Issuu on Google+


DĂŠcembre 2010

.................................................................................................................................................

Le Bilan


TABLE DES MATIÈRES ..............................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................

PRÉFACE INTRODUCTION

5 7

PLAN D’ACTION ACCOMPAGNEMENT SANTÉ

11

BOURSE BIEN VIEILLIR

PLAN D’ACTION AGRICULTURE ÉTUDE SUR LES AVENIRS DE L’ÉLEVAGE

PLAN D’ACTION CHANVRE MISE EN CULTURE DU CHANVRE

PLAN D’ACTION ÉCONOMIE SOCIALE RÉSEAU DE L’ÉCONOMIE SOCIALE ANNUAIRE VEILLE DES MARCHÉS PUBLICS ET CLAUSES SOCIALES FORMATIONS COMPLÉMENTAIRES

PLAN D’ACTION ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR UNIVERSITÉ D’ÉTÉ MASTER EN SCIENCES ET GESTION DE L’ENVIRONNEMENT TABLE RONDE SUR L’ENSEIGNEMENT

PLAN D’ACTION ENVIRONNEMENT

13

15 17

19 21

23 25 27 29 31

33 35 37 39

41

LOGEMENTS SOCIAUX CRÉATION DU GAPPER BENJAMIN EN ENVIRONNEMENT

43 45 47

PLAN D’ACTION FILIÈRE ÉQUINE

49

PARCOURS ÉQUESTRES PARTICIPATION À LA FIERA CAVALLI VADE-MECUM

PLAN D’ACTION FORMATION BACHELOR EN TECHNOLOGIE DU BOIS PROGRAMME PARTAGÉ ENTRE L’ULG ET L’ULUX

PLAN D’ACTION JEUNESSE SALON LESJEUNESONTDUTALENT.BE

PLAN D’ACTION LANGUES ÉTRANGÈRES KIT ET BROCHURE LEXIQUE FRANÇAIS-LUXEMBOURGEOIS

51 53 55

57 59 61

63 65

67 69 71 3


TABLE DES MATIÈRES ........................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................

4

EXCEL’LANGUES QUINZAINE DES LANGUES

PLAN D’ACTION LUX@VENIR RÉSULTATS LUXEMBOURGEOIS DU GPWE WORKSHOP - RENCONTRE

73 75

77 79 81

PLAN D’ACTION MOBILITÉ

83

COVOITURAGE PRINTEMPS DE LA MOBILITÉ PROJET DAMIER LOCOMOBILE LIVRE BLANC

85 87 89 91 93

PLAN D’ACTION SÉCURITÉ

95

CRÉATION DE PARTAGEONS NOS ROUTES CAMPAGNE BE SOFT VOITURE-TONNEAU SIMULATEUR MOTO PISTE FIXE D’ÉDUCATION ROUTIÈRE SPOTS TÉLÉ DE PRÉVENTION ROUTIÈRE JOURNÉES DE PRÉVENTION ROUTIÈRE FÉPRABEL

PLAN D’ACTION VEILLE JOURNÉE PROGRAMMES EUROPÉENS

97 99 101 103 105 107 109

111 113

PLAN D’ACTION VIE CULTURELLE

115

SITE INTERNET CULTURELUX COLLOQUE CULTUREL DE REDU COLLOQUE DU PRINTEMPS CULTUREL ÉTATS GÉNÉRAUX DU THÉÂTRE FESTIVAL MAI’LI MAI’LO

117 119 121 123 125

AUTRES ACTIONS 20KM DE BRUXELLES MARGUERITE AGENCE PROVINCIALE DU BÉNÉVOLAT

EVOLUTIONS PLUS CONTRASTÉES REBOND

127 129 131 133

135 137


PRÉFACE PRÉFACE

Mobiliser les Luxembourgeois autour d’un projet de territoire défini en commun, telle fut l’ambition de Luxembourg 2010. Fondée sur 280 entretiens de responsables politiques, sociaux, culturels, actifs dans la province et au-delà de celle-ci, la Charte de territoire signée à Libramont le 4 juin 2005 en fut le vrai point de départ. Dès ce moment, se sont constitués de multiples réseaux qui, dans tous les secteurs de la vie, ont suggéré des projets et le plus souvent les ont élaborés et concrétisés. Au fil du temps, la démarche a évolué selon la volonté et le dynamisme de ceux qui l’ont animée. Telle est l’une des caractéristiques de Luxembourg 2010 : aucun enfermement dans des dogmes, au contraire une flexibilité dans la réflexion et l’action en fonction des réalités rencontrées par les acteurs des réseaux respectifs.

Grâce au soutien remarquable de la Province, cet acquis sera pérennisé. Une équipe de vigies se mettra de manière permanente au service des réseaux qui porteront des projets de nature à concrétiser les objectifs définis dans le rebond de la démarche. Mobilité, écodéveloppement, cohésion sociale vont nous mobiliser sans que soient pour autant délaissées les actions déjà entreprises dont la réussite est avérée. Pour terminer, je voudrais remercier toutes celles et ceux qui au quotidien, avec courage et modestie, ont animé Luxembourg 2010. Ils sont l’élite de notre territoire, au service des Luxembourgeois. Poursuivons ensemble le chemin, en ayant désormais la planète comme référence, le monde comme horizon. Luxembourgeois, soyons audacieux, créatifs, innovants, conquérants !

Les réseaux ! Ils sont l’originalité fondatrice de notre démarche territoriale : réunir pour chaque action à mener tous ceux et celles qu’elle pourrait concerner, au-delà des intérêts particuliers et des egos. Des centaines de personnes ont ainsi appris à travailler ensemble. Cet acquis essentiel, résolument moderne, propre à toutes les régions qui dans le monde réussissent, est la fierté de ceux qui ont cru en cette aventure.

Bernard Caprasse Gouverneur de la province de Luxembourg Président de Luxembourg 2010

5


6


INTRODUCTION ..................................

LA SPÉCIFICITÉ DE LUXEMBOURG 2010 UNE MÉTHODE ATYPIQUE ET INNOVANTE Luxembourg 2010, c’est un réseau de plus de 400 hommes et de femmes engagés poli!quement, socialement, culturellement, dans les entreprises privées, les pouvoirs publics, les associa!ons et les pôles d’enseignement et de recherche. Ce qui fait la force de Luxembourg 2010, c’est ce travail en RESEAUX, l’abandon d’une logique individuelle au profit d’un effort collec!f. Chaque homme et chaque femme engagé dans la démarche s’efforce de travailler en étroite collabora!on avec les autres membres ac!fs au sein de Luxembourg 2010. C’est de ce$e manière qu’ils arrivent à développer des projets concrets aux services des habitants de la province de Luxembourg. Fondée sur le consensus et l’engagement volontaire, la démarche Luxembourg 2010 vient en sou!en à des porteurs de projets. Elle établit régulièrement un état des lieux du territoire afin d’ini!er des projets qui répondent à des besoins jusque-là non rencontrés. Ces projets sont regroupés par théma!ques (sécurité, culture, mobilité, jeunesse, etc.) et couvrent la majorité des secteurs de la société.

Ce$e manière d’aborder la réalité n’est pas la plus simple et demande parfois plus de temps car il faut écouter et harmoniser les points de vue, faire fi des intérêts par!culiers au profit d’un objec!f plus général. Elle est par contre innovante et démul!plicatrice.

UN RÔLE DE FACILITATEUR Luxembourg 2010, c’est un facilitateur de projets qui ne veut pas se subs!tuer aux opérateurs de la province dont c’est le rôle et l’ambi!on. Il propose à ces derniers son sou en (technique, logis!que, etc.) ou son conseil afin de créer les condi!ons idéales qui perme$ent à des projets de se (re-)lancer, de grandir ou d’a$eindre une autre ampleur. Luxembourg 2010 offre également : des espaces neutres de rencontre et de concerta!on, des vecteurs de mobilisa!on, des plateformes d’échanges d’expériences, des processus de lobbying, des forma!ons, des relais et des ou!ls de diffusion et de communica!on, une reconnaissance plus grande par les instances de la Région wallonne.

..................................

PETIT HISTORIQUE DE LUXEMBOURG 2010 1999 : LA GENÈSE DU PROJET 1999. Le Gouvernement wallon met sur pied un projet de développement du territoire qu’il nomme Schéma de Développement de l’Espace régional (SDER). La province de Luxembourg y voit l’occasion d’élaborer son propre projet d’aménagement du territoire. Se me$ent alors en place des discussions préparatoires : les promoteurs de ce projet global veulent aller plus loin qu’un schéma de développement au sens strict, ils veulent mener à bien une démarche stratégique à même de cadrer avec les réalités du terrain. Fin 2000 émerge donc l’idée de «Luxembourg 2010» qui sera officiellement lancée en mai 2001. La philosophie de la démarche : le consensus. En effet, l’ensemble des forces vives de la province prend part à Luxembourg 2010 et travaille ac!vement sur ce projet de territoire.

DE 2002 À 2005 : UNE DÉMARCHE DE CONSULTATION, DE RÉFLEXION ET DE SYNTHÈSE Luxembourg 2010 débute en 2002 par une phase approfondie de réflexion, rythmée par la consulta!on de près de 300 acteurs de la province pour abou!r à un état des lieux des forces, faiblesses et défis du territoire. Ce «diagnos!c» a été synthé!sé dans un document in!tulé Quatre regards pour une vision d’Avenir, et disponible sur simple demande. Dans la foulée, les promoteurs de la démarche se lancent dans la rédac!on d’une Charte censée jeter un pont vers l’ac!on. Ce$e Charte (disponible également sur simple demande) est un document succinct concentré sur les valeurs-phares de Luxembourg 2010 et sur une philosophie d’ac!on privilégiant la mise en réseau et la ges!on concertée.

7


Elle trace également les 6 enjeux prioritaires du territoire : • L’innova!on, l’enseignement, la recherche et la maîtrise des langues étrangères • Les services à la popula!on (vie culturelle, vie sociale, mobilité et sécurité) • L’écodéveloppement • L’image du territoire • Le réseau des acteurs • Les jeunes Le 04 juin 2005, l’organisa!on d’Assises du Territoire a permis à plus de 400 personnes ac!ves en province de Luxembourg de signer la Charte Luxembourg 2010 et de marquer le passage de la phase de réflexion vers une phase de concré!sa!on des projets.

DE 2006 À 2010 : LA MISE EN ROUTE DE PROJETS ET LA RÉALISATION D’UN PREMIER PROGRAMME D’ACTIONS Dans la foulée des Assises, un recensement de projets parmi tous les acteurs qui ont par!cipé à la démarche est réalisé. Les projets retenus sont ceux pouvant répondre aux besoins de plusieurs acteurs. 66 projets (en phase de prépara!on et/ ou de réalisa!on) ont émergé de ce recensement. En novembre 2006, ces 66 projets ont débouché sur la créa!on de 20 plans d’ac on portés par autant de groupes de travail ou « grappes » : la Sécurité ; l’Appren!ssage des langues étrangères ; la Filière équine ; Ardenne Logis!cs – Charte pour le redéploiement du Centre Ardenne ; Val de Poix; Lux@venir; la Veille ; l’Accompagnement santé ;

8

l’Economie sociale ; la Mobilité ; l’Agriculture ; le Renouveau du chanvre industriel ; l’Enseignement supérieur ; la Vie culturelle ; la Jeunesse ; l’Environnement ; le Pôle d’ac!vités socioéconomiques spa!ales en Ardenne ; la Filière porcine de qualité différenciée ; l’Image ; et enfin, la Forma!on. L’ensemble de ces projets forme le premier programme d’ac ons de Luxembourg 2010. Durant l’année 2008, alors que le travail se poursuit au sein des différents plans d’ac!on, une première évalua on de la démarche a été réalisée par l’Ins!tut Destrée et a abou! sur une dizaine de recommanda!ons pour le futur. En juin de ce$e année 2008, la démarche a été présentée au MinistrePrésident Rudy Demo$e à l’occasion de sa visite en province de Luxembourg afin de consacrer l’adéqua!on de la démarche avec les lignes directrices du Plan Marshall et des Déclara!ons de poli!que générale, de même que les similitudes avec d’autres démarches telles que Wallonie Picarde. En 2009, le travail se poursuit. Les groupes de travail con!nuent à se réunir et à faire avancer les projets, à des rythmes différents, en gardant une a$en!on par!culière sur le suivi et la culture de l’évalua!on. L’accent a été mis sur la mise en place et la consolida!on d’une « boîte à ou ls » (offre de services divers à l’a$en!on des opérateurs : forma!ons, conseils, plateforme d’échanges, relais, ou!ls de communica!on, cellule de veille, etc.). En mai 2009, la nécessité de réfléchir à l’avenir et à la pérennisa on de la démarche au-delà de l’échéance 2010 a conduit à la tenue d’un séminaire résiden!el où la philosophie, la méthodologie et les objec!fs d’un rebond de la démarche ont fait l’objet de débats (Cf. p137).


..................................

LE SOUTIEN D’ACTIONS ORGANISATRICES Grâce aux subven!ons de la Région wallonne et de la Province de Luxembourg, la démarche Luxembourg 2010, entrée dans une phase de concré!sa!on à par!r de 2005, a pu donner des coups de pouce financiers à des ac ons de mise en réseau de partenaires, plutôt qu’à des projets par!culiers qu’il aurait été malaisé de départager. Elles ont été appelées ac!ons organisatrices. Le plafond d’interven!on a été fixé à 10.000€ maximum par ac!on. De façon précise, une ac!on organisatrice réunit ou ou!lle un groupe d’opérateurs intermédiaires en vue de l’amener ou de l’aider à élaborer des ac!ons structurantes, fédératrices, répondant de manière neuve à des besoins exprimés dans les axes de la Charte Luxembourg 2010 (Cf. p8).

est de favoriser les partenariats organisés, la bonne ges!on des ac!ons sous forme de projets, leur évalua!on, et une bonne circula!on de l’informa!on à travers les acteurs intermédiaires de la province. De ce fait, la démarche ne s’est subs!tuée ni aux porteurs de projets, ni aux ins!tu!ons subsidiantes classiques. Au cours des années 2007 à 2009, sur 3 ans, 20 ac ons organisatrices ont été soutenues financièrement pour un montant total de 141.706€, rassemblant plus de 100 représentants d’ins!tu!ons différentes. Leurs résultats ont été systéma!quement évalués et diffusés dans le réseau. Fin 2009, la démarche a vu l’arrêt provisoire de ce type de sou!en, pour des raisons budgétaires propres à l’ASBL.

..................................

Ainsi, Luxembourg 2010 a parfaitement rempli son rôle, qui

LE PASSAGE DES GRAPPES AUX PLANS D’ACTION Fin 2005, 66 projets émergent du recensement effectué au sein des membres du réseau. Ces 66 projets sont très diversifiés et touchent à tous les secteurs de la société. Afin de ne pas cloisonner les choses, ces ini!a!ves ont été regroupées en « grappes » ou théma!ques (ex : Grappe Enseignement, Grappe Agriculture, Grappe Mobilité, Grappe Environnement, Grappe Jeunesse, etc.). Ar!culées autour des projets, les grappes visaient à souligner les connexions entre ceux-ci, à rassembler les acteurs concernés par un même champ d’ac!vités et à les faire dialoguer dans un espace de rencontre neutre. Il est important de souligner que le travail de chaque grappe s’ar!cule autour de la désigna!on d’un Pilote qui préside les réunions et donne l’impulsion quand cela est nécessaire, et d’un Coordinateur qui seconde le Pilote et se charge du suivi méthodologique et administra!f des réunions et des projets.

Ce$e structura!on s’est vite avérée être une condi!on nécessaire de bon fonc!onnement des grappes. En 2007, dans un souci d’efficacité et de professionnalisa!on, chaque groupe de travail ou grappe a défini un plan d’ac on précis avec une méthode, des objec!fs généraux, des échéances données, des responsabilités fixées, un suivi des projets qui le cons!tuent. Chaque fiche intégrée dans ce document sur le bilan est un survol, un condensé de renseignements sur le projet. Plus d’informa!ons sont disponibles via la personne de contact men!onnée sur la fiche ou via le site de Luxembourg 2010 www.luxembourg2010.be.

Pour lire le présent document, les fiches qui suivent adoptent toutes le même schéma de présenta!on : • Un !tre qui désigne le nom et/ou la nature du projet • Un texte de présenta!on introduc!f qui situe le projet dans son contexte plus global • Les objec!fs du projet qui rappellent les résultats à a$eindre • « Concrètement » qui désigne les ac!ons concrètes et précises, mises en œuvre pour a$eindre les objec!fs • « Les chiffres qui parlent » qui illustrent et servent d’indicateurs pour mesurer le chemin parcouru • « Les acteurs du projet » qui listent les partenaires de l’ini!a!ve • « Plus d’info ? » qui donne les coordonnées du porteur/coordinateur de projet

9


10


Plan d’action Accompagnement santé

..............................................................................

L’objec f du plan d’ac on Accompagnement santé est de proposer des services de santé adaptés à l’évolu on des besoins en zone rurale et d’apporter des solu ons concrètes et durables aux problèmes de santé qui touchent les personnes âgées

Pilote : Jean-Marie Carrier Député provincial aux affaires sociales et hospitalières Rue du Luxembourg, 15bis 6900 Marche-en-Famenne Tel. : 084/31.22.66

11


12


LUXEMBOURG 2010 | PLAN D’ACTION ACCOMPAGNEMENT SANTÉ | BOURSE BIEN VIEILLIR

Bourse

8?;DL?;?BB?H

DES PROJETS INNOVANTS POUR... “BIEN VIEILLIR EN PROVINCE DE LUXEMBOURG” Le vieillissement de la popula!on est un des enjeux majeurs de notre société. L’espérance de vie ne cesse d’augmenter. C’est pourquoi le département des Affaires Sociales et Hospitalières de la Province de Luxembourg, à l’ini!a!ve du Député Jean-Marie Carrier, a réalisé, en 2007, dans le cadre de la démarche de développement territorial Luxembourg 2010, l’étude « Bien vieillir en province de Luxembourg ». Celle-ci porte sur le vieillissement de la popula!on et sur les pistes d’interven!ons possibles à envisager à l’échelon provincial. L’une de ces pistes a porté sur la mise en place d’une bourse, l’autre a proposé la mise en place d’un conseil consulta!f des aînés. Au sein de ce#e structure, le subside de Luxembourg 2010 a permis la créa!on d’un sous-groupe de travail spécifique, la commission CCCA (Conseils Consulta!fs Communaux des Aînés), ainsi que l’octroi en 2009 d’une bourse de 7.000€ à des!na!on exclusive des CCCA.

Quels sont les objectifs du projet ? ™Soutenir et

faciliter l’émergence de projets originaux et innovants à des!na!on des personnes du 3ème et 4ème âge

™Impliquer les Conseils Consulta!fs Communaux des Aînés (CCCA) en leur donnant un coup de pouce financier : une bourse de 7.000€ octroyée par Luxembourg 2010

Concrètement ? Suite à un appel à projets, les candidats des projets retenus les ont défendus devant le jury. Celui-ci a sélec!onné et financé 5 projets à des!na!on des aînés lancés dans divers lieux de la province. Suite au lancement du projet et après une évalua!on, le solde du financement a été payé. « Les couleurs de la vie : nos généra!ons en photos ! » Premier lauréat, le CCCA de Durbuy a pour objec!f de perme#re aux par!cipants un échange autour du « temps qui passe » dans la recherche d’une photographie de « Toi (papy, mamy) quand tu avais mon âge ». Une exposi!on met en valeur 3 photographies de chaque « couplegénéra!on » : une du grand-parent à l’époque au même âge, une de l’enfant aujourd’hui et une photo des deux personnes ensemble. « Dis-moi Papy, dis-moi Mamy » Le CCCA de Habay a organisé un concours de photos sur le thème « Dis-moi Papy, dis-moi Mamy » réunissant une personne du 3ème âge avec un ou des enfants. Ce#e ini!a!ve a encouragé les contacts intergénéra!onnels mais aussi les jeunes et moins jeunes talents dans le domaine de la photographie. « Ordinateur pas peur ! » Le CCCA de Paliseul organise des cours d’informa!que

444 13


adaptés pour les seniors de la commune sous forme d’ateliers d’ini!a!on conviviaux (pour 10 personnes maximum). Un ancien professeur d’informa!que de l’I.S.J. de Carlsbourg assure les cours qui ont démarré en janvier 2010. Le CCCA de Bertrix organise également des cours d’informa!que. La bourse reçue a permis l’achat d’ordinateurs portables perme#ant à un professeur de se rendre au domicile des personnes à mobilité réduite et donc de toucher un public par!culièrement isolé. « Un espace pour se retrouver » Le CCCA de Gouvy souhaitait bénéficier d’un espace convivial réservé aux aînés dans le but de rencontrer d’autres personnes de la commune pour regarder un film puis en discuter, pour créer un cercle de lecture, pour me#re l’accent sur leur histoire dans le cadre d’échanges intergénéra!onnels, pour par!ciper à des débats ouverts…

Des chiffres qui parlent ™L’espérance de vie en province de Luxembourg est passée de 76,53 ans en 1997/1999 à 78,05 ans en 2002/2004

™La province a une espérance de vie qui progresse plus

Témoignage T ém

ousienth elat n e em er réell é un jet a s et a cré générao r p les “Ce îné nt les a entre taineme r asmé ifférente e s c ve d llons tiati tion ous a telles ini N ux L . s e ed tion e de u r q i i u d am repro à la dyn e . c 0 â 1 r 0 s g urg 2 jeune plus embo s e l a i e s init n qu it bie si de telle a r e s s Ce au s.” nent aîné pren s les r e v en l Con tives onsei Aînés à C , N es FFI nal d ie GO Emil f Commu y ti sulta ux-Durbu a v r Ba

vite que celle des Wallons dans leur ensemble. Le Luxembourg se classait 4ème province wallonne en 1997/1999 (devant le Hainaut), il se classe 2ème en 2002/2004 (derrière le Brabant Wallon)

™Le nombre de centenaires en 2000 en Région wallonne était de 286. Il est de 553 en 2010 et selon les projec!ons sta!s!ques de statbel, il sera de 2.776 en 2050

Les acteurs du projet ™Le service «Bien vieillir en province de Luxembourg»

Plus d’info ? Province de Luxembourg Stéphanie JACQUES Square Albert 1er, 1 6700 ARLON Téléphone : 063/21.22.12 Mail : stephanie.jacques@province.luxembourg.be

Luxembourg 2010 est une démarche née en 2001 de la volonté des responsables de la province de Luxembourg de soutenir et dynamiser le développement du territoire sur 10 ans, à travers le travail en réseau, l’engagement volontaire, l’accompagnement et le lancement de projets fédérateurs. info@luxembourg2010.be - www.luxembourg2010.be


Plan d’action Agriculture

..............................................................................

L’analyse du secteur de l’agriculture ayant relevé les évolu!ons fortes qui le modèlent, le plan d’ac!on Agriculture vise, via un projet prospec!f, à traduire en images les avenirs possibles de l’agriculture afin d’aider agriculteurs, conseillers et décideurs à faire des choix réfléchis et éclairés

Pilote : René Collin Député provincial à l’agriculture Rue Victor Libert 1, bte 3 6900 Marche-en-Famenne Tel. : 084/34.40.96

15


16


LUXEMBOURG 2010 | PLAN D’ACTION AGRICULTURE | ÉTUDE SUR LES AVENIRS DE L’ÉLEVAGE EN PROVINCE DE LUXEMBOURG

Etude sur les avenirs de

BÊxB;L7=;

L’AGRICULTURE, UN MÉTIER DE PASSION EN CRISE

La province de Luxembourg est une terre d’élevage. Ce!e réalité, non seulement agricole, a aussi façonné le paysage, l’économie, les mé"ers, les rela"ons sociales et familiales, le mode de vie, la réputa"on du territoire. Or, l’agriculture est entrée en crise profonde ! Le nombre de fermes ne cesse de diminuer, des ou"ls de valorisa"on et transforma"on locaux (aba!oirs, marchés aux bes"aux) ont disparu ou sont en difficulté, les règles nouvelles auxquelles les agriculteurs sont confrontés se mul"plient, etc. Les doutes et craintes de la profession quant à l’avenir de l’élevage, voire de l’agriculture, vont croissant. De quoi sera fait demain ? Dans quel contexte évoluerons-nous ? Y aura-t-il encore des fermes à transme!re ? Que seront devenus les statuts d’agriculteur et d’éleveur chez nous ? Dans l’esprit de Luxembourg 2010 et avec son appui financier, la Division économie et le Département d’économie rurale (Ins"tu"on provinciale) ont mené en 2008-2009 une étude prospec"ve in"tulée « Les avenirs de l’élevage, enjeu économique et social majeur de la province de Luxembourg », en faisant appel à l’expérience de diverses ins"tu"ons : le CRA-w, l’ULg, le CER, la DGARNE.

Quels sont les objectifs du projet ? ™Poser franchement et examiner avec les acteurs concernés les ques!ons cruciales quant à l’avenir chez nous d’une agriculture d’élevage

™Définir précisément les enjeux économiques et sociaux des évolu!ons du secteur de l’élevage

™Amener, d’une manière par!cipa!ve, les acteurs concernés (agriculteurs, mais aussi pouvoirs locaux, etc.) à adopter un état d’esprit posi!f face aux changements proposés afin de leur perme#re d’intégrer ces changements

™Sur base des conclusions de l’étude prospec!ve, contribuer à définir les voies d’adapta!on des services à rendre au secteur (forma!on, encadrement, etc.) et à prôner l’adapta!on des poli!ques agricoles (missions des services, affecta!on des ressources)

Concrètement ? Pour mener à bien ce#e étude prospec!ve, trois publics ont été consultés et invités à s’exprimer au cours de plusieurs ateliers par!cipa!fs : les experts de la poli!que et de l’encadrement agricoles, les mandataires communaux, les jeunes agriculteurs. L’analyse a permis d’établir un diagnos!c serré de l’état du secteur, de déterminer plusieurs hypothèses d’évolu!on possible, d’élaborer un scénario plausible et des pistes d’ac!ons concrètes. Ces dernières portent sur six défis majeurs à relever : l’installa!on des jeunes agriculteurs, la ges!on des poli!ques agricoles locales, la flexibilité face aux changements de la poli!que agricole, une agriculture

444 17


Témoignage T ém

innovante, l’environnement, la valorisa!on de la produc!on agricole. L’ensemble des résultats est consigné dans un rapport final téléchargeable sur le site de Luxembourg 2010 et présenté à la presse par le Député René Collin en juillet 2009. Dans la foulée, un plan d’ac!ons concrètes a été défini et mis en oeuvre. La plus visible de ces ac!ons a consisté en un appel à projets lancé en mai 2010 à l’a#en!on des groupes d’acteurs locaux (associa!ons, communes, groupements d’agriculteurs) et ciblant les théma!ques suivantes : «Le dialogue local entre agriculteurs et nonagriculteurs», «La mul!fonc!onnalité des exploita!ons» et «L’innova!on en agriculture». Dix-sept projets ont été récep!onnés. Tous ont été retenus et seront, d’une manière ou d’une autre, soutenus. Un plan d’ac!ons 2011 est en cours de prépara!on.

Des chiffres qui parlent ™Par rapport à l’étude prospec!ve : - 6 ins!tu!ons mobilisées - 3 ateliers prospec!fs organisés - 3 scénarios déterminés - 1 plan d’ac!ons en 11 points

™Par rapport à l’appel à projets :

vec tur, a ire face u f e l a dans afin de f iété en c jeter s, o o e s r d p e r u e t s , o tit “Oser ses incer endent n ernatives e c t t s l t t e s a t a e ’ s u i c e to er, is qu pistes, d v f e é l uit e d d les r con aux ant des f e i t d c t n r pe emexplo rmettraie rcice pros e Lux ulé, m e e x p m e i ’ a l m gr qu is sti u pro perm on a qu’a e cadre d dre d’acti ravail, t l a dans 2010. Ce c nions de n réseau e u é g e r r s i u m de agribo avers tion et la domaine euxr t u a s e sa nt lteur ans l obili la m urs clés d es agricu t en amo s, l n e n t t a i o c r i d’a e so uct œuv prod que c eurs cole, , des act tèmes de x…” u es ys mêm val des s ommuna c a s n e bl ont et e onsa bram p i s L e r w les CRAANT, M L I T er S Didi

- 17 projets récep!onnés - 15 projets aidés financièrement - Une aide totale de 31.200€

Les acteurs du projet ™La Direc!on Économie de la Province de Luxembourg ™Le DER ™Le CER – Département Agri-Développement ™Le CRA-w de Libramont ™L’ULg – Unité socio-économie, environnement, développement (SEED)

™La Direc!on du Développement et de la Vulgarisa!on de la Région wallonne

Plus d’info ? Province de Luxembourg (DER) Pierre PEETERS Rue du Carmel, 1 6900 MARCHE-EN-FAMENNE Téléphone : 084/22.03.84 Mail : p.peeters@cergroupe.be Luxembourg 2010 est une démarche née en 2001 de la volonté des responsables de la province de Luxembourg de soutenir et dynamiser le développement du territoire sur 10 ans, à travers le travail en réseau, l’engagement volontaire, l’accompagnement et le lancement de projets fédérateurs. info@luxembourg2010.be - www.luxembourg2010.be


Plan d’action Chanvre

..............................................................................

Le plan d’ac!on Chanvre a favorisé le lancement de l’ASBL Chanvre Wallon dont l’objec!f est d’analyser la possibilité de créer une «filière chanvre industriel» qui engloberait la culture de la plante, sa transforma!on et sa commercialisa!on en produits dérivés

Pilote : Bernard Toussaint Directeur Ecologie des prairies – UCL Michamps, 1 6600 Bastogne Tel. : 061/21.08.21

19


20


LUXEMBOURG 2010 | PLAN D’ACTION CHANVRE | MISE EN CULTURE DU CHANVRE

Mise en culture du

9>7DLH;

LE CHANVRE SERA DEMAIN... DANS VOTRE ASSIETTE, VOTRE MAISON, VOS VÊTEMENTS Saviez-vous que le chanvre est une culture ancestrale de nos régions ? Que le chanvre se cul!ve facilement, sans intrants ? Que sa graine (chènevis) donne une huile riche en oméga 3, 6 et 9 ? Que sa fibre donne une laine isolante aux propriétés remarquables ? Que l’intérieur de sa !ge (chènevo#e) peut être u!lisé dans les construc!ons neuves ou rénovées, sous forme de matériaux chaux-chanvre ? Que le chanvre piège le CO2 et est ainsi un moyen de lu#e efficace contre le dérèglement clima!que ? Qui aurait parié voici cinq ans que la culture du chanvre industriel renaîtrait en province de Luxembourg avant 2010 ? Que la province serait ainsi en pointe d’un mouvement qui s’amorce en Wallonie ? Il a fallu tout l’idéal, la force de convic!on, l’entêtement même d’une personne et la capacité d’écoute et de sou!en des différents cercles de Luxembourg 2010 pour que l’idée devienne projet. C’est l’ASBL Chanvre wallon, portée en 2006 sur les fonts bap!smaux par Luxembourg 2010, qui a été chargée de réaliser ce projet : révéler et exploiter l’excep!onnel poten!el de ce#e plante écologique qui ne réclame ni engrais chimique, ni herbicide, ni insec!cide.

industriel, par les agriculteurs, sur le territoire provincial et, au-delà, wallon ; proposer ainsi une culture de diversifica"on intéressante aux agriculteurs et fournir une ma"ère première locale à l’aval industriel actuellement en phase de développement

™Pour cela, étudier la faisabilité de la réimplanta"on de chanvre chez nous (aspects agronomiques et culturaux), organiser les agriculteurs, s’assurer qu’ils acquièrent une maîtrise technique de ce$e culture, chercher des débouchés à des prix garan"s

™Pour cela, disposer d’une ma"ère commercialisable (quan"té et qualité), donc d’une produc"on effec"ve, et trouver une diversité d’acheteurs-transformateurs

Concrètement ? Suite à la créa"on de la structure en 2006 et à l’étude de faisabilité sur la réimplanta"on du chanvre industriel (2007-2008), la recherche d’agriculteurs disposés à tenter l’expérience s’est faite durant la Foire agricole de Libramont.

