLÉVISIONS/TV PRESSE PRODUCTIONS ANNÉE 2008

Droit d’urgence, droit pour tous Pour de nombreux citoyens, la justice demeure un univers méconnu et quasi inaccessible. Une situation inacceptable que l’association Droit d’urgence s’efforce de palier en venant en aide aux plus démunis. Des juristes et des avocats bénévoles accompagnent ainsi dans leurs démarches ceux qui ne savent ou n’osent pas se défendre.

ésemparée, Nadjet est venue chercher conseil au PAD 18, le Point d’accès au droit du XVIIIe arrondissement de Paris, où elle habite. Cette antenne, gérée par l’association Droit d’urgence, accueille tous ceux qui, faute de ressources suffisantes, ne peuvent pas se payer les services d’un avocat ou d’un juriste. Et ils sont nombreux ! En 2008, plus de 23 000 personnes ont poussé la porte des différents sites de l’association, dans l’espoir de faire valoir leurs droits. Nadjet est confrontée à un problème qui la dépasse. Son fils de 9 ans s’est fait interpeller par trois policiers à l’intérieur de son établissement scolaire, malgré l’opposition du directeur, et a passé quatre heures au

D

10

FRANCE 5 • SEMAINE 7 DU 13 AU 19 FÉVRIER 2010

commissariat du quartier. Le crime commis par l’enfant ? Une claque donnée à un autre élève. La jeune mère envisage d’intenter une procédure contre les policiers, mais elle doit aussi gérer la plainte déposée contre son fils. Une avocate de la permanence d’aide aux victimes va l’informer et l’aider dans ses démarches.

Des combats de longue haleine Comme Nadjet, M. Barry compte sur les juristes bénévoles de Droit d’urgence pour l’aider à affronter la lourde machine judiciaire. Diabétique insulinodépendant, ce Malien pacsé avec une Française ne peut pas être convenablement soigné dans son pays. Une situation qui devrait lui permettre

d’obtenir une carte de séjour. Pourtant, il demeure sous le coup d’un arrêté d’expulsion. Auprès de Delphine, une jeune avocate aussi discrète que pugnace, il reprend espoir. Mais la bataille est loin d’être gagnée. Natalia, une maman ukrainienne, est prête elle aussi à se lancer dans un combat de longue haleine, pour défendre sa petite fille. Agée de 10 ans, Chantal court le risque que son papa, d’origine tchadienne, l’envoie en Afrique pour la marier de force ou la faire exciser. Au-delà de l’aide juridique, Nadjet, Natalia, M. Barry et tous les autres trouvent chez les membres de l’association une oreille attentive et le soutien humain dont ils ont besoin. Beatriz Loiseau


VENDREDI 19 FÉVRIER 20.35 DIMANCHE 21 FÉVRIER 08.00

HD

COLLECTION DOCUMENTAIRE DURÉE 52’ AUTEUR-RÉALISATEUR NICOLAS CRAPANNE PRODUCTION FRANCE TÉLÉVISIONS/LA SOCIÉTÉ EUROPÉENNE DE PRODUCTION ANNÉE 2010

Roberto Alagna

« Ma vie est un opéra » © RICHARD KALVAR / MAGNUM PHOTOS

Tour à tour enthousiaste, émouvant et généreux, le chanteur d’opéra français Roberto Alagna, qui défend avec fierté l’art lyrique sur les plus grandes scènes du monde, se confie en toute intimité devant la caméra de Nicolas Crapanne. L’illustre ténor retrace notamment son parcours atypique et s’exprime librement sur son métier.

11

FRANCE 5 • SEMAINE 7 DU 13 AU 19 FÉVRIER 2010


Je n’ai pas un premier souvenir musical, la musique a toujours été là. Je me souviens qu’il y a toujours eu des instruments, des gens qui chantaient à la maison…

J’ai travaillé ma voix toute ma vie. Même quand le soir je chantais dans les cabarets, je travaillais ma voix d’opéra la journée.

© SOCIÉTÉ EUROPÉENNE DE PRODUCTION

Roberto Alagna, « Ma vie est un opéra »

Je désirais aller à l’opéra, pour moi, c’était un rêve. Mais à la maison, on me disait : « Tu sais, ce n’est pas pour nous, c’est un autre milieu. » J’étais tellement timide que je n’osais pas y aller. Je pensais que c’était inaccessible.

