Page 1

La foi d’un homme ordinaire Collection

A fleur d’Ecriture

1. Dans la tiédeur du crépuscule Philippe Wilmart

Robert Kempeners

A fleur d’Ecriture

A fleur d’Ecriture

J’aurais aimé écrire la foi des petits, leur humble certitude, celle qui a émerveillé Jésus parce qu’elle inventait les paroles et les gestes d’une entière confiance.

Afleurd’Ecriture, une collection dédiée au bonheur de l’écriture face au choc de l’Ecriture… Des textes courts et denses, beaux et forts, qui font toute la place aux émotions, aux engagements, aux questionnements d’un être humain unique qui reçoit et s’approprie une Parole qui lui est destinée de tout temps. A fleur d’Ecriture, c’est toute l’expérience humaine face à Dieu qui se lit et qui se dit dans quelques mots choisis.

2. Les Petits selon l’Evangile

Robert Kempeners

Robert Kempeners est fonctionnaire retraité, aquarelliste à ses heures. Il a longtemps été engagé dans l’apostolat en milieu administratif.

La foi d’un homme ordinaire

Mais je ne suis qu’un homme ordinaire…

Robert Kempeners

La foi d’un homme ordinaire

ISBN 978-2-87356-401-8 Prix TTC : 9,95 €

9 782873 564018

Editions fidélité 7, rue Blondeau BE-5000 Namur Belgique

fidélité

Robert Kempeners

3. La foi d’un homme ordinaire


La foi d’un homme ordinaire


Robert Kempeners

La foi d’un homme ordinaire

2008


A fleur d’Ecriture, une collection dédiée au bonheur de l’écriture face au choc de l’Ecriture… Des textes courts et denses, beaux et forts, qui font toute la place aux émotions, aux engagements, aux questionnements d’un être humain unique qui reçoit et s’approprie une Parole qui lui est destinée de tout temps. Afleurd’Ecriture, c’est toute l’expérience humaine face à Dieu qui se lit et qui se dit dans quelques mots choisis.

© Editions Fidélité • 7, rue Blondeau • BE-5000 Namur • Belgique ISBN 978-2-87356-401-8 Dépôt légal : D/2008/4323/09 Mise en page : Jean-Marie Schwartz Maquette de couverture : © Mylène Auquière Illustration de couverture : © Robert Kempeners Imprimé en Belgique


A ma femme qui n’est pas une femme ordinaire.


Si un frère ou une sœur sont nus, s’ils manquent de leur nourriture quotidienne, et que l’un d’entre vous leur dise : « Allez en paix, chauffez-vous, rassasiez-vous », sans leur donner ce qui est nécessaire à leur corps, à quoi cela sert-il ? Ainsi en est-il de la foi : si elle n’a pas les œuvres, elle est tout à fait morte. Saint Jacques (Jc 2, 15-17)


Avant-propos J’aurais aimé écrire la foi des petits, leur humble certitude, celle qui a émerveillé Jésus parce qu’elle inventait les paroles et les gestes d’une entière confiance. Mais je ne suis qu’un homme ordinaire.


LA FOI D’UN HOMME ORDINAIRE

11

Un homme ordinaire L’homme ordinaire ne demande qu’une chose, être heureux avec les siens. Il tient à sa liberté. Mais le bonheur est le fruit de renoncements comme on taille une vigne et la liberté cède le pas à notre vocation de vivre ensemble. Aux questions que lui pose la vie, il a le choix des réponses : celles des philosophes, des savants, des médias, des gens bien informés, hélas souvent contradictoires. Et celles de l’enfance. J’ai reçu la foi avec la vie, avec les mots du quotidien. Dieu a toujours fait partie de la famille. Il y avait maman, papa, mon frère et Dieu. Le bon Dieu. Ce temps est révolu ? Je veux bien. A condition que Dieu ne soit pas mis à part de notre vie. Quand un enfant naît, n’est-ce pas un bonheur autant qu’une tradition de présenter son bébé à Dieu, dès l’aube, dans la joie de la communauté ? L’enfant pourra confirmer sa foi à douze ans, à l’âge où Jésus, stupéfiant les docteurs, étonnant ses parents, se devait aux affaires de son Père. Mais la foi est avant tout une grâce. Ne soyons pas un obstacle à la grâce de Dieu. Il est vrai que nous ne sommes pas tous nés à la même adresse.


12

ROBERT KEMPENERS

Que les pauvres sachent qu’ils sont les premiers invités. L’offrande de Marie et de Joseph au Temple était celle du pauvre. Quant aux convictions des familles, tout n’est pas joué d’avance. Pour les non-croyants. Ni pour les croyants. Dieu merci ! j’ai gardé la foi de mes parents, leur seul bien.


LA FOI D’UN HOMME ORDINAIRE

13

Dieu est lumière « Ta parole est la lumière de mes pas, La lampe sur ma route » (Psaume 118) Saint Jean dans son prologue rend grâce au Verbe « lumière véritable qui éclaire tout homme ». Et saint Paul nous exhorte à nous conduire en enfants de lumière « car le fruit de la lumière consiste en toute bonté, justice et vérité » (Ep 5, 8-9). Je m’interroge sur ceux qui parlent d’obscurantisme alors qu’eux-mêmes ont éteint l’espérance, en particulier celle des exclus du bonheur ordinaire. Il est vrai que Jésus bénit « le Père, Seigneur du ciel et de la terre d’avoir caché cela aux sages et aux habiles et de l’avoir révélé aux tout petits » (Mt 12, 25 — Lc 10, 21-22).


14

ROBERT KEMPENERS

L’action de grâce De la fenêtre de ma chambre, j’admire trois marronniers dont les troncs réunis forment en hiver un éventail de branches et de ramures. Leur majesté apparaît plus encore quand ils se détachent sur un ciel crépusculaire traversé d’une bande incandescente. Vienne un oiseau se poser sur la plus haute branche et la vision s’anime. Elle évoque à mes yeux un Royaume prêt à accueillir tous les oiseaux du ciel. Ainsi, devant la beauté de la nature, devant la mer infinie et la lumière des sommets, l’harmonie ou l’audace des couleurs, la splendeur inutile des premiers pas de l’aube, mon âme remercie Dieu.


