Page 1

REVUE DE LA FÉDÉRATION INTERNATIONALE DES PROFESSEURS DE FRANÇAIS

// MÉTIER // N°414 novembre-décembre 2017

6 fiches pédagogiques avec ce numéro

Préparer les futurs étudiants Erasmus allemands Au Québec, des jeux pour le développement durable

// ÉPOQUE //

Entre France et Hongrie, Nina Yargekov écrit et traduit Le Louvre se multiplie à Abu Dhabi

// MÉMO //

L’insolence des films de l’Égyptien Youssef Chahine L’Iran dans les polars de Naïri Nahapétian

// DOSSIER //

FIPF

ENSEIGNER LES VARIÉTÉS

DU FRANÇAIS PARLÉ


ABONNEMENT INTÉGRAL

ACHAT AU NUMÉRO

OFFRE DÉCOUVERTE

1 an : 49,00 € HT

9,90 € HT/numéro

6 mois : 26 € HT

Offre abonnement 100 % numérique à découvrir sur www.fdlm.org

POUR VOUS ABONNER :

Avec cette formule, vous pouvez : Consulter et télécharger tous les deux mois la revue en format numérique, sur ordinateur ou sur tablette. Accéder aux fiches pédagogiques et documents audio à partir de ces exemplaires numériques. Il suffit de créer un compte sur le site de Zinio : www.zinio.com ou bien de télécharger l’application Zinio sur votre tablette. L’abonnement 100% numérique vous donne accès à un PDF interactif qui vous permet de télécharger directement le matériel pédagogique (fiches pédagogiques et documents audio). Vous n’avez donc pas besoin de créer de compte sur notre site pour accéder aux ressources. Les « plus » de l’édition 100 % numérique ■ Le confort de lecture des tablettes ■ Un accès direct aux enrichissements ■ Un abonnement « découverte » de 6 mois ■ La possibilité d’acheter les numéros à l’unité ■ La certitude de recevoir votre revue en temps et heure, où que vous soyez dans le monde.

ABONNEMENT PAPIER + NUMÉRIQUE POUR LES PARTICULIERS JE CHOISIS ■

JE M’ABONNE

Abonnement DÉCOUVERTE

ABONNEMENT 1 AN

6 MAGAZINES PAPIER DU FRANÇAIS DANS LE MONDE + 3 MAGAZINES DE FRANCOPHONIES DU SUD + ACCÈS À L’ESPACE ABONNÉ EN LIGNE*

88€

ABONNEMENT 2 ANS

12 MAGAZINES PAPIER DU FRANÇAIS DANS LE MONDE + 6 MAGAZINES DE FRANCOPHONIES DU SUD + ACCÈS À L’ESPACE ABONNÉ EN LIGNE*

158€

Abonnement FORMATION ABONNEMENT 1 AN

6 MAGAZINES PAPIER DU FRANÇAIS DANS LE MONDE + 3 MAGAZINES DE FRANCOPHONIES DU SUD + 2 NUMÉROS DE RECHERCHES ET APPLICATIONS + ACCÈS À L’ESPACE ABONNÉ EN LIGNE*

105€

ABONNEMENT 2 ANS

6 MAGAZINES PAPIER DU FRANÇAIS DANS LE MONDE + 3 MAGAZINES DE FRANCOPHONIES DU SUD + 4 NUMÉROS DE RECHERCHES ET APPLICATIONS + ACCÈS À L’ESPACE ABONNÉ EN LIGNE*

189€

JE RÈGLE

JE RÈGLE ET J’ENVOIE :

LE FRANÇAIS DANS LE MONDE 9 BIS, RUE ABEL HOVELACQUE 75013 - PARIS

NOM : ................................................................................................................................ .............................................................................................................................................. PRÉNOM : ...................................................................................................................... ADRESSE : ..................................................................................................................... .............................................................................................................................................. .............................................................................................................................................. .............................................................................................................................................. CODE POSTAL : ........................................................................................................ VILLE : ............................................................................................................................

CHÈQUE BANCAIRE À L’ORDRE DE SEJER : VIREMENT BANCAIRE AU NOM DE SEJER : Préciser les noms et adresse de l’abonné ainsi que le numéro de facture si vous l’avez. Joindre la copie du virement.

CRÉDIT LYONNAIS 30002 - 00797 - 0000401153D CLÉ 08 IBAN FR36 3000 2007 9700 0040 1153 D08 BIC/SWIFT : CRLYFRPP

CARTE BANCAIRE (VISA, EUROCARD-MASTERCARD)

ALLER LE SITE WWW.FDLM.ORG/SABONNER

PAYS : ..............................................................................................................................

POUR LES INSTITUTIONS

TÉL. : ................................................................................................................................

Contacter abonnement@fdlm.org ou + 33 (1) 72 36 30 67 ou aller sur le site www.fdlm.org

COURRIEL : ...................................................................................................................

