Page 1

Le Seigneur appela Samuel. Celui-ci se leva. Il alla auprès d’Éli, et il dit : « Tu m’as appelé, me voici. » Alors Éli comprit que c’était le Seigneur qui appelait l’enfant, et il lui dit : « Retourne te coucher, et si l’on t’appelle, tu diras : “Parle, Seigneur, ton serviteur écoute.” » Samuel retourna se coucher. Le Seigneur vint se placer près de lui et il appela comme les autres fois : « Samuel ! Samuel ! » et Samuel répondit : « Parle, ton serviteur écoute. » Premier livre de Samuel 3, 8-10

www.mameeditions.com

9782710505723_COUV_parleseigneur.indd 1

29/06/15 09:40


Pages_debut_1-16.indd 1

02/04/15 08:53


Nihil Obstat, Lyon, Père Henri Durand, le 15 juillet 2010 Imprimatur à usage catéchétique, le 15 juillet 2010 Cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon © Textes liturgiques, AELF, Paris © Mame-Tardy, Paris, 2015 pour l’ensemble de l’ouvrage www.mameeditions.com www.alarencontreduseigneur.fr ISBN : 978-2-7105-0572-3 N° d’édition : 15118 MDS : 538 061 N1 Tous droits réservés pour tous pays. « Loi n° 49-956 du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse. »

Avec ce document vous soutenez la responsabilité de la catéchèse dans l’Église, et vous contribuez à une solidarité financière entre les diocèses de France. Les évêques de la commission épiscopale de la catéchèse et du catéchuménat (CECC).

Pages_debut_1-16.indd 2

14/04/15 11:12


Document biblique de la proposition « À la rencontre du Seigneur »

Pages_debut_1-16.indd 3

02/04/15 08:53


Auteurs LA DIFFUSION CATÉCHISTIQUE - LYON Jean-Claude BRUNETTI avec la collaboration de : Vincent FEROLDI Bernadette FILLION Paul GIMARET Clarisse GINON Georges GOUDET Monique HOUSSE Françoise MEYER Gabriel POBELLE Claire RICOULEAU Ghislaine ROUSSEL Édition revue et corrigée par : Marie-Noëlle BOUR Marie-Agnès BRESSON LAVIGNE Bénédicte CRÉPET Élisabeth GLEYSAL Annie PERCEVAL Olivier PETIT Remerciements à Monseigneur Jean LEGREZ Maryam MICHAKA Daniel REVAUD Renée FAIVRE

Pages_debut_1-16.indd 4

14/04/15 11:12


D

epuis deux mille ans, des centaines de millions d’hommes et de femmes de tous âges, de tous pays et de toutes races se sont intéressés à Jésus Christ. Ils l’ont découvert en lisant et relisant les Évangiles de Matthieu, Marc, Luc et Jean, et en sont devenus disciples. Ils se sont aussi intéressés à ces textes plus anciens que Jésus lisait et méditait comme tous les Juifs de son époque, et ils ont découvert un Dieu qui parle, qui se fait proche et qui fait alliance avec son peuple. À leur tour, ils ont lu, médité et prié ces textes. Recevant ainsi la Parole, ils l’ont partagée, annoncée, proclamée, chantée, acclamée… Ce livre rassemble beaucoup de textes de la Bible. Il veut rejoindre tous ceux qui, quel que soit leur âge, désirent connaître la Bonne Nouvelle de Jésus Christ. En complément de ce livre, un autre document intitulé Seigneur, apprends-nous à prier ouvre un chemin de prière.

5

Pages_debut_1-16.indd 5

02/04/15 08:53


66

Pages_debut_1-16.indd 6

02/04/15 08:53


LA BIBLE, LE LIVRE DU PEUPLE DE DIEU

LA BIBLE, UNE VÉRITABLE BIBLIOTHÈQUE Le mot français « Bible » vient d’un mot grec signifiant « les livres ». Quand on ouvre la Bible, c’est comme si l’on entrait dans une bibliothèque. On y trouve des ouvrages très différents : des histoires vraies, des paraboles*, des lois, des règlements, des prières, des discours, des lettres, des poèmes… Ils ont été rédigés à différentes époques sur une période qui couvre plus de mille ans. Certains de ces livres ont été longuement élaborés et complétés au cours des siècles avant de parvenir à leur forme définitive.

LES ÉCRITURES DU PEUPLE D’ISRAËL Au cours de l’histoire, le peuple d’Israël a été appelé hébreu*, puis juif*. En Égypte où il fut esclave, puis à Babylone où il fut déporté, comme au cours de son installation sur la Terre* promise, il reçut la révélation d’un Dieu unique, Créateur de tout l’univers, désireux d’établir une Alliance avec les hommes. Cette expérience fut fixée oralement puis par écrit en différentes œuvres transcrites sur des rouleaux de parchemin. À partir du Ier siècle avant Jésus Christ, les pharisiens* contribuèrent à fixer la liste des livres inspirés par Dieu. Au temps de Jésus, chaque synagogue* en possédait une collection plus ou moins importante, écrite soit en hébreu, soit en grec. Mais ce furent des sages établis à Jamnia(1) après la destruction de Jérusalem par les Romains en 70 après Jésus Christ qui décidèrent que les Écritures saintes des Juifs devaient être écrites en hébreu et qui exclurent les livres dont il n’existait pas une version en langue hébraïque. Cet ensemble de livres constitue la Bible juive et ne correspond pas totalement à l’« Ancien Testament* ». Les Juifs l’appellent Tanak, abréviation de trois mots hébreux : Torah (Loi), Néviim (Prophètes), Kétouviim (Écrits). (1) Près de la ville actuelle de Tel Aviv. Voir canon*.

7

Pages_debut_1-16.indd 7

02/04/15 08:53


LA BIBLE DES CHRÉTIENS Aux livres de la Bible juive (Tanak), les chrétiens ajoutent d’autres ouvrages, écrits au I siècle de notre ère. Ces livres témoignent de la nouvelle Alliance proposée à l’humanité par Jésus, Fils de Dieu. Ils constituent le Nouveau Testament. er

Cette façon de distinguer Ancien Testament et Nouveau Testament dans la Bible chrétienne est devenue très habituelle. Elle présente cependant un inconvénient. Quand on parle d’Ancien Testament ou d’ancienne Alliance, on donne l’impression de parler de quelque chose de dépassé et d’inutile. Or, cette ancienne Alliance est toujours valable. En effet, en proposant une nouvelle Alliance(1), Jésus lui-même a affirmé qu’il n’était pas venu abolir, mais accomplir(2), c’est-à-dire achever l’Alliance proposée aux ancêtres. On aurait donc avantage à parler de Première Alliance ou de Premier Testament pour mieux manifester que tout ce qui a été révélé avant Jésus constitue comme les racines de l’Évangile(3) et le fondement de la foi chrétienne.

LA BIBLE, UNE ŒUVRE LONGUE À ÉCRIRE L’élaboration des livres bibliques a été longue. De nombreuses personnes y ont participé. Elles ont été inspirées par le Saint-Esprit. Il les a aidées à comprendre qu’à travers tous les événements marquant l’histoire du peuple d’Israël – comme l’existence des individus (naissance, esclavage, guerre, famine, récolte abondante…) –, Dieu se révèle et appelle les hommes à l’aimer. Ainsi éclairé par le Saint-Esprit, chaque rédacteur biblique a composé son ouvrage avec son talent propre et dans le style le plus adapté pour faire entendre son expérience singulière de Dieu. La plupart des rédacteurs, surtout pour l’Ancien Testament, sont inconnus, même quand les livres portent un nom d’auteur. Le livre d’Isaïe, par exemple, est l’œuvre de plusieurs scribes*. Ils ont recueilli la prédication d’Isaïe. Animés par l’Esprit Saint, ils ont parfois actualisé ou complété certaines prophéties. Ils ont même ajouté des oracles prononcés par d’autres prophètes. C’est pourquoi la rédaction finale a nécessité de nombreuses années.

(1) Luc 22, 20. (2) Matthieu 5, 17, p. 249. (3) Matthieu 13, 52, p. 63.

88

Pages_debut_1-16.indd 8

02/04/15 08:53


Inspirés par l’Esprit Saint, tous ces écrivains de l’Ancien et du Nouveau Testament se sont attachés à inscrire, dans la lettre même des textes, l’expérience de la Parole de Dieu, vécue par eux ou par d’autres, de telle sorte que les lecteurs puissent à leur tour en faire l’expérience. Ils ont ainsi offert à leurs contemporains et aux générations à venir un véritable trésor : l’expérience vive de Dieu se révélant à travers l’existence de son Peuple par sa Parole, jusqu’à prendre corps en Jésus Christ, lui, le Verbe de Dieu.

LA BIBLE, UN OUVRAGE POUR AUJOURD’HUI À leur tour, les chrétiens cherchent à découvrir dans la Bible ce que Dieu dit aux hommes d’aujourd’hui. L’Esprit Saint les aide à comprendre le sens profond des mots. Il donne vie aux textes bibliques. Ce ne sont plus des textes simplement écrits sur du papier. Ce sont les Paroles qu’un Vivant leur adresse, lui qui est Père, Fils et Esprit. Les mots, les phrases, les textes sont comme une route qui conduit les chrétiens à la rencontre de Dieu.

