Issuu on Google+

0


1

Sommaire PREAMBULE............................................................................................................................................................................. 3

INTRODUCTION ........................................................................................................................................................................ 4 PROBLEMATIQUE...................................................................................................................................................................... 5 METHODE D’APPROCHE ............................................................................................................................................................. 6 APPROCHE THEORIQUE .................................................................................................................................................... 7 INTRODUCTION A QUELQUES NOTIONS FONDAMENTALES.................................................................................................................. 8 A.

ECOLE DE TUNIS ...................................................................................................................................................... 9 1. APERÇU HISTORIQUE ............................................................................................................................................................. 9 2. L’ECOLE DE TUNIS ............................................................................................................................................................... 10 3. LES PEINTRES ..................................................................................................................................................................... 12 4. LA COLLECTION ................................................................................................................................................................... 12 5. TYPOLOGIE DE LA COLLECTION ............................................................................................................................................... 18 6. LES ESPACES CONSACRES A L’ART EN TUNISIE............................................................................................................................ 24 7. LES MUSEES DEDIES A L’ART AU MAGHREB............................................................................................................................... 25 8. L’INTERET D’UN MUSEE DEDIE A L’ART EN TUNISIE ..................................................................................................................... 26 CONCLUSION ......................................................................................................................................................................... 26

B.

MUSEE .................................................................................................................................................................. 27 1. APERÇU HISTORIQUE ........................................................................................................................................................... 27 a. Renaissance .............................................................................................................................................................. 27 e b. XX siècle .................................................................................................................................................................. 28 2. DEFINITION DE MUSEE ........................................................................................................................................................ 30 3. CLASSIFICATION DES MUSEES ................................................................................................................................................ 31 4. LES QUATRES FONCTIONS DU MUSEE ...................................................................................................................................... 32 a. La fonction de conservation ...................................................................................................................................... 32 b. La fonction scientifique ............................................................................................................................................. 33 c. La fonction d’animation ............................................................................................................................................ 34 d. La fonction d’exposition............................................................................................................................................ 35 1► Les espaces d’expositions ..................................................................................................................................... 35 2► Les parcours .......................................................................................................................................................... 38 3► Les éclairages ........................................................................................................................................................ 41

CONCLUSION ......................................................................................................................................................................... 46 APPROCHE ANALYTIQUE ................................................................................................................................................ 47 CRITERES DE CHOIX DES EXEMPLES ............................................................................................................................................. 48 Mémorial Yad Vashem ........................................................................................................................................................... 49 MOCA ..................................................................................................................................................................................... 52 Kunsthaus, Bregenz ................................................................................................................................................................ 55 Kunsthal,Rotterdam ............................................................................................................................................................... 58 Nykytaiteen musée Kiasma .................................................................................................................................................... 61 MacVal ................................................................................................................................................................................... 65

CONCLUSION ......................................................................................................................................................................... 69

APPROCHE CONCEPTUELLE ............................................................................................................................................ 73


2 1. LE SITE.............................................................................................................................................................................. 74 Critères de choix ........................................................................................................................................................... 74 Présentation du site ...................................................................................................................................................... 74 2. LE TERRAIN ........................................................................................................................................................................ 75 CRITERE DE CHOIX .............................................................................................................................................................. 75 Étude de l’environnement immédiat ........................................................................................................................... 76 Caractéristique du terrain ............................................................................................................................................. 77 Photo du site ................................................................................................................................................................. 77 3. OUTIL CONCEPTUEL............................................................................................................................................................. 79 Le parti .......................................................................................................................................................................... 82 Esquisses ....................................................................................................................................................................... 83 Proposition.................................................................................................................................................................... 89 TABLE DES ILLUSTRATIONS : ...................................................................................................................................................... 91 BIBLIOGRAPHIE : .................................................................................................................................................................... 92


3

PREAMBULE

Ce mémoire traite le sujet des musées. Il a pour objectif d’analyser leurs fonctionnements et d’étudier leurs architectures.


4

INTRODUCTION

Dans un précèdent travail, J’ai été amené à présenter un sujet sur « L’école de Tunis ». Ce sujet m’a conduit évidement à découvrir la richesse de la production tunisienne dans le domaine de l’art et de la peinture, mais il m’a amené aussi à découvrir, le grand nombre de peintres tunisiens encore non reconnu, jusqu’à ce jour, par le grand public. L’idée été de concevoir un musée qui rassemblera les travaux de ces artistes, et les présentera au grand public.


5

PROBLEMATIQUE Certes, du point de vu de l’histoire, la tradition de la peinture en Tunisie est relativement récente « début du siècle dernier », mais cela n’empêche pas le fait que actuellement la Tunisie se distingue dans le monde artistique, non seulement par une production abondante mais également par une peinture, différente de ce qui se fait ailleurs, qu’on pourrait qualifier de « peinture authentiquement tunisienne ».Cependant, ces productions artistiques ont des difficultés à ce faire connaitre par le grand public, car les lieux prévus pour ce fait sont rare en Tunisie. Qu’en est t-il vraiment des installations dédiés à l’art en Tunisie ? On peut déjà établir un premier constat : les espaces destinés à l’art en Tunisie se limitent à quelques bibliothèques, à certains espaces d’expositions, à des galeries marchandes, et à des lieux dont la vocation d’origine n’est pas celle d’exposé des ouvres d’art. Et malgré que la Tunisie à déjà prévu la conception d’espaces dédiés à l’art tel que le musée de la cité de la culture, la réalisation d’autres musées reste toujours d’actualité. Sachant que la Tunisie possède une considérable collection d’œuvres d’art et de tableaux de peinture, totalisant un peu plus de 8000 œuvres. Et que cet héritage mérite d’être conservé et exposé dans des lieux beaucoup plus adaptés, que les dépôts du ministère de la culture. Penser un tel espace, demande une réflexion particulière, qu’on évoquera par la question suivante : Un projet, destiné à qui et contenant quoi? A partir de cette triangulation on peut désormais cerner le champ de travail du mémoire et poser une problématique définie par les interrogations suivantes : En quoi consistent les œuvres à exposer ? Dans quel espace seront ils exposés ? Et, Quel est le public ciblé ? ce mémoire se fonde sur ces questions, et l’objectif de ce travail est de tenter d’en apporter une réponse.


6 METHODE D’APPROCHE Dans une première partie, nous présenterons le groupement de peintres rattaché à la Tunisie connu sous le nom de « école de Tunis », et nous donnerons également un aperçu sur leur importante collection de tableaux de peinture. Dans une deuxième partie nous entamerons, d’abord, une étude liée aux fonctions des musées, puis, et à partir des différents exemples, nous essayerons de dégager des outils conceptuels, qui serviront ensuite de base conceptuelle à notre projet d’application.

approche théorique

approche analytique

synthèse

Approche conceptuelle

collection

école de Tunis

Typologie de la collection

Conditions spécifiques à son exposition

Le mode d’exposition

musée

fonctions

analyse d’exemples

site

mode d'affichage

Critères de choix

Analyse du site

Contexte, particularités formelles, schémas fonctionnels,

contexte

programme fonctionnel

concepts


7

APPROCHE THEORIQUE


8 1

INTRODUCTION A QUELQUES NOTIONS FONDAMENTALES

Culture Le mot cultura apparaît à la fin du XIe siècle. Il désigne notamment une pièce de terre travaillée pour produire des végétaux…l’usage moderne du terme renvoie aux modèles et modes de communication d’un savoir et de valeurs répondus dans une société hiérarchisée (culture populaire, culture d’élite) et par certains canaux de diffusion : la culture de masse transmise par les médias s’adresse à un vaste public. Acculturation L’acculturation, est l’ensemble des changements qui se produisent dans des modèles culturels originaux, lorsque des groupes d’individus de cultures différentes entrent en contacte directe et continu …employé le terme d’acculturation rappelle qu’une culture n’est jamais un donné ou un acquis, mais un processus en continuelles élaboration et réélaboration. Identité Le concept d’identité désigne à la fois ce qui est propre à l’individu ou à un groupe et ce qui le singularise…l’utilisation du concept d’identité en sociologie permet d’éclairer les relations de l’individu avec son environnement…elle se construit grâce à des références disponibles. »

Larousse, Dictionnaire de sociologie, édition 1999, p.53, 2, 117


9

A. Ecole de Tunis 1. APERÇU HISTORIQUE

Figure 1 : Portait d’Alexandre Fichet, Pierre BOUCHERELLE Huile sur toile 1925/30 – 55 x 65cm Collection, Ministère de la Culture

Figure 2 : Autoportrait à la palette, Pierre BOUCHERELE Huile sur toile 1935 – 61 x 50cm Collection privée du peintre

1894 Première exposition d’art plastique en Tunisie cela a été dans le cadre du « Salon Tunisien », qui été dirigé au début par un peintre français Alexandre Fichet. Une pléiade d’artistes peintres tunisiens ont participé à ce salon on citera parmi eux Hédi khayachi (1882-1948).  1924 - 1934 Le« Salon des Artistes Tunisiens », été crée et dirigé par André Delacroix. Mais Le salon cessa ses activités en 1934, date de la mort de son fondateur. 1923 Création du « Centre d’Enseignement d’Art » dont le siège était situé à la ''Dribat'' Ben Abdallah près de ''Tourbet el Bey''. Ce centre fut le deuxième établissement d’enseignement de l’art en Afrique après celui du Caire. Il devient en 1930 l’école des Beaux arts de Tunis. 1930 « L’Ecole des Beaux-Arts de Tunis » a accueillit dans les années 30 le premier élève d'origine tunisienne, Ali Ben Salem (1910-2001) 1936 Création du « Groupe des Quatre » par Piérre Boucherele (1895-1988) avec Antonio Corpora (1909-2004), Moses Levy (1885-1968) et Jules Lellouche (1903-1963),la naissance du groupe été célébrée par une exposition, en 1936, à la galerie « Art Nouveau » de Tunis. 1943 Création du « syndicat des artistes peintres », par Louis Lemonnier (1907 – 1950). Ce syndicat disposait d’un espace d’exposition, à Tunis, à l’avenue de Carthage. 1948 Le Groupe des Quatre s'est développé pour compter jusqu'à dix membres « Groupe des Dix », ajoutant aux autres cités : Yahiya Turki, Ammar Farhat, Abdelaziz Gorgi, Jellal Ben Abdallah, Nello Levy (1921-1992), Edgard Naccache (1917-2006) et Emmanuel Bocchieri (1910-1998), Corpora était alors parti pour l’Italie. 1949 Peu de temps après, d’autre artistes sont venu s’ajouté au Groupe des Dix. Jusqu'à la création d’une association de peintres connu sous le nom « école de Tunis ».


