EQUIN NORMAND 110

Page 1

2 0 1 9 n °1 1 0

M EN SUE L GR ATUIT

Édition Internationale

Tournée des Grêlons AUVERS Mathilde Collet

Les Chevaux normands dans le Monde

Salon des Etalons SAINT-LÔ

Grand National DEAUVILLE

ROLEX Grand Slam ‘s-Hertogenbosch

MAGAZINE DES SPORTS EQUESTRES ET DES COURSES


​A

2019

​ rès une première année de mise en route, la Région Normandie réédite son circuit des p Grands événements équestres. Ils sont au nombre de 27, plus prestigieux les uns que les autres. Après les salons des étalons de Saint-Lô en février, Deauville, Evreux et Argentan seront, en avril, les hôtes du Concours international de dressage para-équestre, d’un concours d’attelage et du fantastique critérium de vitesse au trot. En mai, les mythiques rendez-vous que sont Poney sous les Pommiers à Saint-Lô et les Ducs de Normandie sont complétés par le jumping de Cabourg. Juin sera essentiellement dédié aux courses avec le Trophée Vert à Alençon, le début du meeting estival à Clairefontaine et le Prix de la région Normandie à Dieppe. Juillet et août sont les mois les plus denses avec un éclectisme rare. Le Haras du Pin accueillera un concours d’attelage international et le Grand complet, tout près Argentan aura son endurance internationale, Deauville,un concours de dressage international et un jumping du même label. Les estivales de Cabourg pour les trotteurs et Deauville la Touques pour les galopeurs rivaliseront de nouveautés et d’initiatives pour leur public, alors que le Normandie Horse Show à Saint-Lô et le Trophée Vert à Carentan seront deux manifestations propres à valoriser ces deux territoires du Cotentin. En septembre, on traversera la Seine pour le concours international bien établi de Canteleu et on montera à Cherbourg pour l’étape du GNT. Octobre est définitivement labellisé meeting d’automne à Saint-Lô et Galop Expo à Deauville. Enfin, novembre est essentiellement l’affaire de la Seine maritime avec le GNT à Mauquenchy et le jumping international de Rouen.


AGENDA


27 Saint-Lô Salon des Etalons 55 AUVERS

Tournée des Grêlons


S

Sommaire

Centre d’EntrainementDragey - Rothon 6 Frédéric Héon Entraîneur de Trotteurs 13 Courses à Graignes 16 Portrait de Jockette Mathilde Collet 20 Gpt des Eleveurs de Ste Mère Église 22 Salon des Etalons St Lô 27 Grand Slam Rolex à Bois le Duc 41 Chevaux Normand autour du Monde 50 La Tournée des Grêlons AUVERS 55 Le Galop à Argentan 66 Le Grand National Deauville 73

F.Héon Entraineur

13 est un magazine édité par la Société EDAS Chemin du Poirier - 14220 Hamars SARL EDAS - RCS de Caen 497 704 460 N° de gestion 2007 B 343 Capital de 5 000 € Directeur de la publication Rédacteur en chef : Michel GALLET mgallet.edas@gmail.com Auteur - Photographe :

20

Mathilde Collet

Jean, Eugène BOUGIE Mobile 06 27 22 96 25 j.bougie@wanadoo.fr Charlotte MEURY - BOUGIE

Réalisation graphique : Agence EDAS 14000 CAEN Mobile 06 2012 03 60

ISSN > 221-E Dépôt légal à parution. Ne pas jeter sur la voie publique.

Equin Normand est une marque dépo-

41

Photo de Couverture Alberto Zorzi – Ulane de Coquerie

Retrouvez toutes les actualités sur notre site :

sée auprès de l’INPI sous le N° national N° 4362095 Toute reproduction, même partielle, des textes, photos et illustrations est interdite. La revue Equin Normand n’est pas responsable des textes, dessins, photos, cartes de situation et illustrations, qui lui sont envoyés sous la seule responsabilité de leur auteur.

ROLEX GRAND SLAM ‘s Hertogenbosch

www.equin-normand.com


C

entre d’Entrainement de Galop

6 EQUIN NORMAND n°110 2019


de Dragey-Ronthon Inauguré en 2014, le Centre d’Entrainement de Dragey-Ronthon n’a cessé depuis de susciter un intérêt croissant. Ce sont aujourd’hui plus de 350 chevaux qui y sont entrainés chez la quinzaine de professionnels installés dans les environs proches. Les Quinton et Bressou ont un effectif proche de 70 chevaux. Richard Chatel arrivé du Maine et Loire, entraineur public depuis tout juste un an, est très entouré. Armel Le Clerc va bientôt intégrer de nouvelles installations à proximité. Une situation qui n’est cependant pas idyllique pour tous. Le fossé se creuse et certains entraineurs pourtant là depuis longtemps vivent des situations difficiles. C’est dans ce contexte que le 14 mars a été inaugurée la 6ème piste. Il s’agit de la piste extérieure d’une distance de 1609m. Faite d’un sable plus fin sur une profondeur moindre, elle est surtout destinée à travailler la vitesse. Un aboutissement qui fait du centre de Dragey, un outil d’exception dans ce domaine.

EQUIN NORMAND n°110 2019

7


Bressou Dominique

Bressou et Milord Thomas sont indissociables de Dragey. Depuis le Grand Steeple 2015, la maison Bressou n’a cessé de grossir. Outre le nombre de chevaux, la qualité est au rendez-vous. Pour preuve les 3 succès de Groupe avec Cat Tiger, Rafles Sun et Galop Marin lors des 48H de l’obstacle 2018. La maison Bressou c’est 70 chevaux et une quinzaine de salariés. Pour 2019, si Milord laisse encore espérer de belles choses, la relève pointe avec en particulier de nombreux 3 ans et surtout Saint Goustan Blue transfuge de chez le Royannais Macaire : une valeur sure pour le Grand Steeple 2019.

​Quinton Patrice Quinton lui est un gars d’ici.

Contrairement à Dominique Bressou qui ne le pratique pas, Patrice Quinton est un forcené du Cross-Country. A tel point qu’une nouvelle fois, en 2018, il a remporté la Crystal Cup (Championnat d’Europe de la spécialité) entant qu’entraineur et que co-propriétaire (Ecurie des Dunes). Pour mémoire, en 2018, Taupin Rochelais remportait l’épreuve de Waregem pour la 4ème fois consécutive et l’entraineur pour la 8ème fois, consécutive aussi. Pour 2019, on attend de belles choses de la part de Cosmic Power, Parc Monceau et des Kerser.

8 EQUIN NORMAND n°110 2019


Pour se mêler à ces personnages, car il s’agit de personnages, acteurs sur une scène au décor incomparable et unique, il ne faut pas être un adepte de la grasse matinée. Dès que le jour se lève, eux voilà déjà deux heures qu’ils le sont. Car c’est « à jour » qu’ils arrivent par « lots » sur les pistes. Le mardi est en général a journée la plus chargée. Jean-Luc Datin, Mickaël Hulin et Patrick Jossome qui assurent l’entretien des pistes sont , eux-aussi à pied d’oeuvre. Alors que les lots constitués de chacun une dizaine de chevaux des armadas Bressou et Quinton dont les effectifs atteignent aujourd’hui près de 70 sujets, Patrick Chevillard et Gil Chaignon, les piliers de l’endroit sont-là avec deux ou trois chevaux. Chacun sa méthode de travail. Les passer tous en revue serait inutile et fastidieux tant les Desvaux, Lamotte d’Argy, le jeune Gaétan Taupin ont leur histoire. Mais tous ont une chose en commun : la passion ! Gil Chaignon âgé de 62 ans a succédé à son père et travaille aujourd’hui avec son fils : « Aujourd’hui j’entraine une quinzaine de chevaux avec 3 salariés. Les charges et la TVA nous contraignent à être prudent. Je ne prends plus de chevaux en location, je travaille uniquement en vendant la moitié d’un cheval. Ca revient grosso-modo entre 15 et 20.00€ à l’acheteur. A cela il faut ajouter 40€ par jour pour la totalité des frais ». A l’exception de Guy Chérel, Gil Chaignon est le seul à pratiquer l’élevage avec une dizaine de poulinières. Sur le bord des pistes en nous donnant des précisions techniques, il lance : « On dispose d’un sacré outil, à se demander comment on a pu faire aussi longtemps dans les dunes ». Patrick Chevillard est lui aussi un vieux soldat. De son côté hybride Ventura-Gabin,il en aussi le tempérament « Avec Chevillard, il faut avoir les boutons » dit-on ici en louant ses qualités professionnelles. Voilà bien une trentaine d’années qu’il est à Dragey. Son épopée d’entraineur a commencé avec Germinis qui, en 2001 remportait le Prix du Cadran (Gr1). Récemment, il s’est mis en évidence avec Monsamou lauréat du GP de Pau en 2018. Richard Chatel, lui aussi ancien jockey d’obstacles est le p’tit nouveau de Dragey arrivé du Maine et Loire il y seulement 3 ans Pour le moment locataire d’écuries aux Blins (NDLR le nom du lieu- dit où est construit le centre d’entrainement), il a comme Chevillard un effectif qui dépasse les 20 chevaux. Avec Emir Sacrée, il tient un atout de 1ère main. Le fils de Network âgé de 5 ans, a toujours figuré parmi les 3 premiers de ses courses. Il termine 2ème du quinté du 3 mars dernier à Auteuil. Gaétan Taupin fait partie de la jeune garde. Lui aussi ancien jockey d’obstacle c’est de la Sarthe qu’il a émigré en 2013. Très vite les résultats sont arrivés. Entraineur dans les deux disciplines, il remportait en 2016 le Défi du Galop à Craon avec Saane. Ila aussi entraîné Easy Game, un cheval élevé par son père, vendu en Irlande et vainqueur de Gr2 et 3. Plus près de nous, avec Shenko Magic il prenait une très belle 2ème place sur les balais de Fontainebleau. Dans cette brochette d’entraineurs comment ne pas citer Eric Lecoiffier, vainqueur du Grand Steeple de Craon en 2018 avec Vauquoise, Chloé Hue et Antoine Lamotte d’Argy avec leur leader Cheb de Kerviniou. La famille Desvaux avec Mireille, Emile-Lucien son mari et leur fils Alban Jockey connus pour leur jument Tornade Précieuse 5ème du Grand Steeple en 2015. A Argentan le 3 mars, Alban se classait 3 fois 3ème dont une fois avec Paris Seychelles le cheval maison qui portait les couleurs de Monsieur. (Photo Freddy Grippeau)