9

Pages_debut_1-16.indd 9

02/04/15 08:53


PRÉSENTATION DES LIVRES DE LA BIBLE La première Alliance LA TORAH Deutéronome

Exode

Nombres

L’histoire de Moïse Lévitique

Abraham et ses fils Genèse

L’homme et le monde

LA VIE DU PEUPLE D’ISRAËL

Sophonie

Michée

Isaïe 1-39

Osée

Amos

Livres des Chroniques

Livres des Rois

Livres de Samuel

Ruth

Juges

Josué

Le temps des rois et des prophètes : sur une terre, le peuple, un roi, un temple, des prophètes

Isaïe 40-55

Ézékiel

Abdias

Habaquq

Nahum

Jérémie

Lamentations

L’Exil : un peuple en exil, sans roi ni temple mais accompagné par des prophètes

Daniel

Esther Baruch

Sagesse

Tobie

Judith

Zacharie

Aggée Ecclésiaste

Ben Sirac

Jonas

Isaïe 56-66 Proverbes

Job

Joël

Malachie Livres des Martyrs d’Israël

Cantique des cantiques

Esdras

Néhémie

Après l’Exil : la foi vécue dans la diversité des nations

Psaumes

LA PRIÈRE DU PEUPLE DE DIEU

10

Pages_debut_1-16.indd 10

02/04/15 08:53


Livre de l'Apocalypse

Pages_debut_1-16.indd 11

Lettre de saint Jude

Lettres de saint Jean

Lettres de saint Pierre* Apôtre

Lettre de saint Jacques Apôtre

APOCALYPSE DE SAINT JEAN Lettre aux Hébreux

Lettre à Philémon

Lettre à Tite

Lettres à Timothée

Lettres aux Thessaloniciens

Lettre aux Colossiens

Lettre aux Philippiens

Lettre aux Éphésiens

Lettre aux Galates

Deuxième lettre aux Corinthiens

Première lettre aux Corinthiens

Lettre aux Romains

Actes des apôtres

Jean

Luc

Marc

Matthieu

La nouvelle Alliance

L’ÉVANGILE

LA NAISSANCE DE L’ÉGLISE

Les Actes des Apôtres

Les épîtres

Les épîtres de Paul

Les épîtres catholiques

De gauche à droite : Ordre des livres dans Parle Seigneur

Livres de la Bible dont des passages figurent dans ce livre

Livres de la Bible dont aucun passage ne figure dans ce livre

11

02/04/15 08:53


ANCIEN TESTAMENT

Il s’agit des livres qui présentent l’Alliance* entre Dieu et le Peuple d’Israël. Des extraits de ces livres sont cités dans les trois premières parties. 1. La Torah (p. 17 à 89) Les cinq premiers livres de la Bible : Genèse, Exode, Lévitique, Nombres et Deutéronome sont les plus importants de la Bible juive. Les juifs* les rassemblent sous le nom de Torah*. Dieu y révèle son désir de vivre en Alliance. 2. La vie du Peuple d’Israël (p. 93 à 211) Dans cette partie sont présentés des récits, des textes de prophètes, des proverbes… Elle couvre la période qui va de la création du royaume d’Israël jusqu’aux années précédant la naissance de Jésus. À travers les événements quotidiens, le Peuple d’Israël poursuit sa découverte de Dieu. 3. La prière du Peuple de Dieu (p. 213 à 233) Cette partie présente les psaumes, prières du Peuple de Dieu. Aujourd’hui comme hier, les psaumes permettent à Israël de rencontrer Dieu. Ils sont devenus aussi prières de l’Église.

12 12

Pages_debut_1-16.indd 12

02/04/15 08:53


I L’HOMME NOUVEAU ET TESTAMENT LE MONDE

Il s’agit des livres qui présentent l’Alliance « nouvelle et éternelle » que Jésus, le Fils de Dieu, établit avec toute l’humanité. Des extraits de ces livres sont cités dans les parties 4 et 5. 4. L’Évangile (p. 235 à 399) Cette partie est faite de quatre témoignages sur Jésus, Fils de Dieu fait homme, mort et ressuscité. 5. La naissance de l’Église (p. 401 à 467) Cette partie donne quelques échos des événements survenus après la résurrection du Christ. Les disciples de Jésus partent annoncer l’Évangile dans le monde entier. On y trouve des extraits des Actes des Apôtres, de lettres et de l’Apocalypse. 6. Lexique Des mots, des images, des explications à découvrir (p. 469 à 546) Des explications et des images pour mieux comprendre les mots marqués d’un astérisque (*) dans l’ensemble du livre. Les définitions en gras concernent particulièrement les enfants. On trouve également dans ce livre des grandes planches illustrées. Elles permettent de mieux comprendre les textes bibliques et la vie du Peuple de Dieu. Chacune est présentée sur une double page. La liste complète en est donnée p. 557.

13

Pages_debut_1-16.indd 13

02/04/15 08:53


CLÉS DE LECTURE DE « PARLE SEIGNEUR » • Parle Seigneur présente un choix de textes bibliques. Des tables pour situer ces textes se trouvent p. 16 et p. 551 à 553. – Les textes sont cités dans la traduction utilisée pour la liturgie. – Le nom du livre biblique dont ils sont extraits est indiqué en haut de page. Par exemple : JÉRÉMIE. – Pour faciliter la lecture, les auteurs ont ajouté des titres. Parfois aussi, quelques lignes en italique qui situent le texte dans l’ensemble de la Bible, en résumant éventuellement des passages non cités. – Les livres bibliques sont divisés en chapitres numérotés. Dans un chapitre, les phrases ou un ensemble de phrases sont également numérotés : ce sont les versets. Pour retrouver un passage, on cite donc le titre du livre, le numéro du chapitre, puis le numéro du ou des versets concernés. On dira, par exemple, que l’histoire de la tour de Babel se trouve au livre de la Genèse, chapitre 11, versets 1 à 9 (p. 33). • Chaque page est comme enchâssée dans un cadre orné. Des artistes d’hier et d’aujourd’hui illustrent la manière dont ils comprennent le texte biblique. Un commentaire des cadres ornés est proposé p. 561 à 569. • Des textes de genres différents aident à la lecture du texte biblique : – Les méditations – imprimées sur fond blanc comme le texte biblique, mais en caractères plus petits – actualisent la Parole de Dieu. – Les commentaires – imprimés dans des encadrés de couleur – sont soit des introductions à un livre ou à une partie de livre, soit des explications d’un verset ou d’une particularité du texte cité. Une table des principaux commentaires se trouve p. 555 à 556. – Les notes proposent des renseignements d’ordre historique ou géographique. Elles peuvent aussi renvoyer à un autre texte biblique. Les mots difficiles indiqués par un astérisque* sont expliqués dans le lexique à la fin du livre, p. 469 à 546. Les noms propres ont souvent aussi une notice dans le lexique.

14 14

Pages_debut_1-16.indd 14

14/04/15 11:12


Titre du livre biblique

Cadre orné

ISAÏE

Introduction ou commentaire

LE « TROISIÈME ISAÏE », JONAS ET ZACHARIE Après l’Exil, les prophètes se font plus rares. Mais il en surgit encore quelques-uns qui encouragent le Peuple à garder confiance dans les promesses* du Seigneur.

Titre du thème

JÉRUSALEM JÉRUSALEM, LIEU DE PRIÈRE POUR LES PEUPLES Dans les premières années après le retour d’Exil*, le prophète* appelé parfois le « troisième Isaïe » (voir page 147) décrit le Temple* reconstruit à Jérusalem* comme une maison de prière pour tous les peuples. Cette prophétie se réalisera bientôt. Les Juifs de la Diaspora* parlent de Dieu aux étrangers qu’ils rencontrent. Beaucoup de ces païens* veulent connaître le Dieu des Juifs et viennent en pèlerinage à Jérusalem (1).

Numéro du chapitre 56

Numéro du verset

1

3

6

7

Ton Peuple, Seigneur, est une famille ouverte, limitée à la descendance d’un même ancêtre. Ton Peuple, c’est tous ceux qui croient en toi, quelles que soient leur langue et la couleur de leur peau.

Ainsi parle le Seigneur* : Observez le droit, pratiquez la justice, car mon salut approche, il vient, et ma justice* va se révéler. […] L’étranger qui s’est attaché au Seigneur, qu’il n’aille pas dire : « Le Seigneur va sûrement m’exclure de son peuple. » […] Les étrangers qui se sont attachés au Seigneur pour l’honorer, pour aimer son nom, pour devenir ses serviteurs, tous ceux qui observent le sabbat* sans le profaner et tiennent ferme à mon alliance*, je les conduirai à ma montagne sainte, je les comblerai de joie dans ma maison de prière, leurs holocaustes* et leurs sacrifices* seront agréés sur mon autel*, car ma maison s’appellera « Maison de prière pour tous les peuples (2). »

Les oracles* de l’un d’entre eux sont ajoutés au rouleau d’Isaïe (voir p. 147). Il annonce au Peuple, tenté de découragement devant les difficultés de la réinstallation en Terre promise, que Dieu va faire de Jérusalem le centre religieux vers lequel afflueront toutes les nations (voir p. 183-186). Un autre prophète compose le livre de Jonas. Il souligne que la mission du Peuple est d’aller au-devant des nations*, pour témoigner de la miséricorde* de Dieu (voir p. 187-190).

Titre du passage Résumé en italique de passages non cités

Zacharie, le dernier des prophètes, annonce enfin, de façon parfois voilée, que le messie* envoyé par Dieu sera doux et pacifique (voir p. 191).

(1) Les païens attirés par le judaïsme peuvent entrer sur une partie de l’esplanade du Temple, appelée le parvis des Gentils*. Il leur est interdit, sous peine de mort, de s’approcher du lieu des sacrifices et du sanctuaire qui se trouvent au centre de l’esplanade. Mais depuis leur parvis, ils peuvent voir la fumée de l’autel et entendre les psaumes et les cantiques. Et surtout, sous les portiques bordant l’esplanade, ils rencontrent des maîtres qui leur enseignent la Parole de Dieu. (2) Voir 1 Rois 8, 42-43, p. 120.

