Page 1

2 0 1 9 n °1 1 1

BIM E ST RI EL GR ATUIT

Édition Internationale

Trophée Vert BERNAY CSIO LA BAULE

Les Ducs à CAEN

Le Printemps de l’AEC – Saint-Lô

CPEDI –Deauville

Critérium de Vitesse -ARGENTAN

MAGAZINE DES SPORTS EQUESTRES ET DES COURSES


7 Meeting de Printemps de l’AEC

61 Jumping International La Baule


S

Sommaire

Meeting

de

Les Ducs de Normandie

Printemps

AEC- Saint-Lô 7

est un magazine édité par la Société EDAS Chemin du Poirier - 14220 Hamars

Critérium de Printemps Cheval Normandie St-Lô, Haras du Pin

SARL EDAS - RCS de Caen 497 704 460 N° de gestion 2007 B 343 Capital de 5 000 € Directeur de la publication Rédacteur en chef :

15

Michel GALLET

CPEDI Deauville

mgallet.edas@gmail.com

22

Auteur - Photographe : Jean, Eugène BOUGIE

Trophée de vitesse Argentan

Mobile 06 27 22 96 25 j.bougie@wanadoo.fr Charlotte MEURY - BOUGIE

30

Portrait Franck Dhaenens Nazareth

Réalisation graphique : Agence EDAS 14000 CAEN

33

CPEDI Deauville

Trophée Vert Bernay

38

Courses à Graignes

Mobile 06 2012 03 60

ISSN > 221-E Dépôt légal à parution.

44

Ne pas jeter sur la voie publique.

Trophée des SHR du Cotentin-Gréville Hague

Equin Normand est une marque dépo-

Poneys sous les Pommiers Saint-Lô

Toute reproduction, même partielle, des textes, photos et illustrations est interdite. La revue Equin Normand n’est pas responsable des textes, dessins, photos, cartes de situation et illustrations, qui lui sont envoyés sous la seule responsabilité de leur auteur.

sée auprès de l’INPI sous le N° national N° 4362095

46 51

Les Ducs de Normandie

56

Trophée SHR Gréville-Hague

Jumping International La Baule

61

Championnat de France de Sport adapté-Saint-Lô 76

Trophée de vitesse Argentan

Retrouvez toutes les actualités sur notre site :

www.equin-normand.com


6 EQUIN NORMAND n°111 2019


SAINT-LÔ

Au Pôle Hippique on joue Vivaldi !

Le Printemps !

Comme en hiver avec les salons des étalons, en été avec le Normandie Horse Show, en automne avec le CSI*** et les journées Selle Français, le Pôle Hippique a désormais un événement de printemps qui s’articule autour des deux concours organisés par l’AEC, le Critérium que Cheval Normandie a labellisé pour les chevaux de 2 et 3 ans et les épreuves de jeunes chevaux que le Pôle Hippique met sur pied sous l’égide la SHF. Cet ensemble cohérent a été unanimement salué.

Avec à côté de tout cela des événements équestres en nombre, des organisations culturelles, patrimoniales, le Pôle Hippique de Saint-Lô, propriété des Normands par le biais des communautés qui, voilà quelques années en ont fait l’acquisition, répond aux objectifs qui avaient été fixés. En faire le cœur de la filière du cheval de sport tout en l’ouvrant largement pour le faire rayonner.

EQUIN NORMAND n°111 2019

7


Rousseau- Epaillard dans les annales 2019


L’un et l’autre sont des acteurs majeurs de tout ce qui se fait à Saint-Lô et plus précisément sur la carrière Uriel, haut lieu des grands événements d’extérieur. Le premier, plus âgé a écrit les belles pages des étalons Si tu Viens et Arpège Pierreville, le second a lui aussi connu le bonheur des tours d’honneur mais aussi subi les coups du sort avec des chutes et les blessures qui y sont souvent attachées, sans compter la mort d’un cheval qui venait de conclure son barrage lors d’un NHS. Pour cette édition du « Printemps » 2019 de l’AEC, ils se sont taillés la part du lion. Thomas Rousseau gère la situation Pour ce premier Grand prix à 145, ils étaient 6 barragistes reliquat d’un peloton de 50. Imaginer que le premier d’entre-eux allait fusiller le final semblait le scénario le plus plausible. Mais comme en sport rien n’est jamais prévisible, Julien Epaillard très rapide, plus de deux secondes sur ce qui sera le temps du vainqueur laissait une barre à terre avec Safari d’Auge. Thomas Rousseau était le dernier avec Udson de Jauzif sachant qu’entre le chrono de Julien et celui de Yannick Le Craver seul sans faute avec Trompette de nuit il y avait la bagatelle de 7 secondes. Dans ces conditions le cavalier d’Udson de Jauzif se ménageait un parcours entre prudence et rapidité qui lui assurait la victoire. Classement : 1- Thomas Rousseau/Udson de Jauzif 0 et 46.91, 2- Y. Le Craver/Trompette de Nuit 0 et 50.84, 3- J. Epaillard/ Safari d’Auge 4 et 44.27, 4- G. Brault/Brazil 4 et 46.56, 5- R. Bourdoncle/Blac’N Roll 4 et 54.33 Julien Epaillard sans partage Scénario plus limpide pour ce Grand Prix de clôture toujours aux couleurs de Saint-Lô Agglo et du laboratoire Audevard. L'an dernier, Julien s'imposait avec Quedge Déenne qui depuis, s'est en particulier classée 3ème d'une 155 au GCT de Monte-Carlo. Malheureux le dimanche précédent car fautif mais avec le meilleur temps en selle sur Safari d'Auge, Julien avait laissé la victoire à Thomas Rousseau et Udson de Jauzif. Là on inversait les rôles et c’est Thomas qui subissait le coup du sort. Il abandonne après avoir mis trois barres au sol. Une semaine plus tôt ils étaient 6 barragistes, là 12 pour une cinquantaine de partants. Pierre-Marie Friant, ouvreur avec Top Class du Plessis avec qui il venait de réaliser un premier tout parfait, était victime d'une faute qui allait le reléguer à la 7ème place. Dernier à s'élancer avec Urdy d'Astrée, il soulevait les "hola" du public tant le style du hongre de 11 ans, ancien champion des 6 ans aux origines assez atypiques : Bouffon du Murier et Pamphile, ne l'est pas moins. Avec une hargne qui exprime si bien le tempérament breton dont il se revendique, le cavalier nantais parvenait à décrocher une 3ème place à seulement 6 centièmes de Bernard Briand-Chevalier et Uneven Sunheup (Air Jordan et Quadillac du Heup) qui, à contrario, n'avait pas laissé entrevoir une telle performance tant leur parcours avait été lisse. Entre-temps Julien Epaillard avait de nouveau atomisé les lieux en réalisant un parcours sans équivoque associé à Quincy Lady, une jument hanovrienne de 9 ans qui manifestement à de beaux jours devant elle. Classement 1- Julien Epaillard/Quincy Lady (0 et 37.73), 2- Bernard Briand-Chevalier/Uneven Sunheup (0 et 39.52),3Pierre-Marie Friant/Urdy d'Astrée (0 et 39.58), 4- Timothée Anciaume/Isabeau v Dorperheide (0 et 39.68), 5- Axelle Lagoubie/Cassalfino (0 et 39.86).

EQUIN NORMAND n°111 2019

9


Les épreuves majeures des jours précédant le grand prix ont connu des vainqueurs différents, tous aussi gourmands de victoire. Tels, avant Olivier Martin et Away Semilly, David Jobertie associé à Shou d’Ouilly, Thomas Rousseau qui remporte le GP des 7 du premier round avec Cyann d’Ivraie. Le week-end pascal était entamé par Hubert Pignolet et Upsillon d’Elle avant que Laurent Goffinet ne s’impose avec Valkyrie Condéenne dans le Prix du Pôle Hippique pour le grand bonheur de ses propriétaires, M et Mme Herman de Condé sur Vire.

10 EQUIN NORMAND n°111 2019


Avant de se classer 2ème à égalité avec Thomas Rousseau dans le petit grand prix du lundi de Pâques avec Feeling de Hus Z, Axelle Lagoubie avait, comme Romain Bourdoncle, Jérôme Bonafons ou encore Lorentz Lorel remporté une épreuve. Les chevaux de 7 ans avaient deux épreuves à leur programme. La 1ère revenait à Jérôme Hurel et Carantec Ar Tropig devant Florian Angot et Chrome d’Ivraie. La seconde était pour Marc Dilasser et Chamann Has devant le même Carantec. Le malheureux Florian Angot était victime d’1 point de temps dépassé avec Chrome d’Ivraie. Enfin, après avoir vaincu avec Soraya de Saint-Martin, Benjamin Devulder évacuait toute opposition dans le petit Grand Prix avec Brume de Rauracie.

EQUIN NORMAND n°111 2019

11


Les Jeunes Chevaux Non content d'avoir remporté le GP des 7 ans et le GP de la ville de Saint-Lô lors du premier round du concours de l'AEC, le Breton Thomas Rousseau s'est de nouveau mis en vedette en s'imposant dans l'épreuve au chronomètre des jeunes chevaux de 6 ans. Cette épreuve qui induit déjà un esprit de compétition, s’inscrivait dans la session de 3 jours qui s’est déroulée dans la semaine entre les deux concours de l’AEC. Ils étaient une bonne centaine à être alignés sur la feuille de match. Un match qui a commencé avec Olivier Martin en selle sur Djagger Semilly. Il avait le N°25. Le Breton car il est Breton aussi, établissait un temps canon de 60.13 avec le propre frère de Rock'n Roll Semilly dont il est manifestement très proche. Leur père est Diamant de Semilly et leur mère La Mare (Apache d'Adriers). Leur 2ème mère est Orielle de la Mare (Uriel) née chez Jean-Pierre Hébert. Djagger remportait la finale indoor des 5 ans de Lyon en 2018. Rousseau sur une veine gagnante Il aura fallu attendre le N° 65 pour voir le leader être détrôné. Détrôné par un autre produit de Diamant de Semilly appartenant à Eric Levallois. Il s'agit de Dynastie de Beaufour dont la mère, l'Italienne Sophia Di San Giovanni (Cassini I) engendrait en cette année 2013,par transfert d'embryons, quatre 4 autres frères et soeurs. C'est de 6 centièmes que Thomas Rousseau en selle sur cette jument volait la vedette et on le saura plus tard la victoire à Djagger.

