Issuu on Google+

Les pièces de théâtre d’Aimé Césaire

Et le théâtre Aimé Césaire !


Le mot du maire © Ville de Fort-de-France

Chers écoliers de Fort-de-France Cette année, comme depuis cinq ans, la ville vous invite, dans le cadre de la journée académique consacrée à Aimé CESAIRE, à découvrir ou à redécouvrir la pensée d’Aimé CESAIRE, sa philosophie et les valeurs de Liberté, d’Egalité, de Fraternité et de Tolérance qu’il défend et qu’il nous propose de partager. Cette année, le théâtre a été retenu comme thème : le théâtre Césairien, comme mode d’écriture mettant en scène plusieurs personnages et le théâtre "Aimé CESAIRE", espace physique de représentations d’oeuvres et d’acteurs d’ici et aussi d’ailleurs, puisque depuis 2008, année de sa mort, le théâtre municipal a été dénommé théâtre "Aimé CESAIRE". En cette année de centenaire de la naissance d’Aimé Césaire, que chacun individuellement et tous ensemble, nous nous imprégions de sa pensée et que nous cheminions "Un pas, un autre pas, encore un autre pas et tenir gagné chaque pas" (Aimé CESAIRE), vers une identité affirmée et assumée.

Raymond SAINT-LOUIS-AUGUSTIN

"…Ma bouche sera la bouche des malheurs qui n’ont point de bouche, ma voix, la liberté de celles qui s’affaissent au cachot du désespoir. "

( Cahier d’un retour au Pays Natal )

Aimé Césaire


Sommaire Les pièces de théâtre d’Aimé Césaire Césaire et Serreau, une rencontre capitale Présentation d’Aimé Césaire et de Jean-Marie Serreau....... p

2

Le Théâtre d’Aimé Césaire Le « Cahier d’un Retour au Pays Natal » et « Et les chiens se taisaient »................................... p « Une tempête » .................................................... p « Une saison au Congo »............................................ p « La Tragédie du Roi Christophe » ............................... p

4 8 10 12

Le Théâtre Aimé Césaire Son histoire........................................................... p Ses Fresques.......................................................... p Un théâtre à l’italienne............................................. p Les différentes parties d’une scène de théâtre................. p Les métiers de la scène............................................. p

14 16 22 24 26

28 Glossaire.............................................................. p 29 Jeux.................................................................... p 30 Bibliographie indicative............................................. p 33 Personnes ressources................................................ p 33 Présentation des auteurs partenaires............................. p

C’est parti !!!


Les pièces de théâtre d’Aimé Césaire Aimé Césaire ( 1913 - 2008 )

… Le théâtre, c’est donner à voir, un donner à comprendre. Je voulais parler avant tout aux hommes et aux femmes de notre outremer. C’était ça notre public. Aux hommes et aux femmes d’Afrique. Aux hommes et aux femmes des Antilles.

Poète, Ecrivain, Homme Politique, Insolite bâtisseur Poète et dramaturge du 20ème siècle, père fondateur du courant littéraire et politique de la Négritude, Aimé Césaire est né le 26 juin en 1913, à Basse-Pointe en Martinique. Brillant étudiant, il obtient une bourse pour continuer ses études au lycée Louis Le Grand à Paris et réussit au concours d’entrée à l’Ecole Normale Supérieure. Homme engagé, il fonde en 1934 avec des étudiants antillais et africains, le journal L’Etudiant Noir, dans lequel apparaît pour la première fois le mot «Négritude». En 1939, il est nommé professeur de lettres au lycée Schœlcher. Il a occupé la fonction de maire de Fort-de-France de 1945 à 2001. A ce titre, il a ordonné de grands travaux au nombre desquels on peut retenir : la mise hors d’eau de la ville, l’équipement des quartiers spontanés nés de l’exode rural après le déclin de l’industrie sucrière. Photos d’Aimé Césaire : © Droits réservés

Entretien d’Aimé Césaire et de Jacqueline Leiner, 1994

Défenseur acharné de l’identité martiniquaise, il prône la liberté, la dignité, la fraternité, la solidarité et l’émancipation des peuples. Il décède le 17 avril 2008 en Martinique et la République Française lui rend hommage en apposant, en son honneur au Panthéon, une plaque dévoilée le 6 avril 2011.

2

Mettre la culture à la portée de tous, valoriser les artistes martiniquais, autant d’enjeux identifiés par Aimé Césaire qui créa le Festival Culturel de la Ville de Fort de France ( 1972 ), le Service Municipal d’Action Culturelle ( SERMAC en 1974 ), l’Ecole Régionale d’Art Plastique de la Martinique ( ERAPM en 1984 ) et apporta son soutien actif à la création dès 1970 de l’AMEP, cet établissement scolaire alternatif.

Texte recueilli lors d’entretiens durant la réalisation de la trilogie "Aimé Césaire, Une voix pour l’Histoire", d’Euzhan Palcy


Césaire et Serreau, une rencontre capitale © prod. Film sur Jean-marie Serre au

Jean-Marie Serreau ( 1915 - 1973 )

Metteur en scène, Architecte, Comédien, Ecrivain, ami d’Aimé Césaire

Je suis un homme, un Martiniquais, un homme de couleur, l’homme d’un pays, d’une géographie, l’homme d’une histoire, l’homme d’un combat. Ce n’est pas très original.

La rencontre entre Jean-Marie Serreau et Aimé Césaire est déterminante, à la fois, dans les champs et lieux d’expression offerts au metteur en scène.

Ensemble, ils monteront « La Tragédie du Roi Christophe », « Une Saison au Congo », « Une Tempête ». Cette collaboration permettra à Jean-Marie SERREAU de participer au premier Festival Culturel de Fort-de -France.

Yvan LABEJOF, comédien martiniquais ayant joué dans toutes les pièces de Césaire montées par JM Serreau

En 1964, il met en scène « La Tragédie du Roi Christophe » dont la première sera présentée au public du Festival de Salzbourg.

© Sermac

Directeur de théâtre, metteur en scène et comédien, Jean-Marie SERREAU œuvre pour la diversité et le métissage des cultures et fait découvrir de nombreux auteurs, tels que Samuel BECKETT, Bertolt BRECHT, Aimé CESAIRE et René DEPESTRE.

Ses expériences théâtrales ont toutes en commun une constante contestation de la société, de ses us et coutumes. Son ambition a été d’éveiller le public au théâtre d’avant-garde et permettre aux comédiens de talent tels Yvan LABEJOF et Laurent TERZIEFF d’émerger.

