EQUIN NORMAND 126

Page 1

2021

n °1 2 6

BIM E ST RI EL GR ATUIT

Édition Internationale

Le Championnat régional des 3 ans Les Qualifications Etalons 2 et 3 ans

Le Grand national de dressage Les Championnats de France de Para dressage

Le MEETING D’HIVER de l’AEC Les courses à Graignes

SAINT-LÔ - Meeting d’Automne

Les EQUIDAYS

Saint-lô - Championnats de France d’Attelage




SAINT-LÔ - Meeting d’Automne

6

Saint-lô - Championnats de France d’Attelage

37


S

Sommaire Les EQUIDAYS 26

est un magazine édité par la Société EDAS Chemin du Poirier - 14220 Hamars SARL EDAS - RCS de Caen 497 704 460 N° de gestion 2007 B 343 Capital de 5 000 € Directeur de la publication Rédacteur en chef : Michel GALLET mgallet.edas@gmail.com

Le MEETING D’HIVER de l’AEC 58

Auteur - Photographe : Jean, Eugène BOUGIE Mobile 06 27 22 96 25 j.bougie@wanadoo.fr Charlotte MEURY - BOUGIE

Réalisation graphique : Agence EDAS 14000 CAEN Mobile 06 2012 03 60

Le Championnat régional des 3 ans Les Qualifications Etalons 2 et 3 ans 67

ISSN > 221-E Dépôt légal à parution. Ne pas jeter sur la voie publique.

Equin Normand est une marque déposée auprès de l’INPI sous le N° national N° 4362095

Le Grand national de dressage Les Championnats de France de Para dressage 46

Les courses à Graignes 52

Retrouvez toutes les actualités sur notre site :

www.equin-normand.com

Toute reproduction, même partielle, des textes, photos et illustrations est interdite. La revue Equin Normand n’est pas responsable des textes, dessins, photos, cartes de situation et illustrations, qui lui sont envoyés sous la seule responsabilité de leur auteur.


SAINT-LÔ

6 EQUIN NORMAND n°126 2021


Meeting d’ Automne

EQUIN NORMAND n°126 2021

7


SAINT-LÔ GRAND NATIONAL 10ème étape

du « Noble art » Alexandra Ledermann et Requiem de Talma par KO !

Le ring saint-lois, la médaillée olympique 94, Championne d’Europe 99 le connait bien et depuis longtemps. C’est en 1993, dans le Grand Prix automnal qui n’était pas encore international mais qui pouvait se targuer d’être un « Grand » national tant toute l’élite française s’y produisit, comme chaque année d’ailleurs à cette époque qu’Alexandra Ledermann sans l’emporter marqua les esprits. Ils étaient 8 qualifiés pour un barrage qu’entama Hervé Godignon avec la Belletière : 38.71. Imbattable ! Non ! Alexandra associée à Rochet Rouge : 38.30. Hubert Bourdy et Riverain du marais : 37.87. Enfin ! Patrice Delaveau et Orient de Frebourg 36.10. A cette époque, on ne venait pas à Saint-Lô pour préparer Lyon ou une épreuve du Global, on venait pour gagner Saint-Lô comme pour gagner Sainte- Mère-Eglise. C’était avant.

8 EQUIN NORMAND n°126 2021

Vingt- huit ans plus tard ce fut, comme avant C’est selon un scénario épique mais empreint de cet esprit propre au Grand national, que la Normande a joué le premier rôle. Acculée dans les cordes lors d’un premier round – chute le vendredi- sonnée, le corps meurtri mais l’énergie intacte voire décuplée, Alexandra Ledermann malgré 9 ans de cause commune avec Requiem de Talma et des expériences victorieuses est sans cesse sur la défensive. Sa qualification pour le final ne fut en effet pas chose facile. Et, il fallut, pour encore compliquer sa tâche, que Requiem trébuche. Mais ce jour-là rien ne pouvait entraver sa conquête de victoire. Une victoire avec de la noblesse et de l’art.


Le Grand national : Une pièce en trois actes Acte 1- Une épreuve à 145 avec barrage Neuf barragistes pour 42 partants et victoire de Thomas Lambert avec la bien nommée Thalie St Loise née chez Claude Paris. Il devance le Breton Christophe Le Garrec avec Uriel d’Amaury et Alexis Ragot avec Coldplay EJ Acte 2- Une épreuve à 145 au chronomètre. Victoire de Julien Gonin avec Valou du Lys. Manifestement, le Rohnalpin était déjà bien installé à St-Lô. Il confirmera dans le CSI4*. Le podium est complété par Thomas Lambert et Univers de Ch’ti et Axelle Lagoubie avec Vaillant de Tivoli. Acte 3 – Le Grand Prix à 150 avec barrage Cinq barragistes sur les 45 partants et aucun de ceux qui s’étaient mis en évidence dans les épreuves précédentes. Un quintet dans lequel figurent 3 cavalières. Outre la lauréate Alexandra Ledermann, Audrey Paris 4ème avec la vaillante Big Star des Forêts et la néo deauvillaise Sarah Brionne associée à Kat Fois Deux Huit Z 5ème. Le discret autant qu’efficace Cyril Bouvard est 2ème avec Brocéliande du Lac et Mathieu Lambert 3ème avec Gazelle du Pachis. EQUIN NORMAND n°126 2021

9


SAINT- LÔ MEETING D’AUTOMNE CSI4*

Julien Epaillard et Billabong du Roumois avant leur croisade madrilène

Comme en 2020, Julien et le bien nommé Billabong (marque australienne spécialisée dans l’équipement de surf) ont surfé sur le Grand Prix du CSI4* comme depuis trois décennies, il excelle dans cet exercice dans la Manche et partout dans le monde. Ce qui caractérise Julien Epaillard, sans qu’il les rejette, c’est de n’être pas particulièrement attiré par les sélections qu’elles soient nationales, européennes ou même olympiques. Son seul objectif : Gagner ! Qu’il s’agisse tout autant d’une épreuve à 130 que d’une épreuve Coupe du Monde ou d’une très dotée manche du Global Champions Tour. A Saint-Lô, associé à Billabong du Roumois, Julien, sachant son cheval par ailleurs encore perfectible à ce niveau et de surcroît engagé sur son premier concours indoor savait aussi pourquoi il manifestait, poing levé, sa joie à l’issue du premier tour. Un tour d’essai, en quelques sorte pour lui le fan de moto, avant d’aller remporter, un mois plus tard, les trois grosses épreuves dont le Grand prix Coupe de Monde de Madrid. L’histoire retiendra par ailleurs, que c’est aussi à Saint-Lô, pendant le Meeting de l’AEC, qu’il était venu garder en forme ses deux chevaux, une semaine avant sa « croisade madrilène ». Pour l’histoire de ce CSI4*, on se souviendra qu’à plusieurs reprises le hongre de 10 ans, fils de Mylord Carthago né chez Philippe Bertho dans les Côtes d’Armor faisait entendre une petite musique qui aurait pu faire tout basculer. En effet, qu’il aurait été dommage que comme voilà déjà quelques années avec Eric Levallois et Diamant de Semilly et Laurent Goffinet et Flipper d’Elle que le scénario tant espéré ne se réalisât pas. Tant pour Julien lui-même que pour le public venu là pour le voir gagner et repartir avec cette impression sublime d’avoir été un peu de sa victoire.

10 EQUIN NORMAND n°126 2021


EQUIN NORMAND n°126 2021

11


Julien Epaillard à la Quartarnaro Equitation et moto, deux mots qui matchent parfaitement lorsqu’on évoque le Manchois. Signe du destin, le jour de son succès à SaintLô, le jeune pilote Fabio Quartararo devenait le premier Français à être sacré Champion du Monde de vitesse dans la catégorie reine de MotoGP. Dans le Hall Saint-Lois qu’il affectionne particulièrement, Julien était le 3ème des 6 barragistes à s’élancer. Son défi : battre l’Irlandais Harry Allen en selle sur Guinness crédité, après Jean-Luc Mourier fautif du meilleur temps. Avec une seconde de moins, le natif de Brix qui avait « enroulé du câble » ne pouvait craindre que le Belge Vermeir brillant vainqueur de la seconde qualificative. Hélas, l’Anversois passait à côté de son sujet. Valentin Besnard, dernier à partir avait choisi la stratégie du sans faute au détriment du chrono. Malheureusement un temps lent et une faute lui coûtent le podium avec Beau Gosse du Park (Quaprice Boimargot). A propos des chevaux on note au passage que l’étalon Toulon était le plus représenté avec 4 produits suivi de Nabab de Rêve et Kannan 3.