EQUIN NORMAND n°110 2019

9


Publi Reportage

L’Ecurie Active L’écurie active est un concept d’hébergement pour les chevaux qui s’inspire de leur mode de vie en liberté. L’objectif est d’associer le bien-être des chevaux à une écurie bien pensée et pratique. Cela permet d’optimiser le temps et la pénibilité du travail. Le concept ECOVEGETAL ECURIE ACTIVE change la vie des chevaux et facilite le quotidien de tous : bien-être du cheval, faible entretien, confort, praticable toute l’année. Le cheval peut ainsi se nourrir en continu en répondant à ses besoins nutritionnels. Tous les équipements sont conçus pour favoriser son confort. L’écurie active permet au cheval de se socialiser, d’évoluer au sein d’un groupe et de gérer son temps selon ses envies. ECOVEGETAL ECURIE ACTIVE = moins de travail, beaucoup de bien-être

 Institut de Genech

10 EQUIN NORMAND n°110 2019


5 BONNES RAISONS DE CHOISIR L’ECURIE ACTIVE L’objectif de l’écurie active est d’offrir au cheval un espace convivial, qui corresponde à ses nécessités : se nourrir et boire en continu (en petites quantités de façon régulière), évoluer et se déplacer dans des conditions climatiques naturelles, respirer l’air frais, vivre en groupe et bouger, tout en pensant au bien être humain (temps et pénibilité du travail réduits). 1- Un cheval ce n’est pas un humain Généralement l’anthropomorphisme nous pousse à gérer l’alimentation des chevaux comme la nôtre : matin, midi et soir. Cependant, en milieu naturel le cheval passe en moyenne 15 heures par jour à pâturer. Il s’alimente le jour comme la nuit en petites quantités. La distribution automatique d’aliments répond au besoin naturel de se nourrir souvent, en petites quantités, des aliments variés. Elle permet aussi de réponde aux besoins diverses d’un troupeau hétérogène (vieux cheval vs cheval de sport par exemple).

Institut de Genech

2- Un cheval en bonne santé physique Les chevaux peuvent circuler librement ce qui favorise une activité physique régulière en douceur. La vie du cheval en écurie active évite l’ambiance confinée des boxes qui peut être source de désordres physiologiques et de pathologies (notamment respiratoires). 3- et mentale Le principe de stabulation libre évite au cheval de s’ennuyer. Cet effet est obtenu d’une part, par la séparation géographique des différentes aires fonctionnelles et d’autre part par la vie en troupeau. Les chevaux retrouvent leur comportement et leurs capacités naturelles, ils sont ainsi plus disponibles dans le travail tout comme en compétition. Il règne au sein de l’écurie active un calme significatif (si l’écurie est pensée correctement, les conflits sont subtiles voire inexistants, les chevaux peuvent parfaitement restés ferrés des 4 pieds) 4- Des sols propres et sains pour les chevaux Les dalles alvéolaires ECORASTER stabilisent l’ensemble des zones de circulation des chevaux pour un sol praticable par tous les temps et sans boue. Les pieds du cheval sont préservés. L’intégralité de l’eau de pluie s’infiltre pour un sol sain. Les zones peuvent être raclées mécaniquement (gain de temps non négligeable) 5- Prendre du temps pour observer ses chevaux Le principe d’écurie active facilite le travail de l’utilisateur et réduit le temps consacré à l’entretien de l’écurie : environ 70% de temps de main d’œuvre en moins Les crottins peuvent être ramassés mécaniquement sur les dalles, l’utilisation de distributeurs automatiques de concentré et de foin permet un réapprovisionnement en aliments facile et évite le gaspillage. L’utilisation de paille ou de litière est réduite.

Ferme Equestre du Petit Basté

Stabilisation des sols Ecurie Lo Vardiafs

QUELQUES REGLES A RESPECTER

L’expérience de Schauer dans le domaine des écuries actives montre qu’un cheval doit disposer de minimum 100 m2 de surface stabilisée pour circuler. Cette surface permet une bonne entente entre les chevaux et plus de sérénité. Pour des chevaux plus turbulents ou des chevaux de sport il est conseillé d’augmenter cette surface minimum à 150-200 m2 par cheval. Concernant les surfaces de couchage, il est recommandé de prévoir 10 à 12 m2 pour chaque cheval (soit 1 ou 2 dortoirs communs). Cette surface minimum permet aux chevaux de s’abriter du soleil en cas de forte chaleur et des intempéries en hiver. Un dortoir aménagé permet également aux chevaux de se reposer sereinement et confortablement. Pour l’alimentation des chevaux en écurie active, il est possible de prévoir un distributeur automatique de concentré (1 DAC Schauer permet d’alimenter jusqu’à 30 chevaux).

ECOVEGETAL – Les Grandes Pièces – 28410 BROUE – Tel : 02 37 43 18 56 - Email : contact@ecovegetal.com EQUIN NORMAND n°110 2019

11


12 EQUIN NORMAND n°110 2019


Frédéric Héon Entraîneur de Trotteurs

EQUIN NORMAND n°110 2019

13


14 EQUIN NORMAND n°110 2019


En Normandie plus qu’ailleurs, ils sont nombreux ceux qui, à petite échelle, dans l’ombre des Guarato, Allaire, Duvaldestin et autres conduisent des structures d’entrainement de trotteurs avec passion. Au jour le jour, des résultats de leurs pensionnaires, souvent une petite vingtaine, dépend la survie de leur entreprise. Amoureux de leur métier, ils aiment le transmettre à des jeunes qui avec eux constituent le bataillon des 18000 emplois de la filière équine en Normandie. Frédéric Héon est à ce titre un exemple digne d’intérêt. La vie de Frédéric Héon est ancrée dans le bocage normand où le cheval qu’il soit de course ou de sport, comme ailleurs en Normandie, se transmet par atavisme et d’où Sébastien Ernault et Frank Nivard, des références, sont issus. Frédéric est né le 14 septembre 1979 à Saint Sauveur la Pommeraye, une bourgade d’à peine 400 habitants entre la Haye- Pesnel et Granville. C’est par le biais de son grand-père qui possédai t quelques chevaux de course que, très jeune, Frédéric fréquente les hippodromes et choisit cette voie professionnelle. Il intègre alors l’école de Graignes où précisément il croise Frank Nivard. Son maître de stage de l’époque était Joël Norgeot de la Lucerne d’Outremer, c’est à une portée de fusil de SaintSauveur la Pommeraye. Ensuite, pour étoffer son bagage professionnel, Frédéric Héon a travaillé chez Etienne Lefranc, chez Jean-François Popot et chez Gérard Hernot avant de se poser chez Denis Devé, lui aussi de SaintSauveur la Pommeraye, pendant 10 ans. Elle de Pommeraye et Aubin des Bois sont régulièrement drivés par Frédéric Héon. Voilà 7 ans, Frédéric Héon souhaite prendre son envol. Il loue un établissement avec 10 hectares de terres qu’il partage aujourd’hui avec son frère Damien. C’est à Saint Jean de la Haize, aux portes d’Avranches sur la route de Sartilly. Au début, il travaille encore en collaboration avec son ancien employeur Denis Devé. A quelques mois d’être « quadra », Frédéric Héon est déjà imprégné d’une bonne dose de sagesse « Qu’on gagne sa vie, c’est l’essentiel». L’homme n’a pas ou plus d’ambition de driver des cracks. En revanche en dénicher et en entraîner assurément. A ce jour, le Normand a remporté 135 courses et en affiche 103 à son tableau d’entraîneur : « En hiver j’ai environ 15 chevaux, en peine saison l’effectif monte à 25. Je fais peu de débourrage. Les chevaux arrivent chez moi pour préparer la qualification et ensuite conduire leur carrière de course. La location constitue 80 pour cent de ma pratique. J’ai seulement quelques propriétaires qui paient des pensions ».

« Qu’on gagne sa vie, c’est l’essentiel » Frédéric est entouré de deux apprentis, tous les deux scolarisés à l’école de Graignes. Une jeune fille Manuela Juin et Romain Marty avec qui il a une relation particulière « Depuis mon installation j’ai toujours eu des apprentis. J’aime transmettre ce que m’on a appris Le gamin (Romain Marty) vient chez moi depuis l’âge de 10 ans. Il est très doué ». Très occupé, passionné, Frédéric Héon ne se plaint pas. A t- il le temps d’avoir des états d’âme ? « Il faut faire marcher l’entreprise. On continue à travailler. Des changements il y en a toujours eu. On verra, même si cette année on est certain de perdre 12% à cause de la baisse des allocations. Il y a quand même des raisons d’être inquiet » conclut-il sans pour autant céder au pessimisme. Un normand reste en toute circonstance pondéré.

EQUIN NORMAND n°110 2019

15


DESTINATION

16 EQUIN NORMAND n°110 2019


Graignes Une seule réunion en Avril, ce sera le Dimanche 14 à 13H Un mois calme avant d’attaquer Mai. Cinq réunions dont 3 Premium

Mercredi 1er à 16H - Premium Dimanche 12 à 13H

Vendredi 17 à 16 H - Premium Samedi 25 à 19H - Nocturne

Vendredi 31 à 16 H - Premium www.hippodromedegraignes.fr

EQUIN NORMAND n°110 2019

17


Ils montent vers les sommets Rébêche Arthur Rebèche est né le 28 novembre 1998 à Auxerre. Arrivé très vite en Normandie où son père était 1er garçon chez Valérie Goetz puis entraîneur et aujourd’hui au service de Jean-Luc Dersoir, le gamin de Merville-Franceville intègre l’école de Graignes. Après ses gammes chez Louis Baudron, Stéphane Meunier et une première victoire le 14 avril 2016 au sulky de Bahia de Bougy. C’était à Argentan. Depuis, grâce à la confiance des Béthouard, Barassin et Charly Mottier, il en a conquis plus de 50, l’essentiel en selle, et atteint son objectif d’être le meilleur apprenti de France au trot monté.

