Page 1

Un roman interactif qui fait du bien ! Dans ce livre, vous incarnez Victoire. Vous n’avez pas de problème particulier mais vous ressentez régulièrement un trop-plein de stress et d’énervement. Petits couacs et mini soucis vous rendent l’existence un peu moins facile. Votre mission est de cheminer à travers ces pages pour retrouver la sérénité, grâce à différentes méthodes de bien-être, en choisissant celles qui vous correspondent le mieux. De la sophrologie au reiki en passant par la naturopathie, l’acupuncture ou l’hypnose, embarquez pour une aventure hors du commun ! C’est vous qui construisez votre propre chemin, selon ce qui vous intéresse. Si vous parvenez au bout de l’histoire, vous serez parée pour un quotidien totalement serein.

CV_HEROS2.indd 1-5

13,50 e TTC

MDS : 63698

Un livre de développement personnel dont vous êtes le héros !

A nne Sophie Picquart

dont vous êtes le

Quand les hirondelles volent en V

LA VIE HEROS

Anne Sophie Picquart

Quand les hirondelles volent en

V

LA VIE HEROS dont vous êtes le

15/02/2018 11:38


Anne Sophie Picquart

Quand les hirondelles volent en

V

LA VIE HEROS dont vous êtes le


Comment utiliser ce livre ? Bienvenue à vous, chère lectrice, cher lecteur. À travers ce livre pas comme les autres, vous allez incarner Victoire. Victoire n’a pas de problème particulier : elle a des amis, un travail qui lui plaît et, bien sûr, des enfants charmants. Mais alors pourquoi ne se sent-elle pas sereine ? Pourquoi a-t-elle parfois l’impression qu’elle ne mène pas vraiment la vie qu’elle souhaite ? Petits couacs et mini soucis semblent lui rendre l’existence un peu moins facile qu’il n’y paraît. Et il est difficile, quand on s’appelle Victoire, de se laisser aller à l’échec ! Difficile de ne pas être une bonne mère, une working girl qui relève toutes sortes de défis et une maîtresse inventive avec son mari. Et, bien sûr, tout cela à la fois.

2

Vous êtes Victoire, un peu tous les jours, sur le chemin de l’école ou du travail, le week-end ou le lundi dans les transports. Vous êtes Victoire, même si vous n’avez pas d’enfants, que votre job vous exaspère ou que votre conjoint(e) vous tape sur les nerfs. Vous êtes Victoire si vous êtes à la fac ou ailleurs. La sérénité s’éclipse à tout âge… Des Victoire, en tant que coach et sophrologue, j’en ai rencontré plusieurs. Un jour, elles ont poussé la porte de mon cabinet et, même si elles avaient en commun certaines choses, leurs différences leur ont fait prendre des itinéraires différents pour arriver à être sereines au quotidien. Votre mission, Victoire, est de cheminer à travers ces pages pour retrouver la sérénité que vous avez perdue, en choisissant VOTRE chemin, celui qui vous correspond le mieux. Peut-être est-ce la sérénité de votre enfance, de votre adolescence ou d’une autre époque, où les chemins des possibles étaient à votre portée. Pour y arriver, il va falloir vous promener à travers ces lignes, tourner des pages,


choisir des directions, trouver vos solutions. Vous êtes unique, et c’est pourquoi vous emprunterez votre propre chemin pour y parvenir. Alors, si vous êtes prêt(e) à retrouver, activer, développer ou booster votre sérénité au quotidien, vous n’avez qu’à lâcher prise et vous plonger dans ce livre dont VOUS êtes le héros !

3


Avant-propos Vous, vous êtes Victoire. Cette femme à qui tout semble sourire. On vous taquine souvent en vous disant que vous êtes une publicité ambulante du bonheur. Le bonheur d’être celle à qui on promet un brillant avenir professionnel depuis sa toute première année, quand vous avez ânonné « maman » et « papa » alors que d’autres n’en étaient qu’à des gazouillis incompréhensibles. Sans le savoir, vous avez permis à vos parents de projeter à loisir sur vous de multiples destins enchanteurs. Pianiste, chirurgienne, magistrate…

