Page 1

Avant-propos Cet outil s’adresse à vous qui êtes enseignant en lycée, en science de la vie et de la Terre ou en histoire-géographie. Il reste néanmoins ouvert pour une exploitation dans d’autres disciplines. Toute classe de lycée souhaitant s’inscrire dans le dispositif sera la bienvenue pour réaliser des projets en lien avec des activités propres définies dans l’établissement (lycées généraux, technologiques, professionnels…).

Comment utiliser les fiches thématiques ? Quatre entrées thématiques vous sont proposées sous la forme de fiches pédagogiques facilement duplicables ou projetables pour la classe. Elles contiennent des pistes d’études, au travers de différentes notions que vous pouvez exploiter librement avec vos élèves, selon vos besoins. Ces fiches sont téléchargeables sur www.enrx.fr rubrique écocitoyenneté/Biodiver’lycées/les zones humides.

Des fonctions 3 multiples us... es services rend

D

Pendant des siècles, les zones humides, perçues comme malsaines, hantées et impropres à la culture, ont été dénigrées et malmenées. Pourtant, ces mêmes lieux, qui font partie de notre patrimoine naturel, ont montré qu’ils rendaient des services d’intérêt général.

En

nt

me

ne

on vir

Ec

on

stè L’écosy

RIPISYLVE

Strate arbustive

LEXIQUE

Pour aller

Web

GORGEBLEUE MARTIN PÊCHEUR

POULE D’EAU

phile Végétation hygro

©

1

2011 I biodiver’lycées I Les zones humides régionales I Des fonctions multiples CANARDS COLVERT

SALAMANDRE TACHETÉE

CRAPAUD

GRÈBE CISTUDE D’EUROPE

ique Végétation aquat

DITYQUE

2

IRIS

HÉRON CENDRÉ RAT MUSQUÉ

©

s régionales I Milieux I Les zones humide 2011 I biodiver’lycées

riches et complexes

8

NAPPES

dans par l’eau, trouvent Les animaux, attirés abris ainsi qu’une des les zones humides nourriture. grande réserve de

ques sont Les milieux aquati la survie et à la indispensables à amphibiens, des reproduction des tre déprimée, Sympè libellules (Libellule et Agrions…) et des s sanguin, Aeshne , Brochet…). poissons (Loche d’étang

Documents à télécharger sur les sites des partenaires.

SAULE TÊTARD

GRENOUILLE VERTE

LIMNÉE

La vie animale partout ! sion La vie animale est ns et larves), en suspenau Dans l’eau (poisso la vase et sur le sol, (zooplancton), dans ée le long des roseaux bord de l’étang, agrippues, dans l’air… aquatiq plantes des et

ents

PRAIRIE HUMIDE

LIBELLULE

BROCHET

de l’étang La formation té lac qui est alimen Contrairement au et qui présente un par un cours d’eau ni alimentation, exutoire, l’étang n’a être alimenté par peut Il re. ni exutoi pluie mais aussi une source, par la n avec la nappe par communicatio ce cas, le niveau de phréatique. Dans avec celui de l’eau l’eau de l’étang varie souterraine.

Docum

• PDF à télé charger Caps et sur le site Ma du Par mémoire rais d’Opale « Parcelles c naturel région http://w » : de marais al ww , parcelles des • PDF à télé .parc-opale.fr/ de cha rger sur bibliotheque.asp de l’Enviro le site de nn em l’Observa ent : « L’év d’importa tio http://w nce majeure en olution des zon n et Statistiqu ww es es humi tre 1990 fr/publica .statistiques.d de et s 200 0 eve humides- tions/publicatio loppement-du» : n/1 dimporta rab • PDF à télé nce-maje 21/1136/levolut le.gouv. relais Tou charger au cen ure-entre-1990. ion-zones« la tourbirbières : « la gra tre de documen html nde tou rbière de tation du Pôle« le maraisère de Vred » ; « Ma http://w audomarais » la basse vallée de rchienne » ; ww.pole-t : l’Authie ourbiere » et s.org/no rd-pas-de -calais.htm

VANNEAU HUPPÉ

POPULAGE

NÉNUPHARS

plus loin...