LA FOI D’UN HOMME ORDINAIRE

15

L’esprit de Dieu L’émotion de mon voisin devant la splendeur d’une nuit étoilée est aussi intense que la mienne mais sans alléluia. Serait-ce qu’aux doutes de la foi ne répondraient jamais les doutes de l’incroyance ? Je ne suis pas écrasé par un infini matériel. Mieux que sur un tableau noir, la profondeur du ciel me rend évidente la présence de l’esprit de Dieu. Le Big Bang ne me trouble pas et je me laisse volontiers emporter par lui à travers siècles et univers. Mais son retentissement n’étouffe pas la voix de Dieu. Le prophète Elie n’a pas trouvé Yahvé dans l’ouragan ni dans le tremblement de terre ni dans le feu mais « dans le murmure d’une brise légère » (1 R 19, 9-12).


16

ROBERT KEMPENERS

L’humilité L’humilité plaît à Dieu. Celle qui conduit les hommes à l’unité en acceptant la différence. Serait-il contraire à la dignité de l’homme de s’agenouiller devant Celui qui a créé le ciel où la terre est une planète infime mais habitée ? D’adorer le Créateur de la vie dont le chef-d’œuvre est l’homme qui dans le temps et dans l’espace est moins qu’une goutte d’eau dans la mer mais est capable d’aimer ? L’action de grâce n’est pas contraire à la dignité infiniment supérieure d’enfant de Dieu. La création est un acte d’amour. Nous sommes tous enfants d’un même Père. L’humilité est un autre nom de la fraternité.


LA FOI D’UN HOMME ORDINAIRE

17

L’Homme-Dieu Jésus est pleinement Dieu et pleinement homme. Pleinement Dieu : « Qui m’a vu, a vu le Père » (Jn 14, 9). Et pleinement homme : « N’est-ce pas le fils du charpentier ? » (Mt 13, 55). Mais il faut qu’il soit Dieu pour être cet homme-là.


18

ROBERT KEMPENERS

Transfiguration Jésus incarné, c’est Dieu visible pour qui a des yeux pour voir. C’est la parole donnée à qui a des oreilles pour entendre, la miséricorde offerte en exemple à qui a un cœur pour aimer. Quand on a un ami, un vrai, un ami qu’on admire, auquel on voudrait ressembler, c’est une fête de le rencontrer, d’être invité à sa table. On met en lui toute sa confiance. On est prêt à le suivre. Cet ami intime a un nom : Jésus, le Fils de Dieu. Instant d’adoration intense. La Transfiguration vécue au plus profond de soimême.


LA FOI D’UN HOMME ORDINAIRE

19

La foi La foi est un bonheur dont je ne suis pas toujours conscient. Des satisfactions éphémères recouvrent cette grâce, de nuées, de nuit, d’amertume. Les libertés menacent ma liberté. Je bénis les éclaircies, le pardon. Ma liberté est de laisser tomber les entraves qui m’empêchent de suivre Jésus.


20

ROBERT KEMPENERS

Croire en l’homme Croire en l’homme, c’est croire en Dieu. L’homme n’est pas seul entre deux néants. Il n’est pas seul entre le bien et le mal. L’homme qui se passe de Dieu peut dans un engagement admirable réparer les brèches, apaiser la faim, défendre les faibles mais il est impuissant à vaincre le mal. Car le mal vient justement de se séparer de Dieu. Dieu n’abandonnera jamais l’homme. Habité par l’Esprit.


LA FOI D’UN HOMME ORDINAIRE

21

L’intelligence et la liberté Dieu a donné la liberté à l’homme comme compagne de l’intelligence. Leur union offre à chacun de nous la redoutable possibilité d’opter pour une conception de l’homme avec Dieu ou sans Dieu. Le risque est l’orgueil, perversion de l’intelligence. Ne pas confondre l’orgueil de l’homme avec la dignité de l’homme. Le choix est entre l’amour unique de l’homme ou l’amour du Dieu unique.


22

ROBERT KEMPENERS

Rendez-vous au paradis Un compagnon de route affirme de façon péremptoire : — Dieu n’a pas créé l’homme. Sans doute pense-t-il « à tout ce qu’on nous a fait croire », au récit imagé de la Genèse, oubliant qu’il signifiait la transcendance de Dieu, antérieur au monde, la supériorité de Sa sagesse sur la prétention de l’homme à décider ce qui est bien et ce qui est mal. — Mais l’évolution naturelle de Darwin ? Aujourd’hui, la question est : savoir ou croire ? La réponse est : savoir et croire. Par exemple, connaître les lois biologiques et croire à la vie éternelle. Il me demande : — Crois-tu que Dieu existe ? — Crois-tu que tu existes ? — Evidemment ! — Alors, Dieu existe. Regarde-toi. Rentre en toi. Ne te sens-tu pas essentiellement différent du reste de la création ? Tu es un être unique et tu peux choisir d’être seul maître à bord ou de suivre le sillage (secouant) de Dieu. — Je ne crois pas en un Dieu Tout-Puissant. — Un Père tout-puissant. Sur les idoles, sur l’argent, sur le pouvoir sans miséricorde. Un Dieu qui envoie son Fils par amour de l’homme. Un temps de silence qui se prolonge. Il reprend : — J’essaie de réussir ma vie comme un honnête


LA FOI D’UN HOMME ORDINAIRE

23

homme. Ce qui comprend des élans de générosité, le souci de la justice. — Alors, tu seras bien étonné de te retrouver au paradis ! — Avec toi, me dit-il en souriant. Je le prends pour un souhait et ce souhait illumine ma journée.