Lorsque j’étais seul, je me laissais aller (à chanter), et ma voix était d’une puissance incroyable. Tout ce magma que j’avais à l’intérieur de moi, c’était comme un volcan qui entrait en éruption. Le premier professeur qui a compté a été Rafael Ruiz. C’est lui qui m’a dit que j’étais ténor. J’étais devenu comme son fils.

© SOCIÉTÉ EUROPÉENNE DE PRODUCTION

Aujourd’hui, l’opéra appartient à tout le monde, c’est un art populaire, et j’y crois de plus en plus. Il faut se battre pour convaincre le public d’y aller. J’ai découvert l’opéra grâce au cinéma. Mariano d’abord, ensuite Mario Lanza. Puis j’ai connu les contemporains : Pavarotti, Carreras, Domingo.

Pour moi, Pavarotti, c’était comme un dieu. Je voyais en lui à la fois Poséidon et Bacchus. J’ai pris des risques très tôt, en chantant certains rôles très jeune (Don Carlos, Pagliacci). Ma carrière a été faite de coups de foudre et de prises de risque.

C’est le plus beau métier du monde (chanteur d’opéra), même si pour moi ce n’est pas un métier, c’est plutôt une passion. Mais c’est aussi le plus difficile. Il faut une très grande discipline de vie, une grande force physique et également la passion de l’étude. Par une diction moderne, j’ai apporté une sorte de révolution dans le chant français.

Il faut transmettre des émotions au public, ne pas le laisser de côté, l’intégrer au spectacle et le faire rêver. Je suis devenu une sorte de prototype du ténor français. 12

FRANCE 5 • SEMAINE 7 DU 13 AU 19 FÉVRIER 2010


JEUDI 18 FÉVRIER 21.35

© ADAMIS

SOIRÉE ARTS ET CULTURE PLATEAU 12’ PRÉSENTATION LAURENCE PIQUET RÉALISATION CATHERINE AVENTURIER PRODUCTION MFP SÉRIE DOCUMENTAIRE DURÉE 2 X 26’ RÉALISATION XAVIER LEFEBVRE ENTRETIENS LAURENCE PIQUET PRODUCTION FRANCE TÉLÉVISIONS/ADAMIS PRODUCTION/CENTRE POMPIDOU ANNÉE 2009

Un soir avec…

Les Grands Collectionneurs Prestigieuse ou insolite, une collection est toujours une affaire de passion qui pousse un nombre croissant d’amateurs d’art à parcourir le monde. Hommes d’affaires, artistes ou galeristes ont tous en commun d’être portés par une exigence esthétique. Cette série documentaire dévoile les trésors et la personnalité de deux célèbres collectionneurs : Alain Dominique Perrin et Marin Karmitz. 13

FRANCE 5 • SEMAINE 7 DU 13 AU 19 FÉVRIER 2010


Alain Dominique Perrin

Marin Karmitz « Je ne suis pas un collectionneur, je suis un amateur. » Ainsi se présente Marin Karmitz, ancien militant soixante-huitard, réalisateur, producteur, fondateur du groupe cinématographique MK2. Amateur d’art contemporain et de photographie, il cherche à comprendre les œuvres plus qu’à les collectionner. « Une œuvre existe, puis il y a quelqu’un, un passeur, qui est là pour s’en occuper, pour qu’elle ne soit pas laissée dans un coin, estime-t-il. Ce passeur va vers le collectionneur, l’amateur ou des musées pour que cette œuvre vive. Sans passeur, il y aurait moins d’artistes

