Page 1

15:43

Page 1

Se jouer des caprices de la

Alain Delavie

23/01/09

Se jouer des caprices de la

météo

météo

C

Se jouer des caprices de la météo

hacun, à un moment ou un autre de l’année, peste contre les caprices de la météo comme si les phénomènes climatiques échappaient à toute prévision fiable. Cependant, sans chercher à prédire le temps qu’il fera la semaine prochaine à l’autre bout du pays, chacun peut observer précisément au fil des jours les caractéristiques du micro-climat de son jardin, évaluer les tendances qui se font jour et prévoir le temps qu’il y fera dans les prochaines heures. L’auteur de ce livre, Alain Delavie, propose d’être plus attentif aux signes que nous adresse la nature pour y répondre de manière judicieuse quel que soit le phénomène annoncé : redoux ou grand froid persistant, gelées précoce ou tardive, canicule, sécheresse prolongée, pluie battante ou gros orage… Il invite à anticiper les péripéties du temps pour en limiter les dégâts au jardin et à réagir à bon escient pour en combattre les effets néfastes sur les végétaux. Il nous fait part de toutes les astuces auxquelles peut avoir recours un jardinier averti pour déjouer en toute saison les caprices de la météo et aider les plantes à prospérer quelles que soient les circonstances.

Toutes les astuces pour aider le jardin à supporter les péripéties du climat

Alain Delavie

Alain Delavie est rédacteur en chef adjoint chargé des rubriques jardin et météo du magazine Rustica et du site www.rustica.fr ; il anime le blog jardin de Rustica : http :www.rustica.fr/blog-jardin/.

TTC

www.rustica.fr

15€

CouveMeteoNew2

Notre planète est un jardin à préserver


CapricesMeteo_Int.qxd

(6)

23/01/09

Se jouer des caprices de la météo

15:03

Page 6


CapricesMeteo_Int.qxd

23/01/09

15:03

Page 5

Sommaire Avant-propos.............................................................7

Giboulées, trombes d’eau et inondations ...........................................................75

Les climats en France..............................................8

Le temps des giboulées ......................................... 76 Un été pourri ............................................................... 79

Le soleil au jardin, entre douceur et cagnard.................................15

Quand le ciel nous tombe sur la tête .............. 82 Alerte aux inondations ........................................... 85

Le printemps en hiver .............................................. 16 Alerte à la canicule ................................................. 22

Coup de froid, gelées, neige ou verglas......................................................89

Comment apporter de l’ombre ? ....................... 26

Les premières gelées en France ........................ 90

Quand la sécheresse s’installe ........................... 29

La neige au jardin .................................................... 93

Quel paillis choisir ?................................................. 36

Avis de verglas .......................................................... 96

Les végétaux sobres ................................................ 41

Quand la France grelotte ..................................... 98

Les premiers effets du

Les dernières gelées en France ....................... 101

L’été s’invite avant l’heure ..................................... 19

réchauffement climatique .................................... 45 L’été de la Saint-Martin ........................................... 54

Le vocabulaire de la météorologie et de la climatologie .........................................105

Quand soufflent le vent et la tempête .......57

Le vocabulaire du jardinage ..........................106

Chaudes journées et nuits frisquettes .............. 50

Les grands vents régionaux de France ........... 58 Avis de tempête ........................................................ 63

Carnet d’adresses ................................................107

Les plantes qui résistent bien au vent .............. 69 Une tornade et tout dégage ! ............................. 72

Index ...........................................................................108

(5)


CapricesMeteo_Int.qxd

23/01/09

15:03

Page 14

Le soleil

(14)

Se jouer des caprices de la météo


CapricesMeteo_Int.qxd

23/01/09

15:03

Page 15

au jardin, entre douceur et cagnard Le soleil, un problème ? Oui, même si le beau temps ensoleillé est a priori celui que préfère tout un chacun, qu'il soit ou non jardinier.

)

Certes, le soleil est bon pour notre moral, il nous met de bonne humeur, c'est notre antidépresseur, délivré sans ordonnance à qui veut bien en profiter, mais il doit quand même être consommé avec modération. En effet, il y a soleil et soleil... Entre la douceur clémente d'une belle journée printanière, le cagnard des journées les plus chaudes de l'été ou le froid glacial des claires journées d'hiver, il y a un monde ! Pour le jardinier, un réchauffement soudain et prolongé des températures en plein hiver est tout aussi problématique qu'un épisode de canicule ou de sécheresse au cœur de l'été. Et que dire des chaudes journées d'arrière-saison qui sont suivies d'une petite gelée le lendemain matin ? Selon la saison, les prévisions de journées ensoleillées entraînent des actions spécifiques dans le jardin, que je vous propose maintenant de découvrir.

(15)


CapricesMeteo_Int.qxd

23/01/09

15:03

Page 16

Le printemps en

hiver

Noël au balcon, c'est de plus en plus fréquent. Mais quand la douceur s'installe au mois de janvier ou février, les plantes s'emballent, les animaux s'excitent et la nature se croit déjà au printemps. Pourtant, l'hiver n'est pas fini !

