Page 1

Édition Internationale

2 0 1 8 n ° 10 7

15€

Le 30ème Normandie Horse Show

Les CSI d’Auvers

La Grande Semaine de Fontainebleau Les courses en Normandie

Le Meeting Barrière de Deauville

Le Polo à Deauville et Gstaad

MAGAZINE DES SPORTS EQUESTRES ET DES COURSES


​9 « Bonnes » raisons de se déplacer ​​​​​​​et 5 « Très bonnes » Octobre

Dimanche 14 -13h00 Dimanche 21 - 13h00 Samedi 27 -17h45 Réunion Premium

Novembre

Jeudi 8 -17h20 – Réunion Premium Dimanche 11-13h00 Dimanche 18- 13h00 Samedi 24 -16h00 – Réunion Premium

Décembre

Lundi 3- 16h00 –Réunion Premium Vendredi 14 – 16h00 – Réunion Premium

www.hippodromedegraignes.fr


S

Sommaire Auvers CSI**

7

Courses en NORMANDIE

12

21

Longines Deauville classic

17

Meeting de Deauville

Nocturnes de Graignes

14

35

Retrouvez toutes les actu

www.equin


56

Polo à Deauville et Gstaad

63

Estivales de Cabourg

est un magazine édité par la Société EDAS Chemin du Poirier - 14220 Hamars SARL EDAS - RCS de Caen 497 704 460 N° de gestion 2007 B 343 Capital de 5 000 €

Grande semaine de Fontainebleau

Directeur de la publication Rédacteur en chef : Michel GALLET mgallet.edas@gmail.com

65

Auteur - Photographe : Jean, Eugène BOUGIE Mobile 06 27 22 96 25 j.bougie@wanadoo.fr Charlotte MEURY - BOUGIE Assistante Communication : Céline BELLONI Mobile 06 28 98 57 96 cbelloni.edas@gmail.com

Réalisation graphique :

Vente de Trotteurs Deauville

78

Agence EDAS 17 rue Mélingue - 14000 CAEN Mobile 06 28 98 57 96

ISSN > 221-E Dépôt légal à parution. Ne pas jeter sur la voie publique.

Equin Normand est une marque déposée auprès de l’INPI sous le N° national N° 4362095

80

Les «Cherré Brothers»

ualités sur notre site :

Attelage Saint-Lô

84

n-normand.com

Toute reproduction, même partielle, des textes, photos et illustrations est interdite. La revue Equin Normand n’est pas responsable des textes, dessins, photos, cartes de situation et illustrations, qui lui sont envoyés sous la seule responsabilité de leur auteur.


6 EQUIN NORMAND n°107 2018


AUVERS - CSI**

Les Belges ………….

3 Fois

L’attraction était bien l’Equipe de France pour les JEM

A

lain Hinard s’était mis en quatre depuis plusieurs semaines pour attirer les cavaliers chez lui à l’occasion de ses CSI d’août. Opération réussie qui confirme tout l’intérêt de ces concours très complémentaires au Normandie Horse Show tant en terme de fréquentation populaire que d’attraction économique pour la filière équine. Pour le sport, les cavaliers Belges ont fait main basse sur les trois épreuves majeures. Le jeune Jeroen de Winter s’impose dans la 1ère avec Gretel S une jument par Corland et se classe 2ème avec le même cheval de l’autre ranking. Epreuve remportée par Jérôme Guéry, un homme de grande expérience avec Jelly Belly van Het Eikenhof, une jument BWP de 9 ans par Chopin van Het Molenei. Le cavalier de Waterloo seul double sans faute de ce Grand Prix qui ne comptait que 3 barragistes sur la soixantaine de partants mais au cours duquel on enregistra 13 abandons, fait retentir la Brabançonne grâce à la dextérité de Kel’Star du Vingt Ponts, un hongre par Kannan. Mais, au-delà des succès de nos amis d’Outre-Quiévrain, la présence de trois cavaliers de l’équipe de France de jumping retenue pour les JEM de Tryon, accompagnés par Philippe Guerdat le sélectionneur national suscita naturellement davantage l’attention. Deux pages en images en remémorent leur passage.

EQUIN NORMAND n°107 2018

7


LE TABLEAU D’HONNEUR Entre les amateurs, les ladies, les chevaux de 7 ans, il serait trop long de citer tous les vainqueurs. Bornons-nous donc au Grand Prix qui met bien en évidence le caractère international de l’événement puisque 5 nations sont représentées parmi les 5 premiers du classement. A ceux-là, il faut ajouter, voire commencer par Axelle Lagoubie qui continue sa moisson infernale. Sixième du Grand Prix avec Skyrock du Milon, la Normande remporte une 130 avec Veneur de la Lande, une autre avec Feeling de Hus Z et se classe 2ème avec Alpha de la Botte. Axelle est par ailleurs 3ème du prix Agrial avec Aryane de l’Yserand. Derrière les deux Belges qui ont mis la main sur les 3 épreuves majeures, retenons la 2ème place dans le GP pour Max Thirouin avec Jewel de Kawakenbeek. Consolation pour Max déclassé de la victoire en 2017. Le jeune Ecossais Graham Babes 3ème du GP avec Boucheron et rappelons-le Champion d’Europe par équipe jeunes cavaliers à Fontainebleau en juillet. La Néerlandaise Monique Van den Broek s’est montrée très convaincante, 4ème du GP, avec Corsari vd Helle, un hongre fils de Comme il Faut. C’était pour Monique vd Broek la première sortie en France de sa carrière. Pour conclure n’oublions pas notre Portugais-Normand Duarte Romao, 5ème du GP avec la très bonne Utopie D’Bonneville.

8 EQUIN NORMAND n°107 2018


Prix Equin normand

Couru sur une épreuve à 120 dans le cadre du CSI*, le Prix Equin normand est tombé dans l’escarcelle des Cherré Brothers. Tom l’emporte avec Amour Royal devant Victor et Ganda vd Kruishoeve, une jument par Vigo d’Arsouilles. Satisfaction aussi pour la Sellerie de Marigny qui, aimablement, équipe ces deux jeunes prometteurs.

EQUIN NORMAND n°107 2018

9


T R Y O N 2018


AUVERS 22 et 23 Août Stage de l’Equipe de France de Jumping sélectionnée pour les Jeux Equestres Mondiaux de Tryon (USA) Sélectionneur : Philippe Guerdat Alexandra FRANCART Volnay du Boisdeville Selle Français (Winningmood vd Arenberg/Jalisco B) né chez Hubert Osteau 08 Ville sur Lumes) Nicolas DELMOTTE Ilex VP BWP (Diamant de Semilly/ Darco) né chez Alex Van Pollaert à Erpe-Mere (B) Alexis DEROUBAIX Timon d’Aure Selle Français (Mylord Carthago Hn/ Drahkar des Hutins) né chez Bertrand Chambry à Monceaux en Bessin, appartenant à André et Annick Chenu, le Mesnil Mauger (14)


Aux courses en Normandie cet été

C

Bien entendu qu’immédiatement vient le nom de Deauvile La Touques et ses multiples Groupe1. Mais la Normandie c’est aussi Cabourg et ses « Estivales » qui chaque mardi et vendredi attirent plus de 5000 spectateurs. La Normandie c’est aussi tous les hippodromes qui proposent des événements très prisés des touristes à commencer par Graignes et ses feux d’artifice mais aussi, Bréhal et le Trophée Vert, Avranches et Portbail dans l’authenticité de la ruralité manchoise.

ABOURG

Le Prix Equin « Equin normand »

Couru chaque année, le dernier vendredi de juillet, le Prix Equin normand est l’une des références média des Estivales. Si la victoire va à des drivers ou entraîneurs d’autres provinces c’est un plaisir, s’il récompense des gens de chez nous. C’est un grand plaisir ! Cette année, la victoire est revenue à Sébastien Ernault, driver d’Electra du Vivier, une jument de 4 ans appartenant à Jean-Yves Lécuyer de Houesville chez qui elle est née : du pur manchois ! Photos Thierry Canteux

AVRANCHES C’était comme toujours le mardi 7 août. Beaucoup avaient, le matin fait collation à la « pirotte » à Bacilly. Yoann Lebourgeois très en verve remportait la 1ère course avec Faubourg et le Grand Prix de la journée avec Ckenoby Poncelet alors que l’orage avait noirci le ciel. Toutes les courses furent très disputées et plus particulièrement la 7ème qui donna à Antoine Wiels avec Dosmina Bella l’occasion de coiffer sur le fil Mathias Dudouit et Diva Somolli.

12 EQUIN NORMAND n°107 2018


BREHAL

PORTBAIL

Après Agon-Coutainville, Bréhal accueillit une manche du Trophée Vert. Et comme à Agon et à Fougères avant, Yoann Lebourgeois s’est joué de tous ses adversaires pour s’imposer une nouvelle fois avec Bugsy Malone. Il devance François Lecanu et Blackaro. Sébastien Houyvet prend la 3ème place avec Alexis Jisce. Une très belle réunion qui marque une belle session bréhalaise pour le Président JF Popot. (Photo Freddy Grippeau)

C’est la société présidée avec entrain par Caroline Ribet. Le succès de Pierre-François de Grave exprime de manière forte ce que peut être là aussi le circuit court. En effet, PF de Grave est installé à Denneville aux portes de Portbail et la gagnante Cathy du Marin une excellente jument de 6 ans par Power Jet, est née chez Marie Blanche Eustache à l’Etang Bertrand une commune distante d’à peine 10 kilomètres près de Bricquebec. (Photo Freddy Grippeau) EQUIN NORMAND n°107 2018

13


Les « Nocturnes » de Graignes

Grandiose Le 4 août, avant le premier feu d’artifice, les 7000 spectateurs massés devant la piste eurent le bonheur de voir s’affronter Charly du Noyer et Briac d’Arc. Charly du Noyer renoua de manière brillante avec le succès. Yoann Lebourgeois était au sulky. Le 18 août, pour le second feu d’artifice, d’ailleurs tout aussi apprécié que le premier, ils étaient plus de 8000. Toutes les courses furent intenses et plus particulièrement la 5ème qui vit David Thomain s’imposer d’un nez avec Akir de Mai devant Yoann Lebourgeois et Crusoe d’Anama. Le 25 août, Alexis Popot remportait brillamment le Prix Saint-Lô Agglo au sulky de Call Jack.