Dynastie de Beaufour

Sylvain Montigny en embuscade Sans que cela soit une vraie surprise tant la jument est régulièrement sans faute, c'est en fin d'épreuve que Sylvain Montigny très en verve, donnait la 3ème place à la très entourée Divine du Moulinet. Très typée Rosire par sa mère, Divine est une fille d'Old Chap Tame. Elle appartient à Daniel Desplanques d'Auvers. Kerglenn ne mollit pas Entre-temps on aura eu le plaisir de voir le Finistérien Ronan Richard, une nouvelle fois à l'ouvrage pour imposer Dana de Kerglenn à la 5ème place et Driss à la 7ème, toutes les deux filles de Mylord Carthago *HN.

Divine du Moulinet

12 EQUIN NORMAND n°111 2019

Paris s’écrit toujours en capitale Chez les Paris aussi, on a pas manqué d'entrain puisq'Audrey est 4ème avec Darjeeling de Pehou et Pauline 6 et 8 ème avec Dandy et Design des Forêts. *Darjeeling de Pehou est une fille de Pomar du Mesnil et d'une mère par Huppydam des Horts. Pomar est un fils de Diamant de Semilly et frère utérin de Baladine du mesnil (La Sartillais) nés chez Paul Lesoimier à Amigny (50).


EQUIN NORMAND n°111 2019

13


14 EQUIN NORMAND n°111 2019


Critérium de Printemps

Cheval Normandie Dans le cadre du Meeting de Printemps qui s’est tenu

au Pôle Hippique de Saint-Lô au cours de la deuxième quinzaine d’avril avec les deux concours Pro1 organisés par l’AEC et les trois journées consacrées à la formation des jeunes chevaux sous l’égide de la SHF, l’Association Régionale des Eleveurs « Cheval Normandie », sous le vocable « Critérium de Printemps » mettait sur pied, après une séance d’entraînement pour les mâles de 2 et 3 ans, un concours pour les pouliches de 2 ans puis un autre pour les femelles et hongres de 3 ans. Tous âges et sections confondus, ce sont 170 chevaux que les différents jurys ont eu à observer. Membre assidu des jurys, Hubert Esnault, cavalier, chef de piste et éleveur relevait que l’ensemble des sujets présentés l’était avec beaucoup de soin et soulignait la qualité homogène des différents lots. A propos des conditions techniques du saut en liberté, il faisait remarquer qu’on cherche à détecter avant tout l’équilibre naturel du cheval, la qualité essentielle pour le sport. Un équilibre qui permet au cours du déroulement de l’exercice de le détailler et d’en apprécier la régularité. A l’atelier – modèle et allures- ce qui a été observé au saut, à quelques exceptions près, se confirme. Il demeure bien entendu que les résultats qui ressortent de ces exercices reflètent la valeur d’un sujet à un moment bien précis de sa jeune carrière et que son avenir compte une part importante d’imprévu. Il ressort par ailleurs de ces deux journées, c’est encourageant, qu’une douzaine de chevaux a été vendue. Le 9 mai, c’est au Haras national du Pin qu’une journée réservée aux éleveurs de ce territoire a été organisée dans les mêmes conditions. EQUIN NORMAND n°111 2019

15


PÔLE HIPPIQUE DE ST LÔ CRITERIUM DE PRINTEMPS Femelles de 2 ans Femelles et Hongres de 3 ans

O

n en compta 34. Dumpy des Flagues avait 4 produits, Croc Lulu d’Aubigny 3, Vleut, Bandro Boy de Béthune, Tornesch ainsi que Candy de Nantuel 2. Ce dernier s’enorgueillit d’avoir engendré la lauréate et la 5ème. Il semble donc que le fils d’Ugano Sitte et d’une mère par Hephèbe For Ever sur la souche de Bourrée, né chez Frédéric Lavoinne à Gueron dans le Calvados a séduit les éleveurs.

1-Happy de l’Aumone Une fille d’Hôtesse de l’Aumone par Timorrak des Isles née chez Mathieu Laisney et Claire Lemerre à Castillon dans le Calvados à qui elle appartient. Elle est la sœur utérine d’Unicstar de l’Aumone (Ninio de Rox) performante en CSI5* et récemment 3ème du GP de Wellington avec la Japonaise Karren Polle. Moyenne 16.84, Allures 15.75, Saut 17.00, Modèle 17.20, la meilleure

2-Harnica du Luot (F-Vleut et Air Jordan) à Philippe Dugué du Luot (50) Moyenne 16.57, Allures 15.75, Saut 16.75, Modèle 16.80

3-Hannah d’Azur (F-Chance de Hus et Elan de la Cour) à Guillaume Di Maggio de Lison (14)

Moyenne 16.53, Allures 16.00, Saut 17.50, Modèle 16.00. Allures et saut les meilleures, avec Hantara de Béthune (Bandro Boy de Béthune) à Daniel Dormaels de Gefosse-Fontenay (14) pour les allures 4-Hypnose de l’Etre (F-Contendro et Robin IIZ) à Thiphaine Thébault de St Pierre du Regard (61) Moyenne 16.34, Allures 15.25, Saut 16.75, Modèle 16.50 Hypnose a obtenu la meilleure note de présentation. Une confirmation pour cet élevage qui excelle dans la préparation des yearlings trotteurs pour les ventes Arqana de Deauville et qui en 2018 a eu le privilège de présenter les deux top price.

5-Hitec de Canteloup (F-Candy de Nantuel et Kannan) à Elvine Perrier de Cahagnes (14) Moyenne 16.25, Allures 15.25, Saut 16.75, Modèle 16.30

16 EQUIN NORMAND n°111 2019


Section Moyens 2 de 1.65m à 1.67m 41 chevaux

Section des grands 1.68m et plus 18 chevaux

Contendro est le mieux représenté des géniteurs avec 4 produits. Kannan et Kapitol d’Argonne en ont 3 chacun. Pas de surprise, plutôt une confirmation puisque la victoire revient à la jument qui était championne de Normandie des 2 ans en 2018. Carton plein puisque cette jument obtient les meilleures notes dans chacun des ateliers

Deux Contendro et 2 Diamant de Semilly se démarquent parmi 14 autres étalons.

1- Galaxie du Marais (F-Kannan et Lamm de Fetan) à Rémi Mesnil de Vauville (50) Moyenne 17.59, Allures 17.50, Saut 18.00, Modèle 17.30 2- Gigi des Rondets (F-Orlando et Arko) à Romane Truffier, née chez Jean-Paul Pritzy à Epenousse (25) Moyenne 16.72, Allures17.00, Saut 17.75, Modèle 15.80 3- Goliva du Herpin (F-Atlantys by Wisbecq et Quaprice Boimargot) à Charles-Hubert Blin née à L’Ecurie du Herpin de Pompogne (47)

1-Gerbera du Marais (F-Diamant de Semilly et Kannan) à Rémi Mesnil de Vauville (50) Moyenne 16.78, Allures 17.00, Saut 17.00, Modèle 16.50. Meilleures notes aux allures et au modèle 2-Galilée d’Agneaux (F-Contendro et Rosire) à René Groult d’Agneaux (50) Moyenne 16.40, Allures 16.25, Saut 17.50, Modèle 15.60. Meilleure note au saut 3-Gaelic de Liffy (H-Canturo et Narcos II) à Joël Guérard de Dangy (50)

Section des petits de 1.61m et moins 24 chevaux Domination de Kannan avec 5 produits

Section Moyens 1 de 1.62m à 1.64m 24 chevaux Deux Rock’n Roll Semilly, 2 Kapitol d’Argonne et 20 autres reproducteurs 1- Gange de Jubo (H-Viking d’la Rousserie et Allegretto) à Elodie Dufour de Bérigny (50)

1-Grim du Chatellier (H-Malito de Rêve et Quite Easy) à David Lemasle de St Jean de la Haize (50) Moyenne 17.22, Allures 17.00, Saut 18.00, Modèle 16.70. Meilleures notes au saut et au modèle 2-Goldika d’Aradenn (F-Catapult du Ventel et I Love You) à Ludovic Tripon d’Orglandes (50) Moyenne 16.75, Allures 16.25, Saut 18.00, Modèle 16.00. Meilleure note au saut 3-Gazelle Duverie (F-Kannan et Persan II) à Véronique Lemarchand de Vire (14) Moyenne 16.68, Allures 17.25, Saut 17.75, Modèle 15.60. Meilleure note aux allures 4-Guevarra du K (F-Balko d’Elle et Elixir de Madame) à Astrid Lavenu de Ste Croix Hague (50) Moyenne 16.53, Allures 16.25, Saut 17.75, Modèle 15.70 5-Gypsie du Melnire (F-Kannan et Shogoun II) à Loïc Renimel de La Barre de Semilly (50) EQUIN NORMAND n°111 2019

17


HARAS DU PIN CRITERIUM DE PRINTEMPS

Adelis, Salbey, le Pin, Organza des affixes à l’honneur

Une cinquantaine de sujets répartis entre quelques mâles de 2 et 3 ans, les pouliches de 2 ans et les hongres et femelles de 3 ans avec cette fois une section montés, sont venus compléter la session de Saint-Lô dans ce qui constituait le Critérium de Printemps mis sur pied par Cheval Normandie avec le soutien de la Région Normandie, du département de l’Orne et les moyens techniques indispensables du Haras du Pin. Les six juges, trois à l’atelier du saut en liberté, les autres à celui des allures, n’ont pas chômé. Outre la charge d’apprécier les prestations des chevaux, ils se sont acquittés d’une tâche ô combien importante et valorisante, celle de former des juges stagiaires.