24

ROBERT KEMPENERS

La foule Dieu pourrait-il me connaître parmi la foule innombrable des humains ? Oui parce qu’Il est Dieu. Parce qu’Il m’a donné la vie, une âme, une personne. Parce que Jésus a donné à Pierre, un nom. Parce qu’il s’est invité chez Zachée et qu’il a dit tout ce qu’elle avait fait à la Samaritaine. Parce qu’il a veillé sur ceux que son Père lui a donnés et aucun d’eux ne s’est perdu, parce qu’il a prié pour ceux-là aussi qui croiront en lui (Jn 17, 12-20).


LA FOI D’UN HOMME ORDINAIRE

25

La parole Jésus n’est pas un écrivain. Il était charpentier. Avez-vous déjà admiré une charpente ? Un métier de bâtisseur. Il a attendu d’avoir trente ans, l’âge où séduit l’autorité alliée à la jeunesse. L’autorité lui vient du Père. Et c’est un homme jeune qui va payer de sa vie un message d’amour. Il n’écrit pas. Il a plus urgent à faire : changer le monde avant Jésus Christ en un monde après Jésus Christ. Il est la Parole. Jean dit : « le Verbe fait chair ». Les écrits ne manquent pas qui font écho à l’enseignement et aux gestes de Jésus. Ecrits de témoins, l’essentiel, puis écrits d’exégètes, d’historiens. Mais l’Esprit Saint nous presse de parler et d’être conséquents avec nos paroles.


26

ROBERT KEMPENERS

Libération Jésus bouscule l’hypocrisie, rompt les interdits. Il rend la dignité aux réprouvés, à la veuve et au lépreux, à l’adultère et au publicain, à la samaritaine et au possédé muet. De même dans les paraboles du Royaume : il appelle à lui les ouvriers sans travail, jusqu’à la onzième heure. Les bons et les mauvais trouvés sur les chemins pour remplacer les invités défaillants de la noce. Est-ce que je suis prêt pour cette libération-là ?


LA FOI D’UN HOMME ORDINAIRE

27

Le père La foi est un trésor mais pas une affaire privée. Elle passe par le regard s’il apporte la paix et par les gestes s’ils sont chargés d’amour. Elle répond à la question de savoir pourquoi se charger de la misère du monde et du voisin, pourquoi la tendresse, pourquoi l’espérance. Vient le temps de justifier sa foi. Non en exposant des dogmes mais en parlant du Dieu de Jésus Christ. Car Jésus connaît Dieu et nous l’a fait connaître. Un Père, papa. L’entrée dans la foi commence par un mot d’amour.


28

ROBERT KEMPENERS

Le Credo Curieusement, le Credo passe sous silence le témoignage novateur de la vie active de Jésus. Il ne retient que sa naissance, sa mort et sa résurrection. Il importe donc de croire que l’Homme-Dieu est né d’une femme, qu’il a souffert, qu’il a été crucifié, qu’il est vivant. Jésus est né comme le plus pauvre d’entre nous et comme nous, il a connu la mort. Qu’il a vaincue. Si le Credo insiste sur ces moments de la vie de Jésus, c’est parce qu’ils nous font entrer dans l’espérance des enfants de Dieu.


LA FOI D’UN HOMME ORDINAIRE

29

Noël A la réflexion, puisque cadeaux il y a, je préfère que ce soit le Père Noël — ben oui ! —, qui les apporte. Pour autant que les millions dépensés n’occultent pas le bonheur de la Nativité. L’enfant-Jésus, le Fils de Dieu incarné, a infiniment mieux à nous donner : - l’invitation au Royaume. - un Dieu à reconnaître dans le pauvre. - l’amour offert en premier aux bergers. - l’espérance étoilée, aux rois de Tarsis et des îles, de Saba et de Seba.


30

ROBERT KEMPENERS

Marie Pourquoi tant de catholiques ont-ils une grande dévotion pour Marie ? Trop grande, dit-on. D’accord, il y a des cantiques naïfs, des statues saintsulpiciennes, des églises néo-gothico-byzantines affligeantes. Mais il y a aussi le chapelet, la prière des pauvres. Ils refont un chemin qu’ils connaissent bien avec ses joies, ses peines, son espérance. Marie occupe une place discrète, la sienne, dans les Evangiles, mais elle dit oui à l’humble requête de Dieu. Elle est présente à Cana lors du premier signe de Jésus. Et au pied de la croix, elle est choisie par Jésus pour être notre mère. Que ceux qui lui enlèvent les ex-voto des gens simples sans se douter que cet allègement convient à Marie s’inspirent de sa disponibilité.


LA FOI D’UN HOMME ORDINAIRE

31

Mouvement et retournement Laissant là leur père, leurs barques, leurs filets, un bureau et ses bonnes affaires, les disciples suivent Jésus. La foi est mouvement. Elle m’invite à reconnaître ma pauvreté, à me lever, à suivre Jésus. Sur le chemin de Damas, Paul de persécuteur devient apôtre. La foi est retournement. Nourrie de la Parole de Dieu lue, écoutée, redécouverte, elle la confronte à mes habitudes, à mon ronronnement, pour être vécue dans le concret de chaque jour.


32

ROBERT KEMPENERS

Difficulté de la foi Les apôtres furent témoins du pouvoir de la foi. Par elle, Jésus guérit le lépreux, l’aveugle, la Cananéenne. Il ressuscite le fils de la veuve, la fille de Jaïre. Cependant les apôtres disent au Seigneur : « Augmente en nous la foi » (Lc 17, 5). C’est que, dès le sermon sur les Béatitudes, leurs certitudes, les nôtres, avaient été ébranlées. Heureux les pauvres ! Et plus tard : faites du bien à ceux qui vous haïssent. La foi nous mène au-delà de ce que nous attendions.


LA FOI D’UN HOMME ORDINAIRE

33

La souffrance de Dieu Dieu, puisqu’Il est Dieu, pourrait-il souffrir ? Oui. En Jésus crucifié par les hommes qu’il a aimés jusqu’au bout. Aimer malgré l’ingratitude est le point faible de Dieu.


