Page 1

2019

n °1 1 4

BIM E ST RI EL GR ATUIT

Édition Internationale

EQUIDAYS Calvados EQUISEINE ROUEN

AEC SAINT-LÔ

ATTELAGE Saint-Lô

Courses à GRAIGNES

MEETING D’AUTOMNE Saint-Lô

GERMAN MASTERS Stuttgart

JIM MAASTRICHT

MAGAZINE DES SPORTS EQUESTRES ET DES COURSES


2019

Centre Porshe Caen et Rouen


7

Championnat de France d’Attelage

Les EQUIDAYS

46


S

Sommaire

CHAMPIONNAT D’ATTELAGE à SAINT-LÔ 7 MEETING D’AUTOMNE SAINT LÔ Grand Indoor Qualifs Etalons SF CSI3* ventes Nash 15 GERMAN MASTER STUTTGART 36 EQUIDAYS CALVADOS 46 JIM MAASTRICHT 56 CHAMPIONNAT NORMANDIE 3 ANS SAINT LÔ 62 COURSES À GRAIGNES 66 EQUISEINE À ROUEN 68 ECURIE DE TERRITOIRE 70 CONCOURS AEC SAINT LÔ 74

Retrouvez toutes les actualités sur notre site :

www.equin-normand.com

est un magazine édité par la Société EDAS Chemin du Poirier - 14220 Hamars SARL EDAS - RCS de Caen 497 704 460 N° de gestion 2007 B 343 Capital de 5 000 € Directeur de la publication Rédacteur en chef : Michel GALLET mgallet.edas@gmail.com Auteur - Photographe : Jean, Eugène BOUGIE Mobile 06 27 22 96 25 j.bougie@wanadoo.fr Charlotte MEURY - BOUGIE

Réalisation graphique : Agence EDAS 14000 CAEN Mobile 06 2012 03 60

ISSN > 221-E Dépôt légal à parution. Ne pas jeter sur la voie publique.

Equin Normand est une marque déposée auprès de l’INPI sous le N° national N° 4362095 Toute reproduction, même partielle, des textes, photos et illustrations est interdite. La revue Equin Normand n’est pas responsable des textes, dessins, photos, cartes de situation et illustrations, qui lui sont envoyés sous la seule responsabilité de leur auteur.


6 EQUIN NORMAND n°114 2019


SAINT-LÔ CHAMPIONNAT DE FRANCE D’ATTELAGE

Un retour en Normandie réussi

C

'était de 2010 à 2013. Le Carrossier normand organisait les Championnats de France d'attelage sur le site de l'hippodrome de Lisieux. En 2011, l'engouement autour des médailles des meneurs du Championnat du Monde de Conty donnait le signal de la montée en puissance de l'attelage français. Quentin Simonet, le " jeune" conseiller technique national- toujours en poste- ne manquait pas de mentionner que le nombre de licenciés avait doublé en quelques années. Aujourd'hui, alors que les meneurs à 4 chevaux sont dans le trio mondial, les valeurs sûres telles Eve Cadi-Verna et Anne Violaine Brisou sont toujours au sommet d'une hiérarchie de plus en plus contestée par des jeunes, très jeunes mêmes à l'image de Marie Verna et Chloé Ubeda. Un signe manifeste de bonne santé pour la discipline qui, rappelons-le, demeure un sport à part entière. Un sport qui puise ses racines dans la ruralité où il s’exerce essentiellement et d’où ses pratiquants sont majoritairement issus. Ainsi lorsqu’on demande à un meneur d’où il vient, il vous répond : de Lyon, de Compiègne, de Tours, de Montauban ou de Lille. En réalité, il faut entendre le nom d’une petite commune limitrophe : Saint-Laurent de Chamousset dans les monts du Lyonnais, Sacy le Grand, Continvoir, Montbeton ou encore Bousbecque. Dans ces conditions, Saint-Lô ne pouvait constituer de meilleur choix. Jusque-là étiqueté saut d'obstacles, voilà que le Pôle Hippique manchois après s'être approprié la discipline du Horse-Ball, accueillait pour la première fois dans le département une épreuve majeure d'attelage dont l'organisation était confiée à Manche Attelage. Ses preuves faites depuis plusieurs années avec un concours national annuel, l'association Manche Attelage- Pôle Hippique a parfaitement fonctionné tout au long de ces trois journées, cela à la satisfaction tant des meneurs que de l'équipe fédérale en ajoutant que les trombes d'eau tombées le mercredi avaient sérieusement perturbé la préparation technique en même temps qu'elles imposaient des aménagements d'horaires pour le dressage du vendredi afin de préserver l'état de la magnifique piste en herbe. Bref ! Les uns ont fait un superbe travail qui a permis aux autres d'accomplir des performances saluées par un public qui avait rempli toute la tribune de la piste Uriel pour l'épreuve finale de maniabilité. Enfin, saluons la remarquable performance normande avec deux titres nationaux en Elite et quelques accessits. On dit que le championnat pourrait revenir à Saint-Lô en 2021. On y pense déjà ! EQUIN NORMAND n°114 2019

7


Les Normands tirent leur épingle du jeu

Maxime Maricourt – Champion de France Elite 2 chevaux Jean-Charles Davoust – Champion de France Elite 4 poneys

8 EQUIN NORMAND n°114 2019


Elite 2 chevaux - Maricourt toujours

Elite 1 cheval - Simon Georges, un hussard

Quatre fois champion à 1 poney avec son légendaire pottok pie, le meneur de Saint-Pierre sur Dives a grandi, il a fondé une famille, est en charge du concours de Lisieux, est passé à quatre chevaux avant de revenir à deux et de frapper à nouveau. Ceci dit, la lutte a été indécise jusqu'à la dernière porte de la maniabilité. En effet, premier du dressage Maxime terminait 6ème du marathon et se retrouvait avec seulement 28 centièmes d'avance sur la Tourangelle Eve Cadi-Verna qui affiche au moins 7 titres nationaux au compteur. Pour l'un comme pour l'autre les choses n'ont pas bougé lors de la maniabilité et le Normand pouvait exploser de joie au passage de la cellule.

Agriculteur aux multiples compétences : production laitière, betteraves, lin à Canouville près de Fécamp, Simon a marqué l'esprit des spectateurs à l'occasion du marathon de la catégorie Elite 1 cheval. Associé à un cheval polonais qu'il mène depuis 2015, Simon a mis en évidence le courage de "Celt", c'est son nom. Vainqueur de l'épreuve, il remontait aux basques du duo quasi inaccessible Marion Vignaud, Anne-Violaine Brisou. Place qu'il maintenait lors de la maniabilité où il prenait la 3ème place.

Elite 4 poneys - Jean-Charles Davoust la surprise

Amateur 1 poney - Anthony Martin la bonne opération

Troisième sur 4 partants dans la catégorie Elite à 4 poneys après le dressage, le maréchal-ferrant de Mortagne au Perche, qui fut vice-champion en amateur en 2010 et 2014, renversait la vapeur en s'imposant dans l'épreuve du marathon. Fort d'une avance de 28 points avant la maniabilité et 46 après, sur son poursuivant l'Alsacien Guthmann tenant du titre qui est manifestement passé à côté de son championnat, l'Ornais pouvait se permettre de jouer la montre pour s'assurer le titre. C'est ainsi qu'il franchissait l'arrivée avec certes 18 points de pénalité mais avec l'écharpe nationale autour du cou.

Le métallier du Petit-Celland près d'Avranches, par ailleurs sociétaire de Manche Attelage, n'aurait pas imaginé être à si belle fête. Neuvième après le dressage dans la catégorie à 1 poney, il s'appropriait le marathon pour remonter à la 4ème place. Grâce à une maniabilité sans faute, à la faveur de l'élimination d'Aurélie Suin et aux 3 points du Lyonnais Vincent Faure, le meneur manchois montait sur le podium, sa plus belle performance jusque-là.

EQUIN NORMAND n°114 2019

9


Championnat Elite 1 Poney

U ne affaire de filles Une vraie affaire de filles ! Non seulement le podium est féminin mais tout le plateau de ce championnat l’est avec 9 concurrentes. Cette catégorie est d'autant plus intéressante à revoir dans la mesure où la grande favorite Claire Lefort fortement pénalisée au marathon perdait toutes ses chances de ravir son 8ème titre consécutif. Ainsi, la porte s'ouvrait aux velléités de ses adversaires.

Le titre revient à Marie Verna. Agée de 18 ans, la jeune bachelière qui se dirige vers une carrière professionnelle dans les douanes est née sur une voiture d'attelage. En effet, elle est la fille d'Eve Cadi-Verna, 7 fois Championne de France d'attelage à 2 chevaux, N°1 mondiale de la spécialité en 2005 et médaille de bronze par équipes au Championnat du Monde de Conty en 2011. C'est à la Normandellerie, commune de Continvoir distante de quelques kilomètres ou plutôt lieues lorsque l'on évoque l'attelage que la famille à ses quartiers. Cinquième de l'édition 2018, lauréate de l'épreuve saint-loise en 2018, la Tourangelle connaissait bien l'endroit. Seconde du dressage derrière l'infortunée Claire Lefort, elle réalisait un marathon moins percutant qui cependant lui permettait de prendre la 1ère place au provisoire avant la maniabilité. Sans faute à l'instar des Anna,Céline, Emilie et d'autres, elle décroche son premier titre national associée à Zanberg's Habakuk un poney Welsh de 12 ans.

