Page 1

INFO

Décembre 2018

SPAS SASH

S E R V I C E D E P R É VOYA N C E E T D ' A I D E S O C I ALE S SERVICE

DES

ASSURANCES

SOCIALES

ET

DE

L'HÉBERGEMENT

AMÉLIORER L’ACCESSIBILITÉ AUX PRESTATIONS SOCIALES POUR L’AVENIR L’adaptation de l’organisation des administrations à leur environnement socio-économique et surtout à la réalité des besoins et des demandes des citoyens et citoyennes est une de leurs préoccupations constantes. De l’ancien Département de la prévoyance sociale et des assurances est né le Département de la santé et de l’action sociale, rapprochant ainsi deux domaines poursuivant une même mission de soutien aux personnes fragilisées dans leur santé ou sur le plan socio-économique.

2 3 4 5 6 7 8

9

Interview Mme Françoise Jaques La cohésion sociale en 4 objectifs Direction générale de la cohésion sociale (DGCS) Interview M. Fabrice Ghelfi Direction des aides et assurances sociales Direction de l’insertion et des solidarités Direction de l’accompagnement et de l’hébergement

Quelque vingt ans plus tard, notre département est à nouveau amené à faire évoluer ses structures, avec la création de deux Directions générales, celle de la cohésion sociale et celle de la santé, au 1er janvier 2019. Après avoir considérablement développé les prestations sociales au cours de ces dix dernières années, il s’agit maintenant de repenser notre organisation afin d’en faciliter l’accessibilité à leurs bénéficiaires. Regrouper le Service des assurances sociales et de l’hébergement (SASH) avec le Service de prévoyance et d’aide sociales (SPAS) a pour objectifs d’une part d’harmoniser et de simplifier davantage l’octroi des aides financières, tout en renforçant les stratégies de soutien aux plus vulnérables, ainsi que l’appui aux personnes qui en ont besoin à un moment de leur existence, et d’autre part d’assurer un pilotage global des prestations d’accompagnement et d’hébergement aux personnes âgées ou en situation de handicap.

Je tiens à remercier chaleureusement les collaborateurs et collaboratrices de ces deux services pour leur engagement et leur participation à ce processus de changement et de construction qui a débuté cette année et se poursuivra tout au long de 2019. En témoignent la créativité et les nombreuses idées que vous avez soumises à la direction du département à travers notre démarche des ateliers d’innovation. J’adresse également un remerciement tout particulier à Madame Françoise Jaques, cheffe de Service du SPAS, qui prendra une retraite bien méritée à la fin de cette année. Sa longue et belle carrière menée au sein de notre département a été marquée par sa volonté de placer l’aide aux plus démunis au premier plan.

Pierre-Yves Maillard Chef du Département de la santé et de l’action sociale

Les prochaines étapes Prochain numéro

INFO SPAS-SASH – ÉDITION SPÉCIALE – Décembre 2018

1


Mme Françoise Jaques Cheffe du Service de prévoyance et d’aide sociales Entrée en fonction le 1er janvier 2006, Mme Françoise Jaques prendra sa retraite à la fin de l’année. Elle nous livre quelques réflexions à l’issue de ces années passées à la tête du Service de prévoyance et d’aide sociales (SPAS). Comment a évolué le SPAS sous votre direction? A mon arrivée, au début 2006, j’ai découvert un service composé de collaboratrices et de collaborateurs très engagés, et une équipe de direction solide. Certains sont encore présents aujourd’hui. Le service a su s’adapter pour conduire une politique sociale très innovatrice. Ses effectifs ont doublé en raison du développement des prestations, de l’augmentation des activités du Centre social d’intégration des réfugiés et de l’intégration de l’Office cantonal des bourses d’études. Nous avons aussi développé l’échelon des cadres intermédiaires. C’est une grande satisfaction de transmettre le flambeau à des personnes avec qui j’ai travaillé pendant tant d’années et qui sont prêtes à continuer.

Interview

Quel regard portez-vous sur l’évolution de l’aide sociale pendant cette période? Je suis entrée en fonction avec l’entrée en vigueur de la nouvelle Loi sur l’action sociale vaudoise, qui créait le revenu d’insertion. C’était un véritable changement de paradigme. L’aide sociale était alors essentiellement financière, organisée pour garantir le minimum vital; aujourd’hui, elle s’adresse à des personnes exclues du marché de l’emploi par la transformation des modes de travail, la disparition des emplois peu qualifiés ou l’exigence d’une formation. La priorité est maintenant d’orienter vers la formation et l’insertion par l’emploi, en apportant l’appui social nécessaire. La pertinence de cette approche saute aux yeux lorsqu’on observe que les bénéficiaires de l’aide sociale sont en majorité âgés de moins de 40 ans et qu’il s’agit souvent de familles monoparentales. Pour ces personnes, une aide financière ne suffit pas. Des mesures d’insertion sont indispensables pour éviter que leur avenir soit durablement compromis.