183

Partie_II_93-212-ok.indd 183

03/04/15 12:56

Méditation Texte biblique

Notes

15

Pages_debut_1-16.indd 15

14/04/15 11:12


TABLE DES TEXTES BIBLIQUES

ANCIEN TESTAMENT

Pages_debut_1-16.indd 16

Gn Ex Nb Dt Jos 1S 2S 1R 2R Am Os Is

Genèse Exode Nombres Deutéronome Josué 1 Samuel 2 Samuel 1 Rois 2 Rois Amos Osée Isaïe

Mi Jr Ez Ne Jon Za 1M 2M Jb Pr Si Sg Dn Ps

Michée Jérémie Ézékiel Néhémie Jonas Zacharie 1 Martyrs d’Israël 2 Martyrs d’Israël Job Proverbes Ben Sirac Sagesse Daniel Psaumes

p. 22 à 53 p. 56 à 79 p. 80 à 85 p. 86 à 89 p. 96 à 97 p. 98 à 106 p. 107 à 113 p. 116 à 128 p. 128 à 130 p. 131 à 134 p. 135 à 138 p. 139 à 147, p. 173 à 178 et p. 183 à 186 p. 148 à 150 p. 154 à 165 p. 166 à 172 p. 180 à 182 p. 187 à 190 p. 191 p. 194 à 196 p. 196 à 198 p. 200 à 203 p. 204 p. 205 à 207 p. 208 à 209 p. 210 à 211 p. 215 à 233

NOUVEAU TESTAMENT Mt

Évangile selon saint Matthieu p. 242 à 295 Mc Évangile selon saint Marc p. 300 à 319 Lc Évangile selon saint Luc p. 322 à 357 Jn Évangile selon saint Jean p. 362 à 399 Ac Actes des Apôtres p. 404 à 431 Rm Romains p. 436 à 437 1 Co 1 Corinthiens p. 438 à 445 Ep Éphésiens p. 446 à 447 Ph Philippiens p. 447 à 449 Col Colossiens p. 449 à 450 Phm Philémon p. 450 à 451 Jc Jacques p. 452 à 453 1 P 1 Pierre p. 454 2 P 2 Pierre p. 454 à 455 1 Jn 1 Jean p. 456 à 457 Ap Apocalypse p. 460 à 467

02/04/15 08:53


1re PARTIE

LA TORAH

17

Partie_I_17-92.indd 17

03/04/15 10:59


Pour les Juifs*, les livres les plus importants de toute la Bible sont les cinq premiers : Genèse*, Exode*, Lévitique*, Nombres* et Deutéronome*. La Genèse révèle que Dieu crée par amour tout ce qui existe pour le confier à l’homme. Il choisit Abraham pour donner naissance à un Peuple dont la mission sera de le révéler à toutes les nations*. Les quatre livres suivants racontent comment Dieu fait des descendants d’Abraham un peuple par l’intermédiaire de Moïse. Dieu lui remet des commandements* pour apprendre au peuple à vivre une Alliance avec Dieu, à vivre entre eux et avec les autres nations. Pour désigner l’ensemble des commandements, conseils, directives que Dieu transmet à son Peuple, on utilise en hébreu (1) le mot « Torah* » (2). C’est ce nom qui est donné aux cinq premiers livres de la Bible. En grec, on les appelle Pentateuque, ce qui signifie « les cinq rouleaux », les livres se présentant sous la forme de rouleaux de papyrus ou de parchemin. On a attribué à Moïse la rédaction de ces cinq livres. En fait, ils ont été composés lentement, par des rédacteurs différents, à des moments différents de l’histoire du Peuple de Dieu. Mais dire qu’ils viennent de Moïse, c’est souligner que tout leur contenu est bien dans le prolongement de la révélation* faite à Moïse. La Torah comprend trois grandes parties : – I. L’homme et le monde, p. 19 à 33 ; – II. Les histoires d’Abraham et de ses fils, p. 35 à 53 ; – III. L’histoire de Moïse, p. 55 à 89.

(1) Langue dans laquelle sont écrits la plupart des livres de l’Ancien Testament*. Quelques-uns sont écrits en grec et en araméen*. (2) En français, on traduit souvent Torah par « Loi* ».

18 18

Partie_I_17-92.indd 18

03/04/15 10:59


I L’HOMME ET LE MONDE

Tous les peuples du Moyen-Orient ont composé des récits sur la création du monde, et surtout sur la création des hommes. Les fils d’Israël* racontent, eux aussi, des histoires sur les origines. Mais ce qui les intéresse, ce n’est pas de savoir comment tout a commencé. Ils cherchent à comprendre pourquoi les hommes vivent dans le monde. Leur existence si souvent difficile a-t-elle un sens ? À cette question, ils apportent des réponses très différentes de celles des peuples qui les entourent. Pour eux, le monde – et tout ce qu’il contient – est l’œuvre d’un seul Dieu. Dieu prend plaisir à créer : il crée par amour ! Il désire nouer des relations d’amitié avec les hommes créés à son image. Il fait Alliance* avec eux et il leur confie la Création. Mais alors se pose la question : « D’où viennent les catastrophes naturelles, les guerres, la méchanceté et la jalousie présentes dans le cœur des hommes ? » La Bible répond que les hommes ne veulent pas toujours avoir des relations confiantes avec Dieu, alors ils s’endurcissent dans le péché* qui coupe la relation des hommes avec Dieu, fausse les relations entre eux et détruit la nature.

19

Partie_I_17-92.indd 19

03/04/15 10:59


4 1

3 2

8

LE MONDE VU PAR LES ANCIENS

1. Dans le jardin* d’Éden, Adam et Ève sont tentés par le serpent* (Genèse 3, 1-24, p. 26-28). 2. Caïn, l’agriculteur, et 3. Abel, le berger* (Genèse 4, 1-5, p. 28).

4. Le Seigneur fait alliance* avec Noé (Genèse 6, 9 à 9, 15, p. 29-33). Le signe de cette alliance est l’arc-en-ciel.

5. Le firmament est conçu comme une voûte solide (Genèse 1, 6-8, p. 22). Les « écluses du ciel » se répandent en pluie sur la terre (Genèse 7, 11, p. 30). Les astres sont suspendus au firmament (Genèse 1, 14-19, p. 22-23).

20

Partie_I_17-92.indd 20

03/04/15 10:59


5

7

6

6. Les « eaux qui sont au-dessous du ciel » forment la mer (Genèse 1, 9-10, p. 22). Dieu lui assigne ses limites (Job 38, 8-11, p. 202).

La mer est dangereuse. On imagine qu’elle est habitée par des monstres, tel Léviathan.

8. Sous la terre s’ouvre le domaine des morts, le shéol* (Genèse 37, 35, p. 53).

7. Histoire de la tour de Babel (Genèse 11, 1-9, p. 33).

21

Partie_I_17-92.indd 21

03/04/15 10:59


DIEU A CRÉÉ L’HOMME

GENÈSE

À SON IMAGE

La Bible s’ouvre par ce texte chantant l’œuvre créatrice de Dieu en sept jours. Ce n’est pas un compte rendu scientifique. C’est un poème longuement médité, à travers lequel les fils d’Israël* expriment leurs certitudes :

LE POÈME DE LA CRÉATION

– Tout ce qui existe vient de Dieu. – Les astres, que certains de leurs voisins adoraient comme des dieux, ne sont que des objets créés. – La créature que Dieu préfère et à qui il confie toute la Création, c’est l’homme. – L’homme créé à l’image de Dieu est un couple : un homme et une femme, entre lesquels la parole, l’amour et la vie pourront advenir. – Comme Dieu, le septième jour, l’homme se repose. Prenant alors du recul sur les six jours de travail écoulés, il prend conscience qu’il n’est pas le créateur et il rend grâce de participer à l’œuvre initiée par Dieu.

1

1-2

3-4

5

6 7

8

9

10

Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre. | La terre était informe et vide, les ténèbres étaient au-dessus de l’abîme et le souffle de Dieu planait au-dessus des eaux. Dieu dit : « Que la lumière soit. » Et la lumière fut. | Dieu vit que la lumière était bonne, et Dieu sépara la lumière des ténèbres. | Dieu appela la lumière « jour », il appela les ténèbres « nuit ». Il y eut un soir, il y eut un matin : premier jour. Et Dieu dit : « Qu’il y ait un firmament au milieu des eaux, et qu’il sépare les eaux. » | Dieu fit le firmament, il sépara les eaux qui sont au-dessous du firmament et les eaux qui sont au-dessus. Et ce fut ainsi. | Dieu appela le firmament « ciel ». Il y eut un soir, il y eut un matin : deuxième jour. Et Dieu dit : « Les eaux qui sont au-dessous du ciel, qu’elles se rassemblent en un seul lieu, et que paraisse la terre ferme. » Et ce fut ainsi. | Dieu appela la terre ferme « terre », et il appela la masse des eaux « mer ». Et Dieu vit que cela était bon.

13

Dieu dit : « Que la terre produise l’herbe, la plante qui porte sa semence, et que, sur la terre, l’arbre à fruit donne, selon son espèce, le fruit qui porte sa semence. » Et ce fut ainsi. | La terre produisit l’herbe, la plante qui porte sa semence, selon son espèce, et l’arbre qui donne, selon son espèce, le fruit qui porte sa semence. Et Dieu vit que cela était bon. Il y eut un soir, il y eut un matin : troisième jour.