Une douceur inhabituelle La disparition des gelées et l'arrivée, en plein cœur de l'hiver, de périodes de températures douces, voire chaudes, accompagnées d'un beau soleil, résultent de la remontée de l'anticyclone des Açores vers le sud de la France et de l'installation de dépressions sur l'océan Atlantique et l'Islande. L'anticyclone envoie alors de l'air chaud, provenant du nord de l'Afrique, parfois jusque dans le nord de la France. L'hiver connaît alors des records de douceur. Cette douceur s'est accentuée les années où le phénomène El Niño s'est installé sur le Pacifique, perturbant le cycle des échanges de chaleur et d'humidité entre l'océan et l'atmosphère, avec des répercussions sur toute la planète.

dans toute la France à l'exception du pourtour méditerranéen, le platane, le chêne et le noisetier dans toute la France, l'olivier et le cyprès dans le Midi. Les risques d'allergie commencent donc plus tôt. • Les jeunes feuilles des bulbes à floraison printanière sortent de terre, les fleurs bisannuelles (pensées, myosotis, giroflées, violettes cornues, etc.) se mettent à pousser et fleurir plus généreusement. • Le gazon repousse, ainsi que les mauvaises herbes. • Les abeilles et les bourdons reprennent leur activité et cherchent à butiner.

Les effets au jardin Immédiats • Les bourgeons reprennent leur croissance et se développent. • La libération hivernale de pollens, qui a lieu en France de la mi-janvier jusqu'en mars ou avril pour le Sud et de la fin janvier à avril ou mai pour les régions au nord, est avancée de quelques jours à quelques semaines du fait de cette douceur qui se prolonge. Elle concerne uniquement les arbres et les arbustes, notamment le bouleau et le frêne,

(16)

Se jouer des caprices de la météo

Quelques belles et douces journées en hiver suffisent pour éveiller abeilles et bourdons.


23/01/09

15:04

Page 17

Le soleil au jardin

CapricesMeteo_Int.qxd

Si la douceur s’installe, aérez les châssis dans la journée.

À plus long terme • Les bourgeons continuent à gonfler, certains s'ouvrent et donnent les premières feuilles ou fleurs. • Les floraisons sont plus précoces, notamment celles des arbres fruitiers et des bulbes à floraison printanière.

Les bons gestes Anticiper • Installer plus à l'ombre les plantes d'intérieur sensibles à un trop fort ensoleillement, qui avaient été rapprochées des fenêtres pour la période hivernale ; il suffit parfois simplement de laisser les rideaux fermés. • Ombrer la serre, la véranda et les châssis dans la journée, en dépliant des stores ou des voiles d'ombrage.

Réagir • Dès que le soleil est suffisamment haut dans le ciel, découvrir les plantes frileuses

protégées d'un voile d'hivernage ou d'un film plastique pour leur permettre de s'aérer et pour éviter toute surchauffe sous l'abri.

Les

)

signes du beau temps

Jetez un coup d'œil sur votre baromètre : le beau temps s'accompagne souvent d'une pression qui reste haute et stable ou qui est à la hausse. Si la gelée ou la rosée du matin a été épaisse, il y aura du beau temps ensuite au cours de la journée. Il en sera de même si la brume se dissipe dans les deux heures suivant le lever du soleil. Dans l'après-midi, quand la couverture nuageuse diminue après 15 ou 16 h, et si, en plus, la température baisse rapidement, alors vous pouvez espérer une très nette amélioration du temps. Quel que soit le moment de la journée, le retour du beau temps est annoncé par une élévation du plafond nuageux. Plus ces indices sont nombreux et simultanés, plus l'amélioration du temps a des chances de se réaliser dans les quelques heures qui suivent.

(17)


CapricesMeteo_Int.qxd

23/01/09

15:04

Page 18

Si l'hiver reprend vigueur ensuite, les végétaux sont alors plus exposés aux gelées et souffrent davantage du froid. • Dans les régions du Sud-Est, cette douceur anormale entraîne une floraison plus précoce des amandiers, des abricotiers et des pêchers, dont les jeunes fruits sont alors davantage exposés aux gelées tardives. • Dans les grandes villes comme Paris, les géraniums et autres plantes frileuses maintenues sur les balcons ou les terrasses repartent de plus belle, mais cette reprise de la végétation les fragilise. Si les températures baissent fortement par la suite, les pertes seront plus importantes. Arrosez les potées de bonsaïs dès que la terre est sèche en surface.

• Au potager, ôter les buttes ou les protections autour des artichauts. • Arroser les potées laissées dehors (fleurs bisannuelles, bulbes à floraison printanière, etc.) dès que la terre est sèche en surface. Surveiller tout particulièrement les bonsaïs et les conifères en bacs, qui se déshydratent rapidement. • Arroser les plantations récentes effectuées dans les semaines ou les mois qui précèdent cet épisode de redoux. • Ventiler la serre, les châssis et la véranda dans la journée, en refermant les ouvrants avant le coucher du soleil. > En hiver, l'apport d'eau s'effectue le matin uniquement, jamais le soir.

