Page 1

Résidence 0

Fabien Capéran

p.1

Quentin Cornet

résidence 0 Confluences du Petit Musée


p.2


p.3


p.4


p.5


p.6


p.7


p.8


p.9


p.10


p.11


p.12


p.13


p.14


Ode aux itinérances

p.15

préface

Ode aux itinérances…

Les années 80… Artiste, fondatrice du Petit Musée de Conakry, durant une quinzaine d’années, j’ai joué au théâtre, au cinéma avec Peter Brook, Gabriel Garran, Bonguéni Ngéma, Jean Rouch, Hervé Lièvre etc. En 1986, après avoir créé l’Association Boulevards d’Afrique, j’ai mis en scène ma 1ère pièce de théâtre, au Café de la Danse à la Bastille ; Bac ou mariage, coécrite en collaboration avec Gérard Noyer, sous l’œil bienveillant de Jean-Claude Carrière, cette pièce devint mon 1er long métrage pour avoir été tournée en décor naturel à Dakar, Coréalisée avec Jean Rouch. Bac ou mariage a fait l’ouverture de la 54ème Mostra de Venise, en 1989, puis Le festival de Berlin en 1990… Je suis Guinéenne, partie par nécessité en exil avec mes parents comme tant d’autres de mes compatriotes, durant les années de braise de notre Histoire.En 1992, j’ai décidé de revenir dans mon pays natal, la Guinée. Avec l’adaptation de l’Alphabète de W. Sassine, l’association Boulevards d’Afrique a rassemblé une équipe de créateurs allant des comédiens aux auteurs, costumiers, musiciens, managers, producteurs et durant 3 années, du Voile de la mariée au musée national, de l’alliance franco – guinéenne, au Palais du peuple et jusqu’au festival des Francophonie de Limoges, une centaine de personnes se sont investit dans la création d’Il était une fois l’Alphabète… de Kiridi Bangoura, que j’ai mis en scène. Après ce temps consacré au Cinéma, au théâtre, c’est « tout naturellement » que je suis venu à la peinture… aux arts plastiques. Le Petit Musée… En 1998 Le Petit Musée, 1ère galerie d’arts contemporains en Guinée ouvrait ses portes. Considéré comme un laboratoire d’idées novatrices au service de nos traditions, de notre modernité, et du développement culturel, en dix ans, le Petit Musée a organisé pas moins de 47 expos, tous arts confondus, soit environ cinq cent toiles, une centaine de sculptures; exposé 38 artistes, de trois continents, vendu quelques 5200 objets artisanaux, expertisé et exposé quelques dizaines d’objets anciens. Avec un nombre de visiteurs que nos estimations chiffrent pour les dix années à environ 25 000 personnes… Les Arts plastiques en Guinée, une brève histoire… Les arts plastiques, plus particulièrement la peinture, sont le « parent pauvre » des expressions artistiques en Guinée. En effet, très présente dans la danse, la musique, la littérature et le théâtre ; la Guinée est quasi inexistante en peinture et en sculpture. En effet, le 1er régime, dans sa politique de masse avait favorisé les arts dits populaires. La peinture en dehors des immenses fresques révolutionnaires, était considérée comme l’art d’un individu ou d’une classe. Pourtant, de l’indépendance à nos jours, que de peintres guinéens ont été formés


p.16

dans les meilleures académies des pays de l’Est, de Cuba, de Chine, de Corée du Nord, d’Italie. La plus part de ces « artistes », une fois revenus au pays sont devenus fonctionnaires : enseignants, décorateurs, graveurs, etc.

préface

Dans les années 60, une école des beaux arts avait même vu le jour et quelques promotions en sortirent… (Actuel site de l’école Sainte Marie de Bellevue) Après l’avènement de la 2ème république, au début des années 90, les peintres ont pris leurs toiles et leurs pinceaux, quelques rares expos sont organisés et on assiste peu à peu à l’émergence de jeunes peintres de quartiers, ébauchant des toiles au gré du matériel introuvable et se refusant de croire à une vrai démarche de créateur. Ces nouveaux artistes, amateurs certes talentueux et courageux, n’ont souvent reçu qu’un enseignement informel, au hasard des circonstances, dans les ateliers d’amis, au sein de petits groupes de travail formés autour de petites commandes. Par manque d’inspirations authentiques, ils n’ont de préoccupation que la copie en série de tableaux,(clichés photographiques, effigies de célébrités, cartes postales etc.) et poussant parfois le paradoxe jusqu’à reproduire plusieurs fois leurs propres tableaux sans aucun souci d’enfreindre à un code de déontologie «d’originalité », de créativité artistique. Cette génération de «plasticien», qui se cherchait encore il y a peu, n’a pu que très récemment… participer au rendeznous artistiques sous régionaux, notament, Biennale des arts de Dakar, Rencontres Photographique de Bamako, Dak’art. La sculpture plus vigoureuse est difficilement classifiable dans les arts Plastiques car encore trop inscrite dans un artisanat traditionnel essentiellement transmit par la filiation. Toujours dans les années quatre vingt dix, précisément en 1994, FFA Ernst & Young organisa, avec Marie Yvonne Curtis, anthropologue et à l’époque consultante pour FFA, une exposition qui regroupa la quasi-totalité des artistes de la capitale et cette exhibition, la première d’envergure en Guinée, fut l’unique occasion, pour les artistes d’évoluer et de rencontrer un public lors des vernissages opportunément très médiatisés. Durant quatre années consécutives, cette manifestation fût la grande messe de la peinture et de la sculpture en guinée. Pour avoir fait parti des bénéficiaires de ce « mécénat » avant la lettre, il me souvient que nous étions dotés de matériels derniers cris, tubes de couleurs, pinceaux, couteaux etc. Ces expos pléthoriques, avaient tout d’un marché ou d’une foire. Cependant, elles avaient le mérite d’exister et à défaut de promouvoir un code ou une éthique de l’exercice des arts, ce qui n’était nullement le but du jeu, elles auront tout de même, éveillé les jeunes acteurs du domaine pictural, sur les aspects marchands inhérents à l’exercice de la profession. En effet, pour mieux vendre, il fallait envisager son œuvre dans toute sa dimension d’objet de valeur, de consommation et s’intéresser aux aspects jusque là, ignorés, tels les encadrements, les supports, les médiums, les pigments. Sans aucun doute, ces rendez-vous périodiques avec le public et les acheteurs auront aussi permis de rendre visible une réalité plastique et esthétique que beaucoup avait tôt fait de nier à la Guinée qui demeure pourtant, à l’échelle continentale, une aire de pratiques plastiques originales et traditionnelles, connus par des chercheurs émérites pour les productions de masques Dan, et statuaires polychromés Baga, Pierres Kissi. Véritables œuvres d’artistes sculpteurs, à la signature reconnaissable, savoirs détenus par des maîtres, créateurs de styles , de courants…bref, de véritables écoles , qui font qu’un spécialiste tels que le Pr Fredé-