14 EQUIN NORMAND n°107 2018


!! L’hippodrome du Vieux Château consacre des vedettes mais permet à de jeunes professionnels de se mettre en valeur. Ainsi, le 18 août, en ouverture de la réunion, le jeune Alsacien Loïc Holfeld en formation chez l’entraîneur Rodolphe Lagadeuc remportait sa 1ère course avec Don Salluste. Dans la 2ème Yoann Lebourgeois, encore lui, s’envola avec Dino Volo de l’écurie de P. Viel.

EQUIN NORMAND n°107 2018

15


Longines DEAUVILLE Classic

Le Grand Prix c’est Billot

mais le « King » c’est Williams

Photo PixelEvents

Comme l’avait été la première édition, le Longines Deauville Classic

2018, a donné au PIC –Pôle International du Cheval- ce que le 21ème arrondissement est en droit d’attendre en matière de sport équestre comparé au Meeting Barrière de l’hippodrome de la Touques ou encore au Tournoi international de Polo. Vainqueur des deux épreuves, l’Anglais Guy Williams manque de peu le « Hat Trick ». Avec Rouge de Ravel, il le manque pour 84 centièmes au profit du « Lokal Matador » Mathieu Billot et l’étalon Shiva d’Amaury.

16 EQUIN NORMAND n°107 2018


EQUIN NORMAND n°107 2018

17


Comme le CSI du Normandie Horse Show, le Longines Deauville Classic avait peiné à remplir son plateau de cavaliers étrangers. La multitude de manifestations partout en Europe ne le favorise pas. Bref ! C’est ainsi ! Et, compte tenu de la qualité des cavaliers et de la cavalerie française à ce niveau, les épreuves ne manquent pas d’intérêt. Parler d’étranger lorsqu’il s’agit de Guy Williams n’a pas beaucoup de sens puisque le flegmatique « Brit » est désormais installé près de Rouen. Qui plus est, il réalise ses meilleures performances en selle sur Rouge de Ravel, un cheval né dans le Calvados, plus précisément à Saonnet chez Jean-Noël Pottier et Priscilla Glaser. Fils d’Ultimo Van Ter Moude, Rouge de Ravel avait été monté antérieurement par Christophe Grangier, Clément Boulanger et Elliot Souster. Lors de ce concours, plusieurs jeunes cavaliers et chevaux se sont mis en évidence. A commencer par Alice Trehoust qui prend la 4ème place du Prix de Deauville avec Quel Homme de Hus. Installée à Plescop dans le Morbihan, la gérante des écuries du Zénith ancienne élève des deux Robert, Michel et Olivier ne manque pas d’ambition. Ensuite, Lalie Saclier. La jeune cavalière qui vient de s’installer avec sa sœur Lolita au sein de « LS Jumping » à Jugy (71) n’a pas manqué de punch avec son fidèle Tescari-jac. On associera à ces jeunes femmes, Kevin Gauthier en pleine ascension avec Twist de la Butte tout autant que, bien entendu le Normand Titouan Schumacher et Atome Z 2ème de ce Prix de Deauville derrière l’inaccessible Williams. Enfin, si les étrangers n’étaient pas pléthore au PIC, retenons la prestation du Britannique William Fletcher, tout frais émoulu champion d’Europe jeunes cavaliers. Classement du Grand Prix 1- Mathieu Billot/Shiva d’Amaury 0 et 40.18, 2- Guy Williams/Rouge de Ravel 0 et 41.02, 3- Kevin Staut/Vendôme d’Anchat 0 et 41.10, 4- Edward Levy/Sirius Black 0. et 43.60, 5- Jean-François Rondoux/Jameelaty (Ex Quincy du Phare) 4 et 46.76

18 EQUIN NORMAND n°107 2018


Le 1er Tournoi des Nations pour la France

Pour donner du piment au Meeting de Deauville Barrière déjà bien épicé avec 7 Groupes 1 de renommée mondiale ainsi que 15 autres de Groupes 2 et 3, sans compter les courses support des nombreux Quintés, France Galop a sorti de son chapeau l’excellente idée d’opposer les nations qui participaient à ces courses. Selon un barême établi affecté de coefficients en fonction de leur renommée, 14 courses comptaient pour l’attribution des points. Un moment dominée par l’Angleterre, la France, le 19 août, grâce aux succès de Thierry Piccone dans le Kergorlay, Alexis Badel dans le Romanet et Mickael Barzalona dans le Pomone, a pu renverser le jeu et s’emparer de ce premier Trophée des Nations dont le succès en appelle d’autres. Par ailleurs, totalement placé sous le signe du renouveau, le Meeting de Deauville 2018 n’a pas manqué de susciter un engouement général majeur, que des événements tels que le Prix du Haras de Fresnay-le-Buffard, Jacques le Marois doté d’1 Million d’Euros ne peuvent que sublimer.

20 EQUIN NORMAND n°107 2018


Le Prix Rothschild (GR1) pour Aurélien Lemaître et With You

22 EQUIN NORMAND n°107 2018


Chez Freddy Head depuis ses débuts, Aurélien Lemaitre en gagnant à 29 ans son premier Groupe 1, en selle sur With You permet à son patron de compter 5 Prix Rothschild après la série de 4 de Goldikova. Favori de ce premier grand rendez-vous deauvillais 2018, malheureusement disputé sous la pluie Aurélien Lemaitre a totalement porté la course s'imposant de 3 longueurs devant les deux Godolphin Crown Walk et Rosa Imperial. With You, la jument de George Strawbridge, récente 5ème du prix de Diane, trop long pour elle et battue d'une courte tête dans le Prix Saint Alary a montré beaucoup de constance dans l'effort dès que la bataille pour le poteau s'est engagée, cela sur la distance de 1600m qui semble lui convenir à merveille. Anaïs Quétel, la cavalière d'entraînement de With ne cachait pas, comme Aurélien Lemaitre, son bonheur à la victoire de With You. Ben Anthony Curtis ne cache pas sa joie après sa victoire dans le Darley Prix de Cabourg (GrIII). Joie qu'il partage avec Julian Ince le boss du Haras du Logis à Louvière en Auge près de Trun dans l'Orne qui gère la carrière des étalons Darley depuis 20 ans. A 29 ans, l'Irlandais Ben Curtis qui fut champion d'Irlande des apprentis en 2010 remportait là sa première course de groupe. Pour l'anecdote, il a été, au cours des 3 dernières saisons deux fois meilleur jockey de l'hippodrome de Carlisle. EQUIN NORMAND n°107 2018

23


Le Prix Morny (Gr1) pour l’Anglaise Pretty Pollyanna A la Française Nonza, le Prix Jean Romanet (Gr1) Né voilà 85 ans dans la East End de Londres au sein d’une famille ouvrière, Bill Gredley découvre le cheval lors de son service militaire. Affecté dans une base de l’US Air Force, c’est un pilote fan de courses qui l’embarque pour l’hippodrome de Bath. De là, Gredley se lance dans le business immobilier jusqu’à y amasser une belle fortune. Conjointement à ses affaires il entame sa saga dans l’élevage de pur-sang et les courses avec le même succès. Aujourd’hui encore à la tête de la puissante compagnie Unex et du non moins brillant Haras de Stechworth Park, Bill Gredley vient de lancer, se souvenant de ses origines, dans le cadre du « Gredley Charitable Trust » un plan de réhabilitation d’un quartier de Newmarket au profit des personnes âgées. Bill Gredley est le père de Tim, cavalier international de saut d’obstacles qui voilà quelques années avec les chevaux « Unex » représentait la Grande Bretagne dans les Coupes des Nations. Tim a depuis rejoint son père dans les affaires et les courses. Pour ce qui est de son succès à Deauville, la pouliche de 2 ans Pretty Pollyanna, qui porte le prénom de la fille de Bill Gredley, est entrainée par Michael Bell et montée par S de Souza. Au cours d’une course limpide, alors qu’elle était super favorite, la fille d’Oasis Dream n’a été que très peu inquiétée par Signora Cabello montée par Lanfranco Dettori. La 3ème place revient à True Manson entrainée par Karl Burk lauréat en 2017 avec Unfortunately et montée par PJ Mc Donald.

24 EQUIN NORMAND n°107 2018


De Savigné Lévêque à Nonza

C’est aux portes du Mans que la famille Devin a ses racines depuis le début du 20ème siècle au château du Mesnil. En 1961, le cheval Right Royal remportait le Prix du Jockey Club. Quelques années plus tard, en 1967, la Reine d’Angleterre vint au Mesnil pour le voir. Depuis, la famille Devin, dont la discrétion n’a d’égal que la compétence a brillé en 2001 avec Terre à Terre (Prix de l’Opéra GR1), Shannon Rock (La Haye Jousselin à Auteuil). Nonza, petit village du Cap Corse a donné son nom à la lauréate du Prix Jean Romanet. Ce nom restera sans aucun doute à jamais gravé dans la mémoire d’Henri-François Devin entraîneur installé à Chantilly depuis 2013 et Alexis Badel le jockey. En effet, pour l’un comme pour l’autre, il s’agit de leur premier succès en Groupe 1. Victorieuse d’une Listed en juillet, Nonza faisait forte impression. La décision de l’engager d’emblée dans un Groupe 1 relevait du coup de poker. Un coup de poker cependant bien réfléchi qui s’est avéré gagnant. EQUIN NORMAND n°107 2018

25


Le Kergorlay (GRII) pour le persévérant HOLDTHASIGREEN Le Pomone (GRII) pour la séduisante Kitesurf

E

lle faisait plaisir à voir cette embrassade de Claude Le Lay qui de son Haras du Lude, dans la Sarthe comme les Devin (Nonza et le Prix Jean Romanet), pas à pas, construit avec persévérance et constance le vainqueur du Prix Kergorlay. Holdtasigreen est le cheval de sa vie, il l’a dit et répété aux médias qui s’entassaient autour de lui. Et on veut bien le croire tant son enthousiasme le reflétait. Anecdote s’il en est, Holdtasigreen, aujourd’hui monté par Tony Piccone, remportait en 2017, sous la selle de William Sarayva, le Prix Right Royal du nom du crack de la famille Couturié /Devin à Savigné- Lévêque. Dans cette course, la Manche était représentée par Lukas Delozier originaire de Montviron qui montait l’Allemand Oriental Eagle et par la jument Line des Ongrais de l’entraînement Chemin/Herpin de Granville. Le Prix Pomone n’a été qu’une formalité pour Kutesurf montée par Mickaël Barzalona le jockey attitré de l’écurie Godolphin. C’est en effet avec plus de 3 longueurs d’avance, rare dans cette épreuve, que la fille de Dubawi s’est imposée. L’entraîneur André Fabre enregistrait là son 14ème succès dans le prix Pomone avec, cette année la 2ème place avec Palombe et la 4ème avec Morgan Le Faye.

