Page 1

Magazine bimestriel • no 20 novembre – décembre 2013 • Éd. resp. : Charles Delhez, 7 rue Blondeau, 5000 Namur • Bureau de dépôt : Namur 1 • No d’agr. : P 301046 • ISSN 2033-5377 • ISBN 978-2-87356-583-1

RiveDieu 20 02-10-13 10h20 Page1

20

Revue belge de spiritualité RENCONTRE

Suzanne Boonen-Moreau

HINDOUISME

Toukârâm

QUESTION D’ENFANT

Est-ce que je vais retrouver bonnemaman au ciel ?


RiveDieu 20 02-10-13 10h20 Page2

Sommaire Rencontre |

Suzanne Boonen-Moreau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 Christine Bolinne

Témoignage |

Alexis à Lourdes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 Charles Delhez, s.j.

Bible |

Prier pour Sodome ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 Guy Vanhoomissen

Billet |

Yossel Rakover s’adresse à Dieu . . . . . . . . . . . . . . . 12 Armel Job

Art religieux |

François-Joseph Navez. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 Hugues d’Oroc

Un mot de spiritualité |

L’heure est à la bienveillance . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 Dominique Collin, o.p.

Un lieu de spiritualité |

La Pairelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 Jean Hanotte

Figures spirituelles |

Marie de Magdala, « apôtre des apôtres ». . . . . . . 20 Pascal-Marie Jerumanis

Hindouisme |

Toukârâm, psaume du pèlerin. . . . . . . . . . . . . . . . . 22 Jacques Scheuer, s.j.

Question d’enfant |

Est-ce que je vais retrouver bonne-maman au ciel? . 24 Nancy de Montpellier

Questions de familles |

Parents taxis. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 José Gérard et Donatienne Vanderghote

Histoire |

Un merveilleux cadeau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 Claude Raucy

Recension |

Ni victime, ni coupable. Enfin libérés. . . . . . . . . . . . 29 Alain Arnould, o.p.

Chronique |

Larmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 Myriam Tonus

Dieu Rive

– no 20 - novembre – décembre 2013

Éditeur responsable Charles Delhez, 7 rue Blondeau, 5000 Namur f Secrétaire de rédaction Jean Hanotte f Comité de rédaction Alain Arnould, Chantal Berhin, Christine Bolinne, Dominique Collin, Charles Delhez, José Gérard, Jean Hanotte, Marie-Raphaël de Hemptinne, Pascal-Marie Jerumanis, Armel Job, Nancy de Montpellier, Claude Raucy, Jacques Scheuer, Myriam Tonus f Maquette et mise en page Jean-Marie Schwartz f Abonnements Christophe Houessou, 7, rue Blondeau, 5000 Namur, abonnements@dipromedia.be, www.rivedieu.be, 081 22 15 51 f Prix abonnement Belgique 1 an, 6 numéros : 24,50 EUR (36,00 EUR pour l’étranger) ; abonnement 2 ans, 12 numéros : 45,00 EUR (68,00 EUR pour l’étranger) ; abonnement de soutien : 40,00 EUR ; à partir de 10 abonnements groupés à la même adresse : 21,50 EUR par abonnement (33,00 EUR pour l’étranger) ; prix au numéro : 5,00 EUR f BE14 7755 9396 6383, IBAN GKCCBEBB f Paraît tous les deux mois f ISSN 2033-5377. RiveDieu est une publication des éditions Fidélité. Photo de couverture : Suzanne Boonen-Moreau, par Bruno Arnold pour RiveDieu

2

Dieu • no 20 • novembre – décembre 2013 Rive


RiveDieu 20 02-10-13 10h20 Page3

Éditorial

D

eux nouvelles pages se

Charles Delhez, s.j. Rédacteur en chef

sont glissées dans RiveDieu. Elles concernent les spiritualités non

chrétiennes. Sous toutes les latitudes, les êtres humains tentent de vivre leur humanité en lien avec le divin. Sans doute y a-t-il aussi des différences, parfois profondes, entre les univers religieux, mais dans le particulier, il y a de l’universel. Les paroles d’un poète hindou ne pourraient-elles pas aider un chrétien à exprimer son amour pour le Christ ? Pas question, bien sûr, de tomber dans le syncrétisme. Si le temps de la diabolisation des autres religions n’est plus, il ne faudrait pas entrer dans celui de la confusion. Chrétiens et musulmans, par exemple, prient le même Dieu — car il n’y en a qu’un —, mais ne s’en font pas la même image et n’entretiennent pas avec lui la même relation. Leur vision de l’homme et de l’histoire n’est pas identique. Le chrétien peut, sans arrogance, estimer qu’il a perçu une vérité qui ne se réduit pas à celle des autres. Tout en poursuivant un dialogue vrai et sincère, il peut continuer à croire qu’il a un trésor à offrir à l’humanité. La dernière phrase de l’évangile de Matthieu demeure : Allez, de toutes les nations faites des disciples… L’Église sait qu’elle a reçu mission de témoigner de « la vie lumineuse de Jésus » (Henrich Schlier). Ni exclusion, ni confusion, donc. Dans aucun des deux cas, le dialogue n’y gagnerait. Une question, relativement nouvelle dans l’histoire du christianisme, demeure : comment, aux yeux de la foi en Jésus Christ, comprendre la diversité des religions telle qu’elle apparaît davantage aujourd’hui ? La réponse viendra si chaque disciple du Christ se risque, là où il est, au dialogue, sans galvauder sa propre identité, mais au contraire, en l’approfondissant. Une gageure ? Non. Une espérance.