10 2

2. L’ECOLE DE TUNIS Fondée en 1949 par Pierre Boucherle, « L’École de Tunis » est une association de peintres lié à la Tunisie. Son premier mérite été d’opté pour une peinture « tunisienne ». Ni coloniale, ni orientaliste. A la différence de l’école de Paris, elle n’était pas une réaction contre le passé mais la première peinture dans un pays arabo-musulman, sans tradition picturale. Unanimement, ces peintres rejetaient tout ce qui venait du dehors à commencer par le folklorisme et la mode orientaliste1 qui a débarque en Tunisie avec la colonisation française .Et c’est Ainsi que certains de ses membres se sont tournés vers les sources de l’esthétique Arabo-musulmane comme la Miniature, l’Arabesque, l’Architecture Islamique… Le premier acte positif, pour elle, fut de créer avant même l’Indépendance, un marché et un public, un courant d’achat dans un pays où il n’y avait ni galerie, ni acheteur.

Figure 3 : Poésie Abdelaziz Gorgi Sculpture en fer forgé et tôle, 1960 Bureau de la Poste du Belvédère - Tunis

Ces artistes enregistrèrent leur premier succès en imposant, en 1950, le prélèvement de 1% sur le budget de l’état pour la décoration des bâtiments publics. Ainsi des lycées comme celui, de Khaznadar, de Carthage ou le bureau de poste du Belvédère…furent décorés.

1 : L'orientalisme est un courant culturel occidental concernant la production artistique qui débute à la fin du XVIIIe siècle marquant une admiration pour les cultures chinoise, japonaise, turque et arabe. Les artistes de la société européenne, poussent les représentations du nu féminin érotisant, l'associant au fantasme du harem tel qu'imaginé par eux. La plupart font ces peintures sans avoir voyagé dans les pays du Moyen-Orient ni connaître les réalités sociales associées aux scènes qu'ils représentent.


11 Parallèlement, les peintres s’adonnaient à la création d’un public, en instaurant : Une exposition de groupe, par an, en plus des expositions personnelles. Une galerie privée pour le groupe. Une tradition de concours, de bourses et de prix d’encouragement. Le premier prix, celui de le « jeune peinture » en 1949 fut octroyés à Ammar Farhat pour lui permettre de séjourner plusieurs mois en France. La création d’ateliers de céramique ou autres et même de la première société de décoration. Et aussi la première galerie d’art artisanal « les métiers» par Ali Bellagha. « Ce groupe avait une particularité par rapport aux autres, celle d’être avant tout nationaliste », Comme tient à le rappeler Zoubeir Turki dans l’ouvrage de Dorra Bouzid « l’école de Tunis »

Figure 4 : Salon de la Marsa 1953

« L’école de Tunis à commencé avec les Français. Mais les membres tunisiens étaient des nationalistes attachés à leurs traditions…j’y ai adhérer parce que ces hommes s’intéressaient particulièrement aux spécificités culturelles et à la civilisation de mon pays, avec l’esprit de liberté et que je lutais pour l’affirmation de notre identité et de notre nationalité. »


12 3

3. LES PEINTRES L’école de Tunis comptait plusieurs peintres, étrangers et tunisiens. Ce qu’il les avait rassemblé ce n’était pas un style de peinture particulier ou une approche artistique spécifique mais la quête d’une « identité» et le désir d’une peinture « authentiquement tunisienne». Comme disait Zoubeir Turki : « …La peinture de Ammar Farhat n’avait rien à voir avec Moses Levy, ni celle de Jellal Ben Abdallah avec celle de Yahia ou Boucherle, ni celle de Gorgi avec celle de Naccache. »

4. LA COLLECTION Maintenant, les œuvres de ces artistes existent toujours, et une grande partie de la collection est gardée dans les dépôts du ministère de la culture. Qui depuis l’indépendance, a accumulé une importante collection estimée à 80001 œuvres plastiques, reste que ces œuvres sont conservées dans de mauvaises conditions et surtout elle reste fermer au public.

1 : l’estimation m’a été donnée oralement par Madame Narriman Ben Romdhane, directrice De la section « art plastique » au Ministère de la Culture, et cela à cause de l’inexistence d’un inventaire précis.


13

tableaux

peintres

Figure 5

Yahia Turki

1

(1903 - 1968)

Sidi Mehrez, Tunis

Collection du ministère de la culture

Dimension Technique

45 x 55 cm huile sur toile

Figure 6

2

Pierre Boucherelle (1895 - 1988)

Femme nue - (1923-28)

Dimension Technique

Figure 7

114 x 146 cm huile sur toile

Ammar Farhat

3

(1911 - 1987)

Le 9 avril 1938 - 1938

Dimension Technique

143 x 160 cm huile sur toile


14

tableaux

peintres

Figure 8

Moses Levy

4

(1885 - 1968)

Hafsia - 1927

Dimension Technique

46 x 55 cm huile sur toile

Collection du Ministère de la Culture

Figure 9

HĂŠdi Turki

5

(1922)

Souvenir de Matmata - 1975

Dimension Technique

97 x 130 cm huile sur toile

Figure 10

6

Jules Lellouche (1903-1963)

Quartier juif, la Hara - 1920

Dimension Technique

74 x 60 cm huile sur toile


15 tableaux

peintres

Figure 11

Brahim Dahak

7

(1931 - 2004)

Le thé ambulant - 1987

Collection du Ministère de la Culture

Dimension Technique

61 x 46 cm huile

Figure 12

Safia Farhat

8

(1924 - ?)

Noir et blanc - 1966

Dimension Technique

108 x 74 cm Dessin encres

Figure 13

Hassen Soufy

9

(1937 - ?)

Souvenir d’enfance - 1986

Dimension Technique

70 x 60 cm Acrylique et huile


16

tableaux

peintres

Figure 14

Fethi Ben Zakour

10

(1947)

Plateau d’oranges - 1987

Dimension Technique

100 x 73 cm huile sur toile

Collections privées

Figure 15

Zoubeir Turki

11

(1924)

L’homme au fume-cigarettes

Dimension Technique

64 x 61 cm gouache et huile

Figure 16

Ali Bellagha

12

(1924 - 2006)

Générale en colère - 1989

Dimension Technique

65 x 50 cm Technique mixte sur carton


17

tableaux

peintres

Figure 17

Edgard Naccache

13

(1917- ?)

Abstrait au triangle rouge - 1947

Technique

huile sur carton

Figure 18

Nello Levy

14

(1921-1992)

Souk des étoffes - 1984

Collections privées

Dimension Technique

65 x 81 cm acrylique sur toile

Figure 19

Jellal Ben Abdallah

15

(1921)

Le harkous - 1981

Dimension Technique

97 x 67 cm acrylique et or

Figure 20

Abdelaziz Gorgi

16

(1924-2007)

Le cœur dans la main - 1990

Dimension Technique

64 x 50 cm gouache


18 4

5. TYPOLOGIE DE LA COLLECTION Classification des éléments d’une exposition L’exposition met en œuvre des « objets » de natures très diverses qui peuvent être des œuvres et des « objets authentiques », des reproductions, des maquettes, des textes, des photographies, des dessins, des images animées (films, vidéo)…Mais en muséologie tout ces éléments se rassemblent sous le terme « Expôt ». Ce terme a été définit par plusieurs muséologues notamment par André Desvallées1, qui lui donne la définition suivante:

« Expôt: tout ce qui est ou peut être exposé, sans distinction de nature, qu’il s’agisse d’original ou de reproduction, d’objet à deux ou à trois dimensions, d’objet d’art ou d’objet utilitaire, de statue, de peinture, de gravure, d’outil, de machine, de modèle, de photo [...] »

André Desvallées, « Les galeries du Musée national des Arts et traditions populaires : leçons d’une expérience muséologique » Dans Musées et collection publiques de France, 134, 1976, p. 5-37

Pour ce mémoire, l’étude sera orientée essentiellement vers l’exposition des tableaux de peinture. Car c’est l’élément qui compose le plus la collection de l’école de Tunis.

