Issuu on Google+

LETTRE AUX CLUBS Trimestriel ffgolf • n° 78 • 1e trimestre 2013

Assemblée Générale élective G. Barbaret : retour sur 8 ans de présidence p. 3

J-L. Charon : portrait du Le programme en successeur déclaré détail p. 10

p. 14

www.ffgolf.org


sommaire

assemblée générale élective 2013. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le bilan du Président. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p3

Jean-Lou Charon : portrait du successeur déclaré . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p 10

Le programme en détail

p 14

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

vie des clubs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Découverte du golf du Bois d’Ô avec ses 1 002 licenciés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p 15

Réunion ffgolf - ADGF à destination des gestionnaires de Clubs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p 18

L’agenda complet des Opérations de découverte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p 19

juridique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Décision autorité de la concurrence. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p 20

Questions / réponses. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p 21

Décisions disciplinaires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p 23

Agents sportifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p 25

Lettre aux Clubs - trimestriel édité par la ffgolf 68, rue Anatole France - 92309 Levallois Perret cedex - www.ffgolf.org Directeur de la publication : Christophe Muniesa Réalisation : Direction marketing, communication et Ryder Cup - Photos : Alexis Orloff, Roland Botella, Philippe Millereau & Françoise virlogeux - Rédaction : Nathalie Vion n°78 - 1e trimestre 2013 ISSN 1626 - 9063 Tous droits de reproduction totale ou partielle réservés

PARTENAIRES OFFICIELS FOURNISSEURS OFFICIELS

PARTENAIRE MAJEUR

PARTENAIRES MEDIA

Lettre aux clubs n°78 - 1e trimestre 2013 / www.ffgolf.org


assemblée générale élective

●3

2005-2013 : le bilan du Président À l’issue de deux mandats et de huit ans particulièrement riches en événements, le président Georges Barbaret fait le point. «Stratégies de départ partagées» entre élus et permanents, relations «apaisées» pour les différents acteurs du golf français, professionnalisation tous azimuts de la Fédération, écologie, communication, relations avec les clubs, internationalisation et surtout obtention de l’accueil de la Ryder Cup au Golf National en 2018 auront marqué sa présidence.

Pas un monde parfait en huit ans mais un grand bout de chemin ! Lettre aux clubs n°78 - 1e trimestre 2013 / www.ffgolf.org


4 ● assemblée

générale élective

M.Barbaret, cher président, peut-on vous demander ce que vous ferez le 30 mars 2013, au lendemain de l’AG élective où vous passez le flambeau à Jean-Lou Charon, votre successeur à la présidence de la ffgolf ?

Le 30 mars ?... J’irai à la pêche à la crevette! Avez-vous déjà réfléchi à votre emploi du temps futur? Allez-vous passer plus de temps dans votre chère Bretagne? Profiter de votre maison sur le golf de Dinard/ Saint-Briac? Ou continuer à être au service du golf comme vous le faites depuis près de quarante ans ?

Oui, je vais passer plus de temps à Saint-Briac... Après, il est certain que je suis tombé dans la marmite depuis longtemps et qu’il me sera difficile d’en sortir d’un seul coup! J’ai cependant une règle: une nouvelle équipe arrive à la tête de la ffgolf et c’est elle qui détient l’autorité en matière de gestion, de management et de gouvernance, les anciens n’ayant pas à s’immiscer dans ces domaines. En revanche, si la nouvelle équipe juge que je peux apporter quelque chose, c’est avec plaisir que je le ferai! Mais je ne suis demandeur de rien. 

Lettre aux clubs n°78 - 1e trimestre 2013 / www.ffgolf.org


●5

Avez-vous beaucoup hésité avant de décider de ne pas vous représenter pour un troisième mandat de président de la ffgolf ?

Non. Et il y a trois raisons à cela. Première raison : l’âge. J’ai 74 ans et c’est le bon moment pour laisser un nouveau souffle arriver. Deuxième raison : la Ryder Cup en France en 2018. Il faut, à la tête de la Fédération française de golf, quelqu’un qui conduise le projet de maintenant à 2018. Cela signifiait donc cinq, voire six ans de plus. Et je me voyais mal conduire cette mission-là à 80 ans, ce n’est pas très sérieux ! Troisième raison :

ma famille. Et j’ajouterai une raison 3 bis : quand vous êtes en région comme je le suis, c’est toujours plus fatiguant que quand on est près de Paris pour se rendre au siège de la ffgolf (à Levallois-Perret). Si je vivais à Lyon, à Nantes, ou même à Rennes, soit à deux heures de Paris par le TGV, cela entrerait encore dans les critères que je me fixe aujourd’hui. De Saint-Briac, il faut compter près de 4 heures. Et quand vous faites l’aller-retour dans la journée... Donc aucun regret?

Lettre aux clubs n°78 - 1e trimestre 2013 / www.ffgolf.org


6 ● assemblée

générale élective

Non, aucun. Dans ma vie de chef d’entreprise, j’ai toujours agi ainsi : «Je décide, je pars». J’ai surtout toujours pensé qu’il fallait une succession préparée et dans une vue partagée de l’avenir. C’est comme cela qu’on évite les problèmes et qu’on met en place la suite dans de bonnes conditions. Là, je suis ravi qu’il y ait eu la liste unique de Jean-Lou Charon et que tout se passe bien. Quel est votre état d’esprit là, tout de suite ?

Totalement apaisé. Sauf qu’il pleut et que je ne peux pas sortir pour jouer au golf ! Du samedi 2 avril 2005 au vendredi 29 mars 2013, vous aurez été au cœur de huit années assez extraordinaires : le golf  devenu olympique pour les Jeux de 2016 à Rio, un joli nombre de victoires des joueurs et joueuses français sur le circuit professionnel européen (avec notamment les coups d’éclat de Gwladys Nocera, vainqueur de l’Ordre du mérite en 2008, ou de Thomas Levet, vainqueur de l’Open de France 2011), La grande «perf» de Grégory Havret, 2e de l’US Open 2010, la création de l’AGF Golf Tour en 2007 (devenu ensuite Allianz Golf Tour) et du Generali Ladies Tour en 2010, la médaille d’or des amateurs français aux Mondiaux par équipes messieurs en 2010, l’Evian Masters qui devient Majeur en 2013, et surtout l’obtention de l’accueil de la Ryder Cup 2018 en France ! Comment avez-vous vécu ces sommets-là ?

Parfois, quand les choses fonctionnent bien, on dit : «C’est le Président». Bon, ça fait toujours plaisir... Mais c’est toute une équipe qui a réussi en amenant dès le départ une véritable stratégie partagée. La difficulté, dans une Fédération sportive, c’est de bien faire cohabiter deux mondes, celui des élus et celui des permanents. Pour cela, il faut donner des objectifs clairement identifiés et partagés. La «guide line» de mes huit ans de Présidence, c’était cela. Il n’y a pas de victoires dans le monde associatif sans ce paramètre-là. Toute mon histoire professionnelle (notamment, de 1980 à 2000, directeur général du groupe Coopagri-Bretagne dans le Finistère, une importante coopérative agroalimentaire), a tourné autour de cette idée de participation, dans le coopératif et le mutualisme. À part une période «dans le capitalisme», quand j’étais chez Rhône-Poulenc (19641970), toute ma carrière s’est faite dans le monde mutualiste. Et c’est le fruit de cette longue expérience que j’ai pu apporter dans mes fonctions à la ffgolf. Dès le début de votre premier mandat, en 2005, vous avez en effet imaginé une organisation des différentes commissions de la ffgolf assez originale...

