Page 1

QUI COMME ULYSSE

Les éditions Errances

Clément Aubry


Ce livre n’a pas été concu pour être un document PDF mais un ensemble de carrés cartonnés autonomes inséré dans une boite. Chaque carré recto-verso est ici présenté par une double-page.

ACTE I


: es qui errent. Vous me direz qui manquent, sont des lettr (Les lettres en trop, et celles normal.) t C’es . Non s!”. aphe hogr fautes d’ort “c’est embêtant, on dirait des

urfont le lieu (Occ si les hommes r, ca on , , ie) ux lie ph ra og Bonjour à tous la notion de gé s pa st e n’ rence courante de u lie le lontiers que vo tre et m t ce ad ut de naturelle s’ex- pe r prédominance t important pour pa es t e, au en m us om om to m l’h e Chaqu sommes ’est pourquoi tieux que nous il nous vient. C , être préten ns se ce primer comme En . e. us-mêm ut ce qu’il vaut par express- fond de no chaque mot va mise, aucune re espace d’errance t, de ne ra er se nt ur ne L’i e acte pas naviguer (s aucune retenu Errer n’est pas un ère. Ne dit-on . gi ise ga e rm tit lan pe pe n e ra sio se un qui ont triction ne int. À part pour ceux po , , )? er te m eb ac w la un le , st es e c’ m soumis, ilieux mariti ! m hé re les ut a l’ ec o av H n de r. io u Erre relat s le pe e on le peut. e de dérive. Dan On gère comm nc, est synonym do t le laboen vi u, e lie m il le , i, a oisi le territoire tistique que j’ ar ch i e a j’ nc , re rt fé e carte pa ré a un m r Pour entait su t le choix alker qui représ Je fais maintenan St n. ire tio , pour to ta eu ra en bl és lat pr ire et sa re e par un ap d’un territo espaces de dériv le territoire et rs terme ur leu un i po ss u ce au lie t n, n es hi d’u rs, la dérive, chose, ce mac eu tte ill a ’ ce , D . uc er tr m e C la pour le lieu. t le lieu où erça. rnet. Internet es maritime. J’ai soif avec tout support sera inte rs raisons: Ce pour plusieu est e. c’ r, cip re in er pr , is ns un t rer es utes ces raiso rnet n’a pas pr to te In ur t, po es , ’il ef to Br qu votre en usTout jeune s rassurez-vous, par sa propre hi ai é M nc . re re fé rd ré pe tre ê se le droit chemin nom l’habitude d’ us remettre dans ultée s’empare du vo ns a co ur e” sa dans ag ge “p ra ue si vous tombez toire, chaq séculaire er au contrôle le faudra. À part pp il , en d ha ue éc an iq qu ur ot po rc l” na “virtue dépendance de . es ue rm iq fo at es gm rs do l. de la référence , elles ne dive e, votre rôle socia ges sont signées bliant au passag ou s, te Si certaines pa er C is. préc er avec un topos peuvent coïncid e indication, un s. e nn do us no e onc perdez-vou la langue utilisé t plusieurs D en ist ex e gu lan e êm mais en une m


Leçon de vie: «Le but d’un voyage n’est pas le but. Le but, c’est le voyage.» HARRY STOTT


FR/

CLE

EURS/R/R

/SON

DUJE

UDI/S

UJEUDITAB.ONHTDUMJLEUDITA B.HTML L WWW.ERRANCES.FR/REDACTEURS/ B . CL H EM TM WWW.ERRANCES.FR/REDACTEURS/ ENT/SONDUJEUDISONDUJEUDITAB.HTML WWW.ERRANCES.FR/REDACTEURS/CLEMENT/SONDUJEUDI/ CLEMENT/SONDUJEUDI///SSOSOONNDNDDUUJUJJEEUEUUDDIITTAABB..HHTTMML L DITAB.HTML WWW.ERRANCES.FR/REDACTEURS/CLEMENT/SONDUJEUDI/SONDUJEUDITAB.HTML WWW.ERRANCES.FR/REDACTEURS/CLEMENT/SONDUJEUDI/

