Page 1

Education physique              

NDC Uccle  

     

     

Dossier 3è   Les  traumas  sportifs  

 

     


MATIERE DE  3ème     A) INTRODUCTION  …………………………………………………       B) TROIS  GRANDS  TYPES  DE  TRAUMATISMES………………     1°    TRAUMATISME  MUSCULAIRE…………………………………   2°    TRAUMATISME  TENDINEUX…………………………………...   3°    TRAUMATISME  OSTEO-­‐ARTICULAIRE………………………  

a) l’entorse…………………………………………. b) la  fracture  de  fatigue…………………………...  

  C) ORIGINE  DES  TRAUMATISMES………………………….…       D) METHODE  DE  GUERISON……………………………………..     1°    METHODES  THERAPEUTIQUES………………………………   2°    METHODES  NATURELLES…………………………………….  

 

E) LES INCIDENTS  MEDICAUX…………………………………    

 

1° LA  PLAIE……………………………………………………………….….   2°L’ECOULEMENT  SANGUIN…………………………………………….   3°L’EPISTAXIS………………………………………………………….…...   4°LE  POINT  DE  COTE………………………………………………….…..   5°LA  CRAMPE…………………………………………………………….....   6°L’HYPOGLYCEMIE……………………………………………………..     7°LA  TETANIE……………………………………………………………...     8°L’EPILEPSIE…………………………………………………………….  ..  

F) CONCLUSION…………………………………………………..        

ANNEXES…………………………………………………………………..…. BIBLIOGRAPHIE……………………………………………………………  


A) INTRODUCTION

La  pratique  régulière  d’une  activité  sportive  prend  de  plus  en  plus  une  place  prépondérante   dans  notre  hygiène  de  vie  ,  grâce  notamment  aux  succès  de  nos  athlètes  en  course  à  pied  ,   cyclisme  ,  natation  ,  tennis  ,  …     Cependant  ,  si  le  sport  ,  associé  à  une  alimentation  équilibrée  améliore  notre  condition   physique  et  joue  un  rôle  important  au  niveau  social  et  pathologique  chez  l’individu   (stabilisation  du  poids,retardement  du  vieillissement,maintien  du  capital  musculaire  ,..)  ,  il   peut  également  engendrer  de  multiples  douleurs  et  blessures.     La  pratique  du  sport  est  délassante  et  dynamique.   Toutefois  ,  elle  n’est  pas  toujours  sans  danger  ,  d’où  l’importance  d’une  bonne  «  hygiène  »   musculaire  ,  qui  se  caractérise  par  une  connaissance  de  son  corps  et  de  ses  limites.   Il  est  donc  primordial  avant  tout  effort  physique  de  pratiquer  un  échauffement  musculaire   qui  va  aider  à  prévenir  les  lésions  (car  les  muscles  froids  sont  moins  élastiques  et  donc  plus   vulnérables  à  la  déchirure).     Ainsi  qu’une  séance  d’étirement  après  l’effort  ,  pour  à  la  fois  éviter  les  lésions  et  faciliter  le   rétablissement  du  tissu  si  l’on  souffre  d’une  blessure.     Car  ,  pour  mémoire  :    

L’échauffement est  une  préparation  à  l’effort  musculaire  par  un  réveil  des  systèmes   respiratoire  ,  circulatoire  et  musculaire.  

• L’échauffement est  également  un  moment  d’écoute  de  son  propre  corps  :                                                                                                    -­‐        écoute  du  rythme  cardiaque   - sensation  d’étirement  des  muscles   - sensation  du  placement  articulaire     • Les  étirements  musculaires  ne  seront  proposés  qu’après  un  echauffement  général   comportant  footing  ,  multibonds  ,…  pour  solliciter  progressivement  tous  les  groupes   musculaires.     • On  choisira  des  étirements  :     - passifs  ,  sans  temps  de  ressorts   - maintenus  plusieurs  secondes   - dans  le  calme   - en  expirant   - dos  placé     Si  tous  ces  facteurs  ne  sont  pas  pris  en  considération  ,  notre  corps  sera  exposé  à  des  risques   de  blessures  ,  d’incidents  ou  d’accidents  plus  ou  moins  graves  .  