D'une région à l'autre • En région montagneuse, ce brusque réchauffement entraîne la fonte plus ou moins importante de la couche de neige.

(18)

Se jouer des caprices de la météo

Pensez à arroser les nouvelles plantations dès que le temps s’adoucit quelques jours.


L’

23/01/09

15:04

Page 19

été s’invite avant l’heure

Après les dernières fraîcheurs du mois d'avril, mai et juin nous réservent certaines années des coups de chaud d'une intensité telle que le jardin et le jardinier en sont tout abasourdis. Tout semble alors s'accélérer, les plantes reverdissent d'un seul coup et poussent à vue d'œil, les floraisons explosent mais passent tout aussi vite.

Coup de chaud printanier Un temps estival et chaud s'installe parfois au printemps, bien en avance sur le calendrier, quand l'anticyclone des Açores remonte vers la France et repousse plus haut les dépressions. Le ciel se dégage, laissant le soleil réchauffer la terre. Les nuits sont douces et, dans la journée, il n'est pas rare d'enregistrer des températures maximales proches de 30 °C, même dans les régions les plus au nord du pays. Le soleil déjà très haut sur l'horizon se fait plus ardent, brûlant même ; coups de soleil et insolation sont à redouter pour qui n'y prend pas garde.

Les effets au jardin

de même que les plantes de terre de bruyère (rhododendrons et azalées), qui n'apprécient pas cette atmosphère surchauffée et sèche. • Les pucerons et autres parasites se développent rapidement et envahissent les jeunes pousses tendres. • La chaleur augmente les concentrations de pollens dans l'atmosphère et, par conséquent, les risques d'allergie. • Les châssis, la serre et la véranda deviennent vite des fournaises. > Attention, un fort coup de chaud printanier est souvent suivi d'orage, d'autant plus violent que la chaleur a été excessive et soudaine.

Immédiats

À plus long terme

• Tous les végétaux poussent plus rapidement : les feuillages s'ouvrent et se développent avec une ampleur surprenante si le sol n'est pas trop sec. La croissance des légumes frileux comme les tomates, les aubergines ou les courgettes est spectaculaire.

• Les floraisons printanières, qui s'échelonnent d'habitude sur les mois de mai et de juin, éclosent toutes d'un seul coup, donnant une apothéose fleurie de courte durée, suivi d'un grand vide pendant quelques semaines tant que les fleurs d'été ne sont pas suffisamment développées.

• Toutes les floraisons s'accélèrent : il y a davantage de fleurs, mais en revanche leur durée de floraison est beaucoup plus courte. Les bulbes à floraison printanière comme les tulipes se fanent à peine ouverts,

Le soleil au jardin

CapricesMeteo_Int.qxd

• Les salades pommées de printemps et les épinards ont tendance à monter à graines. Les radis de tous les mois deviennent plus piquants et se creusent.

(19)


CapricesMeteo_Int.qxd

23/01/09

15:29

Page 56

Quand soufflent

le vent

(56)

Se jouer des caprices de la météo


CapricesMeteo_Int.qxd

et la

23/01/09

15:29

Page 57

tempête

Le vent se ressent, mais il ne se voit pas. Ses effets, par contre, sont eux bien visibles, surtout quand le doux zéphyr qui rafraîchissait les chaudes journées d'été laisse la place à une bourrasque décoiffante ou à une puissante tempête, capable de tout déplacer sur son passage avec une violence tout aussi exceptionnelle qu'inattendue. Plus rares et soudaines, les tornades et les trombes n'en sont pas moins des phénomènes récurrents en France, qui touchent un jour ou l'autre toutes les régions, laissant des dégâts qui marquent les mémoires. Par chance, le territoire métropolitain échappe aux terribles cyclones, si dévastateurs.

)

Du nord au sud, d'ouest en est, notre beau pays est balayé et parcouru par un nombre incroyable de courants d'air, portant souvent des noms pittoresques, locaux ou régionaux. Certains plus importants, comme le mistral, la tramontane ou le vent d'autan sont régulièrement cités dans les bulletins de prévisions météorologiques car ils influencent profondément les paysages et la vie locale.

(57)


CapricesMeteo_Int.qxd

23/01/09

15:29

Page 58

vents régionaux de France

Les grands

La Petite Encyclopédie des vents de France, publiée en 2001, a recensé jusqu'à 630 vents dans notre pays. La plupart portent un nom qui correspond à leur provenance, un même vent pouvant avoir différentes appellations selon les régions. Dans cette longue liste, quelques vents plus marquants ont une notoriété qui va au-delà des régions où ils soufflent. C'est le cas, par exemple, du mistral, de la tramontane et de l'autan.