10 EQUIN NORMAND n°114 2019


Sa dauphine Anna Christmann, de quelques années son aînée vit à Sacy le Grand près de Clermont dans l'Oise auprès de son compagnon Sébastien Vincent l'un de nos ténors français en attelage à 4 chevaux. C'est manifestement à ses côtés que la passion de l'attelage a conquis cette toujours souriante jeune femme qui a débuté sa carrière hippique avec le saut d'obstacles qu'elle pratique encore régulièrement. Quasiment absente de la sphère attelage en 2018, Anna est revenue très forte pour 2019 avec deux poneys au potentiel supérieur. Unic d'Eye d'Ihia, un PFS de 11 ans propriété de J. Daneels du Haras des Grands Joncs Marins à Bois Guilbert (76) avec lequel elle participait fin septembre au Championnat du Monde en Hongrie. Elle obtenait la 23ème place avec Nijebert's Nico, un Welsh de 8 ans appartenant à Philippe Lenglet meneur lui-même, 4ème du Championnat amateur à 2 poneys. Par ailleurs, Anna est très proche d'Anne Violaine Brisou qui lui fait profiter de sa grande expérience. Le podium est complété par Céline Le Bihan, Lilloise de naissance eh oui ! compagne d'Alexandre Thibeaudeau, le "boss" créateur de la firme Kestrian, constructeur de boxes et abris à Lanquetot en Seine Maritime. Alexandre, meneur également termine 11ème du championnat amateur à 1 poney. Vice- Championne en 2018 derrière l'inaccessible Claire Lefort, la protégée de Fabrice Martin, le référent de la filière attelage au Haras du Pin, n'a pas manqué à sa réputation en remportant brillamment le marathon aux rênes de son dynamique PFS de 11 ans Upperway des Deux Kas. Bien que sans faute à la mania, elle n'a pas pu effacer sa 9ème et dernière place du dressage. Enfin, comment ne pas évoquer d'abord la balise tombée à la maniabilité pour la Haut-Normande Bérengère Cressent 5ème qui laisse filer la 3ème place au profit de Céline Le Bihan et surtout l'erreur de parcours au N°3 " Kestrian" du marathon de l'opticienne Montalbanaise Claire Lefort. Erreur corrigée mais qui la pénalise de 22 points.

EQUIN NORMAND n°114 2019

11


Un amateur, un vrai !

Guy FAURE

Champion de France amateur 2 poneys A Saint-Laurent de Chamousset, dans les monts du Lyonnais à 50 kilomètres de la capitale des Gaules, Guy Faure laisse, lorsque son métier de terrassier le lui permet, libre cours à sa passion de l’attelage. Passion qu’il partage avec sa famille mais aussi au sein de l’association Rhône-Alpes Attelage. L’AARA, qui couvre 8 départements est forte de 80 membres dont certains, et non des moindres avaient fait le déplacement dans la Manche : Delphine de Jontemps, Vincent Faure, Alain Villecourt, Yves Patay et Léon Richaud. Par ailleurs, Quentin Simonet, le conseiller national nous l’a dit, l’AARA est très active lors de la Coupe du Monde de Lyon qu’elle soutient activement avec 20 bénévoles tant dans les animations que sur la piste.

« Depuis nos monts du Lyonnais, c’est 11 heures de route. Je n’étais jamais venu jusque chez vous » voilà comment Guy Faure s’exprime. Il ajoute un peu à la Chirac : « Saint-Lô c’est loin mais c’est bien. Le site est merveilleux. L’accueil et l’organisation ont été formidables ». Et c’est un homme de la terre, un vrai amateur qui parle de sa passion qu’il pratique depuis une quinzaine d’années : « Nous avons commencé en 2005 avec le Trec attelé en compagnie de mes deux fils comme navigateurs. Nous avons été Champions de France ainsi que l’année suivante. La Fédé a un peu compliqué les règlements. Je suis passé à l’attelage à 2 poneys, mes fils Vincent et Fabien également. Mon épouse, indispensable se charge de l’intendance ». Depuis, les progrès ont été constants. Toujours en compagnie de sa groom Valérie Poncet « Une jeune femme d’un village à côté ». En 2011 à Lisieux, Guy Faure est 3ème. En 2013, toujours à Lisieux, il est deuxième.

12 EQUIN NORMAND n°114 2019

Champion en 2015 et en 2017, vice-champion en 2018, 2019 est son 3ème titre avec, cerise sur le gâteau, la distinction du meilleur dressage de tous les amateurs : « Lors de la remise du prix, un ami m’a fait remarquer que je suis un pur amateur. Nos chevaux sont des poneys Haflingers qui passent toute l’année dehors et qui mangent de l’herbe. C’est nous qui les débourrons, les entrainons, assumons le ferrage. Cette performance au dressage est pour moi unique dans la mesure où nos poneys sont limités dans leurs allures. Il faut donc être très bon pour le reste. Tout cela, nous tentons de le faire avec beaucoup de rigueur. Je vois parfois des gens désemparés mais qui ne font pas ce qu’il faut. Au marathon, nos poneys ont moins de punch que les welsh par exemple. Mais nous les connaissons tellement bien. Ils sont rustiques, avec du cœur, parfois un peu caractériels ». Il poursuit « L’attelage est pour nous une belle aventure familiale (NDLR : Vincent Faure est 3ème en amateur 1 poney) et sociale au sein de l’AARA mais aussi de notre petite association communale Les Chevauchées du Lyonnais. Nous organisons de nombreuses activités ». Saint-Lô c’est loin mais Guy Faure y reviendra, c’est sûr en 2021


Les autres champions Outre les deux Normands, Marie Verna et Guy Faure, 7 autres titres ont été décernés. En effet, Fabrice Martin le référent attelage de l’IFCE concourait hors championnat avec le Hanovrien Lanzaro. Amateur 1 poney- Chloé Ubeda A 17 ans, la meneuse du Tendu dans l’Indre a déjà un solide palmarès avec en particulier 3 titres nationaux club et 1 titre européen en 2016 dans la catégorie children 1 poney. Troisième chez elle, à Lignères en 2018, elle s’est, à Saint-Lô affirmée avec autorité. Amateur 4 poneys – Eric Minne Le Picard est un routinier de la discipline. Même avec deux balles (6 points) renversées lors de la maniabilité, il avait grâce à ses victoires en dressage et dans le marathon engrangé suffisamment de marge pour ne pas être inquiété. Amateur 1 cheval – Catherine Mouillade Cinquième titre pour l’amateure de Maisons- Laffite associée au trotteur Motivé du Jayle, âgé de 19 ans et riche d’environ 10.000€. Deuxième avant la maniabilité, Catherine, sans faute, bénéficiait de la déroute de Maeva Larue alors leader mais qui sortait avec 11.48 de pénalités. Amateur 2 chevaux – Vincent Serazin Installé aux Attelages d’Anna à Sainte-Reine de Bretagne près de Pontchâteau, Vincent, fut avant une année 2018 plus discrète, l’un de nos meilleurs meneurs. En 2011et en 2017 il participait au championnat du Monde de Conty et Lipica. Amateur 4 chevaux – Patrice Bagilet Champion de France de trait avec son cob en septembre à Meslay du Maine, le Charentais n’a eu aucune difficulté à tenir ses trois autres adversaires à l’écart. Il remporte les trois ateliers et s’impose avec 23 points d’avance sur le deuxième. Elite 1 cheval – Marion Vignaud Habitante de l’Yonne, elle est Icaunaise et surtout organisatrice du concours international de Chablis. Championne de France 2017, 2018, 4ème du Mondial 2016 en individuel, médaille de bronze par équipe en 2018, Marion remportait le dressage saint-lois avec une marge suffisante pour tenir à distance, la redoutable Anne-Violaine Brisou et l’emporter avec près de 4 points d’avance. Elite 2 Poneys – Antoine Jeanson Le Président de Meuse attelage à Cousances les Forges n’avait pour adversaire que Marc Menet. Il s’impose facilement dans les trois tests.

EQUIN NORMAND n°114 2019

13


14 EQUIN NORMAND n°114 2019


Saint-Lô

MEETING D’AUTOMNE EQUIN NORMAND n°114 2019

15


MEETING D’AUTOMNE GRAND INDOOR - Prix de la REGION NORMANDIE GRAND PRIX DU CONSEIL DEPARTEMENTAL DE LA MANCHE

Marc Dilasser et Vital Chance pour un doublé

Vainqueur de l'épreuve en 2018 avec Clifton Belestat, le Champion de France 2016 qui, avec le même cheval, la même année, terminait 2ème du Grand Prix du CSI3* semble manifestement se plaire à Saint-Lô. Il doit s'y complaire même puisque cet été, à l'occasion du Normandie Horse Show, pour leur première sortie en commun, Marc Dilasser et Vital Chance* de la Roque remportaient le petit Grand Prix à 140. Dernier des douze barragistes à prendre le départ, il devait sortir le meilleur de lui-même pour venir à bout des performances successives des uns et des autres et plus particulièrement de Thomas Lambert qui le précédait. Le même Thomas Lambert n'avait pas, associé à Univers de Chti', ménagé ses efforts pour doubler Alexandra Ledermann dont la dextérité à mener son Requiem de Talma force l'admiration. Du talent à l'état pur !

16 EQUIN NORMAND n°114 2019

Avant l'ex-championne d'Europe, c'est aussi Marc Dilasser qui avait mis la machine à casser du chrono en route avec Clifton Belestat qu'il avait en réalité qualifié en deuxième monture. C'est la pratique habituelle, lorsque les cavaliers ont la chance d'avoir deux chevaux au barrage, ils commencent avec celui qui est encore dans des dispositions propices à reprendre le combat immédiatement. Unanimement salué par les cavaliers comme par le public nombreux, le parcours du Grand Indoor à 150, dressé par Jean-Paul Lepetit a atteint, un niveau sportif identique à celui d'un CSI3* dont il est la porte d'entrée pour de nombreux couples. Classement 1- Marc Dilasser/ Vital Chance* de la Roque 43.49, 2- Thomas Lambert/ Univers de Chti' 43.64, 3-Alexandra Ledermann/Requiem de Talma 44.31, 4- Delphine Perez/ Untouchable Gips 45.13, 5-Pénélope Leprévost/Excalibur de la Tour Vidal*GFE 51.58


Prix de la Région Normandie Le Fougerais Mathieu Bourdon en embuscade Des 87 partants, le chrono en avait désigné 16 pour participer à une deuxième manche. Alors que l'on se dirigeait, après un très, très beau tour de FX Boudant avec Balko d'Elle à un dead-heat entre l'époustouflante Valentine Delaveau en selle sur Ayade de Septon*HDC et Thomas Rousseau qui en remplacement de Margaux Rocuet blessée, montait Trafalgar Kervec, voilà que le Breton Mathieu Bourdon venait semer la zizanie aux commandes de sa bondissante Bigouden du Tertre. Le couple champion des 7 ans à Fontainebleau en 2018, a, un an plus tard, montré les mêmes dispositions pour s'imposer. Pour l'anecdote, mais ça compte, on mentionnera que Patrice Delaveau fautif avec Click N'Chic fut le plus rapide. Classement 1- Mathieu Bourdon/ Bigouden du Tertre 35.28, 2- Thomas Rousseau/Trafalgar Kervec 37.04 et Valentine Delaveau /Ayade de Septon*HDC 37.04- 4- François-Xavier Boudant/ Balko d’Elle 38.04, 5- Félicie Bertrand/ Bolinge Cécé 38.60