© Sermac

Aujourd’hui, le nom de JeanMarie Serreau évoque surtout le Centre Culturel situé en lieu et place de l’ancien Pitt de Dillon. Cependant ce fût l’un des premiers metteur en scène à monter les pièces d’Aimé césaire.

3

Centre culturel Jean-Marie Serrau ( ancien Pitt de Dillon )


Le théâtre d’Aimé Césaire ou la descente des enfers d’une race et sa remontée á la lumière Résumé de la pièce © Présence Africaine

« Et les chiens se taisaient » (1ère pièce de Césaire), parut en 1946 sous forme d’un long poème dans le recueil intitulé : « Les Armes miraculeuses » en 1946 et sous la forme théâtrale en 1956. Cette tragédie lyrique raconte l’histoire d’un homme, esclave, révolutionnaire et révolté qui assassine son maître et appelle son peuple au soulèvement. Le Rebelle se dresse contre l’esclavage des noirs et la puissance du « maître blanc ».

Et les chiens se taisaient / Comment l’étudiant devient un génie de la dramaturgie L’ECHO : Bien sûr qu’il va mourir le Rebelle. Oh, il n’y aura pas de drapeau même noir, pas de coup de canon, pas de cérémonial. Ça sera très simple quelque chose qui de l’ordre évident ne déplacera rien, mais qui fait que les coraux au fond de la mer, les oiseaux au fond du ciel, les étoiles au fond des yeux des femmes tressailliront le temps d’une larme ou d’un battement de paupières. ( Extrait « Et les chiens se taisaient », Acte I )

Ici et là, chaque oppression, chaque injustice, chaque acte de racisme commis, Aimé Césaire, jeune étudiant à Paris va les subir, les ressentir dans tout son être. Sa plume va les dénoncer inlassablement. Sa plume sera son arme de combat et de conquête.

Les derniers instants de la vie de ce rebelle mettent en avant la réflexion du héros solitaire, en relatant les derniers moments de sa vie.

" Le Rebelle " Catherine Théodose

4

Bien que le « Cahier d’un Retour au Pays Natal » soit un long poème, le texte a souvent été adapté au théâtre. C’est un cri de révolte contre les injustices. C’est un appel pour un humanisme* universel.


Le Cahier d’un Retour au Pays Natal Au fil de ses ouvrages, Aimé Césaire deviendra un génie du théâtre et de la poésie, mais aussi un combattant infatigable contre toutes les inégalités.

Atelier Théâtre du Sermac. De face, Elie Pennont

…Et le lit de planches d’où s’est levée ma race, toute entière ma race de ce lit de planches, avec ses pattes de caisses de Kérosine, comme s’il avait l’éléphantiasis* le lit, et sa peau de cabri, et ses feuilles de banane séchées, et ses haillons, une nostalgie de matelas le lit de ma grand-mère (au-dessus du lit, dans un pot plein d’huile un lumignon* dont la flamme danse comme un gros ravet… sur le pot en lettres d’or : MERCI). ( Extrait « Cahier d’un Retour au Pays Natal » )

L’histoire personnelle d’Aimé Césaire s’élargit et prend une dimension à la fois raciale et universelle.

© Sermac

Un jour, il va revivre son histoire. Et cela commence avec des millions d’Africains arrachés à leur terre, jetés dans les cales de bateaux négriers*, puis déportés* aux Antilles et aux Amériques. Et leur tragédie* va devenir la sienne.

Etrange… Cet auteur, qui « n’appartient  » à aucune religion, va dans ses écrits dénonciateurs, prendre des accents presque christiques*. Car il semble porter en lui, toutes les vexations, tous les malheurs des siens :

LE REBELLE : …Il n’y a pas dans le monde un pauvre type lynché*, un pauvre homme torturé, en qui je ne me sente assassiné et humilié* ( Extrait « Et les chiens se taisaient » )

5

* voir glossaire page 29

C’était moi, c’était bien moi, lui disais-je, le bon esclave, le fidèle esclave, l’esclave esclave.

( Extrait « Et les chiens se taisaient » )


Voici l’un de ses cauchemars de cette époque :

J’entends de la cale monter les malédictions enchaînées, les hoquettements des mourants, le bruit d’un qu’on jette à la mer… les abois d’une femme en gésine… des raclements d’ongles cherchant des gorges… des ricanements de fouet… des farfouillis de vermine parmi des lassitudes… ( Extrait « Cahier d’un Retour au Pays Natal » )

De ce point de vue, le Cahier d’un retour au pays natal, aussi bien que Et les chiens se taisaient, illustrent sa descente aux enfers puis sa remontée jusqu’à l’air, à la lumière, au soleil.

C’est Le Rebelle qui parle :

Nous forçâmes les portes. La chambre du maître était grande ouverte. La chambre du maître était brillamment éclairée, et le maître était là, très calme… et les nôtres s’arrêtèrent… c’était le maître… J’entrai. C’est toi me dit-il, très calme… C’était moi, c’était bien moi, lui disais-je, le bon esclave, le fidèle esclave, l’esclave esclave, et soudain ses yeux furent deux ravets apeurés les jours de pluie… je frappai, le sang gicla : c’est le seul baptême dont je me souvienne aujourd’hui.

Césaire donne à la langue française, un swing*, un souffle et un rythme inhabituels, comme une pulsation qui vient des profondeurs de la terre et particulièrement de la terre d’Afrique.

Scène de la Grève ( 1979 )

( Extrait « Et les chiens se taisaient » )

C’est ainsi que ce long poème intitulé « Cahier… » va s’inscrire durablement parmi les chefs d’œuvre du Théâtre d’Aimé Césaire.

© Sermac

Mais où en est–on de la remontée du poète ? Pour qu’elle soit totale, pleine et utile, pour lui et pour ceux de sa race, il lui faut reconquérir sa dignité bafouée, perdue et piétinée. Il lui faut tuer le maître (meurtre symbolique) pour devenir lui, maître de son destin.