18 EQUIN NORMAND n°110 2019


Marty Romain Marty est né le 8 février 2001. Sa passion des courses lui a été transmise en partie par son grand-père maternel. Elève à l’école Afasec de Graignes, il a pour maître de stage Frédéric Héon. C’est pour le compte de l’entraineur de St Jean de la Haize près d’Avranches qu’il remportait sa première course. C’était le 28 mai 2017 sur la plage de Jullouville les Pins. Depuis, le jeune jockey en a glané 46 autres dont une seule au sulky. En 2018, il termine 2ème meilleur apprenti derrière Arthur Rebêche. Fait marquant, entre le 4 et le 7 octobre dernier il amassait successivement 4 victoires à Cabourg, Caen Laval et Alençon.

Lamy Robin Lamy est né le 24 avril 1999. Elève de l’école de Graignes, il a terminé 4ème apprenti du combiné (monté- attelé) en 2018. Après deux années chez L. Danielo, il a pour employeur son voisin de Sainte-Marie-du Mont– Utah Beach, André Lecourtois. Robin totalise aujourd’hui 51 victoires. Il est passé professionnel le 2 février dernier sur la piste de Vincennes. Il montait Diplomate pour le compte de Sébastien Guarato. Son premier succès remonte au 7 août 2016 sur la piste de Rânes dans l’Orne. Pour le compte de son mentor il montait Bonus des Iles.

EQUIN NORMAND n°110 2019

19


Portrait

Mathilde Collet de l’Energie à revendre

L

e lundi 11 mars l'hippodrome de Graignes conviait les turfistes pour une réunion en semi nocturne essentiellement dédiée aux courses "à réclamer". Au terme de ces courses tous les chevaux sont à vendre selon un processus administratif bien établi. La 1ère course n'en faisait pas partie. Il s'agissait d'une épreuve au trot monté dans laquelle les jockeys professionnels étaient pénalisés d'un recul de 25 mètres. Le N°6 Etincelle Darche (Magnificent Rodney) était montée par Mathilde Collet. Mathilde est la fille d'Astrid Collet, une artiste saint-loise qui expose régulièrement ses reproductions au fusain lors des manifestations organisées au Pôle Hippique. La famille habite depuis longtemps le village de Saint-André de l'Epine qui jouxte la ville. Or cette course était précisément labellisée au nom de ce village. n coulisse Mathilde avait dit à sa mère sa volonté farouche de gagner. Chose dite chose faite et avec la manière puisque la jeune jockette a mené de bout en bout et résister une grande partie de la course à l'un de ses anciens camarades de l'école de Graignes Victor Saussaye et Embrun d'Herfraie. Il s'agissait là de sa 43ème victoire. Au cours de sa courte carrière, Mathilde, salarié chez Stéphane Meunier dans l'Orne, a déjà accroché quelques beaux succès à son palmarès. Victoire dès sa 1ère course le 14 juin 2015 sur l'hippodrome de Villedieu. Une 2ème place 4 jours plus tard à Caen et le 21 juin un 2ème succès à Avranches. Le 17 décembre 2017, elle remportait son premier succès sur la piste de Vincennes avec Daytona Jet. Elle récidivait le jour de Noël : quel cadeau. Le 14 janvier de cette année, la saint-loise remportait un Groupe III avec toujours Daytona Jet qui lui ouvrait la porte à la participation du Prix de l'Ile de France GroupeI. Malheureusement distancée, Mathilde s'est classée 3ème d'un Groupe III le 14 février avec Grandissima. Encore 7 victoires et Mathilde rentrera dans le cercle des professionnels. Et si cette 50ème pouvait avoir pour cadre l'hippodrome de Graignes ce serait le bonheur !

E

20 EQUIN NORMAND n°110 2019


EQUIN NORMAND n°110 2019

21


Le Groupement des Eleveurs de Sainte-Mère-Eglise

Un exemple unique en Normandie

Une association qui tord le cou au procès que l'on fait, souvent à juste titre, au Normands de ne pas

être en capacité de jouer collectif. Fort de soixante-dix adhérents, cette association a vu le jour voilà une bonne vingtaine d'années avec la réalisation, par la Communauté de Communes d'un complexe équestre à Ravenoville. Vendu depuis à un trio de professionnels composé de Sébastien Tence, Frédéric Messirel et Anne Vernet, l'établissement accueille régulièrement les activités du Groupement. Certainement rare sur le territoire national, unique en Normandie, le Groupement des Eleveurs de SainteMère-Eglise rassemble dans un terroir que l'on a coutume d'appeler le "Triangle d'or", une densité d'éleveurs d'exception dont le nom des chevaux qu'ils ont fait et font naître n'a cessé et ne cesse de résonner sur toutes les pistes du monde : Les Tame, Brekka, de l'Isle, du Thot, d'la Rousserie, Belmanière, Utah etc.... Outre cette position d'excellence, l'association présidée par Jacques Hamel met sur pied de nombreuses actions de mutualisation de moyens, de service, de commercialisation et de cohésion qui en font un exemple qui, s'il se vulgarisait, donnerait à la filière le dynamisme qui lui fait parfois défaut. Ainsi, en plus des concours organisés sous l’égide de Cheval Normandie, le Groupement organise des journées radio, une opération étalons « discount » et une journée de ventes qui sera le 9 novembre. Il est d'ailleurs intéressant de noter que chaque année, des éleveurs d'autres régions au gré d'attaches qui se créent adhèrent au Groupement normand.

22 EQUIN NORMAND n°110 2019


Le podium de récompenses Avant le podium, Claudie Blandamour, secrétaire, a énuméré les nombreuses performances des uns et des autres : la récente 2ème place de l'équipe Bandro Boy de Béthune (Sandro Boy) à Daniel Dormaels et Ascot des Vaux (Diamant de Semilly) à Georges Lepetit dans le Grand Match du salon des étalons. La présence de Diego Tame et Diego de Blondel a été remarquée. En concours complet, Figaro de Longa (Toby de Longa) à Alain Maréchal, 5ème du Championnat des AA au Mondial du Lion d'Angers. Le podium du Championnat de Normandie de Vitem Eternam (Elliot du Gué) avec Philippe Ledunois né chez l'indestructible Bernard Brohier. Le diplôme d'enseignant et la 2ème place de Sébastien Tencé avec El Diarado d'Euskadi (Diarado) dans les 4 ans à Fontainebleau. Les belles performances des "Trio" Apollon et surtout Vauban de Jean-Luc, Baptiste et Germain Moulin. Vauban monté par Alberto Zorzi vient de terminer 3ème d'une 140 à Oliva. Betty de Vaudival (Old Chap Tame) née chez Jacques Hamel en vue en Italie avec Stefano Sacchi, Volga de la Croix et Ludovic Tripon lauréats à Dinard, les Blondel à Abu Dhabi et Royan, Illyana du Jaolas à Jean-Louis Schulltess, championne de France des foals femelles jeunes, enfin et non des moindres, Viking d'la Rousserie et Quabri de l'Isle lequel Quabri vaut à son naisseur le sage Etienne Poisson d'être labellisé dans le quinté des meilleurs éleveurs du monde.

WANTED

Poisson Etienne Quabri de L’Isle

Roger Michel Les « D’la Rousserie »

Leboulanger Pierre Les « Brekka »

Lepetit Georges Les « Des Vaux »

Ruel Eliane Les « Blondel »

Dormaels Daniel Brendo Boy de Béthune EQUIN NORMAND n°110 2019

23


24 EQUIN NORMAND n°110 2019


EQUIN NORMAND n°110 2019

25


26 EQUIN NORMAND n°110 2019


SAINT-LÔ

Les Salons des Etalons Le Trot : Solaire ! – Le Sport : Céleste !

Dans un calendrier réorganisé, les salons dédiés aux étalons ont l’un et l’autre affirmé leur place dans leur discipline respective. Labellisés « Grands Evènements » parmi 25 autres en Normandie, les Salons des Etalons de Saint-Lô ont donné le ton. Deux manifestations qui font du Pôle hippique de Saint-Lô un lieu d’exception en Europe où le monde des courses et du sport que l’on s’évertue à dire si éloigné se rassemble . Le premier, celui des trotteurs, avait été avancé au 8 février. Organisé conjointement par le Pôle Hippique de Saint-Lô, le Conseil des Chevaux de Normandie et l’Ecole Afasec de Graignes, il a, pour sa 4ème année d’existence conquis les étalonniers venus très nombreux tout autant que le public attiré par la curiosité de voir de près les vedettes qu’il ne voit souvent qu’au travers d’un écran sur les plus belles pistes du monde. Le second, celui des chevaux de sport, mis sur pied par le Pôle Hippique et le Stud-Book Selle Français, dont c’était la 14ème édition, a battu tous les records. Tant en ce qui concerne les étalons présentés, près de 180 que de l’affluence populaire et de l’intérêt particulier que les spectateurs ont manifesté. En effet, jusqu’à 23 heures le samedi et la fin du Grand Match, les gradins du hall du Pôle Hippique sont restés garnis comme lors du Grand Prix du Meeting d’Automne.

Big Star

Akim du Cap Vert EQUIN NORMAND n°110 2019

27


Les Trotteurs en majuscules Yann Adam, pour le Pôle Hippique de Saint-Lô, Stéphane Deminguet pour le Conseil des Chevaux de Normandie et Pascal Launey, Directeur de l'école AFASEC de Graignes pouvaient avoir le sourire. En décalant de deux semaines le salon des étalons trotteurs de celui des chevaux de sport, ils ont réussi à faire de cette 4ème édition une manifestation de référence.

Le nombre d'exposants qui ceinturaient la carrière de présentation suffit à montrer l'intérêt de la profession tout autant que les spectateurs, entraîneurs, drivers ou, tout simplement curieux de découvrir une palette d'étalons. Car, c'est bien là l'intérêt de l'événement. La présentation de vedettes tels Akim du Cap Vert, Fakir du Lorault ou encore Dexter Fromentro constitue la particularité de la manifestation saint-loise. Saint-Lô Agglo un territoire qui s'affirme là comme une véritable plateforme de la synergie depuis si longtemps espérée entre le sport et les courses. Le Pôle Hippique, l'hippodrome de Graignes et l'école AFASEC qui y est adossée sont des atouts que tous les acteurs de la filière sont enthousiastes de dynamiser.