EQUIN NORMAND n°114 2019

17


GRAND INDOOR

Patrice Delaveau et Bahia de Mars pour la ville de Saint-Lô

Le jeudi, Romain Bourdoncle avait ouvert les hostilités en remportant le Prix SLCO avec Berthe de Creans, Alexis Lheureux s'imposait dans le prix CWD avec Urbain de Gaverie. Le lendemain, Benjamin Devulder remportait, associé à son Québec Tame le prix du Pôle Hippique. Le prix Equine-Top était pour le Picard Mathieu Lambert et Ivernaud Ter Diesschoot, tout cela avant le Prix de la Ville de Saint-Lô qui donnait le top départ des trois épreuves majeures de la 2ème étape du Grand Indoor. Ils étaient 48. Onze resteront pour le barrage de cette belle preuve à 145. Alexis Gautier lançait les débats en selle sur Siroco de Coquerie dont le premier tour avait été d'une précision remarquée. Selon son habitude dans ces compétitions Alexis ne bousculait pas les choses. Son temps lui permettra de terminer dans le top 5. Cédric Le Goff et Typhon de la Cense suivent et prennent la main. Clément Boulanger et Volupté de la Charte, volontaires, échouent dans leur tentative mais terminent 4ème. Patrice Delaveau ne fait pas dans la dentelle avec Bahia de Mars. Son chrono est tout simplement inférieur de 3 secondes à celui du Breton. Pour conclure, Mathieu Lambert, manifestement très en verve, s'intercale avec Volcan du Sartel. Classement 1- Patrice Delaveau/ Bahaia de Mars,63.73, 2- Mathieu Lmabert/Volcan du Sartel 64.12, 3- Cédric Le Goff/ Typhon de la Cense 64.31, 4- Clément Boulanger/ Volupté de la Jarthe,63.78, 5- Alexis Gautier/ Siroco de Coquerie,64.02

18 EQUIN NORMAND n°114 2019

Patrice Delaveau- Bahia de Mars Cédric Le Goff- Typhon de la Cense


GRAND INDOOR PRIX SAINT-LÔ- AGGLO

Clément Boulanger et Vaya de Lacke avec gourmandise Piqué au vif après le refus de Volupté de la Jarthe en selle sur laquelle il était parti en début d'épreuve, Clément Boulanger avait ruminé sa revanche. Ceci étant, avant de revenir avec le N°24 Vaya de Lacke, il avait dû intégrer dans sa stratégie que, depuis Marc Dilasser, auteur d'un chrono de référence avec Vital Chance, outre Pénélope Leprévost très en phase avec Big Star des Forêts, Alexis Gautier incisif avec Au Grand Galop et surtout Axelle Lagoubie associée à Gicarla, tous avaient porté la compétition à un niveau supérieur d'intensité. Avant Clément, c'est précisément Axelle qui occupait le leadership après avoir effectué un parcours particulièrement tonique avec la fille de Quamikaze des Forêts en ôtant 5 dixièmes au temps de Marc Dilasser. Parti avec entrain mais sécurité, le futur vainqueur donnait de la vigueur à la fille de Spotlight Z dès le double qui marquait la mi-parcours. Dans un élan final que seul l'instantané peut expliquer, il se mettait à l'abri. De 61.32 pour Axelle, il passait à 60.62. En fin d'épreuve Cyril Bouvard laissait imaginer qu'il pouvait détrôner le Normand avec Victoria d'Argent (Nabab de Rêve). Il manquera quelques dixièmes mais le sympathique cavalier des Dombes décroche la deuxième place.

Clément Boulanger – Vaya de Lacke Axelle Lagoubie - Gicarla

Classement 1- Clément Boulanger/ Vaya de Lacke, 60.62, 2- Cyril Bouvard/ Victoria d’Argent 61.32, 3- Axelle Lagoubie/ Givarla, 62.23,4- Marc Dilasser/Vital Chance*de la Roque 62.71, 5- Olivier Guillon/Vitot du Château 64.71

EQUIN NORMAND n°114 2019

19


QUALIFICATIONS DES ETALONS SELLE-FRANÇAIS DE 2 ET 3 ANS

Malgré le succès d’un Breton, les Normands dominent

Cinquante Cinq sujets de 3 ans avaient fait le voyage vers Saint-Lô pour ce qui était, on le susurre, la dernière édition dans le cadre du Meeting d’Automne. L’abandon du championnat de France et le report de cette épreuve de sélection plus tard afin de se rapprocher du testage, ôtent, hélas, un peu d’aura à cette trilogie sportélevage-ventes qui font la force de ce rendez-vous manchois. C’est ainsi ! Les aspirants reproducteurs étaient séparés en deux groupes. Vingt-cinq le lundi et 30 le mardi. Diamant de Semilly, Cornet Obolensky et Contendro étaient les géniteurs les plus représentés, alors que, c’est surprenant, Mylord Carthago n’avait qu’un seul produit. En examinant de plus près les 10 premiers de chaque journée, on constate une nouvelle fois qu’outre les 5 « Semilly » qui confirment là encore la prééminence et la constance de l’élevage de Richard Levallois, la Manche est, majoritaire.

20 EQUIN NORMAND n°114 2019

Guevara du Theil (Ogrion des Champs) à Françoise Rivière de St Georges de Livoye est 3ème, Gin Tonic de Laume (Contendro) à Denis Morel de St Aubin de Terregatte est 5ème, suivi par Gandhi Platière (Diamant de Selilly) à Gilbert Leforestier de Périers. Ginko du Rouet (Vagabond de la Pomme) à Yannick Fardin de St Aubin de Terregatte prend la 5ème place le mardi. Par ailleurs, en regrettant que les départements hautsnormands soient totalement absents, l’on note les bons résultats des représentants du Calvados avec Goldeneye Gem (Cicero Z-Z) (photo) au Haras de Clarbec 4ème, Gin Tonic des Parts (Président) à Thomas de Cornière de St Pierre Azif, Got a Dream (Up to You) à Henriette Evain de Falaise. Mention spéciale pour Fabien de Robillard, formé en son temps, par le maître Jean-Michel Lorin. Formateur hors pair, le professionnel du Haras du Houlbec à Castillon en Auge, présentait Galb DXB (Cornet Obolensky) 3ème le mardi et le démonstratif autant qu’élégant Ghayyath (Contendro) (photo 360) (meilleure note au modèle 16.60), l’un et l’autre propriété de la famille Al Maktoum. Surprenant, l’Orne n’avait qu’un représentant.


GOOD PLEASURE SEMILLY – Moyenne 16.82 For Pleasure et Betty Boop Semilly par Diamant de Semilly. Betty Boop est une fille d’Etoupe II (Quidam de Revel) Championne de sa génération à 5 et 6 ans sous la selle de Frank Schillewaert GOUBET D’ARVOR- Moyenne 16.71 Baloubet du Rouet et Swansea Tame (Quidam de Revel) appartenant au Néerlandais Joop Aaldering. Il s’agit là d’un produit SF originel, estampillé Manche. Au Nord par sa mère issue de la souche Brohier par excellence, au Sud par son illustre père gloire de la famille Fardin

EQUIN NORMAND n°114 2019

21


Qualificative des mâles de 2 ans

Le Haras des Forêts se distingue

Deux sessions pour les plus jeunes. Une de 36 sujets, l’autre de 37. Parmi les 20 premiers classés, les géniteurs sont au nombre de 15. Contendro, Cicave du Talus, Cornet Obolensky, Cicero Z-Z et Diamant de Semilly ont deux produits dans ce carré final. Hangover des Forêts (Contendro) remporte la première vague avec une moyenne de 16.32. Hangover (en Français : Gueule de Bois) est une fille de Vodka des Forêts. Sa petite soeur née en 2018 se nomme Ivresse des Forêts. Tous rattachés à la souche de la célèbre Mayflower III. Handy des Forêts (Cicave du Talus) est 6ème. La seconde vague revient à Happy Day d’iscla (Toulon) propriété de Jérémie Rolland de Pirou (50). Happy Day né en Indre et Loire est le frère utérin de l’excellent étalon Best of Iscla (Diamant de Semilly). Pour Fabrice Paris et le Haras des Forêts, Hulk (Cicero Z-Z est 2ème et Hunter (Cicave du Talus) est 6ème.

22 EQUIN NORMAND n°114 2019


EQUIN NORMAND n°114 2019

23


MEETING D’AUTOMNE GRAND PRIX DE LA VILLE DE SAINT-LÔ et de SAINT-LÔ AGGLO

Voyage en Lusophonie

C

’est ainsi que l’on nomme les 220 millions de personnes qui, à travers le monde, parlent le Portugais. Le 27 octobre au soir dans le hall du Pôle Hippique de Saint-Lô, on en ajouta près de 3000 qui, l’espace de quelques minutes, communièrent à la victoire de l’enfant de Lisbonne Duarte Romao et Edesas’s Kzoom vd Wittemoere, flanqué du Brésilien Pedro Junquiera Muylaert. Le Portugais, arrivé dans le Cotentin en 2005 et depuis, à l’exception de quelques escapades professionnelles en Belgique et plus récemment en Italie, demeuré en Normandie peut aussi être qualifié de Normand tant il parle notre langue avec facilité et qu’il connait les moindres recoins de notre région. Après avoir posé ses valises chez JB Thiébot à Benoitville, il passe 2 années chez Christian Hermon à Beuvron en Auge, avant de parfaire sa formation chez Pénélope Leprévost.

24 EQUIN NORMAND n°114 2019

Il est, aujourd’hui, à 35 ans, depuis le printemps 2019, au service de Grégoire Oberson au Haras de la Chesnaye près de Deauville où il occupe la place laissée libre par Kevin Staut. Quant au second, Pedro Junquiera Muylaert, dont c’était la première participation à Saint-Lô, il restait, dans l’esprit des férus de saut d’obstacles comme le vainqueur surprise du GP5* de La Baule en 2017 et ce, associé au même Prince Royal Z MFS. Très incisif, le Normand Julien Anquetin décroche le deuxième accessit. Ce qui, tout compte fait peut laisser croire, pourquoi s’en priverait-on, que la Normandie sort de nouveau la tête haute de cette confrontation internationale.