34

ROBERT KEMPENERS

Les miracles Le miracle n’appartient pas au merveilleux. C’est un signe, dit Jean. Jésus guérit, pardonne, relève à l’appel de la foi. Il multiplie le vin à Cana, le pain sur la montagne, les poissons dans les filets prêts à craquer. Miracle du partage, magnificence de la grâce. Les miracles indiquent la voie : Bartimée abandonne son manteau et sa sébile et suit Jésus. Ils confirment la vérité du Royaume : Jésus est bien le Fils de Dieu venu révéler l’amour du Père. Le miracle est miséricorde. La main tendue de Jésus.


LA FOI D’UN HOMME ORDINAIRE

35

L’Eucharistie La foi est adhésion totale à la Parole. Même quand « ce langage-là est trop fort » (Jn 6, 60). Quand le Verbe fait chair donne sa chair à manger. Quand Jésus bénit le pain, le rompt et le donne à ses disciples en disant : « Prenez et mangez, ceci est mon corps. » Quand le célébrant dépose dans mes mains le Corps du Christ. Recevoir l’Eucharistie, être l’invité de Jésus au plus profond de moi. Rencontre secrète et en même temps, union avec les autres communiants, avec cette femme qui ne communie jamais, avec les malades auxquels les visiteurs vont porter comme un chapelet de lumières la vie du Christ. La vie que je reçois est vraiment la vie de Jésus, un souffle qui ne craint pas la mort. La vie pour vivre en serviteur ici-bas et en ressuscité dans l’éternité de l’amour.


36

ROBERT KEMPENERS

Jésus est ressuscité ! Les saintes femmes l’ont rencontré. Les apôtres ont mangé avec lui. Il a déchiré le voile de la mort. Le monde s’acharne à nous enlever notre exaltante espérance : Jésus reste un grand homme mais il est marié ? Et son tombeau retrouvé est à deux places : pour lui et pour Marie-Madeleine ? Un thriller remplace les quatre Evangiles, saint Pierre et saint Paul, efface le sang des martyrs ? Heureux ceux qui ont accueilli la bonne nouvelle sans avoir touché Jésus. Mais qui le reconnaissent à la fraction du pain. A la tenue de serviteur.


LA FOI D’UN HOMME ORDINAIRE

37

La résurrection de la chair Je ne sais rien de l’au-delà, sinon qu’il y a un au-delà. La résurrection du Christ est la certitude de notre résurrection. Je crois à la résurrection de ce corps, humble compagnon de ma vie, à ma vocation d’enfant de Dieu. Je crois aux retrouvailles avec ceux que j’aime, que j’ai aimés, avec tous les hommes confiants dans la patience de Dieu.


38

ROBERT KEMPENERS

Le don de Dieu « A ceci nous savons que Dieu demeure en nous : Il nous a donné son Esprit » (1 Jn 3, 24). Je ne suis pas insubmersible. Quand je plonge, je prie l’Esprit Saint de ne pas lâcher ma main, de me conforter dans la foi. Esprit de Dieu, inspire-moi des paroles de bonté, des actions de justice. Aide les hommes du Nord et du Sud, de droite et de gauche, croyants et incroyants, à reconstruire l’unité perdue.


LA FOI D’UN HOMME ORDINAIRE

39

La Trinité Que Dieu soit Un en trois personnes est un mystère au bord duquel Jésus me conduit en priant le Père, en me promettant l’Esprit. La foi est le pas que je fais sur la mer. Si mon regard reste accroché à Jésus, je suis porté sur l’abîme par une confiance totale, celle de l’enfant qui apprend à marcher en avançant vers les bras ouverts.


40

ROBERT KEMPENERS

La vie La vie est un don sacré. Faut-il donc croire en Dieu pour la protéger comme le bien le plus précieux, pour couver sa flamme ? Pourtant l’homme s’est arrogé le droit de la détruire. Il en a même fait une liberté à défendre dans la rue. Mais comment oublier qu’il existe un autre combat plus urgent pour sauver la vie contre la faim, contre le sida, contre les épidémies ? A l’envol des enfants exilés du ventre chaud de leur mère répond l’espérance des prématurés que les mains de l’amour portent jusqu’à l’aube d’un nouveau jour. Pendant la dispersion des cendres (mais l’âme, mémoire du corps, est indestructible), je pense avec émotion à la recherche obstinée des deux cent soixantedeux mineurs, prisonniers des flammes à Marcinelle en 1956, pour les porter jusqu’aux lamentations des mères et des épouses, dans le linceul du respect. Je crois à la vie comme je crois à la vie éternelle.


LA FOI D’UN HOMME ORDINAIRE

Jésus et les enfants Laissons venir à Jésus, vêtus de neuf, courant, riant, débordant de vie, les enfants des rues, les enfants des pays affamés, les enfants sauvés du sida, de l’ignorance, les enfants des camps de réfugiés, des bateaux du tiers-monde essayant d’atteindre l’Europe riche et protégée, les enfants soldats rendus à la vie, au sourire, aux mains tendues.

41


42

ROBERT KEMPENERS

L’éternité L’éternité, divine surprise ! Pour ceux qui ont douté de la promesse, Pour ceux qui ont vénéré l’Homme mais l’ont enfermé entre le hasard et le néant. Heureux sont-ils si dans la fatalité de leur origine, dans l’absurdité de leur avenir, ils se sont appliqués à faire le bien. Qu’ils entrent dans la joie du Seigneur, dans la vie sans la mort, dans le jour sans les ténèbres, dans l’amour sans fin.