Ni exclusion ni confusion, mais dialogue

Mgr Léon Lemmens et Mohamed Amine Smaili lors d’une soirée d’échanges entre catholiques et musulmans. Photo : InfoCatho.be


RiveDieu 20 02-10-13 10h20 Page4

Rencontre

Suzanne Boonen-Moreau,

juge honoraire

« À chaque fois, j’ai été aidée par ma foi » Propos recueillis par Christine Bolinne | photos : Bruno Arnold

Une pionnière du barreau de Namur ! A ses débuts, il y avait trois femmes avocat (le e qui féminisera la profession arrivera plus tard). Mère de sept enfants, elle choisira la magistrature pour concilier vie professionnelle et vie de famille. Femme discrète, fidèle à ses convictions chrétiennes, elle veut croire qu’une personne qui a purgé sa peine de prison a droit à se réinsérer même si elle s’appelle Michelle Martin.

4

Dieu • no 20 • novembre – décembre 2013 Rive


RiveDieu 20 02-10-13 10h20 Page5

S

uzanne Boonen-Moreau a de l’énergie à revendre ! Le pas décidé, elle traverse sa vie de retraitée — active — comme elle a traversé, pendant des années, les couloirs des palais de justice, à grandes enjambées. Ses journées sont toujours bien remplies. Elle consacre du temps à ses enfants et à ses petits-enfants. Mais aussi au chant choral, une passion qui lui permettra de rencontrer l’amour de sa vie, son mari, bien trop tôt disparu. Suzanne Boonen-Moreau aime chanter et faire chanter. « Dans les paroisses où je suis passée, j’ai toujours été recrutée pour diriger. Si on affirme que chanter, c’est prier deux fois, je me dis que, dans ma vie, j’ai déjà beaucoup prié ! » Aujourd’hui, elle aimerait passer la main. « Je me verrais bien assise dans l’assemblée, à écouter ce que d’autres font… » Toute sa vie professionnelle, Suzanne Boonen-Moreau l’a passée le nez dans les codes, à décrypter la jurisprudence… Une rigueur, une compétence qu’elle continue par ailleurs à mettre au service des diverses commissions dans lesquelles elle siège encore. Cette vie est-elle celle dont rêvait la fillette née à Saint-Servais ? « Je savais que je voulais avoir une profession de contact. J’aurais pu être enseignante comme mes parents mais j’ai préféré me diriger vers le droit. Adolescente, je me voyais juge des enfants, comme on disait à l’époque (ndlr : aujourd’hui on parle du juge de la jeunesse). Je m’imaginais les remettre sur le bon chemin. Je me voyais voler au secours des familles. » Elle évolue dans une famille chrétienne dans laquelle elle et

son frère reçoivent une éducation religieuse. « Mon père était un chrétien de stricte observance. Nous allions le dimanche, et toujours avec plaisir, à la messe. Nous recevions les sacrements. Et le vendredi, c’était le jour du poisson et nous respections. Paradoxalement, papa enseignait dans le réseau officiel et c’est comme ça que j’ai fait mes études au Lycée de Namur. Avec l’école, nous n’assistions pas à la messe, nous n’avions pas de retraite. J’ai découvert ce qu’était une retraite lors de mes candidatures en droit aux Facultés de Namur. J’ai aussi très vite fait partie de la JEC (Jeunesse etudiante chrétienne). »

« J’ai renoncé au barreau pour la magistrature » Sa licence de droit en poche, Suzanne Boonen-Moreau devient avocat. « J’étais la troisième femme inscrite au barreau de Namur : les deux autres étaient plus âgées que moi. J’ai ainsi été la première femme avocat enceinte au barreau à