• Groupe http ://g d’histoire des zon hzh es humid • Pôle rela .free.fr/ es : http ://w is zones humides ww • Pôle ma .pole-zhi.org/ : (à compléraîs arrières litto rau • Observat ter, je n’ai pas tro x : rubrique ion et Statistiqu uvé) es de l’En http://w Environnement vironnem /M ww.statist • Portail iques.deveilieux/Zones hu ent : aller à la nat http ://w ional des zones loppement-dumides : ww rable.gou • RAMSAR .eaufrance.fr/ humides : v.fr/ http://w : ww • Agence .ramsar.org http://w de l’eau Artois-Pic ww.eau-a ardie : rtois-pica rdie.fr

ROSEAUX REINE DES PRÉS

Lexique

Alluvio Convenns : sédiments tra et l’utili tion de Ram nsportés par sat les Hydrolo ion durable de sar : traité intern cours d’eau (ga Hydrom gie : science qus zones humide ational adop lets, gravier, sab té le 2 fév NATU orphie : satura i traite des eauxs. rier 1971 le, argiles…). RA 20 à Ramsar 2000 da 00 : de tion des pores et de leurs pro (Iran) po ns leque priétés. puis 19 ur la cons culturel 92, l’Uniod’un sol en eau l la bio ervation les div su Polders et régionales. ersité serait n européenne r une période pro SAGE : terres cultivée Le marais audo tégée tout enconstitue un résplus ou moins longu ma (S s ea ten rois est u de l’eau. chéma d’a conquises su un site Na ant compte de de sites préser e de l’année. r m la Le én me SA vé s activité tur agemen r par en GE est éla de représ s socialess appelé Natur digueme a 2000. t bo en et ré, tan de a suivi et nt et ass , écono ts des élu riverains gestion rév miques, èc Tourbe , etc.), et pour le s locaux, pour isé par une Co de l’eau) : hement. mmission outil ter Végéta : matière organ dernier ¼ de rep¼ de représen tants de locale de l’ea ritorial de planifi u longues tion hygrop ique partiellem résentants de s (CL us cat ag E), co ion locale ers (acteu s ser hile ent ou interm rs écono mposée pour ittentes. : végétation sp décomposée quvices de l’État moitié miqu et de écifique i aux zonese retrouve dans ses établisse es, association ments pu s, s humide les blics. s qui tol marécages et ère des les marai période s d’inond s. ations

planc és par un rése truire Exemple : le i sont mang • Cons tion. ues qu l’illustra tes aquatiq mangés par… la disparition ec les ins ens qui sont à l’origine de rs ge 8) amphibi r les facteu ns en pa es ifie e les lie icochimiqu • Ident pèces. (confèr phys des es une tourbière téristiques Proposer un s. rac ir s. • Défin isant ses ca es floristiquede tourbière en préc ractéristiqu ents types ca différ et ses nt aux classeme

réparti La végétation déterm des étangs, elles se cohabitent auprès espèces de végétaux : sur plusieurs étages ure : m) 1 à rs Première ceint inférieu phile (végétaux ques elles • Végétation hygro : strictement aquati hytes (aquatiques) tif dans l’eau ou à la Les plantes hydrop de leur appareil végéta ots… développent la totalité partie de lentilles d’eau, potam surface : nénuphars, : enracinées dans un sol submergé une à Typhas ytes roselières : aérien tif Les plantes héloph végéta ppent un appareil l’année, elles dévelo et Phragmites… ure : Deuxième ceint aie). • Les arbustes s (mélange roselière-saul Roselières buissonnante ure : Troisième ceint naturelle et artificielle scente arbore • Strate ur) de 10 m de haute (végétaux au-delà ers, Frêne… Saule, Aulne, peupli

BUSARD DES MARAIS

te Strate arborescen

ie

rs La zonationine la qualité et l’état de « santé » du lieu. Plusieu ssent

Soc

Pistes d’exploitation à étudier en classe ou sur le terrain.

n es atio Pistxploit r de rti ’e pa d au trophiquetoà n est mangélespar

om

E

étanlg ia me de l’

zones hu L’outil « Biodiver’lycées - Les éens ces pour sensibiliser les lyc • apporter des connaissan ; ité ers div ion de la bio al aux enjeux de la préservat de l’environnement région ce ien nsc co e un • développer s de c is de rencontres ave ); par la médiation (par le bia fessionnelles sur le terrain pro res associations et structu ; lieux naturels • recréer un lien avec les mi bles à l’implication dans la ora fav ns itio nd • offrir des co le ersité par des actions sur préservation de la biodiv terrain régional.