Tableau d’honneur Le salon des étalons est aussi l'occasion de mettre en lumière les hommes et les femmes qui s'investissent dans la filière du trot normande pour en faire l'excellence que partout on lui reconnait. D'Alain Beaumont, vétérinaire à Gavray, éleveur de Cleangame lauréat du GNT 2018 à Robin Lamy, Romain Marty les meilleurs apprentis, Frédéric Héon le maître de stage de Romain et Michel Roussel l'éleveur d'Akim du Cap Vert, ils ont tous reçu les compliments d'usage pour leurs performances. Les élus emmenés par André Denot, Président du Pôle Hippique, accompagnés de plusieurs présidents de sociétés de courses dont, pour la première fois, ceux d'Evreux et de Mauquenchy n'ont pas manqué de mentionner l'ancrage de la filière dans une grande Normandie.

28 EQUIN NORMAND n°110 2019


Dexter Fromentro admiré Né chez François Meslin à Colombières dans le Calvados, Dexter Fromentro (Qwerty) propriété de l’écurie Levesque venait tout juste de remporter son premier Groupe à Vincennes dans le Prix de l’Ile de France monté par Camille Levesque et entraîné par son frère Thomas. Une première pour les enfants de Pierre. La saga de Beuzeville la Bastille se perpétue.

Conversation animée et souriante, faite de souvenirs entre André Lecourtois entraineur à Sainte-Marie du Mont, Jean-Pierre Vilault l’homme de Notre Dame d’Estrées éclectique entre trot et sport, Jean-Pierre Viel, Président de la société de Dozulé et Jean-Claude Hallais, Président de celle de Genêts et ancien vainqueur du prix d’Amérique.

Akim du Cap Vert honoré

Fakir du Lorault courtisé Bien sûr qu'il interpelle ce fils de Vaillant Cash, précoce et dur à l'ouvrage. Sa récente prestation de Vincennes dans le Prix Ch. Tiercelin (GrII) au cours duquel il a résisté jusqu'au dernier mètre à l'inaccessible Face Time Bourbon laisse augurer un avenir certes sportif mais aussi de reproducteur à ce cheval distribué par SudManche Haras.

Après la présentation de Dexter Fromentro lui aussi très attendu après son succès dans le premier Groupe 1 de Thomas Levesque en tant qu'entraîneur et de sa soeur Camille en selle, c'était au tour d'Akim du Cap Vert de retenir toute l'attention des uns et des autres. A 9 ans le fils de First de Retz ancien vainqueur du Critérium des 4 ans revendique une très belle 4ème place du Prix d'Amérique et aujourd'hui un compte en banque de plus 1.3 million d'Euros. Toujours confié à Frank Anne, il est né chez Michel Roussel à Varsainville dans le Calvados. EQUIN NORMAND n°110 2019

29


Le Sport Big Star – ZE Carioca - des Atouts maîtres Pour le salon des étalons, Equitechnic présentait le fleuron du sport avec Big Star l’étalon Champion Olympique à Rio en 2016 avec le Britannique Nick Skelton. Il était accompagné de Gus Star d’Esclain, son premier fils approuvé en France. Le 3ème étalon présenté par Equitechnic avait déjà été très entouré en 2018. Propriété du mythique Nelson Pessoa qui l’accompagnait, ZE Carioca, né en 2011, est un fils de Canturo et d’une mère par Kannan. Big Star et ZE Carioca étaient montés par l’un des meilleurs cavaliers mondiaux de concours complet, l’Australien Chris Burton médaillé de Bronze aux JO de 2016 à Rio.

Equitechnic est la filiale de EVOLUTION en charge de toutes les activités de reproduction équine. Avec plus de 34 années d'expérience dans le traitement de la semence d'étalons (fraîche, réfrigérée ou congelée), la structure est aujourd'hui l'une des seules en France à assurer également le stockage et les expéditions de doses, tant en France qu'à l'exportation. Près de 8 500 doses (75 000 paillettes) sont ainsi produites chaque année, dans des installations dédiées en Normandie et dans deux élevages partenaires. Equitechnic dirigée par Marc Spalart est installée à Corbon dans le Calvados

30 EQUIN NORMAND n°110 2019


EQUIN NORMAND n°110 2019

31


Pour les Normands Dans cette manifestation à l’ambition européenne eu égard à la présence de nombreux visiteurs belges, allemands et néerlandais, les étalonniers, les cavaliers et les chevaux normands se taillaient une place de choix. A commencer par Diego de Blondel (Vigo Cécé) et Stéphane Dufour, Gentleman d’Elle (Balko d’Elle), vice-champion des étalons de 2 ans SF, Cicave du Talus GFE (Untouchable M) et François Xavier Boudant, Dairzel Duverie (Air Jordan) et Jérémie Rolland, Express de Hus (Conrad) et Baptiste Ybert.

32 EQUIN NORMAND n°110 2019


EQUIN NORMAND n°110 2019

33


Le Haras d’Authuit : Un nouveau venu Après un passage brillant marqué par deux « Elite » lors des journées bellifontaines de septembre dernier, le Haras d’Authuit, propriété d’Alain Salzman, faisait, à Saint-Lô son entrée dans le cénacle des étalonniers. Managé par le cavalier Axel Van Colen, Le Haras d’Authuit basé à Rosay sur Lieure dans l’Eure présentait sous les selles respectives de Faustine Laferrrerie et de Séverin Sigaud deux étalons.

Darkhorse Brimbelles

Vice-Champion « Elite » à 4 et 5 ans, Darkhorse Brimbelles est un fils d’Air Jordan et de Kaolympe Plardière par Diamant de Semilly et Olympe du Tertre. Le mélange de sang de Dark horse est intéressant à relever. Dans la mesure où Olympe du Tertre gagnante internationale avec Patrice Delaveau a pour père Glamorgan un étalon avec du sang anglo-arabe et pour mère Del Cordoba une trotteuse.

Done’Di Amore

Etalon noir comme Darkhorse, Done’di Amore né chez Claire Fourré et Jean-Michel Lerivray à Dragey-Ronthon (50), vendu à Fences à 3 ans est un fils de l’Arc de Triomphe, oldenburg comme Air Jordan et de Quarla du Plessis (Damiro). L’affixe du Plessis est celui de madame Volkaert à Saint Germain la Campagne dans l’Eure. Finaliste à 4 et 5 ans pour Fontainebleau il était monté par Sébastien Tencé..

34 EQUIN NORMAND n°110 2019


EQUIN NORMAND n°110 2019

35




LE

GRAND MATCH

Victoire de l’Equipe Anglo-Bretonne Après le marathon de présentation des étalons et le masters, le Grand Match est l’épreuve de gala qui clôture la journée du samedi. Disputée devant des tribunes pleines et un restaurant dont toutes les tables étaient vendues, le « Grand Match » disputé par 11 équipes de deux étalons s’est muée en véritable compétition. Après un premier tour qui éliminait 3 équipes, elles se retrouvaient donc à 8 pour disputer un barrage sur la hauteur d’1.35m. Le barrage était limité à un seul couple par équipe. C’est Olivier Martin qui donnait le ton avec Away de Semilly (Diamant de Semilly). Le plus rapide était finalement le dernier venu à savoir Best of Iscla monté par Valentin Besnard. Ainsi la victoire revenait à l’équipe Genetiqu’Anglo- Bruno Rocuet composée du barragiste Best of Iscla (Diamant de Semilly) et de Cestuy La De L’Esques (Kinz Size) monté par le talentueux cavalier de complet Thomas Carlile. La deuxième place était pour le Team Haras de Béthune-Georges Lepetit avec aux manettes Bandro Boy de Béthune (Sandro Boy) à Daniel Dormaels et Ascott des Vaux (Diamant de Semilly) respectivement montés par leur nouveau cavalier Clément Boulanger et Arthur Le Vot. L’équipe Semilly était 3ème avec Away Semilly et Artiste de l’Abbaye (Quaprice Boimargot) tous les deux sous la selle d’Olivier Martin alors que les Earl du Milon Equitechnic se classaient 4ème avec pour barragiste ZE Carioca (Canturo) et le médaillé olympique de complet Chris Burton.

38 EQUIN NORMAND n°110 2019


EQUIN NORMAND n°110 2019

39


40 EQUIN NORMAND n°110 2019


«

Het beste indoor concours ter wereld »

EQUIN NORMAND n°110 2019

41


Grand Prix ROLEX

Mary Lou

Paroles et Musique : Enrik von Eckermann

42 EQUIN NORMAND n°110 2019


Tino Rossi, Pierre Perret, Les Chaussettes Noires, Johnny Halliday, Michel Polnareff et Serge Gainsbourg, tous ont chanté Mary-Lou. La dernière version, sur une chorégraphie de Louis Konicks, dansée celle-là avec sa Mary-Lou par Henrik von Eckermann nous a bien plu. Des 40 premiers acteurs de l’acte 1, seuls 5 sont revenus pour l’acte 2. Pour cette première représentation du Rolex Grand Slam, outre le temps de chaque prestation limité à 69 secondes, les difficultés se cachaient au pied de chaque obstacle. Des oxers une fois d’1.53m de hauteur et 1.60m de large, une autre fois d1.55 et d’1.65m sans compter les verticaux à 1.58,1.59 ou 1.60m, de quoi dérouter les meilleurs. Pour preuve. Après le point de temps dépassé des locaux Van der Vleuten et Houtzager, il fallut attendre le 27ème couple pour enregistrer un parcours sans faute. Dans la foulée, heureusement, Steve Guerdat et Bianca suivaient Daniel Deusser et Tobago Z. Un premier Suédois Von Eckermann, un Belge, le vainqueur de 2018, Bruynseels avec Gancia de Muze et un autre Suédois le styliste Fredricsson et Christian K complétaient un quintet qui n’allait pas jouer de la musique de chambre. C’est en vrai soliste qu’Henrik von Eckermann allait s’imposer avec la westphalienne Mary Lou, elle aussi une grande voix.

Classements

1- Henrik von Eckermann (SWE)/Toveks Mary Lou 0 et 40.45, 2- Steve Guerdat (SUI)/Bianca 0 et 41.08, 3- Peder Fredricsson (SWE)/Christian K 4 et 41.60, 4- Daniel Deusser (GER)/Tobago Z 4 et 44.38, 5- Niels Bruynseels (BEL) Gancia de Muze - Abandon EQUIN NORMAND n°110 2019

43


Saint-Lô aussi remercie SFN ZENITH Le dimanche 17 mars, à ‘s Hertogenbosch, avant le Grand Prix, la communauté équestre néerlandaise honorait SFN ZENITH qui faisait ses adieux à la compétition. Ce cheval d’exception et son cavalier, qui ne l’est pas moins, ont eu ensemble une relation particulière avec Saint-Lô. Après une première participation très discrète en 2013, le couple revient en 2017 auréolé de ses titres mondiaux acquis à Caen en 2014 et européens glanés à Aix la Chapelle en 2015. Lauréats du Grand Prix du CSI***, ils y remportent leur dernier succès. Fait notable. En dehors des Jeux Equestres mondiaux et des grands rendez-vous de Paris et Lyon, Saint-Lô aura été la seule organisation française à laquelle Joroen Dubbeldam et SFN ZENITH ont participé pendant toute leur carrière : une référence !