Annick Justin-Joseph

6


A l’opposé, ceux qui le combattent, le font haut et fort. Ils l’accusent alors d’inciter à la haine raciale. La réponse de Césaire ne laisse aucun doute quant à la générosité, l’humanisme et la noblesse de ses sentiments :

… mon cœur, préservez-moi de toute haine ne faites point de moi cet homme de haine pour qui je n’ai que haine car pour me cantonner en cette unique race vous savez pourtant mon amour tyrannique vous savez que ce n’est point par haine des autres races que je m’exige bêcheur* de cette unique race que ce que je veux c’est pour la faim universelle

( Extrait « Cahier d’un Retour au Pays Natal » )

Le Rebelle ( 1981 ) de Roger Robinel © Ph. Bourgade

C’est l’une des raisons pour lesquelles Césaire, pendant une bonne partie de sa vie, a été mis en quarantaine culturelle, voire en quarantaine tout court. Les admirateurs du poète, sont nombreux et fervents, mais ils sont peu entendus, à cette époque.

PERSONNAGES

pour la soif universelle la sommer* libre enfin de produire de son intimité close la succulence des fruits*.

José Egouy

Ma race : la race humaine, Ma religion : la fraternité...

…Je pousserai d’une telle raideur le grand cri nègre que les assises du monde en seront ébranlées. ( Extrait « Et les chiens se taisaient » )

* voir glossaire page 29

L’Echo Premier Evêque Voix souterraine La Récitante Archevêque Le Récitant Cavalier Le Choeur Le Speaker L’Amante La Mère Le Rebelle Les Voix Le Demi-chœur Le Geôlier Première Folle La Foule-choeur La Geôlière Voix Céleste

Mon nom : Offensé, Mon prénom : Humilé, Mon état : Révolté, Mon âge : l’âge de pierre,

© Droits réservés

Le meurtre du maître est commis de manière poétique, mais pour ces adversaires, il s’agit d’un geste grave et impardonnable.

7

( Extrait « Cahier d’un Retour au Pays Natal » )

La Négritude est un concept culturel révolutionnaire.


Résumé de la pièce Cette pièce montre la faillite de l’idéologie européenne et met en avant la créativité noire. Césaire démystifie le merveilleux et met en relief les rapports de Prospéro, d’Ariel, et de Caliban.

Une Tempête (1969) est l’adaptation originale d’une oeuvre de William Shakespeare intitulée : La Tempête (1611). Dans l’île (qui ressemble beaucoup à la nôtre) où se déroule l’histoire, Prospéro, le blanc, est le maître. Caliban, le noir, et Ariel, le mulâtre, sont esclaves. Nul n’est un véritable maître à penser, s’il n’enseigne pas la liberté1 : là est la force qui permet à Caliban de défier Prospéro. Et d’où vient le prestige que Césaire et Caliban reconnaissent à Prospéro ? Le savoir que procure l’école.

"La tempête", Jean-Paul Césaire ( 2006 )

Entre eux, il y a Ariel qui comprend qu’il ne sera jamais accepté par le béké sur un pied d’égalité. Alors, il va vers Caliban. Généreux, ce dernier l’accueille avec fraternité. Néanmoins leur appartenance raciale différente, les conduit à suivre des chemins distincts. (Acte 2, sc. 1, p. 36-38 )

Ariel : Je suis venu t’avertir. Prospéro médite sur toi d’épouvantables vengeances. J’ai cru de mon devoir de te mettre en garde.

Ensfelder, Ali Balthazar, JC Prat, Marcé

© Philippe BOURGADE

Cette pièce montre aussi la cohabitation difficile de ces trois personnages étrangers l’un de l’autre. Une description de la situation historique des peuples noirs du nouveau Monde. « Une Tempête » ou un chant de la liberté.

ou Le rendez-vous manqué de la réconciliation raciale © Philippe BOURGADE

© Editions Points

Une tempête

1

8

Ecrit en lettres capitales, ce mot est le dernier de la pièce.


Ariel : Chacun de nous entend son tambour. Tu marches au son du tien. Je marche au son du mien. Je te souhaite bon courage, mon frère. Caliban : Adieu, Ariel, je te souhaite bonne chance, mon frère. Extrait (Acte III, Scène 5 p. 87 et suiv.) Le devoir de mémoire doit-il être lié au devoir d’oubli, pour que le pardon soit possible, et pour que Caliban ainsi qu’Ariel deviennent des frères ? Dans l’extrait qui suit, Prospéro, le maître blanc, entreprend de se réconcilier avec Caliban, l’esclave noir. Le pourra t-il ?

PROSPÉRO : C’est drôle ! Tu as beau faire, tu ne parviendras pas à me faire croire que je suis un tyran ! CALIBAN : Il faut que tu comprennes, Prospéro : des années j’ai courbé la tête, des années j’ai accepté tout accepté : tes insultes, ton ingratitude pis encore, plus dégradant que tout le reste, ta condescendance. Mais maintenant c’est fini !

Fini, tu m’entends ! Bien sûr, pour le moment tu es encore le plus fort. Mais ta force, je m’en moque, comme de tes chiens, d’ailleurs, de ta police, de tes inventions ! Et tu sais pourquoi je m’en moque ? Tu veux le savoir ? C’est parce que je sais que je t’aurai. Empalé ! Et au pieu que tu auras toi-même aiguisé !... PROSPÉRO Pauvre Caliban ! Tu le sais bien, que tu vas à ta perte. Que tu cours au suicide ! Que je serai le plus fort, et chaque fois le plus fort. Je te plains ! CALIBAN : Et moi, je te hais !...

PERSONNAGES Le Meneur de Jeu Caliban Gonzalo Trinculo Antonio Stéfano Sébastien Ceres Le Maître Iris Le Capitaine Eshu Ferdinand Junon Miranda La Voix Prospéro Ariel

PROSPÉRO : Eh bien moi aussi je te hais ! Car tu es celui par qui pour la première fois j’ai douté de moi-même. La pièce se termine par un face à face de Prospéro et de Caliban, sur une île déserte, devenue un enfer pour eux, du fait qu’ils ont tous deux, dit adieu à l’amour.

9

" Caliban " Catherine Théodose


Une saison au Congo © Editions Points

Turbulences et naufrage d’une démocratie

Résumé de la pièce (La pièce a été jouée pour la 1ère fois en 1967 à la Biennale de Venise) « Une saison au Congo » (Période où les états d’Afrique Occidentale acquièrent l’indépendance). Cette pièce dont l’histoire est contemporaine, tourne autour du Leader politique Patrice LUMUMBA, qui tend à fonder une république congolaise indépendante. La pièce montre la fragilité des états africains face aux forces néo-coloniales.

