Issuu on Google+

Johannes Maria Steinke Prier n’est pas d’abord un exercice de relaxa-

Extérieurement, c’est peut-être le silence, mais en

dans la région du Bas-Rhin en

tion. Prier, c’est vivre, c’est construire une rela-

moi, cela crie.

1974. Après son service militaire, il passe un an et demi en France

tion avec Dieu.

et en Afrique Centrale comme vo-

Pour apprendre à prier, il faut s’y essayer. Ce

lontaire pour la Mission. En 1996,

livre est une invitation à faire ses propres expé-

il commence des études de théo-

riences. Il initie à différentes manières de prier,

logie en passant un an en Autriche, puis deux années à Rome. En 1999, il entre dans l’ordre des jésuites. En 2004, il obtient la maîtrise en philosophie à la Hochschule für Philosophie, à Munich. Il collabore à la radio bavaroise et il est rédacteur de la revue

donne des pistes concrètes. Il puise abondamment dans la tradition des jésuites : être contemplatif dans l’action. Petit à petit, la prière envahit la vie et la vie devient prière.

J’aimerais tant prier

Johannes Maria Steinke est né

Johannes Maria Steinke

J’aimerais tant prier

Il faut du temps à l’âme pour s’apaiser. Peu à peu le défilé d’images et de pensées ralentit. Si je supporte le silence, j’entre en contact avec moimême. Des choses cachées et refoulées viennent à la surface. Des désirs s’éveillent. Grâce au silence, mon intériorité vient au jour. Je me retrouve. Je me recentre. Si je persévère encore davantage dans le silence, il

Jesuiten. Actuellement, il travaille dans la pastorale

se peut que je découvre progressivement une pré-

des jeunes et des jeunes adultes à Francfort-sur-

sence cachée et que je pressente que quelqu’un est

Main.

là, qui me porte et est proche de moi. L’expérience du silence me permet de rencontrer en vérité et moimême, et Dieu. ISBN 978-2-87356-372-1 Prix TTC : 9,95 €

9 782873 563721


Johannes Maria Steinke J’aimerais tant prier


Johannes Maria Steinke

J’aimerais tant prier


À mon père

© pour l’édition originale en allemand : Verlag Herder Freiburg im Breisgau, 2004 Titre original : Wie beten geht www.herder.de Tous droits réservés Gestaltung : Finken & Bumiller Photographies couverture et intérieur : Volker Derlath, Munich © pour l’édition française : Editions Fidélité • 61, rue de Bruxelles • BE-5000 Namur • Belgique ISBN 978-2-87356-372-1 Dépôt légal : D/2007/4323/12 Maquette originale : Verlag Herder Freiburg Traduction : Jacques Weishaupt, s.j. Mise en page : Jean-Marie Schwartz Direction éditoriale : Charles Delhez, s.j. Imprimé en Belgique


Une invitation Chère Lectrice, Cher Lecteur, Ce livre voudrait t’inviter à interrompre ta routine quotidienne, à te recueillir un moment et à oser une expérience qui t’est peut-être encore quelque peu inhabituelle : la prière. Prier est quelque chose de particulier. Le goût en est original et l’impact très spécial. On ne peut cependant le découvrir qu’en essayant soi-même : ce livre n’est donc pas un ouvrage sur la prière, mais une invitation à prier. « Pourquoi prier ? », demanderas-tu sans doute. Une première réponse serait : la prière contribue à maîtriser le quotidien, permet de trouver son centre névralgique, détend, soutient en cas de difficultés… Mais prier signifie bien davantage : c’est entrer en relation. Cette relation, tu en découvriras le sens par toi-même. Prier ne s’apprend qu’en l’essayant.

5


Bien sûr, il faut aussi être aidé et conseillé. Tel est le but du présent ouvrage. Mais ce qui est décisif, c’est que tu te réserves du temps pour interrompre le train-train quotidien et que tu te mettes tout simplement à prier. La première partie du livre présente les démarches fondamentales de la prière. La deuxième introduit à différentes manières de prier qui se sont révélées porteuses. Sous les termes de Concrètement ou Prière concrète, tu trouveras chaque fois des invitations pratiques à propos des thèmes particuliers. Tu pourras, à partir de ces différentes propositions, choisir les aides à la prière qui te parlent le plus : essaie-les ! Ne crains pas de prier à plusieurs reprises de cette façon, car l’effet ne se fait souvent sentir qu’après un certain temps. Et si tu te sens bien dans une façon particulière de prier, continue tout simplement à prier de cette manière. La troisième partie du livre contient des textes de prières et indique des publications en ligne, ainsi que des lectures d’approfondissement. 6


Ces invitations à la prière ainsi que ces manières de prier trouvent leur origine dans la spiritualité des jésuites et dans l’expérience de leur fondateur, Ignace de Loyola (1491-1556). C’est une spiritualité ancrée dans la vie et liée à l’expérience. L’objectif n’est pas du tout de fuir le monde. Bien au contraire, il s’agit de découvrir personnellement sa voie propre dans la vie et à apprendre à chercher et à trouver Dieu en toutes choses.

7


Peu de gens pressentent ce que Dieu réaliserait avec eux s’ils se laissaient guider par Lui sans hésitation. Ignace de Loyola


Prier


Interrompre


Interrompre C’est dur, parfois, d’interrompre le train-train quotidien : le patron appelle, le téléphone sonne, les enfants crient, le stress envahit, le flot des événements semble ne jamais s’interrompre et les soucis quotidiens s’accumulent. Celui qui s’interrompt, celui qui se permet quelques minutes de silence échappe à cette logique, à ce tourbillon, il reprend ses esprits. Les humains que nous sommes ont besoin de temps de respiration, d’interruptions. Il nous faut des lieux qui nous permettent de respirer plus profondément et de renouer le contact avec soimême. Nous y trouvons de l’oxygène et nous pouvons nous remettre à la tâche, autrement. La beauté d’un paysage ne se révèle qu’à un spectateur paisible, à quelqu’un qui interrompt sa marche et qui prend le temps de laisser son regard se promener. Il en va de même pour notre « paysage existentiel » : il ne va se révéler qu’à ces moments de retenue, d’interruption. Le regard paisible 13


et contemplatif posé sur soi-même et sur sa propre vie ouvre de nouvelles perspectives et chasse les illusions. À celui qui s’interrompt se révèle une autre dimension de la réalité, inaperçue jusque-là. L’ancien s’offre sous une nouvelle lumière, du neuf apparaît. Un univers relationnel se laisse deviner. En s’interrompant, l’être humain sent confusément quelque chose du tout de la réalité.

14


Concrètement Ferme les yeux pendant deux minutes. Détends-toi. Fais attention à ton corps. Sens tes mains, tes bras et tes jambes. Ensuite, fais attention à ta respiration et suis attentivement la façon dont elle va et vient. Reste ainsi un moment. Ferme les yeux et détends-toi. Quels sont les sentiments qui montent en toi ? Reste un moment avec ces sentiments. Prends le temps nécessaire. Offre-toi des petites pauses dans la vie quotidienne : avant de commencer une nouvelle activité, en chemin, en fumant, ou en buvant un café… Arrête-toi un instant et demande-toi : que suis-je en train de faire ? pourquoi fais-je cela ?