 Harry Allen et Guinness

Wilm Vermeir et Joyride S (meilleur cheval)

Julien Gonin - Meilleur cavalier


Le Hall du Pôle Hippique était copieusement rempli

Pedro Junqueira Muylaert et Pembroke 3

Valentin Besnard et Beau Gosse du Park

CLASSEMENT 1- Julien EPAILLARD (FRA)/ Billabong du Roumois 0 et 36.25 2- Harry ALLEN (IRL) Guinness 0 et 37.42 3- Wilm VERMEIR (BEL)/ Joiryde S 4 et 38.76 4- Pedro JUNQUEIRA MUYLAERT (BRA)/ Pembroke 3, 4 et 38.82 5- Valentin BESNARD (FRA)/ Beau Gosse du Park, 4 et 44.88 6- Jean-Luc MOURIER (FRA)/Keilekoo van T et L, 8 et 39.59

John Whitaker en Guest Star


Prix SAINT-LÔ AGGLO, Ville de SAINT-LÔ Wilm VERMEIR et Joiryde S comme à la parade

On le connait l’Anversois. En 2012, il s’imposait dans le Grand Prix CSI2* du NHS cela d’ailleurs devant Benjamin Devulder et Québec Tame. Ironie de l’histoire, c’est le même jour 9 ans plus tard que les deux cavaliers se mettent en valeur. A l’instar du Grand Prix dominical qui en compta 6, la seconde épreuve qualificative à laquelle prirent part 57 cavaliers se limita à une portion congrue de 5 finalistes. Margaux Rocuet essuya les plâtres avec Dubai du Cédre et 12 points. Le futur vainqueur se montra ensuite très appliqué, juste et offensif associé à Joyride S qui sera le dimanche honoré du titre de meilleur cheval du concours. Et c’est Alexandra Paillot qui pendant la première moitié du parcours se montra plus rapide que le Belge. C’est en reprenant le contrôle de Tonio la Goutelle avant l’obstacle final qu’elle perdit outre son avantage, 13 centièmes sur le Belge.

Prix GROUPAMA Benjamin DEVULDER remplit son contrat

Victorieux de l’épreuve d’ouverture en 2020 avec ce même Vert de Gris, il récidive en 2021 confirmant ainsi la justesse de sa sélection. Parmi les derniers à s’élancer, la compétition avait été longtemps dominée par Charlotte Bettendorf et Honesty Chavanaise. Le constant Julien Gonin prend la 3ème place toujours avec Cymba.

Prix AGRIAL- YEARLY Julien GONIN en verve

Il s’agissait de l’épreuve d’ouverture du CSI4*. Particulièrement affûté lors du Grand national disputé la semaine précédente, le Rhonalpin, effaçait toute opposition en selle sur Cymba une jument de 9 ans. Pénélope Leprévost associée à Déesse de Coquerie (Consul de la Vie Z) prenait, à presque trois secondes la 2ème place devant Titouan Schumacher et Carrera des Brimbelles (Kannan). • L’élevage de Coquerie pour le sport et l’élevage fait confiance à Yearly

14 EQUIN NORMAND n°126 2021

Prix THEAULT Eden LEPREVOST-BLINLEBRETON aux anges avec Don’t Stop Semilly

Epreuve à barrage du CSI2* sur la hauteur de 140 avec 18 barragistes dont 17 repartirent frustrés. En effet, c’est la première à s’élancer qui mit tout ce petit monde d’accord. La jeune Eden Leprevost-Blinlebreton en selle sur Don’t Stop Semilly (NonStop) réalisa le chrono qui allait bétonner son succès. Valentin Pacaud associé à la prometteuse Destinée de Vains (Untouchable 27) âgée de 8 ans comme Don’t Stop est 2ème, le Hollandais Mulder est 3ème et Camille Piot qui avait lâché son poste au centre du ring des ventes Nash est bon 4ème avec Dalma de l’Oiselière qui, elle aussi, ne cesse de progresser.


Wilm Vermeir et Joyride S

Benjamin Devulder et Vert de Gris

ATTITUDE MANCHE : Une entrée remarquée

Remarquée à double titre. En effet, c’était avec grand plaisir que JC Heurtaux, Président de SLCO accueillait Attitude Manche au sein du concours phare manchois. L’association d’attractivité du département dont la mission est de le faire rayonner à l’intérieur et à l’extérieur, l’est aussi de facto pour le faire au profit de la filière équine. Pour l’occasion, emmenée par Mme Brunaud-Rhyn, sa Présidente, une délégation de quelques-uns des 400 membres posa devant son superbe obstacle.

Grand Prix du CSI2* Région NORMANDIE Thomas ROUSSEAU sans trembler avec Udson de Jauzif Une fois de plus, c’est un constat tout simplement, le nombre de barragistes se limitait à 6 sur 41 partants d’une épreuve d’un niveau relatif. Ceci étant chacun se satisfaisait de voir Geoffroy de Coligny et Raimondo du Plessis se mêler à la lutte. Mais voilà, le fils de Calin du Plessis accuse l’âge respectable de 16 ans et peut ne plus être aussi percutant. Il fallait l’être pour battre le temps de Thomas Rousseau associé à Udson de Jauzif totalement remis de ses blessures. Le vainqueur 2020 dut s’incliner pour un écart de 12 centièmes. Le régulier et discret Séverin Sigaud en selle sur Donatella d’Auge (Jarnac) prenait une très belle 3ème place devant Reynald Angot avec Corail Mail (Utrillovd Effinck) et la surprenante Clara Darty aux rênes de la non moins exceptionnelle et bondissante Bo Ing (Diamant de Semilly) qui réalisa le meilleur temps hélas pénalisé de 4 points

EQUIN NORMAND n°126 2021

15


Au crible,

2

chevaux aux racines manchoises

L

Billabong du Roumois

e hongre alezan de 10 ans, vainqueur du Grand Prix du CSI4* de Saint-Lô avec Julien Epaillard est né en Bretagne chez Philippe Bertho à Plérin (22). Sa souche maternelle est profondément manchoise. Fils de Mylord Carthago, il a pour mère Iroise du Roumois par Papillon Rouge née chez Didier Lamy à Epreville en Roumois dans l’Eure. J’y Suis, sa grand-mère par Laurier Rose était née chez Michel Coulomb à Longueville près de Granville alors que Caroline, l’arrièregrand-mère venait de l’élevage d’Amédée Lecouturier à Beuzeville la Bastille. Sénateur, son géniteur HN était stationné à Picauville. Débuté par Armand Mallet, il était successivement monté par Régis Bouguennec, Valentin Besnard, Margaux Rocuet, Clément Bertho jusqu’au début juin 2021. Julien le sellait pour la 1ère fois lors du CSI3* de Cabourg. Un mois plus tard, il se classait 2ème d’une 160 à Monte Carlo (CSI5*) et début octobre le couple s’imposait dans le GP 3* de Gorla Minore en Italie.

La jument grise montée par Grégory Cottard est née chez Daniel Millet à Ansacq, un petit village de l’Oise près de Clermont mais sa souche basse est profondément enracinée dans le bocage saint-lois et plus particulièrement à Condé sur Vire. Fille de la célèbre Uélème (Nelfo du Mesnil) lauréate du CSI3* de St Lô en 2002 avec Olivier Jouanneteau, elle a pour grand-mère Gazelle (Pontécoulant) née chez Edmond Mauduit à St Amand. Quéant (Bouton d’Or PS) et Ilote (Beaumont Hague) avaient vu le jour chez Léon Lemasurier à Montabot. Enfin, Beauté Folle (Jargon) et Louvette (Cherbourg) provenaient de l’élevage de Pierre Jean à Condé sur Vire. Nous étions alors au début des années 30. Avant de passer sous la selle de l’ancien Champion de France, Bibici fut successivement montée par Pauline Jouanneteau, Edgar Paillousse, Nicolas Paillot, Alexandra Paillot et Marie Hécart. On note qu’elle fut Elite à 4 et 5 ans sur les pistes de Fontainebleau. Réserviste lors des Championnats d’Europe, Bibici a enrichi son palmarès en 2021 avec de nombreux podiums au niveau CSI5*

16 EQUIN NORMAND n°126 2021

Bibici



L’Ecurie

Une belle aventure ! 18 EQUIN NORMAND n°126 2021


Une belle aventure qui commence en 2008, dès le lancement du circuit du Grand national. En 2019, la communauté de Saint-Lô Agglo se joint à Equin normand en assurant l’essentiel de l’engagement annuel auprès de la Fédération Française d’Equitation. L’Ecurie Saint-Lô Agglo/ Equin normand est, depuis le début composée d’Alexis Gautier Gautier et Benjamin Devulder. Une équipe où s’est instauré, outre l’esprit sportif, une solide amitié familiale. Il serait inutile d’égrener tous les succès obtenus par l’un et l’autre depuis ces années, bornons-nous à évoquer la saison 2021 qui se termine. Avec Siroco de Coquerie essentiellement, Alexis Gautier totalement remis de la blessure qui l’avait éloigné pendant un an des pistes a participé à plusieurs épreuves du Grand national : Notre Dame D’Estrées, Canteleu, Villers Vicomte, Auvers. Cela sans compter la majorité des concours saint-lois où il a arboré le tapis de selle de l’écurie. Benjamin Devulder, avec un piquet de chevaux plus étoffé pour le moment s’est aussi déplacé à Tours, Notre Dame d’Estrées, Auvers et Saint- Lô pour l’épreuve du Meeting d’automne. Meilleur cavalier du Normandie Horse Show comme en 2020, il remporte une épreuve à l’occasion du CSI4*. Au-delà des résultats, Alexis Gautier, Benjamin Devulder et Equin normand, dans leur activité, participent de l’action menée par Saint-Lô Agglo tant auprès du Pôle Hippique que de l’Hippodrome de Graignes pour soutenir et promouvoir la filière équine dans son territoire. EQUIN NORMAND n°126 2021