26 EQUIN NORMAND n°107 2018


Grand Prix de Deauville Lucien Barrière Loxley aime Deauville

Le Grand Prix de Deauville Lucien Barrière clôture traditionnellement le Meeting d’été à l’hippodrome de la Touques. Il s’agit d’un GroupeII qui ouvre souvent la porte de l’Arc de Triomphe aux lauréats. Pour cette édition 2018, on attendait un peu Tiberain au tournant. Ce cheval de 6 ans appartenant au Haras du Logis et entraîné dans le Maine et Loire par Alain Couétil l’avait emporté en 2017 avant de s’envoler pour prendre une 7ème place dans la Melbourbe Cup. Hélas, Olivier Peslier n’a jamais été en mesure de quitter l’arrière du peloton pour terminer avant dernier. Loxley monté par William Buick était le seul 3 ans du lot. Le cheval de Godolphin a permis à l’entraîneur C Appleby de terminer en beauté un Meeting qui lui a été très favorable.

28 EQUIN NORMAND n°107 2018


Comme C. Appleby, Freddy Head rentre de ce Meeting 2018 très satisfait. Après With You dans le Prix Rotschild et Polydream dans Larc Maurice de Gheest, il réussit la passe de 3 avec Tantheem dans le Prix de Meautry avec toujours Aurélien Lemaître en selle. Lauréate du prix de Cabourg (Gr3) en 2017, décevante dans le Prix de Diane, la jument du cheikh Hamdal Al Maktoum a fait une rentrée fracassante, s’imposant de 3 longueurs. Le Prix Quincey Barrière (GrIII) s’est conclu à la photo entre les deux représentants de Godolphin. C’est d’un nez que Graphite entraîné par André Fabre et monté par Mickael Barzalona l’emporte. Salsabel monté par William Buick est entraîné par Charlie Appleby. Ce succès permet à Mickael Barzalona de remporter le Trophée des Jockeys du Meeting de Deauville 2018. Avant les courses de Groupe, La Medicis montée par Vincent Cheminaud l’avait emporté de belle manière. Enfin, comment ne pas citer la superbe victoire du sympathique William Saraiva aux rênes de Linda’s Cap entraînée par Céline Laur et qui restait sur 3 places de deuxième.

EQUIN NORMAND n°107 2018

29


Postulez à ces offres d’emploi sur www.equiressources.fr

ASSISTANT D’ÉLEVAGE H/F Offre N° E018206

PREMIER GARÇON H/F Offre N° E017651

Lieu de travail : Dép 14 Lieu de travail : Type de contrat : CDI - Temps Dép 14 plein Type de contrat : CDI Début de contrat : Dès que - Temps plein - 39H possible Début de contrat : Logement : logement obligatoiDès que possible rement sur place Poste et missions : Poste et missions : Écurie d’entraineHaras dans le Calvados ment de trotteurs (14) (élevage de pur-sang) recherche un recherche pour renforcer son équipe, un assistant d’élevage premier graçon pour driver en course. H/F pour la gestion globale d’une annexe, ayant obligaPoste de respontoirement une expérience de sable derrière conduite d’élevage. l’entraineur Vous serez en charge de la gesProfil : tion quotidienne de la structure - Expérience : 1 - 3 (soins quotidien chevaux, suivi ans gynécologique complet, suivi - Expérience(s) alimentaire, entretien strucdans : ture…). Si vous êtes motivé, dynamique, Trot (entraînement) - Niveau de formaautonome, avec une exceltion : Indifférent lente organisation et un sens de - Compétences l’observation, ce poste est fait transversales : Permis pour vous ! B (voitures) Exigé Logement sur place obligatoire Salaire selon profil Permis B obligatoire Profil :  - Expérience : 4 - 10 ans - Expérience(s) dans : Galop (élevage) - Compétences spécifiques : Technique(s) d’élevage (passage à la barre, manipulation des foals, suivi de la reproduction,...) Exigé Préparations aux ventes Souhaité - Compétences transversales : Permis B (voitures) Exigé

COMPTABLE H/F Offre N° E018145

CAVALIER SOIGNEUR H/F Offre N° E018198

Lieu de travail : Dép 61 Lieu de travail : Dép14 Type de contrat : CDI Type de contrat : CDD-temps plein Temps partiel 28H sem. travail le wee-end Début de contrat : Début de contrat : Dès que possible 01/10/2018 Logement : oui mais pas sur place Poste et missions : Poste et missions : COMPTABILITE : Écurie de dressage recherche logiciel SAGE cavalier soigneur (H/F) - Saisie des écritures compMonter et soigner les chevaux, tables Entretien du matériel et des écuries, - Préparation du bilan-TréTravail à la longe, sorerie Mise aux paddocks, -Déclaration TVA Débourrages. - DES- PAIE : logiciel EPB Secteur Pont-L’Evêque - Traiter les bulletins de paies Poste à mi-temps ou temps plein - Rédiger les contrats de Profil : travail Expérience : 1 - 3 ans - Déclarations Sociales- Suivi - Expérience(s) dans : Sport / Loisir Administratif - Niveau de formation : Niveau 4 - Respect de la confiden(BAC) tialite - Diplôme Souhaité : BEPA AH, - Sens de l’organisation, entraînement du cheval de compéautonomie, rigueur tition (Niv 5) - Une connaissance de la - Diplôme Souhaité : BPJEPS (Niv 4) filière équine serait un plus (Equitation) - Compétences spécifiques : Profil :  Toilettage (tonte, pions, soins) Exigé - Expérience : 4 - 10 ans Conduite de tracteur Souhaité - Niveau de formation : Débourrages et/ou travail du jeune Niveau 3 (BTS, Deug, DEUST, cheval Exigé ...) Travail à la longe Exigé - Compétences transverNiveau d’équitation minimum : sales : Galop 7 et + Exigé Langue 1 : Anglais Courant - Compétences transversales : Exigé Permis B (voitures) Exigé Informatique : Intermédiaire

CAVALIER DÉBOURRAGE/ PRÉ-ENTRAÎNEMENT H/F Offre N° E017652 Lieu de travail : Dép 61 Type de contrat : CDD évolutif CDI - Temps plein 3 mois Début de contrat : Dès que possible Poste et missions : Elevage de trotteurs Écurie de pré-entraînement, d’entraînement et de débourrage Haras de trotteurs recherche un lad pour le trot attelé. Profil : - Expérience : 1 - 3 ans - Expérience(s) dans : Trôt (entraînement) - Niveau de formation : Indifférent - Compétences spécifiques : Sorties compétitions pros : Trot Souhaité - Compétences transversales : Permis B (voitures) Exigé

D’CLIC PHOTO FG Freddy Grippeau

Photographe hippique www.dclicphotofg.com

30 EQUIN NORMAND n°107 2018

Tel : 06 45 93 73 59


EQUIN NORMAND n°107 2018

31


On a tous eu dans l’cœur des vacances à Saint-Lô

Pour la

30ème du Normandie Horse Show

D

ans quelques années, lorsque l’on égrènera les grands souvenirs, on évoquera Saint-Lô et son NHS 2018 comme dans « Un singe en Hiver », Suzanne Flon évoque sa jeunesse et la Bourboule ou encore Lino Ventura dans les Tontons Flingueurs qui déclare qu’on ne devrait jamais quitter Montauban et enfin Brel qui voulait voir Vierzon. Voilà comment nos belles villes de province marquent leur temps. Saint-Lô en est là aujourd’hui pour le cheval comme elle le fut, malheureusement voilà 75 ans, pour sa destruction. C’est mieux comme ça ! La 30ème édition du Normandie Horse a été de cette classe supérieure qui ne flirte pas avec l’outrecuidance car, le Normand est sage. Elle restera comme celle ayant véritablement amorcé le tournant vers une adéquation parfaite entre le domaine professionnel et l’attraction du grand public. Le village d’animations à l’entrée du site a remarquablement fonctionné. Le spectacle de fauconnerie et celui des deux poneys clubs de la région saint-loise a été présenté à guichets fermés. La soirée mémoire consacrée aux 60 ans du Selle Français et à la 30ème édition du NHS a comblé ceux que cela concernait. Les épreuves sportives amateur de toutes catégories et celles réservées aux poneys ont fait le plein. Le concours pro1 de la première semaine et le CSI*** ont sacré Laurent Goffinet qui désormais plus que quiconque peut revendiquer le titre de « Prince de Saint-Lô ». Enfin, la mise en place du site dans son ensemble n’a valu à l’équipe du Pôle Hippique, tout autant qu’aux bénévoles que des compliments appuyés. Et des compliments, de la reconnaissance même, vouons-en à Jean-Claude Heurtaux le Président ou plutôt le barreur d’un bateau qui aujourd’hui vogue sur des eaux plutôt calmes mais que des tempêtes auraient pu faire chavirer. Alors ! Pas de raison de se plaindre mais une bonne raison de faire valoir ce résultat pour emmener le NHS sinon vers son demi-siècle, du moins vers ses 40 ans.