15


Avec les mots de la Bible

Il y a un moment pour tout. Un temps pour chaque chose sous le ciel : un temps pour arracher un temps pour construire, un temps pour pleurer et un temps pour rire, un temps pour gĂŠmir

16


et un temps pour danser, un temps pour chercher et un temps pour perdre, un temps pour garder et un temps pour jeter, un temps pour se taire et un temps pour parler. QohĂŠlet, chapitre 3

17


Silence


Silence Le silence est source de vie nouvelle. Dans l’expérience du silence, je me rencontre moi-même et je découvre Dieu. Il n’est cependant pas toujours simple de faire silence : les oreilles résonnent encore du bruit de la vie courante, les pensées préoccupent, les images se succèdent, nombreuses, les soucis et les besoins pressent. Extérieurement, c’est peut-être le silence, mais en moi, cela crie toujours. L’âme oscille comme un pendule. Elle a besoin de temps pour faire silence. Peu à peu, le défilé d’images et de pensées ralentit. Même s’il reste encore un certain bruit de fond, une paix intérieure gagne tout l’être — et il se peut même qu’une certaine peur du vide et de l’inconnu se mette à m’habiter. Si je supporte le silence et le vide jusqu’au bout et si je ne fuis pas dans les rêveries et les jeux de l’esprit, je vais entrer en contact avec moi-même. Des choses cachées et refoulées vont venir à la surface. 21


Des désirs s’éveillent. Grâce au silence, mon intériorité vient au jour. Je me rencontre tel que je suis, et je me retrouve au centre de ma personne. Si je persévère encore davantage dans le silence, il se peut que je découvre progressivement une présence cachée et que je pressente que quelqu’un est là, qui me porte et est proche de moi. L’expérience du silence me permet de rencontrer en vérité et moimême, et Dieu.

22


Concrètement Accorde-toi cinq minutes de silence : débranche ton portable, éteins la radio ou la télévision. Ferme la porte. Laisse venir tout ce qui advient — pensées, sentiments… — mais ne les retient pas. Ne rumine pas. Contente-toi simplement d’être là. Rends-toi à un endroit que tu aimes. Là, donne-toi le temps : essaie de supporter le silence. Écoute, regarde. Laisse un moment tes plans et tes préoccupations de côté. Sois simplement là, attentif. Les lieux de silence sont des lieux de force. Rejoins-les souvent : un banc isolé dans le parc, un point de vue, une église dans le quartier…

23


Avec les mots de la Bible

Je tiens mon âme égale et silencieuse ; mon âme est en moi comme un enfant, comme un petit enfant contre sa mère. Du psaume 130

24


Quand Jésus eut renvoyé les foules, il se rendit dans la montagne, à l’écart, pour prier. Le soir venu, il était là, seul. Évangile selon saint Matthieu, chapitre 14

25


Remercier


Remercier Prier, c’est être invité, pour un moment, à prendre distance par rapport aux problèmes et aux soucis présents et à regarder plus largement l’ensemble de ma vie. Dire merci en toute lucidité le permet. En remerciant, je vois le positif et la vie prend couleur et forme. Pour pouvoir dire merci, il faut que je sois attentif. L’attention me permet de découvrir dans ma vie ce qui est beau et ce qui réussit. Je remarque les petits détails et je perçois ce qui se cache derrière la grâce ou le sourire d’autrui qui semble me dire : « Je t’aime bien. Tu as de la valeur pour moi. » Sentir la sympathie d’autrui me rend heureux. J’y trouve la force pour me risquer à sortir de ma forteresse, pour m’ouvrir et partager avec lui. En être reconnaissant réjouit les autres et renforce les relations. Il en va de même dans la prière. Quand je me mets à dire merci et que je suis attentif aux traces de Dieu dans ma vie, je sens soudain les nombreux petits signes de la délicatesse de Dieu à mon égard : 29


dans la nature si belle, dans mon travail quotidien, dans mes relations privilégiées, dans la présence des autres… Cette attention me permet de découvrir toujours plus la nouveauté de Dieu. Lorsque je remercie explicitement, je découvre toujours davantage que Dieu m’aime et que je compte pour lui. Ainsi, la gratitude constitue le fondement d’une relation aimante à Dieu.

30


Concrètement Prends quelques minutes. Examine les deux ou trois derniers jours : rappelle-toi les belles expériences, les événements qui t’ont rendu joyeux. Quels sentiments cela éveille-t-il encore en toi ? Parles-en avec Dieu, exprime ton merci. Examine maintenant ta vie : nomme (au moins) cinq qualités, compétences ou talents que tu y découvres. Réjouis-t’en. Exprime ta reconnaissance. Dis merci à Dieu. Y a-t-il quelqu’un dans ta vie pour qui tu éprouves de la sympathie ou de l’amour ? Laisse monter la joie en toi et dis merci à Dieu pour cette personne.

31


Avec les mots de la Bible

Je te dis merci de m’avoir si merveilleusement créé. Je sais : admirables sont toutes tes œuvres. Du psaume 138

32


Mon âme chante le Seigneur, mon esprit éclate de joie en Dieu mon Sauveur. Le Puissant fit pour moi des merveilles ; Saint est son nom ! Évangile selon saint Luc, chapitre 1

33


Prier


36


Prier Dans la prière, je peux être libéré de tout ce qui m’accable : les difficultés de la vie professionnelle, les problèmes familiaux, les inquiétudes quant à l’avenir… Dieu écoute. Il a du temps pour moi, il est là pour moi. La prière est le lieu où je peux parler ouvertement. Il n’y a rien qui ne puisse être abordé dans la prière. Dieu nous invite expressément à lui partager nos soucis et à lui demander son aide. Appeler quelqu’un à l’aide demande de surmonter des réticences. Comment va-t-il réagir ? Va-t-il refuser ? Ne va-t-il pas se moquer de moi ou se servir de ma faiblesse ? Demander, c’est faire confiance. Ce n’est que dans une relation de pleine confiance que je peux risquer une demande et me montrer tel que je suis. Notre relation à Dieu est de cette veine. Nous pouvons nous mettre à nu devant lui, lui exprimer nos demandes. Plus nous nous confions à lui, plus sa présence se fera sentir concrètement, tout comme sa réponse à notre prière. 37


Ce qui transforme le monde, ce n’est pas seulement notre action mais aussi notre prière, qui est une action d’une nature différente : elle met Dieu en jeu. La demande est une manière de changer le monde. Mais nous sommes également transformés nous-mêmes lorsque nous nous mettons à exprimer des demandes. Nous devenons plus sensibles et plus attentifs : nous remarquons les besoins et les problèmes d’autrui et nous apprenons à voir et à formuler nos propres souhaits et désirs. « Que veux-tu que je fasse pour toi ? », c’est la question que Jésus te pose aujourd’hui encore. Qu’estce que je voudrais que Jésus fasse pour moi ? — Exprime-lui donc ta demande !

38


Concrètement Libère quelques minutes de ton temps. Interroge-toi : pour le moment, qu’as-tu sur le cœur ? Quel est ton souci ? Tourne-toi vers Dieu. Parle-lui et exprime-lui tes demandes. Sois attentif à ce qui se passe en toi : quel est ton désir profond ? Qu’espères-tu du fond du cœur ? Parles-en avec Dieu, demande-lui son aide. Réfléchis à la manière dont tu veux t’adresser à Dieu. Comment vas-tu le nommer très personnellement : Seigneur, mon Dieu, Père, Abba (comme Jésus), Éternel, Tout-puissant Seigneur, Dieu d’Amour, Sagesse, Vérité, Jésus, Christ, Ami, Frère, Maître… ?

39


Avec les mots de la Bible

Des profondeurs je crie vers toi, Seigneur : Entends ma voix ! Tourne vers moi ton oreille, entends le cri de ma plainte ! Du psaume 130

40


Demandez, cela vous sera donné ; cherchez, et vous trouverez ; frappez, et l’on vous ouvrira. Car qui demande recevra ; qui cherche trouve ; et à qui frappe on ouvrira. Évangile selon saint Matthieu, chapitre 7

41


Amen


Amen Amen est un mot hébreu qui signifie « qu’il en soit ainsi ». Je m’y arrête. C’est bien ce que je veux dire. C’est avec ce mot que se termine toute prière orale. Amen n’est cependant pas que la fin d’une prière. L’amen souligne le sérieux de ma prière et donne force à mon merci ou à ma demande. L’amen n’est pas le point final d’un monologue priant. Au contraire, c’est la conclusion d’un échange. Sans doute, dans ma prière, j’exprime clairement mes joies, mes besoins et mes intentions, mais ce qui est important, c’est de laisser Dieu s’exprimer. Ce qui compte, c’est l’attitude d’ouverture par laquelle on laisse Dieu se révéler, et en même temps, la disponibilité à l’écouter : voilà ce qui est décisif quand on prie. Avec l’amen, c’est un dialogue qui se conclut, puisque la prière est une rencontre.