ACTE II

ENT/ WWR R A N U CT RS/CUD CES ENT/.ESORNRDACUNEJCSEE.FS.FRR//RREEUDEAIU/CRSTSOE/NUCDRULSJE/ME CELNLETEM/MESENOT/SONDUJESUODNI/DSUOJNEDUUDJEI/ S O N D U J E U D ITA EURS.F/RC/LREEMDACTEUR T/SONDUJE DACTEURS/CLE NDTU/JSEOUNDDI/USJOENU D I/ S O N DUDITAB.HTML B .H T M S N / E C M L E E M L E C N T / / S S ONDUJE MENT/SONDUJEUDI/SDOUJEUDITABU.HJTEMULD ITA B .H T M L U N D D I/ U S J REDWACWTEUR W E .E U R R D AN IT C ES A B .F R .H / R TML E D AC TE URS/CLEMEN ONDUJEUDITAB.HTML

MENT

T/SONDUJEUDI/SONDUJEU RS.F/RR/EDREACTEURS DITAB.HTML DACT /C EU RS L /C LE E ME M NT /S E ON DU N JE UD T I/ / S SO ON ND S DU UJ JE EU O UD L DIT ITA N AB B.H .HT D TM MLL U J UEDUITDAI/B.SHOTNM R/REDACTEUORSND/CUJLEEUMEDI/NTSO/SNDONUJDUE JEUDI/SODNDUJUJEUEUDAITBIA.THBATB.HM.LHTMTMLL DIT CLEMENT/S SONDUEUJDEIUT D ABT.HTMLML .H ONDUJEUDI/ NDUJ EDACTEURS/UCLRSEM/CENLET/MESONTND/SUJ UDI/I/SSOONDUJEUDITAB E E EU D S SO U ON ND DU UJ JE EU UD DIT ITA AB .HT B FR/REDACT CLEMENT/S/OSNODNUDJUEJDI/ AB.H T. MTMLMLL T RS/ JEUDEIUTDAIBT.H N E M E / R E DA C T E U UDI/SONDUNDUJ TML E L J U C D N O / S D I / S O TA B . H /CELUERMS ENT/ UJEU EUDI EDACTERUERDSACT SOND NDUJ / R ENT/ DI/SO C ES . F CLEM UJEU URS/ /SOND DA C T E E N T R/RE /CLEM TML C ES . F T E U R S I TA B . H E DA C JEUD .FR/R ONDU

/CLE

R E DA C T E U RS/ C L E M ENT / S O N DUJ E U D I / SON D U J E UDI T A B . WWW.ERRAN H TML C E S .F R / R E D A C TEURS/C DA C T E U L R E S M / E C N L T E / M S E O N N T D /SON UJEU RANCES.FR/REDAC DUJEUDI/SONDUJEUDIT DI/SONDUJEUDITAB.HTM ES.FR/REDACTEUTERSU/RS/CLEMENT/SONDUJEUDAI/BS.HOTNMDLUJEUDITAB.HTM L EFR/DR/AERCEDTDEAACUCRTES/UCRLS/CLEMECNLT/ESMOENNDTU/ S O N D U J E U D I/ S O N D U J E U D ITA B .HLT M L JEUD TEU EM