Quels sont les objectifs du projet ?

Très rapidement, un groupe d’agriculteurs de Bastogne (Joseph Neu, Bruno Nielen, Daniel Debarsy, Michel Fraselle, André Barvaux, Michèle Legrand) et Libramont a été cons"tué et un accord commercial avec un acheteurtransformateur, conclu pour deux ans.

™Installer une culture effec"ve et durable du chanvre

Seize hectares de chanvre ont ainsi été cul"vés en

444 21


province de Luxembourg en 2009 et 2010. Les graines moissonnées ont été séchées au Grand-Duché de Luxembourg et commercialisées en vrac ; la paille récoltée a été achetée par Chanvréco, jeune entreprise liégeoise en phase de démarrage.

Témoignage T ém

Quan"té et qualité ont chaque fois été au rendez-vous. Pour l’avenir, un projet de développement de la filière, conduit par le CRA-w et l’ASBL Chanvre wallon, financé par la Région wallonne, démarrera à l’automne. Il emploiera une personne à mi-temps pendant un an. Des projets de produc"on et commercialisa"on d’huile et de paille de chanvre sont également à l’étude. Le développement de la culture du chanvre dépendra désormais de la capacité des différents acteurs de la filière à me$re en marché et promouvoir collec"vement des produits finis, de qualité reconnue et d’usage simple.

Des chiffres qui parlent ™7 agriculteurs luxembourgeois engagés dans le projet ™16 hectares cul"vés sur le plateau de Bastogne en 2009 et 2010

™95 tonnes de paille et 15,5 tonnes de graines (après séchage) produites (saison 2009)

™Rentabilité financière : 1.655€/ha en moyenne sur les

ée ne id est u llon ’ c , e anvr re wa du ch L Chanv e suis con r e v i J B t l S . e ) u A ! d ’ C l “ is r ob ée pa adame J le a perm apter lanc l d M E a ’ . s à e t e iv ci u nativ (Mer e l’initiat anvre pe e alt r s : h d c e t n e l n u e te ll ue re onne ver q le off cuprou enne. El aditi t une spé r t s n d n r o i a A t ’ àl ten ons ula main spéculati u les s spéc v à no ssocions s e o a àn sair nous végétale ien néces menaces b n s uis latio les. C’est tier et le c-Bleu. P e é a d n m m e a i l l du an eB nel tions ur la rac radition asu l t o n v é eme nt s ge t u e a s q è i m p i qui ge l’ de un chan d’habitu élevage.” cela , d’ enne erre l’Ard e à une t oeur é ur, B simil e t l u Agric NEU, h p e s Jo

5 meilleures parcelles (saison 2009 - vente produc"on - frais non déduits)

Les acteurs du projet ™L’ASBL « Chanvre wallon » ™Sept agriculteurs de Bastogne et Libramont

Plus d’info ? UCL Bernard TOUSSAINT Michamps, 1 6600 BASTOGNE Téléphone : 061/21.08.21 Mail : bernard.toussaint@uclouvain.be

Site Internet h$p://www.chanvrewallon.be

Luxembourg 2010 est une démarche née en 2001 de la volonté des responsables de la province de Luxembourg de soutenir et dynamiser le développement du territoire sur 10 ans, à travers le travail en réseau, l’engagement volontaire, l’accompagnement et le lancement de projets fédérateurs. info@luxembourg2010.be - www.luxembourg2010.be


Plan d’action Economie sociale

..............................................................................

L’objec f du plan d’ac on Economie sociale est d’instaurer un dialogue ouvert entre les différents acteurs de l’économie sociale afin de mieux cerner les besoins et les perspec ves du secteur pour y apporter des réponses réfléchies, efficaces, crédibles, notamment en ma ère de forma on et de cons tu on de réseau(x)

Pilotes : Joël Thiry Secrétaire régional FGTB Rue des Martyrs, 80 6700 Arlon Tel. : 063/24.22.50 Bruno Antoine Secrétaire fédéral CSC Rue Pietro Ferrero, 1 6700 Arlon Tel. : 063/24.20.31 Claude Vernay Conseiller poli que Ecolo Bonbois, 9b 6860 Ebly Tel. : 061/41.46.25

23


24


LUXEMBOURG 2010 | PLAN D’ACTION ÉCONOMIE SOCIALE | CRÉATION DU RÉSEAU DE L’ÉCONOMIE SOCIALE

Réseau de l’Economie

IE9?7B;

VERS LA MISE EN RÉSEAU DES ACTEURS DE L’ÉCONOMIE SOCIALE Le 23 avril 2007, en réponse à l’invita!on de la Grappe Economie sociale de Luxembourg 2010, 50 acteurs de l’économie sociale se sont réunis à Libramont pour créer un réseau luxembourgeois de l’Economie sociale, pour mieux répondre aux besoins, entre autres en termes de forma!on, du secteur. Le 18 décembre, la Grappe Economie sociale proposait son plan d’ac!on à la trentaine d’acteurs présents et informait la presse sur le travail réalisé et à réaliser.

Quels sont les objectifs du projet ? ™Promouvoir l’économie sociale en ma!ère de marchés publics et susciter de l’intérêt pour celle-ci

™Réduire les ambiguïtés en ma!ère de clauses sociales dans les marchés publics et rassurer les rédacteurs de cahier des charges

™U!liser la banque de données présentant les entreprises d’économie sociale (cf. fiche-projet Annuaire des entreprises et organismes à finalité sociale)

™Répondre aux besoins du secteur qui émergeraient lors des rencontres du réseau

™Communiquer sur les poten!alités et spécificités du secteur

™Faciliter les collabora!ons entre entreprises d’économie

sociale

Concrètement ? Le réseau s’adresse aussi bien à l’économie sociale marchande que non marchande. Il ne se subs!tue pas aux réseaux existants et peut compter sur l’aide : ™De l’intercommunale Idelux qui a inscrit la promo!on du secteur dans son contrat de ges!on

™De la Chambre de Commerce et d’Industrie du Luxembourg belge (CCILB)

™De NGE 2000 qui était alors notamment chargée de : - Créer une banque de données consultable en ligne, décrivant les ac!vités de chaque entreprise d’économie sociale marchande de la province (matériel et compétences), dans le but de leur perme#re de faire connaître et regrouper leurs compétences afin de soumissionner à certains marchés - Soutenir la forma!on con!nue du personnel de l’économie sociale marchande et non marchande de différentes manières (Cf. fiche-projet Forma!ons complémentaires) - Etre un interlocuteur dans le cadre d’une interface économie sociale-entreprises, s’appuyant sur le service technique provincial et les services juridiques d’Idelux

Des chiffres qui parlent ™29 personnes sont officiellement membres de ce

444 25


réseau. Toutes les entreprises d’économie sociale de la province de Luxembourg sont tenues au courant des projets et réflexions. Elles sont invitées annuellement à une assemblée générale et peuvent rejoindre le réseau dès qu’elles le souhaitent

Témoignage T ém

Les acteurs du projet Le conseil de développemnt qui se compose de : ™La Province de Luxembourg

™La CSC ™La FGTB ™Ecolo ™NGE 2000 ™Le CSEF du Luxembourg belge ™La FRW ™Idelux ™La CCILB ™Les entreprises d’économie sociale marchandes et non marchandes de la province

™La Mirelux

Plus d’info ?

qui, ique e m o n it e éco facil rrenc crise, ne a u r c v e n d la co te de s seau “Avec n contex ats, le ré tenariat u i r r ,y s a a p u n e n s a d rte éel ir li r a o p e v s d a e ures. pas l à ce que puissent truct dans s s r s e r e t l i teu veil s pet ganisées opéra nt s plu entre is avec le ations or mble, qua r e comp et de form seau me s ent. Des jet n é oj Le pr re de ce r fait perti t font l’ob s e e à d r s i t a t c tou le sen tena , être t bien pré s des par i n u o l c à è n le aupr font ns so is besoi onsensus ciale qui tions ma c a o s n m for d’u mie cono ce.” ce de de l’é l’existen rs provin e o bilux stat d lement h FT Ha E a r e é c i gén rectr R, Di E I N MER rêve T Anne P La S I et O

NGE 2000 Benoît HANIN Rue de la Converserie, 44 6870 SAINT-HUBERT Téléphone : 061/61.00.59 Mail : b.hanin@nge2000.luxembourg.be

Site Internet h#p://www.nge2000.be

Luxembourg 2010 est une démarche née en 2001 de la volonté des responsables de la province de Luxembourg de soutenir et dynamiser le développement du territoire sur 10 ans, à travers le travail en réseau, l’engagement volontaire, l’accompagnement et le lancement de projets fédérateurs. info@luxembourg2010.be - www.luxembourg2010.be


LUXEMBOURG 2010 | PLAN D’ACTION ÉCONOMIE SOCIALE | ANNUAIRE DES ENTREPRISES ET ORGANISMES À FINALITÉ SOCIALE

L’

7DDK7?H;

UN ANNUAIRE DE L’ÉCONOMIE SOCIALE POUR DIFFUSER DES COORDONNÉES DE MANIÈRE COORDONNÉE NGE 2000, Agence Conseil en économie sociale de la province de Luxembourg, a notamment pour mission d’informer le plus possible les entreprises privées, les administra!ons, les pouvoirs publics et tout client poten!el, de l’existence des sociétés à finalité sociale et de leurs mé!ers. Suivant également en cela la recommanda!on du Réseau Economie sociale de Luxembourg 2010, NGE 2000 a donc créé et mis en ligne son annuaire des Sociétés à Finalité sociale de la province de Luxembourg.

Quels sont les objectifs du projet ? ™En réponse aux besoins détectés par le Réseau de l’Economie sociale, perme!re aux entreprises d’économie sociale de se faire connaître et regrouper leurs compétences pour soumissionner à certains marchés publics

Concrètement ? Cet annuaire ne se veut pas être un simple répertoire de coordonnées, mais bien plus, un ou"l à l’a!en"on du public visé, car il informe des mé"ers, des spécialités, des agréments éventuels, des moyens matériels et humains dont une société à finalités sociales dispose, ainsi que, à discré"on, de ses références en chaque domaine, de ses points forts, etc.

moteur de recherche perme!ant de cibler rapidement les sociétés recherchées, l’annuaire a été publié sous forme papier et est téléchargeable sous forme de fichier «pdf» (via le site Internet de NGE 2000 www.nge2000.be). Ces différents modes d’u"lisa"on ont été explicités auprès des administra"ons communales, des intercommunales ainsi que des pouvoirs provinciaux et régionaux.

Des chiffres qui parlent ™200 exemplaires de l’annuaire ont été édités et diffusés ™Cet annuaire regroupe des informa"ons sur 50 entreprises à finalité sociale en province de Luxembourg

Les acteurs du projet ™NGE 2000 ™La Province de Luxembourg ™Idelux ™Toutes les entreprises du secteur de l’économie sociale de la province de Luxembourg

™La CSC ™La FGTB

Outre son accès en ligne sur le sitede NGE2000, avec un

444 27


Témoignage T ém Plus d’info ? NGE 2000 Benoît HANIN Rue de la Converserie, 44 6870 SAINT-HUBERT Téléphone : 061/61.00.59 Mail : b.hanin@nge2000.luxembourg.be

Site Internet h!p://www.nge2000.be

n, je ectio s. r i D e ande nte d sista des comm travails A ’ u ent nous es ant q “En t égulièrem nisation, s structur r e a anpasse otre org le avec d n à cet es ib Dans plus poss le. Grâce ble d le ocia e d’ensem ntes ens e lons i vu rg. nom fére d’éco , j’ai une es des dif uxembou t e L c e r i i e s nua és et serv ovince d du temp t r x i r p v u e i gn act es a e la ses d met de ga entrepris exemi r p e r s tr er ec de sé. Pa me p r Cela vailler av is pas pen ndé pou a a a r r m om t une de t s je n’au pas c ation fu e e l r l r e qu nie istr e der d’admin ple, l l i e se.” ons un C lle surpri nte e b ssista s A , E trè M LLAU e GUI i n a Stéph ection ir de D

Luxembourg 2010 est une démarche née en 2001 de la volonté des responsables de la province de Luxembourg de soutenir et dynamiser le développement du territoire sur 10 ans, à travers le travail en réseau, l’engagement volontaire, l’accompagnement et le lancement de projets fédérateurs. info@luxembourg2010.be - www.luxembourg2010.be


LUXEMBOURG 2010 | PLAN D’ACTION ÉCONOMIE SOCIALE | VEILLE DES MARCHÉS PUBLICS ET CLAUSES SOCIALES

Veille des C7H9>xIFK8B?9I;J9B7KI;IIE9?7B;I

INFORMER LES PRESCRIPTEURS ET PRESTATAIRES DES CLAUSES SOCIALES DANS LES MARCHÉS PUBLICS Depuis 2 ans, NGE 2000 a mis en place, à la demande du Réseau Economie sociale de Luxembourg 2010, un système de veille concernant les bulle!ns et publica!ons belges et européens des marchés publics et des appels d’offres privés. Les moteurs de recherche existants en ce#e ma!ère sont soit gratuits mais peu performants, soit efficaces mais onéreux. NGE 2000 a donc inves! dans la mise en place de ce#e veille, et en fait bénéficier gratuitement toute entreprise à finalité sociale de la province de Luxembourg qui en fait la demande. En parallèle, NGE 2000 a réalisé un travail de sensibilisa!on des prescripteurs de marchés publics que sont les communes et CPAS via la rencontre sur place de 18 des 44 communes de la province.

Quels sont les objectifs du projet ? ™En réponse aux besoins détectés par le Réseau de l’Economie sociale, pouvoir dégager, en concerta!on notamment avec les prescripteurs publics, de nouveaux marchés pour les entreprises d’économie sociale mais aussi aider à répondre à des demandes de services insa!sfaites

Concrètement ? Afin d’a#eindre l’objec!f a#endu, NGE 2000 a ini!é les ac!ons concrètes suivantes :

™A Arlon et à Marche : deux anima!ons de rencontres avec les pouvoirs publics et les entreprises d’économie sociale

™Invita!on auprès des 44 communes du territoire à recevoir la visite de NGE 2000 pour informa!on sur les clauses sociales dans les marchés publics. Dix-huit communes ont répondu à l’appel de NGE 2000 et ont marqué leur intérêt pour insérer des clauses sociales dans leurs marchés publics : Arlon, Aubange, Bastogne, Bertrix, Chiny, Daverdisse, Durbuy, Fauvillers, Habay, Houffalize, Libin, Marche-en-Famenne, Martelange, Messancy, Nassogne, Sainte-Ode, Tenneville, Wellin

™Réunion avec des entreprises de la construc!on et la Confédéra!on de la construc!on en février 2009 : sensibilisa!on aux clauses sociales et discussion sur les pistes possibles de créa!on à la carte d’entreprises d’économie sociale sous-traitantes

™Edi!on et diffusion auprès des administra!ons communales et des par!cipants aux rencontres pouvoirs publics/entreprises d’économie sociale du « Guide pra!que des clauses sociales dans les marchés publics »

™Organisa!on d’une veille des marchés publics (belges et européens) avec pour objec!f de filtrer les marchés suscep!bles d’intéresser les entreprises d’économie sociale de la province, et leur en faire part (système testé et mis en place depuis mars 2008)

444 29


Des chiffres qui parlent ™3 rencontres ont eu lieu entre les pouvoirs publics et les entreprises d’économie sociale

™18 communes ont fait appel à NGE 2000 afin de les informer des clauses sociales dans les marchés publics

™+- 20 proposi!ons de marchés publics sont transmises chaque mois aux entreprises qui ont demandé à bénéficier de la veille sur les marchés publics

Les acteurs du projet ™NGE 2000 ™La Province de Luxembourg ™Idelux ™Les communes et entreprises par!cipantes ™Les membres du Réseau de l’Economie sociale de la province de Luxembourg

™La CSC ™La FGTB

Plus d’info ? NGE 2000 Benoît HANIN Rue de la Converserie, 44 6870 SAINT-HUBERT Téléphone : 061/61.00.59 Mail : b.hanin@nge2000.luxembourg.be

Site Internet h#p://www.nge2000.be

Luxembourg 2010 est une démarche née en 2001 de la volonté des responsables de la province de Luxembourg de soutenir et dynamiser le développement du territoire sur 10 ans, à travers le travail en réseau, l’engagement volontaire, l’accompagnement et le lancement de projets fédérateurs. info@luxembourg2010.be - www.luxembourg2010.be


LUXEMBOURG 2010 | PLAN D’ACTION ÉCONOMIE SOCIALE | FORMATIONS COMPLÉMENTAIRES

Formations

9ECFBxC;DJ7?H;I

DES FORMATIONS SPÉCIFIQUES ET COMPLÉMENTAIRES POUR LE SECTEUR DE L’ÉCONOMIE SOCIALE La ges!on du personnel et la forma!on de celui-ci cons!tuent un des enjeux majeurs mis en évidence dans le cadre de Luxembourg 2010. A cet égard, L’Agence Conseil NGE 2000 a été sollicitée par le Réseau Economie sociale de Luxembourg 2010 comme cheville ouvrière pour la mise en place de la forma!on con!nue du personnel des entreprises d’économie sociale marchandes et non marchandes de la province. En complémentarité des forma!ons qui sont déjà organisées par les fédéra!ons et fonds sectoriels, NGE 2000 organise des forma!ons spécifiques et décentralisées adaptées au secteur de l’économie sociale luxembourgeoise. Sont principalement concernées : les forma!ons courtes adaptées pour le personnel d’encadrement, les forma!ons managériales, les forma!ons pour lesquelles il manque de place ou qui sont trop éloignées.

Quels sont les objectifs du projet ? ™Assurer un rôle de veille des besoins en forma!on avec les entreprises et travailleurs concernés

™Servir d’interface entre demandes des entreprises ou travailleurs et opérateurs de forma!on

™Aider les entreprises à trouver des financements pour la forma!on de leurs travailleurs

™Organiser les forma!ons manquantes

™Aider les entreprises à me#re sur pied le plan de forma!on de leur personnel

™Financer les demandes ponctuelles de forma!ons qui ne peuvent être couvertes par aucune autre subven!on

Concrètement ? Une première étude a été réalisée en 2009 afin de perme#re l’iden!fica!on des besoins en forma!ons au sein du secteur de l’économie sociale. Ce#e étude, réalisée en partenariat avec la Province de Luxembourg (Département du Développement Citoyen) et la CCILB a été présentée à la Grappe Economie sociale de Luxembourg 2010. Au premier semestre 2010, NGE 2000 a réalisé, sur base de l’enquête de la CCILB et d’une étude de l’environnement dans lequel évoluent les entreprises d’économie sociale, une analyse des besoins concrets du secteur. Ce travail a été présenté au Conseil de développement en juin et a obtenu l’approba!on des membres présents. Une enquête auprès des acteurs du secteur a été lancée ensuite avec pour objec!f de réunir leurs besoins « de terrain » et ce afin de me#re en place les premières ac!ons concrètes. Les deux prochaines forma!ons viseront l’obten!on du brevet cariste et le sou!en des travailleurs sociaux confrontés aux problèmes d’assuétudes de leurs stagiaires

444 31


Témoignage T ém

ou travailleurs. Plusieurs autres forma!ons sont en projet. Le projet est accueilli avec enthousiasme par les entreprises de la province de Luxembourg et l’engouement pour les forma!ons est réel.

Des chiffres qui parlent ™23 entreprises contactées lors de la première enquête sur les besoins de forma!on

™Concrètement, en quelques semaines : - 15 inscrip!ons pour la forma!on sur les assuétudes - 8 inscrip!ons pour la forma!on cariste - 2 projets de forma!on spécifique financés pour un opérateur - D’autres demandes en cours de valida!on

Les acteurs du projet ™NGE 2000 ™La Province de Luxembourg ™La CCILB ™Idelux ™Toutes les entreprises du secteur de l’économie

conse de e a h p d e teur mièr e pre tés du sec ince de n u s i v “Aprè s spécific le en pro de e a gran on stat d mie soci e que la i décis es ll no l’éco bourg, te itoire, la s ressourc r e . m l Luxe ité du ter tualiser ation m r o r f u a disp sait de m ermes de s pistes e t o s’imp utres en ngé sur d méliorer a a a ’ e h d r c t é n ntreen afi ns s o e v des e att a l è r e s c u n n o n o N c us so ions et no u per d’act ation d e sociale e de mise p i rm la fo onom t l’éta s d’éc intenan ns.” e s i r a p actio ons m tend vre de ces ur An u recte i D en œ , NT NSTA n CO ertrix a i t s Chri ADMR B e tenn

sociale de la province de Luxembourg

™La CSC ™La FGTB

Plus d’info ? NGE 2000 Sophie DEGER Rue de la Converserie, 44 6870 SAINT-HUBERT Téléphone : 061/61.00.66 Mail : s.deger@nge2000.luxembourg.be

Site Internet h#p://www.nge2000.be

Luxembourg 2010 est une démarche née en 2001 de la volonté des responsables de la province de Luxembourg de soutenir et dynamiser le développement du territoire sur 10 ans, à travers le travail en réseau, l’engagement volontaire, l’accompagnement et le lancement de projets fédérateurs. info@luxembourg2010.be - www.luxembourg2010.be


Plan d’action Enseignement supérieur

..............................................................................

Le plan d’ac!on Enseignement supérieur vise à améliorer l’offre de forma!on disponible en province de Luxembourg, par une réflexion plus globale sur ce$e dernière ainsi que par la créa!on de filières spécifiques

Pilote : Bernard Caprasse Gouverneur de la province de Luxembourg Palais provincial Place Léopold, 1 6700 Arlon Tel. : 063/23.10.70

33


34


LUXEMBOURG 2010 | PLAN D’ACTION ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR | UNIVERSITÉ D’ÉTÉ

Université

:ÊxJx

DÉCOUVRIR L’ENVIRONNEMENT ET SES MÉTIERS ? ÇA SE PASSE MÊME EN ÉTÉ À L’UNIVERSITÉ ! Une université d’été centrée sur les ques!ons de l’environnement et en par!culier sur les mé!ers de l’environnement a été organisée du 28 août au 1er septembre 2006 dans les locaux du département des Sciences et Ges!on de l’Environnement de l’Université de Liège (Campus d’Arlon). Elle cons!tuait une première en Belgique francophone. Elle se voulait un moment et un lieu de rencontre entre chercheurs, étudiants et partenaires des mondes socio-économiques de la province de Luxembourg et de la Grande Région.

Quels sont les objectifs du projet ? ™Présenter aux par!cipants une approche diversifiée et ouverte des ques!ons d’environnement et de leurs dimensions pra!ques, qu’elles soient économiques, techniques ou poli!ques et sociales. Leur donner une vision de l’environnement ancrée dans les réalités de terrain, mais aussi ouverte sur les ques!ons planétaires

™De par sa localisa!on en province de Luxembourg, donner une dimension transfrontalière aux ac!vités proposées, que ce soit par des visites de terrain, des invités des pays voisins, ou des travaux de recherche

™Favoriser les contacts avec les milieux professionnels de la province de Luxembourg dans le domaine

Concrètement ? Le programme de la semaine a comporté :

™Une excursion transfrontalière des!née à montrer les diverses face#es de l’environnement : les espaces naturels, l’environnement industriel, l’espace agraire et les zones urbanisées. Le contexte transfrontalier permet d’illustrer différentes manières d’appréhender la ges!on de l’environnement

™Des ateliers théma!ques tels : - La ges!on de l’eau, ses enjeux dans la perspec!ve de la direc!ve cadre sur l’eau - La ges!on de la nature : les invasions biologiques et les mesures agri-environnementales - Des aspects technologiques rela!fs aux déchets dus aux énergies renouvelables - Des aspects socio-économiques dans l’agriculture biologique et l’empreinte écologique

™Des ateliers des!nés à approcher des problèmes globaux rela!fs à différents milieux tels que les océans, zones arides, zones humides, forêts équatoriales, îles de l’Océan Indien...

™Des interven!ons brèves d’employeurs de divers secteurs privés et publics, des témoignages de professionnels et d’anciens étudiants ainsi qu’un déjeuner-rencontre où les étudiants ont pu converser par pe!ts groupes avec les orateurs

Des chiffres qui parlent ™Ce#e université d’été a été vécue par 52 par!cipants qui venaient de toute la Wallonie, du Luxembourg et de la

444 35


Témoignage T ém

Lorraine française

Les acteurs du projet ™La Province de Luxembourg (Département des Affaires Economiques et Département de l’Enseignement)

™Electrabel Belgique ™La société Valvert ™La Haute Ecole Robert Schuman ™Le Camp Militaire de Lagland

Plus d’info ? ULg - Département en Sciences et Ges!on de l’Environnement Marc MORMONT Avenue de Longwy, 185 6700 ARLON Téléphone : 063/23.08.68 Mail : mmormont@ulg.ac.be

Site Internet h#p://www.dsge.ulg.ac.be/arlon/

j’ai nais, in o l r A ’ lo ures oup d eauc es supérie on pour b e m si ée “Com mes étud t ma pas amen t sé r es i ’ l a C ’ a . é i m r o ai t qui ez m ui ét de ch onnemen uivre ce q nvirone s n ir l’env n, pour y ation en roposée e p o m l é r e r p o v i f A i c à ct ti la i par moi attra pour t la plus hone. J’a ement à p n èl neme ue franco té parall il de fin é q ’ a i v d g a l ’une é Be ersit on tr uvenir d v i m n e à l’U action d rde le so ui a con q a d n pro la ré es. J’en g -positive, tatio n r d e e i u p t r y h d’é no e mo ience expér e choix d l difirmé nelle.” e étu n n n o e i i s c fes R, An NAYE E D e thé Doro e ant

Luxembourg 2010 est une démarche née en 2001 de la volonté des responsables de la province de Luxembourg de soutenir et dynamiser le développement du territoire sur 10 ans, à travers le travail en réseau, l’engagement volontaire, l’accompagnement et le lancement de projets fédérateurs. info@luxembourg2010.be - www.luxembourg2010.be


LUXEMBOURG 2010 | PLAN D’ACTION ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR | MASTER EN SCIENCES ET GESTION DE L’ENVIRONNEMENT

Master en Sciences et Gestion de

BÊ;DL?HEDD;C;DJ

UN ENSEIGNEMENT DE QUALITÉ POUR UN ENVIRONNEMENT DE QUALITÉ Depuis septembre 2007, le campus d’Arlon de l’Université de Liège organise des Masters en Sciences et Ges!on de l’Environnement. Ces forma!ons comportent différentes finalités qui perme$ent de valoriser les acquis du site d’Arlon (anciennement FUL - Fonda!on Universitaire Luxembourgeoise) et de renforcer ses capacités compte tenu de l’appui de Facultés de l’ULg tant au niveau de la recherche que de l’enseignement.

Quels sont les objectifs du projet ? ™Maintenir et développer l’offre de forma"on universitaire en province de Luxembourg, l’ULg campus Environnement d’Arlon étant le seul site universitaire dans la province

™S’appuyer sur un environnement de qualité en province de Luxembourg

™Valoriser une situa"on transfrontalière privilégiée (notamment en termes de partenariat avec les Universités et les Grandes Ecoles de la Grande Région)

Concrètement ? L’offre en masters dans le domaine des Sciences et de la Ges"on de l’Environnement s’élargit d’année en année. Pour l’année 2010-2011, Arlon propose un Master en Sciences et Ges"on de l’Environnement avec 4 finalités spécialisées (Interven"on technique, Surveillance de

l’environnement, Ges"on et développement durable et Energies renouvelables) en 2 ans et un master en environnement en 1 an (4 op"ons au choix : Energies renouvelables ; Ges"on et développement durable ; Sanitary Enginering et Environmental Monitoring ). Elle organise également 4 masters complémentaires en 1 an : Développement, Environnement et Société ; Ges"on des Risques naturels ; Sciences et Ges"on de l’Environnement pour les pays en développement ; Ges"on Durable de l’Energie. Pour mieux répondre aux besoins de la province de Luxembourg, le département a ouvert dès la rentrée 2010 une année préparatoire, organisée à Arlon, perme$ant aux étudiants issus des Hautes Ecoles de pouvoir accéder aux différents masters. L’enseignement s’est progressivement modifié pour mieux orienter la forma"on vers le développement durable. Les forma"ons sont axées sur une approche globale et intégrée, plutôt que sur l’apport individuel des disciplines académiques tradi"onnelles, ce qui nécessite une concerta"on régulière entre les cinq unités de recherche ac"ves dans le campus. Un éventail de forma"ons, de haute qualité et de renommée interna"onale, est proposé pour rencontrer toutes les a$entes et sa"sfaire les nouveaux mé"ers de l’environnement. Cela permet de garan"r un emploi aux étudiants et cela les incite à prendre en main leur avenir en intégrant les valeurs du

444 37


développement durable dans leur vie professionnelle et leur quo"dien. L’enjeu est de réaliser un tel programme ouvert sans tomber dans la banalité et en sortant des généralités. En plus des cours théoriques, séminaires, travaux pra"ques de terrain et de labo, des projets en entreprise assurent un appren"ssage concret de l’environnement. Seule l’expérience de 40 années de recherche et d’enseignement universitaire, à Arlon, au service de l’environnement, a permis d’abou"r à une offre a$rayante, cohérente et actualisée. Le caractère interna"onal des forma"ons est un atout. Il s’affirme au travers de nombreux accords de mobilité d’étudiants, d’enseignants et de chercheurs, et de divers projets de collabora"on avec d’autres universités situées, notamment, dans la Grande Région.