Nous parlerons  donc  de  «  traumatismes  »  sportifs  .   «  trauma  »  =  blessure   «  Ensemble  des  lésions  locales  provoquées  par  l’action  violente  d’un  agent   extérieur  »    

B) TROIS  GRANDS  TYPES  DE  TRAUMATISMES  

1)    TRAUMATISME  MUSCULAIRE      On  le  retrouve  chez  les  sportifs  de  haut  niveau  qui  ,  par  définition  ,  cherche  toujours  à   reculer  les  limites  physiologiques  du  corps  humain  .  Ainsi  que  chez  les  sportifs  de  masse  par   manque  d’entrainements  et  erreurs  techniques  (  pas  d’échauffements,mauvais   étirements,…).     Ces  accidents  musculaires  sont  souvents  négligés  alors  que  leurs  conséquences  peuvent  être   grave  et  remettre  en  question  l’avenir  sportif  du  blessé.     Le  traumatisme  musculaire  présente  en  effet  tous  les  stades  de  gravité  ,  de  la  plus  simple   disfonction  à  des  lésions  beaucoup  plus  graves.     Ces  lésions  sont  classées  en  fonction  de  leurs  gravités  :   Stade  0  :  contracture   Stade  1  :  élongation   Stade  2  :  claquage   Stade  3  :  déchirure   Stade  4  :  rupture    

Diagnostic

Douleur

Type

Palpation Etirement  

COURBATURE     CONTRACTURE     CRAMPE    

12 à  48  h  

Enraidissement

Douleur ++  

Douleur ++  

Juste après   effort   Pendant   effort  

Boule ,                 tiraillement   Tétanisation  

Cordon induré  

Douleur ++  

CONTUSION   ELONGATION     DECHIRURE    

Par choc   direct   Pendant   effort   Pendant   effort  

Pas de   particularité   Coup  d’aiguille  

Douleur ++  

RUPTURE  

Pendant effort  

Lâchement avec   ou  sans   claquement  

     

Coup de  poignard  

Négatif à   distance  

Douleur sur   cordon  induré   Douleur  +  

Œdème ,   hématome  

Soins Hyper  hydratation,   chaleur  repos  

Repos pdt  8  jours,   chaleur  ,  bains  chauds   Négatif  à  distance   Hydratation  ,   étirements  passifs     massage  léger   Selon  la  gravité   Repos  3  jours  ,  froid  ,   compression   Douleur   Repos  pdt  8  jours  +   froid  immédiatement   Douleur  ++   6  semaines   compression  +   surélever  le  membre   Douleur  ++    


Il existe  2  types  d’étiologie  (causes)  des  traumatismes  musculaires  :       Causes  intrinsèques  :  Lorsque  le  muscle  a  dépassé  ses  capacités  biochimiques  ou  ses   capacités  d’élasticité  en  étirement  ou  contraction.   Causes  extrinsèques  :  lorsqu’il  y  a  un  traumatisme  direct  (comme  dans  les  sports  de   contacts)  