45


Concrètement Celui qui dit : « Amen ! » affirme avec force : Dieu existe ! À méditer : que signifie Dieu dans ta vie ? Quelle place veux-tu lui faire ? Prends du temps et réfléchis à ceci : qu’est-ce qui est important pour toi au point de t’y investir entièrement ? Y a-t-il quelque chose pour quoi tu serais prêt à risquer ta vie ? Attarde-toi sur ce point et parles-en avec Dieu. Réfléchis à ta propre personne et médite quelques minutes avec les mots suivants : Merci d’exister. Merci d’être comme je suis. Merci pour tout ce qui peut encore grandir en moi. Comment te sens-tu maintenant ? Parles-en avec Dieu.

46


Avec les paroles de la Bible

Que votre oui soit oui, que votre non soit non ; tout le reste vient du mauvais. Évangile selon saint Matthieu, chapitre 5

47


Ce n’est pas de beaucoup savoir qui rassasie et apaise l’âme, mais de sentir et d’apprécier les choses intérieurement. Ignace de Loyola


Manières de prier


Expérimenter Interrompre, faire silence, remercier, demander, amen : voilà les expressions fondamentales de la prière. Elles forment, dans l’ordre, la structure de base d’une prière. Or, cette structure peut se réaliser de façon différente selon les situations de vie et les circonstances. C’est à partir de cette multiplicité de possibilités qu’au cours des siècles des formes particulièrement fécondes de prière se sont développées. En voici quelques-unes. Les manières de prier sélectionnées ici proviennent de la tradition spirituelle des jésuites (et de plus loin qu’elle). Il s’agit de formes qui ont fait leurs preuves dans la vie quotidienne et qui en ont aidé beaucoup. Essaie d’en pratiquer l’une ou l’autre. Peu à peu, tu sentiras par toi-même quelle manière de prier te convient le mieux et t’aide le plus à vivre la prière.

51


Panorama

La relecture de la journée reflète la vie courante et permet de découvrir les traces de Dieu dans le quotidien.

La prière de la personne très occupée offre la possibilité d’entrer en contact avec Dieu « en passant ».

La prière de la respiration a un caractère très méditatif et implique tout particulièrement le corps.

La méditation de la Bible fait mieux connaître la personne de Jésus.

La journée de désert rend possible des temps d’approfondissement et de réorientation.

52


Conseil Quand tu t’essaies à l’une de ces manières de prier, répète-la sans hésiter plusieurs fois, même si, la première fois, tu n’y as pas trouvé de goût. La plupart ne révèlent leur efficacité et leur profondeur qu’après un certain temps. Cela vaut la peine d’être patient. À la fin de cette deuxième partie, tu trouveras d’autres conseils pour t’aider dans la prière et pour résoudre l’une ou l’autre difficulté. N’hésite pas à les parcourir.

53


Relecture de la journĂŠe


Relecture de la journée La relecture de la journée est le moment clé de chaque jour. Le soir ou à un autre moment fixe, je m’arrête et je jette un regard sur ma journée : que s’y est-il passé ? qui ai-je rencontré ? quels sentiments ai-je éprouvés ? Si je me donne chaque jour ce moment d’interruption, je découvre que mon vécu quotidien est plus coloré et plus riche que je ne le crois. La relecture de la journée éduque le regard à la perception des détails et contribue à y reconnaître des traces de Dieu. Cette relecture est un temps durant lequel je peux prendre une distance intérieure et retrouver ce qui compte vraiment dans ma vie. Elle m’aide, comme rupture et comme évaluation de la vie courante, à trouver mon orientation et à reprendre mon cheminement personnel.

56


La relecture de la journée commence par le merci. Elle permet de se remémorer les choses belles et réussies de la journée et invite à s’en réjouir. Partant de cette vue positive de la vie, je tourne mon regard vers moi-même, honnêtement et avec sympathie. Les côtés sombres y ont leur place, tout comme ce qui est positif, car tout cela fait partie de ma vie personnelle : ce qui est bien et ce qui est lumineux, tout comme ce qui est lourd et obscur. J’en parle avec Dieu et je lui confie tout. Je demande son aide ou son pardon. Après la relecture vient, pour terminer, le regard prospectif. Je considère la journée suivante et je vais à sa rencontre paisiblement et en toute confiance.

57


La prière, concrètement RELECTURE DE LA JOURNÉE

Réserve 10 à 15 minutes de ton temps. Cherche un endroit où tu ne seras pas dérangé. Entre dans la paix. LES CINQ ÉTAPES DE LA RELECTURE DE LA JOURNÉE

Remercie pour tout ce qui a été beau et bon dans la journée. Prends suffisamment de temps. Demande à Dieu de pouvoir t’examiner toimême ainsi que ta journée en toute sincérité. Parcours l’ensemble de la journée, heure par heure. Remémore-toi tes activités, tes rencontres, tes sentiments et tes pensées. Sois attentif à ce qui a été bon et à ce qui a été mauvais, et apprends à bien distinguer l’un de l’autre.

58


Remercie pour tout ce qui a été bon et réussi, et demande pardon à Dieu pour ce qui a été obscur et destructeur. Tourne ton regard vers le lendemain. Réfléchis à tes projets et confie à Dieu tes espoirs et tes inquiétudes. Termine par un « Notre Père ».

59


Variantes

Dans ta prière, concentre-toi uniquement sur une situation importante de la journée. Elle peut t’avoir touché spécialement ou elle te préoccupe encore maintenant. Revis-la intensément. Parlesen avec Dieu. En l’examinant en détail, il se peut que cela se clarifie et devienne plus intelligible.

• • •

Autres formes de relecture de la journée : - écrire un journal intime ; - dialoguer, le soir, avec ton conjoint ou avec un ami, à propos de la journée. Racontez-vous ce que vous avez ressenti dans la journée et ce qui vous a inspirés.

60


Prier sans avoir le temps


Prier sans avoir le temps Quand on a de tout jeunes enfants, lorsqu’on doit beaucoup voyager ou qu’on a une vie professionnelle stressante, il est difficile de trouver de longs temps de prière. On souhaite prier, mais cela ne semble pas toujours possible. Cependant, pas besoin de beaucoup de temps pour entrer en contact avec Dieu. Un bref regard tourné vers le ciel ou une minute de silence suffisent bien souvent. Dieu connaît notre vécu et sait apprécier nos petits gestes d’attention. Voici donc une proposition de prière pour gens très occupés : profite des petites pauses naturelles qui jalonnent la journée. C’est là que tu es invité à prier ! Durant la journée, il y a régulièrement des petits moments où l’on tourne à vide : le retour du travail ou des courses en voiture, la marche vers la station de métro, vers la photocopieuse ou en revenant des toilettes, les minutes dans la salle d’attente, la pause ci-

62


garette, le temps de mise en marche de l’ordinateur… Tu seras étonné de découvrir le nombre de minipauses dans ta journée. Sers-toi de tel ou tel petit espace de ton horaire pour une courte prière spontanée, pour un soupir priant, ou un moment durant lequel tu fais attention à la manière dont le regard aimant de Dieu repose sur toi. Tu verras : la journée se passera différemment.

63


Concrètement La prière spontanée : il s’agit d’une prière brève, formulée librement, qui résume en quelques mots ta demande ou ton merci, par exemple : « Seigneur, aide-moi ! », « Mon Dieu, comme c’était chouette », « Seigneur, soutiensmoi ! », « Merci ! » Le soupir réfléchi : mets toute ta sensibilité dans un soupir en exprimant ce qui t’anime. Transforme ce soupir en prière en te tournant consciemment vers Dieu. Le regard de Dieu : arrête-toi un bref instant. Essaie alors brièvement de percevoir la présence de Dieu. Imagine la manière dont il te regarde. Sens combien le regard qu’il pose sur toi est bienveillant et aimant.