LA FOI D’UN HOMME ORDINAIRE

43

L’enfer Et l’enfer ? vous y croyez encore à l’enfer ? Les Ecritures parlent du châtiment des impies, des orgueilleux, du mauvais riche. Un fameux avertissement ! Contrairement à Jean-Paul Sartre, je pense que l’enfer ce n’est pas les autres, mais sans les autres. La solitude de l’homme qui s’est coupé de Dieu et de ses frères. La brûlure du froid. C’est pourquoi ceux dont la foi en l’homme a été vécue dans le souci des pauvres, des malades, des victimes, précéderont au paradis les tièdes, les satisfaits, fussent-ils assis aujourd’hui aux premières places.


44

ROBERT KEMPENERS

La communauté des saints Un enfant s’élance, une auto arrive, un passant le rattrape au vol. La maman accourt, embrasse son enfant, embrasse son sauveur. Un homme s’affaisse, on se précipite, une ambulance arrive, hurlante, l’emmène aux urgences, médecin et infirmières s’affairent : il s’en sortira ! Le tsunami avale des milliers de victimes, le monde se mobilise pour apporter son aide. Le vieil homme qui s’arrêtait pour lui parler n’est plus passé depuis quinze jours ; le mendiant s’inquiète, il prie pour lui. Je crois dès ici-bas à la communion des saints.


LA FOI D’UN HOMME ORDINAIRE

45

Ce qu’est devenue ma foi Pourquoi malgré les contradictions et les railleries, malgré le mal et la souffrance, suis-je indéfectiblement attaché à la foi ? Parce que je crois à la présence de Jésus. Parce que la foi est mon souffle.


46

ROBERT KEMPENERS

Conversation avec un agnostique — Si la foi est un don de Dieu, à moi la foi n’a pas été donnée. J’ai pourtant été élevé dans une famille chrétienne, j’ai fréquenté un collège catholique, mais au fond, je n’ai jamais eu la foi. Sais-tu pourquoi ? — Peut-être par la faute de gens qui se disaient chrétiens. Mais il y a aussi des hommes et des femmes remarquables dans les mouroirs de Calcutta, près des chiffonniers du Caire ou près des sans-abris de Paris. — Mon manque de foi ne m’empêche pas de donner un coup de main, d’apporter une parole de réconfort, un regard ou un geste de tendresse. — Dieu a besoin de ta tendresse. Je le regarde s’en aller. Quel chrétien suis-je pour lui ?


LA FOI D’UN HOMME ORDINAIRE

47

Nous sommes l’Eglise Je veux dire ma foi dans la Sainte Eglise, c’est-à-dire dans l’Eglise des saints, des bons et fidèles serviteurs. A chacun, prêtre ou laïc, serviteur ou maître, Dieu a confié des talents. Avant de juger ce que les autres en ont fait, je dois m’interroger sur mon propre engagement. Car l’Eglise ne m’est pas extérieure. Toi et moi, nous sommes l’Eglise. Les témoins infimes mais néanmoins responsables, chaque jour par nos paroles et par nos actes, de notre identité de chrétien. Et voici sur quoi nous serons jugés : sur notre souci des pauvres, sur notre présence auprès du malade, de l’exclu « car dans la mesure où vous l’avez fait à l’un de ces plus petits, c’est au Seigneur que vous l’avez fait » (Mt 25, 31-46).


48

ROBERT KEMPENERS

Le célibat des prêtres Vous me demandez mon avis sur le célibat des prêtres. Je subodore un goût pour la polémique. Mais bon ! je vous donne mon avis. L’ordination d’hommes mariés, il y en a déjà. Le mariage des prêtres : pourquoi pas si l’Esprit Saint inspire une nouvelle Eglise ? Quant au célibat, ce n’est pas une maladie honteuse. Je pense avec respect aux vœux monastiques de chasteté, d’obéissance et de pauvreté. Don du corps, don de l’esprit, abandon des choses. J’admire chez le prêtre cet amour absolu de Dieu pour mieux servir les hommes. Vertus héroïques sans doute mais aussi évangéliques béatitudes.


LA FOI D’UN HOMME ORDINAIRE

49

Parole de Dieu Face à l’illettrisme religieux, est-il opportun de transmettre une philosophie inspirée de l’Evangile sans citer directement le Christ ? Est-il possible de bâtir dès ici-bas le Royaume de Dieu sans parler de Dieu ? De mettre en œuvre le second commandement sans évoquer le premier ? C’est réduire le projet chrétien à ce qui sans l’aide de Dieu est une utopie et Jésus à un philosophe estimable. Or, Jésus est le Verbe fait chair et la nouveauté de son message est la Parole de Dieu. « Celui qui aura rougi de moi et de mes paroles, de celui-là le Fils de l’homme rougira quand il viendra dans sa gloire et dans celle du Père et de ses saints anges » (Lc 9, 26).


50

ROBERT KEMPENERS

Je suis pratiquant Plusieurs chemins mènent à Dieu. Le mien est tracé par le Christ et mon livre d’heures est son Evangile. Je suis pratiquant, mot déconsidéré qui évoque le devoir accompli. Faut-il pour autant rejoindre les nonpratiquants dans leur assurance qu’il suffit de communiquer directement avec Dieu, libérés du poids de l’institution ? Il y a un risque d’être certain d’avoir raison. Qu’ils reviennent ! Je leur promets la surprise de trouver une communauté vivante. Il ne manque pas aujourd’hui de paroisses ouvertes où ils pourraient faire entendre leur voix. Nous arrivons à l’office à l’avance. Joie de se retrouver et s’il y a un inconnu, joie de l’accueillir. L’église bourdonne de conversations. Nous sommes dans la maison du Père, notre maison. Le prêtre se mêle à nous. La messe peut commencer. Claire conduit les enfants, dont trois noirs et une asiatique ; ils portent l’eau, le vin et le pain puis ils s’assoient autour de l’autel. Françoise dirige les chants, Paul puis Monique s’avancent pour les lectures. Hélène tient le calice à côté du prêtre au moment de la communion. Ou Jacqueline ou Pierre ou Renée ou Philippe ou…


LA FOI D’UN HOMME ORDINAIRE

51

Car il y a deux temples qui ne sont pas bâtis de main d’homme : dans le cœur où le Christ me reçoit et dans la communauté autour de Jésus, présent là où deux ou trois sont réunis en son nom.


