Page 1

F A W E

Forum des éducatrices africaines (FAWE)

Plan stratégique du FAWE 2008-2012

Optimiser nos atouts : relever de nouveaux défis affectant l’éducation des filles


Plan stratégique du FAWE 2008-2012 Optimiser nos atouts : relever de nouveaux défis affectant l’éducation des filles

F A W E

Forum des éducatrices africaines (FAWE)

FAWE House, Chania Avenue, off Wood Avenue P.O. Box 21394-00505 Ngong Road Nairobi, Kenya Tél : +254 20 387 3131 Fax : +254 20 387 4150 fawe@fawe.org www.fawe.org


Notre vision

Un monde exempt de toute disparité de genre et dans lequel toutes les filles d’Afrique ont accès à une éducation de qualité, obtiennent de bons resultats et achèvent leurs études.

Notre mission

Promouvoir l’équité et l’égalité de genre dans l’éducation en Afrique en encourageant l’adoption de mesures politiques, de pratiques et d’attitudes positives en faveur de l’éducation des filles.

Publié par le Forum des éducatrices africaines (FAWE) © 2008


Table des matières Liste des abréviations et acronymes 1. Mot de la Directrice exécutive 2. Introduction 2.1 Contexte 2.1.1 Adhésion au FAWE 2.1.2 Les premieres anneés (1992-2001) 2.2 Le Plan stratégique 2002-2006 2.3 Quinze ans d’existence, un impact incontestable 3 Le Plan stratégique 2008-2012 3.1 Le processus d’élaboration 3.2 Aperçu du Plan stratégique 3.3 Objectifs stratégiques 3.4 Aperçu du budget 3.5 Objectifs stratégiques détaillés 3.5.1 Objectif 1 : Plaidoyer politique 3.5.2 Objectif 2 : Reproduction et mise à échelle des interventions 3.5.3 Objectif 3 : Plaidoyer communautaire 3.5.4 Objectif 4 : Renforcement des capacités des Antennes nationales 3.5.5 Objectif 5 : Restructuration organisationnelle 3.5.6 Objectif 6 : Institutionnaliser le suivi et l’évaluation 3.6 Mobilisation des ressources Conclusion 5 Annexes 5.1 Informations détaillées sur la restructuration de l’organisation 5.2 Bailleurs de fonds, partenaires et trusts 5.3 Membres du Comite éxecutif du FAWE 5.4 Membres du FAWE 5.5 Antennes nationales Liste des tableaux Tableau 1 : Réalisations du FAWE, 2002-2007 Tableau 2 : Analyse SWOT Tableau 3 : Allocation budgétaire par objectif stratégique (en $US) Tableau 4 : Allocation budgétaire pour la documentation et les coût administratifs du programme Tableau 5 : Programme du FAWE pour le renforcement des capacités Tableau 6 : Montants prévus et origines des ressources mobilisées Liste des graphiques Graphique 1 : Antennes nationales du FAWE Graphique 2 : Repartition budgétaire par objectif strategique Graphique 3 : L’Ecole intégrant la dimension genre - le Centre d’excellence

iii

iv v 7 7 7 7 7 9 10 10 12 12 13 14 14 17 21 23 26 28 30 31 32 32 35 36 37 41 9 11 12 13 23 30 7 13 17


Liste des abréviations et acronymes ADEA AN ANCEFA ASS AUA CCP CE CE CEAO CEMAC CGI CPP CRHA CSE DSRP DUCE EPT EPU FAWE FTI IDE S&E OMD MGF MINEDUC NEPAD NORAD ONG ONU PAS PASEC PS RDC SADC Sida SIP SMT SR RPFA SMFR TIC UA UNESCO UNGEI UNICEF USAID VIH/SIDA

Association pour le développement de l’éducation en Afrique Antenne nationale Campagne du réseau africain sur l’éducation pour Tous Afrique sub-saharienne Association des universités africaines Chargé(e) de coordination des programmes Centre d’excellence Comité exécutif Communauté économique des états de l’Afrique centrale Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale Clinton Global Initiative (Initiative mondiale Clinton) Coordinateur(trice) principal(e) des programmes Chargé(e) de ressources humaines et d’administration Chargé(e) de suivi et d’évaluation Document stratégique pour la réduction de la pauvreté Dar es Salaam University College of Education Education pour tous Enseignement primaire universel Forum des éducatrices africaines Fast Track Initiative (Initiative accélérée) Indice de développement de l’éducation Suivi et évaluation Objectifs du Millénaire pour le développement Mutilation génitale féminine Ministère de l’éducation Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique Agence norvégienne de coopération pour le développement Organisation non gouvernementale Organisation des Nations unies Programmes d’ajustement structurel Programme of Analysis of Education Systems (Programme d’analyse des systèmes éducatifs) Plan stratégique République Démocratique du Congo Communauté de développement de l’Afrique australe Agence suédoise de coopération pour le développement international School Improvement Plan (Plan d’aménagement scolaire) Sciences, mathématiques et technologie Secrétariat régional Responsable principal(e) des finances et de l’administration Spécialiste en matière de mobilisation des fonds et des ressources Technologies de l’information et de la communication Union africaine Organisation de Nations unies pour l’éducation, la science et la culture Initiative des Nations unies pour l’éducation des filles Fonds des Nations unies pour l’enfance Agence des Etats-unis pour le développement international Virus de l’immunodéficience humaine / Syndrome d’immunodéficience acquis

iv


1

Mot de la Directrice exécutive

Au cours de la dernière décennie, des étapes significatives vers la réalisation de l’égalité de genre en matière d’éducation ont été franchies à travers le continent africain. De nombreux pays de l’Afrique sub-saharienne ont désormais mis en place des interventions significatives pour la réalisation d’un enseignement primaire gratuit et obligatoire pour tous. Toutefois, la pauvreté, les préjugés liés au genre, les maladies, les conflits et les conditions peu favorables d’enseignement et d’apprentissage demeurent des obstacles majeurs à l’éducation pour tous en Afrique. L’Objectif No. 5 de l’Education pour tous (EPT) et l’Objectif No. 2 des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) concernant la réalisation de la parité de genre en matière de scolarisation n’ont pas été atteints en 2005 par la majorité des pays africains. Il est clair qu’en l’absence de stratégies et interventions accélérées, la probabilité est élevée pour que ces pays ne parviennent pas à réaliser les objectifs de l’EPT et les OMD. Le FAWE est convaincu que l’éducation est un droit humain et que tous les citoyens, y compris les filles et les femmes, doivent jouir de ce droit. C’est la raison pour laquelle depuis la création de l’organisation, il y a de cela 15 ans, et en tant que principale organisation non gouvernementale (ONG) plaidant pour l’éducation des filles, le FAWE travaille sans relâche avec différents gouvernements pour assurer une éducation de qualité pour tous, en mettant un accent particulier sur l’éducation des filles. Le FAWE a été au premier rang du processus de la promotion de l’égalité et de l’équité de genre en matière d’éducation, accomplissant ainsi progressivement sa mission à tous les niveaux. La force du FAWE vient des rapports particuliers et directs que l’organisation entretient avec les ministères de l’éducation (MINEDUC) ainsi qu’avec diverses parties prenantes du secteur de l’éducation. Dans le cadre de sa stratégie d’atteindre un plus grand nombre de filles dans les régions défavorisées de l’Afrique sub-saharienne, le FAWE continue à établir des partenariats solides avec diverses organisations et agences aux niveaux continental, national et local. Les adhérents du FAWE, actifs dans 33 pays de l’Afrique subsaharienne, entreprennent le plaidoyer, l’encadrement et le partage d’expertise au niveau national pour promouvoir l’accès, la rétention et la performance scolaire des filles. Néanmoins, pour s’assurer d’un impact accru de notre œuvre, un renforcement des capacités est nécessaire au niveau des Antennes nationales (AN) du FAWE. Le développement des compétences du personnel et des adhérents s’avère également nécessaire pour exploiter le potentiel de mobilisation et de militantisme des Antennes nationales du FAWE au niveau local. Le Plan stratégique 2008-2012 du FAWE est un outil clé pour la consolidation du travail important entrepris au cour des 15 dernières années visant à faire face au défis persistants et émergeants qui constituent un obstacle à l’accès, la rétention et la performance scolaire des filles, ainsi qu’à leurs chances de vie. Ce Plan est le produit de longues consultations avec les parties prenantes du FAWE, y compris les membres, les ministères de l’éducation, les partenaires financiers et le personnel du FAWE, tant au niveau régional qu’au niveau national. Nous sommes à une croisée des chemins et nous devons relever de grands défis afin de réaliser nos ambitions les plus chères et nos attentes pour les filles africaines. L’action du FAWE a un impact incontestable à travers le continent africain. Ce Plan offre l’occasion de consolider ses bonnes pratiques et d’entreprendre la mise v


à échelle de ses modèles réussis pour atteindre toutes les filles africaines, qu’il s’agisse des filles déscolarisées ou de celles qui n’ont jamais été à l’école, y compris celles qui en sont exclues pour des raisons liées au sexe, à l’ethnie, à l’âge, à la pauvreté et au statut socio-économique, au contexte linguistique, au lieu de résidence, à l’inaptitude physique ou pour toute autre raison. Faire de l’enseignement de qualité une réalité pour tous n’est possible que si les questions d’équité et d’égalité demeurent une priorité à l’ordre du jour de l’éducation en Afrique. Il est évident que les approches sensibles au genre du FAWE sont non seulement d’un intérêt réel pour les filles, mais qu’elles aident également à promouvoir la qualité de l’éducation partout où elles sont adoptées. Bien que l’œuvre du FAWE s’inspire de l’évolution de l’éducation au niveau international, nos objectifs et nos activités sous ce Plan offriront des solutions adaptées au niveau local afin de relever les défis spécifiques de l’éducation en Afrique, tout en employant, le cas échéant, une approche nationale ou régionale. Selon les besoins spécifiques des pays, des interventions seront élaborées pour offrir des solutions ciblées. A titre d’exemple, la formation professionnelle donnant lieu aux qualifications pour les filles en situation de conflit ou post-conflit constituera une activité majeure. La mise en œuvre effective du Plan stratégique 2008-2012 constituera une étape déterminante pour accroître l’impact de l’œuvre du FAWE sur la prise en compte de la problématique du genre dans le secteur éducatif, tandis que l’organisation continue à encourager l’égalité et la qualité en matière d’éducation pour les filles africaines à tous les niveaux. J’aimerais remercier tous ceux qui ont contribué à la réalisation de ce Plan stratégique. Mes remerciements vont également à ceux qui ont participé à des entretiens en apportant des contributions en termes de conseils et critiques qui ont aidé à l’élaboration de ce document. Je remercie particulièrement Prof. Penina Mlama, Directrice exécutive sortante du FAWE, pour sa contribution en termes d’orientation générale et stratégique à l’élaboration de ce Plan. Mes remerciements s’adressent également à nos bailleurs de fonds et à nos partenaires, dont la contribution très appréciée a aidé le FAWE à mettre en œuvre ses programmes et ses activités au cours des années écoulées. Qu’ils trouvent ici l’expression de toute ma reconnaissance. Leur appui continu nous sera très bénéfique. J’ai confiance que durant les cinq années à venir, nous pourrons regarder le chemin parcouru et nous dire que les efforts entrepris par le FAWE demeurent une voie obligée pour la réalisation des objectifs de l’EPT et des OMD, ainsi que pour la réalisation de l’équité et de l’égalité de genre dans le domaine de l’éducation en Afrique sub-saharienne.

Dr. Codou Diaw Directrice exécutive

vi


2

Introduction

2.1

Contexte

suite au plaidoyer entrepris par le FAWE à travers ses Antennes nationales.

Le Forum des éducatrices africaines (FAWE) a été créé il y a 15 ans. L’œuvre du FAWE a porté de bons fruits en matière de promotion de l’éducation des filles en Afrique sub-saharienne (ASS). Une attention accrue est dorénavant accordée aux inégalités liées au genre dans le secteur de l’éducation. En outre, des mesures importantes ont été prises pour permettre aux filles d’accéder à l’école, de terminer leurs études et de réaliser une meilleure performance à tous les niveaux.

Toutefois, le rapport ainsi que les évaluations subséquentes ont également souligné la nécessité d’aller au-delà du plaidoyer pour influencer de manière plus prononcée l’action sur terrain afin de réduire les disparités de genre en matière d’accès, de rétention et de performance. Le premier Plan stratégique 2002-2006 a cherché à répondre à cette préoccupation.

2.2

Le FAWE a été créé en 1992 et enregistré en 1993 en tant qu’ONG panafricaine avec son siège à Nairobi au Kenya. Son réseau s’est développé pour atteindre 33 Antennes nationales1.

Le Plan stratégique 2002-2006

Le Plan stratégique 2002-2006 s’est inspiré du Cadre d’action de Dakar2. Le FAWE a fait tout son possible pour contribuer à la réalisation de l’objectif de parité de genre au niveau de l’éducation de base en 2005.

TUNISIE

2.1.1 Adhésion au FAWE Le FAWE compte parmi ses adhérents, des femmes qui sont ministres et vice-ministres de l’éducation, recteurs et vice-recteurs d’universités, hauts cadres des instances du secteur de l’éducation, et éducatrices de haut rang. L’adhésion au FAWE ANTENNES NATIONALES DU FAWE s’est développée de manière significative pour inclure, au niveau des Antennes nationales, des Graphique 1 : Antennes nationales du FAWE hommes et des femmes praticiens du secteur de l’éducation, des C RO MA chercheurs, des spécialistes des ALGERIE AL questions de genre, ainsi que des NT LIBYE DE EGYPTE CI C O militants et militantes des droits de RA A H SA l’homme. MAURITANIE

MALI

1

2

NIGER SOUDAN

TCHAD

SENEGAL

ERIT

HRE E

GAMBIE

BENIN

NIGERIA

LIBERIA

ETHIOPIE

CAMEROUN

IE

REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

SO MA L

COTE D’IVOIRE

TOGO

GUINEE EQUITORIALE

DA

GABON

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

CO NG

SAO TOME & PRINCIPE

O

N GA

KENYA

OU

RWANDA BURUNDI

TANZANIE

ZANZIBAR SEYCHELLES COMORES

MALAWI

REGION CENTRALE

R

E MAURICE

AG

ZIMBABWE

QU BI AM

Z MO

CA

ZAMBIE

AS

ANGOLA

NAMIBIE

MA D

SIERRA LEONNE

DJIBOUTI

BURKINA FASO

GUINEE

GUINEE BISSAU

GHANA

2.1.2 Les premières années (1992-2001) Durant ses phases initiales, les efforts du FAWE ont été orientés vers le plaidoyer afin d’accorder à la question de l’éducation des filles une place de choix à l’ordre du jour de la politique aux niveaux national et international. Un rapport d’évaluation externe du FAWE réalisé en 1998 a fait remarquer que les décideurs politiques, les praticiens du secteur de l’éducation, ainsi que les membres des communautés ont, dans la plupart des cas, été plus sensibles à la nécessité de l’égalité de genre

BOTSWANA

REGION OUEST REGION EST

LESOTHO

SWAZILAND

REGION SUD AFRIQUE DU SUD

L’Antenne nationale est l’organe de mise en œuvre des activités du FAWE au niveau national. Elle est enregistrée en tant qu’ONG nationale. Quatre nouvelles Antennes sont actuellement en cours de création. Le Cadre d’action de Dakar engage les gouvernements à fournir une éducation de base de qualité pour tous en 2015, avec un accent particulier sur la scolarisation des filles. Il a été adopté au Forum mondial de l’éducation en 2000.

7


Ce Plan s’est basé sur les objectifs stratégiques ciaprès : 1. Influencer l’élaboration, la planification et la mise en œuvre des politiques favorables à l’amélioration de l’accès, la rétention et la performance scolaires des filles. 2. Sensibiliser le public et créer un consensus sur les avantages sociaux et économiques de l’éducation des filles à travers le plaidoyer. 3. Démontrer, à travers les interventions sur le terrain, comment améliorer l’accès, la rétention et la performance des filles. 4. Influencer la reproduction des interventions réussies du FAWE et leur intégration dans les politiques et projets généraux de l’éducation au niveau national.