Le mistral Ce vent régional souffle en toute saison, quand une dépression s'installe sur le golfe de Gênes et qu'un anticyclone s'établit de l'Espagne au sud-est de la France. Il apparaît le plus souvent à la suite d'un front froid pluvieux qui atteint la Méditerranée après avoir traversé la France du nord-ouest au sud-est. Sa direction est plein nord dans la vallée du Rhône, de Valence à la Camargue. Le mistral s'oriente au nord-ouest dans la région de Marseille et devient un vent d'ouest sur la côte varoise et à l'ouest de la Corse. Sur la Côte d'Azur, c'est en revanche un vent de sud-ouest. Le mistral, le plus souvent, persiste en épisodes de 1 ou 2 jours à 3 ou 4 jours, rarement au-delà d'une semaine. Sa puissance est souvent maximale dans l'après-midi. Ce vent violent, froid et généralement sec s'accompagne d'un ciel dégagé et lumineux, très caractéristique.

(58)

Se jouer des caprices de la météo

Les effets au jardin Immédiats • En hiver et au printemps, le mistral apporte un souffle glacial qui transit la végétation. Quand il gèle, le froid est encore plus intense. • Les sols s'assèchent rapidement. • Les floraisons sont malmenées et secouées lorsqu'elles ne sont pas suffisamment abritées des vents dominants et des rafales. • Les jeunes plantations mal tuteurées peuvent ployer sous l'effet du vent. Les grandes plantes risquent de casser ou de se plier sous les coups des rafales quand elles n'ont pas été installées dans un endroit protégé.

À plus long terme • Les arbres et arbustes soumis aux assauts du mistral finissent par prendre un port penché, orienté dans le sens où souffle le vent. • Les sols, en particulier les plus légers (sablonneux ou siliceux), quand ils sont laissés à nu, sans végétation, finissent par être érodés.


23/01/09

15:29

Page 59

La tramontane Ce vent souffle en toute saison, avec toutefois une plus grande vigueur en hiver et au printemps. Ses rafales de secteur ouest à nord-ouest descendent les contreforts des Pyrénées et les monts du sud du Massif central. Elles parcourent le seuil de Naurouzes, entre les Corbières et la Montagne Noire, puis balayent les plaines côtières du bas Languedoc et du Roussillon.

Dans les régions ventées, des haies brise-vent protègent le jardin des fortes rafales.

Les bons gestes Anticiper • Planter des haies brise-vent du côté d'où vient le vent.

La tramontane est provoquée par les mêmes conditions météorologiques qui donnent naissance au mistral : une zone anticyclonique s'installe sur l'Espagne et le sud-ouest de la France et dirige un flux d'air froid vers les régions méditerranéennes, en direction de la dépression située sur le golfe de Gênes ou la mer Thyrrhénienne. Il s'agit le plus souvent d'un vent sec, accompagné d'un ciel dégagé et clair.

• Installer des espèces d'arbres ou d'arbustes qui ne cassent pas sous l'assaut des rafales.

Quand soufflent le vent et la tempête

CapricesMeteo_Int.qxd

• Dans les planches du potager, pailler le sol, semer des engrais verts dans les parcelles vides. • Pailler le sol au pied des plantations récentes d'arbres et d'arbustes. • Installer les plantes sensibles au vent dans des lieux abrités du jardin.

Réagir • Abriter les plantes trop exposées, soit en les déplaçant quand cela est possible (potées), soit en installant un brise-vent. • Dès que les températures le permettent, arroser les jeunes semis et les plantations récentes, de même que les potées laissées à l'extérieur.

Après un épisode de mistral, il faut penser à arroser les jeunes plantations.

(59)


CapricesMeteo_Int.qxd

23/01/09

15:29

Page 60

Les effets au jardin Immédiats • Le froid est accentué par les rafales de ce vent qui glace le jardin en hiver et le rafraîchit pendant les beaux jours. • Les semis et les jeunes plants souffrent, le sol s'asséchant plus vite sous l'effet du vent et l'air étant plus sec. • Les jeunes plantations mal tuteurées peuvent se coucher sous l'effet du vent. Les grandes hampes des delphiniums, des roses trémières et autres plantes « chandelles » risquent de casser ou de ployer sous les coups des rafales quand elles n'ont pas été installées dans un endroit protégé lors de la plantation. • La terre dans les potées, les massifs et le potager s'assèche très vite avec le vent sec.

À plus long terme • Les paillis épandus à la surface du sol ont du mal à se décomposer car ils s'assèchent très vite avec le vent. • Les sols laissés à nu sont érodés. • Les plantes les plus exposées aux rafales finissent par prendre un port penché dans le sens du vent.

Les bons gestes Anticiper • Mettre en place des haies brise-vent du côté d'où vient le vent.

(60)

• Ranger ou protéger le parasol et le mobilier de jardin, surtout s'il est en matière synthétique très légère.