2)  TRAUMATISME  TENDINEUX     La  plus  courante  étant  la  tendinite  qui  est  une  inflammation  du  tendon.   Celle-­‐ci  est  surtout  une  lésion  de  type  intrinsèque  ,  témoin  d’une  réaction  du  tendon  et  /  ou   de  ses  annexes  à  une  charge  inadéquate.     Elle  peut  se  situer  :              -­‐          Au  niveau  de  l’insertion  avec  l’os.   - Au  niveau  de  la  partie  médiane  du  tendon.   - An  niveau  de  l’insertion  avec  le  muscle.     Suivant  la  localisation  de  la  douleur  ,  on  pourra  différencier  ces  traumatismes  en  une   multitude  de  cas  différents  ;  périostite  ,  myotendinite  ,  péri-­‐tendinite  ,  …     La  tendinite  apparaît  souvent  chez  les  sujets  qui  continuent  leur  activité  malgré  des   douleurs.  Au  tout  début  ,  c’est  une  simple  douleur  sans  raison  spécifique  ,  puis  le  mal   s’entretient  car  on  continue  l’exercice  !  Cette  lésion  se  développe  progressivement  mais   avec  un  rythme  :  douleur  maximale  au  début  de  l’effort  ,  qui  diminue  à  l’échauffement  pour   réapparaitre  en  fin  d’exercice  et  au  repos.   Si  le  sportif  persiste  dans  la  pratique  ,  il  risque  l’inflammation  qui  évoluera  vers  la   dégénérescence  ou  la  sclérose  du  tendon  jusqu'à  la  rupture  totale  !     On  peut  détecter  une  tendinite  à  la  palpation  ,  la  mise  en  tension  du  muscle  ou  à  la   contraction  musculaire  contrariée.     Méthode  de  guérison  :       -­‐Repos  et  parfois  immobilisation  du  tendon  (plâtre)   -­‐Traitement  anti  inflammatoire   -­‐Physiothérapie  

3) TRAUMATISME  OSTEO-­‐ARTICULAIRE     Il  existe  plusieurs  types  de  traumatisme  ostéo-­‐articulaire.   Nous  détaillerons  les  deux  plus  fréquents  :          -­‐  l’entorse      -­‐  La  fracture  de  fatigue      

a) L’entorse


Le terme  «  entorse  »  désigne  toute  lésion  d’un  ligament  produite  par  un  mouvement  forcé  ,   une  distension  brusque  mais  sans  déboîtement  des  surfaces  articulaires.     Il  existe  des  entorses  de  degrés  différents  :     Type  1  :  élongation  de  quelques  fibres   Type  2  :  déchirure  d’une  partie  du  ligament   Type  3  :  rupture  totale  du  ligament  et  de  la  capsule  articulaire     Les  symptômes  :     Type  1  :      -­‐  douleur  aigue  ,  brève            -­‐  permet  la  poursuite  de  l’effort          -­‐  la  douleur  réapparait  à  froid   Type  2  :    -­‐  douleur  importante  ,  prolongée          -­‐  appui  douloureux          -­‐  boiterie  immédiate   Type  3  :    -­‐  douleur  fulgurente          -­‐  impotence  fonctionnelle          -­‐  gonflement  immédiat          -­‐  appui  impossible     Le  traitement  :       Type  1  :      repos  relatif  ,pommade  anti-­‐inflammatoire   Type  2  :    -­‐  région  blessée  mise  au  repos          -­‐  méthode  d’immobilisation  par  bandage   Type  3  :    -­‐  immobilisation  et  application  du  froid          -­‐  orientation  immédiate  vers  un  service  médical  

b) La  fracture  de  fatigue  

Les  fractures  de  fatigue  sont  des  cassures  de  l’os  trop  petites  pour  être  détectées    même  à  la   radiographie.   Celles-­‐ci  sont  le  plus  souvent  engendrées  par  des  chocs  répétés  ,  des  impacts  élevés  qui  vont   provoquer  la  formation  de  miniscules  fêlures  dans  la  couche  externe  de  l’os.   Ce  type  de  blessure  ,  qui  touche  le  plus  souvent  le  tibia  et  les  métatarsiens  atteint   régulièrement  les  coureurs  ,  les  basketteurs  et  les  danseurs  classiques  !   La  douleur  apparaît  d’abord  en  cours  d’activité  ,  puis  elle  s’atténue  avec  le  repos   La  prolongation  ou  une  reprise  trop  brusque  de  l’activité  risque  d’aggraver  les  contraintes  et   de  provoquer  une  réelle  fracture  !        

Comment prévenir  les  blessures  de  fatigues  ?    