Une référence incontestable de la place prépondérante de la ville normande dans la filière équine tant française qu’européenne. Avant SFN Zenith, c’est aussi à Saint-Lô que le Canadien Eric Lamaze avait débuté en épreuves internationales son phénomène Hickstead qui le conduira à la médaille d’or olympique. Un beau souvenir que cette remise des prix du Grand Prix de la ville de Saint-Lô – et de SaintLô Agglo. Avec JC Heurtaux, Président de SLCO, François Brière maire de Saint-Lô et MarieLaure Osmond en charge du cheval, Loïc Renimel responsable de la filière équine à Saint-Lô Agglo.

44 EQUIN NORMAND n°110 2019


2013 - Inconnu

2017- Dernière victoire EQUIN NORMAND n°110 2019

45


Deux Néerlandais, un Italien, un Irlandais et un Allemand pour les flots. Les Français à la peine.

Quelques jours avant les Dutch Masters, l’entraîneur national Rob Ehrens avaient manifesté des inquiétudes

pour former son équipe dans la perspective des échéances européennes et olympiques. Il s’agissait essentiellement de l’attrait des circuits fortement dotés qui séduisent de plus en plus les cavaliers de haut niveau. Car, en termes de qualité, les résultats de Bois le Duc sont plutôt rassurants. Leopold Van Asten remporte la grosse épreuve du vendredi avec VDL Beauty et Maikel vd Vleuten celle du samedi avec Dana Blue après une 145 le vendredi. Le traditionnel derby, forme de compétition spectacle revient pour la 3ème fois dans l’escarcelle de l’Italien Emanuele Gaudiano et sa bondissante Carlotta 232. L’épreuve d’ouverture était remportée par Bertram Allen qui pour la 1ère fois montait Fayrytale 86, une jument formée par son frère. Le prix Borek, une vitesse progressive avant le Grand Prix revenait à Daniel Deusser et Kiana van het Herdershof une jument de 9 ans par Toulon Dans ces classiques de fin de soirée de ce qui cette année est devenu le meilleur concours indoor du monde et à l’unanimité de tous, les cavaliers français, sans avoir démérité, sont resté dans l’ombre. Lucide comme toujours, Olivier Robert disait tout simplement : « Si on est pas parmi les meilleurs c’est qu’on a pas été assez bon ». Kevin Staut et Simon Delestre ont limité les dégâts en prenant l’un la 4ème place du prix Audi avec le fils de Casall Calevo 2, l’autre la 7ème avec Chadino. Outre les vainqueurs de ces différentes compétitions, deux chevaux ont attiré notre attention. Le premier avait déjà montré de sérieuses capacités à Malines. Là, Dominator 2000 Z monté par Christian Ahlmann confirme. L’étalon noir de 9 ans fils de Diamant de Semilly et d’une mère par Cassini 1 se classe 2ème de la 155 du samedi. Avec Grandorado TN, un étalon KWPN de 8 ans, Willem Greve a sans doute sous sa selle une star de demain. Son père Eldorado van de Zeshoek TN (ClubtonxToulon) se classait 2ème du GP CSI3* de Saint-Lô en 2015. Grandorado terminait deuxième du championnat du monde des 7 ans à Lanaken l’an dernier.

46 EQUIN NORMAND n°110 2019

Leopold Van Asten – VDL Group Beauty


Grandorado TN – Willem Greve

Dominator 2000 Z- Christian Ahlmann

Emanuele Gaudiano- Carlotta 232

Henk Nooren - Olivier Robert

Maikel van der Vleuten – Dana Blue EQUIN NORMAND n°110 2019

47


48 EQUIN NORMAND n°110 2019


EQUIN NORMAND n°110 2019

49


Les Chevaux normands autour du monde

D

epuis le début du mois de novembre et la reprise de la saison Coupe du Monde de saut d’obstacles et des grands concours indoor, jusqu’à fin mars, les chevaux nés en Normandie présents sous de nombreux pavillons ne manquent pas de se mettre en évidence très régulièrement. Pour certains d’entre eux ils goûtent aux honneurs du succès. Sans être exhaustif, une investigation poussée permet d’en mesurer l’ampleur en mettant en évidence les meilleurs et c’est impressionnant. Ulane de Coquerie remporte le Grand Prix de Londres, Sultane des Ibis ceux de Bordeaux et Montpellier, Julien Epaillard associé à Suspect d’Auge remporte le GP de Doha et Kevin Staut avec Viking d’la Rousserie s’emparent d’une épreuve majeure . Ulysse des Forêts est 2ème du Grand Prix de Madrid, Venard de Cerisy remporte une épreuve majeure à Stuttgart, et Vivaldi du Theil gagne la chasse de Genève, alors que Valmy de la Lande termine 4ème de l’épreuve Coupe du Monde de Londres. A Paris, Seringat prend la 3ème place.

HISTORIQUE Grand Prix CSI5* Paris

Dans ce Grand Prix disputé dans l’enceinte du Grand Palais ils étaient 7 immatriculés 50 Seringat et Eduardo Alvarez Aznar, Comte de Pourtales à Martinvast Vivaldi du Theil et Mark Mc Auley, Françoise Rivière au Theil Ulloa du Trêfle et Nicolas Deseizes, Aymeric Merrand à Ozeville Ulane de Coquerie et Alberto Zorzi, Rapahël Dulin à Subligny Polias de Blondel et Alexandra Paillot, Eliane Ruel à Ravenoville Venise du Reverdy et Abdel Saïd, Eric Lecler à Sartilly Sultane des Ibis et Félicie Bertrand, Christine et Michel Djindjian à Pontorson Grand Prix

CSI3* Vejer de la Frontera Dans ce grand prix espagnol, on notait une forte présence normande avec 6 chevaux, tous immatriculés 50 !!!!! Sun Flower du Theil et Pedro Veniss, Françoise Rivière au Theil. Une Etoile Landaise (Balougran) et Michel Robert, Luc Roger à La Lande d’Airou. Coquin de Coquerie (Consul de la Vie Z) et Jody Hall Mcateer, Vanille de Coquerie (Gastronom Z) et Liz Bates, Raphael Dulin à Subligny. Up and Down Tame (Made in Semilly) et Carmen Garcia Torres-Solano, Denis Brohier SaintCôme du Mont. United Sunheup (Balougran) et Bruno Garez, Mme Hubert Groualle, Quettreville sur Sienne.

50 EQUIN NORMAND n°110 2019

SERINGAT et Eduardo Alvarez Aznar


Début novembre, à Opglabeek en Belgique ils étaient une dizaine à s’aligner avec en particulier avec Ragtime Rouge (Adelfos) né chez Xavier Leredde à Saint-Ebremond de Bonfossé (50) monté par le Japonais Mike Kawai, Virtuose d’Eole (Panama Tame), né chez le regretté Patrick Bizot à Grandcamp les bains (14) par le Sud-Africain Charles Luyck, Trianon du Rozel (OK du Rozel) né chez Albert Blin-Lebreton à Montviron (50) et l’Américaine Emily Short. A Samorin en République Tchèque, Venise du Reverdy (Quidam de Revel) et Panama Tame (Carthago) né chez Denis Brohier à Saint-Côme du Mont (50) représentaient l’élevage normand. A Stuttgart, lieu mythique s’il en est, on comptait Ulane Belmanière (Muriesco du Cotentin) née chez Noelle Blandamour à Néhou (50) associé à Simon Delestre dans le Grand Prix, Valmy de la Lande (Mylord Carthago) né chez Pierre Leconte à Périers (50) en pleine progression avec Mickael Whitaker, Theodor Manciais (Kashmir vt Schuttershof) né chez Denis Hubert à Saint-Lô (50) et l’Américain Spencer Smith, Usador du Rouet (Crusador) né chez Yannick Fardin à Saint Aubin de Terregatte (50)avec l’Espagnol Manuel Fernandez Saro sans compter Venard de Cerisy (Open Up Semilly) né chez Laurent Vincent à Cerisy la Forêt (50) monté par le N°1 mondial Steve Guerdat vainqueur de la grosse épreuve en deux manches du samedi soir. A Munich Quilane de Lézeaux (Grenat de Grez) née chez Robert Chapdelaine à Jullouville (50) était accompagnée d’Ulloa du Trèfle (VDL Sheraton) née chez Aymeric Merrand à Ozeville (50) avec Nicolas Deseuzes, ainsi que Virtuose d’Eole (Panama Tame) née chez Patrick Bizot à Grandcamp –Maisy (14) montée par le Sud-Africain Charles Luyckx. Dans la capitale espagnole Madrid, la délégation normande était importante avec : Unesco du Rouet, né chez Yannick Fardin, et le Portugais Luis Sabino, Reggae du Tillard (Jarnac) né chez Bernadette Lejeune à Reux (14) et Juilo Arias, Seringat (Chef Rouge) né chez M de Pourtales à Martinvast (50)et Eduardo Alvarez Aznar, Viking d’la Rousserie, (Quaprice Boismargot) né chez Michel Roger à Colomby (50)et Kevin Staut, Julien Epaillard et Usual Suspect d’Auge (Jarnac) né chez lui, enfin et non des moindres Ulysse des Forêts (Col Canto), né chez Fabrice Paris à Couvains (50), 2ème de l’épreuve Coupe du Monde avec l’insatiable Steve Guerdat. Toujours en Espagne mais à La Corogne, Seringat et Unesco du Rouet étaient de la partie en compagnie de Rouge de Ravel (Ultimo vt Moude) né chez Priscillia Glaser et Jean-Noël Pottier à Saonnet (14)et Guy Williams, Prunella d’Ariel (Diamant de Semilly) née chez Daniel François à Villiers Fossard (50) et l’Espagnole Paola Amilibia, Arlo de Blondel (Dollar dela Pierre) né chez Eliane Ruel à Ravenoville (50) et Mickael Whitaker. A Paris Alexis Deroubaix avait emmené Timon d’Aure (Mylord Carthago) né chez Bertrand Chambry à Monceaux en Bessin (14) pour prendre une très belle 2ème place. Théodore Manciais et l’Américain Spencer Smith sont 5ème du Gp et Félicie Bertrand avec Sultane des Ibis 10ème. Ulane de Coquerie et Alberto Zorzi, Urano de Cartigny et Félicie Bertrand, Secret du Pays d’Auge et toujours Alexis Deroubaix, Viking d’la Rousserie et Kevin Staut complétaient la délégation normande. A Genève on retrouvait bien entendu Quabri de l’Isle (Kannan), né chez Etienne Poission à Saint Marcouf de l’Isle (50) et Pedro Veniss, avec Théodore Manciais, Venard de Cerisy, Quilane de Lézeaux, Sabech d’Ha (Qredo de Paulstra) né chez Hubert Doublet à Saint-Pierre Eglise (50) toujours avec Lisa Nooren et Vivaldi du Theil (Quaprice Boimargot) né chez Françoise Rivière à Saint- Georges de Livoye (50) lauréat avec l’Irlandais Mark Mc Auley de l’épreuve de chasse. A Prague pour la finale du Global Champions Tour on note la participation de la très bonne Ulane de Coquerie (L’Arc de Triomphe), née chez Annick et Raphaël Dulin à Subligny (50), 8ème de la finale avec l’Italien Alberto Zorzi. A Londres, véritable feu d’artifice pour le Selle Français et le cheval normand avec Ulane Coquerie lauréate du Grand Prix de la ville avec Alberto Zorzi, Valmy de la Lande 4ème de la Coupe du Monde et Mickael Whitaker, Rouge de Ravel, Venard de Cerisy, Seringat et le toujours fringant Neptune Brécourt (Cumano), né chez Charles de Valavieille à SainteMarie du Mont (50) avec l’Italien Luca Maria Moneta. A Malines entre Noël et le Jour de l’An, on a pu revoir Ulane Belmanière et Simon Delestre dans le Grand Prix, ainsi que Prunella d’Ariel victime de seulement 4 points, Rouge de Ravel, l’étalon Vivaldi Ick (Vivaldi du Seigneur) né au Haras d’Ick à Saint Sylvestre de Cormeilles (27) et le Néerlandais Ivo Biessen et pour finir en beauté Uniflore Minotière (Lucciano), née au GAEC Allain à la Graverie (14) vainqueure de la Queens Cup avec Aurore Christen. A Liverpool, pour clôturer l’année, Félicie Bertrand avait emmené Urano de Cartigny (Diamant de Semilly), né chez Bertrand Pignolet à Moon sur Elle (50)

