Issuu on Google+

La vie parisienne motifs de broderie traditionnelle charline sEgala


AB_vieparisienne_INT.indd 8

30/07/13 12:43


Sommaire

Les broderies .........................................10

.................................12 Paris et la haute couture........................ 12 Champs-Élysées...................................... 14 Cravate de sac......................................... 16 Rue de la Paix......................................... 18 Trousse de maquillage ........................... 20

La journée de la parisienne

..........................22

9 heures, le marché aux fleurs............... 22 11 heures, chez la couturière................. 24 13 heures, à Saint-Germain-des-Prés..... 26 17 heures, au salon de thé..................... 28 21 heures, à l’opéra ................................ 30

Un été à Paris

.........................32

Pause tricot au jardin du Luxembourg....32 Le bal du 14 juillet ................................. 34 Album photos ......................................... 36 Promenade aux Tuileries ....................... 38 Près du manège ..................................... 40

Mère et fille à Paris

.................42

Du côté de Montmartre ........................ 42 Protège-dossier à dessin ......................... 44 Le temps des loisirs ............................... 46 Sur les quais de la Seine ........................ 48 Sac shopping........................................... 50 Techniques et confection des ouvrages ..........................................52 Les points de broderie............................ 54 Confection des ouvrages........................ 56 Les dessins .............................................66 Remerciements...................................... 96

9 AB_vieparisienne_INT.indd 9

30/07/13 12:43


AB_vieparisienne_INT.indd 16

30/07/13 12:43


Trousse de maquillage « Belle de Paris » L’élégance du motif est soulignée par des petits pois très tendance... pour une trousse que vous serez fière d’emmener partout. Explications page 58

AB_vieparisienne_INT.indd 20

30/07/13 12:43


La journée de la Parisienne

9 heures, le marché aux fleurs Après être passée devant les boutiques en effervescence de la rue de Rivoli, traversez le pont Neuf, suivez le quai des Orfèvres et, avant de visiter Notre-Dame, faites une pause dans un espace de verdure préservé. Sur l’île de la Cité, en plein centre de Paris et au beau milieu de la Seine, les pavillons métalliques de la place Louis-Lépine accueillent depuis le début du XXe siècle le marché aux fleurs, remplacé le dimanche par le marché aux oiseaux. Loin de l’animation des grandes artères, on se croirait presque à la campagne, à se promener en humant les parfums et en admirant les couleurs de pâles orchidées, d’insolentes pivoines et de roses délicates... « Que demande-t-on d’une fleur Sinon qu’elle soit belle et odorante une minute, pauvre fleur, et après ce sera fini. La fleur est courte, mais la joie qu’elle a donnée une minute N’est pas de ces choses qui ont commencement ou fin. » Paul Claudel, extrait de L’Annonce faite à Marie, Éditions de la NRF, 1912

22 AB_vieparisienne_INT.indd 22

30/07/13 12:43


23 AB_vieparisienne_INT.indd 23

30/07/13 12:43


La journée de la Parisienne

11 heures, chez la couturière Malgré la démocratisation du prêt-à-porter, la visite chez la couturière reste un rituel important pour la Parisienne. Essayages et conseils sont essentiels pour celle qui veut toujours être à la pointe de la mode ! Mais coudre soi-même ses vêtements reste un plaisir, et bien des élégantes confectionnent elles-mêmes leurs tenues, en allant piocher idées et tendances dans les revues féminines et en s’inspirant des patrons.

Le Petit écho de la mode, créé à la fin du XIXe siècle, propose ainsi des patronsmodèles pour confectionner la robe à la dernière mode. Le magazine Elle, créé en 1945, ou Marie Claire, dont le premier numéro sort en 1937, deviennent rapidement des références en matière de style et de tendance.