Des chiffres qui parlent ™Le Département accueille, chaque année depuis le début du programme, entre 60 et 75 étudiants

Les acteurs du projet ™L’ULg, Campus d’Arlon

Plus d’info ? ULg - Département en Sciences et Ges!on de l’Environnement Marianne VON FRENCKELL Avenue de Longwy, 185 6700 ARLON Téléphone : 063/23.08.78 Mail : mvonfrenckell@ulg.ac.be

Témoignage T ém

logie n bio aitais e t a h ré je sou relaalau bacc ologie), s e n c u n c s a is “Aprè nismes – é connaiss ant appr sy s a Ge e A g t . r m t e o ( dir men Sciences n e o f n o n lence ro appr ’envi Master en , l’équiva l à s t en du tive ler nseil nnem tence l’exis e l’Enviro n d’Ecoco les b d atio ? Le possi tion form chés oi Arlon nt a u l o c b é u neme d q ave n r s o e u r r o i t v P u . n onc et d’a ressaient é vers l’e ait d l b m n é e t en ur es m’in est to ion et m ’un corps sur s u p t Cam créa ence et d ne visite i u is sa a depu r d’expér é. Enfin, nstater l u o se chaq c o i p l e a s l p i d et is d im x t m u n r e e a i p l des seign pus m’a aine m le ca sion hum nte n dime es gens.” X, Etudia I d leur ce LACRO n Flore

Site Internet h$p://www.dsge.ulg.ac.be/arlon/

Luxembourg 2010 est une démarche née en 2001 de la volonté des responsables de la province de Luxembourg de soutenir et dynamiser le développement du territoire sur 10 ans, à travers le travail en réseau, l’engagement volontaire, l’accompagnement et le lancement de projets fédérateurs. info@luxembourg2010.be - www.luxembourg2010.be


LUXEMBOURG 2010 | PLAN D’ACTION ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR | TABLE RONDE SUR L’ENSEIGNEMENT

Table ronde sur

BÊ;DI;?=D;C;DJ

ADÉQUATION ENSEIGNEMENT/FORMATION/EMPLOI : PRIORITÉ SUR LE QUALIFIANT ! Suite à l’informa!on reçue quant à l’expérience pilote de mise en réseau des acteurs de l’enseignement qualifiant à Charleroi, les acteurs en présence ont marqué un intérêt à s’inscrire dans le même type de démarche. Le CSEF (Comité Subrégional de l’Emploi et de la Forma!on) était convaincu de l’importance de poursuivre le travail de mise en réseau ini!é par le groupe de travail « enseignement » de la démarche Luxembourg 2010 et ce, dans une logique d’adéqua!on enseignement/forma!on/emploi qui met la priorité sur le qualifiant. Dans ce cadre, il lui semblait important de me#re les gens autour de la table et, pour ce faire, il a proposé une première journée de travail qui perme#e ensuite d’évaluer les moyens nécessaires et la volonté de chaque par!e d’aller plus loin. Parallèlement, le Gouvernement de la Communauté française a commencé les négocia!ons avec le secteur et les partenaires sociaux qui ont abou! au Décret du 30 avril 2009 rela!f à la créa!on d’instances sous régionales de pilotage et à l’octroi d’incitants visant un redéploiement plus efficient de l’offre d’enseignement qualifiant dans une perspec!ve de développement territorial.

Quels sont les objectifs du projet ? ™Sonder la volonté des acteurs en présence afin de

Concrètement ? Sous la bannière Luxembourg 2010, une réunion s’est tenue le 16 septembre 2008 dans les locaux de Wallonie Bois à Libramont, présidée par Monsieur le Gouverneur Bernard Caprasse. A l’ordre du jour : ™Présenta#on d’une cartographie de l’enseignement en province de Luxembourg

™Présenta#on des grands enjeux présents et à venir pour notre enseignement luxembourgeois

™Présenta#on de l’expérience de mise en réseau d’acteurs de l’enseignement ini#ée sur Charleroi

™Débat avec la salle et conclusions par le Président du CSEF

Des chiffres qui parlent ™Une vingtaine de personnes de tous horizons étaient présentes le jour de ce"e première réunion

Les acteurs du projet ™Les partenaires sociaux ™Les acteurs poli#ques ™Le monde de l’enseignement

me"re en œuvre une ac#on en faveur de l’adéqua#on enseignement/forma#on/emploi

444 39


Témoignage T ém Plus d’info ? CSEF du Luxembourg belge Jocelyne BAILY Rue des Déportés, 79 – Bte A3 6700 ARLON Téléphone : 063/24.25.32 Mail : jocelyne.baily@csef-lux.be x is au perm ema l i x trava en Lu ée de nement informer n r u ’ o t eig ej es “Cett s de l’ens ontrer, d ignemen és r e it c s l u n n e a e t e é ’ ac el se r es r d l e x r d u u g on s bour at des lie changer résentati u t p é é ’ ’ l s ré ea . La et d sur iant e chacun e mise en alifif i l a d u qu ed ent q ité pilot rrain de te périence nseignem ne a susc e n x ’ l e e sur gi de l’ teurs de oloré débouché e r c a c a ion des ta zon n rég érêt e aque de piant e oup d’int in de ch e c ns c tan se beau tion au d’une ins ement da l a l t é e e r n la c actu l’offr eme eign n de aille d’ens qui trav onisatio e m EF du lotag sée d’har ” i nt CS t. v une ignemen Y, Préside e C d’ens HENNERI e lg r e e b g o R urg o b m Luxe

Luxembourg 2010 est une démarche née en 2001 de la volonté des responsables de la province de Luxembourg de soutenir et dynamiser le développement du territoire sur 10 ans, à travers le travail en réseau, l’engagement volontaire, l’accompagnement et le lancement de projets fédérateurs. info@luxembourg2010.be - www.luxembourg2010.be


Plan d’action Environnement

..............................................................................

Le plan d’ac!on Environnement vise à favoriser une u!lisa!on adaptée de l’énergie, en par!culier des énergies renouvelables : un défi majeur pour assurer le développement durable de la province, en s’appuyant notamment sur l’exper!se du Département ULg d’Arlon

Pilote : Isabelle Poncelet Députée provinciale en charge du développement durable Rue Chantraine, 2 6720 Habay-La-Neuve Tel. : 063/60.84.30

41


42


LUXEMBOURG 2010 | PLAN D’ACTION ENVIRONNEMENT | SENSIBILISATION DES HABITANTS DES LOGEMENTS SOCIAUX AUX ENJEUX ENVIRONNEMENTAUX

Logements

IE9?7KN

UN TOIT VERT POUR TOUS

Les logements sociaux sont généralement loin d’être exemplaires en ma!ère d’isola!on. Leurs habitants, souvent locataires, n’ont pas la possibilité d’apporter des améliora!ons à leur logement. De plus, ils n’ont généralement pas accès à toutes les primes et réduc!ons fiscales octroyées par les différents niveaux de pouvoir en ma!ère d’énergie. La raison ? Soit il leur est impossible d’inves!r dans du matériel à faible consomma!on énergé!que, soit ils ne sont tout simplement pas imposables en raison de leurs faibles revenus. Dès lors, comment sensibiliser ces popula!ons et les conscien!ser au développement durable et aux économies d’énergie à échelle de leur habita!on ? En les informant, en les ini!ant à la théma!que et en les formant. C’est dans ce$e op!que qu’en janvier 2008, lors d’un séminaire de travail Luxembourg 2010, est née l’idée de me$re sur pied au sein de la Grappe Environnement un projet de sensibilisa!on des habitants des logements sociaux aux enjeux environnementaux.

Quels sont les objectifs du projet ? ™Amener un réflexe de développement durable au quo"dien auprès des locataires des logements sociaux et des logements mis en ges"on aux Agences Immobilières Sociales de la province de Luxembourg

™Les former à devenir acteurs d’un avenir responsable, en partant de la ques"on concrète de l’énergie, de la ges"on des déchets et de la consomma"on

Concrètement ? La méthode de travail se veut par"cipa"ve : s’engager avec de pe"ts groupes de personnes qui vont ensuite relayer leur expérience et leurs acquis à d’autres personnes de leur entourage. Suite aux contacts établis avec les CCLP (Comité Consulta"f des Propriétaires et Locataires) des Habita"ons Sud-Luxembourg et du Foyer Centre Ardenne, un appel aux habitants des logements sociaux de Libramont et Athus a été lancé afin de cons"tuer deux groupes de 10 ménages. Ces groupes, composés de par"cipants volontaires, ont pu bénéficier d’une analyse énergé"que de base de leur logement et d’un accompagnement (pour une période de minimum 6 mois) vers des solu"ons concrètes et pra"ques pour réduire leur consomma"on d’énergie. D’autres groupes ont ensuite vu le jour à Neufchâteau, Bertrix, Amberloup, Arlon, et via l’ASBL Lire et Ecrire à Virton, Barvaux, Athus et Bertrix. La mise en place concrète du projet de sensibilisa"on se déroule en 4 phases dis"nctes : 1ère phase : ™Présenta"on des objec"fs ™Engagement moral des personnes à par"ciper

444 43


Témoignage T ém

ac"vement 2ème phase :

™Distribu"on des wa$mètres pour réaliser les relevés de consomma"on des différents appareils électriques

™Distribu"on de tableaux à remplir pour les relevés

des différents compteurs (gaz, eau, électricité). Le but de ce$e démarche : prendre connaissance de ce que l’on consomme réellement et calculer le coût de sa consomma"on ™Visite personnalisée d’un conseiller du guichet de l’énergie et rapport « audit » 3ème phase :

™Analyse des relevés en groupe sur base des tableaux complétés

™Pistes d’améliora"on soumises aux groupes ™Discussions et ac"ons 4ème phase : ™Exploita"on d’autres théma"ques du Développement Durable (déchets, consomma"on...) suivant les a$entes des groupes

Des chiffres qui parlent ™Actuellement, 13 groupes se réunissent dans toute la province de Luxembourg, soit une centaine de

nelle erson posip e r i et nt e je r e” so tement es qu s “énergi r c i f f i é j’a o én à on “Les b es réuni chose que ètres mis ou d m l e t t e r t n t è me mi ue s wa a pre nt le u savoir q oins, tifs. L iée, ce so m a e u so ab éc appr tion. On omme plu sommas si c n dispo areil con nt nos co ffage ave p u a e p r s a a i a h l l te ec mp réa es en co iques et d que l’on ies. L st c’est r , t e m c p o e l u n é e o o r s c n g u es é t, o tion ant d ou pas d rassuren nt. En t s e r e it le ns ellem eà ’on fa tatio que l des habi é personn oupe aid en l r l s i g e ons le nse visit mati conet co ma part, m é t o s u n co ur éco dre é, po pren r nos résum compare mieux en eau x fchât mieu e, donc à u e N e gi éner e.” upe d , gro c R n E e I i sc OS elle L Muri

personnes et indirectement, de familles

Les acteurs du projet ™La Cellule Développement Durable de la Province de Luxembourg

™Les Equipes Populaires ™Les Sociétés de Logements Publics ™Les Agences Immobilières Sociales ™Les Conseils Consulta"fs des Locataires et des Propriétaires

™Lire et Ecrire

Plus d’info ? Province de Luxembourg Gérard GRAISSE Square Albert 1er, 1 6700 ARLON Téléphone : 063/21.26.61 Mail : g.graisse@province.luxembourg.be Luxembourg 2010 est une démarche née en 2001 de la volonté des responsables de la province de Luxembourg de soutenir et dynamiser le développement du territoire sur 10 ans, à travers le travail en réseau, l’engagement volontaire, l’accompagnement et le lancement de projets fédérateurs. info@luxembourg2010.be - www.luxembourg2010.be


-69&.#063(|1-"/%"$5*0/&/7*30//&.&/5|("11&3

$SÏBUJPOEV

=7FF;H

LA PROVINCE DE LUXEMBOURG A LE VENT EN POUPE !

Afin de développer les énergies vertes de manière cohérente et en harmonie avec l’environnement, la Province de Luxembourg a créé le Groupement d’Acteurs Provinciaux de Planifica"on des Energies Renouvelables (GAPPER) qui regroupe la Province et les communes adhérentes. Dans un premier temps, c’est le secteur éolien qui a été analysé par le GAPPER en raison de l’urgence engendrée par le contexte suivant : t La volonté du Gouvernement wallon d’a#eindre une puissance installée de 1.000 MW d’ici 2020, voire peutêtre même 2.000 MW selon les discussions actuelles t Le poten"el encore peu exploité sur la province qui, par ailleurs, est la plus vaste du royaume et la moins densément peuplée mais également l’une des provinces les plus riches en ma"ère de biodiversité et d’ensembles paysagers t La révision de la zone d’entraînement militaire à basse al"tude qui a libéré de nouvelles zones poten"elles pour l’implanta"on d’éoliennes dans le sud de la province t La rentabilité économique des projets

Quels sont les objectifs du projet ? ™Effectuer un aménagement territorial cohérent et en harmonie avec l’environnement des sites de produc"on d’énergies renouvelables

™Faire prendre conscience de la probléma"que énergé"que

™Favoriser et encadrer la possibilité aux collec"vités locales d’inves"r dans des projets de produc"on d’énergies renouvelables afin de perme$re à tout un chacun d’être acteur et non témoin d’un développement durable

™Diminuer notre dépendance énergé"que

Concrètement ? Au cours du dernier trimestre de l’année 2009, une étude stratégique de planifica"on du développement éolien a été commandée au bureau d‘études C’S‘D’ qui a travaillé en partenariat avec la société ATM-Pro pour la réalisa"on des études de vent. Le travail demandé a consisté notamment en : ™Une étude de vent avec évalua"on du produc"ble sur l’ensemble du territoire provincial avec une résolu"on de 1.000m et pour une hauteur donnée

™Une analyse cartographique détaillée avec superposi"on de toutes les contraintes (réglementaires, techniques, planologiques…) à l’aide d’un SIG (Système d’Informa"ons Géographiques)

™Une analyse détaillée de la sensibilité ornithologique (avifaune et chiroptères)

™Une importante prise en considéra"on de la composante paysagère

444 45


TĂŠmoignage T ĂŠm

™Une dÊtermina"on de la distance de raccordement Êlectrique ainsi que du poten"el d’injec"on rÊel actuel dans les cabines Êlectriques

™Une analyse mul"critères perme$ant la dÊtermina"on des meilleurs sites moyennant une hiÊrarchisa"on

™Une Êvalua"on du produc"ble annuel a$endu sur base de la puissance installable sur les sites retenus

™Des visites de terrain pour valider l’analyse cartographique et la rĂŠdac"on d’un rapport ďŹ nal de synthèse Après une pĂŠriode de plusieurs mois, lâ€˜ĂŠtude stratĂŠgique a mis en ĂŠvidence 66 sites poten"els pour l’implanta"on d’Êoliennes qui ont ĂŠtĂŠ classĂŠs en 22 rangs. Tous ces sites sont iden"ďŹ ĂŠs principalement dans 4 zones : le haut plateau de l’Ardenne centrale, la dĂŠpression famennoise, les cĂ´tes lorraines et la vallĂŠe de la Semois.

Des chiffres qui parlent ™23 communes de la province de Luxembourg ont donnÊ une adhÊsion de principe au GAPPER

™9 promoteurs Êoliens ont ÊtÊ rencontrÊs dans le cadre du projet

™66 sites poten"els pour l’implanta"on d’Êoliennes en province de Luxembourg ont ĂŠtĂŠ iden"ďŹ ĂŠs par l’Êtude

s rente s diffĂŠ e a d e sd n chag potentiel r a m ĂŠ rs comau d tisseu n, notre t: “Face s d’inves olie PER. Le bu nes ĂŠ ĂŠ ’ t l ĂŠ e i mu ed soc AP au G s com main le do a adhĂŠrĂŠ iveau de tentiels n o e rmun nner au s projets p t de dĂŠte o i e l d a u r t ĂŠ ce er n coo rovin t premier fin d’Êvit rcs p a l pa de e bu dĂŠaux a e des es ns. L ĂŠolie les sites i narchiqu Ă  toutes l r t a r e i t n vest min ppemen etta perm lement in x ou lo u l dĂŠve s tout en e a entu n mun ĂŠolie unes d’Êv ntercom si comm es projet d s n a da nĂ l ens.â€? chevi E citoy , E H RANC e LAB Tintigny p p i l de Phi une comm

stratĂŠgique

Les acteurs du projet ™Les communes adhÊrentes ™La Province de Luxembourg ™Le bureau d’Êtude C’S’D’

Plus d’info ? Province de Luxembourg Jean-François MAISSIN Rue Chantraine, 2 6720 HABAY-LA-NEUVE TÊlÊphone : 063/60.84.33 Mail : jf.maissin@province.luxembourg.be

-VYFNCPVSHFTUVOFEĂ?NBSDIFOĂ?FFOEFMBWPMPOUĂ?EFTSFTQPOTBCMFTEFMBQSPWJODF EF-VYFNCPVSHEFTPVUFOJSFUEZOBNJTFSMFEĂ?WFMPQQFNFOUEVUFSSJUPJSFTVSBOT Ă‹USBWFST MFUSBWBJMFOSĂ?TFBV MFOHBHFNFOUWPMPOUBJSF MBDDPNQBHOFNFOUFUMFMBODFNFOUEFQSPKFUT GĂ?EĂ?SBUFVST JOGP!MVYFNCPVSHCFXXXMVYFNCPVSHCF


LUXEMBOURG 2010 | PLAN D’ACTION ENVIRONNEMENT | BREVET DU BENJAMIN EN ENVIRONNEMENT

Benjamin en

;DL?HEDD;C;DJ

DES BENJAMINS QUI VIENNENT AU SECOURS DE LEUR PLANÈTE Comment former les enfants à devenir des adultes prêts à relever le défi lié aux enjeux environnementaux ? C’est à par"r de ce#e réflexion qu’est né le projet de Benjamin en Environnement. L’année scolaire 2009-2010 fut l’année pilote du projet. Sa réussite a poussé la Cellule Développement Durable de la Province de Luxembourg et les partenaires du projet à renouveler l’expérience pour l’année 2010-2011.

Quels sont les objectifs du projet ? ™Ini

er, dès le plus jeune âge, une réflexion de fond sur notre mode de vie et ses conséquences pour l’avenir de notre planète

™Perme#re aux enfants d’expérimenter et de s’approprier les bases d’un comportement plus respectueux de l’environnement au sein de l’école sur le principe de l’améliora on con nue

™Proposer aux enseignants une méthodologie et fournir un guide des ressources pouvant les aider à mener à bien des ac ons en ma ère de développement durable

™Créer un réseau grâce au partenariat de 31 associa

ons d’éduca on rela ve à l’environnement déjà ac ves sur le territoire de la province

Concrètement ?

durant l’année scolaire 2009-2010 de se familiariser avec une théma que choisie parmi les 6 proposées : les déchets, l’eau, la nature et la biodiversité, l’alimenta on durable, la mobilité et l’énergie en suivant les différentes étapes d’une méthodologie prédéfinie basée sur le principe de l’améliora on con nue: 1. Engagement de la classe 2. Approche de la théma que 3. Réalisa on de l’état des lieux 4. Formula on d’un plan d’ac ons 5. Mise en œuvre du plan d’ac ons 6. Evalua on 7. Remise du brevet Afin d’aider les enseignants à chacune de ces étapes, la Cellule Développement Durable de la province de Luxembourg, l’ini ateur de ce projet, les a accompagnés dans la démarche et a mis à leur disposi on le guide du Benjamin en Environnement, compilant un ensemble de ressources. Un jury d’experts a évalué chacun des projets proposés par les écoles. Pour les récompenser de leurs efforts, les enfants se sont vus décerner le Brevet du Benjamin en Environnement le vendredi 28 mai 2009 au Domaine Provincial de Mirwart, dans le cadre d’une journée fes ve où tous les projets des écoles ont été présentés sur de grandes affiches.

Les classes des écoles primaires inscrites de la province de Luxembourg, de la 1ère à la 6ème, ont eu l’occasion

444 47


Témoignage T ém

Des chiffres qui parlent ™17 écoles (soit 43 classes) se sont inscrites au Benjamin en Environnement pour l’année scolaire 2009-2010, ce qui représente environ 750 élèves

™600 enfants ont par

cipé à la remise des brevets le 28 mai 2009 au Domaine Provincial de Mirwart

™41 écoles (73 classes) se sont inscrites pour la seconde édi on du Benjamin en Environnement, ce qui représente 1200 enfants, soit presque le double par rapport à la première édi on

Les acteurs du projet ™La Province de Luxembourg ™L’AIVE ™L’Asinerie de l’O ™Atelier Environnement ASBL ™Au Pays de l’A#ert ASBL ™L’Autruche salmienne ™COREN ASBL ™CRIE d’Anlier ASBL ™La Ferme du Bueau ™Et beaucoup d’autres… La liste complète des

onEnvir elà n e n d jami , auu Ben ssant car l’école d t e j re de ro oute “Le p t est inté enfants ent t ins s m n e e e l l a r m e ég ne lis erta nsibi l mobilise l’école. C cone s e d i e e guèr ive d aire, prim e éducat e sentent e environ e p s g u i i q l e u i b n t q a ts so l’é gnan a problém ojet, on le uestion i e s n e q rl pr . és pa . Avec ce ration la cern ment t e é e l d n a i t s n n n n o e e r o i c m nv ai nem dre en de l’e es sent vr eutn n e r o i p t l c à ,p prote es, on ment nt de la é des élèv nvironne ltes. Ce so r t e ’ u ô a l c d p rs sa par Du rnés lus que le ilisent leu nt.” e c n p e co sib ême nnem i sen être m t eux qu e l’enviro r dans la n d tuteu souve u respect Insti , T a R s t BE en ne l LAM ertog Pasca une de B comm

partenaires est disponible sur demande auprès de Bénédicte Roland, coordinatrice du projet

Plus d’info ? Province de Luxembourg Bénédicte ROLAND Square Albert 1er, 1 6700 ARLON Téléphone : 063/21.26.48 Mail : b.roland@province.luxembourg.be

Luxembourg 2010 est une démarche née en 2001 de la volonté des responsables de la province de Luxembourg de soutenir et dynamiser le développement du territoire sur 10 ans, à travers le travail en réseau, l’engagement volontaire, l’accompagnement et le lancement de projets fédérateurs. info@luxembourg2010.be - www.luxembourg2010.be


Plan d’action Filière équine

..............................................................................

Autour du Centre Européen du Cheval de Mont-le-Soie, la mission du plan d’ac on Filière équine est de valoriser et coordonner les ac vités de la filière en province de Luxembourg par des efforts de recherche, d’innova on et de communica on dans les secteurs

Pilote : Didier Serteyn Professeur Faculté médecine vétérinaire ULg et administrateur délégué de Mont-le-Soie Mont-le-Soie, 1 6998 Vielsalm Tel. : 080/21.65.56

49


50


LUXEMBOURG 2010 | PLAN D’ACTION FILIÈRE ÉQUINE | PARCOURS ÉQUESTRES

Parcours

xGK;IJH;I

DÉCOUVRIR LA PROVINCE AU PAS, AU TROT, AU GALOP Suite à l’expérience du Centre Européen du Cheval de Mont-le-Soie (Vielsalm) qui a balisé 160 kms de chemins cavaliers et à l’engouement que ces parcours ont suscité, la Grappe Filière équine de Luxembourg 2010 a fait naître l’idée d’un Tour de la province à cheval. Ces nouveaux parcours équestres présentent une innova!on technologique majeure : l’u!lisa!on de cartes GPS montrant le tracé des randonnées à cheval et téléchargeables via Internet.

Afin de sa!sfaire ces derniers, les parcours GPS !ennent compte de l’hébergement équestre existant en province de Luxembourg. Ainsi, une quarantaine d’établissements peuvent accueillir les randonneurs désirant faire une halte au cours de leur promenade. Tous ces établissements adhèrent à une charte de qualité qui prévoit notamment : ™De conduire les bagages vers l’étape suivante

Quels sont les objectifs du projet ?

Les cartes GPS de parcours équestres sont téléchargeables gratuitement sur le site de la FTLB h"p://horse.&lb.be. Pour ceux qui ne posséderaient pas ce type de navigateur, les cartes sont également disponibles en version papier.

™Dynamiser le tourisme en province de Luxembourg via des promenades équestres et plus par!culièrement en créant de nombreux parcours pour cavaliers perme"ant de parcourir la province en tous sens tout en reliant entre eux de nombreux gîtes

Concrètement ? Le Centre Européen du Cheval de Mont-le-Soie travaille en collabora!on avec la Fédéra!on touris!que du Luxembourg belge (FTLB) sur base de cartes IGN au 50.000ème et 10.000ème, avec possibilité de voir sa promenade en 3D, les profils et les difficultés de terrain. Au cavalier de choisir le type de randonnée souhaité : soit de pe!te distance, pour une courte journée à cheval, soit de longue distance, pour les amoureux de randonnées qui désirent effectuer un parcours sur deux jours ou plus.

™D’informer les cavaliers de la maintenance des chemins

Des chiffres qui parlent ™50 promenades équestres sous forme de cartes GPS sont disponibles à ce jour, ce qui représente 500 heures de randonnées soit 3.000 kilomètres de parcours balisé

Les acteurs du projet ™Le Centre Européen du Cheval ™La FTLB (Fédéra!on Touris!que du Luxembourg Belge) ™L’ARTE (Associa!on Régionale du Tourisme Equestre) ™La Province de Luxembourg

444 51


Témoignage T ém Plus d’info ? FTLB Rita DUPONT Quai de l’Ourthe, 9 6980 LA ROCHE-EN-ARDENNE Téléphone : 084/41.10.11 Mail : r.dupont@&lb.be

Sites Internet h"p://www.montlesoie.be h"p://horse.&lb.be

e centr tant i cour o p m se, j’a ’un i ire d n liégeoi ts randon a t é i . o r i n p n e g o i a é r l r “P sc nr r me urs fois pa LB stre e e e n u e q e T m é plusi d’em r la F tume Ardenne place pa questres n n sé inter ner e ème mis e parcour r site sime u st d y e l s é t s e t ti L ui st tou quan s dep rès avec argeable ortables e perçoit t a p h ’ par s g S s télé s GP nçu . On e o e c d u q é r i u s, ét st net s anta ours ont al. En plu nt c ent f v e r e m n a e h p n l c p s o u es jal ue ce r, els d vite q fessionn es équestr on métie .” o t le r m î b p g r a s de Pou eux réci r . p s b p é c m a ’ o a de n érents tr il plus qu t iff les d it d’un ou g a ’ Visé il s E de R R A QU el LE Mich

Luxembourg 2010 est une démarche née en 2001 de la volonté des responsables de la province de Luxembourg de soutenir et dynamiser le développement du territoire sur 10 ans, à travers le travail en réseau, l’engagement volontaire, l’accompagnement et le lancement de projets fédérateurs. info@luxembourg2010.be - www.luxembourg2010.be


LUXEMBOURG 2010 | PLAN D’ACTION FILIÈRE ÉQUINE | PARTICIPATION À LA FIERA CAVALLI

Participation à la

<?;H797L7BB?

LE CHEVAL LUXEMBOURGEOIS FAIT SA PROMO EN ITALIE

Pour la première fois en novembre 2009, la Grappe Filière équine de Luxembourg 2010 a par!cipé à la Fiera Cavalli de Vérone, principale vitrine européenne pour les professionnels et les passionnés d’équita!on. L’occasion pour la Grappe Filière équine, le Centre Européen du Cheval de Mont-le-Soie et la Fédéra!on touris!que du Luxembourg belge (FTLB) de présenter quelques-uns de leurs projets communs comme le vade-mecum de la filière équine ou encore le Tour de la province de Luxembourg à Cheval (Cf. fiches-projets Parcours équestres et Vade-mecum).

Quels sont les objectifs du projet ? ™Susciter l’intérêt du grand public et des professionnels du secteur équin européen pour les ac!vités équestres spécifiques à la province de Luxembourg

Concrètement ? Le Centre Européen du Cheval de Mont-le-Soie et la FTLB, accompagnés des éleveurs provinciaux affiliés au studbook belge du cheval de Sport (sBs), ont par!cipé à la Fiera Cavalli de Vérone qui s’est tenue du 5 au 8 novembre 2009. Créé en 1920, le sBs a pour missions l’élevage et la mise en valeur de chevaux et de poneys de sport via la tenue d’un livre d’origine, l’organisa!on annuelle d’une exper!se officielle d’étalons très sélec!ve et plusieurs concours d’élevage ouverts aux chevaux âgés de 0 à 3 ans. D’autres organismes équestres ont été sollicités afin

de par!ciper à la Fiera Cavalli mais n’ont cependant pas souhaité prendre part au voyage. Une nouvelle par!cipa!on à la Foire de Vérone s’est tenue du 4 au 7 novembre 2010. D’autres organismes équestres ont rejoint ceux présents en 2009.

Des chiffres qui parlent ™La Fiera Cavalli rassemble 150.000 visiteurs en quatre jours et réunit 700 exposants venus de 25 pays différents

™La Fiera Cavalli s’étend sur plus de 350.000 m². La province de Luxembourg y est représentée avec un stand

™2.500 chevaux de 60 races différentes peuvent être admirés lors de la foire

Les acteurs du projet ™Studbook belge du cheval de Sport (sBs), régionale du Luxembourg

™La FTLB (Fédéra!on Touris!que du Luxembourg Belge) ™Le Centre Européen du Cheval de Mont-le-Soie ™La Province de Luxembourg

444 53


Témoignage T ém Plus d’info ? Groupement Hippique du Sud Jacques FRASELLE Au Buisson Mar!n, 24 6800 LIBRAMONT Téléphone : 061/41.54.25 Mail : ghra@belgacom.net

Sites Internet h%p://www.montlesoie.be h%p://www.fieracavalli.it

s talon n d’é chaque o i t a st te ’une e visi ble d l’Italie, j râce au a s n o e .G m“Resp e nord d rone Luxe l de Vé vince de s e n é s r a s i d o a o e la f la Pr dès l’an p tre de anné belge de n r e i l C b e l ta tte stand j’ai pu é acts avec sBs de ce t s g, r n r e o u é u c e o n b ts n ev les él e cette a ords ellen d d’exc e-Soie et c c n i a f la es -l la Mont ce. Pour sser d en Italie a p s r n n i e o n v l u e l o b pr eC sa tri par l nt r dis , nou 2010 ants pou ons gérés ique aya t g l r l a t o e t imp es é spor La B u du nde nce d Soie. seme Mont-le- au nivea ema e upe , la d e o tre d p g a n v te ’éle le ven re et de l te .” t s ès for e r t t s équ e enne izoo itali term n I , EZZU er AV Dr Pi

Luxembourg 2010 est une démarche née en 2001 de la volonté des responsables de la province de Luxembourg de soutenir et dynamiser le développement du territoire sur 10 ans, à travers le travail en réseau, l’engagement volontaire, l’accompagnement et le lancement de projets fédérateurs. info@luxembourg2010.be - www.luxembourg2010.be


LUXEMBOURG 2010 | PLAN D’ACTION FILIÈRE ÉQUINE | VADE-MECUM

Le

L7:;#C;9KC

À UN CLIC DU MONDE ÉQUIN

Les différents aspects du secteur équin ne sont pas suffisamment valorisés alors qu’ils cons#tuent un moyen de se différencier et de répondre à une réelle demande du public. Il paraît donc opportun de rapprocher les différents acteurs autour de projets mobilisateurs, en sensibilisant les autorités et en informant le grand public quant au rôle socioéconomique de la filière équine, en agissant à l’extérieur du territoire pour aiguiser l’intérêt d’autres pays-régions à propos des spécificités équines de la province (recherche, élevage, tourisme, race).

Quels sont les objectifs du projet ? ™Faciliter les rapports au sein du milieu professionnel équin ainsi qu’avec le public, et ce via une meilleure connaissance des acteurs du secteur

™Répondre à un besoin en termes d’informa!ons

Concrètement ? Dans le cadre de Luxembourg 2010, la Grappe Filière équine a compilé un vade-mecum de tous les acteurs du milieu équin en province de Luxembourg. Ce vademecum accessible gratuitement sur le site Internet de la Fédéra!on Touris!que du Luxembourg Belge - FTLB (h"p://horse.#lb.be) reprend les coordonnées complètes des acteurs économique, agricole, touris!que ou social de la filière équine : adresse, personne de contact,

descrip!on de l’ac!vité, commentaires éventuels. Il compte actuellement 300 fiches descrip!ves personnalisées et actualisées en permanence par le Centre Européen du Cheval de Mont-le-Soie et par le Groupement Hippique du Sud. Le vade-mecum, version informa!sée, offre une grande facilité de naviga!on. En effet, de mul!ples critères de recherche (géographiques, professionnels, alphabé!ques…) peuvent être encodés afin de trouver rapidement l’informa!on souhaitée.