14

Et Dieu dit : « Qu’il y ait des luminaires au firmament

11

12

22

Partie_I_17-92.indd 22

03/04/15 10:59


GENÈSE

15

16

17 18

19

20

21

22

23

24

25

26

du ciel, pour séparer le jour de la nuit ; qu’ils servent de signes pour marquer les fêtes, les jours et les années ; | et qu’ils soient, au firmament du ciel, des luminaires pour éclairer la terre. » Et ce fut ainsi. | Dieu fit les deux grands luminaires : le plus grand pour commander au jour, le plus petit pour commander à la nuit ; il fit aussi les étoiles. | Dieu les plaça au firmament du ciel pour éclairer la terre, | pour commander au jour et à la nuit, pour séparer la lumière des ténèbres. Et Dieu vit que cela était bon. | Il y eut un soir, il y eut un matin : quatrième jour. Et Dieu dit : « Que les eaux foisonnent d’une profusion d’êtres vivants, et que les oiseaux volent au-dessus de la terre, sous le firmament du ciel. » | Dieu créa, selon leur espèce, les grands monstres marins, tous les êtres vivants qui vont et viennent et foisonnent dans les eaux, et aussi, selon leur espèce, tous les oiseaux qui volent. Et Dieu vit que cela était bon. | Dieu les bénit* par ces paroles : « Soyez féconds et multipliez-vous, remplissez les mers, que les oiseaux se multiplient sur la terre. » | Il y eut un soir, il y eut un matin : cinquième jour. Et Dieu dit : « Que la terre produise des êtres vivants selon leur espèce, bestiaux, bestioles et bêtes sauvages selon leur espèce. » Et ce fut ainsi. | Dieu fit les bêtes sauvages selon leur espèce, les bestiaux selon leur espèce, et toutes les bestioles de la terre selon leur espèce. Et Dieu vit que cela était bon. Dieu dit : « Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance. Qu’il soit le maître des poissons de la mer, des oiseaux du ciel, des bestiaux, de toutes les bêtes sauvages, et de toutes les bestioles qui vont et viennent sur la terre. »

23

Partie_I_17-92.indd 23

03/04/15 10:59


L’HOMME RESPONSABLE DE LA CRÉATION

GENÈSE

Dieu confie la Création à l’homme, en lui commandant de la soumettre. Dieu établit l’homme dans une place singulière, en lui donnant de pouvoir modifier et orienter la Création selon le bien. Il dépend donc de l’homme que la Création devienne un monde de violence ou un monde favorable à une vie fraternelle. Il lui faut donc être très vigilant car pas une de ses actions n’est sans effet sur la Création !

27

28

29

30

31

2

1 2

3

4

LE JARDIN D’ÉDEN

LE RÉCIT DU JARDIN Après le très beau poème de la Création, nous trouvons dans la Bible le récit du jardin d’Éden. Il est très ancien, bien plus ancien que le poème de la Création.

(1) Il s’agit du sabbat*. Voir Exode 20, 8-11, p. 74.

Partie_I_17-92.indd 24

Dieu créa l’homme à son image, à l’image de Dieu il le créa, il les créa homme et femme. Dieu les bénit et leur dit : « Soyez féconds et multipliez-vous, remplissez la terre et soumettez-la. Soyez les maîtres des poissons de la mer, des oiseaux du ciel, et de tous les animaux qui vont et viennent sur la terre. » | Dieu dit encore : « Je vous donne toute plante qui porte sa semence sur toute la surface de la terre, et tout arbre dont le fruit porte sa semence : telle sera votre nourriture. | À tous les animaux de la terre, à tous les oiseaux du ciel, à tout ce qui va et vient sur la terre et qui a souffle de vie, je donne comme nourriture toute herbe verte. » Et ce fut ainsi. | Et Dieu vit tout ce qu’il avait fait ; et voici : cela était très bon. Il y eut un soir, il y eut un matin : sixième jour. Ainsi furent achevés le ciel et la terre, et tout leur déploiement. | Le septième jour, Dieu avait achevé l’œuvre qu’il avait faite. Il se reposa, le septième jour, de toute l’œuvre qu’il avait faite. | Et Dieu bénit le septième jour : il le sanctifia(1) parce que, ce jour-là, il se reposa de toute l’œuvre de création* qu’il avait faite. Telle fut l’origine du ciel et de la terre lorsqu’ils furent créés.

2

4-5

Lorsque le Seigneur* Dieu fit la terre et le ciel, | aucun buisson n’était encore sur la terre, aucune herbe n’avait poussé, parce que le Seigneur Dieu n’avait pas encore fait pleuvoir sur la terre, et il n’y avait pas d’homme pour travailler le sol.

24

03/04/15 10:59


CHOISIR LA MORT

GENÈSE

OU LA VIE

Pourquoi l’homme ne peut-il pas manger du fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal sans mourir ? Dieu veut-il le maintenir dans l’ignorance ? 6 7

8

9

15 16

17

18

19

20

21

22

Mais une source montait de la terre et irriguait toute la surface du sol. | Alors le Seigneur Dieu modela l’homme avec la poussière tirée du sol ; il insuffla dans ses narines le souffle de vie, et l’homme devint un être vivant. | Le Seigneur Dieu planta un jardin en Éden, à l’orient, et y plaça l’homme qu’il avait modelé. Le Seigneur Dieu fit pousser du sol toutes sortes d’arbres à l’aspect désirable et aux fruits savoureux ; il y avait aussi l’arbre de vie au milieu du jardin, et l’arbre de la connaissance du bien et du mal*. […] Le Seigneur Dieu prit l’homme et le conduisit dans le jardin d’Éden pour qu’il le travaille et le garde. | Le Seigneur Dieu donna à l’homme cet ordre : « Tu peux manger les fruits de tous les arbres du jardin ; | mais l’arbre de la connaissance du bien et du mal, tu n’en mangeras pas ; car, le jour où tu en mangeras, tu mourras. » Le Seigneur Dieu dit : « Il n’est pas bon que l’homme soit seul. Je vais lui faire une aide qui lui correspondra. » Avec de la terre, le Seigneur Dieu modela toutes les bêtes des champs et tous les oiseaux du ciel, et il les amena vers l’homme pour voir quels noms il leur donnerait. C’étaient des êtres vivants, et l’homme donna un nom à chacun. L’homme donna donc leurs noms à tous les animaux, aux oiseaux du ciel et à toutes les bêtes des champs. Mais il ne trouva aucune aide qui lui corresponde. | Alors le Seigneur Dieu fit tomber sur lui un sommeil mystérieux, et l’homme s’endormit. Le Seigneur Dieu prit une de ses côtes, puis il referma la chair à sa place. | Avec la côte qu’il avait prise à l’homme, il façonna

Au contraire, disent les auteurs de ce récit, Dieu considère l’homme comme une personne responsable. Il l’invite à choisir. Veut-il vivre en Alliance* avec Dieu ou construire sa vie tout seul au risque de se perdre ? Manger du fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, c’est se passer de Dieu pour décider tout seul de ce qui est bien et de ce qui est mal. C’est se couper volontairement du Créateur*, source de vie. C’est un choix de mort* : l’homme se détruit lui-même.

Dès les premières pages de la Bible, tu nous dis qui tu es, Seigneur. Quand tu fais l’homme à ta ressemblance, tu ne fais pas de lui un solitaire, mais un être qui trouve sa joie dans le dialogue avec son semblable, un couple qui vit la communion. Tu es donc dialogue et communion, Seigneur. Déjà nous pressentons ce que Jésus dévoilera pleinement : l’amour du Père*, du Fils* et du Saint-Esprit*.

25

Partie_I_17-92.indd 25

03/04/15 10:59


GENÈSE

23

24

une femme et il l’amena vers l’homme. | L’homme dit alors : « Cette fois-ci, voilà l’os de mes os et la chair de ma chair ! On l’appellera : femme – Ishsha –, elle qui fut tirée de l’homme – Ish. » À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux ne feront plus qu’un (1).

LE PÉCHÉ EST ENTRÉ DANS LE MONDE

3

1

2

3

4 5

L’’HOMME DÉPOUILLÉ DE LA GRÂCE* 6

L’homme et la femme repoussent l’invitation de vivre avec Dieu. Ils veulent devenir « comme des dieux ». Ils veulent ressembler aux dieux dominateurs et égoïstes que les hommes se sont inventés. Dans un éclair de lucidité, ils se voient tels qu’ils sont : nus, fragiles, dépouillés de toute la protection que leur donnait l’amitié de Dieu.

(1) Voir Matthieu 19, 5, p. 273.

Partie_I_17-92.indd 26

7

8

9

Le serpent* était le plus rusé de tous les animaux des champs que le Seigneur* Dieu avait faits. Il dit à la femme : « Alors, Dieu vous a vraiment dit : “Vous ne mangerez d’aucun arbre du jardin*” ? » | La femme répondit au serpent : « Nous mangeons les fruits des arbres du jardin. Mais, pour le fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : “Vous n’en mangerez pas, vous n’y toucherez pas, sinon vous mourrez.” » | Le serpent dit à la femme : « Pas du tout ! Vous ne mourrez pas ! | Mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal*. » La femme s’aperçut que le fruit de l’arbre devait être savoureux, qu’il était agréable à regarder et qu’il était désirable, cet arbre, puisqu’il donnait l’intelligence. Elle prit de son fruit, et en mangea. Elle en donna aussi à son mari, et il en mangea. | Alors leurs yeux à tous deux s’ouvrirent et ils se rendirent compte qu’ils étaient nus. Ils attachèrent les unes aux autres des feuilles de figuier, et ils s’en firent des pagnes. Ils entendirent la voix du Seigneur Dieu qui se promenait dans le jardin à la brise du jour. L’homme et la femme allèrent se cacher aux regards du Seigneur Dieu parmi les arbres du jardin. | Le Seigneur Dieu appela l’homme et

26

03/04/15 10:59


GENÈSE

Seigneur, la première conséquence de la rupture avec toi est la rupture entre l’homme et la femme qui se cachent chacun de son côté ! Chacun a peur de l’autre ! Chacun rejette sa responsabilité ! Mais tu viens avec insistance