Les Antennes nationales ont entrepris des interventions réussies qui ont permis de démontrer les pratiques qui marchent dans le travail d’amélioration de l’accès, la rétention et la performance des filles. Toutefois, des compétences supplémentaires sont nécessaires pour de nombreuses Antennes nationales pour une planification, une mise en œuvre, un suivi et une évaluation efficaces des programmes, ainsi que la mobilisation des ressources. Il est également important de noter qu’il y a des questions émergeantes qui s’ajoutent aux défis rencontrés dans la promotion de l’égalité de genre dans le secteur de l’éducation. Cela nécessite que le FAWE redouble ses efforts et qu’il continue à entreprendre des interventions qui démontrent comment les obstacles à l’éducation des filles pourraient mieux être éliminés.

Une évaluation des succès et défis programmatiques du processus de mise en œuvre du Plan stratégique 2002-2006 a permis de tirer plusieurs leçons en matière de gouvernance, de mise en œuvre des programmes, de développement organisationnel et de partenariats.

Le contexte mondial

L’évaluation a permis d’observer qu’en dépit de bons résultats réalisés en ce qui concerne l’intégration, certaines Antennes nationales se trouvent encore confrontées à des défis en matière d’influencer les ministères d’élaborer des politiques et projets généraux de l’éducation qui tiennent compte du genre. Là où certaines Antennes ont l’occasion de participer au processus d’élaboration des politiques, leur contribution est limitée en raison du manque d’informations soutenues par des données probantes. Il est également évident que dans de nombreux pays où l’aspect genre est pris en compte dans les politiques, les Antennes nationales du FAWE n’ont pas encore réussi à influencer le processus qui consiste à traduire en actions concrètes sur le terrain les politiques et projets tenant compte du genre.

La réalisation des objectifs généraux de l’EPT et les OMD est dépendante de la réalisation de la parité de genre en matière d’accès. L’année 2005 a été d’une importance capitale au niveau international pour évaluer les progrès réalisés par les pays par rapport aux objectifs de l’EPT et aux OMD en matière de parité de genre aux niveaux de l’enseignement primaire et secondaire. Ce processus a été précédé par des actions importantes aux niveaux international et national pour l’éducation des filles et des femmes.

D’autres Antennes nationales éprouvent des difficultés à s’engager dans les processus éducatifs et bureaucratiques au niveau national ou à influencer efficacement les processus généraux de réforme du secteur de l’éducation tels que les Programmes d’ajustement structurel (PAS), le Plan d’aménagement scolaire (SIP), le DSRP et l’Initiative accélérée (FTI). Pour être en mesure de relever ce défi, les Antennes nationales pourraient établir des partenariats plus solides et plus stratégiques en vue d’un impact accru.

Malheureusement, l’amélioration de l’accès peut quelque fois être compromettante pour la qualité. La proportion enseignant/ élève dans la plupart des pays de l’Afrique sub-saharienne est généralement supérieure à 40 élèves par enseignant, avec certaines proportions atteignant même 70:1, particulièrement dans les pays où l’enseignement primaire gratuit a été introduit. Pour améliorer la qualité de l’éducation des filles, une attention particulière devrait être accordée à la réduction de la proportion élève-enseignant à 40:1, à travers de nouveaux recrutements ainsi que la formation des enseignants dans le cadre dle stratégies susceptibles d’adier à promouvoir la réalisation de l’enseignement primaire universel.

Le Rapport mondial de suivi sur l’EPT publié par l’UNESCO en 2003/4 a fait remarquer que des progrès remarquables ont été réalisés en matière d’amélioration de l’accès. Au niveau mondial, le taux de scolarisation des filles par rapport à celui des garçons s’est amélioré, passant de 88% à 94% entre 1990 et 2000. Cependant, dans son Rapport mondial de suivi de l’EPT de 2006, l’UNESCO fait remarquer qu’en dépit des améliorations observées en terme d’accès, plus de 100 millions d’enfants en âge de fréquenter l’école primaire n’étaient toujours pas inscrits, ce qui représente 55% de ces enfants. 70% des enfants déscolarisés dans le monde vivent en Afrique sub-saharienne, en Asie du Sud et de l’Ouest.

8


En ce qui concerne les relations entre le Secrétariat régional et les Antennes nationales, il faut une définition claire de leurs rôles respectifs. Pour le bon déroulement des activités et la démarcation claire des responsabilités, un Accord-cadre sera élaboré pour clarifier les rôles, les responsabilités et les attentes de chacune des parties.

sentir au niveau des communautés en ce qui concerne la sensibilisation des parents et des leaders à l’importance de l’éducation des filles. Le FAWE a formé de nombreux enseignants et chefs d’établissements scolaires sur la Pédagogie sensible au genre. Des milliers de filles ont été atteintes à travers ses programmes de bourses d’étude et son modèle de formation pour l’habilitation des jeunes. Enfin et surtout, le FAWE a contribué à changer des écoles jadis indifférentes aux sexospécificités ou celles où les préjugés liés au genre ont été de règle en écoles tenant compte de la dimension genre. Au sein de ces écoles, les besoins spécifiques des garçons et des filles sont pris en compte avec pour résultat l’amélioration de la performance scolaire de tous, quelque soit leur sexe.

La collaboration du FAWE sur le plan programmatique avec divers partenaires tels que les ministères de l’éducation nationale et les agences bailleurs de fonds est devenue plus qu’avant une nécessité réelle, étant donné la complexité des facteurs qui encouragent les injustices et les inégalités de genre dans le domaine de l’éducation. Il s’avère par conséquent indispensable que le FAWE continue à renforcer les partenariats stratégiques existants et à en créer de nouveaux.

Cependant, il reste encore beaucoup à faire pour s’assurer de l’accès d’un plus grand nombre de filles à un enseignement de qualité à tous les niveaux du système éducatif, des filles vulnérables à celles marginalisées, des exclues à des handicapées, de celles vivant dans des zones déchirées par des conflits à celles issues de villages reculés, des filles déplacées aux minorités linguistiques. Le Plan stratégique 2008-2012 cherche à aborder de nombreuses questions négligées qui constituent des obstacles à l’accès, la rétention et la performance scolaire des filles, tout en continuant à plaider en faveur de l’équité dans le domaine de l’éducation aussi bien au niveau de la politique qu’au niveau de la communauté.

Ces leçons apprises ont guidé le processus d’élaboration du Plan stratégique 2008-2012.

2.3

Quinze ans d’existence, un impact incontestable

Depuis sa création en 1992, le réseau du FAWE s’est développé pour devenir partie intégrante du mouvement de l’éducation en Afrique subsaharienne. A travers l’œuvre de l’organisation, les communautés et les familles ont adopté une attitude positive vis-à-vis de l’éducation des filles, ces dernières ont été habilitées pour réaliser des meilleurs résultats, et les écoles ont créer des environnements encourageant et favorables à l’apprentissage et à la meilleure performance des filles.

Notre mandat consiste à démontrer plutôt que d’entreprendre des interventions à large échelle, un rôle essentiellement réservé au ministère de l’éducation. Les Antennes nationales du FAWE devront être équipées de compétences pour savoir influencer les ministères pour qu’ils procèdent à la généralisation au niveau national des interventions de démonstration réussies du FAWE.

Le FAWE a en effet contribué au changement des politiques et projets de l’éducation à travers le continent africain. Son impact s’est fait Tableau 1 : Réalisations du FAWE, 2002 -2007 Domaine

No. de bénéficiaires

No. de pays

Bourses pour les filles défavorisées

46.200 filles

30

Habilitation des filles à travers Tuseme

79.500 filles

13

Promotion des sciences, mathématiques et technologie (SMT) parmi les filles

15.412 filles

12

Formation en Pédagogie intégrant la dimension genre

399 enseignants

12

Formation en maturation sexuelle

36.000 filles

14

Education non formelle

5.965 filles

5

9


3

Le Plan stratégique 2008-2012

3.1

Le processus d’élaboration

Le Comité exécutif du FAWE a approuvé ce document durant sa 35ème réunion qui a eu lieu au mois de juin 2007. Des observations faites par différents bailleurs de fonds ont ensuite été intégrées dans cette version finale du Plan.

L’élaboration du Plan stratégique 2008-2012 a bénéficié de l’implication de diverses parties prenantes du FAWE, y compris des adhérents et le personnel du FAWE, des ministères de l’éducation, des partenaires au développement et des bailleurs de fonds, des représentants des communautés, des écoles et des élèves.

Le contexte de l’Afrique sub-saharienne Dans le cadre de leurs efforts pour réaliser les objectifs de l’EPT et les OMD, de nombreux gouvernements de l’Afrique sub-saharienne ont initié des programmes visant à améliorer l’accès des filles à l’école. Du fait de l’introduction de l’enseignement primaire gratuit en Afrique sub-saharienne, les taux nets de scolarisation dans la région se sont augmentés à un rythme beaucoup plus rapide que dans les autres régions du monde.

La méthodologie participative adoptée lors de l’élaboration du nouveau plan est reflété par de longues consultations avec les membres du personnel et ceux des Antennes nationales, des partenaires du FAWE, des bailleurs de fonds et des bénéficiaires des interventions. Le processus d’élaboration de ce Plan a été orienté par deux principes : 1. Qu’il ne serait pas question d’une « activité à porte fermée », mais plutôt d’une entreprise participative qui inclurait toutes les principales parties prenantes du FAWE. 2. Que le FAWE pourrait, néanmoins, s’approprier, contrôler et être au centre du processus.

En dépit de cela, des analyses montrent que le niveau d’accès à l’éducation en Afrique sub-saharienne reste bien en dessous de la moyenne à tous les niveaux (primaire, secondaire et tertiaire). D’après les données de l’UNICEF tirées de La situation des enfants dans le monde, 2006, les taux nets moyens de fréquentation au monde sont de 90% pour les garçons et de 86% pour les filles, alors qu’à l’école primaire, ils sont 59 % pour les garçons et 52% pour les filles en Afrique de l’ouest et en Afrique centrale, et de 66% pour les garçons et les filles réunis en Afrique de l’est et en Afrique centrale.

Ce processus de réflexion et d’introspection a été entrepris dans son ensemble dans un esprit de sincérité, d’ouverture et d’optimisme, et constitue un témoignage de l’engagement du personnel et des membres du FAWE à l’organisation.

La situation est encore pire aux niveaux de l’enseignement secondaire et tertiaire. Dans bon nombre des pays africains, seulement 24% des filles ont l’opportunité d’accéder à l’école secondaire, alors que les disparités de genre au niveau tertiaire sont particulièrement élevées, avec les hommes représentant le double des effectifs femmes. De surcroît, les taux de réussite pour les filles en Afrique sub-saharienne sont très bas comparés aux taux moyens du monde. L’Afrique sub-saharienne est la région ayant les taux de redoublement les plus élevés au monde, ces taux étant plus prononcés chez les filles que chez les garçons. Alors que les filles dans les pays industrialisés réalisent une meilleure performance par rapport aux garçons, la réalité est différente en Afrique subsaharienne: les garçons ont tendance à réaliser de meilleurs résultats aux examens scolaires que les filles, particulièrement dans les disciplines des sciences, des mathématiques et de la technologie (UNICEF, La situation des enfants dans le monde, 2006).

Des interviews ont été organisées avec la Présidente du FAWE, les membres du Comité exécutif, les membres du personnel du Secrétariat régional, les coordinatrices des Antennes nationales, des agences bailleurs de fonds, des partenaires au développement et des MINEDUC. Des évaluations externes, des contributions provenant des discussions des tables rondes de Nairobi et de Lilongwe, l’Evaluation miparcours du Plan stratégique 2002-2006, ainsi que des rapports des programmes et activités du FAWE durant la période du Plan précédent ont été analysés et les recommandations intégrées dans ce Plan.

Les pays africains affichent de fortes divergences en matière de rétention et de qualité de l’éducation des filles. Les situations de pauvreté, d’accès et de qualité de l’éducation pour les files diffèrent énormément entre les pays et au sein d’un même pays. Alors que certains pays ont déjà réalisé la parité de genre au niveau de l’enseignement primaire, d’autres accusent du retard. Les statistiques au niveau national masquent souvent d’énormes inégalités entre les milieux ruraux et urbains, et entre diverses communautés dans un même pays.

Une consultante a assuré la coordination de la première étape de ce Plan stratégique et a rédigé la première version. La deuxième version intégrant les observations faites par les bailleurs de fonds lors de la 5ème réunion du Consortium des bailleurs de fonds a été produite par le Secrétariat régional du FAWE et les représentants des Antennes nationales. 3

Le Consortium des bailleurs de fonds est composé de partenaires bailleurs de fonds actuels et potentiels. Il se réuni chaque année pour délibérer du Programme de travail du FAWE et explorer des partenariats potentiels. Voir l’annexe 5.2 pour une liste de bailleurs de fonds, partenaires et trusts actuels.

10


la manière de gérer les faiblesses. Les menaces extérieures devront également être contrôlées de façon efficace. L’environnement opérationnel au sein du FAWE a également un impact réel sur sa performance, de même que le contexte socio-économique, juridique et politique qui a un impact direct sur les activités du FAWE. Tout ceci constitue des défis qui devront être pris en considération dans la mise en œuvre de ce Plan stratégique.

Les membres du Comité exécutif et des représentants des Antennes nationales ont réalisé une analyse SWOT et ont participé aux ateliers au cours d’une période de cinq mois pour analyser les forces et les faiblesses de l’organisation, évaluer le contexte changeant du travail du FAWE et déterminer les orientations futures. La réalisation des objectifs du Plan dépendra aussi bien de la manière dont les forces et opportunités identifiées seront exploitées, que de

Tableau 2 : Analyse SWOT

Origine interne Caractéristiques institutionnelles

Origine externe Caractéristiques environnementales

Utiles pour la réalisation des objectifs

Préjudiciables à la réalisation des objectifs

Forces • Portée géographique large, avec une forte représentation locale dans 33 pays, facilite l’adaptation des interventions aux besoins de l’environnement local. • Adhérents influents, bien placés, installés dans tous les pays – plaidoyer efficace, motivation et initiative à travers l’organisation. • Partenariats avec les MINEDUC nationaux. • Secrétariat régional agit comme centre de gestion, de coordination et d’échange des connaissances. • Capacité démontrée à élaborer des interventions innovatrices pour répondre aux besoins émergents de l’éducation des filles. • Capacité démontrée à mener un plaidoyer efficace au niveau politique et à la base. • Consortium de bailleurs de fonds en croissance et groupe de bailleurs de fonds diversifié.

Faiblesses • Défis de la gouvernance, communication interrégionale (francophone et anglophone), cohésion interne pour une organisation installée en 33 pays. • Les Antennes nationales sont des entités légales sans mécanisme opérationnel qui soit clair et exécutoire vis-à-vis de l’organisation dans son ensemble. • Changements fréquents des membres de haut niveau suite au changements politiques (changements des hauts cadres politiques nommés par les MINEDUC suite aux élections). • Larges divergences en capacités parmi les Antennes nationales. • 90% du financement provient depuis de longues années des donateurs – des variations dans l’engagement des donateurs pourraient être déstabilisantes.

Opportunités • Forte attention portée sur l’éducation et le genre par les objectifs de l’EPT, les OMD, les MINEDUC et au sein des priorités de financement des donateurs. • Partenariats avec des organisations ayant des objectifs similaires ou complémentaires. • Mise au point continuelle des nouvelles technologies qui peuvent être utilisées dans l’éducation – supports pédagogiques et TIC comme objet de formation professionnelle des filles. • Volonté et niveau de préparation des MINEDUC pour la reproduction à grande échelle des modèles intégrant le genre, y compris la formation et le recrutement de la femme enseignante. • Stabilisation de la situation dans certaines zones de conflit ou post-conflit, permettant le démarrage des initiatives d’éducation intégrant le genre.