Une saison au Congo se déroule au Congo belge. Au cœur de la tragédie de ce pays, il y a un homme, un héros, du nom de Patrice Lumumba. Pour lui, la liberté et l’égalité sont des valeurs et des piliers de la démocratie qui doivent amener à la fraternité. Mais celle-ci reste une idée vague. Alors, comme Aimé Césaire, Patrice Lumumba va tout faire pour la rendre réelle et la mettre en pratique. Il proclame :

Je parle, et, attaquant à la base, oppression et servitude, je rends possible, pour la première fois possible, la fraternité ! (Extrait « Une saison au Congo » Edit. du Seuil. p. 105)

Auparavant, le mot fraternité signifiait fraternité entre blancs. Et c’est Césaire qui, par la bouche de Lumumba, va donner au mot fraternité, toutes les couleurs de l’humanité. Quant au tragique destin de Patrice Lumumba, il vient du fait qu’il échoue à transformer l’idée de la fraternité en réalité, et d’autre part, qu’il soit assassiné.

Acte 2, scène 8 Pauline Lumumba fait part à son mari de ses craintes.

PAULINE : Patrice, j’ai peur… Certains te vendraient pour un plat de lentilles ! Je le sens !

Ousman Seck

10

© Sermac

© Editions Points

"Une saison au Congo"


PERSONNAGES

LUMUMBA : Oh ! Les femmes ! peuvent-elles être mauvaises ! toujours prêtes à imaginer le pire ! PAULINE : Et les hommes ! Et toi ? crédule, confiant ! Tu es un enfant, Patrice !... Tiens, moi, je n’ai aucune confiance dans ton Mokutu... tu sais bien qu’il a été indicateur du temps des Belges. LUMUMBA : Et tu t’imagines que je vais me laisser écraser comme ça ! Et tu t’imagines que je n’ai ni moyens, ni amis ! Mais laissons cela, Pauline… Passe-moi ma guitare, je me sens fatigué…

© Philippe BOURGADE

" Une saison au Congo " de Mehmet Ulusoy ( 1988 )

Elie Pennont et Sylvianne Elénéda

Patrice, j’ai peur... Certains te vendraient pour un plat de lentilles ! Je le sens !

(Elle lui tend l’instrument.) … Je ne sais pas pourquoi… Ce qui me vient à l’esprit est un air de tristesse…

11

Le Bonimenteur Le Tribaliste Mukongo Croulard Le Badaud Basilo Isaac Deux flics Belges Général Massens Voix de la Guerre Civile La Voix Kala-Lubu Trois Ministres Un Homme Lumumba Hélène Deux Femmes M’Polo Pauline Lumumba Mokutu Soldats L’Evêque La Mama Makosi Quatre Emetteurs Ghana Deux Geôliers Le Pilote Okito Le Directeur Trois Sénateurs Tzumbi Quatre Banquiers Hammarskjöld Zimbwé Le Citoyen M.N.C L’Ambassadeur Grand Occidental Travélé M’Siri Le Mercenaire Matthew Cordelier Le joueur de Sanza La Foule


© Présence Africaine

La Tragédie du roi Christophe

Douta Seck ( 1919-1991 ) Acteur sénégalais ayant personnifié le roi Christophe

Résumé de la pièce (La pièce a été jouée en 1964 au festival de Salzbourg,et ensuite à Paris, Berlin, Venise, Dakar Montréal, Martinique et en Yougoslavie) « La Tragédie du roi Christophe » couvre la période historique de 1811-1820 pendant laquelle Christophe (héros ou tyran) régna en Haïti. Cette pièce est une tragédie qui met en scène le terrible destin d’un homme et d’un pays. Elle décrit la lutte du peuple haïtien pour la liberté, mais aussi le combat mené par un homme politique qui voulait renouveler la grandeur de son pays. Les personnages appartiennent à toutes les couches de la société.

et la Revitalisation de nos valeurs Bien qu’elle ait été écrite avant Une tempête et Une saison au Congo, La Tragédie du roi Christophe reste la pièce maîtresse du théâtre d’A. Césaire.

Je dis la Citadelle, la liberté de tout un peuple… A ce peuple qu’on voulût à genoux, il fallait un monument qui le mît debout. Le voici ! Surgie ! Vigie !

Elle entrecroise de façon parfaitement réussie, le passé, le présent et le futur, l’ici et l’ailleurs. Cela signifie que l’Histoire d’Haïti (où se déroule la tragédie) raconte à la fois toute l’Histoire des Antilles, de l’Afrique ainsi que l’histoire de tous les offensés et humiliés de par le monde : ceux que Césaire désigne par le mot Diaspora*. En voici un exemple :

Le monument sera construit plus tard. Mais il prend déjà forme dans l’esprit et dans l’imagination de Christophe. Il devient ainsi sa vision, son obsession :

CHRISTOPHE : Précisément, ce peuple doit se procurer, vouloir, réussir quelque chose d’impossible ! Contre le Sort, contre l’Histoire, contre la Nature, ah ! ah ! l’insolite attentat de nos mains nues ! Porté par nos mains blessés, le défi insensé ! Sur cette montagne, la rare pierre d’angle, le fondement ferme, le bloc éprouvé ! Assaut du ciel ou reposoir du soleil, je ne sais, la première marche au matin de la relève !...

12

Regardez… Mais regardez donc ! Il vit. Il corne dans le brouillard. Annulation du négrier ! La formidable chevauchée ! mes amis, l’âcre sel bu et le vin noir du sable, moi, nous, les culbutés de la grosse houle, j’ai vu l’énigmatique étrave, écume et sang au naseau, défoncer la vague de la honte ! Que mon peuple, mon peuple noir, Salue l’odeur de marée de l’avenir. (Acte 1- Scène 7 Présence Africaine)

" Le roi Christophe " Catherine Théodose * voir glossaire page 29


Le message de Césaire ne s’adresse pas uniquement à la Diaspora. C’est une parole humaniste qui est portée par tous les vents du monde, et ce sur tous les continents. Le théâtre de Césaire est articulé autour des trois valeurs capitales, à la base de toutes les civilisations.

© Marie-Claire DELBE

LIBERTÉ est le dernier mot de Une tempête. La fraternité est le testament de Patrice Lumumba. Et l’égalité, une valeur centrale qui garantit la paix dans un monde sans guerres de races et de religions. C’est ce que tente de faire comprendre Césaire, par la bouche du roi Christophe.