52

ROBERT KEMPENERS

Pages d’Evangile Une page d’Evangile me touche particulièrement : la parabole de l’enfant prodigue, qui pourrait s’appeler la parabole des deux fils, le fis perdu et le fils qui se croyait parfait. Ou la parabole du Père miséricordieux. Leçon de confiance, d’humilité, de pardon. Et cette phrase : « … car ton frère que voilà était mort et il est revenu à la vie ; il était perdu et il est retrouvé » (Lc 15, 11-32). L’amour sans questions, sans reproches, tourné vers l’avenir. Une page d’Evangile me trouble : la rencontre de Jésus et du jeune homme riche. Et cette phrase : « Le jeune homme s’en alla contristé car il avait de grands biens » (Mt 19, 16-22). Je n’ai pas de grands biens mais je sais à quelle vanité je suis attaché. Il est bien d’autres paroles dans ces pages saintes qui nous interpellent. Celles que l’on connaît et celles que l’on ne cesse de découvrir. Il suffit d’ouvrir les Evangiles au hasard et d’écouter. Chaque page est une conversation avec Dieu.


LA FOI D’UN HOMME ORDINAIRE

Ce que m’a dit une très vieille amie Une très vieille amie me dit : « Il m’arrive de réciter un Notre Père, sans intention, comme ça, pour quelqu’un qui en a besoin. »

53


54

ROBERT KEMPENERS

Sur le pont Mon ami fait la manche sur le pont. Il récolte des fonds de poche, parfois une parole et même un baiser mais aussi des regards détournés, des remarques perfides. S’il reçoit un colis, il le partagera avec un compagnon de galère. Pendant ce temps, sa femme remonte les marches de l’église proche, en entourant de ses bras une dame en pleurs qui vient d’apprendre que son mari a un cancer. Elles s’asseyent dans l’église : la femme pauvre console la dame souffrante. Ce que je sais et qu’ils taisent, c’est que leur fils aîné est paralysé des jambes, incontinent, qu’il est sondé trois fois par jour. Ces faits sont authentiques. Ils réclament des comptes à notre foi.


LA FOI D’UN HOMME ORDINAIRE

55

L’homme parle C’est un privilège de l’homme de mettre des mots sur sa pensée, ses émotions, ses découvertes. Il connaît les paroles qui apaisent, qui rassemblent. Il peut dire : je t’aime, il peut dire : bonjour. La sagesse lui apprend la maîtrise des mots, à se taire quand le silence est préférable à une parole blessante, à l’ironie dévastatrice. Dans le secret de son âme, l’homme parle à Dieu.


56

ROBERT KEMPENERS

Dans le silence de ma chambre La foi est écoute dans le silence de ma chambre, dans le face à face avec le Père qui m’a fait le don de la foi, dans la contemplation hors du temps, avant de retourner dans le temps.


LA FOI D’UN HOMME ORDINAIRE

57

La voie étroite L’athée prétend que la religion console des maux d’ici-bas et nous berce d’illusions sur une mort qui est pourtant inéluctable. La foi est tout autre : loin de nous endormir, elle nous pousse à nous dépasser pour mieux servir la justice et l’amour. La foi n’est pas un chemin facile. C’est l’étroite voie des sommets et le Ciel est sa lumière.


58

ROBERT KEMPENERS

Jeûner Jeûner, s’oublier, partager, parler aux affamés de paroles, écouter les muets, embrasser la différence, inviter à la joie l’isolé, manger avec les pauvres, à l’homme détruit, apporter la paix.


LA FOI D’UN HOMME ORDINAIRE

59

Pardonner Jésus relève la pécheresse car elle a montré beaucoup d’amour. Il est miséricorde pour l’adultère, eau vive pour la Samaritaine. Jésus nous apprend l’humilité qui nous aide à ne pas condamner mais à pardonner jusqu’à soixante-dix fois sept fois. Est-ce si difficile ? Oui. L’homme dit : Il y a des crimes que l’on ne pardonne pas. La femme dit : Que le coupable demande d’abord pardon. Mais leur famille est divisée par un conflit d’héritage aussi violent que dérisoire. Je me tourne vers Dieu. Vais-je en faire un Dieu vengeur, un Dieu qui punit les méchants ? Je me sens nu. J’ai péché en paroles, par dureté, par ironie, par le tort que j’ai fait, par omission. Qui me pardonnera si je ne pardonne pas ?


60

ROBERT KEMPENERS

Ecoute ton frère incroyant Ecoute ton frère incroyant. Il a des leçons à te donner. S’il te blesse là où ton comportement trahit la vérité, la joue que tu lui tends est la reconnaissance de tes faiblesses, la résolution de te corriger. Devant ceux qui t’observent, prends garde d’être un scandale. Chrétien, tu troublerais tes proches. Et tu obscurcirais le chemin de ton frère incroyant.


LA FOI D’UN HOMME ORDINAIRE

61

Le paradoxe de la tentation Le paradoxe de la tentation est de nous faire préférer le mal au bien, l’égoïsme au partage, le pouvoir à la justice. Si ton œil est séduit par l’impureté indigne de toi, tourne-le vers la beauté. La beauté est le visage du bien comme la laideur est le visage du mal.


62

ROBERT KEMPENERS

Se confesser Qui se confesse encore aujourd’hui ? Moi. Difficilement, je l’avoue. Après une période plus ou moins longue d’entêtement. Je préfère mon code personnel à celui de Dieu qui s’estompe dans une certaine indulgence. Il est temps de relire dans l’Evangile de saint Matthieu, les chapitres 5 à 7. Surtout continuer à prier. Un jour enfin, je remonte la rue qui mène à la chapelle des Jésuites. Un Père (ou un grand-père car il n’y a pas de retraite pour le serviteur de la miséricorde) attend. Le local est petit : une table, deux chaises et une paix profonde. Le prêtre écoute, il dit les mots qui libèrent. Dieu pardonne. Alors se passe quelque chose d’extraordinaire. Je redescends la rue porté par une joie qui allège mes pas. Une impression grisante de remise à neuf, l’envie de mieux vivre, qui m’aidera, le jour d’une rechute, à retourner à la source du pardon.