1 : André Gob et Noémie Drouget La Muséologie, Histoire, développement, enjeux actuel, 3e édition Armand Colin, p.79


19 Constitution d’un tableau de peinture

Châssis (bois)

Figure 21

exemples

Le tableau de peinture est un objet composite formé généralement d’un cadre en bois, d’une toile en matières textiles et d’une couche de peinture de quelques millimètres d’épaisseur, c’est aussi l’élément le plus fragile du tableau (craquelures, fissures, écaillages…), la connaissance de ces matériaux conditionne la préservation et le mode d’exposition du tableau.

22 23

Une toile est généralement faite de fibres de lin, parfois de chanvre (cannabis) ou d'un mélange des deux, de coton, ou de fibres synthétiques

Châssis à clés de tension traditionnelle en fraké ou en pin.


20 Dimension d’un tableau de peinture

Figure 24

Proportions approximatives

Savoir la taille d’une collection de peinture permet de quantifier l’espace nécessaire à son exposition (surface d’accrochage, retrait), retrait) pour la collection de peinture de l’école de Tunis les tableaux sont, à quelques exceptions prés, de taille moyenne.

45 x 55 cm

97 x 67 cm

160 x 143 cm


21 Formats de toiles et châssis correspondant

Annexe 1

appellation et dimension (mm) numéros

F

P

M

S

n°0

180×140

180×120

180×100

180×180

SM

227×158

n°1

220×160

220×140

220×120

220×220

n°2

240×190

240×160

240×140

240×240

n°3

273×220

273×190

273×160

273×273

n°4

333×242

333×220

333×190

333×333

n°5

350×270

350×240

350×220

350×350

n°6

410×318

410×273

410×242

410×410

n°8

455×380

455×333

455×273

455×455

n°10

530×455

530×410

530×333

530×530

n°12

606×500

606×455

606×410

606×606

n°15

652×530

652×500

652×455

652×652

n°20

727×606

727×530

727×500

727×727

n°25

803×652

803×606

803×530

803×803

n°30

910×727

910×652

910×606

910×910

n°40

1000×803

1000×727

1000×652

1000×1000

n°50

1167×910

1167×803

1167×727

1167×1167

n°60

1303×970

1303×894

1303×803

1303×1303

n°80

1455×1120

1455×970

1455×894

1455×1455

n°100

1620×1303

1620×1120

1620×970

1620×1620

n°120

1940×1303

1940×1120

1940×970

1940×1940

n°150

2273×1818

2273×1620

2273×1455

2273×2273

n°200

2590×1940

2590×1818

2590×1620

2590×2590

n°300

2910×2182

2910×1970

2910×1818

2910×2910

n°500

3333×2485

3333×2182

3333×1970

3333×3333

5

Source : www.wikipedia.fr


22 Sculpture

Figure 25

exemple

La sculpture est un objet à trois dimensions, elle peut, ou ne pas, avoir de direction, selon le choix de l’artiste, mais reste qu’elle demande un éclairage spécifique, plus ponctuel qui met en évidence le relief.

Figure 26 : alibellagha.blogs-de-voyage.fr

Ali Bellagha Les signes du zodiaque (détail) Taille directe sur pierre – 800 x 160 cm


23

Installation plastique

Figure 27

exemple

L’installation plastique, n’obéi pas à une logique d’exposition particulière, elle peut être posée à même le sol, accrochée sur un mur ou suspendu au plafond par des fils, c’est en quelques sortes une intervention sur l’espace.

Figure 28 : alibellagha.blogs-de-voyage.fr

Ali Bellagha « Tortue »


24 6

6. LES ESPACES CONSACRES A L’ART EN TUNISIE 

Le Casino du Belvédère

Le Casino du Belvédère a été construit en même temps que le parc, en 1894, dans un style néo-mauresque, Il a servi, depuis l’indépendance comme mess des officiers, hormis une période de 12 ans, entre 1977 et 1989, pendant la quelle il a accueilli « le centre des arts vivants », plusieurs expositions y furent dérouler, les plus importantes ont été celles consacrées à Miro et à Picasso. Figure 29 : Casino Du Belvédère Source : www.tunisie-cpa-1900.net



Les Galeries d’Art

Il existe en Tunisie environs 60 1 galeries d'art privées et publiques dont la plupart sont implantées dans le grand Tunis, Nabeul, Sousse et Sfax. Mais à la différence des musées et malgré leurs apports culturels, les galeries privilégient surtout les acheteurs et des érudits d’art que les simples curieux.

Figure 30 : El Gorgi dans sa propre galerie

1 : estimation paru dans un article de presse publié le 8 janvier 2008 sous le titre « les Arts plastiques en Tunisie » Source : « AGENCE TUNIS AFRIQUE PRESSE » - www.tap.info.tn/fr


25

7. LES MUSEES DEDIES A L’ART AU MAGHREB 

L’Algérie

L’Algérie compte déjà deux musées consacrés à l’art : Musée National des Beaux Arts Place Dar Essalam El Hamma, Alger

Figure 32 : le MAMA, Alger Source : www.m-culture.gov.dz

Des grands noms de la peinture y sont exposé comme Delacroix, Renoir, Etienne Dinet, Besnard, Courbet, Pissaro, Vlaminck, Claude Monet, Matisse, Marquet, Rodin…Ce musée est situé entre le monument d’Alger et le jardin d’essaie. Musée des Arts Modernes d’Alger Le Musée d'Art Moderne d'Alger, appelé le MAMA, à été Inauguré le Premier Décembre 2007.



Le Maroc

Musée d'Al Kasbah Sahat El Kasba, Tanger Ce Musée est situé dans l'ancien quartier anglais, dans une prestigieuse villa construite en 1890 et qui en 1990 fut réhabilité en Musée d’Art contemporain. Il présente des œuvres d’artistes marocains contemporains mais aussi il organise des expositions temporaires consacrées à des artistes nationaux et étrangers. Comme celle consacré à Picasso en 2007. .

Figure 31 : l’affiche de l’exposition CERAMICAS de Picasso au Musée d’Al Kasbah à Tanger Source : www.minculture.gov.ma


26

8. L’INTERET D’UN MUSEE DEDIE A L’ART EN TUNISIE Avec le projet de la cité de la culture, la Tunisie aura déjà un musée dédié à l’art. Mais la considérable collection d’œuvres d’art que compte la Tunisie, rend légitime la revendication d’autres musées. D’autant plus qu’une telle initiative aurait un impacte plus large que sur le seul public de la future cité de la culture.

CONCLUSION

Figure 33 : la future cité de la culture Source : www.visartunisia.com

Certes En Tunisie, comme presque tous dans les pays en voie de développement, l’art et la peinture, attirent peu les visiteurs. Et on peut penser qu’un musée dédié à la peinture en Tunisie n’intéresserai que les quelques initiés. Mais face à cette situation, il existe une importante foule composée principalement d’étudiants, qui est de plus en plus présente dans les différentes manifestations culturelles, et qui guette la moindre occasion pour se rassemblé autour de quelconque démonstrations artistiques, théâtrales, cinématographiques, littéraires… c’est dans ce contexte que l’idée d’un musée de l’école de Tunis s’est concrétisée.


27 7

B. Musée 1. APERÇU HISTORIQUE a. Renaissance L’identification du musée, dans le cadre des projets d’architecture, est un fait récent, en effet l’idée d’un musée conçu en tant qu’institution moderne à été élaborée par les Lumières. C’est après, la seconde moitié du 18e siècle, que le musée devient un objet de concours. Par exemple, en 1774, à l’académie royale d’architecture de Paris et dans un contexte d’expérimentation didactique, on propose pour la première fois de développer « un musée ou édifice consacré aux lettres, aux sciences et aux arts », et également en 1779 où on demande d’imaginer « un édifice destiné à constituer un muséum, contenant les productions et le dépôt des sciences, celui des arts libéraux et celui des objets de l’histoire naturelle », ainsi on donne le départ à toute une série de projet concernant la typologie du musée public.

Figure 34 : Etienne Louis Boullée, projet pour un muséum, 1783. Vue du grand escalier et de la rotonde

Source : Luca Basso Peressut Musées, architecture 1990-2000, éditions Actes Sud/Motta, Milan, 1999, p.9


28 b. XX e siècle Premiers exemples de musées modernes 

Figure 35 : Musée à croissance illimité, Le Corbusier Source : Musée tome 2, éditions du Moniteurs

Le musée à croissance illimité, Le Corbusier - 1934

En 1934 le Corbusier développe un projet de « Musée à croissance illimitée » qui annonce la rupture avec les musées classiques de la renaissance. Le musée est conçu sur un module carré de 7 mètres de côté, dénué de caractère monumental et n’a pas de façades .Les galeries classiques d’expositions disparaissent au profit d’espaces modulables et extensibles basés sur l’utilisation de parois mobiles. 