19


Ventes NASH

Record battu ! Pénalisées en 2020 par la crise sanitaire, les ventes NASH

malgré un bilan satisfaisant puisque le chiffre d’affaires dépassa le million d’Euros, ont cette année crevé le plafond en réalisant leur meilleur résultat depuis leur création voilà 26 ans. En effet, avec 1.660.000 Million d’Euros de ventes, soit 48% de plus qu’en 2020 et 82% des chevaux vendus, NASH confirme sa place particulièrement bien identifiée dans un secteur en pleine effervescence. Ces brillants résultats sont en adéquation avec un marché global très porteur qu’il s’agisse d’ailleurs du cheval de sport comme du cob, voire du poney shetland.  IONESCO DU THEIL Top Price à 60.000€

Les meilleures ventes IONESCO DU THEIL (Mylord Carthago) né chez Françoise Rivière à St Georges de Lyvoie (50 ) 60.000€ IMAGE DU ROUET (Vleut) né chez Yannick Fardin à St Aubin de Terregatte (50) – 46.000€ INSTAGRAM D’ARCOS (Malito de Rêve) né chez Vincent Nowicky à Isigny sur Mer (14) - 43.000€ INTRIGUE DU MESNIL (Carpe Diem JF Champblanc) né chez Jean-Luc Lebourgeois à La Lucerne d’Outremer (50) - 40.000€

20 EQUIN NORMAND n°126 2021

ICONITO (Chacco Rouge) né chez Frédéric Burnouf à Urville Bocage (50) – 38.000€


EQUIN NORMAND n°126 2021

21


Les selles MEYER à NASH

Avant que le premier cheval ne rentre en piste pour cette édition NASH 2021 et que le marteau s’abaisse pour officialiser son changement de main, Jean-Michel Caro, délégué commercial des selles Meyer, en présence de Sébastien Branly directeur de NASH, remettait une selle au cavalier du meilleur jeune cheval de la Grande semaine de l’élevage de Fontainebleau vendu à NASH.

Il s’agissait pour 2021 d’Armand DARRAGON cavalier de GERBERA DU MARAIS vice-championne des juments de 5 ans labellisée « Elite ». Installé à Saleux dans la Somme, Armand Darragon, âgé de 28 ans, fut Champion de France junior en 2008 et vice-champion en 2009. C’est lors des ventes NASH de 2019, qu’il flasha sur Gerbera du Marais. Nous étions le dimanche 27 octobre après le Grand Prix du CSI3* qui avait vu la victoire du Portugais Duarte Romao. Gerbera portait le N° 311. Armand la convoitait cette fille de Diamant de Semilly issue de la souche de Quotidienne du Fief qui a donné en particulier : Issis du Marais, Hirondel du Marais, Perle du Marais et bien d’autres, née chez Rémy Mesnil là- haut dans la Hague. Sa mère la lui offrit pour la somme relativement modeste de 11.000€ qui s’est avérée un investissement judicieux. Une belle histoire.

22 EQUIN NORMAND n°126 2021


EQUIN NORMAND n°126 2021

23


24 EQUIN NORMAND n°126 2021


EQUIN NORMAND n°126 2021

25


L’édition 2021 :

FLAMBOYANTE !

26 EQUIN NORMAND n°126 2021


A

près un arrêt de plusieurs années, les EQUIDAYS, marqueurs de l’imprégnation populaire équestre dans le département du Calvados, ont repris vie et vigueur en 2019. Cette nouvelle première édition qui n’avait pour ambition que de se réinventer tout en retrouvant des marques qui avaient valu à cette organisation sa notoriété passée, avait connu un franc succès. L’édition 2021, tout en gardant le même modèle s’est enracinée dans sa dimension résolument éclectique et populaire. Une grande fête du cheval de Caen à Vire, en passant par Bayeux, Lisieux, Falaise et Deauville. Les EQUIDAYS, sont désormais entrés dans ce kaléidoscope équestre du Calvados qui conjugue l’excellence dans les grandes disciplines mais également très engagé dans la recherche en santé équine. C’est dans le cadre d’un plan cheval sur 5 ans que le département du Calvados a résumé son engagement pour diffuser les valeurs culturelles autour du cheval.

Les EQUIDAYS en font partie ! EQUIN NORMAND n°126 2021

27


Le village des EQUYDAYS c’était dans 6 villes - CAEN - BAYEUX - VIRE - FALAISE - LISIEUX - DEAUVILLE A Caen, la talentueuse photographe amateure Céline BELLONI n’a rien manqué de cette superbe journée d’ouverture.

28 EQUIN NORMAND n°126 2021


EQUIN NORMAND n°126 2021

29


A Vire comme dans les autres villes, les habitants du Calvados sont venus très nombreux en famille.

De la démonstration de danse country en passant pas une pédagogie très affinée et précise de l’équitation western jusqu’au spectacle d’ampleur de la troupe du voltigeur Laurent Douziech, le cheval s’est mis sur son 31 avant une grande déambulation musicale et festive au cœur de la ville.

30 EQUIN NORMAND n°126 2021


C’est aux portes de Deauville, au Haras de la Poterie, que Madame Gene-

viève Mégret accueillait une dizaine de personnes pour leur faire découvrir son élevage et leur montrer les poulinières stars qui ont brillé sur les plus belles pistes du monde.

Les hippodromes de Clairefontaine et Deauville la Touques ont accueilli des

courses de galop, celui de Cabourg est resté fidèle à sa discipline : le trot. Le 28 octobre, la 3ème course était labellisée EQUIDAYS. Elle rassemblait 16 trotteurs âgés de 4 ans sur la distance de 2750 mètres. On pensa longtemps qu’Heraldique aux couleurs de l’écurie néerlandaise Dragon Trotters, drivé par F. Nivard allait s’imposer. Le fils de Bird Parker se perdait dans ses allures au moment où Harlem de Bucy aux mains du Calvadosien de Grandcamp Maisy, François Lagadeuc produisit son effort. Un effort suffisant pour conserver un léger avantage au passage du poteau. Le driver et l’entraineur Christophe Ecalard étaient récompensés avec en particulier une plaque au nom des Equidays.

EQUIN NORMAND n°126 2021

31


32 EQUIN NORMAND n°126 2021


EQUIN NORMAND n°126 2021

33


L’I. C. S. I. Une nouvelle technologie en pleine expansion

Après le transfert d’embryons qui permet de faire reproduire une jument pendant sa carrière sportive ou d’obtenir plusieurs poulains au cours de la même saison, la technique qui est en train de bousculer la reproduction équine et le commerce de la semence et des embryons est sans aucun doute l’I.C.S.I.

Mais quelle est donc cette technique ?

La ponction d’ovocytes

Le sigle I.C.S.I. est issu de l’anglais «Intra Cytoplasmic Sperm Injection », autrement dit l’injection d’un spermatozoïde dans le cytoplasme d’un ovocyte. Le leader européen de cette technique dérivée de ses travaux sur les porcins est sans aucun doute le laboratoire de Cesare GALLI et Giovanna LAZZARI situé à Cremona en Italie et baptisé AVANTEA. D’autres laboratoires ont développé cette technique au Danemark et aux Pays Bas à partir d’équipes composées de spécialistes ayant déjà travaillé à la F.I.V. (Fécondation In Vitro) en médecine humaine ou dans un laboratoire bovin. Cette nouvelle technique de reproduction de déroule en 3 ou 4 étapes selon les cas : La ponction d’ovocytes sur la jument donneuse, La fécondation de ces ovocytes par injection de spermatozoïdes, La congélation des embryons ainsi (facultative), Le transfert de l’embryon frais ou après décongélation.

Les juments présentent de nombreux follicules sur chacune de leurs deux ovaires. A chaque chaleur, un, parfois deux, rarement trois de ces follicules vont de développer et libérer naturellement un ovocyte (voire 2 ou exceptionnellement 3) à la fin de leur croissance, ovocytes qui seront fécondés dans les voies génitales de la jument pour donner des embryons.

34 EQUIN NORMAND n°126 2021

Lorsque la jument ne féconde plus, malgré des inséminations artificielles bien conduites avec de la semence de qualité ou des saillies effectuées en monte naturelle avec des étalons fertiles, il peut être intéressant d’aller ponctionner des ovocytes directement sur l’ovaire de la jument et de tenter de les féconder in vitro. La récolte des ovocytes se déroule par ponction transvaginale écho guidée sur une jument préalablement sédatée placée dans une barre d’échographie. Le premier opérateur rapproche l’ovaire du cul sac vaginal par palpation transrectale et introduit l’aiguille de ponction fixée sur son guide par le vagin. Le second opérateur va « flusher » les différents follicules en envoyant du liquide à l’intérieur afin de récupérer le liquide folliculaire et par la même occasion les ovocytes immatures fixés à la paroi de chaque follicule.