Et votre regard sur le domaine des institutions pour personnes en situation de handicap? Ce secteur a une forte expérience et peut compter sur l’engagement de personnes hautement qualifiées. Le dispositif repose sur des structures bien insérées dans le tissu local, soutenues par les communes, qui intègrent dans leurs conseils de fondation des personnes de bonne volonté prête à s’engager pour déployer des moyens adaptés. Nous avons fait un effort considérable pour adapter les infrastructures et les pratiques afin de répondre à la modernisation des ateliers et aux besoins nouveaux. Nous avons cherché à lever les obstacles administratifs, de financement ou d’organisation qui empêchaient la flexibilisation des prestations, de façon à rendre possibles plus d’alternatives et à mieux répondre aux besoins. Avez-vous un regret au moment de tirer votre révérence? Pas vraiment des regrets, mais des craintes par rapport au risque d’accroissement des inégalités des chances. Je m’inquiète également du risque d’aggravation du non-recours aux prestations sociales, en lien avec le durcissement de la loi sur les étrangers. Le mot de la fin? La force de l’aide sociale est d’être le dernier filet de soutien social. Chacun a le droit d’exister en tant que membre d’une société, même celles et ceux qui sont sans travail, sans revenu ou sans logement. A une époque où les écarts entre les plus riches et les plus pauvres se creusent, une politique sociale active est nécessaire pour tisser la trame d’une société solide et solidaire. Je suis fière d’avoir pu contribuer à mettre cette vision en œuvre. Je suis très reconnaissante à tous les collaborateurs et collaboratrices du service, des CSR et de nos nombreux partenaires. J’y ai rencontré des personnes engagées, qui ont un grand sens du bien public et qui mettent leur énergie au service du soutien aux plus démunis. Je tiens à leur dire toute mon admiration.


LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA COHÉSION SOCIALE EN 4 OBJECTIFS Aides financières Améliorer et simplifier leur octroi, mieux coordonner les régimes entre eux, faciliter leur accès.

Insertion et intégration sociale En lien avec les acteurs régionaux, élargir les mesures de soutien à l’ensemble de la population potentielle, renforcer les stratégies d’insertion en faveur des personnes en situation de vulnérabilité.

Accompagnement et hébergement Assurer un pilotage unique du dispositif cantonal (personnes âgées, en situation de handicap, souffrant d’addictions ou de maladies psychiatriques) en lien avec la communauté.

Procédures administratives Harmoniser et simplifier les procédures pour les rendre plus accessibles et mieux compréhensibles pour les partenaires.

INFO SPAS-SASH – ÉDITION SPÉCIALE – Décembre 2018

3


Organigramme

DIRECTION GÉNÉRALE DE LA COHÉSION SOCIALE (DGCS) DGCS Direction générale Fabrice Ghelfi

Direction des aides et assurances sociales

Direction de l’insertion et des solidarités

Direction de l’accompagnement et de l’hébergement

Anouk Friedmann

Antonello Spagnolo

Vacant

Harmonisation Mathieu Carnal

Prévention et solidarités Vacant

Handicap Fabio Bertozzi

Assurance-maladie (OVAM) Olivier Guignard

Gériatrie et psychiatrie de l’âge avancé Alcina Maria Matos Queirós

Appui social et orientation Léa Fazenda

Recouvrement et avances de pensions alimentaires (BRAPA) Denise Parein

Insertion socio-professionnelle Neslihan Selman

Bourses d’étude (OCBE) Vanessa Egli

Centre social d’intégration des réfugiés (CSIR) Karin Crottaz

Psychiatrie et addictions Anouchka Roman Aides individuelles et soutien social Corinne Cloux