Musée pour une petite ville Mies van der Rohe - 1942

Le musée est conçu comme un grand espace unique, il permet un maximum de flexibilité. Les parois totalement vitrées mettent en contact direct l’extérieur et l’intérieur. Eliminant la paroi architecturale qui sert de fond neutre à l’exposition, Mies van der Rohe fait de la vision du paysage le véritable « cadre » des « œuvres d’art », comme pour l’œuvre de Picasso « Guernica » qui, estime, « a des difficultés à trouver place dans une galerie de musée traditionnelle. Et que dans son musée elle peut exprimer au mieux ses qualités et devenir un élément de qualification spatiale, étant donné qu’elle se détache sur un fond changeant. »

Figure 36 : l’œuvre « Guernica » dans un cadre paysager Source : Luca Basso Peressut Musées, architecture 1990-2000, éditions Actes Sud/Motta, Milan, 1999, p.28


29



Le Salomon Guggenheim Museum Frank Lloyd Wright (1943 – 1959)

La rotonde, élément caractéristique de l’architecture classique, devient ici rampegalerie en spirale ouverte sur le hall central. Elle crée un nouvel aménagement de l’espace d’exposition, de sorte que l’on peut voir les œuvres à travers le « panoramique » offert par la possibilité de s’accouder au-dessus de l’espace centrale.

Figure 37 : Musée Guggenheim, New York, Vue de l’intérieur

Mais la rampe, ici, a souvent été critiquée sous prétexte qu’elle serait peu indiquée pour accueillir une exposition, à cause de l’inclinaison du sol et des parois, et de la rigidité des espaces définis par les cloisons portantes qui rythment la circonférence de l’édifice.

Dans un dessin de perspective élaboré par Wright en 1958 afin de montrer les possibilités d’aménagement de la rampe, on remarque une petite fille qui joue au yo-yo, accoudée à la balustrade, cela nous permet de percevoir, la vocation de Wright à placer au centre du projet une nouvelle idée du musée plus ouvert.

Figure 38 : Frank Lloyd Wright, The Masterpiece, étude pour l’aménagement de la rampe, 1958 Source : Luca Basso Peressut Musées, architecture 1990-2000, éditions Actes Sud/Motta, Milan, 1999, p.26


30 8 9

2. DEFINITION DE

MUSEE

Plusieurs définitions existent pour les musées, mais pour ce mémoire nous allons nous limiter à celle de l'organisation internationale des musées «I.C.O.M»1 publiée, le 24 août 2007,

« Le musée est une institution permanente sans but lucratif, au service de la société et de son développement, ouverte au public, qui acquiert, conserve, étudie, expose et transmet le patrimoine matériel et immatériel de l’humanité et de son environnement à des fins d'études, d'éducation et de délectation. » 2 Extrait des Statuts de l’ICOM, Article 2



Quelques précisions terminologiques

MUSEE « Etablissement dans lequel sont rassemblées et classées des collections d’objets présentant un intérêt historique, technique, scientifique, artistique, en vue de leur conservation et de leur présentation au public. » MUSEOGRAPHIE « Techniques de l’établissement et de l’organisation des musées, de la présentation de leurs collections. » MUSEOLOGIE « Ensemble des connaissances scientifiques, techniques et pratiques concernant la conservation, le classement et la présentation des collections de musées. »

1 : L’ICOM (International Council of Museums), créé en 1946, est une organisation non gouvernementale (ONG), en relation formelle d’association avec I’ UNESCO. Elle compte 24 000 membres présents dans 150 pays. 2 : André Gob et Noémie Drouget La Muséologie, Histoire développement, enjeux actuel, 3e édition Armand Colin, p.31 3 : dictionnaire le petit Robert, édition mai 2005, page 1697


31 10

3. CLASSIFICATION DES MUSEES SEES Il n’existe pas pour les musées une classification thématique conventionnelle. Ce pendant on peut trouver différentes schématisation essayant, d’organiser et de rassembler les différentes thématiques des musées. Parmi eux on trouve celle proposé par Gary Edson et David Dean, qui au centre mettent, mettent trois 1 grand thèmes, s, l’art, l’histoire et la science :

Figure 39 : exemple de musée ayant un thème spécifique, Musée du rock and roll, Cleveland, États-Unis États Architecte : Leoh Ming Pei

Extrait de Edson, G. et Dean, D., The Handbook for museum, Londres, Routledge, 1996, p. 8.

1 : André Gob et Noémie Drouget La Muséologie, Histoire développement, enjeux actuel, actuel 3e édition Armand Colin, p.35


32

4. LES QUATRES FONCTIONS DU MUSEE a. La fonction de conservation La partie la plus visible d’un musée, est les salles d’exposition. Celles- ci ne montre cependant aux visiteurs qu’une infime partie des collections car la majorité des objets se trouvent en réserve.

Figure 40 : Réserve de tableaux avec cadre mobiles en grillage métal, sur les quels les tableaux peuvent être accrochés à volonté et toujours à portée e main en les tirant. Source : Neufert 7, page 528

Les réserves assurent le stockage et le rangement des collections à long terme, ce sont des lieux aussi important que les espace d’expositions mais elles ne sont visitées que par le personnelle du musée. Une extrême exigence par rapport aux conditions de conservation est indispensable pour cet espace. ►L’éclairage Les tableaux de peinture sont particulièrement plus sensibles aux rayonnements infrarouges qui provoquent leurs assèchements, et doivent être conservés dans des espaces complètement occultés de la lumière du jour, et éclairé qu’au moyen d’une lumière blanche. ►La climatisation Les réserves doivent être équipées de systèmes de climatisations appropriés, offrant un degré d’hygrométrie constant et ayant une grande capacité de filtration d’air.

Figure 41 : réserves du Musée des Beaux-arts de Lyon Source : www.mba-lyon.fr


33 11

b. La fonction scientifique L’action scientifique du musée prend place dans divers lieux, comme : ►La bibliothèque Beaucoup de musées disposent d’une bibliothèque qui rassemble les ouvrages relatifs aux thématiques du musée ►Le centre de documentation Généralement couplé avec la bibliothèque, il rassemble toute la documentation, les archives, les documents d’acquisition, les pièces d’inventaire1 des objets du musée, mais aussi toute autre documentation (photos, reproductions, illustrations de pièces de comparaison...) susceptible d’intéresser les chercheurs et de les éclairer sur les collections du musée. ►Les laboratoires et les ateliers Dans les musées d’une taille suffisante, un laboratoire ou un atelier sera un équipement nécessaire à l’étude et à la restauration des objets. D’autres aménagements existent encore comme les auditoriums pour les conférences ou la salle de projection pour la projection de films documentaires. Figure 43 : Médiathèque d'étude et de recherche Musée du quai Branly, Source : www.quaibranly.fr

1 : L’inventaire relève du travail du conservateur, qui dispose des connaissances appropriées lui permettrons, d’analyser et d’identifier avec précision les objets inventoriés. L’inventaire est obligatoire dans tous les musées, il est le garant de l’identité de l’objet.


34 c. La fonction d’animation L’effet de lassitude que peut provoquer une visite sans relâchement de l’attention est aujourd’hui pris en compte dans les musées. On trouve souvent des espaces sans présentation d’œuvre qui permettent de se reposer et de regarder vers l’extérieur Cette démarche est particulièrement importante lorsqu’il s’agit d’un public qui n’est pas habitué à fréquenter les musées. Il s’agit, en définitive, pour le musée de s’ouvrir au public et de lui présenter une image plus avenante et plus accueillante. Différents types d’activités existent, certaines sont liées directement aux activités du musée comme les expositions temporaires, les animations pédagogiques… d’autres activités sont plus périphériques et offrent au public des services annexes Comme les cafétérias et restaurants, les boutiques, les salles de spectacle…

Figure 45 : Restaurant les Ombres Musée du quai Branly, Source : www.quaibranly.fr

Figure 44 : le salon de lecture Jacques Kerchache Musée du quai Branly, Source : www.quaibranly.fr

Egalement et dans la même logique d’accueil, Le musée doit accordée une attention particulière aux personnes âgées et aux handicapés en aménageant des espaces de repos, des rampes pour la circulation des chaises roulantes…


35 d. La fonction d’exposition C’est la fonction la plus visible du musée, les collections doivent être présentées de la façon la plus confortable aux visiteurs sans leurs porter atteintes, cette dualité donne à la fonction d’exposition toute son importance.

1► Les espaces d’expositions

 Flexibilité des espaces Les concepteurs actuels privilégient la création de grands espaces assez neutres et modulables au moyen de cloisons amovibles, de cimaises temporaires ou de claustras. La grande souplesse d’utilisation que procurent ces dispositifs permet de modifier régulièrement l’accrochage ou la disposition des expositions et de rénover en profondeur la muséographie. Figure 48 : l’usage des portails au, Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris Source : Technique & architecture, N° 482

Figure 47 : les cimaises permettent de suspendre œuvres, cadres, et tableaux à la hauteur que l'on souhaite. Source : www.lartistepeintre.fr

Figure 46 : Musée Abteiberg, Allemagne Divers possibilité d’aménagement de la salle d’exposition temporaire.


36

 Murs d’exposition Les murs apparaissent à la fois comme support au œuvres au quel y sont accrochées mais aussi comme séparateur, ils délimitent l’espace et déterminent la circulation du visiteur et conduit son regard.

Figure 52 : musée des Beaux-Arts de Nantes Source : www.nantes.fr

 Mode d‘exposition Plusieurs configurations existent pour l’exposition des tableaux de peinture, elles dépendent toutes de la nature de la collection, de la nature des espaces, et du public ciblé.

Figure 50 : Palazzo Mussolini, Piazza Venezia

Figure 49 : musée du Petit Palais, Paris

Figure 51 : musée Picasso, Paris

Pour ce musée, l’hauteur sous plafond est très importante, et des murs ont été rajoutés pour accroitre la surface d’exposition ce qui explique la proximité des œuvres accrochées.