© ADAMIS

Ancien président de Cartier, initiateur de la Fondation Cartier pour l’art contemporain et président de la Galerie nationale du Jeu de Paume, Alain Dominique Perrin est collectionneur d’art contemporain depuis les années 1970. Au fil des ans, il a acquis un nombre considérable d’œuvres en tous genres. « Ma collection ne s’inscrit pas dans l’histoire de l’art, explique-t-il. C’est la collection d’un homme libre, elle marque au fil du temps l’évolution de mes goûts et de mes orientations face à l’art contemporain, mais sans aucune prétention. Elle est surtout marquée par une grande liberté. » Pour cette impressionnante collection, il lui a fallu trouver des écrins : une grande demeure en Suisse et le château Lagrézette, à Cahors. Chez lui, les objets et les tableaux coexistent sans règle particulière, « les choses prennent leur place avec le temps ». Dans sa première résidence, il a installé d’imposantes pièces : sur un mur du salon une voiture écrasée, œuvre de son ami César ; dans sa chambre un petit tableau d’Andy Warhol payé « le prix de trois timbres-poste » et au-dessus de son lit l’un des premiers Buren. Son château-caverne d’Ali Baba abrite d’autres compressions de César, des meubles et objets design, des tirages de photos, une réserve d’œuvres jamais déballées… Sur ses terres, il a fait ériger un pigeonnier pas comme les autres, entièrement peint par quatre stars de la figuration

libre : Boisrond, Combas, Blanchard et Di Rosa. La décoration de la chapelle du château a, elle, été confiée au peintre Gérard Garouste. Car Alain Dominique Perrin a autant besoin de fréquenter les artistes que de côtoyer leurs œuvres au quotidien, de passer du temps seul à les regarder. Face à la caméra, il partage ses coups de cœur, évoque le plaisir de la collection et son pendant, la prise de risques artistique et financière : « A partir du moment où vous vous laissez entraîner dans une logique de collection, vous vous laissez entraîner dans une logique de dépenses. » Ce chineur prêt à tout pour acquérir un coup de foudre confie qu’il collectionne aussi les timbales en argent et les casseroles en cuivre, mais pour les utiliser, pas uniquement pour le plaisir des yeux !

« Ma collection ne s’inscrit pas dans l’histoire de l’art. Elle est surtout marquée par une grande liberté. »

© ADAMIS

Un soir avec… Les Grands Collectionneurs

« Ce qui m’intéresse chez un artiste que je collectionne, c’est ses changements, ses évolutions ou ses crises. » et moins de collectionneurs. » Dans son quotidien où « l’art contemporain occupe l’espace et le temps », Xavier Lefebvre l’a suivi à son domicile, dans son bureau, à la Fiac et dans les galeries, qu’il considère comme des respirations indispensables dans son emploi du temps. Cet amoureux des images et des rencontres, qui a un penchant pour les artistes modernes ou très contemporains, n’est pas un collectionneur boulimique : « En ce qui me concerne, ce n’est pas la collection pour la collection, c’est davantage la proximité, l’affection que je peux avoir à l’égard des œuvres. Je leur dis bonjour en arrivant le matin et au revoir au moment de partir, comme si c’étaient des per sonnes vivantes, et ça me met de bonne humeur. » Ses coups de cœur ? Une série de photos de mains signée Boltanski et des photos prises par le cinéaste iranien Abbas Kiarostami. « Ce qui m’intéresse chez un artiste que je collectionne, c’est d’être sur la durée de son travail, c’est ses changements, ses évolutions ou ses crises », explique Marin Karmitz. Apprécier l’art et le collectionner, c’est aussi pour lui une question d’éducation : « Il faut apprendre à voir, comme on apprend à parler, à lire, à écrire. » Stéphanie Thonnet


SAMEDI 13 FÉVRIER 15.55 DOCUMENTAIRE DURÉE 56’ AUTEURE-RÉALISATRICE DENISE ZMEKHOL PRODUCTION DENISE ZMEKHOL ANNÉE 2008

Il était une fois

© DENISE ZMEKHOL

l’Amazonie

La réalisatrice américaine Denise Zmekhol revient en Amazonie brésilienne avec les photos des enfants qu’elle a filmés il y a quinze ans. Que sont-ils devenus ? Quels changements ont connus leurs communautés, dont l’environnement a été durement meurtri ? Ce documentaire raconte le destin commun et tragique des peuples de la forêt.