Représentation au Théâtre Municipal MADAME CHRISTOPHE : …Christophe ! Je ne suis qu’une pauvre femme, moi j’ai été servante moi la reine, à l’Auberge de la Couronne ! Une couronne sur ma tête ne me fera pas deve-

nir autre que la simple femme, la bonne négresse qui dit à son mari attention ! ... … Nos enfants, Christophe, songe à nos enfants. Mon Dieu ! Comment tout cela finira-t-il ? CHRISTOPHE : Je demande trop aux hommes ! Mais pas assez aux nègres, Madame ! S’il y a une chose qui, autant que les propos des esclavagistes, m’irrite, c’est d’entendre nos philanthropes clamer, dans le meilleur esprit sans doute, que tous les hommes sont des hommes et qu’il n’y a ni Blancs ni Noirs. C’est penser à son aise, et hors du monde, Madame. Tous les hommes ont mêmes droits. J’y souscris. Mais du commun lot, il en est qui ont plus de devoirs que d’autres. Là est l’inégalité. Une inégalité de sommations, comprenez-vous ? A qui fera t-on croire que tous les hommes, je dis tous, sans privilège, sans particulière exonération, ont connu la déportation, la traite, l’esclavage, le collectif ravalement à la bête, le total outrage, la vaste insulte, que tous, ils ont reçu, plaqué sur le corps, au visage, l’omniniant crachat ! Nous seuls, Madame, vous m’entendez, nous seuls, les nègres ! ...

13

PERSONNAGES Pétion : Président de la République Christophe : ancien esclave, ancien cuisinier, ancien général, roi d’Haïti Hugonin : mélange de parasite, de bouffon et d’agent politique. Vastey : baron, secrétaire de Christophe Le Maître de Cérémonies Magny : Duc de Plaisance, général Corneille Brelle : Duc de l’Anse, premier archevêque du Cap Le président du Conseil d’Etat Le Roi d’Armes Metellus : chef des révoltés Leader de l’opposition Députés Chanlattes : poète officiel Prézeau : confident et homme à tout faire de Christophe Madame Christophe : ancienne servante d’auberge, la reine. Martial Besse : ingénieur Apprenti Radayeur Capitaine Radayeur Le Royal-Dahomet Isabelle Richard : comte de la Bande du Nord Franco de Médina : agent du roi de France Louis XV Conseil d’Etat Trou Bonbon : comte Guerrier, duc de l’Avancé, général Juan de Dios Gonzales : curé, puis archevêque après la mort de Corneille Brelle Steward, Anglais, médecin du roi Boyer : général des armées de Pétion Présentateur, chœur, citoyens, paysan(ne)s, ouvriers, soldats et officiers, porteurs, courtisans, échos, tambours lointains.


Le théâtre Aimé Césaire L’histoire du Théâtre Le théâtre est entouré d’une grille de 35m côté rue V. Sévère ( Amiral Gueydon ) et 70 m côté rue de la République.

Apposé en mai 1900 par le maire Victor SéVÈRE, et son Conseil Municipal.

La devise

Semper Francia*

Il possède deux grandes pièces d’eau dans l’allée et l’entrée.

* France Toujours

La façade est frappée aux armes de la ville : laurier, couronne, hâche, faisceaux des licteurs ( symbole de la République )

Entrepreneur : KROUS (maitre d’œuvre) Sculpteur : Albert CARRIER-BELEUSE Début des travaux : 1884

Le théâtre a ouvert en 1912, avec 800 places.

Fin des travaux : 1901 Inauguration : 21 septembre 1901, remplace la Maison des Communes de 1848, située Victor Hugo (Grand-Rue). Adresse : 116, rue Victor Sévère

14

« La fulguration dans tous les sens d’un coeur bien rouge (coeur étoile ou étoile coeur, on ne sait), et la lente transformation d’un ciel de défaite en ciel d’espérance » Aimé CESAIRE


C’est en 1912 que le théâtre fut annexé au bâtiment. Ce dernier pouvait contenir environ 800 spectateurs. Il comporte, une cour jardin avec deux pièces d’eau entourant une allée principale à l’entrée qui donne sur la rue Amiral de Gueydon, aujourd’hui rebaptisée rue Perrinon. La particularité de cette structure est le parti pris d’un théâtre

Dans les années 1990, la restauration de l’équipement devient nécessaire. Les locaux sont vidés et l’administration municipale est rapatriée dans la nouvelle mairie. Le bâtiment est dès lors consacré uniquement au théâtre. Des améliorations techniques ont été réalisées sur le plan de la scénographie. Les principales étant: - l’abaissement du plateau de scène - la création d’une circulation circulaire autour de le salle permettant une isolation parfaite des bruits extérieurs - la correction de l’acoustique par la création de niches tout autour de la

© Marie-Claire DELBE-CILLA

C’est en 1900, sous l’administration du maire Victor SéVèRE que les travaux reprirent sous la direction de l’ingénieur, Monsieur Cappa. Le chantier s’acheva en 1901.

à l’italienne faisant office de cinéma, d’ou la dénomination du « ciné-théâtre ».

© François Belson

C’est en 1884 que commença la construction de la Mairie. Les travaux furent arrêtés pour malfaçon, ce qui laissa place a un chantier inachevé.

Verrière hall ancien Hôtel de Ville salle, ces dernières étant habillées par les fresques réalisées par l’artiste peintre Catherine THEODOSE. Dans les années 2000, l’établissement a été baptisé le théâtre Aimé Césaire. Le projet principal à venir pour 2013 est l’ouverture du bureau d’Aimé Césaire en tant qu’espace patrimonial. Les autres salles seront mises à disposition pour des expositions artistiques. Dominique BOURROUET Directrice de la Direction de l’Aménagement et de l’Architecture

Juin 2013

Le Bureau d’Aimé Césaire, au 1er étage, deviendra un Espace muséal et patrimonial.