* L’espace abonné en ligne vous permet de télécharger : magazines, fiches pédagogiques et transcriptions des doc audio (en PDF) + documents audio (en MP3) + les bonus. Pour tout renseignement : contacter abonnement@fdlm.org / + 33 1 72 36 30 67 Les frais d’envoi sont inclus dans tous les tarifs (France et étranger).


numéro 414

Abonné(e) à la version papier Créez en quatre clics votre espace en ligne sur www.fdlm.org pour accéder aux suppléments pédagogiques

Pour profiter de fiches pédagogiques, des documents sonores et de leur transcription ainsi que des suppléments en ligne, ne perdez pas une minute pour créer votre Espace abonné sur le site du Français dans le monde. Suppléments en ligne et PDF des deux derniers numéros ■ L’espace « Suppléments en ligne » offre des prolongements aux articles parus dans la revue : l’accès aux clips des artistes présentés dans la rubrique « À écouter » et aux bandes-annonces des films de la rubrique « À voir », des informa-

30

tions complémentaires aux articles parus dans la revue, des prolongements pédagogiques au dossier… Téléchargez le PDF complet des derniers numéros de la revue.

n

 liquez sur le picto « fiche C pédagogique » sur les pages lors de la lecture pour télécharger la fiche d’exploitation de l’article en question.

FLE PRÉCOCE : ENTRER DANS L’UNIVERS DES ENFANTS ÉPOQUE

08. Portrait

Nina Yargekov : je est une autre

Fiches pédagogiques ■ Les fiches pédagogiques en téléchargement : des démarches d’exploitation d’articles parus dans Le français dans le monde et produits en partenariat avec l’Alliance française de Paris - Île-de-France. Dans les pages de la revue, le pictogramme « Fiche pédagogique à télécharger » permet de repérer les articles exploités dans une fiche.

10. Région

La Louisiane, un pélican parlant français

12. Tendance

L’apéro, c’est du solide !

13. Sport

Les dieux du sable

14. Idées

Le concours, « une élection à vie »

16. Lieu

Abonné(e) à la version numérique Tous les suppléments pédagogiques sont directement accessibles à partir de votre édition numérique de la revue :

SAVOIR-FAIRE

Le Louvre se multiplie à Abu Dhabi

17. Arts graphiques

Des musées en plein air

n Rendez-vous directement sur les

pages « À écouter » et « À voir » : cliquez sur le nom des artistes ou des œuvres pour visionner les vidéos ou les bandes annonces des films.

18. Langue

Le double je(u) de Michael Edwards

20. Étonnants francophones

« Le français est une langue unificatrice »

n Cliquez sur les

liens ci-dessous pour télécharger les reportages audio et leur transcription.

21. Mot à mot

Dites-moi Professeur

MÉTIER

24. Réseaux

DANS VOTRE ESPACE ABONNÉ SUR FDLM.ORG

02

DES FICHES PÉDAGOGIQUES POUR EXPLOITER LES ARTICLES - Graphe : Esprit - Poésie : « L’Effraie », de Philippe Jaccottet - Mnémo : L’incroyable histoire du gérondif

26. Politique linguistique

Turquie, une révolution linguistique illustration de couverture © Lamisseb

LES REPORTAGES AUDIO - Micro-trottoir : « Esprit » - Éducation : La rentrée en musique - Traditions : La Légion d’honneur - Patrimoine : Le cimetière du Père-Lachaise

28. Initiative

Le concours Florilège-FIPF s’adapte aux « climats »

30. Savoir-faire

FLE précoce : entrer dans l’univers des enfants

Le français dans le monde | n° 414 | novembre-décembre 2017


Le français dans le monde sur Internet : http://www.fdlm.org

32. Manières de classe

Un musée pas comme les autres

34. Expérience

Préparer Erasmus : tout un projet !

36. Que dire, que faire ?

Comment faire d’Internet un réel support pour la classe ?

38. Tribune

L’accueil des étudiants internationaux

40. Innovation

MÉMO

58. À écouter 60. À lire 64. À voir

INTERLUDES 06. Graphe Esprit

22. Poésie

Philippe Jaccottet : « L’Effraie »

Jeux WASA, pour faire gagner le développement durable !

44. En scène !

42. Ressources

56. BD

À fleur de peau

Les Nœils : « Traducteur d’entreprise »

DOSSIER

ENSEIGNER LES VARIÉTÉS DU FRANÇAIS PARLÉ

46

« Entraîner les apprenants à gérer la diversité du français »................................ 48 Écouter et enseigner les voix du français............................................................ 50 À Paris, on parle LES français............................................................................. 52 Pas si complexes, les accents.............................................................................. 54

OUTILS 66. Jeux

Petit repas de Noël

67. Mnémo

L’incroyable histoire du gérondif

68. Quiz

Une langue, des français

69. Test

Au temps pour moi !