MENRTR/ANCES.FR/REDACT R E DA E DA C ML .HT TAB ITAB UDI EUD UJE DUJ OND SON I/S I/ L EUD C M DUJ .E TEUR T SON S NT/ W .H EME B /CL W W T O W ITA D U E N E W W J WWW.ERRANCES.FR/REDACTEURS U D D U N W O S W U W I/ R S/CL D U J ML L W JWE.EDUJDEUD ITAB S TM.HT W EUD USON . .H DUJ E D B SON A I/ N E IT O W / D W S U U W / E NT/ .E . T J EME RR U R /CL N AN D E C URS D E N CE CTE O M EDA S. S R/R E FR S.F I/ L I R /R NCE L R C RRA EMEN U EDACTEURS/CLEM/SENONT/D SONDUJEUDI WWW.E .FR/REDACTEURSR/S/CLEMENT/SONDUJERRA RAN W W WAN. C E M E S U EAB.HTM ERSR.HT.AFNMLL NUDI/ NT/S CEJEUDIT CTE /CLEMENT/SONDUJEUD UJEUD /SONDUJEUDITAT/B.SOHTML EDAEDA C R/RR/R ITAB .EWR.ERRARNACNECENCE EUD .F DUJ S SON I/ E S WWWWWWWW.E S . URS SONDU CTE R NDUJE C F NT/SO L O CLEME S.F M EURS/ NDUJ T REDACT I TA B . H . RRA ES.FR/ WWW.ERRANC F AITBA.HB.HR/TMR L /REESD. F R W W W NDU IT D W U E R J U D N W O S / I/ D U W D E J U TML EUDI/ ME/RNT/NST/OSNODNUDU. EJRERUADNI/SONDUJE REDAC EDACT ACT/ER E DA C T .E RR AN CEJES.UDFRI/ /R EDAC TE UR S/ CL EM E L C / W S W R W U .E E RR T C AN A EN D CE T/ E S. R SO FR / ND R UJEUDI/SONDUJEUSODINDTAB.HTML SOND ES.ENFR/T/SONDUJTEUEUR DI/SOEURNDS URS/ EURS/ WWWWWW.E.ERRRRAANNCCEESCS..FEFRS.F/RR/EDREACDATECTUREUS/RSCL/CLEME EDAC TE UR S/ CLCEM UJEU UJ C S CLEME UJEU I/SONDUJEUDITAB.HTML DI TA EMENT/SONDUJEUDI//SSOONNDDUUJJEEUUDRDIEITDA C /CL /CLEU B. L HT M L E WW.ERRAN W M E D I TA B TAABB.T.HHTETMUMLRL EME MEN ENLTE M E N T /NST /OSN D U J E U D ITA W W WWW.ER W W W.ERRAN W.ERRANC .HTM SC/ECSL.FER/RNTE/DSACTEUT/RSSO/C /SON ONDUJ B.HTM W R A N C ES W W N A E C R WW.ERRANCES.FR/REDACTEURS/CLEMENT/SONDUJEUDI/ SONDUJEUDITAB.HTML . R E M S L ERRANC ES.FR/R WW.FWR.E/RED UDI/S .FR/RED ENT/SONDU NDUJ DUJE E A E S A ONDUJ C U J E ONDUJEUD UDI/ DI/S . F R / R E D DA C T E U R TEURS/ WWW.ERRANCES.FR/REDCTACEWUTEWRSWUR/.CELS/R C E U D I TA ERMCLAENNEM C/ESSENO.FT/R/SORENDDAAUJCTEUEUDIRS//SOC NDUJS/EUCLDIEMTAEB.N HTM LEMENT/SON EUID/IS/OSNOD SONDU ONDUJ T B.HTM L NDUJEU C T E U R S / C LLEE M E N T N D / WWW.ERRANC U E U J D S J O U E U J E L N U ES.FR/REDAC DI/SONDUJ ME T/ SONDU JEU DUJEUDI/S DI/SONEDUJUDEJIUETADITABUDITAB DITAB. WWW.ERRANC UDDII//SSOONNDUJEOUNDDIUTAJEU UBD.IHTTAMB.H.HTTMML.HTML HTML WWW.EWRRW WAN.ECERRS.FRAN/RCEEDS.EACFRS .TEF/RRUR/EDRS/EACDATEC TURE US/R S T E U R S / C L E MEUEDNITTA/BS.HOTML WWW.ERRANCES.FR/REDACTEURS/ CLEMENT/SOCL/CNDEMLEUJENMEUET/NDITSO/SOSNDONDUJUJEUEUDIDITA//SNSOB.DONUHTNDJDUEUJUJEDEUI/UDSDIOIT DUJEUDIT B.HDTIMTALB.HTM L L CLEMENT/SONDUJEUDI/SONNDDUJEUDI/S ML TANABDB.U.HHTJTMEMULDITA AB.HTM L


JNUR III


Mais voila, il fallait rentrer, il fallait que je raconte. En m’éloignant, cet espace devenait un point, et ce point se situait sur un axe. En l’écrivant, cet axe se cartographie.