15

Théâtre Aimé Césaire


Les fresques du théâtre Réalisées par Catherine Théodose Photos de Joël ZOBEL

16


1

2

3

Nedjma

Le rebelle

Christophe

Inspirée de La femme sauvage dans "Le cercle des représailles" ( Kateb Yacine )

Inspiré de "Et les chiens se taisaient" ( Césaire )

Inspiré de "La Tragédie du roi Christophe" ( Césaire ) 17

4

Caliban Prospero Inspiré de "La Tempête" ( Césaire / Shakespeare )


5

Solitude Inspirée de "La mulâtresse solitude" ( Schwarz-Bart )

6

Toussaint Louverture Inspiré de "Monsieur Toussaint" ( édouard Glissant ) 18

7

8

La reine

Djoh’a

Inspirée du personnage dans "Les nègres" ( Jean Genet )

Inspiré du personnage dans "Les Sept Solitudes" ( Sony Labou Tansi )


9

10

11

12

Béatrice du Congo

Ngonga

Solibo

Béhanzin

Inspirée d’un conte du Gabon Femme mettant à mort la panthère

Inspiré de "Mes marqueurs de paroles" ( Chamoiseau )

Inspiré de l’exil en Martinique du Roi du Dahomey [actuel Bénin] 19

Inspirée de " Béatrice du Congo" ( Bernard Dadié )


13

15

14

16

Delita

Chaka

Mama Blues

Don Juan

Inspirée du "Gouverneur de la rosée" ( Jacques Roumain ) et de "Arc-en-ciel pour un occident chrétien " ( René Depestre )

Inspiré du personnage de Baba Moustapha

Inspirée du chant du blues de James Baldwin

Inspiré du Don Juan de Brecht

20


17

Emplacement des fresques Scène 13 Chaka 14 Mama Blues 15

N’gonga Djoh’a

Don Juan 16

Antigone 17

Inspirée du Théâtre de Sophocle traduit en créole haïtien

4

3

2

1

Vestibule d’accès

21

jma

5

Ned

Chr istop

ban

Cali

Antigone

Soli

tude

he

Pros

Toussaint

elle

pero

7 La Reine 6

12

Delita

Solibo

Reb

10 9 8

Béatrice

Behanzin

Le

11


L’architecture à l’italienne Qu’est-ce qu’un théâtre à l’ italienne ?

Salle du théâtre Aimé Césaire

C’est un théâtre dont la salle est en forme de demi-cercle et où les spectateurs sont placés sur plusieurs niveaux ( l’orchestre, les corbeilles, les balcons, la galerie ).

© Marie-Claire DELBE

C’est en plein centre de Venise qu’est apparu le premier théâtre de ce genre : le Teatro San Cassiano, édifié en 1637 puis démoli en 1812. Il fut un exemple rapidement suivi

Le théâtre à l’italienne ne diffère des gigantesques structures antiques que par des dimensions plus modestes permettant au public de percevoir bien plus en finesse le jeu des artistes et l’interprétation des œuvres musicales. Il applique un principe encore en usage de nos jours : des spectateurs assis face à la scène et ses décors.

Grand lustre du théâtre Aimé Césaire

22

© Marie-Claire DELBE

dans toutes les villes d’Italie puis de l’Europe entière et de Fort-de-France.

Balcons du théâtre Aimé Césaire

© Marie-Claire DELBE

Le principe de ce type de théâtre est apparu en Italie au début du XVIIe siècle. Il s’est d’abord établi dans de grandes salles des palais princiers, comme le théâtre Farnèse inauguré à Parme en 1619, pour des représentations privées, puis dans des bâtiments spécialement conçus pour être démocratiquement ouverts à tout public et dont les places étaient payantes.

Classiquement, la salle est structurée en plusieurs étages/balcons sur un plan ayant varié de forme entre le -U- et l’ovale tronqué qui délimitent architecturalement la largeur d’ouverture de la scène.


Jusqu’au début du XIXe siècle, toutes les salles de spectacle étaient éclairées du début à la fin du spectacle par de multiples girandoles et lustres équipés de chandelles. Il a fallu attendre l’avènement du gaz d’éclairage vers 1820 (à Paris, au

théâtre de l’Odéon et au théâtre de l’Opéra impérial situé rue Le Pelletier) et la souplesse de son réglage afin de plonger les salles dans une pénombre presque totale mettant en valeur des éclairages scéniques beaucoup plus élaborés, gradués et colorés. Le noir complet n’a pu y être obtenu qu’avec l’électricité, permettant de concentrer toute l’attention du public vers la scène et l’œuvre. Madame Julie OVIDE Architecte - Direction de l’Aménagement et de l’Architecture

Je suis prêt pour le spectacle !

© Opéra Garnier

La salle à l’italienne de l’Opéra Garnier

23

© Teaotro Flora

La scène à l’italienne est surélevée par rapport à la salle, avec un plancher légèrement incliné vers la salle, avec une pente moyenne de 2°. La scène est aussi le centre d’un vaste volume en grande partie invisible du public : la « cage de scène », où sont aménagés différents espaces techniques recevant une machinerie complexe pour la mise en scène ou présentation adaptée, organisée pour chaque type d’œuvre ou genre de spectacle.

Teatro Flora à Penna San Giovanni, Italie

THéâtre à l ’ italienne ! Pas Vêtements à l ’ italienne !


Les différentes parties d’une scène de théâtre B Lointain

3

C

D

Côté Jardin

Rideau(x)

Côté Cour

4

Manteau d’Arlequin A Face

C’est une rangée de lumières qui permet d’éclairer les acteurs. 24

Coulisses

I

La scène

Le plateau

II

Coulisses

1

Et ça sert à quoi la rampe ?

5 Le mur du fond

Avant-scène 2 Rampe

IV

III


Positions A

Face

C’est le devant du plateau, la partie la plus proche du public, opposée au lointain. Face, lointain, cour, jardin sont les quatre points cardinaux du théâtre.

B

Lointain

Matérialisé par le mur ou la toile du fond, le lointain est l’endroit le plus éloigné de la scène, opposé à la face.

C D

Côté Jardin Côté Cour

Pour distinguer la droite et la gauche de la scène, le comédien a une astuce : côté cœur, le côté Cour par opposition au côté Jardin.

Eléments 1

Les coulisses

L’espace de circulation non visible par le spectateur qui se trouve de part et d’autre du côté cour et du côté jardin et qui contient les pendrillons.

2

La rampe

C’est la galerie lumineuse qui borde l’avant de la scène d’un bout à l’autre.

3

Les pendrillons

Rideaux, la plupart du temps en velours noir, placés de chaque côté du plateau, qui forment les coulisses.

4

Le(s) rideau(x)

Dans le vocabulaire du théâtre, il y a plusieurs types de rideaux, le plus familier ou le plus connu étant le rideau d’avant-scène.

5

Le mur du fond 25

Zones I

La scène

C’est la partie du théâtre – considérée en tant que bâtiment – où se passe l’action. Elle se situe entre la face et le lointain, entre le Manteau d’Arlequin et le mur du fond, entre les deux séries de coulisses.