Menaces • Manque généralisé d’enseignants qualifiés, et surtout ceux formés en méthodes sensibles au genre. • Manque de matériels d’enseignement et d’apprentissage sensibles au genre. • Changement lent d’attitudes culturelles et sociales vis-à-vis l’éducation des filles (mariage précoce, excès de travail domestique, harcèlement sexuel, faible priorité accordée à l’éducation des filles). • Pauvreté persistante – un obstacle économique à l’éducation des filles. • Infrastructure scolaire ne tenant pas compte des besoins sexospécifiques des élèves. • Nouveaux cas ou cas persistents de conflit/ instabilité, y compris la violence liée au genre, dans certains pays cibles. • VIH/SIDA et d’autres maladies continuent à faire un grand nombre d’orphelins et contribuent à la réduction de la main d’œuvre en personnel enseignant dans certains pays.

11


3.2

Aperçu du Plan stratégique

3.3

Le Plan stratégique 2008-2012 intervient au moment où l’attention du monde porte encore sur l’éducation des filles. En dépit des progrès considérables enregistrés pour la réalisation des objectifs de l’EPT et les OMD, l’objectif de parité de genre en matière d’accès n’a pas encore été atteint en Afrique subsaharienne.

Le FAWE a pour mission de promouvoir l’équité et l’égalité de genre en matière d’éducation en Afrique en encourageant des politiques, des pratiques et des attitudes positives concernant l’éducation des filles. Cette mission a été traduite en six objectifs stratégiques pour le Plan stratégique 2008-2012 dont trois s’inscrivent dans le cadre de la poursuite du Plan stratégique 2002-2006, tout en bénéficiant d’un nouvel élan. 1. Le FAWE continuera à influencer le processus d’intégration des questions de genre au sein des politiques et projets de l’éducation, mais ses efforts de plaidoyer politique porteront essentiellement sur l’intégration de genre au sein des politiques et des systèmes en influençant les ministères de l’éducation à assurer la reproduction à grande échelle des interventions du FAWE sensibles au genre. 2. Le FAWE poursuivra son objectif principal qui consiste à entreprendre des interventions de démonstration. Pour assurer une efficacité et un impact accrus des interventions, ce Plan insistera sur l’intégration du modèle de Centre d’excellence qui réuni toutes les approches et modèles réussis du FAWE. L’école intégrant la dimension genre sera dotée d’un minimum requis (c’est-à-dire des bourses d’études, la Pédagogie sensible au genre, les SMT, Tuseme, orientation et conseils, des manuels scolaires sensibles au genre, des infrastructures tenant compte des besoins sexospécifiques, la participation communautaire et la maturation sexuelle), ainsi que des éléments facultatifs, tel que requis par la situation spécifique du pays (c’est-à-dire des programmes VIH/SIDA, des centres de secours pour les filles victimes de violence, des dortoirs, l’alphabétisation pour les mères, etc.). Le FAWE élaborera également de nouveaux programmes pour aborder d’autres questions liées à l’éducation des filles au niveau postprimaire, telles que la formation professionnelle et l’éducation non formelle en situations de conflit ou post-conflit. Ces programmes cibleront en particulier des filles réfugiées ou déplacées à l’intérieur de leur propre pays. Des programmes d’alphabétisation dans la première langue des bénéficiaires pourraient également, le cas échéant, être élaborés. De plus, d’autres programmes concernant le genre pourraient être élaborés dans les domaines du développement de la petite enfance et de l’enseignement supérieur. 3. Le FAWE continuera à sensibiliser le public et établir un consensus sur les avantages de l’éducation des filles. Dorénavant, ce travail de plaidoyer visera en premier lieu l’action aux niveaux de la communauté et de la base. 4. Le FAWE mettra en œuvre un programme de renforcement des capacités des Antennes nationales, en vue : 1) d’améliorer leur

De nombreux pays de la région ont manqué l’objectif de parité de genre au niveau primaire prévu pour 2005, sans mentionner le niveau secondaire. Selon l’indice de développement de l’éducation (IDE) de 2003/2004, seul un pays en Afrique subsaharienne a réalisé de bons résultats à cet égard, huit se trouvent au niveau moyen et 21 au bas de l’échelle. Par conséquent, il est très peu probable que ces pays aient atteint l’objectif d’égalité de genre en matière d’éducation d’ici 2015. Etant donné que les disparités de genre dans le domaine de l’éducation persistent dans la plupart des pays africains, ce Plan stratégique repose sur la prémisse que la vision initiale du FAWE demeure aujourd’hui aussi pertinente qu’elle l’a été lors de la création de l’organisation. Ainsi, le FAWE continuera à jouer son rôle de leadership dans la promotion de l’équité de genre dans le domaine de l’éducation en Afrique sub-saharienne. Nos activités des cinq années à venir porteront essentiellement sur l’amélioration de l’accès à l’éducation, ainsi que sur les processus d’enseignement et d’apprentissage, particulièrement dans les pays ayant l’IDE le plus bas. En raison des taux élevés de déperdition scolaire et du faible niveau d’accès et de réussite dans l’enseignement post-primaire, de nombreuses filles se retrouvent exclues du système éducatif formel. Ce Plan cherche à entreprendre des interventions de démonstration pour aborder des questions telles que l’éducation des filles dans les zones de conflit ou post-conflit, la formation professionnelle et le développement des compétences des filles et l’éducation non formelle, avec un accent particulier sur les possibilités d’emploi et de génération de revenus et la dimension genre dans l’enseignement supérieur. En outre, les questions de la dimension genre dans l’éducation et le développement de la petite enfance requièrent plus d’attention qu’actuellement. Ainsi, alors que ce Plan s’inscrit dans le cadre de la continuité et de l’optimisation des forces développées durant les 15 années de plaidoyer pour l’équité de genre dans le domaine de l’éducation, il reflète l’engagement renouvelé du FAWE à promouvoir l’éducation pour toutes les filles africaines, et non seulement pour celles de l’éducation formelle.

5

Objectifs stratégiques

The following countries ranked low in the EDI and also have FAWE NCs: Burkina Faso, Burundi, Chad, Ethiopia, Ghana, Kenya, Mali, Mozambique, Niger, Rwanda, Senegal, and Zambia.

12


5.

6.

Graphique 2 : Repartition budgétaire par objectif

fonctionnalité en matière de gestion et de mise en œuvre du cycle des programmes ; et (2) de renforcer leurs capacités en matière de plaidoyer, d’incitation de dialogue politique et d’influence sur la réforme, ainsi que leurs capacités de recherche, de documentation et de généralisation des expériences réussies. Les Antennes nationales joueront alors un rôle déterminant dans la mise en œuvre du Plan stratégique, alors que le Secrétariat régional assurera le leadership, la coordination, le suivi et l’évaluation. Le FAWE entreprendra une restructuration de l’organisation aussi bien pour une meilleure gouvernance que pour l’efficience, l’efficacité et la cohésion institutionnelle. Un accordcadre spécifiant les relations et responsabilités opérationnelles entre les Antennes nationales et le Secrétariat régional sera conjointement établi et signé. Le FAWE renforcera et institutionnalisera un système de suivi et d’évaluation (S&E) visant l’organisation toute entière. Ceci améliorera le travail d’évaluation et de documentation de l’efficacité et de l’impact des programmes du FAWE.

stratégique

Plaidoyer communautaire 9%

Plaidoyer politique 19% Restructuration 7% Suivi & Evaluation 5% Intervention de mise à l’échelle 38%

Les activités de documentation et de dissémination sont des éléments importants qui permettent au FAWE aussi bien d’échanger et d’optimiser ses expériences que de reproduire ses modèles réussis à l’intérieur et à l’extérieur de l’organisation. Le financement requis pour ces activités sera relativement stable pour toute la période des cinq ans.

Le résultat définitif attendu des activités du FAWE au cours de la période des cinq ans est une plus grande participation des filles à l’éducation à tous les niveaux, ainsi qu’une meilleure performance et des taux élevés de réussite de leur part.

3.4

Renforcement des capacités des AN 22%

Les coûts d’administration des programmes interviennent durant la période de réalisation des objectifs stratégiques du FAWE et représentent 15,9% du budget total. Il est prévu que ces coûts se réduiront progressivement durant la période des cinq ans pour atteindre moins de 50% du montant requis au début de la période. Ceci est partiellement dû à l’efficacité qui interviendra en raison de la réorganisation prévue ainsi qu’aux efficacités issues de la poursuite par le FAWE d’un optimisation accentuée de ses méthodes et modèles donnant lieu aux meilleures pratiques.

Aperçu du budget

Le Tableau 3 ci-après donne un aperçu du budget requis pour soutenir ce Plan stratégique. Les chiffres du Tableau 4 représentent des fonds destinés aux coûts d’administration des programmes ainsi qu’aux activités de documentation et de dissémination. Ces fonds sont alloués sur la base de la pondération de chaque objectif stratégique relatif à l’ensemble du budget comme indiqué ci-dessous.

Tableau 3 : Allocation budgétaire par objectif stratégique (en $US) Objectifs stratégiques

2008

2009

2010

2011

2012

Total

%

1. Plaidoyer politique

1.005.550

856.800

850.850

806.225

794.325

4.313.750

19%

2. Reproduction des interventions à grande échelle

2.381.785

1.743.350

1.915.900

1.642.200

1.035.300

8.718.535

38%

417.690

417.690

524.790

500.990

274.890

2.136.050

9%

1.730.855

1.547.000

624.750

559.300

464.100

4.926.005

22%

5. Restructuration

737.800

119.000

166.600

416.500

119.000

1.558.900

7%

6. Suivi & évaluation

238.000

220.150

309.400

83.300

214.200

1.065.050

5%

6.511.680

4.903.990

4.392.290

4.008.515

2.901.815

22.718.290

100%

3. Plaidoyer communautaire 4. Renforcement des capacités des AN

Total

Tableau 4 : Allocation budgétaire pour documentation et coûts administratifs des programmes Catégorie Documentation & dissémination Coûts administratifs de programmes

2008

2009

2010

2011

2012

Total

%

196.500

210.000

225.000

285.000

175.000

1.091.500

5%

1.039.680

782.990

701.290

640.015

463.315

3.627.290

15.97%

13


Des informations détaillées relatives à chaque objectif stratégique se trouvent dans la section 3.5 ci-après.

3.5

ainsi qu’une synergie des programmes et approches, à faciliter la reproduction à grande échelle et le suivi des programmes. Le travail en réseau parmi les Antennes nationales ainsi que la collaboration au niveau régional seront renforcés. Des liens avec des institutions de formation des enseignants des MINEDUC et des écoles seront intensifiés.

Objectifs stratégiques détaillés

Les activités spécifiques ci-après seront poursuivies dans le cadre de la réalisation de chaque objectif stratégique.

Le plaidoyer politique pour l’éducation des filles est l’une des plus grandes forces du FAWE. Ceci a placé l’organisation à l’avant-garde du travail de promotion de l’éducation des filles et de l’équité de genre en Afrique. Cependant, puisque aujourd’hui une sensibilisation existe au niveau de la politique sur le plan international et national, les efforts de plaidoyer de FAWE doivent viser la communauté, un milieu où les obstacles à l’éducation des filles persistent. Ceci suppose le renforcement des capacités au niveau des Antennes nationales pour un plaidoyer communautaire efficace.

3.5.1 Objectif 1 : Plaidoyer politique Continuer à influencer le processus d’intégration des questions de genre au sein des politiques et projets de l’éducation pour améliorer l’accès, la rétention et la performance scolaires des filles, avec un accent particulier sur les partenariats.

Activités prévues • Influencer l’intégration de genre dans les politiques et plans de secteur de l’éducation conformément aux objectifs de l’EPT et aux OMD, ainsi que ceux de la Deuxième décennie de l’UA pour l’éducation et de divers plans et processus liés au secteur de l’éducation (PAS, SIP, FTI, DSRP). • Fournir une assistance technique et des modèles aux MINEDUC pour que les projets intégrant la dimension genre soient traduits en programmes sur le terrain. • Fournir une assistance technique aux MINEDUC pour la reproduction et le renforcement des interventions réussies du FAWE à travers des politiques et plans nationaux de l’éducation. • Contribuer aux campagnes régionales et mondiales afin d’influencer diverses tendances en matière d’éducation pour la réalisation des objectifs de l’EPT et des OMD. • Faciliter l’échange d’expériences parmi les officiels du secteur de l’éducation pour qu’ils adoptent et reproduisent les modèles réussis du FAWE mis en place dans d’autres pays. • Initier la recherche-action et utiliser les résultats pour influencer la politique. • Etablir de nouveaux partenariats avec des organisations ayant des objectifs similaires ou complémentaires pour une promotion collaborative renforcée de la scolarisation, la rétention et la performance des filles. • Contrôler et évaluer les progrès réalisés et l’impact au niveau politique et à travers des partenariats du travail du FAWE pour la promotion de la scolarisation, la rétention et la performance des filles.

Le mandat de FAWE est de promouvoir l’éducation des filles en Afrique. Il exécute ce mandat à travers des structures établies et en partenariat avec les MINEDUC et d’autres organisations et parties prenantes poursuivant les mêmes buts. Des politiques et des projets offrent un cadre à travers lequel les défis relatifs au genre en matière d’éducation peuvent être relevés. C’est pourquoi, depuis sa création, le FAWE a cherché sans cesse à influencer les politiques et projets de l’éducation avec la perspective de répondre aux disparités de genre. Cette approche a enregistré des résultats, positifs évidents par l’intégration des questions de genre au sein de la plupart des politiques et projets de l’éducation en Afrique. Le FAWE entend mettre à profit ce succès pour que les projets intégrant la dimension genre soient traduits en actions concrètes à travers des programmes sur le terrain. Des partenariats et alliances solides sont clés à ce processus, et peuvent aider à éviter le dédoublement des efforts, à développer une plus grande cohésion L’éducation d’une perspective des droits humains Les actions de plaidoyer du FAWE pour l’égalité de genre dans l’éducation trouvent leur fondement dans une conception de l’éducation basée sur les droits de l’homme. Nous croyons que tous les enfants ont le droit de bénéficier gratuitement d’une éducation de base de qualité. C’est pourquoi nos interventions ont porté essentiellement sur le lobbying auprès des gouvernements pour assurer un enseignement de qualité pour tous les enfants, particulièrement les filles des milieux économiquement et socialement marginalisés ou les filles victimes des violences ou traumatisées par les guerres et les conflits. Le centre de secours pour les filles de Kajiado au Kenya et le programme Tuseme au Centre de Sauvegarde de Camberene au Sénégal témoignent de cette approche. Dans les deux pays, le FAWE collabore avec les ministères pertinents pour s’assurer que les bénéficiaires continuent à avoir accès à une éducation de qualité.

Résultats escomptés Le FAWE envisage que sa politique de scolarisation incitera un nombre croissant de pays à intégrer l’aspect genre dans les politiques du secteur de l’éducation et à traduire ces politiques en actions concrètes.

14


15

Noyaux opérationnels des équipes Fréquence des réunions des techniques formés. équipes techniques.

Fournir une assistance technique aux MINEDUC pour la reproduction et intégration des interventions réussies du FAWE dans les politiques et projets de l’éducation.

Des interventions réussies généralisées.

Interventions réussies du FAWE documentées et disséminées.

Qualité du rendement des équipes techniques.

Efficacité des réunions des équipes techniques.

Niveau d’intérêt pour les documents publiés.

Qualité de la documentation disséminée.

Nombre d’interventions réussies du FAWE disponibles.

Efficacité des contributions faites.

Documenter et disséminer les interventions réussies du FAWE issues de son programme d’interventions de démonstration.

Nombre de réseaux concernant l’éducation ou le genre rejoints.

Reconnaissance du travail du FAWE. Niveau et qualité de participation aux campagnes régionales et mondiales.

Nombre et qualité de projets conjoints élaborés et mis en œuvre.

Contribution significative aux réseaux.

Contribution significative aux tendances en éducation dans le monde, à travers la participation aux campagnes régionales et mondiales.

Nombre de partenaires identifiés.

Partenariats établis et consolidés.