EQUIN NORMAND n°110 2019

51


A Bâle, Venard de Cerisy et Steve Guerdat terminent 10ème du Grand Prix auquel ont pris part Ulane de Coquerie et Valmy de la Lande. Neptune Brécourt et Arlo de Blondel étaient également de la partie dans d’autres épreuves tout comme Urano de Cartigny et Felicie Bertrand qui avait également emmené Sultane des Ibis (Quidam de Revel) A Dubai, Vivaldi du Theil prend la 5ème place du GP Coupe du Monde avec l’Irlandais Mark Mc Auley, les plus rapides du barrage. A Leipzig, Mickael Whitaker participait au Grand Prix avec Valmy de la Lande Au Mexique à Guadalajara, Barachiel d’Ouilly (Lando) né chez Alexandra et François-Xavier Lebon à OUilly du Houley (14) monté par Paola Amilibia, Quarto Mail (Cardento) né chez Bernard-Pierre Lecourtois à Brullemail (61), monté par l’Iralandais et Quick Ardent (Quick Star) né chez Pierre Lepelley à Cerisy la Salle (50) monté par le Mexicain Alfonso Gutierrez Diaz figurent dans les classements. A Amsterdam, les Sabech d’Ha, Rouge de Ravel, Ulane Belmanière, Viking d’la Rousserie et Seringat constituaient l’armada normande. A Wellington, pour le premier CSI4*, on notait la présence de Tino La Chapelle (Milord Carthago) né chez Alphonse Patrix à Saint-Sauveur le Vicomte. A Sharjah aux Emirats Arabes Unis, Venise du Reverdy (Quidam de Revel) né chez Eric Lecler à Sartillly, monté par l’Egyptien Abdel Saïd prenait la 2ème place de la qualification du GP devant Mark Mc Auley et Vivaldi du Theil. L’un et l’autre sont victimes de 4 points dans le Grand Prix. Trianon du Rozel avec l’Américaine Emily Shart et Unesco du Rouet en compagnie de l’Espagnol Luis Sabino Goncalves étaient aussi de la partie. A Treffen en Autriche, Viking d’la Rousserie et Kevin Staut ainsi qu’Ulane de Coquerie et l’Italien Alberto Zorzi avaient franchi les Alpes sans oublier Julien Epaillard et Usual Suspect d’Auge (Jarnac), 6ème de la grosse épreuve d’ouverture. A Hong-Kong, Edward Levy montait Starlette de la Roque (Jumpy des Fontaines) née chez Michel Hécart à La Roque Baignard (14) et Kevin Staut était parti avec Viking d’la Rousserie. A Bordeaux, Outre Sultane des Ibis (Quidam de Revel) née chez AJ Belloir à Pontorson pour le compte de Marie-Christine et Michel Djindjian, lauréate du Grand Prix avec Félicie Bertrand et Ulloa du Trêfle (VDL Sheraton), 6ème du même Grand Prix né chez Evelyne et Aymeric Merrand à Ozeville (50) monté par Nicolas Deseuzes, on notait la présence de Quilane de Lezeaux avec le même Deseuzes et Bolero de Beaufour (Nabab de Rêve) né chez Eric Levallois à Beaufour Druval (14) monté par Benoît Cernin. A Wellington –USA- pour le CSIO , Quick Ardent était toujours de la partie et Tino la Chapelle remporte la Coupe des Nations pour le Mexique A Abu Dhabi, Trianon du Rozel et Emily Short (USA) étaient là comme Un Dollar de Blondel et le Jordanien Maysham Bisharat. Le Syrien Shady Ghrayeb participait à la Coupe des Nations avec Taïwan du Landey (Flipper d’Elle) né chez Patrice Rauline à Geffosses-Fontenay (50). A Doha pour la 1ère épreuve du Global Champions Tour 2019, Hold-up normand avec Julien Epaillard qui remporte le Grand Prix avec Usual Suspect d’Auge et Kevin Staut qui s’impose dans l’autre grande épreuve avec Viking d’la Rousserie. A Vejer de la Frontera pour le CSI4*, la colonie normande était au-delà de pléthorique dans les épreuves à 140 et plus. Ainsi, Aldo du Manoir (Iowa D) avec l’Espagnol Alberto Marquez Galobardes, né chez Marc Rubé à Montaigu les Bois (50), Valdano Rouge (Arioso du Theillet) et Luca Maria Moneta, né chez Xavier Leredde. Suredelle de Chénée (Papillon Rouge) et l’Espagnole Cristina Toda née chez Sylvie Herdt à St Symphorien le Valois (50). Apolon des Forêts (Quamikaze des Forêts) et l’Espagnol Joel Valles-Rosell né chez Fabrice Paris à Couvains (50). Quartz du Landey (Qredo de Paulstra) et l’Espagnole Natalia Ramirez Calvez, né chez Rauline) Geffosses-Fontenay (50), Ukraine de B’néville (Diamant de Semilly) et Marta Bartolome-Redondo, né chez Jean-Baptiste Thiébot à Benoistville (50). Quitador Rochelais (Jarnac) et l’Espagnol Carlos Lopez Fanjul-Tartiere, né chez Marcel Desloges à Granville (50). Valse de Pepinvast (L’Arc de Triomphe) et l’Anglais Mathew Sampson né chez Pierre Lefèvre à Le Vicel (50). Sherie Star (Diamant de Semilly) et l’Espagnole Paloma Jimenez-Carmone, née chez Yves Le Tousey à Moyon (50) sans oublier Coquin de Coquerie et United Sunheup dans le Grand Prix. A ‘s-Hertogenbosch, on notait la présence d’Ulane de Coquerie, de Seringat et d’Ulysse des Forêts

52 EQUIN NORMAND n°110 2019


SULTANE DES IBIS et Félicie Bertrand

ULYSSE DES FORETS et Steve Guerdat EQUIN NORMAND n°110 2019

53


54 EQUIN NORMAND n°110 2019


Auvers

La Tournée des Grêlons : Un Monument ! Curieusement ! Si le même jour que celui de

clôture de la Tournée des Grêlons, le Grand Prix du CSI5* disputé à Paris dans l’enceinte du Grand Palais était, en France, l’évènement équestre majeur, le sujet de conversation était la fantastique victoire du cycliste français Julian Alaphilippe dans la classique Milan –San Remo. Car, rappelons que le beau-frère d’Alain Hinard était le champion Raymond Delisle, hélas disparu. La « Primavera » est, dans le langage du vélo, l’un des 5 « Monuments » avec Paris –Roubaix, Le Tour des Flandres, Liège-Bastogne-Liège et le Tour de Lombardie. On peut, sans prétention, s’arroger le droit de désigner la Tournée des Grêlons d’Auvers comme un « Monument » des sports équestres normands au même titre que le sont le NHS, le Meeting d’Automne à Saint-Lô, le CSI4* de Rouen et bien entendu le CSI3* Longines de Deauville.

Une édition 2019 riche Riche en termes de météo déjà puisque, après un début venteux et une suite un peu pluvieuse, la fin s’est avérée paradisiaque. Les images d’un ciel bleu sans nuage suffisent. Sur le plan sportif, sans entrer dans les détails, le record d’engagement a été battu. Les Grands Prix sont revenus à des cavaliers différents, très représentatifs de la sociologie du saut d’obstacles : Simon Duquesne un régional, Thomas Rousseau, un national, Aymeric de Ponnat un international, tous confirmés dans leur stature et leur talent. Alain Hinard, manager général, inquiet, après une édition 2018 mitigée, a retrouvé son enthousiasme et n’a pas hésité à se montrer optimiste et à dessiner des perspectives d’avenir encourageantes pour le site.