LA FOI D’UN HOMME ORDINAIRE

Définition de l’autre Il est différent, il a ses opinions mais a droit au même respect ; il vient d’un autre pays mais est mon frère en humanité ; il est vêtu d’une autre couleur de peau mais sur le même corps ; il parle une autre langue mais avec la même intelligence ; il a d’autres modes de vie mais le même amour, une autre culture mais le même goût du beau, une autre nourriture mais la même faim, une autre religion mais le même besoin de Dieu.

63


64

ROBERT KEMPENERS

Les mains ouvertes Dire le Notre Père les mains ouvertes pour rendre grâce au Nom de Dieu, pour partager le jour, les joies et les peines, selon le plan d’amour de Dieu, pour donner la paix et le pain, pour accueillir mon frère comme il est, pour pardonner, pour être pardonné, pour recevoir la lumière qui est au-dessus de tout mal. Amen.


LA FOI D’UN HOMME ORDINAIRE

65

Une histoire vraie Ma très vieille amie s’éveille au milieu de la nuit. Un jeune voleur est dans sa chambre. Elle le fait asseoir sur le bord de son lit. Ils parlent. Elle lui apprend qu’il a mieux à faire, qu’il peut être aimé. C’est une histoire vraie ? Oui. Mais enfin ! c’est une folie ! Oui.


66

ROBERT KEMPENERS

Le mariage Comment parler du mariage à des jeunes épris l’un de l’autre au point de vivre ensemble, mais trop attachés à leur propre liberté pour se marier ? En parlant du nôtre. Un lien très fort. — Un lien ? — Une cordée. — Vous avez eu de la chance. — Je n’en suis pas si sûr. Un échange de foi, oui. Un engagement durable et beaucoup d’amour, cette sorte d’amour qui en privilégiant le bonheur de l’autre, n’a cessé de grandir, plongeant de plus en plus profond ses racines. — Un beau roman. — Ce n’est pas ce qu’en disent les Ecritures. Prenez Osée, par exemple. Sa femme, mère de trois enfants, l’a quitté. Mais il continue à l’aimer. Il la reprend. Leur union conjugale deviendra le symbole de l’amour de Dieu pour son peuple et le repas des noces, le symbole du festin du Royaume. — Il y a pourtant des séparations inévitables, des victimes. — Oui. Un échec douloureux qui peut-être aurait été réconciliation si l’on s’était parlé, si les différends se terminaient pour l’un et pour l’autre par un pardon. — Vous retardez ! Nous vivons dans un autre monde. L’homme est libre et la femme indépendante. Nous sommes de la génération de l’Internet, nous construi-


LA FOI D’UN HOMME ORDINAIRE

67

sons notre identité sur un site et Google est notre mémoire. — Gardez-vous d’être de la génération virtuelle ! Ne touchez pas à votre humanité. Raccordez-vous à Dieu. Mes enfants, vous vous aimez. Donnez-vous entièrement l’un à l’autre. Donner, mettez en pratique ce mot admirable. Mariez-vous !


68

ROBERT KEMPENERS

Religion et paix Quand j’entends dire que toute religion porte en elle la violence, je me pose des questions. Je ne peux nier les guerres de religion d’hier et d’aujourd’hui, dues à l’intolérance, à l’aberration d’hommes qui confondent le pouvoir et le Royaume promis aux petits. Ils croient rétablir l’unité par la violence alors que justement l’unité est reconnaissance de l’autre, rencontre entre frères, les bras ouverts. Et c’est possible. Cela s’est réalisé à Assise. Cependant la violence n’est pas le fruit de la religion qui nous relie à Dieu mais le versant noir de l’homme. L’arme du crime est le Mal, à Verdun comme au Proche-Orient, à Hiroshima comme à Bagdad. La paix, Jésus nous la donne : aimer un seul et même Père, aimer son prochain comme soi-même, aimer son ennemi.


LA FOI D’UN HOMME ORDINAIRE

69

Le passeur Un passant sourit. Sans raison apparente. Sinon de communiquer le bonheur d’un instant. Ou de partager dans l’espérance le risque d’exister. Etre ce passeur-là.


70

ROBERT KEMPENERS

L’art et la foi L’art sacré appartient au patrimoine mondial. Mais il n’est pas indispensable à ma foi. J’ai la plus grande admiration pour l’œuvre des artistes et des artisans qui ont dédié à Dieu le dépouillement des églises romanes ou l’envol des cathédrales gothiques. Mais en un temps où les églises sont fermées pour protéger leurs trésors, ce qui élève ma prière ne peut pas être volé. La lumière tombant d’en haut d’une source invisible, sublimée par un vitrail, filtrée par le silence, suffit pour rendre sensible la présence de Dieu.


LA FOI D’UN HOMME ORDINAIRE

71

La souffrance de l’homme Il y a ma souffrance, et celle des autres. La terre entière souffre : populations affamées, exploitées, terrorisées. Populations privées de médicaments, d’hôpitaux ou alors trop chers pour y accéder. Comme tout un chacun je paie mon écot aux humanitaires. Dans le milieu protégé où je vis, la souffrance n’en frappe pas moins les familles jusqu’aux enfants, handicaps, maladies peu connues, maladies lourdes à porter. La souffrance est mal partagée. A ses dégâts s’ajoute un sentiment d’injustice. Dieu n’est pourtant pas responsable d’un ulcère à l’estomac ou d’une fracture de la hanche. J’ai longtemps échappé aux épreuves graves. Insouciant puis vaguement gêné. Soudain j’ai été frappé coup sur coup. Ma prière pour que Jésus accompagne mon ami René, un cancéreux, Jacques, un grand cardiaque, est devenue : « Jésus, accompagne-nous. » J’ai découvert l’infirmière de nuit, entrant, lumineuse, dans la détresse de ma chambre, le chirurgien se penchant un jour de Pâques radieux, sur ma misère prisonnière de la perfusion, du drain, de la sonde. J’admire les combattants modestes ou savants de la maladie. J’admire le courage des résistants, sans oublier ceux qui s’effondrent.