Contribuer aux campagnes régionales et internationales afin d’influencer les tendances en éducation au niveau mondial pour atteindre les objectifs de l’EPT et les OMD.

Etablir de nouveaux partenariats stratégiques et consolider ceux qui existent pour accélérer les progrès vers la réalisation de l’équité et l’égalité de genre en éducation.

Nombre de réformes politiques tenant compte du genre traduites en projets réalisables.

Consultations politiques tenues.

Tenir des consultations politiques et fournir une assistance technique aux MINEDUC, afin de traduire en projets réalisables les politiques tenant compte du genre. Nombre de pays entreprenant des réformes tenant compte du genre dans leur système éducatif.

Nombre de politiques et plans intégrant le genre du fait de la contribution du FAWE.

Des politiques et projets de l’éducation répondent à et intègrent la dimension genre.

Influencer l’intégration de la dimension genre dans les politiques et projets du secteur de l’éducation conformément aux objectifs de l’EPT, aux OMD, et aux nombreux projets et processus liés à ce secteur (PAS, SIP, FTI, DSRP).

Projets réalisables développés.

Indicateurs

Résultats / Rendement

Activités

Objectif 1: Plaidoyer politique

100.000

100.000

100.000

40.000

30.000

50.000

2008

100.000

40.000

30.000

50.000

2009

100.000

100.000

100.000

40.000

25.000

50.000

2010

2011

100.000

100.000

100.000

40.000

25.000

12.500

Budget ($US)

100.000

100.000

100.000

40.000

15.000

12.500

2012

500.000

500.000

500.000

200.000

125.000

175.000

Total


16

Officiels du secteur de l’éducation informés sur les modèles réussis du FAWE.

Organiser des forums pour faciliter le partage d’expériences parmi les officiels du secteur de l’éducation en vue de reproduire les modèles réussis du FAWE.

Total

Impact des programmes.

Nombre de programmes effectivement mis en œuvre.

Effet des modifications faites aux programmes.

Proportion de programmes contrôlés et évalués.

Modifications faites au programme en conséquence du suivi.

Impact des programmes mesuré.

Nombre de visites et rapports de suivi.

Nombre et type de questions abordées par la recherche.

Nombre de rapports de rechercheaction produits.

Qualité de la contribution du FAWE aux processus de contrôle.

Nombre de projets élaborés ou actualisés du fait de la contribution du FAWE.

Nombre de projets conjoints entrepris.

Nombre de modèles du FAWE adoptés.

Nombre de forums organisés.

Indicateurs

Progrès évalué et documenté.

Rapports de recherche produits et disséminés.

Recherche-action entreprise.

Fournir un soutien administratif pour Programmes de politique et de la mise en œuvre des activités du plaidoyer effectivement mis en plaidoyer politique. œuvre.

Contrôler et évaluer le progrès et l’impact des initiatives du FAWE destinées à influencer les pratiques des politiques de l’éducation intégrant le genre.

Initier la recherche-action et utiliser les résultats pour influencer les politiques.

Participer aux mécanismes Contributions du FAWE intégrées conjoints de planification, de suivi et dans les résultats. d’évaluation, tels que UNGEI, PAS, SIP et CME aux niveaux nationaux. Collaboration efficace à travers de projets conjoints.

Comptes-rendus reçu des MINEDUC.

MINEDUC adoptent les modèles réussis du FAWE afin de les reproduire.

Résultats / Rendement

Activités

1.005.550

160.550

65.000

100.000

60.000

200.000

2008

856.800

136.800

65.000

100.000

60.000

75.000

2009

850.850

135.850

65.000

100.000

60.000

75.000

2010

2011

806.225

128.725

65.000

100.000

60.000

75.000

Budget ($US)

794.325

126.825

65.000

100.000

60.000

75.000

2012

4.313.750

688.750

325.000

500.000

300.000

500.000

Total


3.5.2

Objectif 2 : Reproduction et mise à échelle des interventions

Le Centre d’excellence ou le modèle de l’Ecole intégrant la dimension genre

Continuer à reproduire les interventions du FAWE intégrant l’aspect genre afin de les mettre à l’échelle dans un plus grand nombre de pays, tout en élaborant de nouveaux modèles visant à relever les défis émergeants du domaine de l’éducation des filles.

Une école intégrant la dimension genre est un établissement dans lequel l’environnement scolaire, social et physique, ainsi que la communauté environnante, tiennent compte des besoins spécifiques des garçons et des filles. Cela implique que les enseignants, parents, leaders et membres des communautés, ainsi que les filles et les garçons sont sensibilisés et pratiquent l’égalité de genre. L’école transforme également les systèmes de gestion scolaire, les politiques et les pratiques pour qu’ils reconnaissent et répondent aux besoins sexospécifiques aussi bien pour les garçons que pour les filles.

A travers cet objectif, le FAWE emploie dans chaque pays des interventions utiles,pour que les ministères de l’éducation puissent les reproduire et les généraliser. Sous ce nouveau Plan, les Antennes nationales du FAWE continueront à reproduire des interventions tenant compte de l’aspect genre, tout en continuant à dialoguer avec les MINEDUC et les inciter à reproduire les interventions à grande échelle.

Dans le Centre d’excellence du FAWE, l’enseignement, y compris les méthodologies, le matériel didactique, l’interaction en classe et la gestion des processus scolaires tiennent compte de l’aspect genre. Les garçons comme les filles sont habilités à pratiquer le respect mutuel et surmonter les difficultés qui les empêchent de jouir de leur droit à l’éducation. Ceci contribue à améliorer la rétention et la performance des filles en particulier.

Consolider les modèles intégrant genre Le FAWE consolidera les interventions démonstratives entreprises sous le Plan de 2002-2006 en un seul modèle d’Ecole intégrant la dimension genre. Ce modèle comprend un programme principal ainsi que des éléments supplémentaires facultatifs que les pays peuvent intégrer selon leurs besoins. L’expérience du FAWE dans les différents pays où le modèle a été mis en œuvre montre qu’il a non seulement eu un impact positif, mais a contribué également à la qualité de l’éducation pour tous les élèves.

L’intervention du FAWE de l’Ecole intégrant le genre comprend des bourses d’études pour les filles défavorisées, la pédagogie sensible au genre et la formation en matière de gestion, une formation en TIC, un programme SMT pour les filles, le programme Tuseme d’habilitation des filles, des bureaux d’orientation et de conseils, un programme de maturation sexuelle, la participation communautaire et des infrastructures répondant aux besoins sexospécifiques.

Les écoles du FAWE intégrant la dimension genre

s

Lycée Grand Diourbel, Sénégal Mgugu Secondary School, Tanzanie FAWE Girls’ School, Rwanda Athwana Secondary School, Kenya Hage Geingob High School, Namibie Kamulanga High School, Zambie

Pe rf

m or

an

ce

A.I.C. Kajiado Girls Primary School, Kenya

a

n io nt te

Ha bi lit

tio

Ac cè s

Graphique 3 : L’Ecole intégrant la dimension genre – le Centre d’excellence

17

Sambang Upper Basic School, Gambie Ecole Primaire de Dipéo, Burkina Faso J.J. Mungai Secondary School, Tanzanie Centre d’Excellence Linsan, Guinée Lufilyo Secondary School, Tanzanie Ecole primaire La Lumière de Bayaka, Tchad

ns


Faire face aux nouveaux défis de l’éducation des filles Simultanément, le FAWE continuera à élaborer de nouveaux modèles intégrant l’aspect genre pour relever les défis de l’éducation tels que les conflits, le VIH/SIDA, l’éducation non formelle, la formation professionnelle, le développement de la petite enfance et l’enseignement supérieur, en fonction des besoins et spécificités des pays.

Combler le déficit en enseignantes : une nouvelle intervention de démonstration du FAWE L’une des nouvelles interventions de démonstration du FAWE consistera à promouvoir le recrutement d’un plus grand nombre de femmes enseignantes, en montrant aux filles elles-mêmes et aux parents qu’il est important d’éduquer les filles car cela peut mener à un emploi rémunéré une fois qu’elles auront terminé leurs études. L’idée est de viser, durant les dernières années de l’école secondaire, les filles douées qui sont bénéficiaires des bourses d’études des Centres d’excellence du FAWE et de les préparer à devenir enseignantes au moment où elles terminent l’école secondaire.

Activités planifiées • Evaluer les modèles clés du FAWE sélectionnés pour être reproduits et généralisés. • Entreprendre des études préliminaires et des analyses de situation sur les questions spécifiques émergeant en matière d’éducation des filles. . • Poursuivre les interventions démonstratives en cours et entreprendre de nouvelles interventions pour améliorer la rétention et la performance des filles à tous les niveaux. • Soutenir les processus visant à influencer la reproduction et la généralisation par les ministères de l’éducation des modèles sensibles au genre comme meilleures pratiques pour l’éducation des filles. • Contrôler et évaluer l’impact des interventions démonstratives sur l’accès, la rétention et la performance des filles.

Un programme spécial intervenant après les études (et potentiellement pendant les vacances) sera conçu en collaboration avec les établissements de formation d’enseignants, particulièrement ceux ayant auparavant adopté le modèle du FAWE de Pédagogie sensible au genre. Un accord sera signé avec le ministère de l’éducation pour s’assurer que les étudiantes formées sous ce programme soient automatiquement qualifiées pour rejoindre des établissements de formation d’enseignants pour une formation approfondie avant leur entrée en service. Les filles s’engageraient à travailler pour un nombre minimum d’années afin de rejoindre le programme. Ceci serait pour s’assurer que l’investissement ne soit pas perdu et que les filles intègrent effectivement la profession enseignante dans leur communauté et y restent. Ce programme constitue un bon moyen de l) montrer aux gouvernements des moyens innovateurs de réduire la pénurie en femmes enseignantes ; 2) démontrer aux filles et aux parents des communautés « récalcitrantes » que l’éducation peut mener à une carrière et que cela vaut donc la peine d’investir dans ce domaine ; et 3) inciter du changement au sein des communautés, particulièrement dans des zones rurales, car les lauréates du programme serviront leur communauté et serviront de modèle aux autres filles.

Résultats escomptés Le FAWE s’attend à ce que la reproduction et la mise en œuvre des interventions intégrant l’aspect genre auront pour résultats 1) de meilleurs taux de rétention des filles ; 2) l’amélioration de la performance des filles à l’école ; et 3) de meilleurs taux de réussite pour les filles à tous les niveaux de l’éducation.

L’éducation des filles en situation de conflit et post-conflit Une autre intervention de démonstration du FAWE sous ce Plan sera d’assurer une formation professionnelle aux filles non scolarisées en situation de conflit ou post-conflit. L’intervention a pour but d’intégrer les filles non scolarisées dans des institutions de formation technique et professionnelle. En outre, le projet contribuera au renforcement du pouvoir économique des filles diplômées des institutions de formation professionnelle dans les domaines desquels les filles sont généralement exclues. Il les aidera à mettre en place des activités innovatrices de génération de revenus ou à trouver des emplois au sein de leur communauté. Dans le cadre des stratégies de mise en œuvre de ce programme, les parents ainsi que d’autres membres de la communauté seront sensibilisés pour s’assurer de leur appui à la participation de leurs filles à des programmes disponibles dans les centres de formation professionnelle. Le FAWE identifiera un nombre de centres de formation professionnelle avec lesquels il collaborera dans les régions spécifiques affectées par des conflits. Un appui sera fournit à ces centres pour l’élaboration des programmes de préparation à l’emploi pour les filles, tandis qu’un programme de renforcement des capacités des centres sera instauré pour s’assurer d’une mise en œuvre efficace du projet.

18


19

Eléments supplémentaires : VIH/ SIDA, centre de secours pour filles vulnérables, autres interventions de l’AN.

Module minimum : bourses d’études, Pédagogie intégrant le genre, SMT, TIC, Tuseme, orientation et conseils, supports pédagogiques sensibles au genre, participation communautaire, maturation sexuelle.

Reproduire le modèle du FAWE d’Ecole intégrant la dimension genre.

Entreprendre des études préliminaires et des analyses de situation sur des questions spécifiques émergeants sur l’éducation des filles. Nature des problèmes identifiés. Nombre d’écoles intégrant la dimension genre créées. Nombre de filles marginalisées ayant l’accès à la scolarisation, étant retenues et réalisant de meilleurs résultats à chaque lieu d’intervention.

Véritables besoins et questions identifiés.

Ecoles intégrant la dimension genre reproduites.

Plus grand nombre de filles marginalisées accédant à l’école, retenues et ayant une meilleure performance.

Communautés sensibilisées sur l’éducation des filles et impliquées dans la gestion de l’école.

Participation accrue des filles aux SMT.

Matériels d’enseignement et d’apprentissage révisés et plus sensibles au genre.

Filles défavorisées assistées de bourses d’études.

Infrastructure sensible au genre mis en place.

Niveau d’implication des communautés.

Etudiants équipés de Nombre et type de matériels compétences de vie pratique et de d’enseignement et d’apprentissage plus de conscience sur le genre. révisés.

Directions scolaires formées sur la prise en compte de l’aspect genre. Nombre d’enseignants et de directeurs d’écoles formés en Enseignants formés en Pédagogie Pédagogie intégrant la dimension intégrant la dimension genre. genre.

Nombre et type d’études préliminaires réalisés.

Nombre de modèles sélectionnés pour reproduction.

Nombre de modèles évalués.

Véritable situation sur terrain est entièrement comprise.

Modèles confirmés comme étant les meilleures pratiques.

Lacunes identifiées et modèles améliorés.

Modèles évalués et coûts estimés. Rapports d’évaluation produits.

Entreprendre l’évaluation des modèles du FAWE qui ont été identifiés pour être repris et mis à échelle.

Indicateurs

Résultats / Rendement

Activités

Objectif 2 : Reproduction et mise à échelle des interventions 2008

865.000

150.000

400.000

675.000

100.000

2009

675.000

115.000

2010

2011

570.000

Budget ($US)

310.000

2012

Total

3.095.000

365.000

400.000


20

Nouveaux programmes élaborés pour répondre aux besoins spécifiques de l’éducation des filles.

Développer de nouvelles interventions démonstratives pour répondre aux questions affectant l’éducation des filles au niveau postprimaire, telles que les situations de conflit ou post-conflit, le manque des femmes enseignantes, la formation professionnelle et le renforcement des capacités, l’éducation non formelle et l’aspect genre dans l’enseignement supérieur.

Interventions réussies du FAWE documentées et disséminées.

Documenter et disséminer les interventions réussies du FAWE issues des interventions démonstratives.

Programmes effectivement mis en œuvre.

Fournir un soutien administratif pour la mise en oeuvre des programmes de reproduction et mise à échelle.

Total

Contrôles réguliers menés. Progrès établis et documentés Modifications faites au programme en conséquence du suivi. Programmes continuellement améliorés. Impact des programmes mesuré.

Contrôler et évaluer l’impact des interventions démonstratives concernant l’accès, la rétention et la performance des filles.

Interventions réussies du FAWE reconnues comme meilleures pratiques.

Plus grand nombre d’enseignants formés en Pédagogie intégrant le genre. Pédagogie intégrant le genre intégrée dans les instituts de formation d’enseignants. Méthodologies didactiques et d’apprentissage tenant compte de l’approche genre. Enseignants pratiquant la Pédagogie intégrant le genre dans les écoles. Performance et réussite des filles améliorées. Attitudes positives des enseignants et de l’administration scolaire envers l’éducation des filles.

Formation de nouveaux enseignants et des enseignants en service en Pédagogie intégrant le genre. Plaidoyer pour que davantage d’institutions de formation d’enseignants incorporent dans leurs programmes d’études la Pédagogie intégrant le genre. Intégrer la Pédagogie intégrant le genre dans les disciplines SMT. Contrôler l’application de Pédagogie intégrant le genre dans les salles de classes.

Diplômées du programme dans l’emploi formel ou assistées pour lancer leurs propres activités.

Programmes mis en œuvre.

Résultats / Rendement

Activités

Nombre de programmes effectivement mis en oeuvre. Impact des programmes.

