Issuu on Google+


viêtnam

number one ?!?

Hors des images paradisiaques de la baie d’Halong, des montagnes de Sapa, de la Cité Interdite de Huê...voici un condensé de nos ressentis sur le Viêtnam. Une sorte de face B toute en images, en noir et blanc, et faites avec nos petites menottes ! Il ne s’agit pas de se la jouer donneur de leçon occidental, comme notre état sait déjà si bien le faire, mais simplement le constat d’une observation, de rencontres qui nous ont marqué pendant notre séjour dans ce pays de guerriers successivement assailli par les chinois, les français et les américains, et qui voit son PIB exploser depuis quelques années. Aucune photo n’a été prise (sauf celle ci-dessus), aucun animal n’a été blessé pendant ce voyage en duo, le number one d’une longue série, et pour ça, on compte sur vous !

Mot hai ba, yo !* *tchin tchin vietnamien, soit litéralement 1,2,3, yo !


ET BIM !

le choc des cultures Ici, commence notre périple dans un des rares pays où vous ne trouverez pas de Mc Do, mais qui, malgré ses idéaux et sa propagande communistes, a fait le choix de s’ouvrir aux capitaux étrangers. à peine sorti de l’aéroport et quinze gars nous sautent dessus pour nous proposer un tacot !


en tout cas, il risque pas de revenir de sitôt... t'as vu dans quoi on trempe ?! Putain de dragon !

Haaaa

la longue baie ! Pour la petite histoire, Halong signifie la « descente du dragon » . Selon la légende ancestrale, un dragon serait descendu dans la baie pour domestiquer les courants marins. Avec les violents mouvements de sa queue, il entailla profondément la montagne, puis, lorsqu’il plongea il fit remonter le niveau de l’eau laissant surgir des flots les pains de sucre ressemblant étrangement à des formes humaines ou animales.


Des eaux usĂŠes, classĂŠes patrimoine mondial de l'unesco !

des cannettes, du mazout et bientĂ´t plus de poisson .... putain de dragon ...


Bah alors Berta,

on a mal aux quiquisses ??!


Dress code du touriste

1 être gros comme Berta ci-contre.

(bon ok, c’est caricatural, mais en même temps, c’est pas difficile d’être pus gros qu’un Viet !)

2 Choisir ses textiles dans le nuancier « Indiana Jones », du beige terreux au vert kaki-caca, les plus audacieux porteront un T-shirt local, mais pas trop bariolé, faut pas déconner non plus ! 3 La casquette, indispensable avec ce ciel grisonnant qui vous bute sournoisement le crâne. 4 Le bermuda, pour laisser tout de même une chance aux moustiques locaux, d’avoir l’immense priviliège de sucer votre sang si exotique, et ensuite, arborer de magnifiques pustules rougeâtres et clignotantes ! (entre nous je sais pas qui est le plus à plaindre entre le moustique et Berta...)


Pas chères

les bananamamy ! Et c’est bien vrai ! Pas de problème pour bouffer, il y aura toujours quelqu’un pour vous solliciter. Les fruits et légumes sont si gouteux et bons marché, que vous ne pouvez que craquer devant la Tête Attendrissante du Vendeur* ! *équivalent de notre TVA, le sourire affiché à s’y tromper, n’est pas toujours une marque de sympathie innée chez les vietnamiens ; juste une merveilleuse technique commerciale !


l’être cher

à se demander ce que serait l’histoire vietnamienne si ce gars n’avait pas existé… Présent partout, il est devenu une vraie icone populaire, vénéré par tous. Il n’en reste pas moins que ses dernières volontés ne furent pas totalement respectées… Le bougre avait demandé à ce que ses cendres soient dispersées, pour une moitié au Nord du pays, et au Sud pour l’autre. « écoute mon vieux, on t’aimait bien, mais t’ auras un mausolée à Saïgon, qu’ on appellera Hô Chi Minh ville, et pis comme ça on pourra faire payer l’entrée aux touristes ! Pas con, hein ?! »


Le repos

du guerrier Aaah, la télévision ! Un grand moment de divertissement, aussi au Viêtnam !

L’accès aux chaînes étrangères est exclusivement réservé aux hôtels à touristes, histoire qu’ils ne soient pas trop dépaysés. L’autochtone, quant à lui, pendant sa pause télévisée n’aura droit qu’à des dramas, des émissions patriotiques consacrées aux héros de guerre, des spots publicitaires version longue, ventant les trésors nationaux.…Pour les infos, presque toutes nationales et propablement censurée. Il ne faudrait pas que le peuple s’éveille de trop derrière son petit tube cathodique…


chaud devant !

Pas de permis, pas de code de la route, pas de passage piéton, pas de prorité aux têtes en l’air ! Les motorbikes ou plus exactement « motobike, motobike » comme on a pu l’entendre sans relache, est le moyen de transport le plus usité et le meilleur marché du pays ! NB : Le sac à vomi n’est pas fourni dans le prix de la course !


vache qui rit…

Vache qui pleure ! De voir des panneaux publicitaires gigantesques et des antennes téléphoniques s’élevaient sans relache dans ses rizières… Il n’y a aucune zone qui ne soit pas déservie par les opérateurs mobiles, même en pleine jungle, on capte !


sapa

triste…

Un avenir resplendissant pour les tribus du Nord avec téléphones portables, centrale électrique en contruction sur la rivière et qui laissent du coup fleurir d’énormes pylônes dans les rizières en terrasse, là où jadis on cultivait le pavot… Hmong, Red Dao, Black Dao… les habitants de ces régions qui ne se considèrent pas comme des vietnamiens (convertis au catholicisme depuis le début du XXé siècle, après le passage de nos chers compatriotes), ils survivent en accueillant les touristes chez eux, concurrençant ainsi les agences touristiques locales, et prenant ainsi le risque de subir des représailles policières musclées. NB: L’accès à leur village est régi par un droit de passage, payant même pour eux.


des visages

des figures Des figurants Ă  effacer, des faces A, des faces B. Noir DĂŠsir


6h du mat

à hô chi minh ville De gauche à droite : la vendeuse de Banh Mi*, le travailleur qui vient chercher son casse-dalle avant d’attaquer le taf et les puputtes qui rentrent au bercail après une longue nuit de labeur aux services des touristes… *Banh Mi: sorte de sandwich composé de différentes garnitures de viandes, plus ou moins indescriptibles et d’aspect douteux...accompagné de concombre frais, carottes, coriandre et parfois de daikon mariné. Le tout agrémenté d’une sauce pimentée et de mayo pas fraiche ! Réservé aux estomacs solides.


les gens l’appelent

l’idole des jeunes Il en est même qui m’envient Mais ils ne savent pas dans la vie Que parfois je m’ennuie…

Pour nos nostalgiques camarades restant, qui ne sont pas, ou plus en mesure de faire le déplacement jusqu’à Saïgon, vous avez la possibilité d’admirer un bronze du même acabit, quartier Odysseum à Montpellier.


Et maintenant, C’est beau une jeunesse disciplinée qui danse et chante, sous le regard bienveillant de ce cher Hô Chi Minh ! Plus tard, ceux dont les parents sont suffisament riches, et adhérents du Parti, pourront avoir le « privilège » d’étudier le commerce ou le tourisme. Pour les moins chanceux, dans les campagnes ce sera l’élevage et le travail agricole, en ville ce sera la survie en servant de petites mains pour les multinationales tout en pratiquant la débrouille avec un grand D.

dan


nsez ! les enfants du parti


au pays du dragon qui se mord la queue

le paradoxe est roi


© efgh / www.efgh.eu / fabulous & éHé


No picture taken