Ode aux itinérances

p.17

rick Lamp puisse aujourd’hui, citer de quel courant, voire de quel maître est issu un masque, un tambour… La 1ère république, tout en lui reconnaissant d’avoir stimuler le secteur de la musique, de la danse, du sport et certainement aussi celui du théâtre, aura été plus tôt néfaste à celui des arts plastiques,qui sont par essence l’expression de la liberté de penser, d’imaginer, et de montrer. Le plasticien, cet être inspiré, cet artiste à la sensibilité à fleur de peau, conçoit et offre au monde un produit, issu de son imaginaire et doté du pouvoir de permettre à la société de sublimer un quotidien difficile et souvent plat. La fonction thérapeutique des produits de l’art n’est plus à démonter et les anciens en produisant les kyrielles de masques, statues et autres objets cultuels, ne répondaient-ils pas à cette nécessité qu’à l’Homme de transcender sa condition vulnérable de simple mortel. Aujourd’hui encore, avec un total de moins d’1%, alloué au secteur de la culture par l’état, il serait vain de dire que les arts plastiques sont loin des priorités nationales. En 1998 il était devenu pressant pour les plasticiens de Conakry, de disposer de cimaises ou plus simplement, de murs, pour s’afficher. Jusque là, seuls les halls des grands hôtels servaient occasionnellement de lieux de promotion, autant dire qu’aucun artiste ne pouvait être vu, ni rencontré, seul, avec son œuvre, son univers, sauf pour cela à aller dans les ateliers de ceux qui en disposaient ou s’étaient associés.(Atelier leppi, Ass. des Artistes peintre de guinée…) C’est ce contexte difficile qui a aussi servi de terreau et nous a décidé à trouver d’autres espaces, plus propices et dédiés aux expositions d’oeuvres individuelles. Désormais, l’ISAG existe, et le souhait pour nous artistes serait que l’Etat, par le biais du département de l’éducation nationale, cesse d’orienter d’office, dans ce secteur particulièrement, des étudiants qui n’auront pas choisi cette filière. L’accès aux métiers de la création doit être libéralisé. C’est un choix, celui d’un individu qui décide seul et librement de s’engager dans cet univers de l’imaginaire au service du réel pour un mieux être de la société. Dans notre pays et de nos jours encore, la filiation reste pour beaucoup de jeune l’unique voie pour l’exercice de l’art, sans vouloir détruire cet héritage qui garantie la transmission des savoirs locaux, l’état devrait aussi favoriser et renforcer les formations académiques, ouvrir des passerelles entre études et professions. Le Changement, une impasse… A la faveur des évènements sociaux de Janvier/Février 2007, toute la société guinéenne s’est mise à la mode du changement prôné par les syndicats. Les artistes notament ceux de la musique, particulièrement les rappeurs, avaient devancés et traduits dans leurs textes et rythmes, les bouleversements qui s’annonçaient à l’aube des années 2000. Si les plasticiens de jadis ont souvent questionné l’imaginaire de leurs contemporains, les arts plastiques d’aujourd’hui sembles plus mesurés… pourtant. Est-ce parce que l’année 2008, a inauguré ce département tant attendu par toute une catégorie socioprofessionnelle : le Ministère de la Culture et des Arts ? Fait notable qui ouvre des perspectives à tout un domaine de la vie nationale : le domaine de la Culture et du Patrimoine. Peut-être, dans un avenir proche, non seulement, les financements alloués au domaine seront rehaussés, mais aussi, notre ministère de tutelle montera l’échelle des domaines de priorités nationales.


p.18

préface

En attendant, l’Art mue… Au concept brutal, parfois violent et bouleversant du changement, les arts pastiques en guinée, semblent préférer celui de la mue…un mouvement naturel qui envisage l’avenir en prenant en compte, l’espace et le temps, le passé et le présent. Transformer les calamités en opportunités, les crises en inspirations, réponse naturelle des expressions plastiques? Avec les résidences d’artistes de plus en plus organisés en Guinée, au Centre Culturel Franco-guinéen notament, commence à émerger une démarche plus participative des artistes, les échanges se multiplient et le Petit Musée n’est pas en reste dans ce mouvement qui favorise la création. En décembre 2007 , par le biais du partenariat avec Village des Arts de Dakar, nous organisions une résidence d’artiste avec Véronique Martin , plasticienne franco-guinéenne et l’exposition «Sarane , un voyage en soi» fût un évènement majeur qui permis au public et aux artistes d’aborder les sentiers difficiles de la critique…d’art. Cette fois en tant qu’espace de promotion de notre culture engagé à apporter sa petite contribution à la sauvegarde de notre patrimoine matériel et immatériel, et dans le cadre de la saison culturelle 2008/2009, nous avons prévu une large part dans notre programmation, à l’échange et la collaboration entre les artistes guinéens et étrangers. Le Petit Musée en collaboration avec l’O. M .P ( Organisation pour la Mémoire et le Patrimoine )voudrait agir par ses activités, sur la structure même de la chaîne de transmission des savoirs locaux. A travers la Plate-forme Multi expression de son programme, le Petit Musée lance une opération d’échanges entre L’ ISAG (Institut Supérieur des Arts e Guinée), institut de formation des futurs créateurs des Arts et culture de notre pays, les détenteurs de ces savoirs locaux (artisans et artistes) et une équipe de artistes designers français, issus de l’E.C.A.L (Ecole des Arts de Lausanne) en résidence de création qui débouchera sur une exposition intitulée: Résidence 0, Confluences du Petit Musée. Les ateliers… Ils se dérouleront au Petit Musée et enregistreront la participation des Etudiants de L’institut Supérieur des Arts de Guinée, section Design et sections Graphisme,Cinéma et Critiques d’Arts; de quelques artistes sculpteurs indépendants, et surtout d’artisans tels que sculpteurs, cordonniers et teinturiers. Les enjeux du projet sont: — Donner un écho à la chaîne traditionnelle de transmission des savoirs locaux, — Mise en œuvre d’un regard critique par les étudiants, — Acquisition de la capacité d’analyse d’un processus de création. Les objectifs: Court terme : Renforcer la capacité des jeunes apprenants à appréhender un processus de création qui va de la conception à l’exposition, la médiatisation et la vente. Moyen terme : — En exposant les différentes étapes du processus de travail, depuis les esquisses jusqu’aux objets réalisés, offrir une visibilité publique aux participants du workshop. Long terme : — Favoriser l’échange entre créateurs guinéens et européens, mais aussi entre étudiants « académiques » et maîtres des savoirs locaux, transmis exclusivement par la filiation. — Une prise de conscience par tous les participants des possi-


Ode aux itinérances

p.19

bilités d’interactions entre les différents savoirs et leurs modes de transmission, favoriser le décloisonnement des corps de métiers, des peuples et des générations. Expérimenter la réflexion concertée, à partir de thématiques libres ou proposées ; à une question posée, question artistique; chacun, artiste, artisan, étudiant propose une solution esthétique avec pour seule exigence, Vérité, Authenticité… Les détenteurs des secrets de la matière, bois, fer, pierre; les théoriciens de l’institut des Arts de Dubréka, les académiciens «Bénévoles», issu des écoles européennes d’Art rompu à la pointe des nouvelles technologies, tous rassemblés en une Résidence sans prétention « autoproclamée » Zéro, zéro du début, chiffre absolu qui renferme toutes les possibilités et les annules en même temps, les confluences du Petit Musée, convergences, divergences, fulgurances, tout ceci au nom de la mue inhérente à toute vie, à tout être, à toute société, à tout univers. Résidence O, confluences du Petit Musée aura été un atelier élaboré dans le cercle intime de la création, tel le forgeron devant la forge, seul témoin de la transformation du solide en liquide. Alchimiste créateur qui cherche la pierre philosophale, précieuse à ces yeux qui muent le plomb en or. Pour Quentin et Fabien, fils d’Europe, comme jadis les étudiants philosophes de la Grèce antique, se rendant sur les routes du Nil, curieux et volontaires, nos deux amis sortis du Web, en un clic de souris, ils ont rallié le continent africain en empruntant les voies naturelles de communication de leur époque; ce clic de souris, mille fois répétés par ici… La connexion établie, voilà confluence possible… …Et pour chacun de nous tous, cette expérience qu’elle fût ; restera inénarrable et on peut le Calcul de pécule, question de visa… réciprocité Conakry, depuis le 18 Novembre, l’Art plastique Par ce livre… A tous les participants visibles ou invisibles… un GRAND merci…