Oui. Toutes les commissions fonctionnent en duo : un élu et un permanent. Et ce sont ces duos qui ont mené la boutique ces dernières années. C’est parti de l’idée selon laquelle, en général, quand on est élu, «on croit savoir» ! Là, avec ce système, on est passé d’un monde d’amateurisme de gestion à un monde de professionnalisme de gestion. On a des permanents qui sont de grands pros dans leur domaine. Pour le sport, ce sont même deux duos que nous avons mis en place avec François Illouz et Pascal Grizot comme élus et, côté permanents, Christophe Muniesa (DTN) et Maïtena Delamontagne (DTN-Adjoint). Pour le monde professionnel, Michel Duplaix et Agnès Sallandrouze. Pour le Développement, Pierre Massie et Basile Lenoir. Pour la Ryder Cup, Brigitte Deydier et Pascal Grizot. À la tête de la Fédération, on trouvait aussi ce modèle de duo avec Christophe (Muniesa, Directeur exécutif) et moi en tant que Président élu. Il faudrait citer tout le monde, toutes les commissions... En tout cas, ces grands cadres de la Fédération, je les débaucherais maintenant sans hésiter pour rejoindre mon entreprise ! Ah bon, vous allez monter une entreprise ! Et de quoi ?

De pêche à la crevette (rires) ! En attendant cela, l’«entreprise ffgolf» n’a pas trop mal réussi avec 422 761 licenciés enregistrés fin 2012 (contre 368 000 fin 2005). Et même si au début de votre premier mandat,  en 2005, vous vous étiez fixé l’objectif des 500 000 licenciés...

Oui, ce n’est pas satisfaisant. La vraie réussite, cela aurait été 30 à 40 000 licenciés de plus, soit 450 à 460 000 licenciés en tout. En revanche, les études montrent qu’il y aurait plus de 800 000 pratiquants en France. Cela signifie que quasiment sans aide les subventions du Ministère des Sports représentent moins de 4% de notre budget, nous avons beaucoup augmenté le nombre de joueurs. Le programme des «100 petits équipements nouveaux», qui a été lancé avec le dossier de la candidature «Ryder Cup 2018» comptera t-il pour beaucoup dans la progression du nombre de pratiquants et donc de licenciés?

Oui, et là, nous avons réussi notre affaire. En deux ans et demi, 54 structures de ce type, c’est à dire des parcours compacts et des pitch & putt souvent proches des centre-villes ont vu le jour! C’est étonnant. Et nous avons aujourd’hui une centaine de dossiers sous le coude. L’objectif des 100 sera bien atteint en cinq ans.

Lettre aux clubs n°78 - 1e trimestre 2013 / www.ffgolf.org


●7

Je voudrais souligner que là encore, nous sommes dans la continuité de la stratégie de départ qui était de développer les compétitions sur neuf trous et de permettre à tous d’obtenir un index sur 9 trous. Pour beaucoup de gens, se classer sur 18 trous est un repoussoir. Trop long, trop de temps... L’environnement a également été un axe fort de votre présidence...

Oui, cela faisait partie des thèmes de notre stratégie de départ. C’est mon côté agricole ! Vous savez, quand je suis sur un parcours de golf, au-delà du jeu, je suis déjà très heureux d’être simplement «sur la terre». C’est le duo Jérôme Paris/Basile Lenoir qui a pris les choses en main. Ils ont mené un travail formidable. Deux chartes ont été passées avec les ministères des Sports et de l’Écologie/Environnement. Le golf français s’engageait à utiliser moins d’eau, moins de produits phytosanitaires... En nous appuyant sur l’AGREF (Association Française des personnels d’Entretien des Terrains de Golf), on est en train de changer l’idée selon laquelle les terrains de golf ne sont pas compatibles avec le respect de l’environnement. Ça, c’est un grand moment. Et les chartes en faveur du respect de l’environnement sont excellentes pour l’image du golf en général. Excellentes aussi pour l’image du Golf National à Guyancourt, où se tiendra la Ryder Cup en 2018?

Oui, je relie aussi toutes ces avancées au Golf National. D’autant que ça, c’est mon truc ! C’est ce qui me passionne ! Le Golf National, c’était un peu un bébé mal né, un enfant dont personne ne voulait vraiment il y a 25 ans quand Claude-Roger Cartier (président de la ffgolf de 1981 à 1996) et Hubert Chesneau lancèrent le projet. Il s’est donc créé avec beaucoup de difficultés et une gestion compliquée. Ces huit dernières années, avec, à la tête de la commission, le duo Olivier Roche/Jacques Pelard (élu auquel a ensuite succédé Jérôme Paris), le Golf National a enfin pris toute sa place. Tous les Championnats de France des Jeunes y ont lieu. L’Alstom Open de France s’y déroule aussi en permanence alors qu’avant, il se tenait parfois ailleurs en France. Et si, toujours dans cette fameuse stratégie de départ partagée, nous n’avions pas eu l’idée de faire définitivement du National un véritable stade de golf, jamais nous n’aurions obtenu l’organisation de la Ryder Cup pour 2018. C’est un peu comme si les morceaux du puzzle s’étaient imbriqués les uns dans les autres au fil du temps. Nous savons tous qu’il n’y a pas de grand sport sans grands événements et sans grands champions. Et là, on y est. On tient notre grand événement. Ce grand objectif sans lequel on ne mobilise pas les gens, c’est la Ryder Cup 2018 ! Pour une grande Ryder Cup en France, il faudrait un ou deux grands champions français dans l’équipe européenne. Or, si nous avons vu pas mal de champions et de victoires ces huit dernières années, il manque toujours de grands joueurs tricolores dans le top 50

Lettre aux clubs n°78 - 1e trimestre 2013 / www.ffgolf.org


8 ● assemblée

générale élective

ou le top 30 mondial. Hormis Karine Icher (33e Rolex world Ranking - fév. 2013 du classement mondial féminin), aucun Français, filles et garçons, n’a même fini dans le top 100 mondial en 2012 ! Une déception pour vous qui espériez, en 2005, voir au moins «un joueur dans le top 10 mondial» avant la fin de votre présidence ? 

Sport Organisation, à la tête du directoire) et la ffgolf pour 1/3 (conseil de surveillance, avec Éric de Saint Louvent). C’était le bon mariage pour être à la fois plus performant tout en respectant notre mission fédérale. Et les relations avec Marie-Odile Amaury et ASO sont en plus excellentes.

Oui, c’est la petite déception, indéniablement. Nous avons pourtant beaucoup travaillé et bien avancé sur la transition amateur/pro. Et n’oublions pas que depuis deux ans nous avons une quinzaine de Français qui jouent sur le circuit européen ! Mais il reste la question : pourquoi avons nous des champions du monde ou des champions d’Europe amateur et pas de pros dans les tous premiers mondiaux ? Faire ce qu’ont réussi les Allemands (Kaymer), les Italiens (Manassero, les frères Molinari) et aussi les Espagnols... Chez nous, la nouvelle génération, celle des Wattel ou Dubuisson, est capable d’aller très loin. Mais une fois qu’on a bien fait le travail, qu’on a élargi la pyramide de joueurs de haut-niveau, qu’on a emmené nos amateurs se confronter aux meilleurs sur tous les continents, qu’on a proposé à nos pros et à nos amateurs les conseils de compétences reconnues dans leur domaine (Bob Rotella, Manuel Piñero, Jean Van de Velde, Patricia Meunier-Lebouc, Christian Cévaër...), on ne sait pas dire, statistiquement, ce qui fait que les joueurs passeront le dernier cap ou non. Un ami qui est Président de Fédération lui-aussi me disait : «On doit amener le maximum d’athlètes devant la rivière mais après, difficile de dire qui va réussir à sauter la rivière...».

Les relations entre les clubs et la Fédération française de golf étaient également essentielles à vos yeux...

On retiendra aussi de vos deux mandats, la création de ffgolf Production et des deux circuits pros (Allianz Golf Tour pour les messieurs, le Generali Ladies Tour pour les dames), si importants pour l’ensemble des pros ou futurs pros français. Et même si le groupe Allianz a mis un terme à son partenariat après six belles années (Generali poursuivant en revanche l’aventure jusqu’en 2015)...

Oui. Et cela faisait là encore partie de notre stratégie de départ, avec la commission professionnelle. Il fallait créer une filiale (ffgolf Production) que nous contrôlerions réellement et qui mettrait en place ces circuits de tournois sur le sol français. Au fil des années, la gestion de la filiale est devenu tellement pro que nous avons eu besoin d’un opérateur, notamment pour la recherche de partenaires, qui est un vrai métier. Il faut en quelque sorte réussir le mariage de l’associatif et du capitalisme. Aujourd’hui, ffgolf Production, c’est ASO pour 2/3 (Amaury

C’était peut-être l’avantage d’avoir un président qui vient du terroir! Je me suis mis au golf tard, à 40 ans, chez moi, en Bretagne. Au golf de Brest-Iroise, nous sommes partis de rien. Et je suis devenu le président de ce club. Cette vie de club, je l’ai vécue et j’ai toujours pensé que le club, c’est le plus important. La décentralisation a donc été un de nos grands axes à la ffgolf. Une autre de nos «guide lines». Cela s’est traduit par un nombre croissant de réunions de Ligues à la Fédération. Beaucoup de travail de fond autour des relations avec les clubs ou les chaînes de golfs. Cela se poursuit en 2013 et c’est une constante. Aurélien Didier (chargé de mission relations clubs) a pris en charge ce secteur. Il a maintenant un adjoint, ce qui fait deux personnes dédiées et nous avons eu d’excellents retours. Mon but, durant ces huit ans, a été de créer des relations entre toutes les familles du golf. Des relations apaisées. Ou au minimum des relations «normales». Par exemple avec l’AGREF ou la PGA France. Avant, on existait que lorsque qu’on était «contre» la Fédération, le schéma classique, quoi. Là, je crois qu’on peut se parler. On peut travailler calmement sur beaucoup de sujets, je pense notamment à la formation, qu’on oublie souvent... Nous sommes devenus, avec les golfs associatifs comme avec les golfs commerciaux, une «confédération». S’il y a un problème, on se retrouve à la Fédération pour en discuter. Il y a cohésion. Même si je ne suis pas naïf au point de croire que nous sommes arrivés à un monde parfait en huit ans, nous avons fait un grand bout de chemin. Donc la maison ffgolf est en ordre en 2013 ?

Oui. Côté finances, c’est une «fédé» qui est considérée comme étant bien gérée. Socialement, même si les temps sont durs, le management des hommes et des femmes se passe bien. Et cela, en tout premier lieu, grâce à l’exécutif. Les élus, eux, sont davantage là pour apporter leur patte en matière de conseil, de partage et de management participatif. J’y reviens encore : pour qu’il n’y ait pas de problèmes, on doit être dans une relation de confiance, d’affectif partagé. 

Lettre aux clubs n°78 - 1e trimestre 2013 / www.ffgolf.org


●9

Comment définiriez-vous ce qui a fait «la touche Barbaret» entre 2005 et 2013 ? En 1, je dirais que j’ai apporté une professionnalisation de la Fédération. En 2 : la formation de toutes les équipes. En 3 : le partage d’objectifs fixés en commun entre élus et permanents. En 4 : la confiance et les relations humaines. Comment va se passer le passage de témoin entre vous et Jean-Lou Charon  ? Avez-vous beaucoup échangé déjà ? Lui avez-vous donné un petit conseil ?

Oui, bien sûr, nous avons échangé avec Jean-Lou. Depuis longtemps, on a estimé qu’il avait toutes les qualités pour la fonction. Le seul conseil que je lui donne, c’est : «Reste toi-même et mène l’entreprise avec tes propres qualités. Ne fais pas du Barbaret bis» ! Que diriez-vous du «style Charon?»

Il a des qualités humaines très riches. C’est surtout une personne qui vient de l’entreprise, ce que je préfère pour un dirigeant. Il va apporter une touche internationale très forte car il était dans le commerce international. Il parle aussi trois ou quatre langues... 

Avec pas mal de personnes, je l’ai dit, que je pourrais réellement embaucher dans mon entreprise... de pêche à la crevette ! Petite question légère pour finir: quel est votre index actuel et quelle ambition vous fixez-vous maintenant que vous allez avoir la tête libre pour votre entraîner comme un pro, chez vous au golf de Dinard/ Saint-Briac ?!!!

Mon index le plus bas a été 12. Mais après ces huit ans passés à la présidence de la Fédération... Je n’ose pas dire où j’en suis ! Disons qu’être président de la ffgolf et réussir à rester un honnête joueur de golf, c’est du domaine de l’incompatible ! J’ai donc aujourd’hui une marge de progression tout à fait extra...ordinaire (rires) ! Mais le golf apporte tellement de choses à côté du simple aspect sportif: le plaisir des rencontres, l’aspect ludique, les bénéfices sur la santé, les paysages... D’ailleurs, là, tout de suite, depuis la fenêtre de ma maison sur le golf, je vois le drapeau du 14 qui flotte dans le vent. Et même s’il pleut, cela donne envie de jouer !

Fiche d’identité

Cette ouverture de la ffgolf à l’international est-elle déjà bien amorcée?

Oui. Je dirais que la ffgolf est sortie de son «nationalisme». Et l’obtention de l’accueil de la Ryder Cup en 2018 n’a fait que renforcer cette tendance. À l’international, on commence à prendre plus de positions. En 2012, nous avons aussi Pierre Bechmann qui est devenu capitaine du Royal & Ancient. Inédit pour un Français ! Il va aussi rentrer à l’AEG (Association Européenne de Golf) et en 2016, il en deviendra peut-être le Président. Côté sportif, la France était déjà reconnue dans le monde amateur comme une nation performante. Avec les victoires de ces dernières années, elle le devient aussi dans le monde professionnel. Nous sommes de plus en plus présents à l’international, c’est certain. Autres satisfactions de votre mandat?

Sur les huit ans, il y a eu un net développement de la communication. Il y a une vraie équipe de «comm» maintenant alors qu’au départ, tout reposait presque entièrement sur les épaules de Françoise Virlogeux (aujourd’hui responsable Éditions/ Publications). En premier lieu, le site internet marche bien. Dans les Pôles Media, Communication et Marketing, comme dans chaque domaine social, juridique... Nous avons créé de vraies équipes fédérales.

• Né le 27 janvier 1939 à Les Avenières, Isère • Vit à Saint-Briac, Ille-et-Vilaine.  • Chevalier de la légion d’honneur. Officier du mérite agricole. • Président de la ffgolf du 02/04/2005 au 29/03/2013. • Vice-président délégué de la ffgolf à partir de 2001. • Membre du Comité Directeur de la ffgolf à partir de 1988.  • Président de la ligue de Bretagne de 1988 à 2005 • Président du golf de Brest Iroise pendant 20 ans. • 1980-2000 : DGA puis DG du groupe COOPAGRI BRETAGNE à Landerneau dans le Finistère Conseiller du commerce extérieur de la France. • 1964-1970 : Ingénieur développement pour la Normandie des Usines Chimiques Rhône-Poulenc. • Ingénieur en agriculture ESA. • Diplôme d’études supérieures économiques et sociales.