24 AB_vieparisienne_INT.indd 24

30/07/13 12:43


25 AB_vieparisienne_INT.indd 25

30/07/13 12:44


Un été à Paris

Le bal du 14 juillet S’il y a bien une date que tous les enfants retiennent de leur histoire de France, c’est celle de la prise de la Bastille, le 14 juillet 1789. À la fin du XIXe siècle, elle est instituée fête nationale, et devient un jour férié. Chaque année, la journée est consacrée aux défilés militaires sur les Champs-Élysées, et la soirée aux feux d’artifice... Et aux bals. L’un des plus populaires est le bal des pompiers, organisé dans certaines casernes de province et dans la plupart des arrondissements de Paris. À l’origine, il s’agissait d’une fête réservée aux pompiers eux-mêmes et à leurs familles, pour que tous puissent se retrouver et se détendre grâce à des jeux et des attractions. Mais à la fin des années 1940, des Parisiens attirés par l’atmosphère qui se dégage de la caserne de Montmartre s’invitent à la fête...

34 AB_vieparisienne_INT.indd 34

30/07/13 12:44


35 AB_vieparisienne_INT.indd 35

30/07/13 12:44


38 AB_vieparisienne_INT.indd 38

30/07/13 12:45


Un été à Paris

Promenade aux Tuileries Au XIIIe siècle, le jardin était encore une carrière dont était extraite de l’argile rouge, utilisée dans la fabrication de tuiles... D’où son nom de « jardin des Tuileries ». En 1664, il fut entièrement réaménagé par André Le Nôtre, pour devenir un des plus beaux espaces verts de Paris, un peu plus étendu que le jardin du Luxembourg et tout aussi somptueusement parsemé de massifs de fleurs, arbres anciens et fontaines, agencés « à la française ». Après la Seconde Guerre mondiale, de nombreuses chaises sont mises gratuitement à disposition dans tout le parc. Un loueur de bateaux à voile miniatures s’installe près d’un bassin. La grande roue de Paris y tourne pendant un temps, avant de rejoindre son emplacement initial place de la Concorde. Aux premiers rayons du soleil, les attractions foraines font leur apparition, pour le plaisir des familles qui viennent s’y promener et laissent les enfants y jouer en toute liberté.

39 AB_vieparisienne_INT.indd 39

30/07/13 12:45


Un été à Paris

Près du manège En 1879, l’un des premiers manèges de Paris s’installe dans le jardin du Luxembourg. Simple planche de bois tournant surmontée d’un dôme, il permet aux petits et aux plus grands de monter sur des chevaux et de se prendre, pendant les quelques minutes que dure le tour, pour de véritables cavaliers. Les carrousels aux couleurs pimpantes s’installent progressivement dans de nombreux lieux touristiques de la capitale. Monumentaux ou de petite taille, sur un ou deux étages, ils proposent aux enfants les traditionnels chevaux de bois mais aussi des cerfs, des oiseaux ou des animaux exotiques. Dans les parcs et près du Trocadéro ou du SacréCœur, ils s’illuminent le soir venu pour l’amusement des grands... Et le bonheur des petits. « Tu me fais tourner la tête Mon manège à moi, c’est toi Je suis toujours à la fête Quand tu me tiens dans tes bras. » Édith Piaf, extrait de « Mon manège à moi », 1952

40 AB_vieparisienne_INT.indd 40

30/07/13 12:45


41 AB_vieparisienne_INT.indd 41

30/07/13 12:45


Entrez dans le Paris des années 1950 grâce à ces nombreux modèles de broderie traditionnelle. Découvrez le luxe parisien sur les Champs-Élysées, faites une pause au jardin du Luxembourg puis une grande promenade sur les quais de Seine... Remontez le temps et prolongez l’évasion avec des créations délicieusement rétro : album photos, trousse de maquillage ou sac pour le shopping vous accompagneront dans toutes vos escapades ! Passionnée de beaux ouvrages, Charline Segala a fait de la broderie traditionnelle sa marque de fabrique. Très inspirée par les styles et les motifs des années 1950, elle s’est attachée à créer des modèles élégants aux couleurs raffinées, sublimés par des appliqués de tissus.

21 € MDS : 76227 Réf. : 15018/1


La vie parisienne 76227