Aides sociales et prestations complémentaires Aude Lapie

Constructions Anastasia Aviles

Conseiller stratégique

Juridique

Ressources humaines

Finances, monitoring et systèmes d’information

Mathieu Capcarrère

Françoise Von Urach

Miriam Lambelet

François Charbonnier

Contrôle, audit et enquêtes

Organisation territoriale

Communication et information

Administration

Giuseppe Farina

Mathieu Carnal

Susanne Flückiger

Christine Andreoni


M. Fabrice Ghelfi Directeur général Quelle est votre vision pour cette nouvelle direction générale? La Direction de la cohésion sociale porte bien son nom: elle doit fédérer toutes les activités de politique sociale et médico-sociale dans le canton, dans un objectif d’égalité de traitement pour la population. Le système restera certes compliqué; malgré cette complexité, les collaborateurs doivent pouvoir accompagner les usagers dans leur parcours, c’est leur travail. Progressivement, nous améliorerons l’orientation, l’accessibilité et la lisibilité des prestations, de façon à ce que les gens puissent décider de façon éclairée d’y faire appel ou non. Le taux de recours aux prestations devrait donc s’améliorer pour que moins de situations difficiles échappent à leur droit.

Interview

Qu’est-ce que la nouvelle organisation va changer pour les partenaires? Les valeurs, les principes, l’esprit, les bases légales ne changent pas, mais nous voulons harmoniser, simplifier et clarifier le système. Aujourd’hui, nos partenaires, notamment les Régions d’action sociale, pilotent des prestations qui relèvent de deux services différents. A l’avenir, comme il y aura une seule direction pour chaque domaine, ils n’auront plus qu’un interlocuteur. Cela va créer d’autres modes de collaboration et la lisibilité de l’action sera plus évidente. Notre but est de renforcer l’appui social pour toutes les personnes qui rencontrent des difficultés. Cela passera notamment par une amélioration de l’orientation pour le public. Aujourd’hui, la réponse sociale est facilement accessible pour les personnes qui sont déjà relativement bien informées. Pour les autres, c’est difficile. L’organisation doit pouvoir garantir un accueil de la demande et une orientation efficaces. Les collaborateurs ne doivent pas être experts en tout, mais ils doivent être capables d’orienter en ayant la vision de l’ensemble des prestations disponibles. A moyen terme, l’organisation des prestations sociales doit devenir cohérente avec les autres découpages régionaux et les autres prestations du Département de la santé et de l’action sociale. Les évolutions vont se

faire progressivement. Cela permettra de renforcer l’action avec la partie sanitaire, par exemple les CMS ou le dispositif de réponse à l’urgence. Les démarches devraient être plus simples pour le public en général et la population vulnérable en particulier, celle qui a le plus de difficultés à se retrouver au sein du système. Est-ce que le fait d’avoir une seule direction générale ne rendra pas les procédures plus complexes? Au contraire, la prise de décision sera plus simple et plus rapide. La coordination entre les unités qui traitent de différentes demandes dans le domaine social sera meilleure, du fait qu’elles ne se trouveront plus dans deux services différents. Certains arbitrages qui avaient lieu entre les deux services pourront être traités au sein même de la DGCS, ce qui permettra de gagner du temps pour les bénéficiaires d’aides. Par exemple, lors du traitement des demandes de PC familles, le temps de décision oblige parfois à inscrire les familles dans le besoin temporairement à l’aide sociale (RI). A l’avenir, ce passage par le RI pourra être évité grâce aux simplifications de procédures regroupées dans la DGCS. Je privilégierai une culture de la décision de proximité, en déléguant et en donnant de la liberté d’action aux personnes compétentes dans un contexte clair et avec le contrôle ad hoc pour assurer l’égalité de traitement des usagers. Les changements seront-ils effectifs dès le 1er janvier 2019 ? A l’interne, les changements seront progressifs. J’ai demandé la continuité de la réponse et le transfert progressif des dossiers dans les six premiers mois. Les partenaires garderont d’abord leur répondant et seront informés d’ici au 30 juin d’un éventuel changement d’interlocuteur. Pour faciliter l’adhésion interne à cette réforme, un mandat d’accompagnement des cadres a été confié à un externe. L’Unité de Conseil et d’Appui en management & organisation de l’Etat de Vaud assume aussi des mandats pour réorganiser certaines unités. Un troisième accompagnement ad hoc par un consultant est prévu pour les directions.

INFO SPAS-SASH – ÉDITION SPÉCIALE – Décembre 2018

5


DÉCOUVRIR... LA DIRECTION DES AIDES ET ASSURANCES SOCIALES La nouvelle Direction des aides et assurances sociales aura pour rôle d’assurer le déploiement, le suivi et le développement des aides individuelles et des prestations d’assurances cantonales. Elle est guidée par la vision d’un dispositif social cantonal répondant aux parcours de vie des usagers et d’une politique familiale cohérente. Elle vise trois principaux objectifs: n Simplifierl’accès aux prestations pour les usagers. n Harmoniser les critères d’octroi des prestations. n Développer les partenariats régionaux. La Direction peut compter sur l’appui des unités transversales pour renforcer la surveillance et le pilotage pour une qualité renforcée et un budget

maîtrisé. Elle peut également s’appuyer sur une unité d’harmonisation des régimes, compétente en matière de Revenu déterminant unifié (RDU). Elle collabore étroitement avec la Direction de l’insertion et des solidarités pour mettre en place une orientation et un accompagnement social facilités, tenant compte des populations vulnérables.