Des chiffres qui parlent ™En Communauté française, les sports équestres, avec 40.000 pra!quants, occupent la troisième marche du podium des disciplines spor!ves, juste après le football (200.000 pra!quants), et le basket (45.000 pra!quants)

™60 % des ac!vités ayant trait à la filière équine sont développés en Flandre, pour 40% en Wallonie

Les acteurs du projet ™Le Centre Européen du Cheval ™La FTLB (Fédéra!on Touris!que du Luxembourg Belge) ™La Province de Luxembourg

444 55


Témoignage T ém Plus d’info ? Centre Européen du Cheval Brigi"e DELIEGE Mont-le-Soie, 1 6998 VIELSALM Téléphone : 080/21.65.56 Mail : brigi"e.deliege@montlesoie.be

Site Internet h"p://horse.#lb.be

vs che sieur ifu l p e d ire d coup de lriéta u écha “Prop avais bea un mar j’ er aux, s à trouv ltant le me é su t l n ue, je u o q c i fic n n o E 3 r nt. élect 2 ou ferra ecum mpte que n de 10 m e o e co vad ray rras s un endu mba suis r ient dan u que l’e e e lt ta habi n’ai plus , je consu um. s e i e J -m c epu km. ix. D t ce vade spérons, o h c du os. E du men d’inf lière régu ne mine au cours !” u e sé C’est enrichiss t actuali ’ i s o l s i qu’ u’il s et q temp é E, Vis ESTR M e i Ann

Luxembourg 2010 est une démarche née en 2001 de la volonté des responsables de la province de Luxembourg de soutenir et dynamiser le développement du territoire sur 10 ans, à travers le travail en réseau, l’engagement volontaire, l’accompagnement et le lancement de projets fédérateurs. info@luxembourg2010.be - www.luxembourg2010.be


Plan d’action Formation

..............................................................................

La forma!on est un secteur indispensable à l’évolu!on d’un territoire. Elle se doit d’accompagner, voire d’an!ciper, le développement économique de la province, en proposant des enseignements qui soient au plus près des réalités des entreprises. Ce plan d’ac!on Forma!on a donc pour objec!f de consolider, maintenir et diversifier l’offre de forma!ons en province de Luxembourg dans des secteurs porteurs de déploiement économique pour la région

Pilote : Bernard Caprasse Gouverneur de la province de Luxembourg Palais provincial Place Léopold, 1 6700 Arlon Tel. : 063/23.10.70

57


58


LUXEMBOURG 2010 | PLAN D’ACTION FORMATION | BACHELOR EN CONSTRUCTION OPTION “TECHNOLOGIE DU BOIS”

Bachelor en technologie du

8E?I

LE BOIS COMME AVENIR POUR LES BACHELIERS LUXEMBOURGEOIS En province de Luxembourg, le secteur de la construc!on réclame du personnel de forma!on supérieure. La filière bois n’échappe pas à ce#e règle. En effet, ce#e filière est à l’heure actuelle en pleine expansion dans notre province et crie son manque de personnel qualifié. Face à ce#e pénurie de main d’œuvre, la Grappe Enseignement supérieur de Luxembourg 2010, l’Enseignement de Promo!on sociale de Libramont, le Forem Forma!on Wallonie Bois, les secteurs professionnels et la Haute Ecole Robert Schuman ont travaillé en étroite collabora!on afin de proposer aux élèves luxembourgeois un bachelor en construc!on op!on « technologie du bois ». Ce#e forma!on, qui a ouvert ses inscrip!ons en septembre 2008, est au jour d’aujourd’hui unique en Wallonie.

bois allie théorie, pra#que et stages en pleine adéqua#on avec les besoins des entreprises. Elle permet à l’étudiant : ™D’acquérir une forma#on de base dans le domaine de la construc#on

Quels sont les objectifs du projet ?

La forma#on de bachelier en construc#on technologie du bois ouvre les portes des différents secteurs de la filière bois (fabrica#on d’immeubles en bois, d’éléments structurels, de parquets, panneaux mais aussi négoce du bois, scierie, menuiserie industrielle…) mais permet aussi de pénétrer le vaste domaine de la construc#on. De nombreux débouchés peuvent ainsi s’offrir aux diplômés : responsable d’une équipe, d’un secteur ou d’un atelier, responsable de produc#on ou de chan#er, chef d’entreprise, expert technique, etc.

™Former des ouvriers qualifiés via un enseignement de qualité et ce afin de répondre à une pénurie de main d’œuvre dans la filière bois

™Perme"re aux étudiants sortant du secondaire de poursuivre des études supérieures dans le domaine qu’ils avaient ini#alement choisi

™Valoriser l’enseignement technique en industrie du bois

Concrètement ? Proposée à la Haute Ecole Robert Schuman à Libramont, la forma#on de bachelier en construc#on technologie du

™D’acquérir des connaissances et des savoir-faire dans les différents domaines d’u#lisa#on du matériau bois, de ses dérivés et des produits annexes

™D’aborder objec#vement les probléma#ques actuelles liées à l’éco-construc#on

™D’aborder les problèmes liés à la ges#on d’entreprise dans son sens large : logis#que, maintenance, sécurité, comptabilité...

Des chiffres qui parlent ™La filière bois représente 13.500 emplois en Wallonie pour 1.950 entreprises. Ces entreprises sont en majorité des PME ou TPE qui ont la caractéris#que de

444 59


Témoignage T ém

fixer les popula#ons en zone rurale (caractéris#que prépondérante en province de Luxembourg)

™L’enseignement technique de qualifica#on en Industrie du Bois voit sor#r de manière constante environ 200 élèves diplômés par an (contre 1.500 pour l’enseignement professionnel en menuiserie). La province de Luxembourg compte encore 3 sec#ons techniques supérieures en Industrie du Bois (pour 12 en Communauté Française), ce qui confirme l’intérêt de cet enseignement dans la région

™55 élèves se sont inscrits au bachelor en construc#on op#on « technologie du bois » en 2008, 56 s’y sont inscrits en 2009, et 62 en 2010

Les acteurs du projet ™La Haute Ecole Robert Schuman ™Le Centre de compétence Forem Forma#on Wallonie Bois

™Le Centre de Forma#on Bois ™L’Enseignement de Promo#on sociale de Libramont

étai- er nels n o i men s rofes essité d’a p s r acteu ur la néc es profes es s les d pabl “Tou animes s travail iés ca ns leur u n f i d u l t é a h u en da ent q marc nde rises sur le ls hautem es entrep ue. Le mo l e t, iq sionn mpagner chnolog ue surtou e o la q t c i r t c n u n d’a po me tech n tion o loppe nement, a i e s t i v r r é e d alo ’ins v eig l s e r aire n l d a e ’ o s sc nt p plus de l r e t u i m o a c inm am ar récla bois, not st ma un p e s e n t a n e filièr e filière d Cette atte 70 % des t tt e c e eau. , puisque ignemen d t niv u a trée du ’ense h de ncon ent de l ndustrie e r t n n I n a e n ten ee ovi ie niqu its pr allon inscr aire tech on W i t d a n seco Form ” Forem , R Bois. E HER Yves T Bois

Plus d’info ? Haute Ecole Robert Schuman Gérald TROESSART Avenue de Luxembourg, 101 6700 ARLON Téléphone : 063/41.00.01 Mail : gerald.troessart@hers.be

Site Internet h"p://www.hersarlon.be

Luxembourg 2010 est une démarche née en 2001 de la volonté des responsables de la province de Luxembourg de soutenir et dynamiser le développement du territoire sur 10 ans, à travers le travail en réseau, l’engagement volontaire, l’accompagnement et le lancement de projets fédérateurs. info@luxembourg2010.be - www.luxembourg2010.be


LUXEMBOURG 2010 | PLAN D’ACTION FORMATION | PROGRAMME PARTAGÉ ENTRE L’ULG ET L’ULUX

Programme partagé entre

BÊKB=;JBÊKBKN

DE PART ET D’AUTRE DE LA FRONTIÈRE, DEUX CURSUS PARTAGENT LE MÊME PROGRAMME L’Université de Liège (Campus Environnement d’Arlon) et l’Université de Luxembourg collaborent sur des programmes d’enseignement de niveau « Master ». Le diplôme ULg de « Master en Sciences et Ges!on de l’Environnement, op!on Energies Renouvelables » et le diplôme ULux de « Master en Développement Durable, filière Energie-Environnement » partagent depuis l’année académique 2008-2009 un programme commun. La forma!on définie dans un cadre transfrontalier s’inscrit dans la dynamique d’ouverture et de réseau prônée par la démarche Luxembourg 2010. Elle peut être considérée comme un exemple de collabora!on pérenne alliant recherches et compétences transfrontalières pour la forma!on d’étudiants d’origines variées.

Quels sont les objectifs du projet ? ™Ce

e forma"on permet aux étudiants d’acquérir des connaissances et compétences en vue de jouer un rôle efficace dans l’approche environnementale des probléma"ques rela"ves à l’énergie, domaine par"culièrement d’actualité

™Même si la forma"on présente une dominante scien"fique et technique, elle couvre également des ma"ères relevant des sciences humaines pour fournir aux étudiants les éléments nécessaires à une approche pluridisciplinaire et globale requise par la

probléma"que de l’énergie. Elle met l’accent sur le secteur des énergies renouvelables, point de passage obligé du système énergé"que de demain

™Elle favorise, en outre, un travail coopéra"f d’étudiants de na"onalités diverses qui sont amenés à suivre des cours en français et en anglais

Concrètement ? Les étudiants s’inscrivent dans l’une des deux Universités. Les cours faisant par"e de ces cursus se déroulent alterna"vement sur le campus d’Arlon de l’ULg (semestre 1 et 3) et sur le campus du Kirchberg de l’ULux (semestre 2). Lors du quatrième semestre, les étudiants regagnent leur Université d’origine afin de réaliser leur travail de fin d’études. La mobilité des étudiants et des enseignants permet une approche interna"onale de la ques"on de l’énergie ainsi qu’une opportunité d’appren"ssage des langues étrangères. La forma"on est organisée dans le cadre d’un accord ERASMUS. La rentrée universitaire 2010-2011 a accueilli la 3ème promo"on des étudiants de ces Masters qui rencontrent de plus en plus de succès.

Des chiffres qui parlent ™8 étudiants suivaient les cours en 2008-2009, la rentrée 2009-2010 en a accueilli une trentaine

™Pour l’année académique 2010-2011, 28 étudiants

444 61


se sont inscrits à l’ULux et 3 à l’Ulg dans le cadre du

Témoignage T ém

partage de programme

Les acteurs du projet ™L’ULg, Campus d’Arlon ™L’ULux

Plus d’info ? ULg - Département en Sciences et Ges!on de l’Environnement Philippe ANDRE Avenue de Longwy, 185 6700 ARLON Téléphone : 063/23.08.58 Mail : p.andre@ulg.ac.be

Site Internet h p://www.dsge.ulg.ac.be/arlon/

ourg xemb est plus u L ’ n ratio mbourg c ment », labo l e ti o x â c b u et AL du “La ? e e u q u i q rique t Belgi « énergé plus théo tante de r st té le cô gique c’e asse impo tage est l e m a if’av n en B die une tes. L ystèmes d e n u e t r é é s g f i f l x i on b u d ères à de ela o mati r affaire ement. C ’est fori c n d’avo d’enseig exibilité, rit et s l sp t f e n ’ e e fér re d sme. tain e cer é ouvertu rilingui in u à t lu ér ur cô p le p e exp mate beaucou ne bonn ité, après u e rs j’aim ster a été à l’unive endre r a r e e m n Le em ur e»a . Reto permis d e « mond e c n e l s, m’a oint 20 an e à quel p nt t tudia E , comp é.” I L g ITEL chan ni LAMP n a Giov

Luxembourg 2010 est une démarche née en 2001 de la volonté des responsables de la province de Luxembourg de soutenir et dynamiser le développement du territoire sur 10 ans, à travers le travail en réseau, l’engagement volontaire, l’accompagnement et le lancement de projets fédérateurs. info@luxembourg2010.be - www.luxembourg2010.be


Plan d’action Jeunesse

..............................................................................

Le plan d’ac!on Jeunesse a permis l’organisa!on d’un salon annuel des mé!ers et professions à l’a"en!on des jeunes afin de leur montrer que leurs envies professionnelles et leurs projets de vie peuvent devenir réalité en province de Luxembourg

Pilote : Dominique Tilmans Sénatrice Rue de la Sta!on, 47 6920 Wellin Tél : 084/38.94.10

63


64


LUXEMBOURG 2010 | PLAN D’ACTION JEUNESSE | SALON “LESJEUNESONTDUTALENT.BE”

Salon

B;I@;KD;IEDJ:KJ7B;DJ$8;

CE N’EST PAS LE TALENT QUI MANQUE AUX JEUNES LUXEMBOURGEOIS ! Depuis 4 ans, toutes les énergies de la Grappe Jeunes de Luxembourg 2010 se concentrent sur le développement d’une ac!on unique et fédératrice en province de Luxembourg associant talent et informa!on jeunesse : “Lesjeunesontdutalent.be”. Cet événement répond à un besoin palpable chez les jeunes : découvrir les mé!ers d’une manière vivante et visuelle et rencontrer des témoins inspirants.

Quels sont les objectifs du projet ? ™Donner la parole aux jeunes de 13-23 ans pour parler « études, mé!ers, avenir » et les inviter à montrer et exposer leurs talents dans différents domaines

™Offrir à ces jeunes des moyens pour concré!ser un projet d’avenir, avec le projet Tal’ENvie

™Redynamiser l’image de la province pour convaincre les jeunes qu’il est possible de mener conjointement un projet de vie de qualité et un projet professionnel intéressant (seulement 66% des jeunes souhaitent travailler en province de Luxembourg. Cela peut s’expliquer par une image fausse de la situa!on socio-économique de la province mais aussi par l’a#rac!vité linguis!que et/ou financière des professions interna!onales et celles du Grand-Duché de Luxembourg)

™Assurer une offre d’orienta!on qui !ent compte des

réalités du marché de l’emploi

™Présenter les mé!ers d’une manière vivante et visuelle et perme#re la rencontre des professionnels de mé!ers

™Valoriser les compétences en favorisant le dialogue entre jeunes, professionnels, entreprises et parents

™Dans l’esprit de la démarche Luxembourg 2010, faire travailler ensemble et transversalement des opérateurs Jeunesse de la province de Luxembourg

Concrètement ? Après plus d’un an et demi de rencontres, de réflexions, d’échanges, de recherches et de partage entre les différents acteurs de la Grappe Jeunes, le salon des mé!ers « Lesjeunesontdutalent.be » s’est déroulé pour la première fois en novembre 2007 sous la forme d’une grande manifesta!on à la Halle aux Foires de Libramont. Au programme de ce#e première manifesta!on, des rencontres avec des chefs d’entreprises, des témoins présentant leur profession et de « jeunes talents » passionnés… Autant d’ingrédients qui perme#aient aux adolescents de se poser les bonnes ques!ons en vue d’une carrière professionnelle épanouissante ou d’affiner leurs choix pour l’avenir. En 2009, ce sont 800 jeunes, 300 parents et plus de 300 intervenants et partenaires qui ont pu échanger leurs impressions sur le monde du travail. En moyenne, 80%

444 65


Témoignage T ém

des jeunes présents ont trouvé lors du salon de la mo!va!on et des réponses à leurs ques!ons.

Des chiffres qui parlent ™75% des jeunes présents ont été sa!sfaits de leur journée passée au salon

™Le salon permet à 84% des jeunes présents de faire des choix de carrière ou de confirmer leur première idée

™1.400 personnes, jeunes, parents et intervenants confondus, ont été présentes sur le salon en 2009. Ils ont été 1500 en 2010

™Grâce à cet

événement, il a été possible de constater que 74% des jeunes ont confiance en leur avenir (contre 64% avant l’événement)

Les acteurs du projet ™Infor Jeunes Luxembourg ™Idelux ™La Chambre de Commerce et d’Industrie du Luxembourg belge

™Le Forem ™Le CSEF ™Le Collège provincial ™La FGTB ™La CSC ™L’UCM ™La Haute Ecole Robert Schuman ™La Haute Ecole Blaise Pascal ™Et beaucoup d’autres… La liste complète des

et pieds jes e l s Les mi mais s du tout ouverte a j s i déc is pa n’ava “Je n onnaissa , mais la ... J’ai re t e c t t n n je ne utale urprena e sachan , s ontd n nir unes raiment e jeunes r ave oir u v e d l é l t r a é m a us v ace é pas ers où tr es et ven core r t n o c dé ev en urs i ncor ême e pas e es avec le iser et m ans la vi l r d t a s i é u é r c vo e. es d’a n lan anger de eent l e i m b m à co éj ch rpr ens d plement sonnes su sourg s e d r e nt sim es pe lot d ce voula couvert d miré un f expérien é e d d n a s i u e i J’a rl j’a nt es et e pou aime le nant ’était vr r moi qu à, dans l C u . t . o s . nt p ires ent e e !” e tal ue, ta uniq . Et tout l d’y croir s it jeune e et le fa stratrice g a l , Il u part ISEN N e c Ali

partenaires est disponible sur demande auprès de Ka!a Malna!, coordinatrice du projet

Plus d’info ? Info Jeunes Luxembourg Ka!a MALNATI Place Didier, 31 6700 ARLON Téléphone : 063/23.68.98 Mail : lesjeunesontdutalent@inforjeunes.be

Site Internet h#p://www.lesjeunesontdutalent.be

Luxembourg 2010 est une démarche née en 2001 de la volonté des responsables de la province de Luxembourg de soutenir et dynamiser le développement du territoire sur 10 ans, à travers le travail en réseau, l’engagement volontaire, l’accompagnement et le lancement de projets fédérateurs. info@luxembourg2010.be - www.luxembourg2010.be


Plan d’action Langues étrangères

..............................................................................

Que ce soit dans sa vie privée ou professionnelle, la popula!on est confrontée aux langues étrangères. Il est donc essen!el de lui proposer des forma!ons et des ou!ls qui répondent à ses besoins et à la tendance actuelle d’ouverture interna!onale. C’est ce que vise le plan d’ac!on Langues étrangères

Pilotes : Victor Billion Rue du bois d’Ospot, 4 6840 Neufchâteau Tel. : 061/27.85.29 René Collin Député provincial à l’économie Rue Victor Libert 1, bte 3 6900 Marche-en-Famenne Tel. : 084/34.40.96

67


68


LUXEMBOURG 2010 | PLAN D’ACTION LANGUES ÉTRANGÈRES | KIT ET BROCHURE SUR L’APPRENTISSAGE DES LANGUES

Kit et

8HE9>KH;

LES LANGUES POUR ÉLARGIR NOTRE HORIZON

Partant de l’enjeu de société essen!el qu’est devenue la maîtrise des langues étrangères, la Grappe Langues, cons!tuée au sein de la démarche Luxembourg 2010, s’est penchée sur ce"e théma!que depuis janvier 2006 afin de dégager plusieurs projets. Composé de divers organismes publics de forma!on, d’enseignement (tant secondaire que supérieur ou de promo!on sociale) ou autres, le groupe de travail a constaté que malgré l’importance des possibilités d’appren!ssage des langues en province du Luxembourg et/ou en dehors de celleci, il y a une sous-u!lisa!on des moyens disponibles. La difficulté consiste à conscien!ser la popula!on à la nécessité d’apprendre les langues étrangères dans une perspec!ve professionnelle et/ou personnelle.

Quels sont les objectifs du projet ? ™Sensibiliser la popula!on de la province de Luxembourg aux atouts que peut représenter la connaissance d’une ou plusieurs langues étrangères, ainsi qu’aux diverses possibilités d’appren!ssage qui lui sont offertes

™Offrir une informa!on claire et complète sur l’offre de forma!on en langue sur la province et ailleurs

Concrètement ? Pour a#eindre cet objec!f, deux ou!ls ont été imaginés :

™Un Kit « Partons apprendre une langue » qui est un instrument d’informa!on à des!na!on du grand public et qui reprend les données promo!onnelles (flyers, brochures, etc.) de divers opérateurs perme#ant l’appren!ssage linguisi!que en immersion ou en résiden!el

™Une brochure, rééditée en 2010, « Les langues pour élargir notre horizon » : répertoire de toutes les forma!ons en langues accessibles au public luxembourgeois Au sein de la Grappe Langues, la récolte d’informa!on est le fruit plus par!culièrement d’une collabora!on entre trois partenaires : le Cabinet du Gouverneur, le Comité Subrégional de l’Emploi et de la Forma!on ainsi que le centre Infor Jeunes Luxembourg. La brochure « Les langues pour élargir notre horizon » comprend différents volets : 1. « Rester » reprend les organismes de la province perme#ant d’apprendre une langue étrangère que cela soit en travaillant, en voyageant ou en étudiant 2. « Par!r » comprend tous les organismes perme#ant l’appren!ssage des langues en immersion et en résiden!el 3. « Valider ses compétences » reprend différents examens en langues a#estant du niveau et révèle à la personne comment procéder pour les passer 4. « Sites u!les » men!onne divers sites Internet gratuits pour tester, apprendre ou s’informer sur l’appren!ssage

444 69


Témoignage T ém

des langues Ce#e brochure, téléchargeable sur le site Internet de Luxembourg 2010, a été distribuée auprès d’une série d’opérateurs de forma!on en vue d’informer au mieux le public. Une troisième édi!on de la brochure a été publiée en 2010. Le kit comprenant la brochure s’adresse à toute la popula!on et est disponible gratuitement sur demande auprès de plusieurs organismes partenaires (cf. infra Les acteurs du projet). Il est également possible de se procurer ces documents auprès des CEFo (Carrefour Emploi Forma!on) et des « Maisons de l’emploi » de la province de Luxembourg.

Des chiffres qui parlent ™5.500 brochures « Les langues pour élargir notre horizon » éditées et diffusées depuis mai 2008

™2.500 kits « Partons apprendre une langue » édités et diffusés depuis mai 2008

Les acteurs du projet ™Le CSEF ™Infor Jeunes ™La Chambre de Commerce et d’Industrie du

se é ne ociét n s o e c d de ns patro manque ères e d s du bien ang “Com ent-ils pa ngues étr ’ils souu n a plaig nce des l iplômés q s donc d a o s s l s e gères u n nai s jeun er ? Stim ues étran , dès e d z g ga che t ce ang nt en des l e écoles e s poso r haite ntissage t n n t es e re ian l’app s échang , en oubl e kit l t e e e ure rma par d jeune âg broch bles info ù a s L u l . s a p es o le ugé mbr taillé e qui s préj t d’inno é e d l b e i s u st n la pi rses q mble prasse ussi dive écouvrir erché : a a d h c s a e n r r tio ut our s le b un p ne.” chac duira ver re langu légué, Fo t é n u n .d ili ea le co dmin r le Plur s e un A r , d T n pou pre NAN tière rd TI Nothomb ois Fron r Géra T B s de nJ datio e, Région m s gui

Luxembourg belge

™La Haute Ecole Robert Schuman ™La Haute Ecole Blaise Pascal ™La Province ™La FTLB ™Et beaucoup d’autres… La liste complète des partenaires est disponible sur demande auprès de Salvatore Ali, coordinateur du projet

Plus d’info ? Coordinateur de la Grapppe Langues Salvatore ALI Place Léopold, 1 6700 ARLON Téléphone : 063/21.26.47 Mail : s.ali@province.luxembourg.be

Luxembourg 2010 est une démarche née en 2001 de la volonté des responsables de la province de Luxembourg de soutenir et dynamiser le développement du territoire sur 10 ans, à travers le travail en réseau, l’engagement volontaire, l’accompagnement et le lancement de projets fédérateurs. info@luxembourg2010.be - www.luxembourg2010.be


LUXEMBOURG 2010 | PLAN D’ACTION LANGUES ÉTRANGÈRES | LEXIQUE FRANÇAIS-LUXEMBOURGEOIS

Lexique <H7Dw7?I#BKN;C8EKH=;E?I

ECH SCHWÄTZEN ÄR SPROOCH - JE PARLE VOTRE LANGUE

Un des objec!fs prioritaires de la Grappe Langues de Luxembourg 2010 : développer l’appren!ssage des langues étrangères, en ce compris me"re l’accent sur la connaissance du luxembourgeois auprès des travailleurs transfrontaliers, en nombre dans la province. En effet, en province de Luxembourg, quelques 27.076 personnes traversent chaque jour la fron!ère pour travailler au Grand-Duché voisin : soit près d’un salarié sur quatre ! L’un des enjeux, pour ceux et celles qui bénéficient d’un emploi au Grand-Duché de Luxembourg, consiste à assurer leur contrat dans la durée. Cela passe notamment par l’instaura!on de bonnes rela!ons avec leur entourage professionnel (collègues et clients). La connaissance de la langue de l’autre devient dès lors incontournable.

Quels sont les objectifs du projet ? ™Aider les personnes travaillant au Grand-Duché de Luxembourg à s’intégrer plus facilement dans leur milieu professionnel

™Perme

re aux demandeurs d’emploi de faire valoir des connaissances de base de la langue luxembourgeoise

Concrètement ? Présenté dans un format A5, l’ouvrage reprend un ensemble de phrases usuelles suscep"bles d’être u"lisées

dans un contexte de travail. Il est structuré en deux par"es : ™La première présente les traduc"ons par catégories (mots interroga"fs, adverbes, préposi"ons…)

™La seconde est conçue de manière théma"que (se présenter, demander un renseignement, les rémunéra"ons…). Elle est précédée d’un volet phoné"que pour aider le lecteur à trouver la prononcia"on correcte des mots. Les dernières pages reprennent, à toute fin u"le, les coordonnées des administra"ons liées au monde du travail Ce recueil - qui n’est bien évidemment pas un cours intégral - s’inspire du lexique français-néerlandais « Ik spreek uw taal » à des"na"on des professionnels du tourisme et mis au point par la Fédéra"on touris"que du Luxembourg belge en 2008. Disponible en version papier, il peut notamment être téléchargé sur le site Internet de Luxembourg 2010.

Des chiffres qui parlent ™En province de Luxembourg, 27.076 personnes traversent chaque jour notre fron"ère pour travailler au Grand-Duché voisin (contre 18.633 en 2000) : soit un salarié sur quatre

™5.000 exemplaires du lexique version papier ont été

444 71


mis gratuitement à disposi"on du public auprès de la Division Economie de la Province de Luxembourg, des mutuelles, de la CSC, de la Maison de l’emploi, du CeFo, d’Infor Jeunes, du CSEF, du FOREM Forma"on, de l’Office du tourisme d’Arlon, de l’Administra"on communale d’Athus, du Centre d’informa"on et d’accueil de la Région wallonne, de l’IEPSCF d’ArlonAthus-Musson-Virton, du SIEP

Témoignage T ém

Les acteurs du projet ™La Division Economie de la Province de Luxembourg ™La CSC ™Le Forem Forma"on

Plus d’info ? Coordinateur de la Grapppe Langues Salvatore ALI Place Léopold, 1 6700 ARLON Téléphone : 063/21.26.47 Mail : s.ali@province.luxembourg.be

t umen résol t s e u l e e se v erne tous nd e c exiqu “Ce l ue et con és. Il repr ienv t q i i i v t u i t a q pr a d’ac cifiques s r in. L u secte rases spé t du terra ent h n m des p irecteme t évidem règle s d e a t l n n tio ît ne me t com spara oncia pron ante tou » qui di n ” rt impo que du « ns mots ! i i f a i t c r spé e ce r au fin d ateu m à la r o ,F il a AYRE d’Arlon, R a A T et à l las ion Nico rmat onception o F Forem ipé à la c xique c le parti tion du c u trad

Luxembourg 2010 est une démarche née en 2001 de la volonté des responsables de la province de Luxembourg de soutenir et dynamiser le développement du territoire sur 10 ans, à travers le travail en réseau, l’engagement volontaire, l’accompagnement et le lancement de projets fédérateurs. info@luxembourg2010.be - www.luxembourg2010.be


LUXEMBOURG 2010 | PLAN D’ACTION LANGUES ÉTRANGÈRES | EXCEL’LANGUES

Excel’

B7D=K;I

UNE LANGUE EN POCHE, C’EST EXCEL’LANGUES

Pour connaître la raison d’être de la journée Excel’LANGUES, il faut remonter en 2007. Ce!e année-là, la Grappe Jeunes organise pour la première fois un événement appelé “Lesjeunesontdutalent.be” (Cf. fiche-projet Salon Lesjeunesontdutalent.be). Au programme : rencontre de chefs d’entreprises, de témoins présentant leur profession et de « jeunes talents » passionnés… Autant d’ingrédients qui perme!ent aux jeunes de se poser les bonnes ques#ons en vue d’une carrière professionnelle épanouissante ou d’affiner leurs choix pour l’avenir. En 2008, Lesjeunesontdutalent.be organisent leur deuxième édi#on et dressent un bilan. Le large stand d’informa#on composé de plusieurs organismes de la province (Infor Jeunes, PMS, les Hautes Ecoles, le Forem…) rencontre une demande d’informa#on forte et croissante rela#ve à l’appren#ssage des langues. Le challenge est lancé, l’édi#on 2009 abordera ce thème. Une collabora#on s’installe dès lors entre la Grappe Jeunes et la Grappe Langues. De là naîtra ce!e ini#a#ve appelée Excel’LANGUES.

Quels sont les objectifs du projet ? ™Valoriser l’appren!ssage des langues en me"ant en

autour du projet

™Sensibiliser les jeunes aux atouts que représente la connaissance de plusieurs langues

™Informer et répondre aux ques!ons rela!ves à l’appren!ssage des langues en Belgique ou à l’étranger

Concrètement ? En 2010, Excel’LANGUES s’est développé pour aborder 4 volets différents. Objec!f : avoir un impact plus large. Premier volet : Une journée ludique en langues étrangères à des!na!on des élèves de 5ème et 6ème primaires de la province de Luxembourg. Une vingtaine d’ateliers ont lieu toute la journée dans des langues variées comme le néerlandais, l’anglais, l’allemand, l’espagnol, l’italien, le portugais mais aussi le russe et le chinois. Deuxième volet : Une après-midi informa!on et rencontre de témoins inspirants. Durant l’événement «Lesjeunesontdutalent.be», les thèmes des langues et de la mobilité interna!onale conservent une place de choix au sein du salon. Concrètement, le jeune peut rencontrer des opérateurs, des témoins avec des parcours différents, il peut obtenir toutes les informa!ons nécessaires pour mener à bien son projet.

avant l’aspect ludique

™Offrir une vitrine des langues en province de Luxembourg en fédérant de nombreux partenaires

Troisième volet : Une ma!née conférence sur le thème de la mobilité interna!onale. Rencontre entre les services

444 73


d’aide et d’accompagnement (maisons des jeunes, AMO, services d’aide à la jeunesse, CPAS, éducateurs de rue, OISP…) et les services d’envoi à l’étranger.

Témoignage T ém

Quatrième volet : Des jeux concours tout au long de l’année. La mission première est la sensibilisa!on à l’appren!ssage des langues étrangères. Partant de cet enjeu, le souhait est de ne pas se limiter à la journée ludique mais bien de mener des ac!ons tout au long de l’année.