ls sont membres des tribus Surui et Negarote ou fils de seringueiros, les ouvriers qui récoltent le latex dans la forêt amazonienne. Il y a quinze ans, ces enfants posaient devant l’objectif de Denise Zmekhol, timides ou frondeurs, souriants devant l’avenir. En partant à leur rencontre aujourd’hui, la photographe va découvrir rapidement une nouvelle réalité. Premier choc : la forêt qui recouvrait auparavant toute la région a considérablement diminué et Cacoal, le village de cabanes, est devenu une ville de 80 000 habitants. Pourtant leur histoire s’est toujours confondue avec celle de la forêt. Longtemps, les conflits ont opposé Indiens et seringueiros arrivés dès le XIXe siècle. Puis est venu le temps de la

I

15

FRANCE 5 • SEMAINE 7 DU 13 AU 19 FÉVRIER 2010

colonisation, avec la construction d’une route de 1 600 kilomètres transperçant les territoires Surui et Negarote. Le gouvernement attire les paysans sans terre venus du sud et les grands éleveurs déboisent massivement. Les anciens ennemis s’unissent alors pour préserver leur milieu naturel, source de vie.

Mort pour la forêt Chico Mendes est l’un d’eux. Dernier d’une génération de seringueiros, il a choisi de lutter contre la déforestation. « Il avait toujours vécu dans la forêt, raconte sa fille, que retrouve la réalisatrice. Il ne voulait pas voir tout ça détruit… Pour lui, l’avenir de l’Amazonie comptait tellement ! » Chico lance l’idée de la création de vastes réserves

extractives destinées notamment à la culture du latex et n’appartenant à personne. L’influence qu’il commence à exercer auprès d’organismes américains dérange les grands propriétaires. En 1988, il prend la tête d’un mouvement de résistance. La première réserve extractive voit le jour, mais Chico meurt assassiné. Le sang continue d’être versé : Lara, la petite fille timide de la photo, a bu le jus de fruits empoisonné destiné à son père… Parmi les enfants de jadis, Arildo poursuit aujourd’hui ses études de droit en ville : « J’espère un jour devenir la voix de mon peuple : les Surui. » Même s’il sait que « défendre la forêt, c’est risquer sa vie »… Mais, grâce à Chico, de nouvelles réserves protègent dorénavant la forêt. Anne-Laure Fournier


LUNDI 15 FÉVRIER 20.35 LONG-MÉTRAGE DURÉE 88’ SCÉNARIO DAN FRANCK ET JÉRÔME CLÉMENT, D’APRÈS LE ROMAN DE CE DERNIER RÉALISATION AMOS GITAÏ DISTRIBUTION JEANNE MOREAU (RIVKA), HIPPOLYTE GIRARDOT (VICTOR), DOMINIQUE BLANC (TANIA), EMMANUELLE DEVOS (FRANÇOISE)… ANNÉE 2008

Plus tard, tu comprendras Peut-on échapper à son histoire et faire table rase du passé ? S’emparant du roman familial de Jérôme Clément, le cinéaste Amos Gitaï revient sur les heures sombres du régime de Vichy et sur la tragédie qui s’est abattue sur les Juifs de France. Entretien avec un réalisateur inspiré.

Avec ce film, vous apportez une nouvelle touche à une œuvre traversée par la question de la mémoire, de l’identité, du territoire… Amos Gitaï : Je me souviens d’un dîner à Paris — j’avais alors 17 ans — avec un historien français qui s’était lancé dans la défense du maréchal Pétain. Selon lui, la décision de collaborer de Pétain avait été un choix intelligent et efficace. J’ai été évidemment choqué, mais son point de vue m’a ouvert les yeux. Le destin des Juifs n’avait aucune place dans son raisonnement. Il considérait la situation du point de vue de la France et des Français, faisant complètement abstraction des Juifs français.

© DAN BRONFELD

© GILLES SCARETTA / FTV FRANCE 2

© DAN BRONFELD

Comment abordez-vous cet épisode spécifique de l’histoire française ? A. G. : Le roman de Jérôme Clément permet d’explorer les relations des Français à leur passé, particulièrement parce que sa famille paternelle était catholique française et que celle de sa mère était juive d’origine russe. Un bref flash-back sur le destin des grands-parents déportés hante le roman qui se passe pendant le procès Barbie dans les années 1980. Il me semblait important de laisser ouvert le sujet de l’Holocauste.