18 EQUIN NORMAND n°111 2019


Femelles de 2 ans Dans cette section qui comptait 21 sujets, on note que Diabeau van de Heffinck a, comme Maloubet de Pléville et Candy de Nantuel, 2 produits. Hamona Girl d’Organza, fille de Sandro Boy et Nonnette par Royal Feu née chez Hélène Kurkdjian, jeune éleveuse de Montabard, une commune de l’Orne entre Falaise et Argentan, l'emporte. Nonnette est née chez Jacques Féron à Azeville dans la Manche. Elle est issue de la souche qui a produit Aferco et avant Dribleur et Bridji. Moyenne : 16.88, Allures, 15.75, Saut, 17.75, Modèle, 16.70 Hilda du Salbey à Jérôme Bonafons 2ème des 2 ans

Femelles et hongres de 3 ans Cette section comptait 15 chevaux, tous de géniteurs différents Gemme des Adelis - Avec les 1ère et 3ème places, les chevaux de Philippe Harfaux de Cambremer, n'ont pas manqué leur déplacement au Pin. La gagnante est une femelle par Vagabond de la Pomme et For Pleasure. Gemme obtient la meilleure note aux allures qu’elle partage avec Ghazell MF (Con Air) 4ème, à Michel Frigot, également la meilleure au saut qu’obtiennent aussi a même Ghazell MF ainsi que Graaf de la Cance (Heritage Fortinus) à Anne Margat du Pin, 9ème, et Gloria de Belle Vue (Catchar Mail) à Ludivine Julien de la Lande Saint-Léger dans le Calvados 10ème, sans compter celle du modèle, comme Griselda Mail.

Gemme des Amelis à Philippe Harfaux 1ère des 3 ans

Moyenne : 16.36, Allures 16.25, Saut, 16.50, Modèle 16.30

Femelles et Hongres de 3 ans montés Ils étaient 17 sous la selle des élèves de la formation « Cavaliers de jeunes chevaux » du Haras du Pin conduite par Alban Notteau. Là, Balko d’Elle et Diamant de Semilly avaient 2 produits. Galilée du Pin, femelle par Balko d’Elle et Jenny de la Cense à Guillaume Blanc un pilier du site du Pin. Le jury lui a attribué la meilleure note au modèle ainsi qu’aux allures avec Galant des Fauvelières (Canturo) à Bruno Ridet de Pervenchères dans l’Orne. La meilleure note au saut en liberté revient à Game Boy du Marais (Armitages Boy) à Serge Mesnil. Moyenne : 16.08, Saut en liberté 15.50, Saut monté 15.25, Allures monté 16.50, Modèle 16.50

Chevaux Anglo-arabes de 3 ans montés Trois chevaux dont deux issus de Laurier de Here à Guillaume Blanc qui obtient les 1ère et 3ème places et un d’Upsilon à Ludovic Picard. Les chevaux sont notés sur 10 Golden Up Here, hongre par Laurier de Here et Must’pom. Moyenne : 7.78, Allures monté 7.85, Saut en liberté 7.90, Modèle 7.60 Galilée du Pin à Guillaume Blanc 1ère des 3 ans montés

EQUIN NORMAND n°111 2019

19


20 EQUIN NORMAND n°111 2019


EQUIN NORMAND n°111 2019

21


Plus belle

L

e feuilleton culte diffusé sur France3 depuis 15 ans aborde tour à tour tous les aspects de la vie au gré des événements qui font l’actualité. Dans la période où s’est déroulé le concours international para-équestre de Deauville, la série télévisée s’est penchée sur la vie d’une héroïne brutalement confrontée à une nouvelle vie après un accident qui l’a rendue paraplégique. Devant l’écran, le valide bien calé dans son fauteuil s’interroge : « Et si c’était moi ». Le concours international para-équestre de Deauville montre chaque année comment, avec détermination,le handicap peut être aussi un moteur de vie.

22 EQUIN NORMAND n°111 2019


la vie

EQUIN NORMAND n°111 2019

23


Camille Jaguelin

La nouvelle vague du para

Il décoiffe le garçon. Son handicap ne saute pas aux yeux. Et pourtant ! Si à proprement parlé, il ne l’est pas de naissance, c’est à l’âge de 2 mois que la vie lui a fait un crochepied. Enfin du moins le pensait-elle. Victime d’un AVC, le bambin de la Seyne sur Mer, né le 7 octobre 1999, aurait rêvé d’un autre cadeau de Noël, ses parents aussi. Avec une victoire à Deauville, Camille tient aujourd’hui, presque 20 ans plus tard, cette satanée paraplégie droite comme une chance qu’il compte bien exploiter jusqu’à Paris 2024.

24 EQUIN NORMAND n°111 2019


Bref ! Le papa, commercial, la maman infirmière ont, comme toutes ces familles dû intégrer dans leur existence ces

années d’angoisse rythmées par les séances de rééducation. Une rééducation qui s’appuya d’abord sur la natation puis l’équitation : « Même si j’ai le même prénom que Lacour, j’ai vite abandonné la natation » clame Camille qui manifestement s’est épanoui avec le cheval. Le cheval ! A voir Camille évoluer dans la discipline de dressage para-équestre on imagine qu’il en a toujours été ainsi. Que nenni ! « J’ai commencé à l’âge de 7 ans. J’ai pratiqué le saut d’obstacles pendant 10 ans avec les valides. J’avais deux chevaux et en particulier Urban Highland, un trotteur (NDLR Urban Groom de Bootz) est né chez Philippe Lombardo éleveur/ entraîneur de renom à Villeneuve sur Allier) cadeau de mes parents. En 2015, je suis venu comme bénévole à Deauville aux Championnats d’Europe para-équestres. C’était une époque où j’en avais un peu marre des concours. Au retour à la maison j’ai décidé de me diriger essentiellement vers le para équestre avec dans ma tête d’intégrer l’équipe de France et de ramener des médailles. Mon handicap. Tout compte fait une opportunité que j’ai saisie ». Le mérite d’être clair.

« Mon handicap, presqu’une chance » Le para-équestre : sitôt dit sitôt fait Son papa rencontré à part précise « On venait de lui acheter une selle neuve. Il a fallu en parler à son sponsor et s’adapter». S’adapter, car le jeune homme en classe de seconde quittait l’école et son papa l’a précisé entamait une scolarité via le CNED. Il a depuis passé une saison à l’ENE de Saumur et obtenu le DEJEPS qu’il n’exerce pas compte tenu avoue-t-il de son manque d’expérience. Dans la précipitation de la décision, c’est avec Urban que Camille entame sa nouvelle carrière dès le début de l’année 2016. En novembre, il participe au Championnat de France de Saint-Lô. Pour entrer dans le dur de la discipline, les Jaguelin acquièrent Wimke, une jument hanovrienne formée et rompue à la compétition. Le jeune varois dont les chevaux sont hébergés chez Bernadette Brune à Vidauban s’est assuré outre l’encadrement fédéral, les services de Ludovic Martin un cavalier de dressage de haut niveau. Après quelques gammes, direction les championnats d’Europe de Göteborg pour prendre de l’expérience. La saison passée malgré le titre de Champion de France grade IV (2ème niveau de handicap) glané en novembre à Saint-Lô, n’a pas été à la hauteur des espoirs. Wimke blessée a écarté Camille des terrains pendant une bonne partie de la saison et surtout l’a privé du voyage aux JEM de Tryon. Une parenthèse qui lui a permis de s’adapter totalement à son cadre de vie. Bénéficiaire du statut de sportif de haut niveau, il travaille à mi-temps en tant que commercial dans la société Bonifay à Toulon spécialisée dans l’aménagement général des sols. Le reste du temps, il le consacre à sa pratique sportive. Une Marseillaise à Deauville C’est une suite logique. Le travail hivernal a payé. D’emblée le jeune français s’est imposé aux habitués des carrés de dressage para-équestre dont Nicky Greenhill. C’est d’ailleurs la Britannique, non voyante guidée par son mari Gary, qui dans la seconde épreuve comptant pour la Coupe des nations trustera les deux premières places. Camille, victime d’une dérobade de Wimke avant d’entree en piste sera 3ème. Une troisième place qui manifestement frustrait le jeune français à qui, il suffit de l’écouter analyser froidement sa performance, la vie a adonné une maturité dont les valides, beaucoup plus âgés devraient bien s’inspirer. Une leçon !