10

11

12

13

14

15

pour renouer le dialogue lui dit : « Où es-tu donc ? » | Il répondit : « J’ai donnant à chacun une mission entendu ta voix dans le jardin, j’ai pris peur parce qui témoigne de ta bienveillance que je suis nu, et je me suis caché. » | Le Seigneur et de ta confiance ! reprit : « Qui donc t’a dit que tu étais nu ? Aurais-tu mangé de l’arbre dont je t’avais interdit de manger ? » | L’homme répondit : « La femme que tu m’as donnée, c’est elle qui m’a donné du fruit de l’arbre, et j’en ai mangé. » | Le Seigneur Dieu dit à la femme : « Qu’as-tu fait là ? » La femme répondit : « Le serpent m’a trompée, et j’ai mangé. » Alors le Seigneur Dieu dit au serpent : « Parce que tu as fait cela, tu seras maudit parmi tous les animaux et toutes les bêtes des champs. Tu ramperas sur le ventre et tu mangeras de la poussière tous les jours de ta vie. | Je mettrai une hostilité entre toi et la femme, entre ta descendance et sa descendance : celle-ci te meurtrira la tête, et toi, tu lui meurtriras le talon (1). »

16

Le Seigneur Dieu dit ensuite à la femme : « Je multiplierai la peine de tes grossesses ; c’est dans la peine que tu enfanteras des fils. Ton désir te portera vers ton mari, et celui-ci dominera sur toi (2). »

17

Il dit enfin à l’homme : « Parce que tu as écouté la voix de ta femme, et que tu as mangé le fruit de l’arbre que je t’avais interdit de manger : maudit soit le sol à cause de toi ! C’est dans la peine que tu en tireras ta nourriture, tous les jours de ta vie. | De lui-même, il te donnera épines et chardons, mais tu auras ta nourriture en cultivant les champs. | C’est à la sueur de ton visage que tu gagneras ton pain, jusqu’à ce que tu retournes à la terre dont tu proviens ; car tu es poussière, et à la poussière tu retourneras. »

18

19

27

Partie_I_17-92.indd 27

(1) Voir Apocalypse 12, 1-6, p. 463. (2) Cette domination de l’homme sur la femme se manifeste, par exemple, dans le fait que, pendant des siècles, les hommes se donneront le droit de renvoyer leur femme pour en épouser une autre. Jésus rappelle que cette pratique est la conséquence du péché*, de « l’endurcissement ». Dieu a créé un couple d’êtres égaux et complémentaires (Matthieu 19, 3-9, p. 272).

03/04/15 10:59


L’’HOMME REVÊTU DE MISÉRICORDE*

GENÈSE

L’homme et la femme ont peur de Dieu. Pourtant, tel un père attentionné, il protège leur fragilité en la revêtant de tuniques. Un jour, les hommes comprendront le désir de Dieu : les revêtir « d’une force venue d’en haut » (Luc 24, 49, p. 357).

20 21

22

DE NOUVEAUX RÉCITS Le récit du jardin perdu est suivi d’autres récits : Caïn et Abel, Noé, la tour de Babel. Ces récits nous aident à méditer sur des difficultés communes aux hommes de tous les temps.

23

24

L’homme (1) appela sa femme Ève* (c’est-à-dire : la vivante), parce qu’elle fut la mère de tous les vivants. | Le Seigneur Dieu fit à l’homme et à sa femme des tuniques de peau et les en revêtit. | Puis le Seigneur Dieu déclara : « Voilà que l’homme est devenu comme l’un de nous par la connaissance du bien et du mal ! Maintenant, ne permettons pas qu’il avance la main, qu’il cueille aussi le fruit de l’arbre de vie, qu’il en mange et vive éternellement ! » | Alors le Seigneur Dieu le renvoya du jardin d’Éden, pour qu’il travaille la terre d’où il avait été tiré. | Il expulsa l’homme, et il posta, à l’orient du jardin d’Éden, les Kéroubim, armés d’un glaive fulgurant, pour garder l’accès de l’arbre de vie.

CAÏN ET ABEL

4 DIEU REGARDE LE CŒUR Le rédacteur du livre ne s’étend pas sur les raisons pour lesquelles Dieu ne tourna pas son regard vers Caïn. Tout au plus suggèret-il qu’Abel est mieux disposé à l’égard de Dieu. Il offre les premiers-nés de son troupeau, il choisit ce qu’il y a de meilleur. Caïn présente « des produits de la terre », est-il écrit sans plus de précision. Ce qui est sûr, c’est que Dieu n’agit pas par caprice. Il ne regarde pas comme les hommes, il regarde le cœur de l’homme (1 Samuel 16, 1-7, p. 101).

(1) Dans tout ce récit, le mot hébreu traduit par « homme » est « Adam ». C’est un nom commun qui signifie « le terrien » : celui qui est tiré de la terre. Très souvent, on l’utilise comme un nom propre pour désigner l’homme du jardin dont nous parle cette histoire.

Partie_I_17-92.indd 28

1

2

3 4

5

6 7

L’homme s’unit à Ève*, sa femme : elle devint enceinte, et elle mit au monde Caïn. Elle dit alors : « J’ai acquis un homme avec l’aide du Seigneur* ! » | Dans la suite, elle mit au monde Abel, frère de Caïn. Abel devint berger, et Caïn cultivait la terre. Au temps fixé, Caïn présenta des produits de la terre en offrande* au Seigneur. | De son côté, Abel présenta les premiers-nés de son troupeau, en offrant les morceaux les meilleurs. Le Seigneur tourna son regard vers Abel et son offrande, | mais vers Caïn et son offrande, il ne le tourna pas. Caïn en fut très irrité et montra un visage abattu. Le Seigneur dit à Caïn : « Pourquoi es-tu irrité, pourquoi ce visage abattu ? | Si tu agis bien, ne relèveras-tu pas ton visage ? Mais si tu n’agis pas bien…, le péché* est accroupi à ta porte. Il est à l’affût, mais tu dois le dominer. »

28

03/04/15 10:59


GENÈSE

DIEU AIME CAÏN Dire que Dieu ne tourna pas son regard vers Caïn et vers son offrande n’équivaut pas à dire que Dieu n’aime pas Caïn. Il lui fait confiance : « Tu dois dominer cette jalousie qui te dévore le cœur, tu peux la dominer… »

8

Caïn dit à son frère Abel : « Sortons dans les champs. » Et, quand ils furent dans la campagne, Caïn se jeta sur son frère Abel et le tua.

9

Le Seigneur dit à Caïn : « Où est ton frère Abel ? » Caïn répondit : « Je ne sais pas. Est-ce que je suis, moi, le gardien de mon frère ? » | Le Seigneur reprit : « Qu’as-tu fait ? La voix du sang de ton frère crie de la terre vers moi ! | Maintenant donc, sois maudit* et chassé loin de cette terre qui a ouvert la bouche pour boire le sang de ton frère, versé par ta main. | Tu auras beau cultiver la terre, elle ne produira plus rien pour toi. Tu seras un errant, un vagabond sur la terre. » | Alors Caïn dit au Seigneur : « Mon châtiment est trop lourd à porter ! | Voici qu’aujourd’hui tu m’as chassé de cette terre. Je dois me cacher loin de toi, je serai un errant, un vagabond sur la terre, et le premier venu qui me trouvera me tuera (1). » | Le Seigneur lui répondit : « Si quelqu’un tue Caïn, Caïn sera vengé sept fois (2). » Et le Seigneur mit un signe sur Caïn pour le préserver d’être tué par le premier venu qui le trouverait.

10

11

12

13 14

15

Après le meurtre d’Abel, Dieu répond encore à la prière de Caïn. Il le protège en le marquant de son signe. Dieu ne veut pas la mort du pécheur mais sa conversion.

NOÉ ET LE DÉLUGE Les hommes qui peuplent la terre ne s’entendent pas, l’injustice et le péché* se multiplient. Pourtant, au milieu de tous ces hommes qui oublient qu’ils sont images de Dieu, il en est un qui demeure juste* : Noé.

6

9 10 11

Voici l’histoire de Noé. Parmi ses contemporains, Noé fut un homme juste, parfait. Noé marchait avec Dieu. | Il engendra trois fils : Sem, Cham et Japhet. | Mais la terre s’était corrompue devant la face de Dieu, la terre était remplie de violence. […]

29

Partie_I_17-92.indd 29

(1) Le rédacteur de ces textes n’a pas l’intention de faire un récit des origines, puisqu’il parle d’un monde habité par d’autres hommes. Sous forme imagée, il décrit l’homme – de tous les temps – avec ses contradictions et ses questions. (2) Un descendant de Caïn se vantera de se venger soixantedix fois sept fois (Genèse 4, 24). Jésus, plus tard, retournera ce désir de vengeance en capacité de pardonner* (Matthieu 18, 21-22, pardonner p. 271). Voir aussi Matthieu 5, 38-42, p. 250.

03/04/15 10:59


GENÈSE

13

14

15 16

LE DÉLUGE ? Le déluge est l’effet du péché et non un phénomène naturel. Mais Dieu a choisi Noé, qui est un homme juste, pour sauver du déluge des hommes, des femmes, des enfants et chaque espèce animale. Il sait s’adapter aux circonstances et, grâce à son travail, il va échapper au déluge.

17

18

19

20

21 22

7

11

12

13

(1) Bien que, dans le texte hébreu*, hébreu , ce que nous appelons l’arche de Noé et l’arche* l’arche d’Alliance ne soit pas désigné par le même mot, il s’agit dans les deux cas d’une caisse, ou d’un coffre, qui ont une relation directe avec l’Alliance que Dieu veut nouer avec les hommes. Dans le grand coffre de Noé (ses dimensions ne sont en rien celles d’un bateau), Dieu fait entrer tous ceux qu’il veut sauver du déluge – hommes et animaux – pour faire Alliance avec eux. Voir Genèse 9, 8-12, p. 32.