Bost- Delaveau- Epaillard- Billot- Dilasser : Out ! Surprenant, inhabituel en effet, que ces cavaliers qui constituent le fond du saut d’obstacles français aient tous été éliminés sans avoir, à l’exception de Julien Epaillard, brillé par ailleurs au cours de la compétition. Rien de surprenant cependant de voir au barrage puisqu’elles s’étaient mise en évidence dans d’autres épreuves, les jeunes britanniques Louise Saywell et Harriet Nuttall (photo), cette dernière championne nationale en titre.

Duarte Romao : aussi une surprise ! Dernier des 8 barragistes- sur 50 partants -à s'élancer, il bénéficiait d'un scénario très favorable dont il ne se priva pas de tirer le meilleur. En effet, le seul sans faute avant lui était précisément le Brésilien Junquiera Muylaert mais avec le temps le plus lent. Car tous les autres, très rapides, 4 secondes de moins pour Julien Anquetin qui complète le podium avec Gravity of Greenhil, étaient fautifs. Avec précision, sans précipitation, le futur vainqueur bouclait son parcours en ........seulement 11 centièmes de moins que le Brésilien. Une affaire bien menée pour ce garçon dont l'amabilité et la délicatesse des contacts sont unanimement reconnues et appréciées.

Classement 1-Duarte Romao/(POR)/Edesas’s Kzoom vd Wittemoere 40.55, 2-Pedro Junqueira Muylaert/Prince Royal Z MFS,40.66, 3-Julien Anquetin (FRA)/Gravity of Greenhill, 4 et 36.12, 4-Cyril Bouvard (FRA)/Victoria d’Argent 4 et 36.30, 5- Edward Levy (FRA)/Rebecca LS, 4 et 37.41 EQUIN NORMAND n°114 2019

25


Edward Levy et Rebecca LS Pour la Région Normandie

Ils balaient toute opposition Une opposition composée de 16 couples dont l'essentiel était tricolore. Et c'est bien avec un triplé français que la remise des prix s'est effectuée. Le premier d'entre eux Edward Levy était le premier à partir. Fidèle à son habitude avec cette jument de 13 ans fille de Rebozo la Silla, le Normand posait une équation qu'aucun de ses adversaires ne put résoudre. Pourtant, les uns et les autres ne furent pas avares de témérité tel Julien Gonin qui approcha de la résolution mais avec une barre au sol. Jérôme Hurel avec Vegas de la Folie, 3ème du Grand Prix du NHS en août fut, avant Julien Epaillard, le plus incisif, mais à plus d'une seconde du leader. Avant dernier, Julien Epaillard, malgré un "body language" digne d'un Valentino Rossi sur le circuit du Mans et une option téméraire, échoua à 42 centièmes de Levy. Enfin "last but not least", Harriet Nuttall, championne du Royaume Uni 2019 associée à son fantastique hongre de 11 ans Galway Bay Jed, ne lambina pas pour rentrer dans le top 5 derrière le : toujours là quand il le faut, Jonathan Chabrol et Kalief de Brinco.

26 EQUIN NORMAND n°114 2019


Thibeau Spits et Javanna vd Torredreef Pour le Conseil départemental de la Manche

Le plus jeune s’impose. Il n’était sans doute pas le plus jeune lors du premier tour qui comptait 77 partants, mais parmi les 18 barragistes, il l’était assurément. C’est le local Julien Bellet qui donna la marche à suivre avec Alba Mouche (Diamant de Semilly), une jument de 9 ans. Le sympathique manchois devra se contenter de la 4ème place, une belle performance en soi. Pour le podium on note avec bonheur le retour en forme d’Aldo du Plessis associé à Alexis Deroubaix. Il est devancé par le cavalier de Valromey sur Séran dans l’Ain Cyril Bouvard, omniprésent pendant ce Meeting d’automne. Il montait Catz de Sulpice un prometteur cheval de 7 ans. Deux secondes devant, c’est le véloce belge de 18 ans Thibeau Spits qui rafle la mise avec Javanna vd Torredreef, une jument de 10 ans. EQUIN NORMAND n°114 2019

27


28 EQUIN NORMAND n°114 2019


Partenaires du Meeting d’Automne

Les Vans THEAULT

Les Vans Théault étaient associés à une épreuve de vitesse à 140. La victoire de Julien Epaillard ne constitue pas une surprise pour l’un des plus rapides, voire le plus rapide cavalier de la planète. Pour l’occasion, il montait Alibi de la Roque, un hongre de 10 par Mylord Carthago. Là encore pas de surprise puisque la deuxième n’est autre qu’Axelle Lagoubie. Après une pose dédiée au transfert d’embryon, sa fidèle jument âgée aujourd’hui de 15 ans, Rubélia a retrouvé totalement ses moyens. Le podium est complété par David Jobertie et Un Diamant d’Azif. Par ailleurs, les vans Théault étaient en soutien de l’opération caritative conduite au profit des « Sabots du Coeur ». Il s’agissait là de recueillir des fonds par le biais de saillies vendues aux enchères pour permettre à Hassen Bouchakour de se rendre dans les hôpitaux et les Ehpad avec son cheval Peyo doué d’une empathie particulière propre à apaiser les malades qu’ils soient jeunes ou âgés. Au cours de cette opération menée dans le cadre du Meeting d’Automne, 43.000€ ont pu être récoltés. (Photos Françoise Langenais)

EQUIN NORMAND n°114 2019

29


Partenaires du Meeting d’Automne

AGRIAL

Le Groupe Agrial affiche sans ambiguïté son slogan : « Cultiver nos racines, s’ouvrir au monde ». En accompagnant la filière équine normande dans tous ses aspects, Agrial, fort de 22.900 salariés présents dans 12 pays et de 13.000 agriculteurs adhérents, est au plus près des racines de notre région. La présence d’Agrial, très remarquée lors du Championnat de France d’attelage ne l’était pas moins pendant le Meeting d’Automne. Après Thomas Rousseau récompensé pour son doublé dans le Prix Agrial, c’était au tour du jeune belge Thibeau Spits de l’être pour sa distinction de meilleur cavalier dans le Grand Prix du CSI*. Thomas Rousseau montait GFE Exocet du Houssoit, un étalon fils d’Ugano Sitte et Trafalgar Kervec, un cheval habituellement sous la selle de Margaux Rocuet. Thibeau Spits, jeune espoir belge de 18 ans, était en selle sur Javana vd Torredreef, une jument de 10 ans. Pour l’anecdote, le vainqueur était 2 secondes plus rapide que le 2ème Cyril Bouvard et Catz de Sulpice un jeune cheval de 7 ans.

30 EQUIN NORMAND n°114 2019


EQUIN NORMAND n°114 2019

31


32 EQUIN NORMAND n°114 2019


Les ventes

2019 sous le signe de la constance

Un temps envisagée, l’association avec Ekestrian, la jeune plateforme d’enchère en ligne n’a pas, pour des raisons financières, vu le jour. C’est donc dans les conditions habituelles que NASH a conduit les ventes 2019 dans le cadre du Meeting d’Automne, cela au cours de 3 sessions et toujours avec le dynamisme et l’efficacité que lui confère son expérience. C’est au cours de la soirée de « gala » du vendredi en soirée que les enchères ont atteint leur meilleur niveau. Cela, d’ailleurs très rapidement. En effet, dès le N°103, l’enchère s’est envolée pour culminer à 37.000€ au profit de Guevara du Theil, un mâle par Ogrion des Champs qui venait de se classer 3ème des qualifications étalons SF. Il part pour la Suisse. Sa compagne d’écurie Greta du Theil, adjugée 20.000€ s’envolera pour Hong-Kong. Entre ces deux produits de l’élevage normand qui sont l’ADN de Nash, d’autres sujets changèrent de main pour des sommes allant de 15 à 22.000€. C’est alors qu’à toute vitesse le compteur grimpa pour Granie Mouche, une fille de Vivaldi du Seigneur. Le marteau s’abattit sur la somme de 40.000€.

Un Top Price à 70.000€ Puis, vint le N° 123. Il s’agissait du premier des deux chevaux de 2 ans présentés. Pas n’importe qui Hello de Chalusse. Fils du prometteur Candy de Nantuel, il possède une ligne maternelle hors du commun. Sa 3ème n’est autre que Nifrane, mère de Fragance de Chalusse qui a mis au monde Mylord Carthago en particulier. L’acheteur s’est allégé de 70.000€. Les sessions de samedi et dimanche un peu moins toniques permirent de belles ventes telles celles de Grand Soir du Bosdel, un produit du très apprécié Contendro pour 24.000€ et Grace à Toi une fille de Kannan pour 22.000€ qui poursuivra sa carrière en Suisse. Outre un accroissement constant du chiffre d’affaires, NASH précise que 44% des chevaux sont exportés. Un fait qui montre l’intérêt éminent pour les chevaux français majoritairement nés en Normandie. EQUIN NORMAND n°114 2019

33


German Masters « Ode à la Manche » ! C’est à Marbach am Neckar, une petite ville distante d’une trentaine de kilomètre de Stuttgart que Friedrich von Schiller a écrit l’ «Ode à la Joie », ce poème célèbre mis en musique sur la 9ème symphonie de Beethoven et devenu depuis l’hymne européen. Pour ces 35èmes Stuttgart German Masters c’est une véritable « Ode à la Manche » qu’ont entonnée les cavaliers suisses, français, espagnols ou irlandais en portant au firmament les chevaux nés dans le département. En selle sur TAM TAM DU VALON, le Suisse, Champion d’Europe, Martin Fuchs remporte le « German Master » de saut d’obstacles. Aussi sublime, un autre Suisse, Steve Guerdat, lui N°1 mondial, se classe 2ème de l’épreuve Coupe du Monde avec VENARD DE CERISY. Le Normand Kevin Staut, barragiste, termine 10ème du Grand Prix associé à VIKING D’LA ROUSSERIE. Avec son tout nouveau cavalier, ancien N°1 mondial, Scot Brash, Hello Vincent, ex COQUIN DE COQUERIE Z, se classe 5ème d’une épreuve à 150 et 6ème d’une autre. L’Espagnol Eduardo Alvarez Aznar et son inoxydable SERINGAT sont 5èmes de la seconde épreuve qualificative aux German Master et 4èmes de la compétition en deux manches du samedi soir à 150. AMBRE DE LA CENSE et le Suisse Niklas Rutschi, ARLO DE BLONDEL et l’Irlandais Richard Howley, des chevaux encore jeunes figurent, par ailleurs, dans les classements.