Découverte du sujet et de ses enjeux : mise à disposition d’informations et de documents (cartes, images, schémas…), supports de cours.

DURABL

D’un point de vue économique, les zones humides possèdent des avantages indéniables. Aujourd’hui, on les préserve même pour faire des économies d’infrastructures très coûteuses ! Côté loisirs, elles présentent également de nombreux atouts, l’Homme a investi les lieux, devenus espaces récréatifs et éducatifs. Ce chapitre détaille les enjeux stratégiques des zones humides en matière de développement durable. Leurs fonctions englobent largement les trois sphères environnementales, les et économiques et sociales. euses populations d’espèces végéta ent de nombr s’y mainti Dans un écosystème, ressources d’un même milieu. La vie éléments. les animales partagent qui se développent entre les différents de grand nombre un pe grâce aux interactions regrou il tème fragile, és. L’étang est un écosys batraciens et d’oiseaux rares et menac de plantes, d’insectes,

giques Les objectifs pédago mides » vise à :

ques insectes et mollus Les crustacés, vers, les eaux courantes sont nombreux dans est polluée, bon et stagnantes. Si l’eau s ne survivent pas, nombre de ces espèce cette faune pour utilise c’est pourquoi, on (voir de qualité de l’eau effectuer des tests e ci-après). calcul de l’indice biotiqu ©

©

©

2011 I biodiver’l ycées I Les zon es hum ides rég ionales I Portrai t historiq ue et géo graphique

accueille plus de 70 liés Le Nord-Pas de Calais nicheurs directement espèces d’oiseaux une part importante de es, aux zones humid logique régionale. la diversité ornitho s directement liées espèce les ue On disting libre plus ou moins à la présence d’eau es…) Grèbes, Sarcell profonde (Canards, t liées à l’eau et celles indirectemenelles, Blongios nain…). (Rousserolles, Locust

s régionales I Milieux I Les zones humide 2011 I biodiver’lycées

riches et complexes

7

Liens Web pour approfondir les recherches sur le sujet abordé.

2011 I biodiver’lycées I Les zones humides régionales I Avant propos

1


s e m m a r g o r p Liens avec les des lycées Seconde générale et technologique

Les programmes du lycée général et technologique en sciences de la vie et de la Terre permettent d’envisager une sortie sur le terrain pour l’une des parties du curriculum. Une sortie sur zone humide peut permettre de croiser deux points du programme : « la biodiversité, résultat et étape de l’évolution » et « le sol : un patrimoine durable ». De plus, le programme de géographie de la classe de 2e permet d’élargir l’étude en envisageant les problématiques liées à l’aménagement des territoires, la gestion des ressources. Au-delà des programmes de ces deux disciplines, il s’agit d’éduquer les élèves aux enjeux du développement durable. Dans cette perspective, toutes les disciplines peuvent s’inscrire dans la démarche.

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Connaissances

Capacités et aptitudes

La biodiversité, résultat et étape de l’évolution • La biodiversité est à la fois la diversité des écosystèmes, la diversité des espèces et la diversité génétique au sein des espèces. • L’état actuel de la biodiversité correspond à une étape de l’histoire du monde vivant : les espèces actuelles représentent une infime partie du total des espèces ayant existé depuis les débuts de la vie. • La biodiversité évolue au cours du temps sous l’effet de nombreux facteurs, dont l’activité humaine. • La diversité des allèles est l’un des aspects de la biodiversité. La dérive génétique est une modification aléatoire de leur diversité. Elle se produit de façon marquée lorsque l’effectif de la population est faible. La sélection naturelle et la dérive génétique peuvent conduire à l’apparition de nouvelles espèces. Au sein de la biodiversité, des parentés existent qui fondent les groupes d’êtres vivants. Ainsi, les vertébrés ont une organisation commune.

Manipuler, extraire et organiser des informations, si possible sur le terrain, pour : • r epérer les divers aspects de la biodiversité dans une situation donnée ; •m  ettre en évidence l’influence de l’Homme sur la biodiversité. Utiliser des outils simples de détermination d’espèces végétales ou animales (actuelles ou fossiles) pour mettre en évidence la biodiversité d’un milieu. Prendre conscience de la responsabilité humaine face à l’environnement et au monde vivant. Extraire et organiser des informations pour relier crises biologiques, dérive génétique et évolution des espèces.