II

Le plateau

Equivalent de planches ou de scène, le plateau désigne l’espace comprenant, en plus de la scène, les coulisses et les dessous. C’est la partie visible du spectateur.

III

L’avant-scène

C’est la partie comprise entre la rampe et le rideau d’où le metteur en scène dirige les acteurs.

IV

Le manteau d’Arlequin

C’est la partie de la scène qui commence au rideau et se termine aux premiers pendrillons.


Les métiers de la scène Les acteurs

Les figurants

Il sont chargés de jouer la pièce selon leur rôle.

Ils sont sur scène comme les acteurs, bougent, jouent un rôle mais ne parlent pas.

…Christophe ! Je ne suis qu’une pauvre femme, moi j’ai été servante moi la reine, à l’Auberge de la Couronne !

Avec plus d’intensité ! Le metteur en scène 26

C’est lui qui dirige, met en scène et prend toutes les décisions artistiques - harmonie et dynamisme du spectacle.


Les métiers du décor Le régisseur général Il règle les effets du spectacle sur ordinateur. Au théâtre Aimé Césaire, le régisseur général occupe aussi les fonctions de machiniste, d’accessoiriste, d’éclairagiste, de décorateur…

L’accessoiriste Il est chargé de positionner les objets ou de les retirer avant et pendant le spectacle.

Le chef éclairagiste

Il dirige les lumières, leurs couleurs, leur intensité ou les ombres.

Le machiniste

Il met en place les décors lorsque les rideaux tombent.

Le décorateur

Il est chargé de l’aménagement de la salle, du choix des éléments, objets et accessoires du décor.

Gestion du théâtre L’ouvreuse

Elle aide les spectateurs à s’installer dans la salle.

Directeur/Administrateur C’est la personne chargée de veiller au bon fonctionnement du théâtre.

Le personnel diminue ou augmente selon la grandeur du théâtre, de ses financements, mais aussi du nombre de spectateurs.

27


Les auteurs Henri MELON

Comédienne, Marie-Line Ampigny a joué sous la houlette des plus talentueux metteurs en scène antillais dans les années 80-90, tels Henri Melon, Jean-Paul Césaire, Yvan Labéjof, Benjamin JulesRosette, José Alpha, Michèle Césaire, ce en Martinique, en Guadeloupe, au Théâtre National de Chaillot, au Festival de Fort-de-France, aux Rencontres francophones de Nice, au Festival d’Avignon (In), au Sénégal, à Paris (UNESCO), en Jamaïque, à SainteLucie, à Cuba, avant de devenir metteur en scène et directrice du Théâtre de l’AIR à Paris.

© Droits réservés

© Fernand BIBAS

Marie-Line Ampigny

Comédien, Enseignant, Metteur en scène. Né à Saint-Esprit de la Martinique en 1935. Scolarisé au Saint-Esprit et au Lycée Schœlcher. A fait des études à la Faculté des Lettres de Paris, puis au Cours d’art dramatique d’Armel Marin et de Monique Godard. Pièces jouées en France : La Tragédie du roi Christophe d’Aimé Césaire (Mise en scène de Jean-Marie Serreau). Participation au 1er Festival des Arts Nègres : Dakar 1966. A enseigné comme instituteur (1955-1957) puis comme professeur de français. Au Cinéma il a joué dans: La Rue Cases nègres, de Euzhan Palcy, La Grande Béké.

En 1985, elle devient journaliste. Chevalier de l’Ordre National du Mérite, aujourd’hui elle est écrivain et responsable de l’animation au Musée Départemental de la Pagerie.

Connu comme fondateur du Théâtre Populaire martiniquais. Auteur et metteur en scène d’une vingtaine de pièces de théâtre. A mis en scène le Cahier d’un retour au Pays natal (montage poétique - 1969), a fait connaître au théâtre Sony Rupaire et Vincent Placoly et publié deux romans.

28


Glossaire Humanisme

Lynché

Cela regroupe tous ceux qui travaillent à l’épanouissement des hommes, à leur dignité.

Quelqu’un qui a subi de très graves violences physiques (parfois mortelles) que ce soit, par un autre homme ou soit par la foule.

Bateau négrier

Navire spécialisé dans le transport des esclaves noirs entre l’Afrique et les Amériques.

Déporté

Humilié Méprisé.

Swing

Enlevé de force de son pays et exilé.

Un rythme (sonore, musical) très cadencé et très dynamique.

Tragédie

Bêcheur

Contraire de la comédie. Les conflits, les problèmes (amour, guerre, etc.) sont au coeur de la pièce.

Comme la fourche à quatre dents ou la houe, la bêche est un instrument aratoire ( outil qui sert au travail de la terre, à l’agriculture). La race est donc comparée à une terre et le poète à un agriculteur.

éléphantiasis

Maladie très répandue à une époque qui donnait aux jambes, une épaisseur, un volume rappellant la patte d’un éléphant.

Lumignon

La succulence des fruits

La saveur juteuse, le goût délicieux des fruits.

S o mmer

Une bougie ou une lampe allumée et qui éclaire faiblement.

Ordonner, enjoindre d’accomplir son devoir.

Diaspora

Christique

Mot regroupant tous les noirs du monde, tous les humiliés du monde.

Relatif à Jésus-Christ.

29


JEUX Quizz !!

Connais- tu bien Aimé Césaire ?