4

Bien que sujette au stress depuis votre première audition de piano en public, à l’aise dans vos Kickers, plus tard dans vos escarpins, vous évoluez tranquillement guidée par vos parents, attentive à leurs souhaits, tout en étant capable de faire vos propres choix. Vous décidez de faire du droit, car vous aimez la petite musique de cette spécialité, le côté carré. Vous avez aussi en tête de faire rimer un jour l’art et les règles juridiques. C’est dans le cadre professionnel que vous rencontrez votre conjoint. Alex a tout pour plaire… Vous le trouvez beau, intelligent et drôle. Vous avez peu de différence d’âge, les mêmes envies et vous regardez souvent dans la même direction. « C’est bien, un petit jardin pour les enfants, bien mieux qu’une tour bétonnée en plein centre-ville », chuchote votre mère. Vous hésitez, vous cherchez, vous en parlez… Et vous craquez pour un appartement en centre-ville dans une résidence avec de jolis espaces verts. Vous répondez parfois inconsciemment aux injonctions extérieures qui vous sont demandées. Un peu, beaucoup, passionnément, cela dépend. Mais que celui ou celle qui n’a jamais été influencé(e) vous


jette la première pierre. Et puis, communiquer, n’est-ce pas influencer et être influencé ? Alors, c’est vrai, vous travaillez dans un cabinet d’avocats selon la dernière méthode de management à la mode. Vous possédez la machine à café qui s’étale dans les magazines comme une vedette de cinéma. Vous êtes heureuse, même si vous avez depuis quelque temps une petite boule au ventre le dimanche soir, et vous continuez à prendre votre bâton de pèlerin (votre vélo pour aller travailler, en l’occurrence) et vivez jour après jour sur le rythme de Wonder Woman que vous vous êtes assigné. Mais le lundi 9 octobre, un petit enfer s’invite dans votre vie. À la sortie d’une réunion, votre patron vous suggère que, avec des enfants de maintenant 2 et 5 ans, vous pourriez songer à travailler de nouveau à temps plein. Catastrophe, vous dites-vous : adieu le 80 % qui vous permet de vous pencher sur les besoins de chacun avec bienveillance. Et Jules qui va faire son entrée en CP l’an prochain ! La demande ne trouve pas de place dans votre esprit. Vous avez beau faire marcher vos méninges, utiliser la règle du produit en croix, appeler tous les dieux du code civil, rien n’y fait, vous n’avez pas de solution. Refuser ? Accepter ? Ces deux verbes tournent en boucle. Choisir n’a jamais été votre point fort. C’est donc dans cet état d’esprit que vous rentrez à la maison après avoir été chercher vos enfants à l’école et chez la nourrice. Pourtant, pas question que cette anicroche vous empêche d’offrir le dîner du siècle à votre famille. Vous retirez vos talons hauts, enfilez vos ballerines et vous vous ruez vers la cuisine, comme si votre amie la farine sans grumeaux allait pouvoir dissoudre vos tracasseries. Votre mission : un dessert digne de Pierre Hermé ! Vous battez les œufs en neige à la main. La frange en bataille et la sueur au front, vous savourez votre victoire. Vous faites fondre le chocolat… Vous enchaînez les étapes une à une tout en répondant gentiment au flot de questions de vos enfants.

5


Une voiture s’arrête. Une clef dans la serrure : Alex est là. « Ça va toi ? Tu as l’air de t’être entraînée pour les futurs JO ! – Ça va, Ça va. J’enfourne le gâteau et j’arrive. Tu peux aider Jules à faire ses devoirs ? – Pas de souci, Maïté. » Vous souriez à l’évocation de la cuisinière spécialiste du tranché de cou de canard. Vous ouvrez le réfrigérateur pour vérifier le repas de ce soir. Tout est là. Le gâteau viendra parfaire tout ça. Vous ouvrez la porte du four en grand et hop ! Et hop, rien ! Le four n’est pas chaud. Vous l’avez pourtant préchauffé depuis un bout de temps maintenant. Vous tournez et retournez les boutons. Arrêtez. Rallumez. Puis arrêtez et rallumez. Rien n’y fait, le four ne répond pas à votre demande.

6

La boule au ventre revient. Elle enfle jusqu’à vous empêcher de respirer convenablement. « Alex, Alex, parvenez-vous à lancer à travers la cloison. – J’arrive ! Qu’y a-t-il ? » Vous vous tenez la tête, les coudes sur l’évier. Votre mari s’approche de vous et vous prend dans ses bras. Vous craquez et vous vous mettez à pleurer à chaudes larmes. « Dis-moi, que se passe-t-il ? – Le four est cassé. Je ne… Je ne… Je ne peux pas faire cuire mon gâteau. – Allez, calme-toi. Bois un peu d’eau. Je te propose d’aller chez le clown aux grandes chaussures pour nous rapporter le repas et que tu te détendes sans t’occuper de rien. Je suis sûr que les enfants seront ravis ! Et ensuite tu me racontes ce qui ne va pas. D’accord ?