Réagir • Abriter les végétaux trop exposés, soit en les déplaçant quand cela est possible (potées), soit en installant un brise-vent. • Si les températures le permettent (pas de gelée), arroser les jeunes semis et les plantations récentes, sans oublier les potées.

L'autan Ce vent de secteur sud-est souffle surtout sur le Midi toulousain et le Tarn, avec une puissance maximale observée dans la région de Mazamet. L'autan blanc souffle quand des hautes pressions s'installent en Méditerranée, entre les Baléares, la Sardaigne et le golfe de Gênes, avec une dépression sur le Massif central. C'est un vent chaud et sec de basse altitude, associé à du beau temps, qui peut durer une semaine et plus. « Quand il gèle avec le vent d'autan, il gèle fort. » L'autan noir apparaît quand un anticyclone se positionne entre la Sardaigne et les Baléares, avec une dépression sur le golfe de Gascogne. Il souffle surtout en hiver depuis le Languedoc sur la Gascogne, mais pendant de courtes périodes de 2 à 3 jours maximum : « L'autan du samedi n'arrive pas au dimanche. » C'est un vent marin chaud, qui génère de fortes précipitations et souvent des inondations.

• Installer des espèces d'arbres ou d'arbustes qui ne cassent pas sous l'assaut des rafales les plus violentes.

Les effets au jardin

• Dans les parcelles vides du potager, pailler le sol et semer des engrais verts.

• Quand il gèle, l'autan accentue encore le temps froid.

Se jouer des caprices de la météo

Immédiats


23/01/09

15:29

Page 61

• Le sol s'assèche de plus en plus tant que le vent souffle. • Les jeunes plants souffrent de l'air qui est desséchant.

• Protéger les jeunes semis en les installant sous châssis ou dans un coin pépinière bien abrité du vent.

À plus long terme

• Tuteurer les arbres, arbustes et autres plantes qui ne peuvent résister seuls aux rafales violentes.

• La terre desséchée empêche les semis de lever correctement.

• Ne jamais laisser le sol du jardin nu, sans végétation, sans protection.

• Les sols nus sont érodés.

Réagir

Les bons gestes Anticiper • Éviter la plantation d'espèces sensibles au vent et aux embruns. • Entourer le jardin et la maison de haies protectrices pour couper le vent.

• Repiquer les jeunes plants de fleurs et de légumes, car dès que le vent s'arrête, il s'ensuit une période de pluies qui vont favoriser la reprise des végétaux. • Surveiller les potées et les plantations récentes pour bien arroser si la terre se dessèche.

Comment apprécier la force du vent ? L'échelle de Beaufort permet d'indiquer la vitesse (ou force) du vent. Cette dernière est habituellement exprimée en nœuds pour les marins (1 nœud = 1,852 km/h), ou en kilomètres à l'heure (km/h) pour tous Force du vent

ceux qui vivent sur la terre ferme. Les vitesses données sont des moyennes, qui ne se rapportent pas aux rafales. Observez les effets du vent sur les plantes et l'environnement pour estimer sa force.

Vitesse en km/h

Dénomination du vent

0

<2

calme

1

2 à 5,5

très légère brise

2

6 à 11

légère brise

3

12 à 19

petite brise

les feuilles et les rameaux les plus fins sont agités

4

20 à 30

jolie brise

les petites branches sont agitées, la poussière et les papiers s'envolent

5

31 à 39

bonne brise

6

40 à 50

vent frais

7

51 à 61

grand frais

8

62 à 74

coup de vent

9

75 à 87

fort coup de vent

10

88 à 102

tempête

11

103 à 117

violente tempête

importants dégâts

12

plus de 118

ouragan

importants dégâts

Quand soufflent le vent et la tempête

CapricesMeteo_Int.qxd

Effets sur l'environnement les fumées s'élèvent à la verticale les fumées sont déviées les girouettes bougent et sont déviées, les feuilles des arbres frémissent

les arbustes sont balancés les grosses branches remuent les arbres bougent en entier les branches sont cassées, la marche contre le vent est difficile les habitations subissent des dommages légers les arbres sont déracinés, les maisons et les autres structures subissent des dégâts importants

(61)


CapricesMeteo_Int.qxd

23/01/09

15:29

Page 62

Roses de vent observées en France de juillet 1997 à juillet 2000 Sur cette carte de France, les roses de vent représentent les fréquences des directions d’où vient le vent soufflant sur une ville, ou un site de mesure, pendant la période allant de juillet 1997 à juillet 2000. Les directions dominantes apparaissent nettement. Elles correspondent aux parties les plus effilées de chacune des roses de vent. Les fréquences de vitesse sont symbolisées par les taches de différentes couleurs : bleu

De 2 à 4 m/s De 5 à 8 m/s Supérieur à 8 m/s

(62)

Se jouer des caprices de la météo

pour les vents calmes de 2 à 4 m/s, jaune pour les vents modérés de 5 à 8 m/s et rouge vif pour les vents forts au-delà de 8 m/s. Les cercles correspondant à la fréquence moyenne en pourcentage des vents calmes ayant une vitesse inférieure à 2 m/s, toutes directions confondues. Ainsi, la ville de Perpignan a un vent dominant de direction nord/nord-est. À Brest, le vent dominant est plutôt de sud/sud-ouest.