34 EQUIN NORMAND n°107 2018


EQUIN NORMAND n°107 2018

35


L

e Week-end Saint-Lô Agglo avec Axelle, Laurent et les autres !

Le lancement du Normandie Horse Show est toujours un événement en soi. S’agissant là de la 30ème édition, on sentait une atmosphère à la fois plus solennelle mais aussi empreinte de l’attente d’y passer 10 jours de plaisir et de découverte autour d’un programme dense de sport et de détente. Ces trois jours de sport davantage tournés vers la communauté de Saint-Lô furent dominés par Axelle Lagoubie, lauréate de 4 épreuves. Cependant, le Grand Prix revint à Laurent Goffinet le plus rapide d’un barrage intense avec T’Inteny Lande, née chez Vincent Renault à Genêts (50). Il aurait tout aussi bien pu réaliser le doublé puisqu’avec Valkyrie Condéenne victime de 4 points, il était le plus rapide de tous. Là, Axelle Lagoubie termina deuxième avec Rubélia et Alexis Gautier, le cavalier de l’écurie « Saint-Lô Agglo-Equin normand » prit la 3ème place. On nota avec beaucoup d’intérêt la 5ème place d’Alexa Ferrer, une cavalière du SudEst récemment installée à Deauville très offensive avec son hanovrien Luke Lugar. La finale pour les chevaux de 7 ans se résuma à un véritable hold-up de la part de François-Xavier Boudant, vainqueur avec Babycomeback, 2ème avec Blood Diamant et 4ème avec Babette Manciaise. Seul Alexis Gautier, 3ème avec Bella du Reverdy l’empêcha de réaliser le triplé. Classement 1- Laurent Goffinet/T'Inteny Lande 0 et 38.01, 2- Axelle Lagoubie/Rubélia 0 et 39.32, 3- Alexis Gautier/Siroco de Coquerie 0 et 40.53, 4- Florian Angot/Soprano de Grandry 0 et 40.78, 5- Alexa Ferrer/Luke Lugar 0 et 42.89

36 EQUIN NORMAND n°107 2018


EQUIN NORMAND n°107 2018

37


CIR SHF des 5 ans

38 EQUIN NORMAND n°107 2018


Tony et Danemark

Partagés entre mâles et femelles, ce sont près de 150 chevaux qui ont foulé la carrière Uriel pour obtenir ce titre de Champion du CIR (Concours Inter Régional) dont le classement est en revanche commun. Danemark, monté par Tony Hanquinquant est un fils d'Action Breaker et d'une mère par Apache d'Adriers qui donna dans le passé en particulier naissance à Rokfeller de Pléville a réalisé sur la carrière ses 16ème et 17ème parcours sans faute. Tout cela sachant qu'il n'avait pas concouru à 4 ans. Appartenant à Caroline Lemarié chez qui il est né, Danemark semble destiné à renforcer le piquet d'Alexandra Ledermann. Quelques jours après le CIR Ravisante de Pléville la mère de Danemark succombait. Danemark devance Darwin du Banco (Ogano Sitte) monté par le discret et efficace Luc Couteaudier alors que la sylphide Axelle Lagoubie prend la 3ème place avec Dayana Mouche (Utrillo vd Heffinck). Parmi tous les autres bons chevaux de 5 ans, nous nous sommes particulièrement attachés à Done’di Amore. D’une part c’est un très beau cheval né dans la Manche chez Jean-Michel Lerivray et Claire Fourré à Dragey-Ronthon. Il a fait le 1er septembre 2016 le top price aux ventes Fences pour 50.000€. Il est monté par l’attachant Sébastien Tencé honoré lors des ventes Fences 2017 pour sa prestation au cours de l’année des 4 ans avec ce fils de l’Arc de Triomphe. EQUIN NORMAND n°107 2018

39


CIR SHF des 6 ans

P

lus de 120 sujets de 6 ans se sont présentés à Saint-Lô pour le CIR (Concours Inter Régional), la clef pour les finales de Fontainebleau. Après une première journée dont l’objectif était d’être sans faute, suivait une seconde épreuve qui y ajoutait le chronomètre. A ce jeu, la victoire est revenue à Cocaïne du Meseray. Il s'agit d'une jument montée par Grégoire Hercelin. Elle a pour père Conrad et pour mère Hortense par Qyou de Longvaut. Elle est née chez Emilie Rubon, vétérinaire, à Montjoie Saint Martin près de Saint James (50). Pour l'anecdote Cocaine a une soeur Atropine (Geraldo, Kwpn) et a produit par transfert en 2018 un mâle par Kapital d'Argonne nommé Intox du Meseray. Tout à fait dans l'esprit des Nuit d'Ivresse et Quart de Vin !!!! Voilà quelques années, j'avais eu le plaisir de surnommer la jument Idane de la Cour que montait Alexis Gautier " d'Arielle Dombasle " du concours hippique, un surnom qui va très bien aussi à Cali de Claids la fine et un peu précieuse jument que montait Benjamin Devulder et qui a littéralement atomisé l'épreuve. Cali est une fille de Rock'n Roll Semilly et d'une mère par César des Fontenis née chez Jean-Luc Launey à Saint-Patrice de Claids près de Périers dans la Manche. Cali s'impose dans cette épreuve en 67.38, le deuxième lui rend plus de 3 secondes : un gouffre dans ce type de compétition ! J'étais un grand fan de son homonyme d’autant plus qu’en même temps que le NHS, c’est en selle sur un fils de Champion du Lys que le Néerlandais Frank Schuttert remportait l’épreuve du Global Champions Tour de Valkenswaard et ce 1centième plus rapide que Marcus Ehning et Cornado NRW. J'entretiens de ce fait un lien fort et particulier avec Gérard Richard son propriétaire/naisseur. Pas exploité à 4 ans, un peu à 5, le fils de Nervoso et d'une mère de la souche du précédent Champion (Laeken) est arrivé dans les écuries de Damien de Chambord à l'automne 2017. Passé par la tournée ibérique au début de la saison, nous l'avons vu transformé dès les premières épreuves SHF de Deauville. Quatrième du CIR de Saint-Lô il confirme ses qualités et mérite la convoitise qui commence à l'entourer. Je ne dédaigne pas le style de Candy de Nantuel avec Thomas Rousseau pas plus que celui de Caprice de Laume avec Anne-Sophie Morel.

40 EQUIN NORMAND n°107 2018


Grégoire et Cocaïne


Championnat de France des Foals Selle-Français Ile d’Emeraude avec des racines manchoises

Elle appartient à Fabrice Georgelin de Saint -Briac sur Mer en Ille et Vilaine chez qui elle est née. Fabrice Georgelin n'est pas un inconnu du NHS. D'une part, il s'imposait en 2017 avec deux poulains d'Emerald, d'autre part, meneur à 4 chevaux, il participe régulièrement au concours national d'attelage de septembre. Le père d'Ile d'Emeraude est Van Gog, un étalon hollandais par Numero Uno monté au haut niveau par l'Allemand Marco Kutscher. Sa mère est plus proche de notre territoire bas normand, puisqu'il s'agit de Volga des Dunes par Apache d'Adriers née chez Yves-Marie Drouet et Christelle Chapelle au Moitiers d'Allonne dans le Cotentin. Par ailleurs, Noisette Normande la jument cob porteuse d'Ile d'Emeraude née chez Louis Pezeril à Saint-Fromond (50) appartenait aussi à Yves-Marie Drouet (Photo).

42 EQUIN NORMAND n°107 2018


IZOR AHAI DE BRESNEAU (Sandro Boy) à Johann Menessier (18) Champion des mâles âgés

IDOMENO D’HAXTHYCAT (Contendro) à Catherine Nadaud (87) Champion des mâles jeunes

ILLYANA DU JAOLAS (Mylord Carthago) à Jean-Louis Schulthess (51) Championne des femelles jeunes


La toute belle Illyana du Jaolas (Mylord Carthago) obtient la meilleure moyenne 17.85, mais se trouve hélas recalée par les juges pour le titre suprême. Idream Hebbflyer (Dream de Baussy) à Mme Hebbinckuys (37) semble intéresser l’ami Frank Dhaenens Isystar du Mesnil (Delstar Mail) à JL Lebourgeois (50) Illico de l’Isle (Contendro) à Jérôme Poisson (50) EQUIN NORMAND n°107 2018

45


A

GRAND PRIX CSI***

tome et Laurent Goffinet : normal dans la Manche !

L

e soir de clôture du NHS, dans une salle de presse parfaitement adaptée, digne de très grands événements avec un staff du même niveau, la presse généraliste assaillait de questions le vainqueur du Grand Prix qui par ailleurs venait de réaliser le doublé avec le Grand Prix Pro1 de la semaine précédente. Dans l'euphorie de cette victoire, l'heure n'était pas au bilan sportif du cavalier manchois dans l'aire saint-loise. Aujourd'hui, les clameurs d'hier tues, il est important, voire indispensable, de mettre en lumière le palmarès unique de Laurent Goffinet lors des grandes échéances disputées au Pôle Hippique. Trois victoires dans le Grand Prix du CSI*** d'octobre avec Flipper d'Elle : 2003, 2004 et 2006 Trois victoires au NHS avec Valentin Paluelle en 1998, Qantar des Etisses en 2013 pour le Grand National et Atome des Etisses dans le Grand Prix du CSI*** 2018. Tout cela sans compter les nombreuses victoires dans les épreuves intermédiaires et les titres de meilleur cavalier de ces concours. Respect Monsieur Goffinet !