-

-

-

Choisir avec  soin  son  équipement  et  ses  chaussures  de  sport  :   Il  est  primordial  de  s’équiper  d’une  tenue  appropriée  pour  la  discipline   pratiquée  et  surtout  de  s’assurer  que  les  chaussures  ont  bien  été  conçue  pour   cette  activité  là  !  (voir  annexe  3)     Etablir  un  plan  d’entraînement.   Les  blessures  de  fatigue  résultent  parfois  d’un  entraînement  mal  conduit.   Il  est  important  d’espacer  ses  entrainements  ;  d’alterner  journée  de  repos  et   d’activité  .Ainsi  que  gérer  l’intensité  de  ceux-­‐ci.     Eviter  les  déséquilibres  musculaires.   Nombre  d’activités  sportives  provoquent  ces  déséquilibres  ,  qui  se   manifestent  entre  deux  extrémités  différentes  du  corps  ou  entre  deux   groupes  musculaires  de  la  même  extrémité.   La  meilleure  façon  de  les  éviter  consiste  à  fortifier  et  à  étirer  de  façon   identique  les  groupes  musculaires  antagonistes  et  les  membres  opposés.    

Comment traiter  la  fracture  de  fatigue  ?  

Le seul  remède  pour  ce  genre  de  traumatisme  est  le  repos  total  !  La  reprise  de  l’activité  ce   fera  de  manière  très  progressive.  

  C) ORIGINE  DES  TRAUMATISMES    

Lorsqu’on fait  de  l’exercice  ,  nous  soumettons  nos  muscles  à  un  travail  qui  en  modifie  les   fibres.   Si  l’entraînement  est  régulier  ,  il  y  aura  d’autres  modifications  des  tissus  ,  et  en  particulier  un   accroissement  de  la  force  et  de  l’endurance.     Lors  d’un  entraînement  ,  certaines  lésions  peuvent  se  produire  :       - Soit  le  traumatisme  sera  provoqué  par  un  choc  violent  sur  une  partie  du  corps   .                    →  il  s’ensuit  une  douleur  instantanée  et  un  œdème                      apparaît,ce  qui  provoquera  contusion  ou  déchirure                  musculaire.    Exemple  :  durant  un  match  de  foot  ,…     - Soit  le  muscle  est  soumis  brusquement  à  une  contrainte  qui  dépasse  ses   possibilités.    Exemple  :  L’athlète  qui  soulève  un  poids            de  plus  de  100  kg  risque  de  rompre  les        fibres  du  biceps  ou  d’un  tendon.      


Peut-­‐on éviter  ces  blessures  ?     Oui  et  non  ,…   On  parlera  ici  d’accidents  prévisibles  et  imprévisibles  !  

Accidents prévisibles  :      

Matériel inadapté  :    

Le matériel  doit  être  adapté  à  l’activité  mais  surtout  adapté  en  fonction  de   la  personne  ,  de  son  âge  ,  sa  taille  ,  son  poids,…     Chaussures  de  sports  :   La  qualité  de  la  chaussure  est  importante  pour  le  maintien  du  pied  et  de  la   cheville.   D’ou  l’impotance  d’avoir  des  chaussures  bien  adaptées  à  l’activité.  

Echauffements et  étirements  :     On  commence  toujours  un  entraînement  par  un  échauffement  général  et   ensuite  un  échauffement  plus  spécifique  ainsi  qu’une  séance  d’étirement   pour  éviter  de  travailler  avec  des  muscles  froids  !  

• Le sportif  lui-­‐même  :    

Etat de  forme  du  moment  ,  état  de  fatigue  ,  caractère  psychologique,   surentraînement  ,  …  

Accidents  imprévisibles  :    

C’est la  définition  même  de  l’accident  ;  évenement  fortuit  qu’on  ne  peut  prévoir  à   l’avance  .   Différentes  causes  peuvent  favoriser  ces  accidents  :       • Le  manque  de  concentration   • Sports  avec  ou  sans  contacts   • Sports  avec  chocs  répétés  ,  avec  des  démarrages  brusques  ou   changements  imprévus,…   • Circonstances  extérieures  :  temps  ,  type  de  terrain  ,  entourage  ,...  