Fifi Tam’Sir Laboratoire Agit’Art (Guinée)

pour singulière dire fabuleuse. oblige… à se remue aussi…


p.20


Résidence 0

LE PETIT MUSée

Du 24 octobre au 20 décembre 2008

Fabien Capéran

2008 & l’omp ( organisation pour la mémoire et le patrimoine ) — en collaboration avec thomas laroche-joubert

Quentin Cornet

résidence 0

exposition le 19, 20 et 21 décembre

Confluences du Petit Musée


p.22


Introduction

p.23

arrivée au Petit Musée, création du programme

jour –5

l’équipe du Petit Musée. aissatou, fifi et fofana


Introduction

p.24

jour – 4

Préparation du programme choix des lieux d’exposition

rencontres au ccfg pour présenter le projet et visiter un des lieux possibles d’exposition


p.25

jour -4


p.26

départ à l’isag, Dubréka à 45 km de conakry jour –3

rencontre avec les responsables des différentes sections de l’isag et avec quelques étudiants


p.27

premières rencontres avec les artisans

papa kantĂŠ et madame baldĂŠ viennent au Petit MusĂŠe organiser les premiers travaux


p.28


p.29


p.30

jour – 2

visite du grand atelier des sidimé à kaloum


p.31

jour – 2

découverte de l’atelier de kader sidimé


p.32

jour – 2

rencontre avec ismaël au musée national de conakry, il nous fait visiter son atelier


p.33

jour -1

visite de la carrière de granite de manea

Après cinq jours de visites, de réunions et de rencontres, le projet est mis en place. Les différents partenaires ont donné leur accord et ont montré leur

volonté de participer au projet Résidence 0. Le lendemain, nous partons pour Dubréka y lancer le projet.


p.34


p.35


p.36


Semaine 1

1

p.37

Semaine 1 quatre jours 161 étudiants 11 séquences

ISAG


p.38

ATELIER

GROUPE CRITIQUE PROGRAMME Semaine du 24/11 au 30/11 Lundi Mardi Jeudi Vendredi Samedi

Lancement de la donnée de travail Rendez-vous à 12h pour recevoir la donnée écrite et déterminer les groupes de cinéastes à suivre Rendez-vous à 17h, par groupes, discussions autour des travaux observés. Propositions d’essais Assister aux critiques du groupe cinéma. écriture finale. Rendu au Petit Musée. Rendez-vous à 15h. Au minimum un représentant du groupe, si possible tout le groupe Soirée Forum Semaine du 1/12 au 7/12

Lundi & Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi

Possibilité de suivre les ateliers de designers qui travaillent à partir de la série de photos correspondant à votre groupe Arrivée des correspondants au Petit Musée à 14h. Présentation du rapport aux autres élèves du groupe Rencontres à Dubréka, par groupe ( ou possibilité de visites des ateliers et discussions au Petit Musée ) Travail d’écriture en groupe ( et possibilité de visites des ateliers et discussions au Petit Musée ) Rendu au Petit Musée. Rendez-vous à 15h. Au minimum un représentant du groupe, si possible tout le groupe Soirée Forum Semaine du 8/12 au 15/12

Lundi & Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi

Possibilité de suivre les ateliers de designers qui travaillent à partir de la série de photos correspondant à votre groupe Arrivée des correspondants au Petit Musée à 14h. Présentation du rapport aux autres élèves du groupe Rencontres à Dubréka par groupe (ou possibilité de visites des ateliers et discussion au Petit Musée ) Travail d’écriture en groupe (et possibilité de visites des ateliers et discussions au Petit Musée ) Rendu au Petit Musée. Rendez-vous à 15h. Au minimum un représentant du groupe, si possible tout le groupe PRISE DE CONNAISSANCE DU TRAVAIL FINAL DES ARTISANS Soirée Forum Semaine du 16/12 au 21/12

Lundi & Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi

Travail d’écriture en groupe Rendu des textes pour l’exposition Finitions Exposition Soirée Forum


p.39

ATELIER

GROUPE réalisateurs monteurs

PROGRAMME Semaine du 24/11 au 30/11

Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi

Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi

Lancement de la donnée de travail Rendez-vous à 12h. Rendu des intentions d’interprétation. Discussions Création d’images à partir de l’intention Rendez-vous à 15h, par groupes, discussions autour des images créées. Début de sélection. Création de la série Rendu de la série définitive à 12h Présentation de la semaine au Petit Musée. Rendez-vous à 15h Au minimum un représentant du groupe, si possible tout le groupe Soirée Forum Semaine du 1/12 au 7/12 ( Vous recevrez une nouvelle feuille ) Lancement de la donnée. Rendez-vous à 10h Travail autonome Rencontres par groupes à l’Isag, Dubréka Travail autonome Après-midi et soirée Forum au Petit Musée à Conakry Semaine du 1/12 au 7/12

Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi

Lancement de la donnée de travail. Rendez-vous à 10h Travail autonome Rencontres par groupes à l’Isag, Dubréka Travail autonome Après-midi et soirée Forum au Petit Musée à Conakry Semaine du 16/12 au 21/12

Semaine

Finitions

Vendredi Samedi

Exposition Soirée Forum


p.40

ATELIER

GROUPE DESIGN PROGRAMME Semaine du 24/11 au 30/11 Lundi Mardi & Mercredi Jeudi Vendredi Samedi

Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi

Lancement de la donnée de travail Recherches sur les masques. Recherches sur les matériaux Débuts d’esquisses par petites maquettes Rendez-vous à 10h. Formation des groupes. Lancement de la suite du travail Rendu de la première étape à14h Après-midi et soirée Forum au Petit Musée à Conakry Semaine du 1/12 au 7/12 ( Vous recevrez une nouvelle feuille ) Lancement de la donnée. Rendez-vous à 11h Travail autonome Rencontres par groupes à l’Isag, Dubréka Travail autonome Rendu au Petit Musée. Rendez-vous à 13h. Au minimum un représentant du groupe, si possible tout le groupe Soirée Forum Semaine du 8/12 au 15/12

Mardi Reste de la semaine Samedi

Rendu des travaux à Dubréka. Finitions — Travail avec les cinéastes. Rendu au Petit Musée. Rendez-vous à 15h. Au minimum un représentant du groupe, si possible tout le groupe Soirée Forum Semaine du 16/12 au 21/12

Semaine Vendredi Samedi

Possibilité de poursuivre le travail de façon autonome Exposition Après-midi et soirée Forum au Petit Musée à Conakry


p.41

ATELIER

GROUPE TEINTURE PROGRAMME Semaine du 24/11 au 30/11 Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi

Lancement de la donnée de travail Rendez-vous à 10h. Initiation à la teinture. Développement du travail en autonomie. Rendez-vous à 10h. Début du travail sur T-shirt Rendez-vous à 10h Pré-rendu au Petit Musée à Conakry. Au minimum un représentant du groupe, si possible tout le groupe Après-midi et soirée Forum Semaine du 1/12 au 7/12

Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi

Travail autonome Rendez-vous à 14h Travail autonome Possibilités de rencontres à Dubréka Travail autonome Rendu au Petit Musée. Rendez-vous à 15h. Au minimum un représentant du groupe, si possible tout le groupe Après-midi et soirée Forum Semaine du 8/12 au 15/12

Semaine Samedi

Finitions — Travail avec les cinéastes Après-midi et soirée Forum au Petit Musée à Conakry Semaine du 16/12 au 21/12

Vendredi Samedi

Exposition Après-midi et soirée Forum au Petit Musée à Conakry


p.42


p.43


p.44


semaine 1

Monteur réalisateur jour 1

p.45

peintre illustrateur

design

critique

Conférences & lancement des données

Conférences de Quentin cornet, fabien capéran et thomas laroche - joubert.

Premier jour à l’Isag. Les étudiants découvrent avec surprise le projet, nous sommes obligés de sélectionner des élèves sous forme de mini-concours

dans les classes de critique par exemple. Nous avons dû répéter deux fois les conférences pour que tous les élèves puissent en profiter


p.46

jour 2

données des images pour les groupes de cinéma

1

2

3

6 5

4 1. 2. 3. 4. 5. 6.

groupe groupe groupe groupe groupe groupe

1&2 3&4 5&6 7&8 9&10 11&12

2

Chaque groupe reçoît une image Polaroid, à partir de celle-ci il devra proposer un thème de travail, puis réaliser une séquence d’images


semaine 1

p.47

initiation à la teinture par madame baldé. premiers essais.

Les étudiants profitent d’une journée d’initiation à la teinture avec Madame Baldé. Ils pourront ainsi dans les meilleurs délais découvrir une grande

quantité de techniques afin de créer ensuite leurs propres visuels. En même temps, début des discussions autour des photos avec les cinéastes.


p.48


p.49

jour 3, 4 &5

Suivi des travaux design

Premières recherches des élèves designers qui devaient créer des masques à partir de recherches sur des matières


p.50

peintre illustrateur

premiers rendus des tenturiers qui devaient créer des images à partir de leurs sonneries de téléphone portable


p.51

Monteur réalisateur

pré-rendu des cinéastes en anticipation du forum de samedi. dernières discussions et réglages sur les séquences

critique


p.52


p.53


p.54


semaine 1

Monteur rĂŠalisateur jour 6

Rendus

p.55


p.56

groupe 11


p.57

groupe 8

groupe 9


p.58

groupe 6


p.59


p.60

groupe 2


p.61

groupe 3

groupe 1


p.62

groupe 7


p.63

groupe 5


p.64

jour 6

Forum


p.65


p.66


p.67


p.68


p.69

Première rencontre avec les étudiants. Pour commencer, nous avons constaté que la conférence qui était prévue à 11 heures, n’a pu commencer qu’à partir de 12 h 30. Chose que nous avons d’ailleurs déplorée. Ainsi la conférence proprement parlée, avait commencé par la présentation des travaux de design réalisés par M Quentin Cornet (diplômé en design graphisme à l’ECAL /Suisse). En fait, ces formes qu’il a réalisées, émanent de son inspiration par rapport à ce qu’il veut faire des objets qui l’entourent. A tout bien comprendre, un artiste s’inspire de son milieu pour concevoir des formes appelées Design. Quant à Fabien Capéran, diplômé en designer objet (à l’Ecole Cantonale d’Art de Lausanne/Suisse), a présenté des objets qu’il a réalisés durant la préparation de son thème de mémoire. Pour lui, un designer doit avoir un esprit développé, très imaginatif car toute création d’objet réel ou virtuel est une réflexion bien mûrie. A son tour, M Thomas Laroche Joubert, plasticien diplômé de l’Institut des Beaux Arts de Nancy, a fait la présentation de tous les dessins qu’il a réalisés depuis la fin de ses études jusqu’à nos jours, tout en passant par l’Ile de la Réunion, la Chine et aujourd’hui en Guinée. A tout comprendre, il a fait un bel exposé de son art. Aux termes d’une journée de travail intense, nous pourrions d’ores et déjà dire que les étudiants s’intéressent bien au travail et au programme que nous leur avons proposés. Ainsi, il y a eu la composition des groupes suivants : Réalisation, Montage, Affiche, Teinture, Critique et Design. Mardi, le 25/11/08 Deuxième journée de travail avec les étudiants. Comme le programme l’indique, pendant cette journée, le travail concernait les groupes de teinture, de réalisation, de montage et de critique. Et aussi tôt, Mme Baldé s’est mise à travailler avec les étudiants concernés ; elle va leur expliquer d’abord les techniques de teinturerie, ensuite ils vont faire la pratique qui va leur permettre d’obtenir des résultats concrets (morceaux de tissu bien teints). Aux côtés de Mme Baldé se trouvait Thomas Laroche Joubert. Pendant ce temps, Quentin et Fabien, travaillaient avec des groupes de réalisateurs, de monteurs et de critiques. Et dans l’après midi, notre équipe a été reçu par le Directeur Général de l’ISAG. Lequel nous a signifié qu’il souhaiterait dorénavant que de pareilles initiatives se perpétuent dans notre collaboration, avant de remercier solennellement notre équipe et notamment le Petit Musée et sa fondatrice Mme Bangoura. Aux termes, des activités d’une journée de travail intense, il ressort que les étudiants devront fournir encore beaucoup plus d’efforts c’est-à-dire être imaginatifs par rapport à ce que l’on leur demande ou ce que l’on leur propose. Du retour sur Conakry, nous avons reçu des visiteurs à 21heures, entre autres Akuna Matata et son grand frère et aussi le manager de Degg J Force 3. Par rapport à ce dernier, il s’agit d’une éventuelle participation de ses protégés à un des spectacles que le Petit Musée organisera du 28 novembre 2008 au 22 décembre 2008. En ce sens, le manager a trouvé cette idée bonne, mais il souhaiterait qu’on lui donne du temps, afin d’aménager leur emploi, du temps super chargé. Quant à Akuna, il se conforme à notre calendrier. Pour terminer, retenons qu’une visite est prévue à l’atelier d’Akuna à Ratoma, demain dans l’après midi.


p.70

Mercredi, le 26/11/2008 A 10 heures, nous nous somme rendus à Kaloum où on est allé naviguer sur Internet. A notre retour, il était déjà 13 h 30 passées. Pause déjeuner. Retour sur Kaloum à 15h20, pour aller voir le groupe Espoir de Coronthie qui était entrain de se produire dans un kiosque sur la corniche sud à Tombo. Il faut dire qu’on était 3 personnes c’està-dire Quentin, Fofana et Sow. De l’autre côté, Mme Bangoura était accompagnée de Thomas, Fabien et Chérif, pour visiter les ateliers de sculpture à Gbessia et à Ratoma. Dans les environs de 18heures… c’est la retrouvaille au Petit Musée, suivie des comptes rendus des différentes visites. En fin, vers 18h45, un monsieur arrive avec une correspondance et la donne à Mme Bangoura. C’est la lettre de réponse d’ISAG.