46 EQUIN NORMAND n°107 2018


Classement du Grand Prix du CSI*** 1- Laurent Goffinet/Atome des Etisses, 0 et 40.68 2- Cédric Angot/Saxo de la Cour 0 et 41.15 3- Olivier Robert/Vangog du Mas Garnier 0 et 41.80 4- Aymeric de Ponnat/Elize 0 et 43.30 5- Bruno Selva/Vif de la Fontaine 0 et 44.47 6- Kevin Gauthier/Twist de la Butte, 0 et 45.19 7- Amélie Lebrissolier/Verano d’la Rousserie, 0 et 49.20 8- Alexa Ferrer/A Vie du Calvaire, 4 et 41.48 9- Alexis Gautier/Siroco de Coquerie, 4 et 43.51 10- Axelle Lagoubie/Rubelia, 8 et 40.67 11- Stephan De Freitas Barchia(BRA), 15 et 62

EQUIN NORMAND n°107 2018

47


48 EQUIN NORMAND n°107 2018


Le Grand Prix du CSI *** Un « Top Ten » français On ne s’en plaindra pas même si on peut regretter que la concurrence étrangère n’ait pas été conséquente malgré la présence de Laura Renwick et Guy Williams entre autres. On ne s’en plaint pas et on peut même en être satisfait car, au moment où le sélectionneur français avait toutes les peines du monde à former une équipe jusqu’à quasiment sortir un cheval de sa maison de retraite, la relève semble bien présente. C’est en effet sur la hauteur d’1,50m lors des CSI*** ou du Grand National, ces deux compétitions étant de niveau équivalent que l’on se rend compte du potentiel de renouvellement. Tout cela sans être naïf compte tenu de tous les aléas dont est semé le chemin qui mène à l’excellence mondiale.

Des qualifs riches d’enseignement

Vainqueur de la première, Olivier Robert et le gris Vangog du Mas Garnier confirmaient en prenant la 3ème place du Grand Prix. Laurent Goffinet et Atome des Etisses ne manquaient pas le train et se classaient déjà 5ème alors que Tony Hanquinquant et Tourterelle d’Elle 2ème tout autant qu’Olivier Martin et Andiamo Semilly 3ème, manifestaient leur intention de se mêler aux ténors. La seconde épreuve qualificative fut l’occasion pour les deux Britanniques susnommés de prendre la main avec Mélanie Cloarec et la toujours courageuse Ondine Belmanière qui s’intercalaient. Quant à Laurent Goffinet et Valkyrie Condéenne, ils sortaient avec 20 points de pénalité, fait rare pour l’excellente jument de Patrick Herman.

Un Grand Prix conforme aux préparatoires

Disputé en grande partie sous une pluie battante, contraste saisissant avec les journées précédentes, le Grand Prix tracé avec sagesse fut particulièrement agréable à suivre pour le public tout compte fait aussi nombreux et attentif qu’habituellement. Les trois premiers Atome des Etisses, en montrant tout son potentiel, Saxo de la Cour son grand retour en forme et Vangog du Mas Garnier sa constante progression sont à leur place. Suivent des cavaliers et des chevaux que l’on retrouve régulièrement dans ces classements depuis le début de la saison avec une attention spéciale pour Amélie Lebrissolier et Vérano d’la Rousserie étonnants. Pour l’histoire, on mentionnera que le 11ème barragiste, le Brésilienz Stephan de Freitas Barcia sorti de piste dernier avec 15 points, ne s’est jusque-là fait remarquer au niveau mondial que par sa disqualification aux JO de Rio pour usage abusif des éperons. A voir l’enthousiasme manifesté par le public lors du barrage, on gardera de cette 30ème édition du NHS que tant dans le sport que partout ailleurs le souvenir de l’expression d’une ruralité enjouée et heureuse.


CSI*

Sara Brionne, Simon Gallet, Antoine Porte, Jonathan Chabrol, Noemie Ranson

50 EQUIN NORMAND n°107 2018

s t o fl x u Tous a

Lauréate du Grand Prix, Sara Brionne est la jeune pousse par excellence du saut d’obstacles français. Encore membre de l’équipe de France poneys avec la regrettée Quibel des Etisses en 2017, elle entre d’emblée dans la cour des grands avec Comète de Canteloup Z. Née le 25 juillet, Sara, dont les parents conduisent des écuries pros à Labastide Beauvoir près de Toulouse, vient tout juste d’avoir 17 ans. Comète de Canteloup Z est un fils de Chippendale Z et d’une mère par Socrate de Chivré né chez Jean-Marc Perrier à Canteloup près de Cahagnes (14). Monté à 7 ans par Timothée Anciaume, il fait merveille sous la selle de cette prometteuse junior. La veille, le Prix Freejump était remporté par Simon Gallet et Anouchka de Coquerie (Untouchable M) appartenant à Rapahël Dulin de Subligny (50). La première épreuve de ce CSI –Prix Equicer- avait été remportée par Jonathan Chabrol et Felton du Mont. Le Chilien Antoine Porte et Utopie d’Allou s’étaient adjugé la suivante. Le prix du meilleur cavalier parrainé par Agrial/Yearly était remis à Emmanuel Vincent.


EQUIN NORMAND n°107 2018

51


NHS – Get inside !

Il n’a pas tourné dans « Il était une fois dans l’Ouest ». Ce n’est pas Henry Fonda et encore moins Charles Bronson. Il est tout simplement Albert Tropée, l’animateur infatigable des concours d’élevage qu’il s’agisse de cob, de selle français voire de poney

La communauté équestre normande en ordre de marche pour l’inauguration de la 30ème édition du NHS (Photo Françoise Langenais)

Autour des élus de Saint-Lô Agglo et de son leader équestre Loïc Renimel, les Présidents du Pôle Hippique et du NHS A la Foire Aux foals et au spectacle de fauconnerie sans compter le Team « Saint-Lô Agglo-Equin normand avec Alexis Gautier, Benjamin Devulder et Jean Bougie.

52 EQUIN NORMAND n°107 2018


Le cheval arabe d’endurance a aussi une place de choix au NHS

Benoît Chaigne, le Directeur Technique du stud-book Selle Français, en compagnie de Kim Kwang Hyan et Chung Hyun Ah deux spécialistes de la filière équine sud-coréenne, en France pour un séjour de 9 mois afin de s’imprégner de l’élevage, de l’organisation des événements. Cela, afin de favoriser le retour à la nature d’une population essentiellement urbaine et tournée vers l’industrie. Les cobs et l’incontournable Bruno Paysan

Le Championnat régional des femelles de 2 ans revient à Galaxie du Marais (Kannan) à Rémy Mesnil de Vauville 50

L’idée du NHS a été ramenée de Dublin. Normand sans doute ce « volunteer » mais avec un vrai look d’Irlandais Normand

Les « As » d’Equi-Projets Stéphane Deminguet pour le Conseil des chevaux, Olivier Deveaux pour Equicer l’un des partenaires majeurs de l’opération entourent un jeune couple en démarche d’installation. EQUIN NORMAND n°107 2018

53


54 EQUIN NORMAND n°107 2018


EQUIN NORMAND n°107 2018

55


DEAUVILLE – POLO CUP Coupe D’or

L

e Polo à Deauville est une institution comme il l’est à Windsor, à Gstaad. Certes mais c’est à Dieppe que fut joué le premier match de polo en France et ce contre une équipe anglaise. C’est un sport de riches, très riches même mais c’est beau, très beau. Et de cela tout le monde peut en profiter d’autant qu’à Deauville seule la finale est payante et encore avec beaucoup de souplesse. Cette année encore avec la Coupe d’Argent et bien sûr la Coupe d’Or, l’un des meilleurs tournois d’Europe, le programme du Tournoi 2018 était bien étoffé. Cinq équipes se sont affrontées au cours d’une dizaine de matchs de qualification. A l’exception de Pierre Henri N’Goumou handicap 6, les autres joueurs français dont André Fabre étaient handicap 0. Les demi -finales disputées le vendredi 24 août opposaient d’une part In The Wings et Barrière, d’autre part Los Lobos et Land Rover. In The Wings s’est imposée 8 à 7 et Land Rover par un score encore plus serré 7 contre 7.5. La finale s’est jouée selon le scénario un coup pour moi un coup pour toi. A l’issue du premier chukker (période de jeu de 7 minutes), le match en compte 5, les deux équipes étaient à égalité 1 partout. Au cours du second, In The Wings marquait deux goals alors que Land Rover parvenait à en marquer 2,5. Le troisième chukker permettait à Land Rover de remettre les pendules à l’heure puisqu’à la pause ils menaient par 6,5 contre 6. Sous la tente de In The Wings, le leader Francisco Bensadon tançait ses coéquipiers avec véhémence. Autant André Fabre bientôt 73 ans que son fils Rufino âgé de 16 ans. Alors sous son impulsion, les goals pleuvaient. Land Rover coulait. Finalement In The wings l’emportait 11 à 7,5.

56 EQUIN NORMAND n°107 2018


EQUIN NORMAND n°107 2018

57


Images de Polo à Deauville

Jean, Eugène BOUGIE

58 EQUIN NORMAND n°107 2018


EQUIN NORMAND n°107 2018

59


HUBLOT POLO GOLD CUP GSTAAD

60 EQUIN NORMAND n°107 2018


Dès le début du 19ème siècle, sous l’influence anglaise, la petite commune de l’Oberland bernois a mis la montagne à la mode. Depuis, tout ce que l’Europe compte de grandes fortunes se donne rendez-vous à Gstaaad. Johnny Halliday y résidait, Bernie Ecclestone, le pape de la formule 1 y possède un hôtel. Partout où les Anglais ont posé le pied on joue au polo. A Gstaad, on y joue sur le terrain de l’aéroport sanctuarisé pour cet effet. Pour rester dans l’esprit, rien de tel que de proposer à nos lecteurs le compte-rendu de l’édition en anglais. What a finale! Probably the most beautiful in twenty-three editions of the Hublot Polo Gold Cup Gstaad. Incredibly intense to the point that the audience (2000 spectators again) completely got caught up in game and greatly cheered from the sidelines. Although Cedric Schweri and his teammates of Banque Eric Sturdza were able to raise the trophy for the second year in a row, they truly had to fight for it. It was more than a fight, it was a battle! Clinique La Prairie attacked very strongly to the point where one could wonder if the game was not going to be one-sided: “In the beginning of the game, we did not really play well, concedes the happy captain of Banque Eric Sturdza. The other team started the game off very strongly and it began to look bad for us. But our team is like a good Swiss clock, it takes time to adjust, but once it runs, it runs with great regularity.”In short, in the score, this resulted in a severe 4-1 after the first chukker with two goals scored by the one who would be crowned the tournament’s top scorer, the Argentine Agustin Canale (15 goals in the end, 5 average per game). Things got better in the second period, when Banque Eric Sturdza came back to 7-5. “We then started to speed up our game”, says Schweri. Notably thanks to Marcelo Pascual, author of lightning accelerations, brilliantly organizing the game of his team and scoring the two goals that would put the two teams to a tie in the last chukker. All there was left to do for Brazilian Joao Novaes was to conclude by scoring a 30-yard penalty giving Banque Eric Sturdzatheir second title: “Two successive titles in five finals, it’s true that it’s great, but I promise you that I will come back for a third conquest! These victories are the most beautiful because they are at home!” (Txt et photos RB Presse)

EQUIN NORMAND n°107 2018

61


C 62 EQUIN NORMAND n°107 2018


C

abourg

Tout Trot tout Flamme !