Des chiffres qui parlent ™Environ 700 élèves accompagnés par 44 professeurs venant des 4 coins de la province

™152 périodes d’anima!on en langues étrangères sur une journée

™Plus de 89% des enseignants confirment que ce"e manifesta!on a rencontré leurs a"entes

™Une trentaine de partenaires pour une seule mission : sensibiliser à l’appren!ssage des langues et à la mobilité interna!onale

™Un public-cible très large : les enfants, les jeunes adultes, les parents, les professeurs, les professionnels, les services d’aide, les écoles…

l ordia prim r t s e l u s qu’i nes s nson er les jeu évelope p s “Nou n inform ités de d guise il n de bi les possib sances li t de s c i s a e a t t n n u to co con n c s e r e u r e a tt e ve per l es me et ludiqu . C’est L . s e l tiqu vivante dia imor s som façon gue est pr que nou s jeux o n n la la ette raiso roposer n n et p o c l e r a xd eS pou ureu lors de c mmes de e h s es me er.” gra istiqu s pro rang lingu senter no e et à l’ét é u de pr n Belgiq or e Juni s r & y d cou Y, Kid DENA e l l e t Chris et LSI es Class

Les acteurs du projet ™Infor Jeunes Luxembourg ™Idelux ™La Haute Ecole Blaise Pascal ™La Haute Ecole Robert Schuman ™Et beaucoup d’autres… La liste complète des partenaires est disponible sur demande auprès de Catherine Winand, coordinatrice du projet

Plus d’info ? Infor Jeunes Luxembourg Catherine WINAND Place Didier, 31 6700 ARLON Téléphone : 063/23.68.98 Mail : catherine.winand@inforjeunes.be

Site Internet h"p://www.excellangues.be

Luxembourg 2010 est une démarche née en 2001 de la volonté des responsables de la province de Luxembourg de soutenir et dynamiser le développement du territoire sur 10 ans, à travers le travail en réseau, l’engagement volontaire, l’accompagnement et le lancement de projets fédérateurs. info@luxembourg2010.be - www.luxembourg2010.be


-69&.#063(|1-"/%"$5*0/-"/(6&4²53"/(µ3&4|-"26*/;"*/&%&4-"/(6&4

-B2VJO[BJOFEFT

B7D=K;I

QUAND “LES LANGUES SE DÉLIENT” Du 16 novembre au 3 décembre 2010, la Grappe Langues de Luxembourg 2010 a mené la première édi!on de la « Quinzaine des Langues ». Il a s’agi d’une campagne conjuguant 3 ac!ons d’informa!on et de sensibilisa!on : t La nouvelle édi!on de la brochure « Les langues pour élargir notre horizon » (Cf. fiche-projet Kit et Brochure)

™Offrir une vitrine des langues en fédérant de nombreux partenaires autour du projet

™Me"re à disposi

on un maximum d’informa ons pour répondre à toutes les ques ons qui se posent sur l’appren ssage des langues que ce soit près de chez soi ou à l’étranger

t La tenue du salon Excel’Langues le 19 novembre 2010 (Cf. fiche-projet Excel’Langues)

Concrètement ?

t Une grande campagne d’informa!on via la presse

Durant 15 jours, la Grappe Langues de Luxembourg 2010 a mené une vaste campagne de sensibilisa on aux langues.

Quels sont les objectifs du projet ? ™Conscien

ser les jeunes, les travailleurs et les futurs travailleurs à la nécessité d’apprendre les langues étrangères

™Accroître l’impact des ac

ons langues en les regroupant dans le temps et en collaborant avec la presse de masse (écrite, radio et TV)

™Faire émerger un intérêt pour l’appren

ssage des

langues

™Valoriser l’appren

ssage des langues en me"ant en avant l’aspect ludique

™Informer sur les mul

ples possibilités d’apprendre les langues sur la province

Au-delà de la nouvelle édi on de la brochure « Les langues pour élargir notre horizon » (Cf. fiche-projet Kit et Brochure) et de la tenue du salon Excel’Langues le 19 novembre 2010 (Cf. fiche-projet Excel’Langues), la Grappe Langues a voulu lancer une campagne d’informa on via la presse. L’objec f visait la sensibilisa on, via plusieurs médias publics, aux atouts que cons tue la connaissance des langues étrangères. L’ac on a consisté à : ™Diffuser l’émission « Les langues se délient » sur TV Lux du 28 novembre au 3 décembre 2010. Il a s’agi d’une série de 6 émissions de 3 minutes programmées chaque jour à 18h25, juste après le JT

™Traiter des théma

ques « langues » par le biais de la presse écrite et d’émissions radiophoniques du 22 novembre au 3 décembre 2010

444 75


Le ďŹ l conducteur : expliciter lâ&#x20AC;&#x2122;importance de maĂŽtriser une ou plusieurs langues ĂŠtrangères aux diďŹ&#x20AC;ĂŠrents moments de la vie (lâ&#x20AC;&#x2122;enfance, lâ&#x20AC;&#x2122;adolescence, la vie adulte et chez nos aĂŽnĂŠs). Il a ĂŠgalement sâ&#x20AC;&#x2122;agi dâ&#x20AC;&#x2122;aborder un large ĂŠventail de sujets tels que les langues dans lâ&#x20AC;&#x2122;entreprise, lâ&#x20AC;&#x2122;immersion et les ĂŠchanges linguis ques, les ac vitĂŠs ĂŠduca ves chez les enfants...

Des chiffres qui parlent Â&#x2122;Plus de 20 sujets diďŹ&#x20AC;ĂŠrents ont ĂŠtĂŠ exploitĂŠs par la presse (TV Lux, VivacitĂŠ, Vers lâ&#x20AC;&#x2122;Avenir et La Meuse)

Â&#x2122;1.500 brochures supplĂŠmentaires ÂŤ Les langues pour ĂŠlargir notre horizon Âť ont ĂŠtĂŠ et seront diďŹ&#x20AC;usĂŠes en 2010-2011

Â&#x2122;20 ateliers ludiques ont ĂŠtĂŠ animĂŠs dans des langues ĂŠtrangères

Les acteurs du projet Â&#x2122;ADILUX Â&#x2122;Ampacet Â&#x2122;Le Centre de langues de Durbuy Â&#x2122;Agrimobile Â&#x2122;ADOmicile Â&#x2122;BIJ Â&#x2122;AILSâ&#x20AC;&#x201C;SĂŠjours linguis ques Â&#x2122;Lâ&#x20AC;&#x2122;AWEX Â&#x2122;La CSC Â&#x2122;Et beaucoup dâ&#x20AC;&#x2122;autresâ&#x20AC;Ś La liste complète des

TĂŠmoignage T ĂŠm

xcelun e de : s e r utre, angè es ĂŠtr ueillir lâ&#x20AC;&#x2122;a ortant u g n p c es a c â&#x20AC;&#x153;Les l oyen dâ&#x20AC;&#x2122;a uâ&#x20AC;&#x2122;il est im u quelqu o q m s voir mot lent irer ire sa r att lques lui fa ous ! Que sants pou angers, n fi tr pour s sont suf clients ĂŠ s bint le r le e s s o e s a d s r l e h i p hi uâ&#x20AC;&#x2122; ose mpat ontrer q â&#x20AC;&#x2122;autre et ue la sy m rs l urs q leur ler ve des vale ver ! l A pour rtie r ulti nusâ&#x20AC;Ś enve t font pa oisi de c dâ&#x20AC;&#x2122;illustre c h i c sâ&#x20AC;Ś a s cont ĂŠquipe a 0 a choi trangère 1 ĂŠ e 0 s r 2 not gue rg s lan mbou Luxe rtance de !â&#x20AC;? t o lâ&#x20AC;&#x2122;imp eau proje s du b l dière n a Que v a Les L NTZ, I E H e Odil fa l Bona

partenaires est disponible sur demande auprès de Salvatore Ali, coordinateur du projet

Plus dâ&#x20AC;&#x2122;info ? Coordinateur de la Grapppe Langues Salvatore ALI Place LĂŠopold, 1 6700 ARLON TĂŠlĂŠphone : 063/21.26.47 Mail : s.ali@province.luxembourg.be

-VYFNCPVSHFTUVOFEĂ?NBSDIFOĂ?FFOEFMBWPMPOUĂ?EFTSFTQPOTBCMFTEFMBQSPWJODF EF-VYFNCPVSHEFTPVUFOJSFUEZOBNJTFSMFEĂ?WFMPQQFNFOUEVUFSSJUPJSFTVSBOT Ă&#x2039;USBWFST MFUSBWBJMFOSĂ?TFBV MFOHBHFNFOUWPMPOUBJSF MBDDPNQBHOFNFOUFUMFMBODFNFOUEFQSPKFUT GĂ?EĂ?SBUFVST JOGP!MVYFNCPVSHCFXXXMVYFNCPVSHCF


Plan d’action Lux@venir

..............................................................................

Le plan d’ac"on lux@venir a pour objec"f de favoriser la créa"on et le développement des entreprises en province de Luxembourg par l’offre de services nécessaires à leur bon fonc"onnement et à leur croissance dans le cadre d’un programme d’ac"ons d’anima"on économique concerté entre les opérateurs

Pilote : René Delcommine!e Directeur général d’Idelux Drève de l’Arc-en-Ciel, 98 6700 Arlon Tel. : 063/23.18.11

77


78


LUXEMBOURG 2010 | PLAN D’ACTION LUX@VENIR | RÉSULTATS LUXEMBOURGEOIS AU GRAND PRIX WALLON DE L’ENTREPREUNARIAT (GPWE)

Résultats luxembourgeois du

=FM;

NOS ENTREPRISES ONT DE L’AVENIR ET ELLES LE PROUVENT

Fin 2005, la Grappe Entreprise de Luxembourg 2010 a jeté les bases d’un réseau des opérateurs d’anima!on économique de la province, en s’a"elant à mobiliser, dans un premier temps, les acteurs de sou!en à la créa!on d’entreprises pour assurer un meilleur service aux porteurs de projet. Au cours de 2006, le Plan Marshall a imposé cet exercice à l’ensemble des provinces wallonnes, dans son objec!f de ra!onalisa!on de l’anima!on économique : il a donc pu s’appuyer en Luxembourg sur lux@venir. Ses partenaires sont l’UCMLuxembourg, la Chambre de Commerce du Luxembourg belge, la Province de Luxembourg en tant qu’ins!tu!on et Idelux. Elle peut mobiliser un comité de concerta!on rassemblant une trentaine d’ins!tu!ons qui effectuent des missions de sou!en public aux entreprises dans la province (Invests, ADL, GAL…). Lux@venir a tout d’abord œuvré dès 2007 pour que le Luxembourg ob!enne une juste part dans les moyens régionaux et européens à consacrer à l’anima!on économique. Ces moyens ont permis notamment de financer depuis lors : le lancement d’une nouvelle ligne de services aux entreprises en ma!ère d’innova!on, la décentralisa!on aux 4 coins de la province des services d’accompagnement au quo!dien des PME et la créa!on d’une campagne de

Quels sont les objectifs du projet ? ™Me

re en valeur des entrepreneurs luxembourgeois au niveau wallon

™S"muler de façon concertée entre opérateurs, l’esprit d’entreprise dans la province

Concrètement ? La s"mula"on de l’esprit d’entreprise est un objec"f essen"el, vu le déficit de créa"on d’entreprises connu dans l’ensemble de la Wallonie, et la régression du travail indépendant, par"culièrement dans les 2 cas en province de Luxembourg. Ce e par"cipa"on coordonnée au GPWE a permis de me re en valeur plus d’entreprises de la province dans ce concours, ainsi que le dynamisme de notre "ssu économique. Plusieurs opérateurs se sont en effet concertés pour susciter un maximum de candidatures d’entreprises de qualité pour porter haut les couleurs de la province, et choisir celles qui la représenteraient le mieux devant le jury wallon.

sensibilisa!on « Entreprendre n’est pas un jeu de hasard ! ». Mais c’est dans la par!cipa!on au Grand Prix Wallon de l’Entrepreneuriat (GPWE) que l’effet « réseau » a donné des résultats qui dépassent le poids rela!f du Luxembourg en Wallonie.

François Cloos, Conseiller Confédéra"on Construc"on province de Luxembourg, commente : « Le nombre important de dossiers de candidatures rentrées chaque année est clairement le reflet de la mobilisa"on par"culière des opérateurs de sou"en aux entreprises dans la province, en comparaison au reste de la Wallonie.

444 79


Témoignage T ém

Le choix réfléchi des PME, le suivi de leur dossier, et la proximité entretenue avec un "ssu de PME riche perme ent d’a eindre ce résultat. Les occasions concrètes de mener de tels projets communs pour les opérateurs devraient être mul"pliées, car elles sont porteuses pour le développement luxembourgeois. » Jugez plutôt…

Des chiffres qui parlent ™En 2008, première année du concours, tour de chauffe, 12 candidatures luxembourgeoises sur 107 au total en Wallonie. La société Tech-Ultrasons de Durbuy est l’une des 4 lauréates wallonnes

™En 2009, le réseau se mobilise de façon organisée et convainc 22 entreprises de par"ciper au GPWE de ce e année-là, qui verra 4 luxembourgeoises parmi les 12 demi-finalistes, et 2 lauréats sur 4 in fine pour la province : Clément Pe"tjean, patron de La Grappe d’Or à Torgny et Patrick Deumer, dirigeant de Vetedy Belgium à Arlon

™En 2010, on surfe sur les acquis du réseau des 2 années précédentes, et c’est 19 candidatures luxembourgeoises qui sont récep"onnées sur 138 au total, et 3 qui subsistent en demi-finale. Deux entreprises sur 7 lauréats au total décrochent in fine la palme wallonne dans leur catégorie : Odometric

oi ur m té po tier é a prix e mé elui de ce e, outre l n er c o i t u q ssum ten n“L’ob firmation pouvais a e 1ère spi is n u u e j p o q e c , t n ur la id erche eur. En ta Arlon, j’a btenu h c e ’ d n eo pus d repre ais epris d’ent l’Ulg-Cam on entr onaux m e m i d e g e é é d d sr nn ce off issan x soutien m’ont do cona n i la eu es ux qu ats ombr ar m de n provincia pouce. P res lauré t e i u d s u q e ps es a aus mpte éx cou is avec l o u c e u m v fa rm ui end très s retou uis r tacts s, je me s ier d’un érable en n ic d wallo pu bénéf ial consi on.” s c i ti n a a i v j’a rov situ que p n à leur i t 2010 a i d réat aiso u r a l a , p ic com metr ter , Odo orie Star A V L E g é D t n la ca Julie dans E W P G

d’Arlon et DigameSi de Wellin

Les acteurs du projet ™Les 53 entreprises luxembourgeoises, qui ont présenté leur candidature aux 3 édi"ons du concours, parmi lesquelles le jury luxembourgeois a dû choisir les 22 entreprises qui ont concouru au niveau wallon, et où se comptent les 5 lauréates wallonnes

™lux@venir, ses partenaires et associés

Plus d’info ? Idelux Henry DEMORTIER Drève de l’Arc-en-Ciel, 98 6700 ARLON Téléphone : 063/23.18.43 Mail : henry.demor"er@idelux-aive.be

Site Internet h p://www.luxavenir.be

Luxembourg 2010 est une démarche née en 2001 de la volonté des responsables de la province de Luxembourg de soutenir et dynamiser le développement du territoire sur 10 ans, à travers le travail en réseau, l’engagement volontaire, l’accompagnement et le lancement de projets fédérateurs. info@luxembourg2010.be - www.luxembourg2010.be


LUXEMBOURG 2010 | PLAN D’ACTION LUX@VENIR | WORKSHOP - RENCONTRE ENTRE ÉLUS ET ENTREPRISES

Workshop -

H;D9EDJH;

UN RENDEZ-VOUS RÉUSSI ENTRE ÉLUS ET ENTREPRISES

Nos entreprises contribuent de façon essen!elle à la créa!on de valeur ajoutée et d’emplois dans la province : elles doivent mieux faire connaître leurs besoins collec!fs et individuels et s’intéresser davantage à leur environnement. L’un des interlocuteurs les plus à même de les aider dans ce sens est sans conteste la société coopéra!ve lux@venir, mise en place dans le cadre du Plan Marshall en 2006 et dont les partenaires sont l’UCM-Luxembourg, la Chambre de Commerce du Luxembourg belge, la Province de Luxembourg et Idelux. Les ac!vités de lux@venir sont étroitement liées à l’améliora!on de l’offre de services de sou!en aux entreprises, ainsi qu’à la recherche d’une meilleure gouvernance territoriale, en privilégiant les complémentarités et synergies entre les opérateurs d’anima!on économique. C’est dans ce contexte que le Ministre wallon de l’Economie lui a confié en 2009, via Luxembourg 2010, une mission portant sur différentes expérimenta!ons en la ma!ère, dont l’organisa!on d’une rencontre d’échanges entre chefs d’entreprises, élus et opérateurs d’anima!on économique.

Quels sont les objectifs du projet ? ™Ini

er un dialogue informel avec ces chefs d’entreprises sur des thèmes liés au développement territorial de la province et à la prospec ve

™Jeter les bases d’une rela systéma que

on ultérieure plus

Concrètement ? Une dizaine de chefs d’entreprises de la province ont été invités le 29 mai 2009 à Tenneville. Un dialogue a pu être entamé sur les thèmes décrits ci-après, avec les membres du Conseil d’administra on de lux@venir, soit 2 administrateurs d’Idelux, 2 Députés provinciaux, 2 représentants de la CCILB, 2 représentants de l’UCM, et le Gouverneur B. Caprasse, en tant que président de la démarche Luxembourg 2010. La première par e de la rencontre a donné lieu à différentes interven ons pour poser le sujet: ™La nécessité ou non d’une poli que publique territoriale en ma ère de sou en aux entreprises (gouvernance), présenté par C.Saublens, Directeur d’Eurada, sur la base de l’observa on de plus de 150 agences en Europe et dans le monde durant plus de 20 ans

™L’aspect public ou privé des services de sou

en aux entreprises : autrement dit «Des services publics de sou en : pour quoi faire ?» sur base de l’exposé de B.Kamp, consultant à Innova-Europe, thème fréquemment lié à l’état du marché et du niveau de développement des territoires

™La poli

que wallonne en ma ère des services de sou en aux entreprises par L.Dohogne, conseillère au Cabinet du Ministre Marcourt, avec la présenta on du Plan Marshall, de son évalua on, et des orienta ons du plan 2.0, en cours de discussion à l’époque

444 81


Témoignage T ém

La discussion animée qui s’en est suivie a porté sur les points suivants : ™La lasagne des services de sou en aux entreprises : la coordina on en province de Luxembourg est meilleure, mais doit encore être approfondie et op misée, car les moyens publics manquent; il faut faire des projets communs de sou en aux PME et trouver leur financement en commun, après avoir répar les rôles

™Il faut aborder les entreprises dans leur projet global, et pas seulement en réac on à une demande; déceler des probléma ques communes et y répondre

™Le monde de l’entreprise est pluriel, il faut adapter la communica on à ce$e réalité, notamment en ma ère d’innova on

™Il y a nécessité à segmenter le public-cible des entreprises, nécessité de la proximité; pas de problème fort de confiden alité pour les projets d’entreprises, si les opérateurs s’échangent des informa ons sur les PME

™Il y a nécessité du benchmarking pour relever les meilleures pra ques d’accompagnement

™Il faut trouver et me$re au point des mécanismes pour que l’informa on sur les services/aides arrive au bon endroit au bon moment

tre ré ncon existe e r e d il type r qu’ de ce de savoi et de con t ê r é t t i n n e a i t i f ’ “L le es e out dans smes de s nistrativ posées. side i i o r n m p a d a re rg is des o les aides euvent êt utefo o t é e p v r i t u î u s o tr sq na ise cière trepr ment er finan rsonnelle nts d’en multipli t a e t u r p t n no e ése Il fa J’ai s repr discrets. u sein de de e l e a qu op an ntres e nt tr la Gr étaie de renco ssi avec rmettre d u e epe a p r y t s t t i n n e a e c ie s urra nce m tre le ur difprovi . Elles po rgies en s r e e g n ns, n o Régi lus de sy e d’échan lificatio p r a t créer t permet mploi, qu se es : e Lorprise thèm A, La s T t E n e r fér …” teu tique Direc logis TEFFEN, S Marc à Arlon e n rai

En conclusion, les entrepreneurs souhaitent être associés en tant que représentants du monde des entreprises à la suite de Luxembourg 2010, via des désigna ons d’entrepreneurs membres des organisa ons patronales provinciales, suivant les thèmes déba$us. Ils ont montré un intérêt certain pour ce type de rencontres et souhaitent qu’elles se reproduisent.

Les acteurs du projet ™Onze chefs d’entreprises, intéressés via les différents réseaux d’entreprises ac fs en province de Luxembourg

™Lux@venir, ses associés et ses partenaires

Plus d’info ? Idelux Henry DEMORTIER Drève de l’Arc-en-Ciel, 98 6700 ARLON Téléphone : 063/23.18.43 Mail : henry.demor er@idelux-aive.be

Site Internet h$p://www.luxavenir.be

Luxembourg 2010 est une démarche née en 2001 de la volonté des responsables de la province de Luxembourg de soutenir et dynamiser le développement du territoire sur 10 ans, à travers le travail en réseau, l’engagement volontaire, l’accompagnement et le lancement de projets fédérateurs. info@luxembourg2010.be - www.luxembourg2010.be


Plan d’action Mobilité

..............................................................................

Le plan d’ac"on Mobilité étudie des solu"ons concrètes aux problèmes rencontrés par les chercheurs d’emploi/forma"on et les personnes à mobilité réduite, mais aussi aux problèmes posés par les flux transfrontaliers

Pilote : Daniel Ledent Président du Collège provincial Avenue Herbofin, 14a 6800 Libramont Tel. : 061/22.48.92

83


84


LUXEMBOURG 2010 | PLAN D’ACTION MOBILITÉ | LE COVOITURAGE

Le

9ELE?JKH7=;

LE COVOITURAGE POUR FAVORISER LES TRANSPORTS GROUPÉS Le covoiturage est une solu!on qui pragma!quement s’adapte assez bien aux réalités de la province de Luxembourg ainsi qu’aux habitudes de déplacements des citoyens. Face à ce constat, la province de Luxembourg décide de lancer en 2005 le site Internet h"p://www.luxcovoiturage.be. Ce site propose une interface entre, d’une part, un offreur de moyen de transport et, d’autre part, un demandeur de covoiturage.

Quels sont les objectifs du projet ? ™Favoriser le covoiturage en milieu rural

Concrètement ? Luxcovoiturage.be est un service gratuit qui s’adresse à toute personne intéressée par le covoiturage : demandeur d’emploi, personne en forma!on de jour ou en soirée, travailleur transfrontalier avec ou sans véhicule, etc. En trois clics, l’u!lisateur a accès à une base de données con!nuellement remise à jour reprenant les différentes offres et demandes. A sa charge de contacter l’offreur ou le demandeur. Actuellement, le site propose uniquement une mise en rela!on entre personnes souhaitant développer ce type de transport. Cependant, des mesures complémentaires doivent être inves!guées pour faciliter l’organisa!on effec!ve de celui-ci. Ainsi, à moyen terme, un projet de

créa!on de parkings relais sécurisés de covoiturage verra le jour à l’échelle de la Grande Région. A long terme, la Grappe Mobilité de Luxembourg 2010 entrevoit d’entamer une collabora!on avec le TEC afin d’assurer une desserte des aires de covoiturage. La modernisa!on du site Luxcovoiturage.be est quant à elle prévue à court terme. Il intégrera de nouvelles technologies et fonc!onnalités telles que la géolocalisa!on en temps réel, la mise en place de modules de covoiturage plus spécifiques, l’intégra!on de calculateur de CO2, etc.

Des chiffres qui parlent ™En moyenne, 730 annonces sont constamment publiées sur h$p://www.luxcovoiturage.be. Ces annonces sont pour la plupart renouvelées tous les mois

™1.223 membres sont inscrits sur le site Internet

Les acteurs du projet ™La Province de Luxembourg ™Les en!tés de la Grande Région (Région Lorraine et Grand-Duché de Luxembourg)

™Les communes de la province de Luxembourg ™Le SPW DGO1 ™NGE 2000

444 85


Témoignage T ém Plus d’info ? Province de Luxembourg Alexandre BORSUS Rue de la Converserie, 44 6870 SAINT-HUBERT Téléphone : 0497/51.72.83 Mail : a.borsus@province.luxembourg.be

Site Internet h$p://www.luxcovoiturage.be

nées rs an éviu e i s s lu vec p l n’est pa des. Des i oit a ’ u v t u i q n b ce “O ha de érien nger les cher tion p o x r e p ’ p a d a a h s r c i l e de ?S e ima dent lles. J ction une opt e a ’ v d u r o s s e a n t p n s pi ces tio ur isate es interfa x applica si la l’util s d u u t a a e a te ple du si ar exem ook… Il y s qui est p e b pense s, à Face astructur en place e r le f s i i n b i m o m a com des c la n e v o e et l ci i a g t s a e e l r u a u t q t lecovoi t. Cel amen fond kings de le concep nente .” r a r de pa ation su e et perm c u i n n e t u u m o er du être s mast rage.be b e W doit u D, ovoit MAR THIE www.luxc l ë a Raph ovincial r site p

Luxembourg 2010 est une démarche née en 2001 de la volonté des responsables de la province de Luxembourg de soutenir et dynamiser le développement du territoire sur 10 ans, à travers le travail en réseau, l’engagement volontaire, l’accompagnement et le lancement de projets fédérateurs. info@luxembourg2010.be - www.luxembourg2010.be


LUXEMBOURG 2010 | PLAN D’ACTION MOBILITÉ | LE PRINTEMPS DE LA MOBILITÉ

Le Printemps de la

CE8?B?Jx

BOUGEONS TOUS, BOUGEONS MIEUX !

La Grappe Mobilité a été créée au sein de Luxembourg 2010 afin d’étudier des solu"ons concrètes aux ques"ons de mobilité, plus par"culièrement pour les chercheurs d’emploi/forma"ons et les personnes à mobilité réduite. La probléma"que des frontaliers est également traitée de même que tous les problèmes de mobilité. Déjà ac"fs en 2005 et 2006 (sou"en au projet de réouverture au trafic voyageurs des lignes 165 et 162, augmenta"on des quotas de transport pour les personnes à mobilité réduite…), les membres de la Grappe Mobilité ont décidé en 2007 de mener une large ac"on de sensibilisa"on et de mise en réseau des acteurs de la mobilité en Luxembourg : le Printemps de la Mobilité. Un appel à projets a été lancé début octobre 2007 et différentes ac"ons ont été proposées et programmées.

Quels sont les objectifs du projet ? ™Proposer un débat et une large ac!on de sensibilisa!on, de promo!on et de mise en réseau des acteurs de la mobilité en Luxembourg

™Répertorier les défis et problèmes de mobilité en province de Luxembourg

Concrètement ? Le Printemps de la Mobilité a été organisé de février à avril 2008. Durant toute ce#e période, plusieurs ac!ons de sensibilisa!on et lieux de débats ont été ouverts au

public. En voici quelques exemples :

™Deux tables rondes organisées par l’Apech, DAMIER et la Fonda!on Rurale de Wallonie : ces rencontres ont eu pour objec!fs d’amorcer une perspec!ve de réseau parmi les opérateurs de mobilité et de communiquer des éléments concrets à l’a#en!on des acteurs de l’ac!on sociale et des pouvoirs locaux

™Présenta!on « voyageur na!onal » par la SNCB : au mois de mars 2008, la SNCB a organisé une après-midi de présenta!on de ses produits ainsi que les solu!ons qu’elle peut proposer pour le transport transfrontalier

™Rencontre sur le thème du réseau rou!er : sous la houle#e de Daniel Pierrard, Directeur Commissaire Voyer à la Direc!on des Services Techniques (DST) de la Province de Luxembourg, une soirée-débat a été organisée en avril 2008 en présence de responsables du MET, de l’IBSR, de la Police et de la DST sur le thème du réseau rou!er et de la sécurité sur les routes

™Ac!on mobilité durable : le dernier week-end du mois d’avril 2008, Isabelle Poncelet, Députée provinciale en charge du Développement durable, a organisé un « week-end de la mobilité durable » au Domaine provincial de Mirwart

™Promo!on du Telbus : ce#e ac!on a eu pour but de développer une campagne d’informa!on et de communica!on concernant ce service et de fait, développer le réseau entre le TEC et les usagers

444 87


Témoignage T ém

™Recyclage à la conduite pour les aînés : le contexte de la circula!on automobile évoluant constamment, l’UCP, mouvement social des aînés, a décidé d’organiser des cours de recyclage « Permis de conduire » afin d’aider les aînés à pouvoir con!nuer à se déplacer au volant de leur voiture dans les meilleures condi!ons de sécurité pour tous

™ Les Assises de la Mobilité : le Printemps de la Mobilité s’est clôturé par un grand rassemblement des différents acteurs de la mobilité en province de Luxembourg. Ils ont ainsi pu échanger et prendre connaissance des a#entes des uns et des autres

™Etc

Des chiffres qui parlent ™16 ac!ons ont été menées au cours du Printemps de la Mobilité

Les acteurs du projet ™La Province de Luxembourg ™Damier ™ApeCH ASBL ™La FRW ™La SNCB ™Partageons Nos Routes ASBL ™Le MET ™La Police Fédérale ™L’IBSR ™Et beaucoup d’autres… La liste complète des

ble, ensa e des p s i d n n uve i ux. U je tro en résea e faire se e u q “Ce vail été d cteurs le tra hesses a ts a re c c’est i es r fféren ergie ent x i d d n s a e u l n gr y a r s e s mi ontr eure a per er dans renc ne meill s p m tr u te pour i. Ce prin et de ren t et non c r a e i l x r r u pa na ce sont parte ssources de se s e n d e g re ue ts, il logiq ence. Les mportan s et une i t r aria ncur soins de co s et les be es parten ue où les d e iq minc onc créer s une log n d faut er da rentr .” ice non opposent inatr ’ s d r s o n o ge TE, C RNOT U B e yn Jocel eCH ASBL p A ’ l de

partenaires est disponible sur demande auprès d’Alexandre Borsus, coordinateur du projet

Plus d’info ? Province de Luxembourg Alexandre BORSUS Rue de la Converserie, 44 6870 SAINT-HUBERT Téléphone : 0497/51.72.83 Mail : a.borsus@province.luxembourg.be

Luxembourg 2010 est une démarche née en 2001 de la volonté des responsables de la province de Luxembourg de soutenir et dynamiser le développement du territoire sur 10 ans, à travers le travail en réseau, l’engagement volontaire, l’accompagnement et le lancement de projets fédérateurs. info@luxembourg2010.be - www.luxembourg2010.be


LUXEMBOURG 2010 | PLAN D’ACTION MOBILITÉ | DAMIER (DISPOSITIF D’ACCÈS À LA MOBILITÉ IMMÉDIATE POUR L’EMPLOI EN RÉGION RURALE)

Projet

:7C?;H

EMPLOI, FORMATION ET... MOBILITÉ

L’ASBL ForCa (Forma!on à la Conduite Automobile) en s’unissant à d’autres organismes (CEPPST, SOS Dépannage, une ins!tu!on de crédit social et l’agence d’intérim Trace) a permis de créer un projet des!né à solu!onner les problèmes de mobilité dans notre région et à développer des partenariats visant à améliorer les offres existantes. Ce projet est la base de la créa!on de DAMIER. Fruit d’une mise en réseau d’opérateurs de terrain, c’est tout naturellement que Luxembourg 2010 sou!ent cet organisme.