71. Fiche pédagogique

Déjeuner, dîner et fêtes en francophonie : de la prononciation au lexique

73. Fiche pédagogique

Jeanne Moreau : le cinéma, la mémoire et le tourbillon de sa vie

75. Fiche pédagogique Un musée pas comme les autres

édito

Une Europe plus que jamais plurilingue

P

our peu que les bonnes décisions soient prises dans les mois qui viennent, l’année 2017 qui s’achève pourrait marquer un tournant pour l’Europe des langues. La mise en place effective de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne devrait logiquement se traduire par une perte d’influence de la langue anglaise au sein de celle-ci. Certes, on parlera toujours anglais dans les couloirs du Parlement à Strasbourg ou de la Commission à Bruxelles. En revanche, d’ambitieuses politiques linguistiques et culturelles relanceraient à point nommer le sentiment des populations de partager un même espace citoyen où règne le plurilinguisme. Le plus grand évènement mondial autour du livre a montré la voie : en octobre dernier, la Foire de Francfort a pour la première fois accueilli non pas un pays, mais une langue, le français. Une excellente occasion de mettre en avant les écrivains et les cultures qui se déclinent en français. Autre bel exemple à suivre, celui du programme Erasmus qui a fêté ses 30 ans en 2017. Circuler, échanger, apprendre et enseigner, tout est là pour que les langues puissent prospérer ! n

Sébastien Langevin

Le français dans le monde, revue de la Fédération internationale des professeurs de français - www.fipf.org, éditée par CLE International – 9 bis, rue Abel–Hovelacque – 75013 Paris – Tél. : 33 (0) 1 72 36 30 67 Fax : 33 (0) 1 45 87 43 18 • Service abonnements : 33 (0) 1 40 94 22 22 / Fax : 33 (0) 1 40 94 22 32 • Directeur de la publication Jean-Marc Defays (FIPF) • Rédacteur en chef Sébastien Langevin Conseiller de la rédaction Jacques Pécheur • Secrétaire général de la rédaction Clément Balta • Relations commerciales Sophie Ferrand • Conception graphique - réalisation miz’enpage - www.mizenpage.com Commission paritaire : 0422T81661. 56e année. Imprimé par Imprimeries de Champagne (52000) • Comité de rédaction Michel Boiron, Christophe Chaillot, Franck Desroches, Juliette Salabert, Isabelle Gruca, Chantal Parpette, Gérard Ribot • Conseil d’orientation sous la présidence d’honneur de Mme Michaëlle Jean, Secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie : Jean-Marc Defays (FIPF), Loïc Depecker (DGLFLF), Franck Desroches (Alliance française), Cynthia Eid (FIPF), Youma Fall (OIF), Odile Cobacho (MAEDI), Stéphane Grivelet (FIPF), Évelyne Pâquier (TV5MONDE), Nadine Prost (MEN), Doina Spita (FIPF), Lidwien Van Dixhoorn (RFI), Jean-Luc Wollensack (CLE International).

Le français dans le monde | n° 414 | novembre-décembre 2017

03


ÉPOQUE | LANGUE

LE DOUBLE JE(U) DE

MICHAEL EDWARDS © DR

Premier Britannique élu au Collège de France et à l’Académie française, le poète et écrivain Michael Edwards écrit en anglais comme en français. Confessions d’un manipulateur émerveillé des langues. PROPOS RECUEILLIS PAR CLÉMENT BALTA

18

Permettez que je reprenne la question qui ouvre et clôt votre essai Dialogues singuliers sur la langue française : pourquoi écrivezvous en français ? Michael Edwards : Le photographe américain Garry Winogrand disait qu’il photographiait les choses pour voir à quoi elles ressemblaient quand elles étaient photographiées. J’écris en français pour voir à quoi ressemble le monde quand il reparaît en français. C’est particulièrement grisant en poésie. Un poème dans la langue maternelle recrée déjà le réel, lui donne un langage, un rythme, des cadences, une présence humaine ; dans une langue étrangère il y a une sorte de double recréation, et la nouveauté de ce qui commence à exister est d’autant plus émerveillante. Je fus attiré dès le lycée par la différence du français. Aimant déjà la grande éloquence et

expressivité de l’anglais, je découvris des ressources nouvelles pour moi et excellentes d’une autre manière. Je prenais plaisir dès mes premiers articles à voir émerger mes idées dans le vocabulaire et la syntaxe du français et, après plusieurs livres publiés en anglais, je pensais que ce serait passionnant de continuer dans cette voie. Mais sans abandonner l’anglais ! Il est intéressant aussi de s’adresser dans ses livres à un autre peuple, d’avoir à l’esprit, comme prédécesseurs dans son art, des étrangers, et de pouvoir lire ses poèmes et prononcer ses conférences dans une langue apprise et aussitôt aimée.

« J’écris en français pour voir à quoi ressemble le monde quand il reparaît en français »

La « singularité » de votre livre est de faire dialoguer votre Me anglais avec votre Moi français. À quel point liez-vous langue et identité ? Pouvez-vous préciser à cet effet la notion d’« étrangèreté » que vous avez forgée ? La question est délicate, et il ne faut pas exagérer. J’ai simplement l’impression que le corps change en passant d’un rythme et d’un système de sonorités à d’autres, et que l’esprit change quand la vision du monde bascule. On ne respire pas de la même façon en parlant une langue lisse et peu accentuée comme le français ou une langue variée et musclée comme l’anglais. Le monde que l’on envisage en disant, par exemple, empreintes digitales plutôt que fingerprints, ou hebdomadaire au lieu de weekly, se transforme perceptiblement.

