Issuu on Google+

Paris en vélib’...

Fabienne Crot


J’ai décidé de vous parler de Paris à travers le vélib’ car j’ai essayé plusieurs fois cette manière de se déplacer et je la trouve très pratique, rapide et plus conviviale que le métro. En effet, on peut se trouver d’un endroit à un autre en très peu de temps et directement à l’endroit voulu. Pour notre ballade, j’ai donc repris le ‘‘V’’ de vélib’ et je me suis arretée à quelques station de Vélib’ connues. Mon désire aurait été de vous faire découvrir cette ballade par un film, sur un vélib’, mais le temps me la doublement pas permis (pluie et celui qui tourne).


Vélib’ (contraction de vélo et liberté) est le système de vélos en libre-service de Paris disponible depuis le 15 juillet 2007. Mis en place par la Mairie de Paris, il est géré par le groupe industriel JCDecaux. Dès l’inauguration du service, 10 648 bicyclettes ont été disponibles dans 750 stations. Puis fin 2007, 20 600 vélos sont répartis dans 1 451 stations. Paris pourrait à terme disposer de 50 000 vélos de ce type, notamment en raison de son succès plus important que prévu (26 millions de locations réalisées et près de 200 000 abonnés en moins d’un an). Un système similaire (Vélo à la carte) a été mis en place à Rennes en juin 1998 par la société Clear Channel Communications, précurseur dans le domaine en France. La mise à disposition de bicyclettes à des usagers d’une ville par une municipalité a connu divers précédents français et étrangers. En France, en septembre 2006, la municipalité de La Rochelle mettait des bicyclettes à la disposition des habitants (principalement des villes de Rochefort et de La Rochelle) tout en instaurant pour une semaine la gratuité des transports collectifs sur son territoire. L’importante médiatisation dont a fait l’objet l’initiative Vélib’ semble avoir fait abstraction de ses précédents, notamment le Vélo’v lyonnais et les Vélo à la carte rennais. L’originalité du projet repose, il est vrai, moins sur la nouveauté que sur son ampleur (20 600 vélos à Paris, soit cinq fois plus qu’à Lyon). Le dispositif comprend par définition les vélos, mais aussi des bornes, dotées d’un écran et d’un interphone, et des «bornettes» d’attache de vélos. Vingt camionnettes sont chargées de réguler la répartition des vélos en les déplaçant, surtout la nuit ou au petit matin, depuis les stations saturées vers les stations vides. Ces véhicules fonctionnent au GNV. Les vélos sont disponibles 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Des stations sont prévues tous les 300 mètres. Le système prévoit de pouvoir emprunter un vélo à l’aide d’un processus automatisé par carte et de le restituer de la même façon dans n’importe quelle autre station.


Bd du PĂŠrifĂŠrique Parc des Buttes Chaumont

Porte Maillot Arc de triomphe

Tour Eiffel

La Bastille Jardin des plantes Vercingetorix Gobelins


Porte Maillot

Porte Maillot est une station de ligne 1 de métro ; elle est situé à la limite des 16e et 17e arrondissements de Paris, à proximité de la Porte Maillot, une porte principale en bois, de l’enceinte du Bois de Boulogne, dont le véritable nom était en fait porte Mahiaulx, puis Mahiot, peut-être à cause de l’ancien jeu de mail. Les issues occidentales de la station de métro desservent Neuilly-sur-Seine.


L’Arc de triomphe

L’arc de triomphe de l’Étoile souvent appelé simplement l’Arc de Triomphe, est situé à Paris, sur la place de l’Étoile, à l’extrémité ouest de l’avenue des Champs-Élysées, à 2,2 kilomètres de la place de la Concorde. Haut de 55 mètres et large de 45 mètres, il est géré par le Centre des monuments nationaux. La place de l’Étoile forme un énorme rond-point de douze avenues percées au xixe siècle sous l’impulsion du baron Haussmann, alors préfet du département de la Seine. Ces avenues « rayonnent » en étoile autour de la place, notamment l’avenue de la Grande-Armée, l’avenue de Wagram et, bien sûr, l’avenue des Champs-Élysées. Des pavés de couleurs différentes dessinent sur le sol de la place deux étoiles dont les pointes arrivent pour l’une au milieu des avenues, pour l’autre entre les avenues.