64


Autres pistes pour prier quand on manque de temps

Prier en lisant les journaux ou en regardant le journal télévisé. Prends attentivement connaissance de ce qui se passe. Laisse les événements te toucher en profondeur. Tourne-toi intérieurement vers Dieu. Demande de pouvoir faire la distinction entre vérité et mensonge, entre ce qui est important et ce qui ne l’est pas. Prie pour les personnes concernées. Exprime ta plainte. Demande à Dieu ce qu’il en pense. Confie-lui tout.

Prier avec son agenda. Prends une fois par semaine, par exemple le lundi, ton agenda et parcours les rendez-vous : qui vas-tu rencontrer ? que vas-tu devoir faire ? Vois les sentiments qui t’animent à cette lecture : plaisir anticipé, souci, incertitude, ras-le-bol… Parle avec Dieu de tout ce qui t’anime. Parle-lui de tes craintes ou de tes attentes. Discute avec 65


lui de ta semaine. En regardant de cette façon les rendez-vous, tu remarqueras que tu les aborderas assez différemment. Ainsi, pour les rendezvous plus délicats, tu seras plus paisible et mieux préparé.

66


Prier avec la respiration


Prier avec la respiration Ce n’est que lorsque la respiration vient à manquer qu’on la remarque. Avec les battements du cœur, elle détermine notre rythme corporel. Depuis toujours, le souffle est le signe de la vie et de l’esprit. Sans doute pouvons-nous l’influencer, mais nous ne pouvons pas le contrôler entièrement. Il entre et sort de nous sans arrêt. Il peut donc, en tant que rythme fondamental de la vie, contribuer à notre pacification et à notre concentration. Beaucoup de traditions spirituelles se servent de l’effet pacifiant de la respiration : si j’y fais attention, elle me met en contact avec moimême et m’oriente en même temps au-delà de moi-même. C’est précisément dans le stress de la vie courante que cette prière convient bien. Elle détend et me permet de me retrouver en profondeur.

68


Concrètement PRIER SELON LE RYTHME DE LA RESPIRATION

Réserve-toi 10 à 15 minutes et apaise-toi. Fais attention à ta respiration, à la façon dont elle vient et va. Sur le rythme de ta respiration, récite ensuite, mot après mot, une des prières connues : le « Notre Père », le « Je vous salue Marie », le « Gloire au Père », ou encore un chant religieux que tu aimes… Quand tu as terminé la prière, continue avec une autre ou reprends la même. Tu peux faire attention à divers aspects : - le sens du mot que tu es en train de prononcer, - la personne à qui tu t’adresses, - ton attitude vis-à-vis de Dieu.

69


Variantes

Au moment de l’expiration, dis « oui » et laisse cela résonner en toi lors de l’inspiration.

Au moment de l’expiration, dis « toi », et lors de l’inspiration, dis « moi ».

Au moment de l’expiration, dis « Jésus », et lors de l’inspiration, dis « Christ ».

Attention : il faut que tu décides avant le début de la prière la manière dont tu souhaites prier. Ne change pas durant la prière. L’effet de la prière ne se fait sentir qu’après un temps long. Sois patient !

70


Méditation de l’Écriture


Méditation de l’Écriture La méditation de l’Écriture est la confrontation priante avec la Bible. L’Écriture Sainte est particulièrement intéressante parce que, dans le Nouveau Testament, elle nous parle de Jésus, le cœur du christianisme. Jésus de Nazareth a dû être une personnalité extrêmement fascinante. Ses paroles et ses actions ont attiré et enthousiasmé les hommes jusqu’à nos jours. Dans la méditation de l’Écriture, quelque chose de cette fascination originelle est encore perceptible. La lecture priante de la Bible rend la figure de Jésus familière et invite à le rencontrer plus en profondeur. La méditation de l’Écriture est une forme de prière qui mobilise toutes les dimensions et facultés humaines : je me représente par l’imagination les scènes de l’Évangile, par exemple les disciples lors de la tempête sur le lac (voir le texte et l’explication dans les pages suivantes). Je me transporte dans la situation et je la vis avec mon regard intérieur. 72


Ainsi, j’y participe de l’intérieur : je vois la peur des disciples et je sens leur impuissance. Les sentiments s’éveillent, ainsi que les désirs. Je mets en question et je suis mis en question par des affirmations inattendues. À la suite de tous ces mouvements intérieurs, j’entre en dialogue avec Dieu et je rencontre Jésus d’une manière nouvelle. Pour beaucoup, la Bible est relativement mal connue et son langage est peu familier. La grande distance dans le temps et une culture éloignée en rendent l’accès malaisé. Pourtant, cela vaut la peine d’ouvrir ce livre. Les textes, au premier abord rébarbatifs, cachent une grande profondeur. Les fréquenter nous mène à la rencontre avec Dieu.

73


Premiers pas avec la Bible

La Bible comme roman : Trouve-toi une Bible, éventuellement en édition de poche pour tes déplacements. Choisis l’un des quatre évangiles et lis-le d’un seul coup, comme un roman. Tu peux éventuellement prendre l’évangile selon Marc, c’est le plus bref ; ou celui de Luc, un peu plus long, avec plus de détails. Cela ne te coûtera pas beaucoup de temps, car tous les évangiles sont relativement courts.

La Bible comme texte de méditation : Tu peux aussi prendre la Bible pour la méditer. Cela signifie que tu vas lire lentement un récit et t’arrêter partout où le texte te parle. Laisse ce passage résonner en toi. Quand tu te sens rassasié, continue ta lecture.

74


Concrètement MÉDITATION DE L’ÉCRITURE

Réserve-toi 30 minutes. LA PRÉPARATION

Choisis un récit de l’évangile (par exemple : Matthieu, chapitre 8, versets 23 à 27). Divise ce récit en trois parties, par exemple : 1) Comme Jésus montait dans la barque, ses disciples le suivirent. Et voilà que la mer s’agita violemment, au point que la barque était recouverte par les vagues. Mais lui dormait. 2) Ses compagnons s’approchèrent et le réveillèrent en disant : « Seigneur, sauve-nous ! Nous sommes perdus. » Mais il leur dit : « Pourquoi avoir peur, hommes de peu de foi ? » Alors, debout, Jésus interpella vivement les vents et la mer, et il se fit un grand calme.

75


3) Les gens furent saisis d’étonnement et disaient : « Quel est donc celui-ci, pour que même les vents et la mer lui obéissent ? » Apaise-toi. Commence la prière et demande à Dieu de pouvoir être bien attentif. Représente-toi le lieu du récit : à quoi ressemble le lac, et le bateau ? Quelle heure peut-il bien être ? Combien de disciples sont présents ? Comment sont-ils habillés ? … Exprime à Dieu ton désir, par exemple mieux connaître Jésus ou mieux comprendre sa volonté profonde.

76


LA MÉDITATION

C’est la partie la plus longue de la prière. Médite la première partie du récit. Parcours le texte d’Écriture phrase par phrase et essaie de te le représenter visuellement. Mets-toi à la place des personnages : la tempête fait rage, ils risquent de périr. Que ressentent et que disent les personnes dans le bateau ? Que pensentelles de Jésus qui est en train de dormir ? Concentre-toi sur l’événement. Comment aurais-tu réagi dans pareille situation ? Arrête-toi aux passages qui te parlent ou qui te font difficulté. Demande-toi ce que le texte veut te dire. Lorsque tu as revécu l’expérience de la première partie du récit, passe de la même façon à la deuxième puis à la troisième partie.