Lettre aux clubs n°78 - 1e trimestre 2013 / www.ffgolf.org


10 ● assemblée

générale élective

Jean-Lou Charon : portrait du successeur déclaré Après huit ans passés à la tête de la ffgolf, Georges Barbaret devrait transmettre le témoin à Jean-Lou Charon. L’actuel Président de la ligue Rhône-Alpes n’en est pas à ses coups d’essai en matière d’engagement bénévole. À quelques jours de l’Assemblée Générale Élective (29 mars 2013), nous l’avons rencontré. Découvrez un homme au brillant parcours professionnel et qui ne compte plus les heures passées sur les terrains de golf à contribuer au développement de notre sport.

Faire du golf le sport individuel numéro 1 en France ! Lettre aux clubs n°78 - 1e trimestre 2013 / www.ffgolf.org


● 11

mais avide de progresser même s’il manque parfois de temps. Enfin je soulignerais que pour lui, c’est la plus belle discipline au monde car elle regroupe toutes les valeurs que le sport doit véhiculer. Votre implication en tant que bénévole a-t-elle été immédiate ?

Oui. Je me suis engagé dans la vie associative dès mes premiers pas de golfeur. C’était au golf du domaine de Rebetz à Chaumont-en-Vexin. Les fondateurs du club étaient animés d’un tel désir de transmettre leur passion et de la partager dans la convivialité que j’ai eu l’envie de m’impliquer. Je faisais parti d’un petit groupe qui animait l’association sportive. J’y ai rencontré des gens extraordinaires avec lesquels je suis toujours en contact aujourd’hui. C’est un souvenir merveilleux. Comment s’illustrait concrètement votre engagement au sein de l’association sportive ?

Ma première mission consistait à bâtir le calendrier sportif du club. J’étais, en compagnie d’autres personnes, particulièrement en charge de démarcher des sponsors. Beaucoup d’entreprises régionales et locales nous ont apporté leur soutien. Le contexte était favorable. Le golf était en plein développement. Nous avions à l’époque réussi à présenter des choses novatrices qui sont tombées aujourd’hui dans le domaine du courant bien entendu. J’appréciais aussi d’organiser des moments de convivialité après une belle journée de compétition où on peut se retrouver tous ensemble. Bonjour Jean-Lou Charon, quand avez-vous attrapé le «virus» du golf ? 

Dans le temps, comment a évolué votre engagement bénévole ?

Il y a 26 ans. J’étais en vacances en Espagne avec mon épouse. Nous participions à un stage débutant d’une semaine. Cela a été une véritable révélation pour moi ! Il m’arrivait de regarder de temps en temps du golf à la télévision mais je ne l’avais jamais pratiqué. Au retour de congés, j’ai rangé ma raquette de tennis et dit à mon épouse que je me mettais désormais au golf. Ma femme était un peu moins emballée que moi mais elle m’a suivi et nous nous sommes tous les deux progressivement pris d’une très grande passion pour cette discipline.

Il a surtout évolué avec ma vie professionnelle. En 1990, j’ai quitté Chaumont-en-Vexin pour Genève. Mon épouse et moi sommes devenus membres du club de Divonneles-Bains où je me suis très rapidement impliqué auprès de l’association sportive. J’y ai d’abord exercé les fonctions de capitaine d’équipe (non joueur) puis de responsable des équipes avant de devenir capitaine adjoint. Comme on dit en Suisse ou proche de la frontière (rires), ce dernier poste est comparable à celui de vice-président de l’association sportive. Il s’agissait de s’impliquer sur les remises des prix, dans l’organisation des compétitions du week-end… Après Divonne-les-Bains, en 1995, je suis revenu dans la région parisienne. J’ai rejoint le golf de Compiègne où il m’a été également confié le capitanat d’une équipe (non joueur). Mais mon passage y a été bref. J’ai été appelé à d’autres fonctions au Pays-Bas. Cela a coïncidé avec une période professionnelle où j’ai

Si vous deviez faire l’exercice de présenter le golfeur Jean-Lou Charon, que diriez vous de lui ?

Je dirais que c’est avant tout un passionné qui aime à partager des parties de golf tant avec ses amis qu’avec des gens qu’il ne connaît pas. Ensuite, je préciserais que c’est un golfeur sportivement de niveau modeste

Lettre aux clubs n°78 - 1e trimestre 2013 / www.ffgolf.org


12 ● assemblée

générale élective

beaucoup voyagé et au cours de laquelle je ne me suis pas sédentarisé dans un golf néerlandais qui plus est où les listes d’attente pour devenir membre étaient très longues. Cela ne pouvait pas durer…

Non (rires). Après cinq ans passés chez nos voisins hollandais, j’ai retrouvé la France en 2000. Je me suis réinscrit dans un club, au Golf club de Lyon. En 2002, on m’a proposé d’être Président de l’association sportive ce que j’ai accepté. Et dans la foulée, ce fut au tour du Président de la Ligue RhôneAlpes de m’inviter à les rejoindre en occupant le poste de trésorier. Je lui ai ensuite succédé. De quoi êtes-vous le plus fier dans votre parcours bénévole ?

Je ne parlerai pas de fierté mais plutôt de satisfaction. J’ai eu la chance de rencontrer des gens différents mais qui avaient en commun la passion pour le golf et ont tous accepté, avec abnégation et souvent dans l’ombre, de faire don de leur temps pour les autres. C’est cette communion qui m’a toujours plu. J’ai aussi la grande satisfaction d’avoir contribué à démontrer que le golf est accessible au plus grand nombre et qu’il peut apporter beaucoup dans la quête d’un meilleur équilibre de vie. Que retenez-vous de votre passage à la tête de la Ligue Rhône-Alpes ?

Rhône Alpes est une très grande ligue par sa surface (s’étend de la Haute Savoie jusqu’à la Drôme provençale) et offre une vraie diversité golfique avec des parcours de montagne et urbain. Elle est devenue, pendant mon mandat, la deuxième ligue de France en nombre de licenciés. Ce résultat illustre le dynamisme des propriétaires et directeurs de golf déterminés à s’améliorer sans cesse avec comme préoccupation permanente, celle de préserver un juste équilibre entre toutes

les forces vives du golf dans la région. Rhône-Alpes, c’est aussi d’excellents résultats sportifs avec des champions de France et des équipes de clubs en première division nationale. Nous sommes les premiers à disposer d’un commissaire aux comptes et d’un médecin de ligue. Nous avons mis en place un diplôme d’État pour les enseignants afin d’améliorer leur formation professionnelle. Ce passage de quatre ans, même s’il a finalement été bref, fut extrêmement enrichissant. Pensiez vous que cet engagement pouvait un jour vous propulser à la tête de la Fédération française de golf ?

Je ne l’ai jamais envisagé au début de mon engagement bénévole. Ce n’était pas un but. Maintenant, parlez nous un peu de votre parcours professionnel  ? Dans quels univers avez-vous travaillé et quelles fonctions avez-vous occupées ?