EQUIN NORMAND n°111 2019

25


Avec Fanny Delaval, CTN de la Fédération Française d’Equitation en charge du Para Equestre

Un sacerdoce vers Paris 2024

Normande, depuis longtemps investie dans la discipline du Para Equestre, d’abord au sein du Comité Régional de Normandie à l’occasion des JEM de 2014, Fanny Delaval, dès que la Fédération Française d’Equitation a reçu délégation pour conduire la discipline, a été nommée CTN avec la charge de la développer. Après les résultats mitigés des Jeux de Tryon, le CPEDI de Deauville est le premier gros rendez-vous de la saison. Elle a fait pour Equin normand le point sur la situation actuelle et décliné les différentes actions en cours et prévues pour parvenir à l’objectif suprême de 2024. Quels enseignements avez-vous tiré des Jeux de Tryon ? « Nous avons été un peu déçus du résultat de José Letartre. Pour les autres c’était trop juste. En revanche, nous avons pu commencer à élaborer des solutions pour optimiser la préparation. Depuis 2017 que la FFE est délégataire, tout a changé. Mon poste a été créé à temps complet pour me permettre de mettre en place des moyens de détection et de développement. Par exemple en régions nous avons 20 classificateurs (NDLR : le dressage para-équestre est divisé en 5 grades qui identifient le handicap par niveau, de 5 le plus léger à 1 le plus lourd). Le bricolage c’est terminé ». Fanny Delaval poursuit : « Désormais le travail s’effectue dans le but, comme dans les autres disciplines, d’intégrer les cavaliers dans des groupes. A cette fin, avec Carlos Lopes notre consultant qui a eu cette idée et Phlippe Célérier, l’entraîneur, ce à quoi la DRN Sophie Dubourg a immédiatement souscrit, nous organisons des Master Class à La Motte Beuvron. Deux ont déjà eu lieu. Elles se déroulent sur 3 jours, 2 de formation et 1 de concours avec un juge FEI. Pour intégrer le GR1, on exige un minimum de 68%, pour le Gr2 entre 65 et 68%.. Notre objectif est de tendre rapidement vers 70% en rappelant que pour décrocher une médaille il faut atteindre 73% en ce qui concerne les grades supérieurs ». Les Championnats d’Europe de Rotterdam et les JO de Tokyo sont des objectifs ? « A Rotterdam nous souhaitons nous déplacer avec 4 cavaliers capables d’atteindre 68% Pour le Japon, déjà nous ne sommes pas qualifiés. Nous avons jusqu’au 30 janvier prochain pour y parvenir. Si tel était le cas, nous n’irions pas pour nous promener. Car, nous savons que les conditions climatiques seront exigeantes et que par conséquent nous devrons emmener des chevaux en parfaite santé. Mais en tout état de cause, nous travaillons actuellement sur le long terme en gravissant les échelons marche par marche avec une stratégie individuelle ; l’équipe c’est accessoire compte tenu du niveau des Anglais des Néerlandais et autres. Nous évoluons dans une excellente ambiance et un très bon staff avec un objectif commun des médailles à Paris en 2024. En ce qui me concerne, je vais m’y employer de toutes mes forces » C’est dit ! Il faut dire aussi quand on connaît l’intérêt de l’équitation dans diverses pathologies, que la promotion et l’incitation à la pratique du dressage para-équestre sont une occasion dont se sont saisi, en Normandie, la Région et le département du Calvados qui ont mis en place un plan cheval.

26 EQUIN NORMAND n°111 2019


EQUIN NORMAND n°111 2019

27


EQUIN NORMAND n°111 2019

29


ARGENTAN

Critérium de Vitesse - 50ème Anniversaire

Aubrion du Gers comme prévu Enfin presque! Invaincu depuis le 25 avril 2018 avec 13 succès au compteur le meilleur hongre du monde a inscrit un nouveau succès d'ampleur à son palmarès en s'emparant du Critérium de vitesse ornais qui fêtait là son 50ème anniversaire. Le fils de Memphis du Rib drivé par son maître Jean-Michel Bazire, favori logique n'a pas fait preuve de son insolence habituelle. Mis en difficulté par Billie de Montfort dans la ligne d'en face Aubrion, reprenait le commandement pour aborder la dernière ligne droite. Mais Eric Raffin qui avait montré beaucoup d'aptitude lors du canter remettait la pression avec la fille de Jasmin de Flore qui ouvrait grands ses poumons du vent frais de face, cela alors qu'il ne restait que 150 m à couvrir sur une course disputée sur la distance de 1609m. Alors, Jean-Michel Bazire, bien calé à la corde durcissait sa main pour s'imposer d'une demi longueur. L'Italien Tamure Roc drivé par Santo Mollo prenait la 3ème place.

30 EQUIN NORMAND n°111 2019


EQUIN NORMAND n°111 2019

31


32 EQUIN NORMAND n°111 2019


PORTRAIT

Frank Dhaenens de Nazareth

Mais si !! I

ngénieur en retraite des chemins de fer belges, ancien boxeur sélectionné préolympique, adjoint au maire de la commune de Nazareth-Eke, près de Gand, Frank Dhaenens est aussi éleveur et courtier de chevaux de sport. Au fil du temps, il est devenu un habitué, une figure, de toutes les manifestations équestres saint-loises. Du salon des étalons en février en passant par le Normandie Horse Show en août, jusqu’au meeting d’automne pour le Championnat des étalons. Souvent accompagné de ses deux amis Jan et Nestor, voire d’autres de ses compatriotes en quête d’un bon poulain, voire d’un cheval avec un bon potentiel sportif mais surtout avec des origines dont il est un fin connaisseur, Frank observe, scrute, interroge, évoque, note, toujours avec précision, ses impressions. Derrière une attitude souriante, parfois volubile, se cache un homme dont la rigueur et la vision héritées des rings, sont des atouts maîtres dans le domaine de l’élevage et le commerce du cheval de sport. Au retour de ‘s-Hertogenbosch, il nous a ouvert les portes des écuries qu’il loue dans les environs de Gand en association avec son cavalier Stephan Verschuere au sein de la société FHS – Flanders Horse Sport.

EQUIN NORMAND n°111 2019

33


Chez les Dhaenens tout commence par le vélo D’abord le père de Frank. Né en 1919, décédé en 2017 à l’âge fort respectable de 98 ans, Roger qui exerça toute sa vie la profession de boucher s’empara en 1938 du titre de Champion de Belgique, intermédiaire entre amateur et professionnel. Mais c’est à l’évocation du nom du cousin de Frank, Rudy Dhaenens que le monde du cyclisme trouve sa référence. Né en 1961 à Dienze, tout près de Nazareth, Rudy fut couronné Champion du Monde sur route au Japon en 1990. Il battait au sprint son compatriote et voisin d’Alost Dirk de Wolf. Au-delà de cet exploit Rudy a un palmarès élogieux avec une 2ème place de Paris-Roubaix en 1986 une 3ème en 1987 tout avec des podiums dans les classiques telles le Tour des Flandres, Gand-Wewelgem etc... Consultant pour Eurosport, il se tue dans un accident de la route (aquaplanning sur l’autoroute) en se rendant pour commenter le Tour des Flandres de 1998. Quant à Frank qui nous intéresse, il a aussi débuté dans sport cycliste « J’ai participé à 3 courses quand j’avais 15-16 ans. J’en ai remporté 2 mais je n’avais personne avec qui rouler. Le gars avec qui je m’entrainais avait 18 ans. C’était trop dur ». Un homme engagé Ingénieur à la Société des chemins de fer belges, retraité, Frank assume en ce moment son second mandat municipal à Eke-Nazareth. Impliqué dans l’agriculture et la voirie, il est délégué communautaire et aussi mandaté au sein du comité de police local. Il est membre du parti flamand NVA classé centre droit-droite libérale, un parti comparable aux Républicains français Un boxeur de talent Après un essai avorté avec le vélo, le jeune flamand a besoin d’évacuer son énergie débordante. Il monte à cheval aussi mais ce n’est pas spécialement dans ses cordes. Ses cordes ce sont celles du ring : « Ce sont mes copains qui m’y ont emmené. J’ai été convaincu que c’était bon pour la santé d’avoir une activité comme celle-là. J’étais dans les poids légers (NDLR : 60kg). Très vite mon professeur a vu que j’avais des capacités. J’étais très rapide, on me surnomma plus tard « L’Eclair », mais je manquais de force. J’ai fait 24 combats, en Belgique, en France, en Allemagne. J’en ai remporté 20 ou 21, tous aux points. J’ai été sélectionné préolympique. Je me suis arrêté vers 23 ans avant le combat de trop ». Là, Frank évoque- comme dirait Lino Ventura- avec vigueur et nostalgie mais sans regret « Nous avions eu un gala à Tubize contre des Italiens. La revanche avait eu lieu à Rimini. Nom de Dieu ! Qu’est- ce que j’ai pu prendre dans la gueule. Là, j’ai dit on arrête ». Il remet les gants pour Sasha Yengoyan Arménien, venu en Espagne dans la région d’Alicante rejoindre sa famille, Sasha est, repéré par un agent et gravit rapidement les rangs de la catégorie superwelter. Il enregistre ses premiers succès en 2008. Emigré en Belgique, près de Gand, avec sa famille, là où sa carrière peut décoller, il enchaîne les victoires et devient Champion du Monde WBF en 2014. En même temps, ses ennuis commencent et bien que félicité par le Roi il est menacé d’expulsion ainsi que son épouse et ses deux enfants. C’est alors que Frank et d’autres amis entrent en lice. A la fois pour lui trouver du travail et régulariser sa situation tout en prenant une part active dans le sport. Depuis, battu en 2015, l’Arménien aujourd’hui âgé de 35 ans a toujours des ambitions. Employé à temps partiel aux écuries du cavalier Tal Mistein (au milieu sur la photo) par ailleurs passionné de boxe (il a livré un combat) et propriétaire de l’étalon Luigi d’Eclipse, distribué par le Haras de Clarbec, Sasha, vainqueur par KO le 22 mars prépare activement le Championnat Intercontinental IBF qui pourrait avoir lieu à Paris à l’automne. Frank sera sans aucun doute au bord du ring.

34 EQUIN NORMAND n°111 2019


Le Cheval de sport par-dessus tout

C’est à l’église de De Pinte que Frank Dhaenens nous a donné rendez-vous. Pour parvenir à ses écuries, dans ce village proche de Gand, là encore, on se retrouve inexorablement plongé pour celui que le cyclisme passionne, dans les premiers kilomètres de la classique Gand Wevelgem. Au terme de quelques kilomètres de route étroite et boueuse à souhait sur les bermes dont on imagine un Tom Boonen où un Peter Sagan se frayer un chemin, le 4x4 de Franck s’arrête devant des installations équestres soigneusement entretenues. Elles sont la propriété des Ecuries Viktory, associées de Frank et de Stephan Verschuere le cavalier au sein de la société FSH – Flanders Show Horses-.