La fécondation in vitro Comme nous venons de l’indiquer, les ovocytes sont encore immatures au moment de la ponction. Il faut donc dans un premier temps les rechercher dans le liquide de ponction puis les faire mâturer à 38,5°C avant de pouvoir les féconder. Contrairement à l’espèce bovine pour laquelle la fécondation in vitro est possible par la seule mise en présence des ovocytes et des spermatozoïdes, la fécondation artificielle des ovocytes équins nécessite l’injection du spermatozoïde directement dans le cytoplasme de l’ovocyte par un opérateur averti. Ce travail s’effectue à l’aide d’un microscope muni d’une platine chauffante et d’un micromanipulateur qui permet, d’une main de fixer l’ovocyte (n chromosomes) et de l’autre d’attraper un spermatozoïde (n chromosomes) pour l’introduire dans le cytoplasme de l’ovocyte. L’embryon, ainsi constitué de 2n chromosomes, peut se développer et s’il arrive au stade morula ou jeunes blastocystes, peut être transféré dans une jument receveuse ou être congelé. La congélation des embryons Une fois de plus, l’espèce équine se distingue des bovins de par la capsule qui entoure son embryon. Cette capsule qui se forme à partir du cinquième jour de gestation et qui a probablement pour rôle d’éviter l’écrasement de l’embryon au cours de ses déplacements à l’intérieur de l’utérus complique les opérations de congélation des embryons fécondés in vivo et récoltés 6 ou 7 jours après l’ovulation. Par contre, les embryons issus de fécondation in vitro par I.C.S.I. peuvent être congelés beaucoup plus jeunes, après 4 ou 5 jours de maturation, c’est-à-dire à un stade où il n’est pas possible de les récolter dans une jument par voie cervicale. De plus, l’introduction du spermatozoïde à l’aide d’une aiguille a créé une brèche dans la paroi de l’ovocyte qui facilite probablement aussi les opérations de congélation / décongélation. En tout état de cause, il est tout à fait possible de congeler ces jeunes embryons ce qui permet de différer le moment de la récolte de la période de transfert. Et cela présente plusieurs avantages. Le premier est de s’affranchir de la nécessité de synchroniser les juments donneuses avec les juments receveuses. Le second est de pouvoir transporter et donc commercialiser les embryons dans le monde entier sans qu’ils ne se dégradent dans le transport. Enfin, les meilleures périodes pour ponctionner les ovocytes étant les intersaisons (octobre/novembre & janvier/février) cela permet de ne pas transférer les embryons aussitôt et de choisir la future date de naissance en fonction de la date de pose de chaque embryon.

Le transfert de l’embryon Dernière étape et non des moindres, la pose des embryons issus d’I.C.S.I. Comme pour les embryons frais ou réfrigérés, il faut un suivi très rigoureux des juments receveuses afin de connaître précisément leur date d’ovulation S’il s’agit d’un embryon préalablement congelé, il faudra commencer par procéder à sa décongélation qui permettra de le réhydrater progressivement pour qu’il retrouve sa forme initiale. Le transfert sera ensuite effectué par voie cervicale, 4 à 5 jours après l’ovulation de la jument receveuse. Quels sont les taux de réussite de cette méthode ? Dans la mesure où au cours de la première étape, les opérateurs ont ponctionné tous les follicules visibles à l’échographie, l’opération peut donner de 0 à plusieurs dizaines d’ovocytes mais il vaut mieux se baser sur une douzaine d’ovocytes en moyenne par ponction si elle est effectuée par une équipe très expérimentée. A chaque étape (maturation des ovocytes / I.C.S.I./maturation des embryons & congélation), il y a malheureusement des pertes ce qui fait que les laboratoires de fécondation in vitro annoncent en moyenne entre 1,5 et 1,7 embryons « congelables » par ponction. Encore faut-il ensuite que ces embryons supportent la décongélation et reprennent leur développement dans les juments receveuses. Au sein d’EQUITECHNIC, nous mettons en place des embryons congelés depuis plusieurs saisons maintenant et atteignons des taux de réussite proches de ceux des embryons frais avec 75% de reprise. Nous allons maintenant créer avec la clinique de Bayeux une équipe de ponction pour proposer aux éleveurs de récolter leurs juments donneuses en Normandie. Marc SPALART EQUIN NORMAND n°126 2021

35


36 EQUIN NORMAND n°126 2021


SAINT-LÔ Championnat de France d’Attelage

MANCHE Attelage enracine la discipline

Alors que la vie reprenait quasiment son cours normal avec malgré tout des contraintes sanitaires que l’équipe de Jean-Claude Lecomte a su faire accepter avec beaucoup de tact et de respect ; elle a su donner à la seconde édition du Championnat de France d’Attelage un label qui place le Pôle Hippique dans le cercle des très belles organisations de l’hexagone. Cette réussite est étroitement liée au concours des services de la ville de SaintLô, de son soutien, comme de celui de Saint-Lô Agglo et du département de la Manche. Avec les concours d’Evreux, de Lisieux et bien entendu du Haras national du Pin, Saint-Lô renforce nettement l’ancrage de la discipline en Normandie. EQUIN NORMAND n°126 2021

37


LE PALMARES

Les Amateurs Soixante quatre équipages pour les 6 catégories traditionnelles qui vont du solo, à 2 et 4 poneys et chevaux. Les amateurs solo et en paire chevaux sont les plus représentés avec 24 pour les uns et 13 pour les autres. Aux côtés des indéracinables, pointent certains jeunes et plus particulièrement la Rémoise Celia Assailly en attelage à 1 cheval.

AMATEUR 1 GP PAIRE Ancien meneur de poneys fjords, Loïc Rohaut originaire de Frettemeule dans la Somme, 2ème en 2019, parvient à conquérir le titre avec seulement 1.53 point d’avance sur le Vosgien François Vogel très beau vainqueur du marathon. Le Podium est complété par Clovis Jordanis des Ecuries de Monplaisir dans le Tarn et Garonne.

38 EQUIN NORMAND n°126 2021


AMATEUR 1 GP SOLO La meneuse de Fleury la Rivière, au cœur de la Montagne de Reims, goûte à l’attelage depuis son plus jeune âge. En 2016, Celia Assaily participait au Championnat d’Europe children à Schildau en Allemagne. Huitième après le dressage, elle remporte le marathon et malgré une 6ème place en maniabilité elle devance la Normande de Gonneville sur Mer (14) Sabine Miossec de Larrad de seulement 1.17 pt. Leonard Krauffel est 3ème. Eric Laville, le maréchal-ferrant de Tirepied dans le sud-manche est 8ème avec son Franche-Montagne.

AMATEUR 1 GP TEAM Huitième titre pour Patrice Bagilet le meneur enseignant de Verdille Attelage un petit village des Charentes entre St Jean d’Angely et Angoulême. Troisième à SaintLô en 2019, Gérard Dupont, qui fut champion en paire, lauréat au Pin, installé à Guignicourt dans l’Aisne s’est fait distancer par le vainqueur dans le marathon avec un écart de 23 points.

EQUIN NORMAND n°126 2021

39


AMATEUR 1 GP PONEY TEAM Titrée en 2020 à Lignières, Charlotte Gonzalvès labellisée Team Surprise de Cluny en Bourgogne double la mise assez facilement avec ses shetlands. Eric Lenormand des écuries Mavrik de Frétigny (28) est vice-champion devant le Rhône-Alpin Dominique Ganière.

40 EQUIN NORMAND n°126 2021


AMATEUR 1 GP SOLO La Vendéenne Amandine Leblanc, malgré une 4ème place à la maniabilité conserve son avantage acquis dans les deux premiers exercices. Emilie Gaubicher (Photo) est 2ème devant Vincent Faure, le fils de Guy, seul meneur sans pénalité dans la maniabilité. AMATEUR 1 GP PONEY PAIRE Guy Faure, le terrassier de St Laurent du Chamousset dans les Monts du Lyonnais, n’a pas été en mesure de conserver son titre acquis en 2019 sur ce même terrain. Ses fougueux haflingers lui faisant un soupçon d’infidélité dans la maniabilité, il laisse échapper la couronne à Christelle Fremaux la meneuse des Pays de Loire.

EQUIN NORMAND n°126 2021

41


Les Normands La moisson normande 2021 ne peut pas être qualifiée d’exceptionnelle. En effet, un seul titre pour nos représentants avec Jean-Charles Davoust. Le maréchal- ferrant de Mortagne au Perche survole la catégorie poneys team sachant qu’ils n’étaient que deux. En revanche, dans la catégorie reine à 1 cheval qui rappelons-le sera celle des Championnats du Monde 2022 au Haras du Pin, le meneur enseignant des lieux ornais, Fabrice Martin, vainqueur du dressage, échoue de peu face à la tenante du titre Marion Vignaud. Edouard Morichon, de St Martin aux Buneaux en pays cauchois, formé par Fabrice Martin est médaille de bronze avec la meilleure maniabilité. Simon Georges, lui aussi Cauchois de Canouville, 3ème en 2019, prend la 5ème place et la victoire dans le marathon. Laetitia Maricourt de St Pierre sur Dives est 7ème. Par ailleurs, Maxime Maricourt est 2ème du Championnat Elite à 4 chevaux.

42 EQUIN NORMAND n°126 2021


EQUIN NORMAND n°126 2021

43


LE PALMARES – ELITE

O

rganisés quelques semaines après les Championnats du Monde et d’Europe dans telle ou telle catégorie, le Championnat 2021 était déserté par certaines têtes de liste qu’elles fussent cheval ou poney tels les Cressent, Fillon sans que toutefois la compétition en souffre.