J’ai effectué l’ensemble de ma carrière dans le monde des huiles végétales alimentaires (soja, colza, tournesol…). Pour commencer, je m’occupais particulièrement de négoce. J’étais intermédiaire dans des transactions de commerce international. Cela a été une grande partie de ma vie tant à Paris qu’à Genève. Les journées de travail étaient longues mais avaient le mérite d’englober de longs voyages vers des pays producteurs ou importateurs d’huiles. C’était un métier passionnant, une vie pleine et extrêmement riche. La deuxième partie de ma vie était beaucoup plus industrielle. J’ai travaillé pour un groupe hollandais qui fabriquait des matières grasses alimentaires. Au début, je gérais la filiale qui s’occupait spécifiquement des matières grasses industrielles. Nous vendions à des grands noms de l’agroalimentaire, des industriels tels que des chocolatiers, des glaciers, des biscuitiers qui achetaient nos produits pour fabriquer les leurs. Sur la fin de ma carrière, cette division a été cédée. Je me suis ensuite occupé pour l’Europe du sud et l’Afrique de l’ouest du

Lettre aux clubs n°78 - 1e trimestre 2013 / www.ffgolf.org


● 13

développement des relations commerciales avec la grande distribution. J’étais Directeur commercial hors Benelux. C’était une carrière soja, colza, tournesol, avec un peu d’huile de palme ! (rires). Dans quelques semaines, vous devriez donc fédérer une équipe d’élus bénévoles et de permanents salariés de la ffgolf. Y voyez-vous un parallèle avec vos précédentes fonctions ?

Par certains côtés oui mais cela sera une nouvelle histoire. Je suis surtout attaché à l’idée que tout le monde travaille ensemble, en harmonie et partage la volonté de développer notre sport. Je suis accompagné par des personnes expérimentées, des gens très impliqués sur le terrain, des sportifs de haut niveau, des chefs d’entreprise... Cette mixité est importante. Elle donnera des points de vue différents et proches de la réalité du terrain. Compte tenu des défis qui se présentent devant nous, je suis certain que cette diversité sera un atout.

et faire découvrir notre sport d’une manière beaucoup plus large. Il faut en finir avec cette peur de pousser la porte d’un club house. Beaucoup trop de gens pensent que les golfs sont des endroits privés et qu’ils n’y ont pas accès. À nous de démontrer que pousser la porte d’un club house c’est s’adonner à une activité sportive, olympique qui plus est, à un coût tout à fait abordable. Lorsqu’on réussira à passer cet écueil, le golf pourrait devenir le sport individuel numéro 1 en France. Cela nous prendra plus qu’une mandature mais à l’échéance de 2017, nous devons avoir progressé dans ce domaine.

Fiche d’identité

À titre personnel, que pensez-vous retirer de l’expérience qui vous attend ?

C’est une nouvelle occasion d’améliorer ma connaissance des autres et de découvrir d’autres facettes de ma personnalité. Devenir Président de la ffgolf me donnera aussi un point de vu national et international du golf. Nous nous inscrivons notamment dans un contexte européen avec des collaborations avec les autorités et opérateurs qui gèrent le golf sur le vieux continent. À ce titre, je pense y puiser une grande richesse. Quelles sont vos principales ambitions pour les quatre prochaines années ?

Tout d’abord, il ne faut pas perdre de vue qu’il faudra réaliser de manière opérationnelle et faire fructifier ce que l’équipe précédente a obtenu. Je pense à la Ryder Cup 2018 et aux jeux Olympiques 2016. Je pense aussi à la mise en œuvre des engagements que nous avons pris pour la création de 100 petits golfs. Au-delà de cet héritage positif qu’il faudra bien gérer, il y a de nombreux chantiers à mettre en route. Je souhaite rassembler autour de ces projets, travailler avec tous les acteurs du monde du golf que ce soit autour de la Ryder Cup, du développement des licences mais aussi de l’évolution des écoles de golf qui me tient à cœur. Estimez vous utopique la situation qui placerait le golf comme sport individuel numéro 1 en France  ?

Non car c’est le cas dans le monde ! Nous devons encore travailler sur la perception du golf auprès du grand public

• Date de naissance : 5 janvier 1947 • Lieu de Naissance : Sarrebruck (Allemagne) • Résidence actuelle : Lyon 3e arrondissement • Index : 19.8 • Meilleur index : 18.7 • Club : Golf club de Lyon • Club préféré : fer 7 • Président AS Golf Club de Lyon : 2003-2006 • Vice Président Comité Rhône : 2005-2009 • Président Ligue Rhône-Alpes : 2009-2013 • Membre du Bureau Directeur : 2009-2013

Dans la prochaine Lettre aux Clubs, le nouveau Président et le nouveau Comité Directeur présenteront les grandes orientations pour les quatre prochaines années.

Lettre aux clubs n°78 - 1e trimestre 2013 / www.ffgolf.org


14 ● assemblée

générale élective

Le programme en détail 29 Mars 2013 – CNOSF – Paris Mesdames, Messieurs les Présidents, Nous vous informons que l’Assemblée Générale Élective de la Fédération française de golf se déroulera le vendredi 29 Mars 2013 au Comité National Olympique et Sportif Français (1 avenue Pierre de Coubertin 75013 PARIS) à 14h00. Les émargements seront ouverts à compter de 11h30 Nous vous rappelons le programme de la journée : 11h30 : ouverture des émargements 13h15 : café d’accueil 14h00 : ouverture de l’Assemblée Générale de la Fédération française de golf 15h30 : fin des émargements 17h00 : clôture de l’Assemblée Générale - Annonce des résultats des élections du Comité Directeur 17h30 : cocktail de clôture Découvrez le programme des manifestations autour de l’Assemblée Générale en cliquant ici. Nous vous attendons notamment nombreux à la Coupe des Présidents de Club (Coupe André BLEYNIE) au golf du Château de Cély, ainsi qu’à la Coupe des Présidents des AS d’Entreprise au Golf Hôtel de Mont Griffon. Pensez à vous inscrire auprès du service sportif ffgolf - Tél.: 01 41 49 77 40 - Email : sportif@ffgolf.org. Nous comptons tous sur votre participation. Pour tout renseignement complémentaire, contactez le service Juridique et Vie Fédérale - Tél. : 01 41 49 77 18

Lettre aux clubs n°78 - 1e trimestre 2013 / www.ffgolf.org


vie des clubs

● 15

C golf du Bois d’Ô

Niché en Eure-et-Loir, du côté de Chartres et de Dreux, le golf du Bois d’Ô a franchi en 2012 la barre des mille licenciés : 1 002 unités très exactement. Nous sommes partis à sa découverte.