77


LE COLLOQUE

Pendant les cinq dernières minutes de ton temps de prière, parle directement à Dieu. C’est le « colloque ». Entre en conversation avec Dieu ou avec Jésus. Aborde les points qui t’ont touché durant la méditation : peut-être connais-tu aussi des tempêtes dans ta vie. Ou as-tu aussi été sauvé par quelqu’un à un moment donné. Peut-être aussi ne peux-tu pas comprendre pourquoi Jésus dormait dans une telle situation, etc. Parle-lui de tes désirs. Remercie, plains-toi, exprime une demande, selon le cas. Essaie de parler à Dieu avec des mots qui viennent du cœur. Termine la prière par un « Notre Père ».

78


L’ÉVALUATION

Après le temps de prière, examines-en le déroulement. Remémore-toi ce que tu as vécu et ce qui résonne encore en toi de ton expérience priante. Tu peux peut-être noter l’une ou l’autre chose.

79


Autres textes pour s’initier

L’appel des premiers disciples Évangile selon Matthieu, chapitre 4, versets 18-22 La guérison d’un aveugle Évangile selon Marc, chapitre 10, versets 46-52 Une femme consolée Évangile selon Luc, chapitre 7, 11-17

80


Le bon Samaritain Évangile selon Luc, chapitre 10, versets 25-37 Marthe et Marie Évangile selon Luc, chapitre 10, versets 38-42 La parabole du fils prodigue Évangile selon Luc, chapitre 15, versets 11-32

81


Journée de désert


Journée de désert On peut interrompre le cours des choses pendant une journée entière. On appelle cela une « journée de désert ». Journée de désert, car on rejoint le silence et la solitude. On se protège de toute agitation extérieure pour se retrouver avec soi-même et avec Dieu. Les journées de désert permettent tout particulièrement de rentrer en soi et de retrouver son centre névralgique. Elles procurent l’espace nécessaire pour faire une relecture des semaines écoulées et les évaluer ; pour voir où on en est et décider de la direction à prendre par la suite. Une journée de désert est une journée de paix, de réflexion et de réorientation. Il peut être difficile de se réserver du temps pour cela, mais le jeu en vaut la chandelle.

84


Concrètement JOURNÉE DE DÉSERT PRÉPARATION

Réserve-toi une journée entière de liberté. Va te coucher tôt, la veille, ou dors suffisamment. Assure-toi que tu ne seras pas dérangé de toute la journée. Éteins portable, radio, télévision. Mets de côté tout ce qui pourrait te distraire. LA JOURNÉE ELLE-MÊME

Efforce-toi de garder le silence toute la journée. Fais une ou deux promenades prolongées dans la nature et fais une sieste. Réserve-toi plusieurs moments de prière : tu peux, par exemple, méditer avec l’Écriture ou faire un exercice présenté dans ces pages.

85


Tu peux aussi, au cours de trois temps de prière, parcourir les questions suivantes : Rétrospective : que s’est-il passé ces dernières semaines ? comment cela se passe-t-il maintenant ? — Introduis ces éléments dans la prière. Situation : où en suis-je pour le moment ? qu’est-ce qui me préoccupe à l’heure actuelle ? qu’est-ce qui m’anime ? — Prie-le. Prospective : quels sont mes projets ? comment est-ce que je les ressens en moi ? quels sont mes désirs ? mes plans d’avenir en tiennent-ils compte ? — Parles-en à Dieu.

86


Conseils et variantes

À l’occasion des divers points, note une chose ou l’autre qui peut t’être utile.

Si tu lis habituellement beaucoup, essaie de ne rien lire durant la journée de désert.

Si tu lis peu, tu pourrais lire l’un ou l’autre chapitre du Nouveau Testament.

Même s’il faut renoncer à trop s’activer durant la journée de désert, tu peux tout de même faire des choses qui ne demandent pas trop de réflexion, comme faire la vaisselle, repasser, enlever les mauvaises herbes, etc.

Au lieu d’une journée entière, tu peux aussi n’en prendre qu’une demie.

Fais une excursion en silence, par exemple, une randonnée. Évite cependant les endroits bruyants.

87


Conseils pour prier


Conseils pour prier Il se peut que les formes de prière présentées dans les chapitres précédents te semblent de prime abord assez différentes. Elles forment cependant une unité. Elles trouvent toutes leur origine dans une intention commune : découvrir Dieu dans toutes les situations de vie et de mille manières. Ou, pour le dire comme Ignace de Loyola : chercher et trouver Dieu en toutes choses. Dans ce chapitre, tu trouveras quelques conseils utiles. Examine ceux qui te feront progresser.

90


Avant de prier Il vaut mieux prier régulièrement et peu que rarement et exagérément. Les rites sont très utiles à la prière personnelle. Cherche pour toi-même des temps fixes, un endroit spécialement aménagé, des gestes clairs pour commencer et pour terminer la prière, une attitude corporelle qui convienne. Dors suffisamment et donne-toi du mouvement : ta prière en sera plus attentive et plus détendue. Décide à l’avance comment tu veux prier et combien de temps tu vas prendre. Tu évites ainsi d’être continuellement distrait par ce genre de question.

91


Pendant la prière Au début de chaque prière, demande à Dieu son aide, par exemple : « Seigneur, je voudrais t’être présent entièrement durant ce temps. Je t’en prie, fais que tout ce que je pense, tout ce que je veux, tout ce que je sens soit entièrement orienté vers toi et vers la prière. » Sois attentif et alerte dans ta prière. Si tu rencontres des difficultés à trouver la paix intérieure, fais, au début du temps de prière, le premier exercice du chapitre « Interrompre » (ou un semblable). Une courte promenade peut également contribuer, avant la prière, à t’apaiser.

92


Dans la prière, arrête-toi sur les choses qui te semblent importantes pour le moment. Prends le temps de les goûter intérieurement et de les parcourir en profondeur. Aie le courage de parler de tout sans rien omettre. N’hésite pas à te plaindre ou à exprimer ta colère ou ta fureur. Tout trouve place dans la prière. Si dans la prière tes pensées s’égarent ou si tu es distrait, reviens tout simplement à la prière, sans cesse, chaque fois que tu t’en rends compte. Ne t’en irrite pas : ce qui compte, c’est l’intention droite.

93


Parfois la prière est facile, parfois elle est difficile. Que cela ne te trouble pas. Cette alternance fait partie de la dynamique de la prière et elle est tout à fait normale. Continue de prier régulièrement, car quelque chose grandit déjà en toi. Quand ta prière se fait parfois sèche, persévère durant tout le temps que tu t’étais fixé. Car, même s’il arrive que tu ne sentes rien, des choses se développent et évoluent en toi. Si un texte t’a beaucoup apporté, n’hésite pas à le reprendre ou à repartir de lui lors de ton prochain temps de prière.

94


À la fin de chaque prière Prends un moment pour l’évaluer. Comment l’as tu commencée ? Comment la prière s’estelle développée ? Quelles pensées et quels sentiments sont-ils apparus ? Qu’est-ce qu’il en reste ? Tu seras étonné de la richesse de ton temps de prière. Un petit carnet de notes spirituelles personnelles peut s’avérer d’une grande utilité. Tu pourras y lire plus clairement l’évolution de ta vie intérieure.

95


Une fois que notre cœur s’est transformé, il n’est pas étonnant qu’avec nous, le monde aussi soit transformé. Ignace de Loyola


Prières


Prières fondamentales


Les manières de prier de la deuxième partie du livre sont toutes des formes de prière individuelles et personnelles. Tu ne peux cependant pas te contenter de prier tout seul. Au contraire, la prière commune est centrale et importante. Il y a beaucoup d’occasions de prier en communauté : la prière avant les repas, la bénédiction matinale de la maman ou du papa pour l’enfant, avant qu’il aille à l’école, la prière du soir, la prière avec les malades et les personnes âgées et, bien sûr, la prière lors d’une célébration. Celui qui cultive la prière communautaire fait l’expérience de sa force de cohésion. Dans ces situations, il peut être fort utile de se laisser inspirer par des prières toutes faites. Elles offrent les mots qui conviennent et rendent possible une récitation commune. Ces prières ne sont cependant pas utiles uniquement pour la prière communautaire. Elles offrent également une aide précieuse pour la prière individuelle et contribuent à persévérer dans la prière personnelle. Voici donc, dans ce chapitre, quelques prières classiques de base. 100


Concrètement Donne-toi du temps lorsque tu récites ces prières qui ne sont pas de toi. Prie-les paisiblement. Sois attentif aux mots que tu prononces. Arrête-toi quand un passage te parle ou quand tu veux approfondir le sens d’un mot. Délimite clairement ta prière par un début et une fin.