Mme Anouk Friedmann Directrice

Portrait

Dès le 1er janvier 2019, la nouvelle Direction des aides et assurances sociales (DIRAAS) sera dirigée par Mme Anouk Friedmann. Née en 1968, titulaire d’une licence en Science politique, Anouk Friedmann est brevetée en assurances sociales. De 1994 à 2003, elle a été collaboratrice scientifique et responsable du secrétariat de la Commission fédérale de coordination pour les questions familiales auprès de l’Office fédéral des assurances sociales. En 2003, elle a intégré le Secrétariat général

du Département de la santé et de l’action sociale comme coordinatrice en matière de politique familiale. Puis, en 2011, elle a été nommée adjointe auprès du Service des assurances sociales et de l’hébergement (SASH) et responsable d’une section chargée des dossiers de politique familiale, ainsi que des programmes et prestations en faveur du maintien à domicile et de l’intégration sociale de personnes fragilisées (malades, âgées ou en situation de handicap). Elle pilote depuis sa création le dispositif vaudois des PC Familles et de la Rente-pont.

Direction des aides et assurances sociales Anouk Friedmann

DIRAAS

Harmonisation Mathieu Carnal

Assurancemaladie (OVAM) Olivier Guignard

Recouvrement et avances de pensions alimentaires (BRAPA) Denise Parein

Bourses d’étude (OCBE) Vanessa Egli

Aides sociales et prestations complémentaires Aude Lapie


DÉCOUVRIR... LA DIRECTION DE L’INSERTION ET DES SOLIDARITÉS La Direction de l’insertion et des solidarités aura la vision intégrée, préventive et populationnelle des prestations de soutien social. Il s’agit de trois niveaux: n Communautaire à destination de toute la population: information, soutien et orientation. n Au niveau de groupes cibles, par des programmes ou pour la dimension sociale de programmes conduits par d’autres: par exemple FORJAD, FORMAD, proches aidants, surendettement, violences, transports pour personnes à mobilité réduite, logement, prestations dentaires,

bénévolat, «enfance et jeunesse», famille et handicap. n En lien avec les individus vulnérables ou en situation de détresse pour lesquels la réponse sociale doit être adaptée à la situation: par exemple hébergement d’urgence ou de transition et mesures d’insertion sociales. Quatre pôles métier sont ainsi institués au sein de cette nouvelle Direction: n Prévention et solidarités (PS) n Appui social et orientation (APSO) n Insertion socio-professionnelle (IS) n Centre social d’intégration des réfugiés (CSIR)

M. Antonello Spagnolo Directeur

Portrait

Dès le 1er janvier 2019, la nouvelle Direction de l’insertion et des solidarités (DIRIS) sera dirigée par M. Antonello Spagnolo. Né en 1966, titulaire d’une licence en Sciences politiques et au bénéfice d’un certificat en administration publique, puis en management et action publique, Antonello Spagnolo a commencé sa carrière en 1994 auprès du Service de l’emploi comme chargé de recherches, puis comme chef de projet en charge

de l’Observatoire vaudois de l’emploi. Il a rejoint le Département de la santé et de l’action sociale en 2003 comme responsable des unités «Développement de la politique sociale» et «Insertion sociale», avant d’être employé au Service de prévoyance et d’aide sociales (SPAS) en 2010, en tant qu’adjoint et membre de la direction, chef de la section «Aide et insertion sociale», où il a notamment mis en place le programme d’insertion pour les jeunes adultes en difficulté FORJAD.