Dans cet exemple on remarque que les tableaux de peinture sont isolés derrière un vitrage, et que l’éclairage s’effectue par des lampes à fluorescence

Ici les tableaux bénéficient d’une grande surface de mur d’exposition, les murs son, également, peints en blanc rendant l’espace plus sobre et plus dépouillé.


37

 La Scénographie La scénographie dépasse largement l’aspect décoratif du musée pour participer pleinement à la compréhension de l’exposition. Cela apparait par exemple dans le choix des couleurs des murs, dans le mode d’éclairage, comme pour un éclairage abondant, ou au contraire un éclairage ou seul les expositions sont visible. Elle définit également l’aménagement des lieux, comme pour opter pour un grand espace ouvert ou au contraire des petits cabinets enveloppés…tous ces élément scénographique donnent des ambiances très différentes et modifient la lecture de l’exposition.

Figure 53 : Allan Stanton et Paul Williams, architectes scénographe. Croquis : parcours, points de vue et espaces de mobilité pour une relation optimale entre les œuvres et le public Source : Technique & architecture, N° 482


38 12

2► Les parcours De nombreuses configurations de circulation existent dans les musées on peut les réunir toutes sous trois types.

 Le type « linéaire » 1



Figure 56 : en ligne continue



Figure 55 : en peigne



Figure 54 : en spirale

Musée juif de Berlin

Musée de Grenoble

Musée Guggenheim, New York

Les objets sont exposés suivant un schéma de circulation imposé.

Les salles d’exposition sont distribuées de part et d’autre d’une artère centrale.

L’exposition s’opère d’un axe central

1 : Neufert 7, page 486

autour


39 13

 Le type « circulaire» 1

Figure 57 : Nouvelle Galerie Nationale, Stuttgart Un espace central articule les espaces d’exposition dans sa périphérie. Et le public a la liberté de choisir son itinéraire. néraire.

 Le type « labyrinthe» 2

Figure 58 : Fondation Beyler, Suisse Le type labyrinthique est une série d’espaces différenciés, bien qu’enchaînés les uns aux autres, n’impose aucune contrainte de circulation

1, 2 : Neufert 7, page 486


40 

En résumé

Le tracé linéaire semble satisfaire certaines attentes des visiteurs comme la simplicité et la facilité de l’orientation cependant le parcours strictement linéaire fait fi de la liberté du public La meilleure solution serait de privilégier un parcours souple qui concilie une certaine progression dans l’exposition avec la liberté de choix du visiteur.


41

3► Les éclairages L’utilisation de la lumière dans les musées assure une double fonction, comme dans tout bâtiment, elle sert à éclairer les espaces, mais elle est également utilisé pour éclairer les œuvres. On distingue dans les musées deux types d’éclairage :

 L’éclairage naturel



L’éclairage naturel zénithal

Dans l’éclairage naturel zénithal, la lumière pénètre par des verrières appliquées au niveau du toit et éclaire les salles et les objets au travers de filtres ou d’autres dispositifs qui empêchent toute atteintes directes des rayons solaires aux œuvres. Plusieurs dispositifs techniques sont prévus pour ce genre d’éclairage, comme, les verrières, les lanterneaux, les dômes et les pyramides, les sheds… Ces systèmes d’éclairages sont souhaitables pour les peintures à l’huile, ce sont ceux qui respectent le mieux le chromatisme des œuvres, en donnant une lumière uniforme.

Figure 59 : Canons à lumiére Hight Museum of Arts, Atlanta 2005 Source : Technique & architecture, N° 482

Figure 60 : Sheds Fondation Ménil, Houston 1987, Les sheds sont des toits à deux versant de pente différente, couvrant en dents de scie un bâtiment d’un seul côté. La couverture en sheds a d’abord équipé des bâtiments industriels.

Figure 61 : Pyramides de verre Musée d’Art Contemporain, Los Angeles 1986,


42



L’éclairage naturel latéral

La lumière naturelle peut aussi être utilisée en éclairage latéral, au travers de fenêtres, de baies ou cloisons vitrées. C’est une disposition qui s’impose dans les musées largement ouverts sur l’extérieur, où l’on recherche la communication visuelle « intérieur / extérieur ». Bien évidement pour ce genre d’éclairage des protections et des filtres doivent être impérativement prévus. Par ailleurs, pour éviter l’effet de serre, il est indispensable de contrôler le flux solaire avant qu'il ne franchisse le vitrage. Pour ce fait, des protections solaires doivent être prévus aussi.

Figure 62 : Musée jean-Tinguely, Bâle, Suisse, 1996 Architecte : Mario Botta


43

 L’éclairage artificiel L’éclairage artificiel a l'avantage d'être constant et facilement manipulable et on peut le doser à notre aise. Deux procèdes sont utilisés pour l’éclairage des objets :

Figure 63 : Moderna Museet Stockholm, Suède, 1997



L’éclairage direct : La lumière est envoyée directement sur les objets, pour cela on utilise souvent des projecteurs orientables « spot » encastrés ou fixés sur des rails au niveau du plafond.

Figure 64 : Galerie der Gegenwart, Hambourg, Allemagne, 1996



L’éclairage indirect : La lumière n’atteigne pas directement l’objet, on peut utiliser aussi un système de plans réflecteurs qui reçoit d’abord la lumière et la diffuse ensuite dans l’espace.


44 Les différentes sources de lumières artificielle utilisé dans les musées

Différents sources de lumières sont employées pour l’éclairage artificiel dans les musées, on distingue principalement :

Les lampes à incandescence C’est le procédé le plus répondu. Les lampes à incandescence peuvent remplir tous les usages d’éclairement dans un musée grâce à leur grande variété de forme, éclairage général des salles, éclairage direct et indirect des objets. Ce pendant leur inconvénient est le risque d’échauffement des objets éclairés.

Annexe 2

Les lampes halogènes Les lampes halogènes ont à peu prés les mêmes usages que l’incandescence classique leur avantage par rapport à l’incandescence c’est qu’il y a moindre échauffement des objets éclairés.

Les lampes à fluorescence Les lampes à fluorescence ont habituellement la forme d’un tube ils sont généralement utilisés pour un éclairage général mais on peut aussi les utilisé dans les vitrines d’expositions.

Les fibres optiques L’utilisation de la fibre optique dans les musées est relativement récente. La source lumineuse est placée à distance des objets à éclairer et la lumière est conduite par une fibre optique souple à l’endroit précis où on la souhaite. L’inconvénient de ce système est son prix très élevé. 14

André Gob et Noémie Drouget La Muséologie, Histoire développement, enjeux actuel, 3e édition Armand Colin, p.132-135


45 En résumé L’usage mixte des deux sources, naturelle et artificielle, dans le musée, reste inévitable car généralement la première travaille sur le « confort » du circuit, et la deuxième sur la « présentation des œuvres », et elle est évidement indispensable pour éclairer la nuit. Mais les matériaux actuels disponibles, issus des technologies nouvelles et des recherches menées sur les filtres et les mécanismes d’occultation jouent plus en faveur de l’éclairage naturel.


46

CONCLUSION L’importance du public Pendant longtemps, le public n’a pas été une préoccupation des musées. Avant, les missions du musée ne concernaient, essentiellement, que les objets. Il fallait d’abord s’inquiéter de leur état de conservation, et s’occuper de les faire connaître principalement aux spécialistes. Le musée avait donc, avant tout, une tâche de gestionnaire du patrimoine. Actuellement la mission du musée est plus sociale et didactique, le musée s’ouvre d’avantage aux publics. Cette ouverture peut se manifester d’abord, au sens propre du terme, par une architecture appropriée qui s’ouvrent largement vers l’extérieur, la rue, le parc, la nature… Mais elle peut se manifester aussi dans la démarche du musée à l’égard du public. Comme, par exemple, les différentes aides à la visite qui sont proposé de façon à la rendre plus agréable, tel que les visites guidées, les animations, les audio-guides, les centres de documentation…ou encore le personnelle du musée qui accueille, informe et oriente les visiteurs. Le but est de rendre l’atmosphère festive. Enfin la conception même de l’exposition, par sa muséographies, ses aménagement, ses textes, ses scénographies…, doit se faire avec le souci de rendre celles-ci accessible au public visé.


47

APPROCHE ANALYTIQUE


48

CRITERES DE CHOIX DES EXEMPLES Les choix des exemples a été fait par rapport à leur contexte, il a porté sur des musées urbains afin de comprendre leur évolution dans la ville Le choix s’est précisé autour des particularités architecturales et j’ai essayé d’avoir des exemples ayant une spécificité formelle caractéristique. Bien évidement tous les exemples sont relativement récents.

Les projets choisis sont : Exemple 1 : Mémorial Yad Vashem, Jérusalem 2005 Exemple 2 : Musée d’Art Contemporain, Los Angeles 1986 Exemple 3 : Maison de l’art de Brengenz, Autriche, 1997 Exemple 4 : Kunsthal, Rotterdam, Pays-Bas, 1992 Exemple 5 : Musée d’Art Contemporain d’Helsinki, Finlande, 1998 Exemple 6 : Musée d'art contemporain du Val-de-Marne, France, 2005


49

Exemple 1 : Présentation

Mémorial Yad Vashem Jérusalem (territoires occupés), 2005 Architecte : Moshe Safdie Figure 65

Contexte Le musée est Situé sur une colline qui domine la vallée de Ein Kerem dans la périphérie ouest de Jérusalem, et s’inscrit, ainsi, dans un site paysager.