101


Avec le signe de la croix Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Amen. Le « Gloire au Père » Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.

102


Le « Notre Père » Notre Père, qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite, sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour. Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés, et ne nous soumets pas à la tentation, mais délivre-nous du Mal. Car c’est à toi qu’appartiennent le règne, la puissance et la gloire, pour les siècles des siècles. Amen.

103


Le « Je vous salue Marie » Je te salue, Marie, pleine de grâces, le Seigneur est avec toi. Tu es bénie entre toutes les femmes, et Jésus, ton enfant, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, prie pour nous, pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort. Amen. Bénédiction Que le Seigneur de tout amour te bénisse, le Père et le Fils et le Saint-Esprit. Amen.

104


Prière avant le repas Tous les biens, tout ce que nous avons, vient de toi, Seigneur. Merci à toi pour tout cela. Amen. Prière après le repas Merci à toi, Seigneur, pour la nourriture et la boisson. Tu nous les as données et tu les donneras encore. Que toute notre vie te soit louange. Amen.

105


Prières et pensées


Outre les prières classiques, il en existe aussi, bien sûr, beaucoup d’autres. En voici une petite sélection. Ces prières et ces pensées ont été exprimées par des hommes qui prient ou ont beaucoup prié.

108


Seigneur, ouvre mes yeux, élargis mon regard et mes centres d’intérêt, afin que je puisse voir ce que je ne connais pas encore. Seigneur, ouvre mes oreilles, intensifie mon écoute et mon attention, afin que j’entende ce que je ne comprends pas encore. Seigneur, donne-moi un cœur confiant, qui s’abandonne à ta parole et à ta fidélité et qui ose accomplir ce qu’il n’a pas encore accompli. Seigneur, je sais que je ne puis vivre que lorsque je me laisse appeler et transformer par toi. Amen. Willi Lambert

109


Seigneur, mon désir d’être consolée est insatiable. Il y a quelqu’un qui me tient la main, sur le cœur de qui je puis me blottir, dans les bras de qui je puis me cacher, qui me permet de pleurer, qui me dit des paroles de consolation. Seigneur, j’ai appris que tu veux être un refuge pour moi, mais je ne le sais qu’intellectuellement, mon cœur, lui, ne parvient pas à trouver la paix. Je t’en prie, permets que je sente ta proximité comme celle d’un être aimé. Cache-moi, Seigneur, contre ton cœur. Sabine Naegeli

110


Là où est la haine, que je mette l’amour. Là où est l’offense, que je mette le pardon. Là où est la discorde, que je mette l’union. Là où est l’erreur, que je mette la vérité. Là où est le doute, que je mette la foi. Là où est le désespoir, que je mette l’espérance. Là où sont les ténèbres, que je mette la lumière. Là où est la tristesse, que je mette la joie. Ô Seigneur, que je ne cherche pas tant à être consolé qu’à consoler, à être compris qu’à comprendre, à être aimé qu’à aimer. Car c’est en se donnant que l’on reçoit, c’est en oubliant qu’on se retrouve soi-même, c’est en pardonnant que l’on obtient le pardon, c’est en mourant que l’on ressuscite à la Vie. Amen. Prière attribuée à saint François d’Assise et que Mère Teresa récitait chaque jour 111


Que rien ne te trouble. Que rien ne t’effraie. Tout passe. Dieu ne change pas. La patience obtient tout. Qui possède Dieu ne manque de rien. Dieu seul suffit. Thérèse d’Avila Il n’est point nécessaire pour être exaucée de lire dans un livre une belle formule composée pour la circonstance ; (…) Je ne saurais les réciter toutes et ne sachant laquelle choisir, je fais comme les enfants qui ne savent pas lire, je dis tout simplement au Bon Dieu ce que je veux lui dire, sans faire de belles phrases, et toujours Il me comprend… Thérèse de Lisieux

112


Je crois que Dieu peut et veut faire naître le bien à partir de tout, même du mal extrême. Aussi a-t-il besoin d’hommes pour lesquels « toutes choses concourent au bien ». Je crois que Dieu veut nous donner chaque fois que nous nous trouvons dans une situation difficile la force de résistance dont nous avons besoin. Mais il ne la donne pas d’avance, afin que nous ne comptions pas sur nous-mêmes, mais sur lui seul. Dans cette certitude, toute peur de l’avenir devrait être surmontée. Je crois que nos fautes et nos erreurs ne sont pas vaines et qu’il n’est pas plus difficile à Dieu d’en venir à bout que de nos prétendues bonnes actions. Je crois que Dieu n’est pas une fatalité hors du temps, mais qu’il attend nos prières sincères et nos actions responsables et qu’il y répond. Dietrich Bonhoeffer

113


Seigneur, tu as de l’eau vive, donne-m’en afin que mes déserts verdissent, que ce qui est dur en moi devienne tendre, que l’amour grandisse, que l’espérance prenne racine et que la foi ne se dessèche pas. Dieu, donne-moi l’eau vive, qu’elle jaillisse en moi en source de vie qui jamais ne se tarit. Donne-moi le courage, Dieu, de la partager à d’autres. Que jamais je ne l’emprisonne en moi, dressant barrages et murs. Aide-moi à la verser, à la donner, à la transmettre. Donne-moi, je t’en prie, l’eau de la vie ! Andrea Schwarz

114


Seigneur Jésus, quand pour la première fois, je ne savais plus rien, que ni parent, ni sœur, ni frère, ni aucun ami en ce monde n’étaient à mes côtés, c’est toi, Seigneur, qui me fut un frère, un ami à qui je suis encore fidèle aujourd’hui, à qui je peux exprimer ma souffrance et ma joie, et qui mérite ma confiance, car personne en ce monde n’est Dieu pour moi, sinon toi, Seigneur. Georges Marie Roers À partir de ce moment-là, parce que l’amour vint habiter mon cœur et que je sentais le besoin de m’oublier pour donner de la joie à autrui, j’ai été heureuse. Thérèse de Lisieux 115


Donne-nous cette intelligence qui se vérifie chaque jour de savoir que lorsque nous te cherchons et que nous te désirons, l’esprit de repos, de paix et de confiance, de liberté et de clarté toute simple est ton Esprit, et que tout esprit d’inquiétude et de peur, d’angoisse et de profond découragement est tout au plus notre esprit ou celui de l’abîme profond. Amen. Karl Rahner

116


Arrivée secrète Derrière une voilure tu viens habiter les hommes et les choses tu te révèles chaque jour dans le secret Tu arrives toujours dans l’aujourd’hui brillance d’un matin obscurité de la nuit souffle de brise dans la pénombre du soir Tout est frange de ton manteau souffle passager léger battement d’aile respiration fuyante toi en toute forme Tu te laisses pressentir Theresia Hauser 117


Dans l’éternité, nous serons peut-être encore plus reconnaissants pour les prières qu’il n’a pas exaucées que pour celles qu’il a exaucées. François de Sales Ce n’est pas seulement quelque chose de toi, tes paroles, ton regard sur le monde, ton histoire, tes signes, le déroulement de nos rencontres, les moments d’émotion, c’est toi que je voudrais, oh ! mon Dieu ! Ludger Hillebrand