36 EQUIN NORMAND n°114 2019


T

AM TAM DU VALON

La dernière victoire française au German Master remonte à 2009. Ce fut d’ailleurs une victoire normande avec Patrice Delaveau qui montait la fabuleuse Katchina Mail. Là, le jeune suisse Martin Fuchs, montait Tam Tam du Valon que ses nouveaux propriétaires avaient acquis quelques mois plus tôt lors du Championnat d’Europe disputé à Rotterdam. La semaine précédente le nouveau couple avait déjà vaincu dans le Grand Prix de Vérone. Tam Tam du Valon est un hongre de 12 ans par Ogrion des Champs et Nouvelle du Valon par Quidam de Revel. Sa souche est issue de chez Guy Bru à Souancé au Perche dans l’Eure et Loire. Forina (As du Beaumanoir et Kalmiste) a produit avec Laudanum, Quool la grand-mère de Tam Tam, débutée par Eric Février et Raspail, international avec Roger-Yves Bost. Avant Martin Fuchs, Tam Tam avait été monté par Olivier Guillon, Vincent Balleux, Damien de Chambord et l’Espagnol Ivan Serrano-Saez.

Le vainqueur du German Master est né chez un « Manche Master » de l’élevage de sport : Jean-Pierre Herpin à Sartilly. Relater l’histoire de cet affixe de référence serait ressasser ce que l’on sait parfaitement. Ceci étant, il n’est pas inutile de rappeler que « Pin Pin », octogénaire dont la vivacité d’esprit reste intacte et qui demeure très actif dans la conduite de sa passion, porte tel un drapeau dans ses plis les batailles, des noms qui ont fait la gloire de saut d’obstacles. Lad 4, Nanou du Mesnildot, Pin Pin du Valon et surtout Twist du Valon (NarcosII) qui, en 1998, se voyait décerner aux USA, le titre tant convoité d’«Horse of The Year ». Un an plus tard, la soixantaine atteinte, JP Herpin se classait 2ème du Championnat de France des Vétérans avec As du Valon (King’s Road). Depuis, Tam Tam et d’autres Valon, comme Horizon ou Pomme, montée par Guillaume Canet, sont nés et ont prospérés sur les terrains de concours. Aujourd’hui, selon des accouplements issus de l’expérience et de l’intuition, JP Herpin va, l’hiver passé, guetter avec impatience, la venue au monde des petits Valon. EQUIN NORMAND n°114 2019

37


VENARD DE CERISY – 2ème du Grand Prix Coupe du Monde Rosée de Cerisy, la sœur utérine d’Uno brillant à Maastricht avec Edward Levy est la mère de Venard. Comme Uno, Venard est un fils d’Open Up Semilly. Tout ce petit monde est né chez Laurent Vincent à Cerisy la Forêt. C’est à Stuttgart, en 2018, que Venard remportait son premier grand succès. Depuis, il a vaincu à Saint-Gall, deux fois à Calgary, à Barcelone. A Lyon, début novembre il n’a jamais été loin des meilleurs. Dans le Grand Prix Coupe du Monde, le cheval manchois n’est pas passé loin de la grande performance. Troisième à s’élancer dans un barrage à 11, Steve Guerdat à tout tenté. Une foulée supplémentaire non prévue lui coûte la victoire. C’est le Belge Pieter Devos qui s’impose pour la seconde fois consécutive avec Apart. Seulement 52 centièmes séparent les deux cavaliers : 45.87 contre 45.35 VIKING D’LA ROUSSERIE Hongre de 10 ans par Quaprice Boimargot et Apache d’Adriers. Il est né chez Michel Roger à Ravenoville. Viking est le propre frère de Ratina d’la Rousserie internationale avec Pénélope Leprévost dont les plus grands succès restent le GCT (Global Champions Tour) de Cannes en 2015 et un double sans faute dans la Coupe des Nations de Lummen en 2017. Son frère utérin Nokia de Brekka (Quick Star) international avec Michel Hécart remportait le Derby de La Baule en 2013. Viking, souvent aux flots avec Kevin Staut, est passé tout prés du grand succès. Dixième à Stuttgart il a montré beaucoup d’allant. SERINGAT Hongre né en 2006 (Chef Rouge x Guillaume Tell) chez le Comte de Pourtalès à Martinvast, il fut débuté par la cavalière locale Claire Taja avant d’émigrer chez Pénélope Leprévost. Sa carrière se poursuit sur le thème du migrant. Parti chez l’Espagnol Eduardo Alvarez Aznar chez qui il est revenu, Seringat a vécu chez l’irlandais Cian O’Connor avant d’aller goûter aux froids norvégiens chez Geier Gulliksen. Avec l’Irlandais, il remportait le GP4* d’Ocala aux USA. Troisième du GP Hermès en 2019, il ne cesse de s’accrocher aux toutes premières places. On note qu’Aznar monte le Normand Rockfeller de Pléville Bois Margot avec qui, à Stuttgart, il se classe 6ème du GP Coupe du Monde. AMBRE DE LA CENSE – Femelle de 9 ans par Hélios de la CourII, née à Saint-Clair sur L’Elle. Sous la selle du Suisse Niklas Rutschi, elle remportait le GP2* de Tortona début novembre. ARLO DE BLONDEL – Mâle de 9 ans par Dollar dela Pierre né chez Michel Ruel à Ravenoville. Longtemps monté par Mickael Whitaker et son fils Jack, il est désormais associé au rapide irlandais Richard Howley.

38 EQUIN NORMAND n°114 2019


EQUIN NORMAND n°114 2019

39


COUPE DU MONDE DE DRESSAGE

J

essica von Bredow-Werndl terrasse Werth

40 EQUIN NORMAND n°114 2019


Pour une surprise, ce fut une surprise. Pour le public certes qui ne manqua pas de le faire savoir mais aussi pour Isabel Werth qui n’avait pas connu de défaite depuis les JO de 2016. Werth et Weihegold exécutent avec perfection, Jessica et Dalera dansent divinement. Ils dansent merveilleusement sur la musique de La La Land qui les habite tous les deux. Les spécialistes au bord de piste reconnaissaient que pour trouver une faute minime, il fallait bien chercher. Le 90% était là, si le juge luxembourgeois ne lui avait pas comme pour Isabel Werth donné 4% de moins. La Bavaroise d’Aubenhausen a séduit. La Westphalienne de Rheinberg a trouvé son adversaire pour Tokyo. L’une est âgée de 33 ans, l’autre de 50 !

Lisa Müller……………la femme de …

Thomas

Elève d’Isabel Werth, Lisa Müller progresse vite. Victorieuse du GP CDI4*, elle se classe 3ème du German master. Epouse de l’attaquant mythique du Bayern de Munich elle était l’objet de toutes les attentions. Une promotion supplémentaire pour le dressage. EQUIN NORMAND n°114 2019

41


COUPE DU MONDE D’ATTELAGE

Boyd Exell : Encore et encore !

Rien de nouveau sous le soleil ou plutôt la lumière artificielle des halls européens où se déroulent les épreuves de Coupe du Monde d’attelage. L’Australien est hors de portée de ses adversaires. Même si, à Maastricht, le père et le fils Chardon l’ont titillé. A Stuttgart, l’Australien distance largement l’Américain Chester Weber. La 3ème place revient à la « Newcomerin » Mareike Harm. Ceci dit, l’Allemande de 32 ans originaire de Negernbötel, près de Neumünster dans le SchleswigHolstein n’est pas une débutante en attelage. Une discipline qu’elle a choisie après avoir évolué à un bon niveau en dressage. En 2010, en attelage à 1 cheval, elle était championne du monde par équipes. Depuis 2012, elle évolue en Team avec des résultats toujours en progrès. En 2013 et 2017, elle faisait partie de l’équipe vicechampionne d’Europe. A Tryon, en 2018, elle se classait à la 12ème place.

42 EQUIN NORMAND n°114 2019


Benjamin Aillaud : Une référence Depuis sa performance européenne de Donaueschingen tout autant que celle de l’équipe de France, cela après celle d’Aix la Chapelle, le meneur français jouit, Outre-Rhin d’une notoriété grandissante. Et en particulier auprès de la presse qui apprécie tout spécialement son amabilité. Jusque-là un peu vert en indoor, Benjamin s’est aguerri. Sa 4ème place de Stuttgart augure d’une belle finale à Bordeaux en février 2020.

EQUIN NORMAND n°114 2019

43


Sécurisez vos poulinages EasyFoal révolutionne la détection des poulinages par son efficacité et sa simplicité d’utilisation ! Le capteur, non invasif et positionné sur la queue, est à la fois simple d’utilisation et fiable. Lorsque les premiers signes de la mise bas apparaissent, EasyFoal vous alerte par appel vocal et SMS (jusqu’à 4 destinataires). Un outil sûr, pratique et simple, pour des poulinages sereins. Le capteur positionné sur la queue, à l’aide d’une bande adhésive spécifique, mesure les compor-tements caractéristiques du poulinage (coliques, contractions, levés/couchés etc.) pour alerter l’éleveur efficacement. EasyFoal peut être installé jusqu’à 15 jours avant le poulinage pour surveiller la jument le jour et la nuit, au box comme au paddock jusqu’à 1 km.

Sécurité pour l’éleveur et bien-être pour la jument EasyFoal ne requiert aucune intervention vétérinaire pour la pose du capteur. Il est installé simplement par l’éleveur et ne présente aucune gêne pour la jument, celle-ci reste libre de tout mouvement. Aucune maintenance et aucun nettoyage particulier n’est nécessaire. Le capteur peut être réutilisé immédiatement après un poulinage pour surveiller une autre jument.

Une efficacité approuvée par les éleveurs Les différents comportements pris en compte par le capteur lui confèrent une grande fiabilité de détection, avec des alertes précises. EasyFoal détecte plus de 90% des poulinages et a été approuvé sur plus de 500 poulinages à travers une quinzaine de Haras. Lorsque EasyFoal vous alerte, vous ne vous déplacez plus inutilement. Le taux de fausse alerte est inférieur à 10%. Vous pouvez dormir sur vos deux oreilles, le système surveille vos juments et vous permet d’inter-venir au moment opportun.