  Il  est  évident  qu’il  y  a  des  sports  qui  sont  plus  à  risque  que  d’autres  !   Les  sports  de  contacts  tels  le  rugby  et  la  lutte  soumettent  souvent  le  sportif  à  des  chuttes  ,   des  collisions  qui  provoqueront  plus  facilement  des  contusions  ,  entorses  ,  fractures  ,…  


Ainsi les  nageurs  ,  par  exemple,  sont  moins  exposés  à  ce  genre  de  traumatismes  mais   peuvent  souffrir  de  lésions  de  fatigue  des  muscles  de  l’épaule.   Les  sportifs  pratiquants  des  sports  d’endurance  souffriront  plus  souvent  de  blessure  de   fatigue  que  de  traumatisme  sévère.     En  conclusion  ,  la  meilleure  façon  d’éviter  les  lésions  consiste  à  :     • Préparer  son  corps  à  l’effort  (échauffement  et  étirement  appropriés)   • Ne  pas  fatiguer  les  tissus  au-­‐delà  de  leurs  limites   • Laisser  récupérer  les  tissus  (=repos)   →  espacer  les  séances  ,  commencer  en  douceur  ,…  

D) METHODES  DE  GUERISON  DES  TRAUMATISMES      

1) METHODE THERAPEUTIQUE   A) Le  repos  :            Il  doit  être  suffisant  pour  permettre  la  guérison  totale  des       lésions,une  reprise  trop  hâtive  est  préjudiciable  !     B) La  chimiothérapie  :     • Les  décontractants     • Les  antalgiques  :  suppriment  la  douleur  mais   nécessitent  une  bonne  hydratation  pour  éviter   les  problèmes  de  reins.   • Les  anti-­‐inflammatoires  :  sous  prescription   médicale   C) les  injections  locales  :                    Sous  prescription  ,  doit  se    pratiquer  dans  des         conditions  médicales     D) Les  méthodes  d’immobilisations  :     • Les  bandages  collants   • Le  tapping  (pour  tendinite  et  entorses   légères  )   • Le  plâtre  (  pour  les  entorses  sévères  et  les   fractures  )   E) Les  massages  et  la  réeducation  :     • • •

Massages décontracturants   Kinésithérapie   Physiothérapie  

F) Les manipulations  :              Attention  ,  seulement  par  des  professionnels  (chiro,              Ostèo,  ..  

2) METHODES  NATURELLES    


B) Le froid  :     • • •

Il a  un  effet  de  vaso-­‐constriction  au  niveau  de  la  circulation   sanguine   Effet  anti-­‐inflammatoire   Lutte  contre  les  processus  traumatiques  en  limitant  la   formation  d’hématomes  et  d’oedèmes   →Moyens  :  glace  ,  cold  pack  ,  eau  froide  ,  aérosol  réfrigérant,..   A  utiliser  sur  les  blessures  qui  saignent  ,  contusion  ,  claquage  ,   entorse  ,  élongation  ,  rupture.    

C) La  chaleur  :     • Active  la  circulation  sanguine  locale  donc  ,  entre  autre  les  apports  en   oxygène   • Favorise  l’élimination  des  déchets   • Action  antalgique   →Moyens  :  eau  chaude  ,  air  chaud  ,  hot-­‐pack  ,  lampe  UV  ?..   D) La  douche  écossaise  :     ⇒  Il  s’agit  d’alterner  l’application  du  froid  et  du  chaud.   • Effet  anti-­‐œdème   • Active  la  résorption  des  hématomes   →Moyens  :  Utiliser  en  alternance  les  moyens  évoqués                                                précédemment  

ð  UTILISATION    

SYMPTOMES  

OEDEME DOULEUR  MUSCULAIRE   DOULEUR  TENDINEUSE   DOULEUR   CARTILAGINEUSE   TENDINITE  

FROID

Premières heures  

CHALEUR

Premières heures  

DOUCHE ECOSSAISE  

Après 48h  

+++      

+++   -­‐-­‐-­‐   +++  

+++ -­‐-­‐-­‐   +++   -­‐-­‐-­‐  

-­‐-­‐-­‐

+++

ð  REMARQUES  :       -­‐  Plus  la  région  à  traiter  sera  grande  ,  plus  le  traitement  sera  long.   -­‐  Ne  jamais  utiliser  de  glace  directement  sur  la  peau.  