Fréquence en % des vents calmes dont la vitesse est inférieure à 2 m/s


23/01/09

Avis de

15:29

Page 63

tempête

Avec des vents d'une très grande vitesse, parfois accompagnés de précipitations et d'orages, la tempête peut provoquer des dégâts considérables. Les effets des récentes catastrophes naturelles ont souligné combien il est important de planter en tenant compte des vents dominants, de la nature du sol et de la pluviométrie de la région.

Une violente perturbation

Les effets au jardin

En météorologie, les tempêtes sont assimilées à des perturbations qui présentent des variations de pression atmosphérique et de vent suffisantes pour constituer des risques. Ces derniers vont de quelques dégâts matériels à de réelles catastrophes. Leur extension géographique peut varier beaucoup, entre 10 et 2 000, voire 3 000 km. En météorologie marine, le régime de la tempête correspond à des vents de force comprise entre 10 (89 km/h) et 11 (117 km/h, violente tempête). Quand ils atteignent la force 12 (118 km/h), la tempête prend le nom d'ouragan.

Immédiats

En France, les tempêtes sont plus fréquentes et plus intenses à l'occasion des oscillations du front polaire, à la fin de l'automne et au début de l'hiver quand les contrastes thermiques sont marqués. À cette période de l'année, les océans sont encore chauds, ce qui peut réactiver les dépressions qui approchent du continent, et l'air polaire est déjà froid. Mais il existe des variantes à ce processus. Certaines tempêtes touchant le territoire français proviennent de la transformation d'un cyclone tropical. Les brises marines ou les brises de montagne ainsi que les grands vents canalisés comme le mistral peuvent aussi générer des tempêtes.

• Du fait des chutes de branches, certaines plantes installées à l'ombre de grands arbres se retrouvent exposées au soleil, ce qui risque de griller leur feuillage.

• Tout ce qui n'est pas solidement arrimé au sol ou contre les murs risque de s'envoler ou de chuter. Les potées et les statues notamment se cassent. • Les rafales violentes brisent les branches de certains arbres ou arbustes. • Les arbres et arbustes à enracinement superficiel sont déracinés.

Quand soufflent le vent et la tempête

CapricesMeteo_Int.qxd

• La grêle et les fortes rafales de vent lacèrent les feuillages des plantes qui sont le plus exposées.

À plus long terme • Les plantes blessées sont fragilisées et peuvent ainsi être plus facilement contaminées par des insectes ou des maladies parasites qui peuvent les décimer.

Les bons gestes Anticiper • Dans le cas d'un jardin qui est très exposé au vent et soumis à des précipitations

(63)


CapricesMeteo_Int.qxd

23/01/09

15:30

Page 74

Giboulées

(74)

Se jouer des caprices de la météo


CapricesMeteo_Int.qxd

23/01/09

15:30

Page 75

trombes d’eau et inondations

)

L'eau est une denrée précieuse au jardin et pour la nature d'une manière plus générale. Mais il en faut à doses mesurées... Le problème, c'est que l'eau du ciel ne tombe pas régulièrement ou si peu. Parfois elle se fait attendre désespérément, entraînant de redoutables sécheresses. D'autres fois elle se déverse en trombes furieuses et soudaines, qui emportent tout sur leur passage tels les épisodes cévenols. Et la situation n'est guère meilleure quand il se met à pleuvoir de façon persistante, sans violence mais assez abondamment pour provoquer pourritures et moisissures, détremper les sols, saturer les cours d'eau et les nappes phréatiques qui, en refoulant le trop-plein, provoquent des inondations parfois terribles car très difficiles à contenir. De la giboulée rafraîchissante au gros grain chargé de grêle, l'eau venue des nuages se déchaîne souvent sur le jardin. Mais, fort heureusement : « Rien ne prédit mieux le beau temps que la pluie. »

(75)


CapricesMeteo_Int.qxd

23/01/09

15:30

Page 76

Le temps des

giboulées « Fleur marsière ne tient guère » et « Fleur d'avril tient par un fil » : la fin de l'hiver et le début du printemps apportent un temps très variable avec son cortège de giboulées parfois dévastatrices, le plus souvent gênantes pour le jardinier qui a tant à faire et se désespère de ne pouvoir accéder au jardin et y travailler.