– Ça me va, merci Alex. Une chance que tu sois rentré tôt, pour une fois. – Il n’y a pas de hasard, tu sais. »

Après avoir englouti des frites qui n’en ont que le nom et le sandwich made in USA, Jules et Emma se couchent, émerveillés par leur cadeau surprise qui prendra place dans un coffre débordant de jouets. Vous chipotez votre salade. « Bon, allez, dis-moi ce qui t’arrive. – Rien d’important. – Je sais quand quelque chose te tracasse. – Monsieur Giron m’a demandé de réfléchir à travailler à plein temps de nouveau. Ça me stresse, je ne vais jamais y arriver. La maison, les enfants, le travail… – Écoute, Victoire, il ne t’a demandé que d’y réfléchir, non ? – Quand il dit réfléchir, cela veut dire exécution ! – Tu ne crois pas que tu exagères ? Il t’a quand même offert une promotion quand tu es revenue après la naissance d’Emma. Il ne doit pas être si tyrannique, cet homme-là ? – Mais je ne peux pas. Je ne sais pas… – Et tu restes plantée là…, chantonne subitement Alex sur un air de Daniel Balavoine. – J’ai parfois l’impression que je devrais faire autre chose. – Demande un bilan de compétences. – Ce n’est pas ça, répondez-vous irritée. – Écoute, mon copain Richard était un peu comme toi il y a quelques mois. Il est allé voir quelqu’un et il va beaucoup mieux.

7


– Richard ? C’est qui Richard ? – Un copain de la salle de sport. Tu ne le connais pas. – O. K. ! Et ton copain de la salle de sport, il est allé voir quelqu’un ? Ça veut dire quoi quelqu’un ? C’est un psy, son quelqu’un ? – Oui, et il a fait d’autres choses aussi… Tu veux que je l’appelle, pour avoir le numéro qui redonne le sourire et le retour de Madame la sérénité, comme diraient tes magazines de bien-être ? » 1) Vous acceptez qu’il appelle Richard. Rendez-vous p. 49. 2) Vous refusez, car vous lui dites que vous n’en avez pas besoin, et vous allez vous coucher. Reportez-vous p. 16. 3) Quelles sont les autres possibilités ? Allez vous renseigner p. 9.

8


La sérénité par le menu La psychologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 11 La sophrologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 17 La naturopathie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 119 Le coaching. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 58 L’hypnose. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 75 Le stage de développement personnel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 23 L’acupuncture. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 108 Les fleurs de Bach. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 38 Le reiki. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 122 Une visite dans votre famille . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 112

9


Au lit ! Un psy ! Et pourquoi pas une cartomancienne tant qu’il y est ? Vous n’êtes pas folle à ce point ! Vous ne décolérez pas face à la proposition de votre mari. Vous aviez juste besoin qu’il vous prenne dans ses bras, qu’il vous dise que tout va bien, qu’il vous encourage à ne pas accepter le 100 %, qu’il ne vous demande pas de choisir. Il sait pourtant que vous ne savez pas trancher : il vous a tellement dit que les armoires des enfants regorgeaient de vêtements en double et de toutes les couleurs… Il le sait et il n’a rien fait, mis à part vous proposer la psy de son copain de la salle de sport, Richard. Il a même ri en vous disant qu’elle se prénommait Francine, comme la farine à gâteau.

16

Comme si vous aviez besoin qu’il vous rappelle cette histoire de gâteau pas cuit qui gît dans le four ! Vous n’avez même pas envie d’y réfléchir. Vous vous roulez dans votre couette et vous dépêchez d’éteindre la lumière avant que votre mari ne monte se coucher, car vous n’avez aucune envie de lui parler. 1) Le lendemain matin, vous restez sur votre position. Reportez-vous p. 24. 2) Au réveil, vous vous dites que vous avez été un peu rapide en envoyant balader la proposition de votre mari. Rendez-vous p. 56.


Richard Alex appelle Richard au téléphone dans la foulée. « Allô Richard, c’est Alex. Oui, ça va… Dis, je t’appelle car j’aurais besoin du numéro de la personne chez qui tu es allé quand tu avais besoin d’y voir plus clair. – Mon psy, tu veux dire. Tu sais, Alex, “psy” n’est pas un gros mot. Aujourd’hui, on n’est pas considéré comme fou quand on va en voir un ! – Je sais bien, Richard, c’est parce que tu m’avais dit que tu avais fait aussi d’autres choses, alors je me demandais si c’est par le psy que tu étais passé en premier. – Oui, c’est bien un psy. Enfin, une psy pour être précis. Je t’envoie la fiche par SMS. – Merci ! – C’est bon, tu l’as reçue ? – Madame Francine Sieng, c’est ça ? – Tout à fait ! Ensuite je suis aussi allé voir un sophrologue et j’ai testé d’autres « choses » comme tu dis. Ma psy était convaincue que la synergie des pratiques permettait des prises de conscience plus rapides et… – Et elle avait raison ? – Pour être honnête, je ne sais pas, car tout le monde est différent, mais pour moi ça a marché. La preuve, je suis en train de changer de boulot sans stress. Je retourne à mes premières amours que sont la mécanique et les voitures. Je vais ouvrir un garage ! – Eh ben dis donc ! Toi, le commercial, tu vas mettre les mains dans le cambouis ?