Tour Eiffel

La tour Eiffel, initialement nommé tour de 300 mères, est une tour de fer construite par Gustave Eiffel et ses collaborateurs pour l’exposition universelle de 1889. Situé à l’extrémité du Champs de Mars, en bordure de la Seine, ce monument parisien, symbole de la France et de sa capitale est le neuvième site le plus visité et le premier monument payant visité au monde avec 6,893 millions de visiteurs en 2007.


Vercingétorix La rue Vercingétorix est une longue rue qui longe les voies SNCF depuis la gare Montparnasse en direction des boulevards des Maréchaux. Au début du xxe siècle, la rue Vercingétorix est associée à la vie artistique intense du quartier du Montparnasse. Ainsi l’atelier de Pablo Gargallo, repris par Julio González en mars 1904, se situait au 3 de la rue. Depuis la fin des années 1970, elle est bordée de nombreux squares qui sont en fait le résultat de l’abandon du projet dit de radiale Vercingétorix, qui devait faire déboucher l’autoroute A10 dans le centre de Paris, et sa reconversion en espaces verts.


Gobelins

Gobelins, l’École de l’Image est une école parisienne dédiée aux métiers de l’image. Spécialisée au départ dans la photographie de studio, c’est le département Cinéma d’Animation, fondé en 1975 par Pierre Ayma, qui fit la notoriété de l’école. Elle a acquis une réputation internationale, formant des animateurs de talent qui ont trouvé leur place au sein de studios aussi prestigieux que Disney, Universal, Hanna Barbera, Pixar, Dreamworks ou Warner Bros. Pictures. Beaucoup de ses anciens étudiants sont devenus auteurs de bande dessinée et de réalisateurs de dessins animés, comme Didier Cassegrain, Cromwell, Jean-François Miniac, Riff Reb’s ou Jenny. De nombreuses personnalités de renommée internationale sont également intervenues en tant qu’enseignants pour l’école.


Jardin des plantes

Le Jardin des plantes est un jardin botanique ouvert au public, situé dans le 5e arrondissement de Paris, entre la Mosquée de Paris, le campus universitaire de Jussieu et la Seine. Il appartient au Musée National d’histoire naturelle.


Bastille La Bastille, ou plus exactement la Bastille Saint-Antoine, était une forteresse élevée sur l’actuelle place de la Bastille à Paris. Destinée à défendre la porte Saint-Antoine et les remparts de l’est de Paris, la Bastille était initialement un véritable château-fort et un arsenal. La Bastille fut utilisée occasionnellement comme cachot dès le règne de Louis XI, mais c’est le cardinal de Richelieu qui la transforma en prison d’État. La prise de la Bastille est aujourd’hui considéré comme le symbole de la Révolution française dont elle marque le commencement.


Parc des Buttes-Chaumont

Le parc des Buttes-Chaumont est un jardin public situÊ au nord-est de Paris, dans le 19e arrondissement. D’une superficie de 24,73 hectares, il est le troisième plus grand des 426 jardins que compte Paris.


Bd du Périphérique

Le boulevard périphérique de Paris (souvent abrégé en périphérique et mètre Périph’ par les Parisiens) est une voie circulaire, d’une longueur de 35,04 km, qui fait le tour de la capitale française.


Bibliographie Textes : - WikipĂŠdia, - vĂŠlib.com, - 20minutes.fr, - arc-de-triomphe.monuments-nationaux.fr, - histoire-en-ligne.com, - gobelins.fr Photos : - Flikrr.com, - Fabienne Crot


Dossier_Paris