Direction de l’insertion et des solidarités Antonello Spagnolo

Appui social et orientation Léa Fazenda

Insertion socio-professionnelle Neslihan Selman

Centre social d’intégration des réfugiés (CSIR) Karin Crottaz

DIRIS

Prévention et solidarités Vacant

INFO SPAS-SASH – ÉDITION SPÉCIALE – Décembre 2018

7


DÉCOUVRIR... LA DIRECTION DE L’ACCOMPAGNEMENT ET DE L’HÉBERGEMENT La nouvelle Direction de l’accompagnement et de l’hébergement gérera le dispositif d’hébergement ainsi que son environnement proche, comme par exemple les Centres d’accueil temporaire (CAT), les différentes formes de logements protégés et les séjours de courte durée, etc. La Direction de l’accompagnement et de l’hébergement est organisée autour de trois pôles métier: n Gériatrie et psychiatrie de l’âge avancé/Etablissements médico-sociaux (EMS) n Psychiatrie et addictions/Etablissements psycho-sociaux médicalisés (EPSM) et quelques Etablissements socio-éducatifs (ESE) actuels n Handicap/ESE et une partie des ateliers Chaque pôle métier dispose de la vision globale des institutions, leur mission et leur financement dans un rôle de porte d’entrée de chaque institution. Chaque pôle dispose d’économistes et de chef-fe-s de projet (pour le suivi des projets

pilotes ou l’analyse des projets institutionnels notamment). La Direction compte par ailleurs deux pôles de soutien transversaux, orientés usagers: n Aides financières individuelles/appui social: interlocuteur unique pour les usagers ou les institutions qui questionnent au sujet d’un usager et interlocuteur pour le dispositif d’orientation, les situations complexes avec appui particulier. n Construction et immobilier: mise en œuvre de la planification, suivi des projets immobiliers, analyse financière en lien avec les aspects «immobilier».

Poste vacant: directeur-trice de la Direction de l’accompagnement et de l’hébergement Le poste de directeur ou directrice de la Direction de l’accompagnement et de l’hébergement a été mis au concours courant novembre 2018. La procédure

d’engagement est en cours. L’entrée en fonction du nouveau directeur ou de la nouvelle directrice est fixée au 1er janvier 2019 ou à convenir.

Direction de l’accompagnement et de l’hébergement Vacant

DIRHEB

Handicap Fabio Bertozzi

Gériatrie et psychiatrie de l’âge avancé Alcina Maria Matos Queirós

Psychiatrie et addictions Anouchka Roman

Aides individuelles et soutien social Corinne Cloux

Constructions Anastasia Aviles


Bon à savoir

Les prochaines étapes en 2019

Avez-vous des questions?

1er janvier 2019 : création de la DGCS.

Sans nouvelles de notre part, votre interlocuteur actuel reste votre correspondant.

Newsletter 2019

NExt Prochain numéro: les collaborateurs ont pris le rôle d’innovateurs

Janvier à juin 2019 : mise en œuvre progressive: n Définition fine des périmètres et des responsabilités et transferts des missions. n Lorsqu’il y a changement d’interlocuteurs ou de responsables, communication avec chacun des partenaires concernés. n Principe: à tout moment, les partenaires ont un interlocuteur défini.

Dans la prochaine édition de cette newsletter, nous vous présenterons les résultats des ateliers qui ont été menés au sein du Département de la santé et de l’action sociale au cours de l’année 2018 pour accompagner la réorganisation du département. L’objectif de ces ateliers a été de proposer des projets innovants dont certains pourront être mis en œuvre par le département à partir de 2019. Grâce à 62 collaborateurs volontaires, des équipes de projet ont été

Contact Direction générale de la cohésion sociale Avenue des Casernes 2 1014 Lausanne Tél.: 021 316 52 21 Email: info.dgcs@vd.ch Dès janvier 2019 : www.vd.ch/dgcs

constituées pour participer à un processus qui a démarré par un atelier de réflexion. Au début de l’automne, ces équipes réunies autour de sept idées d’innovation ont présenté le résultat de leur travail. Toutes ces idées permettront d’améliorer la coordination entre les différentes entités au sein du département, de valoriser les actions menées et de simplifier les procédures pour les bénéficiaires des prestations sociales.

Auteur: Direction générale de la cohésion sociale info.dgcs@vd.ch. Graphisme et mise en page: Cayenne Communication Visuelle, Lutry. Photos: Copyright©Sieber ARC. Distribution: Partenaires de la DGCS. Edition: Décembre 2018.

INFO SPAS-SASH – ÉDITION SPÉCIALE – Décembre 2018

9

Profile for Etat de VAUD

Info-SPAS-SASH Edition spéciale décembre 2018  

Edition spéciale du bulletin d'information publié par le Service de prévoyance et d'aide sociales et le Service des assurances sociales et d...

Info-SPAS-SASH Edition spéciale décembre 2018  

Edition spéciale du bulletin d'information publié par le Service de prévoyance et d'aide sociales et le Service des assurances sociales et d...