Tel jour, la nuit s’offrait. L’ivresse était totale. Ma solitude était permissive. Si la ville n’avait pas été habitée, cela aurait été ennuyeux. Heureusement, deux heures étaient passées depuis la fermeture des bars et les gens se donnaient en spectacle. Oui, je me serais ennuyé car j’avais l’impression de trop connaître la ville physique, ses axes, ses dénivelés, et toujours les même points de vue. Cette impression était totalement fausse, il y a une multitude d’endroits qui me sont inconnus. Je quittais le centreville. Le retour à la maison sera allongé par une promenade sur topographie. Ma maison est située près d’un pont sur lequel passe une voie ferrée. Deux ans que j’y entend circuler les trains, deux ans durant lesquels je souhaite m’y aventurer. Cette nuit-ci était opportune. Décomplexé par l’horaire (l’aube pointait), et par l’alcool, j’escaladais le parapet du pont pour aller sur les rails. Je visualisais très clairement l’emplacement du tracé par rapport à la ville, et comme beaucoup de chemin de fer, son tracé ne change que rarement. Il représentait alors pour moi une certitude 1. Malgré cette certitude, la possibilité d’une aventure semblait intacte 2. Ce n’était pas un axe dans la ville mais un espace local, un espace défini que j’arpentais méticuleusement, avec rigueur, calme, et un peu de superstition 3. Un espace de liberté sur lequel je ne ferais rien de réellement physique, mais duquel je m’imprégnerais de matières et d’idées. C’était un lieu d’interrogation et de sensation, alimenté par je ne sais quel situationniste et/ou dériveur 4. C’était aussi un changement de point de vue. Ainsi, très vite, l’instinct du presque-géographe me chargea d’une mission : Recoller le chemin de fer interdit au maillage autorisé de la ville. C’est à dire, pouvoir se situer dans la ville ou savoir de quelle rue je pourrais apercevoir l’endroit où je me trouve. Certains repères sont définis, comme mon point de départ ou un passage au dessus de la voie. En revanche, entre ces points, existent des espaces isolés, où l’on peut jouir de sa solitude 5. Ces espaces sont des déserts où l’on ne rend de comptes à personne, on peut y faire ce qu’on veut 6. On y trouve plein d’objets : Des gros boulons, des traverses en bois, des pylônes, des sacs, pleins de cailloux, des végétaux anarchistes, des barrières croix-rouge, des vis d’amphétamines, des métaux socio-économiques. Autant d’événements tangibles qui me racontaient une histoire, qui voulaient me dire quelque-chose. Et comme j’étais seul, personne ne pouvait me contredire, mieux encore c’était le but du jeu. Aussi, j’ai rencontré une grande dame de fer qui a trois yeux l’un au dessus de l’autre, ou plutôt non, une cyclope avec un nez et une bouche rouge. En fait, c’est une signalétique lumineuse qui répond au nom de BAL 7. Elle m’a laissé monter sur son dos grâce à son échelle qu’elle porte comme une traîne. C’était grisant. J’étais un petit singe sur ses épaules, et en même temps cela me faisait penser à la vigie, ou encore au tribun. Ma vue prenait de la hauteur, mon corps était décollé du sol, j’étais en-dehors du lieu. Ma présence pouvait être vue de tous 8.

8 La métaphore ne fonctionne pas très bien. Explication : Le lieu ferré est une image soit pour le cerveau imaginatif soit pour l’ARC lui-même. La signalétique serait une image pour la sortie, la monstration ou l’écran d’ordinateur connecté à internet. Au sein de l’ARC et avec l’utilisation du blog, il y a un sentiment grisant l’orsque l’on se montre sur internet. D’une certaine manière, on prouve notre présence sur la toile. Mais le plus important, est que l’on peut devenir connu(e,s,es). C’est cela qui est grisant.

7 BAL : bloc automatique lumineux (source : wikipédia, http://fr.wikipedia.org/wiki/Block_ automatique_lumineux) Tant qu’à errer, consultons wikipédia!

6 Une dérive similaire fut éxécutée dans la nuit du 30 au 31 Décembre 2003, dans la zone de Tolbiac dans le sud de Paris. Il était quatre heures du matin, je m’étais mis nu.

5- Cette solitude est bienfaitrice. Ce n’est pas un exil, c’est une retraite. Aussi, elle n’aura duré qu’un court temps. Sont terme est le moment où vous lisez ce texte.

4 «Je ne sais quel...», en fait je me dois de le savoir. Guy Debors et son ami Tristan Tzara aimaient beaucoup marcher sans destination. Les personnes du laboratoire Stalker pratiquaient la dérive dans les zones.

3 Le blues est la musique du Diable, et le blues aime bien les rails, alors je me disais : Il ne doit pas être très loin...

2 J’aimerais ici me débarrasser de quelques points. Si le rail peut signifier le voyage, il n’en sera pas question ici. De plus, le fait de «marcher sur les rails» est interdit et qui plus est, dangereux, malgré tout, ce genre de restriction judiciaire ne sera pas abordé. Mais il vrai que si un train était passé au moment de ma promenade, il aurait été prudent de se réfugier dans un bas-côté, de s’agripper à un élément pour se prémunir de l’aspiration puissante du train, et de se mettre à l’abri du regard du conducteur qui dans ce cas, se doit d’avertir les forces de l’ordre.

1 Qu’y a t-il de plus pérenne qu’un tracé ferroviaire? Je le comparerais volontiers à l’expression «gravé dans le marbre»

Errance sur un rail

Kesferkerrer  

Livre de Clément Aubry Arc Errances 2007/2008 EESAB site de Rennes

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you