La qualité Made in France Le système EasyFoal est conçu et fabriqué en France, à côté de Rennes, par la coopérative EVOLUTION, leader du monitoring en France pour l’élevage bovin. Leur expertise, développée depuis plus de 10 ans, permet aujourd’hui de proposer un système innovant et durable pour l’élevage équin. Le capteur n’a pas besoin d’être rechargé, il est conçu avec la technologie basse consommation LoRa, ce qui lui permet d’être utilisé pendant 7 ans (estimation sur la base de 40 poulinages/an). De plus, le capteur se met en veille hors-saison pour préserver la pile. L’électronique est entièrement protégée par une résine spéciale pour éviter tout risque d’oxydation et de casse.

Le nouveau service Equitechnic Equitechnic évolue constamment pour vous proposer des services à la pointe de l’innovation. N’hésitez pas à nous contacter pour plus de renseignements : EQUITECHNIC Chemin du Marais 14340 CORBON Tél : 02 31 32 28 86 ou 06 14 17 11 90 marc.spalart@evolution-xy.fr www.equitechnic.fr

44 EQUIN NORMAND n°114 2019


EQUIN NORMAND n°114 2019

45


46 EQUIN NORMAND n°114 2019


Retour Gagnant

EQUIN NORMAND n°114 2019

47


Le Village La Cavalcade à CAEN LISIEUX FALAISE VIRE BAYEUX Un enchantement pour le retour des Equidays au coeur des villes du département du Calvados. Photos Céline Belloni

48 EQUIN NORMAND n°114 2019


EQUIN NORMAND n°114 2019

49


D

EAUVILLE

Pendant 5 jours, tout le Deauville du cheval a été en effervescence avec pour objectif des uns et des autres de faire découvrir le cheval dans les coulisses des événements. Des courses labellisées « Equidays » se sont déroulées à l’hippodrome de la Touques sans compter les visites conduites dès le matin sur les pistes. Les ventes Arqana ont permis à de nombreux visiteurs de comprendre les subtilités de cette superbe machine économique. Au PIC, dans le domaine du sport, Cheval Normandie proposait un concours de chevaux de 3 ans.

50 EQUIN NORMAND n°114 2019


EQUIN NORMAND n°114 2019

51


52 EQUIN NORMAND n°114 2019


EQUIN NORMAND n°114 2019

53


54 EQUIN NORMAND n°114 2019


EQUIN NORMAND n°114 2019

55


M

aastr

La Normandie bien présente

56 EQUIN NORMAND n°114 2019


richt Les cavaliers français qui ont fréquenté le concours de Maastricht en conservent toujours un excellent souvenir. Pas étonnant puisque occupée par Louis XIV et Vauban jusqu’en 1678, elle le fut de nouveau plus d’un siècle plus tard jusqu’à devenir le département de la Meuse Inférieure. La langue française fut longtemps celle des élites. Pour cette édition 2019, c’est davantage la Normandie que la France elle-même qui a marqué son passage. En effet, si le Grand Prix est remporté par le longiligne néerlandais Frank Schuttert, c’est aux rênes d’un cheval à forte imprégnation normande qu’il s’est imposé. Par ailleurs, Kevin Staut et Edward Lévy, les deux cavaliers français engagés sont normands installés dans le Calvados. Le premier s’est mis en évidence dans le Grand Prix en se qualifiant brillamment pour le barrage alors que l’autre, associé à un cheval né dans la Manche a pris la deuxième place d’une très grosse épreuve. Enfin, parmi les cavaliers étrangers, le jeune danois Hallunbaek remportait la première épreuve du concours en selle sur un cheval né également dans la Manche. Cela sans compter avec la Néerlandaise Lisa Nooren, toujours présente avec une monture originaire du Val de Saire. L’Allemand Philipp Weishaupt montait lui, pour la 1ère fois, un produit très prometteur qui a vu le jour dans la Calvados. Pour en savoir davantage, il faut tourner la page !

EQUIN NORMAND n°114 2019

57


Les Normands à Maastricht A commencer par Uno de Cerisy. Né chez Laurent Vincent à Cerisy la Forêt dans la Manche, Uno, hongre de 11 ans,est un fils d’Open Up Semilly (Diamant de Semilly x Arpège Pierreville) et de Kaline de Cavilly (Siego AA) née chez Louis Clérot à La Feuillie dans la Manche. Vendu à Nash à 3 ans, il débute à 5 ans sous la selle de Guillaume Merle avant de passer chez Guillaume Blin-Lebreton à 7 ans. Constant dans sa progression, il termine la saison 2018 avec des résultats de premier plan au niveau 145 au Mans et à Saint- Lô, tout autant qu’au cours des premiers mois de 2019. Passé sous la selle d’Edward Levy, Uno a franchi un nouveau cap, à Saint-Tropez d’abord puis à Maastricht où il se classe 2ème d’une épreuve « Ranking » à 150. Volver de la Vigne (Diamant de SemillyxCumano) né chez Lucien Villotte à Tourville en Auge (14) est issu de la souche de Jean-Pierre Vilault qui a produit les très bons Vallée : Derby, Nymphe,Rimell etc.. Remarqué lors du Championnat d’Europe 2019 à Rotterdam, sous la selle du Portugais Antonio Mades Almeida, il changeait de propriétaire pour être confié à l’Allemand Philipp Weishaupt qui à Maastricht effectuait ses premiers tours de piste avec lui. Sabech d’Ha (Qredo de Paulstra x Talent Platière) né chez Hubert Doublet à Saint- Pierre Eglise (50), continue sa carrière au haut niveau avec la Néerlandaise Lisa Nooren. Bel Star, hongre gris de 8 ans par Untouchable M et une mère par Apache d’Adriers est né chez Yves Le Tousey à Moyon (50). Acquis par la famille du sympathique cavalier danois de 21 ans Emil Hallunbaek – famille par ailleurs propriétaire de l’étalon Catoki- Bel Star remportait la première épreuve à 140 du concours. En détaillant le reste du plateau, l’on notait la présence de Fliere Fluiter, une jument KWPN de 9 ans fille de Zirocco Blue - Ex Quamikaze des Forêts né chez Fabrice Paris à Couvains et montée par le jeune batave Jack Ansems. Thibault Philippaerts, le cadet du clan était associé à Krapuul F, un hongre BWP de 9 ans, fils de Diamant de Semilly. Tous les deux participaient au Grand Prix ; le second, qualifié pour le barrage termine 7ème.

Philipp Weishaupt /Volver de la Vigne – Edward Levy / Uno de Cerisy Lisa Nooren / Sabech d’Ha – Bel Star/ Emil Hallunbaek Jack Ansems/Fliere Fluiter –Thibault Philippaerts/Krapuul F

58 EQUIN NORMAND n°114 2019


QUEENSLANDS E.......Une part de Normandie Voilà 2 ans, Dix-neuf Néerlandais étaient engagés dans le Grand Prix. Aucun ne put se qualifier pour le barrage. Leur dernier espoir Jeroen Dubbeldam et Zenith furent éliminés. Cette année changement de scénario puisqu’ils trustent le top 5. C’est le dernier d’entre eux qui s’imposait à la faveur des 4 points de Kevin Staut qui partait le dernier. Le vainqueur, Frank Schuttert n’est pas un inconnu en France. En 2013, il faisait sensation en se classant 2ème du GP de La Baule. Depuis, le Champion des Pays-Bas 2019, a gravi les échelons de la hiérarchie mondiale avec en particulier Chanti’s Champion un fils du normand Champion du Lys. Depuis le début de l’année 2019, le cavalier N°1 des écuries de Jos Lansink ne cessait de progresser avec l’étalon Queensland E. Il s’agit d’un fils de Quickfire de Feran et de Magie de Menardière, une jument par Socrate de Chivré née chez Gilles Boulanger à Mortain dans la Manche.

EQUIN NORMAND n°114 2019

59


60 EQUIN NORMAND n°114 2019


EQUIN NORMAND n°114 2019

61


SAINT- LÔ Championnat de Normandie des Chevaux de Sport de 3 Ans

Après les différents critériums et concours locaux qui ont eu lieu tout au cours de la saison en différents lieux de la région, c’est à Saint-Lô, sous l’égide de « Cheval Normandie », que les 13 et 14 novembre s’est déroulé le Championnat de Normandie pour 300 femelles et hongres nés en 2016. Ils étaient répartis sur quatre demi-journées et par taille : ceux jusqu’à 1.65m et les autres. Tous, dans le Hall du CPE, passaient de l’atelier du saut en liberté, à celui du modèle puis, dans le manège dit « de la Gourmette », à l’exercice final monté où les allures et le saut étaient jugés. Les jurys, étaient pour, chaque poste, relevés par demijournée. Selon le règlement du studbook Selle-Français, la note du modèle compte pour 40% de la moyenne, celle du saut en liberté pour 30, les allures montées pour 20 et le saut monté pour 10%. Des primes de soutien à l’élevage attribuées par les maisons mères sont attribuées aux éleveurs. Ainsi le premier quart reçoit la somme de 500€, l’autre 250€.

62 EQUIN NORMAND n°114 2019

Il convient de noter que la taille des chevaux dont on pourrait craindre qu’elle soit défavorable aux petits, n’intervient pas puisque qu’il s’agisse du premier quart comme du second, les petits et les grands sont quasiment répartis pour moitié. Ce championnat, outre celui de mettre en évidence les meilleurs sujets, a un objectif commercial majeur. A ce titre, on peut estimer, qu’une bonne trentaine de chevaux a changé de mains. Cette fréquentation unique en France, est la confirmation du dynamisme de l’élevage normand dans la race Selle-Français. Un élevage qui trouve sa consécration au niveau mondial puisque les jours qui suivaient ce rassemblement saint- lois, à Stuttgart, dans le cadre d’une manche de la Coupe du Monde, 3 chevaux normands se qualifiaient pour le barrage du Grand Prix. L’un d’eux monté par le N°1 mondial prenait la deuxième place. Toujours en Allemagne, le German Master, l’une des grandes épreuves classiques de la discipline, était remporté par un cheval normand.