EQUIN NORMAND n°110 2019

55


Les deux premières étapes La première pour Simon Duquesne et Arquana de Queen Voilà deux ans se dirigeait vers une carrière de couvreur. Aujourd'hui, revenu à ses premières amours, Simon Duquesne associé à Arquana de Queeen déjoue tous les pronostics en s'adjugeant le Grand Prix de la Tournée des Grêlons 2019. Les bourrasques de vent moins violentes, permettaient au ciel de s'éclaircir et c'est dans une ambiance "de saison" que les 68 concurrents reconnaissaient le parcours d'une 135 sans piège particulier si ce n'est la dernière ligne oxer - vertical qui fut fatale à certains favoris dont Axelle Lagoubie et Rubélia.

24 barragistes Tant ce nombre que la moitié d'entre eux double sans faute à l'issue de la compétition montrent que cette remise en route fut des plus douces. Thomas Rousseau qui avait qualifié 3 chevaux entamait les hostilités avec Udson de Jauzif. Fidèle à son habitude, il ne lambinait pas et se mettait en position de faire courir les autres. Il n'imaginait peut-être pas que 4 autres couples allaient lui voler la vedette lui laissant tout juste le privilège de boucler le top 5. A commencer par le futur vainqueur qui allait signer là une belle performance marquant un retour sinon fracassant du moins remarquable à ce niveau. Simon Duquesne montait Arkana de Queen une jument de 9 ans par Oscar des Fontaines né chez Mathilde Bryère à Argences à qui elle appartient en quasitotalité, Simon en possédant 25%. Malgré une imperceptible hésitation sur l'avant dernier obstacle, le couple filait ventre à terre, comme l'avait été tout son parcours vers un chrono que chacun s'accorda à déclarer imbattable. Effectivement, le peuple eut raison. Pas plus Reynald Angot et Symphonie des Biches qui seront 2ème qu'Alexandra Francart avec Apollon Bleu ou Benjamin Devulder en osmose avec son Baccara du Talus, ne pourrons détrôner le couple du jour. Ce succès marque manifestement un nouveau départ pour ce cavalier toujours d'humeur égale, sympathique en un mot "cool". A l'issue de la saison 2016, alors qu'il était installé au Haras du Pestel à Rémilly sur Lozon, Simon, las, décidait de tout plaquer. Il se dirigeait alors vers le métier de couvreur : "J'avais un contrat d'un an, mais à vrai dire au bout de 2 mois j'en avais déjà un peu marre. Voilà j'ai réfléchi". Après une reprise progressive en 2018, il s'installe en automne chez François Vasche à Sainte-Marie du Mont où il loue des boxes : "J'ai une dizaine de chevaux et je fais beaucoup de coaching chez des particuliers autour de Caen". Arquana est dans ses écuries depuis l'été dernier. Elle était montée jusque- là par Christophe Grangier. Classement 1-Simon Duquesne /Arquana Queen 0 et 39.63, 2- Reynald Angot/Symphonie des Biches 0 et 40.91, 3- Alexandra Francart/Appolon Bleu 0 et 41.04, 4- Benjamin Devulder/Baccara du Talus 0 et 41.51, 5- Thomas Rousseau/Udson de Jauzif 0 et 41.74 Les épreuves principales des deux premiers jours sont remportées par Axelle Lagougie avec Skyrock du Moulin et Feeling de Hus Z

56 EQUIN NORMAND n°110 2019


S. Duquesne-Arquana de Queen, Thomas Rousseau –Udson de Jauzif, Stéphane Dufour- Ultra Star de Savigny

La deuxième pour Thomas Rousseau et Udson de Jauzif Cette fois ils étaient 57 pour se confronter sur 140cm. Ils furent 18 à s‘extraire du parcours pour le barrage soit, tout compte fait, la même proportion que pour la 135 précédente. Il s’était fait piéger un peu la semaine précédente alors là, le routinier et combatif breton de naissance qui avait la faveur de voir ses adversaires évoluer sut mettre les bouchées doubles avec le régulier Udson de Jauzif. Si avant lui d’autres avaient pu faire figure de vainqueur dont Timothée Anciaume hélas fautif avec Ulster de Nantuel et Isabeau van Dorperheide, c’est Stéphane Dufour, toujours très appliqué qui se mua un moment en leader avec Ultra Star de Savigny. Rappelons-le. Outre Ratina d’la Rousserie et Quismy des Vaux internationaux avec respectivement Pénélope Leprévost et Kevin Staut c’est lui qui, avec le soutien de son épouse Elodie, a formé Viking d’la Rousserie aujourd’hui vainqueur en CSI5* avec de nouveau Kevin Staut : une satisfaction légitime !

Classement

Thomas Rousseau 0 et 47.57, 2- Stéphane Dufour/Ultra Star de Savigny 0 et 49.11, 3- Geoffroy de Coligny/ Sorrento du Plessis 0 et 49.35, 4- Alexis Gautier/Au Grand Galop 0 et 49.71, 5- Romain Bourdoncle/Ariana Dream 0 et 50.18 Les épreuves des deux jours précédents ont été remportées par Axelle Lagoubie avec Skyrock du Milon et Ludovic Gaudin avec Uline Platière. EQUIN NORMAND n°110 2019

57


Le final

Aymeric De Ponnat et Elize font parler leur talent Seulement une trentaine de concurrents pour une édition qui s’est avérée l’une des plus fréquentée depuis longtemps. Paradoxe ? Pas tant que cela dans la mesure où, on le dit depuis longtemps, les cavaliers pour leur majorité ont besoin de concours à 135 voire 140 maxi pour former leurs chevaux après le cycle classique dans une perspective de commercialisation. Le niveau 145 appartient déjà à une catégorie de professionnels qui pratique le haut niveau avec des chevaux taillés pour la cause et propriété, pour un grand nombre, de mécènes. Auvers, Saint-Lô, Deauville qui organisent des CSI semblent les seuls lieux identifiés et dédiés à ce niveau en Normandie. De cette trentaine, le chef de piste, pour là aussi poursuivre dans l’esprit de ces joutes de début de saison, avait proposé un parcours sans piège particulier afin de donner une chance à un nombre suffisant au barrage. Pari réussi.

Une douzaine de barragistes Douze mais trois cavaliers avec chacun deux chevaux en finale. C'est Valentin Besnard qui lançait les hostilités avec Best of Iscla. Le couple vainqueur du Grand Match du Salon des étalons bouclait un parcours sans faute mais qui s'avéra tout juste pour terminer dans le top 5. Plus tard, le cavalier des écuries Rocuet sera plus rapide avec Utrillo du Roumois et s'emparera de la 4ème place : belle performance ! Derrière venaient Axelle Lagoubie et la dernière qualifiée Urane une fille de Miami de Semilly. Plus rapide mais 4 points. Olivier Martin très précis avec Away Semilly allait récolter les fruits de sa sagesse en terminant bon 6ème. C'était au tour des routiniers Delmotte- Darmani et sans surprise une descente de 4 secondes sur le temps de Besnard. Il allait falloir faire fort pour le battre. Le Charentais Bernast n'était pas homme à s'avouer vaincu d'autant que les Grêlons 2019 lui ont bien réussi. Associé à Alpha de Preuilly, il laissait quand même 2 secondes de marge au Nordiste Delmotte. Puis venait le couple qui aurait dû être considéré comme le favori tant son palmarès depuis l'été 2018 est parlant. En effet, après un succès dans le CSI2* de Fontainebleau en juillet, une 3ème place dans le CSI3* du NHS en août, deux autres 3èmes places consécutives dans le Grand National du Mans en Novembre et dans le CSI2* de l'AEC de Saint-Lô pour conclure la saison, suffisaient à se convaincre des capacités à vaincre d'Aymeric de Ponnat avec la jument belge de 9 ans seulement Elize. Certes, ils ne devancent Delmotte et Armani que de 19 centièmes mais ce sera largement suffisant. Suffisant dans la mesure où Axelle Labougie et sa Rubélia parties les dernières seront victimes de 4 points mais....mais plus de 2 secondes plus rapides que les lauréats. Ce n'est certainement que partie remise pour la Normande. Classement 1-Aymeric de Ponnat/Elize 0 et 44.67, 2- Nicolas Delmotte/Darmani Van't Heuke 0 et 44.86, 3- Jean-Charles Bernast/Alpha de Preuilly 0 et 46.80, 4- Valentin Besnard/Utrillo du Roumois 0 et 46.89, 5- Valentin Besnard/Best of Iscla 0 et 48.88 Les épreuves du vendredi et du samedi ont été remportées par Axelle Lagoubie avec Feeling de Hus Z et Alexandre Dufour avec Velours d’Argouges

58 EQUIN NORMAND n°110 2019


Alexandre Dufour-Velours d’Argouges Nicolas Delmotte- Darmani Van’t Heike Jean-Charles Bernast – Alpha de Preuilly

Grand Prix des 7 ans Insolente Carbinia avec Félix Jarry Pas de surprise dans cette épreuve toujours d'une grande tenue et pleine d'enseignements sur ces chevaux en pleine évolution. La fille de Rock'n Roll Semilly l'avait déjà montré dans les épreuves précédentes en s'imposant à plusieurs reprises sous la selle du très adroit ligérien. La 2ème place revient au Deauvillais Damien de Chambord, l'un des seuls concurrents à avoir osé prendre la même option que le vainqueur. Le jeune normand monte Diams Brimbelles Z, un fils de Darco. Il ne concède que 46 centièmes au vainqueur. Le podium est complété par Chipie Chic Semilly, une jument fille de Diamant de Semilly pleine d'avenir aux mains d'Alexis Gourdin.