Type et effet de modifications faites.

Nombre de rapports de suivi rassemblés.

Nombre de visites de suivi.

Nombre et type d’interventions réussies du FAWE documentées et disséminées. Nombre et type de meilleures pratiques identifiées. Niveau d’intérêt pour les meilleures pratiques et les publications du FAWE.

Nombre d’enseignants formés en Pédagogie intégrant le genre. Impact de la Pédagogie intégrant le genre sur la performance et la réussite des filles. Nombre d’institutions de formation ayant intégré la Pédagogie intégrant le genre dans leurs programmes. Nombre d’institutions pratiquant la Pédagogie intégrant le genre. Nombre d’enseignants pratiquant la Pédagogie intégrant le genre. Changement d’attitudes des enseignants, de l’administration et des élèves.

Nombre de filles participant aux programmes. Nombre de filles réalisant de bons résultant et terminant les programmes. Type et nature des compétences acquises par les filles. Domaines dans lesquels les filles sont formées. Nombre de filles gagnant leur vie du fait de la formation. Nombre et types de placements.

Indicateurs

278.350 1.743.350

2.381.785

100.000

10.000

180.000

2009 400.000

380,285

100.000

16.500

170.000

2008 300.000

1.915.900

305.900

100.000

40.000

180.000

2010 500.000

1.642.200

262.200

100.000

30.000

180.000

2011 500.000

Budget ($US)

1.035.300

165.300

100.000

20.000

140.000

2012 300.000

8.718.535

1.392.035

500.000

116.500

850.000

Total 2.000.000


3.5.3 Objectif 3 : Plaidoyer communautaire Activités planifiées • Entreprendre le plaidoyer, surtout parmi les communautés de base, pour promouvoir l’accès, la rétention et la performance dans l’éducation des filles. • Etablir et renforcer des partenariats avec les médias, des réseaux et des coalitions pour relayer aux communautés les messages de plaidoyer concernant l’éducation des filles. • Améliorer la visibilité des contributions positives des AN à l’éducation des filles, à travers des événements de bonne volonté de la communauté. • Récompenser la performance des filles douées pour qu’elles servent de modèles aux autres filles. • Promouvoir l’éducation des filles en assurant des cours d’alphabétisation aux membres des clubs des mères et aux groupes de plaidoyer communautaire.

Plaider au niveau de la communauté pour l’éducation des filles et pour l’équité de genre en éducation. Au cours de dix dernières années, le FAWE a fait des progrès considérables en sensibilisant les différentes parties prenantes, et surtout les décideurs politiques, sur l’importance de l’éducation des filles. Cependant, étant donné la persistance du faible taux de rétention scolaire des filles, la faible performance des filles comparées aux garçons, et la moindre importance accordée à l’éducation des filles dans beaucoup de communautés à travers l’Afrique sub-saharienne, il est nécessaire d’atteindre les communautés afin de promouvoir l’éducation des filles, surtout dans les milieux ruraux ou reculés, et auprès des groupes exclus et marginalisés.

Résultats escomptés Le résultat de ce programme de plaidoyer communautaire sera l’habilitation des communautés pour contribuer effectivement à l’éducation de leurs filles. Le FAWE s’attend à ce que les activités de plaidoyer au niveau de la base contribuent aux changements au niveau communautaire qui aboutiront à 1) maintenir les filles à l’école ; 2) améliorer leur performance scolaire ; et 3) permettre le succès scolaire des filles à tous les niveaux de l’enseignment.

Sous ce Plan stratégique, le FAWE fera des efforts supplémentaires pour persuader les communautés au niveau de la base de mener des actions concrètes afin d’éliminer les obstacles à l’éducation des filles. Les communautés seront équipées des compétences nécessaires pour engager les autorités à répondre à leurs besoins en éducation. Elles seront aussi mobilisées pour être davantage impliquées dans l’éducation de leurs filles, par exemple, participer efficacement aux comités de gestion scolaire, renforcer les associations d’enseignants et de parents, contribuer aux projets d’aménagement scolaire, etc.

21


22

Stratégies de plaidoyer élaborées et mises en œuvre. Matériels de plaidoyer innovateurs et faciles d’utilisation produits. Communication efficace avec les communautés visées.

Informations et publicité efficaces sur comment promouvoir la participation des filles à l’éducation. Journalistes récompensés pour leur excellence dans le reportage. Kits média produits. Plus grande visibilité des AN.

Filles les plus douées identifiées et récompensées. Plus de filles motivées à réaliser une meilleure performance. Bénéficiaires récompensées servant de modèles pour leurs pairs.

Stratégies réussies du FAWE en matière de plaidoyer documentées et partagées avec des audiences cibles.

Progrès identifiés et documentés. Modifications faites au programme en conséquence du suivi. Impact évalué.

Programmes effectivement mis en œuvre.

Développer et mettre en œuvre des stratégies de plaidoyer des AN. Produire des matériels de plaidoyer. Organiser des journées de terrain et des journées portes ouvertes visant les communautés. Partenariats avec leaders des communautés, leaders d’opinion et autorités religieuses au niveau communautaire pour une meilleure communication avec la communauté.

Organiser les prix d’excellence des média pour la promotion de l’éducationdes filles. Organiser des journées média, des réunions d’information et des communiqués de presse.

Identifier les filles réalisant la meilleure performance par le biais d’un comité de sélection. Organiser des cérémonies de remise de prix. Jouer un rôle d’encadrement et de modèle.

Documenter et disséminer les stratégies réussies du FAWE en matière de plaidoyer.

Contrôler et évaluer l’impact au niveau communautaire des activités de plaidoyer pour la promotion de l’accès, de la rétention et de la performance scolaire des filles.

Fournir un soutien administratif pour la mise en œuvre des activités de plaidoyer communautaire.

Total

Résultats / Rendement

Activités

Objectif 3 : Plaidoyer communautaire

Nombre de programmes effectivement mis en œuvre.

Nombre de visites de suivi. Nombre de rapports de suivi et résultats d’évaluation rassemblés. Nombre de modifications faites. Impact du programme.

Nombre et qualité de stratégies de plaidoyer du FAWE documentées et partagées. Niveau d’intérêt public pour les matériels et stratégies de plaidoyer du FAWE.

Nombre de récompenses décernées. Nombre de filles récompensées pour leur bonne performance. Impact des récompenses sur la motivation et la performance des filles.

Nombre d’organes de média plaidant pour l’éducation des filles. Nombre de récompenses décernées. Nombre de journées média et briefings organisés. Disponibilité et qualité de kits média. Niveau de visibilité des AN réalisée.

Nombre de membres de la communauté atteints. Qualité et facilité d’usage des matériels de plaidoyer. Nombre de campagnes de plaidoyer organisées. Type et nombre de leaders partenaires. Niveau de changement d’attitudes.

Indicateurs 2008

2009

66.690

417.690

417.690

65.000

66.000

90.000

130.000

66.690

65.000

66.000

220.000

524.790

83.790

65.000

166.000

210.000

2010

2011

500.990

79.990

65.000

100.000

166.000

90.000

Budget $(US)

274.890

43.890

65.000

166.000

2012

Total

2.136.050

341.050

325.000

100.000

630.000

180.000

560.000


3.5.4

Objectif 4 : Renforcement des capacités des Antennes nationales

Renforcer les capacités des Antennes nationales pour améliorer leur fonctionnalité et leur capacité à mettre en œuvre des programmes et à influencer la politique.

d’accorder sous ce nouveau Plan une attention particulière aux 19 Antennes restantes. Activités prévues Le programme de renforcement des capacités formera les Antennes nationales dans quatre domaines majeurs, à savoir la gestion du cycle de programmes, l’implication politique, le plaidoyer et la mobilisation des ressources.

Bien que beaucoup des Antennes nationales du FAWE soient bien dotées en personnel et bien coordonnées, elles se trouvent à des niveaux différents en ce qui concerne leurs capacités et leurs forces. Ceci exige un renforcement des capacités des Antennes afin qu’elles puissent mettre en œuvre des programmes ; mieux s’impliquer dans les politiques nationales de l’éducation et être en mesure de les influencer ; et entreprendre un plaidoyer efficace pour la promotion de l’éducation des filles.

Résultats escomptés Les activités de renforcement des capacités des AN permettront au FAWE d’améliorer la fonctionnalité des AN à mettre en œuvre des programmes et à influencer la politique. Ceci aboutira à 1) des taux de fréquentation scolaire élevés pour les filles ; 2) une meilleure performance scolaire des filles ; et 3) des taux élevés de réussite pour les filles à tous les niveaux de l’éducation.

A travers le programme de renforcement des capacités, les AN seront équipées des compétences requises pour la mise en œuvre efficace de politiques ; mener le plaidoyer au niveau de la base et entreprendre des interventions intégrant le genre dans leurs pays respectifs. Le SR continuera à fournir un appui logistique, financier ainsi que des services tels que la coordination, le suivi, l’évaluation et la gestion. Ceci permettra au FAWE de mener ces activités sur une échelle beaucoup plus large, avec une meilleure qualité et une plus grande consistance qu’auparavant. Lors du dernier Plan, 14 Antennes nationales participaient à un programme de renforcement. Les résultats ont montré qu’avec le renforcement des capacités du personnel, les AN réalisent une meilleure performance. Le FAWE prévoit

Tableau 5 : Programme du FAWE pour le renforcement des capacités Catégorie

Type de formation

Résultats escomptés

Gestion de cycle des programmes

• •

Planification de programmes Administration et mise en œuvre de programmes Gestion financière Suivi et évaluation Rapports et documentation

Meilleure fonctionnalité au niveau de l’organisation Programmes effectivement mis en œuvre Des données probantes produites pour l’élaboration et la mise en œuvre des programmes

• • • Plaidoyer

• • •

Plaidoyer communautaire Plaidoyer politique Lobbying et établissement de partenariats stratégiques

Communautés mobilisées pour soutenir l’éducation des filles AN équipées pour influencer de façon efficace la politique et la législation

Influencer la politique

Analyse des politiques et connaissance des tendances en développement Instruments et tendances politiques, déclarations et conventions Analyse des questions genre, intégration et budgétisation

AN équipées pour influencer de façon efficace l’intégration de genre dans les politiques et projets de l’éducation

Rédaction de propositions Mobilisation de fonds

AN capables de mobiliser plus de ressources pour soutenir leurs programmes

• • Mobilisation de ressources

• •

23


24

Besoins des AN identifiés. Modules de formation disponibles. Personnel et membres des AN équipés de compétences pour une meilleure implication avec des décideurs politiques et des processus. Utilisation efficace par le personnel et membres des AN des compétences acquises.

Besoins en formation des AN identifiés.

Matériels de formation disponibles.

Mener l’évaluation des besoins liés à la capacité des AN pour influencer la politique. Elaborer des modules de formation sur la politique. Formation des Antennes nationales en compétences nécessaires pour mieux comprendre les processus politiques et utiliser les instruments politiques.

Mener l’évaluation des besoins liés à la capacité des AN d’exercer le plaidoyer.

Produire des modules de formation sur le plaidoyer.

Suivi entrepris par les AN et progrès Nombre de visites aux sites et de établi. rapports produits. Disponibilité de données probantes. Efficacité des activités de plaidoyer.

Contrôler et évaluer les activités de plaidoyer communautaire des AN.

Nombre de membres de la communauté formés. Nombre de communautés atteintes. Nombre d’activités de plaidoyer entreprises. Efficacité des activités de plaidoyer.

Membres de la communauté formés. Activités de plaidoyer entreprises au niveau communautaire.

Nombre de séances de formation organisées. Nombre de personnesressources formées. Efficacité des formations de formateurs.

Nombre de modules de formation produits.

Rapports d’évaluation des besoins disponibles.

Rapports d’évaluation des besoins. Nombre de séances de formation tenues. Nombre de personnes formées. Niveau d’utilisation des compétences acquises. Impact de la formation reçue.

Indicateurs

Les AN assurant la formation au niveau communautaire.

Organiser la formation des formateurs Noyau de formateurs sur le sur le plaidoyer au niveau national. plaidoyer habiles.

Résultats / Rendement

Activités

Objectif 4 : Renforcement des capacités des Antennes nationales

20.000

150.000

150.000

30.000

57.000

250.000

2008

30.000

245.000

150.000

250.000

2009

30.000

200.000

100.000

2010

2011

30.000

75.000

Budget ($US)

45.000

75.000

2012

155.000

595.000

300.000

30.000

57.000

750.000

Total


25

Programme de formation élaboré. Centre de formation et de ressources mis en place. Matériels de formation disponibles. Formation menée.

Suivi des progrès du programme de renforcement des capacités. Efficacité du programme de renforcement des capacités évaluée. Impact du programme de renforcement des capacités évalué.

Programmes efficacement mis en œuvre.

Mettre en place un centre de formation et de ressources pour la dimension genre en éducation. Elaborer des modules de formation. Elaborer des modèles intégrant le genre. Offrir une formation sur place et à distance.

Contrôler et évaluer la mise en oeuvre du programme de renforcement des capacités.

Fournir un soutien administratif pour la mise en oeuvre du programme de renforcement des capacités.

Total

Rapports sur l’évaluation des besoins. Nombre de séances de formation tenues. Nombre de personnes formées. Niveau d’utilisation des compétences acquises. Impact de la formation reçue. Nombre de programmes mis en œuvre efficacement. Montant des ressources mobilisées par les AN. Nombre des membres du personnel des AN formés.

Besoins des AN identifiés. Modules de formation disponibles. Personnel et membres des AN équipés des compétences nécessaires pour l’élaboration et la mise en œuvre de programmes. Personnel et membres des AN utilisent efficacement les compétences acquises. Mise en œuvre efficace des programmes.

Mener l’évaluation des besoins sur les capacités des AN en élaboration et gestion de programmes. Elaborer des modules de formation. Former les AN afin qu’ils acquièrent des compétences en élaboration et gestion de programmes.

Nombre de programmes efficacement mis en œuvre.

Nombre et qualité d’activités de suivi et d’évaluation. Fréquence des activités de suivi et d’évaluation. Efficacité et impact du programme de renforcement des capacités.

Nombre de modèles intégrant la dimension genre. Nombre de matériels de formation intégrant la dimension genre. Nombre et type de formations offertes. Nombre de personnes formées et utilisant les compétences acquises. Efficacité des programmes de formation.

Indicateurs

Résultats / Rendement

Activités

247.000

1.547.000

1.730.855

65.000

160.000

400.000

2009

276.355

65.000

332.500

400.000

2008

624.750

99.750

65.000

85.000

45.000

2010

2011

559.300

89.300

65.000

100.000

200.000

Budget ($US)

464.100

74.100

150.000

60.000

60.000

2012

4.926.005

786.545

410.000

737.500

1.105.000

Total


3.5.5

Objectif 5 : Restructuration organisationnelle

Entreprendre le développement institutionnel pour s’assurer de la pérennité de l’organisation et accroître l’efficacité de ses structures et ses programmes.

nationales, surtout dans les pays où les inégalités sont aggravées par le conflit. Résultats escomptés Les activités de restructuration de l’organisation vont de pair avec le renforcement des capacités des Antennes nationales en vue d’une réorientation du travail du FAWE vers des nouvelles conditions à la fois pour accroître l’efficacité en termes de ressources humaines, financières et intellectuelles existantes, et pour être en mesure de répondre aux nouveaux défis du secteur de l’éducation des filles.

Afin de mettre en œuvre de façon efficace les objectifs 1 à 4 de ce Plan, une révision et une restructuration de l’organisation pour une meilleure fonctionnalité du Secrétariat régional et des Antennes nationales sont nécessaires . Les rôles et les responsabilités doivent aussi être clarifiés et redéfinis, le cas échéant. En ce qui concerne la gouvernance, il est important de s’assurer que les organes statutaires continuent à fonctionner efficacement et que l’adhésion reste dynamique, particulièrement si l’on tient compte de l’étendu du réseau des Antennes nationales du FAWE.