GAZELLE DUVERIE Championne ! Gazelle Duverie est une femelle d’1.61m, fille de Kannan et de Gazelle de la Vigne par Persan II. Elle est née chez Véronique Lemarchand à Vire dans le Calvados. Gazelle est la soeur utérine de Best of Duverie (Diamant de Semilly) – ISO 143 en 2018 et de Dairzel Duverie (Air Jordan) - Etalon agréé. La lauréate qui remporte par ailleurs la 2ème section d’1.65m et moins, s’impose avec la moyenne de 16.77 avec aux ateliers les notes suivantes : Modèle : 16.30, Saut en liberté 17.00, Allures montées 17.00 (la meilleure note), Saut monté 17.50 2- GULLIVER DE BAERENRAIN Hongre par Vagabond de la Pomme et Planète de la Baie par Damiro L Né chez Julien Bellet- Gaec Mouche- à La Mouche dans la Manche Moyenne 16.62, Modèle 16.10, Saut en liberté 17.75, Allures montées 16.00, Saut monté 16.50 Gulliver remporte la 2ème section d’1.66m et plus. 3- GAZELLE DU BOIS Femelle par Nartago et Sawandha du Bois par Canaletto Née chez Alain Gofinet à Sainte-Cécile dans la Manche Moyenne 16.59, Modèle 17.00 (la meilleure note), Saut en liberté 15.75, Allures montées 16.50, Saut monté 17.75. Elle partage cette meilleure note au saut monté avec Golden Tame (For Pleasure et Ottawa Tame par Richebourg) à Denis Brohier de Saint-Côme du Mont. 4- GANDALF MOUCHE Hongre par Osiris d’Orion et Inedy Mouche par Bleu Blanc Rouge II Né chez Julien Bellet- GAEC Mouche- à La Mouche dans la Manche Moyenne 16.58, Modèle 16.20, Saut en liberté 18.00 (meilleure note), Allures montées 15.25, Saut monté 16.50. 5- GINEVRA DE LA CENSE Femelle par Vigo d’Arsouilles et Ulrieke vd Mispelaere par Skippy II Née chez Emmanuel Vincent à Saint-Clair sur l’Elle Moyenne 16.48, Modèle 16.40, Saut en liberté 17.00, Allures montées 16.00, Saut monté 16.25 Ginevra remporte la 1ére section de ceux d’1.66m et plus. EQUIN NORMAND n°114 2019

63


64 EQUIN NORMAND n°114 2019


EQUIN NORMAND n°114 2019

65


Brieuc EPAILLARD…… GRAIGNES

66 EQUIN NORMAND n°114 2019


…….. Fils de

!

C

ette expression pourrait avoir, dans un autre contexte, une connotation péjorative. Loin de là dans le cas des Epaillard. En effet, qu’il s’agisse de ses grands-parents ou de son père, « fils de » prend une signification particulièrement positive car, outre leurs qualités professionnelles, ils diffusent tous une empathie discrète mais ô combien sincère. Brieuc en est, lui aussi, pétri. Formé au CSO qu’il a pratiqué à un très bon niveau jusqu’en fin 2017, Brieuc qui vient de fêter ses 22 ans, s’est, à la suite d’une rencontre avec un ami qui travaillait Stefan Melander, trouvé une passion pour les courses de trot. Par cet intermédiaire, début 2018, il a été engagé par l’entraîneur suédois de renommée mondiale pour qui il est allé travailler en Scandinavie. Au retour, c’est auprès de Tony le Beller qu’il met, très rapidement, en pratique sa récente expérience. Le 3 mars de cette année, ironie de l’histoire, c’est sur l’hippodrome de Saint-Brieuc que le jeune driver vit son baptême du feu. Il termine 4ème au sulky de Daidou. Une semaine plus tard, sur la piste du MontSaint-Michel il accroche la 2ème place avec Darkness Queen, cela pour le compte de son mentor. Touchez pas au grisbi Le 7 juillet, sur l’hippodrome Jean Gabin à Moulins la Marche, Brieuc Epaillard remporte sa 1ère course sur la réplique « Pour driver ce jour-là, c’était- pas un demi-sel » ( NDLR : Réplique du film). Nouvelle ironie de l’histoire puisqu’il drivait Dame du Douet, une jument née chez Jean-Pierre Vilault, un monument aussi du saut d’obstacles. Le Prix des « Anciens Prisonniers » En ce 11 novembre, toute la communauté nationale se tourne vers la mémoire. L’occasion pour se souvenir et, de coutume, parrainer une course sur l’hippodrome de Graignes. Pour la casaque de Séverine Raimond, entraineure à Hotot en Auge, très en verve cette année, le fils de Julien drivait Fief. Conformément aux ordres, il s’installait tête et corde pour, tel Clémenceau, commander la troupe de 14 autres trotteurs. Sa supériorité, un moment menacée dans le dernier virage, se renforçait aux dépens de Flash du Rib très incisif dans les ultimes foulées. EQUIN NORMAND n°114 2019

67


ROUEN La 20ème édition d’EQUISEINE

Max THIROUIN et UT C

'est le dernier des douze barragistes qui, après un premier tour acrobatique et au terme d'un barrage d'exception s'impose. Pour sa 20ème édition, EQUISEINE ne pouvait rêver mieux. Après de nombreux classements internationaux mais aussi, par le passé, des déconvenues malheureuses, Max Thirouin tenait, enfin, la vraie belle victoire que tout le monde attendait, lui surtout, avec sa jument phénomène Utopie Villelongue. Avec un plateau de 50 engagés, le chef de piste outre d'avoir proposé un tracé tout autant qu'un barrage des plus plaisants, a résolu l'équation pour extraire 12 barragistes d'une population relativement hétérogène comme le confirmait Patrick Caron. Rouen, compte tenu de la concurrence qui règne partout en Europe, ne pouvait pas espérer attirer en nombre des noms qui fréquentent les CSI5*. La Normandie n'est-elle déjà pas, à elle seule, bien fournie dans ce domaine. Il faut craindre, l'examen du calendrier 2020 le montre, que cette concurrence ne soit encore plus féroce et mette en péril les CSI3* comme le sont déjà depuis deux saisons les CSI2*. On peut donc se réjouir de voir la Normandie et Equiseine plus précisément montrer la voie. L’an prochain, Rouen sera rejoint par Canteleu, Deauville et Saint-Lô. Il ne reste que Caen pour couronner le tout avec un CSI5* Comme pour les généraux, une étoile de plus ça change tout Avec un plateau comparable à celui de Saint-Lô, sur une piste exigüe, le sport a pris une tournure différente. Outre 2 verticaux à 160 et un oxer type carré en milieu de piste assez imposant, le parcours ne laissait aucun répit à la dextérité des cavaliers. Le temps, au départ un peu court était rallongé de 3 secondes, passant de 69 à 72. Une bonne décision qui assurait des parcours plus fluides sans forcément y ajouter de la facilité. Au barrage, après les deux parcours fautifs de Julien Gonin et Alexandra Ledermann, Félicie Bertrand associée à Sultane des Ibis réalisait, comme on l'imaginait, un parcours suffisamment rapide pour installer la pression nécessaire à l'élévation du stress chez ses adversaires. Opération réussie puisque le puissant transalpin Gaudiano en selle sur le non moins puissant Caspar y laissait des plumes ainsi que Philippe Rozier et Cyril Bouvard. Entre ceux-là , on vit la discrète et inconnue Louisa Müller, une Allemande, prendre son temps, terminer sans faute et finalement rentrer dans le top 5. Elle montait Salitos 9, un hongre oldenburg de 11 ans avec lequel elle avait sauté en CSI5* l'été dernier. Jacques Helminger tout autant que Grégory Cottard appliqués viendront prendre les 3 et 4èmes places, ce dernier aux rênes de Bibici, une jument de 8 ans par Norman Pré Noir. Jérôme Hurel laissa de la déception tant on pensait qu'il pourrait se rendre possesseur du temps avec Vegas de la Folie. Le neveu de la star néerlandaise du dressage Jens Van Grunsven se vit ensuite opposer un refus de Cika. Restait Max Thirouin. On avait vu le premier tour et la maîtrise qu'avait dû déployer le cavalier pour dompter l'extraordinaire puissance de sa fille de Mylord Carthago. Comme il le déclara plus tard sans forfanterie, ce n'est pas son genre, le barrage fut parfait. Plus que parfait même puisqu'il devançait Félicie Bertrand de 7 dixièmes : 33.81 contre 34.51. UTOPIE VILLELONGUE – Jument de 11 ans par Mylord Carthago et Kiss Me La Cour par Calypso d’Herbiers. Utopie est née chez Annie Barbecot à St Ours dans le Puy de Dôme. Kiss Me provient de l’élevage de Raoul Regnault à Tribehou dans la Manche. Sa 3ème mère Une de la Cour (Débuché x Fra Diavolo) a produit les étalons Fort de la Cour (Surioso) et surtout Major de la Cour (Grand Veneur) qui a beaucoup tracé en Belgique. CLASSEMENT 1- Max Thirouin/Utopie Villelongue 0 et 33.81, 2- Félicie Bertrand/Sultane des Ibis 0 et 34.51, 3- Jacques Helmlinger/Icarus vd Bissschop 0 et 35.23, 4- Grégory Cottard/ Bibici 0 et 36.47, 5- Louisa Müller/ Salitos 9, 0 et 36.85

68 EQUIN NORMAND n°114 2019


TOPIE VILLELONGUE

Il fallait que ça vienne !

EQUIN NORMAND n°114 2019

69


LES ECURIES DE TERRITOIRE

Un Grand projet pour revitaliser les hippodromes

Ce n’est un secret pour personne. Les courses hippiques qu’elles soient de galop ou de trot ne mobilisent

plus les foules si ce ne sont les événements majeurs tels le Prix d’Amérique ou l’Arc de Triomphe. Depuis plusieurs années, même si l’année 2019 laisse entrevoir un léger redressement, la situation du PMU se fragilisait. Alors ! Le tableau n’est cependant pas aussi noir qu’on pourrait le laisser croire. Avec 250 hippodromes, la France est particulièrement bien irriguée et les territoires, pas seulement la Normandie, s’engagent dans le soutien de la filière équine. La Région Auvergne – Rhône Alpes vient de voter un plan cheval de plus de 7 millions. La Normandie et les Hauts de France l’ont fait. Les hippodromes locaux qui organisent une réunion annuelle sont toujours aussi attractifs. En Normandie qu’il s’agisse de Genêts, de Bourigny, du Sap et autres, l’affluence est toujours au rendez-vous et cela le plus souvent en famille. Dans ces conditions, voilà 4 ans, l’idée qui pouvait sembler utopique, lancée par Véronique Vigouroux et Capucine Nicot sur l’Ile de Ré est devenue une réalité. Depuis, avec des résultats probant, l’infatigable, Véronique Vigouroux, avec le soutien de plusieurs personnalités, a entamé un tour de France des territoires. De Pau à Pornichet, en passant par Deauville et Pompadour, elle vient convaincre les différents acteurs publics et privés, pour que, dans un avenir qu’elle souhaite le plus proche possible, partout en France et plus tard dans l’Europe entière des « Ecuries de Territoire » voient le jour.