72

ROBERT KEMPENERS

La prière de ceux qui l’aiment est comme une brise sur le front de l’homme souffrant. L’invitation de Jésus à porter ma croix pour le suivre m’a longtemps choqué. Aujourd’hui, la souffrance me révèle ma faiblesse, mes vanités. Suivre Jésus, c’est porter son amour aux malades, leur rendre visite, tenir la main du mourant. Que vienne au secours de notre impuissance, l’innocence crucifiée au Golgotha.


LA FOI D’UN HOMME ORDINAIRE

73

Les priants J’ai vu une foule immense de priants. Un murmure montait comme un encens des quatre horizons. Une multitude de paroles avaient les couleurs d’une multitude de langues. Et je ne savais plus si je priais à mes intentions ou avec mes frères aux intentions de l’humanité.


74

ROBERT KEMPENERS

En présence de Dieu Ce n’est pas un homme renversé qui adore Dieu. Ce n’est pas un homme douloureux. C’est un homme libéré. Lorsque perce un rayon de silence, l’homme s’arrête. Il se met en présence de Dieu. « Pardon, Seigneur. Merci. Me voici »


LA FOI D’UN HOMME ORDINAIRE

Le mot de passe Aimer est le mot de passe du Royaume.

75


Table des matières

Avant-propos ..........................................................................9 Un homme ordinaire ..........................................................11 Dieu est lumière ..................................................................13 L’action de grâce ................................................................14 L’esprit de Dieu....................................................................15 L’humilité ............................................................................16 L’Homme-Dieu ....................................................................17 Transfiguration....................................................................18 La foi ....................................................................................19 Croire en l’homme ..............................................................20 L’intelligence et la liberté....................................................21 Rendez-vous au paradis ....................................................22 La foule................................................................................24 La parole..............................................................................25 Libération ............................................................................26 Le père ................................................................................27 Le Credo ..............................................................................28 Noël......................................................................................29 Marie....................................................................................30 Mouvement et retournement ............................................31 Difficulté de la foi ................................................................32 La souffrance de Dieu ........................................................33 Les miracles ........................................................................34 L’Eucharistie ........................................................................35 Jésus est ressuscité ! ..........................................................36 La résurrection de la chair..................................................37 Le don de Dieu ....................................................................38 La Trinité ............................................................................39 La vie ..................................................................................40 Jésus et les enfants..............................................................41 L’éternité..............................................................................42 L’enfer ..................................................................................43 La communauté des saints ................................................44


78

ROBERT KEMPENERS

Ce qu’est devenue ma foi ..................................................45 Conversation avec un agnostique......................................46 Nous sommes l’Eglise ........................................................47 Le célibat des prêtres ..........................................................48 Parole de Dieu ....................................................................49 Je suis pratiquant ................................................................50 Pages d’Evangile ................................................................52 Ce que m’a dit une très vieille amie ..................................53 Sur le pont ..........................................................................54 L’homme parle ....................................................................55 Dans le silence de ma chambre ........................................56 La voie étroite ....................................................................57 Jeûner ..................................................................................58 Pardonner............................................................................59 Ecoute ton frère incroyant..................................................60 Le paradoxe de la tentation................................................61 Se confesser ........................................................................62 Définition de l’autre ............................................................63 Les mains ouvertes ............................................................64 Une histoire vraie................................................................65 Le mariage ..........................................................................66 Religion et paix ..................................................................68 Le passeur ..........................................................................69 L’art et la foi ........................................................................70 La souffrance de l’homme ..................................................71 Les priants ..........................................................................73 En présence de Dieu ..........................................................74 Le mot de passe ..................................................................75 Table des matières ..............................................................77


Achevé d’imprimer le 18 avril 2008 par IPEX Digital Solutions, à 1480 Saintes (Belgique)


La foi d’un homme ordinaire Collection

A fleur d’Ecriture

1. Dans la tiédeur du crépuscule Philippe Wilmart

Robert Kempeners

A fleur d’Ecriture

A fleur d’Ecriture

J’aurais aimé écrire la foi des petits, leur humble certitude, celle qui a émerveillé Jésus parce qu’elle inventait les paroles et les gestes d’une entière confiance.

Afleurd’Ecriture, une collection dédiée au bonheur de l’écriture face au choc de l’Ecriture… Des textes courts et denses, beaux et forts, qui font toute la place aux émotions, aux engagements, aux questionnements d’un être humain unique qui reçoit et s’approprie une Parole qui lui est destinée de tout temps. A fleur d’Ecriture, c’est toute l’expérience humaine face à Dieu qui se lit et qui se dit dans quelques mots choisis.

2. Les Petits selon l’Evangile

Robert Kempeners

Robert Kempeners est fonctionnaire retraité, aquarelliste à ses heures. Il a longtemps été engagé dans l’apostolat en milieu administratif.

La foi d’un homme ordinaire

Mais je ne suis qu’un homme ordinaire…

Robert Kempeners

La foi d’un homme ordinaire

ISBN 978-2-87356-401-8 Prix TTC : 9,95 €

9 782873 564018

Editions fidélité 7, rue Blondeau BE-5000 Namur Belgique

fidélité

Robert Kempeners

3. La foi d’un homme ordinaire


La foi d'un homme ordinaire  

J’aurais aimé écrire la foi des petits, leur humble certitude, celle qui a émerveillé Jésus parce qu’elle inventait les paroles et les geste...

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you