Quels sont les objectifs du projet ? ™Faire connaître et me!re en réseau différentes ini#a#ves locales de mobilité qui déboucheront sur un sou#en à des projets liés à la mobilité ou à l’inser#on

™Augmenter les capacités de mobilité pour un meilleur accès au marché du travail

Concrètement ? La mise en réseau et les premières collabora#ons ont vu le jour en 2007/2008, à la suite de certains constats et réflexions passées. Plusieurs acteurs se sont associés et ces rencontres ont débouché sur la mise en place d’ou#ls. A par#r de 2009, DAMIER par#cipe à des projets financés par le Fonds Social Européen. Il assure la planifica#on et la réserva#on des Locomobiles (Cf. fiche-projet La Locomobile), disposi#f de transport social mis en place

par la Province et les Communes. Il intervient dans les Plans de Cohésion Sociale communaux, où il assure des forma#ons sur la mul#-modalité et des forma#ons à la conduite automobile. De nouveaux partenaires font prendre de l’ampleur au réseau et le disposi#f ensemblier mis en place par DAMIER est diffusé à d’autres régions du territoire wallon. DAMIER met également en place des forma#ons de formateurs aux pra#ques élaborées en province de Luxembourg.

Des chiffres qui parlent ™Plusieurs forma#ons de 2-3 jours afin de développer sa mobilité par une meilleure connaissance de l’offre de transport et apprendre à gérer le coût, l’espace et le temps de sa mobilité (« Le Pe#t Parcours de DAMIER »)

™Le site Internet de DAMIER con#ent une banque de données dynamique reprenant de manière exhaus#ve toute informa#on u#le sur les différents modes de transport et ce, pour les 891 localités luxembourgeoises, 198 localités des communes namuroises limitrophes, 240 localités des communes liégeoises limitrophes

™L’inventaire du site Internet reprend plus de 240 lignes de bus TEC, 7 lignes de train et plus de 70 ini#a#ves locales de mobilité

™Plusieurs modules de prépara#on à la conduite

444 89


automobile ™5 journées de forma#on accueillant une cinquantaine d’opérateurs d’inser#on et de forma#on du Brabant

Témoignage T ém

wallon

Les acteurs du projet ™La FGTB ™La CSC ™La Région wallonne ™CREDAL ™Le Centre d’Educa#on Permanente (CEPPST) ™La Province de Luxembourg ™SOS Dépannage Social ™ForCa ™La Mirelux ™Le TEC ™Et beaucoup d’autres… La liste complète des partenaires est disponible sur demande auprès d’Olivier Binda, coordinateur du projet

Plus d’info ?

/ ORCA vec F ux a n -L tio Averr bora colla ce projet a permis e r t “No rous ans ier d FSE n oins récu Dam u par le s z e e es b n té ch soute ondre à d e mobili En d . p de ré n termes d’emploi mis s e r e s p t u u r de ren man age d insi que s e s d i t s a no es ren tique l’app nativ effet, que et pra ons alter t de i n ti théor t de solu permette ement r n s o g u p a o p mp l’a onté n obili otre acco l’emploi c m e d n ein à léter xemcomp ant un fr ce de Lu v in en le t en prov n e u q sé irech M g.” a r o u C o b b o RT, J DESE e n i r e Cath BL S A x lu

DAMIER Olivier BINDA Rue Pietro Ferrero, 1 6700 ARLON Téléphone : 063/24.20.67 Mail : damier@skynet.be

Site Internet h!p://www.damier.be

Luxembourg 2010 est une démarche née en 2001 de la volonté des responsables de la province de Luxembourg de soutenir et dynamiser le développement du territoire sur 10 ans, à travers le travail en réseau, l’engagement volontaire, l’accompagnement et le lancement de projets fédérateurs. info@luxembourg2010.be - www.luxembourg2010.be


LUXEMBOURG 2010 | PLAN D’ACTION MOBILITÉ | LA LOCOMOBILE

La

BE9ECE8?B;

AVEC LA LOCOMOBILE, L’AIR DE RIEN, JE ME DÉPLACE !

Considérant les difficultés que connaissent de nombreuses personnes en terme de mobilité, on voit se développer, à l’ini"a"ve de Communes ou de CPAS mais aussi de bon nombre d’associa"ons, de pe"ts services de mobilité. Certains ne font que du transport de personnes, d’autres du transport et du service à la personne, d’autres encore développent du transport de repas ou même du transport de ma"ères vers les parcs à conteneurs. De plus, en province de Luxembourg, ces ini"a"ves de transport sont limitées. Elles fonc"onnent souvent sur des concepts et à des condi"ons financières assez variables et différentes. Sur base des ces réflexions et à l’ini"a"ve de la Grappe Mobilité de Luxembourg 2010, la Province a procédé à l’acquisi"on d’une dizaine de véhicules qui ont été mis à disposi"on d’un Pouvoir Organisateur, comme une Commune, un CPAS ou une entreprise d’économie sociale, afin qu’ils développent sur leur territoire un service de transport de proximité.

Quels sont les objectifs du projet ? ™Allier souplesse et disponibilité pour un transport de proximité à prix adapté aux plus démunis de notre société

™Analyser la demande en mobilité d’un territoire donné

et y répondre en envoyant un véhicule si aucune autre offre (TEC, SNCB, ini"a"ves locales…) n’est disponible

Concrètement ? La Province met à disposi"on d’une commune (ou d’un CPAS par exemple) un véhicule neuf, assuré en omnium, RC et assistance juridique. La Province assure également le le#rage du véhicule, les frais a#enant à la promo"on du projet, la sélec"on d’un opérateur qui aura la charge de la ges"on des appels et de la flo#e, ainsi que la sélec"on d’un opérateur de forma"on pour les chauffeurs. Soulignons aussi que c’est la Province qui équipe cet opérateur de l’ou"l informa"que nécessaire à la logis"que du projet. De leur côté, les communes et/ou CPAS prennent à leur charge les coûts liés au personnel, les frais d’immatricula"on, de carburants, l’entre"en des véhicules et, enfin, les frais d’opérateur « call-center » et de forma"on des chauffeurs. Quand la situa"on le permet, la Province conseille aux communes de valoriser les sociétés de l’économie sociale pour servir d’opérateur de transport. Respect des réalités locales Chaque regroupement communal a la liberté de choisir son public-cible d’interven"on. La réalité d’un territoire n’est pas l’autre, c’est donc aux communes et/ou CPAS qu’il revient de décider quels sont les publics qui sont

444 91


pris en charge, ainsi que de fixer les horaires de prise en charge et la tarifica"on appliquée dans le respect des contraintes du nouveau décret sur les taxis sociaux.

Témoignage T ém

En pra"que Le call-center 0800 25 115, géré par l’Asbl ForCa, service DAMIER (Cf. Fiche-projet Projet DAMIER) est joignable par les demandeurs de 10h à 18h, du lundi au vendredi. Pour la bonne organisa"on du service, ces derniers sont invités à an"ciper et à communiquer leur besoin quelques jours à l’avance. Pour être traitées de manière efficace, les demandes de transport doivent être enregistrées au plus tard à midi pour un trajet le lendemain ma"n. La fixa"on des prix du transport est de l’autorité des communes associées. Ce sont elles qui déterminent le tarif et les condi"ons dont bénéficient les différentes catégories de demandeurs.

Des chiffres qui parlent ™21 communes luxembourgeoises bénéficient de la Locomobile

™Entre janvier et mai 2010, 1.459 personnes ont été véhiculées par la Locomobile. Dans un an, on es"me que ce nombre a#eindra 2.700 sur la même période

™10 locomobiles sont actuellement ac"ves sur le

t , c’es ssant ans un e r é t n ploi d uve i n pro je tro er de l’em nt tout e pue u q cré “Ce nova e à la po iver à l té in d’arr r d’activi n uti rojet e bie site du p c u i e v t r c se se es res éus nt un plus, la r ommun d s, Prova s o p c e n. De mise en commun é à la latio : bu la s i e r à l t e a i é sont con a est li s territor n s qui nu n c e g a e s h co sourc égion, c . Pour le ur, le iche t h R e n j , e inc u pro n vrai bo e vraie r e ite d n u réuss és, c’est u ion est u orisant q i t l u oy a q l a l p v s u e s p m e po plu onn t a s l r n e à a s p t ur tact est d’au sont des arco c’ un p .” urs t e n l esse, l e i souv rava ficile nos t nnu bien nnel dif rusquin o o i T ont c et profess irecteur ile D l o , a om b RCY soci e BO ateur Loc c i r t Pa pér LS, o SCRF

territoire de la province de Luxembourg. A un horizon proche, 13 seront en circula"on

Les acteurs du projet ™La Province de Luxembourg ™Trusquin SCRLFS ™DAMIER ™Defits ™Les 21 communes et CPAS du territoire bénéficiant de la Locomobile

Plus d’info ? Province de Luxembourg Alexandre BORSUS Rue de la Converserie, 44 6870 SAINT-HUBERT Téléphone : 0497/51.72.83 Mail : a.borsus@province.luxembourg.be

Luxembourg 2010 est une démarche née en 2001 de la volonté des responsables de la province de Luxembourg de soutenir et dynamiser le développement du territoire sur 10 ans, à travers le travail en réseau, l’engagement volontaire, l’accompagnement et le lancement de projets fédérateurs. info@luxembourg2010.be - www.luxembourg2010.be


LUXEMBOURG 2010 | PLAN D’ACTION MOBILITÉ | LE LIVRE BLANC DE LA MOBILITÉ

Le

B?LH;8B7D9

POUR TOUT SAVOIR SUR LA MOBILITÉ EN PROVINCE DE LUXEMBOURG Le Livre Blanc de la Mobilité est le fruit du travail de la Grappe Mobilité de Luxembourg 2010. Il a pour objec!f de poser les premiers jalons d’une stratégie de réponse globale aux problèmes de mobilité à l’échelle de la province de Luxembourg. Concrètement, ce document propose une analyse de la mobilité sur la province ainsi que des ac!ons concrètes pour répondre au mieux aux difficultés iden!fiées.

poli"que concertée. Il est le fruit du Printemps de la Mobilité et des Assises qui lui ont été par la suite consacrées, ou"l qui a permis d’isoler les a#entes et besoins. Avec d’autres ou"ls, il va perme#re la mise en place d’un plan provincial de mobilité. Ce plan ouvrira la porte aux subsides wallons nécessaires pour op"maliser la mobilité en province de Luxembourg.

Des chiffres qui parlent

Quels sont les objectifs du projet ?

™200

Soulevant de nombreuses pistes de réflexions telles que la place de la mobilité dans les années à venir, mais aussi la situa"on par"culière de la province de Luxembourg face à ce sujet, le Livre Blanc rend compte d’une réalité riche et complexe.

Les acteurs du projet

A la suite de ce#e analyse de la situa"on, ce document balise les solu"ons envisageables pour le Luxembourg belge, à travers plusieurs fiches de projets concrets. Certaines sont poten"ellement réalisables par la Province en tant que chef de file, d’autres avancent l’importance d’un lobbying intense à réaliser afin de perme#re le développement de la mobilité sur notre territoire.

« Livres Blancs » ont été imprimés. Le Livre est également disponible en version pdf sur le site de la Province de Luxembourg

™La Région wallonne ™La Province de Luxembourg ™Le TEC, la SNCB, tous les acteurs ac"fs dans le domaine de la mobilité (associa"ons et pouvoirs publics)

™Et beaucoup d’autres… La liste complète des partenaires est disponible sur demande auprès d’Alexandre Borsus, coordinateur du projet

Concrètement ? Le livre blanc est avant tout le premier jalon d’une

444 93


Témoignage T ém Plus d’info ? Province de Luxembourg Alexandre BORSUS Rue de la Converserie, 44 6870 SAINT-HUBERT Téléphone : 0497/51.72.83 Mail : a.borsus@province.luxembourg.be tout t sur vision du s e ’ c , lanc r une lité pour ivre B onne i util “Le L ion de d e la mob un o s t s d a e t c ’ l’oc rt men nnées. C dépa loppe déve chaines a lsion de Le Livre . o pu les pr nne l’im r le futur ilibre u o u q o d é e. qui cile jets p alism on s pro it le diffi é e d d i t i s à s e s n u ime c ré isme Blan pragmat cret, à d le futur n e lité entre n outil co d possibl mobi n u e a r t l s i …” ù u C’e o q n , stio ue nce e i q i v u t o i q l r s p u po en pl notre r dans er de plus ateu s rdin o o va po C , RSUS e BO r d n Alexa jet ro du p

Luxembourg 2010 est une démarche née en 2001 de la volonté des responsables de la province de Luxembourg de soutenir et dynamiser le développement du territoire sur 10 ans, à travers le travail en réseau, l’engagement volontaire, l’accompagnement et le lancement de projets fédérateurs. info@luxembourg2010.be - www.luxembourg2010.be


Plan d’action Sécurité

..............................................................................

Le plan d’ac"on Sécurité a donné naissance à l’ASBL « Partageons Nos Routes » dont l’objec"f est de réduire de 50% le nombre de tués et blessés graves sur les routes de la province à l’horizon 2010, et ce via des ac"ons d’analyse, de collabora"on, de responsabilisa"on

Pilote : Jean-Marie Carrier Député provincial aux affaires sociales et hospitalières Rue du Luxembourg, 15bis 6900 Marche-en-Famenne Tel. : 084/31.22.66

95


96


LUXEMBOURG 2010 | PLAN D’ACTION SÉCURITÉ | CRÉATION DE L’ASBL PARTAGEONS NOS ROUTES

Création de F7HJ7=;EDIDEIHEKJ;I

PARTAGEONS NOS IDÉES POUR UNE ROUTE PLUS SÛRE POUR TOUS LES USAGERS Sensibles au nombre de vic!mes sur les routes, le Gouverneur et la Députa!on permanente de l’époque prennent l’ini!a!ve de rassembler des acteurs du domaine de la sécurité rou!ère. Le groupe de travail de la Grappe Sécurité s’est mué en l’ASBL Partageons Nos Routes en 2005.

Quels sont les objectifs du projet ? ™À court terme : - Mise en place d’une stratégie de veille, de lobby, de benchmarking - Fédérer les ini!a!ves menées au niveau de la province de Luxembourg - Mise en place d’un site Internet

™A moyen terme : - Achat d’ou!ls de préven!on (voiture-tonneau notamment) - Réalisa!on de spots télévisuels - Harmonisa!on des sta!s!ques sur les accidents et leurs causes (Police Locale et de la Route) - Campagnes d’informa!on et/ou de sensibilisa!on - Partenariats en vue d’ac!ons ciblées

™A plus long terme : - Diminuer le nombre de blessés et tués sur les routes de la province de Luxembourg

Concrètement ? En 2005, divers acteurs de la sécurité rou!ère se sont rassemblés pour fonder l’ASBL Partageons Nos Routes. Dans l’objec!f de fédérer les différentes instances, un coordinateur a été engagé pour assurer le suivi des ac!ons, le choix des priorités se faisant en Conseil d’Administra!on. Chaque projet correspond à un public-cible. L’ASBL se fixe toutefois certaines priorités comme les jeunes conducteurs, les enfants et les aînés.

Des chiffres qui parlent ™30 administrateurs siègent au sein du Conseil de l’ASBL: associa!ons, organismes, représentants de Police, parquets, mutuelles, par!s poli!ques…

™Partageons Nos Routes organise une vingtaine d’ac!ons récurrentes par an (Cf. fiche-projet Campagne BE SOFT)

™Des milliers de personnes sont sensibilisées par les ou!ls de préven!on acquis tels que la voiture-tonneau, le simulateur moto, la piste fixe pour enfants (Cf. fichesprojets correspondantes)

Les acteurs du projet ™Le Gouverneur Bernard Caprasse ™La Province de Luxembourg

444 97


™La Commune de Libin ™La Région wallonne ™Safe Driving SA ™Gentleman driver school ™Les 6 zones de Police de la province ™La Police Fédérale ™La Division Circula!on de l’école spéciale DPES ™Les Parquets ™Féprabel ™Divers groupes poli!ques ™Les Mutualités (chré!enne, neutre, socialiste) ™Le Centre de Maîtrise Peugeot ™Le Département du Développement Citoyen ™Les Responsible Young Drivers ™Diverses personnes à !tre individuel (en fonc!on de leur implica!on dans la sécurité rou!ère)

Plus d’info ? Partageons Nos Routes Fanny VORILLION Place Léopold, 1 6700 ARLON Téléphone : 063/21.26.17 Mail : fanny.vorillion@province.luxembourg.be

Témoignage T ém

e PNR ion d ême t a é r c em de la our d’un s et jeur t a rè u p a m e , és d térêt ssembler à u n q i ’ i l L “ p liées de ra rs im ques vant était des acteu oblémati ou , es pr un p table r les chac avis sur d ona , p e r è n i i c t t o e é l u t e o e d nc ér e cô t. curit n expérie tantes. L n é s a s s a l por tére r so e n m t i , i r e t i o s s se us tiqu app ons a ets réalisé e théma ir des i t s e j in qu ed es pro e déf e typ ment cret d t, dans c difficile d l’assenti s t s rojet en Souv arfois trè s, recevan bre de p m p e il est s concrèt ertain no place.” c n n o e n i t s u i c a i, m cit été us. Ic é Spé de to ncrets on tach t o A c s r e trè rg remi NT, P uxembou E M E L L C e d e Pierr Province , fique

Site Internet h$p://www.partageonsnosroutes.be

Luxembourg 2010 est une démarche née en 2001 de la volonté des responsables de la province de Luxembourg de soutenir et dynamiser le développement du territoire sur 10 ans, à travers le travail en réseau, l’engagement volontaire, l’accompagnement et le lancement de projets fédérateurs. info@luxembourg2010.be - www.luxembourg2010.be


LUXEMBOURG 2010 | PLAN D’ACTION SÉCURITÉ | BE SOFT

Campagne

8;IE<J

CELUI QUI CONDUIT NE BOIT PAS : C’EST LUI QUI RESTE SOFT ! Depuis 2006, Partageons Nos Routes et Responsible Young Drivers s’associent pour mener la campagne BE SOFT en province de Luxembourg. Ce!e campagne fait par"e intégrante des projets annuels reconduits par Partageons Nos Routes pour diminuer le nombre de blessés et tués sur les routes de la province de Luxembourg. En 2007, le projet a bénéficié d’un apport financier de la part de Luxembourg 2010. Chaque année, et plus par"culièrement en été, plus de vingt ac"ons sont menées à travers la province.

Quels sont les objectifs du projet ? ™Faire prendre conscience : - D’une conduite responsable chez les jeunes : celui qui conduit ne boit pas : c’est lui qui reste so! … - Des conduites à risques liées à la consomma"on de substances influentes telles que l’alcool ou les drogues et perme$re de mieux gérer leur consomma"on éventuelle - Des risques liés à la somnolence et la fa"gue au volant

™Amener les jeunes à faire des choix personnels et opportuns

™Diminuer le nombre d’accidents de la route

Concrètement ? La présence d’un stand RYD et de ses bénévoles sur les lieux fes"fs permet aux jeunes de s’impliquer en ma"ère de préven"on rou"ère. En portant un bracelet, ils s’engagent à ne pas consommer de substances influentes au cours de la soirée. Les organisateurs sont partenaires du projet en perme$ant aux jeunes porteurs du bracelet de bénéficier d’eau gratuite durant la soirée. Le jeune peut aussi se rendre au stand RYD où pommes, jus de pommes et bouchons d’oreille lui sont offerts. En fin de soirée, avant de reprendre le volant, le jeune vient souffler à l’éthylotest. S’il est SAFE, il repart avec un lot offert par des sponsors. Dans le cas contraire, une préven"on de conduite à risque se fait immédiatement via une discussion avec le conducteur et son (ses) passager(s).

Des chiffres qui parlent ™Plus de 20 ac"ons de terrain chaque année ™En moyenne 100 jeunes conducteurs et 350 passagers touchés par l’ac"on à chaque soirée

™Jusqu’à 1.000 ou 1.500 personnes témoins de l’ac"on ™Certains événements regroupent jusqu’à 5.000 personnes

444 99


Témoignage T ém

™Environ 5.400 usagers directs par an ™92.5% des personnes contrôlées à l’éthylotest sont SAFE (<0.5) ; 3.5% sont en ALERT (0.5 < 0.8) ; 4% sont POSITIF (>0.8) (résultats 2009)

Les acteurs du projet ™Partageons Nos Routes ™Responsible Young Drivers ™Sponsors (Province de Luxembourg - Département des Affaires Sociales et Hospitalières, Ikéa, Marcassou, L’Oréal, Département Préven"on Santé de la Province de Luxembourg)

™Les organisateurs de soirées à travers toute la province de Luxembourg

Plus d’info ? Partageons Nos Routes Fanny VORILLION Place Léopold, 1 6700 ARLON Téléphone : 063/21.26.17 Mail : fanny.vorillion@province.luxembourg.be

be pro st un nir e e t u e la ro t dev ion é sur ste et doi e prévent t i r u c a s d é v r s s u n trè cte tio “La ique ous. L’ac es condu le t a m b lé et un onsa ire d les je e resp s soirs de l’affa stimule d u t i e à l ft att ents face Be So pter une lacem bilisation ool, de o p é d d a à rs lc sa e leu spon nc es d’a lors d nd. La re influenc tc. est do s l e e s , t u k so ’ou i gue wee duite e la fati isation d s, un n o c la me s, d util fiant c. s pom ers l’ stupé ée à trav otests, de atuite, et t l r d y e g lli n u abor e des éth e l’ea ciaux s’a naît d u , q s vin tels con repo es pro e de e qui espac nts servic nvergur uccès.” re d’e es D en Diffé ction un énorm sable RY a e t t n à ce e année D, Respo u R chaq n COLLA mbourg a xe h p u é L t S de e c n i prov

Responsible Young Drivers Stéphan COLLARD Place des Barricades, 9 1000 BRUXELLES Téléphone : 0495/23.94.27 Mail : stephan.collard@ryd.be

Sites Internet h$p://www.partageonsnosroutes.be h$p://www.ryd.be

Luxembourg 2010 est une démarche née en 2001 de la volonté des responsables de la province de Luxembourg de soutenir et dynamiser le développement du territoire sur 10 ans, à travers le travail en réseau, l’engagement volontaire, l’accompagnement et le lancement de projets fédérateurs. info@luxembourg2010.be - www.luxembourg2010.be


LUXEMBOURG 2010 | PLAN D’ACTION SÉCURITÉ | VOITURE-TONNEAU

Voiture

#JEDD;7K

ATTACHE TA CEINTURE OU SORS DE MA VOITURE ! Afin de renforcer son ac"on de sensibilisa"on autour du port de la ceinture, l’ASBL Partageons Nos Routes (la Grappe Sécurité s’étant muée en ce#e ASBL à part en"ère dès 2005) a fait l’acquisi"on en 2006 d’une voiture-tonneau. Cet ou"l de sensibilisa"on est géré et encadré par la Cellule Educa"on et Préven"on de la Police de la Route.

Quels sont les objectifs du projet ? ™Informer et sensibiliser les u!lisateurs, conducteurs et passagers d’une voiture sur l’importance du port de la ceinture

™Diminuer le nombre de blessés et/ou tués sur les routes grâce à une meilleure informa!on et sensibilisa!on sur l’importance de boucler sa ceinture

d’accident. Les u!lisateurs ont leur ceinture de sécurité fixée et le policier accompagnateur peut faire tourner le véhicule au rythme qu’il désire, laissant parfois les usagers la tête en bas afin qu’ils puissent se rendre compte de l’importance d’être « a#achés » en voiture. Cet ou!l de sensibilisa!on touche à la fois les personnes à l’intérieur de l’habitacle (sensa!on d’un tonneau, sans le bruit et les chocs), et à la fois les spectateurs qui voient la voiture tourner, les usagers éventuellement effrayés par ces sensa!ons, leurs réac!ons à la sor!e du véhicule.

Des chiffres qui parlent ™Entre 2006 et 2009, la voiture-tonneau a par!cipé à 286 manifesta!ons, sensibilisant de ce fait près de 93.000 usagers

Concrètement ?

™Le non-port de la ceinture est la deuxième cause

La voiture-tonneau acquise par l’ASBL Partageons Nos Routes est une des 3 voitures de ce type existant en Wallonie. En conséquence, cet ou!l de préven!on est amené à se déplacer lors de manifesta!ons dans toute la Région wallonne et bien sûr plus par!culièrement en province de Luxembourg.

™D’après une étude de l’IBSR, 6 conducteurs et passagers

Le fonc!onnement de la voiture-tonneau est simple : suspendue et montée sur un axe horizontal, la voiture simule les tonneaux pouvant se produire en cas

d’accident mortel en Belgique siège avant sur 10 portent leur ceinture. A l’arrière, moins de 50% des personnes la portent

™En Wallonie, le taux de port est de 59,6% pour les conducteurs et 62,3% pour les passagers avant

™Le port de la ceinture réduit de 40% le risque de trauma!sme crânien et de 50% le risque de décès ou de lésion en cas de collision

444 101


Les acteurs du projet

Témoignage T ém

™Partageons Nos Routes ASBL ™La Cellule Educa!on et Préven!on de la WPR (Police Fédérale de la Route)

™Les différents organisateurs d’événements

Plus d’info ? Partageons Nos Routes Fanny VORILLION Place Léopold, 1 6700 ARLON Téléphone : 063/21.26.17 Mail : fanny.vorillion@province.luxembourg.be

Site Internet h#p://www.partageonsnosroutes.be

, neau e-ton e r u t i o n e la v n d’u nce d anisatio ermis la on e s é r l’org tion, a p nfirmati “La p in de en co ité. au se e de prév ce ou la sécur un e é n d n e e i r r sc u est jou e con la ceint cet outil d e s e i me d pr tilité actique d et aux ca port u ’ l e r e d c d l i s con ort d pour a vie. l L’app ment plu ilisation e d é n t l b comp s de sensi protectio ti l’intérê e e n d e n s c g e e t a v n n p a a nes o t org cience de ce rs person tte expéri e les cons u e d e i c n s i n r afi Plu ele a ce nouv ts à bord port de l e r e d n enfa ement au leurs al g é er onne entis rrière.” Envir a é t e i r r u tu I, Séc ITAL V E R P s Alain Les Nuton , t n e m

Luxembourg 2010 est une démarche née en 2001 de la volonté des responsables de la province de Luxembourg de soutenir et dynamiser le développement du territoire sur 10 ans, à travers le travail en réseau, l’engagement volontaire, l’accompagnement et le lancement de projets fédérateurs. info@luxembourg2010.be - www.luxembourg2010.be


LUXEMBOURG 2010 | PLAN D’ACTION SÉCURITÉ | SIMULATEUR MOTO

Simulateur

CEJE

A MOTO, VAS-Y MOLLO ! Afin de renforcer l’ac"on de sensibilisa"on de la voituretonneau (Cf. fiche-projet Voiture-tonneau) et dans le but de sensibiliser les conducteurs de deux-roues aux dangers de la route, l’ASBL Partageons Nos Routes (la Grappe Sécurité s’étant muée en ce#e ASBL à part en"ère dès 2005) a fait l’acquisi"on en mai 2009 d’un simulateur moto. Cet ou"l de préven"on est géré et encadré par la Cellule Educa"on et Préven"on de la Police Fédérale de la Route.

Quels sont les objectifs du projet ? ™Informer et sensibiliser les u!lisateurs aux dangers de la route spécifiques aux deux-roues

™Diminuer le nombre de blessés et/ou tués sur les routes grâce à ce#e informa!on et ce#e sensibilisa!on

Concrètement ? Le simulateur moto se déplace dans toutes les provinces de Wallonie, mais centre la plupart de ses ac!ons en province de Luxembourg. Il est présent lors de journées sécurité rou!ère, lors de manifesta!ons organisées par les zones de police, dans des foires, etc. Il accompagne parfois la voiture-tonneau. D’un point de vue technique, le simulateur moto se présente sous forme d’un siège installé face à la réplique iden!que d’un guidon de moto. Un écran posté derrière

ce guidon permet à l’u!lisateur de choisir la cylindrée de sa moto, le type de parcours à effectuer (ville, campagne…) et les condi!ons clima!ques sous lesquelles il va conduire son véhicule (pluie, soleil, neige, verglas…). Une voix off précise quelle direc!on prendre pendant le parcours, des dangers survenant tout au long du trajet (piéton qui traverse, voiture qui sort d’un parking, ambulance dans un carrefour…). Le conducteur doit gérer les dangers en an!cipant et en ajustant sa conduite. Après environ 2 minutes, le trajet terminé, le conducteur bénéficie d’un récapitula!f (oral et/ou écrit) de son parcours et de ses éventuelles erreurs et peut profiter de conseils.

Des chiffres qui parlent ™Entre mai et décembre 2009, le simulateur moto était présent lors de 9 manifesta!ons en province de Luxembourg, sensibilisant ainsi plus de 170 usagers

™En province de Luxembourg, année 2009, selon les données provisoires, non pondérées et contenant, en termes de mortels, uniquement les tués sur place, on constate : - 181 accidents impliquant un deux-roues (15,64% par rapport au total d’accidents – non pondérés), dont 132 impliquant une moto et 49 un cyclomotoriste - 179 conducteurs de deux-roues (moto et cyclo) ont été blessés ou tués au cours des 181 accidents (10 tués à

444 103


moto ; 51 blessés graves et 118 blessés légers) - 89,9% des vic!mes sont des hommes - 49,2% des conducteurs de moto blessés ont entre 35 et 49 ans - 59,6% des cyclomotoristes blessés ont moins de 24 ans

Témoignage T ém

Les acteurs du projet ™Partageons Nos Routes ASBL ™La Cellule Educa!on et Préven!on de la WPR (Police Fédérale de la Route)

™Les différents organisateurs d’événements

Plus d’info ? Partageons Nos Routes Fanny VORILLION Place Léopold, 1 6700 ARLON Téléphone : 063/21.26.17 Mail : fanny.vorillion@province.luxembourg.be

Site Internet h#p://www.partageonsnosroutes.be

n dimoye CAn u t es DU e l et E moto teur rationne permet d a l u l é m I p i s . s o “Le tion très tes le e ncep s tou l ique dact par sa co teur dan oit en vil s e c d e u a l c d F I e à T u on er ou r le c bles q place ons possi e, à la m it. Toutes s ti pagn la nu duite situa a cam e jour ou t des con l t s à e ’ ou en e, l ts. C pliqu tagn éren mon nnées im ents diff s entre i m o ces d comporte eut être m spécialep s s 16 e e u l d n et st p r de , il s(il e s à parti quoi r n i u a o p m do s les ux a toute estiné a d ment cteur .” ) Inspe s , n E a L L BE oute ophe hrist le de la R C n Jea éra e Féd Polic

Luxembourg 2010 est une démarche née en 2001 de la volonté des responsables de la province de Luxembourg de soutenir et dynamiser le développement du territoire sur 10 ans, à travers le travail en réseau, l’engagement volontaire, l’accompagnement et le lancement de projets fédérateurs. info@luxembourg2010.be - www.luxembourg2010.be


LUXEMBOURG 2010 | PLAN D’ACTION SÉCURITÉ | PISTE FIXE D’ÉDUCATION ROUTIÈRE

Piste fixe d’éducation

HEKJ?ÞH;

PARCE QUE NOS ENFANTS SERONT LES CONDUCTEURS DE DEMAIN Inaugurée en juin 2009 à l’ini!a!ve de l’ASBL Partageons Nos Routes (la Grappe Sécurité s’étant muée en ce"e ASBL à part en!ère dès 2005), la piste fixe d’éduca!on rou!ère de Libramont vise à sensibiliser les conducteurs de demain au respect du code de la route. Une façon pra!que de leur faire prendre conscience des dangers de la route : les me"re en situa!on de façon ludique. Les enfants sont encadrés par des agents de la Police de la Route et plus spécifiquement par la Cellule Educa!on et Préven!on de la Police Fédérale.