Mettre en œuvre un protocole de dissection pour comparer l’organisation de quelques vertébrés. Manipuler, recenser, extraire et organiser des informations sur l’organisation de quelques vertébrés actuels et/ou fossiles.

Le sol : un patrimoine durable  Un sol résulte d’une longue interaction entre les roches et la biosphère, conditionnée par la présence d’eau et la température. Lent à se former, il est inégalement réparti à la surface de la planète, facilement dégradé et souvent détourné de sa fonction biologique. Sa gestion est un enjeu majeur pour l’humanité.

2

©

Manipuler, recenser, extraire et organiser des informations, si possible sur le terrain, pour : • comprendre la formation d’un exemple de sol ; • r elier végétation, climat, nature de la roche mère et nature de l’exemple choisi. Comprendre la responsabilité humaine en matière d’environnement.

2011 I biodiver’lycées I Les zones humides régionales I Avant propos


HISTOIRE - GÉOGRAPHIE Connaissances

Capacités et aptitudes

• Les enjeux du développement durable. • Gérer les ressources terrestres, l’enjeu énergétique. • Gérer les espaces terrestres, les espaces soumis aux risques majeurs.

Relier un lieu ou un espace sur des cartes à échelles ou systèmes de projection différents. Confronter des situations historiques ou/et géographiques Identifier (nature, auteur, date…) et critiquer des documents de types différents (textes, images, cartes, graphiques…). Utiliser de manière distanciée les moteurs de recherche et les ressources en ligne.

ENSEIGNEMENT D’EXPLORATION Connaissances

• Méthodes et pratiques scientifiques - science et prévention des risques d’origine humaine. • Science et laboratoire eau.

Capacités et aptitudes Montrer comment la science permet de connaître, de mesurer et de prévoir un risque d’origine humaine lié au développement industriel et technologique ainsi qu’à l’aménagement du territoire et de mettre en œuvre des mesures destinées à le limiter et à en limiter les effets. Formuler ou s’approprier une thématique, proposer une stratégie pour répondre à la problématique, mettre en œuvre des activités expérimentales, analyser les résultats et valider une solution, présenter et partager ses travaux.

B2i (attestation de compétences « informatique et Internet ») Connaissances

• Informatique et internet.

Capacités et aptitudes Identifier, trier et évaluer des informations. Exploiter des données ou des données numériques. Faire preuve d’esprit critique face à l’information et à son traitement. Consulter des bases documentaires en mode expert ou avancé. Participer à des travaux collaboratifs. Coopérer à la réalisation collective d’un document.

Lycées agricoles

Les huit nouveaux baccalauréats professionnels proposés à la rentrée scolaire 2010 intègrent l’éducation au développement durable comme un axe majeur des missions de l’enseignement agricole. Le baccalauréat professionnel « Gestion des milieux naturels et de la faune » a été créé pour prendre en compte les métiers de la croissance verte. Le module d’exploration « Écologie, agronomie, territoire et développement durable » est maintenant proposé en classe de seconde générale et technologique. Les référentiels des formations évoluent pour une meilleure prise en compte de la biodiversité sauvage et domestique dans la gestion de l’espace et pour répondre à des nouvelles attentes de la société : services écologiques, productions durables, santé et écologie. Les objectifs sont de favoriser des pratiques pédagogiques qui permettent aux élèves de construire des outils de compréhension des enjeux de la gestion de l’espace. > Voir tableaux page suivante

©

2011 I biodiver’lycées I Les zones humides régionales I Avant propos

3


BAC PROFESSIONNEL « Gestion des milieux naturels et de la faune » Programmes

• Organisation d’un chantier de génie écologique • Connaissance des milieux aquatiques et des zones humides

Capacités et connaissances Identifier des mécanismes écologiques justifiant des interventions dans un milieu donné. Caractériser les populations et peuplements faisant l’objet d’activités de génie écologique. Maîtriser les techniques d’entretien des végétaux. Effectuer le suivi de l’évolution de la biodiversité. Repérer des milieux remarquables. Écologie du paysage : corridors, barrières, connectivité, fragmentation. Conservation des espèces, des écosystèmes et des paysages. Trame verte et bleue. Espèces invasives.