ELITE GP PONEY SOLO Delphine De Jotemps auteure d’un marathon d’exception avait pris le commandement de cette catégorie toujours très animée. Hélas, sa déconvenue dans la maniabilité qu’elle conclut avec 13.40pts de pénalité, la prive du titre qui revient à la pétulante cantilienne Anna Christmann. Marie Verna très régulière décroche la médaille d’argent.

44 EQUIN NORMAND n°126 2021


ELITE GP PAIRE Eve Cadi-Verna, a comme prévu survolé le sujet avec ses deux KWPN. La Tourangelle s’octroie la victoire dans les 3 ateliers. Jean-Etienne Triadou est 2ème et Diane Delmas, la meneuse du Haras de Rosières aux Salines est 3ème.

ELITE GP PONEY PAIRE Antoine Jeanson est un habitué et les bonnes habitudes il faut les conserver. Antoine est fermier à Cousancelles dans la Meuse. Champion à SaintLô en 2019, il remporte les trois ateliers face à son seul adversaire Mathieu Toublanc.

ELITE GP TEAM Le Calvadosien Sébastien Maricourt, était en tête avant la maniabilité avec 152.73 contre 153.10 à Sébastien Mourier qui avait atomisé le marathon. L’Occitan sortait de piste avec 14.76. Malheureusement le Normand plus lent était pénalisé de 5 balles qui lui ôtaient la victoire.

EQUIN NORMAND n°126 2021

45


C SAINT-LÔ

Grand national de dressage

orentin POTTIER

Scénario rare. Qu’une étape du Grand national de dressage ne se joue avant le passage du dernier couple et cela dans un mouchoir en passant le cap des 70% est suffisamment rare pour que la discipline, à 1000 jours des Jeux Olympiques puisse nourrir des espoirs légitimes de médaille.

46 EQUIN NORMAND n°126 2021

Vainqueur d’une bataille à 4

Pour jouer cette partie parrainée par Saint-Lô Agglo, ils étaient 17. Il s’agissait de la 4ème des 5 étapes inscrites au calendrier. Lauréat à Vierzon en même temps que son titre national, Corentin Pottier s’est de nouveau imposé à Saint-Lô. Le jeune francilien aura dû attendre le passage de Charlotte Chalvignac avec qui il avait fait jeu égal dans le Cher. La néo mayennaise, Championne de France 2019 avec une reprise notée à 70.804 contre 70.957 à son adversaire prenait de nouveau 2ème place. Jean-Philippe Siat, lui aussi noté au- dessus de 70 se classait 3ème devant Camille Judet- Cheret la compagne du vainqueur qui elle aussi accrochait cette référence de 70%.


Corentin Pottier et Gotilas du Feuillard Picard, âgé de 28 ans, Corentin, Champion de France de dressage 2021 est titulaire d’une licence de gestion des organisations et d’un master de contrôle financier. Il a longtemps travaillé avec Dominique Brieussel avant d’intégrer la famille de Pamfou Dressage conduite par la famille Judet-Cheret aux abords de Fontainebleau. Gotilas du Feuillard est cheval hollandais de 10 ans né chez Unlimited Stables à Lunteren. C’est un fils du regretté Totilas et d’une mère par Ferro.

EQUIN NORMAND n°126 2021

47


48 EQUIN NORMAND n°126 2021


Championnats de France Para-Dressage

En même temps que l’étape du Grand national, Normandie Dressage accueillait le Championnat de France de para dressage. L’occasion pour les para-dresseurs de retrouver, après une année d’absence, la piste manchoise. Au terme de 3 jours de compétition, 7 Champions de France ont été sacrés. Parmi eux, on retrouve les cavaliers paralympiques Céline Gerny et Vladimir Vinchon, respectivement en Grade II et IV.

Focus sur Céline Gerny

La nouvelle Championne de France âgée de 39 ans devient en 2001 paraplégique à la suite d’une chute de cheval dans sa forêt ardennaise natale. Quelques mois après cet accident, elle se remet en selle en intègre en 2004 l’équipe de France de para dressage. En 2005, le CSEM lui met un cheval à disposition avec lequel elle ramène deux médailles de bronze aux Championnats d’Europe. En 2008, elle participe aux JO de Pékin. Ce cheval du nom de Jeudi d’Avril (Diamant de Cheux) est né chez Maurice Lemenuel à Bonneville (50). Albert Mellet, ancien garde des HN, l’acquiert à 2 ans et le revend à 3. C’est lui qui avait, plus tôt, acquis foal, Diabolo St Maurice (Plein d’Espoirs IV) né chez Désiré Travert à St Maurice en Cotentin. Vendu à 3 ans à la Garde Républicaine il fit une carrière olympique avec Hubert Perring. Céline, aujourd’hui, mère d’une petite fille, en même temps que l’équitation, exerce le beau métier de professeur des écoles à Saulces-Monclin dans les Ardennes.

HANDI EQUI’COMPET

Le Championnat Amateur Elite, dans lequel le niveau était le plus relevé, a vu s’affronter les meilleurs de la discipline. Des cavaliers d’expériences ont alors profité de ce rendezvous pour montrer leurs cracks de demain. Quelques semaines après son retour de Tokyo, Céline Gerny, déjà sacrée il y a deux ans réalise le doublé. Après Rhapsodie*IFCE en 2019, sa monture paralympique mise à la retraite sportive il y a peu, c’est cette fois accompagnée de la relève Belle de Jour*IFCE qu’elle s’impose. Avec 212,867 points obtenus et des notes plus que prometteuses, dont 71,226% et 73,611% dans l’Individuelle et la Freestyle, l’avenir s’annonce radieux pour ce nouveau couple. «Belle est officiellement rentrée dans la cour des grands avec ce premier championnat couru, explique la Championne de France 2021. C’est une première étape qui montre un vrai tournant dans notre nouvelle aventure. Au début de la compétition, elle s’est montrée un peu timide mais grâce à l’aide de Nadèje Bourdon nous avons pu régler tout cela et finir sur une très bonne note dans la Reprise Libre en Musique. Place maintenant au travail d’hiver avec la première Master Class en décembre prochain. » Cloé Mislin sur Fellini de Malleret et Lucile Merly Rameau avec Bravo CP terminent respectivement 2e et 3e. En Grade IV c’est son coéquipier Paralympique, Vladimir Vinchon associé au tout bon Fidertanz for Rosi qui l’emporte. Source :www.handiequicompet.fr

Créée en 2007, Handi Equi’ Compet est une association de loi 1901. Objectif principal : Promouvoir, développer et accompagner l’équitation handisport en compétition en France. Intégré aux Jeux Paralympiques depuis 1996 (Atlanta) et plus récemment aux Jeux Équestres Mondiaux depuis 2010 (Lexington), le para-dressage est la seule discipline para- équestre reconnue par la Fédération Équestre Internationale (FEI). Handy Equi’Compet est présidée par Eric Estrier. Son siège est à Villerville dans le Calvados. La Normande Fanny Delaval est la directrice sportive de la Commission équitation à la Fédération Française Handisport. Outre le Championnat de France, Handi Equi’Compet organise le CPEDI3* de Deauville. EQUIN NORMAND n°126 2021

49


50 EQUIN NORMAND n°126 2021


EQUIN NORMAND n°126 2021

51


GRAIGNES

11 Novembre : Jour de « 1ère »

pour Mary-Kate Duval

Course Ecole Trois courses école sont généralement organisées sur l’hippodrome de Graignes. Avec le parrainage de GROUPAMA. Elles sont naturellement réservées aux élèves de l’école Afasec toute proche. Pour cette épreuve au trot attelé, ils étaient 7, emmenés par le leader Sébastien Ernault qui s’effaça pour les laisser s’expliquer sur les 800 derniers mètres. Longtemps calé tête et corde, Charly Korosi au sulky de Cœur de Loup entrainé par Ph. Daugeard se faisait déborder dans l’assaut final par Mary-Kate Duval associée à Gamin des Perdrix entrainé par Séverine Raimond.

52 EQUIN NORMAND n°126 2021


Victoire !

A

16 ans, la jeune rouennaise, cavalière depuis son plus jeune âge au poney club d’Incarville, est une transfuge du saut d’obstacles vers lequel elle semblait se tourner après avoir été admise à la MFR d’Yvetot. C’est à la suite d’une visite à un forum de lycée que ses parents parviennent à la convaincre de participer à un stage de découverte pendant les vacances à l’école de Graignes : « J’ai été conquise. » Aujourd’hui, la stagiaire de Séverine Raimond chez qui elle poursuit son apprentissage, est en classe de 1ère CGEH. Son succès, lors de cette course école montre que manifestement son choix d’orientation est le bon.