Il est en parti enterré, notamment les salles d’exposition qui sont reliés entre elle par une nef centrale qui perce la colline, et s’ouvre en son extrémité sur le paysage.

Exemple 1

Un patio, fait l’objet de lieux de rencontre, et relie les espaces publics entre eux, notamment, les salles d’exposition temporaires, la Galerie d’art, et le lieu de culte.


50

Exemple 1 : Particularités formelles rmelles

Forte Symbolique

Le musée est organisé autour d’un axe de plus de 150 m de long, cet axe produit une profonde perspective qui s’ouvert sur les collines de Jérusalem. Et qui est également inondée d’un rail de lumière céleste.

Exemple 1

Les salles d’exposition sont greffées sur ce long tunnel, et révèlent leurs compositions muséographiques au fil de la visite, par chapitre historique. historique

En coupe, le prisme étiré s’étrangle au point de rencontre des salles, pour s’ouvrir totalement en son extrémité sur le paysage.


51

Exemple 1

Un cône suspendu avec des portraits photographiques, surplombe un puits taillé dans le roc, c’est la salle des noms en mémoires des inconnus disparus, on remarque ici particulièrement le travail fait sur le plein et le vide.

Logique de circulation

Espaces grand public

Malgré la complexité du site, l’architecte a réussit à fondre dans le paysage les nombreux éléments du programme, notamment un centre d’archive, d’enseignement et d’accueil, un lieu de culte, et les salles d’expositions qui longe le parcours de la nef centrale qui se termine, elle-même, en porte-àfaux.

expositions

Exemple 1 : description fonctionnelle


52

Exemple 2 : Présentation

MOCA Musée d’Art Contemporain de Los Angeles États-Unis, 1986 Architecte : Arata Isozaki

Contexte Situé dans California Plaza, l’un des plus grand complexes culturel, commercial et résidentiel des États-Unis. implanté sur un terrain exigu, délimité par deux rues parallèles. Le musée s’inscrit, ainsi, dans une logique urbaine. Rendant le bâtiment très compact.

Figure 66

Exemple 2 : particularité formelle

Formes et Matières L’architecte a particulièrement travaillé les matières et les formes de ce bâtiment, Il a cassé son bâtiment en fragments, Pyramide, cubes, voûte. Mais Il a également utilisé pour le revêtement des façades une pierre rouge, combinée à du marbre blanc et à des plaques d’aluminium laquées vert. Ce qui accentue la force des formes géométrique dans la conception de ce musée.

Exemple 2

L’emplacement de l’entrée est signalé par une voute qui la surplombe, c’est un marquage symbolique du musée destiné à attirer l’attention du publique.


53

expositions

Exemple 2 : description fonctionnelle

A l’intérieur du musée, l’architecture offre aux artistes une grande diversité spatiale, plusieurs salles présentes différentes possibilité d’agencement. Les hauteurs, la flexibilité et les principes d’éclairage différents et chaque une des salles à une ambiance particulière.

Exemple 2

Espaces grand publique

Logique de circulation

Les salles sont disposées de façon à ce que le visiteur n’ait jamais à faire un demi-tour.


54 Exemple 2 : éclairages

Les salles éclairées naturellement utilisent trois techniques d’éclairage différentes.

Exemple 2

Les trois lanterneaux du centre de l’édifice, sans autre filtre qu’un panneau-sandwich verre et film plastique, ont des surfaces de réflexion très importante.

1

Des verrières, filtrants la lumière sont assorties de réflecteurs en « V » et procure un niveau d’éclairement plus élevé

2

Huit lanterneaux ont leur lumière réfléchie sur les parois pleines des pyramides, puis filtrée et diffusée par un plafond translucide

3


55 Exemple 3 : présentation

Kunsthaus, Bregenz « maison de l’art » de Brengenz,

Bregenz, Autriche, 1997 Figure 67

Architecte : Peter Zumthor

Contexte Situé en Autriche sur les rives du lac de Constance, Le Kunsthaus Bregenz, est un musée conçu pour accueillir des expositions tournantes d’art contemporain.

Exemple 3

Posé au bord du lac et malgré une vue remarquable le musée est totalement fermé de l’extérieur. Ce choix vise à séparer la vision de l’art de celle du paysage et s’explique par une volonté de privilégier une relation plus intime et plus rigoureuse avec les ouvres exposées. à l’intérieur du musée, comme pour les façades à l’extérieur, des plaques de verres suspendus aux faux plafonds recouvrent entièrement les salles d’expositions, de sorte qu’entre le faux plafond et l’étage supérieur se crée un espace qui laisse filtrer la lumière naturelle provenant des cotés. et où sont logés également les néons de l’éclairage artificiel.


56 Exemple 3 : Particularité formelle

Deux fonctions, Deux projets

terrasse

Exemple 3

D’abord, une tour d’exposition, totalement fermée, caractérisée par une simplicité formelle et un minimalisme absolu. Ensuite un deuxième bâtiment linéaire, réservé au service, et avec une architecture très différente, qui laisse apparaître une forte structure en béton armé, vernis de noir et percé de grand bais vitrées qui donnent au bâtiment une plus grande plasticité.

La semi-transparence des façades de la tour, obtenues par des plaques de verre dépoli, laisse entrevoir, de l’extérieur, la structure en béton armé qui se trouve derrière.

Les salles se présentent comme des espaces unitaires des « boîtes » superposées les unes aux autres, un escalier latéral, cacheé derrière une cloison portante, les relie entre elles.


57 Exemple 3 : description fonctionnelle

Le bâtiment linéaire, abrite les bureaux et la bibliothèque aux étages et la cafétéria et une boutique au rez-de-chaussée.

Exemple 3

Le monolithe, consiste en un rez-de-chausséé, comportant l’entrée et un hall d’exposition, de deux étages en sous-sol, le premier avec les salles de conférences, les laboratoires et les bureaux, le second avec les magasins et les instalations techniques, et trois étages supérireurs de salles superposées qui donnent l’idée d’un veritable musée vertical.

en réalité la simplicité formelle de la tour d’exposition n’est qu’apparente, car la paroi vitrée est une double enveloppe, la partie extérieure est séparée de presque un mètre des vitrages intérieurs, directement adossés à la structure en béton armé. Entre les deux parois l’air circule librement et fonctionne comme un isolant thermique.


58 Exemple 4 : Présentation

Kunsthal,Rotterdam Pays-Bas, 1992 Architecte : Rem Koolhaas

Contexte Le musée définit la limite entre un parc, et une rue à trafic intense. Il partage l’espace ouvert sur le parc avec, quelques bâtiment notamment un hôpital des années soixante caractérisé par une haute tour.

1. Institut d’architecture 2. villas 3. Museumpark 4. Musem Boymans-van Beuningen 5. Kunsthal 6. hôpital 7. musée d’Histoire naturelle 8. digue (Westzeedijk) Plan général de la zone du MuseumPark, dans un dessin de Rem Koolhaas.

Exemple 4

Figure 68

Façade côté rue

Façade côté parc


59

Exemple 4 : Particularité formelle

Cardo - Decumanus

La dénivellation de cinq mètre, entre digue et parc, intervient dans la conception du musée, dans la partie basse juste en dessous de la digue, un couloir de service traverse le bâtiment et devient le cardo, d’un carrée de 60 m de côté, dont le decumanus est la passerelle piétonne qui conduit du niveau de la digue à celui du parc.

Exemple 4

S’appuyant sur une digue marine, l’édifice met en valeur sa façade horizontale sur la rue qui parcourt le terre-plein et passant sous le portique d’entrée, la verticalité de la tour métallique, vient en contrepoint avec l’horizontalité du bâtiment et, dialogue ainsi avec la haute tour de l’hôpital.


60

Exemple 4 : description fonctionnelle

promenade architecturale Faisant un carrée de 60 m de côté, et traversé par deux axes orthogonaux, le musée se présente selon koolhass, « comme quatre projets autonomes ».Le concept de l’édifice est un circuit en spirale reliant ces quartes parties, sur trois niveaux.

Logique de circulation

Exemple 4

axes

exposition

Les trois niveaux, qui comporte chaque une salle d’exposition, sont réunis en un parcours qui englobe les salles, la rampe publique et une seconde rampe placée en diagonale appartenant aux espaces intérieurs du musée et aboutissant au toit, où se trouve un jardin suspendu. Tout le musée est donc fondé sur une « promenade architecturale »


61

Exemple 5 : présentation

Nykytaiteen musée Kiasma Musée d’Art Contemporain, Kiasma

Helsinki, Finlande, 1998 Architecte : Steven Holl

Contexte Le site est dominé par la présence d’importants édifices publics, une gare centrale(1914), le parlement(1930), une salle de concert, le Finlandia Hall(1972), construite par Alvaro Aalto et, juste à coté du musée, le bâtiment des postes. L’avis de concours spécifiait que le nouveau musée devait s’affirmer par rapport à tous ces édifices, sans pour autant chercher des connexions particulières ou des « mises de situation ».

Figure 69

Plan général

Exemple 5

1. baie de Töölö 2. Finlandia Hall 3. Parlement 4. poste 5. gare centrale 6. édifices proposés par Steven Holl En noir le musée Kiasma.