•G  estion concertée des espaces, modes de gestions intégrées

Acteurs de l’espace : chasseurs, pêcheurs, agriculteurs, résidents, activités écotouristiques, opérateurs de l’équipement, de l’assainissement, des réseaux, collectivités territoriales… Politiques publiques, réglementations sur les espèces, les pollutions, les risques et les nuisances.

• Valoriser les espaces naturels par la mise en œuvre d’actions d’accueil du public et d’animation nature

Méthodes et techniques de communication et d’interprétation de la nature. Concevoir et mettre en œuvre une action collective d’interprétation de la nature et de sensibilisation à l’environnement.

BAC TECHNOLOGIQUE « Sciences et Technologies de l’Agronomie et du Vivant » (STAV) Programmes

• Gestion conservatoire des milieux (de l’écosystème au paysage) • Gestion intégrée des écosystèmes

• Programmes institutionnels ou réglementaires

Capacités et connaissances Mettre en œuvre sur le terrain avec méthode et précision des procédés simples de récolte, de repérage, d’enregistrement et d’échantillonnage. Connaissances des mécanismes d’évolution des milieux naturels : fermeture des milieux ouverts ; invasions biologiques ; eutrophisation des milieux oligotrophes ; destruction par changement d’affectation ; dégradation par surexploitation ; pollutions ; fragmentation ; abandon. Aménagements des hydrosystèmes : ouvrages de protection (berges…), de régulation (crues, étiages…) ; techniques végétales et biologiques (aménagements des zones d’expansion, des ripisylves…) ; revitalisation… PAC, Natura 2000, parcs naturels régionaux, acteurs de la gestion de l’eau (pouvoirs publics, collectivités et élus locaux, acteurs économiques, associations) et acteurs du projet de réalisation d’un aménagement hydraulique (maître d’ouvrage, maître d’œuvre, entreprises, bureaux d’études…).

• Biodiversité : notions fondamentales, débats et échanges

Quelles sont les conséquences de l’activité humaine sur les espèces ? Quel est son rôle sur la conservation du patrimoine naturel ? Quelle biodiversité pour demain ? Pourquoi la préserver ? Activités agricoles et biodiversité ?

• Ressource en eau

Eau, ressource vitale : pourquoi et comment la préserver ? Quels accès à la ressource ?

in a r r e t le r u s n io Pour une exploitat W

es renouvelle son es humides, Biodiver’lycé zon les sur let vo son ec Av en classe pour au-delà de l’apprentissage . Conscient des désir de mener les élèves dié r nature » du milieu étu une découverte « grandeu ganisation d’une sortie, le programme l’or difficultés que représente uvant vous aider structures partenaires po de ide vous propose un gu lisation de votre , conseils, etc.) dans la réa (encadrement, animation le terrain. projet pédagogique sur dagogiques annexé catalogue des sorties pé Prenez connaissance du « biodiver’lycées ». ue riq w.enrx.fr/rub ww sur le nib po dis et er au dossi ez contacter seignements, vous pouv Pour de plus amples ren adenne@enrx.fr Christelle Gadenne : c.g

4

©

W

W

.

E

.

X

R

N

F

R

W

Les zones humides régionales Sommaire

W

W

W

.

E

N

R

X

.