« Je savais que je voulais avoir une profession de contact » Namur ! » Des avocats masculins se sont montrés un peu supérieurs par rapport à cette jeune consœur qui avait décidé de fonder très vite une grande famille. Elle aura sept enfants dont deux adoptés pendant sa carrière d’avocat. « Mes confrères étaient un rien condescendants mais, sur le plan professionnel, le fait d’être une femme ne changeait rien. Heureusement ! » On a beau être une jeune femme au tempérament de feu, à l’énergie débordante, il faut faire face à la réalité. « C’était impossible de mettre les enfants à la crèche, ils étaient trop nombreux. Une personne venait les garder à la maison. J’ai décidé, à ce moment-là, de renoncer à mon métier d’avocat et j’ai postulé dans la magistrature. Je ne voulais pas avoir moins de travail, juste des horaires plus réguliers. Comme avocat, vous êtes sans cesse confronté à des

Dieu • no 20 • novembre – décembre 2013 Rive

5


Cette revue est en lecture partielle. Vous pouvez vous abonner à RiveDieu en versant la somme de 24,50 EUR (abonnement d’un an pour la Belgique, tarif 2011) sur le compte Dexia de Dipromedia : IBAN BE14 7755 9396 6383 BIC GKCCBEBB en précisant en message « Abonnement RiveDieu » et vos coordonnées complètes. Pour tout renseignement complémentaire, envoyez-nous un courriel à info(at)fidelite.be Merci de l’intérêt que vous portez à nos publications.


RiveDieu 20 02-10-13 10h21 Page31

! s u o v z e n Abon Revue belge de spiritualité

Retrouvez RiveDieu tous les deux mois en librairie ou abonnez-vous : ■

OUI, je désire m’abonner à RiveDieu pour le prix de 24,50 € par an (6 numéros) soit une réduction de 18 % sur le prix au numéro. (Étranger : 36,00 €)

[prénom, nom] ............................................................................................................................ [adresse] ........................................................................................................................................ ........................................................................................................................................................ ........................................................................................................................................................ [numéro de téléphone] .................................. [courriel].......................................................... [signature] ........................................................ Retournez ce bon ou votre demande sur papier libre à RiveDieu, Éditions Fidélité, 7 rue Blondeau, 5000 Namur Tél. : 081 22 15 51 • fax : 081 22 08 97 • abonnements@fidelite.be • Une facture sera jointe au premier envoi. Vous pouvez aussi verser le montant de l’abonnement directement sur le compte BE14 7755 9396 6383, BIC : GKCC BEBB avec la mention « Nouvel abonnement à RiveDieu » Dieu • no 20 • novembre – décembre 2013 Rive

31


Savez-vous que je suis devenu chrétien parce que le christianisme m’est apparu comme la religion des visages ? Les visages me hantaient… D’où venaient-ils, d’où venait la lumière qui les habitait, qui parfois illuminait un regard ? Quel soleil les avait fait éclore ? Un jour, j’étais adolescent, j’avais marché tout l’après-midi au bord de la mer. C’était l’hiver et dans le ciel infiniment désert se levaient les premières étoiles. Peut-être étaient-elles mortes depuis des milliers, des millions d’années, mais leur lumière me parvenait encore. Bientôt je serais mort moi aussi, et un peu plus tard — car devant le néant plus encore que devant Dieu les millénaires sont comme des jours — un peu plus tard

9 782873 565831

ISBN 978-2-87356-583-1 Prix TTC : 5,00 €

L’océan intérieur des yeux toute la terre serait morte et les étoiles mortes brilleraient toujours. Glacé, le cœur glacé, je suis monté dans le car qui devait me ramener en ville. J’avais résolu de me tuer. Pourquoi attendre, pourquoi encore laisser le néant m’envahir comme une torture ? Qu’il me prenne tout de suite tout entier. Alors j’ai senti qu’on me regardait. C’était une petite fille de quatre ou cinq ans. Ses yeux étaient pleins d’amitié. Elle a souri. Et j’ai compris que la lumière d’un regard — l’océan intérieur des yeux — était plus vaste que le néant piqueté d’étoiles, et qu’il y avait une promesse, et qu’il fallait vivre. Olivier Clément († 2009) théologien orthodoxe

Magazine bimestriel • no 20 novembre – décembre 2013 • Éd. resp. : Charles Delhez, 7 rue Blondeau, 5000 Namur • Bureau de dépôt : Namur 1 • No d’agr. : P 301046 • ISSN 2033-5377 • ISBN 978-2-87356-583-1

Photo : © Laura Cook pour www.mrdf.org.uk | Avec son aimable autorisation

RiveDieu 20 02-10-13 10h21 Page32

RiveDieu 20  

-- SOMMAIRE -- — Rencontre Suzanne Boonen-Moreau 4 — Témoignage Alexis à Lourdes 8 — Bible Prier pour Sodome ? 10 — Billet Yossel Rakove...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you