Défis lies à l’adhésion et à la gouvernance En raison du succès enregistré en matière de promotion de l’éducation des filles tant au niveau primaire que secondaire, des attentes croissantes de la communauté au sens plus large pour que le FAWE apporte des solutions, l’organisation s’est vue obligée de s’étendre rapidement. Il est donc nécessaire de réexaminer la constitution et les structures de gouvernance du FAWE.

Activités planifiées • Mener une évaluation de l’organisation et du personnel du SR pour préparer la restructuration. • Restructurer le SR pour qu’il réponde aux exigences du nouveau Plan stratégique. • Réviser la structure de gouvernance de l’organisation à tous les niveaux (Assemblée générale, Comité exécutif, adhésion aux niveaux des Antennes nationales et au niveau régional). • Etendre la portée de l’organisation à travers la création de nouvelles Antennes

6

Il s’avère également nécessaire d’examiner les critères d’adhésion pour être en mesure de répondre aux exigences liées au développement institutionnel. En outre, la structure, les rôles, les responsabilités et le statut des Antennes nationales et du Secrétariat régional, ainsi que leur capacité à répondre effectivement aux besoins varies et croissants demandent une certaine attention.

Voir la section 5.1 ci-après pour des informations détaillées concernant la nouvelle structure organisationnelle et les rôles et responsabilités correspondants.

26


27

Nouvelle structure de l’organisation en place. Fonctions de l’organisation dotées du personnel approprié. Restructuration achevée. Besoins en formation du personnel identifiés. Formation appropriée fournie. Accords-cadres signés. Rôles et responsabilités clarifiés. Communication entre RS et AN améliorée.

Cinq nouvelles Antennes établies. Nombre de nouvelles Antennes créées. Réseau du FAWE étendu en Afrique sub-saharienne. Fonctionnalité des nouvelles AN.

Structure de gouvernance révisée et modifiée. Catégories d’adhésion au FAWE redéfinies.

Orientation politique fournie.

Restructurer le SR pour une coordination, une assistance technique, un suivi et une évaluation optimaux. Offrir des occasions de développement au personnel. Signer un accord-cadre entre RS et AN spécifiant clairement les rôles et responsabilités de chaque.

Créer de nouvelles AN, surtout dans des pays ayant vécu un conflit.

Réviser la structure de gouvernance de l’organisation à tous les niveaux.

Organiser les réunions du CE du FAWE.

Programmes mis en œuvre effectivement.

Fournir un appui administratif pour la mise en œuvre des programmes.

Total

Résultats de l’AG.

CE élu ou révisé. Affaires de gouvernance révisées. Partage d’expériences.

Organiser l’Assemblée générale du FAWE.

Nombre de programmes mis en œuvre effectivement.

Qualité des contributions et échanges des AN.

Organiser les assemblées régionales AN apportent leurs contributions pour informer la gouvernance et du FAWE. les programmes du FAWE. Connaissance et expérience partagées parmi les AN.

Rapports des réunions du CE du FAWE produits. Faisabilité des recommandations.

Rapport de révision disponible. Niveau d’efficacité des structures et processus de gouvernance du FAWE.

Nombre de postes occupés. Niveau de fonctionnalité du SR restructuré. Efficacité de la restructuration. Type de formation fournie. Efficacité de la formation fournie. Nombre d’accords-cadres signés entre AN et SR. Adhésion à l’accord par SR et AN.

Nombre et type de recommandations faites dans le rapport d’évaluation. Plan de restructuration disponible. Caractère réalisable des recommandations.

Evaluation menée. Compétences du personnel évaluées.

Mener une évaluation organisationnelle. Mener une évaluation des compétences du personnel du SR.

Indicateurs

Résultats / Rendement

Activités

Objectif 5 : Restructuration organisationnelle

19.000 119.000

737.800

100.000

2009

117.800

200.000

100.000

50.000

30.000

60.000

100.000

80.000

2008

166.600

26.600

100.000

40.000

2010

416.500

66.500

200.000

100.000

50.000

2011

Budget ($US)

119.000

19.000

100.000

2012

1.558.900

248.900

400.000

200.000

400.000

30.000

100.000

100.000

80.000

Total


3.5.6

Objectif 6 : Institutionnaliser le suivi et l’évaluation

Institutionnaliser un système efficace de suivi et d’évaluation à travers toute l’organisation. •

Le S&E est d’une importance capitale pour ce Plan stratégique. Suite à l’évaluation mi-parcours du Plan stratégique 2002-2006, des recommandations ont été faites pour renforcer le système de S&E du FAWE.

• •

Dans le cadre de cet objectif, le FAWE vise à réviser davantage et à intégrer son système de suivi, d’évaluation, de documentation et de présentation de rapports au sein de l’organisation. Ceci permettra au FAWE de : 1) mieux gérer les activités de ses programmes à travers un feedback intervenant au moment opportun ; 2) produire des outils de mesure et des indicateurs pour évaluer l’impact et l’efficacité des programmes, ainsi que les diverses tendances émergeant des multiples programmes au fil du temps ; et 3) améliorer continuellement ses programmes.

spécialisées dans ce domaine pour fournir une formation au personnel du SR. Assurer régulièrement le suivi du processus de mise en œuvre des programmes du FAWE aux niveaux régional et national. Mener des évaluations périodiques de programmes spécifiques. Documenter et faire des rapports d’état sur les progrès réalisés dans la mise en œuvre des programmes du FAWE en utilisant des données probantes, y compris la production d’outils et indicateurs d’évaluation de l’impact et de l’efficacité des programmes dans l’ensemble, ainsi que les tendances émergeant des multiples programmes au fil du temps. Coordonner le processus d’élaboration du troisième Plan stratégique (2013-2017).

Résultats escomptés L’institutionnalisation d’un système efficace de suivi et d’évaluation permettra au FAWE de : 1) produire des outils de mesure et des données permettant d’évaluer l’impact et l’efficacité de ses programmes ; 2) suivre les progrès, tirer des leçons et identifier des tendances au fil du temps ; et 3) se servir des leçons apprises pour améliorer ses programmes.

Activités prévues • Examiner et améliorer le système actuel et les outils de S&E, et en élaborer des nouveaux, le cas écheant. • Etablir des partenariats avec des spécialistes de S&E, ainsi que des institutions

28


29 Nombre des membres du personnel formés et utilisant effectivement les compétences acquises en matière de S&E. Qualité et éfficacité de la formation reçue.

Matériels des rapports du FAWE largement disséminés. Coûts de communication réduits. Meilleure communication entre AN et SR.

Institutions spécialisées de S&E identifiées. Partenariats établis. Personnel du SR formé en S&E.

Révision mi-parcours conduite. Recommandations pertinentes mises en œuvre. Modifications aux programmes faites.

Troisième Plan stratégique du FAWE élaboré et produit. Plan stratégique adopté et approuvé par toutes les parties prenantes du FAWE. Orientation stratégique du FAWE définie.

Programmes efficacement mis en œuvre.

Disséminer des rapports et des matériels dans tout le réseau du FAWE à travers un système multimédia. Améliorer la communication dans tout le réseau du FAWE utilisant les nouvelles technologies de communication et d’information.

Identifier et établir des partenariats avec des institutions spécialisées de S&E pour profiter des opportunités de formation.

Coordonner l’évaluation mi- parcours.

Coordonner l’élaboration du troisième Plan Stratégique du FAWE.

Fournir un soutien administratif pour la mise en oeuvre du programme de S&E.

Total

Nombre et type de rapports disséminés. Niveau de visibilité des programmes du FAWE. Fréquence des interactions entre AN et SR. Qualité de la communication interne du FAWE.

Rapports produits régulièrement et utilisés de manière adéquate. Publications produites. Site Internet régulièrement actualisé.

Documenter et faire des rapports sur les progrès accomplis dans la mise en œuvre des programmes du FAWE en utilisant des données probantes.

Nombre de programmes efficacement mis en œuvre.

Faisabilité des recommandations de l’évaluation mi-parcours. Nature des recommandations. Efficacité des modifications faites.

Nombre et qualité des rapports d’état produits sur les progrès accomplis. Caractère adéquat des solutions fournies. Niveau d’intérêt pour les documents et site Internet du FAWE. Nombre de visites du site Internet.

Niveau d’efficacité du nouveau système S&E. Nombre d’outils de S&E produits et utilisés de façon adéquate. Nombre d’AN utilisant efficacement le système de suivi de programmes en ligne. Nombre de rapports d’état produits sur les progrès accomplis.

Système de suivi et d’évaluation facile d’usage et fonctionnel mise en place. Rapports S&E produits et utilisés efficacement pour réajuster la mise en œuvre de programmes. Mise en œuvre des programmes de travail du FAWE régulièrement contrôlé. Evaluations périodiques sur les programmes spécifiques.

Réviser et améliorer les systèmes et outils de S&E existants du FAWE. Produire de nouveaux outils, y compris des données de base et un programme en ligne pour suivre le système.

Indicateurs

Résultats / Rendement

Activités

Objectif 6 : Institutionnaliser le suivi et l’évaluation

35.150 220.150

238.000

95.000

5.000

85.000

2009

38.000

10.000

75.000

5.000

110.000

2008

309.400

49.400

150.000

10.000

80.000

5.000

15.000

2010

83.300

13.300

50.000

5.000

15.000

2011

Budget ($US)

214.200

34.200

120.000

50.000

5.000

5.000

2012

1.065.050

170.050

120.000

150.000

20.000

350.000

25.000

230.000

Total


3.6

Mobilisation des ressources

La mise en oeuvre du Plan stratégique 20082012 nécessitera au total 22.718.290 $US. La section suivante résume les stratégies que le FAWE utilisera pour mobiliser ces fonds.

Défis liés à la mobilisation des finances et des ressources En dépit du succès du FAWE dans la mobilisation des ressources pour ses programmes et du pourcentage élevé des fonds mobilises par les Antennes nationales, la pérennité de l’organisation continue à être menacée par la dépendance à l’égard des bailleurs de fonds. Ceci exige des efforts renouvelés en vue de diversifier les sources de financement. Il s’avère particulièrement nécessaire d’accorder de l’attention aux opportunités au niveau national.

En premier lieu, le FAWE continuera à travailler avec son Consortium des bailleurs de fonds pour la réalisation de ce Plan. Au total, 18.081.277 $US ont été mobilisés pour le Plan stratégique précédent à partir de cette source. Le caractère prévisible des financements a largement facilité le travail du FAWE durant la période précédente. Le FAWE envisage que le Consortium des bailleurs de fonds fournira au moins un montant comparable pour le Plan stratégique actuel qui couvre une période de cinq ans.

De plus, malgré les améliorations observées en leurs initiatives de mobilisation de fonds, les Antennes nationales requièrent davantage de compétences en matière de mobilisation de fonds pour la mise en œuvre de leurs programmes. Le programme de renforcement des capacités est d’une importance encore plus capitale en raison du fait que dans le cadre du Plan stratégique 2008-2012, les Antennes nationales prendront l’entière responsabilité pour l’élaboration et la mise en œuvre des programmes, ainsi que pour la mobilisation des ressources.

Le FAWE continuera à collaborer avec ses partenaires bailleurs de fonds en vue d’obtenir des promesses de financement pour le présent Plan7. En deuxième lieu, le FAWE redoublera ses efforts pour faire entrer de nouveaux bailleurs dans le Consortium de bailleurs de fonds et anticipe de pouvoir mobiliser un montant de 3.000.000 $US à partir de sources de ce type. Le FAWE cherchera également des financements auprès de sources privées et des entreprises, et envisage de générer un montant supplémentaire de 1.800.000 $US à partir de ces sources. Durant la période du Plan stratégique, toutes les Antennes nationales seront formées en matière de rédaction de proposition de projets, en mobilisation des ressources, en gestion financière et en préparation de rapports afin de les aider à devenir indépendantes. Le FAWE explorera également d’autres sources de financement pour les Antennes nationales. Tableau 6 : Montants prévus et origines des ressources mobilisées

Source Bailleurs de fonds existants Nouveaux bailleurs de fonds Secteur de l’entreprise Individus Sources internes Total

7

Montant prévu ($US) 18.000.000 3.000.000 500.000 50.000 1.250.000 22.800.000

Voir l’annexe 5.2 pour une liste de bailleurs de fonds, partenaires et trusts actuels.

30


4

Conclusion des filles. Ce Plan prend en compte le fait qu’afin que les filles puissent accéder à l’éducation, leur familles doivent créer un environnement favorable et les soutenir à acquérir une éducation de qualité.

Ce Plan stratégique est d’une importance capitale pour nos activités des cinq années à venir. Les Antennes nationales du FAWE seront dotées des compétences nécessaires pour s’assurer que non seulement les politiques et projets nationaux prennent en compte l’aspect genre, mais qu’ils soient traduits en action avec des mécanismes concrets de suivi. Il est attendu qu’à la fin de ce Plan stratégique, les modèles du FAWE intégrant le genre seront intégrés et appropriés par la plupart des ministères africains de l’éducation.

Ce Plan stratégique accorde une attention particulière aux questions émergeants du secteur de l’éducation, telles que le VIH/SIDA, les conflits et la formation professionnelle des filles, entre autres. Le Plan stratégique du FAWE 2008-2012 est la voie oblige par laquelle l’organisation réalisera son mandat et sa mission de s’assurer de l’élimination des disparités de genre dans le domaine de l’éducation et de l’accès de toutes les filles africaines à une éducation de qualité.

Les efforts de plaidoyer communautaire se traduiront par le changement d’attitudes des parents, lesquels finiront par apprécier et intégrer dans leurs pensées les avantages de l’éducation

31


5

Annexes

5.1

Informations détaillées sur la restructuration de l’organisation

La mise en œuvre du Plan stratégique 2008-2012 nécessite une révision de la structure organisationnelle du FAWE. Un élément clé de facilitation d’une mise en œuvre efficace de la stratégie est l’aptitude à aligner la structure organisationnelle – et en conséquence aligner et orienter les ressources – aux buts et objectifs stratégiques. La mise en œuvre efficace de cette stratégie nécessitera une réorganisation de la structure du FAWE en vue d’un alignement au niveau du Secrétariat régional et des Antennes nationales pour permettre à ces derniers de se conformer aux exigences du Plan. Le FAWE initiera les processus statutaires pertinents pour réviser ses statuts en vue de redynamiser et étendre son adhésion et permettre une plus large représentation. Cette révision permettra de s’assurer que les statuts répondent aux défis émergeants et que les divers organes du FAWE soient efficaces. Les six objectifs stratégiques du Plan 2008-2012 exigent des compétences et aptitudes nouvelles et renforcées tant au niveau du Secrétariat régional qu’au niveau des Antennes nationales afin de s’assurer de l’efficacité des Antennes en matière de mise en œuvre du Plan, et celle du Secrétariat régional à assurer le leadership, la coordination, le suivi et l’évaluation. La création de trois postes de haut niveau représente un changement significatif par rapport à l’ancienne structure. Il s’agit des postes de Coordinateur(trice) principal(e) des programmes (CPP) et de Responsable principal(e) des finances et de l’administration (RPFA). Un poste de Spécialiste en matière de mobilisation des fonds et des ressources (SMFR) sera créé sur la base d’un contrat à temps partiel, d’une base contractuelle ou d’un contrat de services. 1.

Le/la Coordinateur(trice) principal(e) des programmes (CPP) sera responsable de la coordination du processus de planification, d’élaboration, de mise en œuvre, de suivi et d’évaluation des programmes du FAWE. Travaillant sous l’autorité directe de la Directrice exécutive, il/elle devra avoir une compréhension approfondie des questions se rapportant à l’éducation et le genre, ainsi qu’aux défis existant au niveau local et qui sont susceptibles d’affecter le processus de réalisation des programmes du FAWE. La personne titulaire de ce poste sera chargée du bon déroulement des programmes du FAWE au niveau régional et de leur supervision au niveau national à travers des Chargé(e)s de coordination des programmes. Il/elle devra s’assurer de la conformité des programmes et activités des Antennes nationales aux objectifs du Plan stratégique 2008-2012, et sera responsable de la supervision du processus de mise en œuvre des initiatives programmatiques émanant du bureau de la Directrice exécutive ou du Secrétariat régional. Tous les Chargé(e)s de coordination des programmes travailleront sous son autorité directe.