Séverine RAIMOND c’est aussi GALIUS De retour après plus d’une année d’absence Gamin des Perdrix a montré qu’il n’avait rien perdu de ce qu’on imaginait qu’il serait en automne 2019 lorsqu’il terminait 2ème du Prix Albert Viel (Gr1) et 3ème du Prix Pierre Plazien (GrII) alors entrainé par L. Cl. Abrivard. Arrivé à Hotot en Auge, le fils de Booster Winner est, souhaitons-le en passe d’entamer une nouvelle belle étape de sa carrière. Il n’est âgé que de 5 ans. Lauréate de 383 courses depuis le début de son activité et de près de 40 en 2021, Séverine Raimond s’est surtout mise en valeur début septembre en remportant avec Galius, né chez elle et Cyril Raimbaud, drivé par Yoann Lebourgeois le très convoité Critérium des 5 ans (Gr1). Le fils de Love You était resté invaincu au cours de ses 12 premières sorties. EQUIN NORMAND n°126 2021

53


Grande journée de belles victoires très démonstratives et historiques. En effet, outre, en cette journée de mémoire et de rassemblement, le Prix des Anciens combattants du canton de St Jean de Daye remporté brillamment et sans surprise après malgré tout 5 faux départs par Fondant Baulois et Yoann Lebourgeois, on fêtait Raymond Rigault fondateur de l’hippodrome. On assista d’abord au succès prévu d’Iranie du Goutier drivée par Hugues Monthulé et entrainée par Sébastien Guarato qui remportait la 5ème course avec le très prometteur Jaguar Griff, un mâle fils de Love You et la fameuse Roxane Griff lauréate de deux Cornulier, du prix de Paris 2ème du prix d’Amérique avec un capital de plus de 3 millions d’euros.

54 EQUIN NORMAND n°126 2021


Les Prix Raymond Rigault Cette course pour juments de 4 ans était divisée en deux groupes. Le premier fut remporté par Haneda Herca drivée par Teddy Calo pour le compte de Frédéric Héon. Le jeune professionnel remportait là sa 29ème victoire et la 5ème de la saison. Le groupe B donna l’occasion à Antoine Michel Fossey de lever le bars au passage du poteau avec Heidi du Biset pour l’entrainement de l’écurie Houel. Le jeune Fossey cueillait là son 21ème bouquet et le 9ème pour 2021. La soirée se termina le Prix Edouard Lavieille et une lutte finale de laquelle, Tony Le Beller sortit vainqueur avec Girl Gema dont c’était la 3ème victoire consécutive et la 3ème de sa carrière à Graignes, cela pour la casaque Sassier.

EQUIN NORMAND n°126 2021

55


56 EQUIN NORMAND n°126 2021


EQUIN NORMAND n°126 2021

57


SAINT-LÔ

AEC Winter Series

Prix du Conseil départemental de la Manche Benjamin DEVULDER et Vert de Gris

Avec

près de 2000 engagés, l’AEC (Association des Ecuries de Concours de Normandie), complète, avec ses deux concours de printemps, l’implication totale des cavaliers dans l’animation proprement professionnelle de la filière. Un gage patent de crédibilité auprès de ses partenaires privés autant qu’institutionnels.

58 EQUIN NORMAND n°126 2021

Pour la première épreuve d’ampleur, ils étaient près

de 100. Le plus rapide allait s’imposer puisqu’il s’agissait d’une course de vitesse sur la hauteur de 140. Damien de Chambord en N°7 ouvrait le bal du temps en dessous de la minute avec Anouchka de Coquerie, cela devant ses propriétaires Annick et Raphael Dulin. On attendra le N°37, porté par Thomas Rousseau (Photo) associé à Diana de Chantepie (Quinoto Boimargot) née chez F. Meigné à Les Chambres (50) qui passait en dessous des 58 secondes.


A peine le temps de sortir de piste qu'il perdait sa place de leader au profit de Benjamin Devulder en selle sur le terrifiant Vert de Gris. 55 Centièmes de moins pour le cavalier de Pont Hébert encore mu par l'enthousiasme de ses brillantes performances d'il y a une semaine à Napoléonville (Pontivy) : ça donne des ailes ! En fin d’épreuve, Bernard Briand Chevalier avec Uneven Sunheup (Air Jordan) et le jeune cavalier auvergnat Jordan Gennaro avec Divine Voila Lara (Quebracho Semilly) parviendront à s’intercaler pour prendre les 3 et 4ème place devant Damien de Chambord premier leader 5ème.

Classement 1- Benjamin Devulder/Vert de Gris, 57.41 2- Thomas Rousseau/Diana de Chantepie, 57.96 3- Bernard Briand- Chevalier/Uneven Sunheup, 58.27 4- Jordan Gennaro/Divine Voila Lara, 59.28 5- Damien de Chambord/Anouchka de Coquerie, 59.77

EQUIN NORMAND n°126 2021

59


GRAND PRIX SAINT-LO AGGLO – Cheval Liberté

BBC

Un Breton parle aux Normands Le Breton ! Il s'agit en l'espèce de Bernard Briand Chevalier qui, comme son nom l'indique, l'a été dans le Grand Prix qu'il remporte en guise de conclusion de ses belles prestations tout au long du week end. En effet, associé à Uneven Sunheup, il se classait 3ème de la 140 du vendredi. Le samedi, c'était la 2ème place de la 135 avec Chipie de Rance. C'est au terme d'un barrage à 8 que le Costarmoricain de Plouer sur Rance s'impose devant Bertrand Pignolet et sa bondissante Candy d'Elle et Pénélope Leprévost en selle sur Djagger Semilly. Avant d'entrer dans le détail, il saute aux yeux que les 3 chevaux sont Manchois. Uneven Sunheup (Air Jordan) est née chez Hubert Groualle à Quettreville sur Sienne. Elle est la fille de Qadillac du Heup (Hélios de la Cour II) qui fut, jusqu'en 2018, la grande gagnante de Bernard Briand Chevalier sur les pistes aussi prestigieuses que La Baule, Aix la Chapelle avec en particulier une place de 6ème dans le GP5 étoiles de Lummen en Belgique. Candy d'Elle (Conrad) est née chez son cavalier au Haras d'Elle à Moon sur Elle et Djagger Semilly (Diamant de Semilly) a vu le jour au Haras de Couvains chez Richard Levallois. Un parcours sévère mais juste Ils étaient 65. Il fallait bien que le chef de piste dont les parcours sont renommés très attachés à une vision "cheval" pour que les meilleurs émergent avec toujours le souci que les efforts demandés leur soient adaptés, effectue une sélection. Aujourd'hui, sur un tracé particulièrement aéré, Quentin Perney, c'est lui, avait invité un obstacle supplémentaire : le chrono. Pour accéder au barrage, outre le sans faute, il fallait franchir la cellule en moins de 64 secondes. Sept couples ne parvinrent pas à résoudre cette équation dont l'infortuné Florian Angot pour ..........1 centième avec Chrome d'Ivraie. Si tous les obstacles churent, le N°2 fut le plus maltraité. Il s'agissait d'un vertical sans doute sans difficulté particulière mais qui faisait face à l'écran. Bref ! Un Grand Prix sur la hauteur de 145 qui demande à la fois d'être fréquenté par des cavaliers de métier associés à des chevaux déjà très routiniers ou qui, à 8 ans, comme Djagger Semilly ou encore Diabolo Gollerie avec Jonathan Chabrol, dévoilent leur talent. Pénélope Leprévost donne le "la" La cavalière du Pays d'Auge et Djagger entament le barrage et le bouclent sans faute. Bertrand Pignolet et Bernard Briand Chevalier l'imitent et plus rapidement, après les 4 points des 4 couples précédents. On compta alors sur Geffroy de Coligny et Raimondo du Plessis. Le couple ne manque pas de référence dans sa capacité à bousculer la hiérarchie. Hélas, plus rapide, le vétéran âgé de 16 ans laisse deux barres au sol. Classement 1- Bernard Briand-Chevalier/ Uneven Sunheup 0 et 34.25 2- Bertrand Pignolet/ Candy d’Elle 0 et 34.53 3- Pénélope Leprévost/ Djagger Semilly 0 et 35.39 4- Clarance Gendron / Azura Z 4 et 34.29 5- Benjamin Barbot/ Amareta du Surgeon 4 et 35.03

60 EQUIN NORMAND n°126 2021


EQUIN NORMAND n°126 2021

61


 François DUCRET est heureux d’informer toute son aimable clientèle de l’arrivée de «La Sellerie de MARIGNY» au 432 Avenue de PARIS 50000 SAINT-LÔ

Tel : 02.33.55.50.31 www.sellerie50.com

Le Temple de

Heures d’ouverture : - le lundi de 14h à 18h - du mardi au samedi de 9h à 12h et 14h à 19h (sauf le samedi 18h)

Bali

A Condé sur Vire au cœur de la campagne saint-loise SOINS SUR MESURE ET MASSAGES PERSONNALISES

49 Route de la Hure de Loup 50890 CONDE SUR VIRE Email letempledebali@hotmail.fr Téléphone +33608647206

Un refuge dédié au Bien-être où l'on vient se nettoyer physiquement et mentalement en faisant une pause dans nos vies trépidantes. À la fois intime et chaleureux, tout y a été pensé et imaginé pour vous offrir une parenthèse de détente, une promesse de ressourcement.

Horaires d’ouverture Lundi, mardi, du jeudi au samedi de 10h00 à19h00 Page Facebook


SAINT-LÔ AEC WINTER SERIES – Prix du Conseil départemental de la Manche

Benjamin DEVULDER remet le couvert avec BACCARA DU TALUS

Vainqueur une semaine plus tôt du même prix à 140 avec le bondissant Vert de Gris, c'est avec Baccara du Talus, son cheval de tête, que le cavalier saintlois s'est imposé en toute fin d'épreuve.