1. Combien de frères et sœurs avait Aimé Césaire ?

6. Quel est le nom de l’ami guyanais d’Aimé Césaire?

2. Dans quel établissement scolaire Aimé Césaire a-t-il effectué ses études secondaires ?

7. Aimé Césaire a participé à la création de deux revues ; lesquelles ?

3. Dans quelle ville et dans quel établissement scolaire Aimé Césaire a t-il poursuivi ses études ?

8. Peux-tu citer, sans hésiter, trois recueils de poèmes écrits par Aimé Césaire ?

4. Quel personnage Aimé Césaire a rencontré dans cet établissement et qui deviendra un de ses grands amis ?

11. Peux-tu citer deux pièces de théâtre majeures d’Aimé Césaire ?

12. Qui a réalisé le documentaire « Aimé Césaire, une voix pour l’histoire »?

13. Quel homme politique français Aimé Césaire a-t-il refusé de recevoir en Martinique en 2006 ?

14. Cite deux bâtiments publics qui portent le nom d’Aimé Césaire. 9. Comment se nommait l’épouse d’Aimé Césaire?

5. De quel mot majeur Aimé Césaire est-il le créateur ? 10. Quel était le surnom d’Aimé Césaire?

15. Où et quand a t-on rendu un hommage national à Aimé Césaire après sa mort?

Réponses Quizz : 1) Six - 2) Lycée Schoelcher - 3) A paris au lycée Louis Legrand - 4) Leopold Sedar Senghor - 5) La Négritude - 6) Léon Gontran Damas 7) L’étudiant noir, la revue tropiques - 8) Ferrements, Cadastre, Moi Laminaire, Corps perdu, Cahier d’un retour au pays natal, Les armes miraculeuses, Soleil cou coupé, La poésie - 9) Suzanne Roussi - 10) Le nègre fondamental - 11) Et les chiens se taisaient, La Tragedie du roi Christophe - 12) Euzhan Palcy (1994) - 13) Nicolas Sarkozy 14) L’aéroport, le collège des Terres Sainvilles, le parc floral, le théâtre de Fort-de-France - 15) Au Panthéon à Paris le 6 avril 2011.

30


Les mots f léchés Reliez les resumés aux titres des pièces de théâtre d’Aimé Césaire. L’Afrique au temps de la décolonisation et l’histoire d’un leader indépendantiste.

1

a

Et les chiens se taisaient

La vie d’un révolutionnaire, revécue par lui au moment de mourir.

2

b

Une tempête

Adaptation d’une pièce de théâtre de Shakespeare.

3

c

La Tragédie du roi Christophe

L’histoire de la lutte du peuple haïtien pour obtenir la liberté et le combat d’un homme politique.

4

d

Une saison au Congo

Les mots croisés 1 Héros d’une pièce de théâtre se déroulant en Afrique 2 Phénomène naturel 3 Genre théâtral 4 Pays africain bis Animaux domestiques 5 Faisaient silence 6 Roi d’Haïti Réponses Mots Croisés : 1) Lumumba - 2)Tempête - 3)Tragédie 4) Congo - 4bis) Chiens - 5) (se) taisaient - 6) Christophe

Réponses Mots fléchés : 1d - 2a - 3b - 4c

31


Mon espace Nom : .................................. Classe.................. Ecole : .................................... Animal préféré : .................................. Couleur préférée : ..................................

Dessine tes personnages préférés des pièces d’Aimé Césaire !

32


Bibliographie

Personnes ressources

Pièces de Théâtre Aimé CESAIRE Bibliothèque Départementale de Prêt

■ Et les chiens se taisaient, Présence Africaine, Paris, 1958, 1997 ■ La Tragédie du roi Christophe, Présence Africaine, Paris, 1963, 1993 ■ Une saison au Congo, Seuil, Paris, 1966, 2001 ■ Une Tempête, d’après La Tempête de William Shakespeare : adaptation pour un théâtre nègre, Seuil, Paris, 1969, 1997

Documentation Théâtre

Bureau du Patrimoine & Archives Départementales ■ Le Patrimoine des Communes de la Martinique, Flohic Editions,1998 ■ Denis MARTOUZET, Fort-de-France, ville fragile, Collection Villes, 2001 ■ Madras, Dictionnaire Encyclopédique et pratique de la Martinique, Editions Exbrayat, 1996 ■ Micheline MARLIN-GODIER, Fort-de-France 1884-1914, Ibis Rouge Editions, 2000 ■ Théodore BAUDE, Fragments d’histoire, ou Hier et Aujourd’hui à la faveur d’une promenade dans les rues et aux environs de Fort-de-France, 1940 ■ Lucien NAY-REINE, FO-YAL (Fort-de-France) 1835-1935, Imprimerie Reliure Bezaudin, Rue Victor Hugo Fort-de-France Martinique, 1935 (Don Saint-Cyr)

Sources Internet

http://college.jeanmoulin.free.fr/Avignon/Theatre/les%20metiers.htm Wikipedia / Arts Alive/AGACS http://www.dossiers.latroupeduroy.fr/16.html http://www.dossiers.latroupeduroy.fr/16.htm http://fr.wikipedia.org/wiki/Op%C3%A9ra_Garnier http://it.wikipedia.org/wiki/Teatro_Flora_(Penna_San_Giovanni) http://www.babelio.com/livres/Cesaire-La-tragedie-du-roiChristophe/39468 http://livres.ados.fr/Aime-Cesaire/livres/et-les-chiens-se-taisaient http://www.evene.fr/livres/livre/aime-cesaire-une-saison-aucongo-11118.php

33

© Mairie de Fort-de-France Mission Culture, Patrimoine et Relations Internationales / Avril 2013 Sous la direction d’Elisabeth LANDI, Conseillère municipale, Déléguée au Patrimoine. Conception et Rédaction : Henri MELON, Marie-Line AMPIGNY, Assistés de l’équipe MCPRI : Suzy LANDAU, Yasmina LAGIN, Myriam ETILE, Raphäelle SELDIR (Stagiaire). Textes : Dominique BOURROUET, Julie OVIDE, Suzy LANDAU, Raphäelle SELDIR. Conception graphique et illustrations : TAG SARL Aquarelles et fresques : Catherine THEODOSE Avec l’aimable participation de : Sabine ANDRIVON-MILTON (conception des jeux) Mme Sylvie SAINT-AGATHE - Bureau du Patrimoine du Conseil Régional de la Martinique

Mme Gladys NICOLE – Bibliothèque Départementale de Prêt. Crédits photo : Ville de Fort-de-France, SERMAC, Philippe BOURGADE, Fernand BIBAS, Marie-Claire DELBE, Joël ZOBEL, François BELSON. Crédit images : Présence Africaine, Points, Ed. Seuil. Remerciements à : L’équipe du Théâtre Aimé Césaire ( Michèle CESAIRE, Michèle MONDESIR, Jocelyne MITRAM, Pierre MARIEROSE, Clovis JOSEPH, Etienne DIBANDI, Roland POLO ), Carole CRATER, le Département de l’Enfance et de l’Education, Le Conseil Régional de la Martinique, la Direction des Affaires Culturelles de la Martinique, le Rectorat de l’Académie Martinique et Marie-Lyne Toussaint. L’utilisation des couvertures d’ouvrages et des illustrations sont soumises à des Droits (Utilisation, Diffusion).


" La force de regarder demain... "

Aimé Césaire

( Cahier d’un retour au Pays Natal )


Théâtre Aimé Césaire