16

FRANCE 5 • SEMAINE 7 DU 13 AU 19 FÉVRIER 2010

Pourquoi raconter cette histoire aujourd’hui ? A. G. : Je vois ce film comme une sorte de psychanalyse collective. Le cinéma — celui que je pratique — est un moyen de toucher des nerfs encore à vif. La grande question actuelle est celle de la transmission. Je rejoins, à cet égard, les propos d’Aharon Appelfeld. Ce grand écrivain israélien estime que, avec la disparition des derniers témoins directs de la Shoah, cette transmission ne peut se faire désormais qu’à travers l’art, l’écrit, le cinéma, la peinture... Propos recueillis par Cyrille Latour


ActusEchos Une « Grande Librairie » consacrée à Haïti

© CHRISTOPHE FILLIEULE / LA FABRIK / FTV FRANCE 5

Suite à la catastrophe qui vient de frapper Haïti, François Busnel propose, le jeudi 28 janvier à 20 h 35, une émission spéciale de 100 minutes, coanimée par Daniel Picouly et Patrick Poivre d’Arvor. Cette soirée exceptionnelle comptera avec la présence d’écrivains haïtiens et français. Erik Orsenna, Dany Laferrière, Michel Le Bris, Alain Mabanckou, Eric Fottorino, Arnaud Delalande et Mimi Barthélémy, ainsi que le comédien auteur et metteur en scène Jean-René Lemoine, se mobilisent pour l’île. Objectif : récolter des fonds pour la Fondation de France dans le cadre du partenariat France Télévisions, Radio France et Le Monde, mais aussi des livres destinés à remplir les étagères d’une nouvelle bibliothèque à Port-au-Prince.

Quoi de neuf dans « C’est notre affaire » ?

Recourir à la gestation pour autrui (GPA), autrement dit à une mère porteuse, est pour certaines femmes la seule possibilité d’avoir un enfant biologique. Une pratique encore interdite en France. A l’heure où s’ouvre le débat sur la révision des lois de bioéthique, Elizabeth Tchoungui propose, lundi 1er mars, une émission spéciale consacrée à ce sujet. Invitées des Maternelles ce jour, Sylviane Agacinski, philosophe, et Geneviève Delaisi de Parseval, psychanalyste et anthropologue, font part de leurs points de vue diamétralement opposés. L’animatrice donne également la parole à des femmes qui ont porté l’enfant d’une autre ou qui ont fait appel à une mère porteuse.

© NATHALIE GUYON / FTV FRANCE 5

© NATHALIE GUYON / FTV FRANCE 5

Depuis le 6 janvier, une nouvelle rubrique a fait son apparition dans C’est notre affaire, le magazine de la consommation au quotidien présenté par Claire Fournier. Ainsi, dans « Vos finances », un expert répond désormais aux questions des téléspectateurs. A souligner également le dossier consacré, le 17 février prochain, à l’offensive du vin chinois. Une menace pour les producteurs français ?

« Les Maternelles » spéciale mères porteuses

17

FRANCE 5 • SEMAINE 7 DU 13 AU 19 FÉVRIER 2010


Grille 24 / 24

Emission sous-titrée par télétexte pour les sourds et les malentendants.

documentaire

programme court

fiction

information

DIMANCHE 14

LUNDI 15

05.40 C dans l’air

06.35 La Boudeuse autour du monde

05.50 L’Air du temps : Serge Gainsbourg

07.30 Silence, ça pousse !

06.45 L’Emploi par le Net 06.50 Ludo Zouzous

10.00 C’est notre affaire 10.35

Silence, ça pousse !

08.00 Michèle Morgan — Avec ces yeux-là

11.05

Question maison

08.55 La Grande Librairie

12.00

C à vous

10.00

10.00

13.00

Les Escapades de Petitrenaud

Les Routes de l’impossible

Allô Rufo

10.55

Echappées belles

10.10

13.30

Talents des cités

Chico, un gipsy peu ordinaire

12.00

Sept Minutes pour une vie

Les Escapades de Petitrenaud

11.10

13.35

L’Ile des faucons et des loups

12.35

Médias, le magazine

12.00

14.10

Le Seigneur de Sipan

Ludo

13.40

Superscience

13.30

15.05

Animal Armageddon

Le Magazine de la santé

14.50

La Route de l’encens

14.25

15.55

Il était une fois l’Amazonie

Allô, docteurs

15.45

L’Aventure des premiers hommes

15.00

La Panaméricaine

16.55

Lembeh, la splendeur de l’étrange

16.40

Le Doc du dimanche : A chacun son mariage

15.30

Le Monstre de la Voie lactée

17.55

Cinémas

17.40

C politique

16.30

Les Fils du vent

19.00

Revu & corrigé

19.00

La Traversée du miroir

17.25

C l’info

19.55

Un bateau pour Tombouctou

17.30

C à dire ?!