Jeudi, le 27/11/2008 Nous avons assisté au compte rendu du travail de mercredi des teinturiers. Au vu des rendus, nous pouvons dire sans risque de se tromper que l’apprentissage de la teinture Alors pour Mme Baldé, il faut dire qu’il y a satisfaction des deux côtés avant d’ajouter que le métier de la teinturerie s’apprend de façon progressive et variée. Quant au groupe Thomas, Fabien et Quentin, ils ont longtemps travaillé avec les designers sur les formes des choses, ensuite ils leur ont demandé de transformer ces formes là, en volume. Quelque temps après, ils ont reçu les groupes des réalisateurs et des monteurs. D’ailleurs, c’est avec ces derniers que le travail prend fin un peu tard le soir. Cependant, il faut noter que le manger habituel, offert par la direction d’ISAG est arrivé très tard, soit 18heures passées. En clair, cette journée de jeudi n’a pas été très aisée à Dubréka. Arrivés au Petit Musée / Conakry, Mme Bangoura et nous avons effectué une visite dans une imprimerie à Ratoma. C’était dans le cadre d’une commande.

Vendredi, le28/11/2008 A Dubréka, sans Mme Baldé. Dès notre arrivée, un entretien improvisé avec les étudiants teinturiers. En effet ces derniers avaient quelques soucis ; ils souhaiteraient, en fait, avoir une attestation au terme de cette formation, des prothèses nez maintenant et la direction de prendre l’engagement de leur donner du lait non concentré après chaque séance de travail. En ce sens, nous leur avons dit que c’est dans leur propre intérêt de connaître la teinturerie, dans la mesure où cela rentre dans leur formation. Ensuite, nous leur avons promis l’attestation. En même temps, Fabien et Thomas travaillaient avec les groupes de réalisation, de montage et de design. En fin, nous sommes allés manger sous l’invitation de la direction comme d’habitude. C’était 17 heures 15mn passées.

Samedi, le 29/11/2008 1er forum Les préparations vont bon train. Les premiers groupes d’étudiants arrivent à 15heures…, et 16 heures tous les groupes participants étaient déjà présents. Ce sont entre autres réalisation, critique et montage. Et les activités démarrent par l’exposition, et après le débat a commencé et prend de l’importance. D’un côté les monteurs, de l’autre les réalisateurs et les critiques et la conclusion était faite


p.71

par l’équipe du Petit Musée. Tout cela avait l’air intéressant. Cependant, il faut remarquer qu’au commencement des débats les animateurs étaient tous débout et l’assistance aussi. Il a fallu donc l’intervention de Mme Bangoura pour que tout le monde s’asseye en fin. Ainsi le débat a continué avec beaucoup d’enthousiasmes. Et pour terminer, on pouvait remarquer la présence de certains spectateurs de marque comme Akuna Matata, son grand frère Sidimé et leurs amis. En ce sens, la 2ème partie de ce forum, qui est la projection a commencé à 19 heures pour prendre fin à 19 heures 45. Aux termes de ce forum, tout le public était satisfait de ce qu’il venait voir. Et Mme Bangoura pour sa part, a donné de conseils sages aux étudiants avant de les remercier.


p.72


Semaine 2

2

p.73

Semaine 2 10 artisans 161 ĂŠtudiants 6 objets 7 t-shirts 10 sculptures

Artisans & ISAG


p.74

ATELIER

Le Petit Musée — la minière conakry

ARTISANS PROGRAMME

Les enjeux

Participation à un projet d’échange et de création autour des différentes pratiques artisanales de Conakry, dont le but est d’encourager la découverte de nouvelles formes et nouveaux objets grâce à la rencontre de différents acteurs de la scène artistique Semaine du 1/12 au 7/12

Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi

Présentation de la donnée de travail au Petit Musée à 15h Travail autonome discution autour des scultures au Petit Musée à 15h Travail autonome Travail autonome Après-midi et soirée Forum au Petit Musée à Conakry Semaine du 8/12 au 15/12

Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi

presentation de la donnée au Petit Musée 15h Travail autonome discution autour des scultures au Petit Musée 15h Travail autonome Travail autonome RENDU FINAL DES ARTISANS Soirée Forum au Petit Musée à Conakry Semaine du 16/12 au 21/12

Lundi au Jeudi Vendredi Samedi

Finition des objets Exposition Après-midi et soirée Forum au Petit Musée à Conakry

« Il y a souvent un problème avec les artisans et les ateliers. Leurs visions sont trop souvent emprunt de leurs manières répétitives de travailler. Ils se retrouvent à avoir besoin de l’aide de designers pour travailler et découvrir de nouvelles formes et applications.» A.Mathies


p.75

ATELIER

Le Petit Musée — la minière conakry

ARTISANS PROGRAMME

Les enjeux

Participation à un projet d’échange et de création autour des différentes pratiques artisanales de Conakry, dont le but est d’encourager la découverte de nouvelles formes et nouveaux objets grâce à la rencontre de différents acteurs de la scène artistique Semaine du 1/12 au 7/12

Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi

presentation de la donnée au Petit Musée à 12h Travail autonome discution autour des scultures au Petit Musée à 12h Travail autonome Travail autonome Après-midi et soirée Forum au Petit Musée à Conakry Semaine du 8/12 au 15/12

Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi

presentation de la donnée au Petit Musée 15h Travail autonome discution autour des scultures au Petit Musée 15h Travail autonome Travail autonome RENDU FINAL DES ARTISANS. Soirée Forum au Petit Musée à Conakry Semaine du 16/12 au 21/12

Lundi au Jeudi Vendredi Samedi

Finition des objets Exposition Après-midi et soirée Forum au Petit Musée à Conakry

« Il y a souvent un problème avec les artisans et les ateliers. Leurs visions sont trop souvent emprunt de leurs manières répétitives de travailler. Ils se retrouvent à avoir besoins de l’aide de designers pour travailler et découvrir de nouvelles formes et applications.» A.Mathies


p.76


p.77


p.78


Semaine 2

jour 1

p.79

Lancement du travail avec les artisans


p.80


p.81


p.82

jour 2

Rendus design et teinture à l’ISAG

les étudiants designers présentent leur travail sur les masques à l’isag


Semaine 2

p.83


p.84


Semaine 2

p.85


p.86

jour 3


Semaine 2

p.87


p.88

jour 3


Semaine 2

p.89


p.90

jour 3


Semaine 2


p.92

jour 3


Semaine 2

p.93


p.94

jour 3


Semaine 2

p.95


p.96

jour 2

Forum 2

Exposition des objets réalisés par les étudiants en section Design de l’ISAG au Petit Musée Semaine 2


Semaine 2

p.97

projection du film Foniké de jérémie lenoir

Discussions, autour des sculptures créées par les artisans Petit Musée - Semaine 2


p.98

jour 1

madame baldĂŠ assiste a la prĂŠsentation des travaux de teintures


Semaine 2

p.99

Illustration de sonneries de téléphone portable en teinture sur t-shirt

Exposition des t-shirts réalisés par les étudiants en section Peinture et Illustration de l’ISAG au Petit Musée - Semaine 2


p.100

jour 2

3

1

4

2

Exposition des objets réalisés par les artisans au Petit Musée Semaine 2


Semaine 2

p.101

6

5

1. 2. 3. 4. 5. 6.

papa kantĂŠ mory kaba kader sidimĂŠ ismaĂŤl diallo akuna matata bangaly cherif


p.102


p.103


p.104

le rapport de mr fofana


p.105

Lundi, le 01/12/2008 Ce lundi, est une journée de rencontres avec les artisans que nous avons déjà sur notre liste (sculpteurs, cordonniers, ferronniers et ébénistes). En fait le but est de leur expliquer la façon dont on souhaite qu’ils travaillent la matière pour faire quelque chose qui sortirait de l’ordinaire. Pour cela, ils doivent s’inspirer du document de base donné par Fabien et Quentin / Petit Musée. Cependant, la plupart de ces artisans n’ont pas, tout à fait, compris ce qu’on leur demande au juste. Ce qui est sûr, attendons pour voir. En fin, notre satisfaction est venue, du fait que tous les artisans invités ont répondu à l’appel.