Vous étiez 20.000 ! Vingt Mille pour cette dernière réunion des « Estivales » de Cabourg clôturées par un feu d’artifice magique qui fait toujours autant recette. Fabuleux de voir un hippodrome bondé au moment où les inquiétudes et les interrogations à propos de la désertion du public se font plus pressantes. Au moins une occasion pour se réjouir. Se réjouir aussi de l’intensité des courses et plus particulièrement de ce dernier quinté de la saison. Il s’agissait du prix d’Argentan dédié plus précisément à la Société des courses de la ville de l’Orne. Et c’est un Ornais qui s’est imposé. Au sulky de Best Match, le jeune Théo Duvaldestin coiffe sur le fil David Thomain et Cadet Joyeux. Sur le podium le jeune professionnel était récompensé par Bernard Bouvret par ailleurs responsable de la communication à la Fédération des Courses de Basse Normandie. EQUIN NORMAND n°107 2018

63


64 EQUIN NORMAND n°107 2018


Grande semaine de Fontainebleau

Encore une !

Des propos qui reviennent chaque fois qu’on se quitte et que chacun repart dans sa province emportant avec lui son lot de satisfaction et de déception et le regret que ceux qui ont fait l’histoire de l’élevage fêté à la Grande semaine se raréfient. Les Germain, Fernand, Alexis sont partis, d’autres arrivent. De jeunes éleveurs qui, la passion chevillée au corps ont créé et bâti un élevage. Il faut 20 ans. De jeunes cavaliers, eux aussi, à peine ou tout juste 20 ans. C’était avant, c’est maintenant. Et maintenant, et chaque année, on dit que l’image ayant investi tous les lieux de vie, les allées se vident et pourtant les tribunes étaient pleines pour la finale des 7 ans. Et maintenant aussi, les chevaux sont de mieux en mieux dressés, préparés. Au-delà de quelques manœuvres et réactions inattendues de certains sujets un peu plus impétueux que d’autres, point d’incidents notables, point de refus brutaux d’animaux contraints, peu ou pas d’utilisation de la cravache. Oui, la formation et la mise en valeur du cheval de sport, son bien-être, enjeu majeur de demain, cela sous l’impulsion de la SHF, du Stud-Book Selle Français dont l’action est relayée par des associations d’éleveurs engagées donne des résultats probants dans la concurrence européenne toujours plus rude.

Cependant, la course à l’image tous azimuts à ses limites. Des limites qui ne sont pas encore atteintes mais que déplorent aujourd’hui les hippodromes dont l’objectif désormais n’est pas de reconquérir l’affluence mais simplement de stopper l’hémorragie. Est-il imaginable qu’un jour à Fontainebleau nos enfants ne puissent plus partager ce bonheur de se quitter en se disant « Encore une » avec déjà l’espoir de la prochaine.

EQUIN NORMAND n°107 2018

65


C

lément FORTIN La révélation

En 2016, alors qu’il était âgé de seulement 17 ans, Clément Fortin avait déjà participé aux finales du cycle classique. Nul doute que cette année encore il en était le plus jeune cavalier mais certainement pas le moins talentueux. Pour preuve, il rentre en Normandie avec deux « Elite » Diane du Pratel et Candy de Coquerie. Originaire de Ceaux, près du Mont Saint Michel, Clément a bénéficié d’une double chance pour faire éclore sa vocation. Il est voisin de Romain Bourdoncle et son père, commercial dans le prêt à porter, était cavalier amateur. Il débute à poney chez Jean-Pierre Gautier alors gérant d’un centre équestre au Val- Saint-Père tout près. Son nom apparaît sur les tablettes de la FFE en 2009 avec les poneys Escale et Rose Méranière. Clément passe assez rapidement à cheval « Vers 13-14 ans, j’allais chez Romain Bourdoncle comme ça pour voir et apprendre. Ensuite, j’ai fait un CAP de cavalier soigneur au lycée agricole de Laval. J’étais alors apprenti chez Romain ». Pendant ces quelques années on voit Clément en selle sur les Theil, en particulier Sun Flower. Il monte aussi régulièrement et de plus en plus Oliver Pierreville que son père Laurent avait acheté à 3 ans et qu’il avait formé. Aujourd’hui encore, Clément ne manque pas une occasion de se mettre en évidence avec ce cheval de famille âgé de 16 ans. C’est avec lui qu’il gagnait le Derby du Normandie Horse Show cette année. « J’aimerais rester dans le coin mais s’il faut faire mes valises je n’hésiterai pas » Après quelques mois charnière chez ses parents avec quelques chevaux en pension et une autre période courte chez Gérald Brault, Clément intègre au début de la saison 2018, les écuries de Coquerie chez Raphaël Dulin. Là en compagnie de Simon Gallet et de deux autres cavaliers de jeunes chevaux, le jeune Fortin aborde une nouvelle étape de sa jeune carrière. Après toute une saison de formation, c’est déjà pour le jeune homme la grande aventure de Fontainebleau. Associé à Diane du Pratel, une jument de 5 ans par Malito de Rêve née chez Laurent Gardin à la Trinité (50), Clément a effectué 3 parcours sans faute et se classe 5ème du championnat avec le label « Elite ». Pour Candy de Coquerie les choses ne lui paraissaient pas aussi simples « C’est une toute petite jument. Elle ne mesure qu1,53m. Au CIR à Saint-Lô tout s’était bien passé mais Fontainebleau c’est une autre histoire. En réalité je n’ai aucun souci, la jument a toujours été tonique et en forme ». Et comment ! Avec Candy de Coquerie une jument par le confidentiel Quatro de Riverland, il prend la seconde place et accroche le label « Elite ». A l’issue de la Grande Semaine, Clément Fortin a quitté les écuries de Coquerie « Je suis très content d’avoir travaillé avec Raphaël mais je veux progresser rapidement. Je cherche une écurie de cavalier professionnel. J’aimerais rester dans le coin mais s’il faut faire mes valises je n’hésiterai pas ». Clément Fortin : un potentiel à faire mûrir !

66 EQUIN NORMAND n°107 2018


Diane du Pratel - Candy de Coquerie

Olliver Pierreville

EQUIN NORMAND n°107 2018

67


Championnat des chevaux de 7 Ans

Toute la Bretagne : La

Bigouden et le Gallo !

Le Fougerais Mathieu Bourdon et Bigouden du Tertre au sprint avec des Normands dans les roues

A

u terme des deux premières étapes le couple formé par le Rennais Arthur Le Vot et le Cherbourgeois Bacardi de B’neville avait pris la tête du classement général. Dans le final, distancés dans le premier col Le Vot et Bacardi cédaient le maillot jaune à un autre duo totalement Gallo lui. C’est en costaud, malgré une faute lors de la 1ère étape mais avec, ironie du sort, une barre d’avance que Mathieu Bourdon associé à la tenace et volontaire Bigouden du Tertre tels les Joseph et Georges Groussard dans un mémorable Milan san Remo 63 ou un Tour de France 64 décroche le titre national. Consécration totale puisque Bigouden est un produit de l’élevage familial. Acquise pour Bénédicte, l’épouse d’Alain Bourdon, la mère de Bigouden, Gardene du Plessis (Soir d’Avril Iv*Hn et Finella (TF) a ensuite mis Mathieu à cheval. Quant à Pitsch des Isles, le père de Bigouden, il appartenait à l’époque à la famille Bourdon. Il fut monté indifféremment par Alain et Mathieu. Finaliste à Fontainebleau à 4, 5 et 6 ans, Bigouden s’est illustrée au cours de la saison en remportant plusieurs épreuves TOP 7 notamment Montfort sur Meu et le Lion d’Angers. Derrière Mathieu et à partir de la 10ème place, les Normands opèrent un tir groupé avec les deux B’neville montés par Arthur Le Vot et Timothée Anciaume, Baccara du Talus avec Benjamin Devulder, Bugs Bunny d’Authuit et Alizée Harati, Brando de Beaufour associé à Charlotte Spaas Levallois, enfin Bueno de La Fosse et Axelle Lagoubie, tous pénalisés dans les deux manches de la finale.

68 EQUIN NORMAND n°107 2018


Les B’NEVILLE

Il peut être fier Jean-Baptiste Thiébot. Si Piaf, son cheval olympique a pris sa retraite, la relève semble assurée avec ces deux bons 7 ans. L’un encore sa propriété était confié à Arthur Le Vot, l’autre appartenant à l’Ecurie de Meautry était monté par Timothée Anciaume

Baccara du Talus (Calvaro) né chez Jacques Le Boedec faute sur le milieu du triple en 1ère manche mais réussit une magnifique seconde manche avec son propriétaire Benjamin Devulder. Bueno de La Fosse (Geraldo) monté par Axelle Lagoubie était 2ème avant la finale. Il vient rappeler sur le Grand Parquet la belle prestation cet affixe Morel de Saint Aubin de Terregatte avec Ruby de la Fosse qui fut, voilà quelques années champion des 6 ans. Brando de Beaufour (Diamant de Semilly) appartient à Sylvie Levallois. Il est monté par sa fille Charlotte. Il est le 1er produit de 7 tous frères ou sœur et affectés depuis 2016 de l’affixe SL (Sylvie Levallois). Bugs Bunny d’Authuit (Quick Star) monté par sa propriétaire la Franco-Sénégalaise Alizée Harati réalise une belle performance. Il était 56ème place après la 1ère étape.