17.45

C dans l’air

20.25 Avis de sorties

19.00

C à vous

20.30 Mes années 60

19.55

La Route des dieux

20.35 Le Doc du dimanche : A chacun son mariage

20.25 C à dire ?!

22.55 Superstructures 23.50 La Route de l’encens

21.30

FBI

20.35 Plus tard, tu comprendras

00.35 Domenica ou la diabolique de l’art

23.15

Animal Armageddon

22.20 C dans l’air

7

Semaine

jeunesse

SAMEDI 13 06.50 Ludo Zouzous

18

magazine

20.30 Mes années 60 20.35 Echappées belles 21.35

Le Cavalier du Golestan

22.30 L’Œil et la Main

08.25 L’Œil et la Main 08.55 Les Maternelles

01.30

L’Homme aux cobras

00.05 Les Dossiers secrets de l’Inquisition

23.25 Somalie, la saison des pirates

02.15

Fourchette & sac à dos

00.55 Les Citadins du futur

00.20 Superscience

01.45

01.10

FRANCE 5 • SEMAINE 7 DU 13 AU 19 FÉVRIER 2010

Pantanal, le dernier sanctuaire du jaguar

Expédition Bismarck


Grille 24 / 24

magazine

documentaire

jeunesse

programme court

fiction

information

MARDI 16

MERCREDI 17

JEUDI 18

VENDREDI 19

05.35 C dans l’air

05.35 C dans l’air

05.35 C dans l’air

05.35 C dans l’air

06.45 L’Emploi par le Net

06.45 L’Emploi par le Net

06.45 L’Emploi par le Net

06.45 L’Emploi par le Net

06.50 Ludo Zouzous

06.50 Ludo Zouzous

06.50 Ludo Zouzous

06.50 Ludo Zouzous

08.55 Les Maternelles

08.55 Les Maternelles

08.55 Les Maternelles

08.55 Les Maternelles

10.00

Allô Rufo

10.00

Allô Rufo

10.00

Allô Rufo

10.00

Allô Rufo

10.10

Avis de sorties

10.10

Superscience

10.10

10.10

Explora

10.20

La Route de l’encens

11.05

Les Fourmis dévastatrices

Les Routes de l’impossible

11.10

11.10

La Grotte aux requins

Charlotte et les grands singes

11.15

Une nouvelle vie pour Max l’éléphant

12.00

Ludo

12.00

Ludo

12.00

Ludo

12.00

Ludo

13.30

Le Magazine de la santé

13.30

Le Magazine de la santé

13.30

Le Magazine de la santé

13.30

Le Magazine de la santé

14.30

Allô, docteurs

14.25

Allô, docteurs

14.30

Allô, docteurs

14.25

Allô, docteurs

15.05

La Route de Simbad

15.05

La Route inca

15.05

La Route inca

15.05

La Route de Simbad

15.40

Biotiful Planet

15.30

Superscience

15.40

Animal Armageddon

15.35

Superstructures

16.35

Expédition en pays manchot

16.30

A chacun son mariage

16.35

La Route de l’encens

16.25

Miracle sur l’Everest

17.25

C l’info

17.25

C l’info

17.25

C l’info

17.30

C à dire ?!

17.30

C à dire ?!

17.30

C à dire ?!

17.45

C dans l’air

17.45

C dans l’air

17.45

C dans l’air

19.00

C à vous

19.00

C à vous

19.00

C à vous

19.55

Transsaharienne

19.55

Transsaharienne

19.55

Patagonie à tous vents

17.25 17.30 17.45 19.00 19.55

C l’info C à dire ?! C dans l’air C à vous Patagonie à tous vents 20.25 C à dire ?!