Partie_I_17-92.indd 30

Dieu dit à Noé : « Je l’ai décidé, c’est la fin de tout être de chair ! À cause des hommes, la terre est remplie de violence. Eh bien ! je vais les détruire et la terre avec eux. | Fais-toi une arche (1) en bois de cyprès. Tu la diviseras en cellules et tu l’enduiras de bitume à l’intérieur et à l’extérieur. | Tu la feras ainsi : trois cents coudées de long, cinquante de large et trente de haut. | Tu feras à l’arche un toit à pignon que tu fixeras une coudée au-dessus d’elle. Tu mettras l’entrée de l’arche sur le côté, puis tu lui feras un étage inférieur, un deuxième étage et un troisième. Et voici que moi je fais venir le déluge, les eaux recouvriront la terre ; ainsi je détruirai, sous les cieux, tout être de chair animé d’un souffle de vie. Tout ce qui vit sur la terre expirera. | Mais, avec toi, j’établirai mon alliance*. Toi, tu entreras dans l’arche, et, avec toi, tes fils, ta femme et les femmes de tes fils. | De tout ce qui vit, tout ce qui est de chair, tu feras entrer dans l’arche un mâle et une femelle pour qu’ils restent en vie avec toi. | De chaque espèce d’oiseaux, de chaque espèce d’animaux domestiques, de chaque espèce de reptiles du sol, un couple t’accompagnera pour rester en vie. | Et toi, procure-toi de quoi manger ; fais-en provision. Ce sera ta nourriture et la leur. » | Noé fit ainsi. Tout ce que Dieu lui avait ordonné, il le fit. […] L’an six cent de la vie de Noé, le deuxième mois, le dix-septième jour du mois, ce jour-là, les réservoirs du grand abîme se fendirent ; les vannes des cieux s’ouvrirent. | Et la pluie tomba sur la terre pendant quarante jours et quarante nuits. En ce jour même, Noé entra dans l’arche avec ses fils Sem, Cham et Japhet, avec sa femme et les trois femmes de ses fils.

30

03/04/15 10:59


GENÈSE

14

15 16

L’homme pécheur, séparé de son Créateur*, devient comme un étranger dans la Création. La troisième conséquence du péché, c’est la rupture de l’harmonie entre l’homme et la nature. Et toi, Seigneur, tu envoies les animaux chercher protection auprès de Noé, comme pour nous rappeler que, malgré tout, les hommes demeurent responsables de la Création.

Y entrèrent aussi tous les animaux selon leur espèce, tous les bestiaux selon leur espèce, tous les reptiles qui rampent sur la terre selon leur espèce, et tous les oiseaux selon leur espèce, tout ce qui vole, tout ce qui a des ailes. | Couple par couple, tous les êtres de chair animés d’un souffle de vie entrèrent dans l’arche avec Noé. Ceux qui entraient, c’était un mâle et une femelle de tous les êtres de chair, comme Dieu l’avait ordonné à Noé. Alors le Seigneur* ferma la porte sur Noé. Les eaux du déluge montèrent plus haut que les hautes montagnes. Tout ce qui vivait sur terre mourut. L’arche et ses occupants flottaient sur les eaux.

UNE ALLIANCE EN FORME D’ARC-EN-CIEL Quand les eaux commencèrent à baisser, l’arche s’arrêta sur les monts d’Ararat (1).

8

6 7

8 9

10 11

Au bout de quarante jours, Noé ouvrit la fenêtre de l’arche qu’il avait construite, | et il lâcha le corbeau ; celuici fit des allers et retours, jusqu’à ce que les eaux se soient retirées, laissant la terre à sec. | Noé lâcha aussi la colombe* pour voir si les eaux avaient baissé à la surface du sol. | La colombe ne trouva pas d’endroit où se poser, et elle revint vers l’arche auprès de lui, parce que les eaux étaient sur toute la surface de la terre ; Noé tendit la main, prit la colombe, et la fit rentrer auprès de lui dans l’arche. Il attendit encore sept jours, et lâcha de nouveau la colombe hors de l’arche. | Vers le soir, la colombe revint, et voici qu’il y avait dans son bec un rameau d’olivier tout frais (2) !

31

Partie_I_17-92.indd 31

(1) Il n’est pas question du mont Ararat mais des monts d’Ararat. Il s’agit des montagnes du royaume d’Ourartou, à l’est de la Turquie actuelle. Quand ce royaume disparut au VIe siècle avant Jésus Christ, le nom de la région devint Ararat. C’est ce nom que connaissent les rédacteurs bibliques. Plus tard encore, aux environs du Ier siècle, la région prit le nom d’Arménie, et le mot Ararat devint alors le nom de la plus haute montagne (5 165 m). Il existe bien aujourd’hui un mont Ararat, mais les rédacteurs bibliques ne le connaissaient pas. Cela n’empêche pas des « explorateurs » d’y chercher les restes de l’arche, et les Arméniens d’y situer la première plantation d’une vigne par Noé. Voir Genèse 9, 20. (2) Le monde du péché* a été détruit par les eaux et, apportant un rameau d’olivier tout frais, la colombe atteste que Dieu crée un monde nouveau. Le déluge est une image du baptême* : les eaux du baptême noient les forces du péché qui sont en nous et le Saint-Esprit* nous crée un cœur nouveau. Voir Matthieu 3, 13-17, p. 246.

03/04/15 10:59


DIEU DE LA VIE

GENÈSE

Ce beau récit de Noé pose une question que l’on retrouvera dans d’autres passages de la Bible : « Et si Dieu, un jour, en avait assez des hommes, et s’il voulait les détruire, tant ils sont mauvais ? » À certains moments, les rédacteurs bibliques décrivent Dieu tellement en colère contre les pécheurs qu’il lance des catastrophes, comme le déluge ou comme la destruction de Sodome (Genèse 18, 16-33, p. 43). Mais, chaque fois, on montre que Dieu ne va pas jusqu’au bout de la destruction : il laisse subsister une famille… parce que Dieu aime la vie !

12

Alors Noé souleva le toit de l’arche et vit que la terre était sèche. Il sortit de l’arche avec sa femme, ses fils, ses belles-filles et tous les animaux. 21

Plus tard, on comprendra mieux que Dieu ne détruit pas. Pierre* expliquera que Dieu veut sauver même ceux qui se sont révoltés contre lui au temps de Noé (1 Pierre 3, 19-20, p. 454). Parler de la colère* de Dieu, c’est donc une façon de dire que Dieu ne peut pas rester insensible quand les hommes lui tournent le dos et vont à leur perte… Il crie pour les rappeler, pour qu’ils reviennent à lui, afin de vivre avec lui.

Noé comprit ainsi que les eaux avaient baissé sur la terre. Il attendit encore sept autres jours et lâcha la colombe, qui, cette fois-ci, ne revint plus vers lui.

22

9

1

8-9

10

11

12

Le Seigneur* se dit en lui-même : « Jamais plus je ne maudirai* le sol à cause de l’homme : le cœur de l’homme est enclin au mal dès sa jeunesse, mais jamais plus je ne frapperai tous les vivants comme je l’ai fait. Tant que la terre durera, semailles et moissons, froidure et chaleur, été et hiver, jour et nuit jamais ne cesseront. » Dieu bénit* Noé et ses fils. Il leur dit : « Soyez féconds, multipliez-vous, remplissez la terre. » […] Dieu dit encore à Noé et à ses fils : | « Voici que moi, j’établis mon alliance* avec vous, avec votre descendance après vous, et avec tous les êtres vivants qui sont avec vous : les oiseaux, le bétail, toutes les bêtes de la terre, tout ce qui est sorti de l’arche. | Oui, j’établis mon alliance avec vous : aucun être de chair L’arc-en-ciel, ne sera plus détruit par les eaux du un arc de lumière et de couleur déluge, il n’y aura plus de déluge pour qui rejoint le ciel où demeure Dieu ravager la terre. » | Dieu dit encore : et la terre où demeurent les hommes ! L’arc-en-ciel, Seigneur, « Voici le signe de l’alliance que j’établis un signe de ton désir entre moi et vous, et avec tous les êtres de nous relier à toi, de nous faire danser dans ta lumière, chacun avec nos qualités et nos particularités, comme autant de couleurs qui se conjuguent dans l’harmonie ! L’arc-en-ciel, un signe de ton désir de faire Alliance avec tous les hommes !

32

Partie_I_17-92.indd 32

03/04/15 10:59


GENÈSE

LE DÉSIR DE PUISSANCE

13 14

15

vivants qui sont avec vous, pour les générations à jamais : je mets mon arc au milieu des nuages, pour qu’il soit le signe de l’alliance entre moi et la terre. | Lorsque je rassemblerai les nuages au-dessus de la terre, et que l’arc apparaîtra au milieu des nuages, | je me souviendrai de mon alliance qui est entre moi et vous, et tous les êtres vivants. »

1 2

3

4

5 6

7

8 9

Jésus, en venant dans le monde, nous révèle un autre chemin en se faisant serviteur des hommes (Marc 10, 35-45, p. 314). L’orgueil et le désir de puissance des hommes vont provoquer leur division. Dieu va disperser les hommes sur toute la terre et chaque peuple parlera une langue différente.

LA TOUR DE BABEL

11

Ce qui provoque la dispersion des peuples, c’est l’orgueil des hommes et leur avidité du pouvoir. Dans cette course au pouvoir, on peut difficilement être ensemble et on ne se comprend plus.