Mardi,

le 02/12/2008

Il est 11heures lorsque nous arrivons à l’ISAG, où les étudiants nous attendaient déjà, pour présenter les différents travaux demandés. Alors l’équipe : Quentin, Fabien et Thomas, a reçu tour à tour les étudiants réalisateurs, monteurs et critiques. Avec ces derniers, ils vont travailler sur la mise en forme des images et du son. Puis, ils leur ont donné un autre thème qu’ils vont travailler et présenter dans deux semaines. Ensuite, ce fut le tour des teinturiers de travailler avec Quentin et des designers avec Thomas et Fabien. A propos des designers, il faut indiquer qu’ils ont fabriqué des masques qui seront présentés le samedi 06 décembre 08, prochain au forum ; pareil pour les teinturiers qui ont réalisé des t-shirt. A 14 heures, nous avons eu le déjeuner habituel. Et à 16 heures, nous sommes retournés sur Conakry avec Jérémie Lenoir (ami de Quentin) et son guide Abdou qui nous ont rejoint à Dubréka. En effet, Jérémie est fraîchement arrivé de France, depuis seulement quelques heures. Dès notre arrivée au Petit Musée, peu de temps après, nous avons emprunté un taxi pour aller à Kaloum. Là-bas, nous avons visité le studio de Deeg J Force 3. L’objectif, faire connaissance avec le groupe grâce à Jérémie, et éventuellement les inviter à venir se produire au Petit Musée. En clair, cette journée a été très remplie et intense. Et l’accueil au studio a été très cordial aussi.

Mercredi, le 03/12/2008 Onze heures, c’est l’heure à laquelle nous avons rendu visite à papa Kanté dans son atelier. Apparemment, il est entrain de sculpter quelque chose qui va sûrement répondre à tous les critères du travail demandé. A 12heures, Imael, le fabricant du cuir, arrive au Petit Muée avec son tabouret qu’il propose recouvrir du cuir. Et à 13 heures 30, c’est l’heure du déjeuner, quand Mory Kaba, un autre sculpteur entre dans la cour, mais ce dernier a quelques soucis par rapport à ce qu’on lui demande de faire. C’est-à-dire l’objet à sculpter est un peu complexe. Un bout de temps après, Papa Kanté, Kader et Chérif arrivent au Petit Musée. Le début des objets sculptés présentés par les deux premiers, reflète le travail demandé. Quant à celui de Chérif, cela laisse les observateurs Quentin, Thomas et Fabien sur leur faim. Ceci, parce que l’objet sculpté n’est pas créé à partir du document de base. En fin, Akuna Matata arrive muni de son objet aussi. Cependant, le seul regret, c’est l’absence des artisans du fer à cause de la non satisfaction de leur requête. En effet, ils souhaitaient avoir un peu d’argent pour pouvoir commencer le travail, chose qu’ils n’ont pas eue. En conclusion, la rencontre avec les artisans a donné un grand espoir par rapport à la suite du projet.


p.106

Jeudi,

le 04/12/2008

Une visite chez Akuna, à 11 heures, puis chez un autre artisan fabriquant de rotin, à ce dernier, Fabien a signifié son intention de vouloir travailler avec lui, dans le cadre du projet Résidence 0. Pendant, ce temps au Petit Musée, les autres Mme Bangoura, Quentin et Thomas réfléchissaient sur le forum du samedi, 06/12/2008 prochain. La nuit à 20 heures, nous (Quentin, Fofana et Fabien), avons effectué une promenade à Kaloum. Une fois là-bas, nous avons donc fait un tour à Mouna Internet et au studio de Deeg J Force 3. Lequel studio était fermé d’ailleurs.

Vendredi, le 05/12/2008 Après le déjeuner à 9 heures, une petite concertation avec Mme Bangoura. Après avoir fini, Quentin s’est rendu à Kaloum, quant à Fabien est retourné à Ratoma pour rencontrer Akuna, le menuisier et le fabricant de rotin. Pendant ce temps, Mme Bangoura et Aïssatou étaient entrain de travailler au bureau. De Ratoma, Fabien a continué tout de suite à Kaloum où il a retrouvé Quentin. Il était 17 heures passées quand Thomas est arrivé pour les réglages de la projection. Ensuite, c’est le journaliste de la RTG, Banks qui entre dans la cours avec une chaîne musicale qu’il a apportée à Madame, pour la circonstance.

Samedi, le o6/12/2008 2ème forum : Le  programme du jour était élaboré de la façon suivante : 1-Exposition des teinturiers. 2-Exposition des artisans (sculpteurs de bois et fabricant de cuir) et des statues de masques fabriquées par des étudiants d’ISAG. 3-Projection du film “Foniké“ de Jérémie Lenoir, sur le mouvement Hip Hop en Guinée. Mais, auparavant il a fallu aller chercher des étudiants concernés à l’Isag. Les activités concrètement parlées démarrent à 16 heures45. Les objets sont exposés, tout est installé, mais le public n’a pas répondu à l’invitation. Aux termes, d’un forum qui n’a pas été à la hauteur, nous restons perplexes quant à la suite du projet. Il serait donc nécessaire voire important que certaines choses changent dans notre fonctionnement.


p.107


p.108


p.109


p.110


Semaine 3

index

p.111

Semaine 3 quelques salutatins Viste des ateliers 20 etudiants

Artisans & ISAG


p.112


p.113


atelier de Mory kaba


Semaine 3

p.115


p.116

jour 1

Tabaski


Semaine 3

jour 2

p.117

Salutations


p.118

jour 3 Suivis des projets de films à Dubréka. après les fêtes, peu de monde, mais quelques rescapés sont à leurs tâches

élaborations des costumes par les designers et illustrateurs du groupe 4.