Les giboulées de mars À l'approche du printemps et au tout début de cette saison intermédiaire – entre février et avril –, le temps change très vite du fait du passage successif de dépressions qui viennent de l'océan Atlantique et qui se déplacent vers l'Europe de l'Est. Caractéristiques de cette période de l'année, les giboulées sont de brèves averses souvent accompagnées de vent. La pluie est souvent mêlée à des grêlons, des granules de glace ou de neige fondue ou même des flocons de neige. Ces averses brusques sont accompagnées d'un très net refroidissement. Elles sont dues principalement au fait que des masses d'air froid persistent en altitude alors que les basses couches de l'atmosphère se réchauffent sous l'effet de l'ensoleillement plus important. Dès que la différence de température entre ces deux masses d'air s'accentue, il se produit de puissants mouvements d'air ascendants avec formation de nuages instables (plus précisément cumulus congestus et cumulonimbus). En France, les giboulées sont souvent associées à un flux de nord ou de nord-ouest en altitude. Elles sont plus fréquentes dans la journée et plus particulièrement en fin

(76)

Se jouer des caprices de la météo

d'après-midi, quand le soleil a bien réchauffé le sol et les basses couches d'air. Quand les pluies sont abondantes et se prolongent, les cours d'eau se remplissent de plus en plus et finissent par déborder, ce phénomène étant accentué par l'apport d'eau provenant de la fonte des neiges en altitude. > De courtes apparitions du soleil sont précédées et suivies de bourrasques plus ou moins violentes, de pluies glacées, parfois de grésil, de neige fondue ou de grêle.

Les effets au jardin Immédiats • Les fleurs printanières souffrent de ces brusques assauts du vent, de la pluie et de la grêle. Les floraisons des bulbes à fleurs printaniers comme les tulipes, et plus tard celles des roses ou des pivoines, sont écourtées, et les fleurs abîmées. • Au fur et à mesure des averses, la terre se détrempe et devient de plus en plus difficile à travailler, ce qui retarde les plantations. • La terre nue forme en séchant une croûte dure en surface, due à l'impact violent des


23/01/09

15:30

Page 77

Giboulées, trombes d’eau et inondations

CapricesMeteo_Int.qxd

La grêle peut faire des dégâts importants en hachant les tiges et les feuilles.

(77)


CapricesMeteo_Int.qxd

23/01/09

15:30

Page 78

gouttes d'eau qui dissocient et dispersent les particules les plus fines composant le sol ; celles-ci se redéposent quand l'eau s'évapore et forment un ciment dur à la surface du sol. Les graines récemment semées ont ensuite beaucoup plus de mal à lever.

À plus long terme • Les pluies violentes érodent les sols nus et les appauvrissent en emportant les particules les plus fines, surtout dans les terrains en pente. • Si le mauvais temps persiste, le sol se détrempe de plus en plus et il devient impossible de travailler dans le jardin. • Les semis effectués en pleine terre ont tendance à lever difficilement. • La répétition des chutes de grêle et des microblessures provoquées sur les végétaux, accompagnée d'une forte humidité et de froid, déclenche l'apparition de maladies cryptogamiques telle que la pourriture grise. • Les plantations de fleurs d'été peinent à démarrer et accusent parfois un arrêt de croissance. Les floraisons estivales sont alors plus tardives.

Les bons gestes Anticiper • En automne, faire un apport de matières organiques (compost, fumier bien décomposé) et de chaux pour améliorer la structure du sol. Ne jamais laisser la terre nue dans le potager et dans les massifs. • Patienter pour les plantations des fleurs et des légumes d'été frileux jusqu'à ce que le temps s'adoucisse nettement.

Réagir • Ne pas sortir les plantes sensibles au froid. Couvrir celles qui ont été installées dans le jardin ou sur le balcon avec un voile de protection. • Après une forte averse de grêle, traiter les arbres fruitiers et les légumes pour empêcher le développement de maladies cryptogamiques. Attendre que les feuillages sèchent pour épandre le traitement. • Après chaque averse ou au moins une fois par jour, vider les soucoupes des potées et jardinières installées dehors. • Dans le potager et les massifs de fleurs, dès que la terre s'est asséchée, biner et sarcler autour des semis et des plantations.

D'une région à l'autre

Après une forte averse, binez autour des plantations récentes.

(78)

Se jouer des caprices de la météo

Les façades maritimes situées le long de la Manche et de l'océan Atlantique sont les plus exposées aux giboulées et à la grêle, de même que les régions au nord de la Loire, et notamment le Nord-Ouest, ainsi que les contreforts du Massif central et des Alpes. En revanche, les régions du sud de la France et du pourtour méditerranéen ne connaissent qu'exceptionnellement ce phénomène de giboulées.


Un

23/01/09

15:30

Page 79

été pourri

Les étés se suivent, mais ne se ressemblent pas... Quand on plante son jardin et son potager au printemps, il est difficile d'avoir une idée précise de ce que nous réserve l'été. C'est une véritable loterie ! Quand le soleil déserte, quand la fraîcheur et les pluies s'installent, le jardin fait grise mine et le moral n'est pas non plus au beau fixe.