Changeant tour à tour de moyens de locomo"on, les enfants sont sensibilisés aux dangers inhérents à chacun de ces transports. Les policiers de la Cellule Educa"on et Préven"on a#rent leur a en"on sur les règles fondamentales du code de la route.

Quels sont les objectifs du projet ?

Des chiffres qui parlent

™Sensibiliser les enfants de la 4ème à la 6ème primaire aux règles de conduite des cyclistes, mais aussi aux règles générales du code de la route pour piétons et voitures

™A plus long terme : les sensibiliser à devenir plus tard des conducteurs respectueux du code de la route

Concrètement ? Ce e piste de conduite en plein air est spécialement conçue pour les enfants de 8 à 12 ans. Il s’agit d’un parcours en tarmac avec îlots en béton amovibles représentant des axes rou"ers. Durant leur parcours en tant que piétons, cyclistes ou conducteurs en go-karts, les enfants sont confrontés aux réalités de la route avec ses panneaux, ses ronds-points, ses feux tricolores, etc.

La piste est démontable. L’anima"on est gratuite et principalement des"née aux journées de préven"on pour les écoles.

™La piste fixe de sécurité rou"ère sensibilise environ 600 enfants chaque année

Les acteurs du projet ™Partageons Nos Routes ASBL ™La Province de Luxembourg ™La Région wallonne ™La Cellule Educa"on et Préven"on de la WPR (Police Fédérale de la Route)

™La société du cheval de trait à Libramont

444 105


Témoignage T ém Plus d’info ? Partageons Nos Routes Fanny VORILLION Place Léopold, 1 6700 ARLON Téléphone : 063/21.26.17 Mail : fanny.vorillion@province.luxembourg.be

Site Internet h p://www.partageonsnosroutes.be

n est u tion a aux c t u e erm d’éd p er e i t s u i form ep le q “Cett ormidab ans de se et f e outil de 8 à 12 n routièr s’agit s o Il i e . t n e a t u s je rou nali a g l d’un i s e non rs d à la e t e g n N da où on IO aux UCAT balade, une D E ’ d e bien it où on s non plus stes. s o a r p d ouri t n s e n’e yclot r de c e C r . u joue nnée po e félicite s o rand peut que .” e n o n i t n i O is teur acqu nspec la cette I , E RR de rale e PIE Mari lice Fédé n a Je Po ipal princ e Rout

Luxembourg 2010 est une démarche née en 2001 de la volonté des responsables de la province de Luxembourg de soutenir et dynamiser le développement du territoire sur 10 ans, à travers le travail en réseau, l’engagement volontaire, l’accompagnement et le lancement de projets fédérateurs. info@luxembourg2010.be - www.luxembourg2010.be


LUXEMBOURG 2010 | PLAN D’ACTION SÉCURITÉ | SPOTS TÉLÉ DE PRÉVENTION ROUTIÈRE

HEKJ?ÞH;

Spots télé de prévention

QUAND LA SENSIBILISATION PASSE PAR L’HUMOUR

Les trois principales causes d’accidents mortels sur la route sont la vitesse inadaptée, le non-port de la ceinture de sécurité et la conduite sous influence d’alcool ou de drogue. Face à ce constat, l’ASBL Partageons Nos Routes (la Grappe Sécurité s’étant muée en ce"e ASBL à part en#ère dès 2005) a décidé de réaliser et de diffuser, en collabora#on avec TV Lux, trois spots de sécurité rou#ère abordant chacun de ces thèmes.

Quels sont les objectifs du projet ? ™Sensibiliser, via un autre mode de communica!on, les conducteurs et passagers aux dangers liés au non-port de la ceinture de sécurité, à la consomma!on d’alcool ou de drogue au volant et à la vitesse inadaptée

™Diminuer le nombre d’accidents de la route

Concrètement ? En collabora!on avec TV Lux, l’ASBL Partageons Nos Routes a élaboré trois scénarii correspondant aux thèmes précités. Leur volonté : réaliser des spots à caractère humoris!que tout en y associant un slogan responsabilisant. En effet, il paraît opportun d’éviter des discours moralisateurs et des images choquantes qui peuvent au final induire chez le spectateur un sen!ment néga!f et de rejet (« ce genre d’accident n’arrive qu’aux

autres »). Les 6 zones de Police de la province de Luxembourg ont été consultées afin qu’elles puissent donner leur avis sur les scénarii mis sur pied. Après valida!on, le tournage des spots a pu démarrer. Durant 3 jours, 10 bénévoles ont accepté de « jouer le jeu » d’acteur. Ces 3 spots d’une durée de 30 secondes chacun ont été diffusés sur TV Lux sur une période de 12 semaines en 2009 et 2010. Ils ont également été publiés sur différents sites Internet (le site du Gouverneur B. Caprasse, le site du Député JM Carrier, YouTube…).

Des chiffres qui parlent ™La vitesse inadaptée est prépondérante dans 1 accident sur 3. En Belgique, cela correspond à environ 16.000 accidents corporels chaque année

™D’après une étude de l’IBSR, seuls 6 conducteurs et passagers du siège avant sur 10 portent leur ceinture de sécurité. A l’arrière, moins de 50% des personnes la portent

™Selon les es!ma!ons de l’IBSR, l’alcool joue un rôle dans 1 accident sur 4 avec tués ou blessés graves

444 107


Les acteurs du projet

Témoignage T ém

™Partageons Nos Routes ASBL ™La Province de Luxembourg ™Les 6 zones de Police de la province de Luxembourg ™Le SPF Mobilité ™La Région wallonne ™Idelux

Plus d’info ? Partageons Nos Routes Fanny VORILLION Place Léopold, 1 6700 ARLON Téléphone : 063/21.26.17 Mail : fanny.vorillion@province.luxembourg.be

Site Internet h$p://www.partageonsnosroutes.be

n tra est u urs et s e t s Rou les jo ronts ns No t de tous o e les f g ta tous nt e a r m de t “Par u r s o ximu iels ené imp a l m i m t a s t n v e vail poten iser u ce tra e sensibil même de ux de e t d afin cteurs, ou i été heur pe en tan i u a . ’ u d e J q n . n é ’ s o g l r c ampa e se in de ucteu cond ller au se ur cette c d s i i o rm trava médien p our a pe ser, ne m li o i c u b h e i ’ s gné. qu sen de l u n p st ga o t e ’ a c e t l , e i e S r n rque pe de erson déma qu’une p s à l’équi t e emen fût-c udiss a l p p A vole !” béné choc r u e t c AM, A ît AD o n e B

Luxembourg 2010 est une démarche née en 2001 de la volonté des responsables de la province de Luxembourg de soutenir et dynamiser le développement du territoire sur 10 ans, à travers le travail en réseau, l’engagement volontaire, l’accompagnement et le lancement de projets fédérateurs. info@luxembourg2010.be - www.luxembourg2010.be


LUXEMBOURG 2010 | PLAN D’ACTION SÉCURITÉ | JOURNÉES DE PRÉVENTION ROUTIÈRE FÉPRABEL

Journées de prévention routière

<xFH78;B

JEUNE, MAIS PAS FOU !

Les cour!ers en assurances, membres ac!fs de l’ASBL Partageons Nos Routes, se sentent concernés par la sécurité des jeunes conducteurs ; ils sont parents eux-mêmes et ces jeunes sont les adultes de demain.

Quels sont les objectifs du projet ? ™Informer et sensibiliser les jeunes (fin de cycle secondaire et cycle supérieur) en ce qui concerne la sécurité rou"ère et les dangers de la conduite en voiture ou à moto

™Informer les jeunes du fait que la voiture et la moto sont des ou"ls de déplacement intéressants mais qu’ils nécessitent une u"lisa"on responsable

™Diminuer le nombre d’accidents de la route ™Compléter les ac"ons partenaires

Concrètement ? Selon l’endroit où se déroule l’événement, les écoles secondaires de la région sont contactées pour une par"cipa"on à ce#e journée de préven"on. En ma"née, différents intervenants prennent la parole et informent les jeunes sur divers aspects de la sécurité rou"ère (exper"se, sta"s"ques, risques…).

Dans l’après-midi, les étudiants peuvent déambuler dans de nombreux stands en con"nuant à s’informer et à discuter avec les professionnels de façon plus personnelle. En fin d’après-midi, en extérieur, une simula"on d’accident est présentée avec interven"on des services de secours et explica"ons des différentes phases d’un accident. Pendant la journée, des cours de maîtrise automobile sont accessibles aux jeunes. Certains jeunes qui s’engagent à ne pas boire au volant, à porter la ceinture de sécurité et qui incitent les autres à faire de même sont "rés au sort et se voient offrir un stage de maîtrise automobile d’une valeur de +-250€. Ces journées se sont déjà déroulées à Arlon (3x), Bastogne (2x), Neufchâteau et Libramont.

Des chiffres qui parlent ™Entre 1.500 et 2.500 jeunes étaient présents à chaque journée organisée

™Une dizaine d’intervenants ont pu parler aux adolescents de leurs expériences

™Une vingtaine de stands étaient des"nés à l’informa"on sur la préven"on rou"ère

444 109


Les acteurs du projet

Témoignage T ém

™Féprabel, associa"on des cour"ers d’assurance de la province de Luxembourg

™L’Administra"on Communale de l’endroit de l’événement

™La Police Fédérale ™La Direc"on de Circula"on et d’Appui de la Police Fédérale

™Le Gouverneur de la province de Luxembourg ™Des spor"fs ™Des médecins (légistes) ™Des procureurs ™Des experts automobiles ™Des assureurs ™La Croix-Rouge ™L’IBSR ™Des associa"ons (telles que SOS Weekend et Partageons Nos Routes, les Responsible Young Drivers)

™Vie libre ™Les établissements Penning

Plus d’info ?

ctifs mes a dans m o s es us l, no r les jeun us trouo rabe u p N o é . p F e g é “Avec a sécurit xembour gner et d l u a L c p s dan e de ccom daire ave t t d’a ovinc la pr mportan nière soli que le bu i s a i s u m n m p o o c es vi de iller Nos Rout ns qui la e tués a v a r o d s t i geon mbre ociat Parta tes les ass uire le no ’ASBL per e n L u d . u o ’ é s t r e d r ut de de les ro nir autou sécut est n r e u s s o s t p u és e bless enan de ré et de alement les interv miser et d s e g s a t é u n n t o me le t e dy ffére ue tab permet d tre les di c é m s ê m la i n ce qu nergies e ent pour r rité, y v s s u e d iœ ssurcréer tions qu en a a i r c e i o t s as ur G, Co rité.” nuel HAA a Emm s e c an

Emmanuel HAAG Rue sur les Bords d’Eau, 9 6600 BASTOGNE Téléphone : 061/23.01.30 Mail : emmanuel.haag@assurrisques.be

Site Internet h#p://www.feprabel.be

Luxembourg 2010 est une démarche née en 2001 de la volonté des responsables de la province de Luxembourg de soutenir et dynamiser le développement du territoire sur 10 ans, à travers le travail en réseau, l’engagement volontaire, l’accompagnement et le lancement de projets fédérateurs. info@luxembourg2010.be - www.luxembourg2010.be


Plan d’action Veille

..............................................................................

Le plan d’ac"on Veille est a#en"f aux différents programmes de développement régionaux et européens et tend à me#re en place des ou"ls d’analyse, de sou"en et de préfinancement des projets qui favorisent le développement de la province de Luxembourg

Pilotes : René Collin Député provincial à l’économie Rue Victor Libert 1, bte 3 6900 Marche-en-Famenne Tel. : 084/34.40.96 Daniel Ledent Président du Collège provincial Avenue Herbofin, 14a 6800 Libramont Tel. : 061/22.48.92

111


112


LUXEMBOURG 2010 | PLAN D’ACTION VEILLE | JOURNÉE D’INFORMATION “ACCÉDER AUX PROGRAMMES EUROPÉENS EN PROVINCE DE LUXEMBOURG”

Journée

FHE=H7CC;I;KHEFx;DI

UN PROGRAMME EUROPÉEN À PORTÉE DE MAIN

La Grappe Veille tend à mobiliser un maximum de fonds (UE, RW, Fédéral…) à bon escient pour le territoire luxembourgeois. Elle œuvre donc pour qu’un grand nombre d’idées deviennent des projets, qui puissent être financés et in fine qui puissent abou"r, portés par des opérateurs luxembourgeois. Faire naître des idées, qui se fondent en projets qui produisent des résultats, c’est le processus que veut amplifier la Grappe Veille. Dans ce#e op"que, à l’occasion de la nouvelle programma"on des fonds structurels européens portant sur 2007-2013, la Grappe Veille a organisé en juin 2007 une journée d’informa"on sur le thème « Accéder aux programmes européens en province de Luxembourg ».

Quels sont les objectifs du projet ? ™Augmenter le nombre de projets portés par des acteurs luxembourgeois dans les programmes de financement, notamment européens, et dédrama"ser la démarche de dépôt de projet

™Susciter des partenariats, des rencontres entre acteurs, des synergies entre projets et iden"fier des personnes ressources

Concrètement ? Des opérateurs comme les Communes, des Groupes

d’Ac"on locale, des entreprises, des écoles, des associa"ons… de différents secteurs (santé, agriculture, tourisme, économie… bref, tous ceux qui font la vitalité du Luxembourg belge) ont massivement répondu à l’invita"on de la Grappe Veille. Ce$e journée d’informa"on s’est déroulée en deux temps : ™Une première par"e où ont été présentés par leurs responsables administra"fs régionaux les 4 nouveaux programmes européens à savoir : - Le Programme de développement économique (PO COMPETITIVITE régionale et EMPLOI-Feder) - Le Programme de développement social (PO COMPETITIVITE régionale et EMPLOI-FSE) - Le Plan de développement rural (FEADER) - Le Programme de coopéra"on transfrontalière (INTERREG IV) Ce$e première par"e a permis une diffusion d’informa"on op"male, une mise en contexte centrée sur les caractéris"ques générales du territoire luxembourgeois, issues des travaux du Réseau d’analyse (REAL) et un posi"onnement des futurs projets par rapport aux atouts et faiblesses du territoire.

™La deuxième par"e a été introduite par l’exposé cap"vant du Professeur J-F LEROY, de l’ULg, spécialiste en psychologie des organisa"ons, qui a présenté en 10 points les règles pour conduire un projet et la ges"on des partenariats. 4 ateliers ont ensuite mis l’accent sur

444 113


chacun des principaux programmes, en plaçant en exergue les éléments de diagnos"c de la province pour le sujet, et en présentant des projets de la période de programma"on précédente (2000-2006) par leurs porteurs luxembourgeois Un programme bien en phase avec les objec"fs de la journée, portant sur les aspects globaux d’une part, et d’autre part sur des cas concrets, suscitant le partenariat.

Des chiffres qui parlent ™Plus de 140 représentants d’associa"ons et d’ins"tu"ons ac"ves en province de Luxembourg ont pris part à la journée d’informa"on concernant la nouvelle programma"on européenne 2007-2013

™Une évalua"on de la journée a été réalisée. 1/3 des par"cipants a complété ce ques"onnaire, ils étaient tous posi"fs par rapport au déroulé de la journée : les thèmes abordés correspondaient à leurs a$entes, ils se sentaient confortés pour le dépôt d’un projet dans la programma"on 2007-2013, la majorité recherchait un partenariat

™L’importance du nombre de projets déposés dans les programmes européens n’a pu être mesurée

™La réflexion a toutefois considérablement avancé

Témoignage T ém

nforn à I de a 1 s i depu s fort bien adre agée n g e ec i n v e u is ner l so “J’éta et je me i pu y cer fonds eu t s s a e n ’ e e J n i d . u a ée Je ét on journ terventi s qu’ils n’ isait. e t t e n c ’i ri ed ral d comp s qu’on l ts congéné s, et j’ai e je l o b r i s p n ent, s es ropée ssi inacc vrant de ièrem c n a u u n pas a t en déco utenus fi es comme ct u ta o Surto éussis et s organism el. Le con s r r e e u s d t t d u Na cre par résea Parc ntés ttre prése AS ou un mbres du is de me i e m P ch r des C ’autres m 0 m’a pe m’a enri 1 d t e 0 c ave rg 2 es noms es.” d mbou rieur é t Luxe ages sur l u s is de ation des v aire n es rel n m o i r st g pou D, Ge bour INAN es Luxem W e eun erin Cath à Infor J s t proje

depuis lors, et la mise en place d’un disposi"f de veille doté de moyens à l’échelle provinciale est à l’ordre du jour en ce$e fin 2010

Les acteurs du projet Les différents membres de la Grappe Veille se sont mobilisés pour ce$e organisa"on, ils ont fait jouer leurs rela"ons pour intéresser les orateurs et susciter dans leurs réseaux l’intérêt des porteurs de projet poten"els. En par"culier : le Comité Subrégional de l’Emploi et de la Forma"on du Luxembourg belge, Idelux, la FRW, l’Equipe technique Interreg basée à Libramont et le REAL, ainsi que les 7 opérateurs qui ont bien voulu présenter leur projet de 2000-2006 pour donner envie à leurs condisciples de s’engager.

Plus d’info ? Idelux Henry DEMORTIER Drève de l’Arc-en-Ciel, 98 6700 ARLON Téléphone : 063/23.18.43 Mail : henry.demor"er@idelux-aive.be Luxembourg 2010 est une démarche née en 2001 de la volonté des responsables de la province de Luxembourg de soutenir et dynamiser le développement du territoire sur 10 ans, à travers le travail en réseau, l’engagement volontaire, l’accompagnement et le lancement de projets fédérateurs. info@luxembourg2010.be - www.luxembourg2010.be


Plan d’action Vie culturelle

..............................................................................

L’accès à la culture pour toute la popula!on est une source de développement pour la province et ses habitants. Le plan d’ac!on Vie culturelle vise donc à favoriser cet accès en encourageant toutes les ini!a!ves à impact culturel

Pilote : Philippe Greisch Député provincial à la culture Rue Netzer, 19 6700 ARLON Tél. : 063/21.26.90

115


116


LUXEMBOURG 2010 | PLAN D’ACTION VIE CULTURELLE | SITE INTERNET CULTURELUX

Site Internet

9KBJKH;BKN

LA CULTURE S’ÉTALE SUR LA TOILE

Ini é au sein même de la Grappe Culture de Luxembourg 2010, le site Internet h"p://www.culturelux.be propose une cartographie et un recensement des structures culturelles des 44 communes de la province. Régulièrement mis à jour, le site culturelux.be se veut être une véritable mine d’informa ons pour les professionnels de la culture mais aussi pour toute personne désirant s’informer sur la vie culturelle de sa commune, de sa province.

Quels sont les objectifs du projet ? ™Réaliser un répertoire exhaus!f des ins!tu!ons culturelles en province de Luxembourg

™Rendre ce répertoire pra!que et ludique en situant les ins!tu!ons culturelles sur une carte géographique

™Valoriser la culture auprès des citoyens de la province de Luxembourg

Concrètement ? Elaboré en étroite collabora!on entre les membres de la Grappe Culture et les 44 communes de la province, le site Internet h"p://www.culturelux.be fournit au public depuis 2008 des informa!ons pra!ques telles que les coordonnées des différentes ins!tu!ons culturelles du territoire et de leur personne de contact. On retrouve ainsi les Académies (de dessin ou de musique), les Bibliothèques et Médiathèques, les Centres Culturels,

les Centres d’Expression et de Créa!vité, les Maisons des Jeunes, les Musées et les Sites archéologiques. Grâce à une vue géographique, en choisissant une commune, l’internaute visualise l’emplacement des structures culturelles commune par commune et ob!ent leurs coordonnées de contact. Parallèlement, les professionnels du secteur culturel y ont la possibilité de faire la promo!on de leur structure. Le site Internet leur permet en outre d’obtenir rapidement des informa!ons de contact et de visualiser la répar!!on des autres structures culturelles dans la province. L’objec!f : éviter aux professionnels de me"re sur pied des projets semblables à ceux existants déjà sur des communes proches. Depuis peu, le site Culturelux.be s’est lié au site de l’agenda culturel provincial h"p://www.au-fait.be. Culturelux.be compte également se développer vers plus d’interac!vité notamment en perme"ant aux acteurs culturels de modifier personnellement les informa!ons les concernant.

Des chiffres qui parlent ™269 acteurs culturels différents sont répertoriés sur le site h"p://www.culturelux.be

™Un millier de visiteurs se sont rendus sur h"p://www.

444 117


culturelux.be depuis la créa!on du site

Témoignage T ém

Les acteurs du projet ™Les 44 communes de la province de Luxembourg ™Les ins!tu!ons culturelles de la province de Luxembourg

Plus d’info ? Province de Luxembourg Jus!ne FONTAINE Place de l’Abbaye, 12 6870 SAINT-HUBERT Téléphone : 061/25.01.53 Mail : j.fontaine@province.luxembourg.be

Site Internet h"p://www.culturelux.be

. relux Cultu urels e t i s lt u rs cu été ion d lisat des acteu bourg, a t a é r e m u r e a i “La e Lux levé h nnua be, a rovince d avons re ration p s bo t de la i que nou la colla munes e f à m é e o d c c r n â 4 e r u 4 g ins. P s des ain, la m ponsable s de terra ation, s r m e des r aborateu program a permis ’ ll a s o m , c , t e » n d ge me e n l com- ne l l s e l e sonn le « cha nouvell nti e te co ab vérit elopper d que ce si public.” e u év de d es. J’espèr intérêt d c l’ n r e t i péte c ice à sus e serv èque d f uera e h lioth NS, C UYSE f. à la Bib u site D s e d l . Char istratif f ncepteur n o i c adm ciale et n provi

Luxembourg 2010 est une démarche née en 2001 de la volonté des responsables de la province de Luxembourg de soutenir et dynamiser le développement du territoire sur 10 ans, à travers le travail en réseau, l’engagement volontaire, l’accompagnement et le lancement de projets fédérateurs. info@luxembourg2010.be - www.luxembourg2010.be


LUXEMBOURG 2010 | PLAN D’ACTION VIE CULTURELLE | “LA CULTURE : UN LEVIER MAJEUR DE DÉVELOPPEMENT POUR LE TERRITOIRE”

Colloque culture de

H;:K

APPRENDRE LA CULTURE DU VOISIN

La culture est un phénomène ascendant. Il faut élargir les spectres, les regards pour construire une conscience poli!que. Dans quels domaines la culture doit-elle concentrer ses financements : les moyens humains ? La vie associa!ve ? Les bâ!ments ? Aller au devant des gens même si on retrouve souvent les mêmes personnes qui viennent spontanément. Où commence et où se termine la culture ? La solidarité intercommunale permet une varia!on de l’offre. Elle vise à mailler le territoire à l’aide de réseaux pour la valorisa!on de l’ensemble. La culture est au cœur du maillage et de l’ac!on de Luxembourg 2010. C’est dans cet esprit que la Grappe Culture développe « la culture pour tous », aux fins de comba$re l’exclusion culturelle.

Quels sont les objectifs du projet ? ™Réunir en un même lieu les responsables poli!ques des communes et les acteurs culturels de la province afin qu’ils puissent échanger leurs points de vue sur les pra!ques culturelles en Luxembourg

™Présenter aux par!cipants le site Internet h#p://www. culturelux.be (Cf. fiche-projet Site Internet Culturelux)

Concrètement ?

de Luxembourg et différents acteurs culturels du territoire se sont réunis le 21 octobre 2008 à Redu afin de déba#re de leurs préoccupa!ons et de leurs projets en ma!ère de culture. Après la présenta!on du site Internet Culturelux.be, différents intervenants ont été invités à témoigner de la poli!que culturelle de leur commune. Plusieurs constats et ques!onnements sont nés de ces témoignages : ™Dans quels domaines la culture doit-elle concentrer ses financements : les moyens humains ? La vie associa!ve ? Les bâ!ments ?

™Où commence et où se termine la culture ? ™La mise en réseaux, les partenariats, les synergies, la transversalité, le maillage, autant de concepts fédérateurs qui méritent d’approfondir ultérieurement la réflexion

™La nécessité

de réaffirmer l’iden!té culturelle, propre à la réalité du territoire luxembourgeois

Les conclusions du colloque « La culture : un levier majeur de développement pour le territoire » sont disponibles sur le site h#p://www.cuturelux.be, rubrique « ac!vités ».

Des chiffres qui parlent ™26 communes luxembourgeoises ont par!cipé à l’événement

Des responsables poli!ques des communes de la province

444 119


Témoignage T ém

Les acteurs du projet ™Les communes d’Arlon, A#ert, Aubange, Bastogne, Bertrix, Bouillon, Chiny, Durbuy, Florenville, Gouvy, Habay, Herbeumont, Houffalize, Léglise, Libin, Marche, Meix-devant-Virton, Musson, Neufchâteau, Paliseul, Rendeux, Saint-Hubert, Tellin, Tin!gny, Vielsalm et Wellin

™Le Miroir Vagabond ™La Province de Luxembourg ™La FTLB ™La Communauté française de Belgique ™AIDA ™Ar!cle 27 ™La Maison de la Culture d’Arlon

Plus d’info ? Province de Luxembourg Elise LOUPPE Chaussée de l’Ourthe, 74 6900 MARCHE-EN-FAMENNE Téléphone : 084/38.01.94 Mail : e.louppe@province.luxembourg.be

te de résul cales, l e r u ult és lo r ent c t capacit m e es pa p es e tenu s. elop c v u r é o o s f d “Le des ales rivé gion ance s et p l’alli ciales, ré ts public éveloppen d n provi vestisseme urelle de e au plus s e t n l d i éci é ans l e cu des itiqu nc être d imuler d mêmes l o p t do La our s gens eux- eur et doit in, p s a e r ment l eill r e z ut che t le m évelopd , s s s e è é t r e l p unau re. El lle s de d comm r de cultu es vecteur arce qu’e p t si d ique le dé efficace ives e s onom és collect s perc u l é p o e t l i le ci ntial sant nt so peme se les pote épanouis i n valor duelles e i v li d in s.” ur cu alité mate i n A sonn , RSON re PI r e i P Jean l e r u t

Site Internet h#p://www.culturelux.be

Luxembourg 2010 est une démarche née en 2001 de la volonté des responsables de la province de Luxembourg de soutenir et dynamiser le développement du territoire sur 10 ans, à travers le travail en réseau, l’engagement volontaire, l’accompagnement et le lancement de projets fédérateurs. info@luxembourg2010.be - www.luxembourg2010.be


LUXEMBOURG 2010 | PLAN D’ACTION VIE CULTURELLE | COLLOQUE DU PRINTEMPS CULTUREL

Colloque du

FH?DJ;CFI9KBJKH;B

AVEC LE PRINTEMPS BOURGEONNE LA CULTURE

Lorsqu’on est confronté aux arts, à la musique, à la peinture, au théâtre, au cinéma, des émo!ons se forment. Pour les plus talentueux, au-delà des idées, des œuvres surgissent. Dès lors, il est important de travailler ensemble à l’irradia!on de la culture en province de Luxembourg et de le faire en réseau. Une société qui ne reconnaît pas la valeur de la culture est une société qui se dégrade ! Suite aux réflexions menées lors du colloque du 21 octobre 2008 à Redu (Cf. fiche-projet Colloque « La culture : un levier majeur de développement pour le territoire »), la Grappe Culture de Luxembourg 2010 a décidé d’approfondir sa démarche en veillant à illustrer l’importance de la culture pour un territoire.

Quels sont les objectifs du projet ? ™Réunir les responsables poli!ques communaux et les acteurs culturels provinciaux pour réfléchir ensemble à la théma!que de la culture en province de Luxembourg

™Fédérer auprès de ces opérateurs une culture commune qui correspond aux réalités du territoire luxembourgeois

Concrètement ? Le Colloque du Printemps culturel s’est tenu le 17 mars 2009. Il a rassemblé différents acteurs du monde culturel et poli!que. De façon collec!ve, ces derniers ont veillé à

répondre à la ques!on : pourquoi la culture est-elle un levier majeur du développement territorial ? L’économiste Michel Quévit, grand spécialiste de l’économie régionale, a abordé ce thème en illustrant quelques points forts : la place de la culture dans le développement des territoires, la culture dans la transversalité du projet territorial, la culture dans les poli!ques de développement territorial… Sa conclusion est sans équivoque : « pour devenir un territoire apprenant, créa!f, solidaire et citoyen, il faut penser avec la culture ». C’est aussi un défi pour tous les territoires européens face à la globalisa!on. Six ateliers ont ensuite regroupé les par!cipants autour des thèmes suivants : ™Culture et tradi!on : Les événements folkloriques sontils une chance de revisiter l’histoire ou est-ce purement un acte commercial ? Les pra!ques tradi!onnelles sontelles en voie d’ex!nc!on ?

™Culture et communica!on : Comment communiquer, a%rer, se différencier aujourd’hui ? Les nouvelles technologies sont-elles au service du développement culturel de la province ?

™Culture et transforma!on sociale : La culture est-elle accessible par tous, pour tous ?

™Culture et mise en réseaux : Comment fonc!onnent les

444 121


Témoignage T ém

synergies entre opérateurs culturels ?

™Culture et consomma!on : La culture est-elle commerciale, alterna!ve, créa!ve, objet de loisirs ou de plaisirs ?

™Culture et tourisme : Le tourisme instrumentalise-til la culture ? La culture devient-elle une a&rac!on touris!que ? Les conclusions du Colloque du Printemps culturel sont disponibles sur h&p://www.culturelux.be, rubrique « ac!vités ».

Des chiffres qui parlent ™180 personnes ont par!cipé à ce premier Colloque du Printemps culturel

™17 intervenants différents ont partagé leur savoir sur le thème de la culture comme levier de développement territorial

Les acteurs du projet ™Le CPAS de Meix-devant-Virton ™L’ASBL Arlon Centre Ville ™La Bibliothèque locale Provinciale ™Le Centre d’expression et de créa!vité Tribal Souk ™Alvéole Théâtre ™Vie Féminine ™L’ASBL Histoire Collec!ve ™L’ASBL Compagnie du Bout du Nez ™Le Centre culturel de Habay ™Et beaucoup d’autres… La liste complète des

e nant ssion abitent a p e ui h se ontr renc rsonnes q is qui ne e “Une a e p des ire m ent d entre e territo Un mom des m s. vail le mê issent pa u tra rtout d a e n c an con is su éresnaiss t es ma recon des autr inge » in suite a t n l e é r s m a n u ue er p m p e p ires r o a l t un « our déve men é l p p com e.” sant gies yner la cultur s s e d ur de médi auto E, Co résiS S U e CLA e et P Clair r en scèn xeme i r Lu Ma teu émie , Met enne de l’Acad e dent e geois r u bo

par!cipants au colloque est disponible sur demande auprès d’Elise Louppe, coordinatrice du projet

Plus d’info ? Province de Luxembourg Elise LOUPPE Chaussée de l’Ourthe, 74 6900 MARCHE-EN-FAMENNE Téléphone : 084/38.01.94 Mail : e.louppe@province.luxembourg.be

Site Internet h&p://www.culturelux.be

Luxembourg 2010 est une démarche née en 2001 de la volonté des responsables de la province de Luxembourg de soutenir et dynamiser le développement du territoire sur 10 ans, à travers le travail en réseau, l’engagement volontaire, l’accompagnement et le lancement de projets fédérateurs. info@luxembourg2010.be - www.luxembourg2010.be


LUXEMBOURG 2010 | PLAN D’ACTION VIE CULTURELLE | ÉTATS GÉNÉRAUX DU THÉÂTRE

J>xÚJH;

Les Etats Généraux du

POUR QUE LE THÉÂTRE APPORTE PLAISIR, ÉMOTION, INTELLIGENCE L’importance du théâtre dans la vie sociale et sa valeur éduca ve lui ont toujours valu la reconnaissance des pouvoirs publics qui lui accordent une a"en on par culière dans le budget des arts et des le"res. Si la pra que théâtrale, dans la province de Luxembourg, connaît depuis toujours un grand engouement, aujourd’hui, les lieux de diffusion, de forma on, de créa on se sont développés et le travail d’animateurs expérimentés a élargi le champ théâtral de la province. Hors les murs des grandes scènes, le théâtre est au cœur des programmes des Centres culturels et il a pénétré l’école et l’entreprise, la rue et les musées, les salons et les champs, l’hôpital et la prison, les Maisons de Village, les églises et les châteaux. Ce"e vitalité du théâtre n’exclut pas qu’une réflexion se développe au sein de la Grappe Culture de Luxembourg 2010 autour des ini a ves menées ou à mener, que des ques ons de répertoire, de forma on se posent parfois, qu’une meilleure diffusion des projets puisse être assurée et qu’il soit aussi ques on de l’intégra on de la créa on théâtrale dans un contexte socioculturel spécifique ainsi que de l’exporta on de nos « produits du terroir ».