EQUIN NORMAND n°111 2019

35


C’est là depuis 2017 que l’ancien « Flash » des rings est toujours aussi rapide à imaginer et construire et

valoriser sa passion équestre : « En ce qui me concerne j’ai apporté ma société FD Horses dédiée à l’élevage, l’entretien des chevaux, l’organisation des transports, et l’aide aux concours. Stephan le cavalier est assigné à la formation des chevaux, les nôtres et ceux de propriétaires, cela vers l’âge de 3 ou 4 ans jusqu’à l’âge de 7 ou 8 ans avec pour objectif essentiel les vendre. Le sponsor « Ecuries Viktory », met à disposition les écuries et la flotte de véhicules et le matériel ». Stephan Verschuere, 23 ans, après ses études d’ingénieur a préféré se consacrer exclusivement à sa passion pour le cheval. En 2015, le jeune homme remportait la « Botte d’Or » une sorte de championnat de Belgique des jeunes cavaliers. Récemment, FSH a réussi deux bonnes opérations. Elite de Ponts (Malito de Rêve) née chez Claude et Gisèle Poteau à Ponts (50) achetée à la foire aux foals du NHS en 2014 après avoir été vendue aux ventes HORSEMAN d’Anvers, vient de remporter une épreuve CSY* de jeunes à1.10m avec Jeroen Appelen. ; Nazarine vd Axelhoeve (EmeraldxChellano Z) une jument de 6 ans formée par Stephan a été acquise par les écuries de Jos Verloy.

Le cheval dans le sang C’est clair que Frank aime les chevaux dans le sang, voilà pourquoi il fréquente assidûment les manifestations saint-loises depuis plus de 30 ans. Le cheval il l’a dans le sang depuis son enfance : « Mon grand-père était marchand de bétail, porcs et bovins.. Il achetait aussi des chevaux pur-sang. Mon père était boucher. Dans sa jeunesse, il était premier garçon aux écuries du célèbre entraîneur de trotteurs Rémy Bals. Il a aussi travaillé chez le spécialiste du pur-sang Charles Martens ». Il poursuit : « Avec le cyclisme et la boxe je pratiquais aussi l’équitation. Dès que j’ai arrêté la boxe je me suis consacré uniquement à l’équitation, sport et élevage. Surtout des chevaux avec du sang français. Mon premier poulain est né en 1979. C’était un croisement osé pour l’époque (Alcabar x Batifol(Enfant Terrible x Gagne si Peu)x Ofelus du Mesnil (Ibrahim). En sport, j’ai connu le succès avec ma jument Tripel Baartje (Drost x Witam) agrée Performance au BWP. En 1984, à la suite de plusieurs interventions chirurgicales (dos) je me suis consacré uniquement à l’élevage.

Tout commence avec Prince Royal C’est à la foire de Caen que les voyages en Normandie commencent pour le Nazaréen. Il était venu avec un groupe de Belges « amoureux » du cheval Selle Français Une de ses connaissances, Fernand Bouckaert, ce jour-là, achetait Prince Royal. Un mâle par Ukase et Tigre Rouge né chez François Bliard à Subligny (50). C’est ce Prince Royal qui sera le père de Royal Touch, l’une des gloires de l’éleveur Frank Dhaenens. En fait, propriété d’Alfonso Romo, sous la selle du Danois Bjorn Ikast, le cheval a remporté de nombreuses épreuves à 160 dont le GP d’Indio et s’est qualifié pour 2 finales de Coupe du Monde entre 1994 et 2001 après avoir évolué jeune cheval sous las elle de François Mathy et être devenu Champion d’Espagne avec Enrique Sarassolla. Et puis il y a eu aussi Bayles Pion « BWP Ambassador » avec Mickael Whitaker et Terz van Koekenhuize avec Steve Guerdat et Edwina Alexander. Frank précise aussi que son fils, qui depuis a remisé ses bottes, fut un très bon cavalier à poney. Il ajoute avoir été pendant une vingtaine d’années un membre actif du stud-book BWP en particulier au conseil d’administration, l’élaboration des règlements, l’organisation des épreuves de saut en liberté et les ventes aux enchères.

Fidèle à la Normandie Au salon des étalons, en février, aux qualifications des étalons en juin, au Normandie Horse Show en août, au Meeting d’Automne en Octobre Frank Dhaenens fait le voyage de Saint-Lô. Il vient aussi en Normandie chercher de la semence d’étalons ou voir des chevaux chez les éleveurs. C’est toujours flanqué de ses amis Nestor et Jan que Frank effectue ses périples. Nestor Veldeman fut aussi un éleveur renommé, un spécialiste du modèle dit Frank, plusieurs fois Champion de Belgique avec Zeflien une jument KWPN. Jan van der Borght, assureur de profession, se qualifie plutôt d’éleveur amateur. Ces gens-là fidèles à la Normandie sont aussi fidèles à Micheline Lepoitevin qui fait chambres d’hôtes et chez qui ils logent depuis qu’ils arpentent le pays saint-lois. Au stud-book BWP, certains étalons reconnus reçoivent la distinction « d’Ambassadeur ». Alors, qu’il nous soit permis de la décerner à Frank Dhaenens, véritable « Ambassadeur » du cheval de sport né en Normandie.

36 EQUIN NORMAND n°111 2019


Royal Touch à Monterrey au Mexique

Deux femelles d’1 an, l’alezane (Casall xCalvaro x Laudanum, la grise (Grandorado xClinton x Concorde)

Jeunes juments, bai foncé à gauche (Casallo Z xClintonx AA), bai à droite (Quality Touch x Idéal de la Loge) achetée au NHS

Au Normandie Horse Show

EQUIN NORMAND n°111 2019

37


Bernay est l’un des quatre hippodromes du département de l’Eure. Sa surface en herbe en fait une référence en la matière. Le Trophée Vert y fait régulièrement une halte. Ce circuit qui compte 14 étapes dans toute la France. Le grand Ouest en accueille 6. Il est réservé aux chevaux de 8 à 10 ans n’ayant pas gagné 580.000 Euros à leur première participation. Certains chevaux sont des spécialistes exclusifs des pistes en herbe tel Bugsy Malone lauréat de plusieurs épreuves en 2018. Outre la course des « Pros » se déroulent, aux mêmes dates, une course réservée aux amateurs, une autre aux apprentis. La distance de base est de 2800m. Certains chevaux compte tenu de leurs gains partent avec un recul de 25 mètres, voire 50 mètres pour les meilleurs.

38 EQUIN NORMAND n°111 2019


Bernay

Doberman aboie le plus fort

EQUIN NORMAND n°111 2019

39


Près de 2000 personnes s'étaient donné rendez-vous pour la 4ème étape du Trophée Vert au trot. Comme quoi, les courses, lorsque le programme est bon dans un cadre agréable tel que l'est l'hippodrome de l'Eure, le public est là. Et le programme était de choix avec un plateau de 18 trotteurs répartis sur 3 échelons. Les pronostiqueurs de tout poil avaient désigné un favori entre tous : Blues des Landiers. Après la course, à leur tour d'avoir le blues. Le hongre de 8 ans grand spécialiste de la surface en herbe qui rendait 50 mètres ne peut faire mieux que 4ème. Personne n'avait vu Doberman. Ce cheval de 6 ans, le plus jeune du lot, pénalisé lui aussi de 50 m, avait, pour une fois, délaissé Vincennes pour se "mettre au vert" un week-end. Confié pour la 1ère fois à Dominik Locqueneux pendant que le "boss" Frank Nivard était lui à Vincennes parti remporter le Critérium des 4 ans, le fils de Phlegyas s'est imposé avec beaucoup de facilité devant le "Petit Poucet" de la course Bijou du Cruchet et son N°1 alors qu'à la faveur d'un déclassement Alamo du Goutier est 3ème. Le Trophée Vert fera étape le 2 juin à Alençon et le 4 Août à Carentan.

40 EQUIN NORMAND n°111 2019


Les Lauréats Trophée Vert Pro 1- Doberman - Dominik Locqueneux 2- Bijou du Cruchet – David Lizée 3- Alamo du Goutier – Vincent Hébert *Doberman est un étalon par Prodigious né aux Ecuries des Charmes à Gonneville en Auge (14) Trophée Vert des amateurs 1- Baron Dairpet - Jean-Michel Vivant 2- As You Like - Nicolas Desmarres 3- Coq d’Avran – Maxence Lecoq Trophée Vert des Apprentis 1- Don Josco - Bastien Joseph 2- Design Jenilou - François Pichon 3- Darwino - Teddy Calo

EQUIN NORMAND n°111 2019

41


42 EQUIN NORMAND n°111 2019


GRAIGNES

COURSE ECOLE « AFASEC »

Clément Chabrun et Baby Black d’Erah C’est à l’issue de la très belle réunion « Premium » du 1er mai que s’est déroulée la course « Afasec » de l’école toute proche. Elle réunissait 4 « Teen » soit en formation CGEH soit en CAPA. Ils étaient 4 : Clément Chabrun, originaire de Montsûrs dans la Mayenne, Aurélie Gervais de Falaise, la locale Léana Carpon et le Parisien Théophile Vorgers. Emmenés par le leader et ancien élève François Lagadeuc pendant 1 tour, ils étaient lâchés pour une boucle finale. A ce jeu, la victoire revenait facilement à Clément Chabrun, sous la casaque de l’entraîneur, mayennais également, Arnaud Desmottes en selle sur Baby Black d’Erah. Une belle occasion, fixée pour la postérité en compagnie de sa famille et du directeur de l’école de Graignes Pascal Launey.