Vue générale côté sud


62 Exemple 5 : Particularité formelle

Architecture Sculpturale

Exemple 5

L’architecte a abordé la complexité du contexte, par une synthèse, exprimée à travers la métaphore du chiasme (d’où le nom donné au musée). Cette figure théorique qui désigne la rencontre de réalités différentes est représentée, dans le dessin du projet, par la rencontre entre le volume de l’édifice et « les lignes naturelles » du tissu urbain et du paysage. L’intervention porte sur une ouverture de perspective vers la baie de Töölö, et sur le remodelage des rives de la baie. De l’extérieur, le musée se caractérise par le détail des jeux géométrique et par la prédominance des tonalités grises comme pour le flanc incurvé qui est revêtu de tôle de zinc.


63

Rappelant deux mains jointes, telle une métaphore exprimant l’union et la séparation, la rencontre du volume courbe et du corps rectiligne engendre l’espace intérieur du musée, un hall vitré dans le quel se concentre les fonctions publique du musée, vestiaire, boutique, librairie et grand café qui s’ouvre également sur la place et peut être utilisé pour certaines manifestation.

exposition

Exemple 5 : description fonctionnelle

Exemple 5

espaces grand public

Logique de circulation


64 Exemple 5 : éclairages

Du hall, une langue rampe courbe matérialise le début du parcours de visite. Celui-ci traverse les salles en enfilade, les unes après les autres, et se déplace constamment autour du grand vide centrale, qu’il traverse parfois, par des galeries et des ponts, suivant une sorte de ligne en spirale qui rappelle le musée Guggenheim de Frank Lloyd Wright.

Exemple 5

Les salles sont caractérisées par la courbure sphérique qui marque les espaces et le système de lucarnes, qui à cause de la forme particulière de l’édifice, permettent d’éclairer d’en haut même les expositions situées audessous du derniers étage.


65 Exemple 6 : présentation

MacVal Musée d'art contemporain du Val-de-Marne Vitry-sur-Seine, France, 2005 Architectes : jaques Ripault et Denise Duhart

Contexte

Exemple 6

Le musée se développe à l’intersection de deux grandes avenues dans la banlieue parisienne. Il fait face à un giratoire, un nœud urbain, et l’utilise comme marquage symbolique, vu la sobriété de l’édifice, destiné a attiré l’attention du publique, en y exposant à son centre une œuvre contemporaine de Dubuffet. « chaufferie avec cheminée, 1996 ».

Hall d’entrée, œuvre in situ de Felice Varini se construit et se défait selon le point de vu

Figure 70


66 Exemple 6 : Particularité formelle

Architecture Cartésienne

La logique du musée est assaez simple et cartésienne. Deux axes orthogonaux, se coupent, et forment en leur point de rencontre un espace centrale, grand hall du musée, et divisent le terrain en quatre parcelles différentes, définit chaque unes par une fonction particulière.

Exemple 6

Le vocabulaire architectural du musée est assez sobre et minimaliste. Malgré l’emploie de plusieurs matériaux comme le basalte, le béton, la pierre, le verre… l’édifice de, l’extérieur, reste un bâtiment blanc et noir autour d’une grande place aménagé.


67 Exemple 6 : Description fonctionnelle

.

Le musée offre 4 000 m² d’espaces d’exposition et réunit des équipements complémentaires aux espaces muséographiques comme une salle de cinéma de 150 places, un centre de documentation de 480 m² avec des salles de lecture et des espaces audiovisuel, deux ateliers-logement d’artistes permettant d’accueillir des artistes étrangers. Une librairie, un restaurant et un parking complètent le musée. Enfin, un jardin public de 10 000 m² qui constitue également un lieu d’exposition en plein air.

Exemple 6

Shéma des parcours

expositions

Espaces grand public


68 Exemple 6 : éclairages

Exemple 6

De l’intérieur, la lumière est un élément essentiel dans la composition en plan, elle qualifie les espaces, définit les circulations, différent éclairages sont employés et compose l’espace avec, les décalages de niveaux, les plans inclinés, les mezzanines, les fentes,…pour lui donner un autre sens et une volumétrie plus accidentée.

Variantes sur l’éclairage zénithal naturel. En haut, lames inclinées (lumière réfléchie), complément lumière artificielle par spots.ci-dessous par bandes orthogonales (lumière nord constante et homogène), lumière artificielle en spots incrustés.


69

CONCLUSION

 Les musées dans leurs contextes Nous remarquons que les musées ont des architectures très diversifiées, certains architectes créent des bâtiments très caractéristiques qui marquent le contexte urbain de façon percutante (exemple 2 et exemple 5) d’autres architectes optent pour la modestie et l’effacement devant la beauté des sites naturels (exemple 1), des bâtiments déjà existants (exemple 3 et exemple 4), ou encore des œuvres exposées (exemple 6).

 La typologie des musées Avec les musées nouveaux deux groupes de typologie se dessinent : Les musées de type « ouvert » dans lesquels les parois brouillent les limites entre l’extérieur et l’intérieur du musée, et invitent ainsi le citadin à découvrir l’intérieur de l’édifice. (Exemple 2 avec le vide urbain créé au niveau de la voûte d’entrée, exemple 4 avec l’allée publique qui traverse le musée, et également l’exemple 6 avec la place publique, créée devant le musée) Les musées du type « fermé » se caractérisent au contraire par une architecture opaque, et sont beaucoup moins répondu (exemple 1 dans le quel les salles d’exposition sont enterrés et aussi l’exemple 3 avec les plaques de verre opaques)


70

 L’approche créatrice Pour chacun des musées étudiés, une idée créatrice leur donne leurs apparences actuelles :  Pour l’exemple1, cela s’est manifesté par des gestes architecturaux symboliquement forts  Pour l’exemple2, c’est l’emploie de formes géométriques distinctifs et de matériaux spécifiques qui ont caractérisés le musée.  Pour l’exemple3, c’est l’apparence minimaliste de l’édifice qui le détermine.  Pour l’exemple4, c’est une volonté d’adaptation au contexte (le parc et le dénivelé de 5 m), qui inspire l’aménagent d’un passage public au travers du musée.

 Pour l’exemple5, c’est également la réalité du contexte qui suggère la métaphore du chiasme développé par l’architecte.

 Pour l’exemple6, les espaces et les parcours du musée sont le résultat d’une logique cartésienne dans la transcription du programme fonctionnel.


71

 schĂŠma des parcours


72

 schéma des parcours On remarque à travers les exemples étudiés, que le parcours se développe toujours selon une logique de circulation qui débute toujours par des espaces complètement ouvert au visiteur, à commencer par le Hall, les espaces de restauration, puis un peu plus au fond les galeries, pour aboutir à la fin à des espaces important dans leurs surfaces mais entièrement fermés au public, avec leur propre accès comme les réserves, les dépôts...


73

APPROCHE CONCEPTUELLE


74

1. LE SITE Critères de choix L’idée est de concevoir un musée qui attire le grand public même celui qui ne s’intéresse nécessairement pas à l’art et à la peinture. De ce fait le défi est d’essayé de trouver un site capable d’attirer le plus de monde vers le musée. Il faut donc imaginer un musée qui va vers le public et non l’inverse. Le but est de trouver un endroit déjà animé, capable d’accueillir le musée, qui du fait de son emplacement, le visiteur y entre quasi naturellement. Le choix est lors porté sur l’avenue Habib Bourguiba. Présentation du site L’avenue Habib Bourguiba constitue le grand axe historique, fondateur, du quartier moderne de Tunis. Elle est l’avenue principale de la capitale qui par, son historique et son envergure est l’avenue la plus fréquentée par les piétons à Tunis et elle s’élance depuis la sortie de la Medina, en direction du lac, sur 1,5 Km de long et 60 m d’emprise.


75 2. LE TERRAIN CRITERE DE CHOIX

Deux lots de terrain sont sélectionnés pour accueillir le projet du musée :

TERRAIN 2

TERRAIN 1

750 m²

1700 m²

Malgré sont emplacement stratégique, au cœur de la ville de Tunis, et la possibilité de construire en hauteur le terrain reste relativement petit en surface pour accueillir tout le programme du musée.

C’est le terrain qui semble le plus adéquat à accueillir le musée, d’abord de part sa surface, mais également grâce, à son emplacement, au croisement de l’avenue Habib Bourguiba et de l’avenue Mohamed 5, non loin de la futur cité de la culture. Ainsi, le musée pourrait avoir un impacte plus direct, et plus important sur le public et constituerait un outil de dialogue très efficace pour la future cité de la culture.


76

Étude de l’environnement immédiat

Le site présente 2 types de façades différentes, d’abord les façades type colonial (exemple 1 et 2), plus nombreuse, avec leurs traits caractéristiques comme les grandes fenêtres verticales et la riche ornementation. Le deuxième type les nouvelles constructions (exemple 3) certes moins présente, mais très hétérogène, de part leurs formes et leurs matériaux de construction.


77 CaractĂŠristique du terrain

Photo du site


78


79 3. OUTIL CONCEPTUEL Par analogie aux exemples traités au chapitre précédent, la conception du projet sera réalisée conformément à des concepts fondateurs déterminés en fonction de 2 paramètres essentiels qui sont le contexte, et la nature du programme.