Seul concurrent à être passé sous le temps des 56 secondes, il ne pouvait être battu que par Axelle Lagoubie dernière à partir avec Blood Diamant qui l'avait emmenée aux flots dans le Grand Prix 150 de Pontivy, cela précisément aux dépens de "Benji". Elle sera sans faute mais dans un tour de préparation au Grand Prix.

Jérôme Coulombier Chipie Charbonière

Thomas Rousseau Udson de Jauzif

Classement 1- Benjamin Devulder/ Baccara du Talus 0 et 55.96 2- Jérôme Coulombier/ Chipie Charbonière 0 et 56.05 3- Clarance Gendron/ Azura Z 0 et 56.44 4- Thomas Rousseau/ Udson de Jauzif 0 et 57.22 5- Camille Piot / Dalma de l'Oiselière 0 et 57.86

C’est Camille Condé-Ferreira toujours aussi appliquée qui ouvrait le bal des sans faute avec son tout aussi appliqué Corrado du Moulin. Thomas Rousseau ne laissa pas passer sa chance avec le rapide Udson du Jauzif. Camille Piot et sa volontaire Dalma de l’Oiselière entrèrent dans le jeu avant que Jérôme Coulombier associé à sa Chipe Charbonière ne s’empare du leadership avec une bonne seconde d’avance. Ce n’est que plus tard que Clarance Gendron viendra s’immiscer dans le top 3 avec Azura Z. Il est, à cette occasion intéressant de s’attarder sur Azura Z. Jument de 15 ans du stud-book Zangersheide par Air Jordan et une mère par le SF Skippy II. Débutée par la Suissesse Aurélie Rytz, confiée à son compatriote Romain Sottas, après un passage éclair chez Marie Pellegrin et une épreuve à Oliva avec Edouard Mathé, elle est associée à Clarance Gendron depuis le mois d’avril 2018. En octobre dernier le couple participait au GP du CSI4* de Saint-Lô avec une 31ème place finale. EQUIN NORMAND n°126 2021

63


Grand Prix SAINT- LÔ AGGLO - CHEVAL LIBERTE

Jonathan Chabrol et DIVINE de B’NEVILLE

tirent le rideau

Le Quinté final

Jonathan Chabrol/Idée de B’néville Timothée Anciaume/New Libero One d’Asschaut - Jean Le Monze/Darius de Kerglenn – Alexis Gautier/ Siroco de Coquerie

64 EQUIN NORMAND n°126 2021


Yannick Le Craver – Trompette de nuit

En même temps que le Grand Prix Saint-lois, dernier grand moment de la saison 2021,

Julien Epaillard atomisait l’épreuve Coupe du Monde de Madrid 5* en s’emparant du Grand Prix après les deux grosses épreuves de vendredi et samedi. On ne pouvait alors s’empêcher de penser qu’il était venu à Saint-Lô, la semaine précédente, dans le cadre du 1er concours, préparer ses deux chevaux. Suffisant pour dire que les concours du Meeting d’hiver organisés par l’AEC dans l’enceinte du Pôle hippique ne font qu’ajouter à la crédibilité des uns et des autres. Le metteur en scène de cette représentation de clôture était Cédric Longis. Il avait, pour les 45 partants, dessiné un parcours très, très roulant qui s’avéra plus délicat que prévu d’autant que, comme la semaine précédente, le chrono se posa en juge de paix. Outre quelques parcours pénalisés de temps dépassé dont 3 étaient sans faute, on compta 10 abandons. Preuve de la subtilité de l’exercice. Le barrage à l’image du premier tour ls n’étaient que 5, expression parfaite de la réalité de l’épreuve. Alexis Gautier fut le premier des trois victimes du vertical Audevard aussi efficace que lors du tour initial. Jean Le Monze associé au discret mais en progrès constants Darius de Kerglenn (Mylord Carthago) et Timothée Anciaume avec New Libero One d’Asschaut (Van Gogh) furent les deux autres. Jonathan Chabrol qui était le 2ème à partir montra toute sa fougue en selle sur Divine de B’néville (Niagara d’Elle), cela devant son propriétaire naisseur Jean-Baptiste Thiébot. Très bien servi par les capacités de sa jument Trompette de nuit (Zandor Z) née chez Mme Gommeaux-Portron à Hermival les Vaux, Yannick le Craver, Breton s’il en est mais installé à Rouvres (28), limita son ambition au sans faute avec au final une 2ème place. Divine de B’néville, jument de 8 ans, est issue de la souche d’Emeraude avec Santaline (Muguet du Manoir), sœur utérine de Prima Donna II (Quastor) d’où sont nés Cap de B’néville (Starter) (Iso 174) et Idem de B’néville (Apache d’Adriers)

CLASSEMENT 1-Jonathan Chabrol/ Divine de B’néville 0 et 38.40 2- Yannick Le Craver/ Trompette de nuit 0 et 42.98 3-Timothée Anciaume /New Libero One d’Asschaut 4 et 40.93 4- Jean Le Monze/Darius de Kerglenn 4 et 41.18 5- Alexis Gautier/Siroco de Coquerie 4

EQUIN NORMAND n°126 2021

65


66 EQUIN NORMAND n°126 2021


SAINT-LÔ

Championnat régional des chevaux de 3 ans

IRIS MANATHIS ..........Intouchable !

L

auréate d’un marathon de deux jours au cours desquels 236 autres de ses congénères ont défilé devant les jurys, Iris Manathis née dans l’Orne au Bourg St Léonard de l’élevage d’Alban et Julie Notteau a des origines profondément normandes tant du côté paternel que maternel. Cela au gré de nombreuses pérégrinations dans les autres provinces et au Pays Bas pour ce qui concerne son géniteur le bien nommé Untouchable. Comme quoi, on revient toujours, en Normandie, dans le berceau de la race, au fil des accouplements et des mélanges de sang, sans jamais en altérer l’excellence. Cet évènement a été l’occasion, dans un marché particulièrement bien orienté, d’échanges commerciaux conséquents.

EQUIN NORMAND n°126 2021

67


La Gagnante Jument par Untouchable et Raphia Manathis par Calvaro Raphia sa mère née à l’élevage Coulon, installé à Parné sur Roc près de Laval dans la Mayenne, montée par Alban Notteau en concours, est la fille d’Iris Ar Park (Arpège Pierreville) du Haras de Dour Ar Pak à Plourguernau dans le Finistère. Cette Iris avait pour mère Spontanée (Muguet du Manoir) née chez Denis Brohier à St Côme du Mont. Jean Brohier avait acheté Veni Peridis (Pont Douve), mère de Spontanée, à Jean Quarante, vétérinaire à Périers. Pour mémoire Pont Douve (Fra Diavolo) provenait de l’élevage de Maurice de Folleville lui aussi de St Côme du Mont. Quant à Untouchable étalon néerlandais du Stud Book KWPN, il est né chez Willem Van Hoof à BiestHoutakker près d’Eindhoven. Il a pour père Hors La Loi II (Papillon Rouge), étalon selle français, né au Haras de la Gisloterie à Sainte Marguerite d’Elle dans le Calvados dont la mère Ariane du Plessis II (Joyau d’Or) est issue de la célèbre Bourrée à l’origine de tous les grands Plessis de la maison Chenu au Mesnil Mauger (14).

MOMENTS Un premier moment particulièrement chaleureux. Pour honorer la mémoire de Jean-Pierre Gautier récemment disparu, le corps des juges s’était rassemblé autour de sa petite fille Malourie dont la spontanéité et l’enthousiasme remis à l’ordre du jour ce qui marquait la personnalité si attachante de son grand-père. On n’oubliera pas par ailleurs que Jean-Pierre Aumont juge au modèle et patriarche de la journée, s’attacha à attribuer la note de 20 pour la tête d’Idéale Longane, meilleure note au modèle et ce plus précisément pour un port d’oreilles qu’il jugea d’exception.

68 EQUIN NORMAND n°126 2021


Des juges avec une attention sur le meilleur modèle suivis par les élèves en formation à la MFR de Balleroy

LE PALMARES 1- IRIS MANATHIS (Untouchable) à Julie Notteau de Bourg St Léonard (61) Moyenne 17.34, Modèle 17.60, Saut en liberté 18.00, Allures montées 16.00, Saut monté 17.00 2- ISALYNE DES FORETS (Untouchable) à Fabrice Paris – Couvains (50) Moyenne 17.31, Modèle 17.40, Saut en liberté 18.00, Allures montées 16.00, Saut monté 17.50 3- INDIANA SEMILLY (Malito de Rêve) à Richard Levallois Couvains (50) Moyenne 17.11, Modèle 17.20, Saut en liberté 17.75, Allures montées 16.25, Saut monté 16.50 4- INSTINCT D’ARGOUGES (Balou du Rouet) à Jean-Luc Dufour de Cosqueville (50) Moyenne 17.09, Modèle 16.60, Saut en liberté 18.25, Allures montées 16.75, Saut monté 16.25 5- IRIS LONGANE (Candy de Nantuel) à Christian Morel de St Aubin de Terregatte (50) Moyenne 17.08, Modèle 16.70, Saut en liberté 18.50, Allures montées 15.75, Saut monté 17.00 Il s’agit des lauréats du classement de chacune des 4 demi- journées. Le 5ème était classé 2ème de la session de mardi après-midi. Les Meilleures notes Modèle : 18.00 - IDEALE LONGANE (Untouchable) à Christian Morel Saut en -liberté : 18.50 ISABELA DU MESNILDOT (Danturo Manciais) à Antoine Hervieu de Théréval (50) IRIS LONGANE (Candy de Nantuel) à Christian Morel Allures montées : 17.50 ILLINOISE DE LA CENSE (Untouchable) à Emmanuel Vincent de St Clair sur l’Elle (50) ILLICANTE DE L’ABBAYE (Alicante) à Frédéric, Jean-Jacques et Louis Leconte de Cerisy la Forêt (50) Saut monté : 17.50 - ISALYNE DES FORETS (Untouchable) à Fabrice Paris Parmi les 10 premiers de chaque session l’on note la présence de 30 reproducteurs différents. UNTOUCHABLE est le plus représenté avec 5 produits, Urano de Cartigny 3, Excalibur de la Tour Vidal, Malito de Rêve, Balou du Rouet, Dollar du Rouet, 2.