118


Prier, c’est rétablir des relations normales entre Dieu et nous, c’est se convertir, tourner à nouveau notre esprit, notre cœur, notre volonté vers Dieu, qui ne cesse jamais d’être notre créateur et notre Père. Madeleine Delbrêl Souffle d’amour du Christ, submerge tous ceux qui vivent dans la peur et qui côtoient chaque jour la mort, pénètre notre esprit et notre corps de ta résurrection. Christ, tu le sais : sans le vouloir, nous blessons plus d’une fois notre prochain quand nous le rencontrons. Tu nous touches sans nous blesser et tu ne cesses de nous dire : « N’aie pas peur, je suis auprès de toi. » Frère Roger, de Taizé

119


Mon Père, je m’abandonne à toi, fais de moi ce qu’il te plaira. Quoi que tu fasses de moi, je te remercie. Je suis prêt à tout, j’accepte tout. Pourvu que ta volonté se fasse en moi, en toutes tes créatures, je ne désire rien d’autre, mon Dieu. Je remets mon âme entre tes mains. Je te la donne, mon Dieu, avec tout l’amour de mon cœur, parce que je t’aime, et que ce m’est un besoin d’amour de me donner, de me remettre entre tes mains, sans mesure, avec une infinie confiance, car tu es mon Père. Charles de Foucauld

120


Âme du Christ, sanctifie-moi, Corps du Christ, sauve-moi, Sang du Christ, enivre-moi, Eau du côté du Christ, lave-moi, Passion du Christ, fortifie-moi. Ô bon Jésus, exauce-moi. Dans tes blessures, cache-moi, Ne permets pas que je sois séparé de toi, De l’ennemi défends-moi. À ma mort, appelle-moi, Ordonne-moi de venir à toi, Pour qu’avec tes saints je te loue, Dans les siècles des siècles. Amen. Prière de l’Anima Christi

121


Psaumes


Depuis 2500 ans, les hommes prient avec les Psaumes de la Bible. Les Psaumes sont des textes d’un genre particulier. S’y rencontrent l’expérience humaine et la sagesse divine, la parole humaine s’allie à la réponse divine. Dans les Psaumes, tous les besoins, toutes les joies et toutes les angoisses des hommes trouvent leur expression : colère, deuil, jubilation — celui qui prie les Psaumes est familier de toutes ces pensées, de tous ces sentiments. L’homme moderne peut, lui aussi, se retrouver dans ces textes anciens. Les Psaumes sont de magnifiques prières.

124


Le Seigneur est mon berger : je ne manque de rien. Sur des prés d’herbe fraîche, il me fait reposer. Il me mène vers les eaux tranquilles et me fait revivre ; il me conduit par le juste chemin pour l’honneur de son nom. Si je traverse les ravins de la mort, je ne crains aucun mal ; car tu es avec moi, ton bâton me guide et me rassure. Tu prépares la table pour moi devant mes ennemis, tu répands le parfum sur ma tête, ma coupe est débordante. Grâce et bonheur m’accompagnent tous les jours de ma vie, j’habiterai la maison du Seigneur pour la durée de mes jours. Psaume 22 (23)

125


Des profondeurs je crie vers toi, Seigneur, Seigneur, écoute mon appel ! Que ton oreille se fasse attentive au cri de ma prière ! Si tu retiens les fautes, Seigneur Seigneur, qui subsistera ? Mais près de toi se trouve le pardon pour que l’homme t’adore. J’espère le Seigneur de toute mon âme ; je l’espère, et j’attends sa parole. Mon âme attend le Seigneur plus qu’un veilleur ne guette l’aurore. Plus qu’un veilleur ne guette l’aurore, attends le Seigneur, Israël. Oui, près du Seigneur, est l’amour ; près de lui, abonde le rachat. C’est lui qui rachètera Israël de toutes ses fautes. Psaume 129 (130)

126


Tu me scrutes, Seigneur, et tu sais ! Tu sais quand je m’assois, quand je me lève ; de très loin, tu pénètres mes pensées. Que je marche ou me repose, tu le vois, tous mes chemins te sont familiers. Avant qu’un mot ne parvienne à mes lèvres, déjà, Seigneur, tu le sais. Tu me devances et me poursuis, tu m’enserres, tu as mis la main sur moi. Savoir prodigieux qui me dépasse, hauteur que je ne puis atteindre ! Où donc aller, loin de ton souffle ? où m’enfuir, loin de ta face ? Je gravis les cieux : tu es là ; je descends chez les morts : te voici. Je prends les ailes de l’aurore et me pose au-delà des mers : même là, ta main me conduit, ta main droite me saisit. J’avais dit : « Les ténèbres m’écrasent ! » mais la nuit devient lumière autour de moi. Même la ténèbre pour toi n’est pas ténèbre, 127


et la nuit comme le jour est lumière ! C’est toi qui as créé mes reins, qui m’as tissé dans le sein de ma mère. Je reconnais devant toi le prodige, l’être étonnant que je suis : étonnantes sont tes œuvres toute mon âme le sait. Mes os n’étaient pas cachés pour toi quand j’étais façonné dans le secret, modelé aux entrailles de la terre. J’étais encore inachevé, tu me voyais ; sur ton livre, tous mes jours étaient inscrits, recensés avant qu’un seul ne soit ! Que tes pensées sont pour moi difficiles, Dieu, que leur somme est imposante ! Je les compte : plus nombreuses que le sable ! Je m’éveille : je suis encore avec toi. Psaume 138 (139), versets 1 à 18

128


Autres psaumes

• • • •

Louange : Psaume 102 [103], Psaume 145 [146] Action de grâce : Psaume 115 [116 B] Désir de Dieu : Psaume 41 [42], Psaume 62 [63] Dans l’épreuve : Psaume 68 [69], Psaume 129 [130], Psaume 139 [140]

Confiance : Psaume 26 [27], Psaume 90 [91]

129


Postface Ce livre est le fruit de nombreuses rencontres avec des jeunes. « Prier, c’est quoi, au fond ? » « Comment cela se passe-t-il ? » « Vous, les jésuites, vous priez comment ? » — ces questions arrivaient régulièrement au cours des conversations. Les tentatives pour y répondre simplement et de façon pratique ont finalement aboutit à ce petit livre. Je remercie particulièrement Christian Marte, s.j., qui a eu l’idée de ce livre et tous mes compagnons et amis qui m’ont aidé par leurs conseils et ont contribué à sa réalisation. J’aimerais tant prier est une introduction à la prière et en même temps le reflet des expériences quotidiennes d’un jésuite : commencer la journée avec une méditation d’un passage de l’Écriture ou une autre forme de prière au rythme de la respiration ; à midi et le soir, faire la relecture de la journée ; de temps en temps, laisser venir aux lèvres une prière spontanée ; prier les Psaumes et célébrer l’Eucharis131


tie. S’aménager après quelques semaines une journée de désert et faire une fois par an une retraite de huit jours avec les Exercices spirituels — qui permettent de trouver son chemin personnel avec Dieu. Pour celui qui prie chaque jour, la prière devient peu à peu partie intégrante de son quotidien. Elle en est inséparable et le modèle. Pour une personne qui étudie, qui a des enfants ou qui exerce une profession, il n’importe pas, dans le domaine de la prière, d’y passer de longs temps, mais de trouver, dans sa situation et dans son contexte personnel, la manière de prier qui lui convient. Si elle y parvient, la prière lui sera facile et elle s’intégrera harmonieusement dans sa journée. Quelle que soit la façon personnelle de prier et la durée de la prière, ce qui est décisif, c’est de veiller à entretenir le contact régulier avec Dieu — de préférence au moins une fois chaque jour. Celui qui commence à prier régulièrement sentira combien sa vie se transformera peu à peu — en positif.