EQUIN NORMAND n°107 2018

69


Championnat des chevaux de 6 ans

La Dame : Camélia

S

i la Grande semaine nous a habitué à son lot de surprises, souvent hélas mauvaises tant certains chevaux étaient partis de leurs écuries pour se couvrir de gloire, pour Camelia d’Orval, en revanche à défaut de gloire, elle a confirmé son succès au CIR de Saint-Lô tout autant que la compétence de Corentin Derouet. A 26 ans, le cavalier des écuries Lamotte managées par Eric Février montait 18 chevaux lors de cette édition 2018. Il a effectué 35 parcours. La lauréate est une fille d’Oscar des Fontaines et d’une mère par Calypso d’Herbiers. Elle est née chez Boris Lempérière à Orval sur Sienne dans la Manche, un nom à jamais associé à La Belletière. Candy de Coquerie évoquée par ailleurs est 2ème avec Clément Fortin. Des autres performances normandes il faut ressortir celle de Mathieu Laisney et Canelle de Vaudri (Ulixe) tout autant que celle d’Alexis Gourdin et Chipie Chic Semilly (Diamant de Semilly). Par ailleurs, Frank Hérivaux était ravi des parcours de Coatao de l’Isle qui ont séduit Marie Pellegrin sa nouvelle propriétaire. Enfin, la bonne saison de Jérôme Bonafons s’est concrétisée avec le succès de Circée du Salbey (Epsom Gesmeray) dans la 2ème qualificative.

d’Orval !


Le Monsieur : Cheyenne de la Violle

Monté par Eric Lelièvre, le sorcier du jeune cheval dans l’Est, Cheyenne est né à l’élevage de la Violle dans les Vosges. Comme les 4 autres sujets classés « Elite » Cheyenne n’a fait tomber aucune barre, la différence se faisant par les points de bonification et de régularité sans omettre la note de modèle. Fils de Nabab de Rêve, Cheyenne a sa souche en Basse-Normandie chez Albert Blin-Lebreton avec Nocturne du Rozel (St Brendan) et Dominique Malandain avec Eau Vive de Safray (Narcos II). Parmi ces « Elite » on relève le nom de deux chevaux normands : Chopin du Landel (Jazz Band Courcelle) né chez Alain Baillivet à la Feuillie (76) monté par Faustine Laferrerie et Caligano Jorthonne (Safari d’Auge) à Louis de Jorna (Manneville la Raoult -27) sous la selle de Tony Hanquinquant. Des autres chevaux normands classés on retiendra bien entendu Champion du Lys (Nervoso). En tête avant la finale, le cheval de Gérard Richard monté par Damien de Chambord faute une fois en 1ère manche et deux autres lors de la seconde ce qui le relègue à la 12ème place.

EQUIN NORMAND n°107 2018

71


Championnat des chevaux de 5 ans

Dorado de Riverland et Dana de Kerglenn Normands non mais ils sont tout près ! Retenu dans ses contrées de l’extrême Ouest pour la naissance de son fils, Ronan Richard avait donné les rênes de Dana de Kerglenn à la talentueuse Margaux Rocuet. Sans fléchir, la Bretonne conduit la fille de Mylord Carthago vers l’écharpe nationale. Ses dauphines Daome de Lure et Danzarina d’Arthenay sont suivies de 4 juments normandes : Dotcom d’Authuit (4), Diane du Pratel, Dream de Beaufour et Divine deB’neville. Malito de Rêve et Diamant de Semilly sont présents deux fois alors que Niagara d’Elle est le père de Divine de B’neville.

Dans la catégorie des mâles et hongres, le titre revient à Dorado de Riverland, un fils d’Untouchable M (KWPN) monté par Robin Lesqueren le cavalier des Ecuries d’Ellipse de Frédéric Busquet. Les accessits reviennent à deux Normands. Darkhorse des Brimbelles (3) (Air Jordan) monté par le sudiste Severin Sigaud devance Darwin du Banco (5)(Ogano Site) à Bénédicte Barier, monté par le discret et attachant Luc Couteaudier. A la 4ème place, Désir d’Espoir (1) (Vagabond de la Pomme) monté par Philippe Vanderlynden est né chez Gérald Brault, il appartient à Valérie Hermon. Enfin et non des moindres, il est agréable de revoir l’affixe Tame à ce niveau avec Diego Tame (2) (Air Jordan) monté par Thomas Rousseau, il accède à la 7ème place.

72 EQUIN NORMAND n°107 2018


1

2

5

3

4

EQUIN NORMAND n°107 2018

73


L’Événement Femelles Championnat de France des femelles de 2 et 3 ans De la trentaine des femelles de 2 ans, la victoire revient à Gloria Casa Balonga (Vagabond de la Pomme) au Catalan Alejandro Marly. La lauréate des sujets de 3 ans est Fever du Brèche (Ogano Site) à Anne Laure Gobert de Cusset dans l’Allier

Les Normands

Peu nombreux ! Dans les femelles de 2 ans, la 3ème place est pour Gazelle du Salbey (Ninio de Rox et Live du Theil) à Alain Bonafons de Saint Vigor le Grand dans le Calvados. Gemme des Adelis au Haras des Adelis à Cambremer (14) est 9ème, Glinka de Nuit à Mme Dominique Gommeaux à Hermival les Vaux (14) est 12ème.

74 EQUIN NORMAND n°107 2018

Chez les femelles de 3 ans, pour le compte de l’affixe de Cosnière et de son digne représentant le sympathique René Provost, l’autre Sartillais de renom mais émigré dans le calvados Hubert Esnault présentait Fashion de Cosnière (Mylord Carthago) classée 7ème qui obtient la meilleure note au saut en liberté avec 17.50. L’autre Cosnière, Flika (Ogrion des Champs) est classée 19ème. A propos de Cosnière rappelons la belle épopée d’Almé de la Cosnière (King’s Road et Jessica par Estafette et Pénélope par Ibrahim) rebaptisé T’Aime, 2ème du GP d’Aix la Chapelle 1998 sous la selle de l’Irlandais Peter Charles.


EQUIN NORMAND n°107 2018

75


Grande semaine de Fontainebleau

Séverin Sigaud

On ne l’avait pas vu venir ! Enfin si ! Puisque le 20 mars 2018, lors de la première journée SHF à Deauville, Equin normand l’avait capturé aux rênes de Darkhorse Brimbelles. Novice à la Grande semaine, Séverin rentre en Normandie avec un sacré palmarès : Champion des autres stud-book de 5 ans avec Amar des Brimbelles Z, 2ème des mâles de 5 ans avec Darkhorse Brimbelles et 4ème des femelles de 5 ans avec Dotcom d’Authuit, tous propriété du « Fief d’Authuit ». Il faut avouer, malgré tout, que ce quarantenaire, arrivé en Normandie de sa Provence natale en 2012 restait, jusqu’à ces derniers temps, inconnu. On ne l’avait pas vu venir !

Cinq ans dans l’ombre de Pénélope Leprévost Aujourd’hui dans la lumière d’Authuit

Originaire de Carpentras, Séverin Sigaud n’a rien d’un provençal ni dans le ton ni dans son expression plutôt réservée. Lorsqu’il déclare : « J’ai fait de la Normandie ma province de cœur », on le croit aisément. Cavalier de concours complet, il évoluait dans le Sud au niveau 2 étoiles tout en conduisant une écurie de concours et de propriétaires depuis ses débuts. Et la Normandie pourquoi ? « Dans le Sud, j’avais une amie qui était à l’époque propriétaire de Topinambour. Par son intermédiaire j’ai su qu’un poste de cavalier était ouvert chez Pénelope Leprévost à l’époque cavalière du cheval. J’ai postulé. Je suis arrivé chez elle en 2012. Pendant presque 5 ans j’ai monté exclusivement au travail ses chevaux de concours (NDLR : Nayana, Mylord Carthago, Nice Stéphanie, Vagabond de la Pomme etc..). En 2017, je suis parti cavalier prestataire pour différentes écuries. Cette année je suis essentiellement attaché aux Ecuries d’Authuit pour les jeunes chevaux ». Voilà donc pourquoi pendant ces années ne possédant pas de chevaux, Séverin Sigaud n’a pas été vu sur les pistes normandes. Les Ecuries d’Authuit dirigées par Alain et Anne Salzmann auxquels Axel Van Colen est associé se situe à Rosay sur Lieure, près de Lyons la Forêt dans l’Eure. L’affixe d’Authuit retint l’attention en 2009 avec Queen d’Authuit (Kannan) montée par Hervé Godignon, 3ème du Championnat des 5 ans et aujourd’hui poulinière au domaine.

« J’ai fait de la Normandie ma province de cœur »

Fort de ces résultats, il semble qu’une confiance réciproque se soit établie entre Authuit et Séverin Sigaud : « Avant de reprendre la saison 2019, je vais m’occuper d’élevage et participer au débourrage des 3 ans ». Avec les d’Authuit chez les Salzmann, Danemark chez Caroline Lemarié, Caligano Jorthonne chez Louis de Jorna sans oublier les Brimbelles des Schumacher et d’autres, l’Eure tient bien sa place dans le concert normand du cheval de sport.