Golf du Bois d’Ô : 1 002 licenciés

N

é en 1987 sous la forme d’un simple practice dans un cadre campagnard, le golf du Bois d’Ô offre aujourd’hui 27 trous sur les anciennes terres agricoles de la famille Evain. Dans le sillage de François, le père, ce sont maintenant les trois enfants, Matthieu, Bertrand et Marie-Claire, qui contribuent ensemble à la pérennité et au développement du site. Le Bois d’Ô, pour paraphraser l’inusable expression journalistique née des demi-surprises qui éclairent chaque année la Coupe de France

de football, c’est un peu le «Petit Poucet qui joue dans la cour des grands». Car mille licenciés, pour un golf des champs, ce n’est pas rien. D’autant que le département 28, l’Eure-et-Loir, ne compte pas plus de 2175 licenciés. Matthieu Evain, le fils qui a hérité du titre de directeur du golf, relativise l’exploit du team familial : « À côté de nous, il n’y a que trois 18 trous dans le 28 (Nantilly, Souancé-au-Perche et Maintenon). Donc c’est un peu normal d’avoir presque la moitié des licenciés du département...». Pour expliquer cette

« perf », le jeune directeur, 31 ans, répète surtout que l’objectif du Bois d’Ô n’est pas de faire passer ses trois 9 trous aux noms joliment bucoliques (Les Pommiers, Les Genêts, et L’Étang). Pour des parcours de classe mondiale mais de veiller à proposer quelque chose de « simple, sympa, mais bien quand même ». « Toujours rustique et simple, mais avec plus de qualité »

Matthieu Evain revient pour nous sur l’évolution du site  : d’abord le practice créé par son père François

Lettre aux clubs n°78 - 1e trimestre 2013 / www.ffgolf.org


16 ●

vie des clubs

en 1987, puis un 9 trous en 1989, un 18 trous en 1995 et 27 trous à partir de 2005. L’ancien chalet de bois qui tint lieu d’accueil jusqu’en 1995 disparût définitivement en 2010, quand la famille a pu enfin construire 400m2 de bâtiments « en dur ». Des structures qui permettent depuis 2011 l’accueil de séminaires, de mariages et autres soirées privées qui aident à équilibrer les finances. « Comme tous les golfs, nous nous sommes diversifiés. On a même créé un service traiteur pour ces occasions ». Fini aussi le temps où la fameuse convivialité du Bois d’Ô, certes exceptionnelle, n’empêchait pas toujours les fines gueules de juger le terrain un brin trop champêtre. Comme en 2004, quand un internaute de retour du parcours estimait avoir dû sortir « les pneus tout terrain sur les greens ». Autre jugement lapidaire quoique humoristique trouvé sur la toile il y a quelques années : «golf vraiment très rustique. Ce qui fait qu’on a ensuite beaucoup de plaisir à aller jouer ailleurs ». Matthieu Evain le concède d’autant plus volontiers que les choses ont pas mal changé : « Oui, c’était très rustique au début. Papa, qui était paysan à l’origine, n’avait ni la qualification ni l’expérience d’un greenkeeper. Nous n’avions pas beaucoup de machines non plus. Depuis, nous avons embauché. On a aussi tous progressé chaque année. Et l’ensemble s’est vraiment beaucoup amélioré. Le caractère du golf et du parcours est toujours rustique et simple, mais avec ces progrès, je dirais qu’il y a encore un meilleur rapport qualité/prix qu’avant. » « Ici, les gens n’ont pas peur de

venir découvrir le golf »

Si Matthieu s’occupe de la partie commerciale, son frère Bertrand, 34 ans, a pris en charge la partie sportive tandis que sa sœur MarieClaire, 36 ans, assure l’administratif. François, le papa, reste également 100% actif dans cette aventure familiale qu’il a impulsée. Même si, comme l’explique Matthieu, « il n’a jamais voulu jouer lui-même au golf !» Avec quatre Evain sur place, Le Bois d’Ô continue à séduire et à se démarquer par un esprit de convivialité unanimement soulignée par la clientèle. « Sympa, décontracté, sans chichis, et aussi la meilleure tête de veau au monde  !» jugent les épicuriens passés par le restaurant après leur parcours. Qu’un « petit golf » de la région Centre « tape » les mille licenciés n’est en tout cas pas un hasard : « Ici, les gens n’ont pas peur de venir découvrir le golf, poursuit Matthieu Evain. On leur présente vraiment l’activité comme une pratique sportive et pas du tout comme un moyen de se différencier socialement. Personnel, clients, propriétaires, on a tous des relations d’égal à égal. Comme une grande famille. Moi, je suis le directeur. Mais s’il faut faire des cafés, je fais les cafés. De toute façon, il faut être polyvalent dans ce métier. Nous sommes déjà quinze à travailler au golf et on ne pourrait pas se permettre d’engager plus de monde.» Lucide, le cadet des enfants Evain, explique aussi que la raison « numéro  un » à l’origine des 1002 licenciés de 2012 est... Le prix ! « Nous sommes l’un des golfs les moins chers de France. De 16 € les 9 trous en semaine à 35 € les 18 trous le week-end. Et pour les cotisations, cela va de 650 € (une

personne) à 1080 € (couple) si l’on joue en semaine et de 820 € à 1320 € (couple) si l’on est permanent.» « Ivane Helias au Pôle Espoirs  : une fierté pour le club »

Avec Dreux à 20 kilomètres et Chartres à 25 kilomètres, et de par la proximité de Senonches et Châteauneuf-en-Thymerais, le golf du Bois d’Ô (situé très exactement à Sainte-Maixme-Hauterive) a un vrai succès local. Grâce notamment à un noyau de licenciés composé de 400 seniors mais aussi à une école de golf (moniteurs: Cédric Colpin et Thimothée Béal) forte de 100 enfants. Parmi les « kids » entièrement formés à Bois d’Ô se trouve la jeune Ivane Helias, 15 ans, qui vient d’intégrer le Pôle France Espoirs à Châtenay-Malabry, en région

Lettre aux clubs n°78 - 1e trimestre 2013 / www.ffgolf.org


● 17

C golf du Bois d’Ô

parisienne. « C’est une première pour notre club d’avoir un espoir qui joue à ce niveau-là, raconte Matthieu Evain avec émotion. Et une fierté pour le club et pour l’Association Sportive. Ivane a tout appris ici avec Cédric Colpin, son entraîneur. Cela prouve que Le Bois d’Ô permet de très bien jouer au golf et que notre parcours n’est pas un terrain facile. Notre golf est simple, je le répète, mais cela n’empêche pas d’avoir d’excellents jeunes joueurs, comme Ivane, ou comme François, son petit frère, qui est lui aussi une graine de champion. Ils sont à fond dans le sport, comme leurs parents (deux ex-athlètes : demi-fond et saut en hauteur). Ce sont des proches. Toute la famille joue au golf et a même déménagé pour être plus près du Bois d’Ô !»

« On se donne à 200%, le golf, c’est devenu notre vie »

Parmi les habitués du golf, il y a aussi la famille Léger (dont Arnaud Léger, le Président de l’Association Sportive), un grand collectif de parents, enfants, cousins, oncles et tantes, et qui fournit son quota de licenciés à Bois d’Ô  ! Les Léger partagent aussi avec les Evain un même historique familial dans l’agriculture locale. « Et aussi dans le bâtiment ! complète Matthieu Evain. Puisque l’un des oncles Léger nous a fait l’agrandissement du club-house en 2010. Et qu’il va maintenant travailler sur notre nouveau projet de création de golf...» Quoi  ? Un nouveau golf 100% Evain prochainement  ? « Oui, ce sera le golf de Chartres à Fontenay-sur-Eure. Il y aura un 9 trous et un 9 trous Pitch &

Putt.» Belle et bonne nouvelle, donc. Venant après la récente création de quatre chambres d’hôtes qui ouvriront en février 2013 le long du n°2 du parcours des Genêts, au Bois d’Ô, la famille va donc encore étendre ses réalisations golfiques dans la région Centre... Sans inquiétude face au contexte économique de 2013 ? Et sans douter des chances de réussite de ce nouveau projet ? «Non, dit le cadet des Evain, on ne doute pas. Car nous allons continuer à offrir des prestations pas trop chères. Nous avons aussi la grosse chance d’être quatre membres de la même famille à travailler ensemble. On est positifs et optimistes. Et on se donne à 200%. Le golf, c’est devenu notre vie.»