49


– Oui, monsieur ! Mais je reste commercial, car je ferai aussi de la vente. – Félicitations ! Ça donne envie, de t’entendre aussi enjoué. – Aujourd’hui peut-être, mais tu sais, c’est quand on est un peu bouleversé que l’on se pose les vraies questions. Prépare-toi à vivre autrement. » Alex n’ose pas dire à Richard que son appel vous concerne vous, sa femme. Il ne veut pas non plus vous trahir. « D’accord. Je te remercie et je te laisse. Il est tard et demain je me lève tôt. – C’est vrai, monsieur le juge doit être tôt aux affaires ! Bon courage. À bientôt.

50

– Arrête avec tes « monsieur le juge », on dirait que j’ai des cheveux blancs, 80 ans et des poils dans les oreilles, rétorque Alex en riant. À bientôt et encore merci. » Alex s’empresse de vous donner le numéro de téléphone. 1) Vous téléphonez dès le lendemain matin. Rendez-vous p. 11. 2) Vous notez le numéro, mais vous n’appelez pas. Allez p. 24.


Mon outil-clé en sophrologie Pomper pour chasser les tensions L’exercice se fait debout, bien calé(e) sur vos appuis, les yeux fermés. Vous allez hausser et baisser les épaules plusieurs fois de suite afin de prendre conscience de votre respiration haute. Cet exercice permet aussi de chasser ce qui vous gêne, comme les tensions. En séance, il est à réaliser trois fois. Deux fois guidé par la voix du sophrologue, une fois à votre rythme. – Inspirez par le nez en fermant vos poings. – Bloquez votre respiration et haussez et baissez les épaules de haut en bas plusieurs fois. – Soufflez fortement par la bouche en relâchant vos épaules et en ouvrant vos mains comme si vous chassiez les tensions (ou ce qui vous gêne, comme la peur, le stress ou d’autres choses encore). – Reprenez une respiration naturelle. – Accueillez les ressentis que cela vous procure. – Prenez conscience de votre respiration haute. Prenez conscience de votre capacité à chasser vos tensions (ou ce qui vous gêne, comme la peur, le stress, ou d’autres choses encore) quand vous en avez besoin. Bon à savoir : cet exercice peut également se faire pour activer l’énergie.

137


Table des matières La psychologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 11 La sophrologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 17 La naturopathie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 119 Le coaching. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 58 L’hypnose. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 75 Le stage de développement personnel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 23 L’acupuncture. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 108 Les fleurs de Bach . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 38 Le reiki

156

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p. 122

Une visite dans votre famille . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 112


L’auteur Coach en développement personnel, Anne Sophie Picquart est aussi coach en écriture et sophrologue, certifiée RNCP. Passionnée par toutes les médecines alternatives et croyant à la synergie des pratiques (sophrologie, hypnose, aromathérapie, outils de développement personnel…), elle souhaite utiliser sa plume et son talent pour transporter les lecteurs et leur donner la possibilité de découvrir, par eux-mêmes, leurs clés d’épanouissement.

157


Un roman interactif qui fait du bien ! Dans ce livre, vous incarnez Victoire. Vous n’avez pas de problème particulier mais vous ressentez régulièrement un trop-plein de stress et d’énervement. Petits couacs et mini soucis vous rendent l’existence un peu moins facile. Votre mission est de cheminer à travers ces pages pour retrouver la sérénité, grâce à différentes méthodes de bien-être, en choisissant celles qui vous correspondent le mieux. De la sophrologie au reiki en passant par la naturopathie, l’acupuncture ou l’hypnose, embarquez pour une aventure hors du commun ! C’est vous qui construisez votre propre chemin, selon ce qui vous intéresse. Si vous parvenez au bout de l’histoire, vous serez parée pour un quotidien totalement serein.

CV_HEROS2.indd 1-5

13,50 e TTC

MDS : 63698

Un livre de développement personnel dont vous êtes le héros !

A nne Sophie Picquart

dont vous êtes le

Quand les hirondelles volent en V

LA VIE HEROS

Anne Sophie Picquart

Quand les hirondelles volent en

V

LA VIE HEROS dont vous êtes le

15/02/2018 11:38

Quand les hirondelles volent en V  
Quand les hirondelles volent en V  
Advertisement