2.

Le/la Responsable principal(e) des finances et de l’administration (RPFA) assurera la gestion financière efficace de l’organisation ainsi que les questions administratives et de ressources humaines. Il/elle devra avoir des connaissances et de l’expérience en matière de finances et de ressources humaines, ou de finances et de gestion d’entreprise. Il/elle assurera la supervision de tout l’appui financier aux programmes ainsi que de la gestion efficace des ressources humaines de l’organisation dans son ensemble. Le Comptable ainsi que le/la Chargé(e) des ressources humaines et de l’administration travailleront sous son autorité directe.

3.

Le/la Spécialiste en matière de mobilisation des fonds et des ressources (SMFR) jouera un rôle important dans la mobilisation des fonds et d’autres ressources, aussi bien en Afrique qu’à l’étranger. La personne recrutée à ce poste devra être dynamique, pleine de ressources et persuasive, avoir de bonnes relations dans les milieux de mobilisation des fonds, et être capable de soutenir le programme global du FAWE. Les compétences requises pour ce poste comprennent la rédaction de proposition de projets ; l’aptitude à explorer de nouvelles sources de financement, communiquer avec les bailleurs de fonds, entreprendre des recherches et anticiper les tendances et les politiques de financement ; et d’excellentes compétences de communication orale et écrite.

32


Ce changement a pour objectif de permettre à la Directrice exécutive d’accorder plus de temps à l’élaboration de la vision stratégique du FAWE et à mettre en place un leadership en matière du genre et de l’éducation, promouvoir l’image de l’organisation, prendre contact avec les bailleurs de fonds et d’autres partenaires, et mobiliser des ressources. Outre ces trois postes, il y aura les postes ci-après : 1.

Les Chargé(e)s de coordination des programmes (CCP) qui seront chargé(e)s d’assurer le leadership, la coordination, l’appui technique, le suivi et l’évaluation des programmes des Antennes nationales. Chaque CCP sera responsable de la coordination d’un groupe d’Antennes nationales. Ces postes seront occupés par des membres du personnel spécialisé(e)s et expérimenté(e)s en matière de coordination de programmes. Les compétences requises à ces postes comprennent le plaidoyer ; l’analyse de politiques ; et l’élaboration, la planification, la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation des programmes. Elles sont toutes d’une importance capitale pour la réalisation des six objectifs stratégiques du Plan 2008-2012 du FAWE.

2.

Le suivi et l’évaluation seront intégrés dans tous les programmes sous le Plan stratégique 2008-2012. Ainsi, un(e) Chargé(e) de suivi et d’évaluation (CSE) assurera la coordination de ces questions au niveau du Secrétariat régional. Il/elle devra avoir des compétences et de l’expérience en matière de suivi et d’évaluation, ainsi qu’en coordination de programmes. Il/elle sera capable d’apporter un appui à tous les membres du personnel tant au niveau du Secrétariat régional qu’au niveau des Antennes nationales. Ce membre de personnel élaborera également les outils et systèmes nécessaires pour faciliter l’intégration efficace du suivi et de l’évaluation à travers tout le réseau du FAWE. Il/elle travaillera en étroite collaboration avec le/la Chargé(e) de communication et de recherche sur la production de publications générales et ponctuelles sur les activités du FAWE.

3.

Le/la Chargé(e) de communication et de recherche (CCR) sera responsable de la collecte, la collation, l’analyse et la gestion d’une collection de nouvelles tendances et d’informations sur l’éducation des filles ; de la coordination des TIC ; ainsi que de la communication interne et externe, y compris les communiqués de presse et les interventions auprès des média. Il/elle assurera la dissémination des informations sur les activités du FAWE et de la promotion médiatique d’événements majeurs. Il/elle sera responsable du contenu et de la mise à jour du site Internet du FAWE ainsi que de la production du matériel de promotion au sujet de l’organisation. Il s’agit d’une personne pleine de ressources, ayant de bons contacts dans les média et possédant d’excellentes compétences en communication orale et écrite.

4.

Un(e) Chargé(e) de ressources humaines et d’administration (CRHA) travaillera sous la supervision du/ de la Responsable principal(e) des finances et de l’administration. Il/elle s’occupera des questions de ressources humaines, y compris la coordination du processus de recrutement et de licenciement du personnel, le développement professionnel et la formation du personnel, les documents administratifs du personnel et le règlement des litiges. En outre, il/elle s’occupera des tâches administratives qui lui seront assignées par le RPFA, y compris la supervision du pool d’assistant(e)s de programme et du personnel de soutien, et l’administration du programme des stagiaires du FAWE.

5.

Un(e) Comptable travaillera également sous la supervision du/de la RPFA. Il/elle remplira des tâches comptables de routine, y compris les salaires, la préparation d’avances pour les missions et d’autres services fournis au FAWE.

6.

Un pool d’Assistant(e)s aux programmes polyvalent(e)s fournira un appui administratif à tous les CCP sur une base rotative, de manière à se familiariser avec les fonctions d’appui.

7.

Un programme de stage sera mis en place pour recourir aux talents de jeunes étudiants en formation diplômante ayant une connaissance du domaine mais cherchant à acquérir de l’expérience dans leur domaine. Ils fourniront un appui supplémentaire aux CCP selon des besoins identifiés en collaboration avec le/la Chargé(e) de ressources humaines et de l’administration.

33


Organigramme Organe de gouvernance

Assemblée générale

Comité exécutif

Secrétariat régional Spécialiste en matière de mobilisation des fonds et des ressources (SMFR)

Coordinateur(trice) principal(e) des programmes (CPP)

4 Chargé(e)s de coordination de programmes (CCP)

Chargé(e) de communication et de recherche (CCR)

Assistant(e) au programme

Directrice exécutive

Responsable principal(e) des finances et de l’administration (RPFA)

Chargé(e) de suivi et évaluation (CSE)

Chargé(e) de ressources humaines et d’administration (CRHA)

Comptable

Assistant(e) d’administration 3 Assistant(e)s d’administration

Etudiant(e)s stagiaires (2-3)

Antennes nationales

Assemblée générale de l’Antenne nationale Comité exécutif de l’Antenne nationale Coordinatrice nationale

Chargé(e) de programmes de l’AN

Assistant(e) aux comptes et à l’administration

34

Bureaux locaux affiliés à l’AN


5.2

Bailleurs de fonds, partenaires et trusts

Liste de bailleurs de fonds, partenaires et trusts au mois de décembre 2007. Bailleurs de fonds 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20

Banque mondiale DANIDA (Danemark) DFID (Royaume-uni) Fondation Carnegie Fondation Ford Fondation Rockefeller Gouvernement norvégien Ministère des affaires étrangères, Finlande Ministère des affaires étrangères, Irlande Ministère des affaires étrangères, Pays-Bas NORAD (Norvège) Organisation internationale du travail Plan WARO Sida (Suède) UNESCO UNFPA UNICEF UNIFEM Union Européenne USAID

Partenaires et trusts 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 37 38 39

ADEA ActionAid International Africa Women’s Network ANCEFA Association for Strengthening Higher Education for Women in Africa Association des Universités Africaines Children in Crisis Commonwealth of Learning Cordaid Congrès de la Campagne mondiale pour l’éducation International Youth Foundation Ministères de l’éducation des pays de l’Afrique sub-saharienne Mvule Trust Open Society Initiative for Southern Africa (OSISA) OXFAM Plan International UNESCO BREDA UNGEI Winrock International

35


5.3

Membres du Comite Executif du FAWE

S. E. Simone de Comarmond*, Présidente du FAWE, est l’une des cinq membres fondatrices de l’organisation. Elle a eu une longue et honorable carrière au sein du gouvernement des Seychelles. Elle a été Ministre de l’éducation nationale pendant cinq ans, au cours desquels elle a créé l’Antenne nationale du FAWE aux Seychelles. Elle a ensuite été Ministre du Tourisme et des transports durant environ 10 ans. S. E. Beth Mugo** est Vice-présidente du FAWE et Vice-ministre de l’éducation nationale au Kenya. Elle est femme d’affaires de haut rang à Nairobi et a dirigé l’Association des femmes professionnelles et femmes d’affaires du Kenya. S. E. Alice Tiendrébeogo* est membre fondatrice du FAWE exerçant les fonctions de Secrétaire honoraire au sein de l’organisation. Ancienne Ministre de l’éducation au Burkina Faso, elle est actuellement à la tête de la Fondation nationale d’alphabétisation. Elle est Présidente de l’Antenne nationale du FAWE au Burkina Faso qu’elle a également créée. Prof. Emebet Mulegeta*, Trésorière du FAWE, est éducatrice de haut rang et Professeur associé de psychologie à l’Université d’Addis-Abeba. Elle est chercheuse de renom sur les questions de genre et a été à la tête du Centre de recherche, de formation et d’information sur les femmes et le développement (CERTWID), ainsi que de l’Institut de recherche en matière de développement (IDR). Elle est actuellement Présidente de l’Antenne nationale du FAWE de l’Ethiopie. Prof. Esther Mwaikambo** est Pédiatre de renom et Recteur de Hubert Kairuki Memorial University en Tanzanie. S. E. Fay Chung est membre fondatrice du FAWE. Elle a été Ministre de l’éducation nationale au Zimbabwe avant d’occuper des postes importants au sein de diverses organisations internationales telles que l’UNICEF et l’UNESCO. Elle est également membre fondatrice de l’Association de renforcement des capacités de l’enseignement supérieur pour les femmes en Afrique (ASHEWA). S. E. Francisca Espirito Santo**, éducatrice de haut rang en Angola, est actuellement en train de créer l’Antenne nationale du FAWE de son pays. Elle a été Ministre de l’éducation nationale en Angola et Gouverneur de la ville de Luanda. Prof. Mary Okwakol** est Recteur de l’université Busitema en Ouganda. Elle a été Professeur de zoologie à l’université Makerere et Vice-recteur de l’université Gulu. Elle est actuellement Présidente de l’Antenne nationale du FAWE en Ouganda. Hon. Mame Bousso Samb Diack** est éducatrice de haut rang et Parlementaire au Sénégal. Elle a été responsable de l’unité chargée de l’éducation des filles au Ministère de l’éducation qui a connu un succès remarquable en matière de promotion de l’accès des filles à l’enseignement primaire. Elle est actuellement Présidente de l’Antenne nationale du FAWE au Sénégal. S. E. Dr Becky Ndjoze-Ojo est Vice-ministre de l’éducation en Namibie. Elle est bien connue comme chercheuse en linguistique et est actuellement Vice-présidente de l’Antenne nationale du FAWE en Namibie. S. E. Rosalie Kama Niamayoua** est Ministre de l’éducation au Congo (Brazzaville). Elle est actuellement Présidente du Bureau des Ministres de l’ADEA et est en train de créer une Antenne nationale du FAWE au Congo. Dr. Codou Diaw est Directrice exécutive du FAWE. Elle a une longue expérience en tant que chercheuse sur le genre et l’éducation et a travaillé avec diverses organisations et agences internationales telles que la Banque mondiale et la JICA. * Membres du Comité de gestion ** Membres du Comité programmes

36


5.4 Membres du FAWE 11. Mme Monaicha Cheikh Mohaya Secrétaire général du Gouvernement République Fédérale Islamique des Comores

Membres à part entière 1.

2.

3.

4.

5.

6.

7.

8.

9.

S. E. Namirembe Bitamazire Ministre d’état chargée de l’éducation primaire Ministère de l’éducation Ouganda

12. Mme Sebtuu Nassor Commissaire pour l’éducation Département de l’éducation, Vuga Zanzibar

Mme Mwatumu Malale Présidente FAWE Tanzanie Tanzanie

13. Prof. Olive Mugenda Recteur Kenyatta University Kenya

S. E. Gennet Zewide Ambassadrice de la République Démocratique Fédérale de l’Ethiopie en Inde Ethiopie

14. Dr. Primrose Kurasha Recteur Zimbabwe Open University Zimbabwe

Prof. Leah Marangu Recteur Africa Nazarene University Kenya

15. Dr. Beatrice Wabudeya Ancienne Ministre au bureau du Président Ministère de l’éducation Ouganda

Prof. Florida Karani University of Nairobi Kenya

16. S. E. Halimatou Haman Adama Ministre Ministère de l’éducation de base Cameroun

Mme Naomy Wangai Ancienne directrice des affaires de genre (Retirée du ministère) Ministère de l’éducation Kenya

17. Prof. Mary Okwakol Recteur Busitema University Ouganda

Mme Francisca Espirito Santo Gouverneur de la ville de Luanda Angola

18. Mme Bishagar Therese Ministère de l’éducation Kigali Health Institute Rwanda

Prof. Lydia Makhubu University of Swaziland Kwaluseni Campus Swaziland

19. S. E. Prof. Arthur M R A Lydia Brito Ministère de l’éducation supérieure, des sciences et des technologies Mozambique

Prof. Dorothy Njeuma Recteur L’université de Yaoundé Cameroun

20. Prof. Rosalind Mutua Recteur Kiriri Women’s University Kenya

10. Mme Barbara Chilangwa Secrétaire permanent Ministère du développement de la communauté et des services sociales Zambie

37


21. S. E. Christine Churcher s/c FAWE Ghana Ghana

32. Dr. Antonia Joaquim da Costa Xavier Vice-ministre de l’éducation Ministère de l’éducation Mozambique

22. Mme Macsuzy Mondon Ministre de la santé République des Seychelles

33. Prof. Margaret Kamal Adjoint du recteur Moi University Kenya

23. S. E. Dr. Jeanne d’Arc Mujawamariya Ministre de l’éducation chargée de l’enseignement primaire et secondaire Ministère de l’éducation, des sciences, des technologies et de la recherche scientifique Rwanda

34. S. E. Dr. Naomi Katunzi Secrétaire permanent Ministère de l’éducation supérieure, des sciences et des technologies Tanzanie

24. S. E. Naledi Pandor Ministre de l’éducation Afrique du Sud

35. Dr. Hope Cynthia Sadza Présidente exécutive Women’s University in Africa Education Services Centre Zimbabwe

25. Mme Ruth Hiyob Mollel Ministère des sciences, des technologies et de l’éducation supérieure Tanzanie

36. S. E. Constance Simelame Ministre de l’éducation Swaziland

26. S. E. Rosalie Kama Niamayoua Ministère de l’enseignement primaire et secondaire chargée de l’alphabétisation République du Congo

37. S. E. Anna Andrew Kachikho Ministre de l’éducation Malawi

27. S. E. Mme Awa Gueye Kebe Ministre de la famille et de la petite enfance Sénégal

38

28. S. E. Mme Hajyi Bintu Ibrahim Mousa Ministre d’état pour l’éducation Nigeria

S. E. Becky Ndjoze-Ojo Vice-ministre de l’éducation Ministère de l’éducation Namibie

Membres fondatrices

29. S. E. Mme Rafiatou Karimou Ministre des enseignements primaire et secondaire Bénin 30. S. E. Mme Fatou Lamin-Fye Secrétaire d’état pour l’éducation Département d’état pour l’éducation La Gambie 31. S. E. Mme Beth Mugo Vice-ministre de l’éducation Ministère de l’éducation, des sciences et des technologies Kenya

38

1.

Feu S. E. Vida Yeboa Coordinatrice Antenne nationale du FAWE au Ghana Ghana

2.

S. E. Simone de Comarmond Présidente Antenne nationale du FAWE au Seychelles Seychelles

3.

S. E. Paulette Missambo Ministère de l’état chargé de l’éducation nationale et de la condition féminine Gabon


4.

5.

S. E. Dr. Fay Chung Membre du Comité exécutif du FAWE Zimbabwe

1.

S. E. Alice Tiendrébeogo Secrétaire honoraire du Comité exécutif du FAWE Antenne nationale du FAWE au Burkina Faso Burkina Faso

Prof. Jadesola Akande Directrice exécutive Women Law and Nigeria Nigeria

2.