F

ique

raph

x. régionau s naturels on : x. d’Espace la publicati naturels an, : régionau r de président Espacese Bruggem naturels Directeu el Cau, suivi éditorial d’Opale Moulin, Emmanu tion et , Espaces - Dominiqu David et Maraisen charge Caps SVT, Béghin, Avesnois Coordina Gadenne : PNR PNR des régionalPatrick Caboche, Christellede pilotager, Jean-Luc ique Lille - - Brigitte et e Dhuiêge, Magnier, e de Fleury Comité Boulange pédagog ie - Martine r l’Académ éographi- Clairela formation Claudie x - Guillaum et Escaut Inspecteu pour Histoire/G à Lille de régionau BaggioDirection JouniauNord-Pas Scarpec Moullet, durable régional PNR ement ique lycée César - Jean-Yvesrégional de Calais - Jean-Mar is Arlandis, Calais Conseil r pédagogFouret, du développ - Jean-Lou de ement, CRPF Nord-Pas Inspecteuet Claude DRAAF Nord-Pas EnvironnBonnart, des Forêts. ClerquinWullus, régional Directionet Xavier Valérie Conseil National initiale, l Baratte, Clauce , Office Jean-Pau - François Dermaux de Calais - Bruno Picardie , PNR Grzemski nement l’Environ Mariettelycée x - Marc ue de à Lille Martin, régionau scientifiq Pasteur naturels : Conseile, lycéeMer - Rodolphe teurs Espaces Campagn l sur ContribuBrimont, de Foucault, - David à Montreui et Mrais Fabien - Bruno Calais Caps Thierry Avesnois de lycée Woillez R des Cheuva, sur Mer. Nord-Pas he, Mulet/PN Pierrex Vanbruggà Boulogne Coupez François , Agroof, Smellinck Mariette n : Stéphanie Dhote, lAvesnois : Winoc de Grégory s Rédactio ons : Samuel/PNR NRx, Descamp Illustrati phiesGrzemskiDelvaux/E PhotograMarc Olivier e : Stéphane d’Opale, CRPF,graphiqu Tancrez, on Nord’ Imprim e 2010 Concepti on : : Novembr Impressilégal Dépôt

u riche milieplexe tions fonc

3 multiples

s et outilurs

4 des acte Des

LAT.indd

R

X

.

F

R

biodiver’ lycées

THÉMATIQUE N°2

E N°1

ATIQU THÉM

Directeur de la publication : Emmanuel Cau, président d’Espaces naturels régionaux Coordination et suivi éditorial : Christelle Gadenne, Espaces naturels régionaux Contributions : Espaces naturels régionaux : Claudie Boulanger, Fabien Brimont, Jean-Louis Thomas et Jean-Luc Béghin

Parcs naturels régionaux : Dominique Bruggeman, PNR Scarpe Escaut Marc Grzemski, PNR Avesnois - Martine Magnier, PNR des Caps et Marais d’Opale

Conseil régional Nord-Pas de Calais : Jean-Paul Baratte, Direction Environnement Éducation nationale : Jean-Marc Moullet, IA IPR groupe et de la Terre - Patrick Caboche, IA IPR groupe Histoire sciences de la vie Marc Boulanger, David Campagne et Brigitte Clerquin,et géographie enseignants en sciences de la vie et de la Terre - Claude Fouret, enseignant en histoiregéographie

2 et com

N

Les zones humides régionales

t orê La fionale rég

rêt ale La fo région aire Sommhistorique

Des

E

er’ ives dcé bioly

Des outils et des acteurs

rait

.

lycées

Portrait historique 1 et géographique

Milieux riches 2et complexes

Des fonctions 3multiples

Un

W

biodiver’

’ iver s4 biod lycée

1Port et géog

W

R

Lycées agricoles : Valérie Wullus, animatrice régionale développement durable - François Guennoc, CREAP. pour le Experts thématiques : Estelle Chevillard et Cathy Debut, Agence de l’eau Artois-Picardie - Simon Feutry, DREAL - Bruno de Foucault, Conservatoire d’espaces naturels du Nord et du Pas-de-Calais et Conseil scientifique de l’environnement Nord-Pas de Calais - Magalie Franchomme, Université des sciences et technologies de Lille Rédaction : Stéphanie Coupez Illustrations : Winoc Photographies : Olivier Delvaux, Grégory Smelinckx, Marc Grzemski, Samuel Dhote, Gilles Pottier, Philippe Vincent Gavériaux, Cannesson Conception graphique : Stéphane Descamps Impression : Qualit’ Imprim Dépôt légal : Octobre 2011

Avec le soutien financier de :

UNION EUROPÉENNE Fonds Européen de Développement Régional

Avec

le soutien

financier

de :

EUROPÉENNE Régional UNION Européen Fonds de Développement

22/10/10

10:18

er’ div bioly cées

1

pochetteAP

GUE CATALsOorties

des iques pédagog

2011 I biodiver’lycées I Les zones humides régionales I Avant propos NNE UNION EUROPÉE Fonds Européen ement Régional de Développ

E N°1 THÉMATIQUIONALE FORÊT RÉG E N°2 THÉMATIQU MIDES ZONES HU

Profile for Espaces Naturels Régionaux

avant propos zones humides  

avant propos zones humides

avant propos zones humides  

avant propos zones humides

Profile for enrx
Advertisement

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded