Page 1

Fédération Nationale des producteurs de sésame. (FENPROSE)

Rapport final :Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011.

Ibrahima SY, Economiste Rural. 28/10/2011


Rapport provisoire : Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011.

2011

Sommaire Contexte et importance du sésame dans l’économie agricole. .................................................. 3 Objectif général.................................................................................................................................. 4 Objectifs spécifiques......................................................................................................................... 4 Méthodologie. ....................................................................................................................................... 5 I-

Dynamique d’évolution de la filière sésame au Sénégal. ..................................................... 7 Conclusion sur l’évolution dynamique de la filière sésame au Sénégal............................... 13

II-

Les spécificités du développement de la filière sésame par zone éco-

géographique....................................................................................................................................... 14 II.1- La zone sud. .......................................................................................................................... 14 II.2- La zone du bassin arachidier. ........................................................................................... 16 Conclusion sur les spécificités par zone éco géographique. ................................................ 19 III-

Synthèse des principales contraintes de la filière sésame. .................................... 21

III.1- Les contraintes du maillon de la production................................................................ 22 III.1- Les contraintes du maillon de la transformation. ...................................................... 23 III.3- Les contraintes du maillon de la commercialisation. ................................................. 25 III.4- Les contraintes transversales de la filière. ............................................................... 25 IV-

Synthèse des recommandations formulées par les différentes études menées sur

la filière. .............................................................................................................................................. 28 IV.1- Les recommandations générales. ..................................................................................... 28 IV.2 -Les recommandations spécifiques. ................................................................................. 31 Conclusion sur les recommandations. ........................................................................................ 32 V-

Proposition de stratégies de plaidoyer pour la prise en charge des contraintes de

la filière sésame. ............................................................................................................................... 33 VI-

Recommandations pour une meilleure mise en œuvre des stratégies de

plaidoyer….. ......................................................................................................................................... 38 ANNEXES. .......................................................................................................................................... 43 ANNEXE 1 : Liste des documents consultés. .......................................................................... 43 ANNEXE 2 : Matrice de synthèse des contraintes identifiées par les différentes études sur la filière sésame. ...................................................................................................... 44

2


Rapport provisoire : Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011.

2011

Contexte et importance du sésame dans l’économie agricole. Le sésame a été réintroduit en Moyenne Casamance en 1985 par AAJAC COLUFIFA1 et a gagné le bassin arachidier à partir du milieu des années 1990.

Depuis lors, sa culture est en pleine expansion et fait l’objet d’un engouement qui se justifie par plusieurs facteurs notamment la volonté politique d’ériger la spéculation en option de diversification soutenue, sa possibilité d’être cultivée presque sur l’étendue du territoire national, sa précocité, le faible indice de risque, la vente instantanée de la production, etc…. Sur le plan politique, la volonté d’ériger le sésame en culture de diversification est réelle. Dans le cadre de la stratégie de croissance accélérée, le sésame fait partie des spéculations ciblées dans la grappe Agriculture/Agro-industrie. Elle est incluse spécifiquement dans la sous grappe agriculture pour les chaines de valeur production et commercialisation. Ainsi pour matérialiser cette volonté politique, le gouvernement du Sénégal met en place un programme d’appui à la filière sésame en 2003 dans le cadre des programmes spéciaux de la politique agricole. Sur le plan des ressources humaines, la filière sésame emploie au niveau national prés de 13 000 personnes dont 12 000 producteurs, des collecteurs, des commerçants, des transporteurs, des transformateurs, des grossistes et des exportateurs (Analyse Chaîne de Valeur Sésame, USAID-CE, 2008). Sur le plan économique, avec une production estimée aux environs de 3000T par les professionnels, la filière sésame injecte directement plus de 900 millions de francs CFA de revenu brut (Source Etude USAID-CE, 2008) pour les producteurs et prés de 150 millions de commissions reversées aux collecteurs, commerçants et organisations paysannes qui ont fini par se constituer en acteurs incontournables de la commercialisation du produit brut. En outre, une forte 1

AAJAC COLUFIFA : Association Africaine Jeunesse Agricole et Culturelle / Comité de Lutte pour la Fin de la Faim.

3


Rapport provisoire : Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011.

2011

demande sur le marché mondial à poussé des investisseurs à s’installer au Sénégal même si pour le moment la quasi-totalité de la production n’est pas transformée sur place mais exportée comme matière première. Cependant, avec plus d’un quart de siècle d’existence le développement de la filière sésame est entravé par beaucoup de contraintes parmi lesquelles le faible niveau d’organisation et de représentation des producteurs est l’une des plus importantes. Pour faire face à cet obstacle, des organisations à la base ont mis sur pieds en 2003 la FENPROSE. En 2011, la fédération à élargie sa base pour intégrer des OP du bassin arachidier et par la même occasion renouveler ses instances. Pour jouer pleinement son rôle dans le dialogue politique pour le développement de la filière sésame, la FENPROSE souhaite disposer d’un document de base synthétisant l’ensemble des études menées sur la filière.

Objectif général. Cette étude à pour objectif général de synthétiser l’ensemble des études menées sur la filière sésame depuis 2005 afin d’avoir une vue dynamique sur son évolution spatiotemporelle, de recenser les principales contraintes qui ont été identifiées et de combiner les différentes recommandations formulées. Ce document de synthèse servira de base d’argumentaire à la FENPROSE pour contribuer au développement de la filière sésame à travers des actions de plaidoyer.

Objectifs spécifiques. Tel qu’indiqué dans les termes de références, la synthèse des études menées sur la filière sésame depuis 2005 à pour objectifs spécifiques : 1. Avoir une vue dynamique de la filière sésame.

4


Rapport provisoire : Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011.

2011

2. Faire ressortir la spécificité du développement de la filière sésame par zone éco-géographique. 3. Synthétiser l’ensemble des contraintes identifiées au cours des études sur la filière ; 4. Analyser et combiner les différentes recommandations formulées à travers les études ; 5. Proposer des stratégies de plaidoyer pour la prise en charge des contraintes ; 6. Formuler des recommandations pour une meilleure mise en œuvre

des

stratégies de plaidoyer ;

Méthodologie. La rédaction de cette synthèse a été faite sur la base d’une étude documentaire. En effet, les termes de références ont précisé que la synthèse concerne les études menées sur la filière sésame depuis 2006. A la suite de recherches bibliographiques, quatre principales études ont été répertoriées (cf. liste des documents consultés joint en annexe). Cette synthèse n’a pas pour objectif de faire une analyse critique sur les études menées, mais d’en extraire les éléments de construction d’une vision commune sur l’état des lieux de la filière, sur les principales contraintes qui entravent son développement et les recommandations formulées depuis 2005. A cet effet, une revue documentaire a été réalisée, des matrices de synthèses confectionnées pour le recensement des différentes contraintes et des recommandations. A partir des matrices de synthèse, l’analyse des contraintes et recommandations à été effectuée de sorte à ressortir les points de convergences de toutes les études, mais aussi de voir les points spécifiques qui souvent découlent des termes de références. Ces points spécifiques concernent beaucoup plus les recommandations formulées. Une

5


Rapport provisoire : Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011.

2011

analyse des contraintes et des principales recommandations formulées de façon récurrente depuis plusieurs années ainsi que l’étude des opportunités offerte par l’environnement politique, juridique et institutionnel à permis de construire un argumentaire de plaidoyer pour le compte de la FENPROSE et de proposer une stratégie de mise en œuvre. Le plan de rédaction du présent document épouse parfaitement la chronologie des objectifs spécifiques telle qu’énoncée dans les termes de références.

6


Rapport provisoire : Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011. I-

2011

Dynamique d’évolution de la filière sésame au Sénégal.

La culture du sésame est relativement ancienne au Sénégal où sa pratique en Casamance remonte à l’époque coloniale. Après l’indépendance, le sésame avait pratiquement disparu du pays en ne subsistant qu’à l’état de relique, utilisé surtout comme remède. Officiellement, la culture a été réintroduite au Sénégal en 1985 par AAJAC COLUFIFA dans la zone de Sédhiou. Depuis cette date, elle a connu plusieurs phases dans son évolution.

- 1985-1995 : Réintroduction du sésame et développement de la production. Dans cette période, le sésame réintroduit dans le système de culture par des organisations paysannes dans le sud du pays et par des exportateurs dans le bassin arachidier commence à se faire connaitre et se développe petit à petit. Dans le sud du pays, le sésame est réintroduit par AAJAC COLUFIFA qui a pu disposer de 5kg de semences provenant de la Gambie. Entre 1985 et 1987, un programme de multiplication de semence à permis à AAJAC de disposer de 12 tonnes de semences. Au début, la culture était pratiquée par des groupements de promotion féminine en champ collectif. En 1988, l’organisation, à travers un soutien d’OXFAM commence à généraliser la vulgarisation du sésame avec comme objectif principal l’accès des ménages ruraux à une huile de qualité. Par la suite, l’organisation ASSOLUCER2 introduit le sésame dans la zone de Médina El Hadj SOUANE (Département de Sédhiou) à partir de 1989. Au niveau des producteurs, le sésame est cultivé sur de petites parcelles (0,25ha). Une partie de la

2

ASOLUCER : Association de Lutte contre l’Exode Rural

7


Rapport provisoire : Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011.

2011

production est gardée comme semence pour l’année suivante et le reste trituré pour avoir de l’huile et du tourteau. Dans le bassin arachidier, le sésame est introduit vers la fin de cette période. Il fait son entrée dans le département de NIORO à partir de 1993, la société SIMEX SA en collaboration avec le service départemental de l’agriculture initie un programme de production de sésame à Médina Sabakh, Nioro et Paoscoto. A partir de 1994, ce programme a été progressivement étendu au reste de la région de Kaolack (Kaffrine et Koungheul) et a même eu des prolongements jusque dans certaines zones des régions de

Fatick (Gossas et Niombato), et de Tambacounda

(Koumpentoum et Koussanar). La production de ce programme

était

exclusivement destinée à l’exportation vers le Japon. Ainsi, le promoteur versait des indemnités au SDDR, payait des animateurs pour le suivi de la production et chaque producteur partenaire du projet recevait un paquet technique composé de 5kg de semences et 2 sacs d’engrais à crédit avec engagement à vendre la production au projet à un prix convenu d’avance (160F /Kg). -

1995-1999 : Développement de la commercialisation et début de la crise. A partir de 1995, AAJAC COLUFIFA qui avait fait la promotion du sésame dans un objectif de sécurité alimentaire par l’apport de protéines change d’orientation et demande à ses partenaires un appui pour la promotion de la culture du sésame à grande échelle. L’objectif principal devient la commercialisation de l’huile. En réalité, ce changement d’option est motivé par une commande de 2000 litres d’huile

dans le cadre du commerce

équitable. Le problème est posé en comité régional de développement à Kolda et le gouverneur demande au responsable du service régional de l’Agriculture d’appuyer la diffusion du sésame dans la région. Le

8


Rapport provisoire : Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011.

2011

PRIMOCA3, partenaire d’AAJAC COLUFIFA fournit 10 tonnes de semences de sésame. Le service régional de l’agriculture fort des 25 agents motorisés mis à sa disposition dans le cadre du programme National de Vulgarisation Agricole (PNVA) est chargé de piloter le programme et de distribuer la semence fournie dans toute la région de Kolda. Il en profite pour faire une parcelle expérimentale qui va permettre de produire le premier guide sur la culture du sésame. En fin de campagne, la récolte est disponible, mais face à la méconnaissance de la culture, les rendements sont très faible et la production éparpillée dans la région. Du fait des coûts de transaction élevés, AAJAC ne parvient à collecter que la production disponible dans sa zone naturelle d’intervention (Sédhiou et ses environs immédiats). Dans le reste de la région de Kolda l’essentiel de la production est achetée par des bana-banas venant de la Gambie voisine. Dans la zone de Nioro, SIMEX SA poursuit son expansion, élargie ses zones de production et installe une soufflerie à Kaolack. Vu le développement de la production, une forte demande commence à s’exprimer à partir de la Gambie. Les commerçants commencent à concurrencer les promoteurs que sont AAJAC et SIMEX qui voient leur niveau de collecte baisser. C’est ainsi qu’à partir de 1998, la SIMEX voit sa collecte chuter passant de 1000T à moins de 300T. Obligée de baisser ses charges, elle se départie de ses animateurs et opte pour des relais villageois. Elle finira par se retirer de la filière et délocalisera en même temps sa soufflerie au Mali. Dans la zone SUD, ayant découvert en Casamance une nouvelle source d’approvisionnement avec le développement de la culture du sésame, les commerçants gambiens vont assaillir le marché jusqu’à asphyxier l’unité de transformation d’AAJAC qui ne fonctionne presque plus faute de matière première. C’est ainsi qu’en 1999, pour faire 3

PRIMOCA : Projet Intégré de la Moyenne Casamance.

9


Rapport provisoire : Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011.

2011

face à la crise profonde qui secoue le système, AAJAC COLUFIFA appuyée par le CRS4 appelle un forum pour la relance du sésame. -

1999-2003 :

La

relance

du

sésame

par

la

multiplication

des

partenariats et l’élargissement des zones de production. Cette période est marquée par trois faits majeurs : la multiplication des partenariats avec l’intégration de nouvelles organisations (ONG et OP) pour le développement de la filière sésame, l’élargissement de la zone de production et le début de la collaboration avec la recherche agricole. La relance va s’appuyer sur l’initiative du CRS de mettre en place un programme sésame. Ainsi, parmi les mesures prises dans le forum convoqué par AAJAC COLUFIFA figurent l’appui à la production et à la commercialisation. Dans le cadre de l’appui à la production, le CRS met en place un programme de recherche appliquée avec le CERAAS5 et élargi à partir de 2001 son programme sésame dans d’autres zones avec d’autres organisations

partenaires.

La

répartition

est

ainsi

faite :

AAJAC/COLUFIFA est dans la zone de Nord Ndorna et de Bounkiling, ASSOLUCER dans le département de Sédhiou, FADECBA6 dans le département de Goudomp, 7A MAREWE7 dans le département de Kolda et GADEC8 dans le département de Tambacounda. Dans la zone du Sine Saloum, face aux difficultés d’approvisionnement, la société SIMEX SA se retire de la filière sésame, délocalisant en même temps sa soufflerie au Mali. La production du département de Nioro va commencer à décliner faute de partenaire. Dans la zone de Koungheul, la production de sésame se poursuit avec d’autres partenaires. En effet, le

4

CRS : Catholic Relief Services. CERAAS : Centre d’Etude Régionale pour l’Amélioration de l’Adaptation à la Sécheresse. 6 FADECBA : Fédération des Associations Communautaires du Balantacounda. 7 7A MAREWE : Appui à l’Auto formation des Adultes appliqué à l’Action par Alternance et en Alternative. 8 GADEC : Groupe d’Action pour le Développement Communautaire. 5

10


Rapport provisoire : Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011.

2011

GADEC, à travers le programme du CRS, est chargé de développer la production dans la zone de Tambacounda. Avec un objectif de collecte de 100T par an, il coopte des organisations de producteurs dont la zone d’emprise dépasse les limites géographiques de Tambacounda. C’est ainsi qu’un partenariat est noué dans le Koungheul à travers la section locale de l’ANAFA. La relance de la production de sésame est soutenue par le CRS qui mise sur la multiplication des partenaires et l’élargissement des zones de production. Cependant, avec la crise qui s’est installée entre 1996 et 1999, la commercialisation du produit brut a pris le dessus et le maillon de la transformation sérieusement mis à mal. En effet, dans la zone sud ou la transformation était déjà assez pratiquée, les presses industrielles d’AAJAC

connaissent des difficultés d’approvisionnement, les presses

artisanales disséminées à travers la zone et faisant des prestations pour l’autoconsommation du sésame sont de moins en moins fréquentées par les producteurs qui préfèrent désormais vendre leur production plutôt que de la consommer. Dans la zone de Kaolack, la délocalisation de la soufflerie de SIMEX se fait ressentir et la place est laissée progressivement aux intermédiaires venant de la Gambie. Une tentative de relance de la transformation est menée par le GADEC dans le cadre du partenariat avec CRS. Ainsi, une unité de trituration est installée dans le département de Tambacounda au bénéfice d’un groupement de promotion féminin. Cependant, faute de compétitivité et de marketing efficace, les produits sont difficilement commercialisés et l’unité cessera de fonctionner avec la fin du projet CRS. -

A partir de 2003 : Le sésame érigé en programme national, la multiplication des acteurs.

11


Rapport provisoire : Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011.

2011

Dans le cadre des programmes spéciaux initiés par le gouvernement du Sénégal, le programme sésame est mis en place en 2003 et confié à la direction de l’agriculture. Le développement de la culture et la promotion qui en est faite attire les acteurs dont la présence se multiplie. Cette période est caractérisée par : -

Le tissu industriel qui se reconstitue petit à petit, mais la tentation de la commercialisation de la matière première est toujours plus forte. ANI s’installe en 2008, les sociétés d’exportation installée en Gambie créent des succursales (Zig Agro et Royal Entreprise) à Kaolack et mettent en place des souffleries.

-

La multiplication des acteurs intervenant dans la filière : les enjeux économiques suscités par le développement du sésame favorisent l’apparition de nouveaux types d’acteurs dans la filière notamment sur le maillon de la commercialisation. Il s’agit des collecteurs associatifs qui travaillent pour le compte des exportateurs, les rabatteurs qui sont chargé de la collecte primaire du sésame dans les villages pour le compte des grands collecteurs moyennant une prime par kilogramme de production acheté, les gros commerçants qui font le même travail que les collecteurs associatifs, mais qui ont les moyens financiers de préfinancer la collecte. La multiplication des acteurs dans le maillon de la commercialisation entrainera une concurrence sans merci. Les organisations de producteurs sont les principales victimes de cette nouvelle donne. Obligées de s’adapter, elles vont se positionner en opérateur de collecte pour le compte des exportateurs. Seulement elles ne parviennent pas à fidéliser leurs membres et le défaut d’atteinte des résultats finira par les décrédibiliser. Dans la zone sud, comme stratégie de survie, AAJAC entreprend une production de sésame bio équitable depuis 2009. Plusieurs tentatives d’organisation de la production sont initiées depuis la mise en

12


Rapport provisoire : Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011.

2011

place du programme sésame, mais elles ont toutes échoué. MEXIM en 2005-2006, DTE entre 2007 et 2009 pour ne citer que ces deux exemples.

Malgré

le

développement

des

activités

de

recherche

développement, la très forte demande en sésame et la présence de plusieurs programmes de soutien, la filière peine à décoller et la qualité de la production se déprécie de plus en plus ces dernières années. Conclusion sur l’évolution dynamique de la filière sésame au Sénégal. Depuis sa réintroduction en 1985, la production de sésame au Sénégal à beaucoup évolué. Cependant, la filière tarde encore à exprimer pleinement son potentiel de développement. Malgré les multiples résultats de la recherche, une forte demande du marché mondial et les multiples tentatives d’organisation, la production s’est tassée et peine à dépasser les 6000T/an. Les organisations de producteurs mises à mal par le trouble observé dans la commercialisation du produit brut, ne parviennent pas à jouer pleinement leur rôle dans le développement de la filière. Le maillon de la transformation a régressé au fil du temps malgré l’installation de plusieurs unités et l’existence d’une forte capacité de transformation.

La production nationale est à plus de 95% destinée à

l’exportation sous forme brute sans création supplémentaire de valeur ajoutée locale. Sur le plan sociologique, l’évolution de la filière sésame dans le temps et dans l’espace est caractérisée par quatre types de mutation depuis son introduction : 1- Le sésame est passé d’une « culture de femme » (production avec les GPF les premières années de son introduction) à une « culture d’homme » avec développement de la commercialisation. 2- Le sésame est passé d’une culture d’autoconsommation (jusqu’en 1996, l’essentiel de la production est autoconsommée) à une culture de rente.

13


Rapport provisoire : Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011.

2011

3- Le sésame passe progressivement d’une culture dérobée à une culture intégrée dans le plan de campagne. 4- Le principal bassin de production du sésame s’est déplacé du sud berceau de réintroduction vers le centre (Kaffrine et Fatick sont aujourd’hui les plus grandes zone de concentration de sésame).

II- Les spécificités du développement de la filière sésame par zone éco-géographique.

Le

sésame

est

cultivé

principalement

dans

deux

grandes

zones

éco

géographiques. La zone sud (Régions de Kolda et de Séhiou) et le bassin arachidier (région de Kaffrine, Fatick, Kaolack). A côté de ces zones de concentration, il existe d’autres zones de production (Tambacounda, Ziguinchor, ect…) mais la production n’est pas très importante et bien qu’intéressante, ces expériences sont géographiquement très localisées et ne constituent pas un trait de caractère majeur dans leur zone d’implantation. Ainsi donc, nous présenterons dans la suite les spécificités du développement de la filière sésame dans les deux grandes zones de concentration que constituent la zone sud et le bassin arachidier. II.1- La zone sud. Cette zone correspond aux aires d’intervention d’AJAC/COLUFIFA et de l’ASSOLUCER et d’autres OP dans la Région de Kolda et les Départements de Bignona et de Ziguinchor. Dans cette zone qui bénéficie de beaucoup d’atouts sur le plan agro climatique (pluviométrie abondante, sols très peu dégradés, durée de l’hivernage satisfaisante…), la réintroduction et le développement de la culture du sésame ont été réalisés par des organisations paysannes avec comme

14


Rapport provisoire : Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011.

2011

objectifs la sécurité alimentaire et l’amélioration des revenus des membres de ces organisations paysannes. L’objectif visé par les OP à travers la promotion de cette culture était de mettre à la disposition des populations rurales de l’huile et du tourteau de très bonne qualité à un coût supportable par leurs revenus ; AAJAC/COLUFIFA

(Association

Africaine

de

la

Jeunesse

Agricole

et

Culturelle/Comité de Lutte pour la Fin de la Faim) et ASSOLUCER (Association pour la Lutte Contre l’Exode Rurale) qui ont joué un rôle pilote dans le développement de la culture du sésame avaient envisagé le développement de la filière à travers un système auto géré par les membres ; ceci se ferait en privilégiant la transformation de la production en huile alimentaire et en tourteau pour l’autoconsommation locale, d’où la nécessité de faire évoluer parallèlement à l’augmentation de la production, la capacité de transformation pour faire face à la demande de services. Il ne s’agissait pas d’un objectif commercial, et cette politique était incompatible avec la gestion rentable de la filière même si elle a un contenu très noble. En effet, le dilemme était, non seulement d’offrir des prix d’achat équitables aux producteurs pour l’achat de la production, mais en même temps, de commercialiser les produits finis et semi-finis à des prix inférieurs à ce que l’on trouve habituellement sur le marché pour des produits similaires. Cette option est remise en cause par l’intérêt grandissant manifesté par plusieurs opérateurs (exportateurs) agissant sans harmonie ni concertation au risque de déstabiliser définitivement la filière. En effet, avec le développement de la production de sésame dans cette zone, beaucoup d’autres intervenants ont fait leur apparition, attirés par les profits offerts par l’exportation de la graine de sésame. Il s’agit de collecteurs, d’intermédiaires et d’opérateurs capables d’offrir des prix plus attractifs aux producteurs et essayant même de fidéliser ces derniers par le biais d’aides

15


Rapport provisoire : Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011.

2011

diverses pendant les périodes de soudure ; autant de pratiques qui leur permettent d’écumer la production et qui sont considérées par les pionniers comme étant des armes de concurrence déloyale de nature à compromettre les efforts en orientant la quasi-totalité de la production en sésame graine vers l’exportation au lieu de satisfaire en priorité la capacité de transformation disponible au niveau des unités de trituration du sésame. Dans une stratégie de survie, face à cette situation, les OP se réorientent progressivement vers les marchés d’exportation de sésame graine. Le déclin amorcé du maillon de transformation sera accéléré par le déficit de maintenance et de pièces de rechange de l’unité industrielle de Faoune, la faible fréquentation des presses artisanales par les populations qui ont baissé leur auto consommation de sésame. Actuellement la transformation industrielle concerne moins de 20T /an. Plusieurs partenaires ont accompagné cette filière dans tous les domaines depuis les années 90 : Il s’agit d’OXFAM/ Belgique, du PRIMOCA, du projet d’appui aux ONG, de CRS, de la Coopération Autrichienne à Travers le PILSA. Actuellement, les organisations de la zone bénéficient du soutient du projet ANASAME de l’ONG AVSF.

II.2- La zone du bassin arachidier. Dans cette zone qui correspond aux régions de Kaffrine, Kaolack et Fatick, l’introduction du sésame est plus récente mais la culture ayant bénéficié de conditions favorables à son expansion, cet espace éco géographique est devenu la première zone de production en quelques années seulement. En effet, cette zone caractérisée par une situation agro climatique instable marquée depuis plusieurs décennies par une faible pluviométrie souvent mal répartie dans l’espace et le temps, une dégradation des sols exacerbée par une désertification accélérée les

16


Rapport provisoire : Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011.

2011

cultures traditionnelles sont en perte de productivité. Cependant, ces conditions désavantageuses sur le plan agronomique ne sont pas en fait des facteurs pouvant empêcher le développement de la culture du sésame bien au contraire. Avec sa capacité de s’adapter aux conditions climatiques extrêmes, sa rusticité et ses exigences modestes en termes de pluviométrie et de fertilité de sol, le sésame

trouve

dans

cette

zone

le

terrain

de

prédilection

pour

son

développement. Ces atouts feront en rapidement le nouveau bassin de production du sésame devant la zone sud pionnière. Les conditions d’introduction et de développement du sésame dans cette zone sont totalement différentes de celles de la zone Sud. C’est à l’initiative de la Société de droit privé SIMEX-SA que la culture a été introduite en 1993 dans le département de Nioro et développée avec l’appui des services techniques de l’Agriculture. La seule préoccupation de ces initiateurs était d’organiser et de canaliser la production de façon à satisfaire leurs ambitions mercantiles, nonobstant les aspects liés à la durabilité et la structuration efficace de la filière. Le promoteur versait des indemnités au SDDR, payait des animateurs pour le suivi de la production et chaque producteur partenaire du projet recevait un paquet technique composé de 5kg de semences et 2 sacs d’engrais à crédit avec engagement à vendre la production au projet à un prix convenu d’avance (160F /Kg). Progressivement, la SIMEX élargie ses zones d’emprise et avec le développement de la production, elle installe une soufflerie à Kaolack pour le nettoyage de la production avant son exportation. Aucune tentative d’organisation et de structuration des producteurs n’a été initiée pour accompagner la filière. A partir de 1998, à l’image de ce qui s’est passé dans la zone sud, le développement de la culture à favorisé l’apparition de nouveaux acteurs attirés par les profits offerts par l’exportation. Très vite la SIMEX subissant les contre coup de la concurrence voit ses niveaux de collecter baisser vertigineusement. Elle finira par se retirer de la filière et délocalise sa soufflerie, mais le sésame poursuivra son développement dans la zone surtout

17


Rapport provisoire : Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011.

2011

dans le département de Koungheul avec l’appui du GADEC au début des années 2000, dans le cadre du projet CRS, de la SODEFITEX dans le cadre des missions de service public et bien d’autres partenaires. Dans la zone de Foundiougne, le sésame connait son essor avec l’appui d’organisations comme des OP bien structurées comme l’UGAN (Union de Groupements Associés du Niombato), l’EGAT

(Entente

des

Groupements

Associés

de

Toubacouta),

etc….

Le

développement du sésame dans le bassin arachidier favorisera l’installation de nouvelles souffleries à l’initiative de succursales de sociétés exportatrices installées en Gambie. En 2008, une unité industrielle de décorticage de sésame est installée à Toubatoul par un promoteur français. Dans la zone de Foundiougne, l’ONG VECO a aidé à l’installation de presses artisanales, mais le faible rendement de trituration, le déficit de communication et de marketing sur les produits associé à la forte attraction de la commercialisation du sésame grain plombent le développement du maillon de la transformation dans cette zone. Dans le domaine de la production, malgré les multiples soutiens exprimés à son égard, le sésame ne connait pas encore un essor important malgré l’existence de potentiels réels. L’une de ces principales difficultés est la faiblesse des organisations de producteurs. En effet, contrairement à la zone sud, l’introduction et le développement du sésame ne s’est pas fait avec l’appui des organisations paysannes dans le bassin arachidier. La plupart des OP ont tout simplement cherché à profiter de l’engouement des producteurs pour la culture du sésame pour essayer de la contrôler en nouant des partenariats avec des exportateurs. Cet état de fait a entrainé une faible identification des producteurs de sésame à leurs organisations. Ayant peu d’emprise sur la production de leurs membres, les OP, face au non respect des contrats de commercialisation sont de plus en plus décrédibilisées par les exportateurs. Aujourd’hui donc, l’une des contraintes majeure de la filière, est la faiblesse des organisations de producteur dans cette zone qui est devenue le principal bassin

18


Rapport provisoire : Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011.

2011

de production du sésame. Ce qui justifie que la plupart des intervenants de la filière essaie de corriger cette erreur historique en renforçant les organisations paysannes afin qu’elles puissent jouer pleinement leur rôle de défense des intérêts de producteurs. Le PAFA, le PCE et VECO sont actuellement les principales organisations qui appuient la filière sésame dans cette zone. Sur le plan de la commercialisation, en devenant la principale zone de production de sésame, le bassin arachidier est caractérisée actuellement par le foisonnement d‘intervenants individuels ou organisés qui sont des collecteurs et des intermédiaires qui défendent chacun leur stratégie et leurs intérêts. En dehors de grandes zones de concentration, le sésame est présent dans la région de Tambacounda ou la Fédération Yaakar Niani Wouly développe une production de sésame biologique depuis quelques années avec le soutien d’ENDA PRONAT. De même, dans le département de Bignona, la Fédération des Groupement de Promotion Féminine s’adonne à la production de sésame. Cependant ces expériences bien qu’intéressantes sont très localisées et ne constituent pas un trait de caractère majeur dans leurs zones d’implantation. Conclusion sur les spécificités par zone éco géographique. Dans la zone sud (bassin de réintroduction), le sésame a été cultivé pendant des années sous une option sécurité alimentaire et amélioration des apports de protéine dans l’alimentation humaine. La culture n’était pratiquée au début que par les groupements de promotion féminine. Lorsque l’option de vulgarisation en masse est adoptée, les hommes ont pris le dessus sur la production. C’est le début de la commercialisation. Avec la croissance de la demande mondiale, la concurrence des gambiens qui viennent s’approvisionner au Sénégal et la flambée des prix aux producteurs, deux mutations s’opèrent dans la filière : Le sésame n’est plus cultivée en option sécurité alimentaire, mais en option de

19


Rapport provisoire : Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011.

2011

commercialisation, puis face aux difficultés du maillon de la transformation, la filière locale est écourtée. Les différentes étapes sont ainsi schématisées : Etape 1 : Production----------------Transformation-----------------Consommation. Etape 2: Production---------------Transformation------------Commercialisation. Etape 3 : Production----------------------------------------------Commercialisation.

Dans le bassin arachidier, il n’y a pas eu de mutation, mais une révolution dans la production. Depuis le début, le sésame est cultivé en option culture de rente avec la présence d’exportateurs. C’est ce qui explique le faible succès de l’activité

de

transformation

dans

la

zone.

Avec

les

difficultés

de

commercialisation de l’arachide et les avantages naturels du contexte climatique, la flambée du prix aux producteurs et la présence des unités de soufflages installées par les exportateurs à Kaolack, le sésame s’envole. Le bassin arachidier devient la première zone de production du sésame en quelques années seulement. Ici, la transformation est marginale et le système à toujours été : Production ---------------------------------------------------Commercialisation. Dans les deux zones éco géographiques, le développement de la commercialisation du sésame grain a entrainé deux problèmes majeurs: 1- Le maillon de la transformation a du plomb dans les ailes. Déjà qu’elle n’était pas bien installée dans le bassin arachidier, mais même dans la zone sud ou elle avait bien démarré, l’activité est devenue moins attrayante face à la commercialisation du sésame grain. 2- Les organisations de producteurs sont affaiblies par le système. D’une

part, elles sont discréditées par les partenaires commerciaux qui ne sont pas satisfaits et les accusent de n’avoir aucune emprise sur leurs

20


Rapport provisoire : Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011.

2011

membres, d’autre part, voulant couper la route aux collecteurs ils se transforment en intermédiaires et passent du coup aux yeux des producteurs comme des concurrents qui essaient de capter une partie de leur marge.

III- Synthèse des principales contraintes de la filière sésame. Le sésame est une culture encore relativement nouvelle au Sénégal. A ce titre, en plus de subir les contraintes générales de l’agriculture prise dans son ensemble, il a des contraintes qui lui sont spécifiques. En effet, du fait de son jeune âge, la filière dans son ensemble, le maillon de la production plus spécifiquement souffre : du manque de maitrise des techniques culturales, d’une relative faiblesse de la production et de la diffusion de connaissances aussi bien au niveau de la recherche que du conseil agricole. Longtemps considéré comme une culture dérobée, le sésame cherche encore sa place dans l’exploitation agricole familiale (faiblesse des emblavures, des niveaux de production et des enjeux économiques comparativement aux autres cultures). Une mutation lente est entrain de s’opérer dans le bassin arachidier ou il passe petit à petit du statut de culture dérobée à celui de culture totalement intégrée dans le plan de campagne. Cependant, même avec cette mutation qui est entrain de s’opérer, le sésame est encore loin derrière les autres cultures mais dans l’ordre de préséance. Pour la majorité des producteurs, on ne bâtit pas sa campagne autour du sésame comme le ferait avec l’arachide, le coton ou les céréales. Toutes les études menées se sont accordées sur les principales contraintes. Selon la spécificité de l’étude, l’accent à été mis sur certaines contraintes par rapport à d’autres. (BAMTAARE s’est beaucoup appesantie sur le manque de coordination entre les acteurs par ce que ce point était important dans les termes de références du commanditaire, PCE sur l’analyse de la chaine de valeur et l’étude de la compétitivité du sésame sénégalais). Les contraintes majeures de la filière

21


Rapport provisoire : Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011.

2011

sésame identifiées dans les différentes études sont relativement les mêmes et elles sont dans leur majorité transversale sur le plan de l’espace géographique. Selon la spécificité de certaines zones éco géographiques, leur expérience dans la filière et les soutiens obtenus, certaines contraintes sont plus ou moins accentuées. Dans la suite de l’analyse faite à partir de la synthèse des différentes études, nous les présenterons sous forme de contraintes spécifiques par maillon et de contraintes transversales. III.1- Les contraintes du maillon de la production. Les différentes études ont montré qu’il y a une faible maitrise de l’environnement de la production du sésame au Sénégal, toutes zones éco géographiques confondues. Cette faible maitrise de l’environnement de la production est matérialisée par : 

Le faible accès aux semences de qualité : Il n’y a aucun dispositif pérenne de production de semence certifiées qui a été identifié. Le paradoxe est que la recherche agricole à identifié et cartographié des variétés de semences adaptées à toutes les zones écologiques du pays. Ainsi six variétés ont été homologuées, mais la carte n’est pas bien connue par les producteurs.

Le problème de la fertilisation des sols: la promotion du sésame a été faite sur ses capacités d’adaptation aux sols pauvres. Ainsi la culture est installée en général sur les sols les moins riches et elle bénéficie rarement d’apport organique encore moins minéral.

La non-maitrise des itinéraires techniques qui se traduit par une méconnaissance des dates optimales de semis alors que celle est déterminante sur le niveau de rendement, des périodes de récoltes, des techniques de séchage etc.…

22


Rapport provisoire : Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011. 

2011

Le déficit de formation des agents de conseil agricole : le sésame étant une culture relativement nouvelle, sa culture n’est pas encore bien maitrisée dans le système de conseil agricole. Les expériences ne sont pas encore capitalisées et les résultats de la recherche très faiblement diffusés.

Le manque de matériel agricole : même si ce problème est général, il se pose avec le sésame en termes d’inadéquation. En effet, les différents semoirs et les disques de semis présents ne sont pas adaptés au sésame ce qui entraine des difficultés majeures lors de cette opération.

La faible maitrise des opérations post récolte : outre les difficultés liées à la déhiscence des capsules, il se pose le problème de traitement phytosanitaire pour la préservation du produit pendant la phase de séchage. Ainsi la production est souvent attaquée par des insectes ravageurs qui causent d’énormes pertes de poids. III.1- Les contraintes du maillon de la transformation.

Elles peuvent se résumer à l’inefficacité et à la faible compétitivité du maillon de la transformation. La transformation a été le principal objectif de la réintroduction du sésame au Sénégal. En effet, dans la zone sud du pays, l’objectif principal du développement de la production a été la transformation pour l’augmentation de l’apport protéinique dans l’alimentation des ménages ruraux. Cependant, l’accroissement de la production a très vite attiré des commerçants venant de la Gambie voisine qui vont commencer à s’approvisionner sur le marché local. L’augmentation de la demande en sésame grain qui est ainsi induite aura pour effet une augmentation du prix du produit brut. La commercialisation devenant de plus en plus attrayante, son développement sera inversement proportionnel à celui du maillon de la transformation. Le faible accès

23


Rapport provisoire : Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011.

2011

à la matière première et le manque de compétitivité se manifeste aussi bien sur la transformation semi industrielle dont la production est destinée à la commercialisation que sur la transformation artisanale effectuée sous forme de prestation de service pour ceux qui auto consomment leur production. Les principales contraintes du maillon de la transformation du sésame peuvent être ainsi résumées : 

Pour la transformation semi industrielle : Elle est essentiellement localisée

dans

la

zone

d’AAJAC

COLUFIFA.

Les

presses

industrielles installées dans la zone de Faoune par le PRIMOCA sont confrontées à un déficit de maintenance et de disponibilité de pièce de rechange. L’activité souffre d’un manque de compétitivité dû à la fois à la non-atteinte du seuil de rentabilité en termes de volumes à transformer et la faible capacité de commercialisation de la production. 

Pour la transformation artisanale : Elle est présente aussi bien dans la zone sud que dans la zone de Foundiougne. Elle souffre elle aussi d’un manque de compétitivité dû à la faiblesse des rendements de trituration, de la faible qualité, du déficit de promotion et de marketing sur les produits entrainant une faible commercialisation.

La faible diversification des produits transformés : Presque toute l’activité de transformation du sésame se fait autour de l’huile et de ses produits dérivés ou alors des produits de substitution à l’arachide. Cette stratégie est commercialement suicidaire en ce sens que l’arachide à le double avantage d’être plus accessible en prix et en volume que le sésame et elle est mieux ancrée dans les habitudes

alimentaires

sénégalaise.

La

recherche

n’a

pas

accompagné le maillon de la transformation dans l’élaboration de

24


Rapport provisoire : Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011.

2011

produits à haute valeur ajoutée et facilement commercialisables comme les croquettes et autres friandises accessibles en termes de prix et permettant de toucher une plus large cible de clientèle. III.3- Les contraintes du maillon de la commercialisation. C’est le tendon d’Achille de la filière sésame. Les contraintes sont multiples et concernent : -

Le déficit d’information sur le marché du sésame et faible capacité de négociation

des

OP

qui

sont

de

plus

en

plus

écartées

de

la

commercialisation. -

absence d’un centre de groupage géré par les producteurs pour faciliter l’accès au produit et harmoniser les prix,

-

Faible accès au financement pour les OP et absence d’un fonds de roulement leur permettant de financer de façon autonome la collecte primaire et de s’affranchir des intermédiaires et des exportateurs qui déterminent les règles du jeu.

-

Forte concurrence des collecteurs entrainant une instabilité du prix au producteur.

-

Manque de respect des contrats de commercialisation par les producteurs.

-

Taux d’impureté élevé, malgré la distribution de bâches et sacs de récoltes

En outre, le développement de la commercialisation du sésame grain en freinant l’expansion de la transformation a aussi multiplié les difficultés de la filière. III.4- Les contraintes transversales de la filière. Elles concernent en même temps plusieurs maillons de la filière. On peut citer entre autres: le déficit de structuration et de professionnalisation des

25


Rapport provisoire : Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011.

2011

acteurs ; L’absence d’une politique clairement définie et d’un cadre de suivi évaluation efficace ; le faible accès aux financements pour tous les acteurs de la filière ; la difficulté à mettre en place une interprofession malgré le caractère favorable de l’environnement politique et institutionnel ; la faible coordination entre les acteurs qui appuient la filière.

26


Rapport provisoire : Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011.

2011

Diagramme des interrelations des contraintes au développement de la filière sésame. Filière sésame non compétitive, non durable et non source d’amélioration des revenus pour les petits producteurs Faible débouchés des produits sésame

Faible production (offre) en sésame.

Faible productivité sésame

Faible niveau Pertes technique des récolte producteurs importante

Accès difficile à des intrants et équipement de qualité

Difficultés à commercialiser le sésame après la récolte à un prix rémunérateur Les produits du sésame ne sont pas connus des consommateurs

du

de Accès difficile à des Faible fertilité des semences de sols qualité, variées et approprié

Faible diffusion des innovations techniques, organisationnelles et commerciales.

Inorganisation des acteurs Pas de Transfert et par maillons (surtout des adaptation de producteurs). technologies et de savoirfaire

Faible accès à l’information sur les marchés d’exportation

Concurrence déloyale des acheteurs Faible financement des acteurs.

Faible accompagnemen t de la recherche

Les produits sésame ne font pas l’objet de

Non respect contrat

Faible disponibilité en magasin de stockage

Problème qualité sésame.

de du

Le sésame ne fait pas l’objet de promotion

marketing Faible transformation de la production

Difficultés de Faible présence traitement et de des conservation transformateurs

Faible performance des unités de transformation

27


Rapport provisoire : Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011. IV- Synthèse

des

recommandations

formulées

2011 par

les

différentes études menées sur la filière. La synthèse des recommandations formulées dans toutes les études menées fait ressortir des points de convergences qui font l’unanimité dans la priorisation des contraintes à lever pour le développement de la filière sésame. On peut les classer en recommandation générales et recommandations spécifiques. IV.1- Les recommandations générales. Elles sont formulées à l’attention de tous les acteurs qui œuvrent pour le développement de la filière. Même si les approches diffèrent dans leur formulation, les objectifs de ces recommandations restent les mêmes. 1. Il s’agit en premier lieu, de la nécessité de régler la difficulté d’accès des producteurs à des semences de qualité ; 2. Ensuite la nécessité de renforcer le conseil agricole pour accompagner le processus de production (formation de conseillers agricoles, mise en place de relais paysans ou paysans contacts pour fournir un service de proximité). 3. En troisième position, la nécessité de renforcer les organisations de producteurs (renforcer les OP à la base, mettre en place des faitières) et de mettre en place un cadre de concertation débouchant sur la création d’une interprofession de la filière sésame.

28


Rapport provisoire : Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011.

2011

29


Rapport provisoire : Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011.

2011

Synthèse des recommandations générales sur la levée de contraintes de la filière sésame: MAILLONS

VECO

USAID-CE

ANASAME/AVSF

Développement de la production de

Mise en place d’un système durable

Mise

semences certifiées.

de

multiplication de semences certifiées.

production

de

semences

de

en

place

d’un

PAFA programme

de

Mise en place d’un dispositif pérenne de production de semences certifiées.

qualité.

PRODUCTION.

Impliquer les services techniques pour

Vulgarisation

du

paquet

le renforcement du conseil agricole et le

technologique chez le producteur.

Sensibilisation producteurs

suivi de la production.

et sur

formation les

techniques

des de

Renforcer

le

conseil

agricole

pour

accompagner la production.

production.

Renforcement de la recherche (matériel

Développement

végétal,

sésame biologique.

techniques

de

production,

de

la

culture

du

mécanisation du semis et fertilisation) Mise

COMMERCIALISATION

Mise en place d’un système d’information

Mise en place d’un cadre de concertation

d’information sur le marché.

en

place

d’un

système

sur les prix.

pour la détermination des prix.

Mise en place d’un partenariat public

Favoriser l’accès au financement des OP

privé durable.

pour la collecte primaire. Renforcer

le

contrôle

frontière

pour

sécuriser la production nationale.

TRANSFORMATION Renforcement des OP.

Faciliter fédérations

d’OP

par

bassin

de

Renforcement des OP.

de

production. Appuyer la FENPROSE en

ORGANISATION DE LA FILIERE.

l’organisation

moyens matériels et financiers. Mise

en

place

d’un

concertation des acteurs.

cadre

de

Organisation

de

interprofession.

la

filière

en

Mise en place d’une interprofession de la

Mise en place d’une interprofession et

filière sésame.

élaboration d’un plan de développement stratégique de la filière sésame.

30


Rapport provisoire : Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011.

2011

IV.2 -Les recommandations spécifiques. En plus des recommandations d’ordre général, il existe d’autres recommandations formulées en fonction des termes de références et des objectifs spécifiques de chaque

organisme commanditaire. Ces recommandations

spécifiques

sont

formulées en fonction de la sensibilité et de l’expérience de chaque consultant et prennent en compte les possibilités et les domaines d’intervention prioritaire du commanditaire. Dans la plus part des cas, les recommandations générales ont été reprises et opérationnalisées puis complétées avec d’autres recommandations selon les préoccupations du commanditaire. Ces recommandations spécifiques constituent une proposition de feuille de route faite à l’endroit du commanditaire pour accompagner le développement de la filière sésame. Leur caractère personnel (recommandations spécifiques) fait qu’à côté de chacune d’elles, le consultant propose en général une ébauche de plan d’action pour sa mise en œuvre. L’analyse des recommandations spécifiques (cf. tableau de synthèse des recommandations spécifiques) montre que l’essentiel des actions proposées concernent les maillons de la production et de la commercialisation, puis subsidiairement celui de la transformation. Cependant, toutes les études ont proposé dans leurs recommandations spécifiques l’appui à la dynamisation des organisations de producteurs et la mise en place d’une interprofession sésame. Dans le maillon de la production, un intérêt particulier est donné à la semence et au conseil agricole qui constituent les leviers les plus importants pour une augmentation sensible de la production de sésame. Dans le maillon de la commercialisation, l’essentiel des propositions tournent autour de la contractualisation, mais elle semble avoir montré ses limites dans le cadre de la filière sésame. En effet, plusieurs expériences de contractualisation ont été menées mais elles butent toujours sur le manque de respect des contrats pendant la commercialisation. L’expérience de MEXIN (Maxime Import Export,

31


Rapport provisoire : Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011.

2011

Une société israélienne) et de DTE en sont des parfaites illustrations. Ce non respect des contrats de commercialisation à contribué aujourd’hui à la fragilisation des organisations de producteurs et à l’atomisation de l’offre dans le cadre de la filière. La reprise des contrats de commercialisation avec les OP n’est envisageable de façon durable que dans le cas ou elles peuvent accéder à des lignes de financement leur permettant d’assurer la collecte primaire sans préfinancement des exportateurs, ensuite la mise en place d’un système d’information sur le marché qui leur permettra d’être dans une position confortable pour négocier avec les acheteurs. En outre, l’exploration des marchés bio et bio équitable peut être poursuivie dans la mesure où ces marchés offrent des prix plus intéressants pour le producteur. Dans le maillon de la transformation, la relance passera nécessairement par l’utilisation des procédés plus performants permettant d’avoir un meilleur rendement de trituration, la nécessité de collaborer avec la recherche et de diversifier la gamme des produits transformés, la promotion et la labellisation des produits du sésame qui restent encore inconnus de la majorité des consommateurs. Conclusion sur les recommandations. Entre l’étude filière menée pour VECO et celle de PAFA, cinq années sont écoulées, cependant force est de reconnaitre qu’il n’y a pas eu d’avancées significatives pour la levée des contraintes les plus critiques au développement de la filière. Après plus de 25ans de présence au Sénégal, le problème de l’accessibilité à la semence de qualité n’est toujours pas encore réglé pour la culture du sésame. Les avancées en ce qui concerne la maitrise des itinéraires techniques restent encore timides aussi bien au niveau des conseillers agricoles que des producteurs. Des actions ont surement été menées par les différents projets et programmes qui sont intervenus, cependant force est de reconnaitre

32


Rapport provisoire : Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011.

2011

qu’elles sont très localisées et dans certain cas n’ont pas été inscrites dans la durabilité. Si la relative jeunesse de la filière et l’importance secondaire du sésame chez le producteur peuvent

expliquer le faible dynamisme des

organisations paysannes au sein de la filière, il n’en demeure pas moins que le cadre législatif est devenu plus favorable avec le vote de la loi d’orientation agro-sylvo-pastorale. Il en est de même pour le cadre politique avec la volonté affichée de l’Etat de soutenir les filières de diversification avec la création de projet d’appui aux filières. Il urge pour les acteurs de la filière sésame de s’organiser afin de saisir les opportunités qui se présentent : marché mondial favorable, environnement politique favorable avec la création de projets axés sur les filières, environnement institutionnel favorable avec la LOASP.

V-

Proposition de stratégies de plaidoyer pour la prise en charge des contraintes de la filière sésame.

Selon le guide méthodologique de l’ONG Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières (AVSF), le plaidoyer c’est « un engagement pour une cause, une prise

de parole publique, et une stratégie de mobilisation pour, à partir d’arguments, de notre légitimité issue des références et expériences de terrain, pousser à l’action et provoquer un changement. C’est une prise de position politique et publique »9. L’étude de l’environnement dans lequel elle évolue à montré que développement de la filière sésame relève plus de la prise en charge d’aspects organisationnels et techniques que de l’existence d’un cadre politique et institutionnel favorable. La FENPROSE, en tant que structure fédératrice des organisations de producteurs de sésame peut légitimement s’atteler à une campagne de plaidoyer pour la levée des contraintes qui plombent la production nationale.

9

Guide pour l’élaboration, la mise en œuvre et l’évaluation d’une stratégie de plaidoyer, AVSF, Avril 2009.

33


Rapport provisoire : Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011.

2011

Ainsi donc la stratégie de plaidoyer à mettre en œuvre pour la levée des contraintes de la filière devra beaucoup plus s’appesantir sur le renforcement des organisations professionnelles (renforcement des OP à la base, consolidation de la FENPROSE comme représentants des producteurs et affiliation à une plateforme de dimension nationale), l’exploitation des opportunités offertes sur le plan institutionnel (présence de projet d’appui au développement du sésame), l’amélioration de l’environnement de la commercialisation du sésame. Une campagne de plaidoyer comprend en général deux aspects complémentaires : -

L’aspect « grand

public »

avec

les

actions

de

sensibilisation sur

l’importance des enjeux. -

L’aspect politique avec le « plaidoyer institutionnel » qui vise à faire adopter ou appliquer des lois qui sont en faveur de l’objet de notre action.

Ainsi dans sa stratégie de plaidoyer, la FENPROSE peut agir les leviers suivants : 1-Sensibilisation des décideurs sur l’importance du sésame dans l’économie : Le sésame joue un rôle important dans le cadre de la diversification des productions et des sources de revenus des agriculteurs. Il s’agira de faire un mémorandum sur l’importance du sésame dans la formation des revenus des ruraux, dans la valorisation des ressources foncières et la régénération des sols, bref un document qui fait ressortir les éléments de durabilité de la filière sésame (à la fois sur les plans économique, environnemental, social et institutionnel). L’objectif est de réclamer légitimement plus de soutien à la filière.

2-Exploitation des opportunités offertes par l’environnement institutionnel : la présence de projets qui appuient la filière dans les principales zones de production (PAFA dans le Bassin arachidier, ANASAME) est un atout

34


Rapport provisoire : Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011.

2011

considérable, il s’agira de voir comment la FENPROSE et ou ses membres peuvent bénéficier des retombées de ces projets.

3-Asseoir sa

légitimité

auprès

des

institutions. Dans le cadre de la

préparation de création d’une interprofession sésame au niveau national, le PAFA a signé une convention avec la DAPS. La FENPROSE du fait de son caractère national, ne peut pas bénéficier directement des soutiens octroyés par le PAFA au niveau local et régional. Cependant, dans sa stratégie de consolidation, elle peut sensibiliser toutes ses organisations membres à la base afin qu’elles puissent bénéficier directement des opportunités offertes dans le cadre du PAFA. Sur le plan national, la FENPROSE devra se rapprocher de la DAPS afin que dans la mise en place de l’interprofession, qu’elle soit l’organisme de représentation des intérêts de producteurs. Ce rapprochement avec la DAPS se justifie à travers les disposition de l’article 25 de la LOASP qui dispose : « Les

groupements d’organisations professionnelles représentatives de la production agricole, de la transformation et de la commercialisation de produits agricoles, peuvent

faire

l'objet

d'une

reconnaissance

en

qualité

d'organisations

interprofessionnelles agricoles par l'autorité administrative compétente, après avis du Conseil Supérieur d’Orientation Agro-Sylvo-Pastorale visé à l’article 75, soit au niveau national, soit au niveau d'une zone de production, par produit ou groupe de produits déterminés. Une seule organisation interprofessionnelle agricole peut être reconnue par produit ou groupe de produits. » Le PAFA étant un projet national et la DAPS un démembrement d’une institution publique, l’interprofession sésame qui sera facilitée à travers cette convention sera la seule reconnue officiellement. 4-Affiliation à une plateforme d’OP.

35


Rapport provisoire : Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011.

2011

Le sésame est produit dans le cadre d’un système reposant sur une agriculture de type familiale. Les contraintes de production peuvent légitimement être posées dans le cadre d’un appui global aux exploitations agricoles familiales. Au Sénégal, le cadre national de concertation des ruraux (CNCR) est l’une des plateformes les plus représentatives du monde rural et à ce titre, son avis est sollicité par beaucoup de bailleurs pour l’élaboration ou la validation de projets portant sur le développement agro-sylvo-pastoral. L’affiliation de la FENPROSE au CNCR permettra une prise en compte de ses préoccupations dans des sphères ou elle ne peut pas accéder. 5-Plaider la diffusion des connaissances techniques : malgré la relative jeunesse de la filière, la recherche agricole à produit beaucoup d’innovations techniques qui restent cependant mal connues des utilisateurs. Il s’y ajoute que l’itinéraire technique du sésame n’est pas encore bien maitrisé par bon nombre d’agents du conseil agricole. Il s’agira de nouer des partenariats pour la vulgarisation des résultats de la recherche agricoles, la multiplication des programmes de formation et des outils de diffusion des connaissances. 6-Plaider

pour

la

réglementation

des

relations

commerciales :

La

commercialisation du sésame est le maillon trouble de filière. Dans le passé, la FENPROSE a eu à mener des actions de plaidoyer pour le renforcement des contrôles à la frontière afin de sécuriser la production nationale. L’efficacité de cette mesure à freiné les fuites de production vers la Gambie voisine. Pour contourner ces mesures, les entreprises exportatrices installées dans ce pays voisin ont crée de succursales sénégalaises et continuent de contrôler l’essentiel de la production sénégalaise de sésame. Du fait de l’anarchie qui y règne, toutes les tentatives de financement et de soutien de la production par les opérateurs de marché ont échoué (MEXIM, DTE, ANI, etc….) Il s’agit de plaider pour la mise en place d’un cadre de concertation des acteurs de la filière pour l’assainissement des relations commerciales (définition d’une fourchette de prix).

36


Rapport provisoire : Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011.

2011

Il s’y ajoute que la préservation de la qualité du sésame sénégalais est un enjeu fondamental dans pour la pénétration de certains marchés exigeants comme le Japon.

7-Nouer

des

partenariats

pour

plaider

l’application

des

mesures

d’accompagnements aux OP prévues dans la LOASP. La LOASP signée en juin 2004 est le cadre juridique de référence pour le développement agro-sylvo-pastoral. Elle prévoit dans ses dispositions le renforcement des capacités des organisations professionnelles agricoles et le financement du développement agro-sylvo-pastoral. En effet, dans son article 13, la stipule « L’Etat, en concertation avec les acteurs du développement agro-

sylvo-pastoral, crée, conformément à la loi des finances, un système d’aide publique aux organisations professionnelles agricoles, tel que prévu à l’article 72, dans un délai de deux ans à compter de la promulgation de la présente loi. ». Dans le chapitre relatif au financement du développement agro-sylvo-pastoral, l’article 72 prévoit la mise en place d’un Fonds National de Développement Agro-SylvoPastoral (FNDASP), destiné au financement, notamment, du conseil agro-sylvopastoral et de l’appui aux organisations professionnelles agricoles. La loi a été signée par le Président de la république le 04 juin 2004. Depuis lors, le système d’aide public aux organisations professionnelles agricoles n’est pas mis en œuvre. La FENPROSE en s’affiliant au CNCR plaidera pour une action concertée de toutes les organisations professionnelles agricoles à travers un mémorandum destinées au président de la république, au sénat et à l’assemblée nationale pour la mise en œuvre des mesures d’accompagnement prévus dans la LOASP. Cette revendication portée dans le mémorandum sera soumis à tous les députés et sénateurs qui ont leur base politique dans une zone de concentration du sésame afin qu’ils soient les vecteurs de transmission.

37


Rapport provisoire : Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011. VI-

2011

Recommandations pour une meilleure mise en œuvre des stratégies de plaidoyer.

L’opérationnalisation de la stratégie de plaidoyer proposé est présentée dans la matrice suivante. Cependant, l’aspect mobilisation des ressources pour le déroulement de la campagne de plaidoyer n’est pas pris en compte dans ce document.

38


Rapport provisoire : Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011.

2011

Matrice d’actions dans le cadre du plaidoyer pour la levée des contraintes au développement de la filière sésame. ACTIONS

OBJECTIFS

CIBLES

MISE EN OEUVRE

PARTENAIRES POTENTIELS

Sensibilisation des décideurs

Obtenir plus de soutien pour la

Ministère de l’agriculture ;

Faire un mémorandum sur le

sur l’importance du sésame

filière pour le développement

Collectivités locales (conseils

sésame en mettant l’accent

dans les économies locales et

de la filière (subvention des

régionaux, mairies ect…) ;

sur :

régionales.

intrants,

matériel

agricole,

soutien aux OP, etc.…)

ISRA, INP, ANCAR.

Les revenus générés pour les Les députés ;

populations locales ; La possibilité de valorisation

Les organismes et projets de

des terres marginales ;

lutte contre la pauvreté, de

Les aptitudes du sésame à la

protection de l’environnement,

régénération des sols ;

etc.…

Les

contraintes

au

développement de la filière et perspectives offertes si elles sont levées. Exploitation des opportunités

Faire

offertes par l’environnement

d’OP

institutionnel.

profiter

Organisations de producteurs

Sensibiliser les OP sur les

qui sont au niveau local et

opportunités

opportunités offertes par les

régional

niveau local et régional.

projets

d’implantation

à

le

la

maximum

base

présents

au

des

niveau

local et asseoir la légitimité de la

FENPROSE

par

dans

les des

zones

existantes

PAFA, ANASAME,

au

projets

appuyant la filière sésame.

Adopter une structuration de type zonale pour la FENPROSE

39


Rapport provisoire : Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011.

2011

l’élargissement de sa base.

afin

de

bénéficier

des

locales

ou

opportunités régionales. Se Rapprocher de la DAPS et

Asseoir

sa

des autres démembrements du

confirmer

ministère de l’agriculture.

comme

légitimité la

et

FENPROSE

représentant

Cabinet

du

Ministre

de

l’agriculture ;

des

organisations de producteurs

Inviter systématiquement les

DRDR,

différentes

l’Agriculture, DAPS,

institutions

Direction

de

ciblées à toutes les activités Direction de l’agriculture ;

de sésame.

de

caractère

national

organisée par le FENPROSE ; DAPS.

Envoyer

régulièrement

les

rapports d’activités; Envoyer chaque année la mise à jours du répertoire des OP membres de la faitière. Intégrer une plateforme d’OP

Nouer

de dimension nationale.

des

alliances,

faire

CNCR, FONGS, Confédération

Se

porter les préoccupations de la

Paysanne,

l’ensemble

FENPROSE dans des sphères

DIAPANDO ect…

Syndicat

d’OP

renseigner

et

des

plateformes

présentes

sur

le

déposer

une

de décision ou elle n’a pas

territoire

accès.

demande d’affiliation au sein de

et

visiter

celle

avec

la

CNCR, FONGS, Confédération Paysanne,

Syndicat

DIAPANDO ect…

quelle

FENPROSE partage les mêmes valeurs et la même vision. Plaider

la

diffusion

connaissances techniques.

des

ISRA, ANCAR, CENTRES DE

Collaboration

avec

la

recherche pour la diffusion

ISRA, ANCAR, RTS et autres média

40


Rapport provisoire : Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011.

2011 des résultats déjà obtenus ; Rechercher des financements pour

l’organisation

de

séminaires de capitalisation et partage des résultats ; Solliciter auprès des média la diffusion d’émissions (radio et ou télévision) sur le sésame (Réni com com ; plein champs). Plaider la réglementation des

Assainir

les

relations commerciales.

commerciales,

relations

défendre

Opérateurs de marché ;

les

intérêts de producteurs et

Chambres de commerce;

améliorer la qualité du sésame origine Sénégal.

Plaider pour :

DAPS,

PAFA,

ASEPEX,

La mise en place d’un cadre de

Fondation origine Sénégal ect…

concertation des acteurs (OP et acheteurs) ;

Ministère du commerce

La mise en place d’un système d’information sur le marché. Fixation

d’un

prix

plancher

permettant une garantie de revenue

minimum

pour

le

producteur. La

mise

en

place

d’un

référentiel qualité du sésame Sénégal. Plaider pour l’application des

Obtenir du gouvernement dans

Présidence de la république ;

Affiler la FENPROSE à une

CNCR,

FONGS

et

autres

41


Rapport provisoire : Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011. mesures

2011

d’accompagnements

le moyen terme l’application

Ministère de l’agriculture ;

grande plateforme nationale

plateformes d’OP.

aux OP prévues dans la LOASP.

des dispositions de la LOASP.

Députés et sénateurs ayant

d’OP ;

ONG (VECO, AVSF, OXFAM,

Notamment l’article 13 relative

leur base politique dans les

Celer

à l’octroi d’une aide publique

zones

d’autres OP et organisations

aux

défavorisées ;

organisations

rurales

les

plus

des

alliances

avec

ect…)

de la société civile ;

professionnelles agricoles et

Demander le soutien d’ONG

l’article 72 concernant la mise

ayant une grande expérience

en place d’un Fonds National

dans le plaidoyer institutionnel

de Développement Agro-Sylvo-

(AVSF, OXFAM, etc.…)

Pastoral (FNDASP), destiné au

Organisation de colloques et

financement, du conseil agro-

séminaires

sylvo-pastoral et de l’appui aux

réels du vote de la LOASP

organisations professionnelles

dans l’économie agricole et les

agricoles.

effets induits par le retard de

sur

les

impacts

la mise en œuvre des mesures d’accompagnements.

Campagnes médiatiques

42


Rapport provisoire : Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011.

2011

ANNEXES. ANNEXE 1 : Liste des documents consultés. 1- Etude sur les filières agricoles : Etude pilote sur le sésame, VECO (Rapport final, février 2006). 2- Etude de marché sur les produits du Fonio, du sésame et de la banane locale (Région de Dakar), Baobab des Saveurs, mai 2007. 3- Chaine de valeur sésame-Sénégal : Analyse et cadre stratégique d’initiative pour la croissance de la filière, (USAID, CE janvier 2008). 4- Etude de la filière sésame pour AVSF, Cabinet Baobab des Saveurs, avril 2010. 5- Etude approfondie de la filière sésame dans le bassin arachidier, PAFA, réalisé par BAMTAARE, février 2011. 6- Loi d’Orientation Agro-Sylvo-Pastorale du Sénégal. Loi N°2004-16 du 04 juin 2004. 7- Guide pour l’élaboration, la mise en œuvre et l’évaluation d’une stratégie plaidoyer pour accompagner les partenaires du sud dans leurs actions de plaidoyer, AVSF, avril 2009.

43


Rapport provisoire : Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011.

2011

ANNEXE 2 : Matrice de synthèse des contraintes identifiées par les différentes études sur la filière sésame. SEGMENTS DE LA FILIERE

ETUDE VECO (2006) Faible accès à la terre (même si c’est moins accentué pour le sésame qui s’accommode des terres marginales) Pas d’accès aux semences de qualité.

ETUDE PCE (2008)

Faible accès aux semences de qualité (inexistence d’une filière semencière, mélange variétal, multiplication des distributeurs de semence).

SEGMENT DE LA PRODUCTION

Pas d’accès aux engrais.

ETUDE AVSF (2010)

Faible accès aux semences de qualité (variétés bigarrées)

ETUDE PAFA (2011) Faible accès à la terre pour les groupes vulnérables, mais ce problème n’est pas spécifique au sésame. Faible accès aux semences de qualité.

Pas d’accès aux engrais

Problème de fertilité des sols. Manque de maitrise des dates de semis, dû au manque de matériel adapté et à la pression sur le matériel existant dans l’EAF. Déficit de formation aussi bien chez les producteurs que dans le dispositif de conseil agricole. Pas de maitrise des ITK (de la date de semis au post récolte).

Faible accès aux équipements adéquats (problème de semis)

Manque de matériel agricole qui limite les emblavures, absence de disc de semis adapté

Manque de matériel agricole, faible mécanisation de la culture

Faible accès aux techniques de production (absence d’un système de renforcement des capacités)

Non maitrise de l’ITK (de la date de semis, à la période de récolte et à la conservation), inadéquation ou faible présence de service de conseil agricole.

Faible maitrise de l’itinéraire technique (date de semis, désherbage, récolte, technique de séchage)

Absence de démultiplication des formations reçues sur le sésame (déficit de RH). Déficit de structuration des producteurs surtout dans le bassin arachidier. Globalement, la majorité des OP sont informelles.

Déficit de structuration, les producteurs ne se reconnaissent pas en leurs organisations.

44


Rapport provisoire : Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011.

2011

Inefficacité ou inexistence d’un système de suivi

Absence de statistiques fiables sur la production.

SEGMENT DE LA TRANSFORMA TION

SEGMENT DE LA COMMERCIALISATION

Pas d’accès au crédit, ce qui influe sur les autres contraintes.

Pas d’accès aux financements pour les producteurs

Faible niveau d’information des producteurs sur les marchés et faibles capacités de négociation Faible capacité de négociation pour un prix juste pour les producteurs (faible niveau de structuration, absence d’un centre de groupage géré par les producteurs pour faciliter l’accès au produit et harmoniser les prix, absence d’un fonds de roulement permettant aux OP de financer de façon autonome la commercialisation et de s’affranchir des intermédiaires et des exportateurs qui déterminent les règles du jeu) Taux d’impureté élevé.

Atomisation de l’offre. Déficit d’information sur les déterminants du prix du sésame. Instabilité du prix au producteur, Faible accès au financement pour les OP, non respect des contrats de commercialisation

PRESSES ATRISANALES : Matériel obsolète, absence de pièces de rechange, enclavement des lieux d’implantation des presses, faible taux d’extraction, baisse

Faible niveau de rendement des presses.

Atomicité de l’offre, faible niveau d’information des producteurs sur les prix.

Atomicité de commercialisation individuelle.

l’offre,

Manque de respect des contrats de commercialisation par les producteurs

Concurrence des collecteurs ; Faible capacité de négociation des OP qui sont écartées de la commercialisation ; Déficit d’accès aux financements pour les OP ; Faible niveau de structuration qui entraine le non respect des contrats par les producteurs,

Taux d’impureté élevé, malgré la distribution de bâches et sacs de récoltes. Faibles rendements trituration

de

Faible niveau de productivité des presses artisanales (taux d’extraction) et manque de compétitivité par rapport aux produits de substitution.

45


Rapport provisoire : Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011. de fréquentation des presses par les producteurs qui sont courtisés par collecteurs (faible niveau de compétitivité de la transformation) FAOUNE : Faible taux d’extraction, absence de pièces de rechange et mévente de la production et difficulté d’atteindre un seuil de rentabilité

2011

Concurrence l’approvisionnement unités de transformation les collecteurs (déficit compétitivité de transformation sur commercialisation)

de des par de la la

Déficit de compétitivité de la transformation par rapport à la commercialisation.

Déficit de formation.

Déficit de promotion des produits du sésame.

Faible professionnalisation et inexistence d’analyses et de certification des produits par les institutions habilitées et compétentes Déficit d’accès au financement.

Faible diversification de la gamme des produits transformés Absence de débouchés pour les produits transformés

Déficit de promotion et de marketing des produits du sésame qui sont méconnus des populations. Faible professionnalisation des acteurs, manque de respect de la réglementation. Déficit d’accès au financement pour avoir un fonds de roulement. Pour la filière industrielle, pertes de parts de marché sur la collecte (concurrence des exportateurs) Taux de déchet élevé.

46


Rapport provisoire : Synthèse des études sur la filière sésame au Sénégal de 2005 à 2011.

2011

CONTRAINTES TRANSVERSALES

Déficit de structuration et de professionnalisation des acteurs. Absence d’un cadre de suivi évaluation efficace.

Déficit de structuration et de professionnalisation des acteurs. Pas de politique clairement définie.

Déficit d’accès au financement. Manque de coordination entre les acteurs.

Pas de politique clairement définie. Déficit d’accès au financement.

Manque de coordination entre les acteurs.

Manque de coordination entre les acteurs.

47

ETUDE FILIERE RIZ SENEGAL  

Etude commanditée par l'ARD de Kolda, partenaire stratégique de l'ONG VECO WEST AFRICA- DAKAR OFFICE

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you