EQUIN NORMAND n°110 2019

59


60 EQUIN NORMAND n°110 2019


EQUIN NORMAND n°110 2019

61


62 EQUIN NORMAND n°110 2019


EQUIN NORMAND n°110 2019

63


64 EQUIN NORMAND n°110 2019


EQUIN NORMAND n°110 2019

65


Enjoy an Afternoon to flat racing

at

ARGENTAN Race Course

66 EQUIN NORMAND n°110 2019


EQUIN NORMAND n°110 2019

67


A

musant ! Rien qu’un titre en anglais et déjà, lorsqu’on évoque les courses on se voit à Ascot, Newmarket, Lingfield ou ailleurs dans un pays où les hippodromes sont bondés, ça donne envie. Et, quoiqu’on en dise, le cheval, aujourd’hui n’est pas un anachronisme et surtout pas en Normandie. L'hippodrome d'Argentan est, dans notre région, l'un des rares à proposer des réunions pour toutes les disciplines. Celle de fin mars, "Premium" en plat revêt toujours un intérêt particulier car, elle est souvent source d'événements qui illustrent de belles histoires personnelles outre d'accueillir la fine fleur des jockeys français. Maxime Guyon et PC Boudot actuels leaders du Championnat des jockeys en étaient. Le premier qui compte 10 victoires d'avance ne cache pas ses intentions de rafler la cravache d'or 2019. Au-delà de ces deux vedettes, il nous a été offert d'assister à une brillante victoire d'un enfant du pays Thomas Trullier et à celle de Pierre Raussin qui, cerise sur le gâteau, sellait en même temps son premier partant en plat. Plaisir de saisir aussi, dès le rond de présentation de la 1ère course, le sourire doux et complice de la jeune norvégienne Frida Valle Skar qui a choisi la France pour vivre sa passion.

Thomas Trullier et Tisona aux bras Originaire d'Argentan où son père a été entraîneur de trotteurs, le jeune jockey tout juste âgé de 18 ans fait l'objet de commentaires élogieux dans le milieu. Au service des écuries Clément à Chantilly, il compte à son actif 16 victoires depuis le début de la saison. Huitième pour le moment au classement des jockeys, il n'est devancé que par des pointures telles les deux premiers cités et C. Demuro, C. Soumillon et S. Pasquier, son modèle, entre -autres. Hier, dans une maiden sur 1200 m, il montait Tisona une jument anglaise de 3 ans entraînée par Mathieu Palussière appartenant au Tchèque Melnyk. Le jeune ornais s'est imposé de justesse devant Vivid Dream montée par le prometteur Coutançais Pierre Bazire qui, voilà deux ans, avait fait l'objet d'un portrait dans Equin normand.

Coup d'essai - coup de maître pour Pierre Raussin avec Free Ball Le Sarthois installé à Louplande près du Mans, n'est dans les courses que depuis peu. Après une carrière de cavalier de CSO où il a brillé dans le domaine de la formation des jeunes chevaux, il fut 2ème du championnat des 4 ans à Fontainebleau en 2014 avec l'étalon Hafko Has (Lamm de Fetan), il a embrassé conjointement le turf en 2012. Entraîneur public depuis 2017, il signait en octobre 2018 son premier succès de Groupe avec Saint Xavier (Saint des Saints) dans le Prix Montgomery (Gr3) pour le compte de la casaque Papot. Toujours pour les couleurs "Vert et Bleu" dont il a beaucoup de pensionnaires, il sellait à Argentan, son premier partant en plat. Il s'agissait de l'inédite de 4 ans Free Ball. Montée par Alexandre Roussel, la grise, fille de Martaline l'a emporté de bout en bout avec une facilité digne de belles perspectives.

68 EQUIN NORMAND n°110 2019


EQUIN NORMAND n°110 2019

69


Les chevaux inscrits sont prioritaires

70 EQUIN NORMAND n°110 2019


EQUIN NORMAND n°110 2019

71


72 EQUIN NORMAND n°110 2019


DEAUVILLE

Benoît Cernin et Unamour du Suyer Après Jardy, le Bourguignon fait main basse sur l’étape normande

A

ce train-là, on peut imaginer que l'écurie « Or Vet- Ar Tropig » qu'il forme avec Jérôme Hurel est bien partie pour s'emparer une nouvelle fois du Trophée final. Sur leurs terres, les cavaliers du Calvados se sont montrés à leur avantage. En effet, Patrice Delaveau et Aquila HDC prennent la 2ème place et sa coéquipière de l'écurie Jump Five-HDC Delphine Perez, est 4ème avec Untouchable Gips, alors que Régis Bouguennec cavalier des écuries de Pénélope Leprévost à Lecaude décroche une très belle 3ème place. Le petit Grand Prix, avec une autre épreuve est revenu à Edward Levy et Unique de la Roque, autre couple normand alors que Mathieu Billot, local parmi les locaux, comme Levy, malheureux dans le Grand Prix, remporte 2 épreuves pendant le concours. Le Prix du Calvados est pour le Rouennais Timothée Anciaume et la jument Australia. EQUIN NORMAND n°110 2019

73


Edward Levy et Unique de la Roque Normand et Calvadosien d’adoption, Edward Levy est le cavalier aujourd’hui en mesure d’assurer la relève au sein du haut niveau français. Assuré désormais de conserver son cheval de pointe Rebeca LS, il dispose avec Sirius Black, Starlette de la Roque, Cornet’s Velvet RS et Unique de la Roque en selle sur laquelle il remportait avec une aisance insolente le petit Grand Prix, d’un piquet capable de lui assurer un avenir souriant.

74 EQUIN NORMAND n°110 2019


Valentine Delaveau et Vivaldi d’Euskadi S’il est encore prématuré pour le père de tourner la page, il semble que chez les Delaveau la relève soit assurée à en juger par la brillante 5ème place de Valentine en selle sur le pétulant basque fils de Sandro Boy. Timothée Anciaume remporte le Prix du Calvados Associé à Australia, le Rouennais devance Edward Levy et Unique de la Roque. (Photo PSV/JeanMorel)

Donatien Schauly et Sprinter du Dorset L’épreuve à 145 du vendredi disputée au Barême A avec barrage est revenue à un couple que l’on voit éposidequement. Le cavalier, Adjudant, de l’Armée de Terre (ABC) est occupé par ailleurs dans sa carrière émérite de concours complet. Plusieurs fois Champion de France, Champion du Monde des moins de 25 ans, Médaillé de Bronze aux derniers JEM de Tryon en 2018, il a participé à ceux de 2010 ainsi qu’aux Jeux Olympiques de Londres en 2012. Sprinter du Dorset est un cheval normand et plus précisément du Calvados, pure souche. Il est né chez Régis Vauvrecy à Maltot près de Caen. C’est un fils d’Allegreto et d’une mère par Voltigeur du Bois avec en sus une bonne dose de pur-sang. Margaux Rocuet et Victoria Barcelona Il n’est pas utile de présenter Margaux Rocuet dont la dextérité héritée de son père Bruno n’est plus à démontrer. En revanche, la jument née chez les Rocuet, passée jusqu’au milieu de l’année 2018 assez inaperçue mérite un arrêt sur image. Fille d’Huppydam des Horts et de la super rapide La Luna du Thot, elle se classe 2ème du GP de St Quai Portrieux en juillet avant de prendre la 2ème d’une 145 lors du CSI 3* de Dinard en août. En septembre elle confirme avec la 2ème place du GP d’Erquy. Avec ce premier accessit de Deauville, la saison 2019 semble bien partie. EQUIN NORMAND n°110 2019

75


Le Grand Prix

Le Grand National séduit toujours Une centaine dans le Petit Grand Prix, plus de 60 dans l’épreuve reine, le circuit du Grand National qui entame sa 12ème saison n’a pas pris une ride car, dans un fondamental bien établi, il se renouvelle chaque année. Ainsi, jusque-là, le Grand Prix se courait sur le principe du "Super 10" à savoir que l'on retenait pour le final tous les couples sans faute ou simplement les 10 meilleurs quelque- soit leur score du premier tour. Désormais, selon le souhait des nouveaux entraîneurs semble-t-il, l'épreuve se court au Barême A avec barrage au chronomètre limité aux concurrents sans faute. Dans ces conditions, ils se retrouvaient à 9. C'est le malheureux Bruno Selva associé à Vif de la Fontaine pénalisé d'1 point de temps dépassé qui fait les frais de ces nouvelles règles. Au registre des "malheureux " de la journée ou de moins du Grand Prix on citera Edward Levy, victime de 4 points avec chacun de ses deux chevaux et à chaque fois sur l'obstacle N°1 aux couleurs de Cavalassur : une assurance immédiate de courir pour peu. Au barrage, le local Mathieu Billot qui s'était déjà imposé à plusieurs reprises ici avec Shiva d'Amaury aurait pu, s'il avait été sans faute, l'emporter puisqu'il réalise le temps le plus rapide. Dans ses traces, Benoit Cernin, comprenait très vite le rythme qu'il fallait donner pour ne pas être inquiété. De fait, il ne le sera plus tant son grand fils de Calvaro a pu mettre en oeuvre sa puissante locomotion. Pourtant le coup est passé près avec d'abord le Nordiste Alexis Borrin qui chevauche Alea de la Marque, une très prometteuse jument par Mylord Carthago, née chez les Borrin. Victime de 4 points il échoue à 2 centièmes du vainqueur. Marc Dilasser est fautif, lui aussi, avec Abricot Ennemmelle (Quaprice Boimargot). Il lui manquait 4 centièmes. Plus prudente mais ô combien efficace, Delphine Perez met en exergue les qualités grandissantes de Untouchable Gips (Portofino 46). Autour des lices, des perspectives vers les plus grandes échéances étaient avancées. Patrice Delaveau qui travaille pour la montée en puissance d'Aquila et avant dernier à partir sait demeurer sage et concède 1 seconde et demi au vainqueur pour prendre quand même la 2ème place. Pour conclure la journée, Régis Bouguennec, que l’on attendait pas à si belle fête, trouve le bon compromis avec Varennes du Breuil (Jarnac) né chez Jean Michel Lorin à Falaise pour monter sur le podium. Cinquième, le Picard Thomas Lambert avec Univers de Ch'ti (L'Arc de Triomphe), profite de la non appartenance à une écurie du GN de Bouguennec, pour partager avec son frère Mathieu la 3ème place des écuries, la leur labellisée GEM.

76 EQUIN NORMAND n°110 2019


Classement 1-Benoît Cernin/Unamour du Suyer 0 et 38.32, 2- Patrice Delaveau/Aquila HDC 0 et 39.73, 3- Régis Bouguennec/Varennes du Breuil 0 et 40.22, 4- Delphine Perez/Untouchable Gips 0 et 42.39, 5- Thomas Lambert/Univers de Ch'ti 0 et 42.62 Patrice Delaveau/Aquila HDC, Le podium, Alexis Borrin/Alea de la Marque, Delphine Perez/Untouchable Gips

EQUIN NORMAND n°110 2019

77


78 EQUIN NORMAND n°110 2019


EQUIN NORMAND n°110 2019

79


Retrouvez toutes les actualités sur notre site :

www.equin-normand.com

80 EQUIN NORMAND n°110 2019