Quels sont les objectifs du projet ? ™Rassembler en un même lieu les acteurs du monde théâtral en province de Luxembourg

™Réaliser un état des lieux du paysage théâtral en

Luxembourg

™Perme

re un temps de réflexion autour du théâtre en province de Luxembourg

Concrètement ? Dans le prolongement des rencontres du 21 octobre 2008 et du 17 mars 2009, il semblait important à la Grappe Culture d’aller à la rencontre du milieu ar#s#que contemporain. Dans un premier temps, il a été décidé de réunir ceux et celles qui pra#quent l’art du théâtre ou le font vivre. Le 7 novembre 2009, les acteurs du monde théâtral se sont réunis à Arlon afin de se concerter autour du thème « Théâtre et territoire ». Différents intervenants ont abordé le sou#en de la CFWB à la créa#on et à la diffusion des œuvres en région, le thème du « théâtre-ac#on ou l’ac#on du théâtre dans la société », le théâtre dans les régions d’Europe ou encore la transmission professionnel-amateur comme élément moteur de développement culturel d’un territoire. Trois ateliers ont été organisés sur les thèmes : La créa#on en région, Produc#on et diffusion, Théâtre et société. Ce e journée de réflexion a mis en lumière l’amour du théâtre de tous les par#cipants, la nécessité de le défendre et d’assurer sa promo#on. Chacun est sor#

444 123


convaincu qu’amener le plus large public possible à voir jouer une troupe professionnelle dans une salle telle que celle de la Maison de la Culture d’Arlon suppose que le goût du théâtre lui ait été donné, peut-être en ayant eu l’occasion d’être acteur lui-même dans une pièce mise en scène à l’école, dans un centre des jeunes ou une maison de village… Si le plaisir de jouer doit être accessible au plus grand nombre, il est tout aussi légi#me de souhaiter qu’il tende vers toujours plus de qualité, de perfec#on. Des proposi#ons ont été formulées dans les ateliers, telles que la mise en réseau des répertoires, la réalisa#on d’un inventaire des troupes et des acteurs, sans oublier la rédac#on de l’Histoire du Théâtre en province de Luxembourg. Les conclusions des Etats Généraux du Théâtre sont disponibles sur h p://www.culturelux.be, rubrique «ac#vités».

Des chiffres qui parlent ™65 personnes ont par#cipé à ces Etats Généraux du Théâtre

™14 intervenants différents ont partagé leur savoir sur le thème « Théâtre et territoire »

Les acteurs du projet ™Les Compagnons de Wandalino ASBL ™Le Nouveau Théâtre de Bartavelle ™La Troupe Saint-André d’Ochamps ™Le Théâtre «Des Travaux et des Jours» ™Le Théâtre de la Lune ™Timarans ™Alvéole Théâtre ™Et beaucoup d’autres… La liste complète des

Témoignage T ém

ette s de c s à e s o h des c ns pa tenir ous n’avo arativee r s i mp do en s “Si je e c’est qu ations co que nou é , é s r s n e c r e c s l jou no vin ns ir de utres pro voir les u onts p roug a s s u x e o n au et d ment besoin de es liens s et e i n g d s avon , de créer tes compa mateurs) n a es et le autr es différe nnelles, oire t i l o r i r e s te les in entr s (profes vec le vaincre ussi a e p n u e con tro is a n li urs e ciatif, de acité ma ive… o toujo t v s i a s v tre op de a initi mon ons de no genre d’ ée c’est tr i e n t c r stitu ouveler e jou n t, un Metde re cidémen ce et i r t é a m car d ” ie de -ani t! enne compagn i d é cour m a a, Co ne pour l nd Asile Aïch è ra c s G e n L e teur e-action tr théâ

par#cipants au colloque est disponible sur demande auprès d’Elise Louppe, coordinatrice du projet

Plus d’info ? Province de Luxembourg Elise LOUPPE Chaussée de l’Ourthe, 74 6900 MARCHE-EN-FAMENNE Téléphone : 084/38.01.94 Mail : e.louppe@province.luxembourg.be

Site Internet h p://www.culturelux.be Luxembourg 2010 est une démarche née en 2001 de la volonté des responsables de la province de Luxembourg de soutenir et dynamiser le développement du territoire sur 10 ans, à travers le travail en réseau, l’engagement volontaire, l’accompagnement et le lancement de projets fédérateurs. info@luxembourg2010.be - www.luxembourg2010.be


LUXEMBOURG 2010 | PLAN D’ACTION VIE CULTURELLE | FESTIVAL MAI’LI MAI’LO

Festival

C7?ÊB?C7?ÊBE

UN LIEU OÙ LES CULTURES SE MÉLANGENT

Lors des colloques organisés par la Grappe Culture de Luxembourg 2010 en 2008 et 2009, de nombreux opérateurs culturels avaient soulevé le besoin de réaliser en province de Luxembourg une fête de la culture dans tous ses états. Le but : promouvoir de manière posi!ve la culture auprès du grand public.

au public. Un accueil par!culier a également été réservé aux personnes plus « fragiles » : les personnes âgées, handicapées, les jeunes en difficulté, les personnes à revenu modeste ou à mobilité réduite. En outre, des ambassadeurs de la culture provinciale ont été invités à rencontrer et à dialoguer avec ce public.

Suite à ces entre!ens, la Grappe Culture a donc décidé d’organiser un événement culturel d’importance : le Mai’li Mai’lo. Ce fes!val a eu lieu pour la première fois les 22 et 23 mai 2010 aux Musées du Fourneau Saint-Michel et sera reproduit les 21 et 22 mai 2011.

Pour réaliser ce#e grande manifesta!on populaire, un appel a été lancé vers tous les opérateurs culturels de la province pour nourrir le programme par l’organisa!on de spectacles et/ou d’ac!vités per!nentes dans différents domaines tels que les arts vivants, le cinéma, la li#érature, l’histoire, l’archéologie, les arts plas!ques, l’ar!sanat…

Quels sont les objectifs du projet ? ™Fédérer les opérateurs culturels de la province ™Présenter les ini!a!ves marquantes dans différents domaines allant de la musique, au conte en passant par le cinéma, les arts de la rue ou encore le théâtre

™Valoriser la culture en province de Luxembourg

Lors de ce week-end a également été présenté la nouvelle version du site Internet h#p://www.culturelux. be (Cf. fiche-projet Site Internet Culturelux), ou!l de communica!on des ini!a!ves culturelles en province.

Des chiffres qui parlent ™Environ 5.000 personnes se sont rendues sur le site de la manifesta!on

Concrètement ? Ce#e manifesta!on s’est concré!sée sous forme d’un village culturel répar! sur les 80 hectares du musée en plein air et dans certains de ses bâ!ments (maisons, granges, ateliers). Il a été animé par des spectacles et ac!vités culturelles de qualité accessibles gratuitement

™Plus de 150 ar!stes ont par!cipé à ce week-end culturel ™34 spectacles différents ont été proposés au public en plus des exposi!ons et des anima!ons présentes durant tout le week-end

444 125


Témoignage T ém

Les acteurs du projet ™La Bibliothèque provinciale ™Le Service du Livre Luxembourgeois ™Le Miroir des Fes!vals ™Les Musées provinciaux ™Le Centre d’Hébergement et de Loisirs ™Le Service de la Diffusion et de l’Anima!on Culturelles ™Les ar!stes présents lors du fes!val

Plus d’info ? Province de Luxembourg Elise LOUPPE Chaussée de l’Ourthe, 74 6900 MARCHE-EN-FAMENNE Téléphone : 084/38.01.94 Mail : e.louppe@province.luxembourg.be

Site Internet h#p://www.mailimailo.be

chuiseau Mai’li o n u oter oir nt du huch se souvie joie d’av c t u e l a p i s e d an “Qu bord e, le ur qu ? D’a t. Ensuit ant n chote culturel y e a nem o ic blic Mai’l ipé à l’évé rand pu ion, publ . t g c a i é u st âg s part ent d e manife plus m e x s l s u t i u t a ce rav es c its du à tout-pet es richess ers n o p ré es d iv tion én un lial d fami la révéla vince : so ns et com al s o e i i r m u c p s usi Et p . Pa e la stes m les d tions oteturel l, ses arti s associa h c a chu se musé ses diver assée de s, br dien our une p r , n no hoeu s !” r le C t u n o e p , m BERT e LAM choteurs u q i in u Dom seaux Ch i O s de

Luxembourg 2010 est une démarche née en 2001 de la volonté des responsables de la province de Luxembourg de soutenir et dynamiser le développement du territoire sur 10 ans, à travers le travail en réseau, l’engagement volontaire, l’accompagnement et le lancement de projets fédérateurs. info@luxembourg2010.be - www.luxembourg2010.be


Autres actions

..............................................................................

Dans ce!e rubrique, il s’agit des projets portés, soutenus ou encouragés par Luxembourg 2010, mais qui ne sont pas reliés à un plan d’ac"on spécifique

127


128


LUXEMBOURG 2010 | AUTRES ACTIONS | PARTICIPATION AUX 20KM DE BRUXELLES

Les 20km de

8HKN;BB;I

À VOS MARQUES...

En 2005 et 2006, Luxembourg 2010 a apporté son sou!en aux spor!fs désirant courir les 20km de Bruxelles. Cet événement se veut être une ac!on spor!ve, dynamique, moderne, authen!que et portée par un groupe de personnes. Bref, il s’agit d’un projet à l’image de ce qu’est Luxembourg 2010. A cet effet, Luxembourg 2010 a mis en place un programme d’accompagnement à l’a#en!on des coureurs, eux-mêmes encadrés sur le lieu de l’événement par le service « Culture et Sport » de la Province de Luxembourg.

Quels sont les objectifs du projet ? ™Inciter les Luxembourgeois à la pra!que du sport ™Leur perme"re de par!ciper aux 20km de Bruxelles en toute quiétude (pas de long trajet en voiture, pas de difficulté de parking, pas de long retour fa!guant et donc dangereux en voiture)

™Rassembler les spor!fs luxembourgeois et les amener à se rencontrer autour d’un événement convivial

Concrètement ? Luxembourg 2010 et le service « Culture et Sport » de la province de Luxembourg ont organisé, à l’a"en!on des spor!fs luxembourgeois, un transport groupé en car jusque Bruxelles. Trois arrêts ont été prévus dans la

province afin de perme"re au plus grand nombre de s’y rendre : Arlon, Libramont et Marche. A leur arrivée sur le lieu de la course, chaque par!cipant s’est vu offrir une casque"e et un T-shirt à l’effigie de Luxembourg 2010. Ainsi, les coureurs ont pu arborer fièrement les couleurs de la démarche, et de ce fait, du Luxembourg. Afin de terminer la journée sur une note conviviale, un verre de l’ami!é a été proposé aux concurrents après la course.

Des chiffres qui parlent ™En 2005, 50 coureurs luxembourgeois ont profité du transport en car jusque Bruxelles

™En 2006, ils étaient une trentaine à par!ciper aux 20km de Bruxelles

Les acteurs du projet ™Le Comité de Pilotage de Luxembourg 2010 ™Le service « Culture et Sport » de la Province de Luxembourg

™La Maison du Luxembourg belge à Bruxelles

444 129


Témoignage T ém Plus d’info ? Province de Luxembourg Bruno MEUNIER Place de l’Abbaye, 12 6870 SAINT-HUBERT Téléphone : 061/25.01.61 Mail : b.meunier@province.luxembourg.be t nnan essio nr p m i so e t très 0 per imen de 25.00 autant d a r v e t é i r a r b a u i t n l to e ,o “C’é rir en l’arrivée une allur par u o c ué de eà t d’ éberl ncor épar nes. E qu’au d rtout été ssent des u de i pou J’ai s ousmon ume. e ceux qu s ou des p vant a G e en .A ed icapé ance fs urag le co nes hand a l’ambi r objecti u y n s o perso Et puis il ait mis p re sous le t . d s é ’ . n e s t n Il n sce sett attei ne rse, o et de de é u t o é c er on la if a bject rticip r la b de pa eures. L’o en valeu h re deux ussi mett a ” t . Libra fau ion nisat ur de e a r g u r o o ER, C COZI e h p to Chris t n o m

Luxembourg 2010 est une démarche née en 2001 de la volonté des responsables de la province de Luxembourg de soutenir et dynamiser le développement du territoire sur 10 ans, à travers le travail en réseau, l’engagement volontaire, l’accompagnement et le lancement de projets fédérateurs. info@luxembourg2010.be - www.luxembourg2010.be


LUXEMBOURG 2010 | AUTRES ACTIONS | LA MARGUERITE

La

C7H=K;H?J;

METTRE EN RÉSEAU LES ACTEURS DE L’INSERTION SOCIOPROFESSIONNELLE ET DE L’ANIMATION ÉCONOMIQUE Une subven!on du FSE dans le Programme européen Compé!!vité a été octroyée par le GW du 19.06.08 au projet appelé du doux nom champêtre « La Marguerite », visant à accroître par des voies innovantes l’employabilité dans la province de Luxembourg. Ce projet est porté par le consor!um CSEF/Forem (chef de file), Idelux/lux@venir, CCILB et Integra+ et a décroché un montant de 600.000€ sur 7 ans du FSE. Le projet FSE « La Marguerite » est né dans une philosophie de mise en réseau dans l’esprit de Luxembourg 2010.

Quels sont les objectifs du projet ? ™Favoriser l’employabilité en province de Luxembourg par la mise en réseau des animateurs économiques et du secteur de l’inser!on socioprofessionnelle et la professionnalisa!on de chacun de ces acteurs

™Créer une dynamique, au sein et entre les secteurs concernés par l’emploi, afin de perme#re à leurs représentants d’agir en synergie, de manière professionnelle, adaptée et durable en termes d’employabilité

Concrètement ? Au départ du projet, un inventaire des besoins des acteurs de l’Inser!on Socioprofessionnelle et de l’Anima!on Economique a été réalisé. Ces diagnos!cs ont été croisés

et validés par les acteurs lors d’une rencontre inter opérateurs en octobre 2009. A par!r de ces besoins, un premier plan d’ac!ons a été établi pour 2010 et certaines ac!ons concrètes ont été amorcées afin d’y répondre: ™Communauté de pra!ques sur le thème de l’accroche de l’intérêt du public

™Ini!er et améliorer la communica!on des opérateurs ™Forma!ons à l’évalua!on de sa pra!que professionnelle et de l’impact de son ac!vité dans le contexte

™Forma!on à la maîtrise des compétences managériales techniques, rela!onnelles internes et partenariales

™Publica!ons visant la connaissance des disposi!fs d’aide à l’emploi et à la forma!on

™Séances de présenta!on du contexte socioéconomique et répertoire des acteurs afin de leur donner une meilleure connaissance de leur contexte territorial

™Conférences et ateliers de prospec!ve afin de mieux percevoir les secteurs porteurs de demain

™Mieux connaître le monde des entreprises En plus de ces ac!ons prévues, les partenaires du projet FSE « La Marguerite » veillent à ini!er des ac!ons de communica!on, une rencontre annuelle de tous les opérateurs Anima!on Economique (AE) et d’Inser!on Socioprofessionnelle (ISP) ainsi qu’une évalua!on constante de leurs ac!ons.

444 131


Témoignage T ém

Des chiffres qui parlent ™Une centaine de personnes présentes lors de la journée du 6 octobre 2009

™51 personnes inscrites lors de la présenta!on du contexte territorial de la zone de Vielsalm en avril 2010

™31 personnes inscrites lors de la présenta!on du contexte territorial de la zone de Libramont en mai 2010

™37 personnes inscrites lors de la présenta!on du contexte territorial de la zone d’Arlon en juin 2010

™42 personnes inscrites lors de la présenta!on du contexte territorial de la zone de Marche-en-Famenne le 12 octobre 2010

™15 personnes membres du groupe de travail réseau dans la région de Vielsalm

™15 personnes suivent la forma!on à l’évalua!on à l’automne 2010

™20 personnes par!cipent à la communauté de pra!ques sur le thème de l’accroche depuis juin 2010

Les acteurs du projet

je rite, rgue s la a M a n n da s de L ’étai électatio tte avenj e u q e d phyte avec ’impose c ager “Néo s investi g u q n e ’ n i io de m » lancée e me su en quest c n che cha se oyaremi ’ai eu la : « l’Accro e et empl nt J v s i . e t oi ec roule ture eux v t « prosp que se dé ford s n e re da de ux à fai ent arva tions sur B . Réussir es opéra entiellem » d s s é t bilit anémen publics e ure, pari un s e s lt simu n avec de une gag nt permi t o i o i e a t c t ” . a m ran , c’é uin rents te et tolé sitif mi-j diffé u o o p c s i. É trè e la réuss ssement ole d i c t E , u I o ère – ab ELL LIAN sfrontali L I U n lG ce tra -Pau Jean me chan iè deux y w g n Lo

™Le CSEF (Forem) ™La CCILB ™Intégra + ™IdeLux (lux@venir) ™Tous les acteurs de l’anima!on économique de la province

™Tous les acteurs de l’inser!on socioprofessionnelle de la province

Plus d’info ? CSEF du Luxembourg belge Eliane PREVOST Rue des Déportés, 79 – Bte A3 6700 ARLON Téléphone : 063/24.25.30 Mail : eliane.prevost@csef-lux.be

Sites Internet h#p://www.csef-lux.be h#p://www.ccilb.be h#p://www.integraplus.be h#p://www.idelux-aive.be Luxembourg 2010 est une démarche née en 2001 de la volonté des responsables de la province de Luxembourg de soutenir et dynamiser le développement du territoire sur 10 ans, à travers le travail en réseau, l’engagement volontaire, l’accompagnement et le lancement de projets fédérateurs. info@luxembourg2010.be - www.luxembourg2010.be


LUXEMBOURG 2010 | AUTRES ACTIONS | AGENCE PROVINCIALE DU BÉNÉVOLAT

Agence provinciale du

8xDxLEB7J

VERS LA CRÉATION D’UNE AGENCE PROVINCIALE DU BÉNÉVOLAT Nul besoin de longs discours pour démontrer l’importance du volontariat au sein de notre société. Quelles que soient ses mo va ons, l’engagement volontaire cons tue une ressource importante pour les associa ons. Selon certaines es ma ons, plus de 1.500.000 Belges œuvrent dans des domaines aussi diversifiés que le sport, l’ac on sociale, les associa ons professionnelles, les arts et les le#res, les loisirs. C’est dans ce cadre que Luxembourg 2010 sou ent le projet de Jean-Paul Weles, profondément engagé dans la cause du volontariat. Celui-ci souhaite créer une « Agence provinciale du Bénévolat ».

Quels sont les objectifs du projet ? Les objec!fs du projet sont de déterminer si la créa!on d’une Agence provinciale du bénévolat répond à des besoins, à des a"entes de la popula!on luxembourgeoise mais aussi des associa!ons fonc!onnant avec des bénévoles. Les missions de ce"e agence seraient :

™D’apporter une aide aux ASBL de tous horizons dans la ges!on de leurs volontaires, que ce soit en ma!ère juridique ou comptable

™De pouvoir créer une banque de données perme"ant de me"re en rela!on les associa!ons ayant un besoin crucial de volontaires pour survivre et pour poursuivre leurs ac!ons

™De promouvoir le bénévolat et mobiliser un engagement volontaire auprès des jeunes et des personnes qui ont du temps libre

Concrètement ? Jean-Paul Weles, auteur d’un mémoire sur le bénévolat en province de Luxembourg « Une agence locale du bénévolat en Centre Ardenne ? », est à l’origine de ce projet. Il a rapidement été soutenu par le Département des Affaires Sociales et Hospitalières de la Province et par Luxembourg 2010 qui a alloué 10.000€ pour réaliser une étude de faisabilité. Dans ce contexte, Monsieur Weles a consulté les 44 communes de la province, des responsables de la Province, Région, Communauté et du Gouvernement fédéral pour leur exposer son idée. Des soirées-rencontres ont été organisées fin 2009 pour présenter les objec!fs et les missions de ce"e agence provinciale du volontariat aux membres des associa!ons à caractère social, culturel, spor!f, touris!que, etc. Au total, elles ont réuni plus de 400 personnes représentant chacune au moins 2 associa!ons. Une liste des besoins et a"entes ainsi qu’une liste des priorités ont été dressées suite à ces rencontres. Une grande majorité des personnes rencontrées trouvent la démarche intéressante et souhaitent un suivi du projet.

444 133


Témoignage T ém

Des chiffres qui parlent ™1.500.000 Belges bénévoles œuvrent dans des domaines aussi diversifiés que le sport, l’ac!on sociale, les associa!ons professionnelles, les arts et les le"res, les loisirs…

™Les 44 communes de la province du Luxembourg ont été consultées

™400 personnes représentant chacune au moins 2 associa!ons ont par!cipé aux soirées-rencontres

Les acteurs du projet ™La Province de Luxembourg (le Département des Affaires Sociales et Hospitalières)

™Jean-Paul Weles

Plus d’info ? Agence Provinciale du Bénévolat Jean-Paul WELES Rue du Vieux Moulin, 9 6600 BASTOGNE Téléphone : 061/21.28.79 Mail : jean-paul.weles@skynet.be Province de Luxembourg Chris!ne WELSCHEN Square Albert 1er, 1 6700 ARLON Téléphone : 063/21.27.51 Mail : c.welschen@province.luxembourg.be

ovinre pr nt, u t c u me str ’une très large teurs d n o es ac réati tenir , “La c emble ob nsemble d mmunes s o e ’ cC e l l e s s e a e ci ion d ue sont l s de tous s é h l’ad ux q ociation s dimen ncia is provi ue les as t de toute et de terr q s j e i o n s é r e t s p n i ai au un ctiv s t a r ’ n u d a e e teurs En propos um d’act parler, s . xim nt se changer. sions n ma e pourro u , et é e r toi term onnaître , un des u d » large trer, se c t réseau 10.” 0 fe on f 2 e ’ g l r renc la, « xembou e c t s du Lu C’e teur ifs de a t n c i e j d ob Coor ELES, W l u -Pa Jean t e j o pr

Luxembourg 2010 est une démarche née en 2001 de la volonté des responsables de la province de Luxembourg de soutenir et dynamiser le développement du territoire sur 10 ans, à travers le travail en réseau, l’engagement volontaire, l’accompagnement et le lancement de projets fédérateurs. info@luxembourg2010.be - www.luxembourg2010.be


ÉVOLUTIONS PLUS CONTRASTÉES L’ac on de Luxembourg 2010 se dis ngue par l’avancement de projets qui ont pu s’appuyer à un moment ou un autre sur une mise en réseau intelligente de ressources du territoire pour faire progresser les dossiers, sans pour autant aujourd’hui cons tuer des plans d’ac on comme les autres. Ils concernent : • Le projet structurant Pôles d’ac!vités socioéconomiques spa!ales en Ardenne (Libin) mené par idelux a connu une accéléra on importante en 2009 avec l’ouverture du centre d’entreprises du parc d’ac vités Galaxia, dédié aux applica ons spa ales. Ce parc représente un poten el très intéressant pour l’ensemble de la province, mais aussi pour développer des connexions plus franches avec les milieux de R&D et l’étranger, dans un objec f d’applica ons concrètes • Le projet structurant « Ardenne Logis!cs » centré sur la zone d’ac vités économiques de Molinfaing, dont le programme d’équipement est très avancé. Il a pu s’appuyer sur le partenariat fort des Communes de Neufchâteau, Léglise et Vaux-Sur-Sûre, de la Province, d’Idelux, des forces vives en général et même de groupes privés, que ce soit ini alement ou à divers moments-clés de son démarrage (Charte de Redéploiement du Centre Ardenne). Ses réalisa ons vont s’adresser à un public nombreux : 80 hectares y sont consacrés aux ac vités logis ques et les études parlent d’une créa on de 1.000 emplois

redéfini on du plan d’ac on a été tenté en associant la Région wallonne, sans succès • La Grappe « Enseignement supérieur » cons tue un autre cas d’école illustrant à la fois le succès, mais aussi la difficulté de la mise en place de ce qu’il faut appeler une nouvelle gouvernance au sein de la Province. Le plan d’ac on de la grappe s’ar culait autour de deux axes majeurs. Le premier d’entre eux concernait le développement du Campus de l’ULg sur le site d’Arlon. Les objec fs ont été rencontrés et les perspec ves sont très posi ves avec des ambi ons à court, moyen et long terme clairement définies, un pilotage et des chefs de projet clairement iden fiés, un réseau qui se crée mais doit encore être élargi, des réalisa ons concrètes (Master, Université d’été, Master transfrontalier, collabora ons avec l’Université de Luxembourg, etc.) perme$ant de toucher un public estudian n à capter davantage. L’autre axe concernait le rapprochement entre les deux Hautes Ecoles de la province où les négocia ons, notamment dans le domaine d’une codiploma on, ont échoué pour des raisons philosophiques et de concurrence entre réseaux, raisons qui l’ont emporté sur la stratégie générale de la démarche. Néanmoins, la ques on n’est certes pas vidée à l’heure actuelle.

Enfin, il est une grappe qui présente un état d’avancement insa sfaisant : la Grappe « Image », qui reste un chan er complexe à faire abou r.

Certaines grappes présentent un bilan plus contrasté dans la mesure où le travail a été effectué dans l’esprit de Luxembourg 2010 sans être automa quement couronné de succès. • Un exemple est celui du projet structurant « Val de Poix » encadré techniquement et poli quement mais qui s’est heurté à des difficultés hors de la maîtrise des acteurs. Par rapport aux inten ons, l’objec f n’est pas a$eint. Par rapport au site en ques on et à l’idée qui portait le projet, les besoins demeurent • La Grappe « Filière porcine » a connu le même sort. Le projet qu’elle portait a peut-être été développé au mauvais moment. La ges on des phénomènes NIMBY est par ailleurs complexe. Ici aussi, l’inten on de départ reste valide et l’opportunité à saisir est toujours présente. Un essai de

Selon un point de vue souvent exprimé, le succès des plans d’ac on est condi onné par la mo va on des pilotes de grappes et la ges on opéra onnelle de la grappe par une ins tu on ou une structure per nente par rapport à la théma que. Certains précisent que le travail des grappes et les ac ons qui n’ont pas abou ne résultent pas forcément d’un mauvais fonc onnement ou d’une mauvaise réflexion. L’amplifica on des réseaux apparaît cependant bien souvent nécessaire aux yeux de beaucoup d’observateurs. On peut ajouter que dans la logique de « performance obligée », les échecs sont souvent mieux relayés que les réussites et « semblent » plus reten ssants.

L’efficacité des grappes passe surtout par : • le dynamisme des réseaux • la présence d’un pilote et d’un technicien inves s réellement dans les projets • la densité du réseau • la capacité à mobiliser des moyens pour faire vivre des projets

135


136


LE REBOND ..................................

UNE DÉMARCHE RÉACTUALISÉE Les ambi!ons ini!ales à savoir véhiculer une image posi!ve du territoire et de l’iden!té luxembourgeoise, et appuyer le développement du territoire et de ses habitants en termes sociaux, économiques, environnementaux et culturels, restent d’actualité. D’autant que Luxembourg 2010 doit pouvoir renforcer sa légi!mité dans le contexte actuel de crise dès lors qu’elle promeut les réflexes de solidarité. Cependant, face à l’évolu!on de la Province de Luxembourg et de son territoire (perspec!ves démographiques, émergences

de dynamiques supra-communales, incer!tudes sur l’avenir des provinces, crise économique, etc.), l’argumentaire de la démarche doit néanmoins être réactualisé. Valoriser l’acquis, poursuivre les projets entrepris, définir de nouvelles priorités et les concré!ser, tels sont les objec!fs de la future démarche. Fédérer les énergies, s!muler les échanges, dépasser les intérêts par!culiers, telle restera la méthode pour y parvenir.

......................................

TROIS THÈMES DÉTERMINANTS Au niveau opéra!onnel, le sou!en à l’ensemble des ac!ons qui ont été lancées dans Luxembourg 2010 sera maintenu. Dans le même temps, une mise en avant de trois théma!ques répondant à des enjeux actuels et déterminants du territoire a été proposée : • La mobilité : adapter la mobilité aux besoins de la société d’aujourd’hui et de demain, développer un plan global pour le Luxembourg en tenant compte de la dimension rurale

• La cohésion sociale : conserver une mixité intergénéra!onnelle au sein du territoire et concilier le phénomène du vieillissement et le statut de la province « la plus jeune » • L’écodéveloppement : promouvoir les économies d’énergie dans l’immobilier, développer les énergies renouvelables de manière concertée et maîtrisée, structurer l’offre de forma!on dans les mé!ers verts

..................................

DES EXPERTS ET UNE BOÎTE À OUTILS AU SERVICE DES PROJETS Au niveau opéra!onnel toujours, la plus-value de la future démarche reposera sur la mise à disposi!on des porteurs de projets d’une boîte à ou!ls souple et polyvalente. Ainsi, la démarche et ses membres, forts de leur expérience des 10 dernières années, proposeront aux porteurs des

forma!ons, une exper!se technique, des conseils, un relais vers les niveaux de pouvoir, des échanges d’expériences via le réseau, une amplifica!on des projets, une aide au montage, du lobbying, une aide à la recherche de financements, etc.

......................................

UNE RÉFLEXION PROSPECTIVE En parallèle à l’aspect opéra!onnel, il convient de maintenir une réflexion prospec"ve qui donne une cohérence de long terme à l’ac!on publique, et permet de redéfinir les priorités. Ainsi, l’ambi!on est d’organiser, annuellement ou tous les deux ans, un large forum ouvert

au public, rassemblant les acteurs du réseau et perme%ant de réfléchir à l’évolu!on du territoire. Cet événement pourrait être parrainé par une série de Luxembourgeois connus et reconnus en province mais aussi en dehors, qui officieraient en qualité d’Ambassadeurs du Luxembourg.

137



Luxembourg 2010 - Le Bilan