E) LES  INCIDENTS  MEDICAUX    


Mise à  part  les  traumatismes  musculaires  ,  tendineux  ou  articulaires  ,  il  existe  une  multitude   d’autres  incidents  pouvant  être  liés  à  la  pratique  du  sport.   Cela  va  de  petits  incidents  tels  qu’une  plaie  ,  un  saignements  de  nez  ,…  jusqu'à  des  troubles   plus  important  tels  que  l’épilepsie  ,  la  tétanie  ,  …     Voici  quelques  exemples  ,  ainsi  que  les  bons  réflexes  à  adopter  dans  ce  genre  de  situation  !      

1) La  plaie    

Reconnaissance  :        Altération  du  tissu  cutané  après  une  chute  ,  un  coup.     Action  sur  le  terrain  :            -­‐  si  la  plaie  est  simple  et  peu  profonde  ,  nettoyer  et          Panser.              -­‐    si  la  plaie  est  profonde  ou  si  il    y  a  des  corps                                  étrangers  ,  panser  et  emmener  chez  le  medecin.    

2 )  L’écoulement  sanguin    

Reconnaissance  :        C’est  un  écoulement  dû  à  la  section  d’une  artère  (jet        saccadé)  ou  d’une  veine  (écoulement  régulier).   Action  sur  terrain  :        -­‐    compression  locale  au  point  de  saignement  avec  un  linge                                                                                  propre  ,  un  pansement.                                                                        -­‐    le  sujet  est  allongé  ,  calmé  ,  membre  surélevé.    

3) L’épistaxis  (ou  saignement  de  nez)    

Reconnaissance :     • Peut  être  d’origine  traumatique   -­‐  Après  un  coup  sur  le  nez   -­‐  Après  un  baro-­‐traumatisme(=variation  de  pression  )        ex  :  en  plongée.   -­‐  Avec  déformation  et  douleur  →  il  y  a  fracture  du  nez.      Sans  déformation  →  il  y  a  rupture  isolée  d’un  vaisseau.     • Peut  aussi  être  d'origine  pathologique     -­‐  S’il  y  a  fragilité  des  capillaires   -­‐  S’il  y  a  hypertension   -­‐  S’il  n’y  a  pas  de  déformation  

Action sur  le  terrain  :          -­‐  faire  une  compression  digitale            -­‐  maintenir  la  tête  droite            -­‐  Appliquer  de  la  glace  à  la  base  du  nez            -­‐  placer  une  mèche  imbibée  de  liquide  hémostatique    

4) Le  point  de  côté    


Reconnaissance :            C’est  une  douleur  abdominale  qui  traduit  une  mauvaise      adaptation  à  l’effort.   • D’origine  vasculaire  :  engorgement  du  foie  ou  de  la  rate  dû  à  une  mauvaise   adaptation  du  cœur  à  l’effort.   • D’origine  musculaire  :  au  niveau  des  muscles  du  diaphragme  ou  des   abdominaux  qui  «  tétanisent  »   • D’origine  digestive  :  quand  l’estomac  en  situation  de  digestion  doit  aussi  faire   face  à  l’effort  du  sportif     Action  sur  le  terrain  :        -­‐  diminuer  ou  stopper  l’effort          -­‐  appuyer  sur  l’endroit  douloureux          -­‐  projeter  le  buste  en  avant  ,  lever  le  genou  du  même                          coté  que  la  douleur  et  expirer  longuement  