EQUIN NORMAND n°111 2019

43


GRAIGNES

Le Vieux Château accueille

C

’était donc le 17 mai, une soirée consacrée à ces organismes qui font le cheval dans cette région de Normandie conquérante, sur l’un des hippodromes les plus réputés en France. Rappelons en effet que l’hippodrome de Graignes, situé au cœur du territoire de Saint-Lô Agglo, organise plus de 30 réunions de trot par an avec une dizaine d’entre-elles Premium. Avec le Pôle Hippique, Saint-Lô Agglo est aussi le siège de Cheval Normandie, l’association des éleveurs de chevaux de sport normands. Graignes ne serait pas, ou plus, Graignes sans le célèbre feu d’artifice annuel, qui cette année aura lieu le samedi 24 août. Ce feu d’artifice, attire près de 10.000 spectateurs ; il poursuit, dans le Saint-Lois, l’ode au cheval et au spectacle que le Normandie Horse Show aura été une dizaine de jours plus tôt.

Prix de la REGION NORMANDIE. Le jeune Melvin Kondritz remporte cette course réservée aux apprentis et lads jockeys. Il montait Douche Catz pour la première fois de sa jeune carrière.

44 EQUIN NORMAND n°111 2019


les communautés locales

Prix SAINT-LÔ AGGLO. Victoire de Carine Hallais-Dersoir au sulky de Forban du Rib un hongre de 4 ans dont le père n’est autre que le crack Timoko.

Prix CHEVAL NORMANDIE. Course comptant pour le challenge UNAT des amateurs. Succès d’Olivier Fontes de Aguiar associé à Beatus Avis né chez Jean de Bellaigue Président du Cheval Français. O. Fontes de Aguiar est architecte à Elbeuf.

Prix du PÔLE HIPPIQUE DE SAINT-LÔ. C’est au crack normand Yoann Lebourgeois que revient le privilège d’inscrire son au palmarès de ce nouveau prix avec Crack des Autels dont c’était la 3ème victoire de l’année. Photos Freddy Grippeau www.declicphotofg.com EQUIN NORMAND n°111 2019

45


EQUIN NORMAND n°111 2019

47


Gréville- Hague Challenge des SHR du Cotentin

Bilal Zaryouh survole Haguard d’adoption, le cavalier des Ecuries Epaillard, empoche la première étape du Challenge des SHR du Cotentin, parrainé par la Communauté du même nom avec Asticot des Roches, un cheval né sur ce territoire du bout du monde qui se mérite. On n’y passe pas, on y vient et on y revient !

48 EQUIN NORMAND n°111 2019


EQUIN NORMAND n°111 2019

49


SHR de la Hague- Laura Typhagne – Madame la Présidente Emanation de la SHR de Beaumont Hague avec le clan Mesnil aux commandes qui pendant des décennies a œuvré sur le site de Vauville, la nouvelle nommée SHR de la Hague a depuis le début 2019 une nouvelle présidente. Cheville ouvrière de la conception et de la mise en marche du Stade Hippique de Gréville-Hague, Jean-Marie Mesnil a laissé sa place à Laura Typhagne. Cavalière amateur, responsable administrative dans une PME toute proche, Laura, à 25 ans, connaissait, avec cette 1ère étape du Challenge, son baptême du feu. Entourée de 50 bénévoles, elle a fait face avec le dynamisme qu’on lui connait. A la jeunesse, son lot d’ambitions et celle d’organiser, une étape du Grand National. Le site convient. Encore quelques organisations de rodage et cet objectif sera légitime.

Alexis Gourdin frappe le premier, Jean-Luc Dufour riposte, Bilal Zaryouh les pulvérise Le longiligne nordiste des écuries Semilly avait qualifié deux chevaux. Il entame le barrage et le conclut juste avant le passage du vainqueur, dernier à s'élancer, avec le néophyte Boom Boom Semilly (Ogano Sitte) qui, participant là à son premier final termine 3ème. Entre-temps, Bertrand Pignolet affairé avec Upsala de Cartigny s'emparera de la 4ème place et Jean-Luc Dufour désireux de sauvegarder son autorité paternelle ne se ménagera pas avec Au Villagana Z (As Di Villagana -Hann) pour accrocher la deuxième place. Et c'est Bilal Zaryouh qui mettra tout le monde d'accord en distançant Dufour senior de près d'une seconde avec Asticot des Roches. Classement-1- Bilal Zaryouh/Asticot des Roches 0 et 41.59,2Jean-Luc Dufour/Au Villagana Z 0 et 42.43, 3-Alexis Gourdin/Boom Boom Semilly 0 et 43.07, 4- Bertrand Pignolet/ Upsala de Cartigny 0 et 43.44, 5- Alexandre Dufour/Velours d’Argouges 0 et 44.75 Le Challenge des SHR du Cotentin Les SHR de La Hague, de Saint-Vaast La Hougue, des Pieux, de Saint-Sauveur le Vicomte auxquelles s’est jointe celle de Sainte-Mère Eglise organisent chacune une épreuve pro2 135 avec une finale qui cette année aura lieu les 15 et 16 septembre à Gréville-Hague. La Communauté d’Agglomération du Cotentin est le soutien institutionnel majeur du circuit avec de nombreux partenaires privés pour la dotation du classement final auquel chaque SHR ajoute 1000€. Les 5 premiers cavaliers sont récompensés. Chaque cavalier participant est crédité de 10 points, autant que le vainqueur. Les 9 autres scorent jusqu’à 1 point. La finale est affectée du coefficient 1,5 pour le classement. Entre les SHR des Pieux, de La Hague de St Vaast et St Sauveur le Vicomte, un circuit Amateur 1 et 2 est sur le point d’être mis en place.

50 EQUIN NORMAND n°111 2019


Asticot des Roches c’est toute la Hague

Les Roches, il y en avait trois dans ce Grand Prix, le vainqueur Asticot (Robin du Vinebus), Union (Grenat de Grez) aussi avec Bilal et Balzane (Balou du Rouet) avec Sébastien Tence. Ils ont tous une souche commune issue de la jument Kanepetousse née chez Charles Renet à Biville. Cette Kanepetousse avait pour géniteur Fivizanno (Mexico (Furioso) et une mère anglo-arabe). Naisseur des Roches, Noël Lemaître habite Martinvast mais il tient à préciser que sa famille est originaire de Gréville Hague. Il ajoute : "J'ai acheté Robin de Vinebus à 18 mois chez Julien Sanson de Vauville ici présent." Interrogé à son tour, Julien Sanson ne manque pas, et c'est très légitime, de dire : "Je suis aussi le naisseur de Syrus du Vinnebus (Allegreto) et d'Univers du Vinnebus (Lucciano) (NDLR: Frères utérins de Robin) qui fait du 5 étoiles." En effet, concernant Syrus, on sait tous qu'il a remporté le GP du NHS avec Benjamin Devulder mais on sait moins qu'Univers actuellement sous la selle de la Belge Zoé Conter terminait 5ème d'une 150 à Saint-Tropez fin avril et qu'en 2018, il participait à la finale de la Coupe des Nations à Barcelone associé à la Suédoise Jonas Ekberg. Pour couronner cette analyse on peut ajouter que Nouna du Manoir (Grenat de Grez) la mère de ces Vinnebus est née à Sotteville, dans la Hague itou, comme sa mère Avidie à Couville. On n’en sort pas !

EQUIN NORMAND n°111 2019

51


52 EQUIN NORMAND n°111 2019


Poneys sous les Pommiers

EQUI’FESTIVAL EN NORMANDIE

EQUIN NORMAND n°111 2019

53


C'est,

depuis des lustres, une tradition à Saint-Lô. Ce premier week-end de mai, le Coren met les petits plats dans les grands pour accueillir le poney sous toutes ses formes avec comme point d'orgue une soirée spectacle de haut vol : l'EQUI'FESTIVAL NORMANDIE Le samedi soir dans un hall du CPE plein, 7 centres équestres de la Région Normandie, ont rivalisé de créativité pour produire chacun dans des styles très différents des spectacles où la fraîcheur et la joie dominaient. Qui a gagné, peu importe. Tous avaient leur particularité exprimée dans le bonheur d'être là pour leur plaisir et celui du public. L’Ecurie du Val (76) a présenté le « Cheval d’Eau Matic » Le Centre Equestre le Picotin de Baudre de Saint-Lô s’est installé sur la « Planète Bleue » Le Centre Equestre Mathilde Martel de Coutances (50) a voyagé avec « Une montre de temps en temps » Le Centre Equestre La Sabretache (27) avec « La Source » nous a emmenés en Egypte puis à Rome Le Haras du Loup (76) a surfé sur « La Voix dans tous ses états » Le Domaine Equestre de la Bonde (27) s’est embarqué dans le monde de Disney « Il était une fois » Les Ecuries du Petit Dan (14) ont organisé une « Odyssée Equestre »

54 EQUIN NORMAND n°111 2019


EQUIN NORMAND n°111 2019

55


Happy Foaling conçoit, fabrique et commercia-

lise des ceintures de poulinage dites classiques depuis plus de vingt ans. Le système d’alarme est basé sur un principe simple : lorsque la jument se couche sur son flanc une alerte est donnée. Bien que cette technique donne entière satisfaction, il reste tout de même quelques fausses alarmes de temps à autres. A la demande de nos clients, nous avons demandé à notre équipe d’ingénieur en Recherche et Développement de trouver un système de poulinage 100% efficace, sans fausses alarmes, en prenant en compte le bien-être de l’animal et du confort de la jument. Le résultat fut : SMART FOALER ! la ceinture intelligente. Je pense que le pari est réussi : nous vous proposons le détecteur de poulinage le plus petit, le plus léger, le plus performant et le moins cher au MONDE !