Lettre aux clubs n°78 - 1e trimestre 2013 / www.ffgolf.org


18 ● vie

des clubs

La fédération renouvèle ses réunions en région à destination des gestionnaires de clubs Désireux de renforcer ses relations avec les gestionnaires de clubs, la fédération, avec la participation active de l’Association des Directeurs de Golfs de France (ADGF), a été à l’initiative, en 2012, d’une quinzaine de réunions avec les gestionnaires de clubs. Organisées en région, ces dernières ont pour objectif de sensibiliser les clubs sur des problématiques dans l’aire du temps et de vous permettre de formuler des remarques ou demandes auprès de la ffgolf. À titre d’exemple, au cours de ces précédentes rencontres, des sujets autour de la fiscalité, du développement ou de l’environnement ont été évoqués par les permanents et élus de la ffgolf suscitant des échanges nombreux et riches. En 2012, grâce au concours précieux de l’ADGF, 265 clubs ont participé à ces rencontres ! Fort de ce succès, la fédération et l’ADGF ont décidé de renouveler ces réunions en région en 2013 avec l’objectif de rencontrer le maximum de clubs ! Nous comptons sur votre participation. service Relation Club - Tél. : 01 41 49 77 56

Prochaines réunions

Aquitaine Lieu : Golf de Pessac Date : 26 mars 2013

Alsace / Franche Comté Lieu : Golf du Rhin Date : 11 avril 2013

Auvergne / Limousin Lieu : Golf de la Porcelaine Date : 04 avril 2013

Midi-Pyrénées Lieu : Golf de Toulouse Seilh Date : 02 octobre 2013

Lettre aux clubs n°78 - 1e trimestre 2013 / www.ffgolf.org


vie des clubs

● 19

L’agenda complet des opérations nationales de découverte Tous au golf ! Golfez entreprise Tous au golf ! Junior Tous au golf ! Club

Opération nationale du 30 mars au 7 avril Opération nationale de mars à novembre Opération nationale mai - juin Opérations à l’initiative des clubs

En quelques clics seulement à partir de l’Extranet fédéral vous pouvez : • télécharger le dossier complet d’inscription (descriptif des opérations et des kits offerts par la ffgolf, fiches d’inscription, fiches participants... • enregistrer vos opérations en ligne ; • les faire apparaitre sur la cartographie en ligne du site www.ffgolf.org, • déclencher l’envoi de votre kit de communication ; • télécharger le dossier d’organisation ; • télécharger les fichiers de l’ensemble des supports de communication et des modèles de communiqué  de presse. Pour toute question ou information : op.decouverte@ffgolf.org ou 01 41 49 77 79 Cette année encore nous comptons sur votre participation pour faire connaitre notre sport au plus grand nombre.

En bref

Règlement du circuit pro français 2013 Conformément à ses statuts, la ffgolf a notamment pour objet d’organiser, d’administrer, de diriger, de contrôler et de développer le sport

professionnel. A ce titre, une commission professionnelle vient d’arrêter le règlement du circuit pro français 2013 que vous pouvez consulter en cliquant ici

Lettre aux clubs n°78 - 1e trimestre 2013 / www.ffgolf.org


20 ● juridique

Décisions n° 12-D-29 du 21 décembre 2012 de l’autorité de la concurrence Conformément à nos engagements, vous trouverez en CLIQUANT ICI le texte complet de la décision de l’Autorité de la Concurrence qui rendent définitifs et obligatoires les engagements de la ffgolf visant à apporter une réponse satisfaisante aux préoccupations de concurrence exprimées par l’Autorité concernant la distribution d’assurances complémentaires de personne proposés par la ffgolf. Nous attirons votre attention sur les conséquences de cette décision qui doivent être portées par les Clubs à la connaissance de leurs membres et clients. Nous vous invitons à diffuser dans vos documents ou par voie d’affichage la mention suivante : Conformément au Code du sport, les licenciés de la ffgolf bénéficient d’une assurance Responsabilité Civile (article L 321-1). Par ailleurs, la ffgolf rappelle à ses licenciés l’intérêt de souscrire une assurance accidents corporels couvrant les dommages corporels auxquels la pratique du golf peut les exposer. La ffgolf propose à ses licenciés une assurance accidents corporels de base et des options complémentaires facultatives et payantes. Les notices et les bulletins de commande (avec les tarifs) sont disponibles sur le site www.ffgolf.org (rubrique « assurance »). Les licenciés demeurent toutefois libres de se rapprocher de tout conseil en assurance de leur choix, susceptible de leur proposer des garanties adaptées à leur situation. La ffgolf rappelle qu’à compter de 2013, les assurances « Individuelle Accident » et « Rapatriement » ne sont plus incluses dans la licence. Afin de répondre aux préoccupations de concurrence soulevées par l’Autorité, la ffgolf lui a soumis des propositions d’engagements. Ces engagements ont ensuite été améliorés à l’issue d’un test de marché. Dans sa décision, l’Autorité rend obligatoires - avec effet immédiat - ces engagements par lesquels la ffgolf s’engage notamment à : • découpler la vente des assurances « individuelle accident » et « assistance rapatriement » de la vente de la licence, pour l’achat de toute nouvelle licence 2013 et pour les saisons suivantes. Les deux assurances deviennent, à partir de 2013, payantes et facultatives ; • modifier tous ses supports de communication pouvant entretenir le risque de confusion relevé, de façon à ce qu’aucune des assurances complémentaires proposées par la ffgolf ne puisse être souscrite par les golfs au bénéfice de leurs joueurs ; • modifier en conséquence sa pratique contractuelle avec les golfs ; • modifier les documents contractuels établis dans le cadre du programme Cap 500 000 aux fins de rendre les assurances optionnelles et payantes. Dans le mois qui suivra la notification de la présente décision, la ffgholf portera à la connaissance des clubs de golf adhérents la teneur des engagements rendus obligatoires par l’Autorité afin que ces derniers en informent les joueurs par les moyens appropriés. L’Autorité assurera un suivi du respect de ces engagements par la ffgolf. Cette dernière devra adresser à l’Autorité, durant quatre ans, un rapport annuel sur les actions menées dans le cadre de l’exécution de ces engagements.

Lettre aux clubs n°78 - 1e trimestre 2013 / www.ffgolf.org


juridique

● 21

Questions / réponses L’assurance est-elle toujours incluse dans la licence ? Les licenciés continueront à bénéficier, en application de l’article L. 321-1 du Code du Sport, d’une assurance Responsabilité Civile souscrite par la Fédération française de golf à leur profit. L’assurance « responsabilité civile » a pour objet de garantir les conséquences financières de la responsabilité des joueurs lorsqu’ils causent un accident. En revanche, à compter de 2013, les assurances « Individuelle Accident » et « Rapatriement » ne sont plus incluses dans la licence. Les assurances complémentaires dites « de personne » deviennent donc optionnelles et payantes pour répondre aux préoccupations exprimées par l’Autorité de la concurrence. Comment seront donc assurés les golfeurs dans leur pratique du golf ? L’obligation d’assurance responsabilité civile pèse sur la fédération et les clubs en leur qualité d’organisateurs de l’activité sportive. Le contrat fédéral s’applique aux licenciés et au bénéfice de toute personne participant à des compétitions ou manifestations fédérales. Par défaut, le contrat du club s’applique à toute personne non licenciée participant aux activités du club. En revanche, à compter de cette année, c’est au joueur, licencié ou non, de s’assurer volontairement en garantie « individuel accident » ou autres garanties complémentaires s’il le souhaite. Le prix de la licence va-t-il donc mécaniquement baisser ? Non, au contraire, nous allons surveiller le coût de la gestion des sinistres en RC en 2013 qui va sans doute augmenter à cause du retrait de l’assurance « individuel accident » qui était fondée sur un système forfaitaire de remboursement automatique selon la nature des dommages corporels sans avoir à rechercher un responsable. La licence reste obligatoire dans trois cas indépendamment des assurances : 1 / pour les membres des clubs affiliés 2 / pour la compétition en plus du certificat médical 3 / lorsque le club l’exige dans son règlement intérieur ou ses conditions générales de vente Cela aura-t-il une incidence sur les clubs ? Nous avions mis en place un programme d’assurances pour les clubs volontaires visant à assurer les personnes non encore licenciées (néophytes, étrangers, joueurs de passage…). L’Autorité de la concurrence nous a invités dans la procédure d’engagements à rendre ces assurances optionnelles et payantes en laissant le club libre de les souscrire ou non. Le risque pour les clubs sera la multiplication des recherches en responsabilité à cause du retrait de l’assurance « individuel accident » qui fonctionnait automatiquement sans tiers responsable identifié. Les victimes des accidents utiliseront peut-être d’autres voies contentieuses.