76 EQUIN NORMAND n°107 2018


EQUIN NORMAND n°107 2018

77


DEAUVILLE

Ventes ARQANA TROT Le Top Price à 400.000€ préparé par le Haras de l’Etre

A

près les ventes prestigieuses et médiatiques de galopeurs, Arqana proposait début septembre des ventes toutes aussi prestigieuses mais moins médiatiques de trotteurs. Ceci étant lorsqu’on évoque les noms de Ready Cash, Bold Eagle, Timoko, Charly du Noyer et d’autres, comme disent les Anglais : « It rings a bell » !

Et c’est précisément un produit de Charly du Noyer qui a décroché le top price à 400.000€. Il s’agit de Hunter Valley une femelle, par Charly du Noyer, ¾ sœur de Bold Eagle, née chez Jean-Etienne Dubois dans l’Orne. Hunter Valley comme Here I Am (Ready Cash) vendu 320.000€ (2ème Top Price), High Life (Ready Cash) vendu 150.000€, Hawaienne Maza (Ready Cash) 90.000€ ou encore Healthy (Ganymède) 50.000€, ont été préparés au Haras de l’Etre à Saint-Pierre du Regard, près de Condé sur Noireau dans le Calvados. Là, Tiphaine et Alain Thébault, forts l’un et l’autre d’une expérience de 25 ans acquise tant dans le cheval de sport aux Haras d’Elle et de Brullemail que dans le trotteur aux Haras du Bois Josselyn et des Cruchettes, se sont spécialisés dans la préparation des yearlings trotteurs pour les ventes aux enchères et aussi l’étalonnage. Sur une propriété de 30 hectares avec des installations propres à l’exercice de ce métier dans un environnement calme et serein ils se sont forgés une solide réputation auprès des éleveurs les plus renommés. La préparation des poulains à la vente se déroule sur une période de 60 jours. Pendant le premier mois, on apprend aux poulains à se déplacer tout en développant sa musculature. Pendant le second mois, on leur apprend à trotter librement et à se placer au modèle. C’est au cours de cette période qu’ils sont présentés aux courtiers, entraîneurs et visiteurs sur une piste courte de 120m, une façon indiscutable pour apprécier leurs qualités physiques et leurs dispositions futures. Il va sans dire qu’au cours de cette période, l’alimentation revêt une grande importance. Pour satisfaire ces besoins, le Haras de l’Etre a choisi au sein d’une large gamme, les produits YEARLY développés par le Groupe Agrial.

HARMONY DE L’ETRE

78 EQUIN NORMAND n°107 2018

HUNTER VALLEY (Photo Haras de l’Etre)


Photos : O.Houdart

L’ÉNERGIE VICTORIEUSE

Une gamme d’aliments de la naissance à la performance

Service équin

4, rue des Roquemonts CS 35051 • 14050 CAEN Cedex 4 Tél. : 02 31 45 43 65 • Fax : 02 31 45 42 98 service.equin@agrial.com yearly nutrition

yearly-nutrition.com EQUIN NORMAND n°107 2018

79


Tom and Victor Les “Cherré Brothers”

Tom 22 ans, Victor bientôt 20 ans, sont devenus rapidement des visages familiers dans les paddocks de Normandie et d’ailleurs. Car, les deux gars nés à Vichy, passés rapidement sur les rives liguriennes autour de Vendôme dont leurs parents étaient originaires, sont arrivés très jeunes à Audierne. Après, c’était l’Amérique. Leur rêve américain à eux s’est construit autour du cheval et en voyant les efforts qu’ils déploient pour le réaliser ils méritent deux minutes d’attention. A Audierne, leurs parents gèrent des auto-écoles, papa est passionné de cheval. Et naturellement, très vite Tom et Victor sont mis sur le dos d’un poney. Pour Tom et Victor tout commence officiellement le 14 avril 2007. C’était à Plouneour Lanvern. Il montait Dumping d’Amaury un affixe breton par excellence comme les Kreisker et autres Kerglenn dans une épreuve hunter. Le même jour, dans la même épreuve, Victor montait Fanfan de Kerduff une jument poney.

80 EQUIN NORMAND n°107 2018

Leur progression se poursuit dans les rangs amateurs. Tom, le premier choisit cette voie professionnelle en passant par la MFR de Landivisiau avec pour maître de stage le marchand Jean Le Berre. Victor est encore écolier. Le décès brutal de leur père voilà quelques années les conduit dans la Manche où leur maman est nommée inspectrice du permis de conduire. Tom est stagiaire puis cavalier soigneur au Haras de la Cour. Victor intègre la MFR de Balleroy puis celle de Granville. Bac pro en poche, Victor rejoint alors son frère salarié chez Daniel Bliard à La Lande d’Airou près de Villedieu les Pôeles. Là, Victor prestataire, cavalier au pied levé, travaille avec Laurent Goffinet qui coache aussi Tom. Très soudés les deux frères nourrissent des perspectives précises. Tom le dit : « Dans quelques semaines je pense décrocher le DEJEPS option CSO pour enseigner. Victor le passera plus tard. Nous envisageons acquérir une structure, y créer un centre avec une écurie de propriétaires et continuer à faire du concours ». Déterminés et attelés à leur tâche comme ils le sont depuis leur arrivée en Normandie, il ne fait pas de doute qu’ils sont bien imprégnés de leurs racines …bretonnes !


Un doublé à Auvers

Couru sur une épreuve à 120 dans le cadre du CSI*, le Prix Equin normand est tombé dans l’escarcelle des Cherré Brothers. Tom l’emporte avec Amour Royal devant Victor et Ganda vd Kruishoeve, une jument par Vigo d’Arsouilles. Satisfaction aussi pour la Sellerie de Marigny qui, aimablement, équipe ces deux jeunes prometteurs.

EQUIN NORMAND n°107 2018

81


SAINT-LÔ

82 EQUIN NORMAND n°107 2018


C

oncours National d’Attelage Paré pour 2019 Disputé dans le cadre des journées du patrimoine, le concours d’attelage organisé par Manche Attelages revêtait cette année un intérêt particulier. En effet, l’attribution du Championnat de France 2019 à Saint-Lô, allait donner à l’édition 2018 valeur de test. Les conditions météo d’une part, les installations du pôle hippique d’autre part, tout cela parfaitement mis en musique par l’équipe de Jean-Claude Lecomte a permis de recueillir un satisfecit général. Pour le sport, une cinquantaine de meneurs répartis dans autant de catégories que celles des amateurs club, amateur 1 et amateur Elite cela avec 1 poney, 2 et 4 poneys et autant de chevaux donne à l’attelage cette particularité d’offrir une grande diversité de spectacle. Surtout lorsque cette fresque est déclinée pendant 3 journées au cours desquelles, les concurrents se confrontent sur les ateliers que sont le dressage, le marathon et la maniabilité. Le public jusque-là discret, est, grâce aussi à la promotion bien relayée dans les médias, venu en nombre et a, en particulier pendant le marathon manifesté beaucoup d’intérêt. Dans ces conditions, le Championnat de France qui rassemblera près de 120 meneurs du 10 au 13 octobre 2019, s’inscrivant par ailleurs dans le mois au cours duquel a lieu à Saint-Lô le Meeting d’Automne consacré au saut d’obstacles, s’annonce sous les meilleurs auspices.

EQUIN NORMAND n°107 2018

83


Les Tourangelles Eve Cadi-Verna plusieurs fois championne de France, classée au Championnat du Monde, Eve menait à Saint-Lô deux jeunes chevaux KWPN de 6 et 7 ans. Elle remporte la catégorie Amateur 1 devant Laetitia Maricourt en ayant montré une aisance manifeste malgré le manque d'expérience de ses deux chevaux. A 17 ans, Marie Verna, la cadette de la famille, déjà auréolée dans les championnats d'Europe jeunes a montré une nouvelle fois des dispositions d'exception. Dans la catégorie amateur Elite à 1 poney, la Tourangelle en se classant 2ème du marathon à 1 point d'Amandine Leblanc s'impose assez nettement 128.03 contre 136.39 pour sa rivale.

La Picarde Caroline Guillemont fut pendant près de 10 ans la Groom N°1 de Pascal Chouzenoux. Elle mène un attelage à 1 cheval. Constante dans son travail, elle profite des défaillances des uns et des autres pour prendre une belle 3ème place en amateur Elite

84 EQUIN NORMAND n°107 2018


La Dame de Haute-Savoie

Venue de Thonon les Bains Caroline Pariat mène un magnifique attelage de 4 poneys Hafflinger. Seule dans sa catégorie elle l'emporte de facto. Mais où la prestation de la Savoyarde est intéressante réside dans la qualité physique de ses chevaux. Au contrôle vétérinaire, 5 minutes après l'arrivée du marathon, la dynamique Mathilde Audic relevait pour les chevaux timoniers 70 et 69 puis 100 et 80 pour ceux de volée ; les meilleurs résultats de l'ensemble des 50 concurrents. Par ailleurs, sur les obstacles 5 et 6 le public et les observateurs présents notaient la qualité de conduite de la jeune femme qui sans un mot dessinait ses trajectoires avec subtilité.

Le Monsieur de Saint-Fargeau

Bel attelage à deux poneys que celui du Bourguignon Richard Ferré qui conduit les écuries de la Cour Buisson près de Saint Fargeau dans l'Yonne dont l'animation du château tient beaucoup par la famille Ferré. L’académicien Jean d’Ormesson passa son enfance au château de Saint Fargeau dont il a fait le « personnage » central de son roman : Au plaisir de Dieu

Le « Garde » du Pin

Le meneur du Haras du Pin qui menait deux chevaux SF dans la catégorie Amateur Elite en paire auteur d'un dressage assez moyen reprenait espoir après sa 2ème place en maniabilité pour s'imposer dans le marathon alors que ses deux adversaires principaux Bernard Pouvreau et Maxime Maricourt sortaient du jeu.

EQUIN NORMAND n°107 2018

85


86 EQUIN NORMAND n°107 2018


EQUIN NORMAND n°107 2018

87


Retrouvez toutes les actualités sur notre site :

www.equin-normand.com 15€ 88 EQUIN NORMAND n°107 2018

EQUIN NORMAND 107  
EQUIN NORMAND 107