Semaine 3

p.119

discussions avec les diffĂŠrents groupes.


p.120

jour 4

visite de l’atelier de Ismaël Diallo au musée national


Semaine 3

p.121

atelier de menuiserie de dian samba sow au carrefour mariador palace


p.122

atelier de sculpture sur bois de kader sidimĂŠ Ă Sandervalia


Semaine 3

p.123

cherif bangaly dans l’atelier de kader sidimé

atelier de lamine kanté. à la minière


p.124


p.125


kadiato diallo p.126


ou bobo o BaldĂŠ Semaine 3

visites des ateliers

p.127


Dian sam p.128


mba sow p.129


abdoul sid p.130


l kader dimĂŠ p.131


mory p.132


kaba p.133


ismaĂŤl p.134


diallo p.135


Lamine p.136


e kantĂŠ p.137


bangaly p.138


y chĂŠrif p.139


kouro mat p.140


ouma & tata p.141


p.142

le rapport de mr fofana


p.143

Mardi, le 09/12/2008 Une réunion extraordinaire. La réunion commence alors à 11heures…. Etaient présents Mme Bangoura, Thomas, Fabien, Quentin et Aïssatou. Lors de cette réunion, il était question de rappeler à chaque personne le rôle qu’elle doit jouer pour le bon fonctionnement du projet. En ce sens, Mme Bangoura prenant la parole, a dit qu’elle ne trouvait pas normal le comportement de Quentin et Fabien, lorsqu’il s’agit d’expliquer le projet à quelqu’un d’autre où de répondre à un journaliste. Aussi, il faut retenir que Mme Bangoura n’a pas pu avoir accès à certaines informations qui pouvaient lui permettre de défendre mieux le projet. A cet effet, Mme Bangoura va demander un changement du programme des activités, notamment celui de samedi prochain afin de réorganiser les choses. Mercredi, le 10/12/2008 Il était 11heures… quand nous arrivons à l’Isag, nous sommes accueillis par M Fofana et M Sylla. Tout de suite, ils nous ont dit que M Bangoura Binet est absent pour raison de famille. Après nous sommes invités à aller voir une exposition de deux nouveaux professeurs de design, tous coréens du nord, dans la salle de spectacle de l’école. Ensuite Quentin, Fabien et Thomas ont retrouvé des étudiants pour les entretiens habituels. Il faut dire que deux groupes seulement étaient présents à l’école. Après, nous avons joint deux autres dans les quartiers entrain de faire le travail demandé ; apparemment ils réalisent des choses fabuleuses. Une visite au port de pêche artisanale de Dubréka et les crocodiles tout juste à côté du port. De plus, nous avons visité le département des beaux arts dans un autre quartier, c’est-à-dire que ce département est détaché des autres ; nous avons fait cela vers les 16 heures. En fin, c’est le retour sur Conakry, nous sommes 17 heures. Nb : il a été demandé à tous les groupes de travail de déposer leurs travaux finis, le lundi prochain. Jeudi, le 11/12/ 2008 Une réunion était d’abord prévue, puis il n’y a plus de réunion. Ainsi la journée commence nonchalamment puis elle s’anime au fur et à mesure que le temps avance, car chacun s’atèle à quelque chose. Il faut remarquer qu’entre temps Mme Bangoura s’entretenait avec Aïssata dans son bureau. A 14 heures…, la pause déjeuner est intervenue. Et à 16 heures, nous sommes allés voir Akuna et le menuisier à cause de l’objet qu’ils doivent travailler ensemble. De là bas, Akuna nous a amenés à Dixinn pour voir un de ses petits qui pratique la musique. Avec ce dernier, nous avons eu une partie du plaisir en compagnie des gens du quartier. En fait nous avons été épatés par les qualités de la musique de celui-ci. Après cette partie nous sommes retournés à la maison (le Petit Musée). Et le soir nous sommes allés à Kaloum. Vendredi, le 12/12/2008 Réunion ordinaire  Les présents : Mme Bangoura, Thomas, Fabien, Quentin, Fofana. Début : 11heures 45minutes. Ordre du jour: Compte rendu travail effectué à Dubréka, le mercredi passé. Revoir le fonctionnement Prenant la parole, Thomas a dit que nous avions été accueillis par M Sylla Moustapha et M Fofana Sory. Tout de suite, nous som-


p.144

mes invités à l’exposition de nouveaux professeurs (coréens du nord) de design et de sculpture. Ensuite, nous sommes allés travailler avec les étudiants, deux groupes dans la cour de l’école et les deux autres dans les quartiers. Pour Thomas certains de ces objets seront retenus pour l’exposition finale. Mais auparavant, il aura quelques rendus des travaux finis des artisans et de l’Isag, le mercredi prochain. A propos de l’expo finale, il y aura la présentation de : - travaux déjà réalisés par les artisans - masques - films - livre - objets commandés aux artisans,… Commandes en cours Akuna Matata en collaboration avec l’ébéniste Ismaël et Papa Kanté Kader et Jérémie Lenoir Mory Kaba. Projection de films réalisés par les étudiants Les statues en argile. A propos du lieu où doit avoir l’expo, le Petit Musée reste maintenu. Disposition à prendre : alimentation en électricité assurée par le groupe électrogène démarrage des activités à 16heures. En premier les journalistes : Daouda Niane Tamsir… En deuxième le public. Déjà à la veille de l’exposition, nouvelle réunion à laquelle les journalistes prendront part. Il faudra prévoir un cocktail pour les gens qui viendront à l’exposition. Aussi et surtout des personnes qui aiment les arts et la culture afin de pouvoir continuer les projets du même genre. Côté finance (devis provisoire) : faire des courriers d’invitation, cocktail impression du livre du projet “RESIDENCE O “ faire des affiches : lieux CCFG, lycée français, le ministère de la culture, les hôtels (Novotel et le Damier). Samedi, le 13 décembre 08 Il faut dire que cette journée était sans activité. Cependant, quelques réglages par rapport à la mise à jour des documents individuels (saisie des rapports du livre du projet,…). En définitif, une journée de repos. Quant aux travaux de rénovation du P.M., ils se poursuivent comme prévus.


p.145


p.146


Semaine 4

4

p.147

Semaine 4 Finitions montages finaux prÊparation de l’exposition derniers rendus

Artisans & ISAG


p.148

jour 1


Semaine 4

jour 1

montage des films au petit musée et derniers tournages à l’isag

p.149


p.150

suivi des finitions avec les artisans


Semaine 4

jour 2

monsieur franรงois

p.151


p.152

sĂŠlection des sculptures de thomas laroche-joubert


p.153

les poupous...