Toute la terre avait alors la même langue et les mêmes mots. | Au cours de leurs déplacements du côté de l’orient, les hommes découvrirent une plaine en Mésopotamie, et s’y établirent. | Ils se dirent l’un à l’autre : « Allons ! fabriMais Dieu se sert de tout… quons des briques et mettons-les à cuire ! » Les briques leur même du mal commis : servaient de pierres, et le bitume, de mortier. | Ils dirent : cette diversité de peuples, de langues et de cultures « Allons ! bâtissons-nous une ville, avec une tour dont le va passer par le feu de sommet soit dans les cieux. Faisons-nous un nom, pour ne l’Esprit Saint*, le jour de la pas être disséminés sur toute la surface de la terre. » Pentecôte*. Les disciples du Le Seigneur* descendit pour voir la ville et la tour que Christ deviendront alors les serviteurs d’une unité entre les hommes avaient bâties. | Et le Seigneur dit : « Ils sont un les hommes, unité qui ne seul peuple, ils ont tous la même langue : s’ils commencent peut se trouver qu’en Dieu ainsi, rien ne les empêchera désormais de faire tout ce qu’ils (Actes des Apôtres 2, 7-11, décideront. | Allons ! descendons, et là, embrouillons leur p. 406). langue : qu’ils ne se comprennent plus les uns les autres. » De là, le Seigneur les dispersa sur toute la surface de la terre. Ils cessèrent donc de bâtir la ville. | C’est pourquoi on l’appela Babel, car c’est là que le Seigneur embrouilla la langue des La quatrième conséquence du péché*, habitants de toute la terre ; et c’est de c’est la rupture de l’harmonie là qu’il les dispersa sur toute la surface entre les peuples : le désir de pouvoir de la terre. altère les relations entre les hommes, alors que ton souhait, Seigneur, est d’être en communion avec nous. Apprends-nous à nous accueillir et à nous respecter avec nos différences.

33

Partie_I_17-92.indd 33

03/04/15 10:59


Partie_I_17-92.indd 34

03/04/15 10:59


SOMMAIRE

La Bible, le livre du Peuple de Dieu Plan du livre Clés de lecture de Parle Seigneur Table des textes bibliques

p. 7 p. 12 p. 14 p. 16

ANCIEN TESTAMENT 1re PARTIE

LA TORAH

p. 17

I. L’homme et le monde

p. 19

II. Abraham et ses fils Le récit d’Abraham Les aventures de Jacob

p. 35 p. 38 p. 47

III. L’histoire de Moïse Le Peuple de Dieu en esclavage La Pâque L’Alliance

p. 55 p. 56 p. 63 p. 72

2e PARTIE

LA VIE DU PEUPLE D’ISRAËL

p. 93

I. Le temps des rois et des prophètes Vers la royauté Le roi Saül Le roi David

p. 95 p. 96 p. 100 p. 107

Le roi Salomon Amos, prophète de l’amour fraternel Osée, prophète de l’amour fou de Dieu Isaïe, prophète du messie Michée, prophète de la paix

p. 116 p. 131 p. 135 p. 139 p. 148

II. L’Exil Jérémie, prophète de la nouvelle Alliance Ézékiel, prophète de la résurrection Les chants du Serviteur

p. 151 p. 154 p. 166 p. 173

III. Après l’Exil Le retour des exilés Jérusalem La domination grecque

p. 179 p. 180 p. 183 p. 194

3e PARTIE

LA PRIÈRE DU PEUPLE DE DIEU

p. 213

Le livre des Psaumes

p. 214

571

Pages_fin_549-576.indd 571

03/04/15 14:29


NOUVEAU TESTAMENT 6e PARTIE

4e PARTIE

L’ÉVANGILE

p. 235

I. L’Évangile selon saint Matthieu Enfance de Jésus Début du ministère de Jésus Sermon sur la montagne Jésus et les Douze Discussions avec les pharisiens Les paraboles du Royaume Une nouvelle Alliance Fondation de l’Église Jésus à Jérusalem La Passion de Jésus Christ La Résurrection

p. 241 p. 242 p. 245 p. 247 p. 254 p. 257 p. 259 p. 266 p. 269 p. 275 p. 283 p. 294

II. L’Évangile selon saint Marc

p. 299

III. L’Évangile selon saint Luc

p. 321

IV. L’Évangile selon saint Jean

p. 361

LEXIQUE p. 469 Des mots, des images, des explications à découvrir TABLES ET COMMENTAIRES DES CADRES ORNÉS Table thématique de l’Ancien Testament Table thématique des quatre Évangiles Table des lieux bibliques Quelques thèmes développés dans les encadrés Table des grandes planches illustrées Table des prières Commentaires des cadres ornés

p. 549 p. 551 p. 552 p. 554 p. 555 p. 557 p. 558 p. 561

5e PARTIE

NAISSANCE DE L’ÉGLISE

p. 401

I. Les Actes des Apôtres

p. 403

II. Les épîtres Les épîtres de Paul Les épîtres catholiques

p. 435 p. 436 p. 452

III. L’Apocalypse de Jean

p. 459

572

Pages_fin_549-576.indd 572

03/04/15 14:29


CRÉDITS DE LA COUVERTURE Christ pantocrator, chapelle palatine, Palerne © akg-images/Andrea Jemolo Saint Pierre et Saint Paul, détails d’un panneau d’autel, art gothique catalan, XIIIe siècle, Espagne © Collection Dagli Orti/Episcolpa Muséum Vic Catalonia Illustration du bas © Éric Puybaret, 2010

CRÉDITS DES GRANDES PLANCHES ILLUSTRÉES Étienne Jung p. 10-11 Emmanuel Cerisier p. 90-91, p. 114-115, p. 152-153, p. 192-193 Christel Espié p. 20-21, p. 36-37, p. 264-265, p. 296-297, p. 358-359, p. 432-433

CRÉDITS PHOTOGRAPHIQUES DU LEXIQUE (le numéro de page est parfois suivi de la lettre indiquant la colonne) p. 6 : voir p. 493. p. 472 et p. 483 c : Détails, cathédrale Saint-Bavon, Gand © akg-images. p. 474 a : Bois polychrome, chapelle de Kermaria an Iskuit © akg-images/ Hervé Champollion. p. 474 b : Fresque, cathédrale Saint-Julien, Le Mans © akg-images/Hervé Champollion. p. 475 a : Bois polychrome, musée du Bargello, Florence © akg-images/ Rabatti-Domingie. p. 476 : Suermondt Museum, Aix-la-Chapelle © The Art Archive/Suermondt Museum Aachen/Alfredo Dagli Orti. p. 477 (en haut) : Enluminure, The Pierpont Morgan Library, New York © Scala/Photo Pierpont Morgan Library/Art Resource. p. 477 (en bas à gauche) : Relief en bois doré d’un reliquaire, église de Tolède © ARTimages/Rémi Tournus. p. 477 (en bas à droite) : Enluminure, école française © RMN (Domaine de Chantilly)/René-Gabriel Ojéda. p. 478 b : Meggido (Israël) © ARTimages/Rémi Tournus. p. 479 b : Cathédrale de Paros (Grèce) © Corbis/Roger Wood. p. 480 : Ivoire, musée du Louvre, Paris © Bridgeman Giraudon/Peter Willi. p. 483 a, b : École russe, musée Andrei Roublev, Moscou © Bridgeman Giraudon/Andrei Rublev Museum, Moscow, Russia. p. 484 b : Musée du Prado, Madrid © akg-images. p. 484 c : Église de Kœnigsfelden (Suisse) © ARTimages/Rémi Tournus. p. 486 (en haut à gauche) : Bois, école allemande, cathédrale Saint-Jean, Perpignan © Bridgeman Giraudon. p. 486 (en haut à droite) : Bois peint, école italienne, basilique SainteClaire, Assise © Bridgeman Giraudon. p. 486 (au centre) : Ivoire, musée du Louvre, Paris © RMN/Jean-Gilles Berizzi. p. 486 (en bas à gauche) : Lindisfarne Piory, Holy Island © akg-images/SPL. p. 486 (en bas au centre) : Musée du Prado, Madrid © akg-images. p. 486 (en bas à droite) : Lithographie en couleurs © akg-images/North Wind Picture Archives. p. 487 a : © akg-images/Bildarchiv Monheim.