56 EQUIN NORMAND n°111 2019


EQUIN NORMAND n°111 2019

57


Prix des Ducs de Normandie

JMB – Aubrion du Gers Haut la main !

58 EQUIN NORMAND n°111 2019


Grand par la notoriété du plateau, grand par l’affluence qui s’était dirigée vers l’hippodrome de la Prairie, sans doute un record, le Prix des Ducs de Normandie ne restera pas dans les annales pour son intensité finale. En effet, tant Aubrion du Gers que Bold Eagle avaient des objectifs d’une autre dimension à court terme. Ceci étant, le partenaire de Jean-Michel Bazire a conquis avec sa classe sa 15ème victoire d’affilée sans s’en laisser conter par un Bold Eagle qui devait retrouver la confiance après sa contre-performance de Cagnes sur Mer. On retiendra la très belle 3ème place de Bugsy Malone emmené par Yoann Lebourgeois. Le lauréat du Trophée Vert 2018, a ainsi profité du marquage des leaders pour s’offrir un podium bien mérité.

AUBRION DU GERS- BOLD EAGLE : Rare de voir un tel plateau

EQUIN NORMAND n°111 2019

59


Le Saint-Léger des Trotteurs Le Prix Henri Ballière

PLOQUIN’S Day !

Lauréat du Saint-Léger en 2018 avec Fado du Chêne, PPP récidive cette année avec Gala Tejy et, cerise sur la gâteau, remporte le Prix Ballière de nouveau avec Fado du Chêne. A Caen ce 15 mai 2019, un Groupe1 et un Groupe II, c’était vraiment la journée Ploquin.

60 EQUIN NORMAND n°111 2019


Même scénario que l’an dernier pour ce Saint-Léger des Trotteurs. Favori, le couple Ploquin Gala Tejy perd du terrain sur une grosse faute au départ. Les deux Allaire, Gospel Pat et Guerilla de Sim prennent le large. Mais le solide Paul-Philippe Ploquin déjà confronté à la même situation avec Fado du Chêne en 2018, met les bouchées doubles et au prix d’un geste en avant sur la ligne tel un Ussain Bolt, devance David Thomain et Gospel Pat d’un bout de nez. (Photo Emmanuelle Châtel). Pour le Prix Ballière qui s’adressait aux chevaux mâles et femelles de 4 ans, PPP a effectué une promenade de santé sur la piste de l’hippodrome de la Prairie aux rênes de Fado du Chêne.

EQUIN NORMAND n°111 2019

61


62 EQUIN NORMAND n°111 2019


Jumping International

LA BAULE

Red Carpet pour

​Les Suisses

Simone Blum Patrice Delaveau

EQUIN NORMAND n°111 2019

63


COUPE DES NATIONS FEI LONGINES

Les Suisses : La Montre et le Couteau !

Quoi qu'ait pu en penser Coluche, les Suisses et les Belges c'est pas la même chose, même si chez les uns

comme chez les autres, le chocolat est la matière première nationale. Mais chez les Suisses il y a deux autres spécialités : la montre et le couteau. Pour un point de temps dépassé de leur avant- dernier couple- le dernier Grégory Whatelet a fait une faute- en l'occurrence Peter Devos, les cavaliers d'Outre Quiévrain se sont vus privés de la victoire au profit d'une équipe d'Helvétie diablement soudée. Soudée autour de leur maître Steve Guerdat associé à Bianca : une merveille ces deux-là. Steve n'est pas N°1 mondial pour rien. C’est sur lui que reposait la victoire de l’équipe managée par Andy Kistler. Dernier cavalier à partir, le vainqueur de la Coupe du monde devait impérativement être sans faute avec la délicate Bianca. Comme au premier tour, c’est le couteau entre les dents- une autre version de la chose- et fort de l’autorité, c’està-dire la soumission admise, qu’il sait imposer à ses montures en général, que Steve est allé comme Niklaus Rutschi et Paul Estermann avant lui le « clear round ». Une performance qui rappelle leur dernière et seule victoire en 2009, pour les 100 ans du circuit, et le retentissant barrage entre Marcus Fuchs en selle sur La Toya III et le Suédois Svante Johansson associé à Saint-Amour. Le bouillant petit suisse, à la veille de sa retraite, l’emportait en 41.65 contre 42.42 au Scandinave. Cette année- là, Pius Schwizer remportait le Derby avec Ulysse, Werner Muff s’imposait dans les Prix Lucien Barrière et PMU. Dans la Coupe Steve Guerdat montait Jalisca Solier. Les Suisses, en 2019, comme en 2009 et selon leur expression :

« Va-t’en voir qu’ils étaient forts » ! 64 EQUIN NORMAND n°111 2019


EQUIN NORMAND n°111 2019

65


« Va-t’en voir qu’ils étaient forts »

66 EQUIN NORMAND n°111 2019


CLASSEMENT

COURAGE

1-SUISSE - 4 points -Niklaus Rutschi/Cardano CH, 0 et 0 -Bryan Balsiger/Clouzot de Lassus, 8 et 8 -Paul Estermann/Lord Pepsi, 4 et 0 -Steve Guerdat/Albfuehren’s Bianca, 0 et 0 2- BELGIQUE – 5 points -Nicola Philippaerts/H&M Chilli Willi, 4 et 0 -Niels Bruynseels/Utamaro d’Ecaussines, 0 et 0 -Pieter Devos/Claire Z, 14 et 1 -Gregory Warhelet/MJT Nevada S, 0 et 4 3-FRANCE - 8 points -Nicolas Delmotte/IlexVP, 4 et 0 -Thierry Rozier/Venezia d’Ecaussinnes, 0 et 0 -Pénélope Leprévost/Vancouver de Lanlore ,4 et 0 -Alexis Deroubaix/Timon d’Aure, 4 et 4

Eric Lamaze est un habitué de La Baule où il a brillé avec son phénomène Hickstead. Après le CSI5* de Waregem en septembre dernier, le Canadien a dû suspendre ses activités à cause d’une tumeur au cerveau. Soigné et espérons-le guéri, il a repris la compétition mi-mars à Wellington. Si les stigmates de la maladie sont encore visibles, il semblait, à La Baule, avoir retrouvé ses moyens et ça se voit : le sourire !

Les Faits marquants Thierry Rozier/Venezia d’Ecaussines, Niklaus Rutschi/Cardano CH, Steve Guerdat/Bianca, Niels Bruynseels/Utamaro d’Ecaussines, Pedro Veniss/ Quabri de l’Isle ont été les couples sans faute aux deux manches de cette coupe des nations. Le Suisse Paul Estermann a été, dans chaque manche le plus rapide avec Lord Pepsi : 69.75 et 71.81. Son compatriote Niklaus Rutschi âgé de 53 ans découvrait La Baule. Il montait Cardano CH un cheval suisse par Chameur (Holst) et une jument indigène qui répond au nom de A quelle Heure ! On comptait 5 chevaux Selle Français : Vancouver de Lanlore- Timon d’Aure- Sirène de la Motte (1) et Quabri de l’Isle. 1- Née au Haras de La Motet à St Mards de Fresne dans l’Eure, montée par le Brésilien Marlon Modolo Zanotelli Le recordman des points aura été le jeune britannique Harry Charles et Lordanos Junior (Z- Lordanos) avec 30 points (16 et 14)

Thierry Rozier- Venezia d’Ecaussinnes-Double sans faute Pieter Devos – Claire Z- Le malchanceux du jour

Simone Blum participait pour la 1ère fois au CSIO de La Baule. C’était depuis le début de sa carrière seulement sa seconde visite en France. En 2016, elle avait participé, déjà avec Alice au CSI3* de Maubeuge. EQUIN NORMAND n°111 2019

67


1993-2013-2016-2019

Patrice

68 EQUIN NORMAND n°111 2019

Delaveau


A cinquante -quatre ans passés, le Normand a montré qu’il n’a perdu de la vivacité qui, voilà 16 ans, l’amenait à conquérir son premier derby de La Baule avec le fantastique Orient de Frébourg. Avant celui de 2019, il y a eu 2013 et 2016 avec la fabuleuse Ornella Mail * HDC dont la queue en hélicoptère restera dans l’histoire. Quatre victoires proches du record de Nelson Pessoa avec 6 mais qui ne compte qu’un seul succès dans le Grand Prix. Pour l’édition 2019, le vainqueur du GP 2018 avec Aquila* HDC, Grand Prix qu’il avait déjà remporté en 1990 avec Polydore et en 2013 avec Orient Express* HDC en 2013, réalisant le doublé avec le Derby, avait bien préparé son affaire comme dans d’autres lieux, les Beerbaum à Hambourg et les Whitaker à Hickstead attachaient de l’importance à vaincre dans ces épreuves de notoriété. Un Derby revigoré Depuis quelques années, malgré une aura intacte, le Derby peinait à dépasser la dizaine d’engagés. Cette année, ils étaient 26, pas loin d’un record. Et, dès le début, la compétition s’est engagée avec le parcours sans faute d’Olivier Guillon associé à l’étalon prometteur Andain du Thalie. Certes lent, l’autre normand avait bien choisi sa stratégie. Elle sera payante avec une 2ème place. Patrice Delaveau rompu à l’exercice bouclait le parcours fort de 26 efforts, 14 secondes plus rapidement avec Vestale de Mazure* HDC. On connait la suite. Une suite qui aurait pu lui être fatale puisque l’Irlandais Mark Mc Auley à bord du hongre suédois de 15 ans Miebello fautif, était plus rapide tout comme Steve Guerdat avec Evita. La jument KWPN de 10 ans est une spécialiste des derbys puisqu’elle terminait, en 2018, 4ème à La Baule, 4ème à Eindhoven et 2ème à Falsterbo avec le Néerlandais Kevin Jochems.