Chief (Mme) Veronica Iyabo Anisulowo Ancienne Ministre de l’état pour l’éducation Nigeria

3.

Mme Eleonore Margueritte Nerine Madagascar

4.

S. E. Patience Adow Ghana

5.

S. E. Christine Amoako-Nuama Ministre des terres et des forêts Ghana

6.

Prof. Neo Mathabe Recteur par interim et proviseur Technikon SA Afrique du Sud

7.

S. E. Esi Sutherland-Addy Chercheuse University of Ghana Ghana

8.

S. E. Christiana Thorpe Présidente fondatrice FAWE Sierra Leone Sierra Leone

9.

S. E. Margaret Clerke-Kwesie Ancienne Vice-ministre de l’éducation Ghana

Membres associés - Femmes

Eminentes éducatrices 1.

2.

Mme Josephine Ntahobri Consultante African Girls’ Education Initiative Burundi Mme Salomé Lesse Ngaba Zogo Ancienne inspectrice nationale pour l’éducation Coordinatrice FAWE Cameroun Cameroun

3.

Dr. Meria Damalisy Nowa-Phiri Ministère de la santé et de la population Malawi

4.

Dr. Enala Tembo-Mwase Department of Paraclinical Studies School of Veterinary Medicine University of Zambia Zambie

5.

Mme Mame Bousso Samb Diack Députée à l’Assemblée Nationale Sénégal

6.

Dr. Rosina Akua Acheampong Ghana

7.

Mme Souley Aissatou Secrétaire exécutif Commission nationale du Niger auprès de l’UNESCO Niger

8.

10. Dr. Mamphela Ramphele Ancienne Vice-présidente Banque Mondiale Afrique du Sud

Dr. Emebet Mulegeta Coordinatrice Centre for Research Training and Information on Women in Development (CERTWID) Ethiopie

11. Mme Aicha Bah Diallo Ancienne Directrice Division de l’éducation de base de l’UNESCO France

39


12. S. E. Fatoumata Camara Diallo Présidente AMASEF / FAWE Mali Mali

6.

S. E. Joseph Mungai Ministre de l’éducation Tanzanie

7.

S. E. Dr. Edward K Makubuya Ministre de l’éducation et des sports Ouganda

8.

S. E. Dr. George Nga Mtafu Député au Parlement Malawi

9.

S. E. Henry Kosgey Ancien Ministre de l’éducation Kenya

13. Hon. Aminata Tall Ancienne Ministre d’état Sénégal 14. S. E. Graça Machel Fundação para o Desenvolvimentoda da Communidade Mozambique

Membres associés - Hommes 1.

S. E. Kalonzo Musyoka Vice-président et Ministre des affaires intérieures Kenya

10. S. E. Prof. Romain Munenzi Ministre de l’éducation Rwanda

2.

S. E. Karega Mutahi Secrétaire permanent Ministère de l’éducation Kenya S. E. Mamadou Ndoye Secrétaire exécutif ADEA France

11. S. E. M Fidèle Kentega Ministère de l’enseignement de base et de l’alphabétisation Burkina Faso

3.

4.

S. E. Armoogum Parsuramen Ancien Directeur Bureau régional UNESCO-BREDA Sénégal

5.

S. E. Amanya Mushega Ancien Ministre de l’éducation Ouganda

12. S. E. M Almany Fode Sylla Ministère de l’enseignement et de la formation professionnelle Guinée 13. S. E. Prof. Moustapha Sourang Ministre de l’éducation Sénégal 14. S. E. Mr. Moustapha Dicko Ancien Ministre de l’éducation nationale Mali

40


5.6 Antennes nationales AFRIQUE DU SUD

ETHIOPIE

Chair : Ms Vuyisa Tanga FAWE South Africa Chapter The Cottage, University of Cape Town Private Bag X3, Rondebosch 7701 CAPE TOWN, Afrique du Sud Tél : (27) 21 852142; (27) 21 6503254; 6852142 fawesa@education.uct.ac.za fawesa@protem.uct.ac.za

Coordinator : Ms Roman Degefa Chair : Dr. Emebet Mulugeta Women Educationalist Association (FAWE Ethiopia) Bole Medhanalem Road Behind Zurga Building (Awash Bank/Insurance) P. O. Box 20882 Code 1000 ADDIS ABABA, Ethiopie Tél : (251) 1-2511317 fawe.ethiopia@telecom.net.et

BENIN

GABON

Coordinatrice : Madame Marlène A. S. E. SEIDOU BABIO épouse ADISSO. Présidente : Mme Elisabeth Gnanvo-Yededji Association des femmes de l’éducation du Bénin (ASFEB) INE-Gbegamey 06 BP1408, Akpapba COTONOU, Bénin Tél : (229)-310566; 321995; (229)-330873 fawe_benin@yahoo.com

Coordinatrice : Mme Joséphine Obame Présidente : Mme Philomene Ayingone Association des Femmes Educatrices du Gabon (AFEG) B. P. 2256 LIBREVILLE, Gabon Tél : (241) 775358; (241) 635777

LA GAMBIE

Coordinator : Mrs Yadicon Njie-Eribo Chair : Mrs. Emily Foon-Sarr FAWE Gambia Chapter, FAWEGAM Secretariat Teachers Union Complex Opposite MDI Kanifing South BANJUL, Gambie Tél : (220) 4397646 ; (220) 4397266/ fawegam@hotmail.com emilysarr@yahoo.com

BURKINA FASO

Coordinatrice : Mme Lamisana Absetou Présidente : S. E. Alice Tiendrébeogo FAWE Burkina Faso; BP 581 OUAGADOUGOU, Burkina Faso Tél : (226) 50 366268; MOE (226) 50 360979/300282 afed@cenatrin.bf

BURUNDI

GHANA

Coordinatrice : Mme Beatrice Nijebariko Présidente : Mme Philomène Makaza BP 6382, Avenue de la Mission No.2 BUJUMBURA, Burundi Tél : (257) 244635 fawe-burundi@onatel.bi

Coordinator : Ms. Juliana Osei Chair : Mrs Camilla Haldane-Lutterodt Near FAWE FM 105.9 Fotobi (Nsawam-Aburi Road) Eastern Region Accra P.O. Box C 1217, Cantonments ACCRA 2, Ghana Tél : (233) 21 (0)81 91460; (233) 21 (0)81 91461; (233) 21 (0)244 501067; (233) 21 (0)244 658017 faweghana@yahoo.com http://www.ghana.edu.gh

CAMEROUN

Coordinatrice : Mme Salome Ngaba Zogo Présidente : Dr. Abossolo Monique FAWE Cameroon (FAWECAM) Immeuble Mah’dong Vetrnique Rue Ne. Essos, BP 31222 YAOUNDE 13, Cameroun Tél : (237) 222-11-47 Fax : (237) 222-18-73 fawecam_2002@yahoo.fr

GUINEE

Coordinatrice : Hadja Ramatoulaye Diallo Présidente : Mme Hadja Albertine Fadiga Forum des Educatrices de Guinée (FEG) Siege-Rez-de-Chaussee, Immeuble SENY Quartier Tombo, Commune de Kaloum B.P. 3864 CONAKRY, Guinée Tél : (224) 454797; 451774; (224) 454323; 454797 fawegui@yahoo.fr

COMORES

Coordinateur : Monsieur Mohamed Nafion Présidente : Mme Sittou Raghadat Mohamed FAWE Comores (FAWECOM) Immeuble l’Ifere de Ngazidja B.P. 2540 Comores Tél : (269) 735244 adarkaoui@hotmail.com; fawecom@snpt.km

41


Time Square, 3 andar MAPUTO, Mozambique Tél : (258) 1 430430/1; Mobile : 082886900 Tél Francisca Nobre : 21-303975; 82 3819350 fawemo@tvcabo.co.mz fnobre2001@yahoo.com

KENYA

Coordinator : Ms. Faith Macharia Chair : Mrs. Elaine Mukuru FAWE Kenya Chapter Lenana Road P O Box 52597 NAIROBI, Kenya Tél : (254) 20 2736877/67; (254) 20 2736884 fawek@fawek.org

NAMIBIE

Chair : Hon Rosalia Nghidinwa Ministry of Basic Education & Culture Luther Street, Government Office Park 1st Floor, Rook 110 Private Bag 13186 WINDHOEK, Namibie Tél : (264) 61 224277; 257662; (264) 61 2933342/67; 2933111; 2933143 fawena@mec.gov.na nandreas@mec.gov.na

LIBERIA

Coordinator : Ms. Winifred Deline Chair : Dr. Evelyn Kandakai FAWE Liberia Chapter Ministry of Education 4th Floor, UNESCO PIU P O Box 9012 MONROVIA, Liberia Tél : (231) 226416; 227555; 6424918; 00037747513018 liberiafawe@yahoo.com

NIGER

Coordinatrice : Mme Hima Fatimatou Présidente : Prof Bouli-Ali Diallo FAWE Niger B.P. 13727 NIAMEY, Niger Tél : (227) 96981321 fatimatou3@caramail.com

MADAGASCAR

Coordinatrice : Ms Amarente Norolalao Ranerason Présidente : Manorohanta Dominique Cécile Antenne Nationale FAWE Madagascar Logt 528 Cité Ampefiloha, BP 1489 ANTANANARIVO 101, Madagascar Tél : (261) 20 22 332 19; 033 12 514 47 fawe_mada@wanadoo.mg amarente_onyx@yahoo.com

NIGERIA

Coordinator : Ms. Adegbasan Adelola Patricia Chair : Mrs Jara Tutare FAWE Nigeria Sky Memorial Complex Block E, Flat 2, Wuse, Zone 5 ABUJA, Nigeria Tél : (234) 08027830082; (234) 08034018944 fawen2004@yahoo.com

MALAWI

Coordinator : Mrs Esther Msowoya Chair : Mrs Hazel Manda FAWE Malawi Chapter (FAWEMA) Lilongwe Rural East Education Offices Old Town, off roundabout past ESCOM P.O. Box 30736 Capital City Lilongwe 3, Malawi Tél : (265)1-750-976 Fax : (265)1-751-650 fawema@sdnp.org.mw

OUGANDA

Acting Coordinator : Mrs. Martha Muhwezi Chair : Prof. Mary Okwakol FAWE Uganda Chapter Plot 328, Maguluhane Bukoto P O Box 24117 KAMPALA, Ouganda faweu@faweu.or.ug www.faweu.or.ug

MALI

Coordinatrice : Mme Maiga Kadiatou Baby Présidente : SAMASSEKOU Kankou TRAORE Association Malienne pour l’Appui à la Scolarisation et à l’Education des Filles (AMASEF/FAWE) Immeuble MEME-ABK5, Hamdallaye B. P. E. 1366 BAMAKO, Mali Tél : (223) 2293619; 2227767; 2237117 amasef.fawe@afribonemali.net

RWANDA

Coordinator : Ms Odette Mutanguha Chair : Dr. Kathy Kantengwa FAWE Rwanda Chapter Ministry of Education Building 1st Floor, Room 101-103 P.O. Box 6703 KIGALI, Rwanda Tél : (250) 5 87724; 82162; (250) 5 82514; 87724; 82162 fawerwa@rwanda1.com www.fawerwa.org.rw

MOZAMBIQUE

Coordinator : Francisca Nobre Chair : H. E. Graça Machel FAWE Mozambique Chapter FDC, Avenue 25 de Setembro n. 12504

42


P.O. Box 63319 DAR ES SALAAM, Tanzanie Fax/Tél.2122871; 2125858; Mobile : 0748-645628 FAWETZ@posta.co.tz

SENEGAL

Coordinatrice : Madame Adama Mbengue Présidente : Mme Bousso Sam Diack Présidente de la SN/FEA 23 Rue Calmette; BP 6646 DAKAR-ETOILE, Sénégal Tél : (221) 33-822-4177; MOE (221) 33 8 218930; 221463 fawesenegal1@yahoo.fr mamebousso@yahoo.fr

TCHAD

Coordinatrice : Ms Anastasie Dewa, Présidente : Mme Naimo Perside Beguy Forum des Educatrices Tchadiennes (FORET/FAWE) Quartier Ambatsana 3ème Arrondissement, carré 07, rue 2086, porte 649 Coté ouest de la Librairie la Source B.P 1120 N’DJAMENA, Tchad Tél : (235) 517465; (235) 519659 fawe_tchad@yahoo.fr ; foret@intnet.td

SEYCHELLES

Contact : Ms Fiona Ernesta Chair : Mrs. Monica Servina Seychelles Association of Women Professionals (SAWOP) P. O. Box 737, Victoria MAHE, Seychelles Tél : (248) 371252 sawop@seychelles.sc www.seychelles.sc

TOGO

Coordinateur : Monsieur Prosper Adigbli Présidente : Mme Kekeli Jeanine Agounke 42 Avenue de Calais à coté de la Pharmacie pour Tous BP 13077 LOME, Togo Tél : (228) 2224463; (228) 2216965; (228) 2214129 prospekos@yahoo.fr kagounke@caramail.com

SIERRA LEONE

Coordinator : Mrs. Eileen Hanciles Chair : Mrs Elfrida Scott FAWE Sierra Leone, 4 Hill Street FREETOWN, Sierra Leone Tél : (232) 22 227076 Fax : (232) 22 225844 fawe_sl@yahoo.com

ZAMBIE

Coordinator : Mrs Daphne Chimuka Chair : Mrs Lillian Kapulu FAWE Zambia Chapter House No. 6680, Chiwalamabwe Rd Olympia Park P O Box 37695 LUSAKA, Zambie Fax : (260) 1 295482 faweza@iconnect.zm

SOMALIE

Acting Coordinator : Ms Hawa Ali Jama Chair : Mrs Zahra Nur BOSSASO, Puntland Tél : 002525-824556 fawesom@yahoo.com zahranur@hotmail.com

ZANZIBAR

Coordinator : Asma Ismail Nombamba Chair : Mrs. Rabia Hamdan FAWE Zanzibar Chapter C/o Ministry of Education Department of Education P O Box 573 Zanzibar Tél : 255-24-2235225 fawezan@zanlink.com rmahamdani@yahoo.com

SUD SOUDAN

Chair : H.E Grace Datiro Minister for Education Juba Area Office Western Equatorial State Email : gracedatiro@yahoo.com

SWAZILAND

Acting. Chair : Prof. Lwandle Kunene 2nd Fl, Swaziland Dairy Board Mahleka Street P.O. Box 5852 MANZINI, Swaziland Tél : (268) 505 8266; (268) 505 9560/1 faweswa@swazi.net

ZIMBABWE

Coordinator : Susan Guwiriro Chair : Mrs. Tsitsi Mudenha FAWE Zimbabwe Belvedere Technical Teachers’ College 1 Harvard Road Belvedere P O Box MP1058, Mount Pleasant HARARE, Zimbabwe fawez@africaonline.co.zw

TANZANIE

Acting Coordinator : Zamaradi Said Chair : Mrs. Mwatumu Malale FAWE Tanzania Chapter, Posta House Building 1st Floor Room No.101-102 Ohio/Ghana Street

43


44


F A W E

Forum des educatrices africaines (FAWE)

FAWE House, Chania Avenue, off Wood Avenue P.O. Box 21394, 00505 Ngong Road Nairobi, Kenya Tel: +254 2 387 3131 Fax: +254 2 387 4150 fawe@fawe.org www.fawe.org


F A W E

Forum des éducatrices africaines (FAWE)

FAWE House, Chania Avenue, off Wood Avenue P.O. Box 21394, 00505 Ngong Road Nairobi, Kenya Tél : +254 20 387 3131 Fax : +254 20 387 4150 fawe@fawe.org www.fawe.org

FAWE Plan Stratégique 2008-2012  

Cette publication présente le Plan Stratégique 2008–2012 du Forum des éducatrices africaines (FAWE) avec le thème 'Optimiser nos atouts: rel...

FAWE Plan Stratégique 2008-2012  

Cette publication présente le Plan Stratégique 2008–2012 du Forum des éducatrices africaines (FAWE) avec le thème 'Optimiser nos atouts: rel...

Advertisement