p. 487 c : Vitrail illustrant la vie de saint Nicolas (détail), cathédrale de Chartres © Henri Gaud/Centre International du Vitrail – La Crypte. p. 488 (en haut) : La Tentation de Satan, chapiteau, église Saint-Pierre, Chauvigny © The Art Archive/Alfredo Dagli Orti. p. 488 (en bas): Fresque, Sant’Abbondio, Côme © Bridgeman Giraudon/ Merilyn Thorold. p. 489 : Abbaye bénédictine de Keur Moussa (Sénégal) © Godong/Philippe Lissac. p. 490 : Icône © akg-images/Erich Lessing. p. 491 : Encensoir, cathédrale Notre-Dame, Paris © Philippe Lissac/Godong/Corbis. p. 492 : Enluminure, évangéliaire d’Helmarchausen, dit « Henri de Lion », Herzog August Bibliothek, Wolenbuettel © akg-images. p. 493 a : Manuscrit de la Mer morte (Ier siècle), musée Bible et Terre sainte, Paris © ARTimages/Rémi Tournus. p. 493 c : Don Simone Camaldolese, enluminure, musée de San Marco, Florence © Bridgeman Giraudon. p. 494 : Symboles des quatre évangélistes, (XXe siècle), sanctuaire NotreDame de la Salette © Marcel Crozet/Ciric/adagp. p. 496 : Mosaïque, basilique Saint-Marc, Venise © Scala, Florence, 2010. p. 497 : Fresque, chapelle Scrovegni, Padoue © akg-images/Cameraphoto. p. 499 : Histoire de l’évêque de Siponto (détail), école espagnole, musée d’art de Catalogne, Barcelone © Bridgeman Giraudon. p. 501 : Bas-relief, calcaire de Turquie, musée du Louvre, Paris © RMN/ Les frères Chuzeville. p. 502 (en haut) : Icône, musée national russe, Saint-Pétersbourg © akgimages. p. 502 (en bas) : Enluminure, psautier d’Ingeborg de Danemark dite « Isembour », musée de Condé, Chantilly © akg-images/Erich Lessing. p. 503 : G. D. Facchina, Mosaïque, basilique Notre-Dame du Rosaire, Lourdes © Pascal Deloche/Corbis. p. 504 : Fresque, cathédrale d’Anagni © The Art Archive/Alfredo Dagli Orti. p. 505 : Bois polychrome (Allemagne), collection particulière © akgimages/François Guénet. p. 506 a : Détail, musée du Prado, Madrid © The Art Archive/Alfredo Dagli Orti. p. 506 c : Musée Estense, Modena © Bridgeman Giraudon. p. 507 : Musée d’Israël, Jérusalem © Richard T. Nowitz/Corbis. p. 508 : Fresque, musée de San Marco, Florence © Rabatti-Domingie/akgimages. p. 509 : Tympan ouest de l’église Sainte-Foy, Conques © The Art Archive/ Alfredo Dagli Orti. p. 510 a : Pedro Serra, école catalane, musée des Beaux-Arts, Bilbao © The Art Archive/Alfredo Dagli Orti. p. 510 b, c : Peinture sur bois, église Saint-Martin, Zillis (Suisse) © ARTimages/Rémi Tournus. p. 511 : Bois polychrome, retable de l’église de Guingamp © ARTimages/ Rémi Tournus. p. 512 a : Musée de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg © akg-images. p. 512 c : Le Songe des rois mages, chapiteau (XIIe siècle), cathédrale SaintLazare, Autun © Hervé Champollion/akg-images. p. 513 a : Enluminure, livre d’heures, collection privée © akg-images. p. 514 (en haut à gauche) : Icône, école russe, musée du Louvre, Paris © RMN/Hervé Lewandowski. p. 514 (en haut à droite) : Terre cuite émaillée, musée du Louvre, Paris © RMN/Hervé Lewandowski. p. 514 (en bas à gauche) : Marbre, basilique Saint-Pierre, Rome © akgimages/Electa.

573

Pages_fin_549-576.indd 573

03/04/15 14:29


p. 514 (en bas à droite) : Musée du Louvre, Paris © akg-images/Erich Lessing. p. 515 a : Bois polychrome, cathédrale Saint-Rufin, Assise © akg-images/ Gerhard Ruf. p. 515 c : Maître de Saint-Séverin, Le Martyre de saint Laurent, The Barnes Foundation, Merion © Bridgeman Giraudon. p. 516 : Enluminure, psautier d’Ingeborg de Danemark dite « Isembour », musée de Condé, Chantilly © RMN (Domaine de Chantilly)/René-Gabriel Ojéda. p. 517 : Mosaïque, San Apollinare Nuovo, Ravenne © The Art Archive/ Alfredo Dagli Orti. p. 518 : Marbre, mausolée de Jules II, basilique Saint-Pieere-aux-Liens, Rome © akg-images/Andrea Jemolo. p. 519 : Musée du Prado, Madrid © akg-images/Joseph Martin. p. 520 : Les Heures de Françoise de Guise, enluminure, musée de Condé, Chantilly © RMN (Domaine de Chantilly)/René Gabriel Ojéda. p. 521 : École française, musée de Condé, Chantilly © Bridgeman Giraudon. p. 522 et p. 547 : Galerie Narodni, Prague © akg-images/André Held. p. 523 (en haut) : Musée national d’Art moderne, Paris © Collection Centre Pompidou/RMN/D.R./adagp. p. 523 (en bas) : Fresque, école roumaine, église de Maramures (Roumanie) © Bridgeman Giraudon. p. 525 : Missel du roi Louis, enluminure, musée de la basilique Saint-François, Assise © akg-images/Stefan Diller. p. 526 : Relief égyptien, temple de Ramsès III, Thèbes © akg-images/James Morris. p. 527 : Manuscrit, musée arménien, Isfahan (Iran) © The Art Archive/ Alfredo Dagli Orti. p. 528 : Fresque, catacombe via Anapo, Rome © akg-images/Pirozzi. p. 529 : Enluminure, British Library, Westminster © The Art Archive/Alfredo Dagli Orti. p. 530 : Musée du Louvre, Paris © akg-images. p. 532 : Musée du Prieuré, Saint-Germain-en-laye © akg-images/Erich Lessing/adagp. p. 533 : Enluminure arménienne, collection particulière © akg-images/ CDA/Guillemot. p. 534 : Musée de San Marco, Florence © akg-images/Erich Lessing. p. 536 : Musée de l’œuvre, cathédrale Notre-Dame, Strasbourg © Bridgeman Giraudon. p. 537 (en haut) : Fresque, baptistère, région de Padoue (Italie) © akgimages/De Agostini Pict. Li. p. 537 (en bas) : Fresque du maître de Saint-François, basilique Saint-François, Assise (Italie) © akg-images. p. 538 : Maesta, musée de l’œuvre du Duomo, Sienne (Italie) © The Art Archive/Alfredo Dagli Orti. p. 539 et p. 576 : Bronze patiné, église de la Sainte-Famille, Shiltigheim, Alsace © Fleur Nabert. p. 541 : Guido da Como, église San Bartolomeo in Pantano, Pistoia (Italie) © Scala, Florence, 2010. p. 543 a : Enluminure française, « La Bible historiale » (détail), Bodleian Library, Oxford (Royaume-Uni) © akg-images.

p. 543 c : Icône, Galerie Tretiakov, Moscou (Russie) © akg-images. p. 544 : École française, musée Crozatier, Le Puy-en-Velay © Bridgeman Giraudon. p. 545 : Église Saint-Louis-des-Français, Rome © akg-images/Erich Lessing. p. 546 : Vitrail de Jérusalem © P. Deliss/Godong.

CRÉDITS DES ILLUSTRATIONS DU LEXIQUE © Éric Puybaret : 470, 475, 476, 479, 482, 485, 491, 492, 501, 508, 519 © Emmanuel Cerisier : 471, 498, 499, 504, 524, 540, 542 © Mame-Tardy : 496

CRÉDITS DES TEXTES p. 202 : Etty Hillesum, extrait de Une vie bouleversée. Journal, 1941-1943 © Éditions du Seuil, 1985, pour la traduction française, 1995 p. 203 : Michel Quoist, texte Seigneur, délivre-moi de moi (extrait) © Éditions de l’Atelier p. 267 : Saint Jean Chrysostome, Homélies sur l’Évangile selon saint Matthieu, n° 50 (extrait), © DR p. 274 et p. 340 : Saint Irénée, Contre les hérésies, livres IV, 36, 7 et V, 12, 6 © Éditions du Cerf, 1985 p. 286 : Michel Quoist, « Il fait nuit » (extrait), Poèmes © Éditions de l’Atelier, 2003 p. 291 : Léon le Grand, Sermons, III (extrait), traduction et notes de Dom René Dolle, collection « Sources chrétiennes », n° 74 © Éditions du Cerf, 1976 p. 305 : Christine Reinbolt, Autrement (extrait), collection « Mille textes » © Éditions Les Presses d’Île-de-France, 1997 p. 309 : Extrait d’un commentaire de La Bible expliquée © Société biblique française, 2004 p. 381 : Jean-Marie Bedez, Autrement (extrait), collection « Mille textes » © Éditions Les Presses d’Île-de-France, 1997 p. 385 : Pierre Haag, Autrement (extrait), collection « Mille textes » © Éditions Les Presses d’Île-de-France, 1997 p. 386 : Robert Riber, Chemins (extrait), collection « Mille textes » © Éditions Les Presses d’Île-de-France, 2001 p. 416 : © AELF, Paris p. 436 : © DR p. 453 : Hubert Renard, Sois sans crainte (extrait), livret de la Pastorale Santé à l’occasion du Dimanche de la santé, 7 février 2010 © AELF, Paris p. 455 : Didier Rimaud, Prenons la main que Dieu nous tend (extrait de « Au Dieu qui donne le pain » – CNPL 358), (T42) © Secli-Autorisation SECLI 2010009

574

Pages_fin_549-576.indd 574

22/04/15 14:05


Direction : Guillaume Arnaud Direction éditoriale : Sarah Malherbe et David Gabillet Édition : Servane Bayle, assistée de Pauline Trémolet et Charlotte Walckenaer pour la 1re édition Mathilde de Chefdebien pour la présente édition Direction artistique : Élisabeth Hébert Remerciements à Marine Lebrun, Marie-Noëlle Réniero, Sibylle Veillet-Lavallée, Marie Miannay, Camille Chanoine Mise en page : IGS Fabrication : Thierry Dubus, Sabine Marioni

Pages_fin_549-576.indd 575

14/04/15 13:25


Photogravure : IGS-CP Achevé d’imprimer en mai 2015 par DZS (Slovénie) Dépôt légal : juin 2015

Pages_fin_549-576.indd 576

03/04/15 14:29


Le Seigneur appela Samuel. Celui-ci se leva. Il alla auprès d’Éli, et il dit : « Tu m’as appelé, me voici. » Alors Éli comprit que c’était le Seigneur qui appelait l’enfant, et il lui dit : « Retourne te coucher, et si l’on t’appelle, tu diras : “Parle, Seigneur, ton serviteur écoute.” » Samuel retourna se coucher. Le Seigneur vint se placer près de lui et il appela comme les autres fois : « Samuel ! Samuel ! » et Samuel répondit : « Parle, ton serviteur écoute. » Premier livre de Samuel 3, 8-10

www.mameeditions.com

9782710505723_COUV_parleseigneur.indd 1

29/06/15 09:40