Lettre aux clubs n°78 - 1e trimestre 2013 / www.ffgolf.org


22 ● juridique

Nous ferons un état des lieux fin 2013. De manière générale, l’Autorité de la concurrence a prévu dans sa décision une clause de « rendez-vous » en cas de changement de la situation de droit ou de fait concernant cette affaire.

Lettre aux clubs n°78 - 1e trimestre 2013 / www.ffgolf.org


juridique

● 23

Décisions disciplinaires Les Membres de la Commission disciplinaire 1ère Instance de la Fédération française de golf se sont réunis le 10 décembre 2012 pour statuer sur un cas de tricherie en compétition : La Commission ; Après audition, conformément aux dispositions du Règlement Disciplinaire devant la Commission Disciplinaire 1ère Instance ffgolf du 10 décembre 2012 à 18 h 30 au siège du Cabinet Gide, Loyrette et Nouel, sis 22, Cours Albert 1er- 75008 PARIS de Monsieur XX ; Après étude du rapport du représentant de la Fédération chargé de l’instruction ; Après étude des pièces du dossier fournies par le représentant de la Fédération chargé de l’instruction ; Monsieur XX ainsi que les personnes non membres n’ayant participé ni aux délibérations, ni à la décision ; Jugeant en première Instance ; Attendu que Monsieur XX a relevé sa balle à la main sans autorisation lors d’une compétition fédérale ; Attendu que Monsieur XX a reconnu les faits tant devant son adversaire et les arbitres que devant les Membres de la Commission ; Attendu que Monsieur XX a été sanctionné par les arbitres de la perte du trou conformément aux règles de golf ; Attendu que Monsieur XX estime ne pas avoir triché mais avoir fait acte de maladresse certes fautive ; Mais ; Considérant que la sanction des arbitres est sans préjudice de la sanction qui peut être prononcée par la Commission Disciplinaire dans le cadre du respect de l’Etiquette dans le sport de golf  et du respect de l’éthique sportive en général ; Considérant que les explications de Monsieur XX ne sont pas convaincantes eu égard à son expérience et à son niveau de jeu ; Considérant que la concordance des différents témoignages recueillis dans cette affaire tendent à caractériser un acte de tricherie ; Considérant qu’au vu des pièces du dossier et des explications fournies pendant l’audition les Membres de la Commission estiment que Monsieur XX a commis un acte de tricherie ; Considérant que les faits reprochés à Monsieur XX sont contraires à l’éthique sportive ; Par ces motifs et en application de l’article 18 du Règlement Disciplinaire ffgolf, la Commission Disciplinaire 1ère Instance ffgolf décide à l’unanimité de sanctionner Monsieur XX de la façon suivante : • Suspension de compétitions pour une période de dix huit (18) mois, dont six (6) mois fermes ; • Interdiction de participer à l’édition 2013 de la compétition pour laquelle Monsieur XX a été sanctionné pour tricherie ; Lettre aux clubs n°78 - 1e trimestre 2013 / www.ffgolf.org


24 ● juridique

• Publication de la présente décision dans la prochaine « Lettre aux Clubs » sans mention des nom et prénom. Les Membres de la Commission disciplinaire 1ère Instance de la Fédération française de golf se sont réunis le 10 décembre 2012 pour statuer sur un cas de comportement violent lors d’une compétition de Jeunes : La Commission ; Après étude du rapport du représentant de la Fédération chargé de l’instruction ; Après étude des pièces du dossier fournies par le représentant de la Fédération chargé de l’instruction ; Après audition à distance de Monsieur ZZ ; Les personnes non membres n’ayant participé ni aux délibérations, ni à la décision ; Jugeant en première Instance ; Attendu que Monsieur ZZ reconnaît, tout en en contestant l’ampleur, être à l’origine des blessures de Monsieur AA, arbitre de la compétition ; Attendu que Monsieur ZZ reconnaît que les arbitres et plus généralement les bénévoles doivent être respectés ; Attendu que Monsieur ZZ estime ne pas avoir eut un comportement de « voyou » ; Attendu que Monsieur ZZ a adressé à Monsieur AA un courrier d’excuses suite aux faits énoncés ; Attendu, toutefois, que Monsieur ZZ estime que les informations sur les règlements sportifs et notamment celles sur les cadets, qu’on lui a communiqué, étaient confuses ; Attendu que Monsieur ZZ estime que ce n’était pas à lui d’informer son enfant de la disqualification ; Mais ; Considérant que les licenciés de la Fédération française de golf doivent se comporter en toutes circonstances, conformément aux règles de l’étiquette et plus généralement aux statuts et règlements fédéraux ; Considérant que les arbitres qui de surcroit sont des bénévoles sont considérés comme chargés d’une mission de service public ; Considérant qu’ils doivent être respectés dans le cadre de l’exercice de leur mission ce qui exclu tout acte d’agression verbale et a fortiori physique; Par ces motifs et en application de l’article 18 du Règlement Disciplinaire ffgolf, la Commission Disciplinaire 1ère Instance ffgolf décide à l’unanimité de sanctionner Monsieur ZZ de la façon suivante : • Suspension de compétitions pour une période de dix huit (18) mois, dont neuf (9) mois fermes ; • Publication de la présente décision dans la prochaine « Lettre aux Clubs » sans mention des nom et prénom ; • Notification pour information de la décision à / au : - Ligue de XXXX ; - Club de XXXX.

Lettre aux clubs n°78 - 1e trimestre 2013 / www.ffgolf.org


juridique

● 25

Agent sportifs RésultatS de la première épreuve La première épreuve de l’examen d’agent sportif 2012 s’est tenue le 12 novembre 2012 à la Maison des Examens (ARCUEIL). Trois candidats étaient inscrits, deux se sont présentés. Le CNOSF a adressé par courrier recommandé à la ffgolf les notes des candidats ayant passé la première épreuve. À la lecture des notes, aucun candidat n’est admis à la première épreuve. ORGANISATION DE LA SECONDE éPREUVE La Commission des Agents Sportifs ffgolf a décidé, lors da sa réunion du 18 décembre 2012, que la seconde épreuve sera de nature écrite. L’examen sera composé d’au moins : • 10 questions ; • 1 cas pratique. Date et lieu de la seconde épreuve – décision de report de la CAS ffgolf : 10 avril 2013 au siège de la ffgolf. Un Agent licencié dans une autre discipline (Tennis) est inscrit.

Lettre aux clubs n°78 - 1e trimestre 2013 / www.ffgolf.org


Lettre aux Cubs