20.25 C à dire ?!

20.25 C à dire ?!

20.25 C à dire ?!

20.35 La Grande Librairie

20.35 Empreintes : Roberto Alagna, « Ma vie est un opéra »

20.35 Question maison 21.35

20.35 Droit d’urgence, droit pour tous

21.20

Silence, ça pousse !

21.40

21.50

C’est notre affaire

Pour le plaisir…

22.35 C dans l’air

22.20 C dans l’air

23.40 Avis de sorties

23.25 Les Royaumes disparus

23.50 La Boudeuse autour du monde 00.40 Les Bolon du Burkina Faso 01.35

Le Pigeon et les hommes

00.15

La recherche nous est contée

Café Picouly

22.45 C dans l’air

23.50 La Légende du crâne de cristal

23.55 FBI

00.40 Une maison dans la prison

Ces femmes qui luttent contre le crime 02.15

02.05 Ours des terres arctiques

21.30

22.40 C dans l’air

01.30 01.10

Un soir avec... Les Grands Collectionneurs

Expédition en pays manchot

00.45 Les Routes de l’impossible 01.35

La Guerre des sexes

02.25 Fourchette & sac à dos

Fourchette & sac à dos

* Titre provisoire.

19

FRANCE 5 • SEMAINE 7 DU 13 AU 19 FÉVRIER 2010


Contacts DIRECTION DE LA COMMUNICATION ET DU MARKETING

Valérie Dissaux Directrice Tél. 01 56 22 92 82

SERVICE PRESSE

Laurence Cadenat Directrice adjointe en charge du service de presse Tél. 01 56 22 92 33 Fax 01 56 22 95 23

Philippe Broussaud Attaché de presse Tél. 01 56 22 92 54

Anne-Sophie Bruttmann Attachée de presse Tél. 01 56 22 92 53

philippe.broussaud@francetv.fr

anne-sophie.bruttmann@francetv.fr

laurence.cadenat@francetv.fr

• Echappées belles • J’irai dormir chez vous • Les Maternelles • Allô Rufo • Documentaires histoire • FBI

• Ludo Zouzous + Ludo • Documentaires sciences et environnement • Programmes courts • Café Picouly • L’Œil et la Main • A vous de voir

Eric Martinet Chef de service Tél. 01 56 22 92 35

Carole Curt Attachée de presse Tél. 01 56 22 92 49

Alicia Floch Attachée de presse Tél. 01 56 22 92 48

Blandine Guyon Attachée de presse Tél. 01 56 22 92 50

eric.martinet@francetv.fr

carole.curt@francetv.fr

alicia.floch@francetv.fr

blandine.guyon@francetv.fr

• C’est notre affaire • Documentaires société et économie • La Grande Librairie • Empreintes • Droit d’urgence, droit pour tous • Webdocumentaires

• Les Escapades de Petitrenaud • Fiction • Le Magazine de la santé • Allô, docteurs • C l’info • Médias, le magazine

• Question maison • Silence, ça pousse ! • C à dire ?! • Fourchette & sac à dos • C politique • Le Doc du dimanche • Teum Teum

Laurent Amiand Chef de service Tél. 01 56 22 92 57

Sylvie Syren Attachée de presse Tél. 01 56 22 92 52

Caroline Larriau Chargée de communication Tél. 01 56 22 93 78

Frédérique Lemaire-Benmayor Chargée de communication Tél. 01 56 22 92 51

laurent.amiand@francetv.fr

sylvie.syren@francetv.fr

caroline.larriau@francetv.fr

frederique.lemaire@francetv.fr

• Documentaires découverte • Documentaires animaliers • Coproductions internationales • Animal Armageddon • Les Routes de l’impossible • L’Aventure des premiers hommes • La Route de l’encens

• Actions éducatives • C à vous • Revu & corrigé • La Traversée du miroir

• C dans l’air • Documents Arts et culture • Un soir au musée • Un soir avec… • Cinémas • Empreintes • Webdocumentaires

valerie.dissaux@francetv.fr

ÉDITIONS-PHOTO

RELATIONS PUBLIQUES & TÉLÉSPECTATEURS

MARKETING ET PROMOTION

RELATIONS AVEC LES TÉLÉSPECTATEURS Responsable Isabelle Pivier Tél. 01 56 22 92 45