5) La  crampe       Reconnaissance  :        C’est  une  contraction  involontaire  ,  douloureuse  et  passagère                                                                    d’un  muscle  ou  d’un  groupe  musculaire.   →  -­‐  Au  cours  de  l’effort  ,  elle  survient  le  plus  souvent  chez  un  sujet                  fatigué  et  déshydraté.            -­‐  Elle  révèle  une  mauvaise  compensation  des  pertes  hydriques.     Action  sur  le  terrain  :            -­‐  allonger  le  sujet  et  mettre  le  muscle  douloureux  en                          extension              -­‐  maintenir  cette  position  quelques  minutes  puis                          masser  légèrement              -­‐  faire  boire  une  eau  légèrement  sucrée  

6)  L’hypoglycemie       Reconnaissance  :     • D’origine  diététique  :        Avant  l’effort  ,  le  pratiquant  n’a  pas     manger.   • D’origine  sportive  :            Pendant  l’effort  ,  le  sportif  a  épuisé                    ses  réserves  glucidiques.   →Symptômes  :      -­‐    Sueur  froide              -­‐    Sensation  de  faim              -­‐    Mauvaise  humeur  brutale              -­‐    Contre-­‐performance     Action  sur  le  terrain  :            -­‐  Absorber  des  sucres  complexes  (pain)              -­‐  Apport  hydrique  

7) La  tétanie      


Reconnaissance :        C’est  une  perte  de  connaissance  non  traumatique.                  Cette  manifestation  est  fréquente  chez  les  jeunes  filles  entre  15  et  25  ans.   →  Caractéristiques  :        -­‐    hyperventilation        -­‐    sensation  de  fourmillement                  autour  de  la  bouche  et  aux  mains      -­‐    angoisse     Action  sur  le  terrain  :      Faire  respirer  le  sujet  calmement  quelques  minutes  dans          un  sac  plastique.  

8)  L’épilepsie       Reconnaissance  :      C’est  une  perte  de  connaissance  non  traumatique.   →  Caractéristiques  :  Crise  généralisée  avec  convulsions                                                                                ou  tremblements  musculaires.   Action  sur  le  terrain  :            -­‐  Le  protéger  de  tous  risques  de  blessures                -­‐  Mettre  le  sujet  au  repos  ,  le  calmer              -­‐  Réconforter  le  sujet  puis  le  mettre  en  position  latérale                    de  sécurité.     F)  CONCLUSION      

L’exercice est  nécessaire  à  l’entretien  de  la  santé  physique  et  psychique.   En  effet  ,  de  nombreux  dérèglements  corporels  résultent  d’un  mode  de  vie  trop  sédentaire  ;  l’obésité  ,  le  taux  de   cholestérol  ,  la  diminution  des  réflexes  ,  la  tendance  au  stress  ,…     Toutefois  ,  personne  n’est  à  l’abri  d’une  blessure.   Celles-­‐ci  souvent  anodines  au  départ  ,  peuvent  mener  à  des  traumatismes  sévères  si  elles  ne  sont  pas  prises  en   considération.     De  plus  ,  les  sportifs  victimes  de  traumatismes  sont  souvent  exposés  à  la  rechute.  Les  motifs  de  cette  rechute  étant  souvent   le  manque  de  repos  ,  la  reprise  anticipative  de  l’activité  et  une  mise  en  condition  physique  insuffisante  avant  l’effort  !   La  complète  guérison  nécessite  donc  beaucoup  de  temps  de  repos  et  de  rééducation.     En  conclusion  ,  pour  éviter  tous  ces  désagréments  ,  il  faut  diminuer  le  risque  de  se  blesser!   Pour  cela  ,  il  est  primordial  lors  de  toute  activité  physique    d’avoir  :     • un  bon  équipement   • un  renforcement  musculaire  bien  adapté.   • travailler  la  souplesse   • un  échauffement  adéquat   • des  étirements  préventifs  et  progressifs  après  l’échauffement   • un  stretching  après  l’activité   • un  travail  de  la  condition  physique  générale     Si  malgré  cela  ,  la  blessure  apparaît  ,  il  faut  directement  se  soigner  (même  si  la  blessure  est  bénine)  et  ne  pas  laisser  les   choses  s’aggraver  !          


Dossier EPS 3eme  

Dossier EPS à destination des élèves de 3ème de NDC (Version 2012-2013)

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you