Le français dans le monde | n° 414 | novembre-décembre 2017


Discerner l’étrange, la dimension du réel qui nous échappe, m’a toujours semblé capital, pour nous sauver d’un empirisme étriqué ou d’un rationalisme satisfait de soi. Une langue étrangère, qui nous présente toujours le réel dans une lumière étrange, est le signe le plus clair de « l’étrangèreté » du monde, de sa capacité à nous étonner sans cesse, à briser nos habitudes naïves. Comment cette double nature, ce « double je » vous incitent-ils à combattre les clichés sur votre langue maternelle et votre langue d’adoption ? Ce double je, en distinguant le double jeu entre le français et l’anglais, apprécie les possibilités divergentes des deux langues et s’abstient de juger. Le français m’étant devenu (presque ?) aussi familier que l’anglais, je vois l’erreur des clichés qui fusent dans les deux sens et les préjugés qui les engendrent. Comment lutter contre ce que vous appelez les « anglicismes furtifs » qui peuvent influer sur ce qui fonde la langue qui en est victime, « ses lois, ses libertés, son chant, sa manière

de nommer le réel et de sonder le moi » ? Si les Français utilisent des anglicismes, c’est parce que cela leur plaît, quoi que l’on pense de cette mode ou de ce snobisme. On doit donc les encourager à avoir plaisir à parler français, à écrire en français, et cela dès l’école primaire. Les aider à goûter le français, à comprendre, non pas simplement les règles, mais le pourquoi de la grammaire qu’ils manient, à aimer les beautés et les spécificités de leur langue maternelle. Vous évoquez dans votre livre deux anglais universels, mais aussi un troisième, cette « lingua anglica » que d’aucuns nomment aussi globish, en précisant qu’il est aussi un problème pour l’anglais lui-même. Qu’entendez-vous par là ? Alors que l’anglais universel des anglophones et celui des personnes ayant choisi d’apprendre sérieusement l’anglais reposent sur des bases solides : l’être de qui parle sa langue maternelle ou le projet intellectuel et culturel de l’apprenti, la lingua anglica simplifie, estropie et enlaidit. Il est à craindre que, par paresse, cet idiome défiguré détei-

MICHAEL EDWARDS 1938 : Naît à Barnes, près de Londres 1972 : La Tragédie racinienne (essai) 2002 : Élu au Collège de France (chaire d’étude de la création littéraire en langue anglaise) 2003 : R  ivage mobile (poèmes en versions anglaise et française) 2013 : Élu à l’Académie française, au fauteuil de Jean Dutourd 2016 : L’Infiniment proche (poésie), Dialogues singuliers sur la langue française (essai)

Le français dans le monde | n° 414 | novembre-décembre 2017

gne sur le vrai anglais. Cela n’est pas du tout certain, mais il convient d’être vigilant. Vous soulevez par la même occasion « l’éternelle question de la défense et illustration de la langue française », et faites dire à vos deux personnages : « Tu défends le français… contre ses défenseurs ». À savoir ? Il faut défendre le français contre certains de ses défenseurs, ceux qui imaginent, comme allant de soi, que le français est le parangon des langues, que lui seul est clair, harmonieux, porteur de culture, et qui croient nécessaire, pour le mettre en valeur, d’attaquer les autres langues, de confondre l’anglais universel et le globish, d’affirmer l’insuffisance de telle ou telle langue supposée inférieure. Ils n’aident pas le français ; ils fâchent ses admirateurs étrangers. On défend efficacement le français en montrant ses richesses, en essayant d’empêcher son appauvrissement, et en le faisant vivre par son inventivité. Vous écrivez qu’il « serait peut-être dans l’intérêt de la France et du français que se développe un français antillais, africain et autre, avec sa matière propre, sa couleur locale, et que le français donne naissance à une grande famille de français apparentés mais différents, à l’instar du québécois ». Les écrivains actuels dits francophones ne peuvent-ils participer à cette reconnaissance ? Que signifie en l’occurrence la francophonie pour le francophone – et le Français – que vous êtes devenu ? Les écrivains dits francophones, comme tous les peuples des pays de langue française, peuvent développer des français colorés par leur tempérament, leur histoire, leur géographie. À condition que

« On défend efficacement le français en montrant ses richesses, en essayant d’empêcher son appauvrissement, et en le faisant vivre par son inventivité »

les Français de France n’insistent pas pour régenter la langue depuis la métropole. Quant à la francophonie, je comprends la fierté des Français devant l’essaimage de leur langue, et leur bonheur à voyager à loisir en la parlant. Enfin, et pour « boucler la boucle » sur la question initiale, le fait d’être devenu un « Immortel » vous fait notamment participer à l’aventure du Dictionnaire de l’Académie. Que signifie pour vous devenir prescripteur de la langue française ? C’est un privilège ! Que j’essaie de mériter tant soit peu en ayant un regard légèrement différent. Mais je ne crois pas que nous soyons des « prescripteurs ». Le français appartient à ceux qui le parlent ; notre rôle consiste à chercher et à recommander, non seulement le bon usage, mais le meilleur usage, le bel usage, à rester ouverts aux changements du français, à veiller surtout à son enrichissement. Et à limiter ses pertes. Un seul exemple : le français a déjà perdu, par rapport au xixe siècle, certains sons vocaliques – le u de flûte ne se distingue plus de celui de but – et je remarque, en écoutant la radio, que le o long dans rôle ou zone commence à être assimilé au o court dans bol. On nous parle du « rolle » du gouvernement et d’une « zonne » de combat – entre « ottres chozz ». C’est regrettable ; le combat continue. n

19


MÉTIER | SAVOIR-FAIRE Pauline Courtier en train de faire réviser les chiffres de 1 à 10 tout en réalisant un puzzle (activité trouvée dans le blog « Over the Big Moon »).

FLE PRÉCOCE ENTRER DANS L’UNIVERS DES ENFANTS

Formatrice et conceptrice en français langue étrangère et blogueuse en tant que « FLEiste » comme elle se surnomme ellemême, Pauline Courtier exerce à Hendaye, à la frontière entre la France et l’Espagne. Elle témoignage de son expérience et de ses méthodes d’enseignantes auprès notamment des tout jeunes. PAR PAULINE COURTIER

L

’expérience dont je vais faire part s’est effectuée dans un environnement où il n’y a pas de salle de classe et que deux ou trois d’élèves : les cours particuliers pour enfants. Bien sûr, ces pratiques sont aussi applicables dans d’autres contextes d’apprentissage. Lorsque nous nous rendons au domicile des enfants nous rentrons dans leur univers. Avoir accès à leur environnement revêt bien des avantages : nous avons toutes sortes d’objets quotidiens et différentes pièces à disposition. Il est alors possible de parler du réel en étant dans leur réalité. Par contre, l’espace de classe peut être exigu, sans matériel tel un tableau. Réaliser des jeux de type « salade de fruits » qui nécessite de grands groupes n’est pas faisable.

Animer un cours FLE Précoce

Activité 1. Les parties du corps Les activités fonctionnant bien avec les enfants sont celles qui les font

30

bouger ! Apprendre les parties du corps est utile car ce lexique se réemploie pour apprendre les gestes des chansons, des jeux, pour décrire des personnages, etc. Nous commençons l’activité en observant notre corps. Je leur fais remarquer les parties qui nous serviront pour la célèbre chanson « Tête, épaule, genoux et pieds ». Ils répètent après moi. Ensuite, nous nous asseyons avec des cartes images pour répéter le lexique. Vient le moment d’apprendre la chorégraphie de la chanson. Une fois l’ordre et les parties du corps connus, nous pouvons suivre le rythme de la musique. Pour faire redescendre l’excitation après la chanson, je leur propose de colorier des monstres sur des cartes. La consigne est de colorier chaque partie du corps d’une couleur différente. Puis je distribue le double des cartes en noir et blanc aux enfants, tandis que les cartes coloriées sont disposées sur la table. Je décris un

monstre : il a la tête rouge, etc. L’enfant qui a la carte que je décris la met sur la carte coloriée. Le jeu se termine quand tous les monstres ont été décrits. Activité 2. Le photomaton de Noël Plusieurs périodes dans l’année sont propices aux activités ludiques, qui stimulent déjà les jeunes enfants dans leur langue maternelle. En Espagne, Noël en fait partie. L’objectif de l’activité est de réaliser une animation photomaton afin d’avoir un souvenir « français » de Noël. Pour cela, les enfants découvrent quelques personnages et objets liés à cette période festive : le père Noël, son bonnet rouge et sa barbe, le bonhomme de neige et sa carotte, le lutin et son cadeau. Puis, je leur donne à colorier les accessoires du photomaton. J’accompagne le plus possible les actions des enfants de parole soit en décrivant ce qu’ils font, soit en leur posant des questions : Tu veux le

Le français dans le monde | n° 414 | novembre-décembre 2017


Activité Photomaton de Noël.

rouge pour le bonnet ? Ensuite, les enfants associent les objets aux personnages. Je verbalise par : C’est à qui le bonnet rouge ? et j’attends la réponse de l’enfant. Je la reprends : C’est au Père Noël, tout en félicitant l’enfant. Après nous collons les pailles colorées derrière chaque élément, tout en nommant les couleurs. Enfin, il est temps de jouer ! Les enfants choisissent leur personnage et posent pour les photos.

La routine de classe

Ma première classe avec des jumeaux de 5 ans et demi m’a laissée un peu perdue et déstabilisée. Nous ne nous comprenions pas car mes réflexes habituels d’enseignante ne fonctionnaient pas. Pour animer ce cours, il fallait le structurer d’une manière à rassurer et impliquer les enfants. J’allais y parvenir en créant un « univers français » chez eux se concrétisant par une routine qui marque le début et la fin de la séance. Commencer un cours par la date peut être encore trop abstrait pour les plus jeunes. Je préfère la météo. Nous regardons le temps qu’il fait par la fenêtre. Je leur

Activités sur le verbe avoir.

montre des cartes illustrées (soleil, pluie, nuages, neige, chaud, froid) l’une après l’autre en leur posant les questions suivantes : Il y a du soleil ? — Non ! Il pleut ? — Oui ! Au fil de l’année, les enfants deviennent capables de le dire seuls et les cartes ne sont plus nécessaires. Pour terminer la séance, nous lisons un album, choisi pour ses images et son thème en relation ou non avec le thème du jour. C’est l’occasion de remobiliser le lexique, avec par exemple l’album Va-t’en, Grand Monstre Vert ! (Éd. Emberley) pour les parties du corps.

Canaliser l’énergie

Même un mini-groupe peut être difficile à gérer. Dans ces moments agités, il est important de faire une pause « active ». Si l’activité est trop scolaire, les enfants s’ennuient et peuvent commencer à s’agiter. D’autres facteurs sont à prendre en compte : fatigue, chaleur, activités trop longues. Varier les activités (assises, debout, plus dynamiques) permet à l’enfant d’être toujours impliqué. Pour rompre l’agitation, une activité calmante en autonomie comme

MES SITES INCONTOURNABLES POUR LE FLE PRÉCOCE • P’tite école du FLE • Mômes.net (www.momes.net ) (https://laptiteecole.wordpress.com) J’y trouve toutes sortes d’activités ma-

chaque séance, les élèves me demandaient quand nous ferions l’alphabet et montraient leur enthousiasme au moment de choisir l’image pour illustrer une lettre. Créer un effet de surprise à l’aide d’un sac opaque contenant des objets peut aussi recentrer les enfants. Je demande alors à chaque enfant d’y piocher et de nommer les objets. La première fois les enfants ont été très curieux. Les fois suivantes, ils se demandaient si j’y avais mis de nouvelles choses.

du coloriage ou du collage est efficace. Sinon, nous lisons un album ensemble pour rechercher dans l’image différents éléments. La collection « Où est caché... » de Casterman s’y prête très bien. De même, cette énergie peut être mise au service d’un projet sur le long terme. Ce qui constitue un moment de classe où les enfants savent ce que l’on attend d’eux et sont motivés pour. Avec un de mes groupes, nous avons construit un premier dictionnaire en français (Mon livre d’alphabet www.momes.net). À

Ce blog propose des articles pédagogiques sur des pratiques de classe.

J’aime dans ce site les explications claires

nuelles et de jeux. Mention spéciale aux

Certains articles sont accompagnés de

pour les novices et les ressources pour pla-

images sur la routine quotidienne.

vidéos montrant une formatrice avec ses

nifier son cours. Pour mes premiers cours, l’article « Comment ça va ? Comment tu t’appelles ? » m’a beaucoup aidée.

• Dossier Jeune Public de Agitox (https://agi.to/agitox-le-zapping-du-fle-10/)

• La classe de Laurène (http://laclassedelaurene.blogspot.fr) Laurène propose des jeux à imprimer comme des lotos. • World of better learning (Cambridge

jeunes apprenants.

• Over the Big Moon (http://overthebigmoon.com/pre-k-pack-prep) J’apprécie sur ce blog le travail de Pam

Il y a une remarque qui revient régulièrement de la part des parents : Mon enfant a-t-il parlé pendant le cours ? Il est attendu des enfants qu’ils produisent du discours. Mais ce n’est pas le plus important. Cela ne se force pas ! Ils ne vont pas nécessairement s’exprimer quand on le leur demande. Par contre ils le feront plus naturellement dans un espace où ils se sentent plus autonomes, dans le cadre d’activités plus manuelles et non considérées comme linguistique. C’est dans ces moments que j’essaye d’encourager la parole en leur posant des questions simples : Qu’est-ce que tu fais ? C’est quelle couleur ? La communication entre les enfants aussi est importante. Intentionnellement, nous n’avons qu’un bâton de colle. Par conséquent, pour avoir la colle, l’un d’entre eux doit la demander La colle s’il te plaît. Cela fait partie des mots de la classe, et des attitudes de communication requises. n

Dana qui propose des packs d’activités

Agitox propose un dossier complet sur les

University Press) (www.cambridge.org/elt/

sur différents thèmes ­(Dinosaures,

ressources pour le FLE Précoce.

blog/2017/05/10/model-lesson-1-songs/ ).

Pâques, etc.). n

Le français dans le monde | n° 414 | novembre-décembre 2017

Encourager la communication verbale

POUR EN SAVOIR PLUS https://lafleiste.com/

31


DOSSIER |

ENSEIGNER LES VARIÉTÉS

DU FRANÇAIS PARLÉ 46

Le français dans le monde | n° 414 | novembre-décembre 2017


S

elon une récente étude internationale menée dans 9 pays auprès de 15 000 personnes, une majorité de non-francophones jugeaient l’accent français comme « le plus sexy au monde ». Mais de quel accent parle-t-on exactement : de celui entendu dans les rues de Bamako ou de Paris ? De Montréal ou de Bruxelles ? Car c’est une évidence pour un locuteur francophone : la langue française prend des colorations bien différentes selon sa situation géographique, sociale ou médiatique. Les chercheurs du programme Phonologie du français contemporain (PFC) mènent depuis des années des études – plus sérieuses que la première citée – pour décrire les variétés du français parlé. Ce dossier se veut donc un exercice de linguistique appliquée : le fruit de ces travaux universitaires peut désormais être exploité en cours de français. Initier les apprenants à différents accents, mais aussi à des variations syntaxiques ou lexicologiques, c’est faire partager le caractère réellement international de la langue française, dans toute sa diversité et dans toute sa richesse. n

Le français dans le monde | n° 414 | novembre-décembre 2017

47


OUTILS | JEUX

PAR HAYDÉE SILVA

PETIT REPAS DE NOËL A1. Menu de fête

Six amis préparent leur réveillon ensemble. Chacun va apporter quelque chose de différent. À partir de la grille suivante, reconstituez le menu et dites qui va apporter quoi. Le chiffre au début de chaque rangée vous indique combien de plats dans cette rangée vont faire partie du menu définitif. Des astuces ? Le menu inclut une seule entrée, un seul plat principal, une seule garniture, une seule salade, un seul dessert et une seule boisson. Chaque invité va apporter un seul plat. Commencez par la rangée qui indique 0 et continuez par la rangée qui indique 3.

Stéphanie

Abdel

Jessica

Manon

Paolo

Cédric

2

Canapés au caviar

Bûche aux fruits rouges

Vin de Bordeaux

Mousse au chocolat

Dinde aux marrons

Truffes au chocolat

1

Feuilleté au saumon

Macarons à la pistache

Bûche aux fruits rouges

Bœuf bourguignon

Mousse au chocolat

Dinde aux marrons

1

Dinde aux marrons

Crème brûlée au rhum

Jeunes pousses gourmandes

Bière

Feuilleté au saumon

Bûche aux fruits rouges

1

Bœuf bourguignon

Canard aux figues

Huîtres Rockefeller

Bûche aux fruits rouges

Gratin dauphinois

Bouchées aux crevettes

0

Feuilleté au saumon

Huîtres Rockefeller

Eau pétillante

Bière

Cidre

Macarons à la pistache

1

Toasts au foie gras

Mousse au chocolat

Vin de Bordeaux

Canard aux figues

Bœuf bourguignon

Crème brûlée au rhum

1

Huîtres Rockefeller

Feuilleté au saumon

Cidre

Dinde aux marrons

Eau pétillante

Macarons à la pistache

3

Bœuf bourguignon

Champagne

Truffes au chocolat

Toasts au foie gras

Cidre

Eau pétillante

Entrée : _______________ apportée par ______________. Plat principal : _______________ apporté par ______________. Garniture : _______________ apportée par ______________. Salade : _______________ apportée par ______________ Dessert : _______________ apporté par ______________. Boisson : _______________ apportée par ______________.

B1. Odeurs de Noël Dans chaque liste, chassez l’intrus ! • Anis, cannelle, cardamome, chocolat, clou de girofle, gingembre, muscade, vanille. • Amandes, cacahuètes, chips, noisettes, noix, pignons, pistaches, sésame. Et chez vous, quelles sont les odeurs de Noël ?

B2. Mots entremêlés a à bon ce de elle fait fait il

A2. Déco À partir des syllabes suivantes, retrouvez 12 mots en lien avec la décoration d’une fête.

AS - BAL - BON - BON - BOU BOU - CON - FET - GÂ - GIE - GUIR - LAM - LANDE - LON - NAPPE - PION - QUET - SER - SIETTE - TEAU - TI VERRE - VIETTE

À partir de la liste de mots, reconstituez les cinq expressions où figure le mot « fête ».

jours pas Elle se réjouit d’avance de ta visite : la sa _____ _____ _____ _____ fête _____ _____ _____. les se Il l’a réprimandée fortement : lui sommes _____ _____ _____ _____ _____ fête. mauvaise ta L’excès d’alcool nuit au déroulement d’une fête : n’est tous _____ _____, _____ fête. ne une Les événements heureux sont exceptionnels : nous vin _____ _____ _____ _____ _____ _____ fête. pas visite Nous nous trouvons dans une position inconfortable : _____ _____ _____ _____ _____ _____ fête.

SOLUTIONS A1. Menu de fête • Entrée : toasts au foie gras (Stéphanie). Plat : dinde aux marrons (Manon). Garniture : gratin dauphinois (Paolo). Salade : jeunes pousses gourmandes (Jessica). Dessert : truffes au chocolat (Cédric). Boisson : champagne (Abdel). A2. Déco • Assiette. Ballon. Bonbon. Bougie. Bouquet. Confetti. Gâteau. Guirlande. Lampion. Nappe. Serviette. Verre.

B1. Odeurs de Noël • Le chocolat n’est pas une épice. Les chips ne sont pas des graines oléagineuses. B2. Mots entremêlés • 1. Elle se fait une fête de ta visite. 2. Il lui a fait sa fête. 3. Bon vin, mauvaise fête. 4. Ce n’est pas tous les jours fête. 5. Nous ne sommes pas à la fête.