70 EQUIN NORMAND n°114 2019


Partir d’un constat

Convaincre pour essaimer

Cavalière de sport, plus précisément de concours complet dans une écurie de l’île de Ré, Véronique Vigouroux regardait les courses de loin. Sa rencontre avec Capucine Nicot, entraineure de chevaux de galop va tout changer. Nous sommes en 2012/2013 : « Je voyais que les courses entraient dans un tournant. J’ai constaté que les gens vivaient et vivent entre eux. Ils communiquent peu ». Elle poursuit : « Nous avions autour de nous un jeune jockey (NDLR- Damien Morin) dont on pensait qu’il pourrait devenir un crack. J’ai alors imaginé que pour aider un enfant du pays on pourrait créer une casaque -Ile de Ré- un peu à l’image de ce qui se faisait avec l’écurie de Groupe RMC. Mon initiative n’a pas été entendue favorablement à France Galop pas davantage qu’auprès des élus de la Communauté de Communes, du moins au début ». Véronique ne désarme pas. En 2015, une écurie de territoire voit le jour, avec le concours de la Communauté de Communes mais, faute de trouver un statut juridique ad-hoc, le projet, sans capoter, doit être revu sur des bases plus conformes.

A Pornichet, début novembre, avant Saint-Malo, et d’autres villes, Véronique Vigouroux, a, devant les élus, des chefs d’entreprise et les dirigeants de l’hippodrome, présenté le principe de l’écurie de territoire.

En 2016, l’écurie dite de « partage » - Ile de Ré Galop- forte de 400 souscripteurs, acquiert son premier cheval. Il s’agissait de Lord of Gracie. Le 17 mars, sur l’hippodrome de Chantilly, le jeune rétais Damien Morin entame l’aventure de ce que Véronique Vigouroux veut être une revitalisation des hippodromes par l’implication de tout un territoire autour d’un cheval. Le 31 juillet, devant une centaine d’adhérents, Damien Morin et Lord of Gracie se classaient 2èmes du GP de Royan, et le 31 octobre, à Chantilly, monté par PC Boudot, himself, Lord remportait sa 1ère victoire sous les couleurs de l’écurie « Ile de Ré Galop ». Depuis, l’aventure s’est poursuivie avec, Prophets Pride et le 24 octobre dernier, dans le cadre des Equidays sur la piste de Deauville avec Royal Vati monté par Stéphane Pasquier qui termine 4ème.

Les « Ecuries de Territoire », juridiquement une SA simplifiée, est - sera -composée des différentes écuries locales constituées telles un club associatif. Car, les écuries de Territoires sont des associations, Véronique Vigouroux le martèle. Associations qui fonctionnent par ventes d’abonnements. L’objectif est tout sauf spéculatif. Il s’agit essentiellement, autour d’un cheval de course, de relier les gens dans un esprit ludique de partage : « Créer entreprises et les particuliers, qui pourront tous, même pour une un partenariat entre les collectivités territoriales, les somme modeste, investir dans un cheval, le voir courir sur l’hippodrome et surtout le suivre régulièrement en se déplaçant chez l’entraîneur » (OF du 3.11.2019). A cela la « meneuse » du projet attache une dimension éthique. Dans un contexte où le bien être de l’animal est prégnant, elle spécifie qu’outre une utilisation très modérée de la cravache, les chevaux devront finir leur vie en retraite et en aucun cas à la boucherie. Le comité de pilotage des « Ecuries de Territoire » est composé de Véronique Vigouroux, Patrick Renvoize, chef d’entreprise, Guy De Fontaine, Directeur marketing FranceGalop, Didier Domerg, ancien adjoint de direction de l’IFCE, Erick Bossard, Directeur d’Equicer. Combien de temps encore pour voir les hippodromes avec les tribunes pleines d’afficionados faisant retentir les clameurs d’encouragement pour leur cheval aux couleurs de leur communauté. N’est pas cela aussi la quête de la proximité et de l’engagement dans la vie locale tant souhaitée par les Français ?

EQUIN NORMAND n°114 2019

71


Happy Foaling conçoit, fabrique et commercia-

lise des ceintures de poulinage dites classiques depuis plus de vingt ans. Le système d’alarme est basé sur un principe simple : lorsque la jument se couche sur son flanc une alerte est donnée. Bien que cette technique donne entière satisfaction, il reste tout de même quelques fausses alarmes de temps à autres. A la demande de nos clients, nous avons demandé à notre équipe d’ingénieur en Recherche et Développement de trouver un système de poulinage 100% efficace, sans fausses alarmes, en prenant en compte le bien-être de l’animal et du confort de la jument. Le résultat fut : SMART FOALER ! la ceinture intelligente. Je pense que le pari est réussi : nous vous proposons le détecteur de poulinage le plus petit, le plus léger, le plus performant et le moins cher au MONDE !

72 EQUIN NORMAND n°114 2019


EQUIN NORMAND n°114 2019

73


SAINT-LÔ

C

Concours Pro1 de l’AEC

ôme Couturier en ....Patron

Malgré la concurrence du CSI4* de Rouen, les organisateurs saint-lois n’ont pas manqué d’engagés. Certains noms tel Nicolas Delmotte, Thomas Rousseau avaient préféré le pro1 de l’Association des Ecuries de Concours. Ils doivent malgré tout s’incliner devant Côme Couturier qui constitue la surprise de cette édition. Le Prix Saint-Lô Agglo pour un Breton Champion de Bretagne même. Côme Couturier installé à Bourgbarré en Ille et Vilaine avait, en octobre participé au Grand indoor. Attaché a sa prometteuse jument de 9 ans A La Miss de Busseol (Norway de la Lande x Subis) il a un peu volé la vedette aux favoris. Le Breton s’impose à 7 autres barragistes. Il devance Thomas Rousseau et Trafalgar Kervec. Nicolas Delmotte en selle sur Cattleyplassai se classe 3ème. Axelle Lagoubie brillante dans le Prix du Conseil départemental de la Manche le vendredi avec l’inoxydable Rubélia ne figure pas au classement car fautive avec Urane et aussi Rubélia. Thomas Rousseau demeure constant mais doit se contenter à chaque fois du premier accessit. Au registre des lauréats des épreuves principales on note Benjamlin Devulder et Brume de Rauracie, Bilal Zaryouh et Chahitane d’Aragon, Jérôme Bonafons et Circée du Salbey ainsi qu’Olivier Martin et Ever or Never. Classement du GP Saint-Lô Agglo 1- Côme Couturier/ A La Miss de Busseol 0 et 36.73, 2- Thomas Rousseau/ Trafalgar Kervec 4 et 37.67, 3- Nicolas Delmotte/Cattleya Plassai 4 et 38.01, 4- Axel van Colen/ Veyron 4 et 38.15, 5- Corentin Derouet/Talika des Isles 4 et 39.43

74 EQUIN NORMAND n°114 2019


Thomas Rousseau Trafalgar Kervec Axelle Lagoubie Rubelia Mathieu Laisney Canelle de Vaudri L’occasion de mettre à l’honneur le travail de ce cavalier aussi discret qu’efficace. Après une saison d’exception dans la formation des poneys, il était au barrage de la 140 du vendredi avec Canelle deVaudri (Ulixe et I’dem de Bnéville), une jument de 7 ans, très prometteeuse,née chez Michel Laisney à Vaudrimesnil.

EQUIN NORMAND n°114 2019

75


Une Ecurie Sainte-Loise dans le Grand National Unique ! l’association d’une communauté et d’un média pour promouvoir le cheval de sport dans son terroir de race d’où il domine l’élevage français. Cela en s’appuyant sur la notoriété et le savoir-faire de deux cavaliers. En 2008, pour relancer et bien identifier le niveau « Elite » des sports équestres, la Fédération Française d’Equitation eut une idée, il faut le dire visionnaire, en mettant en route le circuit du « GRAND national ». Outre de se dérouler de façon classique sur un certain nombre d’épreuves, il proposait cette particularité de vouloir identifier les cavaliers sous la bannière d’Ecurie, une pratique courante dans les sports mécaniques. D’emblée, dans le sillage créé par l’enthousiasme de la première épreuve disputée à Sainte-Mère-Eglise, l’Ecurie « Equin normand » voyait le jour avec Benjamin Devulder cavalier à Pont-Hébert. L’année suivante, Alexis Gautier de Saint-Samson de Bonfossé le rejoignait. Pour l’un comme pour l’autre outre de nombreux succès, cette Ecurie « Equin normand » leur donna l’occasion de se rapprocher et de créer avec le magazine Equin normand une véritable solidarité. Solidarité qui s’exerce encore aujourd’hui au-delà de l’activité sportive proprement dite. Voilà deux ans séduit par l’esprit qui émanait de cette équipe, le Président de Saint-Lô Agglo par le biais du délégué à la filière équine accepta que la communauté saint-loise rejoigne l’écurie. Depuis, et cette année en particulier, Alexis Gautier et Benjamin Devulder ont porté les couleurs de Saint-Lô Agglo de Lamballe à Compiègne, Tours, Agen, Maubeuge etc.et bien entendu à l’occasion de toutes les manifestations locales. Ils se prêtent par ailleurs volontiers aux évènements conviviaux auxquels ils sont invités. Enfin, chaque année, ils dispensent une « Master Class » au profit des élèves de la section équitation du Lycée Leverrier. Aujourd’hui, l’Ecurie « Saint-Lô Agglo/Equin normand » est la plus ancienne du circuit avec les mêmes cavaliers

Des relations privilégiées avec les organisateurs C’est dans ce même état d’esprit qu’EQUIN normand entretient des relations fortes et solidaires avec les organisateurs normands tout autant qu’avec les collectivités et les partenaires privés. A l’occasion du 20ème anniversaire du CSI de Saint-Lô, EQUIN normand offrait à SLCO, 40 ouvrages numérotés retraçant l’histoire de la manifestation.

76 EQUIN NORMAND n°114 2019


EQUIN NORMAND n°114 2019

77


Retrouvez toutes les actualités sur notre site :

www.equin-normand.com

78 EQUIN NORMAND n°114 2019

Profile for equinnormand14

EQUIN NORMAND 114  

EQUIN NORMAND 114