Site animé


80 qualité des espaces

quantité

surface unitaire m ²

surface totale m ²

Exposition temporaire

1

500

500

Exposition permanente

1

1500

1500

exposition

2000

consommations

Activités publiques

billetterie

activités publiques Agent d’accueil

1

15

15

Guichet

2

15

30

Sécurité

1

15

15

Centre de documentation

1

250

250

Salle de projection

1

250

250

Ateliers pédagogique

1

60

60

Sanitaire

4

10

40

Cafétéria

1

150

150

Librairie / Boutique

1

80

80

Aires de ravitaillement

1

25

25

Sanitaire

2

10

20 935

service communication culturelle Accueil secrétariat

1

15

15

Programmation et gestion des expositions

1

20

20

Programmation des manifestations culturelles

1

20

20

Presse / Médiation public

1

20

20

Relation public / réservation

1

20

20

Archive et documentation

1

30

30

Sanitaire

2

10

20 145


81

qualité des espaces

quantité

surface unitaire m ²

surface totale m ²

Accueil secrétariat

1

15

15

Direction

1

30

30

Conservateur, responsable des collections

2

20

40

Régisseur des œuvres (inventaire, acquisitions)

2

20

20

Responsable administratif et financier

1

20

20

Pôle recettes

1

20

20

Pôle dépenses

1

20

20

Salle de réunion

1

40

40

Sanitaires

4

10

40

service administratif

245 service sécurité - gestion du bâtiment Agents de Surveillance du bâtiment

1

25

25

Locaux d'entretien

4

15

60

Electricité / menuiserie

1

20

20

Sanitaire

1

10

10 115

technique

stockage

conservation Réserves répertoriés

1

250

250

Aires de livraisons des œuvres

1

25

25

Local chaufferie

1

30

30

Local climatisation

1

30

30

Local d’entretient

1

15

15 350


82

Le parti En se basant sur les concepts déjà fixés, et en partant de la réalité du terrain, et par rapport au programme fonctionnel, l’idée génératrice du musée est de définir le projet sous trois entités différentes : Un premier bloc, totalement fermé, dédié principalement à la fonction d’exposition. Un deuxième bloc ouvert, consacré essentiellement à la fonction d’animation. Un vide urbain autour des deux blocs. Les deux blocs hétérogènes sont reliés par le vide. L’idée du vide urbain s’est imposée à cause de la situation du terrain, le vide semble la meilleure solution qui permet d’absorber l’agitation urbaine autour du carrefour qui est défini comme un Nœud urbain.


83 Esquisses


84


85


86


87


88


89 Proposition


90


91 TABLE DES ILLUSTRATIONS : Figure 1 : école de Tunis, Dorra Bouzide ....................................................................................................................................................... 9 Figure 2 : école de Tunis, Dorra Bouzide ....................................................................................................................................................... 9 Figure 3 : archibat ........................................................................................................................................................................................ 10 Figure 4 : école de Tunis, Dorra Bouzide ..................................................................................................................................................... 11 Figure 5 : école de Tunis, Dorra Bouzide ..................................................................................................................................................... 13 Figure 6 : école de Tunis, Dorra Bouzide ..................................................................................................................................................... 13 Figure 7 : école de Tunis, Dorra Bouzide ..................................................................................................................................................... 13 Figure 8 : école de Tunis, Dorra Bouzide ..................................................................................................................................................... 14 Figure 9 : école de Tunis, Dorra Bouzide ..................................................................................................................................................... 14 Figure 10 : école de Tunis, Dorra Bouzide ................................................................................................................................................... 14 Figure 11 : école de Tunis, Dorra Bouzide ................................................................................................................................................... 15 Figure 12 : école de Tunis, Dorra Bouzide ................................................................................................................................................... 15 Figure 13 : école de Tunis, Dorra Bouzide ................................................................................................................................................... 15 Figure 14 : école de Tunis, Dorra Bouzide ................................................................................................................................................... 16 Figure 15 : école de Tunis, Dorra Bouzide ................................................................................................................................................... 16 Figure 16 : école de Tunis, Dorra Bouzide ................................................................................................................................................... 16 Figure 17 : école de Tunis, Dorra Bouzide ................................................................................................................................................... 17 Figure 18 : école de Tunis, Dorra Bouzide ................................................................................................................................................... 17 Figure 19 : école de Tunis, Dorra Bouzide ................................................................................................................................................... 17 Figure 20 : école de Tunis, Dorra Bouzide ................................................................................................................................................... 17 Figure 21 : Farouk ben Hassine ................................................................................................................................................................... 19 Figure 24 : Farouk ben Hassine ................................................................................................................................................................... 20 Figure 25 : Farouk ben Hassine ................................................................................................................................................................... 22 Figure 26 : alibellagha.blogs-de-voyage.fr .................................................................................................................................................... 22 Figure 27 : Farouk ben Hassine ................................................................................................................................................................... 23 Figure 28 : alibellagha.blogs-de-voyage.fr .................................................................................................................................................... 23 Figure 29 : www.tunisie-cpa-1900.net.............................................................................................................................................................. 24 Figure 30 : école de Tunis, Dorra Bouzide ................................................................................................................................................... 24 Figure 31 : www.minculture.gov.ma ............................................................................................................................................................. 25 Figure 32 : www.m-culture.gov.dz ................................................................................................................................................................ 25 Figure 33 : www.visartunisia.com ................................................................................................................................................................... 26 Figure 34 : musées, Luca Basso Peressut ................................................................................................................................................... 27 Figure 35 : musées, tome 2,Laurence Allégret ............................................................................................................................................. 28 Figure 36 : musées, Luca Basso Peressut ................................................................................................................................................... 28 Figure 37 : musées, Luca Basso Peressut, .................................................................................................................................................. 29 Figure 38 : musées, Luca Basso Peressut ................................................................................................................................................... 29 Figure 39 : exemple de musée ayant un thème spécifique, .......................................................................................................................... 31 Figure 40 : Neufert 7, page 528 ...................................................................................................................................................................... 32 Figure 41 : www.mba-lyon.fr.......................................................................................................................................................................... 32 Figure 42 : www.quaibranly.fr ........................................................................................................................................................................ 32 Figure 44 : www.quaibranly.fr ........................................................................................................................................................................ 33 Figure 45 : www.quaibranly.fr ........................................................................................................................................................................ 34 Figure 46 : www.quaibranly.fr ........................................................................................................................................................................ 34 Figure 47 : musées, tome 2,Laurence Allégret musée.................................................................................................................................. 35 Figure 48 : www.lartistepeintre.fr .................................................................................................................................................................... 35 Figure 49 : Technique & architecture, N° 482 ................................................................................................................................................... 35 Figure 50 : musée du Petit Palais, Paris ....................................................................................................................................................... 36 Figure 51 : Palazzo Mussolini,...................................................................................................................................................................... 36 Figure 52 : musée Picasso, Paris ................................................................................................................................................................. 36 Figure 53 : www.nantes.fr .............................................................................................................................................................................. 36 Figure 54 : Technique & architecture, N° 482. ..... ......................................................................................................................................... 37 Figure 55 : en spirale ................................................................................................................................................................................... 38 Figure 56 : en peigne ................................................................................................................................................................................... 38 Figure 57 : en ligne continue ........................................................................................................................................................................ 38 Figure 58 : musées, tome 2,Laurence Allégret ............................................................................................................................................. 39 Figure 59 : Technique & architecture, N° 482.................. ............................................................................................................................. 39 Figure 60 : Technique & architecture, N° 482 ...... ......................................................................................................................................... 41 Figure 61 : musées, tome 2,Laurence Allégret ............................................................................................................................................. 41 Figure 62 : musées, tome 2,Laurence Allégret ............................................................................................................................................. 41 Figure 63 : musées, Luca Basso Peressut ................................................................................................................................................... 42 Figure 64 : musées, Luca Basso Peressut ................................................................................................................................................... 43 Figure 65 : musées, Luca Basso Peressut ................................................................................................................................................... 43 Figure 66 : exemple 1,musées, Luca Basso Peressut .................................................................................................................................. 49 Figure 67 : exemple 2,musées, Luca Basso Peressut .................................................................................................................................. 52 Figure 68 : exemple 3,musées, Luca Basso Peressut .................................................................................................................................. 55 Figure 69 : exemple 4,musées, Luca Basso Peressut .................................................................................................................................. 58 Figure 70 : exemple 5,musées, Luca Basso Peressut .................................................................................................................................. 61 Figure 71 : exemple 6,musées, Luca Basso Peressut .................................................................................................................................. 65


92 BIBLIOGRAPHIE : Ouvrages ► Dorra Bouzid « école de Tunis », Alif édition ► Sophie el Goulli «la peinture en Tunisie, origine et développement » ► André Gob et Noémie Drouget « La Muséologie, Histoire développement, enjeux actuel », édition Armand Colin ► Laurence Allégret « Musées, tome 1 », le Moniteur 1987 ► Laurence Allégret « Musées, tome 2 », le Moniteur 1992, 120 pages ► Luca Basso Peressut « Musées, architecture 1990-2000 », Motta 1999, 278 pages ► Leîla Ammar «Histoire de l’architecture en Tunisie » ► Roland Shaer «l’invention des musées » ► Larousse, Dictionnaire de sociologie, édition 1999 ► Dictionnaire le petit Robert, édition mai 2005

Mémoires ► Amira-Ahlem ouaghlani «musée d’art contemporain à Tunis », juin 2007 ► Faten Brahim «vers un musée d’art d’aujourd’hui et de demain », février 2000 ► Mourad Garci «minimalisme… », juin 2007 Revue ► Technique & architecture « musée conserver créer », février-mars 2006, N°482



mémoire 2009