On n'a pas eu d'été cette année-là ! L'été 2007 a été globalement le pire des étés que la France ait connus depuis 1977, notamment en ce qui concerne les précipitations, largement excédentaires, et l'ensoleillement, très déficitaire ; un peu moins côté températures car, si les journées ont été fraîches, les nuits sont restées douces du fait de la couverture nuageuse. Cet été s'est inscrit dans la lignée des étés maussades constituée par les années 1954, 1977, 1992 et 2002, caractérisés par la pluie, la fraîcheur et le manque d'ensoleillement. La position de l'anticyclone des Açores qui reste loin de l'Europe, sur les Açores au milieu de l'Atlantique, et qui laisse passer les dépressions sur la France et le reste de l'Europe, explique cette situation météorologique très contrastée qui fait partie de la variabilité naturelle du climat.

Les effets au jardin Immédiats • Les légumes d'été les plus frileux (tomates, aubergines, courges, melons, etc.) poussent mal et sont sujets aux maladies cryptogamiques (oïdium, mildiou, pourriture grise).

• Les fleurs d'été exigeantes en chaleur comme les zinnias, les angélonias ou les pétunias souffrent et poussent plus lentement, donnant une floraison moins abondante que d’habitude. • Les arbres fruitiers sont plus sensibles aux maladies cryptogamiques. Certains fruits trop gorgés d'eau éclatent. • Les limaces se manifestent davantage et causent des dégâts plus importants. • L'humidité fait beaucoup pousser la pelouse, les légumes verts (épinards, salades), les mauvaises herbes et donne un aspect exubérant aux feuillages.

Giboulées, trombes d’eau et inondations

CapricesMeteo_Int.qxd

• Les floraisons sont moins belles. Les fleurs des plantes qui exigent beaucoup de soleil, comme les pourpiers à grandes fleurs ou les gazanias, ne s'ouvrent pas.

À plus long terme • Les plantes qui ont beaucoup poussé du fait de la plus forte humidité ont tendance à se coucher sur le sol ou sur leurs voisines, sous les bourrasques et les averses. • Les maladies cryptogamiques prolifèrent et déciment certaines plantes potagères, notamment les tomates et les pommes de terre. Les récoltes sont mauvaises, voire nulles. De même pour les arbres fruitiers dont les fruits pourrissent ou sont de plus en

(79)


CapricesMeteo_Int.qxd

23/01/09

15:30

Page 80

plus attaqués par les champignons parasites. La maturation des fruits est retardée. • La récolte des graines est difficile. • Certaines fleurs d'été (bégonias tubéreux, dahlias, zinnias, etc.) se couvrent d'oïdium, de mildiou ou pourrissent. • Le niveau de l'eau dans le bassin ou la mare ne baisse pas et peut même monter, voire déborder si l'évacuation des eaux n'est pas suffisante.

Les bons gestes Anticiper • Semer et planter des espèces et variétés de fleurs d'été et de plantes potagères très robustes, capables de supporter aussi bien

des fortes chaleurs que des températures plus fraîches et des pluies fréquentes. Éviter les plantes trop frileuses comme les angélonias, les zinnias ou les daturas. Choisir plutôt des pétunias à petites fleurs que ceux à grandes fleurs ou à fleurs doubles, des œillets d'Inde à fleurs simples ou des hybrides tétraploïdes comme Zénith, des fleurs qui s'ouvrent quel que soit l'ensoleillement – éviter les gazanias, les ipomées, les pourpiers à grandes fleurs. • Ne pas planter trop serré. • Installer plusieurs variétés d'une même plante potagère ayant des exigences de culture et des périodes de maturité différentes pour pouvoir échelonner les récoltes. • Tuteurer les plantes à forte végétation, qui ont tendance à s'affaisser au cours de l'été.

Réagir • Installer des pièges à limaces tout autour des plantations les plus sensibles. • Dès les premières pluies, traiter les légumes sensibles au mildiou quand les feuillages sont suffisamment secs. Renouveler les traitements après chaque pluie forte. Pour limiter l'épandage de produits traitants, installer des châssis surélevés audessus des plantes potagères exigeantes en chaleur et en soleil comme les tomates, les aubergines ou les poivrons. • Éliminer les plantes trop malades pour empêcher toute contagion. • Redresser et tuteurer les plantes qui se couchent au sol après une averse. • Disposer les légumes-fruits (courges et melons) sur des pierres plates ou des cagettes renversées pour les aider à mûrir et éviter les risques de pourriture. Aidez les melons à mûrir en les plaçant sur une pierre ou une brique plate.

(80)

Se jouer des caprices de la météo

• Désherber sans relâche.


23/01/09

15:31

Page 81

Giboulées, trombes d’eau et inondations

CapricesMeteo_Int.qxd

Tuteurez les dahlias pour éviter qu’ils ne s’affaissent lors d’un coup de vent ou d’une grosse pluie.

(81)

49416_apercu  

Se jouer des caprices de la Toutes les astuces pour aider le jardin à supporter les péripéties du climat Alain Delavie

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you