Une jument normande 5ème VALENTINE BELMANIERE Montée par le jeune belge Joos Verloy, la fille de Norway de la Lande et une mère par Tomarrak des Isles est née chez la famille Blandamour à Nehou dans le Cotentin. Elle est la souer utérine d’Ulane Belmanière CSI5* avec Simon Delestre. Successivement sous la selle de la Suissesse Mélissa Darioly puis de Wesley Newlands, et un autre américain Spencer Smith, elle avait été débutée jusqu’à 5 ans par la sympathique Mélanie Gilet. EQUIN NORMAND n°111 2019

69


GRAND PRIX LONGINES DE LA VILLE DE LA BAULE

Classement 1-Simone Blum-DSP Alice -0 et 43.33 2- Steve Guerdat-Bianca 0 et 43.82 3-Darragh Kenny- Important de Muze 0 et 43.90 4-Amy Inglis-Wishes 0 et 48.84 5- Grégory Warhelet-Iron Man 4 et 43.04

70 EQUIN NORMAND n°111 2019


En voiture Simone !

Avant La Baule, Simone Blum n’était venue qu’une seule fois en France. C’était à l’occasion du CSI3* de Maubeuge en 2016. C’était déjà avec Alice. Ses performances ne sont pas demeurées dans l’histoire. En revanche son passage à La Baule sera lui inscrit dans l’histoire du CSIO de France. Avant La Baule, la Championne du Monde de Tryon qui, hélas, ne dispose que de cette jument pour le haut niveau, choisit ses échéances. Début mai, dans le cadre du CSI3* du Maimarkt de Mannheim, la Bavaroise avait outre le Grand Prix, remporté le GP de la ville. La Baule était manifestement l’un des objectifs majeurs de sa saison comme le sera le CHIO d’Aix la Chapelle et vraisemblablement le Championnat d’Europe de Rotterdam. Sur la piste en herbe du stade François André, Simone Blum s’est retrouvée face à son grand adversaire du moment Steve Guerdat parmi six autres barragistes rescapés de ces six foulées entre la rivière et le vertical du double en 11. Pierre Durand, l’ancien champion olympique avec Jappeloup résumait ainsi le sujet : « Tact, talent et dressage », les 3 paramètres indispensables à mettre en oeuvre avec cohérence pour parvenir à cette joute finale.

« Tact, talent et dressage » Le Brésilien Eduardo Menezes, ouvreur sera le plus rapide mais aussi le plus fautif. Il se contentera de la lanterne rouge. Olivier Robert et son vif Vangog, seuls rescapés dans une troupe nationale bleu pâle se classe 6ème à cause d’une faute. Les performances de la Britannique Amy Inglis 4ème et celle du Néerlandais Doron Kuipers 7ème font plaisir. La relève est là, très jeune et déjà de belle facture. Grégory Wathelet ne manque pas de talent pour porter son Iron Man à la 5ème place malgré, lui aussi une barre au sol. Le trio de tête est finalement une extraction parfaite de ce qu’avait envisagé Frédéric Cottier en dessinant ce parcours. Kenny Darragh, le dernier à partir avec Important de Muze devait relever un défi d’aussi grande ampleur, battre les deux meilleurs couples du monde. Il s’y employé puisqu’il échoue à 7 centièmes du Suisse. C’est sans doute grâce à une complicité plus étroite avec sa jument que Simone Blum devance Steve Guerdat de 49 centièmes. Car il faut être sacrément adroit et composer avec Bianca. Steve l’est. Il en fait la démonstration. Puisqu’il a promis une revanche à l’Allemande, alors pourquoi pas à La Baule en 2020 pour la 60ème édition. EQUIN NORMAND n°111 2019

71


AGENDA


EQUIN NORMAND n°111 2019

73


Aldo du Plessis

Dans le guide des étalons 2019, les experts de L’Eperon qualifient Aldo de cheval bien né, bien fait, dont les origines sont son point fort, avant d’énumérer ses qualités physiques qui dégagent de la puissance et de la force. C’est dit ! Ses Origines Son père, le champion ORIENT EXPRESS* HDC, fils de Quick Star sur une mère Le Tot de Sémilly, termine meilleur cheval des Jeux Equestres Mondiaux de CAEN avec Patrice DELAVEAU, vice-champion du monde par équipe et vice-champion du monde en individuel, indicé 173. ▶ Sa mère, présente une des meilleures souches basses de notre Stud- book : la souche « Bourrée » grand-mère maternelle d’ALDO. En effet, Bourrée, fille de l’Anglo-arabe Nickel à entre autre produit : Narcotique : grande gagnante internationale, indicée 177 sous la selle de André CHENU et mère de Gare à Elle (163) et Infinie Rivage (160), P’tit Pol : performer en CSI et indicé 174 sous la selle de … Rapide du Plessis : indicée 143 et mère de Flèche du Plessis (168), Japy du Plessis (157) et Ketty du Plessis qui a produit Paddock du Plessis (178) et Plume de la Roque (166) Ulane du Plessis grande gagnante internationale et indicée 175 sous la selle d’Annick CHENU, Venus du Plessis : gagnante en CSI et indicée 170 sous la selle d’Annick & André CHENU, Ariane du Plessis : qui a produit Hors la Loi II, performer en CSI et indicé 170 sous la selle de Hugo SIMON Cocktail du Plessis : performer en CSI et indicé 159 sous la selle de Guillaume BLIN LEBRETON Conditions de Monte ▶ IAC : 300,00 € HT à la réservation (pour 16 paillettes) + 900,00 € HT jument pleine au 1er octobre avec G.P.V. (Garantie Poulain Vivant) • Il est éligible au programme GENETIQUE AVENIR 2018-2019 Contact : Marc Spalart – Tel : 06 14 17 11 90 Mail : marc.spalart@evolution-xy.fr Photo-PSV Jean Morel

74 EQUIN NORMAND n°111 2019


L’avis de l’éleveur André et Annick Chenu, ne sont pas nés de la dernière pluie tant en ce qui relève de la compétition que de l’élevage. L’accouplement de Flore du Plessis II avec Orient Express a été réfléchi. Qu’en pense-t-il aujourd’hui ? « La souche de Flore n’était plus à démontrer. J’avais monté Orient, je le connaissais très bien. Aldo est ce que j’avais imaginé même si en matière d’élevage il y toujours des surprises. Aldo est très respectueux. Il ne touche quasiment pas les barres. Il a un caractère froid, serein comme est Orient. Un gosse de 12 ans peut l’emmener en balade. Il a un très bon galop qu’il transmet particulièrement à ses poulains. Sa semence congelée est d’excellente qualité ».

GLOBE De RIVERLAND Z (Aldo du Plessis)

GLOBE DE RIVERLAND Z (Aldo du Plessis x Kannan) Approuvé lors de l’expertise du stud-book de Zangersheide à Deauville au printemps 2019, Globe de Riverland Z est issu de la souche de Dirka (Quidam de Reve). Présence de Riverland, sa mère est la soeur utérine de Jalis de Riverland (Bleu Blanc Rouge II) (ISO 172/2006), international CSI5*avec Philippe Rozier.

(Photo saut en liberté Eric Fournier-Photo modèle Scea de Riverland) EQUIN NORMAND n°111 2019

75


76 EQUIN NORMAND n°111 2019


EQUIN NORMAND n°111 2019

77


SAINT-LÔ

Championnat de France « Equitation »

Après 2014 et 2016, c'est toujours sous la bannière des Rênes de la Vie présidée par Loïc Renimel et du Comité Départemental du Sport Adapté sous la conduite de Florent Desfaudais, avec le concours des collectivités territoriales et de nombreux partenaires privés sans compter une centaine de bénévoles, que ces championnats de France ont été organisés au Pôle Hippique de Saint-Lô. Quatre centres équestres de la région qui régulièrement accueillent des personnes en situation de handicap mental ou psychique mentaux dans leur établissement assurent le soutien indispensable pour la mise en oeuvre des épreuves ainsi que la logistique pour plus de 250 athlètes venus de toute la France. Il s'agit du Picotin de Saint-Lô, de la Chouannetière de Carantilly ainsi que des centres des Pieux et de Kairon. Par ailleurs JC Leconte et JC Leterrier ont apporté respectivement leur expertise pour l'attelage et le dressage.

78 EQUIN NORMAND n°111 2019


Ensemble pour des victoires sur soi

EQUIN NORMAND n°111 2019

79


Le Championnat en Images

Bénévolat

Autour de Loïc Renimel, Président des Rênes de la Vie, à l’image la jeune Clara, une Saint- Loise du club de la Chouannetière à Carantilly, qui avouait avec assurance, avoir choisi de manquer l’école. Pour une journée d’école manquée, quel enrichissement. Bénévolat aussi pour les gens de l’attelage attentifs aux gestes et à la précision des meneurs. Et que dire de Françoise Petit aux fourneaux pour 600 personnes sans compter la déco de la salle.

80 EQUIN NORMAND n°111 2019


Spectacle Sport et Victoire Avant la remise des prix plusieurs associations et centres équestres présentaient des numéros particulièrement élaborés. Le Picotin et La Chouannetière avaient redoublé d’excellence mais aussi pour ce numéro de clown beaucoup de spontanéité et de fraîcheur. Victoire sur soi des uns et des autres qui, à force de persévérance ont touché au but le jour « J ». Honneur aussi de monter sur le podium comme cette Bretonne 3ème en dressage. L’équipe bretonne était habillée par Destrier. EQUIN NORMAND n°111 2019

81


EQUIN NORMAND n°111 2019

83


Retrouvez toutes les actualités sur notre site :

www.equin-normand.com

84 EQUIN NORMAND n°111 2019

Profile for equinnormand14

EQUIN NORMAND 111  

EQUIN NORMAND 111