Pistes de lecture * Sur la prière • André LOUF, Au gré de sa grâce. Propos sur la prière, DDB, 1989. Un grand classique par un maître de la vie contemplative. • François BECHEAU, Prier 15 jours avec Ignace de Loyola, Nouvelle Cité, 2000. À partir d’extraits tirés des Exercices spirituels, un parcours sur différents aspects de la spiritualité de saint Ignace. • Carlo Maria MARTINI, Le désir de Dieu. Prier avec les psaumes, Cerf, 2004. Méditation de seize psaumes et du Magnificat, selon la méthode séculaire de la lectio divina. Une très vivante et savoureuse introduction à la prière des psaumes. * Ces livres ont été choisis par l’éditeur de la version française.

133


• Louis ESCOYEZ, Cris et louange. Psaumes pour aujourd’hui, Fidélité, 2005. Les psaumes actualisés et revisités à la lumière du Nouveau Testament. • Carlo Maria MARTINI, Ne méprisez pas la Parole. Exercices spirituels avec le « Notre Père », Bayard, 2007. En neuf chapitres, chaque phrase du « Notre Père » est l’objet d’une méditation et d’un exercice spirituel, dans la tradition de saint Ignace de Loyola. Une lecture contemporaine, profondément humaine, de la prière évangélique Sur la Bible et Jésus • Philippe WARGNIES, Connaître et prier l’Ancien Testament, Fidélité, 1997. Une présentation claire et concise, évitant la technicité, de chacun des livres de l’Ancien Testament afin d’en faciliter l’intelligence et en soutenir la méditation.

134


• Philippe BACQ et Odile RIBADEAU-DUMAS, Un goût d’Évangile. Marc, un récit en pastorale, Lumen Vitae, 2006. Une lecture continue, vivante et actuelle de Marc au fil du récit. Pour chaque passage, des questions aident à entrer dans une appropriation personnelle. Le tout est suivi d’une réflexion théologique et pastorale. • Charles DELHEZ et Jacques VERMEYLEN, Le Jésus des chrétiens, Fidélité, 2006. Une présentation moderne et synthétique des connaissances actuelles sur Jésus de Nazareth. Sur la spiritualité des jésuites et Ignace • Charles DELHEZ, Si tu veux…, Foi vivante/Fidélité, 1996. Pour redécouvrir, par la prière, la foi chrétienne et décider de sa vie au souffle de l’Évangile.

135


• Marie-France SCHMIDT, Ignace de Loyola, Édition du Rocher, 2000. Évocation de la vie de saint Ignace (1491-1556) et de son génie universel, avec la traduction de larges extraits de ses lettres et des témoignages de ses proches. • Pedro ARRUPE, « Comme je vous ai aimés ». Méditations sur le Cœur de Jésus, Editions de l’Emmanuel/Fidélité, 2004. Des pages qui nous donnent à contempler « l’amour du Christ qui défie toute connaissance » (Ep 3, 19). • Marie-Luce BRUN, Oser décider, Éditions de l’Atelier/Éditions ouvrières, 2005. Des pistes de réflexion simples pour apprendre à discerner et affronter ces moments charnières de notre vie où nous devons prendre le risque de la décision en toute connaissance de cause. • Ignace de LOYOLA, Le récit du pèlerin. Autobiographie, Fidélité/Salvator, 2006.

136


Saint Ignace livre les étapes de son cheminement spirituel depuis sa conversion jusqu’à la fondation de la Compagnie de Jésus. Sites internet • www.ndweb.org Un centre spirituel ignatien sur Internet : pour prier avec un psaume, un récit évangélique, une œuvre d’art ; faire une retraite. • www.sacredspace.ie Chaque jour, une proposition pour prendre « un moment sacré » durant la journée. L’internaute est guidé pas à pas dans la méditation du texte d’Écriture proposé. • www.cvxfrance.com • www.cvx-belgique.org Sites de la Communauté de vie chrétienne, un mouvement de laïcs d’inspiration ignatienne.

137


• www.catho.be Le site officiel de l’Église catholique en Belgique. • www.cef.fr Le site officiel de l’Église catholique en France. • guideduweb.catholique.org • www.catholiens.org Deux portails regroupant d’innombrables liens vers les incontournables de l’Internet chrétien. • www.inxl6.org Le portail jeune de l’Église catholique en France. • users.skynet.be/ap.priere/index.htm Le site de l’Apostolat de la prière en Belgique. • www.amisdansleseigneur.fr Le site officiel de la famille ignatienne française.

138


Sources p. 110 : Sabine NAEGLI, Du hast mien Dunkel geteilt, Gebete an unerträlichen Tagen, Freiburg, Verlag Herder, 2001. p. 112 : THÉRÈSE DE LISIEUX, Manuscrit C, 25 r°, in Œuvres complètes, Paris, Cerf/DDB, 1992. p. 113 : Dietrich BONHOEFFER, Résistance et soumission, Genève, Labor et Fides, 1967, p. 11. p. 114 : Andrea SCHWARZ, Ich suche und finde das Leben in mir, Freiburg, Verlag Herder, 1996. p. 117 : Theresia HAUSER, Du bist nahe. Sich betend erinnern, Ostfildern, Schwabenverlag, 1996, p. 180. p. 119 : FRÈRE ROGER, Les sources de Taizé. Dieu nous veut heureux, Presses de Taizé, 2001.


Table des matières Une invitation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5

Prier Interrompre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 Silence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 Remercier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 Prier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 Amen . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43

Manières de prier Relecture de la journée . . . . . . . . . . . . . . . 55 Prier sans avoir le temps . . . . . . . . . . . . . . . 61 Prier avec la respiration . . . . . . . . . . . . . . . 67 Méditation de l’Écriture . . . . . . . . . . . . . . . 71 Journée de désert . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83 Conseils pour prier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89

140


Prières Prières fondamentales . . . . . . . . . . . . . . . . 99 Prières et pensées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107 Psaumes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123 Postface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131

Pistes de lecture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133

Table des matières . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140

141


Achevé d’imprimer le 13 juin 2007 sur les presses de l’imprimerie Bietlot, à 6060 Gilly (Belgique).


Johannes Maria Steinke Prier n’est pas d’abord un exercice de relaxa-

Extérieurement, c’est peut-être le silence, mais en

dans la région du Bas-Rhin en

tion. Prier, c’est vivre, c’est construire une rela-

moi, cela crie.

1974. Après son service militaire, il passe un an et demi en France

tion avec Dieu.

et en Afrique Centrale comme vo-

Pour apprendre à prier, il faut s’y essayer. Ce

lontaire pour la Mission. En 1996,

livre est une invitation à faire ses propres expé-

il commence des études de théo-

riences. Il initie à différentes manières de prier,

logie en passant un an en Autriche, puis deux années à Rome. En 1999, il entre dans l’ordre des jésuites. En 2004, il obtient la maîtrise en philosophie à la Hochschule für Philosophie, à Munich. Il collabore à la radio bavaroise et il est rédacteur de la revue

donne des pistes concrètes. Il puise abondamment dans la tradition des jésuites : être contemplatif dans l’action. Petit à petit, la prière envahit la vie et la vie devient prière.

J’aimerais tant prier

Johannes Maria Steinke est né

Johannes Maria Steinke

J’aimerais tant prier

Il faut du temps à l’âme pour s’apaiser. Peu à peu le défilé d’images et de pensées ralentit. Si je supporte le silence, j’entre en contact avec moimême. Des choses cachées et refoulées viennent à la surface. Des désirs s’éveillent. Grâce au silence, mon intériorité vient au jour. Je me retrouve. Je me recentre. Si je persévère encore davantage dans le silence, il

Jesuiten. Actuellement, il travaille dans la pastorale

se peut que je découvre progressivement une pré-

des jeunes et des jeunes adultes à Francfort-sur-

sence cachée et que je pressente que quelqu’un est

Main.

là, qui me porte et est proche de moi. L’expérience du silence me permet de rencontrer en vérité et moimême, et Dieu. ISBN 978-2-87356-372-1 Prix TTC : 9,95 €

9 782873 563721


J'aimerais tant prier