EQUIN NORMAND n°126 2021

69


IMAGES d’une Finale

ISALYNE DES FORETS INDIANA SEMILLY IVANA D’ACCA YDILLE VESQUERIE Le « Coup de Cœur » Equin normand de la saison

70 EQUIN NORMAND n°126 2021


ISABELA DU MESNILDOT

EQUIN NORMAND n°126 2021

71


SAINT-LÔ QUALIFICATIONS ETALONS SF 2 ANS

JORAN DE RUEIRE :

C’est Noël ! Saint-Lô était la dernière de 7 épreuves qualificatives pour le Championnat de France des étalons. Ils étaient 287 dont 121 dans la cité préfectorale de la Manche. Le vainqueur est Joran de Rueire dont on peut dire qu’il n’y a pas plus européen que lui. Né officiellement en Suisse, il a en réalité vu le jour au cœur de l’élevage normand à Réville dans le Cotentin chez Margareth et Jean- François Noël. Il y a été élevé avant d’être vendu foal à un propriétaire allemand de Cologne.

72 EQUIN NORMAND n°126 2021


D’Arnex sur Orbe à Cologne en passant par Réville. Edouard Neuhaus laitier-fromager vivait dans ce petit village du canton de Vaud. Décédé après seulement quelques mois de retraite, il fut le premier client de la famille Noël voilà 35 ans. Une souche mancho-suisse Si les ancêtres maternels de Joran sont enracinés en Suisse avec la race Franches-Montagne, les paternels le sont dans la campagne sourdine. C’est en effet à SainteCécile chez Adrien Goffinet, le père d’Alain et grandpère de Laurent que naquit en 1968, Carla I (Ibrahim et Centaure du Bois) mère de Mistersman (Fend L’Air) père de Moissine de Ruere. Laquelle Moissine présentée à Echos de Forêts II (Jalisco B) des Paris donna naissance à Monilia de Rueire d’où Joran. Pour solidifier ce socle normand, les Noël ont privilégié Ogrion des Champs père de notre Joran.

Ses notes Moyenne :16.8 Saut en liberté : 17.25 Modèle : 16.5 Allures en liberté : 16.5

EQUIN NORMAND n°126 2021

73


Les Normands Parmi les 20 premiers on note, outre le vainqueur, la présence de 6 sujets normands, tous nés Manchois. Ne pas y ajouter Jharkti Bomb D Isa propriété d’Alizé Jeandon installée à la pépinière du Pôle Hippique de Saint-Loise serait faire offense à une jeune professionnelle dont le dynamisme commercial, en particulier vers les USA pour les chevaux Hunter, fait référence. Elle l’avait acheté lors de la foire aux foals de 2019, organisée par Cheval Normandie. 3ème JAHKTI BOMB DISA (Qlassic Boimargot) Moyenne 16.62 avec en particulier 17.25 au saut et 17 aux allures. 5ème – JOYAU DES PRES (Mylord Carthago), Moyenne 16.52, né chez Arnaud Bazire à La Bloutière. Osiris des Prés (Papillon Rouge) a produit Vigilant des Près et Déesse des Près (Diamant de Semilly ISO 138 et 134 en 2019. 6ème – JOFIEL DES FORETS (Colman), Moyenne 16.47 avec 17.5, la meilleure note au saut en liberté. JUSTINIEN DE VAINS (Untouchable) est 15ème, JABBAH DES FORETS (Mylord Carthago) est 17ème, JACKSON TAME (Qlassic Boimargot) est 18ème et JASALL DU MESNIL (Casall) est 19ème

74 EQUIN NORMAND n°126 2021

JAHKTI BOMB D ISA


Le modèle, un atout majeur A l’issue de ces concours d’élevage, il est de coutume de faire des statistiques sur la représentation des pères. Il est rare, en revanche, de faire un rapprochement entre les performances sportives (saut en liberté et allures) et le modèle. Pour un éleveur, l’équation d’un croisement est de produire des chevaux qui sautent sachant qu’en Normandie c’est essentiellement le but recherché. S’il est beau, ça ne gâche rien. Les exemples de chevaux de très haut niveau dont la plastique n'est pas une référence sont nombreux. Il n’empêche. En s’appuyant sur les résultats de la qualification saint-loise, on constate, est-ce un hasard, que la corrélation entre le beau et le bon est patente. Y-a-t-il une relation de cause à effet ? Sans doute. Dans une étude récente faite par notre confrère A. Cugnasse dans Jour de Galop, Aliette Forien – Haras de la Reboursière- déclare à propos du choix des poulinières : « La conformation c’est quand même très important. Un poulain très bien né mais tordu c’est difficile à vendre. » Si le cheval a un tissu sec et luisant plutôt que cotonneux et terne on pourra dire qu’il dégage de l’énergie et de la race. Si son épaule, sa croupe, ses jarrets, sa tête, son œil sont en accord avec les meilleurs standards, on peut imaginer que l’ensemble pourra concourir à en obtenir le meilleur pour le sport et la reproduction sans compter l’intérêt commercial. JOFIEL DES FORETS

Voyons de plus près Sur 121 chevaux examinés à Saint-Lô, par tranche, pour les 40, les 60 et les 80 premiers avec une note égale ou supérieure à 16, on constate : Le modèle 40 premiers : 17, 40 à 60 : 2, 60 à 80 : 2, 80 et plus 2 mais avec un saut en liberté écourté. Le saut en liberté 40 premiers : 36 dont 11 avec 17 et plus classés parmi les 20 premiers seulement, 40 à 60 : 7, 60 à 80 : 2, 80 et plus : aucun. Les allures 40 premiers : 34 dont seulement 2 avec 17, 40 à 60 : 12, 60 à 80 : 6, 80 et plus : 1

JOYAUX DES PRES

On peut dans ces conditions conclure que les chevaux examinés, présentent une aptitude particulière au saut et que les meilleurs dans cet exercice sont beaux et que leurs allures sont aussi de belle facture. EQUIN NORMAND n°126 2021

75


QUALIFICATIONS SF - 3 ans

Franck HERIVEAUX présente IDRISS DE VIZY le gagnant

Franck Hériveaux et son épouse conduisent une écurie

de propriétaires et de formation de jeunes chevaux dans le bocage saint-lois. S’ils sont reconnus pour leur discrétion, ils le sont tout autant pour la qualité et la constance de leur travail. A l’issue de la présentation d’une cinquantaine de sujet, c’est Franck qui avait l’honneur de faire valoir le vainqueur. Il s’agit de IDRISS DE VIZY (Balou du Rouet) né chez Jocelyne Lévy à Naves dans le Cantal. Ce qui lie Idriss à Franck est manifestement sa souche maternelle. Riumata des Malais (Kannan), sa mère est la fille de Djedda des Malais (Papillon Rouge) (Iso 154), la jument phare de l’élevage de feu Tancrède Dumont. Idriss a obtenu la moyenne de 16.38 avec en particulier 17 au saut monté et aux allures. ISTANBUL DU CEDRE (Casall) présenté par l’Elevage du Rouet est né chez S. Pitois à Châtillon en vendelais (35). Il est issu de la souche prestigieuse de Magali, Danae..Briséis d’Helby. Il obtient 17.5 au saut en liberté et 17.75 aux allures, les meilleures notes. IVSINLORAN D’OUILLY (Qlassic Boimargot) né chez Alexandra Lebon à Pont d’Ouilly (14) obtient la meilleure note au modèle, 16.3 qu’il partage avec IPSO FACTO BERENCE (Utrillovd Hefficnck) à l’élevage Bérence de Gavray (50).

76 EQUIN NORMAND n°126 2021


EQUIN NORMAND n°126 2021

77



Remercie ses partenaires, ses 10.000 lecteurs Nous vous souhaitons un Joyeux Noël et une très belle année 2022


Retrouvez toutes les actualités sur notre site :

www.equin-normand.com

80 EQUIN NORMAND n°126 2021


Issuu converts static files into: digital portfolios, online yearbooks, online catalogs, digital photo albums and more. Sign up and create your flipbook.