PARTENARIATS Responsable Estelle Broucke Tél. 01 56 22 92 56

PUBLICITÉ Responsable Yasminah Jullien Tél. 01 56 22 92 46

estelle.broucke@francetv.fr

yasminah.jullien@francetv.fr

isabelle.pivier@francetv.fr 20

FRANCE 5 • SEMAINE 7 DU 13 AU 19 FÉVRIER 2010

Plus d’infos sur http://www.france5.fr/et-vous


Direction de la communication 2-4, rue Marceau 92785 Issy-les-Moulineaux Cedex 9 Standard 01 56 22 91 91 Télécopie 01 56 22 95 27 Pour joindre votre correspondant, composez le 01 56 22 suivi des quatre chiffres indiqués ci-dessous Directrice Valérie Dissaux 92 82 assistée de Claudine Floret 92 32

Où trouver France 5 ? OPÉRATEUR

DE 3 H À 19 H

réseau hertzien

EN ANALOGIQUE

24 / 24 H

EN NUMÉRIQUE

5

Responsable administratif et budgétaire Cécile Laval 94 16

5

Chef du service éditions-photo /

5

rédacteur en chef Eric Martinet 92 35 eric.martinet@francetv.fr

5

Rédactrice en chef adjointe Isabelle Ducrocq 92 36 isabelle.ducrocq@francetv.fr

5

Rédaction Anne-Laure Fournier 92 37 anne-laure.fournier@francetv.fr

5

Beatriz Loiseau 92 96 beatriz.loiseau@francetv.fr Ariane Dadier 92 42 ariane.dadier@francetv.fr

5

Secrétariat de rédaction Bénédicte Mielcarek 92 43 benedicte.mielcarek@francetv.fr

5 8 ou

selon les réseaux

Service photo Valérie Blanchet 92 40 valerie.blanchet@francetv.fr Nathalie Guyon 92 62 nathalie.guyon@francetv.fr Valérie Prades 92 41 valerie.prades@francetv.fr Ont participé à ce numéro Stéphanie Chaix, Christine Guillemeau, Stéphanie Thonnet

Programmes, mode d’emploi LE MAG Pour recevoir LE MAG sous forme de newsletter le vendredi, il suffit de s’inscrire sur la page d’accueil du site France 5 & Vous : http://www.france5.fr/et-vous/ Pour télécharger LE MAG en version PDF : http://www.france5.fr/et-vous/

Coordination / Abonnements Nelly Berne 92 38 nelly.berne@francetv.fr Direction artistique / maquette Antoine Vu Dinh Khiem 92 77 antoine.vu@francetv.fr

LA GRILLE Tous les programmes, tous les horaires sont disponibles en version électronique sur le site Internet de France 5 & Vous le mardi à partir de 15 heures. Pour télécharger LA GRILLE en version PDF : http://www.france5.fr/et-vous/

Graphisme Michaël Isler 92 98 michael.isler@francetv.fr Société nationale de programmes France 5 10, rue Horace-Vernet 92785 Issy-les-Moulineaux Cedex 9 ISSN 1761-9211 N° AIP 0000471

Photos, mode d’emploi Des visuels libres de droits dans le cadre de la promotion des programmes de la chaîne sont accessibles en ligne sur la base de données photos de France 5, à l'adresse suivante : www.phototele.com. Cette base de données est uniquement destinée aux professionnels des médias.

Directeur de la publication Patrick de Carolis

Vous pouvez télécharger les photos en vous rendant directement sur le site. Après votre inscription en ligne, un log in et un mot de passe confidentiels vous seront attribués.

Photogravure K & D Média

Attention ! Chaque image doit comporter les mentions légales : le copyright et le photographe. Toute exploitation de nature publicitaire ou commerciale est interdite.

Relations téléspectateurs 0 890 71 05 05 (0,15 ¤ TTC/min) 21

FRANCE 5 • SEMAINE 7 DU 13 AU 19 FÉVRIER 2010

Vous pouvez contacter le service Photo (Valérie Blanchet, Valérie Prades, Nathalie Guyon) en adressant un mail à l'adresse suivante : photos@france5.fr

Le Mag N°7  

Tous les temps forts du 13 au 19 février 2010