66

Le français dans le monde | n° 414 | novembre-décembre 2017


OUTILS | MNÉMO

PAR ADRIEN PAYET – ILLUSTRATION : LAMISSEB

L’INCROYABLE HISTOIRE

DU GÉRONDIF

A

vant l’existence du gérondif, il était impossible de faire deux choses simultanément. Par exemple on ne pouvait pas boire un café et lire son journal en même temps. La langue française ne permettait de faire qu’une seule chose à la fois. C’était surtout un problème pour les enfants, qui, comme chacun le sait, ne tiennent pas en place. Au restaurant on entendait : — Ne parle pas la bouche pleine ! D’abord tu dois manger et après tu pourras parler ! Plus loin une mère criait à sa fille : — Ne cours pas quand tu traverses la route, c’est dangereux ! À l’école les instituteurs disaient : — Écoutez et arrêtez de parler en même temps ! Les verbes se sentaient coupables. — Ça ne peut plus durer ! Il faut faire quelque chose, dit le verbe Faire. — C’est vrai, ça me rend triste de voir ces enfants se faire disputer, dit le verbe Compatir. — Mais, que faire ? demande le verbe Questionner.

— Il faut trouver une forme grammaticale pour faire agir plusieurs verbes en même temps ! dit le verbe Raisonner. — Je peux participer ? demande le Participe présent. Je m’ennuie en ce moment… — Oui bien sûr ! Mais il faudrait ajouter quelque chose d’autre… — Une préposition peut-être ? — Participe présent, tu termines en -ANT n’est-ce pas ? — Oui. — Pour que ce soit joli, il faudrait entendre le même son. Tu connais une préposition avec un son similaire ? — Bien sûr ! La préposition « En » ! s’écrie le Participe présent. — Très bonne idée ! — Cela donnerait donc : « En écoutant, je comprends ». — J’adore ! Je trouve ça très mélodieux ! — Et comment appelle-t-on ce nouveau temps ? — On pourrait l’appeler le Simultanif, propose un verbe. — J’ai une meilleure idée, dit le verbe Gérer.

FICHE PÉDAGOGIQUE téléchargeable sur WWW.FDLM.ORG Le plus audio sur WWW.FDLM.ORG espace abonnés

Ce temps sert principalement à gérer deux actions en même temps. Je gère, tu gères, il gère, nous gérons. Appelons ce temps le Gérondif ! — D’accord pour Gérondif ! Des verbes qui passaient par là entendent la conversation. — Bande de fous furieux ! Vous imaginez les catastrophes que vous allez provoquer ! Je vois d’ici les titres des journaux ! « L’accident a eu lieu sur l’autoroute A7. L’homme téléphonait en conduisant.» « Accident domestique : Le bébé s’est étouffé en avalant une arête. » — Nous sommes des verbes, nous ne sommes pas responsables ! C’est aux humains de faire attention quand ils nous utilisent ! — Faire une chose à la fois, c’est beaucoup plus prudent ! — Tu dis ça car tu es mono-tâche. Grâce au Gérondif les humains deviendront multitâches. — Les hommes n’en seront jamais capables ! — C’est faux, je ne suis pas d’accord ! — Arrêtez de vous disputer. Ce Gérondif est utile pour plusieurs raisons. Il permet d’exprimer la simultanéité, mais pas uniquement ! — Ah oui ? — Regardez. Quand on dit « en cherchant, on trouve » on exprime la condition. Si on cherche, on trouve, c’est la même chose ! — Ça permet aussi d’exprimer la cause. Par exemple : il est devenu célèbre en jouant ce rôle au cinéma. C’est parce qu’il a joué ce rôle qu’il est devenu connu ! Devant ces arguments, le gérondif a finalement été accepté et officialisé. N’hésitez donc pas à l’utiliser. Les enfants continuent de parler en mangeant, mais ça, ce n’est pas la faute de la grammaire ! n

ASTUCES MNÉMOTECHNIQUES Pour se souvenir de la formation du gérondif (en + verbe + -ant) pensez à un enfant qui fait plusieurs bêtises en même temps ! Vous pouvez aussi noter la répétition du son [ã].

Pour former le gérondif on utilise le participe présent. Heureusement pour lui, car il s’ennuyait tout seul dans son coin.

Le français dans le monde | n° 414 | novembre-décembre 2017

- Le gérondif permet d’exprimer la simultanéité. C’est le temps des multitâches !

Le gérondif permet également d’exprimer une condition (ex : « Si on cherche on trouve ») ou une cause (ex. : « Il est devenu célèbre en jouant ce rôle au cinéma »).

67


mte.fr

www.cla.univ-fco composition : CLA, service communication, Romain Wirtz, crédits photos : UFC : Ludovic Godard / GAGB : E. EME

Enseigner le français autrement Centre de linguistique appliquée UNIVERSITÉ DE FRANCHE-COMTÉ Besançon, France

Le français dans le monde est une publication de la Fédération Internationale des Professeurs de Français éditée par CLE International

ISSN 0015-9395 9782090373073

9 782090 373073

Fdlm#414  

Extraits du numéro 414 du Français dans le monde, la revue internationale des professeurs de français