p.154

jour 3

dernier montage, dernier groupe, tard‌


p.155

finitions de la lampe, finitions techniques et difficiles


p.156

21h40


Semaine 4

jour 4

p.157

Accrochage Nocturne Et arrivÊe des derniers objets et des films de l’isag

Artisans & ISAG


p.158

ismaĂŤl diallo


p.159

http://www.youtube.com/watch?v=CP2hY2-dReQ

22h30 film groupe 2


p.160

24h00 akuna matata & dian samba sow


p.161

http://www.youtube.com/watch?v=kbCRPiSFZ28

film groupe 5


p.162

mori kaba & quentin cornet


p.163

http://www.youtube.com/watch?v=KP_PFNF1RA8

01h00 film groupe 4


p.164

http://www.youtube.com/watch?v=gdNMndDc5qk

02h40 film groupe 3


p.165

papa kantĂŠ & quentin cornet


p.166

ismaĂŤl diallo & papa kantĂŠ


p.167

03h20 http://www.youtube.com/watch?v=cH7jvA9S0J8

fin film groupe 1


p.168


p.169

Lundi, le 15 décembre 08 Tâches à exécuter : Récupérer les tous textes des critiques. Récupérer les dessins et les masques avec designers. Réunir tous les étudiants pour une photo d’ensemble. Après avoir roulé pendant une heure et demi, nous arrivons à l’Isag quand il est 12 heures. Nous sommes tout de suite accueilli par M Bangoura Binet et M Cossa Bounama, ensuite c’est la rencontre avec les étudiants, d’abord les critiques, et après les réalisateurs et designers préoccupés aux travaux de finition des films qu’ils ont réalisés. Dans ce sens, ils sont aidés par Fabien, Thomas et Quentin. En fait, ces derniers vont faire le montage des films réalisés par les étudiants jusqu’à très tard la nuit. A 14 heures…, l’arrivée de Mme Bangoura, après quelques minutes d’attente, elle est reçue par la direction de l’Isag pour un entretien. Cet entretien est axé sur les points suivants : - un certificat de satisfecit pour Isag décerné par le P M, pendant l’expo du vendredi prochain. - un certificat de participation à Fabien, Quentin et Thomas. Nom donné à l’exposition du vendredi, 19/12/08 est : RESIDENCE O et CONFLUENCE du PETIT MUSEE. Côté finance : en terme de financement, le P M n’a eu aucun partenaire pour l’accompagner dans ce projet, excepté Isag. A propos des matériels de teinture qui sont restés, ça devrait être présenté et donné de façon officielle. Suggestion d’insérer la teinture au programme des matières enseignées à l’Isag. Partenariat Isag-Petit Musée, à l’institution qui est Isag de formuler la correspondance. Sur le plan spectacle, au de là, toute proposition est la bienvenue. Proposition de contrat aux français, éventuellement s’ils acceptent. Mardi, le 16/12/2008 Dès le matin à 10 heures, Thomas est arrivé avec son ordinateur, l’objectif est clair, faire le montage des différents films réalisés par les étudiants. Après quelques minutes, Fabien et Quentin qui étaient allés au cyber, arrivent au P.M et peu de temps après le premier groupe des étudiants est arrivé aussi. Ainsi le travail avec les étudiants a commencé et va continuer très tard la nuit. A côté de ce travail de montage, la confection du livre se poursuit, et les affiches sont saisies et imprimées prêtes pour la distribution. Quant à la lettre d’invitation qui doit être acheminée, elle est en train d’être faite par madame Bangoura. En fin, nous avons passé une journée intense, d’ensemble. Mercredi, le 17/12/2008 De nouveau, la journée commence avec le montage des films des groupes d’étudiants retardataires. En effet, ces étudiants devaient déposer leurs travaux respectifs tous finis depuis deux jours à l’avance. Cependant, au vu de ce qu’ils ont fourni comme effort pour produire ces films, notre équipe projet a donc accepté de continuer avec ces étudiants jusqu’au soir. En même temps, nous sommes allés rencontrer certains artisans pour connaître si les commandes sont fin prêtes pour l’exposition du vendredi, 19/12/08 prochain. il faut dire, qu’à cet effet, cette expo durera trois jours et marquera la fin des activités du projet Résidence 0.

le rapport de mr fofana


p.170

Dans la soirée, à 18 heures 20 ; M.Daouda Tamsir Niane, journaliste et frère de Mme Bangoura, arrive au P.M pour interview. En ce sens, tous les acteurs du projet étaient réunis là, Mme Bangoura, Thomas, Quentin et Fabien. Et ledit entretien s’est déroulé dans un climat de fraternité et de cordialité. En clair, M.Tamsir a apporté des amendements et des réglages au projet, notamment le livre réalisé. NOTE FINALE Aux termes d’un projet culturel, qui a vu le jour depuis novembre et qui s’est poursuivi pendant tout le mois de décembre 08; il ressort que les choses ne sont toujours pas passées de la manière dont nous l’avons souhaitées. C’est pourquoi, il est arrivé des temps où les uns et les autres ont trouvé juste de revoir le fonctionnement du projet. Cela est tout de suite fait et les premiers résultats ne se sont pas fait attendre ; on a assisté à la réorganisation des groupes de travail des étudiants, la multiplication des rencontres avec les artisans en vue de respecter les programmes de dépôt des travaux finis. Au de là, de toute attente les rendus, des premiers travaux des artisans et étudiants sont appréciés lors des deux forums qui avaient lieu au Petit Musée. A tout bien espérer, la grande exposition de nommée Résidence 0 et Confluence du P.M, du vendredi prochain, va clôturer en beauté toutes ces semaines de travail intense. Ce qui est certain, nous aurons des sculptures fabuleuses, des masques, un livre qui va parler du projet proprement dit et des films à projeter.


p.171


p.172


p.173


Semaine 4

p.174


p.175

jour 5

Exposition Artisans, ISAG, Visiteurs & Journalistes


p.176

ConfĂŠrence de presse avec diffĂŠrents journalistes de conakry

concert de percussion


p.177


p.178


p.179

vue de l’exposition


l’équipe

les artistes

p.180

équipe du petit musée / thomas laroche-joubert artiste plasticien thomaslarochejoubert@gmail.com conakry, guinée

/ fifi tam’sir niane directrice du petit musée fifitambangoura@yahoo.fr

/ fabien Capéran artiste designer fabien.Capéran@gmail.com france

/ alseny fofana assistant

/ Quentin cornet artiste fantastique quentincornet@yahoo.fr FRAnce

/ aïssatou secrétaire


les artisans

infos sur les artisans

p.181

/ Bangaly Chérif sculpteur Dixinn/Conakry 64704420 cherifbangaly@yahoo.fr

/ Kourouma & Matata sculpteur carrefour Mariador Palace BP 782 Conakry 64542088 /60406305 artistasidimé@yahoo.fr

/ Lamine Kanté sculpteur Minière /Conakry 62333583

/ Dian Samba Sow menuisier Carrefour Mariador Palace Conakry 64259506 /60528016

/ Ismaël Diallo fabricant de cuir musée national Sandervalia /Conakry 64227249 /62019539 diallothiernoismail@yahoo.fr

/ Abdoul Kader Sidimé sculpteur Sandervalia /Conakry 64256835 kaderlaminemamy@yahoo.fr

/ kadiatou bobo diallo Baldé teinturière Lambayi /Conakry 60414985 kbsafi@yahoo.fr

/ Mory Kaba sculpteur face hotel Gbessia /Conakry 64595168


collophon

remerciements :

thomas laroche-joubert kiridi bangoura fifi tam’sir bangoura maman niane daouda tam’sir niane cheikh diallo mohamed bangoura banks l’isag les artisans alseny fofana aïssatou pethe fodé tonton boby solo obaye marianna barry vieux bangoura vieux sumah vieux françois

p.182

réalisé et imprimé dans le cadre de résidence 0 au Petit Musée du 24 novembre au 20 décembre 2008. conception - réalisation : fabien capéran quentin cornet photographie : thomas laroche-joubert fabien capéran quentin cornet

nos amis dorothée chan-how-bo bachir diallo degg j force 3 jérémie lenoir

partenaires

omp ( organisation pour la mémoire et le patrimoine ) eadg ( bureau d’études et d’actions pour le développement de la guinée ) le ministère de la culture des arts et loisirs rtg - rks nostalgie fm horoya linx - lance l’indépendant

conakry, guinée Novembre - décembre 2008


résidence 0  

Résidence 0Workshop of six weeks in Conakry ( Guinea ) with the artists Fabien Capéran and Quentin Cornet. Differents projects with art stud...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you